Version classiqueVersion mobile

Les routes de l’argent

 | 
Matthieu de Oliveira

Chapitre premier. L’argent n’a pas de frontière

Texte intégral

1La composition, en termes géographiques, du milieu du commerce et de la banque parisien et l’importance numérique des banquiers et négociants originaires de la province française incitent à penser que la capitale attire la partie supérieure des manieurs d’argent du pays. On peut y voir la manifestation d’un effet de seuil : une fois atteint un certain niveau de fortune, l’espace local ou régional qui a permis la constitution de la fortune initiale ne suffit plus et si l’on désire encore développer ses affaires, il est nécessaire de « monter » à Paris. La capitale, par l’ampleur des affaires qui s’y brassent, la multiplicité des contacts qu’elle autorise, la proximité du pouvoir enfin, sert de nouveau terrain d’action à ces nouveaux venus. En se lançant dans le « grand bain » des affaires parisiennes, ils en acceptent les risques, même si leur ambition leur fait surtout miroiter des profits, qu’ils espèrent rapides et considérables.

2Par l’importance du marché qu’elle contrôle directement ou indirectement, la capitale est également susceptible de constituer une nouvelle base de départ vers d’autres aires d’affaires. Le contexte économique et politique joue alors pleinement son rôle : si les grands ports coloniaux semblent attirer regards et capitaux dans les dernières années de l’Ancien Régime, la révolte de Saint-Domingue, dont la nouvelle est connue en France en octobre 1791, impose une complète réorientation des flux commerciaux et financiers au profit de nouveaux espaces économiques. Le conflit engagé en avril 1792 replace au premier plan la frontière du Nord-Est : certes, il interdit un temps les relations commerciales traditionnelles, mais il favorise le développement d’une économie de guerre, impose le recours massif aux fournisseurs, mobilise énergies et capitaux et réactive la vieille route du Nord de l’argent, tracée par la monarchie lors de la conquête des territoires septentrionaux à partir de la fin du xviie siècle.

3Le Nord, demeuré jusque-là pour beaucoup cette terre réputée étrangère de la fin de l’Ancien Régime, acquiert dès lors une nouvelle dimension. Le département, et au-delà la région, n’est plus cette lointaine périphérie ; il peut désormais faire valoir pleinement ses atouts, la densité et l’activité de ses populations, la vigueur et l’extension de son commerce, la précocité et la qualité de ses industries. Mobilisant à son profit l’attention et les capitaux des investisseurs venus de la capitale, il revendique également la fonction de principal point d’accès vers les territoires situés plus au nord ; chaque ville devient une porte qui n’attend que le moment propice pour s’ouvrir. Les victoires françaises de Jemappes (1792) et plus encore de Fleurus (1794), préludes à la prise de possession de nouveaux territoires au nord de la « frontière », ouvrent bientôt la voie à l’expansion française. La première, la Belgique, conquise puis annexée (1795), constitue un champ d’action nouveau, riche de promesses. Ses vastes ressources minières, la modernité et la densité de son tissu industriel, l’ampleur des terres sous contrôle ecclésiastique et nobiliaire, tout concourt à attirer les détenteurs de capitaux tentés par l’aventure. Plus au nord encore, les places financières et commerciales d’Amsterdam et de Hambourg peuvent faire figure d’objectifs de choix pour les manieurs d’argent. La conquête de la Hollande, transformée en République batave en 1795, et les incursions impériales en Hanovre à partir de 1806 trouvent leur conclusion dans l’annexion pure et simple du royaume de Hollande et des villes hanséatiques par les décrets impériaux de juillet et de décembre 1810.

4Certes, les considérations politiques et stratégiques priment dans la conduite de la croisade révolutionnaire et l’extension territoriale de la France. La volonté conjointe de défendre la République et d’apporter à des populations toujours plus nombreuses les bienfaits de la liberté est au cœur des motivations des gouvernants français. Voir dans ces conquêtes la mise à exécution d’un plan préétabli de prise de possession des richesses septentrionales, dont les banquiers et négociants seraient les instigateurs secrets, relèverait de la surinterprétation. Pour autant l’ouverture d’un nouveau marché, contrôlé et protégé par les armées françaises, pousse un certain nombre de manieurs d’argent parisiens à en faire leur aire d’activité privilégiée ; dès lors qu’ils y trouvent des conditions propices à la constitution, à la consolidation et à l’accroissement rapides de leur fortune.

5Pour atteindre cet objectif, il leur faut établir des relations commerciales et financières durables et efficaces avec leurs homologues septentrionaux. Parmi ces derniers, les Lillois apparaissent comme les plus actifs, comme le révèlent à la fois leur correspondance et leurs voyages, facilités par un réseau de communication terrestre propice aux déplacements comme au transport de fret.

I. Fortunes du Nord à Paris 

  • 1 Pierre Barral, Les Périer dans l’Isère au xixsiècle d’après leur correspondance familiale, Paris, (...)

6L’itinéraire des membres de la famille Périer, retracé par Pierre Barral1, est à cet égard assez significatif. La fabrication et le négoce des toiles servent de base à l’ascension des premiers Périer qui confortent leur position sociale par des achats fonciers et d’offices et des alliances matrimoniales flatteuses ; un soutien opportuniste à la Révolution et une mise en sommeil des activités financières les plus visibles permettent de traverser sans encombre les années difficiles.

7Au début du Directoire, Claude Périer quitte Vizille pour Paris et y pose les bases de sa nouvelle prospérité, à la fois foncière et industrielle : en quelques mois, de frimaire à messidor an III, il achète un grand hôtel particulier rue Saint-Honoré, un domaine à Saint-Gilles-du-Gard et surtout un dixième du capital des Mines d’Anzin, près de Valenciennes. Cette dernière acquisition, sur laquelle on reviendra, constitue le cœur de la puissance de la famille Périer, dont les membres vont se succéder pendant de longues années au conseil d’administration, et contribue à leur ouvrir les portes du Conseil de régence de la Banque de France. La décision de monter à Paris pèse lourd dans le succès de cette entreprise, car c’est là que Claude Périer trouve à employer de façon particulièrement rentable les capitaux dont il dispose, en raison de la multiplicité des occasions qui s’offrent à lui, et en quelques mois seulement. Le capital de départ a certes été accumulé, à force de travail et d’économie, en Dauphiné, mais en quittant sa province pour miser sur la capitale, Périer décuple ses profits et fait de la France son jardin. La carte 1 permet ainsi de suivre les migrations et les implantations des membres de la famille, de leur région d’origine à la capitale et aux quelque vingt départements qui les accueillent au cours du xixe siècle.

  • 2 Louis Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire, Paris, (...)

8Une autre conséquence de la progression française vers le nord est la constitution dans la capitale d’une communauté relativement importante de fournisseurs, négociants, manufacturiers et banquiers originaires des départements du Nord et du Pas-de-Calais, des principales villes de Belgique et dans une moindre mesure de Hollande. À mesure que leur séjour dans la capitale se prolonge, ces provinciaux, ces étrangers se mêlent au monde des manieurs d’argent parisiens, véritable creuset des fortunes. Leur intégration, très progressive, procède des rencontres que le négoce autorise et des associations qui en sont le fruit, puis du succès des affaires. Des alliances matrimoniales prestigieuses viennent à l’occasion couronner leur parcours et la signature du contrat de mariage, consacrant l’union de deux êtres, apparaît également comme l’association de deux fortunes qui se reconnaissent l’une l’autre, comme la marque de la fusion des élites économiques. Louis Bergeron a analysé la composition géographique des milieux d’affaires parisiens2 ; on se bornera donc à présenter les principaux manieurs d’argent venus du Nord du territoire, en insistant sur les liens qu’ils entretiennent avec leur région d’origine.

Carte 1. Les attaches des Périer

Carte 1. Les attaches des Périer

Source : P. Barral, Les Périer dans l’Isère au XIXe siècle, p. 229.

  • 3 Christian Pfister-Langanay, Ports, navires et négociants à Dunkerque, 1662-1792, Dunkerque, Société (...)

9Les deux premiers sont bien connus de l’historiographie de la Révolution, même si leur portrait apparaît bien souvent à charge ; les suivants font figure de seconds couteaux. À la fin de l’Ancien Régime, le Douaisien Ignace Joseph Vanlerberghe est déjà bien introduit dans les réseaux d’approvisionnement en grains de la capitale, un monde que son beau-père, inspecteur général des vivres à Lille, connaît bien. Alors que la disette frappe la France à la suite des mauvaises récoltes de 1788 et 1789, il est en mesure de fournir des quantités considérables de grains, importées de Hollande : entre juillet 1788 et août 1789, le seul port de Dunkerque accueille 86 navires qui déchargent pour son compte 162 587 tonneaux de céréales3. Mais les troubles frumentaires qui éclatent partout en France n’épargnent pas Douai : le 7 mai 1789, un libelle anonyme le présente comme « le plus scélérat des hommes » et l’accuse d’être « un accapareur, un ennemi mortel de la société » ; le 27 juillet suivant, il échappe à une tentative d’agression qui le convainc de quitter sa ville natale pour Paris où le conflit qui débute en 1792, en interrompant tous les circuits ordinaires d’approvisionnement, le place en position de force.

  • 4 Archives départementales du Nord (désormais Arch. dép. Nord), L 7 245 : Suspects et émigrés, dossie (...)

10Absent de sa ville natale, il fait bien vite figure de suspect, bientôt de conspirateur et d’émigré, et le 11 juin 1793, l’Administration du Département ne consent à le laisser en liberté que contre la caution de huit bons citoyens de la ville, de ses biens et de ceux de son épouse, restée sur place. L’examen de sa correspondance fait cependant apparaître qu’il est en relation avec l’émigré Bavay, ainsi qu’avec Caillez l’aîné, négociant à Dunkerque et Lefebvre d’Acis, négociant à Paris, tous deux suspects de fédéralisme. On lui reproche alors ses « intelligences criminelles avec les ennemis intérieurs de l’État » et « sa conduite contre-révolutionnaire et mercantile », et son dossier est transmis au Tribunal révolutionnaire pour jugement par contumace4.

  • 5 Charles Poisson, Les fournisseurs aux Armées sous la Révolution française. Le Directoire aux Achats (...)
  • 6 Arch. dép. Nord, L 7 245 : arrêté du 1er ventôse an II de l’agent national près le district de Doua (...)

11L’affaire est rapidement réglée grâce à l’intervention en sa faveur des membres du Directoire des Subsistances générales – ou aux Achats5 – dont il est le préposé à Douai et il obtient le marché de fourniture des vivres-viandes de l’Armée du Nord en campagne, puis en ventôse an II, en garnison à Douai6. Il tire de ces marchés d’énormes bénéfices et finance dès lors, seul ou en -association, d’autres compagnies de fourniture militaire. Il apparaît ainsi comme bailleur de fonds de la compagnie Wouthers & Godard, chargée de la livraison de viande à l’Armée du Nord en 1796, de la compagnie Rochefort, pour la subsistance des troupes en campagne, les étapes et les convois militaires en l’an VII, en association avec Jean-Baptiste Ouin et le commissaire aux Armées Nicolas Haussmann, de la compagnie Maurin pour le service des vivres-pains au début de l’an IX, toujours avec Haussmann, ou encore de la compagnie Grouet pour la fourniture de chanvre à la Marine en l’an X ; il participe enfin à l’approvisionnement du Camp de Boulogne en 1801-1802.

  • 7 Gabriel Julien Ouvrard, Mémoires sur sa vie et ses diverses opérations financières, Paris, Moutardi (...)

12Mais ses deux principaux associés restent Ouvrard et Paulée. Le premier, rencontré en 1796, l’entraîne dans les opérations hasardeuses des Négociants réunis et fait de lui l’un des codébiteurs des 141 millions que le Trésor réclame à la société après la crise de 1805. Emprisonné à Sainte-Pélagie en 1810, Vanlerberghe voit tous les biens qu’il possède en propre vendus et ne recouvre la liberté qu’à la Première Restauration. De nouveau sollicité pour assurer l’approvisionnement de réserve de Paris en 1814, il reprend un temps ses opérations, mais l’interminable contentieux engagé avec le Trésor le pousse, d’après les Mémoires d’Ouvrard, à mettre fin à ses jours en 18197.

13Le second est comme lui originaire de Douai : Jean-Baptiste Paulée apparaît comme la figure emblématique de la légende noire de l’enrichissement révolutionnaire. Il apparaît selon les cas sous les traits du cuisinier, du garçon d’auberge ou du sommelier de l’Hôtel de l’Europe, Grand-Place à Douai, dont il aurait épousé la cuisinière, Marie Barbe Dervaux ; pratiquement illettré ; il ne devrait sa fortune qu’à la fréquentation conjointe de l’établissement par les marchands de grains de la région et les officiers et autres commissaires des guerres arrivés en nombre avec le déclenchement des hostilités. C’est là que serait venu le chercher Vanlerberghe en 1792, lorsque le besoin d’un correspondant, bientôt d’un associé, pour ses opérations dans le Nord de la France se fait sentir.

  • 8 Mentionnées dans un article consacré au « Millionnaire de Douai », Archives historiques du Nord et (...)
  • 9 Elle apparaît au bas de divers documents d’affaires, comme une procuration donnée à son frère le 1e (...)
  • 10 Luce de Camescasse, Souvenirs. Douai au xixe siècle. Salons parlementaires sous la IIIe République, (...)

14Les éléments recueillis dans les archives et bibliothèques du Nord lui font cependant justice sur la plupart de ces points : ses lettres et instructions8, sa signature également9, indiquent qu’il est bien plus alphabétisé qu’on a voulu le croire ; son épouse est la fille d’un « cultivateur » de Lewarde, dans les environs de Douai, assez aisé pour se rendre acquéreur, vers 1750, de l’un des deux « châteaux » de la ville à façade Louis XIV donnant sur la rue10. Et si Paulée travaille effectivement à l’Hôtel Bourbon, c’est parce que son père en est le propriétaire, qu’il lui succède à sa mort et qu’il étend ses activités au négoce du vin ; enfin les liens qui l’unissent à Vanlerberghe sont sans doute bien plus anciens, ne serait-ce que parce qu’ils habitent la même ville et qu’ils ont probablement été amenés à se rencontrer dans les dernières années de l’Ancien Régime.

  • 11 Archives municipales de Lille, Fonds Gentil (désormais Arch. mun. Lille, FG) 43/1869.
  • 12 Le mariage est célébré le 3 janvier 1810 à Paris (1er arr.).
  • 13 Arch. mun. Lille, FG 43/1869.
  • 14 Archives nationales, Paris (désormais Arch. nat.), Minutier central des Notaires (désormais MCN), X (...)

15La pièce la plus ancienne portant la signature des deux hommes est un billet à ordre de 100 livres de France, endossé par Paulée le 17 décembre 1788, contresigné par Vanlerberghe le 23 janvier suivant11. On retrouve les deux noms au bas du contrat de mariage qui unit la seconde fille de Vanlerberghe, Sophie Angélique, au fils unique de Paulée, Jean-Baptiste César, signé le 19 décembre 180912. D’autres éléments permettent d’affirmer que Paulée est déjà introduit dans les milieux d’affaires parisiens et européens avant même les premiers mois de la Révolution : le billet à ordre de la même somme qu’il endosse le 16 mai 1789 est finalement payé le 22 juillet suivant par les frères Walckiers, de Bruxelles13 ; le 4 septembre 1790, Paulée et Jean-Baptiste Colombet, négociant au n° 22 de la rue Pavée à Paris, arrêtent leurs comptes courants et ce dernier se trouve débiteur de la somme considérable de 83 700 lt 11 s, dont il s’acquitte au moyen de billets à son ordre et de traites sur des négociants d’Amsterdam et de Londres, toutes acceptées par Vanlerberghe14. C’est donc du côté du commerce local puis du négoce régional, national et international qu’il faut chercher l’origine de la fortune de Paulée, même si la guerre et les spéculations qui en découlent ont créé les conditions favorables à son accroissement extraordinaire.

  • 15 Les opérations foncières de Paulée en Belgique sont étudiées plus en détail dans le chapitre II.
  • 16 En nivôse an VIII, il est assez riche pour renoncer par acte notarié « au commerce et négoce, à Par (...)

