Version classiqueVersion mobile

L’histoire en 2050

 | 
Thuillier Guy

Chapitre IX. Les archives

Texte intégral

  • 1 Cf. François Monnier, « Bureaucratie et archives : pour une prospective », Revue administr (...)
  • 2 Infra, p. 205.
  • 3 Sur l’incertitude de l’avenir du « système histoire », cf. supra, p. 5.
  • 4 Nous ne donnons que quelques points de cette prospective 2050.

1On nous a posé la question : que sera le système d’archives en 2050 ? Il est difficile de répondre à une telle question, car il y a vraiment beaucoup de choses floues, inconnues, inconnaissables, on a bien du mal à saisir ce qui pourrait « probablement » se passer en 2050 : mais il n’est pas interdit de rêver. Or à l’évidence le métier d’archiviste est in principio un métier tourné vers l’avenir : il collecte aujourd’hui des archives qui seront exploitées par l’historien 40, 50 ans plus tard (compte tenu des délais de mise en état, d’inventaire, de communication), et sa mission est de satisfaire les besoins de l’historien de 2050 ou 2080 dont il ignore, nécessairement, les méthodes, les centres d’intérêt ; l’archiviste vit, au fond, dans les mêmes incertitudes que l’ingénieur de l’armement qui construit des systèmes d’armes pour 2030. Or dans ce faisceau d’incertitudes, certaines sont déjà présentes ou en pointillé (ce sont des problèmes jugés non solubles, on parle volontiers de menaces), d’autres tiennent à des choses qui échappent à la connaissance (Valéry montrait clairement qu’en 1887 on ne pouvait prévoir le monde de 1932, et les inconnues pour 2050 sont considérables dans le domaine historique). Peut-on cependant hasarder quelques réflexions sur de tels problèmes, qui sont des plus complexes ?1 Nous aimerions bien lire aujourd’hui des réflexions rédigées en 1950 sur le système d’archives de 2000 : cela permettrait de voir le chemin parcouru, les obstacles rencontrés, peut-être les omissions, les erreurs commises, et ce serait certainement un papier plein d’enseignements pratiques sur la manière de raisonner en matière d’archives. L’exercice est tout arbitraire2 ; mais sans doute peut-il aider, dans certaine mesure, à prendre des décisions pour le futur proche3. Nous voudrions – en biaisant quelquefois, car on ne peut tout dire – présenter quelques observations sur les transformations du système, les formes nouvelles d’archives, les mutations « probables » de la collecte, les inconnues de 2050 et les conséquences qu’on pourrait en tirer si l’on veut optimiser le système4.

I. LES MUTATIONS CONCERNANT LE PERSONNEL ET LES STRUCTURES

  • 5 Apparemment il n’aura reçu aucun enseignement sur la prospective de son métier.

2Raisonner sur 2050 en ce domaine est chose presqu’impossible ; on est dans le flou le plus total, les prévisions ne peuvent guère aller raisonnablement au-delà de 2010. Mais parler de 2050 évite d’entrer dans des querelles anciennes, et permet de « relativiser » les situations. Croire que rien ne peut changer conduit souvent à bien des erreurs, et même à des crises du système, souvent fort onéreuses ; or 2050 est tout proche, le jeune archiviste qui entrera dans la carrière en 2005 sera encore actif en 20505 ; les problèmes 2050 sont donc des problèmes très vivants.

3A) Si l’on se place en 2050, quelles sont les questions qui se poseront pour le personnel ? On ne peut avoir que des incertitudes, des interrogations.

4Première question : le monopole des élèves de l’École des chartes subsistera-t-il ? Y aura-t-il concurrence entre les chartistes et les historiens ? La section des archives de l’École du patrimoine-à supposer que celle-ci survive sous une forme ou une autre – sera-t-elle ouverte à d’autres historiens ? Des agrégés d’histoire seront-ils associés (après formation) aux travaux de collecte ou d’inventaire ? En 2050, l’idée d’un corps fermé paraîtra sans doute chose obsolète.

5Deuxième question : il faudra sans doute spécialiser les responsables d’archives, leur assurer une capacité d’expertise plus nette :

  • archivistes ayant une formation scientifique, ou médecins (pour les archives scientifiques et médicales),
  • archivistes ayant une expérience administrative (ou militaire) particulière, formés au métier d’archiviste après une carrière courte,
  • archivistes informaticiens,
  • archivistes spécialisés dans les archives audiovisuelles,
  • archivistes oraux (c’est un autre « métier »).

6Le paysage sera plus diversifié, on recrutera – sous une forme ou une autre – des archivistes « non généralistes » ayant une expérience particulière et recevant une formation adaptée : c’est une évolution « probable », compte tenu de la diversité des « métiers » et de l’apparition d’histoires à naître, qui auront des besoins particuliers.

7B) En ce qui concerne les structures, on a la plus grande peine à concevoir l’évolution du système, rien n’est raisonnable en ce domaine.

  • 6 Pour la première fois le Premier ministre en 1999 a signé une circulaire concernant les ar (...)

8Première question : au niveau central, on a au moins trois systèmes d’État distincts aujourd’hui : Affaires étrangères, Armées et Archives nationales. Ira-t-on vers une fragmentation plus grande, avec des archives Finances, Justice, Enseignement, Équipement... plus ou moins « autonomes », avec leurs propres dépôts, leurs archivistes spécialisés, ce qui accroîtra l’efficacité de la collecte et l’octroi de moyens ? Ou ira-t-on vers un regroupement ? Créera-t-on une cellule « stratégie des archives » au niveau du Premier ministre ?6

9Nous vivons aujourd’hui avec des formules qui sont probablement usées, les risques de crises, de rupture du système sont évidents.

