Version classiqueVersion mobile

Les routes de l’argent

 | 
Matthieu de Oliveira

Chapitre IV. Les tribulations du numéraire

Texte intégral

1Au moment où commence la Révolution, alors même que l’Assemblée nationale décide l’émission de quantités toujours plus importantes de papier-monnaie, le métal précieux devient bien vite une valeur refuge et se renchérit d’autant. On le désire, on le recherche, on le soustrait aux regards. Le nord du territoire n’échappe pas à ce mouvement de renchérissement de l’argent et sa circulation y est sans doute plus importante que dans d’autres régions en raison de la proximité de la frontière. Pour les émigrés comme pour les manieurs d’argent attirés par une heureuse spéculation, c’est vers le nord qu’il faut aller pour se mettre à l’abri ou pour tirer le meilleur parti des sommes que l’on a réussi à exporter frauduleusement du territoire français.

2C’est également à la suite des armées de la République, en Belgique puis en Hollande, que les fournisseurs parviennent à s’enrichir fabuleusement aux dépens du Trésor : devenus indispensables à l’approvisionnement des troupes en campagne, ils monnayent au prix fort leurs services, exigeant d’être payés en numéraire alors même qu’il s’est considérablement raréfié, sans pour autant toujours remplir leurs obligations. Les plus voraces n’hésitent d’ailleurs pas à jouer sur tous les tableaux quitte à le payer de leur tête. En plaçant Paris, Anvers, Amsterdam et Hambourg sous l’autorité d’un même drapeau, l’intégration progressive des territoires septentrionaux à l’espace français favorise enfin la constitution d’un vaste marché européen de l’argent. Les opérations commerciales et financières des négociants et autres banquiers s’en trouvent à la fois facilitées et renforcées, faisant du Nord-Ouest de l’Europe une aire d’activité privilégiée, permettant à chacun, selon ses ambitions et ses moyens, de prendre part aux petites et grandes affaires qu’une telle situation rend désormais possibles.

I. Les exportations de métal précieux

3La position frontalière du département du Nord le place très tôt en première ligne dans la lutte contre l’exportation du métal précieux, sous forme de numéraire mais également de lingots, de bijoux, de vaisselle d’or ou d’argent. Celle-ci, considérée comme antipatriotique, devient bien vite frauduleuse et à ce titre est combattue et réprimée.

  • 1 Arch. mun. Lille, FR 18 004/3 : Hôtel des monnaies, législation sur les métaux précieux.

4Les exemples présentés ici, tirés des Archives départementales du Nord, sont symptomatiques de cette situation particulière : certes, tous les individus mentionnés ne sont pas forcément des fraudeurs, mais ils sont arrêtés comme tels et la simple présence de métal précieux dans leur bagage suffit à les condamner aux yeux de ceux qui les interceptent. Ils rendent également compte de la pression qui s’exerce sur les responsables nordistes, pris entre un pouvoir parisien devant lequel il leur faut plier et une base patriote, parfois encouragée par les orateurs populaires de la capitale à intervenir directement sur le terrain. Car si le contexte politique et économique joue pour beaucoup dans la décision d’exporter des capitaux, il explique également la nervosité, voire l’agressivité, des employés des Douanes nationales, des administrateurs des municipalités, des districts et du département ou de simples patriotes. Cette hantise d’une évasion du numéraire apparaît également comme un héritage du mercantilisme, en même temps qu’un signe de sa diffusion à l’ensemble de la société. En luttant contre un fléau qui tend à affaiblir la Nation en raréfiant le numéraire, on veut aussi préserver ses conditions de vie et stabiliser le prix du pain. Si la guerre avec l’Autriche n’éclate qu’en avril 1792, la tension est perceptible sur la frontière dès 1790 et la mise en circulation des assignats : aux déclarations d’intention libérales du début de la Constituante répond bientôt l’ambiguïté dans l’application des lois sur la circulation et l’exportation du numéraire et du métal précieux. La règle est la libre circulation des biens et donc des métaux précieux, tout comme le remboursement au pair des assignats remis en paiement aux fournisseurs étrangers. L’ampleur de la crise financière incite pourtant l’Assemblée nationale à encadrer de façon plus stricte cette liberté et à adopter des mesures toujours plus restrictives : le décret du 21-28 juin 1791 prohibe tout d’abord l’exportation des espèces monnayées, notamment par les ports de mer, sauf à s’en procurer la contrepartie en lettres de change sur l’étranger ou en denrées de première nécessité ; un décret additionnel du 3 juillet suivant précise cependant que les espèces monnayées étrangères restent libres de sortir du territoire national ; enfin la loi du 5 septembre 1792 interdit la sortie des matières d’or et d’argent des limites du territoire national1.

5La proximité des États de l’Empereur d’Autriche et l’importance des relations commerciales entre des cités situées de part et d’autre de la frontière poussent nombre de banquiers et de négociants du Nord comme de la capitale, mais aussi des particuliers, à envisager une telle opération. Les premiers disposent de correspondants dans les principales villes des provinces belges, en particulier à Anvers, propres à réceptionner leurs fonds ; les seconds, bien souvent des aristocrates désireux d’emporter en émigration tout ou partie de leur fortune, trouvent auprès de la Cour installée à Bruxelles un parent susceptible de les accueillir, qui un cousin, qui une tante…

  • 2 Mémoires de la marquise de La Tour du Pin : journal d’une femme de cinquante ans, 1778-1815, suivis (...)
  • 3 » Nous comptions passer trois mois à Tournay et revenir pour trouver tout comme par le passé » raco (...)
  • 4 H. de Fondeville, Notes d’émigration de Charles Gabriel Deshommets, marquis de Martainville, maître (...)

6On date généralement le début de l’émigration du 14 juillet, lorsque le comte d’Artois décide de quitter la France, imité les mois suivants par une partie des officiers de l’armée et de la justice, puis par les ecclésiastiques refusant la Constitution civile du clergé. Une seconde vague d’émigration intervient au lendemain de l’échec de l’équipée de Varennes en juin 1791, et touche plus spécifiquement des hommes, nobles et/ou militaires qui rallient l’Armée de Condé alors en formation à Worms. La marquise de La Tour du Pin rappelle que « Tout est de mode en France ; celle de l’émigration commença alors. On se mit à lever de l’argent sur ses terres pour emporter une grosse somme. Ceux, en grand nombre, qui avaient des créanciers, envisagèrent ce moyen de leur échapper2 ». Mais pour la plupart des émigrés, le séjour ne peut être que de courte durée3, et rejoindre Bruxelles s’apparente plus, dans un premier temps, à une escapade champêtre qu’à un acte politique, au point qu’au mois d’octobre 1791 le marquis de Bailleul décrit « la route de Paris à Bruxelles couverte de monde, comme une promenade publique4 ».

  • 5 Arch. dép. Nord, L 1750 : lettre du 11 février 1791.
  • 6 Entre le Mont des Cats et le Mont Noir.
  • 7 Arch. dép. Nord, L 1751 : lettre du ministre de l’Intérieur aux Administrateurs du département du N (...)

7La première mention d’une affaire qui puisse s’apparenter à une exportation de métal précieux par un émigré date du 5 février 1791 : « les préposés à la police du commerce extérieur chargés sur service de la douane à Berthen ont saisi […] 48 couverts d’argent et 24 couteaux à manche aussi d’argent dans une voiture appartenant à M. de Lestand, qui venait de Paris muni de passeport pour aller en Hollande5 ». Rien de suspect à première vue, puisque le propriétaire des couverts est connu et son passeport en règle ; on ne peut pas non plus reprocher leur zèle aux douaniers de Berthen6. Mais à l’inverse, on peut remarquer qu’à leurs yeux, le matériau dont sont faits les couverts prime sur leur fonction première et que le passage à l’étranger d’une telle quantité d’argent ne peut être autorisé sans l’aval des bureaux lillois. C’est seulement par l’intervention du maréchal de camp Despaing, résidant à Bachy, que cette affaire se règle : il offre son cautionnement pour l’équipage saisi et « demande de prendre l’argent en dépôt avec offre de prouver le renvoy qu’il en ferait à Paris ». En avril suivant, on saisit à Orchies 3 600 livres numéraires appartenant à la comtesse de La Marck, domiciliée à Bruxelles et qui en demande bien vite la restitution. Eu égard à la qualité de la dame, l’affaire remonte cette fois jusqu’à Paris : le ministre de l’Intérieur, consulté par les autorités du département, y consent, « mais sous la condition de laisser les espèces dans le royaume, sauf à elle à s’en procurer la valeur par des lettres de change », comme le prévoient les mesures réglementaires. Le ministre développe cependant une conception bien plus libérale dans la suite de sa lettre et en appelle « aux vrais intérêts du commerce et de l’industrie » qui veulent qu’« un État fécond en productions variées et couvert d’un peuple industrieux ne saurait se maintenir à cet égard dans un système prohibitif sans détourner les étrangers de commercer avec lui : ils doivent pouvoir retirer en argent le prix des matières qu’ils fournissent et s’ils sont créanciers de l’État, jouir de la même faculté pour les remboursements ou les rentes qu’ils reçoivent ». Au-delà de la lettre du règlement, il y a l’esprit du commerce et si la France veut conserver clients et fournisseurs, elle doit accepter de voir une partie de son numéraire quitter son territoire. Et si cette réalité est mal acceptée par le peuple, quotidiennement confronté à la rareté du numéraire, c’est aux autorités locales de faire un effort de pédagogie pour lui faire admettre que « c’est de la liberté même qu’il doit attendre le remède à un mal qu’aggravent les défiances ou les préventions exagérées7 ».

  • 8 Arch. dép. Nord, L 1750 : lettre de la municipalité de Saint-Omer aux administrateurs du départemen (...)
  • 9 Georges Sangnier, Les émigrés du Pas-de-Calais pendant la Révolution, Blangermont, Chez l’Auteur, s (...)
  • 10 Arch. dép. Nord, L 1750 : lettre des administrateurs du département du Nord au ministre des Finance (...)
  • 11 Arch. dép. Nord, L 1750 : lettres du Directoire du district de Valenciennes au Directoire du départ (...)
  • 12 Arch. dép. Nord, L 1752 : lettres des administrateurs du Directoire de Compiègne à ceux de Saint-Qu (...)
  • 13 Henri Carré, Madame de Médel (1742-1799), Poitiers, Société française d’imprimerie, 1942, p. 22.

8Après Varennes, l’exportation frauduleuse du numéraire semble s’intensifier, du moins s’organiser. Les fraudeurs recourent désormais à des moyens ingénieux pour échapper aux investigations des douaniers. Les officiers municipaux de Saint-Omer (Pas-de-Calais) déclarent en juillet 1791 aux administrateurs du département du Nord avoir « vu des souliers dont les talons sont composés d’une boëtte en fer, si artistement arrangée que l’extérieur représente un talon ordinaire recouvert avec des points piqués. Le dessous de ce talon est une plaque également de fer, recouvert de semelle ; trois vis qui retiennent cette plaque, sont placées, savoir deux dans la partie vers la plante du pied, et une sur le derrière du talon, autour de laquelle peut circuler la plaque et par ce moyen former l’ouverture de la boëtte. La capacité de ces talons peut contenir jusqu’à 150 louis8 ». Les exportations s’effectuent également par les ports de la mer du Nord et, à l’été, la population de Calais tente de s’opposer à l’embarquement quotidien de piastres à destination de l’Angleterre, dont elle est le témoin et que la municipalité facilite, voire encourage9. À l’automne, les affaires prennent un tour rendu plus sérieux par la conjoncture politique. Le 22 octobre, un certain Boyaval est arrêté à Armentières (Nord), porteur de 12 879 livres en numéraire et surtout d’une lettre adressée à M. de Lamoignon, à Coblence10. Le 28 octobre, on arrête à Valenciennes une voiture à destination de Bruxelles et pour la première fois, il est fait mention d’armes, en plus d’une grande quantité de vaisselle d’argent11. Les motivations contre-révolutionnaires des contrevenants sont claires aux yeux des autorités locales ; elles n’en deviennent que plus suspicieuses envers tous ceux qui désirent passer la frontière et parfois plus sensibles aux rumeurs qui courent sur la route de Paris à la frontière. Ainsi, le 24 décembre, le marchand de bois Dubais, de Monceau-lez-Leu, près de La Fère en Picardie, rapporte qu’il a remarqué à Béthancourt, entre Compiègne et Noyon, deux voitures et une berline. Faisant la connaissance des conducteurs à l’auberge du lieu, il assure que l’un d’eux lui aurait déclaré, avant de se rétracter, que ces voitures, chargées d’or et d’argent, étaient destinées au prince de Condé, à Bruxelles. L’information, rapportée aux autorités de Compiègne, est immédiatement transmise à celles de Saint-Quentin, dans l’Aisne, puis de Cambrai où les voitures sont attendues pour perquisition, en vain12. Il est difficile de faire la part entre la réalité d’une telle opération et la volonté de Dubais et/ou du voiturier de se faire valoir. Il est à l’inverse clair que les autorités sont terriblement nerveuses et n’hésitent pas à colporter une nouvelle qu’elles n’ont pu à aucun moment vérifier. Parallèlement, que les voitures aient échappé à la vigilance des douaniers nordistes n’implique pas qu’elles n’aient pas existé. Mme de Médel quitte ainsi le Poitou pour rejoindre son mari, émigré, à Tournai. Elle passe « par Orléans, Paris, Péronne, Cambrai et Valenciennes, entre le 16 et le 22 janvier 1792, sans incident et en évitant même la fouille de sa voiture13 », qui devait très vraisemblablement contenir l’ensemble des valeurs que son mari n’avait pu emporter lors de son départ. La déclaration de guerre à l’Autriche, au mois d’avril suivant, transforme la région frontalière en zone de combat, interdisant tout passage aux particuliers. C’est sans doute ce qui explique que les mentions d’exportation de numéraire par des « contre-révolutionnaires », en provenance de Paris tout du moins, disparaissent des archives.

  • 14 Arch. mun. Lille, FR 17 889/22 : échange d’assignats et FR 18 004/1 : arrestation de l’abbé Cauweli (...)

9Il est parfois difficile de distinguer clairement les cas qui relèvent de l’exportation frauduleuse de numéraire et ceux qui participent d’une activité commerciale « normale » : tout dépend du crédit qu’on veut bien accorder aux explications fournies par les personnes en cause. L’affaire de l’abbé Cauwelier en est un bon exemple14 : le 5 juin 1791, cet ex-religieux de l’abbaye bénédictine de Saint-Bertin, près de Saint-Omer, est arrêté par la garde nationale de Lesquin ; la découverte dans sa voiture de la somme considérable de 237 192 livres en numéraire motive son arrestation puis sa comparution devant les autorités municipales de Lille. L’homme reconnaît venir de Paris et déclare que le numéraire saisi appartient à son frère, Jacques Antoine Cauwelier, employé des Domaines de l’Empereur à Poperinghe, terre autrichienne, et qu’« il provient de la réalisation d’assignats envoyés à l’étranger en payement ». Ce dernier confirme ses dires et fait intervenir le gouvernement général des Pays-Bas autrichiens auprès du ministre de France à Bruxelles, le chevalier de la Gravière, dès le 10 juin suivant : il a bien « fait échanger à Paris des assignats contre de l’or pour une somme de 230 000 livres », assignats « qui perdent aux Pays-Bas 20 à 22 % contre les espèces qui ne gagnent à Paris que 7 à 9 % » ; il produit également un certificat attestant que les sieurs Plovits, banquier à Bruxelles, et Grengoire, receveur des Domaines au bureau de Boubeucq, lui ont envoyé respectivement 26 000 et 25 000 livres de France « en assignats pour en faire faire l’échange à Paris en or et en argent ». Au total, l’abbé arrive à Paris chargé de 280 000 livres assignats, soit une perte légèrement supérieure à 15 %.

10Il s’agit donc à première vue d’une simple opération de change, portant certes sur une somme importante, mais tout à fait autorisée par les lois du royaume. L’abbé Cauwelier ne manque pas de mettre les autorités lilloises face à leurs responsabilités : « ou ces assignats sont le présentatif d’une valeur réelle, ou ils ne le sont point. Au premier cas, l’étranger doit avoir la liberté de retirer cette valeur. Au second cas, ces assignats sont une tromperie et une banqueroute, dans ce même cas, il y a rupture du commerce ». Sa connaissance des lois françaises s’étend à la déclaration des droits de l’homme et du citoyen : en vertu de son article 7, la cause de sa détention n’étant pas déterminée par la loi, il réclame dès le 11 juin sa remise en liberté. C’est chose faite le 15 juin suivant et l’homme « est parti sur le champ, laissant son argent en dépôt au Directoire du district ». Dès le 22 octobre 1791, Jacques Antoine fait de Philibert Augustin Hubert Le Sage, homme de loi à Arras, son procureur général et spécial pour réclamer en sus de la somme saisie, des dommages et intérêts et attaquer le procureur général syndic du département Nord. Par un jugement du 14 mars 1792, le tribunal de district de Lille condamne aux dépens, dommages et intérêts ce dernier, qui préfère ne pas faire appel. L’affaire est close et les 237 192 livres passent donc en territoire autrichien.

11Certains éléments permettent cependant de douter de la bonne foi des frères Cauwelier. Le 5 juin, l’abbé est placé en détention à Lesquin dans une salle où l’on ne fait jamais de feu ; on y retrouve cependant après son départ des cendres dans la cheminée. Devant les officiers municipaux de Lille chargés de l’interroger, il présente une défense très argumentée, qui semble préparée à l’avance et une fois libéré, quitte la ville sans attendre qu’on lui remette la somme saisie. Mais surtout, cette affaire intervient à l’approche de l’évacuation des monastères et le témoignage d’Antoine François Dassonville, ancien chef d’office de l’abbé de Saint-Bertin, l’éclaire d’un jour bien différent. Il déclare

« que quelques temps avant l’inventaire des biens de l’abbaye, le Sieur d’Allennes, abbé, a fait un voyage à Paris, qu’il devait être suivi par le nommé Beaumont, son maître d’hôtel […] pour loger avec son maître dans l’hôtel des anciens États d’Artois à Paris, que ledit Beaumont a emporté la vaisselle d’argent du quartier abbatial qui se consistait en quinze à seize plats grands et petits, une louche, un huilier et environ quinze à seize services d’argent. Le comparant ayant demandé audit Beaumont pourquoi il emportait cette argenterie, il lui répondit que M. l’abbé devait donner à manger à Paris, que le sieur Cauwelier, religieux de ladite abbaye était aussi logé audit hôtel des États à Paris, et que sans doute, il y avait des meubles et de l’argenterie ».

  • 15 Cette interprétation est renforcée par la dénonciation par les autorités municipales de Saint-Omer (...)
  • 16 Arch. dép. Nord, L 1750.
  • 17 Arch. dép. Nord, L 1750 : lettres des 16 et 29 décembre 1790.
  • 18 Arch. nat., F477432, dossier 6 : Mallet frères, banquiers ; lettre du 2 décembre 1791.

12Une lecture partisane d’un tel document laisse à penser que l’abbaye a délibérément fait disparaître son argenterie, avant l’intervention des autorités chargées d’en faire l’inventaire, pour la transformer en numéraire et en exporter le produit à la faveur des relations familiales de l’un de ses membres15. Retenons en tout cas que d’importantes sommes en numéraire empruntent la route entre la capitale et la frontière du Nord, en invoquant la libre circulation des biens et la liberté du commerce, et ce dès les premières années de la Révolution. Les lettres de voitures retrouvées aux Archives départementales du Nord en donnent quelques preuves. Ainsi Johannes Leeras et Daniel Schnelle, deux négociants belges alors à Paris font parvenir le 18 novembre 1790 à Mlle M. J. C. Vandervaeren, d’Anvers, « deux caisses marquées comme en marche, pesant 587 livres contenant 185 marcs 6 onces d’argent en 22 barres [et…] en outre la somme de 60 000 livres16 ». Certaines de ces caisses sont arrêtées par les autorités municipales des villes frontalières et celles de Valenciennes se manifestent particulièrement par leur vigilance à cet égard, en dépit de la légalité apparente du transport : les caisses sont bien accompagnées de lettres de voiture, mais « les attestations mises en marge […] ne sont munies d’aucun scel et paraissent suspectes, surtout pour une livraison d’aussi grande importance ». Entre le 2 et le 29 décembre 1790, elles annoncent ainsi la saisie de cinq caisses contenant au total 2 572 marcs d’argent et 8 marcs 2 onces d’or, d’une valeur de plus de 100 000 livres. Chacune de ces saisies fait l’objet d’un rapport au ministre des Finances, qui répond à chaque fois que les lingots, réputés marchandises, « entrent de tems immémorial dans le commerce de cette ville [Lyon] avec l’étranger » et « que l’intérêt du commerce exigeait de les laisser sortir librement17 ». Il est également possible, pour certaines de ces caisses, de suivre le chemin qu’elles ont parcouru et connaître destinateurs et destinataires : celles qu’expédient le négociant lyonnais Johannot transitent ainsi par Paris, chez Bontems, Mallet frères & Cie, avant d’être réceptionnées par M. J. H. de Broeta, à Anvers, via Bruxelles. Les opérations portant sur le métal semblent constituer une des principales activités des banquiers de la capitale, puisqu’on les retrouve peu après engagés dans une affaire d’achat d’or à l’étranger, en association avec son correspondant lillois, la maison Veuve Panckoucke. Celle-ci dépêche bientôt ses agents sur les places étrangères, comme l’indique cette lettre de Rigoult à Bontems, Mallet frères & Cie : « Mme Panckoucke m’a communiqué les projets que vous lui proposiez pour les achats de matières d’or à l’étranger et elle m’a décidé à aller à Amsterdam tandis que M. Bridel irait à Londres. Elle me munit de lettre de recommandation et je verrai également par mes connaissances personnelles à justifier sa confiance et à mériter la vôtre18 ».

  • 19 Arch. dép. Nord, L 1751 : extrait du registre aux délibérations de la Société des Amis de la Consti (...)
  • 20 Arch. dép. Nord, L 1751 : lettres de volontaires patriotes aux administrateurs du district de Lille (...)
  • 21 Arch. dép. Nord, L 1752 : lettre des administrateurs du district de Lille au ministre de la Guerre, (...)
  • 22 Arch. mun. Lille, FR 17 900/4 : lettre de la municipalité de Douai à celle de Lille, Douai, 8 févri (...)

