Version classiqueVersion mobile

Les routes de l’argent

 | 
Matthieu de Oliveira

Chapitre III. Implantations et investissements manufacturiers

Texte intégral

  • 1 Denis Woronoff, Histoire de l’industrie en France du xvie siècle à nos jours, Paris, Le Seuil, 1998 (...)
  • 2 François Crouzet, « Guerre, blocus et changement économique, 1792-1815 », De la supériorité de l’An (...)
  • 3 Arch. nat., Fle III Ourthe 3 : Compte rendu décadaire du 29 nivôse an V.

1La Révolution et l’Empire occasionnent une complète redistribution de -l’espace industriel français, tant en raison de la généralisation du processus d’industrialisation que de la réunion à la France de territoires déjà très largement industrialisés, parfois même bien plus que ceux qui existent à l’intérieur des limites de 1792, à l’image des nouveaux départements de Belgique1. C’est là un aspect du phénomène de glissement géographique des principales aires de production des régions atlantiques et méridionales vers l’intérieur et le Nord d’un territoire français en expansion, notamment signalé par F. Crouzet2. Si la conquête puis l’annexion de la Belgique entraînent pour les manufacturiers qui y sont installés la perte des débouchés allemands et hollandais traditionnels, l’ouverture du vaste marché intérieur français constitue cependant une « compensation conséquente » selon les termes du commissaire du Directoire près l’Administration centrale de l’Ourthe en nivôse an V3. À l’inverse, pour les manufacturiers implantés dans les départements anciennement frontaliers, l’intégration à l’espace français de ces régions est ressentie comme un danger que la concurrence des productions d’outre-Quiévrain rend bien vite sensible. Le département du Nord, lui aussi en cours d’industrialisation rapide et dont une partie de l’activité procédait de cette situation géographique particulière, figure au premier rang des victimes du déplacement de la frontière.

2Parallèlement, la volonté se fait jour parmi les détenteurs de capitaux et entrepreneurs français, en particulier parisiens, de parachever la conquête militaire en investissant économiquement cet espace. Pour les contemporains comme pour les historiens, il est manifeste que les départements du Nord et de la Belgique française constituent un pôle de forte croissance industrielle, caractérisé par une importante pluriactivité ; aussi apparaissent-ils comme particulièrement attractifs aux yeux des investisseurs et des manufacturiers qui désirent s’y implanter. Les milieux d’affaires parisiens rencontrent cependant sur place, dans le Nord comme en Belgique, une résistance notable de la part des locaux qui occupent déjà certaines positions et sont peu disposés à les céder. Locaux et « étrangers » (au département, à la région, au pays) se disputent ainsi le contrôle des principaux secteurs industriels, s’opposant ou s’associant au gré des besoins et des liens unissant les uns et les autres. L’intégration progressive de ces régions au sein d’un marché national étendu, unifié et protégé de la concurrence étrangère, en premier lieu anglaise, et bénéficiant du soutien du gouvernement, s’inscrit dans le vaste dessein visant à doter la France d’une industrie moderne et performante. Ce projet global n’est cependant élaboré qu’à partir du moment où il devient clair que les territoires conquis vont demeurer à la France ; il succède à celui mis en œuvre au cours de la période précédente, marquée par un brigandage industriel visant à équiper la France à moindre coût et à faire disparaître la concurrence des productions belges sur certaines fabrications françaises.

  • 4 Le rattachement des territoires hollandais et hanséatiques intervient trop tardivement pour donner (...)

3Plus que le processus d’industrialisation proprement dit, ce sont les raisons qui poussent les Parisiens et plus généralement les Français à investir dans les départements du Nord et de Belgique qui sont étudiées ici4. On s’efforcera donc autant que possible de déterminer comment se répartit le capital de certaines entreprises, voire de certains secteurs, entre des mains locales, « étrangères » ou mixtes, d’analyser les modalités de financement de ces sites, selon les cas créations ou reprises d’entreprises industrielles, d’évaluer dans quelle mesure ces opérations relèvent de simples placements sans intervention dans la vie et les choix de l’entreprise ou de véritables projets industriels, enfin d’apprécier leur éventuelle rentabilité. Au terme de ce questionnement, il sera possible de déterminer dans quelle mesure la période révolutionnaire et impériale a constitué une ère de croissance et de développement industriel pour cette partie de l’Europe du Nord-Ouest.

4L’étude porte plus spécifiquement sur les domaines connaissant la plus forte croissance au cours de la période révolutionnaire et impériale, l’industrie textile, essentiellement cotonnière et à l’occasion lainière, le secteur charbonnier, l’un et l’autre particulièrement bien représentés dans les régions septentrionales, enfin les industries du métal et du verre. Si un tel découpage sectoriel peut sembler peu dynamique, il présente toutefois l’avantage de rendre pleinement compte de la pluriactivité observée dans cet espace septentrional et d’accorder sa juste place à chacun des départements qui le composent.

I. Un espace septentrional largement dévolu au coton

  • 5 Serge Chassagne, Le coton et ses patrons. France, 1760-1840, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991, 733  (...)

5Le secteur textile est à l’évidence celui qui connaît la transformation la plus profonde entre 1789 et 1815. À la veille de la Révolution, la production cotonnière demeure dans le Nord marquée par une tradition proto-industrielle, avec ses ateliers dispersés et ruraux, et le rapport de l’intendant du commerce Tolozan daté du 22 mai 1790 indique qu’aucune des huit filatures utilisant 900 jennies alors en activité en France n’est située dans ce département ; au début de l’Empire, il figure parmi les premiers en termes de production. Le rapide développement de cette industrie doit sans doute beaucoup à la conquête militaire puis à la réunion de la Belgique dont les manufactures sont successivement dépouillées de leurs mécaniques avant de prendre part à l’essor de l’industrie cotonnière et de connaître à leur tour leur révolution industrielle, parfois avec plus de vigueur encore qu’en France, sous le Consulat et l’Empire. Il n’est pas question de revenir ici sur les conditions et les mécanismes de cette croissance foudroyante, clairement mis en évidence par S. Chassagne, mais plus modestement de déterminer, à la suite de M. Kasdi, la part qu’y ont pris les entrepreneurs étrangers et en particulier parisiens5.

  • 6 Arch. nat., AF IV 1318 : Tableau général de la situation de la filature et du tissage du coton en F (...)

6On dispose pour connaître la situation de l’industrie cotonnière au début de l’Empire de deux enquêtes parallèles, émanant pour l’une du « lobby cotonnier » et pour l’autre des services du ministre de l’Intérieur de l’époque, Champagny. Le comité des filateurs transmet ses résultats au gouvernement au début du mois de février 1806 sous la forme d’un Tableau général de la situation de la filature et du tissage du coton en France au 31 décembre 18056, qui recense cent cinquante-six entreprises implantées dans vingt-quatre départements. On en compte vingt-cinq dans le Nord, soit 16 % du total, ce qui place le département en troisième position après ceux de la Seine et de la Seine inférieure. Il est remarquable que la totalité des filateurs du Nord (seuls trois d’entre eux sont également tisseurs) soit installée dans l’arrondissement de Lille, qui apparaît ainsi comme le cœur textile du département. Les plus nombreux se trouvent à Roubaix (neuf), Lille (sept) et Tourcoing (quatre), les principales villes abritant ainsi 80 % des manufactures ; les autres sont implantées dans les villes et bourgs de ce qui ne forme pas encore l’agglomération nordiste, à Comines, Esquermes, Houplines, Loos et Seclin. En Belgique, le comité a recensé dix manufactures, réparties entre quatre départements, l’Escaut (quatre), la Dyle (trois), Jemappes (deux), enfin l’Ourthe (une) où l’industrie lainière est bien mieux représentée. À première vue, la filature de coton semble donc moins développée dans les départements réunis que dans le Nord, puisque ces dix manufactures ne représentent que 6,5 % du total ; pourtant un examen précis des capacités et du matériel de production indique bien qu’il s’agit là d’installations de tout premier ordre. À titre d’exemple, la filature de Saint-Denis, près de Mons, dont Tiberghien est le propriétaire, dispose de 18 576 broches sur 86 mule-jennies, de 7 680 broches supplémentaires sur 96 mécaniques continues et emploie au total 500 fileurs. La faiblesse numérique des manufactures belges n’est en fait que l’indice de la concentration du secteur dans cette région.

7Au total, au début de l’Empire, plus d’une filature sur cinq se trouve située dans les départements les plus septentrionaux du territoire français, départements qui emploient près d’un ouvrier du coton sur dix. Le tableau 8 montre également que la mécanisation de la production y est déjà bien avancée, en particulier en ce qui concerne les mule-jennies, spécialement nombreuses dans le Nord et l’Escaut, et activant près de 20 % des broches françaises alors que les mécaniques continues, installées surtout dans le département de Jemappes, demeurent encore relativement rares.

  • 7 Serge Chassagne, « L’enquête dite de Champagny sur la situation de l’industrie cotonnière française (...)
  • 8 Ils sont au total vingt dans la France impériale.
  • 9 Arch. nat., F12 1585 et 1622, cités par S. Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 330.

8L’enquête dite de Champagny7 et celles qui la suivent permettent de suivre l’évolution du secteur tout au long de l’Empire et d’observer que les quatre formes sectorielles de l’industrie cotonnière – filature, tissage, bonneterie et impression – sont pratiquées dans chacun des départements cités8, à l’exception de celui de Jemappes qui ne pratique pas la dernière. On remarque également que la moitié des établissements cotonniers est apparue depuis la Révolution, le mouvement de création s’amplifiant même après Brumaire, en particulier dans les départements septentrionaux, si bien qu’en mai 1808, le département du Nord se place en seconde position après la Seine inférieure pour le nombre des entreprises cotonnières avec 69 manufactures contre 117. Cette tendance s’amplifie encore par la suite, puisque en 1812 le Nord produit à lui seul 52 % des filés de coton, contre 4,6 % seulement en 1806 et dispose de 15,7 % des métiers à tisser, contre 3 % en 18069. Quant aux manufactures des départements belges, elles demeurent les plus mécanisées et sont celles où la productivité est la plus forte, conséquences de l’utilisation d’un matériel plus récent et plus performant, dont l’acquisition a été rendue possible grâce aux profits tirés de l’ouverture du marché national et à l’esprit d’entreprise des manufacturiers belges, Liévin Bauwens et Pierre-François Tiberghien en tête.

Tableau 8. Situation de la filature du coton dans les départements septentrionaux de l’Empire en 1806

Département

Nombre de manufactures

Métiers

Broches

Nombre d’ouvriers

Mull-jennies

Continues

Mull-jennies

Continues

France

156

5 522

1 956

635 781

67 796

28 644

Nord

25

207

22

39 570

1 700

1 015

Dyle

4

17

12

3 148

1 150

184

Escaut

3

170

43 920

940

Jemappes

2

96

96

20 736

7 880

580

Ourthe

1

4

768

50

Belgique

10

287

108

68 572

9 030

1 754

Nord + Belg.

35

496

130

108 142

10 730

2 769

 % Nord + Belg.

22,44 %

8,96 %

6,65 %

17,01 %

6,39 %

9,67 %

Source : Arch. nat., AF IV 1318 : Tableau général de la situation de la filature et du tissage du coton en France au 31 décembre 1805.

  • 10 D. Woronoff, Histoire de l’industrie en France…, op. cit., p. 257-282. M. Kasdi l’explique en parti (...)
  • 11 Arch. nat., AF IV 1089A, cité par S. Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 329.
  • 12 L. Bergeron, Banquiers parisiens…, op. cit., en particulier le chap. XI, « Investissements industri (...)
  • 13 Claude Folhen, « Industrie et crédit dans la région lilloise (1815-1870) », Revue du Nord, avril-se (...)
  • 14 Jean Dhondt, « L’industrie cotonnière gantoise à l’époque française », RHMC, octobre-décembre 1955, (...)

9Le financement de ces entreprises industrielles apparaît comme l’une des questions centrales de cette étude, tant le passage à une production mécanisée constitue un saut qualitatif, même si l’origine de ces lourds investissements reste bien souvent mal connue10. Dans un rapport à l’Empereur, Mollien, s’inspirant probablement de la situation des filateurs normands qu’il connaît bien, indique que « presque toutes les filatures de coton ont été commencées avec le quart ou la moitié des capitaux nécessaires pour les terminer. Elles ont été achevées par des emprunts et presque toujours par des emprunts par lettre de change. Elles se sont approvisionnées en matières premières par les mêmes emprunts11 ». Dans ses travaux, L. Bergeron12 a esquissé les contours d’un « modèle parisien », aisément transposable aux autres régions françaises et qui associerait le manufacturier, en charge de la production, au négociant banquier qui deviendrait son commanditaire, prenant à son compte les frais d’achat et d’installation des machines en amont pour assurer ensuite sa commercialisation en aval. La « variante rouennaise » complète le dispositif en indiquant que les capitaux nécessaires aux entrepreneurs seraient mis à leur disposition sous forme de traites, à hauteur de 50 à 75 % de l’investissement total ; il s’agirait donc d’une forme de financement par recours au crédit à court terme, l’opération, garantie par la production, étant sans doute renouvelée à chaque échéance. La « variante lilloise ou nordiste » ne diffère des modèles précédents qu’en ce qu’elle repose très largement sur les capacités financières de la famille, au besoin élargie : à Lille, il n’est pas question de faire appel à une forme quelconque de crédit extérieur au groupe familial, le saut dans l’industrie participant de l’engagement personnel, le plus souvent sous seing privé, et les capitaux nécessaires sont mis à disposition du « manufacturier de la famille » en numéraire ; en revanche, ce dernier n’appelle que progressivement le capital, au fur et à mesure de ses besoins. C’est donc l’autofinancement qui est de règle et ce modèle de financement semble se perpétuer tout au long du xixe siècle13. Cette variante septentrionale semble également s’appliquer à la situation observable dans les départements réunis de Belgique, du moins pour celui de l’Escaut, le mieux connu14. Sans que ces modèles et variantes s’excluent mutuellement, ce seraient donc les modalités de la mobilisation des fonds – immédiate, différée et/ou progressive – qui les différencieraient en premier lieu.

10En étudiant les entreprises industrielles implantées dans une région différente de celle dont l’entrepreneur est originaire, on se trouve de nouveau confronté à une situation spécifique. À la question du financement s’ajoute celle de savoir si le manufacturier en question arrive sur place avec la somme qu’il considère comme nécessaire à son installation ou s’il dispose de moyens de crédit, lettre de change ou compte courant, auprès de négociants banquiers locaux. Plus généralement, la part prise par des « étrangers » dans le développement de l’industrie cotonnière du Nord et de Belgique reste à déterminer ainsi que les raisons qui les poussent à s’implanter en dehors de leur région d’origine, pour enfin établir dans quelle mesure ils réussissent plutôt mieux ou moins bien que leurs concurrents locaux. À vrai dire, les exemples repérés dans le Nord ne permettent que très partiellement de répondre à toutes ces questions. Les raisons qui poussent les Parisiens à venir s’installer dans les départements septentrionaux sont nombreuses, sans être toutes spécifiques à ces territoires, et la présentation qui suit insiste progressivement sur les éléments -caractéristiques de ces régions.

  • 15 Arch. nat., F12 652, cité par S. Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 230.
  • 16 Jeanine Ruckebusch, L’industrie textile dans la région lilloise sous la Révolution et l’Empire, DES (...)
  • 17 Arch. mun. Lille, FG 15 361/7549 : filature de coton, lettre du ministre de l’Intérieur à Wicart, P (...)
  • 18 J.- P. Hirsch, Les deux rêves du commerce…, op. cit., p. 234-235.

11En premier lieu, on peut souligner « l’aubaine exceptionnelle pour tous les entrepreneurs établis ou les candidats entrepreneurs » que constitue la mise à disposition et/ou la vente des vastes locaux d’origine nationale, dont profitent aussi bien les locaux que les « étrangers » à ces régions. Ces locaux, le plus souvent ecclésiastiques, s’avèrent particulièrement bien adaptés à l’activité textile ; dès juin 1791, les administrateurs du département du Nord demandent au ministre de l’Intérieur la permission « d’employer pour l’établissement des ateliers d’industrie une partie des maisons ci-devant occupées par les religieux » et donc d’en abandonner « momentanément la jouissance aux manufacturiers et fabricants qui pourraient en avoir besoin et ce gratuitement ou moyennant un loyer modique15 ». Le Dunkerquois Henry Mather est sans doute l’un des premiers à bénéficier de cette possibilité : dès le 21 juillet 1791, le directeur de ses ateliers de Merville dépose une demande de mise à disposition de la Maison des Capucins de la ville afin d’y installer de nouveaux ateliers puis en octobre suivant, il dépose lui-même une requête similaire en vue d’obtenir la jouissance de l’Hôtel de l’Intendance à Dunkerque et y installe une manufacture de teinture et d’apprêt de velours. C’est là qu’il met au point le procédé de fabrication d’une nouvelle espèce de velours de coton qui lui vaut de se voir décerner le premier brevet d’invention avec monopole temporaire d’exploitation délivré dans le Nord16. De son côté, le Parisien Claude Alexandre Rodesse se porte acquéreur, le 28 octobre 1791, du Palais de l’archevêché de Cambrai au Cateau pour la somme de 58 200 lt ; il y installe une filature de coton qu’il exploite pour son compte avant de la revendre en l’état, bâtiments et machines, à un négociant de la ville en 1810. En fructidor an XII, les Lillois Charles Fiévet, Reumont et Wicart17 installent à leur tour une importante filature de coton dans les locaux de l’abbaye de Loos, loués à leur propriétaire, Pedro Virnot : en mai 1808, elle accueille 90 ouvriers chargés d’actionner 3 024 broches en mule-jennies, bientôt transférés à Lille même lorsque la faillite des Virnot leur impose de se défaire de leur patrimoine foncier18. Les approvisionnements en matières premières se trouvent également facilités par la proximité des ports, locaux mais aussi belges et hollandais, qui assurent un temps la continuité des acheminements en coton américain ; s’y ajoutent l’importante concentration de maisons de commerce, prêtes à fournir tout ce qu’on pourrait leur demander, enfin les nombreux gisements charbonniers du Sud et de l’Est de la région. Ces départements profitent également de leur situation géographique, très en arrière des zones de combat : les derniers troubles en Belgique datent de 1799 lors de la Guerre des Paysans et de 1809, lorsque les Anglais échouent dans leur tentative de débarquement à Walcheren. L’existence de vastes marchés de consommation au Nord, en Belgique puis en Hollande, et au Sud avec Paris, constitue sans nul doute un attrait supplémentaire puisqu’il permet de commer-cialiser aisément les productions manufacturières, pour autant qu’aucune crise majeure (économique ou politique) ne sévit. Enfin la présence d’une main-d’œuvre abondante, bien souvent déjà formée et à ce titre détentrice d’un « savoir-faire », ainsi que la présence antérieure d’un tissu industriel constituent autant d’éléments particulièrement attractifs aux yeux des manufacturiers. Au total, les départements du Nord et de Belgique apparaissent comme un espace de paix et de prospérité, que seules les crises économiques de 1808 et 1810-1811 puis la perte des départements réunis en 1813-1814 mettent en péril. En dépit de ces divers attraits, bien rares sont les entrepreneurs à venir tenter leur chance dans le Nord de l’Empire et les exemples présentés ici rassemblent sans doute une large majorité des implantations effectives.

  • 19 Annuaire statistique et historique de l’arrondissement de Douai, département du Nord, an 1808, Doua (...)
  • 20 Fernand Beaucour, « La filature et manufacture de coton des Grands-Anglais à Douai. Un exemple de l (...)

12La filature des Grands-Anglais à Douai constitue un cas particulier à plusieurs titres : il s’agit d’une initiative strictement locale, mais ses promoteurs n’hésitent pas à solliciter le soutien financier de bailleurs de fonds « parisiens » ; la forme juridique de l’entreprise présente ensuite la particularité d’être, à l’origine tout du moins, une société en commandite par actions associant une multitude de particuliers ; enfin c’est la première manufacture nordiste à envisager sérieusement de s’équiper de machines à vapeur pour actionner ses mule-jennies. Sous l’Ancien Régime, la présence à Douai de l’Université, du Parlement et de nombreuses congrégations dans ses murs avait rendu inutile, voire empêché le développement industriel de la ville, mais depuis la fermeture des établissements ecclésiastiques puis le transfert de la préfecture à Lille au début de l’an XII, l’économie locale est durement touchée. Afin de « ramener le commerce et les fabriques à Douai19 », le sous-préfet Masclet, lui-même Douaisien de naissance, et Louis Jean Focart-Duchateau, entreprennent de réaliser l’ambitieux projet d’implanter une importante unité de production textile dans le Collège des Grands-Anglais, dont Focart est le locataire en vertu d’un bail signé le 6 nivôse an XIII/27 décembre 180420.

  • 21 Charles Schmidt, « Les débuts de l’industrie cotonnière en France, 1760-1806 », Revue d’Histoire de (...)

13Masclet s’attache de son côté à trouver les fonds nécessaires à une telle entreprise. Ancien journaliste, il connaît l’importance des mots et met tout l’art dont sa plume est capable dans un prospectus, qualifié d’« alléchant » par Charles Schmidt21 ; il y présente les vastes bâtiments de quatre étages de plus de 200 mètres de long sur 8 de large, et le dessein des premiers associés : installer 200 métiers de type mule-jenny avec 216 broches, activés par une machine à vapeur et produire 1 000 livres de coton filé par jour à raison de 10 heures de travail par jour, la main-d’œuvre se composant principalement d’enfants de 7 à 14 ans. Il s’agit là d’un véritable projet industriel, de surcroît novateur dans la répartition qu’il prévoit entre capital variable et capital fixe puisque dans cette opération, le premier constitue clairement une donnée annexe au regard du second, bien plus conséquent puisque comprenant à la fois de vastes locaux, des mécaniques et un « moteur ». Une mule-jenny de ce type coûte en effet 2 600 F à Paris auxquels il convient d’ajouter les frais de transport jusqu’à Douai, soit un total de 3 000 F par machine, mais Masclet envisage d’en construire sur place pour un coût estimé à 1 800 F pièce ; quant au prix d’une machine à vapeur, il atteint 7 000 F pour un petit modèle, frais d’installation en sus. L’investissement initial apparaît donc comme particulièrement important, ce qui explique sans doute le recours à la formule de la société en commandite par actions : les statuts de cette dernière sont explicitement calqués sur ceux de la Banque de France, modèle de confiance et rigueur gestionnaire, avec un conseil de surveillance, et la mise en circulation de 400 actions de 1 000 F et 400 autres de 500 F, pour un capital social de départ à 600 000 F. Et Masclet de conclure son prospectus en estimant que l’« on pourra filer du coton aux Grands-Anglais trois mois après la réunion des premiers fonds ».

  • 22 Bibliothèque municipale de Douai (désormais BM Douai), Ms 1400 : Filature des Grands-Anglais, liste (...)
  • 23 On y retrouve également des grands noms de l’histoire récente de Douai, comme l’ancien conventionne (...)

