Version classiqueVersion mobile

Les crises de la dette publique

 | 
Gérard Béaur
, 
Laure Quennouëlle-Corre

Surendettement lié à la guerre

La dette publique allemande après la Première Guerre mondiale : origines et politique de gestion

Mark Spoerer

Texte intégral

Introduction

  • 1  Dans la présente contribution, les termes « Empire allemand » ou « République de Weimar » sont uti (...)

1Au 31 mars 1914, date de clôture du dernier exercice budgétaire avant le début de la Première Guerre mondiale, la dette publique – ensemble des dettes des communes, des États fédérés et du Reich1 – s’élève à 26,7 milliards de marks, soit 47 % du produit intérieur brut (PIB) de 1913, un taux d’endettement normal pour une économie développée, donc, et qui n’est pas préoccupant.

  • 2  Le terme de « mark-or » est utilisé avant et pendant la Première Guerre mondiale pour désigner le (...)

2La dette du seul Reich (aucune donnée n’est disponible pour les communes et les États fédérés) atteint 105 milliards de marks à la fin de la Première Guerre mondiale et 6 675 milliards de marks 4 ans plus tard, le 31 mars 1923. L’Empire allemand doit par ailleurs, en vertu du traité de Versailles, verser des réparations dont le montant n’est pas encore fixé, mais qui dépassera certainement 100 milliards de marks-or2. La dette publique massive de l’Empire allemand, tant intérieure qu’extérieure, représente un énorme fardeau économique et politique pour la jeune République de Weimar.

3La présente contribution traitera de deux questions :

  • les causes d’un tel endettement ;

  • les instruments mis en place par l’Empire allemand pour se libérer de cette dette.

  • 3  Les emprunts extérieurs privés contractés de 1919 à 1923 ont vu dans une large mesure leur poids d (...)

4Il convient à cet égard de faire une distinction entre la dette intérieure et la dette extérieure. La question de la dette extérieure privée, qui correspond aux emprunts contractés par des entreprises ou des communes allemandes sur les places financières de New York ou d’Amsterdam, n’est abordée ici que dans la mesure où elle est pertinente pour appréhender la dette publique extérieure3.

5Pour comprendre comment l’Allemagne a financé la Première Guerre mondiale, nous nous intéresserons tout d’abord au système budgétaire relativement complexe de l’Allemagne avant la guerre. Nous décrirons ensuite le financement de la guerre puis les moyens utilisés pour maîtriser la dette publique intérieure et extérieure de la République de Weimar. Enfin, dans la dernière partie, nous dresserons une synthèse et une vue d’ensemble des conséquences à long terme de la politique de la dette entre les deux guerres.

I. Le système budgétaire et la dette publique de l’empire allemand (1871‑1914)

  • 4  Mark Spoerer, « The Evolution of Public Finances in Nineteenth-Century Germany », José L. Cardoso, (...)

6Le système budgétaire de l’Empire allemand est fortement fédéral à cette époque. Ce fédéralisme budgétaire est le prix qu’a dû payer Bismarck en contrepartie de l’unification de l’Empire sous la domination de fait de la Prusse. La première des collectivités, le Reich, ne dispose pour l’essentiel que des recettes douanières et de divers impôts indirects (accises et taxes sur les mutations et transactions principalement). La plupart des impôts directs sont toujours, y compris après la proclamation de l’Empire en 1871, perçus par les États fédérés4.

A. Le fédéralisme budgétaire et ses incidences sur l’armement et le financement de la guerre

  • 5  NdT : contributions versées au Reich par les États fédérés à proportion de leur population.
  • 6  Hans-Peter Ullmann, Der deutsche Steuerstaat. Geschichte der öffentlichen Finanzen vom 18. Jahrhun (...)
  • 7  Marc Hansmann, « Wege in den Schuldenstaat. Die strukturellen Probleme der deutschen Finanzpolitik (...)
  • 8  Niall Ferguson, « Public Finance and National Security: The Domestic Origins of the First World Wa (...)
  • 9  Charles Blankart, Öffentliche Finanzen in der Demokratie. Eine Einführung in die Finanzwissenschaf (...)

7Outre les recettes tirées des droits de douane et des impôts indirects, le Reich dispose d’une autre source de revenus importante, les contributions dites « matriculaires » (Matrikularbeiträge5), qu’il peut exiger des États fédérés si ses recettes ne sont pas suffisantes pour couvrir les dépenses prévues et s’il ne souhaite ni ne peut contracter de nouvelles dettes6. Ces contributions constituent des transferts au Reich, d’où le qualificatif de « pensionnaire des États fédérés » attribué au Reich par les contemporains et les historiens7. Le Britannique Niall Ferguson, spécialiste de l’histoire économique, défend à ce sujet une position radicale, en affirmant que l’Empire allemand craignait de ne pas disposer, du fait de la fragilité de sa situation budgétaire, des moyens financiers nécessaires à une course aux armements, ce qui expliquerait qu’il ne se soit pas opposé au déclenchement de la guerre en juillet 19148. Des économistes spécialisés dans les questions budgétaires ont néanmoins fait état récemment de la situation confortable qui est celle du Reich à l’époque. Celui-ci est, au fond, confronté à une contrainte budgétaire douce (soft budget constraint), qui lui permet, notamment lors de la phase d’armement qui a précédé la Première Guerre mondiale, de dépasser régulièrement son budget, grâce aux contributions matriculaires des États fédérés ou à de nouveaux emprunts9.

  • 10  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 61.

8En raison de la structure fédérale de l’Allemagne, le Reich demeure souverain essentiellement en matière de politique étrangère et de défense. De fait, les dépenses d’armement constituent de loin le poste le plus important de son budget10. Toutefois, la structure des recettes de l’Empire n’est pas du tout adaptée à une situation de guerre :

  • d’une part, en cas de conflit, sa principale source de revenus, à savoir les recettes douanières, risque de se trouver fortement compromise ;

  • d’autre part, les États fédérés et les communes sont souverains en matière d’impôts directs, en particulier d’impôt sur le revenu, dont le rendement est élevé.

9La réforme budgétaire demandée dès la création du Reich, qui doit permettre de remédier à cette situation, ne voit pas le jour. Il faut attendre les premières années de la République de Weimar (1919-1920) pour voir cette réforme mise en œuvre, dans un contexte tout à fait différent.

10En l’absence de réforme budgétaire, le Reich doit faire face à un déficit structurel dès 1900, alors qu’il commence à armer ses flottes. Les contributions matriculaires ne suffisant pas toujours à couvrir les dépenses, il est contraint de s’endetter toujours plus auprès de bailleurs de fonds nationaux (voir graphique 1).

B. L’évolution de la dette publique de 1874 à 1914

11Peu après la création de l’Empire allemand, les réparations versées par la France se révèlent une manne bienvenue pour les États fédérés, qui peuvent ainsi rembourser une partie de leurs dettes. Le graphique 2, qui illustre le taux d’endettement de l’Allemagne à partir de la création de l’Empire, est à cet égard tout à fait significatif. Par la suite, ce taux augmente dans un premier temps de manière constante, dans la mesure où les recettes publiques ne peuvent augmenter au même rythme que les dépenses. Ces dernières augmentent, essentiellement dans les domaines de l’éducation (écoles) et des investissements dans les infrastructures (chemins de fer, services publics). En Prusse (le plus grand des États fédérés), une réforme profonde de la fiscalité directe menée entre 1891 et 1893 permet de ralentir l’augmentation de la dette publique.

Graphique 1. Dette publique allemande (en millions de marks/reichsmarks), 1871‑1945

Graphique 1. Dette publique allemande (en millions de marks/reichsmarks), 1871‑1945

Sources : Deutsche Bundesbank, Deutsches Geld- und Bankwesen in Zahlen 1876-1975, Francfort, Knapp, p. 313 (Reich 1877-1945 et Allemagne 1927-1939) ; Walther G. Hoffmann et al., Das Wachstum der deutschen Wirtschaft seit der Mitte des 19. Jahrhunderts, Berlin, Springer, 1965, p. 789-791 (estimation pour l’Allemagne 1871‑1913, dette extérieure, hors réparations).

  • 11  Deutsche Bundesbank, Deutsches Geld- und Bankwesen, op. cit., p. 313.
  • 12  Heiko T. Burret, Lars P. Feld, Ekkehard A. Köhler, « Sustainability of Public Debt in Germany: His (...)

