Version classiqueVersion mobile

L’histoire en 2050

 | 
Thuillier Guy

Chapitre XI. Les Comités d’histoire

Texte intégral

  • 1 Revue administrative, 1994, p. 307, repris dans L’histoire entre le reve et la raison, 1998, p. 825 (...)

1Peut-on faire la prospective des Comités à l’horizon 2050 ? Assurément c’est chose déraisonnable, prématurée : mais si arbitraire soit-il, l’exercice permet de voir ce que souvent l’on ne veut pas voir, de saisir ce qui peut advenir (en bien ou en mal). Nous avons déjà posé (en 1994...) la question : que sera l’historien de 2050 ?1 et nous croyons qu’il faut poser dès maintenant : que seront les Comités en 2050 ? La prospective a sa logique propre, elle fait apparaître les incertitudes, les tensions, elle montre les frottements possibles, elle enseigne le doute, elle oblige à réfléchir sur ce qui est « le plus important » : nous proposons un système de questions que chacun peut appliquer à son secteur. Nous n’avons pas encore de théorie générale des Comités – le Club des Comités d’histoire s’y emploie –, mais nous en découvrons des éléments dans cette réflexion sur 2050 : et on peut décrypter plus facilement ce qui se passe – et ce qui va se passer – sous nos yeux. Mais on voit bien qu’un tel exercice devrait être refait dans dix ans.

I. COMMENT RAISONNER SUR LES COMITÉS EN 2050 ?

2On a la plus grande peine à esquisser une telle prospective : ce n’est qu’une rêverie floue, personne ne peut dire ce qui se passera en 2050 (les « patrons » de 2040-2050 ne sont pas encore nés...), on ne peut guère que poser des questions ; mais raisonner sur 2050 permet de jeter un regard sur notre présent, et de saisir « les dix prochaines années » : se poser des questions sur le futur lointain des Comités est une nécessité dès qu’on veut comprendre leur logique particulière, on aurait tort de sous-estimer leur capacité de développement.

  1. On peut se poser quelques questions prioritaires, qui montrent bien notre état d’incertitude :
    Or le système des Comités d’histoire est lié étroitement à ces variations : si l’on était plus savant, on pourrait mieux voir ce qui risque de se passer.

    1. le besoin de Comités sera-t-il ressenti de la même façon en 2050 ?

      • 2 C’est-à-dire le taux de renouvellement sera-t-il suffisant ?

      les Comités reposent sur l’action de « personnalités » innovatrices : or comment savoir si nous aurons d’ici 2050 les personnalités nécessaires2 ?

    2. on a actuellement des formules de Comité, mais il peut en apparaître d’autres plus efficaces, plus « innovantes » : comment la structure, les fonctions des Comités vont-elles évoluer ?

    3. quels seront les rapports entre les Comités, les institutions, l’Université, les archives ? les liens seront-ils plus étroits ? plus distendus ?

      • 3 On peut étudier déjà la disparition de quelques Comités. On conte même que le Comité d’histoire des (...)

      il y a une vie et une mort des Comités : quels seront les Comités en 2050 ? quels nouveaux Comités vont apparaître ? quels Comités dépériront ?3

3Il s’agit là de questions redoutables : mais nous avons encore d’autres incertitudes d’ici 2050 :

      • 4 Cf. G. Thuillier et J. Tulard, Le marché de l’histoire, 1994.

      l’évolution générale du système de production d’histoire4,

    1. les mutations de la demande sociale et politique d’histoire,

    2. le poids croissant des historiens « non professionnels »,

      • 5 Cf. Le métier d’historien, 1995, p. 111-120.

      les changements probables du métier d’historien5,

    3. les inflexions des principes, des méthodes de l’histoire (on voit bien que l’écart 1950-2000 est considérable en ce domaine : qu’en sera-t-il d’ici 2050 ?).

    • 6 P. 16-17 (supra, p. 17).

    Les Comités ont pour mission d’ajuster l’offre à une demande nouvelle, sociale, ou technique, ou politique qui n’est pas satisfaite par l’Université, et qui est plus ou moins clairement formulée. Cet ajustement est souvent difficile à opérer : comment vont évoluer ces demandes ? l’ajustement sera-t-il efficace ? Or le problème est compliqué parce que va apparaître une demande nouvelle, qui concernera les années 2000-2050 : comment les Comités pourront-ils y satisfaire ? C’est une demande particulière, fluctuante, incertaine, dont nous ne pouvons avoir une idée aujourd’hui, puisqu’elle tient à ce qui va apparaître comme innovation, création d’ici 2050 (Bergson l’avait bien montré dans La pensée et le mouvant)6 ; comment les Comités réagiront-ils devant cette demande nouvelle, concernant une histoire immédiate à laquelle on ne peut guère appliquer des méthodes d’érudition ? L’ajustement risque d’être parfois difficile.

IL FONCTIONS D’UN COMITÉ

  • 7 Elle détaille : « Pour le patrimoine et sa mise en valeur, sensibilisation des services et formatio (...)

