Version classiqueVersion mobile

Les crises de la dette publique

 | 
Gérard Béaur
, 
Laure Quennouëlle-Corre

Gérer au mieux sa dette

Le débat sur la dette publique en Allemagne fédérale dans les années 1970 : une crise politique fondatrice ?

Mathieu Dubois

Texte intégral

1Largement présente dans l’actualité économique depuis un demi-siècle, la dette publique est devenue une thématique récurrente du débat public depuis les années 1970-1980. Cet intérêt pour la question s’explique bien entendu par l’évolution des réalités économiques, avec la croissance rapide de l’endettement public durant la période, mais également par son appropriation par le discours politique à travers l’exploitation de ce thème dans la plupart des pays d’Europe occidentale. La dette publique a ainsi régulièrement constitué un facteur de crise politique sans forcément qu’il existe une réelle crise de la dette du point de vue des finances publiques. Se trouve ainsi posée la question du seuil d’acceptabilité de la dette dans la société civile, la détermination des limites de la dette étant fonction à la fois d’un contexte économique, mais également de déterminants relevant de la culture politique et économique des pays.

  • 1  Sur l’histoire de la dette en Allemagne, voir notamment Hans-Peter Ullmann, Der deutsche Steuersta (...)

2L’Allemagne fédérale en constitue sans aucun doute l’un des meilleurs exemples, en raison notamment du seuil particulièrement bas d’acceptabilité de la dette dans l’opinion publique et la classe politique1. Le débat sur la dette y fut l’un des éléments récurrents d’une série de crises politiques entre le milieu des années 1960 et le milieu des années 1980. Il est vrai que ces questions étaient brutalement entrées dans l’actualité après la fin du « miracle économique » et la dégradation du contexte économique international – avec la crise du système monétaire – et national – avec trois récessions successives en 1966, 1975 et 1979. Cette dégradation des réalités économiques eut un impact politique d’autant plus fort que l’économie constituait un enjeu spécifique pour la jeune République fédérale, dont la stabilité politique s’était fondée dans les années 1950 sur sa réussite économique. Stabilité politique et stabilité économique semblaient alors liées dans l’esprit de nombreux Allemands.

  • 2  Parmi l’importante bibliographie sur l’économie allemande, nous renverrons simplement ici à quelqu (...)
  • 3  Grundgesetz der Bundesrepublik Deutschland in ihrer Fassung vom 23. Mai 1949, articles 111 et 115.

3Jusqu’au milieu des années 1960, l’Allemagne fédérale devait ainsi rester un pays exemplaire en matière de limitation de la dette publique en Europe et dans le monde. Le consensus partagé par l’opinion publique, la classe politique et les experts entretenait un faible niveau d’endettement, en dépit d’un niveau de dette déjà plus faible que dans d’autres pays comme les États-Unis ou la Grande-Bretagne. Cette situation était le résultat du paiement anticipé de la dette extérieure héritée de la période nazie et d’un refus de l’endettement lié à la mémoire de l’histoire économique du pays. L’hyperinflation de 1923 autant que les manipulations financières du iiie Reich avaient suscité une aspiration durable à la stabilité monétaire qui entretenait le rejet de la dette comme instrument de politique économique2. L’annulation de la dette de l’État allemand à deux reprises au cours du xxe siècle, en 1918 et en 1948, contribuait également à la méfiance à l’égard de cet instrument. Enfin, la dette signifiait aussi un empiétement de l’État dans la vie économique et la compression des moyens financiers des acteurs économiques privés qui revenaient à une subordination de l’économie à la politique rappelant encore trop la gestion de l’économie du pays par le régime nazi. La mémoire de l’histoire économique allemande expliquait ainsi le faible seuil d’acceptabilité de l’endettement public en République fédérale dans les deux premières décennies d’après-guerre. La stabilité financière de l’État et l’équilibre budgétaire étaient inscrits dans la Loi fondamentale de la République adoptée en 1949. L’endettement annuel y était explicitement limité à un quart du budget et ne devait servir qu’à financer des « besoins exceptionnels »3. Une vision libérale de la dette rejetant strictement le financement du déficit par l’endettement s’imposa ainsi jusqu’à la seconde moitié des années 1960 et, au-delà, marquant jusqu’à nos jours les débats politiques sur la question en Allemagne.

4Les crises de 1966 et des années 1970 devaient toutefois remettre en question ce consensus et susciter un débat profond autour du rôle de l’État et des pouvoirs publics dans la société. Transcendant en partie les clivages politiques établis, ce débat fut l’un des éléments fondamentaux d’une série de crises politiques qui agitèrent la vie politique allemande au cours de la période. De la chute du gouvernement Erhard en 1966 à celle du gouvernement Schmidt en 1982, la politique financière de l’État fédéral et, en particulier, son endettement croissant furent au cœur des campagnes électorales et des principaux changements politiques. Cette politique fut le facteur commun des crises qui aboutirent successivement à la dissolution du Bundestag en 1972 ainsi qu’aux deux seuls votes de défiance constructifs de l’histoire de la République fédérale en 1972 et 1982. Si le débat sur la dette ne fut pas l’unique cause de ces crises, qui restent souvent appréhendées par d’autres facteurs, il n’en constitua pas moins un élément structurant du débat public et du contexte de tension politique qui caractérisait la jeune démocratie ouest-allemande dans les années 1970.

5Le cas de l’Allemagne fédérale illustre ici une crise politique aux conséquences durables provoquée par l’endettement, alors même que le pays ne se trouvait pas dans une situation de surendettement. Cette crise trouvait son origine dans la normalisation progressive de l’endettement public (I) ; le débat sur la dette conduisit alors à une série de crises marquantes pour la vie politique ouest-allemande (II), dont certaines conséquences devaient demeurer pour la culture politique et financière de la République fédérale (III).

I. Les origines de la crise : la normalisation de l’endettement public dans les années 1970

  • 4  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 188-189.
  • 5  Ursula Rombeck-Jaschinski, Das Londoner Schuldenabkommen. Die Regelung der deutschen Auslandsschul (...)
  • 6  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 203-204.
  • 7Ibid., p. 204.
  • 8  Andreas Wirsching, Abschied vom Provisorium, Stuttgart, DVA, 2006, p. 266-267.

6Le débat sur l’endettement public dans la société ouest-allemande a été alimenté, à partir du milieu des années 1960, par un tournant dans la politique financière de l’État fédéral et des pouvoirs publics. La croissance rapide de l’endettement caractérise en effet la période 1966-1983. Durant ces deux décennies, la République fédérale connut la plus forte augmentation de sa dette publique en temps de paix, si l’on fait exception de la période qui suivit immédiatement la réunification. Cette croissance contrastait avec la politique menée à partir des années 1950 qui avait fait une vertu de l’équilibre et même des excédents budgétaires4. À la suite des accords de Londres signés en 19535, le gouvernement Adenauer était parvenu à rembourser progressivement la dette extérieure héritée du iiie Reich. Pourtant, à partir de la seconde moitié des années 1960, la dette de l’État fédéral, des Länder et des collectivités locales comme organismes publics quintupla, passant de 126 milliards de deutschemarks en 1970 à 256 en 1975, puis 615 en 19826. Le taux d’endettement public s’éleva de 17 à 20 % dans les années 1960, avant de doubler ensuite pour atteindre 39 % en 19827. L’endettement annuel de l’État fédéral battit régulièrement des records, de 9 milliards en 1970 à 77 milliards en 19818.

