Version classiqueVersion mobile

L’histoire en 2050

 | 
Thuillier Guy

Chapitre V. L’histoire de la protection sociale

Texte intégral

  • 1 Nous avons déjà tenté une « prospective de l’histoire de la protection sociale » pour 1996 (...)
  • 2 Sur l’historien de 2050, cf. « Que sera l’historien de 2050 ? », Pour une histoire de la b (...)
  • 3 Nous laissons de côté tout débat sur les doctrines et les théories de l’histoire sociale : (...)

1Que sera l’historien de la protection sociale en 2050 ? Quels seront ses soucis, son métier, sa façon de raisonner ? La prospective de l’histoire de la protection sociale à 50 ans est nécessairement très floue1, on peut commettre des erreurs, ce n’est, au mieux, qu’une reverie2. Mais il est tentant de chercher à dépasser l’instant présent, à déplacer les bornes, à comprendre ce qui peut advenir, à saisir les décalages possibles (faut-il rappeler que l’histoire de la protection sociale en 2050 aura peu à voir avec celle qui était faite en 1950 ?). On doit avoir une vision mobile des choses : et même si l’exercice est arbitraire, imprudent, une « prospective 2050 » peut conduire à voir mieux ce qu’il faudrait faire dans les prochaines années3. Nous croyons utile de tenter d’analyser les changements probables du système historique, les mutations des centres d’intérêt et les différences probables dans l’exercice du métier.

1. CHANGEMENTS PROBABLES

  • 4 A dire vrai, elle n’était pas en très bon état, le jeune historien était désorienté, il n’ (...)

2Comment imaginer les changements probables du système historique d’ici 2050 ? C’est assurément impossible – mais on peut esquisser quelques évolutions « en pointillé » : le paysage historique changera notablement (qu’on songe à l’histoire sociale en 1950 et à l’écart avec les pratiques actuelles)4, ce qui aura des conséquences sur les conduites, les attitudes, la vision de l’historien. Quelles mutations faut-il envisager ? L’exercice est nécessairement très incertain, car il est impossible de voir au-delà de 2020.

  • 5 On pourra sans doute les interroger simultanément.
  • 6 Par exemple en matière de télétransmission de documents.

3Première mutation : le mode de travail. On ne connaît pas les possibilités technologiques de 2050 : il est « probable » que l’historien social aura à sa disposition des banques de données bibliographiques (mais aussi des banques de données de manuscrits, d’archives)5 ainsi que des banques d’images, permettant d’accéder aux textes, qui pourront être spécialisées (on peut imaginer une banque d’images sur le mendiant et la mendicité, une autre sur l’handicapé mental) et qui faciliteront singulièrement le travail. Mais il y aura sans doute d’autres possibilités dont nous n’avons encore aucune idée6.

  • 7 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 15-21, 71-88.

4Deuxième mutation : les techniques d’ingénierie historique7. Elles seront probablement appliquées systématiquement :

  • pour l’organisation de la recherche (il y aura sans doute pour la protection sociale plusieurs Comités d’histoire spécialisés, ainsi que des Comités régionaux) ;
  • pour les outils de travail : chaque histoire à naître aura son guide de recherche, sa banque bibliographique, sa banque d’images, ses séminaires de formation de chercheurs « non professionnels », son réseau régional et son réseau européen de « correspondants » ou « associés » ;
  • pour les techniques de reproduction, qui doivent permettre I. d’accélérer la circulation de l’information, 2. de constituer des collections de textes de base (les grands textes d’histoire sociale par exemple, avec la réédition de Gérando, de Le Play ou de Watteville), 3. de publier des recueils de documents, ce qui, au démarrage d’histoires à naître, peut être important, 4. de diffuser des travaux, avec plusieurs versions d’un même produit (le travail savant, la version « grand public », la version « européenne », adaptée aux nécessités de l’histoire européenne, la note de méthode pour les successeurs, le journal de recherche si le chercheur en a tenu un, etc.).
  • 8 Cf. la circulaire des Archives Nationales et du Ministère de l’Emploi en date du 2 avril 1 (...)

5Troisième mutation : les techniques d’archivage : c’est là un problème essentiel en histoire sociale, car la collecte des bonnes archives posera de multiples problèmes, qu’il s’agisse des institutions de sécurité sociale, de l’action sociale, des hôpitaux : quels seront les bons papiers qu’il faudra conserver pour ménager les intérêts de l’historien de 2050, qui, pour une part, ne nous sont pas connus ? Quelles seront les conséquences de l’informatisation, et notamment de l’obsolescence rapide des matériels, qui rendra impossible la « consultation » des archives informatiques ? Il est possible qu’il y ait une forte régression pour les archives 1980-2050, faute de « plans directeurs », d’investissements intellectuels, de moyens matériels. Les besoins de l’historien de 2050 seront probablement mal satisfaits notamment au niveau local (avec les regroupements probables d’institutions) si des mesures conservatoires ne sont pas prises (les formules du triage ne sont pas sans danger au niveau local, par exemple pour les dossiers personnels du RM18 : si l’on veut faire l’histoire de la souffrance, l’histoire du malheur à la fin du XXe siècle, il faut avoir, pour une ville, l’ensemble des dossiers personnels, avec leurs « récits de vie », sinon on risque de commettre de graves erreurs d’interprétation...).

