Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Deuxième partie. Les trois pôles des investissements français en Égypte et un laissé-pour-compte

Chapitre X. Les Sucreries : de l’embryon du groupe international au rétablissement du contrôle local

Volltext

1Au point de vue des capitaux étrangers, les Sucreries d’Égypte représentent l’entreprise la plus originale de la période. Situé dans le giron des capitaux français, le raffinage du sucre est l’unique grande industrie du pays.

2Mais il y a plus. Les Sucreries sont la seule société – mises à part les agences de banque, les succursales des magasins Orosdi-Back et de la Compagnie Lebon, et la filiale Thomson-Houston – que les intérêts français tentent de diriger comme unité d’un ensemble soumis au contrôle d’une firme métropolitaine.

3Dans tous les autres cas, les capitaux français s’engagent dans des sociétés dont l’administration et l’orientation générale ne relèvent que d’elles-mêmes. Actionnaires et obligataires placent des fonds dans des entreprises n’obéissant qu’à leur propre logique. Que leurs conseils soient composés de Français ou d’étrangers, que les décisions soient prises en France ou en Égypte, il s’agit de sociétés qui mènent leurs affaires en toute indépendance. Ne faisant partie d’aucun ensemble ou groupe, elles ne s’inscrivent guère dans des stratégies tracées en vertu de considérations externes à elles.

4L’originalité de l’intervention française dans les Sucreries est due à la volonté des dirigeants de la Raffinerie Say de les inclure comme pièce d’un ensemble orienté vers l’acquisition de la primauté sur le plan international. L’intention dépasse la seule recherche d’une rémunération pour des fonds investis. Le contrôle des Sucreries passe entre les mains des représentants de la Raffinerie Say qui agissent ès qualités. La société égyptienne devient une filiale qui évolue dans le cadre d’un programme tracé pour le groupe.

5Nommés parfois administrateurs de grandes sociétés, tel le CFE, les représentants des banques parisiennes ont pour mission, par la surveillance de la bonne marche de l’affaire, de sauvegarder la réputation et les intérêts pécuniaires des établissements de crédit qui se chargent des émissions en France. En règle générale, c’est vers la prudence que tendent leurs conseils. Ils n’envisagent pas d’imprimer à l’entreprise un cours défini en dehors d’elle, en fonction des besoins d’une société mère.

6Tout autre est la situation des Sucreries depuis que la Raffinerie Say s’y introduit. Ses finalités en sont modifiées et sa stratégie intégrée dans celle d’un groupe qui parie sur la croissance.

I. OÙ L’ON VOIT GRAND : LA SOCIÉTÉ SAY SE TOURNE VERS L’ÉGYPTE

  • 1 AE, CP Égypte 138, Cogordan à Hanotaux, 7.2.1895.
  • 2 AN, 65AQ R1721, Note sur les Sucreries d’Égypte par Émile Monteaux et eie, janvier 1897.

7L’entrée de la raffinerie Say en Égypte s’effectue sous une double impulsion : d’une part, la confiance dans l’efficience de ses techniques de fabrication ; d’autre part, la volonté de compenser, voire de tirer parti, des conséquences des changements dans la réglementation sucrière en Europe. Son outillage des plus perfectionnés lui laisse espérer les meilleurs rendements, tant en France qu’en Égypte. Comme elle l’a fait dans ses usines à Paris, la société Say mise sur la technologie de pointe. En ce qui concerne la fabrication du sucre brut, elle entend introduire en Égypte des procédés nouveaux pour séparer les cristaux de sucre des résidus impurs et non sucrés1. Ils se combinent avec la diffusion et l’évaporation à sextuple effet. La plupart des sucreries de l’époque emploient l’évaporation à triple effet et dépensent ainsi beaucoup plus de charbon. Ces innovations dans la production des sucres bruts s’accompagnent de techniques originales pour le raffinage. Ainsi les méthodes de l’électrolyse et les procédés développés par Steffen permettent de transformer directement le jus de canne en sucre raffiné. Le raffinage direct diminue de 30 à 40 % les frais de traitement de la canne broyée2.

A. LES POLITIQUES SUCRIÈRES

  • 3 J.-C. Allain, « La convention européenne de Bruxelles du 5 mars 1902 sur les sucres », Relations i (...)

8Avant la signature de la convention de Bruxelles du 5 mars 19023, le marché des sucres en Europe est un maquis de droits protecteurs, de surtaxes à l’entrée, de remboursements à la sortie (drawbacks) des droits d’importation, de tarifs préférentiels de transport (« détaxes de distance ») et de primes directes ou indirectes à l’exportation.

  • 4 Anonyme (J. Caillaux), « Le nouveau régime des sucres. La conférence de Bruxelles », Revue politiq (...)
  • 5 A. Souchon, « L’industrie sucrière en France après la conférence de Bruxelles ». Revue politique e (...)

9Le sucre revêt une importance considérable dans nombre de pays. Toutefois les inconvénients des politiques incitatives ne tardent pas à se confirmer. En protégeant, par la voie tarifaire la culture de la betterave et la fabrication du sucre, les États européens assurent à leurs producteurs la primauté sur le marché national à des prix élevés. En les subventionnant par des allocations directes ou par la franchise des droits, ils leur permettent de fixer des prix de combat pour l’écoulement à l’extérieur des excédents. Il en résulte une pléthore de produits et une concurrence acharnée pour l’exportation de surplus sans cesse grandissants. En 1902, le stock des sucres atteint 2 300 000 t contre 1 100 000 t trois ans plus tôt4. De 4 811 000 t durant la campagne de 1897-1898, la production européenne s’élève à 6 490 000 t durant celle de 1901-19025.

  • 6 D. Zolla, « Revue des questions agricoles. La question des sucres », Revue politique et parlementa (...)

10Les fabricants sont obligés d’exporter car la consommation nationale est stationnaire6. Compte tenu que les marchés étrangers ne sont pas extensibles à souhait, l’industrie sucrière se dirige inéluctablement vers une crise de surproduction et la ruine des producteurs. D’autre part, le régime fiscal des sucres et le système des primes entraînent de sensibles moins-values pour les Trésors.

  • 7 Souchon, art. cité, p. 431.

11La réglementation sucrière française repose sur la loi du 29 juillet 1884 qui élève de 3 à 7 % le droit d’entrée auquel sont assujettis les sucres européens. Sont visées les productions allemande et autrichienne qui, de 1875-1876 à 1882-1883, passent de 256 000 à 849 000 t, et de 230 000 à 490 000 t, alors que la production française recule de 462 000 à 423 193 t7.

12D’autre part, au lieu de taxer le sucre produit en France, l’impôt est perçu sur la betterave et un rendement légal fixé pour la matière première. Le sucre extrait en excédent du rendement légal reste « indemne », c’est-à-dire exonéré d’impôt. Une prime indirecte, le « boni de fabrication », est donc accordée sur la différence entre le rendement réel et le rendement légal. Accroître la partie non imposée et augmenter la production de la betterave la plus saccharifère devient dès lors l’objectif des fabricants. Stimulée par la franchise d’impôts de l’excédent de sucre, la production de raffinés quadruple entre 1884 et 1901.

  • 8 Zolla, art. cité, avril 1902, p. 148.

Tableau 133
Sucre fabriqué en France8
(Milliers de t)

Tableau 133Sucre fabriqué en France8(Milliers de t)
  • 9 Anonyme (J. Caillaux), art. cité, p. 222.

13La surproduction par rapport à la consommation intérieure française provoque une crise en 1895-1896 et l’exportation devient plus que jamais impérative. Aux primes indirectes le gouvernement Méline ajoute les primes directes de sortie par la loi du 7 avril 1897, comme l’avaient fait en 1888 et 1891 l’Au-triche-Hongrie et l’Allemagne. Plus de la moitié du sucre produit en France entre 1884 et 1902 étant exportée9, le gouvernement est contraint d’atténuer les pertes du Trésor : il relève à 4 reprises les rendements légaux ou soumet les sucres « indemnes » à des droits appelés P « exercice ».

  • 10 PRO, CAB 37/45/50 (1897). Le Royaume-Uni importe du sucre de betterave brut ; t raffiné du contine (...)

14A diverses reprises, les États européens tentent de freiner la prolifération des mesures de soutien. L’initiative est invariablement britannique et secondée par la menace de la prohibition ou de l’imposition de droits compensateurs (countervailing duties) sur les sucres bénéficiant de primes. Tel est le souhait des colonies indiennes et antillaises productrices de canne à sucre. Entièrement approvisionné par les importations, le marché britannique est de beaucoup le plus important pour les exportateurs du continent et constitue e pivot de l’industrie mondiale du sucre10.

15Cependant la Grande-Bretagne ne réussit pas à faire admettre l’abandon des primes. Il suffit de l’opposition ou de l’abstention d’un des États producteurs pour empêcher l’entente ou l’entrée en vigueur d’un accord. La conférence internationale de 1863 est suivie de celles de 1864, 1872, 1873, 1875, 1876, 1877, 1887 et 1898.

16En juillet 1900, les chambres de commerce de l’Empire adoptent une résolution en faveur de la prohibition des sucres primés. Le danger de l’interdiction d’entrée au marché britannique ou des droits compensateurs se précise. La France est vulnérable : la Grande-Bretagne constitue le principal débouché extérieur pour ses bruts et raffinés, en particulier ceux de l’industrie parisienne.

  • 11 D. Zola, « Revue des questions agricoles. La question des sucres », Revue politique et parlementai (...)

Tableau 134
Exportations des bruts et raffinés français11
(Milliers de t)

Tableau 134Exportations des bruts et raffinés français11(Milliers de t)
  • 12 PRO, CAB 37/57/42 (1901). Cf. CAB 37/60/7 (1902), CAB 37/60/34 et 36 (1902).

17La France convoque la conférence qui se tient à Bruxelles12. Aux termes de la convention de 1902, toute prime directe ou indirecte est supprimée à partir du 1er septembre 1903, tandis que la taxe douanière est réduite à un taux maximum de 6 F par 100 kg pour les sucres raffinés et 5,50 F pour les autres types.

B. LA RAFFINERIE SAY ET SON PROJET INTERNATIONAL

18L’industrie française se divise principalement entre les « Parisiens » et les « Marseillais », chefs de file des raffineurs portuaires. À Paris, les sociétés Say et Lebaudy sont assises sur la matière première et tiennent la culture betteravière française. À Marseille, la Raffinerie de Saint-Louis et la Raffinerie de la Méditerranée n’ont pas cet avantage et doivent compter sur le sucre de canne importé. Ce partage de la France s’explique surtout par le coût de la matière première. En effet, le sucre « indigène » français revient toujours plus cher à Marseille que le sucre « exotique » importé. A cela il faut ajouter le coût plus élevé du transport terrestre du Nord vers le Midi, par rapport au fret maritime.

  • 13 L. Pierrein, Industries traditionnelles du port de Marseille : le cycle des sucres et des oléagine (...)

19Approvisionnée de multiples sources, des Antilles à Java, l’industrie marseillaise n’écoule qu’une faible partie de ses raffinés sur le marché continental. À la fois importateurs et exportateurs, les sucriers phocéens se trouvent au cœur d’un réseau international relativement autonome. Le produit ne séjourne que brièvement sur le territoire français ; d’où l’importance du régime de l’admission temporaire, c’est-à-dire la suspension des droits tarifaires pendant le transit et la transformation du produit. La loi de 1884 ne la touche pas directement car elle ne travaille pas de sucre de provenance européenne. Naturellement partisans du libre-échange, les raffineurs phocéens s’inquiètent de la montée du protectionnisme13. Ils ne peuvent que se réjouir de l’abolition des primes, étant donné qu’elles s’exercent au profit de leurs concurrents, parisiens, allemands et autrichiens.

20L’entrée de la Raffinerie Say en Égypte en 1892 résulte d’une double rivalité : entre sucriers français, autrichiens et allemands, d’une part ; entre « Parisiens » et « Marseillais », de l’autre. À mesure que s’aiguise la concurrence en Europe, la stratégie Say consiste à élargir son champ d’action sur le plan géographique en comptant sur la qualité de son outillage pour ravir les marchés. Le mouvement qu’elle esquisse vers le sud est original pour une société jusque-là orientée vers la Grande-Bretagne. Elle s’emploie manifestement à prendre à revers les concurrents allemands et autrichiens, eux-mêmes engagés, à travers le port de Trieste, dans une chaude lutte contre les raffineurs de Marseille pour la prépondérance dans la zone méditerranéenne. Par la force des choses, la société Say se dresse en rivale des sucriers marseillais.

21L’histoire de la société Say, de la lutte qu’elle mène afin de s’assurer la suprématie en Europe, et de son intervention en Égypte se confond avec la carrière de l’homme qui la dirige de 1873 à 1905, Ernest Cronier. Plus que tout autre, c’est lui qui incarne le projet Say. Technicien de talent, financier téméraire, « le roi des sucres » est un capitaine d’industrie aux conceptions très larges. Porté vers l’amélioration constante de l’équipement et l’augmentation de la capacité productive, son ambition est de rendre inexpugnable la prépondérance de la Raffinerie Say.

22Fondée en 1832, elle est la plus ancienne des raffineries françaises et la plus importante d’Europe. Contrairement aux sucriers marseillais travaillant dans un contexte qui participe de la réexportation et de la zone franche, la société parisienne possède en France une base tant au point de vue de sa matière première que de son marché. Elle poursuit au dehors une expansion vendant vers le monopole sur les plans national et international. En Égypte, elle ne cherche ni sucre brut à acheter ni marché pour l’écoulement de ses raffinés fabriqués en France, mais une filiale de transformation lui permettant de renforcer sa position dans un secteur en proie à la concurrence la plus intense. Au fur et à mesure que s’exaspère la lutte en Europe, l’espace de l’industrie sucrière s’élargit sur le plan géographique.

23Cronier est l’homme tout désigné pour une entreprise nécessitant audace et mise en œuvre de grands moyens. Son ascension à la Raffinerie Say est rapide ; il met peu de temps pour s’assurer une domination sans partage de la société. Engagé en 1873 en qualité d’ingénieur, il est, au bout de quelques mois, chargé de la direction, et se voit nommé administrateur-délégué en 1877. Son ascendant dans la société va en se renforçant, parallèlement à son autorité sur le marché international des sucres.

  • 14 AN, F12 5117, États de service présentés à l’appui d’une demande d’admission à la Légion d’honneur (...)
  • 15 AN, F12 5117, Note de Fernand Raoul-Duval, administrateur de la Raffinerie Say – président en 1887 (...)

24C’est à l’initiative de Cronier qu’on attribue le développement accéléré de la Raffinerie Say. La production totale de sucre raffiné passe de 52 565 t en 1872 – dont il est exporté 28 327 – à 82 157 t en 1877 – dont 44 411 sont exportées14. En 1887, elle atteint les 120 millions. La part de la société Say dans les exportations totales de sucres raffinés de la France progresse de 20 % en 1875 à 38 % en 1885 ; dans les exportations vers l’Angleterre elle augmente de 40 % à 70 % au cours de ces dix années15.

  • 16 AN, F12 5117.
  • 17 La Petite République, 29.8.1905.
  • 18 Le Petit Parisien, 30.8.1905.

25Cronier introduit sans cesse des transformations en vue d’accroître la capacité productive. Les appareils les plus performants sont installés aux usines de la Place d’Italie. Dans son ensemble, le matériel et les constructions de la société Say représentent sous Cronier le plus vaste atelier de raffinage qui ait jamais existé. En 1889, la plupart des bâtiments sont modifiés, leur surface s’élevant à 40 000 m2. Les usines emploient 1 500 ouvriers et produisent 150 000 tonnes de raffinés par an. Les machines sont mues par une force motrice de 15 000 chevaux-vapeur et une batterie de chaudières unique en son genre en France16. En 1905, 2 000 ouvriers travaillent dans les usines dont la superficie se monte à 60 000 m217. Une usine électrique complète est construite ; 200 générateurs y produisent une force électrique de plus de 2 000 chevaux dans tous les ateliers. Ces travaux divers coûtent 33 millions de F. La société fabrique chaque jour 4 000 sacs de sucre de 100 kg et peut produire jusqu’à 500 000 kg par jour de sucre raffiné en tablettes18.

  • 19 PP, Département de la Seine, Ba 1023, Rapport de l’indicateur « Malaga », 1.9.1905.

26Préoccupé de donner aux affaires Say une ampleur sans précédent, Cronier cultive d’utiles amitiés sur le plan politique. Il est en relations suivies avec Waldeck-Rousseau, nantais comme lui, mais il entretient des rapports cordiaux avec les monarchistes. Les Ligues et les Comités de l’opposition ont en lui un souscripteur discret et un bailleur de fonds anonyme car tout bruit « pourrait nuire aux graves intérêts industriels dont il avait la garde »19. Prêt à toutes les éventualités, Cronier se ménage des entrées partout.

  • 20 Id.

« Ses vastes projets l’obligeaient à se concilier les bonnes grâces ministérielles sans lesquelles, parfois, on risque d’être contrarié, entravé dans l’exécution de ses plans »20.

27À en croire Cronier, la Raffinerie Say n’est pas sollicitée par un grand projet d’expansion lorsqu’elle s’installe en Égypte en 1892. C’est la loi du 5 août 1890 sur l’« exercice » qui le lui rend obligatoire. L’élévation des droits à 30 F le quintal retire aux sucriers français des avantages alors que les concurrents allemands et autrichiens bénéficient de primes directes à l’exportation des raffinés. La société ne renonce pas à lutter sur les marchés internationaux. Elle écarte une voie seulement :

  • 21 AE, AP Le Caire 232, Cronier à de Reverseaux, 13.5.1893.

« transporter nos usines chez eux, cette pensée ne nous est pas venue un instant, malgré l’injustice avec laquelle on nous traitait en France, et les avantages matériels que nous eussions trouvés à une semblable combinaison »21.

  • 22 Id.

28Les dirigeants de la Raffinerie Say préfèrent plutôt se rendre en Égypte en 1891 pour étudier les ressources du pays. Ils regrettent de devoir créer à l’étranger un nouvel établissement quand celui de Paris est suffisant pour produire d’immenses quantités, et conviennent qu’il est « fâcheux de ne pouvoir limiter la lutte aux raffineries étrangères et d’arriver fatalement à supplanter, dans la Méditerranée, les raffineries de Marseille »22. Mais, puisque la loi de 1890 fera disparaître, d’après eux, les raffinés français des marchés du monde, il vaut mieux qu’ils soient remplacés par des sucres égyptiens produits grâce à des capitaux français que par ceux des industries allemandes et autrichiennes. Considérations défensives et offensives s’enchevêtrent dans leur raisonnement. La société est contrainte d’opérer une délocalisation partielle afin de contrecarrer les effets de la perte d’un atout. Elle se donne ainsi les moyens de continuer à concurrencer les entreprises étrangères, et, chemin faisant, à enlever aux raffineries de Marseille le marché méditerranéen. Cette combinaison de mesures de protection et d’expansion caractérise chacune des grandes étapes de l’intervention Say en Égypte.

C. LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DES SUCRERIES DE LA HAUTE-ÉGYPTE

29D’origine indienne, la canne à sucre est acclimatée en Égypte par les Arabes. Depuis l’Égypte, elle se répand dans la région méditerranéene, puis dans les Amériques et les Antilles. Muhammad ‘Alī et ses successeurs développent une culture qui permet de mettre en valeur les terres de la Moyenne et de la Haute-Égypte en été. Dès 1818, des sucreries sont construites à proximité des champs. La canne connaît un essor considérable sous Ismā’īl ; le nombre d’usines augmente, une ligne ferroviaire relie Asyūṭ (Moyenne-Égypte) et Le Caire et des chemins de fer agricoles sont réalisés. Dix-sept usines sont construites pendant le règne d’Ismā’īl (carte 2).

  • 23 M. F. Leḥayṭa, Ta’rīkh. (L’Histoire économique de l’Égypte à l’époque moderne), Maktabat al-nahḍa (...)

30Les usines appartiennent à la Dā’ira Saniyya, administration des domaines personnels du vice-roi. Elles ont coûté 158 millions de F, sommes recueillies par la voie de l’emprunt23. Le sucre brut est expédié en Europe, notamment à Marseille, pour être raffiné, et une partie revient en Égypte sous forme de sucre blanc.

  • 24 Ibid, pp. 298-299.
  • 25 P. Arminjon et B. Michel, « L’industrie du sucre en Égypte », Revue politique et parlementaire, t. (...)

31La progression de la canne est en relation inverse avec celle du coton. La hausse des prix du coton lors de la guerre de Sécession aux États-Unis fait reculer la canne. De 1862 à 1865, les exportations de sucre brut s’effondrent : de 976 251 F à 20 736 F. Durant la même période, les importations en provenance de la France décuplent : 316 218 F à 3 220 863 F24 La baisse des prix du coton, consécutive à la fin de la guerre de Sécession donne une nouvelle impulsion à la canne. Cependant, propriétés, usines et chemins de fer sont gagés pour la conclusion de l’emprunt de 1870, et administrés par un organisme international représentant les créanciers. Non rémunératrices, certaines usines sont fermées. Il n’en reste que 11 en 1879, installées sur des propriétés s’étendant sur plus de 160 km et desservies par 483 km de voies ferrées25.

  • 26 Cf. Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1881, pp. 45-46 pour le décret (...)

32De 1880 à 1895 le cours, du sucre se maintient, ce qui encourage la création de nouvelles, entreprises. À côté des sucreries de la Dā’ira, la Société de la raffinerie d’Égypte (RE) est constituée le 6 avril 1881 à al- Ḥawāmdiyya à 25 km au sud du Caire. En sont les fondateurs : R. Suarès ; Delort ; Suarès, Nahman & cie ; Sinadino, Ralli & cie26. Sa production, destinée à la consommation locale, fait concurrence au sucre importé.

33Le gouvernement ayant accordé la faculté d’introduire au pays des sucres étrangers en franchise des droits, c’est la première fois que s’applique en Égypte le régime des admissions temporaires. Les bruts étrangers entreraient sous le régime des acquits à caution, à condition que la RE exporte une quantité équivalente de raffinés. La perception des droits de douane étant modifiée, les intérêts des créanciers se trouvent touchés : la Caisse devra se prononcer.

  • 27 Caisse à Riaz pacha, 23.3.1881, in ibid., pp. 39-42.

34Raffiner en Égypte signifie importer et exporter moins qu’auparavant, par conséquent minorer les droits d’entrée de 8 % sur les raffinés importés et les droits de sortie de 1 % sur les bruts égyptiens. « Il peut se produire ainsi un déplacement de revenus qui, à un moment donné, compromettrait de la manière la plus grave les intérêts des créanciers que nous représentons »27. Un remaniement des affectations pourrait s’imposer.

  • 28 Id.

« Il serait, en effet, contraire aux engagements pris, comme aux intérêts bien entendus du crédit égyptien, de laisser sans compensation l’amoindrissement que subirait l’un des principaux gages de la dette publique »28.

  • 29 Riaz pacha à Caisse, 4.4.1881 et Caisse à Riaz pacha, 5.4.1881, in ibid., pp. 43-44. Selon le Lyon (...)

35On ne saurait donner meilleure illustration des forces agissant en faveur de l’internationalisation de l’Égypte et des contraintes s’exerçant dans un sens contraire à son industrialisation. L’épisode de la RE résume avant l’heure l’un des problèmes fondamentaux de l’histoire économique contemporaine de l’Égypte, celui qui est au cœur de l’affrontement entre nationalistes et puissances étrangères. En l’occurrence, la Caisse laisse faire, mais exprime ses réserves au sujet de l’assurance du gouvernement de pouvoir compenser la baisse des droits sur les sucres par une augmentation des autres droits, conséquence de l’enrichissement du pays29.

Carte 2
Sucreries et raffinerie d’Égypte

Carte 2Sucreries et raffinerie d’Égypte
  • 30 R. Suarès, F. Suarès, S. Rolo, Beyerlé, Octave Borelli bey – à partir de 1892, avocat-conseil de S (...)

36Le décret du 12 avril 1892 consacre la naissance de la Société générale des sucreries de la Haute-Égypte (SHE). La Raffinerie Say – formellement Cronier – s’associe à Suarès frères et cie, qui dirigent alors la RE. Voilà pourquoi l’acte de société et les statuts interdisent aux Sucreries de débiter en Égypte et au Soudan tout produit pouvant faire concurrence à ceux de la RE. Le capital de 3 000 000 F est divisé en 6 000 actions entièrement libérées, prises 4 000 par Suarès frères, 2 000 par Cronier. Les 6 000 parts de fondateurs sont partagées dans les mêmes proportions. Sauf pour un membre représentant la Raffinerie Say, le premier conseil est dominé par des éléments locaux30.

  • 31 AE, CC Le Caire 36, de Reverseaux à Develle, 23.6.1893.

37Cronier se propose d’expérimenter l’outillage et les nouveaux procédés de fabrication dans une usine à construire à al-Shaykh Faḍl. Des ingénieurs détachés de la Raffinerie Say sont au service de la SHE. Les Suarès entrent en ligne de compte pour l’achat d’un domaine de 18 000 faddāns (7 560 ha) appartenant à la Dā’ira, opération dont les difficultés sont aplanies par l’agence diplomatique31. Une convention est passée entre les propriétaires et les Sucreries qui assure à l’usine des cannes nécessaires à la production du sucre brut.

  • 32 Le Pour et le contre, 26.1.1896 ; l’Information, 12.4.1905.
  • 33 AE, AP Le Caire 232, Cronier à de Reverseaux, 13.5.1893.

38Les études prévoyaient la construction d’une usine capable de traiter 500 à 600 t/jour. La première année de fonctionnement donne des résultats au-delà de toutes les espérances. Au 26 décembre 1893, elle a produit 41 000 sacs de sucre de 100 kg, résultant du traitement de 43 097 000 t de cannes. Le rendement en sucre blanc est de 9,51 %, proportion jamais atteinte en Égypte. L’usine traite 53 800 000 t en 1894-1895 et 77 900 000 en 1895-189632. Cronier estime qu’avec les nouveaux procédés et la canne riche en sucre qu’il y a en Égypte, la société pourra produire le sucre brut le moins cher au monde. Il suffira d’établir une raffinerie pour que l’Égypte, avec cet outillage et ces prix de revient, puisse défier toute concurrence33. Ce sera fait en 1893 et deux sociétés évolueront parallèlement jusqu’en 1897.

39La SHE s’emploie à augmenter ses ressources. Le conseil autorise le 7 avril 1894 une émission de 2 000 000 F d’obligations 5 %. Les 4 000 titres de 500 F sont émis à 450 F, et rapportent donc à la société 1 800 000 F. L’agence est naturellement favorable à l’admission à la cote officielle. Dès 1893, le ministre de France estime que

  • 34 AE, CC Le Caire 36, de Reverseaux à Jules Develle, ministre AE, 23.6.1893.

« c’est en effet par l’industrie et l’agriculture que nous pourrons devenir les véritables maîtres de l’Égypte et asseoir sur des bases sérieuses notre prestige. La voie nous est ouverte, et nous pouvons y entrer d’autant plus facilement que les Anglais ne cherchent pas à placer leurs capitaux dans la vallée du Nil, et qu’en fondant des sociétés avec l’étiquette égyptienne, nous n’éveillons pas leurs susceptibilités »34.

40Le 4 mars 1895, le conseil décide l’émission de 16 000 obligations 5 % à 450 F. Un an plus tard, le 11 avril 1896, il en émet 12 000 au même taux à 475 F. La première opération fait entrer 7 200 000 F, la seconde 5 700 000 F. Afin de porter le capital social à 5 000 000 F, 4 000 nouvelles actions sont créées les 28 février 1895 et 5 mars 1896. Émises à 1 000 F, entièrement versés, soit avec une prime de 100 %, elles témoignent de la confiance des dirigeants dans les bénéfices et dividendes à venir. 4 000 000 F entrent ainsi dans les caisses de la société. Toutes les actions et obligations sont admises à la cote officielle à Paris, et enregistrent des cours moyens plus élevés que les prix d’émission. Un tiers des actions anciennes est déjà souscrit en France par la Raffinerie Say, dont la participation dans le capital s’établit désormais à un cinquième du total.

  • 35 Cf. section suivante.
  • 36 Les autres membres sont : F. C. Dusseigneur, administrateur-délégué, Cronier, Temmerman, Fortunet, (...)
  • 37 AE, NS Égypte 79, de la Boulinière à Delcassé, 29.3.1904.
  • 38 AE, AP Le Caire 232, Boutiron à Hanotaux, 3.11.1896.

41Cette proportion s’élève par l’élimination de l’élément local. L’AG du 17 novembre 1894 augmente le nombre d’administrateurs. A la suite de la création des actions nouvelles en 1896, le conseil est remanié. Les administrateurs locaux auraient tenté d’entraîner la société ainsi que la Sucrerie-raffinerie d’Égypte35 dans un mouvement de spéculation. Ils sont écartés au profit de représentants de la Raffinerie Say et de personnes liées à Cronier ; Henry Say lui-même préside le conseil36. En 1904, deux administrateurs-délégués confient à l’agent que Suarès frères et cie avaient tenté de précipiter la chute des cours des actions pour les reprendre à vil prix. Démasqués, ils sont écartés du conseil37. Toutefois, les circonstances entourant cette communication – on le verra – commandent toutes les précautions. Par la même occasion, les actions des Suarès sont rachetées par l’élément français38, de sorte que la somme réelle provenant de sources françaises équivaut à l’ensemble du versement effectif, soit 7 000 000 F. À ce total, il faut ajouter les 14 700 000 F représentant le prix des obligations, dont la totalité est souscrite en France.

  • 39 Rapport du c.a. à l’AG de Fives-Lille du 28.11.1896.
  • 40 AE, AP Le Caire 232, Frédéric Mahoudeau, agent général, à Boutiron, 31.8.1896.
  • 41 Le Pour et le contre, 23.1.1898.

42Les actions nouvelles et la dernière tranche d’obligations sont émises pour faire face aux dépenses du doublement de la sucrerie d’al-Shaykh Faḍl et de la construction d’une deuxième, plus moderne, à Nag’ Ḥammādī, en Haute-Égypte. Maître d’œuvre de l’usine d’al-Shaykh Faḍl, Fives-Lille est chargé de son agrandissement et de la nouvelle usine de Nag’ Ḥammādī, décrite comme « la plus importante, sans contredit, de toutes celles qui existent actuellement dans le monde »39. Outillées pour extraire le sucre de la canne au moyen de la diffusion et pour réaliser l’évaporation à sextuple effet, les usines pourront produire 500 000 sacs par an40. Le résultat de 1896-1897 dépasse les prévisions, même s’il n’atteint que 173 300 sacs41.

  • 42 AN, 65 AQ R1721, Note sur les sucreries d’Égypte par Emile Monteaux et eie, janvier 1897.

43Pendant la campagne de 1895-1896, la canne coûte 16 F/t. Le prix de revient total par sac s’abaisse à 22,66 F, tandis que les ventes se font en moyenne à 29,78 F. On espère de meilleurs résultats après la mise en marche de l’usine de Nag’ Ḥammādī car, loin de la concurrence de la Dā’ira, la canne revient à 15 F/t, sans compter qu’elle est plus riche en sucre au Sud42.

Tableau 136
Comptes d’exploitation SHE
(Milliers de F)

Tableau 136Comptes d’exploitation SHE(Milliers de F)

D. LA SUCRERIE-RAFFINERIE D’ÉGYPTE

44La société Say ne tarde pas à adjoindre le raffinage à la fabrication de sucre brut. La SHE s’interdisait de raffiner et de faire concurrence à la RE. C’est en acquérant cette entreprise que la société Say obtient une raffinerie. L’intention est de combiner dans une seule entreprise la fabrication et le raffinage par l’introduction des méthodes Say, notamment l’électrolyse et les procédés Steffen. Ces derniers permettant le rattachement des deux étapes et le raffinage direct, il en résulte de substantielles économies.

  • 43 Sans déduction pour l’usure du matériel. Rapport à t’AG extraordinaire de la RE, 18.3.1893.

45La RE vote sa dissolution et la vente de son actif le 18 mai 1893. L’acheteur offre 4 000 000 F, représentant le capital versé43, et laisse entrer les actionnaires dans la nouvelle société en leur cédant au pair un nombre d’actions égal à celui qu’ils détiennent.

46Autorisée par le décret du 13 juillet 1893, la Sucrerie-raffinerie d’Égypte (SRE) a un capital de 15 000 000 F, divisé en 30 000 actions émises au pair et libérées de 250 F. 3 000 parts bénéficiaires donnant droit à 10 % des bénéfices nets sont attribuées à la Raffinerie Say, et 2 800 parts de fondateurs lui réservent, ainsi qu’aux Suarès, un 15 % complémentaire.

  • 44 AE, AP Le Caire 232, Cogordan à Hanotaux, 23.5.1895.
  • 45 Le premier conseil est composé de : F. Suarès, président ; Barois. secrétaire gérerai du ministère (...)

47Il en est de la SRE comme de la SHE. Le capital de départ est partagé entre Suarès frères et Cronier – pour le compte de la Raffinerie Say – respectivement 23 000 et 7 000 actions44. Les intérêts français rachètent ultérieurement les actions des Suarès ; leur versement effectif est donc de 7 500 000 F. Le conseil subit des modifications à l’avenant. L’élément local fait place de la Raffinerie Say45 ; les mêmes personnes, ou peu s’en faut, administrent les deux sociétés égyptiennes.

  • 46 AN, F12 7199, Hanotaux à Boucher, 28.11.1896.

48L’AG du 23 avril 1895 décide l’émission à 462,50 F de 10 000 obligations 5 % de 500 F. Celle du 30 juin 1896 fait de même pour une deuxième tranche à 472 F. Actions et obligations sont prises par les fondateurs puis cédées à des actionnaires et porteurs français en 1897. Le versement de source française serait de 16 845 000 F. L’admission à la cote officielle des actions et obligations est obtenue en 1896 et 1897. Elle s’effectue au moment où la surproduction de sucre est vivement ressentie46.

