Version classiqueVersion mobile

Contrôler les finances sous l’Ancien Régime

 | 
Dominique Le Page

Nos seigneurs des comptes

La famille La Tullaye : une dynastie à la Chambre des Comptes de Bretagne

Héloïse Ménard

Texte intégral

Introduction

1Entre le milieu du xvie siècle et la Révolution française, sept générations de La Tullaye se succèdent à différents offices à la Chambre des comptes de Bretagne, à Nantes. Cette famille se présente comme une véritable dynastie des Comptes, mais ce sont d’autres maisons, plus prestigieuses, plus puissantes, comme les Becdelièvre, les Meneust, les Cornulier…, qui monopolisent les plus hautes charges ainsi que les honneurs locaux et régionaux. Les La Tullaye, pour être moins visibles, n’en sont pas moins de précieux témoins de leur temps et du rôle qu’une famille a pu jouer dans une cour souveraine provinciale durant toute l’époque moderne. Le vaste fond versé aux Archives départementales de la Loire-Atlantique recèle, sur une durée de près de quatre siècles, des documents familiaux de toutes sortes : contrats de mariage, comptes, factures et quittances diverses, extraits de réformation des feux, confirmations de noblesse, pièces de procès, correspondance, ébauches d’arbres généalogiques, et surtout de très intéressants livres de raison des xvie et xviie siècles. Ils permettent de retracer l’histoire d’un ensemble d’individus du même sang qui parvient à passer de la petite à la moyenne noblesse bretonne, en accumulant peu à peu du capital et à se maintenir à un niveau social régional relativement élevé puisque quatre La Tullaye se succèdent de père en fils à l’office de procureur général à la Chambre, durant plus d’un siècle à la fin de l’époque moderne. Pour y parvenir, cette famille a su utiliser des opportunités, notamment en intégrant la Chambre des comptes, et en s’insérant dans un réseau local et régional, mais cette dynamique d’ascension, très visible aux xvie et xviie siècles, semble s’essouffler au Siècle des lumières.

I. La Chambre des Comptes, un « tremplin » pour les La Tullaye

A. Les opportunités du XVIe siècle

1. Les origines bretonnes et l’entrée à la Chambre

  • 1 BNF, Cabinet des titres, Carré de d’Hozier-Tugnot 614, arrêt de la chambre de réformation à Rennes (...)

2Lors de la réformation de la noblesse, entreprise dans les années 1667 et 1668, les La Tullaye sont reconnus nobles d’« ancienne extraction » et écuyers1. À l’occasion, ils ont mis par écrit les origines de leur famille, afin de prouver leur appartenance au second ordre, en s’appuyant pour cela sur des documents originaux et sur des copies d’actes plus anciens. Y figurent en premier lieu des aveux de Guillaume de La Tullaye pour la terre éponyme, près de Fougères, au comte d’Alençon en 1413, puis au duc de Bretagne en 1430.

  • 2 Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 E 1383/119, Extrait de la généalogie de la famille de La Tullaye réd (...)
  • 3 BNF, Chérin 200. La lettre de la duchesse Anne accordant ces biens (qui lui sont advenus par en rai (...)
  • 4 Ibid., 2 E 1383/8, 1re liasse. Nicolas de La Tullaye obtient cette charge par lettre de Louis XII d (...)

3Deux générations plus tard, à la fin du xve siècle, faute de postérité du côté de la branche aînée, « tombée en quenouille »2, c’est à un cadet, Nicolas, que revient l’essentiel du modeste héritage familial. L’obtention en 1499 des biens de la succession de Françoise de Richebourg – accordés par la duchesse Anne de Bretagne pour services rendus3 – favorise l’installation à Nantes de Nicolas et de sa femme Jeanne. Il détient alors les seigneuries de Belle-Isle (paroisse de Saint-Donatien) et du Breil (à Petit-Mars, au nord de la ville) et procède à plusieurs achats immobiliers à Nantes en 1509. Son implantation dans la cité ligérienne ne l’empêche pas de conserver la charge – il l’a acquise en 1501 – de « closture et garde des halles et cohues de Dinan »4.

