Version classiqueVersion mobile

Les crises de la dette publique

 | 
Gérard Béaur
, 
Laure Quennouëlle-Corre

La dette au cœur des relations internationales

La crise de la dette argentine des années 1890 : un moment de la régulation économique internationale

Patrick Verley

Texte intégral

  • 1  Ce texte a été rédigé vers 2007-2009 et ne tient pas compte de la plus grande partie de la bibliog (...)

1Cette crise1 a été l’élément déclencheur ou le prélude d’une crise importante et plus générale impliquant la Grande-Bretagne et un certain nombre d’autres pays. Elle met donc au premier plan la question du rapport entre les crises de la dette, la conjoncture de l’économie internationale et les crises de pays qui en sont le centre. Les crises sont révélatrices des structures, comme disait Labrousse, en l’occurrence du fonctionnement ou dysfonctionnement du système économique international ainsi que du mode de développement des pays dits « neufs ». Ces pays – dont la population au xixe et début du xxe siècles était majoritairement d’immigration européenne – sont de climat tempéré, exportateurs de produits miniers ou agricoles ; ils avaient un niveau de développement moyen ou supérieur avec une croissance rapide dans une économie relativement saine. Ils étaient les plus touchés par les dysfonctionnements de l’économie internationale, parce qu’ils en étaient les maillons les plus fragiles. La crise de la dette est donc en même temps une crise dans un processus de développement, si ce n’est une crise de développement proprement dite.

I. Un pays neuf à croissance rapide : rencontre entre un fort besoin d’investissement en Argentine et un gonflement de l’offre de capitaux en Grande‑Bretagne

A. La croissance et la demande de capitaux

2L’Argentine des années 1880 se rapprochait du modèle des États-Unis (qui avaient aussi connu leur période de crise de la dette dans les années 1840), du Canada et de l’Australie, qui allaient être affectés par sa crise souveraine. Mais à la différence des États-Unis, dont la croissance a été fondée sur le marché intérieur, le mode de développement argentin a été tiré par les exportations, les produits animaux, dont la laine avant 1890. Ce développement a été financé par des capitaux étrangers, principalement britanniques, pour produire ces produits d’exportation largement à destination du marché britannique. La croissance argentine a été rapide, supérieure à celle des vieux pays industriels affectés par la Grande Dépression, mais également à celle des États-Unis. Elle résulte d’une immigration rapide à partir du milieu du xixe siècle, qui n’a pas empêché d’atteindre un niveau de développement élevé.

Tableau 1. PIB par habitant selon Angus Maddison (en dollars 1990)

   Année   

 Argentine 

  France  

 Allemagne 

 Royaume-Uni 

 États‑Unis 

   Brésil   

1870

1 311

1 858

1 913

3 263

2 457

740

1890

2 152

2 354

2 539

4 099

3 396

772

1900

2 756

2 849

3 134

4 593

4 096

704

1910

3 822

2 937

3 527

4 715

4 970

795

Source : Angus Maddison, L’économie mondiale 1820-1992. Analyse et statistiques, Paris, OCDE, 1998, pp. 206-214.

  • 2  Roberto Cortés Conde, « The Vicissitudes of an Exporting Economy: Argentina (1875-1930) », in Enri (...)
  • 3  Carl E. Solberg, « Land Tenure and Land Settlement: Policy and Patterns in the Canadian Prairies a (...)

3Le PNB par tête augmenta en moyenne de 6,2 % par an entre 1875 et 18892. Un facteur limitait néanmoins le pouvoir d’achat, différenciant l’Argentine du Canada et de l’Australie. La terre était divisée en grands domaines dont les propriétaires accaparaient les profits d’exportation, avec une faible classe moyenne rurale. Ces domaines étaient morcelés en fermes, alors qu’au Canada et en Australie, des propriétaires possédaient des exploitations de taille familiale. Mais cela n’implique pas que le mode d’exploitation agricole argentin ait été inefficace et archaïque : ce type d’exploitation permettait de produire à un coût inférieur et de s’adapter, avec davantage de flexibilité, aux variations de la demande internationale, en passant plus facilement de la culture céréalière à l’élevage, et vice-versa3.

  • 4  Alec George Ford, « Capital Exports and Growth for Argentina, 1880-1914 », The Economic Journal, v (...)
  • 5  Leslie Bethell, Cambridge History of Latin America, vol. 5, 1870 to 1930, Cambridge, Londres, etc. (...)
  • 6  Cette guerre dite « de la Triple Alliance » (Argentine, Brésil et Uruguay contre le Paraguay) avai (...)

4Jusqu’à 1880, l’Argentine était un pays d’élevage, producteur de peaux puis peu à peu de laine. Jusqu’en 1878, elle importait encore du blé4. Le pays n’avait alors qu’une faible importance. Son point faible était son importante dette extérieure, résultat du financement des guerres d’indépendance des années 1810, puis des guerres de délimitation de territoire avec les pays voisins et des guerres internes qui permirent d’agréger des provinces disjointes, contrôlées par de grands propriétaires qui s’opposaient au centralisme sous l’égide de Buenos Aires. Signe de cette méfiance durable, Buenos Aires ne devint capitale fédérale qu’en 1880. Cette unification tardive s’est faite d’une manière chaotique, financièrement coûteuse. La Confédération argentine, comme pays dont l’unité n’est plus contestée, n’apparut qu’en 1862 ; dès lors, le gouvernement mena une politique volontariste de développement : emprunt pour les chemins de fer et politique d’immigration. L’unification était une condition préalable pour lever des fonds à l’étranger. Dès 1860, le gouvernement de Buenos Aires avait lancé à Londres un emprunt de 2,5 millions de livres par l’intermédiaire de Baring. Il s’efforça d’attirer des immigrants ouvrant des bureaux en Europe en 1862. La loi Avellaneda de 1876 reprit les textes antérieurs et donna les mêmes droits civils aux migrants qu’aux nationaux Le gouvernement garantit un intérêt minimum aux actionnaires du Central Argentine Railway, société à capitaux britanniques, qui devait relier les plaines centrales, condition du développement d’une colonisation des terres et d’une mise en culture5. Pour les épargnants qui allaient acheter des obligations, cette garantie les transformait de facto en titres publics : il en sera de même pour les autres compagnies ferroviaires. L’économie fit un premier bond, mais l’unification fut de nouveau suivie d’une période de guerre : le conflit entre le Paraguay et le Brésil entre 1864 et 1870, puis les guerres contre les Indiens de Patagonie et du Chaco à partir de 1874. On a ainsi évalué le coût de la guerre du Paraguay (1865-1870) pour l’Argentine à 45 millions de pesos, mais elle fut d’autant plus aisément financée à Londres qu’elle servait les intérêts britanniques6.

  • 7  Walther L. Bernecker (dir.), Handbuch der Geschichte Lateinamerikas, t. 2, Stuttgart, Klett-Cotta, (...)
  • 8  « La laine de Buenos-Ayres est assez longue, mais peu soyeuse, ce qu’explique suffisamment l’aband (...)

5Cette situation obligea à stopper la construction ferroviaire, et à emprunter de nouveau en Angleterre pour y acheter des fournitures militaires. La pénurie alimentaire entraîna inflation et instabilité monétaire, car le pays était en régime de monnaie papier inconvertible. Mais la guerre a aussi enrichi les éleveurs, qui ont développé leur production7, et ce malgré les irrégularités du marché international de la laine, affecté par la crise financière londonienne de 1866 et la hausse des droits de douane américains en 1867. La production de laine était ainsi passée de 20 millions de livres en 1850 à 140 millions en 1870. Il y avait une forte demande de laine en Europe en raison de la croissance économique, de l’évolution vers des tissus de laine plus légers et moins chers, avec la fin de la domination du cardé dans la hiérarchie des qualités, et enfin du fait des épidémies frappant les ovins européens. La machine à égrateronner permettait désormais d’utiliser les toisons des pays de la Plata jusqu’alors trop sales8. Cela changea les conditions du marché international. Les exportations du pays connurent un boom avec l’utilisation des laines de la Plata dans l’industrie européenne.