49En 1895, les sucreries égyptiennes attiraient l’attention officielle. En France, les sucres de provenance européenne sont soumis à une surtaxe douanière en compensation des primes reçues. Non primés et nécessaires aux raffineries portuaires, les sucres de canne extra-européens sont admis en franchise. En présence de la crise sucrière, les représentants de l’industrie souhaitent la taxation de tous les sucres étrangers à l’entrée.

  • 47 Pierrein, op. cit., graphiques VII et VIII, p. 343.

50Émanant des betteraviers et raffineurs du Nord, la proposition aboutit à la loi du 8 avril 1897 qui frappe les sucres extra-européens et nuit aux intérêts marseillais. Le résultat est une chute brutale des importations à Marseille de sucres « exotiques », et une montée brusque des « indigènes » français de 20 000 tonnes à près de 100 000 en un an47. Le but de la loi est atteint : les excédents du Nord, engendrés par une législation préférentielle, se taillent un nouveau marché et y demeurent bons premiers jusqu’en 1914.

  • 48 AN, F12 6976, Hanotaux à André Lebon, ministre du Commerce, 22.3.1895.

51Partie du groupe victorieux, Cronier enregistre aussi des gains en Égypte. Le président de la Chambre de commerce de Marseille, se met en rapport avec lui. Il est reconnu que la surtaxe ferait perdre aux bruts égyptiens un débouché. Dans ces conditions, on admet la création de raffineries en Égypte pour les traiter sur place48. Cronier obtient ainsi une sorte d’aval pour la politique qu’il poursuit déjà. Il est vrai que les Marseillais perdent moins qu’il n’y paraît : en raison de leurs prix élevés et des primes à l’exportation accordées en Autriche-Hongrie, les raffinés phocéens ont presque cédé le marché égyptien. C’est donc aux sucres autrichiens que les raffineries égyptiennes enlèveraient des clients.

  • 49 AE, AP Le Caire 232, Cogordan à Hanotaux, 17.3.1895.
  • 50 Ibid., Cogordan à Hanotaux, 20.5.1895.

52Les sucres d’Égypte ne reçoivent aucune prime et paient comme tous les produits la taxe de sortie de 1 % ad valorem49. La Dā’ira, dont 7 des 9 usines sont dirigées par des Français, ne produit que du brut. En 1894, 80 % des 67 392 t qu’elle a produites sont exportées en Europe, 13 % raffinées en Égypte et 7 % expédiées en Orient. La France, c’est-à-dire Marseille, reçoit 36 % de l’exportation totale50. Si le débouché français est fermé, la Dā’ira pourrait envoyer ce sucre en Angleterre ou en Orient, où son utilisation se développerait aux dépens des sucres d’Europe, et le faire raffiner en Égypte par la SRE.

  • 51 AN, F12 6976, Lacretelle, consul à Alexandrie, à Hanotaux, 30.5.1895. Cf. chapitre XI.

Tableau 137
Importations de raffinés en Égypte51
(Quintaux)

Tableau 137Importations de raffinés en Égypte51(Quintaux)

53Outre le fait qu’elles reposent sur des capitaux français, les deux sociétés Say-Suarès ne produisent que pour le marché local et pour l’exportation en Orient et en Afrique. Elles ne seraient pas atteintes par la surtaxe, mais ne sauraient la souhaiter car les raffineries de Marseille pourraient exporter davantage vers l’Égypte, leur faisant ainsi concurrence. Rien n’y fait et, si les titres des deux sociétés d’Égypte sont admis à la cote officielle, la surtaxe entre en vigueur en 1897.

54Au cours des deux premiers exercices la SRE ne dispose que de l’ancienne raffinerie d’al- Ḥawāmdiyya. Sa reconstruction pour le raffinage direct accompagne l’installation d’une sucrerie, dont la mise en marche a lieu le 20 décembre 1895. La raffinerie pourra traiter 40 000 t de brut par année.

55La préparation de l’outillage accusant des retards, les bénéfices pâtissent de la longueur de la période de transition. Par rapport au capital fixe, la rentabilité de la RE était supérieure, ainsi que l’indique son dernier bilan (1892).

  • 52 Rapport à l’AG du 18.5.1893 de la RE. Chiffres de 1888 à 1892.
  • 53 Compte profits et pertes de la SRE, 1893-1894.

56Le volume des ventes est supérieur à celui de l’ancienne RE52 – avant même que la SRE n’atteigne son plein rendement – et le bénéfice brut sur les seules ventes de sucres passe de 552 011 F en 1892 à 1 240 355 F en 1893-189453. Cependant la SRE est durement frappée par la baisse des prix des raffinés, conséquence de la surproduction européenne. Ses ventes à l’étranger décuplent, mais ses bénéfices se tassent.

  • 54 Les chiffres de 1892 sont ceux de la RE.

Tableau 138
Situations comparées54

Tableau 138Situations comparées54
  • 55 AN, 65 AQ R1721, Note sur les sucreries d’Égypte par Emile Monteaux et cie, janvier 1897.

Tableau 139
Ventes de sucre55

Tableau 139Ventes de sucre55

57Le développement des installations et l’accumulation des, stocks avancent plus rapidement que la capacité d’absorption des marchés. À la veille d’une nouvelle élévation de sa production, la société se heurte à la saturation du débouché égyptien et à la concurrence des raffineries européennes sur les marchés étrangers. En Égypte, la société est maîtresse du terrain et en bonne position pour accentuer le recul des raffinés importés amorcé avant sa création.

  • 56 AE, AP Le Caire 232, Cogordan à Hanotaux, 23.5.895.

58Obligée de régler ses cours sur ceux des sucres européens, la société les maintient régulièrement 2 % en deçà de ceux de Trieste, car la concurrence est surtout autrichienne. En 1895, elle porte cet écart à 7 % afin d’arrêter toute importation de sucre étranger. Hors d’Égypte, le chiffre important de ventes en 1895-1896 ne laisse guère de bénéfice. Dans l’aire méditerranéenne, là où elles sont réalisées, le sucre autrichien comprime les prix. La société doit rechercher de nouveaux débouchés en direction de la mer Rouge, du Golf ; et du Soudan. Les excédents de l’offre sur la demande et l’encombrement des marchés font planer un nuage sur la rentabilité de la SRE et acculent les dirigeants aux expédients. Il est connu dès 1895 que les dividendes sont dus à des spéculations sur l’achat et la vente de sucres à terme56, pratique qui ne sera pas délaissée de sitôt.

  • 57 AN, F12 6976, Lacretelle à Hanotaux, 30.5.1895.

Tableau 140
Importations de sucres raffinés en Égypte57
(en kg)

Tableau 140Importations de sucres raffinés en Égypte57(en kg)

E. LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DES SUCRERIES ET DE LA RAFFINERIE D’ÉGYPTE

59La fusion des deux sociétés Say en Égypte procède de leur complémentarité. La sucrerie de la Haute-Égypte fournit à la raffinerie de la Basse-Égypte une partie de la matière brute, même si cette dernière dispose de sa propre sucrerie et des moyens de pratiquer le raffinage direct. Les sociétés partagent administrateurs et locaux. Elles sont l’une et l’autre parrainées par Say. La fusion permet une réduction du capital réuni et atténue l’effet négatif que produirait une amputation effectuée isolément. En l’occurrence, la SHE absorbe la SRE, entreprise moins saine.

60Au-delà des motifs locaux, la surproduction européenne de 1895-1896, le renforcement des systèmes douaniers et l’aiguisement de la concurrence conduisent à la concentration des efforts. En France, les entreprises Say absorbent des rivales en 1895 et accentuent les changements techniques. Le 26 juin 1898, la fusion de Henry Say et cie (raffinerie) et de la SA des sucreries Henry Say donne naissance à la Société des raffinerie et sucrerie Say (la Raffinerie Say), opération à laquelle collaborent la Société générale et le Crédit algérien. Les deux banques participent à son capital. J. Peytel, directeur du CA, en devient le vice-président ; Louis Dorizon, directeur de la SG, entre au conseil.

  • 58 Cf. ci-dessous.
  • 59 Le Petit Parisien, 30.8.1905.
  • 60 Journal financier, 12.11.1905.
  • 61 Ibid., 6.9.1905.

61Par la même occasion, la primauté de Cronier se confirme dans l’organisation Say. Le décès d’Henry Say le 27 janvier 1899 porte le remuant second à la présidence de la Raffinerie Say et des Sucreries d’Égypte58. Il assume aussi la fonction de liquidateur de H. Say et cie. La Liquidation Say, sous sa houlette, dirige en pratique toutes les affaires de la Raffinerie Say, des sociétés d’Égypte et de leurs filiales. Cette liquidation n’est jamais effectuée. Les actions reçues par elle pour son apport à la nouvelle société anonyme ne sont pas réparties et restent indivises59. Par ailleurs, la Liquidation et la famille Say seraient les plus gros actionnaires des Sucreries d’Égypte60. Agissant en quelque sorte comme société de portefeuille, la Liquidation Say chapeaute l’ensemble et permet à Cronier de coordonner la marche des unités qui le composent. Il se trouve à la tête du « consortium » des 4 ou 5 raffineurs qui régentent le marché français et surmontent les 292 000 fabricants et les propriétaires des 240 000 ha de la culture betteravière61.

62L’aggravation des conditions de production, l’exiguïté du marché et l’accentuation de la concurrence obligent les raffineurs à viser un double objectif : se protéger et élargir l’espace dans lequel se déploient leurs rivalités. En 1897, comme en 1890-1892, la société Say joint mesures défensives et offensives dans la lutte acharnée pour conserver sa prépondérance.

  • 62 AE, AP Le Caire 232, Boutiron à Hanotaux, 12.8.1897.
  • 63 H. Say, président ; Dusseigneur, administrateur-délégué ; Cronier, Barois, Borelli, Fortunet, Temm (...)

63La fusion SHE-SRE et la formation de la Société générale des sucreries et de la raffinerie d’Égypte (Sucreries) sont décidées le 26 avril 1897. De 20 000 000 F (12 500 000 F versés) qu’il était pour les deux sociétés originaires, le capital des Sucreries est fixé à 10 000 000 F. Une moitié représente le capital de la SHE, l’autre provient de la création de 10 000 actions nouvelles de 500 F entièrement libérées qui ont été échangées contre les 30 000 actions libérées de 250 F de la SRE. Les 20 000 actions de la nouvelle société ainsi que les 52 000 obligations anciennes qu’elle prend à sa charge sont admises à la cote officielle62. 38 600 parts de fondateurs sont attribuées aux anciens détenteurs. Le conseil est issu des sociétés constituantes63.

  • 64 Le Pour et le contre, 16.1.1898.

64L’un des objectifs de la fusion apparaît dès 1898. Le 15 février, le capital est porté à 12 500 000 F. L’émission se fait à 1 060 F, à verser intégralement. Il s’agit de constituer des ressources afin de rembourser la dette flottante et augmenter le fonds de roulement. La société Say garantit l’émission64. Les Sucreries se situent dans sa mouvance sans qu’elle en détienne le capital.

  • 65 Bulletin financier, 27.2.1898.

65Stratosphérique, le prix de souscription est moins élevé que le cours à la Bourse : 1 235 F65. L’énorme prime correspond à celle que demande en 1896 la SHE et qui semble hors de la portée de la SRE. Or c’est cette dernière qui a besoin de fonds pour mener à terme sa reconstruction. L’échange d’actions au moment de la fusion permet d’annuler 2,5 millions de F de son capital versé. L’augmentation du capital de 1898 recouvre les 2,5 millions sous la forme nominale, mais fait entrer réellement 5 300 000 F d’argent frais. L’un des résultats de la fusion est de faire profiter l’ancienne raffinerie du crédit des anciennes sucreries. Les 5 300 000 F s’ajoutent aux 38 545 000 F effectivement versés de sources françaises pour les actions et obligations des deux anciennes sociétés. Avant les modifications de 1902, un montant total de 43 845 000 F a été dirigé de la France vers les sucreries d’Égypte. Pour les maigres années 1890, l’ampleur de l’investissement n’a pas d’égale en Égypte

Figure 2
Sociétés sucrières

Figure 2Sociétés sucrières
  • 66 Rapport à l’AG extraordinaire du 26.4.1897.
  • 67 AE, AP Le Caire 232, Boutiron à Hanotaux, 13.5.1898.

66Afin d’améliorer le marché des titres66, les 25 000 actions de 500 F sont fractionnées le 7 avril 1898 en 125 000 actions de 100 F. L’accord de l’agence pour l’admission des titres nouveaux à la cote officielle est aisément acquis : société française, les Sucreries sont le plus grand établissement industriel en Égypte67.

  • 68 Le Pour et le contre, 6.10.1901.
  • 69 Rapport du c.a. à l’AG du 20.4.1898.
  • 70 La Semaine financière, 5.4.1902.

67La politique de la société, inspirée par Cronier, se caractérise par l’accentuation des tendances dominantes depuis l’apparition de Say sur la scène égyptienne. Impulsée par la concurrence internationale, sa stratégie est orientée vers l’accession au monopole et l’augmentation de la capacité productive des installations. « Pour ne pas permettre à d’autres initiatives de se déclarer en Égypte, il fallait créer une organisation dont la puissance fût assez grande pour défier et détruire, au besoin, toute concurrence éventuelle »68. Plus encore que d’écarter une rivalité, au demeurant supportable en Égypte, il s’agit de prendre les devants, d’entourer de garanties la prééminence de la Raffinerie Say et d’occuper une plus grande place à l’échelle mondiale. Chasser les raffinés importés en Égypte n’est pas l’unique objectif69. L’acquisition du monopole est une première étape menant à des marchés s’étendant du Maroc à l’Inde. D’où les moyens de production manifestement disproportionnés par rapport à la consommation locale70.

68Le danger de la surcapacité, consécutif à l’augmentation des immobilisations, ne fait pas reculer des dirigeants confiants que l’avenir leur donnera des débouchés. Accompagnant l’extension des moyens de production, les appels répétés aux marchés financiers font des Sucreries une entreprise surcapitalisée par rapport à son activité réelle. Les responsables n’ignorent pas la discordance entre les ressources mobilisées et les résultats obtenus, mais la considèrent comme une conséquence transitoire de la période de mise en train.

  • 71 Rapports du c.a. aux AG des 20.4.1898, 20.4.1899, 20.4.1900 et 2.4.1901.
  • 72 Ibid., 2.4.1901 ; SG, Liasse 5519, Note sur les Sucreries.

69L’écart entre la production et le rendement potentiel n’est jamais comblé. La sucrerie d’al-Shaykh Faḍl fournit 48 700, 77 540 et 86 372 sacs de 1894 à 1897, mais elle est outillée pour fabriquer 200 000. Celle de Nag’ Ḥammādī peut atteindre 400 000, mais ne donne que 29 000 entre février et octobre 1897. La sucrerie d’al-Hawāmdiyya est en état de produire 100 000 sacs ; elle n’en fait que 57 816 en 1896-1897. Quant à la raffinerie, apte à traiter 40 000 t, elle ne dépasse pas 15 890, 16 188, 21 106 et 23 064 de 1893 à 189771. Elle réalise 30 079 en 1899-1900, mais sa capacité est alors de 75 00072.

  • 73 Rapport du c.a. aux AG des 20.4.1900 et 2.4.1901.

70Le conseil compte sur l’ouverture du Soudan et la construction du chemin de fer jusqu’à Khartoum. Il attend de meilleures récoltes grâce au nouveau barrage d’Aswān et fonde des espoirs sur l’entrée éventuelle des sucres égyptiens en Inde. Les Sucreries fabriquent une large gamme de sucres raffinés : pains, concassés, granulés, piles, tablettes et candi. Elles dépensent 1 032 342 F en 1899-1900 – et une somme équivalente en 1900-1901 – pour des installations diverses, une voie ferrée et du matériel roulant73.

71L’alimentation des fabriques d’une puissance considérable ne va pas de soi. L’inefficacité de l’exploitation directe de domaines agricoles par les grands propriétaires ou les entreprises est un axiome en Égypte. Au point de vue de la productivité, la petite propriété, l’affermage ou le métayage, lui sont supérieurs. Par conséquent, les Sucreries n’envisagent pas d’acquérir de terres. Tout au plus passent-elles des contrats avec les agriculteurs pour la culture de la canne. L’inconvénient est que le fallāh se trouve sollicité par le coton, culture autrement rémunératrice face à laquelle la canne recule partout, sauf en Haute-Égypte.

  • 74 Rapport du c.a. à l’AG du 20.4.1900.

72Une grave menace au succès du projet Say-Cronier se profile derrière la rareté de la matière première. La société tente d’apporter un certain remède par l’introduction en 1897 de la betterave dans les assolements en Basse-Égypte. La campagne de la betterave est hivernale et ne gêne pas celle, printanière, de la canne. Sa récolte s’insère opportunément dans le calendrier du ravitaillement et permet de faire travailler les sucreries à plein pendant 6 ou 7 mois au lieu de 474. Il s’en faut que la betterave remplace la canne ; sa culture aura toujours un caractère marginal.

  • 75 AE, AP Le Caire 231, Note sur la SEI.
  • 76 Suarès frères & cie, J. L. Menasce figlio & cie, et J. M. Cattaui fils & cie.

73La société se préoccupe de la question connexe des irrigations. En 1900, les administrateurs achètent de leurs deniers personnels75 les actions de la Société égyptienne d’irrigation (SEI). Fondée le 9 juillet 1896 au capital de 50 000 Lég (1 250 000 F) par des financiers alexandrins76, elle amène l’eau du Nil à la région entre Nag’ Ḥammādī et Farshūt par un système de pompes et de canaux. Les champs approvisionnent en cannes l’usine de Nag’ Ḥammādī de la SHE.

  • 77 AE, AP Le Caire 231, Note sur la Société égyptienne d’irrigation.
  • 78 AE, NS Égypte 58, de Reffye à Dejean, 10.8.1908.

74Pendant ses trois premières années d’existence, la société ne fait pas de profits ; ses dépenses dépassent d’environ 259 200 F son capital77. Les acquéreurs portent en 1902 le capital à 65 000 £ (1 625 000 F) et émettent des obligations 4 % d’une valeur de 40 000 £ (1 000 000 F)78. Il y a dans cette société 2 625 000 F effectivement versés de sources françaises. Ce chiffre sera modifié après 1905.

75Les immobilisations des Sucreries se montent à plus des quatre cinquièmes de l’actif. Au 31 octobre 1901, elles sont très supérieures aux capitaux permanents, soit 50 421 093 F contre 17 702 269 F. Hormis la lourdeur du capital fixe, les comptes sont grevés d’une dette à court terme sans cesse grandissante. Les avances en compte courant, mis à part les autres postes débiteurs, se gonflent de 4 941 348 F en 1896-1897 à 13 068 331 F en 1900-1901. De 303 704 F en 1897-1898, l’intérêt à verser annuellement sur ces avances atteint 643 959 F en 1900-1901. Face à ce passif exigible, l’actif disponible sous forme de comptes débiteurs ne progresse que de 3 219 777 F à 5 468 702 F (annexes, tableau 165). La direction dépense beaucoup, accorde trop d’importance au maintien du dividende et amortit peu. Les réserves de 1900-1901, totalisant 5 202 269 F, ne comprennent que 2 891 670 F pour l’amortissement des usines.

  • 79 Rapport du c.a. à l’AG du 20.4.1899.
  • 80 Ibid., 20.5.1902.

76En 1899, le conseil renonce à l’idée de consolider la dette flottante en la remboursant en actions provenant d’une nouvelle émission. Il estime pouvoir l’éteindre normalement79. C’est en 1902 qu’il se résout à liquider ce passif « afin de rendre à notre trésorerie toute l’élasticité dont elle a besoin »80.

F. 1902 : REMANIEMENT DU CAPITAL ET ACHAT DES SUCRERIES DE LA DĀ’RA

  • 81 Moniteur des tirages financiers, 24.4.1902.

77L’augmentation du capital en 1902 fait partie des grandes opérations qui se dessinent sur le marché des sucres dans le monde. Les Sucreries s’efforcent d’assainir leurs comptes, de réduire leurs charges annuelles et de se doter des moyens de tirer parti des nouvelles conditions. Le conseil estime être à la veille de développements décisifs qui doivent enfin permettre à la société de profiter de ses capacités latentes de production81.

  • 82 Rapport du c.a. à l’AG du 2.4.1902. Cronier est délégué de la France à Bruxelles.

78Le conseil pense au premier chef à la signature de la convention de Bruxelles. La société Say en France et en Égypte juge que le nouveau régime la favorise. D’une part, les primes à l’exportation aux raffineurs allemands et autrichiens sont plus élevées que celles accordées aux sociétés françaises. D’autre part, les sucres égyptiens n’ont jamais bénéficié de primes et pourront mieux affronter des produits austro-hongrois désormais renchéris. Il y a, en outre, la supériorité technique des usines Say. « Outillés comme nous le sommes, nous profiterons mieux que personne de cette nouvelle situation. »82

79La vente des terres et usines de la Dā’ira se concrétise en 1902. Les Sucreries apparaissent comme l’acheteur naturel : leurs tendances monopolistes les y poussent. Les décisions de 1902 sont une nouvelle manifestation de la politique de la société de combiner les mesures défensives aux préparatifs d’extension de ses activités. L’extinction du passif à court terme s’imposait déjà. Le conseil consolide cette dette flottante au moment où il entrevoit des occasions de développement. Protection et expansion sont étroitement imbriquées dans la stratégie Say.

80Les Sucreries procèdent à trois opérations en 1902. La première consiste à racheter les 12 000 parts bénéficiaires attribuées à H. Say et cie pour son concours technique. Titres privilégiés, ils avaient droit à 5 % des bénéfices nets. Ces parts sont échangées contre 12 000 actions nouvelles de 100 F.

81Deuxièmement, afin de porter le capital à 22 500 000 F, le conseil crée en plus 88 000 actions nouvelles de 100 F, à émettre à 150 F. Ces ressources serviraient au remboursement des avances en compte courant de la Liquidation Say. Actionnaires et porteurs de parts prennent les 88 000 actions qui leur sont réservées, sans l’intervention d’un syndicat de garantie. Il y a sans doute eu versement d’une commission de placement aux banques qui ont prêté leurs guichets, car la prime est minorée de 1 040 000 F au bilan de l’exercice 1901-1902. L’émission rapporte donc aux Sucreries 12 160 000 F, effectivement versés de sources françaises.

  • 83 SG, Liasse 5519, Note sur les Sucreries.

82En troisième lieu, il est décidé de convertir les obligations 5 % en titres équivalents de 4 %, par voie d’échange ou de remboursement. Au 1er juillet 1902, le montant des 57 236 obligations en circulation est de 28 530 000 F, entraînant une annuité de 1 677 000 F. Les obligations 4 % imposeraient une charge de 1 475 635 F, soit une économie de 201 365 F83.

  • 84 Ibid., Acte syndical du 9.5.1902.
  • 85 Ibid., SG aux Sucreries, 9.5.1902.

83Les Sucreries recourent à un syndicat de garantie et s’adressent pour la première fois à la SG. 64 000 obligations de 500 F 4 % sont prises ferme à 463,75 F par le gérant du syndicat. L’acheteur reçoit une commission forfaitaire de 100 000 F et une commission de 5 F par obligation nouvelle placée contre espèces ou par voie de conversion84. La SG s’entend ensuite avec Paribas pour partager les commissions par moitié. À l’occasion de cette opération, la SG, par convention du 9 mai 1902, resserre ses liens avec les Sucreries en se faisant confier le service de tous leurs titres85.

  • 86 Ibid., Syndicat, mai 1902.

Tableau 141
Syndicat 64 000 obligations 4 %86

Tableau 141Syndicat 64 000 obligations 4 %86
  • 87 Prospectus.
  • 88 SG, Liasse 5519, Décompte.

84La souscription publique s’effectue le 10 juin 1902 à 486 25 F pour les nouveaux obligataires. Ceux qui acceptent la conversion de leurs titres 5 % obtiennent les nouveaux à 485 F, et se font remettre une soulte de 15 F87. L’émission est largement couverte dès le premier jour. Sur les 57 236 obligations 5 % en circulation, il est présenté 47 179 à la conversion. 16 821 obligations sont souscrites en espèces88.

  • 89 Id. et Liasse 5517, Bénéfices de la SG.
  • 90 SG, Liasse 5519, SG aux Sucreries, 23.6.1902.

85Le bénéfice de la SG se monte à 350 159 F89. Les Sucreries retirent de cette conversion 584 057 F90.

Tableau 142
Comptes du syndicat (1902)
(En francs)

Tableau 142Comptes du syndicat (1902)(En francs)
  • 91 La troisième partie traite de la liquidation générale de l’emprunt et de l’administration Dā’ira. (...)
  • 92 Cf. troisième partie.
  • 93 Archives Anglo-Egyptian Bank, Board Minute Book, 6.2 et 3.4.1878.

86Les premières tentatives de la société Say d’acquérir l’actif de la Dā’ira en 1894 et 1898-1899 n’avaient pas abouti91. En 1898, les droits aux domaines donnés en gage pour l’emprunt de la Dā’ira sont cédés à la Daïra Sanieh Co. Ltd92. Les anciennes propriétés privées du khédive Ismā’īl comprennent des terres où se cultive la canne ainsi que les 9 sucreries qui fonctionnent toujours après la prise en main par l’administration internationale. En 1878, les raffineurs de Marseille, soutenus par la SM et 1’Anglo, songent à acheter l’actif, idée vite abandonnée93. Son transfert aux Sucreries, évoqué en 1894 et 1898, revient à l’ordre du jour en 1902.

87Les négociations sont facilitées par le fait qu’elles ne concernent que les usines. Par ailleurs, elles se déroulent sous de bons auspices politiques : le gouvernement français s’inquiète de l’approche de l’année 1905, date à laquelle la dette Dā’ira pourra être remboursée complètement. Les porteurs seraient privés d’un placement ; la politique française verrait disparaître sans compensation une administration internationale.

  • 94 Cf. chapitre XV.
  • 95 AE, NS Égypte 79, Cogordan à Delcassé, 30.4.1902.

88Une combinaison à plusieurs volets est élaborée pour effectuer la transaction. La conversion de la dette Dā’ira en 1890 est consentie moyennant une contrepartie pour dédommager les obligataires, à savoir que le gouvernement s’interdisait l’amortissement total de la dette avant 190594. C’est alors seulement que la Daïra Co. prendrait possession des terres et pourrait substituer ses obligations à celles de l’État. Jusqu’à cette date, elle n’est qu’un intermédiaire pour les ventes de terres. Cette société n’est pas reconnue par les autorités françaises95. La cession de l’actif de la Dā’ira à des intérêts largement britanniques et l’abolition de l’administration internationale ne suscitent pas l’enthousiasme à Paris.

  • 96 Ibid., 16.4.1902.

89La convention de Bruxelles est à peine signée que Cronier décide d’acquérir les sucreries de la Dā’ira. Il aura pour mener ce projet à bonne fin la bénédiction du Quai d’Orsay, de l’agence diplomatique96 et du commissaire français à la Caisse.

  • 97 Ibid., 13.5.1902.

« Il [le contrôleur français de la Dā’ira] y voit, comme moi, entre autres avantages, celui de faire passer entre des mains françaises les importants établissements industriels qu’il dirige et d’assurer aux nombreux employés français une chance sérieuse de continuer leur carrière en Égypte ».97

Figure 3
Parties prenantes dans la vente des sucreries de la Dā’ira Saniyya

Figure 3Parties prenantes dans la vente des sucreries de la Dā’ira Saniyya
  • 98 Ibid., 21.6.1902.
  • 99 Ibid., Note pour le ministre, 23.6.1902.

90Cronier fait des ouvertures à Cassel, principal actionnaire de la Daïra Co. ; les négociations aboutissent rapidement à un accord98. Afin de ménager à la fois les susceptibilités des autorités françaises, très réservées à l’égard de la Daïra Co., et les préventions britanniques face au transfert d’un bien de l’État à des intérêts français, l’on crée une nouvelle société, britannique toutefois. Intermédiaire dans une mutation de propriété entre la Daïra Co. et les Sucreries, la Daïra Sanieh Sugar Corporation apportera un concours financier99.

  • 100 SG, P.-v. du conseil, 8.7.1902.
  • 101 BPPB, P.-v. du conseil, 17.6 et 25.11.1902.

91Constituée le 11 octobre 1902, elle a un capital de 800 000 £ (20 000 000 F). La SG prend une part de 80 000 £ dans le syndicat100, tandis que Paribas y entre pour 100 000 £ (2 500 000 F)101. Les titres ne sont pas cotés officiellement à Paris, mais des souscripteurs français ont très probablement pris les actions des deux banques, pour une participation effective de 4 500 000 F.

Figure 4
Conventions bilatérales des 10 et 12 novembre 1902

Figure 4Conventions bilatérales des 10 et 12 novembre 1902
  • 102 BPPB, Dossier 173/8.

92L’entente à laquelle on s’arrête en novembre 1902 consiste en un contrat de location-vente. Les Sucreries loueront de la Sugar Corporation ses 9 usines, une ligne de chemin de fer de 520 km et le matériel roulant de 65 locomotives et 2 100 wagons. Le bail durera 25 ans, au bout desquels les Sucreries en deviendront le propriétaire. Les conventions sont conclues les 10 et 12 novembre 1902102. Le 10 novembre, la Sugar Corporation acquiert les fabriques et leurs dépendances de la Daïra Co. pour 944 800 £ (23 620 000 F), payables 171 800 £ en espèces et 773 000 £ en obligations hypothécaires 4 % remboursables en 24 annuités.

93Le surlendemain, le 12 novembre, la Sugar Corporation afferme usines et chemins de fer aux Sucreries contre le paiement de 48 semestrialités de 56 000 £ chacune, 2 semestrialités de 24 950 £ chacune, et, pendant 25 années, une somme égale à la partie du dividende distribué par les Sucreries à leurs actionnaires qui serait supérieure à 10 %. Elle prêtera aux Sucreries 300 000 £ pour être dépensées en améliorations des propriétés cédées, et 315 000 £ pour fonds de roulement. Cette dernière somme devra être remboursée à l’expiration de la période de 25 années.

  • 103 Ibid., Convention du 12.11.1902 et note du 28.7.1902. Cf. l’Actualité financière, 7.2.1903.

94Les Sucreries disposeront du matériel mais s’interdiront de transférer les droits qu’elles auront acquis. Dans le cas où elles ne tiendraient pas leurs engagements semestriels, la Sugar Corporation aurait le droit de reprendre possession de l’entreprise103. Cette clause de dédit prendra une signification toute particulière en 1905.

  • 104 AE, NS Égypte 79, Cogordan à Delcassé, 21.6.1902.
  • 105 Ibid., Note pour le ministre, 23.6.1902 ; Delcassé à Lecomte, 24.6.1902.

95L’entente recueille par avance l’approbation des milieux politiques français. La filiale Say s’assure le monopole de fait de la fabrication du sucre en Égypte dans des conditions inespérées104. Bien que la combinaison soit un acte partiel de liquidation anticipée, il n’engage en rien la conduite du contrôleur français de la Dā’ira en ce qui touche la liquidation générale qui devient possible à partir de 1905. « Tout le bénéfice politique est du côté français »105.

96Le conseil des Sucreries triomphe :

  • 106 Rapport du c.a. à PAG extraordinaire du 9.10.1902.

« En résumé, sans augmenter notre capital, sans avoir recours à de nouvelles émissions, en assumant temporairement des charges qui ne sont pas plus lourdes que celles qui eussent résulté de ces émissions, nous concentrons dans nos mains toutes les grandes sucreries égyptiennes avec leur réseau de chemin de fer, et nous acquérons ainsi dans l’industrie sucrière une puissance qui n’a nulle part son égale dans le monde »106.

  • 107 BPPB, Dossier 173/8, Note du 20.1.1903.

97Les Sucreries conçoivent l’opération comme un prêt couvert par la Sugar Corporation, permettant la prise de possession des usines de la Dā’ira. Toute la combinaison repose sur les prévisions d’ouverture de marchés et de hausse des prix au lendemain de la convention de Bruxelles. L’achat des usines accroîtra la production, la mettra en rapport avec les débouchés et rapportera plus qu’il ne coûtera. Pour l’exercice 1903-1904, Cronier compte sur la vente d’un million de sacs. Le bénéfice, 7 000 000 F107, serait très supérieur aux deux semestrialités de 2 800 000 F.

  • 108 En 1903, la SEI double ses installations. Le conseil des Sucreries souscrit à son émission – 20 00 (...)

98Ce n’est certes pas la concurrence des usines de la Dā’ira Saniyya que les Sucreries peuvent redouter au point de s’estimer dans l’obligation de les absorber. L’Administration a pour mission d’assurer le service de la dette. Elle exploite ses usines dans un but purement agricole, celui d’utiliser la canne à sucre récoltée sur les terrains qu’elle a affermés. La mise en exploitation de ses propriétés et l’augmentation de leur valeur est sa seule préoccupation ; le profit industriel provenant du raffinage compte peu. Mue par sa propre dynamique, la tendance vers l’expansion constitue un trait permanent des Sucreries à l’ère Cronier108.

II. LES COMPTES ET LES MÉCOMPTES : LE PROJET SAY DANS L’IMPASSE

  • 109 Le Capitaliste, 10.11.1904.

99Au lendemain de la conférence de Bruxelles, la physionomie du marché sucrier correspond peu à ce que prévoyait la direction des Sucreries : l’essor que devait engendrer l’abolition des primes ne se matérialise pas. Les quantités produites diminuent109.

Tableau 143
Production sucrière européenne
(En tonnes)

Tableau 143Production sucrière européenne(En tonnes)

100Cependant les stocks accumulés avant 1902 exercent une pression à la baisse sur les prix. Or la stratégie des Sucreries est fondée sur le calcul qu’elles seront plus à même de profiter d’une hausse des prix que leurs rivales européennes auxquelles on retirait les primes.

  • 110 SG, Liasse 5519, Note sur les Sucreries.
  • 111 AN, 65AQ R1721, Note sur les Sucreries par Emile Monteaux et cie, janvier 1897.
  • 112 SG, Liasse 5519, Note sur les Sucreries ; l’Actualité financière, 2.4.1904.
  • 113 Bulletin financier, 2.7.1905.

