Version classiqueVersion mobile

Contrôler les finances sous l’Ancien Régime

 | 
Dominique Le Page

Les gens des comptes et les autres

Conclusions

Françoise Bayard

Texte intégral

1Conclure un colloque est toujours périlleux puisqu’on confie à une personne qui l’a découvert en même temps que les autres auditeurs le soin de dire à chaud ce qu’elle a ressenti. Conclure ce colloque l’est encore davantage, après deux jours et demi de communications, de débats neufs et passionnants et de confrontations enrichissantes et alors que celui qui l’a conçu n’a pas hésité à dire dans son introduction que les Chambres des comptes avaient perdu de leur importance au cours de l’époque moderne, soit parce qu’une grande partie des dépenses royales était soustraite à l’examen grâce au système des comptants ès mains du roi, soit que de nouvelles institutions les aient remplacées (notamment les Chambres de justice), soit que le contrôle a posteriori se fasse trop longtemps après la clôture des comptes. Je n’ai cependant pas pour habitude de me soustraire à des obligations, surtout si elles sont agréables.

2Il y a quatre manières de conclure. On peut se prononcer sur l’ambiance dans laquelle a baigné le colloque. On peut qualifier les participants. Il est nécessaire de vérifier que le colloque a bien répondu aux objectifs que s’était fixés le concepteur, surtout à une époque où les contrats d’objectifs et les obligations de résultats s’imposent. Il est indispensable enfin de mesurer les lacunes de nos connaissances et de fixer de nouvelles orientations. C’est ce qui sera rapidement tenté ici.

3Sur le premier point, je crois pouvoir dire, au nom de tous les participants, que le colloque s’est déroulé dans une atmosphère agréable, chaleureuse, confraternelle. Que le département pour l’histoire économique et financière de la France de l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE), et particulièrement l’équipe qui l’a organisé autour d’Anne de Castelnau, en soit vivement remercié. On ne peut, en second lieu, que louer le haut niveau des communications et des débats. Historiens et conseillers des comptes ont su diffuser leurs recherches ou leur expérience. Surtout, ce colloque a montré le profond renouvellement actuel des chercheurs. C’est avec joie que l’on a vu et entendu, à côté d’historiens chevronnés, des doctorants et de jeunes maîtres de conférences ou conseillers de très grande valeur. Ce qui atteste, en dehors des qualités propres des chercheurs, l’excellence de l’enseignement et de la recherche français, quoi qu’on en dise.