14Dès le 14 germinal an XIII/4 avril 1805, la Feuille de Douai annonce la formation d’une commission chargée de recueillir les souscriptions et composée de six membres, parmi lesquels d’Haubersart, premier président de la Cour d’appel de Douai, le maire de Douai Deforest, le député au Corps législatif Dumoulin et Gautier, présenté comme « ex-administrateur [du département] et propriétaire » ; en moins de deux semaines, les 5/6e de la somme sont réunis et le 18 germinal an XIII/8 avril 1805, le même journal publie une première liste de 124 actionnaires, complétée le 26 germinal/16 avril suivant par une seconde liste comptant 77 noms ; les actionnaires primitifs de la Société par actions de la filature du Collège des Grands-Anglais sont donc 201 au total22. On retrouve là toute la bonne société bourgeoise de la ville, élargie pour l’occasion aux principaux fonctionnaires municipaux et nationaux en poste dans la sous-préfecture du Nord : les propriétaires, négociants et autres marchands côtoient les magistrats de la Cour d’appel de la ville, les membres du conseil municipal apposent leur signature au côté de celle de l’inspecteur de l’Enregistrement et des Domaines, du payeur de la Guerre Freschart ou du sous-préfet. On note également la présence d’actionnaires n’habitant pas Douai, parmi lesquels cinq Lillois, dont le receveur général Gossuin et le négociant Heggman, de quelques Belges et surtout de plusieurs Parisiens : ces derniers, plus ou moins éminents, appartiennent en fait à la « diaspora » douaisienne ou nordiste, comme l’inspecteur général des Postes Boulanger, acquéreur de biens nationaux nordistes, les (anciens) fournisseurs aux armées Paulée et Vanlerberghe, qualifiés de « propriétaires à Paris », le préfet de police de la capitale Dubois, le sénateur Herwyn ou encore Merlin, procureur impérial à la Cour de cassation23. Pour l’immense majorité des actionnaires, il est cependant probable que la dimension proprement industrielle de la société demeure accessoire et qu’ils voient dans cette opération une forme originale de réaction locale au transfert de la -préfecture, en plus d’être un placement attractif et financièrement rentable. En effet, le dividende provisoire, fixé chaque année par le conseil d’administration de la manufacture, atteint 6 % l’an pour les titres de 1 000 F, soit un point de plus que la rente foncière, et les souscripteurs conservent de plus la possibilité de ne verser le capital souscrit que de trois en trois mois. En dépit de l’apparente modernité de la formule choisie, on retrouve donc là le modèle de financement local, voire familial, même s’il est ici étendu à l’échelle d’une ville tout entière.

15La société de filature des Grands-Anglais est officiellement constituée le 15 floréal an XIII/5 mai 1805, date de la première assemblée générale : Masclet, maître d’œuvre de l’opération, accepte de prendre la présidence de la commission de surveillance et Focart-Chateau se voit confier la direction de l’établis-sement. Ce dernier entreprend immédiatement un long voyage d’études dans les régions cotonnières de Belgique et de Normandie. À Rouen, il fait l’acquisition de vingt-quatre métiers à tisser pour un total de 24 800 F, puis organise leur acheminement jusqu’à Douai, choisissant de les transporter montés, afin de permettre leur mise en activité dès leur arrivée, ce qui nécessite l’emploi de caisses volumineuses et difficilement transportables. Elles arrivent à Douai au début de l’été 1805, accompagnées des ouvriers normands chargés de leur installation et de la formation du personnel local. Reste à régler la question des machines à vapeur destinées à actionner les mécaniques : le projet initial prévoyait d’en faire construire, éventuellement à Douai même, mais la livraison ne peut pas intervenir avant deux ans et en fructidor an XIII, le maire de Douai sollicite très officiellement du ministre de l’Intérieur la mise à la disposition de la société des deux machines à vapeur de l’Île des Cygnes, alors « sans activité et sans destination ». Le 15 frimaire/6 décembre suivant, Champagny lui fait part de son refus, estimant qu’elles sont nécessaires à la ville de Paris et qu’alors que se multiplient les manufactures de coton, celle de Douai n’a pas plus qu’une autre droit aux « faveurs du gouvernement » ; il faut donc se résigner à recourir à la force animale jusqu’à l’installation des machines à vapeur.

16Ce refus coïncide avec la première crise grave que traverse la société, matérialisée par la suspension de toute activité aux Grands-Anglais depuis le 6 novembre 1805, soit moins de six mois après sa formation. Depuis l’été et le retour de Focart-Chateau, un différend l’oppose aux membres du conseil de surveillance qui lui reprochent entre autres d’avoir acheté de son propre chef les métiers à tisser alors qu’il était prévu de les construire à Douai d’après modèle, de ne pas avoir déposé le cautionnement demandé ou encore de n’apporter à la société qu’un bail de neuf ans, et non de dix-huit comme il l’avait initialement affirmé ; la querelle s’envenime et se conclut finalement par une rupture en bonne et due forme entre les deux parties, début décembre 1805. La société se trouve alors sans dirigeant, entraînant la méfiance des actionnaires, convoqués à une nouvelle assemblée générale le 21 frimaire an XIII/12 décembre ; deux d’entre eux, Louis Eugène Lolliot et Philippe Jean Joseph Gautier d’Agoty, consentent finalement à en prendre la direction. Les deux hommes siègent depuis l’origine à la commission de surveillance dont Gautier d’Agoty est le secrétaire en même temps qu’il assume les fonctions de trésorier de la société, mais ils n’ont en revanche pas d’expérience à proprement parler industrielle, le premier n’étant connu que comme « propriétaire » alors que le second ne se rattache au monde de la production que par son passé d’imprimeur à Douai. L’accord du 15 juin 1806 prévoit la cession complète de la filature, et de ses charges, aux deux hommes et sanctionne le désengagement des bailleurs de fonds initiaux en même temps que l’échec de la formule d’« actionnariat collectif », au profit d’un modèle entrepreneurial plus traditionnel, encore renforcé lorsque en mars 1807, Lolliot décide de se retirer et cède ses parts à Gautier d’Agoty, désormais seul propriétaire de la manufacture. De son côté, Masclet continue à participer au développement de la manufacture jusqu’à sa nomination à la sous-préfecture de Cosne (Nièvre), en mai 1811. En janvier 1806, informé que des commis voyageurs parcourent la France en colportant la nouvelle de la ruine des filatures normandes et parisiennes, il s’en inquiète auprès du ministre de l’Intérieur et s’empresse de diffuser auprès des actionnaires, inquiets et susceptibles de retirer leur confiance et leurs fonds, la lettre rassurante qu’il reçoit en réponse, ce qui lui vaut un rappel à l’ordre de la préfecture du Nord, lui reprochant de transformer une correspondance officielle en circulaire commerciale.

  • 24 S. Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 254.
  • 25 BM Douai, Ms 1400. On le retrouve dans la thèse de M. Kasdi, La naissance de l’industrie cotonnière (...)
  • 26 La manufacture compte 6 144 broches et emploie 158 ouvriers en 1812, contre 2 296 broches et 55 ouv (...)
  • 27 Arch. nat., F12 936B : liste des principaux négociants du Nord, 14 novembre 1810.

17Seul maître à bord, Gautier d’Agoty est alors en mesure de profiter pleinement des conséquences des décrets prohibitifs de février 1806, qui assurent à l’entreprise une période de prospérité et de stabilité : en août 1806 et grâce aux efforts de Masclet, la société dispose des locaux pour une période de 27 ans en vertu d’un bail emphytéotique, sanctionné par un décret impérial, et fixant le loyer annuel à 2 500 F. Le manufacturier entend également assurer la croissance de l’entreprise en maîtrisant l’ensemble du procédé de fabrication : en 1806, il envoie son fils Édouard suivre les cours du Conservatoire national des arts et métiers et s’attache la même année les services du fileur et mécanicien anglais Georges Hards, arrivé en France pendant la Paix d’Amiens puis retenu comme otage et interné à Valenciennes24. Un plan de la filature, conservé à la bibliothèque municipale de Douai25, permet d’observer la distribution des quatre étages d’ateliers de part et d’autre du cloître, la filature à gauche et le tissage à droite, alimentés par un vaste atelier de préparation sur deux étages ; on remarque également la forge et l’atelier de construction ainsi que le « manège-moteur » dont la présence indique que les machines à vapeur n’ont jamais vu le jour et ont laissé la place à un moteur moins moderne mais également moins coûteux. En 1808, Gautier d’Agoty aurait procédé à un appel de fonds dont les modalités demeurent mal connues ; certains ont cru y déceler l’indice de difficultés financières, mais le nombre croissant de métiers et d’ouvriers de la manufacture incite plutôt à y voir une recherche extérieure de capitaux destinés à financer une forte croissance dans un contexte de début de crise26. Un rapport du préfet du Nord de novembre 1810 décrit avec précision l’activité et l’équipement de la manufacture à la veille de la crise industrielle de la fin de l’Empire : s’approvisionnant en coton d’Espagne et de Naples, elle dispose pour la filature, de quatre-vingts métiers, tant mule-jennies que continus, et de 700 broches et pour le tissage, de 150 métiers auxquels doivent encore venir s’ajouter les « huit métiers, ensemble 2 000 broches, actuellement en construction » ; elle emploie directement 350 ouvriers et 60 au dehors, installés « dans diverses maisons particulières de Lille » ; son chiffre d’affaires annuel est de 800 000 F pour un mouvement annuel de fonds atteignant 1,2 million ; enfin ses « produits [sont] recherchés sur les marchés de Rouen, Amiens, Lyon, Paris, par les manufactures d’indiennes de Mulhausen, de Neuchâtel, de la Suisse, du Midi de la France et de la ci-devant Belgique27 ».

18L’ordonnance royale de mai 1814 promulguant la suppression des droits de douane sur le coton, finit d’affaiblir une manufacture fragilisée par la crise des dernières années de l’Empire et en avril 1815, Gautier d’Agoty prévient le maire de Douai qu’il se trouve dans l’obligation de fermer ses ateliers jusqu’à la reprise des commandes ; à la fin de l’année, ses pertes s’élèvent à plus de 300 000 F et il cède finalement sa manufacture quelques années plus tard, en dépit de son désir de voir son fils lui succéder à sa tête.

  • 28 Sur les 118 filateurs en activité dans le Nord entre 1800 et 1815 recensés par M. Kasdi, on trouve (...)
  • 29 Il suit de nouveau les cours du CNAM (Conservatoire national des Arts et Métiers) en 1806.
  • 30 M. Kasdi, La naissance de l’industrie cotonnière dans le département du Nord…, tome III, p. 506.
  • 31 Jean-Baptiste Gombert, négociant, acquéreur de biens nationaux en l’an II et en l’an III ; cf. J.- (...)
  • 32 Arch. mun. Lille, FR 17 998/1 : État des filatures de coton établies dans le département du Nord au (...)
  • 33 ANMT, 3AQ 253 : lettre du 29 août 1808.
  • 34 Pierre Pouchain, L’industrialisation de la région lilloise de 1800 à 1860. Contribution à l’étude d (...)
  • 35 ANMT, 3AQ 253 : lettre du 23 septembre 1809.

19L’installation dans le Nord de manufacturiers « étrangers » au département date du Consulat ; la plupart viennent de la capitale28, parfois après un détour par une autre région française, et ils entendent bien profiter des mesures adoptées entre l’an XII et les décrets prohibitifs de février 1806 pour étendre leurs activités, avec un succès partagé. Le premier d’entre eux est Charles Louis Gombert, tisseur précédemment installé rue de Sèvres, à Paris ; il figure parmi les dix-sept premiers élèves admis au CNAM pour y suivre un enseignement théorique sur la filature de coton à partir du 28 prairial an XII29 et installe l’année suivante une filature à Houplines, dans la banlieue d’Armentières. Il se trouve donc au contact immédiat de ses concurrents nordistes, qui n’admettent sa présence qu’en raison de son association avec l’un des leurs, Jean-François Woussen, ancien avocat au Parlement de Flandre, député du Nord au Conseil des Cinq-Cents puis magistrat à la Cour d’appel de Douai sous l’Empire30. Gombert se trouve ainsi accompagné, introduit dans le milieu fermé du coton nordiste ; il est d’ailleurs possible qu’il soit lui-même apparenté à un négociant lillois, son homonyme, signalé comme acquéreur de biens nationaux par J.-P. Hirsch31. Les modalités exactes de l’accord liant les deux hommes ne sont pas mieux connues : Woussen est-il le bailleur de fonds de Gombert dont le nom apparaît seul sur la liste de 1805, est-il le propriétaire des locaux, se charge-t-il de commercialiser la production de son associé ? On ne sait. En revanche, la correspondance qu’ils entretiennent avec le Lillois François Briansiaux atteste qu’ils bénéficient de son soutien financier, ou du moins de facilités de caisse, ainsi que de celui de la maison parisienne Gombert père & fils, ce qui semble confirmer l’hypothèse d’un relais financier local offert aux manufacturiers « étrangers » à la région. On suit sans mal le développement de l’entreprise de l’apparition de la manufacture à la première crise cotonnière de l’Empire, en 1808 : un état daté du 1er janvier 1806 indique que la filature est équipée de six mule-jennies totalisant 720 broches et 30 ouvriers pour une production annuelle de 3 700 kg32 ; en mai 1808, les deux hommes disposent déjà de 1 260 mule-jennies et de 240 broches continues, actionnées par 70 ouvriers, jusqu’à ce que la crise de l’été les contraigne à réduire leur activité : à la fin août, ils acceptent « avec plaisir l’offre de prorogation de l’échéance de paiement des 10 168-10-3 lt » qu’ils doivent à Briansiaux33 ; en novembre de la même année, ils ne font plus fonctionner que 860 mule-jennies et ont restreint leur personnel à 46 personnes34. L’entreprise surmonte cette première crise, mais demeure financièrement fragile et en septembre 1809, les deux associés écrivent à Briansiaux que « puisque vous êtes disposé à nous rendre service près de vos amis, un crédit de 12 000 à 15 000 F nous serait très avantageux dans le moment actuel et nous profitons librement de vos offres obligeantes […]. Quant à votre proposition de disposer à terme sur MM. Gombert père & fils, ce moyen nous paraît également bon, mais dans ce moment, le premier suffit35 ». Ces sommes sont probablement investies en matériel et l’entreprise semble opter pour une production différente de celle de ses concurrents directs en proposant à ses clients des fils toujours plus fins, les plus chers et les plus recherchés aussi, qu’elle est la seule à fabriquer dans le Nord :

  • 36 Annuaire statistique du département du Nord pour 1811, p. 90. Plus le chiffre est élevé, plus le co (...)

« D’après des renseignements exacts, recueillis vers le milieu de 1809, [les manufactures de coton] dont Tourcoing et Roubaix sont chef-lieu ne consommaient à cette époque que des filés du n° 30 au n° 80. Une fabrique seulement de l’arrondissement [de Lille] filait depuis le n° 70 jusqu’au n° 130 et même jusqu’au n° 150 (celle de MM. Gombert & Woussen, à Houplines) ; dans les filatures de Cambrai et Vaucelles, les n° 25 à 75 sont ceux que l’on filait alors plus habituellement36 ».

20En comparant ces chiffres avec les indications mentionnées dans le tableau de décembre 1805, on mesure le chemin parcouru, puisque à cette date, la manufacture Gombert ne filait que les n° 30 à 60 et ces résultats n’ont pu être obtenus que grâce à la mise en œuvre d’un matériel plus performant, plus moderne et sans doute plus coûteux que celui de leurs concurrents. L’origine extra-régionale de l’un des associés permet alors de risquer l’hypothèse selon laquelle les entreprises bénéficiant d’apports extérieurs de capitaux, présumés plus importants que ceux dont disposeraient les manufacturiers locaux, sont à même de fabriquer des produits plus fins, de meilleure qualité et se démarquant nettement de la production locale. Gombert & Woussen n’en sont pas moins durement touchés par la crise de 1811 : éprouvant de graves difficultés de trésorerie, ils demandent à Briansiaux « de ne pas insister davantage au règlement du solde que nous vous devons », puis lui lancent solennellement un ultime appel :

  • 37 ANMT, 3 AQ 253 : lettres des 3 et 11 février 1811.

« C’est dans les circonstances difficiles qu’on a recours à ses amis et comme vous savez mieux que nous combien les négociations sont difficiles et même désavantageuses, vous nous obligeriez infiniment de nous envoyer 2 000 à 3 000 F de papier le plus court possible sur Paris, nous réglerons alors le tout ensemble ; n’allez pas nous dire que vous n’en avez pas, car dans ce cas, nous vous prierions d’en demander à vos amis ou de nous en acheter. Nous ne nous trouverions pas gênés si nous voulions comman-der des marchandises et tirer sur les consignations, mais ce mode est trop ruineux et nous aimons mieux attendre l’occasion -immanquablement -prochaine de placer nos objets manufacturés37 ».

21Leur correspondance avec le négociant lillois s’interrompt le 15 mars suivant et par la suite les archives ne mentionnent plus la filature, indiquant qu’elle a sans doute disparu à l’occasion de cette crise. La première tentative d’implantation d’un Parisien dans le Nord se solde donc par une disparition prématurée.

  • 38 Marie-France Callot, L’industrie de la région lilloise et du Douaisis pendant le Blocus -continenta (...)

22Il faut attendre le début de l’Empire pour voir des Parisiens tenter seuls l’aventure nordiste, avec des fortunes diverses. En 1803, Jacques Constantin Périer, l’inventeur de la pompe à feu de Chaillot, entreprend auprès du préfet du Nord les démarches nécessaires pour disposer des locaux du Collège Saint-Vaast, à Douai, non loin de celui des Grands-Anglais, afin d’y installer une manufacture de coton. Il ne s’agit pas là de sa première incursion dans le monde du textile puisque en 1791 déjà, il a fondé une filature à Nonancourt en Normandie, agrandie en 1795. Son nouveau projet semble être lié à celui de Mairesse-Coulon qui, d’après une lettre du directeur des fortifications de Douai au ministre de la Guerre du 30 novembre 1803, serait prêt à acquérir le bâtiment des Bénédictins anglais, attenant au Collège Saint-Vaast, « où il consentirait à transférer de Lille sa manufacture d’indiennes38 ». Le quartier des collèges de Douai prendrait alors l’allure d’une véritable zone industrielle avant la lettre, associant deux filatures et une indiennerie, même si cette dernière ne semble jamais avoir vu le jour.

  • 39 Annuaire statistique et historique de l’arrondissement de Douai pour l’an 1808…, op. cit.
  • 40 Arch. nat., MCN, LII, 758 : obligation du 29 juillet 1813.
  • 41 Arch. dép. Nord, J 1318/38 : minutes de Me Salembier, minute du 5 août 1813.
  • 42 S. Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 334-336 et 360 et M. Kasdi, La naissance de l’ (...)
  • 43 Marcel Gillet, « Industrie et société à Douai au xixe siècle », Revue du Nord, avril-juin 1979, p.  (...)

23Périer obtient la cession des locaux du Collège Neuf Saint-Vaast à Douai le 18 ventôse an XIII/9 mars 180539, contre paiement d’une somme de 36 000 F, à verser en cinq annuités et à la condition d’y établir une manufacture de coton. Il prévoit d’y installer 40 mule-jennies de 216 broches chacune, capables de produire 400 à 500 livres de coton filé par jour puis dès l’année suivante, d’équiper sa filature d’une machine à vapeur à double chaudière d’une puissance de 10 CV destinée à actionner les métiers. Le prix d’une telle mécanique, la toute première de ce type installée dans le Nord, atteint 30 000 F et en 1807, l’ensemble de la manufacture est estimé 60 000 F, avant que la crise de 1811 n’en ramène la valeur au tiers de cette somme. Pour financer son installation, Périer compte sans doute sur ses deniers personnels ainsi que sur le soutien de l’État. Il doit cependant se résoudre à emprunter une partie des sommes nécessaires et le 29 juillet 1813 reconnaît devant notaire devoir 25 000 F à Jean Jacques Laurent, instituteur particulier domicilié à Paris, à charge pour lui de rembourser la somme et les intérêts à raison de 5 % l’an dans les trois ans40. Une partie au moins de ces fonds est immédiatement employée à régler le solde du prix des locaux : dès le 5 août suivant, son fondé de pouvoir remet 14 000 F au receveur des Domaines de Lille à cette fin41. Huit ans après son installation dans le Nord et en dépit des conditions préférentielles qui lui ont été consenties, le Parisien se trouve donc toujours débiteur d’une forte somme envers l’État. À la fin de l’Empire, Périer ne peut sans doute toujours pas espérer tirer des bénéfices de sa filature, celle-ci n’ayant jamais été véritablement en activité et il finit par la céder à son gendre en janvier 1817, pour 40 000 F42. La greffe parisienne n’a donc pas prise dans le Douaisis, alors que l’emprise de la métropole lilloise tend progressivement à s’étendre vers le Sud du département au lendemain de l’Empire. Le textile douaisien, un temps ranimé par des entrepreneurs anglais pendant la Restauration et la monarchie de Juillet, demeure pourtant de faible importance et n’est jamais en mesure de concurrencer efficacement la puissance de l’agglomération lilloise ; la ville de Douai ne connaît finalement de véritable essor industriel que dans la seconde moitié du xixe siècle, grâce au développement de l’industrie sucrière dont les bénéfices permettent de mettre en exploitation le prolongement du bassin houiller du Nord à partir de 1847-185243.

  • 44 S. Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 265.
  • 45 Pierre Giraud, « Le sort de l’abbaye de Vaucelles de la Révolution à nos jours », Mémoires de la So (...)
  • 46 Charles Schmidt, « Un essai de statistique industrielle en l’an V », Bulletin de la Commission des (...)

24On repère également des Parisiens dans l’arrondissement de Cambrai, à l’Est du département : le tisseur F. G. Lehoult, précédemment négociant dans la capitale puis filateur à Versailles à l’automne 1802, s’installe à Cambrai même en avril 180344 alors que les frères Dufrayer, également originaires de la région parisienne, s’établissent dans les locaux de l’abbaye de Vaucelles, à quelques kilomètres au sud de Cambrai, au printemps 1805. Il s’agit donc une nouvelle fois d’une implantation industrielle dans des bâtiments d’origine nationale, passés de main en main depuis 179145 : les moines récollets qui l’occupaient en sont expulsés en septembre 1792, quelques jours avant que les autorités du district ne fixent l’estimation des bâtiments et des 300 ha appartenant à l’abbaye à 596 733 lt (3 octobre 1792) ; une première vente réalisée en février 1793 est rapidement annulée pour folle enchère et ce n’est qu’au printemps 1795 que l’abbaye devient la propriété de deux négociants de Saint-Quentin, Doublet & Clin, qui déboursent 750 000 lt. Loin d’avoir un projet industriel, ils procèdent à de nombreuses démolitions et s’empressent de revendre les matériaux ainsi récupérés ; seule l’intervention de l’administration de district empêche la destruction complète de l’édifice. L’abbaye et ses dépendances restent cependant la propriété des négociants jusqu’en l’an XII, sans qu’on sache exactement l’usage qu’ils en font, du moins jusqu’en l’an VI. Le 26 frimaire, les autorités du canton de Walincourt indiquent, en réponse à la demande de renseignements émanant du ministère de l’Intérieur, que « la ci-devant abbaye de Vaucelles, dépendance de Crèvecœur, est […] convertie en une blanchisserie ; le nombre d’employés qu’elle alimente est d’environ cinquante46 », sans toutefois préciser si Doublet & Clin l’exploitent pour leur compte ou s’ils ont loué les locaux à d’autres. À l’été de l’an XII, soit désir de recentrer leurs activités sur Saint-Quentin, soit urgente nécessité de liquidités, les propriétaires mettent en vente les bâtiments et chargent la Feuille de l’arrondissement de Cambrai d’en assurer la publicité :

  • 47 Feuille de l’arrondissement de Cambrai du 27 thermidor an XII/15 août 1804.

