Version classiqueVersion mobile

L’histoire en 2050

 | 
Thuillier Guy

Chapitre II. L’histoire de la bureaucratie

Texte intégral

  • 1 Cf. « Que sera l’historien de 2050 ? », dans L’histoire entre le reve et la raison, 1998, p. 813-82 (...)
  • 2 L’étudiant qui a 20 ans en 2000 aura 70 ans en 2050 (il sera peut-être encore « productif »).

1Comment réfléchir à l’histoire de la bureaucratie en 2050 ? L’exercice est nécessairement arbitraire : mais ces rêveries sur 2050, sur le développement de la discipline, permettent de voir ce qui est important, d’orienter le regard, de tirer même quelques conclusions pratiques1. Mais les obstacles sont nombreux, on n’aime guère faire des esquisses prospectives, et surtout rien n’est plus incertain que ce qui se passera dans cette discipline d’ici 50 ans (les bons historiens de 2050 ne sont pas encore nés...)2 ; on peut même « raisonnablement » être pessimiste, car une régression n’est pas impossible. Aussi voudrions-nous tenter de poser quelques questions qui montrent notre incertitude :

  • qu’est-ce que l’histoire de la bureaucratie en 2050 ?

  • quelle sera la situation de cette histoire en 2050 ?

  • que sera l’historien de la bureaucratie en 2050 ?

  • comment l’historien de 2050 traitera-t-il notre présent ?

  • comment aller plus loin dans cette réflexion sur 2050 ?

  • peut-on construire un schéma 2050 ?

2Ce sont là des questions redoutables : personne ne peut avoir de réponses certaines, on est dans l’ordre du probable.

I. QU’EST-CE QUE L’HISTOIRE DE LA BUREAUCRATIE EN 2050 ?

  • 3 Cf. notre esquisse, avec François Monnier, « Prospective de l’histoire de la bureaucratie » (pour 1 (...)

3Par construction on ne peut savoir ce que sera cette histoire en 2050 (les prévisions « raisonnables » ne peuvent dépasser 2015-2020)3. On est dans l’incertitude la plus totale : comment peut-on rever à cette histoire ? L’exercice mérite d’être tenté.

  • 4 Cf. « Pour une prospective de l’histoire », Revue historique, juillet 1973 (repris dans Pour une hi (...)

41) Quel sera le champ de cette histoire ? En principe il comprendra trois zones4 :

5cette histoire aura en charge l’histoire de la bureaucratie de 2000 à 2050 (dont nous ignorons l’évolution) ;

6elle devra explorer l’histoire des années 1950-2000, elle aura accès aux sources d’archives conservées, et de plus elle aura l’avantage de savoir ce qui s’est passé après 2000 ;

7elle réécrira, ou réinterprétera, avec ses méthodes à elle, ses centres d’intérêt, ses soucis, l’histoire de la bureaucratie de 1800 à 1950, elle aura une autre vision que nous de ces années. Or ce sont là trois champs de recherches bien différents, les techniques employées ne seront pas les mêmes.

  • 5 On ne sait trop comment l’historien pourra consulter dans x années les banques de données des admin (...)
  • 6 Cf. « Le scepticisme de l’historien », Revue administrative, 1998, p. 435-440 et « L’application de (...)

82) On peut estimer que cette « histoire 2050 » reposera sur d’autres principes que l’histoire 2000 : il y aura des mutations probables des centres d’intérêt, des méthodes de travail, des modes de formation des historiens (quelle sera la part des historiens « non professionnels » ?), des matériaux (le « support papier » risque fort de décroître, les historiens seront obligés d’utiliser des archives informatiques, avec tous les risques que cela comporte5, on sera fort gêné par la disparition des « dossiers personnels »), des méthodes d’analyse (les tendances à une histoire sceptique seront peut-être plus développées)6, et il faudrait faire la part de l’apparition d’ histoires à naître dont nous ignorons à peu près tout.

  • 7 L’histoire, rappelons-le, peut devenir un enjeu politique dans les querelles européennes.
  • 8 Certaines régions accordent déjà des bourses pour des thèses d’histoire régionale.
  • 9 À quoi tient la réapparition de l’histoire administrative dans les années 1960-1970 ? A des raisons (...)
  • 10 Cf. Nicolas Grandguillaume, « Prospective de la bureaucratie », dans Théorie générale de la bureauc (...)

93) Par suite l’histoire 2050 est pour une large part imprévisible : on ne sait trop quels seront les objectifs de cette histoire ; par exemple quelles seront les conséquences de l’Union européenne sur la conception même de l’histoire de la bureaucratie ? Va-t-elle pousser à une vision européenne des choses, à des travaux en commun entre historiens « nationaux », dont les méthodes sont divergentes ?7 Ou au contraire assistera-t-on au développement d’histoires des bureaucraties nationales, à tendance « nationaliste » et affirmant leurs légitimes différences ? Personne ne peut le savoir. De même la croissance du poids des régions conduira-t-elle à développer des histoires régionales de la bureaucratie (comme il serait souhaitable, car il faut déparisianiser la recherche) ? On ne le sait, mais il faudrait inventer de nouvelles formules, des aides particulières aux travaux régionaux8... De plus, il n’est pas sûr que le développement de l’histoire de la bureaucratie soit linéaire : il peut y avoir des bonds, des régressions (et par le passé – pour des raisons doctrinales mal connues, peut-être d’origine politique – il y a eu une éclipse étonnante de cette histoire de 1910 à 19709 : peut-être assistera-t-on à de telles « régressions »). Faut-il ajouter que l’historien de 2050 n’aura pas en face de lui la même bureaucratie que nous, que les rapports entre la politique et l’administration, le corps politique et le pouvoir bureaucratique ne seront sans doute pas identiques (mais personne ne peut guère se hasarder à des prévisions)10 ?

II. QUELLE SERA LA SITUATION EN 2050 ?

10On ne peut, à l’évidence, raisonner de façon isolée sur l’histoire de la bureaucratie : elle est liée à la conjoncture historique, et par là à la conjoncture politique, à la politique de l’histoire (et à la politique d’enseignement et de recherche), à la situation du corps social (il aime critiquer la bureaucratie, il souffre de ses excès, exige plus de transparence). Or l’évolution sur 2000-2050 est insaisissable.

