Version classiqueVersion mobile

L’histoire en 2050

 | 
Thuillier Guy

Chapitre VII. L’histoire de la métallurgie

Texte intégral

  • 1 On ne peut tout dire quand on décrit le système de production d’une telle « discipline » : il y a d (...)
  • 2 Sur la manière de raisonner sur 2050, cf. supra, p. 1. Nous n’évoquons pas ici les mutations du mon (...)

1Dresser une prospective 2050 de l’histoire de la métallurgie est un exercice périlleux, certes, mais il permet de mieux comprendre les règles du jeu de cette « discipline ». Aujourd’hui la situation est plus que médiocre : mais on n’ose trop en parler, et pourtant on voit bien les « progrès » récents de l’histoire de l’électricité ou de l’histoire des chemins de fer, on a des exempla sous les yeux. Faire une prospective à l’horizon 2050 oblige à voir les choses autrement, aide à réfléchir sur les lacunes, les faiblesses du système actuel de production, sur les principes mêmes de cette histoire. Nous voudrions tenter prudemment cette exploration 2050, en biaisant au besoin1. Comment raisonnera l’historien de 2050 ? est une question insoluble : mais il est bon de rêver à ce qui se passera en 2050 et de chercher à décrire – même très imparfaitement – ce qui peut advenir d’ici là2.

1. QUE SERA L’HISTOIRE DE LA MÉTALLURGIE EN 2050 ?

2On peut rêver à 2050 : l’exercice est arbitraire, mais il permet de faire quelques hypothèses, de montrer certains problèmes qu’on a tendance à refuser de voir (personne n’ose évoquer 2050, c’est un futur angoissant). Cherchons à saisir ce qui peut advenir.

    • 3 Par exemple pour répondre à la demande d’histoire européenne, il faudrait s’intéresser aux importat (...)

    En ce qui concerne la demande d’histoire de la métallurgie, un effort d’analyse à long terme est nécessaire :
    On voit que l’on a tout intérêt à affiner l’analyse de la demande, à songer aux exigences de l’historien de 2050 (ou de 2080) pour répondre au mieux à ses demandes : il aura besoin par exemple d’archives en bon état, assez complètes pour qu’il puisse y trouver les explications de son présent à lui, mais aussi d’outils de travail (par exemple des banques de données) et d’aides à la recherche (notamment pour les méthodes)3.

    1. pour la demande politique, on voit que la disparition « probable » des entreprises traditionnelles et des grandes sociétés sous leur forme actuelle (l’internationalisation est une nécessité, on le saisit bien pour les industries d’armement) doit conduire à mettre en œuvre une politique pour préserver la mémoire : on voudra en 2050 avoir une connaissance précise des mécanismes du déclin (ou de la régression) de certains secteurs pour 2000-2050 et pour 1970-2000, on cherchera à comprendre les mutations de secteurs de métallurgie spécialisée (par exemple la construction navale, les industries d’armement, la métallurgie nucléaire) ;

      • 4 On a laissé disparaître la génération née en 1900-1910 qui touchait presque à la métallurgie du XIX(...)

      la demande sociale sera forte : on cherchera à saisir ce monde disparu de la métallurgie du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle, le vécu des entrepreneurs, des ingénieurs, des cadres, des ouvriers, les gestes, les rituels du quotidien : ce monde perdu intriguera (tout comme le monde d’une forge de 1825 ou 1835 nous paraît aujourd’hui insaisissable), on cherchera à préserver la mémoire orale (on peut encore interroger des ingénieurs qui ont connu les années 1950- 1960 qui touchaient à ce monde disparu)4 ;

    2. la demande technique devrait s’accroître : les autres histoires voudront puiser dans l’histoire de la métallurgie des exempla, des matériaux qu’elles utiliseront à leurs propres fins : ainsi l’histoire de la mesure, l’histoire de la gestion, l’histoire de la comptabilité, l’histoire de l’innovation, l’histoire de la planification interne, l’histoire du financement des investissements, etc.

    3. on ne doit pas omettre la demande européenne : il est probable que l’on cherchera à établir une histoire européenne de la métallurgie, mais cette histoire risque fort (comme dans d’autres domaines) de gommer les différences, de lisser les mutations, d’oublier le rôle des personnalités, et il faut que l’histoire de la métallurgie française soit en bon état pour éviter les déformations volontaires et résister aux tentatives de « nivellement ».

    • 5 On le voit bien pour l’année 1997 (p. 330-333, n° 6009 à 6066). Un dépouillement sur dix ans serait (...)

