Version classiqueVersion mobile

L’histoire en 2050

 | 
Thuillier Guy

Chapitre XIII. La communication en histoire

Texte intégral

  • 1 Sur la théorie de la communication en histoire, renvoyons à notre essai, Pour une histoire de la bu (...)
  • 2 Il n’existe à notre connaissance, ni cours, ni séminaire sur ce thème. Mais les Comités d’histoire (...)
  • 3 Nous ne donnons qu’une esquisse, qui est liée à la réflexion sur l’ingénierie historique (supra, p. (...)

1Apparemment réfléchir sur la communication en histoire en 2050 est chose impossible : nous n’avons aucune idée des moyens techniques qui seront utilisés, nous ne savons quel sera l’état de l’histoire, et de la demande d’histoire. Mais on peut s’interroger : que fera un responsable de la communication en 2050 ? Quels seront ses objectifs, ses priorités ? Ce sont des questions qui nous obligent à avoir une idée plus nette de la fonction « communication », à saisir nos faiblesses, nos ignorances : et chacun, en ce qui le concerne, peut faire son examen de conscience en ce domaine1. La communication est chose trop dédaignée aujourd’hui2 : rêver sur 2050 nous permet de nous délivrer de certaine censure, et nous croyons utile de proposer quelques réflexions sur un sujet délicat, où l’on parle souvent imprudemment. Nous voudrions évoquer les obstacles à cette prospective, les objectifs « probables » d’une politique de communication, les « inconnues » 2050 et les mesures que l’on pourrait prendre dès maintenant3.

I. NÉCESSITÉ DE RÊVER À 2050

2Assurément l’historien de 2050 ou de 2080 critiquera notre myopie, ou notre indifférence en ce domaine ; si l’on fait le bilan de la situation en 2000, on s’aperçoit d’un singulier état de faiblesse :

  1. L’historien n’a pas assez investi en communication ; c’est un secteur en friche, personne ne fait la doctrine de la communication en histoire.

  2. La communication n’intéresse personne, ou du moins nous n’avons pas de bons experts, on ne sait guère raisonner en termes de communication, établir des plans de communication.

  3. Les objectifs de la communication en histoire sont peu clairs, peu lisibles, la vision est souvent floue, étrécie (même dans les institutions).

  4. On ne forme pas à la communication, on n’en parle pas aux jeunes historiens.

  5. Il n’y a pas de méthode claire de communication, de « doctrine d’emploi » (et de bon emploi) ; aucune réflexion d’ensemble n’est menée.

  • 4 Il faut bien voir que la comparaison entre 1950 et 2000 nous montre qu’il y a eu fort peu de progrè (...)

3Or cette situation nous paraît anormale : à notre avis, l’historien de 2050 sera un communiquant-né, passionné par ces problèmes de communication, il connaîtra toutes les ressources d’une politique optimale de communication, et il s’interrogera sur la façon dont nous percevions en 2000 ou 2010 les questions de communication, dont nous concevions l’avenir de la communication : ce qu’il constatera pourra fort le décevoir4 – mais nous pouvons tenter de rêver à ce que pourrait être la communication d’ici 2050, à ses objectifs, aux moyens qu’elle emploiera ; nous nous heurtons à beaucoup d’inconnues, certes, mais la rêverie sur la prospective 2050 nous incite à imaginer des schémas, à inventer des thèmes de manœuvre plus ou moins lisibles. Il ne suffit pas de réfléchir aux conditions de l’innovation en histoire, on doit songer à celles de l’innovation en communication. L’exercice est arbitraire : mais rêver en ce domaine est un bon exercice de souplesse.

IL OBSTACLES

  • 5 On ignore les besoins des historiens, mais aussi ceux des récepteurs (les études sur le public sont (...)

