Version classiqueVersion mobile

L’histoire en 2050

 | 
Thuillier Guy

Chapitre I. Comment raisonner sur l’histoire en 2050 ?

Texte intégral

  • 1 Sur la méthode pour raisonner sur 2050, infra, p. 205.

1Peut-on raisonner en histoire sur 2050 ? La question est ambiguë : car il faut à la fois réfléchir aux principes, raisonner sur les méthodes, les règles du jeu, montrer ce qui est important, calculer le probable, ce qui rend l’exercice bien difficile. Toute prospective 2050 excite naturellement la défiance, l’irritation même (c’est une tentative impossible, inutile) : mais cette défiance, compréhensible, naturelle, doit au contraire inciter à tenter ces explorations 2050, qui sont certes des reveries, mais des rêveries dynamiques, efficaces, qui permettent de voir, de pressentir certaines choses et même de proposer certaines « innovations » pour le présent. Ces essais de prospective 2050 devraient inciter à mettre au point des plans glissants à 10-15 ans, ils traduisent un volontarisme qui est à la source des grandes entreprises en histoire : l’historien est un rêveur impénitent et rêver à 2050 ébranle nécessairement l’imaginaire, peut apporter les bonnes intuitions, montrer l’optimum. Raisonner sur 2050 est un exercice profitable, qui oblige à secouer les entraves du déjà pensé, déjà jugé, qui stimule les capacités créatrices1. Nous voudrions montrer les moyens d’élaborer de telles prospectives et présenter quelques observations générales sur les objectifs, les obstacles, le système d’interrogations et les règles du jeu.

I. POURQUOI RAISONNER SUR 2050 ?

  • 2 Mais à cette date, on ne pratiquait guère la prospective (les scénarios « long terme » du Commissar (...)

2L’avenir est imprévisible, et Valéry avait bien montré qu’on ne pouvait en 1887 dire ce qui se passerait en 1932 : mais raisonner sur 2050 est une reverie nécessaire (et l’on aimerait bien avoir, pour l’histoire, des « prospectives 2000 » rédigées en 19502, on saisirait ainsi les différences de vision de l’histoire, de perception du futur ; les erreurs mêmes nous enseigneraient beaucoup sur la psychologie et le métier de l’historien). Si l’on tente de réfléchir sur ce qui adviendra en 2050 – qui est tout proche – on est amené à prendre conscience de la fragilité du système actuel, de la précarité des modes de raisonnement, des pratiques de l’historien : c’est un exercice de doute systématique, on n’est plus assuré de rien et cette incertitude oblige à bien mesurer les limites du savoir, de l’officium de l’historien. Examinons les objectifs de ces essais de prospective 2050.

  • 3 C’est la tentation inévitable dès qu’on s’interroge sur le futur, on raisonne « à termes constants  (...)
  • 4 Sur l’optimum, cf. L’histoire entre le reve et la raison, 1998, p. 323-328.

3Premier objectif : on cherche à desserrer les contraintes, on évite d’établir des « prolongements du présent » qui rassurent indûment3, on peut établir librement une carte des quaestiones, des zones de doute, des zones d’ignorance, et même tenter de définir ce qui paraît souhaitable et possible : la rêverie sur l’optimum est chose profitable dans un métier qui bouge beaucoup4.

  • 5 Sur les « histoires à naître », infra, p. 217.

4Deuxième objectif : raisonner sur 2050 permet d’aller plus loin dans l’exploration du « probable », dans la saisie des facteurs de mutation, on identifie de façon fine les points de flexion, par exemple les variations « raisonnables » de la formation, l’émergence de centres d’intérêt nouveaux, la genèse d’histoires à naître5. On saisit « de l’intérieur » les modalités du changement.

  • 6 L’histoire « universitaire » ne représente, dans la « production » d’histoire, qu’une partie relati (...)

