Version classiqueVersion mobile

L’histoire en 2050

 | 
Thuillier Guy

Chapitre X. Les archives orales

Texte intégral

  • 1 Nous ne donnons qu’une esquisse ici, en laissant de côté certains problèmes (la formation (...)

1La création d’archives orales administratives est une innovation qui n’a pas encore 15 ans, et pour l’histoire de la bureaucratie au XXe siècle, elle doit jouer un rôle capital, en montrant ce qu’on ne peut saisir dans les dossiers des directions, en rendant sensible le vécu de l’administrateur. Or ce système d’archives provoquées va nécessairement se développer, s’élargir, et les historiens seront de plus en plus habitués à exploiter les archives orales, leurs exigences seront de plus en plus élevées. Rien n’est assuré en ce domaine : une prospective 2050 a nécessairement des limites (en administration, on ne peut guère prévoir au-delà de 2015) : mais il est bon de regarder le plus loin possible afin d’élargir sa manière de voir, de poser les bonnes questions, qui obligent à traiter des problèmes inédits. L’analyste est désorienté devant la masse des inconnues : on est, en principe, au tout début d’un système qui va prendre beaucoup d’importance, mais on ne sait trop à quel rythme et dans quelles conditions ce patrimoine oral pourra être sauvegardé. Aussi – malgré l’incertitude des perspectives – voudrions-nous présenter quelques observations sur les mutations techniques, l’évolution du système, les inconnues de 2050 et sur les mesures à programmer dès 2000-20101.

I. LES MUTATIONS TECHNIQUES

2Pour raisonner sur 2050, on est bien obligé d’évoquer des mutations de la technique des archives orales : l’exercice est très arbitraire, on n’a aucune idée précise de ce qui peut survenir en ce domaine, on ne peut que prolonger des tendances qui existent « en pointillé ». Mais on est amené ainsi à dénombrer les difficultés ; donnons quelques exemples :

  • le croisement des entretiens : pour un haut fonctionnaire on peut chercher à interviewer aussi sa femme, sa secrétaire, ses collaborateurs, ses « patrons », ce qui permet de croiser les regards, de créer de nouvelles perspectives (ces croisements intéressent fort la psychologie administrative)2 ;
  • la méthode de l’entretien : peut-être y aura-t-il des mutations pour certains bons sujets, qui disposent d’archives techniques importantes, qui ont du temps, on peut leur demander de préparer les entretiens de façon approfondie, et presque de faire un cours sur ce qu’ils ont fait, en s’appuyant sur leurs dossiers : c’est-à-dire qu’ils font leur propre histoire, l’intervieweur devant simplement les obliger à préciser, à approfondir certains points ; cette formule a ses dangers (il y a des oublis volontaires, des lissages, des tricheries), mais elle permet d’avoir un produit solide, appuyé sur des archives qui sont cotées et jointes à l’entretien ; le haut fonctionnaire a trop souvent une mémoire poreuse, là on a un discours construit, volontaire, qui peut être très utile pour l’historien3. D’autres formules sont possibles : d’ici 2050 on verra sans doute bien d’autres mutations dans la technique d’entretien ;
  • les techniques d’indexation : si l’on possède un corpus d’entretiens suffisant, on devrait construire une banque de données, reprenant l’indexation chrono-thématique des divers entretiens, qui seraient interrogeables4 :
  • l’enchaînement de la collecte des entretiens : on s’aperçoit que des collectes d’entretiens ont été interrompues (Sécurité sociale, Inspection des finances), et qu’il est indispensable de les reprendre, car la continuité joue un rôle important dans ces corpus (il faut pouvoir saisir le jeu des générations, les glissements de conduite, de carrière, de vision de l’administrateur) : si l’on ne prolonge pas les corpus, ils perdent beaucoup en valeur utile5. Il y a un problème délicat d’ingénierie historique pour reprendre une collecte 5 ou 10 ans après, pour « combler les trous », pour élargir la collecte à d’autres groupes d’âge ;
  • l’expérimentation sur l’entretien : il serait important, dans la mesure où l’on a mené principalement des entretiens de sujets de plus de 70 ans, de faire, à titre expérimental, des entretiens (sous forme de récits de vie), à des âges plus bas, à 35, 45, 55 ans, pour voir la différence de qualité des témoignages, les modalités de la mémorisation (à 70, 75 ans les souvenirs ont perdu beaucoup en précision, sauf si l’on dispose d’archives), les mécanismes de triage, de reconstruction du passé (que sait-on de soi-même à différents âges ? La question est presqu’insoluble...)6. Il est important que la collecte des archives orales garde un côté expérimental.
  • l’élargissement des champs d’enquête : les techniques de collecte d’archives orales devront s’adapter si l’on élargit les groupes dont on veut sauvegarder la mémoire : par exemple, il est vraisemblable qu’on cherchera à faire des collectes d’archives sur des administrateurs locaux (préfectures, directions départementales de l’équipement, directions du travail), peut-être même y aura-t-il des comités départementaux ou régionaux d’histoire7 : il y aura nécessairement quelques difficultés (l’administrateur local se censure beaucoup, il n’a pas toujours beaucoup à dire, ou il dit imparfaitement) : mais ces enquêtes peuvent être riches8 (par exemple pour les femmes fonctionnaires, les liens de la politique locale et de l’administration, les rapports de la vie publique et de la vie privée « au pays de l’instar »)9 ; on ne sait comment se développeront de telles enquêtes.

