Version classiqueVersion mobile

L’histoire en 2050

 | 
Thuillier Guy

Chapitre XV. L’histoire européenne

Texte intégral

1Dans les vingt prochaines années il est certain que se développera dans chaque secteur une histoire européenne, qui risque d’accaparer les énergies et les crédits. La prospective est floue – on ne peut guère raisonner en ce domaine au-delà de 2015 –, mais en histoire des XIXe et XXe siècles, cette forte croissance de l’histoire européenne, avec ses principes, ses ambitions, ses règles du jeu, ses contraintes particulières, risque d’avoir des conséquences importantes pour l’histoire « nationale ». Certes on a grand peine à raisonner sur de telles hypothèses, on n’a pas de méthode de réflexion assurée, on saisit mal les enjeux « par dessous ».

  • 1 Les traditions d’histoire comparative sont très différentes d’une histoire à l’autre : il (...)
  • 2 Nous ne donnons qu’une esquisse générale : en fait, chaque secteur devrait construire sa p (...)

2La construction européenne aura inévitablement des répercussions sur la production d’histoire, sur l’offre et la demande : mais nous ne savons lesquelles. La situation varie fortement d’un secteur d’histoire à l’autre1 : nous croyons qu’il est urgent d’entreprendre une réflexion d’ensemble qui permette de dégager certaines priorités, et nous voudrions présenter quelques observations sur la croissance de cette histoire européenne et ses risques, sur le questionnaire européen, et sur les programmes qu’on devrait mettre en œuvre2.

I. LA DEMANDE D’HISTOIRE EUROPÉENNE

3L’histoire européenne est une nécessité : elle se développera fortement d’ici 2030-2050, mais cette probabilité est encore mal reconnue, on a quelque mal à en saisir les enjeux réels. Il faut être conscient de l’importance des demandes qui poussent au développement de cette histoire.

  • 3 Du moins, c’est une « probabilité ». De fait les essais d’histoire politique européenne on (...)

4Premièrement : une demande politique, dans la logique de l’État fédéral en cours de construction, et de l’intégration de plus en plus poussée des États membres : la conscience politique européenne doit normalement s’appuyer sur une histoire européenne3.

5Deuxièmement : une demande sociale ; on cherche à voir clair en amont de l’intégration, on veut saisir ce passé commun, les heurts et divisions entre nations, les rapprochements nécessaires, mais cette demande est ambiguë, on veut aussi saisir son passé national (ou régional).

6Troisièmement : une demande technique. Certaines histoires ne peuvent être faites qu’à l’échelle européenne : par exemple l’histoire de l’art, ou l’histoire de la médecine, ou l’histoire des sciences, ou l’histoire de l’armement.

  • 4 Qui sont, en fait, financés par les contribuables nationaux. Mais les crédits européens –  (...)

7Quatrièmement : une demande globale ; les systèmes de recherche des sciences exactes sont de plus en plus sortis du cadre national, et les « sciences humaines »-dont l’histoire – tendent à les imiter, ce qui permet d’obtenir des allocations de moyens plus abondantes (en période de pénurie budgétaire, on voudra avoir accès aux crédits européens)4.

8Mais il faut ajouter d’autres demandes :

  • une demande des jeunes, de plus en plus habitués à regarder les choses sous l’angle européen, qui voyagent et qui feront de plus en plus, sans doute, des séjours longs à l’étranger ;
  • une pression des historiens anglais et surtout américains, qui ont une conception globale, souvent très arbitraire, très résumée de l’histoire européenne, et tendent tout naturellement à « oublier » les différences nationales5 ;
  • une incertitude sur le statut futur de l’histoire : quelle histoire enseignera-t-on dans les lycées en 2050 ? Y aura-t-il des directives (ou des lois) « fédérales » sur le contenu de cette histoire ? L’histoire risque fort d’être un enjeu politique dans les prochaines décennies6, nécessairement elle aura une incidence politique, sa « mission probable » sera de renforcer l’idéologie de l’intégration européenne et de combattre (sans le dire) les nationalismes, les réflexes identitaires (c’est là la possibilité de dérives vers une histoire plus ou moins « manipulée »)7. Mais il peut y avoir, à l’inverse, des tensions, des résistances, des manœuvres contraires, des histoires défendant des « identités » nationales (ou régionales). Personne ne peut dire ce qui se passera en 2030 ou 2040, mais il est probable que l’histoire « européenne » obtiendra facilement de larges crédits, des postes de chercheurs et d’enseignants, et qu’on mettra systématiquement en œuvre des histoires européennes par secteur (par exemple une histoire des systèmes de retraite ou une histoire de l’actuariat ou une histoire de la prostitution).