  • 9 Cf. « Que sera l’historien de 2050 ? », Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité (...)

6Quatrième mutation : le monde universitaire ; on ne sait trop les changements qui risquent d’intervenir9 : 1) Ira-t-on vers un modèle anglo-saxon d’autonomie, ce qui menace fort d’altérer l’indépendance de l’enseignant (on a le précédent américain) ? 2) Quelle sera l’importance du « politiquement correct » en ce domaine de l’histoire sociale ? Y aura-t-il des tentatives de censure, ou de « manipulation » ? 3) Quelle sera l’influence de l’histoire sociale anglo-saxonne et allemande, encore fortement imprégnée de marxisme ? Personne ne peut dire quel sera le statut réel de l’historien de 2050, son degré de liberté, son autonomie réelle (les pressions du groupe ont toujours été fortes en histoire sociale) – et il est possible qu’il y ait une « régression » de l’histoire sociale.

  • 10 C’est une hypothèse pour les années 2020-2030 qui risque de provoquer des catastrophes arc (...)

7Cinquième mutation : les institutions sociales et médico-sociales. On ne peut – à l’évidence – savoir ce que sera le paysage social : comment se développeront les institutions sociales européennes, dont les règles risquent d’être prééminentes ? Comment le pouvoir régional va-t-il accroître son rôle en matière sociale ? Y aura-t-il disparition des départements ?10 Comment les administrations centrales supporteront-elles le choc européen ? L’État national risquera fort de s’affaiblir, et les mécanismes de centralisation, de « programmation », des années 1945- 1990 s’effriteront probablement : ce qui aura peut-être des conséquences sur la recherche historique (ici et là on voudra de l’histoire partiale, non érudite, pour justifier telle ou telle thèse).

IL CONSÉQUENCES

811 faut avoir conscience des conséquences possibles pour l’historien.

  • 11 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 18-19, 89-101.

9Première conséquence : l’historien de 2050 devra avoir une bonne connaissance des techniques d’ingénierie (et des techniques de communication)11 ; il faudra qu’il sache bâtir des programmes, défendre son budget, discuter avec les bailleurs de fonds, contrôler la progression d’une recherche ; il devra notamment :

  • s’intéresser aux problèmes d’amont (création des archives nouvelles : archives orales, récits de vie12 ; règles de collecte des archives des institutions sociales ; sauvegarde des archives privées) ;
  • être expert dans les problèmes d’aval (organisation d’un colloque, organisation des rapports intra-européens, négociations avec les administrations sociales).
  • 13 Cf. « Entreprendre », Etudes et documents, t. XI, 1999.
  • 14 Sur l’importance de cet enseignement, cf. L’histoire entre le reve et la raison, 1998, p.  (...)

10C’est vers une conception entrepreneuriale que doit s’orienter l’historien13 : ce qui l’oblige à avoir des alliés, des soutiens dans les administrations, à posséder une certaine inventivité, une capacité de création (par exemple pour aider à naître une « nouvelle histoire » ou pour organiser une formation « post-universitaire »)14.

11Deuxième conséquence : l’historien de 2050 devrait avoir aussi d’autres atouts :

12Premièrement : une expérience du social, une pratique sociale ; l’historien de métier devrait, avant de commencer sa thèse, faire un stage dans une administration sociale, locale ou nationale, ou dans un hôpital, de façon à bien saisir le mode de raisonnement, les « pratiques coutumières » du secteur auquel il va s’attacher ; ces stages de formation ou d’initiation au social semblent une nécessité.

  • 15 Ce peut être un stage de trois ou quatre mois.

13Deuxièmement : une expérience de l’histoire européenne ; l’historien doit avoir fait un séjour à l’étranger, en Allemagne, en Italie ou en Angleterre, pour étudier un problème social du XIXe ou du XXe siècle d’après les archives15 : ce stage est indispensable pour relativiser sa vision de l’histoire sociale, et saisir d’autres manières de connaître.

