Version classiqueVersion mobile

L’histoire en 2050

 | 
Thuillier Guy

Annexes

VIII – La nécessaire révision des travaux

Texte intégral

1Réviser les travaux anciens paraît une nécessité : mais dès qu’on en parle, on sent une certaine gêne, le propos paraît dangereux, inquiétant, on souhaite plus de « tolérance ». Or nous croyons fermement à cette révision qui concerne tous les secteurs et pas seulement l’histoire économique : c’est la loi des générations, chaque nouvelle promotion d’historiens cherche à déclasser les travaux des anciens, mais peut-être faut-il mettre un peu d’ordre et de rigueur dans cette « révision »– le développement d’une discipline ou sous-discipline est souvent obéré par l’insuffisance des révisions (on est encombré de travaux anciens médiocres, obsolètes). Il nous paraît important de réfléchir aux conditions de cette révision, et nous voudrions présenter quelques observations sur ses raisons et ses modalités.

I. NÉCESSITÉ DE LA RÉVISION

2On doit bien avoir conscience que la révision des travaux anciens est une nécessité, tant l’obsolescence est chose rapide, dangereuse : aujourd’hui un travail se déclasse facilement en 20, 30 ans... Mais les raisons de la révision sont d’importance, d’économie, de signification fort différentes.

3Première raison : les anciens ont pu ne pas avoir accès à des archives qui ont été classées ou accessibles depuis leurs travaux, ou qui n’étaient pas versées (ainsi pour les archives du Conseil d’État). Et on ne doit pas oublier les conditions de travail souvent détestables (absence d’inventaires, difficultés matérielles, par exemple pour le Minutier central des notaires avant 1970).

4Deuxième raison : les historiens n’ont eu la possibilité de faire largement des photocopies que dans les années 1970, bien plus tard pour certains fonds (Affaires étrangères) : ce qui gênait singulièrement la recherche, empêchait les nécessaires vérifications et relectures (une photocopie peut être lue plusieurs fois, ce qui est fort précieux pour certains textes techniques ou juridiques), et le système traditionnel des « extraits » avait beaucoup d’inconvénients (on négligeait en général les brouillons ou les différentes versions d’un texte).

5Troisième raison : les méthodes de travail était parfois désuètes :

  • on avait une confiance excessive dans l’imprimé,

  • on ne lisait guère les textes un peu techniques,

  • on aimait jouer avec les idées générales, ce qui conduisait à interpréter à tort les textes,

  • on ne pratiquait guère le doute systématique, on affirmait souvent « sans preuves », on bâtissait des hypothèses « en l’air »,

  • souvent on avait une conception de l’histoire lisse, résumée, aseptisée, on ne s’intéressait pas au détail des affaires.

6Quatrième raison : beaucoup de travaux sont marqués par une conception doctrinaire, abstraite de l’histoire, notamment en histoire économique ou sociale : on faisait de l’histoire d’entreprise sans entrepreneurs, de l’histoire hospitalière sans malades, de l’histoire administrative sans bureaucrates... Les curiosités étaient limitées : faire de l’histoire de l’hygiène corporelle, des gestes, de la lessive ou de l’eau était mal vu.

7Cinquième raison : l’historien d’autrefois avait souvent une faible expérience de la vie pratique, ce qui était sensible en histoire politique, en histoire administrative ou en histoire économique : on faisait la biographie d’un ministre sans parler de son cabinet, on croyait que c’était lui qui faisait ses discours...

8Sixième raison : les connaissances techniques de l’historien « professionnel » étaient souvent faibles, il ne s’intéressait pas au détail technique des affaires (par exemple à la fiabilité des statistiques collectées), il ignorait en général la comptabilité ou le droit notarial et n’avait que des notions floues du droit des sociétés ou de l’économie (par exemple du financement des investissements).