II. L’ÉVOLUTION PROBABLE DU SYSTÈME

3On n’a aucun moyen raisonnable de prévoir l’évolution probable, mais on peut avoir quelques pressentiments, quelques présomptions sur ce qui peut se passer.

4Première évolution : les archives orales porteront plus sur les aspects psychologiques, le vécu administratif, les ressorts intimes de l’action que sur les faits ou les mécanismes : c’est un outil pour connaître le « par dessous », le souterrain, ce qui ne se dit pas. On ne voudra plus d’archives orales lissées, aseptisées, poreuses, on cherchera à obtenir du Tallemant des Réaux plus que du Guizot ou du Tocqueville...

  • 10 C’est-à-dire pour les archives orales d’administrateurs ayant exercé de 1950 à 2000 (la gé (...)
  • 11 On cherchera à retrouver le monde des coutumes, des habitudes corporatives qui s’effrite d (...)

5Deuxième évolution : les archives orales porteront sur 1950-2000 et sur 2000-2050 : les techniques ne seront peut-être pas les mêmes pour les deux demi-siècles ; pour 1950-200010 on cherchera à retrouver un monde disparu qui touche presqu’au XIXe siècle par certains côtés, ce qui orientera le questionnaire11.

  • 12 C’est là un débat traditionnel : un jour il faudra bien faire la comparaison, et obtenir d (...)

6Troisième évolution : on ne sait trop quelle sera la part des entretiens mis en réserve, qui seront exploités par l’historien de 2030, ou 2040, et celle des entretiens exploitables immédiatement (par exemple les entretiens thématiques pour préparer un colloque, pour rédiger une thèse) : la part pourra être variable, mais à l’évidence, si l’on veut des entretiens qui soient vraiment sincères, où le taux de tricherie soit faible, où l’administrateur conte même ses échecs, ses souffrances, il faut des archives qui ne soient pas exploitées immédiatement, qui soient mises en réserve au moins dix ou vingt ans (comment autrement dire du mal d’un rival encore vivant ? Comment parler de la médiocrité de ses subordonnés ?)12.

  • 13 Sur la composition des archives privées d’un haut fonctionnaire, cf. Pour une histoire de (...)

7Quatrième évolution : il y aura certainement des changements techniques, mais ils sont imprévisibles (par exemple la voix enregistrée pouvant être reproduite directement en impression). On peut imaginer des entretiens suivant d’autres formules : par exemple l’interviewé s’enregistrant lui-même et contant ses souvenirs (après une certaine « formation ») et soumis ensuite aux questions de l’archiviste oral, qui fera préciser les points faisant difficulté... De même certaines méthodes pourront être systématisées : par exemple le suivi documentaire : l’entretien sera de plus en plus suivi du versement des archives privées du haut fonctionnaire, de ses écrits, des archives familiales13.

