Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Troisième partie. L'État français et la politique de l'internationalisation du capital

Chapitre XII. La restauration de l’Ancien Régime et la rupture des rapports franco-britanniques (1882-1883)

Texte intégral

1L’Angleterre intervient militairement en Égypte en 1882 afin de restaurer le régime khédivial et de mettre le pays sous tutelle britannique. Dans l’esprit des dirigeants de Londres, ce programme n’est pas incompatible avec l’évacuation des troupes anglaises. L’occupation est, en principe, temporaire. Il suffit d’éliminer les séquelles du mouvement national, de rétablir les institutions de l’Ancien Régime – assise politique de la dette publique et de la Loi de liquidation – et d’assurer la prépondérance de l’influence anglaise aux dépens de celle de la France. L’Angleterre ne se propose pas de gouverner l’Égypte, tâche ingrate, mais de faire en sorte que le régime khédivial retrouve ses moyens après la tourmente de 1882 et les emploie au profit des intérêts britanniques. De cet objectif fixe dépend l’éventualité du retrait de l’armée d’occupation. La situation se prête à la confusion : si en Angleterre, on veut croire au retrait, en France on est porté à assimiler l’ajournement de l’évacuation à une volonté arrêtée d’établir un protectorat.

2La France ne se montre pas moins soucieuse que l’Angleterre de restaurer l’Ancien Régime. Le retour à l’absolutisme est fatalement le moyen d’écarter le contrôle du budget de l’État par une Chambre élue et le risque qu’un tel droit poserait à la situation prioritaire du service de la dette. C’est la Loi de liquidation qui doit tenir lieu de constitution de l’Égypte. L’internationalisation du capital placé dans la dette publique commande l’action des deux gouvernements et les unit depuis la création du Contrôle en 1876. Les rivalités que suscitent l’occupation et la restauration de l’Ancien Régime mettent à l’épreuve cette alliance nouée autour de la dette, mais l’Angleterre et la France demeurent dévouées au maintien du pouvoir khédivial.

I. LES FONDS D’ÉTAT ÉGYPTIENS : UN PORTRAIT

3Il n’est pas d’usage de marier un exposé d’intérêts économiques et une étude des stratégies politiques que l’État, plus que tout autre acteur, reconnaît comme son métier sur la scène internationale. L’on pourrait valablement traiter les placements comme une « force profonde » parmi d’autres, à considérer au poids et au volume, sans les associer directement à la politique étrangère. Force est de constater, toutefois, que la dette publique est omniprésente dans les relations entre l’Égypte et l’Europe. C’est le personnage historique principal de la période.

4De la part de la France, les fonds d’État sont l’objet d’un indéfectible appui. Pivot de son influence en Égypte, ils sont entourés d’une attention plus étroite et plus soutenue que n’importe quel atout étranger dans le pays. La dette publique est une question éminemment politique. La défense de la part française, la surveillance des biens donnés en gage, la volonté sourcilleuse de tenir sa place dans les administrations instaurées pour gérer les gages sont le fil conducteur de la politique de l’État français en Égypte.

5Celle-ci n’est pas inexplicable. La dette publique et les institutions qu’elle enfante constituent le levier le plus puissant dont dispose la France en Égypte. Les attributions des organismes internationaux sont d’autant plus étendues qu’ils se reconnaissent un droit de regard sur les finances publiques et l’économie nationale.

6Tel est d’ailleurs le but recherché lors de leur création, si bien que les administrations internationales apparaissent comme un mécanisme de nature à la fois économique et politique. Les politiques concourent à la naissance de ces commissions, nomment à toutes fins utiles les représentants français et participent par leur entremise à l’administration de l’Égypte. Fondé de pouvoir des créanciers, l’État n’hésite pas à jouer les tuteurs, son inclination vers tout ce qui lui confère des prérogatives de contrôle international trouvant en l’espèce l’aliment approprié.

7L’ère du gonflement de la dette publique égyptienne est close en 1879. Le firman du 7 août, interdit tout nouvel emprunt, sauf ceux qui se rattacheraient au règlement de la situation financière. Titubante depuis l’échec de l’emprunt de 1873, l’Égypte frôle régulièrement la banqueroute. La Loi de liquidation, promulguée le 17 juillet 1880, établit sur des bases que les créanciers espèrent définitives les conditions que doit respecter l’Égypte débitrice.

8De fait, il n’y a que deux emprunts relativement petits et deux émissions complémentaires depuis cette date. La créance s’accroît jusqu’en 1890, puis amorce un mouvement déclinant. Peu nombreuses, les opérations sont des conversions et des remboursements autant que des transferts d’argent frais vers l’Égypte. La dette publique n’en demeure pas moins le régulateur de l’économie égyptienne.

9Une dette publique, celle de l’Égypte moins que toute autre, ne saurait avoir d’histoire que politique. Avant l’occupation, la dette égyptienne rythme la vie du pays par sa logique implacable et ses crises convulsives. Elle envahit le domaine politique, soumet l’État égyptien et accapare la diplomatie des puissances.

10Après 1882, derrière l’apparente accalmie, se poursuit le corps à corps politico-diplomatique autour de la dette. Il n’est de situation où elle n’entre pas, de près ou de loin. Toute séparation entre son histoire et celle des relations entre l’Égypte et les puissances serait factice ; elles ne font qu’un.

A. Un héritage à la mesure de l’Égypte

11Les enquêtes effectuées après la banqueroute révèlent comment l’Égypte s’est enlisée dans l’endettement. Le khédive se fait avancer de l’argent à court terme par les banquiers d’Alexandrie à des taux usuraires, puis lance de grands emprunts en Europe, entre autres pour consolider la dette flottante. Escomptes élevés et prises de gages accompagnent les émissions à l’étranger. Quant aux finances de l’État, elles se confondent avec celles du khédive.

  • 1 Rapport de Cave (1876) in 3. C. McCoan, Egypt as it is, Henry Holt, New York, 1877, p. 381 ; J. Ra (...)

Tableau 192
Emprunts longs de l’Égypte en 18761

Tableau 192Emprunts longs de l’Égypte en 18761
  • 2 J. Bel, La Dette publique égyptienne, thèse, Rousseau, Paris, 1939, p. 12.

12En 1876, il reste à rembourser 1 383 315 275 F, sans compter la dette flottante de 575 000 000 F2. Les montants souscrits et réalisés sont des approximations faites après coup par les diverses missions et commissions envoyées en Égypte. Les conditions de ces emprunts sont très onéreuses. Les taux d’émission ne sont qu’indicatifs : au fur et à mesure que les embarras de l’Égypte se confirment, l’émetteur multiplie les avantages afin d’attirer une clientèle méfiante.

  • 3 Prospectus dans Ibid., p. 154.
  • 4 CL, Dossier 28850.

13En 1873, le prix d’émission de l’obligation de 500 F est fixé à 86 %. Diverses réductions ramènent ce montant à 80,75 %3, mais l’émission s’effectue à des prix réels moindres. Le taux d’intérêt nominal, en général de 7 %, est trompeur car il y a des primes et des bonifications. Le taux d’intérêt réel par rapport aux montants réalisés atteint 26,89 % pour l’emprunt de 1866. En 1875, le service total des dettes se monte à 12,20 % du montant total réalisé4.

  • 5 Les membres français et anglais, représentant les groupes les plus importants d ; créanciers, domi (...)

14Ses paiements suspendus le 6 avril 1876, l’Égypte est à la veille de passer sous le contrôle des mandataires de ses créanciers et des gouvernements anglais et français. Le décret du 2 mai 1876 crée la Caisse de la dette, clé de voûte du régime qui s’installe. Les commissaires français, anglais, italien et austro-hongrois sont désignés par leurs gouvernements5. Ils reçoivent de l’Administration, sans l’entremise du ministère des Finances, les recettes – des impôts de quatre provinces, des douanes, des droits sur les tabacs, etc. – affectés à la dette et les emploient pour payer l’intérêt et amortir le principal. Les pouvoirs de la Caisse sont étendus ; elle peut, par exemple, interdire les changements dans le système fiscal si elle juge qu’ils diminuent les impôts affectés.

15Par la même occasion, un décret rendu le 7 mai 1876 unifie les diverses dettes en une seule portant intérêt à 7 % et évaluée à 91 000 000 £ (2 275 000 000 F), grâce à une majoration de 25 % de la valeur de la dette flottante. Sont consacrés à son service les revenus affectés que l’on établit à 6 475 256 £ (161 881 400 F) par an, soit 60 % des recettes de l’État.

16Les arrangements sont modifiés par le décret du 18 novembre 1876 (décret Goschen-Joubert) : la Dette unifiée est réduite à 59 000 000 £ (1 475 000 000 F) ; la majoration de la dette flottante est ramenée à 10 % ; la dette Dā’ira de 1870 en est séparée et ses conditions laissées à un règlement ultérieur. Une nouvelle Dette privilégiée 5 % est créée pour un montant de 17 000 000 £ (425 000 000 F) ; les revenus des chemins de fer, du port d’Alexandrie et des télégraphes lui sont affectés et passent sous l’administration d’une commission internationale de représentants des créanciers.

  • 6 CL, Dossier 28850, Note sur la dette Dā’ira, 1898.

Tableau 193
Dette Dā’ira Saniyya6
(En francs)

Tableau 193Dette Dā’ira Saniyya6(En francs)
  • 7 Les deux Dā’iras (régies) administrent les propriétés privées du vice-roi et de sa famille.

17La nouvelle dette Dā’ira 5 %, convenue par le contrat du 12 juillet 1877, réunit l’ancienne et les divers bons de la dette flottante. La Loi de liquidation permet une autre émission en 1880. Une hypothèque exclusive sur les 434 975 faddāns (182 690 ha) de la Dā’ira Saniyya et les 50 156 faddāns (21 066 ha) de la Dā’ira Khasa7 garantit le service des intérêts et de l’amortissement. C’est plus du dixième de la surface cultivée de l’Égypte. Une commission internationale dont le conseil de direction est composé d’un contrôleur français et d’un contrôleur anglais administre les propriétés objets de l’antichrèse. Elle veille au paiement du coupon avec les recettes de la gestion des domaines et des sucreries qui y sont situées. Au-delà, l’excédent des revenus nets, ainsi que le produit des ventes de terres, sont exclusivement affectés à l’amortissement de l’emprunt par rachats ou tirages au sort. Le gouvernement est tenu, en cas de déficit, de parfaire la somme nécessaire au règlement du coupon.

18Ce mécanisme classique de contrôle, trouve un nouveau champ d’application l’année suivante. Les ressources de l’Égypte s’étant avérées insuffisantes, une Commission d’enquête décide de la cession à l’État de tous les biens immeubles, ruraux et urbains, du khédive et de sa famille (décret du 26 octobre 1878). Placés sous l’administration d’une commission internationale autonome, ces 425 729 faddāns (178 806 ha) sont l’objet du nantissement pour l’Emprunt domanial 5 % de 8 500 000 £ (214 625 000 F au change de 25,25 F) contracté par les Rothschild le 31 octobre 1878 et émis à Londres et à Paris les 11 et 12 novembre 1878 à 73 %. Il s’agit d’éteindre une dette flottante toujours mal maîtrisée et d’éviter une cessation de paiements. Le gouvernement du Caire ne touche pas le produit de cet emprunt ; après déductions, le montant net est remis à la Caisse qui s’occupe de rembourser la dette flottante.

  • 8 CL, Dossier 28850, Note sur la Dette domaniale, 1900.

Tableau 194
Dette domaniale8
(En francs)

Tableau 194Dette domaniale8(En francs)

19La convention du 1er février 1879 reconnaît aux commissaires des Domaines la qualité de tiers détenteurs et administrateurs des propriétés. Les Rothschild reçoivent d’eux les revenus perçus et s’occupent du service de l’intérêt.

  • 9 Rapports, annuels des Domaines et CL, Dossier 28850.

20Les administrations des Domaines et de la Dā’ira ne sont pas prospères. Les terres domaniales données en nantissement sont d’une valeur moindre que l’emprunt. Leurs revenus ne suffisent pas pour régler le coupon de 425 000 £ (10 625 000 F) et l’amortissement. Sauf en 1879, l’exploitation des Domaines se solde par des déficits jusqu’en 19009. Obligé de les combler, le gouvernement s’intéresse très tôt à la liquidation de l’emprunt.

  • 10 AE, CP Égypte 101, Rapport de Gay-Lussac, contrôleur français, 4.7.1886.
  • 11 L’Économiste français, 13.3.1886.
  • 12 Rapport annuel, 1900 ; la Bourse égyptienne, 2.1.1902 ; l’Information, 1.8.1904.