10Deuxième question : au niveau des provinces, les incertitudes 2050 sont encore plus grandes, on doit se poser des questions cruelles :

  • y aura-t-il encore des départements ? et s’il y a des regroupements de départements, quel sera le sort des anciens dépôts ? comment concevra-t-on les nouveaux dépôts ?
  • comment les archives d’État dans les départements actuels seront-elles collectées puisque les services d’archives aujourd’hui dépendent exclusivement des départements ? Va-t-on vers des dépôts régionaux d’État, pour les services des préfectures, la police, le fisc, la justice ? Comment ménagera-t-on les intérêts des historiens locaux ? C’est un problème qu’il faudra bien un jour traiter au fond. À l’évidence, la carte des dépôts d’archives ne sera pas la même en 2050 ;
  • la notion de dépôt d’archives ne va-t-elle pas s’élargir ? Déjà apparaissent les archives audiovisuelles, les archives orales, les dépôts accueillent les archives d’établissements publics locaux, de sociétés d’économie mixte, d’associations, d’entreprises disparues7. Apparemment, on sortira de plus en plus du modèle 1850 ou 1900 du dépôt d’archives ;
  • tôt ou tard, on sera bien obligé de poser la question des services extérieurs d’institutions ou organismes nationaux (EDF, Banque de France, banques) : quand on réorganise ou on supprime un service, enverra-t-on les archives à Paris (comme le fait la Banque de France)8, alors même que ces archives intéressent l’histoire locale, et ne peuvent guère être exploitées qu’à l’échelle locale ? Quelles règles du jeu faut-il fixer pour garder les bonnes archives des services extérieurs d’EDF ?9 Où vont aller les archives de services provinciaux d’établissements privatisés, ou désétatisés, comme France-Télécom ? D’ici 2050, les séismes en ce domaine seront nombreux ; ils risquent de provoquer des destructions massives d’archives : quelles mesures de précaution doit-on prendre pour sauvegarder la mémoire locale (ces archives ne pouvant, répétons-le, souvent être exploitées que par les historiens locaux et étant inutiles, ou presque, pour l’histoire de la maison-mère) ? Ce sont là des questions redoutables qui se poseront souvent d’ici 2020-2030 ; comment se fixer des règles en ce domaine, qui ménagent les intérêts de l’historien de 2050 ? Il risque fort de reprocher aux décideurs d’aujourd’hui ou de demain ou leur inaction ou leur indifférence10.

II. LES FORMES NOUVELLES D’ARCHIVES

11Depuis trente ans, la notion d’archives a beaucoup évolué, et il est très probable qu’elle évoluera encore notablement. Examinons brièvement quelques formes :

12Première forme : les archives audiovisuelles : la politique actuelle est peu claire, par exemple pour les archives des régions de FR3 (c’est la mémoire audiovisuelle des régions) : les archives de FR3 appartiennent au patrimoine provincial, elles sont importantes pour l’histoire du quotidien, pour l’histoire des mentalités, pour les histoires à naître (c’est un réservoir naturel) ; on les a beaucoup trop négligées, et en 2050, on reprochera fort cette négligence pour les années 2000- 2050. Il en est de même pour les archives audiovisuelles des entreprises (films d’instruction, films pour évaluer les gestes de fabrication, films commerciaux) : aucune collecte systématique n’existe, à notre connaissance.

  • 11 Sur les possibilités de développement des archives orales en province, cf. G. Thuillier et (...)

13Deuxième forme : les archives créées, soit les archives orales (entretiens biographiques), et les archives filmées (qui correspondent à une politique « volontariste » : filmer la foule d’une gare, une réunion de conseil général, une classe de lycée ou de maternelle, à intervalles périodiques). D’ici 2050, chaque dépôt départemental devrait avoir ses archives créées11, mais cela a un coût. On n’a pas conscience de la capacité de développement de ces archives, par exemple les archives orales peuvent être systématiquement collectées pour l’histoire religieuse, l’histoire littéraire, l’histoire artistique...

  • 12 Sur le problème des archives du C.E.A., cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France(...)
  • 13 Il serait intéressant de poser la question : quelle est la politique des archives scientif (...)

14Troisième forme : les archives scientifiques. Depuis dix-quinze ans, des progrès sensibles ont été faits, on a pris conscience du désastre pour l’histoire des sciences des destructions d’archives d’intérêt scientifique dans les laboratoires, les centres de recherches publics ou privés, on se soucie aujourd’hui des archives privées des savants. Mais on voit l’ampleur des problèmes soulevés par une telle politique de protection au C.E.A.12 ou dans l’industrie pharmaceutique ou à la direction des études et des recherches d’EDF13. Une politique efficace suppose :

  • une planification assez fine (qu’est-ce que le bon papier en ce domaine ?),
  • le concours des historiens,
  • la spécialisation d’archivistes (et peut-être d’archivistes ayant une formation ou une pratique scientifique),
  • une politique active d’archives orales auprès des chercheurs,
  • peut-être la création de dépôts spécialisés compte tenu de la « mortalité » des centres de recherche.

15De fait, une telle politique relève du principe de précaution ; en 2050 la demande d’histoire scientifique sera probablement très forte (et c’est une demande internationale : c’est celui qui aura de « bonnes archives » qui pourra faire l’histoire de telle technique pointue). C’est une politique qui devrait être menée systématiquement (par exemple pour les archives orales ou pour les archives privées d’ingénieurs).

16Quatrième forme : les archives statistiques. La mémoire statistique est le fondement de l’histoire future, qui aime les chiffres (et de l’histoire européenne, qui aime comparer) ; or avec l’informatique, on ne sait si les « mémoires » conservées seront encore interrogeables dans dix ou vingt ans en fonction des mutations des matériels et des logiciels (l’obsolescence est très rapide). Il risque donc d’y avoir des mémoires mortes, notamment pour l’INSEE, les douanes, les banques. La situation actuelle est fort opaque : qu’en sera-t-il d’ici 2050 ? Comment évolueront les systèmes ? Nul ne le sait, mais par précaution, on devrait conserver dans la mesure du possible, au moins partiellement, les documents de base-papier (par exemple pour les recensements).

  • 14 On a tendance aujourd’hui à mettre les dossiers de personnel sur support informatique : il (...)

17Cinquième forme : les archives informatisées. On trouve là la même incertitude, élargie aux administrations, aux entreprises, aux services ; on ne sait guère ce qui sera interrogeable, c’est-à-dire exploitable par l’historien, dans x années, compte tenu de l’obsolescence des matériels et des logiciels. 11 est évident que par suite, on doit être fort prudent dans l’élimination des archives-papier14, tant qu’une doctrine ne sera pas clairement établie.

