Version classiqueVersion mobile

L’histoire en 2050

 | 
Thuillier Guy

Annexes

VII – L’historien non professionnel

Texte intégral

  • 1 G. Thuillier et J. Tulard, Le métier d’historien, p. 23.
  • 2 On parle avec condescendance de l’historien amateur, de l’historien « du dimanche » : alor (...)
  • 3 « Histoire locale et politique de l’histoire », Annales, 1974, p. 139-150.
  • 4 Un nombre croissant de thèses est entrepris par des « retraités », ce qui ne va pas sans p (...)
  • 5 C’est une réflexion sur l’historien de 2050 qui nous a incité à rédiger cette leçon : car (...)
  • 6 Il suffira peut-être de quelques personnalités créatrices faisant un effort de doctrine, p (...)

1Pourquoi ne parle-t-on pas de l’historien non professionnel ? On y fait des allusions timides1 – alors qu’on sait bien que les recherches des historiens non professionnels, qui travaillent pour le plaisir (et non pour des intérêts de carrière) représentent la majorité des travaux sur l’histoire de France, et que leurs attentes, leurs réactions, leurs méthodes ne sont pas toujours identiques à ceux de l’historien de métier. Ce dédain de l’historien non professionnel est étrange2, il a des racines mal connues ; Paul Leuilliot en 1974 avait souligné les conflits de méthode entre l’historien universitaire et l’historien local, qui travaille « pour le plaisir »3, mais il est très difficile de saisir cette population des historiens non professionnels, qui est très diverse d’âge, d’expérience, de profession, de formation. Nous croyons qu’une politique d’aide, de formation de ces historiens devrait être engagée – même si les réticences de l’historien universitaire sont grandes4 et nous voudrions poser (avec prudence) quelques questions sur les principes, les avantages de l’historien non professionnel, les techniques de formation, la gestion du système. C’est là une leçon que l’on devrait refaire en 2015 ou 20205 : peut-être s’apercevra-t-on alors que les historiens non professionnels ont poussé à une conception plus « probabiliste » de l’histoire (un « non-professionnel » ne croit pas beaucoup – par expérience de la vie pratique – qu’on puisse accéder au vrai) et qu’ils ont pu développer certaines histoires fortement techniques qui sont aujourd’hui trop délaissées6.

I. QU’EST-CE QU’UN HISTORIEN NON PROFESSIONNEL ?

2On a beaucoup de mal à définir l’historien non professionnel ; la seule définition commode est l’historien qui travaille pour le plaisir et n’a pas été formé directement au métier d’historien : mais elle n’est guère satisfaisante pour décrire une population très variée. De fait, on trouve plusieurs cercles :

3Premier cercle : le professeur de lycée, le conservateur d’archives ou de musée qui travaille pour le plaisir, en dehors de tout intéret de carrière (ce qui est fréquent en province).

  • 7 Celui qui est en exercice a-t-il le temps de se consacrer vraiment à l’histoire ? Tout dép (...)

4Deuxième cercle : le retraité – ingénieur, médecin, administrateur ou notaire7 – qui a un savoir technique, certaine expérience de la vie, du temps libre et qui fait de l’histoire par plaisir, pour satisfaire sa passion de l’histoire, en principe dans le domaine qu’il connaît bien.

  • 8 Ils réunissent des matériaux importants, mais c’est souvent une histoire quelque peu biais (...)

5Troisième cercle : la religieuse, le directeur d’hôpital, le prêtre, le syndicaliste qui travaille sur l’histoire de sa congrégation, de son hôpital, de sa paroisse ou de son syndicat, par goût, par plaisir, mais là le souci du passé est mêlé à d’autres préoccupations et les travaux ne sont pas toujours d’une impartialité totale8.

6Mais il est d’autres cercles ; on trouve par exemple :

  • celui qui se penche sur un passé où il a joué un rôle, ou qu’il a connu en profondeur (ainsi pour l’histoire militaire, ou l’histoire de la résistance)9,
  • celui qui fait l’histoire d’une technique, ou d’un métier qu’il connaît bien,
  • celui qui entreprend la biographie d’un de ses héros, d’un personnage qu’il admire,
  • celui qui fait l’histoire de sa famille10,
  • celui qui entreprend l’histoire de son village ou de sa petite cité, qui fouille les archives communales pour retrouver les traces d’un monde familier.
  • 11 Il suffit de dépouiller la Bibliographie pour un secteur que l’on connaît bien – et dans d (...)
  • 12 Ils sont bien connus : l’histoire mal faite, non érudite, travaux de seconde ou troisième (...)

7Or ces historiens non professionnels jouent un grand rôle : ils publient beaucoup (plus des deux tiers des travaux recensés par la Bibliographie annuelle de l’histoire de France)11 et occupent une place essentielle dans certaines histoires, notamment les histoires très « techniques ». Mais – sauf le premier cercle – l’historien n’est pas formé aux règles du métier d’historien, il les apprend sur le tas. Et les reproches que l’on peut faire – sur la forme et sur le fond12-à ses travaux tiennent, en général, à l’absence de formation.

II. PRINCIPES

  • 13 Paul Leuilliot (art. cité) a tenté de le faire pour l’historien local, qui est majoritaire (...)

8Comment peut-on définir quelques principes de l’historien non professionnel, alors même que la diversité des conditions, des situations est extrême ? On trouve là un grand flou : on peut cependant souligner quelques principes généraux qui règlent sa conduite13.