  • 9  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 197.
  • 10  G. Bökenkamp, Das Ende des Wirtschaftswunders…, op. cit., p. 13-14.
  • 11Ibid., p. 98-99.

7Si ce recours de plus en plus massif à l’endettement public était favorisé par le contexte financier international, il reflétait aussi la hausse rapide des dépenses publiques ouest-allemandes. Le niveau de dépense publique passa de 35 % à la fin des années 1950 à 50 % au milieu des années 19709. Cette hausse dépassait l’augmentation pourtant continue des recettes garantie par la croissance du nombre d’actifs et la hausse régulière des contributions10. Alors que les hausses de dépenses des années 1969-1974 avaient encore été largement financées par une augmentation rapide des impôts et des cotisations, l’idée que les limites de ces contributions avaient été atteintes dans un contexte de crise aboutit à une réforme fiscale et au financement de la politique anticrise par l’endettement public11. La crise économique des années 1974-1975 constitua ainsi le tournant majeur de l’endettement public en Allemagne fédérale en entraînant des baisses de recettes et des hausses de dépenses sociales qui légitimèrent le recours systématique à la dette pour éviter de faire peser le poids de la crise sur les contribuables et les cotisants.

8En quelques années, la dette publique devait devenir le principal instrument financier de la politique anticrise de l’État fédéral et des Länder, mais aussi un outil de financement pérenne de nouvelles dépenses publiques introduites dans les années précédentes pour approfondir l’État social. Ce fut notamment le cas :

  • de la mise en place d’un système de retraites par répartition en 1957 ;

    • 12  Parlamentsarchiv, Haushaltausschuss-Kurzprotokolle, 6. Bundestag (7.) Band 6, 87. Sitzung, 15 juin (...)

    du développement des services publics, dont les effectifs s’accrurent de 150 % entre 1963 et 1972, en particulier dans le domaine de l’enseignement12 ;

    • 13  G. Bökenkamp, Das Ende des Wirtschaftswunders…, op. cit., p. 90.

    de l’augmentation régulière des dépenses de sécurité sociale, qui progressèrent de 14 % par an entre 1969 et 197413.

  • 14  Parlamentsarchiv, Haushaltausschuss-Kurzprotokolle, 9. Bundestag (8.) Band 2, 28. Sitzung, 22 octo (...)
  • 15  Sachverständigenrat zur Begutachtung der gesamtwirtschaftlichen Entwicklung, Jahresgutachten 1975/ (...)

9Par ailleurs, la crise économique des années 1970 fit rapidement exploser les dépenses des assurances chômage à plus d’un milliard de deutschemarks par an, contraignant l’État fédéral à intervenir massivement et dans l’urgence14. Dès 1975, les dépenses sociales atteignaient 27,8 % du budget fédéral15.

  • 16  Hans-Peter Ullmann, « La fin de l’illusion de la dette en République fédérale d’Allemagne au sorti (...)
  • 17Ibid., p. 98.

10Si cette évolution était largement commune à nombre de pays occidentaux, elle était plus marquée dans certains domaines en Allemagne fédérale du fait d’un approfondissement plus tardif de l’État social après-guerre, d’un baby-boom décalé d’une décennie et du refus de l’endettement jusqu’au milieu des années 1960. Ces facteurs expliquent en partie la croissance particulièrement rapide de l’endettement public en République fédérale dans les années 1966-1983. Certes, le taux d’endettement de la République fédérale en 1982 (39 %) demeurait limité par rapport aux autres grands pays de l’OCDE, seule la France ayant alors un taux plus faible (28 %) ; mais il avait augmenté de 20 points en 10 ans, contre 2 en France et un recul de 22 % en Grande-Bretagne16. Le niveau de dépenses publiques avait atteint 50 % du PIB au début des années 1980, soit 12 points de plus que la moyenne de l’OCDE17. Davantage que le montant de celui-ci, c’était donc avant tout la vitesse de l’endettement qui inquiétait : modèle d’équilibre financier au milieu des années 1960, la République fédérale était en passe de devenir un modèle d’endettement deux décennies plus tard.

  • 18  Rolf Caesar, « Öffentliche Verschuldung in Deutschland seit der Weltwirtschaftskrise », in Dietmar (...)
  • 19  Il est intéressant de souligner que la France était souvent absente des comparaisons international (...)

11Les comparaisons internationales jouèrent un rôle important dans le débat public en faveur d’une normalisation de la dette en République fédérale18. Au tournant des années 1960-1970, elles soulignaient ainsi principalement le retard de l’Allemagne fédérale par rapport à d’autres pays, en particulier anglo-saxons, dans la gestion des budgets publics et le recours à l’endettement19. Le manque d’expérience des Allemands de l’Ouest sur les marchés financiers était déploré par les experts ouest-allemands eux-mêmes. L’absence d’une culture de la dette dans le domaine public comme privé apparaissait selon eux comme préjudiciable à l’économie allemande. Cette idée était d’ailleurs régulièrement répétée par certains partenaires commerciaux de l’Allemagne, qui voyaient dans la trop grande rigueur budgétaire de la principale économie européenne une source des déséquilibres commerciaux et monétaires du tournant des années 1960-1970. Pas assez endettée dans les années 1950-1960, l’Allemagne fédérale devait effectuer un rattrapage, non seulement dans son intérêt, mais également dans celui du système monétaire international.

II. Le débat sur la dette : une crise politique

12Question technique intéressant essentiellement les experts des finances publiques jusqu’au milieu des années 1960, la dette publique devint en deux décennies un problème largement débattu dans l’espace public ouest-allemand. La classe politique dans son ensemble et l’opinion publique s’emparèrent de la question à mesure de la croissance de l’endettement public, suscitant un débat qui joua un rôle récurrent avec d’importantes conséquences pour la vie politique du pays dans les années 1970-1980.

A. Normaliser la dette en République fédérale : un consensus initial

  • 20  Sur les années 1968 en Allemagne, voir notamment Ingrid Gilcher-Holtey, 1968. Eine Zeitreise, Fran (...)
  • 21  G. Bökenkamp, Das Ende des Wirtschaftswunders…, op. cit., p. 86.
  • 22  John K. Galbraith, The Affluent Society, Londres, Hamish Hamilton, 1958 ; trad. allemande : Gesell (...)
  • 23  Herbert Ehrenberg, Zwischen Marx und Markt. Konturen einer Infrastrukturorientierten und Verteilun (...)