4Pour vérifier si le colloque a bien répondu aux attentes de celui qui en a eu l’idée, il faut revenir à l’introduction de Dominique Le Page. Il souhaitait, je le rappelle, que l’on examinât la géographie mouvante des Chambres des comptes, leurs quatre activités – contrôle des finances, surveillance du domaine, enregistrement de certains actes, stockage des documents –, les hommes qui les composent et y travaillent, les rapports des gens des comptes et des autres officiers voire de la société tout entière, en mesurant les évolutions, les diversités et en confrontant le passé au présent. Globalement, ces multiples objectifs ont été atteints. Ont été étudiées une ou plusieurs fois les Chambres des comptes de Rouen (Éric Tuncq), de Dôle (Maurice Gresset), de Lille (Jean-Baptiste Santamaria), de Nantes (Xavier Godin, Guy Saupin, Héloïse Ménard, Philippe Jarnoux), de Grenoble (René Favier, Yan Maitral), d’Aix-en-Provence (Claire Dolan, Arnaud Decroix), de Paris (Robert Descimon, Sylvie Daubresse), de Montpellier (Stéphane Durand, Arlette Jouanna et Élie Pélaquier), de Nevers (Katie Brzustowski), de Dijon (Christine Lamarre), de Pau (Frédéric Bidouze) et d’Annecy alors hors du royaume (Laurent Périllat). Ont été examinés leur rôle de conseil du prince (Jean-Baptiste Santamaria), de contrôle des comptes et des aides publiques (Laurent Périllat, René Favier), dans la gestion du domaine royal (Xavier Godin) et dans l’exercice de la régale temporelle (Yan Maitral). Une part assez belle a été consacrée à l’examen des hommes dont on a cerné les origines sociales, géographiques, professionnelles (Claire Dolan, Stéphane Durand, Katie Brzustowski), apprécié la valeur des offices, mesuré le nombre (Robert Descimon, Christophe Blanquie), constaté leur rôle dans l’ascension sociale des marchands parisiens (Robert Descimon) ou de petits nobles comme les La Tullaye à Nantes (Héloïse Ménard) tout en la limitant, notamment à Montpellier (Stéphane Durand). La plus grande part est revenue aux rapports des gens des comptes et des Parlements (Sylvie Daubresse, Frédéric Bidouze), des États provinciaux (Arlette Jouanna et Élie Pélaquier, Christine Lamarre), des corps intermédiaires (Arnaud Decroix) et des municipalités (Guy Saupin) auxquels a été consacrée une journée entière. Toute la période moderne a été balayée du xvie au xviiie siècle et resituée dans le contexte de la fin du Moyen Âge (Olivier Mattéoni). La fin des Chambres des comptes de l’Ancien Régime et l’attitude de leurs officiers vis-à-vis de la Révolution ont également été décrits (Philippe Jarnoux). Enfin, les points communs ou les différences avec les Chambres régionales des comptes actuelles ont été heureusement pointés. L’ensemble a débouché sur des questions centrales pour l’époque moderne : la vénalité des offices, l’ascension sociale et ses moyens, la diversité des institutions et des coutumes en France et leur évolution, la genèse et la définition de l’État moderne, la mémoire des institutions. Dominique Le Page doit donc être, à l’issue de ce colloque, un homme heureux.

5Pourtant, il existe une autre manière de voir les choses : en apprécier les lacunes. Elles se dégagent aisément, en creux, de l’énumération des travaux du colloque. Des précisions doivent nécessairement être apportées à ce qui a été fait durant ces deux journées et demie. La géographie des Chambres des comptes de l’époque moderne doit être complétée et analysée. Où sont-elles ? Pourquoi certaines zones n’en ont pas quand d’autres en possèdent ? Quels sont leurs ressorts exacts ? Une cartographie précise (suggérée par Frédéric Bidouze) est indispensable. Le rôle du xviisiècle – souvent englobé dans des études générales sur la période moderne sauf pour Dôle, la Bretagne et naturellement l’enquête colbertienne – doit être apprécié à l’aune du pouvoir grandissant du souverain. Les Chambres des comptes étaient-elles plus puissantes au xvie siècle ? Ont-elles connu un déclin sous Louis XIII et Louis XIV ? Comment s’est opérée cette mutation ? A-t-elle persisté par la suite ? Pourquoi ont-elles disparu ? Pourquoi sont-elles revenues ? Sur les gens des comptes, il semble opportun, au lieu d’aligner les monographies familiales ou géographiques de faire une synthèse nationale et surtout de dégager les caractères qui les distinguent des autres officiers. Il en va de même des rapports qu’entretiennent les Chambres des comptes et les institutions variées qu’elles côtoient dans les diverses provinces. Des conflits peuvent naître ici avec un corps et pas avec un autre alors qu’il en est différemment ailleurs.

  • 1 Les écrits à Lyon au xviie siècle. Espaces, échanges, identités, PUG, 2009.
  • 2 Madeleine Ferrières, Le bien des pauvres. La consommation populaire en Avignon 1600-1800, Champ Val (...)
  • 3 Karine Deharbe, Le Bureau des finances de la généralité de Lyon xvie-xviiie siècle, Aspects institu (...)