21Quant à la Dā’ira, elle se débat dans des difficultés analogues Premièrement, les cours de ses produits, la canne et les céréales, sont en baisse pendant les années 188010, et instables au-delà. Deuxièmement, la culture directe, pour son propre compte, ne donne que faibles rendements et déficits. Elle doit donc continuer à étendre le système de location des terres aux agriculteurs qui, en 1886, atteint 79 % de l’ensemble11. Plus que l’augmentation des superficies louées, c’est la progression des fermages qui aide l’administration à combler les déficits, constants jusqu’en 189012. La Dā’ira retrouve son équilibre grâce surtout à la conversion de 1890 qui réduit à 85 % le capital nominal de la dette, donc l’annuité à verser.

  • 13 En revanche, le taux d’intérêt est réduit de 5 % à 4 %.

22Le rapport de la Commission d’enquête de 1878 juge l’Égypte hors d’état de tenir les engagements pris en 1876, constat qui mène à l’adoption de la Loi de liquidation. Aucun changement ne peut être apporté à cet acte international sans l’assentiment exprès des 6 puissances européennes qui en sont les auteurs. Le taux d’intérêt de l’Unifiée est réduit à 4 % et son principal augmenté par une émission d’un montant de 1 958 240 £ (48 956 000 F). Les majorations pour la Privilégiée et la dette Dā’ira – dont le taux est abaissé de 5 % à 4% -sont de 5 743 800 £ (143 595 000 F) et de 697 460 £ (17 436 500 F) respectivement, tandis que se renforcent les pouvoirs de contrôle de la Caisse et les garanties données aux créanciers, par exemple par la transformation des biens Dā’ira en propriété de l’État et la nomination des contrôleurs de cette administration par les gouvernements anglais et français13. Le budget de l’État est scindé en deux parties, l’une touchant les dépenses administratives, l’autre le service de la dette. Les premières sont réglementairement limitées à 4 897 888 Lég (126 953 257 F), soit à 54,43 % des recettes de 1880.

  • 14 Les rapports du commissaire et des représentants diplomatiques français suivent étroitement la con (...)

23Chargée de faire respecter cette condition, la Caisse prend réellement en mains l’administration financière de l’Égypte : c’est elle qui, après avoir prélevé la somme nécessaire pour le service des emprunts, remet au gouvernement ce dont il a besoin pour combler des déficits de son budget. Avec la Loi de liquidation, la Caisse prend véritablement le caractère de délégation officielle des puissances. Dépositaire des sommes destinées au service de la dette, ses attributions lui confèrent un pouvoir législatif de fait et l’érigent au statut d’arbitre des destinées du pays14.

B. Balises et mensurations

24La suite de l’histoire de la dette publique appartient à celle des années d’occupation. Elle est à l’honneur après 1882, comme elle l’a été durant la décennie précédente. Il convient d’en dresser un bilan global pour l’ensemble de la période qui s’étend jusqu’en 1914. Le montant de la créance de l’Égypte s’étant, pour l’essentiel, stabilisé, les données chiffrées fournissent un élément indispensable à la compréhension de l’enjeu politique.

25Les arrangements de 1876 et 1877 modifient le montant nominal des emprunts longs énumérés au tableau 192. Ceux-ci sont scindés en trois dettes -l’Unifiée, la Privilégiée et la Dā’ira – et augmentés de la dette flottante. La Loi de liquidation autorise des émissions supplémentaires en 1880, tandis que la Domaniale demeure autonome.

  • 15 Cf. chapitres XIII, XIV et XV pour les quatre dernières opérations.

Tableau 195
Emprunts (1862-1914) : montants nominaux15
(En francs)

Tableau 195Emprunts (1862-1914) : montants nominaux15(En francs)
  • 16 EF, b31290, Manuscrit anonyme, 18.3.1896.
  • 17 Le Rentier, 17.2.1897 et 17.4.1904.

26Pas plus que la détermination de la mise réelle des souscripteurs des années 1870, le calcul de la part française dans la dette publique égyptienne ne saurait participer d’une science exacte. Les estimations des milieux diplomatiques sont suspectes lorsqu’elles sont faites en période de tension politique internationale. La tendance à l’inflation jette le doute sur la valeur des chiffres, d’autant plus que les critères d’évaluation brillent le plus souvent par leur absence. Au début de l’affrontement en 1896 entre la France et l’Angleterre au sujet de la Caisse, une note évalue sans preuve la part française à 75 % ou 80 % dans l’Unifiée, la Privilégiée et la Garantie16. Le journaliste Alfred Neymarck ne justifie pas le calcul de la part française dans la dette égyptienne à 44 % (1,2 sur 2,7 milliards de F) et à 84 % (2,1 sur 2,5 milliards de F) en 190417.

  • 18 Cf., par exemple, la série 20L Portefeuille du fonds Rothschild.

27II n’y a pas de moyen sûr de contrôler le déplacement d’obligations au porteur qu’aucune barrière n’empêche de circuler. Nationaux et étrangers transigent sur les places financières. Français et Britanniques font voyager leurs titres vers Londres et Paris dans un mouvement croisé, suscité, entre autres, par la peur de l’impôt. Enfin les titres déposés dans les banques parisiennes ne sont pas nécessairement la propriété de Français18 et ne représentent pas le portefeuille total de la France.

28Il faut, en l’espèce, écarter la prétention à l’exactitude mathématique, tout en retenant les calculs vérifiables. Les archives bancaires indiquent souvent la répartition géographique des émissions et apportent une précieuse information constituée à la source. L’on sait, par ce biais, qu’une proportion de 16 % de la Dette garantie de 1885 est émise sur le marché parisien ; qu’il est réservé à la place de Paris 33 % de la conversion de la Privilégiée en 1890 ; que lors de la conversion de l’emprunt Dā’ira en 1890, la part française passe de 18 % à 50 %. Il s’agit d’un indice car rien ne prouve la nationalité française des preneurs et les mouvements de titres après l’émission ne sont pas à exclure.

Tableau 196
Part française dans la dette publique
(En %)

Tableau 196Part française dans la dette publique(En %)
  • 19 Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1884-1914/1915.
  • 20 EF, B31615, Note sur les capitaux français en Égypte par F. Charles-Roux, mars 1911.

29La Caisse de la dette publie un relevé annuel des lieux de paiement des coupons de l’Unifiée et de la Privilégiée. L’échéance d’octobre et de novembre montre un transport régulier des coupons vers l’Égypte. C’est l’époque de la récolte du coton ; les banques européennes envoient les coupons en Égypte et emploient le produit de l’encaissement aux opérations sur le coton. L’échéance d’avril et de mai à Paris est plus stable : bon an mal an, 60 % environ des coupons de l’Unifiée s’y présentent tandis que ceux de la Privilégiée fluctuent autour de 33 % (1883-1890), puis augmentent à 40 % en 1891 et s’installent ensuite au-dessus du seuil de 50 %19. Ces quotités montrent des transferts de titres des portefeuilles anglais et allemands aux portefeuilles français. Reste la Domaniale. La seule indication digne de foi est celle du secrétaire de l’agence diplomatique, qui la tient de l’Administration des Domaines en Égypte. En 1908 et 1909, environ 65 % des coupons auraient été payés à Paris20.

30À l’occasion des conversions des dettes privilégiée et Dā’ira en 1890, on note une augmentation de ces titres dans les portefeuilles français (tableau 198). Elle va en s’accentuant en ce qui concerne la Privilégiée, si bien que la part française dans la dette publique ne tombe pas en deçà de 53 % à partir de 1892.

3111 s’agit d’un retour au pourcentage de 1876, après l’érosion des années 1880. Des 3 186 528 960 F payés par l’Égypte entre 1876 et 1913 au titre du service de la dette, les porteurs français encaissent 1 666 426 938 F (52,30 %) (tableau 197). À partir de 1893 les titres égyptiens dépassent le pair à Paris (tableau 199). La modeste prime témoigne de la confiance modérée du marché : le papier jadis spéculatif passe désormais pour une rente.

  • 21 Annuaire statistique de l’Égypte, 1914, pp. 322 et 356.

32Le montant total de la dette publique égyptienne ne cesse d’augmenter jusqu’en 1890. Il reflue ensuite chaque année, mais très légèrement. En 1913, 12 % seulement du principal de 1890 – 2 670 059 000 F – est remboursé (tableau 197). En revanche, le recul du pourcentage de la charge annuelle des intérêts par rapport aux recettes de l’État, d’une part, et aux exportations totales, d’autre part, est constant (tableau 197). Les revenus de l’État augmentent en raison de la mise en culture de terres nouvelles – surtout après la construction des barrages et réservoirs – et de l’extension de la superficie consacrée au coton21. Le prix du coton progressant, il entraîne la hausse des loyers, base de calcul de la source première des recettes qu’est l’impôt foncier. Parallèlement, l’envolée des exportations du coton permet d’assurer le service de la dette avec une proportion de moins en moins importante des rentrées.

  • 22 PP (1903) LXXXVII.
  • 23 Annuaire statistique de l’Égypte, p. 414.

33Sur le plan de la politique générale, Cromer explique qu’il fallait choisir entre la réforme fiscale et la réforme administrative. La priorité est donnée aux allégements fiscaux : divers impôts et taxes (patentes, octrois, droits de pesage, etc.) sont réduits ou abolis, le montant total atteignant 1 600 000 Lég (41 472 000 F) par an. Le taux d’imposition per capita aurait décliné de 1,030 Lég (26,70 F) en 1882 à 0,789 Lég (20,45 F) en 190222. L’uniformisation du taux d’imposition de la terre s’effectue par des décrets rendus en 1891 et 1896. En 1899, l’impôt foncier est fixé à 28,64 % de la valeur locative du sol. De 1,035 Lég par faddûn (26,83 F par 0,42 ha) en 1882, l’impôt moyen baisse légèrement pour se fixer à 0,916 Lég (23,74 F) en 191323.

  • 24 PP (1898) CVII.

34La politique favorable aux abattements fiscaux n’est inaugurée qu’en 1887, c’est-à-dire après le rétablissement de l’équilibre financier. À cette date, le spectre de la banqueroute est enfin conjuré. Commence la période des dégrèvements fiscaux qui se poursuit jusqu’en 189424. Elle est suivie de celle des dépenses d’infrastructure, en particulier l’irrigation, en vue d’augmenter la surface cultivée. Les réformes administratives ne viennent qu’au troisième rang, après les travaux publics.

35Des considérations politiques conjoncturelles motivent ces choix : faire accepter l’occupation par l’Égypte et par l’Europe, asseoir le régime sur des bases plus solides. En 1898, Cromer souhaite revenir aux allégements fiscaux afin d’arracher les Égyptiens aux idées nationalistes.

  • 25 PRO, CAB 37/47/41, Mémorandum de Cromer, 15.6.1898.

« Cela devient presque une nécessité politique que la masse de la population se trouve dans un tel état de prospérité matérielle qu’elle soit à toutes fins utiles imperméable aux appels adressés aux sentiments de haine raciale et de fanatisme religieux »25.

II. DETTE EXTÉRIEURE, MOUVEMENT NATIONAL ET POLITIQUE FRANCO-BRITANNIQUE (1881-1882)

36Élément central de l’intervention de l’Angleterre et de la France, la dette est au cœur du conflit avec le mouvement national. Le majlis al niyābī (Chambre des délégués) élu à la suite de la manifestation militaire du 9 septembre 1881 se réunit le 26 décembre. Au projet de loi organique déposé par le Premier ministre Sharīf le 2 janvier 1882 il fait un mauvais accueil. Le document ne lui reconnaît aucun droit en matière budgétaire, même sur les recettes non affectées au service de la dette. L’attitude des puissances à l’égard de ces aspirations constitutionnelles est prompte. Ces questions dépassent

  • 26 AE, PA Barthélémy Saint-Hilaire 7, Barthélémy Saint-Hilaire à Tissot, ambassadeur à Londres, 25.10 (...)

« les lumières de ceux qui vont être nommés par les Caïds pour représenter un peuple qui n’existe pas. Tout ce que devront faire les notables, ce sera de présenter les doléances, et ensuite ce serait à l’Angleterre et à la France de guider le khédive et Chérif pacha dans le choix judicieux des mesures à adopter »26.

37Le contrôleur britannique prévient Londres de la nécessité de circonscrire les principes de la responsabilité ministérielle et de l’approbation par la Chambre du budget. C’est une condition indispensable pour la sauvegarde des intérêts matériels des puissances et du dispositif qui les sous-tend.

  • 27 PRO, CAB 37/7/4, Mémorandum de sir Auckland Colvin, 21.12.1881.