4On ne sait trop quelles sont les fonctions d’un Comité : comme dit Florence Descamps, un Comité doit « couvrir la totalité de la chaîne de production et de diffusion de la connaissance historique, de l’archive jusqu ’au manuel de vulgarisation et au livre grand public »7, il rassemble « sous une même impulsion des compétences, des méthodes de travail, des savoir-faire qui existent dans des univers professionnels séparés (le monde des archives et de la documentation, l’Université, l’édition, la communication) ». Or comment va évoluer d’ici 2050 ce système complexe ? Quelles vont être les inflexions, les mutations « possibles » ? Pour analyser ce futur lointain des Comités, on peut établir un arbre des fonctions, dont certaines ne sont pas encore remplies : ce qui permet de voir ce qui peut changer.

5Fonction d’accumulation : on accumule des documents, des savoirs, des archives orales, des récits de vie : c’est un investissement continu.

6Fonction d’édition : si on offre des moyens de publier, on a de bons travaux, on crée une offre nouvelle.

7Fonction d’information des chercheurs et d’animation de la recherche.

8Fonction de communication : un Comité doit avoir une véritable politique de communication, qui ne se réduit pas à publier un « Bulletin » ou à organiser des colloques...

9Fonction d’invention et d’innovation : un Comité doit lancer de nouvelles méthodes, de nouvelles techniques. C’est son côté expérimental ; de 1990 à 2000 on a lancé, grâce à Florence Descamps, les archives orales et les collectes de récits de vie, que va-t-on lancer en 2000-2010 ?

10Fonction d’initiation : un Comité doit initier les chercheurs à l’institution, à ses pratiques, aux principes de l’histoire « spécialisée » du Comité, il doit les conseiller au cours de leur recherche.

11Fonction de formation : un Comité doit :

  • former les chercheurs aux techniques d’ingénierie (ou du moins concourir à cette formation),

    • 8 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 353-359.

    former les administrateurs ou les cadres de l’institution aux méthodes de l’histoire, pour élargir le vivier de chercheurs8.

  • 9 Cf. L’histoire..., ouv. cité, p. 849-860.

12Fonction de formation post-universitaire (ou post-doctorale)9 : on doit aider le chercheur après sa thèse, le guider sur les bonnes cibles, l’encourager à construire une œuvre ; cette fonction de guidance n’est pas facile à mettre en œuvre.

13Fonction régionale : un Comité doit aider à la formation de comités régionaux, des « filiales » appliquant les mêmes règles, les mêmes principes, ce qui doit permettre de construire une histoire régionale et de « déparisianiser » la recherche.

  • 10 C’est un des aspects sur lesquels on a trop peu réfléchi.

14Fonction européenne : un Comité, dans les quinze prochaines années, va être obligé de développer sa « capacité européenne »10 : comment négocier au niveau européen dans sa spécialité ? Quelles seront les contours d’une histoire européenne ? Comment définir une histoire « nationale » par rapport à cette histoire européenne ? Comment participer à l’élaboration des « normes » de cette histoire européenne ? On voit bien la multiplicité des questions posées, qu’il faut prévoir dès maintenant, et la difficulté d’y répondre (par exemple pour l’histoire fiscale, l’histoire hospitalière ou l’histoire des assurances).

  • 11 Cf. « Comment faire un effort de doctrine ? », L’histoire..., ouv. cité, p. 691-699.

15Fonction doctrinale : un Comité doit se doter d’une doctrine, d’un corpus de principes et de méthodes, il doit faire un effort doctrinal11 (et sans doute provoquer un enseignement méthodologique).

16Mais on peut aller plus loin, et définir d’autres fonctions :

    • 12 Cf. « Guetter », ibidem, p. 553-562.

    fonction de guet (ou de veille)12 : on doit surveiller les déplacements des centres d’intérêts, le paysage des innovations, les mutations « probables » dans les secteurs voisins : il doit se doter d’une cellule de veille (comme dans les entreprises),

  • fonction « politique d’archives » : il doit aider à la définition d’une « politique » d’archives, veiller à l’optimisation de la sauvegarde, de la collecte et du tri, afin de ménager les intérêts de l’historien de 2050 (qui, compte tenu des délais, exploitera ces archives),

    • 13 Cf. « Comment faire la prospective d’une discipline ? », ibidem, p. 677-690 et infra, p. 273.

    fonction prospective : un Comité doit réfléchir à la prospective de son secteur ou sous-discipline, il doit en établir les grandes lignes (à 2020, à 2050) et veiller à former à la réflexion prospective13,

    • 14 Faut-il rappeler son rôle – non encore assez développé – pour la protection et la sauvegarde des ar (...)

    fonction patrimoniale (ou « antivandalisme ») : il doit surveiller la fonction de mémoire, protéger contre les catastrophes documentaires ou archivistiques, prévenir les ruptures de mémoire14 il défend un capital et l’entretient,

    • 15 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 333-338.

    fonction d’inventaire : un Comité doit créer une banque de données rétrospectives15, banque de sources et banque d’études, banque d’images ; pour le moment aucune expérience n’a été tentée, car ce sont des entreprises coûteuses, mais en 2020 la situation devrait être très différente.

  • 16 Il y a de fortes résistances pour une telle création. Or il apparaîtra nécessairement d’ici 2010-20 (...)