« On vendra le 7 fructidor prochain […] la moitié divisée de la ci-devant abbaye de Vaucelles, occupée et appartenant à M. Doublet. Le principal corps de bâtiment a 160 pieds de longueur sur 36 de largeur, [suit une description des pièces d’habitation] des caves assez grandes pour contenir 600 pièces de vin. Plusieurs anciens bâtiments qui dépendent de la même maison sont susceptibles d’être réparés et utilisés si on voulait y établir une manufacture. Un aqueduc qui passe sous le bâtiment donne le moyen d’y établir un tournant capable de faire mouvoir toute espèce de mécanique […]. Cette propriété est très agréablement située et dans un bon air. Le voisinage du nouveau canal de Saint-Quentin la rend propre à servir de lieu d’entrepôt […]. On donnera des facilités pour les payements47 ».

  • 48 S. Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 288-290.

25C’est à cette occasion que l’abbaye passe aux Dufrayer dont le parcours est représentatif de ces « négociants parisiens engagés directement dans l’investissement industriel, la plupart […] hors des limites de la capitale48 ». Nicolas, le père, est une figure du négoce parisien : il siège au Tribunal de commerce en 1790, compte parmi les associés-administrateurs de la Caisse d’escompte du commerce fondée en 1797 et au nombre des deux cents principaux actionnaires de la Banque de France au début du Consulat, enfin dirige la maison Dufrayer père & fils, secondé par Louis Nicolas et Charles Théodore ; c’est peut-être à l’instigation de Claude Alexandre, un autre de ses fils, directeur de la filature de coton d’Ormesson, à Épinay-sur-Seine, qu’il se lance dans l’aventure industrielle en devenant successivement propriétaire d’une petite manufacture de tissage en l’an V puis d’une filature au Clos-Payen, quartier des Gobelins, en l’an X. L’année suivante, la maison de commerce doit cependant suspendre ses paiements, avant d’obtenir de la part de ses créanciers un concordat assez avantageux pour lui permettre de poursuivre et de réorienter son activité. L’arrêté du 6 brumaire an XII accordant la protection des autorités impériales aux filateurs de coton apparaît en effet aux frères Dufrayer comme une bonne occasion de transférer l’ensemble de leurs activités industrielles de la région parisienne dans le Nord et, par ses dimensions comme par les facilités qu’elle offre, l’abbaye de Vaucelles semble tout indiquée pour accueillir leur nouvelle manufacture, acquise en prairial an XIII.

  • 49 M. Kasdi, La naissance de l’industrie cotonnière dans le département du Nord…, tome III, p. 540.
  • 50 Almanach du commerce de Cambrai pour l’année 1808, p. 25.
  • 51 L. Bergeron, Banquiers parisiens…, op. cit., p. 208.
  • 52 Serge Chassagne, Oberkampf, un entrepreneur capitaliste au Siècle des Lumières, Paris, Aubier, « Co (...)
  • 53 » Le produit de ces continues peut être doublé à très peu de frais en travaillant jour et nuit, ce (...)

26En quelques années, ils réaménagent intégralement les locaux afin d’organiser de façon optimale l’espace de production : les bâtiments conventuels, transformés en un vaste atelier de filature, voient leur plancher rehaussé afin que la lumière du jour éclaire directement les mule-jennies, mises en action par la force hydraulique49. L’ensemble des avantages du site originel a donc été mis à profit et les perfectionnements se poursuivent les années suivantes puisque en 1807, ils augmentent leur capacité de production en installant 1 000 broches supplémentaires et en établissant dans le moulin de l’abbaye « huit nouvelles machines continues hydrauliques de grande dimension et construites dans la dernière perfection pour filer du coton de chaîne n° 35 à 50 première qualité50 ». Les importants investissements en capital fixe permettent donc une modernisation et une mécanisation croissantes de l’outil de production ; à l’inverse, la masse salariale semble bien réduite, puisque en 1808, les Dufrayer emploient au total « 36 hommes et jeunes gens de 18 à 30 ans environ [et] 130 garçons et filles de 12 à 20 ans des villages de Crèvecœur, Bantouzel et Banteux », ainsi que 300 mulquiniers installés dans un rayon de six lieues autour de la manufacture, main-d’œuvre à la fois abondante, habile et surtout rétribuée « à un taux très modéré51 ». À Vaucelles, les Dufrayer produisent des cotons filés « dans les n° 36 à 80, qu’ils offrent au cours du jour aux maisons qui sont dans le cas d’en consommer », tout en pratiquant le tissage. Cette dernière activité leur a peut-être été suggérée par Oberkampf qui envisageait, avant 1806 et en prévision de la prochaine prohibition des toiles anglaises, d’en faire tisser pour son compte ; il s’était alors entendu avec les manufacturiers, avant que les « aperçus » qui lui étaient parvenus ne l’en dissuadent « puisque les toiles [lui] reviendraient plus chères qu’en les achetant52 ». En tout état de cause, les Dufrayer savent pouvoir faire face à une forte croissance de la demande puisqu’ils se proposent le cas échéant de mettre en place des équipes de nuit53. Il s’agit donc là d’une importante manufacture, sans doute l’une des plus importantes de la région mais dont l’établissement puis la modernisation progressive nécessitent d’énormes investissements et la mobilisation de l’ensemble des possibilités financières des entrepreneurs.

  • 54 S. Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 290 et L. Bergeron, Banquiers parisiens…, op.  (...)
  • 55 Arch. dép. Nord, 6 U 1/18, cité par M. Kasdi, La naissance de l’industrie cotonnière dans le départ (...)

27Le cas Dufrayer apparaît comme exemplaire en ce sens qu’il présente les différentes sources de financement d’une manufacture sous le Consulat et l’Empire, concurremment mobilisées au gré des besoins. La première, celle à laquelle ils recourent avec le plus de régularité, reste la fortune familiale, entendue ici au sens large : l’insertion dans le monde des affaires du père avait sans doute été facilitée par la dot de 60 000 F que son mariage avec Mlle Vatinelle avait mis à sa disposition et lorsque en 1812 son fils Louis Nicolas épouse la fille du médecin parisien Menuret-Chambaud, il sait sans doute à quoi employer les 30 000 F qui lui sont remis comptant lors de la signature du contrat de mariage. Le patrimoine immobilier, composé pour le moins de trois maisons dans la capitale, d’une valeur globale de 140 000 F, ainsi que des locaux de la filature, estimés 200 000 F, est à son tour mis à contribution : il est dans un premier temps mobilisé par le biais d’obligations hypothécaires, comme celles souscrites en novembre 1806, pour financer leur saut dans l’industrie, puis de nouveau en mars 1808, lorsque le banquier parisien Jean Charles Davillier leur consent un prêt hypothécaire de 50 000 F en deux obligations à 6 % et 5 %, enfin en mars 1810, lorsqu’ils s’adressent à « d’obscurs capitalistes parisiens » dont ils obtiennent 30 000 F54 ; puis à mesure que la situation financière se dégrade, il leur faut progressivement accepter d’aliéner tout ou partie de ces biens, comme la maison de la rue de Ménilmontant, vendue 70 000 F en mars 1809. Les Dufrayer financent également leur aventure manufacturière en faisant appel au crédit et en premier lieu à celui de la maison de commerce familiale, du moins jusqu’à sa dissolution en mai 1806. Une nouvelle société, à vocation industrielle, prend alors la relève, associant trois des quatre frères Dufrayer, Louis Nicolas, Charles Théodore, qui prend la direction des opérations à Vaucelles, et François Auguste, jusque-là dirigeant de la maison Dufrayer & Sorey, installée à New York. En mars 1810, ils doivent pourtant transformer cette association en société en commandite par action au capital de 200 000 F (40 titres d’une valeur de 5 000 F) pour faire face à leurs besoins de trésorerie et ouvrent donc le capital de la manufacture à des bailleurs de fonds extérieurs. Dans l’intervalle, ils ont conclu un accord avec Davillier qui leur ouvre un compte courant auprès de sa banque et se charge probablement de commercialiser la production de la manufacture et fondent, toujours en 1810, une société en commandite par actions au capital de 500 000 francs55.

  • 56 Charles Ballot, « Les prêts aux manufactures sous le Premier Empire », Revue des études napoléonien (...)

28Enfin, ils comptent sur l’aide de l’État dont ils soutiennent la politique industrielle : dès fructidor an XII, ils sollicitent un prêt de 80 000 à 100 000 F et renouvellent en février 1806 leur demande, qu’ils justifient en indiquant « que le taux exorbitant de l’argent et la méfiance ne nous permettent pas de chercher auprès des particuliers quelques ressources », sans plus de succès. À la fin de l’Empire, les graves difficultés financières qu’ils rencontrent les poussent à demander un nouveau prêt de 150 000 F en janvier 1811, réduit à 100 000 F le mois suivant, sans que le gouvernement impérial ne donne suite56.

29Depuis janvier 1811 et les premiers effets de la crise économique et financière, leur position se trouve en effet considérablement affaiblie, principalement en raison de la brusque clôture du compte courant que Davillier leur avait accordé et en novembre 1813, les Dufrayer, « victimes à la fois de la conjoncture maussade et de leur propre témérité », selon les termes de S. Chassagne, se voient finalement contraints de déposer leur bilan. Celui-ci fait apparaître un actif de 240 260 F, immobilisé à hauteur de 64 %, pour un passif de 273 514 F, -composé entre autres d’une dette de 60 269 F envers Davillier ; on note également une créance de 14 280 F envers la veuve Crépin, ancienne maîtresse de poste installée à Bonavis, près de Cambrai, ce qui semble indiquer qu’une fois la source parisienne tarie, ils se sont tournés vers des bailleurs de fonds locaux. Au début 1817, le banquier parisien requiert du tribunal civil de Cambrai la mise en vente de l’abbaye de Vaucelles, prononcée le 26 avril 1817, et deux manufacturiers cambrésiens s’en portent acquéreurs, pour 71 000 F. L’entreprise repasse ainsi entre des mains nordistes.

  • 57 Statistique du département du Nord, tome II, p. 491.

30Les initiatives parisiennes dans le secteur du coton demeurent au total bien minoritaires dans le Nord et même si l’on y ajoute la tentative de vaste société en commandite par action des Grands-Anglais qui cherche hors des murs de Douai les capitaux nécessaires à l’installation de la filature, elles sont de peu de poids face aux soixante-neuf manufactures recensées en 1808. Par ailleurs, on observe qu’aucune d’entre elles ne parvient à se maintenir par-delà l’Empire, âge d’or bien relatif de la présence industrielle exogène dans le Nord, les manufacturiers, négociants et autres manieurs d’argent locaux conservant durablement leur autonomie. La localisation spécifique de ces filatures ne fait que confirmer cette impression : Périer s’installe à Douai et les Dufrayer à Cambrai, c’est-à-dire sur les grands axes routiers qui mènent à la capitale mais surtout à bonne distance de la « forteresse » que constitue dès cette période la métropole lilloise, tout entière aux mains des Lillois, Roubaisiens et Tourquenois pour de longues années encore ; dans le meilleur des cas, le Parisien Gombert n’est admis à Houplines que comme associé. Enfin, toutes les initiatives industrielles exogènes portent sur le seul coton et jamais sur la laine qui demeure la spécialité des manufacturiers locaux. En somme, le département du Nord, sans doute en raison de la vitalité de ses propres entrepreneurs et des réseaux presque exclusivement familiaux qui en forment la trame, parvient globalement à conserver la haute main sur sa production textile, ainsi que sur sa commercialisation. Le préfet Dieudonné le confirme lorsqu’il précise que « la place de Lille qui est le centre de presque toutes les fabrications de l’arrondissement est en même temps celui du commerce du département tout entier et de plusieurs départements voisins de l’ancienne France57 ».

  • 58 Arch. nat., F12 2196, cité par Ch. Schmidt, « Les débuts de l’industrie cotonnière en France, 1760- (...)
  • 59 Arch. nat., F1c III Ourthe 3 : Compte rendu décadaire du 11 frimaire an VI.
  • 60 R. Darquenne, Histoire économique du département de Jemappes…, op. cit. Par la suite, il continue à (...)

31L’extension du territoire vers le nord ouvre un nouveau champ d’action pour les manufacturiers et autres manieurs d’argent français : les uns et les autres espèrent y découvrir de nouveaux moyens de production, comptent s’y approvisionner en matières premières et s’y implanter si les conditions s’y prêtent. On repère également à cette occasion des transferts de technologie dans un sens comme dans l’autre et la conquête de la Belgique constitue sans nul doute une étape décisive dans la mécanisation de l’industrie cotonnière nordiste en lui procurant l’occasion d’équiper à moindre frais les manufactures qui s’y développent progressivement. L’une des missions des agences d’évacuation mises en place par la Convention consiste en effet à visiter les manufactures des provinces belgiques afin de rédiger des rapports sur les procédés de fabrication utilisés, recenser les mécaniques en activité et surtout en prendre possession au nom de la République. Celle trouvée à la manufacture de la Chartreuse de Bruxelles, installée par Édouard de Walckiers et déclarée de type anglais, est ainsi rachetée à son propriétaire, puis démontée et expédiée par bateau à Dunkerque ; là, le filateur H. Mather qu’on charge de l’examiner, la déclare comparable à celles alors en activité dans les centres cotonniers de Louviers, Arpajon, Montargis ou Amiens et obtient l’autorisation de l’utiliser. Il s’agirait de la première machine de ce type installée et peut-être en activité dans le Nord58 ; la mécanisation de l’industrie du coton dans les régions les plus septentrionales du territoire français serait donc fille de la conquête de la Belgique. Dans certains cas, c’est au contraire de France que vient le progrès technique, comme le montre le cas du capitaine Georges Gautier : le 11 frimaire an VI, le commissaire du Directoire près l’administration centrale du département de l’Ourthe indique dans son compte rendu décadaire que « le département a nommé un jury pour examiner une nouvelle machine propre à la filature du coton, inventée par le citoyen Gautier, capitaine d’artillerie59 ». Ce dernier, officier d’artillerie, est originaire de Basson (Haute-Marne) et obtient le 24 nivôse an VI/13 janvier 1798 un congé absolu pour mettre au point sa mécanique qu’il soumet donc aux autorités des principaux départements manufacturiers de Belgique, quelques mois seulement après sa mise en disponibilité. On le retrouve par la suite à la tête d’une importante filature de laine et de coton implantée à Charleroi, alimentant le marché local de ses draps et tricots et fournissant l’armée en guêtres. La médaille de bronze qu’il obtient à l’Exposition des produits de l’industrie nationale de l’an X puis son mariage avec la fille d’un maître des forges de la ville, Jean André Joseph Puissant, achèvent d’en faire un notable local60.

  • 61 Arch. mun. Lille, FR 17 931/8 : machine à carder.
  • 62 Arch. nat., F8100, cité par Ch. Schmidt, « Les débuts de l’industrie cotonnière… », art. cité, p. (...)
  • 63 Arch. mun. Lille, FR 17 998/1 : filatures et fabriques de bonneteries et de tissus de coton ; lettr (...)

32Le passage d’une fabrication proto-industrielle à une production manufacturière impose cependant que les ouvriers mettent de côté leurs préventions initiales à l’égard de ces nouveaux modes de production : lorsque la municipalité de Lille présente aux ouvriers les machines à carder et à filer qu’elle vient d’acquérir, elle se heurte à un refus de les voir mettre en activité et se voit contrainte de les reléguer dans un grenier. Sans doute s’agit-il de celle dont s’enquiert le ministre de l’Intérieur Letourneur auprès des autorités lilloises en prairial an VI, qu’il présente comme « une mécanique de nouvelle invention propre à carder et même à filer le coton et infiniment supérieure à celles dont on se sert actuellement » ; construite par un Anglais au début de la Révolution, « des raisons particulières empêchèrent qu’on en fît usage ». Le ministre rappelle que « le gouvernement a fait de nombreux sacrifices pour introduire en France la connaissance des machines que les Anglais emploient avec tant d’avantage pour la filature du coton et ce n’est que depuis peu d’années que nous avons enfin obtenu des succès en ce genre et que nous sommes parvenus à construire et à diriger des machines au moyen desquelles la filature du coton se trouve aujourd’hui naturalisée dans plusieurs endroits de la République, mais il est possible que la machine indiquée présente des perfectionnements qu’il serait intéressant de propager » et demande tout renseignement, dessin ou échantillon susceptibles d’apporter une information61. En l’an XIII encore, lorsque les fileurs lillois apprennent la prochaine introduction de nouvelles mécaniques de type anglais, ils provoquent une émeute ; arrêtés, les meneurs sont présentés devant la justice avant que le jury ne les acquitte62. En 1808 enfin, c’est dans un climat plus apaisé que les « nouveaux métiers à tisser de l’invention de M. Despiau » sont présentés aux manufacturiers et au public lillois63.

  • 64 Paul François Barbault-Royer, Voyage dans les départements du Nord, de la Lys, de l’Escaut, etc. pe (...)
  • 65 Arch. dép. Nord, M. 653, cité par J. Ruckebusch, L’industrie textile dans la région lilloise…, p. 7 (...)
  • 66 Armand Gaston Camus, Voyage fait dans les départements nouvellement réunis et dans les départements (...)
  • 67 Idem, p. 7.-
  • 68 » Le développement que prit l’industrie textile dans les départements de l’Escaut, de la Lys et de (...)

33La réunion de la Belgique à la France a également pour conséquence de faire perdre aux principales villes du Nord les avantages attachés à leur situation frontalière antérieure ; celle de Lille est particulièrement touchée et les milieux manufacturiers protestent, craignant un déclin de la ville et de ses activités de place commerciale et d’entrepôt au profit de places plus septentrionales, avec d’inévitables répercussions sur l’industrie. Ces craintes perdurent dans l’ensemble jusqu’au début du Consulat : de passage à Lille en l’an VII, Barbault-Royer s’en fait l’écho lorsqu’il indique que « les frontières de France se trouvant reculées par-delà les terres belgiques, les restes de son commerce seront anéantis par celui d’Anvers […]. Autrefois, il s’y fabriquait plus de 300 000 pièces de différentes étoffes par année. Les impôts, la cherté des vivres et les guerres ont diminué de beaucoup ces manufactures, ceux qui les dirigeaient se sont retirés en grand nombre à Bruges et à Gand64 » ; le 14 brumaire an IX, la municipalité lilloise rend public un État des Arts, du Commerce et des Manufactures qui signale que « si les limites de la France restent les mêmes qu’elles sont à présent, jamais l’arrondissement ne reprendra cette abondance, cette activité de commerce qui mettait Lille au nombre des plus florissantes villes d’Europe. La ci-devant Belgique réunie à la France fait à Lille et aux autres communes commerçantes de l’arrondissement un tort considérable qui augmente chaque jour. Gand et principalement Anvers engloutissent toutes les richesses commerciales du Nord de la République et ce sera surtout à la Paix qu’on les verra se parer des dépouilles des villes ci-devant frontalières65 » ; enfin Camus, présent à Lille à la fin de l’an X s’explique la misère qu’il y voit par « l’extinction du commerce d’entrepôt […]. On perçoit en effet que la position sur la frontière ou à l’intérieur d’un État apporte un changement notable aux mœurs et aux habitudes commerciales d’un pays66 ». En l’an XI, l’Annuaire statistique du département du Nord met provisoirement fin au débat en estimant que « Lille et toute l’ancienne frontière ne se remettront pas si aisément de la perte du commerce de contrebande que le voisinage de la Belgique facilitait, mais la réunion de ces riches départements est un avantage pour la République entière et devant ces grands intérêts doivent se taire ceux des localités67 ». L’espace septentrional se trouve intégré au sein d’un même ensemble territorial, à la politique industrielle clairement définie et résolument favorable à l’industrie cotonnière ; désormais, plus que les départements, ce sont les régions productrices qui entrent en concurrence et les départements réunis prennent place aux côtés du Nord68.

  • 69 S. Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 253-254.
  • 70 J. Dhondt, « L’industrie cotonnière gantoise à l’époque française », ainsi que les pages qu’il a co (...)
  • 71 Bulletin du 19 janvier 1809, publié par Ernest d’Hauterive, La police secrète du Premier Empire : b (...)

34Un des éléments susceptibles de témoigner à la fois de l’intégration et du développement de l’industrie cotonnière belge réside probablement dans la présence croissante parmi les élèves du CNAM de filateurs soit belges de naissance, soit se préparant à travailler dans les départements réunis : ainsi en l’an XIII, on admet à titre d’élèves le Parisien Anquetil qui se dit « destiné » à diriger la filature de Bouquet, à Bruxelles, les Gantois Legras et Rossel, Delevinck, de Tournai ou encore Boutmy, de Bruxelles, ainsi qu’un agent de la maison de Vilvorde, près de Bruxelles. Et lorsqu’un mécanicien badois demande à y être admis, il se heurte à la farouche opposition de ceux qui estiment que « ce n’est pas pour les étrangers que l’école de filature du Conservatoire a été établie ; c’est pour les Français et uniquement pour les Français que le gouvernement paie un instructeur et qu’il fait les frais d’achat des machines à filer, de leur entretien et de celui du local qui les renferme69 ». Preuve éclatante qu’à l’aube de l’Empire, la Belgique c’est la France. L’annexion française donne d’ailleurs le signal d’un formidable essor de l’industrie textile dans les départements réunis et Faipoult, nommé préfet à Gand dès l’an VIII, s’en fait l’écho dans son Mémoire statistique de l’an IX. Bien rares sont pourtant les Français de l’intérieur qui viennent s’y installer, et, dans le département de l’Escaut70, l’ancien ministre des Finances du Directoire fait figure d’exception lorsqu’il entreprend d’y prendre part à titre personnel. En 1804, il se porte acquéreur d’un couvent à Audenarde et y installe une filature de coton employant vingt-cinq ouvriers et produisant 28 000 kg de fils selon un état du 1er janvier 1806, soit un peu moins de 4 % de la production totale du département. Cette incursion d’un haut fonctionnaire dans le monde de la production est assez rare pour être signalée et lui vaut d’ailleurs des critiques de la part de ses administrés, qui sont pour partie ses concurrents : on lui reproche de s’être prévalu de sa position de premier magistrat du département lors de l’adjudication publique des locaux et sans doute perçoit-il lui-même l’ambivalence de sa position puisque dans la colonne « Propriétaire » de l’état précité, il préfère se réfugier derrière un « X » bien anonyme. La manufacture reste en activité jusqu’au 19 janvier 1809, date à laquelle un incendie la détruit71, mais à cette date, Faipoult a déjà quitté l’Escaut pour l’Espagne, à la suite de troubles affaires compromettant ses proches.

  • 72 Fernand Leleux, A l’aube du capitalisme et de la révolution industrielle, Liévin Bauwens, industrie (...)
  • 73 Arch. nat., AF III 21A, dossier 70G, pièce XXIX.
  • 74 Arch. nat., F12 1871 : lettre au préfet du Pas-de-Calais datée du 24 avril 1809, citée par Charles (...)
  • 75 Jacques-Guy Petit, Ces peines obscures : la prison pénale en France, 1780-1875, Paris, Fayard, 1990 (...)
  • 76 Arch. nat., F12 937 : tableau des manufacturiers les plus distingués du département de l’Escaut, 31 (...)
  • 77 F. Leleux, Liévin Bauwens, industriel gantois…, op. cit., chap. IX. « Les difficultés financières d (...)

