Version classiqueVersion mobile

L’histoire en 2050

 | 
Thuillier Guy

Chapitre III. Les histoires à naître en histoire de la bureaucratie

Texte intégral

  • 1 Cf. infra, p. 217.
  • 2 Songeons que nous n’avons pas encore véritablement une histoire de direction de ministère (la premi (...)
  • 3 Cet arbitraire est chose nécessaire dès qu’on cherche à sortir des coutumes de pensée.

1Peut-on appliquer la réflexion sur l’histoire à naître à l’histoire de la bureaucratie ?1 La question est difficile : les histoires à naître ou sont inconnaissables par construction (que se passera-t-il en histoire de la bureaucratie d’ici 2050 ou 2080 ?) ou sont « en pointillé », amorcées, déjà prévisibles mais non encore reconnues, développées ; on sait bien qu’on doit entreprendre un jour l’histoire des corps administratifs, ou l’histoire du style administratif, mais les méthodes sont encore incertaines, les objectifs mal définis2. L’histoire de la bureaucratie obéit à des règles particulières : une théorie des histoires à naître devrait permettre d’élargir la vision, de repérer ce qu’il serait important de développer, de tenter des explorations inédites. Mais l’exercice est compliqué : nous croyons qu’il faut partir de l’analyse de la demande et de ses mutations prévisibles, chercher à évaluer les mutations non prévisibles et dresser des tableaux d’histoires à naître « possibles », au besoin en recourant à l’expérience de l’administrateur. Ces réflexions sont très aventurées3, mais elles obligent à voir autrement le développement de la discipline, à lire autrement « ce qui va advenir ».

1. QU’EST-CE QUE LA DEMANDE EN HISTOIRE DE LA BUREAUCRATIE ?

  • 4 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 37-70.
  • 5 Il faudrait s’interroger sur les raisons de ces abandons.

2Nous avons déjà esquissé en 1991 un tableau de la demande par secteur, qui peut servir de grille de lecture quand on veut s’interroger sur les histoires à naître4 : ce tableau permet de repérer les histoires « possibles », qui ne sont pas encore faites, ou qui ont été amorcées jadis, mais qui ont été oubliées ou rejetées5, de saisir les marges d’expansion possibles.

3Mais on peut dresser aussi un autre tableau en partant de la demande globale et de la demande technique :

  • pour la demande globale, on voit bien l’importance de la demande politique (par exemple l’histoire des rapports de la bureaucratie et du corps politique, de la bureaucratie et de l’éducation), de la demande sociale (par exemple l’histoire de la bureaucratie sociale, l’histoire de la basse administration, l’histoire des fonctionnaires retraités), de la demande juridique (par exemple, l’histoire de la bureaucratie créatrice de droits sociaux). Or cette demande globale peut varier fortement, la conjoncture peut faire émerger la nécessité de telle ou telle histoire (par exemple on ressent depuis 1991 le besoin d’une histoire de la corruption) ;

  • les demandes techniques peuvent revêtir des formes nombreuses :

    1. on doit faire la part de la demande venant d’autres disciplines historiques (par exemple, l’histoire religieuse ou l’histoire financière), qui ont des rapports étroits avec l’histoire de la bureaucratie (c’est une demande « cloisonnée »), ou d’autres disciplines relatives au présent (la science administrative, la sociologie administrative, le droit administratif) ; c’est là une forte pression qui peut faire émerger de nouvelles demandes (on réclame aujourd’hui une histoire de la corruption, une histoire de la délégation de service public...) ;

    2. l’histoire locale et régionale représente aussi une forte demande : elle exige qu’on entreprenne des histoires administratives particulières (par exemple l’histoire du personnel communal, l’histoire de la gestion financière des communes) : avec la décentralisation et l’effervescence de l’histoire locale, la pression n’est pas négligeable ;

    3. les administrations formulent, elles aussi, une demande neuve : elles s’inquiètent des moyens de conserver leur mémoire, créent des Comités d’histoire, commencent à collecter des archives orales, des archives filmées, elles cherchent à connaître l’origine de leurs usages, de leurs coutumes de pensée, ce qui conduit à des explorations neuves (on veut faire l’histoire des corps) ;

      • 6 Les méthodes générales d’histoire du quotidien s’appliquent mal au milieu bureaucratique.

      enfin, l’histoire bureaucratique a besoin d’outils d’analyse, de méthode (comment étudier le quotidien administratif ?)6, d’outils techniques (guides de recherche, dictionnaires) : cette demande technique croît fortement.