17On voit les mutations probables de ces differentes fonctions, certaines ne sont encore qu’en pointillé (par exemple pour la fonction européenne, ou la formation des historiens non professionnels). La liste n’est pas limitative : d’autres fonctions peuvent apparaître sous la pression de la demande, on ne peut les apercevoir encore. Mais ce qui est certain, c’est que quand il n’y a pas de Comité-par exemple pour l’histoire de la fonction publique16 – il ne se passe rien : ni ligne directrice, ni programmation de la recherche, ni accumulation, ni fonction européenne, le travail se fait « en bouillie »...

  • 17 Infra, p. 191.

18Chacune des fonctions a sa dynamique propre, presque son « modèle de développement » (l’exemple type est la fonction européenne, qui correspond à une demande qui va bientôt devenir pressante)17 et on peut rêver à une fonction comme la fonction de guet ; il faut surveiller tout ce qui bouge, pressentir ce qui va advenir et un Comité devrait organiser deux réunions, ou miradors, chaque année, associant décideurs, administrateurs, archivistes, historiens, sociologues (et parfois médecins) :

  • l’un, pour saisir tout ce qui dans le secteur s’est passé d’important dans l’année, car on a là ainsi 1) des priorités pour les archives, 2) des interrogations récurrentes ; sur 10 ans l’exercice peut montrer son efficacité (on prépare le travail de tri de l’historien de 2050) ;

  • l’autre, pour examiner ce qui a changé dans le paysage historique : quelles ont été les nouvelles techniques (ou les essais techniques) ? quelles nouvelles interrogations ou méthodes ont apportées les travaux de l’année ? quelles innovations a-t-on constatées dans les secteurs ou sous-disciplines connexes ? L’exercice permet d’infléchir peut-être le programme de recherches, et de deviner ce qui risque d’être « important ».

19On peut rêver aux transformations probables des Comités : mais on voit très bien qu’un Comité devrait tôt ou tard avoir sa cellule européenne, sa cellule de veille (avec les deux miradors), sa cellule « prospective des archives », sa cellule « formation » : la gestion d’un Comité doit se rapprocher de celle d’une entreprise.

III. LE PERSONNEL DU COMITÉ

20Un Comité a du personnel permanent : comment va-t-il évoluer ? Qu’en sera-t-il en 2050 ? On voit bien les nouveaux métiers apparus avec les Comités :

  • secrétaire scientifique,

  • pilote des archives orales, et archivistes oraux,

  • pilote des recueils de récits de vie,

  • rédacteur de guides de recherche,

    • 18 Sur les principes de cette communication, cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p (...)

    spécialiste de la communication historique18.

  • 19 Cf. ibidem, p. 20-21, 104-105.
  • 20 C’est un métier particulier si le Dictionnaire est conçu à l’échelle européenne et même mondiale, e (...)
  • 21 Sur les principes, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 71-88.
  • 22 Il faudrait des stages dans les services de l’institution, notamment les services extérieurs.

21Mais il y a sans doute d’autres métiers qui devraient émerger : par exemple concepteur de banques de données historiques, collecteur d’archives audiovisuelles créées19, rédacteur de recueils de documents, manager de Dictionnaires historiques...20 : d’ici 2050 les développements « probables » sont considérables. Un enseignement d’ingénierie historique21 devrait préciser les contours de ces nouveaux métiers, définir plus précisément leurs fonctions (par exemple, un dictionnaire doit être conçu comme une banque de données révisable) ; et il faudra former à ces métiers (on forme déjà au métier d’archiviste oral, mais non à celui de rédacteur de guides ou à celui de secrétaire scientifique – ce qui ne saurait tarder...), pratiquer une politique de stages (il faut une certaine connaissance technique de la matière travaillée)22. En fait, on est aux tout débuts d’une chose importante.

IV. LA FORMATION À LA RECHERCHE

  • 23 Cf. « Qu’est-ce que former un historien ? », dans L’histoire..., ouv. cité, p. 835-848, et supra, p (...)

22C’est là un des grands problèmes du demi-siècle à venir : comment peut-on approfondir cette fonction de formation ?23. Comment élargir le vivier des chercheurs, comment optimiser sa capacité de produire ?

23On voit aisément les lignes directrices :

  • il faut former des administrateurs, des ingénieurs ou des médecins à la recherche historique,

  • il faut initier les étudiants à l’histoire spéciale du Comité, à ses méthodes,

    • 24 Tout comme le font les grandes écoles commerciales.
    • 25 C’est-à-dire pour étudier un problème pendant trois mois sur archives, en Italie, en Espagne ou en (...)

    il faut pratiquer une politique de stages24 : stages dans l’institution, stages « européens »25, stages dans un Comité,

  • il faut développer l’enseignement :

      • 26 Florence Descamps doit le faire à l’École pratique des hautes Études.

      de l’ingénierie historique26

    1. des techniques de communication propres à l’histoire.

  • 27 Cf. L’histoire..., p. 382-390.

24Des séminaires d’initiation à l’ingénierie historique permettraient d’élargir la vision de l’historien, de l’amener à coopérer, à aider autrui, à construire une œuvre (c’est-à-dire organiser son avenir « en tant qu’historien »)27, à bien user de son temps (ce qui est peut-être le plus difficile de l’officium de l’historien).

  • 28 Il y a des formules neuves à inventer, tout comme en médecine on a inventé dans les années 1980 les (...)
  • 29 Comme en matière de formation professionnelle.