13Ce débat s’amorça autour d’une critique politique forte des années 1968 en Allemagne de l’Ouest : l’idée d’une démocratie inachevée20. Dans le domaine économique, cette idée s’appuyait notamment sur l’image d’un retard accumulé durant la période de reconstruction et de mise en place de la démocratie après-guerre, en particulier dans le domaine de l’éducation, de l’université, des services publics et des infrastructures21. Cette critique était notamment influencée par les thèses développées par John Kenneth Galbraith dans L’Ère de l’opulence sur la « richesse privée » et la « pauvreté publique22 ». Ces réflexions furent reprises par des responsables politiques du Parti social-démocrate (SPD) dans une logique néokeynésienne. Ce fut notamment le cas du futur ministre du Travail, Herbert Ehrenberg (1976-1982), dont le livre Zwischen Marx und Markt soulignait en 1974 la faiblesse des investissements publics et appelait à mener « une politique économique orientée vers les infrastructures et la redistribution23 ». L’un des éléments clés de cet argumentaire était la faiblesse de l’endettement de la République fédérale par rapport aux autres grandes démocraties occidentales. L’endettement devait permettre de financer les réformes nécessaires pour fonder durablement une démocratie politique et sociale qui profiterait aux générations futures. Cette fondation durable de la démocratie justifiait d’en faire porter le financement sur plusieurs générations et légitimait du point de vue politique l’endettement, à condition qu’il serve à financer des investissements. Il s’agissait là d’une rupture radicale avec l’ordo-libéralisme qu’avait fait prévaloir jusque-là Ludwig Erhard en tant que ministre de l’Économie (1949‑1963) puis chancelier (1963‑1966).

  • 24  Alexander Nützenadel, Die Stunde der Ökonomen, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2005 ; Tim Schan (...)
  • 25  Voir notamment à ce sujet les mémoires de son futur président Otmar Emminger, D-Mark, Dollar, Währ (...)
  • 26  Voir en particulier le rapport de 1967 : Sachverständigenrat zur Begutachtung der gesamtwirtschaft (...)

14Portée par un courant de réflexion politico-économique, l’idée d’une Allemagne de l’Ouest sous-endettée gagna rapidement du terrain, grâce notamment au soutien d’un nombre croissant d’experts économiques qui avaient la confiance de l’opinion et de la classe politique. La période était en effet marquée par l’impression d’une maîtrise nouvelle par les experts des outils économiques et financiers propres à rassurer les décisionnaires politiques24. Très écoutée par l’opinion depuis sa création en 1957, la Bundesbank adopta progressivement des positions favorables à un certain degré d’endettement public25. Il en alla de même du Conseil des experts économiques (Sachverständigenrat), organe scientifique indépendant fondé en 1963 pour évaluer chaque année l’évolution économique du pays, qui préconisait alors de faire de l’endettement un instrument d’une politique financière à moyen et long terme (Mittelfristige Finanzplanung), et non plus un simple expédient servant à combler les déficits26.

  • 27  Gesetz zur Förderung der Stabilität und des Wachstums der Wirtschaft vom 8. Juni 1967.
  • 28  G. Bökenkamp, Das Ende des Wirtschaftswunders…, op. cit., p. 16.

15Cette évolution de la perception de la dette dans les milieux économiques eut une forte influence sur celle des milieux politiques. Dès 1965-1966, le gouvernement Erhard ne put maintenir l’équilibre budgétaire suite aux promesses électorales de baisses d’impôts et de hausses salariales qu’il fallait honorer. L’année suivante, la crise économique qui frappa l’Allemagne fédérale incita le gouvernement de grande Coalition dirigé par Kurt Georg Kiesinger – réunissant l’Union chrétienne-démocrate (CDU) et l’Union chrétienne-sociale (CSU), d’une part, et le SPD, d’autre part – à amorcer un changement durable dans la politique financière de l’État fédéral dans une logique de relance keynésienne. La loi de stabilité et de croissance de l’économie adoptée en juin 1967 autorisait notamment un endettement public plus important en cas de crise économique. Modifiant la Loi fondamentale, elle autorisait désormais l’État fédéral à s’endetter au-delà de l’investissement en cas de « déséquilibre économique27 ». La notion était suffisamment floue et sujette à discussion pour faire de la dette un instrument financier de plus en plus normal à la suite de la dégradation du contexte économique dans les années 1970. Non sans débats internes, les principaux partis de gouvernement se convertirent ainsi rapidement à une politique d’endettement28.

  • 29  Voir notamment les prises de position du CSA dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung du 14 juillet (...)
  • 30  G. Bökenkamp, Das Ende des Wirtschaftswunders…, op. cit., p. 34.
  • 31  Voir également le compte-rendu de ces positions dans Der Spiegel, 12 juin 1972.

16Dès lors, la normalisation de la dette dans la société devint un objectif majeur de la propagande gouvernementale et d’une large partie de la classe politique dans le but de convaincre une opinion publique réticente qu’un peu de dette pouvait être utile à la croissance. Des deux côtés de l’échiquier politique, certains courants étaient particulièrement favorables à l’endettement, tels que des cercles sociaux de la CDU/CSU, qui considéraient la dette comme un moyen de garantir l’emploi et les aides sociales29. Allant plus loin, certains experts de la gauche du SPD demandaient le financement de la consommation privée par l’endettement public. Selon eux, le ralentissement général de la croissance à partir de la fin des années 1960 s’expliquait par un recul durable de l’investissement privé à la fin de la phase de reconstruction, qui justifiait une prise de relais par l’investissement public. S’inspirant du monétarisme de Milton Friedman, ils défendaient l’idée que la dette n’entraîne pas l’inflation si elle est financée sur le marché en capital. Herbert Giersch résumait cette idée par la formule : « Les impôts rendent les citoyens plus pauvres, les dettes les rendent plus riches30 ». L’idée d’un financement de la consommation privée par la dette publique demeurait toutefois très controversée au sein même du SPD31.

  • 32  Hans-Peter Ullmann voit même dans cet éphémère amalgame de divers lobbies favorables à l’endetteme (...)
  • 33  L’organisation patronale prit position clairement à travers une déclaration programmatique des ent (...)

17Au-delà des milieux économiques et de la classe politique, la normalisation de la dette bénéficia d’importants relais tels que les syndicats ouvriers, favorables à un endettement permettant de garantir l’emploi32. Les organisations patronales, en particulier le Bund Deutscher Arbeitgeberverbände, soutenaient également, pour d’autres raisons, une normalisation de la dette au début des années 1970. Elles y voyaient notamment un moyen d’obtenir davantage d’investissements publics tout en évitant les hausses d’impôts33.

  • 34  G. Bökenkamp, Das Ende des Wirtschaftswunders…, op. cit., p. 34.

18L’idée d’une normalisation de la dette publique se diffusa ainsi largement dans la société allemande, au point que le secrétaire d’État au ministère des Finances, Manfred Schüler, put affirmer en 1975 devant le Bundestag, alors que le gouvernement s’apprêtait à faire voter le plus important endettement de l’histoire de la République fédérale : « Nous allons nous endetter de quelques milliards de marks supplémentaires : et alors ? »34 Les termes du débat semblaient même se déplacer de plus en plus de la légitimité de la dette aux limites à apporter à son recours. Pour nombre de décisionnaires politiques, il ne s’agissait plus tant de savoir s’il fallait s’endetter, mais de combien.

B. Limiter l’endettement : consolider la dette

  • 35Wirtschaftswoche, 27 août 1976, p. 21.
  • 36  Élisabeth Noelle-Neumann et Edgar Piel (dir.), Allensbacher Jahrbuch der Demoskopie 1978-1983, t.  (...)