4On voit le tableau que l’on peut dresser de ces diverses demandes générales ou techniques, qui, en principe devraient se développer dans les vingt prochaines années, parfois de façon imprévisible : or l’’offre est très inférieure, pour de multiples raisons elle ne peut suivre la demande nouvelle.

II. LES MUTATIONS PRÉVISIBLES DE LA DEMANDE

5Il faut avoir bien conscience qu’une partie des histoires à naître est déjà prévisible, qu’elle tient aux mutations de la demande : mais l’analyste a quelque peine à montrer ces mutations.

6Première sphère : les mutations prévisibles de la demande d’histoire bureaucratique ; on peut partir :

    • 7 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 37-70. C’est un arbre qu’il faudrait ref (...)

    de l’arbre de la demande sectorielle que nous avons esquissé7 pour voir quels secteurs vont se développer, quels centres d’intérêt peuvent se déplacer en fonction de la conjoncture politique (ou bureaucratique) ; c’est là un exercice d’imagination, mais beaucoup d’histoires sont déjà amorcées, d’autres ont été jugées « impossibles », à titre provisoire (on attend une histoire du style administratif une histoire de la notation) : il y a là une grille d’histoires à naître qu’on peut proposer à l’historien ;

    • 8 Ou des histoires « politiquement correctes » (on le voit bien pour certains travaux sur l’histoire (...)
    • 9 Les drogues sont arrivées massivement en France en 1969-1971 – mais les archives ne sont pas encore (...)
    • 10 Les dossiers des femmes fonctionnaires à la retraite ne sont pas consultables, on n’a pas encore or (...)
    • 11 Le secret fiscal s’oppose en principe à toute exploration – et l’impôt sur le revenu ne date que de (...)

    des analyses des demandes générales et techniques que nous venons d’évoquer : on voit bien par exemple l’importance des mutations sociales, des mutations du corps politique, qui peuvent faire apparaître des histoires à naître : les centres d’intérêt se déplacent, les débats sur l’immigration provoquent ainsi une histoire neuve de l’immigration, et de l’administration de l’immigration ; l’actualité exerce une pression, parfois dangereuse (parce qu’elle peut biaiser l’histoire à naître, la déformer, on peut avoir des histoires partiales)8. Mais il n’est pas facile de prévoir ces mutations : par exemple, on peut supposer que se développera bientôt une histoire de la drogue (et de la lutte contre la drogue) d’ici 20209, que l’histoire des femmes dans l’administration devrait être entreprise systématiquement (pour le moment, c’est une histoire qui « ne démarre pas », qui est freinée pour des raisons de sources d’archives)10, que l’on pourra d’ici 2020 mettre au point les méthodes de l’histoire de l’impôt sur le revenu (aujourd’hui quasi inexistante, les sources d’archives étant inaccessibles11, alors qu’il y a une forte demande). Un tableau des mutations « prévisibles » devrait être dressé, mais en marquant bien les obstacles éventuels, les degrés de probabilité.

7Deuxième sphère : on peut évaluer les mutations prévisibles de la demande liées à d’autres changements :

    • 12 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 103-104, 339-345, 362-365.
    • 13 Cf. ibidem, p. 20-21, 62.

    mutation des matériaux de l’histoire : on voit bien les changements dus à l’utilisation « probable » des archives statistiques, scientifiques, informatiques, qui doivent faire émerger des histoires « à naître », à l’exploitation des archives nouvelles : archives audiovisuelles, archives orales créées12, archives filmées créées (si on se décide à collecter, dans chaque ministère, des archives filmées montrant l’activité, les réalités de la vie administrative)13 ;

    • 14 Les archives écrites ne donnent parfois qu’une image bien appauvrie, déformée de la réalité adminis (...)

    mutation des manières de connaître : l’historien de la bureaucratie va plus loin dans ses exigences, il cherche à faire une histoire au plus près des réalités, une histoire psychologique (par exemple pour l’histoire des décisions), et la collecte des archives orales a permis de voir ce qui échappait aux archives écrites14 (tout comme les récits de vie de type Blanche Py ont montré notre ignorance du vécu de la basse administration). Or ces mutations sont déjà amorcées, et on voit bien comment l’histoire du quotidien administratif, du vécu bureaucratique, devrait se développer d’ici 2020 ou 2030, malgré l’opposition de certains historiens : la demande est forte, mais les règles du jeu sont encore mal définies.