12Au niveau de l’Empire, le renforcement de l’armement, en particulier, contribue à la progression de la dette. Cette dernière, qui est encore de 2,3 milliards de marks en 1900-1901, double jusqu’en 1912-1913 pour atteindre 4,8 milliards de marks11. Néanmoins, le ralentissement de l’augmentation de la dette (d’un niveau encore plus élevé) des États fédérés et des communes et la forte croissance de l’économie allemande permettent de mettre un frein à l’augmentation du taux d’endettement de l’Empire allemand, qui représente 50 % du produit intérieur brut au milieu des années 1890. On ne peut donc affirmer que l’endettement de l’Allemagne est dès avant la guerre d’un niveau inhabituellement élevé. De récentes études de séries temporelles portant sur la période 1871-1913 permettent de le mettre (faiblement) en évidence12.

Graphique 2. Le développement de la dette interne allemande (dette publique/PIB), 1871‑1913

Graphique 2. Le développement de la dette interne allemande (dette publique/PIB), 1871‑1913

Source : M. Spoerer, « Öffentliche Finanzen », op. cit., p. 108.

II. Les instruments de financement de la guerre

13De manière générale, un État dispose de quatre moyens pour financer une guerre :

  • utiliser le trésor de guerre mis de côté à cette fin ;

  • augmenter les impôts ;

  • émettre de nouveaux emprunts ;

  • augmenter la masse monétaire, c’est-à-dire faire marcher la planche à billets.

  • 13  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 89-90.

14L’Allemagne use de ces quatre instruments, à des degrés divers toutefois13.

  • 14  Carsten Burhop, Wirtschaftsgeschichte des Kaiserreichs 1871-1918, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprech (...)

15La Première Guerre mondiale entraîne naturellement une augmentation des dépenses publiques consacrées aux forces armées et à l’armement. Les dépenses publiques, qui représentent encore 10 % du PIB en 1913, augmentent jusqu’en 1917 pour atteindre 59 % du PIB. De 1916 à 1918, elles dépassent la moitié du PIB (enregistré)14. Face à cette forte augmentation des dépenses publiques de l’Empire, les recettes douanières et fiscales sont largement insuffisantes. Le financement de la guerre, comme toute autre question de politique étrangère, relève de la compétence du Reich.

  • 15  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 90-93 ; Carl-Ludwig Holtfrerich, « The mode (...)
  • 16  Theo Balderston, « War Finance and Inflation in Britain and Germany, 1914-1918 », Economic History (...)

16Le trésor de guerre du Reich, au départ constitué des réparations versées par la France en 1871 et qui s’élève à 360 millions de marks en 1914, est entièrement utilisé dès la mobilisation aux premiers jours de la guerre. Même les nouveaux impôts ne permettent pas de couvrir les sommes englouties pour les dépenses de guerre en hausse constante15. À l’instar des autres nations belligérantes, l’Allemagne a donc rapidement recours aux emprunts de guerre et à l’augmentation de la masse monétaire. Il convient de noter, et c’est là une différence fondamentale entre l’Allemagne et les autres nations, que l’Allemagne commence bien plus tôt que les autres nations à monétiser sa dette pour financer la guerre16.

A. L’augmentation de la masse monétaire

  • 17  M. Spoerer, Jochen Streb, Neue deutsche Wirtschaftsgeschichte des 20. Jahrhunderts, Munich, Oldenb (...)

17Du point de vue de la technique budgétaire, la refonte des statuts de la Reichsbank, qui datent de 1875, marque le point de départ de l’inflation allemande pendant et après la Première Guerre mondiale. Selon les anciens statuts, les billets en circulation doivent être couverts pour un tiers par de l’or et pour deux tiers par des effets de commerce de qualité émis par les entreprises. La promesse de la Reichsbank d’échanger à tout moment les billets contre de l’or à un cours prédéfini doit maintenir la confiance des acteurs du marché dans les billets sans valeur propre. Un mark équivaut à environ 0,36 g d’or pur. La couverture-or des billets permet à la Reichsbank de garantir la convertibilité, du moins dans des conditions normales. Dans le même temps, la couverture-or, comme facteur de stabilité, empêche une augmentation incontrôlée et donc inflationniste de la quantité de billets en circulation. La couverture par des effets réduit le risque d’une déflation. Dès que la quantité d’effets en circulation augmente, ce qui indique que le besoin des entreprises en moyens de paiement augmente, la Reichsbank peut, dès lors que la marge de couverture des deux tiers n’est pas atteinte, réescompter davantage d’effets de commerce et donc accroître la masse de billets en circulation. À l’inverse, si l’activité économique connaît un ralentissement, le nombre d’effets de commerce émis et escomptés diminue, et avec lui le nombre de billets en circulation. L’État ne peut pas recourir à la planche à billets17.

  • 18  Otto Pfleiderer, « Die Reichsbank in der Zeit der großen Inflation, die Stabilisierung der Mark un (...)
  • 19  Heinz Haller, « Die Rolle der Staatsfinanzen für den Inflationsprozess », Deutsche Bundesbank (dir (...)
  • 20  M. Spoerer, J. Streb, Neue deutsche Wirtschaftsgeschichte…, op. cit., p. 39.

18Un changement intervient au moment de la mobilisation. Dès le 31 juillet 1914, la Reichsbank suspend de facto la convertibilité en or, marquant ainsi l’abandon de l’étalon-or en Allemagne. Il convient de noter qu’à l’exception des États-Unis, toutes les autres nations qui couvrent leur monnaie par de l’or font de même18. Quelques jours plus tard est créée la caisse de prêt (Darlehenskasse) qui est, comme la Reichsbank, un institut d’émission de billets à l’échelle de l’Empire. La caisse de prêt est autorisée à émettre des bons (Darlehenskassenscheine) libellés en marks et couverts par des dépôts de garantie en métaux précieux, bijoux ou valeurs mobilières. Ces bons ne constituent pas des moyens de paiement légaux, mais peuvent être aisément échangés contre des billets de la Reichsbank puisque celle-ci est autorisée à les englober dans la masse monétaire. En d’autres termes, la caisse de prêt émet des substituts monétaires que la Reichsbank peut utiliser pour couvrir la masse monétaire. Dans un premier temps, le montant total des bons de la caisse de prêt est plafonné à 1,5 milliard de marks, ce plafond pouvant être relevé par le gouvernement si nécessaire. Ainsi, ces bons représentent plus de 6 milliards en octobre 1916, 30 milliards en novembre 1918, 100 milliards en novembre 1922 et 10 trillions de marks en novembre 192319. Ces titres étant englobés dans la masse monétaire, celle-ci, et avec elle le nombre de billets de la Reichsbank en circulation, peut être augmentée selon les besoins. En août 1914, la Reichsbank est par ailleurs autorisée à accepter des obligations et des bons du Trésor à court terme, c’est-à-dire des titres émis par l’État, pour couvrir les billets en circulation. Dès lors, la monnaie en circulation n’est plus « couverte », comme par le passé, exclusivement par de l’or et des effets solides, mais l’est aussi de plus en plus par des titres émis par l’État. Le Reich peut par conséquent s’endetter aussi directement auprès de la Reichsbank et financer la guerre en faisant marcher la planche à billets. Le mark perd son ancre de stabilité20.

  • 21  Stephen Gross, « Confidence and Gold: German War Finance 1914-1918 », Central European History, vo (...)

19La base monétaire est ainsi multipliée par six pendant la guerre. En d’autres termes, à la fin de la guerre, la couverture-or de la monnaie n’est plus que de 8 %. Pendant le conflit, l’augmentation de la masse monétaire a déjà entraîné une forte augmentation des prix. Entre sa moyenne en 1913-1914 et sa valeur à la fin de 1918, l’indice du coût de la vie a triplé. Un système bien conçu de prix fixés par l’État permet de freiner dans une certaine mesure la flambée des prix21.

B. Les emprunts de guerre

20L’Empire allemand couvre un peu moins des deux tiers de ses dépenses de guerre en émettant des emprunts à long terme. D’ordinaire, cette forme d’endettement auprès des nationaux ne comporte aucun risque inflationniste direct, puisque cela revient simplement à transférer un pouvoir d’achat existant des ménages à l’État. Toutefois, la caisse de prêt gage également des emprunts de guerre à long terme, ce qui a pour effet d’augmenter fortement le volume des crédits du secteur privé.

  • 22  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 93 ; C. Burhop, Wirtschaftsgeschichte…, op. (...)