4On voit bien les obstacles à toute prospective 2050 en ce domaine : nos ignorances sont trop grandes, notre connaissance des mécanismes de la communication historique est fort limitée (les réflexions systématiques n’ont pas été menées)5. Rappelons les principaux obstacles :

    • 6 Compte tenu de l’encombrement croissant d’Internet et des difficultés de repérage de ce dont on a b (...)

    personne ne sait l’évolution des techniques de communication sur 50 ans, on a du mal à prévoir à 10 ans, et la confusion fâcheuse des esprits créée par l’apparition d’Internet montre bien l’importance des risques (personne ne peut dire vraiment aujourd’hui les avantages d’Internet pour la recherche historique6, il faut attendre au moins dix ans pour clarifier la situation) :

    • 7 Sur ces hypothèses, cf. G. Thuillier et J. Tulard, Le marché de l’histoire, 1994, p. 108-109.

    on ne sait, à l’évidence, l’état de l’histoire, de la demande et de l’offre d’histoire en 2050 ; des hypothèses de régression ne peuvent être écartées7 ;

  • on connaît mal les fonctions de la communication, il y a une communication défensive, une autre offensive, les objectifs, les méthodes ne sont pas les mêmes (pour le moment on pratique peu la communication défensive, c’est-à-dire répondant à une menace) ;

  • l’historien risque fort d’être tôt ou tard submergé par une masse d’informations contradictoires, provenant de systèmes de communication tout puissants, qui menacent de limiter sa liberté de jugement et de paralyser sa recherche (on en voit déjà les signes avant-coureurs) ;

    • 8 Personne ne peut dire quels seront les effets d’une « européanisation », ou d’une internationalisat (...)

    à l’échelle européenne on cherchera à développer des systèmes de communication historique « offensive », ce qui peut perturber le jeu et aura sans doute des effets pervers8 ;

    • 9 Ils ont affirmé le principe : toute opération de recherche a un volet communication (cf. Pour une h (...)

    personne ne peut dire quelles formes neuves de communication apparaîtront d’ici 2050 ; on a vu depuis 1990 des formes inédites de communication liées aux Comités d’histoire9, que pourra-t-il se passer d’ici cinquante ans en matière de communication institutionnelle ?

  • aujourd’hui les historiens se désintéressent le plus souvent de la communication : mais cette indifférence apparente (les historiens dits « médiatiques » sont mal vus de la communauté) durera-t-elle ? Aurons-nous des historiens experts en communication ? L’histoire dite « médiatique »-qui ne représente qu’un segment très faible de la production – se développera-t-elle et comment ?

5Nous avons là une prospective des plus difficiles : mais ces incertitudes rendent le jeu encore plus intéressant ; elles nous permettent de mieux déchiffrer notre futur proche.

III. OBJECTIFS

6On doit s’interroger sur les objectifs d’une « politique » de communication : mais le terrain est miné, et la réflexion sur les principes, et les limites de la communication actuelle, est le plus souvent inexistante. Réfléchir sur 2050 permet de mieux identifier ce qui est important – et souvent ce dont on préfère ne pas parler. Cherchons à dénombrer ces objectifs.

7Premier objectif : la communication doit peser sur la demande : elle la formule, la traduit, mais elle peut aussi la précéder en spéculant sur une demande probable, non exprimée, ce qui suppose une analyse en profondeur des diverses formes de la demande (politique, sociale, technique, internationale), mais aussi de la demande « imaginaire » de 2050 (que demandera l’historien de 2050 ?). La communication peut-elle créer la demande ? On ne le sait pas, cette « création » relève du possible – la marge de manœuvre de la communication est considérable –, mais on voit bien que créer artificiellement une demande, c’est manipuler les esprits, et que toutes les dérives sont possibles (on sait que les manuels scolaires visent parfois à de telles manipulations, à des fins politiques). On saisit combien cet objectif exige de prudence, de sens de la mesure, de finesse et de lucidité.

8Deuxième objectif : la communication peut peser sur la production. Le communiquant cherche à obtenir que l’historien tienne compte : 1) des besoins « probables » du lecteur, 2) de la demande à laquelle répond le produit, 3) des possibilités de communication actuelles et futures. Ceci a des conséquences nettes :

  • il faut un produit lisible,

  • l’historien doit bien marquer qu’il répond à une demande (actuelle ou future),

    • 10 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 94.

    le produit peut faire l’objet de « traductions » diverses, ou donner des sous-produits : une thèse universitaire peut donner un livre « grand public », une version érudite, conduire à publier des notes de méthode pour les successeurs, des recueils de documents, des éditions critiques de texte, un « que sais-je ? », et il peut y avoir des versions Internet de ces sous-produits10 ;

  • surtout le choix du sujet, la manière de le rédiger peuvent être conçus en termes de communication (on a un message à donner, on vise un public précis, ou même on s’intéresse à l’historien de 2050).