25On voit l’importance de cette fonction, qui s’adresse aux jeunes historiens, aux historiens « non professionnels », aux historiens déjà formés (c’est le problème crucial de l’enseignement post-doctoral ou de l’enseignement post-universitaire, qui est très mal résolu aujourd’hui tout comme en médecine)28. On en est encore aux balbutiements de cette pédagogie d’adultes (la « conférence » de séminaire est-elle adaptée ? ne faut-il pas plutôt des séminaires de 2-3 jours ? ou des « cycles » répétés, d’une semaine ?29 comment évaluer les résultats ?). Surtout on a quelque mal à concevoir le contenu : donnons deux exemples.

  • 30 C’est un Comité qui se créera sans doute d’ici l’an 2010, probablement comme filiale du Comité d’hi (...)
  • 31 Cf. notre esquisse « Pour une histoire européenne des retraites des fonctionnaires », Annuaire d’hi (...)

26Premier exemple : comment faire un séminaire sur les problèmes « européens » de tel Comité ? Supposons un Comité d’histoire des retraites30 : quelles questions faudrait-il traiter en priorité ? On voit l’arbre des questions31 :

  • quelles sont les exigences, les contraintes d’une histoire européenne des retraites ? les règles, les méthodes de cette histoire ?

  • comment adapter ces exigences et ces méthodes à l’histoire des retraites en France ? quels sont les points d’identité et les points de différence ?

  • quels sont les échanges en matière de retraites entre la France et les pays européens ? les exportations d’idées, de règles, de modèles français, par exemple en Italie, en Allemagne ? les importations en France de « modèles » étrangers, par exemple allemands ?

  • quelles sont les comparaisons possibles, par exemple pour le coût, la centralisation, le rythme de croissance ?

  • quels sont les principes à appliquer à l’histoire des retraites en France ?

27Mais derrière ce questionnaire, le séminaire doit traiter « par dessous » d’autres interrogations :

  1. comment résister aux modèles d’histoire anglo-saxonne ou allemande qui risquent de prédominer ? comment lui opposer des outils, des méthodes, des principes de recherche ?

  2. comment rendre les « produits » français utilisables pour une histoire européenne ? Faut-il faire une « traduction » européenne des travaux ?

  3. si l’on confronte les principes des différents pays en ce domaine, par exemple dans un colloque ou une commission européenne, quelles thèses devraient être défendues par les historiens français ?

28Or il est vraisemblable que d’ici 2020, compte tenu de la crise européenne des régimes de retraites, on investira massivement dans cette histoire, il y aura des fonds européens, des bourses d’études, des « travaux d’équipes » (et, s’il y a un Comité français, il faudra qu’il cherche à éviter qu’on livre de « mauvais produits »– ce qui est « probable »– et donc qu’il mette au point des procédures d’évaluation).

  • 32 Songeons à l’histoire de l’agriculture ou à l’histoire de l’armement (on ne peut pas faire une hist (...)

29Nous avons pris l’exemple des retraites : mais pour chaque comité, la question se posera probablement en termes analogues32.

  • 33 Nous avons expliqué l’importance de cet effort pour l’historien, L’histoire..., ouv. cité, p. 213-2 (...)

30Deuxième exemple, beaucoup plus difficile : nous croyons qu’il faut inciter les chercheurs à faire un effort de réflexion sur ce qu’ils ont fait, ou font : mais comment apprendre à faire un effort de doctrine ?33 Est-ce possible ? À quel âge faut-il donner cette formation (ou plutôt cette initiation) ? On voit bien les buts d’un tel séminaire :

  • obliger le jeune historien à préciser ses objectifs clairement, à faire un effort de lucidité (à quoi va servir cette recherche ?),

  • l’inciter à se situer par rapport aux autres chercheurs, par rapport aux méthodes anciennes (qu’est-ce que j’apporte comme innovation ?), par rapport aux méthodes d’autres secteurs (en quoi puis-je leur apporter quelque chose ?),

  • le mettre à même de rêver aux prolongements possibles (quelles conséquences cette innovation – ou ce que j’apporte – peut-elle avoir sur l’histoire économique ou sociale ? Que faut-il explorer dans les dix prochaines années ? comment aller au-delà ?).

  • 34 Sur la note de méthode, trop peu pratiquée, cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, (...)

31Le séminaire a pour but de bâtir pour chaque chercheur un système de quaestiones, de doutes, de « probabilités », de lui apprendre à formuler ses exigences, ses principia rationis, à rédiger une « note de principes », ou une « note de méthode », destinée aux autres chercheurs34. Mais les méthodes d’un tel séminaire – qui exige beaucoup du maître et des élèves-ne sont pas encore au point, c’est une méthode volontariste qui est peu reconnue, et guider un chercheur après sa thèse est un art difficile.

V. L’IMAGE DES COMITÉS

32C’est là un domaine des plus mal connus : comment vont évoluer les rapports avec les institutions, ou les administrations, qui sont des bailleurs de fonds avec lesquels on doit nécessairement négocier sur les objectifs et l’allocation de moyens ? Il est impossible de faire des prévisions.

    • 35 Dans telle crise d’un Comité, on s’est aperçu que la « politique de communication » était pratiquem (...)
    • 36 Quand il y a privatisation, rachat par des investisseurs étrangers, que deviennent les services his (...)