  • 15 Il faudrait enquêter sur les raisons de ces non-émergences.
  • 16 Prenons, par exemple, l’histoire des gestes administratifs : on a du mal à en définir les méthodes (...)

8On peut, par ces diverses analyses, obtenir un tableau des histoires à naître, qui devraient « raisonnablement » apparaître et se développer dans les prochaines années : mais les obstacles sont nombreux, souvent mal analysés (l’absence d’archives ouvertes, ou le manque de sources fiables et suivies expliquent souvent la non-émergence de telle ou telle histoire « possible »)15, et ce sont souvent des histoires très difficiles, posant de redoutables problèmes de méthode16.

III. LES MUTATIONS NON PRÉVISIBLES DE LA DEMANDE

9On doit être conscient qu’une partie des mutations de la demande n’est pas prévisible : Valéry rappelait hautement en 1932 qu’en 1887 il était impossible de prévoir « raisonnablement » ce qui se passerait en 1932. Or nous sommes dans le même cas pour l’histoire de la bureaucratie.

  • 17 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 541-542.

10Première limite : les mutations du corps social sont pour une part imprévisibles, on ne connaît pas les « fléaux » qui peuvent intervenir de type SIDA, et les conflits qui peuvent diviser le corps politique d’ici 2050 ; ces mutations « inconnaissables » peuvent faire apparaître des histoires à naître (tout comme la monnaie unique européenne a développé les recherches sur l’Union monétaire latine de 1865...). C’est ce qui rend difficile la conservation des archives : on ne sait de quelles archives pourra avoir besoin l’historien de la bureaucratie en 2050 en fonction de ces « histoires à naître », il faut lui ménager des réserves, des blocs d’archives-témoins « non triées »17.

  • 18 Faut-il rappeler que l’école des Annales s’est toujours refusée à s’intéresser à l’histoire de la b (...)
  • 19 Cf. « Les règles d’une histoire sensible », Revue administrative, 2000, p. 302-306.

11Deuxième limite : on ne connaît pas les mutations des méthodes de l’historien, de sa manière de connaître : nous vivons sur un mode d’histoire ultra-rationnelle, qui sera peut-être contesté dans x années (tout comme Lucien Febvre contestait les principes d’un Seignobos)18, et en histoire de la bureaucratie, on ne sait ce que pourront produire de tels changements (quelles seraient les conséquences, par exemple, d’une histoire « romantique » ?)19.

12Troisième limite : les historiens de la bureaucratie qui seront importants en 2050 ne sont pas encore nés, et certains sauront créer de nouvelles histoires, dont nous n’avons aujourd’hui aucun idée, ils pourront même précéder la demande : il est vraisemblable que la configuration, le périmètre de l’histoire bureaucratique en 2050 seront totalement différents de ceux de l’histoire d’aujourd’hui.

  • 20 Aucun de ces historiens n’avait, au demeurant, l’expérience de l’administration...

13Quatrième limite : en histoire de la bureaucratie il existe une menace : celle d’une histoire européenne qui cherche à imposer des modèles rationnels d’histoire (à la mode anglo-saxonne), qui pour des motifs idéologiques ou politiques tendent à construire une histoire « biaisée » : on est là dans un domaine inconnu, mais il y a des risques non négligeables de nivellement, de régression même de la demande à l’échelle de 30, 40 ans (les confrontations à l’échelle européenne entre historiens de l’administration n’ont jusqu’à présent donné que des produits insuffisants sur le plan des méthodes)20.

IV. COMMENT ÉTABLIR DES LISTES D’HISTOIRES À NAÎTRE ?

14On peut chercher à établir des listes d’histoires à naître en partant de ces tableaux de la demande : ce sont en fait des tableaux d’histoires à naître qui peuvent guider l’historien, lui montrer les bonnes cibles, ils marquent que l’histoire de la bureaucratie est une histoire ouverte, effervescente, qui échappe aux limites que certains historiens « fixistes » voudraient lui imposer, qui est de plus en plus centrée sur l’indéterminé, le « probable », le douteux (c’est une histoire qui donne beaucoup à rêver).