  • 11 Cf. Commander un livre (article à paraître).

9La réflexion sur les liens communication-production est encore dans l’enfance, mais dès qu’on commande un livre, on est bien obligé de poser les problèmes en termes de communication (par exemple dans un Comité d’histoire)11.

10Troisième objectif : la circulation de l’information à l’intérieur du système historique. C’est là un des problèmes les plus délicats ; on doit examiner les trois niveaux principaux :

    • 12 Un colloque peut être conçu en termes de communication (cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 99)

    on doit faire circuler l’information d’un bout à l’autre de la chaîne de production depuis le centre d’archives jusqu’à l’éditeur final, et au diffuseur. 11 faut faire savoir ce qui se fait, ce qui va se faire, informer les differents anneaux de la chaîne d’amont en aval, ce qui suppose une certaine centralisation de l’information, montrer les travaux en cours, mais aussi ceux qui pourraient être faits, les choix possibles de sujets (c’est un sous-produit des colloques)12 ; en fait, cette communication n’a jamais été organisée sérieusement, les « informations » sont souvent très tardives ;

  1. on doit faire circuler l’information sur les innovations, les nouvelles méthodes de travail, ou de réflexion : mais il s’agit là d’une information choisie, triée, qui suppose une collaboration étroite entre les historiens, qui provoque des résistances (une innovation paraît toujours une menace pour le fonds de boutique) ; en fait cette communication exige un excellent système de renseignement et d’évaluation ;

    • 13 Faut-il rappeler qu’une des idées chères à Charles Braibant était de diffuser dans un Bulletin tous (...)

    il est nécessaire de faire connaître, pour la discipline ou la sous-discipline, les gîtes de savoir, les cours et séminaires, les sources documentaires, les programmes de travaux (nationaux et européens), les thèmes principaux choisis, les personnalités des historiens (répertoires et fichiers de chercheurs) ; cette information suppose un maillage assez fin des renseignements, on montre à la fois les objectifs poursuivis, les choix, les mutations en cours. De fait cette communication n’est pas faite actuellement (c’est une fonction non remplie du CNRS), la recherche est souvent opaque (on ne sait guère ce qui se passe dans certains secteurs que par la Bibliographie annuelle de l’histoire de France)13.

11Dans ces trois domaines, des progrès sensibles devraient être réalisés d’ici 2050 – mais cette communication a un coût élevé.

12Quatrième objectif : on doit mettre à la disposition du chercheur l’information rétrospective, c’est-à-dire qu’il faut construire des banques de données bibliographiques rétrospectives en se préoccupant des besoins de la demande d’information, actuelle et future : malgré les apparences, ce sont là des opérations de communication (trop souvent une banque de données est construite en oubliant d’analyser la demande...). De même on doit penser les banques d’archives en termes de communication (par exemple pour les interrogations à distance, les possibilités de transferts de documents). Les « communiquants » doivent être étroitement associés à la construction de toutes les banques de données.

13Cinquième objectif : assurer la diffusion optimale du produit. On est là dans un domaine des plus flous, car on cherche de plus en plus, à bon droit, à tirer des sous-produits (adaptation audiovisuelle, émission de télévision, C.D. Rom) d’une recherche donnée, on veut sortir les travaux du cercle étroit de l’érudition. On ne sait trop les mutations possibles d’ici 2050 ; mais cette diffusion avec de multiples supports ou traductions suppose beaucoup d’arbitraire : il y a des possibilités de manipulation (on peut diffuser largement des travaux médiocres, partiaux, parfois à des fins de désinformation). Assurer une bonne communication exige qu’on possède des bons produits : or il est possible que d’ici 2050 – il y a déjà des tentatives – on cherche à diffuser très largement des produits médiocres, obsolètes dès leur sortie.