  • 16 Sur le rôle de l’historien « non professionnel »– trop souvent sous-estimé par l’historien (...)
  • 17 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie, ouv. cité, p. 355-359.
  • 18 Et notamment d’avoir des travaux d’histoire faits par des médecins, ce qui est essentiel p (...)
  • 19 Par exemple quand on veut faire des histoires très techniques (telle l’histoire de l’infor (...)

14Troisième conséquence : une part plus grande de l’histoire de la protection sociale relèvera des historiens non professionnels, administrateurs, cadres, médecins, assistantes sociales, syndicalistes, ayant une pratique sociale, un savoir technique irremplaçables16 (ils savent mieux lire les documents que les étudiants, qui n’ont pas l’expérience de la vie). Par suite il faut les former aux méthodes historiques, dans des séminaires d’initiation17 (et les reprendre ensuite dans un séminaire de perfectionnement, quand ils commencent leurs travaux). C’est le meilleur moyen d’élargir le vivier de chercheurs, d’avoir des travaux tenant compte de la pratique sociale18 et de suivre et conseiller les chercheurs non professionnels dans leurs travaux. C’est là un créneau qui réserve des possibilités considérables, car quand on veut traiter un sujet tout neuf, on peut ouvrir une formation adaptée aux besoins des historiens non professionnels en tenant compte de leur savoir et de leurs habitudes de pensée19.

15Cette mutation prévisible a des conséquences très nettes en matière de formation : peut-être est-il nécessaire de songer dès maintenant à organiser ces diverses formes d’enseignement qui permettent d’optimiser le produit :

  1. enseignement de l’ingénierie historique ;
  2. enseignement des techniques de communication en histoire ;
  3. formation aux archives orales et à leur utilisation20 ;
  4. stages d’initiation à l’intérieur des services sociaux ou d’administration sociale ;
  5. stages à l’étranger (avec rédaction d’un mémoire) ;
  6. séminaires d’initiation des historiens non-professionnels aux méthodes d’histoire (en dehors de toute préoccupation de diplôme ou de grade) ;
  7. séminaires de formation adaptés à l’exploration d’un thème (par exemple, les débuts de l’informatique de la sécurité sociale ou les décisions et les pratiques en matière de lutte contre la toxicomanie de 1969 à 1993) ;
  8. séminaires d’initiation à l’histoire européenne et à ses méthodes, car on doit songer, nous le verrons, aux exigences de cette histoire européenne.

16On obtiendrait ainsi une véritable initiation au métier d’historien social : or le chercheur de métier formé en 2010 sera encore actif en 2050 – ce qui devrait inciter à ouvrir de telles formations très tôt.

III. LES DÉPLACEMENTS DES CENTRES D’INTÉRÊT

  • 21 La pensée et le mouvant, p. 16.

17On doit s’interroger sur les centres d’intérêt de l’historien en 2050. Bergson avait bien vu la difficulté : « Quand cet historien considérera notre présent à nous, il y cherchera souvent l’explication de son présent à lui, et plus particulièrement de ce que son présent contiendra de nouveauté. Cette nouveauté, nous ne pouvons en avoir aucune idée aujourd’hui, si ce doit etre une création »21 : ce qui intéressera l’historien de 2050 est de l’ordre de l’inconnaissable.

18On peut chercher cependant à saisir ce qui pourra l’ intéresser : mais nos incertitudes sont grandes.

  • 22 Si l’on fait une histoire des retraites à l’échelle européenne – ce qui ne saurait tarder  (...)
  • 23 Nous ne savons trop comment se développera cette histoire, compte tenu des divergences dan (...)

19Première incertitude : l’historien de 2050 subira sans doute une forte pression européenne ; on cherchera ici et là à bâtir une histoire européenne avec des « modèles », des méthodes, des confrontations de « points de vue nationaux », ce qui entraîne des risques 1) de querelles (les objectifs et les méthodes de l’histoire sociale sont différents d’un pays à l’autre), 2) de nivellement (on cherchera à faire une histoire lisse, à gommer les différences nationales), 3) d’abaissement du niveau d’érudition (c’est le risque que présente toute histoire « de synthèse », si l’on ne prend pas des précautions, si les travaux ne sont pas menés sérieusement dans les différents pays, avec des méthodes analogues...)22. Mais personne ne sait ce que seront les identités nationales en 2050. On peut supposer que cette histoire sociale européenne disposera de moyens importants, de crédits de recherche, de bourses d’étude, peut-être même de personnels, d’institutions de formation23, car les enjeux politiques et idéologiques sont considérables (on voit bien ce que pourrait être par exemple, une histoire européenne des retraites ou une histoire des handicapés mentaux).

  • 24 Y aura-t-il encore des départements ? Que deviendront les dépôts départementaux d’archives (...)

