Version classiqueVersion mobile

Les crises de la dette publique

 | 
Gérard Béaur
, 
Laure Quennouëlle-Corre

Gérer au mieux sa dette

La gestion de la dette publique par les Habsbourg dans l’Autriche du XVIIIe siècle

Jean Bérenger

Texte intégral

Introduction

1L’historiographie classique autrichienne a toujours gémi sur le manque de ressources de la Cour de Vienne. Les succès (relatifs) des Impériaux sur les champs de bataille européens semblent néanmoins démontrer le contraire. Si l’Empereur était souvent impécunieux, s’il manquait de liquidités, il n’était ni pauvre ni impuissant. Pour faire face à des dépenses croissantes, les Habsbourg pouvaient en effet jouer sur plusieurs claviers et trouver ainsi les ressources financières nécessaires à la conduite de leur politique, bien au-delà des rentrées fiscales dont ils pouvaient disposer. Si la banque juive joua constamment un rôle considérable, la création de la Banque de Vienne et l’appel aux circuits extérieurs expliquent que l’on assista à un développement considérable du recours au crédit public au cours du xviiie siècle.

I. La banque juive jusqu’en 1740

2Jusqu’en 1740, l’importance de la banque juive dans l’allocation de crédit à la monarchie était inversement proportionnelle au nombre de ses représentants. De ce point de vue, les Oppenheimer, et leurs parents, les Wertheimer, restaient les plus importants.

A. La banque Oppenheimer

  • 1  Tous les chiffres cités proviennent de la HKA, Vienne, Gedenkbücher 223 et 436.

3De fournisseur, Samuel Oppenheimer (1639-1703) devint le banquier de la Cour. En 1695, il procura ainsi à lui seul 45 % du crédit souscrit par le Trésor (Hofkammer), soit 3,2 millions de florins sur 6,75 millions. Il s’agissait d’anticipations dont la durée maximum était de 1 an. Fait significatif, le taux de l’intérêt, qui variait ordinairement entre 5 et 6 % par an et qui était généralement fixé dans le contrat d’anticipation, ne fut pas précisé : on resta fort discret sur les conditions de ce crédit, probablement pour cacher des « taux usuraires »1.

4En 1699, Samuel Oppenheimer était à la tête d’une affaire de dimension internationale, qui étendait ses activités des Pays-Bas à la Hongrie méridionale et traitait avec les banquiers de Milan et d’Amsterdam. Il dirigeait sa banque avec une relative prudence, refusant d’accorder du crédit à n’importe quelle condition, pour ne pas aller au-delà de ses propres capacités financières. Il n’eut d’ailleurs guère recours aux services de ses parents et des autres banquiers juifs. Il recueillait des capitaux auprès des princes allemands, en particulier les électeurs de Saxe, de Mayence et de Trèves, qui n’avaient aucune confiance dans le Trésor de Vienne, traditionnellement accusée de mauvaise gestion, de gaspillage et de malversations. Il devait cependant emprunter à un taux minimum de 6 % à des princes de l’Église, qui étaient aussi, il est vrai, des souverains temporels alliés de la Maison d’Autriche.

  • 2  Max Grünwald, Samuel Oppenheimer und sein Kreis (ein Kapitel aus der Finanzgeschichte Österreichs (...)

5Parce que le Trésor le remboursait peu en argent comptant, sauf à la fin de l’année et en cas de nécessité, il devait escompter à 15 % les assignations auprès des officiers de finance de l’Empereur. Aussi Oppenheimer augmentait ses prix en conséquence et bien que nous ignorions le taux des prêts qu’il consentait, ses ennemis l’ont accusé de prêter à 30 % l’an, étant entendu que de telles conditions ne représentaient en aucune façon un bénéfice net de ce niveau. Toutefois, aucun autre marchand banquier ne disposait de capitaux aussi importants et aucun autre n’était prêt à risquer de telles sommes en accordant du crédit à un État qui n’inspirait pas confiance. Les dettes du Trésor vis-à-vis d’Oppenheimer étaient de 3 millions de florins en 1701. Mais elles recommencèrent à croître de manière vertigineuse au début de la guerre de Succession d’Espagne et le Trésor lui devait 8 millions de florins en 1703, au moment de sa mort2.

6Le crédit à court terme accordé par Oppenheimer a été une aide appréciable pour le Trésor à une époque où la monarchie menait une guerre sur deux fronts, contre Louis XIV et le Sultan. De 1695 à 1698, le Trésor n’aurait pu maintenir sur pied les armées impériales sans collaborer avec Oppenheimer, qui n’était toutefois ni le seul fournisseur ni le seul bailleur de fonds, même pour les anticipations. Le budget de 1699, en excédent de 4 millions de florins, laissait bien augurer de l’avenir et d’un rapide remboursement des dettes de l’Empereur, mais la succession d’Espagne en décida autrement.

  • 3  Dépêche de Grémonville, résident français, au roi du 9 mai 1669, Archives des Affaires étrangères (...)
  • 4Theatrum Europaeum, Francfort, 1705, t. XV, p. 719.

7En dépit des immenses services qu’il avait rendus à la monarchie, la position d’Oppenheimer demeura précaire, tant à la Cour, où il était en butte à l’hostilité du cardinal Kollonitsch, qu’à la ville, où il était victime de l’antisémitisme populaire, qui n’avait pas désarmé depuis 16693. En 1700, la populace pilla son hôtel particulier situé sur le Graben ; sa comptabilité fut détruite, sa vie fut un instant menacée. Selon le Theatrum Europaeum, les soldats attendirent que la fureur populaire se calmât pour intervenir4. Les marchands banquiers lui reprochaient de spéculer sur les changes, tandis que les milieux populaires accusaient les Juifs de pratiquer le crime rituel. Lorsqu’il mourut en 1703, l’État refusa de payer ses dettes, et son fils Emmanuel fit appel aux souverains européens, auxquels l’Empereur devait de l’argent, pour qu’ils interviennent en sa faveur. Après de longs retards, le Trésor lui refusa les 6 millions de florins qu’il réclamait et exigea, non sans mauvaise foi, le remboursement de 4 millions de florins, qui correspondaient à une somme, augmentée des intérêts composés, qu’Oppenheimer aurait indûment touchée au début de sa carrière. Emmanuel Oppenheimer mourut en 1721 et le procès ne fut définitivement réglé qu’en 1763.

8Sa mort en 1703 fut considérée comme une catastrophe par le gouvernement de Vienne, à commencer par le prince Eugène de Savoie, qui écrivait à son ami Starhemberg le 3 octobre 1703 :

  • 5  A.Ö.G. 132, citée par Brigitte Holl, Hofkammerpräsident Gundaker Thomas Graf Starhemberg und die (...)