16Paulée s’installe alors à Paris et entre l’an III et l’an VIII, son nom apparaît dans toutes les opérations susceptibles de dégager de très larges bénéfices. Il s’essaye d’abord à la fourniture aux armées : associé le 18 fructidor an III à son oncle Famin, entrepreneur du chauffage et de la lumière de l’Armée de Sambre-et-Meuse, il devient bientôt le seul dirigeant puis le liquidateur de la société ; en germinal an VI, on le retrouve parmi les actionnaires de la compagnie des équipages militaires Manget, chargée du transport des effets d’ambulance, de campement, d’habillement et d’équipement des parcs et bataillons. Il se lance ensuite dans les grandes affaires financières du Directoire : il propose de négocier auprès de maisons étrangères les millions en effets saisis ou confisqués chez les banquiers parisiens incarcérés pendant la Terreur ; le 15 pluviôse an IV, il soumet au gouvernement un projet de banque susceptible de fournir chaque mois 50 millions au Trésor – 20 en espèces, 10 en acquits de traites, 10 en traites nouvelles sur diverses places d’Europe et 10 en billets de banque – et se prévaut de l’appui des actionnaires de l’ancienne Caisse d’escompte ; en échange, il demande la cession des forêts nationales et autres bois à disposition du gouvernement, des biens nationaux et domaines de Belgique appartenant aux corps et communautés de France, de diverses maisons nationales susceptibles d’abriter la banque, de l’ensemble du mobilier national et en particulier des diamants de la couronne, enfin de 2 milliards en assignats et rescriptions à proportion des premiers besoins. Si l’énormité des contreparties exigées fait capoter le projet, son ampleur donne cependant une idée du chemin parcouru de Douai à Paris, de 1789 à l’an IV. Mais Paulée, désormais en possession d’une masse considérable de papier impossible à négocier, se retourne contre la Trésorerie et obtient du Directoire un décret en date du 8 frimaire an V l’autorisant à acheter pour 16 millions de biens nationaux en Belgique. La spéculation foncière constitue le troisième axe, probablement le plus fructueux, de sa stratégie d’enrichissement, en association avec d’autres manieurs d’argent parisiens, nordistes et belges15. À l’aube du Consulat, il se borne à gérer son immense fortune, estimée à une dizaine de millions à la fin de l’Empire16.

  • 17 Arch. nat., MCN, XIII, 521 : procurations de Benoît Forceville, actionnaire de la Compagnie d’Anich (...)

17Paulée traîne dans son sillage quelques autres Douaisiens qui lui sont d’autant plus attachés qu’ils lui doivent tout ou partie de leur fortune, par le biais des affaires auxquelles il les associe. C’est le cas d’Éloi Joseph Augustin Claro : fils d’un médecin rallié à la Révolution et frère d’un proche du terroriste Lebon, il figure dès l’an IV au nombre des associés de la maison de commerce parisienne Pestrelle & Cie, puis, l’année suivante, parmi les bailleurs de fonds de la compagnie de fourniture Œillet-Saint-Victor, avec Paulée et les maisons de banque Levrat et Veuve Panckoucke, cette dernière d’origine lilloise. En l’an X enfin, il s’installe faubourg Saint-Honoré à Paris, se spécialise dans la -liquidation de créances arriérées pour les fournitures, domaine de prédilection de son mentor, et fonde à Douai un établissement de roulage. Failli en l’an XII et en procès avec Paulée, il semble moins actif dans la capitale sous le Consulat et l’Empire, se limitant à représenter sur place des Nordistes17. Également originaire de la région de Douai, Nicolas Joseph Delfosse bâtit sa fortune sur une double activité de négociant et de fournisseur aux armées : négociant et juge au Tribunal de commerce de Valenciennes jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, il est l’un des propriétaires et entrepreneur général du service des Lits militaires depuis 1785. À ce titre, il séjourne rue d’Anjou, faubourg (Saint-)Honoré à Paris, et entretient des liens étroits avec des manieurs d’argent de la capitale. Le traité signé par Nicolas-François Laurent au nom de la compagnie qui porte son nom, prévoit la fourniture et l’entretien des lits militaires dans toute l’étendue de l’Empire du 1er octobre 1807 au 31 décembre 1816 et porte le contreseing de ses actionnaires-garants. Outre Guillaume Granier, de Montpellier, et Jean-Baptiste Simon Bouchotte, de Metz, on y retrouve la fine fleur du gouvernement de la Banque de France avec les censeurs Guillaume (et Jean-Étienne) Sabatier et Jean-Jacques Puech et le régent Louis Paul Pierlot.

18La fourniture militaire constitue également l’activité principale des frères Delannoy. À l’origine modeste négociant au Marché aux bêtes de Lille, François Martel Delannoy profite lui aussi des occasions offertes par le conflit qui s’ouvre en 1792 : on le retrouve dès l’an V entrepreneur des vivres pour l’Armée du Nord puis, à mesure que ses activités se développent, munitionnaire général des vivres-viandes. Demeuré à Lille, il sait pouvoir compter sur l’aide de ses deux frères : Marc Antoine Joseph, installé dans la capitale à Paris dès l’an IV à la suite de son mariage avec Françoise Joséphine Doumerc, sœur du banquier parisien, défend les intérêts de l’entreprise dans les bureaux et auprès des banquiers de la capitale alors que Simon Joseph, domicilié à Trélon (près d’Avesnes), assure la continuité des approvisionnements auprès des paysans du Nord. Pour paiement de ses services, l’entreprise Delannoy reçoit en l’an XIII d’immenses biens fonciers situés dans les départements de la rive gauche du Rhin, qu’il lui faut rapidement mobiliser afin de régler ses propres fournisseurs et d’acquitter ses dettes. Mais les ventes, créances et autres emprunts hypothécaires auxquels les Delannoy souscrivent s’avèrent rapidement insuffisants, entraînant leur faillite et, bien que le passif soit très inférieur à l’actif, le concordat homologué le 23 avril 1806 prévoit la cession de l’ensemble de leurs biens à leurs créanciers parisiens et nordistes ; la liquidation de l’entreprise se poursuit jusqu’en 1810 au moins.

  • 18 L. Bergeron, Banquiers parisiens…, op. cit., p. 57.
  • 19 Sa petite-fille Adèle Rosalie est née en 1784, Louis en 1781.
  • 20 Michel Bruguière, Gestionnaires et profiteurs de la Révolution. L’Administration des finances franç (...)
  • 21 Jean Jacques Régis Cambacérès, Lettres inédites à Napoléon, 1802-1814, publiées par Jean Tulard, Pa (...)
  • 22 Archives nationales du monde du travail, Roubaix (désormais ANMT), 3 AQ 353 : circulaire de dissolu (...)

19Louis Bergeron remarque avec justesse que « du Nord, il n’est guère venu de grands banquiers. On est frappé notamment de la faible participation d’une ville telle que Lille à la constitution du milieu d’affaires parisien18 ». Il ne rend cependant pas complètement justice à la seule maison de banque et de commis-sion d’origine lilloise installée dans la capitale : entre 1809 et 1812, Louis Joseph Virnot et Germain Petit sont associés au sein d’une société au capital d’un million de francs. Le premier est le neuvième et dernier enfant d’une des principales familles négociantes du Nord : son père, Urbain Dominique, occupe le premier rang du négoce lillois jusqu’à sa mort en 1794 ; sa mère, Catherine Josèphe Charlotte Lenglart, préside dès lors aux destinées de la famille et exerce un véritable matriarcat sur le clan Virnot ; son frère enfin, Pierre Urbain, dit Pedro, dirige la maison Virnot frères, présente à la fois à Lille et à Paris sous l’Empire. Louis est donc envoyé dans la capitale pour y fonder une maison de banque et de commission propre à soutenir la maison mère dans ses opérations en lui assurant un accès facilité aux ressources du crédit. À cet effet, Louis quitte Lille avec 150 000 F en poche et sa mère verse pour son compte et intérêt personnel 125 000 F au capital de la nouvelle maison. Son associé, également originaire de Lille, lui sert probablement de mentor et de caution dans la capitale : outre le fait qu’il soit beaucoup plus âgé que lui19, il présente l’avantage d’être le beau-père d’Étienne Louis Gabriel Collart-Dutilleul, Lillois de naissance, successivement commis à la direction générale de la Liquidation puis chef de bureau à la Trésorerie nationale, et dont le gendre n’est autre que Mollien, le ministre du Trésor public de Napoléon Ier20. Il est difficile de se prévaloir de recommandations plus illustres lorsqu’on manie d’importantes sommes d’argent. Le 11 mai 1810, la maison Virnot frères de Lille se trouve cependant dans l’obligation de suspendre ses paiements, entraînant dans sa chute la banque parisienne. La nouvelle revêt assez d’importance pour que Cambacérès prenne la peine d’en informer l’Empereur, absent de la capitale, en insistant sur le fait qu’il s’agit là d’« une faillite qui sera vraisemblablement assez considérable21 ». La société n’est pourtant dissoute qu’à dater du 1er avril 1812 ; Germain Petit procède alors à la liquidation et poursuit seul ses affaires22, Louis Virnot préférant regagner Lille.

  • 23 Déjà propriétaire d’une action de la seconde société de la Caisse des comptes courants, il apparaît (...)

20La capitale compte également quelques banquiers venus des ports français de la mer du Nord. Originaire de Dunkerque, Charles Henri Pierre Tellier est le fils d’un employé à la Trésorerie nationale ; d’abord commis de la maison de banque Doyen, Durieux & Cie, il devient en 1799 l’associé de Charles Martin, sous la raison sociale Doyen & Cie. Il s’intègre ainsi progressivement et avec succès au monde de l’argent et des affaires de la capitale : son aisance se mesure au nombre croissant de titres de l’institut d’émission qu’il détient23 et, en quelques années, il épouse la fille de Joseph Marie Vial, caissier à la Banque de France, puis marie sa fille à Nicolas François Louis Perrée, fils du régent de la Banque de France. Son parent Louis Tellier quitte Calais et le négoce pour Paris et la banque : la maison Tellier & Cie s’installe au début du Consulat au 42, rue de Grenelle-Honoré, puis au cœur du quartier des affaires, au 7, rue Notre-Dame des Victoires ; le capital de la banque est constitué de son apport et de la commandite de son beau-frère, Henri Jean Blanquart de Bailleul, également originaire de Calais. Maire de la ville de mai 1800 à juin 1801, ce dernier fait coïncider la fin de son mandat municipal avec son entrée, comme associé à part entière, au sein de la maison Tellier, Blanquart & Cie, le 1er germinal an IX.

  • 24 On retrouvera une partie de leur correspondance, publiée et commentée dans Matthieu de Oliveira, «  (...)

21Autre Dunkerquois, Alexis François Joseph Dauchy est l’un des nombreux armateurs et négociants en denrées coloniales et en tabac de Dunkerque, mais la Révolution lui donne l’occasion d’étendre très largement son champ d’action. D’abord président de la Société des Amis de la Constitution, bientôt devenue Société populaire, il représente le Nord au Conseil des Cinq-Cents du 26 vendémiaire an VI à Brumaire. Désormais installé à Paris et disposant de solides appuis dans les bureaux, il abandonne la politique pour se consacrer pleinement au négoce et souvent à la spéculation : il arme des navires à Dunkerque, au Havre, à Rouen et à Bordeaux, à destination de la Martinique, de la Guadeloupe, de la Louisiane et de l’île de la Réunion ; il ne cesse de voyager, de Bordeaux à Hambourg, toujours à l’affût d’une affaire, et entretient une abondante correspondance avec ses clients et associés, au premier rang desquels se trouve le négociant lillois François Briansiaux, son principal bailleur de fonds24. Pierre Jean Gamba et son fils cadet Jacques François quittent quant à eux Dunkerque en l’an VII pour le 317, rue de la Loi à Paris. Ils exploitent une papeterie installée rue Duphot, mais surtout assurent dans la capitale le suivi des opérations de fournitures en bois de construction pour la Marine. Le fils aîné Gaspard Sébastien, resté dans le Nord, dirige la maison de commerce familiale et maintient le contact avec les associés Archdeacon et Simons. Les premiers font partie de la famille depuis le remariage de la mère de Pierre Jean Gamba avec le père de Jean Pierre Archdeacon, entraînant l’association des deux maisons de commerce dans les dernières années de l’Ancien Régime ; les seconds ont quitté Bruxelles pour Dunkerque et bientôt Paris, et sont à l’origine des affaires de fournitures militaires. Sous le Consulat, Jacques François s’associe à Jean Sigismond Gay, plus tard receveur général de la Roër, pour former un établissement de commerce, banque et commission à Anvers, place de Merr ; les deux hommes n’apportent cependant qu’un septième des 350 000 F du capital social, le reste provenant d’Ouvrard, qui dirige en sous-main les opérations de la société. Sous l’Empire, Jacques François Gamba est de retour à Paris ; en novembre 1810, l’établissement qu’il dirige fait défaut, affaiblissant Smeth d’Amsterdam, son principal correspondant, et entraînant par ricochet la faillite de Simons.

  • 25  Jean Stern, Le mari de Mademoiselle Lange, Michel-Jean Simons (1762-1833), Paris, Plon, 1933, 245  (...)

22Bruxellois de naissance, Michel Jean Simons a tout d’abord quitté le Brabant pour Dunkerque en 1780 et entre à hauteur de 100 000 lt dans le capital de la maison Simons, Catrice & Cie qui se livre à la commission, à la banque et à l’armement colonial, mais la révolte de Saint-Domingue le décide à abandonner ses parts à son frère Henri. Arrivé à Paris en 1791, il devient commanditaire de Greffulhe, Montz & Cie, se contentant de laisser ses deux associés faire fructifier les 200 000 lt qu’il a investies dans l’affaire25. Comme pour Vanlerberghe, c’est l’entrée en guerre et la campagne de Belgique qui marquent pour lui le début des grandes affaires, lorsqu’il est sollicité à l’automne 1792 pour assurer la fourniture générale des vivres de l’Armée du Nord en campagne. Le bénéfice de l’opération se monte à 663 000 lt numéraires et Simons quitte le capital de Greffulhe & Montz pour profiter des avantages que procure l’aisance matérielle. La Terreur venue, cette dernière ne fait que signaler aux patriotes leurs « victimes » et il quitte bientôt la France pour Altona puis Hambourg. Il y retrouve son frère et propose aux municipalités de Dunkerque et Paris de les approvisionner en blé ; se ménageant quelques appuis politiques, il rentre dans les grâces du Directoire et peut revenir sans crainte en France. À partir de l’an IV, il reprend avec succès ses opérations : avec ses associés dunkerquois, il fournit du bois de construction à la Marine ; de concert avec le négociant anversois Werbourck, il propose d’approvisionner les hôtels des monnaies de Lille et Bordeaux en guinées ; en liaison avec Ouvrard, il négocie avec les principales maisons hollandaises, comme Smeth et Hope, le placement d’emprunts pour le compte de la couronne d’Espagne. Mais le lent règlement des comptes de fourniture, l’intransigeance de l’Administration impériale et la conjoncture difficile de la fin de l’Empire l’obligent à se défaire progressivement de ses biens pour régler ses dettes.

  • 26 Suzanne Tassier, « Édouard de Walckiers, promotteur de l’union des Belges et des Liègeois (1792) », (...)

23En 1794, Édouard de Walckiers partage l’exil hambourgeois de Michel Simons mais son introduction dans les réseaux de la haute finance européenne est bien plus ancienne. En 1780, il prend la direction de la prestigieuse Banque Nettine, fondée par son grand-père, et peut compter sur l’appui des plus grandes familles de la finance franco-belge avec lesquelles il entretient des liens familiaux. À la faveur de la Révolution brabançonne, il rompt avec la Maison d’Autriche et soutient le mouvement démocratique. La défaite du parti vonckiste l’oblige à se réfugier en France en 1790 et entraîne le séquestre de la moitié de ses biens ; à Paris, il finance les corps francs de patriotes belges et soutient la politique de Dumouriez. Dangereusement fragilisé par sa défection, devenu suspect aux yeux des Montagnards, Walckiers échappe de peu à une arrestation et se trouve déjà à Hambourg lorsque le département de l’Oise le porte sur la liste des émigrés. Il fonde dans le port de l’Elbe une maison de commerce et fait parvenir en France du riz et du froment, propose de fournir 25 000 quintaux de blé mais, ne pouvant négocier les assignats, doit suspendre ses paiements au début de 1796 ; rayé de la liste des émigrés en prairial an VIII, il rentre en France et ne fait plus parler de lui jusqu’à sa mort en 183726.

  • 27 Lettre du 17 octobre 1812 citée par L. Bergeron, Banquiers parisiens…, op. cit., p. 267.
  • 28 Michel Zylberberg, Une si douce domination : les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780 (...)
  • 29 Arch. nat, F4775 ; Jean Bouchary, Les manieurs d’argent à Paris à la fin du xviiie siècle, Paris, (...)

