Version classiqueVersion mobile

L’histoire en 2050

 | 
Thuillier Guy

Chapitre XII. L’ingénierie historique

Texte intégral

  • 1 Sur les principes de l’ingénierie historique, cf. Pour une histoire de la bureaucratie en (...)
  • 2 Nous ne donnons ici qu’une esquisse.

1Parler d’ingénierie historique n’est pas encore bien accepté : mais il est « probable » qu’en 2050 cette technique qui vise à l’optimisation de la production d’histoire sera employée de façon générale, enseignée, on formera à cette discipline intellectuelle, ce sera un métier particulier de l’historien1. Mais aujourd’hui nous n’avons guère de moyen de deviner ce qui se passera d’ici 2050, de saisir ce que sera devenue cette technique. Réfléchir aux mutations possibles est un exercice périlleux, le risque d’erreur est considérable : mais raisonner sur 2050 donne une grande liberté de jeu, on peut discerner ce qui n’apparaît pas encore, saisir les évolutions « en pointillé ». Aussi croyons-nous devoir proposer quelques observations sur ce qui pourrait se passer en ce domaine et sur les conséquences des développements de ces techniques d’ingénierie2.

I. COMMENT PARLER DE L’INGÉNIERIE EN 2050 ?

  • 3 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 71-72.

2L’ingénierie historique est chose récente : on en a pris conscience dans les années 1985-1990, elle est conçue à la fois comme une discipline intellectuelle et une pratique ; c’est « l’art de combiner intelligemment les différents moyens disponibles pour approfondir la recherche dans un secteur »3, une technique d’optimisation, qui vient des méthodes de gestion des entreprises et des méthodes de planification de l’administration (et notamment des méthodes de la RCB). L’ingénierie historique suppose :

  • la définition claire d’objectifs, de moyens, d’échéanciers,
  • l’unité de décision : il faut un responsable qui décide,
  • des méthodes de contrôle du bon emploi des moyens et de la qualité des résultats.
  • 4 Sur les Comités d’histoire, cf. Guide des Comités d’histoire et des services historiques, (...)
  • 5 Où tout repose sur l’Université et où les liens avec les administrations sont distendus.

3Pour le moment, nous n’avons que quelques applications en histoire (les Comités d’histoire appliquent plus ou moins des méthodes d’ingénierie)4. Personne ne sait comment évoluera cette logique de l’ingénierie (il n’est pas impossible qu’il y ait une décroissance ou même une annulation : l’ingénierie historique n’existe pas apparemment dans la conception anglosaxonne de l’histoire5, et les résistances sont nombreuses, notamment du côté universitaire). Il y a quelques chances « raisonnables » que les systèmes d’ingénierie se développent, mais on voit bien les questions qui se posent :

  • quels sont les risques qui menacent ces systèmes ?
  • y aura-t-il un corps de doctrine, un enseignement de l’ingénierie historique ?
  • quelles formes devrait prendre cette ingénierie ?
  • quelles en seront les conséquences, vues de 2050 ?
  • quelle vision le jeune historien en aura-t-il en 2050 ?
  • 6 La première application systématique en a été faite par le Comité d’histoire de la Sécurit (...)
  • 7 Il manque une théorie de la sous-optimisation des moyens ou du gaspillage de forces en his (...)

4Assurément il est impossible de répondre à de telles questions, s’agissant d’un système qui n’a pas vraiment vingt ans d’âge6 (même s’il y a une longue tradition en France depuis les mauristes et Guizot). Mais il n’est pas inutile de poser ces quaestiones, car ce système d’optimisation vise à réduire les gaspillages d’énergie que l’on constate chaque jour en histoire7 (faible diffusion et utilisation des travaux universitaires, absence de formation des historiens « non professionnels », et de formation « post-doctorale », insuffisance des liaisons historiens-archives, etc. : dans chaque secteur on devrait recenser les facteurs de sous-optimisation, ce qui serait une tâche cruelle). S’interroger sur ce qui se passera en 2050 devrait permettre de mieux comprendre certaines difficultés aujourd’hui pour accréditer l’idée d’ingénierie historique.

II. RISQUES

5L’ingénierie historique, qui est une pratique autant qu’une discipline intellectuelle, présente nécessairement certains risques : comment peut-on les évaluer à l’échelle 2050 ?

  • 8 On a constaté dans d’autres secteurs (par exemple pour l’Inventaire des richesses d’art de (...)