13À partir de mars 1791, on assiste parallèlement à l’organisation des patriotes : ils entendent lutter contre des exportations qui leur semblent par trop -préjudiciables à la Nation. Le 10 mars, la Société des Amis de la Constitution de Lille, à l’instigation de Blaise Claude Vivier, membre de la Société de Paris, prie « instamment la municipalité et le district de Lille, ainsi que le département du Nord, d’employer toute la puissance et tous les moyens que la Nation leur a délégué pour arrêter sur nos frontières l’exportation frauduleuse et illégitime du numéraire, exportation qui menace la France des plus grands maux19 ». Le 14 mars, « des volontaires patriotes » de la garde nationale lilloise demandent qu’il leur soit permis de requérir la force publique pour arrêter les délinquants et le 22 mars, la municipalité de Cambrai informe les administrateurs du département que des citoyens sont décidés à « inspecter les diligences et autres voitures publiques qui, venant de Paris, passeraient par Cambrai pour aller à Lille et spécialement à Bruxelles et d’arrêter le numéraire qui s’y trouverait caché sous des enveloppes mensongères, telles que […] fils de laiton, pierres à fusil et autres semblables20 ». Des paroles aux actes, le pas est rapidement franchi et le 20 mars, la diligence de Paris à Lille par Douai a déjà été arrêtée et inspectée à deux reprises ; la « résolution de détourner cette voiture publique de sa route ordinaire et de lui faire prendre le chemin de Cambrai à Bouchain et de Bouchain à Orchies par Marchiennes21 » n’empêche pas une perquisition à la hauteur de Bouchain dès le lendemain. La suspicion des patriotes est confortée par la découverte dans cette diligence d’une somme de 300 000 livres destinée aux négociants lillois et d’un baril d’un poids de 362 livres, adressé au sieur Crochart, à Lille ; ils ne consentent à laisser repartir la voiture qu’une fois des renseignements positifs transmis sur la destination du numéraire. La dernière mention d’une diligence à destination de Lille et arrêtée à Douai date du 8 février 1792 : une fois encore, elle était « chargée d’une quantité extraordinaire de numéraire effectif 22 ».

14Jusqu’à la fin de 1790, le numéraire est donc exporté directement de Paris vers la Belgique, au nom de la liberté du commerce. Puis face à la mobilisation des patriotes du Nord au début de 1791, les fonds ne sont plus destinés qu’aux négociants nordistes, dans un but commercial sans nul doute, mais en grande quantité et ce jusqu’à la déclaration de guerre, et au-delà. Parallèlement, les négociants de Lille, Tourcoing ou Dunkerque, dans le cadre de leurs propres affaires, sont amenés à traiter avec l’étranger. Grande est la tentation de voir en ces derniers les agents de leurs associés parisiens, réceptionnant les fonds et se chargeant, contre une part des bénéfices, de les faire passer par voie de terre ou de mer en Belgique ou en Hollande, voire en Angleterre. Si les preuves font défaut, l’examen de quelques affaires impliquant négociants parisiens et nordistes accrédite l’hypothèse.

  • 23 Arch. dép. Nord, L 1752 : lettre aux représentants de la Nation, Dunkerque, 28 juin 1791.
  • 24 Arch. dép. Nord, L 1752 : lettre des administrateurs de la ville de Dunkerque à ceux du département (...)
  • 25 Arch. dép. Nord, L 8389 : Pétition du citoyen Waymel-Rouzé, négociant à Lille, par procuration du c (...)

15Devant le refus de ses fournisseurs espagnols d’être payés par l’intermédiaire de ses banquiers parisiens Vandenyver & Cie, le négociant dunkerquois G. B. Haussoullier leur propose un règlement sur Thélusson, fils & Cie à Londres. Mais « le papier sur Londres étant à Dunkerque, comme dans toutes les autres villes du royaume, de la plus grande rareté, j’ai eu recours aux personnes qui commercent icy avec les fraudeurs anglais ; je leur ai acheté […] 500 guinées23 ». Cette somme, confiée au capitaine d’un packet-boat, est confisquée par la municipalité de la ville à la publication des décrets des 21-28 juin 1791 interdisant l’exportation des espèces nationales. Haussoullier fait valoir qu’il s’agit là d’espèces étrangères, qu’elles ont été embarquées lorsque cela était encore permis, enfin que le décret prohibe la sortie des espèces, mais n’en ordonne pas la confiscation. En conséquence, par une pétition du 28 juin, il en réclame la restitution, afin d’honorer sa signature dans une affaire « qui peut perdre mon crédit en Espagne, en Angleterre et par suite dans toute l’Europe commerçante ». Reste qu’il lui a bien fallu se procurer les guinées, en échange soit de marchandises, soit de numéraire et que la contrepartie des 500 guinées a quitté la France. Moins d’un mois plus tard, Jean Eyckembroeck, lui aussi de Dunkerque, est confronté à une situation similaire : les trois sacs contenant 3 600 livres en espèces et « destinés à faire le payement de genièvre qu’il avait tiré de Hollande » auprès de Jean Gérard, d’Amsterdam, ont été embarqués à bord de la Sophie Élisabeth le 11 juin, soit avant la publication des décrets en question24. De son côté, le citoyen Carlier, négociant en dentelles installé rue Quinquampoix à Paris, envoie en septembre 1792 à Lille, où sont toutes les maisons qui le fournissent, une malle destinée à contenir ses achats. Mais « presque toutes ont exigé la condition d’être payées en écus. Je dois donc acheter du numéraire pour remplir mes obligations ; je l’achète à Paris […] parce que je l’y trouve à meilleur compte qu’en cette ville » ; il garnit donc la malle d’une somme de 12 612 livres, en omettant de prévenir les Messageries nationales de son contenu. À Lille, la malle est inspectée et les écus découverts puis saisis. Les arguments qu’il avance pour justifier sa conduite relèvent soit d’une grande naïveté soit d’une insigne mauvaise foi : la malle étant trop grande, il a craint que « le cahotement de la voiture [ait] pu user les écus, ou seulement les chauffer, qu’ils eussent mis le feu ; j’ai dû y suppléer par de la paille [et] les envelopper dans des paquets et prendre en un mot toutes les précautions sur lesquelles les préposés de la Régie ont prétendu fonder leurs soupçons25 ». On les comprend.

  • 26 Arch. dép. Nord, L 1752 : lettre de l’agent national près le district de Bergues à la Commission de (...)

16En brumaire an III enfin, l’agent national près le district de Bergues prévient la Commission des revenus nationaux qu’on vient d’intercepter deux caisses contenant des bijoux d’or et d’argent. Le négociant parisien Héroux (ou Leroux) les a expédiées à destination de Rigail & Roulland, d’Amsterdam, via Dunkerque où elles sont entreposées, chez Veuve Dominique Morel & fils. Peut-être cette dernière maison était-elle chargée de les faire parvenir en Hollande par bateau à la faveur d’un chargement de marchandises ? Mais pour les autorités parisiennes, « ces matières précieuses appartiennent [désormais] à la République et doivent être envoyées à la Monnaie » de Paris pour y être fondues, en application de la loi du 11 ventôse an II26. Notons qu’à la date de cette dernière saisie, la Belgique est sous le contrôle de la France qui s’apprête à l’annexer et qu’il faut désormais aller plus au nord, jusqu’en Hollande, pour « exporter » des matières précieuses. Et la voie maritime apparaît à la fois comme plus sûre et plus directe pour l’atteindre, ce qui expliquerait le recours à une maison dunkerquoise pour organiser l’exportation.

  • 27 Arch. dép. Nord, L 8387 : lettres des administrateurs de l’arrondissement de la Flandre occidentale (...)

17À la veille de l’annexion de la Belgique, la surveillance des routes terrestres tend encore à se renforcer, à l’initiative des autorités locales. Les administrateurs de l’arrondissement de la Flandre occidentale à Ypres engagent les préposés des douanes « belges » à « faire des visites exactes sur tous les citoyens quelconques et les voitures entrant dans les pays conquis, de saisir tout le numéraire qu’ils trouveront sur les porteurs et si les sommes étaient fortes, d’arrêter les coupables de cette importation criminelle », explicitement reconnue comme « étant en partie la cause du discrédit de la monnaie républicaine ». Ces mesures sont relayées par les autorités du district de Lille qui rappellent que « la liberté du commerce devient le prétexte pour cacher l’agiotage des malveillants et c’est ainsi qu’en donnant au décret qui permet la sortie du numéraire moyennant de rapporter pour une valeur égale des denrées de première nécessité une étendue qu’il n’a pas, on abuse impunément de la loi27 ».

  • 28 Arch. mun. Lille, FR 17 931/3 : exportation de matières d’or et d’argent à l’étranger par Virnot fr (...)
  • 29 Arch. mun. Lille, FR 17 931/3 : lettres du ministre de la Police générale au commissaire du Directo (...)

18Jusqu’au début du Directoire, l’argument commercial permet donc encore à certains d’exporter de l’or et de l’argent. Ce n’est qu’avec la loi du 19 -thermidor an IV que leur sortie est explicitement prohibée, mesure qui vient compléter l’arrêté du 27 pluviôse an IV autorisant l’ouverture des lettres en provenance et en partance pour l’étranger. La correspondance internationale des négociants est ainsi passée au crible ; c’est l’occasion de mettre à jour certains réseaux et de suivre une route de l’argent. C’est en vertu de cet arrêté que les frères Virnot et leur beau-frère Desfosseux-Virnot sont poursuivis à l’automne de l’an VI : ces négociants lillois sont « fortement prévenus de faire passer à l’étranger des espèces d’or et d’argent et des lingots de ces matières28 ». Les lettres incriminées leur sont adressées par deux maisons de commerce d’Amsterdam : Goddert, Cappel & fils, leur font parvenir le cours des changes sur la place d’Amsterdam au 9 novembre 1797, avant d’accuser réception au 16 novembre de deux lingots d’argent qui leur sont parvenus par l’intermédiaire de la maison Cambier Kanneken d’Anvers, puis d’une « certaine quantité de louis » au 20 novembre ; A. Brinkman, quant à lui, envoie un récépissé pour la somme de 10 971-8-8 florins de Hollande. Le ministre de la Police générale, informé de l’affaire, y voit « la preuve positive d’envois successifs et considérables de matières d’or et d’argent en louis neufs, louis vieux, guinées, ducats, pistoles, carolines et en lingots » et réclame l’incarcération des négociants lillois : en effet, leur « délit rentre dans la classe de ceux contre la sûreté intérieure de l’État [puisque] c’est en épuisant son numéraire que tous les ennemis ligués contre elle cherchent à la renverser29 ». Les prévenus demandent cependant leur mise en liberté sous caution, ce qu’ils obtiennent, probablement en raison de leurs relations sur la place lilloise et de l’importance des services qu’ils rendent à la République, en assurant son approvisionnement et le développement de son commerce intérieur. Trois remarques s’imposent à la lumière de cette affaire. Tout d’abord, la teneur des envois et la diversité des pièces incitent à penser que les frères Virnot se livrent à une véritable opération de drainage des espèces d’or et d’argent en mobilisant leur vaste réseau de clients et de fournisseurs, dans le Nord et peut-être au-delà ; ils leur achètent tout le numéraire disponible, probablement avec une certaine prime, mais l’assurance d’un débouché rend l’affaire hautement profitable. Ils avaient déjà opéré de la sorte dans les premières années de la Révolution en collectant les assignats pour régler leurs achats de biens nationaux. Ensuite, les Virnot, au-delà de leur réseau local, disposent dans les principales villes commerçantes de Belgique et de Hollande de correspondants assez sûrs et à la surface financière suffisante pour leur proposer et organiser de concert avec eux une telle opération. Les risques sont grands, mais les bénéfices sont sans nul doute en proportion. Enfin, le transport ne se fait pas directement de Lille à Amsterdam, mais transite par Anvers. L’envoi de métaux précieux dans cette dernière ville, probablement par la route, ne peut être considéré comme une exportation, puisqu’il s’agit du chef-lieu du département des Deux-Nèthes, en même temps que du principal port de Belgique. Les occasions d’embarquement pour Amsterdam y sont particulièrement nombreuses et propices à ce type de trafic. Une fois dans la capitale hollandaise, le numéraire est négocié ou fondu par Goddert, Cappel & fils et A. Brinkman qui en créditent le compte des Lillois.

Schéma 2. De Lille à Amsterdam, la « route de l’argent » des Virnot

Schéma 2. De Lille à Amsterdam, la « route de l’argent » des Virnot
  • 30 G. Antonetti, Greffulhe, Montz & Cie… op. cit.

19Parallèlement à ces mouvements de numéraire s’opèrent, au départ de la capitale comme vraisemblablement de la plupart des villes françaises de quelque importance, des transferts scripturaux massifs à destination des principales places financières du continent, Amsterdam, Hambourg mais surtout Londres, qui apparaît comme plus sûre. Ces mouvements, qui relèvent du secret des affaires, demeurent pour l’essentiel inconnus et seule l’immersion dans la comptabilité d’une maison de commerce ou de banque autorise celui qui s’y astreint à en cerner les rouages et à en estimer l’importance. C’est ce à quoi G. Antonetti a, partiellement, consacré son étude de la Banque Greffulhe, Montz & Cie à l’extrême fin de l’Ancien Régime30. Dès les premières années de la Révolution, il observe les banquiers parisiens spéculant à la baisse sur la livre tournois en association avec leur correspondant londonien Richard Muilman ou leurs parents amstellodamois ; les opérations portent sur des sommes considérables, de l’ordre de plusieurs millions, et contribuent au drainage massif des espèces métalliques françaises par les manieurs d’argent étrangers. La rapide succession de crises bancaires en France comme à l’étranger, de la révolte de Saint-Domingue à la guerre générale sur le continent, finit de convaincre les associés de la banque de la nécessité d’un repli sur la capitale britannique. À partir du printemps 1791, Greffulhe et Montz commencent à transférer une partie de leurs fonds vers l’Angleterre, sur un compte dont leurs livres gardent la trace sous le nom « N/S Greffulhe, N/C F[onds] A[nglais] » et qu’ils alimentent en titres de la Banque d’Angleterre et de la Compagnie des Indes orientales à Londres : en mai 1791, van Notten achète à leur demande pour 1 000 £st de capital de la première et pour 3 000 £st de capital de la seconde ; entre septembre et décembre suivant puis de nouveau entre mars et mai 1792, Muilman et Thélusson acquièrent pour eux pour 18 000 puis 12 000 £st en titres de la Banque d’Angleterre et pour 25 000 puis 5 000 £st en Compagnie des Indes, si bien que lorsque Greffulhe arrive à Londres, fin février 1793, il trouve à son nom un portefeuille d’une valeur nominale de 64 000 £st, mais d’une valeur de négociation de 120 000 £st. Le mouvement se poursuit, voire s’accélère au cours des mois suivants, puisque Montz, resté à Paris, réussit à lui faire parvenir par différents circuits 58 500 £st, 60 000 florins et 200 000 marcs entre mai et octobre 1793, ce qui porte le total des sommes qui ont quitté Paris depuis l’automne 1791 à 5 millions de livres tournois.

20À l’évidence, Greffulhe et Montz ne sont pas les seuls manieurs d’argent à s’être livrés à des opérations de ce type et G. Antonetti estime que la capitale française s’est vidée en deux ans de l’ensemble des capitaux accumulés au cours de la décennie 1780, privant le pays d’une partie importante de ses moyens de paiement. Soupçonnant l’ampleur de tels mouvements financiers et craignant les conséquences d’une disparition totale du numéraire, Cambon présente à l’automne 1793 un projet de loi interdisant la négociation des lettres de change sur les pays avec lesquels la République est en guerre, sans obtenir satisfaction avant de longs mois.

21En dépit du fait qu’il s’agisse là d’un phénomène impossible à quantifier avec précision, il est clair que l’exportation de numéraire, qu’elle soit frauduleuse ou autorisée, constitue sans nul doute l’un des plus importants transferts de capitaux observables dans les premières années de la Révolution. Par son ampleur en volume comme par ses répercussions, réelles ou supposées, sur le stock métallique de la France, elle conditionne directement une partie de la politique économique et financière de la Convention puis du Directoire en Belgique puis en Hollande. Ce lien est d’ailleurs explicitement établi par les contemporains, à l’image de Calonne qui dans ses Pensées sur l’état de la France de thermidor an X, évalue le stock métallique de l’Ancien Régime à 2,6 milliards, avant d’indiquer :

  • 31 Cité par Guy Thuillier, La réforme monétaire de l’an XI. La création du Franc germinal, Paris, Comi (...)

« Ce qui est sorti par l’émigration ou autrement depuis la Révolution ne peut pas être évalué au-delà de 3 à 4 cent millions. Ce qu’on suppose dans l’opinion populaire avoir été perdu par des enfouissements non révélés est une bagatelle […] qui ne peut pas être comptée pour une vingtaine de millions. Ces deux objets, et en y joignant encore les sommes inconnues que l’on aurait place à la Banque d’Angleterre, ne peut former un total de 4 à 5 cent millions : n’y a-t-il pas lieu de croire que ce n’est pas même l’équivalent de ce que les Français ont tiré de la Hollande, de la Belgique, de l’Allemagne, de la Suisse, de l’Italie et du Portugal, joint au produit de la fonte de toute l’argenterie des églises et vaisselles confisquées ?31 ».

II. Le monde de la fourniture aux armées

22La déclaration de guerre et l’ouverture d’un front sur les marches septentrionales imposent bientôt le recours à des compagnies de fourniture aux armées. Elles sont plusieurs dizaines en activité, en charge, selon les cas, des approvisionnements en vivres (grains, pains, viandes, liquides), charrois et chevaux ou lumières et chauffages et soumissionnent les contrats auprès du ministre de la Guerre qui discute avec elles de leur service et des modalités de règlement. Il s’agit donc d’entreprises privées dont le gouvernement loue les services, même si certaines d’entre elles obtiennent, en particulier sous le Directoire, de traiter de « maître à clerc » avec l’État et sont donc considérées comme de véritables régies, leurs employés bénéficiant des mêmes avantages que ceux de la République. Sous la Convention et la Terreur, les entrepreneurs à la tête de ces compagnies, se sachant en quelque sorte indispensables au moment où « la Patrie est en danger », discutent pied à pied avec les autorités ; certaines obtiennent des conditions de paiement extrêmement favorables de la part d’un État menacé par l’invasion étrangère, sans pour autant remplir fidèlement leurs obligations. Les contrats signés par Servan au lendemain de la proclamation de la République ont largement contribué à accréditer la thèse des formidables enrichissements républicains. Sous le Directoire, la situation catastrophique du Trésor public et la corruption qui sévit dans les milieux dirigeants permettent aux fournisseurs de se voir consentir des conditions très favorables. Le Consulat marque une rupture puisque à l’instigation du Premier consul, qui ne cachait pas son aversion pour les fournisseurs, les comptes de chaque compagnie sont examinés par la direction générale de la Liquidation publique et donnent lieu à des apurements de comptes bien tardifs, alors qu’est mise sur pied une -administration de la Guerre efficace.

23Il est bien souvent difficile de suivre de bout en bout l’activité d’une compagnie de fourniture aux armées tant elles sont nombreuses, tant elles se succèdent rapidement et tant elles sont entremêlées, leurs actionnaires, représentés par un homme de paille qui donne son nom à la compagnie, étant la plupart du temps les mêmes. Ainsi la compagnie Ferdinand, chargée de l’approvisionnement en vivres et fourrages des divisions militaires du Sud-Est, de l’Ouest, de l’Armée d’Angleterre et des départements belges à partir du 1er messidor an VI est-elle issue de la fusion des compagnies Boisverd, Ouin et Lonnoy qu’elle remplace, avant de céder la place à la compagnie Rochefort le 1er nivôse an VII, soit six mois plus tard. Parmi les actionnaires de la compagnie Ouin, on trouve le munitionnaire Caillard, Nicolas Gauthier, ancien adjoint à la seconde division du ministère de la Guerre en 1793, Chaper, ancien chef de la division de l’habillement des troupes, Desforgues, ancien ministre des Affaires étrangères, Fauchet, ancien ministre plénipotentiaire aux États-Unis, Fouché et Tallien, ainsi que le fournisseur Maurin. Ce dernier compte parmi ses bailleurs de fonds le Douaisien Vanlerberghe et l’ancien représentant en mission en Belgique puis commissaire du Directoire à l’Armée de Rhin-et-Moselle Nicolas Haussmann, deux hommes qu’on retrouve également, associés à Ouin et Lonnoy parmi les commanditaires de la compagnie Rochefort. Seul ou en association, Vanlerberghe est également intéressé dans les compagnies Godard (viande) et Grouet (fournitures à la Marine).

  • 32 J. Stern, Le mari de Mademoiselle Lange… op. cit., chapitre II, « Les grandes fournitures », p. 11- (...)
  • 33 Outre l’ouvrage de J. Stern, voir Arnaud de Lestapis, « Le Projet de fortune immense de Dumouriez » (...)
  • 34 Ch. Poisson, Les fournisseurs aux Armées sous la Révolution française… op. cit.

24La campagne de Belgique de 1792-1793 est l’occasion de présenter quelques-uns des principaux fournisseurs aux armées de la période de la Convention, d’observer les conditions qui leur sont consenties, les bénéfices qu’ils tirent de telles opérations, enfin de suivre le parcours de ces enrichis de la Révolution. Au-delà des événements d’ordre militaire, la conquête de la Belgique apparaît donc pour certains fournisseurs comme une formidable occasion de s’enrichir, même si c’est l’échafaud que certains d’entre eux trouvent au bout de la route. Le début du conflit européen marque ainsi celui des grandes affaires pour les frères Simons, installés à Dunkerque et Paris dans les dernières années de l’Ancien Régime, mais originaires de Bruxelles où leur père tient la principale manufacture de carrosses d’Europe32. Le 28 mars 1792, le général Dumouriez confie l’organisation de la fourniture générale de l’Armée du Nord à son agent et ami Barthélemy Tort de la Sonde, personnage au parcours trouble33. Ce dernier établit une liste de trois personnes susceptibles de remplir efficacement le rôle de munitionnaire général de l’armée : le négociant anversois Werbrouck, le financier bruxellois Walckiers et Michel Jean Simons, qui obtient finalement sa préférence et dit avoir accepté pour assurer la protection des biens de son père lors de la campagne. Simons apparaît comme le banquier de l’opération dont l’exécution incombe à son frère Henry, selon les termes du contrat présenté à Dumouriez lors de l’entrevue du 4 novembre 1792, à Cambrai. Dès le 8 novembre à Mons, Dumouriez ordonne à son commissaire-ordonnateur en chef, le Lillois Malus, de passer deux marchés avec Henry Simons pour la fourniture d’une part de 60 000 quintaux d’avoine, 120 000 de foin et 40 000 de paille et d’autre part de 25 000 sacs de farine, 200 pipes d’eau-de-vie et 1 000 couvertures. Dès leur envoi à Paris, ces contrats sont remis en cause par le ministre de la Guerre Pache qui informe en retour le général de la mise en place du Directoire aux Achats34, seul habilité à passer des marchés de fournitures et dont le représentant en Belgique est Simon Pick. Au même moment, les traités signés par Servan, le prédécesseur de Pache, font également l’objet de vives critiques et la Convention décide l’envoi de quatre représentants en mission auprès de l’Armée du Nord, les députés Camus, Delacroix, Danton et Gossuin, lui-même originaire d’Avesnes (Nord), pour surveiller l’exécution des marchés Simons. Ils ne peuvent que constater l’impossibilité dans laquelle se trouve le Directoire aux Achats de fonctionner normalement en Belgique et autorisent Dumouriez à recourir à des fournisseurs extérieurs : au début du mois de décembre 1792 puis de nouveau en février 1793, Henry Simons est sollicité pour la fourniture de fourrage et de vivres.

