Version classiqueVersion mobile

Les routes de l’argent

 | 
Matthieu de Oliveira

Chapitre V. Lille, place financière menacée ?

Texte intégral

  • 1 Jean-Pierre Chaline, « L’évolution d’une place financière : Rouen du Directoire à la Seconde Guerre (...)

1À quoi reconnaît-on une place financière ? Le volume d’affaires constitue sans nul doute un critère central, mais il reste extrêmement difficile à mesurer avec précision, principalement en raison du caractère privé des opérations et donc de l’aspect partiel des sources disponibles. On a toutefois tenté, bien imparfaitement, d’en rendre compte dans le chapitre précédent, en présentant les activités de quelques-uns des principaux négociants lillois. Une autre possibilité consiste à prendre en considération les facilités qu’offre une place à ses manieurs d’argent et au-delà, à tous ceux qui gravitent dans son orbite géographique, mettant en lumière son importance et sa centralité1. Ces services se présentent selon les cas sous une forme plus ou moins institutionnalisée et relèvent de la sphère privée comme de la sphère publique, même si l’État, pour le moins régulateur de l’économie, intervient de façon directe dans la hiérarchie des places financières en décidant l’installation, le transfert ou la fermeture d’un établissement à caractère financier dans telle ou telle ville.

2Le classement proposé ici présente l’avantage de clairement hiérarchiser les places en fonction des services qu’elles dispensent et des établissements financiers qui y sont installés. L’examen de la situation permet de repérer quatre grands types de places financières, dont on indiquera les principales caractéristiques et que l’on nommera à mesure que leur nombre ira décroissant. Cette vision des choses présente certes Lille sous un jour bien favorable, en la hissant au rang de place de premier ordre, même si c’est par éclipse ; l’examen particulier de sa situation permet cependant d’illustrer par l’exemple la validité de ce classement, qui se veut une grille de lecture partielle mais rigoureuse dans le choix de ses critères de référence.

Carte 6. Localisation des hôtels des monnaies de la Révolution au Grand Empire

Carte 6. Localisation des hôtels des monnaies de la Révolution au Grand Empire
  • 2 Gilles Postel-Vinay, La terre et l’argent. L’Agriculture et le crédit en France du xviiie au début (...)

3Le niveau 0 rassemble l’immense majorité des villes qui, bien que négociantes, industrielles ou même agricoles, ne disposent en leur sein d’aucune structure financière autre que strictement locale, dont G. Postel-Vinay a su montrer toute l’importance dans les campagnes françaises2. Pour tout ce qui touche aux mécanismes de l’argent et du crédit, elles se trouvent donc dans l’obligation de recourir aux services d’une place plus importante, et dont l’aire d’influence se définit ainsi peu à peu au gré des besoins de chacun. Ces villes forment le niveau 1 des places financières : les opérations financières simples et en premier lieu la remise et l’escompte des effets de commerce s’y pratiquent quotidiennement, que ce soit par le biais de banques ayant pignon sur rue ou dans le cadre plus restreint de l’arrière-boutique d’un négociant, désireux d’employer utilement ses liquidités du moment. L’audience, l’influence de ces villes sur le territoire qui les entoure dépend principalement du réseau de correspondants plus ou moins large dont disposent les uns et les autres. On le comprend aisément, ce groupe rassemble en fait presque toutes les grandes villes françaises.

4Les places financières du niveau 2 sont celles qui, en plus de se livrer aux activités bancaires, accueillent dans leurs murs un hôtel des monnaies chargé de recevoir le métal précieux qu’on porte au change et de le transformer en espèces d’or et d’argent. Manieurs d’argent et pouvoirs publics manifestent un intérêt certain pour ces établissements qui stimulent l’activité économique, facilitent les transactions commerciales et interviennent directement dans la composition et l’importance de la circulation monétaire. Le nombre et la localisation des hôtels des monnaies connaissent de fréquentes variations entre 1789 et 1815, comme l’indique la carte 6, et pas seulement en raison de l’extension géographique du territoire à partir de l’an III. Au début de la Révolution, on compte en France encore quatorze places disposant d’un atelier monétaire ; la concentration de la frappe monétaire dans la capitale en l’an II puis la suspension complète des émissions jusqu’en l’an IV rendent inutile la conservation des ateliers de province qui ferment les uns après les autres ; le 22 vendémiaire an IV, le ministère des Finances décide le rétablissement de huit hôtels des monnaies, chiffre porté à seize au moment de la réorganisation consulaire, avec pour la première fois l’installation de tels établissements en dehors des frontières de 1792, à Bruxelles, Genève et Turin ; à l’apogée de lEmpire, on en compte jusqu’à dix-sept, situés à Bayonne, Bordeaux, Gènes, La Rochelle, Lille, Limoges, Lyon, Marseille, Nantes, Paris, Perpignan, Rome, Rouen, Strasbourg, Toulouse, Turin et Utrecht. L’octroi ou la perte d’un hôtel des monnaies constitue sans nul doute un événement majeur pour les places financières concernées et le cas de Lille est à cet égard exemplaire. L’Hôtel des monnaies qui y est installé depuis la fin du xviisiècle se trouve gravement menacé à deux reprises : en l’an II, lorsqu’il se trouve dans l’obligation de fermer – temporairement – ses portes et sous le Consulat, lorsque le gouvernement envisage de transférer ses activités à Bruxelles. L’ampleur de la mobilisation des autorités commerciales et administratives contre ce dernier projet rend bien compte de l’importance qu’un tel établissement revêt à leurs yeux.

  • 3 Le cas des villes ayant disposé pendant les premières années de la Révolution des services d’une Ca (...)
  • 4 Emmanuel Pruneaux, Banquiers et négociants de province sous le Consulat et l’Empire, à partir de l’ (...)

5Le niveau 3 regroupe les rares places financières de tout premier ordre qui ajoutent aux activités bancaires et à la frappe des métaux précieux l’émission de monnaie fiduciaire. La capitale demeure longtemps la seule ville à cumuler ces trois activités, en particulier grâce à la Caisse d’escompte, fondée en 1776 et successivement « transformée » en Caisse des comptes courants puis en Banque de France, même si dans quelques autres centres, comme Rouen, des banques locales avaient déjà mis en circulation des billets3. La décision d’établir des comptoirs d’escompte dans les principales villes françaises permet à celles qui sont retenues d’accéder à ce club très fermé, mais à la fin de lEmpire, seuls trois comptoirs ont finalement été créés, à Lyon et Rouen en 1808, à Lille en 18114.

6Par ailleurs, l’installation dans une place de province d’un tel établissement, étroitement contrôlé par les autorités bancaires de la capitale et au projet clairement défini, peut également être interprétée par le monde négociant ou la population locale comme une volonté hégémonique difficilement supportable, une atteinte à l’autonomie commerciale et financière de la place, contre lesquelles il importe de lutter activement. Là encore, l’examen de la situation lilloise apparaît comme riche d’enseignement.

I. L’Hôtel de la Monnaie, entre Lille et Bruxelles

  • 5 Hippolyte Verly, Essai de biographie lilloise contemporaine, 1800-1869, article « Monnayeurs et Mon (...)
  • 6 Je tire ces chiffres de l’article de Michel Morineau, « Les frappes monétaires françaises de 1726 à (...)

7L’édit de Chambord de septembre 1685 établit à Lille un hôtel des monnaies et lui adjoint une juridiction des monnaies dont le ressort s’étend aux provinces d’Artois, de Flandre et de Hainaut5. À mesure que le nombre d’hôtels diminue et que sa production augmente, celui de Lille devient l’un des principaux ateliers monétaires du royaume au xviiie siècle : douzième sur vingt-neuf hôtels par la frappe en 1738, il dispute les premières places à celui de Strasbourg au cours de la décennie 1740 et frappe près du quart de la valeur totale des espèces fabriquées en 1775. Le déclin s’amorce après cette date, la production ne représentant plus que 5,6 % du total en 1780 et seulement 2,5 % en 1791 ; à cette date cependant, il occupe encore la troisième place derrière les deux ateliers majeurs que sont Paris et Limoges6.

  • 7 Il parle même d’une « osmose éventuelle » (p. 104) avec les Pays-Bas, voire l’Angleterre et observe (...)
  • 8 Louis Dermigny, « La France de l’Ancien Régime : une carte monétaire », AESC, 1955, p. 480-493.

8Il est tentant d’établir un lien entre l’activité de l’hôtel lillois et l’importance de la place, idée que récuse M. Morineau, en présentant trois arguments de poids. Il insiste tout d’abord sur la situation frontalière de la ville et estime que l’importance des frappes lilloises au milieu du xviiie siècle s’explique par le fait qu’une large partie des pièces qui y sont frappées est en fait destinée à être exportée vers les Pays-Bas autrichiens ou l’Angleterre et n’alimente donc pas la circulation française7 ; la part de l’or dans la frappe vient à l’appui de son analyse puisque, dans une France majoritairement dévolue à l’argent8, le métal jaune représente à Lille plus de la moitié de la valeur émise en 1738, près des deux tiers entre 1776 et 1780 et encore près de la moitié de la frappe en 1791 ; enfin il insiste sur le fait que les hôtels frontaliers subissent les interférences de décisions extra-régionales, voire extra-nationales et met en corrélation les abondantes émissions lilloises et les périodes de guerre, à ses yeux conséquences des nécessités imposées par le conflit (fournitures, solde), et par la suite, du mouvement de récupération des métaux par les Pays-Bas. Selon lui, il n’y aurait donc pas lieu de voir dans l’évolution de la courbe des émissions monétaires un reflet fidèle de la vie économique locale ou régionale.

9Cette démonstration reste-t-elle convaincante, dès lors que l’on s’attache à étudier l’activité de l’Hôtel des monnaies de Lille du début de la Révolution à la chute de lEmpire, d’autant que durant cette période, l’atelier, la place et au-delà le département et la région connaissent de profonds changements, tant institutionnels que territoriaux ou économiques ? C’est ce que l’on se propose de vérifier en faisant de l’Hôtel des monnaies de Lille un observatoire privilégié de la vigueur, parfois de la fragilité, et de la centralité de cette place à la fois négociante et financière. On étudiera principalement les sources et l’aire d’appro-visionnement de l’atelier, en essayant autant que possible de chiffrer et de distinguer les quantités de métal précieux qui ne font que transiter par Lille en direction de la capitale de celles qui y demeurent pour y être transformées en espèces d’or et d’argent ; on analysera également les circonstances de la fermeture, de la réouverture puis du maintien de l’Hôtel des monnaies à Lille, ainsi que les réactions des Lillois et les stratégies qu’ils développent pour défendre leur établissement ; on s’attachera enfin au fonctionnement et à l’organisation internes de cet institution qui se confond avec la place.

10Les profondes transformations administratives du début de la Révolution puis le déclenchement du conflit sur la frontière septentrionale à partir de 1792 assurent à l’hôtel lillois une importante activité que seuls la dégradation des conditions économiques et le danger militaire aux frontières réduisent -sensiblement, entraînant sa fermeture à l’hiver de l’an II.

  • 9 Le décret des 21-27 mai 1791 prévoit la suppression des offices (art. 1) mais aussi le maintien à l (...)

11À la veille de la Révolution, le personnel supérieur de l’Hôtel de la monnaie de Lille se compose d’un directeur, chargé de la fabrication, et d’un commissaire du roi, représentant l’autorité publique auprès de l’établissement qu’il surveille. Louis François Théophile Lepage dirige la Monnaie depuis 1785 : il succède alors à son père dont il était le premier commis depuis 1772 et qu’il secondait comme directeur adjoint depuis 1784. Son différent, une étoile à cinq branches, remplace le chevron de son père et prend place auprès du W qui signale les espèces fabriquées à Lille. Un moment relevé de ses fonctions lors de la suppression des offices9, il retrouve sa place le 1er septembre 1791 sur nomination du Directoire du département du Nord. Robert Séraphin Joseph Delepierre, Sr de Ligny, occupe quant à lui la charge de conseiller juge-garde de la Monnaie de Lille de 1770 à 1791 et c’est tout naturellement qu’il est choisi pour remplir les fonctions de commissaire du roi à compter de septembre 1791  ; il demeure en fonction jusqu’à son décès en l’an XIII.

Tableau 14. Poids des vaisselles et argenteries ecclésiastiques provenant des districts du Nord, du Pas-de-Calais et de l’Aisne envoyées à la Monnaie de Lille du 3 juin 1791 au 11 mai 1792

Tableau 14. Poids des vaisselles et argenteries ecclésiastiques provenant des districts du Nord, du Pas-de-Calais et de l’Aisne envoyées à la Monnaie de Lille du 3 juin 1791 au 11 mai 1792

Les quantités sont exprimées en marcs-onces-gros.
* L’envoi a lieu entre le 3 juin 1791, date d’entrée en vigueur de la loi et le 16 juillet suivant, première date mentionnée dans le second état.
Source : Arch. dép. Nord, L 1756.

12Jusqu’à la chute de la monarchie, l’atelier monétaire voit son activité perdurer et même se développer sensiblement : la suppression d’institutions administratives locales, la réorganisation des cadres ecclésiastiques entraînent la remise aux directoires départemental et de districts d’une multitude de pièces d’argenterie et d’orfèvrerie, progressivement versées dans les caisses de l’hôtel : une partie est immédiatement réexpédiée dans la capitale, le solde demeure sur place pour y être fondu et alimenter une circulation mise à mal par la peur du lendemain et les diverses exportations particulières. Après le 10-Août et la proclamation de la République, les émissions tendent à diminuer et à perdre en diversité pour finalement cesser complètement au milieu de l’an II. La concentration de la frappe dans la capitale précède de peu la suspension totale de l’emploi du numéraire, rendant dès lors inutile le maintien d’un hôtel des monnaies à Lille.

  • 10 J’ai pris comme base de calcul un marc à 244,75 grammes, une once à 30,59 grammes et un gros à 0,05 (...)
  • 11 Cette décision pousse certaines communautés à adopter un comportement franchement contre-révolution (...)
  • 12 La différence de 53 kg par rapport au poids brut provient de l’affinage des pièces et des prises d’ (...)

13La suppression des États provinciaux entraîne la saisie des pièces d’argenterie et autres jetons de présence en argent qu’ils possédaient et ceux du Nord de la France n’échappent pas à la règle. À la date du 6 septembre 1791, le bordereau récapitulatif des pièces remises à la Monnaie mentionne le versement de 240 marcs 4 onces 7 gros d’argent (près de 59 kg10), d’une valeur de 12 064-4-6 lt et ces envois se multiplient à mesure que les biens de l’Église passent sous contrôle de la Nation. Dès le 6 novembre suivant, un décret prescrit la mise sous scellés et l’inventaire des effets mobiliers des églises et couvents supprimés avant envoi au Comité d’aliénation de la Constituante11 ; le 3 mars 1792, un nouveau décret ordonne l’envoi à lHôtel des monnaies le plus proche de « l’argenterie des églises, chapitres et communautés religieuses qui y a été ou pourra être jugée inutile au culte ». Les districts du Nord, du Pas-de-Calais et de l’Aisne chargés de l’opération font donc parvenir à Lille les objets d’or et d’argent afin qu’ils y soient fondus, les espèces monnayées étant quant à elles directement envoyées à Paris. Le tableau 14 indique, pour chaque district, le « poids brut des vaisselles et argenteries » parvenues à l’Hôtel des monnaies de Lille entre le 3 juin 1791 et le 11 mai suivant : en près d’un an, la Monnaie réceptionne plus de 17 000 marcs d’argent, soit 4 165 kg, assurant une frappe substantielle et une alimentation régulière du Trésor public. Logiquement, le Nord fournit la plus grosse part, avec 63,3 % du total, suivis du Pas-de-Calais (30,9 %) et de l’Aisne (5,8 %) ; la distribution par district rend sans doute compte de la géographie ecclésiastique du temps, à moins qu’elle ne reflète l’activité des douze directoires locaux : cinq d’entre eux envoient à Lille plus de 1 500 marcs de métal blanc (environ 370 kg), et neuf plus de 500 marcs (env. 120 kg). En tête de liste viennent ceux d’Avesnes et d’Arras, talonnés par celui de Lille ; avec seulement 137 marcs (env. 33,5 kg), celui de Bapaume ferme la marche, mais en raison de sa localisation méridionale, il a pu envoyer directement à Paris une partie des pièces saisies. Une fois à la Monnaie de Lille, ces pièces d’argenterie sont transformées en lingots dont la valeur est portée sur les procès-verbaux de fonte : du 24 août 1791 au 12 mai 1792, l’atelier lillois met à la disposition du Directoire du Nord dix-huit lingots d’un poids total de 16 799 marcs 6 onces 5 gros, soit 4 112 kg12.

  • 13 Arch. mun. Lille, FR 17 999/1.
  • 14 Et ce en dépit de la fermeture de la Monnaie de Lille ; Arch. dép. Nord, L 1756.

14Au cours des années suivantes, et à mesure que se dégrade la situation commer-ciale et militaire du pays, à mesure que s’amplifie la déchristianisation également, les confiscations se font plus nombreuses et portent bientôt sur tous les objets de valeur, matières d’or et d’argent, mais aussi bijoux, tissus rehaussés de fils précieux, galons et ornements ecclésiastiques. La dépréciation rapide des assignats, la hausse des taux de change, l’arrêt presque total du commerce maritime, l’application du Maximum enfin accroissent en effet la méfiance des partenaires commerciaux de la France qui exigent d’être payés en métal précieux. Dans le Nord comme dans l’ensemble du pays, la majorité des saisies date de l’an II : au cours du seul mois de frimaire, la Monnaie reçoit des districts de Cambrai, Hazebrouck et Béthune plus de 2 marcs d’or, 1 364 marcs d’argent, 33 marcs de vermeil, ainsi qu’un envoi de broderies et galons13. Ces envois se poursuivent au moins jusqu’à la fin de l’an IV puisque le 26 frimaire an V, le commissaire du Directoire exécutif près la municipalité cantonale d’Avesnes rappelle l’expédition, le 2 germinal an IV, de trois caisses contenant 1 015 marcs 4 onces d’argent et 4 onces d’or, ainsi que d’une caisse pesant 259 livres et contenant des galons et des ornements d’églises, retrouvés dans les magasins du district supprimé14.

  • 15 Cité par A. Kuscinski, Dictionnaire des Conventionnels, Paris, Société d’Histoire de la Révolution (...)
  • 16 Voir en particulier Jean Puraye, Liège sous l’Empire. Souvenirs et portraits, Bruxelles, Éditions d (...)
  • 17 Arch. dép. Nord, L 1740 : accusé de réception de la Monnaie de Paris daté du 9 septembre 1793.
  • 18 Albert Mathiez, « L’argenterie des églises en l’an II », AHRF, 1925, p. 576-582.
  • 19 Les archives en mentionnent au moins deux : 25 232 lt en écus le 10 septembre 1793 et 24 000 lt en (...)

15Au vu des archives consultées, seule une partie des objets confisqués et remis à la Monnaie de Lille est par la suite acheminée sur Paris. Le principal envoi date de septembre 1793 : le représentant près l’Armée du Nord Isoré y fait d’ailleurs mention dans une lettre au Comité de salut public, annonçant qu’on s’occupe à Lille d’un envoi « des mystères de la religion » à la Trésorerie nationale et ajoutant que « ce convoi des lingots, des reliques et des schabraques d’église sera remarquable dans l’histoire15 ». Rassemblant des matières d’or et d’argent provenant des établissements ecclésiastiques de la région, mais aussi de la Belgique récemment passée sous contrôle français16, il se compose en effet de vingt-quatre caisses et d’un baril, d’une valeur totale de 1 652 400 lt17. Cet envoi vient compléter ceux des autres départements et tous font l’objet d’un état détaillé et régulièrement complété, dressé à la demande de Cambon18 : entre le 3 mars 1791 et le 29 nivôse an II, sept états imprimés sont ainsi rendus publics. Le dernier récapitule la valeur totale des objets ecclésiastiques centralisés à Paris et en fixe la somme à 4,8 millions de livres : dans cette hypothèse, le Nord du territoire y a contribué pour plus du tiers du total, sans compter les envois de numéraire19.

  • 20 Arch. mun. Lille, FR 17 746 et 17 747.

16Aux matières restées à Lille s’ajoutent les divers objets, lingots et autres espèces portées au change de l’établissement par des particuliers ; le tout constitue l’approvisionnement de l’atelier monétaire et est destiné à être monnayé. Les Archives municipales de Lille conservent les Registres de change pour les matières d’or et d’argent commencés le 4 frimaire an II20, à quelques mois de la suspension de la frappe des métaux précieux, ce qui permet de connaître, en plus des quantités d’or et d’argent portées au monnayage, les noms et qualités des personnes qui les fournissent. Les chiffres sont les suivants :

Tableau 15. Valeur des matières d’or et d’argent portées au monnayage de frimaire à germinal an II

Date

Argent

Or

Frimaire an II

66 613-13-5

2 539-15-3

Nivôse

47 093-2-0

399-11-7

Pluviôse

74 991-11-2

Ventôse

9 487-13-8

29-2-6

Germinal

112-15-11

Total

198 298-16-2

2 968-9-4

Part

98,50 %

1,50 %

Total général

201 267-5-6

Les sommes sont exprimées en livres-sous-deniers.
Source : Arch. mun. Lille, FR 17 746 et 17 747.