III. LES MUTATIONS « PROBABLES » DE LA SOCIÉTÉ

18Que seront les archives collectées pour les historiens de 2050 ou 2080 ? On voit bien qu’elles seront liées aux mutations du corps politique et du corps social des années 2000-2010 : mais on n’a aucune idée sérieuse de ces mutations au-delà des années 2010 ou 2015, et encore. La vision est donc nécessairement arbitraire ; mais il n’est pas inutile de réfléchir à ces mutations et aux contraintes qu’elles supposent pour une politique d’archives (les responsables devront en avoir bien conscience).

  • 15 Ou comme dit le professeur Sicard, des mesures de précaution.
  • 16 Notamment à leur manière d’observer les réalités européennes, d’intervenir à Bruxelles, de (...)

19Première mutation : l’administration tournée vers l’Europe. À l’évidence, tout ce qui touche à l’intégration européenne, à l’unification politique et économique pour 2000-2050 (et par récurrence pour 1950- 2000) doit être gardé en priorité : c’est un centre d’intérêt « probable » de l’historien français de 2050, mais aussi de l’historien européen de 2050 (il y aura assurément une histoire européenne, avec ses règles du jeu, ses méthodes, ses moyens, son budget), qui voudront l’un et l’autre (avec peut-être des objectifs différents) tout savoir de cette « unification ». On doit par suite appliquer des principes de précaution15, éviter des destructions dangereuses dans les ministères (archives des préparations des décisions, archives retraçant les résistances, les hésitations, les freinages), s’intéresser à la partie « européenne » des archives d’entreprises, de fédérations patronales16 (et de syndicats), sauvegarder les archives privées de responsables, fabriquer des archives orales (par exemple sur la technique de négociation). Il faut s’assurer que la sauvegarde de cette mémoire européenne sera bien exécutée, éviter les trous (ce qui suppose de bonnes « analyses de systèmes », par exemple pour la préparation de l’Europe de l’enseignement ou de l’Europe sociale), surtout l’effort doit être régulier et contrôlé.

20Deuxième mutation : les archives d’entreprises. L’internationalisation de l’économie risque à l’évidence, de provoquer des quaestiones redoutables en matière d’archives :

  • internationalisation des entreprises : que subsistera-t-il quand un groupe français sera absorbé par un groupe étranger ou une multinationale ? Quel sera le sort des archives anciennes (qui représentent nécessairement un coût)17 ? Quelles mesures faut-il prendre ?
  • fusion entre entreprises françaises : quelles règles de protection du patrimoine archives devrait-on prendre ? Faut-il des procédures d’aide, ou d’urgence (pour des archives « en péril ») ? On a vu de telles destructions par le passé, ainsi dans la métallurgie18 ; fixer des règles du jeu dès maintenant paraît une nécessité (par exemple pour les banques)19 ;
  • ébranlement de secteurs entiers qui risquent de disparaître d’ici 2050 : artisanat, P.M.E. ; le passage à une économie internationale apparaîtra comme un séisme ; que doit-on prendre comme mesures de précaution, et comme mesures d’urgence, si l’on veut échapper aux critiques de l’historien de 2050 (ne rien faire, prétexter du manque de moyens, n’est pas une solution) ? Or pour l’histoire d’un département, d’une région, la destruction de toutes les archives des petites entreprises est fâcheuse20(l’histoire de la destruction du tissu industriel, de la désindustrialisation sera nécessairement écrite en 2050 ou 2060...). Assurément en 2050, il ne subsistera guère d’entreprises existant en 200021 : que récupérera-t-on ? quelle devrait être la mission des archives départementales en cas de sinistre d’entreprises, notamment pour la partie ancienne des archives, celle qui n’intéresse pas le liquidateur judiciaire ?
  • 22 Ils sont souvent demandeurs, et le Doyen Renouvin en 1969 avait pris soin de tenir une réu (...)

21Troisième mutation : les archives des associations : celles-ci ont un rôle croissant, notamment dans le secteur social, le secteur « éducation », le secteur culturel (ce sont de véritables bureaucraties « tertiaires ») ; que faut-il garder comme traces de ces associations pour 1970-2050 ? Quels conseils doit-on donner aux présidents d’association à titre de précaution ?22 Qui peut les accueillir en cas d’urgence ? Faut-il mettre en œuvre une politique des archives d’associations ? En 2050, on dira : qu ’avez-vous fait pour sauvegarder cette mémoire ? Ou pourquoi n ’ avez-vous rien fait alors que c ’était une mutation essentielle de la société ? Personne ne sait très bien que faire : mais il est certain que les archives d’associations de lutte contre la toxicomanie ont toute chance d’être exploitées par l’historien en 2050 – si elles sont conservées. Et le problème se pose de façon identique pour les archives syndicales à l’échelle locale.

  • 23 La Direction des Archives déclara officiellement que ces archives n’intéressaient pas les (...)
  • 24 La circulaire Marmot de 1982 recommandait des techniques d’échantillonnage (on trouve cett (...)
  • 25 Même les rapports annuels des Caisses d’allocations familiales, et des Caisses primaires o (...)
  • 26 Y aura-t-il encore des structures départementales ? On peut en douter.
  • 27 Rappelons que ces archives ne concernent pas seulement l’histoire administrative des Caiss (...)

22Quatrième mutation : les archives de la Sécurité sociale. C’était une grande mutation des années 1950 ; mais les essais pour définir une politique large d’archives en 1980-1985 ont à peu près échoué23, et on ne sait trop comment traiter correctement le problème24. Or en 2050 on cherchera à faire l’histoire d’une caisse primaire ou d’une caisse d’allocations familiales, et on s’étonnera fort de ne rien trouver (tout comme aujourd’hui, on ne trouve presque rien pour une caisse en 1950-1960)25. Personne ne sait quelle sera l’évolution des structures de sécurité sociale d’ici 205026, et on sera bien forcé un jour de traiter ce problème27.

  • 28 Cf. G. Thuillier et J. Tulard, L’histoire locale et régionale, ouv. cité, p. 114-115.
  • 29 Peut-être faut-il des dépôts spécialisés, comme on a créé des Musées diocésains d’art sacr (...)