6Premier risque : le formalisme, la bureaucratisation. L’ingénierie vise à l’efficacité : or le rétrécissement, la myopie, la volonté de tout contrôler, une vision bureaucratique des choses8 sont une menace permanente pour l’ingénierie historique (on le voit bien déjà dans certains Comités d’histoire), et d’ici 2050 la lèpre bureaucratique risque fort de contaminer le système et de le condamner à la médiocrité.

  • 9 Sur ces problèmes de contrôle, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 377-380.

7Deuxième risque : l’inefficacité, c’est-à-dire l’insuffisance des produits sur le plan qualitatif parce qu’on n’a pas su contrôler, arrêter à temps les projets, parce qu’on n’a pas défini clairement des niveaux de qualité scientifique. C’est là un problème de contrôle : il faut former à l’évaluation, établir des méthodes de contrôle de la qualité scientifique, pratiquer des audits, sanctionner les défaillances, analyser les échecs9...

8Troisième risque : les conflits de doctrine, inévitables dans un système très jeune, aux méthodes encore floues : on ne sait pas quels sont les conflits à naître, qui reposent presque toujours sur des querelles de personnes (il y aura peut-être en 2050 un conflit des « anciens » et des « modernes »).

9Quatrième risque : on ne sait trop quel sera le développement et l’efficacité de l’ingénierie historique privée, marchande, celle des « sociétés d’histoire », qui travaillent « à la commande », qui sont réglées par d’autres principes (elles obéissent à leurs « donneurs d’ordre »), ce qui peut créer de fâcheuses confusions.

III. FORMES

10Supposons les obstacles résolus, les risques surmontés : comment doit se développer le « système ingénierie » ?

11Première forme : il devrait permettre des opérations de sauvegarde de la mémoire ; les techniques d’ingénierie sont bien adaptées pour de telles opérations, à des niveaux différents :

  • mémoire d’un ministère, d’une institution,
  • mémoire d’une ville, d’un département, d’une région,
  • mémoire d’une profession (par exemple les commissaires aux comptes ou les infirmières),
  • mémoire d’une entreprise, ou d’un secteur économique.

12On a là des schémas qui commencent à être rodés, des méthodes souples qui permettent de surmonter les obstacles.

  • 10 Par exemple l’histoire de l’enfance handicapée (cf. « Pour une histoire de l’éducation des (...)

13Deuxième forme : le « système ingénierie » peut s’appliquer également à des secteurs entiers d’histoire (histoire du quotidien, histoire du suicide, histoire de la souffrance), et même à des disciplines ou sous-disciplines (en histoire des techniques ou en histoire sociale on peut avoir des formules bien adaptées pour explorer des histoires mal connues)10 ; le champ d’extension est très vaste.

14On voit bien les caractères de cette ingénierie historique.

15Premièrement : elle va de l’amont à l’aval, tous les anneaux de la chaîne historique sont concernés ; l’ingénierie historique embrasse :

  • la demande : analyses de la demande du corps social (ou politique), la demande « institutionnelle », la demande technique des historiens, et l’évaluation des demandes non encore formulées et des demandes futures (celles de l’historien de 2050 ou 2080)11,
  • le patrimoine : protection et inventaire des archives écrites, création d’archives orales et audiovisuelles, collecte des archives privées, conservation de blocs-témoins,
  • le développement de la recherche : création d’outils de travail (guides de recherches, banques de données), séminaires d’initiation et formation de chercheurs (notamment des historiens professionnels), formation post-doctorale12, définition d’objectifs prioritaires, création de méthodes de travail adaptées et réflexion doctrinale, liens internationaux, etc.
  • la politique de production et de communication : diffusion des résultats de la recherche, colloques, collections de publications de travaux et de documents, publications « grand public », communication « interne », etc.

16Sur chacun de ces segments, l’ingénierie historique peut fournir une logique de raisonnement (ou une « doctrine »), des schémas de travail, les résultats d’expérimentations antérieures, des méthodes d’évaluation et de contrôle : on vit là avec des formules très souples.

  • 13 Il y aura « probablement » différents métiers : concepteur, chef de projet, secrétaire sci (...)

17Deuxièmement : il y aura une sorte de corporation des ingénieurs historiques recrutés parmi les archivistes, les historiens de métier, les historiens « non professionnels » (par exemple des ingénieurs, des médecins) ; ces ingénieurs auront été formés à leur métier, ils auront une certaine pratique de l’histoire13.

  • 14 Le métier suppose de l’imagination, de la solidité, le sens du possible, des talents de né (...)