24Simons et Walckiers retrouvent dans la capitale d’autres banquiers originaires de Belgique et de Hollande, installés pour certains depuis plusieurs années. Maximilien Blommaert quitte quant à lui Bruxelles pour Paris vers 1780 ; six ans plus tard, il épouse la fille d’un négociant milanais installé rue Saint-Martin depuis 1755 et renforce les liens qui l’unissent à Caccia en s’associant à son fils entre l’an IX et 1815. La banque Caccia & Blommaert, détentrice de plus de 550 actions de la Banque de France en 1808, se livre principalement à la -négociation, au placement et au paiement des rentes, activités qui lui -assurent « 20 000 F de bénéfice par an sans risque ni trop de peine27 ». En 1812, Blommaert se retire encore jeune à Saint-Germain-en-Laye et laisse l’entière conduite de ses affaires à son jeune associé. Jean-Baptiste Vandenyver n’a pas cette chance. La banque qu’il dirige, héritière d’une vieille maison d’Amsterdam fondée par son père et installée à Paris depuis 1763, se livre dans les dernières années de l’Ancien Régime à des opérations commerciales, coloniales et financières fructueuses : elle participe entre autres aux mouvements d’argent occasionnés par l’affaire de la Banque Saint-Charles28. Ses opérations ne cessent pas avec la Révolution, puisqu’on le retrouve parmi les fondateurs de l’Association tontinière créée le 4 août 1792 et qu’il se porte adjudicataire de l’île et des bâtiments du Pont de Sèvres le 3 octobre 1793. Il compte parmi ses clients aussi bien la comtesse Du Barry qu’Anarchasis Cloots et devient même membre de la Société des Jacobins. Ce titre ne lui est cependant d’aucun secours lorsqu’il est arrêté le 20 vendémiaire an II, jugé puis condamné par le Tribunal révolutionnaire aux côtés de Mme Du Barry, enfin exécuté le 18 -frimaire suivant29.

  • 30 G. Antonetti, Une maison de banque à Paris au xviiie siècle, op. cit.

25Jean Henri Louis Greffulhe est parisien de plus fraîche date : venu d’Amsterdam, il prend, début 1789 et en association avec Jean-Marc Montz, la suite de la -banque dirigée par Girardot et Haller, qui restent commanditaires de la nouvelle maison ; Haller quitte bientôt le capital de la société, remplacé par Simons. Jusqu’à l’entrée en guerre, Greffulhe, Montz & Cie se livrent principalement à des spéculations sur les marchandises coloniales et à des opérations d’escompte et de change ; ils servent également de banquiers au duc d’Orléans, un temps « exilé » à Londres, et lui font parvenir d’importantes sommes. À partir d’avril 1792, on les retrouve finançant des opérations de fournitures militaires : moins de quinze jours après la déclaration de guerre, ils proposent au gouvernement de lui procurer en Hollande 2 000 chevaux de remonte ; en octobre-novembre suivant, ils revendent à la Régie des Poudres 176 sacs de salpêtre achetés à Ostende. Mais l’annonce de la révolte de Saint-Domingue, la succession de faillites bancaires et l’aggravation du contexte politique poussent les associés à liquider les affaires de la banque et à transférer la majeure partie de son capital à Londres. Greffulhe obtient un passeport pour l’Angleterre en septembre 1792 et s’installe fin février 1793 dans la capitale anglaise. De là, il dirige les opérations de mise à l’abri des fonds alors qu’à Paris, Montz n’a que le temps de rembourser leur mise de fonds aux actionnaires avant d’être incarcéré jusqu’au 10 thermidor. Sous le Directoire, Montz participe à toute une série d’opérations de fournitures militaires en association avec Simons, Tort de la Sonde ou encore Walckiers, mais l’incertitude des affaires puis le retour du numéraire contribuent à sa ruine ; ses biens sont saisis puis vendus au début de l’Empire et il disparaît sans laisser de traces en 1810. C’est le moment que choisit Greffulhe, pourtant radié de la liste des émigrés dès le 22 décembre 1794, pour revenir en France. Il est alors à la tête d’une considérable fortune en bien-fonds, conclut un mariage prestigieux en 1811, et voit son attachement aux Bourbons récompensé en 1818 par un titre de comte et l’accession à la pairie. Il ne délaisse pas pour autant les opérations financières puisqu’on le retrouve en 1816-1817 parmi les banquiers français associés à Hope et Baring lors de la négociation des emprunts de libération du territoire et qu’il prend en mars 1819 un intérêt dans la banque fondée à Paris par son cousin londonien Sartoris30.

26Dans les années qui suivent le début de la Révolution, d’autres manieurs d’argent les rejoignent ou les remplacent dans la capitale. Ils viennent principalement du Brabant, et en particulier de Bruxelles. C’est le cas de François Dominique Mosselman, fils d’un banquier et échevin de Bruxelles, qui s’installe à Paris, quartier Saint-Denis, en l’an VI. Sa fortune, constituée par la fourniture militaire et confortée par l’achat de nombreux biens nationaux brabançons, y recherche de nouveaux emplois, et lui-même attend probablement de son installation dans la capitale française une forme de reconnaissance sociale. En 1808, l’Hôtel Récamier, racheté au banquier en faillite, vient compléter son patrimoine immobilier et les nombreuses connaissances et relations nouées en France facilitent l’implantation d’unités de production dans la Manche et l’Eure dans les années 1820 et 1830. Le groupe industriel qu’il dirige, constitué autour de la mine de zinc de la Vieille-Montagne dont il est (partiellement) propriétaire à partir de 1813, prend ainsi une dimension internationale. Quant à son intégration dans la société parisienne, elle ne lui est accordée qu’indirectement : lorsqu’il meurt à Paris en 1840, son gendre, Charles Le Hon, a fait de l’hôtel de la Chaussée d’Antin la première ambassade de Belgique à Paris et sa fille aînée Jenny est l’épouse du receveur général et futur régent de la Banque de France Fontenillat. Les liens qui existent entre Pierre-François Tiberghien et Paris datent d’avant la Révolution. Son père, originaire de Tourcoing, importe de France des étoffes de soie et, à sa mort, son fils prend la direction des affaires familiales. C’est l’entrée des troupes françaises en Belgique qui le décide en 1794 à quitter Bruxelles pour Paris ; il y fonde un établissement bancaire, installé au 17 de la rue Vivienne, et entre par ce biais en contact avec le monde de l’argent de la capitale. Il est plus particulièrement lié aux frères Simons et à Paulée, et surtout trouve des associés et des capitaux propres à financer ses activités industrielles. Car c’est principalement comme industriel que Tiberghien se signale sous le Directoire, l’Empire et au-delà : les manufactures textiles qu’il dirige sont parmi les plus importantes des départements réunis de Belgique et son nom apparaît parmi les principaux actionnaires, belges et français, des charbonnages du Borinage.

  • 31 Arch. nat., F12 937 : Tableau des manufacturiers les plus distingués du département de l’Escaut, 31 (...)
  • 32 Fernand Leleux, A l’aube du capitalisme et de la révolution industrielle. Liévin Bauwens, industrie (...)

27Le parcours de Liévin Bauwens, seul Flamand repéré à Paris, n’est pas sans similitude avec celui de Tiberghien. Venu de Gand, où sa famille contrôle tanneries et manufactures textiles, il achève de faire fortune à l’entrée des troupes françaises en Belgique. D’abord fournisseur aux armées, il obtient en fructidor an IV la cession du produit des revenus et fermages des biens nationaux des nouveaux départements en échange de 10 millions en traites, promises à la Trésorerie nationale. Au même moment, il ouvre une filature dans la maison conventuelle des Bons-Hommes à Passy ; il s’en défait en l’an XIII pour recentrer son activité industrielle sur les départements réunis. Installé à la fois à Paris et à Gand dont il est le premier maire, il trouve dans la capitale les fonds destinés à financer ses opérations et en 1810, « ses établissements n’ont fait que prospérer et sont les premiers qui aient existé [même si] la hardiesse de ses entreprises nuit quelques fois à son crédit31 ». Ignorant l’art de thésauriser, vivant d’emprunt et obsédé par l’idée de produire, il est mis en difficulté par la crise de 1811 et fait une faillite complète en 181432.

  • 33 ANMT, 3 AQ 311 : circulaires des 5 brumaire an VI et 18 nivôse an X.

28La partie orientale de la Belgique ne compte, quant à elle, que deux représentants à Paris. Né d’un père laboureur du Limbourg luxembourgeois, Louis Paul Pierlot commence humblement une carrière qui le mène au Conseil de régence de la Banque de France. Arrivé tôt à Paris, la Révolution le surprend employé dans les fermes du roi. Il se reconvertit dès le Directoire et avec l’appui du banquier Doyen, déjà mentor de Tellier, dans la finance privée, la fourniture militaire et l’industrie : il commandite, en compagnie de Levavasseur, receveur général du Maine-et-Loire, et jusqu’à la faillite de ce dernier en 1806, la banque parisienne Bruneau & Sébault, compte parmi les actionnaires avec Sabatier, Puech et le Douaisien Delfosse, de la Compagnie des Lits militaires, enfin participe à la création d’une manufacture textile à Paris et soutient la plupart de celles de Troyes. Le département de l’Aube bénéficie de son influence et de ses capitaux depuis qu’il en est le receveur général, charge qu’il occupe de 1803 à 1811 ; elle lui ouvre les portes de la Banque de France, où il occupe le huitième fauteuil de régent à partir de 1806. Il est également très bien introduit dans les cercles du pouvoir et en particulier auprès de la famille de Beauharnais : intendant général de la maison de l’Impératrice Joséphine après sa répudiation, il remplit les mêmes fonctions auprès de la reine Hortense ; il sert enfin d’homme d’affaires au maréchal Lannes. La déconfiture de Doyen, qu’il se fait un devoir de soutenir, et la crise économique de 1811 qui pèse sur les manufactures qu’il finance, entraînent sa faillite en avril de la même année. L’importance de son patrimoine immobilier et de ses créances sur l’État lui permet d’indemniser le Trésor sur de longues années. La réussite de ses descendants a probablement adouci ses dernières années : son fils aîné, officier de cavalerie, épouse la nièce du comte de Saint-Cricq, ministre du Commerce, et obtient en 1826 des lettres patentes de baron ; sa fille épouse en 1825 un officier d’état-major de la garde royale par la suite promu officier d’ordonnance du roi Louis-Philippe. Le Liégeois Jean-Charles Gérono n’a pas, loin s’en faut, la même envergure. Il quitte la Belgique pour échapper aux troubles que traverse le pays en l’an III et se réfugie dans un premier temps à Bordeaux. Il rejoint bien vite Paris et y fonde le 10 prairial an IV une maison de commission et de banque, installée au n° 30 de la rue de Provence. Aux opérations traditionnelles de sa partie, il ajoute en l’an X une nouvelle branche : « Ayant pris des arrangements avec une maison, fabrique du département de l’Ourthe, pour l’exécution des ordres qui me seront confiés, soit sur les cloux, armes ou autres objets des fabriques dudit département33 ». En dépit de son exil parisien, il a donc conservé et entretient des relations dans les départements réunis.

  • 34 Ou Weert, ville située près de Ruremonde, entre Maestricht et Bois-le-Duc.
  • 35 Je tire l’essentiel des informations concernant Isaac Thuret de ses Mémoires inédits, que son desce (...)

29Le banquier Isaac Thuret enfin, est le seul Hollandais à ma connaissance à quitter son pays pour venir s’installer, durablement de surcroît, dans la capitale française sous l’Empire. Il renoue ainsi avec ses origines, son arrière-grand-père Jacques de Thuret ayant quitté la France au début du xviiie -siècle pour Weesp34, où s’installe la branche protestante de la famille35. Né en 1771, Isaac Thuret s’associe dès 1790 à son beau-frère Arnould Wils, sous la raison sociale Wils & Cie, maison d’armement et de commerce de produits coloniaux en provenance de Java, possession hollandaise, et installée à Amsterdam. Le nom de Thuret apparaît par ailleurs au fronton de deux maisons de -commerce : Daniel Thuret & Cie, d’Anvers, dirigée par le frère d’Isaac, et Pool & Thuret, d’Amsterdam, associant depuis 1798 Pool à son beau-frère Jean Daniel Thuret, cousin germain d’Isaac. La conquête de la Hollande par les armées républi-caines commandées par Pichegru à l’hiver 1795 et la réorganisation des autorités publiques en font, et selon lui contre son gré, l’un des magistrats d’Amsterdam. Amené à se rendre une première fois à Paris en 1796, « il a vu de près la grande anarchie qui existait à cette époque en France », manque même d’« être pendu à la lanterne vu la dépréciation des assignats ; on prétendait dans une boutique qu’il payait avec des assignats faux », et en conçoit une méfiance persistante à l’égard des Français. La Paix d’Amiens, mais surtout sa rupture, font de lui le principal négociant de la place d’Amsterdam : en échange d’un prêt de 5 millions de florins à faire parvenir à Java pour le compte du gouvernement hollandais, Wils & Cie « fit un contrat […] dans lequel il était convenu que les navires qui porteraient l’argent à Java recevraient à Batavia des denrées coloniales, soit sucre ou café, comme contre-valeur que Wils & Cie feraient parvenir en Hollande pour les y vendre pour le compte du gouvernement hollandais, et par ce moyen se payer des avances […] qu’ils avaient faites ». La constitution en 1806 d’un royaume de Hollande confié à Louis Bonaparte pousse Thuret, fidèle à ses principes républicains, à s’installer en Angleterre où « il avait de grands amis », avant de revenir dans son pays en 1809. Frappé par la misère qui y règne, il liquide sa maison de -commerce en mars 1810 et déclare dans une lettre du 18 octobre 1843 que Wils et lui ont « quitté ensemble Amsterdam et sont venus à Paris, emportant en commun beaucoup de leurs capitaux », avec l’intention d’y fonder une nouvelle maison ou de s’associer avec l’une de celles qui existent sur la place. Les deux projets sont successivement réalisés. Le 1er janvier 1811, il passe un accord verbal avec la banque Jacques Lefebvre & Cie, accord ratifié le 22 mars 1812 : la nouvelle société conserve sa raison sociale et associe François Gilbert Jacques Lefebvre, gérant, et Linnéville, disposant de la signature, à Isaac Thuret, commanditaire. Les trois hommes apportent respectivement 300 000 F et se partagent les 7/8e des bénéfices, le 1/8e restant revenant au gérant qui perçoit également 300 F par mois pour recevoir et traiter les correspondances. Une mésentente entre Lefebvre et Linnéville entraîne bientôt le retrait de la commandite de Thuret, qui fonde une nouvelle maison sous la raison sociale Thuret & Cie. Installée à la fois à Paris et au Havre et disposant d’un capital de 3,2 millions de francs, elle associe, outre Thuret (4/8e du capital), Linnéville (1/8e), le marquis de Lacarte (1/8e) et Bourcard van Robais (2/8e), en charge de la maison du Havre. À court de fonds, ce dernier fait appel à des capitaux suisses, avant de se retirer, de même que Lacarte. Une dernière société, au capital de 3 millions, associe Thuret (75 %) et Linnéville (25 %) ; ce dernier cède peu après 4/32e du capital à un certain Dudon, client de la banque. En 1828, les deux hommes se retirent pour former leur propre maison et laissent Thuret seul chargé de la liquidation, effective au 1er janvier 1829.

  • 36 Les archives de la Banque Thuret sont conservées aux ANMT de Roubaix sous la cote 68 AQ.

30Par ailleurs, il devient, à l’annexion de la Hollande à l’Empire en 1810, -membre du Conseil général du commerce, en charge de la représentation des intérêts des négociants d’Amsterdam. Il est alors l’un des interlocuteurs privilégiés de l’Empereur, en sa double qualité d’homme d’argent et de Hollandais. Demeurant en France après la chute de l’Empire, il est nommé consul général des Pays-Bas à Paris et joue un rôle important dans les opérations financières consécutives aux traités de Paris (1815) et d’Aix-la-Chapelle (1818)36.

31La présence à Paris d’une imposante communauté de manieurs d’argent originaires du Nord-Ouest de l’Europe constitue le premier élément d’appréciation de l’importance de cet espace commercial et financier dans l’activité de la capitale française. Pour la plupart d’entre eux, en particulier pour les fournisseurs, l’ouverture d’un front aux limites septentrionales du territoire français agit comme le facteur décisif dans la constitution de leur fortune. Et à mesure que le territoire français s’étend vers le nord, banquiers et négociants prennent conscience de la nécessité de s’installer, durablement ou de façon plus épisodique, dans ce qui devient la principale place commerciale et financière du continent. Au-delà de cette présentation des hommes, il faut désormais tenter d’évaluer la part des relations que cette place entretient avec l’aire septentrionale, à la fois en termes de répartition géographique et de volume d’affaires.