9Premier principe : on cherche à parler de choses qui vous importent, avec lesquelles on a une familiarité, un lien intime presque passionnel (ce n’est pas un travail de commande).

10Deuxième principe : on utilise dans cette histoire son expérience de la vie, son expérience d’un métier, son savoir technique d’ingénieur ou de médecin.

11Troisième principe : on cherche à en retirer le plaisir maximal – mais il est nécessairement très variable, comme dans tout artisanat il est souvent mêlé d’épines, traversé par des inquiétudes (il y a, par force, des périodes où l’on se décourage, où l’on est mécontent de soi).

12Quatrième principe : on s’immerge dans son sujet, on vit sur une sorte de sympathie profonde, d’Einfühlung, de vision « par l’intérieur », romantique des choses, c’est-à-dire que la sensibilité est engagée fortement, beaucoup plus que dans un travail universitaire.

  • 14 L’historien non professionnel est souvent un historien retraité, qui sait que son avenir e (...)

13Cinquième principe : cette recherche – surtout à un certain âge – est un moyen d’échapper au temps qui passe trop vite, on cherche à ralentir le temps (on a, en général, une conscience aiguë de l’hémorragie du temps, on sait que le temps vous est compté, que la mort est proche)14.

  • 15 Le bonheur de l’historien : quel beau thème de réflexion ! Il est plus facile d’évoquer le (...)

14Ce sont là des principes qui ne coïncident guère avec ceux de l’historien de métier : l’historien non professionnel, qui travaille « pour le plaisir », a des formes de bonheur particulières (on le voit bien pour l’historien local, Paul Leuilliot l’a montré jadis). On n’ose trop s’aventurer en ce domaine (qu’est-ce que le bonheur d’un historien ?)15, mais on en voit bien les fondements.

15Premier fondement : la certitude d’avoir fait un bon choix, qui procure des plaisirs nouveaux, très variés, qui ne sont pas épuisés.

  • 16 On se situe sur une chaîne d’historiens, on a des prédécesseurs, on aura des successeurs : (...)
  • 17 On n’a pas à rendre des comptes au jour du jugement de la même façon, on les rendra pour s (...)

16Deuxième fondement : l’indifférence à l’obsolescence (en histoire locale et en histoire fortement technique, le taux d’obsolescence est plus faible)16 ; les liens avec la mort ne sont pas tout à fait les mêmes que pour l’historien de métier, ils sont plus visibles, plus certains17.

  • 18 Paul Leuilliot (art. cité) notait cette limitation volontaire de la vision.

17Troisième fondement : l’ignorance paisible de la valeur de ses travaux ; on n’a pas (comme l’historien de métier) l’aiguillon de la concurrence, l’obsession de maintenir son pouvoir, la nécessité de « garder son rang » ; on se tient à sa place, on ne cherche pas querelle au voisin, on vit dans une certaine tranquillité d’esprit, même quand on explore des voies nouvelles (aux successeurs déjuger ce que j’ai fait...). Cette indifférence, cette équanimité d’esprit donne une certaine force à l’historien non professionnel, qui limite volontairement ses ambitions18.

  • 19 Son expérience de la vie l’a mis souvent en défiance vis-à-vis des grandes doctrines, qui (...)

18Quatrième fondement : ce qui importe, c’est plus l’effort, la tension, le plaisir, que ce que je trouve, que les connaissances que j’accumule ; l’historien non professionnel ne s’intéresse pas in principio à un « progrès » hypothétique des connaissances, c’est le vécu de la recherche qui lui paraît essentiel, et la trouvaille, le petit fait vrai inédit lui donnent plus de plaisir que le jeu des grandes idées ou des belles courbes : en quoi il s’éloigne beaucoup de l’historien de métier19.

III. FORCES ET FAIBLESSES DE L’HISTORIEN NON PROFESSIONNEL

19Peut-on chercher à décrire globalement les atouts de l’historien non professionnel et ses faiblesses ? C’est sans doute impossible, tant les situations sont différentes : mais on peut donner – avec prudence – quelques orientations.

  • 20 Nous prenons le cas le plus fréquent, l’historien qui travaille sur son métier ou sur son (...)

20Faire l’éloge de l’historien non professionnel paraît chose aisée – mais en fait on connaît fort peu ses ressorts intimes (pourquoi fait-il de l’histoire ?), sa vision de l’histoire. Ses atouts sont importants20 :