5Troisième objectif : raisonner sur 2050 est un exercice de probabilisme ; l’histoire n’est pas simplement un système de formation d’enseignants d’histoire, c’est bien autre chose6, un jeu réglé par le plaisir, et raisonner sur 2050 oblige à voir ses contours « probables », ses règles du jeu qui sont, pour le présent, mal connues, insaisissables (personne n’a de vue d’ensemble du système de production, il n’y a pas d’ observatoire, de méthode d’analyse, depuis 30 ans la « balkanisation » de l’histoire est très forte, les « rentes de situation » sont multiples). La prospective 2050 incite à une autre vision du système d’histoire.

6Quatrième objectif : la prospective 2050 doit servir de cadre à des plans glissants qui sont à moyen terme, 2000-2015, 2010-2025 : c’est une programmation nécessaire si l’on veut tenter d’éviter certains gaspillages d’énergie et remédier à certaines défaillances du système.

  • 7 Tout de même qu’on ne lit, et qu’on n’utilise plus guère les livres publiés en 1950.
  • 8 Sur la théorie de l’obsolescence, cf. L’histoire..., ouv. cité, p. 145-160.

7Cinquième objectif : raisonner sur 2050 oblige à prendre en compte l’obsolescence, le glissement des générations et des valeurs (au même moment, on a trois générations d’historiens qui coexistent, avec des langages, des objectifs, des valeurs, des méthodes différents – ce qui provoque nécessairement quelques tensions...). D’ici 2050 le rythme de l’obsolescence risque fort d’être très rapide : et personne n’aime qu’on lui rappelle que le livre publié en 2000 a peu de chances d’être lu ou cité en 20507. Mais la méthode 2050 a un avantage certain : elle incite l’historien à tenir compte dans ses calculs de l’obsolescence « probable »8.

  • 9 Elle est liée à des événements ou mutations sociales qu’on ne peut connaître aujourd’hui : en 1990- (...)

8Sixième objectif : raisonner sur 2050 doit conduire à établir des prospectives sectorielles, par discipline ou par technique, ce qui oblige à des analyses fines de la demande d’histoire future, qui est souvent « imprévisible » (la demande sociale et politique d’ici 2050 peut varier fortement pour chaque discipline9, et l’offre est bien obligée de tenir compte de la demande ou de la « précéder »). Ces prospectives sectorielles reposent également sur une analyse critique, un audit des méthodes de production actuelles à l’intérieur de la discipline, des incertitudes doctrinales, du flou des applications : ce regard critique sur le présent est une nécessité si l’on veut pressentir les mutations « possibles » d’ici 2050 et définir les voies d’une certaine optimisation du système.

9On voit bien les objectifs des essais de prospective de 2050 : on cherche à comprendre ce qui peut advenir et on s’en donne les moyens, c’est une méthode d’interrogation, un exercice de souplesse ; on n’est assuré de rien, on pose des questions, on cerne « ce qu’on ne peut savoir ».

II. OBSTACLES

  • 10 On fait très rarement des prospectives à 10-15 ans – c’est cependant le rôle, en principe, des Comi (...)
  • 11 En histoire locale, en histoire technique, en histoire religieuse : là le rôle des historiens non p (...)
  • 12 Qui est une des grandes innovations des années 1950-2000, non prévisible en 1950, et qui est liée, (...)
  • 13 Il y a eu les fausses innovations : l’histoire psychanalytique, l’histoire sérielle utilisant l’inf (...)
  • 14 Nous n’en avons pas trouvé trace.