« On ne saurait permettre au gouvernement ou à la Chambre d’oublier que les puissances ont assumé un contrôle financier direct sur le pays, et entendent le conserver... Tout ce qui est garanti par la Loi de liquidation et les décrets antérieurs doit aussi être placé autoritairement au-delà des limites de la discussion. Tout ce qui vise à transférer le centre : d’autorité financière du Contrôle à la Chambre doit, en particulier, être découragé et, si besoin est, refusé, compte tenu qu’il neutraliserait et annulerait le canal au moyen duquel les puissances s’assurent de la conduite efficace des questions financières dont elles ont pris sur elles la responsabilité en Égypte »27.

  • 28 PRO, CAB 37/7/15, Granville à Lyons, ambassadeur à Paris, février 1882 (jour non indiqué).

38Le secrétaire au Foreign Office n’en disconvient pas. Les contraintes financières qui pèsent sur l’Égypte ne sauraient être affaiblies au nom de « certains principes abstraits de gouvernement »28.

39A-t-on considéré dans les milieux dirigeants français la possibilité de faire bon accueil aux aspirations égyptiennes à l’autodétermination et à un régime constitutionnel ? Il n’y en a aucune preuve. Les adversaires du Contrôle et de l’action conjointe avec l’Angleterre ont-ils manifesté des sympathies aux nationalistes et collaboré en sous-main avec eux ? On l’a craint, ou feint de le craindre, à Londres. En réalité, le poids de la dette est trop considérable par rapport à d’autres intérêts français en Égypte pour permettre une renonciation transactionnelle aux prétentions politiques du Contrôle, base minimale d’une entente avec les nationalistes.

40La seule personnalité au statut officiel qui ait reconnu la légitimité du mouvement national est le baron de Ring. Agent diplomatique au Caire, il est mis en disponibilité le 22 février 1881 pour avoir marqué sa compréhension des griefs des officiers égyptiens laissés sans solde à la suite des mesures d’économie introduites par les contrôleurs afin d’assurer le service de la dette.

  • 29 PP (1882) LXXXII.

41Le 8 janvier 1882, l’Angleterre et la France délivrent au vice-roi une note rédigée en termes comminatoires. Les deux puissances l’appuient et évoquent sans plus de précision des « complications » et des « périls » auxquels elles étaient prêtes à faire face29.

  • 30 AE, PA de Ring 11, de Ring à Albert Vandal (Académie française), 2.8.1902.

« Gambetta a voulu intervenir en Égypte à main armée de concert avec les Anglais. C’était un dessein absurde ; car, pour faire plaisir à des rivaux, on ne tire pas sur ses amis. Or les Égyptiens étaient bien réellement nos amis »30.

42La note est un défi à la Chambre, mais elle produit le contraire de l’effet recherché. Les délégués renversent le cabinet Sharīf le 5 février pour lui substituer le ministère nationaliste dirigé par Maḥmūd Sāmī, avec Aḥmad ‘Urābī comme ministre de la Guerre.

  • 31 PP (1882) LXXXII.

43Une nouvelle loi organique consacre le droit de la Chambre de voter la partie administrative du budget. Encore est-ce sur la base du compromis qu’elle avait proposé le 22 janvier, soit le vote par une commission paritaire de députés et de ministres. Sāmī et ‘Urābī assurent les agents diplomatiques que les « engagements internationaux » relatifs à la dette seraient respectés31.

44Cependant les contrôleurs leur opposent une fin de non-recevoir et adressent un mémorandum à leurs gouvernements dans lequel ils se plaignent d’un déplacement du pouvoir. Le khédive et le Conseil des ministres dans lequel ils siègent et dont ils dominent l’activité sont supplantés par des mandataires accessibles uniquement à l’armée et à la Chambre. Leur lettre au Premier ministre énonce la conception qu’ont les puissances du Contrôle.

  • 32 Ibid., pp. 238, 305-306. Lettre de Colvin et de de Blignières du 7.2.1882.

« Vous considérez le Contrôle-général comme ayant des attributions restreintes à la surveillance des Administrations dont le produit est affecté au service de la dette. Le décret du 15 novembre 1879 étend, au contraire, à tous les services publics l’action du Contrôle et, nous attribuant séance au Conseil des ministres, nous donne par cela même le droit d’émettre notre opinion sur toutes les questions d’administration intérieure qui touchent aux intérêts financiers du pays »32.

  • 33 DDF, 1/4, pp. 270 et 271.

45Le 17 mars, Londres et Paris s’opposent aux clauses budgétaires de la loi organique33. En Égypte, l’intention de la Chambre de s’occupe- de la prolifération des fonctionnaires étrangers, de leurs émoluments et de l’attribution des contrats provoque l’hostilité des intéressés.

  • 34 Freycinet, op. cit., pp. 210-211.

46L’intervention militaire conjointe à laquelle mène la note anglo-française de janvier n’enchante pas le gouvernement britannique. Rendues en Égypte, les troupes françaises ne seraient pas aisément délogées. C’est pourquoi il prend le soin de signaler à Paris que la note n’entraînerait aucune « action effective » et n’avait comme but qu’une « action morale »34.

47Précaution superflue, car à Paris la volonté n’y est pas. Les événements de 1881-1882 jettent la politique française dans un profond désarroi. En recourant aux armes, la France prêterait le flanc en Europe au cas où une expédition conjointe avec l’Angleterre dégénérerait en brouille. La perspective d’un conflit avec l’Angleterre, seule puissance qui ne participe pas aux coalitions continentales conçues pour isoler la France, est de nature à faire hésiter les responsables.

  • 35 AE, PA d’Aunay 3, d’Aunay, chargé d’affaires à Londres, à Gambetta, 21.3.1882, l’artisan de Gambet (...)

48Suite à la chute du ministère Gambetta le 27 janvier, Freycinet dirige un cabinet moins porté à accentuer l’immixtion de la France en Égypte, reflétant en cela le sentiment de la Chambre et du Sénat. Pour la première fois depuis 1876, un gouvernement français comprend la parité avec l’Angleterre dans le sens de l’abstention des deux puissances, plutôt que du renforcement de leur emprise sur l’Égypte. La devise de Freycinet est d’éviter toute intervention militaire35.

49À l’évidence, les fruits de la politique consistant à exercer des pressions sur l’Égypte ne peuvent être recueillis par la France.

  • 36 AE, PA de Ring 11, de Ring à Freycinet, 29.2.1880.

« La France ne perdit le premier rang en Égypte qu’à partir du jour où sa politique y fut subordonnée à des considérations d’ordre financier et où la volonté arrêtée de notre Gvt de faire payer per fas et nefas le coupon de la dette obligea nos agents à rechercher le concours de l’Angleterre »36.

50D’une part, l’usage de la force, corollaire de ce virage, est interdit à ses dirigeants. D’autre part, la défense des intérêts des créanciers les empêche de tempérer l’ardeur de l’Angleterre. Ce sont ces mêmes intérêts qu’ils livrent à la merci de l’allié britannique, mieux placé pour aller jusqu’au bout de la politique de pression. Quant à Freycinet, il hérite d’une situation compromise et tente sans succès d’éviter à la France la déconvenue qui s’annonce.

51Prisonnière des pratiques coercitives qu’elle a contribué à mettre en œuvre, la diplomatie française essaie de reculer au dernier moment en usant d’expédients pour couvrir sa retraite et se dégager de l’engrenage militaire : le remplacement du contrôleur français par un homme moins porté à s’arroger le droit d’administrer l’Égypte, une conférence européenne, l’envoi des escadres à Alexandrie en mai, la protection du canal de Suez en juillet, l’envoi de troupes ottomanes en août-septembre. Ces suggestions arrivent trop tard ; l’Angleterre ne s’arrête pas en si bon chemin.

52Les cercles politiques français apprécient diversement les événements qui ont conduit la France à l’impasse. En Chambre et dans la presse, les défenseurs de Gambetta et ceux de Freycinet se déchirent à belles dents en 1882 et au-delà. S’étalent les désaccords entre les partisans de l’action armée et les abstentionnistes. Pour les premiers, la période du condominium avec l’Angleterre a été une ère de bonheur pour l’Égypte, ses créanciers et les deux puissances occidentales. Cette œuvre historique mérite d’être défendue arme à la main contre le gouvernement national présenté sous les couleurs les plus sombres. Pour les seconds, le condominium n’a fonctionné que parce qu’il était tout à l’avantage de l’Angleterre et que les intérêts français y étaient sacrifiés. Il s’ensuit que sa sauvegarde par la force ne vaut pas les risques que prendrait la France.

53L’intervention exclusive de l’Angleterre débute en février 1882. Elle saisit le parti à tirer de l’abstention de la France. Il n’est plus besoin la retenir ; il suffit d’aller de l’avant pour avoir raison de ses réticences. Les rôles sont échangés avec cette différence que l’Angleterre est en mesure de prendre des décisions unilatérales, alors que la France ne peut qu’aspirer à la parité.

  • 37 PP (1882.) LXXXII.
  • 38 AE, CP Égypte 71, Sienkiewicz à Barthélémy Saint-Hilaire, 9.11.1881 ; à Gambetta, 28.11.1881.
  • 39 PP (1882) LXXXII.

54Commence alors l’entreprise de déstabilisation du gouvernement national dont le maître d’œuvre en Égypte est l’agent diplomatique britannique Edward Malet. Il s’agit de mettre à exécution la lettre-programme de Granville du 4 novembre 188137. Dans cette communication, le gouvernement anglais annonce qu’il se réserve le droit d’intervenir en cas d’« anarchie » en Égypte. Défiant, l’agent diplomatique français sait que « lorsqu’un gouvernement ne fait dépendre son action que d’une condition dont il s’institue seul juge, c’est qu’il tient évidemment à ce que cette condition se produise »38. Le 16 mars, Colvin ne dit pas autre chose : « Il appartient au gouvernement de Sa Majesté [britannique] de décider quand et à quel point l’anarchie sévit »39.

  • 40 Conspiration d’une étendue considérable, avec engagement d’un tueur à gages pour assassiner ‘Urabi (...)

55Malet devient le véritable Premier ministre du khédive, à qui il conseille l’intransigeance, tandis que l’Egyptian Gazette, organe officieux de l’agence britannique, multiplie les articles incendiaires. Il s’ensuit une série d’événements qui permet de provoquer des affrontements avec le gouvernement, de fomenter des désordres et de conférer à une intervention militaire l’allure d’une œuvre de salut publique. Complot des officiers sharkasī (circassiens) contre le gouvernement en avril 188240 et arrivée des escadres anglaise et française à Alexandrie en mai sont l’occasion de travailler à la chute du cabinet.

  • 41 PP (1882) LXXXII, Malet à Granville, 14 et 31.5.1882.
  • 42 Les dons de Malet et les services qu’il rend à la politique expansionniste de la Grande-Bretagne l (...)

56Une rixe d’origine suspecte éclate à Alexandrie le 11 juin et dégénère en combats sanglants entre Égyptiens et Européens. Malet sait que la venue des navires de guerre en mai crée une situation de tension, voire de danger pour les Européens, qui pourrait être mise à profit sur le plan politique. Il rapporte à Granville qu’une « collision pourrait survenir à tout moment entre musulmans et chrétiens »41. L’agent voit partout un conflit religieux, d’une part, parce qu’il nie le caractère national du mouvement de 1881-1882, d’autre part, parce que la politique interventionniste a tout à gagner de l’instigation de troubles entre la population et les colonies européennes (les « chrétiens »). Presse et gouvernement britanniques se saisissent avec empressement des « massacres » du 11 juin. Voilà enfin arrivée 1’« anarchie » tant attendue42.

  • 43 Cf. ‘A. Rifā’ī, Muḥammad... (Muḥammad Sulṭān devant l’histoire), Maktabat al-anjlū al-miṣriyya, Le (...)
  • 44 Le rôle de Palmer, professeur d’arabe à Cambridge, est révélé par Wilfrid S. Blunt (Times, 10.3.18 (...)

57L’exécution du plan de guerre comporte le bombardement d’Alexandrie le 11 juillet, au lendemain du départ des derniers étrangers. L’attaque principale est menée du côté d’Ismā’īliyya. La violation de la neutralité du canal de Suez la facilite, tout comme la corruption de certains officiers égyptiens par Sulṭān pacha43 et des Bédouins de la région par Palmer44.