9On saisit là quelques-unes des raisons de l’obsolescence des travaux anciens : il serait dangereux de leur faire trop confiance, on doit les évaluer attentivement (dans les jurys de thèse on dit : « Vous vous appuyez sur tel livre de 1906, mais c’est un travail très lacunaire, très insuffisant, pas sûr du tout, vous auriez dû le critiquer plus nettement »).

II. QUE PEUT-ON RÉVISER ?

10On peut hésiter sur les moyens de cette révision des travaux anciens ; en fait cette révision se fait déjà touche à touche, sans trop le dire :

  • quand on publie un livre, on met une note sur les travaux anciens qui sont à utiliser avec prudence, caute legenda ;

  • au cours d’un travail, on a tout intérêt à vérifier sur l’original une pièce publiée avant 1914 : il est rare qu’on ne trouve pas d’erreurs, ou de coupures non signalées ;

  • quand on donne des sujets de mémoire ou de thèse, il convient souvent de redonner des sujets traités autrefois, car on ne peut s’y fier véritablement, notamment pour l’histoire de l’administration ou l’histoire économique et sociale (songeons que nous n’avons aucun travail sérieux sur la monnaie au xviie siècle...).

11Chacun dans son secteur doit procéder, ou faire procéder, aux révisions nécessaires : aujourd’hui on est plus exigeant qu’en 1890 ou 1930 en matière d’érudition, de méthodes de travail et de publication. Ce qui devrait conduire :

  • à republier des « documents » originaux : on doit donner la priorité aux textes (comme disait Gilson : « Il faut se mettre en état de comprendre avant de commenter », et en histoire de l’art, en histoire littéraire la mutation a été sensible depuis trente ans) ;

  • à montrer sans états d’âme excessifs les erreurs ou les malfaçons des prédécesseurs, erreurs de conception, fautes d’exécution, carences de l’érudition, biais multiples dans l’interprétation (on n’hésitait pas jadis à faire de l’histoire « monarchiste », ou de l’histoire « républicaine ») ;

  • à donner des états des sources possibles, qui n’ont pas été utilisées (ou qui ont été mal utilisées) ;

  • à souligner l’importance des secteurs oubliés par les anciens (par exemple l’histoire de la comptabilité ou l’histoire de la fiscalité locale) ou que les anciens n’osaient guère aborder (l’histoire du quotidien).

III. COMMENT PEUT-ON PROCÉDER À CETTE RÉVISION ?

12Il faut montrer une certaine prudence, tout ne peut être facilement révisé.

13En histoire locale et régionale, on voit facilement ce qui a vieilli, ce qu’il serait dangereux de prendre pour argent comptant, on connaît les préjugés des historiens (tel était d’Action française, tel autre républicain sous l’Empire) qui ont pu biaiser les travaux (on l’a bien vu quand on a procédé, au plan départemental, au bicentenaire de la Révolution : les travaux fiables, avec une méthode sûre, étaient bien peu nombreux, les historiens du XIXe étaient très engagés). Et en province on connaît bien les défauts de ses lointains prédécesseurs : tel a la mauvaise habitude de citer inexactement les textes, ou de les « arranger », tel autre n’indique jamais ses sources...

14En histoire économique, sociale, politique on est obligé de faire l’histoire de l’histoire du secteur ; c’est, en fait, une sorte d’audit, on a ainsi une sorte de grille de lecture, on entre en méfiance vis-à-vis de tels ou tels travaux pourtant réputés, cités dans les Halphen et Sagnac : certains historiens ont coutume de se recopier les uns les autres, d’autres déforment – volontairement – les documents ou témoignages « pour les besoins de leur thèse », d’autres veulent expliquer à tout prix ou recopient les « modèles du maître ». On est vite amené :

  • à déclasser l’histoire résumée (sauf exceptions),

  • à montrer les erreurs techniques, qui tiennent à l’ignorance des règles du métier d’historien.

15Et si l’on veut aller plus loin, il faudrait :

  • publier des états critiques montrant l’obsolescence de certains travaux (on le fait bien en histoire de l’art et en histoire littéraire),

  • redonner certains sujets en thèse afin de clarifier la situation,

  • indiquer les grands sujets qui ont été mal traités ou qui ont été oubliés par les « anciens » (par exemple l’histoire des assurances).