21Les emprunts de guerre sont lancés lors d’un débat qui se tient au Reichstag le 4 août 1914 et qui débouche sur le vote des crédits, y compris par les sociaux-démocrates, pourtant pacifistes avant-guerre. Depuis lors, tous les mois de septembre et de mars, le Reich place un nouvel emprunt de guerre au taux de 5 %, soit au total neuf emprunts en 4 ans de conflit. À cette dette « garantie » vient s’ajouter une dette « non garantie », représentée par les bons du Trésor. À la fin de la guerre, 60 % de la dette du Reich est à long terme, contre 40 % à court terme22.

  • 23  C. Burhop, Wirtschaftsgeschichte…, op. cit., p. 212 ; T. Balderston, « War Finance… », art. cit., (...)

22Jusqu’en septembre 1916, les emprunts de guerre suffisent dans une certaine mesure à couvrir les dépenses. La situation s’inverse ensuite, évolution à laquelle n’est pas étrangère l’intensification des efforts de guerre depuis l’arrivée au commandement du chef d’état-major général des armées Hindeburg et du quartier-maître général Ludendorff en août 1916. En France et en Grande-Bretagne aussi, les emprunts de guerre servent à couvrir une grande partie des dépenses de guerre. Il convient à cet égard de rappeler que ces deux États, à la différence de l’Allemagne, ont accès aux marchés internationaux des capitaux23.

23Pour résumer, on peut affirmer qu’en Allemagne, le financement de la guerre n’est qu’un aspect accessoire. Il faut mobiliser des ressources réelles. En Allemagne, comme dans les autres pays, on se pose peu de questions sur la viabilité du financement ; après la victoire à laquelle elle s’attend, l’Allemagne présentera la facture aux Alliés. À cet égard, le traité de Brest-Litovsk signé au mois de mars 1918, qui impose à la Russie soviétique de verser des réparations élevées, prouve bien que l’Allemagne fera usage du droit du plus fort. Pourtant, tout le monde sait que l’Allemagne perd la guerre.

III. La dette publique sous la République de Weimar (1919‑1932)

  • 24  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 98.
  • 25  A. Ritschl, M. Spoerer, « Das Bruttosozialprodukt in Deutschland nach den amtlichen Volkseinkommen (...)

24La première République allemande doit supporter les conséquences financières de la Première Guerre mondiale. Au total, la guerre a coûté 164 milliards de marks, dont 156 milliards ont été financés par la dette. Sur ces 156 milliards, 98 milliards, soit environ 60 %, ont été financés par les neuf emprunts de guerre24. En 1913, le PIB était d’environ 57 milliards de marks. À la fin de la guerre, l’endettement de l’Allemagne équivaut donc à celui des forces alliées25.

25Or, la situation politique est extrêmement précaire. La jeune République est secouée par des troubles politiques, fomentés par les partis de gauche comme de droite. Outre le risque de guerre civile, elle est confrontée à la question non résolue des réparations. Le taux des prélèvements obligatoires, qui représentait 10 à 12 % du PIB en 1913, menace désormais, selon le montant des réparations qui sera finalement imposé, d’atteindre 35 % du PIB. Aucun gouvernement allemand n’aurait à terme survécu au montant des réparations initialement imposé par les Alliés dans l’ultimatum de Londres, en mai 1921.

  • 26  Brian R. Mitchell, International historical statistics: Europe 1750-2005, Basingstoke, Palgrave Ma (...)

26La seule lutte contre l’inflation qui ne cesse de croître depuis la fin de la guerre aurait exigé des mesures économiques restrictives que les gouvernements de la République de Weimar sont politiquement trop faibles pour imposer. Hormis le fait qu’elle permet à l’État de s’endetter rapidement auprès des nationaux sans attirer l’attention, l’inflation entraîne une baisse des salaires réels puisqu’elle augmente plus vite que les salaires. Cela a pour effet, positif, que le chômage est, entre 1919 et 1922, comparativement plus faible que celui de beaucoup d’autres économies, comme la France, la Grande-Bretagne ou les États-Unis, qui sont confrontés en 1920-1921 à une crise de stabilisation caractérisée par un chômage élevé26.

  • 27  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 98.
  • 28  Max Hantke, M. Spoerer, « The imposed gift of Versailles: The fiscal effects of restricting the si (...)
  • 29  C.-L. Holtfrerich, « The modernization of the tax system in the First World War and the Great Infl (...)

27Le traité de Versailles se traduit pour l’Allemagne par des pertes territoriales et matérielles équivalant à environ 10 % de sa richesse d’avant-guerre27. Certes, la réduction des forces armées allemandes imposée dans le traité représente un dividende de paix substantiel28, mais les dépenses publiques augmentent fortement dans d’autres secteurs, en particulier en faveur de l’État providence et de la construction de logements. Compte tenu des réparations qu’il doit verser, le Reich doit renforcer sa situation budgétaire. La réforme budgétaire si souvent débattue avant-guerre est rapidement mise en œuvre. Elle conduit à la centralisation des finances publiques au profit du Reich dans les années 1919-192029.

A. L’hyperinflation au service de l’élimination de la dette publique intérieure

L’hyperinflation

  • 30  M. Spoerer, J. Streb, Neue deutsche Wirtschaftsgeschichte…, op. cit., p. 43.

28À la fin de la guerre, la suppression du contrôle des prix ouvre de nouveau la voie à l’inflation qui a été contenue pendant des années. En Allemagne et à l’étranger, les causes de l’inflation font l’objet de débats qui tournent autour de deux théories : la théorie quantitative de la monnaie et celle de la balance des paiements. Officiellement, le gouvernement allemand et la Reichsbank défendent la théorie de la balance des paiements et expliquent la forte inflation par le niveau élevé des réparations exigées par l’étranger. Leur argumentation est la suivante : l’Allemagne ne doit naturellement pas payer les réparations en marks puisque cette monnaie ne cesse de se déprécier, mais doit les payer en or et en biens de valeur. L’Allemagne aurait dû se procurer cet or grâce aux excédents de sa balance commerciale ou de sa balance des services, ou grâce aux importations nettes de capitaux. En raison également de la clause unilatérale de la nation la plus favorisée imposée à l’Allemagne par les Alliés jusqu’en janvier 1925, qui a pour effet de frapper de droits de douane plus élevés les exportations allemandes vers les marchés des vainqueurs sans réciprocité, l’Allemagne n’est pas en mesure d’enregistrer des excédents commerciaux. Certes, des capitaux sont importés, mais pas autant que souhaité. Cette période inflationniste ne permet donc pas une augmentation des stocks d’or suffisante pour payer les réparations. Le gouvernement allemand se voit ainsi contraint, tel est du moins son argument, d’acheter l’or dont il a besoin sur les marchés des changes (sous la forme de devises-or telles que le dollar ou la livre sterling). Cette demande constante entraîne une dépréciation du mark, une augmentation du coût des importations, et donc du besoin de financement, d’où un accroissement du volume des effets de commerce émis. Toujours selon le gouvernement allemand, ces effets sont réescomptés par la Reichsbank, ce qui contribue à créer de la monnaie. Au bout du compte, ce sont les exigences des Alliés en termes de réparations qui expliquent la situation désastreuse de la monnaie allemande, cette explication étant très opportune du point de vue politique30.

  • 31  Steven B. Webb, « Government Revenue and Spending in Germany, 1919 to 1923 », Gerald Feldman, Gero (...)

29La valeur extérieure du mark (cours par rapport au dollar) est en effet ponctuellement supérieure à sa valeur intérieure (prix de gros) (voir graphique 3). Toutefois, la théorie de la balance des paiements est peu convaincante, dans la mesure où elle n’explique pas la dépréciation rapide du mark avant même l’annonce du montant élevé des réparations en juin 1919. Par ailleurs, avant l’entrée en vigueur du plan Dawes en août 1924, une part toujours plus importante des réparations est payée en nature ; le pays a donc de moins en moins besoin d’or (ou de devises-or)31.

Graphique 3. Masse monétaire, taux de change et prix de gros (1913 = 1)

Graphique 3. Masse monétaire, taux de change et prix de gros (1913 = 1)

Source : Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung in Deutschland 1914 bis 1923, Berlin, Hobbing, 1925, p. 6, 17, 46-47.

  • 32  M. Spoerer, J. Streb, Neue deutsche Wirtschaftsgeschichte…, op. cit., p. 44.