101Les cours continuent à fléchir sous l’effet différé de la surproduction. Sévissant pendant l’exercice 1901-1902, il amène le prix à son plus bas niveau110. De 29,78 F par sac en 1895-1896111, il tombe à 19 F en 1897-1898 et à 5 F en 1901-1902, avant de remonter à 10 F en 1902-1903112. C’est à la chute du prix unitaire de vente que tient le phénomène propre aux Sucreries, à savoir une progression continue du volume des sucres mis sur le marché appariée à la fluctuation des bénéfices bruts et nets (tableau 165). Les prix se relèvent à la suite d’une diminution des ensemencements – 25 F à Paris en 1904, 34 F en 1905113 –, puis s’inscrivent à nouveau à la baisse.

102Une fois seulement la production des Sucreries dépasse la moitié des prévisions d’un million de sacs (tableau 163). La mise en service du réservoir d’Aswān sur lequel on comptait pour favoriser l’extension de la culture de la canne produit un effet contraire : il permet aux agriculteurs d’accroître la surface consacrée au coton, plus rémunérateur que le sucre.

103Autant que l’insuffisance du prix de vente du sucre, la hausse de celui du coton constitue un péril. L’abaissement des prix de revient du sucre ne suffit pas pour compenser la raréfaction de la matière première, partant la nécessité d’importer du sucre en se soumettant aux aléas du marché international. Les Sucreries se trouvent dans une sorte d’étau : d’un côté, des prix de vente peu avantageux ; de l’autre, une production en deça des prévisions et menacée de régression en raison d’une éventuelle pénurie de la matière première. Qu’à cela ne tienne, l’optimisme reste de mise.

104Les faiblesses qu’accuse le bilan des Sucreries ne sont que partiellement atténuées par l’augmentation des fonds propres en 1902. La dette flottante n’est pas éteinte. Si les avances en compte courant sont ramenées de 13 068 330 F en 1900-1901 à 5 262 465 F en 1903-1904, elles sont relayées par les comptes courants créanciers qui bondissent de 828 912 F à 5 669 639 F (tableau 165). L’économie réalisée sur l’intérêt à verser annuellement sur les avances en comptes courants est plus que contrecarrée par les semestrialités à remettre à la Sugar Corporation. Le coût des usines de la Dā’ira se manifeste dans le fait que, malgré l’augmentation des bénéfices bruts de 5 345 017 F en 1902-1903 à 7 924 044 F en 1903-1904, le bénéfice net, grevé des semestrialités, recule de 2 954 051 F à 1 990 417 F.

105L’amortissement des usines ne devient sérieux qu’en 1900-1901, mais il se stabilise pendant 3 ans à 2 891 670 F et n’augmente que de 32 016 F en 1903-1904. Quant aux réserves, s’élevant à 16 % du capital et des obligations, elles paraissent chétives. L’expansion de la société est réalisée par des augmentations du capital plutôt qu’au moyen de prélèvements réguliers sur les bénéfices. Les appels répétés au public obligent à veiller au dividende au lieu d’employer ces bénéfices pour effectuer des amortissements et doter les réserves.

106L’augmentation du capital en 1902 n’affranchit pas les Sucreries des conséquences de la lourdeur de leur actif immobilisé. L’orientation originelle vers la croissance en prévision de conditions favorables préside au sommet.

  • 114 L’Information, 3.6.1904.

« Les directeurs de l’entreprise se sont, en effet, préoccupés jusqu’ici de l’avenir, plutôt que du présent, de la prospérité définitive de l’œuvre grandiose qu’ils avaient rêvée, plutôt que des contingences accessoires »114.

107L’importance de l’outillage, installé en vue de la réalisation d’une prépondérance internationale, interdit de changer d’orientation et de se contenter du marché égyptien.

A. DE NOUVEAUX APPELS AU MARCHÉ FINANCIER

  • 115 SG, Liasse 5517, P.-v. de la séance.
  • 116 Rapport du c.a. à l’AG extraordinaire du 28.9.1904.

108En présence de la prolongation des embarras financiers, la direction opte pour la méthode éprouvée : l’augmentation du capital et de l’endettement obligataire. Selon sa coutume, elle tente d’aplanir les difficultés par une extension du champ d’action et l’amélioration des moyens de production. Le 13 juillet 1904, le conseil s’engage avec la SG115. Il est expliqué aux actionnaires que les sucreries achetées à la Dā’ira, anciennes, nécessitent des modifications116.

109Le conseil revient aux tournures consacrées sur les perspectives d’avenir, et la possibilité de profiter des heureux résultats de la conférence de Bruxelles. La contradiction aux AG n’est pas à craindre : elles se tiennent au Caire ; les actionnaires restent en France et remettent des pouvoirs aux administrateurs.

  • 117 SG, Liasse 5935, Acte préliminaire d’association.

110Afin de remplacer le service de labourages à vapeur de la Dā’ira qui va cesser en 1905, les Sucreries créent le 27 juillet 1904 l’Ibrahimieh Ploughing Company et souscrivent à 67,4 % du capital de 40 000 £. Les administrateurs – ce sont les mêmes pour les deux sociétés – prennent le solde. Toutes les actions sont écoulées ultérieurement en Égypte117.

111En plus d’augmenter leur capital, les Sucreries émettraient des obligations 4 % dont le produit serait versé à la Sugar Corporation dans un double but : permettre à cette dernière de procéder au rachat ou au remboursement anticipé de ses 7 730 obligations, et alléger les charges des Sucreries par la diminution de 56 000 £ à 30 795 £ des semestrialités à acquitter envers la Sugar Corporation. En mettant celle-ci en mesure de désintéresser ses obligataires, les Sucreries comptent desserrer l’étreinte de la société britannique.

112L’opération trahit l’inquiétude qui semble s’installer des deux côtés. Cassel se préoccupe de l’état des Sucreries et de leur capacité de régler les semestrialités grâce auxquelles la Sugar Corporation amortit ses obligations. Son intérêt dans l’opération se comprend aisément : la dette obligataire de la Sugar Corporation virée, à toutes fins pratiques, aux Sucreries, la société créditrice est dès lors libérée vis-à-vis de ses propres créanciers ; situation souhaitable en cas d’arrêt de versement des semestrialités par les Sucreries, débitrices au sujet desquelles les précautions s’imposent. De leur côté, les Sucreries redoutent qu’un retard dans le paiement des semestrialités n’entraîne l’exécution de la clause de reprise des usines par la Sugar Corporation. Avec les installations seraient perdues les améliorations apportées depuis mai 1903.

113Pour la première fois, la presse élève des critiques. L’enthousiasme des feuilles boursières s’attiédit ; certaines s’alarment de ces appels réitérés. Quant aux porteurs, ils éprouvent un malaise face à ces emprunts à jet continu. Désertant la valeur, ils font baisser les cours.

  • 118 SG , Liasse 5517.

Tableau 144
Syndicat 100 000 actions (1904)118

Tableau 144Syndicat 100 000 actions (1904)118

114Cela n’empêche pas les deux opérations de se solder par de notables succès. La réputation des Sucreries, la confiance qu’inspire la Raffinerie Say et le maître incontesté du monde des sucres, Cronier, ainsi que les moyens dont dispose la SG pour organiser le marché, expliquent le placement rapide des titres. Cette banque gère le syndicat chargé de porter le capital à 32 500 000 F. Le 22 octobre, les actions de 150 F sont émises à 100 F.

  • 119 SG, Liasse 5517. Comptes liquidés le 14 novembre.

Tableau 145
Comptes du syndicat actions (1904)119
(En francs)

Tableau 145Comptes du syndicat actions (1904)119(En francs)
  • 120 Ibid., Tableaux de la souscription. Le CL, le CNEP, Paribas et le CIC placent le solde.

115L’entente du 13 juillet prévoit une commission de 7,50 F par titre. En plus du bénéfice syndical, les commissions s’élèvent à 347 965 F, dont 272 912 F vont à la SG, chef de file. Elle place les quatre cinquièmes de l’émission120. Quant aux Sucreries, l’émission leur coûte :

116Commission de 7,50 F.............. 750 000 F

117Publicité et annonces................ 115 000 F

118Trois commissions spéciales à la SG. 107 046 F

119972 046 F

  • 121 Ibid., Cronier à Dorizon, 5.11.1904.

120Ce prix est rendu plus supportable par la prime de 50 % sur le nominal, et plus explicable par la défiance que commencent à susciter ces invites continuelles au public. Sur l’apport net aux Sucreries de 14 027 954 F, 13 975 004 F proviennent effectivement de sources françaises. Le solde représente le montant de l’achat de 353 actions en Égypte par 11 souscripteurs121.

  • 122 Ibid., SG aux syndicataires, 12.7 et 22.12.1904.

121Parallèlement au syndicat sur les actions est formé un second pour les 40 000 obligations nouvelles 4 % destinées à éteindre la dette contractée envers la Sugar Corporation. Les participants sont les mêmes, la répartition des engagements identique. Achetées à 462,50 F, les obligations sont émises en décembre 1904 à 490 F122.

  • 123 AE, AP Le Caire 232, Lecomte à Delcassé, 13.2.1905.

122Des commissions de 262 996 F s’ajoutent au bénéfice syndical et reviennent à la SG. Le gérant a placé seul toute l’émission. Les Sucreries reçoivent 18 500 000 F, moins une commission de 50 000 F consentie à la SG. L’admission des titres à la cote officielle a l’approbation sans réserve de l’agence123.

  • 124 SG, Liasse 5517. Résultats de l’émission.

Tableau 146
Comptes du syndicat (1904)124
(En francs)

Tableau 146Comptes du syndicat (1904)124(En francs)
  • 125 Rapport du c.a. à I’AG extraordinaire de l’Ibrahimieh, 8.3.1905.
  • 126 SG, Liasse 5935, Convention syndicale.
  • 127 Ibid., Cronier à Dorizon, 29.4.1905.
  • 128 Ibid., SG aux participants, 10.11.1905.
  • 129 Aucun arrêté de compte n’est conservé. Il y a vraisemblablement perte.

123Dans le même esprit, l’Ibrahimieh Ploughing triple son capital et décide, de surcroît, de le porter à 200 000 £ au fur et à mesure des besoins125. 16 000 actions de 5 £ (125 F) sont émises à 6 £ (150 F). Un syndicat, dirigé par la SG, prend 14 747 actions à 3,5 £ (87,50 F)126 ; le solde est souscrit en Égypte127. Cette émission est perturbée par les événements de 1905 et le syndicat possède 9 747 au moment de sa liquidation128. 5 000 actions ont donc été placées en France pour 750 000 F. L’émission, ainsi que l’indiquent les bilans, est placée par la suite, probablement en Égypte129.

124Les émissions de 1904 apparaissent comme une nouvelle application de la formule Cronier. En 1902, les Sucreries d’Égypte, pièce centrale du dispositif Say, sont mises en état de profiter d’une prévisible hausse de prix par l’augmentation de capital, l’émission d’obligations et l’achat des usines de la Dā’ira. Cependant les perspectives ouvertes par la conférence de Bruxelles tardent à se réaliser. Leurs espoirs déjoués, les responsables s’engagent davantage dans la voie des appels au marché financier et de l’extension de la capacité productive. Auteur de cette stratégie, Cronier la pratique au moins depuis la réorganisation de 1898. Poussé par la concurrence, attiré par l’objectif du monopole, il consent de lourds investissements en fonction d’hypothèses risquées, quoique recevables.

B. UN INCIDENT PRÉMONITOIRE

125La situation des Sucreries préoccupe Cassel. Aussi, au printemps 1904, se produit une étincelle entre lui et la direction en Égypte. Cassel s’y rend afin, paraît-il, de prêter son concours à sa débitrice. Il s’efforce de se concilier les sympathies des dirigeants, mais une demande de vérification des écritures, mal accueillie, décide les administrateurs-délégués Adrien Leroux et Maurice de la Bouglise à s’ouvrir à l’agence diplomatique.

  • 130 AE, AP Le Caire 233, de la Boulinière à Delcassé, 21 et 23.3.1904.
  • 131 AE, NS Égypte 79, P. Cambon à Lansdowne, secrétaire au Foreign Office, 8.4 1904.
  • 132 Ibid., Delcassé à de la Boulinière, 25.4.1904.

126On s’accorde que sous des dehors amicaux Cassel cache des intentions hostiles à l’administration française et s’ingénierait à substituer une autre à sa dévotion. Il serait utile, suggère l’agent, de ne pas perdre de vue au cours des négociations relatives à l’Entente cordiale les intérêts français défendus par Cronier. Les concessions ou avantages déjà obtenus doivent être reconnus130. Par un échange de lettres du 8 avril, Londres donne des assurances que les droits des Sucreries seront maintenus intacts131. La Déclaration anglo-française du 8 avril n’en dit rien, en raison du caractère privé des Sucreries, et la société est priée de ne faire aucune publicité autour de ces renseignements132.

127Les préventions à l’encontre de Cassel, très accusées, ne sont guère dissipées par de telles garanties. Manœuvres sourdes, intentions perfides, prétentions suspectes, c’est en ces termes que son action est qualifiée. L’agent présume que Cassel, percé à jour et éconduit en Égypte, recommencera à Paris et

  • 133 Ibid., de la Boulinière à Delcassé, 29.3.1904.

« cherchera surtout dans les milieux financiers où il a beaucoup d’amis à égarer l’opinion... Si nous n’avons pas d’action directe sur le côté financier de l’affaire qui permet à sir E. Cassel de faire sentir le poids de son autorité de gros manieur d’argent, nous pouvons peut-être empêcher le marché de Paris de s’égarer en ajoutant foi à des indications tendancieuses et inexactes »133.

  • 134 Ibid., Première note des administrateurs à l’agent diplomatique, mars 1904.

128On redoute que, dans le contexte des négociations, Cassel ne nuise à la réputation des Sucreries de manière à les faire tomber entre des mains anglaises134. Ses associés seraient Suarès frères qui auraient été écartés en 1896 pour avoir tenté une manœuvre analogue.

  • 135 Ibid., de la Boulinière à Delcassé, 29.5.1904. À un administrateur de l’Anglo. Cassel laisse enten (...)

129Cassel s’inquiète de la difficulté d’approvisionner les sucreries. Le cultivateur se méfie de la société, car le retard dans l’enlèvement de la carme lui donne le temps de sécher et de perdre du poids, donc de diminuer le prix que paie le fabricant. De plus, la canne recule devant le coton et le manque de matière première s’aggrave. Enfin, Cassel estime que la société est mal administrée135.

130L’unique souci de Cassel est-il de porter secours à la société et de protéger sa créance ? On ne sait. Il ne s’interdit ni les grandes opérations financières ni l’entrée dans les entreprises en Égypte. Sa tendance à multiplier ses participations et à étendre le champ de ses interventions le fait ressembler à nul autre que Cronier. La soif du monopole caractérise les deux personnages. Alors que Cronier se spécialise dans le sucre, Cassel envisage un pays tout entier.

131En 1902, les milieux français croient à peine à leur bonne fortune lors de l’acquisition du monopole des sucres en Égypte. C’est négliger que l’opération se réalise grâce à la société de Cassel, qui s’arroge les droits eu créancier. De là à entrer dans le capital des Sucreries, il ne lui reste qu’à saisir l’occasion. De fait, Cassel est participant au syndicat des actions plus tard en 1904.

C. LA DÉCONFITURE DE CRONIER

132Le suicide de Cronier à Paris le 27 août 1905 jette dans la consternation la place de Paris. Le maître incontesté du marché des sucres s’avoue vaincu ; sa chute menace d’emporter la Raffinerie Say et les Sucreries d’Égypte. Subitement se déchire le voile qui couvre la société égyptienne et se révèle au grand jour la condition critique qui est la sienne. Elle n’est reconstituée qu’au prix de la modification de sa direction, de sa structure et de son orientation.

  • 136 L’Égypte, 31.8.1905.
  • 137 Id.
  • 138 L’Humanité, 1.9.1905.

133Que Cronier ait été spéculateur étonne moins les contemporains que l’étendue de ses engagements et l’origine de ses ressources. Voilà des années qu’il régente le marché. Il vend et achète, pense-t-on, plus de sucre en 8 jours qu’on n’en fabrique en 6 mois dans le monde136. Nombreux sont ceux qui conforment leurs transactions aux siennes. « C’était l’aigle traînant après lui tout un vol de milans âpres à la curée qui le suivaient dans son ombre pour attraper quelques reliefs de ses festins »137. Cronier réduit à la faillite plus d’un fabricant dans les mouvements qu’il provoque sur les prix mais, beau joueur, il offre à certains des sinécures dans la Raffinerie Say138.

134Vieux routier des accaparements, Cronier a partie liée avec Jules Jaluzot. Il est poursuivi en 1902 sous ce chef avec le directeur du Printemps, dont le krach précède le sien en 1905.

  • 139 Id.

« Ces sortes de grands capitaines du marché exercent une influence prépondérante sur les menus forbans qui suivent leur sillage et s’efforcent de pêcher dans leurs eaux. Ils ont toute une suite, une cour, des satellites, qui tâchent de saisir leur pensée secrète, de démêler la nature réelle de leurs opérations »139.

135La situation de Cronier n’est pas exempte d’ironie : il s’engage dans la spéculation en raison de l’entrée en vigueur des primes, mais il en dépend plus que jamais après leur suppression. Le marché est en proie à la désorganisation : les primes favorisent la spéculation par la différence des cours qu’elles établissent entre les marchés. Contrairement aux espérances, la conférence de Bruxelles et la fin des primes n’entraînent pas une diminution rapide des ensemencements.

  • 140 L’Information, 4.9.1905.
  • 141 Le Journal du Caire, 21.9.1905.

136Alors la spéculation agit et fait relever les prix. A première vue, les raffineurs auraient pu se réjouir d’obtenir bon marché leur matière première, n’était-ce le rôle de la spéculation. Ils y ont eux-mêmes recours, autant pour se protéger que pour soutenir leurs profits industriels140. Certaines sucreries voient leur marge annulée : une tonne de betterave revient 25 à 27 F, sa fabrication coûte 7 à 8 F ; mais elle ne se vend qu’à 25 F141.

  • 142 J. Fierain, Les Raffineries de sucre des ports de France (xixe-début du xxe siècle), Service de re (...)
  • 143 La Petite République, 29.8.1905.

137Cronier se met à la hausse au printemps 1905. Estimant au début de la campagne que la récolte serait faible et les cours élevés, il règle les betteraves sur l’ensemencement au prix fort, espérant, aussitôt le marché entre ses mains, vendre plus cher. Des réalisations en mai lui rapportent de très gros bénéfices. Toutefois, ses calculs sont vite déjoués, les fabricants ayant contribué à déstabiliser le marché. S’attendant eux aussi à un recul de la récolte et une progression des prix, ils offrent aux cultivateurs des contrats accordant jusqu’à 26 F/t. Les emblavures en France passent de 189 600 ha en 1904 à 246 500 en 1905142. De surcroît, des pluies abondantes donnent de fortes récoltes. Entre juillet et août, les cours chutent de 35 F à 26 F le sac143.

  • 144 Le Petit Parisien, 29.8.1905.

138Se trouvant à découvert pour une somme énorme, Cronier tente vainement d’enrayer la baisse par de nouveaux achats. Son dernier espoir est dans l’arrachage, c’est-à-dire la levée des betteraves, qu’il souhaite défectueux, et qui ne l’est pas. Lorsque la situation est au point où pour « tenir » encore le marché il lui faut plus de 100 millions, l’escompte du papier portant sa signature devient difficile144. Cronier est incapable de soutenir le cours et le marché lui échappe. A la veille de l’écroulement de sa position, naguère l’une des plus solides de la place, il s’enlève la vie.

  • 145 PP, Département de la Seine, Ba 1023, Commissaire de police du quartier des Halles au préfet de po (...)
  • 146 Le coffre-fort du maître du marché ne contient que des titres exotiques sans valeur. « Cronier, ac (...)
  • 147 SG, Liasse 6633, Dorizon aux agences de la SG, 13.9.1905.
  • 148 Rapport du c. a. à l’AG de la Raffinerie et sucrerie Say du 21.11 1905.
  • 149 Le Petit Parisien, 30.8.1905.

139Cronier sait à quelles révélations l’expose le « Panama des sucres ». Non seulement a-t-il englouti d’énormes sommes, mais il en a obtenu une grande partie par des moyens illicites. Au préjudice de la Liquidation Say il a commis d’importants détournements et dilapidé 23 millions de la succession de 40 millions de F laissée par Say à ses enfants145. A cet égard, il peut être inculpé d’abus de confiance et d’escroquerie. Sa fortune personnelle de 25 millions de F est dissipée146. La Raffinerie Say a subi une ponction de 21 846 175 F sous forme d’avances à la Liquidation Say147, auxquelles il faut ajouter 4 332 448 F de pertes que les opérations mettent à la charge de l’entreprise sucrière. Pour cela, Cronier est passible d’une148peine pour malversation. On estime à 121 millions de F la perte totale149. Cronier n’évite les bancs de la correctionnelle ou de la cour d’assises qu’en se faisant justice lui-même.

  • 150 Le Journal du Caire, 21.9.1905.

140Tout compte fait, la débâcle ne déclenche pas de faillites en chaîne, les pertes étant circonscrites à quelques bailleurs de fonds. La place de Paris s’en tire indemne : aucune maison de courtage en marchandises – les intermédiaires entre fabricants et raffineurs – n’est défaillante. Les transactions de Cronier touchent surtout Hambourg et accessoirement Londres ; c’est là où les grosses différences sont supportées. Le chiffre global des pertes serait de 260 millions de F150.

  • 151 Prospectus ; Journal des intérêts financiers, 23.9.1905.
  • 152 Rapport du c.a. à TAG de 1a Raffinerie et sucrerie Say du 21.11.1905.

141Le 10 octobre la Raffinerie Say augmente son capital de 23 000 000 F151. 92 % de l’actionnariat se prête à l’opération et exerce son droit de préférence152, témoignage de loyauté d’autant plus révélateur que les actions nouvelles sont assorties d’une prime de 40 F à l’heure où la société frôle l’abîme.

D. LES SUCRERIES DANS LA TOURMENTE

  • 153 Détails dans le Journal d’Égypte, 6.11.1905.

142Les Sucreries d’Égypte, gravement atteintes par le krach, sont engagées pour 23 900 000 F. On apprend ce que les opérateurs savaient, c’est-à-dire que Cronier tirait sur elles, au nom de la Liquidation Say, des traites à 3 mois que des administrateurs de la société égyptienne acceptaient. Il présentait ensuite les effets endossés à des banquiers à Paris pour les escompter153.

  • 154 Annexe H du Troisième rapport des experts, 22.11.1905.

143Les tirages sur la société prennent une grande ampleur154. Entre novembre 1899 et août 1905, 770 effets sont acceptés et 142 725 000 F payés. Il est tiré 687 de ces traites, pour 107 225 000 F, en 1904 et 1905. Sollicités pour négocier le papier, banques et banquiers ne se dérobent pas. En escomptent le plus :

144Claude-Lafontaine, Martinet et cie... 17 700 000 F

145Heine et cie....................... 9 400 000 F

146SG............................... 9 000 000 F

147Banque de l’union parisienne....... 6 150 000 F

148Banque russo-chinoise.............. 3 900 000 F

  • 155 L’agence du Caire du Lyonnais en achète. À trois reprises en 1903 et 1904 le siège central signale (...)

149Ces acceptations avaient ceci d’anormal qu’elles ne représentaient aucun transfert de marchandise, aucune opération commerciale, et que des sommes correspondant aux traites n’étaient pas dues. La seule couverture consistait en acceptations en blanc signées par le liquidateur de H. Say et cie155. Avant l’échéance, Cronier fournissait lui-même à la place du tiré les fonds nécessaires pour le paiement des banquiers escompteurs chez lesquels les traites étaient domiciliées.

Figure 5
Ressources de Cronier pour fins de spéculation

Figure 5Ressources de Cronier pour fins de spéculation
  • 156 La Vie financière, 31.8.1905.
  • 157 Rapport à l’AG extraordinaire du 25.11.1905 ; L’Égypte, 15.9.1905.
  • 158 L’Égypte, 7 et 15.9.1905.

150Les opérations étaient réalisées à l’insu du conseil. Les membres croyaient que l’engagement à l’égard de la Liquidation Say ne dépassait pas 3 millions de F156. En fait, Leroux avait avalisé du papier pour 18 millions, de la Bouglise pour 6 millions. Chacun ignorait ce que l’autre avait signé, et le troisième administrateur-délégué, Arthur Jay Davey, ignorait tout157. Les banques avisaient les Sucreries du mouvement des traites, mais un service spécial interceptait le courrier158. Irrégulier et occulte, le papier n’était que billets de complaisance mis en circulation afin d’alimenter les spéculations de Cronier.

  • 159 Annexe H du Troisième rapport des experts, 22.11.1905.

151Quinze escompteurs détiennent 227 traites signées par Cronier et endossés par un administrateur-délégué159.

152Banque impériale royale privilégiée des pays autrichiens (Laënderbank)..... 6 000 000 F

153Banque russo-chinoise.................. 2 500 000 F

154Heine et cie............................ 2 500 000 F

155Emile Guiard d’Offroy, Guiard et cie..... 2 200 000 F

156Claude-Lafontaine, Martinet et cie........ 1 500 000 F

157Banque de Funion parisienne............ 1 000 000 F

158Banque française pour le commerce et l’industrie....... 1 000 000 F

159Compagnie des chemins de fer d’Orléans. 1 000 000 F

160Daviflier............................... 1 000 000 F

161Louis Hirsch........................... 1 000 000 F

162Lazard frères et cie..................... 1 000 000 F

163Lehideux et cie......................... 1 000 000 F

164Périer et cie............................ 1 000 000 F

165Mallet frères et cie...................... 700 000 F

166Banque suisse et française............... 500 000 F

16723 900 000 F

168Présentées à l’échéance par les tiers-porteurs, elles acculeraient les Sucreries à la faillite. Ces effets impayés restent suspendus au-dessus des Sucreries comme une épée de Damoclès.

169Les Sucreries sont naturellement hors d’état de faire face à de telles exigibilités. Le 7 septembre, elles déclarent la cessation des paiements, annoncent le dépôt du bilan et sollicitent l’admission au bénéfice du concordat préventif. La loi égyptienne autorise cette procédure qui permet à un commerçant de s’arranger avec ses créanciers sans recourir à la faillite. La Chambre commerciale du Tribunal mixte du Caire fait droit à la requête à titre provisoire le 19 septembre. La mesure a pour effet de suspendre toute action exécutoire et de permettre d’assurer le fonctionnement normal de l’affaire pendant le temps nécessaire pour établir nettement la situation et dresser les comptes. Le Tribunal se réserve la faculté de demander la faillite et d’intenter des poursuites contre les administrateurs.

170Désigné juge-commissaire, Tuck, le président de la Chambre, agit comme tuteur de la société. Il l’autorise à continuer son exploitation sous la surveillance de 3 contrôleurs : Palmer, gouverneur de la National Bank ; Harari, directeur général de la Daïra Co. ; Eugène Debourg, administrateur-délégué de la Sait and Soda Company (huileries et savonneries) d’Alexandrie. La vérification des opérations et l’estimation de l’actif et du passif sont laissées à 3 experts nommés par Tuck : G. Sampaolo, syndic-expert du Tribunal mixte ; Fourneron bey, ingénieur-agronome ; W. Willcocks, agronome. Toute la procédure se déroule sous réserve de l’approbation des créanciers.

171Plus que l’examen des écritures ou la production d’un bilan, il est demandé aux experts une évaluation du matériel, des stocks en magasin et de la qualité des usines. De leurs rapports les ayants droit attendent les indications pour décider de la continuation ou de la mise en faillite de la société. Le cas échéant, les contrôleurs pourraient faire des propositions de concordat aux créanciers.

  • 160 Le Moniteur économique et financier, 2.9.1905.
  • 161 Les circonstances restent obscures. Les bruits de suicide qui se répandent sont démentis dans le J (...)
  • 162 AE, NS Égypte 57, agence à AE, 6.10.1905.

172Jusqu’en juin 1906 les Sucreries vivent en sursis pendant que s’agitent autour d’elles les intérêts opposés. La Bourse de Paris exprime son appréciation par l’effondrement des cours des actions de 152 F à 53 F160. Au gré des révélations, ils fléchissent au-dessous de 30 F en octobre. En effet, les nouvelles filtrant d’Égypte paissent craindre les pires malheurs. De la Bouglise el Leroux reviennent en Égypte le 26 septembre. Le premier décède subitement le 28161, le second repart en toute hâte le 29. L’agence prend acte des « nombreux et malveillants commentaires » auxquels donnent lieu ces événements162.

E. LES SUCRERIES PEUVENT-ELLES ÊTRES VIABLES ?

173Bien avant la présentation du premier rapport des experts le 4 octobre, la presse, renseignée par les parties en cause, expose la situation moins que brillante des Sucreries. Dans les colonnes de l’Égypte, « Lorrain » se fait l’accusateur de l’ancien conseil. Ses dires, confirmés par les rapports des experts, tendent à démontrer, outre les torts commis par Cronier et l’impéritie dans l’administration, l’impossibilité de produire profitablement le sucre en Égypte. Son argumentation s’oriente dans le sens d’un refus de concordat définitif et d’une demande de mise en liquidation immédiate afin d’éviter de nouvelles pertes. C’est l’intérêt, croit-il, des actionnaires et des obligataires, contre lequel se dresse celui des banquiers escompteurs de traites et de la Sugar Corporation. Ceux-ci ont avantage à ce que la société, en continuant ses affaires, se mette en mesure d’honorer ses signatures et de payer les semestrialités. Quant à la SG, une cascade de réclamations, funestes pour son renom, résulterait de la liquidation d’une entreprise qu’elle a introduite et escortée sur le marché. Il n’échappe à personne que les contrôleurs sont les mandataires de Cassel.

  • 163 L’Égypte, 21.9.1905.

« Il est hors de doute que les trois honorables contrôleurs qui viennent d’être désignés ne représentent qu’un seul et même intérêt, très respectable il est vrai, mais qui est malheureusement, par la force des choses, en contradiction avec celui de la masse très intéressante des porteurs de titres »163.

174L’on soupçonne les anciens administrateurs de vouloir, par souci de dégager leur responsabilité, se placer à la remorque de Cassel en vue d’une opération de renflouement rapide mais coûteux. Une déclaration de faillite serait immanquablement suivie de recours judiciaires contre eux. Désireux avant tout d’obtenir leur quitus, ils

  • 164 Ibid., 14.9.1905.

« céderont tout ce qu’on leur demandera et le mouton actionnaire restera seul tondu et retondu une fois de plus par tant d’habiles financiers empressés à « sauver l’industrie sucrière et l’Égypte elle-même » »164.

  • 165 Dorizon aussi chercherait une ratification de la gestion passée. AE, PA Bonin 2, Note de Charles-E (...)
  • 166 AE, NS Égypte 57, de la Boulinière aux AE, 12.11.1905.

175Les mois suivants sont marqués par le différend entre ces deux groupes : d’une part, Cassel, la SG, les banquiers escompteurs, et les administrateurs165 ; d’autre part, les actionnaires et obligataires. Les uns, représentés par les contrôleurs, s’emploient à remettre la société à flot. Les autres, dont les experts deviennent les porte-parole, jettent le doute sur la rentabilité de toute industrie sucrière en Égypte. Ce point de vue, au lendemain du krach, est le plus répandu166. Mais la loquacité de ses adhérents ne doit pas donner le change : leur adversaire est à la tête des Sucreries et possède, de ce fait, des moyens autrement persuasifs que la presse pour les plier à ses volontés.

  • 167 La Vie financière, le Petit Parisien, et l’Echo de Paris, 4.10.1905.

176Sur fond de controverses, les parties en présence se concertent pour arrêter les moyens de sauvegarder leurs intérêts. Le 3 octobre, un Comité de défense réunit à Paris une centaine d’actionnaires, soit 14 000 actions environ. L’opportunité d’intenter une action civile ou pénale contre les membres du conseil est envisagée167.

  • 168 Compte rendu de l’assemblée générale du 25.10.1905.
  • 169 BPPB, Dossier 173/8, Note sur les Sucreries, novembre 1905.

177À sa première réunion à Paris, un Comité de défense des obligataires rassemble 3 223 porteurs de 35 000 obligations. Il représentera ses membres, notamment en présence de propositions concordataires, et veillera à ce que les traites ne prennent pas rang avant les obligations dans la masse des créances chirographaires168. De leur côté, les banquiers escompteurs de traites se constituent en syndicat domicilié à la Banque de l’union parisienne169.

  • 170 SG, Liasse 5577, Note, janvier 1908.
  • 171 L’Égypte, 5.9.1905.
  • 172 Ibid., 14.9.1905.

178Les titres des Sucreries subissent une brutale dépréciation. Sur un prix d’émission global de 114 952 741 F, les pertes par rapport aux cours à la Bourse sont de 93 180 690 F170. D’aucuns pensent que le conseil n’ignorait rien : on « avait foi dans le génie du patron et qu’on comptait sur une de ses manœuvres habiles pour tirer les Sucreries de la mélasse »171. Leroux dit la confiance illimitée, la foi aveugle, qu’inspirait Cronier172. Trompé, l’administrateur-délégué rejette sur l’oracle la responsabilité du désastre. Les morts ont bon dos, et il n’est pas malséant de déboulonner le coryphée hier adulé.

179Certains ne tardent pas à accabler le spéculateur en Cronier pour mieux déconsidérer le financier et l’industriel. Les Sucreries n’étaient-elles qu’un bluff machiné pour procurer au « roi des sucres » les ressources de la spéculation ? Plus grave est la question de savoir si l’industrie sucrière peut se passer des expédients d’un Cronier. Est-elle susceptible de générer un bénéfice proprement industriel ? Le chef des entreprises Say ne fréquentait pas les marchés à terme à titre personnel. Il se livrait au jeu pour le compte des sociétés dont il avait la charge.

  • 173 Ibid., 18.9.1905.

