Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Troisième partie. L'État français et la politique de l'internationalisation du capital

Chapitre XVI. La solidarité franco-britannique et la dérive de l’Ancien Régime (1904-1914)

Full text

1L’entente de 1904 se profile distinctement derrière les accords sur les dettes individuelles. Les fonds publics constituent une masse de valeurs alléchante et mûre pour le genre d’opérations qu’affectionnent les milieux financiers. L’élan acquis lors des règlements de la Dā’ira et des Domaines se transmet aux autres emprunts. À ce propos, il convient de souligner les racines proprement égyptiennes des accords de 1904. Le rapprochement franco-britannique procède de calculs qui dépassent assurément les avantages du seul troc Égypte-Maroc. Deux puissances liquident leurs différends et effectuent les réalignements que commande la situation internationale. Il n’empêche que la conjoncture en Égypte pointe vers une transaction indépendamment du jeu des coalitions.

2Les négociations relatives à la Dā’ira et les Domaines révèlent aux intéressés des antagonismes et des affinités inattendus. Il n’y a, en effet, point de consensus du côté britannique. Cromer se montre aussi méfiant que ses adversaires français des financiers de son pays. Son souci de l’équilibre des finances publiques l’emporte sur son attachement aux affaires. Désireux de voir disparaître les commissions de contrôle internationales, il répugne à remettre à des particuliers les biens de l’État. La partie française trouve chez cet adversaire d’hier un allié qui s’ignore. Sa marge de manœuvre est augmentée d’autant et la menace d’une liquidation en bloc et sans contrepartie est moins vive qu’en 1898. Des deux côtés, on négocie afin de prévenir les combinaisons financières qui retirent des ressources considérables à la surveillance de l’État pour les remettre à des sociétés privées.

3La découverte d’une communauté de vues sur les questions financières facilite la conclusion de l’Entente. Les fondements de l’intervention des deux puissances en Égypte ne sont, somme toute, guère différents. C’est cette réalité que dissimulaient les querelles et les rancœurs qui ont suivi l’occupation. Elles tendaient aussi à faire oublier que l’attitude de l’Angleterre et celle de la France à l’égard du nationalisme égyptien étaient identiques. L’Entente de 1904, en aplanissant les divergences politiques, lève toute équivoque. Abandonnant son rôle de tierce partie, la France se range désormais du côté de l’Angleterre dans l’affrontement contre le nationalisme, fait dominant du début du siècle.

4L’espoir de l’Angleterre de jouir enfin d’une hégémonie incontestée en Égypte se brise sur le double écueil du nationalisme et de la crise économique de 1907. Il faudra un phénomène hors du commun, à savoir la guerre de 1914-1918, pour surmonter les effets du séisme de 1907. L’Ancien Régime, si péniblement reconstruit, vacille à nouveau, tandis que les manques de 1’« œuvre de régénération » sont cruellement exposés. Un quart de siècle d’administration britannique laisse un bilan critiquable. Tenu à bout de bras par l’occupant, l’Ancien Régime se lézarde sous l’effet des tensions et des incongruités qui le caractérisent.

I. L’ENTENTE DE 1904 : LE REPLI DE LA FRANCE ET LA POLITIQUE FRANÇAISE À L’ÉGARD DES CAPITAUX ÉTRANGERS

5Les accords franco-anglais de 1904 rassortissent, de considérations d’ordre général qui ne se limitent pas à la seule question d’Égypte. Maints développements altèrent la position internationale des deux signataires et conduisent l’un et l’autre à la reconnaissance de l’opportunité de surmonter leurs divergences. La victoire à la Pyrrhus en Afrique australe et l’animosité croissante de la rivalité avec l’Allemagne entraînent un réexamen des prémices de la politique étrangère suivie jusque-là par l’Angleterre. Pour la France, l’accélération de la pénétration européenne au Maroc appelle des mesures en vue : de faire valoir ses prétentions à la totalité du Maghreb. L’influence des milieux coloniaux s’exerce depuis longtemps en faveur d’un troc Maroc-Égypte. Les deux puissances assistent enfin avec anxiété à la montée des tensions en Extrême-Orient et à la guerre entre leurs alliés russe et japonais, déclenchée le 8 février 1904.

  • 1 EF, B31206, Cambon à Delcassé, 21.5.1901 et 21.3.1902.
  • 2 Ibid., Cambon à Pichon, 27.1.1909.
  • 3 Ibid., Cambon à Delcassé, 11.11.1902 et 11.2.1903.
  • 4 Ibid.. Cambon à Rouvier, 23.2 et 10.5.1906.

6Les liens financiers rapprochent la France et l’Angleterre. Depuis 1899, les banques françaises emploient d’importantes sommes en escomptes, en reports ou en fonds d’État à Londres où le taux d’intérêt est plus élevé1. « Les frais de la guerre sud-africaine furent pour ainsi dire payés avec l’or français »2. Si grande est la dépendance de la City à l’égard des ressources d’origine française que les retraits suscitent l’inquiétude3. La pénurie de fonds disponibles se maintient après 19044, et le pays reste débiteur de la France.

  • 5 Ibid., Cambon à Delcassé, 7.5.1904.

7Les milieux d’affaires anglais redoutent une rupture consécutive à des tensions provoquées par le conflit en Extrême-Orient. C’est d’ailleurs sous cette influence qu’ils accueillent les accords de 19045. Pas plus que les milieux politiques, ils ne recherchent une alliance. Il s’agit d’éliminer les causes de tension qui pourraient envenimer les rapports entre les deux pays. Pour la City, la paix avec la France suffit, mais elle est nécessaire.

  • 6 C. Andrew, Théophile Delcassé and the making of the Entente cordiale, Macmillan, Londres, 1968 ; P (...)

8Les négociations de 1904 ont déjà leurs historiens6. Le propos ici porte sur la seule question égyptienne, en particulier l’angle qui lui confère sa spécificité. Les accords sont replacés dans le cadre de l’intervention et du contrôle économiques étrangers. Indépendamment des facteurs internationaux, l’entente franco-britannique a des racines proprement égyptiennes.

9Elle ne revêt pas pour la France un caractère d’urgence sur le plan égyptien. Diminuée, sa position n’est ni à la veille de l’anéantissement ni invulnérable. À moyen terme, elle risque de céder sous l’action destructurante de la finance britannique. Paris traite sans précipitation mais sans se dissimuler que son principal atout, le contrôle exercé par les organismes mixtes, pourrait lui échapper.

  • 7 AE, NS Égypte 70, Cogordan à Delcassé, 18.6.1900.

10Certes l’internationalisation de l’Égypte sous forme de partage du pouvoir entre la Caisse et le gouvernement subit un coup d’arrêt lors de l’expédition du Soudan. Quant au fonds des économies des conversions, il a « perdu beaucoup de la valeur qu’on tendait à lui attribuer à Paris, car il était démontré que l’Égypte pouvait, en cas de besoin urgent, pour s’en passer, compter sur l’Angleterre »7. Enfin l’affrontement à Fachoda marque l’échec du projet d’une évacuation négociée. Toutefois la politique des compensations ne s’impose que lentement au Quai d’Orsay.

  • 8 AE, NS Égypte 20, Note du Département, 8.12.1898.
  • 9 AE, NS Égypte 21, Rapport de L. Querry, premier drogman de l’agence, 25.11.1903.

11Delcassé ne brusque pas les événements ; il commence par faire le bilan de la situation. Dès novembre 1898, il demande un relevé des intérêts français en Égypte8. En novembre 1903, l’agence soumet un inventaire plus détaillé. L’auteur conclut que l’important patrimoine « peut fournir encore un appoint de premier ordre soit dans une négociation limitée à la liquidation totale ou partielle de la question d’Égypte, soit même dans des arrangements ayant une portée plus générale »9. A Paris, on comptabilise les intérêts français ; il faut calculer la valeur de l’actif avant d’en disposer.

12L’idée que l’année 1905 constitue une date fatidique pour les intérêts français ne doit pas être exagérée. Le cas de la Dā’ira est réglé en 1902, celui de la Domaniale en 1900. Aucune autorisation n’est accordée pour la conversion de l’Unifiée ou de la Garantie. Seule la Privilégiée est susceptible de remboursement ou de conversion à partir du 15 juillet 1905, sans que le gouvernement français ne puisse lui opposer un refus.

  • 10 Supplément au JO (Égypte), 2.3.1904, Compte général du gouvernement.

Tableau 206
Dette publique égyptienne au 31 décembre 190310
(En francs)

Tableau 206Dette publique égyptienne au 31 décembre 190310(En francs)

13Du point de vue anglais, une conversion n’est pas nécessaire sur le plan financier, compte tenu que l’équilibre budgétaire est rétabli. D’autre part, les économies de cette conversion resteraient entre les mains de la Caisse. L’unique avantage d’une opération sur la dette serait précisément la suppression de la Caisse. Tant qu’une partie des emprunts unifié, privilégié ou garanti ne serait pas amortie, la Caisse subsisterait. Il faudrait donc que les trois dettes, s’élevant à 93 % du total, soient éteintes pour que le gouvernement du Caire s’affranchisse du contrôle international. Une conversion au sens propre, savoir une réduction du taux ou du capital nominal, ne suffit pas. Pour que l’abolition de la Caisse se réalise, les trois emprunts doivent être complètement remboursés. On créerait alors une nouvelle dette, une rente sans affectation de gage et sans garantie autre que le crédit de l’État.

  • 11 AE, NS Égypte 71, de la Boulinière à Delcassé, 15.4.1903.

14C’est ce projet que caresse Cromer début 1903, en l’occurrence l’émission d’un 3 % unique11. Encore sera-t-il nécessaire de s’assurer que la Caisse, dépositaire des fonds de réserve et des économies des conversions, ne réussisse, de ce fait, à se maintenir. Sur le plan pratique, il y a loin de la conception à la mise en œuvre. Tous les porteurs devant de droit être remboursés, le syndicat financier aurait à réunir la somme colossale de 2 379 441 000 F en espèces, ce qui n’est pas le cas pour une simple conversion. Il courrait le risque de voir le porteur employer les espèces qui lui sont remises à d’autres fins que la souscription au nouveau titre. Quant à une conversion forcée, elle exigerait l’acquiescement des puissances.

  • 12 Id. ; Ibid., Note, 29.6.1903.
  • 13 AE, NS Égypte 71, de la Boulinière à Delcassé, 15.4.1903 ; AE, PA P. Cambon 11, Note sans date.

15De surcroît, une opération d’une telle ampleur serait-elle possible que l’Angleterre ne pourrait la réussir isolément. Les capitaux disponibles à brève échéance font notoirement défaut sur la place de Londres. « La coopération absolue des marchés de Londres, de Paris et de Berlin sera indispensable »12. En cas de désaccord, le gouvernement français peut fermer au nouveau titre la cote de la Bourse de Paris, assurant ainsi l’échec de l’opération. « Nous ne sommes donc pas désarmés »13. Inéluctablement la question revient au domaine des négociations internationales d’où justement Cromer souhaite la retirer.

  • 14 L’Économiste français, 18.7.1903 ; l’Echo de Paris, 18.1.1904.
  • 15 CL, Dossier 28850, Note sur la Dette unifiée, juin 1903.
  • 16 Le Capitaliste, 21 et 28.1.1904 ; the Economist, 26.12.1903.

16En dernier lieu, la légalité de l’opération demeure douteuse. Le droit de rembourser par anticipation ou de convertir un emprunt amortissable dans des délais déterminés – 1941 pour l’Unifiée – est contesté14. Le CL l’admet à condition d’avoir l’assentiment des puissances15. Quoi qu’il en soit, une campagne de presse hostile détournerait les porteurs16.

17Tandis que les conditions matérielles et juridiques de l’opération semblent problématiques, il est d’autres considérations dont le gouvernement français peut tirer parti. L’unanimité ne règne pas chez les Anglais : l’âpre lutte qui met aux prises Cromer et Cassel se déploie aussi sur le terrain de cette opération.

18Si le gouvernement français est en mesure de contrecarrer le dessein de l’agent britannique, sa situation est moins nette vis-à-vis de l’omniprésent financier. Les projets de ce dernier ont cette caractéristique qu’ils lèsent à la fois la politique de l’agence britannique et celle du Quai d’Orsay. De la rencontre entre les intérêts de ces deux éléments naissent les accords de 1904, contraires aux activités de Cassel.

  • 17 AE, NS Égypte 70, Lecomte à Delcassé, 6.9.1902. Id. pour toutes les citations dans le paragraphe.

19Depuis le revirement de Cromer et de Gorst en juin 1899 au sujet de la Dā’ira, les finances égyptiennes sont le lieu d’affrontement entre « l’homme d’État » et « le capitaliste à peine sorti de la clientèle de la haute banque cosmopolite »17. La tournure prise par les transactions sur les Domaines en 1899, et les chemins de fer en 1900 n’a pu que tendre davantage leurs rapports, de sorte qu’il est né entre eux « un véritable état de guerre déclarée ». Enrichi, Cassel atteint à Londres « une situation que les mœurs de la société anglaise expliquent aisément ». Soutenu par la Haute Banque, il exerce une influence considérable sur Édouard VII, « le plus puissant et le plus inattendu des auxiliaires ». Aux instances de ce groupe et de ses alliés, « la plus haute influence du Royaume se serait employée pour faire accepter à l’agent britannique « l’avancement dû à ses services ».

  • 18 W. S. Blunt, My Diaries, Knopf, New York, 1921, II, p. 87.
  • 19 Ibid., p. 87 ; University Library, Durham, Khedive Abbas Hilmi II Papers, File 272, Lettres de Cas (...)

20Le plan consiste à mettre Cromer à la retraite, lui substituer Gorst et lui offrir un portefeuille ministériel à Londres ou l’ambassade de Paris18. L’intéressé aurait refusé cette faveur non sollicitée. Il est d’autant moins enclin à s’éclipser que Cassel a pris sous son aile le khédive, auquel il aurait prêté un demi-million de livres à des fins de spéculation19. Gorst, insuffisamment pénétré des enseignements de Cromer, approuve des concessions de terres de l’État à Cassel et au khédive. Il va sans dire que Cromer réprimande le conseiller financier.