18Troisièmement : l’ingénierie historique suppose qu’on travaille en réseau, qu’on soit apte à coopérer, ouvert sur le monde universitaire, mais aussi sur la vie réelle (de l’administration et de l’entreprise), que l’on évite de vivre dans une « bulle » (la place des techniques de communication est essentielle en ingénierie historique) : c’est un métier où l’on ne doit pas trouver d’esprits étrécis, frileux, mal assurés, qui refusent toute collaboration14.

IV. EFFICACITÉ

19L’ingénierie vise à optimiser un système, elle a pour but un optimum. On doit avoir conscience de ses répercussions inévitables sur l’ensemble de la chaîne historique. Prenons une hypothèse de fort développement de cette technique d’optimisation et examinons les effets immédiats et lointains.

20Premier effet : sur les systèmes de production : on pourra constater :

  • un accroissement de la production d’histoire15 avec une cohérence des efforts, de l’amont à l’aval, une limitation des gaspillages d’énergie, un comblement des « trous »,
  • des effets d’entraînement, qu’on a peine à identifier : par exemple un décideur accordera plus facilement des crédits, puisqu’il y a des objectifs « lisibles » et des moyens de contrôle et d’évaluation, et les crédits pourront venir de sources « inédites » ou inhabituelles (on verra peut-être cet effet si l’on constitue des comités d’histoire des départements, ou des régions...).
  • 16 Cf. supra, p. 113.

21Deuxième effet : sur la politique des archives16 ; les techniques d’ingénierie permettent d’assurer la cohérence des efforts, de lier les opérations de collecte à la demande des historiens et à la demande politique ou sociale, d’accroître l’efficacité du système archives (association des archivistes, des administrateurs, des historiens et des sociologues, politique de communication des archives, élargissement et souplesse de la collecte orientée vers les besoins de l’historien de 2080-2100) ; les techniques d’ingénierie peuvent aider beaucoup à l’optimisation du système archives.

  • 17 Pour un exemple, « Comment préserver la mémoire d’un ministère ? », dans Pour une histoire (...)
  • 18 En particulier il faut une analyse assez fine des besoins « probables » de l’historien de  (...)

22Troisième effet : sur la sauvegarde de la mémoire : c’est là un des secteurs prioritaires, où les techniques d’ingénierie peuvent montrer leur souplesse, leur capacité d’adaptation, par exemple en analysant les différentes formes de la demande de mémoire (actuelle et future, politique, sociale, technique), en précisant les objectifs, en permettant de répondre à ces demandes par une adaptée aux conditions techniques17 (par exemple pour développer une histoire de l’actuariat ou une histoire du « nucléaire »). Les schémas de sauvegarde de la mémoire doivent être expérimentés de façon souple, en tenant compte des diverses demandes18.

  • 19 Cf. L’histoire entre le reve et la raison, 1998, p. 677-690.

23Quatrième effet : sur la croissance d’une discipline ou sous-discipline historique. Les techniques d’ingénierie permettent d’analyser les conditions de développement19, les « blocages », les défaillances, les gaspillages d’énergie et de définir des « programmes prioritaires » (par exemple la révision des travaux anciens, la création de banques de données ou d’une politique de circulation de l’information, la réflexion épistémologique, le développement de la formation post-doctorale, etc.).

24Cinquième effet : sur la demande d’histoire. Les techniques d’ingénierie s’appuient nécessairement sur une analyse fine de la demande d’histoire telle qu’on la constate à t, mais elles peuvent chercher à prévoir les mutations possibles de cette demande à t+1, t+n, et par suite être conduites à la créer, ou plus exactement à développer les moyens d’anticiper son développement et à l’orienter – ce qui suppose beaucoup de prudence si l’on ne veut pas créer des demandes artificielles.

V. CONSÉQUENCES

25Il faut bien voir les conséquences multiples d’un tel développement.

  • 20 Il est difficile de prévoir les prolongements d’un tel effort : par exemple les études sur (...)

26Première conséquence : l’enseignement. On dispensera des formations d’ingénierie dans les Facultés de lettres, de droit, dans les Écoles : on créée ainsi un métier particulier (avec probablement des spécialisations : évaluateurs, concepteurs, etc.). La recherche sur l’ingénierie – qui est la suite logique de cet enseignement – devrait se développer, on fabriquerait ainsi un corps de doctrine20.

27Deuxième conséquence : on devrait établir des manuels, ou guides de procédure, avec des analyses de système, des « aides à la décision », qui faciliteraient la tâche des responsables.

  • 21 Cf. le Guide cité à la note 4.

28Troisième conséquence : des formules de coopération sont à inventer (en 1998 on a créé le Club des Comités d’histoire pour aider à une réflexion en commun sur ces problèmes d’ingénierie21 : d’ici 2050 d’autres formules seront sans doute mises en œuvre) ; il est possible aussi que des formes de coopération internationale puissent apparaître, les problèmes posés étant in principio analogues.