  • 14 Notamment la crise du système scolaire, la situation dégradée de la lecture, la part croissante des (...)
  • 15 Nous les avons détaillées avec J. Tulard dans Le marché de l’histoire, ouv. cité, p. 114- 123 (« Ma (...)

14Sixième objectif : on doit maintenir le goût de l’histoire, et on ne peut écarter l’hypothèse d’une régression de l’histoire, pour des raisons politiques ou sociales14 : pour chercher à prévenir cette régression, on peut tenter des opérations de communication, à de multiples niveaux (tout en étant conscient des effets pervers de cette communication, par construction « orientée »). Les règles de cette politique préventive pour maintenir le goût de l’histoire sont mal connues15 ; elles concernent :

  • l’incitation à l’histoire locale et régionale dans le système scolaire,

  • le développement de publications d’histoire locale, avec le soutien des journaux locaux, des télévisions et radios locales, du réseau des bibliothèques et des archives,

  • des opérations de communication liées à des expositions, à des initiatives comme les concours autobiographiques, la collecte d’archives orales ou la sauvegarde du patrimoine local.

  • 16 Ces plans pourraient être élaborés par les Conseils généraux ou régionaux.

15Il devrait y avoir des plans de communication à dix ans pour soutenir le goût de l’histoire au niveau de la petite région ou de la ville16.

16Septième objectif : une politique de communication doit tendre à maintenir une certaine identité nationale : on ne sait à peu près rien des mutations de l’Europe d’ici 2050, mais les risques sont évidents d’un nivellement de l’histoire nationale avec une Europe fortement intégrée et l’histoire risque de devenir un enjeu politique ; pour éviter une histoire européenne trop lissée, trop aseptisée, gommant les différences nationales, on peut concevoir des contre-mesures en matière de communication, afin de sauvegarder un certain savoir historique national et de nourrir une histoire « autonome ». Mais la réflexion n’est pas encore amorcée en ce domaine : il y aura probablement des batailles de communication d’ici 2030, qui seront décisives (rappelons que la perte d’autonomie des maisons d’édition, soit leur européanisation, risque d’être fâcheuse en matière historique).

  • 17 Nous avons publié notre premier article dans les Annales en 1955....

17On voit bien les différents objectifs d’une politique de communication, ils donnent une certaine idée des mutations possibles d’ici 2050 (cinquante ans, c’est très court, nous parlons d’expérience)17. Mais d’autres objectifs peuvent apparaître d’ici là, et qui ne sont pas encore « connaissables » ; ils peuvent être liés :

  • à des mutations « imprévisibles » de la demande de communication,

  • à des mutations techniques des vecteurs de la communication, qui permettraient d’imaginer d’autres objectifs, d’autres publics-cibles,

  • à des variations du système historique qui conduiraient à d’autres politiques de communication.

IV. CONSÉQUENCES

18Examinons quelques conséquences, dont on n’a pas toujours clairement conscience.

19Première conséquence : les liens de l’historien et de la communication doivent être étroits :

  • l’historien doit savoir raisonner en termes de communication, notamment pour la conception et la rédaction du « produit » ;

  • la corporation doit spécialiser certains historiens dans la communication, car c’est un véritable métier ;

  • les « patrons » doivent fixer clairement les objectifs – et les limites – de la communication, élaborer une doctrine d’emploi « raisonnable » ; en ce domaine il faut voir à la fois l’ensemble et le détail (par exemple pour la communication d’un centre de recherches ou d’une sous-discipline).

20Deuxième conséquence : la formation de communiquants est une priorité ; former permettra d’avoir une doctrine de formation (on approfondira, segment par segment, les objectifs et les techniques) et une doctrine du bon emploi (tous les moyens de communication ne sont pas efficaces, les erreurs, les brouillages de communication sont nombreux). Il faut former également des évaluateurs, des contrôleurs et des experts en prospective de la communication (les méthodes sont instables, les perspectives changent, on doit raisonner « en plans glissants »).

  • 18 Cf. supra, p. 156.
  • 19 Les bailleurs de fonds sont très attentifs à cette politique de communication, qui est pour eux la (...)

