Version classiqueVersion mobile

L’historien et le probabilisme

 | 
Thuillier Guy

Le jeu de l’historien

Les histoires à naître

Texte intégral

  • 1 Cf. L’histoire en 2050, 2000, p. 217-234.
  • 2 Nous évitons de parler ici du scepticisme : mais une histoire à naître est un argument pré (...)

1On a la plus grand peine à saisir ce qu’est une histoire à naître, comment elle se développe : en fait elle a recours au départ à des techniques d’histoire probabiliste, l’histoire certaine, déterministe, mécanique ne peut lui apporter aucune aide et souvent cherche à lui faire barrage, sous mille prétextes. Rien n’est certain : c’est le principe même qui fonde une histoire à naître, qui va au-delà des apparences, détruit les certitudes, oblige à pratiquer un doute général. Mais comment décrire les liens étroits entre histoire à naître et histoire probabiliste ? Comment saisir ce que le probabilisme peut apporter à l’histoire à naître ? Nous sommes sur un terrain piégé (la « théorie générale » des histoires à naître est encore très imparfaite)1 : nous voudrions faire cependant quelques propositions sur l’incertitude des histoires à naître, leur genèse et les applications des techniques probabilistes2.

I. Les incertitudes des histoires à naître

2La théorie des histoires à naître est chose des plus compliquées, des plus subtiles : les zones d’incertitude sont nombreuses.

  • 3 Le vécu de l’historien à naître est chose très difficile à saisir, il varie suivant les pe (...)

3Première zone : l’attitude de l’historien, qui doit être capable de rêver fortement à ce qui peut se passer, à ce qui devrait advenir si Dieu lui donne le courage nécessaire, qui doit être attentif aux portes entre-baillées, à ses intuitions informelles, aux approches et gradations3 : celui qui s’engage dans cette aventure doit s’observer avec soin et contrôler soigneusement sa machine.

  • 4 Sur les préparatifs de l’histoire à naître, cf. L’histoire en 2050, ouv. cité, p. 235 et s (...)
  • 5 C’est une histoire à l’intersection de plusieurs disciplines, personne ne s’intéresse à l’ (...)
  • 6 Sur les principes de ce guide, cf. L’histoire en 2050, ouv. cité, p. 235-243.

4Deuxième zone : les difficultés tenant aux méthodes pour aborder, lancer, accréditer une histoire à naître (personne n’a cherché à les analyser)4 et aux résistances, aux hasards défavorables, à l’indifférence traditionnelle (par exemple pourquoi faire une histoire de l’actuariat ?)5. Des techniques d’ingénierie « probabilistes » permettraient sans doute de réduire les incertitudes et de faciliter la tâche des initiateurs (un guide des histoires à naître permettrait de montrer les moyens de contourner ces difficultés, de réduire les incertitudes)6.

5Troisième zone : chaque histoire à naître a son mode de développement, sa structure particulière, son économie, presque sa manière de connaître, et la prévisibilité est des plus floues ; le volontarisme en matière d’histoire à naître a des limites étroites, les risques d’échec sont nombreux (on doit même les intégrer dans ses « prévisions du probable »). Personne ne peut, par suite, avoir de doctrine assurée, toute généralisation est dangereuse ; mais peut-être devrait-on établir une typologie des histoires à naître, qui chacune ont leur mode d’incertitude, leurs difficultés « probables » ; on peut apparemment distinguer quatre groupes :

  • 7 Sur l’histoire du mouvant, cf. Pour une histoire de la bureaucratie II, 2001, p. 129-140.

6– l’histoire à naître qui se love dans une histoire traditionnelle (par exemple, l’histoire du clandestin ou l’histoire du mouvant)7 ;

  • 8 Quand on fait de l’histoire de la mendicité, on voit bien ce qu’elle doit, en amont, à des (...)

7– l’histoire-fille, qui renvoie à une histoire-mère, qui a une genèse, des antécédents, presque des traditions, mais qu’on n’a pas osé développer (par exemple l’histoire de l’actuariat ou l’histoire de la mendicité)8 ;

  • 9 Cf. « Les règles de l’histoire sensible », Revue administrative, 2000, p. 302-306 et « His (...)

8– l’histoire qui provient de l’éclatement d’un concept flou usé, presque obsolète (par exemple l’histoire du vécu du bureaucrate, si l’on applique les règles de l’ histoire sensible)9 ;

  • 10 Sur la théorie de l’histoire impossible, cf. L’histoire entre le rêve et la raison, 1998, (...)
  • 11 Et pour aller plus loin, l’histoire de la souffrance du vieillard ou de l’enfant (cf. « Po (...)