« Toute la monarchie était sur le fil du rasoir et pourrait réellement s’effondrer ; si on n’était pas capable de trouver 50 000 florins en espèces, tout pouvait arriver et [qu’]il ne savait pas comment l’empêcher5. »

  • 6  B. Holl, Hofkammerpräsident Gundaker Thomas Graf Starhemberg, op. cit., A.Ö.G. 132, p. 47.

9La disparition du banquier juif privait les finances impériales de sa principale ressource en argent liquide, alors que la monarchie, comme tous les grands États, ne disposait d’aucune liquidité en attendant la rentrée des impôts et qu’en conséquence elle ne pouvait payer ni ses soldats ni ses fournisseurs. La faillite de la banque Oppenheimer eut un effet salutaire en obligeant le gouvernement de Vienne à réagir. Le prince Eugène de Savoie obtint la démission du président du Trésor Salaburg, notoirement incompétent, et son remplacement en 1703 par un aristocrate honnête et compétent, le comte Gundacker Thomas Starhemberg (1663-1745), qui se révéla bon gestionnaire6.

B. La banque juive au xviiie siècle après Oppenheimer7

  • 7  Peter Georg Muir Dickson, Finances and Government under Maria Theresia 1740-1780, Oxford, Clarendo (...)

10La faillite de la banque Oppenheimer ne signifiait pas la disparition de la banque juive à la Cour de Vienne. Le fils et le petit-fils de Samuel, qui épousa une fille Arnsteiner, continuèrent ses activités. Samson Wertheimer, « l’empereur des Juifs » était un neveu de Samuel Oppenheimer. Il vint s’installer à Vienne en 1684 et il laissa une fortune de près de 2 millions de florins. Sa fille épousa Berend Gabriel Eskeles, son fils épousa une fille de Berend Lehmann, le Juif de la Cour de Dresde qui avait financé l’élection d’Auguste II à Varsovie en 1697. Emmanuel Oppenheimer reprit les activités de fournisseur aux armées de son père, tandis que son cousin, Samson Wertheimer, se cantonna dans un rôle plus traditionnel de Juif de Cour.

  • 8  Max Grünwald, Samuel Oppenheimer und sein Kreis, op. cit., p. 168-170.

11Entre 1714 et 1724, les banques juives, où dominaient les noms d’Emmanuel Oppenheimer, de Marx Schlesinger, de Löw Sinzheim et des frères Wertheimer, figuraient dans de nombreuses transactions avec le gouvernement. En 1733, Wolf Wertheimer fit encore une remise de 300 000 florins à l’électeur de Cologne, mais il semble avoir cédé la position dominante à Löw Sinzheim, à qui Charles VI devait 4 millions de florins en 1739. L’historien Max Grünwald8 estime que les financiers juifs avaient prêté au Trésor au moins 78 millions de florins entre 1698 et 1739, soit en moyenne 2 millions de florins par an. Si on y ajoute les fournitures aux armées, les services rendus au Trésor se situaient entre 3 et 4 millions de florins par an, même si on manque d’études documentées sur le détail des affaires ainsi réalisées.

12Bien que Marie-Thérèse, forte de l’expérience de son père et de ses préjugés antisémites, ait eu moins souvent recours aux services de la banque juive, les fournisseurs, les négociants et les banquiers juifs ne disparurent pas de Vienne après 1740. En résumé, les Juifs banquiers et fournisseurs aux armées (les Oppenheimer, Sinsheimer, Wertheimer) furent attirés à Vienne à la fin du xviie siècle et ils y firent de grosses fortunes, mais le peu d’empressement du gouvernement à payer ses dettes réduisit sérieusement leurs profits. Leur patrimoine sous Marie-Thérèse était plus modeste qu’auparavant ou que celui de leurs homologues anglais. Leur influence déclina après la mort de Löw Sinsheim en 1744. Néanmoins, leurs actifs au moment de leurs décès étaient en moyenne supérieurs à ceux de leurs homologues chrétiens. L’ascension des maisons Popper et Hönig montre que les guerres de Marie-Thérèse offraient aux plus entreprenants des possibilités de s’enrichir. Pour tous ces hommes d’affaires, les liens familiaux jouèrent un grand rôle et les Juifs viennois, peu nombreux il est vrai, étaient encore dominés dans les années 1770 par les ramifications du clan des Oppenheimer et des Wertheimer. Les liens familiaux leur offraient des relations étroites avec les communautés établies en Allemagne, d’où ils étaient originaires, et en Hollande. Sous Joseph II, ces liens se détendirent, des familles comme les Arnstein s’intégrèrent à l’aristocratie après leur conversion au catholicisme et il appartiendra aux Rothschild d’écrire au xixe siècle un nouveau chapitre de la banque juive à Vienne.

II. La Banque de la Ville de Vienne, 1705‑17409

  • 9  Hermann Ignaz Bidermann, Die Wiener Stadtbank, A.Ö.G., t. 20, Vienne, 1858, p. 343-445.
  • 10  B. Holl, Hofkammerpraesident Gundaker Thomas Graf Starhemberg, op. cit., A.Ö.G., t. 132.

13Le comte Gundacker Thomas Starhemberg orienta son action réformatrice vers la création d’un organe de crédit, capable d’apurer les dettes de l’État10. Il s’attacha à la question essentielle du crédit public et fit prévaloir une solution raisonnable, en utilisant le crédit dont disposaient les marchands banquiers de la Ville de Vienne. Cette tentative de banque publique, qui connut un succès durable et transforma la question du crédit en Autriche au xviiie siècle, était cependant la seconde de ce genre.

A. Le Banco del Giro

14La création en 1704 du Banco del Giro, qui fut appuyée par l’empereur Léopold Ier et par tous ceux qui voulaient sauver la mise des héritiers Oppenheimer, fut en effet la première tentative de ce genre. Le Banco aurait dû agir comme une caisse d’amortissement en payant les dettes de l’Empereur, qui s’élevaient à 22 millions de florins en 1704 (soit un peu plus d’une année de revenus de la monarchie). Parmi les créanciers, on trouvait l’électeur de Hanovre, le prince Georges Ier, futur roi d’Angleterre, l’électeur palatin, l’électeur de Trèves. Les banquiers pressaient Léopold de doter le Banco de 5,5 millions de florins par an. En fait, le Banco del Giro manquait de l’argent et de l’indépendance nécessaires. Starhemberg, le président du Trésor, aurait voulu apurer les comptes de la faillite Oppenheimer, pour dissocier nettement les deux établissements et repartir sur de nouvelles bases. Le parti aristocratique qui avait placé ses fonds chez le banquier juif voulait au contraire liquider l’affaire au mieux de ses intérêts.