  • 21 On ne s’en est pas aperçu sur le moment, c’est quand les historiens commencent à exploiter les arch (...)
  • 22 On peut multiplier les essais avec des vécus différents de façon à avoir un tableau moyen, une sort (...)
  • 23 La poussière pose beaucoup moins de problèmes dans les bureaux aujourd’hui qu’en 1850 ou 1930, mais (...)

15L’histoire de la bureaucratie est ancrée dans une réalité que l’on connaît mal, sinon par l’expérience même de l’administration, par le vécu ; les récits biographiques comme ceux de Blanche Py et d’Yvonne Mathé, tout comme la collecte d’archives orales, ont obligé à reconsidérer le périmètre de l’histoire administrative, à élargir la vision de l’historien21, à sortir de cadres trop juridiques ou trop « déterministes ». Aussi bien devrait-il être possible de dresser des listes d’histoires à naître, d’histoires non-nées en partant de l’expérience, du vécu de l’administrateur ; c’est une sorte de demande interne « dérivée » qui montre le « souhaitable », ce qui paraît important et qui n’est pas encore fait. C’est là un autre mode de prévision, à partir d’analyses du vécu bureaucratique. L’exercice est tout arbitraire22 : mais il a l’avantage de montrer tout ce qu’il faudrait faire, même s’il s’agit d’histoires difficiles, aux méthodes incertaines, aux sources douteuses (comment ferai-je l’histoire de la poussière des bureaux, pourtant réalité vécue quotidiennement ?)23.

  • 24 On pourrait l’allonger beaucoup (cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 37 et suiv.).

16Donnons, à titre indicatif24, une liste de ces histoires à créer :

  1. Histoire des institutions :
    La basse administration
    Les conflits
    Les cabinets ministériels
    Le corps directorial

    • 25 D’un fonctionnaire caractériel on dit : « Il n ’est pas sortable ».

    Histoire psychologique :
    Le temps perçu, l’instant
    Le flou
    Le désordre
    L’erreur
    La crise
    La fraude, la corruption
    Le mensonge
    La manipulation
    L’indifférence (et la cruauté liée à l’indifférence)
    Le clandestin (et le souterrain)
    Le retard (les décalages)
    L’esprit de corps
    La médiocrité
    Les codes sociaux
    Les rituels de politesse25

  • 26 Il existe encore beaucoup de secteurs administratifs où le bureaucrate exerce des fonctions quasi-j (...)

III) Histoire des moyens :
Les modes d’écriture, le style
Le précédent
La fabrication des lois et décrets « en termes réels »
Les rites budgétaires (le mensonge budgétaire)
L’audit administratif
Le contrôle, l’inspection
La formation (peut-on former ?)
Le laxisme
L’administrateur-juge26
La faiblesse (devant le juge, l’avocat)
L’incapacité à prévoir
Le quotidien (la lumière, la poussière)
L’innovation

IV) Histoire morale :
Les devoirs d’état
Le sens du juste
La vision de l’administré, de l’assujetti
Le refus du politique (et la faiblesse devant le politique)
Les décalages avec l’attente des citoyens
L’honnêteté (et ses limites), la corruption
La carrière, l’obsession de la carrière, le goût des privilèges
Les relations avec l’autre
La souffrance

V) Histoire technique :
Les conventions (ce qui est convenable)
La coutume
Les rapports de force (avec les professions)
La négociation, le compromis
Les relations avec le juge administratif
Les batailles avec l’Europe, Bruxelles et le SGCI

  • 27 Cf. G. Thuillier et R. Catherine, L’etre administratif et l’imaginaire (1982). Personne, à notre co (...)

VI) Histoire intérieure :
La passion d’administrer
L’orgueil administratif
L’imaginaire, les obsessions27
Les maladies des fonctionnaires
L’égoïsme, le mépris, la soumission
La retraite.

17Sur ces différents « segments » on peut entreprendre des histoires exploratoires, des histoires « impossibles » : mais on a là des mécanismes lourds, des tendances longues (un bureaucrate est quelqu’un qui a des prédécesseurs, et qui aura des successeurs), on peut chercher à établir des principes, ou des règles du jeu ; si j’aborde tel ou tel segment, je dois :

  1. fixer le champ exact (notamment chronologique),

    • 28 Par exemple l’histoire de la fraude, l’histoire du mensonge ou l’histoire de la poussière.

    définir les sources possibles ou « probables »28,

  2. évaluer les sources à créer : archives orales thématiques, récits autobiographiques,

  3. choisir les méthodes (jusqu’où faut-il aller dans le détail ? Quels sont les obstacles ? Que se passe-t-il aujourd’hui ?),

  4. analyser les liens avec les autres disciplines (droit, science administrative, psychologie),

  5. chercher, suivant le mot d’Etienne Gilson, à « se mettre en état de comprendre avant de commenter », c’est-à-dire faire les investissements intellectuels préparatoires nécessaires.