    On voit bien les facteurs défavorables : les institutions risquent de se défier de la trop grande liberté laissée aux Comités – c’est-à-dire à la direction scientifique des Comités-, elles voudraient des comités plus obéissants, à compétences plus étroites, à opérations « visibles » (elles ne comprennent pas toujours la fonction « accumulation », elles aiment les expositions, les « colloques » mondains, les choses « voyantes », elles se méfient des archives orales) ; parfois les Comités n’ont pas su faire l’effort nécessaire pour expliquer leurs missions, leur politique (c’est un problème de communication)35, parfois les tensions tiennent à d’autres facteurs (institutions en déclin, ou en crise). Or sur un demi-siècle ces tensions, ces malentendus risquent de s’aggraver, tant le paysage institutionnel change rapidement (on le voit bien dans le secteur bancaire)36.

  1. Les facteurs favorables sont bien connus, mais comment évolueront-ils ?

    1. désir de retrouver ses origines, sa genèse (il devrait s’accroître, comme dans les entreprises, en période de mutations brutales des institutions, des techniques, des procédures),

    2. besoin des hommes de terrain de saisir l’évolution de leur métier (on l’a bien vu pour les infirmiers, les assistantes sociales),

    3. besoin des corps qui se sentent menacés, à la fois par l’Europe, par les régions et par l’affaiblissement de l’État,

    4. développement « probable » des techniques d’ingénierie, qui peut rassurer les bailleurs de fonds, leur donne une image plus fidèle, plus sûre des comités, qui apporte une certaine sécurité et fiabilité dans les projets (on sait – ou on saura – plus facilement quel type de produit on peut créer, on le voit bien pour les guides de recherche, on n’est plus dans les périodes d’improvisation),

      • 37 Ce qui suppose un enseignement adapté de l’ingénierie historique.
      • 38 Pour le moment il n’existe que des Comités régionaux pour l’histoire de la Sécurité sociale, d’acti (...)

      application à l’histoire régionale des méthodes d’ingénierie37 : c’est encore un secteur mal exploré (comités régionaux spécialisés38, publications de documents, formation d’historiens non professionnels) : il y a là des possibilités d’extension considérables, et une demande très mal satisfaite.

33En principe dans les années 2000-2020 on devrait bien saisir comment se fera l’optimisation des rapports entre l’offre et la demande d’histoire « spécialisée » : l’image des Comités devrait être notablement améliorée, leur politique de communication – interne et externe – devrait être renforcée (mais il faut sans doute former à la communication).

VI. INCERTITUDES

34Il faut avoir bien conscience des incertitudes qui pèsent sur les comités, dans les toutes prochaines années (au-delà, tout est flou).

35Première incertitude : la durée de l’effort. Un Comité vieillit nécessairement, il y a des changements d’équipes, de générations, des ruptures probables de « traditions », de méthodes, des mutations de conceptions (on peut avoir des secrétaires scientifiques à l’esprit peu inventif, passéiste, rétréci). Ce qui devrait inciter chaque Comité, dès maintenant, à faire effort pour préciser – à l’intention des « successeurs »– la doctrine d’emploi, les lignes directrices du Comité, de façon à éviter des « ruptures de mémoire ».

  • 39 Cf. L’histoire..., ouv. cité, p. 815.
  • 40 Par exemple une opposition à la constitution d’archives orales, sous prétexte qu’elles ne seraient (...)
  • 41 Ou bien on ne veut traiter que les cinquante dernières années, ce qui est mutiler fâcheusement l’ef (...)

36Deuxième incertitude : la possibilité d’une régression de l’histoire universitaire39, qui, pour des raisons doctrinales ou idéologiques (le « politiquement correct »), aurait de plus en plus des conceptions très éloignées des principes des Comités et qui refuserait ces types d’histoire sectorielle, exploratoire, au nom des grands principes d’une histoire qui « enseigne la vérité » (déjà on a vu des résistances40, des dérives de Comités qui fabriquent des synthèses sans véritable recours aux archives)41. Quel sera le rôle des Comités ? Quelles seront les tensions « possibles » ? On ne sait : mais un Comité a besoin d’une histoire universitaire forte pour maintenir un certain niveau d’indépendance et d’érudition.

37Troisième incertitude : des menaces peuvent peser sur les Comités, leur structure, leur capacité de développement ; on voit très bien leur rattachement à un département « histoire » ou « mémoire » (avec des risques de sclérose, de « bureaucratisation »), leur annexion à un service d’archives (ce qui limiterait singulièrement les visées), leur intégration dans une direction ou secrétariat général (ce qui les conduirait peut-être à ne faire que des opérations « court terme », à abandonner la fonction d’accumulation). L’ajustement de l’offre et de la demande peut se faire de façon très médiocre en supprimant la marge d’initiative, la capacité d’expérimentation. Et on peut même imaginer que la pression du politiquement correct conduise à une « censure », à réduire un Comité à de l’histoire pieuse ou « idéologique ». On ne sait comment évoluera la forme et le principe même des comités : mais on doit rappeler :

  1. qu’un enseignement de l’ingénierie historique devrait précisément faire émerger de nouvelles formes (l’enseignement a là un rôle tout comme pour l’innovation sociale, il oblige à réfléchir à moyen terme),

  2. que le rôle des personnalités est déterminant : or les personnes jouant un rôle pilote en 2040-2050 ne sont pas encore nées...