58Gladstone représente l’expédition militaire comme une opération de police effectuée contre une rébellion soldatesque au nom de 1’« autorité légitime du khédive ». L’étendue de cette dernière ne dépasse pas le rayon des canons de la flotte britannique sous lesquels Tawfīq s’est placé, mais l’argument n’est pas controuvé : l’absolutisme khédivial est un rempart contre l’altération de la Loi de liquidation par une Assemblée législative. L’enjeu de la lutte est là tout entier.

59Trompe-l’œil utile, la sécurité du canal et de la route de l’Inde est dûment invoquée. En réalité, les autorités égyptiennes ne touchent jamais à la voie d’eau, même au pire de la guerre et après la violation de sa neutralité par l’Angleterre, celle qui s’en est fait la championne. Il leur en coûte : car, ce faisant, elles se placent dans une position désavantageuse et exposent le pays à l’invasion.

  • 45 « Un officier de l’armée française » déclare dans une brochure : « Intervenir d’une manière quelco (...)

60Par ailleurs, on voit mal quelle rivale inquiète la marine anglaise, maîtresse de la Méditerranée, stationnée aux deux extrémités du canal, à Chypre et à Perim. La possibilité d’une descente française sur l’Égypte n’est qu’un spectre agité pour émouvoir et mobiliser l’opinion en Angleterre. Vu son isolement, la France n’est même pas en état de risquer une intervention conjointe45. Braver l’opposition de l’unique puissance qui ne lui est pas hostile n’entre pas dans le domaine de la politique pratique.

61L’argument du canal permet d’unir les factions du cabinet et du Parlement autour d’un discours sanctionné par l’usage. Tories et Libéraux en font un article de foi. Enfin pour rallier l’opinion à un projet belliqueux, la sécurité de la route de l’Inde est une justification plausible et moins troublante que l’anéantissement d’un mouvement constitutionnel, libéral et national.

  • 46 La plume du commissaire britannique à la Caisse produit des phrases typiques de celles qui émanent (...)
  • 47 Gladstone l’évoque dès le 16 septembre 1882. Ramm, op. cit., I, p. 422.
  • 48 PP (1883) LXXXIII, Dufferin, ambassadeur à Constantinople, à Granville, 1.5.1883.

62Londres se distingue de Paris par son souci de conférer à sa politique en Égypte, non pas l’allure d’une mesure de promotion de ses intérêts, mais d’un projet d’émancipation du peuple égyptien. Deux thèses, que l’on peut exprimer quasiment sous forme de théorèmes, sont répétées à satiété. La première est que le mouvement national n’a rien de légitime et ne constitue pas plus qu’une rébellion de soldats. Contre cette dictature militaire, l’Angleterre est obligée de rétablir l’autorité du khédive. Elle répond ainsi à l’appel d’un prince aimé de son peuple ; l’intervention anglaise est une mission libératrice46. Mais tout en restituant le pouvoir aux forces déchues, l’Angleterre les restreindra, et les guidera vers les réformes et le self-government47. Par conséquent, l’action anglaise est une entreprise de progrès, conforme à l’œuvre de l’Angleterre en Égypte depuis 1876. Tout opposant est, en réalité, un partisan de l’abitraire, de la vénalité et de la corruption « orientale »48.

  • 49 Cf. HPD, 3em série, t. 272, colonne 1513.

63Conclusion : si l’Angleterre prend d’assaut le mouvement national et constitutionnel égyptien, c’est pour mieux inculquer les principes dont il se réclame au peuple d’Égypte, son nouveau pupille. Emboîtant le pas à Gladstone, même les Tories se découvrent une flamme libertaire49. Les interprétations de ce genre abondent dans les milieux officiels et dans la presse. Dès le début de 1882, ils prennent valeur d’évidences.

  • 50 PP, Département de la Seine, Ba 91, Rapport du 6.7.1882.
  • 51 Cf., entre autres, les articles des 3 et 24.7.1882.
  • 52 Ibid., 12 et 19.7.1882.

64Si des raisonnements aussi habiles rencontrent scepticisme et agacement à Paris, il s’en faut qu’on reconnaisse la légitimité du mouvement national égyptien. La dénonciation d’une sédition militaire n’est pas moins catégorique qu’à Londres. A la Bourse, on escompte que le premier coup de canon contre Alexandrie fera monter la rente d’un franc50. Gabriel Charmes et John Lemoinne, journalistes d’une certaine notoriété, couvrent d’invectives le gouvernement égyptien dans le grave Journal des débats51. Ils disent leur admiration de 1’« acte d’énergie », 1’« acte de haute et sévère justice », 1’« œuvre de police méditerranéenne » qu’est le bombardement d’Alexandrie52.

  • 53 John Bright démissionne du cabinet pour protester contre le bombardement d’Alexandrie.
  • 54 Ibid., 22.7.1882.

« En dépit des homélies de M. Bright53 et des idylles des partisans de la paix à tout prix, c’est toujours à la force qu’appartient le dernier mot dans les querelles internationales »54.

  • 55 Ibid., 25.7 et 2.8.1882.

65Les intérêts matériels de l’Angleterre rencontreraient l’intérêt moral de l’Occident et de la chrétienté. Sans crainte du ridicule, Charmes et Lemoinne se font fort de lutter pour eux55.

  • 56 Ibid., 7.10.1882. Plus qu’un préjugé personnel, l’attitude reflète un état d’esprit: d’Idée identi (...)

« Ce qui était en question pour nous, écrit solennellement Lemoinne, c’était l’immortelle et mortelle lutte entre l’Occident et l’Orient, entre la civilisation et la barbarie »56.

  • 57 Rapports de police sur les meetings. PP, Département de la Seine, Ba 91 et Ba 426.

66Quoique plus mesurée, l’opinion des autres organes français est à l’avenant. À Paris, il n’y a que les réunions tenues par les ouvriers et les socialistes du mois de juillet à septembre pour témoigner la moindre sympathie au mouvement national égyptien57.

67Les milieux politiques et journalistiques sont aussi désireux que ceux de l’Angleterre de restaurer l’Ancien Régime. Ils sont toutefois moins bien disposés à l’égard de l’Angleterre au lendemain de la lutte conjointe contre le gouvernement égyptien, et n’acceptent pas la seconde thèse de l’occupant. Ces réformes que prônent les Anglais ressemblent trop à des manœuvres pour remplacer le personnel français par des fonctionnaires britanniques, et prolonger l’occupation sous couvert de préparation au self-government.

III. LA SUPPRESSION DU CONDOMINIUM ANGLO-FRANÇAIS

68L’Angleterre profite de l’avantage que lui procure l’occupation pour évincer l’élément français avec lequel elle partage le gouvernement de l’Égypte. La pièce maîtresse du projet anglais consiste à abolir le Contrôle, clôturant ainsi la période de parité que la France avait réussi à arracher en 1876.

69Le premier projet de mise en tutelle des finances de l’Égypte germe en Angleterre. En 1876, le conflit qui oppose les représentants de la finance et des gouvernements anglais et français se solde par un compromis, lequel résiste aux tiraillements jusqu’en 1882.

  • 58 PRO, CAB 37/9/84, Malet à Granville, 5.9.1882. Cf. Ibid., Memorandum de Malet, 3.9.1882, et CAB 37 (...)

70L’occupation de l’Égypte permet à l’Angleterre de renouer avec la politique de contrôle exclusif. La conquête du pays n’est même pas réalisée que la réorganisation de ses institutions fait l’objet d’échanges entre les responsables britanniques. « Nous n’aurons peut-être jamais une autre occasion légitime d’imposer notre prépondérance, et j’espère qu’on en profitera »58.

  • 59 Ramm, op. cit., I, p. 423, Gladstone à Granville, 19.9.1882 ; p. 434, 29.9.1882 ; p. 440, 3.10.188 (...)
  • 60 AE, CP Égypte 76, Raindre à Duclerc, 9.10.1882.
  • 61 AE, Affaires d’Égypte, 1882-1883, Imprimerie nationale, Paris, 1883, Granville à Lyons, 23.10.1882

71Six jours après la bataille de Tall al-Kabīr, on s’accorde à Londres pour mettre fin au Contrôle et faire exercer ses pouvoirs par un fonctionnaire anglais. Gladstone se demande quel motif mettre de l’avant si la France s’y oppose : son échec ? sa disparition de facto en mars ? Il trouve enfin une raison, et elle ne manque pas d’astuce. Le Contrôle aurait été le prétexte pour le déclenchement du mouvement national59. Il obligeait l’Angleterre à intervenir dans les affaires intérieures de l’Égypte60. Le nouveau conseiller financier aurait des pouvoirs d’enquête, donnerait des conseils et siégerait au Conseil des ministres ; il ne s’immiscerait pas dans l’administration61.

  • 62 PP (1882) LXXXIII, Granville à Lyons, 25.10.1882.
  • 63 Ibid., Lyons à Granville, 28.10.1882.
  • 64 Ibid., Granville à Lyons, 30.10.1882.

72On voit comment s’exercera la tutelle anglaise après la suppression du Contrôle. Il s’agira de diriger le gouvernement sans être comptable de ses décisions62, partant la cible du mécontentement qu’elles pourraient provoquer. Gladstone circonscrit les raisons du soulèvement de 1882 aux apparences de l’exercice du pouvoir. Curant à sa réalité, Londres n’entend pas y apporter de changement sensible. À la question de la dissimulation du pouvoir Gladstone ajoute celle de l’exclusion de la France. Paris suggère-t-il l’adjonction d’un Français au conseiller anglais63 ? Granville répond froidement que la prédominance anglaise n’en serait nullement touchée, compte tenu de l’absence de la France des opérations militaires de 188264.

  • 65 Affaires d’Égypte, 1882-1883, op. cit., Tissot à Duclerc, 25.10.1882.
  • 66 Ibid., Duclerc à Tissot, 29.10.1882.
  • 67 Ibid., Granville à Lyons, 30.10.1882 ; Duclerc à Lyons, 4.11.1882.

73On ne se méprend pas à Paris sur la signification des modifications projetées à Londres. Le retrait dans l’ombre des détenteurs réels du pouvoir en Égypte laisse à l’Angleterre la plénitude de ses moyens d’action. « Le cabinet de Londres nous conviait à un sacrifice dont il avait eu soin de s’indemniser lui-même, sans nous offrir la moindre compensation »65. Le président du Conseil discerne mal la différence entre le Contrôle et l’institution qu’établirait la proposition anglaise. « Ce n’est pas l’abolition du Contrôle qu’elle vise. Ce conseiller financier que l’on nous propose est un contrôleur »66. Granville revient à l’idée qu’il faut soustraire la nouvelle fonction de conseiller aux influences politiques ; le gouvernement anglais désire réduire à un minimum toute intervention étrangère. Or, Duclerc n’accepte ni la critique du mode d’action du Contrôle ni celle de sa dualité anglo-française. De part et d’autre, les plaidoiries s’allongent et les échanges gagnent en aigreur67.

74Le 7 novembre, le gouvernement khédivial abroge les décrets des 18 novembre 1876 et 15 novembre 1879 dont le Contrôle est issu. Il justifie cette mesure dans des propos frappés au coin d’un nationalisme de douteux aloi. Il est de notoriété publique, écrit-il,

  • 68 AE, CP Égypte 76, Raindre à Duclerc, 7.11.1882.

« que cette institution a, par suite de son dualisme et de son caractère quasi politique, déterminé des abus administratifs incontestables, soulevé les susceptibilités légitimes des Égyptiens et qu’elle a eu pour résultat de porter atteinte, dans des proportions dangereuses, à l’autorité du gouvernement vis-à-vis du pays »68.

75Londres s’abrite derrière le gouvernement du Caire, voire le sentiment national égyptien, pour évincer la France. Si son but premier est de donner corps à la fiction de l’autonomie du gouvernement khédivial afin de contrecarrer le mouvement national, son objectif second consiste à invoquer les griefs nationaux dont on niait la validité avant le 13 septembre en vue d’écarter son partenaire du condominium.

76L’opération est si adroitement menée qu’elle abuse jusqu’aux Rothschild de Paris. Croyant que l’Angleterre entendait rester étrangère aux problèmes financiers et administratifs, et n’exercer son action que dans les affaires politiques, ils adressent une lettre intempestive à leurs cousins de Londres. Passe qu’elle ne veuille plus partager avec la France la prépondérance en Égypte,

  • 69 AN, IL 41 Fonds Rothschild, Rothschild de Paris aux Rothschild de Londres, 10.11.1882.

« mais ce que nous ne saurions admettre un instant, c’est que le gouvernement anglais prétende pouvoir se désintéresser de la question financière égyptienne et se dégager de toute responsabilité en livrant, au point de vue financier et administratif, l’Égypte aux Égyptiens »69.