21L’exaspération des divergences entre les parties anglaises est due à la dissimilitude entre les capitaux auxquels elles se rattachent. À la base du conflit se trouvent deux conceptions antagoniques de l’action du capital et de l’État. Cromer entend que l’État se confine au maintien de l’équilibre budgétaire, à l’Allégement graduel de ses charges et à la défense de la stabilité sociale et politique. Il répugne à le voir concourir aux entreprises d’individus ou de groupes particuliers, fussent-ils anglais. C’est la voie vers le désordre dans les finances publiques, voire la banqueroute et ses séquelles sur les plans social et politique. N’a-t-il pas fallu combattre ces dangers lors de la restauration de l’Ancien Régime ? Tout en s’appliquant à créer les conditions propices à l’investissement, l’État ne peut se permettre d’engager ou d’Aliéner ses propres ressources à des intérêts privés. Enclin à faire œuvre de syndic de faillite, acquis à un mode de gestion patrimoniale, Cromer s’aperçoit que la réussite apparente de la liquidation de l’Égypte et le sauvetage de l’absolutisme khédivial ne rendent le pays que trop attrayant pour les affaires, en particulier celles sur la masse des revenus et des biens de l’État donnés en gage aux créanciers.

  • 20 AE, NS Égypte 70, Lecomte à Delcassé, 6.9.1902.

22Profitant de la gêne du Trésor égyptien, des entraves que la France érige contre l’utilisation des ressources de la Caisse, et de la réticence de l’Angleterre à demander l’autorisation des puissances pour un emprunt, Cassel offre à l’État les ressources qui lui font défaut pour la construction des réservoirs d’Aswān. Au cours des années 1890, le gouvernement contourne la Caisse et fait poser des lignes ferroviaires par l’appel au capital privé. L’opération de la Dā’ira constitue le modèle que Cassel entend suivre pour d’autres affaires, à savoir la cession en bloc d’un gage à un groupe d’intermédiaires soumis à son influence prépondérante. Les liquidations sont retirées aux commissions de contrôle et confiées à des entreprises privées qui rachètent les gages à bon compte et en font leur actif. Ces sociétés remboursent les dettes de l’État et les transforment en obligations émises par elles. On attribue à Cassel le dessein « d’accaparer pour les fondre en un trust, toutes les sources de revenu de ce riche pays »20. Pour le mener à bien, la collaboration de l’agence britannique lui est indispensable.

23Or Cromer se ravise au lendemain du contrat de la Dā’ira et montre de moins en moins de dispositions à devenir l’instrument d’un dessein onéreux et dangereux pour l’État, partant à l’œuvre de conservation dont il est chargé depuis deux décennies. En matière de capitaux étrangers, ce sont les fonds publics, non les investissements privés, que Cromer entoure de sa sollicitude. Une gestion économe des finances de l’État, conduite selon ses lumières et d’une main autoritaire, ne souffre pas plus les manœuvres d’accaparement des milieux d’affaires que le gouvernement de leur pays par les Égyptiens. Cromer se pose en dictateur pour le bien de tous : il protège le capital contre son inclination au désastre, et l’Égypte contre les conséquences d’un refus – dû à son incapacité inhérente ou à son « fanatisme » – de respecter les « engagements internationaux ». Avec lui, les capitaux doivent se satisfaire d’une rémunération sûre mais non élastique ou extensible au moyen d’audacieuses combinaisons.

24Des financiers comme Cassel ou Palmer n’ont pas en Cromer un soutien politique. D’où l’animosité dont leurs rapports sont empreints. L’agent britannique

  • 21 AE, PA P. Cambon 11, de la Boulinière à Cambon, sans date (mars 1904).

« a eu Cassel dans les jambes tous ces temps derniers, et il ne peut pas sentir Cassel qui cherche à n’avoir en Égypte que des hommes à sa dévotion, y compris le représentant de la Grande-Bretagne, tous agents et partisans du trust dans lequel ce gros manieur d’argent rêve d’englober toutes les affaires d’Égypte ainsi que les capitaux de tous les pays »21.

  • 22 Id..

25Cassel n’attaque pas son adversaire de front, « il le mine par en dessous et travaille à le faire tomber sur un lit de rose ; ses procédés sont dissolvants et perfides »22. Il s’appuie, d’autre part, sur l’influence des cercles financiers et mondains qui gravitent autour d’Édouard VII, couronné en 1901, et sur ses attaches dans la City et ses relations sur la place de Paris.

  • 23 NS Égypte 71, Delcassé à de la Boulinière, 12.2.1903.
  • 24 Ibid., de la Boulinière à Delcassé, 15.4.1903.

26Le plan ambitieux que Cromer étudie pour la création d’une dette unique de 3 % est d’une réalisation tellement aléatoire qu’il doit être perçu comme une sorte de fuite en avant due à l’appréhension face à Cassel plutôt qu’à la pression exercée par l’action française. En rendant les gages à l’État, il couperait court aux tentatives de Cassel d’en prendre possession. Après la Dā’ira, les Domaines et les chemins de fer, il est question du remboursement ou de la conversion de l’Unifiée. Un « bruit » dans le « monde de la banque » voudrait que l’opération s’effectue au moyen d’une société privée à laquelle on abandonnerait le gage affecté au service de l’Unifiée, soit les revenus de quatre provinces23. En outre, le sort des chemins de fer, partie des gages de la Privilégiée, ne manquera pas de revenir à l’ordre du jour en 1905, lorsque cet emprunt pourra être remboursé. Par conséquent, une dette nouvelle 3 %, garantie par aucune sûreté autre que le crédit général de l’État, n’est pas sans attrait pour Cromer. Quant à l’exécution de l’opération, Cromer la réserverait, non pas à Cassel – cela va de soi -mais aux Rothschild24. En Égypte, ils ne participent qu’aux finances publiques.

  • 25 AE, PA P. Cambon 11, de la Boulinière à Cambon, sans date (mars 1904).

27L’attitude de la diplomatie française à l’égard du conflit Cromer-Cassel est capitale. Sa position est révélatrice de l’option à laquelle elle s’arrête en ce qui concerne l’évolution des intérêts économiques français en Égypte. Il n’y a aucune place pour l’ambiguïté dans l’appréciation du Quai d’Orsay et de l’agence : de Cassel ou Cromer, c’est le premier qui pose le plus grand danger. « S’il s’insinue, il dévorera tout »25. Les diplomates n’ont pas le sentiment que le capital français conserverait sa place dans les sociétés, en dehors des fonds d’État. Les entreprises qui rachèteraient les gages ne sauraient être qu’anglaises. Si les Français avaient une part, elle ne serait jamais suffisante pour leur assurer une réelle influence.

28C’est pourquoi l’agent se prononce contre la vente du réseau de chemins de fer à un syndicat.

  • 26 Ibid., Cogordan à Delcassé, 12.12.1900. Annotation de Delcassé : « Ce n’est pas douteux ».

« Les efforts que nous ferions pour faire admettre l’apport de quelques financiers français ne servirait qu’à fournir à ces derniers un moyen de faire une spéculation avantageuse ; après quoi ils se retireraient »26.

29L’histoire du syndicat qui a cédé ses droits à la Dā’ira Company constitue, à cet égard, un précédent peu encourageant. De plus, les Français auraient une large part dans le syndicat qu’ils ne pourraient être sûrs d’une même représentation dans l’administration de la société en formation. La France n’a donc pas d’intérêt à voir des entreprises se substituer à une organisation financière assise sur les administrations « mixtes ».

  • 27 AE, NS Égypte 71, de la Boulinière à Delcassé, 15.4.1903.

30Soudain, devant un péril comme Cassel, Cromer revêt l’aspect d’un adversaire, certes coriace, indélicat et brutal, mais, à tout prendre, loyal et respectueux des privilèges acquis par la France. « Tant que durera le régime de l’influence anglaise honnête et respectable établi par lord Cromer, les intérêts matériels que nous conserverons en Égypte seront préservés »27. Les diplomates doutent que le capital français puisse ou veuille défendre ses positions. Une organisation financière dans laquelle priment les placements dans les fonds d’État sous la haute protection des institutions internationales leur paraît plus sûre qu’une autre caractérisée par le déplacement du poids des intérêts économiques vers les investissements.

31Dans ce cas de figure, le genre de surveillance diplomatique que la France exerce ne pourrait continuer efficacement.

  • 28 Id.

« Le jour où la politique d’absorption aura définitivement triomphé, les capitaux et les affaires français, soustraits à notre influence et à notre contrôle, deviendront la proie des spéculateurs anglais dont plusieurs sont déjà connus pour n’attendre que leur moment et l’heure de la curée »28.

32Dans l’entreprise de sauvegarde des capitaux français, en quelque sorte contre eux-mêmes, Cromer passe pour un véritable collaborateur.

33Les conditions en Égypte contribuent à la conclusion de l’entente de 1904. Unis dans leur volonté de conjurer le risque d’une aliénation des gages de l’État à des particuliers, la partie française et Cromer sont prêts à entrer en pourparlers. Début 1903, Édouard VII et Delcassé sont acquis à l’idée d’un échange Maroc-Égypte. Les voyages du roi à Paris en mai et du président Loubet à Londres en juillet préparent l’opinion publique à la transaction.

  • 29 PRO, FO 800/124, Lansdowne Papers, Cromer à Lansdowne, 29.5.1903.
  • 30 British Documents on the origins of the war, 1898-1914, (BD) 2, no. 365, Cromer à Lansdowne.

34Sans tarder Cromer sollicite l’exécution de son projet : la conversion de la dette et la suppression de la Caisse29. Ses demandes sont précisées dans un mémorandum en date du 7 août : la reconnaissance par la France de la permanence de l’occupation, du droit de procéder à la conversion de la dette, et de l’opportunité d’abolir la Caisse et l’administration des chemins de fer30. Le cabinet anglais fait siens ces termes et présente ses bases de discussion à la France le 1er octobre. Comme Cromer, il se montre beaucoup plus pressé que ses interlocuteurs français. Delcassé préfère procéder graduellement même s’il sait que

  • 31 AE, NS Grande-Bretagne 14, Delcassé à Cambon, 24.10.1903.

« le temps a travaillé contre nous, que peu à peu l’Angleterre a transformé la possession précaire que lui assurait l’occupation du khédivat par ses troupes en un protectorat déguisé, que l’évacuation, considérée jadis comme une éventualité probable, ne saurait être envisagée à l’avenir que comme la conséquence imposée d’une guerre malheureuse »31.

35Il est disposé à négocier mais l’échange doit se faire contre des réalités et non de simples espérances.

  • 32 Ibid., Cambon à Delcassé, 11.10.1903.
  • 33 Ibid., 22.10.1903.
  • 34 Id.
  • 35 BD, 2, no. 373, Cambon à Lansdowne, 26.10.1903 ; PRO, CAB 37/67/71, Lansdowne à Cromer, 28.10.1903

36La France ne saurait se dessaisir de ce qu’elle possède en Égypte qu’au fur et à mesure qu’elle aura acquis l’équivalent au Maroc. Ainsi est posée la thèse de la réciprocité ou de la « contre-valeur effective »32. La « liberté d’action » au Maroc ne vaut qu’en autant qu’elle puisse être exercée, tandis que les concessions en Égypte comportent un sacrifice réel et immédiat. « L’Angleterre, qui ne possède rien au Maroc, nous donne ce qu’elle n’a pas, et la France qui détient en Égypte des avantages certains et tangibles est priée de les abandonner »33. Delcassé insiste sur le maintien d’une « certaine corrélation entre notre progression au Maroc et l’abandon de nos positions en Égypte » ; il n’admet que des « abandons progressifs moyennant compensations »34. En échange de la liberté d’action au Maroc, la France n’entravera pas l’action de l’Angleterre en Égypte et ne demandera pas qu’un terme soit fixé à l’occupation. Dès que sa prépondérance financière sera établie au Maroc, au moyen d’un contrôle effectif, elle renoncera à sa part dans le contrôle financier de l’Égypte et au droit de faire obstacle à la conversion35.

  • 36 PRO, CAB 37/67/71, Cromer à Lansdowne, 30.10.1903. Les négociations pour faire accepter l’entente (...)

37Londres n’accepte pas ce principe du pari passu. Cromer se méfie, de toute liaison directe entre l’abandon du contrôle financier par la France en Égypte et l’établissement par elle de son contrôle au Maroc. Il redoute que même si la France consent à la conversion et à l’abolition du contrôle financier, d’autres puissances ou des porteurs de titres puissent recourir aux tribunaux mixtes : marché singulier dans lequel les Français réaliseraient leur desiderata au Maroc, tandis que les Anglais verraient leurs avantages en Égypte annulés par l’opposition des puissances européennes36. En présence du refus, Cambon estime que la France est en état de tenir bon.

  • 37 DDF, II/4, Cambon à Delcassé, 18.11.1903. Souligné par Cambon qui ajoute : « Sachez qu’au Foreign (...)

« Je suis d’avis de ne céder sur rien, de prendre notre temps, de ne pas nous montrer pressés. Nous avons le droit d’être difficiles ; les Anglais ont plus d’intérêt à s’arranger avec nous pour l’Égypte que nous n’en avons à conclure avec eux pour le Maroc. Ils deviendront intraitables s’ils nous sentent trop désireux d’en finir »37.

  • 38 PRO, FO 800/124, Lansdowne Papers, Cromer à Lansdowne, 1.11.1903.
  • 39 BD, 2, Lansdowne à Cambon, 19.11.1903. Contre-proposition.

38Cromer ne s’intéresse à la conversion que comme moyen de supprimer le contrôle38. Il croit que les Français s’opposent plus à cette mesure qu’à l’abolition du contrôle. Sa suggestion consiste à ajourner la discussion sur la dette et à offrir le maintien de la Caisse, dépouillée cependant de ses pouvoirs de contrôle et limitée à l’encaissement des sommes destinées aux coupons. Avec deux décennies de retard sur les délégués de la Chambre de 1881-1882, les puissances tutélaires de l’Égypte débattent la rentrée de la Caisse dans les limites de ses attributions. L’administration des chemins de fer, des télégraphes et du port d’Alexandrie serait soustraite à la Caisse. Celle-ci perdrait le droit de s’opposer aux nouveaux emprunts39.

