Version classiqueVersion mobile

L’histoire en 2050

 | 
Thuillier Guy

Annexes

II – Comment prévoir les innovations ?

Texte intégral

1Peut-on prévoir les innovations à venir en histoire ? C’est là une question piégée : on ne sait trop comment apparaît une innovation, on ose à peine en parler, on en connaît mal l’économie, les formes, les variations (une innovation devient rapidement chose banale). Il est pourtant important de chercher à prévoir les innovations à venir dans les dix ou quinze prochaines années : mais il n’y a pas de règles valables, de méthode sûre de prévision – et les historiens détestent la prospective. En prenant pour prétexte certaines innovations récentes, nous voudrions présenter, avec prudence, quelques réflexions sur la genèse et la « prévisibilité » de l’innovation.

2I – On pourrait décrire dans le détail quelques innovations qui ont eu lieu depuis 10-15 ans, et dont on n’a pas toujours bien conscience :

  • les archives orales des fonctionnaires,
  • la collecte des récits de vie,
  • la sauvegarde des archives écrites d’historiens et l’enregistrement de leurs archives orales,
  • la création de Comités d’histoire, ou d’associations, chargés de développer la recherche historique,
  • la création de Comités du bicentenaire (sur le modèle de celui du Conseil d’État),
  • la notion d’ingénierie historique pour décrire l’action des Comités d’histoire,
  • la création d’archives audiovisuelles (mais le projet n’a pas encore abouti),
  • la publication de volumes de mélanges (sur le modèle d’Études et Documents ou du Bulletin d’histoire de la Sécurité sociale),
  • la publication de Dictionnaires sur le modèle du Dictionnaire Napoléon de Jean Tulard.

3On voit bien le principe de ces différentes innovations : c’est obtenir un gain maximal pour une mise minimale, la règle étant de raisonner en termes d’efficacité (ce qui n’est pas tout à fait conforme à la logique universitaire, où les travaux sont liés avant tout à l’obtention des grades et où les grandes entreprises collectives rencontrent, en général, beaucoup de difficultés).

4II-Peut-on dégager les facteurs communs à ces différentes innovations ? L’analyse n’est pas commode (en l’absence d’une histoire des Comités qu’il faudra bien faire un jour). On devrait examiner :

  1. le rôle des personnalités (Pierre Laroque, Maurice Magnien, Florence Descamps) ;
    2) la demande de mémoire des institutions : c’est une demande nouvelle, qui ne peut se satisfaire des moyens traditionnels, on cherche à « faire quelque chose » pour sauvegarder la mémoire ;
    3) le désintérêt des historiens universitaires (qui ne savent pas toujours exploiter les trous de la recherche, qui ont souvent peur de l’histoire technique, qui se refusent à admettre les archives orales), également le dédain des archivistes (qui ne savent pas utiliser cette demande « porteuse », refusent de pratiquer les archives orales, et sauf exception, ne savent pas créer des Comités d’archives efficaces avec les administrateurs et les universitaires) ;
    4) la compréhension des donneurs d’ordre, très variable suivant les ministères ou institutions : parfois l’esprit de corps conduit à allouer des moyens importants (ainsi aux Finances, au Conseil d’État) ;
    5) l’existence de moyens en personnel et de moyens financiers permanents, qui permettent de lancer des innovations de façon fort souple (ainsi pour les archives orales).

5II faudrait sans doute tenter d’analyser les échecs, qui montreraient les résistances, les conflits, les peurs (les archives orales excitent la crainte dans certaines « maisons »). Échecs et demi-échecs (ceux-ci sont des plus instructifs) révèlent les insuffisances des moyens humains, les carences des responsables, souvent leur étroitesse de vues, leur myopie, parfois des méthodes trop administratives, trop prudentes, paralysantes (il ne suffit pas de comprendre ce qu’il faut faire, il faut le vouloir fermement et être capable de persuader les bailleurs de fonds), parfois un souci médiocre du niveau scientifique, ou un manque singulier d’ambition. Ces innovations sont des « aventures à plusieurs » : si on enlève l’aventure, il y a grand chance d’échouer. Il faudra un jour chercher à analyser dans le détail les raisons des échecs, des demi-échecs, ce qui suppose qu’on sache collecter les archives orales nécessaires.