  • 35 Albert Mathiez, La Révolution et les étrangers, Paris, Renaissance du Livre, 1918, 191 p.

25Le succès militaire de la campagne garantit celui de l’opération de fourniture et les bénéfices qu’elle permet de dégager sont à la hauteur des espoirs des associés : le 23 juillet 1793, Michel Simons est ainsi en mesure d’acquérir, pour 400 000 lt, le domaine de la Chauvennerie, en Seine-et-Marne. La défection du chef de l’Armée du Nord lui vaut une journée d’incarcération, mais il est rapidement libéré et dès sa sortie de prison, son frère et lui font valoir leurs droits à la liquidation de leur créance, réclamant 1,7 million de livres tournois à la République pour solde de leurs fournitures. L’examen de la requête n’est pas encore terminé lorsque Fabre d’Églantine les dénonce, avec d’autres, comme « agents de l’étranger » (12 octobre 1793)35, les obligeant à fuir à Altona pour éviter la prison. L’acquittement de ces créances attendra le retour en grâce des deux fournisseurs, sous le Directoire.

  • 36 Albert Mathiez, « Un fournisseur sous la Terreur : l’abbé d’Espagnac », Études robespierristes, 1re(...)
  • 37 Les procès-verbaux des travaux de cette commission sont conservés aux Arch. nat., en AF II* 19.

26Homme d’argent plus que d’Église, Marc-René Sahuguet, mieux connu comme l’abbé d’Espagnac, prend lui aussi une part active aux opérations d’approvisionnement de l’Armée du Nord commandée par Dumouriez. Entré en finance à la fin de l’Ancien Régime à l’occasion de la bataille spéculative sur les titres de la seconde Compagnie des Indes, spéculateur en biens nationaux au début de la Révolution, il se lance dans la fourniture aux armées au lendemain de la déclaration de guerre d’avril 1792. Dans les semaines qui suivent la chute de la monarchie et grâce à la protection du ministre de la Justice Danton, il passe avec Servan de très fructueux marchés pour la fourniture de chevaux et de voitures de charrois36. Le 31 août 1792, il s’engage à fournir à l’Armée du Nord 2 000 voitures à deux roues attelées à deux chevaux, contre le versement de 530 lt par cheval, de 75 lt par harnais et de 620 lt par voiture, soit au total 3,66 millions de livres tournois, payés en numéraire comme le stipule le traité ; le cautionnement affecté au marché, fixé à 640 000 lt, est déposé chez le notaire parisien Me Chaudot sous la forme de 400 actions de la Compagnie d’assurance sur la vie. La compagnie Masson, du nom du valet de chambre et homme de paille de l’abbé spéculateur, signe quant à elle deux marchés de fournitures : 19 650 chevaux le 27 septembre 1792 et 33 000 chevaux, 10 000 chariots et 25 000 harnais le 19 février 1793. Accompagnant Dumouriez dans sa campagne victorieuse, d’Espagnac accepte également de lui prêter 300 000 lt en numéraire au lendemain de Jemappes (6 novembre 1792) et reçoit en échange des traites sur la Trésorerie nationale ; au début de l’année 1793, la République se trouve donc débitrice de sommes très importantes envers d’Espagnac. L’ampleur des engagements souscrits par le ministre de la Guerre et le général en campagne pousse cependant les Conventionnels, Cambon en tête, à réclamer la vérification de l’ensemble des marchés de fournitures, confiée à un Comité d’examen des marchés pour les armées37 mis en place fin novembre 1792. Parallèlement, Cambon mène l’offensive contre le commissaire-ordonnateur Malus, le payeur général Petit-Jean et d’Espagnac, décrétés d’arrestation par la Convention puis libérés sur l’intervention du général qui convainc l’Assemblée que l’aide financière du fournisseur avait grandement favorisé la victoire de ses troupes. La prise de Liège contribue encore à renforcer la position du clan Dumouriez et le remboursement des traites est finalement autorisé par un vote des députés. La nomination de Beurnonville au ministère de la Guerre en remplacement de Pache, opposé à Dumouriez, le 4 février 1793 et celle du « député d’affaires » Julien de Toulouse à la tête du Comité des marchés constituent autant de bonnes nouvelles pour d’Espagnac : le 17 février 1793, le comité le blanchit totalement des accusations portées contre lui et il signe deux jours plus tard un nouveau marché de fourniture ; il est alors l’un des hommes les plus riches et les plus puissants de la capitale.

  • 38 Olivier Blanc, La dernière lettre. Prisons et condamnés de la Révolution (1793-1794), Paris, R. Laf (...)
  • 39 Arch. nat., W 327 : Tribunal révolutionnaire, procès des Dantonistes et É. Campardon, Le Tribunal r (...)

27La trahison de Dumouriez, le 1er avril suivant, compromet irrémédiablement sa position puisque ses adversaires réclament son arrestation, un temps suspendue à la suite de l’intervention de Julien de Toulouse. Cambon fait voter la suspension du versement des sommes qui lui sont dues, conditionne leur reprise à la présentation d’états de dépenses et obtient la création, le 4 mai 1793, de deux comités spéciaux chargés de la surveillance pour l’un de l’administration des vivres et des subsistances militaires et pour l’autre des charrois et de l’habillement des troupes. Ce dernier est immédiatement saisi par la compagnie Maubert-Jaume qui entend démontrer que la compagnie Masson-d’Espagnac n’a pu obtenir les conditions qui lui ont été consenties qu’en recourant à la corruption. Le 20 juillet 1793, le député Dornier indique en effet dans son rapport : « il est prouvé que les prix des charrettes à deux roues attelées à deux chevaux est porté par la compagnie Masson à 620 lt en espèces et n’était porté par la compagnie Jaume qu’à 242 lt 10 s assignats et que les chevaux payés à d’Espagnac à raison de 500 à 530 lt en numéraire n’étaient à la même compagnie qu’à raison de 390 lt assignats, d’où il résulte qu’il y a près de 50 millions de pertes pour la République sur ces trois marchés seulement » ; en résumé, d’Espagnac reçoit chaque mois 5 443 504 lt-métal pour un service dont les dépenses se montent à 1 502 050 lt-papier. Le 1er août, les députés sont enfin informés par le commissaire de police de la section du Faubourg Montmartre que les chariots utilisés par la compagnie Masson disposaient d’un double fonds destiné à l’exportation de numéraire. Dès lors, l’affaire semble entendue : les marchés en question sont résiliés et en attendant sa comparution devant le Tribunal révolutionnaire, d’Espagnac est consigné à domicile puis emprisonné à la prison de la Force. Il obtient l’examen de son dossier par la Commission de l’agiotage, dite des Cinq, parmi lesquels son protecteur Julien qui fait traîner les choses, puis son transfert dans une maison de santé dont il s’évade38. Revenu à Paris et repris, il est finalement jugé puis exécuté avec ses anciens amis dantonistes, le 16 germinal an II/5 avril 179439.

  • 40 Arch. mun. Lille, FR 17 905/19 : Trésorerie nationale, lettre au commissaire du Directoire exécutif (...)

28Sous le Directoire, la Commission de la Trésorerie nationale poursuit l’apurement des comptes de la compagnie Masson-d’Espagnac et s’enquiert du sort de son agent dans le Nord : « Nous avons remarqué qu’il avait été ouvert des comptes par cette compagnie au citoyen Alexandre Bridel, négociant et marchand de draps, dont la demeure est indiquée à Lille et que ce citoyen est débité de plusieurs sommes. Nous lui avons en conséquence adressé une circulaire par laquelle nous lui rappelions les dispositions de la loi du 24 frimaire an II relative à l’emploi des fonds de l’administration d’Espagnac et nous lui demandions compte de l’emploi des fonds qui lui ont été confiés », sans recevoir de réponse. Sollicitées, les autorités municipales lilloises indiquent que d’après leurs recherches, Bridel a bien vécu à Lille, mais en est parti depuis bien longtemps pour s’installer à Paris, rue des Déjeuners40. Il semble par la suite s’être perdu dans l’anonymat de la capitale.

29Pierre Étienne Choiseau et Jean Lanchère comptent quant à eux parmi les principaux entrepreneurs de charrois militaires de la fin du xviiie siècle ; les deux hommes connaissent pourtant un sort bien différent, le premier finissant sur l’échafaud alors que le second poursuit son activité jusqu’à son décès en 1805, laissant à son fils la direction de ses affaires. Le 30 mars 1789, ils sont associés pour signer avec l’administration de la Guerre un traité prévoyant la livraison de 300 chevaux d’artillerie, payés 43 sols 4 deniers par cheval et par jour, mais c’est au début du conflit européen que commence l’âge d’or de ces fournisseurs aux armées.

  • 41 Albert Mathiez, « Un fournisseur aux armées sous la Terreur : Choiseau », Autour de Danton, Paris, (...)

30Le 11 juin 1792, Choiseau signe avec le ministre de la Guerre Servan un marché pour la fourniture de 5 100 chevaux d’artillerie et, sous couvert de compléter un marché antérieur daté du 4 avril 1789, obtient des conditions particulièrement avantageuses puisqu’il reçoit une somme forfaitaire de 250 lt par cheval fourni, un solde de 45 sols par cheval et par jour de campagne, « un mois de gratification pour chacun des chevaux de nouvelle levée depuis le 1er janvier précédent » et une gratification de 20 sols par cheval en cas de licenciement ; enfin chaque cheval tué ou pris par l’ennemi lui est remboursé 400 lt numéraire. De son côté, il doit payer sur ces sommes charretiers et conducteurs, leur procurer un uniforme et exiger d’eux un engagement pour la durée de la campagne ; l’administration militaire fournit pour sa part le logement et la nourriture des hommes et des chevaux. Le comité militaire chargé de surveiller la gestion du ministre Servan s’étonne le 26 juin qu’un nouveau marché ait été signé avec Choiseau alors que le précédent, résilié car reconnu « sans raison et sans but utile », n’accordait que 38 sols par cheval, mais la chute de la monarchie entraîne la suspension de la procédure engagée et sanctionne l’entrée en vigueur du traité Choiseau41.

  • 42 Les transports de vivres, l’ambulance, les effets de campement, les munitions et fourrages sont con (...)

31Ce dernier n’est remis en cause qu’à la suite de la trahison de Dumouriez puis de la chute des Girondins, parmi lesquels le fournisseur comptait quelques appuis solides : le 4 mai 1793 est créé le Comité spécial déjà cité, chargé de la surveillance de l’administration des charrois et de l’habillement des troupes, pendant de celui des vivres et subsistances militaires. Son principal animateur, le député Dornier obtient la révision des conditions financières des marchés de charrois d’artillerie, seuls laissés entre des mains privées42 et Choiseau ne perçoit plus désormais que 3 lt 10 s assignats pour chacun des 10 000 chevaux à fournir alors que l’indemnité versée pour ceux tués ou pris est fixée à 600 lt assignats, soit une dévaluation de 50 %. C’est désormais le Convention qui contrôle, par l’intermédiaire de ses comités spéciaux, l’exécution des marchés de fournitures et les entrepreneurs n’ont que le choix entre accepter ces nouvelles conditions et abandonner la place. Le décret du 29 juillet 1793 annule enfin les marchés antérieurs et celui du 15 août suivant fixe minutieusement les règles de comptabilité des fournisseurs, désormais sous l’étroite surveillance des inspecteurs généraux des charrois militaires, aux pouvoirs discrétionnaires sur les compagnies, des commissaires-ordonnateurs et des commissaires des guerres. Enfin, le 24 août, le Comité de salut public fait apposer les scellés sur les papiers du fournisseur et le fait comparaître devant lui, avant de le remettre en liberté, l’examen de sa correspondance n’ayant rien révélé de suspect.

  • 43 Arch. nat., W 327, dossier 535 : Tribunal révolutionnaire, procès Choiseau et É. Campardon, Le Trib (...)

32À l’automne pourtant, Choiseau commet l’erreur de renvoyer l’inspecteur général des équipages de sa compagnie, Jean-Baptiste Delion, qui se venge en le dénonçant au Comité révolutionnaire de la section des Tuileries le 27 octobre : il l’accuse de voler la République en ne distribuant à ses chevaux que 12 des 16 litres d’avoine prévus grâce à de fausses mesures qu’il a spécialement fait construire et de revendre le surplus. La dénonciation est contresignée par plusieurs autres employés et les mesures, saisies au siège de la compagnie, Hôtel de Soubise. Le 7 frimaire an II/27 novembre 1793, le Comité révolutionnaire d’Étampes procède à la perquisition de sa maison de campagne et saisit sa correspondance, puis la transmet au Comité de salut public qui le décrète d’arrestation trois jours plus tard. Un enquêteur du Comité des marchés est envoyé au dépôt de la compagnie à Fontainebleau : il se déclare indigné par ce qu’il voit, indiquant en particulier que Choiseau achève les chevaux malades, les faisant passer pour morts à la suite de blessures reçues sur le front afin de toucher l’indemnité compensatrice. La suite de l’enquête révèle qu’il revendait les céréales détournées dans ses dépôts de Fontainebleau, Niort, Châlons-sur-Marne, Amboise, Versailles, Saint-Omer, Bouchain, Arras, Douai et Lille à des prix supérieurs au maximum dans les départements qui connaissent une pénurie. Ces charges accablantes le mènent directement devant le Tribunal révolutionnaire qui le condamne à mort le 2 ventôse an II/20 février 1794, en compagnie de deux complices43 ; il est exécuté le jour même après avoir vainement tenté de se suicider.

  • 44 Arch. nat., W 436 : Tribunal révolutionnaire, procès Lanchère.
  • 45 Sur la carrière de Lanchère sous le Directoire, voir G. Lefebvre, Le Directoire… op. cit., p. 155 ; (...)

33À cette date, son associé (son complice ?) Lanchère est toujours en liberté et en charge du service des charrois militaires de l’Armée du Rhin. Il n’est finalement arrêté que le 23 germinal an II/12 avril 1794 et incarcéré à Strasbourg avec son fils, son épouse et le directeur de ses équipages, sur ordre du représentant en mission Lacoste. La perquisition du 4 floréal/23 avril permet de découvrir les preuves de ses malversations et de le renvoyer devant le Tribunal révolutionnaire, mais Lanchère réussit à gagner du temps et ne comparaît pas avant le 9 thermidor. Dès le 18, il se présente comme une victime du « Tyran Robespierre », demande sa remise en liberté et obtient finalement d’être acquitté le 4 fructidor/21 août44. Il peut alors reprendre le cours de sa carrière de fournisseur aux armées : la compagnie associant Lanchère père & fils et les quatre frères Cerf-Berr, par contrat du 7 ventôse an III/26 février 1795, se voit remettre l’ensemble des charrois et chevaux destinés aux services de l’artillerie, contre remboursement progressif par retenue sur les loyers à venir. Avec le retour au service fractionné en pluviôse an IV, la compagnie Lanchère père & fils se charge de la fourniture des Armées du Nord et de Sambre-et-Meuse jusqu’au 11 fructidor an V ; à cette date, elle assure le service sur la totalité du territoire, sauf auprès des Armées de Sambre-et-Meuse et de Rhin-et-Moselle, avant de remettre le 5 vendémiaire an VI ses équipages à la compagnie Œillet Saint-Victor, qui les lui rend le 28 frimaire an VII. Depuis le 19 brumaire précédent, le service est concentré entre les mains de la nouvelle compagnie Lanchère fils, également chargée des transports de l’intérieur et des remontes jusqu’à ce que le Consulat organise les trains d’artillerie, en nivôse an VIII45.

34Jean Lanchère participe ainsi presque sans discontinuer au service des équipages d’artillerie de la fin de l’Ancien Régime à l’aube du Consulat, mais ce parcours remarquable ne doit pas faire oublier les reproches qui lui sont faits tout au long du Directoire : il est accusé à plusieurs reprises d’avoir falsifié les procès-verbaux de mortalité des chevaux et d’avoir corrompu des gardes--magasins afin d’en obtenir des récépissés de complaisance ; une note du 6 brumaire an V/27 octobre 1796 indique qu’« il est avéré que les emplois de fonds que cet entrepreneur a justifié jusqu’à présent n’ont nulle proportion avec les énormes avances qui lui ont été faites ». C’est pourtant « faute d’argent » que la compagnie cesse son service auprès de l’Armée de Sambre-et-Meuse à l’hiver de l’an V, obligeant le général Jourdan à réquisitionner deux charretiers en Belgique. Enfin à l’automne 1796, le commissaire du Directoire près cette même Armée, Alexandre l’accuse d’avoir conservé 800 000 F sur la contribution de guerre imposée à Francfort et d’avoir volé des chevaux aux paysans ; la réponse de Lanchère à l’agent chargé d’opérer les restitutions illustre la déliquescence du régime et indique très clairement entre quelles mains est le véritable pouvoir : « Citoyen, faites ce que vous voulez, je m’en fous. Je paie le Directoire, je paie le ministre, je paie ses commissaires, je paie les généraux, les ordonnateurs et les commissaires des guerres ; ainsi vous voyez que je ne redoute personne et que vous en serez encore pour vos écritures ».

35De fait, Lanchère n’est jamais inquiété et les larges bénéfices qu’il tire de ses opérations de fournitures lui permettent de se constituer un important patrimoine foncier, composé du château de Maisons (Yvelines), acheté 948 000 F-papier le 6 pluviôse an VI/25 janvier 1798 et revendu en l’an XIII au maréchal Lannes pour 450 000 F-numéraire, de plusieurs immeubles d’habitations dans la capitale et des domaines de Dixmont (Yonne), et de Vaux, près d’Angoulême, dont il est originaire.

36Les parcours de Lanchère, alter ego chanceux de Choiseau, ou des frères Simons, illustrent finalement assez bien la place qu’occupent les fournisseurs dans les premières années de la Révolution et mettent clairement en lumière l’importance de la première campagne militaire de la France républicaine dans leur processus d’enrichissement.

  • 46 Arch. nat., AF III 29 : ministère de la Guerre, état des dépenses.

37On observe également que la conquête puis l’annexion de la Belgique ne mettent pas un terme aux activités des fournisseurs, plus nombreux encore sous le Directoire que sous la Convention. Les Archives nationales conservent les Bordereaux des dépenses soumises à l’examen du Directoire exécutif pour en approuver le paiement par le ministre de la Guerre pour les mois de messidor an IV à brumaire an V46. Ils permettent de repérer les compagnies en activité dans les régions septentrionales et de rendre compte des modalités de règlement alors en vigueur.

38Le 14 messidor an IV, « les citoyens Alcan & Cie » reçoivent 1 million de livres tournois « pour les mettre à même de continuer leurs fournitures en grains » à l’Armée de Sambre-et-Meuse. En thermidor an III, cette compagnie, en association avec Zacharias Cerf et Mayer Marx, approvisionnait déjà l’Armée de Rhin-et-Moselle en grains et légumes ; le mois suivant, Fockedey touche 7 500 F pour avoir livré cent quintaux de riz à l’Armée de Sambre-et-Meuse et le 4 fructidor, Cloes & Cie perçoivent 43 781-3-8 lt pour la fourniture de fourrages militaires en Belgique. L’Armée du Nord, stationnée en Batavie, reçoit pour 800 000 F de fourrages fournis par les citoyens La Mérie et Thuret-Morel (sans doute un parent du banquier batave) alors que les frères Godard acheminent successivement vers les dépôts d’Utrecht, Versailles, Guingamp et Caen 427 puis 184 chevaux, payés 207 437 et 80 216 lt.

  • 47 H. Manceau et J. Clerc, La manufacture d’armes de Charleville… op. cit., p. 35-42.
  • 48 Arch. nat., MCN, XLV, 665 et 669, cités par L. Bergeron, Banquiers parisiens… op. cit., p. 154 et 1 (...)
  • 49 Il s’agit de Marie Louise Constance Flore Hennet, fille du député aux États Généraux et sœur du fut (...)

39Les armes proviennent principalement des deux manufactures septentrionales de Charleville et Maubeuge. Dans les Ardennes, Jean Gosuin, déjà entrepreneur de celle de Liège dont il est originaire, dirige l’établissement pour trois ans en novembre 1793, puis voit son bail renouvelé jusqu’à la fin 179947. Au cours de l’été 1796, il touche plus de 87 600 lt en livraison d’armes de poing, en plus du million de livres tournois octroyé par le Directoire le 14 messidor an IV, « tant pour servir au paiement des ouvriers qu’à valoir sur ses fournitures ». On le retrouve en frimaire an VII soumissionnant pour la fourniture extraordinaire de 150 000 armes et se prévalant d’un cautionnement d’un million apporté par le banquier parisien Fulchiron puis touchant encore 934 000 F du gouvernement en l’an VIII48. Dans le Nord, Eugène Félix dirige la manufacture de Maubeuge, apportée en dot par son épouse49 ; il y fabrique aussi bien des armes individuelles que des pièces de grosse artillerie.

  • 50 Arch. nat., MCN, XLV, 660 : acte de cautionnement du 8 floréal an V, cité par L. Bergeron, Banquier (...)
  • 51 Arch. nat., AF III 46 : rapport de Lenoir-Laroche du 2 thermidor an V, 12 p.
  • 52 Sans doute s’agit-il de Vanderschrieck, que l’on retrouve sous l’Empire à la tête d’un réseau de co (...)

40C’est enfin à la maison Romberg & fils de Bruxelles que revient de fournir de quoi habiller les soldats de la République affectés à l’Armée de Sambre-et-Meuse depuis la signature d’un marché d’habillement souscrit le 5 germinal an IV et cautionné à hauteur de 1,5 million de livres tournois par la banque parisienne Doyen & Durieux50. Au 24 messidor an IV, ils ont déjà remis 300 habits complets et 9 000 chemises (pour 147 150 F), puis le 14 thermidor, 1 200 chapeaux livrés à Liège (48 000 F) et le 9 fructidor, 15 000 paires de guêtres de toiles, 25 000 paires de bas de laine, 3 000 sacs de distribution et autant d’habits complets, 12 000 bonnets de police et 100 paires de guêtres noires (200 750 F). En l’an V, les Romberg se trouvent mêlés à une curieuse affaire d’exportation de numéraire : en floréal, le « citoyen Chollet, officier de la 202e demi-brigade en résidence à Anvers » informe le Directoire qu’« environ tous les douze ou quinze jours, il passe depuis long-tems par cette commune des convois d’argent que l’on dit être destinés pour l’Armée de Sambre-et-Meuse […] les départs s’effectuent mistérieusement (sic), la nuit, ils sont conduits chez un parti-culier de Berg-op-Zoom », terre batave ; ces convois bénéficient en outre de la protection d’une escorte militaire et empruntent « des chemins impratiqués pour éviter les bureaux des douanes », ce qui semble indiquer une opération frauduleuse. Au terme plusieurs semaines d’enquête, un employé du ministère de la Police générale fait part de ses découvertes au Directoire51 : le premier transport de numéraire semble avoir eu lieu « il y a environ six mois », soit en pluviôse an V, et depuis cette date, une quinzaine de convois ont passé la frontière, dont quatre entre le début du mois de germinal et le 24 floréal, avec pour conséquence, l’exportation de plusieurs millions en or et en argent ; les sommes en question proviennent des citoyens Romberg & fils, entrepreneurs généraux de l’habillement des troupes, et sont déposées chez « le citoyen Vanderkrik, connu comme entrepreneur de contrebande52 ».