  • 11 Cf. G. Thuillier et J. Tulard, « Prospective du marché de l’histoire », dans Le marché de l’histoir (...)

111) On voit bien les chances défavorables, la possibilité de régression (comme pour l’histoire dans son ensemble)11 :

12la tendance au nivellement, le conformisme, l’usage de « modèles »,

13le « politiquement correct » dont on voit déjà des excès (par exemple pour l’histoire de 1940-1945),

14le manque de moyens financiers (les crédits risquent de se réduire, la place de l’histoire dans la recherche, l’enseignement, de décroître),

15le manque de gens formés (l’histoire de la bureaucratie est une histoire technique, qui exige quelques connaissances),

  • 12 Rappelons que les progrès d’une discipline tiennent beaucoup au rôle des personnalités qui exercent (...)

16le défaut des personnalités créatrices, celles qui lancent des innovations, qui précèdent la demande12,

17le manque de « patrons » (les « patrons » de 2050 ne sont pas encore nés, ceux de 2030 sont encore au lycée...),

  • 13 L’expérience a montré, dans des groupes de travail « internationaux » sur l’histoire administrative (...)

18les pressions étrangères (on voudra un jour faire une histoire européenne de la bureaucratie, en gommant les différences ou en l’orientant à la mode anglo-saxonne)13,

19les incertitudes doctrinales, les divisions, les conflits de chapelles, qui risquent d’en écarter les jeunes, qui aiment avoir des repères, une certaine lisibilité des objectifs et qui sont désorientés par ces querelles (faut-il faire de l’histoire « à la Bourdieu » ? ou faire de l’histoire principalement juridique ?). On peut considérer dans ces conditions que l’état de l’histoire en 2050 sera sans doute médiocre, fragile.

202) En sens inverse, on peut souligner quelques facteurs favorables :

21c’est une histoire à taux d’innovation élevé par rapport à d’autres disciplines « sommeillantes », et les possibilités d’histoires à naître sont nombreuses,

22c’est une histoire neuve, qui correspond à une demande croissante : demande politique (et sociale), demande corporative (les administrations veulent développer leur mémoire),

23c’est une histoire qui peut disposer de sources d’archives très abondantes si une politique d’archives active est entreprise,

24c’est une histoire flexible, adaptable : elle peut recruter facilement des « non professionnels », des administrateurs, des ingénieurs retraités, elle peut avoir des connexions nombreuses avec d’autres disciplines (par exemple l’histoire des techniques, l’histoire de la protection sociale),

25c’est une histoire libre, qui peut séduire les jeunes si on les aide intelligemment : elle est dans son principe probabiliste, indéterminée, elle s’oppose à l’histoire doctrinaire,

26c’est une histoire qui est capable d’inventer ses méthodes d’ingénierie (les comités d’histoire le montrent bien).

  • 14 La même incertitude existe en histoire économique, en histoire sociale (on a vu récemment de brusqu (...)

27Mais ce ne sont là peut-être que des apparences : nous ne connaissons pas les caractères des « patrons » de cette histoire en 2030 ou 2050, on est dans l’incertitude la plus totale sur les principes, les méthodes qui seront appliqués dans vingt ans14.

III. QUE SERA L’HISTORIEN DE LA BUREAUCRATIE EN 2050 ?

28A) On peut chercher à prolonger les tendances lourdes de l’histoire de la bureaucratie actuelle (même si elle est en mauvais état) ; on peut constater quelques mutations « amorcées » :

  • 15 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 327-332.
  • 16 Les thèses de Laure Quennouëlle sur la direction du Trésor, d’Aude Terray sur la direction de la Pr (...)

29L’historien va de plus en plus loin dans le détail technique des affaires, dans la connaissance des documents (on commence à publier des pièces justificatives, des recueils de documents)15, dans la psychologie de l’administrateur (les archives orales en sont un bon témoignage)16.

  • 17 L’historien a de plus en plus conscience des risques d’obsolescence, il voit la mortalité élevée de (...)

30L’historien tend à faire des travaux à longue durée de vie, de solide érudition, ce qui s’oppose à l’histoire résumée, aseptisée, à l’histoire idéologique, ou à l’histoire « à la mode »17.

31Il tend à faire un effort de réflexion doctrinale, certains historiens ont l’expérience de l’administration (et notamment universitaire), ce qui leur donne une certaine flexibilité, une capacité d’écoute plus grande ; cette tendance pourrait s’accroître.

  • 18 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 71-101.

32Il commence à s’appuyer sur des techniques d’ ingénierie et de communication (c’est l’innovation apportée par les comités d’histoire)18.

33Il cherche à s’adapter à la demande, à l’analyser, il commence à avoir des vues prospectives « à moyen terme » (on tente de développer des histoires qui seront importantes dans x années).

  • 19 La formule des séminaires pour non professionnels (cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 353-359) (...)

34Il tend à développer des formules souples d’enseignement avec des séminaires de méthode, des séminaires mixtes (réunissant administrateurs et universitaires)19.

35Il s’agit là de tendances récentes, mais on peut penser qu’elles devraient se prolonger (en 1998 le Club des Comités d’histoire, formé à l’initiative de Florence Descamps, réunissait une quarantaine de Comités ou associations).

36B) Mais cet optimisme doit être tempéré : car il y a nécessairement des divergences, des conflits, des « erreurs d’orientation », des « menaces », et ces frottements et résistances se prolongeront naturellement d’ici 2020-2050.

  • 20 Les critiques viennent des historiens de l’économie tout puissants dans les Facultés de Lettres, et (...)

37Certains historiens s’interrogent sur la pertinence, l’utilité de l’histoire de la bureaucratie, sa place dans l’histoire générale : à quoi bon une histoire de la bureaucratie ?20 Et certains administrateurs, devant l’insuffisance des « produits », ont quelques doutes.

  • 21 Et quand ils s’intéressent à l’administration, ils croient naïvement, à la suite de Weber et des so (...)

