Version classiqueVersion mobile

L’histoire en 2050

 | 
Thuillier Guy

Annexes

IV- Demande en histoire et histoires à naître

Texte intégral

  • 1 Nous cherchons à préciser ici quelques points sur les cheminements des histoires à naître.

1Comment saisir la naissance des histoires « à naître » ? Il n’est pas facile de répondre à une telle question : on peut croire qu’une histoire à naître « correspond » à une modification de la demande d’histoire, qui peut orienter, influencer l’offre, mais on voit dans quelles incertitudes on s’engage : la demande est chose mal connue, mal définie, parfois « insaisissable »1. On ne sait comment elle peut exciter l’esprit créateur de l’historien, lui donner l’envie d’innover. Cependant, si l’on veut analyser les histoires à naître, on doit chercher à saisir la demande, à l’évaluer, à percevoir ses variations « probables », à comprendre ses liens avec l’histoire à naître. Il n’est pas commode de raisonner en ce domaine : nous voudrions présenter quelques propositions qui peuvent guider la réflexion, mais l’exercice réclame beaucoup de prudence.

I. LES FORMES DE LA DEMANDE

  • 2 Il faudra bien un jour établir une théorie de la demande, qui montrerait l’importance de c (...)

2Si l’on veut connaître les histoires à naître, il faut d’abord dresser le tableau des demandes pour le secteur considéré : la demande peut varier fortement, et elle peut aider à la naissance et au développement des « histoires à naître », elle suscite, elle oriente, parfois elle impose. Mais il n’y a pas une seule demande, les formes en sont multiples, et l’arbre de la demande n’est pas commode à établir2. Rappelons les principales formes de la demande :

  1. Demandes générales :
    • demande politique, qui finit par provoquer des histoires neuves : aujourd’hui on a besoin d’une histoire de la corruption, d’une histoire du jeu politique, d’une histoire des femmes, d’une histoire du pouvoir bureaucratique, on a ainsi des excroissances de la demande – mais l’offre ne suit pas, pour le moment ;
    • demande sociale, liée aux préoccupations présentes du corps social : là encore on voit apparaître des histoires « dont on a besoin », histoire du quotidien, histoire de la souffrance, histoire du vieillissement, histoire des retraites, histoire de l’enfance ; le champ de cette demande sociale est immense3 et l’offre est souvent réduite ;
    • demande psychologique, aux limites de la demande sociale : ainsi l’histoire du corps, l’histoire du temps, l’histoire du jeu, l’histoire du suicide, l’histoire de la sexualité ; ce sont des histoires « à défricher », où l’offre est très insuffisante pour de multiples raisons.
  2. Demandes techniques :
    • demande d’histoires « corporatives », d’histoires « techniques » : par exemple on veut développer l’histoire de l’armement, ou l’histoire des ministères (ou des fonctionnaires) ;
    • demande d’histoire provenant d’autres disciplines : ainsi l’histoire de l’art a besoin d’une histoire financière et administrative des Beaux-Arts ;
    • demande correspondant aux besoins techniques de l’historien, en outils d’analyse, en histoires transversales : on a besoin d’une histoire de la mesure, d’une histoire de la perception du temps, d’une histoire du mode de raisonnement, de l’outillage intellectuel, et cette demande peut aller jusqu’à réclamer une histoire fine de l’histoire (comment s’est développée telle histoire ?).
  • 4 Il est étonnant que nous n’ayons pas encore une histoire transversale du mensonge (pourtan (...)

3L’arbre de la demande finit par être très compliqué, il y a des dérives, des déviations, des connexions : ainsi en histoire de la métallurgie, on réclame une histoire de la rêverie, une histoire des « projeteurs », une histoire du clandestin, une histoire du mensonge coutumier, toutes histoires « à créer »4. Mais ces dérives ont l’avantage de stimuler l’historien, de l’inciter à inventer, à innover, à aller au-delà et – avec un peu de chance – il peut faire apparaître des « histoires à naître » : mais les Dieux sont très parcimonieux en ce domaine.