II. Les relations commerciales et financières entre Paris et l’Europe du nord-ouest : un essai de mesure

32Un premier point d’observation se trouve à Paris même. Comme elle -concentre les fortunes avant de les réorienter vers de nouvelles aires d’activité, la capitale attire et refoule capitaux et marchandises, voit converger vers elle les propositions d’affaires et contribue à leur redistribution sur l’ensemble des places du continent. Afin de tenter de déterminer l’importance de ce type de liens et les principales villes et régions du Nord en relation avec les négociants parisiens, on pouvait en premier lieu procéder à un recensement aussi complet que possible de l’ensemble des négociants et banquiers installés dans les grandes places financières et commerciales de l’Europe du Nord-Ouest et dont les liens avec leurs homologues de la capitale française sont avérés. Un dépouillement exhaustif de l’ensemble des archives commerciales et bancaires s’avérant inenvisageable, il a fallu recourir à une source indirecte mais suffisamment complète pour que les résultats obtenus puissent être considérés comme fiables. Le volumineux index onomastique des trois tomes des Manieurs d’argent à Paris à la fin du xviiie siècle de Jean Bouchary s’y prête finalement assez bien : il permet d’observer qu’à ce moment, les négociants et banquiers parisiens entretiennent des relations d’affaires avec quinze places du Nord de la France et du Nord-Ouest de l’Europe : Londres, Hambourg, trois villes hollandaises, six places des Pays-Bas autrichiens et quatre cités du Nord de la France. Si elle ne permet pas de mesurer l’intensité des affaires, l’importance numérique des correspondants donne cependant une idée assez claire des liens qui unissent Paris et telle ou telle place. Leur nombre total atteint 165, dont le tableau 1 donne la répartition par ordre décroissant. On observe que les cinq principales villes – soit, par ordre décroissant, Londres, Amsterdam, Bruxelles, Hambourg et Dunkerque – rassemblent près des trois quarts des correspondants, et que la première d’entre elles en compte plus du quart à elle seule. Il s’agit en fait des grandes places financières et/ou commerciales de l’Europe du Nord-Ouest, et cette répartition spatiale donne une bonne idée de la hiérarchie des relations avec la capitale française à la veille et au début de la Révolution française. Les événements politiques puis militaires entraînent bientôt des modifications sensibles dans cette hiérarchie, la plus visible étant la suspension – au moins officielle – des relations avec Londres.

  • 37 G. Antonetti, Une maison de banque à Paris au xviiie siècle, op. cit.

33Au-delà de cette vision à l’échelle de la place, il est possible d’affiner l’analyse en se plaçant à la hauteur d’une maison de banque de la capitale ; l’ouvrage de G. Antonetti propose une étude très fine de l’activité de la principale maison de banque de la capitale de la fin du xviiie siècle, Greffulhe, Montz & Cie, dont il a étudié les opérations entre 1789 et 179337. Il en propose une synthèse cartographique où apparaissent les principales places avec lesquelles la banque est en relation, classées en fonction du volume d’affaires qu’elles génèrent, introduisant ainsi une variable que les données de J. Bouchary n’offraient pas. La carte 2 fait clairement apparaître ce que G. Antonetti appelle « l’hexagone des grandes affaires » et dont les sommets sont Genève, Lyon, Bordeaux, Nantes, Londres et Amsterdam ; viennent ensuite les grandes places commerciales et financières, et l’on remarque sans peine que la plupart d’entre elles se trouvent sur l’axe Paris-Amsterdam. Il estime que les opérations conclues avec Londres représentent 10 % du chiffre d’affaires de la banque, puis viennent les places hollandaises d’Amsterdam (9 %), La Haye (4 %) et Rotterdam (2,5 %), celles des Pays-Bas autrichiens avec Gand (4 %) et Bruxelles (1 %) et du Nord de la France avec Dunkerque (2,5 %), Lille et Valenciennes, enfin les places de Brème et Hambourg (3 % à elles deux). L’on retrouve ici les places déjà apparues précédemment, confirmant l’idée que le Nord-Ouest de l’Europe constitue l’espace d’affaires privilégié de cette banque, ce qui n’étonne guère de la part d’une maison dont, on l’a vu, plusieurs associés sont originaires de Belgique et de Hollande, mais aussi de la place parisienne.

34Changer de point de vue constitue sans aucun doute un bon moyen de confirmer et de compléter les premiers éléments d’appréciation des relations qu’entretiennent Paris et cet espace septentrional. La ville de Lille peut se prévaloir de plusieurs atouts pour remplir le rôle de nouveau lieu d’observation. Tout d’abord, il s’agit d’une place à la fois manufacturière, commerciale et financière : elle contrôle directement ou indirectement la production textile de Roubaix, Tourcoing ou encore Armentières, et se charge de sa commercialisation régionale, nationale et internationale ; par ailleurs, ses négociants, en plus de financer les différentes activités industrielles locales, se livrent à la banque et à l’escompte des effets, en particulier avec la place de Paris avec laquelle ils entretiennent des relations anciennes et soutenues. Elle est également la principale et la plus peuplée des villes du département du Nord. Elle doit cependant compter avec la concurrence des autres places du département et de la région que sont, sur la côte, les ports de Dunkerque, Calais et Boulogne-sur-Mer, au commerce maritime actif, et, dans l’Est du département, Valenciennes, aux activités commerciales et industrielles – en particulier textiles et extractives – importantes.

35Lille est enfin la dernière grande ville française avant la frontière, avant l’étranger, la dernière de « l’ancienne France ». La conquête, sous la Convention, puis la départementalisation de la Belgique, sous le Directoire, repoussent bientôt les limites du territoire sous contrôle français vers le nord et l’annexion de la Hollande et de l’extrême Nord de l’Allemagne en 1810 ne font que renforcer cet état de fait. Paradoxalement, le Nord se trouve ainsi réduit à ne plus être que le Midi du Septentrion de l’Empire. Au-delà de la seule ville de Lille, c’est donc toute la région qui est susceptible de servir ici d’espace de référence. Située en quelque sorte à mi-chemin entre Paris et les places commerciales et financières progressivement passées sous autorité française, la ville peut ainsi successivement apparaître comme une base avancée, un point d’appui, un camp de base, enfin une position de repli pour des négociants et banquiers parisiens désireux d’étendre leurs affaires dans le Nord-Ouest de l’Europe continentale. Des liens commerciaux et financiers se tissent ainsi entre ces derniers et leurs homologues lillois.

Tableau 1. Répartition géographique des correspondants septentrionaux des manieurs d’argent parisiens à la fin du xviiie siècle

Place commerciale

Nombre de correspondants

Part du total

Anvers

7

Bruges

2

Bruxelles

22

Gand

3

Liège

8

Ostende

7

Pays-Bas autrichiens

49

30 %

Londres

43

26 %

Amsterdam

27

Haarlem

1

Rotterdam

6

Provinces-Unies

34

20,50 %

Boulogne-sur-Mer

2

Calais

1

Dunkerque

13

Lille

8

Nord de la France

24

14,50 %

Hambourg

15

9 %

Total

165

100 %

Source : J. Bouchary, Les manieurs d’argent à Paris à la fin du xviiie siècle, index onomastique.

Carte 2. Répartition des opérations de la banque parisienne, Greffulhe, Montz & Cie (1789-1793)

Carte 2. Répartition des opérations de la banque parisienne, Greffulhe, Montz & Cie (1789-1793)

Source : G. Antonetti, Une maison de banque à Paris au xviiie siècle, hors texte.

III. Tentative de définition de l’aire d’influence commerciale des négociants du Nord

36Esquisser la géographie des relations commerciales d’un négociant ou d’une place n’est pas chose facile, la principale difficulté résidant dans l’existence et le choix d’une source susceptible de servir efficacement de critère d’appréciation. À l’échelle de la place de Lille, deux sources se sont révélées particulièrement riches d’enseignement : la correspondance passive du négociant François Briansiaux et les passeports délivrés aux négociants lillois entre 1791 et 1815.

  • 38 H. Malo, « M. le chevalier de Milleville, armateur en course », Revue du Nord, 1911, p. 89-112.
  • 39 Arch. nat., F12 936B : Liste des négociants et commerçants les plus distingués du département du No (...)

37Briansiaux est considéré comme le principal négociant de la place de Lille sous l’Empire. Originaire de Dunkerque, il appartient à une famille d’armateurs dont le chevalier Briansiaux de Milleville, son oncle, est le représentant le plus connu, tant pour son activité maritime que pour sa faillite pendant la Guerre de Sept Ans38. Cadet de famille sans avenir, Briansiaux quitte le port de la mer du Nord pour Lille où il s’installe au lendemain du siège de la ville, à la fin de 1792. Il y fonde une maison qui porte son nom et se livre au commerce des produits coloniaux, des vins, grains, huiles, miels et savons. « De la plus faible importance à l’origine, [elle] s’est si prodigieusement étendue depuis ce temps-là que l’on serait peut-être autorisé à croire qu’elle est celle qui fait le plus d’affaires39 » à l’apogée de l’Empire selon le préfet du Nord. La diversification progressive de ses activités vers l’assurance, le courtage et l’armement maritimes, la fourniture militaire, l’exploitation d’un vaste domaine rural et surtout l’escompte et la banque marquent les étapes de son ascension sociale. Facilité par un très avantageux (second) mariage avec une riche Bruxelloise, veuve d’un important commissionnaire dont il reprend les affaires, l’accroissement de sa fortune, estimée à 600 000 F en capital en 1810, repose surtout sur un travail acharné. La constitution patiente et l’entretien minutieux d’un très large réseau de clients et fournisseurs en sont l’aspect le plus visible.

  • 40 Conservés aux ANMT sous la cote 3 AQ 221 à 342.
  • 41 À titre de comparaison, Greffulhe, Montz & Cie travaillent avec 70 places environ et un maximum de (...)

38Il est en effet possible d’appréhender l’ensemble de ses opérations grâce aux 402 cartons et registres d’archives qu’il a laissés, et l’examen des 122 cartons de sa correspondance passive40 a permis de réaliser la carte 3 qui rend compte du nombre de correspondants entrés en contact avec lui au cours de la période 1792-1825. Certes, l’importance numérique des interlocuteurs, surtout dans le cas d’une correspondance passive, reflète mal le poids des relations effectives, un négociant pouvant à lui seul traiter plus d’opérations que dix ou vingt autres -réunis et de fait, certains dossiers ne renferment ainsi qu’une unique lettre d’offre de service, parfois même une simple circulaire imprimée ; d’autres rassemblent plusieurs dizaines de lettres, qui sont autant de traces d’un important volume d’affaires. Mais cette première approche permet de dresser un état des lieux aussi large que possible de l’aire d’influence de ce négociant lillois. Au total, Briansiaux est en relation avec 3 196 correspondants, répartis dans 362 villes de France et d’Europe41. Si seules sont représentées les principales d’entre elles, celles où il compte dix correspondants et plus, soit les 44 premières, l’analyse qui suit porte cependant sur les 75 villes qui comptent cinq correspondants et plus, soient 2 767 correspondants, représentant plus de 85 % du total.

39Leur répartition en grandes aires géographiques permet de dégager l’origine des propositions faites à Briansiaux. La première remarque porte sur l’absence de la péninsule ibérique et la présence très réduite de l’Italie et de la Suisse, avec respectivement cinq et six correspondants, à Livourne et à Bâle ; il semble clair que le Sud de l’Europe n’entre pas dans l’aire d’activité du négociant lillois. De même, l’Angleterre apparaît clairement sous-représentée, avec 24 correspondants, tous Londoniens ; c’est la conséquence de l’interruption des relations directes entre la France et le Royaume-Uni. Des négociants d’autres pays du Nord-Ouest de l’Europe, comme l’Allemagne ou la Hollande, sont peut-être alors amenés à servir de relais.

40Les correspondants allemands se répartissent en deux groupes à peu près équivalents : l’un associe les villes de l’axe rhénan (Mayence : 16 correspondants, Francfort : 6 et Mannheim : 6) et l’autre celles de l’Allemagne du Nord (Hambourg : 12 et Emden : 8). Avec l’espace germanique, on dépasse pour la première fois la barre des 50 correspondants. Quant aux 63 Hollandais, ils se concentrent dans les deux principales villes négociantes du pays, Amsterdam (40) et Rotterdam (23). Mais c’est surtout en Belgique que l’on trouve le plus grand nombre de correspondants étrangers : ils sont 376, installés sur 13 places différentes. Dans dix cas, ils sont 10 et plus, et trois d’entre elles en comptent 40 et plus : Bruxelles (44), Gand (68) et surtout Anvers (98), le principal port de la côte belge de la mer du Nord depuis la réouverture de l’Escaut. Les 529 correspondants étrangers, qui représentent 16,5 % du total, sont ainsi très clairement concentrés dans l’Europe du Nord-Ouest, et l’addition des chiffres recueillis pour l’Allemagne du Nord, la Hollande et la Belgique le confirme : ce sous-groupe compte 459 membres, soit 14,5 % de l’ensemble.

Carte 3. Répartition géographique des principaux correspondants de Briansiaux (1792-1825)

Carte 3. Répartition géographique des principaux correspondants de Briansiaux (1792-1825)

Source : ANMT, 3 AQ.

41Les négociants français représentent donc près de 85 % des correspondants de Briansiaux mais on peut distinguer deux groupes parmi eux. Le premier ras-semble les 1 246 correspondants originaires de 27 localités du Nord et du Pas-de-Calais. Ces correspondants « régionaux » forment les premiers et les plus anciens interlocuteurs de Briansiaux, Dunkerquois d’origine et Lillois de fraîche date. 9 des 13 villes comptant 50 correspondants et plus appartiennent à ce groupe : on retrouve là les principales places de la région, avec cependant des disparités frappantes. Seules Valenciennes et Cambrai représentent l’Est de la région avec respectivement 39 et 51 correspondants ; à l’inverse, on peut s’étonner de voir Douai et Saint-Omer si bien placées (85 et 116) ; on retrouve sans grande surprise les centres textiles de Roubaix (45) et Tourcoing (32) et les ports de Calais (50), Boulogne-sur-Mer (56) et surtout Dunkerque (265) où Briansiaux a visiblement conservé des attaches, mais c’est à Lille qu’il compte le plus grand nombre de correspondants (275). Les contours, encore flous, de cette géographie négociante régionale semblent indiquer que la partie orientale du Nord - Pas-de-Calais ne ressent pas la nécessité d’entrer en contact avec la « capitale » régionale, probablement parce qu’elle entretient des liaisons di-rectes avec les autres centres français et/ou étrangers. À l’inverse, les Lillois, du moins une partie d’entre eux, recourent au formidable réseau de Briansiaux pour accéder à un marché plus vaste ou négocier effets et marchandises. Quant aux autres places citées, elles s’inscrivent plus ou moins dans la dépendance de Lille ; leur importance relative dépend également de l’intérêt qu’elles représentent pour Briansiaux.

  • 42 Avec quinze correspondants – seulement – le port de Nantes apparaît désormais comme une place secon (...)

42Le second groupe, constitué par les 992 correspondants répartis entre 24 -villes françaises, couvre à peu près l’ensemble du territoire national. Certains pôles privilégiés sont cependant bien visibles : les grands ports méditerranéens (Marseille : 33 correspondants) et atlantiques (Bordeaux : 57, Rouen : 39 et Le Havre : 34)42 et les principaux centres industriels et marchands de Lyon (27) et surtout de Paris (546). La capitale concentre 17 % de l’ensemble des correspondants de Briansiaux, soit plus du double du chiffre cumulé de Lille et Dunkerque, qui apparaissent pourtant en seconde et troisième position. 546 banquiers, négociants et manufacturiers parisiens, pour reprendre les termes de L. Bergeron, voient donc en lui un interlocuteur privilégié : ils cherchent à nouer des contacts avec lui, lui proposent des affaires, font de lui leur représentant sur la place de Lille ou leur mandataire pour la conclusion d’opérations dans la région et, au-delà, dans les nouveaux territoires français de Belgique et de Hollande.

  • 43 Matthieu de Oliveira, « Les négociants face à Brumaire. Recherche sur l’état d’esprit du monde des (...)

43Au total, François Briansiaux se trouve placé au centre d’un vaste réseau de correspondants et d’informations qui s’étend du Nord de l’Allemagne à l’Italie et des côtes de la mer du Nord à Mayence ; il entretient des relations très étroites avec l’ensemble de l’espace septentrional de la France et concentre sur lui les regards en provenance à la fois du Nord, principalement de Belgique et de Hollande, du Sud et de la capitale. Il occupe ainsi une position nodale sur l’axe reliant la capitale aux grandes places du Nord, qui forment son aire d’activité privilégiée. Il récolte un grand nombre d’informations sur les prix et mouvements des marchandises, sur l’offre ou la demande, ou encore sur la conjoncture et le moral des négociants de toute l’Europe43. La multiplicité de ses correspondants, à l’échelle d’une ville ou d’une région, le met également à même de recouper tous ces éléments, d’en apprécier l’importance et surtout de les valoriser au plus vite et au mieux de ses intérêts.

