Version classiqueVersion mobile

Principes de l’histoire économique

 | 
Guy Thuillier

V. L’ensemble et le détail

Texte intégral

  • 1 Idée fixe, p. 62.
  • 2 Nous ne donnons qu’une esquisse. Il faudrait aller plus loin, car on touche à l’art de l’e (...)

1Paul Valéry faisant l’éloge de Napoléon dans l’Idée fixe déclare : « Je me le résume ainsi : il concevait l’ensemble et le détail »1. Comment concevoir l’ensemble et le détail ? Dans tout métier c’est chose extraordinairement difficile ; mais plus encore peut-être dans le métier de l’historien, qui est accablé de détails, qui vit par force dans le détail. Il importe de tenir à la fois l’ensemble et le détail : mais on échoue souvent, on donne des produits imparfaits, voués à une obsolescence rapide. Tenir les deux bouts de la chaîne suppose beaucoup d’efforts, d’application, de ténacité ; il n’existe aucune recette, et on n’en parle pas aux jeunes, de peur de les effrayer. Nous voudrions présenter – avec prudence – quelques observations sur la nécessité de voir l’ensemble et le détail, sur les conséquences et sur les règles qu’on peut appliquer2.

I. QU’EST-CE QUE TENIR L’ENSEMBLE ET LE DÉTAIL ?

2Tenir l’ensemble et le détail est un jeu compliqué, sur lequel personne n’insiste trop : car on touche à trop de choses incertaines, douteuses et souvent gênantes. Le jeu de l’historien n’est pas simple ; on n’arrive guère à le comprendre, on bute sur des mots qu’on sait mal définir, ou sur lesquels on se dispute. Aussi convient-il, dans un premier temps, de bien saisir ce qu’on entend par ensemble et par détail dans l’expression : tenir l’ensemble et le détail.

3Premier principe : tenir l’ensemble. On a peine à définir ce que recouvre ces deux mots ; cherchons à inventorier brièvement ce champ de recherche :

  • c’est avoir des connaissances générales sur la période, le système étudié (par exemple la métallurgie au XVIIe siècle) ;
  • c’est aussi posséder des connaissances sur le présent, un savoir technique (sous réserve des anachronismes) sur la métallurgie ou la banque ;
  • on doit avoir une théorie générale sur l’histoire du secteur étudié, sur ses buts, sur ses liens avec les autres histoires, sur ses possibilités de développement, sur ses limites également ;
  • on doit aussi réfléchir sur le rôle de l’historien dans ce secteur, sur ses buts de guerre « possibles », ou « probables », sur les méthodes de fabrication de cette histoire (quels sont les principia rationis ? les outils pour la gérer ?).

4Or ce sont là des « conditions » pour avoir une vision d’ensemble de ce que l’on veut faire ou dire : mais, en général, on ne fait pas les investissements nécessaires, on ne réfléchit pas au système que l’on met en œuvre ; on fait de l’histoire diplomatique sans réfléchir aux mécanismes de la négociation, au temps de la négociation, sans expérience du métier de diplomate, on fait de l’histoire de la métallurgie sans réfléchir aux méthodes de raisonnement de l’ingénieur, à sa perception du temps à venir, à sa pratique du métier. On devrait inventorier ses lacunes, ses ignorances, chercher à réfléchir à sa vision d’ensemble, à sa manière de comprendre les choses (qu’est-ce que faire de l’histoire sociale sans une certaine pratique sociale ?) ; ce devrait être la source de rêveries longues, « œuvrantes » (qu’est-ce que je ne saisis pas dans l’ensemble ? qu’est-ce que je ne peux saisir ? Et si je saisis quelque chose, qu’est-ce qui est déformé dans cet ensemble par mes préjugés, par mon inexpérience, par mes faiblesses ?). On voit que dès qu’on parle d’ensemble, on est conduit à entrer dans un monde compliqué, indéterminé : voir l’ensemble est un pari.