77Il ne reste plus qu’à négocier des compensations. Duclerc fait l’éloge de l’action commune et se place sur le terrain de l’explication que : donnent l’Angleterre et la France de leur lutte contre le mouvement national.

  • 70 Affaires d’Égypte, 1882-1883, op. cit., Duclerc à Tissot, 24.11.1882. Cf. Duclerc à Tissot, 13.12. (...)

« En intervenant pour réprimer une sédition militaire, l’Angleterre a-t-elle entendu se dégager de ses accords antérieurs, répudier le concours de la France et se charger seule désormais de l’œuvre poursuivie jusqu’alors en commun »70 ?

  • 71 Le Journal des débats, 11.11.1882.
  • 72 DDF, 1/4, Tissot à Duclerc, 25.11.1882 ; PP (1882) LXXXIII, Lyons à Granville, 4.12.1882.

78Malgré l’apparence d’une volonté de rétablir le statu quo ante, la France est prête à transiger. Même le plus zélé des partisans du Contrôle, le Journal des débats, sait qu’en dépit du droit, il faut tenir compte des faits accomplis71. Mais le gouvernement craint de prendre l’initiative d’une demande de compensation car toute combinaison représenterait un recul pour la France par rapport au Contrôle et aucun ministre ne voudrait assumer la responsabilité de l’avoir suggérée72. Les ouvertures viennent donc de Londres.

  • 73 PP (1882) LXXXIII, Lyons à Granville, 1.12.1882.

79A la proposition anglaise de réserver au gouvernement français la désignation du président de la Caisse, il est répondu qu’il faudra attribuer à cet organisme des fonctions d’une réelle importance73.

  • 74 BN, Mss, Nouvelles acquisitions françaises 13533, G. Charmes à Joseph Reinach, 18.12.1882.

« ... [La Caisse] a les attributions qui lui permettraient de s’immiscer dans toutes les affaires et d’exercer sur toutes les administrations un contrôle efficace »74.

  • 75 PP (1882) LXXXIII, Granville à Lyons, 15.12.1882.
  • 76 Affaires d’Égypte, 1882-1883, op. cit., Granville à Lyons, 30.12.1882.
  • 77 Ibid., Duclerc à Tissot, 4.1.1883.

80Pour les Anglais, les avantages équivalents recherchés par les Français ressemblent à un retour au condominium75. Granville recourt au discours égyptianisant à l’effet que la suppression du Contrôle ne pouvait donner lieu à des compensations puisque celui-ci était destiné à favoriser l’intérêt de l’Égypte et non celui des puissances76. Entrant dans cet ordre d’idée, Duclerc en tire la conclusion que le maintien du Contrôle est nécessaire pour assurer la prospérité de l’Égypte77. Vaine discussion, elle est interrompue début janvier. Le 3, Granville adresse une circulaire aux puissances sur la politique que souhaite suivre l’Angleterre en Égypte et la France reprend sa « liberté d’action ». La période ouverte en 1876 est close.

  • 78 AE, PA de Ring 11, Courcel, directeur des Affaires politiques à de Ring, 15.2.1881.

81En supprimant le Contrôle, l’Angleterre heurte de front les zélateurs français de la collaboration et s’aliène des milieux d’outre-Manche bien disposés à son égard. Le Contrôle est le terrain d’entente des défenseurs des capitaux placés dans la dette publique. Créanciers et gouvernements scellent leur alliance par la Loi de liquidation. A Paris, financiers et politiques sont « sous le charme du succès obtenu par la liquidation financière » et tiennent à l’entente avec l’Angleterre78.

82Dans ces conditions, les autorités françaises ne poussent pas les luttes d’influence jusqu’à la rupture du condominium. Elles font des concessions sur deux plans : les places réservées aux fonctionnaires anglais dans l’Administration et les contrats pour les fournitures à l’État. Les fonds publics primant tout autre intérêt, c’est la colonie française d’Égypte qui perd au change.

83Les consuls généraux Ernest Godeaux (nommé le 5 novembre 1878) et son successeur Arthur Tricou (nommé le 20 mai 1879) tendent à prendre en charge ces intérêts, contre le commissaire de la Caisse et le contrôleur – ministre des Travaux publics en 1878-1879 – de Blignières, ces derniers étant soutenus, en règle générale, par le Quai d’Orsay. Le conflit entre la colonie et de Blignières est ouvert. Il est à couteaux tirés avec l’agent diplomatique de Ring (nommé le 22 novembre 1879), gardien ès qualités des intérêts français dans le commerce et l’Administration. De Ring a contre lui de puissants personnages : le ministre des Affaires étrangères Barthélémy Saint-Hilaire et les partisans de Gambetta, secondés par la République française, le Temps et les Débats.

  • 79 Documents et extraits de journaux relatifs aux affaires d’Égypte (février-mai 1881), Chamerot, Par (...)

84Le rappel de de Ring en février 1881 provoque des remous dans la colonie. L’événement révèle le conflit entre les créanciers qui poussent à l’entente avec l’Angleterre et les autres intérêts français qui font face à la concurrence britannique. Le président de la République, le Sénat et la Chambre des députés reçoivent des pétitions faisant état des griefs des signataires à l’endroit de de Blignières et de leur regret du départ de de Ring. Les députés de la nation à Port-Sa’īd affirment que le contrôleur ne peut prendre en mains que la cause des créanciers du gouvernement. Les propriétaires, industriels et commerçants doivent compter sur le consul général79.

85L’issue du conflit entre de Blignières et de Ring est un révélateur du rapport de force entre les intérêts français concentrés dans les fonds publics et ceux engagés dans le commerce et les affaires. Autant par leur poids que par leur représentation aisée dans des institutions comme le Contrôle et la Caisse, les premiers jouissent de la faveur des autorités politiques à Paris et inspirent une ligne de conduite fondée sur l’entente avec l’Angleterre. La position de de Ring laisse supposer que les autres intérêts matériels de la France en Égypte ne sont pas incompatibles avec les revendications du mouvement national. N’entraînant pas, à l’époque, la mainmise sur l’État, ils sont susceptibles d’un accommodement avec ceux qui revendiquent des restrictions au Contrôle étranger.

86En supprimant le Contrôle, l’Angleterre froisse ses alliés en France et les conduit à se rapprocher des vues de la colonie. L’évolution d’un organe comme le Journal des débats, fervent partisan des créanciers, du Contrôle et de l’intervention militaire conjointe, montre son passage de la bienveillance à la défiance et enfin à l’hostilité envers l’Angleterre. La France s’étant abstenue, les Débats ne reprochent pas aux Anglais leur exclusivisme. L’Unifiée, après tout, monte plus de 100 points depuis le départ des troupes britanniques pour l’Égypte en juillet.

  • 80 Le Journal des débats, 18.9.1882.

« La Dette égyptienne peut se vanter que le crédit des Consolidés coule dans ses veines... Le mouvement de la hausse de la Dette unifiée a suivi pas à pas la marche en avant de l’armée anglaise... L’opportunité de la pacification de l’Égypte est vraiment digne d’actions de grâce à la Bourse de Londres et de Pans »80.

  • 81 Ibid., 19.9.1882.

87Cette liesse boursière s’accompagne dans le même numéro de l’expression d’un léger malaise concernant les projets de l’occupant. Le quotidien espère le retour au statu quo ante bellum purement et simplement. y aura encore de beaux jours pour les fonctionnaires de toutes nationalités avides de places »81.

  • 82 Ibid., 17 et 23.9.1882.

88Mais déjà le quotidien doit réfuter des arguments émis inopinément à Londres. Le Times annonce-t-il qu’il faudra longtemps pour rétablir l’autorité du khédive et étouffer les ferments de la révolution ? Erreur, répliquent les Débats ; le khédive est déjà rétabli et la révolution était factice. Charmes est surpris de voir les journaux anglais faire allusion à une réorganisation administrative : les réformes introduites par le condominium étaient une réussite. S’ils prétendent attribuer au Contrôle la responsabilité de la crise, on devra conclure que le mouvement était bien national82.

89Il devient clair que l’Angleterre se sert « des prétendues aspirations nationales » pour évincer la France. Le quotidien ne se prive pas d’ironiser au sujet de cette touchante sollicitude pour les droits nationaux des Égyptiens. À la Bourse de Paris, on prend acte du

  • 83 PP, Département de la Seine, Ba 91, Rapport du 4.10.1882.

« revirement dans les bonnes dispositions manifestées jusqu’ici, par l’Angleterre pour nos intérêts en Égypte et l’on semblait craindre qu’ils ne fussent gravement lésés »83.

  • 84 Le Journal des débats, 15 et 17.1.1883.

90Se soumettant aux faits accomplis, les Débats croient l’annexion inévitable. Les Anglais sont maîtres par droit de conquête, mais ils prêtent à rire par le « formalisme ridicule » qu’ils mettent à prétendre tout faire au nom du khédive. Ils exploitent leur expédition comme des hommes d’affaires qui ont fait une bonne spéculation, et il serait naïf de leur demander de restaurer le statu quo ante84. Les bonnes dispositions de ce quotidien, tout dévoué au Contrôle, se transforment vite en désabusement et en sarcasmes.

  • 85 Ibid., 20.7.1883.

91L’affaire du second canal de Suez, menace directe à des intérêts privés, le fait basculer dans le camp de l’opposition à l’occupation. « Nos voisins commencent à se faire illusion sur l’étendue de notre faiblesse et de notre résignation politique »85. Chantre de la collaboration, le quotidien rejoint les adversaires de la politique de Londres. Ceux-ci font maintenant bloc, bien que la colonie sera toujours plus résolue que les créanciers.

IV. LA RESTAURATION DE L’ANCIEN RÉGIME : UNE LABORIEUSE ENTREPRISE

  • 86 HРD 3e série, t. 274, colonnes 1407-1408, 14.11.1882.

92Gladstone assimile l’entrée des troupes anglaises en Égypte en 1882 à celle des armées européennes en France après Waterloo86. L’analogie n’est guère forcée dans la mesure où elle traduit la remise en place de régimes renversés. C’est une mission délicate que s’assigne l’Angleterre : restaurer un pouvoir khédivial miné par le Contrôle, battu en brèche par le mouvement national et déconsidéré par sa collaboration avec l’occupant. Elle entend le renforcer en le guérissant de certains des maux qui ont conduit à sa chute. Elle compte enfin asseoir sa, primauté en Égypte en mettant à son service cet Ancien Régime ravaudé. A côté d’un programme de cette ampleur, une mesure comme l’exclusion de la France du Contrôle s’apparente à un détail. L’histoire des deux années de 1882-1884 est celle de l’insuccès par lequel se soldent les efforts de l’Angleterre de mener à bonne fin son projet. La France, marginalisée pendant cette période, aura l’occasion de revenir sur la scène égyptienne.

  • 87 Ibid., colonne 1183, 10.11.1882.

93L’Angleterre s’institue défenseur de l’autorité légitime, du khédive. Elle est son alliée et son mandataire, précise le chancelier de l’Échiquier87. Or cette autorité n’existe plus ; l’occupant s’emploie à la ressusciter et à présenter sous un éclairage réformiste la restauration en cours. Ayant fait avorter le constitutionnalisme et le parlementarisme égyptiens, il se targue d’apprendre aux Égyptiens le self-government, à savoir l’absolutisme khédivial guéri de ses tares les plus voyantes grâce à la tutelle britannique. La méthode a un curieux résultat : ses échecs sont attribués par certains à l’excès de réformes – maître-mot de l’occupant – plutôt qu’à la difficulté d’insuffler vie à l’organisme agonisant du régime khédivial.

  • 88 PP, Département de la Seine, Ba 337, Rapport du Caire, 5.10.1882.

94La répression du mouvement national figure en tête de liste du programme. Une terreur blanche s’abat sur l’Égypte. Les tribunaux d’exception, composés de circassiens et d’officiers britanniques, prononcent leurs sentences en quelques minutes, après un interrogatoire sommaire. « La sanction d’une puissance européenne à pareille débauche juridique est pénible à enregistrer »88.

95Le 5 octobre, un grand conseil, réunissant khédive, Malet et haut commandement britannique, décide la condamnation et l’exécution de ‘Urābī. Les événements qui ont suivi le bombardement d’Alexandrie sont imputables à la guerre ; on cherche donc à lui faire porter la responsabilité des désordres du 11 juin, délit de droit commun.

  • 89 HPD, 3e série, t. 274, octobre-novembre 1882.