  • 42 Donnons un exemple : on pourrait créer un Comité d’histoire de l’histoire, qui chercherait à satisf (...)

38Quatrième incertitude : les histoires à naître, dont on n’a encore aucune idée, et qui « probablement » donneront naissance à des Comités ou thématiques ou transversaux ; il y aura sans doute de plus en plus de Comités pointus, très spécialisés, des Comités « filiales » (ce qui risque de créer des tensions avec les Comités « généraux »), mais le pluralisme des Comités suppose une certaine coordination pour éviter les chevauchements. Or nous ne savons pas ce que seront ces « histoires à naître »42.

VII. RÈGLES DU JEU

39Peut-on tirer de ces quelques observations des règles d’usage, applicables dès maintenant ?

  • 43 Donnons un autre exemple, qui peut faire rêver : les Comités d’histoire unissant les institutions e (...)

40Première règle : il est nécessaire d’examiner comment on peut développer les différentes fonctions des Comités, que nous avons évoquées ; c’est une nécessité de compliquer les choses : l’organigramme des fonctions d’un Comité de 2050 a peu de chances de ressembler à celui d’aujourd’hui, et les fonctions – dont certaines non encore émergées – ont leur dynamique propre (on le voit bien pour la fonction européenne)43. Les Comités sont un lieu où les forces de création sont stimulées, mais peut-être pour ce développement faut-il faire appel à des consultants extérieurs rémunérés.

  • 44 Sur la conception du probabilisme, cf. L’histoire..., ouv. cité, p. 359-368, 606-615, et pour une a (...)

41Deuxième règle : il faudrait étudier l’application du probabilisme44 aux Comités, pour bien cerner les zones de doute. Par exemple, si l’on crée un Comité d’histoire des retraites on doit se poser avant tout les questions importantes, par exemple : qu’est-ce que je ne peux connaître ? (telle la psychologie du retraité d’autrefois). Qu’est-ce qui est incertain, mouvant, inconnu, « improbable » ? Ceci permet :

  • d’accroître le taux d’incertitude de l’histoire (le taux de flottement) et de mettre en doute les belles certitudes de certains,

  • de faire apparaître des zones aux limites du connaissable et du non connaissable, ce qui peut inciter à innover, à lancer des histoires à naître,

  • de former les historiens à ce probabilisme appliqué à une histoire particulière, ce qui devrait améliorer la qualité de leur production, et les faire échapper aux pièges multiples d’une histoire trop « certaine ».

42Troisième règle : il faut garder le caractère expérimental, inventif des Comités : on doit :

  • développer les séminaires de méthode ou de prospective sur les lignes directrices des Comités et leur « système de fonctions »,

    • 45 Il faut rappeler que les archives orales sont un outil qu’on n’a pas encore pleinement développé (s (...)

    aller au-delà, se fixer des objectifs « glissants », chercher à inventer de nouvelles méthodes (de type archives orales)45, de façon à accroître l’écart entre l’histoire des Comités et l’histoire universitaire, plus passéiste, peu favorable aux expériences.

43L’histoire des Comités doit inventer de nouvelles techniques, méthodes, façons de faire l’histoire : un Comité peut multiplier les effets d’une innovation, a la capacité de la diffuser, de la faire évoluer.

  • 46 Sur la création en histoire, cf. Pour une histoire de la bureaucratie, ouv. cité, p. 293-300.

44Quatrième règle : il faut tenter de former les historiens à créer46, à innover : c’est sans doute là la tâche la plus difficile – et la plus importante pour les années 2000-2050 (il devrait y avoir des progrès considérables). On ne sait pas encore former, inciter à créer : c’est-à-dire :

    • 47 Sur l’art de désapprendre, cf. L’histoire..., ouv. cité, p. 470-479.

    à se détacher, à désapprendre47, à se méfier des pièges du répétitif, du modèle ;

    • 48 Cf. « Apprendre tous les jours » (article à paraître).

    à réfléchir, à apprendre tous les jours48, c’est-à-dire à ne pas être un « rentier de l’histoire ».

  • 49 L’historien souvent se réfrène, se censure, n’utilise pas tous ses talents (on le voit bien aux arc (...)

45On peut rêver, pour les jeunes historiens, d’un système de conseil-éveil (comme dans les entreprises) pour encourager les vocations, stimuler les forces créatrices, exciter les rêveries dynamiques, souvent occultées49.

46Cinquième règle : il faut laisser des traces écrites de ces différents efforts, notamment :

    • 50 Qui ne soient pas trop épurées et conservent la trace des essais, des tentatives d’innovation, des (...)
    • 51 Il ignore l’action du doyen Pierre Renouvin en 1969-1970 (cf. « Les archives de l’enseignement : le (...)

    avoir des archives en bon état50,
    posséder un « journal de marche », car la mémoire est souvent poreuse, ou très médiocre (on le voit bien pour les origines du Service d’histoire de l’éducation)51,

  • collecter des archives orales des comités au bout de dix ans, orientées notamment sur les innovations mises en œuvre, et les résistances.

Conclusion

47Quelles leçons peut-on tirer de ces rêveries sur le futur ?