30Aujourd’hui, l’explication quantitative de l’inflation n’est plus guère contestée par les chercheurs. Comme nous l’avons montré plus haut, le Reich émet pendant la guerre de plus en plus de dettes non garanties et seule la création de monnaie peut, dans une certaine mesure, permettre de redresser la situation budgétaire délicate après 191832. Cette politique apparaît dans un premier temps inéluctable, de sorte que même l’indépendance de forme de la Reichsbank intervenue en mai 1922 n’entraîne aucun changement dans la politique monétaire du pays.

31Le graphique 3 illustre clairement les événements qui affectent la confiance dans l’avenir économique de l’Allemagne et dans sa monnaie :

  • le traité de Versailles, en juin 1919, dont les conditions sont unanimement rejetées en Allemagne ;

  • l’ultimatum de Londres de mai 1921, qui impose à l’Allemagne des réparations d’une ampleur inattendue ;

  • surtout, l’occupation par les troupes françaises et belges de la Ruhr en janvier 1923. L’appel à la grève générale qui s’ensuit immobilise le cœur de l’industrie allemande et mène les finances publiques au bord de la faillite.

32Après 4 années d’inflation ouverte, le temps de l’action est venu.

La plus grosse coupure jamais imprimée en Allemagne : 100 000 000 000 000 marks

La plus grosse coupure jamais imprimée en Allemagne : 100 000 000 000 000 marks

Source : https://de.wikipedia.org/​wiki/​Datei:100-Billionen-Geldschein.jpg.

  • 33  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 107.

33La rapide dépréciation du mark a un avantage considérable : les dettes de l’Empire étant nominales, la chute du pouvoir d’achat conduit à la disparition presque totale des dettes du Reich, des États fédérés et des communes (de même que celles des particuliers et des entreprises). À la fin de 1923, la dette de l’État allemand est pratiquement nulle33. Cela ne concerne néanmoins que la dette intérieure. Les dettes extérieures ne peuvent pas être remboursées avec des billets libellés en marks fraîchement imprimés.

Rentenmark et Reichsmark : la réforme monétaire et le durcissement de la politique monétaire en 1923‑1924

34Le point limite est atteint lorsque l’inflation provoquée par l’occupation de la Ruhr en janvier 1923 et l’appel à la résistance passive échappent à tout contrôle. Le mark ne remplit plus ses fonctions classiques (monnaie, moyen de paiement, unité de compte et réserve de valeur). De plus, au début de l’automne 1923, la République de Weimar est secouée par des troubles politiques. Une nouvelle monnaie doit être créée pour rétablir la confiance dans le pays même comme à l’étranger. Dans ce contexte, le gouvernement institue le 15 octobre 1923, avec le soutien du président de la Reichsbank Hjalmar Schacht, la Deutsche Rentenbank ; celle-ci introduit une nouvelle monnaie le 20 novembre de la même année, le rentenmark, équivalant à un trillion de marks-papier. En dépit du fait qu’il ne constitue pas un moyen de paiement légal et qu’il n’a pas cours obligatoire, le rentenmark s’impose immédiatement, à tel point qu’on a parlé du « miracle du rentenmark ».

35La Rentenbank est de jure un établissement du secteur privé dont les parts doivent être détenues par des acteurs de l’industrie et du secteur agricole allemands, y compris des secteurs du commerce et de la banque. L’entrée dans le capital de la Rentenbank n’est pour autant pas volontaire, elle est imposée par l’État : les entreprises du secteur agricole et les entreprises industrielles doivent en financer à parts égales le capital d’exploitation, d’un montant de 3,2 milliards de marks-or. Ce capital ne doit pas être effectivement versé, simplement garanti pour moitié par une dette foncière pour l’agriculture et pour moitié par des obligations pour l’industrie. Ces titres constituent l’actif de la Rentenbank et portent intérêt au taux annuel de 6 %. Compte tenu du caractère obligatoire de la participation au capital de la Rentenbank, les intérêts versés équivalent de fait à un impôt. La Rentenbank émet à hauteur de ses actifs des titres de rente (Rentenbriefe), qui sont libellés en marks-or et qui produisent des intérêts au taux annuel de 5 %. Ces titres servent à couvrir l’émission et à limiter à 3,2 milliards la circulation du rentenmark, puisque 1 rentenmark équivaut à 1 mark-or.

36Après l’introduction du rentenmark, qui ne remplace pas mais vient compléter les billets de l’Empire déjà en circulation et les billets de nécessité (Notgeld), la vitesse de circulation de la monnaie se trouve considérablement réduite, pour des raisons aussi bien psychologiques qu’économiques. La Rentenbank est tenue d’échanger tous les avoirs de plus de 500 rentenmarks contre des titres de rente porteurs d’intérêts, dont la valeur est garantie à hauteur de 3,2 milliards de marks par le patrimoine réel (propriété foncière, installations industrielles) de l’économie allemande. Cette « couverture » revêt une importance principalement psychologique : tant que le détenteur d’un billet libellé en rentenmark est convaincu qu’il peut l’échanger à tout moment contre un titre représentatif de la valeur de l’économie allemande, il n’éprouve pas le besoin de procéder effectivement à un tel échange. La fuite vers les valeurs matérielles prend fin et la vitesse de circulation du rentenmark chute. Dans la mesure où la Reichsbank échange les rentenmarks contre des marks au taux de 1 trillion pour 1, la confiance s’étend également à l’ancien mark-papier. L’inflation marque le pas.

  • 34  O. Pfleiderer, « Die Reichsbank in der Zeit der großen Inflation, die Stabilisierung der Mark und (...)
  • 35  Deutsche Bundesbank, Deutsches Geld- und Bankwesen in Zahlen 1876-1975, Francfort, Knapp, p. 313. (...)

37Toutefois, au bout du compte, la stabilité de la nouvelle monnaie s’explique en premier lieu par la politique de crédit restrictive de la Reichsbank, qui, dès décembre 1923, refuse un prêt au gouvernement et relève fortement ses taux. Cette politique renforce la confiance dans la nouvelle monnaie, qui, avec l’entrée en vigueur du plan Dawes, est remplacée en août 1924 par le reichsmark au taux de 1 pour 1. La parité-or du reichsmark est la même qu’avant-guerre, 4,20 reichsmarks valant en conséquence un dollar34. À la fin de l’exercice budgétaire 1923-1924 (1er avril 1924), les dettes de l’Empire ne s’élèvent plus qu’à 1,958 milliard de reichsmarks, soit 37,6 % de leur montant en 1913-191435.

B. La maîtrise de la dette publique extérieure : le régime des réparations du plan Dawes à la conférence de Lausanne

38En juin 1919, les représentants du gouvernement allemand (Reichsregierung) signent le traité de Versailles. L’Allemagne reconnaît ainsi sa responsabilité totale dans le déclenchement de la guerre, comme l’exigent les Alliés. En conséquence de ce traité, l’Allemagne perd 13 % de son territoire. Les principaux territoires cédés sont :

  • les provinces de Posnanie et de Prusse occidentale, très rurales ;

  • certaines parties de la Silésie, province très industrialisée ;

  • l’Alsace-Lorraine, qui dispose d’une industrie textile performante et de précieux gisements de minerais de fer.

39Le territoire du bassin de la Sarre, également très industrialisé, et le grand port maritime de Dantzig sont désormais administrés par la Société des Nations, le premier passant sous la souveraineté douanière et monétaire française. La cession de territoires entraîne également pour l’Allemagne la perte :

  • de 10 % de sa population ;

  • de la moitié de ses ressources en minerais de fer (principalement en Lorraine) ;

  • d’un quart de son charbon (principalement en Haute-Silésie-Orientale) ;

  • de 15 % de ses terres agricoles.

  • 36  Eberhard Kolb, Der Friede von Versailles, Munich, C. H. Beck, 2005, p. 63-64.

40L’Allemagne doit céder, sans compensation, ses avoirs à l’étranger, y compris les brevets, les titres lui appartenant vis-à-vis des puissances qui étaient ses alliés et l’ensemble de ses colonies (territoires en situation de déficit chronique, économiquement insignifiants). Elle doit livrer la majeure partie de sa flotte de commerce et une quantité importante de matériel roulant ferroviaire, dont la valeur est portée au crédit de l’Allemagne dans le compte des réparations36.

  • 37  S. A. Schuker, American « Reparations » to Germany…, op. cit., p. 16 ; H. Knortz, Wirtschaftsgesch (...)