10La difficulté de raisonner sur 2050 tient sans doute à l’état de désordre où se trouve le système actuel de production d’histoire : on n’en a qu’une vue parcellaire, incertaine, il n’y a pas d’analyse fine du système, les études prospectives sont des plus rares (cela n’intéresse personne)10. Personne n’ose trop parler de ce désordre permanent : on a des empilages de systèmes partiels, indépendants, une production effervescente11 parallèle à une production universitaire normée (mais que personne n’évalue), un taux d’obsolescence rapide des produits, pour de multiples raisons, et les innovations sont rares, marginales, mal reconnues (il faut 15, 20 ans pour qu’une innovation soit acceptée, en raison des frottements, des résistances institutionnelles, des blocages : l’histoire des femmes12 n’est guère reconnue que depuis 1985-1990...). Le statut de l’innovation en histoire est opaque, incertain (à la différence des sciences exactes) : on a peut-être trop abusé du mot (les « nouvelles histoires »), les essais n’ont pas été confirmés13, surtout l’innovation est destructrice des rentes de situation, d’où les multiples résistances, et il n’y a pas d’enseignement sur l’innovation14, ni même de réflexion sur l’innovation (à la vérité elle rappelle l’obsolescence, et la menace d’obsolescence crée la souffrance).

  • 15 Cf. G. Thuillier, J. Tulard, Le marché de l’histoire, 1994.
  • 16 Cf. « L’esprit de soumission » (article à paraître).
  • 17 En histoire économique, on ne peut aujourd’hui donner à un jeune un livre sur les principes de l’hi (...)

11On constate (et ce sera peut-être le regard de l’historien de 2050 sur notre présent) une certaine anarchie du système15, un grand esprit de conformisme et d’uniformité16 (les « verrouillages » et contrôles sont nombreux, il n’y a guère de place pour les francs-tireurs, de goût pour l’innovation technique) ; personne ne s’intéresse vraiment à l’histoire de l’histoire, qui montre les ressorts du système, les mutations et les recherches épistémologiques sont dédaignées (personne ne veut étaler les querelles et l’absence de réflexion sur les principia rationis de l’histoire)17.

  • 18 Les ministères se défiaient des commissions du Plan qui se permettaient de critiquer leur fonctionn (...)
  • 19 Et que les modes de raisonnement, les manières de connaître auront changé : que l’on songe aux trav (...)

12Or raisonner sur 2050 oblige à voir ces lacunes, ces blocages, ces désordres, à jeter un regard différent sur ce qui se passe sous nos yeux : c’est ce qui a toujours fait la difficulté des exercices « long terme » au Commissariat général au Plan18. La vision prospective est subversive par elle-même, elle oblige à voir ce qui est « par dessous » (comme on voit les veines sous la peau), elle conduit à se défier des apparences, à médire du présent, elle relativise tout, tout est mobile, tout peut changer (la régression est même possible) : si bien que la réflexion prospective est mal vue, elle suscite l’inquiétude, le trouble, c’est presqu’une menace (elle rappelle – sans trop le dire – que les livres publiés en 1990-2000 risquent fort d’être presque tous obsolètes, tombés dans l’oubli en 205019...). Il faut, quand on rédige ces essais prospectifs, tenir compte par prudence de cette défiance, de ces résistances psychologiques.

III. LE QUESTIONNEMENT

13Quelle doit être la grille de questions de ces tentatives de prospective 2050 ? L’historien doit savoir poser les bonnes questions – celles qui intéresseront encore « probablement » l’historien de 2050 –, chercher à saisir ce qui mérite le plus réflexion : l’exercice n’est pas facile ; donnons quelques exemples :

  • le système de production d’histoire comporte de l’amont à l’aval, de l’archive au produit, plusieurs sous-systèmes : comment vont-ils évoluer ? Comment vont évoluer les rapports entre eux ?

  • quels seront les blocages institutionnels ? Comment de nouvelles contraintes vont-elles apparaître ?

    • 20 Le goût de l’histoire résumée, lissée et aseptisée, en histoire contemporaine, vient souvent de l’h (...)
    • 21 Il nous manque une réflexion sur cette histoire européenne niveleuse, gommant les différences natio (...)

    quelle sera l’influence des modèles étrangers, notamment du modèle anglo-saxon (à la fois sur le plan des institutions et sur le mode du connaître)20, et d’un modèle européen, qui n’est pas encore formulé ?21

  • quelle sera l’évolution des mécanismes de formation des historiens « de métier » et des historiens « non professionnels » ?

