Version classiqueVersion mobile

L’histoire en 2050

 | 
Thuillier Guy

Chapitre IV. Le métier d’historien de la bureaucratie

Texte intégral

  • 1 Cf. « Que sera l’historien de 2050 ? », Revue administrative, 1994, p. 435, repris dans Po (...)
  • 2 Nous ne donnons qu’une esquisse : on pourrait aller plus loin sur certains segments (notam (...)

1Rêver à l’historien de la bureaucratie de 2050, à ses soucis, à son métier, à sa façon de raisonner n’est pas une rêverie simple, la prospective de l’histoire à 50 ans est nécessairement floue1 on peut commettre beaucoup d’erreurs. Mais il est fort utile de dépasser nos difficultés actuelles et de chercher à comprendre ce qui va advenir ; on n’est assuré de rien – mais cette incertitude rappelle qu’en histoire rien n’est joué, qu’il ne faut pas avoir une vision fixiste des choses (l’histoire de la bureaucratie en 2000 a peu à voir avec celle de 1950...), et réfléchir au métier en 2050 permet de relativiser les menaces, les résistances d’aujourd’hui et surtout de constater nos lacunes, notre myopie dans la conception actuelle de l’histoire de la bureaucratie. L’exercice – si l’on respecte les règles de prudence – peut avoir une certaine efficacité (mais en général les historiens détestent la prospective) et nous voudrions examiner les mutations du métier, les inflexions des centres d’intérêt et les changements probables du système historique2.

I. LES MUTATIONS DU MÉTIER

  • 3 Sous l’influence des externalisations qui obligent à une analyse plus fine des « métiers »

2On peut rêver aux mutations possibles du métier d’historien : on le voit peut-être trop aujourd’hui comme une chose unitaire, alors qu’il y a des enseignants, des chercheurs, des archivistes, mais aussi des « historiens non professionnels » ; comme dans les entreprises3 on va peut-être vers une différenciation des « métiers », vers l’apparition de métiers nouveaux ou de fonctions nouvelles.

3On saisit bien les facteurs possibles d’évolution :

  • poids croissant des historiens « non professionnels »4,
  • isolement du chercheur (et cette solitude est mal ressentie),
  • possibilité de formation à la recherche (séminaires d’initiation pour administrateurs5, enseignement post-universitaire)6,
  • développement des Comités d’histoire7,
  • passerelles entre l’histoire bureaucratique et d’autres types d’histoire (histoire diplomatique, histoire religieuse, histoire économique, histoire militaire, etc.) : la vision de l’histoire de la bureaucratie s’élargit nécessairement.

4Or des mutations sont déjà prévisibles, on peut voir des inflexions, des évolutions « en pointillé » :

  • de nouveaux métiers émergent : par exemple archivistes oraux8, secrétaires scientifiques de Comités d’histoire9 (ce sont des managers, des « assembleurs ») ;
  • les Comités d’histoire font apparaître des « programmeurs » (c’est tout un art de « programmer », d’établir des priorités, d’analyser la demande) et des « évaluateurs » (tôt ou tard les systèmes de recherche doivent être évalués) ;
  • on trouve dans les Comités des chercheurs chargés d’objectifs précis (par exemple créer des outils de travail, des guides de recherche, des bibliographies, établir une monographie de direction), et peut-être bientôt trouvera-t-on de tels chercheurs dans les régions, si l’on veut développer l’histoire de la bureaucratie locale10.

5Or ce ne sont là que quelques inflexions récentes du métier : il y en aura nécessairement d’autres d’ici 2050, et on peut rêver à des fonctions « floues » :

  • l’éveilleur, celui qui, comme l’archéologue, réveille ce qui était oublié, enseveli,
  • le décrypteur, qui cherche à compliquer les choses,
  • le conseiller : l’administrateur qui a le savoir pratique et aide de ses conseils le chercheur, ou le secrétaire scientifique11,
  • le passeur : celui qui cherche à sauvegarder une mémoire, des traditions, et à les passer aux autres générations (aux archives orales, l’interviewé est aussi un passeur, même s’il fait l’histoire de lui-même).

6On sort là des schémas classiques de l’historien universitaire qui raisonne, qui juge, qui est sûr de lui et dominateur : on entre dans des zones où le « métier » d’historien est infiniment complexe, et où la plus grande prudence est exigée, car on ne travaille que sur du probable.