96L’affaire est gênante pour l’Angleterre. Les officiers égyptiens se sont rendus aux commandants britanniques comme prisonniers de guerre. Le gouvernement de Londres prétend qu’il n’y a pas eu guerre mais rébellion, et remet les « mutins » aux représentants du khédive. Peut-il dès lors dégager sa responsabilité du lynchage qui s’ensuivrait ? Le discrédit retomberait autant sur lui que sur son protégé le khédive, dont le respect du droit et le bon gouvernement ont été si vantés en Europe. Il y aura donc un procès dans le cadre d’une cour martiale. Les parlementaires britanniques discutent abondamment ce procès89, obligeant le gouvernement anglais à s’immiscer dans les procédures afin d’éviter des actes de vengeance trop flagrants. Toutefois il ne le fait pas ouvertement par souci d’entretenir la fiction d’un pouvoir khédivial indépendant.

  • 90 The Economist, 9.12.1882 ; HPD, 3e série, t. 280, colonne 48, 8.6.1883.
  • 91 Windsor Royal Archives, CAB 41/16/56, 16.11.1882.

97On apprend que ‘Urābī détient des documents impliquant de hauts personnages, y compris le vice-roi, dans les événements du 11 juin90. Étonné du sentiment de sympathie qui se manifeste en Angleterre pour ‘Urābī91, le cabinet anglais est pressé d’en finir. Une transaction intervient aux termes de laquelle les officiers plaident coupables de rébellion et sont déportés au Ceylan. La restauration dicte cette entorse au droit du vice-roi de châtier des insurgés.

  • 92 Le Journal des débats, 27.12.1882.
  • 93 AE, CP Égypte 76, Ramdre à Duclerc, 3.12.1882.
  • 94 AE, CP Égypte 77, Raindre à Duclerc, 9.2.1883.

98Il s’en trouve en France pour reprocher à l’Angleterre d’avoir atteint le prestige personnel du khédive, obligé qu’il est de pousser trop loin la clémence à l’égard des organisateurs de pronunciamentos92. Une condamnation politique réhabilite ‘Urābī et la grâce dont il bénéficie le grandit, déplore l’agent français93. S’alimente ainsi l’interprétation à l’effet que tout le mouvement national – la « comédie insurrectionnelle »94 – n’était qu’une mise en scène commandée par l’Angleterre pour lui fournir le prétexte de s’emparer de l’Égypte. La négation de la légitimité du mouvement national est retournée contre l’occupant par des rivaux qui partent du même point de vue que lui.

99Dufferin, ambassadeur à Constantinople, est envoyé au Caire pour diriger la restauration. Son ordre de mission lui accorde tous les pouvoirs nécessaires à la réorganisation du pays. Esprit fertile, il s’emploie en Égypte à remettre en état l’Ancien Régime ; en Europe, il laisse entendre que l’Angleterre apprendra au peuple égyptien le bon usage des droits constitutionnels qu’elle lui octroie.

  • 95 PRO, FO 78/3565, Dufferin à Charles Dilke, sous-secrétaire au Foreign Office, 1 1.1.1883.

100Dufferin va tout droit à l’essentiel : l’abolition de la Chambre des délégués, dissoute par un décret du 12 septembre 1882. Il faudra se contenter de conseils locaux et de corps constitués purement décoratifs. « Je vous ai fabriqué une assemblée générale représentative de quelque soixante-dix membres ; j’espère que vous la trouverez satisfaisante »95.

  • 96 PP (1883) LXXXIII, Dufferin à Granville, 6.2.1883.

101Tout se passe comme si l’occupant offre liberté et progrès au pays qu’il occupe. Le rapport final de Dufferin est un document d’une rare hauteur de vue, un vibrant hommage aux bienfaits de la liberté. L’auteur y déploie de grandes ressources linguistiques et démontre la fécondité de son intelligence. Si nombre de commentateurs se sont plus à reconnaître le descendant du dramaturge Sheridan dans ce traité, il convient de préciser que la contribution de Dufferin est surtout à la littérature humoristique. « Le simple fait que nous ayons doté le pays d’institutions représentatives constitue une preuve de notre désintéressement »96. Le plaisant écrivain se répand avec éloquence sur les libertés constitutionnelles, les réformes, les droits des agriculteurs, la fiscalité, etc.

102Le self-government de Dufferin a cette particularité qu’il ne pourra exister que si le gouvernement obéit à ses conseillers anglais. La Loi organique du 1er mai habille décemment la restauration de l’absolutisme khédivial. Un Conseil législatif, composé de membres nommés par le gouvernement ou élus par suffrage indirect et très restreint, est mis sur pied. Il se réunit tous les deux ans pour quelques jours. Une Assemblée générale, tirée d’un suffrage indirect et censitaire, lui est adjointe. Chambres consultatives, leurs séances se tenant à huis clos, elles n’ont qu’un droit, celui de refuser un nouvel impôt. Son exercice n’est pas à prévoir car l’Égypte est notoirement surimposée. Le Conseil peut aussi « émettre des avis et des vœux » (article 22) concernant le budget, faible attribution que le gouvernement rendra caduque en ne le lui soumettant pas avant 1893. Cœur de la Loi organique, l’article 23 stipule que

  • 97 Versement annuel à la Porte, vestige de l’appartenance de l’Égypte à l’Empire ottoman. Les puissan (...)

« le service du tribut97, celui de la Dette publique, et généralement toutes charges ou obligations résultant de la Loi de liquidation ou de conventions internationales, ne peuvent être l’objet d’aucune discussion ni d’aucune expression de vœu ».

  • 98 Le Journal des débats, 9.2.1883.
  • 99 The Times, 13.3.1883.
  • 100 AE, CP Égypte 78, Raindre à Challemel-Lacour, 9.5.1883.

103En France, on décode un document dont les artifices irritent ceux qui ne perdent pas de vue les réalités sous-jacentes. Les Anglais « se proposent maintenant de se prévaloir de la mission providentielle de tuteurs du peuple égyptien qu’ils se sont assignée à eux-mêmes, pour se maintenir à jamais dans ce pays »98. Dufferin fournit aux jingoes l’argumentation respectable qui leur fait défaut. Ils se laissent convaincre que l’Angleterre est en Égypte pour mettre en œuvre des réformes, processus qui sera, bien entendu, long99. Dufferin place des Britanniques à la tête des services du gouvernement mais il respecte la situation des fonctionnaires modestes. « Il s’en rapporte patiemment aux découragements et à la fatigue pour faire peu à peu maison nette par voie d’extinction »100.

104L’application des réformes est subordonnée à la restauration de l’Ancien Régime, celui-là même qu’il faut réformer. Les agents anglais sur place constatent que le pouvoir khédivial a été emporté ; ses vices menaient : et mèneraient de nouveau à sa chute. Leur espoir se résume dans l’idée que l’absolutisme pourrait se maintenir en corrigeant, grâce à leurs conseils, ses imperfections les plus criantes.

105De préférence courte, l’occupation durera le temps qu’il faudra pour remettre sur pied l’absolutisme khédivial et lui enseigner les pratiques indispensables à sa survie, à la lumière des leçons de l’effondrement de 1881-1882. L’investissement de l’Administration par des éléments anglais doit lui fournir l’armature nécessaire à sa reconstruction, à la prévention des crises qui naissent des abus de l’absolutisme et à la marche à l’unisson des besoins de l’Angleterre.

  • 101 Ramm, op. cit., II, p. 136, Gladstone à Granville, 24.12.1883.
  • 102 PRO, CAB 37/12/34, Memorandum de Baring, 4.7.1884.

106L’occupant répugne à se placer en première ligne dans l’administration de l’Égypte et à se rendre responsable de la situation intérieure du pays. Occupation et protectorat ne sont pas synonymes. L’occupation sans fondement juridique permet la restauration de l’absolutisme sans imposer l’obligation de répondre de tous ses actes. D’autre part, l’Angleterre, en gouvernant directement, n’a aucune certitude de pouvoir faire fonctionner l’Administration absolutiste, brisée en 1881-1882, mieux que le personnel khédivial. Enfin le protectorat conduirait le gouvernement de Londres à prendre à sa charge un pays en état de banqueroute. En aucun cas, Gladstone ne veut accepter d’obligations pécuniaires indéfinies101. Le nouvel agent diplomatique, Evelyn Baring, fera la même analyse. Gouverner l’Égypte depuis Londres ou directement sur place retirerait toute autorité au gouvernement du khédive et rendrait impossible l’évacuation, sans compter la responsabilité qu’assumerait l’Angleterre pour toute l’administration intérieure. Mieux vaut laisser une certaine latitude aux ministres du vice-roi, sous réserve qu’ils tiennent compte de l’avis de leurs conseillers britanniques102.

  • 103 Malortie, « Egypt for the Egyptians », The Fortnightly Review, XXXIV, 200, 1.8.1883, p. 333.
  • 104 PP (1883) LXXXIII, Villiers Stuart, depute, a Dufferin, 2.3.1883.
  • 105 Malortie, art. cite, p. 334.
  • 106 H. Villiers Stuart, Egypt after the war, John Murray, Londres, 1883, p. 58.
  • 107 PP (1883) LXXXIII, Villiers Stuart a Dufferin, 15.1.1883.

107L’Égypte présente en 1882 un spectacle affligeant. En 1879, l’endettement des paysans est de 1 400 000 £ (35 000 000 F). Il est estimé par Dufferin en 1882 à 9 000 000 £ (225 000 000 F), mais il peut atteindre en réalité 15 000 000 £ (375 000 000 F)103. Garrotté par l’usure, le fallāḥ paie jusqu’à 65 % d’intérêt par an104. L’impôt foncier lui enlève plus du tiers de son revenu. Il est évident qu’il acquitte ses impôts avec de l’argent emprunté105. L’intérêt versé aux usuriers se situe entre 4 000 000 et 5 000 000 £ (100 000 000 et 125 000 000 F) par an, soit plus que l’impôt foncier106. La corvée, effectuée dans des conditions déplorables, gaspille la main-d’œuvre et la retire à l’agriculture. La moitié de la population en état de travailler consacre 3 à 4 mois par année à la corvée. La seconde culture sur leur propre terre est, par conséquent, réduite de moitié107.

  • 108 Villiers Stuart, op. cit., p. 60.
  • 109 AE, CP Égypte 78, Raindre a Challemel-Lacour, 12.3.1883.
  • 110 PP (1883) LXXXVIII, Baring a Granville, 23.10.1883.
  • 111 Ibid., p. 156, Baring a Granville, 17.12.1883.

108Les agents britanniques ne peuvent se dissimuler la nature des ressorts matériels du mouvement national. La fin de l’usure et de la corvée, l’annulation des dettes, la réduction des impôts, voire le partage des propriétés, tels sont les espérances qui lui ont apporté l’appui de la population. Chassés durant la période du gouvernement national, les usuriers reviennent en force dans le sillage de l’armée d’occupation108. Ils se répandent dans le pays pour tâcher d’opérer les recouvrements interrompus en 1882109. On découvre en 1883 que les agriculteurs croient toujours à l’annulation des dettes. Le 20 octobre, le ministre de l’Intérieur envoie une circulaire dans les villages pour les désabuser110. Les paysans ne s’étant pas départis de leurs idées erronées, une seconde circulaire est envoyée le 15 décembre111.

  • 112 Malortie, art. cite, pp. 327-343 ; anonyme, « England’s duty in Egypt », The Fortnightly Review, X (...)
  • 113 Villiers Stuart, op. cit., pp. 338, 464-465 et 466.

109Tout se tient : la restauration de l’Ancien Régime garantit le service de la dette, qui maintient les impôts à un niveau élevé et oblige le fallāḥ à s’endetter auprès de l’usurier. Plumé par ce dernier, pressuré par le percepteur, il subit l’expropriation et grossit le nombre d’indigents. Certains contemporains, ignorant cette liaison, sont persuadés que l’Angleterre aide l’Égypte. Avec générosité, ils font état des maux dont souffre le pays et prient l’Angleterre d’intervenir davantage afin d’introduire des réformes112. L’un d’eux aboutit à une singulière conclusion. En gouvernant directement l’Égypte, en augmentant le nombre de fonctionnaires anglais – les seuls inaccessibles aux abus du passé – l’Angleterre apprendra aux Égyptiens à se gouverner. Si l’Administration leur est enlevée, c’est, en fait, le moyen le plus rapide de réaliser le rêve du mouvement national : l’Égypte aux Égyptiens113.

110Aucun auteur ne médite le fait que l’Angleterre prend sur elle de restaurer un régime qui appelle tant de réformes. Celles-ci, appliquées à un régime absolutiste, issu des forces sociales qui leur sont allergiques, sembleraient viciées à l’avance. Un programme d’amélioration comme celui qu’ils envisagent seyait au gouvernement national de 1882, pas aux pachas que l’Angleterre remettait en selle.