23Cinquième mutation : rappelons pour mémoire la question délicate des archives religieuses. Il faut assurer la protection d’un patrimoine capital qui risque d’être menacé (on voit bien les destructions lors des regroupements de paroisses)28. Or nul ne sait dans quel état sera l’Église en 2050, compte tenu de la crise des recrutements et de la pyramide des âges ; on sera bien obligé de prendre des mesures à la fois pour les archives diocésaines anciennes, les archives paroissiales regroupées, les archives des petites congrégations en voie de disparition, celles des associations religieuses, celles des écoles et collèges religieux : c’est un bloc considérable, qui devrait faire l’objet d’accords globaux avec l’Épiscopat pour trouver des structures d’accueil29, éviter les destructions sauvages (et les pillages) et fixer les règles du jeu : on est là dans une situation de précaution.

IV. LES INCONNUES DE 2050

24On n’a aucune idée de ce qui se passera en 2050, l’analyste est nécessairement désarmé ; mais il peut chercher à discerner quelques zones de risques « probables », à deviner ce qui pourrait advenir. Donnons quelques exemples :

25Première inconnue : y aura-t-il de nouvelles archives en 2050 ? C’est probable (depuis 1950, nous avons eu les archives audiovisuelles et les archives orales, d’autres archives devraient émerger).

26Deuxième inconnue : le mode d’inventaire et d’exploitation. L’informatique n’a pas encore révélé toutes ses possibilités en ce domaine ; en 2050 on devrait avoir :

  • des banques de données des Archives nationales et des autres grands dépôts d’archives (Affaires Étrangère, Armées), reprenant et affinant les inventaires, mais qui pourraient être aussi des banques d’images, donnant accès au texte,
  • des banques de données d’archives départementales, couplées avec des banques d’images et des banques de manuscrits des bibliothèques locales,
  • des banques de données des archives d’une institution (par exemple le Conseil d’État, la Banque de France) ou d’un ensemble d’institutions (par exemple les grandes compagnies d’assurances),
  • des banques de données d’archives orales, reprenant l’indexation fine des entretiens (noms cités, thèmes traités).

27On devrait voir se multiplier ces banques de données ; pour le moment, on n’a pas encore de grande banque d’archives.

  • 30 Il faut reprendre les grandes thèses des années 1940-1950 : en un demi siècle les curiosit (...)

28Troisième inconnue : les besoins de l’historien de 2050. Quels seront ses soucis, ses centres d’intérêt, sa vision du passé ? On ne peut le savoir, mais l’écart entre les centres d’intérêt de l’historien de 1950 et ceux de l’historien de 2000 est sensible30 ; aujourd’hui on fait l’histoire de l’idiotie, l’histoire des rêveries, l’histoire du quotidien, l’histoire de l’actuariat, les exigences en matière d’archives vont croissant.

  • 31 Sur les « histoires à naître », infra, p. 217.
  • 32 Cf. Jean-Louis Girard, Quand la santé devient publique, 1998.

29Or on ne peut saisir les histoires à naître31, qui doivent émerger (tout comme on ne peut avoir l’idée des maladies nouvelles qui vont surgir d’ici 2050)32. Si bien que l’on doit là encore appliquer les principes de précaution, chercher à garder des échantillons, des blocs-témoins, des « réserves » naturelles (par exemple garder pour un lycée-type, une année sur dix, tout ce qui a été sécrété par ce lycée et par les associations qui lui sont liées) ; ces mesures de précaution devraient permettre de faire face à ces nouveaux besoins. Mais on voit bien que déjà des besoins d’archives pour des histoires souvent très pointues apparaissent depuis 10 ou 20 ans :

  • en histoire des sciences et des techniques, les besoins sont pressants (on le voit pour l’histoire de l’informatique), alors que les destructions sont souvent fâcheuses ;
  • en histoire administrative, l’historien va bien plus loin aujourd’hui que « l’historien des institutions », il a besoin de documents le plus souvent détruits, comme « sans intérêt historique », par exemple le planning de vacances, les dossiers de la négociation syndicale, les archives du service social : plus l’histoire devient « probabiliste », plus elle est exigeante en matière d’archives33 ;
  • en histoire économique, on s’intéresse aujourd’hui à la gestion interne de l’entreprise, aux mécanismes comptables, au clandestin dans la gestion34 ;
  • en histoire du quotidien, qui est en pleine mutation, les besoins sont encore plus considérables, dès que l’on veut faire l’histoire du sommeil, l’histoire du suicide, l’histoire du jeu ou l’histoire des larmes...
  • 35 Cf. « Réflexions sur les archives de l’histoire de l’électricité », article cité à la note (...)

30Ces besoins nouveaux d’archives incitent à une double lecture des documents ; des statistiques de consommation d’eau et d’électricité des ménages dans telle cité ont peu d’intérêt apparemment pour l’histoire des compagnies d’eau ou d’EDF, mais elles sont très précieuses pour l’historien du quotidien (et pour l’historien des femmes)35. Avant de détruire tel ou tel type de document, on doit s’interroger sur les différentes lectures « possibles ».

  • 36 D’ici 2050 l’histoire des femmes doit singulièrement se développer, et elle a un besoin co (...)

31Quatrième inconnue : le système des archives privées. On sait à peu près ce que sont des archives des châteaux, des archives de personnalités politiques, des archives d’érudits, mais que faut-il garder des archives des humbles (selon le mot de Georges Bourgin) ? des archives ordinaires d’un instituteur, d’un officier, d’un artisan ? Que faut-il sauvegarder comme archives des femmes ?36 Il y a là un patrimoine très étendu, mais on ne sait trop ce qu’il faut chercher à conserver ; on doit poser la question : que nous reprochera-t-on en 2050 de ne pas avoir gardé ? et même de ne pas avoir conservé à titre d’exempla ? Aucune réflexion d’ensemble n’a été menée avec les ethnographes, les sociologues, les géographes, les historiens sur les règles à se fixer en ce domaine, on se fie au hasard-mais on n’échappera pas à la censure de l’historien et de l’archiviste de 2050.

  • 37 Dans Liberté de l’esprit.
  • 38 Sur les possibilités évidentes de régression, cf. G. Thuillier, J. Tulard Le marché de l’h (...)