7Si l’on cherche à se placer en 2050, on peut pressentir des évolutions possibles (ce n’est qu’une rêverie, mais ces rêveries sont quelquefois bien utiles) :

  • on raisonnera moins, on aura une attitude moins dogmatique, plus flexible : l’historien sera probabiliste12 ;
  • on travaillera de façon plus collective, une certaine coordination sera jugée nécessaire pour éviter les chevauchements, le chercheur pourra même être soutenu, aidé, encadré ;
  • on aura peut-être une conception plus romantique, impressionniste de l’histoire de la bureaucratie ; on tiendra plus compte du mouvant, du fluctuant, de l’imperceptible, de l’insaisissable, de l’obscur, et l’historien fera plus place à sa sensibilité13 ;
  • on aura une conscience plus nette de l’inachèvement, du provisoire : on ne peut faire que des explorations, aucune certitude n’est possible14, on n’en finira jamais de questionner, d’affiner, d’affouiller ;
  • les qualités de flexibilité, d’intuition paraîtront prioritaires sur les qualités de raisonnement doctrinaire, on cherchera à inventer, à innover, à compliquer, on s’éloignera de l’histoire « résumée », aseptisée, lisse, conforme au modèle universitaire des années 1950 ;
  • l’historien fera attention à son vécu, aux méandres de la recherche, il tiendra journal ;
  • l’enseignement post-universitaire (si on le met en place) permettra de rompre l’isolement, il devrait apprendre à raisonner autrement, à partager : le chercheur apporterait de belles pièces, communiquées à un cercle d’amis, qui seraient mises en commun, incorporées dans une banque d’images. Mais on ne sait dans quelles voies un enseignement post-universitaire intelligent pourrait s’engager ;
  • on ne saurait écarter des possibilités de censure : le politiquement correct aura d’autres formes en 2050, mais il sera aussi nuisible, et la liberté de l’historien risque d’être amoindrie (on risque de faire de l’histoire partiale, le probabilisme, le scepticisme seront mal vus) ; de même les administrations risquent de s’inquiéter de la liberté d’allure des historiens, de leur capacité à mettre tout en doute, et sous les meilleurs prétextes, il peut y avoir des censures plus ou moins ouvertes.

II. LES CENTRES D’INTÉRÊT

  • 15 Page 16.
  • 16 Bergson insiste : « Comment donc nous réglerions-nous aujourd’hui sur celle (la nouveauté) (...)

8Comment connaître les centres d’intérêt de l’historien de 2050 ? Bergson avait bien mis en garde dans La pensée et le mouvant15 : « Quand cet historien considérera notre présent à nous, il y cherchera souvent l’explication de son présent à lui, et plus particulièrement de ce que son présent contiendra de nouveauté. Cette nouveauté, nous ne pouvons en avoir aucune idée aujourd’hui, si ce doit etre une création »16 : les soucis de l’historien de 2050 relèvent donc pour une part de l’inconnaissable. Mais on peut faire un effort d’imagination pour saisir ces soucis. On voit plusieurs types d’incertitude :

  • 17 On n’a pas encore pris nettement conscience de la nécessité de réfléchir à l’histoire euro (...)
  • 18 Ils seront confortés par l’abondance de crédits et bourses d’études.
  • 19 Notamment d’érudition, car c’est une histoire lisse, « qui-sait-tout », que l’on voudra ét (...)
  • 20 On le voit bien déjà pour les quotas religieux en matière de fonction publique dans certai (...)

9Première incertitude : l’historien de 2050 devra « probablement » subir une pression de l’histoire européenne17 : certains chercheront à bâtir une histoire européenne avec ses « modèles », ses soucis, ses méthodes, ses querelles18 ; il y aura beaucoup de confrontations, des risques sérieux de nivellement, et probablement d’abaissement de niveau19 (les historiens chercheront peut-être à tricher, à dissimuler, pour préserver des images « nationales »20-mais personne ne sait aujourd’hui ce que seront les identités nationales en 2050).

10Deuxième incertitude : l’histoire des bureaucraties régionales sera un des grands soucis du métier, les régions chercheront à saisir leurs racines, à conforter leur mémoire, on développera des histoires bureaucratiques complexes (par exemple l’administration financière régionale, les conflits Etat-régions-départements : mais y aura-t-il encore des départements ?). L’histoire bureaucratique régionale aura « probablement » des moyens financiers, du personnel permanent (des Comités d’histoire régionale appliqueront des méthodes d’ingénierie), des archives propres seront créées (notamment des archives orales) : c’est-à-dire que les années 1980-2050 seront les plus intéressantes.

  • 21 Cf. « Que sera l’historien de 2050 ? », article cité.

11Troisième incertitude : où en sera l’histoire universitaire ? Nul ne le sait21 : elle sera peut-être dans une situation inconfortable, plus ou moins « politisée », et sans doute l’histoire bureaucratique y sera-t-elle marginalisée par rapport aux disciplines lourdes, parce qu’elle est dans son principe, non conformiste, subversive. Par suite le poids des historiens « non professionnels » sera plus considérable : ces derniers chercheront peut-être à créer des méthodes propres, des objectifs distincts de l’histoire bureaucratique universitaire qui, trop souvent paraît incapable de rendre compte des réalités administratives, qui tend à tout « rationaliser », qui est trop rigide, trop dogmatique ; le conflit entre les deux modes d’histoire devrait se développer d’ici 2030-2040, et provoquer des mutations du métier et des centres d’intérêt.