  • 40 AE, NS Grande-Bretagne 14, Delcassé à Cambon, 6.12.1903. Projet d’arrangement général.
  • 41 BD, 2, Lansdowne à Monson, 11.12.1903 ; Lansdowne à Cambon, 24.12.1903 ; AE, MS Grande-Bretagne 16 (...)
  • 42 En vertu de la Loi organique de 1883, les traités internationaux ne sont pas du ressort du Conseil (...)
  • 43 AE, NS Grande-Bretagne 15, Cogordan à de la Boulinière, 19.1.1904 ; ibid., de la Boulinière à Delc (...)

39Delcassé accepte les termes, mais il demande une garantie supplémentaire et la fixation d’un délai pendant lequel remboursements et conversions seraient interdits40. Le gouvernement de Londres consent à doter la Caisse d’un fonds de réserve de 46 656 000 F et d’un fonds de roulement de 12 960 000 F destinés à servir comme ultime ressource au paiement du coupon ; il affecte le produit brut des impôts fonciers au service de la dette. La conversion et le remboursement au pair des dettes sont ajournés41. Signée le 8 avril, l’entente conduit au décret du 28 novembre 1904, lequel remplace la Loi de liquidation comme charte financière de l’Égypte42. C’est la question de la pêche à Terre-Neuve qui risque de conduire à la rupture, obligeant Cromer à multiplier les plaidoyers en faveur de l’entente43.

  • 44 Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1904, pp. 66-67 ; CL, Dossier 2885 (...)

Tableau 207
Ressources de la Caisse au 31 décembre 190444
(En francs)

Tableau 207Ressources de la Caisse au 31 décembre 190444(En francs)
  • 45 AE, NS Grande-Bretagne 16, Circulaire de Delcassé, 12.4.1904.

40En ce qui concerne l’Égypte, « le principal intérêt de la négociation qui vient d’aboutir est de l’ordre financier »45. Le décret rend les Dettes privilégiée et garantie inconvertibles et non remboursables jusqu’au 15 juillet 1910 ; pour l’Unifiée, la date est fixée au 15 juillet 1912.

41L’entente libère le gouvernement de la tutelle des puissances et lui rend la libre disposition de ses revenus. Premièrement, il peut désormais se dispenser de l’autorisation de la Caisse pour contracter un emprunt. Deuxièmement, il ne verse plus annuellement à la Caisse diverses sommes au titre des Fonds de réserve abolis. Troisièmement, les attributions de la Caisse sont limitées au droit d’encaisser les fonds destinés au service des intérêts et de l’amortissement des Dettes garantie, privilégiée et unifiée. Elle ne contrôle plus le budget égyptien. Quatrièmement, les impôts autrefois affectés rentrent désormais dans les revenus généraux de l’Égypte. Cinquièmement, la Caisse remet au gouvernement les ressources qu’elle détient.

  • 46 Le Rentier, 17.4.1904.

42La dette égyptienne n’est plus garantie par des gages. L’impôt foncier, la première source des recettes de l’Administration, constitue une sûreté donnée conjointement à l’Unifiée, la Privilégiée et la Garantie. En fait, il n’est qu’une représentation pécuniaire du crédit général de l’Égypte. La garantie est dans la possession de l’Égypte par l’Angleterre : « On peut dire que, désormais, les fonds égyptiens sont des fonds coloniaux anglais »46.

43L’entente s’effectue aux dépens de ceux qui, en Égypte, s’occupent d’opérations financières, Cassel notamment. En se prêtant au retour des gages à l’État, la France fait une concession qui, simultanément, protège ses placements contre ce qu’elle considère le péril qui les guette : la liquidation des emprunts par l’Aliénation des sources de revenu données en garantie. Cromer partage cette crainte et une affinité se manifeste entre les intérêts de la France et de l’Angleterre dans la dette publique. Si Cromer réprouve le parti consistant à livrer les finances publiques à des particuliers, prolifiques en combinaisons ingénieuses, la France redoute de voir sa carte maîtresse en Égypte, le contrôle de ces mêmes finances publiques, lui être subtilement retirée sans contrepartie. En présence du danger d’une liquidation éventuelle, mais non imminente, elle opte pour une remise à l’État des positions qu’elle conserve : abandon des pouvoirs de contrôle exercés par la Caisse, moyennant une prolongation de la vie de la créance de ses nationaux sur l’Égypte et des perspectives prometteuses de contrôle au Maroc.

44Les compensations pour la France sont au Maroc et concernent à la fois, les placements, les investissements et l’influence politique. Le métier de l’État n’étant pas seulement de concourir à la prospérité de ses ressortissants à l’étranger mais aussi d’assurer, dans la mesure du possible, les intérêts matériels à la source, la recherche du contrôle s’inscrit naturellement dans le cadre de son action. La maîtrise de l’activité économique hors-frontières par ses nationaux est d’autant plus précieuse qu’elle confère aux intérêts matériels une valeur politique qui permet d’en faire des points d’appui pour l’État.

45En Égypte, le levier que représentent les organismes internationaux de tutelle perd son efficacité. Garanties pour les fonds d’État, la Caisse et les administrations mixtes sont des moyens d’action directe qui n’ont pas d’équivalent dans le domaine des investissements dans les entreprises. Les sociétés à capitaux français n’entretiennent de rapports étroits avec l’agence et le Quai d’Orsay qu’à l’occasion des émissions d’actions et d’obligations, et lors des campagnes en vue de les maintenir dans le giron français. Leur présence mise à part, l’assistance qu’elles prêtent à la diplomatie demeure lointaine et indirecte.

46L’examen du contenu financier de l’entente de 1904 révèle qu’elle a des origines égyptiennes. On s’y dirige pour des raisons propres aux rivalités qui se déploient dans le pays. Parallèlement, au plan international, les considérations diplomatiques commandent le règlement des différends. L’entente met fin au dualisme franco-anglais qui dure, sous diverses formes, depuis 1876. La France abandonne le terrain politique, mais son repli s’effectue en bon ordre. Ses assises ayant été fragilisées, elle y renonce contractuellement avant qu’elles ne s’affaiblissent davantage. En négociant avec l’Angleterre la disposition de gages devenus tout à coup fongibles, au lieu de les laisser tomber à l’entreprise privée, les dirigeants montrent leur souci de protéger l’épargne Française placée dans les fonds publics. Ils témoignent aussi de leur volonté de ne se démettre d’une fonction de contrôle que contre l’exercice d’une autre.

II. LA FRANCE ET LE DUEL ANGLO-ÉGYPTIEN (1904-1914)

  • 47 FO, Confidential Print 8616, Notes, 14.3.1905 in British Documents on foreign affairs, op. cit., p (...)
  • 48 D’après le recensement de 1907. C’est la proportion la plus élevée de 1882 à 1960.

47Le décret du 28 novembre 1904 est à peine promulgué que Cromer envisage de modifier les institutions politiques en Égypte. Les autorités anglo-khédiviales veulent enfin recouvrer la liberté vis-à-vis de l’Europe et mettre fin à un système de gouvernement exigeant l’assentiment préalable des 15 États signataires des traités sur les tribunaux mixtes pour chaque mesure touchant un de leurs ressortissants ou protégés. Il s’agit de créer un organisme local dont l’objet serait l’exercice de certaines des fonctions législatives réservées jusque-là aux puissances. Cromer suggère la constitution d’une assemblée européenne qui existerait aux côtés du Conseil législatif égyptien. « Nous ne voulons pas que les intérêts des gouvernements étrangers soient représentés. Ce que nous voulons c’est assurer la représentation des étrangers résidant en Égypte et ayant des intérêts en jeu dans le pays »47. Les propositions accordent aux étrangers des droits formels dans le gouvernement de l’Égypte et font de 1,67 % de la population48 l’assise de l’État.

  • 49 PRO, FO 407/169, Confidential Print 8769, Mémorandum de Cromer, 8.9.1906.

48Cromer s’appuie de plus en plus sur les colonies pour combattre le nationalisme égyptien, son principal adversaire. En mai 1906, il prononce un discours qui les incite à se regrouper. « La meilleure réplique au panislamisme consiste à rallier les Européens de toutes les nationalités, et à leur montrer que leurs intérêts sont identiques aux nôtres »49. Au panislamisme s’opposerait le paneuropéanisme.

  • 50 PP (1907) C, Lettres des 17.12.1906 et 27.1.1907 ; la Réforme, 7.1.1907.
  • 51 PP (1907) C.

49Dans son rapport annuel, publié début avril 1905, Cromer aborde la modification du régime des Capitulations. Son affaiblissement ne peut qu’affranchir davantage l’Angleterre. Au sein des colonies, surtout des chambres de commerce50, la défense du régime capitulaire est acharnée. Cromer les rassure dans son rapport pour 1906 que l’occupation britannique est permanente. Le rapport contient, en outre, des précisions sur la portée véritable de la réforme : il ne s’agit pas d’abolir les Capitulations, mais de retrancher leurs aspects néfastes. Si les cours consulaires seraient supprimées, les tribunaux mixtes en sortiraient renforcés. Le véritable changement consiste à transférer au Conseil international en gestation les pouvoirs exercés collectivement par les puissances, notamment le droit d’imposer les Européens et de légiférer en matière judiciaire51.

  • 52 Cf. section suivante.

50Ces projets sont aussitôt mis au rancart. En mars 1907 éclate une crise économique majeure52 qui intensifie toutes les oppositions. La gestion de Cromer est la cible des critiques, y compris celles des Européens. S’étant aliéné les sympathies des résidents étrangers, l’agent démissionne le 11 avril.

51L’accentuation de l’activité du mouvement nationaliste coïncide avec l’entrée dans l’ère de bonne intelligence entre Londres et Paris. Du côté français, les réaménagements projetés par Cromer soulèvent peu de commentaires ; l’installation au Maroc accapare l’attention et exige le concours de l’Angleterre. Quant au projet d’« européaniser » l’Égypte, il emporte l’adhésion. L’attitude à l’égard du mouvement nationaliste est plus que jamais tranchée.

  • 53 AE, NS Égypte 10, de Valdrôme à Pichon, 29.4.1907.

« Je lui ai rappelé le concours qu’il avait toujours trouvé à l’agence de France contre l’agitation panislamique et qui ne lui manquerait jamais dans cet ordre d’idées, car nous étions persuadés, comme lui, qu’il y a un intérêt commun entre les puissances musulmanes menacées par une propagande qui s’attaque à leur œuvre de civilisation »53.

52Après 1904, la France se retire de l’administration politique de l’Égypte. Les sources traduisent ce changement : les rapports des agents et les instructions du Quai d’Orsay sont l’œuvre d’observateurs plus que de personnalités mêlées aux décisions. Des questions politiques l’intérêt se déplace vers les problèmes de contrôle des capitaux français employés dans les entreprises. Quoi qu’il en soit, le nationalisme demeure un sujet incontournable.

  • 54 Traduction commune. « Parti patriote » serait plus exact.

53L’avènement de ‘Abbās et le réveil des notables ruraux introduisaient un élément de résistance à l’action de l’Angleterre. S’ajoute désormais à ces derniers une jeunesse urbaine qui, s’instruit et cherche à se tailler une place dans la société et dans l’appareil d’État. Muṣṭafa Kāmil est le porte-parole du Ḥizb al-waṭanī (Parti national)54. Associé quelque temps au khédive, il s’appuie sur quiconque s’oppose ou paraît s’opposer à l’Angleterre. Déçu par la France bien avant la signature de l’Entente, il se tourne vers l’Allemagne, même si la politique de cette dernière n’est pas de nature à faire naître de grands espoirs d’émancipation en Égypte.

  • 55 AE, NS Égypte 1, Cogordan a Hanotaux, 20.12.1899.

54Muṣṭafa Kāmil demeure loyal à l’institution du califat, point d’attache du monde musulman, indépendamment de la personne qui l’incarne. C’est là où le bat blesse pour la France. Un programme « comportant l’union de tous les musulmans sous le drapeau du Khalife, constitue par cela même une menace pour nos possessions africaines ou trop de musulmans, mal soumis, rongent leur frein »55. Approbatrice, une main au Quai d’Orsay annote ce qui peut passer pour l’expression concentrée de l’histoire et de la doctrine officielles.

« Il faut nous souvenir de l’erreur commise par certains de nos agents rebelles à leurs instructions qui, hantés du rêve d’une Égypte franco-arabe, ont encouragé Arabi, aidé à naître une insurrection, en réalité anti-européenne sans distinction, et qui nous ont ainsi mis en présence des événements auxquels est due l’occupation anglaise en Égypte....L’élément arabe, ou plutôt fellah, est par lui-même inapte à conquérir et à organiser son indépendance....La réaction contre l’hégémonie anglaise ne peut venir que des autres éléments européens....L’Égypte ne peut pas être arabe et il faudrait qu’elle devînt européenne, et, suivant la vieille formule de Nubar pacha, « à tous pour n’être à personne » ».

  • 56 AE, NS Égypte 17, Cogordan à Delcassé, 23.1.1900.
  • 57 AE, NS Égypte 2, de la Boulinière à Delcassé, 14.11.1904.

55« Puissance musulmane », la France ne peut seconder les aspirations indépendantistes d’un peuple musulman. C’est sur cet empêchement qu’achoppe toute ébauche de rapprochement entre elle et l’Égypte. En somme, l’installation au Maghreb et en Afrique centrale se paie, entre autres, par des reculs en Égypte. L’agent se rend à l’évidence : « la France n’inspire plus la même sympathie parce qu’elle n’inspire plus les mêmes espérances »56. Le khédive tire les conclusions qui s’imposent et accepte l’armistice avec Cramer. S’adonnant aux affaires, de plus en plus complaisant envers l’occupant, il voit Muṣṭafa Kāmil se détourner de lui ; la rupture est consommée en 190457.

  • 58 PRO, FO 800/46, Grey Papers, Cromer à Grey, 16.5.1906. Affrontement en 1906 entre l’Angleterre et (...)

56Le 13 juin 1906 survient une échauffourée au village de Dinshawāy entre les paysans et des soldats britanniques qui, sans autorisation, chassaient des pigeons sur leurs terres. Trois villageois sont tués dans l’altercation ; les soldats prennent la fuite et l’un deux meurt d’insolation. Cromer, prenant acte du sentiment nationaliste manifesté lors de l’affaire de Ṭaba58, décide le temps venu d’user de la manière forte.

  • 59 Ils ne comprennent pas l’arabe.

