Version classiqueVersion mobile

L’histoire en 2050

 | 
Thuillier Guy

Avant-propos

Texte intégral

1Nous avons repris dans ce recueil des leçons faites depuis 1996 à notre séminaire à l’Ecole pratique des Hautes études ; c’est la suite de L’histoire entre le rêve et la raison (1998) et de Pour une histoire de la bureaucratie (1999).

2L’histoire est une chose mouvante, flexible, incertaine : personne n ’est assuré de ce qui se passera dans un demi-siècle. Réfléchir sur 2050, sur les règles de l’histoire à venir, sur les soucis, les centres d’intéret de l’historien, sur les changements du métier est une nécessité pratique : mais les méthodes de prospective sont floues, on a peine à saisir ce qui sera important en 2030 ou 2050, et pourtant les jeunes historiens de 20 ans n ’auront que 70 ans en 2050 ; à un certain àge on s’aperçoit qu’un demi-siècle passe très rapidement (notre premier article dans les Annales remonte à 1955).

3Nous avons cherché dans ces quinze leçons à poser les questions les plus importantes, à montrer des voies possibles de la réflexion sur les mutations de l’histoire (pour l’histoire de la bureaucratie, l’histoire économique, l’histoire sociale, chapitres II à VII) et sur les transformations du système (la formation, les archives, l’ingénierie historique, la communication, l’Europe, chapitres VIII à XV) ; on trouvera en annexe des leçons sur certaines difficultés particulières (notamment sur les histoires à naître, la formation post-doctorale, la révision des travaux, la science administrative).

4On voit bien les limites de ces exercices : la prévision ne peut raisonnablement aller au-delà de 2010-2015, mais ces explorations peuvent aider l’historien à mieux voir son métier ; les jeunes historiens, les moins de 30 ans, sont les premiers concernés par la prospective 2050 : ils sont engagés dans une carrière, mais que sera-t-elle dans un demi-siècle ? Les perspectives changent, les maîtres disparaissent, de nouvelles manières de connaître émergent : que devons-nous dire qui puisse leur etre utile ? Nous ne le savons guère, l’avenir est brouillé. Mais la réflexion sur 2050 oblige à voir autrement notre présent, ce n ’est pas toujours facile, tant les préjugés sont nombreux : on est toujours trop timide quand on évoque 2050.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search