12Mais il faut ajouter d’autres facteurs d’incertitude (il ne suffit pas de raisonner « à termes constants ») :

  • on n’a pas aujourd’hui une idée claire des centres d’intérêt de l’historien de la bureaucratie et de leurs possibilités de développement : l’inventaire n’a pas été fait22,
  • les événements jouent un grand rôle : on sait qu’il suffit d’un petit drame pour qu’on découvre tout un pan d’histoire qu’il est urgent de faire (ainsi les « affaires » en 1990-1994 ont-elles incité à « créer » une histoire de la corruption, et tout document ou témoignage sur la corruption au XVIIe ou au XIXe devenait « prioritaire »)23 : or nous ne savons ce qui peut se passer d’ici 2050 dans le corps social ou politique,
  • il peut y avoir de nouvelles « techniques », qui modifient les centres d’intérêt : ainsi la technique de collecte des récits de vie a montré toute l’importance de la psychologie de la basse administration et la nécessité d’étudier les liens hiérarchiques24,
  • enfin il suffit qu’un jeune historien en 2040 vienne poser de bonnes questions, et détruise de belles certitudes, pour que les règles du jeu soient changées : or il n’est pas encore né.
  • 25 Par exemple le rôle des personnalités, l’invention en administration, le vécu du petit fon (...)
  • 26 Elle est nécessairement très arbitraire, elle sous-estime la capacité d’invention, la libe (...)

13On voit qu’il est très difficile de saisir les centres d’intérêt de l’historien : on peut bien prolonger les tendances – par exemple marquer les grands centres d’intérêt « probables » pour2000-202025-, l’on ne peut guère aller au-delà. Mais on peut s’intéresser à la naissance des nouvelles histoires à naître, examiner leurs sources, les mécanismes qui peuvent les provoquer : une réflexion de ce type provoque, certes, quelque malaise26, renforce nos incertitudes, mais on commence ainsi à avoir une idée plus claire du non-connaissable. Donnons quelques exemples de ces impulsions « probables » telles qu’on peut les pressentir en 2000 (l’exercice est à recommencer en 2010).

  • 27 On sait qu’il n’y a pas une véritable « médecine du travail » dans l’administration comme (...)

14Première source : l’influence de recherches actuelles ou à venir sur la psychiatrie du fonctionnaire (encore fort peu développée) et sur la médecine des bureaux27.

  • 28 On aurait ainsi des regards croisés, permettant de poser de bonnes questions. Et pourquoi (...)
  • 29 Le corpus actuel de témoignages oraux n’a pas été exploité par la science administrative ( (...)

15Deuxième source : l’influence de techniques pour développer les sources créées : par exemple les archives orales pourraient être singulièrement élargies (on interviewerait des sujets de 35, 40, 50 ans pour saisir le vécu, on prendrait le témoignage des épouses, des secrétaires, des subordonnés28 : c’est une technique qui n’a pas encore révélé tous ses secrets) : or elles peuvent faire apparaître de multiples thèmes à creuser29.

  • 30 C’est-à-dire ceux qui ont la pratique de l’administration.

16Troisième source : les historiens non professionnels (et les administrateurs)30 peuvent chercher à étudier ce qui paraît à leurs yeux « le plus important » : la coutume, l’esprit de corps, les « autorités invisibles », les réseaux et clans, la médiocrité (l’administration « qui ne va pas ») : or ce sont des thèmes actuellement dédaignés par l’historien.

  • 31 Cf. les travaux de Mounier-Kuhn sur l’histoire de l’informatique. Chaque ministère devrait (...)
  • 32 C’est une histoire à créer – notamment celle de la « communication gouvernementale » depui (...)
  • 33 Rappelons l’importance des techniques juridiques ou financières imposées par Bruxelles : o (...)

17Quatrième source : les mutations de la bureaucratie obligent à jeter un autre regard sur le passé : l’informatique a montré la nécessité d’étudier tous les processus informatiques31, la politique de « communication » oblige à faire une histoire de services de presse, des rapports de la presse et de la bureaucratie, également des manipulations32 ; la mythologie du changement administratif (depuis 1975...) devrait inciter à faire une histoire de l’imaginaire, une histoire des modes administratives, une histoire des résistances au changement ; l’histoire des erreurs administratives reste à construire – tout comme l’histoire de la mise sous tutelle par l’Europe de l’administration française (à partir de 1980-1985...), et des résistances aux « modèles » européens33. On voit que l’historien doit accompagner les mutations, mais ce sont là des histoires difficiles, faute d’historiens formés à ces histoires spéciales et d’archives suffisantes.

  • 34 Dans des séminaires d’initiation (cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 353-360). Mais i (...)
  • 35 On n’a pas encore réfléchi aux possibilités de cette technique qui élargit singulièrement (...)