  • il a la connaissance du terrain, il est dans son domaine, tout lui est familier par métier ;
  • il possède un savoir technique irremplaçable (l’expérience du médecin, de l’ingénieur, de l’administrateur), il connaît un métier en profondeur (si on veut faire de l’histoire de l’informatique ou de l’histoire de l’actuariat, les « anciens » ont une supériorité incontestable au départ, et comme disait Paul Leuilliot pince sans rire : « Mieux vaut connaître le sainfoin, la luzerne pour faire l’histoire de la culture et de l’élevage »)21 ;
  • il a une vision personnelle du passé, le sens de l’écoulement du temps, une connaissance intime de l’autrefois des traditions (telle la religieuse qui fait l’histoire de sa congrégation) : c’est là une chose assez mystérieuse, et à propos de l’historien local, Paul Leuilliot notait avec finesse qu’il « vit, à proprement parler, le passé de son choix ; son temps de l’histoire est un temps tout proche, la durée dans laquelle il s’installe est une durée intime et personnelle, c ’est un temps « achronique », paradoxalement intemporel en quelque sorte », très différent du temps construit, utile, abstrait de l’historien de métier22 ;
  • son regard est un regard tourné aussi vers soi : il engage beaucoup de lui-même dans l’histoire qu’il explore, c’est un passionné, il sacrifie son temps, ses forces, il cherche à maximiser son plaisir (mais l’historien non professionnel parle trop peu de lui-même, de sa passion de l’histoire) ;
  • il a du courage à en revendre, il travaille beaucoup, en bon artisan, il prend le temps nécessaire, ne se presse pas d’achever, il sait questionner, flâner, attendre (Paul Leuilliot note qu’« ayant le temps pour lui, l’historien local croit à la patience, à la minutie des fiches, au petit fait »). C’est un courage dont on connaît mal les racines ;
  • l’historien non professionnel est indépendant d’esprit : en principe (mais il y a des exceptions), sa vision n’est pas déformée par l’idéologie, les modèles, les querelles doctrinales ; il a son jugement propre, il pratique peu, à l’habitude, l’esprit de soumission, il ne vit pas à louage comme certains historiens de métier (il a l’indépendance d’esprit telle qu’on la pratique dans sa profession), parfois même il se montre volontiers irrévérencieux23 ;
  • il possède la modération, l’humilité nécessaires24 : il sait limiter volontairement sa vision ; il ne cherche pas à construire des systèmes a priori, à imposer ses vues ; il se défie de lui-même ; il ne croit pas détenir la vérité... L’historien non professionnel a une expérience de la vie qui le met (en principe) à l’abri de la surestimation de soi25, il sait fort bien que ce qu’il fait est nécessairement imparfait, inachevé (mais il ne le dit pas toujours, par prudence).

21Ce sont là des atouts importants : mais on connaît bien les faiblesses traditionnelles, elles tiennent souvent à ce qu’il n’a pu trouver la formation, les conseils nécessaires. Les reproches sont nombreux à l’accoutumée :

  • l’absence de connaissances générales en histoire26,
  • le défaut de savoir-faire pour rédiger un article, présenter une communication, avec les règles d’érudition et de clarté nécessaires : ce sont des défauts formels,
  • l’absence de réflexion théorique, de « problématique » comme disent certains pédants : mais il ne pose que les questions qui lui plaisent, et comme le note malicieusement Paul Leuilliot, « il ne se sent pas toujours obligé de conclure en discourant sur l’histoire pour l’expliquer », et « il lui arrive de laisser des questions sans réponse »... Il ne cherche pas à expliquer à toute force ce qui s’est passé : c’est un historien de terrain27, qui sait l’importance du douteux, de l’incertain,
  • les illusions, qui sont fréquentes, déforment sa vision : parfois il croit trop à la valeur de ses travaux, il vit dans l’illusion de son savoir technique, il commet même des erreurs de jugement, il ne voit pas ce qui est important, il ne sait pas se critiquer (ce qui est un art très difficile),
  • l’amour-propre d’auteur, qui est souvent très vif : il souffre de n’être pas reconnu, de n’avoir pas d’influence, d’audience,
  • la naïveté : il est parfois piégé par ses sources (par exemple pour l’histoire biographique), ou il s’égare dans la politique, la religion, il cède à la facilité, fait souvent de l’histoire partiale, médiocre, il se montre même exclusif, intolérant28.
  • 29 Les jurys de thèse sont même gênés de faire de tels reproches à des gens qui ont un certai (...)

22On voit tous les reproches qu’on peut lui faire : mais ce sont des reproches proches de ceux que l’on fait à un historien débutant29, et en général – s’il est bien conseillé – il se corrige assez rapidement, ou du moins il est conscient de ses faiblesses et cherche à éviter ces pièges coutumiers.

IV. LES TECHNIQUES DE FORMATION

  • 30 On rencontre beaucoup de résistances quand on propose des séminaires d’initiation, notamme (...)

23Nous croyons utile de rappeler quelques principes, car la réflexion en ce domaine-il s’agit, répétons-le, de pédagogie d’adultes – n’a pas été poussée très loin jusqu’à présent30 : or d’ici 2020 c’est un secteur qui doit notablement se développer.

24Premier principe : il faut chercher à initier l’historien non professionnel aux règles du métier d’historien et établir :

  • des séminaires d’initiation ou généraux ou particuliers (liés à des thèmes spéciaux), avec formation aux techniques de recherche et initiation aux objectifs de l’histoire du secteur31,
  • des séminaires de type D.E.A. des Facultés ou École pratique des Hautes études (ou École des Hautes études en sciences sociales)32,
  • des séminaires d’orientation où l’on trouve à la fois des étudiants, des historiens de métier, des historiens non professionnels et des anciens du secteur étudié (ingénieurs, administrateurs) : le mélange peut être fécond33,
  • des séminaires post-doctoraux, où l’on aurait à la fois des historiens non professionnels et des historiens de métier34,
  • des séminaires d’initiation à l’histoire locale (la formule n’existe pas encore : il serait cependant simple de trouver un bon maître et de dispenser 30 ou 40 heures de formation...).

25On voit que l’on peut inventer des formules neuves et souples de formation et de soutien.

