Version classiqueVersion mobile

Les crises de la dette publique

 | 
Gérard Béaur
, 
Laure Quennouëlle-Corre

Gérer au mieux sa dette

Les avatars politiques de la dette américaine : la crise de la Sécession et les transformations de l’État fédéral (1861‑1913)

Nicolas Barreyre

Texte intégral

  • 1  Affiche, « Seven Thirsty Facts and Figures », Philadelphie, McLaughlin Brothers, [1865], fonds de (...)

1« Une dette nationale peut être une bénédiction nationale ! » Les mots sortent du bec de l’aigle royal, attitude belliqueuse et faisceau de flèches dans ses serres, qui domine ce tract de propagande du début de 18651. La guerre de Sécession dure alors depuis près de quatre années, la plus meurtrière que le pays ait connue. L’affiche en appelle au patriotisme des citoyens, fournissant au recto de nombreux chants à la gloire de la nation unie et de ses citoyens. « Vos fils et votre argent sur l’autel de votre pays ! », claironne l’aigle dans son phylactère. Le gouvernement a besoin de soldats, certes, mais également d’argent – de beaucoup d’argent – pour financer la guerre. Mais si le sacrifice doit permettre à l’Union de remporter la victoire, les moyens d’y parvenir promettent aussi des lendemains radieux. Au verso, où l’aigle promet que la dette publique sera un bienfait, de longs développements expliquent, exemples anglais et français à l’appui, que l’emprunt de guerre sera le socle de la prospérité économique future. Contrairement à une dette privée, la dette publique est « autant de capital ajouté à notre richesse » collective. Elle est « la protection de l’industrie, le socle de notre banque, le fonds de nos veuves et orphelins ! »

  • 2  Justin Morrill dans Congressional Globe, 39e Congrès, 1re session, 1866, p. 972. La notion d’« âg (...)
  • 3  Herbert E. Sloan, Principle and Interest: Thomas Jefferson and the Problem of Debt, Oxford, Oxford (...)
  • 4  Sur la guerre elle-même, la synthèse classique est James M. McPherson, La Guerre de Sécession (186 (...)

2L’affirmation peut surprendre : elle ne correspond guère à l’image qu’on se fait des États-Unis du xixe siècle, à cet « âge classique » où l’emprunt est parfois un mal nécessaire – notamment en cas de guerre – pour lequel il faut cultiver un crédit public sans reproche, mais où il faut le rembourser au plus vite. D’ailleurs, la campagne publicitaire menée par Jay Cooke, le financier de Philadelphie chargé par l’État fédéral de placer l’emprunt de guerre, suscite de nombreuses réactions indignées par sa rupture avec cette conception traditionnelle. « Une dette nationale permanente n’est pas une institution américaine, comme notre histoire l’a déjà prouvé », affirme l’un des dirigeants républicains au Congrès quelques mois plus tard2. L’existence même de ces vifs débats indique toutefois que la dette publique fait alors l’objet d’une réévaluation politique que le pays n’avait pas connue depuis les premières années de la République, quand l’opposition entre Alexander Hamilton et Thomas Jefferson avait cristallisé la naissance des premiers partis3. La guerre de Sécession est une crise politique majeure, remettant en cause la nation même. Ses dimensions financières ont souvent été reléguées au rang des moyens nécessaires pour la résoudre4 ; elles ne sont pourtant pas indépendantes des enjeux politiques.

Graphique 1. Dette fédérale américaine, 1791‑1913

Graphique 1. Dette fédérale américaine, 1791‑1913

Source : John J. Wallis, « Federal government debt, by type: 1791-1970 », Table Ea650-661, in Susan B. Carter et al. (dir.), Historical Statistics of the United States, Earliest Times to the Present: Millennial Edition, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

3Au centre, l’énorme emprunt public accumulé pendant le conflit : d’un montant sans précédent historique, il a pour la première fois été placé auprès de la population américaine, par la procédure nouvelle de la souscription publique. Sa taille, sa visibilité et les raisons mêmes de son existence rendent impossible une gestion technique et apolitique, de type business as usual. Dans cette perspective, la courbe de la dette (graphique 1) – avec un pic en 1866, suivi d’une baisse soutenue jusque dans les années 1890, puis d’une légère remontée postérieure – ne raconte qu’une partie de l’histoire. Pour comprendre le changement de régime de la dette, il faut suivre non seulement sa gestion, mais également la transformation du sens qui y est investi. Dans la crise de la guerre de Sécession survient une redéfinition politique de la dette américaine : inaboutie mais réelle, elle est en réalité consubstantielle à un changement du rôle de l’État fédéral dans le pays.

I. Dette publique, problème politique

  • 5  Lettre de Hugh McCulloch à Charles Sumner, 16 août 1865, cité dans Joseph B. James, The Framing (...)
  • 6  Quatorzième amendement à la Constitution, ratifié en 1868. Pour un résumé des débats sur la dette, (...)

4« Rien n’est plus préjudiciable à notre crédit national que l’opinion, exprimée ouvertement par des hommes influents, qu’il puisse survenir une situation par laquelle notre dette nationale serait répudiée. » Dès l’été 1865, la guerre à peine terminée, le secrétaire au Trésor Hugh McCulloch s’inquiète du sort qui sera fait à la dette publique5. En effet, le remboursement d’une somme si importante ne va pas de soi, et commence dès lors à faire débat. Certains estiment en effet qu’elle est trop lourde, et que la génération présente a suffisamment souffert pour ne pas encore se faire saigner financièrement par des impôts écrasants. D’autres craignent quant à eux le retour revanchard des sudistes vaincus, qui, en forçant une répudiation, porteraient atteinte au crédit de l’Union, c’est-à-dire à sa capacité même à se financer en situation d’urgence. Pour les Républicains au pouvoir, ces inquiétudes justifient d’introduire dans la Constitution, en 1866, une clause s’assurant que « la validité de la dette publique des États-Unis, autorisée par la loi […] ne sera pas mise en question », tout en prohibant définitivement le paiement de « toute dette ou obligation encourue pour aider l’insurrection ou la rébellion contre les États-Unis, ou de toute compensation pour la perte ou l’émancipation d’esclave ». La dette n’est pas un simple contrat financier : sa légitimité politique est étroitement liée aux conditions de l’emprunt, et au sens qu’il prend alors que la situation politique change6.

  • 7  Max M. Edling, A Hercules in the Cradle: War, Money, and the American State, 1783-1867, Chicago, C (...)
  • 8  J. Heffer, « L’âge classique de la dette américaine… », art. cit. ; Congressional Budget Office, « (...)