20Deuxième incertitude : personne ne sait ce que sera l’histoire régionale en 2050. Or les régions auront probablement une plus grande autonomie, une autorité nouvelle24, elles chercheront à conforter leur légitimité en bâtissant des systèmes de recherche historique plus ou moins perfectionnés, en accordant les crédits nécessaires ; peut-être y aura-t-il des Comités pour le développement de l’histoire de telle ou telle région, appliquant des méthodes d’ingénierie, disposant de chercheurs, de bourses doctorales, peut-être constituera-t-on, à l’échelle régionale, des archives orales pour retracer le jeu des acteurs (pour les années 1970-2030). Pour l’histoire de la protection sociale, cette dimension régionale est importante – surtout si les acteurs sociaux à l’échelle régionale veulent entreprendre leur histoire.

21Troisième incertitude : personne ne sait quel sera le système social – et médico-social – qui sera en place en 2050, quelle sera l’Europe sociale dans laquelle vivra l’historien. Or il est évident que ses centres d’intérêt seront liés aux situations concrètes qu’il verra sous ses yeux, et dont nous n’avons qu’une très vague idée (la « prévision sociale » ne peut guère dépasser 2020, sauf en matière démographique), par exemple :

  • systèmes de sécurité sociale et d’aide sociale unifiés ;
  • pratiques sociales modifiées, ou ajustées, par exemple en fonction de la chute démographique, de l’allongement de la vie humaine, et de l’accroissement du nombre des retraités (et du « cinquième âge »)25 ;
  • tensions sociales, déchirures du tissu social ;
  • risques de santé inédits (analogues à ceux du Sida) ;
  • immigration risquant de renforcer la précarité26 ;
  • mutations probables des œuvres charitables27.
  • 28 De la même façon que l’on est tenté aujourd’hui de faire l’histoire de la mendicité, parce (...)

22À 50 ans, aucune prospective sérieuse n’est possible (d’autant que la « politique sociale » risque fort d’être élaborée à Bruxelles pour une part importante). Mais on ne peut sous-estimer le poids de l’actuel – et celui des années 2020-2050 – dans les préoccupations de l’historien social de 205028.

23Mais ces facteurs d’incertitude sont encore aggravés par d’autres mutations éventuelles.

24Première mutation : les curiosités de l’historien peuvent être influencées par des mutations propres à d’autres disciplines historiques (par exemple histoire de la bureaucratie, histoire médicale, histoire économique) et surtout par des mutations d’autres disciplines (psychologie sociale, sociologie, science administrative, analyses politiques du fait social, psychiatrie sociale) : on ne sait quelles peuvent être les retombées...

  • 29 Dont l’initiative revient à Florence Descamps.
  • 30 Cf. « Archives orales et science administrative » (infra, p. 279).
  • 31 On n’a pas encore tiré de cet outil tout ce qu’il serait possible (cf. Pour une histoire d (...)

25Deuxième mutation : de nouvelles techniques historiques peuvent apparaître. On sait combien les archives orales et la collecte de récits de vie29 ont – depuis quelques années – changé la vision de l’historien de la bureaucratie, devenue plus flexible, plus attentive à la psychologie du fonctionnaire30 (une thèse d’histoire administrative peut se faire avec des archives, mais aussi avec des archives orales) : les archives orales joueront nécessairement un rôle important dans l’histoire de la protection sociale31. Or nous ne savons quelles techniques nouvelles pourront apparaître d’ici 2050.

26Troisième mutation : on ne connaît pas les histoires à naître d’ici 2050 (on a seulement quelques pressentiments) : pour l’histoire de la protection sociale, on devine – en prolongeant les tendances actuelles – ce que pourraient donner des histoires à peine explorées (le mendiant, l’exclus, la femme de journalier agricole, la domestique, la pensionnaire d’hospice, la prostituée...), ou des histoires « transversales » qui touchent au lien social, et qui sont encore à explorer, par exemple :

  • l’histoire de l’innovation sociale (et de l’ingénierie sociale),
  • l’histoire des pratiques sociales,
  • l’histoire de l’imaginaire social (la peur, l’envie),
  • l’histoire de la souffrance sociale,
  • l’histoire de l’information sociale,
  • l’histoire des experts sociaux,
  • l’histoire des erreurs sociales,
  • l’histoire de l’immobilisme social...

27Quatrième mutation : on ne sait trop ce que pourra être le jeune historien de 2040 (ou de 2050), sa formation, sa capacité de création. Il suffit qu’un jeune historien en 2030 ou 2040 vienne poser de bonnes questions, ou de nouvelles questions – en fonction de ce qui se passe en 2030 ou 2040 – pour que les règles du jeu soient changées, que des nouvelles modes, des méthodes neuves apparaissent : or il n’est pas encore né.