35À Gand comme ailleurs en Belgique, le grand homme du coton reste Liévin Bauwens, fils d’un marchand tanneur, introducteur de la première mule-jenny de fabrication anglaise sur le continent, républicain de cœur mais grand admirateur de Napoléon, fournisseur aux armées et acquéreur de vastes biens nationaux, premier maire de Gand, riche à millions sous l’Empire et pourtant irrémédiablement ruiné lorsque celui-ci disparaît72. Il présente également la particularité d’être l’un des rares nouveaux Français à installer une manufacture à l’intérieur des frontières de l’ancienne France : c’est dans le couvent des Bons-Hommes à Passy, acheté en fructidor an IV, qu’il fonde sa première manufacture mécanisée. On connaît les péripéties du voyage de la mule-jenny qu’il s’est procurée en Angleterre : débarquée à Hambourg, elle traverse la Hollande puis la Belgique en pleine Guerre des Paysans pour finalement être remontée à Passy ; on sait moins qu’il a financé son expédition grâce au soutien du Directoire. Le 27 vendémiaire an VI, Liévin Bauwens transmet au Directeur Merlin une copie du mémoire présenté au ministre de l’Intérieur où il lui soumet son projet de se rendre en Angleterre et d’en rapporter un assortiment complet de filature : « Je crois l’exécution de mon plan possible » annonce-t-il avant de chiffrer ses besoins à 10 millions, dont « seulement » 3 pour la première année ; « On met bien des millions à la disposition du ministre de la Marine, pourquoi n’en trouverait-on pas pour un objet qui tend au même but, qui est d’anéantir la Marine anglaise en détruisant ses fabriques et par elles son commerce », d’autant que « l’établissement proposé a tout à la fois l’avantage de donner à la France une branche florissante de commerce et de terrasser son plus implacable ennemi73 ». Le succès de l’entreprise est total et la filature des Bons-Hommes devient rapidement un modèle technique pour tous les filateurs du temps : en 1809, bien longtemps après sa fermeture, Jean-Baptiste Say la cite encore en exemple, rappelant qu’« on a filé à la filature des Bons-Hommes à Passy jusqu’à du n° 240, mais c’était un tour de force auquel on n’était parvenu qu’avec beaucoup de temps, de soins et de dépenses74 ». Toujours en quête de fonds, L. Bauwens revend en l’an XIII sa filature parisienne pour 180 000 lt et retourne s’installer dans l’Escaut. À la filature de Gand, fondée dès 1800, il ajoute en 1804 celle de Tronchiennes, l’une des trois à utiliser une machine à vapeur, emploie jusqu’à 550 filateurs et fabrique près du cinquième de la production totale du département ; au 1er mai 1808, il possède un tiers des 88 702 broches sur mule-jennies et 10 % des 1 109 métiers à tisser du département, emploie plus du quart des filateurs et 7 % des tisserands alors que près de 27 % du coton filé sortent de ses ateliers. Il détient également des participations dans la plupart des filatures gantoises, la plupart dirigées par ses beaux-frères et équipées de machines estampillées Bauwens. Il est également implanté à Vilvorde, où le gouvernement lui a confié, en plus de celle de Gand, la direction de la maison de force75, à Saint-Quentin et à Valençay. En 1810, le préfet de l’Escaut indique que « la hardiesse de ses entreprises nuit quelques fois à son crédit. Il n’a cependant cessé de faire honneur à ses affaires. Ses établissements n’ont fait que prospérer et sont les premiers qui aient existé76 ». De fait, sa situation financière demeure précaire tout au long de la période et comme beaucoup d’autres, il est finalement victime de son enthousiasme comme de la surimmobilisation de son actif. Sa victoire au concours organisé au CNAM en l’an X lui rapporte 105 000 F au total, qu’il investit immédiatement dans le développement de ses entreprises, sans jamais livrer les assortiments commandés par le gouvernement ; en 1805, ce dernier lui réclame 45 000 F qu’il n’est déjà pas en mesure de payer, tant ses actifs se trouvent immobilisés. Les 245 000 F qu’il emprunte en 1807 au Parisien Armand de Vérac, chambellan de l’Empereur, prennent également le chemin de la Belgique, et lorsque éclate la crise de 1808, Bauwens se trouve dans l’obligation de fermer son établissement de Gand. Enfin en dépit d’un nouveau prêt de 300 000 F consenti par le gouvernement le 11 février 1811 et garanti par ses manufactures, il ne peut empêcher sa mise en faillite totale en 181477.

  • 78 Louis Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill : aux origines de la mécanisation de l’industrie lain (...)
  • 79 Sur l’organisation industrielle de « l’empire » Ternaux, voir Louis-Marie Lomüller, Guillaume Terna (...)
  • 80 Gérard Gayot, « Les retombées imprévues de la modernisation économique à Eupen et Verviers, premier (...)
  • 81 Bulletin du 23 janvier 1807. Lomüller ne la mentionne pas et rien n’indique qu’elle ait été reconst (...)

36L’essor de l’industrie cotonnière dans la partie septentrionale du territoire apparaît au total comme indissociable de la progressive mais constante mécanisation du secteur, et dans ce domaine, les manufacturiers belges jouent sans aucun doute un rôle majeur. Un phénomène comparable s’observe dans l’industrie lainière, autre versant majeur de l’activité textile, et les choix d’implantation géographique des principaux constructeurs de mécaniques en sont le reflet : Douglas, installé à Paris en l’an X, se trouve rapidement confronté à la concurrence de son compatriote Cockerill, basé à Liège et qui fournit la plupart des manufactures lainières de la France septentrionale. À ce titre, la réunion de la Belgique à la France constitue un tournant, puisque « grâce à elle se trouvent créées de bonnes conditions de diffusion des nouvelles machines et existe dans l’Europe occidentale sous administration française ce qu’on pourrait appeler un marché élargi du progrès technique. La concurrence Douglas-Cockerill constitue à cet égard une stimulation qui n’aurait pas été concevable dans la France d’avant 178978 ». Ternaux, le troisième grand homme de la mécanisation du travail de la laine, en a pleinement conscience lorsqu’il décide successivement de perfectionner lui-même les mécaniques qu’il utilise puis de s’installer dans l’Ourthe, au milieu de ses principaux concurrents. Sans doute n’y est-il pas le bienvenu, tant le milieu de la laine semble plus fermé encore aux manufacturiers « étrangers » que celui du coton, du moins dans les départements du Nord et de la Belgique annexée. Les locaux « tiennent » la production et se font un devoir d’occuper tout l’espace industriel ; seuls des industriels disposant de moyens financiers importants et mus par une farouche volonté d’expansion semblent en mesure d’imposer leur présence dans ces régions. Ce que l’on sait de Louis Guillaume Ternaux, seul et unique « étranger » repéré dans ces régions, correspond bien à cette description : né à Sedan en 1763, il prend dès 1782 la direction de la fabrique de drap fondée par son père Charles Louis ; membre du Conseil général de la commune de Sedan en 1790, il se trouve compromis dans la fuite de La Fayette en 1792 et contraint de quitter la France. Il en profite pour visiter l’Allemagne et l’Angleterre et s’initier aux nouvelles techniques et méthodes de production, celles-là même qu’il met en œuvre dans ses manufactures une fois rentré en France en 1798. En quelques années, il se trouve à la tête d’un véritable empire textile et commercial, employant 11 000 personnes et implanté dans les principaux centres de production du moment : aux centres ardennais et champenois, les plus importants et les plus modernes sans doute, viennent progressivement s’ajouter les implantations de la région parisienne, de Haute-Normandie et de l’Est de la Belgique79. Le département de l’Ourthe figure en effet en très bonne place parmi les centres lainiers de la France révolutionnaire et impériale. Cette ancienne région de tradition lainière dispose de manufactures modernes, produisant des draps de qualité et s’est fait une spécialité d’approvisionner les marchés d’Europe centrale et de Russie80 ; l’annexion marque le début d’une progressive réorientation des circuits commerciaux vers la France à la faveur de l’ouverture du vaste marché intérieur. Ternaux comprend rapidement tout l’intérêt d’une implantation locale et consent aux investissements nécessaires pour faire de ses manufactures belges un rouage essentiel de son organisation industrielle. Il décide logiquement de s’installer au cœur du pays lainier, entre Liège, Verviers et Aix-la-Chapelle, le long des rives de l’Ourthe et de la Vesdre ; sa première manufacture belge date de 1803 et il peut compter à la fin de l’Empire sur sept établissements, employant 4 000 personnes au total, soit plus du tiers de ses employés. C’est à Ensival qu’il s’implante tout d’abord, dans « un ancien local construit par M. Simonis » et dont il fait en quelques années « l’une des premières fabriques et des mieux organisées de la Belgique » selon Ternaux lui-même qui y installe plus de cent grands métiers à draps et y emploie 1 400 ouvriers. À cette manufacture viennent ensuite s’ajouter, toujours à Ensival, un dépôt où 600 personnes s’emploient à transformer à façon la laine en draps communs en 1804, puis un second établissement de tissage en 1807. À Mousset, il fabrique du drap « beau et bon » qu’il destine à la France, à l’Italie et à la péninsule ibérique, alors que de la manufacture de Liège sortent des « draps de diverses qualités, casimirs, cottings, castorines, calmoucks, draps de troupes » ; toujours à Liège, il installe une usine chimique, à proximité de gisements naturels de terre à foulon et d’alun, et qu’il charge de préparer les produits chimiques, teintures et apprêts éventuellement nécessaires à la transformation de ses productions avant leur commercialisation. Deux autres manufactures viennent enfin compléter le pôle industriel belge, l’une implantée à Aix-la-Chapelle, l’autre dans le département des Forêts et qu’un incendie accidentel détruit en janvier 180781.

37Plus encore que dans le Nord, le monde du textile belge apparaît comme fermé aux « étrangers », alors même que l’immense majorité des manufacturiers des départements réunis bénéficie très largement du rattachement à la France et pose les bases du développement de l’industrie textile nationale au cours de la période française.

II. Le charbon, enjeu de toutes les convoitises

38À l’inverse des manufactures qu’il est possible de déplacer au gré des besoins, les ressources minérales imposent à ceux qui veulent en prendre le contrôle de s’implanter localement ; leur exploitation réclame également une mise de fonds plus importante. En redistribuant les cartes, la Révolution favorise sans nul doute les transferts de propriété à la faveur des émigrations, des -nationalisations ou des conquêtes militaires. La période révolutionnaire et impériale est également marquée par une double modification de la législation sur les mines : la loi de 1791, tout en réaffirmant que la propriété du sous-sol demeure à l’État, officialise le statu quo en conservant les concessions à ceux qui les détiennent ; celle de 1810 stipule que l’État demeure seul habilité à accorder des concessions d’exploitation, quel que soit le propriétaire du sol, et entend favoriser les exploitants qui lui apparaissent comme les mieux outillés, et disposant en l’occurrence d’importantes ressources financières. Ces deux monuments législatifs constituent les points d’ancrage chronologiques de l’étude de la présence industrielle des manieurs d’argent parisiens et français dans le Nord et dans les départements réunis de Belgique.

  • 82 Guy Richard, « La noblesse en France et les sociétés par actions à la fin du xviiie siècle », RHES, (...)

39Dans le Nord, les principales exploitations charbonnières, celles d’Aniche et d’Anzin, sont contrôlées sous l’Ancien Régime par des sociétés par actions associant une majorité de nobles à la fois locaux, belges et parisiens82, faisant ainsi la preuve d’une certaine modernité en pratiquant l’internationalisation des sources de financement, largement favorisée il est vrai par les liens familiaux qui unissent tout ou partie des actionnaires. Les incertitudes des premières années de la Révolution puis l’engagement du conflit sur le front septentrional et l’invasion de la partie orientale du département du Nord par les troupes autrichiennes ont pour conséquences de réduire considérablement la production de charbon, de déterminer une partie des détenteurs de parts de l’une et l’autre compagnies à prendre le chemin de l’émigration, enfin de causer d’importantes destructions.

  • 83 Alexandre de Saint-Léger, Les Mines d’Anzin, 1re partie, Paris, Leroux, 1938, XLV-463 p. ; Marcel G (...)
  • 84 Elle en achète pour plus d’un million de livres tournois selon le procès-verbal d’estimation des mi (...)
  • 85 Pierre Nicolas Berryer, Souvenirs de M. Berryer, doyen des avocats de Paris, de 1774 à 1838, Paris, (...)

40Fondée en 1757, la Compagnie d’Anzin83 doit une bonne partie de son développement aux efforts et aux capitaux de ses actionnaires résidant en Hainaut belge ; le capital originel de 24 sols de 12 deniers, réparti entre le prince de Croÿ pour 1/6e, le marquis de Cernay pour 1/3 et Stanislas Désandrouin pour la moitié, s’ouvre progressivement à de nouveaux actionnaires parmi lesquels le Bruxellois Adrien de Walckiers à partir de juin 1780. Les bénéfices suivent la même progression que la production et le nombre d’ouvriers et à la veille de la Révolution, la Compagnie d’Anzin fait figure de fleuron de l’industrie française, seuls les charbons belges semblant en mesure de la concurrencer. La loi de 1791 contribue encore à renforcer sa position et elle profite largement de l’occasion qui lui est offerte d’acheter des biens nationaux de première origine84 situés à l’intérieur des limites de sa concession. La situation se dégrade à partir de 1792 lorsque en quelques années se succèdent la déclaration de guerre, entraînant la raréfaction de la main-d’œuvre et une réduction de la production, puis l’invasion de l’Est du département occasionnant de larges destructions sur le site de production, enfin l’émigration de la majeure partie de ses actionnaires puisqu’à la fin de l’occupation autrichienne, seuls Désandrouin et trois autres actionnaires sont demeurés sur le sol national ; en conséquence, les parts des émigrés ou absents, qui s’élèvent à 14 sols, 1 denier et 12/19e de denier, sont confisquées et passent à la Nation. L’idée d’une nationalisation totale de la compagnie est alors avancée, mais le district de Valenciennes préfère prendre part à l’exploitation aux côtés des actionnaires subsistants et opte pour le système de la régie, sous le contrôle attentif de la Commission des armes, poudres et mines. Cette dernière se déclare bientôt favorable à la vente des actions échues à la République et parvient à en convaincre le Comité de salut public thermidorien. La loi du 17 frimaire an III/7 décembre 1794 autorise finalement « les citoyens intéressés dans les établissements de commerce ou manufactures dont un ou plusieurs associés sont frappés de confiscation » à racheter les parts détenues par la Nation. Désandrouin et son fondé de pouvoir Jacques Renard se proposent alors d’acquérir ces actions dont la valeur est fixée, d’après l’évaluation de l’actif de la compagnie, à 2 418 505 lt. Il ne reste plus, pour ainsi dire, qu’à trouver la somme et dans ses Souvenirs, l’avocat Berryer mentionne l’opération dans ces termes85 :

« J’ai à me féliciter d’avoir pu concourir, comme conseil des parties intéressées, à bon nombre de ces transactions et patrimonialisations (restitutions ou compensations financières des biens des émigrés). Il y en a une que j’aime à rappeler entre toutes, parce qu’elle se rattache à l’un des plus beaux établissements de France, celui des Mines d’Anzin au département du Nord. Elles avaient été confisquées par la République sur plusieurs associés émigrés. Une loi de frimaire an III avait admis les sociétaires républicoles au retrait des parts confisquées. Ceux-ci s’étaient adjoints, par mes soins, des bailleurs de fonds. En 1806, la Compagnie d’Anzin, ainsi reconstituée, a fait preuve de sa haute sagesse et de ses généreux principes en réintégrant, d’elle-même et gratuitement, les anciens associés victimes de l’émigration ».

  • 86 Les Périer dans l’Isère au xixe siècle d’après leur correspondance familiale…, op. cit.
  • 87 Arch. dép. Nord, 1 Q 849, contrats 3916 et 3917. Dans les deux cas, le prix de vente est exactement (...)

41Ce serait donc par l’entremise de Berryer que les Périer, Lecouteulx et leurs associés seraient entrés en contact avec Désandrouin et auraient mis à sa disposition les capitaux nécessaires au rachat des parts détenues par le gouvernement. Aucun élément ne permet d’affirmer que les choses se sont passées autrement et la correspondance, certes familiale, des Périer dont P. Barral cite de larges extraits n’apporte aucune précision sur ce point86 ; il convient toutefois de conserver à l’esprit qu’en livrant ses souvenirs au public, Berryer entend sans nul doute se réserver le beau rôle. Quoi qu’il en soit, c’est auprès de banquiers parisiens que Désandrouin trouve les 2 millions de livres tournois, immédiatement employés au rachat des parts en question : le 23 prairial an III, la cession est effective et la Compagnie d’Anzin, redevenue une société complètement privée. Dans les mois suivants, les bailleurs de fonds se voient remettre les parts correspondant à leur apport : Jean Barthélemy Lecouteulx de Canteleu et Claude Périer détiennent chacun 2 sols 3 deniers ½, viennent ensuite Guillaume Sabatier et Lambertine Cécile Clémence Deviller, veuve Bernier, avec 1 sol 10 deniers chacun, Pierre Desprez et Françoise Charlotte Pourrat, veuve de Laurent Lecouteulx, avec 11 deniers, enfin Berryer et Laurent Oger, détenant chacun 6 deniers. La direction de la Compagnie reste confiée à Désandrouin, assisté de régisseurs choisis parmi ses nouveaux associés. La Compagnie d’Anzin profite également de la mise en vente des biens de seconde origine pour accroître son patrimoine foncier mais surtout pour devenir propriétaire des terrains sur lesquels se trouvent les puits qu’elle exploite. Ainsi le 22 nivôse an V, son agent principal Jacques Renard se porte acquéreur « tant pour lui que pour ses co-intéressés » de deux terrains provenant de « l’émigré de Croÿ », « servant de chantier aux mines de Vieux Condé » pour le premier et « formant l’emplacement des fosses de charbon dites de Mondésir, à Vieux Condé » pour le second87.

  • 88 Robert Marquant, « La fortune de Cambacérès », Bulletin d’histoire économique et sociale de la Révo (...)
  • 89 Il ne représente que 19 % du total en l’an X, contre 58 % en 1813.

42Les Souvenirs de Berryer évoquent également l’indemnisation des actionnaires d’Ancien Régime, déchus de leurs droits du fait de leur émigration et exclus de fait de la société réorganisée. La menace que constituent d’éventuelles procédures judiciaires engagées par ceux d’entre eux qui avaient obtenu leur radiation de la liste des émigrés incite les régisseurs à procéder à leur indemnisation, « unique moyen d’assurer à jamais la tranquillité de l’entreprise ». Le 1er juin 1806, ils décident d’augmenter le capital de la société de 3 sols et de verser le produit de leur vente aux sociétaires émigrés, puis en 1810, de les admettre à participer aux bénéfices. En agissant de la sorte, les nouveaux propriétaires entendent surtout consolider définitivement leur position d’actionnaires. C’est à l’occasion de ces transactions que Cambacérès augmente sa participation dans le capital de la compagnie, dont il est actionnaire depuis le Consulat. À l’image de la plupart des actionnaires parisiens, il entend bien tirer de confortables bénéfices d’une telle opération et garde les yeux rivés sur le bénéfice et les dividendes annuels. Sa fortune ayant fait l’objet d’études approfondies88, on connaît la date et le montant de chacun de ses placements, ainsi que leur rendement année par année entre l’an X et 1815. Sous le Directoire, il avait déjà pu prendre connaissance des rouages financiers de ces charbonnages puisqu’il en avait été le conseil juridique, avec Berryer en l’an VI et en l’an VII ; une fois au cœur du pouvoir, celui qui avait été le salarié de la compagnie – à 1 200 puis 2 400 lt d’appointements par an – investit progressivement une importante partie de sa fortune dans ce qui s’avère être un placement particulièrement rentable. Le 30 frimaire an X/21 décembre 1801, le Second consul de la République acquiert pour la somme de 18 750 F les « intérêts d’un denier et demi dans les mines d’Anzin », intérêts qui atteignent cette année-là 3 850 F, soit un rendement considérable de 20,5 %. Dès l’année suivante, il détient pour 60 000 F du capital, puis 140 000 F en 1808 et 200 000 F à partir de 1811. À chaque occasion, c’est aux Périer qu’il s’est adressé pour augmenter sa participation et ceux-ci ne manquent pas de lui être agréable et de lui céder une partie des parts qu’ils détiennent. Les dividendes qu’il perçoit sont à la mesure de sa participation dans la société, puisqu’ils ne sont jamais inférieurs à 10 % (sauf en 1815) et dépassent bien souvent les 15 %. Au total, Cambacérès perçoit 197 321 F entre l’an XI et 1815, soit une moyenne annuelle de 16 443 F. Alors que le foncier tend progressivement à occuper la première place dans la structure de sa fortune89, les parts de la Compagnie d’Anzin constituent son principal investissement mobilier et industriel ; il détient également des effets publics (rentes, bons de la Caisse d’amortissement et de la Caisse de service), des actions de la Banque de France et des participations dans les Salines de Peccais, les Ponts de Paris et les Salines de l’Est, mais aucun de ces placements n’atteint, en volume comme en rendement, celui qu’il fait dans le Nord.

  • 90 Richard J. Barker, « French entrepreneurship during the Restoration: the record of a single firm, t (...)

43À l’inverse, Lecouteulx et surtout Claude Périer, puis ses fils après son décès en 1801, sont animés d’une réelle volonté de s’impliquer dans la vie de l’entreprise, même s’ils laissent la partie relevant de la production à Désandrouin et se chargent principalement des aspects financiers. S’il est possible que Claude Périer ait réalisé un « coup » spéculatif en « prêtant » d’importantes sommes à l’industriel nordiste, il prend bien vite la mesure de ce qui devient un investissement à long terme et attache une importance toute particulière au fait d’assister aux réunions des régisseurs, en dépit de la distance qui sépare son domicile parisien des bureaux valenciennois de la compagnie. Par la suite, ses fils se succèdent au sein de cette instance dirigeante et obtiennent le 30 pluviôse an X que la maison Périer frères, Flory & Cie devienne officiellement la banque de la société ; c’est d’ailleurs elle qui avance les sommes nécessaires à l’indemnisation des actionnaires émigrés et gère les importantes réserves financières de la compagnie. Ce n’est pourtant qu’au lendemain de la chute de l’Empire que les Périer assument complètement la direction de la Compagnie : Désandrouin montre alors des signes de faiblesse et ne semble pas en mesure de faire face aux bouleversements qu’entraîne le rétablissement de la frontière franco-belge, l’instauration d’un tarif douanier protectionniste en 1816 et l’essor de la demande. Ils en profitent pour réorganiser en profondeur les structures de la Compagnie et moderniser son matériel90 ; dès lors et pour tout le xixe siècle, la Compagnie des mines d’Anzin est considérée comme une entreprise parisienne.

  • 91 A. de Saint-Léger, Les Mines d’Aniche…, op. cit., 1re et 2e parties. Sauf mention particulière, les (...)
  • 92 Pierre Étienne Oursin de Montchevrel, né en 1745, succède en 1771 à son père à la recette générale (...)