18Cinquième source : la possibilité de former des bureaucrates au métier d’historien34 ouvre de multiples possibilités, car on est affranchi du système universitaire et on peut dès lors aborder librement – avec des méthodes particulières – des sujets tout neufs : par exemple l’histoire des crises, l’histoire de la faute administrative (la faute disciplinaire), l’histoire du déclin ou de la chute de « maisons », l’histoire des carrières, c’est-à-dire des histoires qui exigent une bonne connaissance pratique de la vie des bureaux. On peut former maintenant à de multiples nouvelles histoires : c’est là un pas important qui change presque la notion de « centre d’intérêt » de l’historien, puisqu’il s’agit ici d’adapter l’offre à la demande (ce qu’on ne peut guère faire sans formation ni contrôle). On peut penser qu’en 2050 cela concernera une grande part de la production en histoire de la bureaucratie35.

III. LES CHANGEMENTS PROBABLES DU SYSTÈME HISTORIQUE

  • 36 Cf. « Que sera l’historien de 2050 ? », art. cité.

19En 2050 l’historien exercera son métier dans un paysage historique différent, disposera de moyens différents36 : ce qui aura nécessairement des conséquences sur les conduites, les attitudes. Mais pour L’historien de la bureaucratie, on aura affaire à des mutations assez complexes, auxquelles on peut rêver : on saisit facilement qu’on n’a aujourd’hui qu’une vue très limitée des choses.

  • 37 Ou des banques d’archives audiovisuelles.

20Première mutation : le mode de travail. L’historien disposera probablement de banques de données bibliographiques, mais aussi archivistiques, et de banques d’images qui donneront accès au document et au livre : mais il peut y avoir d’autres possibilités encore (par exemple pour les banques d’archives orales, avec transcription des textes)37.

  • 38 Cf. Pour une histoire..., p. 71-88.
  • 39 Il nous manque une prospective à moyen terme, c’est-à-dire 2000-2015, des Comités d’histoi (...)
  • 40 Actuellement l’information circule très mal, on n’a pas les moyens de connaître rapidement (...)
  • 41 Il manque actuellement une collection de textes de lois ou de classiques de l’histoire adm (...)

21Deuxième mutation : les techniques d’ingénierie38 varieront « probablement », qu’il s’agisse d’organisation de la recherche (comment évolueront les Comités d’histoire ? il y a toujours de forts risques de bureaucratisation de la recherche)39, d’outils de travail mis à la disposition (chaque « histoire à naître » disposera rapidement de ses outils, de ses guides propres, de ses séminaires de formation et de recherche), ou de techniques de reproduction (par exemple pour accélérer la circulation de l’information40, pour constituer des « collections »41, pour donner à un « produit » de multiples formes).

  • 42 Plus on exige la transparence, plus il y a risque de destruction rapide avant tout « préar (...)
  • 43 Le passage des archives départementales sous la responsabilité des Conseils généraux a agg (...)

22Troisième mutation : les techniques d’archivage. C’est là un point sensible, car on risque fort de multiplier les destructions, ou les triages abusifs, pour des raisons de coût ou sous des prétextes doctrinaux (la « transparence »)42 : il y a des chances de régression notable, le bon dossier risque de devenir rare ; personne ne sait encore vraiment comment on pourra résoudre l’archivage des données informatiques (on risque fort en 2050 d’avoir de grands trous dans le système d’archives pour les années 1980-2050...), et les besoins de l’historien 2050 risqueront de n’être pas satisfaits, tant au niveau national qu’au niveau local, si des mesures conservatoires ne sont pas prises (un bon exemple en est donné par les archives fiscales : que survivra-t-il des dossiers actuels de 2000 en 2050 ? on n’ose y songer)43.

23Quatrième mutation : le monde universitaire, pour diverses raisons, risque d’être « en crise » : or l’histoire de la bureaucratie a besoin de s’appuyer sur l’histoire universitaire pour maintenir un certain niveau de rigueur et d’érudition, pour résister aux tentatives de « manipulation » ou de « censure » (qui sont déjà pratiquées ici et là), et pour éviter d’être piégée par des « modèles » d’histoire anglo-saxonne, qui sont extrêmement dangereux.

  • 44 Il n’est pas sûr du tout qu’on connaisse en 2050 un Conseil d’Etat, une Cour des Comptes e (...)
  • 45 Des rapports de l’Inspection des Finances ont montré (en 1999) que le coût de perception d (...)
  • 46 Les difficultés de la direction du Trésor depuis 1992 montrent que les « trésoriens » ne s (...)