41Seghers, négociant à Bruxelles et agent de Romberg & fils dans cette opération, se justifie en déclarant faire passer en Hollande la contrepartie des marchandises qu’en tirent les entrepreneurs de fournitures militaires, soit jusqu’alors 180 000 piastres, 30 000 écus de 6 lt, 200 rixdalers, 12 lingots d’argent et 8 d’or ainsi que 200 marcs de poids en pièces diverses. Il indique agir sous couvert d’une lettre du ministre de la Guerre du 1er brumaire an V et adressée aux généraux en chef et de division et aux commissaires ordonnateurs par laquelle il leur annonce, qu’après s’être concerté avec le ministre des Finances, il autorise les employés des Douanes à « laisser sortir les militaires et les préposés des armées ou des administrations qui en dépendent, lorsque les sommes en numéraire qu’ils auront besoin d’exporter seront énoncées dans les ordres de service ou passeports délivrés, soit par lui directement, soit par les généraux en chef ». De fait, en pluviôse an V, Romberg s’est présenté devant l’inspecteur des douanes d’Anvers, lui a déclaré devoir faire passer en République batave des sommes destinées au paiement des fournitures livrées à la République et s’est vu délivrer un « passeport portant le bordereau détaillé des espèces que cette maison demandait à exporter ». Comme fournisseur de l’Armée de Sambre-et-Meuse, Romberg estime donc devoir être assimilé aux administrations militaires et profiter des avantages qui leur sont concédés, en l’occurrence l’exportation de numéraire en toute légalité. Par la suite, il « omet » cependant de renouveler son passeport, se contentant d’échanger celui qui lui a été remis contre un simple acquit à caution ; mais le choix de chemins détournés et l’intervention d’un fraudeur avéré dans cette affaire alimentent en premier lieu les soupçons des autorités et en particulier du ministre de la Guerre qui déclare tout ignorer de ces opérations, la lettre incriminée ayant été « écrite long-tems auparavant et non spécialement applicable à la sortie de numéraire dont il s’agit ».

42En l’absence de preuves formelles d’une intention criminelle, Romberg & fils ne se voient finalement reproché qu’un abus d’usage d’une correspondance officielle, mais il n’est pas exclu que cette affaire trouble ait pesé dans la décision de Frédéric Romberg père de se retirer des affaires avant la fin de l’année 1797. La fourniture aux armées s’est finalement avérée plus risquée que profitable ; commence alors pour les Romberg une période difficile, marquée par une longue suite de procès, de menaces d’emprisonnement et de saisies, qu’une douloureuse faillite vient conclure.

  • 53 Alain Lottin (dir.), Histoire de Boulogne-sur-Mer, Lille, PUL, 1983, p. 183-192.

43Dans le Nord, les principales opérations de fourniture militaire prennent corps lorsque Bonaparte reprend à son compte le projet de débarquer en Angleterre. Au début de l’été 1803, il parcourt les côtes de la Manche et de la mer du Nord, organise un dispositif militaire et naval autour de Boulogne et à partir de 1804, les troupes se concentrent aux environs de la ville : on compte 40 000 hommes en juillet 1804, 60 000 hommes un an plus tard53 et il faut bien entendu loger, nourrir, habiller, chauffer et éclairer cette armée, sans oublier de l’approvisionner en chevaux et en fourrages. Derrière l’imposante figure du munitionnaire général des vivres et armées de terre et de mer, le Douaisien Vanlerberghe, se profile ainsi toute une armée de fournisseurs d’envergure variable.

  • 54 ANMT, 3 AQ 317 : correspondance Morel-Briansiaux.
  • 55 Du moins celles réalisées par-devant Me Salembier, notaire à Lille ; Arch. dép. Nord, J 1318/7 à 10 (...)

44Parmi ceux-ci, le « Parisien » Antoine Joseph Vincent Morel, entrepreneur des chauffages militaires du département du Nord, est sans doute l’un des plus importants : originaire de Saint-Omer, beau-frère du négociant lillois François Briansiaux, il a fait ses premières armes dans l’administration de la Guerre sous la Révolution et n’en est pas à son coup d’essai lorsqu’il se lance dans cette opération qui doit achever de le rendre immensément riche. Acquéreur de 72 ha de biens nationaux dans le Nord entre brumaire an V et brumaire an IX, il fait de Briansiaux son représentant général et spécial par procuration du 22 prairial an X et le charge de procéder pour son compte à la vente d’une partie de ce patrimoine foncier sur le marché lillois. Il cherche alors à se procurer des liquidités, mais tient à ce que ces opérations ne nuisent pas à sa position, comme l’indique sa lettre du 26 nivôse an XI : « Trouvez-vous qu’il y a moyen de vendre publiquement mes différentes parties de biens autour de Lille sans danger pour moi, c’est-à-dire sans que cela ne fasse tenir des propos sur mon compte ; le produit diminuerait une partie des effets en circulation54 ». Les cessions se poursuivent jusqu’en l’an XII55, coïncidant en cela parfaitement avec la période d’importante présence militaire sur les côtes de la mer du Nord.

  • 56 ANMT, 3 AQ 285 : lettre du 23 vendémiaire an X.
  • 57 ANMT, 3 AQ 243 : lettre du 17 prairial an IX.
  • 58 ANMT, 3 AQ 317 : « Sans doute si je vendais mon intérêt des lits militaires, cela me donnerait une (...)

45Au 1er vendémiaire an X, il est également en charge de la fourniture des hôpitaux militaires installés à Morlaix, Rennes, Valognes, Caen, Amiens, Calais, Bruxelles et Anvers. Là encore, il est associé à demi avec Briansiaux qui fait office de banquier, se charge d’acquitter les mandats qu’envoie Morel par l’intermédiaire du négociant lillois Degorge-Legrand : « M. Morel, de Paris, a dû vous informer que je délivrerai pour lui un mandat sur vous d’environ 1 100 lt le 1er de chaque décade au profit du cit. Beaucourt56 » ; il fait ensuite parvenir des espèces au négociant-banquier Dibos, leur agent à Bruxelles. À la veille de l’entrée en vigueur du contrat, ce dernier s’inquiète auprès de Briansiaux du retard des fonds promis : « De grâce, Monsieur, ne retardez point davantage l’envoi des fonds que vous devez me faire pour le compte de M. Morel, son service en souffre et beaucoup. Je me mets autant que je le puis en avance, mais ma bourse n’est point inépuisable57 ». Au terme du premier semestre de fourniture, seul l’hôpital de Calais est signalé en perte et le bénéfice net s’établit à 10 881-18-3 lt, mais à la suite des retards de paiement du gouvernement, le second semestre s’achève sur un déficit qui réduit d’autant le profit que les deux hommes en retirent, alors que Briansiaux soutient pour 100 000 lt de billets émis par Morel et doit les renouveler à échéance, sous peine de voir son beau-frère faire faillite. Sans doute est-ce l’une des raisons qui pousse ce dernier à envisager de céder sa participation dans la compagnie des Lits militaires dirigée par Delfosse58.

46Le 1er thermidor an XI/21 juillet 1803, il annonce à Briansiaux la prochaine organisation des camps de Compiègne et de Saint-Omer et surtout l’arrivée de 80 000 hommes, installés dans des tentes entre Boulogne et Ardres. Et si le ministre de la Guerre compte sur le fournisseur douaisien Vanlerberghe pour approvisionner ces unités, ce dernier semble prêt à lui sous-traiter le marché de chauffage. Morel travaille depuis quatre jours sur un contrat susceptible de produire environ 150 000 F par mois, d’autant qu’« on lui [Vanlerberghe] donnera 80 000 F d’avance qu’il me remettra de la main à la main pour aller faire les achats sur le champ » ; la correspondance indique par la suite -comment il prévoit de fournir le bois nécessaire à la fabrication de 2 600 baraques et d’installer des marchands de vin à la bouteille aux alentours du camp pour vendre le vin qu’il n’a pas écoulé auprès des hôpitaux militaires. À partir du 23 nivôse an XII, c’est de Boulogne que Morel date ses lettres.

47Ses rêves de fortune n’ont pas plus de succès que ceux de franchissement de la Manche et l’abandon du projet de débarquement entraîne la faillite de Morel qui n’a sans doute pas eu le temps de rentrer dans ses fonds. Son bilan, qui date probablement du printemps 1806, fait apparaître un passif de 210 351,24 F pour un actif apparent de 306 335,19 F. Dans cet actif, les biens réalisables ne représentent cependant qu’un peu plus de 5 %, les « bonnes dettes » environ 3 % et les pertes près de 85 % à elles seules. L’examen attentif de ces pertes montre que plus de la moitié est directement liée à l’entreprise de fourniture du Camp de Boulogne : pertes par la différence sur la construction de deux baraques à Boulogne, sur la spéculation de vin de Languedoc, sur la fourniture de 9 508 caisses à biscuit, sur la fourniture du chauffage à l’armée… Pour rétablir sa situation financière, Morel prévoit de solliciter une indemnité qui couvrirait largement ses pertes, mais le gouvernement ne semble pas avoir donné suite. Une minute de greffe de la justice de paix de 1er arrondissement de Paris en date du 8 juillet 1806 indique que Morel se voit dans l’obligation de céder la totalité de ses biens à ses 22 -créanciers : ils sont environ une dizaine originaires de Saint-Omer, parmi lesquels deux fabricants, un négociant, un marchand de fourrage, un marchand de bois et le receveur des Domaines ; viennent ensuite un marchand de bois d’Hazebrouck et divers négociants de Calais, Dunkerque et Lille, dont Briansiaux qui apparaît pour 25 000 F. De façon évidente, on retrouve là ceux qui l’ont approvisionné lorsqu’il avait en charge la fourniture du Camp de Boulogne.

  • 59 ANMT, 3 AQ 311 : lettre du 27 vendémiaire an XIV prenant note des traites dont Briansiaux a disposé (...)
  • 60 ANMT, 3 AQ 241 : correspondance avec Barbe, négociant à Boulogne.
  • 61 ANMT, 3 AQ 288 : lettre du 2 février 1808.

48Cette coûteuse expérience ne semble pas avoir détourné Briansiaux de ce type d’opérations, même si elles constituent une part minime de ses activités. On le retrouve au début de l’an XIV en relation avec Nicolas Haussmann, directeur principal de la compagnie des vivres-pain et liquides Maurin dont Vanlerberghe est le principal actionnaire59 ; il est également propriétaire d’une « baraque » à Boulogne, confiée aux soins de la veuve Lépine, chargée d’écouler auprès des soldats de l’eau-de-vie, mais dont l’activité est presque nulle depuis le départ de l’armée et qu’il consent finalement à céder à sa locataire pour 850 lt en août 180860 ; enfin cette même année 1808, le négociant Victor Plaideau lui propose de profiter du passage par Lille de 30 000 hommes vers Boulogne « où il s’en rassemble 50 000 et autant à Cherbourg et Brest » pour se rendre maître de 200 000 à 300 000 feuilles de tabac à 60-62 florins, « persuadé que cette feuille montera à 100 avant trois mois et si nous étions possesseurs d’une quantité comme celle-là, je crois que nous forcerions M. Beaussier à acheter chez nous61 ». Sans doute désireux de ne pas se brouiller avec le principal négociant en tabac lillois, par ailleurs son associé dans des armements maritimes et son collègue à la Chambre de commerce, Briansiaux préfère cependant ne pas donner suite à cette proposition.

  • 62 Arch. dép. Nord, 6 U 2/18 : plumitifs d’audience de la Cour d’appel de Douai, 22 messidor an XI-28  (...)

49Le plus souvent pourtant, Parisiens et Nordistes se partagent les marchés d’approvisionnement en signant des contrats d’association ou de sous-traitance, probablement nombreux mais qui demeurent mal connus et n’apparaissant bien souvent sur la place publique que lorsque leur règlement ne s’effectue pas à la satisfaction des deux parties. Les plumitifs d’audience de la Cour d’appel de Douai62 de la fin du Consulat se font l’écho des liquidations difficiles entre fournisseurs aux armées. Le 28 frimaire an XII, Chamelard Varville, entrepreneur de fourrages parisien, attaque ainsi en justice à la fois ses bailleurs de fonds de la capitale, le banquier Boursier et le « négociant » Hainguerlot, et ses sous-traitants nordistes, les négociants arrageois Constant Bécu-Alexandre et Coulon-Fagniez et leurs collègues lillois Masse et Sambart, les uns pour ne pas l’avoir soutenu de leur crédit, les seconds pour n’avoir pas livré l’intégralité des commandes. Le 18 floréal suivant, c’est au tour de Breidt, entrepreneur des équipages militaires des camps et armées des côtes de l’Océan, domicilié à Paris, de réclamer à Vanlerberghe la somme de 14 000 F, en exécution d’un marché, « dûment enregistré », de transport de comestibles dont il s’est chargé pour son compte.

50Plus généralement, les bailleurs de fonds de la capitale ont bien souvent besoin de représentants sur place et les opérations financières que génère l’ensemble de ces marchés de fournitures sont l’occasion pour les maisons boulonnaises de tisser ou de renforcer leurs liens avec celles de la capitale. La principale d’entre elles, la Banque Adam s’affirme en quelques mois comme l’intermédiaire privilégié des manieurs d’argent parisiens jusqu’au départ de l’Armée d’Angleterre des côtes de la mer du Nord. À partir de l’an XII, son activité consiste principalement à assurer le service des fournisseurs du Camp de Boulogne, en lieu et place des banquiers parisiens qui financent ces opérations. Sur ses livres de caisse apparaissent ainsi le nom de Vanlerberghe associé à ceux de Tourton & Ravel ou Carette & Minguet, et celui d’Olry au côté de celui de Cornu Beaufort. Mais c’est surtout pour le compte de Doyen & Cie qu’Adam intervient à partir de vendémiaire an XIII, selon un mécanisme bien rodé : le banquier parisien lui remet des traites pour de très fortes sommes ; en échange, Adam paie pour son compte l’ensemble des frais engagés sur place pour la fourniture du Camp et de la flottille. Ces sommes font l’objet de mandats remis en double à Doyen et aux payeurs de l’Armée d’Angleterre et de la Marine qui les transmettent ensuite aux ministères concernés, chargés de l’application et de la surveillance du contrat de fourniture signé avec le banquier. Cette opération est l’occasion d’une intense circulation de papier financier entre Boulogne et la capitale, puisque en six mois de temps, ce sont donc près de deux millions de francs qui quittent les caisses de Doyen & Cie et empruntent la route de Boulogne pour financer le projet de débarquement en Angleterre (tableau 12).

  • 63 Arch. nat., AF IV 1288, dossier 45 : rapport sur les départements et les villes de l’Escaut, de la (...)

51À l’évidence, la présence de l’Armée sur les côtes de la mer du Nord constitue un moment important des relations financières entre la partie septentrionale de la France et la capitale et lorsque en 1810, Napoléon visite les départements septentrionaux de son Empire, les autorités municipales de Boulogne indiquent que « le séjour de l’armée et de la flottille y a répandu des fonds considérables dont le mouvement il y a quelques années s’élevait jusqu’à 18 ou 20 millions63 ». Ce chiffre, qui vaut surtout comme ordre de grandeur, rend compte de l’importance des transferts de fonds qui ont eu lieu en quelques années seulement ; il atteste également du rôle central joué par Adam, entre les mains duquel transite sans doute plus de la moitié de cette somme.

Tableau 12. Les opérations entre Doyen & Cie et la Banque Adam au cours des 2e et 3e trimestres de l’an XIII (janvier-juin 1805)

Mois

Avoir

Nbre

Doit

Nbre

Solde

Balance

Nivôse

84 192,39

2

-84 192,39

Pluviôse

238 644,88

12

312 300

6

73 655,12

-10 537,27

Ventôse

209 103,71

10

158 150

4

-50 953,71

-61 490,98

Germinal

375 568,74

10

400 000

1

24 431,26

-37 059,72

Floréal

397 534,73

10

401 000

5

3 465,27

-33 594,45

Prairial

484 419,49

15

370 000

3

-114 419,49

-148 013,94

Messidor*

54 632,43

2

70 000

1

15 367,57

-132 646,37

Total

1 844 096,37

61

1 711 450

20

-132 646,37

* : Seuls les six premiers jours de ce mois sont conservés

Avoir : Doyen dispose chez Adam d’un crédit de tant ou Adam dispose sur Doyen par traites de tant.

Doit : Doyen est débiteur envers Adam de tant ou Adam reçoit par mandats de Doyen pour tant.

Solde : Différence entre Doit et Avoir.

Balance : lorsqu’elle est négative, c’est Adam qui doit de l’argent à Doyen ; lorsqu’elle est positive, c’est l’inverse.

Source : ANMT, 125 AQ 5 : Livre de caisse.

52Plus généralement, la concentration de plusieurs dizaines de milliers d’hommes autour de Boulogne, tout en contribuant au développement économique de la région, a favorisé l’établissement de relations commerciales et financières plus nombreuses et plus fructueuses entre les places du Nord et la capitale.

III. Petites et grandes affaires sur les routes du Nord

53Négociants et banquiers du Nord n’ont cependant pas attendu la création du Camp de Boulogne pour conclure des affaires avec leurs homologues parisiens. L’influence croissante, en termes commerciaux et financiers, de la capitale à l’échelle du territoire comme du continent rend plus nécessaire encore l’entretien des relations préexistantes : à Boulogne comme à Dunkerque ou à Lille, chacun cherche à conserver ses correspondants et à en augmenter le nombre, dans l’espoir d’accroître le volume de ses opérations. L’intégration des départements réunis, tout proches, modifie également la position relative des manieurs d’argent nordistes : intermédiaires naturels, mais non exclusifs, des Parisiens dans ce nouvel espace économique qu’ils connaissent bien, ils élargissent leur aire d’activité vers le Nord, mais peinent quelque peu à participer aux opérations les plus importantes.

  • 64 ANMT, 65 AQ A 5 : Histoire de la Banque Adam, par Paul Fleuriot, ancien Secrétaire général de la Ba (...)
  • 65 Les archives les plus anciennes remontent à pluviôse an VI/janvier 1797, date à laquelle débute cet (...)
  • 66 Compte tenu des lacunes, ces deux mois sont parmi les mieux représentés sur l’ensemble de la périod (...)

54L’activité de la Banque Adam ne réside pas tout entière, loin s’en faut, dans le service des opérations de fourniture de Doyen. Fondée en 1766, elle est l’une des plus anciennes banques de province : maison d’armement, transit et commission à l’origine, elle étend ses activités aux opérations de banque, recouvrement, change et négociation des fonds publics en 1784, profite directement des effets du traité de commerce avec l’Angleterre de 1786 et développe ses activités outre-Manche, en particulier avec les places de Londres, Birmingham et Manchester64. Du début de l’an IV à l’an XIII, l’immense majorité de ses opérations à pour cadre la ville de Boulogne même, avant que Paris n’occupe progressivement une place croissante, le maximum étant logiquement atteint lors de la présence de l’Armée d’Angleterre, entre l’été de l’an XI/1803 et celui de l’an XIII/180565. Afin de suivre l’évolution des opérations qui associent Boulogne et la capitale au cours de ces huit années, on a recensé le nombre d’opérations effectué entre les deux places, au cours de deux périodes d’un mois, en choisissant ceux de vendémiaire et de germinal66. À titre de comparaison mais également afin d’observer l’importance des transactions commerciales et financières à l’intérieur de la région, le relevé a été étendu aux villes de Lille, Calais et Dunkerque. On peut ainsi déterminer le poids relatif des relations « verticales », entre la capitale et la place provinciale, mais aussi entre le Nord et le Sud, et celles, « horizontales », entre les différentes places, qui s’étendent d’est en ouest de la région et peuvent, à divers titres, prétendre au rôle de -capitale régionale (tableau 13).

Tableau 13. Répartition géographique des activités de la Banque Adam, germinal an V-germinal an XIII

Boulogne

Paris

Lille-Calais-Dunkerque

Autres villes

Total

Germ. V

141

0

0

47

188

Vend. VI

113

24

10

66

213

Germ. VI

181

1

0

55

236

Vend. VII

174

5

8

71

258

Germ. VII

153

16

21

65

255

Vend. VIII

128

24

25

70

247

Germ. VIII

126

32

16

46

220

Vend. IX

202

27

21

73

323

Germ. IX

166

40

42

98

346

Vend. X

189

38

13

83

323

Germ. X

210

43

29

74

356

Lacune

Germ. XII

293

78

62

137

570

Vend. XIII

210

86

76

144

516

Germ. XIII

179

57

48

161

445

Total

2 465

471

371

1 190

4 496

Part

54,8 %

10,5 %

8,3 %

26,5 %

100 %

Source : CAMT, 125 AQ 3 à 5.

55La première constatation est la très forte augmentation du nombre absolu des opérations effectuées par la banque, entre un minimum de 188 en germinal an V et un maximum de 570 en germinal an XII, soit une progression de 303 % en 7 ans ; sur l’ensemble de la période la croissance reste notable (236 %). En adoptant une chronologie calquée sur les régimes politiques, on observe cependant de fortes disparités : en dépit d’une réelle poussée amorcée en l’an VI, poursuivie en l’an VII, et probablement consécutive au premier projet de franchissement du Channel, le Directoire n’a pas été très profitable à la banque qui réalise, à la veille du coup d’État de brumaire an VIII, à peine plus d’opérations qu’en germinal an V (247 contre 188). Le contexte économique défavorable semble avoir lourdement pesé sur ses activités. À l’inverse, le Consulat et ses projets de débarquement en Angleterre lui assurent un fort développement : la reprise est sensible dès la première année et jusqu’en l’an X, l’étiage se maintient autour de 320 à 350 opérations mensuelles. Mais le véritable essor est encore à venir, puisqu’on dépasse les 500 opérations mensuelles à partir de germinal an XII ; avec la levée du Camp de Boulogne, le repli s’amorce.