  • 44 Par convention, j’emploie le terme « passeport » pour désigner à la fois les passeports -proprement (...)
  • 45 Voir l’article « Passeport » du Dictionnaire Napoléon, p. 1312 et Jean Vidalenc, « Une source d’his (...)

44À cette cartographie épistolaire, passive et statique, on a cherché un pendant dynamique qui permette d’affiner les premières données ; les passeports et autres laissez-passer délivrés aux négociants de Lille et du département du Nord remplissent ces conditions44. Pour circuler à l’intérieur comme à l’extérieur du territoire national, un document officiel est en effet nécessaire : il mentionne les nom, qualité, destination et signalement du requérant, et porte sa signature ainsi que celle de deux témoins ; il est délivré par les autorités municipales pour les passeports intérieurs, par les autorités départementales puis préfectorales pour les passeports pour l’étranger45. C’est donc aux Archives municipales de Lille que se trouvent les premiers éléments nécessaires à cette enquête : les registres municipaux de délivrance n’ont cependant pas résisté au temps et les passeports ne subsistent plus que sous la forme de feuilles volantes rassemblées en paquets plus ou moins volumineux, inégalement répartis parmi les liasses du Fonds Gentil, imposant un lent travail de dépouillement.

  • 46 À l’inverse, les cas où il est spécifiquement indiqué qu’il s’agit d’un voyage « pour affaires » so (...)
  • 47 Il s’agit des passeports subsistants, sans certitude qu’ils aient été tous conservés, mais leur nom (...)

45Le corpus retenu se compose de l’ensemble des passeports délivrés aux négociants lillois, ainsi qu’à leurs commis-négociants, fils et femmes qui participent tous, à divers titres, à l’activité commerciale familiale ; plus largement, le -présupposé du « voyage d’affaires » a prévalu et sont donc exclus du corpus les cas où il était stipulé que le voyage avait pour but une « affaire de famille » ou une « affaire personnelle46 ». Au total, 502 négociants lillois différents se sont vus délivrer 869 passeports entre 1791 et 181547. On peut désormais connaître les années au cours desquelles les départs sont les plus fréquents, déterminer l’aire maximale de déplacements des négociants lillois, repérer les destinations les plus fréquemment indiquées, enfin mettre en regard l’ensemble de ces -données avec les principaux événements économiques ou politiques.

46La fréquence des départs (graphique 1) fait apparaître de fortes variations d’une année sur l’autre, ce qu’une confrontation avec le contexte permet d’expliquer en partie : le maximum de départs est atteint au cours des ans III et IV, avec respectivement 110 et 154 passeports délivrés, ce qui correspond à l’annexion des nouveaux « départements réunis de Belgique », et indique tout l’intérêt que les négociants lillois trouvent à l’ouverture de ce nouveau, vaste et riche marché ; la Paix d’Amiens ne semble pas avoir d’effet positif sur leurs déplacements intérieurs, bien au contraire, puisque le chiffre de l’an XI est en retrait par rapport à celui de l’an X ; enfin l’instauration du Blocus continental, à la fin de 1806, et la crise économique qui sévit à partir de 1811, entraînent une forte diminution des départs, qui dépassent difficilement les dix délivrances à la fin de l’Empire. En adoptant une chronologie calquée sur les régimes politiques, le Directoire totalise 38,8 % des départs, mais la majorité a lieu sous le Consulat (30,2 %) et l’Empire (23,6 %), longue période de paix intérieure, favorable aux déplacements commerciaux dans une zone longtemps éloignée des combats.

47La répartition des destinations par grandes aires géographiques offre quelques éclairages intéressants. L’étranger, entendons les pays situés au-delà des frontières de 1789, représente un quart de l’ensemble, avec de très fortes disparités. L’Italie et la Suisse ne sont citées que trois fois chacune, l’Allemagne cinq fois, ces trois pays totalisant moins d’1 % du total ; à l’inverse, la Hollande apparaît à dix reprises et la Belgique, avec 359 occurrences, représente 24,4 % de l’ensemble. Dans trois cas sur quatre, les négociants lillois se déplacent donc à l’intérieur des anciennes frontières du pays. Les départements du Nord et du Pas-de-Calais, ceux où se trouvent les fournisseurs et clients les plus proches, peut-être les plus anciens, reviennent dans près de 20 % des cas, et pour plus de 55 % des voyageurs, la destination est une ville du reste de la France. Ces éléments sont en tout point comparables à ceux tirés de la correspondance passive de Briansiaux.

Graphique 1. Fréquence annuelle des départs des négociants lillois, 1791-1815

Graphique 1. Fréquence annuelle des départs des négociants lillois, 1791-1815

Source : Arch. mun. Lille, Fonds Gentil.

Carte 4. Les principales destinations des négociants lillois (1791-1815)

Carte 4. Les principales destinations des négociants lillois (1791-1815)

Source : Arch. mun. Lille, Fonds Gentil.

  • 48 Vincent Denis, Une histoire de l’identité : France, 1715-1815, Seyssel, Champ Vallon, 2008, 462 p.

48Le classement des villes en fonction de la fréquence des occurrences prend désormais tout son intérêt. La carte 4 met très clairement en lumière les axes privilégiés du commerce lillois, vers le sud comme vers le nord. L’aire maximale de déplacement des négociants lillois apparaît dans la zone contenue dans l’hexagone dont les six pôles sont Amsterdam au nord, Mayence au nord-est, Verceil au sud-est, Perpignan au sud, Bayonne au sud-ouest et Brest à l’ouest. 140 destinations différentes sont indiquées sur les passeports délivrés : elles permettent de suivre les négociants lillois dans leurs déplacements et de déterminer les régions ou les villes les plus fréquentées, même si certaines réserves s’imposent. Dans 97 cas, le passeport ne porte qu’une mention assez vague, « le Royaume » puis « la République » ; dans 161 autres cas, le négociant déclare vouloir se rendre « dans la République et les pays réunis », ce qui n’est guère plus éclairant, à ceci près qu’il entend porter ses pas tant vers le nord que vers le sud et instaurer ou développer ainsi des relations commerciales avec le nouvel espace septentrional. Ces mentions disparaissent dès l’avènement du Consulat : la protection du régime et la surveillance des citoyens imposent de connaître leurs faits et gestes48. De même, lorsque la destination indiquée est Boulogne-sur-Mer, Calais ou Dunkerque, trois villes qui reviennent respectivement à 34, 31 et 93 reprises, et plus généralement un port de la mer du Nord, on peut se demander dans quelle mesure l’intention réelle du négociant n’est pas de traverser le Channel pour se rendre en Angleterre. Une investigation dans les archives de la police portuaire de Douvres, par exemple, permettrait sans doute de retrouver certains de ces voyageurs à leur débarquement sur le sol britannique.

49Les dix villes les plus fréquemment citées représentent plus de 60 % du total des destinations relevées. On retrouve la capitale, qui attire 323 Lillois à elle seule, soit plus de 21 % du total, et son poids ne cesse de s’affirmer au cours des années : une seule mention sous la monarchie constitutionnelle, puis 16 sous la Convention, 85 sous le Directoire, 101 sous le Consulat et 120 sous l’Empire. Les trois places belges d’Anvers, Bruxelles et Gand rassemblent 20 % du total ; le port de l’Escaut, avec 230 occurrences, est la seconde destination la plus prisée des négociants lillois. Viennent ensuite les trois ports du Nord de la France (11 %) et les trois grandes cités marchandes du reste de la France : Bordeaux, Lyon et Marseille (7,5 %). Il apparaît donc clairement que les négociants lillois empruntent, dans le cadre de leurs activités commerciales, deux routes majeures, celles qui mènent leurs pas au sud vers Paris et au nord vers Anvers. Dans 56 cas, les deux villes sont d’ailleurs spécifiquement indiquées sur le même passeport ; elles sont également associées, en triplette, à Dunkerque, Boulogne et Calais respectivement à 56, 22 et 18 reprises. Lille conforte ainsi sa position de plaque tournante ou de place intermédiaire entre la capitale, et plus généralement l’ancienne France, et le Nord, la Belgique et dans une moindre mesure la Hollande, plus tardivement incorporée à l’espace français.

50En plus de se déplacer à l’intérieur des frontières françaises, les négociants lillois et ceux des autres villes du département sollicitent des autorités départementales l’autorisation de se rendre à l’étranger, ce dont rendent compte les pages consacrées aux « Directions du commerce du département du Nord à l’étranger », reproduites dans les Annuaires statistiques du département du Nord. Elles ne couvrent cependant que les huit années qui vont de l’an X à 1809, nous privant des informations concernant la période directoriale, pendant laquelle les négociants lillois se sont montrés très mobiles, et dans une moindre mesure, de la possibilité d’observer le comportement des négociants nordistes au cours des dernières années de l’Empire. Ces éléments permettent de compléter utilement les éléments recueillis précédemment, d’étendre le champ géographique des investigations, de les affiner et de les compléter, par exemple en portant une attention particulière à l’Angleterre ainsi qu’aux territoires qui passent sous contrôle français au cours de l’Empire, comme la République batave et le Nord de l’Allemagne. Les informations tirées de cette source sont synthétisées dans le tableau 2.

  • 49 Annuaire statistique du département du Nord pour 1811, p. 100.
  • 50 Annuaire statistique du département du Nord pour l’an XIII, p. 269.

51Entre l’an X et 1809, la préfecture du Nord délivre 1 147 passeports extérieurs ; dans plus de 80 % des cas, il s’agit de négociants, les autres requérants étant le plus souvent des femmes rejoignant leur mari, « officier ou employé dans l’armée française49 », et accompagnées de leurs enfants, ou des étrangers regagnant leur pays, comme cet « Irlandais avec sa famille composée de neuf personnes, sortant du territoire de la République par autorisation du Grand Juge » en l’an XII50. Le nombre de passeports délivrés chaque année suit globalement les variations du contexte politique : le rétablissement des relations avec l’Angleterre consécutif à la Paix d’Amiens donne un chiffre de référence quelque peu biaisé, et rapidement revu à la baisse les années suivantes avec la reprise de la guerre ; l’année 1806 constitue un maximum, mais le décret de Berlin de novembre porte un coup très rude aux déplacements du commerce, réduits d’un quart dès l’année suivante. À l’évidence, les restrictions imposées au commerce rendent moins utiles ou moins profitables des déplacements à l’étranger.

Tableau 2. Les directions du commerce nordiste à l’étranger d’après les passeports délivrés par la préfecture du Nord (an X-1809)

Tableau 2. Les directions du commerce nordiste à l’étranger d’après les passeports délivrés par la préfecture du Nord (an X-1809)

Tableau 2 (suite)

Tableau 2 (suite)

Source : Annuaire statistique du département du Nord pour les années 1802-1803 à 1811.

  • 51 D’après les passeports intérieurs.
  • 52 Gérard Gayot, « La main invisible qui guidait les marchands aux foires de Leipzig : enquête sur un (...)

52L’analyse de l’évolutiodes destinations ne fait que confirmer ces premières remarques : aussi longtemps que la paix dure, les négociants nordistes font de l’Angleterre, et en particulier Londres, leur principale destination, mais dès que les conditions changent, ils préfèrent se diriger vers la Batavie. Cette République sœur accueille, sur l’ensemble de la période, près de la moitié des négociants nordistes : ils viennent probablement y poursuivre les opérations commencées avant la reprise des hostilités avec leurs homologues britanniques, y réceptionnent des marchandises et à l’occasion peuvent s’y embarquer pour un port anglais. Ils sont également susceptibles de s’associer avec des négociants d’Amsterdam ou de La Haye, dont on sait par ailleurs qu’ils se livraient très largement à l’introduction de marchandises prohibées par les décrets et règlements impériaux ; ce pourrait être une interprétation du nombre impressionnant de passeports délivrés à destination de la Batavie en 1806 (55,3 % du total de l’année) et surtout en 1808 (62,5 %). La faiblesse – relative – des voyages des négociants lillois51 vers Amsterdam après 1810 et l’annexion de la Hollande, tend à confirmer cette hypothèse. L’espace germanique constitue la troisième aire de prédilection des négociants nordistes. Hambourg les attire tout au long de la période, et principalement pendant la période de paix, qui permet d’accéder facilement au port de l’Elbe par la mer, et encore en 1806. La mise en place du Blocus raye pratiquement la ville de leur carte, puisque leur nombre ne cesse de décroître jusqu’à l’incorporation à l’Empire et qu’aucun négociant lillois ne s’y rend plus après 1810. Deux autres cités marchandes allemandes captent également l’attention des négociants nordistes : Francfort-sur-le-Main, surtout fréquentée entre l’an XII et 1806, et Leipzig, c’est-à-dire deux villes dont les foires constituent des dates majeures du calendrier commercial52.

  • 53 Annuaire statistique du département du Nord pour 1811, p. 99.

53L’interprétation de ces variations par l’Annuaire statistique du département du Nord relève sans ambiguïté du discours politique : s’il se borne dans un premier temps à constater le basculement opéré de l’Angleterre vers la Batavie, il affirme en 1811, à propos de l’absence persistante de l’Angleterre, qu’« au reste, la perte a été pour nos ennemis : nos relations avec l’étranger n’ont fait que changer de direction, puisque le nombre de voyageurs pour affaires commerciales n’en a pas diminué53 ». C’est faire peu de cas de l’ingéniosité des négociants lorsqu’il s’agit de traiter leurs affaires. L’Annuaire statistique du département du Nord pour 1811 indique par ailleurs les villes dont sont originaires les négociants titulaires de passeports extérieurs délivrés entre 1806 et 1809. Ces informations, rassemblées dans le tableau 3, donnent une assez bonne idée du dynamisme commercial des différentes cités du Nord sur le marché européen et de la part relative de chacune d’entre elles.

Tableau 3. Origine des négociants nordistes en partance pour l’étranger (1806-1809)

Villes d’origine

1806

1807

1808

1809

Total

Part

Lille

57

42

57

59

215

43,3 %

Dunkerque

20

30

17

16

83

16,7 %

Valenciennes

23

15

16

12

66

13,3 %

Honnechy

12

2

9

7

30

6 %

Tourcoing

8

4

6

6

24

4,8 %

Cambrai

4

4

4

4

16

3,2 %

Douai

2

3

3

1

9

1,8 %

Autres

19

14

11

10

54

10,9 %

Total

145

114

123

115

497

100 %

Source : Annuaire statistique du département du Nord pour 1811.

  • 54 Cette étude a été reprise et prolongée dans Matthieu de Oliveira, « Négoce et territoire. Les passe (...)

54Des sept villes citées, les trois premières – Lille, Dunkerque et Valenciennes – rassemblent près des trois quarts des négociants candidats au départ, réduisant les autres villes du département au rang de places commerçantes de second ou de troisième ordre. Lille se distingue par son « agressivité » commerciale et renforce progressivement sa position jusqu’à envoyer certaines années à l’étranger plus de la moitié des négociants du département. Cette croissance, qui confirme les résultats de l’enquête sur les déplacements des négociants lillois, se fait principalement aux dépens de Valenciennes, qui voit sa position s’effriter dangereusement, alors que Dunkerque ne parvient pas à poursuivre l’effort fourni en 180754.

  • 55 « Les voyages des négociants bordelais à l’époque du Blocus continental », Bulletin du Centre d’His (...)

55La comparaison des résultats de cette double enquête consacrée aux déplacements des négociants nordistes et lillois avec ceux existants pour une autre grande place commerçante provinciale – le cas de Paris étant résolument particulier – apparaît comme nécessaire. Silvia Marzagalli a publié une -recherche similaire sur Bordeaux55, qui apparaît en bonne place tant dans l’enquête sur les correspondants de Briansiaux que dans celle sur les déplacements des négociants : dans les deux cas, il s’agit de la première grande ville française citée (hors Paris et Nord - Pas-de-Calais). Il faut cependant pointer certaines différences de fond et de forme avant de comparer nos conclusions. Si Bordeaux et Lille sont deux grandes villes commerçantes du début du xixe siècle, leur richesse ne procède pas des mêmes sources : la première vit principalement du commerce du vin, la seconde de celui du textile et du tabac ; la première est un port, la seconde un carrefour routier ; enfin la première connaît un déclin consécutif au basculement commercial vers l’axe rhénan, dont profite très largement la seconde. Par ailleurs, S. Marzagalli s’est intéressée aux voyages à l’étranger des négociants bordelais, alors que c’est très précisément l’angle mort de l’enquête lilloise, faute de sources assez précises ; d’autre part, elle couvre la période qui s’étend d’octobre 1806 à août 1814, en tout près de huit années, là où il n’est possible d’en proposer que quatre, recoupant heureusement le début de sa période d’étude.