180Au-delà de l’accident boursier, le désastre tiendrait à une série de choix déplorables. Sans le soutien de Cronier, écrit « Memor », les Sucreries n’auraient jamais vécu. Ses spéculations ont comblé des gouffres sans cesse renaissants et donné à la société plus qu’elle n’a déboursé. Il a tenu en équilibre, sur sa pointe, une gigantesque pyramide. Un jour, l’échafaudage s’est écroulé et a entraîné Cronier à sa perte. Mais la spéculation n’est pas « le pelé, le galeux d’où nous vient tout le mal »173.

181Plus profond, le vice paraît sans remède : d’un côté, l’augmentation du prix de revient de la canne ; de l’autre, les pertes subies sur les ventes. Alors que la production locale ne suffisait pas à l’alimentation des 3 usines anciennes, l’achat des 9 sucreries de la Dā’ira aurait été une faute irréparable. C’était l’arrêt de mort de la société, car elles ne valaient que leur prix au poids de la ferraille. Au sujet de l’avenir des Sucreries, les divergences se font jour depuis le krach. Les opinions se cristallisent et gagnent en aigreur au fur et à mesure que s’élargit le fossé qui sépare les intérêts de Cassel de ceux des actionnaires et obligataires.

182Le Phare d’Alexandrie se fait l’interprète des premiers en défendant la thèse à l’effet que l’affaire soit rentable en soi, pour peu que l’ancienne administration, à qui doit être imputée toute la responsabilité de la déconfiture, cède la place à la nouvelle. Celle-ci, grâce à ses attaches britanniques, réussirait à obtenir du gouvernement les accommodements propres à mettre l’exploitation sucrière sur la voie du relèvement.

183L’Égypte se doit d’échapper à la monoculture en cultivant la canne. Et l’un des entrefilets de prendre le contre-pied de l’opinion ambiante en avançant que le sucre est rémunérateur, n’était-ce le fait qu’il se trouve livré à la spéculation. Nulle part, l’industrie sucrière ne peut exister de ses propres forces, ou résister

  • 174 Le Phare d’Alexandrie, 19.9.1905.

184aux attaques de la spéculation, sans l’intervention de l’État. « De cette constatation découle pour le gouvernement le devoir de venir en aide à une industrie que rien ne condamne sinon les fautes de ceux qui l’ont exercée en Égypte »174.

185Que veut-on que fasse l’État, demande, sceptique, « Lorrain » contre le progrès inéluctable du cotonnier ? L’interdire serait un acte arbitraire à l’égard des cultivateurs, propriétaires, prêteurs sur hypothèques et actionnaires de sociétés foncières. La folie du coton lui semble moins dangereuse que la folie du sucre. Il admet que l’État fasse bénéficier d’une détaxe les terrains cultivés en cannes dans la Haute-Égypte. Mais elle sera ou minime et insuffisante, ou importante, et alors les contribuables se demanderont pourquoi le Trésor fait des sacrifices en faveur d’intérêts particuliers.

  • 175 L’Égypte, 21 et 22.9.1905.

186Repoussant le système des primes à l’exportation, « Lorrain » ne trouve pas plus de mérite à une surtaxe sur les importations, que n’admettraient pas les pays concernés, la Russie et l’Autriche, sans compensations ruineuses pour les douanes égyptiennes. « Memor » s’émeut également des mesures protectionnistes qu’envisage le « groupe financier » : primes de sortie et l’élévation des droits d’entrée sur les sucres étrangers, dégrèvements des droits de douane et des prix de nolis du charbon destiné aux sucreries, réglementation restrictive de la culture du coton, voire son interdiction dans certaines zones175.

  • 176 Ibid 23.9.1905.

187L’admission des Sucreries au concordat préventif – et provisoire – n’arrête pas la polémique. Le capital étant perdu, le conseil est invité à réunir une AG pour prononcer la dissolution. En se conformant aux statuts, demande « Lorrain », les administrateurs, qui n’ont pas su exercer leur mandat de confiance, craignent-ils d’encourir une déchéance ? Ne se sont-ils pas déclarés dessaisis de leurs pouvoirs au moment de la nomination des contrôleurs ? Les actionnaires sont encouragés à exiger « qu’on ne les sacrifie pas sans les entendre sur l’autel de la Sugar Corporation »176.

  • 177 Ibid., 26.9.1905.

188Les adversaires du concordat vont jusqu’à flétrir l’autoritarisme des anciens directeurs à l’égard de leur personnel, lequel aurait éprouvé un immense soulagement à la suite de la déconfiture. L’arbitraire n’aurait eu d’égal que le désordre. « Des intrigues se nouaient qui faisaient des victimes, et dans cette pêche en eau trouble, les protégés seuls attrapaient quelque faveur »177.

189Cette sollicitude inattendue pour le bien-être des employés est motivée par le besoin de suivre les contrôleurs sur le terrain des plaidoyers fondés sur la générosité. L’argument mis de l’avant en faveur du concordat est précisément qu’en continuant de travailler, les usines sauvent la récolte de l’année et la propriété foncière en Haute-Égypte. Mais la fabrication se fera à perte et « Lorrain » invoque les intérêts déjà compromis des porteurs de titres.

190Les éléments avancés par Cassel en 1904, à savoir la mauvaise administration et les difficultés d’alimentation en cannes à sucre, sont retournés, en 1905 contre ses mandataires afin de déclarer vaine toute tentative d’exploitation.

F. LE TRIPLE VERDICT DES EXPERTS

  • 178 AE, PA Bonin 2, Note de Bonin, 20.10.1905.
  • 179 Premier Rapport des experts, 4.10.1905.

191Le premier rapport des experts confirme que les 5 exercices qui précèdent la défaillance, sauf celui de 1899-1900, ont donné des pertes d’exploitation. Avant la clôture des comptes, celles-ci étaient comblées par un mouvement d’arbitrages, donnant un bénéfice suffisant pour compenser les pertes, distribuer un dividende, effectuer les répartitions statutaires et laisser un faible reliquat. Remontant à 1895, les arbitrages n’étaient que les spéculations heureuses de Cronier. Suivant la règle, les sommes requises étaient expédiées de Paris sur la demande du Caire. Cronier les prélevait sur les bénéfices généraux de ses spéculations et non sur des gains réalisés spécialement avec l’argent des Sucreries178. Dans la comptabilité – irréprochablement tenue – et aux bilans publiés, elles étaient englobées sous le compte « Ventes sucres »179.

  • 180 Id.

192Les experts révèlent l’existence de deux comptes d’ordre dans les écritures. L’un, « Henry Say et cie », était débiteur du montant des traites tirées ; l’autre, « Acceptation H. Say et cie », était créditeur. Une passation inverse se produisait lorsque des traites étaient retirées de la circulation. Ni les bilans imprimés pour le public ni les procès-verbaux du conseil ne faisaient mention de ces comptes. La comptabilité ne contenait aucune trace des acceptations en blanc signées Henry Say et cie, données en couverture des traites180.

193Dans le deuxième rapport des experts, l’examen des comptes fait paraître dans toute son ampleur l’application des arbitrages.

  • 181 Deuxième Rapport, 18.10.1905, pp.14-15.

Tableau 147
Comptes d’exploitation générale181
(En francs)

Tableau 147Comptes d’exploitation générale181(En francs)
  • 182 Ibid., p. 6.

194Les usines travaillent à perte, les prix de vente par sac étant inférieurs aux prix de revient. L’unique année où une situation contraire apparaît se solde par un bénéfice182.

Tableau 148
Prix moyen (100 kg)
(En francs)

Tableau 148Prix moyen (100 kg)(En francs)

195Au compte des profits et pertes, les charges dépassent largement le solde d’exploitation. Les crédits sont composés en totalité, sauf en 1899-1900, d’un reliquat des arbitrages de l’exercice précédent.

  • 183 Ibid., pp. 38-39. Cf. Bénéfices nets au bilan publié.

Tableau 149
Comptes des profits et pertes réels183
(En francs)

Tableau 149Comptes des profits et pertes réels183(En francs)
  • 184 Ibid., p. 7.

196Les experts remettent en question la sagesse de l’achat des usines de la Dā’ira et soulignent la gravité du problème de l’alimentation des sucreries en cannes. Les usines les plus productives, celles d’al-Shaykh Faḍl et d’Abū Qurqās, se distinguent, non pas par leurs rendements, mais par l’arrivée quotidienne de la matière première184.

  • 185 L’Égypte, 25.10.1905.
  • 186 L’Europe coloniale, 1.3.1906.

197Les procédés vexatoires détournent les cultivateurs de la canne : la récolte est souvent laissée à sécher pendant des semaines avant d’être pesée ; les intermédiaires font de gros bénéfices185. Enfin, la canne accapare la terre deux années avant de donner une première coupe. Avec le coton, on rentre dans ses premiers débours au bout de 7 à 8 mois. Contrairement au coton, la canne fatigue la terre et consomme une grande quantité d’eau. Les propriétaires louent facilement le faddān (0,42 ha) de 7 à 8 Lég (181,44 F à 259,20 F) par an pour le coton, mais difficilement de 6 à 7 Lég (155,52 F à 181,44 F) s’ils veulent imposer la canne186.

  • 187 Deuxième Rapport, p. 61.
  • 188 Arminjon et Michel, art. cité, p. 333.

198Sur le plan commercial aussi la concurrence du coton est sévère. Sept années de sécheresse dans les régions de l’océan Indien poussent les prix et les loyers à des sommets en Égypte. Déjà grand, l’écart entre la canne et le coton s’accentue. Entre octobre 1895 et octobre 1905, la canne reste stationnaire à 3 piastres (0,78 F) le qintār alors que le coton progresse de 160 (41,47 F) à 240 piastres (62,21 F)187. Il atteint 400 piastres (103,68 F) en 1907188.

199Les dispendieuses améliorations dont ont été l’objet les usines n’ont fait qu’alourdir les frais de production. La Dā’ira fabriquait le brut meilleur marché – environ 10,37 F le qintār contre 12,31 F. Au lieu de dépenser pour augmenter la capacité productive, il eût été préférable de prolonger le chemin de fer jusqu’aux régions susceptibles de fournir la canne.

  • 189 Deuxième Rapport, pp. 59-60.
  • 190 L’Égypte, 2.9.1905.

200En dernier lieu, la direction des Sucreries n’est ni économe ni bien organisée. Aux constructions nouvelles, transformations hâtives et travaux inutiles s’ajoutent la multiplication des postes supérieurs et la confusion des pouvoirs et responsabilités. Aucune initiative ou responsabilité n’est laissée aux directeurs d’usine189. Les manques du personnel technique et le désordre dans les achats et la surveillance du matériel sont connus des initiés190.

  • 191 Ibid., 17.9.1905.

201Dans leur troisième rapport, les experts procèdent à la détermination du bilan et rectifient celui déposé par la société à l’appui de sa demande de concordat préventif191. Le montant des traites reste inchangé à 23 896 749 F.

  • 192 Troisième Rapport, 22.11.1905, pp. 16-41.

Tableau 150
Bilan au 31 août 1905192
(En francs)

Tableau 150Bilan au 31 août 1905192(En francs)
  • 193 Ibid., p. 4.

202Les experts aboutissent à des conclusions troublantes : l’incurie et les déficits devaient conduire fatalement à la faillite, même sans le krach Cronier. Au fait de la situation, les administrateurs ne peuvent invoquer pour la société la qualité de débiteur malheureux et de bonne foi, éprouvé par la débâcle de Cronier193. Tel serait le motif d’une demande de concordat.

  • 194 AE, NS Égypte 57, Note du 26.11.1905.

« Les termes particulièrement durs dans lesquels ils s’efforcent de faire ressortir la mauvaise gestion de l’entreprise en blâmant successivement le rôle des administrateurs et celui des censeurs, donnent à ce rapport l’apparence d’un véritable réquisitoire »194.

203Un coup d’arrêt est donné à la stratégie Say, caractérisée par la modernisation systématique et la surcapacité de l’outil industriel. Si en Europe, les calculs sont contrariés par la faiblesse des prix, en Égypte, ils le sont par la cherté -pour cause de rareté – de la matière première. L’industrie sucrière en Égypte est une affaire déficitaire. Elle n’apporte pas de soulagement dans l’attente de l’embellie sur le marché mondial. De fait, elle n’est supportable que si la situation internationale amène les conditions requises par le projet Say. Le pays ne produit pas suffisamment de canne, le sucre revient cher et les usines sont sous-utilisées. L’hypertrophie des immobilisations devient un pesant fardeau nécessitant, pour son allégement, les apports de la spéculation. Ceux-ci, dès lors, apparaissent plus comme un impératif du projet que comme un défaut personnel de Cronier. Sa chute est autant la conséquence que la cause de l’échec d’un programme.

  • 195 AE, PA Bonin 2, J. de Chaffault, chargé d’affaires, à de la Boulinière, 5.10.1905.

204Cronier ne croit pas devoir soutenir les Sucreries indéfiniment. Il est persuadé qu’un jour elles pourraient rapporter et rembourser la mise195. Quoi qu’il en soit, Cronier voit grand, trop grand par rapport aux moyens à sa disposition. Reposant sur trop d’aléas, sa politique d’internationalisation participe du pari.

III. LES SUCRERIES EN QUÊTE D’UN CONCORDAT

205Proches des partisans de la liquidation, les experts ne rendent toutefois pas de jugement au sujet d’une réorganisation. De leur côté, les contrôleurs s’emploient à dresser des propositions concordataires. À la veille de l’AG des actionnaires du 25 novembre qui doit décider de laisser déclarer la faillite ou de tenter une reconstitution après avoir obtenu un concordat des créanciers, l’affrontement entre les deux clans opposés ne se fait plus à fleuret moucheté.

A. CONCORDAT OU LIQUIDATION : LES EXPERTS SE PRONONCENT

  • 196 AE, PA Bonin 2, Note de Bonin, 22.10.1905.
  • 197 L’Égypte, 21.10.1905.

206Les intéressés observent une sorte de trêve en octobre. Les Sucreries ont peut-être exercé sur la presse une influence pécuniaire196, mais son effet est de courte durée. Déçus par la deuxième expertise, d’aucuns ne se gênent pas d’attribuer à des « manœuvres souterraines » le défaut de jugement au sujet de la continuation de la société. « On sent bien qu’il y a des machinations dans la coulisse contre lesquelles se défendent les experts »197.

  • 198 AE, PA Bonin 2, de Chaffault à Bonin, 5.10.1905 ; Note de Bonin, 20.10.1905.

207Les soupçons entourent les intentions de Cassel. Son unique but serait, d’après Foumeron, de faire durer les Sucreries assez longtemps pour qu’elles paient quelques semestrialités, puis d’obtenir un dédit avantageux. Il laisserait alors tomber l’affaire pour la racheter à vil prix. La nouvelle exploitation ne garderait que les meilleures usines. C’est d’ailleurs cette entreprise que les Sucreries pourraient reconstituer en liquidant tout de suite198.

  • 199 L’Égypte, 4.11.1905.

208Indigné, un actionnaire déclare que le jeu de ceux qui se font désigner sauveurs de la société saute aux yeux. Les actionnaires risquent d’être saignés à blanc199. Le problème, enchaîne un quotidien, se résume à savoir comment Cassel s’en emparera.

  • 200 Le Journal du Caire, 10.11.1905.

« S’il lui donna l’accolade, ce fut pour l’étouffer. L’exploiter d’abord, en faire sa chose ensuite, puis s’en débarrasser définitivement en écoulant ses paquets d’actions, tel a été, dès l’origine de l’affaire le but du célèbre financier »200.

209Les mécontents procèdent à la remise en question du contrat de location-vente de 1902 qui comprend le fameux article de dédit. La clause draconienne n’effraie pas, ses conséquences paraissant moins onéreuses que le respect des conditions. Le non-paiement des semestrialités libérerait les Sucreries d’une lourde créance et les allégerait d’usines qui n’ont qu’une médiocre valeur.

  • 201 Troisième rapport, pp. 58-59.

210Le 16 novembre, les contrôleurs communiquent leurs propositions concordataires201. Ils sont incapables de déclarer si l’industrie sucrière peut être exploitée fructueusement en Égypte. Mais ils n’ont pas de doute qu’une faillite serait désastreuse pour les créanciers et les actionnaires. Aussi faut-il, selon eux, tenter un essai loyal de remise sur pied pendant les campagnes sucrières de 1905-1906 et 1906-1907. À cet effet, ils élaborent un projet de concordat que les actionnaires pourraient soumettre aux créanciers.

211Les contrôleurs fixent la créance de la Sugar Corporation à 800 000 £ (20 000 000 F). Il serait émis pour ce montant par les Sucreries des obligations hypothécaires 5 %. Le gouvernement achèterait aux Sucreries pour 350 000 à 400 000 £ les chemins de fer acquis de la Sugar Corporation. Celle-ci serait désintéressée entièrement en espèces, partie par le produit de la vente des chemins de fer, partie par un prélèvement sur l’émission obligataire.

212Les autres créanciers viennent au marc le franc. La société réglerait les porteurs d’obligations et de traites à concurrence de 80 % de leurs créances par des actions privilégiées à créer. Quant aux actionnaires, ils abandonneraient deux tiers du montant de leurs titres. Est ici affirmée la priorité de la Sugar Corporation. Ne subissant pas de réduction, sa créance jouit d’un traitement de faveur, elle que l’on considère comme déjà entourée de privilèges exorbitants.

  • 202 AE, NS Égypte 57, Note du 26.11.1905.

213Priés d’exprimer leur avis par le juge Tuck, les experts soumettent le projet à une critique cinglante. Les termes de la réponse, secs et dépourvus de diplomatie, laissent sentir l’âpreté du conflit entre les intéressés. Exposé de syndics de faillite, opine l’agent diplomatique202.

214Les experts déclarent que l’exploitation industrielle n’a donné que des pertes ou de menus bénéfices parce que le prix de la canne était trop élevé par rapport au prix normal de vente. A cet égard, les deux ans d’essai loyal ne sauraient être probants. Irréalistes, les projets de relèvement des contrôleurs reposent sur l’erreur imputable à l’ancienne direction, à savoir qu’ils négligent de s’assurer la canne à un prix rémunérateur.

  • 203 Réponse annexée au Troisième Rapport, p. 63.

« En réalité, ce n’est pas seulement la reconstitution financière qu’il importe de faire, mais bien la reconstitution industrielle, c’est-à-dire avoir de la canne en quantité suffisante et dans de meilleures conditions, augmenter les rendements et réduire à la dernière limite les frais de fabrication et d’administration »203.

  • 204 Ibid., pp. 64-65

215Il va de soi que les propositions financières des contrôleurs rencontrent la désapprobation des experts. Les 800 000 £ d’obligations hypothécaires à émettre seraient privilégiées par rapport à l’ensemble du capital ; l’hypothèque de la créance de la Sugar Corporation était limitée aux usines et voies ex-Daïra seulement. Un seul créancier, la Sugar Corporation, se trouve privilégié pour la totalité de sa créance et sur tout l’actif. Il lui est accordé le bénéfice d’une créance entièrement hypothécaire, alors qu’elle était en partie chirographaire. D’autre part, les anciens obligataires sont transformés en actionnaires, c’est-à-dire de créanciers en débiteurs. Enfin les experts estiment que, même améliorée, l’industrie ne pourrait donner des bénéfices suffisants pour supporter les charges sociales. Dans deux ans, la liquidation sera plus désastreuse, car les créanciers qui auront consenti à une réduction de 20 % sur leurs créances verront le passif augmenté et l’actif diminué et largement absorbé par une créance privilégiée204.

  • 205 AE, PA Bonin 2, de Chaffault à Bonin, 8.9 et 5.10.1905.
  • 206 Ibid., Note de Bonin, 20.10.1905.
  • 207 Id. ; ibid, de Chauffault à Bonin, 26.9.1905.

216D’accord que la faillite ne serait pas désirable, les experts, n’en sont pas moins les avocats d’une liquidation. Fourneron ne cache pas son accord avec les articles de « Lorrain »205. Son collègue Willcocks, ancien directeur de la Daïra Co., croit, du moins pour un temps, que la société peut continuer206. Les trois experts signent les rapports remis au Tribunal, mais il est possible que Willcocks ait retardé toute allusion à la liquidation207.

  • 208 Réponse annexée au Troisième Rapport, p. 63.
  • 209 Ibid., pp. 65-66.

217Les experts voudraient qu’une liquidation donne lieu « à la création de plusieurs groupes dans lesquels les gros propriétaires, étant intéressés, pourraient apporter l’appui de leurs productions en cannes »208. Avec moins de charges sociales à supporter, un fonds de roulement limité, des frais d’administration très réduits, ces groupes obtiendraient un résultat industriel réel. La société actuelle, avec une nouvelle administration qui aurait la confiance du pays, pourrait, à la rigueur, s’assurer par des contrats d’au moins 4 ans, au lieu de 2, la canne nécessaire. A défaut de ces engagements, le mieux serait de vendre des sucreries à de gros propriétaires, car une société sans terrains ne peut les faire fonctionner avec bénéfice209.

  • 210 Ibid., pp. 65, 68-69.

218Les experts confrontent le bilan présenté dans leur troisième rapport à celui dressé par les contrôleurs210. Ces derniers portent à l’actif les usines pour leur prix d’achat ; les experts les calculent au minimum de la valeur réalisable. Au passif, ils déduisent les sommes affectées en 1904 au rachat des obligations de la Sugar Corporation.

Tableau 151
Bilan au 31 août 1905
(En francs)

Tableau 151Bilan au 31 août 1905(En francs)

B. LES CONTRÔLEURS DÉVOILENT LEUR PROJET DE CONCORDAT

  • 211 Compte rendu de l’assemblée des obligataires du 19.12.1905.
  • 212 L’Égypte, 21.11.1905.

219Les propositions concordataires portent à son comble l’irritation des groupes qui se défient de Cassel. Elles achèvent de coaliser contre la Sugar Corporation tous les réclamants exaspérés par la situation privilégiée qu’elle s’arroge. Le Comité de défense repousse immédiatement un projet tendant à faire des obligataires des associés exposés aux risques de l’exploitation211. Impudentes, les propositions ne seraient qu’un moyen d’assurer à la Sugar Corporation le recouvrement intégral de ses créances. En soignant les intérêts de Cassel, la combinaison la paie en espèces, tandis que les autres ne reçoivent que de la monnaie de singe et des belles images212.

  • 213 Le Journal du Caire, 22.11.1905.

« Une fois de plus, se lamente « G », gogo va faire les frais de la casse ; une fois de plus les capitaux français considérés comme quantité négligeable seront floués et contents »213.

  • 214 L’Égypte, 19.11.1905.

220Même si la Sugar Corporation se pose en créancière privilégiée, seule digne de rentrer dans la totalité de ses créances, elle n’aurait d’autre droit que celui de reprendre les usines et de se faire rembourser ses avances de fonds214. Elle ne peut avoir de privilège que sur les usines et le matériel ferroviaire par elle apportés, à l’exclusion de l’ancien actif des Sucreries.

  • 215 L’information, 13.11.1905.
  • 216 AE, NS Égypte 57, de la Boulinière aux AE, 30.11.1905.

221Les banquiers escompteurs de traites ont aussi la prétention d’être privilégiés. Ils refusent un règlement qui fait « qu’ils s’immolent au profit des obligataires » en consentant à recevoir contre leurs créances des obligations de deuxième hypothèque215. Des difficultés s’élèvent entre eux et Cassel, faisant craindre une rupture. L’agent redoute les effets d’une faillite qui, après les reprises de Cassel, ne laisserait plus rien à répartir216.

  • 217 Le Journal du Caire, 17.11.1905 ; l’Égypte, 18 et 30.11.1905.
  • 218 L’Égypte, 18.11.1905.

222En exerçant son droit, la Sugar Corporation enlèverait aux Sucreries le réseau ferroviaire, c’est-à-dire l’instrument de leur approvisionnement en cannes. Cela reviendrait à les condamner, car l’État imposera ses tarifs plus élevés. Après l’échec certain de l’essai loyal, en présence des déficits prévisibles, Cassel n’aura qu’a tendre la main pour prendre ce qui n’aura pas été dévoré de l’actif et les obligataires seront Gros-Jean comme devant217. Le mieux pour eux est de réclamer une liquidation immédiate. Au moins, ce qu’ils en tireront leur sera acquis, tandis que dans deux ans, il ne leur restera que du vent, des promesses et du papier colorié de Cassel-Palmer218.

  • 219 Le Journal du Caire, 24.11.1905.

223L’intervention de Cassel n’est perçue que comme une spéculation financière, dénuée de tout motif industriel ou commercial. Tandis que les experts ont pu s’intéresser à une reconstitution véritable, les contrôleurs n’auraient qu’un but : « Tirer du jeu l’épingle Cassel, faire argent de tout, relancer du papier et le réaliser à nouveau »219.

  • 220 L’Égypte, 14.11.1905.

224Les positions sont nettement démarquées, les points litigieux identifiés, tandis que s’approche la date de l’AG extraordinaire des actionnaires. C’est un partage des dépouilles qui doit se consommer le 25 novembre, explique, le ton grave, un quotidien. On assiste à la course au clocher qui consiste à distribuer des bénéfices et sauver les meubles avant la saisie conservatoire220.

  • 221 Rapport du c.a. à l’AG extraordinaire du 25.11.1905.

225À l’assemblée, les actionnaires ne reçoivent que le bilan des contrôleurs, sans qu’il leur soit demandé de l’approuver221. Aucune référence n’est faite au bilan des experts ou à leur réponse aux propositions concordataires. Celles-ci sont présentées sommairement à titre de renseignement, « la situation toute spéciale » de la Sugar Corporation devant faire l’objet de communications ultérieures. Le conseil ne cherche qu’un mandat afin de discuter les conditions d’un concordat et l’autorisation à le conclure.

  • 222 L’Égypte, 30.11.1905 ; l’Information, 6.12.1905.

226A vrai dire, les propositions des contrôleurs ont été lancées comme un ballon d’essai et l’on ne peut affirmer avec certitude que le conseil s’y soit rallié. Dusseigneur, devenu administrateur de la Daïra Co., se joindra au conseil à Paris pour arrêter les termes précis du concordat. Il est signifié aux actionnaires que s’ils laissent déclarer la faillite, les circonstances de la liquidation de l’actif ne leur donneraient rien. Dans ces conditions, ils approuvent la procédure en obtention du concordat engagée par le conseil. Il est vrai que 52 222 actions seulement sont présentes ou représentées ; une AG antérieure n’avait pu réunir un quorum222.

C. QUI S’INTÉRESSE AUX SUCRERIES ?

  • 223 L’Égypte, 30.11.1905, s’étonne de son silence.

227Si la presse française du Caire répercute le tollé contre Casse 1, celle de Paris s’astreint à des articles factuels223. Certes la reconstitution de la Raffinerie Say l’occupe plus que les déboires des Sucreries. Mais il est indubitable que le rétablissement des Sucreries demeure souhaitable du point de vue des banques parisiennes qui les ont parrainées et des banquiers porteurs de traites. L’opération n’est réalisable que par les soins de Cassel, nonobstant le lourd tribut qu’il ne se fait pas faute d’exiger.

228Il est malaisé de savoir si l’Égypte et le Journal du Caire répondent à d’autres sollicitations que celles de défendre les petits porteurs, sacrifiés dans la transaction avec Cassel – mais peu nombreux en Égypte. Le contenu de leurs articles, d’une exactitude que ne leur contestent jamais leurs adversaires, appuie, quand il n’anticipe pas, les rapports des experts.

  • 224 Ibid., 15.1.1906. Les mesures d’économies sont tournées en dérision dans le Journal du Caire, les (...)

229Il y a en Égypte des éléments bien renseignés qui, destinés à sortir perdants de la réorganisation, révèlent ce qu’ils savent dans la presse sous couvert de pseudonymes, tels « Lorrain », « Memor », « Lux », etc. Toutes les hypothèses sont permises, y compris l’intervention des autorités gouvernementales, gagnées au coton qui rapporte plus. Il peut s’agir de cadres et sous-ordres que les contrôleurs licencient trop sommairement par mesure d’économie224. Ni Cassel ni les Sucreries – désargentées il est vrai – ne déteignent sur les rédacteurs des feuilles hostiles par les moyens éprouvés que l’on sait. C’est dire l’acuité du différend, mais surtout la sérénité du groupe Cassel et sa confiance d’arriver à son but.

230Le financier britannique a ses entrées dans les milieux bancaires de Paris. Évoquant des tripotages et mystères, « G » s’afflige de ce que Cassel soit écouté à Paris.

  • 225 Ibid., 22.11.1905.

« Voilà comment, non content d’être installé en maître dans la place du Caire, sir Ernest Cassel est en train de prendre possession des derniers forts dans Paris même, forts dont les pseudo-défenseurs lui apportent les clés, pieds nus et la harde au col »225.

  • 226 SG, Liasse 5577, Note du 16.1.1908.

231Cronier remettait aux Sucreries des traites endossées par la Liquidation Say comme contrepartie de celles qu’acceptaient les administrateurs-délégués des Sucreries. Les intérêts Say n’ont évité de payer leurs exigibilités que grâce à une entente avec Cassel226. La SG aura, en outre, recours à lui lors de l’augmentation de son capital.

232Au lendemain du krach Cronier, des bruits se répandent à l’effet que l’établissement de crédit fournissait les fonds pour sa « coupable industrie ». La direction s’en défend avec énergie dans des circulaires à ses agences et actionnaires. Elle n’a en portefeuille ni traites, ni papier Say, ni signature Raffinerie Say, ni un seul warrant ou récépissé de sucre. Dorizon ajoute que

  • 227 Circulaires des 13.9 et 10.10.1905.

« l’auteur de ces actes n’a jamais demandé ni obtenu un crédit personnel à la Société générale, qu’il n’y avait pas de compte et qu’il n’y a jamais exécuté le moindre ordre de bourse »227.

  • 228 SG, P.-v. du conseil, séance du 26.9.1905.

233La SG n’a aucun engagement avec la Raffinerie Say, les Sucreries d’Égypte, la Liquidation Say ou son liquidateur, pas plus qu’elle n’a de position sur le marché des sucres. Aux cours dépréciés du 1er septembre, tant en avances sur sucres qu’en warrants escomptés, son risque n’est que de 3 millions de F répartis sur 8 clients, autres que la Raffinerie Say et les Sucreries d’Égypte228. Et le conseil renouvelle au directeur Dorizon toute sa confiance.

  • 229 SG, Liasse 5577, Note sans date.

234En ce qui concerne les Sucreries, les comptes établis par les experts montrent que la SG a escompté des traites pour 9 000 000 F mais l’échéance de la dernière tombait le 10 janvier 1905. Les Sucreries ont chez elle au 31 août 1905 un compte créditeur de 1 872 357 F ; une créance de 1 625 000 F leur est opposable229.

  • 230 Financial News, 1.11.1905.
  • 231 SG, P.-v. du conseil, séance du 25.10.1905.
  • 232 Ibid., 30..1.1906.

235Hormis les pertes pécuniaires, la SG s’expose à voir son crédit entamé par la débâcle. Elle a couvert de sa réputation des émissions avec primes de la Raffinerie Say et des Sucreries ; son directeur siège aux conseils des deux sociétés. Dans ces conditions, elle augmente son capital de 250 à 300 millions de F. Un syndicat dirigé par Cassel la garantit pour 25 millions ; l’autre moitié est prise par Paribas230. En plus, Paribas consent à sa nouvelle alliée une avance de 17 500 000 F et de 700 000 £ (17 500 000 F)231. En janvier 1906, les deux établissements s’entendent pour collaborer pendant 5 ans dans les affaires de placement et d’émission de titres232. Le président de la SG, Hély d’Oissel, entre au conseil de Paribas en 1911.

236Le concours – intéressé certes – que Cassel prête à des sociétés françaises crée une situation singulière. Depuis le krach, la diplomatie française fait preuve d’une discrétion peu coutumière. Inquiétude et embarras caractérisent son attitude à l’égard d’événements susceptibles d’emporter une assise de l’influence française en Égypte. Elle sait

  • 233 AE, NS Égypte 57, Note de la Direction des affaires politiques à la Direction des consulats, 30.10 (...)

« l’intérêt qui s’attache, au point de vue politique, à ce que rien ne soit négligé pour maintenir sous une direction française cette grands entreprise qui, après le canal de Suez, est dans l’ordre industriel, le principal élément de notre influence en Égypte »233.

237Paradoxale, la situation l’est surtout parce que le relèvement de la société française dépend de celui-là même que l’agence soupçonnait d’intentions inamicales en mars 1904.

238Pour le moment, le problème le plus urgent consiste à éviter une faillite préjudiciable à la politique générale de la France. L’agent affronte à ce sujet « l’opinion la plus répandue dans les milieux français d’Égypte », à savoir que les Sucreries ne peuvent pas donner de bénéfices et qu’il vaut mieux réclamer une liquidation.

  • 234 Ibid., de la Boulinière aux AE, 12.11.1905.

« Cette impression, accréditée auprès des représentants des porteurs, les dispose mal en faveur du relèvement d’une affaire dont l’existence touche l’influence générale française, et je s’est intéressé au sauvetage des Sucreries ne peux réagir qu’avec une extrême prudence »234.

  • 235 L’Égypte, 30.11.1905 et 15.1.1906.

239Le rôle de l’agent demeure effacé. D’autre part, les arguments patriotiques valent autant pour ceux qui rétablissent une société française avec l’aide d’un financier britannique, que pour ceux qui prônent sa liquidation dans l’intérêt des porteurs français235.

D. DU CONCORDAT PRÉVENTIF...

240Les actionnaires ayant accepté les propositions concordataires à faire aux créanciers, les négociations reprennent à Paris, où jouent toutes les influences favorables à la reconstitution.

  • 236 AE, PA Bonin 2, Note du 24.11.1905.

« M. Rouvier s’est intéressé au sauvetage des Sucreries ; ce sauvetage se fera avec le concours de Cassel... L’argent sera presqu’entièrement français, même l’argent frais, car c’est à Paris que Cassel prend l’argent quel que soit son but ! »236

  • 237 L’Information, 14.11.1905.
  • 238 Le Pour et le contre, 24.12.1905.
  • 239 Compte rendu de l’assemblée des obligataires, 19.12.1905.
  • 240 L’Égypte, 24.12.1905.

