Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

Avant-propos

Texte intégral

1Nous avons rassemblé dans, ce recueil des leçons que nous avons faites depuis 1974 à notre séminaire à l’École pratique des Hautes Études, et nous avons préféré leur garder la forme de leçons (certaines ont été publiées dans Etudes et documents et dans la Revue administrative).

2L’ensemble donne une initiation à la théorie et à la pratique de l’histoire de la bureaucratie (et nous nous appuyons sur les principes de méthode esquissés dans L’histoire entre le rêve et la raison. Introduction au métier de l’historien). Nous avons cherché à fixer quelques règles du jeu pour une histoire difficile, une histoire piégée, incertaine, qui peut déconcerter le jeune historien ; c’est une histoire nécessairement fragmentaire, partielle, inachevée, qui n’entend pas expliquer à toute force, qui supporte mal les grands systèmes doctrinaires, qui n’apporte aucune certitude ; l’historien ne travaille que sur du probable et reste nécessairement en deçà : en administration on ne retrouve la trace que d’une faible partie de l’activité des bureaux (les archives orales le montrent nettement). Si bien que, profitant d’une expérience déjà longue (notre premier article d’histoire administrative remonte à 1955), nous avons cherché à donner quelques conseils de prudence – mais chaque historien a toute liberté de jeu dans une histoire où l’on n’a aucun modèle à imiter, une histoire exploratoire dans son principe, qu’il faut sans cesse compliquer, où il faut inventer ses propres règles, imaginer son devoir-faire, marquer sa différence.

3Dans la première partie nous avons tenté de dégager – à titre provisoire – quelques principes généraux afin d’orienter la recherche et de définir des règles de conduite : nous avons montré l’importance de l ’ingénierie historique, marqué les difficultés pour étudier une direction, un cabinet ministériel, faire l’histoire psychologique de la bureaucratie ou saisir le désordre administratif

4La deuxième partie évoque les pièges de l’histoire de la bureaucratie : l’historien doit être sur ses gardes, éviter de simplifier, de résumer : comment faire intelligemment l’histoire du temps de l’administrateur, l’histoire d’une crise, l’histoire d’un contre-pouvoir ? Comment marquer le rôle d’une personnalité ? Cette histoire exige beaucoup de qualités de l’historien, et notamment de la flexibilité d’esprit et une grande aptitude à douter de tout.

5Dans la troisième partie nous avons cherché à donner quelques indications sur les méthodes pour élaborer des programmes de recherche, pour construire cette histoire (les Comités d’histoire, qui se sont multipliés depuis vingt ans, ont bien été obligés d ’ inventer des méthodes neuves, des outils de recherche et de « fabriquer » des sources).

6La quatrième partie concerne l’histoire du quotidien, trop peu développée : l’anthropologie administrative est encore incertaine de ses méthodes, alors qu’elle permet de pénétrer de l’intérieur le métier bureaucratique, mais il n’est pas commode de faire l’histoire des gestes ou l’histoire du clandestin ou l’histoire de la corruption.

7La cinquième partie traite des applications de ces méthodes à certains secteurs d’histoire : l’enseignement, la formation des fonctionnaires, les finances, la protection sociale, les Ponts et Chaussées ; nous avons cherché à préciser quelques règles du jeu, mais, à l’évidence, la réflexion en ce domaine est très imparfaite, on ne sait pas encore comment établir un programme de recherche, définir des lignes directrices.

8Chaque historien doit réfléchir sur sa manière de connaître : ces quelques leçons permettent de faire librement le point sur ce qu’on veut entreprendre, sur les règles de conduite qu’on entend adopter. Rien n’est fixe, tout est jouable : l’histoire de la bureaucratie dans son principe est subversive, elle détruit les certitudes, elle suppose qu’on aille le plus loin possible dans l’exploration des réalités, elle n’a pas de limites doctrinales. Personne ne peut avoir de principes assurés, croire qu’il va approcher la vérité : le probabilisme est la seule règle de l’historien.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search