  • 22 On voit déjà les heurts de méthodes dans les Comités d’histoire.

29Quatrième conséquence : l’évolution « probable » des méthodes d’ingénierie relève du non-connaissable, car en 2050 il y aura déjà trois générations d’ ingénieurs, avec sans doute des méthodes, des langages, des principes différents, et la concurrence sera vive entre ces différentes conceptions22.

30Cinquième conséquence : il faut tenir compte également du rôle probable de personnalités créatrices – qui ne sont sans doute pas encore nées-et qui modifieront sans doute l’architecture de cette ingénierie, infléchiront ses principes.

VI. CHANCES PROBABLES

  • 23 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 86-88.

31Nous avons déjà examiné la prospective à 20 ans de l’ingénierie historique23 : mais il est bien difficile de raisonner sur les chances favorables ou défavorables à l’horizon 2050, on est dans un système très incertain. Donnons quelques réflexions nécessairement arbitraires.

32Les chances défavorables sont évidentes : on doit rappeler :

  1. l’hostilité des universitaires qui détestent toute ingénierie ; le plus souvent un directeur de centre de recherche prend la direction de son centre sans réfléchir aux règles de bonne gestion, aux principes de l’ingénierie, aux règles également d’une « politique de communication ». Mais dans quel état sera l’Université en 2050 ? et l’histoire « universitaire » ? Quelle sera la place de l’histoire dans des universités autonomes ou à finalités « professionnelles » ? La carrière des historiens sera-t-elle calquée sur le modèle américain ?
  2. les coûts : l’ingénierie ne fonctionne efficacement que s’il y a des crédits permettant de mener à bien des opérations lourdes : or personne ne peut dire si le corps social consentira des crédits importants à la fonction « histoire ».
  3. les difficultés pour entrer dans cette logique de raisonnement que constitue l’ingénierie historique ; c’est une discipline intellectuelle qui suppose, en principe, des projets communs, des règles de coopération, l’absence de querelles de clans et de doctrine24 : ce qui est très souvent refusé par le jeune historien.

33En sens inverse on peut énumérer les chances favorables :

  1. on ne sait comment évoluera la doctrine de l’ingénierie historique : on est aujourd’hui dans la situation des cabinets de conseil en 1930, personne ne pouvait prévoir leur développement. Par définition l’ingénierie est un système ouvert, qui raisonne à 20 ou 30 ans de distance, un système dynamique où ce qui importe, c’est de créer de nouvelles applications.
  2. on ne sait rien des personnalités créatrices capables de vivifier le système « ingénierie historique » ; l’ingénierie progresse par des exempla, par l’invention d’applications transposables ; tout repose donc sur des créations personnelles.
  3. l’ingénierie historique paraît aujourd’hui bien adaptée à des cas simples (sauvegarder la mémoire d’un ministère, d’une entreprise) ; mais on ne sait à quels obstacles elle se heurtera quand on passera à des systèmes lourds, techniques, difficiles à gérer (par exemple l’histoire de la fiscalité, l’histoire du corps) ; il faut donc être prudent, modéré, bien identifier les obstacles, et avoir conscience des limites du système25.
  • 26 Déjà l’étude de l’échec ou des crises de certains Comités d’histoire est significative.

34On ne sait trop comment se prononcer sur les chances 2050 de l’ingénierie historique : c’est une « discipline intellectuelle » toute neuve, et la probabilité d’échecs nombreux est forte26.

Conclusion

35Nous avons pratiqué un exercice difficile (qui le lira en 2030 ? en 2050 ?) : mais quand on parle d’ingénierie historique, on est peut-être au point de départ de quelque chose. Quelles leçons peut-on tirer de ces observations, nécessairement partielles ?

36Première leçon : l’ingénierie historique est une technique encore incertaine de ses méthodes, mal acceptée : il y a ceux qui y croient et ceux qui n’y croient pas.

  • 27 On peut prévoir un accroissement de cette demande, car bien des entreprises ou des institu (...)
  • 28 Avec J. Tulard, dans Le marché de l’histoire (Que sais-je ?, 1994, p. 108-109) nous avons (...)

37Deuxième leçon : l’effet 2050 oblige à saisir l’importance d’une telle technique d’optimisation qui peut permettre de rénover les méthodes de telle ou telle discipline (ou sous-discipline) et de sauvegarder la mémoire menacée d’une institution ou de groupes sociaux27. Mais personne ne peut savoir l’état de la demande d’histoire en 2050 : les hypothèses optimistes sont fort risquées, elles ne sont peut-être pas « raisonnables »28.