5Or, par bien des aspects, cette dette-là est différente des précédentes. Les États-Unis ont déjà, et souvent, recouru à l’emprunt pour financer leurs guerres et expansions territoriales7. Mais plusieurs raisons mettent la dette de la guerre de Sécession à part. Il y a sa taille d’abord, sans précédent : en valeur nominale, près de 2,8 milliards de dollars, dont 2,3 portant intérêt ; c’est 18 fois le précédent record, datant de la guerre de 1812. Rapporté à la population – une mesure fréquemment utilisée à l’époque – ce montant revient à 75 $ par habitant, quatre fois le précédent pic de 1791, quand l’État fédéral prit à sa charge l’ensemble des dettes de la guerre d’Indépendance non encore remboursées. Le changement d’échelle est spectaculaire, même si l’on est encore loin des montants d’aujourd’hui. Si tant est que les estimations soient fiables, la dette publique à son pic en 1866 correspond à 30 % du produit intérieur brut – légèrement plus qu’en 1791, et au même niveau que la Première Guerre mondiale (graphique 2). « Jamais auparavant, dans le même espace de temps, une si large somme d’argent n’avait été levée par emprunt », s’émerveille un élu. Nul doute que pour les Américains, ce n’est pas la moindre des réalisations du gouvernement que d’avoir réussi à mobiliser ainsi de telles ressources financières8.

Graphique 2. Poids de la dette fédérale rapporté au PIB, 1791‑2000

Graphique 2. Poids de la dette fédérale rapporté au PIB, 1791‑2000

Source : Congressional Budget Office, « Historical Data on Federal Debt Held by the Public », rapport du 5 août 2010, https://www.cbo.gov/​publication/​21728.

  • 9  Fritz Redlich, The Molding of American Banking: Men and Ideas, New York, Johnson Reprint Corp., 19 (...)

6Le résultat est d’autant plus impressionnant que l’État a, aux débuts de la guerre, le plus grand mal à lever des fonds. Le secrétaire au Trésor, Salmon Chase, réunit d’abord un groupe de banquiers de New York, la principale place financière du pays, pour placer un premier emprunt – ce qu’ils font à l’été 1861. Mais sa deuxième tentative dès l’automne se heurte à des réticences de plus en plus grandes, mélange de contraintes économiques – l’incertitude économique fait disparaître les espèces dans les bas de laine, et les réserves des banques en souffrent – et d’hostilité politique, alors qu’un certain nombre de grands banquiers pensent que toucher à sa bourse peut forcer le gouvernement à négocier plutôt que guerroyer. Or, les marchés européens, qui avaient fourni la plupart des capitaux lors des emprunts précédents (notamment via Baring Brothers & Co.), sont essentiellement fermés pour raisons diplomatiques : Londres et à sa suite Paris ne veulent pas prendre parti dans cette guerre civile. Jay Cooke suggère alors une solution à Chase. Ce jeune banquier de Philadelphie est peu connu, mais son frère Henry, journaliste et opérateur politique, a aidé le secrétaire au Trésor dans ses campagnes électorales en Ohio. Mettant en avant l’exemple français et la réussite de la souscription publique menée pendant la guerre de Crimée, Cooke convainc Chase de lui confier le prochain emprunt public, qu’il s’occupera de placer auprès du public9.

  • 10  Henrietta M. Larson, Jay Cooke, Private Banker, Cambridge, Harvard University Press, 1936 ; Melind (...)

7Les campagnes de souscriptions publiques menées par Jay Cooke font désormais partie de la geste héroïque de la guerre de Sécession, avec l’envoi d’agents à travers tout le pays, l’utilisation massive de la presse et autres publications, ou encore l’invention de stands de nuit adossés aux tavernes pour toucher les travailleurs. Ces méthodes, moins inventées qu’importées d’Europe, sont systématisées à grande échelle, et permettent de rendre extrêmement visible l’emprunt public, transformé dans le discours de propagande en un acte à la fois patriotique et profitable, mêlant intérêt bien compris et soutien à l’Union. Il est difficile d’avoir une idée précise du profil des souscripteurs, mais il semble qu’ils aient appartenu aussi bien aux classes moyennes assez larges qu’aux classes aisées généralement concernées par ce type d’instrument financier. La plus petite dénomination pour un bon est alors de 50 $. Dès lors, s’ils sont hors de portée de beaucoup encore, ces bons sont, en ces années d’inflation et de hausse des revenus, accessibles néanmoins à un spectre assez large de la population. Toujours est-il qu’à la fin de la guerre, la dette publique est essentiellement détenue par la population américaine (du Nord, quoiqu’on en trouve dans le Sud également), et ce de manière très visible – beaucoup claironnent fièrement que les États-Unis n’ont pas eu besoin de l’argent de l’Europe10.

8Patriotique aussi bien par son objet que par sa souscription, la dette de guerre n’aurait donc pas dû poser problème. Elle se retrouve pourtant au cœur de débats politiques virulents au lendemain du conflit. En effet, sa taille même fait de son remboursement un enjeu financier majeur, pour le contribuable comme pour le porteur et le banquier. La politique de la dette dépasse alors largement les simples conditions du paiement de celle-ci. En réalité, elle met en jeu le rôle même de l’État fédéral, et sa légitimité politique à intervenir dans l’économie du pays.

II. À qui profite la dette ? L’État redistributeur

9Si le nombre de souscripteurs américains est grand, il n’est malgré tout pas universel. Et savoir qui détient des bons du Trésor devient un enjeu politique d’autant plus important que la politique du gouvernement après la guerre se fait particulièrement favorable à ces porteurs d’obligations publiques.

  • 11  Jeffrey G. Williamson, « Watersheds and Turning Points: Conjectures on the Long-Term Impact of Civ (...)

10Deux facteurs augmentent les rendements réels. Le premier est monétaire. En 1862, pour pallier la disparition des espèces de la circulation, l’Union a créé une monnaie-papier, ayant cours légal mais non convertible en pièces d’or ou d’argent – le pays est alors bimétalliste. La valeur de ces billets du Trésor, appelés greenbacks, fluctue fortement pendant le conflit, au gré des fortunes militaires de l’Union. Or, les emprunts ont essentiellement été souscrits en cette monnaie-papier plus ou moins dévaluée, alors que les paiements sont garantis en or, intérêt et capital. Salmon Chase a toujours insisté pour que l’emprunt soit souscrit au pair – question d’orgueil national ; mais les greenbacks ont dans les faits agi comme une décote à l’achat des bons du Trésor. Ajoutée à des taux d’intérêt nominaux déjà confortables (de 6 à 7 %), celle-ci fait de ces emprunts des investissements très rentables. Et ils le deviennent d’autant plus après-guerre – second facteur – que le nouveau secrétaire au Trésor, Hugh McCulloch, entame une politique soutenue de déflation, dont le but premier est de ramener les greenbacks au pair avec l’or afin de rétablir la convertibilité en espèces. Cette politique monétaire renchérit les rendements réels des bons du Trésor en pesant sur les prix et les salaires. Tous ces facteurs combinés expliquent que, dans les années 1870, les emprunts de guerre produisent pour leurs porteurs des rendements réels avoisinant les 9 %11.