38Il y a des conflits sur la conception même de cette histoire : certains prônent une histoire doctrinaire (utilisant par exemple des modèles sociologiques), d’autres une histoire idéologique (largement politisée ou partiale), d’autres une histoire juridique (limitée à l’examen de l’application des règles juridiques). Les résistances sont nombreuses, et les historiens de l’économie montrent toujours-on ne sait trop pourquoi-une grande défiance vis-à-vis de l’histoire de la bureaucratie21.

39On constate des divergences – plus ou moins graves – entre les historiens universitaires, qui n’ont aucune expérience de l’administration, et les historiens « non professionnels », qui ont la pratique des bureaux et la connaissance des hommes et qui possèdent une vision plus souple, plus flexible de l’histoire.

40Ces querelles sont nécessaires, elles sont durables : on les retrouvera en 2050, mais il est difficile de savoir quelles seront les « épreuves » à venir de la discipline.

IV. COMMENT L’HISTORIEN TRAITERA-T-IL EN 2050 NOTRE PRÉSENT ?

41On doit réfléchir sur les soucis, les besoins de l’historien de 2050, les obstacles qu’il va rencontrer, les méthodes qu’il appliquera : c’est là une priorité.

A. Les besoins prévisibles d’archives

    • 22 La pensée et le mouvant, 1934, p. 16-18 (le texte date de 1922). On ne comprend pas que le texte de (...)
    • 23 Le doyen Pierre Renouvin insistait souvent sur ce point (cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 30 (...)
    • 24 Cf. ibidem, p. 533 et suiv.

    Il aura besoin des archives 1950-2000 : mais-comme le notait Bergson22 – on ne sait trop ce qu’il voudra chercher, quels seront ses centres d’intérêt : « Il faut un hasard heureux, une chance exceptionnelle, pour que nous notions justement, dans la réalité présente, ce qui aura le plus d’intérêt pour l’historien à venir. Quand cet historien considérera notre présent à nous, il y cherchera surtout l’explication de son présent à lui, et plus particulièrement, de ce que son présent contiendra de nouveauté. Cette nouveauté, nous ne pouvons en avoir aucune idée aujourd’hui, si ce doit être une création. Comment donc nous réglerons-nous aujourd’hui sur elle pour choisir parmi les faits ceux qu’il faut enregistrer, ou plutôt pour fabriquer des faits en découpant selon cette indication la réalité présente ? (...) Pour léguer à nos descendants l’explication, par ses antécédents, de l’événement essentiel de leur temps, il faudrait que cet événement fût déjà figuré sous nos yeux (...) Nous transmettons aux générations futures ce qui nous intéresse, ce que notre attention considère et même dessine à la lumière de notre évolution passée, mais non pas ce que l’avenir aura rendu pour eux intéressant par la création d’un intérêt nouveau, par une direction nouvelle imprimée à leur attention ». On ne transmet le plus souvent aux successeurs que des archives mutilées, imparfaites, figées : or il faudrait éviter que l’historien de 2050 dise : « Je ne trouve plus rien, je ne peux plus comprendre ce qui s’est passé, on a détruit ce qui était le plus important, le plus intéressant »23 On doit donc chercher à ménager ses intérêts, adapter la collecte des archives 1950-2000 aux besoins imprévisibles de l’historien de 2050 (ou 2080) en établissant des réserves, des blocs témoins, des échantillonnages larges24 et en évitant d’avoir une conception trop figée, très réductrice des archives sécrétées par la bureaucratie : personne, honnêtement ne peut dire ce qui intéressera en priorité l’historien de 2050, et quelles méthodes il utilisera. Si bien qu’il faut songer à des plans de sauvegarde d’archives qui ne sont pas collectées habituellement : par exemple les archives des institutions de sondage, les archives photographiques des journaux, les archives audiovisuelles des stations régionales de FR3 ou les archives de l’ANPE.

    • 25 C’est le cas pour les archives fiscales, couvertes par le secret fiscal : or l’impôt sur le revenu (...)
    • 26 Un bon exemple est donné par les archives des associations et centres d’enfance handicapée : il fau (...)

    L’historien de la bureaucratie en 2050 fera des histoires lourdes, entrevues dès aujourd’hui, mais qui ne sont pas encore développées, soit que les sources ne soient pas accessibles25, soit que les méthodes ne soient pas au point : par exemple l’histoire de l’impôt sur le revenu ou l’histoire de l’enfance handicapée. 11 convient de songer aux besoins des historiens futurs et de pratiquer dès maintenant des politiques adaptées de collecte ou de sauvegarde, même s’il s’agit de masses non négligeables26 : ce sont là les matériaux d’histoires « probables ».

  1. L’historien de 2050 aura besoin d’archives particulières, que l’on cherche à créer pour lui dès maintenant :

      • 27 Il y a des résistances considérables à leur développement, qui sont mal analysées (on le voit bien (...)

      archives orales, qui permettent de sauver la mémoire orale, et qu’il faudra développer systématiquement27,

      • 28 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 347-351.

      récits de vie, qui donnent des autobiographies précieuses par leur qualité humaine, et qui permettent de dépasser les archives de l’administration28.

  • 29 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 20-21.

42D’autres formules seraient à trouver, par exemple pour les archives audiovisuelles : on devrait conserver des « films » de réunions de cabinet de ministre, de réunions de service, de cantines ou cafétéria, de conférences ou commissions, de « négociations », etc. qui seront fort utiles pour l’histoire psychologique, l’histoire des gestes et des regards, l’histoire des habitudes, l’histoire du langage, l’histoire des couleurs, etc.29.

B. Les besoins méthodologiques

    • 30 D’ici 2050 la science administrative, et la psychologie administrative, auront peut-être fait quelq (...)
    • 31 Cf. infra, p. 29.

    On peut croire que l’historien de 2050 aura besoin que nous lui donnions des réflexions, des notes sur la méthode à suivre en histoire de la bureaucratie, les obstacles rencontrés, afin qu’il puisse saisir nos conceptions, et saisir l’écart avec les siennes (tout comme nous aimerions bien avoir de telles réflexions pour 1910 ou 1930...). Il n’est pas sûr du tout qu’il ait une vision normative, juridique des choses, il aura sans doute d’autres méthodes d’approche du phénomène bureaucratique30, il s’intéressera à d’autres facettes de la vie bureaucratique que nous : or nous n’avons guère idée de ces histoires « probables », de ces histoires à naître qui devraient se développer d’ici 2050, avec des méthodes neuves, d’autres modes de raisonnement31.