  • 14 Pour le moment on pratique fort peu ces archives orales-ce qui est très regrettable (notam (...)
  • 15 La science administrative, jusqu’à présent, sous l’influence des juristes et des sociologu (...)

8Cinquième évolution : les archives orales administratives subiront certainement le contrecoup des autres archives orales pratiquées pour l’histoire littéraire et artistique, l’histoire scientifique, l’histoire religieuse14... : ces autres archives orales élargiront peut-être la vision de l’archiviste oral, qui sera plus attentif au domaine intérieur, aux ressorts intimes de l’action, à la vie intérieure de l’administrateur, à la part de « création » ou d’invention qui existe dans la vie administrative15.

III. COMMENT RAISONNER SUR 2050 ?

  • 16 Cf. supra, p. 11.

9Il n’y a aucune méthode assurée pour raisonner à l’horizon de 205016 : on peut seulement insinuer quelques difficultés, propres à faire réfléchir, esquisser des zones mal connues.

  • 17 Cf. infra, p. 285.
  • 18 Pour le moment, les spécialistes de science administrative ignorent superbement les riches (...)

10Première zone : on n’a pas encore idée de la situation de la science administrative – et de la psychologie administrative – en 205017 : or elles influeront « vraisemblablement » sur les objectifs de la collecte des archives orales (il peut y avoir deux lectures pour un entretien : une lecture historique et une lecture pour la science administrative, ces deux lectures ne coïncidant pas toujours)18.

  • 19 Cf. supra, p. 46.

11Deuxième zone : quelle sera la situation de l’administration en 2050 ? Il peut y avoir un rétrécissement de l’État national au profit de la bureaucratie européenne (notamment s’il y a une « fusion politique ») et au profit de la bureaucratie régionale. Par suite, pour les historiens qui exploitent les archives orales, les centres d’intéret risquent fort de se déplacer19, ils voudront étudier, pour 1970-2050, par exemple :

  • la dégradation du système d’administration centrale, la disparition des traditions administratives centralisatrices20,
  • l’émergence du pouvoir régional21,
  • la pénétration des normes européennes (et anglo-saxonnes),
  • les difficiles négociations entre l’État « national » et les instances européennes.

12Ceci peut avoir des conséquences pour l’orientation de la collecte des archives.

  • 22 La pensée et le mouvant, p. 16.
  • 23 Cf. supra, p. 29.

13Troisième zone : nous ne savons guère ce qui pourra intéresser l’historien, car comme le note Bergson, « il faut un hasard heureux, une chance exceptionnelle, pour que nous notions justement dans la réalité présente, ce qui aura le plus d’intérêt pour l’historien à venir. Quand cet historien considérera notre présent à nous, il y cherchera surtout l’explication de son présent à lui et plus particulièrement de ce que son présent contiendra de nouveauté. Cette nouveauté, nous ne pouvons en avoir aucune idée aujourd’hui, si ce doit être une création... »22. Ce qui devrait inciter à élargir au maximum la collecte d’archives orales, compte tenu de ces besoins inconnus de l’historien de la bureaucratie de 2050 : on peut imaginer qu’il fera volontiers de l’histoire psychologique, qu’il s’attachera à des histoires non encore émergées, à des histoires à naître23 – l’histoire des conflits, des crises, des échecs administratifs, l’histoire des réseaux, l’histoire du souterrain, du clandestin, l’histoire du mouvant, du ténu : il faudra donc chercher, au travers des entretiens, à lui procurer des matériaux.

14Quatrième zone : on peut supposer que dans cinquante ans, les historiens seront plus habitués à traiter les archives orales (il y aura un demi-siècle d’expérience) : mais du coup ils seront plus exigeants sur la qualité, la continuité, la profondeur des entretiens, ils redessineront peut-être la formule des archives orales, chercheront à peser sur leur collecte, leur « programmation » (tout comme aujourd’hui ils commencent à s’inquiéter des conditions de collecte et de triage des archives écrites).

IV. LES INCONNUES DE 2050

15Il faut avoir conscience de l’ampleur des inconnues de 2050. Donnons quelques quaestiones.

  • 24 Le coût de construction et d’entretien des bâtiments d’archives est élevé – tandis qu’il n (...)