  • 32 Sur l’histoire des contre-pouvoirs, cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité (...)
  • 33 L’histoire des cabinets ministériels dans les ministères sociaux ne pourra pas être faite, (...)

28On voit qu’il est très difficile de saisir les centres d’intérêt des historiens de 2050 : il est probable, par exemple, que les historiens non professionnels (médecins, administrateurs) auront un rôle important à jouer grâce à leur expérience, leur savoir pratique, dans les « histoires à naître », car ils peuvent chercher à saisir ce qui – à leurs yeux, après des années d’expérience – paraît « le plus important » (par exemple les coutumes, l’esprit de corps, les contre-pouvoirs32, les réseaux...)33. Il faut s’attendre à une multiplicité de nouvelles histoires dont nous n’avons pas nécessairement les clefs.

IV. LES MUTATIONS DU MÉTIER

29Comment saisir les mutations possibles du métier ? On a peut-être aujourd’hui une conception quelque peu restrictive du métier d’historien, il y a des chercheurs, des universitaires, des archivistes, des bibliothécaires, mais aussi des historiens non-professionnels, qui jouent un grand rôle, si on lit bien la Bibliographie annuelle de l’histoire de France, et qui souvent ont une connaissance pratique des choses sociales. On doit noter deux mutations :

  • l’apparition de nouveaux métiers : par exemple archivistes oraux, secrétaires scientifiques de comités d’histoire ;
  • la création de postes de chercheurs, rattachés aux Comités, pour réaliser des monographies, des outils de travail, des bibliographies, des guides de recherche (peut-être trouvera-t-on bientôt de tels chercheurs dans les régions).

30Ces changements devraient s’accélérer dans les prochaines années, les méthodes d’ingénierie historique y poussent dans la mesure où l’on définit des objectifs et l’on adapte des moyens.

31Mais il est d’autres changements dont nous n’avons qu’une idée très incertaine.

  • 34 Le vrai problème est : comment former un patron ? (cf. « Être patron », article à paraître (...)

32Première mutation : le paysage historique doit changer « probablement » ; actuellement il n’y a pas de « patron » en histoire sociale (personne n’a pris le relais de Labrousse), on trouve une histoire très « éclatée », parcellaire : peut-être en 2050 trouvera-t-on un patron en « histoire sociale » ? Les patrons sont indispensables au développement à une discipline, quelle qu’elle soit34.

  • 35 Sur le probabilisme en histoire, cf. L’histoire entre le reve et la raison, 1998, p. 359-3 (...)

33Deuxième mutation : on ira sans doute vers une histoire moins certaine, plus « probabiliste »35 ; personne n’est assuré de sa méthode, on ne travaille que sur du « probable », on ne peut tenter que des « explorations », il est impossible de raisonner en termes de causes et de conséquences (les critiques de Paul Veyne contre l’histoire déterministe sont très pertinentes) ; aucune « vérité » n’est accessible.

  • 36 Rappelons les protestations d’un Alain Corbin : « L’histoire n ’a ni cours ni sens », « Je (...)

34Troisième mutation : l’historien aura sans doute une conception plus flexible de l’histoire, on prendra conscience de l’inachèvement, du mouvant, du provisoire, on n’en finit jamais d’affouiller, de questionner ; on s’éloignera de plus en plus des conceptions scientistes des années 1900-193036.

  • 37 Alain Corbin en a donné un bel exemple en étudiant un homme « sans histoire ».
  • 38 Cf. « L’histoire impossible » et « L’histoire marginale », dans L’histoire entre le reve e (...)
  • 39 Il sera intéressant d’étudier l’accueil qui a été fait à son livre, qui montre, semble-t-i (...)
  • 40 Rappelons le rôle de Michelle Perrot, d’Yvonne Kniebiehler (dont le livre Nous, les assist (...)

35Quatrième mutation : on aura peut-être une conception plus sensible de l’histoire sociale, plus « impressionniste », presque « romantique »37, on s’intéressera au particulier, à l’obscur, à l’insaisissable, au souterrain, au clandestin38 : l’histoire sociale – Alain Corbin l’a montré récemment39 – réserve beaucoup de surprises, si l’on cherche à sortir des schémas traditionnels et des idées « déterministes », si l’on tente de saisir ce qui est par-dessous, par derrière. L’historien laissera une place plus grande au jeu de sa sensibilité – et peut-être le poids des historiennes dans cette histoire sera-t-il plus considérable40.

  • 41 4L Sur la capacité de « créer » de l’historien, cf. Pour une histoire de la bureaucratie, (...)
  • 42 Sur la nécessité de compliquer en histoire sociale, cf. Bulletin d’histoire de la sécurité (...)
  • 43 Les jeunes historiens – et les jeunes historiennes – ont peut-être une autre conception, p (...)