  1. On doit fournir à l’historien de 2050 des instruments de travail qui pourront l’aider à mieux déchiffrer notre présent, par exemple :

    1. un Dictionnaire des institutions administratives (et économiques), tout comme nous utilisons le Marion pour le XVIIe et le XVIIIe siècle,

      • 32 Un Dictionnaire des membres du Conseil d’État depuis l’an VIII est en cours de publication.

      des Dictionnaires biographiques (le vide est considérable en ce domaine) : on aimerait bien un Dictionnaire des Inspecteurs des Finances (1945-2000), un Dictionnaire des Conseillers d’Etat (1945- 2000), ce seraient des outils précieux en 2050 ou 208032,

      • 33 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 333-338.

      des banques de données rétrospectives bibliographiques : or nous sommes dans un vide total en ce domaine, la théorie de ces banques de données n’est pas encore faite33, on recule devant l’effort nécessaire – alors que ces banques de données documentaires construites pour l’histoire ont une durée de vie longue et économisent beaucoup le temps des chercheurs.

    • 34 Sur l’ingénierie en histoire, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 71-88, et infra, p. 161.

    Les historiens de 2050 auront aussi des besoins importants en ingénierie : il convient de chercher à perfectionner nos méthodes d’ingénierie34, de faire les investissements nécessaires sur ces techniques d’ingénierie appliquées à l’histoire de la bureaucratie, qui seront les outils du développement de la discipline. La réflexion sur l’ingénierie historique, qui est une chose neuve – elle n’a pas dix ans –, devrait aider à fournir les outils intellectuels de la discipline en 2050, en introduisant des méthodes de réflexion, de programmation, d’évaluation, de contrôle qui sont fort peu pratiquées aujourd’hui.

V. COMMENT ALLER PLUS LOIN DANS CETTE RÉFLEXION ?

43L’idée A’optimum est séduisante : et elle incite à rêver sur ce que pourrait être cette histoire de 2050, en levant les contraintes, en imaginant les solutions les plus adaptées ou les plus efficaces, en suggérant des innovations, des expérimentations. Cherchons à indiquer quelques priorités.

  • 35 Par exemple pour les archives du R.M.I. : il s’agit de dossiers importants pour l’histoire sociale, (...)
  • 36 Ces réunions, qui examineraient les faits porteurs d’avenir apparus depuis deux ans, évoqueraient n (...)

44Premier moyen : il faudrait organiser systématiquement cette réflexion sur 2050 : on voit son importance, par exemple pour la sauvegarde des archives (les archives fiscales sur l’impôt sur le revenu, ou les archives du R.M.I. ne pourront guère être consultées avant 2030-2050 ; elles sont menacées de destruction, personne n’ayant défini leur valeur pour l’historien futur, ni décidé des règles optimales de conservation)35. Il faudrait un système régulier de réflexion, par exemple une conférence (ou un « mirador ») tous les deux ans réunissant, dans chaque secteur, les administrateurs, les organismes de recherche, les universitaires, les archivistes pour fixer les règles du jeu36.

45Deuxième moyen : en 2050 on trouvera à la fois trois générations d’historiens :

  • ceux formés en 2035 (et qui auront 35 ans),

  • ceux formés en 2020 (et qui auront 50 ans),

  • ceux formés en 2005 (et qui seront encore actifs).

46On ne peut donc « raisonnablement » agir que sur les formations de ces derniers :

  • il faut aider les jeunes à former des projets, les guider sur la bonne cible, leur donner des aides méthodologiques (séminaires d’initiation « thématiques », notes de méthode), des outils de travail (guides du chercheur « thématiques », banques de données), des sources neuves (archives orales), les initier à la bureaucratie (stages dans l’administration) ;

    • 37 Cf. « Être patron », article à paraître.

    il faut aider à former les patrons futurs, ceux qui seront responsables de l’histoire de la bureaucratie dans les années 2015-2050 (les patrons qui régneront en 2050 ne sont pas encore nés, mais il n’est pas impossible d’aider à la formation « en tant que patrons » de ceux qui auront un rôle en 2030 : c’est une question d’imagination et de moyens)37 ;

    • 38 Sur la formation de l’historien non professionnel, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 471 -477(...)

    il faut aider les historiens non professionnels (dont la durée de production est de 10-15 ans, mais qui ont pour eux le savoir technique) à entreprendre des travaux importants en observant les méthodes de l’érudition (en principe leur nombre devrait s’accroître dans les années 2010-2025)38.

47La qualité des travaux peut dépendre de l’importance des aides : mais surtout le taux d’innovation. Comment réfléchir aux aides à l’innovation ? C’est une question qui mérite l’attention : on voit très bien ce qu’il faudrait faire pour développer dans les années 2000-2020, l’histoire de l’informatique administrative pour les années 1950-2000 qui est une histoire neuve :

  • former des responsables, des chefs de projet,

    • 39 Par exemple à la direction générale des Impôts ou à l’INSEE.

    avoir des groupes de travail pour un secteur ou une institution39, comprenant des « anciens »,

  • initier des administratifs, des informaticiens âgés aux méthodes historiques,

    • 40 Ainsi on a obtenu en 1998, lors d’un concours autobiographique, des souvenirs écrits d’un responsab (...)

    recueillir des archives orales ou des souvenirs écrits40,

  • préserver systématiquement les archives des services informatiques, mais aussi autant que possible des sociétés de service et des grandes entreprises informatiques,

  • établir un programme de travail 2000-2020,

  • organiser un Comité d’histoire de l’informatique administrative, avec un secrétariat scientifique.

  • 41 Cf. infra, p. 29.
  • 42 Ce devrait être un beau sujet de colloque.