    Si l’on examine l’offre, on peut rêver sur une offre bien différente de celle que nous connaissons (la lecture de la Bibliographie annuelle de l’histoire de France montre bien les faiblesses de l’offre depuis dix ans)5.

      • 6 11 y avait bien un Comité d’histoire du ministère de l’industrie, créé en 1988, mais il disparut de (...)
      • 7 Le seul secteur qui ait été développé systématiquement est l’histoire des Schneider... On voit bien (...)

      Actuellement on constate une dispersion des efforts, un manque total de coordination : il n’y a pas de Comité d’histoire de la métallurgie (alors qu’on a depuis 1998 un Comité d’histoire de l’armement)6, si bien que les techniques d’ingénierie historique n’ont pu être appliquées, qu’il s’agisse d’animation de la recherche, d’orientation des travaux (songeons que les années 1815-1914 sont fort délaissées depuis la thèse de Jean Vial, qui date de 1967)7 ou d’élaboration d’outils de travail.

      • 8 Jean Vial, Bertrand Gille se sont détournés de l’histoire de la métallurgie après 1968, Denis Woron (...)

      Il y a une demande, mais l’offre est très insuffisante, personne ne cherche à la stimuler ; cette discipline ne possède pas de « patron » depuis plus de vingt ans8, personne ne tient vraiment à former les ingénieurs au métier d’historien – alors qu’ils ont un savoir technique irremplaçable – et la collecte des archives des petites et grandes entreprises est laissée au hasard.

      • 9 Sur l’évolution probable de cette ingénierie, infra, p. 161.
      • 10 Marteau-Pilon (créé en 1989) n’est consacré qu’à l’histoire de la métallurgie nivernaise (cette rev (...)

      On peut, à bon droit, supposer qu’en 2050 il y aura une structure de la recherche différente, avec un Comité d’histoire – quelle que soit sa forme – qui donne de grandes orientations, accorde des aides à la recherche et applique des techniques d’ingénierie historique9. Mais il paraît difficile de continuer à avoir une situation aussi fâcheuse (il n’y a pas une seule revue consacrée à l’histoire de la métallurgie10, et le nombre de séminaires de recherches est très limité...). On saisit bien l’ampleur de la tâche à accomplir ; l’historien de 2050 devra :

    1. faire l’histoire de 2000 à 2050 ;

    2. chercher à faire de façon plus fine l’histoire de 1950 à 2000 (les archives ne sont pas aujourd’hui accessibles) ;

    3. combler les lacunes de notre connaissance des années 1815-1950 ;

      • 11 Le poids d’une histoire économique déterministe, presque « mécanique », très attachée aux prix et a (...)

      entreprendre la révision des travaux anciens – antérieurs à 1960 – qui souvent reposent sur des hypothèses de travail, une vision de l’histoire souvent dépassée (on ignorait volontiers le rôle des personnalités créatrices)11 ;

    4. fournir des matériaux pour les autres histoires « transversales ».

3Or on doit songer dès maintenant à aider l’historien de 2050.

II. CONSÉQUENCES

4On voit le réseau des incertitudes à la fois pour la demande et pour l’offre : mais les techniques d’ingénierie historique permettent d’imaginer les quaestiones qui vont se poser nécessairement.

5Première conséquence : si l’on veut développer cette histoire, il faut faire un effort de formation :

    • 12 Sur ces problèmes de formation, infra, p. 251.

    formation des ingénieurs au métier d’historien : c’est un problème classique de formation des historiens non professionnels12 ;

  • initiation à l’entreprise, à ses techniques, à ses modes de gestion, de l’historien universitaire (et de l’archiviste) : on doit organiser des stages actifs à côté de la formation doctrinale ;

  • formation d’archivistes spécialisés dans la gestion et la collecte d’archives d’entreprises métallurgiques (avec la formation de « correspondants » de haut niveau dans les usines ou services) ;

  • formation d’archivistes oraux spécialisés ;

  • réflexion sur les principes de ces différentes formations, qui devrait associer historiens, ingénieurs, administrateurs, spécialistes de gestion, et même géographes et sociologues : ce qui devrait permettre d’élaborer un « corps de doctrine ».

6Deuxième conséquence : en matière d’archives, il faut songer à fournir à l’historien de 2050 (ou 2080) des archives en bon état, c’est-à-dire qui ne soient pas exagérément triées, aseptisées, et qui soient inventoriées, même de façon sommaire :

  1. Pour les archives d’entreprises, possédées par les entreprises, il faut des plans directeurs, des programmes de conservation : on doit bien définir les priorités, examiner où sont les bons papiers, songer que les archives apparemment marginales (associations, œuvres des comités d’entreprises, services sociaux) ont aussi leur importance pour l’histoire du quotidien.