  • 67 On trouvera la liste des principaux d’entre eux en annexe II.
  • 68 Sont considérés comme tels ceux qui font plus de dix opérations avec la Banque Adam.

56Le second élément à relever est la persistance de la prépondérance du marché local sur le marché régional ou national : la place de Boulogne conserve sur toute la période, et de loin, la première place dans les opérations de la banque. Cette dernière y effectue plus des trois quarts de ses activités en début de période et la barre des 50 % est régulièrement dépassée. Le fléchissement n’intervient qu’en toute fin de période, mais il est sensible, puisque en l’an XIII le local ne représente plus que 40 % des opérations. Le redéploiement des activités s’opère logiquement au profit des marchés régional et parisien : ils captent moins de 5 % des opérations en début de période et près du quart en l’an XIII, mais cette croissance se fait par à-coups, avec un long palier autour de 15-20 % de l’an VII à l’an X et une brusque pointe à 31 % en vendémiaire an XIII. Les deux pôles profitent inégalement de cette redistribution des cartes : leurs courbes se croisent en germinal an VIII avant de suivre une ascension parallèle, mais clairement hiérarchisée. La part de Lille, Calais et Dunkerque croît très progressivement et représente moins de 5 % du total jusqu’en vendémiaire an VII, entre 5 et 10 % jusqu’en l’an X, et légèrement plus après la lacune, avec une pointe à près de 15 % en vendémiaire an XIII. Quant à Paris, son poids, presque nul à l’origine, devient sensiblement plus important, surtout à partir de germinal an VIII : les 10 % sont régulièrement dépassés et la place concentre jusqu’à 16 % des activités de la banque à la faveur des opérations militaires. On peut s’étonner de la faiblesse des relations « horizontales » entre des places qui apparaissent ainsi plus concurrentes que complémentaires. La chose est claire entre les trois ports du Nord - Pas-de-Calais, dont l’économie repose sur les mêmes bases et qui ne se retrouvent que dans l’armement en course. Avec Lille, principal centre manufacturier et financier de la région, les opérations sont encore plus limitées : le premier correspondant lillois de la Banque Adam n’apparaît qu’en vendémiaire an IX et pour une unique opération ; c’est seulement à partir de germinal an XII que des relations plus suivies et plus importantes se mettent en place. Retenons-en que les places (portuaires) du Nord sont en mesure de mettre sur pied et d’entretenir des liaisons directes, régulières et importantes avec Paris, sans passer par la « capitale provinciale », dont l’influence financière est plus réduite qu’on aurait pu l’imaginer, du moins à l’aube de l’Empire. Cette vision est cependant à nuancer, tant le développement des relations entre Boulogne et la capitale est conjoncturel, ce que confirme le recul du nombre d’opérations après le départ des troupes. L’activité de la Banque Adam n’en est pas moins considérable et l’analyse de ses opérations met en lumière les rouages de la relation qui unit la capitale et une place bancaire de province. Entre l’an V et l’an XIII, la Banque Adam établit des contacts avec soixante-neuf correspondants parisiens67 : il s’agit aussi bien de maisons très spécialisées, comme P.-F. Tissot, « fabriquant de cornes transparentes », et de maisons de commerce, comme Carette & Minguet, que de maisons de commission et/ou de banque, comme Perregaux, Tourton & Ravel ou Doyen & Cie. On voit progressivement le réseau parisien d’Adam s’étoffer : il compte autour de cinq correspondants jusqu’en vendémiaire an IX, autour de dix jusqu’en germinal an X, puis plus de vingt après germinal an XII. Seuls douze d’entre eux entretiennent des relations suivies68 avec Boulogne, en dépit de fortes disparités en nombre et dans le temps : sur un total de 469 opérations avec Paris, ils interviennent à 310 reprises, soit deux fois sur trois. Perregaux apparaît comme le premier d’entre eux avec 137 occurrences (29 % du total), mais il est surtout présent de vendémiaire an VIII à germinal an X, de même qu’Hilaire Belloc (quatorze occurrences). Tourton & Ravel concentrent 39 de leurs 41 opérations sur les six mois qui vont de germinal an XII à vendémiaire an XIII, puis c’est au tour de Doyen & Cie de s’affirmer comme le correspondant privilégié de la Banque Adam (douze occurrences pour le seul mois de germinal an XIII).

  • 69 ANMT, 125 AQ 5.
  • 70 ANMT, 125 AQ 4.

57La fréquence des opérations ne présage cependant pas de leur importance et une typologie de ses opérations, de même qu’un essai de quantification, s’avèrent nécessaires. La Banque Adam traite avec Paris quelques affaires en marchandises ; elle semble spécialisée dans les eaux-de-vie et le vin, qu’elle vend directement à des négociants ou que ses correspondants dans la capitale vendent pour elle : le 9 germinal an XII, Bonnaric aîné lui achète ainsi 500 barriques de vin en provenance du Havre et le 7 vendémiaire an XIII, Jourdan père & fils cèdent pour son compte 100 bouteilles de Champagne69. Mais les négociations les plus profitables sont sans conteste celles qui concernent les produits coloniaux : les 7 et 8 pluviôse an VIII, Hilaire Belloc se voit successivement débité de 33 339 lt 14 s pour quinze caisses d’indigo, de 78 452 lt 8 s en piment, café, sucre, et taffetas de Jersey et de 2 504 lt pour du bois rouge70. Les opérations d’armement constituent également une des principales activités du port de Boulogne. Elles relèvent le plus souvent de l’initiative d’armateurs locaux, sans cesse à la recherche de bailleurs de fonds attirés par les profits tirés de la vente des prises. Une fois la course menée à son terme, ils réarment le corsaire sous un autre nom ou le revendent à un autre armateur. Adam intervient à chaque étape du processus. Le 12 vendémiaire an VIII, il vend au Dunkerquois Teste une action du Diable Volant dont voulait se défaire François Messe de Calais ; le 12 brumaire suivant, il supervise pour le même Messe la vente de deux prises du Poisson Volant, le Berry et la Nelly, qui rapportent respectivement 25 178 lt 12 s et 20 967 lt 10 s. Il s’occupe également de la gestion courante des corsaires et à l’occasion, propose à ses correspondants de prendre des parts dans une ou plusieurs courses. La répartition de l’actionnariat de L’Impromptu en vendémiaire an IX en est un bon exemple. Le capital du corsaire se divise en 38 actions de 600 lt chacune : le Parisien Belloc en détient 18, soit 47 % du total ; 31 Boulonnais se partagent 16 actions (42 %), et les 4 actions restantes sont réparties entre le Calaisien Devos (une), les Dunkerquois Émmery & Vanhée (une), un Dieppois (une) et deux actionnaires de Saint-Valéry-sur-Somme et Ostende (une demi chacun).

  • 71 À cet égard, Adam père et fils apparaissent comme les égaux d’un Père Grandet et il suffit pour s’e (...)

58L’essentiel de son activité réside logiquement dans le commerce de l’argent. Émissions et remises de traites constituent le gros de ses opérations, avec les autres places de la région, et surtout avec Paris. Elle entretient un compte réciproque avec les principaux banquiers de la capitale, dont Perregaux, connu pour être le correspondant privilégié des maisons anglaises. Pour la seule journée du 14 brumaire an VIII, ce dernier apparaît ainsi dans 24 opérations, en débit comme en crédit. Ces opérations tendent à se balancer sur plusieurs mois, et ne donnent en général pas lieu à des envois d’espèces. Il arrive cependant que la Banque Adam, pour le service de ses correspondants parisiens, se trouve en manque de liquidités et qu’elle fasse venir du numéraire de la capitale, ouvrant ainsi un crédit d’autant au banquier qui lui fait parvenir des écus par la diligence. Au cours de l’an VIII, Perregaux lui envoie successivement 15 000 F en vendémiaire, 30 000 F en brumaire et encore 20 000 F en prairial, en tout 65 000 F que viennent compléter les 12 000 F expédiés par Belloc. Perregaux est de nouveau mis à contribution en l’an IX à hauteur de 40 000 F et en l’an XIII, les livres de caisse mentionnent également l’expédition de 1 200 F par Legrand père & fils et de 100 000 F par Doyen & Cie. Au total, la Banque Adam tire pour 218 000 F de numéraire de la capitale entre vendémiaire an VIII et germinal an XIII. Elle dispose donc de larges ressources métalliques, susceptibles d’être transportées en quelques heures sur les autres places de la région, à la faveur d’opérations certainement fort rentables. Au cours de l’été de l’an XII, Boulogne apparaît, au regard des livres de la Banque Adam, comme la seule place disposant encore de liquidités propres à résoudre une crise momentanée du crédit71. Ses correspondants n’hésitent pas à lui demander d’intervenir : Castel & Cie, de Lille, sollicite un soutien limité et ponctuel, et Adam lui envoie 500 lt le 22 prairial, remboursées dès le 3 messidor suivant. À l’inverse, Émmery & Vanhée, de Dunkerque, ont de très importants besoins : de la mi-thermidor à la mi-fructidor, ils réceptionnent plus de 81 000 F en numéraire ; ils remboursent cette somme partie en traites sur Paris (30 000 F), partie en avance sur l’armement d’un corsaire (11 000 F), mais restent débiteurs de plus de 40 000 F envers Adam au 14 fructidor an XII.

59Enfin, la Banque Adam entretient également des liens avec les places étrangères et prend ainsi sa place au sein de l’Europe négociante. En dépit de la rupture des relations diplomatiques entre la France et l’Angleterre, ce sont Londres et Douvres qui reviennent le plus souvent, attestant bien qu’il est possible de traverser le Pas-de-Calais et que la correspondance commerciale reste active entre les deux rives. Et lorsque cela s’avère plus difficile, rien n’empêche de trouver un relais à Rotterdam, comme le montre la route suivie par une traite de Londres à Paris, passée par Boulogne le 6 prairial an XII (schéma 3).

Schéma 3. De Londres à Paris, une route hollandaise par Boulogne

Schéma 3. De Londres à Paris, une route hollandaise par Boulogne

60Les grandes places du Nord de l’Europe que sont Altona et surtout Hambourg apparaissent également dans le journal de caisse de la Banque Adam. Elle entretient des relations directes avec Béhic & Cie, et sert à l’occasion de relais entre des maisons du Nord de la France engagées sur ces places et Paris, où se règle l’essentiel des affaires internationales. C’est le cas le 15 brumaire an VIII (schéma 4).

Schéma 4. Boulogne, relais sur la route de Hambourg à Paris

Schéma 4. Boulogne, relais sur la route de Hambourg à Paris

61On le voit bien, les relations avec Paris jouent un rôle moteur dans la croissance de la Banque Adam. Son réseau de correspondants, presque exclusivement local à la fin du xviiie siècle, s’étend progressivement des autres villes de la région aux grandes places européennes, via la capitale. Le séjour de la Grande Armée a constitué pour la maison de Boulogne un formidable tremplin, la faisant connaître des administrations et des banquiers parisiens qui en font leur représentant sur place, et lui assurent un développement qu’elle n’aurait sans doute pas connu dans d’autres circonstances. Cette intense activité financière est également l’occasion d’importants transferts de numéraire, et semble-t-il toujours dans le même sens, de la capitale vers la province, du centre vers une périphérie particulièrement propice aux opérations d’argent.

  • 72 Arch. nat., AF IV 1288 : rapport sur les principales villes du Nord, 1810.

62On retrouve à Lille cette double dimension du commerce avec la capitale que sont la fréquence des liaisons de commerce et l’existence d’une circulation de métal avec la capitale. C’est du moins ce qui ressort du rapport soumis à l’Empereur en 1810 : « La ville de Lille a un grand mouvement d’affaire. La chambre de commerce le porte de 120 à 130 millions, les produits du sol et sa manipulation en forment la majeure partie. Il paraît que le commerce de Lille est plutôt augmenté que diminué. […] Les relations avec Paris sont telles que malgré les contributions, on tire plus d’argent de cette place qu’on en envoye. […]. Il n’y a point de fortunes colossales mais un grand nombre de maisons très aisées72 ». S’il n’est bien sûr pas possible d’apporter la preuve complète d’une telle affirmation, l’examen de l’activité de quelques-uns des principales maisons de la ville, dirigées par Briansiaux et quelques autres négociants vont résolument dans cette direction.

  • 73 Nicolas Georges, « La maison Briansiaux, 1796-1803. Aux origines d’une réussite commerciale », Posi (...)
  • 74 J.-P. Hirsch, Les deux rêves du commerce… op. cit., p. 265-266.

63La croissance exceptionnelle de la maison Briansiaux73 est inséparable du contexte spécifique de la Révolution et de l’Empire, comme de la situation particulière qu’elle occupe tant à Lille que sur l’axe reliant Paris aux espaces septentrionaux nouvellement réunis. Quelques indications chiffrées suffisent à illustrer la rapidité de son développement et l’importance de ses activités : entre l’arrivée de François Briansiaux à Lille en 1792 et le début du Consulat, son capital social passe de 4 000 lt à plus de 270 000 lt ; en l’an IX, son activité épistolaire atteint sept lettres par jour en l’an IX, soit autant que les principales maisons marseillaises et ses paiements mensuels avoisinent les 500 000 lt en l’an XI, alors que son chef apparaît la même année sur la liste des 600 plus imposés du département ; enfin en 1810, le préfet du Nord estime sa fortune à 600 000 F, lui-même évaluant son « capital » commercial à près de 750 000 F et son actif total à près de 1,3 million l’année suivante74. À l’origine spécialisé dans le commerce des produits coloniaux, Briansiaux étend progressivement ses activités aux autres marchandises puis aux opérations de courtage, -d’armements, d’assurance maritime, de banque enfin.

  • 75 Campi, Gournay & Rey pour l’an III et l’an IV (ANMT, 3 AQ 303) ; Harambouré et Bidard en l’an IV et (...)
  • 76 ANMT, 3 AQ 147 : armement de L’Apollon.

64La décennie 1790 est pour François Briansiaux celle de la patience et de la prudence : labourant sans relâche un espace géographique somme toute assez réduit, compris entre Dunkerque, Arras, Lille et Gand, il propose ses services de commissionnaires en marchandises et entretient les contacts. Il borne ses activités à la redistribution des productions locales, profitant de sa position à l’articulation de deux courants d’échange, l’un venant de Dunkerque, l’autre des ports septentrionaux, relayés par les négociants belges. Au cours de cette période incertaine, il limite ainsi ses pertes au minimum et dégage des bénéfices considérables, de l’ordre de 53 % en l’an VIII, de 33 % en l’an IX. Les incursions en direction de la capitale demeurent encore très limitées, comme en témoigne le nombre réduit de ses correspondants parisiens réguliers sous le Directoire, au nombre de quatre seulement75 ; profitant des remises qu’il est amené à faire sur eux, il établit par leur intermédiaire le contact avec le monde des manieurs d’argent parisiens, allant même jusqu’à offrir les fonds d’opérations communes. La « grande flambée des affaires » de l’an X (N. Georges) lui ouvre des perspectives et lui donne l’occasion d’employer avec profit les capitaux ainsi accumulés. Il saute le pas, diversifiant ses activités et élargissant bientôt ses horizons à l’Europe entière comme l’indique l’explosion du nombre de ses correspondants. Son rôle auprès de son beau-frère Morel a déjà été étudié ; on le retrouve également participant aux pêches dunkerquoises ou affrétant des navires pour les îles aux premiers signes de détente avec Londres. En association avec les Lillois Beaussier-Mathon, Desfosseux-Virnot et Lefebvre fils et Piat-Lefebvre & fils d’Anvers, il achète à Anselme van Morsel, d’Ostende, L’Apollon, frégate de 350 tonneaux, en pluviôse an X ; le bâtiment est confié au capitaine Morel-Charmaux et la cargaison, principalement composée de textile, s’établit, valeur d’achat, à 152 961-19 lt. Parti le 12 floréal de Dunkerque, il est de retour au début de brumaire an XI et la liquidation de l’opération fait apparaître un bénéfice net de 68 438-9-6 lt. L’échec de la tentative de reconquête de Saint-Domingue et la reprise des hostilités avec l’Angleterre sonnent pourtant le glas de sa carrière d’armateur et le 12 janvier 1813, Briansiaux se résout à revendre L’Apollon aux négociants dunkerquois Bonvarlet frères, pour « 70 000 F payables en papier de banque sur Paris à trois mois de date et à la satisfaction du vendeur, avec option d’escompte d’1/2 % par mois76 ».

  • 77 Les deux rêves du commerce… op. cit., p. 271.

65Le maillage serré de ses correspondants constitue le secret majeur de sa réussite, qui doit également beaucoup à la méfiance extrême qu’il manifeste à l’égard des contrats publics ou même des projets d’association qu’on lui soumet. Il parvient à traiter des affaires et à croître sans jamais être complètement ou directement engagé dans les affaires certes fructueuses mais qu’il considère, sans doute à juste titre, comme dangereuses. Les défections successives de son beau-frère, des Delannoy puis des Virnot lui rappellent régulièrement les dangers d’une gestion trop confiante ou trop aventureuse. Briansiaux se spécialise d’ailleurs dans la liquidation des faillites. Plus et mieux que d’autres, il sait profiter des occasions offertes par la réorganisation de l’espace économique induite par l’agrandissement du territoire national : « plus qu’un aventurier ou qu’un parvenu, il fut l’artisan d’un déplacement et d’un recommencement » en conclut J.-P. Hirsch77.

  • 78 ANMT, 3 AQ 269 : lettres des 23 floréal et 13 messidor an III.

66Le négoce de l’argent constitue la part la plus notable de son activité à l’échelle locale et surtout extra-régionale. Il est d’ailleurs à la source de son ascension sociale, puisqu’on le voit dès l’an III, soit quelques mois à peine après son arrivée à Lille, participer activement à une vaste spéculation visant à se procurer du métal contre des assignats que l’inflation déprécie chaque jour un peu plus. Il est pour l’occasion associé au négociant dunkerquois L. Michelon, probable bailleur de fonds de l’affaire ; les deux hommes jouent sur les différences de change entre les deux places et s’informent mutuellement des cours du jour. Le 23 floréal, « On a placé aujourd’hui de l’or à 350 [à Dunkerque]. Il y aurait eu quelque chose à faire chez vous [à Lille] où j’ai appris qu’il ne valait il y a deux jours que 315 lt. Il serait indifférent d’avoir des écus qui se placent de même et qu’on obtiendrait chez vous à un prix plus raisonnable. Occupez-vous un peu de cet objet et voyez si vous ne pourriez pas […] trouver des pièces de 30 et 15 sous à un prix raisonnable ; prenez-les [et] lorsque je saurais que vous avez fait quelque chose, je vous enverrai de suite des assignats ». Les opérations prennent sans doute de l’ampleur puisque le 13 messidor suivant, Michelon lui fait parvenir six assignats de 10 000 lt ; « Je n’ai pu vous remettre de petits assignats, n’ayant pu m’en procurer un seul. Achetez-en au mieux et portez la perte en compte. Vous pouvez faire un autre envoi en jaune et je vous ferai toujours régulièrement le retour […]. Achetez toujours en jaune, on fait le blanc à 700 et 71078 ». Les deux hommes poursuivent leurs opérations sur le métal jusqu’à la fin de l’année, pour leur plus grand profit.

  • 79 ANMT, 3 AQ 228 : lettre du 18 décembre 1805 ; les deux autres sont datées des 28 octobre et 18 nove (...)

67La part respective du métal et du papier dans ses opérations et ses règlements indique assez que le numéraire est souverain sur une place qui compte encore sous l’Empire en livres tournois ; la pièce de 5 F peine à se substituer à l’écu de 6 lt qui demeure pour beaucoup le seul moyen de paiement et le papier n’est encore utilisé journellement que par le petit monde du négoce, qu’il s’agisse d’effets de commerce et plus encore de billets, dont la population ne veut à aucun prix. Les pratiques commerciales de Briansiaux sont en partie le reflet de ces préventions. Il ne se livre par exemple que très occasionnellement aux opérations d’arbitrage, dont il domine pourtant les mécanismes, et n’y consent que lorsque les conditions proposées satisfont aux règles de fonctionnement de sa maison : au cours des derniers mois de 1805, ses correspondants anversois Mennet & Cie lui demandent par trois fois de leur procurer pour plusieurs milliers de francs en numéraire contre du papier sur Paris à deux ou trois mois de date, mais, sans pour autant refuser de traiter avec eux, Briansiaux n’accède à leur demande que lorsqu’il a le choix du mode de règlement, en l’occurrence l’envoi immédiat de la contre-valeur en écus par la diligence ou la remise en papier sur la Hollande : « nous disons sur Amsterdam, à courts jours et pas au-dessus de 553/4 à 56 deniers de gros pour 3 lt79 ». Ce goût prononcé pour les remises de place à place, promues au rang de moyen de paiement privilégié, constitue l’autre trait marquant de son activité : Briansiaux endosse mais n’émet pas, et ne déroge qu’en de rares occasions à cette règle.

  • 80 ANMT, 3 AQ 288 : lettre du 2 février 1808.
  • 81 ANMT, 3 AQ 285 : lettre du 2 juin 1806.
  • 82 ANMT, 3 AQ 269 : lettre du 3 germinal an VII. Le 2 brumaire précédent, ils lui avaient déjà demandé (...)
  • 83 ANMT, 3 AQ 317 : lettre du 23 novembre 1807.
  • 84 ANMT, 3 AQ 293 : lettre du 3 décembre 1810.
  • 85 ANMT, 3 AQ 289 : lettre du 14 juillet 1814.
  • 86 ANMT, 3 AQ 285 : lettre du 21 décembre 1814.