  • quelle sera l’évolution de la demande politique, sociale, technique ? Il y a beaucoup d’inconnues : quel sera l’état de la société politique en 2050 ? Quels liens y aura-t-il entre le corps politique et la fonction politique de l’histoire ? Quelles seront les nouvelles demandes sociales inconnues aujourd’hui ?

  • quel sera le rôle des personnalités créatrices ?

  • comment évolueront les conflits entre générations d’historiens ? Quelquefois les innovations sautent une ou deux générations, en raison de résistances psychologiques ou institutionnelles.

    • 22 On fait aujourd’hui l’histoire des femmes pauvres, des exclues, des mendiantes : ce qui était incon (...)
    • 23 Qui a bien traduit ses « pensées de derrière » (l’histoire n’a aucun sens, affirme-t-il, infra, p.  (...)

    quelles seront les mutations de l’imaginaire de l’historien ? On voit bien que l’histoire des femmes a contraint à relire autrement l’histoire (l’évolution n’est pas encore achevée)22, que l’histoire des hommes sans histoire, selon l’intuition d’Alain Corbin23, joue avant tout sur l’imaginaire de l’historien, que l’on ne sait si l’on n’aura pas un renouveau de l’histoire « romantique »...

  • 24 Il y aura probablement d’ici 20 ans un enseignement des techniques d’innovation à l’intérieur d’un (...)
  • 25 Tout comme, en théorie des risques, on est obligé de tenir compte des risques inconnus (cf. J. Bouy (...)

14On saisit l’importance de ces systèmes d’interrogations croisées (et nous n’avons pas évoqué le changement « probable » de statut de l’innovation24, le rythme de l’obsolescence, le rôle de l’ingénierie historique, l’apparition de manières de connaître inconnues)25 : nécessairement notre vision de 2050 est brouillée, floue, nous ne pouvons avoir que des doutes-alors que 2050 est tout proche (le doctorant d’aujourd’hui sera encore « productif » en 2040-2050...). Mais ces systèmes d’interrogation 2050 doivent être présentés avec quelques précautions :

  • ils doivent être lisibles à la fois pour l’historien de 2000 et l’historien de 2050, ce qui suppose qu’on soit prudent, qu’on ne dise pas tout (parfois on doit se contenter de poser des questions),

  • on définit le cadre le plus large possible, et on établit des règles du jeu « raisonnables »,

    • 26 Les erreurs commises permettent de faire progresser les méthodes prospectives, et d’ici 2050 il y a (...)

    on prend le risque de commettre des « erreurs », par prévention, par surestimation ou sous-estimation de certains facteurs : mais il faut accepter ce risque, et ces « erreurs »– pour le lecteur de 2030 ou de 2050 – auront certainement une signification26,

    • 27 C’est tout le sens de la création des Comités d’histoire (infra, p. 145).

    l’exercice conduit à un certain scepticisme, mais c’est un scepticisme « raisonnable » (les gens veulent le bien, mais c’est le « système » qui les pervertit), et on doit marquer les limites de ce scepticisme (il est possible, croyons-nous, d’optimiser le « système » de production d’histoire)27.

IV. RÈGLES DU JEU

15Quels conseils de bon usage peut-on donner dans un pareil domaine ? L’exercice est nécessairement arbitraire.

  • 28 C’est la quatrième règle du Discours de la méthode.
  • 29 Les méthodes de la R.C.B. (Rationalisation des choix budgétaires) ont montré un certain progrès dan (...)

16Première règle : on doit éviter de freiner, de censurer sa pensée : c’est une rêverie, et il est nécessaire de tout passer en revue28 (comme quand on menait jadis des opérations de R.C.B.)29, puis après on évalue, on ordonne, on calcule le probable.