24Cinquième mutation : l’administration de 2050 risque d’avoir un tout autre visage44, les menaces sont nombreuses : l’intégration européenne, le développement des régions affaiblit notablement l’appareil d’État, et changent déjà les règles du jeu : qu’en sera-t-il en 2050 ? Les administrations centrales, les grandes institutions risquent de mal supporter le choc : on voit déjà le ministère des Finances dont l’autorité était jusqu’en 1990 fort peu contestée, mis en question, on lui reproche de coûter cher45, certaines directions, certains corps sont en crise46 ; il en est de même dans le secteur social. Or l’histoire de la bureaucratie, pour se développer, a besoin de s’appuyer sur une bureaucratie forte-sinon on va vers d’étranges confusions (on utilisera l’histoire de la bureaucratie contre la bureaucratie, comme on l’a fait maladroitement vers 1970 pour la sociologie administrative, et on aura une histoire « manipulatrice », ce qui est fort dangereux).

IV. LES CONSÉQUENCES

25On ignore ce qu’il adviendra en 2050 (et pourtant l’élève de l’ENA d’aujourd’hui sortira à peine du « système », et peut-être sera-t-il encore en activité si l’on remonte fortement les limites d’âge) : mais on peut chercher à voir ce qu’on exigera de l’historien de 2050 en raison même de ces mutations.

  • 47 Cf. « Comment faire un effort de doctrine ? », dans L’histoire entre le reve et la raison,(...)

26Première exigence : il devra être capable de faire la théorie de ce qu’il écrit, de faire un effort de doctrine47 ; c’est une nécessité qui sera de plus en plus forte :

  • plus on fait de l’histoire « probabiliste », plus on doit mener une réflexion doctrinale pour justifier ses positions contre l’histoire « dogmatique »,
  • on sera obligé de justifier ses méthodes sur le plan européen, et tout travail « national » devrait pouvoir être « utilisé » au plan européen : or il est à prévoir qu’il y aura bien des discussions, des écarts de doctrine entre les historiens « nationaux » (tout comme il y en a à la Banque centrale européenne entre experts) ; il faudra des négociations, et la note de méthode48 sera un moyen de communication entre historiens européens (ce sont sur les principes qu’on se disputera, non sur les faits : et on voit les querelles sur la manière de faire une histoire européenne de l’administration hospitalière ou de l’administration fiscale)49.
  • 50 Faire la théorie de ce que l’on fait n’est pas chose simple (quelle que soit la profession (...)

27Cet effort doctrinal permettra des systèmes plus souples d’histoire, des révisions fréquentes (les certitudes risquent fort de s’effriter), et l’historien devra sans doute être formé à ce métier « nouveau »50.

  • 51 Sur les principes de la communication en histoire, cf. Pour une histoire de la bureaucrati (...)
  • 52 C’est-à-dire acceptable par nos partenaires européens.
  • 53 C’est de la pédagogie d’adultes.

28Deuxième exigence : l’historien de la bureaucratie devra être un bon communiquant (l’expérience des Comités d’histoire a montré cette nécessité)51 : il devra dire où il veut aller et l’expliquer clairement, faire effort pour varier son « produit » (on peut tirer d’une thèse une version grand public, une version « universitaire », un recueil de documents, une note de méthode pour les successeurs, une version « européenne »52 et une note de méthode pour les historiens européens), il devra également former à ses méthodes des jeunes (et des « non-professionnels », ce qui est plus dur)53.

29L’historien devra partager, dire-et bien dire. Or ces dons de communiquant ne sont pas accordés à tous.

  • 54 Il ne peut vivre isolé – il lui faudra des talents diplomatiques et pratiquer souvent des (...)

30Troisième exigence : l’historien devra être aussi organisateur, assembleur, familier des techniques d’ingénierie et il sera apprécié en fonction de sa capacité entrepreneuriale, c’est-à-dire qu’il sera capable de régler des problèmes d’amont (création d’archives, préservation des archives) comme d’aval (organisation de colloques, négociations avec l’administration, pilotage ou conseil de comités d’histoire, organisation des relations intra européennes). Il devra avoir des alliés, un clan54 il devra être prudent (ce que j’écris peut-il être nuisible à l’administration ?), il devra savoir organiser la formation des historiens non professionnels et l’enseignement post-universitaire (E.P.U.).

31Quatrième exigence : l’historien devra être un non-spécialiste (il faut éviter l’enfermement de l’histoire de la bureaucratie sur elle-même, Jean Tulard l’avait bien marqué dès 1987), il faudra qu’il pratique d’autres histoires ou qu’il évalue ce que les autres histoires peuvent lui apporter, il pourra même chercher à s’intéresser à ce qui se passe sous ses yeux, et être expert en sciences administratives (au niveau européen, ce peut être un atout).

  • 55 Cela se pratiquait autrefois : en 1955 nous avions été trois mois à Düsseldorf et Cologne (...)

32Cinquième exigence : il faudrait qu’il eût une expérience internationale, c’est-à-dire qu’il pût travailler, sur l’histoire de la bureaucratie, dans d’autres pays, ce qui permet d’élargir la vision, de connaître d’autres méthodes55 : un séjour en Italie ou en Allemagne n’est pas inutile pour « relativiser » sa conception de l’histoire de la bureaucratie.