68C’est donc presque naturellement qu’il en vient à remplir le rôle d’indispensable intermédiaire entre ses clients et collègues lillois ou nordistes et les négociants de la capitale, de Belgique et de Hollande. En quelques années, il devient celui à qui l’on s’adresse de préférence lorsqu’il s’agit de prendre des renseignements ou de rentrer en contact avec tel ou tel, installé qui à Bruxelles, qui à Dunkerque, qui à Paris. Ainsi, le négociant lillois Victor Plaideau lui écrit : « Je suis lié avec M. Choisnard & Cie de Paris, mais on me laisse quelques craintes sur leur compte. Je tremble qu’ils ne me jouent le même tour que Bourcard [failli depuis peu]. Ne pourriez-vous me rendre le service de me procurer une maison qui me laissa toute sécurité ?80 ». Les négociants et marchands lillois dépourvus de correspondants réguliers dans la capitale, ceux dont les affaires restent limitées aux frontières de la région font également appel à lui lorsqu’il s’agit de négocier pour leur compte du papier commercial sur Paris qu’on leur a remis en paiement. La veuve Colle, de la maison du même nom, lui adresse « la présente pour vous mander si vous pourriez me faire le plaisir de prendre deux petits effets sur Paris, faisant ensemble 1 640 F au cours du jour81 ». Et progressivement, Briansiaux parvient ainsi à drainer une importante partie des effets en circulation dans le Nord et dont le règlement doit se faire sur Paris. À l’occasion, même ceux qui disposent de correspondants privilégiés dans la capitale lui confient la négociation de leurs affaires avec Paris, à l’exemple des Dunkerquois Marlier, Varlet & Fréchon qui lui recommandent « de la manière la plus particulière » leur maison sœur de Paris et recourent régulièrement à ses services : « Nous avons pris la liberté de vous adresser ce jour par la diligence un sac cacheté contenant 398 couronnes impériales que nous vous prions de convertir en argent de France pour avec le produit vous procurer du papier court sur Paris que vous nous obligerez de remettre pour notre compte à nos amis Marlier frères, rue Honoré, n° 1493, à Paris82 ». De même, il propose aux maisons parisiennes de se charger de l’encaissement de leurs traites sur les villes avec lesquelles il est en relation, dans le Nord mais aussi en Belgique. Le manufacturier et négociant en porcelaine Neppel lui fait ainsi des remises et le prie de « soigner le nécessaire, de m’en créditer, accuser la réception et de m’en faire retour sur Paris83 ». Leur collaboration s’étend de 1807 à 1817 et Briansiaux encaisse pour son compte des effets sur Amiens, Douai, Dunkerque, Lille, et Valenciennes, mais aussi Anvers, Bruges, Bruxelles, Gand ou Liège et même Aix-la-Chapelle. Ces opérations avec les places des départements réunis constituent une part importante de ses activités, encore amplifiée à la suite de son second mariage avec la fille du négociant bruxellois Vanderborght. C’est d’ailleurs « sous les auspices de M. Vanderborght-Sauvage, de Bruxelles, votre parent » que le receveur général du département de Jemappes, Hennekine, pend contact avec lui en 1810 pour lui « offrir d’entrer en relation d’affaire en commençant par vous demander s’il entre dans votre convenance de recevoir, sans frais de transport à votre charge, les écus que je ferais déposer chez vous par M. Verdure, receveur de l’arrondissement de Tournai, pour y être encaissé en compte-courant et de me remettre en retour du papier à terme sur Paris84 ». Les circuits de l’argent public empruntent alors les canaux de la finance privée. C’est seulement dans les derniers mois de l’Empire que cette circulation d’effets tend momentanément à se ralentir, en raison de la situation militaire puis de la perte des départements réunis. Ses homologues de Lille cherchent à se débarrasser à bon compte de leur papier sur les places de Belgique et de Hollande et lui proposent les effets qui garnissent leur portefeuille : en juillet 1814, Vanhœnacker frères lui écrivent « J. A. Bernaux, en nous donnant en payement ces jours passés quelques effets sur Bois-le-Duc [préfecture des Bouches-du-Rhin], nous a dit que vous lui aviez offert de vous en charger, moyennant 1/2 % de perte et à la condition de lui en remettre la valeur après avis d’encaissement. Nous prenons la confiance de vous demander s’il peut encore vous convenir de recevoir ces effets aux mêmes conditions, ce qui nous obligerait85 » ; à la fin de l’année, il est lui-même amené à procéder de la même façon auprès de Charvet & Revoire, qui lui répondent qu’« il ne nous est point possible de prendre le Bruxelles à terme sans 1/4 de perte et 1/4 % de commission. Si vous trouvez à le mieux placer, veuillez nous redemander celui que vous nous avez fourni à négocier, pour votre compte, nous vous le rendrons bien volontiers86 ».

  • 87 ANMT, 3 AQ 262 : lettre du 15 germinal an V/4 avril 1797.
  • 88 ANMT, 3 AQ 274 : lettre du 13 mars 1809.

69À cette activité de négociation du papier commercial pour ainsi dire traditionnelle et régulière, même si elle apparaît comme hypertrophiée chez Briansiaux, s’ajoute celle, plus spécifique, de recours en période de resserrement du crédit ou de crise plus profonde, dans le Nord comme à Paris. Sous le Directoire, alors que « jamais l’argent ne fut si rare et les négociations si difficiles », c’est vers lui que se tournent les négociants dunkerquois Émmery & Vanhée, dans l’espoir de trouver auprès de lui quelques liquidités : « Placerait-on chez vous du papier sur Paris à très courts jours et à quel prix, car les besoins de fonds nous décideraient à vous en envoyer un pour la négociation. Cela vient de réussir à quelques maisons qui ont usé de la même voye87 ». Il est également sollicité par nombre de négociants de la région en quête d’un secours dès lors que l’activité se réduit et que la crise menace, à l’image du Dunkerquois Théodore Thélu qui lui demande 5 000 à 6 000 F pour trois à quatre mois : « Pouvez-vous me faire le plaisir de me les prêter pour ce temps, cela m’obligera dans ce moment-cy, vue la situation de notre place. J’ai des rentrées en retard et besoin de cette somme pour le courant du mois et je ne voudrais pas tirer sur Paris ni emprunter icy. Je vous donnerai au besoin des garanties, si ma probité ne vous suffisait88 ».

  • 89 ANMT, 3 AQ 313 : lettre du 11 décembre 1805.

70À chaque fois qu’une telle crise de crédit touche la capitale et que ses correspondants parisiens font appel à lui, Briansiaux apparaît constamment désireux de tirer de ces opérations une contrepartie métallique, comme si sa confiance dans le papier n’était que de convenance. Dès le Consulat, et alors qu’il sait pouvoir compter sur un crédit de 100 000 lt sur les principales maisons de la place, il s’emploie constamment à obtenir du numéraire en échange de ses envois. En décembre 1805, il remet ainsi deux effets, ensemble 1 575 F, pour le compte du négociant J. F. Dammers, d’Emden, à la maison parisienne Labensky & Cie et semble en réclamer le règlement en numéraire. Il s’attire en retour la réponse suivante : « L’usage de notre place ne me permet pas d’exiger le payement de ces effets en écus. Je suis seulement en droit d’exiger en numéraire l’appoint au-dessous de 500 F. Toutes les sommes rondes se payent en billets. Je ne peux par conséquent prendre sur moi de faire protester dans le cas contraire, n’ayant pas envie de passer pour un homme difficultueux et ignorant les premiers éléments du commerce de Paris89 ». De même, après quelques mois d’affaires communes, il n’est pas rare de voir ses associés parisiens en compte à demi avec lui formuler le reproche de ne pas l’alimenter par des opérations en retour, les obligeant à lui faire parvenir des espèces.

  • 90 ANMT, 3 AQ 310 : correspondance Fauveau & Cie-Briansiaux.

71La maison Fauveau & Cie est l’une de celles dont les opérations avec Briansiaux se signalent par leur importance et leur régularité ; apparue le 23 septembre 1808, commanditée par Barthélemy Laurent Lecouteulx et pratiquant la -commission en banque et marchandises, elle ne commence à travailler sérieusement avec Briansiaux qu’à partir de mai 180990. Il s’agit à l’origine d’un simple échange de service : « À l’occasion, nous ferons usage de la faculté que vous nous donnez d’indiquer nos endossements au besoin chez vous. Nous prenons note que quand nous aurons à encaisser, vous vous chargerez, pour nous remplir à courts jours sur Paris, sans autre rétribution que les ports de lettres. Nous regrettons que la rareté des valeurs sur votre ville nous laisse peu d’espoir de trouver fréquemment l’occasion d’alimenter nos correspondances par ces petites opérations, mais nous sommes très disposés à profiter de toutes celles qui se présenteront pour activer nos relations » (13 mai 1809), puis l’occasion se présentant, les remises se font plus nombreuses, les Parisiens regrettant seulement que Briansiaux ne puisse leur remettre la contre-valeur sur Paris en effets à trois usances (31 mai). Ce petit désagrément ne les dissuade pas d’établir avec lui « un compte à demi aux conditions suivantes. Chacun sera garant de ses remises, franc de provisions, les courtages et ports de lettre à charge du compte à demi et les intérêts réciproques réglés à 5 % l’an. Il est entendu que nous ferons réciproquement pour le mieux de l’intérêt commun, soit pour les remises, soit pour leur négociation. Vous pourrez nous remettre sur Paris, Rouen et Amiens en bonnes valeurs ayant jusqu’à trois mois. Nous aurons presque toujours l’occasion de placer celles sur Rouen et Amiens à l’escompte d’1/2 % par mois sans change de place ou à 1/8 % seulement. Les valeurs sur Rouen échéant fin de mois et nous étant remises 35 à 40 jours avant leur échéance sont celles que nous placerons le plus facilement » (5 juin). Dès les jours suivants, la correspondance de la maison parisienne signale que « le papier sur la Flandre est très rare et recherché » dans la capitale et y voit l’occasion d’alimenter avec profit le nouveau compte. Elle envoie donc le jour même par la diligence de l’Éclair 20 000 F en espèces, précisant à son associé lillois : « Nous vous engageons à vous occuper de faire des remises et nous vous continuerons nos envois d’espèces à défaut de valeur sur la Flandre » (11 juin) ; la demande de papier sur le Nord se soutient tout l’été dans la capitale et les Parisiens poursuivent leurs envois en numéraire en proportion : 3 000 F le 25 août, 6 000 F le 1er septembre, 8 000 F le lendemain… De son côté, Briansiaux semble dans l’incapacité de trouver « du papier à un taux avantageux pour alimenter le compte à demi » (17 août) et les retours qu’il promet sans cesse à Fauveau lui apparaissent bientôt préférables, en dépit de leur cherté, « à des envois d’espèces qui sont encore plus onéreux » (8 septembre). En quelques mois, Briansiaux s’est ainsi procuré plusieurs dizaines de milliers de francs en numéraire, -n’alimentant le compte à demi que de papier à quelques jours de l’échéance et dont le bénéfice à la négociation demeure bien réduit.

  • 91 ANMT, 3 AQ 303 : lettres du 2 janvier au 16 février 1810.

72Une dernière infidélité à l’égard de ses associés parisiens finit de les convaincre que la poursuite d’affaires communes n’est par dans leur intérêt. À la fin de cette même année 1809, c’est au tour de Lille de connaître « un moment de rareté d’espèces » et Fauveau regrette qu’il n’ait pas trouvé là l’occasion de « nous remettre de bonnes valeurs à 11/16e et 1/4 % par mois. Nous vous aurions envoyé immédiatement des écus. Des maisons de votre ville nous ont fait des envois considérables qui nous ont laissé un joli bénéfice en compte social. Nous craignons qu’avec la fin de l’année, ce moment favorable ne soit passé » (2 janvier 1810). C’est en fait auprès des banquiers parisiens Chaumont & Destombes, dont les conditions lui paraissent plus avantageuses et qu’il règle en papier sur Nantes, Lyon, Bordeaux et Paris91, que Briansiaux s’est procuré les 20 000 F en écus nécessaires à ses affaires. Après cette dernière opération, Fauveau se résout à liquider le compte à demi mais doit encore attendre la fin février pour obtenir un extrait de compte et la fin mars pour le clore définitivement.

  • 92 ANMT, 3 AQ 319 : lettre du 18 octobre 1813.
  • 93 ANMT, 3 AQ 319 : lettre du 14 décembre 1813.

73De même en 1813, lorsque la capitale se trouve « tout à coup dans une situation où je ne l’avais jamais vue et même dont je crois qu’il est impossible de se faire une idée ; il n’est pas resté un écu à la disposition du commerce [et] la Banque effrayée de quelques remboursements a cessé ses escomptes ». Le négociant parisien Louis Perrée explique alors à Briansiaux que « dans cette position […], on m’a demandé du papier sur la Belgique à 1/2 %. J’ai de suite pensé à disposer sur vous pour une somme dont vous avez la valeur entre les mains, afin d’avoir un fonds de réserve extraordinaire, dont je pourrais d’ailleurs tirer, je pense, un parti très avantageux92 ». Peu après, il lui fait part de son désir « que vous puissiez tirer sur moi à courts jours pour les fonds que j’ai à vous faire […] ; il est probable que le papier sur Paris se bonifie chez vous, eu égard à sa rareté, et cela me serait moins onéreux que de vous envoyer des écus par la diligence. Je ne prendrai ce dernier moyen qu’à défaut de l’autre93 ». Mais s’il est éminemment nécessaire à ses homologues parisiens, il ne leur est pas moins redevable d’une partie notable de sa fortune. Remarquons enfin que dans la plupart des cas, c’est lui qui tire du numéraire de la capitale et non l’inverse.

  • 94 ANMT, 3 AQ 285 : circulaire retrouvée dans la correspondance lilloise de François Briansiaux.
  • 95 Arch. dép. Nord, 6 U 2/10 : Tribunal de commerce de Lille, Registre aux actes de société pour les d (...)
  • 96 Arch. dép. Nord, 6 U 2/13 : Tribunal de commerce de Lille, Registre aux actes de société. Elle est (...)
  • 97 ANMT, 3 AQ 303 : lettre du 14 novembre 1812. Il était auparavant « flanqueur de la Garde impériale, (...)

74Les liens privilégiés qu’entretiennent Lille et la capitale prennent à l’occasion la forme de maisons bicéphales associant un Parisien et un Lillois ou deux Nordistes dont l’un s’est installé dans la capitale ; ces sociétés ne sont d’ailleurs le plus souvent que la formalisation poussée à son terme des relations d’affaires qui unissaient jusque-là deux correspondants. Les exemples de sociétés doubles couvrent pour leur part un large éventail des activités économiques, de la production à la banque, en passant par le commerce et le négoce. Une circulaire en date du 25 floréal an X/15 mai 1802 annonce ainsi la création d’une maison de fabrication et de commerce d’huile à Lille, née de l’association entre le négociant parisien Careau et son ancien correspondant à Lille, le négociant et maire de la ville Arthur Gentil-Muiron. Le premier est l’« inventeur » d’un nouveau procédé d’épuration des huiles végétales et, dans l’intention de donner une nouvelle extension à son activité, il transfère ses ateliers d’épurations dans la capitale des Flandres, tout en conservant un comptoir ouvert dans la capitale, rue Saint-André-des-Arts. L’association cesse en 1803, avec le retrait de Carreau, sans qu’il ait été possible d’en déterminer la raison94. Le 5 décembre 1808, le commis négociant parisien Pierre Joseph Tesse et le confiseur lillois Hypolite Grégoire font enregistrer auprès du Tribunal de commerce de Lille la constitution de leur « société de commerce de droguerie en détail, graisserie, épicerie et confiserie », pour trois ans et au capital de 3 800 F, fourni par moitié par les deux associés. De même, Sophie Denize, veuve de Léonard Boisacq, marchande de dentelle sous la raison Veuve Boisacq au 24 de la rue Voltaire, à Lille, forme-t-elle une société pour dix ans à partir du 13 février 1808 avec Jean Gérard, lui aussi marchand de dentelle, 8 rue Quincampoix, à Paris ; les deux associés déclarent apporter une mise de fonds égale de part et d’autre, être financièrement solidaires et disposer tous deux de la signature95. Enfin le 31 décembre 1811, Nicolas Gaillard aîné, marchand passementier, 228 rue Saint-Denis à Paris et son frère cadet Pascal Henri, dit Gaillard jeune, également marchand passementier, à Lille, fondent une société destinée à « l’exploitation des deux établissements de commerce à Paris et à Lille96 ». Certains Lillois s’installent par ailleurs dans la capitale dans le but avoué de servir d’intermédiaire à leurs parents et amis restés dans le Nord, à l’image du jeune P. J. Champion, neveu de l’entrepreneur de roulage, qui sollicite auprès de Briansiaux une lettre d’introduction auprès des banquiers parisiens Périer frères, indiquant que son oncle « paraît désirer que je me fixe dans la capitale97 ».

  • 98 ANMT, 3 AQ 289 : correspondance Petit, Virnot & Cie-Briansiaux. Les relations entre les deux maison (...)
  • 99 Bulletin du 31 mars-1er avril 1811.

75La capitale accueille également deux membres de la fratrie Virnot : Louis est le premier à s’y implanter, fondant en association avec Germain Petit une maison de banque au capital d’un million de francs ; il est bientôt imité par son aîné Pedro, qui ouvre une « succursale » de la maison Virnot frères de Lille. Les deux sociétés sont d’ailleurs complémentaires, la première soutenant probablement de son crédit la seconde qui lui confie en retour les opérations de banque découlant de son activité commerciale. La maison G. Petit, Virnot & Cie se présente comme la banque des Nordistes à Paris et entretient une importante correspondance avec Briansiaux98, jusqu’au moment où la déconfiture des Virnot de Lille, en 1810, entraîne bientôt la disparition de la maison parisienne, bien qu’« elle [ait] fait des efforts qui lui font honneur99 ».

  • 100 Louis Bergeron, « Profits et risques dans les affaires parisiennes à l’époque du Directoire et du C (...)
  • 101 Arch. dép. Nord, 6 U 2/18 : plumitifs d’audience de la Cour d’appel de Douai, 24 vendémiaire an XII
  • 102 ANMT, 3 AQ 322 : correspondance Thiéry-Briansiaux, ce dernier comptant parmi les -liquidateurs de l (...)

76La place de la capitale dans l’activité des négociants nordistes est enfin observable, voire mesurable, par le biais des bilans de faillite, source dont L. Bergeron a signalé toute la richesse100. Le négociant dunkerquois Louis Bertrand Thiéry se trouve en cessation de paiement sans doute au début de l’an XI et doit, pour couvrir ses dettes, abandonner l’ensemble de ses biens à ses créanciers au premier rang desquels se trouvent les banquiers parisiens Tourton & Ravel et le payeur de la Guerre Johannot. Pressés de rentrer dans leurs fonds, ces derniers veulent procéder au plus vite à leur vente, contre l’avis des syndics de faillite qui en obtiennent l’annulation devant le tribunal civil de Saint-Omer en thermidor an XI ; les Parisiens portent l’affaire devant la Cour d’appel de Douai au début de l’an XII et obtiennent finalement le 14 thermidor an XIII que les syndics procèdent à la vente dans les trois mois, sous peine d’être subrogés dans leurs droits par les représentants des créanciers101. Il semble pourtant que le contentieux entre les deux parties se soit prolongé jusque sous l’Empire, puisqu’un acte notarié en date du 10 mai 1807 constate finalement la vente des biens appartenant à Thiéry et à son épouse Augustine Thérèse Donatine Brunet à deux rentières et un notaire d’Aire-sur-la-Lys102. La minute présente le double avantage de spécifier les propriétés cédées et de citer nominativement les créanciers du négociant : les biens de la dépendance de l’abbaye Saint-Augustin-de-Bergues, la maison des Béguines à Aires et la moitié d’une verrerie installée à Dunkerque passent aux mains des acquéreurs pour la somme de 316 404 F, à répartir entre les onze créanciers de Thiéry. Les Parisiens, les plus nombreux, réclament près de la moitié du total (47,1 %) : les principaux d’entre eux sont Johannot pour 36 000 F, Tourton & Ravel pour 25 000 F et surtout les banquiers Bérard & Cordier, cessionnaires de Dauchy, armateur dunkerquois installé dans la capitale, pour 77 874 F ; viennent ensuite les Nordistes (38,4 %) et deux créanciers originaires des départements réunis de Belgique, un négociant gantois pour 25 000 F et un rentier de Bruges pour 20 800 F.

  • 103 Dr L. Lemaire, « J. Émmery, maire de Dunkerque, membre du Corps législatif (1754-1825) », Bulletin (...)
  • 104 Sur le rôle d’Émmery & Vanhée auprès de la future Impératrice des Français, voir sa Correspondance… (...)
  • 105 Arch. nat., AF IV 1288, pièce V : armement du brick Les Deux Amis.

77En janvier 1806, c’est au tour des négociants Émmery & Vanhée, de Dunkerque, de ne plus pouvoir honorer leur signature et de rendre public un passif considérable de 1 669 440 F103. Il s’agit là d’une des principales maisons de la ville, particulièrement active dans l’armement pour les îles à la fin de l’Ancien Régime et comptant de nombreux correspondants dans les ports hanséatiques et scandinaves, en particulier suédois. Avec la Révolution, Émmery accède aux fonctions publiques : colonel de la garde nationale, député à la Législative puis maire de Dunkerque pendant le siège de la ville, il connaît une période noire sous la Terreur ; il retrouve les honneurs publics sous le Consulat et l’Empire, souscrit au capital de la Banque de France lors de sa fondation, retrouve son fauteuil de maire et est nommé au Corps législatif en 1805. Cette ascension doit beaucoup à la bienveillance de Joséphine Bonaparte qui acquitte ainsi une dette contractée au début de la Révolution, alors qu’elle n’était encore que la veuve Beauharnais et se trouvait confrontée à de terribles difficultés financières : pendant trois ans, de 1792 à 1795, Émmery & Vanhée lui avancent des sommes considérables, de l’ordre de 25 000 F en numéraire puis se chargent de récupérer pour elle les fonds que sa mère lui fait parvenir de la Martinique par l’intermédiaire de leurs correspondants hambourgeois, Matthiessen & Sillem, et dont ils font la remise pour elle à Paris104. Au début de l’Empire et depuis quelques années déjà, la stagnation presque totale des activités commerciales à Dunkerque depuis l’instauration du blocus du port par la Marine anglaise a de profondes conséquences sur la santé financière de leur maison de commerce et le prêt sans intérêt de 200 000 F que Joséphine leur accorde en 1803 ne leur permet pas de rétablir la situation. Au début du mois de novembre 1805, Émmery se résout finalement à démissionner de ses fonctions de maire de la ville puis à négocier avec ses créanciers un arrangement sanctionné par le contrat du 28 janvier 1806 : Émmery & Vanhée, « pour liquider leurs affaires au plus grand avantage de leurs créanciers », émettent jusqu’à concurrence de 834 720 F, soit 50 % du passif, des billets à ordre payables à 10, 15 et 18 mois de date, numérotés par série et garantis par l’ensemble de leurs biens propres, composés de l’actif de la maison de commerce, de leurs biens fonciers, entrepôts et navires, destinés à être progressivement vendus. Les dernières années de l’Empire les voient tenter, sans réel succès, de relancer leurs activités d’armement en course comme en commerce : en août 1808, ils proposent au gouvernement de participer pour un tiers à l’affrètement d’un brick doublé de cuivre et armé de 16 canons, Les Deux Amis, qu’ils prévoient d’expédier vers la Martinique ou la Guadeloupe avec une cargaison estimée à 150 000 F105. Les rigueurs du Blocus ne leur permettent cependant pas de rétablir une situation déjà largement compromise et la fin du régime coïncide avec la disparition de leur maison de commerce.

  • 106 Arch. dép. Nord, 16 J 1 : Fonds Théry, Livre aux biens d’A. Théry-Falligan.