41Le montant définitif des réparations n’est pas fixé à Versailles. L’Allemagne doit dans un premier temps payer, avant le mois de mai 1921 – période au cours de laquelle la Commission des Réparations doit présenter une évaluation des dommages causés par la guerre et un plan de paiement –, 20 milliards de marks-or en espèces ou en nature, qui seront imputés sur la dette totale. Au cours de la période d’inflation, le Reich livre de l’or et des devises, mais aussi de manière croissante des biens, aux créanciers étrangers bénéficiaires des réparations. Les prestations fournies sont inscrites dans le compte des réparations ; on constate à cet égard que l’évaluation des biens livrés est souvent plus élevée du côté allemand que du côté des Alliés. Dans les États bénéficiaires, les livraisons de biens allemands sont non seulement accueillies favorablement, mais entraînent également un déplacement de la demande vers les produits allemands37.

  • 38  Klaus Hildebrand, Das vergangene Reich. Deutsche Außenpolitik von Bismarck bis Hitler 1871-1945, M (...)

42Du côté allemand, on espère encore au milieu de l’année 1919 que les États-Unis tempéreront la Grande-Bretagne et surtout la France. À cet égard, il convient toutefois de ne pas oublier que les États-Unis sont les créanciers des autres Alliés (voir tableau 1). D’un point de vue politique, il est impossible aux États-Unis de renoncer au paiement des dettes interalliées après la guerre : pour quelle raison le contribuable américain devrait-il payer le coût de la guerre en Europe ? En insistant sur le remboursement de ce qu’on leur doit, les États-Unis confortent les puissances victorieuses européennes dans leur volonté d’obtenir des réparations de l’Allemagne. La France, en particulier, qui a subi de lourds dommages sur son territoire, a grand intérêt à ce que les réparations versées par l’Allemagne soient élevées38.

Tableau 1. Les dettes interalliées : États recevant des réparations et États‑Unis*

Pays

  Créances (brut)  

   Dettes (brut)   

   Créances (net)   

États‑Unis

26,2

0,0

26,2

Grande-Bretagne   

7,7

14,5

–6,8

France

0,2

13,5

–13,3

Italie

0,2

4,0

–3,8

Autres

0,0

2,3

–2,3

* Valeur actuelle des créances en milliards de RM rémunérées à 5 % au 31 mars 1930.

Source : Statistisches Reichsamt, Die interalliierten Schulden. Ihre Entstehung und ihre Behandlung im Youngplan, Berlin, Hobbing, 1930, p. 110-111.

  • 39  S. A. Schuker, American « Reparations » to Germany…, op. cit., p. 16-17.

43L’ultimatum de Londres de mai 1921 anéantit les espoirs nourris par l’Allemagne d’une modération du montant des réparations. Les Alliés réclament 132 milliards de marks-or, menaçant d’occuper la région de la Ruhr si l’Allemagne ne se plie pas à cette exigence39. Cette fermeté, à laquelle la population allemande ne s’attend pas, a un effet catastrophique sur la monnaie, comme cela a été décrit plus haut.

Le plan Dawes et l’afflux de capitaux étrangers en l’Allemagne

  • 40  Voir l’ouvrage essentiel pour comprendre le problème des réparations et leurs effets sur les march (...)

44Une fois l’hyperinflation maîtrisée en Allemagne, on considère qu’il est temps de régler définitivement la question des réparations. Le plan Dawes, du nom de l’expert financier américain Charles Dawes, qui est adopté en août 1924 constitue à cet égard une étape importante. S’il ne fixe pas non plus le montant total des réparations, ce plan établit des bases considérées comme solides par les parties intéressées pour les versements. La prise en compte par les Alliés de la capacité de paiement de l’Allemagne en est un élément essentiel. La nouvelle monnaie, le reichsmark, est définie par rapport à l’étalon-or. Si le paiement des réparations, qui doit à l’avenir intervenir uniquement sous forme monétaire, mettait en péril la stabilité externe du reichsmark, le futur agent général pour le paiement des réparations (l’Américain Parker Gilbert) pourrait décider d’arrêter les transferts, c’est-à-dire suspendre le paiement des réparations (« protection des transferts »). Les paiements au titre d’autres obligations ne sont pas concernés, ce qui signifie concrètement que le paiement des réparations passe après le paiement des sommes dues, intérêts compris, aux créanciers privés étrangers (séniorité). Ainsi, les bailleurs de fonds étrangers n’ont pas à craindre que le poids des réparations ne mette en danger la stabilité de la monnaie allemande et les recettes provenant des paiements du principal et des intérêts dus par l’Allemagne40.

  • 41  E. Kolb, « Die Reichsbahn vom Dawes-Plan bis zum Ende der Weimarer Republik », Lothar Gall, Manfre (...)

45Avant le transfert des réparations à l’étranger, il faut réunir les fonds en Allemagne. Le plan Dawes prévoit qu’une partie des réparations sera directement financée par l’impôt. La deuxième source importante de financement est la Deutsche Reichsbahn, entreprise publique créée en 1920-1924, en situation de monopole, à qui les Länder ont dû céder leurs chemins de fer. La Reichsbahn contribuera au financement des réparations par la perception d’un impôt sur les transports et le paiement d’intérêts au titre d’un emprunt forcé41.

46Le second problème auquel le gouvernement allemand est confronté concerne le transfert des réparations à l’étranger (voir graphique 5). Un transfert durable des réparations n’aurait pu fonctionner que si l’Allemagne avait enregistré un excédent commercial. Les exportateurs auraient échangé les devises reçues contre des reichsmarks auprès des banques commerciales, ce qui aurait entraîné un flux de devises-or vers la Reichsbank par l’intermédiaire de ces banques. Le gouvernement allemand aurait ainsi transféré les réparations en devises-or et les pays bénéficiaires auraient acquitté leurs dettes contractées auprès des États-Unis. Un tel schéma aurait signifié, dans l’économie réelle, que l’Allemagne produisait durablement plus qu’elle ne consommait et, partant, que les États-Unis consommaient plus qu’ils produisaient.

47En réalité, ce ne sont pas les excédents commerciaux, mais les importations de capitaux qui viennent financer les réparations. Après la période d’hyperinflation, on reste méfiant en Allemagne comme à l’étranger sur la question de la stabilité du rentenmark et du reichsmark, ce qui est compréhensible. Afin de restaurer sa crédibilité, la Reichsbank mène une politique monétaire restrictive en fixant des taux d’intérêt élevés. Cela entraîne en Allemagne une augmentation du coût du crédit tout comme une hausse temporaire du chômage, et de nombreux investissements potentiels ne se font pas dans les entreprises. Les prix augmentent, mais de manière contrôlée. À l’étranger, on voit que l’Allemagne mène réellement une politique axée sur la stabilité et que l’attachement du reichsmark à l’étalon-or est crédible. Les intérêts élevés pratiqués par la Reichsbank dans le cadre de sa politique monétaire sont extrêmement attractifs pour les investisseurs étrangers.

  • 42  Robert R. Kuczynski, Deutsche Anleihen im Ausland 1924-1928, 2e éd., Berlin, Institute of Economic (...)
  • 43  M. Spoerer, J. Streb, Neue deutsche Wirtschaftsgeschichte…, op. cit., p. 78-79.

48L’écart de taux important entre l’Allemagne et d’autres économies considérées comme stables amène les entreprises, les communes, voire les institutions religieuses allemandes à entrer en relation avec des investisseurs étrangers à partir de 192442. Pour les Allemands, le coût des emprunts à l’étranger est moins élevé qu’en Allemagne, et à l’étranger ces opérations sont attractives. Il en résulte que l’Allemagne s’endette à l’étranger et que la Reichsbank se trouve en possession de devises-or. L’Allemagne est en mesure de payer ses dettes (liées aux réparations), sans devoir resteindre sa consommation, en les remplaçant par des dettes privées – ce que l’on appelle la « commercialisation des réparations43 ».

Graphique 5. Le cycle des réparations, 1924‑1931

Graphique 5. Le cycle des réparations, 1924‑1931

Source : M. Spoerer, J. Streb, Neue deutsche Wirtschaftsgeschichte des 20. Jahrhunderts, Munich, Oldenbourg, 2013, p. 38.