15Les assignations sur le Banco, qui avaient été données en paiement des créances, tombèrent en 1704 à 30 % de leur valeur nominale. Le contre-projet de Starhemberg fut saboté par les États, qui n’attribuèrent pas au Banco les crédits suffisants pour effectuer le service de la dette. La faillite d’Oppenheimer, qui fut considérée par beaucoup comme frauduleuse, tourna court. Starhemberg, qui appartenait au clan antisémite, aurait voulu traîner Emmanuel Oppenheimer devant un tribunal d’exception pour haute trahison. Il n’en fut rien et celui-ci reprit les activités essentielles de son père, celles de fournisseur aux armées. Le Banco del Giro était donc une banque sans avenir.

B. La création de la Banque de la Ville de Vienne

  • 11  H. I. Bidermann, Die Wiener Stadtbank, op. cit., p. 341-445.
  • 12  Ar. MAE, Mémoires et documents, Autriche, t. 3, f° 121-124.

16La création de la Banque de la Ville de Vienne (Wiener Stadtbank) en 1705 fournit une solution au problème du crédit à court terme11. Elle joua à partir de ce moment le rôle naguère dévolu à Oppenheimer. Lui incombèrent, en effet, toutes les obligations financières de l’Empereur, et elle se substitua au Trésor pour le règlement de toutes les créances. On distingua alors dette flottante et dette consolidée : pour les dettes les plus anciennes, on promit ainsi de servir un intérêt, tandis que pour les dettes nouvelles, la banque reçut des revenus propres, à savoir le produit des péages et domaines de Basse-Autriche12.

  • 13Ibid., f° 127-124.

« On sépara les dettes liquides en deux parties. On mit dans l’une toutes celles qui provenaient soit d’argent déboursé soit de livraisons faites en suite de bons contrats et l’on mit dans l’autre les grands arrérages qui étaient dus aux diverses personnes qui avaient servi la Cour […] On remit entre les mains de la Ville de Vienne, qui est elle-même très riche, des fonds suffisants pour payer dans le terme de quinze ans le capital et les intérêts de ces premières dettes et le calcul en fut fait de telle manière que pour payer le capital de cent mille florins dans le susdit terme on lui remit entre les mains un fonds qui rapportait annuellement neuf mille florins. Quant aux dettes provenues d’arrérages de gages, on ordonna aussi des fonds de la ville, mais qui n’ont été suffisants que pour payer à perpétuité les intérêts à cinq pour cent, sans que les créanciers soient en droit d’exiger leurs capitaux13 ».

17La banqueroute partielle que connut la France au printemps 1708 fut ainsi épargnée à la monarchie. La même année 1708, Starhemberg réduisit le déficit et le ramena dans des limites supportables. Compte tenu de contributions en nature de 2 millions de florins en Hongrie, le déficit prévu aurait dû être de 8 millions de florins, mais le président de la Chambre ramena l’impasse à 3 millions de florins, en usant de différents expédients (artifices de trésorerie, quartiers d’hiver gratuits aux Pays-Bas, réduction des soldes).

  • 14  Franz Freiherr von Mensi, Die Finanzen Östererreichs 1701 bis 1740, Vienne, 1890.

18Comme la Banque de la Ville était dotée de revenus réguliers, elle jouissait d’un certain crédit. Les banquiers génois lui prêtèrent même 5 millions de florins, ce qu’ils avaient toujours refusé au Trésor. Starhemberg veilla à ce qu’elle acceptât des dépôts des particuliers, remboursables à vue pour les sommes inférieures à 1 000 florins et rétribués par un intérêt annuel de 6 %. Les capitaux disponibles servirent à dégager les éléments du domaine naguère hypothéqués, puis à affranchir le Trésor du crédit fourni par les États de Basse-Autriche. De 1710 à 1715, la Banque connut un véritable essor en dépit de la poursuite de la guerre de Succession d’Espagne14. Elle affranchit le Trésor de la tutelle de la banque juive.

  • 15  Jean Bérenger, « Public Loans and Austrian Policy in the Second Half of the Seventeenth Century », (...)
  • 16  Ar. MAE, Mémoires et documents, Autriche, t. 3, f° 120-132. Ce mémoire anonyme a été rédigé en 171 (...)

19En fait, la Banque de la Ville de Vienne demeura l’organe essentiel du crédit et permit à la monarchie d’emprunter à des conditions honnêtes au cours de la première moitié du xviiie siècle, échappant par là aux griffes des traitants comme les Joannelli, fermiers des mines de cuivre de Haute-Hongrie15. Le prestige de la banque était tel que l’abbé Terray, contrôleur général des finances de Louis XV de 1770 et 1774, se fit communiquer un mémoire sur ce sujet par les bureaux des affaires étrangères16.

C. L’action de la Banque de la Ville de Vienne

  • 17  F. von Mensi, Die Finanzen Österreichs…, op. cit., appendice 18.

20Comme son frère Joseph Ier, qui régna de 1705 à 1711, son successeur Charles VI (1711-1740) eut largement recours au crédit. Le Trésor devait 52 millions de florins en 1714, mais 70 millions en 1718, sans compter les dettes contractées par les autorités de Bruxelles et de Milan. La pléthore d’emprunts domestiques, contractés en particulier auprès de banquiers juifs, et les 16 emprunts intérieurs contractés entre 1732 et 1739 qui, garantis par les contributions, diminuaient sérieusement les ressources disponibles pour l’armée, expliquent pourquoi le crédit public était aussi limité en 174017. Il est vrai que les revenus de la Couronne n’étaient pas seulement absorbés par le service de la dette, mais également par le paiement des traitements des fonctionnaires locaux. Quoi qu’il en soit, les revenus « caméraux », c’est-à-dire appartenant au Hofkammer (Trésor), qui avaient été cédés à la Banque de la Ville de Vienne, avaient triplé en un quart de siècle. D’un montant d’un million et demi de florins en 1716, ils étaient passés à 4,5 millions de florins en 1740, ce qui réduisait fortement le niveau de ce qui restait au monarque, au grand déplaisir de Marie-Thérèse. La Banque avait certes remboursé quelques emprunts entre 1732 et 1739, mais elle fit l’objet d’âpres critiques de la part de Wenzel Anton von Kaunitz-Rietberg (1711-1794), chancelier de 1753 à 1792. Les revenus des caisses centrales du Trésor, qui avaient atteint 22 millions de florins à l’avènement de l’impératrice Marie-Thérèse en 1740, demeurèrent sur ce palier durant 20 ans.