44La Compagnie d’Aniche91 est l’autre exploitation charbonnière d’importance du département, fondée en 1773 sans capital nominal. Son avoir social se compose de 25 sols de 12 deniers chacun et ne prend véritablement de l’ampleur qu’à partir de la découverte de veines exploitables, en 1778. Sous l’Ancien Régime, l’immense majorité de ses actionnaires est originaire de la région, à l’image du fondateur, le marquis de Trainel, lieutenant général des armées du roi, du vicomte du Hamel et de son gendre, le comte de Sainte-Aldegonde de Noircarmes, principal intéressé de la Compagnie à la veille de la Révolution avec 4 sols ; à ce groupe nobiliaire se joignent progressivement les conseillers au Parlement de Douai Hennet et Plaisant du Château, le négociant lillois Benoît Joseph Forceville ou encore l’arpenteur Joseph Castille, futur régisseur des biens fonciers que Paulée possède en Belgique. Au total, seul le receveur général des finances de Caen, Oursin de Montchevrel, actionnaire dès 1778, fait figure d’« étranger » jusqu’à la Révolution92. Comme pour sa voisine d’Anzin, celle-ci a de graves conséquences pour la Compagnie d’Aniche. L’émigration d’une majorité des associés en est la cause principale : dès 1790, Dehault de Lassus, à la fois sociétaire, directeur et caissier de la Compagnie, quitte la France, suivi par d’autres, si bien qu’au printemps 1795, les procès-verbaux d’estimation du capital de la société établi par les autorités locales constatent qu’« au nombre des quarante et un associés de l’entreprise se trouvent quatorze émigrés et neuf présumés tels, dont la quotité s’élève à 14 s 11 d dans les 22 s 6 d contribuables ». La République se retrouve ainsi propriétaire des deux tiers des actions contributives et envisage un temps sa nationalisation complète avant de se limiter, là encore, à l’exploiter en régie. À l’exemple de Désandrouin, les associés d’Aniche demandent à l’État de leur abandonner ses parts au début de l’an III et le passif de la société excédant de près du double son actif (766 000 lt contre 342 000 lt), le transfert de propriété s’opère sans contrepartie. On comprend dès lors l’importance des besoins financiers de la compagnie dans les premières années du Directoire : déjà en décembre 1790, le fermier général Marcenay de Saint-Prix avait mis à sa disposition la somme de 10 000 lt (en assignats), avant de lui proposer en octobre 1791 le soutien de « ses amis capitalistes de Paris », sans que l’affaire aille plus loin ; en nivôse an IV, les dirigeants de la Compagnie se tournent vers Marie François Joseph de Louvencourt, gendre du comte de Sainte-Aldegonde, « principal intéressé dans cette entreprise et domicilié dans la Belgique » ; ils lui demandent « de bien vouloir prêter son crédit à la Compagnie et de lever en son nom une somme de 20 000 lt environ en numéraire, laquelle somme avec les intérêts lui seront garantis par la responsabilité solidaire des associés » ; ils se voient également contraints « par manque de fonds dans la caisse » de solliciter auprès des citoyens Lemaire et Vanlerberghe le renouvellement d’un billet de 16 000 lt émis en 1790, déjà renouvelé le 4 mai 1791 et finalement échu le 6 février 1797, si bien qu’au 25 juin 1798, les dettes de la compagnie envers le fournisseur aux armées et son beau-frère s’élèvent à 30 246 lt.

  • 93 Marcel Gillet, « L’âge du charbon et l’essor du bassin houiller du Nord et du Pas-de-Calais (xixe-d (...)

45Ces atermoiements financiers permettent le lent rétablissement de la compagnie, confrontée par ailleurs à l’émiettement de son capital par le jeu des successions et des alliances : de nombreuses participations minoritaires se trouvent désormais aux mains d’actionnaires parisiens, bien souvent peu désireux de participer activement à la gestion d’un charbonnage ; c’est donc sans remords qu’ils cèdent progressivement leurs parts à ceux des sociétaires nordistes qui leur font des propositions plus conformes à leurs souhaits. À ce jeu, le plus habile est sans doute Auguste Cavillier, directeur des travaux et intéressé dans la compa-gnie, qui récupère ainsi deux tiers d’un denier et demi, moitié le 13 juin 1803 auprès d’Antoinette Bouret, veuve Thiroux de Mont-Sauge, épouse Franquetot Coigny, domiciliée à Paris et actionnaire de la compagnie depuis le 18 prairial an X en sa qualité d’héritière de M. de Willemorien, et moitié le 6 avril 1807 auprès de Jean-Baptiste Charles Legendre de Luçay, préfet du Palais, et Marie Thérèse Legendre, épouse Bérenger, sa sœur, tous deux domiciliés à Paris et héritiers de leur mère. Parmi les autres actionnaires parisiens, Marie Louise de La Chartre, épouse Desclignac, vend à Charles Quennesson, cultivateur à Bugnicourt, ses quatre deniers d’intérêt à l’hiver de l’an IX, Charlotte Louise Eugénie Corbineau cède le 15 fructidor an X son 1/5e de quatre deniers d’intérêts au Nordiste Nicolas Joseph Wulbault, qui le revend le 27 mai 1811 au caissier de la compagnie Léandre Estoret, alors qu’Antoine et Amédée Delehaye et Charles Lebas-Duplessis, héritiers d’un demi-denier d’intérêt provenant de la succession de leur mère et aïeule, entendent faire valoir, le 25 juin 1810, leur situation de propriétaire auprès des autres associés. À l’inverse, le sénateur d’Harvillé, auquel les actionnaires proposent le 22 juin 1807 de donner son nom à la compagnie en échange de « sa bienveillance et [de] sa protection », liquide sa participation en 1809, cédant 2 deniers à Auguste Louis Lanvin, administrateur de la compagnie, puis six autres deniers aux Parisiens Charles Lebrun et Jean-Baptiste Javon. En somme, s’il est vrai que la Compagnie d’Aniche demeure majoritairement entre des mains nordistes par-delà la rupture révolutionnaire, l’affirmation de M. Gillet93 selon laquelle elle « demeurait une société étroitement liée au capitalisme régional [alors que] la compagnie d’Anzin, elle, s’était intégrée au capitalisme national » apparaît comme simplificatrice.

46La conquête de la Belgique puis sa réunion à l’espace français sont l’occasion de prendre le contrôle d’une source d’énergie que le développement industriel de ces régions septentrionales a progressivement rendu indispensable. Pour la première fois, le bassin houiller franco-belge forme ainsi une unité économique, qui perdure jusqu’en 1815. Et les charbonnages attirent de nombreux investisseurs tout au long de la période et même au-delà ; ils constituent, il est vrai, un important moyen d’enrichissement, certes pas aussi rapide que la spéculation sur les biens nationaux ou la fourniture aux armées, mais plus durable, à condition toutefois de disposer d’un capital de départ et d’être animé d’une réelle volonté d’entreprendre. Les charbonnages belges se trouvent ainsi au centre d’une âpre concurrence entre locaux, qu’ils soient déjà exploitants ou qu’ils se soient enrichis au cours des troubles révolutionnaires, et « étrangers », en particuliers Parisiens et Nordistes. Ces derniers bénéficient cependant d’un léger avantage sur leurs concitoyens de la capitale, celui que leur confère leur présence au sein du capital de certaines de ces houillères dès avant la Révolution.

  • 94 Arch. dép. Nord, 6 U 2/977 : bilans de faillite, 1788-an II.
  • 95 Arch. dép. Nord, 3 U 180/1 : répertoires des actes de Me Allard, notaire à Douai.
  • 96 Arch. dép. Nord, J 953/61 : minutes des 17 janvier 1806 et 17 mai 1810.
  • 97 J.- P. Hirsch, Les deux rêves du commerce…, op. cit., p. 483.
  • 98 Arch. dép. Nord, J 1318/26 : minutes de Me Salembier, notaire à Lille ; partage Virnot, articles 17 (...)
  • 99 Marcel Gillet, « Charbonnages belges et charbonnages du Nord de la France aux xviiie et xixe siècle (...)

47On retrouve en effet dans les archives la trace de quatre participations nordistes, certes minoritaires, le contrôle de l’exploitation restant aux mains des locaux : le bilan de faillite de la veuve Lachez-Badar, marchande à Lille, daté du 18 février 179294 mentionne à l’actif une action dans les fosses à Mons (sans précision), qui a coûté 9 000 lt ; le 12 germinal an X, Picart, fondé de pouvoir d’Aglaé Charlotte Félicité de Sainte-Aldegonde de Noircarmes, épouse Louvencourt, cède à Charles Henri Joseph Derasse, domicilié à Tournai, les « droits, noms, raisons et actions qu’elle a dans les fosses à charbon dites du Grand-Forêt, sis à Montigny-sur-Sambre », moyennant la somme de 3 000 F95 ; en 1806 et 1810, Étienne Guillaume Picot-Bazus se porte successivement acquéreur d’1/24e d’intérêt puis d’une demi-action « dans l’entreprise de l’exploitation des mines de charbon de terre sur les villages d’Hornu et Wasmes »96 ; enfin la participation de la veuve d’Urbain Virnot dans les charbonnages de Boussu, dans le Borinage, fixée par J.-P. Hirsch à un quart du capital sur la foi de dossiers privés97, apparaît dans la masse immobilière de la communauté, inventoriée à l’occasion du partage des biens de la communauté Virnot du 4 mai 1810 et se compose d’une part d’« une action d’un sol d’intérêt dans les fosses de charbon du Bois du Nord à Boussu, département de Jemappes, que la Dame Virnot a acheté à Mme du Rosoir pour 3 600 lt de rente viagère par an, lequel sol d’intérêt rapporte année commune environ 2 200 lt et évalué eu égard à ladite rente au capital seulement de 8 000 F » et d’autre part d’« un sol et demi d’intérêt dans lesdites fosses, rapportant annuellement environ 3 300 lt, estimé au capital de 27 000 F98 ». La présence d’investisseurs français est également avérée dans le capital de charbonnages belges puisque dans la seconde moitié du xviiie siècle, ceux de Sars-Longchamps à Saint-Vaast, de Bois-l’Évêque à Wasmes, de la Houillère à Élouges et des Produits à Jemappes sont exclusivement entre leurs mains. En somme, « l’essentiel demeure que l’argent français a afflué dans de nombreuses sociétés houillères » belges99 depuis le xviiie siècle ; restent à déterminer les conditions de ces apports de capitaux, l’influence du rattachement de la Belgique à la France dans le développement de cette industrie et à étudier en détail le rôle décisif de certains entrepreneurs venus de France.

  • 100 Arch. nat., F14 4250 : mines, usines et carrières des départements réunis. Les citations relatives (...)

48La conquête militaire apparaît à certains comme le moyen le plus sûr de mettre la main sur des exploitations charbonnières. Celle de Mariemont fait ainsi l’objet d’une véritable bataille rangée entre Français et Belges qui se poursuit du début du Directoire au Consulat. Au cours de l’offensive de l’Armée du Nord en l’an II, un bataillon français prend possession au nom de la République du « Parc de Mariemont », évacué par les troupes autrichiennes. L’officier -commandant l’unité, Pierre Étienne Desfourneaux, et le capitaine d’artillerie Étienne Duplan, tous deux originaires de Bourges, « redécouvrent » alors les mines exploitées 35 ans auparavant pour le compte du prince Charles de Lorraine et en demandent immédiatement la concession au Comité de salut public100. Les deux officiers semblent avoir été informés de la présence de ces mines par trois de leurs soldats, Augustin, Baudoin et François Sébille, originaires de Binche, près de Mons ; leur père Charles, un temps réfugié à Avesnes, s’était illustré lors du dégagement de la place de Maubeuge en indiquant au général Jourdan les positions autrichiennes. Un rapport des autorités du district de Binche daté du 21 vendémiaire an III signale les principales caractéristiques du charbonnage en question : « il y a deux ou trois veines de charbon d’une qualité infiniment supérieure à celle de toutes les autres de ce pays. On assure aussi que ces veines sont épaisses de cinq à six pieds, tandis que les veines des autres charbonnages n’ont que deux pieds et deux pieds et demi, que le charbonnage de Mariemont n’est profond que de 60 à 70 pieds, tandis que pour atteindre les autres, il faut descendre 600 pieds ». La perspective d’une possible attribution aux officiers français, qui semblent bénéficier d’appuis au sein des comités parisiens, suscite de virulentes réactions chez les particuliers et sous couvert de nobles idéaux, les deux parties masquent difficilement leur lucratif dessein. De Mons, les hommes de loi Jean-François Fauconnier et Jean-Jacques Couteau adressent au Comité de salut public une demande de concession concernant les charbonnages de La Croix, Morlanwez et Montaigu, tous situés à l’intérieur des limites du Parc de Mariemont, espérant ainsi éviter une concentration des ressources charbonnières locales entre des mains étrangères. De leur côté, les deux Français disent craindre que « le procès-verbal qui fut adressé sur les lieux pour la vérification des faits réveillât l’ambition d’une tourbe de gens toujours avides de convoiter le bien d’autrui » et informent le même Comité que les deux hommes de loi ne sont en réalité que les prête-noms d’un nommé Wolff, dont ils dévoilent le projet véritable : « l’or qu’il a su se procurer en ruinant ses concitoyens lui servirait à écraser deux braves défenseurs de la Patrie, qui après avoir exposé leur vie pour chasser l’Autrichien du territoire belge, ne craignent pas de sacrifier leur fortune en la fondant sur le champ même où ils ont planté le laurier français » !

49Dans cette bataille, les locaux savent pouvoir compter sur le soutien des administrateurs du département de Jemappes et de l’Administration centrale et supérieure de la Belgique : cette dernière estime dans l’une de ses délibérations « qu’il serait beaucoup plus avantageux à la République de passer cette extraction à l’enchère que de la remettre à main ferme à des particuliers » et, comme en écho, l’agent national de l’administration de l’arrondissement du Hainaut informe le Comité de salut public que

« chaque jour, nous voyons éclater des regrets sur ce que deux individus sont au moment de s’enrichir de la fortune publique […] parce qu’avant de rien exposer pour l’entreprise, ils peuvent par des concessions partielles à faire à des co-associés amasser un capital d’un million de livres, monnaie républicaine, et ce profit augmente encore de beaucoup si […] les occasionnaires avaient la certitude de jouir à toujours de leur acquisition […]. Nous pensons que le Trésor public perd un million en ce moment par la concession faite aux citoyens Desfourneaux et Duplan ».

  • 101 F.-A. Aulard (éd.), Registre des délibérations du Consulat provisoire, Paris, Société d’histoire de (...)

50C’est pourtant en leur faveur que tranche le Comité de salut public par son arrêté du 22 germinal an III ; en application des lois de 1791 sur les mines, il conditionne cependant la validité de la concession au creusement de puits d’une profondeur minimale de 100 toises, à l’installation d’une machine à vapeur sur le site et à une mise en pleine activité de l’exploitation dans les six mois, sous peine d’annulation. Dans l’intervalle, les officiers français tentent d’évincer Charles Sébille pourtant à l’origine de l’affaire ; ils doivent bientôt reconnaître leur ignorance dans le domaine charbonnier et signent avec lui un contrat d’association le 27 nivôse an III/16 janvier 1795. La faiblesse de leurs disponibilités financières communes entraîne cependant l’abrogation de la concession le 12 novembre 1797 et Sébille demeure temporairement maître d’ouvrage, jusqu’au 13 brumaire an VII/3 novembre 1798. Le 8 frimaire an VIII/29 novembre 1799, la concession des charbonnages de Mariemont est attribuée à Jean-Baptiste Hardempont, marchand de charbon montois101, en grande partie grâce à l’intervention de son neveu, S. Troye, membre de l’administration centrale du département, et aux garanties financières dont peut se prévaloir le nouveau concessionnaire  ; le 16 pluviôse an IX/5 février 1801, les autorités parisiennes ratifient la décision départementale. Une nouvelle fois, les autorités administratives posent leurs conditions : le concessionnaire doit de nouveau installer une machine à vapeur, prospecter jusqu’à 200 mètres de profondeur, se conformer aux indications du Conseil des mines et enfin déposer un cautionnement de 150 000 F. En somme, l’État entend s’assurer de la capacité d’investissement des concessionnaires, mais en imposant de telles conditions financières, il favorise indirectement la constitution de sociétés spécifiquement destinées à l’exploitation des charbonnages.

  • 102 L. Bergeron, Banquiers parisiens…, op. cit., p. 301.
  • 103 Arch. nat., F14 1088, cité par R. Darquenne, Histoire économique du département de Jemappes…, op. c (...)

51De fait, Hardempont se trouve dans l’obligation d’ouvrir le capital de Mariemont : le 20 messidor an X/9 juillet 1802, il s’associe au banquier montois Isidore Warocqué et à son frère Nicolas, à leur beau-frère Charles Duvivier ainsi qu’au « banquier parisien » Pierre-François Tiberghien, déjà associé des charbonnages de Sars-Longchamps dont Isidore Warocqué est le caissier. Les cinq associés se partagent les 32 actions de la société à raison de sept titres chacun, sauf pour Nicolas Warocqué, nommé administrateur des houillères, qui n’en détient que quatre. Il devait s’agir à l’origine d’une opération strictement montoise, mais Isidore Warocqué se voit contraint de céder une partie du capital de la société à son créancier Tiberghien ; le premier avançait les fonds nécessaires aux importantes acquisitions de biens nationaux auxquelles se livrait le spéculateur Ghillenghien et recourait à l’occasion au crédit du second qui saisit l’occasion de la défaillance de Ghillenghien pour réclamer les sommes qui lui sont dues, puis « accepter en échange » les actions de Mariemont102. Soucieux d’étendre leur activité, les actionnaires de la société obtiennent la concession de la Plaine du Chaud-Buisson le 9 août 1805, puis le 4 août 1806 celle du charbonnage de l’Olive, jusque-là concédé au comte de Mérode-Westerloo et à ses associés, que le gouvernement impérial accuse de ne pas investir suffisamment. Ils ne consentent finalement à céder la place que contre le versement d’une indemnité de départ103. Ces fusions ont pour conséquence l’augmentation du capital de la société et l’élargissement du cercle des associés à de nouveaux partenaires financiers. Le Montois Nicolas Melchiades Bonaventure se voit ainsi attribuer deux actions de la nouvelle société, les Parisiens Lenoir et Carpentier en détenant chacun une et Duvivier vendant ses parts au Valenciennois Serret et au Parisien Arthaud. Jusque-là entre les mains exclusives d’actionnaires belges, Mariemont s’ouvre donc à cette occasion aux capitaux français et les actionnaires « de l’intérieur » sont alors spécifiquement chargés de favoriser la pénétration du charbon belge sur le marché parisien, approvisionné par le canal de Saint-Quentin.

  • 104 Maurice Van den Eynde, La vie quotidienne de grands bourgeois au xixe siècle. Les Warocqué, Musée r (...)
  • 105 Roger Darquenne, « Conflit entre charbonnages à Élouges (1801-1804) », Annales du Cercle archéologi (...)

52À partir de 1808-1809, la rentabilité de l’exploitation est acquise et c’est le moment que choisit Tiberghien pour tenter de prendre le contrôle de la société en rachetant les participations minoritaires, mais il se heurte au front uni des frères Warocqué, alliés à Bonaventure, qui détiennent à eux trois la majorité des titres. Au total, les actionnaires des charbonnages de Mariemont investissent entre 1801 et 1809 1 544 000 F et tirent de l’exploitation des mines la somme de 842 599 F, soit un déficit de 701 400 F qu’ils couvrent par leurs mises de fonds successives, un emprunt de 291 000 F à 6 % d’intérêt contracté auprès des banquiers locaux et en ouvrant le capital à de nouveaux partenaires, en particulier Parisiens et Français. Par la suite, cette recherche de capitaux frais se poursuit et en 1815, Isidore Warocqué cède quelques-unes de ses actions au général français Maison, dont la participation s’élève à 120 000 F, placement que ses successeurs conservent et font fructifier jusqu’en 1885 au moins104. Les premiers bénéfices ne sont finalement dégagés qu’en 1816, à hauteur de 91 803 F, et accompagnent le développement de la Société des charbonnages de Mariemont pendant tout le xixe siècle. D’autres charbonnages font également l’objet de luttes entre Français et Belges sous le Consulat : ainsi les généraux français Ferrand et Belliard, respectivement commandant du département de Jemappes et de la 24e division militaire, tentent-ils sans succès de prendre le contrôle effectif, aux dépens des actionnaires locaux, des charbonnages d’Élouges105.

  • 106 Arch. nat., F14 1099 à 1101 pour l’Ourthe et F14 1109 pour Jemappes. Ont également été dépouillés l (...)

53Au-delà de ces quelques exemples, les Français, qu’ils soient seuls propriétaires ou associés avec d’autres investisseurs, semblent particulièrement nombreux parmi les exploitants des gisements charbonniers des départements de Belgique jusqu’à la fin de l’Empire. C’est du moins ce qui ressort de l’analyse des dossiers de redevance des mines, dépouillés en premier lieu pour les départements de l’Ourthe et de Jemappes, où est localisée la majeure partie des exploitations106. À la loi du 21 avril 1810 qui réorganise le droit minier succède en effet le décret du 6 mai 1811 instaurant une taxe double : la superficie du domaine exploité, qu’il s’agisse ou non d’une concession, détermine la valeur de sa partie fixe alors que la part variable est proportionnelle à la production charbonnière annuelle. Ces dossiers, en plus d’indiquer le nom des propriétaires de l’exploitation, permettent donc de déterminer avec une certaine précision la part des redevances fixe et proportionnelle acquittées par les investisseurs venus des départements de l’intérieur et en particulier de la capitale.

  • 107 Il est également concessionnaire de la mine de houille de Jupille et Griveguée, aux confins de l’Ou (...)
  • 108 Anne Van Neck, Les débuts de la machine à vapeur dans l’industrie belge, 1800-1850, Académie royale (...)
  • 109 P. Lebrun (dir.), Essai sur la Révolution industrielle en Belgique…, op. cit., p. 318.
  • 110 Arch. nat., F14 1099.

54En vertu d’un arrêté des Consuls du 23 germinal an IX, le concessionnaire des houillères la Chartreuse, à Liège (Ourthe), n’est autre que le sénateur Lecouteulx de Canteleu107 ; dans cette affaire, il compte plusieurs associés, français pour la plupart : on retrouve ainsi à ses côtés Marie Catherine Boisset, veuve Pourrat et l’avocat Berryer, tous deux déjà intéressés dans les mines d’Anzin et domiciliés à Paris, et Paul Eugène Levaillant de Ferrière, de Liège. Le banquier parisien et ses associés sont donc à la fois présents en Belgique et dans le Nord de la France dès le Consulat. La concession couvre une superficie de 10 km², emploie environ 230 ouvriers, assistés par seize chevaux, deux machines à molettes et une machine à vapeur à chaudière simple, une Newcomen ou une Watt d’exhaure, construite par le Belge Dieudonné Forir108. Il s’agit là de l’une des plus importantes exploitations du département : elle couvre plus de la moitié des 18,9 km² concédés dans le département en 1811, emploie plus du quart des 1 175 ouvriers du charbon et enfin produit 12,6 % des 460 182 quintaux métriques extraits par les mines de ce type cette année-là dans le département de l’Ourthe ; on observe enfin qu’elle dispose de moyens d’extraction modernes et récents, la machine à vapeur en question ayant été installée en 1797109. L’établissement de la redevance des mines permet d’entrer plus avant dans la comptabilité de ces charbonnages : si la redevance fixe s’établit à 100 F par an (10 F par km²), les services de la direction générale des Mines sont amenés à établir le produit brut de la mine et ses dépenses et frais d’exploitation, avant d’en déduire le produit net imposable et de fixer la somme à percevoir au titre de la redevance proportionnelle. Ces variables font l’objet du tableau 9 qui couvre les trois premières années de perception. Ces chiffres servent ensuite de base pour établir le revenu net imposable de chaque exploitation. Le 8 décembre 1811, celui de la Chartreuse est fixé à 30 000 F, soit sensiblement plus que le produit net, ce que l’ingénieur des mines justifie en indiquant que les « dépenses sont largement surestimées110 » ; Lecouteulx et ses associés versent donc 1 699,50 F de redevance proportionnelle en 1811. L’année suivante, on peut voir que les chiffres des exploitants et de l’ingénieur différent sensiblement, les premiers désirant sans doute réduire au maximum la charge fiscale, que l’administration porte cependant à 37 710 F, et réduit à peine en 1813, en dépit du déficit d’exploitation constaté.