IL LES RISQUES D’UNE HISTOIRE EUROPÉENNE

  • 8 C’est un système qui risque de se développer sur quarante ans : aujourd’hui les échanges d (...)

9L’analyse n’est pas facile, car si on a déjà la pratique d’une histoire européenne dans certaines disciplines, en histoire médiévale, en histoire de l’art, en histoire littéraire, pour un passé proche – XIXe et XXe siècle – cette histoire reste encore à construire : c’est tout un système qui se mettra en place progressivement, avec des règles du jeu différentes, des principes et des méthodes dont on ne peut prévoir aujourd’hui les développements8 ; on est dans le flou, on ne sait trop ce qui pourra se passer si l’on ne fait pas un effort de prospective intelligent. Il faut bien voir les risques.

10Premier risque : une histoire européenne peut tenter de niveler, de gommer les différences, les divisions, de lisser volontairement le passé, sous prétexte de simplifier, de rechercher « les points communs » : or une histoire « résumée » à l’excès, niveleuse, est toujours dangereuse.

11Deuxième risque : cette histoire risque fort d’être partiale, volontairement ou non : on trie les faits sous prétexte qu’on ne peut tout dire, on ne veut saisir que les « points de rapprochement », on cède à la facilité, on esquisse, sous prétexte de synthèse, des fresques artificielles, arbitraires, qui peut conduire à l’erreur.

  • 9 N’oublions pas les différences de formation philosophique, notamment avec les pays anglo-s (...)
  • 10 Il faut faire la part du poids croissant en France des historiens non-professionnels, nota (...)

12Troisième risque : il est très difficile de faire coopérer les historiens « nationaux » : chacun a ses préjugés, ses méthodes de travail, les conflits sur les principes de l’histoire sont nombreux, ils tiennent aux différences de formation9, de vision de l’histoire (ils ne croient pas à la vérité de la même façon, beaucoup font de l’histoire « partiale », engagée, de l’histoire plus proche de la philosophie ou de l’essai que de l’érudition), et les centres d’intérêt sont très differents d’un pays à l’autre10, les décalages de sensibilité historique sont importants ; construire une « histoire européenne » dans ces conditions suppose dans chaque secteur un travail important de confrontation, d’évaluation des méthodes, de formation, de réflexion sur les principia rationis.

13Quatrième risque : quel sera le poids de l’histoire des régions dans cette histoire européenne ? Chaque histoire nationale s’appuie sur des histoires régionales et locales, de valeur inégale : comment l’histoire européenne utilisera-t-elle ce vivier ? Les histoires régionales en Allemagne, en Italie, en Espagne, en France ont un poids certain : comment en tenir compte ?

  • 11 Ainsi, en histoire de la bureaucratie, l’expérience montre qu’on ne parle pas toujours le (...)
  • 12 Les difficultés que l’on rencontre pour l’histoire monétaire française du XIXe siècle sont (...)

14On saisit bien les incertitudes : dans bien des secteurs l’histoire européenne est difficile à entreprendre pour le XIXe et le XXe siècle, elle pose des problèmes redoutables de principes, de définitions (quelles limites territoriales donnera-t-on à l’Europe ?), de méthodes de travail, d’objectifs, de langage communs11 ; on peut certes, comparer facilement l’outillage des hôtels des monnaies à travers l’Europe pour la fabrication des monnaies, mais il est plus délicat de comprendre l’élaboration des politiques monétaires, les mécanismes de décisions monétaires, ou l’importance des coutumes monétaires12. Le risque est fort grand d’avoir une histoire orientée vers le plus facile, l’apparent, le mesurable, et qui délaisse le plus important.