19En dépit de la normalisation progressive de l’endettement, il n’existait toutefois pas de véritable consensus sur le sujet des limites de la dette, d’autant que l’opinion publique demeurait toujours largement sceptique, malgré les efforts déployés par les milieux politiques et économiques. En 1976, 88 % des Allemands se disaient inquiets du niveau de la dette35. En dépit des évolutions, les arguments des années 1950-1960 fondaient encore une peur des conséquences de la dette, largement présente dans l’opinion. En janvier 1979, 49 % d’entre eux considéraient comme « irresponsable que l’État continue à s’endetter à un niveau si élevé ». Ils étaient 66 % en mai 198136. L’augmentation particulièrement rapide de l’endettement et l’exagération systématique de ses conséquences à court et moyen terme faisaient craindre une « troisième inflation allemande » après celles de 1923 et de 1948. La presse libérale et spécialisée soulignait également que l’endettement public limitait d’autant la possibilité pour les acteurs privés de trouver des financements. Enfin, l’idée d’une politique mettant en péril l’avenir les générations futures ciblait particulièrement les familles.

  • 37  Sur l’évolution de la position du Sachverständigenrat durant les années 1970 et son abandon de la (...)
  • 38  Sur les différents acteurs de cette « coalition de consolidation », voir H.-P. Ullmann, « La fin d (...)

20La critique du niveau d’endettement gagna rapidement du terrain dès lors que la lutte contre la crise économique et ses effets sociaux nécessita des dépenses plus massives et non financées. À partir de 1975, les relances gouvernementales et les subsides versés aux organismes sociaux contribuèrent à un tournant dans l’opinion et la classe politique vers une limitation de l’endettement public. De même que le recours à la dette avait été dans un premier temps préconisé par les économistes dans les années 1960, la limitation de l’endettement fut alors appelée de leurs vœux par la Bundesbank, le Conseil des experts économiques et les organismes de conseil gouvernementaux37. Il en fut de même des représentations du patronat et des chambres de commerce et d’industrie, qui craignaient désormais de devoir payer un jour la dette par l’impôt. Dans la classe politique, les libéraux du Parti libéral-démocrate (FDP) firent de la limitation de la dette un élément de leur identité politique et d’alliance avec l’aile conservatrice du SPD. Face à la coalition SPD-FDP des gouvernements Brandt (1969-1974) et Schmidt (1974-1982), la CDU/CSU souligna rapidement le manque de sérieux budgétaire et le danger de la croissance de l’endettement38.

  • 39Die Zeit, 19 septembre 1980, cit. in H.-P. Ullmann, « La fin de l’illusion de la dette… », art. ci (...)
  • 40Die Zeit, 3 octobre 1980, cit. in H.-P. Ullmann, « La fin de l’illusion de la dette… », art. cit., (...)

21L’accroissement rapide du niveau de la dette à partir du milieu des années 1970 devait ainsi devenir un élément majeur du débat politique, donnant à la question de la dette une importance sans précédent dans l’histoire de la jeune République. Alors que cette question technique était essentiellement réservée à la presse spécialisée dans les années 1950-1960, la politique financière du gouvernement et le problème de la dette investirent l’espace médiatique. Chaque année des milliers d’articles de presse, ainsi que de très nombreuses émissions de radio et de télévision furent consacrées à la question. Experts économiques et responsables politiques spécialisés y trouvaient une tribune régulière, en particulier lors des grandes étapes de la préparation, de la présentation et du vote du budget fédéral. Les débats étaient alimentés par les études contradictoires d’instituts spécialisés dans les questions économiques. Les prises de position allaient bien au-delà des spécialistes des questions économiques. Deux semaines avant les élections législatives de 1980, les évêques allemands diffusèrent en chaire une lettre pastorale déplorant que l’Allemagne fédérale soit « en danger de vivre au-dessus de ses moyens » et de grever ainsi « les conditions d’existence de [ses] enfants39 ». Il s’agissait d’un appel de l’Église catholique à voter CDU/CSU pour sanctionner la politique du gouvernement SPD-FDP. En 1980, le futur ministre des Finances du gouvernement d’Helmut Kohl, Gerhard Stoltenberg, constatait avec satisfaction : « L’endettement public, les finances publiques étaient il y a deux ans encore l’affaire de quelques experts, aujourd’hui c’est un thème grand public40 ».

C. La question de la dette, facteur de crise politique

  • 41  Kurt-Georg Kiesinger, « Regierungserklärung vom 13. Dezember 1966 ».

22Ce débat sur la dette constitua un élément déterminant, voire l’une des causes des crises qui agitèrent la vie politique ouest-allemande entre la fin des années 1960 et le début des années 1980. Devenant peu à peu un thème du débat public en 1966-1967, la dette pesa d’abord sur la chute du gouvernement de Ludwig Erhard et la fondation de la première grande Coalition. Face à la menace de récession à l’été et à l’automne 1966, la majorité libérale et chrétienne-démocrate au pouvoir depuis 1949 se déchira autour d’une discussion interne sur la priorité à la stabilité ou à la croissance, dont l’enjeu était l’acceptation de hausses d’impôts et d’une politique de relance par l’endettement. Le refus de cette dernière par les ministres libéraux (FDP) provoqua leur démission le 27 octobre 1966 lors du débat budgétaire. La constitution le 1er décembre d’un gouvernement de grande Coalition entre la CDU/CSU et le SPD avait pour objectif principal de lutter contre la crise par un changement de politique économique et financière, en particulier grâce à l’élargissement des possibilités légales d’un recours à l’endettement de l’État par une modification de la Loi fondamentale que seule une majorité parlementaire des deux tiers pouvait permettre de voter41. Ce premier tournant politique de l’histoire de la jeune République fut ainsi l’une des conséquences de l’évolution du débat public sur la dette en faveur d’un endettement plus important au service de la croissance.

  • 42  G. Bökenkamp, Das Ende des Wirtschaftswunders…, op. cit., p. 11-12 et 17-18.
  • 43Ibid., p. 20-28.
  • 44  Voir notamment les prises de position d’Albert Leicht dans Deutschland-Union-Dienst, 20 avril 1972
  • 45  G. Bökenkamp, Das Ende des Wirtschaftswunders…, op. cit., p. 23.