5Deuxième principe : tenir le détail. À première vue, le détail paraît chose simple, c’est la minutie d’érudition, la particularité, la chose partielle ; mais le détail va bien plus loin ; on saisit vite les limites de cette conception trop étroite, trop figée ; le détail, par exemple, c’est ce que donnent la connaissance précise du quotidien, du perçu (l’avenir tel que le perçoit un bourgeois, un ingénieur, un préfet), les connaissances techniques nécessaires (pour l’histoire de la métallurgie) ou celles qu’apporte l’expérience de la vie ou d’un métier (la pratique sociale, la pratique du contrôle), qui permet de découvrir le bon détail, de le saisir « en profondeur », par le dedans. Le détail, c’est aussi la trouvaille qui fait apparaître le journal intime, la belle correspondance, le livre de comptes, qui fait aller plus loin dans la connaissance des choses. Le jeu du détail est très complexe ; par exemple, quand on établit un recueil de documents (sur la naissance, le médicament, les pratiques sociales dans la métallurgie), on est obligé d’aller loin dans la compréhension d’un « système », d’affiner son regard, de faire attention à des choses qui, en principe, échappent au regard, relèvent du clandestin ; et de proche en proche cette collecte du détail, des res minimae conduit à une vision nouvelle, donne des perspectives d’ensemble différentes, on est obligé de réviser ce qu’on croyait savoir ; voir le détail est un métier particulier, on est obligé de penser de tout près, comme dit M. Teste, on force son regard – et tout le système en est ébranlé. Le détail accroit dangereusement le taux d’incertitude, il multiplie les questions « auxquelles on ne peut répondre », il oblige à s’interroger sur le sens de ce qu’on veut dire ou faire, il conduit nécessairement à une « vision » probabiliste des choses ; personne ne peut dire qu’il est assuré de son jeu, on sait de façon certaine qu’on ne saisit qu’une partie minime, très minime des choses, on découvre l’étendue de ses ignorances (Ignorabimus).

6On conçoit, dans ces conditions, la difficulté extrême de tenir l’ensemble et le détail ; la vision d’ensemble est chose précaire, provisoire, incertaine, mobile, et le détail ne fait qu’accroître l’incertitude, le doute ; il faut beaucoup d’habileté, de ténacité, de chance également pour gouverner à la fois l’ensemble et le détail, pour arriver à une idée juste de l’ensemble et pousser le plus loin possible le détail ; on tâtonne, on hésite, entre le début d’une recherche et son achèvement – le lissage d’un livre – les variations sont nombreuses, elles créent une certaine anxiété, on est souvent dans le flou... Mais, vaille que vaille, le couple ensemble-détail permet de construire quelque chose qui aura une certaine durée de vie « probable » : le cheminement est difficile.

II. LES OBSTACLES

7Comment décrire les obstacles que l’on rencontre pour tenir l’ensemble et le détail ? L’analyste est embarrassé, ce qu’il dit est nécessairement très arbitraire, et même injuste, mais on voit bien que les déformations sont nombreuses.

8Premier obstacle : le poids d’un système axé seulement sur le détail d’érudition, par exemple en histoire locale ou en histoire des entreprises, et dans les jurys de thèse on dénonce souvent l’absence de vision d’ensemble, la faiblesse des conclusions, l’insuffisance de la réflexion sur les principes, sur l’ensemble. Négliger l’ensemble est dangereux ; l’érudition tire en arrière, peut conduire à un gaspillage de temps (la disproportion est souvent forte entre le temps consacré à l’érudition, à la collecte du détail, et le temps consacré à la réflexion d’ensemble, à la rêverie sur l’ensemble). Dans les jurys de thèse on dit parfois : « Vous ne dominez pas votre érudition, vous vous perdez dans le détail, vous accumulez des détails sans grande signification, vous oubliez de nous montrer l’ensemble, vous n’avez pas réfléchi assez à ce qui est important, si vous aviez pris la peine de réfléchir, vous auriez vu, compris que... » ; ce sont des critiques fréquentes, parce qu’on n’a pas su observer les règles du jeu.

9Deuxième obstacle : les déviations du goût du général, de l’ensemble ; on bâtit des systèmes, on suit des « modèles », on construit des discours idéologiques ; cette histoire rhétorique est souvent atteinte rapidement par l’obsolescence, quand elle n’est pas confortée par le sens du détail, par une érudition suffisante.

10Troisième obstacle : la difficulté d’avoir une vue cohérente de l’ensemble ; on tâtonne, on hésite, on se fourvoie parfois ; saisir l’ensemble suppose des efforts particuliers, des investissements parfois négligés ; il faut consacrer du temps à des lectures étendues, à la réflexion, faire même parfois des essais, des esquisses ; une réflexion sur les méthodes nécessaires, sur les mutations du métier d’historien dans la discipline, peut nourrir une vision, une méditation sur l’ignorance inévitable (ignorabimus), sur les incertitudes ; la précarité de tout savoir dans la discipline, ou sous-discipline, peut conduire à former le jugement, à affiner la vision : « Que ne sais-je pas ? Pourquoi ne puis-je savoir ? Qu’est-ce que je crois connaître et que je ne sais pas ? » sont des questions fort utiles pour construire une vision d’ensemble, pour avoir une vue « probabiliste » de l’ensemble.