32Cinquième inconnue : quel prix la société consentira-t-elle à payer pour sauvegarder le patrimoine de mémoire « archives » et pour l’exploiter (comme le soulignait Valéry37, un capital suppose des hommes qui en ont besoin et savent s’en servir). Or on est dans l’incertitude sur la demande politique et sociale d’histoire en 2050 : il y a des scénarios de régression, de stagnation, de croissance38 et là on ne peut savoir ce que le corps social consentira à payer pour sauvegarder ce patrimoine ; tout dépend de la capacité de convaincre les « politiques » que possédera la Direction des archives (quelle que soit sa forme), c’est-à-dire de sa politique de communication vis-à-vis des décideurs et du corps social. Or pour faire une bonne politique de communication, il faut un dessein visible, des objectifs clairs, lisibles, cohérents, une volonté ferme et de l’esprit de décision, mais apparemment il n’y a jamais eu, jusqu’à présent, de véritable politique de « communication » en matière d’archives.

  • 39 Retrouvera-t-on un Charles Braibant ? Il faut avouer qu’en quelques années il avait lancé (...)

33Sixième inconnue : quel sera le rôle de personnalités créatrices en ce domaine d’ici 2050 ? Ceux qui seront responsables en 2050 ne sont sans doute pas encore nés, et on ne sait pas bien encore former des « patrons »39. Or 2050 est tout proche...

34Septième inconnue : la pression européenne. On ne sait pas si les archives n’entreront pas un jour – en 2020, en 2030 – dans le domaine de la bureaucratie européenne, s’il n’y aura pas des directives, si quelques responsables ne chercheront pas à unifier les systèmes d’archives ; déjà se posent des problèmes pour les archives des « multinationales », on verra apparaître des « évaluations » des systèmes d’archives, ou des relations archives-historiens, des pressions pour ouvrir la profession d’archives (la France est seule à posséder-à bon droit-une Ecole des Chartes), unifier les carrières : en ce domaine de l’intégration, tout est imaginable.

  • 40 Personne, à la vérité, ne peut établir le coût de la fonction archives, il n’y a pas de «  (...)
  • 41 Le Comité d’enquête sur le coût et rendement des services publics avait jadis réclamé, en (...)
  • 42 Le rapport de Guy Braibant au Premier Ministre en 1996 (p. 118) avait demandé la création (...)

35Huitième inconnue : comment peut évoluer l’architecture du système ? On n’en a aucune idée ; actuellement on ne peut avoir qu’une conception très floue, très partielle de l’ensemble, on ne saisit pas bien l’architecture du système (plusieurs services d’archives d’État indépendants ; dispersion des responsabilités : Parlement, Premier ministre, ministre de la Culture, autres ministres)40 ; c’est un système clos, on n’associe pas véritablement les historiens, ni au niveau central, ni au niveau local41. Personne ne peut saisir les desseins, les objectifs réels il n’y a pas de planification, de prospective, d’enseignement hors des Écoles, de Centre des Hautes Études chargé des investissements intellectuels42, le corps n’a pas formé apparemment les experts capables de s’intéresser à l’architecture d’ensemble. En 2050, on demandera : que voulait-on faire ? qu’a-t-on fait ? quels étaient les obstacles ? et il sera bien difficile de répondre.

V. CONSÉQUENCES

36Examinons quelques conséquences.

37Première conséquence : on voit partout des problèmes insolubles, mais on peut chercher à réduire ces incertitudes, à contourner les problèmes, s’il y a capacité d’expertise, définition claire des objectifs, volonté politique ; la contrainte financière en 2000-2050 est certainement plus faible qu’en 1950-1960...

  • 43 Il y a eu jadis des rapports du « groupe Archives » au Commissariat au Plan, pour le Ve Pl (...)

38Deuxième conséquence : pour les « non-initiés », il est difficile de comprendre une « politique d’archives » qui n’est pas formalisée, qui ne se traduit pas sous la forme de programmes, d’un « plan quinquennal », qui ne s’appuie pas sur une « politique de communication » lisible43 ; en 2050 on ne comprendra plus les hésitations, les difficultés, les choix imparfaits d’aujourd’hui (tout comme en 2000 on ne comprend plus guère les difficultés d’un Charles Samaran ou d’un Charles Braibant). Il faut un dessein compréhensible pour les non-initiés.

  • 44 Elles chercheront, comme en Espagne, en Allemagne, à développer leur propre histoire, elle (...)

39Troisième conséquence : les incertitudes d’une politique d’archives sont liées aux incertitudes du corps social ; si l’histoire devient un enjeu politique – dans un État intégré à l’Europe, avec des provinces jouant un certain rôle44-la « politique » d’archives doit accompagner en 2000-2050 les transformations de l’État et du corps social, elle doit s’intéresser dans ses priorités aux mutations « probables », par exemple :

  • la désétatisation, la croissance des administrations centrales,
  • l’affaiblissement de la centralisation,
  • les privatisations du secteur public qui vont poser des problèmes archivistiques importants,
  • l’émergence d’un pouvoir régional,
  • les mutations de la société (par exemple la croissance d’une « société d’assistanat », le renforcement du pouvoir associatif, le développement du « 5e âge » et le vieillissement du corps social, etc.)45.
  • 46 À l’évidence il faut éviter des erreurs dans la gestion de ces crises ou de ces mutations (...)

40C’est la disparition d’un monde qui touchait au XVIIIe siècle : une politique d’archives doit chercher à saisir les résistances, les hésitations, les erreurs dans ces transformations ; il faut fixer en quelque sorte une philosophie de la collecte des archives ; elle risque, en raison même de ces mutations, d’être plus fructueuse, plus massive pour les années 1980- 2030, à destination des historiens de 2040-2080. On sera obligé de prendre en compte la disparition de systèmes entiers ; combien d’institutions vont devenir obsolètes entre 2010 et 2030 ? C’est une question qu’il faut anticiper par des mesures de précaution : par exemple, il est probable qu’il n’y aura plus, en 2020, 300 comptoirs de la Banque de France : quel sort auront leurs archives ? que devra-t-on conserver en priorité, notamment pour l’histoire financière locale ? De même les archives du Crédit Foncier sont une véritable mémoire urbaine et sociale de la France : comment en assurer la protection ? On voit l’ampleur de ces mesures de sauvegarde46.