IL COMMENT ÉTUDIER LES MUTATIONS DE LA DEMANDE ?

  • 5 Nous avons cherché à étudier les mutations de la demande pour l’histoire de la bureaucrati (...)

4Les mutations « probables » sont de nature, d’économie bien différentes : l’analyse est nécessairement très incertaine, et nous ne pouvons donner que quelques orientations5.

5Première sphère : les mutations prévisibles de la demande. Dans chaque secteur on doit étudier les mutations à prévoir sous trois formes :

  1. On peut utiliser la grille de la demande et chercher à prévoir les mutations vraisemblables, par exemple, pour l’histoire de l’armement les développements « probables » sur 20 ou 30 ans (tout comme en 1982 on pouvait esquisser les développements souhaitables de l’histoire de l’électricité sur 20 ans)6, pour l’histoire de la bureaucratie, les possibilités de développement de tel ou tel segment sur 20 ou 30 ans (c’est la limite des prévisions à partir de la situation présente). On constate des demandes fortes, des histoires déjà amorcées, et on cherche à prolonger la tendance. Mais on doit tenir compte aussi d’histoires qui ont été abandonnées ou rejetées et qui seront « probablement » reprises (par exemple l’histoire du rêve, amorcée par Yannick Ripa en 1988, devra être tôt ou tard reprise à telle ou telle condition)7.
  2. On doit chercher aussi à saisir les mutations qui sont provoquées par d’autres changements « prévisibles » :
    • dans les méthodes : les changements sur 20 ou 30 ans des conditions de travail, des techniques d’impression, de l’accès aux archives peuvent être importants (rappelons que depuis 1975-1980 la photocopie a beaucoup changé les conditions de travail) ;
    • dans les matériaux utilisés : rappelons l’importance des changements probables en matière d’archives scientifiques, statistiques, informatiques, audiovisuelles, en matière d’archives créées (archives orales, archives filmées) : par exemple dans les vingt prochaines années on devrait tirer toutes les conséquences des archives orales, qui n’en sont qu’à leurs débuts (les freins sont considérables) ;
    • dans la manière de connaître : il est possible qu’il y ait une régression de l’histoire doctrinaire, qu’on s’oriente vers des formules souples d’histoire psychologique, d’histoire « probabiliste », qui supposent des méthodes d’analyse différentes (on insistera plus sur la part de l’indéterminé, de l’incertain, de l’occulté : il n’est pas commode de faire de l’histoire « doctrinaire » en étudiant l’histoire du sommeil – ou l’histoire de la poussière...)8.
  3. Il faut chercher également à saisir les mutations liées à des tendances lourdes de l’histoire présente, qui devraient continuer à se développer : par exemple l’effervescence de l’histoire locale, le poids des historiens non professionnels, qui dominent certaines histoires fortement « techniques » ou à demande élevée (comme l’histoire religieuse) : pour les vingt prochaines années, ces tendances devraient se développer.

6On a là les outils d’analyse pour comprendre dans chaque secteur, les évolutions « probables » de la demande qui devraient susciter des histoires « à naître », les aider à se développer, à obtenir leur reconnaissance : il faut dresser le tableau des histoires « possibles » en 2020 ou 2030.

7Deuxième sphère : les mutations non prévisibles de la demande. Comment peut-on évoquer ces mutations non connues ? L’exercice n’est pas facile.