17Deuxième règle : gérer une rêverie sur 2050 est chose complexe ; on doit prendre en compte des éléments de valeur très différente, par exemple :

  • les faits négatifs, telles les hypothèses de régression « probable » de l’histoire,

  • les interrogations sur les inconnues de 2050 que l’on peut seulement recenser,

  • les choses qui sont gênantes à évoquer, que l’on préférerait passer sous silence (les querelles actuelles, les états de crise « probables » 2000- 2010),

  • les choses douteuses, ténues, fuyantes, improbables, opaques : on doit cependant les évaluer, examiner leur rôle éventuel,

    • 30 L’exemple type en est l’hypothèse de régression du goût de l’histoire, de la demande sociale d’hist (...)

    ce qui paraît à exclure « au premier regard » : on doit cependant bien l’examiner, car quelquefois il renvoie à des choses importantes30.

18Le jeu est à géométrie variable : il faut être un bon joueur ayant la prudence, la subtilité nécessaire.

19Troisième règle : on doit s’interroger sur les mesures que l’on pourrait prendre d’ici 2015 ou 2020 : on est là dans l’ordre de la prévision « raisonnable »– mais il faut bien voir ce qui est important, montrer les compromis possibles, compte tenu des blocages institutionnels « probables ».

20Quatrième règle : on possède quelques intuitions auxquelles on tient, qui paraissent subversives, déraisonnables : par exemple on estime que les historiens « non professionnels » pourraient jouer un rôle important en 2050, que la formation des historiens pourra fortement varier d’ici là, qu’il faut prendre en compte les histoires à naître ; ces hypothèses dérangent, elles ne sont pas conformes à la coutume, mais on ne peut pour autant les écarter.

  • 31 C’est là même chose étonnante : la réflexion sur le capital de connaissances du passé est souvent t (...)

21Cinquième règle : cette prospective 2050 est un exercice volontariste, on fait confiance dans les techniques d’ingénierie historique, on estime qu’on peut, qu’on doit entreprendre des investissements intellectuels pour optimiser le système de production en histoire (beaucoup de segments du système, ou de sous-systèmes, n’ont pas fait l’objet d’investissements systématiques)31 : cette sous-optimisation est chose fâcheuse, et d’ici 2050 la situation devrait avoir changé.

22Sixième règle : la réflexion sur 2050 permet de voir des zones d’ignorance pour 2050, et, par suite, de réfléchir sur nos zones d’ignorance pour 2000 ou 2010, qui sont souvent identiques (par exemple pour l’apparition de demandes nouvelles, le rôle des personnalités créatrices, les conflits entre générations) : raisonner sur 2050 nous oblige à mieux voir notre présent (ou plus exactement à surmonter notre paresse à voir le présent) – et on doit le marquer nettement dans ces essais de prospective.

  • 32 On doit réfléchir aux besoins de prospective de l’historien de 2050.

23Septième règle : on ignore quel usage l’historien de 2050 fera de ces tentatives de prospective, comment il les lira (s’il les lit...) : il faut par suite s’adapter à ses besoins, que nous ignorons par construction32. Apparemment ses besoins sont de nature différente :

  • 33 Il verra les erreurs de vision et s’interrogera sur leurs sources.

24– il les lira pour mesurer l’écart entre 2000 et 2050, pour constater les mutations, en fonction de son présent à lui33 ;

25– il cherchera à saisir nos réflexions sur l’histoire à venir, notre perception du futur, nos soucis, notre conception de l’ingénierie, notre mécanisme de définition des priorités ;

  • 34 Selon la formule de Bergson (infra, p. 17).