Le plan Young et ses effets sur les flux de capitaux en provenance et à destination de l’Allemagne

49À la fin des années 1920, plusieurs parties prenantes poussent à une révision des clauses sur les réparations. En particulier, après que l’Allemagne a dû payer pour la première fois l’annuité totale de 2,5 milliards de reichsmarks en 1928-1929, le gouvernement allemand demande une réduction des réparations. Du côté des Alliés, on regrette d’avoir accepté le régime de protection des transferts. Si la croissance économique de l’Allemagne pendant la seconde moitié des années 1920 semble satisfaisante, la commercialisation des réparations est naturellement une pratique connue, d’autant que le président de la Reichsbank, Hjalmar Schacht, évoque volontiers les risques qu’elle comporte. La France, en particulier, pousse à la mise en place d’un cadre formel pour la commercialisation des réparations, sous la forme par exemple d’un emprunt contracté par la Reichsbank. La France, à titre de créancier privé, aurait ainsi contourné le régime de protection des transferts et pu obtenir le paiement des réparations lui revenant indépendamment de la stabilité de la monnaie allemande.

  • 44  A. Ritschl, Deutschlands Krise und Konjunktur…, op. cit., p. 129-131 ; M. Spoerer, J. Streb, Neue (...)

50De février à juin 1929 ont lieu de nouvelles négociations, menées du côté américain par l’industriel américain Owen D. Young. Le nouveau plan, rapidement baptisé plan Young, prévoit une réduction importante du montant total des réparations, ramené à 36 milliards de reichsmarks, en valeur de l’époque, à verser sous la forme d’annuités de 2,1 milliards de reichsmarks au maximum. La dernière annuité serait arrivée à échéance en 1987-1988. Certaines clauses humiliantes, notamment le contrôle par les Alliés de la Reichsbank et de la Reichsbahn, disparaissent. Les missions de l’agent général sont transférées à la future Banque des règlements internationaux (BRI) à Bâle, à laquelle le Reich vire désormais les réparations. Une clause essentielle disparaît toutefois : la protection des transferts. L’Allemagne, qui obtient un emprunt de 1,2 milliard de reichsmarks est de nouveau responsable de la stabilité externe de sa monnaie. Ainsi, la séniorité s’inverse de nouveau : les investisseurs privés peuvent s’attendre à ce que le gouvernement allemand, en cas de doute, donne la priorité au service des réparations et qu’en conséquence leurs créances aient désormais un rang inférieur, ces investisseurs étant plus exposés au risque de défaut de paiement de l’Allemagne. Le plan Young, entré en vigueur en mai 1930 avec effet rétroactif au 1er septembre 1929 après de vifs débats et l’échec d’un référendum lancé par la droite (décembre 1929), semble régler définitivement la question des réparations44.

  • 45  A. Ritschl, ibid., p. 130-135.
  • 46  Isabel Schnabel, « The German Twin Crisis of 1931 », Journal of Economic History, vol. 64, n° 3, 2 (...)

51Les effets des incitations économiques résultant du plan Young se font toutefois plus durement sentir que prévu. Selon ce nouveau plan, l’Allemagne n’a plus la possibilité de financer les réparations en contractant de nouvelles dettes à l’étranger. Lorsque les nouvelles règles sont connues en février 1929, les sorties de devises commencent auprès de la Reichsbank et l’Allemagne se trouve pour la première fois depuis la stabilisation de la monnaie en 1924 au bord d’une crise de la dette. La solvabilité du pays se dégrade jusqu’à s’apparenter à celle d’un pays en développement45. Comme le montre le tableau 2, les flux de capitaux s’inversent : si, de 1924 à 1929, quantité de capitaux continuent d’affluer vers l’Allemagne, les flux diminuent sensiblement en 1930 pour se transformer, à partir de 1931, en sorties massives de capitaux qui s’accentuent encore lors de la double crise de juillet 193146.

Tableau 2. Emprunt extérieur net de l’Allemagne et réparations (en milliards de reichsmarks), 1924‑1932

Importations de capitaux
(net)

1924

1925

1926

1927

1928

1929

1930

1931

1932

Long terme

1,0

1,1

1,4

1,8

1,7

0,4

0,8

–0,1

0,0

Court terme

1,5

0,3

0,1

1,8

1,5

1,0

0,4

0,5

–0,8

Non spécifié

0,4

1,7

–0,9

0,3

1,0

0,9

–0,7

–3,4

0,2

Total

2,9

3,1

0,6

3,8

4,1

2,3

0,4

–3,0

–0,6

Réparations

0,6

1,1

1,3

1,7

2,2

2,1

1,9

1,0

0,2

Sources : Statistisches Reichsamt, Die deutsche Zahlungsbilanz der Jahre 1924-1933, 2e éd., Berlin, Hobbing, 1934, p. 10-11 (dette extérieure) ; M. Hantke, M. Spoerer, « The imposed gift of Versailles : The fiscal effects of restricting the size of Germany’s armed forces, 1924-9 », Economic History Review, vol. 63, n° 4, 2010, p. 855 (réparations 1924-1929) ; A. Ritschl, Deutschlands Krise und Konjunktur 1924-1934. Binnenkonjunktur, Auslandsverschuldung und Reparationsproblem zwischen Dawes-Plan und Transfersperre, Berlin, Akademie, 2002, tableau A.12 (réparations 1930‑1932).

L’annulation des réparations : le moratoire Hoover et la conférence de Lausanne

52À la moitié de l’année 1931, avant même que la crise bancaire ne se déclare, on redoute à l’étranger la faillite de l’Allemagne. Compte tenu des liens d’interdépendance à l’échelle mondiale, cette faillite aurait entraîné de fortes perturbations sur les marchés des capitaux et mis en péril les prêts encore en cours des banques américaines en Allemagne. Sous l’impulsion de ces dernières, le président des États-Unis J. Edgar Hoover a, contre l’avis de la France, prononcé en juin 1931 également un moratoire d’un an sur le paiement à la fois des réparations et des dettes interalliées. Le plan Young prévoyait déjà la constitution d’un comité spécial chargé d’examiner les capacités économiques de l’Allemagne, dont le gouvernement allemand demande désormais la convocation. Ce comité conclut à la fin de l’année 1931 qu’à l’issue du moratoire, le Reich ne sera en mesure de reprendre ni le paiement des réparations, ni le service des dettes privées. Pour cette raison, il propose d’annuler les réparations allemandes et les dettes interalliées.

  • 47  H. Knortz, Wirtschaftsgeschichte der Weimarer Republik…, op. cit., p. 113-114.

53En réalité, lors de la conférence de Lausanne qui se tient en juillet 1932, les créanciers accordent à l’Allemagne une remise des réparations, à l’exception d’une somme symbolique de 3 milliards de reichsmarks (soit une somme légèrement supérieure à une annuité dans le cadre du plan Dawes ou du plan Young). Les États-Unis acceptent la suspension du service des dettes interalliées, sans jamais renoncer formellement à leur remboursement. Ces dettes s’éteignent en 1948, tandis que l’Allemagne effectue ses derniers paiements, d’un montant faible, en 201047.

  • 48   Christoph Buchheim, « Zur Natur des Wirtschaftsaufschwungs in der NS-Zeit », idem, Michael Hutter (...)

54Le Reich est ainsi libéré également des dettes à l’étranger, nées de la guerre. L’annulation des réparations a un impact psychologique très important et ce n’est peut-être pas un hasard si de nombreux indicateurs économiques se redressent à partir de la fin de l’été 1932, alors que l’Allemagne vient de connaître, pendant 3 ans, sa pire crise économique48.

IV. Synthèse et perspectives

55La Première Guerre mondiale place l’économie allemande devant des problèmes majeurs. Afin de pouvoir mobiliser les ressources réelles nécessaires dont il a besoin, l’Empire allemand s’endette considérablement. Les emprunts de guerre constituent un moyen durable de confisquer une partie du pouvoir d’achat des ménages et d’utiliser leur épargne pour financer la guerre, mais cela ne suffit pas à long terme. Aussi l’Empire allemand se voit-il contraint d’accroître toujours davantage l’offre de monnaie. Alors que les Allemands ont toujours été convaincus qu’ils sortiraient victorieux de cette guerre (comme en 1871) et que les vaincus devraient en payer le coût, c’est le contraire qui se produit en 1918-1919. Les réparations réclamées par les Alliés constituent l’un des nombreux éléments qui contribuent à déstabiliser la démocratie de Weimar, déjà fragile. Les gouvernements du Reich qui se succèdent rapidement ne trouvent dans un premier temps pas d’autre solution que de laisser filer l’inflation, ce qui a pour effet favorable de réduire la dette intérieure. À la suite de la réforme monétaire de 1923-1924, le Reich est libéré de la plupart de ses dettes intérieures, mais pas du poids des réparations.