78Dans le Nord comme à Paris ou en Belgique, c’est à l’occasion de la crise des années 1810 et 1811 qu’interviennent les défections les plus nombreuses. Le Livre aux biens du négociant lillois Antoine Théry-Falligan106 indique, jour après jour, celles qui touchent directement sa maison, elle aussi associés – à son échelle – aux affaires septentrionales :

« 4 – Henry Panckoucke, négociant, me devait pour son billet sur [Durand, banquier à] Paris, du 17 novembre 1810 au 15 février [1811] 462,20 F. Ayant suspendu ses payements avant l’échéance, il y a eu un arrangement d’après lequel tout devrait être payé.
5 – Albéric Scheppers, négociant rue des Malades, a suspendu ses paiements en février 1811. Il s’est arrangé à payer le tout en sept payements de six mois en six mois. Son obligation était de 2 962,96 F ou 3 000 lt […].
7 – MM. Virnot frères, négociants à Lille, ont suspendu leurs payements le 11 mai 1810. J’avais en portefeuille des obligations pour 28 577 F. Ils ont tout abandonné aux créanciers, voici ce que le tout a produit : pour Théry-Falligan – 12 669,13 F et de M. de Chapeaurouge, à qui j’avais vendu – 476,27 F ; total – 13 145,40 F, j’ai perdu 15 432 F.
8 – Lancel-Scheppers, négociant à Lille, a suspendu ses payements en décembre 1810. Il me devait en tout 1 024 F ; j’ai perdu 860,16 F sur un billet de Lancel-Scheppers payable par L. Crépy, rue des Petites Écuries, à Paris, pour 937,28 F, le 14 novembre 1810 ».

79La crise de la fin de l’Empire emporte enfin deux des principaux brasseurs d’affaires de la Révolution et de l’Empire, tous deux contraints de suspendre leurs paiements, mais il s’agit pour l’un d’eux de la fin d’une carrière bien remplie et pour l’autre d’une simple période de repli avant de repartir à la conquête de la capitale et des réseaux financiers européens. Les destins croisés de ces deux manieurs d’argent illustrent bien les profits et les risques des grandes affaires qui se traitent dans les régions septentrionales de l’Empire.

  • 107 Frédéric Barbier, « Les origines de la maison Fould : Berr Léon et Bénédict Fould (v. 1740-1864) », (...)
  • 108 ANMT, 115 AQ 40 : brouillons de mémoires justificatifs en vue de la réhabilitation de B. L. Fould.
  • 109 En 1808, désireux de prendre contact, lui aussi, avec Briansiaux, il lui propose de se renseigner s (...)

80Le premier fait figure d’homme nouveau lors de son arrivée à Paris, à la veille de la Révolution. Venu de Lorraine où sa famille s’est installée au xviiie siècle, Berr Léon Fould107 ne peut sans doute compter que sur son ambition et les fonds prêtés par son protecteur, le fournisseur aux armées Cerf-Berr, en tout 30 000 lt, pour parvenir à se faire une place dans le monde de l’argent de la capitale. Ses premières opérations financières sont d’ailleurs bien modestes : obligations, prêt sur gages, circulations de billets, liquidations de créances, spéculations ponctuelles, mais jouant habilement des solidarités juives, lorraines et allemandes et surtout profitant des multiples occasions offertes par le grand chambardement révolutionnaire, il trouve progressivement sa place sur les échiquiers parisien, français et européen des affaires. Dans la capitale, il propose ses services d’agent d’affaires aux détaillants et commerçants, leur servant d’intermédiaire et à l’occasion de bailleur de fonds, parvenant à se rendre nécessaire, voire indispensable au bon fonctionnement de cette économie du détail, si bien qu’« on [l’]appelait [alors] le pape du petit commerce108 ». Il prend également part à des opérations de plus grande envergure, servant en quelque sorte de prête-nom à Paul Capon, membre de la Commission des armes et poudres, dans ses marchés de fourniture au gouvernement en l’an III ou spéculant sur les biens nationaux dans l’Eure et le Loiret. Enfin il voyage beaucoup, visitant toutes les places d’Europe, nouant des contacts et proposant des affaires. Lorsque en l’an VII, la brusque hausse des taux d’intérêt, l’allongement des délais de paiement et l’accumulation du papier en portefeuille entraînent une soudaine multiplication des faillites et l’obligent à suspendre un temps ses paiements, il présente un passif très inférieur à l’actif et obtient sans mal un concordat de ses créanciers. Cette première crise est l’occasion de présenter ses divers horizons d’affaires : à Paris, il est en affaires avec Récamier, Haller, Médard Desprez ou Louis Ravel, tous manieurs d’argent de première importance ; en province, il compte des correspondants dans chacune des villes importantes et en particulier à Lille109 et Dunkerque ; mais c’est dans les places du Nord de l’Europe qu’il est le mieux implanté, qu’il traite le plus d’affaires et c’est à Francfort, Bruxelles, Gand, Amsterdam et surtout Hambourg que se trouvent ses principaux correspondants.

81En réserve des affaires pendant quelques mois, il sait faire preuve de prudence et de patience, entretenant ce qui a constitué jusque-là le fonds de commerce de ses affaires, puis étend progressivement ses activités : « J’avais une correspondance étendue, j’étais le banquier de beaucoup de fabricants et de négociants ; ils me chargeaient de la négociation de leurs valeurs et disposaient sur moi à terme à valoir sur les remises qu’ils m’annonçaient. Je m’occupais aussi du commerce de matières d’or et d’argent et j’étais l’un des premiers qui lui eût donné un nouveau développement et une grande extension », alors même que le numéraire fait défaut sur le territoire de l’Empire. C’est en Allemagne et principalement à Hambourg, qu’il trouve « une grande quantité de lingots et d’espèces monnayées » qu’il introduit ensuite en France. Au-delà de l’intérêt que représentent ces opérations dans le cadre de l’étude des mouvements financiers dans l’Europe française du Nord-Ouest, elles illustrent précisément la façon dont Fould, Allemand de Paris, mobilise ses réseaux d’affaires à travers l’Europe septentrionale, joue de l’interdépendance des espaces économiques et financiers et efface frontières et distances :

  • 110 ANMT, 115 AQ 40 : brouillons de mémoires justificatifs en vue de la réhabilitation de B. L. Fould.

« Par mes relations suivies avec les principaux banquiers, j’étais à même de faire ce commerce avec plus de facilité que d’autres […]. Les Messageries, dont j’avais obtenu des prix de transport modérés, savent combien je tirais d’or et d’argent de l’étranger et les administrations des monnaies ont fabriqué pour moi des sommes importantes. Mes bénéfices n’étaient pas considérables, mais mes opérations augmentaient en France la circulation des espèces et je me félicitais de les rendre utiles à mon pays110 ».

  • 111 Bulletin du 20 septembre 1810.

82Fould se trouve enfin compromis dans la grave crise qui touche les places hanséatiques à la fin de l’année 1810 et dont les répercussions se font durement sentir à travers toute l’Europe. La spéculation, la surproduction et le resserrement du crédit consécutif à l’aggravation du Blocus continental entraînent en effet une succession de faillites à Lübeck tout d’abord, puis par ricochet à Hambourg, Francfort, Amsterdam et Paris. À la mi-septembre, on apprend avec inquiétude la défection du sénateur Rodde, de Lübeck : cet ancien négociant, retiré des affaires depuis vingt ans, avait consenti à se charger, au nom de la ville, de la remise sur Paris des traites émises en paiement de la contribution de guerre imposée à la cité hanséatique. Ce papier financier était ensuite accepté par les banquiers de la capitale qui en assuraient le règlement auprès du Trésor impérial, sur la foi d’un acte de garantie émanant du Sénat de Lübeck : « Ce n’est qu’au vu de cette pièce que les maisons de Paris ont accordé des crédits qu’on ne peut pas dans les circonstances actuelles accorder à aucune maison du monde et se sont prêtées à une circulation, genre d’opération refusé toujours aux particuliers111 ». Les principales maisons de la capitale – on cite les noms de Tourton & Ravel, Doumerc, Perregaux & Laffitte, Boucherot, D. André & Cottier, Schérer & Figuerlin, Doyen, Béhic et Fould – se trouvent engagées à hauteur d’1,5 million de francs (19 septembre). Il s’agit donc là d’une de ces affaires à la fois privée dans ses rouages et publique dans sa destination dans laquelle s’illustrent parfaitement les manieurs d’argent dont le crédit s’étend au continent. Mettant à profit sa parfaite connaissance du monde germanique de l’argent, Fould entend participer à ce mouvement. Quelques mois auparavant, c’est apparemment seul qu’il avait mis sur pied une entreprise comparable, acceptant pour 1,2 million de traites sur la garantie de « six principales maisons de Lübeck qu’il a lui-même désignées » ; il préfère cependant suspendre l’opération à quelques jours de sa liquidation, lorsque quelques-unes de ces maisons semblent vouloir retirer leur garantie. C’est alors le banquier hambourgeois Heckscher, déjà en charge du règlement des indemnités dues par la Prusse, qui la reprend à son compte et entreprend de s’assurer du concours de quelques-unes des principales maisons de banque de la capitale ; il se dit détenteur d’un acte de garantie signé de la ville même de Lübeck, pour une somme indéterminée, c’est-à-dire illimitée, et propose une commission d’1 %, soit le double de celle généralement pratiquée dans ce genre d’opérations. Fort de ces garanties, les banquiers parisiens se prêtent bien volontiers à cette circulation jusqu’à l’annonce de la faillite de Rodde ; or celle-ci intervient très exactement après que les intermédiaires parisiens ont procédé aux paiements mais avant qu’ils n’aient engagé la phase de recouvrement sur la cité hanséatique.

  • 112 Ainsi le 10 octobre : « La maison Heckscher avait tiré une somme d’environ 200 000 francs sur la ma (...)
  • 113 Certains ont d’ailleurs émis l’hypothèse que, pressentant la crise, il avait, comme en l’an VII, li (...)

83À Paris, on en conclut rapidement qu’il s’agit là d’une « escroquerie en quelque sorte politique » qui permet au port de la Baltique de se soustraire aux obligations contractées envers le gouvernement impérial aux dépens du -commerce français sur qui pèse désormais l’intégralité de la contribution (23 septembre). Heckscher est la cible de toutes les critiques : on lui reproche d’avoir abandonné ses associés et plus encore d’avoir transigé avec les deux seuls créanciers « qui ont des intérêts directs à Hambourg », Béhic et Fould (25 septembre) ; pendant plusieurs mois, il fait l’objet d’une sorte d’ostracisme financier et voit toutes les traites qu’il tire sur les banques parisiennes systématiquement protestées112. Pour éviter une réaction en chaîne, le gouvernement impérial se voit dans l’obligation d’accorder sa protection aux créanciers du sénateur et tente de négocier un compromis avec les trois débiteurs, soit la ville de Lübeck, la famille Rodde et la maison Heckscher (10 octobre) ; l’affaire trouve finalement son dénouement lorsqu’on apprend que « la famille du sénateur Rodde vient de prendre des arrangements pour payer les 1,5 million de francs dus aux maisons de Paris ; le tout sera payé à dix-huit mois de terme ou au comptant avec la déduction de 1 % d’escompte pour chaque mois » (1er-2 novembre). Fould, pourtant à l’origine de l’affaire, se trouve dans l’obligation de suspendre ses paiements pour la seconde fois depuis son installation dans la capitale, le 20 décembre 1810 ; « on parle de 3 ou 6 millions », indique le préfet de police, et cette liquidation n’est pas pour assainir la position de la place de Paris, mais comme en l’an VII, il obtient un concordat de ses créanciers, le 22 mars 1811. Ce retrait forcé des affaires lui permet paradoxalement de franchir sereinement les années difficiles de la fin de l’Empire113 ; il commence alors une « traversée du désert » qui dure jusqu’en 1826, date à laquelle il fait l’objet d’une procédure de réhabilitation, dernière étape d’un parcours qui le conduit au sommet de la haute banque parisienne.

  • 114 J. Stern, Le mari de Mademoiselle Lange… op. cit., chapitres XII : « Face à l’orage », p. 175-189, (...)

84Les dernières années de l’Empire sont également celles de la disparition du paysage financier de l’Europe du Nord-Ouest d’un des principaux brasseurs d’affaires de la période, Michel Simons114. Réfugié à Altona au lendemain de ses démêlés avec la justice révolutionnaire qui voyait en lui un « agent de l’étranger », il réintègre étape par étape les circuits de l’argent : blanchi et revenu en grâce à l’occasion d’approvisionnements en grains, il sait se ménager des appuis auprès des hommes au pouvoir et, du Directoire à l’Empire, étend progressivement ses affaires de la fourniture aux armées à la haute finance. Associé en l’an VII au traité Legendre de construction navale, il sollicite au début de frimaire an VIII l’entreprise de fourniture générale des approvisionnements de la Marine dans les neuf départements réunis et obtient la même année le marché des bois marqués pour le service de la Marine dans les départements belges ; le contrat est étendu aux départements du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme le 1er germinal an IX et c’est pour remplir ses obligations qu’il se porte acquéreur, avec les Dunkerquois Gamba et Archdeacon, de la forêt d’Avesnes. On le retrouve également cherchant à acheter tout le chanvre disponible entre Seine et Rhin pour remplir sa part d’un contrat souscrit en association avec les banquiers et fournisseurs Ouvrard, Michel frères, Solier et Delarue auprès des ministres de la Guerre et de la Marine. À Anvers, où sont installés son frère Henry et son représentant en Belgique Jacques François Gamba, il achète, en association avec Johannot, l’abbaye Saint-Michel d’Anvers à Jean-Baptiste Paulée en l’an VIII : les deux hommes spéculent sur l’avenir maritime et commer-cial de la préfecture des Deux-Nèthes et comptent transformer les bâtiments ecclésiastiques en entrepôt, mais doivent bientôt céder les locaux à la Marine qui transforme le port en arsenal.

85À la veille de l’Empire, il pénètre dans le petit monde de la haute finance. Sa première opération est un coup de maître puisqu’il rachète au tiers du nominal la moitié des titres de la dette autrichienne en Belgique que le gouvernement de Vienne s’engage à rembourser intégralement par le Traité de Lunéville (9 février 1801) ; il est vrai qu’il est associé dans cette affaire au chef de la diplomatie française qui négocie alors au mieux de ses intérêts et partage avec lui les 3 millions de bénéfice que dégage cette habile spéculation. En mai 1806, il propose au gouvernement espagnol de négocier pour son compte le placement d’un emprunt de 30 millions en Hollande et tente de rallier à son projet les maisons Hope et de Smeth, d’Amsterdam. Devant leur refus, il sollicite une nouvelle fois son associé Talleyrand qui intervient auprès du Grand Pensionnaire Schimmelpenninck puis du roi Louis et obtient finalement l’autorisation d’émettre cet emprunt par un décret du 19 mai 1807. Parallèlement, il détient depuis juin 1806 2 000 titres de l’emprunt espagnol de 1805 et met sur pied un système de circulation entre Hope, souscripteur de l’emprunt, et les banquiers parisiens Johannot, Martin & Masbou, qui acceptent de se charger des paiements au Trésor impérial à concurrence de 3 millions, en échange d’une commission de 0,5 % et d’un dépôt de garantie du même montant.

  • 115 Le bulletin de police du 7 novembre 1810 indique : « Baisse continue des fonds publics : on pourrai (...)
  • 116 « La maison Gamba qui faisait depuis longtemps une circulation pour Michel Simons, a cessé ses paie (...)
  • 117 J. Stern, Le mari de Mademoiselle Lange… op. cit., p. 197. Notons la présence de Fould parmi les cr (...)

86À cette date, Simons est déjà en butte aux investigations du Trésor impérial et de la direction générale de la Liquidation qui se livre depuis 1806 à un examen minutieux de ses comptes de fournitures. Désireux d’éviter des poursuites, il propose de verser une somme de 500 000 F pour solde de tout compte, mais se heurte à l’intransigeance de Defermon ; celui-ci soumet à l’Empereur un projet de décret condamnant les frères Simons à verser une pénalité d’1 million de francs en rente à 5 % (décret du 21 septembre 1808). En procédant de la sorte, le gouvernement inaugure un moyen original de soutenir le cours des effets publics et n’hésite pas à y recourir lorsqu’il estime que la rente atteint un niveau trop bas115. Cette amende vient donc s’ajouter aux charges qu’il assume comme intermédiaire de l’Espagne et en 1810, sa situation se trouve grandement fragilisée par les faillites en chaîne qui secouent le Nord de l’Empire : il peine à rembourser les avances consenties par de Smeth qui court le risque d’être entraîné dans sa ruine, ne peut compter sur le crédit de Gamba auquel il doit près de 170 000 F et voit la maison de son frère progressivement péricliter. La situation s’aggrave encore au début de l’automne, lorsque Gamba doit suspendre temporairement116 puis définitivement ses paiements : « On croit qu’elle sera obligée de déposer son bilan ; elle manque de 800 000 à 900 000 F ; elle paraît être au-dessus de ses affaires. [Et en marge] Cette maison a perdu son crédit à sa première suspension ; elle espérait qu’en reprenant ses paiements, elle ramènerait la confiance, cela était impossible » (22 novembre) ; quelques jours plus tard, son frère lui annonce son dépôt de bilan et lui demande -d’adhérer, avec « MM. Gamba, Doyen et Fould à Paris et MM. R. et Th. de Smeth à Amsterdam » au traité qui lui laisse la gestion de ses affaires sous la surveillance de trois commissaires117.

87Considérablement affaiblis par la suspension de Gamba, les frères de Smeth n’ont alors d’autre possibilité que d’implorer l’aide du gouvernement et d’offrir en garantie tous les biens fonciers de Michel Simons, leur principal débiteur. Tout au long de la crise, on évoque à Paris comme à Amsterdam le risque de voir succomber, avec les frères de Smeth, leurs correspondants parisiens Tourton & Ravel, déjà empêtrés dans la faillite Rodde. Début décembre, l’Empereur autorise Mollien à intervenir pour éviter l’aggravation de la crise :

  • 118 Rijksarchief (Archives royales des Pays-Bas) : lettre de Mollien à Robert Voûte du 9 décembre 1810, (...)

« Aussitôt que SM a été instruite de la situation dans laquelle la maison Tourton & Ravel de Paris se trouvait envers la maison de Smeth, elle a fait avancer aux Srs Tourton & Ravel une somme de 1 500 000 F pour qu’ils pussent retirer et acquitter immédiatement la totalité des traites qu’ils avaient tirées sur la maison de Smeth, et auxquelles cette maison ne peut satisfaire, d’après la suspension de ses payements » ; à ce premier secours vient s’ajouter « une seconde avance de 1 200 000 F, payable à Amsterdam, sous la condition que la restitution de cette somme au Trésor public de l’Empire sera suffisamment garantie, et que la maison de Smeth se mettra en état de se liquider pleinement, en satisfaisant à tous ses payements118 ».

88Simons obtient quant à lui un prêt de 600 000 F mais se trouve dans l’obligation de se défaire progressivement de la totalité de ses propriétés immobilières et foncières, et en particulier du bois d’Avesnes, au profit de ses créanciers. Lorsque l’Empire disparaît, il ne possède plus rien et doit même accorder la séparation de biens à son épouse pour protéger les maigres possessions qu’elle avait apportée à la communauté.

*

89Entre Paris et Hambourg, du début de la Révolution à la chute de l’Empire, la circulation du métal et du papier apparaît comme particulièrement importante, portant sans doute sur plusieurs millions de francs chaque année. Tous ces mouvements de capitaux ne sont pourtant pas équivalents, même s’ils sont comparables : quoi de commun en effet entre l’exportation frauduleuse de quelques dizaines de milliers de livres en argent par un gentilhomme en rupture de régime et la remise à Lille ou à Paris, après endossement, d’une traite émise à Amsterdam ou Bruxelles ? La distinction opérée entre opérations politiques, spéculatives et commerciales ou financières se justifie donc en même temps qu’elle permet d’observer trois situations distinctes dans le temps et dans l’espace.

90Leurs conséquences sont également diverses : la sortie massive d’or et d’argent pèse dès l’origine et pour longtemps sur la circulation qui, sous l’Empire encore, semble insuffisante et impose d’importantes frappes de numéraire ; la « faim de métal » qu’elle provoque explique sans doute la rigueur des exigences financières de la Convention et du Directoire dans les territoires conquis puis annexés du Nord de l’Europe ; les exigences démesurées des fournisseurs aux armées en conduisent plus d’un à l’échafaud et incitent l’État à se doter d’administrations militaires performantes et surtout moins coûteuses ; enfin la formation progressive d’un territoire économique et financier homogène contribue à renforcer l’interdépendance des places négociantes et financières au Nord de l’Europe, ainsi que l’imbrication croissante des mondes de l’argent privé et de la finance publique.

91Plus largement, en suivant pour ainsi dire pas à pas les manieurs d’argent parisiens, lillois, belges ou hollandais dans leurs pérégrinations, on a vu se structurer un nouvel espace commercial, industriel et financier au Nord-Ouest du continent européen : la circulation du papier comme du métal y est intense, à la fois moteur et indice de la fortune privée. L’hypothèse de départ qu’il s’agissait là d’un espace économique majeur semble ainsi pleinement se vérifier.

92C’est à l’occasion de la mise en vente des biens nationaux que se manifeste en premier lieu la présence parisienne ou exogène : particulièrement nombreux dans le Nord et surtout en Belgique, les biens fonciers attirent ceux qui voient là le moyen de s’enrichir très rapidement. La terre est donc matière à spéculation, tout en conservant sa fonction d’attribut essentiel de la notabilité et de source du crédit, de soubassement à toute opération ultérieure, industrielle ou financière. Bien souvent, manieurs d’argent parisiens et septentrionaux se révèlent complémentaires et à l’occasion concurrents. Le contrôle des principaux secteurs industriels constitue sans doute leur principal point de tension : si les manufacturiers du textile manifestent leur volonté de développer leur activité sans recourir aux investissements extérieurs, l’industrie charbonnière et plus généralement extractive apparaît plus « fragile » ou plus ouverte, parce que plus gourmande en capitaux.

93La situation « d’entre deux » du département du Nord apparaît à cette occasion en pleine lumière : tardivement intégré au marché national, cet espace frontalier d’un pays en pleine régénération perd bientôt sa spécificité à l’occasion d’un conflit généralisé qui tourne à l’avantage de la France. Dernier département de l’ancienne France, il s’affirme comme un point de passage obligé pour les hommes comme pour les capitaux entre les nouveaux départements réunis septentrionaux et la capitale, entre le Nord du territoire et son cœur politique, administratif et économique. C’est donc une importante partie des mouvements financiers repérés sur cet axe septentrional qui transite par là, sans nécessairement s’y arrêter, et alimente les activités spéculatives, commerciales et industrielles. La puissance des réseaux négociants lillois assure par ailleurs au département le maintien d’une aire d’activité économique plus ou moins autonome de la capitale, voire ignorée par elle. La constitution de cet espace est également l’occasion d’une redistribution des rôles, d’une hiérarchisation des ensembles régionaux et d’un renforcement de l’interdépendance et de l’interpénétration des réseaux commerciaux et bancaires. Le déclenchement d’une faillite à Amsterdam ou le resserrement brutal du crédit à Hambourg ou à Paris ont des répercussions immédiates sur les autres points de l’espace concerné et au-delà.