57Un tribunal d’exception, composé de trois juges anglais59, d’un juge égyptien, du ministre suppléant de la Justice et du ministre des Affaires étrangères, est mis sur pied et l’instruction commencée le jour de l’incident. L’enquête préliminaire se déroule en secret, les prévenus n’ayant droit à aucune assistance juridique. Quatre jours plus tard commence le procès ; il dure trois jours. Les soldats anglais sont les seuls témoins et il n’y a pas de contre-interrogatoire. On accorde une demi-heure pour la défense de 57 accusés. La sentence tombe sans délai : 4 sont condamnés à être pendus, 8 à être fouettés et 9 à diverses peines comprenant près de 100 ans d’emprisonnement, des travaux forcés et la flagellation ; les autres sont acquittés. Le 20 juin, à proximité des potences, la séance du supplice au fouet est dirigée par un capitaine de l’armée britannique, conseiller au ministère de l’Intérieur. L’utilisation du kurbāj avait été interdite en 1884, décision régulièrement dépeinte par Cromer comme l’une des réformes qu’il a apportées à l’Égypte.

  • 60 AE, NS Égypte 10, Klobukowski à Pichon, 14.4.1907.

58L’opération de terrorisme judiciaire fait une déplorable impression en Égypte et en Europe. L’effet du châtiment que Cromer souhaite exemplaire est le contraire de celui recherché par l’agent : au lieu d’intimider, il provoque l’indignation. Cromer n’a pas su se maîtriser : la sévérité révèle plus qu’elle ne dissimule la précarité de la tutelle britannique60. Date clé et événement-symbole, Dinshawāy occupe dés lors une place de choix dans le martyrologe nationaliste.

  • 61 HPD, 4e série, colonnes 286-289 et 317, 5.7.1906.
  • 62 AE, NS Égypte 10, de la Boulinière à Bourgeois, 18.6.1906.

59Le conflit avec le nationalisme étant pleinement engagé, on hausse le ton au sujet du « fanatisme ». Cherchant à faire diversion tout en couvrant Cromer, Grey voit le mal partout en Afrique du Nord61. Du côté français, l’Entente cordiale et les démêlés avec l’Allemagne au sujet du Maroc aidant, la thèse du fanatisme fait des progrès. L’agent est outré de « l’inexcusable sauvagerie », de la « sanglante agression des fellahs » de Dinshawāy. Le « réveil du fanatisme qui se manifeste un peu partout » expliquerait la « sauvagerie inouïe avec laquelle les fellahs ont défendu leurs pigeons »62.

  • 63 Ibid., Henri Cambon, au Caire, à Bourgeois, 11.7.1907.

60Les références incessantes au « réveil du fanatisme » suscitent des réserves chez les observateurs français qui n’ont pas pour mission d’appliquer en Égypte la politique officielle prescrite par leur gouvernement. On remarque que l’occupant n’a qu’une formule passe-partout, utilisable pour tous les incidents qui peuvent se produire de Tanger au golfe Persique63. Il n’échappe pas à l’attaché militaire à Londres que Grey brosse un tableau exagérément sombre du panislamisme dans toute l’Afrique du Nord afin de justifier la violence de Cromer.

61En Égypte, l’indifférence de la jeunesse envers l’islam enlève toute crédibilité à l’idée du fanatisme religieux.

  • 64 Ministère de la Guerre, 7N 1642, Huguet au chef d’état-major, au président de la République et au (...)

« Il n’y a pas de fanatisme politique chez les Égyptiens. Il y a simplement une volonté inflexible de jeter les Anglais par-dessus bord. Cela n’est pas du fanatisme, c’est du patriotisme »64.

62La publication en 1908 de l’ouvrage de Cromer sur l’Égypte ne peut arriver à un moment moins opportun. L’apologie de l’occupation, l’intempérance des propos et l’attitude cavalière à l’égard de la critique soulèvent un tollé en Égypte. Ils sont particulièrement mal venus car la crise économique de 1907 dessille les yeux des milieux les plus acquis à l’occupation. Le bilan que l’on fait de l’« œuvre de réorganisation » entreprise par l’Angleterre n’est rien moins que flatteur, et les assertions de Cromer, contrastant avec la réalité, invitent les réfutations dommageables pour le prestige de l’occupant.

63L’agent laisse un pays empêtré dans la crise économique et politique. Les réalisations sur lesquelles il s’appesantit dans ses rapports annuels paraissent dérisoires à côté des difficultés qui s’abattent sur l’Égypte. Il est patent que la manière autocratique est déconsidérée. À l’autoritarisme doit succéder une politique plus souple, moins condescendante et plus effacée. La fin est inchangée, mais les circonstances appellent des moyens originaux pour l’atteindre. Tout d’abord, il convient de ne pas combattre autant d’éléments en même temps. La division et le désarmement de l’opposition sont dès lors l’objectif prioritaire.

  • 65 Conseiller financier de 1898 à 1904.
  • 66 AE, NS Égypte 10, de Valdrôme à Pichón, 20.7.1907.
  • 67 Cf. P. Meflini, Sir Eldon Gorst and british imperial policy in Egypt, 1907-1911 thèse, Stanford Un (...)

64Gorst, le nouvel agent65, s’attache le khédive afin d’affronter les nationalistes. L’agent français a d’ailleurs deviné les instructions de Gorst : « dans l’état actuel de fermentation de l’opinion indigène, il paraît de bonne politique de se ménager l’influence du khédive sur ses coreligionnaires »66. Le représentant britannique inaugure une ligne de conduite conçue pour associer ‘Abbās au gouvernement67. Cromer le combattait ou l’ignorait ; Gorst le consulte. Le rapprochement ne change rien aux réalités, le pouvoir de décision restant indivis aux mains de l’agent.

  • 68 AE, NS Égypte 10, de Valdrôme à Pichón, 22.8.1907.
  • 69 AE, NS Égypte 22, Pichón à de Valdrôme, 2.10.1907.

65Dans la polémique contre le nationalisme, la presse locale de langue française pousse le zèle jusqu’à louer l’immixtion des Anglais dans l’administration intérieure au détriment des institutions internationales. L’agent ne voit pas l’intérêt d’Aliéner les Égyptiens, ni l’avantage de poursuivre les hostilités contre les journaux de langue arabe : « en les combattant pour une cause qui n’est pas la nôtre, nous courons le danger de les voir renouveler les excitations adressées à nos populations musulmanes d’Algérie et de Tunisie »68. Il ne faut pas sacrifier ce qui reste à la France d’influence intellectuelle et morale, ou se rendre solidaire de l’impopularité des Anglais. Les Français ont le droit d’assister en spectateurs à la lutte qui se déroule autour d’eux. En aucun cas le nationalisme ne doit recevoir d’encouragements, directs ou indirects ; mais la neutralité suffit. Il n’est guère nécessaire de faire les frais de la lutte engagée contre lui et de favoriser l’absorption britannique. L’approbation du Quai d’Orsay est complète69.

  • 70 Ibid., Projet d’instructions à Geoffray, 10.12.1908.

66Les instructions données au nouvel agent ont un caractère plus concret. Certes les accords de 1904 régissent les relations avec la Grande-Bretagne. Aucune entrave ne doit gêner l’exercice par l’Angleterre de son influence politique. Toutefois les intérêts français « d’ordre moral, économique et financiers » sont considérables ; l’action de l’agent « devra tendre à les conserver, à les consolider et à les accroître ». La France « ayant en mains avec le crédit de l’Égypte un puissant instrument d’expansion économique », il faudra se préoccuper « d’assurer sur place aux capitaux français la représentation à laquelle ils peuvent prétendre »70. L’augmentation des investissements dans les entreprises ainsi que la crise de 1907 se conjuguent pour convaincre la diplomatie française de l’importance de rechercher le contrôle dans ce domaine, jugé accessoire jusque-là à côté des fonds publics.

67La lutte contre le nationalisme accapare suffisamment l’attention de Gorst pour donner à la France un répit. Pendant quatre années, il s’efforce de mettre en œuvre le nouveau cours de la politique britannique. De toutes parts les difficultés surgissent et viennent s’ajouter à celles léguées par Cromer.

  • 71 AE, NS Égypte 2, Dejean à Pichón, 6.10.1908.

68Le khédive est le pivot du programme. « La personne du khédive a été le centre de l’action anglaise dirigée contre les menées indigènes »71. En janvier 1908, il gracie les condamnés de Dinshawāy ; l’Angleterre compte sur l’acte de clémence pour rehausser le prestige du vice-roi. Il n’empêche que l’influence de ‘Abbās est proportionnelle à son aptitude à résister à l’occupation. Le khédive ne peut agir sur les nationalistes que s’il jouit de leur confiance. L’entente avec Gorst le discrédite et lui retire toute valeur politique. Au fond, une divergence fondamentale le sépare des nationalistes ; attaché à l’absolutisme, il refuse de se plier à un régime constitutionnel.

  • 72 AE, NS Égypte 21, de Valdrôme à Pichón, 11.11.1907 ; NS Égypte 11, de Valdrôme à Pichón, 8.6.1908.

69Gorst juge nécessaire d’augmenter le nombre d’Égyptiens dans la fonction publique. Ils sont minoritaires dans ce secteur et ce grief alimente le nationalisme. Ce faisant, Gorst se met à dos les étrangers. La colonie française se refuse à admettre que les places concédées par Cromer lui échappent sous le régime de l’Entente72. Gorst froisse les étrangers qui croient voir en lui un adversaire des institutions internationales. Récemment courtisées par Cromer, ils s’estiment délaissés au profit des Égyptiens. Gorst réussit même à retourner contre lui la colonie anglaise.

70A-t-il atteint son but vis-à-vis des Égyptiens ? S’ils sont désormais épargnés les admonestations de Cromer, ils sont vite édifiés sur l’étendue des réformes envisagées par Gorst. Modestes, elles sont très en deçà des revendications constitutionnelles et nationales. Les changements de façade qu’apporte Gorst sont trop insuffisants pour désamorcer le conflit. Au regard de ce qu’il offre, sa versatilité, ses petites habiletés et ses combinaisons tortueuses sont d’autant plus insupportables. Pour des raisons contraires, Gorst ne tarde pas à dresser tout un chacun contre lui : les étrangers estiment qu’il bouleverse trop les usages, les Égyptiens cherchent en vain les transformations de fond dans le régime d’occupation.

  • 73 Une main au Quai d’Orsay annote : « Oui, mais nous ne penchons pas vers le nationalisme. Il serait (...)

71L’agent français voit revenir à son pays les sympathies égyptiennes. Il se réjouit de la fin « des polémiques maladroites où nous attaquons sans raison les aspirations nationalistes »73. Tout bien considéré, la neutralité est plus payante ; mieux, le grand emprunt émis sur le marché français par le CFE en 1908, à une heure critique, grandit la France dans l’estime publique.

72Le décès de Muṣṭafa Kāmil le 10 février 1908 affaiblit le mouvement nationaliste. Son successeur, Muhammad Farīd, n’a pas le même ascendant et le Parti waṭanī est travaillé par les luttes intestines. La campagne contre le khédive indispose les notables épris d’ordre et du culte de l’autorité. Toutefois, touchés par la crise économique, les grands propriétaires fonciers incriminent l’administration britannique et, par voie de conséquence, le pouvoir personnel du vice-roi. Leurs intérêts matériels les poussent à rechercher, par le truchement d’un système parlementaire, l’exercice d’au moins une partie du pouvoir. Dans ces conditions, le mouvement nationaliste, en dépit de sa composition de plus en plus populaire, n’est pas pour leur déplaire, malgré leur conservatisme social.

  • 74 Ibid., Dejean à Pichón, 6.10.1908. Cf. NS Égypte 2, de Valdrôme à Pichón, 9.12.1908.
  • 75 AE, NS Égypte 15, Dejean à Pichón, 29.7 et 12.8.1908.

73Depuis l’été 1907, les manifestations en faveur d’une constitution accompagnent toutes les cérémonies officielles. « En réalité, la situation est celle-ci : il règne dans le pays de fortes aspirations vers l’indépendance »74. La révolution jeune-turque et la restauration de la constitution de 1876 dans l’Empire ottoman soulèvent l’enthousiasme et des meetings se tiennent pour saluer l’avènement du nouveau régime.75

  • 76 AE, NS Égypte 2, de Valdrôme à Pichón, 4.12.1908. Vœu réitéré en 1909 et 1910.
  • 77 AE, NS Égypte 11, Dejean à Pichón, 27.10.1908 ; de Valdrôme à Pichón, 18.5. : 909.

74Les délégués égyptiens avaient unanimement exprimé le vœu que la Loi organique de 1883 soit amendée afin de la rapprocher d’une véritable constitution – limitée aux affaires intérieures, car les traités internationaux en seraient exclus76. Les représentants de la France se rangent à l’avis négatif de l’Angleterre : l’incurie du Conseil et de l’Assemblée générale, ainsi que leurs revendications intempestives prouvent leur incapacité. La cause est entendue : l’Égypte ne serait pas assez mûre pour jouir d’une constitution77.

75Sur le terrain, le programme qu’incarne Gorst est caduc dès sa conception. Dépassé par les événements, l’agent remet à l’honneur les méthodes répressives chères à Cromer. Invoquant le fanatisme, il ressuscite le 25 mars 1909 la loi sur la presse, décrétée en 1881 et tombée en désuétude. La conduite de Gorst paraît fluctuante, opportuniste et inconséquente : elle encourage les revendications communautaires coptes, mais les empêche d’aboutir ; elle promeut la convention pour prolonger la concession de Suez, mais la soumet à l’Assemblée générale qu’il sait désapprobatrice.

  • 78 PRO, FO 800/47, Grey Papers, Grey à Gorst, 24.4.1910.
  • 79 AE, NS Égypte 13, Défiance à Poincaré, 4.7.1912.

76L’assassinat du président pro-britannique du Conseil Buṭrus pacha Ghālī le 20 février 1910 conduit à l’abandon définitif de la politique d’association de Gorst78. Le 5 avril 1911, Gorst quitte l’Égypte. Son échec est complet ; sans recueillir la faveur des Égyptiens, il a contre lui les colonies européennes, lesquelles attribuent l’essor du nationalisme à sa mollesse. Avec son successeur Kitchener, toutes les parties savent à quoi s’en tenir. Son programme n’a guère les complications de celui de son prédécesseur. Le maréchal-proconsul a l’esprit de décision. « De tout temps en Égypte on a étudié et mis sur pied de beaux projets qui n’aboutissaient jamais ; maintenant les projets aboutissent avant même d’être étudiés »79.