Figure 1. Arbre généalogique de la famille La Tullaye aux xvie et xviie siècles

Figure 1. Arbre généalogique de la famille La Tullaye aux xvie et xviie siècles
567
  • 8 Noël du Fail, Œuvres, éd. Assézat, cité dans Roland Mousnier, La vénalité des offices sous Henri IV (...)
  • 9 Dès le début des années 1570, les charges d’auditeurs sont vendues par le roi à 4 000 l.

4Malgré cette évolution et bien que, si l’on reprend l’expression de Noël du Fail8, les officiers ne soient pas toujours « riche[s] outre mesure », il est cependant certain que ceux qui font le choix de l’administration y trouvent leur intérêt en cette période de croissance de l’État d’offices. Yves de La Tullaye a acheté sa charge pour la somme de 3 450 l.9, ce qui lui vaut des gages – ils s’élèvent alors à un dixième de la valeur de l’office – et des épices dont le montant est variable selon le nombre des affaires traitées. Il bénéficie en outre des autres privilèges des membres de l’institution : exemptions fiscales (fouage, droits de lods et ventes…), avantages en nature (dons du souverain, droit de robe et de manteau, distribution de jetons, frais de menues nécessités, droit d’être nourri aux frais du roi…). L’appartenance à une cour souveraine telle que la Chambre des comptes est donc une position enviée, ce qui explique que les descendants d’Yves de La Tullaye imitent son exemple.

2. Le choix de la Ligue

  • 10 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 56, f° 308 v°, lettre de jussion pour Alexandre de La Tullaye, le 28 (...)
  • 11 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 59, f° 125 r°, institution et arrêt de réception d’Alexandre de La T (...)
  • 12 Ibid., B 59, f° 126 r°, institution de Jean de La Tullaye auditeur aux comptes, reçu le 11 mars 157 (...)
  • 13 Ibid., 2 E 1383/8, 1re liasse, copie de l’arrêt de réception de George Morin le 22 mai 1582. Ce der (...)

5En 1570, alors que son état de santé se dégrade10, Yves de La Tullaye résigne son office d’auditeur en faveur de son fils aîné Alexandre. Quand celui-ci devient maître aux comptes en 157811 il cède à son tour sa première charge à son frère Jean12. Sa mort prématurée en 1580 à l’âge de 37 ans perturbe la stratégie familiale et faute d’appuis suffisants ou du fait qu’il est jugé trop inexpérimenté, Jean ne peut succéder à son frère13. Le contexte politico-religieux de la Ligue lui fournit pourtant très vite l’occasion d’accélérer sa carrière.

  • 14 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 63, f° 4 r° et v°, « Institution de Jean de La Tullaye en l’estat de (...)
  • 15 Alexandre Perthuis et Stéphane de La Nicollière-Teijeiro, Livre Doré de l’Hôtel de Ville de Nantes, (...)
  • 16 Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 E 1383/120, Extrait de la généalogie, op. cit. et ibid., 2 E 1383/2 (...)
  • 17 G. Saupin, Nantes au temps de l’Édit…, op. cit., p. 213.

6Gouverneur de Bretagne depuis 1582, Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur, bascule en effet dans la rébellion au début de mars 1589 suite à l’assassinat du duc de Guise à Blois et soulève la province de Bretagne. Les officiers sont dès lors confrontés à un dilemme : refuser un roi huguenot ou demeurer dans la voie de la légalité. Une grande partie du personnel se rallie à la seconde option et Mercœur se trouve à Nantes face à des institutions vidées de la majeure partie de leurs officiers qui ont préféré gagner Rennes, restée fidèle au roi. Les motivations de ceux qui se rangent du côté des ligueurs dépassent le simple cadre de l’engagement politique ou religieux. En effet, c’est l’opportunité pour certains, comme Jean de La Tullaye, d’accéder à des offices plus hauts placés. La Chambre étant à court de personnel, le duc de Mercœur choisit de promouvoir des auditeurs, connaissant déjà le travail et l’institution, et il nomme Jean maître aux comptes en 159314. Il sait qu’il peut avoir confiance en lui, car Jean a été échevin de Nantes de 1589 à 159115, dès le début de sa rébellion, et il a fait régner l’ordre dans la ville en tant que capitaine de milice16. On retrouve encore ce fidèle du duc à l’« assemblée générale [qui] se tient le 4 février 1598 pour définir l’attitude à adopter après l’annonce du ralliement du gouverneur »17 et qui doit envoyer une délégation au roi pour étudier la reddition de Nantes.