33On voit combien l’on risque d’être exigeant pour l’historien de 2050 : mais cette « prévision » doit conduire à mettre en place – et dès maintenant si possible, car il s’agit de mutations longues, il y aura des tâtonnements, des échecs-des types de formation adaptés à ces exigences (c’est l’« effet 2050 ») :

  • enseignement de l’ingénierie historique : actuellement il n’y a pas encore de séminaires (en dehors de celui de Florence Descamps),
  • enseignement des techniques de communication pour l’historien,
  • formation à l’« effort doctrinal » nécessaire (on ne rédige pas facilement du premier coup une note de méthode efficace, il faut un entraînement),
  • stages à l’intérieur de directions d’administration centrale56, ce qui donne une certaine aptitude bureaucratique et élargit la vision (le stage devrait être obligatoire avant la thèse...),
  • séjours à l’étranger pour rédiger un mémoire d’histoire bureaucratique (ce serait une excellente utilisation des fonds européens).

34On saisit comment une telle « formation »-si elle était bien faite-conduirait à optimiser les produits et permettrait d’avoir une véritable initiation au « métier » de chercheur : on pourrait avoir ainsi une offre capable de répondre à la demande (ce qui n’est pas le cas actuellement), et on pourrait surtout améliorer l’efficacité du « système 2050 » (il faut 15 ans en général pour introduire une transformation dans un système de recherche : or le chercheur de 2015 sera encore actif en 2050, il faut bien surveiller le glissement des générations).

V. RÈGLES D’USAGE

35On peut chercher à tirer de ces quelques observations sur le « système 2050 » quelques règles du jeu pour le futur proche : tout effort de prospective permet de mieux construire notre présent (ou comme disait Edgar Faure, de prévoir le présent).

36Première règle : la réflexion sur l’historien 2050 permet de relativiser ce qui se passe sous nos yeux ; valeur des travaux, choix des sujets, méthodes, tout est transitoire, on n’a aucune certitude : c’est une histoire exploratoire.

37Deuxième règle : il est nécessaire de laisser des traces de ces mutations et glissements de l’histoire de la bureaucratie :

  • archives orales sur les débuts de cette histoire depuis 197057 et sur la naissance des Comités d’histoire,
  • notes de méthode ou articles de doctrine, afin que les historiens de 2050 puissent bien saisir ce qui s’est passé et d’où ils viennent, et mesurer l’écart entre nos soucis et les leurs,
  • préservation des archives des historiens, qui permettent de comprendre les évolutions, les résistances, et des archives des Comités d’histoire, qui ne doivent pas être exagérément « triées »58.

38Troisième règle : il faut suivre très attentivement les mutations actuelles en matière de formation :

  • formation des administrateurs au métier d’historien (ce projet aboutira un jour...),
  • stages dans l’administration pour les jeunes historiens,
  • séminaires mixtes réunissant historiens et administrateurs59,
  • enseignement post-universitaire (il faut offrir un cadre de rencontre et de discussion pour les chercheurs qui ont achevé leur thèse)60.
  • 61 Sur ce problème qu’on a tort d’oublier, cf. L’histoire entre le reve et la raison, ouv. ci (...)

39Il faudrait s’intéresser aussi aux erreurs de la formation initiale (les préjugés en matière d’histoire, la propension au dogmatisme, l’influence des sociologues) et se poser des questions sur un problème « insoluble » : la vocation de l’historien61. Qu’est-ce que la vocation d’un historien ? et d’un historien de la bureaucratie ? Comment la fortifier, la nourrir, la « conseiller » ? Ce sont là des questions difficiles, mais qui importent au développement de la discipline.

40Quatrième règle : il faut, dès maintenant, former des spécialistes pour l’histoire 2000-2050-celle qui intéressera le plus l’historien de2050-, avec les ressources de l’histoire, mais aussi des sciences administratives (et des sciences politiques) : c’est-à-dire former des historiens capables d’analyser (ou de tenter d’analyser) en historiens ce qui se passe sous leurs yeux dans l’administration. C’est une question difficile de séminaires à créer, et aussi d’orientation des Comités d’histoire (doivent-ils, peuvent-ils suivre ce qui se passe sous leurs yeux-ou faut-il qu’ils évitent ce piège ?).

Conclusion

41Quelles leçons peut-on tirer de ces quelques réflexions nécessairement fort incertaines ?

42Première leçon : il est impossible d’avoir une idée précise du métier de l’historien de la bureaucratie en 2050 : l’avenir est flou, il y a trop d’inconnues pour une discipline aussi jeune, aussi incertaine de ses méthodes.

43Deuxième leçon : on peut cependant chercher dès maintenant à créer une certaine complicité avec l’historien de 2050, ménager ses intérêts (particulièrement en matière d’archives, en aidant à définir une politique d’archives active), on peut chercher aussi à élargir sensiblement la formation de l’historien notamment en matière d’ingénierie historique et de communication.