94Enfin, à l’origine de bien des fortunes spectaculaires, on retrouve le déclenchement du conflit européen et la conquête de la Belgique, qui font figure d’actes fondateurs de cet espace septentrional sous influence française. La période qui s’ouvre alors est celle des occasions à saisir et sourit largement à quelques-uns, comme Paulée ou Vanlerberghe ; pour d’autres (Choiseau, Espagnac, Émmery & Vanhée), les routes du Nord sont certes celles de l’argent, mais c’est l’échafaud ou la faillite qu’ils trouvent au carrefour de la spéculation et de la conjoncture. Biens rares sont cependant les enrichis véritablement partis de rien, et les occasions concrétisées profitent en premier lieu à ceux qui disposaient d’un capital de départ. Pas ou peu d’hommes nouveaux, à moins de considérer comme tel un Henri Degorge-Legrand, qui change radicalement d’activité, abandonnant la carrière de fournisseur pour embrasser celle d’exploitant charbonnier, avec succès d’ailleurs, et devenir le maître du Grand-Hornu. En somme, la période se caractérise plus par l’augmentation, parfois extraordinaire, des fortunes existantes que par des apparitions ex nihilo. Le rôle central dans la structuration de cet espace économique et financier septentrional revient sans doute à l’entrelacs de liens personnels et d’associations d’affaires, de solidarités régionales et de réseaux de correspondance qui tous, à leur manière et à leur échelle, fondent le crédit et créent la richesse.

Notes

1 Arch. mun. Lille, FR 18 004/3 : Hôtel des monnaies, législation sur les métaux précieux.

2 Mémoires de la marquise de La Tour du Pin : journal d’une femme de cinquante ans, 1778-1815, suivis d’extraits inédits de sa correspondance, 1815-1846, Paris, Mercure de France, 1989, p. 107.

3 » Nous comptions passer trois mois à Tournay et revenir pour trouver tout comme par le passé » raconte la marquise de Falaizeau ; Vicomte de Broc, Dix ans de la vie d’une femme pendant l’émigration. Adélaïde de Vierjean, marquise de Falaizeau, Paris, 1894, p. 51.

4 H. de Fondeville, Notes d’émigration de Charles Gabriel Deshommets, marquis de Martainville, maître de camp (1739-1800), Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, tome XXVIII, 1928-1929, p. 89.

5 Arch. dép. Nord, L 1750 : lettre du 11 février 1791.

6 Entre le Mont des Cats et le Mont Noir.

7 Arch. dép. Nord, L 1751 : lettre du ministre de l’Intérieur aux Administrateurs du département du Nord, Paris, 14 avril 1791.

8 Arch. dép. Nord, L 1750 : lettre de la municipalité de Saint-Omer aux administrateurs du département du Nord, Saint-Omer, 26 juillet 1791.

9 Georges Sangnier, Les émigrés du Pas-de-Calais pendant la Révolution, Blangermont, Chez l’Auteur, sd, p. 29-30.

10 Arch. dép. Nord, L 1750 : lettre des administrateurs du département du Nord au ministre des Finances, Douai, 31 octobre 1791.

11 Arch. dép. Nord, L 1750 : lettres du Directoire du district de Valenciennes au Directoire du département du Nord, 28 octobre et 4 novembre 1791.

12 Arch. dép. Nord, L 1752 : lettres des administrateurs du Directoire de Compiègne à ceux de Saint-Quentin, Compiègne, 24 décembre 1791 et des administrateurs du Directoire de Saint-Quentin à ceux de Cambrai, Saint-Quentin, 26 décembre 1791.

13 Henri Carré, Madame de Médel (1742-1799), Poitiers, Société française d’imprimerie, 1942, p. 22.

14 Arch. mun. Lille, FR 17 889/22 : échange d’assignats et FR 18 004/1 : arrestation de l’abbé Cauwelier ; Arch. dép. Nord, L 8390 : Affaire Cauwelier. Voir également Arch. nat., F3683/5 : -statistique personnelle et morale, Nord 1 (1792-an IV), affaire Cauwelier.

15 Cette interprétation est renforcée par la dénonciation par les autorités municipales de Saint-Omer de l’abbé de Saint-Bertin, soupçonné de faire « délivrer à certaines personnes ou familles des passeports expédiés à Ypres qui désignent les voyageurs comme étant du Brabant », lettre du 26 juin 1791, Arch. dép. Nord, L 1750.

16 Arch. dép. Nord, L 1750.

17 Arch. dép. Nord, L 1750 : lettres des 16 et 29 décembre 1790.

18 Arch. nat., F477432, dossier 6 : Mallet frères, banquiers ; lettre du 2 décembre 1791.

19 Arch. dép. Nord, L 1751 : extrait du registre aux délibérations de la Société des Amis de la Constitution de Lille, séance publique extraordinaire du 10 mars 1791.

20 Arch. dép. Nord, L 1751 : lettres de volontaires patriotes aux administrateurs du district de Lille, Lille, 14 mars 1791 et du conseil municipal de Cambrai aux administrateurs du département du Nord, Cambrai, 22 mars 1791.

21 Arch. dép. Nord, L 1752 : lettre des administrateurs du district de Lille au ministre de la Guerre, Lille, 20 mars 1791.

22 Arch. mun. Lille, FR 17 900/4 : lettre de la municipalité de Douai à celle de Lille, Douai, 8 février 1792.

23 Arch. dép. Nord, L 1752 : lettre aux représentants de la Nation, Dunkerque, 28 juin 1791.

24 Arch. dép. Nord, L 1752 : lettre des administrateurs de la ville de Dunkerque à ceux du département du Nord, Dunkerque, 22 juillet 1791.

25 Arch. dép. Nord, L 8389 : Pétition du citoyen Waymel-Rouzé, négociant à Lille, par procuration du citoyen Carlier, négociant, rue Quinquampoix à Paris, tendant à obtenir la mainlevée de la saisie faite à Lille d’une malle contenant 12 612 livres en espèces, 30 septembre 1792.

26 Arch. dép. Nord, L 1752 : lettre de l’agent national près le district de Bergues à la Commission des revenus nationaux, Bergues, 9 brumaire an III et L 1756 : réponse, Paris, 1er frimaire an III.

27 Arch. dép. Nord, L 8387 : lettres des administrateurs de l’arrondissement de la Flandre occidentale à ceux du district de Lille, Ypres, 13 nivôse an III et du Directoire du district de Lille au directeur des Douanes nationales, Lille, 8 pluviôse an III.

28 Arch. mun. Lille, FR 17 931/3 : exportation de matières d’or et d’argent à l’étranger par Virnot frères et Desfosseux-Virnot, de Lille, an VI.

29 Arch. mun. Lille, FR 17 931/3 : lettres du ministre de la Police générale au commissaire du Directoire près l’administration municipale de Lille, Paris, 17 et 29 frimaire an VI.

30 G. Antonetti, Greffulhe, Montz & Cie… op. cit.

31 Cité par Guy Thuillier, La réforme monétaire de l’an XI. La création du Franc germinal, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1993, p. 128.

32 J. Stern, Le mari de Mademoiselle Lange… op. cit., chapitre II, « Les grandes fournitures », p. 11-28.

33 Outre l’ouvrage de J. Stern, voir Arnaud de Lestapis, « Le Projet de fortune immense de Dumouriez », Bulletin d’histoire économique et sociale de la Révolution française, 1972-1973, p. 37-65.

34 Ch. Poisson, Les fournisseurs aux Armées sous la Révolution française… op. cit.

35 Albert Mathiez, La Révolution et les étrangers, Paris, Renaissance du Livre, 1918, 191 p.

36 Albert Mathiez, « Un fournisseur sous la Terreur : l’abbé d’Espagnac », Études robespierristes, 1re série, Paris, A. Colin, 1917, p. 135-184 et « Servan et les premiers marchés d’Espagnac », Autour de Danton, Paris, Payot, 1926, p. 133-145.

37 Les procès-verbaux des travaux de cette commission sont conservés aux Arch. nat., en AF II* 19.

38 Olivier Blanc, La dernière lettre. Prisons et condamnés de la Révolution (1793-1794), Paris, R. Laffont « Pluriel », 1984, p. 17-119.

39 Arch. nat., W 327 : Tribunal révolutionnaire, procès des Dantonistes et É. Campardon, Le Tribunal révolutionnaire de Paris, op. cit., tome I, p. 262.

40 Arch. mun. Lille, FR 17 905/19 : Trésorerie nationale, lettre au commissaire du Directoire exécutif près l’Administration municipale de Lille du 15 prairial an IV ; réponse du 7 messidor suivant.

41 Albert Mathiez, « Un fournisseur aux armées sous la Terreur : Choiseau », Autour de Danton, Paris, Payot, 1926, p. 248-263.

42 Les transports de vivres, l’ambulance, les effets de campement, les munitions et fourrages sont confiés à une régie intéressée.

43 Arch. nat., W 327, dossier 535 : Tribunal révolutionnaire, procès Choiseau et É. Campardon, Le Tribunal révolutionnaire de Paris, op. cit., tome I, p. 230.

44 Arch. nat., W 436 : Tribunal révolutionnaire, procès Lanchère.

45 Sur la carrière de Lanchère sous le Directoire, voir G. Lefebvre, Le Directoire… op. cit., p. 155 ; L. Bergeron, Banquiers parisiens… op. cit., p. 153 et 155 ; J. Godechot, Les Commissaires aux armées… op. cit., tome I, p. 97-145 et 169 ; Jean-François Belhoste, « Transport et fournitures militaires. Régies ou entreprises ? », La Révolution et le développement du capitalisme, G. Gayot et J.- P. Hirsch (éd.), Revue du Nord, n° 5 spécial HS, Collection Histoire, 1989, p. 255-268.

46 Arch. nat., AF III 29 : ministère de la Guerre, état des dépenses.

47 H. Manceau et J. Clerc, La manufacture d’armes de Charleville… op. cit., p. 35-42.

48 Arch. nat., MCN, XLV, 665 et 669, cités par L. Bergeron, Banquiers parisiens… op. cit., p. 154 et 160. En décembre 1800, la manufacture d’armes de Charleville lui est retirée pour être mise en adjudication et il est écarté de la liste des candidats à sa reprise, bien que toujours bailleur des bâtiments et des usines.

49 Il s’agit de Marie Louise Constance Flore Hennet, fille du député aux États Généraux et sœur du futur commissaire impérial au cadastre.

50 Arch. nat., MCN, XLV, 660 : acte de cautionnement du 8 floréal an V, cité par L. Bergeron, Banquiers parisiens, p. 347.

51 Arch. nat., AF III 46 : rapport de Lenoir-Laroche du 2 thermidor an V, 12 p.

52 Sans doute s’agit-il de Vanderschrieck, que l’on retrouve sous l’Empire à la tête d’un réseau de contrebande et d’exportation de piastres en Hollande et en Belgique. Arch. nat., F6505, dossier 890 : Vanderschrieck.

53 Alain Lottin (dir.), Histoire de Boulogne-sur-Mer, Lille, PUL, 1983, p. 183-192.

54 ANMT, 3 AQ 317 : correspondance Morel-Briansiaux.

55 Du moins celles réalisées par-devant Me Salembier, notaire à Lille ; Arch. dép. Nord, J 1318/7 à 10 : minutes notariales.

56 ANMT, 3 AQ 285 : lettre du 23 vendémiaire an X.

57 ANMT, 3 AQ 243 : lettre du 17 prairial an IX.

58 ANMT, 3 AQ 317 : « Sans doute si je vendais mon intérêt des lits militaires, cela me donnerait une rentrée assez forte, mais les comparants qui en avaient le projet n’ont pas assez d’argent et ce projet se dissipe », lettre du 13 nivôse an XI.

59 ANMT, 3 AQ 311 : lettre du 27 vendémiaire an XIV prenant note des traites dont Briansiaux a disposé sur Vanderhoeven & Cie, d’Amsterdam.

60 ANMT, 3 AQ 241 : correspondance avec Barbe, négociant à Boulogne.

61 ANMT, 3 AQ 288 : lettre du 2 février 1808.

62 Arch. dép. Nord, 6 U 2/18 : plumitifs d’audience de la Cour d’appel de Douai, 22 messidor an XI-28 thermidor an XII.

63 Arch. nat., AF IV 1288, dossier 45 : rapport sur les départements et les villes de l’Escaut, de la Lys et du Nord, 21 mai 1810.

64 ANMT, 65 AQ A 5 : Histoire de la Banque Adam, par Paul Fleuriot, ancien Secrétaire général de la Banque. Il s’agit également d’une des rares banques de province dont les archives sont conservées pour une période aussi ancienne.

65 Les archives les plus anciennes remontent à pluviôse an VI/janvier 1797, date à laquelle débute cette étude des activités de la banque, qui se clôt en messidor an XIII/juin 1805. On suit en cela les trois livres de caisses subsistants, avec une lacune de mai 1802 à février 1804, conservés aux ANMT sous la cote 125 AQ 3 à 5.

66 Compte tenu des lacunes, ces deux mois sont parmi les mieux représentés sur l’ensemble de la période ; d’autre part, ils permettent d’observer l’activité de la banque au début de l’automne, avant qu’elle ne ralentisse à l’entrée de l’hiver et lorsqu’elle reprend, au début du printemps.

67 On trouvera la liste des principaux d’entre eux en annexe II.

68 Sont considérés comme tels ceux qui font plus de dix opérations avec la Banque Adam.

69 ANMT, 125 AQ 5.

70 ANMT, 125 AQ 4.

71 À cet égard, Adam père et fils apparaissent comme les égaux d’un Père Grandet et il suffit pour s’en convaincre de remplacer les noms des ports de la Loire par ceux de la mer du Nord dans le paragraphe suivant : « Après avoir appris dans la matinée par les causeries du port que l’or avait doublé de prix par suite de nombreux armements entrepris à Nantes, et que des spéculateurs étaient arrivés à Angers pour en acheter, le vieux vigneron […] se mit en mesure d’aller y vendre le sien et d’en rapporter en valeurs du receveur général sur le Trésor la somme nécessaire à l’achat de ses rentes après l’avoir grossie de l’agio », H. de Balzac, Eugénie Grandet, Paris, Le Livre de Poche, 1972 (1re éd. 1834), p. 149.

72 Arch. nat., AF IV 1288 : rapport sur les principales villes du Nord, 1810.

73 Nicolas Georges, « La maison Briansiaux, 1796-1803. Aux origines d’une réussite commerciale », Position de thèses de l’École des Chartes, 1991, p. 89-99 et Jacques Benkemoun, Études sur le commerce de l’Europe du Nord. La maison Briansiaux de Lille, 1802-1806, mémoire de maîtrise, Paris IV, 1971, 135 p.

74 J.-P. Hirsch, Les deux rêves du commerce… op. cit., p. 265-266.

75 Campi, Gournay & Rey pour l’an III et l’an IV (ANMT, 3 AQ 303) ; Harambouré et Bidard en l’an IV et en l’an V (3 AQ 311) ; Perregaux en l’an V et en l’an VI (3 AQ 319) ; Tourton & Ravel de l’an VI à l’an XI (3 AQ 322).

76 ANMT, 3 AQ 147 : armement de L’Apollon.

77 Les deux rêves du commerce… op. cit., p. 271.

78 ANMT, 3 AQ 269 : lettres des 23 floréal et 13 messidor an III.

79 ANMT, 3 AQ 228 : lettre du 18 décembre 1805 ; les deux autres sont datées des 28 octobre et 18 novembre.

80 ANMT, 3 AQ 288 : lettre du 2 février 1808.

81 ANMT, 3 AQ 285 : lettre du 2 juin 1806.

82 ANMT, 3 AQ 269 : lettre du 3 germinal an VII. Le 2 brumaire précédent, ils lui avaient déjà demandé « quelques morceaux de papier court sur Paris pour notre compte à M. Marlier jusqu’à concurrence de 4 000 à 5 000 lt ».

83 ANMT, 3 AQ 317 : lettre du 23 novembre 1807.

84 ANMT, 3 AQ 293 : lettre du 3 décembre 1810.

85 ANMT, 3 AQ 289 : lettre du 14 juillet 1814.

86 ANMT, 3 AQ 285 : lettre du 21 décembre 1814.

87 ANMT, 3 AQ 262 : lettre du 15 germinal an V/4 avril 1797.

88 ANMT, 3 AQ 274 : lettre du 13 mars 1809.

89 ANMT, 3 AQ 313 : lettre du 11 décembre 1805.

90 ANMT, 3 AQ 310 : correspondance Fauveau & Cie-Briansiaux.

91 ANMT, 3 AQ 303 : lettres du 2 janvier au 16 février 1810.

92 ANMT, 3 AQ 319 : lettre du 18 octobre 1813.

93 ANMT, 3 AQ 319 : lettre du 14 décembre 1813.

94 ANMT, 3 AQ 285 : circulaire retrouvée dans la correspondance lilloise de François Briansiaux.

95 Arch. dép. Nord, 6 U 2/10 : Tribunal de commerce de Lille, Registre aux actes de société pour les deux associations.

96 Arch. dép. Nord, 6 U 2/13 : Tribunal de commerce de Lille, Registre aux actes de société. Elle est dissoute le 26 mai 1816 « d’un commun accord ».

97 ANMT, 3 AQ 303 : lettre du 14 novembre 1812. Il était auparavant « flanqueur de la Garde impériale, secrétaire chez M. le chevalier Larrouy, quartier-maître trésorier des chasseurs à pied ».

98 ANMT, 3 AQ 289 : correspondance Petit, Virnot & Cie-Briansiaux. Les relations entre les deux maisons tendent d’ailleurs à se dégrader à mesure que la situation des Virnot devient plus précaire et au moment de la liquidation de la maison lilloise, G. Petit écrit ainsi à Briansiaux : « Nous pensions que vous étiez créanciers de MM. Virnot, et au moins cette qualité aurait-elle pu colorer la mauvaise foi que vous avez eu envers nous. Nous apprenons, non pas à notre grand étonnement (car rien n’étonne de votre part) que vous êtes débiteur de la maison de Lille » ; lettre du 18 janvier 1812.

99 Bulletin du 31 mars-1er avril 1811.

100 Louis Bergeron, « Profits et risques dans les affaires parisiennes à l’époque du Directoire et du Consulat », AHRF, juillet-septembre 1966, p. 359-389.

101 Arch. dép. Nord, 6 U 2/18 : plumitifs d’audience de la Cour d’appel de Douai, 24 vendémiaire an XII.

102 ANMT, 3 AQ 322 : correspondance Thiéry-Briansiaux, ce dernier comptant parmi les -liquidateurs de la faillite du premier.

103 Dr L. Lemaire, « J. Émmery, maire de Dunkerque, membre du Corps législatif (1754-1825) », Bulletin de l’Union Faulconnier, 1925, p. 199-368.

104 Sur le rôle d’Émmery & Vanhée auprès de la future Impératrice des Français, voir sa Correspondance… op. cit., en particulier les lettres des 10 décembre 1794 (n° 24), 1er janvier 1795 (n° 27) et 26 août 1795 (n° 29). Joséphine est assez proche des deux hommes pour être la marraine de Joséphine Pauline Vanhée, née le 7 juin 1799.

105 Arch. nat., AF IV 1288, pièce V : armement du brick Les Deux Amis.

106 Arch. dép. Nord, 16 J 1 : Fonds Théry, Livre aux biens d’A. Théry-Falligan.

107 Frédéric Barbier, « Les origines de la maison Fould : Berr Léon et Bénédict Fould (v. 1740-1864) », Revue Historique, janvier-mars 1989, p. 159-192 et Finance et politique. La dynastie des Fould, xviiie-xxe siècle, Paris, A. Colin, 1991, 365 p.

108 ANMT, 115 AQ 40 : brouillons de mémoires justificatifs en vue de la réhabilitation de B. L. Fould.

109 En 1808, désireux de prendre contact, lui aussi, avec Briansiaux, il lui propose de se renseigner sur son compte auprès des négociants Colle et Scheppers & fils ; ANMT, 3 AQ 310 : lettre du 28 juillet 1808.

110 ANMT, 115 AQ 40 : brouillons de mémoires justificatifs en vue de la réhabilitation de B. L. Fould.

111 Bulletin du 20 septembre 1810.

112 Ainsi le 10 octobre : « La maison Heckscher avait tiré une somme d’environ 200 000 francs sur la maison Perregaux pour une opération étrangère et antérieure à l’affaire Rodde. Lorsque cette affaire a éclaté, on a demandé à la maison Heckscher qu’elle fit des remises pour cette valeur précédemment acceptée. Elle a été très sensible à cet affront, vraiment nouveau pour une maison de banque et elle a écrit à M. Perregaux une lettre remplie de patelinage et qu’on s’empressa de mettre sous les yeux de SM ».

113 Certains ont d’ailleurs émis l’hypothèse que, pressentant la crise, il avait, comme en l’an VII, liquidé à dessein pour se mettre à l’abri et attendre des jours meilleurs. Anne-Marie Meininger, Préface de La Maison Nucingen, d’H. de Balzac, Paris, Gallimard, « Folio », 1989 (1re éd. 1838), p. 7-64.

114 J. Stern, Le mari de Mademoiselle Lange… op. cit., chapitres XII : « Face à l’orage », p. 175-189, et XIII : « La débâcle », p. 191-205.

115 Le bulletin de police du 7 novembre 1810 indique : « Baisse continue des fonds publics : on pourrait l’empêcher en forçant Vandevelde, Michel Simons et autres qui ont des paiements à faire à la fin du mois à les effectuer en rentes ».

116 « La maison Gamba qui faisait depuis longtemps une circulation pour Michel Simons, a cessé ses paiements » annonce le bulletin du 30 octobre 1810.

117 J. Stern, Le mari de Mademoiselle Lange… op. cit., p. 197. Notons la présence de Fould parmi les créanciers de Simons.

118 Rijksarchief (Archives royales des Pays-Bas) : lettre de Mollien à Robert Voûte du 9 décembre 1810, citée par le Dr H. T. Colenbrander (dir.), Gedenstukken der Algemeene Geschiednis van Nederland van 1795 tot 1840 : Inlijving en opstand, 1810-1813, ‘S-Gravenhage, Martinus Nijhoff, 1911-1912, tome II (n° 1022).

Table des illustrations

Titre Schéma 2. De Lille à Amsterdam, la « route de l’argent » des Virnot
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/669/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Schéma 3. De Londres à Paris, une route hollandaise par Boulogne
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/669/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Schéma 4. Boulogne, relais sur la route de Hambourg à Paris
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/669/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search