21Les finances de la guerre de Succession d’Autriche (1740-1748) sont particulièrement difficiles à élucider, parce que le gouvernement n’a pas laissé de documentation méthodique sur les dépenses et les revenus. L’Universalb-Bancalität, établie en 1714 pour rivaliser avec la Banque de la Ville de Vienne, mais réduite à des fonctions purement comptables et gestionnaires dès 1721-1723, se révéla incapable de produire un état et fut supprimée en 1745. Le tout-puissant mais éphémère banquier et financier Franz von Wiesenhütten s’y risqua vers le milieu des années 1740, et échoua. Le Trésor n’essaya même pas. Cela faisait partie d’un manque général de documentation statistique concernant aussi bien la population que le commerce extérieur ou les structures sociales.

22La conduite de la guerre dans les terres héréditaires des Habsbourg (provinces autrichiennes et Bohême) n’aurait coûté que 13 millions de florins par an de 1741 à 1744. Pourtant, la perte de la Silésie puis celle de la Bohême en 1741-1742 réduisirent notablement le produit des contributions, dont le montant fut pratiquement divisé par deux. En effet, elles tombèrent de 11 millions de florins en 1740 à 5,24 millions en 1741 et à 5,45 millions en 1742. En 1743, avec la reconquête de la Bohême, elles remontèrent à 8,8 millions de florins et, de 1744 à 1748, à plus de 9 millions de florins. Des impôts supplémentaires et des emprunts forcés portèrent à 22 millions le niveau annuel des ressources de l’armée – en 1747, on atteignit le chiffre record de 28,9 millions de florins. Lorsqu’en 1749 le chancelier de Bohême observa que les « finances étaient ruinées », ce furent les subsides anglais et néerlandais qui jouèrent un rôle important, comme l’a montré la littérature historique.

23Ces subsides auraient représenté 21 % du budget militaire de la monarchie avec 30 millions de florins (29 980 000, précisément) sur un total de 144,5 millions de florins de recettes. Une somme de 17,25 millions de florins avait été ainsi versée entre 1745 et 1748, lorsque les hostilités se déplacèrent vers les Pays-Bas autrichiens, après la pacification de l’Allemagne. Celle-ci fut obtenue grâce à l’arrêt des hostilités avec la Bavière et avec la Prusse, mais la guerre se poursuivit hors de l’espace germanique et obligea Marie-Thérèse à envoyer des fonds importants en Italie et aux Pays-Bas, au détriment des pays héréditaires.

  • 18  P. G. M. Dickson, Finances and Government…, op. cit., t. 2, p. 7.
  • 19Ibid., p. 26.

24Finalement, le crédit ne fut pas une importante source de financement de la guerre de Succession d’Autriche, en raison du recours à l’aide financière de la Grande-Bretagne, qui permit de surmonter les énormes difficultés auxquelles la monarchie fut confrontée avant 174518. Les emprunts à l’étranger étaient en effet peu nombreux et le crédit de la Banque de la Ville de Vienne était épuisé. À la signature de la paix, la monarchie était pour cette raison peu endettée : les emprunts remboursables ne représentaient qu’un passif de 124 millions de florins19.

  • 20  Georg Zwanowetz, Die Finanzgebarung und Finanzverrechnung des Stadt Wien in der ersten Hälfte der (...)

25La Banque de la Ville de Vienne demeura un important bailleur de fonds durant la période 1749-1780, mais le détail des relations entre les finances de la ville et celles de l’État reste quasiment impénétrable malgré l’existence de deux thèses de doctorat sur le sujet20. À la fin de la guerre de Sept Ans, les remboursements avaient réduit la dette de l’État de 7 millions de florins et 4,8 millions furent renégociés à la fin de l’année 1764, en partie sur les revenus de la régie des tabacs cédée à la Ville. En 1782, par la volonté de Joseph II, l’État ne devait plus à cette institution que 3,6 millions de florins.

26Les fonds avec lesquels la Ville faisait ses avances venaient en partie de ses revenus, mais ils provenaient principalement des dépôts faits par les particuliers à la Chambre municipale (Oberkammeramt). Vienne agissait comme un banquier en collectant les fonds d’un côté et en les prêtant ensuite à l’État. Le strict contrôle exercé par le gouvernement de Basse-Autriche garantissait la fiabilité de la Ville. Vienne disposait de trois sortes de revenus :

  • d’abord ses propres revenus (taxes sur les maisons et les métiers, revenus fonciers et octrois), supérieurs à 0,5 million de florins en 1763 ;

  • ensuite, des revenus de l’État qui lui avaient été concédés pour assurer le service de la dette ; ils s’élevaient à 11,5 millions de florins et comprenaient en particulier 7 millions de revenus publics et 2,7 millions d’intérêts d’anciens emprunts, réglés par les États de Basse-Autriche ;

  • enfin, la Ville émettait des emprunts avec le produit desquels elle faisait des avances à l’État.

  • 21  P. G. M. Dickson, Finances and Government…, op. cit., t. 2, p. 318-339.

27À la fin du xviiie siècle, la Banque de la Ville de Vienne était le premier créancier de la monarchie. L’inventaire d’État de 1763 donne un aperçu de ses obligations. Ses dettes s’élevaient à 90 millions de florins, qui représentaient une charge annuelle de 4 350 000 florins. Celle-ci était largement couverte par les 8 millions de florins de revenus publics qui lui avaient été concédés et, en complément, la banque émettait des obligations à 5 %. Les créanciers étaient très nombreux et très diversifiés. Ils comprenaient les ordres religieux – à commencer par les jésuites. En 1763, les dépôts remboursables à vue représentaient 56 millions de florins, ce qui montre la solidité de l’institution et la confiance dont elle jouissait tant dans la monarchie que sur les places étrangères, les Pays-Bas et l’Italie se taillant néanmoins la part du lion21.

III. L’appel au crédit extérieur, 1740‑1765

28Avant 1700, les emprunts à l’étranger n’étaient pas très importants. Ils ne dépassaient guère les 3 millions de florins pour la période 1685-1700 et ils étaient moins élevés que les subsides versés directement à l’Empereur par les Provinces-Unies, l’Espagne ou le Saint-Siège. À cette époque, le crédit provenait essentiellement de la banque Oppenheimer et des pays héréditaires.

A. Le début de l’endettement extérieur : les Hollandais

29Le Trésor, qui fit résolument appel au crédit intérieur, ne souscrivit que deux emprunts importants sur les marchés financiers extérieurs. Il s’adressa à des banquiers génois et hollandais, ce qui représentait au maximum 4,5 millions de florins en 15 ans, alors que la dette publique s’était accrue de 22 millions de florins dans le même temps. Le crédit intérieur fournit ainsi 80 % des sommes empruntées. Les créanciers étrangers étaient des hommes d’affaires qui conclurent des contrats avec le Trésor indépendamment des traités de subsides que leurs gouvernements avaient passés avec l’Empereur. Il est bien évident que le Trésor cherchait de l’aide dans des pays plus ou moins alliés et les deux places où, avant 1700, il avait trouvé le plus facilement du crédit étaient Amsterdam et Gênes, alors que Hambourg se montrait fort réservé.