6Si les transports transatlantiques bon marché qui existaient dès les années 1870 en Atlantique nord eurent pour effet de casser les prix du blé sur les marchés européens, leur extension à l’Atlantique sud, qui ne pouvait manquer d’arriver à court terme, faisait apparaître une opportunité. Alors que le transport de laine, produit de valeur, pouvait se faire avec un coût du fret élevé, la production extensive de céréales et de viande que les bateaux frigorifiques pouvaient désormais acheminer vers les ports européens exigeait des transports à faible coût. Le préalable en était la construction d’un réseau ferroviaire qui allait nécessiter une énorme main-d’œuvre pour les terrassements et les ouvrages d’art, alors que le pays était peu peuplé. Une immigration massive était donc le second préalable, avant même que se pose la question de la main-d’œuvre pour mettre en valeur les terres puis pour les cultiver. L’apport massif de capitaux étrangers était le troisième préalable, mais il impliquait une capacité d’emprunt dont la condition était le raccrochage à l’étalon-or.

Tableau 2. Construction ferroviaire

Année

Longueur des voies ferrées
(km)

Construction annuelle moyenne sur les 5 ans antérieurs
(km)

1860

39

1865

213

174

1870

732

519

1875

1 384

652

1880

2 313

929

1885

4 541

2 228

1890

9 254

4 713

1895

14 222

4 968

1900

16 767

2 545

1905

19 682

2 915

Source : Brian R. Mitchell, International Historical Statistics. The Americas 1750-1988, 2e éd., New York, Stockton Press, 1993, p. 534-535.

Tableau 3. Immigration

     Année     

      Immigrants (milliers)      

1885

94

1886

79

1887

107

1888

139

1889

220

1890

30

1891

– 30

1892

29

Source : ibid., p. 95.

7Le réseau avait changé de dimension dans les années 1880. L’accélération de la construction entre 1885 et 1890 avait nécessité une poussée de l’immigration. Cela a impliqué une très forte demande de capitaux avant que les travaux soient lancés. Dans la mesure où les emprunteurs étaient des sociétés privées à capitaux britanniques pour l’essentiel, le financement – principalement obligataire – aurait pu ne pas affecter le budget de l’État, même si l’État fédéral et les provinces avaient en l’occurrence joué également les intermédiaires pour emprunter. La clause de garantie publique d’intérêt faisait porter toute la charge financière sur l’État argentin pendant toute la période initiale où les dépenses n’étaient pas compensées par des profits d’exploitation.

  • 9  En 1913, 90 % des capitaux sociaux des compagnies étaient détenus par les étrangers : A. G. Ford, (...)

8Il y eut, du fait des chemins de fer, un boom de l’importation de capitaux dans les années 1880, avec une accélération dans la seconde moitié de la décennie. Comme les Argentins étaient surtout intéressés par le placement en terres, le capital des compagnies ferroviaires vint presque exclusivement de l’étranger durant toute la décennie9. Ces capitaux se répartissaient entre :

  • 35 % d’emprunts publics, dont une grande part devait déjà servir à payer le service de la dette des emprunts précédents ;

  • 32 % pour acheter des équipements pour les chemins de fer ;

  • 24 % pour des obligations hypothécaires.

  • 10  John H. Williams, Argentine International Trade Under Inconvertible Paper Money 1880-1900, Cambrid (...)

9Selon John H. Williams10, le service de la dette aurait absorbé 40 % des sommes empruntées entre 1881 et 1890. Le poids des emprunts hypothécaires était important. Il s’explique par les emprunts des immigrants pour acheter de la terre, dont le prix avait beaucoup augmenté, et par ceux des grands propriétaires, qui avaient fondé des banques hypothécaires pour leurs propres besoins. Celles-ci étaient donc caractérisées par des fonds propres faibles et des dépôts très limités : elles devaient financer leurs crédits par l’émission de bons (cedulas) vendus dans le pays, et surtout à l’étranger (Grande-Bretagne, Belgique et Allemagne).

B. L’offre de capitaux

  • 11Handbuch…, op. cit., p. 701, trad. Patrick Verley.
  • 12  Robert Dudley Baxter, « The Recent Progress of National Debts », Journal of the Statistical Societ (...)

10L’Argentine était considérée comme un emprunteur à qui l’on pouvait faire confiance, car le gouvernement avait tout fait pour l’inspirer : il avait réalisé l’unité territoriale, cherchait à raccrocher sa monnaie à l’étalon-or et montrait sa détermination à satisfaire les éventuels prêteurs. Le pays avait été très touché par la crise de 1873. Le président Avellaneda affirma alors que le pays tiendrait ses engagements vis-à-vis de ses créanciers et qu’il y avait « deux millions d’Argentins qui dans cette situation extrêmement difficile accepteront la faim et la soif pour faire face à leurs engagements et conserver la confiance des marchés étrangers11 ». En outre, les experts financiers considéraient l’Argentine comme un emprunteur fiable. L’éminent Robert Dudley Baxter, qui venait de publier National Debts, opérait dans sa communication à la Statistical Society de Londres en 1874 un classement des emprunteurs selon le critère du taux d’intérêt, qu’il considérait comme une évaluation du risque pays. Il plaçait l’Argentine dans le groupe des « États emprunteurs avec de bonnes ressources, dont le crédit est bon sur le marché des capitaux ». Un fort argument soutenant ce jugement était que The connection between a temperate climate and pecuniary thrift, and between a hot climate and pecuniary recklessness, is very clearly demonstrated. The rate of interest rises with the thermometer, but cautious investors must beware of the blandishments of the sunny south.12 Ainsi s’expliquaient selon Baxter les taux d’intérêt élevés et les défaillances financières de l’Espagne, de la Grèce et des États sud-américains proches de l’Équateur, alors que la Confédération argentine, située dans les « régions plus tempérées de l’Amérique du Sud », ne pouvait qu’inspirer confiance.

  • 13  I. Grinfeld, « Monetary Experiences of the Argentine Republic », Political Science Quarterly, vol. (...)
  • 14  La valeur est donc égale à 0,965 $ américains et 0,918 trade dollars (monnaie frappée pour l’Extrê (...)

11Le marché financier anglais, qui avait oublié les défaillances initiales, avait multiplié des relations plus récentes avec l’Argentine. Les Britanniques avaient investi dès avant 1870 dans le commerce et les estancias et la London and River Plate Bank était née en 1863, juste après l’unification. Les besoins croissants de matières premières et de produits alimentaires de la Grande-Bretagne laissaient supposer que le pays aurait la capacité de faire face à ses engagements par ses exportations de laine, puis bientôt de blé et de viande, produits indispensables pour l’industrie lainière et pour nourrir les habitants d’une Grande-Bretagne dépendante de l’étranger pour son alimentation. Le point noir restait encore l’anarchie monétaire et la multiplication d’un papier-monnaie déprécié. On avait émis de grandes quantités de pesos papier durant tout un demi-siècle pour financer les conflits entre provinces et toutes sortes de pièces circulaient, dont des pièces en argent chiliennes et boliviennes13. Mais le Congrès avait montré sa volonté d’en finir, et la loi de 1881 définissait le peso-or ou argent contenant 1,61 g d’or ou 25 g d’argent au titre de 0,914. On parvint à la convertibilité en 1883, mais elle ne put être maintenue à partir de 1885. Il y eut alors un énorme afflux de capitaux étrangers, qui atteignirent leur maximum en 1888 et changèrent de dimension le montant des créances britanniques sur le pays. Le paiement des intérêts et l’amortissement de ces emprunts devaient être – pour la plupart – effectués en or. Seules les cedulas étaient libellées en pesos papier, ce qui allait avoir une grande importance.

Tableau 4. Emprunts en millions de pesos-or (1 livre sterling = 5 pesos‑or)

   Année   

   Total   

   Public   

Chemins de fer

Cedulas
(emprunts hypothécaires)

Service de la dette

1885

 39

25

12

23

1886

 68

42

16

27

1887

154

47

38

54

37

1888

248

92

89

47

50

1889

154

31

52

56

60

1890

 45

11

20

14

60

Total

708

248
(35 %)

227
(32 %)

171
(24 %)

Source : A. G. Ford, « Argentina and the Baring Crisis of 1890 », Oxford Economic Papers, vol. 8, n° 2, juin 1956.

