Version classiqueVersion mobile

L’histoire en 2050

 | 
Thuillier Guy

Annexes

I – Raisonner sur 2050

Texte intégral

1Comment peut-on raisonner à l’échelle 2050 ? On nous a posé la question, et nous sommes très embarrassé pour répondre « raisonnablement ». Comment évoquer l’administration en 2050, ou telle institution ? Comment parler de l’état de telle discipline ou de tel métier ? Or il n’existe aucune règle-et à l’évidence, on ne peut prolonger les simples tendances actuelles : raisonner « à termes constants » paraît dangereux, et on ne peut se contenter de simples rêveries sur 2050. Apparemment les « prévisions » ne peuvent guère aller au-delà de 2015-2020 (sauf en matière démographique...) ; il faut donc inventer des règles particulières pour raisonner sur 2050, essayer de comprendre ce qui peut advenir. C’est un exercice de scepticisme appliqué ; car on voit tout ce qui dans notre paysage paraît ébranlé, menacé, « en danger », on est inquiet de ce qui ne va pas, ne peut aller, ne résistera pas. La mobilité des perspectives est extrême, qu’il s’agisse d’une institution, d’une discipline, d’un mode de pensée : faire des hypothèses sur 2050 n’est pas chose simple, on est obligé de modifier son regard, de voir le par-dessous (comme on voit les veines par-dessous la peau), de rêver à ce qui pourrait se passer si... Personne n’a de règles assurées pour un tel exercice, qui est nécessairement arbitraire : nous voudrions faire avec prudence quelques propositions communes à ce mode de raisonnement. Cinq voies pourraient être explorées.

2Première voie : raisonner sur 2050 oblige à raisonner sur le passé proche : on doit voir l’écart 1950-2000 comme il y aura un écart 2000- 2050, et bien mesurer ce qui s’est passé dans le secteur, l’institution ou la discipline analysés. De fait, le jugement sur 1950-2000 est cruel : on voit ce qui a bougé, mais aussi l’immobilisme, ce qui a échappé à toute réforme, les dégradations, les erreurs, les décalages (le monde a changé, l’institution ou la discipline s’est endormie) ; on saisit surtout l’impossibilité d’analyser correctement cet écart, car on ne sait déjà plus ce qui s’est passé, tout est devenu obscur, incertain, les témoins sont disparus (que sait-on au juste en 2000 de l’état 1950 de cette institution, ou de cette discipline ? on n’a guère que des « probabilités » très faibles). Le passé n’est guère lisible : et si l’on se penche sur les années 1990-2000, le passé proche, on peut chercher à discerner les directions nouvelles encore inachevées, ou dont on n’a que des traces parcellaires ; on peut déceler ce qui n’est pas encore fait, ce qu’on n’a pu faire, les trous, les taches blanches de la carte ; si le système était parfait, si les gens étaient plus intelligents, plus courageux, on aurait pu faire ceci, tenter cela, mais on voit aussi tous les défauts du système, la médiocrité des décisions ; on lit bien ce qu’il faudrait faire d’ici 2020- mais on voit par le détail les impossibilités. Raisonner sur 2050 nous oblige à voir de haut ce qui s’est passé, ce qui n’a pu être réalisé, ce qui aurait pu être entrepris ; on découvre bien des choses auxquelles on ne songeait pas, qui sont souvent peu lisibles, occultées : l’« effet 2050 » oblige à lire autrement notre passé proche, il incite au pessimisme (que d’efforts gâchés, que d’échecs oubliés), et on voit la probabilité d’échecs futurs (tout n’est pas possible).