  • 22  F. von Mensi, Die Finanzen Östererreichs, op. cit., « Anleihe im Auslande ».

30Le marché hollandais s’ouvrit progressivement. L’aide des capitalistes des Provinces-Unies fut en fait très modérée jusqu’en 1700. À la différence d’autres maisons de banque, les capitalistes d’Amsterdam n’investissaient pas volontiers en fonds d’État. Ce n’est qu’au cours de la guerre de Succession d’Espagne, qu’à l’imitation des hommes d’affaires de Londres, ils en vinrent à accorder des crédits plus importants au Trésor, qui se trouva alors dans leur dépendance. Ils prêtèrent de l’argent sur le mercure d’Idria (625 000 florins hollandais en 1704), et sur le cuivre de Hongrie (1 050 000 florins en 1700, 2 millions en 1703), sans jamais consentir d’avances sur les contributions comme le firent les Anglais à partir de 170622.

31Cependant, la garantie offerte par les états généraux des Provinces-Unies facilita par la suite la souscription des emprunts. En 1706, un nouveau prêt de 250 000 livres sterling fut garanti une nouvelle fois par les revenus fiscaux de Silésie. L’intérêt offert s’élevait à 8 %, mais les revenus des mines de mercure suffisaient à payer les annuités. Une autre garantie possible était la production de cuivre des mines de Neusohl en Haute-Hongrie, mais la guerre d’Indépendance menée par François II Rákóczi (1703-1711) priva provisoirement la monarchie de cette ressource, lorsque les mines tombèrent aux mains des rebelles.

32Au bout du compte, après la fin de la guerre de Succession d’Espagne, Clifford & Co. prit la place de la maison Deutz. La banque commença alors à rembourser en 1724 les emprunts garantis sur les mines de mercure, puis en 1733 ceux garantis sur les mines de cuivre, de sorte que les revenus des mines se trouvèrent absorbés par ces remboursements pendant plusieurs années. De ce fait, en 1740, la Silésie était la province la plus endettée, à hauteur de 14 millions de florins.

B. L’emprunt dans une conjoncture difficile

33Le recours aux capitaux étrangers sous Marie-Thérèse s’inscrivit dans une tradition déjà ancienne, qui avait débuté lors de l’alliance de Léopold Ier avec Guillaume III d’Orange par le traité de Ryswick (1797). Par l’article 9 du traité de Berlin de 1742, le vainqueur, Frédéric II de Prusse, prit en charge le service des emprunts anglais (2,1 millions de florins) et hollandais (4,1 millions de florins) garantis sur les revenus de Silésie qu’il avait absorbés, tandis que Marie-Thérèse continua à garantir les emprunts gagés sur les revenus des Pays-Bas autrichiens. Frédéric II ne se soucia, en fait, de la dette anglaise qu’en janvier 1756, à la veille de signer la convention de Westminster et il ne paya jamais rien aux Hollandais, sous prétexte de péages sur la Meuse. Les autres dettes furent mal ou pas du tout remboursées et lorsqu’elles le furent ce fut avec des retards considérables.

34Le modèle d’emprunt des années 1730 fut cependant gravement perturbé dans les années 1740 par la perte de la Silésie et par les campagnes militaires de la guerre de succession d’Autriche en Italie du Nord et aux Pays-Bas. Il n’y eut qu’un emprunt de 450 000 florins à 5 % souscrit à Gènes en 1742. On emprunta 4 millions de florins à 4 % aux Pays-Bas autrichiens, avec une garantie sur les revenus belges. De leur côté, les Provinces-Unies ne prêtèrent pratiquement rien, car les progrès militaires des Français, qui occupèrent les Pays-Bas méridionaux et menacèrent les Provinces-Unies, obligèrent les Hollandais à lever des emprunts pour leur propre défense. Deutz & Co. d’Amsterdam prêta seulement 150 000 florins garantis sur la production de mercure, tandis qu’Hermann Benedetto de Venise prêtait 300 000 florins en 1746, garantis également par la fourniture de mercure. Enfin, le Trésor, déjà bénéficiaire des subsides anglais ne put souscrire des emprunts sur le marché londonien.

  • 23  P. G. M. Dickson, Finance and Government, op. cit., t. 2, p. 279-280.

35Après 1748, Charles de Lorraine et son ministre plénipotentiaire, le comte de Botta-Adorno, cherchèrent à remettre de l’ordre dans les finances des Pays-Bas autrichiens, pour mettre fin au gaspillage et recourir plus systématiquement au crédit belge. En 1752, les États de Brabant souscrivirent un emprunt de 3 333 000 florins, qui était garanti sur les revenus de la Basse-Autriche. En 1754, le Commissariat militaire à Vienne (Kriegsomissariatamt) souscrivit un emprunt de 2 millions de florins à 4 % auprès de la banque Osy & Sons de Rotterdam, garanti, lui, sur les revenus de Flandre et amortissable en 20 ans. Les emprunts à répétition, souscrits à partir de 1755 à Bruxelles, épuisèrent le marché. Un emprunt à Amsterdam sur le mercure contracté chez Willem Gideon Deutz ne rapporta que 840 000 florins, soit le tiers de l’émission23.

36En juin 1755, on emprunta encore 277 000 florins à Gênes à 4,5 %. L’ouverture des hostilités stimula, cependant, la recherche du crédit extérieur, en particulier sur les trois marchés rendus disponibles par la nouvelle conjoncture internationale : l’alliance française, la neutralité des Provinces-Unies et l’absence de conflit austro-anglais. Il faut dire que les prêts consentis par les Hollandais étaient garantis sur le cuivre ou le mercure et étaient fort modestes. Quant aux emprunts italiens, il est vrai plus importants, ils coûtaient cher. Un emprunt de 4 millions de florins sur les revenus de la Hongrie fut négocié en 1759 à Venise, mais il n’aboutit pas. Une poignée d’emprunts en Allemagne semble avoir été la seule source supplémentaire de crédit.

  • 24  P. G. M. Dickson, Finance and Government, op. cit., t. 2, p. 281-282.

37Les emprunts de la guerre de Sept Ans (1756-1763) totalisèrent 32 millions de florins, ce qui n’a rien de surprenant étant donné que ce conflit coûtait au moins 40 millions de florins par an. Ils avaient l’avantage de procurer de l’argent liquide immédiatement, à la différence des subsides français, et ils ne cessèrent de croître à partir de 1760. Les Pays-Bas autrichiens étaient devenus un important marché de capitaux. Cette constatation est renforcée par le succès des 5 loteries royales de 1756 à 1762, qui recueillirent 13 millions de florins, avec des intérêts compris entre 4 et 7,5 % qui n’étaient guère exorbitants. Pour préserver le marché belge, Kaunitz souhaitait en 1765 qu’au cas où le « bon génie » de la monarchie préserverait la paix jusqu’en 1780, les emprunts souscrits aux Pays-Bas soient remboursés à cette date. En fait, on souscrivit de nouveaux emprunts après avoir remboursé les anciens, en particulier ceux dont l’intérêt portait 4 % ou plus, dans le but de ne plus avoir que des emprunts à 3,5 %24.