77À Paris, on conçoit les relations avec l’Angleterre en fonction des compensations à demander et des contreparties à obtenir. Les grandes lignes de la politique de la « monnaie d’échange » et de la « corrélation des concessions » sont connues. Il s’agit de sauvegarder les intérêts français en Égypte afin qu’ils puissent servir à des négociations portant éventuellement sur d’autres points du globe.

  • 80 AE, NS Égypte 23, Instructions de Pichon à Defrance, 14.11.1910.

« Nous appliquerions ainsi sur une plus vaste échelle les principes de l’accord de 1904, qui consistent à diminuer les causes de malentendus et à restreindre notre activité, un peu dispersée parfois, pour la concentrer sur des points moins nombreux. Ces règlements ne sont possibles que si nous maintenons en Égypte, par exemple, les avantages que nous possédons, afin qu’ils puissent entrer en ligne de compte pour l’échange ultérieur d’autres bénéfices »80.

  • 81 AE, NS Égypte 13, Defrance à Poincaré, 17.12.1912.
  • 82 AE, NS Égypte 24, Paul Cambon à Poincaré, 19.1.1913.

78Fin 1912 Kitchener envisage de créer une Assemblée législative unique pour remplacer le Conseil législatif et l’Assemblée générale. L’agent français s’imagine que l’Angleterre opte pour le parlementarisme ; il appréhende l’extension aux étrangers de la juridiction de la nouvelle Chambre « indigène »81. L’ambassadeur à Londres fait les démarches de protestation82. Alerte injustifiée : la nouvelle Assemblée législative n’a pas plus de pouvoirs que les deux institutions auxquelles elle se substitue.

79Il est un domaine où la diplomatie française seconde activement l’Angleterre : la lutte contre le nationalisme égyptien en Europe. Les nationalistes s’efforcent d’atteindre l’opinion publique internationale par les congrès, les conférences et les interviews. Le nombre croissant d’étudiants égyptiens en Europe confère un caractère de permanence à cette campagne.

  • 83 AE, NS Égypte 3, le consul à Genève à Pichón, 7.8, et 14 et 16.9.1909.
  • 84 Ibid., Ribot a Pichón, 14.1.1910 ; NS Égypte 23, Ribot à Pichón, 2.2.1910.

80En 1908, le Comité permanent de la jeunesse égyptienne d’Europe est fondé à Genève. Son président, Muhammad Fahmī, est professeur à l’Université de Genève. Du 13 au 16 septembre 1909, le Comité tient dans cette ville un congrès auquel participent des membres du Parlement anglais et des socialistes français83. Il est suivi d’un autre au Caire en janvier 191084.

  • 85 AE, NS Égypte 4, Ribot à Pichón, 1.8.1910.

81La décision ayant été prise de réunir un congrès à Paris du 22 au 24 septembre 1910, les autorités françaises interviennent. « La discussion publique en France de la question égyptienne peut présenter des inconvénients sérieux, surtout si des hommes politiques et publicistes français devaient y prendre part »85. Citant l’amitié avec l’Angleterre et le retentissement des idées panislamiques au Maghreb, le ministre en appelle à son collègue.

  • 86 Ibid., Pichón à Aristide Briand, président du Conseil et ministre de l’Intérieur, 30.8 et 9.9.1910

« La garantie des droits et des intérêts des étrangers en Égypte consiste principalement dans le maintien et l’amélioration des institutions internationales ; elle n’est nullement liée au développement de l’autonomie égyptienne... Les mots d’indépendance et d’évacuation sont, à mon avis, dans l’état actuel des choses, synonymes de désordre et même d’anarchie »86.

82Interdit à Paris, le congrès se transporte à Bruxelles.

III. CRISE ÉCONOMIQUE, CRISE DE RÉGIME (1907-1914)

83Le 27 janvier 1906, Palmer décède. À plus d’un titre, le gouverneur de la National Bank personnifie l’ère économique qui s’ouvre avec la cession des terres de la Dā’ira en 1898 et à laquelle met fin le krach de 1907. Sa carrière reflète une phase d’élargissement du champ d’intérêt des milieux financiers au-delà de la dette publique et vers les entreprises. Sorti de la pépinière de fonctionnaires coloniaux qu’est le gouvernement de l’Inde, il est conseiller financier en 1889, avant de présider la National en 1898. Palmer fait la transition de l’État à l’entreprise privée, du fonctionnaire à l’homme d’affaires, en quelque sorte de Cromer à Cassel. Le départ de Palmer ne constitue pas une rupture. Au lendemain du succès remporté dans le litige de la Caisse, Cromer souhaite attirer vers l’Égypte des capitaux britanniques. Il le regrettera lorsque les nouveaux venus porteront la main sur les biens de l’État.

  • 87 AE, NS Égypte 80, Cogordan à Delcassé, 10.2.1899.
  • 88 Énumération in la Bourse égyptienne, 26.1.1906.
  • 89 AE, NS Égypte 74, de Valdrôme à Bourgeois, 17.9.1906.

84Loin de pantoufler à la National, Palmer joue un rôle de premier plan sur la place. Il est considéré comme « l’âme de la plupart des combinaisons financières en formation »87. Promoteur d’entreprises, il en préside plusieurs et cumule les sièges aux conseils d’autant d’autres88. La participation à diverses sociétés du dirigeant d’un Institut d’émission – n’eût-il pas la plénitude des pouvoirs – dérange. « Elles lui avaient permis d’édifier une fortune personnelle qui n’était pas à l’abri des critiques »89. Palmer est

  • 90 AE, NS Égypte 73, de la Boulinière à Rouvier, 1.2.1906.

« de ces financiers dont l’impulsion avait donné aux affaires une extension extraordinaire et provoqué dans ce pays encore neuf un énorme apport de capitaux qui avait puissamment aidé au début des entreprises de toutes sortes »90.

  • 91 AE, NS Égypte 77, Chargé de l’agence à Delcassé, 16.8.1898. Les parts se négocient 20 à 25 fois le (...)

85Dès 1898 se mettent en place les méthodes qui se généraliseront jusqu’en 1907 : l’émission des obligations Dā’ira donne lieu à une spéculation fébrile à la Bourse d’Alexandrie, entretenue, entre autres, par la distribution de parts de fondateurs91.

86Deux ans plus tard se déclare sur le marché égyptien une crise qui préfigure celle de 1907. C’est le symptôme frappant

  • 92 AE, NS Égypte 80, Cogordan à Delcassé, 4.7.1900.

« des profondes modifications qui se sont produites dans les mœurs économiques de ce pays, depuis qu’en y favorisant d’une façon inconsidérée la création d’entreprises financières trop souvent peu sérieuses, on y a développé à outrance le goût de la spéculation »92.

87Tandis que les facilités de paiement qu’accordent les courtiers favorisent les variations brusques sur le coton, les avances sur titres faites par les banques stimulent les créations d’entreprises.

  • 93 Id.. Note confidentielle du CL à Cogordan, 26.6.1900 in AE, AP Le Caire 228.

88Les émissions se multiplient, apportant primes et commissions aux, syndicats. La moitié des souscriptions serait le fait de résidents étrangers en Égypte, les banques leur fournissant les disponibilités. Ces dernières, la National notamment, participent aux syndicats. Elles contribuent à l’écoulement des titres en prêtant à la clientèle à des taux alléchants. Arrive une baisse sur le coton et les banques se défendent en élevant les marges de garantie sur les crédits consentis, en imposant de nouvelles conditions ou en refusant toute avance sur titres, y compris ceux qu’elles avaient émis. La dépréciation des portefeuilles accentue le marasme et conduit à la débâcle93.

  • 94 AE, NS Égypte 80 bis, de Reffye à Pichon, 27.4.1907.

89Cette crise surmontée, le rythme de lancement de sociétés va crescendo. L’argent est abondant et bon marché en Europe depuis la fin de la guerre du Transvaal. Les banques ont des motifs convaincants de le rendre disponible à l’Égypte : alors que l’intérêt à Paris est de 4 à 6 %, il atteint 8 à 15 % en Égypte, tandis que les reports varient entre 20 et 40 % l’an94. L’élan imprimé aux affaires par la National peut se poursuivre. Dans l’euphorie éclosent les sociétés anonymes.

  • 95 AE, NS Égypte 80 bis, de Valdrôme à Pichon, 19.2.1907.

90Aux entreprises authentiques se mêlent des raisons sociales factices, simples en-têtes justifiant l’émission de titres. Promoteurs ou acheteurs, les spéculateurs font leur métier. Le papier déversé sur le marché, les premiers empochent la prime, les commissions, les courtages et les parts de fondateurs représentant des apports évalués à des montants fantaisistes. Les seconds ne chicanent pas : le versement initial est insignifiant – ce qui multiplie le nombre de souscripteurs et fait monter les cours – et ils auront réalisé avec majoration avant la première échéance des titres qui, quoi qu’il arrive, ne seront jamais libérés. « On voit à l’heure actuelle se créer quantité de sociétés qui trouvent comme par enchantement des souscripteurs »95.

  • 96 R. Bourgeois, La Crise égyptienne, thèse, Paris, A. Rousseau, Paris, 1913, p. 42 ; E. Théry. L’Égy (...)

Tableau 208
Nouvelles sociétés par actions96

Tableau 208Nouvelles sociétés par actions96

91Ceux qui conservent ont de quoi nantir une avance de fonds aux guichets d’une banque. Il est d’ailleurs probable que ce soit avec de l’argent emprunté à ces mêmes guichets sur d’autres « valeurs » que les titres ont été acquis. La banque ne peut que s’en féliciter : le marché haussier justifie les intérêts élevés. Entre-temps la cotation en Bourse permet aux tiers de s’impliquer au moyen des transactions à terme : de liquidation en liquidation, ils se font reporter avec le soutien d’une banque. Nombre d’agents de change spéculent pour leur propre compte avec des crédits bancaires ; ils engagent remisiers et courtiers pour rabattre la clientèle. L’agiotage s’exerce sur tout effet transmissible. Les règlements étant ajournés pour les uns et les autres, un inextricable écheveau de créances pèse sur la place.

92Le marché doit se convaincre qu’au-delà des transactions entre spéculateurs, le papier surévalué trouvera au bout du compte un établissement de crédit qui acceptera de faire des reports ou de le prendre comme gage pour une avance. Quant à la banque, elle doit s’estimer suffisamment couverte pour se permettre une telle opération. D’où l’importance de l’état des marchés financiers européens, source de l’approvisionnement des banques d’Égypte. Bien plus que des ressources locales, ces dernières dépendent de leurs sièges sociaux ou de leurs correspondants en Europe pour les tirages, nantis ou à découvert, l’ouverture de comptes courants et le réescompte des effets de commerce. L’offre d’argent soutient le jeu de la spéculation.

  • 97 Le Répertoire financier, 1.7.1907.

93De tous les secteurs, l’immobilier est le plus actif. En 1905-1906, des sociétés au capital de 162 000 000 F voient le jour ; les affaires immobilières absorbent 114 000 000 F97. Elles fonctionnent selon le même mode. En principe fondées pour acheter des terrains urbains ou ruraux en vue de les exploiter, les améliorer, les lotir et les revendre, elles ne sont en réalité que des officines éphémères ou s’effectuent des jeux d’écritures.

  • 98 AE, NS Égypte 74, de Valdrôme à Bourgeois, 18.10.1,906.

« Tout le mécanisme repose sur l’achat de terrains avec de très longs délais de paiement et leur revente dans des conditions analogues avant la première échéance. Les agents de spéculation qui sont pour la plupart des sociétés constituées à cet effet préfèrent surpayer plutôt que de sortir plus du quart du prix total dans la première année. Les terrains passent ainsi de main en main, le prix augmentant à chaque mutation, ce qui s’explique facilement puisque la valeur indiquée est purement conventionnelle et n’est jamais payée. Mais c’est sur cette valeur nominale que se font les prêts hypothécaires »98.

94Les acomptes pour les terrains sont minimes, 10 % parfois et les termes pour les versements suivants échelonnés à des dates éloignées. Certaines sociétés immobilières aguichent le public par l’annonce dans leur prospectus qu’il n’y aura jamais de deuxième appel, l’affaire devant être dénouée avant cette échéance.

  • 99 Cité dans R. Ilbert, « Spéculation et développement : Égypte (1900-1914) », L’Information historiq (...)
  • 100 G. Foucart, « Le Caire et la spéculation », La Nouvelle Revue, nouvelle série, XLVII, 15.8.1907, p (...)
  • 101 L. Loewenbach, Promenade autour de l’Afrique, Flammarion, Paris, 1908, p. 114.
  • 102 PP (1907) C.
  • 103 F. Neuray, Quinze jours en Égypte, Vromant, Bruxelles, 1908, p. 23.
  • 104 Ilbert, art, cité, p. 184.

95Il faut surtout éviter de construire des maisons de rapport, car, ainsi que le note le consulat de Belgique, l’augmentation du stock de logements ferait baisser les loyers et amènerait une dépréciation des terrains99. Ironiquement, la pénurie d’habitations à laquelle la spéculation est supposée répondre en stimulant la construction se voit, au contraire, aggravée par la nécessité de ne pas entraver les opérations spéculatives. Les prix atteignent des sommets vertigineux : au Caire, le m2 se paie de 1 046 F vers al-Azbakiyya, 3 370 F près de la place ‘Ataba’l-khaḍra100. La maison dans laquelle se trouve le CL est payée 388 800 F, terrain compris, en 1897. Dix ans plus tard, elle est revendue à 2 332 800 F101. Le terrain sur lequel se situe l’agence britannique est acquis à 5 F le m2 en 1890. On vend un lot voisin à 518 F le m2 en 1907102. Achetables à 15 F le m2 en 1901, certains terrains ne le sont plus qu’à 1 500 F en 1906103. On négocie un lot de 7 000 m2 au centre du Caire à 362 880 F en 1899, à 1 088 640 F en 1905 et à 2 669 760 F en 1906104.