111L’autorité du « gouvernement légitime du vice-roi » n’est plus. Elle n’existe qu’en tant qu’auxiliaire de l’armée d’occupation. Incarnée dans l’échafaud, elle se manifeste surtout par le recours au kurbāj (fouet), méthode normale de faire rentrer les impôts.

  • 114 AE, CP Égypte 78, Raindre à Challemel-Lacour, 9.5.1883.

« Le vieil édifice gouvernemental égyptien se lézarde et menace de s’écrouler de toute part ; il ne tient plus debout qu’en s’appuyant sur la maîtresse poutre de l’occupation anglaise »114.

  • 115 AE, CP Égypte 85, Barrère à Ferry, 1.4.1884 ; the Times, 24.8.1883 et 30.10.1884.

112A l’épidémie de choléra de l’été 1883 succèdent des défaites, au Soudan qui étalent au grand jour les carences du régime khédivial. La dissolution de l’armée par l’Angleterre dès l’entrée de ses troupes en Égypte favorise l’extension du soulèvement. En novembre 1883, une expédition anglo-égyptienne est anéantie par les mahdistes ; la défense de l’Égypte elle-même n’est pas assurée. Le chaos qui y règne ne peut être mis sur le compte des épreuves passagères de la réorganisation. L’appareil d’État n’existe qu’en théorie. Tandis que sévit dans les campagnes le « brigandage »115 des paysans expropriés, les impôts rentrent mal. L’abandon du Soudan, décidé par l’Angleterre en janvier 1884, révèle la gravité de la situation et la précarité du régime que Londres tente d’instaurer en Égypte.

  • 116 The Economist, 5.1.1884.
  • 117 The Times, 3.1.1884.

113Réfractée par la thèse officielle du contrôle indirect, la situation produit d’étranges résultats dans la presse. En Angleterre, on attribue à la modération de la politique du cabinet Gladstone les troubles de l’Égypte. Au lieu de gouverner, l’occupant aurait donné des conseils116. Son tort aurait été de ne pas aller jusqu’au bout de ses réformes. Ses mécomptes seraient dues aux demi-mesures dont il s’est contentée et à la part trop large qu’il aurait faite aux Égyptiens dans l’Administration. Associées aux bienfaits d’un gouvernement franchement anglais, les réformes seraient antithétiques au self-government. Le Times ne voit qu’un remède à ce mal : la nomination d’un ministère composé d’Anglais117.

  • 118 Le Journal des débats, 15.6.1883.
  • 119 Ibid., 7.8, 24.10 et 6.11.1883.

114En France, la réaction est tout autre. Le discours réformiste et constitutionnel n’est pas perçu comme une duperie ; ce serait, au contraire, un projet sérieux et inquiétant. On considère que l’Angleterre s’est trop préoccupée de réformes et pas assez de l’autorité du khédive. Par son respect excessif des « traditions révolutionnaires et soi-disant nationales »118, c’est elle, et non l’intervention étrangère depuis 1876 ou le mouvement national, qui aurait sapé le régime du vice-roi. Au lieu de rétablir l’ordre et châtier les « rebelles », elle se serait complue à flatter l’insurrection après sa défaite119. En définitive, le mouvement national n’était qu’une invention de l’Angleterre :

  • 120 Ibid., 5.2.1884.

« L’idée de créer tout d’une pièce une nation libre avec un peuple d’Orient et de donner l’usage du self-government à de malheureux fellahs était une utopie que la réalité devait bientôt dissiper »120.

115Depuis l’occupation, l’attitude de la diplomatie française à l’égard des Anglais est plus équivoque qu’antagonique. Le silence des archives témoigne de l’embarras du Quai d’Orsay et de la difficulté qu’il éprouve à définir une politique. Pendant des mois, la France est inactive sur le plan politique en Égypte. Le chargé de l’agence est réduit à l’inertie.

  • 121 BN, Mss, Nouvelles acquisitions françaises 13533, G. Charmes, au Caire, à J. Reinach, 8.12.1882.

« Lord Dufferin ne lui parle que du beau temps et M. Malet que de la crue du Nil. Quant au contrôleur M. Brédif,... il vit dans son jardin où personne ne le voit. Moralement et politiquement, il est mort, il n’existe pas »121.

116La France, méfiante face à la mainmise anglaise, n’est pas hostile à la restauration du régime khédivial. A cet égard, sa diplomatie, à défaut d’agir, pratique une abstention bienveillante.

  • 122 AE, CP Égypte 78, Raindre à Challemel-Lacour, 8.3.1883.
  • 123 Ibid., Challemel-Lacour à Raindre, 9.3.1883.

117Un exemple est fourni lorsque Qadrī bey, commissaire envoyé par le sultan en Égypte, fait des ouvertures à Raindre en vue de mener une action commune. Le chargé de l’agence observe « une grande réserve »122 et demande des instructions. Le ministre répond que la France désire assurer le maintien des traités et des firmans de 1866, 1873 et 1879. « L’exercice d’une action commune ne devra ni dépasser les limites qui viennent d’être indiquées ni revêtir un caractère hostile à une puissance tierce »123. Lorsque Qadrī prépare une supplique demandant le retrait de l’armée anglaise, l’entrée de troupes ottomanes et le rétablissement du Contrôle anglo-français, Raindre la trouve inadmissible. Il faut d’abord rendre aux colonies et aux gouvernements européens la confiance perdue en 1882.

  • 124 AE, CP Égypte 79, Raindre à Challemel-Lacour, 20.5.1883.

« Il faut que la conviction se rétablisse que l’ordre est absolument assuré, matériellement et moralement, et, pour cela, il faut que la population indigène ait donné de tels gages de sa sympathie pour les Européens en général, qu’elle puisse ensuite, sans semer l’alarme, exprimer des vœux tendant à libérer le territoire de l’occupation britannique »124.

118Pour leur part, les milieux officiels britanniques se refusent à franchir le pas vers la déclaration du gouvernement direct, dont l’une des conséquences serait la garantie de la dette. Le parti tory est favorable à une politique « énergique » et

  • 125 AE, PA Waddington 8, Note du 11.4.1884 ; the Times, 1.4.1884.

« toutes les grosses influences financières de la Cité, représentées par le Times et par d’autres journaux, poussent au protectorat. Ces derrières voudraient que l’Angleterre garantît la dette égyptienne, et elles savent bien que la garantie n’ira pas sans le protectorat »125.

  • 126 Le Journal des débats, 21.1.1884.
  • 127 PP, Département de la Seine, Ba 426, Rapport du 4.1.1884.
  • 128 L’Économiste français, 12.1.1884.

119Ce ne sont guère les créanciers français qui élèveraient des objections. « Plus les Anglais se mêlent de l’Égypte, plus le crédit du gouvernement se raffermit. Le sentiment de la Bourse ne varie pas à cet égard, il en est même aveugle de temps en temps »126. Il n’est pas jusqu’au soulèvement au Soudan qui ne détermine bon nombre de spéculateurs à Paris à se mettre à la hausse sur les fonds égyptiens : si l’Angleterre s’impose les sacrifices d’une reconquête, elle établira son protectorat et exercera un contrôle effectif sur l’Administration de l’Égypte127. Leroy-Beaulieu demande expressément à l’Angleterre de prendre à sa charge la dette comme le fera la France en Tunisie128.

  • 129 PRO, FO 633/5, Cromer Papers, Evelyn Baring à Childers, chancelier de l’Échiquier, 3.4.1884 ; Ramm (...)

120Vu l’état déplorable de l’Égypte, ni la garantie de sa dette, ni la perspective de la gouverner directement ne sourit à l’Angleterre. Tous les responsables reculent devant les risques que comporterait la nomination d’un ministère anglais ou le gouvernement depuis Londres129.

Conclusion.

121L’Angleterre est à la croisée des chemins en janvier 1884. Elle doit se rendre à l’évidence : le soulèvement national n’était pas qu’une rébellion superficielle et le régime khédivial avait été débilité, au point que son existence tenait de l’opération thérapeutique. Plus difficile que prévu, la restauration la met en présence de deux options : l’accentuation de son intervention et la prolongation de l’occupation militaire – peut-être le protectorat – ou la retraite pure et simple et le renoncement à la primauté en Égypte. Elle choisit une troisième voie, celle du recours aux puissances, conformément à l’article 37 de la Loi de liquidation, afin de lever un emprunt permettant d’éviter la suspension des paiements. L’inconvénient de confier la question d’Égypte au concert de l’Europe est qu’un tel procédé expose à la critique la situation exclusive de l’Angleterre et permet aux puissances de lui imposer des conditions. Peut-elle leur demander sans contreparties de l’aider à rétablir le pouvoir du khédive, grâce auquel elle entend installer sa prépondérance ? La France est au premier chef concernée.

122Assailli de toute part, impuissant à reconstruire les bases de : l’absolutisme, le gouvernement anglo-khédivial n’est pas à la veille de fournil- à l’Angleterre les résultats qu’elle attend de lui. Le régime qu’elle soutient n’ayant démontré aucune des marques de la permanence, l’Angleterre doit repousser à un avenir lointain les avantages particuliers qu’elle pourrait en retirer. Elle se voit obligée de ménager la France et de ralentir le processus de son éviction du pays. Il y a là des possibilités de redressement que ne tarde pas à saisir la diplomatie française. Elle jouit alors d’un sursis aussi inattendu que le mal qu’éprouve l’Angleterre à consolider l’assise du trône vice-royal. Écartée depuis 1882, la France a, dans ces conditions, l’occasion de ralentir la cadence de l’anéantissement de son influence en Égypte, voire de renverser la tendance.

123L’action individuelle de l’Angleterre s’est avérée insuffisante pour restaurer l’Ancien Régime. L’échec de la France en 1882 est suivi par celui de l’Angleterre en 1882-1884. Une nouvelle étape s’annonce sous le signe de la reprise des rapports entre Londres et Paris. Complexes et ambiguës, leurs rivalités et ententes occuperont l’avant-scène pendant vingt ans, tant que l’Angleterre ne pourra se passer de l’assentiment de l’Europe.

Tableau 197
Dette publique égyptienne

Tableau 197Dette publique égyptienne

124Sources : Annuaire statistique de l’Égypte, 1914, p. 404, 491 et 493 ; A. E. Crouchley, The Economie Development of modem Egypt, Longmans, Londres, 1938, p. 277.

125Part française : cf. tableau 198.

Tableau 198
Dette égyptienne
(En francs)

Tableau 198Dette égyptienne(En francs)

126Sources : Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1876-1914 ; Annuaire statistique de l’Égypte, 1914, pp. 489, 491, 493, 495, 497, 498.

  • 130 Cotée à Paris, la Garantie a son véritable marché à Londres.

Tableau 199
Cours au 31 décembre à la Bourse de Paris130
(En francs)

Tableau 199Cours au 31 décembre à la Bourse de Paris130(En francs)

127Sources : A. Murat, Le Contrôle international sur les finances de l’Égypte, de la Grèce et de la Turquie, thèse, Paris, A. Rousseau, Paris, 1899, p. 83, pour les années 1877 à 1898 ; le Temps, pour les années 1899 à 1913.

Notes

1 Rapport de Cave (1876) in 3. C. McCoan, Egypt as it is, Henry Holt, New York, 1877, p. 381 ; J. Rabino, De la progression de la dette égyptienne, Imprimerie nationale, Le Caire, 1889, p. l7 ; M.H. Haekel, La Dette publique égyptienne, thèse, Rousseau, Paris, 1912, pp. 35-65 ; A.-M. Hamza, The Public Debt of Egypt, 1854-1876, Government Press, Cairo, 1944, pp. 256-257 ; Landes, op. cit., p. 117, 213, 220, 250, 254, 340. Les chiffres de 1870 et 1873 sont douteux car ces deux emprunts sont des échecs.

2 J. Bel, La Dette publique égyptienne, thèse, Rousseau, Paris, 1939, p. 12.

3 Prospectus dans Ibid., p. 154.

4 CL, Dossier 28850.

5 Les membres français et anglais, représentant les groupes les plus importants d ; créanciers, dominent cette commission et celles qui seront constituées ultérieurement.

6 CL, Dossier 28850, Note sur la dette Dā’ira, 1898.

7 Les deux Dā’iras (régies) administrent les propriétés privées du vice-roi et de sa famille.

8 CL, Dossier 28850, Note sur la Dette domaniale, 1900.

9 Rapports, annuels des Domaines et CL, Dossier 28850.

10 AE, CP Égypte 101, Rapport de Gay-Lussac, contrôleur français, 4.7.1886.

11 L’Économiste français, 13.3.1886.

12 Rapport annuel, 1900 ; la Bourse égyptienne, 2.1.1902 ; l’Information, 1.8.1904.

13 En revanche, le taux d’intérêt est réduit de 5 % à 4 %.

14 Les rapports du commissaire et des représentants diplomatiques français suivent étroitement la confection du budget et traitent assidûment d’une multitude de menues questions administratives d’ordre strictement intérieur à l’Égypte. Cf. AE, NS Égypte 63 à 73.