  1. Il faut évoquer les mutations non encore connaissables de la société, qui pourront provoquer des « histoires » ; ainsi le SIDA a provoqué depuis 1990 un intérêt nouveau, par récurrence, pour l’histoire de la sexualité, notamment de la sexualité des jeunes (mais l’extension de la drogue depuis 1970 n’a pas encore fait émerger une histoire des toxicomanes).
  2. On doit tenir compte des mutations de la demande politique, dues aux évolutions du corps politique : pour le passé l’histoire de l’immigration a été le contrecoup des débats sur l’immigration et l’unification européenne peut conduire à une histoire de l’Europe, plus ou moins biaisée, ou « conformiste » (l’histoire, rappelons-le, peut être manipulatrice, Valéry s’en plaignait déjà).
  3. On devrait également faire la part des mutations non prévisibles des méthodes de l’histoire, des « manières de connaître » ; la sensibilité des historiens change, il peut y avoir des « révolutions »– mais on n’en a aucune idée « raisonnable » ; par exemple, on a des frémissements ces dernières années d’une histoire « romantique »9, d’une histoire sensible, « non rationnelle », mais on ignore tout des possibilités de création de ce romantisme de l’historien (depuis 150 ans nous croyons à une histoire scientifique, qui sans doute brime les capacités créatrices de l’historien).
  • 10 Ainsi en histoire économique, l’histoire macroéconomique utilisant des « modèles ».

8Troisième sphère : les mutations de la demande provenant d’importations étrangères. Souvent les innovations sont le contrecoup de modes étrangères plus ou moins durables : on a vu depuis dix ans s’implanter le politiquement correct, qui tend à « contrôler » certains secteurs d’histoire, qui suscite une demande forte, crée une offre particulière (avec l’aide des éditeurs et des médias). Il est possible que l’on importe d’autres modes étrangères, ces transferts sont par construction peu prévisibles, on voit bien le développement de la micro-histoire sur le modèle de Ginzburg, mais en général ces modes sont éphémères (les modèles d’histoire anglo-saxonne ont quelque mal à s’implanter en France, il y a eu quelques échecs significatifs)10. De plus en plus il y aura des tentatives de transfert – et on ne peut « raisonnablement » prévoir les histoires à naître qui se développeront à l’étranger d’ici 2050.

III. CONSÉQUENCES

9Examinons les conséquences à tirer de ces analyses des mutations.

  • 11 Il faut des délais de réaction-et avoir la possibilité d’accéder aux sources d’archives. P (...)
  • 12 En fait on a sans doute peur de ce qu’on découvrirait pour le passé, des conclusions à en (...)

10Première conséquence : en principe l’histoire à naître correspond à une demande, et chaque fois on doit poser la question : à quelle demande se relie cette histoire à naître ? Une histoire peut ne pas émerger parce qu’il n’y a pas de demande expresse (ainsi vers 1970-1980 l’histoire des gestes n’arrive pas à émerger, il y a un « blocage » dû au refus des historiens et des ethnologues). Il conviendrait de mieux connaître ces mécanismes de blocage (qui ressemblent, apparemment, aux freins à l’innovation technique) : par exemple, l’histoire de la toxicomanie, nous l’avons vu, n’arrive pas à émerger – alors qu’on est à peu près assuré qu’elle sera développée vers 2010-2015 (c’est-à-dire un demi-siècle après l’arrivée massive de la drogue en France)11 ; de même l’histoire du corps – malgré les efforts des médecins et des historiens – n’arrive pas à se développer. L’existence d’une demande ne suffit pas à faire émerger une histoire : il existe une demande d’histoire de la fonction publique, mais pour des raisons mal connues, elle n’arrive pas à être prise en compte (on n’a pas réussi à créer un Comité d’histoire de la fonction publique), on n’a que des travaux parcellaires, sans ligne directrice (l’analyse des causes de ce « blocage » serait très significative)12.

  • 13 La liste serait intéressante à établir (en histoire de l’art on le voit très bien).
  • 14 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 73-75.