16Première interrogation : la société sera-t-elle prête à payer le coût de ces collectes d’archives ? À la vérité le coût est faible par rapport à la construction et à l’entretien de mètres carrés d’archives24, mais cette dépense suppose qu’il y ait une demande politique et sociale de sauvegarde de la mémoire orale.

17Deuxième interrogation : les résistances risquent d’être importantes ; on constate :

  • la résistance des intéressés, des interviewés, qui souvent ont peur de dire les choses (on le voit bien dans les interviews de hauts fonctionnaires)25,
  • celle des historiens, devant des matériaux qui ne leur sont pas habituels, qui sont difficiles à interpréter, qui montrent l’étendue du non-connu, du probable (Jean Favier à la Commission des archives diplomatiques a marqué un jour tout son scepticisme)26.
  • les risques de manipulation des archives orales, qui peuvent être utilisées à l’appui d’une thèse ou biaisées (par exemple pour l’étude d’une crise politique),
  • les réticences des archivistes, qui voient se créer une nouvelle branche d’archives, qui n’est prévue par aucun texte, aucune instruction, et qui ne croient guère qu’aux archives écrites27.

18Il peut donc y avoir des risques de régression, le développement des comités d’histoire est la seule vraie garantie.

19Troisième interrogation : les conditions techniques de conservation ou de maintenance : il faut des repiquages, des transcriptions pour les interviews anciennes – mais on ignore la durée de vie à long terme des enregistrements.

  • 28 Cf. supra, p. 11.

20Quatrième interrogation : quel sera l’état de l’histoire administrative en 2050 ?28 Nul ne peut le prévoir, il existe une demande forte, mais c’est une discipline aux méthodes encore incertaines, qui n’a pas encore trouvé sa voie – et il peut y avoir une régression.

21Raisonner sur 2050 oblige à rêver sur des inconnues qu’on oublie trop quand on esquisse une prospective.

  • 29 La création du système des archives orales tient principalement à deux fortes personnalité (...)

22Première inconnue : le rôle des personnalités créatrices29 qui peuvent provoquer des développements techniques : or ces historiens « créateurs » qui auront un rôle en 2040 ou 2050 ne sont pas encore nés.

  • 30 Un historien qui participait aux entretiens allait voir d’abord les volumes de dépêches de (...)

23Deuxième inconnue : les conflits entre les historiens traditionnels et les historiens utilisant des archives orales sont toujours possibles (ainsi depuis 1983 les efforts des archives diplomatiques ont été très faibles alors que disparaissaient les diplomates ayant joué un rôle en 1940- 1960 : les historiens de la diplomatie n’en ont pas bien compris l’intérêt, ils ne croient qu’à l’écrit)30. Les historiens « doctrinaires », à la vérité, détestent les archives orales qui élargissent la vision, qui incitent à un certain scepticisme : or d’ici 2050 un retour en force des historiens à doctrines, des gens à systèmes est possible, alors même que les archives orales in principio, pratiquées à grande échelle, obligent à saisir le vécu, le quotidien, l’incertain, le douteux et permettent de « briser les entraves des systèmes », comme dit Claude Bernard.

  • 31 On a vu ainsi une belle innovation, due à André Chastel – l’inventaire des richesses d’art (...)
  • 32 Si l’on réfléchit sur la naissance des archives orales de 1975 à 1995, on voit bien le rôl (...)

24Troisième inconnue : les difficultés tenant aux archivistes oraux eux-mêmes : divisions doctrinales, sclérose par bureaucratisation, rétrécissement des orientations, perte du rôle exploratoire, disparition de l’esprit scientifique, tous les maux connus dans d’autres domaines31 peuvent apparaître, si l’on n’y prend garde (si l’on crée par exemple des conservateurs du patrimoine oral, il y a des risques évidents de perte de dynamisme, de « bureaucratisation » : les archives orales supposent une certaine liberté de jeu, de la souplesse d’esprit, de l’« inventivité »). C’est un système ouvert où il faut se garder d’avoir des formules uniques, et où la seule règle est : nous accumulons de la mémoire, nous servons les besoins de l’historien de 2030 ou 2050, lesquels besoins peuvent évoluer fortement, ce qui incite à faire une collecte très large32.