11Quatrième obstacle : pour saisir l’ensemble il faudrait chercher peut-être à être en avance de 2 ans, ou d’x années, c’est-à-dire se détacher du présent, se libérer de tout engagement présent, et voir l’avenir proche avec ses espérances, ses sujétions ; ainsi voit-on le livre déjà réalisé, avec ses enchaînements, mais aussi ses faiblesses « probables », que l’on connaît déjà ou que l’on pressent (on « saisit » les impasses, les limites, les fautes de perspective, les erreurs de conception). Cette prévision de soi, cette lucidité sur l’erreur probable supposent un certain décalage : quand on commence un livre, on a bien de la peine à se projeter ainsi en avant, à vivre deux ans ou x ans « en avance » (il faudrait pouvoir parler de ses hésitations, de ses doutes, de ses craintes sur le livre en cours à quelqu’un de bon conseil – mais c’est chose rare).

12Cinquième obstacle : lors de la rédaction on a quelque mal à tenir la balance juste entre l’ensemble et le détail ; quelle part faire à l’un et à l’autre ? Que dire et ne pas dire ? Comment éviter le détail oiseux, « qui n’apporte rien », les fausses vues d’ensemble, celles qui datent, qui sont millésimées ou empruntées à autrui ou à la coutume ? Bâtir un ensemble oblige, in principio, à penser par soi-même ; or quelquefois on trouve dans ce qu’on « croit penser », dans la vision d’ensemble qu’on adopte, beaucoup d’impuretés, de scories, de choses douteuses ; on vit souvent d’emprunts « oubliés », on n’a pas assez réfléchi à ce qu’on voulait dire, on n’a pas pris le temps de réfléchir par soi-même ou pour soi-même, on a été négligent, paresseux, parfois prudent (il n’est pas « convenable » de dire ceci, que va mécontenter X). Si bien que la vision d’ensemble est médiocre, rétrécie, fragile, ce qui compromet la durée de vie de l’ouvrage.

III. CONSÉQUENCES

13Peut-on examiner quelques conséquences d’une situation souvent fort embarrassée ?

14Première conséquence : si l’on commence à réfléchir, à voir et tenir ensemble (zusammenhalten), l’ensemble et le détail, on ne travaille pas de la même façon, on ne gouverne pas sa recherche à l’identique, on n’écrit pas « comme les autres ». On doit faire des investissements plus poussés en connaissances générales, mais aussi s’intéresser aux techniques, au quotidien, à l’imaginaire, qui permettent en principe de saisir le détail « en profondeur ».

15Deuxième conséquence : on doit faire un effort de prospective : qu’est-ce qui sera important dans 10 ou 20 ans ? Ce qui doit conduire à un certain décalage par rapport au présent, on n’imite pas les autres, on écrit en songeant à l’obsolescence probable (on a une vision « ouverte » du futur de ses travaux), on a le souci du lecteur de 2050 qui s’intéressera au bon détail et qui risque de « mépriser » l’ensemble, compte tenu de la mobilité de l’histoire, de ses centres d’intérêt. Deviner ce que pourra être important est un problème d’ingénierie ; mais pour l’instant on n’a que des outils bien rudimentaires.

16Troisième conséquence : vouloir optimiser les rapports de l’ensemble et du détail conduit à des tactiques prudentielles, personne n’est assuré de bien jouer :

  • d’une part, le savoir d’ensemble doit pousser à aller le plus loin possible dans le détail (par exemple, faire de l’histoire de l’immatériel en histoire des entreprises, ou faire l’histoire des gestes ou faire l’histoire de la perception du temps). Une « monographie » doit être un exemplum, qui est inspiré par une vision générale ;
  • d’autre part, le détail oblige à construire une vision d’ensemble plus indéterminée, plus douteuse, plus « probabiliste » ; il apporte un flux d’inconnu, d’incertain (plus on approfondit, moins on comprend), il donne le sens de ce qui est incertain, provisoire (aucune histoire n’est fixe, tout est provisoire, mobile). Ce que l’historien de 2050 ou 2080 percevra de l’ensemble et du détail est « probablement » très différent de ce que nous percevons aujourd’hui (de la même façon que nous regardons d’un regard très critique, et souvent dédaigneux, l’ensemble et le détail dans un livre de 1930 ou 1950).