  2. On doit s’attacher à une politique de préservation :

    1. des archives privées des dirigeants,

    2. des archives d’ingénieurs (trop souvent dédaignées),

    3. des archives syndicales (et des dirigeants syndicaux),

    4. des archives des anciennes petites forges, mêlées encore aux archives de grands propriétaires.

  1. Il faut pratiquer une politique de collecte d’archives orales auprès de dirigeants, d’ingénieurs, mais aussi de contremaîtres, d’ouvriers et de dirigeants syndicaux.

    • 13 Sur cette technique, cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 347- 351.

    On doit tenter de collecter des récits de vie (par le biais de concours autobiographiques)13.

    • 14 Cf. ibidem, p. 104-105, 363.

    On doit enfin organiser des collectes d’archives audiovisuelles (films d’instruction, films commerciaux, films pour l’organisation du travail, films scientifiques) et chercher à créer de telles archives (filmer des séances de conseil de direction, la vie des ateliers et des laboratoires)14.

    • 15 Cf. infra, p. 118.

    Rappelons enfin qu’il faudra bien un jour se prononcer sur la conservation des archives informatiques des entreprises (pour le moment on est dans le flou, personne ne sait si on pourra interroger dans 20 ans les archives informatiques)15.

7Il reste deux inconnues qui dépendent de la politique d’archives qu’entend mener la Direction des archives de France.

  • 16 Le taux de mortalité des petites et grandes entreprises est très élevé : pour un département métall (...)

8Première inconnue : l’histoire de la métallurgie – comme toute l’histoire de l’industrie – passera sans doute, notamment pour les petites entreprises de la métallurgie différenciée, par la conservation des archives de l’impôt sur les sociétés, qui sont, semble-t-il, plus ou moins menacées de tris des plus sévères, sinon de destruction totale : or souvent ce sera (avec les registres des faillites) les seules traces qui resteront de certaines entreprises16.

  • 17 Nous avons recueilli des témoignages d’ingénieurs sur les destructions massives d’archives à la fer (...)

9Deuxième inconnue : quelles devraient être les procédures de préservation des fonds menacés, notamment en cas de fusions, de disparitions d’entreprises ou encore en cas d’« internationalisation » des firmes ? Que va-t-il se passer pour les archives d’entreprises « dénationalisées » ou de filiales cédées au secteur privé ? Notre patrimoine archivistique en ce domaine risque fort de s’appauvrir si l’on n’adopte pas des « principes de précaution » (peut-être faut-il l’intervention du législateur pour créer une sorte de « droit de suite » ?). Mais on a vu, faute de mesures appropriées, dans les vingt dernières années bien des catastrophes archivistiques en ce domaine17.

10Troisième inconnue : il faut procurer à l’historien de 2050 des outils de travail (à l’évidence ce sont des outils perfectibles) :

  • en 2030-2050 il y aura sans doute des banques de données d’archives, pour les archives publiques, les manuscrits des bibliothèques, et des banques de données bibliographiques (donnant notamment le détail des sources imprimées) : peut-être ces banques seront-elles interrogeables en même temps. Mais la réflexion sur l’architecture de ces banques n’est pas faite, et peut-être faudrait-il, à titre d’essais, en construire pour de petites régions métallurgiques ;

  • un guide du chercheur (à l’échelle nationale) est nécessaire dès qu’il y a beaucoup d’historiens non professionnels, mais il peut être doublé par des guides du chercheur (ou des états des sources) pour les petites régions métallurgiques ; leur taux de rentabilité est très élevé (un bon guide du chercheur exerce un effet sur la recherche sur 30 ou 40 ans) ;

  • on devrait posséder également de gros volumes d’initiation (sur le modèle de l’Histoire de l’électricité en France) ;

  • il serait nécessaire d’établir des notes de méthode « provisoires » pour mieux assurer les méthodes de travail (comment étudier une entreprise ? une forge ? comment faire l’histoire d’une petite région métallurgique ? comment lire les comptes d’une entreprise ? comment étudier les salaires, le niveau de vie, la vie quotidienne des ouvriers ? comment publier des documents sur une usine ?).