V.Y A-T-IL DES MESURES À PRENDRE DÈS MAINTENANT ?

25La logique 2050 oblige à envisager quelques mesures prioritaires dès 2000-2015 en fonction des intérêts de l’historien de 2050 (2050 est tout proche, les historiens formés en 2000 seront encore actifs en 2045- 2050). Donnons quelques pistes de réflexion.

  • 33 Dont la secrétaire générale est Florence Descamps, qui a mis en œuvre la collecte des arch (...)

26Première mesure : il faut observer attentivement l’évolution du système des archives orales : c’est le rôle du Club des Comités d’histoire33.

  • 34 Actuellement nous n’avons aucun guide de procédure à remettre entre les mains d’un directe (...)

27Deuxième mesure : on doit former suivant des règles clairement définies (et révisables), maintenir un certaine souplesse pour tenir compte des besoins des historiens, qui risquent de changer (ils seront sans doute beaucoup plus exigeants, plus ambitieux). La publication de manuels, de guides de méthode paraît nécessaire34.

  • 35 Le corpus des archives orales des Finances (2700 heures) devrait permettre une telle banqu (...)

28Troisième mesure : il faut entreprendre les investissements intellectuels pour établir des banques de données reprenant les indexations des entretiens : pour le moment aucune banque n’est établie35.

  • 36 Cela permettrait de sensibiliser les spécialistes de sciences administratives aux archives (...)

29Quatrième mesure : il serait nécessaire d’avoir des journées d’études ou des colloques de méthode (un par an ou tous les deux ans), afin de mettre au clair les difficultés et d’établir des liens avec les sciences administratives, la psychologie administrative, les sciences de gestion36.

  • 37 La Direction des Archives nationales n’a jamais cherché à jouer un rôle moteur dans cette (...)

30Cinquième mesure : il faudrait une certaine coordination : pour les archives orales administratives, ce pourrait être le Club des Comités d’histoire, placé auprès du Premier Ministre37.

31Sixième mesure : on devrait établir un rapport annuel (même très court) sur les efforts de formation et de collecte, qui montrerait les trous de la collecte.

  • 38 Aucun historien des Facultés de lettres n’a conçu et réalisé un programme important d’arch (...)
  • 39 L’histoire des tentatives avortées, des obstacles, des réticences ou résistances des histo (...)

32Septième mesure : il serait sans doute nécessaire de faire l’histoire des archives orales, et de collecter par suite les archives orales des archives oraux en vue de l’histoire de 2050 (on saisirait ainsi les hésitations doctrinales, les réticences des historiens38, les difficultés de gestion du système)39.

33Huitième mesure : on devrait mener une action d’information auprès des administrateurs (et notamment des administrateurs locaux : c’est le secteur qui risque d’intéresser le plus l’historien de 2050).

  • 40 Il faudrait presque des films d’instruction.

34Neuvième mesure : on pourrait chercher à initier les jeunes historiens (et les historiens non professionnels) à l’exploitation, au « traitement » des archives orales (il y a des précautions à prendre, des règles de prudence pour croiser les témoignages) et à initier les conservateurs d’archives aux problèmes de la collecte des archives orales (à l’École des chartes, à l’École du patrimoine)40.

35Dixième mesure : on peut souhaiter des thèses sur l’ingénierie des archives orales, ou sur les aspects méthodologiques de leur exploitation, et des publications – à titre d’exempla – d’entretiens pour appuyer les actions de formation et d’information.

Conclusion

36Quelles leçons peut-on tirer de ces quelques observations arbitraires ?

  • 41 Rappelons que la technique des concours autobiographiques, créée par Florence Descamps en  (...)
  • 42 Rappelons que d’ici 2050 il y aura au moins 3 ou 4 générations d’archivistes oraux, qui au (...)

37Première leçon : l’effet 2050 oblige sans doute à regarder autrement le système des archives orales ; c’est un système très ouvert, fragile par suite et les mutations sont imprévisibles41 ; on ne sait où l’on va42.