Tableau 5. Créances britanniques sur l’Argentine

     Année     

  Créance (millions £)  

1857

  2,6

1865

  5,4

1875

 23,1

1885

 45,6

1890

174,8

1900

189,0

Source : Henry Stanley Fern, « Investment and Trade between Britain and Argentina in the Nineteenth Century », The Economic History Review, New Series, vol. 3, n° 2, 1950, p. 208.

  • 15  Desmond Christopher Martin Platt, « Foreign Finance in Argentina for the First Half Century of Ind (...)

12Des circonstances propres au marché britannique des capitaux avaient permis cet énorme transfert. D’abord, la fermeture des débouchés traditionnels pour les capitaux britanniques disponibles, internes ou externes (États-Unis, colonies), incitait à trouver de nouvelles directions de placements.15 Ensuite, l’investissement en Grande-Bretagne était à un niveau très bas depuis la fin des années 1870. Cela limitait les occasions de placement, même si le financement industriel au travers des bourses de province ne concurrençait que de manière limitée l’investissement international au travers de la place de Londres.

  • 16  Max Wirth, « The Crisis of 1890 », Journal of Political Economy, vol. 1, n° 2, mars 1893. Max Wirt (...)

13Enfin, la chute des cours des valeurs privées avait pour effet de faire reporter les épargnants sur les titres publics selon Max Wirth16, même si là encore il s’agissait de marchés sociologiquement différents et seulement partiellement substituables. La tendance à la baisse des prix rendait plus attractives les valeurs à revenu fixe et incitait à des comportements de prudence, comme de privilégier les fonds d’État. Comme les grands pays industriels ne procédèrent pas à des émissions publiques, passés les emprunts français des années 1870, les banquiers devaient chercher ailleurs des opportunités de placement pour satisfaire les épargnants.

  • 17  Andrew Thomson, « Informal Empire? An Exploration in the History of Anglo-Argentine Relations, 181 (...)

14De plus, le gouvernement argentin a joué de la concurrence entre banques pour obtenir les meilleures conditions. Cela a incité à développer des prêts plus risqués. Lorsqu’en 1881, Baring refusa de lancer un nouvel emprunt à Londres, un syndicat français a tenté de le remplacer pour s’imposer comme prêteur de l’Argentine. Cela a eu pour effet d’augmenter le niveau de prise de risques. Baring reprit donc en mains les emprunts argentins, même s’ils n’étaient provisoirement guère faciles à écouler sur le marché londonien, pour éviter d’être exclu, dans l’avenir, d’opérations fructueuses17.

II. Déséquilibres et facteurs aggravants à la fin des années 1880 : vers la crise

A. Déséquilibre des balances commerciales et des paiements courants

15Vers la fin des années 1880, un certain nombre de déséquilibres se manifestèrent – conséquence d’enchaînements inévitables qui n’étaient pas malsains en eux-mêmes, mais auraient nécessité un soutien continu par un afflux de capitaux nouveaux. La rupture de cet approvisionnement va déclencher une crise de solvabilité.

  • 18  Pour tout ce développement, A. G. Ford, « Argentina and the Baring crisis… », art. cit.

16Les capitaux empruntés ont eu pour effet de déséquilibrer la balance commerciale ainsi que la balance des paiements courants. Les fonds empruntés servaient en effet18 à payer en livres sterling les intérêts de la dette et, après conversion en monnaie nationale, le travail d’infrastructure – construction des voies ferrées et mise en valeur des terres. En un second temps seulement, ils servaient à acheter en Grande-Bretagne des biens d’équipement pour les chemins de fer, car il fallait réaliser les travaux de terrassement avant d’acheter des rails, puis du matériel roulant. La conséquence de ces décalages dans le temps a été un gonflement immédiat des importations de biens de consommation, dans la mesure où les revenus distribués aux travailleurs et les profits venus des exportations se transformaient en demande de produits dont une grande part était importée. Dans un pays neuf du type de l’Argentine, il y avait une importante élasticité des importations par rapport aux revenus. La propension à consommer des produits importés était alors sûrement plus forte dans les hauts revenus que dans les faibles, c’est-à-dire pour ceux qui profitaient le plus des gains d’exportation et de l’activité financière. Ensuite seulement, les commandes de matériel ferroviaire venaient s’ajouter aux importations. Les exportations, en revanche, croissaient plus lentement.

  • 19Ibid.

17La balance des paiements courants était en outre affectée par deux autres facteurs de déséquilibre croissant. L’importation massive de capitaux à partir de 1885 se fit sous la forme d’emprunts publics (État, provinces, villes) et d’obligations privées (chemins de fer, société d’exploitation foncière, banques hypothécaires), avec une charge financière fixe qui croissait chaque année et augmentait le déficit courant. L’immigration accroissait le déficit, car les travailleurs immigrés renvoyaient une partie de leurs gains dans leur pays d’origine. Leurs remises étaient de l’ordre de 5 millions de pesos à la fin des années 1880, selon John H. Williams19. Toutes ces dépenses devaient être effectuées en monnaie étrangère, en sterling ou en or. La possibilité d’acquérir des sterling ne pouvait venir que des exportations ou de nouveaux emprunts à Londres. La hausse continue des exportations de 1886 à 1890 venait de l’accélération de la croissance en Europe et des anticipations optimistes des industriels acheteurs de matières premières. Ces exportations n’augmentaient toutefois pas aussi vite que les importations, car il y avait un décalage entre l’investissement en infrastructure et son effet sur la production : le déficit ne pouvait donc être soldé que par emprunt.

Tableau 6. Des éléments de la balance des paiements (en millions de pesos‑or)

Tableau 6. Des éléments de la balance des paiements (en millions de pesos‑or)

Source : calculs d’après les données d’A. G. Ford, op. cit. et, pour les remises, les estimations de J. H. Williams, Argentine International Trade Under Inconvertible Paper Money 1880-1900, Cambridge, Harvard University Press, 1920.

18Le financement du déficit a été aisé jusqu’au pic des importations de capitaux de 1888, avec un niveau qui déclina en 1889, mais permit encore de couvrir les besoins en devises. Néanmoins, en 1889 le service de la dette représentait déjà 50 % de la valeur des exportations. Puis il y eut une chute brutale, qui s’expliquait :

  • d’une part, par une bulle spéculative en Europe créant un effet d’éviction ;

  • d’autre part, par une méfiance désormais croissante envers l’Argentine, que l’on accusait d’une gestion monétaire laxiste et d’une surévaluation du prix des terres à l’origine des emprunts hypothécaires.

B. Reprise de l’investissement britannique, spéculation sur les matières premières et éviction des emprunts étrangers

19Alors que la conjoncture industrielle était jusqu’alors plutôt dépressive, la reprise se manifesta en 1886 et l’investissement intérieur, jusqu’alors très déprimé malgré l’éphémère reprise de 1883-1884, redémarra après son minimum de 1885.

Graphique 1. Formation brute de capital fixe du Royaume‑Uni à prix constant : estimations Phyllis Deane et Charles Feinstein (base 100 = moyenne 1856‑1913)

Graphique 1. Formation brute de capital fixe du Royaume‑Uni à prix constant : estimations Phyllis Deane et Charles Feinstein (base 100 = moyenne 1856‑1913)

Source : Charles H. Feinstein, National Income, Expenditure and Output of the United Kingdom 1855-1965, Cambridge, Cambridge University Press, 1972, p. 193.

20Un mouvement de transformation des sociétés de personnes en sociétés anonymes donna beaucoup d’activité au marché financier (création de sociétés, augmentation de capital, emprunts). La reprise engendra un rush sur les matières premières, surtout sur les mines de métaux non-ferreux, du fait du dynamisme des activités liées aux technologies de l’électricité. À Paris, la Société des métaux tenta en 1888, avec l’aide du Comptoir d’escompte, un corner sur le cuivre qu’elle acheta à haut prix. Les mines d’or et de diamants sud-africaines et les nitrates chiliens faisaient aussi l’objet d’une forte spéculation.

Tableau 7. Total des capitaux investis sur le marché financier britannique pour l’investissement intérieur (en millions de £)

      Année      

    Total    

  Variation annuelle  

1887

 98

38

1888

160

62

1889

189

29

1890

142

   – 47

1891

105

   – 38

Source : selon M. Wirth, « The Crisis of 1890 », Journal of Political Economy, vol. 1, n° 2, mars 1893.