  • 29 Ce qui est bien dommage pour l’histoire du quotidien, mais aussi parfois pour l’histoire de l’imagi (...)
  • 30 Dans tel grand ministère, les notes d’inspection étaient classées à part (de façon à éviter tout en (...)

18On voit l’effort de classification indispensable pour de telles explorations : rien ne garantit qu’on aboutira, on découvrira, à cette occasion, qu’on a oublié de collecter les archives de tel service (les archives du service intérieur sont en général détruites)29, ou qu’on a épuré les dossiers30. Mais on aura posé correctement un problème important, ouvert la voie, montré la richesse du champ à explorer (celui qui étudiera l’histoire du mensonge administratif, et de ses différentes formes, aura bien mérité de la science administrative). Ce qui est dangereux, en histoire de la bureaucratie, c’est la frilosité, l’incapacité à voir les choses, le manque de « réalisme », c’est-à-dire la médiocrité du regard.

V. LE BLOCAGE DE L’INNOVATION

19À quoi sont dus les blocages à l’innovation ? Pourquoi certaines histoires à naître avortent-elles ? et d’autres réussissent-elles ? On connaît très mal ces mécanismes d’échec :

    • 31 C’est-à-dire qu’on n’a pas fait les investissements nécessaires pour définir ces méthodes en liaiso (...)
    • 32 Pourtant dans l’administration le retard joue un grand rôle : « j’ai pris du retard, ce dossier est (...)
    • 33 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 211-218.

    pour certaines histoires on voit bien les objectifs, mais on n’a guère les moyens de les atteindre : on n’a pas les bonnes méthodes (comment faire l’histoire du style administratif ?)31, les sources nécessaires (si je voulais faire l’histoire du retard, de quelles sources disposerais-je ?)32, les moyens humains (il y a de grandes réticences des jeunes à s’engager dans de telles « explorations ») et souvent ces histoires exigent une grande expérience de la vie administrative (comment faire intelligemment l’histoire de l’erreur ?33 ou celle du mensonge ?) ;

    • 34 Sous le prétexte d’une histoire scientifique – alors que l’histoire n’est, au plus, qu’un artisanat
    • 35 Un administrateur rêve beaucoup, une bonne circulaire est d’abord rêvée (cf. L’etre administratif e (...)

    on rencontre souvent l’opposition des disciplines lourdes – histoire, droit, sociologie – qui imposent, en quelque sorte une conception « déterministe », fixiste de l’histoire34, et limitent le champ de vision (il est difficile de faire accepter à un historien économique les principes d’une histoire de la rêverie)35 ;

    • 36 On voit très bien des séminaires pour former à l’exploration, initier aux règles du jeu, montrer le (...)
    • 37 Qu’est-ce que le réalisme en histoire de la bureaucratie ? C’est là un beau sujet de réflexion.
    • 38 Sur le rôle des Comités, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 73 et suiv., et infra, p. 145.

    enfin on ignore les mécanismes particuliers de l’innovation ; une réflexion sur la psychologie de l’historien innovateur, de l’« explorateur » serait bien nécessaire, on comprendrait mieux les conditions de l’échec, l’importance des aides possibles : comment aider à l’exploration, à la naissance de ces histoires « à naître » ? Peut-on former l’historien à l’innovation ou à l’exploration ?36 Comment profiter là de l’expérience de l’historien « non professionnel », qui n’a pas (en principe) les mêmes préjugés et a une vision plus souple, plus directe, plus « réaliste » de l’histoire ?37 Quel rôle peuvent jouer les Comités d’histoire dans cette naissance d’histoires « à naître » ?38 Comment évolueront les chances de ces histoires à naître d’ici 2050 ? On voit la multitude de questions qui pourraient être posées si l’on faisait l’effort d’imagination nécessaire, si l’on tentait des analyses fines des conditions de « réussite » ou de développement d’une histoire à naître.