21Troisième conséquence : les Comités d’histoire – à supposer qu’ils se développent18 – permettront de définir des règles du jeu de la communication sectorielle (à la fois en interne et en externe) ; ce sont des bancs d’essai remarquables pour saisir l’efficacité des techniques de communication (un Comité qui néglige sa communication risque de dépérir rapidement)19.

22Quatrième conséquence : l’histoire, dans ses formes actuelles, est de plus en plus menacée, et le communiquant-l’expert en communication – s’en aperçoit le premier (tout comme dans une entreprise le communiquant saisit le premier les menaces contre la « maison »). Aussi doit-on mettre au point des contre-mesures :

    • 20 Sur la fonction de guet, cf. L’histoire entre le reve et la raison, 1998, p. 553-564.

    il faut un système de vigilance, de guet20, et s’en donner les moyens nécessaires,

  • on doit avoir des plans de communication glissants à 4-8 ans, de façon à s’adapter facilement aux variations de la demande et de l’offre,

  • il faut créer des groupes de réflexion et d’observation, par discipline ou sous-discipline, à l’échelle nationale pour identifier les menaces extérieures et intérieures (n’oublions pas qu’il peut y avoir une régression de l’histoire, il faut en déceler rapidement les signes avant-coureurs).

  • 21 Songeons que nous fonctionnons avec des systèmes de comptes rendus plus ou moins savants publiés av (...)

23Cinquième conséquence : on connaît mal les règles de l’obsolescence des systèmes de communication (les investissements intellectuels n’ont pas été faits) ; il faut donc mettre en œuvre des systèmes de contrôle, de révision et d’épuration ; les objectifs d’une bonne communication sont flous, incertains, un système de contrôle est nécessaire ; on doit mettre au point les méthodes, les évaluations (par exemple qu’est-ce qu’un compte rendu de livre ? quelle en est l’efficacité ? comment l’améliorer ?)21 – mais personne n’ose amorcer une réflexion en ce domaine, tant on a peur de découvrir des mécanismes, des méthodes de pensée obsolètes.

V. LES « INCONNUES » DE 2050

24Il est nécessaire de répertorier les « inconnues » de 2050 : la réflexion bute inévitablement sur ce qui échappe au « probable ».

25Première inconnue : quel sera le statut de la communication en histoire ? Sera-t-elle intégrée dans la chaîne de la « production » et comment ? Ou y aura-t-il, sous une forme ou une autre, des « centres de communication » ?

26Deuxième inconnue : quelles sont les possibilités d’erreurs, de dérapages, de brouillages, de manipulations ? On voit bien que des excès de communication peuvent conduire à des échecs, des dérives fâcheuses (par exemple des « produits » médiocres entièrement subordonnés à la communication).

27Troisième inconnue : les mutations techniques des supports de la communication ; on ne peut en avoir aucune idée, et des mutations importantes peuvent provoquer un grand désordre (on le voit bien aujourd’hui avec un système flou comme Internet, qui peut provoquer des dérives de la communication).

28Quatrième inconnue : l’inconnue européenne ; les systèmes de communication peuvent être un enjeu considérable, enjeu politique (l’identité nationale), mais aussi enjeu concernant le support de la langue, la capacité éditoriale, la forme de l’histoire (l’histoire résumée, desséchée, à la mode anglosaxonne).

29Personne ne peut connaître les mutations des systèmes de communication, et contrairement à ce qui se passe aujourd’hui, la communication risque fort de peser sur le sens, la qualité, les formes de la recherche : ce qui accroît le désarroi de l’analyste.

VI. QUELLES MESURES PEUT-ON PRENDRE DÈS À PRÉSENT ?

30Une réflexion sur 2050 doit conduire à prendre conscience de quaestiones souvent dédaignées, et peut-être y a-t-il une politique à mettre en œuvre.

  • 22 Quand on crée une chaire, on doit s’interroger sur la demande actuelle et future : par exemple faut (...)