23Si le débat sur la dette ne joua qu’un rôle limité lors de l’élection de Willy Brandt et de la mise en place d’un gouvernement social-démocrate à l’automne 1969, la question ressurgit rapidement et régulièrement au cours de la législature. L’accroissement rapide des déficits et leur financement par l’endettement en période de croissance au début des années 1970 alarmèrent les ministres fédéraux des Finances successifs. En mai 1971, Alex Möller demanda le retour à l’équilibre budgétaire et exigea davantage de discipline de la part des autres ministres. Face au refus de ses collègues, persuadés que l’endettement pouvait se poursuivre, il remit sa démission42. Un an plus tard, son successeur, Karl Schiller, se heurta à des réticences encore plus grandes aux restrictions budgétaires à l’approche des élections législatives. S’il choisit finalement de tomber sur les questions monétaires en juillet 1972, le problème des déficits publics l’avait déjà largement coupé de la plupart de ses collègues43. La discussion sur le budget avait d’ailleurs provoqué auparavant un large débat public, qui devait aboutir à la dissolution du Bundestag en septembre 1972. L’opposition s’était emparée de la question budgétaire dès le printemps, en accusant le gouvernement de vouloir cacher l’ampleur des difficultés budgétaires44 suite à l’accroissement de l’endettement public de 7 milliards de deutschemarks. La CDU/CSU en avait fait l’un des arguments de la procédure de vote de défiance constructif contre le gouvernement de Willy Brandt, qui avait finalement échoué en avril 1972. Certes, le rejet de l’Ostpolitik par l’opposition joua un rôle majeur dans cette crise, mais la question budgétaire fut également un élément déterminant de sa non-résolution dans les semaines qui suivirent l’échec du vote. Sans majorité pour faire adopter le budget suite à la défection de certains députés libéraux et sociaux-démocrates, le gouvernement tenta de négocier avec l’opposition un compromis prévoyant notamment une réduction de l’endettement45. L’échec de ces discussions mena à la dissolution du Bundestag en septembre et à de nouvelles élections en novembre 1972, qui donnèrent une large majorité à la coalition sociale-libérale.

  • 46  Kurt H. Biedenkopf et Meinhard Miegel, Die programmierte Krise, Stuttgart, Bonn Aktuell, 1979. Sur (...)
  • 47Wirtschaftswoche, 7 mai 1976, p. 16.

24Par la suite, la question de l’endettement croissant de l’État, des Länder et des collectivités demeura au cœur des débats politiques et devint peu à peu un véritable thème de campagne, en particulier lors des élections législatives de 1976 et 1980. La CDU/CSU dans l’opposition chercha à présenter Helmut Schmidt – qui avait succédé à Willy Brandt en mai 1974 – comme le « chancelier des dettes ». En 1979, deux experts économiques du Parti chrétien-démocrate, Kurt Biedenkopf et Meinhard Miegel, firent paraître l’ouvrage La Crise programmée, qui connut un certain succès en dénonçant l’endettement de l’État fédéral46. De son côté, le chancelier répondit en accusant le programme d’économies budgétaires de la CDU/CSU de « menacer la paix sociale » et, par conséquent, la jeune démocratie ouest-allemande47.

  • 48  Otto Lambsdorff, « Memorandum des Bundeswirtschaftsministers vom 9. September 1982 – Konzept für e (...)
  • 49  Helmut Kohl, « Regierungserklärung vom 13. Oktober 1982 ».

25Au-delà de l’opposition, l’accroissement rapide de l’endettement divisait profondément la majorité entre libéraux et sociaux-démocrates, mais également le SPD lui-même. L’aile gauche du Parti réclamait toujours plus de dépenses publiques et la poursuite de réformes sociales ambitieuses, s’appuyant notamment sur l’idée que le niveau d’endettement ne devait pas être limité. Cette double division de la majorité sur la question budgétaire aboutit à la rupture de la coalition sociale-libérale et à la chute du gouvernement Schmidt en octobre 1982. Une fois de plus, des considérations de politique étrangère jouèrent un rôle capital dans l’affaiblissement de la coalition gouvernementale au cours de la crise des euromissiles, mais la question de la dette fut l’élément décisif de la décision des libéraux de quitter le gouvernement. En septembre 1982, le ministre fédéral de l’Économie, Otto Lambsdorff, publia un document de rupture (Scheidungspapier)48 dans lequel il critiquait une politique gouvernementale trop peu favorable au marché et un endettement public trop important, alors que celui-ci atteignait un nouveau record dans le budget 1982. Refusant de voter le budget 1983, les libéraux appuyèrent le vote de défiance constructif qui aboutit à la chute du gouvernement Schmidt et à l’arrivée au pouvoir d’Helmut Kohl le 1er octobre 1982. Le texte publié par Lambsdorff inspira le programme économique du nouveau gouvernement et son auteur demeura ministre fédéral de l’Économie dans le nouveau gouvernement. Dans sa déclaration gouvernementale du 13 octobre 1982, Helmut Kohl soulignait : « Notre objectif est net et précis : vers un État ordonné par des finances en ordre49 ».

III. Les conséquences du débat

26Le débat sur la dette en République fédérale d’Allemagne eut ainsi des conséquences politiques à court terme en provoquant des changements de gouvernement et des remaniements à l’échelon fédéral, comme dans les Länder. Il eut également des conséquences à plus long terme, en remettant notamment en cause la politique de réformes amorcée au milieu des années 1960 autour de la critique d’une société figée et d’un nécessaire approfondissement social de la démocratie. La rupture de la coalition sociale-libérale en 1982 marquait également la fin de l’ère des réformes incarnée au tournant des années 1960-1970 par Willy Brandt. Le changement de la conjoncture économique était naturellement le premier facteur de cette évolution en accentuant les effets budgétaires des réformes antérieures. Alors que l’on prévoyait des surplus pour les assurances sociales au début des années 1970, la crise économique provoqua une situation de lourd déficit à combler par l’État fédéral. Dans ces conditions, il devenait difficile de poursuivre l’élargissement des droits sociaux et l’approfondissement des réformes prévues et parfois annoncées en matière de retraite et de couverture chômage. De même, l’embauche massive de fonctionnaires pour faire face aux nouvelles tâches de l’État entraîna des conséquences budgétaires de plus en plus difficiles à maîtriser au milieu des années 1970.

  • 50  T. Schanetzky, Die große Ernüchterung…, op. cit., p. 233-252.

27L’année 1975 constitua un tournant en matière de déficits publics. Le déficit record de 23 milliards de deutschemarks destiné notamment à financer la politique de relance contraignit l’État à contracter des emprunts à un niveau tout à fait exceptionnel. Outre le choc provoqué par ces montants jamais enregistrés jusqu’alors en République fédérale, l’endettement apparaissait de plus en plus incontrôlé, fruit d’une politique financière incapable de prévoir. L’accroissement trop rapide des prestations de retraite, la hausse brutale du chômage, les effets de la crise sur l’impôt, tous ces facteurs semblaient remettre en question la capacité des experts et de la classe politique à anticiper les dépenses et à en assurer le financement. Avec la croissance de la dette s’effondraient l’optimisme et la confiance dans l’expertise financière, qui avaient sous-tendu le recours massif à l’endettement public depuis la fin des années 196050.

  • 51  G. Bökenkamp, Das Ende des Wirtschaftswunders…, op. cit., p. 95.
  • 52  Parlamentsarchiv, Haushaltausschuss-Kurzprotokolle, 7. Bundestag (8.) Band 9, 108. Sitzung, 4 déce (...)
  • 53  « Mit leeren Händen in den Wahlkampf », Der Spiegel, 1er septembre 1975.