VI. RÈGLES D’USAGE

20On saisit bien notre embarras pour définir quelques règles du jeu : on est dans un domaine des plus incertains.

  • 39 Il est étonnant qu’on ne possède rien sur l’histoire de la conversation, ou de la négociation en ad (...)
  • 40 C’est-à-dire qu’on inventoriera : 1) les difficultés de méthode, 2) les obstacles tenant aux source (...)

21Première règle : il faut une analyse systématique des mutations « prévisibles » de la demande politique, sociale, technique et de la demande « sectorielle » et une analyse de la demande vécue des administrateurs ; on aurait ainsi, en croisant ces tableaux, un arbre des histoires à naître possibles sur cinquante ans. Il faut faire l’effort d’imagination nécessaire, en partant notamment des réalités bureaucratiques39, et on pourra marquer le degré de risque attaché à chaque nouvelle histoire40.

  • 41 Par exemple il faut que le jeune historien puisse s’appuyer sur les « conseils », ou l’expérience, (...)

22Deuxième règle : on doit analyser les mécanismes de blocage à la naissance et au développement des histoires « à naître » ; si on avait une théorie générale de l’histoire à naître, on comprendrait mieux les raisons de cet échec ; l’offre est limitée, mais on ne sait trop pour quelles raisons (parfois c’est la faute de l’historien, qui n’a pas su « calculer son coup », parfois il n’a pas reçu les aides nécessaires). On doit s’orienter vers une réflexion sur l’offre innovatrice, sur ses conditions de développement, sur les mécanismes d’incitation, de stimulation de façon à adapter l’offre à la demande « probable »41.

  • 42 On devrait collecter les archives orales d’historiens âgés ou jeunes, de façon à bien voir les obst (...)

23Troisième règle : il serait important de faire des archives orales sur l’histoire de la bureaucratie42, ses méthodes, de façon à mieux connaître sa flexibilité, les conditions des échecs, les possibilités d’exploration de voies nouvelles, la difficulté pour l’historien de précéder la demande, etc. ; l’histoire de la bureaucratie est une histoire neuve, ouverte, elle devrait rencontrer moins de résistances pour faire émerger des « histoires à naître ».

  • 43 Nous avons cherché à accréditer l’histoire des retraites de fonctionnaires à partir de 1990, et nou (...)

24Quatrième règle : on devrait donner aux jeunes historiens qui voudraient tenter ces explorations les règles de prudence nécessaires, une sorte de guide d’orientation pour leur expliquer les étapes, les méthodes pour faire émerger cette histoire à naître, pour l’accréditer, pour faire l’effort de doctrine nécessaire, pour assurer ses liens avec la corporation administrative, la science administrative ; il s’agit là de tactiques prudentielles, qui peuvent aider le jeune incertain de ses méthodes43.

  • 44 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 15-21,71-88.
  • 45 Il est nécessaire de saisir ce qui est important aujourd’hui en ce domaine : c’est évident pour les (...)

25Cinquième règle : quand une histoire à naître commence à émerger, il faut appliquer automatiquement des méthodes d’ingénierie historique44 pour obtenir sa reconnaissance : on doit évaluer les répercussions actuelles45, les problèmes de communication, s’appuyer sur des techniques éprouvées (colloques de méthode, groupes de travail, séminaires, archives orales, publications universitaires et non universitaires, recueils de sources, revue spécialisée), au besoin créer un comité d’histoire (ou une société savante) quand cette histoire est très importante (par exemple pour l’histoire de l’informatique administrative).

VII. PROSPECTIVE

26Peut-on chercher à établir une prospective dans un domaine aussi incertain ?

  • 46 On constate bien des résistances aujourd’hui, par exemple en matière d’archives orales.

27On voit bien l’incertitude où nous sommes : que sera l’histoire de la bureaucratie en 2050 ? Il y a des menaces « possibles », une régression peut même être envisagée, le conformisme s’accroissant (on a peur de ce que l’historien découvre, on le voit déjà)46 ; l’influence du politiquement correct peut croître (on fera de l’histoire « conforme » à un modèle, de l’histoire pieuse) ; les moyens alloués seront peut-être très faibles (que seront les Comités d’histoire en 2050 ?), et les liens entre les historiens et les administrateurs seront peut-être plus que médiocres (à quoi sert de faire une histoire qui fait sourire les bureaucrates expérimentés ?). Ce sont là des hypothèses pessimistes : mais comment les écarter ?