17On le voit, l’argent constitue la quasi-totalité du métal porté au change et la décrue touche moins directement et plus tardivement le métal blanc que l’or ; ce dernier disparaît précocement du change et les quantités apportées en nivôse sont six fois moins importantes qu’en frimaire et deux mois plus tard, elles sont déjà divisées par près de cent. Le 22 floréal suivant, le commissaire national Delepierre en prend acte et clôt les registres. L’examen qualitatif des matières apportées en frimaire an II, le dernier mois important pour l’or, mérite cependant un examen plus complet. D’abord parce que le directeur apparaît comme l’unique pourvoyeur de métal jaune de la Monnaie et qu’il dispose de trois sources distinctes d’approvisionnement : les espèces françaises d’Ancien Régime, louis d’avant 1726 et d’avant 1786, pour 1 259-7-16 lt (49,6 % du total) ; les espèces étrangères – guinées, souverains, florins du Rhin, ryder, pistoles et autres ducats du Danemark – pour 1 253-2-0 lt (49,3 %) ; et enfin pour 27-2-11 lt seulement d’or à 24 carats (1,1 %). Le métal fin semble avoir quasiment disparu et seule la refonte de pièces françaises et étrangères est susceptible de permettre l’émission de nouvelles espèces. L’argent porté au change de la Monnaie provient quant à lui de nombreux particuliers et se présente principalement sous trois formes : la vaisselle, montée ou plate, de Paris ou de province ; les espèces monnayées, le plus souvent étrangères ; et les lingots. À la date du 21 nivôse an II, le registre mentionne ainsi pêle-mêle un lingot, de la vaisselle plate, de la vaisselle vieux titre, des écus, ducatons, piastres effigiées et autres escalins puis de la vaisselle montée de province.

  • 21 Victor Gadoury et Frédéric Droulers, Les monnaies royales françaises de Louis XIII à Louis XVI, 161 (...)
  • 22 Et cela en dépit d’une importante frappe d’écus en l’an II, destinée soit à rééquilibrer la circula (...)
  • 23 Arch. dép. Nord, L 8381 : lettre du 6 frimaire an II.

18La frappe monétaire se poursuit à Lille jusqu’à la suspension décidée par Paris, en pluviôse an II. Les procès-verbaux de mise en délivrance permettent de préciser les chiffres mentionnés par V. Gadoury et F. Droulers21 et de retracer l’activité de l’atelier lillois des premiers mois de la Révolution à sa fermeture : assez logiquement, les chiffres annuels des frappes ne cessent de chuter à mesure que la situation politique et économique se dégrade : approchant le million en 1791-1792, les émissions sont deux fois moins importantes en 1793 et six fois moins en l’an II. L’or, qui représentait près de la moitié de la valeur totale au début de la Révolution, connaît un recul sensible, principalement en 1792, pour finalement totalement disparaître en l’an II ; à l’inverse, la part de l’argent ne cesse d’augmenter à mesure que l’atelier réceptionne l’argenterie ecclésiastique, jusqu’à devenir le seul métal monnayé. Parallèlement, les besoins en numéraire de plus en plus importants se font sentir, d’abord pour préparer le siège de la ville en 1792, puis pour soutenir financièrement l’Armée du Nord en campagne. Au total, entre 1789 et la suspension de la frappe des métaux précieux, l’Hôtel des monnaies de Lille met en circulation pour près de 2,5 millions de livres, dont environ un quart en or et le reste en argent. L’examen de la part respective des pièces d’argent de 6 lt, 30 et 15 sols offre également quelques perspectives : alors qu’en 1791, les trois modules représentent peu ou prou chacun un tiers des émissions de métal blanc, la part des pièces de faible valeur tend par la suite à fortement augmenter jusqu’à représenter près de 80 % de la valeur totale22. Les pièces les plus utilisées, et donc les plus nécessaires, dans la circulation de la France du Nord dans les premières années de la Révolution sont celles dont la valeur faciale est la plus faible, et le remplacement progressif de l’or et de l’argent par le cuivre et le métal de cloche ne peut qu’amplifier ce mouvement. En plus de la décision parisienne de centraliser puis de suspendre la frappe monétaire, l’atelier monétaire lillois se trouve menacé par l’avancée des troupes autrichiennes et dès frimaire an II, Isoré écrit aux administrateurs du district de Lille : « Je ne puis trop vous recommander l’envoy de l’or et de l’argent qui est déposé à l’Hôtel des monnaies de Lille et les fonds qui sont dans la caisse du district à la Trésorerie nationale et à l’Hôtel général des monnaies à Paris. Balayez vos dépôts et caisses, les choses sont mieux à Paris qu’aux frontières23 ». Après plus d’un siècle d’activité, l’Hôtel des monnaies de Lille cesse donc, pour la première fois, son activité au début de l’année 1794.

  • 24 Arch. dép. Nord, L 1740.
  • 25 Recueil des actes du CSP avec la correspondance officielle des représentants en mission et le regis (...)
  • 26 Arch. dép. Nord, L 1740 : lettre du 18 juillet 1793.
  • 27 Arch. mun. Lille, FR 18 004/2 : procès-verbaux contenant les quantités d’or, d’argent et de cuivre (...)
  • 28 Arch. mun. Lille, FR 17 941/25 : Comité de surveillance, dénonciation du 15 ventôse an II, justific (...)

19Ses locaux sont bientôt transformés en fabrique d’armes blanches par arrêté du Comité de salut public du 18 thermidor an II/5 août 179424, à la demande expresse de Florent Guiot, représentant à l’Armée du Nord, qui annonce dès le 27 nivôse an II/16 janvier 1794 son intention d’organiser à Lille un atelier de sabre25. Il en confie la direction au dernier directeur de la Monnaie, Pierre Claude Chesnel, qui remplace Lepage depuis brumaire an II. En effet, à mesure que la situation politique se dégrade et alors que « la Terreur est mise à l’ordre du jour » (5 septembre 1793), la position du ci-devant citoyen Lepage se fragilise progressivement. Dès juillet 1793, il est en butte à la grogne des ouvriers de la Monnaie, dont le salaire est payé en assignats avec une plus-value de moitié en sus, en exécution du décret du 30 mai précédent ; Lepage en informe les représentants en mission près l’Armée du Nord26, mais bien loin de trouver auprès d’eux le soutien attendu, il se signale à leur attention ; le 23 brumaire an II/13 novembre 1793, le ministre des Contributions publiques, Deschamps-Destournelles, lui annonce sa destitution et commet Chesnel à sa place. Ce dernier prend officiellement ses fonctions dès le 4 frimaire/24 novembre suivant et la remise de service intervient dix jours plus tard ; le délai est employé à dresser l’inventaire des matières laissées par Lepage à Chesnel (7-14 frimaire an II/27 novembre-4 décembre 1793), en présence de deux administrateurs du département27. En ventôse an II/mars 1794, Lepage est accusé par Jean-Baptiste Augé, garde-magasin à la Monnaie d’avoir organisé, ou du moins favorisé, le passage en Belgique d’un cabriolet rempli de numéraire en 1790. Quelques jours plus tard, Lepage se rend de lui-même devant le Comité de surveillance de la Société populaire et révolutionnaire de Lille et y présente une justification argumentée de ses activités à la tête de la Monnaie et sa version de l’épisode en question28 ; l’absence de poursuite semble indiquer que l’affaire est probablement classée sans suite et Lepage peut observer tranquillement la suite des événements.

  • 29 Arch. mun. Lille, FR 17 999/1 : correspondance des Commissaires de la Trésorerie nationale au citoy (...)

20À la Monnaie, le nouveau directeur peine quelque peu à remplir efficacement ses fonctions. Surnuméraire de l’Hôtel des monnaies de Paris depuis un an au moment de sa nomination à la tête de celui de Lille, Chesnel se distingue tout d’abord de son prédécesseur en adoptant un nouveau différent, un niveau sans traverse inférieure. Sa mission principale consiste sans doute à organiser et surtout surveiller les activités de cet atelier monétaire stratégiquement situé à proximité du front et à ce titre, les critères qui ont présidé à sa nomination sont vraisemblablement plus politiques que techniques, mais sa fonction comporte des aspects pratiques qu’il ne domine visiblement pas ; quant à ses compétences administratives et comptables, elles semblent des plus limitées. Le 21 brumaire an II/11 novembre 1793, soit cinq mois après son installation, la Commission de la Trésorerie nationale lui fait remarquer qu’il n’a encore remis aucun des états de situation périodique réclamés et les relevés qu’il fait parvenir à Paris s’avèrent au mieux non conformes au modèle proposé par la Commission, le plus souvent défectueux, erronés ou totalement faux29.

  • 30 Arch. dép. Nord, L 8379 : Hôtel des monnaies de Lille, personnel.
  • 31 Arch. mun. Lille, FR 17 999/1 : lettre du 18 floréal an II.
  • 32 Arch. mun. Lille, FR 17 991/1 : lettres de prairial an II.
  • 33 Arch. mun. Lille, FR 17 999/2 : lettre du 19 vendémiaire an III.
  • 34 Arch. dép. Nord, L 8379 : lettre aux administrateurs du district de Lille, envoyée de Paris le 17 n (...)

21Devant son incurie, elle l’enjoint de prendre contact avec Lepage, dont les lumières deviennent bien vite nécessaires, mais l’ancien directeur prend un malin plaisir à se faire prier tant par la Commission que par le Directoire du district : sollicité dès le 6 nivôse an II/26 décembre 1793 pour compléter un tableau, il temporise, obligeant les autorités locales à réitérer leur demande le 5 thermidor suivant/23 juillet 1794, en précisant « À la vérité, ce devrait être à votre successeur à le faire, mais n’étant point versé dans les opérations relatives à la Monnaie, c’était à vous naturellement que nous devions faire confiance30 ». Il accepte finalement « avec plaisir, sur injonction des commissaires de la Trésorerie nationale de te donner tous les éclaircissements nécessaires pour que tu puisses former les états que les directeurs des Monnaies sont tenus de leur envoyer31 » et lui fait parvenir un modèle d’état qu’on lui avait adressé le 31 juillet 1793, indiquant que « sûrement, à cette époque, tu ne songeais pas à la Monnaie de Lille ». L’animosité initiale entre les deux hommes se transforme bien vite en affrontement à mesure que Lepage se rend indispensable : il n’accepte bientôt de « seconder » Chesnel pour la confection des pièces comptables que sous la surveillance d’un commissaire nommé par le district de Lille32 ; de son côté, Chesnel retarde autant qu’il le peut la liquidation des comptes respectifs des deux directeurs successifs, toujours en suspens en vendémiaire an III33. Il perd bientôt le soutien des autorités lilloises lorsqu’il se prévaut d’un arrêté du Comité de salut public pour faire valoir son « droit incontestable […] de garder (son) logement et ses dépendances jusqu’à la fin de pluviôse [an III], droit dont (il) ne se désistera pas, surtout en faveur d’intrigant34 ».

  • 35 S’agit-il du contrôleur contre-garde de l’Hôtel des monnaies de 1784 à 1790 ? La seule mention de s (...)
  • 36 Il est ensuite candidat au poste de caissier de la Monnaie de Perpignan le 22 floréal an V/11 mai 1 (...)
  • 37 Arch. dép. Nord, L 8 379.

22La suspension de la frappe d’or et d’argent et la fermeture de l’Hôtel des monnaies lillois n’entraînent cependant pas l’arrêt total des émissions dans la région : deux ateliers monétaires sont installés en arrière de la ligne de front, à Saint-Omer et Arras, la fabrication de sols de cuivre constituant la totalité de leur activité ; les pièces sont ensuite réparties entre les districts des départements du Nord, du Pas-de-Calais et de l’Aisne et échangées contre des assignats. C’est semble-t-il dans le cadre de ces opérations que Chesnel se trouve en déficit, ne pouvant justifier de l’emploi de près de 80 000 lt assignats, ni expliquer la disparition de matières. Le district ouvre une enquête qui débouche sur son renvoi devant le tribunal criminel du Nord puis à son incarcération à l’été de l’an III. Il demande alors son élargissement contre paiement d’une caution et offre la garantie de Poutrain, présenté comme négociant lillois35. Remis en liberté provisoire le 29 vendémiaire an IV/20 octobre 1795, il fausse bientôt compagnie au gendarme chargé de le surveiller et disparaît de la scène lilloise pour ne plus jamais y reparaître. L’inexpérience de Chesnel, son arrogance envers les autorités locales, son refus de toute conciliation avec Lepage, son origine parisienne enfin, tout concourt à une détestation générale du personnage à Lille. Un temps protégé par le Comité de salut public dont il ne cesse de se réclamer, il se trouve sans réel soutien après Thermidor et considérablement affaibli par ses malversations comptables36. L’envoyé de la capitale, chargé de procéder à la fermeture de l’Hôtel des monnaies de Lille, quitte la ville par la petite porte au moment où les autorités du pays reconnaissent la nécessité de l’établissement et rappellent à sa tête son ancien directeur, auréolé de son expérience passée et de sa bonne volonté récente. La remise en liberté de Chesnel coïncide en effet, à quelques jours près, avec le rappel – dans un premier temps provisoire – de Lepage à la direction de la Monnaie, le 8 vendémiaire an IV/29 septembre 179537. Le Directoire, en même temps qu’il décide la réouverture de huit ateliers monétaires (loi du 22 vendémiaire an IV), rétablit ainsi dans ses fonctions un homme écarté par la Convention montagnarde et l’Agence monétaire le charge de remettre en état toutes les machines et ustensiles nécessaires à la fabrication. De son côté, Lepage entend bien distinguer les deux périodes pendant lesquelles il a dirigé l’établissement et abandonne l’étoile pour le caducée : sans doute veut-il indiquer par cette probable référence à Mercure que le retour au -numéraire constitue le prélude à la prospérité retrouvée du commerce.

  • 38 Arch. mun. Lille, FR 18 004/8 : projet de transfert de l’Hôtel des monnaies de Lille à Bruxelles.
  • 39 Voir les procès-verbaux de séances du Conseil des Cinq-Cents des 12 ventôse, 17 germinal et 9 floré (...)

23Mais à peine l’activité a-t-elle repris que déjà des rumeurs circulent à Lille, annonçant le transfert à Bruxelles de l’Hôtel des monnaies38. Dès le 25 nivôse an VII/15 janvier 1799, l’administration municipale fait part de « ses inquiétudes et [de] ses craintes » aux députés du Nord au Conseil des Cinq-Cents, puis prolonge son intervention en leur fournissant un argumentaire rigoureux, destiné à nourrir leur discours, alors que la question est inscrite à l’ordre du jour de l’assemblée. La question est finalement renvoyée en commission39. Le Directoire n’a cependant pas le temps de prendre une décision avant d’être remplacé par le Consulat et la question de la localisation des hôtels des monnaies, qui recommence à être évoquée à partir de messidor an IX, ne revient véritablement sur le devant de la scène qu’à la faveur de la réforme monétaire de l’an XI. Une nouvelle fois, les autorités municipales réagissent : une « commis-sion spécialement chargée de la recherche des motifs qui militent en faveur de la commune pour la conservation de l’Hôtel des monnaies » est créée au sein du conseil municipal ; elle présente son rapport le 30 germinal an XI/21 avril 1803 et fait parvenir, toujours par l’intermédiaire des parlementaires lillois, ses conclusions au ministre des Finances.

  • 40 G. Thuillier, La réforme monétaire de l’an XI… op. cit.
  • 41 Arch. mun. Lille, FR 18 004 : lettre du 8 prairial an XI/28 mai 1803.
  • 42 Annuaire statistique du Département du Nord pour l’an XII, p. 196.

24Ce dernier se révèle être le principal obstacle au maintien d’un atelier monétaire à Lille et la confrontation des avant-projets et autres textes préparatoires à la Loi de germinal an XI, publiés par G. Thuillier40, avec la correspondance entre les autorités municipales lilloises et les députés nordistes permet de connaître précisément les modalités de la prise de décision et illustre parfaitement les luttes d’influence à l’œuvre en de telles occasions. Dans son premier rapport daté du début de l’an IX, Gaudin indique : « Il n’a été établi que huit hôtels des monnaies, savoir à Paris, Perpignan, Bayonne, Bordeaux, Nantes, Lille, Strasbourg et Lyon […]. Il paraîtrait aussi convenable de faire quelque établissement monétaire dans les départements réunis qui sont partie intégrante de la République ; alors on pourrait transférer la Monnaie de Lille à Bruxelles » (p. 312) ; il s’agit alors tant de procéder à un rééquilibrage dans l’implantation géographique des ateliers monétaires que de manifester, par un geste fort, l’intégration économique et monétaire des territoires rattachés à la France, et lorsque en floréal an XI, il soumet au Conseil d’État, chargé de trancher en dernier ressort, deux projets successifs d’arrêté sur l’organisation des monnaies, il maintient l’idée d’un transfert. Selon Sachon, receveur de la commune envoyé en mission à Paris, il aurait même volontairement mis de côté la réclamation lilloise au moment de transmettre le dossier au conseiller d’État chargé de présenter son rapport à la section de Finances. Celle-ci compte pourtant nombre de partisans du maintien, mais explique Sachon, « chacun d’eux m’avait dit si positivement qu’il n’y avait rien à espérer que je me serais cru coupable de jonglerie en vous donnant à mon tour la moindre espérance41 ». L’arrêté du 10 prairial an XI/31 mai 1803 prévoit cependant l’installation de seize ateliers monétaires sur l’ensemble du territoire français, départements réunis compris, pour trois ans ; à l’expiration de ce délai, le ministre des Finances doit proposer « la conservation de ceux qui auront présenté le plus d’avantage et qui seront jugés nécessaires42 ».

  • 43 Voir la minute de l’arrêté accompagnée d’un rapport du ministre des Finances, à la page 687 du recu (...)
  • 44 Cité par Jean-Marie Darnis, La Monnaie de Paris, sa création et son histoire du Consulat et de l’Em (...)

25On le voit, il s’agit là d’un compromis puisque la décision définitive est reportée et que l’hôtel de Bruxelles apparaît sur la liste. Cette « victoire » lilloise doit beaucoup au conseiller d’État Laumond qui avait déjà désamorcé le piège de Gaudin en conseillant l’envoi d’une copie certifiée au rapporteur, et emporte en séance la décision de ses collègues, sensibles aux demandes de soutien de la municipalité lilloise. Nombre d’entre eux manifestent d’ailleurs un attachement et une fidélité persistante à l’égard du Nord de la France, par attachement familial ou en souvenir de leurs premières armes administratives. L’exemple de Laumond est à cet égard tout à fait éclairant : né à Arras, il débute sa carrière comme secrétaire de l’intendance de Flandre ; installé dans la capitale lorsque débute la Révolution, il supervise la correspondance générale de la Caisse de l’Extraordinaire, puis est successivement nommé administrateur de l’Enregistrement et des Domaines et commissaire de la Trésorerie nationale, postes qui lui permettent de rester en contact avec le Nord ; préfet dès l’an VIII (Bas-Rhin, Roër et Seine-et-Marne) et conseiller d’État depuis l’an X, il est nommé directeur général des Mines en 1810 et se trouve donc en charge de celles du Nord et du Pas-de-Calais. La décision des conseillers d’État s’est probablement trouvée simplifiée par le fait que l’état des candidats aux places de directeur, commissaire du gouvernement et caissier présenté par le ministre ne mentionne pas le moindre nom pour Bruxelles43. Sans cesse remise d’année en année, l’ouverture de l’hôtel n’inquiète plus les autorités lilloises et le 15 frimaire an XIII/6 décembre 1804, un changeur bruxellois confirme au commissaire de la Monnaie de Lille « qu’il n’y avait pas apparence de rétablir la Monnaie44 » de la ville ; ce n’est cependant qu’après la réunion des départements hollandais, en 1811, qu’il disparaît définitivement de l’Almanach impérial.

  • 45 Le même argument est avancé par la direction de la Banque de France lorsqu’il est question d’instal (...)

26On ne connaît l’Hôtel des monnaies de Bruxelles qu’indirectement et principalement par les informations que livrent les autorités lilloises, qui ont tout intérêt à en donner une image aussi peu flatteuse que possible. À croire les Lillois, installer un hôtel des monnaies dans la préfecture de la Dyle constituerait une erreur tant stratégique et politique qu’économique et technique. Stratégiquement, Bruxelles, ville ouverte, ne peut opposer aucune enceinte à une quelconque armée, à l’inverse de Lille qui s’est illustrée lors du siège de 1792. Or la perte d’un hôtel des monnaies entraînerait la mise à disposition des ennemis de la République d’importantes ressources, et on le sait, les Belges sont les instruments de ces ennemis. Leur « fanatisme » fait courir un risque constant aux installations, la Guerre des Paysans en est une nouvelle preuve ; aussi est-il important, selon les Lillois, « tant que durera cette génération, [qu’]il ne soit formé dans les départements composés des ci-devant provinces--belgique d’autres établissements conséquents que ceux propres à les contenir ». La situation géographique de Bruxelles apparaît également peu favorable, principalement en raison de sa position excentrée au regard des grands axes commerciaux. La ville n’est pas un carrefour routier et le commerce qui s’y fait est essentiellement local45 ; les affaires qui s’y traitent ne permettent pas d’en faire un pôle d’attraction des espèces propre à faciliter leur refonte rapide et à moindre coût. Le transfert de l’Hôtel des monnaies à Bruxelles imposerait également aux négociants étrangers à la ville, et les Lillois plaident ici leur cause particulière, de recourir à des intermédiaires locaux qu’il faudrait commissionner, entraînant une augmentation des coûts déjà importants en raison du nécessaire transport des espèces, et ne ferait qu’amplifier la stagnation des fonds. D’autant que les installations existant déjà à Lille, leur transfert entraînerait des dépenses aussi importantes qu’inutiles. Mais c’est l’argument technique que les Lillois développent avec le plus de force : les ateliers monétaires bruxellois sont installés dans des locaux exigus et leur état général impose d’importantes réparations avant qu’il soit possible d’envisager de reprendre la frappe. En plus du coût financier de tels travaux, cela aurait pour conséquence d’accroître encore les délais d’échange des espèces. Le seul agrément que les Lillois -concèdent à l’Hôtel des monnaies de Bruxelles réside dans les logements destinés à accueillir ses officiers et employés, mais ce point est bien vite balayé au nom de l’intérêt général, d’autant qu’il faudrait muter ce personnel d’une ville à l’autre, à défaut de trouver des employés susceptibles de remplir efficacement les taches spécifiques de la frappe monétaire.