11À qui profite cette manne financière ? Car ces sommes sont versées sur fonds publics, alimentés par les impôts, et le seul paiement des intérêts constitue 40 % du budget fédéral pendant ces années. Tous les débats dans l’après-guerre se construisent donc sur deux images concurrentes du porteur de bons : l’Américain ordinaire patriotique contre l’aristocrate de l’argent :

  • d’un côté, ceux qui attaquent le trop bon traitement réservé aux détenteurs de titres publics soulignent qu’ils bénéficient de conditions anormales : ils sont rémunérés en or alors que tous les autres doivent se contenter de greenbacks dont la valeur est moindre ; leurs revenus ne sont pas imposés ; et surtout, ils ne travaillent pas, ne produisent rien pour cette rémunération, purement parasitique puisque seul le prêt de capital leur vaut revenu. La figure type d’un tel profiteur est le fat banker, véritable aristocrate qui vit grassement du travail des autres. Il s’agit là d’un trope de longue date réactivé autour de la question de la dette ;

    • 12  N. Barreyre, L’or et la liberté…, op. cit. La citation, tirée des débats au Congrès, est dans Cong (...)

    en face, ceux qui défendent la politique menée insistent sur la nécessité de préserver le crédit de l’État, qui devrait être, « comme la femme de César, au-dessus de tout soupçon ». L’image du porteur de bons qu’ils invoquent est tout autre : c’est un Américain ordinaire, qui par patriotisme a fait sacrifice de son argent pour que l’Union puisse remporter la victoire. Ils n’hésitent pas à mobiliser un autre trope qui a fait ses preuves : la veuve et l’orphelin, dont le seul revenu pour ne pas tomber dans la destitution à laquelle l’absence du père de famille les voue est celui qu’ils tirent des bons qu’ils possèdent, de ces intérêts versés deux fois l’an par le Trésor12.

  • 13  David K. Thomson, « “Like a Cord through the Whole Country”: Union Bonds and Financial Mobilizatio (...)

12Il est difficile de démêler laquelle des deux positions est la plus proche de la réalité. De fait, le grand nombre de souscripteurs pendant la guerre empêche de penser que seuls les plus riches ont acheté de l’emprunt. Il semble aussi que, par les assurances-vie notamment, les bons du Trésor servent effectivement de revenus à des veuves. Mais par ailleurs, les banques détiennent des bons dans leurs réserves – une obligation légale qui, dans les faits, leur assure une subvention publique récurrente – et le refinancement massif de la dette dès 1866 (cf. infra) la déplace en grande partie vers l’Europe et un public bien différent de celui qui a souscrit originellement pendant les années du conflit13.

  • 14  Sur cette analyse plus large, N. Barreyre, L’or et la liberté…, op. cit.
  • 15  Douglas A. Irwin, « Tariff Incidence in America’s Gilded Age », Journal of Economic History, vol.  (...)
  • 16  Sur la redistribution régionale, N. Barreyre, « Les échelles de la monnaie. Souveraineté monétaire (...)

13Mais l’importance du débat dépasse de loin ce cadre. Ses conséquences politiques vont bien au-delà de la question spécifique de la dette publique14. Mais si l’on s’en tient à cette dernière, on constate que ce qui se joue est moins une conception de ce qu’est – ou devrait être – la dette fédérale, que la légitimité redistributrice de l’État. S’opère ici ce que l’on pourrait nommer une « économie politique de concentration du capital ». Les opposants dénoncent ainsi les effets des mesures mises en place : le paiement des intérêts en or et la déflation redistribuent, via les impôts, d’importantes sommes (entre 100 et 140 millions de dollars annuels sur 10 ans) des contribuables vers les porteurs de bons, des consommateurs et travailleurs vers les détenteurs de capital. Cette redistribution vers le haut se double d’une distribution interrégionale également vilipendée, depuis les régions périphériques (Midwest, Sud) vers les centres financiers du pays (New York, Boston, Philadelphie). Cet effet est d’autant plus visible que le paiement des intérêts est utilisé par les protectionnistes pour défendre le maintien des droits de douane au niveau très élevé (et sans précédent) qu’il a atteint pendant la guerre. Principal impôt perçu par l’État fédéral depuis sa création, il est ainsi gardé à des taux très protecteurs contre les importations alors que les autres impôts (notamment l’impôt progressif sur le revenu) sont rapidement démantelés. Pour les opposants à ce système, il semble clair qu’il opère une redistribution de revenus des consommateurs vers les industriels, ce qui facilite la concentration de capital, et une région en profite le plus : le Nord-Est, à nouveau. Un économiste a d’ailleurs calculé que le tarif douanier opérait une redistribution de l’ordre de 8 % du PIB dans ces années15. La place de la gestion de la dette publique est donc en cause dans une économie politique où l’État fédéral est au cœur d’un transfert de richesses vers le haut, avec une concentration régionale et urbaine hautement visible16.

14La taille, la structure et la gestion de la dette publique en font ainsi un problème politique incontournable. Mais celui-ci ne prend son sens que dans le contexte plus large des effets de la guerre sur le rôle de l’État fédéral. La remise en cause de la légitimité de ses actions se focalise sur ses effets redistributeurs, socialement et régionalement. La structuration de ces débats explique sans doute pourquoi la mise en avant de l’emprunt public comme plébiscite et la valorisation du rentier comme socle du régime démocratique n’a pas pris, contrairement à la France. Le discours positif et pérenne sur une dette publique bienfaitrice, tenté par Jay Cooke pendant le conflit, s’est éclipsé devant une défense plus classique du crédit de l’État, qui nécessite de payer rubis sur l’ongle mais de n’emprunter que par nécessité. En ce sens, la tentative politique de reforger le lien entre les Américains et leur État central autour du plébiscite financier, potentielle dans les discours sur le patriotisme des souscripteurs, avorte quand le débat se cristallise sur les fonctions redistributrices des politiques publiques.

  • 17  J. Heffer, « L’âge classique de la dette américaine… », art. cit.

15Sur le moyen terme, la générosité de l’État fédéral lui permettra d’emprunter à des taux toujours plus bas : 3 % à partir des années 1880, et même 2 % au début du xxe siècle17. Un crédit impeccable dont d’autres chercheront à profiter. Mais la concentration de capital qu’elle encourage alimente aussi des bulles spéculatives dangereuses, notamment à Wall Street, et une augmentation spectaculaire des inégalités de richesses.

III. Le crédit en levier : l’État promoteur

16L’emprunt de la guerre de Sécession a eu des effets qui dépassent largement la seule gestion de la dette, de son émission à son remboursement, bien que celle-ci ait été au centre des débats politiques. Or, ces conséquences, parfois non anticipées, vont aussi transformer l’image et le sens de la dette publique aux États-Unis, mais de manière bien plus oblique.

  • 18Report of the Special Commissioner of Revenue, Washington, DC, Government Printing Office, 1869, p (...)