9– l’histoire impossible10, dont on ne sait comment on pourra la faire, qu’on n’ose même rêver (par exemple l’histoire de la souffrance)11.

10On voit que le degré de probabilisme varie fortement suivant ces groupes, et que les méthodes à employer devraient être différentes.

II. La genèse des histoires à naître

11Que peut apporter le probabilisme dans la genèse d’une histoire à naître ? L’historien est souvent désorienté, il a du mal à saisir comment il va pouvoir mettre au jour cette histoire à naître dont il rêve. Quatre problèmes se posent.

  • 12 Cf. L’histoire en 2050, ouv. cité, p. 29-41.

12Premier problème : peut-on faire des calculs de probabilité pour cette genèse ? Pour une discipline donnée, comment établir la liste probable des histoires à naître ? Une méthode peut être définie (nous l’avons montré à propos de l’histoire de la bureaucratie)12, mais il faudrait l’adapter à chaque secteur de recherche (la part de la rêverie, de l’intuition varie fortement, on est dans un domaine très incertain).

  • 13 Par exemple l’histoire de la souffrance de l’enfant. Et il n’était pas « prévisible » qu’u (...)
  • 14 Cf. « Les entraves » (article à paraître).

13Deuxième problème : peut-on « formaliser » ces calculs du probable, mettre en œuvre les histoires à naître qu’on pressent, ou dont on rêve ? De fait la part de création est proprement imprévisible : un jeune historien peut mettre au jour par hasard une histoire à naître « impossible », qui n’était pas « raisonnablement probable »13 ; c’est là un don des Dieux, et rien ne permet de saisir ce qui, en ce domaine, peut se passer d’ici 2050 (le jeune historien n’est probablement pas encore né). Et il est vraisemblable que la part de la création doit s’accroître d’ici 2030-2040, les esprits sont moins « entravés » que par le passé14, les jeunes censurent moins leurs rêveries et secouent plus facilement le joug d’une histoire déterministe, certaine.

  • 15 Par exemple l’invention de sources probables, l’exploration de la demande à venir probable (...)

14Troisième problème : le probabilisme peut-il fournir un modèle de développement à adapter au cas particulier de l’histoire à naître, une sorte de matrice ? Personne ne peut dire ce qui peut sortir d’une histoire à naître, mais on peut deviner la croissance probable, en fixer les étapes, montrer les techniques probabilistes à employer15, les précautions et prudences nécessaires pour accréditer cette histoire, définir des moyens d’optimisation (en matière de formation, d’aides, de fixation des objectifs) pour « mettre dans le blanc » comme dit François de Sales. Un guide des histoires à naître devrait inventorier toutes ces techniques qui in principio sont « probabilistes ».

  • 16 Cf. infra, p. 271-277.
  • 17 Par exemple, à l’intérieur d’un séminaire, ou de sessions de formation de plusieurs jours (...)

15Quatrième problème : comment former au métier d’historien quand il s’agit d’histoire à naître ? L’histoire probabiliste doit donner les moyens de formation, car les qualités de l’historien probabiliste sont les plus aptes à faire apparaître ces histoires à naître : flexibilité, volontarisme, prévision des risques, « imagination des possibles »16, aptitude à rêver, refus d’imiter, capacité de suspendre son jugement, de refuser de juger sont des atouts précieux dès qu’on tente d’explorer, ou de construire une histoire à naître et qu’on rompt avec les coutumes de pensée. On pourrait même former à telle histoire à naître17, fixer des règles du jeu, c’est-à-dire que, pour une histoire à naître, dont la montée en puissance demande 10 ou 20 ans, on peut chercher à investir en formation soit d’historiens de métier, soit surtout d’historiens « non professionnels » ayant l’expérience de la vie et le savoir technique nécessaire : ce serait sans doute là des investissements très rentables.

III. L’application des techniques probabilistes

  • 18 Pour une liste d’histoire à naître, de taille très variable, en histoire de la bureaucrati (...)

16Quelles techniques de l’histoire probabiliste peut-on appliquer à une histoire à naître ? On voit bien la difficulté : tout dépend de la taille de cette histoire, de son économie, de son développement « probable », des résistances qu’elle rencontre (on ne peut raisonner de la même façon sur l’histoire de l’actuariat ou l’histoire de la souffrance de l’enfant)18. Les techniques probabilistes peuvent apporter beaucoup.

  • 19 Si l’on fait l’histoire du mensonge ou du clandestin dans la métallurgie, on est bien obli (...)