48Première leçon : il faut réfléchir à l’horizon 2050, cela permet de mieux saisir la capacité de développement des Comités, de mettre en œuvre dès maintenant des actions, des innovations : mais un certain esprit prospectif est nécessaire.

49Deuxième leçon : les comités auront sans doute une place croissante, notamment dans les secteurs négligés par l’Université (qui nous donnera une histoire de l’actuariat ?) ou qui supposent un certain savoir technique (par exemple en matière fiscale ou en matière d’assurances), ou qui sont « transversaux » : on devrait établir – conformément à la quatrième règle du Discours de la méthode – un dénombrement de tous les secteurs laissés en friches ou dédaignés.

  • 52 Les demi-habiles aiment peu le volontarisme et un Comité a peu de chance quand il recrute une secré (...)

50Troisième leçon : les Comités correspondent à une conception volontariste de l’histoire : or le volontarisme est souvent mal vu de l’Université comme des institutions ou administrations. Comment peut-on développer ce volontarisme, se protéger des réflexes de timidité, de frilosité, de conformisme ?52

51Quatrième leçon : les Comités ont une fonction subversive : ils doivent tenter d’inventer de nouvelles formes d’histoire, de nouvelles méthodes de formation ou de « guidance », de nouvelles techniques pour élargir le capital de mémoire ; personne ne peut dire ce qu’il en sera en 2050, mais l’effort principal doit porter sur cette invention.

Notes

1 Revue administrative, 1994, p. 307, repris dans L’histoire entre le reve et la raison, 1998, p. 825-834.

2 C’est-à-dire le taux de renouvellement sera-t-il suffisant ?

3 On peut étudier déjà la disparition de quelques Comités. On conte même que le Comité d’histoire des archives est disparu par suite de l’opposition du personnel des Archives nationales, et, bien entendu, du Comité d’histoire de la culture...

4 Cf. G. Thuillier et J. Tulard, Le marché de l’histoire, 1994.

5 Cf. Le métier d’historien, 1995, p. 111-120.

6 P. 16-17 (supra, p. 17).

7 Elle détaille : « Pour le patrimoine et sa mise en valeur, sensibilisation des services et formation des acteurs à la conservation du patrimoine archivistique, collecte et classement d’archives écrites, privées et orales, d’ouvrages et d’objets, recensement du patrimoine physique, inventaire et catalogues, guides de recherches, ouverture aux chercheurs. Pour l’animation de la recherche, constitution de bibliothèques spécialisées, organisation de groupes de travail et partenariat avec l’Université, tutorat d’étudiants, séminaires d’initiation ou de recherche, journées d’études, bourses de recherche et marchés d’études. Pour la diffusion des connaissances, tenue de colloques, création d’une revue ou bulletins d’information, publications, conférences et cours dans le cadre de la formation continue, expositions et utilisation de l’audiovisuel, etc. » (Guide des Comités d’histoire et des services historiques, 1998, p. 6-7). Florence Descamps a esquissé la théorie des Comités dans son étude capitale : « Quelques réflexions à propos des Comités d’histoire, ornements inutiles ou nouveaux acteurs de la recherche historique ? », Études et documents, t. X, 1998, p. 483-542.

8 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 353-359.

9 Cf. L’histoire..., ouv. cité, p. 849-860.

10 C’est un des aspects sur lesquels on a trop peu réfléchi.

11 Cf. « Comment faire un effort de doctrine ? », L’histoire..., ouv. cité, p. 691-699.

12 Cf. « Guetter », ibidem, p. 553-562.

13 Cf. « Comment faire la prospective d’une discipline ? », ibidem, p. 677-690 et infra, p. 273.

14 Faut-il rappeler son rôle – non encore assez développé – pour la protection et la sauvegarde des archives privées ? (cf. « Les archives des hauts fonctionnaires », dans Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 565-570).

15 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 333-338.

16 Il y a de fortes résistances pour une telle création. Or il apparaîtra nécessairement d’ici 2010-2015 une histoire européenne de la fonction publique – et il faudra bien, du côté français, un minimum de programmation. L’impulsion peut désormais venir de l’Europe.

17 Infra, p. 191.

18 Sur les principes de cette communication, cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 89-101.

19 Cf. ibidem, p. 20-21, 104-105.

20 C’est un métier particulier si le Dictionnaire est conçu à l’échelle européenne et même mondiale, et offre un produit informatisé, comme le Dictionnaire d’histoire de l’électricité, en cours d’élaboration sous la direction de M. Magnien.

21 Sur les principes, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 71-88.

22 Il faudrait des stages dans les services de l’institution, notamment les services extérieurs.

23 Cf. « Qu’est-ce que former un historien ? », dans L’histoire..., ouv. cité, p. 835-848, et supra, p. 101.

24 Tout comme le font les grandes écoles commerciales.

25 C’est-à-dire pour étudier un problème pendant trois mois sur archives, en Italie, en Espagne ou en Allemagne.

26 Florence Descamps doit le faire à l’École pratique des hautes Études.

27 Cf. L’histoire..., p. 382-390.

28 Il y a des formules neuves à inventer, tout comme en médecine on a inventé dans les années 1980 les formules de travail en réseau ville-hôpital, associant les spécialistes de l’hôpital et les généralistes de la médecine de ville, ce qui a rendu, paraît-il, de grands services et on est passé du réseau hospitalo-centré au réseau ouvert (cf. J.F. Girard, Quand la santé devient publique, 1998, p. 65-69).