VI. L’ÉLABORATION DE PROGRAMMES D’ACTION

41L’« effet 2050 » devrait avoir pour résultat des investissements lourds en programmation ; si l’on veut réfléchir raisonnablement à ce qu’il importe de faire pour que le « système archives » soit en bon état en 2050, il est nécessaire dès maintenant de s’en donner les moyens et d’établir des « programmes » raisonnables : on ne peut vivre au jour la journée. Cet effort doit s’établir à trois niveaux.

  • 47 La publication paraît une nécessité : c’était là la philosophie constante du Commissariat (...)
  • 48 Sur l’importance des satellites, par exemple aux Finances, cf. « A propos des archives du (...)
  • 49 C’est en principe le rôle des Comités d’archives qui tôt ou tard apparaîtront dans les min (...)

42Premier niveau : on doit établir – et publier47 – des plans généraux d’archives à 5 ou 10 ans pour les grands secteurs : Affaires étrangères, Armées, Armement, Finances, Éducation nationale, Recherche, Culture, etc., concernant à la fois les services centraux, les services extérieurs, les « satellites »48. Ces plans généraux devraient préciser aux yeux des décideurs (et des bailleurs de fonds) les objectifs prioritaires, définir des échéanciers, des enveloppes, fixer des modalités de contrôle des résultats ; les techniques sont faciles à mettre au point : groupes de travail spécialisés, examen de projets avec les historiens et les administrations49, discussion avec les décideurs, fixation des moyens en hommes et en crédits ; ces plans généraux devraient préciser également :

  • la politique d’information (banques de données),
  • la politique de publication (inventaires, recueils de documents),
  • les objectifs de formation : formation en interne de correspondants, initiation des historiens non-professionnels de la « maison » à l’exploitation des archives, parfois formation d’« anciens » pour le classement des fonds,
  • la politique de communication (en interne : les conférences aux nouveaux agents, le livret d’accueil sur les archives, les conférences dans les Écoles et en externe, pour des publics « captifs »),
  • les objectifs complémentaires : archives orales, archives privées, archives d’associations, archives de syndicats, etc.
  • 50 Sur les problèmes généraux posés par ces plans, cf. « Comment préserver la mémoire d’un mi (...)

43Il faut avoir des formules souples : ces plans ne peuvent pas être les mêmes à l’Éducation nationale et à la Délégation générale de l’Armement50.

44Deuxième niveau : on doit créer des schémas ou plans directeurs d’archives, à 5 ou 10 ans, pour une direction, pour les institutions publiques (ou privées), pour une banque, pour une entreprise, posant les problèmes principaux de la collecte et évoquant les mesures à prendre pour la sauvegarde de la mémoire de l’institution, par exemple :

  • archives orales,
  • archives audiovisuelles,
  • archives du quotidien (le service social, le club des retraités),
  • archives privées d’agents,
  • archives d’associations et archives syndicales,
  • archives d’écoles, de centres de formation.

45Ce plan directeur devrait comprendre aussi des volets « formation », il faut en effet :

  1. initier au « système archives » des correspondants et des responsables,
  2. inciter les anciens à verser leurs papiers51, à écrire des récits autobiographiques52,
  3. inciter les syndicats à préserver leur mémoire, leurs papiers, leurs publications,
  4. former les jeunes retraités à rédiger des travaux d’histoire sur leur « maison » (c’est-à-dire les initier à la recherche historique)53.

46On voit l’ampleur du programme, mais un plan directeur permet de définir clairement les priorités et au bout de 5 ans (ou de 10 ans), on peut faire des bilans et « corriger le tir ».

47Troisième niveau : il faut établir des « programmes » pour tel ou tel type d’archives, définissant pour 5 ou 10 ans des objectifs généraux et les moyens nécessaires ; donnons deux exemples :

48Premier exemple : un programme pour assurer la conservation des archives scientifiques : des efforts considérables sont faits, mais il manque un programme général fixant les règles du jeu pour 5 ou 10 ans, précisant :

  • les priorités de la collecte,
  • la politique de communication,
  • la publication de publication,
  • les moyens de formation,
  • les moyens de pilotage ou de « coordination »54,
  • les possibilités d’archivage public (notamment en cas d’urgence).

49Si l’on veut avoir des archives scientifiques en bon état en 2050, il faut un minimum de planification :

50Deuxième exemple : un programme à 5 ou 10 ans pour aider les associations (par exemple dans le secteur social) à sauvegarder leur mémoire, ce qui suppose une bonne connaissance du secteur, une coopération avec ceux qui connaissent ou subventionnent ces associations, avec les fédérations ou associations nationales, et avec les historiens sociaux et les historiens des mentalités ; les objectifs de ce programme seraient :

  • aider les associations à conserver et à « trier » leurs archives, c’est-à-dire former des personnels, informer les responsables ;
  • établir des formules d’urgence pour sauver des fonds anciens menacés ;
  • inciter à verser dans des fonds publics, le cas échéant, le bon papier, ce qui suppose des analyses assez fines de leur fonctionnement et la définition de quelques priorités (par exemple les associations concernant l’enfance handicapée).

51Ce serait là un effort très rentable, car bien des associations sociales sont inquiètes des mutations actuelles et cherchent à préserver leur mémoire.

52Nous n’avons donné que deux exemples où la demande sociale est forte : il peut y avoir bien d’autres secteurs où de pareils programmes seraient nécessaires.

53Programmes généraux de secteur, plans directeurs pour une institution, programmes d’aide pour des opérations particulières : on voit combien nous sommes ambitieux. Mais il s’agit là d’investissements lourds au départ, et les difficultés sont nombreuses.

54Premier obstacle : il faut former des experts capables de bâtir ces programmes, de faire les « analyses de système » et les évaluations nécessaires, et d’auditer une organisation d’archives ; or actuellement il n’existe aucune formation.

55Deuxième obstacle : il faut obtenir une acceptation de ces plans ou programmes en interne, car, quel que soit le système administratif, tout effort de « programmation » est ressenti comme une critique et provoque des résistances (au nom de l’indépendance et de l’impossibilité de « programmer »). Il vaut mieux le savoir avant : les efforts en ce domaine ont pratiquement tous échoué jusqu’à présent.