3Deuxième voie : raisonner sur 2050 nous oblige à nous interroger sur l’homme de 2050 ; comment raisonnera-t-il ? Quels seront ses soucis, ses préoccupations ? Que choisira-t-il de voir dans notre présent ? La plus grande incertitude règne en ce domaine ; Bergson l’avait noté soigneusement dans La pensée et le mouvant (p. 16-17) : « Il faut un hasard heureux, une chance exceptionnelle pour que nous notions justement, dans la réalité présente, ce qui aura le plus d’intérêt pour l’historien à venir. Quand cet historien considérera notre présent à nous, il y cherchera l’explication de son présent à lui et plus particulièrement de ce que son présent contiendra de nouveauté. Cette nouveauté, nous ne pouvons en avoir aucune idée aujourd’hui, si ce doit être une création... » ; la mobilité des choses est telle qu’il est impossible de prévoir ce que sera le souci de l’historien de 2050 si c’est une création. Et la page de Bergson mérite d’être méditée : car cela vaut pour tous les systèmes, et pas seulement pour l’histoire. On doit s’interroger sur le perçu de 2050 (quelque que soit le secteur) ; il comprend une part de création – qui nous est inconnaissable – mais aussi une part de « probable », ou de « vraisemblable », pour laquelle on peut avoir des présomptions. Pour reprendre l’exemple de l’historien de Bergson, que lira l’historien de 2050 de la production historique de 1990 ou 2000 ? Probablement fort peu de choses, tout comme nous lisons bien peu des travaux de 1950, et peut-être lira-t-il seulement un petit article novateur passé inaperçu, mais qui correspond à ses centres d’intérêt. C’est-à-dire que la plus grande part de la production historique tombera dans l’obsolescence, et il en sera de même pour l’économie, ou la science administrative ; tout, ou presque tout, tombera en poussière. Raisonner sur 2050 nous conduit dès lors à jeter un regard sur l’activité intellectuelle, sur ce qui est produit chaque année et qui tôt ou tard tombe dans l’obsolescence, in pulverem, sauf peut-être quelques menues œuvres littéraires ; que lisons-nous vraiment de 1950 ? Ceci nous incite à un solide scepticisme – mais aussi nous oblige à saisir ce regard de l’homme de 2050 sur notre présent (pour reprendre l’exemple de Bergson, il faut peut-être chercher à offrir à l’historien de 2050 des archives de 2000 qui ne soient pas exagérément triées ou censurées, il faut des blocs-témoins) ; il est possible, et vraisemblable, que l’homme de 2050 ait des modes de raisonnement, de perception bien différents des nôtres, c’est ce qu’insinue Bergson, et quand on raisonne sur une institution ou une discipline en 2050, on ne doit pas oublier l’importance de l’obsolescence.

4Troisième voie : raisonner sur 2050 oblige à chercher ce qui peut être pris ailleurs, ce qu’on peut emprunter en braconnant ; il faut établir des tableaux d’échanges intersectoriels, et qu’il s’agisse d’une institution, d’un système ou d’une discipline intellectuelle, il faut explorer ces liens, voir comment ils peuvent se développer, comment on peut sortir du cadre étroit. Lucien Febvre avait montré vers 1930-1940 comment l’histoire pouvait emprunter à la sociologie, à la psychologie, à l’économie, à la médecine. C’est ce genre d’opération qu’il faut multiplier : par exemple la science administrative devrait, elle aussi, emprunter à la médecine, à la psychiatrie, à l’économie, à la prévision du futur, au calcul des probabilités – et sortir du champ étroit où par frilosité elle s’enferme. Si l’on veut raisonner sur les possibles en 2050, il faut tenter de construire des modèles d’échanges, d’emprunts, faire sauter les cadres trop rigides, montrer les avantages du pluridisciplinaire, de l’intersectoriel ; dans les cellules de crise des entreprises, on se garde bien de ne prendre que des gens de la « maison », on introduit des médecins, des juristes, des hommes d’action, des professeurs, c’est-à-dire des gens qui ont un autre regard... C’est un exemple significatif : d’ici 2050, on sera contraint de faire sauter des barrières jugées intouchables, d’explorer des voies jugées impossibles (on verra un diplomate enseigner l’histoire diplomatique à la Sorbonne, un médecin enseigner l’économie à la Faculté de droit). L’effet 2050 oblige à voir toutes choses comme mobiles, en devenir : depuis 1900-1950, on a beaucoup trop rigidifié nos systèmes intellectuels, multiplié les cloisonnements, les « bulles », les « niches »– ce qui conduit à l’atrophie, à la sclérose, à la régression.

5Quatrième voie : pour raisonner sur 2050, il faut évaluer correctement le système 2000 ; on est obligé de faire un audit, qu’il s’agisse d’une institution ou d’un système de pensée. Mais il s’agit d’un audit « en creux » ; on doit évaluer le présent en montrant les faiblesses (les maillons faibles de la chaîne), les blocages, les ignorances, les imperfections du système de commandement ou de pilotage, les négligences du système de communication. Or ces audits cruels sont rarement pratiqués, car on est conduit à saisir les erreurs, les faiblesses, le contentement de soi, la surestimation, les discours manipulateurs, les systèmes de fiction ; les crises telles que celles du Crédit foncier, d’Air France ou de la SNCF nous ont montré l’importance de ces « falsifications » ou erreurs volontaires ; or on les trouverait aisément dans n’importe quel système de formation ou de recherche, dans n’importe quelle institution administrative ou culturelle, pour peu que l’audit ne soit pas censuré : le mensonge sur soi-même est chose largement pratiquée.