11Deuxième conséquence : que se passe-t-il là où il n’y a pas de demande ? Il peut y avoir émergence d’une histoire par l’action de personnalités créatrices, d’historiens qui bâtissent une œuvre « autonome » et qui savent précéder la demande : mais cela suppose une forte capacité d’innovation, de la hardiesse, de l’indépendance, de l’autorité, de la liberté d’esprit. Les cas sont peu nombreux pour le passé13, mais on peut penser qu’une partie des histoires à naître tiendra d’ici 2050 à ces « inventions » personnelles (ces historiens « créateurs » ne sont pas encore nés...). Mais on a aussi un autre cas de figure : on peut chercher à former, à créer la demande de toutes pièces, c’est le cas des sociétés savantes spécialisées, qui cherchent à fédérer des énergies, et des Comités ou associations d’histoire, qui, s’appuyant sur des « traditions » corporatives, peuvent chercher à développer une demande quasi-inexistante (le développement depuis 1980 des Comités d’histoire montre que cette hypothèse est fréquente)14. Or on peut prévoir que cette formule pourra s’appliquer largement, et pour des secteurs importants, d’ici 2050 : mais il y a souvent des échecs, dont l’analyse serait intéressante (les obstacles psychologiques sont nombreux, l’Université est souvent très réticente).

12Troisième conséquence : comment une histoire à naître émerge-t-elle ? Comment parvient-elle à être reconnue ? Ce sont là des questions difficiles : la gestion à ses débuts d’une « histoire à naître » relève de techniques d’ingénierie particulières, il y a sans doute des règles prudentielles variables d’un secteur à l’autre, des préparations complexes, des étapes nécessaires ; il faudrait presque établir un guide de l’histoire « à naître », qui permettrait d’avoir une chronologie, des recettes, des schémas d’analyses, des méthodes pour évaluer les risques. On voit bien la tactique pour faire émerger une discipline :

  • des produits : esquisses, travaux monographiques, synthèses, recueils documentaires,
  • des outils de travail : arbres de la demande, états des sources, notes de méthode, guides du chercheur, colloques de méthode, dictionnaires, etc.,
  • des retombées archivistiques (archives orales, sauvegarde d’archives privées ou publiques),
  • des retombées sur d’autres disciplines historiques, ou d’autres disciplines scientifiques (droit, économie, psychologie, sociologie),
  • des prolongements : recherches d’histoire locale ou régionale (monographies), comparaisons internationales, enseignement (séminaires de formation ou initiation méthodologique), colloques, etc.
  • 15 Sur l’ingénierie historique, ibidem, p. 15-22, 76-88 et supra, p. 161.

13On voit l’étendue des moyens utilisables qui sont, pour une bonne part, d’ingénierie historique classique15 – mais il est possible que d’ici 50 ans apparaissent d’autres techniques d’ingénierie historique dont nous n’avons pas encore idée (en matière de produits, de publications, de banques de données, de transmissions de données) : il n’est pas commode de faire la prospective en ce domaine.

IV. LIMITES

14L’analyste doit avoir bien conscience des limites de l’exercice.

15Première limite : il peut y avoir des « histoires à naître » qui seront l’œuvre d’historiens brillants, qui sauront affirmer leur autorité, accréditer cette histoire à naître, créer une demande propre : mais, répétons-le, nous n’avons et ne pouvons avoir aucune idée de ces personnalités créatrices qui auront de l’influence en 2050, le « génie » historique est « imprévisible » (et en 2050 il pourra y avoir encore l’influence d’historiens qui se seront affirmés en 2020 ou 2030, que nous ne connaissons pas aujourd’hui...). On est là dans le brouillard.

  • 16 Sur la régression possible, cf. G. Thuillier et J. Tulard, Le marché de l’histoire, 1994.

16Deuxième limite : il peut y avoir des régressions de l’histoire16, des limitations, des fléchissements de la demande, entraînant un affaiblissement du taux de natalité d’histoires à naître. On peut s’interroger sur ces formes de régression, leurs sources, leur durée, chercher à comprendre ces effets de stagnation :

  • on a des effets de nivellement, dus à la tyrannie des disciplines lourdes, qui tout naturellement cherchent à éviter l’émergence de « petites » disciplines (on le voit bien dans les commissions du CNRS) ;
  • la régression peut tenir aussi au rôle social (et politique) de l’histoire, aux restrictions des moyens accordés à la recherche, à la limitation de la place de l’histoire dans l’enseignement, également à la tentation d’une « censure » (politique ou sociale) ;
  • enfin le taux de création peut être affaibli, notamment si l’on ne forme pas correctement les « futurs patrons », si l’on ne les aide pas à construire une œuvre (et dans certaines disciplines, on a vu une certaine stagnation depuis 1970-1975, parce qu’il n’y a pas de « patrons », pas de « remplaçants » en vue).