56Troisième obstacle : cette planification aboutit à fixer des coûts financiers, et c’est là une contrainte qui sert souvent de prétexte pour ne rien faire.

  • 55 Sur la théorie de l’ingénierie historique, cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ou (...)

57Quatrième obstacle : cette programmation est fondée sur des principes d’ingénierie historique55 qui dépassent la fonction archives et vont jusqu’à la production d’histoire ; or ces techniques d’ingénierie sont encore mal connues (elles ne sont pas enseignées), mal acceptées, et c’est une innovation, dont on n’a pas encore tiré toutes les conséquences (nul ne sait ce que sera l’ingénierie historique en 2050).

58Ces obstacles peuvent être facilement levés s’il y a une volonté politique, si l’on cherche tous les moyens possibles de sauvegarder la mémoire du corps social.

Conclusion

59Nous avons posé beaucoup de questions en pointillé, c’est la règle du jeu quand on cherche à raisonner sur 2050. Quelles leçons peut-on tirer, à titre provisoire, d’un tel exercice ?

60Première leçon : nous avons beaucoup rêvé, nous avons souligné bien des incertitudes et notre vision des choses peut paraître pessimiste à l’excès ; mais la situation en 2050 ne peut ressembler à la situation présente, et les risques de destructions massives, non réfléchis, sont considérables si l’on n’a pas une politique raisonnée d’archives.

61Deuxième leçon : l’effet 2050 oblige à voir pour aujourd’hui des problèmes qui sont ou minorés ou occultés (on laisse pourrir des situations, on oublie de prévoir), à saisir des menaces floues qu’on a souvent peine à identifier. Apparemment une réflexion sur l’architecture du système paraît nécessaire, si l’on veut comprendre ce qui peut arriver et si l’on cherche à optimiser le système ; on ne peut guère obtenir de décisions (ni de moyens) des « politiques » si l’on n’explique pas clairement les enjeux, les objectifs et les moyens, si l’on ne montre pas le possible et le souhaitable. Mais c’est là un effort de clarté qui demande du courage.

62Troisième leçon : on manque cruellement d’experts en prospective 2010-2050 pour les archives ; or un jeune chartiste de 22 ans aujourd’hui ne sortira du système qu’en 2045, il a tout intérêt à faire cet effort de prospective (c’est son avenir à lui qui est en jeu). Mais il faut former à cette prospective, qui correspond à un volontariste souvent mal accepté.

Notes

1 Cf. François Monnier, « Bureaucratie et archives : pour une prospective », Revue administrative, 1999, p. 569-574.

2 Infra, p. 205.

3 Sur l’incertitude de l’avenir du « système histoire », cf. supra, p. 5.

4 Nous ne donnons que quelques points de cette prospective 2050.

5 Apparemment il n’aura reçu aucun enseignement sur la prospective de son métier.

6 Pour la première fois le Premier ministre en 1999 a signé une circulaire concernant les archives. Est-ce un signe ? Certains ont soutenu logiquement le rattachement de la Direction des Archives au Premier Ministre, d’autres ont voulu la transformer en sous-direction de la Direction du patrimoine : ce qui montre une situation de crise.

7 Ce qui se fait au titre des entrées « par voie extraordinaire »– ce qui montre que le plan de classement n’est plus guère adapté : il faut à l’évidence une série archives d’associations, une série archives d’entreprises, une série établissements publics.

8 Ce qui conduit à des destructions de documents qui intéressent l’histoire locale.

9 Cf. « Réflexions sur les archives de l’histoire de l’électricité en Nivernais », Bulletin d’histoire de l’électricité, n° 33, 1999, p. 19-27.

10 Donnons un exemple : il est probable qu’un certain nombre d’établissements relevant de la Délégation générale à l’Armement (DGA) fermeront d’ici 2015-2020 : où iront les archives ? Comment éviter des destructions préjudiciables à l’histoire, comme il y a eu tant dans les années 1970 ? Que faut-il garder en tenant compte des besoins de l’histoire des techniques ? Quels principes faut-il appliquer dès l’annonce d’une fermeture ou même avant ? Comment ménager les intérêts de l’histoire locale ?

11 Sur les possibilités de développement des archives orales en province, cf. G. Thuillier et J. Tulard, Histoire locale et régionale, 1992, p. 51-58.

12 Sur le problème des archives du C.E.A., cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 523-528.

13 Il serait intéressant de poser la question : quelle est la politique des archives scientifiques suivie à EDF ? et à la Délégation générale à l’Armement ?

14 On a tendance aujourd’hui à mettre les dossiers de personnel sur support informatique : il serait dangereux de détruire le dossier, sous prétexte qu’on a un historique informatisé.

15 Ou comme dit le professeur Sicard, des mesures de précaution.

16 Notamment à leur manière d’observer les réalités européennes, d’intervenir à Bruxelles, de nouer des alliances.

17 Il y a une tendance naturelle, au bout de 10 ou 15 ans, à considérer que ces archives sont inutiles et coûtent des mètres carrés, et à les laisser détruire : il suffit d’attendre une génération.

18 Par exemple à Usinor.

19 Par exemple que vont devenir les archives de Paribas ?

20 Rappelons que l’on est resté passif lors de la destruction de dizaines de milliers de petites exploitations paysannes dans les années 1960 : personne n’a cherché à collecter des archives-témoins dans toutes les régions.

21 Le taux de mortalité des entreprises est très élevé, il devrait s’accélérer d’ici 2015-2020 (difficultés de transmission d’entreprises familiales, délocalisation, coûts salariaux).

22 Ils sont souvent demandeurs, et le Doyen Renouvin en 1969 avait pris soin de tenir une réunion, au Ministère de l’Éducation nationale, pour sensibiliser les présidents des grandes associations éducatives à ces problèmes d’archives.

23 La Direction des Archives déclara officiellement que ces archives n’intéressaient pas les dépôts publics – ce qui a beaucoup surpris le président Pierre Laroque – et la création de dépôts régionaux par l’UCANS a été freinée par des problèmes financiers. Il semble que le problème serait en voie de solution (cf. circulaire de la Direction de la Sécurité Sociale et de la Direction des Archives en date du 12 janvier 2000).