  • 18 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 62, f° 292 v°, « Institution de Me André de La Tullaye en l’estat de (...)
  • 19 Ibid., 2 E 1383/1, copies réalisées au xixe siècle d’actes anciens.

7À la même époque, un autre de ses frères, André, obtient la charge d’avocat général18 à la Chambre des comptes, grâce à la résignation de l’office par son beau-frère Pierre André, un proche de la duchesse de Mercœur. Enfin, le cadet des fils d’Yves de La Tullaye, prénommé Charles, embrasse lui aussi le parti de la Ligue. Ancien titulaire de « l’estat et office de prévost de messieurs les maréchaux de France » et « commandant de la maison et garnison de Ponthus »19, il est nommé « pentionnaire de Bretagne » le 15 décembre 1593, puis « grand prévôt de Bretagne » en 1597. Sa fidélité au duc est récompensée quand ce dernier accepte d’être le parrain du premier né de Charles, prénommé Philippe, et baptisé le 14 décembre 1597.

  • 20 Ibid., 2 E 1383/6, 1re liasse, « Copie d’arrest du Parlement de Paris au profit de damoiselle Marie (...)

8La famille de La Tullaye trouve dans l’épisode ligueur l’occasion de renforcer son réseau de relations. Antérieurement aux troubles, l’une des filles d’Yves, Marguerite, a épousé Pierre André, personnage actif sur la scène politique nantaise. Fils du maire Mathieu André (élu en 1568), maire lui-même entre 1589 et 1591 grâce au soutien de la duchesse de Mercœur, il est le cousin d’un autre ligueur fervent, Pierre Biré. Un autre mariage est contracté durant la Ligue, en 1595 : Marie de La Tullaye, fille d’Alexandre, est unie à Mathieu de Brénezay, maître aux comptes et ligueur. Les enfants du couple sont parrainés par l’entourage immédiat qui partage les mêmes convictions politico-religieuses mais le fils destiné à assurer la postérité, né l’année de la reddition du duc de Mercœur (1598), prend le nom de son illustre parrain, Auffray de Lescouët, premier président de la Chambre, et royaliste ! Dix ans plus tard, veuve, Marie est enlevée20 puis épousée en 1604 par François Coutureau, maître aux comptes, fils de Nicolas Coutureau, président à la Chambre en 1578 et resté fidèle au roi pendant la Ligue.

9À la fin du xvie siècle, la politique de réconciliation menée par Henri IV conserve aux La Tullaye les offices qu’ils ont pu obtenir durant la Ligue (maître pour Jean, avocat général pour André). Cette deuxième génération de La Tullaye à la Chambre, s’est alliée avec le personnel des cours souveraines : les trois filles d’Yves épousent des membres de la Chambre (Marguerite, dite « la jeune », est mariée à Raoul Nicollon, auditeur, et Marguerite, « l’aînée », à Pierre André, avocat général) ou du Parlement (Jeanne convole avec Christophe Tituau, conseiller au parlement). La famille est désormais durablement implantée à la Chambre, et les liens tissés durant le dernier quart du xvie siècle vont lui permettre de poursuivre son ascension.

B. L’ascension et la stabilisation de la famille aux XVIIe et XVIIIe siècles

1. Le xviie siècle et le rôle de Salomon de La Tullaye

  • 21 Ibid., B 67, f° 297 r°, institution de René de La Tullaye, maître aux comptes, le 10 décembre 1605 (...)
  • 22 René de La Tullaye reçoit ses lettres royales le 25 juillet 1629 et est installé le 18 septembre su (...)
  • 23 Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 E 1383/10, « Papier de recepte et despence que jay faicte en qualité (...)