44Troisième leçon : l’effort de prospective à 50 ans a nécessairement des limites : il faudrait le renouveler dans dix ou quinze ans pour voir ce qui peut changer dans notre regard sur 2050.

Notes

1 Cf. « Que sera l’historien de 2050 ? », Revue administrative, 1994, p. 435, repris dans Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 545-554.

2 Nous ne donnons qu’une esquisse : on pourrait aller plus loin sur certains segments (notamment en matière de formation).

3 Sous l’influence des externalisations qui obligent à une analyse plus fine des « métiers ».

4 Qui doit sensiblement augmenter avec le nombre des retraités dans la fonction publique.

5 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 353-360.

6 Cf. L’histoire entre le reve et la raison, 1998, p. 849-860.

7 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 73 et suiv. Un Club des Comités d’histoire a été créé en 1998.

8 Si l’on développe les archives audiovisuelles (cf. Pour une histoire..., p. 20-21, 104-105), il faudra former aussi des « archivistes audiovisuels ».

9 Personne n’a encore défini exactement leur métier, et les universitaires « traditionnels » s’adaptent souvent mal (il faut 1) avoir de l’imagination, 2) prendre des risques).

10 Déjà les Conseils régionaux financent des thèses d’histoire-mais pas encore pour l’histoire administrative.

11 Il n’est pas facile de « conseiller » un Comité, l’administrateur est souvent trop prudent « par métier », il n’aime pas le risque (dans certains Comités, les « administratifs » sont des freins).

12 Sur le probabilisme en histoire de la bureaucratie, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 155-162 et infra, p. 183.

13 Sur les principes de l’histoire sensible, cf. « Les règles d’une histoire sensible », Revue Administrative, 2000, p. 302-306.

14 Sur le scepticisme en histoire, à propos des cabinets ministériels, cf. Revue administrative, 1998, p. 663-669.

15 Page 16.

16 Bergson insiste : « Comment donc nous réglerions-nous aujourd’hui sur celle (la nouveauté) pour choisir parmi les faits ceux qu’il nous faut enregistrer ou plutôt pour fabriquer des faits en découpant selon cette indication la réalité présente ? » Et il développe en prenant malicieusement pour exemple l’avènement de la démocratie (p. 17-18) ; mais il semble que personne ne lise cette page de Bergson – notamment les archivistes, qui croient souvent qu’on peut trier immédiatement les archives.

17 On n’a pas encore pris nettement conscience de la nécessité de réfléchir à l’histoire européenne à venir.

18 Ils seront confortés par l’abondance de crédits et bourses d’études.

19 Notamment d’érudition, car c’est une histoire lisse, « qui-sait-tout », que l’on voudra établir.

20 On le voit bien déjà pour les quotas religieux en matière de fonction publique dans certains pays (pour le recrutement et pour l’avancement).

21 Cf. « Que sera l’historien de 2050 ? », article cité.

22 Ou du moins on commence seulement à explorer certains secteurs. Pour un inventaire qui date de 1990, cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 37-70 ; dix ans après il faudrait le reformuler et le compléter (supra, p. 29).

23 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 413-418.

24 Cf. ibidem, p. 347-352. On n’a pas encore tiré les conclusions de ce type de récits pour la science administrative.

25 Par exemple le rôle des personnalités, l’invention en administration, le vécu du petit fonctionnaire, le quotidien, la femme fonctionnaire (et l’épouse du fonctionnaire), le retraité, et plus loin : la conversation, l’imaginaire noir (les obsessions), les modes d’écriture. Mais il ne s’agit là que de prolongement de « tendances actuelles » (cf. sur la prospective 2050 de la science administrative, infra, p. 285).

26 Elle est nécessairement très arbitraire, elle sous-estime la capacité d’invention, la liberté de l’historien.

27 On sait qu’il n’y a pas une véritable « médecine du travail » dans l’administration comme dans les entreprises – ou à la SNCF. Et il n’existe, à notre connaissance, aucun travail général.

28 On aurait ainsi des regards croisés, permettant de poser de bonnes questions. Et pourquoi ne pas faire des archives orales sur les élèves de l’ENA ? faire des archives orales de 5 ans en 5 ans sur quelques sujets ?

29 Le corpus actuel de témoignages oraux n’a pas été exploité par la science administrative (qui, il est vrai, est en mauvais état en France) ; sur les répercussions des archives orales sur la science administrative, infra, p. 279.

30 C’est-à-dire ceux qui ont la pratique de l’administration.

31 Cf. les travaux de Mounier-Kuhn sur l’histoire de l’informatique. Chaque ministère devrait constituer un groupe de travail historiens-informaticiens pour étudier l’introduction de l’informatique dans le ministère (ce serait souvent très instructif).