26Deuxième principe : on doit évaluer les besoins de formation des historiens non professionnels (on ne peut faire de formation sans évaluer les besoins réels). Or ces besoins montrent bien les difficultés de l’historien non professionnel : prenons quelques exemples :

  • le recouvrement entre les méthodes de pensée, les traditions des métiers antérieurs35, et les règles du métier d’historien : pour un juriste, un administrateur, il n’y a guère que des problèmes d’ajustement, pour un ingénieur, un médecin, des conflits existent (on ne réfléchit pas tout à fait de la même façon)36,
  • l’ignorance où se trouve l’historien de ses besoins de formation : il a souvent des lectures multiples, un savoir étendu en histoire, mais qui peut parfois le gêner, lui donner des préjugés, des préventions37 ; il ne sait pas toujours discerner l’incertitude, le flou des travaux des historiens prédécesseurs, il accorde trop facilement sa confiance, il n’ose affirmer ses opinions personnelles, il les censure parfois38, il s’abrite derrière les idées d’autrui, il croit même naïvement que la vérité est chose accessible ; souvent il est trop conformiste39.

27Aussi faut-il dans ces séminaires :

  • donner une formation « sur mesure », des conseils adaptés à la personnalité de l’auditeur,
  • établir avec l’historien, si l’on peut, un plan de travail individuel (suivant les principes de Victor Duruy),
  • l’inciter à construire une œuvre (on n’écrit pas un livre, on bâtit une œuvre), à établir des plans sur 10 ou 15 ans,
  • l’habituer à raisonner de façon indépendante, à mettre en doute ses « préjugés », à chercher à penser par lui-meme, à se détourner de l’histoire doctrinaire40.

28On s’aperçoit à l’expérience que ces conseils, ces mises en garde sont nécessaires : mais il faut bien rappeler que l’objectif principal est de maximiser le plaisir.

  • 41 On le voit bien en histoire locale, où l’historien n’a personne avec qui discuter en confi (...)
  • 42 Notamment des séminaires post-doctoraux et de ceux organisés par les Comités d’histoire (c (...)

29Troisième principe : on doit être conscient que pour certains historiens, l’isolement, la solitude sont choses dangereuses41 : l’historien non professionnel a besoin de se situer par rapport aux autres, de se confronter aux opinions d’autrui, de sortir de lui-meme : c’est le rôle des séminaires42, mais aussi des colloques – ou des sociétés savantes – où l’on peut vérifier qu’on a bien une vision à soi du passé, que l’on peut créer librement.

  • 43 Certains professeurs maladroits ou peu expérimentés traitent ces historiens comme des étud (...)

30Quatrième principe : il faut user dans le conseil de beaucoup de prudence et d’habileté : on a affaire à des personnalités affirmées, on doit éviter toute attitude directive43, laisser la plus grande liberté au « conseillé », lui montrer ses propres incertitudes, ses doutes, ses interrogations, lui faire sentir que personne n’est assuré de son jeu, que les grandes doctrines, les belles explications sont choses des plus fragiles, des plus douteuses... Il faut créer avec lui des liens de complicité, lui suggérer les bonnes cibles, lui indiquer les règles pour protéger sa liberté. L’historien non professionnel n’aime pas être dupe, son expérience de la vie le rend méfiant : ce qui rend difficile parfois le conseil.

V. GESTION DU SYSTÈME

31Comment gérer un système d’historiens non professionnels ? Les règles du jeu ne sont pas faciles à préciser.

  • 44 On le voit bien dès qu’on cherche à faire de l’histoire de l’informatique.
  • 45 Cf. supra, p. 151-152.

32Première forme : on doit leur faire place dans les Comités d’histoire, où leur rôle doit se développer : c’est un vivier de savoir irremplaçable44, et le mélange des historiens de métier et des historiens non professionnels peut être efficace. C’est aux Comités que reviennent l’orientation, la formation et le conseil des historiens non professionnels de leur secteur (ce qui suppose une bonne politique de communication)45.

  • 46 Ces mémoires ont très rarement un prolongement : le jeune auteur n’entreprend plus aucun t (...)
  • 47 Article précité.
  • 48 Les sociétés savantes ont aujourd’hui beaucoup de peine à survivre et à programmer des tra (...)

33Deuxième forme : en histoire locale et régionale, les historiens non professionnels ont la première place, car les travaux universitaires sont peu nombreux, et souvent les mémoires de maîtrise sont imparfaits46. L’indépendance d’esprit des historiens locaux (Paul Leuilliot le soulignait nettement)47 n’est pas toujours appréciée par les historiens universitaires : l’historien local reste très étranger aux querelles doctrinales ou philosophiques, « les théories de l’histoire lui répugnent », il tend à compliquer « comme à dessein les choses, à les rendre moins claires, à poser plutôt des questions, en somme à remettre en cause ce qu ’on croyait établi ». L’historien local est volontiers subversif : il faut l’encourager dans cette voie – et peut-être un jour y aura-t-il des Comités d’histoire départementaux (ou régionaux) avec les moyens nécessaires48.

34Troisième forme : on doit mettre en place les outils pédagogiques pour aider l’historien non professionnel à se former :

  • manuels d’initiation générale aux principes et aux méthodes de l’histoire,
  • guides de recherche généraux ou spécialisés49 pour orienter leurs recherches, notes de méthode50.
  • 51 Par exemple si l’on veut développer l’histoire des femmes dans un département-histoire for (...)