    • 18 L’absence de réflexion théorique sur l’histoire de la métallurgie est chose étonnante : certains hi (...)
    • 19 L’isolement du chercheur en province-et notamment de l’ingénieur retraité qui veut faire de l’histo (...)

    enfin on devrait rédiger un petit livre (du format « Que sais-je ? ») sur les principes de l’histoire de la métallurgie : quelles sont les règles de cette histoire ? ses liens avec les autres histoires (histoire politique, sociale, histoire du quotidien, histoire des mentalités, histoire de la gestion des entreprises, histoire des gestes, etc.) ? Est-ce seulement une histoire technique ? Quel est le rôle de l’historien ? Comment conserver la mémoire d’une telle industrie ? Comment protéger le patrimoine industriel ? Un petit livre, qui rappellerait – très arbitrairement – les principes de cette histoire et ferait un effort de doctrine18, pourrait rendre de très grands services aux chercheurs isolés19.

11Si l’on veut avoir en 2050 un bon vivier de chercheurs, il faut leur donner les moyens de travailler et de réfléchir sur leur métier ; on voit bien par exemple les services que rendrait un dictionnaire biographique des métallurgistes, donnant des notices (même courtes) sur les grands ingénieurs, les « patrons » de la métallurgie, les savants, les chimistes : actuellement on n’a que des informations très fragmentaires...

III. LES INCONNUES DE 2050

12On doit bien avoir conscience que nous ne pouvons avoir aucune prévision sérieuse au-delà de 2015-2020 : mais il est nécessaire de recenser les « inconnues ».

13Première inconnue : l’histoire de la métallurgie est une histoire difficile, une histoire technique, qui exige des connaissances, de l’expérience ; le poids des historiens « non professionnels »-c’est-à-dire des ingénieurs et des cadres qui font de l’histoire avec leur savoir, leur expérience de la vie des forges – devrait s’accroître considérablement, surtout si l’on fait des efforts pour les initier au métier d’historien et si on leur donne des outils de travail efficaces : ce qui aurait pour conséquence de changer bien des orientations de cette histoire.

  • 20 Le texte de Bergson (La pensée et le mouvant) est cité par François Monnier, « Penser à l’historien (...)
  • 21 Cf. « Le probabilisme en histoire de la métallurgie », Marteau-Pilon, t. XII, 2000, p. 79- 84, G. T (...)
  • 22 On s’intéresse par exemple à la circulation de l’information (c’est-à-dire à la rétention des infor (...)
  • 23 Tout dépendra du « patron » de cette histoire en 2050 – il n’est probablement pas encore né.

14Deuxième inconnue : quels seront les buts de guerre de l’historien de la métallurgie en 2050 ? On ne peut savoir de façon précise ces buts de guerre (Bergson a bien montré l’indétermination de la recherche historique future20 : l’historien cherche dans le passé ce qui peut éclairer son présent à lui, dont nous ne pouvons avoir idée si c’est une création) ; on ne peut guère saisir les mutations possibles des centres d’intérêt : on a vu – pour d’autres histoires – comment la collecte systématique des archives orales a pu changer sensiblement la conception de l’histoire, donner une vision « probabiliste » des choses21, on voit aujourd’hui combien la science de la gestion, les techniques de l’audit influent directement sur la vision de l’entreprise22, et on ne peut savoir ce qui changera la vision de l’historien de 2050, qui « probablement » aura une vision moins « mécaniciste », moins déterministe du jeu des entreprises et des hommes23 ; on peut imaginer qu’il s’intéressera « en priorité » :

    • 24 Il nous manque une note de méthode : « Comment étudier une innovation ? » (cf. notre esquisse, avec (...)

    à l’innovation, aux conditions de sa genèse, à ses formes (l’historien ingénieur sera sans doute très attentif à la création en métallurgie, au rôle des personnalités)24 ;

  • aux mécanismes de sénescence, de déclin des entreprises, aux « techniques de régression », aux conditions de la « mortalité » des techniques et des savoirs.

  • 25 Songeons au décalage considérable des hypothèses de travail entre 1950 – où l’on vivait sur des sch (...)
  • 26 Sur la théorie des histoires à naître, cf. infra, p. 217.

15Mais on saisit bien notre incertitude : nous ne savons quels seront les principia rationis de cette histoire25, nous ignorons les histoires à naître qui vont nécessairement apparaître d’ici 205026.

16Troisième inconnue : d’ici 2050 des patrons apparaîtront, des personnalités créatrices : or nous ne pouvons rien en savoir aujourd’hui, ils ne sont peut-être pas encore nés (un patron de 45 ans en 2050 sera formé à l’histoire vers 2025-2030). Il faut avoir conscience de ces décalages.

  • 27 Il y a un précédent : l’histoire de l’industrie textile qui est aujourd’hui moins « fréquentée » qu (...)
  • 28 On remarquera l’abandon de l’histoire de la métallurgie pour les années 1815-1914 : on n’a pas enco (...)
  • 29 L’historien qui n’a pas l’expérience de la vie est souvent désorienté par cette histoire complexe, (...)