17Premier champ : en amont, elles incitent à développer largement la rêverie œuvrante, les intuitions informelles, elles permettent de trouver, d’inventer des sources inédites19, au besoin de créer des archives (telles les archives orales, les archives filmées volontairement).

  • 20 Personne ne peut se faire d’illusions : les « produits » ont par force beaucoup de défauts (...)
  • 21 C’est une formule qui n’est pas encore pratiquée par les historiens, elle peut être fructu (...)
  • 22 La thèse est à la vérité mal adaptée pour une histoire à naître, parce qu’elle affirme en (...)

18Deuxième champ : en aval, elles donnent des moyens d’adapter le produit : dans une histoire à naître, les premiers produits sont nécessairement imparfaits, partiels, inachevés, prêtant à critique20, et le probabilisme incite à la prudence : on doit suspendre son jugement et éviter d’affirmer à tort et à travers, renforcer la rigueur de l’érudition, publier des corpus, des recueils de documents, des témoignages oraux21, des notes critiques sur les sources, des notes de méthode pour les successeurs : on doit sortir, autant que possible, du modèle de l’exercice universitaire22

  • 23 En histoire du quotidien, par construction les histoires à naître ne peuvent être qu’être (...)

19Troisième champ : on doit appliquer des principes probabilistes : on entreprend en général une histoire de choses mouvantes, sensibles, douteuses, incertaines, qu’il faut compliquer (on doit s’efforcer de ne pas comprendre ce qui paraît clair, évident), on doit multiplier les regards, chercher à utiliser le « savoir » des non-historiens, des praticiens (médecins, ingénieurs), se refuser à croire qu’on puisse accéder à des « certitudes » ; on ne peut donner que du plus ou moins probable, et personne ne sait ce qu’il adviendra de cette histoire à naître (il y a toute chance qu’elle demeure fort incertaine : comment faire une histoire du rêve, ou une histoire de la poussière, qui ne soit dans son principe floue, indéterminée ?)23.

  • 24 Il est étonnant qu’il ait fallu attendre 1968 pour faire l’histoire de l’eau, 1978 l’histo (...)

20Quatrième champ : cette histoire à naître introduit nécessairement au doute, elle met en doute inévitablement la manière de connaître de l’historien, elle montre son goût de l’abstraction, de la causalité, son incapacité à voir le monde (l’historien qui avait des domestiques ne faisait pas l’histoire de la domesticité, celui qui donnait l’aumône, ne s’intéressait pas à l’histoire du mendiant...)24. L’histoire à naître met en cause la pratique de l’historien, l’oblige à modifier son regard, à s’examiner de plus près, à analyser sa manière de travailler, elle casse les certitudes traditionnelles, elle est subversive dans son principe même.

21On voit que les liens entre histoire à naître et histoire probabiliste sont très étroits, elles se prêtent mutuellement appui ; l’histoire probabiliste permet d’assurer dans sa manière de voir l’histoire à naître, lui donne des repères, des techniques précises ; l’histoire à naître ne peut que s’écarter de l’histoire lisse, mécanique, déterministe qui fausse le regard et altère le jugement (comment pourrait-on faire une histoire certaine, déterministe de la poussière ?). Dès que l’historien qui explore une histoire à naître, cherche à réfléchir sur son entreprise et à faire un « effort de doctrine », il est presque contraint de recourir à des principes probabilistes ; le probabilisme lui donne des réflexes de prudence, une méthode pour suspendre son jugement et éviter des erreurs, et des règles du jeu pour développer cette histoire.

IV. Evaluation des risques

  • 25 C’est là un point souvent oublié : le probabilisme met en garde, oblige à travailler lente (...)

22Le probabilisme peut fournir également des instruments pour évaluer les risques d’une histoire à naître, qui sont considérables25.

  • 26 Le cas classique est l’histoire du rêve de Yannick Ripa (1988) qui ne semble pas avoir pro (...)
  • 27 La liste des échecs et semi-échecs serait très intéressante à établir : un bon exemple en (...)

23Premier risque : le risque « probable » d’échec. L’histoire à naître ne se développe pas, l’essai n’est pas transformé26, les résistances sont nombreuses, durables, on n’arrive pas à accréditer cette histoire ; le cas est fréquent27.

  • 28 Et pourtant même un Alphonse Dupront y croyait...

24Deuxième risque : le risque d’erreur de tir : un bon calcul des probabilités permet de déceler les erreurs de principe au départ, des « fausses bonnes idées » qui sont condamnées ab ovo (par exemple dans le cas de modes abusives, par exemple l’histoire psychanalytique28 ou l’histoire économétrique, on avait l’intuition, dès le départ, d’une impasse).

