Version classiqueVersion mobile

L’histoire en 2050

 | 
Thuillier Guy

Chapitre XIV. Le probabilisme

Texte intégral

  • 1 Sur le probabilisme – que nous avons déjà évoqué supra, p. 84, 94 –, cf. nos esquisses « L (...)
  • 2 Nous ne donnons ici qu’une esquisse rapide. Il nous manque une théorie générale du probabi (...)

1Comment évoquer le probabilisme en 2050 ? On ose à peine en parler pour 2000, tant les résistances sont vives. Le probabilisme en histoire est mal vu, il n’a pas encore de doctrine, de méthode assurées, on ne sait trop où il va, les travaux sont peu nombreux. Personne ne peut savoir quel sera l’état de l’histoire en 2050 : et il est fort risqué d’évoquer des systèmes d’histoire « probabiliste » qui sont encore mal connus, qui excitent la défiance1. Mais faire une prospective 2050 oblige à prendre des risques, on va vers un monde inconnu, et le probabilisme nous permet de poser quelques bonnes questions. Comment d’ici 2050 développer l’histoire « probabiliste » ? Quelles formes aura-t-elle ? Peut-on lui donner des bases sûres ? On ne peut guère répondre de façon certaine : mais on peut tenter d’esquisser quelques observations sur les résistances, les dangers de l’histoire « probabiliste », et les mutations possibles d’ici 20502.

I. QU’EST-CE QUE L’HISTOIRE PROBABILISTE ?

  • 3 Le mot probabilisme gêne, on ose à peine en parler, même dans un séminaire : c’est la faut (...)
  • 4 Cela tient en partie aux abus d’une histoire excessivement rationaliste, souvent dominée p (...)

2L’historien travaille sur du probable, du douteux, de l’indéterminé : mais il n’aime guère le reconnaître, il dit toujours qu’il recherche la vérité, alors qu’en fait sa recherche n’est qu’une quête du probable, de l’incertain. Il faut un certain courage pour affirmer que l’on ne peut accéder au vrai, que l’on ne peut atteindre que des systèmes de probabilités. Mais les principes de cette histoire « probabiliste » sont encore mal connus, on a peine à cerner les zones de probable, à transformer le « certain » en douteux, indéterminé, à explorer le probable, à cerner le probabilior. Le probabilisme est chose mal reconnue, contraire à la coutume3 : mais il laisse la plus grande liberté de jeu à l’historien, il lui permet d’aborder des choses inconnues, il change son regard, il lui donne le courage de voir autrement les choses ; le probable est au centre du jeu de l’historien (même s’il s’en défend), il est un expert en choses probables. Cependant il est malaisé de gérer un système d’histoire probabiliste, on risque souvent de commettre des erreurs, on a peine à découvrir de bonnes sources, à les interpréter, à construire une histoire probabiliste sur des bases solides : mais dans certaines disciplines, telles l’histoire de la bureaucratie, l’histoire de l’entreprise, l’histoire sociale, l’histoire « probabiliste » joue un rôle de plus en plus important4, les belles certitudes s’effondrent, l’on vit dans le flou, l’incertain : le probabilisme est une technique d’analyse qui permet de mieux gouverner ses pensées.

II. LES RÉSISTANCES

3Un effort de prospective 2050 oblige à réfléchir sur les multiples résistances que va rencontrer nécessairement une conception probabiliste de l’histoire : il n’est pas facile de saisir ce qui risque de se passer, tant les perspectives sont douteuses.

4Première résistance : l’histoire universitaire est hostile au probabilisme, parce qu’il est très difficile de l’enseigner et de le pratiquer, parce qu’elle croit très souvent qu’elle peut accéder au vrai, au certain, et on peut à bon droit juger qu’elle s’opposera vivement à toute histoire « probabiliste ».

5Deuxième résistance : la demande politique et sociale d’histoire « certaine », assurée, capable de tout expliquer, ira en principe croissant, parce qu’avec un lien social de plus en plus lâche, distendu, l’histoire peut jouer un certain rôle unitaire (et le probabilisme passe mal auprès du grand public : on ne veut pas d’histoire qui montre que « rien n’est assuré »).