48Troisième moyen : il faut gérer le système des histoires à naître41 : on ne peut croire que l’histoire de la bureaucratie restera figée jusqu’en 2050, qu’elle sera à cette date entreprise à l’identique (il n’y a qu’à mesurer l’écart entre 1950 et 2000) ; une réflexion sur ces histoires à naître est nécessaire42, il faut entreprendre les investissements nécessaires pour :

    • 43 La tâche n’est pas facile, mais il y a beaucoup d’amorces d’histoires à naître, de tentatives plus (...)

    repérer ces histoires à naître43,

    • 44 Comment gérer une histoire à naître ? Voilà un beau thème de réflexion.

    approfondir la conception, les principes, les méthodes de gestion de ces histoires à naître44,

    • 45 Par exemple si l’on veut développer l’histoire du style administratif-dont chacun reconnaît la néce (...)

    aider à leur naissance (il faut des crédits expérimentaux)45.

49On doit faire un effort particulier pour accroître le taux d’innovation, ou le taux d’effervescence, pour élargir la vision de l’historien, pour encourager presque les déviants.

  • 46 Et, par voie de conséquence, dans les programmes du CNRS.

50Quatrième moyen : il faut développer l’enseignement universitaire de la discipline, qui est à la portion congrue tant dans les Facultés de lettres que dans les Facultés de droit46, en montrant les besoins des autres disciplines (l’histoire économique et sociale, l’histoire politique ont beaucoup à tirer de l’histoire de la bureaucratie). Donnons deux exemples :

    • 47 Les travaux du Comité d’histoire de la Sécurité Sociale l’ont bien montré.

    il y a une forte demande d’histoire de la bureaucratie sociale (l’histoire de l’action sociale, des secours passe par l’histoire de la bureaucratie47, les travailleurs sociaux, les « acteurs » sociaux ont besoin de connaître la genèse de tel ou tel système).

    • 48 Peut-être en utilisant le réseau des Instituts d’études politiques, ou en créant des Centres région (...)

    on constate, la régionalisation aidant, une forte demande d’histoire locale et régionale : comment peut-on la satisfaire ? Comment peut-on aider les chercheurs qui ne trouvent en général aucun enseignement adapté ? On voit bien la difficulté : mais il serait anormal qu’on ne pût développer l’histoire de la bureaucratie en Alsace-Lorraine ou en Languedoc48...

  • 49 Actuellement aucune institution ne permet cette réflexion en commun (les Comités d’histoire n’ont p (...)

51Cinquième moyen : le rapport Braibant en 1996 sur les Archives de France suggérait la création d’un Institut des Hautes études des Archives, sur le modèle de l’IHEDN ou du CHEAR ; or il serait nécessaire de développer, en vue de 2050, dans un tel Institut la réflexion sur la théorie et les principes de la sauvegarde des archives, afin de prévenir les catastrophes archivistiques « prévisibles », pour sensibiliser les conservateurs des archives et les administrateurs aux intérêts de l’historien de 2050, à la nécessité de protéger les « histoires à naître » (des sessions communes devraient permettre de rassembler archivistes, administrateurs et historiens)49.

VI. PEUT-ON CONSTRUIRE UN SCHÉMA 2050 ?

52On peut chercher à établir, pour tel ou tel secteur de la bureaucratie, un schéma de l’histoire 2050 en examinant quelques segments : nécessairement l’exercice est arbitraire ; en fait la prospective n’est valable que pour les années 2000-2020, après 2020 les incertitudes sont très grandes. On définit ainsi quelques objectifs « souhaitables » ou « probables ».

53Premier objectif, la protection du patrimoine. On voit l’importance d’une réflexion (pour ce secteur) :

    • 50 Donnons un exemple simple : dans tel grand ministère, où les paroles du ministre ont du poids, sont (...)

    sur la collecte des archives 1950-2000 et 2000-2050 : quels principes va-t-on appliquer ? Comment ménagera-t-on les intérêts de l’historien de 2050 ? Comment pourra-t-on établir des banques de données d’archives ?50

    • 51 On fait beaucoup de revues de presse dans l’administration, les cabinets : combien sont conservées (...)

    sur la préservation des sources imprimées, de la « littérature grise » sécrétée par l’administration, des « dossiers de presse »51,

    • 52 Chaque ministère, chaque institution secrète beaucoup de photographies : sont-elles conservées ? da (...)

    sur la sauvegarde des archives photographiques et audiovisuelles52,

  • sur la préservation des enquêtes par sondage qui jouent maintenant un tel rôle dans les relations de l’administration et des administrés.

  • 53 Sur les archives audiovisuelles créées, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 20-21, 104- 108, 36 (...)
  • 54 Ibidem, p. 347-351. On n’a pas encore développé toutes les conséquences de cette méthode, qui peut (...)

54Deuxième objectif, la création d’archives, archives orales, archives audiovisuelles53, récits autobiographiques54 ; c’est là un effort qu’il faut développer systématiquement pour ménager les intérêts de l’historien de la bureaucratie en 2050.

55Troisième objectif : la politique éditoriale ; il faut accumuler les publications de travaux de fond, de documents. L’incertitude tient :

  • aux transformations techniques de moyens d’impression (la numérisation n’a pas épuisé ses effets),

    • 55 Aujourd’hui on cherche à sauvegarder les archives des thèses, c’est-à-dire les matériaux ayant serv (...)

    aux méthodes pour accumuler le savoir55,

    • 56 Il y a là une menace considérable : ces publications sur Internet posent des problèmes difficiles d (...)

    aux conditions de « publication » (qui publiera ? pour qui ?). Les éditeurs privés seront de plus en plus réticents devant les publications érudites, et certains maîtres d’œuvre chercheront à « publier » systématiquement sur CD-Rom ou sur Internet (ou des systèmes proches)56.

  • 57 Il est douteux qu’on puisse développer l’histoire des services fiscaux si l’on ne crée pas un ensei (...)
  • 58 Comment s’attacher à l’histoire du corps préfectoral si l’on n’a pas fait un séjour, même court, da (...)
  • 59 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 355-359.

