Version classiqueVersion mobile

L’histoire en 2050

 | 
Thuillier Guy

Annexes

X – Archives orales et science administrative

Texte intégral

  • 1 Sur ces archives orales – une des innovations les plus importantes des vingt dernières ann (...)
  • 2 Entretiens avec Roger Goetze... Rivoli, Alger, Rivoli, 1937-1958, 1997.

1On sait que depuis vingt ans on a collecté beaucoup d’archives orales d’administrateurs, les Comités d’histoire des ministères en font une priorité (le Comité pour l’histoire économique et financière du Ministère des Finances a collecté quelque 2 400 heures)1. Mais ces archives orales ont été conçues pour procurer des documents sûrs aux historiens de l’administration (et notamment aux historiens de 2050 ou 2080) : le questionnaire a été établi en fonction de préoccupations proprement historiques, on cherche à saisir une vie de haut fonctionnaire, à comprendre les affaires importantes auxquelles il a été mêlé (on le voit bien avec les archives orales de Roger Goetze, qui ont été publiées récemment)2. Mais il semble qu’il serait possible d’aller plus loin, d’avoir une vision élargie des archives orales et d’en faire un outil pour la psychologie administrative, et par suite pour la science administrative. On pourrait concevoir les archives orales en quelque sorte comme un vivier pour la psychologie administrative, qui pourrait « lire » autrement que l’historien les documents ainsi accumulés.

  • 3 Il manque actuellement une étude sur les possibilités de développement de la psychologie a (...)

2La psychologie administrative, certes, est en mauvais état, elle est mal vue des juristes, ou des doctrinaires qui croient qu’un fonctionnaire est une machine qui applique des règles, elle est souvent déformée par une vision sociologique souvent abstraite et ignorante des réalités administratives. C’est une discipline qui devrait retrouver sa place à l’intérieur de la science administrative3, et qu’il faudrait renouveler, approfondir (l’histoire administrative a besoin d’une bonne psychologie administrative pour étayer ses interprétations, sa lecture de l’action administrative). Or les archives orales devraient permettre ce renouvellement de la psychologie administrative : ceci mérite quelques explications.

3I. Quels sont les fondements des archives orales ?

  • 4 En appliquant la méthode des récits de vie définie par Florence Descamps, qui doit publier (...)

4Il faut bien voir ce que l’on cherche quand on collecte des archives orales d’un administrateur4.

  1. On veut établir le bilan d’une vie avec son actif, son passif, les engagements « en bas de bilan », avec ses succès et ses échecs, ses limites.
  2. Les récits de vie depuis l’adolescence font apparaître ce qu’il y a par-dessous les apparences des carrières : le rôle du hasard, l’importance des amitiés, des réseaux, la part – trop oubliée – de la vie privée, qui apporte certain équilibre, l’évolution de la vie intérieure, de la vie spirituelle qui sous-tend la volonté, marque la différence de l’un à l’autre, fait le tréfonds de la personnalité (qu’est-ce que le moi profond d’un administrateur ? C’est un beau sujet de réflexion).
  3. Les archives orales montrent que la vie administrative n’est nullement chose mécanique, lisse, compréhensible, qu’elle est pour une grande part méconnaissable, liée à ce qui est occulté, caché, insaisissable (on est souvent opaque à soi-même), qu’on a peine à saisir ce qu’on a été, ce qu’on a pu être, quand on examine les influences, les modèles, les causes de ses réussites, de ses échecs : les archives orales montrent l’incertitude fondamentale de toute vie liée à l’action.

5Mais ces fondements des archives orales ne sont pas toujours bien compris ; saisir grâce aux archives cette trame de la personnalité suppose :

  1. que l’interviewé se prête au jeu, qu’il consente à rassembler librement ses souvenirs, à réfléchir sur ce qu’il a été, à faire l’archéologie de lui-même : tout dépend de lui, de sa souplesse, de sa liberté de jeu, de son habileté à saisir sa vie profonde,
  2. que l’on réduise autant que possible les zones de tricherie, de non-dit. Certes il y a une part incompressible de refus de dire, de biaisage : c’est tout à fait normal, nul n’est tenu de tout dire et aucune « confession » n’est complète. Mais peut-être un jour tombera-t-on sur un bon conteur capable de dire beaucoup, de parler en détail de soi,
  3. que le questionnaire de l’interview soit assez souple, qu’il permette d’aller assez loin dans l’analyse des situations, qu’il tienne compte des objectifs de la psychologie administrative (et au sens large de la science administrative) : le rôle de l’interviewer est essentiel pour aider l’interviewé à saisir ce qu’il est important de dire.