  • 5 Peut-on former ? En 1998 nous avions déclaré (L’histoire..., ouv. cité, p. 365) qu’on ne p (...)
  • 6 Sur les non professionnels, infra, p. 251.

6Troisième résistance : les historiens des années 2000-2050 risquent fort de n’être pas préparés à une histoire probabiliste faute de formation adaptée5, faute d’expérience pratique de la vie (hors les historiens « non professionnels », plus sensibles au douteux, à l’incertain, au mouvant)6.

7Quatrième résistance : la résistance intime de l’historien devant une histoire qui excite le doute sur soi, qui est difficile à comprendre, à gérer, qui n’a pas de support philosophique assuré (les historiens sont bien conscients que le vrai est inaccessible, mais ils ont peur des conséquences sur leur pratique quotidienne, ils savent qu’ils peuvent avoir tort d’avoir raison, que le bon peuple a faim de certitudes) ; il y aura nécessairement beaucoup d’hésitations, de cotes mal taillées, de pensées de derrière délaissées.

  • 7 Cf. « Les règles d’une histoire sensible », dans Revue administrative, 2000, p. 302-306.
  • 8 Laure Quennouëlle, La direction du Trésor, 1947-1967. L’Etat-banquier et la croissance, 20 (...)
  • 9 Notamment celle de Florence Descamps sur l’histoire de la direction du Budget.

8On ne sait trop comment évolueront ces résistances d’ici 2050 : quelle sera l’attitude des générations des historiens formés en 2015 ou en 2030, qui domineront l’histoire en 2050 ? Comment concevront-ils leur métier ? Quelles pressions le corps social exercera-t-il sur eux ? Y aura-t-il d’autres manières de connaître ? Par exemple des manières qui sont hostiles à un rationalisme excessif – telle les méthodes de l’histoire « sensible » ou « romantique »7 – vont-elles se développer ? Nous avons vu en 2000 la première thèse d’histoire « probabiliste » (à propos de l’histoire de la direction du Trésor)8, d’autres sont en préparation9 : quelle influence ces thèses « pionnières » exerceront-elles sur les historiens plus jeunes ? Il y aura assurément des « choix » à faire d’ici 2015-2020, et l’histoire des années 1950-2000, qui se prête plus facilement à une histoire « probabiliste », exercera sans doute certaine influence – mais on entre là dans une zone de conflits –, et on ne sait quel sera le poids de l’histoire à la manière anglo-saxonne, qui est fort peu « probabiliste » d’esprit.

III. LES DANGERS DU PROBABILISME

9Plus le probabilisme se répandra, plus les critiques vont aller bon train : on voit bien ce qui peut lui être imputé à crime.

10Première critique : le probabilisme exige trop d’efforts de l’historien, il le décourage, il suppose une connaissance des choses vécues qui est « impossible ». Mais à quoi sert de faire des travaux déconnectés des réalités, qui excitent les moqueries des gens de métier ?

11Deuxième critique : le probabilisme détruit l’idée qu’on puisse accéder au vrai, au certain, il discrédite en un sens l’histoire, lui enlève toute valeur. Mais en histoire qui peut être assuré de détenir « la vérité » ? C’est une illusion, une naïveté d’érudit, une sottise de régent, ou une tromperie délibérée, une manipulation à fins idéologiques. Et c’est en enseignant les leçons de l’histoire que l’on a souvent discrédité la discipline, Valéry l’avait bien montré.

12Troisième critique : le probabilisme enlève la croyance dans des règles du jeu, des lois, la possibilité expliquer, de parler de causes et de conséquences. Mais c’est avec cette manie d’expliquer – qui remonte au lycée – que le peuple est trompé, l’histoire « médiatique », l’histoire qui « explique » n’est le plus souvent qu’une histoire manipulatrice, médiocre.