26– il les lira en fonction de centres d’intérêt que nous ne pouvons en 2000 percevoir s’ils sont création34 ;

  • 35 Personne ne faisait d’effort de prospective à cette date, on n’avait aucune idée de la mobilité des (...)
  • 36 Elle est liée à leur fonction de guet. Sur le métier de guetteur, cf. L’histoire..., ouv. cité, p.  (...)

27– il les lira également parce qu’il aura peut-être à faire le même exercice de prospective pour 2100, afin de ne pas répéter nos erreurs – et peut-être aura-t-il des méthodes de prospective bien plus affinées (de même que nous avons un sens de la prospective bien différent de celui des historiens de 1950)35 ; peut-être aura-t-il entrepris des investissements intellectuels en ce domaine (la fonction « prospective » est une des missions des Comités d’histoire)36.

28On doit tenir compte de ces besoins « probables » de l’historien de 2050, chercher à être lisible, à lui montrer qu’on a bien vu les problèmes essentiels.

Conclusion

29Quelles leçons peut-on tirer de ces observations très générales ?

30Première leçon : ces essais de prospective 2050 sont des exercices très arbitraires, mais le jeu est profitable, il nous enseigne une autre manière légitime de voir le présent, il nous livre une certaine perception du futur, il apporte aussi quelque plaisir, celui de raisonner « en milieu incertain ».

  • 37 L’expérience montre que les critiques portent rarement sur l’ensemble, mais sur quelques points qui (...)

31Deuxième leçon : ces exercices peuvent prêter à contestation, à critiques, à contre-projets37 : il ne s’agit nullement de doctrine fermée, certaine, et les critiques devraient faire apparaître de nouveaux facteurs d’incertitude, de nouveaux modes de calcul du probable.

32Troisième leçon : ces exercices doivent être complétés par des plans glissants à 15 ans, par discipline autant que possible, ce qui permet de corriger au fur et à mesure la vision à moyen terme, de mettre au point des méthodes de prospective plus fines et de mettre en œuvre dès maintenant des mesures d’application.

Notes

1 Sur la méthode pour raisonner sur 2050, infra, p. 205.

2 Mais à cette date, on ne pratiquait guère la prospective (les scénarios « long terme » du Commissariat général du Plan datent des années 1965-1970, mais l’exercice de prospective 1985 avait montré la méthode : l’inspecteur général des Archives Dousset avait en 1965 présenté au groupe « Archives » du Ve Plan un exposé prudent sur les archives en 1985, qui mériterait d’être publié).

3 C’est la tentation inévitable dès qu’on s’interroge sur le futur, on raisonne « à termes constants » en partant d’analyses souvent peu critiques du présent.

4 Sur l’optimum, cf. L’histoire entre le reve et la raison, 1998, p. 323-328.

5 Sur les « histoires à naître », infra, p. 217.

6 L’histoire « universitaire » ne représente, dans la « production » d’histoire, qu’une partie relativement faible (il suffit de feuilleter la Bibliographie de l’histoire de France).

7 Tout de même qu’on ne lit, et qu’on n’utilise plus guère les livres publiés en 1950.

8 Sur la théorie de l’obsolescence, cf. L’histoire..., ouv. cité, p. 145-160.

9 Elle est liée à des événements ou mutations sociales qu’on ne peut connaître aujourd’hui : en 1990-2000 on voit ainsi se développer une histoire de la corruption ou une histoire de la mendicité, peu prévisibles en 1950...

10 On fait très rarement des prospectives à 10-15 ans – c’est cependant le rôle, en principe, des Comités d’histoire dans leur secteur (infra, p. 149). La carence des méthodes prospectives est étonnante.

11 En histoire locale, en histoire technique, en histoire religieuse : là le rôle des historiens non professionnels est très important.

12 Qui est une des grandes innovations des années 1950-2000, non prévisible en 1950, et qui est liée, partiellement, aux influences anglo-saxonnes. Il y eut des résistances : la revue Pénélope dut disparaître.