36Cinquième mutation : les qualités d’intuition, d’invention, de création41 de l’historien social paraîtront prioritaires sur les qualités de raisonnement ou de doctrine : on cherchera à innover, à compliquer42, on s’éloignera d’une histoire trop lisse, trop résumée, trop mécanique43.

  • 44 Tout comme faire cette histoire sans consulter les administrateurs qui ont eu à gérer ces (...)

37Sixième mutation : l’historien qui n’a pas la pratique des choses sociales devra prendre appui sur un praticien, un homme de terrain, un « expert » du social : car il est trop dangereux d’écrire sur de tels sujets sensibles sans demander conseil à ceux qui ont une « expérience » sociale, à des médecins, à des assistantes sociales, à des administrateurs sociaux ; faire, par exemple, l’histoire de la lutte contre la toxicomanie sans prendre conseil d’un médecin qui a « traité » des drogués, est chose dangereuse44. Ce sera sans doute là une mutation essentielle du métier : il ne s’agit pas seulement d’accumuler des fiches ou des chiffres.

  • 45 Comme en histoire biographique ou en histoire de la spiritualité.

38Septième mutation : l’historien fera peut-être plus attention à son vécu, aux méandres de sa recherche, aux difficultés de ses explorations : il tiendra journal – comme l’ethnographe-, peut-être sera-t-il mu par une forte sympathie, une sorte d’Einfühlung45 : on ne fait pas innocemment l’histoire des filles-mères ou des vagabonds.

  • 46 Faut-il rappeler un point essentiel en doctrine ? Ces évolutions ne sont pas nécessairemen (...)

39On voit l’importance de ces mutations possibles (qui ne sont nullement « certaines ») : d’ici 2050 il peut y avoir beaucoup de changements dans l’histoire de la protection sociale, dont nous n’avons guère idée46, et par suite :

  • il faut faire attention à ces mutations, chercher à en garder les traces – archives des comités, archives des thèses et des historiens47, journaux de recherches, archives des collectes de récits de vie –, et il faut pratiquer au fur et à mesure, tout au long de ces cinquante ans, des archives orales des historiens (ce qui n’est pas encore entrepris) ;
  • on doit s’intéresser à la formation initiale des historiens sociaux, se poser des questions sur ce problème « insoluble » : qu’est-ce que la vocation d’un historien de la protection sociale ?48 Comment peut-on l’aider, l’encourager, le conseiller ? Comment éviter qu’il tombe dans le découragement (ce qui arrive) ? Comment obtenir qu’il construise une œuvre49 ? Or on ne sait pas encore répondre habilement à ces questions : et pourtant l’avenir de cette histoire en dépend.

*
* *

40Quelles leçons peut-on tirer de ces observations nécessairement arbitraires ?

  • 50 L’historien social, plus qu’un autre, doit être conscient de l’obsolescence rapide des tra (...)

41Première leçon : la réflexion sur l’historien social de 2050 permet de relativiser ce qui se passe sous nos yeux : valeur des travaux, choix des sujets, méthodes, tout est incertain, transitoire (que restera-t-il en 2050 des travaux de 2000 ?)50.

42Deuxième leçon : il est impossible d’avoir une idée précise de ce qui se passera en 2050, de ce que percevra, ressentira l’historien de 2050 – les mutations du « métier » sont inconnaissables. Mais on peut chercher à créer une complicité avec lui, à ménager ses intérêts, veiller à lui procurer les archives – orales ou écrites – nécessaires, en définissant une politique active d’archives ; on peut aussi lui montrer nos propres soucis, nos incertitudes, nos inquiétudes.

43Troisième leçon : il faut dès maintenant suivre très attentivement tout ce qui est formation de l’historien social : stages dans les services sociaux, initiation d’administrateurs ou de cadres au métier d’historien, enseignement post-universitaire pour suivre les chercheurs au-delà de la thèse, formation aux techniques d’ingénierie, aux nouveaux métiers. Cet effort de formation permettra d’élargir d’ici 2050 le vivier des chercheurs, c’est une voie capitale pour développer la discipline.

Notes

1 Nous avons déjà tenté une « prospective de l’histoire de la protection sociale » pour 1996-2016, dans la Revue administrative (1996, p. 706), repris dans Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 495-511.

2 Sur l’historien de 2050, cf. « Que sera l’historien de 2050 ? », Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 545-554.

3 Nous laissons de côté tout débat sur les doctrines et les théories de l’histoire sociale : les conflits sont nombreux – la réflexion prospective permet de les dépasser.