17Quatrième inconnue : on travaille toujours sur des hypothèses de croissance de l’histoire : or on ne peut négliger les hypothèses de régression, liées à des causes floues (quel sera le statut de l’histoire universitaire en 2050 ? Y aura-t-il des universités à l’américaine ? Quelle sera l’influence de l’histoire européenne, qui cherchera à imposer ses « modèles », à lisser les différences nationales ?) ; s’il y a – comme certains le prévoient « raisonnablement »– un déclin de la métallurgie lourde et de la petite métallurgie, il peut y avoir aussi un certain désintérêt parallèle pour l’histoire de la métallurgie27. Cette possibilité de régression doit d’autant plus être prise en compte que l’histoire de la métallurgie peut apparaître – par rapport à d’autres histoires « techniques »– plus difficile faute de bonnes sources28, qu’elle est malaisée à construire, à interpréter, parfois décevante29.

IV. MESURES À PRENDRE POUR 2000-2010

18En tenant compte de ces incertitudes, on voit bien que certaines mesures peuvent être prudemment mises en œuvre dans les dix prochaines années pour consolider l’histoire de la métallurgie ; cherchons à en décrire quelques-unes.

19En premier lieu, il faudrait envisager une politique systématique de formation, afin d’élargir le vivier des chercheurs :

  • initiation des historiens universitaires à la vie des entreprises, par le biais de stages en entreprise (en usine et en direction générale),

  • initiation d’ingénieurs au métier d’historien, aux principes et aux méthodes de l’histoire économique et scientifique,

  • colloques de méthode pour initier aux principes de l’histoire de la métallurgie et aux méthodes de recherche.

20En deuxième lieu, en matière d’archives plusieurs actions peuvent être menées :

  • une campagne systématique d’archives orales, suivant la méthode du récit de vie de Florence Descamps, auprès d’ingénieurs, de dirigeants, de cadres, dans les directions générales et les sites métallurgiques,

  • des collectes de récits de vie par le biais de concours autobiographiques (comme on l’a pratiqué pour le Trésor, le fisc, les caisses d’épargne),

  • l’élaboration de plans directeurs d’archives pour les entreprises métallurgiques, petites ou grandes (il faut donner des conseils précis pour éviter des triages excessifs et des destructions sauvages, et pour conserver « le bon papier »),

  • la conservation des archives de laboratoires et des archives proprement scientifiques (là encore il faut donner des conseils),

  • la protection des archives audiovisuelles,

  • l’application de « principes de précaution » en cas 1) de fusions d’entreprises 2) de fermetures d’usines ou de sites métallurgiques (il faut déterminer les procédures permettant de sauvegarder les intérêts de l’histoire).

21En troisième lieu, on doit élaborer des outils de travail :

  • guides du chercheur : 1) avant 1789 2) 1789-1914 3) 1914-2000, avec des états de sources, des notes de méthode (comment étudier une entreprise ? une forge ancienne ? comment faire l’histoire d’une innovation ? comment analyser une comptabilité de forge ?),

  • recensement des fonds intéressant la métallurgie dans les archives publiques (Archives nationales, Archives départementales dans les séries C, E, F, J, Q, archives communales, archives militaires : archives de la Marine, archives de l’artillerie, archives de la DGA), les archives d’entreprises vivantes, les archives privées,

    • 30 Songeons au fond Arnoul de la Bibliothèque nationale, et aux manuscrits d’Hellot à Caen.

    recensement des manuscrits concernant la métallurgie dans les bibliothèques parisiennes ou provinciales30,

    • 31 Nous n’avons qu’un inventaire sur fiches qui est très insuffisant pour des recherches approfondies  (...)

    inventaire détaillé des mémoires et journaux de voyage des élèves ingénieurs des mines de la bibliothèque de l’École des mines31 (peut-être faudrait-il envisager un microfilmage, ce qui permettrait une exploitation par les historiens locaux),

  • recueils de documents sur la vie ouvrière, ce qui donnerait une initiation à la recherche en ce domaine, la plus difficile peut-être,

  • réédition de textes classiques sur les techniques de la métallurgie (par exemple Monge, Dufaud, Hassenfratz) ou d’études anciennes (comme celles de l’ingénieur général Conturie sur les manufactures d’armes de la Marine),

  • publication d’un Dictionnaire des métallurgistes, et même d’un Dictionnaire d’histoire de la métallurgie (sur le modèle du Dictionnaire d’histoire de l’électricité) : ce serait un outil de travail important pour le chercheur isolé.