28Un tel retournement remettait ainsi en question les fondements du climat réformateur. Dès 1975, le ministre fédéral des Finances, Hans Appel, soulignait la fin de l’ère des réformes et le caractère durable de la rigueur imposée par l’endettement consenti alors par l’État : « Durant des années, il ne pourra plus y avoir de réformes51 ». Le leader de la CDU à la commission du budget du Bundestag, Peter Althammer, allait même jusqu’à prévoir la fin des investissements publics jusqu’aux années 199052. Les discours du gouvernement et de l’opposition semblaient ainsi s’accorder pour faire une pause dans les réformes sociales et les investissements publics le temps de permettre à l’économie ouest-allemande de digérer les coûts des réformes des années 1960-1970. L’hebdomadaire Der Spiegel constatait également dès 1975 que pour nombre de responsables politiques, les limites de l’endettement public étaient désormais atteintes : « La pensée conservatrice, longtemps en retrait, revient en toute simplicité. Le vocabulaire de la réforme, mot d’ordre rayonnant du départ vers l’avenir social, a disparu de la langue politique. La mode est au prussien : économie, solidarité, modération. Seul celui qui prêche la renonciation peut compter sur le soutien et la confiance publique53. »

29La question d’une pause dans les réformes sociales et de restrictions budgétaires dans les ministères avait émergé dès les années 1971-1972 et provoqué la démission de deux ministres des Finances du gouvernement fédéral. Ces restrictions se concrétisèrent davantage dans la seconde moitié des années 1970, entraînant des suppressions d’emplois dans certains services publics, la réforme de la Bundesbahn pour en réduire le déficit, la réduction des aides et subventions, la limitation des aides sociales. De telles mesures ne pouvaient toutefois qu’avoir un effet limité sur l’ensemble des déficits et de l’endettement dans la mesure où les réformes précédentes, dont les effets budgétaires provoquaient une large part des déficits, n’étaient pas remises en question.

  • 54  Bernd Faulenbach, Das sozialdemokratische Jahrzehnt, Bonn, Dietz, 2011, p. 723 et s.
  • 55  Frank Bösch, Macht und Machtverlust, Stuttgart, DVA, 2002 ; A. Wirsching, Abschied vom Provisorium (...)
  • 56  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 209.
  • 57  A. Wirsching, Abschied vom Provisorium…, op. cit., p. 264-288.
  • 58  M. Hansmann, Vor dem dritten Staatsbankrott…, op. cit., p. 12.
  • 59  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 212.
  • 60Ibid., p. 213-221.

30Si le gouvernement social-libéral mené par Helmut Schmidt amorça la lutte contre les déficits et l’endettement54, le gouvernement Kohl en fit un axe majeur de sa politique à partir du renversement de la majorité parlementaire en octobre 198255. Confirmé dans les urnes en mars 1983 en s’appuyant sur un programme de consolidation budgétaire, le nouveau gouvernement entendait appliquer des mesures dites « néolibérales » de réduction de l’État-providence. Une discussion publique fut lancée sur les moyens de réduire les subventions et les aides de l’État et de rationaliser les dépenses. La croissance du budget fut limitée à 2 % en 1984 et à 3 % dans les années suivantes. Des restrictions budgétaires à hauteur de 6,5 milliards de deutschemarks furent consenties en 1984, en particulier en réalisant des économies sur le salaire des fonctionnaires et le montant des indemnités chômage, mais également grâce à des hausses d’impôts. Au cours des années 1980, le niveau des dépenses sociales dans leur ensemble chuta de 33 à 30 %56. L’objectif initial d’une réduction de l’endettement annuel de l’État fut atteint avec un recul de celui-ci de 39 milliards en 1984 à 25 milliards en 198757. Toutefois, le niveau du début des années 1980 était tel que l’endettement servait désormais principalement au remboursement des intérêts, entretenant une spirale à long terme58. En outre, la réduction du niveau de dépenses demeura relative, ces dernières passant de 50 % en 1982 à 46 % en 198959. Dans ces conditions, la dette continua de progresser durant les années 1980, avant d’exploser au début de la décennie suivante après le choix de financer la réunification par la dette60.

  • 61  Gesetz zur Förderung der Stabilität und des Wachstums der Wirtschaft vom 8. Juni 1967.
  • 62  Parlamentsarchiv, Haushaltausschuss-Kurzprotokolle, 8. Bundestag (8.) Band 9, 94. Sitzung, 28 nove (...)
  • 63Ibid.

31En dépit de ces conséquences limitées dans la politique financière de la République fédérale dans les années 1980, le débat sur la dette eut toutefois un effet majeur sur la définition d’un seuil du déficit et des limites de l’endettement public. Si la question n’avait jamais été éludée, les limites de l’endettement avaient d’abord été fixées en fonction de la croissance économique en dehors des périodes de crise. La loi de stabilité et de croissance de 1967 fixait des limites constitutionnelles à l’endettement annuel de l’État, qui ne pouvait pas dépasser le montant des investissements publics61. À plusieurs reprises au cours des années 1970, l’opposition chrétienne-démocrate avait ainsi dénoncé le caractère illégal du budget en matière d’endettement. Le gouvernement s’était alors appuyé sur l’exception prévue par la loi en cas de crise économique. Dès lors, l’installation dans la durée d’une croissance réduite et d’un chômage de masse annula la portée de cette limite de l’endettement dans la seconde moitié des années 1970. La communauté scientifique aussi bien que la classe politique cherchèrent à définir de nouvelles limites théoriques et légales à l’endettement public. Avant 1975, la Bundesbank avait prescrit une limite de 2 % de déficit de l’État en cas d’utilisation complète de l’appareil de production dans le souci d’éviter une ponction trop importante de crédit au détriment des acteurs privés62. Après 1975, l’appareil de production n’étant plus utilisé à plein, cette limite ne fut plus qu’un repère pour les organismes chargés de la planification financière des Länder et de l’État fédéral. Le déficit de ce dernier dépassa les 3 % dès 197963. La conjoncture de crise avait ainsi peu à peu affranchi les responsables politiques des limites de l’endettement prescrites par la législation et les instances économiques du pays, sans qu’il soit possible d’en définir précisément d’autres, faute en particulier d’un débat scientifique tranché sur la question des seuils de soutenabilité de l’endettement public.

32Même si ces débats politico-économiques ne débouchèrent pas sur un renversement complet de la politique budgétaire, ils n’en marquèrent pas moins durablement la culture d’une élite politique ouest-allemande pour laquelle la question de la dette demeura une préoccupation majeure durant les années 1990-2000, et même au-delà. Nombre de futurs responsables de premier plan des questions économiques et financières firent alors leurs premières armes en politique et forgèrent leurs conceptions de la gestion budgétaire et financière de l’État. Theodor Waigel, futur ministre fédéral des Finances d’Helmut Kohl entre 1989 et 1998, et à ce titre l’un des pères de l’euro et des critères de Maastricht, était membre CDU/CSU de la commission du budget du Bundestag durant les années 1970, puis porte-parole de son groupe parlementaire pour les questions économiques. L’un de ses successeurs au ministère fédéral des Finances (2009-2017), Wolfgang Schäuble, incarnation de la rigueur budgétaire allemande dans la crise de la dette dans la zone euro au cours des années 2010, était expert budgétaire du groupe parlementaire CDU/CSU au Bundestag en 1983 lors de la redéfinition de la politique budgétaire par le gouvernement Kohl. À ce titre, il fut l’un des artisans de l’adoption d’une politique plus rigoureuse de limitation de l’endettement public en République fédérale.