35Mais il y a sans doute d’autres formules à inventer (stages ou sessions de formation sur des sujets pointus)51.

36Quatrième forme : on doit chercher à faire l’histoire de l’historien non professionnel (en histoire locale on suit facilement ses traces, on connaît ses origines sociales : jadis le châtelain, le notaire, le curé de village, le régent, aujourd’hui des ingénieurs, des syndicalistes) ; par suite, il faudrait :

  • collecter les archives orales des historiens non professionnels52,
  • sauvegarder leurs archives, leurs collections (on trouve souvent des travaux inachevés, des documents rares)53,
  • les inciter à écrire leurs souvenirs « en tant qu’historiens »,
  • leur demander d’écrire l’histoire de leurs prédécesseurs54.

VI. RÈGLES DU JEU

  • 55 Il y a l’historien non professionnel, qui-grâce à son métier antérieur – travaille très ra (...)

37On doit donner à l’historien non professionnel la place qu’il mérite (ce n’est pas, comme croient encore certains avec dédain, « un historien du dimanche »). Mais quels conseils pratiques peut-on lui donner pour mener ses travaux ? L’exercice est nécessairement arbitraire (il ne peut y avoir aucune règle générale en ce domaine)55, mais on peut donner quelques indications.

  • 56 Cf. G. Thuillier, L’histoire entre le reve et la raison, 1999, p. 732-778.
  • 57 Ou plus exactement, avec les règles de son ancien métier, il ne tirera pas tout ce qu’il p (...)
  • 58 Même s’il ne fait pas de thèse.

38Première règle : un historien non professionnel doit apprendre – même sommairement – les règles du métier (tout comme on apprend les règles de l’horticulture), il doit s’initier aux méthodes, faire ses gammes, ses exercices (il y a des règles pratiques pour composer un article, faire une communication)56, il ne peut se fier simplement aux règles de son métier d’origine57. S’il en a la possibilité, il a intérêt à suivre un séminaire d’initiation de niveau doctoral58.

39Deuxième règle : s’il est prudent, il doit prendre conseil auprès d’un historien expérimenté (ou, en histoire locale, auprès d’un « ancien » de la société savante), et trouver le bon conseiller, notamment pour le choix d’un thème d’études (il faut éviter de se lancer dans des sujets impossibles faute de sources « fiables »).

  • 59 En matière d’observation de soi, tout ce qui est bon pour l’historien de métier vaut pour (...)
  • 60 Cf. L’histoire..., ouv. cité, p. 313-319.

40Troisième règle : il doit chercher à s’observer59, à analyser la méthode de travail qu’il doit appliquer, suivre les variations, les rebonds de sa recherche et – s’il en a le goût – tenir un journal de recherche60.

  • 61 Cf. « Comment faire un effort de doctrine », dans L’histoire..., ouv. cité, p. 691-699.

41Quatrième règle : il doit, si possible, faire un effort de réflexion doctrinale dans le secteur qu’il a choisi61 ; à un certain niveau, on ne peut guère s’en dispenser ; on doit par suite avoir des lectures étendues, se tenir au courant des nouveaux travaux, guetter les mutations, suivre, si possible, les colloques de spécialistes pour chercher à se situer.

  • 62 C’est là où le rôle du conseil est déterminant, car il permet de maximiser l’efficacité de (...)

42Cinquième règle : on doit faire effort pour se fixer des objectifs à long terme, c’est-à-dire à voir au-delà du travail qu’on entreprend (il faut songer au deuxième livre après le premier)62 : on doit se fixer un programme, un échéancier « révisable », avoir un projet « réaliste » (c’est là où l’on peut utilement consulter des amis) ; c’est une question de discipline intellectuelle.

  • 63 Cf. « La paix », dans L’histoire..., ouv. cité, p. 114-121.
  • 64 Cf. G. Thuillier et J. Tulard, La morale de l’historien, 1995, p. 59-64, 71-77.

43Sixième règle : on doit (tout comme l’historien de métier) chercher à vivre en paix63, éviter les querelles, les vaines ambitions qui troublent l’otium studiosi, appliquer à sa manière les devoirs d’état de l’historien, notamment les devoirs envers soi-même et les devoirs envers les successeurs64 (on doit transmettre un héritage en bon ordre, même si l’on n’a pas pu construire l’œuvre dont on rêvait).

VIL PROSPECTIVE

  • 65 Cf. « Que sera l’historien de 2050 ? », dans L’histoire..., ouv. cité, p. 813 et suiv.

44Peut-on esquisser une prospective ? Nous sommes dans un arbitraire total65.

45Examinons les facteurs favorables au développement du rôle de l’historien non professionnel.

  • 66 Cette statistique globale ne donne pas les statistiques de cadres retraités : mais la prog (...)

46Premier facteur : l’accroissement du nombre de retraités valides, pouvant mener des recherches historiques (le nombre des retraités doit passer de 20 % de la population en 1995 à 26 % en 2020, et 33 % en 2050)66.

47Deuxième facteur : on aura de plus en plus de personnes mieux formées aux méthodes historiques, surtout si on leur donne des possibilités de formation et de conseil, et des outils de travail.

48Troisième facteur : les histoires fortement techniques – souvent délaissées par les universitaires – ont besoin de plus en plus des historiens non professionnels, par exemple l’histoire de l’armement, l’histoire de l’actuariat ou l’histoire de la chimie.