6III – Il faudrait sans doute prévoir les développements possibles de ces innovations (c’est un des buts apparemment du Club des comités d’histoire) : on devrait établir la liste des innovations à prévoir, examiner ce qui est encore rêverie informelle, « inexécutable », ce qui relève des applications non encore faites des innovations récentes. On voit bien les champs de réflexion possibles :

  • la fabrication des sources : peut-on aller au-delà ?
  • les méthodes d’ingénierie : tous les investissements intellectuels ne sont pas encore faits (on n’enseigne pas encore l’ingénierie),
  • la critique des méthodes des historiens, de leurs conventions habituelles (par exemple on devrait aller plus loin dans la réhabilitation du document, examiner les possibilités secteur par secteur),
  • les possibilités ouvertes par la numérisation et l’évolution des techniques d’impression et de transmission,
  • les rêveries sur les « histoires impossibles » qui devraient fournir des pistes à explorer pour le long terme,
  • la réflexion sur les histoires à naître, c’est-à-dire des analyses prospectives à 10-20 ans (peut-être ces histoires à naître sont-elles déjà nées ?).

7On voit par là qu’on peut chercher à desserrer les contraintes et à réfléchir sur ce qu’on ne connaît pas encore.

8IV – Il faut aller plus loin, et tenter de saisir les « mécanismes » des innovations à venir, mais on est là dans un des domaines les plus incertains, faute d’une théorie générale de l’innovation. Examinons quelques méthodes possibles.

9Première méthode : il est nécessaire d’insister sur le rôle du hasard, des coïncidences dans la genèse des innovations. Parfois il s’agit d’idées en l ’air, qui font leur chemin lentement : les archives orales se sont dégagées péniblement des pièges de l’histoire orale (les confusions sont encore nombreuses dans l’esprit des historiens), parfois ce sont des idées « détournées » : les concours autobiographiques – une des grandes innovations depuis 1990 – viennent sans doute de la faveur qui entoure les écrits autobiographiques, les Comités d’histoire ont pour origine lointaine des Comités d’archives, et la publication systématique des documents tient à l’orientation depuis 1960 de l’histoire de l’art vers une histoire fondée sur des documents positifs. Or il est impossible de prévoir ces biais, ces détournements.

10Deuxième méthode : l’innovation peut tenir à des prolongements d’innovations à développer systématiquement, en dressant des arbres, en esquissant une cartographie. Par exemple on peut établir l’arbre des archives orales, qui permet d’étendre leur domaine ; ainsi on peut prévoir :

  • les archives orales prolongeant les récits de vie (pour Blanche Py, par exemple),
  • les archives orales concernant les femmes fonctionnaires, et notamment des administrateurs de haut niveau,
  • les archives orales des collaborateurs, secrétaires et conseillers des hauts fonctionnaires (ainsi que celles de leurs femmes), afin d’avoir des regards croisés,
  • les archives orales à 35, 45, 55 ans afin de saisir, si possible, les déformations de la mémoire et la capacité de mémorisation à des âges différents (qu’est-ce qui est mémorable à 35 ans, à 60 ans ?),
  • les archives orales à la sortie d’un poste (après une révocation par exemple),
  • les archives orales pour apporter des matériaux à la science administrative, et mieux comprendre la psychologie des fonctionnaires, les conflits de générations, les méthodes de raisonnement,
  • les archives orales d’acteurs trop oubliés du système administratif : les journalistes spécialisés (journalistes sociaux, économiques),
  • les archives orales préalables à la rédaction de souvenirs (les règles ne sont peut-être pas les mêmes).

11On pourrait aller plus loin dans ce tableau des « prolongements » des archives orales (n’oublions pas les archives orales des archivistes oraux, et les archives orales des archivistes, des historiens...) ; on voit ainsi « ce qu’il faudrait faire », et on peut en tirer des modèles « exportables », des expérimentations (permettant d’affiner les questionnaires), des transferts vers d’autres secteurs (par exemple l’histoire de la médecine), des opérations de communication et de formation (enseigner la théorie des archives orales, organiser des colloques spécialisés).

12Nous n’avons pris là que l’exemple simple des archives orales : mais pour chaque innovation, on devrait observer les mêmes pratiques.

13Troisième méthode : il faudrait dénombrer les actions possibles, vérifier les anneaux de la chaîne. Par exemple, les archives orales permettent d’inciter les administrateurs :

  1. à rédiger leurs souvenirs,
    2) à trier intelligemment leurs archives et à les donner à un fonds public.

14II faut savoir tirer les conséquences, faire un effort de persuasion, de communication. Pour chaque innovation, il y a ces anneaux supplémentaires possibles, et un effort de réflexion systématique doit être entrepris (lors d’un audit d’un Comité, on devrait découvrir ces possibles parfois oubliés).