17Économiquement, les campagnes de souscriptions publiques menées pendant la guerre ont mobilisé et concentré un capital jusque-là épars et dispersé, et ce dans des proportions sans précédent. Rendu liquide, ce capital est introduit dans le circuit économique par le biais des commandes massives de l’État fédéral pendant la guerre, mais aussi par la création monétaire de l’État et des banques. Après la guerre, une grande partie de ce capital est libérée sur des marchés financiers américains en plein essor par les opérations massives de refinancement de la dette. Dès 1866, le Trésor américain cherche à la consolider à des taux moins onéreux que ceux qu’il pouvait obtenir pendant le conflit, en profitant notamment des marchés européens, sur lesquels la grande disponibilité de capital et la victoire de l’Union rendent ces titres attractifs. Dès 1869, 1 milliard de dollars de titres fédéraux sont ainsi détenus en Europe, selon les estimations contemporaines. La loi de 1870 permet d’accélérer ce processus en permettant l’émission d’emprunt directement sur la place de Londres. Ces nouveaux bons mis sur le marché, à des taux d’intérêt variant de 4 à 5 %, permettent de racheter les bons émis à 6 ou 7 % pendant le conflit18.

  • 19  J. G. Williamson, « Watersheds and Turning Points… », art. cit.
  • 20  Robert Sobel, The Big Board: A History of the New York Stock Market, New York, Free Press, 1965, c (...)

18Ce refinancement de la dette publique, mené jusqu’à la fin des années 1870, a un profond effet sur les marchés financiers américains. Le premier est un bond en capital disponible. Selon un économiste, peut-être la moitié de la formation de capital dans le pays est attribuable à la gestion de la dette dans ces années, notamment son refinancement en Europe19. Wall Street notamment connaît un développement spectaculaire. Si tout le capital libéré par ce transfert européen n’est pas réinjecté dans les marchés financiers, il n’en reste pas moins qu’une bonne partie est réinvestie dans des obligations équivalentes, et en tout premier lieu, avec l’aide des nouveaux banquiers d’affaires qui se multiplient, dans les chemins de fer20.

  • 21  Richard White, Railroaded: The Transcontinentals and the Making of Modern America, New York, Norto (...)

19Le lien entre dette publique et chemins de fer est triple, dans ces années d’après-guerre. Le premier est direct, et correspond à l’émission par l’État fédéral d’un emprunt spécifique pour subventionner la construction du premier transcontinental. La garantie d’obligations ferroviaires par les gouvernements locaux était déjà pratiquée aux États-Unis depuis les années 1830, mais jusqu’à présent Washington était resté à l’écart, même si l’octroi de terres publiques comme incitation à la construction avait commencé dans les années 1850. Pendant la guerre, cependant, le Congrès vote, en 1862 puis 1864, deux lois visant à permettre la construction d’un premier transcontinental qu’il avait été impossible de mener sur initiative purement privée. On assiste ainsi à cette chose extraordinaire qu’est l’émission d’un emprunt public spécifiquement dédié à ce projet en pleine guerre, alors que le gouvernement a déjà du mal à financer les opérations militaires. Au final, quelque 65 millions de dollars seront ainsi émis et prêtés aux six compagnies qui construiront les principales lignes ferroviaires transcontinentales, dont 49 millions à l’Union Pacific et au Central Pacific, en charge de la première. Ces prêts finiront par être remboursés avec intérêts à échéance, mais rapporteront bien plus que le simple apport initial de capital. L’État fédéral verse les intérêts aux souscripteurs pendant 30 ans, prenant à sa charge entière le risque, tout en permettant aux compagnies de ne payer les intérêts qu’à la fin – une subvention indirecte évaluée à 43 millions de dollars. De plus, le prêt public n’est assuré que par une seconde hypothèque sur les avoirs des compagnies, fournissant de facto une garantie sur les obligations qu’elles émettent elles-mêmes sur les marchés, qui sont, elles, gagées en première hypothèque21.

  • 22  Voir par exemple les archives de Jay Cooke, Historical Society of Pennsylvania, à Philadelphie.

20On le voit, le crédit de l’État est tout aussi important dans ce cas-ci que la subvention sonnante et trébuchante. D’ailleurs, les banquiers d’affaires engagés dans le financement ferroviaire ne s’y trompent pas. Jay Cooke, qui se tourne vers l’Europe après-guerre à la fois pour participer au refinancement de la dette et y vendre des obligations, n’hésite pas à mettre en avant son rôle dans le placement des emprunts de guerre de l’Union – un lien souligné par l’ouverture en 1870 d’une filiale à Londres avec Hugh McCulloch, qui vient de quitter son poste de secrétaire au Trésor. Fisk & Hatch, banque d’affaires new-yorkaise qui a participé également aux souscriptions publiques pendant le conflit, fait de même. Plus largement, de nombreux courtiers font le lien entre la popularité des bons du Trésor américains, et donc le crédit de l’État, et les obligations ferroviaires américaines – celles garanties par l’État, mais aussi les autres22.

21Enfin, l’héritage de la dette de guerre se voit également dans la méthode, et ce sur deux plans :

    • 23  Vincent P. Carosso, Investment Banking in America: A History, Cambridge, Harvard University Press, (...)

    le premier porte sur les réseaux bancaires internationaux que l’emprunt public a permis aux financiers américains de développer. Cela se voit dès la fin de la guerre, et notamment sur les marchés allemands approvisionnés depuis les États-Unis par des marchands immigrés allemands qui mettent ainsi leurs liens transatlantiques à profit pour commencer leur activité bancaire – ainsi Joseph Seligman, Jacob Schiff, Marcus Goldman ou les frères Lehman. Mais c’est surtout dans les consortiums établis pour émettre les bons du Trésor dans les années 1870 que des liens durables se nouent entre des banques d’affaires américaines, notamment à New York, et la haute banque européenne, particulièrement à Londres23 ;

    • 24Ibid. ; R. White, Railroaded…, op. cit. Sur l’importance de la réputation, Susie Pak, Gentlemen Ba (...)

    le second plan est le recours à la souscription publique, si efficacement systématisée par Jay Cooke pendant la guerre. Dans les années suivantes, elle est étendue à la vente d’obligations ferroviaires – les compagnies privées de ce secteur étant alors les seules à avoir recours à cet instrument. Jay Cooke lui-même finance ainsi la construction du Northern Pacific. Le Central Pacific mène des souscriptions avec succès par l’intermédiaire entre autres de Fisk & Hatch. Auprès du grand public, la réputation de l’État soutient la réputation de ces financiers – qui prennent grand soin à la maintenir. Dans le boom économique d’après-guerre, la concurrence à l’investissement de capital dans des obligations est plus grande que pendant le conflit, dont l’économie est plus contrainte. Mais 3 années de campagnes répétées ont éduqué le grand public épargnant à ces instruments, au moins suffisamment pour prendre une certaine habitude à y avoir recours24. Les scandales de corruption puis la crise de 1873 y mettront un coup d’arrêt brutal.

  • 25  N. Barreyre, « The Politics of Economic Crises: The Panic of 1873, the End of Reconstruction, and (...)
  • 26  Julie Greene, The Canal Builders: Making America’s Empire at the Panama Canal, New York, Penguin B (...)
  • 27  John B. Legler, Richard Sylla et John J. Wallis, « U.S. City Finances and the Growth of Government (...)