22En quatrième lieu, il faut développer les aides à la recherche :

    • 32 Même si cette bibliographie ne comportait que 30 pages (avec des notices de 20 ou 30 lignes), elle (...)

    pour mieux faire circuler l’information entre les chercheurs, on devrait publier une Bibliographie annuelle d’histoire de la métallurgie (la Bibliographie de l’histoire de France ne donne que les titres des livres et articles, il faudrait ici des notices ou abstracts)32,

    • 33 Sur le modèle d’Études et documents du Comité pour l’histoire économique et financière.

    il serait nécessaire, pour encourager les chercheurs (et élargir le vivier aux ingénieurs), d’avoir un Bulletin d’histoire de la métallurgie (annuel) comprenant études, souvenirs, états des sources, notes de méthode et documents33,

  • il faudrait entreprendre une réflexion sur l’élaboration de banques de données, soit par province, soit à l’échelle nationale,

    • 34 La technique du colloque annuel a de grands avantages (on l’a vu pour l’histoire financière de l’An (...)

    un colloque annuel sur 15 ou 20 ans permettrait assurément de renouveler les méthodes de l’histoire de la métallurgie et d’éveiller des vocations de chercheurs, on pourrait prendre des thèmes larges (par exemple : les exportations et importations sidérurgiques, la comptabilité des forges, les rapports entre la France et l’Angleterre de 1700 à 1815, l’innovation et l’invention en métallurgie, banquiers et maîtres de forges, la métallurgie au XVIe siècle, artillerie et métallurgie aux XVIIe et XVIIe siècles, métallurgie et constructions navales, la politique sociale de la métallurgie, etc.)34,

    • 35 C’est souvent un étonnant gaspillage d’énergie, par exemple pour les thèses de l’École des Chartes.

    on devrait aussi envisager la publication de travaux de mémoires ou de thèses demeurés inédits, et qui souvent représentent un effort de recherche méritoire35.

  • 36 Le Comité d’histoire de la Sécurité sociale a des comités régionaux.
  • 37 Le Comité pourrait recenser, avec les organisations professionnelles, et en liaison éventuellement (...)

23En cinquième lieu, nous estimons que la création d’un Comité d’histoire de la métallurgie – avec des Comités régionaux36 – réunissant ingénieurs, administrateurs, historiens, archivistes et représentants des grandes entreprises, permettrait le pilotage de ces opérations, l’allocation des moyens nécessaires et le contrôle des résultats ; ce Comité aurait aussi pour mission de surveiller – en liaison avec les organisations professionnelles, notamment l’UMIM et la Chambre syndicale-la destruction probable des archives d’entreprises dans les 10 ou 20 prochaines années et de suggérer à l’Etat de prendre les mesures de sauvegarde nécessaires37.

Conclusion

24Nous avons rêvé sur 2050 – et ce n’est qu’une rêverie. Mais les rêveries sur le long terme, si fragiles in principio soient-elles, nous permettent de mieux voir notre futur proche. Quelles leçons peut-on tirer de ces observations ?

25Première leçon : nous sommes pessimiste ; cette rêverie est chose nécessaire, mais à la vérité, compte tenu de la frilosité universitaire, et des mentalités propres à ce secteur, il y a peu de chances que ces « programmes » puissent être réalisés ; mais au moins l’historien de 2050 verra que nous avons bien perçu les problèmes, qu’on avait conscience en 2000 des choses importantes, qu’on voyait bien où il fallait aller.

  • 38 Les étudiants se détournent d’une discipline difficile quand ils ne voient pas de projets ambitieux (...)

26Deuxième leçon : cette rêverie rend évident le manque de projets aujourd’hui en histoire de la métallurgie et par myopie, manque d’imagination, cette discipline risque fort de décliner d’ici 2010-201538 (on voit bien le déclin de l’histoire métallurgique dans certaines régions). Une réflexion sur cette régression plus ou moins probable serait nécessaire.

27Troisième leçon : réfléchir sur 2050 permet d’élaborer des plans glissants à 10 ans (2010, 2020), qui permettent de distinguer le souhaitable, le possible, le probable. Faire une bonne prospective est un exercice de scepticisme, on voit tout ce qui ne fonctionne pas, on saisit les freins, les frottements, les réticences, on pressent ce qui relève de la paresse (ou de la médiocrité). Mais si les réticences sont trop fortes à l’échelle nationale, à l’échelle d’une petite région on peut chercher à réagir : c’est un scepticisme actif, qui doit s’appuyer sur les ingénieurs qui ont pour eux l’expérience, le savoir technique et chercher à développer avec eux une histoire technique de la métallurgie.