  • 67 Ce serait ainsi un moyen pour développer l’histoire de la bureaucratie, trop dédaignée par (...)

49Quatrième facteur : le développement des Comités d’histoire devrait donner des possibilités accrues d’aides, de formation, de publications ; tôt ou tard les Comités d’histoire devront avoir une politique de formation pour accroître le nombre des chercheurs « pour le plaisir », et peut-être créera-t-on d’ici 2050 des Comités d’histoire au niveau départemental ou régional67.

  • 68 Sur les histoires à naître, supra, p. 217.
  • 69 Moyennant certaines précautions, le formé pourrait devenir formateur en encadrant d’autres (...)

50Cinquième facteur : chaque fois qu’une histoire à naître – non encore connue-se développera68, on aura recours à ceux qui ont l’expérience technique nécessaire, et on les formera au métier de chercheur (et peut-être au métier de formateur...)69 .

51Mais il faut bien voir l’étendue des facteurs défavorables :

  • le milieu universitaire est souvent hostile (sa mission première est de former des professeurs), parfois le professeur – homme de cabinet, ayant une expérience de la vie limitée-ne comprend pas que l’historien non professionnel a seul la capacité de défricher certains secteurs techniques et de poser les bonnes questions : l’historien de métier ne peut comprendre le détail des affaires d’une banque, d’une compagnie d’assurances ou d’une grande forge, il ne lit pas les documents comme le « technicien »70, et même dans des secteurs comme l’histoire politique, une certaine expérience de la vie est nécessaire,
  • le « politiquement correct », la censure sont encore un frein dans certains secteurs, on n’ose pas recourir systématiquement aux hommes et femmes de terrain (par exemple ceux qui ont une pratique sociale),
  • ces histoires fortement techniques sont difficiles à mettre en œuvre, leurs méthodes ne sont pas bien définies, les échecs sont fréquents,
  • on ne sait trop dans quelles conditions les Comités d’histoire – qui s’appuient pour partie sur les historiens non professionnels – se développeront, peut-être y aura-t-il une « régression » ou une « bureaucratisation », leur prospective est très difficile à faire71,
  • l’historien non professionnel se décourage vite, il abandonne ses recherches si on ne l’encourage pas ou s’il perd le plaisir de travailler (avec la fatigue de l’âge).
  • 72 Cf. L’histoire..., ouv. cité, p. 815-816.

52La croissance de l’histoire non professionnelle est nette depuis vingt ans : il est impossible de savoir si la tendance continuera (on n’a que des hypothèses floues sur la croissance ou la régression de l’histoire)72.

Conclusion

53Quelles leçons peut-on tirer, à titre provisoire, de ces observations trop allusives ?

54Première leçon : on a trop de dédain pour l’historien non professionnel ; les universitaires ont tort de négliger cette demande de formation, de plus en plus explicite, et de ne pas mettre en place des moyens adaptés ; bien des secteurs d’histoire ne peuvent vivre que sur les travaux d’historiens non professionnels, souvent très « pointus ». Apparemment il faudrait définir une politique générale.

55Deuxième leçon : si on menait une politique volontariste en ce domaine, on pourrait élargir sensiblement le vivier des chercheurs ; il faudrait :

  • créer les outils de formation nécessaires,
  • mieux définir (avec leur aide) les objectifs de ces histoires « techniques »,
  • établir des « programmes » de travail, de publication de documents.

56On aurait ainsi des travaux mieux faits, mieux « programmés », ou plus intelligents dans des domaines souvent délaissés par l’histoire universitaire. Cela mériterait bien quelques aides.

57Troisième leçon : peut-être pourrait-on aller plus loin et poser quelques questions délicates :

  • l’historien non professionnel peut-il former à son tour, notamment dans les histoires très techniques ?
  • ne peut-on chercher à explorer la psychologie, les motivations, les attentes des historiens non professionnels afin d’améliorer les méthodes de formation ?
  • ne devrait-on pas inciter les historiens non professionnels à aborder ce qui concerne la théorie de l’histoire, à chercher à expliciter les principes de l’histoire telle qu’ils la voient ? Il n’est pas sûr qu’ils n’aient pas quelques idées neuves à apporter aux historiens de métier.

Notes

1 G. Thuillier et J. Tulard, Le métier d’historien, p. 23.

2 On parle avec condescendance de l’historien amateur, de l’historien « du dimanche » : alors que dans d’autres disciplines – telle l’histoire de l’art – l’historien « pour le plaisir » est très considéré.

3 « Histoire locale et politique de l’histoire », Annales, 1974, p. 139-150.

4 Un nombre croissant de thèses est entrepris par des « retraités », ce qui ne va pas sans poser quelques problèmes (le candidat en sait souvent bien plus que son professeur sur le sujet), il y a quelquefois des heurts, des abandons. Faut-il rappeler que c’est une particularité de l’histoire moderne et contemporaine ? Il y a fort peu de sociologues ou de géographes « non professionnels », ni même de philosophes.

5 C’est une réflexion sur l’historien de 2050 qui nous a incité à rédiger cette leçon : car c’est une variable importante dans la prospective de l’histoire.

6 Il suffira peut-être de quelques personnalités créatrices faisant un effort de doctrine, pour changer les règles du jeu et organiser un champ de recherches particulier (un bon exemple en est donné par Poisson, qui a « créé » littéralement l’histoire du notariat, il a conté lui-même comment il s’est lancé dans cette aventure...).