22Le krach boursier de 1873 est celui de la finance issue de la guerre. Un ensemble de facteurs est en cause, mais l’élément déclencheur est la faillite de Jay Cooke & Co. le 18 septembre 1873, incapable de couvrir son investissement dans le Northern Pacific par la vente d’obligations, qu’il a garanties, auprès du public. Celle-ci a été rendue d’autant plus difficile par les scandales de corruption qui secouent alors le Congrès, dont des membres éminents ont accepté des pots-de-vin, sous forme de titres, de la part de transcontinentaux. Le crédit de l’État tout autant que celui des grandes compagnies prend alors un coup, qui sera fatal à la firme de Jay Cooke et, à sa suite, à un grand nombre de banquiers d’affaires, de compagnies ferroviaires et même d’États fédérés, qui doivent faire défaut après avoir imprudemment garanti les obligations de ces dernières25. S’ensuit, en réaction politique, la mise en place de mesures visant à bloquer tout investissement public dans les chemins de fer, au niveau de l’État fédéral comme de nombreux États fédérés. En ce sens, le tournant de la guerre dans la dette publique est un changement incomplet, ou avorté. Ce n’est toutefois pas la fin de l’investissement public dans les transports, ni même de l’utilisation de l’instrument spécifique de la dette publique pour la promotion économique directe – en témoigne l’émission d’un emprunt fédéral pour construire le canal de Panama au début du xxe siècle26. Mais à partir des années 1870, les emprunts municipaux urbains vont prendre le relais de l’investissement public massif27. Sans sous-estimer l’impact fondamental de la dette publique fédérale pendant ces années, sa phase active est restée concentrée sur quelques années. Toutefois, une troisième dimension s’avérera, elle, bien plus durable : celle qui installe l’État fédéral au cœur du nouveau système bancaire national.

IV. La dette publique, instrument de régulation

  • 28  Stephen Mihm, A Nation of Counterfeiters: Capitalists, Con Men, and the Making of the United State (...)
  • 29  N. Barreyre, L’or et la liberté…, op. cit., p. 58-59, 73, 74 ; John A. James, Money and Capital Ma (...)

23L’aspect le plus intrigant de tout l’arsenal financier mis en place par l’Union pour mener la guerre (emprunt, monnaie-papier, impôts et taxes) est la création ex nihilo d’un système bancaire national. Depuis qu’Andrew Jackson avait mis son veto au renouvellement de la charte de la Seconde Banque des États-Unis en 1832, le pays s’était retrouvé sans banque centrale, avec un système bancaire particulièrement foisonnant régulé, État par État, dans le plus grand désordre. Les billets émis par ces banques fluctuaient largement selon la réputation des établissements ou celle de l’État qui les régulait, ou encore selon la distance ou simplement la familiarité avec le papier lui-même. Fraudes et contrefaçons étaient courantes. La guerre empire ces conditions, entraînant la faillite de nombreuses banques, notamment dans le Midwest, et la suspension de la convertibilité en espèces des billets des institutions même les plus solides28. Confrontés à cette situation, le secrétaire au Trésor Salmon Chase et le Congrès républicain mettent en place une réforme bancaire ambitieuse, qui vise autant à alimenter la circulation monétaire qu’à placer l’emprunt public. Le système bancaire national ainsi créé et amendé par lois successives de 1863 à 1865 met en place une organisation pyramidale de banques à charte fédérale. Chaque établissement doit investir un minimum de 30 000 $ et d’un tiers de son capital en bons du Trésor ; ceux-ci doivent être déposés auprès du Trésor américain qui, en échange, remet une émission de billets de banque à hauteur de 90 % de la valeur faciale du dépôt. Un plafond global d’émission de ces billets est instauré en 1863, mais relevé plusieurs fois jusqu’à être supprimé en 1875. Les billets des banques régulées par les États fédérés sont, eux, taxés fortement pour les faire disparaître de la circulation29.

24Ce nouveau système est d’abord une réforme monétaire, d’ailleurs, Chase le préconisait à la place de la création des greenbacks, et non en complément. De fait, le système bancaire national donne aux États-Unis, pour la première fois, une circulation bancaire uniforme, en ce sens que les billets sont reçus partout à leur valeur faciale, même si techniquement ils n’ont pas cours légal, contrairement aux greenbacks. Or, la valeur de ces billets est purement fiduciaire, puisqu’elle repose entièrement sur le crédit de l’État fédéral, et la confiance que ses dettes seront honorées. En plaçant les bons du Trésor au cœur des réserves légales du système, l’État s’engage implicitement à conserver une partie de sa dette indéfiniment – une part d’ailleurs appelée à croître au fur et à mesure que les besoins de l’économie en monnaie se développent. On sort ici de la conception classique de la dette publique, qui veut que cette dette ne serve qu’à des levées de fonds extraordinaires et ponctuelles, ensuite promptement remboursées. Elle devient alors un instrument monétaire privilégié de régulation du secteur bancaire.

25Ce nouveau système ne va pas de soi politiquement, et suscite de nombreuses oppositions. Dès ses débuts, certains l’accusent de faire des banquiers une classe privilégiée, ne serait-ce que parce que le versement semi-annuel d’intérêts sur la réserve légale ressemble à une subvention publique : la politique de déflation, qui renchérit ces intérêts, ne serait-elle pas le résultat de l’influence d’un lobby financier ? Plus largement, les débats politiques autour des greenbacks dans les années 1870, puis autour de l’étalon-argent dans les années 1890, tournent tous autour de la place des banques dans la production monétaire. Ceux qui réclament davantage de circulation monétaire identifient correctement deux phénomènes :

  • d’une part, une adhérence stricte à l’étalon-or a des effets déflationnistes, alors que l’Europe abandonne le bimétallisme et qu’aucune découverte de gisement ne vient compenser la plus forte demande dans ce métal ;

  • d’autre part, la structure pyramidale du système bancaire national (en trois niveaux de réserve centrés sur New York) draine les ressources monétaires du pays vers le nord-est et renchérit le coût du crédit ailleurs.

  • 30  N. Barreyre, « Les échelles de la monnaie… », art. cit. ; Gretchen Ritter, Goldbugs and Greenbacks (...)

26Leurs solutions – augmenter l’émission de greenbacks dans un premier temps ; rétablir la libre frappe de l’argent, abolie en 1873, dans un second temps – sont pourtant combattues vigoureusement comme dangereusement inflationnistes, et donc irresponsables, par les financiers et les économistes classiques, et à leur suite par la majorité des conservateurs américains30.