III. LE QUESTIONNAIRE EUROPÉEN

15Pour entreprendre l’histoire « européenne » d’un secteur, il faut souvent répondre à des questions qui sont souvent occultées par les histoires « nationales », ou du moins qu’on oublie parfois de poser, par myopie ou faute de sources. Or la perspective européenne oblige à prendre en compte des hypothèses de travail neuves, et dans chaque secteur on doit réfléchir à ce « questionnaire » (par exemple pour l’histoire de l’idiotie, ou l’histoire de l’armement, ou l’histoire fiscale) ; on saisit bien ce qui est en jeu :

  1. la diffusion des idées, et les vecteurs (les publications et traductions, les voyages, les guerres),
  2. l’imitation des techniques, des expériences,
  3. les transferts de techniques intellectuelles (droit) ou scientifiques,
  4. la circulation de l’information,
  5. les illusions européennes, les essais de coopération (en matière douanière, financière, monétaire),
  6. les résistances : les préjugés nationalistes, la psychologie de la « défense nationale », le jeu des intérêts économiques, les séparations religieuses,
  7. l’image de l’étranger et ses déformations.
  • 13 On s’aperçoit que les seules machines vendues jusqu’en 1870-1880 soit directement soit sou (...)
  • 14 L’histoire de la psychiatrie offre un bon exemple de circulation très rapide des expérienc (...)

16C’est là tout un monde à explorer, par exemple en histoire des techniques, en histoire psychiatrique ou en histoire des retraites, et parfois l’on fait quelques trouvailles (par exemple pour l’histoire de la machine à calculer avant 1870)13. Cette « dimension européenne » doit être examinée pour chaque secteur, on doit inventorier ce qui peut être fait, comprendre les exigences particulières de cette histoire « européenne ». De fait, cette histoire demande à l’historien beaucoup de prudence, il manque le plus souvent de repères, il ne sait trop comment relier ses propres objectifs à ceux de l’histoire européenne. Donnons quelques questions auxquelles on doit répondre (par exemple pour l’histoire de la psychiatrie infantile)14.

17Première question : quelles sont les exigences de cette histoire « européenne » pour les règles de recherche, les méthodes de travail ? À l’évidence, il faut pratiquer des méthodes d’érudition, découvrir des sources nouvelles, publier des documents (ou des recueils de documents) de façon à être « lisible » pour l’historien européen qui les utilisera.

18Deuxième question : comment ces méthodes peuvent-elles s’adapter à l’histoire nationale ? Comment peut-on « programmer » la recherche ?

19Troisième question : quels sont les points de divergence entre les histoires « nationales » ? Certains pays paraissent « en avance » à telle date, d’autres « en retard ». Mais rien n’est plus flou que cette idée d’ avance ou de retard, et comment en saisir les causes ?

20Quatrième question : quels sont les échanges d’idées, d’expériences, de techniques, de procédures ? Quels modèles importe-t-on, et comment ?

21Cinquième question : quelles sont les innovations (ou créations) au plan européen apportées par telle ou telle personnalité créatrice ?

22Sixième question : quelles sont les conditions d’élaboration des politiques, les contraintes financières, les résistances administratives ou psychologiques ?

23Septième question : comment peut-on comparer un système national à un autre ? Par exemple, quelle valeur doit-on attribuer aux statistiques, ou aux documents imprimés, qui peuvent induire en erreur ?

24On voit bien l’ampleur des questions, et l’incertitude des réponses : avant d’établir une histoire « européenne », il faudra quelques décennies de travaux de première main si l’on veut éviter une histoire simplifiée, résumée, erronée parce qu’on n’a pas mené les travaux nécessaires à la base, de façon rigoureuse, et avec un questionnaire et un langage communs ; l’histoire européenne n’est pas la simple juxtaposition d’histoires nationales, elle met en cause tout le système de production historique.

IV. CONSÉQUENCES

25On ne sait trop comment réagir devant ces perspectives floues, indistinctes : on doit avancer prudemment, et bien voir ce qui pourrait se passer.

  • 15 Tout dépend des secteurs d’histoire considérés : mais même en histoire économique, on n’ut (...)

26Première conséquence : on devrait, pour être capable d’entrer dans ce jeu européen, être au clair sur les principes généraux de la recherche pratiquée en France pour chaque secteur ou discipline : car dans certains milieux il y a « probabilité » d’affrontements15 sur les méthodes, les conceptions de l’histoire entre les historiens français, appuyés par les historiens italiens et espagnols, et les historiens anglosaxons, appuyés sur les historiens allemands.

  • 16 Sur la notion d’arbre de la demande, cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1 (...)