21La bulle financière se communiqua à l’Allemagne, où une vague de création de sociétés anonymes ou de transformation en sociétés fit monter les cours boursiers. Le résultat de cette bulle fut de détourner l’intérêt des capitalistes de l’Argentine, exerçant donc un effet d’éviction. La dernière grande émission argentine, en 1887, était restée partiellement dans les mains des banquiers émetteurs, Baring Brothers et Murrieta & Co., les deux maisons spécialisées sur ce pays. En 1888 encore, elles placèrent 20 millions de valeurs argentines. Fin 1888, les banquiers ne parvenaient plus à en placer, comme les 3,5 millions de livres de l’emprunt Buenos Aires Water Supply. En 1889, ils en vendirent seulement 8 millions.

C. Inquiétude des épargnants devant le laxisme monétaire argentin

22Le gouvernement avait fait le choix d’une politique de monnaie faible. À partir de 1885, il décida que les billets seraient de nouveau inconvertibles pour 2 ans, délai qui fut ensuite prolongé. En 1887, on tenta une expérience de free banking sur le modèle des États-Unis : il devenait désormais possible à toute banque d’émettre des billets contre une couverture de fonds d’État garantis en or, ce qui renforça l’effet démultiplicateur de la création fiduciaire. Pourquoi ?

23Cette inflation de papier arrangeait l’État, les banques, les intérêts fonciers et les grands propriétaires exportateurs. En effet, une prime sur l’or apparut, c’est-à-dire qu’il y avait concrètement une circulation papier à l’intérieur du pays servant aux règlements internes et se dévalorisant par rapport au peso-or utilisé pour les échanges extérieurs, pour payer les importations et les dettes externes et pour percevoir la contre-valeur des exportations. En partant d’une situation de parité en 1885-1886, la valeur du peso papier diminua de 35 % en 1887 et de près de la moitié en 1890 par rapport à la valeur or. Cette double monnaie était une facilité pour les pouvoirs publics tant qu’ils pouvaient emprunter de manière continue en monnaie or à l’étranger, car cela permettait de payer les obligataires argentins en monnaie dépréciée obtenue par la fiscalité.

24Les banques hypothécaires avaient besoin de création monétaire parce qu’elles avaient avancé des sommes considérables et emprunté pour ce faire en cedulas libellées en papier. Elles pouvaient rembourser leur importante charge financière fixe en papier déprécié même vis-à-vis des étrangers, qu’ils payaient donc avec des sommes d’or décroissantes. La dévalorisation du peso allégeait leurs charges.

  • 20  R. Cortés Conde, in Leslie Bethell (dir.), The Cambridge History of Latin America, vol. 5, p. 339.

25L’inflation enfin et l’écart croissant entre les deux monnaies opéraient un transfert de revenu au profit de ceux qui avaient des revenus en pesos-or et au détriment de ceux qui étaient payés en pesos papier. Les grands propriétaires exportateurs, qui étaient aussi les fondateurs et actionnaires de ces banques, profitaient sur tous les tableaux. Ils vendaient leurs produits en prix or et avaient comme coûts de production des salaires et des charges de remboursement d’emprunts payés en pesos papier. En revanche, les consommateurs et industriels argentins qui achetaient des produits importés et des équipements avaient à les payer au prix fort, à un prix croissant libellé en pesos papier, sans qu’il y eût de substitutions possibles avec des produits nationaux. Les classes moyennes et populaires de villes avaient des revenus en pesos papier. À partir de 1886, les pouvoirs d’achat des salaires urbains en pâtirent ; ils subissaient aussi l’effet de l’afflux d’immigrants dont beaucoup restaient désormais en ville, ne pouvant plus accéder à la propriété de terres dont le prix s’élevait avec la spéculation foncière – celle-ci étant sans doute maintenue consciemment par les grands propriétaires fonciers20. Si l’écart entre le prix des exportations et le niveau des salaires était inférieur à la prime sur l’or, c’était parce que, faisant un énorme profit sur le différentiel entre les deux monnaies, les exportateurs pouvaient vendre moins cher et qu’il était impossible de ne pas augmenter les salaires devant l’énorme chute de pouvoir d’achat des salariés, même si la pression sur le marché du travail des immigrants qui arrivaient, et s’entassaient désormais en ville, s’exerçait de manière très défavorable.

Tableau 8. Valeurs des exportations et valeurs des salaires, 1886‑1994

   Année   

Valeur papier
des salaires

Valeur papier
des prix
des produits
exportés

Rapport des valeurs

Prime sur l’or

1886

100

100

100

100

1890

125

165

132

181

1892

138

232

168

239

1894

146

209

143

257

Source : A. G. Ford, op. cit.

III. Une crise liée à la contrariété des cycles et à la politique de la Banque d’Angleterre dans le cadre de l’étalon-or

26La question de savoir quel a été le facteur de rupture de la bulle financière, cause de la difficulté de trouver des capitaux en Grande-Bretagne est relativement secondaire, car toute bulle finit par éclater.

  • 21  Arthur Raffalovitch, Le marché financier en 1891, Paris, Guillaumin, 1892, p. 117 et s.

27En France, elle l’a fait précocement avec l’effondrement du corner sur le cuivre ; et plus tard à Berlin, en septembre 1889, avant d’atteindre les États-Unis et la Grande-Bretagne à l’automne 1890, puis encore l’Amérique du Sud, l’Australie, la Suisse, l’Italie, le Portugal, l’Espagne et la Grèce21. À Londres, les problèmes financiers de l’Argentine eurent pour résultat de faire éclater la bulle. Mais la crise argentine était aussi le résultat d’un resserrement du crédit à Londres. Au cours de l’année 1889, la Banque d’Angleterre avait déjà progressivement augmenté son taux d’escompte pour atteindre le niveau très élevé de 6 % le 30 décembre. Cela ne pouvait que limiter l’approvisionnement en capitaux non seulement du gouvernement, mais de toute l’économie argentine, et ne pouvait que freiner le commerce extérieur à un moment où l’économie d’un pays « jeune emprunteur », selon la terminologie de Kindleberger, avec une balance commerciale et des paiements courants déficitaires avait un besoin de soutien par des emprunts continus. Mais les pratiques de la Banque d’Angleterre liées au système de l’étalon-or qui s’est établi en cette fin de siècle vinrent aussi exercer un brutal effet procyclique qui précipita la crise dans les pays emprunteurs.

A. Des pays neufs emprunteurs et le cycle économique des pays prêteurs du centre

28Les travaux séminaux de Alec George Ford dans les années 1950 et 1960 proposent, à partir de l’exemple argentin, un schéma qui généralise le caractère inéluctable de cette rupture dans le soutien financier au moment où il est le plus nécessaire, même dans un pays neuf dont les bases de développement sont saines. La raison en est le décalage temporel de chaque processus économique. Il parvient ainsi à un cycle de l’investissement et des importations de capitaux de 15 ans ; celui-ci n’est pas compatible avec la périodicité du cycle des affaires et du marché des capitaux dans les pays prêteurs, qui était de l’ordre de 7-8 ans :

  • années 1-5 : importation massive de capitaux, début de la construction d’infrastructures (1885-1889), pic des importations de capitaux en 1889 et 1910 ;

  • année 6 : excès de spéculation, crise, fin des emprunts (1890) ;

  • années 4-8 : retour sur investissement : l’infrastructure progresse peu à peu ;

  • années 7-11 : augmentation de la production ;

  • année 9 : les profits recommencent à progresser ;

  • années 10-14 : le renouveau des profits fait que peu à peu les prêteurs recommencent à s’intéresser au pays.

Graphique 2. Le cycle d’après Ford

Graphique 2. Le cycle d’après Ford

29Effectivement, la rupture des flux d’emprunts en 1890 mit le gouvernement argentin dans une impasse, car il n’avait plus de possibilité de payer le service des dettes, si ce n’était en achetant de l’or sur le marché libre ou des effets de commerce sur Londres à un prix croissant en papier-monnaie, c’est-à-dire en précipitant la dévalorisation du peso papier. La prime sur l’or atteignit un maximum de 365 %, avec une accélération de l’inflation et une généralisation de la crise à toute l’économie du pays. Les importations s’effondrèrent, parce que la demande intérieure se rétractait et parce que les importateurs argentins ne pouvaient ou ne voulaient plus payer, soit par manque de moyens de paiement, soit par espoir de profiter plus tard d’un meilleur change. Le résultat fut :

  • la pénurie de marchandises, qui accéléra l’inflation ;

  • la chute des pouvoirs d’achat populaires ;

  • la chute des revenus publics qui reposaient (comme dans tous les pays à fiscalité peu évoluée) sur les droits de douane, avec un effet boule-de-neige sur les déficits budgétaires.