Tableau 9. Éléments d’appréciation du produit d’exploitation des charbonnages de la Chartreuse (1811-1813)

1811

1812

1813

Produit brut

131 187,30

215 316,00

221 390,00

134 685,05

Dépenses et frais d’exploitation

108 442,30

188 041,46

183 679,65

163 800,98

Produit net imposable

22 745,00

23 274,54

37 710,35

déficit : 29 163,93

Les chiffres sont exprimés en francs. En 1812, apparaissent à la fois les estimations des concessionnaires et celles de l’ingénieur des mines.
Sources : Arch. nat., F14 1099 pour 1811, F14 1100 pour 1812 et F14 1101 pour 1813.

  • 111 A. Van Neck, Les débuts de la machine à vapeur…, op. cit., p. 91-92.

55La mine de Beaujonc, située sur la commune d’Ans (arr. de Liège), est l’autre exploitation d’importance comptant des Français parmi ses associés111 ; à l’inverse de celle de la Chartreuse, elle n’est pas officiellement concédée à ses exploitants, bien que la demande ait été déposée le 29 brumaire an XI. Le dossier de redevance pour 1811 ne mentionne tout d’abord que la « dame veuve Paul Colson, à Ans et le Sr Montanier, payeur général de la [25e] division » militaire, en poste à Maastricht, auxquels viennent successivement s’adjoindre en 1812 Hubert Tillin, propriétaire à Liège, puis en 1813 Guillaume d’Outrepont, lui aussi Liégeois, Jacques Bonaventure Courta, propriétaire à Maastricht, les Bruxellois Évard Tops et J.-F. Lentremagne l’aîné, enfin l’avocat parisien Laisné. Au total, le capital des charbonnages de Beaujonc se partage donc entre huit associés, six originaires des départements réunis de Belgique (trois dans l’Ourthe, deux dans la Dyle et un dans la Meuse inférieure) et deux Français. On peut supposer que Montanier s’est dans un premier temps associé avec l’exploitante primitive du site, puis qu’il s’est vu remettre une importante partie des actifs de la société en échange d’une mise de fonds ; par la suite, les investissements nécessaires au développement du charbonnage ont été trouvés auprès de nouveaux bailleurs de fonds, progressivement intégrés par ouverture du capital. D’une superficie de 3,4 km², la mine de Beaujonc est sans doute l’une de celles qui extraient le plus de charbon parmi les exploitations non concédées : en 1811, son personnel se compose de 330 ouvriers, elle dispose d’une trentaine de chevaux, d’une machine à vapeur à chaudière simple et d’une machine à molettes et sa production s’élève à 394 020 quintaux métriques de charbon. Il s’agit donc d’une exploitation particulièrement importante, ce que reflète d’ailleurs son produit d’exploitation : cette même année, le produit brut s’élève à 250 480 F, pour 216 702 F de dépenses, soit un produit net de 33 778 F, ce qui n’empêche pas l’administration de fixer son revenu net imposable à 42 000 F et de lui demander une redevance totale de 2 402,40 F. À titre de comparaison, cela représente 6,5 % de la main-d’œuvre des mines non concédées (5 053 ouvriers), 12,8 % de la production affichée (3 055 349 quintaux métriques) et 6,7 % des 35 501,50 F versés au Trésor impérial. Les années suivantes, les résultats de l’exploitation connaissent un recul sensible, avec un revenu net de 33 805 F en 1812 puis de 20 000 F en 1813, soit moins de la moitié du chiffre retenu deux ans auparavant.

56Un tableau récapitulatif des mines concédées et non concédées situées dans le département de l’Ourthe pour 1811 fixe le total du revenu net des exploitations à 1 225 260 F et celui de la redevance proportionnelle 72 433,49 F ; à la lumière de ces chiffres, la part des entreprises au moins partiellement sous le contrôle de capitaux français s’établit à un peu plus du 1/20e des sommes énoncées (respectivement 5,8 % et 5,6 %). En somme, une fois comparés aux autres exploitations, les charbonnages de la Chartreuse et de Beaujonc, qui semblaient occuper les premières places, ne représentent qu’une petite partie de la production locale et reprennent leur véritable place dans la hiérarchie départementale.

  • 112 Hubert Watelet, « Croissance et restructuration du bassin de Mons pendant la Révolution industriell (...)

57Les Français sont bien plus nombreux encore dans le département de Jemappes ; cette concentration s’explique sans doute par le nombre important des sites d’extraction, mais aussi par la proximité de l’ancienne France et en premier lieu du Nord, d’où sont originaires une large majorité de ceux qu’il a été possible de repérer. Le bassin de Mons, étudié par H. Watelet112, figure parmi les plus productifs de l’Empire et connaît un fort taux de croissance, de l’ordre de 3,6 % par an au cours de la période 1803-1811. Il s’agit également d’une région où les veines exploitables, riches et régulières, se trouvent à une faible profondeur ; les exploitants en extraient un charbon de qualité, le flénu, riche en matières volatiles et dégageant une forte chaleur, mais impropre à la sidérurgie et donc spécifiquement destiné à être vendu comme combustible, en Belgique et en France. Longtemps, les investissements consentis par les exploitants sont restés modestes en raison de la proximité et de la richesse des gisements ; par la suite, la nécessité de creuser plus profondément et de disposer de moyens d’extraction plus performants, en particulier de machines à vapeur, impose aux maîtres des fosses locaux de financer cette mécanisation par des appels à des capitaux extérieurs. C’est donc le processus d’industrialisation de la région qui entraîne le recul progressif des maîtres des fosses locaux au profit d’investisseurs « étrangers », belges et/ou français. Ces transformations dans le mode de production coïncident en effet avec le rattachement à la France et entraînent la constitution de sociétés d’exploitation associant le maître des forges, chargé de la production, et ses bailleurs de fonds, souvent plus attentifs aux bénéfices. Bien des Français trouvent là l’occasion d’investir tout ou partie de leur fortune dans le bassin de Mons et s’inscrivent ainsi dans la filiation industrielle des hommes de l’Ancien Régime. La plupart d’entre eux se trouvent à la tête de charbonnages de taille modeste. C’est du moins ce qui ressort de l’analyse des sommes perçues par l’administration au titre de la redevance fixe, puisque seules trois des dix exploitations en question acquittent plus de 100 F de taxe, alors qu’elles sont cinq à verser moins de 50 F, deux d’entre elles s’acquittant d’une somme inférieure à 5 F. Enfin, le total de la redevance fixe de ces dix exploitations ne représente que 6,6 % de 12 318,54 F qu’elle a rapportés dans ce département en 1811 (tableau 10).

  • 113 Voir le chap. VIII.

58Ce tableau est également l’occasion d’observer la répartition géographique des douze exploitants domiciliés en France. La moitié d’entre eux est originaire de l’Est du département du Nord et en particulier de Valenciennes ; l’on remarque parmi eux Luc Doazan, ancien receveur général des Douanes à Bordeaux sous l’Ancien Régime, installé comme négociant dans le Nord depuis le début de la Révolution, et futur assesseur à la Cour prévôtale des douanes installée dans sa ville d’adoption113. Un tiers vient du centre du département, de Lille surtout, comme Henri Degorge-Legrand, installé depuis peu en Belgique. Encore faudrait-il ajouter à cet important groupe nordiste Desandrouin, qui apparaît ici domicilié dans la capitale. Enfin certains d’entre eux s’associent à l’occasion avec des Belges, de Jemappes pour l’un, de Gand pour l’autre. Il est par ailleurs remarquable que les principales exploitations se trouvent assez également réparties entre Maubeuge, Valenciennes, Douai et Lille, la première d’entre elles associant un Douaisien et un Valenciennois. Quelques autres Français sont également -mentionnés dans les correspondances et états de redevance proportionnelle : c’est le cas du Parisien Dauterre, associé du sénateur d’Aremberg, lui aussi domicilié à Paris, du Montois Gendebien et de Wassaige, de Namur, dans la Mine du Gouffre, à Chatelineau ou encore des Saint-Quentinois Petit et Delfains et du Rémois Sainte-Chavrières, partenaires de deux Belges dans l’exploitation de la mine du Grand Bouillon, à Wasmes. Quant aux Lillois Lepage et Bar(r)a, ils contrôlent à eux deux la mine de la Grande Ferrière de Jemappes tout en participant à la société formée par Brousse, Duriez et Le Weille, tous Lillois, pour extraire le charbon de la mine du Grand Buisson à Hornu. Au total, ce sont donc plus de vingt Français qui figurent parmi les propriétaires, concessionnaires et autres exploitants des houillères du département de Jemappes.

Tableau 10. Montant de la redevance fixe versée par les exploitants charbonniers du département de Jemappes domiciliés en France pour 1811

Localité

Noms

Domicile

Redevance fixe versée

Quaregnon

Louis Joseph Vautier

Maubeuge

101,99

Frameries

Pierre Denis Meuversez et

Douai

269,69

Isidore Dubief

Valenciennes

Dour

Jean-François Thon et

Dour

2,66

Antoine Béthaine

Solre-le-Château

Hornu

Henri-Joseph Degorge-Legrand

Hornu (Lille)

178,91

Hornu

Marc-Antoine Boutellier et

tous deux à Lille

2,89

Jean-Baptiste Mayssart

Wasmes

Lachapelle

Siresnes-lez-Condé

94,25

Lodelinart

Jean-Marie Desandrouin

Paris

49,55

Wasmes

Luc Doazan

Valenciennes

23,10

Eugies

Robert Noël et

Gand

38,46

Jean-François Solirène

Paris

Élouges

Jean Amelin, dit Bary

Valenciennes

51,98

Total de la redevance fixe versée

813,48

Les chiffres sont exprimés en francs.
Source : Arch. nat., F14 1109 : Redevance fixe des mines de charbon, département de Jemappes, 1811.

  • 114 Voir les travaux d’H. Watelet, en particulier « Le rôle de l’individu dans l’industrie houillère be (...)
  • 115 Arch. nat., F14 1109 : redevance proportionnelle sur les mines de charbon du département de Jemappe (...)
  • 116 Hubert Watelet, Le Grand Hornu, joyau de la révolution industrielle et du Borinage, Boussu, Grand H (...)

59Henri Degorge est sans conteste celui qui est promis au plus bel avenir114. D’une famille originaire du Hainaut belge, ce fils de cultivateur né à Villers-Pol, près du Quesnoy (Nord), en 1774 dispose sous le Directoire d’un capital financier et social suffisant pour épouser la fille du négociant lillois Charles Henri Legrand. Il est alors engagé dans des opérations de fourniture aux armées et surtout aux hôpitaux et en tire de confortables bénéfices, si bien que sa fortune s’élève à 60 000 ou 70 000 F au lendemain de Brumaire, à plus de 200 000 F en 1810. À cette date, il saute le pas qui le sépare du monde industriel et achète le charbonnage du Grand Hornu, au Couchant de Mons, aux héritiers de Charles Sébastien Godonnesche. Ce dernier, originaire de Valenciennes, contrôleur général des gabelles du Soissonnais, de Picardie et de Champagne sous l’Ancien Régime, avait fondé l’exploitation en 1778 sans jamais parvenir à étendre de façon significative son activité : les deux fosses d’extraction en activité de 1778 à 1810 ne produisent que bien peu de chose, les veines les plus rentables demeurant inconnues. C’est donc une entreprise modeste qu’il lègue à sa veuve et à son fils et ces derniers préfèrent s’en défaire ; ils la cèdent à ce jeune et entreprenant Lillois qui mobilise à cette occasion toute sa fortune en versant les 212 000 F scellant la vente. Lorsque Degorge-Legrand en devient propriétaire, le charbonnage apparaît donc comme « totalement épuisé », comme il l’indique lui-même dans une lettre au sous-intendant du département de Jemappes datée du 7 juin 1814. En 1811, il n’emploie encore au Grand Hornu que 90 ouvriers, ne dispose que de deux machines à molettes et deux « machines à feu, dont une n’est pas encore montée » et dégage un produit brut de 80 486 F ; il se déclare par ailleurs « en perte pour 1810, coût d’une machine à feu, et accepte une redevance proportionnelle sur 12 000 F115 ». Il procède donc à de nouveaux investissements et emprunte à cet effet 150 000 F auprès de maisons de banque montoises qui comptent se rembourser sur la vente du charbon, mais surtout il entreprend de nouvelles recherches sur les structures géologiques de sa concession et décide rapidement le creusement de trois nouveaux puits dans sa partie méridionale ; à la fin de l’Empire, il est en mesure de commencer l’exploitation de veines régulières et riches si bien qu’en 1818, son investissement de départ est couvert et ses emprunts intégralement remboursés. En quelques années seulement, Degorge-Legrand parvient ainsi à faire du Grand Hornu l’un des principaux charbonnages du bassin de Mons, mais ce parcours exceptionnel doit beaucoup à sa volonté et au risque pleinement assumé d’acquérir une exploitation apparemment sans avenir pour y trouver des gisements plus importants et plus productifs. Au début des années 1830, il emploie plus de 2 000 ouvriers pour lesquels il a construit une vaste cité à proximité des puits d’extraction, dispose de huit machines à vapeur et produit plus de 150 000 tonnes de charbon. Son apport initial, légèrement supérieur à 200 000 F, se trouve ainsi démultiplié puisque à sa mort en 1832, sa fortune dépasse les 2,5 millions. Entre-temps, il a été naturalisé hollandais en 1825 puis élu au Sénat du Royaume de Belgique en 1831 ; sa veuve, décédée en 1843, continue à diriger les charbonnages avec l’aide de l’un de ses neveux, Émile Rainbeaux et le Grand Hornu demeure une affaire de famille – française – jusqu’en 1951116 !

  • 117 Mémoire sur l’importation du charbon en Mons en France, Valenciennes, Henry, 1790, 19 p., reproduit (...)
  • 118 Arch. nat., AF IV 1318 : note sur le prix du charbon de terre, s. d.
  • 119 Bulletin du 10 novembre 1810, publié par Nicole Gottéri, La police secrète du Premier Empire : bull (...)
  • 120 Jean-Marie Surjous, Un trophée de la bourgeoisie triomphante : le canal Mons-Condé, DES, Lille, 195 (...)
  • 121 ANMT, 3 AQ 293 : correspondance reçue de Mons, lettre du 5 ventôse an XII.

60On observe également que la quasi-totalité des exploitations comptant des Français parmi les associés dispose de moyens d’extraction modernes et en particulier de machines à vapeur, ce qui n’est pas systématiquement le cas pour celles dont le capital est détenu par des locaux. Aussi peut-on se risquer à renouveler l’hypothèse émise à l’occasion de l’étude des manufactures de coton du Nord : l’apport extérieur de capitaux frais constitue une condition presque impérative de la modernisation de l’outil de production dans les charbonnages comme dans l’industrie textile. Avec la conquête, le charbon nordiste se trouve en concurrence avec celui extrait des mines belges, comme il l’était déjà sous l’Ancien Régime avec celui importé d’Angleterre. En 1790, le directeur des mines d’Anzin demande à l’Assemblée nationale de repousser une nouvelle fois la demande de levée des droits pesant sur le charbon importé de Belgique, indiquant que seul « un petit nombre de particuliers », composé des « actionnaires français aux mines de Mons » y trouverait profit, alors que les ouvriers des mines nationales se trouveraient sans emploi ; il rappelle que la France dispose « dans les environs de Condé et de Valenciennes de mines de charbon très abondantes, capables de fournir à tous les besoins du pays » et réclame donc le maintien, voire l’aggravation des droits de douane117. La conquête puis la réunion de la Belgique à la France entraînent pourtant de facto la disparition de ces droits, avec pour conséquence une concurrence accrue, en particulier pour l’approvisionnement de la capitale ; ce sont alors les coûts de production mais surtout de transport qui font la différence entre les différents gisements. Une note sur le prix du charbon de terre118, datant probablement de 1810 puisque évoquant l’utilisation du Canal de Saint-Quentin, établit la comparaison du prix du quintal de charbon livré à Paris en fonction de son lieu d’extraction : le quintal de charbon anglais venu de Newcastle, livré au Havre puis remontant la Seine jusqu’à la capitale coûte 2,20 F et celui de Saint-Étienne (Loire) ou de Decize (Nièvre) 2,50 F, contre « seulement » 2,13 F pour le quintal extrait à Anzin, livré à Dunkerque par les canaux du Nord, puis à Rouen par la mer et à Paris par la Seine et 1,60 F, en empruntant le canal de Saint-Quentin. La note décompose ensuite ce total : 1,75 F pour deux quintaux livrés à Cambrai, 1,30 F de fret entre Cambrai et Paris, 10 cent. d’octroi de navigation, 5 cent. de mesurage, en tout 3,20 F pour deux quintaux livrés dans la capitale, soit 1,60 F le quintal. Cette présentation particulièrement avantageuse pour le charbon d’Anzin incite à penser que la note provient de milieux proches des Périer, sinon d’eux-mêmes. L’arrivée à Paris des premiers bateaux chargés de charbon de terre, venant de Cambrai par le canal de Saint-Quentin donne lieu à une cérémonie qui indique assez l’importance de cet axe direct reliant le Nord du territoire à la capitale119. Les exploitants de houillères du département de Jemappes ont espéré pendant tout l’Empire disposer à leur tour d’un canal susceptible de transporter à moindre coût leur charbon et pensaient atteindre ce but lorsque l’Empereur donne son accord pour la construction d’un canal reliant Mons à Condé-sur-Escaut, le 18 septembre 1807 ; les travaux commencent dès le mois suivant et Napoléon visite le chantier le 29 avril 1810, mais l’Empire disparaît avant que le canal soit achevé et c’est finalement le roi des Pays-Bas qui inaugure la partie belge de l’édifice, le 27 novembre 1814120. Tout au long de la période de réunion de la Belgique à la France, le charbon extrait dans les départements réunis souffre donc de ne pouvoir être vendu à son prix le plus juste. D’autant que la multiplicité des ruptures de charge impose bien souvent le recours à des intermédiaires dont la rétribution vient encore obérer le prix de vente. En ventôse an XII, Gruyelle, chef de bureau du directeur des Contributions de la Sambre-et-Meuse, envisage de faire transiter la majeure partie du charbon belge par Lille et d’en confier la surveillance à un intermédiaire unique et porte son choix sur Briansiaux, auquel il expose son projet121 : il propose d’établir « un agent de réception et expédition qui tiendrait les comptes de l’une et l’autre opération et correspondrait ensuite avec un agent intéressé des pays de consommation, dont le travail consisterait dans la vente des charbons expédiés, moyennant des remises proportionnées aux expéditions faites et un compte d’intérêt qui réglerait trois ou quatre fois par an le compte net des actionnaires ». Il poursuit en indiquant « il m’a paru digne de vous de vous occuper d’une opération qui pourrait faire un mouvement de fonds considérable, quand même on ne se trouverait qu’à la tête des affaires d’une seule compagnie d’actionnaires, d’autant que cela procurerait à cette compagnie la faculté d’ouvrir plus de moyens d’extraction et de mettre par conséquent plus de denrées en consommation ». En entraînant l’augmentation de la consommation, la baisse du prix de vente permettrait donc de dégager des bénéfices plus importants, immédiatement réinvestis dans la production et la commercialisation à grande échelle deviendrait ainsi le moteur de l’industrialisation. Cette lettre de Gruyelle étant la seule conservée par Briansiaux, il est fort probable que le négociant lillois ait décliné l’offre qui lui était faite.

  • 122 A. de Saint-Léger, Les Mines d’Aniche…, op. cit., pièce 115, p. 76.
  • 123 Arch. nat., F14 4250 : mines, usines et carrières des départements réunis.

61Avec la Paix d’Amiens et la perspective d’un retour en force du charbon anglais sur le continent, les producteurs tant belges que français mettent de côté leurs divergences et font tout ce qui est en leur pouvoir pour s’attirer la « protection » des autorités françaises. Le 13 brumaire an X/4 novembre 1801, les régisseurs de la Compagnie d’Anzin chargent ses actionnaires résidant à Paris d’informer le gouvernement du danger que ferait courir aux houillères du Nord de la France « l’entrée pure et simple des houilles étrangères [et] de lui remonter combien il serait nécessaire […] non seulement de rétablir les anciens droits d’entrée, ou d’en créer d’autres tels que la concurrence ne détruise pas les établissements de la Société, et même d’en prohiber l’entrée depuis le port de Saint-Valéry jusqu’à celui d’Anvers122 ». De tels arguments se retrouvent presqu’à l’identique dans le Mémoire sur les mines de houille et le commerce de ce combustible adressé au ministre de l’Intérieur par le préfet du département de Jemappes123 ; il y exprime ses craintes de voir le charbon britannique réinvestir en force le marché français au détriment des exploitations des départements réunis : « les mines nombreuses [du département…] sont une ressource inépuisable pour la France entière et pour les départements de la ci-devant Belgique en particulier, mais l’exploitation de ces mines et le commerce de houille exigent des encouragements et surtout qu’on leur maintienne une concurrence avantageuse avec les houilles étrangères, c’est-à-dire anglaises, sans quoi ces belles exploitations seront entièrement perdues pour la France ». Rappelant que le charbon belge est d’aussi bonne qualité que celui d’Angleterre, il se livre à une comparaison du prix à la livraison et ne peut que constater la modicité des coûts d’extraction et surtout de transport pesant sur la houille britannique ; à l’inverse, alors que « les exploitations sont aussi bien conduites et dirigées », la mauvaise qualité des voies de communication desservant le Hainaut renchérit considérablement la houille du département de Jemappes : « les houillères des environs de Charleroi n’ont que la chaussée de cette ville vers Bruxelles et lorsque cette chaussée est en mauvais état, ce qui arrive fréquemment, les extracteurs sont forcés d’abandonner leurs travaux et de les suspendre pendant un espace de temps considérable ; la Sambre qui baigne cet arrondissement n’est guère navigable que pendant trois mois de l’hiver, mais il s’expédie peu de charbon par cette voie ». En conséquence, le préfet demande instamment l’assujettissement du charbon anglais à un « droit d’entrée justement proportionné » jusqu’à la réparation entière des chaussées, l’amélioration de la navigation fluviale et la construction d’un canal assurant la jonction de l’Escaut à l’Oise. « Alors [les houillères] de ce département pourraient peut-être soutenir la concurrence, on dit peut-être car on ne peut se dissimuler que les Anglais doivent en partie l’avantage dont ils jouissent aux soins qu’ils donnent à leurs envois ».

62En somme, on retrouve là, transposés au charbon, les arguments mis en avant par les milieux cotonniers pour justifier la prohibition des productions britanniques et il est possible qu’ils aient contribué à conforter le Premier consul dans sa décision de ne pas signer de traité de commerce en bonne et due forme avec l’Angleterre. Quant aux milieux charbonniers belges, mais aussi français, ils se sont probablement « réjouis » de la rupture de la Paix d’Amiens qui écartait du marché français un concurrent redoutable.

III. Minerais et arts du feu

  • 124 Arch. nat., F14 1040 : mines et usines du département des Forêts.
  • 125 Arch. nat., F14 1106 : redevance proportionnelle sur les mines de fer du département des Forêts, 18 (...)