27Deuxième conséquence : l’histoire européenne risque fort de niveler les différences, d’insister sur les points de rencontre, non sur les divergences d’évolution : pour éviter cette réduction – inévitable si l’on n’y prend garde –, on doit chercher à compliquer les problèmes, à établir des arbres de la demande16 permettant de saisir tous les aspects d’une quaestio, de démultiplier les objectifs : ce qui permettrait de repérer facilement les tentatives de réduction (par exemple en histoire européenne des retraites, ne voir que les aspects financiers et oublier les aspects psychologiques), et on pourrait saisir, secteur par secteur, tous les lieux de conflits.

  • 17 Sur cette nécessité de programmer, et sur les Comités d’histoire, cf. Pour une histoire... (...)
  • 18 Ainsi en histoire économique et financière.
  • 19 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 317-321, 327-332.
  • 20 Sur la notion d’ingénierie historique, ibidem, p. 71-88.

28Troisième conséquence : dans chaque secteur on doit développer les méthodes de programmation, telles que les appliquent les Comités d’histoire, établir des plans sectoriels17 : on vérifierait ainsi les lacunes de la recherche, les taches blanches de la carte, les déséquilibres (par exemple notre histoire du XIXe est de plus en plus délaissée dans certains secteurs)18, on pourrait saisir ce qu’il faudrait développer en urgence ; on aurait ainsi des programmes de travail, permettant de proposer des projets précis (par exemple guides de recherche, recueils de documents)19 pour obtenir des crédits « européens », ou affectés à l’« histoire européenne ». Aller en ordre dispersé serait sans doute la pire des méthodes, il faut appliquer strictement des méthodes d’ingénierie historique20.

29Quatrième conséquence : on devrait former en urgence quelques historiens aux méthodes de coopération intraeuropéenne, à la logique de l’histoire « européenne », au métier de chef de projet : or actuellement, dans chaque secteur, on a trop peu d’historiens ayant la pratique de la négociation internationale. Mais on ne sait trop comment former en ce domaine.

  • 21 Cf. G. Thuillier et J. Tulard, Histoire locale et régionale, 1992.
  • 22 Trop souvent on trouve des travaux importants non publiés, ou même non repérés, non access (...)

30Cinquième conséquence : l’histoire européenne risque fort de s’appuyer sur des histoires « régionales », telles qu’elles sont pratiquées dans des pays à structure fédérale (comme l’Allemagne) ou à fortes régions (comme l’Italie, l’Espagne). On devrait donc tenter, pour notre part, de renforcer par principe notre histoire régionale, de tenter un effort d’approfondissement, de programmation (il faudrait peut-être organiser des Comités d’histoire régionale) ; on devrait combler les lacunes, accroître les crédits de recherche (bourses de thèse, chercheurs plein temps dépendant des départements ou des régions), renforcer le tissu des sociétés savantes (et former des sociétés savantes spécialisées), recréer les chaires d’histoire régionale disparues21 : en quelques décennies on peut développer sensiblement notre histoire régionale22, ce serait un atout précieux dans le jeu européen (si l’histoire européenne se développe à coup de « grands projets », il faut que nos historiens régionaux soient capables de répondre aux appels d’offres et de proposer des programmes de recherche précis).

V. PROGRAMMES D’ACTION

31Il faut être bien conscient des enjeux :

  • enjeux politiques : dans un État « fédéral », l’histoire a nécessairement un rôle politique, elle cherchera à appuyer – ou à contrarier – l’idée d’État-nation, mais ce sera peut-être aussi un moyen de défense contre l’uniformisation, le nivellement créé par une histoire « fédérale »23,
  • enjeux financiers : on aura sans doute en 2020-2030 une histoire européenne « constituée », un enseignement européen, des crédits de recherche européens, des chaires d’histoire européenne24,
  • enjeu éditorial : l’histoire européenne est aussi un marché, on aura de plus en plus de livres consacrés à l’histoire européenne (on voit déjà ce genre de synthèses dans les catalogues d’éditeurs anglosaxons)25.

32Si bien qu’il paraît impossible de ne pas tenir compte d’une telle situation dès maintenant, et de ne pas chercher à bâtir quelques programmes d’action, à titre de précautions.

33Premier programme : en matière de formation, on doit :

  • d’une part, développer la formation à l’histoire européenne : nous croyons que l’historien devrait faire un stage de quelques mois dans un pays européen, avant sa thèse, avec rédaction d’un petit mémoire sur archives26. Cette initiation « européenne » se fait déjà de façon informelle par les historiens d’art,
  • d’autre part, multiplier les thèses et travaux sur les pays européens, ou sur des sujets européens, ce qui n’est pas toujours facile, car il faut séjourner longuement dans d’autres pays27.