241Aux parties que léserait un concordat sont destinées les déclarations d’« un avocat du Caire » arrivé à Paris pour faire « connaître aux créanciers le péril en la demeure et le risque qu’ils couraient par suite du non-aboutissement des négociations »237. Les créanciers ordinaires n’auraient de salut que dans une réorganisation, la valeur de l’actif dépendant de son utilisation industrielle. En cas de faillite, il n’y aurait en Égypte qu’un seul acquéreur, Cassel lui-même238. La réalisation de l’actif se ferait dans des conditions très dommageables, « ne permettant de couvrir qu’une très faible partie du passif »239. En outre, les experts considèrent que, par suite des retards et renvois, la culture de la canne pour la campagne 1906-1907 est compromise, les cultivateurs ne pouvant faire les arrangements sans être certains que leurs productions seront achetées240.

  • 241 Compte rendu de l’assemblée des obligataires, 19.12.1905.
  • 242 BPPB, Dossier 173/8, Maranes di Braga, membre du Comité de défense, à Dorizon, 26.11.1905.
  • 243 Compte rendu de l’assemblée des obligataires, 19.12.1905.

242Soumis à cette pression, les obligataires se réunissent le 19 décembre à Paris et expriment leur préférence pour un projet concordataire « dû à l’initiative d’un groupe financier »241, dont le Comité de défense avait eu communication officieusement. Arthur Spitzer, administrateur de la SG, en est l’auteur242. À l’instar des propositions des contrôleurs, le projet conserve à la Sugar Corporation sa situation privilégiée. Seul le règlement des obligataires et des porteurs de traites subit des modifications. Les premiers sont avantagés, car, bien que la valeur nominale de leurs titres soit réduite à 400 F, ils sont amortissables au pair de 500 F, et rapportent un revenu variable de 20 F au maximum, sans minimum garanti. Si les obligations ne sont plus transformées en actions, il n’en va pas de même pour les traites. Comme dans le projet des contrôleurs, cette créance est réduite à 80 %, et réglée en actions privilégiées à créer, portant intérêt à 5 %, remboursables à 125 %243.

  • 244 L’Information, 18.12.1905.
  • 245 L’Égypte, 16 et 22.12.1905.

243À nouveau les obligataires font valoir leur prétention à la qualité d’uniques créanciers de l’actif social. Ils insistent sur la différence entre leur placement, définitif et à taux modeste, et l’acte de commerce plus ou moins aléatoire qu’est l’escompte d’une traite244. L’un est un prêt sur gage effectif, l’autre sur signature. Les banquiers n’ignoraient pas la situation de Cronier ; ils ont, au contraire, contribué au krach en facilitant ses opérations245.

  • 246 BPPB, Dossier 173/8, Comité de défense à Dusseigneur, 29.12.1905.

244À l’évidence, la SG et Cassel font des concessions aux obligataires. Cependant la Sugar Corporation conserve tous les avantages du projet des contrôleurs. Ce sont les banquiers escompteurs de traites qui voient leurs créances tomber au troisième rang. Leur transformation en actionnaires est censée procurer aux obligataires un supplément de garanties246.

  • 247 Compte rendu de l’assemblée des obligataires, 19.12.1905.

« Il ne faut pas, en effet, se dissimuler que les actionnaires actuels, paraissant, pour une période indéterminée, dépourvus de tout intérêt tangible dans l’affaire, ne sauraient inspirer aux créanciers la même confiance, au point de vue de la gestion de l’entreprise, que de véritables intéressés »247.

  • 248 Id.
  • 249 Id. et p.-v. dans la Vie financière, 20.12.1905.

245Le mécontentement des obligataires ne perd pas de sa vivacité. Il s’agit de petits porteurs : les 3 500 obligataires présents ou représentés détiennent 40 000 titres, soit une moyenne de 11 pour chacun248. L’assemblée est houleuse ; les obligataires se montrent enclins aux recours judiciaires contre les administrateurs249. Ce n’est pas sans mal que le Comité les en dissuade.

  • 250 Le Temps, 25.12.1905.
  • 251 L’Égypte, 21.12.1905.

246Le bon sens de la majorité l’a emporté sur l’esprit d’intransigeance de quelques-uns, estime la presse parisienne250. En Égypte, les quotidiens continuent d’affirmer que la Sugar Corporation n’est privilégiée que jusqu’à concurrence du paiement des biens vendus et n’a pas droit à des obligations hypothécaires sur la totalité de l’actif. « Égypte », en termes pathétiques, prie le Tribunal de ne pas se prononcer sur une proposition formulée par un seul groupe, exploiteur âpre à la curée, qui, en vertu d’un contrat léonin, fait main basse sur la part de ceux qui ont confié l’épargne de leurs familles à des mandataires infidèles251. La nouvelle combinaison n’est pas plus équitable que celle de novembre.

  • 252 Ibid., 12.12.1905.

« Les premières propositions étaient cyniques jusque dans la forme, les secondes sont plus insidieuses, mais non moins dolosives, à l’égard des anciens obligataires, seuls créanciers actuels vraiment dignes d’intérêt »252.

  • 253 BPPB, Dossier 173/8, Comité de défense à Dusseigneur, 29.12.1905.

247Sous réserve d’obtenir un intérêt garanti de 10 F par obligation pour les trois premières années, le Comité donne son assentiment au projet officieux et recueille l’accord de l’assemblée pour continuer ses démarches en vue d’arriver à un concordat. La volonté d’engager des pourparlers ne suffit pas pour produire une entente et l’affaire traîne en longueur car les Sucreries s’en tiennent à 8 F. De plus, elles posent comme condition une renonciation à toute action en dommages-intérêts253.

  • 254 L’Égypte, 21.12.1905.
  • 255 Ibid., 23.12.1905.

248L’impression se forme chez les adversaires du concordat que ces atermoiements cachent l’arrière-pensée d’acculer les intéressés à l’impasse des faits accomplis et des solutions forcées254. En effet, chaque jour de retard diminue l’actif négociable, avilit l’ensemble du gage et dévalorise les usines. Tout se tient, aux yeux de ceux qui croient que le relèvement est un trompe-l’œil, une manœuvre destinée à échapper à une faillite immédiate, quitte à l’imposer plus désastreuse ultérieurement. Retardée par un replâtrage, elle n’en serait pas moins inéluctable255.

249Impatient de clore une affaire qui va de délais en remises, le juge Tuck la renvoie devant le Tribunal le 23 décembre. Les diverses parties exposent à l’audience du 30 décembre qu’un accord de concordat est intervenu, et, le 6 janvier 1906, le juge fixe au 10 février la date de la réunion pour le vote des propositions. En fait, il s’agit d’un nouveau délai, et la polémique se poursuit comme avant car les termes du projet déposé le 30 décembre prêtent à confusion.

  • 256 L’Actualité financière, 2.2 et 9.3.1906.

250Ce projet n’est pas en réalité mûri et son dépôt n’a d’autre but que de respecter le délai fixé par le juge, cependant qu’une lutte acharnée entre les intéressés est menée dans la coulisse, loin des yeux du public. Vainement le Comité de défense sollicite l’appui de Rouvier, ministre des AE. Cassel « ou un alter ego » était passé avant lui256. La Banque française pour le commerce et l’industrie, ex-Banque Rouvier, figure parmi les porteurs de traites.

  • 257 Circulaire du Comité de défense, 22.1.1906.

251Au cours des tractations, le Comité obtient de la société qu’elle n’exige plus à rendre obligatoire la clause de renonciation à l’exercice de recours individuels contre les responsables de la débâcle. Mais l’intérêt de 8 F pendant la période triennale, « étant garanti par un groupe d’intervenants », n’est assuré qu’à ceux-là parmi les obligataires qui consentiraient à faire abandon de cette clause257. Les garants décident les porteurs de traites à accepter des actions privilégiées au lieu des obligations hypothécaires, et s’engagent à souscrire les 24 000 actions privilégiées de 100 F. Le montant permettra de payer les 8 F promis.

  • 258 Ibid, et Texte des propositions de concordat.

252Le Comité n’est saisi de propositions officielles que le 23 janvier. Compromis entre le projet officieux et celui du 15 décembre des Sucreries, elles sont admises, non sans réticence, par un Comité désireux surtout d’éviter une faillite qu’il juge préjudiciable aux intérêts de ses mandants. Les propositions soumises à l’assemblée des obligataires du 10 février se résument à258 :

  1. l’émission d’un emprunt de 800 000 £ (20 000 000 F) d’obligations 5 % ayant hypothèque sur tout l’actif ;
  2. la vente des chemins de fer à l’État pour 400 000 Lég (10 368 000 F) au moins ;
  3. la fixation de la créance de la Sugar Corporation à 800 000 £ (20 000 000 F) qui sera payée par le montant retiré de la vente des chemins de fer et un prélèvement sur l’émission d’obligations ; le solde du produit de l’émission servira de fonds de roulement aux Sucreries ;
  4. le règlement de la créance des porteurs de traites par la remise d’actions privilégiées ;
  5. l’échange des obligations de 500 F 4 % contre des obligations à revenu variable de 400 F apportant au maximum 20 F, soit 5 % ;
  6. la garantie d’un intérêt annuel de 8 F entre 1906 et 1909 aux obligataires qui renonceront à tout recours ;
  7. la renonciation réciproque à toute répétition ou recours entre les Sucreries et la Liquidation Say ;
  8. la constitution d’un Syndicat des obligataires pour assurer l’exécution du concordat et surveiller les intérêts des obligataires.
  • 259 AE, NS Égypte 57, de la Boulinière aux AE, 18.2.1906.

253Les obligataires ayant approuvé ces termes par 64 454 votes contre 199, le sauvetage des Sucreries paraît en bonne voie. « Il ne reste plus qu’à obtenir dans la reconstitution et la direction de la société une place en rapport avec l’importance des capitaux français »259. Toutes les parties étant tombées d’accord, le concordat est présenté au Tribunal mixte du Caire le 24 février pour l’homologation, simple formalité, croit-on de part et d’autre.

  • 260 Cf. compte rendu de l’audience in l’Égypte, 25.2.1906 ; l’Information, 6.3.1906.

254N’est admissible au bénéfice du concordat préventif qu’un débiteur malheureux et de bonne foi. L’avocat des Sucreries plaide la distinction entre mandataires et mandants. Seuls les administrateurs étaient de mauvaise foi et le principal coupable s’est fait justice lui-même ; les actionnaires ne doivent pas en subir les conséquences. Le procureur général, à la surprise de tous, repousse la demande et conclut à la faillite. Il n’admet pas la théorie exposée par le requérant. Une société anonyme ne saurait être jugée que sur les actes de son conseil, car les actionnaires, dessaisis de la gestion, sont aussi déchargés de la responsabilité. À ce compte, toute société pourrait exciper de sa bonne foi et aucune ne serait condamnée. Et de citer la jurisprudence selon laquelle une société qui a commis de lourdes fautes et qui s’est rendue coupable d’impéritie, d’imprévoyance et de négligence n’est ni malheureuse ni de bonne foi260. Le 3 mars, le Tribunal prononce la faillite.

E.... AU CONCORDAT JUDICIAIRE

  • 261 L’Égypte, 3.3.1906.
  • 262 Entre autres, Revue économique et financière, 17.3.1906 et Journal financier, 18.3.1906.
  • 263 L’Actualité financière, 9.3.1906.

255Les adversaires du concordat ont peine à croire à leur bonne fortune. « Voici l’heure des règlements de comptes », jubile « Egypt ». Les auteurs responsables de la déconfiture n’ont pas réussi à s’abriter derrière les cadavres de Cronier et de la Bouglise. Les morts ne paieront pas pour les vivants qui, loin de vouloir sauver la société du désastre, veulent sauver les administrateurs de la police correctionnelle261. Contrairement à la presse française d’Égypte, celle de Paris est consternée face à la « singulière » théorie du Ministère public et à « des attendus pour le moins bizarres »262. L’action chute à Paris de 27 F à 16 F, l’obligation de 210 F à 147 F et la part de 15 F à 3 F263. Le Parquet de la Seine ouvre peu après une instruction criminelle contre les administrateurs Dorizon, Leroux et Ternynck pour abus de confiance, escroquerie et complicité.

  • 264 L’Égypte, 8.3.1906.
  • 265 Ibid., 3.3, 1906.

256La société ayant interjeté appel, la campagne en faveur de la liquidation reprend sur le thème bien connu : la faillite est inéluctable ; elle peut se faire aujourd’hui avec des pertes limitées ; demain tout sera dissipé par les financiers avides et sans scrupules. Les Sucreries n’accumuleront que déficit sur déficit ; elles ne pratiqueront que « l’assolement des faux bilans et l’ensemencement des dividendes fictifs »264. Si une industrie ne peut vivre que par la spéculation ou grâce à des lois protectrices, elle doit disparaître « sous peine de fausser tout l’organisme ». Les Anglais ne se départiront jamais du principe de la liberté et l’intervention du Ministère public dit assez des préférences du gouvernement265.

  • 266 AE, NS Égypte 57, de la Boulinière aux AE, 20.12.1905.
  • 267 Ibid., 30.12.1905.
  • 268 Ibid., 3.1.1906.
  • 269 Ibid., 5.3.1906.

257En fait, l’attitude des autorités est pleine de contradictions. Le gouvernement désirerait que l’industrie vive et semblerait disposé à supprimer les droits de consommation et accorder des facilités pour le transport266. Cromer prêterait son concours « pour encourager le gouvernement égyptien à intervenir en faveur d’une entente qui sauvegarde les intérêts d’une importante culture égyptienne »267. L’agent estime donc que la faillite est évitée. Grâce à Cromer, le Ministère public, qui était prêt à conclure à la faillite, consent à garder la neutralité268. D’où vient alors que le procureur général ait délivré le 3 mars un réquisitoire accablant ? Le juge commis ne s’oppose pas à l’homologation, mais un juge anglais et deux juges égyptiens forment une majorité hostile. Cromer le regrette, « mais il n’a pas su diriger le Ministère public et a certainement été mal secondé par les fonctionnaires anglais du ministère de la Justice »269.

  • 270 Le Journal du Caire, 6.3.1906. Cf. 21.3 et 3.4.1906.

258Le procureur général dont l’intervention entraîne la mise en faillite est, en dehors des deux juges, l’unique personnalité égyptienne dans l’affaire. Serait-il le porte-parole des propriétaires ruraux ou des cultivateurs de canne ? On se souviendra du projet des partisans de la liquidation de vendre certaines usines aux gros propriétaires afin d’assurer leur alimentation en matière première. Les Sucreries seraient partagées en différents groupes, bien approvisionnés et travaillant plus économiquement que l’énorme société270. Le défaut d’information empêche d’aller plus avant au sujet des agriculteurs ; au demeurant, le discours des anti-concordataires est plus loquace en ce qui a trait aux intérêts des obligataires. Les références aux propriétaires peuvent n’être qu’un argument accessoire. Dénoncés pour leur incompétence en matière industrielle et agricole, les financiers – « agioteurs » – le sont surtout pour avoir dépouillé les petits porteurs de titres.

  • 271 AE, NS Égypte 57, de la Boulinière aux AE, 6.3.1906.
  • 272 Arrêt in Paris-Capital, 11.4.1906.
  • 273 Circulaire du Comité de défense, 4.5.1906.
  • 274 L’Égypte, 8.4.1906.

259D’ailleurs, l’agent retourne les thèmes de la « campagne perfide et certainement coûteuse » contre ses inspirateurs. Ils feignent de défendre les intérêts français alors qu’ils aident Cassel à s’en emparer. L’agent dit savoir « de source sûre » que les créanciers privilégiés représentés par Cassel et Suarès ont demandé au gouvernement égyptien que, une fois la faillite déclarée, et au cas où ils acceptaient en remboursement l’actif total, les avantages promis en vue de faciliter le concordat seraient confirmés en leur faveur271. Le 21 mars, la société est déboutée de son appel et le jugement de faillite confirmé. Les attendus insistent sur les fautes, l’incurie et l’inertie du conseil272. Cependant, l’affaire est loin d’être conclue. Dès le 14 mars, avant même le prononcé de l’arrêt, une réunion des groupes de créanciers décide la prompte reconstitution de la société et le maintien des accords concordataires273. Le syndic de faillite nommé le 3 mars, Sampaolo – l’un des experts – se voit adjoindre le 31 mars les co-syndics Horschitz, collaborateur de la banque Spitzer, « surtout représentant de Cassel et consorts »274, et Roux de Vence, choisi par le Comité de défense des obligataires.

  • 275 Ibid., 29.3.1906.
  • 276 Ibid., 1.4.1906.
  • 277 Le Journal du Caire, 23.4.1906.
  • 278 La Vie financière, 5.4.1906.

260Aux côtés des syndics est nommé un comité de surveillance – « nouveaux garde-fous »275 – composé de Harari, « qui représente les intérêts de la Sugar Corporation », dit l’avocat de cette société276, Millet, délégué a Alexandrie de la Banque de l’union parisienne, et MacLoughlin, directeur de la Banque ottomane au Caire. Henri Naus est réintégré à son poste de directeur technique des Sucreries277. D’autre part, le 24 mars, la société déclare son intention de faire accepter par les créanciers et homologuer comme concordat judiciaire les propositions rejetées comme concordat préventif. Elle annonce en même temps qu’elle procède à la souscription de 24 000 actions privilégiées selon les termes concordataires278.

  • 279 Le Journal du Caire, 18.4.1906.
  • 280 Ibid., 3.4.1906.
  • 281 Ibid., 1-2.5.1906.
  • 282 L’Égypte, 8.5.1906.
  • 283 Ibid., 13.5.1906.

261« Pseudo-liquidation », « lamentable duperie », s’écrie « G »279. Passer de Cronier à Cassel serait tomber de Charybde en Scylla280. La campagne anticoncordataire prend des accents désespérés. Le syndic serait entravé dans son action, et « la meute aux gages de Cassel s’organise déjà pour la curée prochaine »281. Certain d’obtenir le concordat et l’absolution des fautes commises, le « syndicat des panamistes » trompera, grâce aux intrigues et manœuvres, la bonne foi des magistrats282. Et de sonner le tocsin : « Obligataires, défendez-vous » contre les « écumeurs de la finance »283.

  • 284 Le Journal du Caire, 9.5.1906.

262Si l’on fait après le 3 mars comme si de rien n’était, pourquoi la faillite a-t-elle été déclarée ? Que le concordat soit préventif ou judiciaire change peu à la situation des actionnaires qui ont déjà presque tout perdu. Il est question surtout de sévir contre les administrateurs et une instruction est ouverte par le parquet le 20 avril contre Arbib, Barois et Davey du chef de banqueroute frauduleuse. Le 15 mai, tout en reconnaissant leur imprudence, le tribunal déclare ne pas relever d’intentions délictueuses dans les actes des prévenus, et rend une ordonnance de non-lieu. Baïram bey, l’un des procureurs qui intentent ces poursuites pénales est celui-là même qui requiert la faillite le 3 mars. Or dès le 9 mai, il déclare qu’il n’a jamais été question de poursuivre les administrateurs284. Le 21 mai, Davey démissionne et part pour l’Angleterre. Les autres font de même un mois plus tard.

263S’agit-il, en ce qui concerne la faillite et l’acquittement, d’une mise en scène ? Il serait plus exact de conclure qu’une authentique campagne pour la liquidation des Sucreries est récupérée par les repreneurs de la société et utilisée pour déloger l’ancien conseil. Elément le plus compromis dans la débâcle, il est jeté en pâture afin de taire les critiques. Il n’en coûte sûrement pas à Cassel puisque depuis l’automne 1905, le torchon brûle – pouvait-il en être autrement ? – entre les administrateurs et les dirigeants introduits après le krach.

264Quel qu’ait été le mobile du Ministère public le 3 mars, la déclaration de faillite permet de se défaire des personnes qui déconsidèrent la société et tout projet de reconstitution. C’est pour cela, et non pour la raison donnée par l’agent diplomatique, que la déclaration de faillite peut être dans l’intérêt de Cassel.

  • 285 AE, NS Égypte 57, de la Boulinière aux AE, 31.3.1906.

« J’ai signalé à lord Cromer les inconvénients que présenteraient des poursuites contre les administrateurs des Sucreries pendant la période des négociations pour l’obtention d’un concordat judiciaire »285.

265Le contraire est la réalité, d’autant plus que la liquidation est écartée dès avant la confirmation de la faillite.

266A l’assemblée des créanciers du 23 mai, les syndics produisent les résultats de l’exercice 1904-1905, arrêtés au 31 octobre 1905.

  • 286 Le Journal du Caire, 24.5.1906.

Tableau 152
Comptes 1904-1905286
(En francs)

Tableau 152Comptes 1904-1905286(En francs)
  • 287 L’Égypte, 3.6.1906.

267Le solde de 31 150 433 F comprend les traites acceptées pour un total de 23 896 749 F. Les créanciers votent en faveur des mêmes propositions concordataires présentées à l’assemblée du 10 février par 22 755 voix contre 14. Le 2 juin, le concordat est homologué. Représentant le Ministère public, Baïram bey plaide pour la ratification, et développe des arguments aux antipodes de ceux qu’il mettait de l’avant le 3 mars. Il n’y a, dit-il, qu’une cause de refus : c’est la condamnation du failli pour banqueroute frauduleuse. Or, en l’espèce, les administrateurs ont bénéficié d’un non-lieu et il serait injuste de refuser le bénéfice d’un concordat judiciaire à une importante société anonyme pour la faute de quelques administrateurs. Une grande contrée, la Moyenne-Égypte, vit de l’industrie sucrière et attend sa planche de salut287.

  • 288 Id.
  • 289 Ibid, 20.6.1906.
  • 290 Le Journal du Caire, 23.10.1907.

268Avec ce retournement le dernier obstacle est franchi. Même la presse hostile s’incline et promet de ne pas marchander son concours « à ceux qui vont essayer de remettre à flot le vaisseau trop longtemps échoué »288. Elle trouve rien moins qu’excellent le choix de Harari comme administrateur-délégué et de Naus comme directeur général289. Ce n’était pas l’appréciation qu’elle faisait antérieurement. En 1907, elle continue à prodiguer les éloges. « L’économie, l’exactitude, le contrôle, le travail, n’ont cessé d’être les principes directeurs du conseil d’administration et de son éminent délégué Harari pacha »290. On ne peut qu’enregistrer le triomphe du parti de la reconstitution ; ses adversaires baissent subitement pavillon. Les Sucreries seraient-elles devenues moins précaires depuis la démission des administrateurs ou auraient-elles acheté le silence des anti-concordataires ?

  • 291 Compte rendu de l’assemblée des obligataires, 19.12.1905 ; l’Égypte, 4.1.1906.
  • 292 PP (1906) CXXXVII. Rapport de l’année 1905.
  • 293 Le Journal du Caire, 27.6.1906.

269Certes les nouveaux dirigeants ont fait miroiter la possibilité d’obtenir des faveurs du gouvernement, notamment la réduction du tarif des transports, l’exonération de taxes de consommation, la création de droits protecteurs et de primes de sortie, la concession de terrains pour la culture de la canne, et un dégrèvement de l’impôt foncier pour toutes les terres cultivées en cannes291. Or Cromer n’admet que l’achat des chemins de fer des Sucreries, toute autre mesure étant une aide factice de l’État292. Sa réticence n’est que partiellement vaincue par les nouveaux administrateurs. On espère que le gouvernement, après acquisition du réseau des Sucreries, accordera un tarif de transport privilégié. Le Deuxième Rapport des experts avait demandé que le droit de consommation sur le sucre raffiné en Égypte soit aboli. Le gouvernement promet d’en exempter le produit de la société293, mais pour trois ans seulement.

270De la lutte engagée au sujet de l’avenir des Sucreries, il ressort, d’une part, la soumission des obligataires aux projets de renflouement des banques et banquiers parisiens, d’autre part, la subordination de tous les intérêts français, mis en quelque sorte en tutelle par Cassel et les éléments locaux. Le krach entraîne ses sanctions. Chaque groupe a ses raisons pour proposer ou admettre les termes du concordat intervenu ; chacun espère y trouver son compte. La position de la diplomatie française n’est pas la moins intéressante. Le souci de voir se maintenir l’une des principales sociétés françaises en Égypte la conduit à accepter les secours de Cassel et les contreparties qui s’y rattachent. Elle se démarque de la stratégie Say et se contente de sauver ce qui en reste. En cela, elle se trouve à l’unisson des banques et banquiers parisiens, dont l’objectif est identique. Le maintien de l’influence française en Égypte et la défense de leur réputation par des grands noms de la place se rejoignent et se renforcent mutuellement comme facteurs constitutifs de la nouvelle charte du 23 mai. Face à cette coalition, privés de l’argument de la culpabilité des anciens administrateurs, les obligataires n’ont d’autre choix que de composer.

IV. RECONSTRUIRE : LA MISE EN ŒUVRE DU NOUVEAU PROGRAMME

271Après la tempête revient un calme relatif. L’effondrement du projet Say et la controverse qui entoure les Sucreries pendant une année laissent de sérieux doutes au sujet de l’avenir de la société. Arraché avec peine, l’accord concordataire reste à mettre en pratique. Si les conséquences immédiates de la défaillance de 1905 ont été évitées, le relèvement de la société n’est pas acquis pour autant, et les obstacles nationaux et internationaux demeurent redoutables.

  • 294 Ce sont : F. Périer, administrateur-délégué et représentant de la banque du même nom, Millet, pour (...)

272Mesure indispensable pour rétablir un minimum de confiance à l’approche des émissions prévues par le concordat, le conseil des Sucreries est renouvelé. Avec Harari, R. Suarès et Birch pacha y entrent en juin. Les porteurs de traites et obligataires désignent deux membres pour chaque groupe, ainsi qu’il avait été convenu avec eux294. L’AG du 30 novembre 1906 donne décharge de leurs mandats aux administrateurs qui ont concouru comme garants à la reconstitution en souscrivant 24 000 actions privilégiées. Leur démission clôt le dernier épisode de l’imbroglio du concordat. Évincé 10 ans plus tôt, Suarès préside les Sucreries. L’élément local, mal intégré dans le projet international de Cronier, reprend du service.

A. LA RESTRUCTURATION DU CAPITAL

273L’exécution des termes du concordat peut alors commencer. Le capital est réduit des deux tiers par la création de 108 334 actions ordinaires de 100 F entièrement libérées pour remplacer les 325 000 ordinaires existantes de 100 F.

  • 295 Rapport du c.a. à PAG des Sucreries du 25.3.1907 ; SG, Liasse 5577, Note sans date.

274Il est aussi émis 240 523 actions privilégiées de 100 F, entièrement libérées et remboursables à 125 F. Le capital est donc porté à 34 885 700 F. Les actions se répartissent ainsi295 :

  • 201 769 aux porteurs de traites ;
  • 14 754 à la SG, reconnue comme « un créancier » dans le concordat ;
  • 24 000 aux garants nommés dans le concordat (Arbib. Barois, la succession Cronier, Davey, Dorizon, Leroux, Ternynck) pour assurer le paiement du coupon intérimaire de 8 F pendant 3 ans aux obligations nouvelles. La SG souscrit ces actions à 100 F chacune296.

275Le versement total aux Sucreries est de 2 400 000 F.

  • 297 SG, Liasse 5578, Convention du 6 et 7.2.1906.
  • 298 SG, Liasse 5577, Dorizon à Naquet-Radiguet, avocat des porteurs, 6.2.1906.

276Quelques jours avant l’approbation du concordat le 10 février 1906, les porteurs de traites vendent aux banquiers Hirschler & cie (Paris), successeurs de Kirchheim, 80 000 actions privilégiées à 60 F, et cèdent à option 60 000 à 65 F297. Pendant 18 mois, les porteurs ne peuvent réaliser que 8 000 actions ; la SG les prend à 40 F298.

  • 299 Ibid., Dorizon à Hirschler, 5.2 et 12.4.1906.
  • 300 Ibid., Dorizon à Naquet-Radiguet, 6.2.1906.

277Hirschler doit constituer un syndicat, mais la SG se porte garante à l’égard des porteurs de la bonne fin des engagements contractés au cas où un syndicat n’est pas formé299. Selon le vœu de Dorizon, cette garantie conserve un caractère confidentiel300.

  • 301 SG, Liasse 5578, Acte syndical des 7 et 8.2.1906.

278Les porteurs de traites forment entre eux un second syndicat pour la vente des 113 769 actions qui leur restent. La Banque de l’union parisienne centralise les opérations et a droit à une commission globale fixe de 10 000 F301.

  • 302 SG, Liasse 5577, Syndicat des 140 000 actions privilégiées.
  • 303 SG, Liasse 5521, Dorizon à Harari, 23.10.1906 ; Minvielle, directeur général, à Spitzer, 6.3.1907.

279Discrète, la SG joue néanmoins un rôle central dans la reconstitution financière des Sucreries. Elle détient toutes les actions non syndiquées : 24 000 + 14 754 + 8 000 = 46 754. Quant au syndicat Hirschler, c’est en réalité un syndicat SG, car elle y entre pour 79 200 des actions prises ferme, et 59 400 de l’option302. Il n’est pas surprenant que, les Sucreries traversant des années maigres, les sous-participants se dérobent303.

  • 304 SG, Liasse 5577, Convention du 30.5.1908.
  • 305 SG, Liasse 5578, Note sur le syndicat Numéro 3.

280Les deux syndicats, n’ayant réalisé aucune vente, passent une convention entre eux afin de réunir leurs efforts304. À la veille de son expiration le 15 mars 1910, il lui est substitué un syndicat, désigné Numéro 3, qui acquiert 60 000 actions du syndicat Hirschler et 90 000 du syndicat des porteurs de traites, à des prix allant de 60 à 75 F305.

  • 306 Ibid., Acte syndical.

281Le syndicat Numéro 3, géré par la SG, est constitué « à la Lyonnaise », chacun des membres s’engageant dans l’opération jusqu’à concurrence de sa quotité, sans solidarité entre eux306. Il y a là une mesure de prudence car ces actions ne sont pas d’un écoulement aisé.

  • 307 Cf. tableau 167 pour les cours moyens.
  • 308 Rapport du c.a. du Syndicat des obligataires, 5.3.1910.
  • 309 SG, Liasse 5577, Note. Les sources n’indiquent pas le ou les prix. Elles deviennent aussi lacunair (...)

282En fait, les cours progressent jusqu’à 80 F en mars 1910307, amélioration due à la publication des résultats de l’exercice 1909-1910. Le rapport annuel du Syndicat des obligataires rend hommage à l’administration des Sucreries qui a su relever l’affaire308. Dans ces conditions, les options, valables jusqu’au 15 septembre 1910, sont exercées en mars et avril. Sur les 150 000 actions, le syndicat réalise 143 250 en Bourse309.

  • 310 SG, Liasse 5578, Acte syndical du 22.4.1910, et notes sans date.

283Le solde de 6 750 actions est cédé à 75 F à un syndicat Numéro 4 constitué le 22 avril 1910 et géré par la SG. Il prend aussi au même prix : ferme, 1 670 actions restant à la SG sur les 24 000 qui lui sont remises en 1906 ; à option, les 20 000 actions toujours entre les mains du syndicat Hirschler. Cette fois, les conditions du marché rendent acceptable la solidarité entre les participants310. Les actions sont vendues en quelques semaines, le syndicat Numéro 4 terminant ses opérations le 22 avril.

Tableau 153
Syndicats actions (1910)

Tableau 153Syndicats actions (1910)

284Les syndicataires réalisent des bénéfices car les titres, même vendus en-dessous du pair, rapportent plus que leur prix de revient.

  • 311 Ibid., Notes et décomptes sans date ; SG aux participants, 22.4.1910 ; Note du 16.4.1910.

Tableau 154
Bénéfices des syndicats311
(En francs)

Tableau 154Bénéfices des syndicats311(En francs)
  • 312 Ibid., Notes de janvier 1911 et du 25.2.1911 ; Liasse 5577, Note du 5.11.1910.

285Le bénéfice de la SG, le participant le plus important, s’établit à 773 117312. Quant au public, il débourse :

286216 523 actions x 80 F environ .. 17 321 840 F

28724 000 actions x 58,23 F........ 1 397 520 F

288Total ........ 18 719 360 F

289Selon les termes du concordat, les Sucreries procèdent à deux opérations sur leur dette obligataire. Il est créé 109 000 obligations ordinaires de 400 F 5 %, remboursables à 500 F, pour remplacer les 4 % et payer les fournisseurs. À côté de cet échange, 40 000 obligations hypothécaires nouvelles 5 % de 20 £ (500 F) ont deux destinations :

  • 22 225 sont remises à la Sugar Corporation en paiement de sa créance ;
  • 17 775 sont placées pour fournir un fonds de roulement aux Sucreries313.
  • 314 SG, Liasse 5521, Note sur le syndicat.

290Un syndicat géré par la SG achète les 40 000 obligations à 18 £ (450 F), plus intérêts à 5 % l’an depuis le 1er juin 1906. Une commission de 8 000 £ est réservée aux contractants. La commission de placement s’élève à 5 F par titre vendu314.

  • 315 Ibid., Participants, 13.12.1906.

Tableau 155
Syndicat obligations (1906)315

Tableau 155Syndicat obligations (1906)315
  • 316 SG, Liasse 5517, Note sans date.

291Au prix de prise ferme de 45 542 F, la Sugar Corporation obtient 10 121 709 F, les Sucreries 8 095 091 F. La SG place 37 908 titres316, et obtient 298 111 F des 446 691 F réalisés comme commissions, en plus du bénéfice net syndical.

  • 317 Ibid., Minvielle, directeur général, à Paribas, 17.12.1906, 5 et 31.1.1907.

Tableau 156
Comptes du syndicat (1907)317
(En francs)

Tableau 156Comptes du syndicat (1907)317(En francs)
  • 318 AE, NS Égypte 81, Caillaux à Pichon, 21.5.1909.