13Quatrième critique : le probabilisme corrompt de l’intérieur l’historien, il lui enlève la juste mesure des choses, le plonge dans un scepticisme excessif, et le rend dangereux pour autrui (« quia corrumperet juventutem »). Certes la situation de l’historien probabiliste est inconfortable (et souvent il est obligé à des « compromis »), mais au moins il échappe aux reproches : « c’est un sot » ou « c’est un naïf ».

14D’ici 2050 les critiques – sous une forme plus ou moins aiguë-devraient se multiplier, le probabilisme va apparemment contre la coutume universitaire, mais le débat devrait permettre un approfondissement des conventions de l’histoire et l’histoire probabiliste se démarquera nettement de l’histoire à fins idéologiques ou pratiques, de l’histoire essai philosophique (ou politique), de l’histoire « journalistique » (ou grand public), toutes histoires qui, cédant au plus facile ou plus accessible, ont la faveur des médias. Et plus il y aura une pression forte de l’histoire idéologique ou de l’histoire « qui explique tout », plus la réaction « probabiliste » sera vive.

IV. LES INCERTITUDES

15Pour tenter une « prospective 2050 » du probabilisme on se heurte à bien des difficultés : car comment évaluer ce qui peut se passer ? Les incertitudes sont multiples : donnons quelques exemples.

16Première incertitude : la formation. Peut-on former au « probabilisme » ? Quelles résistances rencontre le formateur ? On voit combien il est difficile de former au probabilisme l’historien de l’économie ou l’historien des idées politiques. Une certaine souplesse, une certaine flexibilité d’esprit, et une bonne formation philosophique sont nécessaires pour « construire » le probabilisme dans telle ou telle discipline.

  • 10 Cf. les thèses pionnières citées aux notes 8 et 9.

17Deuxième incertitude : les matériaux. Quelles sources peut utiliser l’historien probabiliste ? On sait toute la richesse que les archives orales (qui sont des sources créées) ont pu apporter à l’histoire de la bureaucratie10, et à l’histoire de la décision économique ; il est possible que d’ici 2050 d’autres techniques apparaissent, dont nous n’avons pas idée (les récits de vie des concours autobiographiques en 1995 ont changé certaines manières de voir-il pourra y avoir d’autres méthodes pour saisir le vécu).

  • 11 Supra, p. 46
  • 12 Infra, p. 217

18Troisième incertitude : les centres d’intérêt de l’histoire vont se déplacer d’ici 2050 en fonction de mutations de la demande politique et sociale, qui nous sont nécessairement inconnues, nous l’avons montré11, et il est impossible de saisir aujourd’hui les histoires à naître12 qui vont émerger, stimuler l’historien et qui, pour partie, seront des créations.

  • 13 Les Comités d’histoire pourraient jouer un rôle en créant des sources (telles les archives (...)

19Quatrième incertitude : l’histoire probabiliste est une histoire difficile à gérer, on ne sait les difficultés que rencontrera l’historien pour construire cette histoire, pour trouver des sources adaptées et les interpréter, pour rédiger ou présenter cette histoire (il est très difficile par exemple de faire aujourd’hui un cours « probabiliste »). Il faudra probablement multiplier les aides, guider sur la « bonne cible », gérer des « systèmes d’histoire probabiliste » (ce sera sans doute le rôle des Comités d’histoire)13.

20Cinquième incertitude : nous ne pouvons saisir le développement « doctrinal » de cette histoire probabiliste : il dépendra sans doute 1) de la capacité créatrice d’historiens non encore nés, 2) de l’importance accordée à la pratique des choses, au vécu – et l’apport des praticiens, des historiens non professionnels sera essentiel, 3) du support philosophique qui permettra de surmonter les défiances (le « probabilisme » a besoin de l’aide de philosophes, il lui manque le secours d’un Valéry).

V. CONSÉQUENCES

21Les conséquences ne sont pas faciles à saisir : il faut bien comprendre que nous risquons de commettre beaucoup d’erreurs en cherchant à montrer la situation du probabilisme en 2050 (quelle que soit la forme qu’il prendra à cette date).