  • 46 Le directeur de la Monnaie, Wouters, a émigré le 4 floréal an IV/23 avril 1796, en compagnie de son (...)
  • 47 Gislain Louis Bouteville-Dumetz, Correspondance, publiée par E. Hubert et C. Thion, Bruxelles, Kies (...)

27Au-delà de ces arguments bien partiaux, il semble effectivement que lHôtel des monnaies préexistant ne soit pas en mesure de répondre rapidement aux exigences d’une refonte, ou même d’une frappe, importante. En ventôse an IV, Bouteville dresse un rapide état des lieux, en réponse à une demande de renseignements du ministre des Finances : à cette date, les directeurs et la plupart des employés et ouvriers ont émigré46, emportant avec eux les matrices et ustensiles essentiels après avoir brisé les fourneaux et selon le commissaire spécial du gouvernement en Belgique, la remise en état des ateliers nécessiterait quatre à six mois de travaux. Par la suite, rien n’indique que la décision en ait été prise, et la situation s’est donc très probablement dégradée entre l’an IV et l’an VII, a fortiori l’an XI. Bouteville indique enfin que l’activité de cet hôtel se limitait depuis environ trente ans à la frappe de plaquettes d’une valeur d’un demi-escalin47. Dans l’ensemble, ces éléments militent par anticipation pour la conservation d’un hôtel des monnaies à Lille, et pourtant une telle demande émanant du ministre des Finances en ventôse an IV, soit moins d’un an après la restauration de la monnaie métallique et à peine six mois après la réunion des départements belges à la France, semble indiquer que l’implantation ou du moins la réouverture d’un atelier monétaire à Bruxelles avait été envisagée par les autorités financières françaises dès le Directoire.

  • 48 Guy Thuillier, « La réforme de l’an XI », La Monnaie en France au début du xixe siècle, Genève, Dro (...)

28Après les troubles de la Révolution, le gouvernement consulaire décide de mener à son terme la nécessaire réforme monétaire ; il promulgue la loi des 7-17 germinal an XI qui fixe la valeur du franc pour plus d’un siècle, suivie de celle des 14-24 germinal an XI qui appelle à la refonte progressive, mais générale, des pièces d’or et d’argent françaises48. Cette réforme se double d’une réorganisation complète de l’administration des Monnaies aux niveaux central et local. L’arrêté du 10 prairial an XI fixe à quatre le nombre des fonctionnaires admis à participer à la gestion des hôtels des monnaies soit, par ordre de préséance, un commissaire du gouvernement, un directeur de la fabrication, un contrôleur du monnayage et un caissier ; « les directeurs, caissiers et commissaires seront nommés par le Premier consul sur la proposition du ministre des Finances. Le contrôleur du monnayage sera nommé par le ministre des Finances sur la proposition de l’administration des Monnaies ». Leur traitement s’élève à 5 000 F pour le commissaire du gouvernement et le caissier et à 2 400 F pour le contrôleur ; quant au directeur, « les sommes qui lui sont attribuées pour la fabrication lui tiennent lieu de traitement ». On le voit, le Consulat se borne à réorganiser l’activité des ateliers sur des bases déjà en vigueur sous l’Ancien Régime et depuis le début de la Révolution. Il maintient également les fonctionnaires en poste, du moins à Lille : Lepage conserve la direction de la fabrication, Delepierre de Ligny est remplacé à son décès par le parisien Claude Hyacinthe Guillaumeau de Fréval, et Pierre Marie Joseph Vandervecken, déjà commissaire adjoint de Delepierre en 1791 et caissier depuis de rétablissement de l’atelier en l’an IV, est confirmé dans ses fonctions. Guillaume Joseph Poutrain enfin, est nommé au poste nouvellement créé de contrôleur du monnayage ; il ne s’agit cependant pas véritablement d’un inconnu puisqu’il était déjà contrôleur -contregarde de l’Hôtel des monnaies de Lille à la fin de l’Ancien Régime.

29La remise en état de l’Hôtel des monnaies et son approvisionnement en métaux précieux en vue de la reprise de la frappe imposent de nombreux déplacements aux principaux fonctionnaires de l’atelier et les passeports qui leur sont délivrés permettent de les suivre, presque pas à pas, entre la réouverture de l’hôtel et la fin de lEmpire. Le directeur est celui qui est amené à voyager le plus fréquemment : entre prairial an IV et juillet 1811, les autorités municipales lui établissent au moins sept passeports et il dirige ses pas tant vers les pays réunis que vers Paris, où il se rend à trois reprises entre le 29 floréal an VI et le 6 thermidor an VII, probablement pour discuter des modalités d’organisation de l’atelier puisque le dernier passeport mentionne spécifiquement qu’il se rend dans la capitale « pour affaires de monnayage » ; sous lEmpire, il suit les routes tracées par les négociants lillois depuis le Directoire en empruntant à trois reprises le circuit Paris-Anvers-Boulogne (deux occurrences) et Calais (une). Le caissier Vandervecken fait de même en juin 1811 et mai 1813 ainsi que Fréval en octobre 1810 (Paris-Anvers). L’hypothèse la plus probable est celle de voyages destinés à assurer à l’atelier lillois des sources dapprovisionnement en métal.

  • 49 Dont 12 400 F de traitement (62,6 %) ; Statistique du département du Nord, Douai, Marlier, an XII, (...)
  • 50 Annuaire statistique du département du Nord pour 1806, p. 300.

30Une fois fermement fixé à Lille aux dépens des villes plus septentrionales, l’Hôtel des monnaies voit son rôle se renforcer et s’affirmer : jusqu’à l’annexion du royaume de Hollande et du Nord de l’Allemagne en 1810, il n’existe en effet aucun établissement monétaire au-delà de Lille. En dépit de la reprise du monnayage, sa production demeure cependant très faible et se limite probablement à la frappe de monnaie de cuivre jusqu’à la fin de l’an XII. Dans sa Statistique du département du Nord, Dieudonné ne peut que constater que « la fabrication qui y était autrefois considérable est maintenant très faible » et, à défaut de connaître exactement le produit qu’il dégage, veut croire qu’il balance ses dépenses, chiffrées à 19 800 F49. La situation est toute différente à partir du moment où l’hôtel lillois obtient « une des fabrications de l’or qui, jusqu’à présent, avait été concentrée à Paris. Cette distinction qu’on devait aux talents et à l’expérience du directeur de cette Monnaie, avait été vivement sollicitée par feu M. Dieudonné qui connaissait l’utilité de cet établissement et qui se plaisait à seconder les efforts du commissaire impérial pour en augmenter l’activité50 ». Particulièrement attentif aux questions économiques et financières, il est en effet probable que le préfet ait soutenu et relayé auprès des bureaux parisiens la demande du directeur et du commissaire impérial récemment nommé qui ont, l’un comme l’autre, tout à gagner d’une relance de l’activité. Cette décision s’inscrit également dans la continuité de celle qui conserve à la préfecture du Nord son atelier monétaire : il semble en effet logique d’en faire un centre important de frappe, propre à attirer le métal précieux du Nord de l’ancienne France comme des départements réunis.

  • 51 Arch. dép. Nord, 76 J boîte 15, dossier 51 : monnaie.

31La nouvelle est diffusée dans les milieux négociants à partir du 1er vendémiaire an XIII/23 septembre 1804 par Fréval lui-même : il en informe par lettre le vice-président de la chambre de commerce51, et les arguments qu’il développe méritent qu’on s’y arrête un instant. Pour que cette mesure confirme la fixation de l’Hôtel des monnaies à Lille, encore provisoire, il importe que le commerce y apporte tout son soutien et Fréval lui demande d’alimenter le change de l’établissement en lui confiant ses matières d’or pour se voir remettre en échange des espèces du nouveau type. Il indique qu’il peut d’ores et déjà se prévaloir de l’accord formel « d’une des meilleures maisons de Lille accréditée dans ce genre de travail », qu’il ne nomme cependant pas mais qui a donc bénéficié de la primeur de la nouvelle. Et pour finir de convaincre son interlocuteur de la nécessité de son soutien, il « ose lui garantir le zèle des fonctionnaires qui connaissent l’étendue de leurs devoirs et sont jaloux de remplir leurs fonctions ». Le soutien du commerce constitue en effet une condition indispensable à la relance de la frappe de l’or et les négociants lillois, en raison de leur double insertion dans les réseaux commerciaux de la capitale et des départements réunis, sont appelés à jouer un rôle de première importance dans la partie septentrionale du territoire. Au reste, le renouvellement en profondeur de la circulation monétaire n’est possible qu’au prix d’un double effort : technique par l’emploi de balanciers performants, mais aussi économique, par l’approvisionnement régulier et substantiel de la Monnaie en métaux précieux.

32En vendémiaire an XIII, Fréval attend sous trois semaines le balancier promis par Paris ; il est en fait probable qu’il ait fallu attendre encore plus d’un an avant que l’Hôtel des monnaies de Lille soit doté du matériel nécessaire : dans sa lettre du 26 frimaire an XIV/17 décembre 1805, Fréval sollicite l’autorisation d’emprunter les routes du département pour acheminer à Lille un nouveau balancier qu’il est allé cherché à Paris ; indiquant qu’elles se trouvent en trop mauvais état, surtout en cette saison, le préfet interdit le transport, probablement repoussé au début du printemps 1806 et retardant d’autant la reprise de la frappe de l’or. Ce balancier est probablement celui décrit par l’Annuaire statistique du département du Nord pour 1806 :

  • 52 Annuaire statistique du département du Nord pour 1806, p. 301. La virole est une bague en acier dan (...)

33« Inventé par M. Gingembre [sic ; Gengembre], inspecteur général des Monnaies et construit à Paris sous ses ordres dans les ateliers de Mme Gateau par M. Saunier, (il) sert à la fabrication des pièces de 40 et de 20 F qui sont toutes frappées à la virole (ce qui) assure aux espèces françaises une supériorité qu’on chercherait vainement à lui disputer52 ».

  • 53 Arch. mun. Lille, FG 15 327/6 414 : lettres de Fréval au préfet. En 1808, ce dernier autorise « pen (...)
  • 54 La Monnaie de Lille dispose également de balances fréquemment renouvelées, vérifiées et au besoin c (...)

34Au cours des années suivantes, le matériel destiné à la frappe ne cesse de se perfectionner puisque le 8 janvier 1808, ce sont deux pierres de Senlis, pesant 1 000 à 1 500 kg, destinées aux « nouveaux » balanciers à virole installés à l’atelier monétaire que Fréval attend de la capitale53. Entre l’an XIV et 1808, ce sont donc au moins deux balanciers que l’administration des Monnaies fait parvenir à Lille, permettant la reprise puis l’essor de la frappe de l’or54.

  • 55 Arch. mun. Lille, FR 17 892/14 : monnaie, lettre du 16 mars 1806.
  • 56 Arch. mun. Lille, FR 17 893/18 : monnaie, lettre du 18 novembre 1809. Les précautions sont les suiv (...)
  • 57 Lettre du directeur du Comptoir d’Escompte Revoire au gouverneur de la Banque de France en date du (...)
  • 58 Lettre du 19 octobre 1812.

35Les registres de change pour les matières d’or et d’argent font défaut pour le Consulat et lEmpire et l’approvisionnement de l’établissement n’est connu que par le biais de sources indirectes, permettant tant bien que mal de déterminer l’origine et plus rarement les quantités, monnayées ou pas, de métal précieux portées à l’Hôtel des monnaies. Ces mêmes sources permettent également de cerner son mode de financement, bien empirique : dès le printemps 1806, Fréval signale au maire de Lille que des « commerçants […] s’empressent de fournir [à la Monnaie] des lingots qui, étant malheureusement à bas titre, forcent, pour allier la fonte aux taux prescrits, d’acheter de l’or fin qui ne se trouve qu’en petites parties et qu’on est obligé de payer comptant55 » ; le commissaire impérial se trouve donc dans l’obligation de solliciter un prêt de 8 000 F afin de pallier le manque temporaire de liquidités de l’établissement qu’il surveille, occasionné par les frais consécutifs à « l’essai et (à) la mise en activité de notre balancier » ; il signale également qu’il s’agit là d’un des « menus secours que déjà plusieurs fois vous avez bien voulu accorder » au caissier et promet un remboursement dans les quinze jours, dès que les lingots seraient transformés en espèces monnayées. Ce type de secours temporaire paraît assez fréquent pour qu’en novembre 1809, Fréval propose au maire une formalisation de ces requêtes et lui soumette de « nouvelles précautions qui écarteront toute espèce d’abus56 ». Et lorsque la mairie ne peut ou ne veut accéder à ses demandes, il n’hésite pas à se tourner vers les détenteurs de capitaux et négociants de la place pour négocier auprès d’eux des effets ; ces derniers rechignent pourtant à les accepter, « attendu leur courte échéance et leur somme souvent trop forte57 ». Enfin lorsque s’ouvre à Lille à partir de 1811, un Comptoir d’escompte de la Banque de France, la Monnaie cherche immédiatement à utiliser le nouvel établissement comme un pourvoyeur de crédit et/ou de refinancement par le biais de bons de monnaie portés à l’escompte : en échange de ces effets d’une valeur de 50 000 à 120 000 F, elle obtient du numéraire, remis à ceux qui ont porté au change des matières d’or ou d’argent ; transformées en espèces, ces dernières lui permettent de régler les bons arrivés à échéance. La crise économique de la fin de lEmpire oblige cependant le comptoir d’escompte à progressivement limiter son soutien à la Monnaie, entraînant la colère du commissaire impérial qui s’en plaint directement auprès du gouverneur de la Banque de France à Paris ; sommé de se justifier, le directeur du Comptoir explique que « les bons de Monnaie n’appartiennent pas à des négociants de Lille, mais proviennent des versements faits directement à la Monnaie par des maisons de Gand et dAnvers auxquelles on fait des retours en envois d’espèces58 ». On perçoit ainsi plus clairement les relations qu’entretient la Monnaie avec ceux qui, à Lille, rendent possible son fonctionnement quotidien en lui accordant des soutiens et des crédits à court terme et ceux qui, installés dans les principales places de la région, participent à son approvisionnement en métal précieux. Le schéma 5 présente chacun des protagonistes de ce jeu complexe et tente de rendre compte au mieux des liens qui les unissent.

Schéma 5. L’insertion de l’Hôtel des monnaies de Lille sur la place
et dans l’Europe du Nord-Ouest

Schéma 5. L’insertion de l’Hôtel des monnaies de Lille sur la place et dans l’Europe du Nord-Ouest
  • 59 J. J. R. Cambacérès, Lettres inédites à Napoléon… op. cit. ; lettre n° 539.
  • 60 J. Stern, Le mari de Mlle Lange… op. cit., p. 103-105, sur la foi du carton V de la Saisie Simons d (...)
  • 61 Pour cette affaire comme pour celles qui suivent, voir le Ms C 44 de la BM de Lille.

36Les archives signalent principalement deux sources d’approvisionnement : le commerce et les autorités administratives, locales ou nationales, qui l’un et l’autre jouent un rôle important dans la réforme monétaire décidée en l’an XI et dont la mise en œuvre se poursuit tout au long de lEmpire. Le 22 janvier 1807, Cambacérès indique encore à l’Empereur que l’examen d’un rapport du ministre des Finances sur la question fait apparaître que « les hôtels des monnayes ne pourraient être alimentés que par le commerce ou le gouvernement59 ». Les particuliers portent à la Monnaie des lingots ainsi que des pièces démonétisées ou étrangères et en demandent la contrepartie en effets ou en espèces nouvellement monnayées. Les négociants lillois, on l’a vu, sont parmi les premiers à se rendre à l’atelier lillois, mais ils sont loin d’être les seuls et l’annonce de la reprise de la frappe incite certains manieurs d’argent à mettre sur pied des opérations spéculatives. Dès le 2 frimaire an V/22 novembre 1796, Michel Jean Simons et Jean Étienne Werbrouck fondent à Paris une société « ayant uniquement pour objet de faire convertir des espèces étrangères et autres matières d’or et d’argent en espèces de France dans les Monnaies de Lille et de Bordeaux », Werbrouck, originaire dAnvers, se chargeant de la correspondance particulière avec Lepage. L’accord conclu avec le gouvernement français en date du 25 nivôse an V/14 janvier 1797 prévoit qu’en échange d’une avance de 4 millions en numéraire, les deux hommes s’engagent à importer d’Angleterre 15 000 à 20 000 guinées par mois, destinées à alimenter la circulation française, une fois refondues et frappées au coin de la République, et fixe la prime allouée à la société à 2,5 % du montant des espèces d’or monnayées60. L’absence de toute émission d’or à Lille sous le Directoire semble indiquer que l’affaire n’est pas allée à son terme, même si le choix de cette place par les deux associés signale une fois encore l’intérêt de sa situation géographique. En août 1813, Colman, autre négociant anversois, fait parvenir à l’Hôtel des monnaies de Lille deux sacs de pièces contenant respectivement un peu plus de 25 kg en rixdalers d’argent et en ducatons d’or61. Il a probablement racheté au poids et peut-être avec une légère prime ces pièces hollandaises jusque-là thésaurisées, à moins qu’il ne les ait acceptées en paiement d’une transaction commerciale. Le 20 août 1813, Fréval, Poutrain et Vandervecken en dressent le procès-verbal et envoient le tout à la fonte : l’opération d’affinage permet d’obtenir deux lingots, l’un de 25,640 kg à 967/1000e de fin et l’autre de 25,606 kg à 865/1000e de fin, remis au caissier qui soustrait les frais de fonte (60 ct par kg, doit 30,80 F) et d’essai (1,60 franc) du bon qu’il fait parvenir en retour à Colman. Ce dernier sait en effet pouvoir tirer des liquidités de ces pièces démonétisées par la réunion du royaume de Hollande à lEmpire et en obtenir la contrepartie du payeur du département des Deux-Nèthes, à quelques mois du départ précipité des Français des départements hollandais puis belges.

37Les autorités administratives locales et nationales sont également amenées à fournir des quantités plus ou moins importantes d’or et d’argent à la Monnaie de Lille, le plus souvent dans le cadre de la refonte des espèces consécutive à la réforme de l’an XI, mais pas toujours. Ainsi, le 20 janvier 1810, Fréval, Poutrain et Vandervecken accusent réception d’un paquet ficelé et cacheté que leur adresse le préfet du Nord : il s’agit d’un dépôt du greffe de la Cour de justice criminelle de Douai et le procès-verbal d’inventaire indique qu’il s’agit de fausses pièces de monnaie. Le 24 août 1809, Carion, le fondé de pouvoir du receveur général du Nord Gossuin, verse à la caisse de la Monnaie 9 837 pièces désignées sous le nom d’« écus de convention », d’un poids total de 274,30 kg et d’une valeur nominale de 50 463,81 F ; l’examen de pièces par les ateliers indique que leur titre est de 833/1000e, réduisant leur valeur à 49 963,88 F et après refonte et affinage, l’ensemble donne lieu à l’établissement de deux bons d’une valeur totale de 49 388,42 F, remis au receveur général. Enfin pendant les Cent Jours, l’Hôtel des monnaies de Lille réceptionne, à deux reprises au moins, des espèces étrangères transmises par le receveur général du Pas-de-Calais, Harlé d’Ophove. Dans les deux cas, il s’agit de pièces d’or, d’argent et de billon d’origine étrangère, principalement hollandaises et allemandes et probablement données en paiement par les armées alliées durant l’occupation du territoire français, au lendemain de la Campagne de France. Entre juin 1814, date du début de l’évacuation de la France par les armées d’occupation, et les Cent Jours, il a donc fallu entre neuf mois et un an à ces pièces pour rejoindre les ateliers de l’hôtel lillois en passant par les caisses des receveurs particuliers d’arrondissement et des receveurs généraux des départements. Quant aux sommes ainsi dégagées, le receveur général du Pas-de-Calais demande qu’elles soient versées dans la caisse du payeur de la 16e division militaire, Bully.

  • 62 Département constitué le 13 décembre 1812 ; préfecture Münster.
  • 63 1 livre 1 once ¼ de Münster valent environ 100 grammes.