56En Allemagne, les réparations sont considérées comme injustes par l’ensemble de l’échiquier politique, ce qui laisse peu de marge de manœuvre au gouvernement. S’ils veulent payer les réparations, les gouvernements qui se succèdent doivent transférer à l’étranger la valeur créée dans le pays, ce qui nuit à l’économie allemande. Il leur est alors reproché de se plier devant le traité de Versailles (Erfüllungspolitik). Refuser de payer les réparations aurait eu des conséquences graves pour la politique extérieure, comme l’a déjà montré l’occupation de la Ruhr en 1923. La seule voie médiane envisageable consiste à montrer à l’extérieur du pays le caractère inexécutable du paiement des réparations. La crise économique mondiale qui commence à la fin de l’année 1929 précipite la société allemande dans une crise économique sans précédent alors que les indicateurs économiques sont en berne depuis déjà presque un an. En raison du chômage qui touche près d’un tiers de la population active et de la sortie massive de capitaux, l’Allemagne est effectivement considérée comme incapable d’assumer le poids des réparations, au prix toutefois de l’instauration de la dictature nationale-socialiste. La démocratie de Weimar a hérité de la dette énorme qu’a laissée l’Empire allemand, elle a été tenue pour responsable de la perte de l’épargne de nombreux ménages au cours de la période d’hyperinflation et elle a porté le fardeau qui a finalement conduit à l’annulation des réparations en 1932. Après la crise économique qui signe l’échec de la République de Weimar, le national-socialisme peut prendre les rênes d’une Allemagne libérée de l’essentiel de ses dettes.

57Les effets à long terme de l’annulation de la dette de l’Allemagne après la Première Guerre mondiale apparaissent après la Seconde Guerre mondiale. Les Alliés, en particulier les États-Unis, ont tiré les enseignements de la débâcle de la République de Weimar. Contrairement à ce qui avait été le cas lors du premier conflit, il est clair que l’Allemagne est seule responsable de l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale (en Europe). Ainsi le pays est-il traité avec clémence. Le faible montant des réparations imposées à la République fédérale dans l’accord de Londres de 1953 est négligeable.

58L’hyperinflation a eu une autre conséquence, encore visible aujourd’hui. Dans les faits, de nombreux Allemands sont par deux fois, lors des réformes monétaires de 1923-1924 et de 1948, dépossédés de leurs biens par leur propre État. Ces réformes monétaires font suite à l’hyperinflation et à la dépréciation totale du reichsmark entre 1945 et 1948. Depuis ce moment, la crainte de l’inflation est beaucoup plus présente en Allemagne que dans les autres États faisant partie du système monétaire européen dans les années 1970 et, depuis les années 1990, de l’Union économique et monétaire. La Deutsche Bundesbank a pu mener une politique monétaire aussi axée sur la stabilité monétaire parce qu’elle savait qu’elle avait l’appui de l’opinion publique. Concernant le choix effectif ou présumé entre stabilité des prix et emploi (courbe de Phillips), l’Allemagne a opté pour la première solution bien avant des pays comme la France ou l’Italie.

59À l’heure actuelle (mi-2018), la dette publique allemande représente environ 64 % du produit intérieur brut. Bien qu’elle dépasse de quelques points de pourcentage le critère de Maastricht et soit supérieure de 15 points aux chiffres de 1913-1914, elle est considérée comme économiquement supportable. Le vrai risque, même si la question n’est que rarement abordée dans le débat public, vient bien plus de la masse de créances accumulée au cours des dernières décennies par la « championne des exportations », comme la surnomment, non sans quelque vanité, les médias allemands. S’agissant du commerce extérieur avec son solde positif, l’Allemagne accumule d’énormes créances. L’avenir nous dira si elle pourra recouvrer ses créances ou si les pays débiteurs refusent de payer, dans une économie mondiale désormais fortement exposée à la démondialisation.

Notes

1  Dans la présente contribution, les termes « Empire allemand » ou « République de Weimar » sont utilisés lorsqu’il est fait référence à l’ensemble constitué par le Reich, les États fédérés et les communes, c’est-à-dire à l’Allemagne. Le terme « Reich » se réfère quant à lui uniquement à la collectivité centrale, à l’exclusion des États fédérés et des communes.

2  Le terme de « mark-or » est utilisé avant et pendant la Première Guerre mondiale pour désigner le mark évalué sur la base de sa parité or d’avant-guerre. 4,21 marks(-or) = 1 USD = 5,19 francs. Le mark-or s’opposait au « mark-papier » (de plus en plus déprécié).

3  Les emprunts extérieurs privés contractés de 1919 à 1923 ont vu dans une large mesure leur poids diminuer du fait de l’hyperinflation de 1922-1923, tandis que les emprunts contractés à partir de 1924 ont été réglés par l’accord sur les dettes extérieures allemandes conclu à Londres en 1953 ; Stephen A. Schuker, American « Reparations » to Germany, 1919-33: Implications for the Third-World Debt Crisis, Princeton, Princeton University Press, 1988.

4  Mark Spoerer, « The Evolution of Public Finances in Nineteenth-Century Germany », José L. Cardoso, Pedro Lains (dir.), Paying for the Liberal State. The Rise of Public Finance in Nineteenth Century Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2010, p. 103-131, ici p. 109-111.

5  NdT : contributions versées au Reich par les États fédérés à proportion de leur population.

6  Hans-Peter Ullmann, Der deutsche Steuerstaat. Geschichte der öffentlichen Finanzen vom 18. Jahrhundert bis heute, Munich, Beck, 2005, p. 60-61.

7  Marc Hansmann, « Wege in den Schuldenstaat. Die strukturellen Probleme der deutschen Finanzpolitik als Resultat historischer Entwicklungen », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, n° 55, 2007, p. 425-461, ici p. 444.

8  Niall Ferguson, « Public Finance and National Security: The Domestic Origins of the First World War Revisited », Past and Present, n° 142, 1994, p. 141-168 ; idem, The pity of war, Londres, Allen Lane, 1998, p. 135-142.

9  Charles Blankart, Öffentliche Finanzen in der Demokratie. Eine Einführung in die Finanzwissenschaft, 7e éd., Munich, Vahlen, 2008, p. 180.

10  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 61.

11  Deutsche Bundesbank, Deutsches Geld- und Bankwesen, op. cit., p. 313.

12  Heiko T. Burret, Lars P. Feld, Ekkehard A. Köhler, « Sustainability of Public Debt in Germany: Historical Considerations and Time Series Evidence », Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik, n° 233, 2013, p. 291-335, ici p. 312-318.

13  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 89-90.

14  Carsten Burhop, Wirtschaftsgeschichte des Kaiserreichs 1871-1918, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2011, p. 194-195 ; Stephen N. Broadberry, Mark Harrison, « Introduction », idem (dir.), The Economics of World War I, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 3-40, ici p. 15. Les données chiffrées pour la France étaient pratiquement du même ordre.

15  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 90-93 ; Carl-Ludwig Holtfrerich, « The modernization of the tax system in the First World War and the Great Inflation, 1914-1923 », Peter-Christian Witt (dir.), Wealth and taxation in Central Europe: The History and Sociology of Public Finances, Leamington Spa, Berg, 1987, p. 125-135, ici p. 128-129.

16  Theo Balderston, « War Finance and Inflation in Britain and Germany, 1914-1918 », Economic History Review, n° 42, 1989, p. 222-244, ici p. 241 ; pour un autre point de vue : Albrecht Ritschl, « The pity of peace: Germany’s economy at war, 1914-1918 and beyond », in The Economics of World War I, op. cit., p. 41-76, ici p. 61.

17  M. Spoerer, Jochen Streb, Neue deutsche Wirtschaftsgeschichte des 20. Jahrhunderts, Munich, Oldenbourg, 2013, p. 38.

18  Otto Pfleiderer, « Die Reichsbank in der Zeit der großen Inflation, die Stabilisierung der Mark und die Aufwertung von Kapitalforderungen », Deutsche Bundesbank (dir.), Währung und Wirtschaft in Deutschland 1876-1975, Francfort, Knapp, 1976, p. 157-201, ici p. 157 ; Barry Eichengreen, Globalizing capital. A history of the international monetary system, Princeton, Princeton University Press, p. 47.

19  Heinz Haller, « Die Rolle der Staatsfinanzen für den Inflationsprozess », Deutsche Bundesbank (dir.), Währung und Wirtschaft in Deutschland 1876-1975, Francfort, Knapp, 1976, p. 115-155, ici p. 122, 127.