38Deuxième leçon : on s’oriente, apparemment, vers un système d’archives orales parallèle au système d’archives écrites : toute administration sécrétera – via ses anciens – des archives orales, mais peut-être des directeurs intelligents prendront-ils soin de laisser une trace orale et se feront-ils interviewer pendant leur direction ou à leur départ. C’est un système finalement peu coûteux par rapport à sa rentabilité historique « future » et qui devrait être intelligemment programmé (il faudrait des « programmes » ou « plans décennaux »).

39Troisième leçon : la pratique des archives orales rend l’historien de la bureaucratie « probabiliste » : il l’affranchit du piège des archives écrites (qui sont résiduelles, qui font silence en général sur les choses essentielles), elles lui montrent que rien n’est assuré, que les décisions, les choix en administration ne sont pas toujours explicables, et qu’il est nécessaire de suspendre son jugement.

Notes

1 Nous ne donnons qu’une esquisse ici, en laissant de côté certains problèmes (la formation des archivistes oraux, les conditions de gestion des systèmes d’archives orales).

2 Ils permettent d’évaluer le taux de lissage (ou de tricherie), de saisir les différentes images d’un administrateur et même de mettre en doute une partie des propos.

3 La méthode est coûteuse en temps pour l’interviewé (mais il laisse une trace certaine) : il lui faut relire ses archives et préparer son cours sur lui-même... Elle n’a été appliquée jusqu’à présent qu’à titre expérimental.

4 Elle pourrait être complétée par une banque des manuscrits, dossiers et archives donnés par l’interviewé.

5 Il vient d’être décidé en 1999 de reprendre la première enquête importante, celle de la Sécurité sociale réalisée en 1975-1980 : il y a deux générations à prendre en compte.

6 On pourrait suivre un haut fonctionnaire à 35 ans, 45 ans, 55 ans... : on verrait les changements d’image du passé.

7 Cf. supra, p. 47.

8 On n’a pas encore fait la collecte des archives orales des préfets, qui serait assurément très riche, s’ils consentaient à parler (mais, à l’évidence, ce sont des archives qui ne peuvent être exploitées immédiatement).

9 Selon l’expression de Franc-Nohain pour décrire les colonies de fonctionnaires.

10 C’est-à-dire pour les archives orales d’administrateurs ayant exercé de 1950 à 2000 (la génération qui a exercé avant 1940-1945 commence à disparaître).

11 On cherchera à retrouver le monde des coutumes, des habitudes corporatives qui s’effrite de plus en plus depuis 1980-1990.

12 C’est là un débat traditionnel : un jour il faudra bien faire la comparaison, et obtenir d’un interviewé qu’il dise ce qu’il a censuré, oublié volontairement ou par prudence, ce qui permettra de saisir le mécanisme de ces entraves, de cette censure qui oriente les souvenirs et appauvrit souvent les interviews.

13 Sur la composition des archives privées d’un haut fonctionnaire, cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., 1999, p. 565-570.

14 Pour le moment on pratique fort peu ces archives orales-ce qui est très regrettable (notamment pour l’histoire de la création artistique).

15 La science administrative, jusqu’à présent, sous l’influence des juristes et des sociologues, s’est fort peu intéressée à la vie intérieure des fonctionnaires.

16 Cf. supra, p. 11.

17 Cf. infra, p. 285.

18 Pour le moment, les spécialistes de science administrative ignorent superbement les richesses des archives orales (infra, p. 279).

19 Cf. supra, p. 46.

20 Elles sont bien battues en brèche depuis les années 1985-1990.

21 Ce qui conduira à étudier attentivement les années 1975-2000 et à explorer les premières tentatives à partir de 1964.

22 La pensée et le mouvant, p. 16.

23 Cf. supra, p. 29.

24 Le coût de construction et d’entretien des bâtiments d’archives est élevé – tandis qu’il n’y a pour les archives orales que des coûts de collecte et de maintenance.

25 Entre ce que pourrait dire un préfet (quand il garde quelques dossiers et agendas) au bout de 40 ans de carrière, et ce qu’il dit, la marge est très grande.