96Cromer, de crainte de voir sa gestion déconsidérée, répète les mises en garde contre l’abus du crédit, l’engouement pour le jeu et la soif du gain rapide. Aiguillonné par la presse arabe, il cherche dès 1899 à dégager la responsabilité du gouvernement et des fonctionnaires anglais. Montrant ses réserves à l’égard de Palmer et, de Cassel, Cromer s’aperçoit que les nouveaux capitaux qui déferlent sur l’Égypte s’insèrent malaisément dans une structure socio-économique érigée pour faire valoir les anciens, à savoir les fonds placés dans la dette publique. Il prend ses distances vis-à-vis de ceux qu’il avait encouragés et qui désormais lui échappent.

  • 105 AE, NS Égypte 9, de la Boulinière à Rouvier, 28.6.1905. Analyse du rapport annuel par Bonin.

« Le chapitre de moralisation que lord Cromer aime à donner comme intermède dans chacun de ses rapports est consacré cette année à la spéculation ; il offre un certain piquant sous la plume de l’homme d’État anglais dont les compatriotes ont traité l’Égypte avant tout comme une affaire et qui a couvert de son silence ou de son approbation des spéculations comme la vente des terrains de la Dā’ira Sanieh. Aussi le rapport prudemment ne s’adresse-t-il qu’aux spéculateurs indigènes, petits remisiers de la Bourse d’Alexandrie et fellahs producteurs de coton »105.

  • 106 PP (1907) C.

97Le rapport pour 1906 invite les fonctionnaires anglais à résister aux tentations de la spéculation106.

  • 107 AE, NS Égypte 73, de la Boulinière à Rouvier. 1.2.1906.

98À l’occasion de la succession de Palmer, Cromer souhaite fane de la National une banque d’État, « alors que le groupe des financiers et capitalistes cosmopolites qui obéit à l’inspiration de Londres désirerait voir à la tête de la Banque nationale d’Égypte un homme d’affaires que n’effraieraient pas les fructueuses opérations actuellement en cours »107. En 1898, l’opposition à la création d’une banque d’État venait des autres établissements, anxieux de garder pour leurs correspondants et sièges sociaux l’exclusivité du réescompte et des opérations sur le change. Depuis 1898, les dirigeants de la National ne s’en plaignent pas : ils prennent goût au rôle de banquiers d’affaires.

  • 108 Ibid., 20.6.1906 ; NS Égypte 74 et 80, de Valdrôme à Bourgeois, 17.9.1906.

99Un plan de transformation est arrêté en 1906108. Son exécution avorte car, en 1907, l’Égypte est plongée dans la crise. La débâcle des chemins de fer aux États-Unis se répercute sur les places de Londres et de Paris. La rareté de 1,’argent, consécutive à la hausse du taux d’escompte, inquiète les banques en Égypte. S’Alimentant difficilement en Europe, elles limitent : les crédits et contraignent les spéculateurs qu’elles (re)portaient à liquider leurs positions. Surchargées de titres, n’ayant pour tout actif que les engagements d’autres collectionneurs de papier, ceux-ci jettent leurs paquets d’actions sur le marché dans l’espoir de se procurer des disponibilités. Tout le monde étant vendeur, rien n’est vendable et les cours s’affaissent. Les banques assistent à la dépréciation subite du gage déposé chez elles et qu’elles évaluaient au prix du jour lorsqu’elles faisaient des avances. Dès lors elles sont à découvert. Réclament-elles de nouvelles marges de garantie ou le remboursement à leurs débiteurs ? Les cours dévalent à un rythme accéléré et leur portefeuille se transforme en peau de chagrin.

  • 109 Le Journal des débats, 17.6.1907 et l’Information, 11.6.1907.

100Vingt des principales banques locales tentent de constituer un consortium en vue d’enrayer la baisse des titres109. Le syndicat soutiendrait la place en achetant au comptant aux cours fixés par lui les titres les plus sérieux. Afin de le doter d’un fonds de garantie de 600 000 Lég (15 552 000 F), le concours de toutes les banques est sollicité. Leurs avances se feraient contre nantissement des meilleurs valeurs locales avec maintien d’une marge de 30 %.

101L’agence d’Alexandrie du CL croit bon d’entrer dans la combinaison : l’avance de 50 000 Lég demandée au Lyonnais par les premières maisons du pays réunies en un syndicat qui serait solidairement responsable paraît sans danger ; une abstention produisant un effet regrettable, le CL s’attirerait le reproche de se désintéresser du sort du marché. Au siège, on perçoit les intérêts du syndicat comme contraires à ceux du CL. L’opération n’aura pas effet : le fonds est insuffisant et le maintien des cours ne pourra être durable. Elle représente le début d’un engrenage : après les valeurs mobilières, le sauvetage devra s’étendre aux engagements immobiliers et aux effets de commerce. Elle est enfin malsaine car elle consiste à aider les membres du syndicat à alléger leurs portefeuilles à des prix maintenus artificiellement au moyen de ressources empruntées.

  • 110 CL, DAE 4287/1, Dépêches entre la DAE et Escoffier, 23 au 31.5.1907 ; AE, NS Égypte 74, de Valdrôm (...)

102L’intérêt du CL est tout autre : son souci est de régulariser ses comptes débiteurs en réduisant les débits, en faisant rentrer les crédits et en renforçant les nantissements. Il a consenti des avances sur des titres désormais dépréciés, voire invendables et comptabilisés pour mémoire, et le siège demande que les clients affectent de nouveaux gages pour améliorer les marges (« arrosages »). Cette politique est inconciliable avec la participation au syndicat : la banque ne peut obliger un client à rembourser une avance par la vente de titres lorsque l’objectif du syndicat est d’empêcher les ventes ; elle ne peut rétablir ses marges si le client lui remet comme supplément de garantie des titres surévalués grâce à l’action du syndicat110.

  • 111 Le Journal du Caire, 4.6.1907.
  • 112 Cf. l’Égypte, 27, 28 et 29.6.1907.
  • 113 CL, DAE, 4287/1, Note, 21.6.1907
  • 114 AE, NS Égypte 80 bis, Girard à Pichón, 10.7.1907.

103L’abstention du CL, suivie de celle du CNEP, du Crédit franco-égyptien, de l’Ottomane et de l’Anglo, entraîne la dissolution du syndicat. Le CL et sa « désertion sur le champ de bataille »111 sont l’objet de virulentes dénonciations, surtout dans la presse de langue française112. Allusion est faite à des retraits de dépôts, voire à l’organisation de manifestations violentes contre l’agence113. Isolé, Escoffier applique avec « une scrupuleuse intransigeance »114 les ordres du siège de refuser des avances, de mettre en demeure des clients de se couvrir par la vente de leurs titres et de les exécuter au besoin.

  • 115 Le Journal des débats, 17.6.1907.
  • 116 AE, NS Égypte 80 bis, Roux à Pichón, 20.6.1907.

104Lorsque les courtiers demandent à Gorst de mettre, par l’intermédiaire de la National, un million de Lég (25 920 000 F) à la disposition du marché contre nantissement de titres avec une marge de 20 %, ils essuient un refus115. La presse financière proclame la nécessité de transformer la National en banque d’État, d’étendre son privilège d’émission et de lui accorder le droit de frapper une monnaie d’or nationale116. Face à l’adversité des temps, boursiers et boursicoteurs font chorus avec Cromer, voire avec les nationalistes

  • 117 CL, DAE 7041/2, Dossiers sur la Cassa, 1906-1909 ; the Economist, 16.7.1907.
  • 118 CL, DAE 4287/2, Agence d’Alexandrie au siège, 17.7.1907.

105Quant à l’état du marché, il ne cesse d’empirer. La Cassa di sconto e di risparmio, l’une des rares banques de dépôts, subit un run de sa clientèle. Sa correspondante, l’Union Bank de Vienne, renonce à lui porter secours. Le bilan que dépose la Cassa révèle la médiocrité de ses réserves, les crédits en blanc et le caractère non négociable de son portefeuille d’effets et de titres117. Elle venait de distribuer un dividende. Sa faillite le 21 juin est suivie de celles de la Bourse and Banking Co. et de la banque Khalifa Naggar, cette dernière étant fortement engagée dans les reports de titres118. Comme les agents sur le marché sont rattachés les uns aux autres par un réseau dense et embrouillé de liens d’endettement, la suppression des crédits par l’Europe se répercute à l’ensemble de l’économie.

  • 119 État du commerce in AN, F12 7283, de Reffye à Pichón, 24.7 et 30.9.1907 ; AE. NS Égypte 103, de Va (...)

106La crise se diffuse comme une onde du secteur financier à l’immobilier, au commerce119et enfin au domaine hypothécaire. A chaque échéance sonne l’heure des comptes : versement sur des terrains ou des actions achetés à terme, libération de la partie non versée des actions, règlement des contrats sur le coton, ou des traites et créances à solder. Du fait de la rareté des disponibilités, les engagements restent en souffrance ou se dénouent par la résiliation. Irréalisables, les terrains sont rendus aux vendeurs, avec perte de l’acompte. Arrive le cortège des cessations de paiements, demandes de concordats et déconfitures.

  • 120 AE, NS Égypte 75, de Valdrôme à Pichón, 27.2.1908. Cf. AN, F12 7283, de Valdrôme à Pichón, 31.10.1 (...)

107Tous les espoirs sont placés dans la récolte du coton. Les rentrées sur les expéditions permettraient de déblayer le marché du papier qui l’encombre. « C’est sur le coton que l’on comptait pour ramener du numéraire en Égypte, relever le marché et faciliter la liquidation des situations compromises »120.

108Toutefois la stagnation des affaires conduit les filateurs européens à réduire leurs achats et les cours fléchissent.

  • 121 The Economist, 28.9.1907 ; AE, NS Égypte 74, de Valdrôme à Pichón, 27.8.1907.

109Le baisse du coton ne peut que se répercuter sur les impôts au moment où le gouvernement se débat dans ses propres difficultés. Le contenu de ses caisses a fondu. La politique du conseiller financier est de placer les liquidités du fonds de réserve dans des achats de titres. Les mêmes principes guident l’État et les institutions financières : maigres réserves, goût pour les valeurs mobilières. Le gouvernement est accusé d’avoir gaspillé, sous la mauvaise influence et l’affairisme de l’ancien conseiller Palmer, les réserves accumulées avec tant de peine depuis la fin du siècle. Durant la crise, Corbett doit réaliser des Consolidés à Londres – seuls titres immédiatement négociables – pour un million de livres à 10 points en deçà du prix d’achat ; la perte est de 1 814 400 F121. Sa gestion critiquée, il démissionne en pleine crise en août.

  • 122 PP (1910) CXII ; the Economist, 7.9.1907.
  • 123 PRO, FO 800/48, Grey Papers, Grey à Kitchener, 9.5.1912 ; PRO, FO 407/178, Confidential Print 1011 (...)
  • 124 AE, NS Égypte 75, de Valdrôme à Pichón, 18.2.1908.

110Des sommes indéterminées ont été engagées précipitamment en travaux, constructions et dépenses au Soudan122. L’industrie textile du Lancashire pousse les autorités à y développer la culture du coton123, tandis que les nationalistes font grief à l’Angleterre de détourner les ressources de l’Égypte à son profit. Le commissaire français à la Caisse estime que le fonds de réserve, créditeur de 230 698 833 F, ne laisse disponibles que 77 267 520 F, car il faut déduire 10 368 000 F pour la dépréciation des titres détenus et 143 152 480 F représentant les crédits ouverts pour 1907 et 1908124.

111Faute de moyens, le CFE ne prête plus ; le monde rural s’en ressent. En janvier 1908, le gouvernement est prié de lui faire une avance de 2 000 000 Lég (51 840 000 F). L’opération aurait vidé le fonds de réserve de ses dernières ressources. Le refus du gouvernement porte à son comble l’exaspération des milieux d’affaires et des notables ruraux, lesquels tournent leur regard vers la France. En mai-juin 1908, l’emprunt du CFE comble leurs vœux. C’est aussi l’occasion pour le CL de renouer avec la banque hypothécaire et de s’attirer des louanges, après la réprobation encourue en 1907.

  • 125 AE, NS Égypte 74, de Valdrôme à Pichón, 9.10.1907 ; ibid., P. Cambon à Pichón, 8.11.1907 ; NS Égyp (...)
  • 126 BPPB, Dossier 173/10, Étude de Robert Byse, décembre 1908.
  • 127 AE, NS Égypte 75, Ribot à Pichon, 18.11 et 7.12.1909, et 9 et 14.4, 29.5 et 21.6.1910.

112Les équilibres financiers ne sont pas pour autant rétablis. On évoque un emprunt, mais le marché de Londres est trop éprouvé par la crise des États-Unis et les Rothschild se dérobent125. Vient ensuite la recherche d’un versement de la Compagnie de Suez contre la prolongation de sa concession. A Paris, on épluche les comptes de l’Égypte. Son programme de dépenses laisse croire qu’elle devra procéder à la conversion des Dettes unifiée et privilégiée en 1910 et 1912126. À côté du projet de prolongation Suez, des négociations se poursuivent avec Cassel, Rothschild et les banques françaises en vue d’un emprunt de 250 à 500 millions de F gagé sur les Domaines127.

  • 128 CNEP, Dossier 329/699, Notes sur la réunion. CL, DAF 110/1, Projet de protocole, 21.12.1910.
  • 129 AE, NS Égypte 76, F. Charles-Roux à Pichon, 11.10 et 7.11.1910.
  • 130 Ibid., Pichon à Georges Cochery, ministre des Finances, 18.7.1910.

113Fin 1910, un emprunt ou la conversion des dettes égyptiennes est d’actualité. Réunis rue d’Antin le 22 décembre, les dirigeants de Paribas, de la SG, du CL et du CNEP s’y préparent en formant une entente qui « peut servir de base à un arrangement international » pour éviter la concurrence128. Miriel est mandaté pour représenter le consortium en Égypte129. Les pourparlers continuent jusqu’en 1911130, même si le gouvernement du Caire a déjà ajourné

  • 131 Ibid., F. Charles-Roux à Pichon, 7.11.1910.

« toute combinaison financière de grande envergure à un moment où les circonstances politiques seront plus favorables et où le nationalisme ne lui fera pas craindre une pression de l’opinion publique pour obtenu le contrôle financier de corps élus »131.

  • 132 Sur la crise de 1911 : Bulletin de l’Union syndicale des agriculteurs d’Égypte, 80, novembre 1911, (...)