292La Commission des valeurs mobilières évalue à 993 pour mille la circulation en France des obligations318. Pour 39 720 titres payés en moyenne 478,17 F, le public français décaisse au total 18 992 912 F.

293Les chemins de fer des Sucreries sont cédés pour 400 000 £ (10 000 000 F) au gouvernement. Conformément aux clauses du concordat, la société remet cette somme, ainsi que les 22 225 obligations hypothécaires, à la Sugar Corporation pour se libérer entièrement envers elle et prendre pleine possession des usines louées en 1902. Quelles que pouvaient être les intentions de Cassel depuis 1902, les événements 1905-1906 renforcent la défiance ressentie à son égard. La prise de contrôle, à supposer qu’elle fît partie de ses plans, se réduit à une opération financière lucrative mais ponctuelle.

  • 319 Le bénéfice de la SG sur les émissions d’actions de la Raffinerie Say de 1899 à 1905 est moindre, (...)
  • 320 Ibid., Note du 3.7.1912.
  • 321 SG, P.-v. du conseil, 9 et 23.5.1912.
  • 322 Ibid., 13.6 et 11.7.1912. Dorizon obtient le soutien de l’établissement auquel il a consacré sa vi (...)

294Autant comme participant et comme gérant des syndicats, la SG réalise des bénéfices sur les 5 émissions des Sucreries depuis 1902, y compris celles qui sont postérieures à la débâcle. Du total de 2 305 274 F (tableau 162)319, il faut déduire 2 639 949 F320 versés à titre d’indemnités à 23 porteurs d’actions et obligations qui intentent contre Dorizon, Leroux et Ternynck des poursuites en dommages-intérêts devant le tribunal correctionnel. Leur action repoussée, les plaignants se pourvoient de leur droit de recours devant le Tribunal civil de la Seine en mars 1912. L’avocat de la SG redoute le préjudice que pourrait porter à la banque un jugement défavorable, quoique mal fondé à ses yeux. La transaction amiable qu’il recommande intervient avec les plaignants. Ils sont désintéressés par la somme ci-dessus et se désistent le 15 mai321. Une commission arbitrale interne de la SG rend une sentence le 9 juillet lavant Dorizon de toute responsabilité dans les agissements de Cronier322. Les opérations relatives aux émissions des Sucreries se soldent donc par une perte de 334 675 F pour la SG.

B. LA MISE AU RANCART DU PROJET SAY

  • 323 L’Information, 19.9.1906.

295Au sortir de la crise de 1905-1906, la nouvelle administration des Sucreries doit mener à bien le rétablissement de la société sur les plans financier et industriel. Autant qu’un projet de sauvetage, sa tâche consiste à opérer une réorientation du développement des Sucreries. À la filiale Say obéissant aux impératifs d’une stratégie internationale de monopole doit se substituer une société à l’échelle de l’Égypte, économe et astreinte à l’atteinte du seuil de rentabilité lui permettant de rémunérer les capitaux engagés. Il lui est demandé une « gestion qui s’efforce d’être aussi terre à terre, et aussi pratique que la gestion de M. Cronier se piquait au contraire d’avoir de grandes envolées »323.

  • 324 La Dépêche parlementaire, 3.1.1908.

296Elle doit, en particulier, faire son deuil de l’intégration de l’industrie sucrière égyptienne dans un réseau qui l’amène à importer du brut pour exporter du raffiné. C’est par ce biais que Cronier entendait prendre en tenailles la concurrence française et européenne, afin d’assurer la suprématie à la Raffinerie Say. Il supportait des usines qui travaillaient à perte afin d’entretenir sur les places européennes la menace constante de ses expéditions d’Égypte324. Ces « errements » sont unanimement réprouvés. Désormais l’industrie sucrière égyptienne, pour devenir rentable, se confinera à la reconquête du marché local, réalisée grâce à une matière première acquise dans le pays même.

297Si le vaisseau Say-Cronier se brise contre un écueil à la Bourse, il faisait déjà eau de toutes parts et seule l’habileté du capitaine le tenait à flot. Cronier avait réussi à masquer les pertes que le succès escompté de sa stratégie devait résorber à long terme. La nouvelle administration se trouve dans l’impossibilité d’emprunter la même route, la Bourse lui étant fermée et les ressources pour combler les déficits lui faisant défaut. C’est la raison de l’abandon du projet international et de la période préliminaire de pertes d’exploitation qu’il implique. Une réorientation vers le marché local et la rentabilité industrielle à court terme s’imposent.

  • 325 Rapport du c.a. à l’AG du 30.1.1908.

298L’ère Cronier laisse toutefois à ses successeurs un état de fait qui ne peut disparaître de sitôt. La surcapacité des installations figure en tête de liste. Conçues pour une production et une consommation internationale, les usines se trouvent dans une situation de déséquilibre périlleux. L’inachèvement du projet Say les laisse d’une part sous-utilisées, d’autre part dépourvues d’une primauté incontestée sur le marché égyptien, qui n’était pas leur unique champ d’action. Ainsi, l’excellente raffinerie d’al-Ḥawāmdiyya ne travaille pas à plein. Ne fonctionnant elles-mêmes qu’à moitié, les sucreries d’Égypte ne lui fournissent que la moitié du brut qu’elle peut raffiner. Tandis qu’elle en importe, les sucreries exportent du brut. Parallèlement, le tiers en moyenne du marché égyptien, bruts et raffinés compris, appartient aux producteurs, fabricants et raffineurs étrangers, autrichiens principalement325.

  • 326 Bilans.

Tableau 157
Sucres de tous genres326
(En tonnes)

Tableau 157Sucres de tous genres326(En tonnes)

299Un démantèlement partiel de la raffinerie en vue de réduire l’excédent de la capacité n’est pas réalisable. Les immobilisations peuvent être vendues en bloc – à qui ? – ou employées efficacement. La voie pour l’avenir est donc toute tracée : augmenter l’utilisation de la raffinerie afin de réduire les charges fixes, améliorer le rendement dans la transformation du brut au raffiné, accroître la production de la canne et comprimer les prix de revient.

300Il y a loin du programme à son exécution. Les doutes subsistent à propos de la viabilité de toute entreprise sucrière, quelles que soient son orientation et sa direction. Les trois années demandées par le nouveau conseil pour relever les Sucreries représentent une période d’essai loyal, au cours duquel le sort de la société se joue. Instruite par l’expérience de la débâcle de 1905, la presse financière scrute et triture les bilans comme jamais auparavant, même si la répétition tient souvent lieu d’analyse. Il appartient donc à la nouvelle direction non seulement de rectifier les calculs de Cronier mais de résoudre les difficultés inhérentes à l’industrie en Égypte.

301Celles-ci sont bien connues, comme le sont les solutions qu’elles appellent. Les Sucreries ne sauraient se dispenser d’un approvisionnement abondant, stable et bon marché de cannes. L’importation de sucre brut, grevée du droit de douane de 8 %, est une source trop aléatoire et onéreuse pour permettre l’alimentation de la raffinerie dans des conditions rémunératrices. L’avenir des Sucreries dépend de la culture de la canne en Égypte. C’est pourquoi elles s’efforcent d’intéresser le cultivateur égyptien à ce produit, de l’arracher un tant soit peu au coton, et de stabiliser de la sorte les arrivages de la matière première.

  • 327 AE, AP Le Caire 233, Note de Naus à F. Charles-Roux, 15.3.1910.

302Elles réussissent à étendre à quatre ans les contrats jusqu’alors bisannuels passés avec les agriculteurs. Des avances, garanties par des affectations hypothécaires, et des indemnités de livraison sont consenties afin d’encourager les ensemencements et d’obliger les cultivateurs à tenir leurs engagements. Les Sucreries cherchent enfin des variétés de canne d’une teneur plus riche en sucre. Le meilleur rendement cultural est susceptible, en majorant sa valeur, de rendre le produit plus attrayant au fallāh. En Moyenne-Égypte, elles encouragent l’extension de la culture grâce à l’élévation du prix du qintār à 3 3/4 piastres (0,97 F)327.

  • 328 Rapport du c.a. à l’AG du 25.3.1907.

303Serait-elle suffisante, la production égyptienne elle-même n’affranchirait pas les Sucreries de la servitude des prix. « La canne est achetée avant la campagne à prix fixe tandis que le sucre produit est vendu à des cours subissant toutes les fluctuations du marché », situation qui interdit de compter sur des bénéfices stables328. À l’alimentation régulière en matière première doit s’ajouter une politique rigoureuse de compressions des dépenses, seul moyen de s’assurer une marge pour faire face à toutes les éventualités.

  • 329 SG, Liasse 5935, Note.

304La vente des 600 km de voies ferrées, des 70 locomotives et 2 000 wagons à l’État est décidée dans cet ordre d’idées. L’une des sucreries, celle de Maṭāy, est fermée pour un an, en 1907-1908. L’immeuble du siège social et divers terrains sont vendus. Le siège administratif d’al-Minyā est aboli. Le capital de la Société d’irrigation est cédé à des éléments locaux. Quant à l’Ibrahimieh Ploughing, sa dissolution est décidée le 15 mai 1907. Nommé liquidateur, Naus clôt les opérations le 12 juillet 1910329.

  • 330 P. Arminjon, La Situation économique et financière de l’Égypte, Librairie générale de droit et de (...)

305Les Sucreries n’en demeurent pas moins une entreprise considérable. Le siège social, les cinq sucreries – à Maṭāy, al-Shaykh Faḍl, Abū Qurqās, Nag’ Ḥammādī et Armant – et la raffinerie d’al-Hawāmdiyya emploient 15 565 personnes330.

  • 331 Les prix sont tirés des bilans, qui deviennent de plus en plus laconiques.

306Les résultats de la politique d’assainissement se manifestent rapidement dans l’écart entre les prix de revient et les prix de vente, indice étroilement surveillé. Les experts avaient révélé une perte par sac avant 1905. Dès la campagne 1905-1906, la société renverse la tendance et enregistre un bénéfice unitaire. Le prix de fabrication d’un sac de brut (100 kg) est de 31,32 F en 1904-1905331.

Tableau 158
Prix du sucre
(En francs pour 100 kg)

Tableau 158Prix du sucre(En francs pour 100 kg)

307Il est évident que la compression des coûts porte fruit et que dès lors la croissance des bénéfices dépend de l’augmentation du volume produit, partant de la quantité de cannes travaillées, la qualité n’étant encore pas un facteur appréciable. Les Sucreries sont ainsi ramenées à la question fondamentale de l’approvisionnement en matière première. Sur ce plan, l’ère Cronier n’est pas close ; ses traits paraissent même s’accentuer. Déjà insuffisante, la quantité de cannes diminue. Il en résulte une très forte importation de brut pour la raffinerie, dépassant en 1908-1909 et 1909-1910 la part fournie par les Sucreries elles-mêmes (tableau 164). Ce n’est pas un hasard que Naus, ex-sucrier à Java, soit directeur général des Sucreries.

308Par ailleurs, l’industrie autrichienne obtient la betterave meilleur marché que ne le font les Sucreries pour la canne. Certes, partant de Trieste, son produit est grevé des frais de transports et, à Alexandrie, du droit de douane de 8 % ad valorem. Cependant l’absence de toute protection du produit égyptien – plus que les « primes occultes » en Autriche-Hongrie – conserve sa compétitivité au sucre importé. Cela est d’autant plus vrai que le brut importé par les Sucreries est également assujetti au droit de douane.

  • 332 La Revue financière, 1.4.1907.
  • 333 AE, AP Le Caire 232, Note remise par Périer et Mahoudeau à Pichon, 7.5.1908.

309Quoi qu’il en soit, la présence des sucres autrichiens se taillant, bon an mal an, un quart du marché égyptien demeure une sérieuse préoccupation, et il faut bien les chasser « si l’on veut rattraper les bénéfices perdus »332. La possibilité de faire adhérer l’Égypte à la convention de Bruxelles est alors soulevée par les Sucreries333. Elle autorise les pays contractants à instituer un droit protecteur de 6 F par 100 kg de raffinés, doublant environ le droit de douane établi sur les cours de vente.

  • 334 AE, NS Égypte 22, Dejean à Pichon, 20.11.1908.

310La signature d’une convention internationale soulève toutefois les délicats problèmes de la renégociation des traités de commerce, de l’indépendance de l’Égypte et de la souveraineté ottomane. Au Quai d’Orsay on se souvient des tractations entourant les traités de commerce passés par l’Égypte. À la protection tarifaire contre les raffinés étrangers, la diplomatie française préfère les dégrèvements pour l’introduction en Égypte des bruts de Java334.

  • 335 L’Actualité financière, 11.3.1910.

311Dernier héritage de l’ère Cronier, les Sucreries exportent des produits raffinés en Turquie et dans la région de la mer Rouge : 11 218 quintaux environ en 1906-1907, 5 833 en 1907-1908, 35 000 en 1909-1910335. Les envois au Soudan connaissent une croissance régulière.

312Comme par ironie, les Sucreries exportent vers l’Europe des quantités jamais atteintes sous Cronier. Les sucres candis destinés à la fabrication des vins mousseux de Champagne font prime à Reims, annoncent avec fierté les rapports annuels du conseil.

  • 336 AN, F12 6982, Rapport de la Chambre de commerce de Lille à Jean Cruppi, ministre du Commerce et de (...)

Tableau 159
Importation en France de sucres candis d’Égypte336
(En tonnes)

Tableau 159Importation en France de sucres candis d’Égypte336(En tonnes)

313Alarmée, la Chambre de commerce de Lille signale que ces importations ont atteint 10 % de la production en France. L’émoi est grand dans les milieux sucriers français et c’est surtout à leur opposition qu’est dû l’abandon de la demande des Sucreries de faire adhérer l’Égypte à la convention de Bruxelles.

  • 337 AN, F12 6982, Maison David Gradis et fils (Bordeaux) à Chapsal, directeur des Affaires commerciale (...)

314Non satisfaits, ils souhaitent aussi imposer les produits d’Égypte. Le projet Cronier semble plus inquiétant à ses concurrents après la déroute de son initiateur qu’il ne l’était avant. La France n’aurait, dit l’exposé de la requête d’un sucrier de Bordeaux, aucun intérêt à favoriser la production de raffinés en Égypte. Concurrents en France, ils le sont aussi en « Orient ». Il y aurait avantage à ce que l’Égypte produise du coton pour alimenter ses savonneries de graines oléagineuses. Qu’on n’objecte pas le caractère français des Sucreries car leurs Capitaux seraient cosmopolites. En cherchant à faire échec à l’industrie française, en voulant atteindre la candiserie de Champagne, Cronier avait une attitude antipatriotique et « on a continué à exécuter le testament Cronier »337.

  • 338 Il ne peut être question, et accessoirement seulement, que des sucres russes. Or la Russie adhère (...)
  • 339 Ibid., Requête.

315Que souhaite le requérant ? L’imposition du droit compensateur le plus élevé contre les raffinés d’Égypte en vertu de la convention de Bruxelles, laquelle annule la prime de fabrication du brut et celle du raffiné provenant de sucres bruts primés. L’Égypte importerait des sucres primés338 sans surtaxe et ferait concurrence aux produits de pays contractants sur leur propre marché339. En. 1909, les Chambres de commerce de Nantes, Abbeville, Marseille, Bordeaux, Lille et le Havre adressent des demandes similaires au ministre.

  • 340 Ibid, Péner à Cruppi, 15.2.1909.
  • 341 Ibid., Pichon à Cruppi, 5.6.1909.

316Les Sucreries rétorquent que la convention prévoit déjà une surtaxe maximum de 6 F sur les 100 kg de raffinés et un droit spécial égal à la prime reçue de tous pays, contractants ou non. Exorbitante, l’application d’une surtaxe supplémentaire, fixée au niveau du droit compensateur le plus élevé de 27 F, serait aussi une violation du traité de commerce franco-égyptien du 26 février 1902340. Le Quai d’Orsay exprime un avis dans le même sens : les dispositions demandées édicteraient un droit prohibitif, incompatible avec la convention de Bruxelles. La surveillance étroite des certificats d’origine exigés pour l’importation en France des raffinés des pays non adhérents à l’Union sucrière suffit341.

C. L’AFFAIRE KOM OMBO : LE DIFFEREND ET L’ENJEU

317, Le dégagement des Sucreries du projet Cronier est soumis à des contraintes qu’il n’est pas aisé de desserrer. Tandis que la canne manque et que l’Égypte fait entrer des sucres autrichiens, les Sucreries importent du brut et exportent du raffiné. Le problème de l’approvisionnement demeure au centre des préoccupations et sa résolution conditionne la réussite du programme de réorientation. L’idée de transférer les usines en Haute-Égypte, où le climat met la culture de la canne à l’abri de la concurrence du coton, est ancienne. Relancée en 1907, elle provoque de la part de l’agence diplomatique une réaction qui tranche avec l’attitude qu’elle a observée lors du krach en 1905-1906 et qui renoue avec celle manifestée durant l’incident Cassel de mars 1904.

  • 342 AE, AP Le Caire 232, de Reffye à de Valdrôme, 5.12.1907.

318L’affaire débute par le renvoi le 7 octobre 1907 de Roux de Vence, directeur de la raffinerie, pour des raisons d’économie. Le consul de France au Caire s’offusque du congédiement d’un Français qui a tant contribué à sauver la société de la faillite. Il l’attribue à Naus, soucieux d’écarter un rival. Ce n’est pas tout. Pensant – à tort – que les porteurs de traites étaient des Anglais et des résidents d’Égypte, tandis que les actionnaires et obligataires se trouvaient en France, le consul commet aussi l’erreur d’affirmer que les premiers sont garantis par des hypothèques sur les immeubles de la société, alors que les seconds n’ont que des gages illusoires342. En fait, il n’y a plus de porteurs de traites ; ils sont devenus actionnaires privilégiés. D’autre part, actionnaires et obligataires sont principalement français.

  • 343 Porté à 600 000 £ (15 000 000 F) en 1905 et à 1 000 000 £ (25 000 000 F) en 1907.

319Le consul réveille alors la crainte de nombreux obligataires, exprimée en 1905-1906, à savoir que les intéressés anglais, Cassel en tête, envisageraient une liquidation anticipée par laquelle ils rentreraient dans tout ou partie de leurs créances. Le mouvement des usines vers le Sud serait l’occasion de laisser péricliter les Sucreries et de fonder une entreprise nouvelle. La Société anonyme de Wadi Kom Ombo, constituée au Caire le 24 mars 1904 au capital de 300 000 £ (7 500 000 F)343, propriété de Cassel et de R. Suarès, reprendrait l’affaire dès que les Sucreries seraient tombées.

  • 344 AE, AP Le Caire 232, de Reffye à de Valdrôme, 5.12.1907. Les éléments locaux dominent le conseil d (...)

320Cette société a acheté de l’État 65 000 faddāns (27 300 ha) dans la mudīriyya (province) d’Aswān et s’est engagée à les irriguer. La WKO s’apprêterait, selon le consul, à acquérir des Sucreries l’usine d’Armant, près d’al-Uqsur, et à bâtir une autre à Kom Ombo ainsi que l’entreprise sucrière a le projet de le faire. Le consul relève que J. A. Cattaui et R. Rolo, « dont les liens avec le groupe Cassel sont connus », occupent des postes de directeurs de la WKO et que R. Suarès et Birch comptent parmi les administrateurs des deux sociétés344.

321Par un curieux détour, l’agence fait sienne la thèse qu’elle avait combattue en 1905-1906, à savoir que Cassel souhaiterait une liquidation des Sucreries. L’ambassadeur de France à Londres déplore que le mal ne soit pas qu’en Égypte. Cassel exercerait

  • 345 AE, NS Égypte 80 bis, Paul Cambon à Pichon, 18.1.1908.

« une grande influence sur toutes nos sociétés financières françaises. Il jouit ainsi à Paris d’une puissance contre laquelle aucun conseil d’administration n’ose s’élever »345.

  • 346 Ibid., Pichon à de Valdrôme, 8.1.1908. Le ministère des Finances interroge Paribas et la SG.
  • 347 Ibid., de Reffye à de Valdrôme, 28.1.1908.

322Prié de contrôler ses renseignements346, le consul rectifie en partie ses affirmations, mais croit que les obligations hypothécaires sont toujours entre les mains de la Sugar Corporation. Elle n’a pas à désirer de voir les Sucreries continuer leur exploitation : si elles doivent travailler à perte, plus la liquidation est éloignée, plus le gage risque d’être déprécié. Par ailleurs, trois des quatre administrateurs des Sucreries en Égypte – Suarès, Harari et Birch – font partie du groupe Cassel. Suarès et Birch sont administrateurs de la WKO ; trois autres membres – Cattaui, Rolo et Peel – sont du groupe du financier britannique347.

  • 348 Ibid., Note annexée à la lettre de Caillaux, ministre des Finances, à Pichon, 30.1.1908.

323Toutefois « une personnalité financière fort à même de nous renseigner sur la question » insiste que la WKO a tout intérêt à favoriser le développement des Sucreries afin de leur vendre ses récoltes. Elle trouve dans la mise en valeur de son immense domaine un emploi de capitaux plus rémunérateur que la création d’une sucrerie348.

324Lors d’une visite en Égypte, effectuée en rapport avec le CFE, Thors, administrateur de Paribas, se plaint qu’à Paris on ait des préventions injustifiées contre des financiers locaux avec lesquels sa banque est en relation d’affaires. Mais l’agent diplomatique estime qu’il y a des concordances qui autorisent des craintes et fait état des rapports entre les Sucreries et Cassel dans des termes dont la sévérité évoque celle du Journal du Caire et de l’Égypte en 1905-1906.

  • 349 Ibid., de Valdrôme à Pichon, 28.1.1908.

325Le groupe Cassel, en faisant jouer, en cas de liquidation, son privilège, serait sûr d’exercer des reprises sur toutes les parties saines de l’entreprise. On sacrifierait les usines de la Basse-Égypte pour laisser celles de la Haute-Égypte à la Sugar Corporation. Enfin on réaliserait une entente avec la WKO, société en mauvaise posture, pour lui procurer un débouché à ses récoltes349.

  • 350 Ibid., de Reffye à de Valdrôme, 7.5.1908 ; de Valdrôme à Pichon, 18.5.1908.

326En mai, Suarès se prête à toutes les questions que lui pose le consul et donne des assurances de son bon vouloir à l’égard des intérêts français. Il est d’autant plus accommodant que le CFE émet au même moment un grand emprunt obligataire à Paris. Les entretiens conservent un caractère général mais il ressort que deux méthodes seraient en présence. La première, qui a la faveur des administrateurs d’Égypte, assoit le relèvement des Sucreries sur l’extension de la culture de la canne. La seconde, en attendant cette échéance incertaine, entraîne l’importation de sucres bruts de l’étranger. À l’affirmation des diplomates que Roux de Vence a été renvoyé parce qu’il préconisait l’importation, Suarès insiste qu’il fallait faire des économies350.

  • 351 AE, NS Égypte 81, Geoffray à Pichon, 12.1.1909 ; AP Le Caire 232, de Reffye à Geoffray, 27.1.1909.

327Après quelques mois de silence, l’affaire est rouverte en janvier 1909. Lors d’une conversation avec le consul, un dirigeant – anonyme – des Sucreries expose l’importance d’ériger une usine au milieu des terrains favorables à la culture de la canne. On lui objecte le fait que la société n’a pas les ressources pour la construire. En guise de solution, il suggère de transporter à Kom Ombo les usines de la Moyenne-Égypte, où les sucreries sont trop nombreuses par rapport à la surface cultivée351.

  • 352 AE, NS Égypte 81, Geoffray à Pichon, 3.2.1909.

328L’idée de lier les Sucreries à l’exploitation de Kom Ombo est froidement accueillie. Elles ne sont pas prospères, et la WKO l’est encore moins. Aucune expérience de culture n’a été faite à Kom Ombo ; Cassel préfère peut-être confier cet essai à une nouvelle entreprise française à laquelle il écoulerait son domaine invendable et inutilisable352. Que la combinaison à intervenir prenne la forme d’une fusion ou d’une vente, elle sera suivie d’un appel de fonds.

  • 353 Ibid., 23.2.1909.

« Naturellement pour l’émission de l’emprunt on s’adressera de nouveau à notre épargne déjà engagée dans les Sucreries. On fera miroiter l’appât des bénéfices compensant les pertes anciennes. En tout cas, c’est encore le marché de Paris qui sera mis à contribution »353.

  • 354 Ibid., 15.3.1909.

329L’agent regrette que les administrateurs des Sucreries à Paris s’en remettent à leurs collègues d’Égypte. Soit par confiance aveugle, soit par raisons d’intérêts connexes, ils s’en rapportent en tous points à l’opinion de Harari. Il n’y a qu’un administrateur français qui réside en Égypte : Thierry-Mieg recueille la succession de Millet en février 1909 et représente, comme lui, la Parunion. Il s’expose à être constamment mis en minorité. Tant que la direction ne sera pas entre des mains françaises, comme cela venait d’être accompli au CFE, l’adjonction d’un administrateur en face d’un groupe tout puissant ne saurait être qu’un leurre354.

  • 355 Ibid., 24.3.1909.
  • 356 Ibid., Harari à Périer, 17.4.1909.

330Les Sucreries pourraient avoir intérêt à s’entendre avec la WKO, mais les conditions doivent être déterminées par des techniciens impartiaux, non par la direction locale actuelle355. Aux rumeurs que les sommes nécessaires à la construction de l’usine ont déjà été affectées, les Sucreries répondent qu’on attendra les résultats des essais d’acclimatation de la canne à Kom Ombo356.

  • 357 Ibid., Note de la SG et de Paribas aux Finances, 21.5.1909.

331De leur côté, la SG et Paribas font observer que Cassel et la Sugar Corporation ne détiennent plus d’obligations hypothécaires. L’entrée de Harari au conseil en 1906 était due à la nécessité d’inspirer confiance aux cultivateurs, lésés par les procédés de l’ancienne administration. Pour se concilier leurs sympathies et effacer les mauvais souvenirs, il fallait recourir à l’expérience du directeur général de la Daïra Company357.

  • 358 Ibid., Caillaux à Pichon, 21.5.1909.

332La note des deux banques souligne l’intérêt de l’approvisionnement à Kom Ombo. Plus la culture de la canne est au Sud, où il ne gèle jamais, meilleures sont les conditions. Une usine du Nord obtient de la canne d’une richesse de 12,63 % de son poids à un prix de revient de 31,59 F par sac de 100 kg. À Armant, l’usine la plus au Sud bénéficie d’une teneur de 13,52 % et d’un prix de 23,38 F. L’avenir de la WKO est donc assuré. Elle pourrait même faire une redoutable concurrence aux Sucreries en construisant sa propre usine. S’agissant de la fusion des deux sociétés, elle n’a jamais été envisagée. Le ministre des Finances adopte, en les résumant, les arguments des banques et des Sucreries358.

  • 359 Ibid., Note annexée à la lettre de Geoffray à Pichon, 17.6.1909.

333Les essais de culture à Kom Ombo ne sont nullement concluants, réplique l’agence. Ils ont été faits sur 200 faddāns (84 ha) spécialement choisis, sans expertise contradictoire ou contrôle, et sur une récolte seulement. En réalité, les expériences auront lieu après l’entente, aux risques et frais des Sucreries. Pour brusquer leur engagement, on les inquiète par la perspective d’une usine rivale. La WKO n’en a pas les moyens ; ses titres sont invendables. Les Sucreries peuvent être sauvées seules, tandis que la WKO n’a pas d’avenir sans les Sucreries. Enfin, le fait que la Sugar Corporation n’ait plus obligations hypothécaires ne change rien, aux yeux de l’agent. Il croit qu’elles sont toujours entre les mains des banques et qu’il doit se préoccuper des actionnaires et obligataires359.

  • 360 Ibid., Geoffray à Pichon, 24.3.1909 ; de Valdrôme à Pichon, 3.5.1909.

334Les décès de R. Suarès le 29 avril 1909, puis de Mahoudeau, laissent deux sièges vacants au conseil. Bien qu’associé à Cassel, Suarès était, de l’avis des diplomates français, l’unique contrepoids à l’influence du financier britannique. Quoique intéressé dans la WKO, il n’aurait jamais accepté de lui sacrifier l’avenir des Sucreries. Trop d’attaches l’obligent à beaucoup de ménagements pour l’épargne française. Mais cette perte peut devenir une dernière occasion pour les intérêts français de reprendre la direction et la surveillance d’une entreprise qui n’aurait jamais dû leur échapper360.

  • 361 Ibid., Geoffray à Pichon, 17.6.1909.
  • 362 Ibid., Périer à Pichon, 10.5.1909 ; Note du 15.7.1909.
  • 363 AE, NS Égypte 82, Ribot à Pichon, 28.9.1909.
  • 364 Il est toujours président en 1931.

335En 1909, Miriel refuse le poste de président par crainte que son autorité et sa situation au CFE ne soient atteintes si les Sucreries allaient à vau-l’eau361. Bien qu’ils se proposent d’offrir la présidence à Harari, les banquiers porteurs d’actions privilégiées souhaitent voir Miriel au conseil362. Naturellement l’agence juge excessif de laisser Harari cumuler les fonctions de président et d’administrateur-délégué363, mais son opposition est sans effet364. Wellhoff, deuxième Français nommé au conseil, occupe le siège de Harari. Miriel remplace Thierry-Mieg en février 1912.

  • 365 Ibid., Ribot à Pichon, 14 et 24.3.1910 ; de Reffye à Pichon, 17.3.1910 ; l’Information, 28.5.1910.
  • 366 AE, NS Égypte 82, Ribot à Pichon, 15.7.1910.
  • 367 Rapport du c.a. de la WKO aux AG des 30.4.1912 et 29.4.1915.
  • 368 AE, NS Égypte 82, Defrance à Poincaré, 30.1.1912.

336Subitement les critiques de l’agence se taisent. L’amélioration de la situation financière de la société et la mutation de Geoffray expliquent peut-être un silence qui se transformera sous peu en admiration marquée pour Harari et Naus. Le 12 mars 1910, le conseil des Sucreries décide d’entamer des pourparlers avec la WKO lesquels aboutissent à un projet de contrat prévoyant la construction par les Sucreries d’une usine de 100 000 t pour 2,6 millions de F. La WKO cède gratuitement le terrain de l’usine et s’engage à planter annuellement une surface minimum de 4 500 faddāns (1 890 ha) de canne. Le projet fixe le prix d’achat à 3 piastres par qintār (0,78 F / 44,93 kg)365. Un contrat est signé le 7 juillet366 ; l’usine est inaugurée avec pompe le 15 janvier 1912 et agrandie en 1915367. Le nouvel agent conseille de remettre des croix d’officier et de chevalier de la Légion d’honneur à... Harari et Naus.368

337Menace réelle ou suppositions alarmistes, l’affaire de la WKO révèle combien instable et mal ressentie est l’entente concordataire de 1905-1906. La méfiance à l’égard de Cassel emprunte des armes à l’arsenal de ses adversaires de la période du krach. Aucun des faits relatifs à la nouvelle administration des Sucreries n’est inconnu à la diplomatie française. Les intéressés n’ignorent pas aux soins de qui la société est confiée. Mais la crise économique du printemps 1907 marque les diplomates et ranime leur zèle de défenseurs de l’épargne et du contrôle français contre les conseils composés d’étrangers et de membres des minorités locales. La nationalité des membres du conseil devient un critère de sélection.

338La campagne entreprise par l’agence se heurte à la résolution de la SG, de Paribas et du ministère des Finances de laisser la nouvelle direction mener à terme la reconstitution de la société. Celle-ci l’entraîne dans un sens opposé au projet Cronier. Roux de Vence, dont le renvoi déclenche l’affaire, est partisan de l’importation du brut, méthode qui évoque la période Cronier et que combat l’administration Suarès-Harari. Il fut, en 1906, le co-syndic choisi par les obligataires ; d’où la résurgence en 1907-1909 d’arguments calqués sur les leurs. Emue par la crise de 1907, l’agence entre dans cet ordre d’idées mais doit céder devant la réaffirmation du nouveau cours par les nouveaux dirigeants et leurs alliés à Paris.

  • 369 Orthographe de la raison sociale.
  • 370 Rapport du c.a. à l’AG du 29.11.1911.

339Le rétablissement de l’entente entre les parties et le maintien de la politique inaugurée en 1906 se confirment en octobre 1910 relativement à la demande d’admission à la cote officielle de 150 000 actions de 100 F de la Société foncière du domaine de Cheikh Faḍl369. Fondée le 26 février 1905 par des éléments locaux, elle exploite à al-Shaykh-Faḍl (Moyenne-Égypte), un domaine dont R. Suarès lui a fait apport. Il est remis à ce dernier 86 250 actions de 100 F. Le solde du capital de 15 000 000 F est représenté par 63 750 actions détenues par les fondateurs-administrateurs. Sur les 8 805 faddāns (3 698 ha) du domaine, 6 000 (2 520 ha) sont loués aux Sucreries370. Le principal objet de la Société consiste à encaisser le prix du loyer annuel.

  • 371 AE, NS Égypte 82, F. Charles-Roux à Pichon, 26.10.1910.

340Les décès de Suarès et de Beyerlé en 1909 font accéder S. Rolo à la présidence et entrer Miriel au conseil. La venue de ce dernier et la liaison avec les Sucreries préparent la demande d’admission des 150 000 actions à la cote officielle. Satisfaite de la présence de Miriel, l’agence donne son aval371.

  • 372 EF, B31615, Note sur les capitaux français en Égypte par F. Charles-Roux, mars 1911.

341La participation française dans le capital de la WKO et la Cheikh Faḍl ne peut être déterminée avec exactitude. Aussi faut-il accepter sous toutes réserves les chiffres avancés par le gérant de l’agence en 1911 : 37 500 actions Kom Ombo et 25 000 actions Cheikh Faḍl d’une valeur nominale de 3 750 000 et 2 500 000 F seraient classées dans des portefeuilles français372.

D. LES RÉSULTATS DE LA RECONSTITUTION

342Le dernier sursaut des tenants du système Cronier refoulé, les Sucreries continuent l’exécution de leur propre programme : s’approvisionner en Égypte à un coût avantageux, réduire les dépenses de production et vendre à des prix rémunérateurs. Chacune des composantes de cet ensemble rencontre des résistances qui n’atteignent pas simultanément leur intensité maximale.