34Deuxième programme : on doit appuyer fortement l’histoire régionale, avec une politique de développement cohérente (création de bourses de thèses, Comités d’histoire régionale, aides aux publications) : c’est l’un des meilleurs moyens peut-être de contribuer à l’histoire européenne, en montrant la diversité des évolutions par-delà l’État unitaire.

  • 28 Cette grille de questions devrait faire l’objet d’un colloque.

35Troisième programme : on doit entreprendre une réflexion générale sur la manière d’entreprendre l’histoire européenne, sur les techniques d’ ingénierie historique à employer : par exemple on devrait se poser des question difficiles sur l’objectif européen28 :

  1. Quelles méthodes faut-il adopter pour élaborer un programme européen de recherche ? Comment en fixer les objectifs ? Quels moyens faut-il allouer ?
  2. Comment établir un arbre de la demande européenne dans le secteur ?
  3. Quels conseils de méthode faut-il donner aux historiens qui voudraient aborder un sujet européen, ou introduire une dimension européenne dans leur recherche ?
  4. Comment confronter à l’échelle européenne les résultats des recherches nationales (ou régionales) sur un thème donné ? Comment les évaluer ? Comment saisir les différences, et les points communs ?
  5. Comment introduire telle ou telle innovation à l’échelle européenne (par exemple les Comités d’histoire, les archives orales29, les banques de données30) ?

36Une réflexion d’ensemble serait bien nécessaire, car elle montre bien l’incertitude de ce que pourrait être une histoire européenne : c’est par force une histoire toute provisoire, poreuse, et par construction « probabiliste ».

  • 31 L’histoire des ancres-un produit bien identifié – est une histoire qu’on doit faire à l’éc (...)
  • 32 Une histoire européenne de la domesticité serait une chose singulière.

37Quatrième programme : on doit chercher à appliquer secteur par secteur les méthodes et techniques ainsi dégagées, par exemple pour l’histoire des ancres31, ou l’histoire de l’idiotie, ou l’histoire des domestiques32 :

  1. on doit élaborer un arbre de la demande européenne (qui n’est pas identique à l’arbre de la demande nationale),
  2. il faut des moyens de pilotage (au sens d’un groupe de travail ou d’un Comité)33 pour coordonner les méthodes, vérifier les niveaux de recherche, et allouer les moyens nécessaires,
  3. une articulation entre Comité européen et Comité national du secteur paraît nécessaire,
  4. on doit développer de façon homogène en amont les outils de recherche (états des sources, guide de recherches34, banques de données),
  5. il faut organiser assez tôt des colloques de méthode pour définir des objectifs communs et préparer les confrontations et validations des résultats.
    C’est, en fait, une mécanique fort complexe à organiser, qui suppose des méthodes d’ingénierie historique assez fines, compte tenu des différences de principes, de méthodes, de visions de l’histoire d’un pays à un autre ; si on ne prend pas certaines précautions dans chaque secteur, on aura des travaux de qualité inégale et peu utilisables pour une histoire « européenne » (il faudra probablement vingt ou trente ans, et beaucoup de crédits de recherche et de missions scientifiques, pour habituer les historiens à travailler dans la même direction, et avec des principes à peu près cohérents).

38Quelles leçons peut-on tirer de ces quelques observations ?

  • 35 D’autres historiens, ayant une autre expérience, peuvent avoir une autre conception de l’h (...)

39Première leçon : nous n’avons donné que quelques pistes de réflexion35 : d’ici 2050 la situation de la production historique risque de fortement varier ; l’histoire européenne est nécessairement source de conflits, de tensions, on ne sait comment réagiront les historiens français devant les « menaces » d’une histoire européenne « partiale » ou réductrice ; l’histoire ne fait que refléter les divisions, les contradictions du corps social – et personne ne sait l’état du corps social « français » en 2050.

40Deuxième leçon : c’est une question qui sera importante dans 15 ans, et il est nécessaire dès maintenant de faire les investissements intellectuels nécessaires : dans chaque secteur (ou sous-secteur) d’histoire, on devrait amorcer une réflexion sur ce que serait le « questionnaire européen », sur ce qu’on devrait approfondir, sur les méthodes « probables » de coopération avec les autres pays (par exemple la construction de guides de sources sur un même modèle, ou de banques de données). De même au niveau de l’histoire régionale on doit chercher à saisir cette dimension européenne, à comprendre ce qu’on devrait approfondir (par exemple les transferts de techniques), à bâtir des programmes de travail à 10 ou 15 ans.