27Ainsi les questions de la monnaie, du nouveau système bancaire national et de la dette publique américaine sont étroitement liées pendant les décennies qui suivent la guerre de Sécession, tant dans le débat politique que dans les modes de régulation du Trésor américain. Si ce dernier n’est ainsi pas une banque centrale, il peut néanmoins en prendre certaines fonctions. Ainsi intervient-il régulièrement sur les marchés financiers pour éviter ou résoudre des paniques, comme c’est le cas par exemple :

  • lors de la spéculation de 1869 « Gold Corner » ;

  • lors du krach de 1873 ;

  • dans les années 1890, après la crise de 1893 ;

  • pendant le krach de 1907, même, dont la résolution, souvent attribuée au sang-froid décisif de J.P. Morgan, doit en fait beaucoup au Trésor, qui mobilise des ressources bien plus considérables.

28L’instrument privilégié de ces interventions est le rachat de titres de dette publique, qui permet de remettre parfois massivement des espèces en circulation. L’autre levier de stabilisation monétaire est l’émission de nouveaux emprunts sur les marchés européens pour acheter de l’or pour les réserves du Trésor, utilisé à plusieurs reprises :

  • dans la politique du secrétaire au Trésor John Sherman en 1877-1878, afin de préparer le retour à la convertibilité des greenbacks ;

    • 31  George S. Boutwell, Reminiscences of Sixty Years in Public Affairs, New York, McClure, Phillips &  (...)

    lors de l’émission de plusieurs emprunts à partir de 1895 afin de stabiliser les échanges entre pièces d’argent et pièces d’or, puis de mettre en place le passage définitif à l’étalon-or en 1900 (et la fin du « bimétallisme boiteux » qui prévaut depuis 1878)31.

  • 32  G. S. Boutwell, Reminiscences of Sixty Years in Public Affairs, op. cit., p. 139-141 ; H. M. Larso (...)

29Ces interventions font souvent polémique et produisent des réactions politiques parfois brutales : la pratique de Hugh McCulloch d’autoriser Jay Cooke à des rachats secrets de bons du Trésor pour empêcher les spéculations sur l’or, entre 1865 et 1869, est dénoncée comme de la manipulation utilisant l’État pour favoriser certaines parties contre d’autres. Son successeur, George Boutwell, décide alors d’annoncer publiquement à l’avance toutes les opérations du Trésor sur les marchés, mais il rend alors possible l’organisation de la spéculation sur l’or, qui faillit faire s’effondrer Wall Street en 1869. De même, alors que de nombreux financiers appellent, dans la panique, le Trésor à sauver la bourse suite à la faillite de Jay Cooke & Co. en septembre 1873, beaucoup n’hésiteront pas à dénoncer, par la suite, l’ineptie des agents du gouvernement (dont la nomination est politique) et chercheront à limiter les possibilités d’action de l’État – ce qu’ils réussissent partiellement32.

  • 33Annual Report of the Comptroller of the Currency, Washington, DC, Government Printing Office, 1863

30De fait, l’État fédéral n’a de politique active de gestion bancaire et monétaire que par intermittence, au gré des conditions économiques et des fluctuations politiques. Mais la place centrale que tient sa dette l’oblige à la surveillance du secteur et à réagir aux changements de pratiques. Ainsi le contrôleur de la monnaie établit-il un rapport détaillé annuel sur l’ensemble des banques nationales – un suivi statistique nouveau et considérable33. De même le Trésor doit-il réagir aux tensions qui apparaissent entre le maintien du système bancaire national et le prompt remboursement de la dette publique. Le secrétaire au Trésor doit ainsi autoriser l’émission de bons temporaires pour préserver les réserves légales des banques quand l’emprunt de guerre arrive à échéance dans les années 1880. Or, la baisse tendancielle des taux payés par les États-Unis et le développement d’autres instruments financiers incitent les banques nationales à réduire leurs réserves en bons du Trésor, diminuant d’autant la circulation de leurs billets et exacerbant le manque (régional) de liquidités : par ricochet, la réaction populiste poussera le Congrès à augmenter la frappe de pièces d’argent en 1890. Aussi le Trésor, à partir de ces années, va-t-il élargir progressivement la liste des obligations publiques qui peuvent servir de réserve bancaire, à savoir :

  • les bons publics servant à subventionner les transcontinentaux ;

  • puis d’autres titres publics des États fédérés, voire des municipalités ;

  • des titres privés, même, à partir de la loi de 1908 (prise en urgence après la crise de 1907).

  • 34  Voir par exemple les archives de la Bank of North America, notamment vol. 20-21, Historical Societ (...)

31Quand le système de la Réserve fédérale est introduit en 1912 pour remplacer un système bancaire national à bout de souffle, la liste des titres qui pouvant constituer sa réserve est ainsi conçue dans la lignée de ces évolutions34.

32Dans sa conception comme dans la pratique, le système bancaire national place ainsi la dette publique fédérale au cœur de la régulation monétaire et bancaire du pays. Les fluctuations de la pratique, comme la tension entre la volonté de réduire la dette et la nécessité de développer le secteur bancaire, montrent que la politique économique fédérale, dans son ensemble, n’est pas complètement cohérente sur toute la période – d’autant plus qu’elle est fortement contestée politiquement. Elle pointe à une double conclusion, toutefois :

  • la première est que la dette publique a changé de sens politique avec la guerre de Sécession, car elle vient justifier un rôle central et soutenu de l’État fédéral dans l’économie nationale, en fondant sa monnaie et son secteur bancaire, au moins en partie, sur son crédit ;

    • 35  Stephen Skowronek, Building a New American State: The Expansion of National Administrative Capacit (...)

    la seconde est que l’État fédéral est plus que cet « État développeur » auquel les politistes l’ont souvent cantonné, ne voyant l’essor d’un « État administratif » qu’au tournant du xxe siècle35.

33Comme on le voit ici, des modes de régulation se mettent en place, qui ne mobilisent pas forcément de nombreux agents publics mais n’en sont pas moins puissants. Dans ce cas-ci, la dette publique n’est plus un mode de financement de l’État, mais un instrument de régulation bancaire et d’intervention sur les marchés qui lui donne une importance dépassant son simple montant nominal.

V. Des significations politiques de la dette publique

  • 36  Max M. Edling, A Revolution in Favor of Government: Origins of the U.S. Constitution and the Makin (...)

34La Sécession est sans doute la crise politique la plus sérieuse qu’ont connue les États-Unis dans leur histoire nationale, et dont ils subissent encore les conséquences un siècle et demi plus tard. La gravité de cette crise explique en grande partie que la dette publique, contractée pour mener la guerre, a changé elle aussi de sens. Car elle n’est pas, et ne saurait être, qu’une réalité purement économique, un instrument financier neutre. Dans les débats de la jeune République, elle était devenue un instrument de la puissance impériale, dans la lignée des États militaro-fiscaux européens. L’État fédéral n’empruntait qu’en cas de guerre, ou pour financer l’expansion territoriale par les armes ou par achat (on pense à la vente de la Louisiane en 1804). Puis il remboursait avec constance et détermination, jusqu’à faire disparaître brièvement sa dette en 1835-1837. Si des autorités publiques s’endettaient pour d’autres raisons, c’était au niveau des États fédérés36.