31Première règle : les historiens ont tort d’oublier dans leurs calculs la communication, les stratégies de communication jouent un rôle non négligeable dans : 1) l’obtention de crédits, 2) l’élaboration de programmes de publication, 3) la formation de la demande, 4) la définition d’objectifs de recherche. Il faut que les responsables en soient conscients : même la création d’une chaire peut être décidée avec des objectifs de « communication »22.

32Deuxième règle : on doit réfléchir – chacun dans son domaine – aux moyens de développer dès maintenant la communication ; on doit :

  • former à la communication, avoir des experts en communication (un enseignement des techniques et stratégies de communication permettra d’avoir un corps de doctrine),

  • former les historiens à la communication, les aider à être de bons communiquants,

  • analyser la demande en terme de communication, saisir ses variations,

  • établir des plans de communication, ou des schémas de communication, à 4-8 ans,

  • chercher à adapter les « produits » aux nécessités de la communication,

  • publier en utilisant raisonnablement les possibilités de communication,

  • établir des banques de données en raisonnant en termes de communication, en tenant compte de la demande.

33En fait la communication n’est là qu’une des facettes de l’ingénierie historique, et elle doit être enseignée en même temps que les autres techniques d’ingénierie (toute tentative de séparer ingénierie et communication serait dommageable).

34Troisième règle : il faut imaginer jusqu’où l’on peut aller dans cette voie ; on doit dès maintenant former des experts pour guetter les mutations à venir, pour bâtir des projets en fonction des situations nouvelles (mutations des techniques de communication, transformations de la demande et de l’offre), pour suivre les questions de communication à l’échelle européenne. De même on doit établir des miradors ou réunions annuelles pour observer, dans chaque discipline ou sous-discipline, les variations du système de communication et les possibilités qu’elles peuvent offrir à termes plus ou moins proches.

35Quatrième règle : la manière de gouverner un système de communication peut varier fortement dans les vingt prochaines années : il faut être conscient, par exemple, des risques de perversion de l’histoire par des excès ou des « erreurs de communication » ; certains peuvent chercher à « fabriquer » une histoire fausse, de bas niveau, manipulée, sous prétexte de communication ; il faut donc, pour chaque opération ou à chaque niveau, évaluer les risques, prévoir les dérapages : on doit utiliser les principes de précaution, et dénoncer dès que possible les effets pervers prévisibles, par exemple d’une communication éditoriale cherchant à imposer de « mauvais produits ».

Conclusion

36Nous avons sans doute beaucoup rêvé : quelles conclusions peut-on en tirer ?

37Première leçon : il faut être prudent dès qu’on parle communication, et bien identifier les objectifs, les risques, les limites : or les mutations ont chance d’être considérables d’ici 2050, et on ne sait trop les effets pervers de la communication historique quand le système se dérègle.

38Deuxième leçon : on ne peut prévoir l’état des techniques de communication en 2050, mais réfléchir sur 2050 oblige, pour notre présent, à voir ce que l’on fait, ce que l’on ne fait pas, ce que l’on n’ose faire, ce que l’on fait mal, c’est-à-dire à mesurer nos faiblesses, notre absence de doctrine, notre passéisme (la communication va contre la coutume). Or d’ici 10 à 15 ans il y aura beaucoup d’ébranlements, il faut prendre les devants et former des experts, des évaluateurs de systèmes.

39Troisième leçon : nous ne pouvons écarter l’hypothèse d’une régression de l’histoire : or en cas de régression, ou de menace de régression, une politique de communication devient défensive, les règles du jeu changent, il faudra inventer de nouvelles techniques de communication si l’on veut prévenir cette régression.

Notes

1 Sur la théorie de la communication en histoire, renvoyons à notre essai, Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 89-101, où nous avons cherché à donner quelques outils de réflexion.

2 Il n’existe à notre connaissance, ni cours, ni séminaire sur ce thème. Mais les Comités d’histoire ont été obligés de se pencher sur leur politique de communication et d’avoir des « actions de communication », de raisonner en termes de communication : mais ils ne datent guère que de 1985-1990.