  • 36 N’oublions pas qu’un étudiant de 20 ans en 2000 sera encore actif en 2045-2050, c’est eux (...)

41Troisième leçon : il faut pousser les jeunes à investir dans cette histoire européenne36, dans la « coopération » européenne, leur apprendre à bâtir des projets communs, à programmer cet avenir européen : si on ne fait pas cet effort de formation, on risque fort – dans quinze ou vingt ans – de manquer d’ experts et d’être débordés par la mécanique européenne.

Notes

1 Les traditions d’histoire comparative sont très différentes d’une histoire à l’autre : il y a des fortes traditions en histoire littéraire, en histoire diplomatique, en histoire religieuse, mais dans bien des secteurs d’histoire économique et sociale, en histoire administrative, l’on évite de sortir de l’hexagone, ou bien les expériences comparatives sont très décevantes (par exemple en histoire de l’administration, le comparatisme n’a donné jusqu’à présent que des produits médiocres).

2 Nous ne donnons qu’une esquisse générale : en fait, chaque secteur devrait construire sa propre réflexion en ce domaine (par exemple, en histoire des assurances ou en histoire de l’armement). Nous avons volontairement limité ces réflexions au XIXe et au XXe siècle (mais on peut en faire facilement la traduction pour le XVIIE et le XVIIIe siècle).

3 Du moins, c’est une « probabilité ». De fait les essais d’histoire politique européenne ont jusqu’à présent été médiocres, et ont paru « partiaux ».

4 Qui sont, en fait, financés par les contribuables nationaux. Mais les crédits européens – pour financer des histoires européennes sectorielles ou des « projets européens »– pourront aller à des secteurs d’histoire délaissés (l’histoire monétaire du XIXe siècle, l’histoire de la psychiatrie infantile), et inciter à développer les perspectives comparatistes, ce qui peut provoquer d’utiles innovations (on voit très bien une histoire des pauvres, ou une histoire hospitalière à l’échelle européenne – mais cela suppose qu’on évite une histoire de troisième main, qu’on pratique une histoire érudite, qu’on publie des documents, etc.).

5 Ces fresques reposent en général pour des raisons compréhensibles sur des travaux de seconde ou troisième main : personne ne peut connaître sérieusement les dépôts d’archives de plusieurs pays, et souvent ces histoires européennes donnent des vues qui, dans le détail, sont fausses.

6 Il est difficile de faire des prévisions, on est dans le domaine du « probable »– mais trente années de mécanique européenne montrent bien la voie où l’on s’est engagé de nivellement volontariste, d’extension des pouvoirs « fédéraux » (Claude Allègre a dû s’opposer fermement à la proposition de supprimer l’enseignement de la philosophie au lycée...).

7 Quel sera le jeu du « politiquement correct européen » en 2020 ou 2030 ? Il y aura certainement dans les universités des chaires d’histoire européenne, et des professeurs qui feront une carrière « européenne » : ce sera un fonds de boutique, avec toutes les dérives possibles.

8 C’est un système qui risque de se développer sur quarante ans : aujourd’hui les échanges de chercheurs, la coopération intra-européenne, les « projets européens » sont très limités ; mais la partie se jouera dans les 10-15 années à venir, quand des crédits européens se mettront en place, quand l’intégration européenne sera plus poussée.

9 N’oublions pas les différences de formation philosophique, notamment avec les pays anglo-saxons.

10 Il faut faire la part du poids croissant en France des historiens non-professionnels, notamment dans les histoires fortement techniques.

11 Ainsi, en histoire de la bureaucratie, l’expérience montre qu’on ne parle pas toujours le même langage (on l’a constaté dans le groupe européen d’histoire de l’administration), les historiens anglosaxons et allemands n’ont souvent aucune connaissance pratique de la vie administrative, à la différence des historiens « latins ».

12 Les difficultés que l’on rencontre pour l’histoire monétaire française du XIXe siècle sont à peu près identiques pour les autres pays.