  • 29 Un Jean-Baptiste Duroselle avait ainsi protesté hautement contre l’histoire du quotidien.. (...)

25Troisième risque : le risque tenant aux résistances corporatives, ou à celles des disciplines lourdes. Le probabilisme permet de saisir les insuffisances de la demande, l’hostilité plus ou moins forte des demi-habiles, l’opposition « probable » des disciplines traditionnelles (comment un historien de la diplomatie peut-il accepter les subtilités de l’histoire de la poussière ?)29. Ces calculs de résistance permettent de définir des stratégies de contournement, d’alliance (on s’appuie par exemple sur la médecine ou la psychologie) ou de compromis.

  • 30 Ce ne sont pas hélas ! des patrons qui inventent des histoires à naître, mais des historie (...)
  • 31 Celui qui rêve d’une histoire à naître, ou qui en a la juste intuition, n’en a pas toujour (...)

26Quatrième risque : le risque de faiblesse naturelle et doctrinale ; on saisit bien ces risques probables tenant au statut scientifique de ceux qui inventent cette histoire à naître30 ou à l’insuffisance, à l’étroitesse des fondements doctrinaux, au « manque de lumières » des initiateurs, à leurs erreurs sur le plan des principes31 ; le probabilisme permet de bien voir ces handicaps, qui condamnent souvent à l’échec des histoires à naître, qui n’arrivent pas à émerger, à être reconnues.

Conclusion

27Nous n’avons donné qu’une esquisse : quelles leçons peut-on en tirer « à titre provisoire » ?

28Première leçon : on connaît mal la solidarité qui lie histoire à naître et probabilisme, mais les accords sont profonds. « Chacun se fait son dogme », disait le P. Pouget malicieusement : chacun doit se faire son probabilisme et entreprendre une histoire à naître oblige à construire son propre système probabiliste.

29Deuxième leçon : le probabilisme est une nécessité technique pour l’histoire à naître, il apporte des principes, des outils d’analyse, des techniques d’ingénierie. Mais le probabilisme est aussi une pente de l’esprit, une façon de voir le monde : or apparemment ce sont les historiens probabilistes qui sont ou seront le mieux placés pour entreprendre des histoires à naître, pour recevoir ce don des Dieux. Et plus les histoires à naître se multiplieront, plus l’histoire probabiliste tendra à s’étendre.

30Troisième leçon : personne ne sait comment on pourrait faire naître une histoire à naître ; c’est une sorte d’alchimie mystérieuse, dont les règles sont inconnues ; peut-être un jour un jeune historien parviendra-t-il à faire une théorie sérieuse des histoires à naître : pour le moment elle relève du probable...

Notes

1 Cf. L’histoire en 2050, 2000, p. 217-234.

2 Nous évitons de parler ici du scepticisme : mais une histoire à naître est un argument précieux pour un sceptique, elle montre l’imperfection de tout système d’histoire.

3 Le vécu de l’historien à naître est chose très difficile à saisir, il varie suivant les personnalités, suivant le secteur d’histoire, suivant l’habileté à régler son jeu ; mais une histoire à naître est aussi une épreuve, une souffrance.

4 Sur les préparatifs de l’histoire à naître, cf. L’histoire en 2050, ouv. cité, p. 235 et suiv.

5 C’est une histoire à l’intersection de plusieurs disciplines, personne ne s’intéresse à l’actuaire et aux techniques actuarielles.

6 Sur les principes de ce guide, cf. L’histoire en 2050, ouv. cité, p. 235-243.

7 Sur l’histoire du mouvant, cf. Pour une histoire de la bureaucratie II, 2001, p. 129-140.

8 Quand on fait de l’histoire de la mendicité, on voit bien ce qu’elle doit, en amont, à des histoires-mères, l’histoire des groupes sociaux, l’histoire du paupérisme ou l’histoire de l’assistance, mais c’est une histoire qui a sa dynamique propre, ses techniques particulières, qui est en soi-même probabiliste (cf. sur le probabilisme et l’histoire de la mendicité, infra, p. 219).

9 Cf. « Les règles de l’histoire sensible », Revue administrative, 2000, p. 302-306 et « Histoire de la bureaucratie et histoires à naître », Pour une histoire de la bureaucratie II, 2001, p. 1-12.

10 Sur la théorie de l’histoire impossible, cf. L’histoire entre le rêve et la raison, 1998, p. 637-645.

11 Et pour aller plus loin, l’histoire de la souffrance du vieillard ou de l’enfant (cf. « Pour une histoire régionale de la souffrance », Bulletin d’histoire de la Sécurité sociale, n° 43, 2001 et « A propos de l’histoire de la souffrance », ibidem, n° 46, 2002).