32 C’est une histoire à créer – notamment celle de la « communication gouvernementale » depuis 1965.

33 Rappelons l’importance des techniques juridiques ou financières imposées par Bruxelles : on contrôlera bientôt les comptes à la façon de la Cour des comptes européenne, et on sait les critiques portées contre les procédures traditionnelles du Conseil d’Etat et de la Cour des comptes au nom de la Convention européenne des droits de l’homme. Or cette tutelle deviendra de plus en plus lourde.

34 Dans des séminaires d’initiation (cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 353-360). Mais il y a de grandes résistances – du côté des universitaires – à mettre en œuvre cette technique, on a l’impression qu’on touche au sacré.

35 On n’a pas encore réfléchi aux possibilités de cette technique qui élargit singulièrement le vivier des historiens et permet des explorations fructueuses.

36 Cf. « Que sera l’historien de 2050 ? », art. cité.

37 Ou des banques d’archives audiovisuelles.

38 Cf. Pour une histoire..., p. 71-88.

39 Il nous manque une prospective à moyen terme, c’est-à-dire 2000-2015, des Comités d’histoire (sur une prospective long terme, infra, p. 145).

40 Actuellement l’information circule très mal, on n’a pas les moyens de connaître rapidement les travaux entrepris, et les recherches publiées.

41 Il manque actuellement une collection de textes de lois ou de classiques de l’histoire administrative, où l’on trouverait Ymbert, Boucher de Perthes et Anna Pasquin, et une collection de recueils de documents (les concours, le style, l’arbitraire...).

42 Plus on exige la transparence, plus il y a risque de destruction rapide avant tout « préarchivage ».

43 Le passage des archives départementales sous la responsabilité des Conseils généraux a aggravé encore les risques de destruction des archives des services extérieurs de l’Etat (par exemple en matière financière ou de police).

44 Il n’est pas sûr du tout qu’on connaisse en 2050 un Conseil d’Etat, une Cour des Comptes et une Inspection générale des Finances sur le modèle d’aujourd’hui (qui est demeuré, en gros, celui des années 1880-1900).

45 Des rapports de l’Inspection des Finances ont montré (en 1999) que le coût de perception des impôts était trop élevé par rapport à celui de nos voisins européens, on doit fusionner, diminuer le personnel, supprimer les perceptions rurales : ce qui devrait inciter l’historien à s’intéresser au coût de perception au XIXe siècle.

46 Les difficultés de la direction du Trésor depuis 1992 montrent que les « trésoriens » ne sont plus à l’abri des critiques, ce qui tôt ou tard risque d’avoir des conséquences.

47 Cf. « Comment faire un effort de doctrine ? », dans L’histoire entre le reve et la raison, ouv. cité, p. 691-699.

48 Sur le principe de la note de méthode, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 323-326. Mais là il faudra des notes pour convaincre nos partenaires européens.

49 Les historiens allemands, néerlandais et anglo-saxons sont fort peu « probabilistes », et en général ils n’ont aucune expérience directe de l’administration, leurs contacts avec leur bureaucratie sont souvent très faibles (à la différence de la Belgique ou de l’Espagne), et ils croient que la « vérité » est accessible. Les discussions ne seront pas faciles.

50 Faire la théorie de ce que l’on fait n’est pas chose simple (quelle que soit la profession) ; pour l’historien c’est presqu’un autre monde.

51 Sur les principes de la communication en histoire, cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 89-101.

52 C’est-à-dire acceptable par nos partenaires européens.

53 C’est de la pédagogie d’adultes.

54 Il ne peut vivre isolé – il lui faudra des talents diplomatiques et pratiquer souvent des systèmes de double pensée (avoir des pensées de derrière sera une nécessité...).

55 Cela se pratiquait autrefois : en 1955 nous avions été trois mois à Düsseldorf et Cologne étudier la métallurgie rhénane de 1800 à 1830 pour mieux comprendre la métallurgie française à cette date.

56 Cette méthode a déjà été pratiquée par une jeune chartiste qui a fait un stage fort utile pour sa thèse, à la direction du Trésor.

57 On n’aura pas les archives orales de Vincent Wright, qui auraient été pittoresques, et il faudrait bien collecter celles de Pierre Legendre ou de Jean Tulard.

58 Il faut garder avec soin les articles et manuscrits refusés, les différentes étapes des « programmes », les traces de conflits entre historiens, les dossiers d’innovation (comme les collectes de récits de vie), etc. Il ne faut pas garder uniquement les archives « administratives » (infra, p. 215).

59 Comme on l’a pratiqué en 1994 pour la direction du Trésor et en 1998 pour la D.G.I.

60 C’est ce qu’offrait au XIXe siècle, pour l’histoire de l’art, la Société d’histoire de l’art français.

61 Sur ce problème qu’on a tort d’oublier, cf. L’histoire entre le reve et la raison, ouv. cité, p. 223-231.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search