22Première hypothèse : il y aura coexistence entre un secteur probabiliste – développé notamment dans les disciplines ou sous-disciplines les plus neuves, à taux d’innovation élevé – et un secteur idéologique, dogmatique, attaché au « certain », qui résistera à toutes les attaques.

  • 14 Nous en donnons un exemple pour les histoires à naître en histoire de la bureaucratie (sup (...)

23Deuxième hypothèse : dans chaque discipline ou sous-discipline on trouvera un « corps de doctrine » du probabilisme, avec de multiples idées-filles14 et des clans, des chapelles (en 2050 devraient coexister trois générations d’historiens probabilistes : ceux formés en 2010-2015, ceux de 2025-2030, ceux de 2030-2035, chacune ayant sa manière de voir).

  • 15 Ce qui manque le plus aux historiens de métier, c’est l’expérience de la vie active, le se (...)

24Troisième hypothèse : on formera au probabilisme les historiens de métier, et les historiens non professionnels, dont le poids devrait s’accroître, car ils ont les connaissances, l’expérience de la vie nécessaires à cette construction du probabilisme (peut-être y joueront-ils un rôle déterminant)15.

25Quatrième hypothèse : on ne peut pressentir aujourd’hui l’état de la « production » probabiliste, car c’est une histoire techniquement difficile, coûteuse en temps, mais il y aura des modèles, des guides ; les histoires à naître seront sans doute – telles que nous les voyons aujourd’hui – in principio des histoires « probabilistes », et on appliquera sans doute des techniques d’ingénierie pour aider l’historien « probabiliste ».

26Cinquième hypothèse : il y aura vraisemblablement des formes inédites du probabilisme (peut-être n’employera-t-on plus le mot), les historiens qui en seront les « patrons » en 2050 ne sont sans doute pas encore nés (personne ne « prévoyait » en 1880 la réaction des Annales contre un certain « positivisme »).

VI. MESURES À PRENDRE

27On voit bien la nécessité dès maintenant de certaines actions.

  • 16 L’histoire monétaire est par excellence une histoire probabiliste.

28Première action : il faut inventer des méthodes probabilistes adaptées à chaque discipline ou sous-discipline (le probabilisme n’a pas les mêmes règles du jeu, le même modus operandi en histoire de la spiritualité et en histoire monétaire)16. Chacun dans sa discipline doit poser les questions : quelle sera le mode de développement du probabilisme ? Quelles seront les résistances ? Comment former au probabilisme ?

29Deuxième action : le probabilisme par construction influence les techniques, les sources de l’historien : on le voit bien pour les archives orales – qui devraient se développer rapidement –, mais peut-être d’ici 2050 inventera-t-on d’autres techniques dont nous n’avons pas encore idée (par exemple l’histoire « romantique » aura « probablement » des prolongements inconnus sur les techniques de l’historien, la collecte des sources).

30Troisième action : il est nécessaire de former au probabilisme les historiens, mais aussi les archivistes, les experts en ingénierie historique, les historiens non professionnels : ce qui doit obliger à faire un effort de doctrine, à rédiger des « guides de l’histoire probabiliste ».

31Quatrième action : on doit laisser une trace écrite de ces efforts, de ces « inventions », de ces doutes, montrer que l’histoire dogmatique, idéologique se heurte à une forte opposition : il faudrait multiplier systématiquement les journaux de recherche (et apprendre à l’historien à tenir un journal comme l’ethnologue).

Conclusion

32Quelles leçons peut-on tirer à titre provisoire (c’est une prospective qu’il faudrait refaire dans dix ans...) ?

  • 17 Faut-il rappeler Alain : « Le fou ne doute jamais, ni dans son action, ni dans ses pensées(...)

33Première leçon : le probabilisme est un instrument merveilleux de subversion, il détruit les certitudes17, réduit la tentation du certain : un historien par métier est « probabiliste », et d’ici 2050 cette technique devrait notablement se développer.

  • 18 À l’évidence en 2050 le système de probabilités d’un historien de 2050 n’aura que peu de r (...)