  • 22  Léon de Bayle, Les emprunts extérieurs et la réforme monétaire de la République du Nicaragua, thès (...)

30En fait, cet écart croissant entre dépenses en or et recettes en papier n’était pas une fatalité impossible à maîtriser, car une solution se dessinait alors : exiger le paiement des impôts en pesos-or – chose qui était loin d’être inconcevable. Ainsi, quelques années plus tard, le gouvernement nicaraguayen issu de la Révolution, qui avait émis un million de pesos de billets d’État inconvertibles, s’aperçut que leur dépréciation amoindrissait les rentrées fiscales ; il décida donc, en 1896, qu’une fraction des impôts serait payable en monnaie métallique et que soit les droits de douane seraient payés en dollars ou pesos-or, soit un droit de douane additionnel compenserait la prime sur l’or22. Mais ce choix aurait attaqué de front les intérêts des propriétaires fonciers et des milieux exportateurs, tout en ayant un effet brutalement déflationniste. Comme l’écrivait avec perspicacité un spécialiste en 1899 :

  • 23  William Ramage Lawson, The Banker’s Magazine, vol. 68, 1899, p. 693, cité par A. G. Ford, « Argent (...)

« Le grand obstacle à une monnaie saine dans des pays comme l’Argentine est le fait que les classes qui bénéficient ou qui pensent bénéficier d’une dévalorisation du change ont beaucoup plus d’influence que celles qui y perdent. Les premières comprennent tous les producteurs et exportateurs de produits de base ainsi que le gouvernement en tant que percepteur d’impôts. Ils convertissent leurs exportations en or sur les marchés étrangers et vendent leur or à l’intérieur du pays contre des dollars papier. Indirectement, ils sont donc des “bulls” sur l’or exactement comme s’ils spéculaient à la hausse à la Bourse23. »

31Les banques hypothécaires étaient aussi en difficulté, ne pouvant plus trouver de moyens de paiement pour faire face au service des cedulas détenues par les étrangers : il fallait bien payer avec des liquidités internationales, même si les intérêts étaient fixés en pesos papier. Et c’est précisément parce que ces intérêts étaient fixés en pesos papier, en dévalorisation rapide, qu’il était impossible à ces banques d’emprunter de nouveau. Avec elles disparaissaient les sources internes de crédit. L’ensemble du système de crédit était alors bloqué parce qu’il n’y avait pas une architecture bancaire assez solide et parce que la dépendance de l’étranger pour le refinancement était forte. La grande autonomie des provinces et des villes et l’absence d’une banque forte d’émission qui aurait pu jouer un rôle de banque centrale rendaient très fragile le secteur bancaire.

32Enfin, la dépendance par rapport aux maisons anglaises spécialisées sur le pays comme Baring et Murrieta n’était pas seulement au niveau des emprunts qu’elles ne pouvaient plus lever, mais à tous les niveaux puisqu’elles étaient aussi des maisons de négoce et faisaient des avances au commerce et à l’industrie du pays. La crise avait dû affecter, par le biais du crédit à court terme et par le blocage des trésoreries et du financement des transactions, l’ensemble de l’économie. La crise s’étendit à l’été 1890 avec la faillite de nombreuses entreprises. Elle se doubla d’une crise politique. Le coup d’État de juillet chassa le président en place. Le nouveau président, Pellegrini, demanda en vain à un syndicat formé par Baring, Murrieta, J.S. Morgan & Co., Stern Brothers, Morton, Rose & Co. et L. Cohen & Sons – qui avaient avantage à sauver l’Argentine parce que leurs coffres étaient pleins de valeurs invendues – de placer 10 millions de livres. Il dut alors se déclarer en cessation de paiements, tout comme les provinces et les villes.

33La reprise se fit attendre plusieurs années parce que les pratiques de la Banque d’Angleterre pour protéger son encaisse avaient pour effet de développer une crise chez tous les pays exportateurs de produits primaires, par rétraction immédiate de leur demande internationale puis par une baisse durable de leurs prix. Pour cette raison, lorsque les conditions pour rétablir un solde positif de la balance commerciale argentine furent présentes avec une production et des exportations de blé en volume désormais importantes, les bas prix mondiaux du blé retardèrent la restauration des exportations en valeur.

B. Les pratiques liées à l’étalon‑or reportent tout le choc sur les producteurs primaires emprunteurs tout en protégeant les économies du centre

34La crise argentine se répercuta à Londres où les banquiers engagés en Argentine étaient illiquides, les valeurs argentines étant impossibles à vendre. Baring suspendit ses paiements en novembre. La Banque d’Angleterre et l’ensemble des banques britanniques, craignant le pire – se souvenant sans doute de la catastrophe d’Overend, Gurney & Co. en 1866 –, sauvèrent partiellement la situation, avec un prêt de 15 millions et un emprunt d’or à la Banque de France et au Trésor russe. La maison Baring repartait quasiment de zéro, puisque le portefeuille de fonds argentins ne valait plus que la moitié de sa valeur initiale. Elle était mise en liquidation et une nouvelle banque était fondée. Pour la première fois, la Banque d’Angleterre assumait les fonctions de lender of last resort.

  • 24  B. R. Mitchell, op. cit., p. 460.
  • 25  A. G. Ford, « Bank Rates, The British Balance of Payments, and the Burdens of Adjustment, 1870-191 (...)

35Malgré ce sauvetage, le marché financier britannique n’en était pas moins très commotionné. Le taux d’escompte, qui avait baissé au cours de 1890, remontait à partir de juin pour atteindre un maximum de 6 % en mois de novembre. Le taux d’escompte des banques commerciales, qui était en moyenne sur 12 mois de 2,85 % en 1889, monta en une moyenne de 3,88 % en 189024. La politique de la Banque d’Angleterre eut pour conséquence de limiter les effets déflationnistes de la crise interne par un report brutal de l’instabilité sur les pays exportateurs de produits primaires25, du fait de la différence de temps de réaction entre les différents processus. L’étalon-or était un système qui assurait une certaine stabilité externe en ajustant, par la baisse des prix, le mouvement de la production et le chômage. L’ajustement était toujours brutal pour les exportateurs primaires emprunteurs car les importations de capitaux étaient procycliques : elles chutaient lorsqu’on a besoin d’elles. Alors que dans les pays très pauvres, un vaste secteur agricole à basse productivité pouvant recueillir la main-d’œuvre inemployée jouait un rôle d’amortisseur, dans les pays « neufs » à niveau de développement moyen, comme l’Argentine, rien ne venait amortir la brutalité du choc.

36La Banque d’Angleterre avait en effet un règlement strict limitant la création monétaire en fonction de l’encaisse or. La hausse des taux de l’escompte rendue effective par la politique d’open market induisait un certain nombre d’enchaînements, conditionnés par le fait que les agents économiques, qui en avaient l’habitude, les anticipaient.

Les effets monétaires

  • 26  Arthur I. Bloomfield, « Short Terms Capital Movements Under the Pre-1914 Gold Standard », Princeto (...)

37La hausse rendait plus coûteuse l’exportation des capitaux en enchérissant les nouvelles émissions étrangères. Elle rendait les épargnants pessimistes ou plutôt attentistes, car ils savaient que la conjoncture reprendrait. Les émissions nouvelles devenaient impossibles, donc le refinancement des pays endettés l’était aussi et les maisons spécialisées, sans liquidités, étaient incapables de faire des avances. Il n’était pas possible pour les emprunteurs de trouver une solution en s’adressant en France ou en Allemagne, parce que, contrairement à la théorie, les banques centrales de ces pays suivaient la Banque d’Angleterre26. Les banquiers étrangers envoyaient néanmoins aussitôt des capitaux à court terme à Londres pour profiter de la hausse des taux d’intérêt. Ces transferts amorçaient déjà un processus de rééquilibrage.

Les effets sur l’économie réelle

38Il y a eu un effet général de déflation tendant à déclencher une crise économique intérieure, mais l’intensité en était différentielle selon les secteurs, parce que le timing différait selon les cas.