24 La circulaire Marmot de 1982 recommandait des techniques d’échantillonnage (on trouve cette circulaire dans le Bulletin d’histoire de la Sécurité sociale, n° 10, 1982, p. 91-99).

25 Même les rapports annuels des Caisses d’allocations familiales, et des Caisses primaires ont souvent disparu.

26 Y aura-t-il encore des structures départementales ? On peut en douter.

27 Rappelons que ces archives ne concernent pas seulement l’histoire administrative des Caisses, mais l’histoire sociale des assurés, l’histoire médico-sociale, l’histoire de la santé (et de la consommation de soins), l’histoire de la famille.

28 Cf. G. Thuillier et J. Tulard, L’histoire locale et régionale, ouv. cité, p. 114-115.

29 Peut-être faut-il des dépôts spécialisés, comme on a créé des Musées diocésains d’art sacré... Mais il faut sans doute des formules souples, variant d’une région à l’autre.

30 Il faut reprendre les grandes thèses des années 1940-1950 : en un demi siècle les curiosités de l’historien se sont singulièrement élargies (on le voit bien avec le cadre de classement de la Bibliographie de l’histoire de France).

31 Sur les « histoires à naître », infra, p. 217.

32 Cf. Jean-Louis Girard, Quand la santé devient publique, 1998.

33 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, ouv. cité.

34 Cf. « Le scepticisme en histoire économique », Revue administrative, 1999, p. 647-652.

35 Cf. « Réflexions sur les archives de l’histoire de l’électricité », article cité à la note 9.

36 D’ici 2050 l’histoire des femmes doit singulièrement se développer, et elle a un besoin considérable d’archives qui sont souvent dédaignées (par exemple les journaux intimes d’adolescentes). Un jour on sera bien obligé de faire l’histoire des femmes seules : que trouvera-t-on comme archives ? On sait que souvent des destructions fâcheuses ont eu lieu, par exemple pour les dossiers de petites fonctionnaires, d’« auxiliaires », de « dames commises » (cf. « Histoire des femmes fonctionnaires et sauvegarde des sources d’archives », Gazette des archives, 1984, p. 344-346, et Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 425-431).

37 Dans Liberté de l’esprit.

38 Sur les possibilités évidentes de régression, cf. G. Thuillier, J. Tulard Le marché de l’histoire, 1994, p. 108-115.

39 Retrouvera-t-on un Charles Braibant ? Il faut avouer qu’en quelques années il avait lancé de multiples innovations fort louables, ouvert les archives sur bien des domaines (il est responsable de la création des missions dans le ministère, de l’ouverture systématique aux archives d’entreprises et d’associations, de la collecte ouverte des archives privées), il avait su former une équipe (qui resta longtemps en place) ; il serait important de faire aujourd’hui une analyse de ces innovations à longue portée, et une exposition sur Charles Braibant et son œuvre serait bien nécessaire (ses papiers sont aux Archives nationales).

40 Personne, à la vérité, ne peut établir le coût de la fonction archives, il n’y a pas de « comptes archives » ; on peut savoir à peu près les coûts des Archives nationales et départementales (cf. Le marché de l’histoire, ouv. cité, p. 25, n. 2), mais non pour les communes, et on ignore le coût des services « autonomes » (Armées, Affaires étrangères) et les dépenses faites par tel ou tel ministère ; ce sont, de fait, des coûts très faibles par rapport à la valeur du capital engrangé et conservé, et la marge d’extension est considérable.

41 Le Comité d’enquête sur le coût et rendement des services publics avait jadis réclamé, en vain, la création d’un conseil départemental des archives.

42 Le rapport de Guy Braibant au Premier Ministre en 1996 (p. 118) avait demandé la création d’un tel centre.

43 Il y a eu jadis des rapports du « groupe Archives » au Commissariat au Plan, pour le Ve Plan (1965) et le VIe Plan (1970), qui donnaient une vue d’ensemble des difficultés et des priorités en matière d’archives (au Ve Plan, le rapport concernant aussi les Affaires étrangères et les Armées).

44 Elles chercheront, comme en Espagne, en Allemagne, à développer leur propre histoire, elles insisteront sur leur capital de mémoire.

45 Il est certain qu’actuellement – au moment où le système des retraites publiques et privées est en crise – tout ce qui est archives des caisses de retraite prend un nouvel intérêt, et des mesures particulières de préservation devraient être prises pour leurs archives anciennes (il y a une multitude de caisses professionnelles) ; en 2050 on demandera : où sont donc passées les archives ?

46 À l’évidence il faut éviter des erreurs dans la gestion de ces crises ou de ces mutations souvent brutales : rappelons l’exemple de la séparation de la Poste et de France-Télécom qui a conduit, en matière d’archives, à une grande confusion (tel le recours à un cabinet privé étranger).

47 La publication paraît une nécessité : c’était là la philosophie constante du Commissariat général au Plan ; publier permet de constater les résultats cinq ans après (il y avait au Plan des rapports d’exécution qui étaient soumis à un groupe de travail).

48 Sur l’importance des satellites, par exemple aux Finances, cf. « A propos des archives du ministère des Finances », Revue administrative, 1997, p. 662-665.

49 C’est en principe le rôle des Comités d’archives qui tôt ou tard apparaîtront dans les ministères pour assurer la liaison avec les historiens et sensibiliser les administrateurs.

50 Sur les problèmes généraux posés par ces plans, cf. « Comment préserver la mémoire d’un ministère ? », dans Pour une histoire de la bureaucratie, ouv. cité, p. 361-367.

51 Cf. « Les archives des hauts fonctionnaires », ibidem, p. 577-584.

52 Cf. « La collecte des récits autobiographiques », ibidem, p. 347-351.

53 Cf. « Les séminaires d’initiation », ibidem, p. 353-359.

54 À quelle instance doit-on s’adresser quand on a à régler un problème en urgence (ce qui arrive en cas de « sinistre ») ? À qui demander conseil ? Qui peut faire Yexpertise ? À qui doit-on réclamer des « guides de procédure » pour faire une évaluation, ou un audit, par exemple d’un système d’archives scientifiques ? On voit la difficulté de la tâche et la nécessité d’une instance spécialisée.

55 Sur la théorie de l’ingénierie historique, cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 15-21,71-88, 306-315 et infra, p. 161.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search