4 A dire vrai, elle n’était pas en très bon état, le jeune historien était désorienté, il n’avait guère de « modèles » utiles. Et Jean-Baptiste Duroselle, qui avait fait une grande thèse sur Les débuts du catholicisme social en France (1951), a délaissé l’histoire sociale pour l’histoire diplomatique : ce qui fut très fâcheux, car l’histoire des œuvres sociales, de l’innovation sociale fut totalement abandonnée (songeons que nous n’avons pas encore une grande thèse sur Le Play – et aucun travail sur Cheysson). Il faudra un jour décrire cette histoire sociale des années 1950.

5 On pourra sans doute les interroger simultanément.

6 Par exemple en matière de télétransmission de documents.

7 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 15-21, 71-88.

8 Cf. la circulaire des Archives Nationales et du Ministère de l’Emploi en date du 2 avril 1999 sur la conservation des archives du RMI.

9 Cf. « Que sera l’historien de 2050 ? », Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 547-548.

10 C’est une hypothèse pour les années 2020-2030 qui risque de provoquer des catastrophes archivistiques.

11 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 18-19, 89-101.

12 Sur les archives orales et les récits de vie-qui sont des archives provoquées-, cf. ibidem, p. 103-104, 339-345, 347-351 et infra, p. 133.

13 Cf. « Entreprendre », Etudes et documents, t. XI, 1999.

14 Sur l’importance de cet enseignement, cf. L’histoire entre le reve et la raison, 1998, p. 849-860, et infra, p. 245.

15 Ce peut être un stage de trois ou quatre mois.

16 Sur le rôle de l’historien « non professionnel »– trop souvent sous-estimé par l’historien universitaire et sur lequel nous n’avons pas d’études –, cf. L’histoire entre le reve et la raison, ouv. cité, p. 839 et suiv., 854 et infra, p. 251.

17 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie, ouv. cité, p. 355-359.

18 Et notamment d’avoir des travaux d’histoire faits par des médecins, ce qui est essentiel pour l’histoire de la discipline : or les médecins s’intéressant à l’histoire ne peuvent guère actuellement recevoir de formation adaptée à leurs besoins.

19 Par exemple quand on veut faire des histoires très techniques (telle l’histoire de l’informatique), on peut bâtir des séminaires à thème, mixtes, regroupant universitaires, historiens non professionnels, administrateurs ou médecins en fonction, anciens du service : les anciens mettent leur expérience au service du groupe, ce qui permet de mieux définir les objectifs et de préciser les méthodes. Pour tenter l’histoire d’une pratique sociale, ou d’une innovation sociale, nous croyons que c’est une étape nécessaire.

20 Florence Descamps dirige une telle formation à l’École pratique des Hautes Etudes (cf. Livret-Annuaire, 13, 1997-1998, 1999, p. 163-166).

21 La pensée et le mouvant, p. 16.

22 Si l’on fait une histoire des retraites à l’échelle européenne – ce qui ne saurait tarder –, il faut soigneusement définir les objectifs et les méthodes, préciser le niveau d’érudition : sinon on aura des matériaux disparates, de qualité très inégale (les méthodes de travail des historiens sont variables d’un pays à l’autre).

23 Nous ne savons trop comment se développera cette histoire, compte tenu des divergences dans les approches des historiens. Prenons un exemple : si je fais l’histoire de Yidiotie en France de 1789 à 1950, il faut peut-être que je songe à ce que les chercheurs trouveront dans d’autres pays, que je me pose des questions sur le « hors France » (circulation de l’information médicale, psychiatrique, diffusion des livres, des revues spécialisées, voyages d’information et stages, application des « innovations », etc.). Pour élargir la vision au niveau européen, sous l’angle des méthodes, il faut peut-être organiser une formation (comment peut-on raisonner à l’échelle européenne ? Peut-on définir des objectifs « communs » ?). L’expérience de l’histoire de la bureaucratie européenne rend prudent, il y a beaucoup de divergences, de malentendus.

24 Y aura-t-il encore des départements ? Que deviendront les dépôts départementaux d’archives ? Y aura-t-il des dépôts régionaux d’archives sociales ou médico-sociales ? Et – question qui commence à se poser – que fera-t-on des archives d’hôpitaux ou d’œuvres sociales supprimés ?

25 C’est-à-dire des personnes ayant plus de 85 ans et très souvent dépendantes (cf. « Le risque du cinquième âge », dans J. Bouyssou, Théorie générale du risque, 1997, p. 93-99).

26 On sait qu’il est urgent de faire l’histoire de l’immigration, d’entreprendre une collecte des archives orales pour les années 1955-2000 : car les archives écrites sont très parcellaires, et beaucoup d’acteurs sont déjà disparus. Or cette histoire sera très importante – compte tenu des prévisions démographiques – pour l’historien de 2050, et il est à souhaiter que l’on crée un Comité d’histoire de l’immigration, couvrant le XIXe et le XXe siècle.