114La rechute de l’Égypte dans la dépression écarte tous les projets. En 1911 renaît le cauchemar de 1907. La crise marocaine provoque le resserrement du crédit en Europe, lequel se répercute à l’Égypte sous forme de cessations de paiements132. S’écroule en septembre 1911 la Bank of Égypte, suivie en novembre de Zervudachi. En mai 1912, la banque Tilche s’inscrit au rôle des faillites.

  • 133 Annuaire statistique, 1914, op. cit., p. 149.

115L’autopsie de ces entreprises révèle au grand jour ce que les observateurs avisés savaient : les commerces et l’économie égyptienne ne s’étaient pas relevés depuis 1907. Entamées, les sociétés ne prolongent leur existence qu’en recourant aux expédients. Le nombre de faillites déclarées ne diminue pas après 1907133 :

1161906-1907 ..................................... 318

1171907-1908 ..................................... 520

1181908-1909 ..................................... 525

1191909-1910 ..................................... 546

1201910-1911 ..................................... 440

1211911-1912 ..................................... 573

1221912-1913 ..................................... 380

  • 134 La Bourse égyptienne, 4.1.1912.

123La crise de 1911 étant la continuation de celle de 1907, les mêmes propos reviennent : la National Bank doit devenir le régulateur du crédit commercial. Dépositaire des fonds du gouvernement, détentrice du privilège de l’émission des billets de banque, il lui incombe de créer localement le crédit quand le besoin se fait sentir134. L’Égypte n’est jamais à l’abri d’un renchérissement de l’argent en Europe ou d’un retrait brusque de crédit. La précarité de sa situation tient à la difficulté du réescompte. Les effets de commerce entrés dans les portefeuilles des banques demeurent immobilisés, non bancables ; c’est en Europe qu’il faut chercher les disponibilités par des tirages à trois mois.

  • 135 L’Information, 8.2.1912.

124Si les renouvellements habituels des effets exigibles coïncident avec des demandes de remboursement par l’Europe, il y a un déséquilibre qui, peut faire redouter l’arrêt des crédits. Telle est l’organisation financière de l’Égypte. Or le réescompte demeure moins rémunérateur que les emplois rendus possibles par les tirages sur l’Europe. La banque qui s’en occuperait, aurait droit à des privilèges compensatoires et serait, de ce fait, une banque d’État135. L’émission de billets ayant force libératoire ne pourrait lui être refusée. On revient à l’affrontement avec les banques commerciales auxquelles seraient retirées les fructueuses opérations sur le change et les transferts d’espèces monnayées.

  • 136 E. Sainte-Claire Deville, Étude sur les placements hypothécaires en Égypte, Le Caire, 1906 ; Cress (...)

125Comme en 1907, il n’est de salut que dans le coton. Son prix atteint des sommets pour les récoltes de 1909, 1910 et 1911, et les terrains ruraux ne perdent pas leur valeur. La bonne tenue explique que durant cette période de morosité, les banques hypothécaires continuent à prospérer136. En réalité, le coton est menacé : la récolte n’augmente pas autant que la superficie qui lui est consacrée, tandis que le rendement au faddān ne fait que décroître depuis 1895.

  • 137 Ministère de l’Intérieur, Rapport général de la commission du coton, Imprimerie nationale, Le Cair (...)

126La commission nommée pour étudier la dégénérescence de la plante en attribue la cause principale à l’appauvrissement du sol due à l’élévation de la nappe d’eau souterraine137. L’excès d’humidité est néfaste à la racine du cotonnier et elle favorise le ver de coton, véritable fléau. Le passage de l’irrigation par bassins (inondations saisonnières) à l’irrigation pérenne (grâce aux barrages) permet l’arrosage toute l’année. Toutefois, contrairement aux barrages, le système de drainage n’est pas développé, de sorte que la saturation de la terre lui fait perdre sa fertilité.

  • 138 La Vie financière, 20.1.1912 et 12.9.1913 ; S. I. ‘Alī, Al-Mujtama’… (La Société égyptienne à l’ép (...)

127Commençant en 1908, le ver fait des ravages à chaque récolte. L’Égypte n’échappe au désastre que parce que les déficits aux États-Unis et la demande mondiale ont fait doubler les cours en 15 ans. On critique l’administration anglaise : elle a négligé le drainage et mis l’accent sur l’extension de la surface plantée138. Le régime des irrigations qu’elle considère son œuvre maîtresse n’aurait été conçu que pour augmenter rapidement les recettes du gouvernement, au mépris des intérêts supérieurs du pays. En attendant, son dernier atout ne semble pas suffisant pour tirer l’Égypte du marasme.

128La signification de la crise de 1907 ne se dégage que si elle est rattaché au contexte global de l’économie égyptienne. Au-delà des évidences sur l’abus de crédit, il faut entendre la crise comme le couronnement du type de développement que connaît l’Égypte depuis le début de l’occupation. Mise au service de sa dette, elle est gouvernée en fonction de l’objectif prioritaire : produire des revenus pour honorer les coupons. Impôt foncier et droits des douanes sont les deux postes principaux des recettes de l’État. C’est à leur accroissement que vont ses efforts les plus soutenus. Explicable sollicitude, elle lui permet d’obtenir des résultats immédiats. Les dépenses improductives de revenus à brève échéance sont réduites ou supprimées.

129Une politique du court terme n’est pas sans conséquence à long terme. Il est sensé de favoriser la culture du coton ; mais tout lui sacrifier met en place une structure sur spécialisée. L’étroitesse de la base de l’économie égyptienne oriente l’entreprise vers un nombre restreint de domaines. Devenus disponibles à la fois en raison de l’abondance en Europe et de l’instauration de l’équilibre budgétaire en Égypte, les capitaux étrangers s’engouffrent dans les mêmes secteurs : crédit hypothécaire, crédit commercial – en particulier pour lubrifier le mouvement du coton – et immobilier. Sortir de ce triangle, c’est s’exposer à l’échec. Outre les services publics et Suez – pratiquement externe à l’économie égyptienne – les sociétés étrangères à la trinité demeurent modestes, souvent éphémères. La spéculation et les pratiques commerciales aventureuses sont entretenues par la discordance entre l’exiguïté relative du champ d’opérations et l’importance des disponibilités.

130La spéculation qui aboutit à la crise de 1907 est à l’œuvre dès que commence l’afflux des capitaux européens en 1898, et elle a parmi ses praticiens de premier plan Palmer, sorti du sérail de Cromer. Malgré la contradiction entre la gestion patrimoniale de Cromer et l’affairisme, les deux rie sont pas sans liens car les capitaux européens ne prennent le chemin de l’Égypte qu’après le rétablissement de l’équilibre dans les finances. Il ne faut pas attendre longtemps pour que se déclare en 1900 une crise annonciatrice de celle de 1907.

131Pouvait-il en être autrement ? L’articulation est malaisée entre une structure axée sur le service des placements dans la dette publique et des capitaux nouveaux obéissant aux seuls impératifs de la rentabilité. Se mouvant dans un cadre étriqué, le seul que leur laisse une économie dominante, ils versent dans la surenchère cotonnière, boursière ou immobilière. La congestion dans l’économie réelle refoule les acteurs dans le monde des signes. La prééminence du pôle du coton et des activités connexes n’encourage guère à se hasarder dans d’autres domaines. Les déboires attendent ceux qui, comme la Raffinerie Say, se heurtent à lui. Paradoxalement, les capitaux que l’Angleterre souhaite attirer vers l’Égypte s’agencent difficilement avec la structure édifiée pour les accueillir.

132Les contemporains notent avec justesse que la crise de 1907 se résorbe rapidement dans le monde, mais pas en Égypte. C’est bien reconnaître que la situation en Égypte ne saurait passer pour un reflet exact de l’économie mondiale et que des éléments spécifiques y sont opérants. Prolongée, la crise l’est parce qu’elle représente le difficulté du passage du mode d’intégration de l’Égypte à l’économie européenne par le biais des fonds publics au suivant, basé sur l’invessement. Le krach de 1907 est un moment dans un processus qui débute alors que l’économie issue de l’endettement du pays est à son apogée. Il traduit le dysfonctionnement et le blocage auxquels il conduit. Miroir grossissant, il révèle les lacunes dans l’organisation mise en place depuis les années 1870.

133Sur le plan économique, la crise n’apporte pas de changements immédiats. D’une part, la saignée est pratiquée sur des actifs partiellement ou entièrement fictifs. D’autre part, elle n’empêche pas une certaine croissance de se poursuivre, quoique toujours dans les cadres antérieurs. Les capitaux européens arrivent après 1907, mais se concentrent toujours dans les secteurs traditionnels du crédit foncier et de l’immobilier. En revanche, il apparaît durant la crise que le pari pour la monoculture comporte des périls et que la diversification s’impose. Le mouvement qui conduit à la quête de l’industrialisation est enclenché par la prise de conscience de 1907, même si sa mise en marche ne commence qu’après la Première Guerre mondiale.

134Économique, la crise ne l’est pas exclusivement. Frappant diverses couches sociales, elle fait entrer dans l’opposition des éléments peu impliqués jusque-là : notables ruraux se rendant compte de leur dépendance à l’égard des banques hypothécaires, citadins souffrant de la cherté de la vie, voire certains étrangers mal remis de l’ébranlement. L’impulsion donnée au mouvement constitutionnel et nationaliste remet à l’ordre du jour la question du pouvoir. Le bilan de l’occupation paraît plus maigre qu’auparavant. L’ayant longtemps justifiée comme un bienfait pour l’économie égyptienne, l’Angleterre voit l’argument retourné contre elle : sa présence est désormais prise à partie pour des raisons économiques. Le choc administré par la crise à l’économie de l’endettement atteint son garant, l’Ancien Régime. Même si elles n’émanent pas des mêmes milieux, les critiques de l’ordre économique s’ajoutent aux critiques de l’ordre politique. La crise de 1907 ne clôture pas l’ère ouverte durant les années 1870 ; elle étale au grand jour ses tares et met en doute sa permanence.

135Les liens entre l’Angleterre et la France se resserrent en présence de développements menaçants pour le type de société qu’elles soutiennent. Consciente de l’importance accrue que prennent les capitaux privés par rapport aux fonds d’État, la diplomatie française se préoccupe d’en conserver le contrôle. Il ne s’agit pas d’innover mais de renforcer les pôles déjà existants dans les secteurs traditionnels, notamment le CFE. Evénements aux effets différenciés, la crise de 1907 et ses séquelles jouent le rôle d’accélérateurs pour le capitalisme égyptien, d’avertissement pour les résidents étrangers associés aux capitaux européens et d’appel au conservatisme pour les capitaux européens, rendus plus méfiants que jamais de ce qui n’est pas le coton ou la terre.

Conclusion.

136Lorsqu’elle s’engage en 1904 à ne plus s’opposer à l’occupation de l’Égypte, la France cède en temps opportun certains atouts avant que leur contrôle ne lui échappe. En retour, des occasions de contrôle plus prometteuses lui reviennent au Maroc. Une jouissance tranquille des fruits de la restauration paraît enfin à l’horizon : à la France, le statut de partie prenante à l’économie égyptienne ; à la Grande-Bretagne, le bénéfice de la prépondérance incontestée qu’elle recherche depuis plus de deux décennies. En laissant à l’Angleterre le soin de soutenir l’Ancien Régime en Égypte, la diplomatie française lui apporte des soutiens ponctuels, quoique limités, dans l’affrontement avec le nationalisme.

137L’accord encourage le déplacement vers l’Égypte de capitaux européens qui attendaient que soient rétablies les finances publiques. La clarification de la situation politique lève les dernières hésitations. Ces capitaux s’intègrent difficilement dans une société modelée selon l’impératif du versement des annuités de la dette publique, forme antérieure de l’internationalisation. Les ressources étant disproportionnées par rapport aux occasions d’investir, la spéculation fleurit jusqu’au moment où la crise de 1907 interrompt les crédits, met à nu les vices de structure de l’économie de l’endettement et rend indéchiffrable l’avenir de l’Ancien Régime. La société apte à servir sa dette est si bien installée qu’elle se révèle peu sûre, et certainement limitative, pour l’investissement des capitaux. Apparemment assuré en 1904, l’ordre établi – économique et politique -est aussitôt remis en question, contestation de longue durée cristallisée et amplifiée par la crise de 1907.

Notes

1 EF, B31206, Cambon à Delcassé, 21.5.1901 et 21.3.1902.

2 Ibid., Cambon à Pichon, 27.1.1909.

3 Ibid., Cambon à Delcassé, 11.11.1902 et 11.2.1903.

4 Ibid.. Cambon à Rouvier, 23.2 et 10.5.1906.

5 Ibid., Cambon à Delcassé, 7.5.1904.

6 C. Andrew, Théophile Delcassé and the making of the Entente cordiale, Macmillan, Londres, 1968 ; P. Renouvin, « Finance et politique : à propos de l’Entente cordiale franco-anglaise » in Hommage à Lucien Febvre, A. Colin, Paris, 1953, t. I, pp. 357-363 ; P. Guillen, « Les accords coloniaux franco-anglais de 1904 et la naissance de l’Entente cordiale », Revue d’histoire diplomatique, LXXXII, 1968. pp. 315-357.