16À l’évidence, ces bilans critiques, ces efforts de « rénovation » devraient être la tâche des Comités d’histoire des ministères, qui utilisent des méthodes neuves : il faut qu’ils analysent la demande, examinent la fiabilité de l’offre existante, repèrent les lacunes, et les « malfaçons », et cherchent les moyens d’orienter les chercheurs vers ce qui peut paraître prioritaire, compte tenu des insuffisances des travaux anciens et des nouvelles demandes « sociales » ou « techniques ». Il est bien évident que – si l’on veut développer un secteur-on est amené tôt ou tard à mettre en cause les travaux non érudits, de seconde main ou d’érudition médiocre, qui encombrent souvent sine fructu les bibliographies et souvent déforment notre vision du passé (ce qui est le plus dangereux : on croit que le sujet est « traité » et on s’aperçoit qu’on a affaire à une histoire désuète, lacunaire, qui ignore les archives...).

IV. RÈGLES DE BON USAGE

17Quelles règles peut-on adopter ? On n’improvise pas de telles révisions, elles relèvent de l’ ingénierie historique.

18Première règle : plus le secteur d’histoire est petit, mieux on voit la nécessité de la révision, on peut pratiquer plus facilement un système de doute fondé sur les « préventions » de l’historien et sur les « imperfections » des travaux, on identifie aisément ces deux vices majeurs.

19Deuxième règle : pour chaque secteur ou sous-secteur on devrait organiser un colloque sur la révision des travaux antérieurs à 1914 ou à 1940 et sur les principes à mettre en œuvre. Quelles sont les « préventions » des historiens d’autrefois (ce qui oblige à faire l’histoire de l’histoire du secteur) ? Quels doutes peut-on avoir sur la fiabilité de leur travail ? (rédiger un « sottisier »– par exemple sur la monnaie – montre les trous de l’histoire « résumée »). Un tel colloque permettrait sans doute de « programmer » l’effort de révision sur 10-15 ans (par exemple pour réviser l’histoire du Conseil d’État au XVIIe et au xviiie siècle).

20Troisième règle : la révision peut se faire à l’aide de thèses, qui dresseraient un bilan critique du secteur, évalueraient les travaux, montreraient les sources inexploitées ; les thèses faites en 4 ou 5 ans permettraient de tels bilans (par exemple : que sait-on de la monnaie sous le Directoire ? Que sait-on exactement des marchés d’État au xixe siècle ?) ; ce serait une forme souple d’utilisation de la thèse (les travaux se poursuivant par la suite en vue de l’habilitation).

21Quatrième règle : il faut mettre au point une grille de révision : quels sont les points à contrôler ? à vérifier ? Quelles sont les limites des sources utilisées ? Quelles sont les interprétations à faux ? Quelles sont les zones d’ombre plus ou moins volontaires ? On aurait là les outils nécessaires pour analyser la fiabilité d’un travail.

Conclusion

22On voit bien que notre propos peut paraître hardi, inconvenant : mais la révision est une technique d’ingénierie comme une autre, elle vise à l’efficacité – mot que détestent les universitaires – et on ne voit pas pourquoi on n’utiliserait pas des méthodes propres à vérifier la fiabilité d’un produit trop ancien. Certes, ce qui peut gêner, c’est la date des travaux soumis à révision, ou à « évaluation » : mais, à la vérité, combien de livres de 1910 ou de 1930 utilise-t-on encore aujourd’hui ? Et quand on les utilise, on y met une certaine défiance, on cherche nécessairement les « lacunes » de l’information, on se méfie des interprétations dangereuses, on a peur de reprendre sans vérification les citations. C’est là la réalité quotidienne : il faut en tirer les conséquences – même si l’historien déteste tout ce qui touche à l’obsolescence.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search