56Quatrième objectif : la formation des historiens à la connaissance directe ou non de l’administration (par exemple : enseignements et séminaires spécialisés57, stages dans les administrations, les préfectures58, les ambassades), et l’initiation des historiens « non professionnels » aux méthodes historiques (séminaires d’initiation généraux ou spécialisés)59. Mais des formules nouvelles devraient être trouvées, par exemple :

  • tutorat (l’étudiant pouvant s’appuyer sur les conseils d’un administrateur, par exemple en matière d’histoire fiscale),

    • 60 Par exemple pour l’histoire de l’informatique dans telle institution.

    aides à l’innovation, aux « histoires à naître » (avec des programmes mixtes alliant étudiants et historiens « non professionnels »)60.

  • 61 On a vu disparaître ainsi en 1998 un Comité d’histoire des Archives, et aucun Comité d’histoire des (...)
  • 62 Il devrait s’occuper des problèmes généraux (recrutement, statut, notation, avancement, rémunératio (...)

57Cinquième objectif : la politique des Comités d’histoire : on ne sait trop quelle sera leur place en 2020 ou 2040, c’est une institution toute jeune, flexible, à taux d’innovation élevé, qui n’a pas encore donné tous ses fruits. Mais il y a des résistances, des échecs (notamment pour les comités d’histoire des directions)61, on ne sait trop pour quelles raisons on ne peut constituer un Comité d’histoire de la fonction publique (à vocation transversale)62. Il faudrait aussi chercher à développer :

    • 63 Supra, note 48.

    des comités régionaux d’histoire (notamment pour l’histoire administrative régionale, en s’appuyant sur le réseau des Instituts d’études politiques)63 ;

    • 64 Par exemple pour étudier l’histoire des enseignants (et de l’administration de l’Education national (...)

    des sociétés savantes régionales plus ou moins spécialisées64.
    On est encore là dans un domaine très expérimental.

  • 65 On verrait comment la mémoire du passé administratif se déforme en cours de carrière, comment elle (...)

58Sixième objectif : la recherche épistémologique sur les méthodes de l’histoire de la bureaucratie, sur les expérimentations à entreprendre (par exemple, pour « valider » les archives orales faites auprès de personnes âgées, il faudrait faire des archives orales auprès d’administrateurs de 35, 45, 55 ans...)65. On devrait développer :

  • les recherches sur les « histoires à naître »,

  • les recherches sur les liens entre l’histoire et la psychologie administrative (l’histoire de la bureaucratie souffre, à l’évidence, des carences de la science administrative),

    • 66 Rédiger une note de méthode, ou un guide, soulève une foule de problèmes de principe, qu’en général (...)

    les publications de travaux de méthode (guides spécialisés, notes de méthode : comment étudier une direction ? une préfecture ? une Trésorerie générale ?)66.

59Septième objectif : il serait nécessaire d’avoir une observation régulière du développement de l’histoire de la bureaucratie ; il serait souhaitable :

  • d’établir un rapport de conjoncture tous les cinq ans retraçant les progrès de la discipline, dans le secteur considéré, et ses échecs (et comprenant des rapports sur la croissance des sources, l’état des enseignements et formations).

  • d’organiser un colloque tous les cinq ans pour discuter ce rapport de conjoncture.

    • 67 Ces problèmes de bibliographie périodique sont, en général, fort mal traités : personne n’a en char (...)

    de publier une bibliographie des « productions » pour améliorer la circulation de l’information67.

60Huitième objectif : chercher à améliorer l’efficacité du système par des investissements (c’est-à-dire des allocations de moyens) dans des secteurs jugés prioritaires, par exemple :

  • aides à la formation de « chefs de projets », de « patrons »,

  • expérimentations : aides à l’innovation, crédits pour des histoires à naître,

    • 68 Elles devraient donner naissance à une petite banque de données.

    aides pour les méthodes : ainsi le traitement informatique des archives orales68, la création de banques de données rétrospectives lourdes (banques bibliographiques ou d’archives),

    • 69 En fait, on devrait organiser non un colloque mais plusieurs : un petit colloque préparatoire (insi (...)

    amélioration des méthodes de communication (par exemple, pour accroître l’efficacité des « colloques »)69.

61Nous n’avons indiqué là que quelques objectifs : ce qui importe, c’est d’entreprendre un effort de réflexion et d’imagination sur chacun de ces segments ; un colloque devrait bien être organisé sur le thème : « Que pourrait etre l’histoire de la bureaucratie en 2050 ? ».

Conclusion

  • 70 Il serait intéressant de refaire un tel papier de prospective dans dix ans.

62Nous n’avons présenté ces observations que pour prendre date en quelque sorte et marquer quelques mutations « possibles »70 : quelles leçons peut-on en tirer, à titre provisoire ?

63Première leçon : 2050 est très proche, il faut s’en soucier dès maintenant (un normalien d’aujourd’hui sera encore « productif » en 2050...). 11 est nécessaire de faire un effort de prospective, de rêver aux tactiques à mettre en œuvre dès maintenant.

  • 71 Cf. « Comment faire la prospective d’une discipline ? », dans L’histoire entre le reve et la raison(...)
  • 72 On devrait organiser un enseignement d’ingénierie (Mme Florence Descamps doit l’entreprendre bientô (...)

64Deuxième leçon : on devrait, pour chaque secteur de l’histoire bureaucratique, bâtir des « programmes glissants » : est-ce possible ?71 Comment peut-on analyser la demande, programmer l’offre, justifier les financements nécessaires ? C’est là une question d’ingénierie, qui devrait être facile à résoudre72.

65Troisième leçon : ce qui est le plus important, c’est le taux d’innovation ; il faut chercher à accroître ce taux, développer les histoires à naître, favoriser l’effervescence de la recherche : c’est avant tout une question d’imagination.

Notes

1 Cf. « Que sera l’historien de 2050 ? », dans L’histoire entre le reve et la raison, 1998, p. 813-824.

2 L’étudiant qui a 20 ans en 2000 aura 70 ans en 2050 (il sera peut-être encore « productif »).

3 Cf. notre esquisse, avec François Monnier, « Prospective de l’histoire de la bureaucratie » (pour 1995-2005), dans Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1998, p. 103-108.

4 Cf. « Pour une prospective de l’histoire », Revue historique, juillet 1973 (repris dans Pour une histoire, ouv. cité, p. 533-543).