Notes

1 On ne peut tout dire quand on décrit le système de production d’une telle « discipline » : il y a des secteurs qui marchent bien, d’autres qui « régressent ». Notre premier travail d’histoire de la métallurgie remonte à 1952 et nous avons été témoin de bien des mutations.

2 Sur la manière de raisonner sur 2050, cf. supra, p. 1. Nous n’évoquons pas ici les mutations du monde universitaire d’ici 2050 (les universités sont déjà pratiquement autonomes, elles chercheront de plus en plus à avoir des ressources propres, à passer des contrats de recherches avec les régions : peut-être la sauvegarde de la « mémoire métallurgique » pourra-t-elle trouver place dans ces programmes – par exemple à Lyon, Saint-Etienne, Grenoble, Rennes, Metz...– mais nous en doutons, car la régression « probable » de la grosse métallurgie peut avoir un effet négatif).

3 Par exemple pour répondre à la demande d’histoire européenne, il faudrait s’intéresser aux importations en France d’ouvriers spécialisés (ou d’ingénieurs) anglais et allemands, du XVIe au XIXe siècle : or c’est une histoire malaisée à faire, les méthodes ne sont pas définies.

4 On a laissé disparaître la génération née en 1900-1910 qui touchait presque à la métallurgie du XIXe siècle.

5 On le voit bien pour l’année 1997 (p. 330-333, n° 6009 à 6066). Un dépouillement sur dix ans serait bien intéressant.

6 11 y avait bien un Comité d’histoire du ministère de l’industrie, créé en 1988, mais il disparut deux ans après, au profit d’un Institut d’histoire des entreprises : ce serait une chronique curieuse à raconter.

7 Le seul secteur qui ait été développé systématiquement est l’histoire des Schneider... On voit bien la tendance à ne voir l’histoire de la métallurgie qu’à travers les Wendel et les Schneider dans L. de Warren, Les fils de Vulcain, la saga des maîtres de forges (1999).

8 Jean Vial, Bertrand Gille se sont détournés de l’histoire de la métallurgie après 1968, Denis Woronoff s’est consacré, après 1984, à l’histoire économique du XVIIIe siècle. Faut-il rappeler qu’un Henri Bourgin – un durkheimien capable, qui annonçait de grands travaux -s’est détourné, lui aussi, de l’histoire de la métallurgie après 1919 ? C’est une « discipline » qui n’a pas eu de chance.

9 Sur l’évolution probable de cette ingénierie, infra, p. 161.

10 Marteau-Pilon (créé en 1989) n’est consacré qu’à l’histoire de la métallurgie nivernaise (cette revue pourrait servir d’exemple à d’autres régions).

11 Le poids d’une histoire économique déterministe, presque « mécanique », très attachée aux prix et aux statistiques, sous l’influence de Labrousse, a été souvent fâcheux, elle a trop délaissé l’histoire de la vie des entreprises, du quotidien des ouvriers, elle a ignoré le rôle des personnalités. Sur le probabilisme en histoire de la métallurgie, cf. notre esquisse, Marteau-Pilon, t. XII, 2000, p. 79-84.

12 Sur ces problèmes de formation, infra, p. 251.

13 Sur cette technique, cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 347- 351.

14 Cf. ibidem, p. 104-105, 363.

15 Cf. infra, p. 118.

16 Le taux de mortalité des petites et grandes entreprises est très élevé : pour un département métallurgique comme la Nièvre, il n’existe pratiquement plus d’archives d’entreprises pour les années 1900-1980, hors celles d’Imphy et encore elles semblent en fort médiocre état. Une entreprise comme l’ACMA qui a fabriqué en 1957-1960 les petites voitures Vespa, et qui dépendait de la société italienne Piaggio, n’a laissé aucune trace dans les archives locales...

17 Nous avons recueilli des témoignages d’ingénieurs sur les destructions massives d’archives à la fermeture du Creusot.

18 L’absence de réflexion théorique sur l’histoire de la métallurgie est chose étonnante : certains historiens ne veulent faire que de l’archéologie industrielle (ou même de l’archéologie chimique), d’autres continuent à faire de l’histoire sur le modèle « labroussien ». Nous ne connaissons pas de réflexion sur le rôle des personnalités créatrices dans la métallurgie : ce qui est dommage.

19 L’isolement du chercheur en province-et notamment de l’ingénieur retraité qui veut faire de l’histoire de la métallurgie – est fâcheux, il n’a pas les outils de travail nécessaires.