7 Celui qui est en exercice a-t-il le temps de se consacrer vraiment à l’histoire ? Tout dépend des métiers ; seul le retraité (ou le préretraité) a le temps de mener à bien des travaux importants (à la rigueur, quand on est en exercice, on peut collectionner, lire, « paperasser », faire des ébauches, suivre les travaux d’autrui). C’est pourquoi nous parlons ici avant tout du retraité qui a 15 ou 20 ans de bon devant lui pour travailler.

8 Ils réunissent des matériaux importants, mais c’est souvent une histoire quelque peu biaisée.

9 Un bon exemple en est donné par J.C. Crémieux-Brilhac pour la France libre.

10 Par exemple qui publie une correspondance familiale.

11 Il suffit de dépouiller la Bibliographie pour un secteur que l’on connaît bien – et dans des sous-disciplines comme l’histoire religieuse, on voit bien l’importance des « non-professionnels ».

12 Ils sont bien connus : l’histoire mal faite, non érudite, travaux de seconde ou troisième main, parfois avec des emprunts « non vérifiés », documents mal exploités, publiés incomplètement ou mal compris, histoire partiale, ou conformiste, ou « apologétique » : les travaux de « non-professionnels » prêtent parfois à des critiques justifiées, mais ce sont très souvent des préjugés.

13 Paul Leuilliot (art. cité) a tenté de le faire pour l’historien local, qui est majoritairement un historien non professionnel.

14 L’historien non professionnel est souvent un historien retraité, qui sait que son avenir est limité.

15 Le bonheur de l’historien : quel beau thème de réflexion ! Il est plus facile d’évoquer le malheur de l’historien de métier : et il ne viendrait pas à l’esprit de parler du malheur du « non professionnel » (qui a derrière lui un autre passé professionnel, qui a connu sans doute d’autres échecs).

16 On se situe sur une chaîne d’historiens, on a des prédécesseurs, on aura des successeurs : on est ancré dans une certaine durée (notamment en histoire locale).

17 On n’a pas à rendre des comptes au jour du jugement de la même façon, on les rendra pour son métier principal, ingénieur ou médecin...

18 Paul Leuilliot (art. cité) notait cette limitation volontaire de la vision.

19 Son expérience de la vie l’a mis souvent en défiance vis-à-vis des grandes doctrines, qui dissimulent des préjugés politiques ou philosophiques. L’historien non professionnel incline souvent au scepticisme (quand il ne se censure pas).

20 Nous prenons le cas le plus fréquent, l’historien qui travaille sur son métier ou sur son territoire. En fait la diversité des cas est extrême il y a le douanier qui travaille sur les douanes, et l’instituteur qui fait (pour le plaisir) la monographie d’une école – mais aussi le médecin qui fait l’histoire d’une grande famille noble du cru, l’avocat qui entreprend la biographie d’un ministre. Cependant nous croyons qu’il y a des traits communs.

21 Pour faire de la bonne histoire locale, mieux vaut être notaire ou médecin ou avocat, c’est-à-dire avoir quelqu’expérience des intérêts et des passions humaines.

22 Il nous manque une étude sur le temps de l’historien non professionnel : ce qu’on écrit du temps de l’historien de métier risque fort de ne pas s’appliquer, qu’il s’agisse de l’instant, de la durée, des liens avec la mort (supra), du temps du projet : le non-professionnel perçoit le temps autrement, il ne fait pas carrière, il jouit de l’instant qui passe, il joue librement. Mais il faudrait avoir des archives orales d’historiens non professionnels pour saisir ce temps vécu.

23 Ce qui explique parfois les conflits avec les historiens universitaires : l’ingénieur des mines Birembault s’ingéniait (avec succès) dans les années 1960 à relever les erreurs techniques de Roland Mousnier et de Bertrand Gille (il avait l’avantage d’avoir construit une raffinerie de pétrole...).

24 L’humilité du non-professionnel est très différente de celle de l’historien de métier : mais on a du mal à bien la saisir.

25 Dans sa vie active, il a subi des échecs, il connaît leur importance, il doute de lui-même.

26 C’est un reproche de moins en moins fondé, mais il sait moins bien raisonner sur l’histoire.

27 Par opposition aux « historiens de cabinet ».

28 C’est fréquent en histoire religieuse, où les règles du jeu sont floues, où l’on condamne facilement, où l’on trie abusivement les documents.

29 Les jurys de thèse sont même gênés de faire de tels reproches à des gens qui ont un certain âge.

30 On rencontre beaucoup de résistances quand on propose des séminaires d’initiation, notamment chez les historiens de métier, mais aussi chez les autres (on créerait deux groupes : ceux qui ont reçu une formation, et les autres). Ce n’est pas très compréhensible.

31 Nous avons exposé les principes de ces séminaires dans Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 353-359.

32 Les non-professionnels sont mêlés à des étudiants, alors que leurs besoins ne sont pas identiques.

33 Par exemple des séminaires sur l’actuariat ou sur l’enfance handicapée ou sur la fiscalité des grandes entreprises.

34 Cette formule n’a pas encore été mise au point : pourtant c’est là où l’on pourrait suivre après la thèse les doctorants (supra, p. 245).