5 On ne sait trop comment l’historien pourra consulter dans x années les banques de données des administrations, en raison de l’obsolescence rapide des matériels et des logiciels (sur ce problème, infra, p. 118).

6 Cf. « Le scepticisme de l’historien », Revue administrative, 1998, p. 435-440 et « L’application des règles du scepticisme : l’exemple des cabinets ministériels », ibidem, 1998, p. 663-665.

7 L’histoire, rappelons-le, peut devenir un enjeu politique dans les querelles européennes.

8 Certaines régions accordent déjà des bourses pour des thèses d’histoire régionale.

9 À quoi tient la réapparition de l’histoire administrative dans les années 1960-1970 ? A des raisons doctrinales ? A des changements dans l’attitude de l’administration ? On ne sait trop (il serait intéressant de collecter les souvenirs des historiens).

10 Cf. Nicolas Grandguillaume, « Prospective de la bureaucratie », dans Théorie générale de la bureaucratie, 1996, p. 87-93.

11 Cf. G. Thuillier et J. Tulard, « Prospective du marché de l’histoire », dans Le marché de l’histoire, 1994, p. 105-113.

12 Rappelons que les progrès d’une discipline tiennent beaucoup au rôle des personnalités qui exercent une influence déterminante pendant 20 ou 30 ans.

13 L’expérience a montré, dans des groupes de travail « internationaux » sur l’histoire administrative, des conflits de méthode entre les historiens anglo-saxons (et allemands), très doctrinaires, influencés par la sociologie et les sciences politiques, et les historiens « latins » (espagnols, italiens, français, grecs), qui ont une vision plus souple, plus flexible de l’histoire administrative, et qui s’intéressent plus aux archives.

14 La même incertitude existe en histoire économique, en histoire sociale (on a vu récemment de brusques conversions, ainsi celle d’Alain Corbin, « l’histoire n’a ni cours ni sens », il n’y a pas de leçons de l’histoire, cf. infra, p. 67).

15 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 327-332.

16 Les thèses de Laure Quennouëlle sur la direction du Trésor, d’Aude Terray sur la direction de la Prévision, de Florence Descamps sur la direction du Budget, utilisent largement les archives orales ; la thèse de Laure Quennouëlle, soutenue en janvier 2000, est la première thèse qui utilise nettement des méthodes « probabilistes ».

17 L’historien a de plus en plus conscience des risques d’obsolescence, il voit la mortalité élevée des travaux qui n’obéissent pas aux règles d’érudition.

18 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 71-101.

19 La formule des séminaires pour non professionnels (cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 353-359) se heurte à beaucoup de réticences.

20 Les critiques viennent des historiens de l’économie tout puissants dans les Facultés de Lettres, et des historiens du droit, qui n’ont pas su développer à leur profit l’histoire de la bureaucratie.

21 Et quand ils s’intéressent à l’administration, ils croient naïvement, à la suite de Weber et des sociologues, que l’on peut confondre bureaucratie d’Etat et bureaucratie d’entreprises (cf. N. Grandguillaume, ouv. cité) : ce qui conduit à des travaux à obsolescence rapide.

22 La pensée et le mouvant, 1934, p. 16-18 (le texte date de 1922). On ne comprend pas que le texte de Bergson n’ait pas attiré l’attention des archivistes qui sont chargés de transmettre aux successeurs la mémoire du présent, et qui jugent sans appel de l’intéret historique des archives que leur versent les administrateurs (cf. François Monnier, « Bureaucratie et archives : pour une prospective », Revue administrative, 1999, p. 569-574 ; le texte de Bergson est cité p. 564).

23 Le doyen Pierre Renouvin insistait souvent sur ce point (cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 308).

24 Cf. ibidem, p. 533 et suiv.

25 C’est le cas pour les archives fiscales, couvertes par le secret fiscal : or l’impôt sur le revenu ne date que de 1917. Il faudrait pouvoir les traiter de façon anonyme : mais les historiens ne peuvent jusqu’à présent y avoir accès et les destructions, assure-t-on, sont considérables. Or il s’agit de la mémoire sociale de la nation.

26 Un bon exemple est donné par les archives des associations et centres d’enfance handicapée : il faudrait les sauvegarder systématiquement, si on veut faire un jour l’histoire des handicapés mentaux et de l’éducation de l’enfance arriérée, et ne pas trop les trier, car on ne sait pas encore les principes de cette histoire.

27 Il y a des résistances considérables à leur développement, qui sont mal analysées (on le voit bien pour le corps préfectoral – alors que ces archives seraient sans doute une source essentielle –, ou pour le Conseil d’Etat).

28 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 347-351.

29 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 20-21.

30 D’ici 2050 la science administrative, et la psychologie administrative, auront peut-être fait quelques progrès (infra, p. 285).

31 Cf. infra, p. 29.

32 Un Dictionnaire des membres du Conseil d’État depuis l’an VIII est en cours de publication.

33 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 333-338.

34 Sur l’ingénierie en histoire, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 71-88, et infra, p. 161.

35 Par exemple pour les archives du R.M.I. : il s’agit de dossiers importants pour l’histoire sociale, pour l’histoire de la misère et de l’exclusion, pour l’histoire de la famille, pour l’histoire de la « souffrance sociale », mais les règles fixées par une circulaire récente du 2 avril 1999 prescrivent de ne garder que 20 % des dossiers individuels, avec un mode aléatoire de tri, ce qui paraît bien insuffisant pour des travaux à l’échelle d’une ville ou d’un canton (cf. François Monnier, « Bureaucratie et archives... », art. cité, p. 571).

36 Ces réunions, qui examineraient les faits porteurs d’avenir apparus depuis deux ans, évoqueraient nécessairement ces questions de sauvegarde d’archives (nous les avions déjà suggérées en 1973 dans la Revue historique, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 542).

37 Cf. « Être patron », article à paraître.

38 Sur la formation de l’historien non professionnel, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 471 -477 et infra, p. 251.

39 Par exemple à la direction générale des Impôts ou à l’INSEE.

40 Ainsi on a obtenu en 1998, lors d’un concours autobiographique, des souvenirs écrits d’un responsable de centre informatique de caisse d’épargne, qui sont très intéressants.