IV. La corégence et l’action de Joseph II (1765‑1790)

38En 1765, la dette publique était une réelle source d’inquiétude, car à cette date elle s’élevait à 285 millions de florins, auxquels il fallait ajouter 14,3 millions de rentes viagères et 28 millions de florins de dettes des pays héréditaires.

A. Les tentatives d’assainissement : la corégence de Marie‑Thérèse et de Joseph II (1765‑1780)

39Le gouvernement central était responsable de 33 % de la dette, les deux autres tiers étant répartis sur les différents pays de la monarchie ; l’Autriche prit à sa charge 23 %, la Bohême-Moravie 26 % et la Hongrie Transylvanie 17 % du total. La majeure partie de la fortune personnelle du défunt empereur François avait été consacrée à la liquidation de la dette publique. Pour cette raison, Marie-Thérèse, aidée par Joseph II, essaya de porter remède à ce déséquilibre. On leva alors des emprunts directement, sans l’aide des États, et un accord fut passé en 1767 avec les diètes provinciales ; 56 millions de dettes du Trésor et 22 millions d’autres dettes furent ainsi reconnues, et leur amortissement se poursuivit jusqu’en 1848.

  • 25  Christian Steeb, « Johann Fries (1719-1785). Vom Eiwanderer zum Staatsbankier und Vertreter des St (...)

40Le banquier Jean Joseph Fries (1719-1785), associé à la politique financière de Kaunitz, fut l’un des principaux banquiers viennois du règne de Joseph II25. Il appartenait à une famille de patriciens calvinistes de Mulhouse, ville alors rattachée aux cantons suisses, que Johann quitta très jeune pour devenir fournisseur des Impériaux durant la guerre de Succession d’Autriche. En 1748, Kaunitz l’envoya à Londres récupérer les 100 000 livres sterling (soit au cours officiel 900 000 florins rhénans) promises à Marie-Thérèse par son allié anglais, qui n’avaient toujours pas été versées. Fries revint à Vienne à la fin de 1749 avec les 100 000 livres sterling en monnaie d’or. Faute de pouvoir s’établir à Francfort, il fonda des manufactures en Autriche, mais il joua un rôle essentiel à partir de 1756 dans le transfert des fonds secrets versés par la France au Trésor impérial. Seul l’ambassadeur Georg Adam Starhemberg (1724-1807) était au courant. Les fonds étaient remis à Fries et envoyés à Vienne en passant par la Maison Nettine de Bruxelles. Kaunitz avait confié à Jean Fries la gestion d’une caisse secrète, créée à cette occasion. Sa commission ne dépassait pas 0,5 %. Avec un banquier originaire de Francfort, Jean-Jacques Gontard, Fries fonda en 1766 à Vienne la banque Fries & Co. En 1767, il obtint le quitus pour la gestion de la caisse secrète, qui avait transféré en 10 ans la somme de 44,7 millions de florins de Paris à Vienne. En d’autres termes, le renversement des alliances avait coûté 110 millions de livres tournois au Trésor français ! En 1771, Fries devint conseiller aulique à Vienne et Joseph II couronna sa carrière en le nommant comte d’Empire en 1783. En face de la Hofburg, sur l’emplacement d’un couvent sécularisé (le Königinkloster), Fries fit construire par l’architecte Hohenberg un palais en style néoclassique, devenu depuis le palais Pallavicini.

  • 26  Derek Beales, Joseph II, Cambridge, Cambridge University Press, 1987-2009, p. 161-164.

41En tant qu’héritier de l’empereur François, Joseph II avait toute latitude pour agir dans le domaine financier et il profita de l’héritage paternel pour réduire la dette publique26. Joseph II avait sûrement raison de considérer la conversion des rentes comme l’événement majeur de la politique financière de la monarchie à l’époque de la corégence. On décida de diminuer de 1 % l’an l’intérêt des emprunts d’État, en l’abaissant de 5 ou 6 % à 4 % l’an. On prit le risque d’offrir aux créanciers le remboursement de leur capital s’ils n’acceptaient pas la réduction du taux d’intérêt. Ce plan connut un succès considérable. Il n’y eut que 14,4 millions de florins qui furent remboursés aux créanciers et l’opération de conversion ne coûta à la Banque que 8,2 millions de florins. Le Trésor épargna en moyenne 870 000 florins par an et surtout l’économie en profita ; le prix de la terre augmenta, puisque le revenu moyen annuel des capitaux investis dans la terre égalait désormais le revenu de la rente. La monarchie était désormais sûre d’obtenir des prêts abondants à un taux raisonnable. L’opération avait été rendue possible par le cadeau que Joseph II avait fait au Trésor public. Critiquée comme le gaspillage de l’héritage paternel, elle contribua à l’assainissement des finances publiques – démontrant ainsi le dévouement de Joseph II aux intérêts de l’État.

B. Le sort des emprunts extérieurs

42Le système des emprunts souscrits à l’étranger depuis 1756 était considéré par Vienne comme une preuve des bienfaits de la bonne coordination entre les différentes provinces de la monarchie, dont les revenus avaient servi de gage à ses engagements. Les emprunts étaient remboursables en 10-12 ans, à l’exception de ceux souscrits pendant la guerre de Succession de Bavière qui n’étaient amortissables qu’en 22 ans. Le service de la dette était assuré par la vente des produits miniers dont le banquier Fries était responsable. Les emprunts d’État émis par Vienne étaient, semble-t-il, plutôt mal vus aux Pays-Bas autrichiens étant donné que les sommes prêtées avaient excédé de 16,3 millions de florins les remboursements pour la période 1752-1763. En 1764, il fut décidé que la dette autrichienne, qui s’élevait à 19 millions de florins rhénans, serait divisée en deux parts. Tandis que 75 % de la dette devaient être amortis – la plus grande partie – en 32 ans, à raison de 981 000 florins par an, le service du reste – soit 25 % du total – devait continuer à être payé normalement. Cette solution surchargeait le budget des Pays-Bas de 1,5 million de florins et mécontenta les sujets belges, car ils avaient déjà payé 11,5 millions de florins de « dons gratuits » à la Maison d’Autriche durant la guerre de Sept Ans. Les sommes alors placées à la disposition des finances allemandes atteignaient 60 millions de florins. Cette ponction fut, il est vrai, en partie compensée par la vente de produits agricoles.