343L’exercice 1909-1910 constitue un point tournant de la période de reconstitution. Pendant la période d’essai loyal, la société réduit le prix de revient par sac et le coût de raffinage. Par contre, l’alimentation en canne fléchit entre 1905-1906 et 1908-1909, obligeant la direction à poursuivre, voire à accroître, les importations de sucre brut (tableau 164). L’ère Cronier a, sur ce plan, longue vie. Puis, en 1908-1909, se manifestent les difficultés du coton : faibles rendements en raison de l’humidité excessive résultant des grands travaux d’irrigation, tel le barrage d’Aswān, et baisse des cours mondiaux. Les dangers de la monoculture semblent confirmés et la canne gagne la faveur des cultivateurs comme moyen de diversification.

344La quantité travaillée par les Sucreries bondit de 359 360 t en 1908-1909 à 515 839 en 1909-1910, et continue à augmenter par la suite (tableau 164). Bien que les importations ne décroissent que lentement, le problème de l’approvisionnement en Égypte est en voie de résolution à partir de 1910.

  • 373 Rapports du c.a. du Syndicat des obligataires, avril 1908 et 5.3.910.

345On se souvient que les actions privilégiées, dormant dans les portefeuilles des banques depuis 1906, sont placées au printemps 1910. Le Syndicat des obligataires entrevoit une ère de prospérité définitive373. Il anticipe, car d’autres facteurs entrent en ligne de compte. La compression des dépenses de production, après avoir donné son plein effet lors de l’essai loyal, ne joue apparemment plus. Qu’il y ait eu stabilisation ou recul, la société s’abstient de fournir des chiffres dans ses rapports annuels.

346Toutefois l’arrêt qui intervient dans le domaine des économies est compensé et au-delà, par la progression du prix de vente du raffiné (tableau 158). La hausse escomptée comme résultat de la convention de Bruxelles se réalise avec quelque retard. C’est sur cet indice que reposent les trois belles années des Sucreries qui succèdent à l’incertaine période d’essai loyal. Et c’est en raison de la baisse des prix en 1912-1913, suivie de leur chute brutale en 1913-1914, que renaissent les difficultés.

  • 374 Ibid., année 1913-1914.

347En effet, le prix du raffiné en Égypte est régi par celui du marché de Trieste. Les guerres balkaniques et les surabondantes récoltes cubaines amènent l’effondrement des cours. Conséquence de la perturbation de leurs meilleurs débouchés, les sucres autrichiens envahissent l’Égypte et, cédés à rabais, mettent à mal les produits des Sucreries. Sur la place d’Alexandrie, le sucre autrichien se vend à 26,50 F374. Les droits de douane de 8 % ad valorem ne constituent pas une barrière infranchissable.

348La question tarifaire soulève celle, plus générale, de l’action de l’État à l’égard des Sucreries. Droits protecteurs et droits intérieurs sont fixés par des ententes formelles entre le gouvernement et la société, ou par la voie législative. Une taxe de consommation de 9 % ad valorem sur les raffinés est établie par l’article 3 du décret du 6 avril 1881 qui autorise la création de la Raffinerie d’Égypte. Le décret du 4 juin 1885 le ramène à 2 % en raison des difficultés qu’éprouve l’entreprise. Celle-ci en est complètement affranchie par la convention du 9 juin 1887 entre les deux parties.

349Une nouvelle convention intervient lors de la constitution de la SRE. Signée le 13 juillet 1893, elle stipule l’exemption de 1893 à 1895, un droit de 2 3/8 % en 1895 et 1896, et un droit de 4,75 % à partir du 1er novembre 1896. L’abolition par le décret du 29 novembre 1902 de l’octroi n’exonère pas les raffinés. Ils sont soumis à un droit de 35 piastres (9,07 F) par tonne pour les premières 40 000 tonnes de l’année et de 30 piastres (7,78 F) pour toute production supplémentaire. Dans tous les cas, la société doit faire à l’Etat un versement annuel de Lég 12 000 (311 040 F) au minimum.

350Les bouleversements de 1905 ne valent pas aux Sucreries un soulagement sur le plan fiscal. Par la convention du 7 juillet 1910, un régime progressif est mis en vigueur pour les taxes intérieures sur les sucres égyptiens et les tarifs douaniers sur les sucres importés.

  • 375 C. Artaud, « L’industrie sucrière et la culture de la canne à sucre en Égypte », L’Égypte contempo (...)

351La société est obligée d’acquitter, pour les deux droits réunis, au minimum 10 000 Lég (259 200 F). De 1896 à 1909, les sociétés sucreries contribuent 145 300 Lég (3 766 176 F) au Trésor public375.

352L’industrie sucrière égyptienne ne jouit, par conséquent, d’aucun traitement de faveur. Le sucre est le seul produit qui demeure assujetti au droit de consommation. La promesse de le supprimer pour trois ans, faite lors de l’homologation du concordat, ne se concrétise pas dans des mesures pratiques. Sur le plan douanier, le droit de 8 % ad valorem est inférieur à ceux qu’autorise la convention de Bruxelles à laquelle l’Égypte n’adhère pas, soit 5,50 F par 100 kg de brut et 6 F par 100 kg de raffiné. Ajoutons que l’impôt foncier qui frappe la terre plantée en cannes est identique à celui des autres terres. Quant au transport de la canne, du charbon et des autres fournitures, dépense non négligeable pour ces inputs pondéreux, il s’effectue aux tarifs réguliers des chemins de fer de l’État.

353Si l’industrie ne peut se louer de l’appui de l’État, c’est pour une double raison : d’une part, les considérations doctrinales, à savoir que le libre-échange est à l’honneur à l’agence britannique, donc au gouvernement khédivial ; d’autre part, les objectifs purement budgétaires et autrement importants qui dictent aux autorités publiques le maintien ou le relèvement des recettes.

  • 376 SG, Liasse 5577, Note du 3.6.1926.

354En 1914 la chute du prix de vente du raffiné menace la poursuite de la réorientation des Sucreries. La société vend moins et moins cher. Elle a écarté les ambitions internationales de l’ère Cronier sans leur substituer la maîtrise du marché égyptien. Comme pour d’autres entreprises, la guerre permet l’assainissement. Le sucre autrichien exclu, le prix du raffiné monte376.

Tableau 161
Prix moyen par sac de 100 kg
(En francs)

Tableau 161Prix moyen par sac de 100 kg(En francs)

355C’est bien la guerre qui permet la réalisation du programme de la nouvelle administration, à savoir le monopole du marché égyptien. En 1921, afin de favoriser l’agriculture très éprouvée par la baisse du coton, le gouvernement signe une convention avec la société lui reconnaissant ce monopole à condition qu’elle paie la canne 9,5 piastres (2,46 F) le qintār (44,93 kg). Les droits de douane ne sont instaurés qu’en 1931 dans le contexte d’une autre crise.

356D’une relative simplicité, la situation financière comporte des traits dignes d’intérêt. Les bilans révèlent l’ampleur des immobilisations par rapport à l’actif. Le conseil est souvent critiqué en raison de la modestie des amortissements qu’il pratique. À côté de la valeur des usines, les réserves, constituées par la vente de vieux matériel, restent infimes. En contrepartie, les travaux d’amélioration et de premier établissement sont groupés comme travaux d’entretien et figurent au débit du compte de profits et pertes. Il s’agit véritablement d’amortissements qui ne paraissent pas au bilan.

  • 377 Rapport du c.a. du Syndicat des obligataires, 5.3.1910.

357Ce procédé suscite des observations de la part du Syndicat des porteurs d’obligations à revenu variable dont l’intérêt, calculé sur le bénéfice net, est diminué d’autant377. À partir de 1908-1909, les amortissements proviennent de la réserve. La presse financière se plaît à signaler que la trésorerie est « très assise », l’encaisse et les disponibilités étant supérieures aux exigibilités à court terme et mettant la société à l’abri d’une suspension de paiements.

358L’analyse des bilans, reconnus fictifs, pour la période antérieure au krach ne saurait se justifier. Les postes essentiels sont présentés à titre documentaire (tableau 165). Pour la période de la reconstitution, la marche de la société est, à certains égards, fixée par les conditions du concordat. Elle doit rémunérer au moins les obligations hypothécaires qui constituent une première charge sur ses bénéfices bruts. Sa situation active et passive ne peut changer que très peu à partir de 1906. Le défi consiste à savoir si elle est en mesure de tirer parti des ressources déjà empruntées et d’employer avec efficience celles de ses actionnaires.

359Autant les résultats d’exploitation que les ratios se conjuguent pour établir la périodisation du relèvement. Les médiocres années d’essai loyal sont suivies de 3 exercices prospères. Les Sucreries enregistrent ensuite un reflux de 1912 à 1914. Le coût de l’endettement, élevé durant la période d’essai loyal, ne diminue qu’en 1909-1910 (tableau 170). Donnée centrale, le bénéfice brut dépend plus de l’augmentation absolue des ventes de sucres que de la compression relative des frais d’exploitation (tableau 166). Le rendement des capitaux et leur rentabilité en sont tributaires (tableau 170). L’évolution des charges financières étant solidaire de celle du bénéfice brut, ce dernier détermine directement, sans contre-tendance, le montant du bénéfice net (tableau 166).

  • 378 378. AE, AP Le Caire 233, Defrance à Viviani, 21.7.1914.
  • 379 Bilans.

360La société recommence à verser des dividendes en 1910 après 4 exercices sans répartitions. Elle ne peut le faire en 1913 et 1914 tandis que des divergences s’élèvent entre les conseils du Caire et de Paris en 1914. Le premier souhaite augmenter les réserves, quitte à ne pas payer d’intérêt aux obligations à revenu variable. Le second veut que les bénéfices réalisés servent avant tout à payer les coupons de toutes les obligations378. Harari et Naus se rendent à Paris pour une réunion qui décide de diminuer le montant du coupon plutôt que de le supprimer. Les Sucreries ne sont plus écrasées sous le poids des rames de papier qui s’ammoncèlent, mais leur situation bénéficiaire demeure précaire. Elles ont recours, en 1913 et 1914, à la National Bank, qui leur ouvre des comptes courants de 7 636 371 F et de 6 600 995 F379 ; d’où le gonflement des chiffres de ce poste (tableau 166).

361Les huit années du nouveau cours ne donnent pas de résultats concluants. Le bénéfice des économies réalisées lors de la période d’essai loyal est minoré par la difficulté d’alimenter les usines en canne. Cet obstacle s’aplanit pendant l’heureuse conjoncture de 1909 à 1912. Mais les Sucreries sont surtout redevables à la hausse des prix mondiaux pour leur salut ; la chute soudaine de ces derniers en 1913 et 1914 contrecarre la situation favorable que procure le meilleur approvisionnement des usines. Les conditions nouvelles créées par la guerre permettent enfin de croire que la société ne périra pas.

362C’est dire combien est aléatoire en Égypte à l’époque toute activité industrielle soumise aux contraintes du marché mondial. Les Sucreries ne souffrent pas de la crise économique de 1907 ou de ses prolongements. Leur mal est permanent parce qu’elles sont à la merci des fluctuations des cours internationaux sans jouir de mesures de protection équivalentes à celles de leurs concurrents. L’Égypte ne peut adhérer à la convention de Bruxelles et le gouvernement khédivial est fidèle aux doctrines libre-échangistes. Dans ces conditions, le succès de l’entreprise participe du pari. Les dirigeants, quel que soit leur talent, ont véritablement pour tâche de diminuer les risques, car c’est en temps normal que la société court le plus de dangers. Grâce à une situation anormale, à savoir le desserrement de l’étau international durant la guerre, les Sucreries parviennent non seulement à se mettre sur le même pied que leurs concurrents, mais à s’assurer le monopole sur le marché égyptien.

Conclusion.

  • 380 Le Journal du Caire, 9.3.1906.

363« Quand on écrira l’histoire des Sucreries on apprendra alors que cette affaire est toujours allée incertaine, cahotante, d’essais en essais, de dépenses en dépenses, de fantaisies en fantaisies »380. Cette appréciation péremptoire et désabusée est celle de nombre d’observateurs. Outrés par les pertes que leur fait subir la témérité de la direction, les parties prenantes, petits porteurs en tête, expriment avec vivacité leur mécontentement. Mais la signification de l’histoire des Sucreries est tout autre.

364L’intervention Say dans la société égyptienne représente un phénomène dont la nouveauté ne saurait être méconnue. Les sucreries de la Dā’ira exportaient leur brut vers les raffineries d’Europe. Ces dernières ne rencontraient qu’une concurrence locale de la part de la raffinerie fondée à al-Ḥawāmdiyya en 1881. Cet arrangement est perturbé par l’arrivée de la société Say. Ainsi que Cronier conçoit son projet, la production égyptienne doit entrer dans un réseau international d’exportations et d’importations régi par un centre siégeant à Paris. L’objectif consiste à assurer au groupe Say la prépondérance, voire le monopole, de l’industrie sucrière européenne. Tablant sur sa supériorité technique, l’entreprise française se propose de venir à bout de ses rivales par une grande manœuvre internationale dans laquelle les Sucreries d’Égypte sont appelées à jouer le rôle d’un régiment avancé.

365Dès lors les critiques portées contre la surcapacité perdent quelque peu de leur force. Les installations sont acquises ou érigées pour conquérir des marchés plus grands que celui de l’Égypte. Elles constituent, en réalité, une réserve à déployer en Europe, dans la Méditerranée, et ailleurs au servies de la stratégie Say.

366L’échec du grand dessein, avant sa réalisation, laisse les observateurs perplexes ou révoltés face à des décisions qui, prises isolément, semblent inexplicables. De fait, le programme comporte de sérieuses faiblesses. Les calculs de Cronier sont doublement déjoués à la fois sur le plan des marchés et sur le plan de l’approvisionnement.

367En Europe, la convention de Bruxelles tarde à produire les effets escomptés dans le sens d’une baisse de la quantité de betteraves mises en culture. L’entreprise Say ne recueille pas en Europe les avantages que la suppression des primes devait lui procurer. Au contraire, les prix sont au plus bas. Les exportations égyptiennes, par conséquent, sont gênées par la présence de fabricants étrangers plus compétitifs que prévu. Comme ces derniers disputent déjà le marché égyptien aux Sucreries, celles-ci ne disposent pas de débouchés assurés. Les droits protecteurs, ou le relèvement des tarifs douaniers aux niveaux autorisés par la convention de Bruxelles, sont sacrilèges pour le pouvoir anglo-khédivial.

368Inversement, en Égypte, la canne se raréfie en présence de l’extension de la surface consacrée au coton. Les Sucreries ont grand besoin de la canne, car l’importation de bruts étrangers, grevés de droits de douane de 8 % ad valorem, ne se justifie que si l’exportation permet de récupérer ces droits au moyen du drawback. Faute de raffinés à exporter, les sommes versées à la Douane pour les bruts importés le sont en pure perte. Faute de la matière première, le monopole de la fabrication prend l’allure d’une coquille vide dont le maintien est source de déficits répétés. Les dégrèvements fiscaux pour la terre cultivée en cannes ou des mesures dirigistes, tel l’assolement obligatoire, ne sauraient être admis par le pouvoir. Trop entachés du vice de lèse-libéralisme, ils comprimeraient, de surcroît, les recettes de l’État. La double hypothèque de l’incertitude des marchés et du déficit de la matière première pèse sur les Sucreries et elles ne peuvent compter sur le secours de l’État pour la lever. Sans illusions, la société ne fonde pas de grands espoirs sur les autorités publiques, pas plus en Égypte qu’en France.

369Pour pallier les effets d’une situation inattendue, Cronier se livre à la spéculation. Il y a là plus qu’un défaut de son caractère, contrairement à la thèse que ses censeurs, jadis thuriféraires, tentent d’accréditer. Le projet Say compromis, Cronier compte sur son habileté à la Bourse pour lui permettre de traverser une mauvaise passe. Qu’il ait eu à se rabattre sur le jeu pour retrouver l’équilibre rompu entre les ambitions et les moyens en dit long sur les carences du projet.

370Que manque-t-il à ses initiateurs pour tenter de parer aux difficultés posées par l’encombrement des marchés et le recul de la canne ? Sur le plan organisationnel, des rapports plus étroits avec une ou plusieurs banques, ou le rattachement à une forme quelconque de société de portefeuille apte à les garantir par ses ressources. La SG et le Crédit algérien, bien qu’ils participent au capital de la Raffinerie Say depuis sa transformation en société anonyme en 1898 et y ont deux administrateurs, ne l’affranchissent pas de la dépendance à l’égard du marché financier. Cronier se prend dans l’engrenage qui conduit à sa chute. Il spécule pour trouver de quoi fabriquer des bénéfices sans lesquels il ne pourrait faire utilement appel au public pour des augmentations de capital ou des emprunts obligataires.

371Véritable filiale de la Raffinerie Say au point de vue de leurs orientations, les Sucreries d’Égypte ne sont pas juridiquement sa propriété et dépendent également de la faveur du marché, acquise sans doute à la société parisienne dont le prestige rejaillit sur elles, mais entretenue concrètement par de généreux dividendes, intérêts, primes et cours boursiers. Les Sucreries sont secrètement alimentées par les gains spéculatifs de Cronier, rendus possibles en partie par les ressources des Sucreries elle-mêmes. Le soutien n’a guère la sûreté de flux réguliers dans les deux sens entre une société-mère et la filiale dont elle détiendrait le capital social. Muni d’engagements bancaires fermes, Cronier aurait-il compté sur des coups de Bourse ? Sur les 166 625 000 F du montant total des traites, tout, sauf 12 000 000 F, est obtenu après la signature de la convention de Bruxelles et la déception qui s’ensuit pour la Raffinerie Say.

372L’un des défauts du projet Say-Cronier consiste à avoir fait reposer une entreprise hasardeuse et de longue haleine sur la base financière instable qu’est le marché. Il se résume à la volonté de mener à terme une entreprise de monopole sans les structures appropriées de concentration financière. Les accusateurs de Cronier se trompent qui croient que les Sucreries n’étaient qu’une supercherie concoctée pour justifier les appels au marché et la quête des ressources pour la spéculation. Le projet Say est mis en œuvre en l’absence de moyens adéquats ; la spéculation se voit appelée à suppléer des mécanismes de financement autrement sûrs. L’internationalisation que vise Cronier n’est pas soutenue par une concentration du capital à l’avenant. Novatrice dans sa conception, elle est aussi prématurée dans son exécution. La création à l’étranger d’une filiale comprenant des unités de production soumises à un ensemble fixé par une société-mère apparaît comme une conception en avance sur son temps, eu égard à l’organisation dont dispose le dirigeant de la Raffinerie Say.

  • 381 Cf., par exemple, les instructions pressantes du siège social aux agences au sujet du dépôt des ti (...)

373Avant comme après 1905, les banques françaises s’intéressent aux Sucreries en premier lieu en tant qu’intermédiaires pour les appels de fonds au marché financier. Dorizon siège au conseil et joue un rôle de premier plan dans la conclusion de l’entente concordataire. Il en va de la réputation de la SG de surveiller la bonne marche et d’éviter la faillite d’une affaire dont elle couvre les titres de son nom. Cette banque, du fait de la tenue des AG au Caire, est mandataire des actionnaires français qui ne s’y rendent naturellement pas. La recherche des actionnaires à la veille d’une assemblée est une tâche en soi381. Certaines assemblées sont reportées faute de quorum.

374Il serait erroné de voir dans les rapports entre la SG et les Sucreries un exemple de lien banque-industrie, entendu comme interpénétration de capitaux bancaires et industriels. C’est seulement pour assurer l’homologation du concordat et réaliser une opération de placement classique que la SG se retrouve actionnaire des Sucreries en 1906. Encore cet état n’est-il que provisoire. Les rapports sont certes privilégiés et la banque ne s’oppose sûrement pas au projet Say mais elle en retire des commissions syndicales plutôt que des dividendes. Malgré ses limites, une liaison existe entre la Raffinerie Say et la SG. On ne décèle rien qui puisse y correspondre en ce qui concerne les Sucreries. Celles-ci relèvent de la Raffinerie Say – plus exactement de Cronier et de la Liquidation Say – non de la SG.

375Quant à la Liquidation Say, elle a des aspects d’un holding qui ne réalise pas ses virtualités. Elle effectue les achats pour les Sucreries en France, encaisse le produit des émissions et centralise la trésorerie de la société. Elle ne la soutient pas toutefois de ses ressources. Au contraire, elle tire sur elle les traites qu’elle fait escompter à Paris. Dans ces conditions, l’intégration des Sucreries dans une stratégie de groupe tient de la gageure.

376De l’histoire des Sucreries, il faut retenir non point les fantaisies de Cronier, mais la naissance de tendances originales, rendues inopérantes par l’absence des structures qui conviennent à leur accomplissement. Sans soutien financier, des obstacles tels le défaut de la matière première et la concurrence étrangère deviennent insurmontables. Apparaît alors la vanité d’une quête du monopole détachée du capital apte à l’étayer. En dehors des cadres institutionnels appropriés, reflets d’une concentration plus poussée du capital, comment consentir des engagements internationaux, souvent pas rentables à court terme ? Les appels au marché imposent le paiement d’un revenu régulier, sous peine d’assécher la source. Ne disposant que de structures rudimentaires, Cronier a cru pouvoir compter sur la spéculation. C’est sur une base inachevée et des ressources insuffisantes qu’il ambitionne le monopole international.

377Le public français supporte des déboires sur lesquels maints commentateurs se font un devoir de s’appesantir. Il souscrit actions et obligations, même après la débâcle, déboursant au total 137 588 302 F (tableau 162). La diplomatie française se reconnaît volontiers le rôle de protecteur de cette épargne. Néanmoins l’action qu’elle exerce est empreinte de l’ambiguïté que lui impose l’originalité du projet Say. Voilà une entreprise dont les aspirations internationales pourraient se réaliser aux dépens de ses concurrents en France. En revanche, l’influence qu’elle est susceptible de procurer à la politique nationale par son intervention en Égypte, autant, du reste, que sa direction toute française, lui valent des titres à la bienveillance du Quai d’Orsay. À tous égards, les Sucreries sont sous un contrôle on ne peut plus français. La subordination des instances locales, irréprochablement françaises, au centre parisien ne le rend que plus méritoire.

378Mais le krach de 1905 crée une situation embarrassante car le sauvetage de la société s’effectue aux frais de l’épargne française et par la coûteuse entremise d’un financier britannique. En outre, à la suite de la débandade de l’équipe Cronier, la direction des Sucreries doit être confiée à des administrateurs locaux. Banquiers et diplomates français s’accommodent de cet état de fait, abstraction faite de l’ardeur manifestée à retardement par l’agence lors de l’affaire Kom Ombo. Le cheval de bataille de la diplomatie, à savoir une représentation dans le conseil et la direction proportionnelle aux capitaux investis, disparaît dans le cas des Sucreries.

379Sur d’autres sujets, les responsables politiques français doivent se garder de prendre trop nettement parti. S’ils n’appuient pas l’adhésion de l’Égypte à la convention de Bruxelles, ils repoussent la requête en faveur de l’imposition d’une surtaxe sur les raffinés d’Égypte. À l’égard du gouvernement anglo-khédivial, la diplomatie française n’est appelée à soutenir aucune revendication particulière, ni avant ni après 1905. Dans toute l’affaire des Sucreries, les responsables politiques français n’occupent qu’une place effacée. Tout se passe comme s’ils étaient marginalisés autant par la nouveauté du phénomène d’une société intégrant la production d’un autre pays dans une stratégie internationale orientée vers le monopole, que par l’effondrement du projet.

380Si le projet Say de monopole international se heurte aux aléas du marché et à la non-disponibilité de la matière première, l’orientation de l’administration qui succède en 1906 vers une reconquête du marché national est entravée par le libre-échangisme officiel et le peu d’attrait qu’éprouvent les cultivateurs pour la canne. Par le biais fiscal et le revenu de la taxe d’exportation de 1 %, le gouvernement khédivial trouve son compte dans la culture du coton. En dépit de ses difficultés nouvelles, il demeure plus rentable que la canne. En outre, l’élévation des barrières tarifaires détournerait fatalement de l’Égypte – c’est bien leur but – des sucres qui laissent 8 % de leur valeur à la douane. Les intérêts du gouvernement, assis sur une économie dont l’objectif consiste à produire des revenus pour l’État et ses créanciers, sont en contradiction avec les besoins de l’industrie, que sa stratégie soit internationale ou nationale, qu’elle soit contrôlée par un centre en Europe ou sur place en Égypte.

381Par-delà les défaillances de l’entreprise Say, il faut faire la part de l’obstacle majeur que constitue l’environnement politique, économique et social de l’Égypte pour toute entreprise industrielle. Que la stratégie adoptée soit internationale ou nationale, elle ne peut réussir sans la bienveillance, sinon l’appui, du pouvoir. Point de programme international sans approvisionnement adéquat et bon marché en canne, car la concurrence pour les débouchés ne laisse aucune marge de manœuvre aux Sucreries. La progression de la culture de la canne ne saurait survenir sans l’intervention de l’État, compte tenu de la faveur que le marché mondial accorde au coton.

382Or toute la politique de l’État consiste à encourager l’exportation du coton, produit dont les prix mondiaux lui permettent de profiter du droit de 1 % à la sortie et, surtout, d’imposer la terre à un tarif élevé. Astreint au paiement de l’intérêt sur la dette publique, l’État dépend pour ses recettes des rentrées de l’impôt foncier. Ce dernier est proportionnel à,1a valeur localive de la terre, non à ce qui y est cultivé. Étant donné que l’Égypte est intégrée au marché mondial, ses activités économiques sont commandées par la structure des prix internationaux, plus favorables au coton qu’à la canne. Tout se tient : tandis que le propriétaire foncier et l’État sont solidaires dans l’élévation des loyers, le paysan est inéluctablement amené à préférer le cotonnier s’il entend régler ses redevances et acquitter ses impôts.

383L’avènement d’un nouveau mode d’intégration de l’économie égyptienne à celle de l’Europe exige le démantèlement du mode existant. Jouirait-elle d’une concentration financière poussée, la stratégie Say, forme de délocalisation de la production avant la lettre, se heurte à une forme d’internationalisation antérieure, à savoir celle de l’exportation du capital-argent et son placement dans la dette publique. Si le service de la dette apparaît comme la finalité première de l’économie égyptienne, les recettes de l’État et la santé fiscale en sont les pierres de touche. Dès lors, tout sacrifice de l’État en vue de seconder un programme industriel, fût-il international et exportateur, est contraire à la rationalité qui préside à l’action économique du régime anglo-khédivial. Les cours mondiaux du coton étant rémunérateurs, l’Égypte est engagée à fond dans la culture du coton depuis qu’elle a comme priorité le versement des intérêts sur sa dette. Plus que le coton, ce sont le complexe créancier, le contrôle étranger et le type de société qu’il sous-tend qui font avorter le projet Say.

384A fortiori, l’industrialisation à vocation nationale achoppe sur le refus de l’État d’ériger des barrières douanières, de réduire les importations et de se priver de revenus. On sait la défaveur que rencontrent auprès des autorités les tentatives de mettre sur pied une industrie textile. Quant aux Sucreries, la nationalité britannique de Cassel ne leur vaut pas après 1905 des avantages refusés à Cronier avant 1905. Seul le bouleversement de l’économie internationale provoqué par la guerre lève les incertitudes de la reconstitution et offre des perspectives d’avenir à l’unique grande industrie de l’Égypte, tout en rendant possible la création de nouvelles.

385Le système de production mis en place comme annexe de la dette publique entrave toute forme d’industrialisation, qu’elle soit classique, c’est-à-dire nationale, ou inédite et internationale.

Tableau 162
Émissions d’actions et d’obligations

Tableau 162Émissions d’actions et d’obligations

386Source : Archives SG.

Tableau 163 : Production sucrière (1893-1905)
(En tonnes)

Tableau 163 : Production sucrière (1893-1905)(En tonnes)

387Source : Rapports du c.a. aux AG.

Tableau 164
Production sucrière (1905-1915)
(En tonnes)

Tableau 164Production sucrière (1905-1915)(En tonnes)

388Source : Id.

Tableau 165
Comptes de la Société des Sucreries (1897-1905)
(En francs)

Tableau 165Comptes de la Société des Sucreries (1897-1905)(En francs)

389Source : Bilans (fictifs).

Tableau 166
Comptes de la Société des Sucreries (1906-1914)

Tableau 166Comptes de la Société des Sucreries (1906-1914)

390Source : Bilans.

Tableau 167
Répartition des bénéfices et intérêts
(En francs)

Tableau 167Répartition des bénéfices et intérêts(En francs)

391Sources : Bilans.

392Les revenus de la Daïra Sanieh Sugar Corporation – semestrialités ou intérêts aux obligataires – sont tirés des Sucreries.

393La Wadi Kom Ombo ne distribue pas de dividende avant 1914. Les actionnaires français retirent 37 500 actions x 5 F = 187 500 F.

394La Société de Cheikh Faḍl distribue un dividende de 5,50 F. Pour les actionnaires français, le bénéfice s’élève à 25 000 actions x 5,5 F x 4 ans (1911-1914) = 550 000 F.

Tableau 168
Cours moyen à la Bourse de Paris

Tableau 168Cours moyen à la Bourse de Paris

395Source : Annuaire des valeurs admises à la cote officielle, 1904 et 1914.

Tableau 169
Exportations et importations égyptiennes de sucres bruts et raffinés
(Milliers de t)

Tableau 169Exportations et importations égyptiennes de sucres bruts et raffinés(Milliers de t)

396Source : Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, L Économie sucrière mondiale exprimée en chiffres, 1880-1959. [Rome, 1961 ?] p. 40, 42. 44, 53, 55 et 57.

Tableau 170
Ratios financiers
(En %)

Tableau 170Ratios financiers(En %)

Anmerkungen

1 AE, CP Égypte 138, Cogordan à Hanotaux, 7.2.1895.

2 AN, 65AQ R1721, Note sur les Sucreries d’Égypte par Émile Monteaux et eie, janvier 1897.

3 J.-C. Allain, « La convention européenne de Bruxelles du 5 mars 1902 sur les sucres », Relations internationales, n° 15, 1978, pp. 255-283.

4 Anonyme (J. Caillaux), « Le nouveau régime des sucres. La conférence de Bruxelles », Revue politique et parlementaire, t. XXXIII, n° 98, août 1902, p. 219.

5 A. Souchon, « L’industrie sucrière en France après la conférence de Bruxelles ». Revue politique et parlementaire, t. XXXII, n° 94, avril 1902, p. 432.

6 D. Zolla, « Revue des questions agricoles. La question des sucres », Revue politique et parlementaire, t. XXXIV, n° 100, octobre 1902, pp. 167-174.

7 Souchon, art. cité, p. 431.

8 Zolla, art. cité, avril 1902, p. 148.

9 Anonyme (J. Caillaux), art. cité, p. 222.

10 PRO, CAB 37/45/50 (1897). Le Royaume-Uni importe du sucre de betterave brut ; t raffiné du continent européen, ainsi que du sucre de canne brut de ses possessions et de pays étrangers.

11 D. Zola, « Revue des questions agricoles. La question des sucres », Revue politique et parlementaire, t. XXXII, n° 94, avril 1902, p. 152.

12 PRO, CAB 37/57/42 (1901). Cf. CAB 37/60/7 (1902), CAB 37/60/34 et 36 (1902).

13 L. Pierrein, Industries traditionnelles du port de Marseille : le cycle des sucres et des oléagineux, 1870-1958, Institut historique de Provence, Marseille, 1975, pp. 79-81.

14 AN, F12 5117, États de service présentés à l’appui d’une demande d’admission à la Légion d’honneur. Cf. PP, Département de la Seine, Ba 1023, Dossier Cronier.

15 AN, F12 5117, Note de Fernand Raoul-Duval, administrateur de la Raffinerie Say – président en 1887 -et régent de la Banque de France, s.d.

16 AN, F12 5117.

17 La Petite République, 29.8.1905.

18 Le Petit Parisien, 30.8.1905.

19 PP, Département de la Seine, Ba 1023, Rapport de l’indicateur « Malaga », 1.9.1905.

20 Id.

21 AE, AP Le Caire 232, Cronier à de Reverseaux, 13.5.1893.

22 Id.

23 M. F. Leḥayṭa, Ta’rīkh. (L’Histoire économique de l’Égypte à l’époque moderne), Maktabat al-nahḍa al-miṣriyya, Le Caire, 1944, p. 298.

24 Ibid, pp. 298-299.

25 P. Arminjon et B. Michel, « L’industrie du sucre en Égypte », Revue politique et parlementaire, t. LUI, n » 158, août 1907, p. 318.

26 Cf. Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1881, pp. 45-46 pour le décret d’autorisation en date du 6.4.1881. L’acte de société intervient le 31.12.1880.

27 Caisse à Riaz pacha, 23.3.1881, in ibid., pp. 39-42.

28 Id.

29 Riaz pacha à Caisse, 4.4.1881 et Caisse à Riaz pacha, 5.4.1881, in ibid., pp. 43-44. Selon le Lyonnais, la production de la RE serait en baisse, l’exploitation déficitaire et le produit de mauvaise qualité. CL, DAE 1053 /1, agence du Caire au siège central, 24.8.1883.

30 R. Suarès, F. Suarès, S. Rolo, Beyerlé, Octave Borelli bey – à partir de 1892, avocat-conseil de Say en Égypte (cf. ch. XIII, note 150) –, P. H. Fortunet, Th. de Temmerman, directeur des affaires commerciales de la Raffinerie Say. Cf. décret, acte de société et statuts in Gelat, op. cit., t. Il I, pp. 149-158.

31 AE, CC Le Caire 36, de Reverseaux à Develle, 23.6.1893.

32 Le Pour et le contre, 26.1.1896 ; l’Information, 12.4.1905.

33 AE, AP Le Caire 232, Cronier à de Reverseaux, 13.5.1893.

34 AE, CC Le Caire 36, de Reverseaux à Jules Develle, ministre AE, 23.6.1893.

35 Cf. section suivante.

36 Les autres membres sont : F. C. Dusseigneur, administrateur-délégué, Cronier, Temmerman, Fortunet, Borelli, Emile Ternynck, fabricant de sucre et gendre de Cronier.