38Une troisième source d’approvisionnement des hôtels monétaires apparaît, plus rarement cependant. À la suite de la suppression d’établissements ecclésiastiques situés dans les départements nouvellement réunis, leur argenterie est récupérée par les autorités préfectorales puis remises à l’Hôtel des monnaies le plus proche pour refonte ; on retrouve là une pratique déjà observée dans le département du Nord au cours des premières années de la Révolution, et le décret impérial du 14 novembre 1811 supprimant les églises et maisons religieuses du département de la Lippe62 n’est pas sans rappeler celui du 3 mars 1791. En conformité avec la décision du ministre des Finances du 17 juin 1812, l’inspecteur de l’Enregistrement et des Domaines Vallet procède à l’inventaire et à la pesée de l’argenterie confisquée en présence d’un orfèvre de Münster, Maurice Asthus, avant d’envoyer le tout à la Monnaie de Lille le 21 août 1812. Les autorités de la Lippe confient ensuite aux commissionnaires de roulage Marlier & Cie, de Courtrai, le transport d’une caisse contenant 280 livres ½ once de Münster de métal précieux et d’une boîte pesant 4,5 onces63, le tout étant estimé 21 000 F ; le 12 septembre suivant, Fréval en accuse réception et fait établir deux bons d’une valeur globale de 23 550,80 F en contrepartie de l’envoi, visiblement réévalué après examen.

  • 64 Annuaire statistique du département du Nord pour 1814, p. 98.

39Ces divers approvisionnements permettent à l’Hôtel des monnaies de Lille de remplir efficacement sa mission première, la frappe monétaire : en 1814, l’Annuaire statistique du département du Nord indique qu’il n’a jamais cessé d’être en pleine activité, surtout depuis cinq ans, et qu’on y a fabriqué beaucoup d’espèces d’or, d’argent et de billon64. Les mentions de la diversité et de l’importance de la frappe, alors que l’augmentation de sa production coïncide avec l’extension du territoire de lEmpire vers le nord confirment Lille comme puissant pôle d’attraction des métaux précieux en circulation dans les nouveaux départements réunis et font de son Hôtel des monnaies le lieu privilégié de leur refonte puis de leur remise en circulation, ce que conforte l’étude de l’activité réelle de l’établissement.

  • 65 Il est vrai qu’il n’est en activité que du 30 novembre 1812 au 13 novembre 1813 ; J.-M. Darnis, La (...)

40Entre le retour au numéraire en 1796 et la fin de lEmpire, l’atelier monétaire met en circulation un peu plus de 95 millions de francs en pièces d’or et d’argent, le métal blanc représentant 70 % de ce total ; au fil des années, son poids relatif tend à s’accroître pour représenter environ 5 % de la frappe française totale et placer l’Hôtel des monnaies de Lille en seconde position, après celui de la capitale. L’apogée de lEmpire, à partir de 1808, coïncide clairement avec l’âge d’or de l’hôtel lillois et jamais son activité n’est aussi importante que lorsque la France s’agrandit encore par la réunion des neuf départements hollandais et des trois départements hanséatiques puisque entre 1811 et 1813, il met en circulation pour plus de 65 millions de francs, soit plus de deux tiers de sa production totale. Dans un premier temps, on ne frappe à Lille que de l’argent, et surtout des pièces de 5 F, puis la production se diversifie à partir de l’an XII, alors que la ville vient d’obtenir la confirmation du maintien de l’hôtel. Les émissions de métal blanc augmentent sensiblement à partir de 1809 jusqu’à atteindre 22 millions en 1812 ; celles de métal jaune débutent en 1806 et ne sont jamais inférieures à 1,5 million de francs après 1810, dépassant même les 7 millions en 1812. Pour les dernières années du Grand Empire, on peut comparer l’activité respective des deux hôtels du Nord de lEmpire, ceux de Lille et d’Utrecht. La direction, le contrôle et la fabrication de ce dernier, passé sous contrôle français à la suite de la réunion des départements hollandais, sont confiés à des fonctionnaires d’origine hollandaise, d’après les noms publiés par l’Almanach impérial et les autorités monétaires françaises lui confient la frappe d’espèces d’or et d’argent au nouveau type français. Sa production demeure cependant très tardive et restreinte65, surtout au regard de celle de l’hôtel lillois : limitée à 306 867 F en argent en 1812, elle atteint 1 906 582 F en argent et 1 803 660 F en or en 1813 ; au cours de ces deux mêmes années, Lille frappe pour 29 et 12 millions de francs. La perte des départements hollandais entraîne la fermeture de l’atelier d’Utrecht qui n’aura émis qu’un peu plus de 4 millions d’espèces au profil impérial, soit moins de 1 % de la frappe totale de ces deux années, contre près de 10 % pour Lille.

  • 66 Arch. dép. Nord, P 103 : monnaie, nomination du personnel.
  • 67 En 1745, le négociant Gaspard Joseph Vandervecken avait acheté la charge de juge-garde, qu’il reven (...)

411814 et 1815 marquent pour l’atelier lillois comme pour le pays tout entier une période d’hésitation : appliquant scrupuleusement les directives des gouvernements successifs, la direction de l’établissement suspend la frappe pendant la première Restauration puis la reprend activement pendant les Cent Jours, probablement pour alimenter les caisses des armées en route pour la Belgique. La défaite de Waterloo n’entraîne cependant pas de modification dans le personnel de l’hôtel puisque celui en place sous le Consulat et lEmpire demeure à son poste ; c’est seulement au cours des premières années de la seconde Restauration que s’opère un renouvellement en profondeur, principalement pour des raisons d’âge. Lepage, directeur depuis 1785 et âgé de 68 ans en 1816, cède la place à Alexandre Beaussier et se retire à Cambrai où il profite de sa retraite jusqu’à sa mort en 1833 ; Guillaumeau de Fréval, commissaire près la Monnaie depuis l’an XII, quitte l’établissement en mai 1817 – il a alors 68 ans – au profit de P. de Rouvroy66, suivi en 1821 par le contrôleur du monnayage Poutrain, 67 ans, en poste depuis l’an XII, et remplacé par Antoine Rey du Boissieu. Enfin Vandervecken abandonne en 1819, à 71 ans, ses fonctions de caissier de la Monnaie à son gendre Decroix-Vandervecken, en poste jusqu’en 1846. Il quitte ainsi un établissement où il était entré en 1777 comme substitut du procureur du roi et réussit à perpétuer au début du xixe siècle une pratique clairement marquée du sceau de l’Ancien Régime en assurant la continuité du nom parmi le personnel supérieur de l’Hôtel des monnaies pendant un siècle67.

42Au total, la position défendue par M. Morineau proposant de déconnecter l’activité monétaire de l’atelier lillois de la vie économique locale et régionale ne semble se vérifier que partiellement pour la période qui s’étend du début de la Révolution à la fin de lEmpire. Jusqu’à la fermeture de l’an II, il apparaît clairement que la production monétaire résulte presque exclusivement des saisies opérées auprès des institutions supprimées et des nombreux établis-sements ecclésiastiques de la région. Dès lors, la vigueur économique lilloise, d’ailleurs mise à mal par le conflit qui débute en avril 1792, n’entre pas en ligne de compte ; la place ne peut se prévaloir d’une certaine influence qu’en raison de la présence d’un hôtel de monnaies dans ses murs, mais ce sont bien des décisions extra-régionales qui sont à l’origine de cette situation. Par la suite, la réouverture et le maintien d’un atelier monétaire à Lille, établissement qui se voit confier l’importante et prestigieuse mission d’émettre des espèces d’or, changent les données du problème. Certes, l’origine de ces directives demeure parisienne, mais elles prennent également en compte l’intervention des autorités administratives, municipales et monétaires lilloises. Sollicitant leurs appuis et soutiens dans les instances dirigeantes de la capitale, elles parviennent à faire valoir des arguments tels que l’activité du commerce de la place de Lille, l’extension de son réseau de correspondants et enfin sa centralité dans la partie septentrionale du territoire. Rapidement, l’importance des approvisionnements en or et en argent provenant du commerce confirme cette situation et justifie la décision parisienne. Lille s’impose dans le domaine monétaire comme le point de passage indispensable entre les départements réunis et l’ancienne France et draine efficacement les métaux précieux avant de les réintroduire dans la circulation, transformés en espèces. En ce sens, les émissions monétaires lilloises du Consulat et de lEmpire reflètent bien la vitalité économique et commerciale de la préfecture du Nord et signalent une nouvelle fois son influence sur les territoires septentrionaux de l’Europe française.

  • 68 J.-L. Mastin, Deux grands notables du négoce et de la banque, Alexandre Beaussier père et fils… op. (...)
  • 69 André Thépot, « Frédéric Kuhlmann, industriel et notable du Nord, 1803-1881 », Revue du Nord, avril (...)

43Un temps menacé, l’Hôtel des monnaies de Lille se trouve donc conforté par cette situation et parvient à se maintenir par-delà lEmpire, sans que le rétablissement de la frontière franco-belge remette en cause son importance, bien au contraire. Pendant la Restauration et la première moitié du xixe siècle, la Monnaie de Lille conforte son rang de premier atelier de province, -dépassant même l’hôtel parisien dans les années 1840 pour régner sans partage sur la frappe monétaire française. Le rétablissement de la frontière belge ne fait que confirmer la position stratégique de la préfecture du Nord : carrefour des routes commerciales, elle voit converger vers elle métaux précieux et espèces monétaires et s’impose comme un relais essentiel des mouvements d’argent dans le Nord-Ouest du continent. Le maintien d’un hôtel des monnaies à Lille reste une nécessité aux yeux du commerce et de l’industrie locaux et la chambre de -commerce n’hésite pas à s’engager auprès des autorités pour obtenir sa conservation lorsqu’on évoque sa fermeture, en 1834 puis de nouveau en 1846. La personnalité et l’activité des directeurs successifs de l’établissement ne sont pas étrangères à son maintien prolongé : Alexandre Beaussier assure le développement de l’hôtel en entretenant des relations étroites tant avec la Société générale de Belgique qu’avec les Rothschild ; Charles Dierickx lui succède en 1840 et assure à l’atelier lillois, grâce aux approvisionnements de ses associés Rothschild, une activité quasi monopolistique puisqu’on y frappe 70 % des émissions françaises, contre 20 % à Paris, puis tout en conservant celle de l’Hôtel des monnaies de Lille, il accède en 1845 à la direction de celui de la capitale, avant d’y transférer l’essentiel de ses activités. Dès lors, plus rien ne s’oppose à la concentration de la frappe dans la capitale, effective à partir de 184668. En dépit du rétablissement des hôtels de province en 1848, Lille ne retrouve le sien qu’en 1853, en raison semble-t-il du mauvais état du matériel : c’est Frédéric Kuhlmann qui en prend alors la direction69, mais l’activité se limite à la frappe de pièces de bronze et l’Hôtel des monnaies de Lille est définitivement supprimé en 1857. Établi en 1685, l’atelier monétaire lillois disparaît donc après 172 années d’existence. La nouvelle donne monétaire a raison de lui et la lutte victorieuse que la place de Lille avait menée jusque-là pour sa conservation et contre son transfert à Bruxelles puis à Paris trouve son épilogue dans la concentration de la frappe dans la capitale, sous l’étroit contrôle des Rothschild.

44Le contrôle de la capitale se manifeste également lorsque à la fin de lEmpire, le gouvernement impérial décide d’implanter à Lille un Comptoir d’escompte de la Banque de France. Cet établissement, destiné tant à favoriser les opérations d’escompte qu’à généraliser l’utilisation de la monnaie fiduciaire, hisse la ville au niveau des rares places financières de premier rang de la France de l’époque, sans pourtant que l’expérience puisse être considérée comme un succès.

II. Le Comptoir d’escompte de la Banque de France, entre Paris et Lille

  • 70 Arch. nat., AF IV 1288, dossier 45 : rapports sur les départements et les villes de lEscaut, de la (...)

45Longtemps, la Banque de France s’est bornée, dans son organisation et ses activités, à n’être que celle de Paris. Elle ne disposait en province que de « correspondants » dont la fonction consistait principalement à l’informer du crédit à accorder aux signatures repérées sur les effets présentés à l’escompte dans la capitale. Ces interlocuteurs privilégiés étaient probablement choisis parmi les principaux négociants de la place, sans qu’on sache exactement comment le recrutement s’opérait, et devaient statutairement compter au nombre des actionnaires de l’institut d’émission. Il n’existe pas de liste de ces correspondants et leur nom n’apparaît que de temps à autre, au gré de la correspondance ou des procès-verbaux conservés ; dans la partie septentrionale du territoire, Taffin à Douai et Coppens-Dewilde à Anvers, remplissent cette fonction et on en trouve également avec certitude à Ostende, Gand et Boulogne, où il « ne fait rien », entendez que sa présence n’est pas nécessaire70.

46La Banque de France n’est véritablement présente en province qu’à partir de 1808, lorsqu’un décret du 18 mai l’autorise à procéder à l’ouverture de comptoirs d’escompte dans les principales villes négociantes qui pourront ainsi bénéficier des facilités de crédit réservées jusque-là à la seule place de Paris. La nouvelle est bientôt connue à Lille et le négociant en tabac Victor Plaideau s’en fait l’écho auprès de François Briansiaux :

  • 71 ANMT, 3 AQ 288 : lettre du 15 avril 1808.

« Vous avez sans doute vu […] que la Banque de France allait établir des comptoirs dans les principales villes de lEmpire ; assurément, la nôtre est du nombre et je sais que cette faveur ne peut être accordée que sur la demande des chambres de commerce. Vous êtes sur place [à Paris] et comme président de cette chambre, ne pouvez-vous former cette demande qui bien certainement vous sera accordée […] puisque par cet établis-sement, l’intérêt tomberait à 4 % et qu’il n’est pas un individu qui ne s’en réjouirait, la seule maison C[harvet] & R[evoire] pourrait n’en être pas satisfaite, mais malgré l’estime qu’elle mérite, l’intérêt général doit aller avant le particulier71 ».

  • 72 Robert J. Lemoine, « Les étrangers et la formation du capitalisme en Belgique », RHES, 1932, p. 280
  • 73 Voir en particulier Gabriel Ramon, Histoire de la Banque de France, Paris, Grasset, 1929, p. 99-101 (...)

47Briansiaux a-t-il tardé à déposer la candidature lilloise ? Le gouvernement et la Banque ont-ils préféré commencer par des villes au rayonnement commercial plus assuré et à la tradition bancaire plus ancienne ? De son côté, le banquier anversois Broeta dépose dès l’été auprès du gouvernement une demande visant à transformer son établissement en comptoir d’escompte, sans obtenir satisfaction72, puisque le décret du 24 juin 1808 fixe les premiers comptoirs à Lyon et à Rouen73, ouverts le 1er janvier 1809 et disposant d’un capital de 4 millions, porté à 6 millions dès le 26 janvier suivant pour celui de Lyon. Le but fixé à ces deux établissements était principalement d’obtenir une baisse sensible du coût de l’argent et à cet effet, la Banque avait permis qu’ils escomptent les effets de commerce, non en billets comme à Paris, mais en numéraire, au taux provisoire de 5 % l’an.

  • 74 On en trouve la liste complète à la page 104 de l’ouvrage de Ramon.
  • 75 Procès-verbal du Conseil général de la Banque de France du 16 mai 1811.

48L’expérience semble assez concluante pour que Napoléon songe à l’étendre : au printemps 1810, il charge la Banque de recueillir des informations relatives à l’établissement de comptoirs dans près d’une quinzaine de villes réparties sur tout le territoire de lEmpire74, parmi lesquelles Anvers, Bruxelles, Gand et Lille. Le ministre du Trésor public Mollien lui expose alors les dangers d’une telle décision dans ce qui devient la Note du Havre, et insiste en particulier sur la nécessité pour la Banque d’utiliser pour ses escomptes la monnaie qu’elle est seule autorisée à émettre, les billets de banque. De son côté, le Conseil général estime que « le nombre des comptoirs doit être réduit au petit nombre des villes de commerce de première classe qui, de tout temps, ont reconnu Paris pour leur point central75 ». Et le 8 septembre 1810, la Banque de France obtient finalement l’autorisation d’exercer son privilège dans les villes où elle a des comptoirs, de la même manière qu’à Paris ; les billets sont bientôt imprimés et envoyés dans les comptoirs.

  • 76 Alain Gérard, « Les visites de Bonaparte et de Napoléon à Lille », Revue du Nord, janvier-mars 1974 (...)

49Au total, seule la ville de Lille obtient finalement un comptoir. Visitant les régions septentrionales de son empire au printemps 1810, Napoléon arrive dans la préfecture du Nord le 22 mai. Il reçoit les autorités municipales ainsi qu’une délégation de négociants lillois ; ces derniers lui exposent les difficultés auxquels ils sont confrontés et obtiennent de lui une promesse76. Le 29 mai suivant, il promulgue un décret rédigé en ces termes : « Notre bonne ville de Lille aura un Comptoir d’escompte de la Banque de France dont l’organisation nous sera présentée avant le 1er juillet prochain ». Les négociants lillois se sont-ils montrés particulièrement convaincants, en tout cas plus que leurs homologues anversois, bruxellois et gantois que l’Empereur venait de rencontrer, ou bien ce dernier, conscient de l’impossibilité dans laquelle il se trouvait d’accorder un comptoir à chacune de ces villes, a-t-il délibérément privilégié celle qui se situait sur le territoire de l’ancienne France ? On ne sait, mais cette décision a pour conséquence immédiate de considérablement renforcer la position de Lille, seule place au nord de Paris à offrir à ses négociants, ainsi qu’à leurs correspondants, fournisseurs et clients, les avantages d’un escompte des effets de commerce à taux réduit.

50Elle contrevient cependant formellement aux dispositions du décret de 1808 qui prévoit que « le Conseil général de la Banque de France fera connaître successivement les villes dans lesquelles il proposera d’établir des comptoirs d’escompte : aucun établissement ne sera fait que sur notre approbation en Conseil d’État » et dès le 5 juin 1810, les régents assemblés signalent l’inversion de la procédure. Ils chargent un commissaire spécial d’examiner la situation de la place et le régent Davillier présente son rapport le 25 juin : selon lui, les renseignements recueillis ne sont « pas favorables à l’idée de l’établissement d’un comptoir d’escompte », principalement parce que « le commerce de Lille, consistant en produits territoriaux et en industrie, se fait presque tout au comptant avec les propriétaires et les manufacturiers […], il ne donne pas lieu à du papier sur place [et] les négociants qui exportent les produits du territoire et de l’industrie sont payés en papier sur Paris ». Il signale en particulier le malentendu sur lequel repose la demande des négociants lillois qui désirent profiter, comme leurs homologues lyonnais et rouennais, d’un escompte en numéraire à taux réduit, et rappelant une nouvelle fois que dans le cadre de la procédure normale l’initiative revient à la Banque, il conclut en signalant que « Lille n’a pas dû fixer son attention parce que son commerce actuel ne produit pas assez de papier sur place pour motiver cet établissement ». En dépit de ces préventions motivées, la Banque ne dispose plus que de cinq jours pour procéder à l’organisation de l’établissement et doit plier devant la volonté de l’Empereur. Aux yeux des régents, le comptoir lillois reste cependant marqué par ce péché originel et jamais ils ne lui reconnaîtront de réelle légitimité.

  • 77 Archives de la Banque de France, Comptoir d’escompte de Lille (désormais Arch. BF, CE Lille) : lett (...)

51Le comptoir d’escompte se présente très exactement comme une Banque de France en miniature : on trouve à sa tête un directeur, entouré d’administrateurs et des censeurs, et secondé par un secrétaire et divers autres employés ; ses fonctions principales résident dans l’escompte des effets de commerce et la mise en circulation de billets de banque. Le conseil d’administration du comptoir d’escompte se compose de six administrateurs et de trois censeurs, tous nommés par le Conseil de régence de la Banque de France à Paris ; afin de le guider dans son choix, deux listes sont établies : une Liste des principales maisons de commerce de la place de Lille dont les services peuvent être utiles au comptoir d’escompte qui s’y établira compte au total vingt-huit noms des principaux négociants de la place ; de son côté, Davillier dresse une liste plus réduite, ne comportant que douze noms, et soumise aux autorités de la Banque le 6 juillet 1810. Celles-ci doivent également compter avec les candidatures spontanées de divers négociants lillois : ainsi dès le 10 juin 1810, Deformignier, de la maison Mottez-Gillon & Deformignier, se prévaut de son zèle et de sa fortune honnête pour solliciter un poste et ainsi « obtenir la considération qu’entraîne toujours après soi le service de S.M.77 ».

  • 78 Arch. mun. Lille, FG 15 270/4435 : lettre à Vanhœnacker-Luiset du 11 juillet 1810.
  • 79 Arch. mun. Lille, FG 15 212/2772 : passeport. Il est présenté dans l’annexe IV.
  • 80 Arch. BF, CE Lille : lettre au comte Jaubert du 9 mars 1811.
  • 81 À titre d’exemple, les membres de la chambre de commerce de Lille, tels qu’ils apparaissent dans l’(...)
  • 82 Chaque jeton vaut 5 F, et les héritiers de Gruson n’omettent pas de réclamer les 120 F qui n’ont pu (...)