6Au-delà de ces approfondissements et généralisations, deux questions relevant l’une et l’autre de la problématique de la culture matérielle doivent être obligatoirement posées. En premier lieu, il conviendrait d’examiner de manière précise et concrète le travail des Chambres. Messieurs Périllat et Mattéoni l’ont décrit. Madame Lamarre et Monsieur Raséra ont lancé un appel. Il y a beaucoup à apprendre en examinant la manière dont sont rédigés les papiers. Dans sa thèse1, Anne Béroujon montre que la rédaction sous seing privé ou l’appel à un notaire pour l’élaboration de certains papiers de type économique révèlent la relation à l’écrit, forcément différente entre ceux qui savent lire et écrire et ceux qui ne le savent pas. On apprendrait beaucoup aussi à voir la manière dont les différents documents sont classés, comme l’a fait Madeleine Ferrières pour le Mont de piété d’Avignon2. Sont-ils cachés dans des armoires ou des tiroirs, bien en vue sur des rayonnages, sur des bureaux ou s’amoncellent-ils par terre ? Sont-ils classés ou posés en vrac ? etc. L’esprit des détenteurs de ces fonctions se dégage de ces rangements. Analyser les jours et les heures de travail, la présence à la Cour ou sur le terrain comme cela a pu être fait pour le bureau des finances de Lyon3, débat très actuel, permettrait d’apprécier l’investissement collectif et personnel des officiers dans le travail qui leur est confié. Examiner la manière précise dont ils opèrent et en particulier celle dont ils jugent, les peines qu’ils prononcent et les résultats qu’ils obtiennent permettrait, outre d’apprécier leurs activités, d’appréhender la vision judiciaire de la société. En second lieu, il conviendrait de revenir à l’économie. Si l’on a de plus en plus d’informations sur le prix des offices, on sait très peu de choses sur le coût des prestations. Seule Christine Lamarre a parlé des épices. La question, me semble-t-il, est centrale. Au-delà du poids politique et symbolique, les avantages perçus ou les risques à courir pour être maintenu à sa place, par exemple, n’expliquent-ils pas les choix des familles dans l’acquisition des offices ? Pourquoi la Chambre des comptes plutôt que la sénéchaussée ou le bureau des finances ? Et comment expliquer, en dehors de la richesse traditionnelle des officiers, les ascensions de tel ou tel au sein des Chambres si l’on ignore les gages, les épices et autres avantages qu’ils perçoivent et ce qu’ils doivent débourser.

7Bien d’autres perspectives pourraient être ouvertes. Aller plus loin semblerait vouloir dénigrer cet important et fructueux colloque et donner une nouvelle feuille de route aux chercheurs. C’est loin d’être mon objectif. Il suffit aujourd’hui de souligner que, quoi qu’on fasse, « il y a toujours du grain à moudre », comme disent certains.

Notes

1 Les écrits à Lyon au xviie siècle. Espaces, échanges, identités, PUG, 2009.

2 Madeleine Ferrières, Le bien des pauvres. La consommation populaire en Avignon 1600-1800, Champ Vallon, Seyssel, 2004.

3 Karine Deharbe, Le Bureau des finances de la généralité de Lyon xvie-xviiie siècle, Aspects institutionnels et juridiques, Comité d’histoire économique et financière de la France, Paris, 2010.

Auteur

Professeur émérite d’histoire moderne à l’Université Lyon II. Elle est spécialiste des finances du xviie siècle. Sa thèse Le monde des financiers au xviie siècle est parue en 1988, chez Flammarion. Elle a, entre autres, publié : avec Philippe Guignet, L’économie française aux xvie, xviie et xviiie siècles, Paris, Ophrys, 1991 ; Vivre à Lyon sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 1997, avec Joël Félix et Philippe Hamon, Dictionnaire des surintendants et des contrôleurs généraux des Finances du xvie siècle à la Révolution française de 1789, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2000. Elle a dirigé deux ouvrages parus aux Éditions du Comité pour l’histoire économique et financière de la France : Les finances en province sous l’Ancien Régime, Paris, 2000 et Pourvoir les finances en province sous l’Ancien Régime, 2002.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search