27 Quand une œuvre charitable disparaît, que deviennent les archives ? Il serait important de songer à préserver – dans l’intérêt de l’histoire médico-sociale – les archives des petites congrégations charitables qui sont menacées.

28 De la même façon que l’on est tenté aujourd’hui de faire l’histoire de la mendicité, parce que depuis dix ans la mendicité est devenue un vrai problème social, ou de faire l’histoire des toxicomanies.

29 Dont l’initiative revient à Florence Descamps.

30 Cf. « Archives orales et science administrative » (infra, p. 279).

31 On n’a pas encore tiré de cet outil tout ce qu’il serait possible (cf. Pour une histoire de la bureaucratie, ouv. cité, p. 339-345 et infra, p. 213). Florence Descamps doit publier un livre sur cette technique.

32 Sur l’histoire des contre-pouvoirs, cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 203-210.

33 L’histoire des cabinets ministériels dans les ministères sociaux ne pourra pas être faite, à notre avis, sans la « collaboration » d’historiens qui ont une pratique de ces cabinets, sinon on risque beaucoup d’erreurs. Or les cabinets jouent un grand rôle dans l’innovation sociale.

34 Le vrai problème est : comment former un patron ? (cf. « Être patron », article à paraître).

35 Sur le probabilisme en histoire, cf. L’histoire entre le reve et la raison, 1998, p. 359-368 et Pour une histoire de la bureaucratie, ouv. cité, p. 155-162 et infra, p. 183. Sur le probabilisme en histoire de la protection sociale, nous avons tenté une esquisse dans le Bulletin d’histoire de la Sécurité sociale, n° 40, juillet 1999.

36 Rappelons les protestations d’un Alain Corbin : « L’histoire n ’a ni cours ni sens », « Je ne crois pas à l’histoire totale, à la grande synthèse » (cf. Le Monde de l’éducation, novembre 1997, p. 20-21) : la rupture est sensible.

37 Alain Corbin en a donné un bel exemple en étudiant un homme « sans histoire ».

38 Cf. « L’histoire impossible » et « L’histoire marginale », dans L’histoire entre le reve et la raison, ouv. cité, p. 637-656.

39 Il sera intéressant d’étudier l’accueil qui a été fait à son livre, qui montre, semble-t-il, que nombreux sont ceux qui sont insatisfaits de l’histoire sociale traditionnelle... Faut-il rappeler que Corbin voulait faire une thèse sur l’histoire des gestes et que Labrousse avait refusé, lui assignant l’histoire « économique et sociale » du Limousin ?

40 Rappelons le rôle de Michelle Perrot, d’Yvonne Kniebiehler (dont le livre Nous, les assistantes sociales, était pionnier).

41 4L Sur la capacité de « créer » de l’historien, cf. Pour une histoire de la bureaucratie, ouv. cité, p. 293-300.

42 Sur la nécessité de compliquer en histoire sociale, cf. Bulletin d’histoire de la sécurité sociale, 1992, n° 23, p. 37-39 et « Compliquer », ibidem, 1999, n° 40.

43 Les jeunes historiens – et les jeunes historiennes – ont peut-être une autre conception, plus souple, plus « tamisée » de l’histoire sociale (le rôle du clair-obscur est important dans les matières sociales, aujourd’hui comme hier).

44 Tout comme faire cette histoire sans consulter les administrateurs qui ont eu à gérer ces problèmes.

45 Comme en histoire biographique ou en histoire de la spiritualité.

46 Faut-il rappeler un point essentiel en doctrine ? Ces évolutions ne sont pas nécessairement des progrès (l’idée d’un « progrès » en histoire est une illusion, tout finit in pulverem), il peut y avoir des régressions, notamment des régressions en matière d’archives, nous l’avons vu, dans le domaine de la liberté d’expression – on ne pourra dire que des choses « politiquement correctes », à peine d’être censuré ou sanctionné dans sa carrière ou limité dans ses possibilités de publier.

47 Le Comité pour l’histoire économique et financière a commencé à collecter 1) des archives de thèses 2) des archives d’historiens. C’est là un modèle à suivre.

48 Sur la vocation de l’historien – mot qu’on n’emploie plus guère, mais qui répond à une réalité psychologique –, cf. L’histoire entre le reve et la raison, ouv. cité, p. 223-231.

49 C’est un problème qui relève de l’enseignement post-universitaire (cf. ibidem, p. 844- 860 et infra, p 245).

50 L’historien social, plus qu’un autre, doit être conscient de l’obsolescence rapide des travaux, car le déclassement tient souvent à des doctrines ou à des engagements idéologiques qui sont dangereux pour la durée de vie des écrits.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search