37 AE, NS Égypte 79, de la Boulinière à Delcassé, 29.3.1904.

38 AE, AP Le Caire 232, Boutiron à Hanotaux, 3.11.1896.

39 Rapport du c.a. à l’AG de Fives-Lille du 28.11.1896.

40 AE, AP Le Caire 232, Frédéric Mahoudeau, agent général, à Boutiron, 31.8.1896.

41 Le Pour et le contre, 23.1.1898.

42 AN, 65 AQ R1721, Note sur les sucreries d’Égypte par Emile Monteaux et eie, janvier 1897.

43 Sans déduction pour l’usure du matériel. Rapport à t’AG extraordinaire de la RE, 18.3.1893.

44 AE, AP Le Caire 232, Cogordan à Hanotaux, 23.5.1895.

45 Le premier conseil est composé de : F. Suarès, président ; Barois. secrétaire gérerai du ministère des Travaux publics, vice-président ; J. A. Cattaui bey, administrateur-délégué ; R. Suarès. M. Cattaui bey, Rolo, Beyerlé, Borelli, Cronier, Fortunet. Sauf pour les trois derniers membres, les administrateurs de la SRE sont ceux de la RE. Au conseil remanié de la SRE siègent : Henry Say, président ; Barois, vice-président ; Dusseigneur, administrateur-délégué ; Borelli, M. Cattaui, Cronier, Fortunet, Ternynck.

46 AN, F12 7199, Hanotaux à Boucher, 28.11.1896.

47 Pierrein, op. cit., graphiques VII et VIII, p. 343.

48 AN, F12 6976, Hanotaux à André Lebon, ministre du Commerce, 22.3.1895.

49 AE, AP Le Caire 232, Cogordan à Hanotaux, 17.3.1895.

50 Ibid., Cogordan à Hanotaux, 20.5.1895.

51 AN, F12 6976, Lacretelle, consul à Alexandrie, à Hanotaux, 30.5.1895. Cf. chapitre XI.

52 Rapport à l’AG du 18.5.1893 de la RE. Chiffres de 1888 à 1892.

53 Compte profits et pertes de la SRE, 1893-1894.

54 Les chiffres de 1892 sont ceux de la RE.

55 AN, 65 AQ R1721, Note sur les sucreries d’Égypte par Emile Monteaux et cie, janvier 1897.

56 AE, AP Le Caire 232, Cogordan à Hanotaux, 23.5.895.

57 AN, F12 6976, Lacretelle à Hanotaux, 30.5.1895.

58 Cf. ci-dessous.

59 Le Petit Parisien, 30.8.1905.

60 Journal financier, 12.11.1905.

61 Ibid., 6.9.1905.

62 AE, AP Le Caire 232, Boutiron à Hanotaux, 12.8.1897.

63 H. Say, président ; Dusseigneur, administrateur-délégué ; Cronier, Barois, Borelli, Fortunet, Temmer-man, Ternynck.

64 Le Pour et le contre, 16.1.1898.

65 Bulletin financier, 27.2.1898.

66 Rapport à l’AG extraordinaire du 26.4.1897.

67 AE, AP Le Caire 232, Boutiron à Hanotaux, 13.5.1898.

68 Le Pour et le contre, 6.10.1901.

69 Rapport du c.a. à l’AG du 20.4.1898.

70 La Semaine financière, 5.4.1902.

71 Rapports du c.a. aux AG des 20.4.1898, 20.4.1899, 20.4.1900 et 2.4.1901.

72 Ibid., 2.4.1901 ; SG, Liasse 5519, Note sur les Sucreries.

73 Rapport du c.a. aux AG des 20.4.1900 et 2.4.1901.

74 Rapport du c.a. à l’AG du 20.4.1900.

75 AE, AP Le Caire 231, Note sur la SEI.

76 Suarès frères & cie, J. L. Menasce figlio & cie, et J. M. Cattaui fils & cie.

77 AE, AP Le Caire 231, Note sur la Société égyptienne d’irrigation.

78 AE, NS Égypte 58, de Reffye à Dejean, 10.8.1908.

79 Rapport du c.a. à l’AG du 20.4.1899.

80 Ibid., 20.5.1902.

81 Moniteur des tirages financiers, 24.4.1902.

82 Rapport du c.a. à l’AG du 2.4.1902. Cronier est délégué de la France à Bruxelles.

83 SG, Liasse 5519, Note sur les Sucreries.

84 Ibid., Acte syndical du 9.5.1902.

85 Ibid., SG aux Sucreries, 9.5.1902.

86 Ibid., Syndicat, mai 1902.

87 Prospectus.

88 SG, Liasse 5519, Décompte.

89 Id. et Liasse 5517, Bénéfices de la SG.

90 SG, Liasse 5519, SG aux Sucreries, 23.6.1902.

91 La troisième partie traite de la liquidation générale de l’emprunt et de l’administration Dā’ira. La présente section ne concerne que l’acquisition des sucreries par la société Say.

92 Cf. troisième partie.

93 Archives Anglo-Egyptian Bank, Board Minute Book, 6.2 et 3.4.1878.

94 Cf. chapitre XV.

95 AE, NS Égypte 79, Cogordan à Delcassé, 30.4.1902.

96 Ibid., 16.4.1902.

97 Ibid., 13.5.1902.

98 Ibid., 21.6.1902.

99 Ibid., Note pour le ministre, 23.6.1902.

100 SG, P.-v. du conseil, 8.7.1902.

101 BPPB, P.-v. du conseil, 17.6 et 25.11.1902.

102 BPPB, Dossier 173/8.

103 Ibid., Convention du 12.11.1902 et note du 28.7.1902. Cf. l’Actualité financière, 7.2.1903.

104 AE, NS Égypte 79, Cogordan à Delcassé, 21.6.1902.

105 Ibid., Note pour le ministre, 23.6.1902 ; Delcassé à Lecomte, 24.6.1902.

106 Rapport du c.a. à PAG extraordinaire du 9.10.1902.

107 BPPB, Dossier 173/8, Note du 20.1.1903.

108 En 1903, la SEI double ses installations. Le conseil des Sucreries souscrit à son émission – 20 000 £ (500 000 F) en actions et 100 000 £ en obligations – et écoule les titres en Angleterre.

109 Le Capitaliste, 10.11.1904.

110 SG, Liasse 5519, Note sur les Sucreries.

111 AN, 65AQ R1721, Note sur les Sucreries par Emile Monteaux et cie, janvier 1897.

112 SG, Liasse 5519, Note sur les Sucreries ; l’Actualité financière, 2.4.1904.

113 Bulletin financier, 2.7.1905.

114 L’Information, 3.6.1904.

115 SG, Liasse 5517, P.-v. de la séance.

116 Rapport du c.a. à l’AG extraordinaire du 28.9.1904.

117 SG, Liasse 5935, Acte préliminaire d’association.

118 SG , Liasse 5517.

119 SG, Liasse 5517. Comptes liquidés le 14 novembre.

120 Ibid., Tableaux de la souscription. Le CL, le CNEP, Paribas et le CIC placent le solde.

121 Ibid., Cronier à Dorizon, 5.11.1904.

122 Ibid., SG aux syndicataires, 12.7 et 22.12.1904.

123 AE, AP Le Caire 232, Lecomte à Delcassé, 13.2.1905.

124 SG, Liasse 5517. Résultats de l’émission.

125 Rapport du c.a. à I’AG extraordinaire de l’Ibrahimieh, 8.3.1905.

126 SG, Liasse 5935, Convention syndicale.

127 Ibid., Cronier à Dorizon, 29.4.1905.

128 Ibid., SG aux participants, 10.11.1905.

129 Aucun arrêté de compte n’est conservé. Il y a vraisemblablement perte.

130 AE, AP Le Caire 233, de la Boulinière à Delcassé, 21 et 23.3.1904.

131 AE, NS Égypte 79, P. Cambon à Lansdowne, secrétaire au Foreign Office, 8.4 1904.

132 Ibid., Delcassé à de la Boulinière, 25.4.1904.

133 Ibid., de la Boulinière à Delcassé, 29.3.1904.

134 Ibid., Première note des administrateurs à l’agent diplomatique, mars 1904.

135 Ibid., de la Boulinière à Delcassé, 29.5.1904. À un administrateur de l’Anglo. Cassel laisse entendre que la situation financière des Sucreries demeure saine. Seule l’administration lui défilait. Archives Anglo-Egyptian Bank, Acc 38/253, Thomas Usborne, président, à Cookson, directeur au Caire, 9.11.1904.

136 L’Égypte, 31.8.1905.

137 Id.

138 L’Humanité, 1.9.1905.

139 Id.

140 L’Information, 4.9.1905.

141 Le Journal du Caire, 21.9.1905.

142 J. Fierain, Les Raffineries de sucre des ports de France (xixe-début du xxe siècle), Service de reproduction des thèses. Université de Lille III, 1976, p. 190.

143 La Petite République, 29.8.1905.

144 Le Petit Parisien, 29.8.1905.

145 PP, Département de la Seine, Ba 1023, Commissaire de police du quartier des Halles au préfet de police, 29.8.1905. A l’instar de la presse, les commissaires puisent leurs renseignements à la Bourse de commerce où de « hautes personnalités » sont très au fait de la situation obérée du « grand sucrier »

146 Le coffre-fort du maître du marché ne contient que des titres exotiques sans valeur. « Cronier, accaparé par le sucre bien plus qu’il n’en était l’accapareur, se laissait fourrer dans les mains, par des courtiers marrons, tous les titres fantaisistes qui finissent par échouer chez les pieds humides de la place de la Bourse ». L’Égypte, 22.9.1905.

147 SG, Liasse 6633, Dorizon aux agences de la SG, 13.9.1905.

148 Rapport du c. a. à l’AG de la Raffinerie et sucrerie Say du 21.11 1905.

149 Le Petit Parisien, 30.8.1905.

150 Le Journal du Caire, 21.9.1905.

151 Prospectus ; Journal des intérêts financiers, 23.9.1905.

152 Rapport du c.a. à TAG de 1a Raffinerie et sucrerie Say du 21.11.1905.

153 Détails dans le Journal d’Égypte, 6.11.1905.

154 Annexe H du Troisième rapport des experts, 22.11.1905.

155 L’agence du Caire du Lyonnais en achète. À trois reprises en 1903 et 1904 le siège central signale qu’elle omet de faire figurer les transactions sur ses états de papier négocié. Contrairement à l’agence, qui semble confondre la Liquidation et la Raffinerie Say, le siège refuse les tirages de la Liquidation sur les Sucreries quand ils ne sont pas endossés par la Raffinerie. L’agence est priée d’éviter les tirages de la Liquidation sans froisser la Raffinerie : elle a un compte important au siège central. CL, DAE 3799, Correspondance 17.12.1903 au 17.6.1904. L’agence croit avoir enlevé ces affaires à l’Anglo et à l’Ottomane. En réalité, l’Anglo s’émeut des besoins de son client. Le 13 novembre 1901, son président attire l’attention de de la Bouglise sur la surcapacité, la pénurie de la canne et le fait que la source des profits est boursière et non industrielle. Archives Anglo-Egyptian Bank, Acc 38/253, Correspondance entre Londres et le Caire, 28.10.1901 au 21.10.1904.

156 La Vie financière, 31.8.1905.

157 Rapport à l’AG extraordinaire du 25.11.1905 ; L’Égypte, 15.9.1905.

158 L’Égypte, 7 et 15.9.1905.

159 Annexe H du Troisième rapport des experts, 22.11.1905.

160 Le Moniteur économique et financier, 2.9.1905.

161 Les circonstances restent obscures. Les bruits de suicide qui se répandent sont démentis dans le Journal du Caire, 29.9.1905, et confirmés dans l’Information, 3.10.1905, et la Vie financière. 4.10.1905.

162 AE, NS Égypte 57, agence à AE, 6.10.1905.

163 L’Égypte, 21.9.1905.

164 Ibid., 14.9.1905.

165 Dorizon aussi chercherait une ratification de la gestion passée. AE, PA Bonin 2, Note de Charles-Eudes Bonin, gérant de l’agence, 23.10.1905.

166 AE, NS Égypte 57, de la Boulinière aux AE, 12.11.1905.

167 La Vie financière, le Petit Parisien, et l’Echo de Paris, 4.10.1905.

168 Compte rendu de l’assemblée générale du 25.10.1905.

169 BPPB, Dossier 173/8, Note sur les Sucreries, novembre 1905.

170 SG, Liasse 5577, Note, janvier 1908.

171 L’Égypte, 5.9.1905.

172 Ibid., 14.9.1905.

173 Ibid., 18.9.1905.

174 Le Phare d’Alexandrie, 19.9.1905.

175 L’Égypte, 21 et 22.9.1905.

176 Ibid 23.9.1905.

177 Ibid., 26.9.1905.

178 AE, PA Bonin 2, Note de Bonin, 20.10.1905.

179 Premier Rapport des experts, 4.10.1905.

180 Id.

181 Deuxième Rapport, 18.10.1905, pp.14-15.

182 Ibid., p. 6.

183 Ibid., pp. 38-39. Cf. Bénéfices nets au bilan publié.

184 Ibid., p. 7.

185 L’Égypte, 25.10.1905.

186 L’Europe coloniale, 1.3.1906.

187 Deuxième Rapport, p. 61.

188 Arminjon et Michel, art. cité, p. 333.

189 Deuxième Rapport, pp. 59-60.

190 L’Égypte, 2.9.1905.

191 Ibid., 17.9.1905.

192 Troisième Rapport, 22.11.1905, pp. 16-41.

193 Ibid., p. 4.

194 AE, NS Égypte 57, Note du 26.11.1905.

195 AE, PA Bonin 2, J. de Chaffault, chargé d’affaires, à de la Boulinière, 5.10.1905.

196 AE, PA Bonin 2, Note de Bonin, 22.10.1905.

197 L’Égypte, 21.10.1905.

198 AE, PA Bonin 2, de Chaffault à Bonin, 5.10.1905 ; Note de Bonin, 20.10.1905.

199 L’Égypte, 4.11.1905.

200 Le Journal du Caire, 10.11.1905.

201 Troisième rapport, pp. 58-59.

202 AE, NS Égypte 57, Note du 26.11.1905.

203 Réponse annexée au Troisième Rapport, p. 63.

204 Ibid., pp. 64-65

205 AE, PA Bonin 2, de Chaffault à Bonin, 8.9 et 5.10.1905.

206 Ibid., Note de Bonin, 20.10.1905.

207 Id. ; ibid, de Chauffault à Bonin, 26.9.1905.

208 Réponse annexée au Troisième Rapport, p. 63.

209 Ibid., pp. 65-66.

210 Ibid., pp. 65, 68-69.

211 Compte rendu de l’assemblée des obligataires du 19.12.1905.

212 L’Égypte, 21.11.1905.

213 Le Journal du Caire, 22.11.1905.

214 L’Égypte, 19.11.1905.

215 L’information, 13.11.1905.

216 AE, NS Égypte 57, de la Boulinière aux AE, 30.11.1905.

217 Le Journal du Caire, 17.11.1905 ; l’Égypte, 18 et 30.11.1905.

218 L’Égypte, 18.11.1905.

219 Le Journal du Caire, 24.11.1905.

220 L’Égypte, 14.11.1905.

221 Rapport du c.a. à l’AG extraordinaire du 25.11.1905.

222 L’Égypte, 30.11.1905 ; l’Information, 6.12.1905.

223 L’Égypte, 30.11.1905, s’étonne de son silence.

224 Ibid., 15.1.1906. Les mesures d’économies sont tournées en dérision dans le Journal du Caire, les 13.1 et 1-2.6.1906. La substitution à l’ancien personnel d’un nouvel élément, jugé incapable, improvisé et indigne des traitements à lui réservés, est critiquée à maintes reprises et attribuée à des raisons de coterie. Le Journal du Caire, 31.1, 13-14.2 et 18.4.1906 ; l’Égypte, 29.3, 18.4 et 12.5.1906. Les « intelligences et les compétences » ont été remplacées par des « nullités essentielles », écrit le Journal du Caire, 21.3.1906. Les employés sont licenciés sans avis préalable et sans aucune indemnité. L’Égypte, 8.4.1906.

225 Ibid., 22.11.1905.

226 SG, Liasse 5577, Note du 16.1.1908.

227 Circulaires des 13.9 et 10.10.1905.

228 SG, P.-v. du conseil, séance du 26.9.1905.

229 SG, Liasse 5577, Note sans date.

230 Financial News, 1.11.1905.

231 SG, P.-v. du conseil, séance du 25.10.1905.

232 Ibid., 30..1.1906.

233 AE, NS Égypte 57, Note de la Direction des affaires politiques à la Direction des consulats, 30.10.1905.

234 Ibid., de la Boulinière aux AE, 12.11.1905.

235 L’Égypte, 30.11.1905 et 15.1.1906.

236 AE, PA Bonin 2, Note du 24.11.1905.

237 L’Information, 14.11.1905.

238 Le Pour et le contre, 24.12.1905.

239 Compte rendu de l’assemblée des obligataires, 19.12.1905.

240 L’Égypte, 24.12.1905.

241 Compte rendu de l’assemblée des obligataires, 19.12.1905.

242 BPPB, Dossier 173/8, Maranes di Braga, membre du Comité de défense, à Dorizon, 26.11.1905.

243 Compte rendu de l’assemblée des obligataires, 19.12.1905.

244 L’Information, 18.12.1905.

245 L’Égypte, 16 et 22.12.1905.

246 BPPB, Dossier 173/8, Comité de défense à Dusseigneur, 29.12.1905.

247 Compte rendu de l’assemblée des obligataires, 19.12.1905.

248 Id.

249 Id. et p.-v. dans la Vie financière, 20.12.1905.

250 Le Temps, 25.12.1905.

251 L’Égypte, 21.12.1905.

252 Ibid., 12.12.1905.

253 BPPB, Dossier 173/8, Comité de défense à Dusseigneur, 29.12.1905.

254 L’Égypte, 21.12.1905.

255 Ibid., 23.12.1905.

256 L’Actualité financière, 2.2 et 9.3.1906.

257 Circulaire du Comité de défense, 22.1.1906.

258 Ibid, et Texte des propositions de concordat.

259 AE, NS Égypte 57, de la Boulinière aux AE, 18.2.1906.

260 Cf. compte rendu de l’audience in l’Égypte, 25.2.1906 ; l’Information, 6.3.1906.

261 L’Égypte, 3.3.1906.

262 Entre autres, Revue économique et financière, 17.3.1906 et Journal financier, 18.3.1906.

263 L’Actualité financière, 9.3.1906.

264 L’Égypte, 8.3.1906.

265 Ibid., 3.3, 1906.

266 AE, NS Égypte 57, de la Boulinière aux AE, 20.12.1905.

267 Ibid., 30.12.1905.

268 Ibid., 3.1.1906.

269 Ibid., 5.3.1906.

270 Le Journal du Caire, 6.3.1906. Cf. 21.3 et 3.4.1906.

271 AE, NS Égypte 57, de la Boulinière aux AE, 6.3.1906.

272 Arrêt in Paris-Capital, 11.4.1906.

273 Circulaire du Comité de défense, 4.5.1906.

274 L’Égypte, 8.4.1906.

275 Ibid., 29.3.1906.

276 Ibid., 1.4.1906.

277 Le Journal du Caire, 23.4.1906.

278 La Vie financière, 5.4.1906.

279 Le Journal du Caire, 18.4.1906.

280 Ibid., 3.4.1906.

281 Ibid., 1-2.5.1906.

282 L’Égypte, 8.5.1906.

283 Ibid., 13.5.1906.

284 Le Journal du Caire, 9.5.1906.

285 AE, NS Égypte 57, de la Boulinière aux AE, 31.3.1906.

286 Le Journal du Caire, 24.5.1906.

287 L’Égypte, 3.6.1906.

288 Id.

289 Ibid, 20.6.1906.

290 Le Journal du Caire, 23.10.1907.

291 Compte rendu de l’assemblée des obligataires, 19.12.1905 ; l’Égypte, 4.1.1906.

292 PP (1906) CXXXVII. Rapport de l’année 1905.

293 Le Journal du Caire, 27.6.1906.

294 Ce sont : F. Périer, administrateur-délégué et représentant de la banque du même nom, Millet, pour les premiers ; G. Leurson, ingénieur à Paris, et le comte de Matharel, administrateur du CFE, pour les autres. Suarès, président, Harari, administrateur-délégué, Birch et Millet résident en Égypte. Périer, Leurson, de Matharel et F. Mahoudeau résident en France.

295 Rapport du c.a. à PAG des Sucreries du 25.3.1907 ; SG, Liasse 5577, Note sans date.

296 SG, Liasse 5577, Note sans date.

297 SG, Liasse 5578, Convention du 6 et 7.2.1906.

298 SG, Liasse 5577, Dorizon à Naquet-Radiguet, avocat des porteurs, 6.2.1906.

299 Ibid., Dorizon à Hirschler, 5.2 et 12.4.1906.

300 Ibid., Dorizon à Naquet-Radiguet, 6.2.1906.

301 SG, Liasse 5578, Acte syndical des 7 et 8.2.1906.

302 SG, Liasse 5577, Syndicat des 140 000 actions privilégiées.

303 SG, Liasse 5521, Dorizon à Harari, 23.10.1906 ; Minvielle, directeur général, à Spitzer, 6.3.1907.

304 SG, Liasse 5577, Convention du 30.5.1908.

305 SG, Liasse 5578, Note sur le syndicat Numéro 3.

306 Ibid., Acte syndical.

307 Cf. tableau 167 pour les cours moyens.

308 Rapport du c.a. du Syndicat des obligataires, 5.3.1910.

309 SG, Liasse 5577, Note. Les sources n’indiquent pas le ou les prix. Elles deviennent aussi lacunaires que confuses, en raison de l’emboîtement des syndicats et des « queues » d’émission non liquidées.

310 SG, Liasse 5578, Acte syndical du 22.4.1910, et notes sans date.

311 Ibid., Notes et décomptes sans date ; SG aux participants, 22.4.1910 ; Note du 16.4.1910.

312 Ibid., Notes de janvier 1911 et du 25.2.1911 ; Liasse 5577, Note du 5.11.1910.

313 Rapport du c.a. à l’AG des Sucreries du 25.3.1907.

314 SG, Liasse 5521, Note sur le syndicat.

315 Ibid., Participants, 13.12.1906.

316 SG, Liasse 5517, Note sans date.

317 Ibid., Minvielle, directeur général, à Paribas, 17.12.1906, 5 et 31.1.1907.

318 AE, NS Égypte 81, Caillaux à Pichon, 21.5.1909.

319 Le bénéfice de la SG sur les émissions d’actions de la Raffinerie Say de 1899 à 1905 est moindre, soit 1 025 514 F. SG, Liasse 5517, Note.

320 Ibid., Note du 3.7.1912.

321 SG, P.-v. du conseil, 9 et 23.5.1912.

322 Ibid., 13.6 et 11.7.1912. Dorizon obtient le soutien de l’établissement auquel il a consacré sa vie. Entré à 14 ans à l’agence de Saint-Germain en 1874, il gravit les échelons pour devenir sous-directeur au siège en 1896, directeur de 1896 à 1909, directeur général del909 à 1913, et président de 1914 à 1915. Le réquisitoire antibancaire de « Financial » (Raoul Mennevée) intitulé La Politique économique et financière de la Haute Banque française, Édition des documents politiques, diplomatiques et financiers, Paris. 1920, pp. 17-19, fait ses choux gras de l’affaire des Sucreries et du procès.

323 L’Information, 19.9.1906.

324 La Dépêche parlementaire, 3.1.1908.

325 Rapport du c.a. à l’AG du 30.1.1908.

326 Bilans.

327 AE, AP Le Caire 233, Note de Naus à F. Charles-Roux, 15.3.1910.

328 Rapport du c.a. à l’AG du 25.3.1907.

329 SG, Liasse 5935, Note.

330 P. Arminjon, La Situation économique et financière de l’Égypte, Librairie générale de droit et de jurisprudence, Paris, 1911, p. 255. Cf. AE, AP Le Caire 232, Note de Naus, début 1909.

331 Les prix sont tirés des bilans, qui deviennent de plus en plus laconiques.

332 La Revue financière, 1.4.1907.

333 AE, AP Le Caire 232, Note remise par Périer et Mahoudeau à Pichon, 7.5.1908.

334 AE, NS Égypte 22, Dejean à Pichon, 20.11.1908.

335 L’Actualité financière, 11.3.1910.

336 AN, F12 6982, Rapport de la Chambre de commerce de Lille à Jean Cruppi, ministre du Commerce et de l’Industrie, 18.6.1909. Les chiffres sont probablement gonflés. Les statistiques du ministère donnent 247 et 295 pour 1906 et 1907. AN, F12 6982, Cruppi à Pichon, 2.3.1909. Les rapports des Sucreries contiennent les totaux 258 (1905-1906) et 424 (1906-1907).

337 AN, F12 6982, Maison David Gradis et fils (Bordeaux) à Chapsal, directeur des Affaires commerciales et industrielles, ministère du Commerce et de l’Industrie, 18.12.1908.

338 Il ne peut être question, et accessoirement seulement, que des sucres russes. Or la Russie adhère à la convention de Bruxelles en 1907.

339 Ibid., Requête.

340 Ibid, Péner à Cruppi, 15.2.1909.

341 Ibid., Pichon à Cruppi, 5.6.1909.

342 AE, AP Le Caire 232, de Reffye à de Valdrôme, 5.12.1907.

343 Porté à 600 000 £ (15 000 000 F) en 1905 et à 1 000 000 £ (25 000 000 F) en 1907.

344 AE, AP Le Caire 232, de Reffye à de Valdrôme, 5.12.1907. Les éléments locaux dominent le conseil de la WKO. En 1912, Harari en est le président. Outre Cattaui et Rolo, le conseil comprend Pelizaeus, Marchetto Matatia, le baron A. de Menasce, A. Suarès et V. Mosseli. E. I. Adda est directeur. Rapport du c.a. à l’AG du 30.4.1912.

345 AE, NS Égypte 80 bis, Paul Cambon à Pichon, 18.1.1908.

346 Ibid., Pichon à de Valdrôme, 8.1.1908. Le ministère des Finances interroge Paribas et la SG.

347 Ibid., de Reffye à de Valdrôme, 28.1.1908.

348 Ibid., Note annexée à la lettre de Caillaux, ministre des Finances, à Pichon, 30.1.1908.

349 Ibid., de Valdrôme à Pichon, 28.1.1908.

350 Ibid., de Reffye à de Valdrôme, 7.5.1908 ; de Valdrôme à Pichon, 18.5.1908.

351 AE, NS Égypte 81, Geoffray à Pichon, 12.1.1909 ; AP Le Caire 232, de Reffye à Geoffray, 27.1.1909.

352 AE, NS Égypte 81, Geoffray à Pichon, 3.2.1909.

353 Ibid., 23.2.1909.

354 Ibid., 15.3.1909.

355 Ibid., 24.3.1909.

356 Ibid., Harari à Périer, 17.4.1909.

357 Ibid., Note de la SG et de Paribas aux Finances, 21.5.1909.

358 Ibid., Caillaux à Pichon, 21.5.1909.

359 Ibid., Note annexée à la lettre de Geoffray à Pichon, 17.6.1909.

360 Ibid., Geoffray à Pichon, 24.3.1909 ; de Valdrôme à Pichon, 3.5.1909.

361 Ibid., Geoffray à Pichon, 17.6.1909.

362 Ibid., Périer à Pichon, 10.5.1909 ; Note du 15.7.1909.

363 AE, NS Égypte 82, Ribot à Pichon, 28.9.1909.

364 Il est toujours président en 1931.

365 Ibid., Ribot à Pichon, 14 et 24.3.1910 ; de Reffye à Pichon, 17.3.1910 ; l’Information, 28.5.1910.

366 AE, NS Égypte 82, Ribot à Pichon, 15.7.1910.

367 Rapport du c.a. de la WKO aux AG des 30.4.1912 et 29.4.1915.

368 AE, NS Égypte 82, Defrance à Poincaré, 30.1.1912.

369 Orthographe de la raison sociale.

370 Rapport du c.a. à l’AG du 29.11.1911.

371 AE, NS Égypte 82, F. Charles-Roux à Pichon, 26.10.1910.

372 EF, B31615, Note sur les capitaux français en Égypte par F. Charles-Roux, mars 1911.

373 Rapports du c.a. du Syndicat des obligataires, avril 1908 et 5.3.910.

374 Ibid., année 1913-1914.

375 C. Artaud, « L’industrie sucrière et la culture de la canne à sucre en Égypte », L’Égypte contemporaine, I, 1910, pp. 214-216 ; Mazuel, op. cit., pp. 170-173.

376 SG, Liasse 5577, Note du 3.6.1926.

377 Rapport du c.a. du Syndicat des obligataires, 5.3.1910.

378 378. AE, AP Le Caire 233, Defrance à Viviani, 21.7.1914.

379 Bilans.

380 Le Journal du Caire, 9.3.1906.

381 Cf., par exemple, les instructions pressantes du siège social aux agences au sujet du dépôt des titres à l’occasion de l’assemblée du 30.11.1906. SG, Liasse 5577.

Abbildungsverzeichnis

Titel Tableau 133Sucre fabriqué en France8(Milliers de t)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 85k
Titel Tableau 134Exportations des bruts et raffinés français11(Milliers de t)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 91k
Titel Tableau 135Sucreries
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 103k
Titel Carte 2Sucreries et raffinerie d’Égypte
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 141k
Titel Tableau 136Comptes d’exploitation SHE(Milliers de F)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 50k
Titel Tableau 137Importations de raffinés en Égypte51(Quintaux)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 100k
Titel Tableau 138Situations comparées54
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 88k
Titel Tableau 139Ventes de sucre55
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 79k
Titel Tableau 140Importations de sucres raffinés en Égypte57(en kg)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 54k
Titel Figure 2Sociétés sucrières
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 125k
Titel Tableau 141Syndicat 64 000 obligations 4 %86
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 240k
Titel Tableau 142Comptes du syndicat (1902)(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 88k
Titel Figure 3Parties prenantes dans la vente des sucreries de la Dā’ira Saniyya
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-13.jpg
Datei image/jpeg, 114k
Titel Figure 4Conventions bilatérales des 10 et 12 novembre 1902
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-14.jpg
Datei image/jpeg, 109k
Titel Tableau 143Production sucrière européenne(En tonnes)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-15.jpg
Datei image/jpeg, 115k
Titel Tableau 144Syndicat 100 000 actions (1904)118
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-16.jpg
Datei image/jpeg, 165k
Titel Tableau 145Comptes du syndicat actions (1904)119(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-17.jpg
Datei image/jpeg, 93k
Titel Tableau 146Comptes du syndicat (1904)124(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-18.jpg
Datei image/jpeg, 64k
Titel Figure 5Ressources de Cronier pour fins de spéculation
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-19.jpg
Datei image/jpeg, 121k
Titel Tableau 147Comptes d’exploitation générale181(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-20.jpg
Datei image/jpeg, 101k
Titel Tableau 148Prix moyen (100 kg)(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-21.jpg
Datei image/jpeg, 74k
Titel Tableau 149Comptes des profits et pertes réels183(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-22.jpg
Datei image/jpeg, 87k
Titel Tableau 150Bilan au 31 août 1905192(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-23.jpg
Datei image/jpeg, 63k
Titel Tableau 151Bilan au 31 août 1905(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-24.jpg
Datei image/jpeg, 53k
Titel Tableau 152Comptes 1904-1905286(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-25.jpg
Datei image/jpeg, 53k
Titel Tableau 153Syndicats actions (1910)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-26.jpg
Datei image/jpeg, 116k
Titel Tableau 154Bénéfices des syndicats311(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-27.jpg
Datei image/jpeg, 66k
Titel Tableau 155Syndicat obligations (1906)315
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-28.jpg
Datei image/jpeg, 54k
Titel Tableau 156Comptes du syndicat (1907)317(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-29.jpg
Datei image/jpeg, 64k
Titel Tableau 157Sucres de tous genres326(En tonnes)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-30.jpg
Datei image/jpeg, 111k
Titel Tableau 158Prix du sucre(En francs pour 100 kg)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-31.jpg
Datei image/jpeg, 118k
Titel Tableau 159Importation en France de sucres candis d’Égypte336(En tonnes)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-32.jpg
Datei image/jpeg, 52k
Titel Tableau 160Droits
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-33.jpg
Datei image/jpeg, 56k
Titel Tableau 161Prix moyen par sac de 100 kg(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-34.jpg
Datei image/jpeg, 56k
Titel Tableau 162Émissions d’actions et d’obligations
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-35.jpg
Datei image/jpeg, 343k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-36.jpg
Datei image/jpeg, 227k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-37.jpg
Datei image/jpeg, 246k
Titel Tableau 163 : Production sucrière (1893-1905)(En tonnes)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-38.jpg
Datei image/jpeg, 172k
Titel Tableau 164Production sucrière (1905-1915)(En tonnes)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-39.jpg
Datei image/jpeg, 205k
Titel Tableau 165Comptes de la Société des Sucreries (1897-1905)(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-40.jpg
Datei image/jpeg, 356k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-41.jpg
Datei image/jpeg, 271k
Titel Tableau 166Comptes de la Société des Sucreries (1906-1914)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-42.jpg
Datei image/jpeg, 526k
Titel Tableau 167Répartition des bénéfices et intérêts(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-43.jpg
Datei image/jpeg, 348k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-44.jpg
Datei image/jpeg, 332k
Titel Tableau 168Cours moyen à la Bourse de Paris
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-45.jpg
Datei image/jpeg, 211k
Titel Tableau 169Exportations et importations égyptiennes de sucres bruts et raffinés(Milliers de t)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-46.jpg
Datei image/jpeg, 109k
Titel Tableau 170Ratios financiers(En %)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/774/img-47.jpg
Datei image/jpeg, 232k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540