63Le recul des frontières et l’intégration des départements belges à l’espace français poussent enfin d’autres particuliers, souvent eux-mêmes industriels dans la France de l’intérieur, à faire acte de candidature pour exploiter un gisement situé en Belgique. Le département des Forêts apparaît comme particulièrement convoité, en raison de ses importantes richesses en minerai de fer. En l’an XII, l’ingénieur des mines et usines Beaunier, en charge des départements des Ardennes, des Forêts, de la Marne et de la Meuse explique le faible développement industriel des Forêts, pourtant favorisé d’un point de vue minéral, par les fréquents changements de domination, avant d’affirmer qu’« un nouvel état de chose se prépare depuis que l’accroissement du territoire français a tellement reculé ses limites que le département des Forêts peut être assimilé en quelque sorte à ceux de l’intérieur et le moment est venu d’attirer l’attention du gouvernement sur une source de richesse qui doit contribuer à vivifier un pays affaibli par les effets d’une guerre dont il a été si longtemps le théâtre124 ». Les demandes de concession et l’établissement des redevances sur le produit des mines permettent, comme c’était le cas pour le charbon des départements de Jemmapes et de l’Ourthe, de repérer les exploitants venus de France. Selon les cas, ceux-ci extraient le minerai de fer pour ensuite l’expédier vers l’intérieur ce qui revient à considérer la Belgique comme un simple réservoir de matières premières, d’autres prenant l’initiative d’installer un fourneau sur place, contribuant ainsi à l’industrialisation de ces régions. Dans la plupart des cas, il s’agit de maîtres de forges originaires des principales régions métallurgiques et sidérurgiques françaises, désireux de disposer à bon compte des ressources en minerais de fer extraites du sol belge125. Il n’a pas été possible de déterminer la date de leur arrivée sur place et leur activité semble quelque peu réduite au moment précis où ils deviennent repérables, dans les toutes dernières années de l’Empire.

  • 126 Henri Manceau et Jean Clerc, La Manufacture d’armes de Charleville, Charleville, sn, 1962, p. 42.

64Les plus nombreux sont les Ardennais, qui n’ont que quelques kilomètres à parcourir pour s’installer autour de Luxembourg. C’est le cas de Léopold Auguste Raux, maître des forges à La Neuville (Ardennes) et propriétaire d’un fourneau à Montmédy (Meuse) : il exploite la mine de fer d’Halanzy, d’une superficie de 63 ha, mais n’employant que dix ouvriers en 1811 et dont la production semble presque nulle au moment de l’établissement de la redevance, puisque le revenu net s’établit officiellement à 2 000 F. L’arrêt de l’exploitation de la mine entraîne la suspension des activités des forges de Chauvenay, sur la commune de Stenay (Meuse), qu’elle est chargée d’alimenter en minerai puisque le 13 novembre 1812, l’administration des Mines signale que « les forges ne marchent pas depuis plus d’un an ». Ce même gisement est également exploité par trois autres Ardennais : Desse et son associé Despinette, originaires de Carignan, en extraient le minerai de fer qu’ils destinent à leur fourneau, installé sur la commune de Jamoigne, et la veuve Pressolles, domiciliée à Charleville et maîtresse de forges à La Soye, qui, outre les veines d’Halanzy, exploite également celles des mines de Ruette et de Grandcour. Les premiers ont construit sur place sept bâtiments, recourent aux services de deux employés et de sept ouvriers et produisent annuellement 310 000 kg de fonte brute ; « ce fourneau [de la Hailleule] a marché en 1812 pendant huit mois environ ; il a terminé son dernier train au mois de mai 1813. La plus grande partie de la fabrication consiste en gueuses qui étaient vendues au foyer d’Orval qui sont activées par M. Despinette. On ne fabrique guère actuellement que 25 milliers de fonte marchande (marmites, tuyaux, plaques de cheminées) ». Despinette dirige également, on le comprend, les forges d’Orval, mais il agit alors en qualité de créancier ou « bailliste » de M. de Rozières, propriétaire du fourneau de Rawé et domicilié à Orval même. La dernière emploie plus de trente personnes sur son site de La Soye, dont le fourneau « a été activé pendant toute l’année 1812 », fabrique 480 000 kg de fonte en 1812 avant d’être mis hors feu le 1er avril 1813. L’entrepreneur de la manufacture d’armes de Charleville, Henri Morin126, exploite quant à lui la mine de fer de Sapoque où travaillent sept employés et trente-sept ouvriers ; en 1813, ils transforment 2 000 quintaux métriques de minerai en 400 quintaux de fonte.

65Viennent ensuite les Lorrains, le plus souvent originaires de Moselle. Le premier d’entre eux est le principal maître des forges d’Hayange, François de Wendel : dans l’attente d’une concession, il exploite les mines de Zemmer et d’Oren-Owen dont le revenu pour 1811 s’établit à 3 000 F ; il est également le propriétaire de l’usine de La Quindt, où il transforme le minerai en fonte. L’établissement, installé sur le bord de la Moselle, compte douze bâtiments et emploie plus de soixante personnes (six employés et cinquante-cinq ouvriers), ce qui en fait sans conteste un des plus importants du département, et produit « une fonte de bonne qualité, presque toute coulée en marchandises, plaques de cheminées, poêles, etc. ». Le haut-fourneau d’Ahéré est lui aussi alimenté en minerai par la mine d’Halanzy et appartient à Michel, de Longwy ; il consomme 200 tonnes de minerai et produit 72 tonnes de fonte. Selon une correspondance de l’administration minière datée de juin 1813, « le fourneau a été activé pendant huit mois environ en 1812. La fabrication est suspendue maintenant à cause de la stagnation du commerce des fers tendres ».

  • 127 Arch. nat., F12 937 : liste des fabricants les plus notables du département des Forêts, s. d. (1810 (...)

66Le cas de Nicolas Vincent Légier, originaire de Provins (Seine-et-Marne), semble résolument particulier. Rien ne semblait le prédestiner à l’industrie puisqu’il commence sa carrière comme avocat au Parlement de Paris, avant d’embrasser les idées de la Révolution et d’exercer successivement les fonctions d’agent national dans sa ville natale puis auprès de l’administration d’arrondissement de Luxembourg en l’an III. C’est donc comme employé de la République qu’il arrive en Belgique. Commissaire central du Directoire près l’Administration du département des Forêts jusqu’en 1798, puis député de ce département au Conseil des Cinq-Cents, il s’en considère peu à peu comme le protecteur exclusif, usant de son influence pour faire nommer ses proches à tous les postes importants et se portant acquéreur de près de 5 % de l’ensemble des biens nationaux vendus. À la suite de son élimination du Tribunat en l’an X, il se retire sur son Aventin luxembourgeois et se consacre entièrement à la gestion de ses biens ; installé maître de forge à Weilerbach, il extrait le minerai de fer dont il a besoin des mines de Mersch, Pettingen et Reckingen. En 1810, il est le seul « étranger » mentionné parmi les fabricants les plus notables du département par le préfet qui le décrit comme « actif et laborieux » à la tête de sa fabrique de fer, employant directement seize ouvriers et quatre-vingt-dix autres « au-dehors127 ». L’année suivante, les notes de l’administration minière signalent que son exploitation se compose de deux hauts-fourneaux, emploie deux commis et vingt-cinq ouvriers et produit près de 100 tonnes de fonte en 1811 ; « en 1812, le fourneau a marché seulement jusqu’au 21 février [et] n’a point marché pendant le reste de l’année ; il n’a été remis à feu qu’au mois d’avril 1813 ».

  • 128 Arch. nat., F14 1109 : redevance proportionnelle sur les mines de fer du département de Jemappes, 1 (...)

67Les ressources en minerai de fer du département des Forêts, qui constituent sa principale, voire son unique richesse, attirent donc bien des Français de l’intérieur. Leur implantation s’est sans nul doute trouvée favorisée par la réunion de ce territoire à l’espace français. À l’inverse de la situation observée dans les départements charbonniers, on peut remarquer l’absence d’associations entre locaux et « étrangers », soit en raison du grand nombre de mines qui les rend inutiles, soit parce que les investissements nécessaires à une implantation industrielle « lointaine » ne sont pas aussi importants que dans le charbon et demeurent accessibles à des particuliers déjà établis. La part des redevances fixe et proportionnelle acquittée par les exploitants originaires des départements de l’intérieur (tableau 11) met d’ailleurs en lumière la spécificité du département des Forêts : la part de la redevance fixe y est trois fois plus importante que dans celui de Jemappes et celle de la redevance proportionnelle dépasse largement les 10 %. À titre de comparaison, on ne compte dans le département de Jemappes qu’une seule mine de fer exploitée par un Français ; encore ne lui appartient-elle pas puisque Rouxe de la Neuville, originaire des Joutes, dans l’Aisne, la loue à son propriétaire, M. de Camaran, prince de Chimay. Le minerai qu’il en extrait alimente le fourneau de Séloigne, dans l’arrondissement de Charleroi, petite unité de production, au « fourneau en activité six mois environ par an à différents intervalles » et dont le produit net atteint un maximum de 3 500 F en 1811128.

Tableau 11. Redevances fixe et proportionnelle acquittées sur les mines de fer par les exploitants originaires de la France de l’intérieur dans le département des Forêts en 1811

Redevance

fixe

proportionnelle

L. A. Raux

7,28

115,50

N. V. Légier

12,13

129,28

Fr. de Wendel

49,55

173,25

Vve Pressolles

6,36

75,08

Michel

5,78

115,50

Desse et Despinette

3,47

57,75

Total Français

84,57

666,36

Total Forêts

441,20

4 901,97

Part des Français

19,16 %

13,59 %

Les chiffres sont exprimés en francs.
Source : Arch. nat., F14 1106 : Redevance des mines de fer du Département des Forêts, 1811. Les chiffres sont exprimés en francs.

  • 129 Arch. nat., F14 1040 : mines et usines du département des Forêts, mine de cuivre de Stolzembourg, a (...)
  • 130 Arch. nat., F14 1040 : mines et usines du département des Forêts, requête d’Hunolstein.

68Les autres minerais présents dans le sous-sol des Forêts sont également convoités une fois les frontières, et avec elles les droits de douane, abolis entre la France et les territoires annexés. La mine de cuivre de Stolzembourg129, pourtant abandonnée depuis 1780, se trouve ainsi au centre de plusieurs projets soumis au gouvernement par des citoyens de l’intérieur. Les frères Guérain, respectivement domiciliés à Saint-Lô et à Lille, « déjà connus pour les fonderies qu’ils ont élevées pour le traitement du métal des cloches », sont les premiers à proposer de reprendre les travaux, dès le 20 fructidor an VI, sans qu’il soit donné suite au dossier avant le Consulat. Le 13 germinal an IX, c’est au tour de MM. Vanderbrœck, propriétaires à Priesch (Moselle), et « dont les vues sont également tournées vers l’étude de la minéralogie et de la chimie », de déposer une demande. L’une et l’autre parties ont « acquis quelques arpents de terre dans les environs de la mine pour donner plus de poids à leur demande en se -présentant comme propriétaires d’une portion du sol qui renferme les filons ». Dans le courant du mois de nivôse an X, le Conseil des mines examine les requêtes mais constate bientôt que les pétitionnaires ne donnent pas suite. Vanderbrœck père s’en explique dans une lettre du 3 pluviôse suivant : « d’après les délais réitérés et les difficultés qu’on m’a suggérées à la préfecture du département des Forêts, je fus informé que quatre citoyens de Paris, avec à leur tête le sous-préfet de Dieckrich, Delattre, se disposaient à exploiter cette mine, j’ai abandonné cette mine de vue et j’ai formé des spéculations sur des objets plus certains et moins sujets à des difficultés ». Entre l’an VI et l’an X, la concession de la mine de Stolzembourg est donc convoitée par trois groupes d’investisseurs venus de différentes régions de la France de l’intérieur, sans succès d’ailleurs puisqu’en l’an XII, la concession n’a toujours pas été accordée et le Conseil des mines estime que « le préfet des Forêts doit être invité à stimuler quelques capitalistes ». Certains industriels de l’intérieur envisagent également de s’implanter en Belgique, comme M. de Hunoldstein, exploitant des forges d’Ottange (Moselle). En septembre 1808, il soumet un projet d’installation d’une fonderie à Remelange au préfet des Forêts ; ce dernier accueille favorablement le projet, estimant que son département « ne peut que gagner à l’établissement d’une nouvelle fonderie. Son unique ressource est dans l’abondance des usines qui produit son sol et dans la fabrication des fers. On ne peut donc trop encourager les grands propriétaires qui veulent bien employer leurs capitaux à y étendre cette branche unique d’industrie ». D’autant que le capitaliste en question est favorablement connu et apparaît comme un notable, proposé comme candidat de son département pour le Sénat lors des élections de 1808, « preuve de la considération et de l’estime publique dont il jouit ». Le seul à exprimer publiquement ses réticences à l’égard de ce projet est Wendel, lui-même déjà installé dans les Forêts et qui craint la concurrence de son voisin mosellan, réticences encore accrues lorsque Hunoldstein propose d’ajouter à la fonderie en projet une platinerie qu’il « délocaliserait » d’Ottange130.

  • 131 Arch. nat., F12 937 : liste des fabricants les plus notables du département de la Sambre-et-Meuse, (...)

69L’art du verre attire également divers entrepreneurs dans les régions septentrionales du territoire. La verrerie de Vonêche (Sambre-et-Meuse) est probablement l’une des seules des départements réunis de Belgique à être dirigée par un Français de l’intérieur, et non des moindres puisqu’il s’agit d’Aimé Gabriel Joseph Dartigues. Initié au travail du verre par son oncle Gabriel Aimé Jourdan à la fin de l’Ancien Régime, il rachète le 2 floréal an X/10 mai 1802 la verrerie Sainte-Anne créée en 1778 par Pierre-François Mathys de Fumay en vertu d’un octroi impérial. Dès l’origine, son objectif est de fabriquer du cristal comparable à celui qu’on fabrique en Angleterre et il exploite en parallèle une mine de plomb ; il s’entoure de spécialistes comme le Vosgien François Kemlin, emploie jusqu’à 700 ouvriers dans sa manufacture et 2 000 au dehors en 1810 et fabrique des objets immédiatement acheminés à Paris où le magasin à l’enseigne de L’Escalier de cristal se charge de les vendre. Il s’agit là d’une entreprise de tout premier ordre à l’échelle de l’Empire tout entier, dont le produit annuel atteint 1,5 million de francs. Selon le préfet de la Sambre-et-Meuse, Dartigues « est de la plus grande activité, il travaille sans repos ni trêve à perfectionner et à augmenter ses établissements ; il les habite une partie de l’année et les surveille toujours avec soin […]. Sa réputation est celle d’un homme d’honneur, d’un homme habile et d’un homme immensément riche ; d’après cela, son crédit serait considérable s’il y avait recours, mais malgré la masse énorme de ses dépenses, il paye tout comptant et sans aucun retard131 » ; le succès commercial de son entreprise lui assure donc une indépendance financière qu’il entend conserver. En plus d’être un manufacturier de talent, Dartigues se distingue également par ses aptitudes scientifiques et rédige à la demande de l’Institut un mémoire sur l’art de la verrerie salué par l’Académie des Sciences et publié dans le Recueil des mémoires savants de l’Institut en 1811. La chute de l’Empire marque l’amorce du déclin pour la cristallerie de Vonêche qui pâtit de la concurrence des produits anglais, de nouveau librement introduits en France ; de son côté, Louis XVIII tente de le convaincre de revenir s’installer en France. Le 7 mars 1816, Dartigues obtient du monarque restauré l’autorisation d’importer gratuitement 6 000 quintaux de cristal brut de Vonêche pendant deux ans, à la condition d’établir une usine semblable dans le royaume ; le 9 avril 1817, il rachète l’ancienne verrerie de Baccara, près de Nancy, et y installe la Verrerie de Vonêche à Baccara, promise au succès que l’on sait. De son côté, l’établissement belge diminue progressivement son activité et finit par -disparaître complètement en décembre 1830.

  • 132 Jean-Pierre Daviet, « De la première à la seconde industrialisation : les maîtres de verreries du d (...)
  • 133 Annuaire statistique du département du Nord pour 1811, p. 95.

70À l’inverse, l’une des verreries du Nord est la propriété d’un étranger au département. Entre 1789 et 1840, le Nord assure environ 12 % de la production française132 et compte, selon Dieudonné, sept verreries en 1789, respectivement implantées à Dunkerque, Lille, Douai, Fresnes-sur-Escaut (deux), Anor et Fourmies, auxquelles il convient d’ajouter celle de Trélon, sans doute sans grande activité à cette date. Par la suite, trois nouvelles manufactures sont fondées, à Sars-Poteries (1802), Dunkerque (1804) et Hautmont (1805). Celle de Trélon appartient depuis de nombreuses années aux Mérode-Westerloo. Le chef de la famille, Charles Guillaume de Mérode-Westerloo, considéré comme émigré par la Révolution, voit ses biens confisqués par la Nation et doit attendre le début du Consulat pour rentrer en possession de ceux qui n’avaient pas encore été vendus ; la verrerie est du nombre et le décret du 25 mars 1807 autorise officiellement sa réouverture133. Il la conserve jusqu’à la fin de l’Empire, tout en confiant sa direction au Nordiste Barbier de La Serre et pendant cette période, elle reprend ainsi sa place dans les manufactures du Nord, comptant parmi les plus prospères du département et écoulant une partie de sa production dans les départements belges puis hollandais. La chute de l’Empire et le rétablissement de la frontière franco-belge décident finalement le comte de Mérode à s’en défaire en 1815 au profit de son ancien directeur : la vente est conclue contre versement d’une somme de 47 000 F (40 000 pour les bâtiments et 7 000 pour les ustensiles et le mobilier).

*

  • 134 Robert Devleeshouwer, « Le Consulat et l’Empire : période de « take-off » pour l’économie belge ? » (...)

71Dans les différentes situations analysées, on observe que le rétablissement de la frontière franco-belge marque, à plus ou moins brève échéance, la fin de la présence extérieure. Il s’agit cependant de cas particuliers, tant il est clair que bien des investisseurs français conservent leur participation dans le capital de nombreuses entreprises et exploitations industrielles belges bien au-delà de l’Empire, à l’image de Lecoulteulx qui demeure actionnaire des charbonnages de la Chartreuse, dans la région de Liège, jusqu’à sa mort en 1818. Ces prises de participation n’ont cependant été possibles en si grand nombre qu’en raison de l’intégration à l’ensemble français des départements réunis de Belgique. Les études existantes, bien qu’anciennes134, indiquent sans équivoque combien cette période a été favorable au développement industriel de ces régions. « Les secteurs principaux (et particulièrement l’industrie lourde) de l’économie des neuf départements réunis ont connu une croissance certaine pendant l’Empire » signale R. Devleeshouwer. Selon lui, la croissance annuelle de la production houillère dans le département de Jemappes atteint environ 4 % entre 1789 et 1811, 6,5 % de 1807 à 1813 et même 10 % de 1811 à 1814, alors que le secteur textile connaît d’importantes mutations qualitatives largement induites par la mécanisation de la production. Tous les auteurs mettent également en avant le formidable atout qu’a constitué pour les départements réunis l’accès au vaste marché national qui leur fournit des débouchés d’une ampleur considérable et permet l’essor d’une industrie diversifiée à l’abri de la concurrence britannique. Enfin, ils insistent sur le fait que cette croissance doit sans doute beaucoup à l’apport de capitaux « extérieurs » et pour partie venus des départements de l’intérieur. On a vu qu’il s’agissait en quelque sorte d’une « tradition » de la part des « voisins » Nordistes, déjà présents sous l’Ancien Régime et qui renforcent leur implantation après la disparition de la frontière ; pour les autres, et en particulier les manieurs d’argent parisiens, c’est tout l’espace septentrional du territoire qui devient aire d’investissement et une fois encore, le nom qui vient à l’esprit est celui de Lecouteulx, à la fois actionnaire de la Compagnie d’Anzin et des mines de la Chartreuse. La plupart d’entre eux se contentent cependant de mettre à la disposition d’un maître d’œuvre local les fonds nécessaires à la modernisation de l’outil de production, premier pas vers un accroissement des bénéfices et à cet égard, la conjonction entre le mouvement de mécanisation et la période de présence française – ou extérieure – massive est frappante. L’hypothèse, plusieurs fois esquissée dans ce chapitre, d’une corrélation presque « nécessaire » entre ces deux facteurs ne semble pourtant pas se vérifier de façon systématique et impose sans doute d’être confrontée à un nombre de cas plus importants. À l’inverse, certains sites industriels ne connaissent de réel développement que grâce à la présence constante et aux soins assidus d’un entrepreneur étranger à sa région d’adoption ; c’est le cas de Dartigues, du moins jusqu’à son retour en France, de Légier et bien sûr de Degorge-Legrand, qui finit même par abandonner sa nationalité française.

  • 135 Ces questionnements sont, pour une période postérieure, au cœur de la réflexion de Jean-Luc Mastin, (...)

72Au total, ces transferts de fonds en provenance de la capitale profitent davantage aux départements réunis de Belgique qu’à celui du Nord, qui semble comme réfractaire à l’intrusion de capitaux et de manufacturiers extérieurs et l’échec des différentes tentatives d’implantation de filatures de coton constitue dans ce domaine un élément de référence. Cependant, lorsque les sommes nécessaires atteignent un certain seuil, comme c’est le cas lorsque Désandrouin entreprend de racheter les parts de la Compagnie d’Anzin, c’est vers les banquiers de la capitale qu’il doit finalement se tourner. Le département du Nord est également celui qui pâtit le plus directement de la réunion de la Belgique : il y perd sa position frontalière et subit de plein fouet la concurrence de produits bien souvent comparables à ceux qui sortent de ses manufactures et de ses mines. Et alors que les « exportations » hennuyères de houille vers la France de l’intérieur quadruplent entre 1789 et 1815 (de 50 000 tonnes en 1789 à 198 000 en 1815), la production de charbon des Mines d’Anzin est inférieure en 1815 à celle de 1790 (247 000 tonnes contre 310 000). En contrepartie, tout au long de la période et pour plusieurs décennies encore, le Nord parvient à conserver une très large autonomie dans ses choix économiques et industriels. Il la doit en grande partie à la cohésion de son milieu négociant qui, sans négliger pour autant le monde de la manufacture, n’y consacre que les fonds qui sont absolument nécessaires ; en décidant de repousser les sources de financement qu’il aurait pu trouver auprès de manieurs d’argent de la capitale, le département offre à son industrie le luxe de l’indépendance et contribue efficacement à l’essor de son commerce, puisque financer sur ses deniers propres la production de filés de coton, c’est s’en assurer la commercialisation et donc à terme les bénéfices135. À la fois territoire frontalier, espace de transit et lieu de passage, le Nord s’emploie avec efficacité à valoriser une position qui ne cesse d’évoluer et progressivement, le département s’affirme comme le point d’ancrage des activités économiques, industrielles et commerciales de l’Europe française du Nord-Ouest.

Notes

1 Denis Woronoff, Histoire de l’industrie en France du xvie siècle à nos jours, Paris, Le Seuil, 1998, p. 187-200.

2 François Crouzet, « Guerre, blocus et changement économique, 1792-1815 », De la supériorité de l’Angleterre sur la France…, op. cit., p. 280-298.

3 Arch. nat., Fle III Ourthe 3 : Compte rendu décadaire du 29 nivôse an V.

4 Le rattachement des territoires hollandais et hanséatiques intervient trop tardivement pour donner lieu à de telles opérations.

5 Serge Chassagne, Le coton et ses patrons. France, 1760-1840, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991, 733 p. et Mohamed Kasdi, La naissance de l’industrie cotonnière dans le département du Nord (1700-1830) : un produit, des consommateurs, des entrepreneurs, thèse de doctorat, Lille 3, 2006, 3 volumes, 696 p.

6 Arch. nat., AF IV 1318 : Tableau général de la situation de la filature et du tissage du coton en France au 31 décembre 1805, présenté par Pierre-François Tiberghien ; S. Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 267-268.

7 Serge Chassagne, « L’enquête dite de Champagny sur la situation de l’industrie cotonnière française au début de l’Empire (1805-1806) », RHES, 1976, p. 336-370.