29 Comme en matière de formation professionnelle.

30 C’est un Comité qui se créera sans doute d’ici l’an 2010, probablement comme filiale du Comité d’histoire de la Sécurité sociale (il y aura des connexions, un travail « en réseau »).

31 Cf. notre esquisse « Pour une histoire européenne des retraites des fonctionnaires », Annuaire d’histoire administrative européenne, t. XII, 2000.

32 Songeons à l’histoire de l’agriculture ou à l’histoire de l’armement (on ne peut pas faire une histoire des ancres françaises en ignorant la Suède et l’Angleterre...).

33 Nous avons expliqué l’importance de cet effort pour l’historien, L’histoire..., ouv. cité, p. 213-214, 691-699. Pour un Comité, les règles du jeu sont plus compliquées.

34 Sur la note de méthode, trop peu pratiquée, cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 323-326 (il faudrait développer cet aperçu : la note de principes ou de méthode est un partage d’expérience, qui nécessite beaucoup de prudence).

35 Dans telle crise d’un Comité, on s’est aperçu que la « politique de communication » était pratiquement « nulle », que tel grand projet n’était même pas expliqué.

36 Quand il y a privatisation, rachat par des investisseurs étrangers, que deviennent les services historiques ? Que vont devenir, par exemple, les archives du Crédit Foncier, qui représentent une mémoire économique et sociale importante ? Quelle est la politique des Archives nationales – qui normalement a vocation à les accueillir en cas de danger – dans un tel domaine ?

37 Ce qui suppose un enseignement adapté de l’ingénierie historique.

38 Pour le moment il n’existe que des Comités régionaux pour l’histoire de la Sécurité sociale, d’activité très variable (on n’a jamais bien défini leur rôle, cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 499, 505-506, 509).

39 Cf. L’histoire..., ouv. cité, p. 815.

40 Par exemple une opposition à la constitution d’archives orales, sous prétexte qu’elles ne seraient exploitées que plus tard (ce qui était inexact le plus souvent).

41 Ou bien on ne veut traiter que les cinquante dernières années, ce qui est mutiler fâcheusement l’efficacité d’un Comité.

42 Donnons un exemple : on pourrait créer un Comité d’histoire de l’histoire, qui chercherait à satisfaire une demande trop fractionnée, parcellaire, qui permettrait de collecter les archives orales des historiens – entreprise non encore tentée –, de fabriquer des programmes de recherche interdisciplinaires, d’étudier les mutations du métier, de saisir en profondeur la psychologie de l’historien (on voit dans La bibliothèque imaginaire du Collège de France, Le Monde-Éditions, 1990, combien il est difficile de pénétrer dans la formation d’une vocation d’historien, et combien diverses sont les voies d’approche ; on lira en particulier les souvenirs de Duval, Franck, Fumaroli, etc.). En fait, la demande d’histoire de l’histoire n’est pas satisfaite par les travaux universitaires qui sont trop « prudents ».

43 Donnons un autre exemple, qui peut faire rêver : les Comités d’histoire unissant les institutions et les historiens n’existent pas à l’étranger-c’est une formule très française-, on peut imaginer que ce soit un article d’exportation ; il y a une fonction « exportatrice » à inventer ou une « fonction internationale », dont l’on connaît mal encore les contours, mais qui peut avoir des répercussions, par exemple en matière d’archives : on a un système de collecte des archives en France pour l’histoire de l’électricité (qui ne fonctionne pas, au demeurant, pour les services d’EDF en province) : comment cela se passe-t-il en Europe, en Allemagne, en Angleterre ? Comment peut-on protéger la mémoire archivistique de l’électricité du XXe siècle en Europe ? Comment lancer – à l’échelle européenne – des programmes d’archives orales, ou de récits de vie ? On voit que cette fonction « internationale » peut avoir des retombées même sur le plan français.

44 Sur la conception du probabilisme, cf. L’histoire..., ouv. cité, p. 359-368, 606-615, et pour une application, Pour une histoire de la bureaucratie, ouv. cité, p. 155-162.

45 Il faut rappeler que les archives orales sont un outil qu’on n’a pas encore pleinement développé (supra, p. 133).

46 Sur la création en histoire, cf. Pour une histoire de la bureaucratie, ouv. cité, p. 293-300.

47 Sur l’art de désapprendre, cf. L’histoire..., ouv. cité, p. 470-479.

48 Cf. « Apprendre tous les jours » (article à paraître).

49 L’historien souvent se réfrène, se censure, n’utilise pas tous ses talents (on le voit bien aux archives orales). Cf. « Se censurer » (article à paraître).

50 Qui ne soient pas trop épurées et conservent la trace des essais, des tentatives d’innovation, des esquisses de programmes de recherche.

51 Il ignore l’action du doyen Pierre Renouvin en 1969-1970 (cf. « Les archives de l’enseignement : le rapport Renouvin en 1969 », Revue administrative, 2000, p. 307-318).

52 Les demi-habiles aiment peu le volontarisme et un Comité a peu de chance quand il recrute une secrétaire scientifique qui n’a pas d’esprit d’entreprise.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search