52Le 10 juillet 1810, le Conseil général de la Banque nomme aux postes d’admi-nistrateurs cinq négociants et un comptable supérieur : Carpentier-Leperre, commis-sionnaire en produits et fabrications du pays, Desfosseux-Virnot, négociant et adjoint au maire, Charles Duquesne, commissionnaire en huiles de graines, Louis Renty, négociant en articles locaux et Vanhœnacker-Luiset, négociant en étoffes de laine et coton et fabricant de fil, ainsi que le receveur général du département du Nord, Gossuin. Ils reçoivent bientôt une lettre du gouverneur qui rappelle les enjeux qui président à l’installation d’un comptoir à Lille : « J’espère que vous voudrez bien seconder l’administration de la Banque de France et coopérer avec nous au succès d’un établissement dû à la sollicitude et à la bienveillance de S.M. […] qui, toujours occupée du bonheur de ses sujets, l’a considéré comme un moyen puissant d’accroître le commerce de votre ville et d’assurer sa prospérité78 ». Tous se montrent fiers de la faveur de la Banque et ne manquent jamais de signaler cette importante fonction dans les documents publics qu’ils sont amenés à signer ; Louis Renty va même, par abus de langage ou simple coquetterie, jusqu’à se prévaloir du titre de « régent du comptoir de la Banque de France » dans le passeport qu’il se fait établir le 8 janvier 1814 pour se rendre à Paris et Anvers79. Tous restent en fonction jusqu’à la fermeture du Comptoir en 1814, à l’exception de Desfosseux-Virnot, contraint par sa faillite de démissionner et jamais remplacé, dans la mesure où, selon les termes mêmes de Revoire, « les administrateurs ont bien peu de choses à faire80 ». Les censeurs sont choisis dans les mêmes listes ; peut-être le Conseil général considère-t-il qu’ils ne bénéficient pas de la même implantation commerciale, du moins d’une ancienneté équivalente sur la place. Il porte son choix sur trois commerçants : Beaussier-Mathon, commissionnaire en articles locaux, principalement le tabac, Gosselin, négociant en étoffes de laine et coton des fabriques de Lille et Roubaix et Gruson, commissionnaire en articles indigènes, tant en nature que manufacturés, avec quelques spéculations d’articles exotiques. Si le premier d’entre eux est constamment reconduit dans ses fonctions jusqu’en 1814, le décès des deux autres, au cours du premier semestre 1811, impose bien vite leur remplacement. Dès le 17 janvier 1811, quatorze noms sont proposés, dont celui de Fevez-Ghesquier, négociant en toiles de coton imprimées et « oublié » lors de l’établissement du comptoir ; celui du négociant en articles du pays Dutilloy n’apparaît qu’en février, pour un remplacement effectif par décret du 28 mai 1811. Il s’agit là d’hommes faits pour la plupart, puisque la moyenne d’âge des administrateurs s’établit à 43 ans et celle des censeurs à 54 ans ; seul C. Duquesne fait figure de jeune homme avec ses 30 ans. Tous sont également parfaitement représentatifs de l’activité de la place de Lille, à la fois foyer industriel (principalement textile) et place de négoce (commerce de draps et de toiles, des productions locales, graines et huiles) et participent activement à la vie des institutions de régulation de la vie commerciale que sont la Chambre et le Tribunal de commerce de la ville81. À en juger par le nombre de jetons de présence distribués, ils prennent très au sérieux leurs fonctions et les administrateurs les plus assidus sont Vanhœnaker-Luiset (476 jetons), Carpentier-Leperre (418) et Ch. Duquesne (386) ; parmi les censeurs, Beaussier-Mathon apparaît logiquement comme le plus zélé (120 jetons), puisque en poste pendant toute la période d’ouverture du comptoir82.

  • 83 Pierre Pouchain, « Banque et crédit à Lille de 1800 à 1939 », Revue du Nord, juillet-septembre 1986 (...)
  • 84 Le 28 août suivant, le gouverneur de la Banque Jaubert indique à l’administrateur Vanhœnacker-Luise (...)
  • 85 Arch. BF, CE Lille : lettre au comte Jaubert.

53Face aux administrateurs et aux censeurs, qui orientent et surveillent l’activité du comptoir, il faut à l’établissement un directeur, chargé d’en gérer et d’en planifier la vie au quotidien. Le candidat le plus indiqué pour occuper cette fonction est probablement Louis Revoire. Né à Lille d’un père négociant, c’est à Lyon dont sa famille est originaire, puis à Bologne qu’il apprend son métier de banquier. « Retenu » en Italie de 1790 à 1798, il est emprisonné quelques jours comme émigré à son retour en France. Il fonde en association avec son cousin la maison Revoire & Charvet qui se livre principalement au commerce de toile puis à la banque à partir de nivôse an XI/janvier 1803. Membre de la Chambre de commerce de Lille et juge au Tribunal de commerce jusqu’à la fin de lEmpire, il est le seul Lillois à pratiquer officiellement et ouvertement la banque et l’escompte sous lEmpire83. Dès le 21 juillet 1810, il adresse sa candidature au Conseil général de la Banque, tout en indiquant qu’« en désirant être nommé directeur du comptoir d’escompte que la Banque doit établir à Lille, je désire peut-être une place au-dessus de mes moyens ». Sa nomination intervient moins d’un mois plus tard (18 août 1810), à la satisfaction de l’ensemble des négociants lillois qui soutenaient sa démarche84. Cette nouvelle fonction s’avère cependant incompatible avec la poursuite de ses activités au sein de Revoire & Charvet et le 22 octobre suivant, il annonce la modification de la raison sociale pour la mi-décembre, à moins d’un mois de l’ouverture du comptoir85. Le confortable traitement attaché à cette fonction atteint 8 000 F, auxquels viennent s’ajouter 1 000 F de frais d’ameublement ; le nouveau directeur n’a cependant de cesse de solliciter et d’obtenir une allocation supplémentaire de 10 000 F destinée à renouveler son mobilier. Une fois en fonction, il dispose peu ou prou de six mois pour préparer l’ouverture du comptoir d’escompte, en particulier son organisation matérielle, et procéder au recrutement du personnel administratif.

  • 86 Arch. BF, CE Lille : lettre de Revoire au comte Jaubert du 11 septembre 1810. On retrouve Louis Cés (...)
  • 87 Son traitement annuel passe de 2 400 à 6 000 F.
  • 88 Les autres employés du Comptoir sont un garçon de caisse, deux garçons de recette, un garçon de bur (...)
  • 89 C’est également le cas à Lyon et Rouen, comme l’indique l’Almanach impérial pour 1812.
  • 90 Devenue la rue Négrier, non loin de l’actuelle succursale de la Banque de France.
  • 91 Le loyer se monte à 2 700 F par an, impositions comprises.

54Le comptoir compte, en plus de son directeur, une dizaine de salariés ; la plupart remplissent des tâches comptables et d’écriture et l’on se bornera à présenter les principaux employés, en observant que la plupart d’entre eux appartiennent, comme les administrateurs et censeurs, de près ou de loin au monde du négoce lillois, ce qui n’exclut pas une rude concurrence pour l’obtention des places. Celle de caissier principal est convoitée dès la fin juin 1810 par Carion, à la fois fondé de pouvoir, ami et parent du receveur général Gossuin, dont la recommandation est appuyée par celle du sénateur Jacqueminot. Elle échoit cependant à Le Tavernier, né à Rouen, mais apparenté par son épouse aux Beaussier et donc considéré comme un Lillois à part entière. Gruson fils comptait bien devenir le secrétaire du comptoir, sur la foi d’une promesse faite à son père, mais « on le dit mauvaise tête [et] on l’accuse d’aimer le jeu », enfin de s’être imprudemment lancé dans une spéculation qui l’a ruiné et a obligé son père à se sacrifier pour lui86 ; ce dédit n’est d’ailleurs pas étranger au choix de Gruson père comme censeur. La place n’échappe cependant pas à la famille Gruson, puisque c’est Decagny, originaire de l’Oise mais neveu et ancien caissier du négociant, qui est finalement choisi, le 1er décembre 1810. Par la suite, il est également amené à remplir les fonctions de chef de l’escompte et des comptes-courants à la suite du départ de Dassier, recommandé par le gouverneur Jaubert lui-même et probablement originaire de la capitale ; il quitte sa place en mars 1811 pour celle, parisienne et surtout bien plus lucrative87, de chef de la comptabilité à la direction générale de l’Imprimerie et de la Librairie. Le chef des livres est également issu du milieu négociant lillois : à Descombes, employé du bureau des livres du comptoir lyonnais, qui demande de l’avancement et bénéficie du soutien de son directeur Darnal, on préfère Auguste Félix Bernard, à la fois neveu d’un conseiller de préfecture et du censeur Beaussier-Mathon et ancien payeur de l’Armée de Hollande. La caisse des remboursements enfin est successivement confiée à Petit, ancien économe de l’hôpital général de Lille, qui y retourne dès le 30 avril 1811, peut-être déçu de n’avoir pas obtenu la place de secrétaire qu’il ambitionnait, puis à Delezenne, entré au comptoir comme surnuméraire et soutenu en juin 1812 par Revoire lorsqu’il demande le titre et les appointements attachés à un poste qu’il occupe gracieusement depuis plus d’un an88. On le voit, l’ensemble des administrateurs et censeurs, le directeur, et la quasi-totalité du personnel administratif du comptoir sont originaires pour le moins de la région, et le plus souvent de Lille même89, ce qui semble accréditer l’idée qu’ils disposent d’un large contrôle sur l’établissement et l’orientation qu’ils entendent donner à son activité, pour le plus grand profit de la place de Lille. Cette impression est renforcée par la proposition de Revoire d’installer le comptoir d’escompte dans sa propre maison, rue Française90, à proximité du quartier des affaires de la ville ; il n’en conserverait que le premier étage et louerait le rez-de-chaussée à la Banque91. Sa proposition est acceptée et au prix de quelques travaux, dont le devis s’établit tout de même à 7 959,74 F, les lieux sont adaptés aux besoins : les plans successifs indiquent que le salon est transformé en bureau d’escompte et caisse de payement, l’écurie et la remise deviennent la salle d’administration et le cabinet du secrétaire (voir les plans présentés aux pages suivantes).

Plans de l’hôtel du Comptoir d’escompte de la Banque de France,
avant et après les travaux

Plans de l’hôtel du Comptoir d’escompte de la Banque de France, avant et après les travaux

« Plan du rez-de-chaussée de la maison de M. Revoire, rue Française, telle qu’elle se trouve actuellement »

Maison de M. Revoire avec les changements projetés et nécessaires pour y placer un comptoir d’escompte, conformément au décret impérial ». Le salon est transformé en bureau d’escompte et caisse de payement, l’écurie et la remise deviennent la salle d’administration et le cabinet du secrétaire.

  • 92 Arch. BF, CE Lille. Voir la lettre de Revoire en date du 11 septembre 1810 qui fait référence à ce (...)

55Au-delà de l’aspect anecdotique de la chose, cette installation du Comptoir d’escompte de la Banque de France dans la maison même de Revoire apparaît comme le symbole de l’ambiguïté des fonctions et des objectifs de l’établissement. Pour l’immense majorité des Lillois, il y a continuité dans l’accès à l’escompte en la personne de Revoire et l’inscription « Banque de France » qui apparaît désormais au fronton de sa maison signale simplement à leurs yeux que les effets y sont escomptés à meilleur taux et qu’il leur est dorénavant possible de ne plus se plier aux exigences de ceux qui jusque-là pratiquaient l’escompte en fixant par eux-mêmes le taux qu’ils appliquaient. Et pourtant, le comptoir d’escompte est et demeure jusqu’à sa fermeture une émanation de l’institut d’émission, une expression de la puissance de la finance de la capitale en province. Le contrôle parisien ne cesse d’ailleurs de s’exercer sur ce service « délocalisé » de la Banque, à plusieurs niveaux, par le biais de différentes structures de surveillance ; toutes permettent de pénétrer un peu plus avant dans l’organisation, l’activité du comptoir et de connaître les attentes qu’il suscite tant de la part des autorités parisiennes que de la communauté négociante lilloise et plus largement nordiste. L’un des critères les plus immédiatement repérables de l’emprise de la Banque sur ses comptoirs réside sans doute dans l’obligation d’adopter un règlement intérieur explicitement calqué sur celui de la maison mère, sans tenir compte des spécificités locales, comme si ce qui était bon pour Paris ne pouvait que l’être en province. Aussi lorsqu’il faut diffuser sur la place de Lille un texte réglementant l’activité et l’accès aux différents services du comptoir, le gouverneur n’a de cesse d’imposer celui qui est déjà en vigueur à Lyon et Rouen92. L’unité bancaire ne peut et ne doit se faire que sous l’égide de la Banque de France dont les comptoirs ne sont qu’une émanation provinciale.

  • 93 Délibérations du Conseil général des 21 juillet et 22 septembre 1808.
  • 94 Décision du gouverneur du 7 février 1811.
  • 95 Par décision du 3 décembre 1801, le Conseil général de la Banque décide de la création d’un « regis (...)
  • 96 On en trouvera le texte intégral en annexe III.
  • 97 L’itinéraire complet de la tournée est le suivant : Paris – Beauvais – Amiens – Arras – Lille (20 m (...)
  • 98 Si E. Pruneaux a pu retrouver les travaux de classification dans les archives des comptoirs de Roue (...)

56L’inspection par un envoyé spécial venu de Paris demeure pour la Banque le moyen le plus facile d’observer directement le fonctionnement d’un comptoir. Elle reste cependant exceptionnelle, ne serait-ce qu’en raison de la courte durée d’ouverture du comptoir qui n’accueille le représentant de la Banque qu’à une seule reprise, du 20 mars au 4 avril 1811. La Banque avait compris dès 1808 et l’ouverture des premiers comptoirs de Lyon et de Rouen la nécessité de se doter d’un corps d’inspection chargé de se rendre sur place, d’impulser le mouvement, d’observer la marche des services et de rappeler à l’occasion les directives du Conseil général93. L’ouverture du troisième comptoir, celui de Lille, amène le gouverneur à préciser les attributions de l’inspecteur de la Banque94 : il doit visiter chacun des comptoirs au moins une fois par an, parcourir les principales villes commerçantes afin de collecter des informations sur la solidité des maisons de commerce qui y sont installées et lors de son séjour dans la capitale, il est « chargé de former et de tenir en règle des livres de crédit qui comprendront toutes les villes commerçantes de lEmpire et de l’étranger et de recueillir tout ce qui sera relatif au classement des crédits pour Paris et ses environs95 ». Ses honoraires annuels, fixés à 15 000 F plus les frais en 1808, sont ramenés à 6 000 F trois ans plus tard, avant que l’absence de bénéfices des comptoirs n’entraîne la suppression pure et simple du poste budgétaire, début 1812. La Banque ne recrute finalement qu’un unique inspecteur sous lEmpire, et à partir de 1811 seulement. Son choix se porte sur Jean-Baptiste Chauvet, venu du Havre à Paris en mars 1803 pour y installer avec son frère Joseph Hyacinthe leur maison de commerce ; par la suite commanditaire et gérant de l’entreprise textile de Richard Lenoir, la violente crise de 1810-1811 lui impose probablement d’accepter un emploi salarié. Son inspection auprès du comptoir de Lille, où il séjourne du 20 mars au 4 avril, est donc la première, la seule d’ailleurs dont les archives aient conservé la trace, puisqu’on y retrouve non pas son rapport, mais la lettre du 2 avril 1811 qu’il fait parvenir au gouverneur Jaubert96 et qui fait le bilan de la première partie de sa mission. C’est l’occasion d’observer un inspecteur de la Banque en plein travail : il indique en premier lieu que son passage dans la préfecture du Nord s’inscrit dans le cadre d’une vaste tournée des principales villes négociantes entre Seine et Rhin, de Paris à Ostende via Arras, Bruxelles, Anvers et Bruges, entre autres97 ; il décrit ensuite sa méthode de travail et de classement des maisons en fonction de leur crédit ; il rend compte enfin de la situation du comptoir, dont il a examiné le portefeuille et observé l’organisation générale, avant de rencontrer les autorités financières de la ville. Il conclut avec satisfaction : « J’ai fait toutes les opérations dans le plus grand détail […] et j’ai vu partout des preuves de zèle, de régularité, de prudence et une religieuse observation des règlements98 ».

57L’inspection n’offre cependant qu’un instantané de la situation, s’attachant principalement à la forme, en premier lieu comptable, et à l’esprit qui règne dans le comptoir. Pour s’assurer une connaissance régulière et aussi complète que possible de son activité, le gouvernement de la Banque dispose également de deux autres moyens de contrôle et de surveillance : le premier est statutaire puisqu’il s’agit des rapports mensuels des censeurs au Conseil général ; le second repose sur le lien direct et personnel unissant le gouverneur de la Banque de France au directeur du comptoir. Revoire fait en effet parvenir au comte Jaubert entre trois et six lettres par semaine, avec une multiplicité de détails qui en disent plus sur l’activité du comptoir que toutes les inspections : il lui fait part de tout ce qui concerne la vie de l’établissement, l’informe de toutes les difficultés rencontrées et bien souvent sollicite des instructions. Ces lettres donnent d’ailleurs une bien piètre image du personnage qui semble manquer cruellement d’initiative – mais peut-être la Banque n’entendait-elle pas lui accorder de marge de manœuvre – et ne cesse de se cacher derrière sa hiérarchie ou le conseil d’administration dès lors qu’un problème ou qu’une décision délicate se profile.

  • 99 p. 45. Dès avant l’ouverture de l’établissement, Revoire signale que « déjà l’intérêt de l’argent a (...)

58Quant aux missions confiées au Comptoir d’escompte de la Banque de France à Lille, elles sont rappelées par l’Annuaire statistique du département du Nord pour 1811 : « le but principal des comptoirs est de diminuer l’intérêt de l’argent et de faciliter les transactions commerciales99 », grâce à un capital de 2 millions formé à parts égales de numéraire et de billets, et de deux grands moyens, lescompte des effets de commerce et la diffusion des billets de banque.

  • 100 Arch. BF, CE Lille : lettre de Revoire au comte Jaubert du 5 décembre 1810.
  • 101 Arch. mun. Lille, FG 15 270/4435 : extrait des Lois, Statuts et Règlements servant d’instruction po (...)
  • 102 ANMT, 3 AQ 319 ; c’est seulement à partir de novembre 1811 qu’il traite avec eux quelques affaires (...)

59L’escompte s’impose comme la principale activité, la raison d’être du comptoir, justifiant une analyse précise de ses modalités et de ses fluctuations de l’ouverture à la fermeture, enfin une présentation de l’insertion de la place de Lille dans l’espace financier et bancaire de lEmpire. Si les principaux négociants de la place, en tout cas ceux qui sont en relation d’affaires avec la capitale, en connaissent probablement le fonctionnement général, « le commerce demande des instructions sur l’escompte et les comptes-courants100 » et une circulaire imprimée diffusée en janvier 1811 répond à ses interrogations101 ; on y apprend que le comptoir se réunit deux fois par semaine, les mardi et vendredi, pour procéder aux opérations d’escompte, soit l’examen des valeurs dont l’échéance n’excède pas trois mois et garanties par au moins trois signatures de commerçants et autres personnes notoirement solvables. La notoriété demeurant une notion toute relative, Revoire demande dès le 23 octobre 1810 « la note des maisons établies dans les villes qui avoisinent Lille en leur assignant le crédit qu’elles méritent […] pour ne pas rejeter des effets qui porteraient de bonnes signatures, mais qui nous seraient inconnues, à moi et aux administrateurs » et par la suite, ne cesse de récolter des informations sur les maisons des places septentrionales. Même en faisant la part de la prudence volontairement affichée par les autorités du comptoir, il semble que les Lillois disposent d’une meilleure connaissance des milieux négociants régionaux et belges que de celui de la capitale et une affaire l’illustre parfaitement : le 16 janvier 1811, Revoire signale qu’on présente au comptoir de nombreux effets endossés par « MM. Périer frères de Paris », avant de demander au gouverneur : « Cette signature est-elle d’un grand poids ? ». Ainsi le nom de cette famille qui a contribué à la fondation de la Banque de France, siège à son Conseil de régence depuis l’origine et détient des intérêts dans les mines dAnzin depuis l’an X, nom qui apparaît rétrospectivement comme particulièrement « notoire », n’évoque absolument rien pour les principaux négociants lillois, qui s’interrogent sur le crédit qu’on peut lui accorder. Seul François Briansiaux, au réseau parisien particulièrement complet, aurait sans doute pu éclairer le conseil d’administration, mais il lui aurait alors fallu se souvenir qu’il avait reçu, datée du 20 prairial an IX, une circulaire annonçant la formation de la maison Périer frères, Flory & Cie102.

  • 103 Arch. BF, CE Lille : lettre au comte Jaubert du 23 décembre 1810.

60À la veille de l’ouverture, Revoire estime que « 120 000 F était la plus forte somme que le comptoir de Lille puisse se permettre d’employer chaque semaine à ses escomptes et par conséquent […] les premiers fonds à envoyer doivent se borner à cette somme en billets et à une autre somme semblable en espèces103 ». La situation générale du comptoir de 1811 à 1813 (graphique 2) retrace l’évolution des sommes escomptées et semble contredire les prévisions pessimistes du directeur : si les escomptes se signalent effectivement par leur faiblesse au cours du premier semestre, dépassant à peine les 500 000 F en mai 1811, ils connaissent une très forte croissance de l’été 1811 à l’été 1812, atteignant le million de francs en janvier 1812 et dépassant les 1,3 million en août, pour ensuite lentement décliner au second semestre 1812 et s’effondrer littéralement en 1813. On peut y voir, avec un léger décalage chronologique, les effets du contexte économique et militaire de la fin de lEmpire, de la crise de 1810-1811 à la débâcle consécutive à la défaite de Leipzig.