28Les facteurs favorables sont peu nombreux :

    • 47 Après une éclipse qui a duré de 1900-1910 à 1960-1970, sous l’influence de l’histoire économique ma (...)

    depuis 1970 l’histoire de la bureaucratie s’est réveillée47, et la tendance (30 ans, c’est très court) peut sans doute être prolongée ;

    • 48 Le colloque historique de l’Institut français des sciences administratives en 1999 portait sur « l’ (...)

    la conception de l’histoire bureaucratique s’est largement ouverte (qu’on songe au manuel de Lepointe), on prolongera sans doute cette « effervescence »48 ;

  • l’administration depuis 1980-1990 s’intéresse de plus en plus à son histoire ; les Comités d’histoire permettent de rapprocher administrateurs et historiens, le mouvement pourrait s’amplifier et devrait permettre de faire une histoire « en profondeur ».

29On saisit combien les années 2000-2020 seront importantes : il faut multiplier ces explorations d’histoires à naître, faire les investissements intellectuels nécessaires, chercher à aider, à guider l’historien qui tente de développer une telle histoire à naître.

Conclusion

30Peut-on tirer quelques leçons de ces observations trop brèves ?

31Première leçon : l’exercice que nous avons fait devrait être recommencé dans dix ans, pour bien saisir les mutations favorables ou défavorables aux histoires à naître et pour affiner le tableau de la demande.

32Deuxième leçon : il faudrait faire les investissements nécessaires pour établir un « guide de l’histoire à naître », afin d’aider le jeune historien, lui montrer les étapes nécessaires, les règles d’ingénierie à appliquer : c’est là une priorité, car entreprendre une histoire à naître désoriente, crée une anxiété insupportable (suis-je dans le bon chemin ? ne vais-je pas à l’échec ?).

33Troisième leçon : il faut du caractère, de l’indépendance d’esprit, de la flexibilité, du temps, de la ténacité pour développer et gérer de telles histoires : ce sont des qualités rares.

Notes

1 Cf. infra, p. 217.

2 Songeons que nous n’avons pas encore véritablement une histoire de direction de ministère (la première thèse vient d’être soutenue en janvier 2000 sur la direction du Trésor par Laure Quennouëlle, elle servira sans doute de « modèle »).

3 Cet arbitraire est chose nécessaire dès qu’on cherche à sortir des coutumes de pensée.

4 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 37-70.

5 Il faudrait s’interroger sur les raisons de ces abandons.

6 Les méthodes générales d’histoire du quotidien s’appliquent mal au milieu bureaucratique.

7 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 37-70. C’est un arbre qu’il faudrait refaire aujourd’hui pour le compliquer.

8 Ou des histoires « politiquement correctes » (on le voit bien pour certains travaux sur l’histoire de la bureaucratie sous Vichy).

9 Les drogues sont arrivées massivement en France en 1969-1971 – mais les archives ne sont pas encore disponibles.

10 Les dossiers des femmes fonctionnaires à la retraite ne sont pas consultables, on n’a pas encore organisé des protocoles de recherche permettant d’exploiter ces dossiers sous une forme anonyme ou statistique.

11 Le secret fiscal s’oppose en principe à toute exploration – et l’impôt sur le revenu ne date que de 1917. Là encore on n’a pas su organiser des protocoles pour l’exploitation anonyme – et de fait, il semble que les destructions ont été très importantes.

12 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 103-104, 339-345, 362-365.

13 Cf. ibidem, p. 20-21, 62.

14 Les archives écrites ne donnent parfois qu’une image bien appauvrie, déformée de la réalité administrative, ce qui est important souvent n’est pas écrit (ou s’il est écrit, n’est pas conservé...).

15 Il faudrait enquêter sur les raisons de ces non-émergences.

16 Prenons, par exemple, l’histoire des gestes administratifs : on a du mal à en définir les méthodes et les limites.

17 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 541-542.

18 Faut-il rappeler que l’école des Annales s’est toujours refusée à s’intéresser à l’histoire de la bureaucratie, qu’elle confondait (à tort) avec l’histoire « institutionnelle » ?

19 Cf. « Les règles d’une histoire sensible », Revue administrative, 2000, p. 302-306.

20 Aucun de ces historiens n’avait, au demeurant, l’expérience de l’administration...

21 On ne s’en est pas aperçu sur le moment, c’est quand les historiens commencent à exploiter les archives orales dans leurs travaux que cette novation apparaît clairement.