6Cet audit en creux nous montre la fragilité de tout système d’ici 2015- 2020 (il peut y avoir des drames, des sinistres, des effondrements, même dans les « maisons » les plus réputées : tout est douteux, inquiétant, incertain si on les regarde sur les 20 ou 30 ans à venir). Mais raisonner sur 2050 oblige aussi à analyser ce qui peut engager le futur, montrer la voie : les capacités de développement, les capacités d’innovation (et de création), les centres d’innovation et d’imagination (la partie « matière grise » qui ne figure dans aucun compte, dans aucun organigramme) – et bien entendu, les obstacles à cette capacité de développement (obstacles financiers, institutionnels, géroncratie, normes désuètes) ; cet inventaire de ce qui commande le futur probable n’est pas facile à faire, car ces capacités de création, ou d’imagination, sont en général occultées par la bureaucratie et le culte du passé. Mais on voit bien – en prenant un secteur quelconque – que c’est sur cette part créatrice, cette part matière grise que repose le système 2050-alors qu’elle est souvent très dédaignée (on crée toujours « à la marge »).

7Cinquième voie : observer les pressions étrangères. On ne peut faire l’économie de cette « prévision » ; on importe des modèles, des gestes, des techniques étrangères dont on connaît mal les effets invisibles (par exemple les modèles anglo-saxons de comptabilité d’entreprise – et de contrôle des comptes – envahissent peu à peu les systèmes français, et la « judiciarisation » croissante de la société est conçue sur un « modèle » américain...). Il faut évaluer le mode de diffusion, la vitesse de propagation, les zones de tension, les centres de résistance ; c’est vraiment là l’inconnue de 2050. Prenons un exemple simple : il faut poser, dans chaque cas qu’on étudie, les questions : « Y aura-t-il un modèle européen ? Y aura-t-il des pressions – et selon quels modes – pour diffuser, au nom de l’unité européenne, un modèle de pensée, de structure, de gestion ? » C’est là une source d’anxiété, quel que soit le secteur examiné (il y aura sans doute un modèle d’histoire européenne, de science administrative européenne, de crédit foncier européen, de contrôle fiscal européen ; aucun secteur n’échappera à ce lissage, ou à cette mise au pas). Or par derrière, à l’évidence, on trouvera l’implantation de normes, de conduites, de règles du jeu calquées sur le modèle anglo-saxon, si l’on n’y prend garde. C’est un enjeu de pouvoir pour la bureaucratie européenne, qui ne vit, qui n’a d’autorité que par cette idée d’un modèle unique européen. Quel que soit le secteur, le « système 2050 » dépend étroitement de cette hypothèque européenne – considérée comme inévitable, et qui provoquera nécessairement des mécanismes de nivellement, de censure, de « politiquement correct », et on voit mal les zones qui pourraient être protégées au nom d’un droit à la différence. En tout état de cause, il faut prévoir dans chaque institution, système ou discipline intellectuelle, des centres de veille, des « centres de résistance », car les dégâts peuvent être considérables dans le quotidien comme dans la vie intellectuelle. Quand on réfléchit aux cinq décennies à venir, on peut imaginer la capacité destructrice de ce modèle européen (nos petits enfants apprendront en 2030 une histoire européenne), on peut établir un échéancier de cette destruction...

*
* *

8On voit la difficulté extrême de raisonner sur 2050 : il faudrait combiner ces cinq voies (il en est d’autres sans doute) ; on est aux limites de la prévision, du calcul des probabilités, de la rêverie ; comprendre ce qui peut advenir d’ici 2050 a peu à voir avec la prolongation des tendances présentes, on ignore, comme dit Bergson, la part de « création ». Mais raisonner sur 2050 peut avoir une certaine efficacité ; on peut, par exemple, créer des cellules de veille pour évaluer les « menaces », modifier les systèmes d’audit (en les orientant plus vers les maillons faibles de l’institution, les régressions possibles, les risques d’effondrement à 10 à 20 ans), changer les systèmes de formation (quand on forme en 2005 un jeune de 20 ans, il a une chance encore d’exercer en 2045-2050, et tout le système de formation devrait être audité en fonction de cette perspective mobile, on doit insister sur la flexibilité, l’adaptabilité nécessaire), surveiller attentivement la partie « matière grise » ou « création » de l’institution ou discipline (par exemple en cherchant à limiter les tentatives de bureaucratisation) ; la fécondité d’un système de raisonnement 2050 est grande, si l’on fait l’effort nécessaire pour se libérer des entraves du présent ; l’effet 2050 est de tout mettre en doute, par système (par exemple : y aura-t-il encore des départements ? sera-t-on professeur à vie ?), et du coup, on ne vit plus que dans un monde de choses à « probabilité de survie » plus ou moins forte, on saisit le champ des destructions ou régressions probables, l’importance de l’obsolescence : c’est une sorte de double vision, qui, hélas !, rend très pessimiste.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search