15Quatrième méthode : l’imagination du possible est une des priorités, elle devrait être l’œuvre des initiateurs, des aiguilleurs, des chercheurs à la base, des contrôleurs. Par exemple la création de séminaires d’initiation à l’histoire pour des professionnels, ingénieurs ou administrateurs, est une innovation qui peut avoir une influence notable – mais elle se heurte aux habitudes, à la routine (comment croire qu’on peut initier avec des modules de 30 ou 50 heures et que ce soit « rentable » ?). De même, si l’on cherche à publier des mélanges sur le modèle d’Études et Documents, on se heurte à de multiples objections (on a grand peine à sortir du modèle « revue historique », on veut supprimer les états de sources, les documents), et l’on sait que les archives orales ont suscité les plus grandes réserves de la part des universitaires, puisque « ce n’était pas l’habitude ». Chaque fois que l’on cherche à imaginer quelque chose de neuf, il faut pratiquer une rupture avec le présent, l’habitude présente : par exemple, pour le versement des archives d’un Comité, il faut chercher à dresser un inventaire qui soit capable d’intéresser l’historien de 2050 ou 2080, c’est-à-dire qui puisse attirer l’attention de quelqu’un dont on ignore les centres d’intérêt : il faut donc faire un effort d’imagination pour distinguer avec soin les archives « classiques » (conseils de direction, budget, personnel, colloques...) et les archives qui peuvent intéresser plus particulièrement l’historien de 2050 ou 2080, qui tiennent à l’histoire de l’histoire (innovations, projets, projets abandonnés, articles ou livres refusés, archives orales sur le Comité, etc.) ; or il s’agit là d’inventer un inventaire, ce qui suppose :

  1. une bonne connaissance de l’histoire du Comité, et des pratiques des historiens,
  2. de la souplesse dans l’exécution (il faut évaluer, trier les archives),
  3. une certaine méfiance envers le tout fait, « le plus facile »,
  4. la croyance au mouvant (tout peut être changé, tout est possible),
  5. la destruction des certitudes (on critique implicitement les classements habituels des fonds « administratifs »).

16C’est là un exemple minuscule : mais dans chaque innovation à venir, on rencontre les mêmes mécanismes psychologiques, les mêmes obstacles (ce n’est pas l’habitude, pourquoi changer la pratique ?).

17Voici quelques méthodes possibles : en fait, on connaît très mal la genèse, l’économie, la forme des innovations, on saisit mal le rôle des « idées en l’air », on imagine rarement les difficultés d’une entreprise en ce domaine (par exemple, établir un dictionnaire historique est une opération d’ingénierie très complexe), on ne voit pas toujours les risques d’échec (qui tiennent souvent au manque de gens capables), on a du mal à raisonner par ensembles (on le voit bien quand on crée un Comité et qu’on cherche à définir un « programme d’action »).

18Chaque fois qu’on cherche à prévoir « ce qui peut advenir », quelles innovations devraient être pratiquées d’ici 10 à 15 ans, on se heurte à un problème des plus délicats : comment faire sa place à l’inconnu, à l’imprévisible ? Imaginons qu’on cherche à étendre la technique du récit de vie (ou du concours autobiographique) hors de l’administration, dans des entreprises publiques, ou au niveau d’une ville, d’un département : que va-t-on trouver ? Comment régler cette mécanique pour éviter les dérives ? On fait là un saut dans l’inconnu. De même si l’on crée des sources audiovisuelles (par exemple en filmant des réunions de service ou des recettes-perceptions à intervalles réguliers), comment l’historien de 2050 pourra-t-il interpréter ces images ? Comment fabriquer le meilleur produit pour ses besoins (qu’on ignore aujourd’hui) ? On doit passer d’outils connus à des outils aux formes et aux emplois inconnus : ce qui pose des problèmes d’ingénierie redoutables, faute de réflexion sur l’inconnu et l’imprévisible dans les méthodes de l’histoire.

19Peut-on dégager quelques conclusions ?

20Première leçon : on ne réfléchit pas assez à ces choses compliquées que sont les innovations et leurs mutations possibles : on n’a pas fait les investissements nécessaires.

21Deuxième leçon : tout est ouvert devant nous, tout est possible sine ratione (c’est-à-dire sans qu’on puisse en saisir la raison). Il faut éviter de s’enfermer dans des systèmes, guetter attentivement le moindre signal.

22Troisième leçon : il faut faire tous les cinq ans de tels bilans, pour mesurer le cheminement des innovations, examiner les erreurs, les chutes (il y a beaucoup de « fausses innovations » qui avortent rapidement).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search