34Deuxième leçon : en 2050 le probabilisme devrait posséder un corps de doctrine, des moyens de formation, on devrait y appliquer des méthodes neuves, il exercera sans doute une influence sur la collecte – et la création – des archives. Mais sur un demi-siècle les contestations, les résistances, les hésitations seront nombreuses18.

35Troisième leçon : d’ici 2020 on devrait créer des méthodes d’ingénierie pour développer le probabilisme, aider les chercheurs, les former, les orienter : c’est un pari considérable, car il s’agit d’aller à contrecourant de la coutume.

Notes

1 Sur le probabilisme – que nous avons déjà évoqué supra, p. 84, 94 –, cf. nos esquisses « Le probabilisme » dans L’histoire entre le reve et la raison, 1998, p. 359-368 et dans Pour une histoire de la bureaucratie, 1999, p. 155-162 (pour une application à l’histoire métallurgique, Marteau-Pilon, t. XII, 2000, p. 79-84, à l’histoire de la protection sociale, Bulletin de l’histoire de la Sécurité sociale, n° 40, juillet 1999).

2 Nous ne donnons ici qu’une esquisse rapide. Il nous manque une théorie générale du probabilisme en histoire, mais l’historien de métier répugnera toujours à l’écrire.

3 Le mot probabilisme gêne, on ose à peine en parler, même dans un séminaire : c’est la faute à Pascal. Or ici il s’agit non de morale, mais de technique de raisonnement.

4 Cela tient en partie aux abus d’une histoire excessivement rationaliste, souvent dominée par l’idéologie (on le voit bien en histoire économique : mais les tendances nouvelles, notamment en histoire de l’entreprise, sont plutôt « probabilistes »).

5 Peut-on former ? En 1998 nous avions déclaré (L’histoire..., ouv. cité, p. 365) qu’on ne pouvait enseigner le probabilisme : mais d’ici 2050 des formules neuves peuvent être créées et les séminaires post-doctoraux (infra, p. 245) pourraient être une bonne méthode pour propager le probabilisme.

6 Sur les non professionnels, infra, p. 251.

7 Cf. « Les règles d’une histoire sensible », dans Revue administrative, 2000, p. 302-306.

8 Laure Quennouëlle, La direction du Trésor, 1947-1967. L’Etat-banquier et la croissance, 2000, 710 pages.

9 Notamment celle de Florence Descamps sur l’histoire de la direction du Budget.

10 Cf. les thèses pionnières citées aux notes 8 et 9.

11 Supra, p. 46

12 Infra, p. 217

13 Les Comités d’histoire pourraient jouer un rôle en créant des sources (telles les archives orales ou les archives filmées), en rapprochant historiens et praticiens, en formant des historiens non professionnels ayant la pratique du domaine, en orientant les historiens vers les histoires à naître. Mais que seront les moyens des Comités en 2050 (supra, p. 145) ? Et parfois ils sont trop « dépendants » des historiens universitaires, qui y voient un moyen de pouvoir.

14 Nous en donnons un exemple pour les histoires à naître en histoire de la bureaucratie (supra, p. 29) : le probabilisme incite à faire l’histoire du flou, du fortuit, de l’éphémère, de l’accidentel, du flexible, du mouvant, etc.

15 Ce qui manque le plus aux historiens de métier, c’est l’expérience de la vie active, le sens des nécessités de l’action, ou plus exactement de la difficulté de vouloir, de décider ou d’agir (par exemple pour faire de l’histoire des entreprises).

16 L’histoire monétaire est par excellence une histoire probabiliste.

17 Faut-il rappeler Alain : « Le fou ne doute jamais, ni dans son action, ni dans ses pensées >> ? Or il y a beaucoup d’historiens qui ne doutent jamais.

18 À l’évidence en 2050 le système de probabilités d’un historien de 2050 n’aura que peu de rapports avec celui de l’historien de 2000 : ce qui doit obliger à un effort pour saisir les mutations probables, quel que soit le secteur d’histoire.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search