26 On trouve même des historiens inexpérimentés qui récusent les témoins au nom des archives qu’ils ont dépouillées (ainsi le témoignage de Donnedieu de Vabre a-t-il été contesté par un historien de l’administration de Vichy, à propos du Conseil d’État en 1940-1944, lors d’un colloque organisé par le Conseil, cf. Le Conseil d’Etat et les crises, Revue administrative, 1998, p. 63 : l’exemple est presque caricatural).

27 On est étonné de l’absence de collecte d’archives orales systématique dans les archives départementales (cf. François Monnier, Revue administrative, 1999, p. 571-572).

28 Cf. supra, p. 11.

29 La création du système des archives orales tient principalement à deux fortes personnalités : Dominique Schnapper (qui est sociologue) et Florence Descamps (qui est historienne).

30 Un historien qui participait aux entretiens allait voir d’abord les volumes de dépêches des postes, et trouvait que le diplomate ne disait pas grand chose de précis. Or ce qu’on devait lui demander, c’était des impressions, des jugements sur ses collaborateurs ou les autres diplomates, des impressions sur la « carrière », ses difficultés avec le « département » et les bureaux : on voit bien que cet historien n’avait jamais vécu dans un poste et ne s’intéressait pas à l’histoire des diplomates.

31 On a vu ainsi une belle innovation, due à André Chastel – l’inventaire des richesses d’art de la France – perdre son dynamisme, limiter ses ambitions (sous prétexte de scrupules scientifiques), se bureaucratiser à l’excès dans les années 1970, si bien que son efficacité est devenue limitée : il a suffi du rôle d’une ou deux personnalités qui voulaient tout contrôler, tout centraliser (c’est une histoire qui n’a pas encore été contée).

32 Si l’on réfléchit sur la naissance des archives orales de 1975 à 1995, on voit bien le rôle des personnalités, l’importance du hasard (la création des comités d’histoire), l’influence des transferts de techniques (les archives orales viennent des enquêtes des sociologues), les conflits de doctrine (entre histoire orale, utilisant immédiatement la source orale, et archives orales, constituant une mémoire orale), une philosophie probabiliste de l’histoire par derrière (liée à l’insatisfaction des sources écrites), les méthodes d’ingénierie pour les développer (Mme Descamps), les résistances des historiens (les collectes ont été décidées souvent, au départ, contre l’avis des historiens, ainsi à la Sécurité sociale, aux Finances). On voit que dans le prochain demi-siècle toutes ces variables pourront encore jouer un rôle, qu’il est impossible d’évaluer aujourd’hui.

33 Dont la secrétaire générale est Florence Descamps, qui a mis en œuvre la collecte des archives orales de l’Inspection des finances en 1988-1994.

34 Actuellement nous n’avons aucun guide de procédure à remettre entre les mains d’un directeur d’archives départementales qui voudrait se lancer dans cette aventure. Florence Descamps, qui depuis 1988 a assuré la formation de nombreux archivistes oraux, va publier un gros livre sur les archives orales : L’historien, l ’archiviste et le magnétophone, où elle fixe les règles de collecte et d’exploitation.

35 Le corpus des archives orales des Finances (2700 heures) devrait permettre une telle banque (elle avait été prévue à l’origine, dès 1988).

36 Cela permettrait de sensibiliser les spécialistes de sciences administratives aux archives orales.

37 La Direction des Archives nationales n’a jamais cherché à jouer un rôle moteur dans cette coordination, les Directeurs n’y étant pas favorables jusqu’à une date récente.

38 Aucun historien des Facultés de lettres n’a conçu et réalisé un programme important d’archives orales. Et les archives orales, prévues initialement dans le programme de la Société d’histoire des Facultés de droit, n’ont jamais été tentées...

39 L’histoire des tentatives avortées, des obstacles, des réticences ou résistances des historiens, sera très significative pour l’historien de 2050 : il faut lui laisser une trace.

40 Il faudrait presque des films d’instruction.

41 Rappelons que la technique des concours autobiographiques, créée par Florence Descamps en 1993-1995, dérive de la collecte des archives orales. On ne sait quelle autre technique d’ici 2050 les archives orales administratives pourront faire naître.

42 Rappelons que d’ici 2050 il y aura au moins 3 ou 4 générations d’archivistes oraux, qui auront chacune leurs ambitions, leurs soucis, leur langage...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search