  • 27  P. G. M. Dickson, Finances and Government…, op. cit., t. 2, p. 288-289, 292-294.

43Entre 1764 et 1780, la monarchie recourut largement à des emprunts à moyen terme souscrits aux Pays-Bas autrichiens et en Italie. Le total s’éleva à 76 millions de florins, dont 35 % provenaient des provinces belges, 30 % des Provinces-Unies et 30 % d’Italie. On empruntait en moyenne 6 millions par an entre 1765 et 1768, puis en 1771-1772, et beaucoup moins en 1769-1770, ainsi qu’après 1772 jusqu’à la guerre de Succession de Bavière (1778-1779). On fit alors appel au crédit au moins autant que pendant la guerre de Sept Ans. Ces difficultés financières, accrues par le peu d’empressement des banquiers belges à prêter largement au Trésor, encouragèrent la conclusion d’un compromis avec la Prusse lors des négociations de Teschen en mai 177927.

  • 28Ibid., p. 294-299.

44Malgré les réticences de Joseph II, le recours aux marchés financiers de Gênes et des Pays-Bas continua après 1780 parce que l’Empereur s’adressait plus volontiers aux banquiers belges ou milanais qu’aux banquiers hollandais. Au cours de cette période, le marché anglais des capitaux fut ignoré et ne reprit de l’importance qu’après 1790. La Suisse, qui commençait à prêter de l’argent au gouvernement français en 1765-1766, fut également ignorée. En fait, de 1763 à 1780, la Cour de Vienne plaçait ses emprunts à Gênes et à Amsterdam, aux Pays-Bas autrichiens et en Lombardie. En 1782, elle décida de souscrire un emprunt à Bruxelles et à Milan, sans recourir à Gênes ou à la Hollande. Elle emprunta ainsi au total 11,8 millions de florins aux Pays-Bas et souscrivit pour 5,7 millions de florins de dettes auprès de Gênes. La monarchie emprunta tout de même 22,6 millions de florins à Amsterdam entre 1784 et 1792. Les provocations guerrières n’étaient donc pas incompatibles avec les affaires financières aux Pays-Bas comme aux Provinces-Unies. Cependant, au cours de l’année 1789, son crédit s’effondra aux Pays-Bas, victime de l’instabilité générale qui s’installa sur les marchés européens en cette année de révolution28.

C. L’action des banquiers

45Une nouvelle source de crédit avait entre-temps été trouvée à Francfort chez les frères Bethmann, surtout actifs après 1780, qui étaient les agents des Habsbourg en Allemagne, et auxquels le Trésor autrichien emprunta 6 millions de florins sous Joseph II et 7,7 millions sous Léopold II. Johann Philipp Bethmann, qui avait hérité d’une modeste maison de commerce, étendit en effet ses activités à la banque. Il négocia 17 emprunts pour 2 millions de florins aux princes allemands et commença à faire des affaires avec Vienne en 1779. Il constitua ainsi l’une des plus grosses fortunes de Francfort et son fils Simon fut anobli en 1808.

46À Amsterdam, le Trésor négociait avec la firme Deutz en déclin, la firme Goll & Co., mais surtout avec Jean Osy & fils, un banquier d’origine gasconne, lié par mariage aux Proli d’Anvers (la maison Osy a survécu jusqu’en 1850). À Milan, Giulio Cesare Busti était le principal agent pour les investisseurs génois, représentés par le marquis Marcello Durazzo. La maison Brentani Cimaroli de Gênes et de Vienne était l’un des piliers des emprunts extérieurs de la monarchie, comme la maison Verbrugge & Goll aux Pays-Bas. Les Brentani étaient au service de la Maison d’Autriche depuis le début du siècle et Domenico Brentani avait ouvert une filiale à Vienne pendant la guerre de Sept Ans. La firme génoise accorda 86 prêts entre 1760 et 1792 pour un total de 108 millions de livres et fit faillite en 1794.

  • 29  P. G. M. Dickson, Finances and Government…, op. cit., t. 2, p. 297-299, 337-338.

47Les banquiers viennois (Aguilar, Fries, Hillebrand, Küner, Palm, Spitz et Wiesenhütten) servaient d’intermédiaires dans la négociation des emprunts extérieurs. Ils étaient rétribués pour placer l’emprunt auprès des particuliers qui voulaient bien investir en fonds d’État et pour assurer le versement des intérêts29.

  • 30Ibid., p. 300-399.a

48On manque de renseignements précis sur l’origine sociale des créanciers de la maison d’Autriche, surtout après 1763. Les vrais prêteurs se cachaient derrière les états provinciaux, l’Église ou la Ville de Vienne. Après 1770, la tendance s’inversa ; quelques magnats empruntèrent à l’État au lieu de lui prêter de l’argent comme dans la période précédente. Fait nouveau : les Lobkowitz ou les Schwarzenberg devinrent les débiteurs du Trésor au lieu d’être ses créanciers comme naguère ; le prince Joseph Schwarzenberg, alors grand chambellan de Marie-Thérèse emprunta ainsi 200 000 florins en 1775. On ignore également quelles personnes investissaient en fonds d’État dans les Pays-Bas autrichiens30.

49Comme toutes les grandes puissances du xviiie siècle, sur le plan financier, la monarchie supportait mal le choc d’une guerre. Si, en 1785, le budget autrichien révélait un excédent de 3 millions de florins, la guerre austro-turque de la fin du règne de Joseph II fut financée par un recours massif à l’emprunt, car, en 1790, les dépenses militaires représentaient les deux tiers des dépenses totales de l’État. Le gonflement brutal de la dette publique mit la monarchie en fâcheuse posture en 1792, lorsqu’il fallut commencer la guerre avec la France révolutionnaire. Joseph II, si préoccupé par la question de la dette publique, n’en laissa pas moins derrière lui une dette de 500 millions de florins en 1790. L’innovation la plus dangereuse à moyen terme fut peut-être l’émission de papier-monnaie. Cette initiative de Marie-Thérèse fut reprise par Joseph II en 1785 : elle permit à son successeur François II de financer en partie les guerres révolutionnaires, mais elle conduisit l’Empire d’Autriche à la banqueroute de 1811.