56Avec respectivement 1 147 et 1 184 passeports délivrés, les corpus sont équivalents, mais les négociants nordistes semblent beaucoup plus mobiles ou dynamiques que leurs homologues bordelais. Ces derniers ne représentent en effet que 28 % des requérants, contre 80 % dans le Nord. L’année 1809 est la seule qui permette une comparaison terme à terme des déplacements des Lillois et des Bordelais et, là encore, les premiers sont – légèrement – plus nombreux que les seconds (59 contre 52). La comparaison des destinations principales est tout aussi instructive : les États-Unis, qui demeurent une destination privilégiée du commerce bordelais (37,5 % des destinations globales), représentent un horizon bien lointain et presque incongru pour les Nordistes (1,6 %) ; les places de la mer du Nord et de la Baltique, qui constituent pourtant un marché de compensation pour Bordeaux au lendemain de la crise de 1808, ne représentent que 21,8 % des destinations, contre 52,8 % pour le Nord ; enfin seuls dix-sept négociants bordelais déclarent vouloir se rendre dans les villes allemandes sur la période 1806-1814, contre 89 Nordistes entre l’an XI et 1809.

57Au total, il apparaît très clairement que la place de Lille profite amplement de l’ouverture du marché français vers le nord, plus que Bordeaux, et probablement que d’autres villes comparables de l’époque. Sans doute l’existence de moyens et de voies de communication favorables aux déplacements comme aux activités commerciales constitue-t-il un avantage supplémentaire.

IV. Les moyens de liaison entre Paris et le nord-ouest de l’Europe

  • 56 Bernard Lepetit, Chemins de terre et voies d’eau, Paris, Éditions de l’EHESS, 1984, 148 p., et Guy (...)

58Déplacer rapidement et à moindre coût hommes, lettres et marchandises d’un point à l’autre du territoire présente encore au tournant des xviiie et xixe siècles certaines difficultés. Les canaux demeurent peu nombreux et inégalement répartis, la guerre puis le Blocus interdisent bien vite le recours à la voie maritime. Restent les routes, encore très partiellement pavées, formant un réseau parsemé de lacunes et largement tributaire des conditions météorologiques56. Le Nord du territoire, s’il n’est pas exempt de ces pesanteurs, fait pourtant figure d’espace relativement privilégié.

  • 57 Il existe un autre moyen de transmission des nouvelles, bien plus rapide, mais il est réservé à l’u (...)
  • 58 Roger Chartier (dir.), La correspondance. Les usages de la lettre au xixe siècle, Paris, Fayard, 19 (...)
  • 59 Guy Arbellot et Bernard Lepetit, Atlas de la Révolution française, volume I : « Routes et commu-nic (...)

59Le service de la poste constitue certainement le moyen le plus rapide, pour les particuliers, de faire parvenir lettres et colis de petite taille à des correspondants plus ou moins lointains57. On a vu à quel point la correspondance occupait une place centrale dans l’activité commerciale d’un Briansiaux. Mais l’activité postale échappe dans sa quasi-totalité à l’étude : il n’existe pas de données qui soient à la fois assez fiables et en quantité suffisante pour l’appréhender58 ; la chose est d’autant plus sensible lorsqu’on cherche à suivre les relations épistolaires spécifiquement commerciales ou financières, que rien ne distingue de la masse des plis et qui font de l’anonymat de la poste un rempart supplémentaire à la préservation du secret des affaires. On dispose cependant de quelques éléments d’appréciation de la vitalité du courrier que peuvent échanger nos manufacturiers, négociants et banquiers parisiens et septentrionaux : les uns relèvent de la stricte constatation, les autres autorisent les hypothèses59. Entre 1789 et 1795, le nombre de bureaux de poste passe en France de 1 320 à 1 470 ; ils sont inégalement répartis sur l’ensemble du territoire, les plus nombreux étant implantés dans le Bassin parisien, mais aussi dans certaines régions périphériques, comme la frontière septentrionale. Le seul département du Nord compte en 1795 jusqu’à trente bureaux et l’on peut y ajouter les vingt-cinq nouveaux postes que cette administration installe dans les départements réunis à la suite de l’annexion de l’ancienne Belgique. Les revenus de la poste aux lettres constituent également un indicateur de la vigueur de l’activité épistolaire et là encore, le Nord se trouve en bonne place. Avec 450 100 F de revenus pour l’an X, il occupe la sixième position, après la capitale, suivie du Rhône, de la Seine inférieure, de la Gironde et des Bouches-du-Rhône. On remarque sans peine que les préfectures de ces départements sont non seulement les villes les plus peuplées du pays, mais également les principales places marchandes et négociantes françaises, accréditant l’hypothèse d’une adéquation entre activités commerciales et épistolaires. Et la cartographie des recettes annuelles pour l’an X, considérées comme « un indice de trafic particulièrement sûr » par les auteurs de l’Atlas des routes et communications, place dans la même catégorie les départements de la Seine et du Nord, mais aussi ceux de la Dyle (Bruxelles) et des Deux-Nèthes (Anvers).

  • 60 Compte rendu fait par le citoyen Fourcroy, conseiller d’État, de sa mission dans la 16e division mi (...)

60Les principales villes du Nord et du Pas-de-Calais se trouvent par ailleurs sur les routes de malle-poste et sont ainsi desservies au départ de Paris à raison de six ou sept fois par semaine : la poste de Paris à Dunkerque passe successivement par Amiens, Abbeville, Boulogne et Calais, celle de Lille dessert Doullens, Arras et Douai et celle de Valenciennes emprunte la route d’Anville, Saint-Quentin et Cambrai. Les trois villes de Dunkerque, Lille et Valenciennes se trouvent par ailleurs sur la même route de poste, orientée est-ouest et donc transversale à celles qui viennent du Sud et de la capitale. Au départ de Paris, l’acheminement d’une lettre jusqu’à Lille coûte à l’expéditeur 8 sous jusqu’en 1791, prix réduit à 7 sous lorsque entre en vigueur le tarif de 1792. Le temps d’acheminement d’une lettre au départ de Paris et à destination du Nord est réduit à trois jours pour un courrier normal ; ce délai est confirmé par la confrontation des dates d’envoi et de réception scrupuleusement reportées au dos de sa correspondance passive par Briansiaux. Mais il est possible pour un porteur spécial de rallier le Nord en un peu plus d’une journée, voire moins s’il ne ménage pas sa monture. Lorsque la correspondance ne permet pas de régler complètement une affaire et qu’il leur faut se déplacer, les manieurs d’argent disposent d’un assez bon réseau routier dans la partie septentrionale du territoire. Par le nombre de ses axes, sa densité et sa qualité, ce réseau facilite les déplacements de personnes et le transport des marchandises, dans de bonnes conditions de rapidité et de coût. Du Sud vers le Nord, les routes existantes favorisent les importantes relations commerciales entre Paris et la province. Ainsi au début de la Révolution, les routes de poste Paris-Dunkerque et Paris-Valenciennes sont-elles pavées jusqu’à Péronne et Saint-Quentin ; une fois dans le Nord - Pas-de-Calais, elles retrouvent les importantes portions pavées qui existent entre Arras, Bailleul et Saint-Omer, entre Dunkerque et Cassel, et entre Lille, Douai et Arras. Pourtant, si l’on en croit le conseiller d’État Fourcroy, l’état des voies qui mènent à la capitale est déplorable au début du Consulat, principalement en raison de l’importance du trafic qu’elles doivent supporter. D’après lui, « toutes les routes du département du Nord, exceptée celle de Lille à Dunkerque, la moins fréquentée par les rouliers, sont dans le plus mauvais état ; il existe de vraies fondrières, beaucoup de pavés sont arrachés ; en général, elles ressemblent à des champs labourés60 ». Sous l’Empire, le gouvernement reste très attentif aux questions routières et le décret impérial du 16 décembre 1811 ne fait que confirmer l’importance de ces axes routiers, en créant des routes de première, seconde et troisième classes. Les vingt-six radiales au départ de Paris permettent de relier au plus vite la capitale et les frontières, les départements annexés, les pays vassaux et les principaux ports de guerre. La desserte du Nord est ainsi assurée par trois routes de première classe et deux de deuxième classe :

Routes de 1re classe :

N° 1 : Paris-Beauvais-Abbeville-Boulogne-Calais

N° 2 : Paris-Soissons-Laon-Avesnes-Maubeuge-Bruxelles-Anvers-Amsterdam

N° 3 : Paris-Reims-Charleville-Givet-Namur-Liège-Maastricht-Hambourg

Routes de 2e classe :

N° 17 : Paris-Creil-Amiens-Doullens-Dunkerque

N° 18 : Paris-Senlis-Péronne-Cambrai-Douai-Lille-Ostende

  • 61 Lettre citée par François de Dainville et Jean Tulard, Atlas administratif de l’Empire français, d’ (...)

61La dimension stratégique d’un tel réseau constitue une priorité aux yeux de l’Empereur qui consacre des fonds importants à la construction et à l’entretien de ces axes. Il écrit ainsi avec fierté le 17 août 1811 que « la chaussée d’Amsterdam à Anvers rapprochera cette première ville de Paris de vingt-quatre heures et celle de Hambourg à Wesel rapproche Hambourg de Paris de quatre jours. Cela assure et consolide la réunion de ces pays à l’Empire et c’est donc un objet de premier intérêt61 ». On comprend cependant toute l’importance d’une telle réalisation pour les négociants et banquiers du Nord, qu’il s’agisse de se déplacer eux-mêmes ou d’expédier du fret.

  • 62 Cité par François Caron, Histoire des chemins de fer en France, tome I : 1740-1883, Paris, Fayard, (...)
  • 63 Fred Stevens, « La pratique notariale dans les départements occupés de Belgique. L’exemple d’Anvers (...)
  • 64 Arch. dép. Nord, 6 U 2/12 : Tribunal de commerce de Lille, Registre… aux actes de sociétés.
  • 65 Cambrai, Hurez, an XII, p. 68-71.

62C’est aux diligences d’assurer le transport des passagers, mais elles se chargent également des marchandises de petit volume. En 1765, L’Indicateur fidèle fixait à deux jours de diligence le parcours de 233 km entre Paris et Lille62. En dépit des améliorations indiquées, il n’est guère possible de faire mieux en embarquant à bord d’une diligence des Messageries nationales puis impériales : au départ de Paris et au terme d’une « grande journée » de route, on n’atteint encore qu’Amiens ou Saint-Quentin et ce n’est que le lendemain qu’on arrive à Arras, Lille ou Valenciennes, et encore dans la soirée ou la nuit pour ces dernières villes ; pour Calais, Dunkerque, Gand et Bruxelles, il faut compter une journée supplémentaire de voyage. En fait, les progrès sont surtout sensibles en termes de desserte hebdomadaire. En 1789, la diligence de Paris dessert Amiens et Cambrai dix fois par semaine, Boulogne, Calais, Douai, Lille, Valenciennes, et Liège par Mézières cinq fois et Arras deux fois seulement. En 1812, les rotations sont beaucoup plus nombreuses : vingt par semaine pour Cambrai, Valenciennes et Bruxelles, dix par semaine pour Anvers, mais toujours cinq fois par semaine pour les autres villes. Il n’est pas interdit de penser que cette augmentation du nombre de rotations correspond, au moins en partie, à une croissance du trafic passager entre la capitale et le Nord du territoire. Les flux se concentrent visiblement sur les routes de première classe, ce qui explique probablement qu’une ville comme Lille semble quelque peu en retrait. Mais ses négociants, on l’a vu, n’hésitent pas à se déplacer, principalement à Paris et Anvers, mettant en lumière tout l’intérêt que représenterait une liaison directe entre les préfectures du Nord et des Deux-Nèthes. Aussi voit-on s’associer le 8 avril 1801 les sociétés d’Anvers et de l’Éclair, de Lille, pour l’exploitation d’un service de voiture entre les deux villes63. Le trafic ne fait que s’étendre et s’intensifier par la suite puisque le 30 mai 1814, une nouvelle société est formée pour l’exploitation des Messageries de l’Éclair. Elle regroupe la maison Dirven, représentée par Élisabeth Jeanne Dirven, le négociant Gérard Sluyck, d’Anvers, Michel Boulogne, directeur des Messageries à Lille, et Charles Dehausée, son homologue parisien. Une seule et même maison propose dès lors d’assurer le transport des passagers entre Paris et Anvers, via Lille64. Quant aux villes qui se trouvent sur les axes principaux, et pour peu qu’elles soient à proximité des nouveaux départements réunis de Belgique, elles forment le centre d’un réseau à la fois local, régional et (inter)national. L’exemple de Cambrai est à cet égard tout à fait significatif : l’Almanach de Cambrai et du 4e arrondissement du département du Nord pour l’an XII de la République65 y recense une poste aux chevaux et quatre voitures publiques, dont les rayons d’action se superposent et se complètent. Les citoyens Arnoux Bricourt, maître des postes, et Leroy, directeur du bureau des diligences, accueillent tous les jours une à deux diligences en provenance de Bruxelles et à destination de Paris, deux à trois diligences en provenance de Paris et à destination de Bruxelles et de Lille ainsi qu’une malle en provenance de la Flandre et en partance pour Paris ; la diligence de l’Éclair, qui dessert la ligne Paris-Bruxelles, compte un départ chaque jour pair et une arrivée chaque jour impair, mais précise qu’« au 1er germinal, ces diligences partiront et arriveront tous les jours » ; celles des citoyens Lagaye et Montigny-Caffin quittent chaque jour Cambrai pour Douai avec correspondance pour Lille, Dunkerque, Arras, Saint-Omer, Calais et Boulogne, pour Saint-Quentin avec correspondance pour Noyon, Compiègne, La Fère, Paris, Laon et Reims et pour Valenciennes avec correspondance pour Mons, Bruxelles et Anvers ; enfin la voiture du citoyen Edeline assure deux départs quotidiens pour Valenciennes et un pour Saint-Quentin. L’axe sud-nord apparaît comme le plus emprunté, avec chaque jour jusqu’à cinq départs pour Bruxelles et huit pour Paris, mais Cambrai rayonne également sur tout l’Ouest du département et étend son action jusqu’au Hainaut belge et à la Champagne, s’affirmant comme une importante plaque tournante du trafic de voyageurs du Nord de la France. On y trouve également, comme dans la plupart des villes commerçantes, des entreprises de roulage qui se voient confier le transport des marchandises.

  • 66 G. Arbellot et B. Lepetit, Routes et communications, op. cit., p. 52.
  • 67 Arch. nat., F14 1269 et 1270 et Marcel Blanchart, « L’enquête de 1811 sur le roulage », Revue de gé (...)

63Au roulage strictement local s’ajoute « celui qui a pour but d’écouler vers le dehors les produits du pays66 » et qui retient ici l’attention : l’étude des maisons de roulage du Nord de la France et de l’Europe française permet en effet de mesurer l’importance des villes et de leur activité commerciale. La grande enquête sur le roulage de 1811 présente l’avantage d’avoir été réalisée au moment où l’Empire français atteint son extension géographique maximale. À l’inverse, on connaît ses défauts67, en particulier l’absence de réponses de nombreuses villes, dont Paris et en ce qui concerne la présente étude, de la totalité des départements belges. Seules deux villes hollandaises, Groningue (Ems occidental) et Emden (Ems oriental) et trois villes des départements hanséatiques, Lübeck (Bouches-de-l’Elbe), Brème (Bouches-de-la-Weser) et Osnabrück (Ems supérieur), ont renvoyé leur réponse à Paris. C’est également le cas de la plupart des villes du Nord et du Pas-de-Calais ; ne sont conservées ici que celles de Valenciennes, Cambrai, Douai, Lille et Dunkerque pour le Nord, de Calais et Boulogne pour le Pas-de-Calais. Les deux premières questions de l’enquête retiennent plus particulièrement l’attention : elles recensent pour la première le nombre et la date d’établissement des maisons de roulage et de commission et pour la seconde les principales relations qu’elles entretiennent avec l’extérieur. L’objectif est ici double : d’une part tenter de hiérarchiser les villes en fonction du nombre de maisons qu’elles accueillent, d’autre part définir autant que possible l’aire d’activité de ces maisons et ainsi faire réapparaître les réseaux commerciaux des villes concernées ; à terme, peut-être sera-t-il possible de repérer d’éventuels « points de rupture de charge ».

  • 68 Arch. nat., F14 1269, dossier 15 : lettre du maire de Lübeck du 29 juillet 1812 ; dossier 21 : lett (...)
  • 69 Arch. nat., F14 1269, dossier 38 : lettre du maire d’Emden du 29 juin 1812 ; dossier 37 : lettre du (...)