17Quatrième conséquence : on doit donner sa vision propre de l’ensemble et du détail dans des produits par nature très différents : études générales, recueils de documents, essais, manuels ou cours, notes de méthode, principes généraux de l’histoire de sa discipline ; mais on peut aussi laisser une trace de sa vision du couple ensemble-détail d’autres manières :

  • journal technique de recherche ;
  • réflexions sur le métier d’historien, reflétant son expérience et prolongeant son action en séminaire ;
  • archives orales qui expliquent sa vision, montrent la difficulté de tenir les deux bouts de la chaîne, les paris que l’on a tentés ; il est possible que ce soit ce point qui dans ces archives orales intéresse le plus l’historien de 2050 ou 2080 qui les exploitera, car il se heurtera à des difficultés « probablement » identiques.

IV. RÈGLES DU JEU

18Donnons quelques conseils de bon usage.

19Première règle : il n’existe aucune recette pour tenir l’ensemble et le détail ; tout dépend du génie de chacun, de ses habitudes de travail, de sa formation plus ou moins « déterministe ».

20Deuxième règle : le mépris de l’ensemble est fréquent ; on se trompe sur son sens, on croit qu’il suffit d’adhérer à une doctrine, une idéologie, un modèle, on n’est pas assez doué pour construire habilement, et par soi-même, une vision d’ensemble, on vit à louage, sous l’influence de tel maître, de tel clan – ce qui conduit droit à une obsolescence rapide (on n’a pas pu coller au réel, on n’a pas su comprendre le détail).

21Troisième règle : dans l’écriture on doit tenir l’ensemble et le détail, il faut intéresser à son jeu le lecteur, et surtout le lecteur de 2050, lui donner des choses à réfléchir, à la fois en lui offrant le bon détail, celui qui a un sens, qui oblige à s’intéresser, qui fait saisir les choses par le dedans, et en lui montrant un ensemble qui « donne à penser », qui provoque nécessairement des réflexions « par le haut ». Mais chaque type de travail a ses exigences ; un recueil de documents n’a pas ici les mêmes règles qu’un essai de synthèse.

22Quatrième règle : dans un séminaire, on doit attirer l’attention des élèves sur la liaison ensemble-détail, sur les conséquences techniques pour la fabrication, la rédaction ; mais ce ne sont que des mises en garde, on ne peut transmettre de règles générales, de recettes ; chacun, lors de la rédaction d’un travail, doit réfléchir aux conditions particulières de cette liaison, à la coutume qui la règle souvent (les disciplines ou sous-disciplines ont parfois des nécessités propres), à la difficulté d’inciter le lecteur à « réfléchir » à la fois à l’ensemble et au détail – mais tout l’équilibre du travail, de l’expositio et de la compositio risque d’être remis en cause dès qu’on veut tenir habilement les deux bouts de la chaîne.

CONCLUSION

23Pouvons-nous hasarder quelques leçons ?

24Première leçon : c’est un problème central dans le métier d’historien, mais on n’en parle pas, c’est un sujet tabou, peut-être parce que l’ensemble est souvent médiocre et le détail insuffisant.

25Deuxième leçon : la liaison ensemble-détail est chose difficile à établir, quelquefois la vision d’ensemble gouverne le choix, le traitement du détail et inversement le détail influence directement la conception de l’ensemble, la manière de voir de l’historien. Les historiens ne sont pas au clair dans ce domaine, et quand ils appliquent le Discours de la méthode, ils insistent à l’accoutumée plus sur la deuxième règle que sur la troisième (il est vrai que les historiens doctrinaires, à esprit systématique, ont fait beaucoup de dégâts depuis un demi-siècle).

26Troisième leçon : les historiens, en général, savent mal gouverner l’ensemble, ils ont une vision trop rétrécie, ils oublient de se poser les questions importantes sur leurs ignorances, leurs incertitudes, ils n’ont pas assez de distance avec ce qu’ils font, ils ne cherchent pas à réfléchir par eux-mêmes : et c’est cette faiblesse de l’ensemble qui accélère l’obsolescence de leurs travaux.

Notes

1 Idée fixe, p. 62.

2 Nous ne donnons qu’une esquisse. Il faudrait aller plus loin, car on touche à l’art de l’ensemble et à l’art du détail sur lesquels on écrit trop peu ; on devrait rédiger un gros traité sur L’ensemble et le détail.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search