39Ainsi, les importations britanniques autres que de produits manufacturés venus des autres grands pays industriels ou alimentaires (blé, thé, vin, eaux-de-vie, viande, café, sucre…), dont la demande était rigide, furent très affectées, pour plusieurs raisons :

  • les négociants et industriels avaient des stocks de matières premières sur lesquels ils pouvaient vivre ;

  • ils avaient besoin de liquidités ;

  • le prix du crédit s’élevait.

40Que le crédit portât sur les importations ou sur les exportations, sa source était à Londres. En outre, négociants et industriels anticipaient un ralentissement ou une crise, avec une réduction de leurs besoins. Comme la Grande-Bretagne était le premier importateur de matières premières industrielles au monde et qu’elle centralisait en outre un certain nombre de marchés de matières premières qu’elle réexportait, l’effet était brutal sur tous les exportateurs primaires. La contraction des importations en valeur était d’autant plus forte que la baisse de la demande en volume se doublait d’une baisse des prix, car ces produits étaient à forte élasticité des prix par rapport à la demande. La baisse des prix affectait également les produits alimentaires de base à demande rigide comme le blé. Selon les produits, l’effet pouvait varier sur chaque exportateur primaire. Mais une baisse moyenne de 5 à 10 % des importations primaires britanniques entraîna pour certains pays une chute de 30 % de leurs exportations.

  • 27  Gottfried von Haberler, Prosperity and depression, Genève, League of Nations, 1938.
  • 28  À défaut de données mensuelles, l’utilisation de données annuelles masque souvent les retournement (...)

41En revanche, les exportations en volume pouvaient tenir mieux à court terme, bien qu’elles demandassent aussi à être financées, car les industriels, pour éviter des difficultés de trésorerie, liquidaient leurs stocks de produits manufacturés en étant disposés à réduire leurs prix. Les exportations en valeur étaient donc affectées. Les effets amplificateurs du cycle par les variations de stocks étaient très importants au xixe siècle. Les contemporains ont insisté dessus et Ralph G. Hawtrey en fit encore, au début du xxe siècle, le mécanisme principal des fluctuations économiques27. La relative résistance des exportations britanniques globales n’était pas contradictoire avec la chute brutale des importations argentines qui ne pouvaient plus être financées, car l’Argentine n’était qu’un très petit marché parmi d’autres pour les produits manufacturés britanniques, vendus principalement dans les grands pays industriels, moins affectés par la crise et dont la demande jouait un rôle d’amortisseur. En 1890, la balance commerciale britannique affichait un déficit inférieur à celui de 1889. En revanche, à partir de 1892, les exportations subirent le choc des crises dans les pays importateurs. Mais les exportations de services britanniques – principalement les revenus de la marine marchande, du négoce et des assurances – étaient beaucoup plus rigides, même si la rétraction du commerce affectait la valeur du fret. En revanche, les revenus des placements et investissements extérieurs étaient touchés par les insolvabilités des emprunteurs. Finalement, avec la baisse des importations, le résultat était plutôt de favoriser, à court terme, en 189028, un plus fort excédent de la balance des paiements courants britanniques avec un effet positif sur le change de la livre sterling.

42Les valeurs des importations et exportations et de la balance A sont celles relevées par Brian R. Mitchell dans les statistiques du commerce britannique. Celles de la balance commerciale B, corrigées, et de la balance des paiements sont les estimations d’Albert H. Imlah.

Tableau 9. Éléments de la balance des paiements courants britannique (en millions de £)

Tableau 9. Éléments de la balance des paiements courants britannique (en millions de £)

Source : calculs d’après les données de B. R. Mitchell, avec la collaboration de Phyllis Deane, Abstract of British Historical Statistics, Cambridge, Cambridge University Press, 1962, p. 483 ; et d’après les données d’Albert Henry Imlah, Economic Elements in the Pax Britannica, Cambridge, Harvard University Press, 1958.

Graphique 3. Activité en Grande-Bretagne

Graphique 3. Activité en Grande-Bretagne

Source : d’après les données de B. R. Mitchell, op. cit.

43Quant à la production industrielle, elle s’arrêta peu à peu de croître avec la hausse du coût du crédit à court terme et la stagnation de la demande, mais sans crise immédiate. À la différence de la trésorerie des entreprises, l’investissement industriel dépendait peu du marché des capitaux, du fait de l’autofinancement massif, et les industriels n’arbitraient pas entre la rentabilité escomptée de l’investissement dans leurs entreprises et la rémunération de l’argent. Leurs anticipations permettaient ainsi d’orienter la conjoncture industrielle. En cas de crise mineure, la balance des paiements était rapidement rééquilibrée par les effets monétaires et par la réaction des importations et des exportations, donc les pertes d’or par la Banque d’Angleterre se transformaient en rentrées et il était possible de détendre les taux. Les industriels adaptaient leurs comportements à ce scénario cyclique qu’ils connaissaient, et après avoir fonctionné au ralenti quelques mois, ils reprenaient leurs comportements antérieurs. S’il s’agissait d’une crise grave, avec des rebondissements internationaux – comme en 1890 –, il y avait un temps de décalage avant une vraie chute de la production industrielle. L’industrie britannique se maintint au niveau maximum de 1889 durant 3 ans, puis ralentit au cours de l’année 1892 et la reprise se fit dès 1893. La crise ne toucha donc l’industrie que de manière tardive et amortie.

C. Dépression mondiale et durée de la crise de l’économie argentine

  • 29Handbuch der Geschichte Lateinamerikas, t. 2, op. cit., p. 693.

44Le résultat fut une crise mondiale, affectant particulièrement deux types de pays, souvent les mêmes : les pays endettés et les exportateurs primaires (Portugal, Brésil, Chili, Grèce, Australie). Une banqueroute financière et une révolution eurent ainsi lieu au Portugal et au Brésil. Au Chili, une guerre civile éclata, au terme de laquelle le président Balmaceda, qui avait tenté une politique de « chilénisation » des nitrates, se suicida en 1891 alors que le pouvoir était pris par la marine chilienne, soutenue par l’Amirauté britannique qui favorisait les intérêts des capitalistes anglais. L’Italie connut aussi une crise économique, et le Portugal une banqueroute financière. Dans toute cette chaîne d’événements, il y eut des mécanismes de contagion, réels ou psychologiques. Ainsi, dans les pays voisins de l’Argentine, la crise eut des répercussions, comme en Uruguay, qui avait profité d’un afflux de capitaux étrangers à la fin de la décennie 1880. Il semblerait que les capitaux argentins se soient retirés brutalement29. Sans entrer dans la question du rapport ou de l’indépendance entre les événements politiques et les crises financières, l’ensemble de ces troubles découragea les épargnants, et le taux d’escompte tomba très bas sans ranimer les marchés de capitaux.

45Les prix mondiaux des grands produits agricoles baissèrent. La baisse des prix entraîna la baisse des valeurs exportées, car passée la chute de 1890, les quantités exportées se maintinrent au niveau de la seconde moitié des années 1880.

  • 30  B. R. Mitchell, Abstract of British Historical Statistics, op. cit., p. 476.

46Le prix des céréales importées en Grande-Bretagne baissa de l’indice 134 au maximum de 1891 à un minimum de 93 en 189630. Le prix de la laine importée, qui valait 14 pence la livre en 1881, passa à 10,3 pence en 1890 et à 8,0 pence en 1897. Ce fut davantage le mouvement des prix que celui des volumes qui affecta les importations britanniques et mit durablement en difficulté les exportateurs primaires. Ainsi, en Argentine, les problèmes financiers et monétaires trouvèrent assez rapidement une solution ; mais si la production se remit à augmenter, il fallut pourtant attendre 10 ans pour que le commerce extérieur ait effacé le contrecoup de la crise.

47La circulation papier fut stabilisée en 1893. En mars 1897, l’Argentine reprit avec un an d’avance le service et l’amortissement de sa dette. La loi de conversion de 1899 définit de nouveau un peso-or convertible, qui allait ensuite rester stable et jouir d’une grande confiance internationale. Mais la baisse des prix des exportations entraînait une spirale de dépression. Les faillites et la baisse du prix de la terre signaient la fin de la bulle spéculative foncière, avec une situation critique pour toutes les banques hypothécaires dont la valeur des gages ne pouvait couvrir les sommes prêtées.