7 AE, NS Égypte 70, Cogordan à Delcassé, 18.6.1900.

8 AE, NS Égypte 20, Note du Département, 8.12.1898.

9 AE, NS Égypte 21, Rapport de L. Querry, premier drogman de l’agence, 25.11.1903.

10 Supplément au JO (Égypte), 2.3.1904, Compte général du gouvernement.

11 AE, NS Égypte 71, de la Boulinière à Delcassé, 15.4.1903.

12 Id. ; Ibid., Note, 29.6.1903.

13 AE, NS Égypte 71, de la Boulinière à Delcassé, 15.4.1903 ; AE, PA P. Cambon 11, Note sans date.

14 L’Économiste français, 18.7.1903 ; l’Echo de Paris, 18.1.1904.

15 CL, Dossier 28850, Note sur la Dette unifiée, juin 1903.

16 Le Capitaliste, 21 et 28.1.1904 ; the Economist, 26.12.1903.

17 AE, NS Égypte 70, Lecomte à Delcassé, 6.9.1902. Id. pour toutes les citations dans le paragraphe.

18 W. S. Blunt, My Diaries, Knopf, New York, 1921, II, p. 87.

19 Ibid., p. 87 ; University Library, Durham, Khedive Abbas Hilmi II Papers, File 272, Lettres de Cassel.

20 AE, NS Égypte 70, Lecomte à Delcassé, 6.9.1902.

21 AE, PA P. Cambon 11, de la Boulinière à Cambon, sans date (mars 1904).

22 Id..

23 NS Égypte 71, Delcassé à de la Boulinière, 12.2.1903.

24 Ibid., de la Boulinière à Delcassé, 15.4.1903.

25 AE, PA P. Cambon 11, de la Boulinière à Cambon, sans date (mars 1904).

26 Ibid., Cogordan à Delcassé, 12.12.1900. Annotation de Delcassé : « Ce n’est pas douteux ».

27 AE, NS Égypte 71, de la Boulinière à Delcassé, 15.4.1903.

28 Id.

29 PRO, FO 800/124, Lansdowne Papers, Cromer à Lansdowne, 29.5.1903.

30 British Documents on the origins of the war, 1898-1914, (BD) 2, no. 365, Cromer à Lansdowne.

31 AE, NS Grande-Bretagne 14, Delcassé à Cambon, 24.10.1903.

32 Ibid., Cambon à Delcassé, 11.10.1903.

33 Ibid., 22.10.1903.

34 Id.

35 BD, 2, no. 373, Cambon à Lansdowne, 26.10.1903 ; PRO, CAB 37/67/71, Lansdowne à Cromer, 28.10.1903.

36 PRO, CAB 37/67/71, Cromer à Lansdowne, 30.10.1903. Les négociations pour faire accepter l’entente anglo-française par l’Allemagne seront ardues. PRO, CAB 37/70/68, 69, 76 et 78.

37 DDF, II/4, Cambon à Delcassé, 18.11.1903. Souligné par Cambon qui ajoute : « Sachez qu’au Foreign Office les affaires se débattent comme dans un comptoir de la Cité ».

38 PRO, FO 800/124, Lansdowne Papers, Cromer à Lansdowne, 1.11.1903.

39 BD, 2, Lansdowne à Cambon, 19.11.1903. Contre-proposition.

40 AE, NS Grande-Bretagne 14, Delcassé à Cambon, 6.12.1903. Projet d’arrangement général.

41 BD, 2, Lansdowne à Monson, 11.12.1903 ; Lansdowne à Cambon, 24.12.1903 ; AE, MS Grande-Bretagne 16, Circulaire de Delcassé, 12.4.1904.

42 En vertu de la Loi organique de 1883, les traités internationaux ne sont pas du ressort du Conseil législatif. Il n’a pas à se prononcer.

43 AE, NS Grande-Bretagne 15, Cogordan à de la Boulinière, 19.1.1904 ; ibid., de la Boulinière à Delcassé, 20.1.1904 ; BD, 2, Cromer à Lansdowne, 21.1.1904.

44 Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1904, pp. 66-67 ; CL, Dossier 28850.

45 AE, NS Grande-Bretagne 16, Circulaire de Delcassé, 12.4.1904.

46 Le Rentier, 17.4.1904.

47 FO, Confidential Print 8616, Notes, 14.3.1905 in British Documents on foreign affairs, op. cit., pp. 376-393.

48 D’après le recensement de 1907. C’est la proportion la plus élevée de 1882 à 1960.

49 PRO, FO 407/169, Confidential Print 8769, Mémorandum de Cromer, 8.9.1906.

50 PP (1907) C, Lettres des 17.12.1906 et 27.1.1907 ; la Réforme, 7.1.1907.

51 PP (1907) C.

52 Cf. section suivante.

53 AE, NS Égypte 10, de Valdrôme à Pichon, 29.4.1907.

54 Traduction commune. « Parti patriote » serait plus exact.

55 AE, NS Égypte 1, Cogordan a Hanotaux, 20.12.1899.

56 AE, NS Égypte 17, Cogordan à Delcassé, 23.1.1900.

57 AE, NS Égypte 2, de la Boulinière à Delcassé, 14.11.1904.

58 PRO, FO 800/46, Grey Papers, Cromer à Grey, 16.5.1906. Affrontement en 1906 entre l’Angleterre et l’Empire ottoman.

59 Ils ne comprennent pas l’arabe.

60 AE, NS Égypte 10, Klobukowski à Pichon, 14.4.1907.

61 HPD, 4e série, colonnes 286-289 et 317, 5.7.1906.

62 AE, NS Égypte 10, de la Boulinière à Bourgeois, 18.6.1906.

63 Ibid., Henri Cambon, au Caire, à Bourgeois, 11.7.1907.

64 Ministère de la Guerre, 7N 1642, Huguet au chef d’état-major, au président de la République et au ministre AE, 8.7.1906.

65 Conseiller financier de 1898 à 1904.

66 AE, NS Égypte 10, de Valdrôme à Pichón, 20.7.1907.

67 Cf. P. Meflini, Sir Eldon Gorst and british imperial policy in Egypt, 1907-1911 thèse, Stanford University, Palo Alto, Californie, 1971 ; M. al-N. Jabr Yūsuf, Siyāsat... (La Politique de l’occupation vis-à-vis du mouvement patriotique, 1906-1914), al-Hay’a al-miṣriyya al-’āmma li’l-kitāb, Le Caire, 1975.

68 AE, NS Égypte 10, de Valdrôme à Pichón, 22.8.1907.

69 AE, NS Égypte 22, Pichón à de Valdrôme, 2.10.1907.

70 Ibid., Projet d’instructions à Geoffray, 10.12.1908.

71 AE, NS Égypte 2, Dejean à Pichón, 6.10.1908.

72 AE, NS Égypte 21, de Valdrôme à Pichón, 11.11.1907 ; NS Égypte 11, de Valdrôme à Pichón, 8.6.1908.

73 Une main au Quai d’Orsay annote : « Oui, mais nous ne penchons pas vers le nationalisme. Il serait plus dangereux en Afrique pour nous que pour les Anglais ». AE, NS Égypte 11, de Valdrôme à Pichón, 8.6.1908.

74 Ibid., Dejean à Pichón, 6.10.1908. Cf. NS Égypte 2, de Valdrôme à Pichón, 9.12.1908.

75 AE, NS Égypte 15, Dejean à Pichón, 29.7 et 12.8.1908.

76 AE, NS Égypte 2, de Valdrôme à Pichón, 4.12.1908. Vœu réitéré en 1909 et 1910.

77 AE, NS Égypte 11, Dejean à Pichón, 27.10.1908 ; de Valdrôme à Pichón, 18.5. : 909.

78 PRO, FO 800/47, Grey Papers, Grey à Gorst, 24.4.1910.

79 AE, NS Égypte 13, Défiance à Poincaré, 4.7.1912.

80 AE, NS Égypte 23, Instructions de Pichon à Defrance, 14.11.1910.

81 AE, NS Égypte 13, Defrance à Poincaré, 17.12.1912.

82 AE, NS Égypte 24, Paul Cambon à Poincaré, 19.1.1913.

83 AE, NS Égypte 3, le consul à Genève à Pichón, 7.8, et 14 et 16.9.1909.

84 Ibid., Ribot a Pichón, 14.1.1910 ; NS Égypte 23, Ribot à Pichón, 2.2.1910.

85 AE, NS Égypte 4, Ribot à Pichón, 1.8.1910.

86 Ibid., Pichón à Aristide Briand, président du Conseil et ministre de l’Intérieur, 30.8 et 9.9.1910.

87 AE, NS Égypte 80, Cogordan à Delcassé, 10.2.1899.

88 Énumération in la Bourse égyptienne, 26.1.1906.

89 AE, NS Égypte 74, de Valdrôme à Bourgeois, 17.9.1906.

90 AE, NS Égypte 73, de la Boulinière à Rouvier, 1.2.1906.

91 AE, NS Égypte 77, Chargé de l’agence à Delcassé, 16.8.1898. Les parts se négocient 20 à 25 fois le prix nominal.

92 AE, NS Égypte 80, Cogordan à Delcassé, 4.7.1900.

93 Id.. Note confidentielle du CL à Cogordan, 26.6.1900 in AE, AP Le Caire 228.

94 AE, NS Égypte 80 bis, de Reffye à Pichon, 27.4.1907.

95 AE, NS Égypte 80 bis, de Valdrôme à Pichon, 19.2.1907.

96 R. Bourgeois, La Crise égyptienne, thèse, Paris, A. Rousseau, Paris, 1913, p. 42 ; E. Théry. L’Égypte nouvelle au point de vue économique et financier, L’Économiste européen, Paris, 1907, p. 163 ; P. de Boissieu, Coup d’œil sur le développement de l’Égypte au cours des dernières années, Bonvalot-Jouve, Paris 1906, pp. 102-110.

97 Le Répertoire financier, 1.7.1907.

98 AE, NS Égypte 74, de Valdrôme à Bourgeois, 18.10.1,906.

99 Cité dans R. Ilbert, « Spéculation et développement : Égypte (1900-1914) », L’Information historique, 49, 5, 1987, p. 184 ; AE, NS Égypte 80, de Valdrôme à Pichon, 20.12.1906.

100 G. Foucart, « Le Caire et la spéculation », La Nouvelle Revue, nouvelle série, XLVII, 15.8.1907, p. 493.

101 L. Loewenbach, Promenade autour de l’Afrique, Flammarion, Paris, 1908, p. 114.

102 PP (1907) C.

103 F. Neuray, Quinze jours en Égypte, Vromant, Bruxelles, 1908, p. 23.

104 Ilbert, art, cité, p. 184.

105 AE, NS Égypte 9, de la Boulinière à Rouvier, 28.6.1905. Analyse du rapport annuel par Bonin.

106 PP (1907) C.

107 AE, NS Égypte 73, de la Boulinière à Rouvier. 1.2.1906.

108 Ibid., 20.6.1906 ; NS Égypte 74 et 80, de Valdrôme à Bourgeois, 17.9.1906.

109 Le Journal des débats, 17.6.1907 et l’Information, 11.6.1907.

110 CL, DAE 4287/1, Dépêches entre la DAE et Escoffier, 23 au 31.5.1907 ; AE, NS Égypte 74, de Valdrôme à Pichon, 31.5.1907.

111 Le Journal du Caire, 4.6.1907.

112 Cf. l’Égypte, 27, 28 et 29.6.1907.

113 CL, DAE, 4287/1, Note, 21.6.1907

114 AE, NS Égypte 80 bis, Girard à Pichón, 10.7.1907.

115 Le Journal des débats, 17.6.1907.

116 AE, NS Égypte 80 bis, Roux à Pichón, 20.6.1907.

117 CL, DAE 7041/2, Dossiers sur la Cassa, 1906-1909 ; the Economist, 16.7.1907.

118 CL, DAE 4287/2, Agence d’Alexandrie au siège, 17.7.1907.

119 État du commerce in AN, F12 7283, de Reffye à Pichón, 24.7 et 30.9.1907 ; AE. NS Égypte 103, de Valdrôme à Pichón, 22.8.1907 ; ibid., de Reffye à Pichón, 22.10.1908.

120 AE, NS Égypte 75, de Valdrôme à Pichón, 27.2.1908. Cf. AN, F12 7283, de Valdrôme à Pichón, 31.10.1907 et 8.1.1908.

121 The Economist, 28.9.1907 ; AE, NS Égypte 74, de Valdrôme à Pichón, 27.8.1907.

122 PP (1910) CXII ; the Economist, 7.9.1907.

123 PRO, FO 800/48, Grey Papers, Grey à Kitchener, 9.5.1912 ; PRO, FO 407/178, Confidential Print 10114, Mémorandum de Grey, 14.5.1912.

124 AE, NS Égypte 75, de Valdrôme à Pichón, 18.2.1908.

125 AE, NS Égypte 74, de Valdrôme à Pichón, 9.10.1907 ; ibid., P. Cambon à Pichón, 8.11.1907 ; NS Égypte 75, de Valdrôme à Pichón, 26.3.1908.

126 BPPB, Dossier 173/10, Étude de Robert Byse, décembre 1908.

127 AE, NS Égypte 75, Ribot à Pichon, 18.11 et 7.12.1909, et 9 et 14.4, 29.5 et 21.6.1910.

128 CNEP, Dossier 329/699, Notes sur la réunion. CL, DAF 110/1, Projet de protocole, 21.12.1910.

129 AE, NS Égypte 76, F. Charles-Roux à Pichon, 11.10 et 7.11.1910.

130 Ibid., Pichon à Georges Cochery, ministre des Finances, 18.7.1910.

131 Ibid., F. Charles-Roux à Pichon, 7.11.1910.

132 Sur la crise de 1911 : Bulletin de l’Union syndicale des agriculteurs d’Égypte, 80, novembre 1911, pp. 267-276.

133 Annuaire statistique, 1914, op. cit., p. 149.

134 La Bourse égyptienne, 4.1.1912.

135 L’Information, 8.2.1912.

136 E. Sainte-Claire Deville, Étude sur les placements hypothécaires en Égypte, Le Caire, 1906 ; Cressaty, Les placements, op. cit., ; AE, NS Égypte 75, de Valdrôme à Pichon, 18.5.1909.

137 Ministère de l’Intérieur, Rapport général de la commission du coton, Imprimerie nationale, Le Caire, 1910. Cf. A. Sékaly, « Le désastre cotonnier de 1909 et ses causes », L’Égypte contemporaine, I, 1910, pp. 226-256 et AE, NS Égypte 58, Ribot à Pichon, 8.12.1909.

138 La Vie financière, 20.1.1912 et 12.9.1913 ; S. I. ‘Alī, Al-Mujtama’… (La Société égyptienne à l’époque de l’occupation britannique, 1882-1923), Maktabat al-anjilū al-miṣriyya, Le Caire, 1972, pp. 186-188.

List of illustrations

Title Tableau 206Dette publique égyptienne au 31 décembre 190310(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/782/img-1.jpg
File image/jpeg, 73k
Title Tableau 207Ressources de la Caisse au 31 décembre 190444(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/782/img-2.jpg
File image/jpeg, 179k
Title Tableau 208Nouvelles sociétés par actions96
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/782/img-3.jpg
File image/jpeg, 142k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Terms of use: http://www.openedition.org/6540