17On voit qu’une analyse des limites peut entraîner assez loin : il faut bien saisir les incertitudes qui pèsent sur l’histoire à venir.

V. RÈGLES D’USAGE

18Comment peut-on donner des conseils en un tel domaine « prospectif » ? On est là dans une zone à risque élevé. Cherchons cependant à fixer quelques règles du jeu.

19Première règle : la priorité doit être donnée à l’analyse de la demande ; on doit bâtir l’arbre de la demande, évaluer les mutations possibles, saisir l’évolution des autres disciplines, qui peut faire apparaître d’autres demandes neuves ; ainsi on peut faire l’arbre de la demande en histoire de la bureaucratie, et examiner les mutations « possibles » de la science administrative ou de la sociologie administrative, qui peuvent entraîner de nouvelles demandes d’histoire (par exemple l’étude de la psychologie de la « basse administration », conséquence des récits autobiographiques à la manière de Blanche Py). Ces analyses forment l’investissement intellectuel prioritaire.

20Deuxième règle : pour chaque discipline, on doit établir la liste des histoires amorcées, mais non encore développées, ou oubliées, ou demeurées « marginales » (quelquefois un mince article théorique ou une monographie non publiée) et qui pourraient émerger, à telle ou telle condition : cet inventaire – avec l’évaluation de la demande correspondante « à créer »– permet d’avoir un bon outil d’analyse ; par exemple, nous n’avons pas encore d’histoire de l’actuariat : 1) il n’y a pas de véritable demande ; 2) on possède des travaux très partiels, liés surtout à l’histoire du calcul des probabilités ; 3) c’est une histoire « autonome » que l’on pourrait développer et qui devrait « émerger » dans 10 ou 15 ans ; 4) les obstacles sont nombreux (absence d’outils de travail, de moyens, peu de chercheurs formés, insuffisance des méthodes, difficulté de définir le champ). On aurait ainsi des pistes pour une réflexion générale, discipline par discipline.

21Troisième règle : il faut entreprendre des analyses rétroactives sur la naissance et le développement de certaines histoires qui étaient jadis à naître : l’exemple type est donné par l’histoire de l’électricité – réclamée par Paul Valéry et Marc Bloch – et qui à partir de 1980 a pu émerger et se développer grâce à la technique du Comité d’histoire (le bilan sur le plan des méthodes et de l’innovation de l’Association pour l’histoire de l’électricité mériterait d’être entrepris).

22En rapprochant diverses « expériences », en utilisant les méthodes des archives orales pour aller plus loin dans l’analyse de la genèse et de l’ingénierie pratiquée on aurait ainsi une sorte d’histoire des « histoires à naître », permettant de comprendre les sources et les méthodes de l’innovation (et de saisir le rôle des personnalités) ; on pourrait avoir presqu’une méthode pour faire reconnaître un « système d’histoire à naître », ce qui est, semble-t-il, la chose la plus complexe.

23Quatrième règle : il existe nécessairement des « histoires à naître » qui sont « hors demande », qui résultent de la volonté personnelle d’historiens « innovateurs » (l’historien précédant la demande) : ce sont des paris, les échecs sont nombreux (et il faudrait analyser systématiquement les conditions d’échec), et souvent il s’agit (mais pas toujours) de la reprise d’intuitions abandonnées 20 ou 40 ans auparavant (les abandons ont été nombreux entre 1914 et 1960...). Il faut examiner les conditions à venir de l’innovation, les systèmes d’incitations, d’aides à la « création » à mettre en œuvre « dans les trente prochaines années », les mécanismes d’observation qui permettraient de savoir « ce qui devrait advenir ».