  • 31  Robert René Kuczynski, « Freight-Rates on Argentine and North American Wheat », Journal of Politic (...)

48Mais malgré une situation productive saine (après la mise en exploitation de nouvelles terres, les exportations de blé passèrent en effet de 179 000 tonnes en 1888 à 1,6 million de tonnes en 1894), la balance des paiements ne se redressa que lentement, parce que les prix des produits exportés furent à la baisse jusqu’au milieu des années 1890. L’agriculture argentine se trouvait pourtant dans une situation plutôt meilleure que celle des autres producteurs céréaliers, car les coûts de transports de l’exploitation au port d’importation en Europe lui permettaient d’y vendre moins cher que les producteurs nord-américains ou russes31. Les exportations en valeur ne finirent par décoller qu’à partir de 1898. Après cette crise, l’importation de capitaux étrangers allait être négligeable jusqu’en 1904, puis reprendre fortement jusqu’en 1912. On abordait alors un nouveau cycle.

  • 32  R. Cortés Conde, op. cit., p. 267.

49En Argentine, cette crise ne toucha toutefois que le secteur exportateur (agriculture extensive et négoce). Elle permit, durant la décennie 1890, une orientation vers un démarrage industriel, selon un mécanisme qui allait se reproduire plus tard durant des crises ultérieures comme celles des années 1930. Au niveau du PNB, la crise se ressent fortement entre 1889 et 1892, avec une baisse de 3,5 % par an32. Mais ensuite, la croissance générale compense la crise du secteur exportateur.

  • 33  Pour tout ce développement, A. Raffalovich, Le marché financier en 1893-1894, Paris, Guillaumin, 1 (...)
  • 34  A. Raffalovich en donne la liste avec le capital, les dépôts et le nombre d’agences.
  • 35Ibid., p. 39.

50Les mêmes causes produisirent les mêmes effets dans d’autres pays où l’abondance de capitaux avait favorisé la spéculation foncière et qui, exportateurs primaires de produits agricoles de la zone tempérée, avaient été durablement affectés par la baisse des prix mondiaux. Les colonies de Victoria et de Nouvelle-Galles-du-Sud avaient été l’objet de spéculations sur les terrains par des sociétés de construction et des banques hypothécaires33. En mars 1892, la situation à Melbourne était mauvaise, car tous les terrains sur 10 km avaient été achetés pour construire des logements pour 10 millions d’habitants dans une ville qui en comprenait un million. Les sociétés de construction ont fait faillite les premières. La crise bancaire et financière australienne et néo-zélandaise éclata en avril 1893. En 2 mois, se déclarèrent 14 faillites de banques immobilisées dans des terrains ou dans des prêts hypothécaires34, ne laissant debout35 que trois grandes banques. La brutalité de cette crise a été accrue par quatre facteurs aggravants :

  • aucune banque d’émission émettant des billets ayant cours légal ne pouvait refinancer le système ;

  • la multiplication des succursales bancaires avait suscité une concurrence par les taux d’intérêt sur les dépôts bancaires, rendant les ressources coûteuses ;

  • il n’y avait pas de marché financier australien, ce qui avait contribué à rendre illiquides les banques et les ménages qui ne pouvaient vendre leurs valeurs ;

  • enfin, à en croire Raffalovich, les banques cherchant une rémunération élevée, correspondant au coût de leurs ressources, avaient composé leurs portefeuilles avec des valeurs rares et difficiles à vendre.

  • 36  A. Raffalovich, op. cit., p. 13.

51La crise australienne, qui se conjugua avec une grave crise aux États-Unis, se fit ressentir à Londres sur la Banque d’Angleterre, qui dut augmenter son taux d’escompte36.

Conclusion

52Les crises souveraines des pays périphériques au xixe siècle révèlent toutes une fragilité financière et monétaire qui résultait de l’héritage des dettes occasionnées par les dépenses politiques et militaires engendrées par la formation de leurs territoires et de leur unité politique. Cette charge initiale les a condamnés à des périodes de cessation de paiements parfois très longue (le Honduras doit en avoir le record, avec plus de 80 ans de défaillance entre le début du siècle et 1913). Mais il serait erroné d’accuser seulement l’imprévoyance, l’incompétence et la corruption de leurs dirigeants et l’instabilité de leur vie politique. Les banquiers européens ont orienté leurs prêteurs nationaux en toute connaissance de cause vers des titres qu’ils pensaient prometteurs, car le pays avait une ressource qui devait permettre de financer le service de la dette, comme le guano péruvien ou les grands produits agricoles et miniers argentins, chiliens et brésiliens. Ces banquiers fournissaient les crédits qui servaient à acheter en Angleterre les produits industriels qu’ils fournissaient en tant qu’intermédiaires, gagnant sur les deux tableaux. Mais des pays comme l’Australie ou la Nouvelle-Zélande connurent aussi les mêmes crises, alors qu’ils n’étaient obérés par aucune charge financière initiale d’origine politique et militaire. Ils étaient en revanche des pays en développement, exportateurs primaires, et donc affectés par le décalage entre les cycles du centre de l’économie internationale et de sa périphérie.

53La crise de 1890 permet de formuler quelques hypothèses sur le fonctionnement de l’économie internationale qui semblent pertinentes pour d’autres crises souveraines de ce type de pays :

  • la conjoncture des pays exportateurs primaires emprunteurs est déterminée par celle des pays prêteurs, et non l’inverse. Les variations de leur conjoncture interne dépendent de leur balance des paiements, et donc beaucoup des flux de capitaux, ce qui conforte l’idée que le cycle conjoncturel des pays du centre est communiqué à la périphérie. Ainsi, les importations de capitaux en Argentine suivent le mouvement des exportations globales des capitaux britanniques, et non l’inverse. Les exportations de capitaux britanniques, qui ont le rôle moteur, étaient-elles à court terme le résultat des fluctuations d’un investissement autonome en Grande-Bretagne, ou bien contribuaient-elles à l’expliquer ? Ce débat, classique, se tranche en général par la première réponse ;

  • ainsi que l’a démontré Alec G. Ford, le cycle des importations de capitaux induit chez les exportateurs primaires un cycle conjoncturel contrasté du fait d’un ensemble de décalages entre investissement infrastructurel, production et passage à l’exportation ;

  • la politique de la Banque d’Angleterre amoindrit les effets déflationnistes de la crise dans son pays par un report brutal et durable de l’instabilité sur les pays exportateurs de produits primaires.

Notes

1  Ce texte a été rédigé vers 2007-2009 et ne tient pas compte de la plus grande partie de la bibliographie postérieure.

2  Roberto Cortés Conde, « The Vicissitudes of an Exporting Economy: Argentina (1875-1930) », in Enrique Cárdenas, José Antonio Ocampo et Rosemary Thorp, An Economic history of Twentieth-Century Latin America, vol. 1, The Export Age: The Latin American Economies in the Late Nineteenth and Early Twentieth Centuries, Basingstoke, Palgrave in association with St Antony’s College Oxford, 2000, p. 267.

3  Carl E. Solberg, « Land Tenure and Land Settlement: Policy and Patterns in the Canadian Prairies and the Argentine Pampas, 1880-1930 », in D. C. M. Platt, Guido Di Tella, Argentina, Australia and Canada. Studies in Comparative Development, 1870-1965, Oxford, Macmillan, 1985, p. 64-65.

4  Alec George Ford, « Capital Exports and Growth for Argentina, 1880-1914 », The Economic Journal, vol. 68, n° 271, septembre 1958, p. 589-593.

5  Leslie Bethell, Cambridge History of Latin America, vol. 5, 1870 to 1930, Cambridge, Londres, etc., Cambridge University Press, 1989, p. 657-658.

6  Cette guerre dite « de la Triple Alliance » (Argentine, Brésil et Uruguay contre le Paraguay) avait aussi des motivations économiques. Les caudillos paraguayens veillaient à sauvegarder leur pays de l’immixtion des intérêts étrangers – britanniques –, et à contrarier les visées expansionnistes des deux grands pays voisins. Comme les gouvernements argentin et brésilien étaient sous l’influence de la Grande-Bretagne, la défaite du Paraguay eut pour conséquence son ouverture aux capitaux étrangers et l’orientation de son agriculture vers des produits d’exportation. En contrepartie, la Grande-Bretagne accorda des prêts au gouvernement paraguayen qui vendit beaucoup de terres aux étrangers, en particulier aux Argentins qui établirent une structure latifundiaire jusqu’alors inconnue. Les chemins de fer tombèrent sous la coupe britannique.