64Les réponses des trois villes hanséatiques se signalent par leur diversité68. Le commerce de Lübeck, la ville la plus septentrionale, paraît en grande partie maritime et tout entier tourné vers l’étranger : seuls la Russie, la Suède, le Danemark, la Prusse et le Mecklenbourg apparaissent au titre des principales destinations. À l’inverse, Brème ne mentionne que ses relations, curieusement directes, avec les places de Paris et de Lyon. Quant à la ville d’Osnabrück, elle n’entretient des liens qu’avec des villes du Nord de l’Allemagne (Hambourg, Brème, Wesel, Münster, Magdebourg, Brunswick et Minden) et quelques cités de Hollande (Amsterdam, Rotterdam et Zwolle). La ville hollandaise d’Emden ne reconnaît aucune relation terrestre et indique que son « commerce [est] tout entier maritime ». Le commerce de Groningue enfin cantonne ses rapports commerciaux aux départements voisins de la Frise, de l’Ems occidental, des Bouches-de-l’Yssel, des Bouches-de-la-Meuse et du Zuyderzée, six des neuf départements hollandais69.

  • 70 Emiland Estienne, Statistique de la Batavie, Impr. des Sourds-Muets, Paris, an XI, p. 132-133 ; la (...)
  • 71 Arch. nat., F14 1270, dossier 87 : lettres des maires de Cambrai du 17 juin 1812, de Douai du 20 ju (...)
  • 72 ANMT, 3 AQ 244.

65Il ne semble donc pas exister de lien direct entre les villes de ces nouveaux départements et « l’ancienne France ». Leur récente annexion explique peut-être l’absence presque complète de relations terrestres, directes ou par l’intermédiaire de villes belges, avec la France, à un moment où les relations maritimes sont rendues impossibles par l’application du Blocus continental. Mais l’absence totale de réponse des nombreuses villes, connues pour être des places commerciales importantes, comme Amsterdam, Rotterdam, Anvers, Bruxelles ou Liège, laisse un gros blanc sur la carte du transport terrestre. D’autant que d’autres sources signalent, pour des périodes antérieures, l’existence de liens commerciaux tissés par ces villes entre elles et avec les grandes places françaises. Ainsi, à titre d’exemple, la Statistique de la Batavie, publiée au lendemain de la rupture de la Paix d’Amiens, recense les principales villes en relation avec les deux grands ports hollandais d’Amsterdam et Rotterdam. Avec sept mentions sur treize, les villes françaises sont les plus nombreuses. Rouen, Bordeaux, Lyon, Marseille et Paris forment la tête de liste, suivies de Dieppe et de Nice. Le second groupe rassemble les cinq villes belges d’Anvers, Bruges, Gand, Malines et Liège ; presque toutes sont situées dans la partie occidentale des départements réunis et toutes sont desservies par les routes qui mènent à la capitale française70. La Hollande et la Belgique font provisoirement figure de no man’s land et ce n’est qu’au sud de cette zone qu’on retrouve les chemins du commerce terrestre. Les réponses à la première question de l’enquête donnent du Nord - Pas-de-Calais l’image d’un espace clairement hiérarchisé : avec seulement deux maisons de roulage à Cambrai et aucune à Valenciennes, l’Est de la région semble sous-équipé, et cela contraste fortement avec l’image d’axe majeur du transport de voyageurs qui se dégageait plus haut ; les ports de la côte de la mer du Nord viennent ensuite avec six maisons de roulage (une à Calais, deux à Boulogne et trois à Dunkerque) ; mais c’est au centre de la région que se concentre l’immense majorité des maisons de roulage, installées à Douai (deux) et surtout à Lille (huit)71. Ces établissements se caractérisent tout d’abord par leur ancienneté : cinq des huit maisons lilloises datent de dix ans et plus, et la plus ancienne, Champon, de 30 ans ; la maison Eveline de Cambrai est établie depuis 15 ans, Julien Bigorgne de Dunkerque est dans la partie depuis 18 ans et Augustin Halgoult de Calais depuis 30 ans. Mais elles doivent bientôt compter avec la concurrence de maisons de fondation récente, comme Damiens, installé à Lille depuis un an en 1812, ou de la maison Grébet, établie à Boulogne « récemment », indiquant que le marché n’est pas saturé et que le secteur est en pleine expansion. La compétition est particulièrement vive dans la préfecture du Nord qui s’affirme comme la principale place de commerce terrestre de la région. L’analyse des principales relations de chacune de ces villes semble le confirmer. Les maisons lilloises « correspondent avec toutes les principales villes de France, notamment avec celles qui forment entrepôt, telles sont : Lyon pour la partie méridionale de l’Empire, Paris et Orléans pour les contrées qui avoisinent Bordeaux et Toulouse, Amiens ou Rouen pour la partie occidentale, Reims pour la partie orientale, Gand pour les départements composant la Hollande et tout le Nord ». Lille entretient ainsi des relations avec presque tous les points de l’Empire ; par ailleurs sa situation sur l’ancienne frontière et ses liens avec Gand en font l’un des centres de redistribution des marchandises, qu’elles viennent du Sud à destination des nouveaux départements ou qu’elles suivent le chemin inverse. Les maisons douaisiennes, spécialisées dans « l’habillement des troupes », travaillent principalement avec Paris, siège des administrations militaires. Les ports se prévalent eux aussi d’entretenir des relations « très étendues » (Boulogne) avec « toutes les parties de l’Empire » (Calais). L’aire d’activité des maisons de Cambrai est plus réduite et se limite aux principales villes de la région puis Anvers, Gand et Bruxelles au nord, Amiens et Rouen à l’ouest, Saint-Quentin à l’est, Paris enfin, mais la capitale paraît bien lointaine et n’arrive qu’en toute fin de liste. À Valenciennes, la situation est bien différente puisque « il n’y a point de maison de roulage établie en cette ville ; on avait tenté d’en établir une, mais ne faisant rien, elle a dû cesser. Il s’y trouve une auberge qui correspond avec le roulage établi à Sedan sur Lille, Paris et Rouen ». C’est seulement lors de la Première Restauration, et donc après le rétablissement de la frontière franco-belge, que la maison Terwangne-Paimans de Valenciennes annonce par circulaire son association avec une maison bruxelloise et l’ouverture à Nimy, près de Mons, d’un établissement « qui se chargera de l’entrée et de la sortie des marchandises de et vers la Belgique », avec correspondance pour Paris72.

66La transcription cartographique des liaisons de commerce des sept places négociantes du Nord - Pas-de-Calais (carte 5), inspirée du modèle proposé par l’Atlas de la Révolution française est surtout riche d’enseignement par la -multiplicité des destinations repérées.

Carte 5. Les liaisons de commerce de sept places négociantes du Nord - Pas-de-Calais d’après l’enquête sur le roulage de 1811

Carte 5. Les liaisons de commerce de sept places négociantes du Nord - Pas-de-Calais d’après l’enquête sur le roulage de 1811
  • 73 Sébastien Laforgue, Contributions à l’étude des transports marchands terrestres en France à la fin (...)

67Au nombre de 23, dont 20 situées en dehors de la région, elles en indiquent clairement l’ouverture économique. Certes, le choix de places souvent concurrentes limite sensiblement les relations Est-Ouest, mais il souligne le rôle central de Lille, mentionnée à cinq reprises. À l’inverse, les relations Nord-Sud sont aussi diverses que nombreuses. Vers le nord, le roulage nordiste rallie Anvers (deux occurrences), Bruxelles et Gand (trois), où la prise en charge des marchandises à destination des départements plus septentrionaux s’effectue probablement. Vers l’intérieur de la France et au-delà de quelques destinations marginales vers l’est (Verdun, Nancy, Strasbourg) ou le sud (Bayonne, Montpellier, Avignon), c’est la fréquence des mentions de Bordeaux et Rouen (quatre) et surtout de Paris (cinq) qui est remarquable. La capitale voit converger vers elle des chariots en provenance de la quasi-totalité des places du Nord - Pas-de-Calais et apparaît « comme une place incontournable du commerce, son rayonnement ne connaissant pas de limites. Le maillage serré des relations commerciales parisiennes fait ressortir la centralité du réseau (routier) principal73 ».

68En suivant le parcours du fret de place en place, de Brème à Paris, se révèle peu à peu une géographie commerciale de l’Europe du Nord-Ouest : le rayon d’action des maisons de roulage en marque les contours, leur nombre en signale la hiérarchie des pôles, leurs principales destinations enfin en dessinent les axes. Certes, l’absence de données provenant des villes hollandaises et belges tend à fausser quelque peu les résultats ; ceux-ci font une part probablement trop belle aux places du Nord - Pas-de-Calais. Mais en retenant les destinations les plus méridionales au départ des villes hanséatiques et les plus septentrionales au départ de Lille par exemple, l’espace en blanc sur la carte se réduit aux seuls départements de l’Est de la Belgique. À l’inverse, les mentions réitérées d’Anvers et de Gand dans les réponses des villes du Nord - Pas-de-Calais incitent à faire de ces villes, associées à celle de Lille, qui abrite près de la moitié des maisons de roulage et dispose d’une très large aire de redistribution, des points de passage obligés des marchandises en provenance ou à destination du Nord. Il semble donc vraisemblable qu’une large majorité du fret transite par l’une et/ou l’autre de ces places et, à défaut de disposer d’éléments positifs pour en faire des points de rupture de charge, on peut estimer que la zone de rupture de charge s’étend de la dernière grande ville septentrionale de la France au port de l’Escaut.

  • 74 Je tire ces exemples du mémoire de maîtrise de Jacques Benkemoun, Études sur le commerce de l’Europ (...)
  • 75 ANMT, 3 AQ 286.
  • 76 F. Caron, Histoire des chemins de fer…, op. cit., p. 72.

69Le roulage s’avère pourtant encore extrêmement lent et relativement coûteux au cours de ces années. En 1806, la maison de roulage Champon, de Gand, dont Briansiaux utilise abondamment les services, ne peut couvrir la distance qui sépare les deux villes en moins de trois à quatre jours, soit une moyenne d’environ 20 km par jour. Le transport de 100 livres de poids de marc de tabac d’Anvers à Paris via Lille prend un minimum de dix jours selon la maison Dewael, d’Anvers ; enfin la maison Veuve Hunter, d’Amiens, propose à Briansiaux de rejoindre Paris en cinq jours74. On observe cependant un essor significatif du roulage accéléré sous l’Empire. Le pas reste l’allure la plus courante, mais en voyageant de nuit et en utilisant des relais fréquents, il est possible de parcourir jusqu’à 80 km par jour : ainsi Druez, Wellecomme & frère, de Lille, annoncent-ils le 1er juin 1813 par voie de circulaire leur association avec les maisons Hardempont-Lagnier de Saint-Quentin et Bricard & Cie de Paris. Les départs se font tous les deux jours de Lille, et les rouliers s’engagent à rallier Saint-Quentin en deux jours seulement, Paris en quatre et Lyon en quinze75. Et ce type de maisons oriente sensiblement les prix à la baisse en acceptant toute marchandise propre à compléter le chargement en partance et en refusant de repartir à vide. Le coût du roulage s’en trouve réduit d’autant : entre la fin du xviiie siècle et 1840, il baisse de moitié76. Au départ de Paris, pour faire parvenir un quintal de marchandises à Lille, distante de 233 km, il en coûte 7 F en 1789, 8 F en 1798, 5,50 F en 1805 et 9 F en 1810. Si la stabilisation politique et les victoires du Premier consul puis de l’Empereur semblent avoir permis une importante baisse des coûts par rapport au Directoire, l’instauration du Blocus continental, et donc le recours obligatoire au réseau routier, entraîne un sensible renchérissement du fret sur les routes du Nord. Ces variations sont cependant observables pour la plupart des destinations. Mais c’est seulement en tenant compte de la distance qui sépare les principales villes françaises de la capitale qu’une comparaison des coûts devient réellement possible. En retenant les villes de Bordeaux, Lyon, Marseille et Strasbourg, en plus de celle de Lille, on obtient les chiffres suivants :

Tableau 4. Coût du fret au km entre Paris et les principales villes françaises, 1789-1810

1789

1798

1805

1808

1810

Lille (233 km)

30 ct/km

34

23

38

38

Lyon (466 km)

18

34

23

25

33

Strasbourg (467 km)

32

40

19

32

32

Bordeaux (568 km)

30

45

29

21

17

Marseille (807 km)

24

32

20

19

27

Source : Sébastien Laforgue, Contributions à l’étude des transports marchands terrestres en France… op. cit., p. 25-31.

  • 77 AESC, juillet-août 1975, p. 745-772.

70Dès lors, le Nord apparaît durablement comme une destination passablement coûteuse, en particulier lorsque le contexte politique ou économique est défavorable : mise en place d’un nouveau régime en début de période, fermeture des ports et crise économique en fin de période. Ce n’est qu’entre les dernières années du Directoire et 1806 que la desserte de Lille est, par rapport à la moyenne des autres villes, moins dispendieuse ; cela correspond également à l’ouverture économique des départements belges, progressivement intégrés au marché français. Ces variations peuvent également s’interpréter comme autant d’indices de l’intensité des relations commerciales entre la capitale et le Nord, pourvoyeur de nombreuses marchandises, tant produites dans cette région ou au-delà, qu’introduites en fraude par les ports belges, hollandais et hanséatiques. La brusque augmentation des coûts dès 1808 y trouverait là une explication plausible. L’importance quantitative du trafic reste cependant difficile, voire impossible, à cerner, par manque d’information. Un dernier élément chiffré rend pourtant compte des relations commerciales de Paris : dans son étude sur « Les barrières de l’an VII77 », Guy Arbellot rappelle que la capitale en compte 37, servies par 124 employés au 27 pluviôse an VI. « Leur répartition […] nous révèle déjà l’importance du trafic à certaines barrières. Huit d’entre elles exigent en effet la présence de six percepteurs : ce sont celles de Passy (ou des Bonshommes), de l’Étoile, de Denis, de la Villette, de Pantin, de Vincennes, d’Italie et d’Égalité (d’Enfer) ». On note la présence dans cette liste de trois barrières septentrionales (Denis, la Villette et Pantin) et en -ajoutant les employés de celles de Fructidor-Clichy, Clignancourt-les-Martyrs et de Télégraphe-Rochechouart, on atteint un total de 25 personnes chargées de contrôler le passage des marchandises en provenance ou à destination du Nord, soit une sur cinq. Par ailleurs, le produit d’une année de perception à ces mêmes barrières pour l’an VI s’établit à 727 996 F ; les six barrières mentionnées en rapportent 215 379, soit 29,6 % du total, et la barrière de Saint-Denis, qui dessert directement le Nord, produit à elle seule 11,3 % du revenu annuel, occupant la seconde position après celle de l’Étoile.

*

71De ce premier voyage le long des routes du Nord, on peut retenir plusieurs éléments importants. Tout d’abord, l’existence à Paris d’une forte communauté d’hommes d’argent originaires du Nord de la France, de Belgique et de Hollande : déjà présents pour partie à la fin de l’Ancien Régime, ils renforcent leur présence à la faveur de l’entrée en guerre et de l’ouverture d’un front aux marges septentrionales du territoire. La fortune de la plupart d’entre eux trouve d’ailleurs sa source dans le conflit même. Et à mesure que la France révolutionnaire puis impériale étend son emprise sur le Nord-Ouest de l’Europe, d’autres négociants, banquiers et industriels viennent s’installer, durablement ou plus épisodiquement, dans la capitale française, devenue la principale place commerciale et financière du continent.

72Parallèlement, les manieurs d’argent parisiens entretiennent des relations fréquentes et fécondes avec leurs homologues belges et hollandais, mais aussi londoniens, du moins jusqu’à la rupture des relations diplomatiques et commerciales avec l’Angleterre, et hanséatiques. Lorsque les relations directes deviennent plus difficiles ou impossibles, ils savent pouvoir compter sur les négociants nordistes pour les représenter. Ces derniers occupent en effet une position favorable, à proximité immédiate des départements réunis mais toujours à l’intérieur des limites de l’ancienne France, à un moment où la zone ex-frontalière devient un espace de contact privilégié. Ces négociants du Nord et du Pas-de-Calais, Lillois en premier lieu, se distinguent par l’importance des réseaux de correspondants qu’ils ont tissés, leur forte mobilité, leur remarquable présence sur les nouveaux marchés septentrionaux. Quant aux maisons de roulage du Nord, elles contrôlent, au moins partiellement, les flux de marchandises au départ comme à destination de la capitale. Leur nombre, la multiplicité des destinations qu’elles sont en mesure de rallier en font des intermédiaires recherchés, bientôt nécessaires. La densité et la qualité du réseau routier dans la partie septentrionale du territoire n’y sont pas étrangères. Nombreuses, larges et pavées, les routes de Paris à Calais, Amsterdam ou Hambourg autorisent et facilitent le transport de fret autant que les déplacements de voyageurs.