38Troisième leçon : l’ingénierie historique, qui est in principio une méthode de raisonnement, une discipline intellectuelle, sera peut-être pratiquée sous des formes différentes, dérivées ou déformées, en 2050, nul ne peut le savoir : mais on ne saurait sous-estimer la fécondité de cette technique, qui donne un autre regard sur la production d’histoire.

Notes

1 Sur les principes de l’ingénierie historique, cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 71-88. Nous avions abordé ce problème déjà dans « Comment développer un secteur de recherche en histoire contemporaine ? », Mouvement social, 1988, p. 31-43, et dans « À propos de l’ingénierie historique », Bulletin d’histoire de l’électricité, 1990, p. 149-153.

2 Nous ne donnons ici qu’une esquisse.

3 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 71-72.

4 Sur les Comités d’histoire, cf. Guide des Comités d’histoire et des services historiques, avec un avant-propos de F. Descamps, 1999 et supra, p. 145.

5 Où tout repose sur l’Université et où les liens avec les administrations sont distendus.

6 La première application systématique en a été faite par le Comité d’histoire de la Sécurité sociale en 1973-1974 (il faudra faire un jour l’histoire de ce Comité d’histoire, qu’avait créé le Président Pierre Laroque).

7 Il manque une théorie de la sous-optimisation des moyens ou du gaspillage de forces en histoire.

8 On a constaté dans d’autres secteurs (par exemple pour l’Inventaire des richesses d’art de la France) de telles déformations.

9 Sur ces problèmes de contrôle, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 377-380.

10 Par exemple l’histoire de l’enfance handicapée (cf. « Pour une histoire de l’éducation des idiots », dans Handicaps et inadaptations. Les cahiers du CTNERHI, n° 50, 1990, p. 79-81).

11 Les techniques d’analyse de la demande ne sont pas encore nettement définies (pour un exemple, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 11-15, 37-70). Mais toute opération d’ingénierie doit être fondée sur une analyse de la demande.

12 Cf. infra, p. 245.

13 Il y aura « probablement » différents métiers : concepteur, chef de projet, secrétaire scientifique, contrôleur, « communiquant ».

14 Le métier suppose de l’imagination, de la solidité, le sens du possible, des talents de négociation, une bonne connaissance de la matière, et la capacité de distinguer ce qui est important et ce qui ne l’est pas.

15 Dès qu’on donne des moyens de publier, l’offre d’histoire s’accroît.

16 Cf. supra, p. 113.

17 Pour un exemple, « Comment préserver la mémoire d’un ministère ? », dans Pour une histoire..., ouv. cité, p. 361-367.

18 En particulier il faut une analyse assez fine des besoins « probables » de l’historien de 2050 ou 2080 dont les centres d’intérêt ne coïncident pas nécessairement avec ceux des historiens d’aujourd’hui (faut-il rappeler l’écart entre les soucis de l’historien de 1950 et ceux de l’historien de 2000 ? dans chaque secteur d’histoire on mesure facilement l’écart des méthodes de raisonnement...).

19 Cf. L’histoire entre le reve et la raison, 1998, p. 677-690.

20 Il est difficile de prévoir les prolongements d’un tel effort : par exemple les études sur ce qu’est chercher en histoire sont très peu nombreuses, il nous manque une théorie générale du chercher (la manière de chercher ne se confond pas avec les méthodes de travail), et peut-être cherchera-t-on un jour à optimiser l’acte de chercher, afin d’éviter les erreurs, les échecs, les abandons.

21 Cf. le Guide cité à la note 4.

22 On voit déjà les heurts de méthodes dans les Comités d’histoire.

23 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 86-88.

24 On doit faire travailler ensemble des gens de formation, d’opinions, de sensibilités différentes – ce qui suppose quelques talents de diplomatie et une certaine ouverture d’esprit.

25 Sur les limites, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 81-83.

26 Déjà l’étude de l’échec ou des crises de certains Comités d’histoire est significative.

27 On peut prévoir un accroissement de cette demande, car bien des entreprises ou des institutions centenaires risquent fort d’être ébranlées d’ici 2020-2030.

28 Avec J. Tulard, dans Le marché de l’histoire (Que sais-je ?, 1994, p. 108-109) nous avons examiné la possibilité d’une régression et même inséré un chapitre sur les moyens de « maintenir le goût de l’histoire » (p. 114-123) : c’est une étude qu’il faudrait reprendre, car on voit déjà, dans certains secteurs, des signes d’essoufflement.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search