7  Walther L. Bernecker (dir.), Handbuch der Geschichte Lateinamerikas, t. 2, Stuttgart, Klett-Cotta, 1992, p. 697.

8  « La laine de Buenos-Ayres est assez longue, mais peu soyeuse, ce qu’explique suffisamment l’abandon des troupeaux livrés, sans abri, dans des pâturages marécageux, à toute l’intempérie des saisons. Elle est habituellement fort sale et chargée de débris de chardon […]. Le lavage, fort difficile par suite du défaut d’eaux courantes, est fort incomplet… », Dictionnaire du commerce et des marchandises contenant tout ce qui concerne le commerce de terre et de mer, Paris, Guillaumin et Cie, t. 2, 1839, article « Laine », p. 1264.

9  En 1913, 90 % des capitaux sociaux des compagnies étaient détenus par les étrangers : A. G. Ford, « Capital Exports and Growth for Argentina, 1880-1914… », art. cit., p. 590.

10  John H. Williams, Argentine International Trade Under Inconvertible Paper Money 1880-1900, Cambridge, Harvard University Press, 1920.

11Handbuch…, op. cit., p. 701, trad. Patrick Verley.

12  Robert Dudley Baxter, « The Recent Progress of National Debts », Journal of the Statistical Society of London, vol. 37, n° 1, mars 1874, p. 5-8. Traduction : « La relation entre un climat tempéré et la rigueur financière et entre un climat chaud et l’imprudence financière est clairement démontrée. Le taux d’intérêt croît avec le thermomètre, et les investisseurs prudents doivent se méfier de l’éclat flatteur du soleil du sud. »

13  I. Grinfeld, « Monetary Experiences of the Argentine Republic », Political Science Quarterly, vol. 25, n° 1, mars 1910, p. 103-122.

14  La valeur est donc égale à 0,965 $ américains et 0,918 trade dollars (monnaie frappée pour l’Extrême-Orient depuis 1873). Le peso uruguayen valait 3,87 % de plus que le peso argentin et le peso mexicain, dit « dollar mexicain », « monnaie courante de beaucoup de pays de l’Amérique du Sud », selon Ottomar Haupt, p. 338, était sensiblement plus fort (valeurs tirées de Ottomar Haupt, Arbitrages et parités, 5e éd., Paris, Librairie moderne J. Lecuir et Cie, 1882). De fait, un certain nombre de monnaies latino-américaines étaient fondées sur une équivalence avec le système métrique, soit un peso à 5 grammes d’argent à 9/10e de fin, soit 5 francs, H. Costes, Notes et tableaux pour servir à l’étude de la question monétaire, Paris, Société anonyme de publications périodiques, 1884, p. 139 et s., 187.

15  Desmond Christopher Martin Platt, « Foreign Finance in Argentina for the First Half Century of Independence », Journal of Latin American Studies, vol. 15, n° 1, mai 1983, p. 23-47. L’auteur dit que c’est le facteur push à partir de l’Europe et non le pull de l’Argentine qui explique cet afflux, p. 46.

16  Max Wirth, « The Crisis of 1890 », Journal of Political Economy, vol. 1, n° 2, mars 1893. Max Wirth (1822-1900) a été journaliste, puis directeur du Bureau statistique de la Suisse (1865-1873) avant de redevenir journaliste, correspondant de The Economist à Vienne.

17  Andrew Thomson, « Informal Empire? An Exploration in the History of Anglo-Argentine Relations, 1810-1914 », Journal of Latin American Studies, vol. 24, n° 2, mai 1992, p. 426.

18  Pour tout ce développement, A. G. Ford, « Argentina and the Baring crisis… », art. cit.

19Ibid.

20  R. Cortés Conde, in Leslie Bethell (dir.), The Cambridge History of Latin America, vol. 5, p. 339.

21  Arthur Raffalovitch, Le marché financier en 1891, Paris, Guillaumin, 1892, p. 117 et s.

22  Léon de Bayle, Les emprunts extérieurs et la réforme monétaire de la République du Nicaragua, thèse de doctorat de droit, Paris, LGDJ, 1927.

23  William Ramage Lawson, The Banker’s Magazine, vol. 68, 1899, p. 693, cité par A. G. Ford, « Argentina and the Baring crisis… », art. cit., p. 132, trad. P. Verley.

24  B. R. Mitchell, op. cit., p. 460.

25  A. G. Ford, « Bank Rates, The British Balance of Payments, and the Burdens of Adjustment, 1870-1914 », Oxford Economic Papers, vol. 16, n° 1, mars 1964.

26  Arthur I. Bloomfield, « Short Terms Capital Movements Under the Pre-1914 Gold Standard », Princeton Studies in International Finance, n° 11, 1963.

27  Gottfried von Haberler, Prosperity and depression, Genève, League of Nations, 1938.

28  À défaut de données mensuelles, l’utilisation de données annuelles masque souvent les retournements conjoncturels au cours de l’année.

29Handbuch der Geschichte Lateinamerikas, t. 2, op. cit., p. 693.

30  B. R. Mitchell, Abstract of British Historical Statistics, op. cit., p. 476.

31  Robert René Kuczynski, « Freight-Rates on Argentine and North American Wheat », Journal of Political Economy, vol. 10, n° 3, juin 1902, p. 359-360.

32  R. Cortés Conde, op. cit., p. 267.

33  Pour tout ce développement, A. Raffalovich, Le marché financier en 1893-1894, Paris, Guillaumin, 1894, p. 303-313.

34  A. Raffalovich en donne la liste avec le capital, les dépôts et le nombre d’agences.

35Ibid., p. 39.

36  A. Raffalovich, op. cit., p. 13.

Table des illustrations

Titre Tableau 6. Des éléments de la balance des paiements (en millions de pesos‑or)
Crédits Source : calculs d’après les données d’A. G. Ford, op. cit. et, pour les remises, les estimations de J. H. Williams, Argentine International Trade Under Inconvertible Paper Money 1880-1900, Cambridge, Harvard University Press, 1920.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/6181/img-1.png
Fichier image/png, 82k
Titre Graphique 1. Formation brute de capital fixe du Royaume‑Uni à prix constant : estimations Phyllis Deane et Charles Feinstein (base 100 = moyenne 1856‑1913)
Crédits Source : Charles H. Feinstein, National Income, Expenditure and Output of the United Kingdom 1855-1965, Cambridge, Cambridge University Press, 1972, p. 193.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/6181/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Graphique 2. Le cycle d’après Ford
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/6181/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau 9. Éléments de la balance des paiements courants britannique (en millions de £)
Crédits Source : calculs d’après les données de B. R. Mitchell, avec la collaboration de Phyllis Deane, Abstract of British Historical Statistics, Cambridge, Cambridge University Press, 1962, p. 483 ; et d’après les données d’Albert Henry Imlah, Economic Elements in the Pax Britannica, Cambridge, Harvard University Press, 1958.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/6181/img-4.png
Fichier image/png, 104k
Titre Graphique 3. Activité en Grande-Bretagne
Crédits Source : d’après les données de B. R. Mitchell, op. cit.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/6181/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

Auteur

Enseignant successivement à l’université de Paris 1 puis, en tant que professeur à l’université de Paris 8, Patrick Verley a occupé ensuite, jusqu’en septembre 2009, la chaire d’histoire économique internationale à l’université de Genève. Ses recherches se sont orientées dans plusieurs champs : l’analyse comparative des industrialisations, l’analyse macroéconomique de la croissance, la consommation, le rôle économique de la production de luxe dans la croissance et la division internationale du travail, le marché financier parisien et le système économique international au xixe siècle. Dans les années 2000, en rapport avec ses enseignements à l’université de Genève portant sur le xxe siècle, Patrick Verley a produit et conduit des recherches sur les systèmes économiques internationaux depuis 1914, sur la fonction économique des organisations internationales, sur les systèmes de compensation et l’histoire des crises de la dette souveraine de 1815 à nos jours.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search