20 Le texte de Bergson (La pensée et le mouvant) est cité par François Monnier, « Penser à l’historien de demain », Revue administrative, 1999, p. 563-564.

21 Cf. « Le probabilisme en histoire de la métallurgie », Marteau-Pilon, t. XII, 2000, p. 79- 84, G. Thuillier, « Le probabilisme », L’histoire entre le reve et la raison, 1998, p. 359-368 ; « Le scepticisme en histoire économique », Revue administrative, 1999, p. 647-652. Rappelons qu’une thèse récente, de L. Quennouëlle sur la direction du Trésor de 1945 à 1967 (janvier 2000, EHESS), a montré tout l’intérêt d’une histoire « probabiliste » en histoire économique.

22 On s’intéresse par exemple à la circulation de l’information (c’est-à-dire à la rétention des informations) dans les directions d’entreprises et dans les usines, au rôle des comptables (et à la comptabilité analytique), aux décisions prises « en accord avec l’Etat », etc.

23 Tout dépendra du « patron » de cette histoire en 2050 – il n’est probablement pas encore né.

24 Il nous manque une note de méthode : « Comment étudier une innovation ? » (cf. notre esquisse, avec J.P. Gauthron, « À propos des innovations techniques dans la métallurgie nivernaise », Marteau-Pilon, t. VII, 1995, p. 25-29).

25 Songeons au décalage considérable des hypothèses de travail entre 1950 – où l’on vivait sur des schémas d’histoire résumée, aseptisée, lissée, desséchée, ignorant la vie de l’entreprise – et 2000 : or nous avons commencé en 1950 nos recherches d’histoire de la métallurgie, et nous avons été témoin des infléchissements, et des résistances.

26 Sur la théorie des histoires à naître, cf. infra, p. 217.

27 Il y a un précédent : l’histoire de l’industrie textile qui est aujourd’hui moins « fréquentée » qu’en 1950-1960... Et on doit rappeler que les grandes entreprises métallurgiques ont financé fort peu de travaux depuis 1975...

28 On remarquera l’abandon de l’histoire de la métallurgie pour les années 1815-1914 : on n’a pas encore une bonne histoire de l’acier Thomas, on attend un travail d’ensemble sur l’acier Martin, nous ne possédons pas d’étude sur le développement de la chimie métallurgique. Un tableau des lacunes de la recherche serait bien nécessaire.

29 L’historien qui n’a pas l’expérience de la vie est souvent désorienté par cette histoire complexe, qui touche à de multiples domaines, et qu’il faut sans cesse compliquer (pour un arbre de la demande en histoire de la métallurgie, cf. « Comment développer les recherches en histoire de la métallurgie ? », Marteau-Pilon, t. III, 1991, p. 25-29).

30 Songeons au fond Arnoul de la Bibliothèque nationale, et aux manuscrits d’Hellot à Caen.

31 Nous n’avons qu’un inventaire sur fiches qui est très insuffisant pour des recherches approfondies : l’inventaire détaillé devrait être publié, car il concerne avant tout l’histoire locale de la métallurgie (et des mines). Nous avions signalé l’intérêt de ce fonds en 1962 dans les Annales (« Les voyages métallurgiques des élèves-ingénieurs des mines », p. 302-307), mais il est demeuré trop peu exploité.

32 Même si cette bibliographie ne comportait que 30 pages (avec des notices de 20 ou 30 lignes), elle rendrait les plus grands services et elle pourrait être utile aux historiens européens, qui sont mal informés des publications françaises, qui ne sont centralisées nulle part (hors la Bibliothèque nationale).

33 Sur le modèle d’Études et documents du Comité pour l’histoire économique et financière.

34 La technique du colloque annuel a de grands avantages (on l’a vu pour l’histoire financière de l’Ancien Régime) et ces colloques peuvent être organisés sans grands frais en partenariat avec d’autres Comités (Comité d’histoire de l’armement, Comité pour l’histoire économique et financière, Comité d’histoire de la Sécurité sociale, etc.).

35 C’est souvent un étonnant gaspillage d’énergie, par exemple pour les thèses de l’École des Chartes.

36 Le Comité d’histoire de la Sécurité sociale a des comités régionaux.

37 Le Comité pourrait recenser, avec les organisations professionnelles, et en liaison éventuellement avec les directions régionales du Ministère de l’Industrie, les gîtes importants d’archives ; un fichier national, un plan de protection pourrait être établi.

38 Les étudiants se détournent d’une discipline difficile quand ils ne voient pas de projets ambitieux, de patrons prestigieux.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search