73Dès lors, toutes les conditions sont réunies pour permettre aux manieurs d’argent parisiens, nordistes et belges, puis hollandais et hanséatiques, de resserrer chaque jour un peu plus les liens qui les unissent et de conclure sans cesse plus d’affaires. Les premiers trouvent dans les territoires septentrionaux de multiples occasions d’investir leurs capitaux disponibles et de les faire rapidement fructifier. C’est particulièrement remarquable dans les domaines de la terre et de l’industrie. Les autres ont tout intérêt à chercher dans la capitale clients et fournisseurs, mais également des associés susceptibles de mettre sur pied et de mener à terme des opérations relevant tant du commerce que de la stricte finance. De la Grande Nation au Grand Empire, les routes du Nord, pavées d’or et d’argent, se font désormais plus fréquentées.

Notes

1 Pierre Barral, Les Périer dans l’Isère au xixsiècle d’après leur correspondance familiale, Paris, PUF, « Cahiers d’histoire », 1964, 245 p.

2 Louis Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire, Paris, Éditions de l’EHESS, 1978, chapitres II et III.

3 Christian Pfister-Langanay, Ports, navires et négociants à Dunkerque, 1662-1792, Dunkerque, Société dunkerquoise, 1985, p. 384.

4 Archives départementales du Nord (désormais Arch. dép. Nord), L 7 245 : Suspects et émigrés, dossier Vanlerberghe. Il n’y a cependant pas de dossier son nom dans les archives du Tribunal révolutionnaire conservées aux Archives nationales.

5 Charles Poisson, Les fournisseurs aux Armées sous la Révolution française. Le Directoire aux Achats (1792-1793). J. Bidermann, Cousin, Marx-Berr, Paris, Margraff, 1932, p. 127.

6 Arch. dép. Nord, L 7 245 : arrêté du 1er ventôse an II de l’agent national près le district de Douai ; il est associé à Thonin-Collier pour ce second marché.

7 Gabriel Julien Ouvrard, Mémoires sur sa vie et ses diverses opérations financières, Paris, Moutardier, 1826, p. 282-283.

8 Mentionnées dans un article consacré au « Millionnaire de Douai », Archives historiques du Nord et de la France et du Midi de la Belgique, 3e série, tome III, 1852, p. 518.

9 Elle apparaît au bas de divers documents d’affaires, comme une procuration donnée à son frère le 1er prairial an II, ou administratifs comme un passeport de juillet 1826.

10 Luce de Camescasse, Souvenirs. Douai au xixe siècle. Salons parlementaires sous la IIIe République, Paris, Plon, 1924, p. 219 ; « À l’intérieur sont d’immenses salons. L’édifice est superbe, du plus pur style de l’époque du grand roi ».

11 Archives municipales de Lille, Fonds Gentil (désormais Arch. mun. Lille, FG) 43/1869.

12 Le mariage est célébré le 3 janvier 1810 à Paris (1er arr.).

13 Arch. mun. Lille, FG 43/1869.

14 Archives nationales, Paris (désormais Arch. nat.), Minutier central des Notaires (désormais MCN), X, 788 ; Colombet est donc également en affaire avec Vanlerberghe qui lui cède le 30 septembre suivant « la totalité des sommes encore dues […] par la ville du Quesnoy pour prix des blés et farines que lui a fournies led. Sr Vanlerberghe », même cote.

15 Les opérations foncières de Paulée en Belgique sont étudiées plus en détail dans le chapitre II.

16 En nivôse an VIII, il est assez riche pour renoncer par acte notarié « au commerce et négoce, à Paris comme ailleurs » (Arch. nat., MCN, LXXXII, 698) et se consacrer à la gestion d’une fortune évaluée à 500 000 F de revenu, soit au denier 20, un capital de 10 millions de francs en 1815 ; cité par L. Bergeron, Banquiers parisiens…, op. cit., p. 162.

17 Arch. nat., MCN, XIII, 521 : procurations de Benoît Forceville, actionnaire de la Compagnie d’Aniche sous l’Ancien Régime à Auguste Claro, 2 et 28 germinal an XI ; XIII, 545 : brevet de procuration de Marie Rosalie Suzanne Josèphe Desars, épouse du général Picot-Bazus, à Augustin Claro, 3 avril 1809.

18 L. Bergeron, Banquiers parisiens…, op. cit., p. 57.

19 Sa petite-fille Adèle Rosalie est née en 1784, Louis en 1781.

20 Michel Bruguière, Gestionnaires et profiteurs de la Révolution. L’Administration des finances françaises de Louis XVI à Bonaparte, Paris, O. Orban, 1986, p. 252 et Guy Antonetti, notice « Mollien », Les ministres des Finances de la Révolution au Second Empire. Dictionnaire biographique, tome I : 1789-1814, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2007, p. 318-319.

21 Jean Jacques Régis Cambacérès, Lettres inédites à Napoléon, 1802-1814, publiées par Jean Tulard, Paris, Klincksieck, 1973, lettre du 13 mai 1810 (n° 1002).

22 Archives nationales du monde du travail, Roubaix (désormais ANMT), 3 AQ 353 : circulaire de dissolution du 1er avril 1812.

23 Déjà propriétaire d’une action de la seconde société de la Caisse des comptes courants, il apparaît sur la liste des 200 principaux actionnaires de la Banque de France en l’an IX et en l’an XII.

24 On retrouvera une partie de leur correspondance, publiée et commentée dans Matthieu de Oliveira, « Entre la paix et le profit, les hésitations d’un négociant en denrées coloniales (1803-1806) », Études & Documents IX, 1997, p. 541-550.

25  Jean Stern, Le mari de Mademoiselle Lange, Michel-Jean Simons (1762-1833), Paris, Plon, 1933, 245 p.

26 Suzanne Tassier, « Édouard de Walckiers, promotteur de l’union des Belges et des Liègeois (1792) », Revue de l’Université de Bruxelles, 1938-1939, p. 139-165 et Jean Bouchary, « Le banquier Édouard de Walckiers », AHRF, janvier-mars 1938, p. 135-155.

27 Lettre du 17 octobre 1812 citée par L. Bergeron, Banquiers parisiens…, op. cit., p. 267.

28 Michel Zylberberg, Une si douce domination : les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-1808, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1993, p. 283-311.

29 Arch. nat, F4775 ; Jean Bouchary, Les manieurs d’argent à Paris à la fin du xviiie siècle, Paris, M. Rivière, 1939-1943, 3 volumes, Albert Mathiez, La Révolution et les étrangers, Paris, Renaissance du Livre, 1918, 191 p., et Émile Campardon, Le Tribunal révolutionnaire de Paris, Paris, Plon, 1866, tome I, p. 206-211, d’après Arch. nat., W 301, dossier 307 : Tribunal révolutionnaire, procès Du Barry.

30 G. Antonetti, Une maison de banque à Paris au xviiie siècle, op. cit.

31 Arch. nat., F12 937 : Tableau des manufacturiers les plus distingués du département de l’Escaut, 31 août 1810.

32 Fernand Leleux, A l’aube du capitalisme et de la révolution industrielle. Liévin Bauwens, industriel gantois, Paris, SEVPEN, 1969, 375 p.

33 ANMT, 3 AQ 311 : circulaires des 5 brumaire an VI et 18 nivôse an X.

34 Ou Weert, ville située près de Ruremonde, entre Maestricht et Bois-le-Duc.

35 Je tire l’essentiel des informations concernant Isaac Thuret de ses Mémoires inédits, que son descendant, M. Daniel Thuret, a bien voulu mettre une copie à ma disposition. Qu’il trouve ici l’expression de toute ma gratitude.

36 Les archives de la Banque Thuret sont conservées aux ANMT de Roubaix sous la cote 68 AQ.

37 G. Antonetti, Une maison de banque à Paris au xviiie siècle, op. cit.

38 H. Malo, « M. le chevalier de Milleville, armateur en course », Revue du Nord, 1911, p. 89-112.

39 Arch. nat., F12 936B : Liste des négociants et commerçants les plus distingués du département du Nord, 14 novembre 1810.

40 Conservés aux ANMT sous la cote 3 AQ 221 à 342.

41 À titre de comparaison, Greffulhe, Montz & Cie travaillent avec 70 places environ et un maximum de 200 maisons, toutes clientes il est vrai. On trouvera la répartition géographique des correspondants de Briansiaux en annexe I.

42 Avec quinze correspondants – seulement – le port de Nantes apparaît désormais comme une place secondaire dans l’espace commercial de Briansiaux, ce qui confirme le basculement économique des côtes atlantiques vers l’intérieur du continent signalé – entre autres – par François Crouzet dans son article « Guerre, blocus et changement économique, 1792-1815 », De la supériorité de l’Angleterre sur la France. L’économique et l’imaginaire, xviie-xxe siècles, Paris, Perrin, 1985, p. 280-298.

43 Matthieu de Oliveira, « Les négociants face à Brumaire. Recherche sur l’état d’esprit du monde des affaires face au changement de régime », Du Directoire au Consulat : 3 – Brumaire dans l’histoire du lien politique et de l’État-Nation, J.-P. Jessenne (éd.), Villeneuve d’Ascq, CRHENO, 2001, p. 201-216.

44 Par convention, j’emploie le terme « passeport » pour désigner à la fois les passeports -proprement dits et les laissez-passer.

45 Voir l’article « Passeport » du Dictionnaire Napoléon, p. 1312 et Jean Vidalenc, « Une source d’histoire économique et sociale. Les passeports. Problèmes d’utilisation, limites, lacunes », Bulletin de la section d’histoire moderne et contemporaine, 1971, n° 8, p. 187-202.

46 À l’inverse, les cas où il est spécifiquement indiqué qu’il s’agit d’un voyage « pour affaires » sont rares, de l’ordre d’une quinzaine seulement.

47 Il s’agit des passeports subsistants, sans certitude qu’ils aient été tous conservés, mais leur nombre porte à croire que seule une infime minorité des titres délivrés a échappé à l’enquête.

48 Vincent Denis, Une histoire de l’identité : France, 1715-1815, Seyssel, Champ Vallon, 2008, 462 p.

49 Annuaire statistique du département du Nord pour 1811, p. 100.

50 Annuaire statistique du département du Nord pour l’an XIII, p. 269.

51 D’après les passeports intérieurs.

52 Gérard Gayot, « La main invisible qui guidait les marchands aux foires de Leipzig : enquête sur un haut lieu de la réalisation des bénéfices, 1750-1830 », RHMC, n° spécial « Les territoires de l’économie, xve-xixsiècle », avril-septembre 2001, p. 72-103.

53 Annuaire statistique du département du Nord pour 1811, p. 99.

54 Cette étude a été reprise et prolongée dans Matthieu de Oliveira, « Négoce et territoire. Les passeports nordistes au xixsiècle (1791-1869) », RHMC, n° spécial « Les territoires de l’économie, xve-xixsiècle », avril-septembre 2001, p. 104-122.

55 « Les voyages des négociants bordelais à l’époque du Blocus continental », Bulletin du Centre d’Histoire des Espaces Atlantiques, série n° 6, 1993, p. 137-150.

56 Bernard Lepetit, Chemins de terre et voies d’eau, Paris, Éditions de l’EHESS, 1984, 148 p., et Guy Arbellot, « Les problèmes de la route française à l’entrée du xixe siècle », Histoire, Économie, Société, 1990, n° 1, p. 9-17.

57 Il existe un autre moyen de transmission des nouvelles, bien plus rapide, mais il est réservé à l’usage du gouvernement. C’est le télégraphe, qui part de la capitale et rallie lui aussi les frontières. On verra l’usage qu’en font la Convention et le Directoire dans le chapitre VI.

58 Roger Chartier (dir.), La correspondance. Les usages de la lettre au xixe siècle, Paris, Fayard, 1991, 462 p.

59 Guy Arbellot et Bernard Lepetit, Atlas de la Révolution française, volume I : « Routes et commu-nications », Paris, Éditions de l’EHESS, 1987, p. 39-44 et Philippe Guignet, « Dénivellations de la géographie postale et polarisations urbaines, l’exemple de la France du Nord-Ouest de Louis XV à Napoléon Ier », Revue du Nord, avril-juin 2000, p. 353-366.

60 Compte rendu fait par le citoyen Fourcroy, conseiller d’État, de sa mission dans la 16e division militaire [Nord, Pas-de-Calais et Lys] pendant les mois de pluviôse et ventôse an X, cité par Félix Rocquain, L’état de la France au 18 brumaire, d’après les rapports des conseillers d’État chargés d’une enquête sur la situation de la République, Paris, Didier et Cie, 1874, p. 224.

61 Lettre citée par François de Dainville et Jean Tulard, Atlas administratif de l’Empire français, d’après l’Atlas rédigé par ordre du duc de Feltre en 1812, Genève, Droz, 1973, p. 16.

62 Cité par François Caron, Histoire des chemins de fer en France, tome I : 1740-1883, Paris, Fayard, 1997, p. 65.

63 Fred Stevens, « La pratique notariale dans les départements occupés de Belgique. L’exemple d’Anvers (1794-1814) », numéro 5 spécial hors-série « La Révolution française et le développement du capitalisme », G. Gayot et J.- P. Hirsch (éd.), Revue du Nord, collection Histoire, 1989, p. 305. Voir également Arch. nat., MCN, XCIII, 232 : création de la société en commandite « L’Éclair » pour exploiter des berlines entre Paris et Lille, 16 vendémiaire an XI.

64 Arch. dép. Nord, 6 U 2/12 : Tribunal de commerce de Lille, Registre… aux actes de sociétés.

65 Cambrai, Hurez, an XII, p. 68-71.

66 G. Arbellot et B. Lepetit, Routes et communications, op. cit., p. 52.

67 Arch. nat., F14 1269 et 1270 et Marcel Blanchart, « L’enquête de 1811 sur le roulage », Revue de géographie alpine, décembre 1920, p. 585-626.

68 Arch. nat., F14 1269, dossier 15 : lettre du maire de Lübeck du 29 juillet 1812 ; dossier 21 : lettre du maire de Brème du 15 juillet 1812 ; dossier 39 : lettre du maire d’Osnabrück du 8 septembre 1812.

69 Arch. nat., F14 1269, dossier 38 : lettre du maire d’Emden du 29 juin 1812 ; dossier 37 : lettre du maire de Groningue du 4 juillet 1812.

70 Emiland Estienne, Statistique de la Batavie, Impr. des Sourds-Muets, Paris, an XI, p. 132-133 ; la dernière ville est Cologne (département du Rhin-et-Moselle).

71 Arch. nat., F14 1270, dossier 87 : lettres des maires de Cambrai du 17 juin 1812, de Douai du 20 juin 1812, de Dunkerque du 3 décembre 1811, de Lille du 10 juillet 1812 et de Valenciennes du 23 août 1812 ; dossier 92 : lettres des maires de Boulogne du 14 novembre 1812 et de Calais du 16 septembre 1812.

72 ANMT, 3 AQ 244.

73 Sébastien Laforgue, Contributions à l’étude des transports marchands terrestres en France à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle, mémoire de maîtrise, Paris I, 1996, p. 32.

74 Je tire ces exemples du mémoire de maîtrise de Jacques Benkemoun, Études sur le commerce de l’Europe du Nord. La Maison Briansiaux de Lille, 1802-1806, Paris IV, 1971, p. 25 et 63.

75 ANMT, 3 AQ 286.

76 F. Caron, Histoire des chemins de fer…, op. cit., p. 72.

77 AESC, juillet-août 1975, p. 745-772.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Les attaches des Périer
Légende Source : P. Barral, Les Périer dans l’Isère au XIXe siècle, p. 229.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/665/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Carte 2. Répartition des opérations de la banque parisienne, Greffulhe, Montz & Cie (1789-1793)
Légende Source : G. Antonetti, Une maison de banque à Paris au xviiie siècle, hors texte.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/665/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Carte 3. Répartition géographique des principaux correspondants de Briansiaux (1792-1825)
Légende Source : ANMT, 3 AQ.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/665/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Graphique 1. Fréquence annuelle des départs des négociants lillois, 1791-1815
Légende Source : Arch. mun. Lille, Fonds Gentil.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/665/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Carte 4. Les principales destinations des négociants lillois (1791-1815)
Légende Source : Arch. mun. Lille, Fonds Gentil.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/665/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Tableau 2. Les directions du commerce nordiste à l’étranger d’après les passeports délivrés par la préfecture du Nord (an X-1809)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/665/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau 2 (suite)
Légende Source : Annuaire statistique du département du Nord pour les années 1802-1803 à 1811.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/665/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Carte 5. Les liaisons de commerce de sept places négociantes du Nord - Pas-de-Calais d’après l’enquête sur le roulage de 1811
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/665/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 353k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search