Graphique 2. Situation du Comptoir d’escompte de la Banque de France à Lille, 1811-1813

Graphique 2. Situation du Comptoir d’escompte de la Banque de France à Lille, 1811-1813

Source : Archives du Comptoir d’escompte ; rapports des censeurs.

  • 104 Arch. BF, CE Lille : lettre au comte Jaubert du 14 mai 1811.

61Les procès-verbaux du conseil d’administration du comptoir permettent d’affiner cette analyse puisqu’ils distinguent les effets escomptés sur Lille de ceux escomptés sur Paris, ce qui permet de connaître la part relative des deux places dans l’activité du comptoir, de repérer celle qui effectue le plus grand nombre de règlements et de vérifier par l’exemple si les craintes initiales de la Banque, l’absence d’une circulation suffisante sur la place pour alimenter un comptoir et l’escompte massif des effets lillois sur Paris, s’avèrent fondées. Ce dernier point semble particulièrement inquiéter les autorités de la Banque puisque afin de parer à toute tentation lilloise de tirer massivement sur Paris, elles « omettent » d’autoriser l’escompte des effets sur la capitale pendant plusieurs mois. Ce n’est qu’à la mi-mai 1811 que Revoire apprend que « le Conseil général de la Banque de France autorise le comptoir à admettre à l’escompte le papier sur Paris à 90 jours d’échéance au lieu de 70 jours auxquels il l’avait restreint. Comme je n’ai jamais été autorisé à escompter le papier sur Paris, je vous prie de me donner quelques instructions à cet égard. Les effets sur Paris doivent-ils être agréés par le conseil d’escompte comme les effets sur Lille ?104 ». L’escompte des effets sur la capitale débute alors et se poursuit jusqu’en octobre 1813, marquant une forte progression d’année en année : ne représentant qu’1,5 % du total des escomptes en 1811, ces opérations passent à 2,66 % en 1812 et à 7,75 % en 1813. Voilà qui semble confirmer l’appréhension parisienne, et pourtant, l’examen précis de la nature des billets présentés révèle une tout autre réalité, puisque c’est pour le propre compte de la Banque ou du comptoir que la moitié de ces opérations est réalisée en 1812, la totalité en 1813. En fait, les derniers effets commerciaux escomptés sur Paris sont présentés au comptoir dans la seconde quinzaine de septembre 1812, alors que le maximum des escomptes est atteint. Le comptoir de Lille n’a donc escompté des effets sur la capitale que pendant les dix-sept mois qui séparent mai 1811 de septembre 1812, et au cours de cette période, ce type d’opération ne représente jamais plus de 13 % du total escompté par quinzaine. À partir d’octobre 1812, la Banque commence à se désengager, réclamant la restitution d’une partie du capital du comptoir : ces opérations se poursuivent jusqu’à la première quinzaine d’octobre 1813 et portent sur un total de près d’un demi-million de francs ; à six reprises, la part des billets et autres mandats sur Paris dépasse les 15 % et excède même les 30 % à deux occasions. À la lumière de ces éléments, on peut affirmer que la vision a priori du Conseil général de la Banque de France est doublement erronée puisque les Lillois n’ont aucunement abusé de la situation en tirant des traites sur Paris et que c’est sur la place lilloise que s’opère le règlement de la quasi-totalité du papier escompté par le comptoir pendant sa courte existence.

Tableau 16. Les trois aires d’activité du commerce lillois d’après les effets présentés à l’escompte au Comptoir de la Banque de France à Lille

Tableau 16. Les trois aires d’activité du commerce lillois d’après les effets présentés à l’escompte au Comptoir de la Banque de France à Lille

Source : ABF, CE Lille : État du portefeuille du Comptoir de Lille le 2 février 1811.

62Reste à savoir d’où proviennent les effets présentés à Lille, ce que L’État du portefeuille du Comptoir de Lille le 2 février 1811 permet de faire : il dresse la liste des effets portés à l’escompte au cours du premier mois d’activité du comptoir : on y voit que vingt-six cédants, vingt-cinq négociants et la Monnaie de Lille, ont porté à l’escompte pour 428 594 F d’effets ; le tableau mentionne également les noms et localités d’activité des tireurs, endosseurs et accepteurs. Grâce à ces informations, on peut suivre les routes qu’ont empruntées les effets présentés à Lille et cerner l’insertion de la place lilloise dans l’espace à la fois industriel, économique et financier de la France au début de la crise des dernières années de lEmpire. Les escompteurs sont, c’est bien logique, tous Lillois. La Monnaie recourt massivement, on l’a vu, aux services des pourvoyeurs de crédit pour se refinancer et en portant au comptoir un bon de 77 934,26 F, mobilisant à elle seule près du cinquième des sommes escomptées. Les négociants font escompter jusqu’à quinze effets, pour des sommes allant de 1 000 à 48 000 F ; douze d’entre eux présentent pour plus de 10 000 F d’effets et seuls quatre dépassent les 30 000 F. Les tireurs et endosseurs proviennent quant à eux de trois aires concentriques autour de Lille, sans qu’une corrélation explicite entre distance et importance des sommes puisse être observée. Une première aire, locale, couvre l’espace de Lille et de ses environs, de La Bassée à Tournai et dAnzin à Menin ; la seconde, s’étend à la région, de Gand à Arras et de Boulogne à Mons ; la troisième est aux dimensions de lEmpire à l’époque puisque apparaissent les mentions des grands centres industriels et commerciaux de Paris, Lyon, Rouen-Elbeuf ainsi que Perpignan au Sud, Elberfeld sur la rive gauche du Rhin et Anvers, La Haye et Edam au Nord. Le tableau 16 reproduit le circuit emprunté par quelques-unes de ces traites. L’aire régionale semble la plus féconde en opérations et la fréquence des mentions conjointes de Paris, Lille et Gand confirme le rôle central de ces deux dernières villes dans l’organisation de l’espace économique du Nord-Ouest européen sous lEmpire, ainsi que la prépondérance de la capitale.

  • 105 ANMT, 3 AQ 285 : lettre du 13 février 1811.

63Deux types de clients font appel aux services du comptoir d’escompte. Les admis à l’escompte forment le groupe le plus important ; outre le fait qu’il s’agisse là de l’activité principale de l’établissement, la simplicité des modalités d’admission l’explique aisément, puisqu’il suffit d’en faire la demande écrite au directeur en indiquant ses nom, prénoms, domicile et nature du commerce. En réponse à la démarche de Briansiaux, Revoire lui indique « qu’en attendant [la réponse du conseil d’administration], je recevrai les effets que vous trouverez bon d’adresser au comptoir. Je vous ferai remettre le livret et les imprimés qui vous sont nécessaires la première fois que vous présenterez des valeurs à l’escompte ou au comptant105 ». Au total, quatre-vingt-huit personnes accèdent à ce service entre le 15 janvier 1811 et le 29 septembre 1813 et logiquement, les admissions les plus nombreuses ont lieu au cours des premiers mois, si bien qu’à la fin janvier 1811, plus du tiers du total des admis a déjà accès à l’escompte ; à la fin 1811, le comptoir accepte les traites de soixante-dix maisons lilloises (79,5 % du total). Les administrateurs et censeurs qui se livrent au commerce comptent logiquement parmi les premiers admis : Vanhœnacker-Luiset est le dernier administrateur admis, le 15 mars 1811 et à cette date, seul le censeur Beaussier-Mathon n’a pas encore fait sa demande. Il ne sollicite son admission à l’escompte que le 30 novembre 1811, quinze jours après le receveur général Gossuin, dont les fonctions ne nécessitaient sans doute pas jusque-là un recours aux services du comptoir. La recherche de liquidités à moindre coût pousse les maisons lilloises à rechercher l’escompte à taux fixe, surtout en période de crise, aussi après le large succès initial, peut-on observer des augmentations sensibles du nombre des admissions en juin 1811 (six), entre novembre 1811 et janvier 1812 (quatorze) et encore entre août 1812 et septembre 1813 (neuf). Le comptoir, confronté à la rareté croissante de la matière escomptable signalée à plusieurs reprises par les censeurs ainsi qu’à la faiblesse des effets escomptés, s’est sans doute vu contraint d’accepter à l’escompte des maisons de moindre renom au plus fort de la crise et à quelques mois de sa fermeture, ne serait-ce que pour justifier son existence face à une direction parisienne sans cesse plus circonspecte. Une telle politique comporte cependant des risques et les plus douteux de ces nouveaux clients sont relégués en 1813 « dans la deuxième classe des escomptes, dont le crédit est fixé à 10 000 F ».

  • 106 Arch. BF, CE Lille : rapport des censeurs du 7 février 1811.
  • 107 Arch. BF, CE Lille : rapport des censeurs du 9 décembre 1811.
  • 108 « Le besoin d’espèces occasionné par les fortes expéditions en huiles rend la matière escomptable t (...)

64Le second groupe de clients est formé des détenteurs d’un compte courant : les formalités d’ouverture sont identiques à celles requises pour l’escompte et il leur est ainsi possible de procéder à leurs paiements et recouvrements par le biais de l’établissement, par de simples jeux d’écriture et sans se soucier de la gestion quotidienne de leur compte. Soixante-cinq négociants lillois ouvrent un tel compte, principalement au cours de l’année 1811 (63 %). La réticence du petit commerce freine un temps l’essor de cette branche d’activité du Comptoir : s’il « ne se prête pas à accepter les mandats qu’on veut lui donner en payement106 » au cours des premiers mois, les censeurs notent avec satisfaction, qu’une année a suffi pour que « les comptes courants augmentent dans une proportion telle qu’il sera nécessaire de donner un garçon de plus à la Caisse, celui qui est aujourd’hui chargé des recettes ne pouvant y suffire107 ». Dans la plupart des cas, il s’agit des mêmes négociants que ceux admis à l’escompte, soit qu’ils aient déposé une demande conjointe, soit qu’ils n’aient voulu profiter des avantages d’un compte courant qu’après avoir accédé à l’escompte, comme L. T. Petit dont les demandes sont satisfaites à près d’un an d’intervalle (31 janvier 1811 et 15 janvier 1812). Dans quelques rares cas, l’obtention d’un compte courant précède l’admission à l’escompte : le receveur général dispose du premier dès le 30 avril 1811, près de six mois avant de pouvoir faire escompter ses effets. Le nombre et la vitalité des comptes courants revêtent une importance toute particulière aux yeux des autorités du comptoir et les rapports mensuels des censeurs leur consacrent un paragraphe souvent important. Les sommes en numéraire déposées à l’ouverture sur ces comptes viennent en effet s’ajouter à la dotation en métal attribuée à l’établissement ; elles permettent donc de compléter, et parfois de suppléer, les sommes affectées à l’escompte108.

  • 109 C’est là un angle mort de la source qui mentionne les noms des seuls admis, sans indiquer si certai (...)

65Dans l’ensemble, les deux groupes coïncident largement, puisque seules vingt-huit maisons admises à l’escompte n’ont pas de compte courant alors que cinq détenteurs de compte courant ne semblent pas présenter d’effets, à moins qu’ils n’aient vu leur demande refusée109. L’attrait qu’exerce le comptoir sur une importante partie des négociants lillois, tant de premier que de second ordre, illustre bien le vide que les services qu’il offre comblent sur cette place à la fois industrielle, négociante et financière, et au-delà, à la région ; de même, la possibilité de lui confier la gestion courante de ses recettes, paiements et recouvrements devient une facilité dont les négociants lillois comprennent bien vite l’intérêt. Tous ces clients privilégiés du comptoir tirent sans aucun doute possible profit de sa présence à Lille et en sont satisfaits, même s’ils le verraient volontiers augmenter sa capacité d’escompte, d’autant qu’ils semblent accepter d’assez bonne grâce les billets qui leur sont remis en échange de leurs billets à ordre.

  • 110 Arch. BF, CE Lille : lettre de Revoire du 8 février 1811.
  • 111 Arch. BF, CE Lille : lettre du 25 janvier 1811.
  • 112 Arch. BF, CE Lille : lettre du 13 janvier 1812.
  • 113 « Les caisses publiques n’ont point été autorisées à les recevoir. On les y a refusés et on y en re (...)
  • 114 « Le nombre des billets en circulation est plus considérable qu’il ne l’a jamais été. Cela provient (...)

66La seconde crainte des autorités parisiennes repose en effet sur l’idée que les négociants lillois, en plus de faire escompter leur papier sur Paris à 4 %, chargeraient le comptoir de faire venir de la capitale les écus nécessaires au règlement de ces mêmes escomptes. C’est bien là le cœur du malentendu persistant entre Lille et la Banque de France : la courbe de la circulation des billets de banque (graphique 2) en est la parfaite illustration. Alors que « tout au comptoir se paye en billets, et l’escompte et les mandats des comptes courants110 », elle demeure excessivement modeste d’un bout à l’autre de la période, n’atteignant jamais les 300 000 F. Ces billets (voir encadré) portent en effet la mention « payable en espèces à vue au porteur », qui n’échappe pas à la plupart des usagers, et alors que les clients réguliers manifestent à son égard une certaine satisfaction, les utilisateurs occasionnels s’en considèrent en quelque sorte comme les « otages » puisque le cours légal des billets les oblige à accepter ceux qui leur sont remis en paiement des marchandises ou produits livrés à Lille. D’origine rurale pour la plupart, ils font preuve d’une méfiance jamais démentie à l’égard de ce type de monnaie et se font un devoir d’en exiger la contre-valeur en espèces auprès de la caisse du comptoir avant de quitter la ville. Ce dernier épuise ses -liquidités à honorer ses engagements, réduisant d’autant ses capacités d’escompte, et en arrive dans certains cas à fermer ses bureaux plus tôt, pour leur plus grand mécontentement. Et lorsqu’ils obtiennent finalement l’échange de leurs billets, ils découvrent qu’il leur faut alors supporter une « passe de sac » qu’ils assimilent bien vite à un escompte forcé, voire à un vol : « Tous ceux qui viennent échanger leurs billets pestent contre la retenue qu’on leur fait et jurent de ne jamais plus accepter un billet en payement » signale Revoire111. Cette méfiance est partagée par une grande partie de la population lilloise, marquée par l’expérience malheureuse de la Révolution. « Si la circulation des billets est toujours faible, c’est que nulle part on ne les a vus avec autant d’effroi qu’à Lille. Le temps seul démontrera combien la terreur aura été chimérique. Les Français du Nord ne sont pas faciles à convaincre. Ils sont pour la plupart ignorants et le plus grand logicien du monde ne leur ferait pas entrer dans la tête que nul rapport n’existe entre les assignats à cours forcé et les billets de banque que l’on paie à bureau ouvert » se désole Revoire112. Au total, le rapport des censeurs du 6 avril 1813 constate que la circulation « se renferme toujours à peu près dans le même cercle » de personnes formé des principaux négociants et des comptables supérieurs. Les régies financières tardent cependant à les accepter en lieu et place du numéraire, par absence d’instructions positives dans ce sens comme par crainte de la nouveauté113, puis en tapissent le fond de leur caisse114.

  • 115 Sur la réaction des administrateurs lyonnais, voir les bulletins de police des 27 et 29 juin et du (...)

67On ne peut que constater l’échec de la tentative d’acclimatation des billets à Lille sous le Premier Empire, principalement pour des raisons d’ordre psychologique. Le rejet de la monnaie fiduciaire apparaît d’autant plus brutal que sa diffusion sur la place intervient sans période d’acclimatation, comme dans les autres comptoirs, en activité depuis déjà plus de deux ans. Quatre mois seulement séparent en effet la décision de créer et d’émettre des billets (8 septembre 1810) de l’ouverture de celui de Lille (7 janvier 1811) et le contexte troublé des dernières années de lEmpire ne favorise certainement pas la généralisation de leur emploi par le plus grand nombre. À Lille, c’est l’immense majorité de la population qui inflige un revers à la Banque et là réside sans doute la principale différence entre Lille et Lyon par exemple. Alors que dans le Nord, les principaux négociants semblent relativement bien accepter les billets, dans la préfecture du Rhône, les autorités de la Banque doivent faire face à un front du refus de la part des administrateurs. Tous, à l’exception d’un seul, « étranger » de surcroît puisque originaire d’Avignon, paraissent décidés à rejeter les billets et finissent par céder dès lors que l’Empereur manifeste son désir de voir cette mesure appliquée115.

  • 116 Cette phrase n’est pas sans rappeler celle du représentant en mission Isoré à la veille de la ferme (...)
  • 117 « En prenant la place de directeur du Comptoir d’escompte de Lille, je n’ai pas pu prévoir pour cet (...)

68Enfin, le comptoir d’escompte constitue un observatoire privilégié de la conjoncture de la fin de lEmpire, en ce qu’il donne l’occasion d’analyser les réactions d’une importante place provinciale confrontée aux décisions impériales. Le Blocus continental, renforcé à partir de 1810, semble particulièrement mal vécu dans le Nord : même si, bien entendu, « il n’y a point ici de maison que fasse la contrebande, le décret de S.M. [du 18 octobre 1810] sur les cours prévôtales a jeté une sorte d’alarme dans tout le commerce » ; en février suivant, le décret prohibant l’emploi des étoffes de coton pour l’ameublement des palais impériaux jette « la consternation à Roubaix et sur notre place », tout comme la décision de faire du tabac un monopole d’État. Dès janvier 1811, les premiers effets de la crise économique sont perceptibles : Revoire signale les premières faillites, tant en Belgique qu’à Lille, et s’étonne de « n’en pas voir une seule occasionnée par des pertes. Toutes ont leur source dans des dépenses beaucoup trop considérables et dans le manque de fonds nécessaires pour faire le commerce. Tous nos faillis faisaient des affaires avec des fonds qui ne leur appartenaient pas » (5 mai 1811). La crise industrielle ne se fait pas attendre bien longtemps : « les fabricants de Lille, de Roubaix et de Tourcoing démontent à force leurs métiers et renvoient leurs ouvriers » (5 novembre 1813) et le seul papier présenté à l’escompte ne porte bientôt plus que « de belles signatures des départements réunis et principalement de la Belgique et du Hainaut, mais on se défie beaucoup ici des sentiments que nous portent les habitants de tous ces pays et par conséquent de leur signature sur du papier à terme » (5 novembre 1813). Les nouvelles contradictoires sur la situation militaire en Hollande puis en Belgique finissent d’alarmer « les capitalistes et les négociants [qui] ont pris peur pour de bon, ce qui fera rentrer les écus le plus vite » (29 novembre 1813) ; en décembre, « le découragement de Paris influe sur [la] ville » et les Lillois sont « épouvantés ». La dégradation persistante du contexte entraîne une augmentation sensible du coût de fonctionnement du comptoir, puisque les opérations d’escompte, qui constituent sa seule source de profit, se font de plus en plus rares. Pour la direction parisienne de la Banque, la cessation d’activité devient inéluctable et le risque d’invasion constitue bientôt un prétexte assez solide pour procéder au rappel des livres, des billets et des fonds, prélude à une fermeture définitive. Le 6 décembre 1813, observant qu’aucune affaire ne se fait plus à Lille, Revoire demande : « ne trouveriez-vous pas convenable que je vous fisse passer les fonds dont je ne puis avoir d’emploi ? L’argent serait aussi bien à la Banque qu’ici116 ». Déjà, le 11 octobre 1813, Revoire avait informé le conseil d’administration de la décision du Conseil général de réduire le capital argent du comptoir de moitié et du 16 octobre 1813 au 1er février 1814, 330 500 F numéraires prennent le chemin de Paris, le reste faisant l’objet de remises à courts jours. Les jetons de présence et les billets partent le 24 janvier, les livres et archives le 2 février. Fermé ou du moins inactif, le comptoir de Lille est purement et simplement supprimé le 13 décembre 1814 : la Banque fait valoir, qu’établi en vertu d’une décision unilatérale et sans son consentement, il n’avait plus lieu d’être. En dépit des sollicitations des membres du personnel, elle refuse de leur assurer un emploi dans ses bureaux parisiens et parvient à se défaire de Revoire, qui fait valoir les sacrifices consentis et les services rendus117, en lui abandonnant une année de traitement à titre d’indemnité.

  • 118 Arch. BF, CE Lille : lettre du 9 décembre 1814.
  • 119 L. Bergeron, Banquiers parisiens… op. cit., p. 143.

69Le départ de la Banque de France de la préfecture du Nord entraîne également la suspension des services qu’elle proposait, incitant les commerçants « à créer par eux-mêmes une Caisse des comptes courants qui opérerait d’abord leurs recettes et leurs paiements et qui se livrerait ensuite à l’escompte à mesure que le besoin s’en ferait sentir118 ». De la monnaie fiduciaire, point de mention, nouvelle preuve du peu d’intérêt que les Lillois manifestent à l’égard de ce moyen de paiement, et de la distinction qu’ils persistent à faire entre escompte et papier ; en ce sens, la région du Nord est clairement celle qui exprime la plus forte résistance à la pénétration de l’influence économique parisienne119. L’échec du comptoir d’escompte de Lille, symbolisé tant par le rejet de la monnaie de papier par une immense majorité de la population locale que par la méfiance persistante des autorités bancaires parisiennes ne doit cependant pas faire oublier l’importance de l’expérience et ses effets pour la place de Lille. La Banque en est bien consciente lorsqu’elle déclare ne pas regretter « cet emploi d’une partie de ses capitaux, puisqu’elle a rendu le service de familiariser le commerce avec ces institutions dont il ignorait les avantages ».