33Cette nouvelle culture budgétaire des élites allemandes reposait à la fois sur le double acquis des débats sur la dette des années 1970 :

  • une normalisation du recours à l’endettement public comme instrument de politique économique telle que la prévoyait la loi de stabilité et de croissance de 1967 ;

  • une nécessaire limitation de l’endettement à un rôle conjoncturel à travers la réduction des déficits structurels et le refus d’en faire un instrument de redistribution économique.

34Ces deux aspects éclairent en partie les orientations de la diplomatie allemande en matière de politique financière européenne dans les décennies suivantes, au moment de la création de l’euro avec les critères de limitation de l’endettement public, ainsi que dans les années 2000-2010 autour du principe du paiement des dettes par les États, de la limitation des déficits structurels et de la politique de rigueur comme réponse aux crises de la dette. Ces préoccupations et solutions allemandes aux questions d’endettement en Europe ont été forgées dans les débats intérieurs des années 1970.

Conclusion

35L’importance et l’ampleur exceptionnelles du débat sur l’endettement public en République fédérale reflètent ainsi non seulement le rôle qu’il joua à son époque dans la vie politique ouest-allemande, mais également sa place à l’origine de nombre de décisions ultérieures en Europe. Ce débat a profondément divisé les familles politiques. La CDU/CSU s’est ainsi durablement éloignée de l’ordo-libéralisme d’Erhard, qui avait pourtant fondé l’économie sociale de marché dont se réclame la démocratie chrétienne allemande. Le FDP a accepté davantage de dette, avant de la rejeter lors de son congrès de 1977 pour prôner une politique de plus en plus libérale dans ce domaine. Enfin, le SPD s’est enlisé dans des discussions théoriques influencées par les différentes solutions néo-keynésiennes. Divisant les partis, les débats politico-économiques ont ainsi constitué une source d’instabilité politique récurrente, forçant chacun d’eux à redéfinir son positionnement en matière de politique économique et à refonder sa culture politique en ce domaine autour d’un compromis commun : normalisation conjoncturelle et limitation structurelle de l’endettement.

36Cette redéfinition du rapport politique à la dette en République fédérale d’Allemagne a été d’autant plus difficile que l’opinion publique fut, durant toute la période, largement hostile à ce moyen de financement. Le faible seuil d’acceptabilité politique de l’endettement dans la culture économique allemande explique en grande partie l’ampleur de l’instabilité politique que suscita ce facteur spécifique. Nulle part ailleurs dans les pays occidentaux confrontés à des niveaux d’endettement similaires on ne vit des conséquences politiques aussi fortes durant près de deux décennies.

37Enfin, l’instabilité suscitée par la question de l’endettement s’explique également par les enjeux politiques spécifiques du problème économique dans le contexte d’une démocratie en cours de stabilisation. La dette fut ainsi à la fois présentée comme un moyen de consolider la démocratie par le biais d’une politique sociale plus approfondie, puis comme un danger pour une démocratie menacée par un surinvestissement de l’État et la faillite économique. Le débat sur la dette se trouve ainsi profondément lié, en Allemagne, à la question de la stabilisation de la démocratie.

Notes

1  Sur l’histoire de la dette en Allemagne, voir notamment Hans-Peter Ullmann, Der deutsche Steuerstaat. Geschichte der öffentlichen Finanzen, Munich, Beck, 2005. Voir également Rolland Sturm, Staatsverschuldung. Ursachen, Wirkungen und Grenzen staatlicher Verschuldungspolitik, Opladen, Leske+Budrich, 1993 et Marc Hansmann, Vor dem dritten Staatsbankrott? Der deutsche Schuldenstaat in historischer und internationaler Perspektive, Munich, Oldenburg, 2012.

2  Parmi l’importante bibliographie sur l’économie allemande, nous renverrons simplement ici à quelques titres sur la seconde moitié du xxe siècle : Gerhard Bökenkamp, Das Ende des Wirtschaftswunders. Geschichte der Sozial-, Wirtschafts- und Finanzpolitik in der Bundesrepublik 1969-1998, Stuttgart, Lucius und Lucius, 2010 et Werner Abelshauser, Die deutsche Wirtschaftsgeschichte. Von 1945 bis zur Gegenwart, Munich, Beck, 2011 ; en français, voir Michel Hau, Histoire économique de l’Allemagne aux xixe-xxe siècles, Paris, Economica, 1999.

3  Grundgesetz der Bundesrepublik Deutschland in ihrer Fassung vom 23. Mai 1949, articles 111 et 115.

4  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 188-189.

5  Ursula Rombeck-Jaschinski, Das Londoner Schuldenabkommen. Die Regelung der deutschen Auslandsschulden nach dem Zweiten Weltkrieg, Munich, Oldenbourg, 2005.

6  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 203-204.

7Ibid., p. 204.

8  Andreas Wirsching, Abschied vom Provisorium, Stuttgart, DVA, 2006, p. 266-267.

9  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 197.

10  G. Bökenkamp, Das Ende des Wirtschaftswunders…, op. cit., p. 13-14.

11Ibid., p. 98-99.

12  Parlamentsarchiv, Haushaltausschuss-Kurzprotokolle, 6. Bundestag (7.) Band 6, 87. Sitzung, 15 juin 1972, p. 39.

13  G. Bökenkamp, Das Ende des Wirtschaftswunders…, op. cit., p. 90.

14  Parlamentsarchiv, Haushaltausschuss-Kurzprotokolle, 9. Bundestag (8.) Band 2, 28. Sitzung, 22 octobre 1981, intervention de Hans Matthöfer, p. 21.

15  Sachverständigenrat zur Begutachtung der gesamtwirtschaftlichen Entwicklung, Jahresgutachten 1975/1976, Stuttgart, Metzler-Poeschel, 1975, p. 97.

16  Hans-Peter Ullmann, « La fin de l’illusion de la dette en République fédérale d’Allemagne au sortir des années 1970 », Histoire, économie et société, vol. 35, n° 2, 2016, p. 99.

17Ibid., p. 98.

18  Rolf Caesar, « Öffentliche Verschuldung in Deutschland seit der Weltwirtschaftskrise », in Dietmar Petzina (dir.), Probleme der Finanzgeschichte des 19. Und 20. Jahrhunderts, Berlin, Schriften des Vereins für Socialpolitik, 1989, p. 9-55.

19  Il est intéressant de souligner que la France était souvent absente des comparaisons internationales en Allemagne fédérale, contrairement aux États-Unis et à d’autres pays européens comme la Grande-Bretagne, la Belgique, les Pays-Bas ou encore la Suisse. Davantage encore que la situation économique française, qui n’apparaissait pas favorable, les Allemands considéraient alors sa politique budgétaire recherchant l’équilibre comme obsolète.

20  Sur les années 1968 en Allemagne, voir notamment Ingrid Gilcher-Holtey, 1968. Eine Zeitreise, Francfort, Suhrkamp, 2008 et Gerd-Rainer Horn, The Spirit of ’68: Rebellion in Western Europe and North America, 1956-1976, Oxford University Press, Oxford, 2007. Sur les aspects économiques et monétaires, voir également Mathieu Dubois, Les conséquences économiques de Mai 68 : du désordre social français à l’ordre monétaire européen, Bruxelles, Peter Lang, 2018.