3 Nous ne donnons qu’une esquisse, qui est liée à la réflexion sur l’ingénierie historique (supra, p. 161).

4 Il faut bien voir que la comparaison entre 1950 et 2000 nous montre qu’il y a eu fort peu de progrès, que l’on vit sur des formes obsolètes, que les essais d’histoire médiatique de certains hiérarques des Annales dans les années 1970-1980 tenaient plus à leur personnalité, au climat politique, qu’à une doctrine claire (et apparemment ces hiérarques n’ont pas eu de successeurs véritables). Il est trop tôt pour dire si les chaînes spécialisées d’histoire de la télévision pourront développer une « politique de communication » autonome, leur création est trop récente (le bilan pourra être fait vers 2010).

5 On ignore les besoins des historiens, mais aussi ceux des récepteurs (les études sur le public sont fort rares, même sur les « publics captifs » ou sur le public « scolaire »).

6 Compte tenu de l’encombrement croissant d’Internet et des difficultés de repérage de ce dont on a besoin. Personne ne peut dire ce qu’il adviendra d’un livre, d’un document « publié » sur Internet : il risque fort d’être éliminé silencieusement un jour, si le site est trop peu fréquenté. A l’inverse des publications massives de documents ou de livres, par exemple par la BNF, peuvent aider le chercheur isolé (cf. « Le siècle des réseaux », Chronique de la Bibliothèque nationale de France, décembre 1999, p. 2-3).

7 Sur ces hypothèses, cf. G. Thuillier et J. Tulard, Le marché de l’histoire, 1994, p. 108-109.

8 Personne ne peut dire quels seront les effets d’une « européanisation », ou d’une internationalisation de l’histoire. Elle existe déjà pour l’histoire de l’art, et de façon bénéfique, à un degré moindre pour l’histoire religieuse. Pour d’autres types d’histoire, les effets pourront être dangereux (on impose des modèles a priori).

9 Ils ont affirmé le principe : toute opération de recherche a un volet communication (cf. Pour une histoire..., ouv. cité).

10 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 94.

11 Cf. Commander un livre (article à paraître).

12 Un colloque peut être conçu en termes de communication (cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 99).

13 Faut-il rappeler qu’une des idées chères à Charles Braibant était de diffuser dans un Bulletin tous les sujets sur lesquels travaillaient les historiens fréquentant les archives nationales et départementales ? Ce Bulletin a été abandonné vers 1965, mais l’idée était excellente (c’était un fichier des travaux en cours) ; le Bulletin montre aujourd’hui l’importance des travaux qui n’ont pas abouti.

14 Notamment la crise du système scolaire, la situation dégradée de la lecture, la part croissante des loisirs consacrée à la télévision, également les faiblesses structurelles de l’édition française, qui peut passer bientôt sous contrôle d’entreprises étrangères (la part « histoire » dans une maison d’édition inévitablement paraîtra trop peu rentable, on peut la supprimer ou la limiter, on l’a bien vu pour le département « histoire » d’Hachette)...

15 Nous les avons détaillées avec J. Tulard dans Le marché de l’histoire, ouv. cité, p. 114- 123 (« Maintenir le goût de l’histoire »).

16 Ces plans pourraient être élaborés par les Conseils généraux ou régionaux.

17 Nous avons publié notre premier article dans les Annales en 1955....

18 Cf. supra, p. 156.

19 Les bailleurs de fonds sont très attentifs à cette politique de communication, qui est pour eux la partie la plus visible.

20 Sur la fonction de guet, cf. L’histoire entre le reve et la raison, 1998, p. 553-564.

21 Songeons que nous fonctionnons avec des systèmes de comptes rendus plus ou moins savants publiés avec un an, ou deux ans de retard (et certaines revues lient même le compte rendu à une publicité payée par l’éditeur : pas de publicité, pas de compte rendu !). Le système est quasi obsolète, les comptes rendus étant le plus souvent de complaisance et médiocres – tout comme au XIXe siècle... Mais personne ne sait comment améliorer le système...

22 Quand on crée une chaire, on doit s’interroger sur la demande actuelle et future : par exemple faut-il créer une chaire d’histoire de l’informatique ? une chaire d’histoire de la Sécurité sociale ? une chaire d’histoire de la fiscalité ? On voit bien les répercussions en termes d’image de telles créations.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search