6IL On voit bien ce que devrait permettre des archives orales qui ne seraient pas seulement historiques, mais tiendraient compte aussi des objectifs de la psychologie administrative : elles permettraient d’établir un corpus documentaire, qui donnerait la possibilité d’aller bien au-delà des souvenirs (souvent très biaisés) et des enquêtes sociologiques fragmentaires ; on disposerait de bilans de vie, c’est-à-dire de moments privilégiés où, en fin de partie, on est bien forcé d’examiner son doit et son avoir. Surtout ce corpus donnerait une vision neuve de l’administration en faisant apparaître des questions trop négligées ; donnons deux exemples :

  1. la vie intérieure de l’administrateur : on ose à peine en parler, et pourtant l’expérience montre qu’un certain nombre de hauts fonctionnaires ont une vie intérieure qui sous-tend leur action, qui est « en pointillé » derrière les apparences, et qui explique en partie leur sens de l’État, leur capacité de vouloir, leur observation de leurs devoirs d’état (les souvenirs des anciens des colonies, ainsi Georgy, Biasini, montrent, en raison de la solitude coloniale, l’importance de cette vie personnelle, et derrière l’action apparente on trouve parfois une expérience spirituelle). Mais on évoque rarement cette vie intérieure, qui en principe relève du « domaine privé », et varie beaucoup d’un sujet à l’autre ;
  2. la perception de la carrière, de la réussite (et de l’échec), c’est-à-dire ce qui paraît le plus important pour un haut fonctionnaire, qui est nécessairement ambitieux, qui doit gérer une carrière. Or quand on dresse un bilan en fin de partie, ce n’est pas là chose simple : qu’ai-je fait ? qu’ai-je réussi ? qu’ai-je rêvé d’être ? quels plaisirs en ai-je retirés ? quel a été le prix de cette réussite ? On est là dans un domaine très complexe (on évoque difficilement ses souffrances), et les souvenirs sont toujours plus ou moins déformés sur cette question de la réussite.

7L’administrateur n’aime guère, à l’évidence, faire ce type de bilan, il est inquiet, anxieux ; personne ne peut avoir de certitudes (ai-je fait tout ce que j’aurais pu faire ?), et on constate souvent (si l’on est sincère) que ce que l’on a fait, un autre aurait pu le faire (et peut-être même le faire mieux), on n’a été qu’un pion interchangeable sur un échiquier : ce qui est toujours pénible. Les archives orales permettent ainsi de pénétrer beaucoup plus loin dans l’analyse des personnalités, des « systèmes psychologiques », on peut mieux comprendre le jeu de l’administrateur, les calculs qui sous-tendent une « carrière ».

8III. On doit bien voir les limites de l’exercice.

  1. On reconstitue nécessairement son passé, et de façon très arbitraire : on a beaucoup de mal à dire ses rêveries, ses espérances, ses souffrances à 20 ou 25 ans, il y a chance de déformations ; on sélectionne ce qu’on croit « important », mais on peut se tromper, on ne sait trop ce qui intéresse la psychologie administrative.
  2. On a oublié trop de choses, et l’oubli a une fonction nécessaire ; on retrouve péniblement la mémoire, on le voit bien quand on retrouve un chrono, ou un fragment de journal, le détail des affaires, les noms mêmes sont tombés dans l’oubli.
  3. Le vrai danger est la surestimation du moi, qui est de tradition (car dans la vie active l’administrateur a besoin de beaucoup d’assurance). Or en général on n’a pas agi seul, on a eu des collaborateurs, des patrons, et souvent aux archives orales on refuse de parler des échecs, on les dissimule – alors qu’on en a souvent été la première cause par sa légèreté, sa paresse, sa présomption. Surestimer son rôle est un risque dont on doit avoir nettement conscience.
  4. Parfois on ne s’aime pas, on n’aime guère son passé, où il y a des épisodes peu glorieux, on n’aime pas parler de ses défaillances, de ses petites lâchetés coutumières, inévitables sur une longue carrière, si bien qu’on épure, on aseptise, on triche parfois : mais les experts en psychologie feront les redressements nécessaires.