35Lors de la guerre de Sécession, nombreux sont ceux qui voient la dette dans cette continuité. Mais les conditions de l’emprunt ont changé, aussi bien dans son volume que son placement par souscription publique. Et la place que la dette occupe désormais dans un État fédéral renforcé par le conflit en transforme les significations politiques :

  • certaines dettes sont éphémères, car elles rencontrent une réaction politique forte : c’est le cas de l’emprunt public comme levier d’un activisme économique interventionniste ;

  • d’autres restent durablement : la dette publique fédérale, bien qu’elle soit remboursée avec détermination « à l’ancienne » sur sa plus grande partie, devient ainsi en même temps un instrument pérenne de régulation bancaire nationale et, à travers elle, un enjeu central de la politique monétaire américaine. Loin de rester cantonnée dans les sphères techniques, elle fait partie des sujets débattus âprement lors des élections les plus disputées. À ce titre, elle devient la synecdoque de la puissance nouvelle de l’État fédéral, le bras financier de son interventionnisme. On découvre alors que, loin de retourner à un « laisser-faire » classique, l’État organise et régule tout autant qu’il promeut le développement, et ce bien avant le fameux « tournant administratif ».

  • 37  Julia C. Ott, When Wall Street Met Main Street: The Quest for an Investors’ Democracy, Cambridge, (...)

36Lorsque l’on évoque l’emprunt public et la souscription de masse aux États-Unis, on songe surtout à la Première Guerre mondiale37. Or, une grande partie des techniques et des politiques étaient alors déjà en place. Toutefois, la Grande Guerre transformera, à son tour, la dette publique américaine et la place des États-Unis dans l’économie financière globale. Un tournant qui, comme celui de la guerre de Sécession, ne se comprendra que par le sens politique que les acteurs, souvent dans des oppositions vives, lui donneront – car c’est lui qui structure et contraint l’action même de l’État.

Notes

1  Affiche, « Seven Thirsty Facts and Figures », Philadelphie, McLaughlin Brothers, [1865], fonds de l’American Antiquarian Society, BDSDS 1865 F.

2  Justin Morrill dans Congressional Globe, 39e Congrès, 1re session, 1866, p. 972. La notion d’« âge classique » est reprise de Jean Heffer, « L’âge classique de la dette publique américaine (1789-1916) », in Jean Andreau, Gérard Béaur et Jean-Yves Grenier (dir.), La dette publique dans l’histoire, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006, p. 365-392, https://books.openedition.org/igpde/1180.

3  Herbert E. Sloan, Principle and Interest: Thomas Jefferson and the Problem of Debt, Oxford, Oxford University Press, 1995.

4  Sur la guerre elle-même, la synthèse classique est James M. McPherson, La Guerre de Sécession (1861-1865), Paris, Robert Laffont, 1991. Sur ses dimensions financières, voir notamment Bray Hammond, Sovereignty and an Empty Purse: Banks and Politics in the Civil War, Princeton, Princeton University Press, 1970 ; Jane Flaherty, The Revenue Imperative: The Union’s Financial Policies during the American Civil War, Londres, Pickering & Chatto, 2009.

5  Lettre de Hugh McCulloch à Charles Sumner, 16 août 1865, cité dans Joseph B. James, The Framing of the Fourteenth Amendment, Urbana, University of Illinois Press, 1956, p. 25.

6  Quatorzième amendement à la Constitution, ratifié en 1868. Pour un résumé des débats sur la dette, voir Nicolas Barreyre, L’or et la liberté. Une histoire spatiale des États-Unis après la guerre de Sécession, Paris, Éditions de l’EHESS, 2014, p. 67-72 et 136-137.

7  Max M. Edling, A Hercules in the Cradle: War, Money, and the American State, 1783-1867, Chicago, Chicago University Press, 2014.

8  J. Heffer, « L’âge classique de la dette américaine… », art. cit. ; Congressional Budget Office, « Historical Data on Federal Debt Held by the Public », rapport du 5 août 2010, www.cbo.gov/publication/21728. La citation est dans Congressional Globe, 39e Congrès, 1re session, 1866, p. 975.

9  Fritz Redlich, The Molding of American Banking: Men and Ideas, New York, Johnson Reprint Corp., 1968 ; Jay Sexton, Debtor Diplomacy: Finance and American Foreign Relations in the Civil War Era, 1837-1873, Oxford, Oxford University Press, 2005 ; Ellis P. Oberholtzer, Jay Cooke, Financier of the Civil War, Philadelphie, G. W. Jacobs & Co., 1907, p. 128-325.

10  Henrietta M. Larson, Jay Cooke, Private Banker, Cambridge, Harvard University Press, 1936 ; Melinda Lawson, Patriot Fires: Forging a New American Nationalism in the Civil War North, Lawrence, University Press of Kansas, 2002. L’étude la plus récente à s’intéresser aux souscripteurs est de David K. Thomson, Bonds of War: The Evolution of World Financial Markets in the Civil War Era, thèse de doctorat, University of Georgia, 2016  ; voir aussi Robert P. Sharkey, Money, Class, and Party: An Economic Study of Civil War and Reconstruction, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1959.

11  Jeffrey G. Williamson, « Watersheds and Turning Points: Conjectures on the Long-Term Impact of Civil War Financing », Journal of Economic History, vol. 34, n° 3, 1974, p. 636-661. Sur les greenbacks, voir Robert Boyer et Benjamin Coriat, « Innovations dans les institutions et l’analyse monétaires américaines : les greenbacks “revisités” », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 39, n° 6, 1984, p. 1330-1359 ; Irwin Unger, The Greenback Era: A Social and Political History of American Finance, 1865-1879, Princeton, Princeton University Press, 1964 ; Walter T. K. Nugent, The Money Question during Reconstruction, New York, Norton, 1967.

12  N. Barreyre, L’or et la liberté…, op. cit. La citation, tirée des débats au Congrès, est dans Congressional Globe, 40e Congrès, 2e session, 1868, p. 1810.

13  David K. Thomson, « “Like a Cord through the Whole Country”: Union Bonds and Financial Mobilization for Victory », Journal of the Civil War Era, vol. 6, n° 3, 2016, p. 347-375 ; J. Sexton, Debtor Diplomacy…, op. cit.

14  Sur cette analyse plus large, N. Barreyre, L’or et la liberté…, op. cit.

15  Douglas A. Irwin, « Tariff Incidence in America’s Gilded Age », Journal of Economic History, vol. 67, n° 3, 2007, p. 582-607.

16  Sur la redistribution régionale, N. Barreyre, « Les échelles de la monnaie. Souveraineté monétaire et spatialisation de la politique américaine après la guerre de Sécession », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 69, n° 2, 2014, p. 439-468 ; Richard Franklin Bensel, Yankee Leviathan: The Origins of Central State Authority in America, 1859-1877, Cambridge, Cambridge University Press, 1990. Sur le tarif douanier, Frank W. Taussig, The History of the Present Tariff, 1860-1883, New York, G. P. Putman’s Sons, 1888 ; Richard Franklin Bensel, The Political Economy of American Industrialization, 1877-1900, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, chap. 7.