41 Cf. infra, p. 29.

42 Ce devrait être un beau sujet de colloque.

43 La tâche n’est pas facile, mais il y a beaucoup d’amorces d’histoires à naître, de tentatives plus ou moins « avortées », et l’analyse de la demande peut être très fructueuse.

44 Comment gérer une histoire à naître ? Voilà un beau thème de réflexion.

45 Par exemple si l’on veut développer l’histoire du style administratif-dont chacun reconnaît la nécessité – il faudra sans doute donner des bourses de thèse.

46 Et, par voie de conséquence, dans les programmes du CNRS.

47 Les travaux du Comité d’histoire de la Sécurité Sociale l’ont bien montré.

48 Peut-être en utilisant le réseau des Instituts d’études politiques, ou en créant des Centres régionaux d’histoire administrative qui associeraient les universités, les archives, les administrations régionales et l’État et qui seraient responsables du financement (faut-il rappeler que les administrateurs des départements sont désormais responsables des services d’archives et qu’il serait tout à fait normal, à leurs yeux, de développer les recherches sur l’histoire des administrations locales ?).

49 Actuellement aucune institution ne permet cette réflexion en commun (les Comités d’histoire n’ont pu, pour diverses raisons, s’intéresser vraiment aux questions d’archives et les Comités d’archives créés depuis 1969 ont presque tous échoué).

50 Donnons un exemple simple : dans tel grand ministère, où les paroles du ministre ont du poids, sont guettées par les ambassades, les milieux financiers, on s’est aperçu que personne ne gardait une collection complète des discours des ministres, que les archives étaient vides. Reconstituer une collection de discours d’un ministre est par suite une tâche difficile (cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 585-588).

51 On fait beaucoup de revues de presse dans l’administration, les cabinets : combien sont conservées et archivées systématiquement ? Or c’est du travail « tout mâché » pour l’historien quand on a une collection suivie (on peut même étudier commodément l’image de la Direction ou de l’administration).

52 Chaque ministère, chaque institution secrète beaucoup de photographies : sont-elles conservées ? dans quelles conditions ? sont-elles un jour versées aux archives ? Le ministère des Affaires étrangères vient de révéler une partie de ses richesses (cf. Regards sur le monde, Trésors photographiques du Quai d’Orsay (1860-1914), exposition au Musée des Invalides, avec un catalogue par Pierre Fournié).

53 Sur les archives audiovisuelles créées, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 20-21, 104- 108, 363, 368.

54 Ibidem, p. 347-351. On n’a pas encore développé toutes les conséquences de cette méthode, qui peut avoir des répercussions sur la psychologie et la science administrative (infra, p. 285).

55 Aujourd’hui on cherche à sauvegarder les archives des thèses, c’est-à-dire les matériaux ayant servi à leur rédaction (le Comité pour l’histoire économique et financière a ainsi recueilli les « archives » de deux grandes thèses).

56 Il y a là une menace considérable : ces publications sur Internet posent des problèmes difficiles d’exploitation. On vit là sans doute actuellement sur beaucoup d’illusions en ce qui concerne l’apport d’Internet à la recherche érudite.

57 Il est douteux qu’on puisse développer l’histoire des services fiscaux si l’on ne crée pas un enseignement spécialisé (le professeur Jean-Jacques Bienvenu vient d’en être chargé à l’École pratique des Hautes Etudes). Et si l’on veut développer l’histoire des services d’armement, il faudra créer des séminaires adaptés pour les jeunes historiens.

58 Comment s’attacher à l’histoire du corps préfectoral si l’on n’a pas fait un séjour, même court, dans un cabinet de préfet ?

59 Cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 355-359.

60 Par exemple pour l’histoire de l’informatique dans telle institution.

61 On a vu disparaître ainsi en 1998 un Comité d’histoire des Archives, et aucun Comité d’histoire des Musées n’a pu être créé jusqu’à présent – ce qui est dommage.

62 Il devrait s’occuper des problèmes généraux (recrutement, statut, notation, avancement, rémunérations, retraites) que personne n’étudie sérieusement. Un Comité d’histoire de l’ENA, présidé par M. Guéna, vient d’être créé en 2000.

63 Supra, note 48.

64 Par exemple pour étudier l’histoire des enseignants (et de l’administration de l’Education nationale) ou pour faire l’histoire des services financiers...

65 On verrait comment la mémoire du passé administratif se déforme en cours de carrière, comment elle devient poreuse, sélective.

66 Rédiger une note de méthode, ou un guide, soulève une foule de problèmes de principe, qu’en général on oublie volontiers (par exemple : quel est le rôle des personnalités en administration ? cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 219-229).

67 Ces problèmes de bibliographie périodique sont, en général, fort mal traités : personne n’a en charge d’informer les chercheurs de ce qui vient d’être publié, et qui peut leur importer, on laisse chacun « se tenir au courant » ou consulter la Bibliographie de l’histoire de France ; pour le moment on n’a pas encore trouvé de bonne solution pour l’histoire de la bureaucratie (en histoire de l’éducation, on possède une copieuse bibliographie annuelle, élaborée par le service d’histoire de l’éducation : c’est peut-être un exemple à suivre).

68 Elles devraient donner naissance à une petite banque de données.

69 En fait, on devrait organiser non un colloque mais plusieurs : un petit colloque préparatoire (insistant sur les sources, les méthodes), le colloque, et un troisième colloque pour tirer les conclusions, élaborer un programme de recherche, demander des mesures de sauvegarde d’archives ; or les publics-cibles de ces trois colloques ne sont pas identiques. Dans le même esprit, le Comité pour l’histoire économique et financière a obtenu de publier, à côté des actes d’un colloque sur les chambres de comptes au Moyen Âge, un volume de documents commentés : ce serait là un exemple à suivre.

70 Il serait intéressant de refaire un tel papier de prospective dans dix ans.

71 Cf. « Comment faire la prospective d’une discipline ? », dans L’histoire entre le reve et la raison, ouv. cité, p. 677-689.

72 On devrait organiser un enseignement d’ingénierie (Mme Florence Descamps doit l’entreprendre bientôt à l’École pratique des Hautes Etudes).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search