Billet du Comptoir d’escompte de la Banque de France à Lille

Billet du Comptoir d’escompte de la Banque de France à Lille

Ce billet de forme rectangulaire présente une bordure dont les angles biseautés séparent les quatre côtés et une partie intérieure portant quatre lignes de texte, complétés par deux paraphes.
D’une valeur de 250 F (seconde ligne et bordure inférieure), il porte le n° 808 (bordure droite) de la série A (bordure gauche), mise en circulation à Lille le 5 janvier 1811. Elle précède les trois autres séries, respectivement diffusées sur la place le 4 février pour la série B et le 31 mars 1811 pour les séries C et D. Chacune est composée de mille billets, le total – un million – constituant la moitié du capital du comptoir.
« Créé à Paris le 27 septembre 1810 » (quatrième ligne) par la Banque de France (bordure supérieure) pour le compte du Comptoir d’escompte de Lille (première ligne), ce billet est payable dans cette seule ville « en espèces, à vue, au porteur » (troisième ligne). Il porte enfi n les signatures du directeur du comptoir, Revoire, et du secrétaire de la Banque à Paris, Audibert .
Cette coupure, d’une valeur nominale importante, symbolise l’échec du comptoir. On y retrouve en effet la double référence à la capitale et à la préfecture du Nord, mais selon une hiérarchie sans ambiguïté : la Banque de France précède le Comptoir de Lille. De même, la présence des deux signatures, destinées à authentifi er le billet, semble indiquer que le pouvoir du secrétaire de l’institut d’émission équivaut à celui du directeur.
Émis dans la capitale, le billet n’a pourtant de valeur que dans la seule région lilloise et n’est susceptible d’être échangé qu’à Lille, à la caisse des remboursements du comptoir. Si le cours légal s’applique bien, ce n’est donc que sur un territoire géographique restreint, et à la condition que chacun puisse en exiger la contrepartie immédiate, en écus sonnants et trébuchants, sur simple présentation.
Qu’il me soit ici permis de remercier Muriel Bordogna, de la Mission historique de la Banque de France, ainsi que Mme Marlin, du Service de l’or et de la numismatique, qui ont retrouvé et m’ont fait parvenir la reproduction de ce billet, provenant des collections de la Banque.

70À cette vision parisiano-centrée, on peut toutefois en opposer une autre : celle d’une place de Lille bénéficiant d’un surcroît de légitimité grâce à l’ouverture d’un établissement voulu par le pouvoir impérial et qui conforte par là sa situation de centre de compensation financière de l’ensemble des opérations commerciales qui se traitent dans tout le Nord-Ouest du continent européen, territoire commercial et financier passé, entre 1794 et 1810, dans l’orbite politique de la France révolutionnaire et impériale. Et en cela, Lille détourne de la capitale une activité et un mouvement de fonds et/ou de crédits qui lui font défaut alors que la crise sévit. C’est donc en termes de concurrence entre deux places, d’importance pourtant difficilement comparable, qu’on peut tenter de comprendre « l’échec » de l’expérience lilloise : en s’imposant comme place institutionnelle de compensation entre la capitale et le Nord-Ouest de lEurope française, Lille joue pleinement un rôle qu’elle remplissait jusque-là de façon informelle, à l’échelle des négociants escompteurs dont Briansiaux est la figure emblématique. L’Empereur avait joué le rôle de catalyseur de cette transformation, mais à mesure que son étoile pâlit, le Conseil de régence, sans aller jusqu’à parler de revanche, remet la préfecture du Nord à la place qu’elle n’aurait pas dû quitter selon lui.

  • 120 Voir Bertrand Gille, « La Banque de Lille et les premières grandes banques du Nord », Revue du Nord(...)

71Au total, l’étude du fonctionnement et des activités du Comptoir d’escompte de la Banque de France complète et étend celle de l’Hôtel des monnaies. Chacun de ces deux établissements confirme le rôle et l’insertion de Lille dans l’espace financier de l’Europe du Nord-Ouest de la Révolution à lEmpire. Contrôlés et surveillés par les pouvoirs publics, mais au service des particuliers, l’un et l’autre parviennent à associer dans un même développement les activités financières des sphères privées et publiques ; ils contribuent à leur façon à conforter la position de la place de Lille, promue au rang de pôle de convergence des métaux précieux et des effets de commerce d’un espace qui s’étend sous lEmpire dAnvers à Arras et de Dunkerque à Namur. L’exemple lillois indique bien que c’est la rencontre des intérêts particuliers et généraux qui assure finalement à une place une importance durable et faute de l’avoir -compris assez tôt, la ville perd bien vite son statut. Il lui faut attendre 1836 pour que la Banque de Lille, au capital essentiellement local, se risque de nouveau à émettre du papier--monnaie sur la place, sans grande réussite d’ailleurs120. À la chute de lEmpire, la menace n’est plus tant extérieure qu’intérieure et en ce sens, les « Français du Nord » stigmatisés par Revoire constituent un frein au développement industriel, -commercial et financier de leur région.

  • 121 Trois pour le caissier principal, deux pour le chef d’escompte et une pour le secrétaire, le chef d (...)
  • 122 Les autres sont Augustin Richard, F. Debarge et P. J Foudrain.

72À l’inverse, certains manieurs d’argent lillois et nordistes, mais aussi belges ou hollandais ont intégré, par nécessité ou par goût, les règles du jeu financier et comprennent tout l’intérêt que présentent la détention et l’utilisation de nouveaux instruments financiers. Et si les billets ne rencontrent pas le succès escompté auprès des Lillois, les actions de l’institut d’émission constituent en revanche un placement recherché et apparaissent dans le portefeuille d’un nombre significatif de négociants du Nord du territoire tout au long de la période. Il y a d’abord ceux qui, à Lille, de par leurs fonctions se trouvent dans l’obligation de posséder un certain nombre de titres de la Banque de France : c’est le cas des principaux personnages du comptoir d’escompte et en premier lieu du directeur qui indique dès le 22 octobre 1810 que « M. S. G. Verney, de Paris, m’a acheté les trente actions de la Banque qui sont exigées des directeurs de comptoir » ; chacun des administrateurs et censeurs doit en détenir au moins quinze ; enfin le cautionnement des principaux employés est lui aussi constitué en actions de la Banque121. Selon le Registre des actions envoyées au comptoir pour y être portées aux comptes respectifs des actionnaires qui veulent y être inscrits, seul l’administrateur Ch. Duquesne, propriétaire de dix-huit titres, s’est porté acquéreur d’un nombre d’actions supérieur à celui imposé par les statuts. D’après le même registre, cinq autres Lillois détiennent également des titres de la Banque, mais ces placements demeurent bien modestes : dix-neuf actions en tout, dont dix pour le seul F. J. Vrau et six pour la maison Charvet & Cie122. Il ne s’agit là cependant que de ceux qui perçoivent les dividendes semestriels attachés à leurs titres au comptoir de Lille.

  • 123 Ce développement s’appuie sur le dépouillement des listes des deux cents actionnaires de la Banque (...)
  • 124 Voir le fac-similé de cet acte reproduit par G. Ramon, Histoire de la Banque de France… op. cit., e (...)

73Lillois et Nordistes apparaissent également sur les listes d’actionnaires de la Banque de France, et en particulier sur la plus prestigieuse d’entre elles, celle des deux cents premiers, autorisés à participer à l’assemblée générale annuelle123. On peut regretter que nulle part ne soit mentionné le nombre de titres détenus par chacun des deux cents, ni même combien il est nécessaire d’en posséder au minimum pour y figurer, mais des recoupements et la comparaison des listes avec le Registre d’émargement pour le dividende du second semestre 1808 permet d’évaluer ce chiffre à moins de dix titres à la fondation et environ une centaine au milieu de lEmpire. L’examen attentif de ces listes pour la période du Consulat et de lEmpire permet de constater que jusqu’en 1810, au moins un nom originaire du Nord de la France y figure chaque année. La première liste des deux cents, celle de 1800, ne mentionne pas moins de cinq Nordistes : le négoce dunkerquois est représenté par les maisons Émmery & Vanhée, dont on a mentionné les liens avec Mme Bonaparte qui leur a probablement proposé l’affaire, et Coppens, bientôt installé à Anvers et qui apparaît en bonne place sur l’acte original de souscription des premières actions de la Banque124 ; viennent ensuite le fondateur de la Compagnie dAnzin, le vicomte Désandrouin, et Taffin, le correspondant de la Banque à Douai, enfin Dubois, certes préfet de police de Paris, mais né à Lille. Le milieu de la banque est logiquement bien représenté : le néoparisien Tellier, dunkerquois d’origine et associé du banquier Doyen, fait partie des deux cents en 1802, 1803 et 1805 ; Louis Virnot le « remplace » en 1806 et son frère Pedro émarge pour trente titres en 1808 ; ajoutons à cette liste le receveur général du Nord Gossuin, qui figure sur la liste de 1803, est absent du registre de 1808, ne redevenant probablement actionnaire qu’à partir de 1811, comme administrateur du comptoir lillois. Le spéculateur douaisien en biens nationaux d’Hardivilliers, installé dans la capitale depuis l’an VIII, semble avoir investi une partie de ses bénéfices en actions de la Banque de France, puisqu’on le retrouve sur les listes de 1804, 1805 et 1806 et son absence du registre de 1808 indique, plutôt qu’une faillite toujours possible, une redéfinition de sa stratégie d’investissement puisqu’il apparaît en 1812 au 25e rang des contribuables les plus imposés du département de la Seine. La fourniture aux armées, quand elle s’avère fructueuse, mène elle aussi à la Banque de France, par épouse interposée cependant : Marie Barbe Dervaux, épouse – séparée de biens, – de Jean-Baptiste Paulée, figure sur les listes de 1807 et 1809 et détient cinquante titres en 1808, soit près de quatre fois moins que Barbe Rosalie Lemaire, épouse Vanlerberghe (188).

74Au-delà du simple exemple nordiste, on trouve des actionnaires de la Banque de France originaires des départements réunis de Belgique, de Hollande et du Nord de l’Allemagne : certains d’entre eux se sont fixés plus ou moins durablement à l’intérieur des frontières de l’ancienne France, et principalement dans la capitale, d’autres restant domiciliés à Bruxelles, Amsterdam ou Hambourg. Ces nouveaux Français forment un groupe sans doute fort peu homogène, mais leur nombre reflète leur poids financier dans le capital de la Banque. Pour les Parisiens d’adoption, la détention de titres de la Banque de France, plus qu’un simple placement mobilier, participe vraisemblablement d’une stratégie d’insertion dans le petit monde des manieurs d’argent : apparaître sur la liste des deux cents assure une sorte de reconnaissance sur la place et marque l’influence, durable ou plus fugitive, de chacun. De la fondation de la Banque à la proclamation de lEmpire, le nom du Bruxellois Tiberghien apparaît sans discontinuer sur la prestigieuse liste et en disparaît lorsque, quittant la capitale pour fonder une importante filature à Saint-Denis, près de Mons, il mobilise tous ses moyens financiers ; hollandais de naissance et gendre d’un Lillois, le négociant-banquier Nicolas Hubbart est l’un des deux cents de 1802 et les 775 titres dont il est crédité en 1808 l’assurent probablement de figurer sur la liste de l’année ; le banquier Blommaert est à Paris depuis bien trop longtemps pour songer à retourner en Belgique : il apparaît sur la fameuse liste en 1806, puis de 1810 à 1816, et possède 552 actions en 1808. Pour d’autres, c’est également un moyen de signaler son attachement au régime. Venu de Liège en l’an II et enrichi dans la spéculation sur les biens nationaux et la fourniture aux armées, Gandulphe Andryane investit une partie de sa fortune estimée à 100 000 F de revenus en titres de la Banque : possesseur de 140 actions en 1808, mentionné sur les listes de 1810 à 1813, il sollicite en juillet 1811 un titre nobiliaire avec constitution de majorat, composé de ces mêmes titres.

  • 125 Arch. nat., MCN, XCIV, 557.
  • 126 Emmanuel Prunaux, « Un aspect méconnu de l’histoire de la Banque de France : le fonds d’investissem (...)
  • 127 Arch. nat., MCN, CXIV, 557 : procurations des 21 mars et 3 avril 1806.

75Bien plus nombreux sont les banquiers et autres capitalistes des principales places financières européennes à investir une partie de leurs fonds en actions de la Banque de France, et bien souvent avant même que leur territoire ne soit rattaché à lEmpire. La dimension financière du placement prime alors sur les considérations politiques. Le cas est particulièrement frappant pour Amsterdam : on ne compte pas moins de seize Amstellodamois parmi les deux cents au début du Consulat, dont douze pour la seule année 1802. Par la suite, seul Paul Iwan Hogguer demeure avec certitude actionnaire de la Banque jusqu’en 1808 au moins : le 7 avril 1806, il donne procuration au banquier parisien Doumerc pour le représenter et toucher en son nom les dividendes annuels125 et le registre de 1808 le crédite de 200 actions. Cette même année, treize actionnaires de la Banque sont des sujets du royaume de Hollande : neuf d’entre eux détiennent entre 10 et 25 titres, l’ancien Grand Pensionnaire Schimmelpenninck apparaît pour 50 titres et au-delà, outre Hogguer déjà mentionné, on trouve S. C. Nederburgh, de La Haye (100), et surtout l’association formée par quatre capitalistes amstellodammois qui, avec 1 260 titres, figurent parmi les principaux actionnaires et forment ce que E. Prunaux a appelé un « fonds d’investissement », particulièrement actif sous lEmpire126. Au total, ces treize Hollandais détiennent 2 398 des 73 449 titres en circulation en 1808, soit 3,26 % du total, et tous figurent sur la liste des deux cents entre 1811 et 1814. On le voit, la réunion de la Hollande à lEmpire en 1810 confirme et amplifie un mouvement débuté dès la fondation de la Banque de France. Les actionnaires originaires du Nord de l’Allemagne sont moins nombreux : en 1806, en plus de Hogguer, Doumerc représente également les négociants Israël & Dehn, d’Altona, et la maison Chapeaurouge & Cie, de Hambourg127, détentrice de vingt-cinq titres seulement en 1808.

*

76Recherchées comme placement, conservées par attachement au régime ou simplement achetées à des fins spéculatives, les actions de la Banque de France participent à la diffusion des valeurs de la finance parisienne en Europe du Nord, à Lille, Bruxelles, Amsterdam et Hambourg, certaines de ces villes ne devenant françaises que tardivement. Contraints par la guerre et le blocus de déserter le marché londonien, les principaux capitalistes et détenteurs de capitaux de ces places prennent ainsi acte de l’importance croissante de la capitale de lEmpire français dans le domaine financier et contribuent à leur façon à l’intégration de leurs contrées à l’Europe française.

  • 128 Jean-Pierre Hirsch, « La région lilloise : foyer industriel ou place de négoce ? », Le Mouvement So (...)

77Dans ce contexte, la place de Lille consolide sa position de dernière grande ville de « l’ancienne France » et s’affirme de plus en plus comme l’indispensable plaque tournante des flux financiers privés et publics, le point de passage obligé entre la capitale, et plus généralement l’intérieur, et les nouveaux espaces septentrionaux. S’interrogeant sur la nature exacte de l’activité de la région lilloise, J.-P. Hirsch insistait sur l’imbrication en son sein d’un foyer industriel et d’une place de négoce, processus qui lui avait assuré une autonomie relative jusqu’à la fin du xixe siècle au moins128. Elle fait également figure de place financière intermédiaire, à double titre : Lille est tout d’abord une place secondaire, de par son rang dans la hiérarchie continentale du temps qui la situe largement derrière les principaux centres européens, même si Anvers, Amsterdam ou Hambourg perdent progressivement de leur importance à mesure que lEmpire s’accroît vers le nord et que Paris étend son influence. Mais justement en raison de cette macrocéphalie parisienne, il se crée des espaces et des besoins sur des points charnière du territoire et les villes susceptibles de faire valoir une « situation de place » avantageuse peuvent alors, pour peu qu’elles disposent d’une tradition négociante et d’un milieu économique (acteurs et institutions confondus) performant, tirer partie d’un rôle d’intermédiation financière.

78Cette spécificité lilloise, plus particulièrement repérable lors de la réunion de ces territoires à la France, n’en est pas moins sensible dès la conquête, alors que les armées de la République et de lEmpire imposent la loi du plus fort aux populations et aux autorités du Nord-Ouest de l’Europe.

Notes

1 Jean-Pierre Chaline, « L’évolution d’une place financière : Rouen du Directoire à la Seconde Guerre Mondiale », Études Normandes, 1980, n° 2, p. 31-51 et dans un autre registre, Youssef Cassis, Capitals of capital : a history of international financial centres : 1780-2005, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

2 Gilles Postel-Vinay, La terre et l’argent. L’Agriculture et le crédit en France du xviiie au début du xxe siècle, Paris, Albin Michel, « L’Évolution de l’humanité », 1997, 462 p.

3 Le cas des villes ayant disposé pendant les premières années de la Révolution des services d’une Caisse patriotique émettant des billets de confiance semble résolument à part. On trouvera des éléments cartographiques dans le volume « Économie » de l’Atlas de la Révolution françaiseop. cit.

4 Emmanuel Pruneaux, Banquiers et négociants de province sous le Consulat et l’Empire, à partir de l’étude des comptes courants des départements de la Banque de France sur la période 1802-1814, mémoire de recherche, EHESS (dir. Patrice Gueniffey), 2008.

5 Hippolyte Verly, Essai de biographie lilloise contemporaine, 1800-1869, article « Monnayeurs et Monnaie de Lille », Lille, Leleu, 1869, p. 168 et Christel Lacomblez-Ecœur, La Juridiction des Monnaies à Lille aux xviie et xviiie siècles, thèse de 3e cycle, Lille II, juin 1980, 316 p.

6 Je tire ces chiffres de l’article de Michel Morineau, « Les frappes monétaires françaises de 1726 à 1793. Premières considérations », Études d’histoire monétaire, xiie-xixe siècles, John Day (éd.), Lille, PUL, 1984, p. 69-141.

7 Il parle même d’une « osmose éventuelle » (p. 104) avec les Pays-Bas, voire l’Angleterre et observe le même phénomène dans la France du Sud, soudée à l’Espagne et à ses piastres d’argent.

8 Louis Dermigny, « La France de l’Ancien Régime : une carte monétaire », AESC, 1955, p. 480-493.

9 Le décret des 21-27 mai 1791 prévoit la suppression des offices (art. 1) mais aussi le maintien à leur poste des officiers des Monnaies jusqu’à leur remplacement (art. 2).

10 J’ai pris comme base de calcul un marc à 244,75 grammes, une once à 30,59 grammes et un gros à 0,05 gramme. Un marc vaut 8 onces, une once vaut 16 gros.

11 Cette décision pousse certaines communautés à adopter un comportement franchement contre-révolutionnaire, comme je l’ai indiqué dans le chapitre IV avec l’exemple de l’abbé Cauwelier.

12 La différence de 53 kg par rapport au poids brut provient de l’affinage des pièces et des prises d’essais.

13 Arch. mun. Lille, FR 17 999/1.

14 Et ce en dépit de la fermeture de la Monnaie de Lille ; Arch. dép. Nord, L 1756.

15 Cité par A. Kuscinski, Dictionnaire des Conventionnels, Paris, Société d’Histoire de la Révolution française, 1916, art. « Isoré », p. 340 ; schabraque ou chabraque  : « pièce de drap, peau de chèvre ou de mouton que l’on mettait sur les chevaux de cavalerie », Larousse du xxe siècle, 1929, tome II, p. 100.

16 Voir en particulier Jean Puraye, Liège sous l’Empire. Souvenirs et portraits, Bruxelles, Éditions des Artistes, 1954, p. 18-19 et aux Arch. mun. Lille, sous la cote FR 17 982/5, le procès-verbal d’inventaire des chariots d’argenterie partis de Liège et arrivés à Lille, daté du 24 mars 1793 qui n’occupe pas moins de quatorze pages.

17 Arch. dép. Nord, L 1740 : accusé de réception de la Monnaie de Paris daté du 9 septembre 1793.

18 Albert Mathiez, « L’argenterie des églises en l’an II », AHRF, 1925, p. 576-582.

19 Les archives en mentionnent au moins deux : 25 232 lt en écus le 10 septembre 1793 et 24 000 lt en espèces d’argent le 6 nivôse an II.

20 Arch. mun. Lille, FR 17 746 et 17 747.

21 Victor Gadoury et Frédéric Droulers, Les monnaies royales françaises de Louis XIII à Louis XVI, 1610-1792, Monte-Carlo, Chez l’Auteur, 1978, 607 p., et Victor Gadoury, Monnaies françaises, 1789-1983, Monte-Carlo, Chez l’Auteur, 1983 (6e éd.), 360 p.

22 Et cela en dépit d’une importante frappe d’écus en l’an II, destinée soit à rééquilibrer la circulation, soit à solder des achats à l’étranger.

23 Arch. dép. Nord, L 8381 : lettre du 6 frimaire an II.

24 Arch. dép. Nord, L 1740.

25 Recueil des actes du CSP avec la correspondance officielle des représentants en mission et le registre du Conseil exécutif provisoire, publié par F.-A. Aulard, Paris, Imprimerie nationale, tome X, p. 276, lettre du 27 nivôse an II/16 janvier 1794.