17  J. Heffer, « L’âge classique de la dette américaine… », art. cit.

18Report of the Special Commissioner of Revenue, Washington, DC, Government Printing Office, 1869, p. xxvii ; D. K. Thomson, Bonds of War…, op. cit., p. 237-294 ; J. Sexton, Debtor Diplomacy…, op. cit., p. 190-241.

19  J. G. Williamson, « Watersheds and Turning Points… », art. cit.

20  Robert Sobel, The Big Board: A History of the New York Stock Market, New York, Free Press, 1965, chap. 6 ; Sven Beckert, The Monied Metropolis: New York City and the Consolidation of the American Bourgeoisie, 1850-1896, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

21  Richard White, Railroaded: The Transcontinentals and the Making of Modern America, New York, Norton, 2011, p. 1-38 ; Albert Fishlow, « Internal Transportation in the Nineteenth and Early Twentieth Centuries », in Stanley L. Engerman et Robert E Gallman (dir.), The Cambridge Economic History of the United States, Cambridge, Cambridge University Press, vol. 2, 2000, p. 543-642.

22  Voir par exemple les archives de Jay Cooke, Historical Society of Pennsylvania, à Philadelphie.

23  Vincent P. Carosso, Investment Banking in America: A History, Cambridge, Harvard University Press, 1970, p. 1-28.

24Ibid. ; R. White, Railroaded…, op. cit. Sur l’importance de la réputation, Susie Pak, Gentlemen Bankers: The World of J.P. Morgan, Cambridge, Harvard University Press, 2013.

25  N. Barreyre, « The Politics of Economic Crises: The Panic of 1873, the End of Reconstruction, and the Realignment of American Politics », Journal of the Gilded Age and Progressive Era, vol. 10, n° 4, 2011, p. 403-423 ; Mark W. Summers, The Era of Good Stealings, Oxford, Oxford University Press, 1993 ; Scott R. Nelson, Iron Confederacies: Southern Railways, Klan Violence, and Reconstruction, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1999.

26  Julie Greene, The Canal Builders: Making America’s Empire at the Panama Canal, New York, Penguin Books, 2009.

27  John B. Legler, Richard Sylla et John J. Wallis, « U.S. City Finances and the Growth of Government, 1850-1902 », Journal of Economic History, vol. 48, n° 2, 1988, p. 347-356 ; J. J. Wallis, « American Government Finance in the Long Run: 1790 to 1990 », Journal of Economic Perspectives, vol. 14, n° 1, 2000, p. 61-82.

28  Stephen Mihm, A Nation of Counterfeiters: Capitalists, Con Men, and the Making of the United States, Cambridge, Harvard University Press, 2007 ; F. Redlich, The Molding of American Banking…, op. cit., vol. 1.

29  N. Barreyre, L’or et la liberté…, op. cit., p. 58-59, 73, 74 ; John A. James, Money and Capital Markets in Postbellum America, Princeton, Princeton University Press, 1978, p. 74-78 ; Hugh Rockoff, « Banking and Finance, 1789-1914 », in S. L. Engerman et R. E. Gallman (dir.), The Cambridge Economic History of the United States, op. cit., vol. 2, p. 643-684.

30  N. Barreyre, « Les échelles de la monnaie… », art. cit. ; Gretchen Ritter, Goldbugs and Greenbacks: The Antimonopoly Tradition and the Politics of Finance in America, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

31  George S. Boutwell, Reminiscences of Sixty Years in Public Affairs, New York, McClure, Phillips & Co., vol. 2, 1902, p. 164-182 ; N. Barreyre, « The Politics of Economic Crises… », art. cit. ; J. Heffer, « L’âge classique de la dette américaine… », art. cit. ; lettres de la Clearinghouse de Philadelphie (29 octobre 1907) et de George Roberts (24 novembre 1907) à George B. Cortelyou (secrétaire au Trésor), Cortelyou Papers, boîtes 16 et 20, Library of Congress, Manuscript Division.

32  G. S. Boutwell, Reminiscences of Sixty Years in Public Affairs, op. cit., p. 139-141 ; H. M. Larson, Jay Cooke, Private Banker, op. cit., p. 220-222 ; Bankers’ Magazine, octobre 1873 ; R. F. Bensel, Yankee Leviathan…, op. cit.

33Annual Report of the Comptroller of the Currency, Washington, DC, Government Printing Office, 1863.

34  Voir par exemple les archives de la Bank of North America, notamment vol. 20-21, Historical Society of Pennsylvania ; J. Laurence Laughlin, « The Aldrich-Vreeland Act », Journal of Political Economy, vol. 16, n° 8, 1908, p. 489-513.

35  Stephen Skowronek, Building a New American State: The Expansion of National Administrative Capacities, 1877-1920, Cambridge, Cambridge University Press, 1982 ; R. F. Bensel, The Political Economy of American Industrialization…, op. cit. ; Brian Balogh, A Government Out of Sight: The Mystery of National Authority in Nineteenth-Century America, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, chap. 8.

36  Max M. Edling, A Revolution in Favor of Government: Origins of the U.S. Constitution and the Making of the American State, Oxford, Oxford University Press, 2003 ; M. M. Edling, A Hercules in the Cradle…, op. cit. ; J. Heffer, « L’âge classique de la dette américaine… », art. cit.

37  Julia C. Ott, When Wall Street Met Main Street: The Quest for an Investors’ Democracy, Cambridge, Harvard University Press, 2011.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Dette fédérale américaine, 1791‑1913
Crédits Source : John J. Wallis, « Federal government debt, by type: 1791-1970 », Table Ea650-661, in Susan B. Carter et al. (dir.), Historical Statistics of the United States, Earliest Times to the Present: Millennial Edition, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/6226/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Graphique 2. Poids de la dette fédérale rapporté au PIB, 1791‑2000
Crédits Source : Congressional Budget Office, « Historical Data on Federal Debt Held by the Public », rapport du 5 août 2010, https://www.cbo.gov/​publication/​21728.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/6226/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

Auteur

Maître de conférences à l’EHESS, Nicolas Barreyre est historien des États-Unis du xixe siècle, et s’intéresse particulièrement à l’économie politique et à l’État américain d’avant le tournant administratif du xxe siècle. Il a dirigé récemment, avec Nicolas Delalande, un projet collaboratif international d’histoire politique globale des dettes publiques (en cours de publication). Il est l’auteur de L’or et la liberté. Une histoire spatiale des États-Unis après la guerre de Sécession, Paris, Éditions de l’EHESS, 2014, paru en anglais sous le titre Gold and Freedom: The Political Economy of Reconstruction, Charlottesville, University Press of Virginia, 2015. Il est membre du comité de rédaction des Annales. Histoire, Sciences Sociales, et co-directeur de son édition en langue anglaise.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search