35 Avocat ou médecin ou directeur d’hôpital.

36 Il y a une manière propre des ingénieurs pour raisonner sur le passé (ils posent des questions a priori).

37 Ce sont des préventions remontant parfois au lycée (le danger en histoire, c’est le « bon élève »).

38 Il n’ose pas toujours tirer parti de son expérience passée et montrer l’insuffisance des raisonnements des historiens « officiels ».

39 Il est vrai que les positions sont très diverses : il y a celui qui exerce encore et a peu de temps, et le retraité, celui qui sait écrire, raisonner, critiquer par métier et celui qui a de la peine à formuler sa pensée, qui ne cherche pas à penser par lui-même, celui qui a une certaine rigueur de pensée, par sa profession, et celui qui se livre à son imagination, celui qui vise à Vexcellence et celui qui peine à livrer des travaux jugés médiocres... Il est impossible de généraliser, on n’a affaire qu’à des cas particuliers.

40 Il faut l’habituer à ne pas penser conforme, l’inciter à douter, à pratiquer le probabilisme (qu’il connaît déjà par son expérience extérieure), libérer son esprit des multiples entraves qui l’empêchent de faire de la bonne histoire.

41 On le voit bien en histoire locale, où l’historien n’a personne avec qui discuter en confiance de ses travaux.

42 Notamment des séminaires post-doctoraux et de ceux organisés par les Comités d’histoire (ce doit être un de leurs buts).

43 Certains professeurs maladroits ou peu expérimentés traitent ces historiens comme des étudiants, ce qui provoque quelques drames.

44 On le voit bien dès qu’on cherche à faire de l’histoire de l’informatique.

45 Cf. supra, p. 151-152.

46 Ces mémoires ont très rarement un prolongement : le jeune auteur n’entreprend plus aucun travail d’histoire, c’est un essai sans lendemain (ce qui est dommage). Il en est souvent de même pour certaines thèses.

47 Article précité.

48 Les sociétés savantes ont aujourd’hui beaucoup de peine à survivre et à programmer des travaux de longue durée ; elles assurent beaucoup moins leur fonction d’encadrement des jeunes chercheurs.

49 Par exemple : guide pour l’histoire des femmes, guide pour l’histoire de l’élevage, guide pour l’histoire de la chimie, guide pour l’histoire de l’actuariat.

50 Par exemple : comment faire une monographie de forge ? de lycée ? d’asile d’aliénés ? Comment étudier l’histoire des femmes au XIXe siècle dans un département ?

51 Par exemple si l’on veut développer l’histoire des femmes dans un département-histoire fort délaissée, ainsi que le notait Michelle Perrot – il faut organiser un stage de formation de 2 ou 3 jours, avec un stage de reprise neuf mois plus tard, et octroyer des moyens pour publier chaque année des cahiers ou un recueil d’études et de documents. Comment développer l’histoire des femmes en province ? C’est là un beau sujet de réflexion.

52 Ce qui permettrait de mieux saisir, par exemple, la vocation, les goûts, la psychologie de l’historien non professionnel (l’article de Leuilliot précité sur l’historien local donne les bases d’un questionnaire).

53 On a ainsi sauvegardé aux Archives nationales les papiers de l’ingénieur Arthur Birembault, qui était spécialiste de l’histoire des techniques.

54 Ils sont le mieux à même de les comprendre – pour les histoires très techniques, ce serait fort précieux.

55 Il y a l’historien non professionnel, qui-grâce à son métier antérieur – travaille très rapidement et rédige bien, et celui qui travaille lentement, paresseusement...

56 Cf. G. Thuillier, L’histoire entre le reve et la raison, 1999, p. 732-778.

57 Ou plus exactement, avec les règles de son ancien métier, il ne tirera pas tout ce qu’il pourrait tirer de son capital de connaissances techniques.

58 Même s’il ne fait pas de thèse.

59 En matière d’observation de soi, tout ce qui est bon pour l’historien de métier vaut pour le non-professionnel.

60 Cf. L’histoire..., ouv. cité, p. 313-319.

61 Cf. « Comment faire un effort de doctrine », dans L’histoire..., ouv. cité, p. 691-699.

62 C’est là où le rôle du conseil est déterminant, car il permet de maximiser l’efficacité des efforts de recherche, en tenant compte de l’expérience pratique de l’historien non professionnel, de sa passion de l’histoire, de ses premiers essais ; mais il faut que le « conseilleur » ait de l’habileté, une bonne connaissance du secteur et que le « conseillé » comprenne l’importance d’avoir un projet sérieux, demandant 5 ou 10 ans, c’est-à-dire important pour la discipline ou la sous-discipline.

63 Cf. « La paix », dans L’histoire..., ouv. cité, p. 114-121.

64 Cf. G. Thuillier et J. Tulard, La morale de l’historien, 1995, p. 59-64, 71-77.

65 Cf. « Que sera l’historien de 2050 ? », dans L’histoire..., ouv. cité, p. 813 et suiv.

66 Cette statistique globale ne donne pas les statistiques de cadres retraités : mais la progression devrait être du même ordre.

67 Ce serait ainsi un moyen pour développer l’histoire de la bureaucratie, trop dédaignée par l’université.

68 Sur les histoires à naître, supra, p. 217.

69 Moyennant certaines précautions, le formé pourrait devenir formateur en encadrant d’autres historiens non professionnels.

70 Ou il risque de ne pas s’apercevoir de l’intérêt de tel ou tel document.

71 Supra, p. 145.

72 Cf. L’histoire..., ouv. cité, p. 815-816.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search