13 On s’aperçoit que les seules machines vendues jusqu’en 1870-1880 soit directement soit sous licence sont des machines françaises, celles du Docteur Roth (à partir de 1842) et de Thomas (à partir de 1850)-alors que l’historiographie anglosaxonne (et même française) les passe volontiers sous silence...

14 L’histoire de la psychiatrie offre un bon exemple de circulation très rapide des expériences, des idées, des techniques, nous l’avons rappelé dans Y. Pélicier et G. Thuillier, Un pionnier de la psychiatrie de l’enfant, Edouard Séguin (1812-1880), 1996, en publiant les notes d’observateurs belges, autrichiens, anglais, américains sur les expériences de Séguin en 1842- 1843.

15 Tout dépend des secteurs d’histoire considérés : mais même en histoire économique, on n’utilise pas toujours les mêmes outils intellectuels, on a une vision plus ou moins « déterministe », on insiste plus ou moins sur l’immatériel. En histoire sociale les tensions sont sans doute encore plus fortes, la part de l’idéologie étant plus grande.

16 Sur la notion d’arbre de la demande, cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 11-15,37-70.

17 Sur cette nécessité de programmer, et sur les Comités d’histoire, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 74-77, 305-315.

18 Ainsi en histoire économique et financière.

19 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 317-321, 327-332.

20 Sur la notion d’ingénierie historique, ibidem, p. 71-88.

21 Cf. G. Thuillier et J. Tulard, Histoire locale et régionale, 1992.

22 Trop souvent on trouve des travaux importants non publiés, ou même non repérés, non accessibles, on constate des lacunes graves (par exemple en histoire des techniques : il a fallu les efforts de l’Association de l’histoire de l’électricité pour créer presque en 15 ans une histoire locale de l’électricité, grâce à des bourses de recherche), et souvent difficiles à combler (ainsi en histoire des assurances ou en histoire de la bureaucratie financière locale).

23 On peut deviner de beaux combats dans les années 2020-2030 aux trois niveaux : histoire européenne, histoire « nationale », histoire régionale (rappelons que l’histoire régionale peut avoir aussi des objectifs « politiques » en cas de revendications contre le pouvoir central).

24 C’est-à-dire des professeurs qui feront une carrière « européenne » et peut-être passeront d’une université allemande à une université italienne ou française.

25 Faut-il rappeler l’importance future des banques de données européennes, et des possibilités d’éditions virtuelles (déjà certains universitaires naïfs proposent de ne plus imprimer des thèses ou études) ?

26 Sur l’importance de ces stages qui seront obligatoires et qui donnent le sens du relatif aux jeunes historiens cf. supra, p. 105..

27 L’Ecole française de Rome a donné un bon exemple de cette politique systématique de travaux sur les XIXe et XXe siècles.

28 Cette grille de questions devrait faire l’objet d’un colloque.

29 Sur les archives orales, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 339-345.

30 Sur les banques de données historiques, ibidem, p. 333-338.

31 L’histoire des ancres-un produit bien identifié – est une histoire qu’on doit faire à l’échelle européenne, Jacques Gay l’a bien montré, ce serait une erreur de se limiter à des histoires « nationales ». Il en est de même pour la plupart des secteurs de l’histoire de l’armement.

32 Une histoire européenne de la domesticité serait une chose singulière.

33 Nous formons l’hypothèse de Comités européens par secteur, avec des secrétariats scientifiques et des moyens financiers : elle n’est pas actuelle – mais c’est une solution que l’on mettra « probablement » en pratique dans 10 ou 15 ans, d’abord dans des secteurs peu explorés (par exemple les assurances), ensuite dans des secteurs lourds (par exemple la métallurgie). Mais on peut songer dès maintenant aux techniques qu’un Comité européen pourrait employer.

34 Par exemple il serait absurde de faire un Guide du chercheur en histoire des assurances en ne songeant pas qu’en Allemagne, en Angleterre, en Italie, on devrait avoir des guides parallèles.

35 D’autres historiens, ayant une autre expérience, peuvent avoir une autre conception de l’histoire européenne : mais il faut être bien conscient des contraintes, des résistances, des déformations dues à un métier exercé sur 40-45 ans, des arrière pensées politiques, inévitables en ce domaine : l’inventaire des contraintes doit être au départ de toute réflexion, quel que soit le secteur.

36 N’oublions pas qu’un étudiant de 20 ans en 2000 sera encore actif en 2045-2050, c’est eux qui sont les premiers concernés.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search