12 Cf. L’histoire en 2050, ouv. cité, p. 29-41.

13 Par exemple l’histoire de la souffrance de l’enfant. Et il n’était pas « prévisible » qu’un historien local américain J. Amato décidât un jour d’écrire une histoire de la poussière (publiée en 2000) : il a fallu un étrange concours de circonstances.

14 Cf. « Les entraves » (article à paraître).

15 Par exemple l’invention de sources probables, l’exploration de la demande à venir probable, la mise en doute du certain, l’analyse du par-dessous, du par-derrière, du souterrain, etc.

16 Cf. infra, p. 271-277.

17 Par exemple, à l’intérieur d’un séminaire, ou de sessions de formation de plusieurs jours (la formule du séminaire de deux heures chaque semaine est peu adaptée et peu rentable pour l’auditeur).

18 Pour une liste d’histoire à naître, de taille très variable, en histoire de la bureaucratie, cf. L’histoire en 2050, ouv. cité, p. 35-36.

19 Si l’on fait l’histoire du mensonge ou du clandestin dans la métallurgie, on est bien obligé d’inventer des sources – et curieusement on en trouve (cf. « Le clandestin dans les forges nivemaises », Marteau-Pilon, t. VI, 1994, p. 31-40).

20 Personne ne peut se faire d’illusions : les « produits » ont par force beaucoup de défauts, ils déconcertent (l’exemple type en est la mendicité au XIXe siècle).

21 C’est une formule qui n’est pas encore pratiquée par les historiens, elle peut être fructueuse (notamment dans la mesure où elle montre le caractère partiel du témoignage, où l’on devine ce qui n’est pas dit, ce qui est censuré).

22 La thèse est à la vérité mal adaptée pour une histoire à naître, parce qu’elle affirme en quelque sorte mécaniquement, parce que l’historien n’ose montrer ses doutes, ses hésitations (ce n’est pas la coutume), parce qu’il se censure presque ; un bon exemple en est donné par la thèse de Guy Haudebourg, Mendiants et vagabonds en Bretagne au XIXe siècle (1998), qui est fidèle aux habitudes, aux « certitudes » de l’histoire sociale, au culte du chiffre, à la manie d’affirmer, de juger : et pourtant il a manié des masses de documents douteux, incertains, indéterminés, qui auraient dû l’entraîner vers une histoire « probabiliste ».

23 En histoire du quotidien, par construction les histoires à naître ne peuvent être qu’être incertaines : sinon, comment faire l’histoire du sommeil ou l’histoire des larmes (cf. L’imaginaire quotidien au XIXe siècle, 1985) ? Vouloir faire une histoire déterministe, certaine du suicide est une rêverie de demi-habile.

24 Il est étonnant qu’il ait fallu attendre 1968 pour faire l’histoire de l’eau, 1978 l’histoire de la domesticité, 1979 l’histoire de l’enfance anormale, 1985-1990 l’histoire du rêve...

25 C’est là un point souvent oublié : le probabilisme met en garde, oblige à travailler lentement en tenant compte des risques d’erreur, des possibilités d’échec, en cherchant à analyser les obstacles, à saisir les limites des efforts : le probabilisme est une technique opérationnelle.

26 Le cas classique est l’histoire du rêve de Yannick Ripa (1988) qui ne semble pas avoir provoqué d’autres travaux.

27 La liste des échecs et semi-échecs serait très intéressante à établir : un bon exemple en est donné par l’histoire des gestes en histoire contemporaine.

28 Et pourtant même un Alphonse Dupront y croyait...

29 Un Jean-Baptiste Duroselle avait ainsi protesté hautement contre l’histoire du quotidien... Les historiens de l’économie ont beaucoup de peine à accepter qu’on fasse l’histoire de la lessive (notre article dans les Annales en 1969 avait presque choqué, il avait été retardé...).

30 Ce ne sont pas hélas ! des patrons qui inventent des histoires à naître, mais des historiens à la marge, des historiens non professionnels, des historiens locaux, ou des jeunes qui, en général, « ne feront pas carrière ». La sociologie de l’histoire à naître serait bien éclairante.

31 Celui qui rêve d’une histoire à naître, ou qui en a la juste intuition, n’en a pas toujours les moyens intellectuels, ou ne possède pas les connaissances techniques (comment faire de l’histoire de l’actuariat sans connaissances mathématiques ? Mais l’historien des mathématiques n’entreprendra pas l’histoire de l’actuariat, qui exige « probablement » des qualités particulières).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search