13 Il y a eu les fausses innovations : l’histoire psychanalytique, l’histoire sérielle utilisant l’informatique...

14 Nous n’en avons pas trouvé trace.

15 Cf. G. Thuillier, J. Tulard, Le marché de l’histoire, 1994.

16 Cf. « L’esprit de soumission » (article à paraître).

17 En histoire économique, on ne peut aujourd’hui donner à un jeune un livre sur les principes de l’histoire économique, ou même sur les principes de l’histoire bancaire...

18 Les ministères se défiaient des commissions du Plan qui se permettaient de critiquer leur fonctionnement, de montrer les lacunes.

19 Et que les modes de raisonnement, les manières de connaître auront changé : que l’on songe aux travaux publiés en 1950-1955...

20 Le goût de l’histoire résumée, lissée et aseptisée, en histoire contemporaine, vient souvent de l’histoire anglo-saxonne, et la suppression des notes d’érudition lui est, en partie, imputable.

21 Il nous manque une réflexion sur cette histoire européenne niveleuse, gommant les différences nationales, qui est encore « à créer » (infra, p. 191).

22 On fait aujourd’hui l’histoire des femmes pauvres, des exclues, des mendiantes : ce qui était inconcevable voici 30 ans.

23 Qui a bien traduit ses « pensées de derrière » (l’histoire n’a aucun sens, affirme-t-il, infra, p. 67).

24 Il y aura probablement d’ici 20 ans un enseignement des techniques d’innovation à l’intérieur d’un enseignement de l’ingénierie historique.

25 Tout comme, en théorie des risques, on est obligé de tenir compte des risques inconnus (cf. J. Bouyssou, Théorie générale du risque, 1997, p. 31-34), et en théorie de la santé, des maladies aujourd’hui encore inconnues (cf. J.F. Girard, Quand la santé devient publique, 1998, p. 206 et suiv.).

26 Les erreurs commises permettent de faire progresser les méthodes prospectives, et d’ici 2050 il y aura certainement des investissements pour optimiser ces méthodes.

27 C’est tout le sens de la création des Comités d’histoire (infra, p. 145).

28 C’est la quatrième règle du Discours de la méthode.

29 Les méthodes de la R.C.B. (Rationalisation des choix budgétaires) ont montré un certain progrès dans l’élaboration de programmes raisonnables, avec des choix « probables » (nous avons présidé jadis le groupe R.C.B. Périnatalité au Ministère de la Santé).

30 L’exemple type en est l’hypothèse de régression du goût de l’histoire, de la demande sociale d’histoire : on ne l’imagine pas, et pourtant on ne peut la négliger, on peut même imaginer des actions particulières pour maintenir le goût de l’histoire (cf. Le marché de l’histoire, ouv. cité, p. 114-123).

31 C’est là même chose étonnante : la réflexion sur le capital de connaissances du passé est souvent très parcellaire, l’ investissement sur l’investissement inexistant (contrairement à ce qui se passe dans l’entreprise). L’effet 2050 montre les lieux de ces investissements d’optimisation et leur architecture souhaitable.

32 On doit réfléchir aux besoins de prospective de l’historien de 2050.

33 Il verra les erreurs de vision et s’interrogera sur leurs sources.

34 Selon la formule de Bergson (infra, p. 17).

35 Personne ne faisait d’effort de prospective à cette date, on n’avait aucune idée de la mobilité des choses (nous n’avons rédigé notre article sur « la prospective de l’histoire » en 1970 que parce que nous avions pris part à l’élaboration du Ve et du VIe Plan ; il a été publié par Pierre Renouvin dans la Revue historique en 1973 et n’a guère été imité...).

36 Elle est liée à leur fonction de guet. Sur le métier de guetteur, cf. L’histoire..., ouv. cité, p. 553-564.

37 L’expérience montre que les critiques portent rarement sur l’ensemble, mais sur quelques points qui choquent et qui sont propres à telle ou telle discipline.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search