21  G. Bökenkamp, Das Ende des Wirtschaftswunders…, op. cit., p. 86.

22  John K. Galbraith, The Affluent Society, Londres, Hamish Hamilton, 1958 ; trad. allemande : Gesellschaft im Überfluß, Munich, Knaur, 1959.

23  Herbert Ehrenberg, Zwischen Marx und Markt. Konturen einer Infrastrukturorientierten und Verteilungswirksamen Wirtschaftspolitik, Francfort, Büchergilde Gutenberg, 1974.

24  Alexander Nützenadel, Die Stunde der Ökonomen, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2005 ; Tim Schanetzky, Die große Ernüchterung: Wirtschaftspolitik, Expertise und Gesellschaft in der Bundesrepublik 1966 bis 1982, Berlin, Akademie, 2007.

25  Voir notamment à ce sujet les mémoires de son futur président Otmar Emminger, D-Mark, Dollar, Währungskrisen. Erinnerungen eines ehemaligen Bundesbankpräsidenten, Stuttgart, Deutsche-Verlags-Anhalt, 1986.

26  Voir en particulier le rapport de 1967 : Sachverständigenrat zur Begutachtung der gesamtwirtschaftlichen Entwicklung, Jahresgutachten 1975/1976, Stuttgart, Metzler-Poeschel, 1975, p. 79-85 et 215-220.

27  Gesetz zur Förderung der Stabilität und des Wachstums der Wirtschaft vom 8. Juni 1967.

28  G. Bökenkamp, Das Ende des Wirtschaftswunders…, op. cit., p. 16.

29  Voir notamment les prises de position du CSA dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung du 14 juillet 1975.

30  G. Bökenkamp, Das Ende des Wirtschaftswunders…, op. cit., p. 34.

31  Voir également le compte-rendu de ces positions dans Der Spiegel, 12 juin 1972.

32  Hans-Peter Ullmann voit même dans cet éphémère amalgame de divers lobbies favorables à l’endettement public une « coalition d’expansion » (« La fin de l’illusion de la dette… », art. cit., p. 95-97).

33  L’organisation patronale prit position clairement à travers une déclaration programmatique des entreprises allemandes sur l’évolution de la société. Voir notamment Der Spiegel, 12 juin 1972.

34  G. Bökenkamp, Das Ende des Wirtschaftswunders…, op. cit., p. 34.

35Wirtschaftswoche, 27 août 1976, p. 21.

36  Élisabeth Noelle-Neumann et Edgar Piel (dir.), Allensbacher Jahrbuch der Demoskopie 1978-1983, t. 8, Munich, Saur, 1983, p. 382.

37  Sur l’évolution de la position du Sachverständigenrat durant les années 1970 et son abandon de la théorie de la demande, voir notamment Olaf Sievert, « Vom Keynesianismus zur Angebotspolitik », in Sachverständigenrat zur Begutachtung der gesamtwirtschaftlichen Entwicklung (dir.), Vierzig Jahre Sachverstandigenrat 1963-2003, Wiesbaden, 2003, p. 34-46.

38  Sur les différents acteurs de cette « coalition de consolidation », voir H.-P. Ullmann, « La fin de l’illusion de la dette… », art. cit., p. 99-101.

39Die Zeit, 19 septembre 1980, cit. in H.-P. Ullmann, « La fin de l’illusion de la dette… », art. cit., p. 102.

40Die Zeit, 3 octobre 1980, cit. in H.-P. Ullmann, « La fin de l’illusion de la dette… », art. cit., p. 104.

41  Kurt-Georg Kiesinger, « Regierungserklärung vom 13. Dezember 1966 ».

42  G. Bökenkamp, Das Ende des Wirtschaftswunders…, op. cit., p. 11-12 et 17-18.

43Ibid., p. 20-28.

44  Voir notamment les prises de position d’Albert Leicht dans Deutschland-Union-Dienst, 20 avril 1972.

45  G. Bökenkamp, Das Ende des Wirtschaftswunders…, op. cit., p. 23.

46  Kurt H. Biedenkopf et Meinhard Miegel, Die programmierte Krise, Stuttgart, Bonn Aktuell, 1979. Sur l’ouvrage, voir notamment H.-P. Ullmann, « La fin de l’illusion de la dette… », art. cit.

47Wirtschaftswoche, 7 mai 1976, p. 16.

48  Otto Lambsdorff, « Memorandum des Bundeswirtschaftsministers vom 9. September 1982 – Konzept für eine Politik zur Überwindung der Wachstumsschwäche und zur Bekämpfung der Arbeitslosigkeit, in Klaus Bölling (dir.), Die letzten 30 Tage des Kanzlers Helmut Schmidt. Ein Tagebuch, Reinbeck bei Hamburg, Rowohlt Taschenbuch Verlag, 1982, p. 141.

49  Helmut Kohl, « Regierungserklärung vom 13. Oktober 1982 ».

50  T. Schanetzky, Die große Ernüchterung…, op. cit., p. 233-252.

51  G. Bökenkamp, Das Ende des Wirtschaftswunders…, op. cit., p. 95.

52  Parlamentsarchiv, Haushaltausschuss-Kurzprotokolle, 7. Bundestag (8.) Band 9, 108. Sitzung, 4 décembre 1975, p. 29.

53  « Mit leeren Händen in den Wahlkampf », Der Spiegel, 1er septembre 1975.

54  Bernd Faulenbach, Das sozialdemokratische Jahrzehnt, Bonn, Dietz, 2011, p. 723 et s.

55  Frank Bösch, Macht und Machtverlust, Stuttgart, DVA, 2002 ; A. Wirsching, Abschied vom Provisorium…, op. cit. ; Jeremy Leaman, The Political Economy of Germany under Chancellor Kohl and Schröder, New York, Berghahn, 2009 ; Hans-Peter Schwarz, Helmut Kohl, Munich, DVA, 2012.

56  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 209.

57  A. Wirsching, Abschied vom Provisorium…, op. cit., p. 264-288.

58  M. Hansmann, Vor dem dritten Staatsbankrott…, op. cit., p. 12.

59  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 212.

60Ibid., p. 213-221.

61  Gesetz zur Förderung der Stabilität und des Wachstums der Wirtschaft vom 8. Juni 1967.

62  Parlamentsarchiv, Haushaltausschuss-Kurzprotokolle, 8. Bundestag (8.) Band 9, 94. Sitzung, 28 novembre 1979, Intervention de Helmut Schlesinger, p. 18-19.

63Ibid.

Auteur

Maître de conférences à l’université catholique de l’Ouest, agrégé et docteur en histoire contemporaine de l’université Paris-Sorbonne et de l’université d’Augsbourg (Allemagne). Mathieu Dubois est spécialiste de l’histoire franco-allemande et de l’Allemagne au xxe siècle, il a notamment publié Génération politique : les années 1968 dans les jeunesses des partis politiques en France et en RFA, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2014, avec Rainer Hudemann, Historiographie allemande du temps présent, numéro spécial de la revue HES – Histoire, économie et société, 2/2016 (35) et Les Conséquences économiques de Mai 68 : du désordre social français à l’ordre monétaire européen, Bruxelles, Peter Lang, 2018.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search