15 Cf. chapitres XIII, XIV et XV pour les quatre dernières opérations.

16 EF, b31290, Manuscrit anonyme, 18.3.1896.

17 Le Rentier, 17.2.1897 et 17.4.1904.

18 Cf., par exemple, la série 20L Portefeuille du fonds Rothschild.

19 Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1884-1914/1915.

20 EF, B31615, Note sur les capitaux français en Égypte par F. Charles-Roux, mars 1911.

21 Annuaire statistique de l’Égypte, 1914, pp. 322 et 356.

22 PP (1903) LXXXVII.

23 Annuaire statistique de l’Égypte, p. 414.

24 PP (1898) CVII.

25 PRO, CAB 37/47/41, Mémorandum de Cromer, 15.6.1898.

26 AE, PA Barthélémy Saint-Hilaire 7, Barthélémy Saint-Hilaire à Tissot, ambassadeur à Londres, 25.10.1881.

27 PRO, CAB 37/7/4, Mémorandum de sir Auckland Colvin, 21.12.1881.

28 PRO, CAB 37/7/15, Granville à Lyons, ambassadeur à Paris, février 1882 (jour non indiqué).

29 PP (1882) LXXXII.

30 AE, PA de Ring 11, de Ring à Albert Vandal (Académie française), 2.8.1902.

31 PP (1882) LXXXII.

32 Ibid., pp. 238, 305-306. Lettre de Colvin et de de Blignières du 7.2.1882.

33 DDF, 1/4, pp. 270 et 271.

34 Freycinet, op. cit., pp. 210-211.

35 AE, PA d’Aunay 3, d’Aunay, chargé d’affaires à Londres, à Gambetta, 21.3.1882, l’artisan de Gambetta, d’Aunay le renseigne confidentiellement.

36 AE, PA de Ring 11, de Ring à Freycinet, 29.2.1880.

37 PP (1882.) LXXXII.

38 AE, CP Égypte 71, Sienkiewicz à Barthélémy Saint-Hilaire, 9.11.1881 ; à Gambetta, 28.11.1881.

39 PP (1882) LXXXII.

40 Conspiration d’une étendue considérable, avec engagement d’un tueur à gages pour assassiner ‘Urabi, écrit du Caire l’informateur de la Préfecture de police, Département de la Seine, Ba 337, 29.4.1882.

41 PP (1882) LXXXII, Malet à Granville, 14 et 31.5.1882.

42 Les dons de Malet et les services qu’il rend à la politique expansionniste de la Grande-Bretagne lui valent une fulgurante promotion. En 1883, il est rien moins qu’ambassadeur à Berlin.

43 Cf. ‘A. Rifā’ī, Muḥammad... (Muḥammad Sulṭān devant l’histoire), Maktabat al-anjlū al-miṣriyya, Le Caire, 1958 ; AE, CP Égypte 77, Raindre à Duclerc, 8.1.1883.

44 Le rôle de Palmer, professeur d’arabe à Cambridge, est révélé par Wilfrid S. Blunt (Times, 10.3.1883).

45 « Un officier de l’armée française » déclare dans une brochure : « Intervenir d’une manière quelconque, c’est donc courir soit à une humiliation éclatante, soit à une guerre avec l’Angleterre, guerre dont I issue n est malheureusement douteuse pour personne ». La Question égyptienne devant la nation : pas d’intervention, Marpon et Flammarion, Pans, 1882, p. 27.

46 La plume du commissaire britannique à la Caisse produit des phrases typiques de celles qui émanent d’Angleterre : « Je souhaiterais que l’assujettissement complet du pays par nos armes inaugure une ère de liberté accrue pour le peuple... Notre puissante main retirée, le peuple serait laissé à lui-même ; chaque puissance européenne ne manquerait pas de fourrer une paume qui lui démange ». PRO, CAB 37/9/84, Mémorandum d’Alonzo Money, 2.9.1882.

47 Gladstone l’évoque dès le 16 septembre 1882. Ramm, op. cit., I, p. 422.

48 PP (1883) LXXXIII, Dufferin, ambassadeur à Constantinople, à Granville, 1.5.1883.

49 Cf. HPD, 3em série, t. 272, colonne 1513.

50 PP, Département de la Seine, Ba 91, Rapport du 6.7.1882.

51 Cf., entre autres, les articles des 3 et 24.7.1882.

52 Ibid., 12 et 19.7.1882.

53 John Bright démissionne du cabinet pour protester contre le bombardement d’Alexandrie.

54 Ibid., 22.7.1882.

55 Ibid., 25.7 et 2.8.1882.

56 Ibid., 7.10.1882. Plus qu’un préjugé personnel, l’attitude reflète un état d’esprit: d’Idée identique dans lettre de Malet à Granville, 18.9.1882, in sir E. Malet, Egypt, 1879-1883, John Murray. Londres, 1909, p. 455.

57 Rapports de police sur les meetings. PP, Département de la Seine, Ba 91 et Ba 426.

58 PRO, CAB 37/9/84, Malet à Granville, 5.9.1882. Cf. Ibid., Memorandum de Malet, 3.9.1882, et CAB 37/9/88, Memorandum de Colvin, 20.9.1882.

59 Ramm, op. cit., I, p. 423, Gladstone à Granville, 19.9.1882 ; p. 434, 29.9.1882 ; p. 440, 3.10.1882.

60 AE, CP Égypte 76, Raindre à Duclerc, 9.10.1882.

61 AE, Affaires d’Égypte, 1882-1883, Imprimerie nationale, Paris, 1883, Granville à Lyons, 23.10.1882.

62 PP (1882) LXXXIII, Granville à Lyons, 25.10.1882.

63 Ibid., Lyons à Granville, 28.10.1882.

64 Ibid., Granville à Lyons, 30.10.1882.

65 Affaires d’Égypte, 1882-1883, op. cit., Tissot à Duclerc, 25.10.1882.

66 Ibid., Duclerc à Tissot, 29.10.1882.

67 Ibid., Granville à Lyons, 30.10.1882 ; Duclerc à Lyons, 4.11.1882.

68 AE, CP Égypte 76, Raindre à Duclerc, 7.11.1882.

69 AN, IL 41 Fonds Rothschild, Rothschild de Paris aux Rothschild de Londres, 10.11.1882.

70 Affaires d’Égypte, 1882-1883, op. cit., Duclerc à Tissot, 24.11.1882. Cf. Duclerc à Tissot, 13.12.1882.

71 Le Journal des débats, 11.11.1882.

72 DDF, 1/4, Tissot à Duclerc, 25.11.1882 ; PP (1882) LXXXIII, Lyons à Granville, 4.12.1882.

73 PP (1882) LXXXIII, Lyons à Granville, 1.12.1882.

74 BN, Mss, Nouvelles acquisitions françaises 13533, G. Charmes à Joseph Reinach, 18.12.1882.

75 PP (1882) LXXXIII, Granville à Lyons, 15.12.1882.

76 Affaires d’Égypte, 1882-1883, op. cit., Granville à Lyons, 30.12.1882.

77 Ibid., Duclerc à Tissot, 4.1.1883.

78 AE, PA de Ring 11, Courcel, directeur des Affaires politiques à de Ring, 15.2.1881.

79 Documents et extraits de journaux relatifs aux affaires d’Égypte (février-mai 1881), Chamerot, Paris, 1881, p. XIV. Publié par les protestataires.

80 Le Journal des débats, 18.9.1882.

81 Ibid., 19.9.1882.

82 Ibid., 17 et 23.9.1882.

83 PP, Département de la Seine, Ba 91, Rapport du 4.10.1882.

84 Le Journal des débats, 15 et 17.1.1883.

85 Ibid., 20.7.1883.

86 HРD 3e série, t. 274, colonnes 1407-1408, 14.11.1882.

87 Ibid., colonne 1183, 10.11.1882.

88 PP, Département de la Seine, Ba 337, Rapport du Caire, 5.10.1882.

89 HPD, 3e série, t. 274, octobre-novembre 1882.

90 The Economist, 9.12.1882 ; HPD, 3e série, t. 280, colonne 48, 8.6.1883.

91 Windsor Royal Archives, CAB 41/16/56, 16.11.1882.

92 Le Journal des débats, 27.12.1882.

93 AE, CP Égypte 76, Ramdre à Duclerc, 3.12.1882.

94 AE, CP Égypte 77, Raindre à Duclerc, 9.2.1883.

95 PRO, FO 78/3565, Dufferin à Charles Dilke, sous-secrétaire au Foreign Office, 1 1.1.1883.

96 PP (1883) LXXXIII, Dufferin à Granville, 6.2.1883.

97 Versement annuel à la Porte, vestige de l’appartenance de l’Égypte à l’Empire ottoman. Les puissances maintiennent cette ponction sur les ressources de l’Égypte car le tribut sert de gage à un emprunt turc.

98 Le Journal des débats, 9.2.1883.

99 The Times, 13.3.1883.

100 AE, CP Égypte 78, Raindre à Challemel-Lacour, 9.5.1883.

101 Ramm, op. cit., II, p. 136, Gladstone à Granville, 24.12.1883.

102 PRO, CAB 37/12/34, Memorandum de Baring, 4.7.1884.

103 Malortie, « Egypt for the Egyptians », The Fortnightly Review, XXXIV, 200, 1.8.1883, p. 333.

104 PP (1883) LXXXIII, Villiers Stuart, depute, a Dufferin, 2.3.1883.

105 Malortie, art. cite, p. 334.

106 H. Villiers Stuart, Egypt after the war, John Murray, Londres, 1883, p. 58.

107 PP (1883) LXXXIII, Villiers Stuart a Dufferin, 15.1.1883.

108 Villiers Stuart, op. cit., p. 60.

109 AE, CP Égypte 78, Raindre a Challemel-Lacour, 12.3.1883.

110 PP (1883) LXXXVIII, Baring a Granville, 23.10.1883.

111 Ibid., p. 156, Baring a Granville, 17.12.1883.

112 Malortie, art. cite, pp. 327-343 ; anonyme, « England’s duty in Egypt », The Fortnightly Review, XXXIII, 197, 1.5.1883, pp. 748-757.

113 Villiers Stuart, op. cit., pp. 338, 464-465 et 466.

114 AE, CP Égypte 78, Raindre à Challemel-Lacour, 9.5.1883.

115 AE, CP Égypte 85, Barrère à Ferry, 1.4.1884 ; the Times, 24.8.1883 et 30.10.1884.

116 The Economist, 5.1.1884.

117 The Times, 3.1.1884.

118 Le Journal des débats, 15.6.1883.

119 Ibid., 7.8, 24.10 et 6.11.1883.

120 Ibid., 5.2.1884.

121 BN, Mss, Nouvelles acquisitions françaises 13533, G. Charmes, au Caire, à J. Reinach, 8.12.1882.

122 AE, CP Égypte 78, Raindre à Challemel-Lacour, 8.3.1883.

123 Ibid., Challemel-Lacour à Raindre, 9.3.1883.

124 AE, CP Égypte 79, Raindre à Challemel-Lacour, 20.5.1883.

125 AE, PA Waddington 8, Note du 11.4.1884 ; the Times, 1.4.1884.

126 Le Journal des débats, 21.1.1884.

127 PP, Département de la Seine, Ba 426, Rapport du 4.1.1884.

128 L’Économiste français, 12.1.1884.

129 PRO, FO 633/5, Cromer Papers, Evelyn Baring à Childers, chancelier de l’Échiquier, 3.4.1884 ; Ramm, op. cit., II, p. 185, Mémorandum de Gladstone, 5.5.1884.

130 Cotée à Paris, la Garantie a son véritable marché à Londres.

Table des illustrations

Titre Tableau 192Emprunts longs de l’Égypte en 18761
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/778/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Tableau 193Dette Dā’ira Saniyya6(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/778/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 194Dette domaniale8(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/778/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Tableau 195Emprunts (1862-1914) : montants nominaux15(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/778/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Tableau 196Part française dans la dette publique(En %)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/778/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Tableau 197Dette publique égyptienne
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/778/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Titre Tableau 198Dette égyptienne(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/778/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre Tableau 199Cours au 31 décembre à la Bourse de Paris130(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/778/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 323k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540