20  M. Spoerer, J. Streb, Neue deutsche Wirtschaftsgeschichte…, op. cit., p. 39.

21  Stephen Gross, « Confidence and Gold: German War Finance 1914-1918 », Central European History, vol. 42, n° 2, 2009, p. 223-252, ici p. 243 ; Deutsche Bundesbank, Deutsches Geld- und Bankwesen, op. cit., p. 6 ; C. Burhop, Wirtschaftsgeschichte…, op. cit., p. 211.

22  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 93 ; C. Burhop, Wirtschaftsgeschichte…, op. cit., p. 212.

23  C. Burhop, Wirtschaftsgeschichte…, op. cit., p. 212 ; T. Balderston, « War Finance… », art. cit., p. 239-241.

24  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 98.

25  A. Ritschl, M. Spoerer, « Das Bruttosozialprodukt in Deutschland nach den amtlichen Volkseinkommens- und Sozialproduktsstatistiken 1901-1995 », Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte, n° 2, p. 27-54, ici p. 53 ; A. Ritschl, « The pity of peace… », art. cit., p. 70.

26  Brian R. Mitchell, International historical statistics: Europe 1750-2005, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2007, p. 171-173.

27  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 98.

28  Max Hantke, M. Spoerer, « The imposed gift of Versailles: The fiscal effects of restricting the size of Germany’s armed forces, 1924-9 », Economic History Review, vol. 63, n° 4, 2010, p. 849-864.

29  C.-L. Holtfrerich, « The modernization of the tax system in the First World War and the Great Inflation, 1914-1923 », in P.‑C. Witt (dir.), Wealth and Taxation in Central Europe: The History and Sociology of Public Finance, Leamington Spa, Berg, 1987, p. 125-135, ici p. 134 ; Heike Knortz, Wirtschaftsgeschichte der Weimarer Republik: eine Einführung in Ökonomie und Gesellschaft der ersten Deutschen Republik, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2010, p. 157.

30  M. Spoerer, J. Streb, Neue deutsche Wirtschaftsgeschichte…, op. cit., p. 43.

31  Steven B. Webb, « Government Revenue and Spending in Germany, 1919 to 1923 », Gerald Feldman, Gerold Ambrosius, Carl-Ludwig Holtfrerich (dir.), Die Anpassung an die Inflation, Berlin, De Gruyter, 1986, p. 46-82, ici p. 68-69.

32  M. Spoerer, J. Streb, Neue deutsche Wirtschaftsgeschichte…, op. cit., p. 44.

33  H.-P. Ullmann, Der deutsche Steuerstaat…, op. cit., p. 107.

34  O. Pfleiderer, « Die Reichsbank in der Zeit der großen Inflation, die Stabilisierung der Mark und die Aufwertung von Kapitalforderungen », Deutsche Bundesbank (dir.), Währung und Wirtschaft in Deutschland 1876-1975, Francfort, Knapp, 1976, p. 157-201, ici p. 189-192.

35  Deutsche Bundesbank, Deutsches Geld- und Bankwesen in Zahlen 1876-1975, Francfort, Knapp, p. 313. La baisse de la dette des États et des communes s’est également poursuivie, mais les chiffres pour l’année 1923-1924 ne sont pas disponibles.

36  Eberhard Kolb, Der Friede von Versailles, Munich, C. H. Beck, 2005, p. 63-64.

37  S. A. Schuker, American « Reparations » to Germany…, op. cit., p. 16 ; H. Knortz, Wirtschaftsgeschichte der Weimarer Republik…, op. cit., p. 101 ; M. Spoerer, J. Streb, Neue deutsche Wirtschaftsgeschichte…, op. cit., p. 75.

38  Klaus Hildebrand, Das vergangene Reich. Deutsche Außenpolitik von Bismarck bis Hitler 1871-1945, Munich, Oldenbourg, 2008, p. 370.

39  S. A. Schuker, American « Reparations » to Germany…, op. cit., p. 16-17.

40  Voir l’ouvrage essentiel pour comprendre le problème des réparations et leurs effets sur les marchés des capitaux internationaux : A. Ritschl, Deutschlands Krise und Konjunktur 1924-1934. Binnenkonjunktur, Auslandsverschuldung und Reparationsproblem zwischen Dawes-Plan und Transfersperre, Berlin, Akademie, 2002.

41  E. Kolb, « Die Reichsbahn vom Dawes-Plan bis zum Ende der Weimarer Republik », Lothar Gall, Manfred Pohl (dir.), Die Eisenbahn in Deutschland. Von den Anfängen bis zur Gegenwart, Munich, C. H. Beck, 1999, p. 109-163, ici p. 116-117.

42  Robert R. Kuczynski, Deutsche Anleihen im Ausland 1924-1928, 2e éd., Berlin, Institute of Economics Washington, DC, 1929.

43  M. Spoerer, J. Streb, Neue deutsche Wirtschaftsgeschichte…, op. cit., p. 78-79.

44  A. Ritschl, Deutschlands Krise und Konjunktur…, op. cit., p. 129-131 ; M. Spoerer, J. Streb, Neue deutsche Wirtschaftsgeschichte…, op. cit., p. 79.

45  A. Ritschl, ibid., p. 130-135.

46  Isabel Schnabel, « The German Twin Crisis of 1931 », Journal of Economic History, vol. 64, n° 3, 2004, p. 822-871.

47  H. Knortz, Wirtschaftsgeschichte der Weimarer Republik…, op. cit., p. 113-114.

48   Christoph Buchheim, « Zur Natur des Wirtschaftsaufschwungs in der NS-Zeit », idem, Michael Hutter, Harold James (dir.), Zerrissene Zwischenkriegszeit. Wirtschaftshistorische Beiträge, Baden-Baden, Nomos, 1994, p. 97-119 ; A. Ritschl, Deutschlands Krise und Konjunktur…, op. cit., p. 183.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Dette publique allemande (en millions de marks/reichsmarks), 1871‑1945
Crédits Sources : Deutsche Bundesbank, Deutsches Geld- und Bankwesen in Zahlen 1876-1975, Francfort, Knapp, p. 313 (Reich 1877-1945 et Allemagne 1927-1939) ; Walther G. Hoffmann et al., Das Wachstum der deutschen Wirtschaft seit der Mitte des 19. Jahrhunderts, Berlin, Springer, 1965, p. 789-791 (estimation pour l’Allemagne 1871‑1913, dette extérieure, hors réparations).
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/6147/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Graphique 2. Le développement de la dette interne allemande (dette publique/PIB), 1871‑1913
Crédits Source : M. Spoerer, « Öffentliche Finanzen », op. cit., p. 108.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/6147/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Graphique 3. Masse monétaire, taux de change et prix de gros (1913 = 1)
Crédits Source : Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung in Deutschland 1914 bis 1923, Berlin, Hobbing, 1925, p. 6, 17, 46-47.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/6147/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre La plus grosse coupure jamais imprimée en Allemagne : 100 000 000 000 000 marks
Crédits Source : https://de.wikipedia.org/​wiki/​Datei:100-Billionen-Geldschein.jpg.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/6147/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Graphique 5. Le cycle des réparations, 1924‑1931
Crédits Source : M. Spoerer, J. Streb, Neue deutsche Wirtschaftsgeschichte des 20. Jahrhunderts, Munich, Oldenbourg, 2013, p. 38.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/6147/img-5.png
Fichier image/png, 145k

Auteur

Depuis 2011, Mark Spoerer est professeur d’histoire économique et sociale à l’université de Ratisbonne, depuis 2017, il est président de la Gesellschaft für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte et depuis 2018, directeur de publication de Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte. Ses recherches portent sur l’histoire macroéconomique, l’histoire des finances publiques, le travail forcé dans les deux guerres mondiales, la politique agricole commune de la CEE, le niveau de vie depuis le Moyen Âge, l’histoire des entreprises. Ses dernières publications sont Zwangsarbeit unter dem Hakenkreuz (Travail forcé sous la croix gammée), traduction en polonais 2005 et en tchèque 2015, Stuttgart – Munich, Deutsche Verlags-Anstalt (DVA), 2001 ; « The Evolution of Public Finances in Nineteenth-Century Germany », in José Luís Cardoso et Pedro Lains (dir.), Paying for the Liberal State. The Rise of the Public Finance in Nineteenth-Century Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2010 ; C&A. Ein Familienunternehmen in Deutschland, den Niederlanden und Großbritannien 1911-1961 [C&A. Une entreprise familiale en Allemagne, aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne], traductions en anglais et en néerlandais, Munich, C.H. Beck Verlag, 2016.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search