22 On peut multiplier les essais avec des vécus différents de façon à avoir un tableau moyen, une sorte de panel.

23 La poussière pose beaucoup moins de problèmes dans les bureaux aujourd’hui qu’en 1850 ou 1930, mais on ne peut l’ignorer, surtout si on gère un « service intérieur » (et il y a encore nombre de fonctionnaires qui époussettent leur bureau...).

24 On pourrait l’allonger beaucoup (cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 37 et suiv.).

25 D’un fonctionnaire caractériel on dit : « Il n ’est pas sortable ».

26 Il existe encore beaucoup de secteurs administratifs où le bureaucrate exerce des fonctions quasi-judiciaires (par exemple en matière de naturalisations).

27 Cf. G. Thuillier et R. Catherine, L’etre administratif et l’imaginaire (1982). Personne, à notre connaissance, n’étudie les caractériels, les « fous » ou « demi-fous », la psychiatrie administrative est quasi-inexistante.

28 Par exemple l’histoire de la fraude, l’histoire du mensonge ou l’histoire de la poussière.

29 Ce qui est bien dommage pour l’histoire du quotidien, mais aussi parfois pour l’histoire de l’imaginaire. Et dans tel ministère on aimerait bien que soient gardées les archives des assistantes sociales et du service social.

30 Dans tel grand ministère, les notes d’inspection étaient classées à part (de façon à éviter tout ennui lors de la communication éventuelle du dossier).

31 C’est-à-dire qu’on n’a pas fait les investissements nécessaires pour définir ces méthodes en liaison avec les spécialistes de l’histoire du langage, de la rhétorique et de l’écriture ordinaire.

32 Pourtant dans l’administration le retard joue un grand rôle : « j’ai pris du retard, ce dossier est en retard, le retard de cette commission est exagéré, Matignon exige ce dossier en retard, X est toujours en retard ».

33 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 211-218.

34 Sous le prétexte d’une histoire scientifique – alors que l’histoire n’est, au plus, qu’un artisanat.

35 Un administrateur rêve beaucoup, une bonne circulaire est d’abord rêvée (cf. L’etre administratif et l’imaginaire, ouv. cité).

36 On voit très bien des séminaires pour former à l’exploration, initier aux règles du jeu, montrer les principes d’ingénierie (et de communication).

37 Qu’est-ce que le réalisme en histoire de la bureaucratie ? C’est là un beau sujet de réflexion.

38 Sur le rôle des Comités, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 73 et suiv., et infra, p. 145.

39 Il est étonnant qu’on ne possède rien sur l’histoire de la conversation, ou de la négociation en administration, alors que la haute administration est principalement une activité orale...

40 C’est-à-dire qu’on inventoriera : 1) les difficultés de méthode, 2) les obstacles tenant aux sources.

41 Par exemple il faut que le jeune historien puisse s’appuyer sur les « conseils », ou l’expérience, d’administrateurs âgés, qui connaissent bien la coutume des bureaux.

42 On devrait collecter les archives orales d’historiens âgés ou jeunes, de façon à bien voir les obstacles.

43 Nous avons cherché à accréditer l’histoire des retraites de fonctionnaires à partir de 1990, et nous avons bien ressenti le besoin d’un tel guide, décrivant les étapes successives (à noter que nous n’avons tenté d’étudier cette histoire que parce qu’en dressant l’arbre de la demande en histoire administrative, nous avions constaté cette lacune extraordinaire...). Sur les principes d’un tel guide, infra, p. 235.

44 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 15-21,71-88.

45 Il est nécessaire de saisir ce qui est important aujourd’hui en ce domaine : c’est évident pour les retraites ou la notation ou la corruption, mais moins pour la coutume ou les devoirs d’état.

46 On constate bien des résistances aujourd’hui, par exemple en matière d’archives orales.

47 Après une éclipse qui a duré de 1900-1910 à 1960-1970, sous l’influence de l’histoire économique marxisante. Mais nous n’avons pas encore une histoire de l’histoire administrative (et le dernier livre sérieux sur l’histoire de la fonction publique remonte à 1913...).

48 Le colloque historique de l’Institut français des sciences administratives en 1999 portait sur « l’Etat et le crime »...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search