8 Ils sont au total vingt dans la France impériale.

9 Arch. nat., F12 1585 et 1622, cités par S. Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 330.

10 D. Woronoff, Histoire de l’industrie en France…, op. cit., p. 257-282. M. Kasdi l’explique en partie par le « faible coût d’entrée » pour les petites fabriques textiles, en particulier pendant les années 1790, mais atteignant plus de 26 000 francs sous l’Empire ; La naissance de l’industrie -cotonnière dans le département du Nord…, tome III, p. 474-481 et 515.

11 Arch. nat., AF IV 1089A, cité par S. Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 329.

12 L. Bergeron, Banquiers parisiens…, op. cit., en particulier le chap. XI, « Investissements industriels et placements fonciers », p. 299-316 et du même, « Négoce et industrie : transfert d’hommes et de capitaux en France dans la première moitié du xixe siècle », Négoce et industrie en France et en Irlande aux xviiie et xixe siècles, L. M. Cullen et P. Butel (éd.), Paris, Éditions du CNRS, 1980, p. 105-111.

13 Claude Folhen, « Industrie et crédit dans la région lilloise (1815-1870) », Revue du Nord, avril-septembre 1954, Mélanges offerts à L. Jacob, p. 361-368.

14 Jean Dhondt, « L’industrie cotonnière gantoise à l’époque française », RHMC, octobre-décembre 1955, p. 233-279.

15 Arch. nat., F12 652, cité par S. Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 230.

16 Jeanine Ruckebusch, L’industrie textile dans la région lilloise sous la Révolution et l’Empire, DES, Lille, 1954, p. 43 et 52. Né à Manchester, H. Mather s’est installé à Dunkerque en 1788 et emploie au début de la Révolution 1 700 tisseurs et 3 000 fileurs à travers le département, en particulier à Lille, Merville et Roubaix. Il poursuit ses expériences avec succès et on le retrouve sous le Consulat installant dans l’ancienne abbaye du Val des Écoliers (dép. de Jemappes), une filoselle végétale du système anglais utilisant le fil de lin comme matière première ; cf. R. Darquenne, Histoire économique du département de Jemappes…, op. cit.

17 Arch. mun. Lille, FG 15 361/7549 : filature de coton, lettre du ministre de l’Intérieur à Wicart, Paris, 28 messidor an XIII ; « Vous m’informez […] que vous vous occupez d’établir une filature de coton dans la ci-devant abbaye de Loos, près Lille, et vous m’invitez à vous faire profiter du cours d’enseignement ouvert à Paris. Votre qualité d’entrepreneur vous donne droit à cette faveur du -gouvernement et je vous admets volontiers au nombre des élèves ».

18 J.- P. Hirsch, Les deux rêves du commerce…, op. cit., p. 234-235.

19 Annuaire statistique et historique de l’arrondissement de Douai, département du Nord, an 1808, Douai, Carpentier père, 1808, 196 p.

20 Fernand Beaucour, « La filature et manufacture de coton des Grands-Anglais à Douai. Un exemple de l’industrialisation de la production textile en France sous Napoléon Ier », Actes du 127e Congrès national des Sociétés savantes, Lyon, 1987, Histoire moderne et contemporaine, tome I, p. 181-196 et M. Kasdi, La naissance de l’industrie cotonnière dans le département du Nord…, tome III, p. 577-578.

21 Charles Schmidt, « Les débuts de l’industrie cotonnière en France, 1760-1806 », Revue d’Histoire des doctrines économiques et sociales, 1914, p. 37.

22 Bibliothèque municipale de Douai (désormais BM Douai), Ms 1400 : Filature des Grands-Anglais, listes des actionnaires. Documents aimablement mis à ma disposition par M. Kasdi à qui je renouvelle ici tous mes remerciements.

23 On y retrouve également des grands noms de l’histoire récente de Douai, comme l’ancien conventionnel Lesage-Senault, qualifié de « propriétaire ».

24 S. Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 254.

25 BM Douai, Ms 1400. On le retrouve dans la thèse de M. Kasdi, La naissance de l’industrie cotonnière dans le département du Nord…, tome III, p. 528.

26 La manufacture compte 6 144 broches et emploie 158 ouvriers en 1812, contre 2 296 broches et 55 ouvriers en 1806. Arch. dép. Nord, M 655, cité par Marie-France Callot, L’industrie de la région lilloise et du Douaisis pendant le Blocus continental (1806-1810), DES, Lille, 1960, p. 127.

27 Arch. nat., F12 936B : liste des principaux négociants du Nord, 14 novembre 1810.

28 Sur les 118 filateurs en activité dans le Nord entre 1800 et 1815 recensés par M. Kasdi, on trouve 101 Nordistes et 4 Parisiens (3,4 %), les 8 derniers provenant de cinq autres départements. La naissance de l’industrie cotonnière dans le département du Nord…, tome III, p. 494.

29 Il suit de nouveau les cours du CNAM (Conservatoire national des Arts et Métiers) en 1806.

30 M. Kasdi, La naissance de l’industrie cotonnière dans le département du Nord…, tome III, p. 506.

31 Jean-Baptiste Gombert, négociant, acquéreur de biens nationaux en l’an II et en l’an III ; cf. J.- P. Hirsch, Les deux rêves du commerce…, op. cit., p. 222.

32 Arch. mun. Lille, FR 17 998/1 : État des filatures de coton établies dans le département du Nord au 1er janvier 1806.

33 ANMT, 3AQ 253 : lettre du 29 août 1808.

34 Pierre Pouchain, L’industrialisation de la région lilloise de 1800 à 1860. Contribution à l’étude des mécanismes de la croissance, thèse de 3e cycle, Lille 3, 1980, tome I, p. 122 et 135.

35 ANMT, 3AQ 253 : lettre du 23 septembre 1809.

36 Annuaire statistique du département du Nord pour 1811, p. 90. Plus le chiffre est élevé, plus le coton est filé fin ; dans une livre de 16 onces, on trouve 240 écheveaux contenant chacun 700 aunes anciennes.

37 ANMT, 3 AQ 253 : lettres des 3 et 11 février 1811.

38 Marie-France Callot, L’industrie de la région lilloise et du Douaisis pendant le Blocus -continental (1806-1810), DES, Lille, 1960, p. 122.

39 Annuaire statistique et historique de l’arrondissement de Douai pour l’an 1808…, op. cit.

40 Arch. nat., MCN, LII, 758 : obligation du 29 juillet 1813.

41 Arch. dép. Nord, J 1318/38 : minutes de Me Salembier, minute du 5 août 1813.

42 S. Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 334-336 et 360 et M. Kasdi, La naissance de l’industrie cotonnière dans le département du Nord…, tome III, p. 514 et 529.

43 Marcel Gillet, « Industrie et société à Douai au xixe siècle », Revue du Nord, avril-juin 1979, p. 417-426.

44 S. Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 265.

45 Pierre Giraud, « Le sort de l’abbaye de Vaucelles de la Révolution à nos jours », Mémoires de la Société d’émulation de Cambrai, 1982, p. 185-200.

46 Charles Schmidt, « Un essai de statistique industrielle en l’an V », Bulletin de la Commission des documents relatifs à la vie économique de la Révolution, 1908, p. 11.

47 Feuille de l’arrondissement de Cambrai du 27 thermidor an XII/15 août 1804.

48 S. Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 288-290.

49 M. Kasdi, La naissance de l’industrie cotonnière dans le département du Nord…, tome III, p. 540.

50 Almanach du commerce de Cambrai pour l’année 1808, p. 25.

51 L. Bergeron, Banquiers parisiens…, op. cit., p. 208.

52 Serge Chassagne, Oberkampf, un entrepreneur capitaliste au Siècle des Lumières, Paris, Aubier, « Collection historique », 1980, p. 198.

53 » Le produit de ces continues peut être doublé à très peu de frais en travaillant jour et nuit, ce qui est d’autant plus facile que l’eau est le moteur principal et que ces messieurs n’ont même pas fait encore usage de la moitié de la force qu’ils ont à leur disposition » ; Almanach du commerce de Cambrai pour l’année 1808, p. 24.

54 S. Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 290 et L. Bergeron, Banquiers parisiens…, op. cit., p. 208.

55 Arch. dép. Nord, 6 U 1/18, cité par M. Kasdi, La naissance de l’industrie cotonnière dans le département du Nord…, tome III, p. 578.

56 Charles Ballot, « Les prêts aux manufactures sous le Premier Empire », Revue des études napoléoniennes, juillet-décembre 1912, p. 42-77.

57 Statistique du département du Nord, tome II, p. 491.

58 Arch. nat., F12 2196, cité par Ch. Schmidt, « Les débuts de l’industrie cotonnière en France, 1760-1806 », art. cité, p. 39-40.

59 Arch. nat., F1c III Ourthe 3 : Compte rendu décadaire du 11 frimaire an VI.

60 R. Darquenne, Histoire économique du département de Jemappes…, op. cit. Par la suite, il continue à innover puisque en 1812, il met au point un procédé de laminage par pression continue et uniforme des cylindres qui fait de la platinerie familiale de Saint-Éloi l’une des plus modernes de l’Empire.

61 Arch. mun. Lille, FR 17 931/8 : machine à carder.

62 Arch. nat., F8100, cité par Ch. Schmidt, « Les débuts de l’industrie cotonnière… », art. cité, p. 52-54.

63 Arch. mun. Lille, FR 17 998/1 : filatures et fabriques de bonneteries et de tissus de coton ; lettre du préfet du Nord au maire de Lille, 22 juin 1808. « Je vous invite, Monsieur, à vouloir bien procurer dans quelque édifice communal de cette ville à MM. Adesdat Mouttet et J. Chappus un local où ils puissent placer et laisser voir au public les nouveaux métiers à tisser de l’invention de M. Despiau qui ont obtenu l’approbation du gouvernement et dont il désire voir l’usage adopté. L’intérêt du commerce national réclame cette mesure à laquelle votre zèle me persuade que vous vous efforcerez de concourir ».

64 Paul François Barbault-Royer, Voyage dans les départements du Nord, de la Lys, de l’Escaut, etc. pendant les années VII et VIII, Paris et Lille, Lepetit et Vanackère, messidor an VIII, p. 84. Aucun exemple de ces « délocalisations » de Lille vers Gand ou Bruges n’a cependant été observé.

65 Arch. dép. Nord, M. 653, cité par J. Ruckebusch, L’industrie textile dans la région lilloise…, p. 78.

66 Armand Gaston Camus, Voyage fait dans les départements nouvellement réunis et dans les départements du Bas-Rhin, du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme à la fin de l’an X, Baudoin, Paris, ventôse an XI, tome II, p. 145-146.

67 Idem, p. 7.-

68 » Le développement que prit l’industrie textile dans les départements de l’Escaut, de la Lys et de la Dyle fut aussi rapide que celui de la même industrie dans la Seine inférieure ou dans le Nord. La Belgique devenue française participait à la politique douanière de la France et cette politique était tout en faveur de l’industrie cotonnière » indique Ch. Schmidt, « Les débuts de l’industrie cotonnière… », art. cité, p. 42.

69 S. Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 253-254.

70 J. Dhondt, « L’industrie cotonnière gantoise à l’époque française », ainsi que les pages qu’il a consacré à la « Région gantoise » dans l’Essai sur la Révolution industrielle en Belgique, 1770-1847, P. Lebrun (dir.), Bruxelles, Palais des Académies, 1979, p. 75-163.

71 Bulletin du 19 janvier 1809, publié par Ernest d’Hauterive, La police secrète du Premier Empire : bulletins quotidiens adressés par Fouché à l’Empereur, Paris, Perrin & Clavreuil, 1963, tome IV.

72 Fernand Leleux, A l’aube du capitalisme et de la révolution industrielle, Liévin Bauwens, industriel gantois, Paris, SEVPEN, 1969, 375 p.

73 Arch. nat., AF III 21A, dossier 70G, pièce XXIX.

74 Arch. nat., F12 1871 : lettre au préfet du Pas-de-Calais datée du 24 avril 1809, citée par Charles Schmidt, « Jean-Baptiste Say et le Blocus continental », Revue d’Histoire des doctrines économiques et sociales, 1914, p. 150.

75 Jacques-Guy Petit, Ces peines obscures : la prison pénale en France, 1780-1875, Paris, Fayard, 1990, p. 149 et 164-165.-

76 Arch. nat., F12 937 : tableau des manufacturiers les plus distingués du département de l’Escaut, 31 août 1810.

77 F. Leleux, Liévin Bauwens, industriel gantois…, op. cit., chap. IX. « Les difficultés financières de L. Bauwens », p. 239-270.

78 Louis Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill : aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière en France », Revue Historique, janvier-mars 1972, p. 67-80.

79 Sur l’organisation industrielle de « l’empire » Ternaux, voir Louis-Marie Lomüller, Guillaume Ternaux, 1763-1833 : créateur de la première intégration industrielle française. Histoire économique et industrielle de la France de la fin du xviiie au début du xixe siècle, Paris, Éditions de la Cabro d’or, 1978, 531 p., ainsi que Gérard Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, Paris, Éditions de l’EHESS/Terres Ardennaises, 1998, 580 p.

80 Gérard Gayot, « Les retombées imprévues de la modernisation économique à Eupen et Verviers, premiers centres drapiers de la France du Directoire », Du Directoire au Consulat : le lien social et politique local dans la Grande Nation, Villeneuve d’Ascq, 2000, p. 239-252.

81 Bulletin du 23 janvier 1807. Lomüller ne la mentionne pas et rien n’indique qu’elle ait été reconstruite par la suite.

82 Guy Richard, « La noblesse en France et les sociétés par actions à la fin du xviiie siècle », RHES, octobre-décembre 1962, p. 484-523.

83 Alexandre de Saint-Léger, Les Mines d’Anzin, 1re partie, Paris, Leroux, 1938, XLV-463 p. ; Marcel Gillet, Les charbonnages du Nord de la France au xixe siècle, Paris, Mouton, 1973, 527 p. ; Reed G. Geiger, The Anzin Coal Company, 1800-1833. Big business in the early stages of the french Industrial Revolution, University of Delaware Press, 1974, XIII-345 p.

84 Elle en achète pour plus d’un million de livres tournois selon le procès-verbal d’estimation des mines d’Anzin de l’an III ; A. de Saint-Léger, Les Mines d’Anzin…, op. cit., pièce annexe 102.

85 Pierre Nicolas Berryer, Souvenirs de M. Berryer, doyen des avocats de Paris, de 1774 à 1838, Paris, Dupont, 1839, tome II, p. 162-163.

86 Les Périer dans l’Isère au xixe siècle d’après leur correspondance familiale…, op. cit.

87 Arch. dép. Nord, 1 Q 849, contrats 3916 et 3917. Dans les deux cas, le prix de vente est exactement identique à l’estimation, ce qui indique à l’évidence que personne ne s’est avisé de surenchérir sur l’offre de la Compagnie d’Anzin.

88 Robert Marquant, « La fortune de Cambacérès », Bulletin d’histoire économique et sociale de la Révolution française, 1961, p. 169-251 ; Pierre-François Pinaud, Cambacérès, Paris, Perrin, 1996, p. 95-99.

89 Il ne représente que 19 % du total en l’an X, contre 58 % en 1813.

90 Richard J. Barker, « French entrepreneurship during the Restoration: the record of a single firm, the Anzin mining Company », Journal of Economic History, juin 1961, p. 161-178.

91 A. de Saint-Léger, Les Mines d’Aniche…, op. cit., 1re et 2e parties. Sauf mention particulière, les éléments suivants sont extraits de cet ouvrage.

92 Pierre Étienne Oursin de Montchevrel, né en 1745, succède en 1771 à son père à la recette générale des finances de Caen (pour les années paires) qu’il occupe jusqu’à la disparition de la charge, en 1791 ; Michel Bruguière, « Les receveurs généraux de Louis XVI : fossiles ou précurseurs ? », Études & Documents I, 1989, p. 99-120.

93 Marcel Gillet, « L’âge du charbon et l’essor du bassin houiller du Nord et du Pas-de-Calais (xixe-début du xxe siècle) », Charbon et Sciences humaines, Paris, Mouton, 1966, p. 29.

94 Arch. dép. Nord, 6 U 2/977 : bilans de faillite, 1788-an II.

95 Arch. dép. Nord, 3 U 180/1 : répertoires des actes de Me Allard, notaire à Douai.

96 Arch. dép. Nord, J 953/61 : minutes des 17 janvier 1806 et 17 mai 1810.

97 J.- P. Hirsch, Les deux rêves du commerce…, op. cit., p. 483.

98 Arch. dép. Nord, J 1318/26 : minutes de Me Salembier, notaire à Lille ; partage Virnot, articles 171 et 172.

99 Marcel Gillet, « Charbonnages belges et charbonnages du Nord de la France aux xviiie et xixe siècles », Histoire sociale du Nord et de l’Europe du Nord-Ouest, Lille, PUL, 1984, p. 71-84.

100 Arch. nat., F14 4250 : mines, usines et carrières des départements réunis. Les citations relatives à cette affaire sont extraites du même carton.

101 F.-A. Aulard (éd.), Registre des délibérations du Consulat provisoire, Paris, Société d’histoire de la Révolution française, 1894, p. 56  ; R. Darquenne, Histoire économique du département de Jemappes et « La fondation d’une dynastie de maîtres charbonniers : les Warocqué », RHMC, juillet-septembre 1970, p. 596-609.

102 L. Bergeron, Banquiers parisiens…, op. cit., p. 301.

103 Arch. nat., F14 1088, cité par R. Darquenne, Histoire économique du département de Jemappes…, op. cit.

104 Maurice Van den Eynde, La vie quotidienne de grands bourgeois au xixe siècle. Les Warocqué, Musée royal de Mariemont, Morlanwelz, 1989, p. 7-10 et Natalie Petiteau, Élites et mobilités : la noblesse d’Empire au xixe siècle (1808-1914), Paris, La Boutique de l’Histoire, 1997, p. 381.

105 Roger Darquenne, « Conflit entre charbonnages à Élouges (1801-1804) », Annales du Cercle archéologique de Soignies, 1960-1961, p. 101-105.

106 Arch. nat., F14 1099 à 1101 pour l’Ourthe et F14 1109 pour Jemappes. Ont également été dépouillés les cartons F14 1104 et 1105 concernant les départements de la Lys, de la Dyle, des Bouches-du-Rhin, des Deux-Nèthes et des Bouches-de-l’Escaut. Le plus souvent, les dossiers ne contiennent au total qu’une lettre du préfet concerné au directeur général des Mines lui indiquant, comme le fait celui des Bouches-du-Rhin, que « d’après les renseignements que j’ai recueillis de concert avec M. le directeur des contributions, il n’y aurait pas lieu de faire appliquer [le décret du 6 mai 1811] à ce département qui ne renferme aucune mine, et pas même de tourbière ».

107 Il est également concessionnaire de la mine de houille de Jupille et Griveguée, aux confins de l’Ourthe et de la Meuse inférieure, depuis le 28 frimaire an IX ; Michel Bruguière, La Première Restauration et son budget, Genève, Droz, 1969, p. 142, note 43.

108 Anne Van Neck, Les débuts de la machine à vapeur dans l’industrie belge, 1800-1850, Académie royale de Belgique, « histoire quantitative et développement de la Belgique au xixe siècle », Bruxelles, 1979, p. 89, note 3. Que M. J.-J. Heirwegh, professeur à l’Université Libre de Bruxelles, trouve ici mes remerciements pour m’avoir signalé cet ouvrage.

109 P. Lebrun (dir.), Essai sur la Révolution industrielle en Belgique…, op. cit., p. 318.

110 Arch. nat., F14 1099.

111 A. Van Neck, Les débuts de la machine à vapeur…, op. cit., p. 91-92.

112 Hubert Watelet, « Croissance et restructuration du bassin de Mons pendant la Révolution industrielle », AHRF, juillet-septembre 1974, p. 345-370.

113 Voir le chap. VIII.

114 Voir les travaux d’H. Watelet, en particulier « Le rôle de l’individu dans l’industrie houillère belge au début du xixe siècle. L’exemple de Henri Degorge-Legrand », Charbon et Sciences sociales…, op. cit., p. 137-140 et Une industrialisation sans développement. Le bassin de Mons et le charbonnage du Grand Hornu du milieu du xviiie au milieu du xixe siècle, Louvain-la-Neuve, Université de Louvain, 1980, 538 p.

115 Arch. nat., F14 1109 : redevance proportionnelle sur les mines de charbon du département de Jemappes, 1811.

116 Hubert Watelet, Le Grand Hornu, joyau de la révolution industrielle et du Borinage, Boussu, Grand Hornu Images, 1993 (2e éd.), 60 p.

117 Mémoire sur l’importation du charbon en Mons en France, Valenciennes, Henry, 1790, 19 p., reproduit par A. de Saint-Léger, Les Mines d’Aniche…, op. cit., pièce VI, p. 189-199.

118 Arch. nat., AF IV 1318 : note sur le prix du charbon de terre, s. d.

119 Bulletin du 10 novembre 1810, publié par Nicole Gottéri, La police secrète du Premier Empire : bulletins quotidiens adressés par Savary à l’Empereur de juin à décembre 1810, Paris, H. Champion, 1997.

120 Jean-Marie Surjous, Un trophée de la bourgeoisie triomphante : le canal Mons-Condé, DES, Lille, 1953, 156 p.

121 ANMT, 3 AQ 293 : correspondance reçue de Mons, lettre du 5 ventôse an XII.

122 A. de Saint-Léger, Les Mines d’Aniche…, op. cit., pièce 115, p. 76.

123 Arch. nat., F14 4250 : mines, usines et carrières des départements réunis.

124 Arch. nat., F14 1040 : mines et usines du département des Forêts.

125 Arch. nat., F14 1106 : redevance proportionnelle sur les mines de fer du département des Forêts, 1811-1813 ; Denis Woronoff, L’industrie sidérurgique en France pendant la Révolution et l’Empire, Paris, Éditions de l’EHESS, 1984, 592 p.

126 Henri Manceau et Jean Clerc, La Manufacture d’armes de Charleville, Charleville, sn, 1962, p. 42.

127 Arch. nat., F12 937 : liste des fabricants les plus notables du département des Forêts, s. d. (1810).

128 Arch. nat., F14 1109 : redevance proportionnelle sur les mines de fer du département de Jemappes, 1811.

129 Arch. nat., F14 1040 : mines et usines du département des Forêts, mine de cuivre de Stolzembourg, an VI-an XII.

130 Arch. nat., F14 1040 : mines et usines du département des Forêts, requête d’Hunolstein.

131 Arch. nat., F12 937 : liste des fabricants les plus notables du département de la Sambre-et-Meuse, 10 septembre 1810.

132 Jean-Pierre Daviet, « De la première à la seconde industrialisation : les maîtres de verreries du département du Nord au xixe siècle », Revue du Nord, avril-juin 1985, p. 461-483.

133 Annuaire statistique du département du Nord pour 1811, p. 95.

134 Robert Devleeshouwer, « Le Consulat et l’Empire : période de « take-off » pour l’économie belge ? », RHMC, juillet-septembre 1970, p. 596-609 ; Jacques Godechot, « L’industrialisation en Europe à l’époque révolutionnaire » et Pierre Lebrun, « L’industrialisation en Belgique au xixe siècle », L’industrialisation en Europe au xixe siècle, P. Léon et F. Crouzet (éd.), Paris, éditions du CNRS, 1972, et P. Lebrun (dir.), Essai sur la Révolution industrielle en Belgique…, op. cit.

135 Ces questionnements sont, pour une période postérieure, au cœur de la réflexion de Jean-Luc Mastin, Capitalisme régional et financement de l’industrie, région lilloise, 1850-1914, thèse de doctorat (dir. J.-P. Hirsch), Lille 3, 2007.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search