Conclusion

24De ces analyses « à risque élevé » peut-on tirer, à titre provisoire, quelques leçons ? À l’évidence il s’agit de réflexions qui devraient être reprises dans dix années...

25Première leçon : une histoire à naître demeure chose mystérieuse ; l’évolution des disciplines historiques est non linéaire, non raisonnable, le plus souvent non prévisible, et en principe on fait silence sur ces problèmes.

26Deuxième leçon : certains historiens – en fait, le plus grand nombre – considèrent qu’il n’y a pas d’histoire « à naître », ils ont une vision déterministe, fixiste, liée à l’existence des disciplines lourdes, où les règles du jeu sont apparemment déjà fixées (par exemple l’histoire diplomatique ou l’histoire économique). C’est là une conception trop rigide, fausse dans son principe : l’effervescence de l’histoire est chose constante, les principes, les méthodes, les visions varient fortement sur un demi-siècle, et tout est objet d’histoire. Mais la paresse est grande en ce domaine (en 1975, il n’y avait pas d’histoire de la domesticité, elle était quasi-exclue de l’histoire contemporaine...). Les histoires « à naître » ont un grand rôle à jouer dans les mutations à venir de l’histoire.

27Troisième leçon : on n’a pas assez développé les méthodes d’analyse de la demande, c’est un monde compliqué, encore mal connu, alors même que la production d’histoires est fortement liée à la demande ; il faut s’intéresser à la formation de la demande, à ses mutations, à ses déviations : mais les investissements n’ont pas encore été faits en ce domaine, tant les réticences des historiens sont fortes.

Notes

1 Nous cherchons à préciser ici quelques points sur les cheminements des histoires à naître.

2 Il faudra bien un jour établir une théorie de la demande, qui montrerait l’importance de ces arbres de la demande pour l’ingénierie historique.

3 Pour un exemple d’arbre, nous avons étudié la demande en histoire des retraites, dans Les pensions de retraite des fonctionnaires au XIXe siècle, 1994, p. 161-182.

4 Il est étonnant que nous n’ayons pas encore une histoire transversale du mensonge (pourtant les archives abondent).

5 Nous avons cherché à étudier les mutations de la demande pour l’histoire de la bureaucratie dans Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 11 et suiv.

6 Cf. L’électricité dans l’histoire. Problèmes et méthodes, 1984.

7 L’histoire des tentatives – et des abandons – serait bien intéressante à faire, par exemple en histoire économique.

8 C’est ce qui explique sans doute que l’histoire du quotidien soit si mal vue, elle n’obéit pas à des modèles, elle détruit les belles certitudes.

9 Un Alain Corbin serait assez proche de cette tendance, il a multiplié les déclarations en ce sens (cf. Le Monde de l’Education, novembre 1997, p. 20-21).

10 Ainsi en histoire économique, l’histoire macroéconomique utilisant des « modèles ».

11 Il faut des délais de réaction-et avoir la possibilité d’accéder aux sources d’archives. Pourtant le besoin d’une recherche historique fiable existe, on le voit bien avec Henri Bergeron, L’État et la toxicomanie, Histoire d’une singularité française, 1999 (c’est une thèse de sociologie).

12 En fait on a sans doute peur de ce qu’on découvrirait pour le passé, des conclusions à en tirer pour le présent : par exemple l’histoire des retraites a montré clairement en 1994 que les retenues sur les traitements des fonctionnaires d’Etat n’étaient nullement des cotisations de sécurité sociale (ce qu’on feignait d’oublier), que toute confusion était dangereuse, et qu’il s’agissait d’un élément du statut des fonctionnaires qu’on pouvait difficilement modifier, à peine de sanction du Conseil constitutionnel...

13 La liste serait intéressante à établir (en histoire de l’art on le voit très bien).

14 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 73-75.

15 Sur l’ingénierie historique, ibidem, p. 15-22, 76-88 et supra, p. 161.

16 Sur la régression possible, cf. G. Thuillier et J. Tulard, Le marché de l’histoire, 1994.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search