26 Arch. dép. Nord, L 1740 : lettre du 18 juillet 1793.

27 Arch. mun. Lille, FR 18 004/2 : procès-verbaux contenant les quantités d’or, d’argent et de cuivre laissés par le cit. Lepage, ancien directeur de la Monnaie, à l’époque de l’installation du cit. Chesnel. Outre les matières de cloches, les cuivres jaunes, les cisailles et autres bavures, Lepage remet à son successeur pour 2 539-15-3 lt d’or, 1 615-11-4 lt d’argent, 19 079-8-2 lt de métal restant des fontes, ainsi que 12 064-5-7 lt d’argenterie auxquelles il convient d’ajouter le contenu de plusieurs caisses encore à inventorier avant de les envoyer à la Trésorerie nationale à Paris.

28 Arch. mun. Lille, FR 17 941/25 : Comité de surveillance, dénonciation du 15 ventôse an II, justification du 19 ventôse an II.

29 Arch. mun. Lille, FR 17 999/1 : correspondance des Commissaires de la Trésorerie nationale au citoyen Chesnel, directeur de la Monnaie de Lille.

30 Arch. dép. Nord, L 8379 : Hôtel des monnaies de Lille, personnel.

31 Arch. mun. Lille, FR 17 999/1 : lettre du 18 floréal an II.

32 Arch. mun. Lille, FR 17 991/1 : lettres de prairial an II.

33 Arch. mun. Lille, FR 17 999/2 : lettre du 19 vendémiaire an III.

34 Arch. dép. Nord, L 8379 : lettre aux administrateurs du district de Lille, envoyée de Paris le 17 nivôse an III.

35 S’agit-il du contrôleur contre-garde de l’Hôtel des monnaies de 1784 à 1790 ? La seule mention de son nom ne permet pas de l’affirmer.

36 Il est ensuite candidat au poste de caissier de la Monnaie de Perpignan le 22 floréal an V/11 mai 1797, sans suite.

37 Arch. dép. Nord, L 8 379.

38 Arch. mun. Lille, FR 18 004/8 : projet de transfert de l’Hôtel des monnaies de Lille à Bruxelles.

39 Voir les procès-verbaux de séances du Conseil des Cinq-Cents des 12 ventôse, 17 germinal et 9 floréal an VII.

40 G. Thuillier, La réforme monétaire de l’an XI… op. cit.

41 Arch. mun. Lille, FR 18 004 : lettre du 8 prairial an XI/28 mai 1803.

42 Annuaire statistique du Département du Nord pour l’an XII, p. 196.

43 Voir la minute de l’arrêté accompagnée d’un rapport du ministre des Finances, à la page 687 du recueil de G. Thuillier.

44 Cité par Jean-Marie Darnis, La Monnaie de Paris, sa création et son histoire du Consulat et de l’Empire à la Restauration (1795-1826), Levallois, Centre d’Études napoléoniennes, 1988, p. 92.

45 Le même argument est avancé par la direction de la Banque de France lorsqu’il est question d’installer à Lille un Comptoir d’escompte (voir infra), preuve qu’on trouve toujours plus local que soi.

46 Le directeur de la Monnaie, Wouters, a émigré le 4 floréal an IV/23 avril 1796, en compagnie de son fils et de sa sœur ; José Douxchamps, Les émigrés belges de 1794, Wépion, Chez l’Auteur, 1993, p. 91-92.

47 Gislain Louis Bouteville-Dumetz, Correspondance, publiée par E. Hubert et C. Thion, Bruxelles, Kiessling, 1922, tome I, lettre n° 92.

48 Guy Thuillier, « La réforme de l’an XI », La Monnaie en France au début du xixe siècle, Genève, Droz, 1983, p. 63-91.

49 Dont 12 400 F de traitement (62,6 %) ; Statistique du département du Nord, Douai, Marlier, an XII, tome III, p. 83-84 et 88.

50 Annuaire statistique du département du Nord pour 1806, p. 300.

51 Arch. dép. Nord, 76 J boîte 15, dossier 51 : monnaie.

52 Annuaire statistique du département du Nord pour 1806, p. 301. La virole est une bague en acier dans laquelle se place le flan et qui porte en creux les dessins qui doivent être reproduits en relief.

53 Arch. mun. Lille, FG 15 327/6 414 : lettres de Fréval au préfet. En 1808, ce dernier autorise « pendant la fermeture des barrières [de dégel] le transport de deux pierres […] pourvu qu’elles soyent chargées chacune sur une voiture séparée ayant des roues d’au moins onze centimètres de largeur ».

54 La Monnaie de Lille dispose également de balances fréquemment renouvelées, vérifiées et au besoin changées, comme l’indiquent des procès-verbaux de réception et de vérification des matériels ; BM Lille, Ms C 44 : procès-verbaux des 21 juillet et 30 octobre 1813.

55 Arch. mun. Lille, FR 17 892/14 : monnaie, lettre du 16 mars 1806.

56 Arch. mun. Lille, FR 17 893/18 : monnaie, lettre du 18 novembre 1809. Les précautions sont les suivantes. 1° – chaque demande de la Monnaie sera également transmise au préfet du département ; 2° – les récépissés du caissier seront chaque fois libellés sous la même forme et garantis par le vu du directeur et le visa du commissaire ; 3° – les sommes seront acquittées en monnaie d’or puisque c’est pour lever les difficultés de ce service que ces facilités sont tolérées.

57 Lettre du directeur du Comptoir d’Escompte Revoire au gouverneur de la Banque de France en date du 27 janvier 1812.

58 Lettre du 19 octobre 1812.

59 J. J. R. Cambacérès, Lettres inédites à Napoléon… op. cit. ; lettre n° 539.

60 J. Stern, Le mari de Mlle Lange… op. cit., p. 103-105, sur la foi du carton V de la Saisie Simons des AGR à Bruxelles.

61 Pour cette affaire comme pour celles qui suivent, voir le Ms C 44 de la BM de Lille.

62 Département constitué le 13 décembre 1812 ; préfecture Münster.

63 1 livre 1 once ¼ de Münster valent environ 100 grammes.

64 Annuaire statistique du département du Nord pour 1814, p. 98.

65 Il est vrai qu’il n’est en activité que du 30 novembre 1812 au 13 novembre 1813 ; J.-M. Darnis, La Monnaie de Paris… op. cit., p. 92. La frappe pâtit également de la perte de la « boîte ficelée et cachetée contenant 9 poinçons de titre et de garantie [partie pour Utrecht le 24 décembre 1812]. Le conducteur de la voiture [des Messageries générales] a déclaré qu’il l’avait égarée dans son voyage de Paris à Amsterdam. On donne des ordres pour la rechercher » ; bulletin des 24-25 janvier 1813.

66 Arch. dép. Nord, P 103 : monnaie, nomination du personnel.

67 En 1745, le négociant Gaspard Joseph Vandervecken avait acheté la charge de juge-garde, qu’il revend en 1765 à son cousin Louis Marie Auguste Brousse-Vandervecken, en poste jusqu’en 1770 et remplacé par Delepierre de Ligny ; Ch. Lacomblez-Ecœur, La Juridiction des Monnaies à Lille… op. cit., p. 46.

68 J.-L. Mastin, Deux grands notables du négoce et de la banque, Alexandre Beaussier père et fils… op. cit., chapitre IV et Marc Flandreau, L’or du monde. La France et la stabilité du système monétaire international, 1848-1873, Paris, L’Harmattan, 1995, chapitre VI.

69 André Thépot, « Frédéric Kuhlmann, industriel et notable du Nord, 1803-1881 », Revue du Nord, avril-juin 1985, p. 527-546.

70 Arch. nat., AF IV 1288, dossier 45 : rapports sur les départements et les villes de lEscaut, de la Lys et du Nord, 21 mai 1810.

71 ANMT, 3 AQ 288 : lettre du 15 avril 1808.

72 Robert J. Lemoine, « Les étrangers et la formation du capitalisme en Belgique », RHES, 1932, p. 280.

73 Voir en particulier Gabriel Ramon, Histoire de la Banque de France, Paris, Grasset, 1929, p. 99-101, Bertrand Gille, « La Banque de Lyon », Cahiers d’Histoire, 1960, p. 191-209 et Jean-Pierre Chaline, « La banque à Rouen au xixe siècle », RHES, juillet-septembre 1974, p. 384-420.

74 On en trouve la liste complète à la page 104 de l’ouvrage de Ramon.

75 Procès-verbal du Conseil général de la Banque de France du 16 mai 1811.

76 Alain Gérard, « Les visites de Bonaparte et de Napoléon à Lille », Revue du Nord, janvier-mars 1974, p. 79-89.

77 Archives de la Banque de France, Comptoir d’escompte de Lille (désormais Arch. BF, CE Lille) : lettre au Conseil général de la Banque ; il bénéficie d’un allié dans la place puisque sa lettre est transmise par Bourgeois, sous-chef au bureau de l’escompte à Paris. Autre candidat, le négociant Péterinck, « fortuné et considéré », soutenu par le maire de Lille dont il est l’adjoint.

78 Arch. mun. Lille, FG 15 270/4435 : lettre à Vanhœnacker-Luiset du 11 juillet 1810.

79 Arch. mun. Lille, FG 15 212/2772 : passeport. Il est présenté dans l’annexe IV.

80 Arch. BF, CE Lille : lettre au comte Jaubert du 9 mars 1811.

81 À titre d’exemple, les membres de la chambre de commerce de Lille, tels qu’ils apparaissent dans l’Almanach impérial pour 1811 (p. 683), sont Louis Gruson, Flamen-Bernard, Beaussier-Mathon, Alavoine, Vanhœnacker-Luiset, Dehau-Cardon, Defosseux-Virnot, Barrois-Virnot, Cuvelier-Mahieu, Briansiaux, Bonami Gosselin, Le Thierry-Virnot et Revoire.

82 Chaque jeton vaut 5 F, et les héritiers de Gruson n’omettent pas de réclamer les 120 F qui n’ont pu être remis au censeur décédé ; acte notarié du 14 janvier 1813.

83 Pierre Pouchain, « Banque et crédit à Lille de 1800 à 1939 », Revue du Nord, juillet-septembre 1986, p. 253-259.

84 Le 28 août suivant, le gouverneur de la Banque Jaubert indique à l’administrateur Vanhœnacker-Luiset qu’il a cru « en présentant M. Revoire à la nomination de S.M. seconder les vœux du commerce de votre ville » ; Arch. mun. Lille, FG 15 270/4435 : Banque de France.

85 Arch. BF, CE Lille : lettre au comte Jaubert.

86 Arch. BF, CE Lille : lettre de Revoire au comte Jaubert du 11 septembre 1810. On retrouve Louis César Victor Gruson (fils) aide garde-magasin près la manufacture impériale d’Amsterdam en 1813.

87 Son traitement annuel passe de 2 400 à 6 000 F.

88 Les autres employés du Comptoir sont un garçon de caisse, deux garçons de recette, un garçon de bureau, tous originaires du Nord - Pas-de-Calais et un portier, né à Dôle.

89 C’est également le cas à Lyon et Rouen, comme l’indique l’Almanach impérial pour 1812.

90 Devenue la rue Négrier, non loin de l’actuelle succursale de la Banque de France.

91 Le loyer se monte à 2 700 F par an, impositions comprises.

92 Arch. BF, CE Lille. Voir la lettre de Revoire en date du 11 septembre 1810 qui fait référence à ce point.

93 Délibérations du Conseil général des 21 juillet et 22 septembre 1808.

94 Décision du gouverneur du 7 février 1811.

95 Par décision du 3 décembre 1801, le Conseil général de la Banque décide de la création d’un « registre secret sur lequel seront recueillies les notes du comité d’escompte sur le papier présenté » sur Paris et un « registre des renseignements des départements » est constitué à partir de novembre 1803 et remis à jour fin 1807 ; aucun de ces registres n’a cependant été conservé. E. Pruneaux, Banquiers et négociants de province sous le Consulat et l’Empire.

96 On en trouvera le texte intégral en annexe III.

97 L’itinéraire complet de la tournée est le suivant : Paris – Beauvais – Amiens – Arras – Lille (20 mars-4 avril) – Tournai – Valenciennes – Mons – Ath – Bruxelles (9-12 avril) – Malines – Anvers (14-16 avril) – Gand (18-20 avril) – Courtrai – Bruges – Ostende – Dunkerque – Saint-Omer – Calais – Boulogne – Montreuil-sur-Mer – Abbeville avant un retour sur Paris, à moins qu’il ne se soit directement rendu à Rouen ; voir la carte réalisée par E. Pruneaux dans son mémoire Banquiers et négociants de province, op. cit.

98 Si E. Pruneaux a pu retrouver les travaux de classification dans les archives des comptoirs de Rouen et de Lyon, ceux de celui de Lille, conservés par Renty à la fermeture du comptoir, sont demeurés introuvables.

99 p. 45. Dès avant l’ouverture de l’établissement, Revoire signale que « déjà l’intérêt de l’argent a baissé et le dépôt est offert à 5 ½ %, les bonnes valeurs sur Paris sont recherchées à ½ % par mois » ; Arch. BF, CE Lille : lettre du 11 septembre 1810.

100 Arch. BF, CE Lille : lettre de Revoire au comte Jaubert du 5 décembre 1810.

101 Arch. mun. Lille, FG 15 270/4435 : extrait des Lois, Statuts et Règlements servant d’instruction pour l’escompte et les comptes courants.

102 ANMT, 3 AQ 319 ; c’est seulement à partir de novembre 1811 qu’il traite avec eux quelques affaires en marchandises.

103 Arch. BF, CE Lille : lettre au comte Jaubert du 23 décembre 1810.

104 Arch. BF, CE Lille : lettre au comte Jaubert du 14 mai 1811.

105 ANMT, 3 AQ 285 : lettre du 13 février 1811.

106 Arch. BF, CE Lille : rapport des censeurs du 7 février 1811.

107 Arch. BF, CE Lille : rapport des censeurs du 9 décembre 1811.

108 « Le besoin d’espèces occasionné par les fortes expéditions en huiles rend la matière escomptable très abondante, mais la rentrée en caisse d’une certaine quantité de billets et les fonds qui pourraient d’un moment à l’autre être retirés des comptes courants n’ont pas permis d’escompter depuis quinze jours toutes les valeurs présentées tous les jours d’escompte » écrit Revoire au comte Jaubert le 6 octobre 1812 ; c’est moi qui souligne.

109 C’est là un angle mort de la source qui mentionne les noms des seuls admis, sans indiquer si certaines demandes ont été repoussées.

110 Arch. BF, CE Lille : lettre de Revoire du 8 février 1811.

111 Arch. BF, CE Lille : lettre du 25 janvier 1811.

112 Arch. BF, CE Lille : lettre du 13 janvier 1812.

113 « Les caisses publiques n’ont point été autorisées à les recevoir. On les y a refusés et on y en refuse encore quelques fois » ; Arch. BF, CE Lille : lettre de Revoire du 10 avril 1811.

114 « Le nombre des billets en circulation est plus considérable qu’il ne l’a jamais été. Cela provient de recettes assez fortes opérées par le comptoir pour le compte du receveur général qui ensuite en a pris la valeur en billets », Arch. BF, CE Lille : lettre du 22 mai 1811 ; « Il y a pour 232 000 F de billets dehors, je crois cette somme en très majoritaire partie dans les caisses publiques », Arch. BF, CE Lille : lettre du 13 septembre 1813.

115 Sur la réaction des administrateurs lyonnais, voir les bulletins de police des 27 et 29 juin et du 3 juillet 1810.

116 Cette phrase n’est pas sans rappeler celle du représentant en mission Isoré à la veille de la fermeture de la Monnaie de Lille en frimaire an II.

117 « En prenant la place de directeur du Comptoir d’escompte de Lille, je n’ai pas pu prévoir pour cet établissement une aussi courte durée [et] pour me vouer au service de la Banque, j’ai dû quitter le commerce où j’avais toujours prospéré » ; Arch. BF, CE Lille : lettre du 17 décembre 1814.

118 Arch. BF, CE Lille : lettre du 9 décembre 1814.

119 L. Bergeron, Banquiers parisiens… op. cit., p. 143.

120 Voir Bertrand Gille, « La Banque de Lille et les premières grandes banques du Nord », Revue du Nord, 1954, p. 363-376 et J.-L. Mastin, Deux grands notables du négoce et de la banque, Alexandre Beaussier père et fils… op. cit., chapitre IV.

121 Trois pour le caissier principal, deux pour le chef d’escompte et une pour le secrétaire, le chef des livres et le caissier des remboursements.

122 Les autres sont Augustin Richard, F. Debarge et P. J Foudrain.

123 Ce développement s’appuie sur le dépouillement des listes des deux cents actionnaires de la Banque de France qui composent l’assemblée générale annuelle entre 1800 et 1820.

124 Voir le fac-similé de cet acte reproduit par G. Ramon, Histoire de la Banque de France… op. cit., en regard de la page 20.

125 Arch. nat., MCN, XCIV, 557.

126 Emmanuel Prunaux, « Un aspect méconnu de l’histoire de la Banque de France : le fonds d’investissement hollandais [Gerardus] Blancke, [Johannes] Buys, [Johannes] Kerkhoven & [Bruno] Tideman [Jr] », Revue de l’Institut Napoléon, 2006/1, n° 192, p. 63-72. Kerkhoven détient également dix actions en nom propre.

127 Arch. nat., MCN, CXIV, 557 : procurations des 21 mars et 3 avril 1806.

128 Jean-Pierre Hirsch, « La région lilloise : foyer industriel ou place de négoce ? », Le Mouvement Social, juillet-septembre 1985, p. 27-41.

Table des illustrations

Titre Carte 6. Localisation des hôtels des monnaies de la Révolution au Grand Empire
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/670/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Tableau 14. Poids des vaisselles et argenteries ecclésiastiques provenant des districts du Nord, du Pas-de-Calais et de l’Aisne envoyées à la Monnaie de Lille du 3 juin 1791 au 11 mai 1792
Légende Les quantités sont exprimées en marcs-onces-gros.* L’envoi a lieu entre le 3 juin 1791, date d’entrée en vigueur de la loi et le 16 juillet suivant, première date mentionnée dans le second état.Source : Arch. dép. Nord, L 1756.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/670/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Schéma 5. L’insertion de l’Hôtel des monnaies de Lille sur la place et dans l’Europe du Nord-Ouest
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/670/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Plans de l’hôtel du Comptoir d’escompte de la Banque de France, avant et après les travaux
Légende « Plan du rez-de-chaussée de la maison de M. Revoire, rue Française, telle qu’elle se trouve actuellement »
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/670/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Maison de M. Revoire avec les changements projetés et nécessaires pour y placer un comptoir d’escompte, conformément au décret impérial ». Le salon est transformé en bureau d’escompte et caisse de payement, l’écurie et la remise deviennent la salle d’administration et le cabinet du secrétaire.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/670/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique 2. Situation du Comptoir d’escompte de la Banque de France à Lille, 1811-1813
Légende Source : Archives du Comptoir d’escompte ; rapports des censeurs.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/670/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 16. Les trois aires d’activité du commerce lillois d’après les effets présentés à l’escompte au Comptoir de la Banque de France à Lille
Légende Source : ABF, CE Lille : État du portefeuille du Comptoir de Lille le 2 février 1811.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/670/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Billet du Comptoir d’escompte de la Banque de France à Lille
Légende Ce billet de forme rectangulaire présente une bordure dont les angles biseautés séparent les quatre côtés et une partie intérieure portant quatre lignes de texte, complétés par deux paraphes.D’une valeur de 250 F (seconde ligne et bordure inférieure), il porte le n° 808 (bordure droite) de la série A (bordure gauche), mise en circulation à Lille le 5 janvier 1811. Elle précède les trois autres séries, respectivement diffusées sur la place le 4 février pour la série B et le 31 mars 1811 pour les séries C et D. Chacune est composée de mille billets, le total – un million – constituant la moitié du capital du comptoir.« Créé à Paris le 27 septembre 1810 » (quatrième ligne) par la Banque de France (bordure supérieure) pour le compte du Comptoir d’escompte de Lille (première ligne), ce billet est payable dans cette seule ville « en espèces, à vue, au porteur » (troisième ligne). Il porte enfi n les signatures du directeur du comptoir, Revoire, et du secrétaire de la Banque à Paris, Audibert .Cette coupure, d’une valeur nominale importante, symbolise l’échec du comptoir. On y retrouve en effet la double référence à la capitale et à la préfecture du Nord, mais selon une hiérarchie sans ambiguïté : la Banque de France précède le Comptoir de Lille. De même, la présence des deux signatures, destinées à authentifi er le billet, semble indiquer que le pouvoir du secrétaire de l’institut d’émission équivaut à celui du directeur.Émis dans la capitale, le billet n’a pourtant de valeur que dans la seule région lilloise et n’est susceptible d’être échangé qu’à Lille, à la caisse des remboursements du comptoir. Si le cours légal s’applique bien, ce n’est donc que sur un territoire géographique restreint, et à la condition que chacun puisse en exiger la contrepartie immédiate, en écus sonnants et trébuchants, sur simple présentation.Qu’il me soit ici permis de remercier Muriel Bordogna, de la Mission historique de la Banque de France, ainsi que Mme Marlin, du Service de l’or et de la numismatique, qui ont retrouvé et m’ont fait parvenir la reproduction de ce billet, provenant des collections de la Banque.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/670/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search