Conclusion

50Quatre conclusions paraissent s’imposer :

  • le Trésor ne fit que modérément appel au crédit jusqu’en 1700 : 22 millions pour une guerre de 15 ans, avec un second front durant 7 ans, ce n’est pas considérable. Étant donné la faible part prise par les banquiers jusqu’en 1699, ce furent essentiellement les bénéfices tirés de la production agricole qui fournirent cet argent, même en tenant compte du rôle des capitalistes associés au Trésor et des profits de certains généraux réinvestis en fonds d’État ;

  • le Trésor a su « moduler » le financement de l’impasse budgétaire, ce qui montre qu’en dépit de toutes les critiques, elle n’était pas si mal gérée. De ce fait, jamais, après 1680, la politique autrichienne ne se retrouva dans l’étroite dépendance d’une quelconque puissance. Lorsqu’en 1690 l’aide du Saint-Siège a cessé, les ressources propres de la monarchie lui ont permis de faire face à l’essentiel de ses obligations. L’économie en expansion a permis à la Chambre d’accroître la pression fiscale, tout en faisant appel au crédit intérieur, puis au xviiie siècle au crédit extérieur. De toute façon, la disparition du péril ottoman après la paix de Karlowitz rendit la gestion des finances moins dramatique, même si les ambitions de Frédéric II mirent à plusieurs reprises la cour de Vienne en difficulté ;

  • dans la seconde moitié du xviiie siècle, la monarchie fit moins appel au crédit que la France ou la Grande-Bretagne, et l’endettement maîtrisé lui permit de garder des finances saines jusqu’aux guerres de la Révolution. Elle a en particulier habilement utilisé le crédit que lui fournissaient les Pays-Bas autrichiens ;

  • la reprise de la guerre avec l’Empire ottoman en 1788 a compromis les efforts du règne de Joseph II et placé les finances de la monarchie dans une situation délicate à la veille des guerres de la Révolution.

51Toutefois, durant toute la période, le déclenchement d’une guerre obligeait la monarchie à faire appel au crédit et le phénomène devint de plus en plus dangereux à partir de la fin du règne de Marie-Thérèse. Le souci d’une gestion financière raisonnable était une préoccupation de Joseph II, qui ne résista pas cependant aux aventures extérieures. Mais il pensait, comme beaucoup d’autres responsables avant lui, que des réformes de l’appareil administratif et une meilleure gestion des finances publiques fourniraient une solution durable au problème de l’impasse budgétaire.

Notes

1  Tous les chiffres cités proviennent de la HKA, Vienne, Gedenkbücher 223 et 436.

2  Max Grünwald, Samuel Oppenheimer und sein Kreis (ein Kapitel aus der Finanzgeschichte Österreichs), Vienne-Leipzig, W. Braunmüller, 1913, p. 115.

3  Dépêche de Grémonville, résident français, au roi du 9 mai 1669, Archives des Affaires étrangères [désormais Ar. MAE] Paris, C. P. Autriche, vol. 33, f° 16.

4Theatrum Europaeum, Francfort, 1705, t. XV, p. 719.

5  A.Ö.G. 132, citée par Brigitte Holl, Hofkammerpräsident Gundaker Thomas Graf Starhemberg und die österreichische Finanzpolitik der Barockzeit (1703-1715), Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1976, p. 47.

6  B. Holl, Hofkammerpräsident Gundaker Thomas Graf Starhemberg, op. cit., A.Ö.G. 132, p. 47.

7  Peter Georg Muir Dickson, Finances and Government under Maria Theresia 1740-1780, Oxford, Clarendon Press, 1987, t. 1, p. 142-153.

8  Max Grünwald, Samuel Oppenheimer und sein Kreis, op. cit., p. 168-170.

9  Hermann Ignaz Bidermann, Die Wiener Stadtbank, A.Ö.G., t. 20, Vienne, 1858, p. 343-445.

10  B. Holl, Hofkammerpraesident Gundaker Thomas Graf Starhemberg, op. cit., A.Ö.G., t. 132.

11  H. I. Bidermann, Die Wiener Stadtbank, op. cit., p. 341-445.

12  Ar. MAE, Mémoires et documents, Autriche, t. 3, f° 121-124.

13Ibid., f° 127-124.

14  Franz Freiherr von Mensi, Die Finanzen Östererreichs 1701 bis 1740, Vienne, 1890.

15  Jean Bérenger, « Public Loans and Austrian Policy in the Second Half of the Seventeenth Century », Journal of European Economic History, vol. 2, n° 3, 1973, p. 657-670.

16  Ar. MAE, Mémoires et documents, Autriche, t. 3, f° 120-132. Ce mémoire anonyme a été rédigé en 1716 alors que le comte du Luc était ambassadeur de France à Vienne.

17  F. von Mensi, Die Finanzen Österreichs…, op. cit., appendice 18.

18  P. G. M. Dickson, Finances and Government…, op. cit., t. 2, p. 7.

19Ibid., p. 26.

20  Georg Zwanowetz, Die Finanzgebarung und Finanzverrechnung des Stadt Wien in der ersten Hälfte der Regierung Maria Theresias (1740 bis 1760), thèse de doctorat, université d’Innsbruck, 1953 et A. Spring, Wiens Finanzen in der zweiten Hälfte der Regierung Maria Theresias, 1760-80, thèse, université de Vienne, 1949 ; P. G. M. Dickson, Finances and Government…, op. cit., t. 2, p. 318-329.

21  P. G. M. Dickson, Finances and Government…, op. cit., t. 2, p. 318-339.

22  F. von Mensi, Die Finanzen Östererreichs, op. cit., « Anleihe im Auslande ».

23  P. G. M. Dickson, Finance and Government, op. cit., t. 2, p. 279-280.

24  P. G. M. Dickson, Finance and Government, op. cit., t. 2, p. 281-282.

25  Christian Steeb, « Johann Fries (1719-1785). Vom Eiwanderer zum Staatsbankier und Vertreter des Staatskanzlers », in Walter Koschatzky (dir.), Maria Theresia und ihre Zeit, Eine Darstellung der Epoche von 1740-1780 aus Anlaß der 200. Wiederkehr des Todestages der Kaiserin, Salzbourg-Vienne, 1979, p. 304-323.

26  Derek Beales, Joseph II, Cambridge, Cambridge University Press, 1987-2009, p. 161-164.

27  P. G. M. Dickson, Finances and Government…, op. cit., t. 2, p. 288-289, 292-294.

28Ibid., p. 294-299.

29  P. G. M. Dickson, Finances and Government…, op. cit., t. 2, p. 297-299, 337-338.

30Ibid., p. 300-399.a

Auteur

Professeur émérite à l’université de Paris-Sorbonne, président d’honneur de la société d’Études du xviie siècle, spécialiste de l’histoire politique, militaire et financière des pays d’Europe centrale et orientale, et notamment des États des Habsbourg d’Autriche à l’époque moderne, Jean Bérenger a notamment publié sa thèse sur Finances et absolutisme autrichien dans la seconde moitié du xviie siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1975 ; une Histoire de l’Empire des Habsbourg de 1273 à 1918, Paris, Fayard, 1990 ; L’Empire Austro-Hongrois, Paris, Armand Colin, 2e édition, 2011 ; La Hongrie des Habsbour, tome 1, 1526‑1790, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search