9IV. 11 y a un bon usage de ces interviews pour l’interviewé.

  1. Il faut savoir fixer clairement les règles du jeu : on ne doit pas en faire un exercice mélancolique, une occasion de s’apitoyer sur soi ou de se déprécier, un système de regrets, et à l’inverse on ne doit pas en faire (comme il est fréquent) un système d’autoglorification (j’ai le premier compris que, deviné, déclaré...). Les archives orales sont une rêverie sur soi intelligente : il faut savoir se résumer, comme dit Valéry, ce qui n’est pas facile.
  2. On doit être capable d’en tirer parti : on est en fin de partie, on n’a plus que quelques années de bon devant soi, il faut prendre de bonnes résolutions, chercher à mettre en ordre ses affaires, trier ses papiers (et donner à un fonds public, archives ou bibliothèque, ce qui paraît important pour l’histoire ou pour la science administrative)5, rédiger ses souvenirs, tenter de transmettre aux jeunes son expérience (la partie « leçons » ou réflexions « à l’usage des jeunes » est la conclusion nécessaire des archives orales : qu’ai-je envie de dire aux jeunes qui entrent dans la carrière, qui puisse leur être utile ?).
  3. L’expérience montre que la valeur-et pour l’histoire et pour la psychologie administrative – des archives orales tient à la façon dont on a su travailler avant les interviews ; on doit se réapproprier son passé méthodiquement en utilisant ses papiers (agendas, chronos, notes, dossiers, journal si l’on en a tenu, correspondance), en préparant les interviews par écrit pour établir une chronologie, montrer les filières de pensée, les réseaux d’amitiés, détailler les difficultés dans tel cabinet. On doit réfléchir sur ce qu’on a fait, ou pu faire important en essayant d’être aussi critique que possible (la question : quels ont été mes échecs ? est fort cruelle), en s’efforçant de bien préciser les conditions de l’action (pourquoi ai-je fait ceci ? pourquoi ai-je obtenu tel poste ?). On doit chercher à voir ce qu’on a été, à saisir l’image qu’on a pu donner-à raison ou à tort – aux autres, c’est un exercice de souplesse, qui peut donner quelque plaisir (le passé n’est jamais chose simple, et on a eu aussi quelque plaisir à administrer...).

*
* *

10Les archives orales sont un instrument qu’on ne sait pas encore utiliser : il peut apporter beaucoup à la science administrative en abordant des problèmes que – par scrupule, indifférence ou ignorance de la vie réelle-l’on a trop tendance à oublier en science administrative, et qui touchent, en général, à l’essentiel. C’est une voie nouvelle qui s’ouvre à la recherche – mais elle suppose la coopération de l’interviewé à qui on doit bien expliquer la nécessité de ces archives (dont l’exploitation peut être bloquée pendant x années, au choix de l’interviewé). C’est un renouveau de la psychologie administrative – et par là de la science administrative, aujourd’hui orientée à l’excès vers le management ou la sociologie des organisations – que l’on peut espérer d’une collecte intelligente des archives orales.

Notes

1 Sur ces archives orales – une des innovations les plus importantes des vingt dernières années – on se reportera à Florence Descamps, « Les archives, orales du Comité pour l’histoire économique et financière : la fabrication d’une source », Études et documents, t. III, 1991, p. 511-538, Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 565-570 et supra, p. 133.

2 Entretiens avec Roger Goetze... Rivoli, Alger, Rivoli, 1937-1958, 1997.

3 Il manque actuellement une étude sur les possibilités de développement de la psychologie administrative.

4 En appliquant la méthode des récits de vie définie par Florence Descamps, qui doit publier bientôt un livre sur la théorie des archives orales.

5 Sur les archives des hauts fonctionnaires, cf. Pour une histoire de la bureaucratie, ouv. cité, p. 577-584.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search