10À l’orée du Grand Siècle, l’office d’avocat général est perdu par la famille car André n’a pu le résigner en faveur d’un parent avant sa mort en 1603. C’est finalement le fils d’Alexandre, René, qui obtient l’office de maître aux comptes résigné à son profit par son oncle Jean en 160521. Il exerce cette charge trente années durant, jusqu’à son décès survenu en 1635. Les dernières années de sa vie sont marquées par son implication dans la municipalité nantaise. René est élu maire en 162922, une période difficile, qui voit se conjuguer crise de ravitaillement et crise politique. L’hiver 1630, particulièrement rigoureux, s’ajoute à de mauvaises récoltes et à une vague épidémique, chassant les populations rurales vers la ville. Simultanément, la réforme électorale visant à écarter les artisans du corps de ville se solde par un échec, et René, affaibli par la maladie, quitte définitivement la mairie à la fin de son mandat l’année suivante. Avant de mourir, en février 1635, son fils étant trop jeune pour lui succéder, René charge son cousin Salomon de vendre l’office23.

  • 24 Ibid., 2 E 1383/3, les 47 000 livres de l’office sont acquittées par Salomon de La Tullaye en parti (...)

11Une nouvelle fois, le jeu des alliances joue un rôle dans la destinée familiale : le beau-père de Salomon, le parlementaire Guy de Lesrat, fait pression sur l’acquéreur de la charge, Jean de Lorial, afin qu’il s’en dessaisisse au profit de Salomon24. Celui-ci conserve l’office une vingtaine d’années. Dès lors, seule la branche du Plessis-Tizon (les descendants de Charles de La Tullaye) occupe des offices à la Chambre des comptes. Une nouvelle fois, c’est une branche cadette qui prend le pas sur les autres et devient la branche principale de la famille. Salomon de La Tullaye incarne le parfait gentilhomme magistrat et fait la preuve de la même rigueur administrative dans la gestion de ses deniers personnels que dans celle des finances de la province. C’est cet esprit d’économie qui permet à son héritier Salomon-François d’épouser en 1679 (quatre ans après la mort de Salomon) la fille du procureur général Yves Morice et de succéder trois ans plus tard à ce dernier.

  • 25 Ibid., 2 E 1383/12, Livres de raison de Salomon de La Tullaye, note du 22 mars 1653. L’acte est pas (...)
  • 26 Ibid., 2 E 1383/1, « cahier bleu » : répertoire d’actes.
  • 27 Ibid., 4 E 2/179, acte de vente de l’office de maître aux comptes.

12Vingt ans plus tôt en effet, le 22 mars 1653, alors que le Salomon-François vient de naître, les livres de raison de son père, Salomon de La Tullaye, font état d’une constitution de rente faite à son profit par Yves Morice, ce dernier empruntant la somme de 20 000 livres tournois, à charge de verser des intérêts sur cette somme importante jusqu’à ce qu’il puisse la rembourser intégralement et en une seule fois25. La somme en question est « payée à l’instant par ledit Morice à Mr de Lezonnet […] pour partie dudit office de procureur général », comme le note Salomon. Yves Morice n’est installé à la Chambre des comptes de Bretagne que depuis quelques années, mais il occupe des offices auxquels n’ont pas encore accès les La Tullaye. Il exerce la charge d’avocat général en 1649, avant d’acquérir celle de procureur général l’année suivante, par résignation de René Le Prestre, pour la coquette somme de 153 000 livres26. À quelques années de distance, quand Salomon de La Tullaye se sépare de son office de maître, qu’il vend à Guillaume Artur en 1656, le prix qu’il en retire représente la moitié seulement de la valeur d’un office de procureur, soit 75 500 livres27. Salomon, homme prudent et gestionnaire consciencieux, a pour cela signé un contrat stipulant que la somme en question devrait être réglée dans les six ans. Les paiements sont investis au fur et à mesure dans divers contrats de constitution, généralement pour des sommes dépassant rarement les 2 000 livres. Salomon préfère multiplier les petits contrats, ce qui limite les risques de non-remboursement. L’importance du contrat qu’il concède à Yves Morice, alors qu’il est encore maître aux comptes, va à l’encontre de ces habitudes prudentes et semble obéir à une stratégie tout à fait nette. À la mort de Salomon vers 1675, Yves Morice n’ayant pas remboursé la somme empruntée, il marie sa fille au fils de son créditeur.

  • 28 Ibid., 2 E 1383/2, 4e liasse, acte de mariage de Salomon-François de La Tullaye et Marie-Anne Moric (...)
  • 29 Ibid., B 381, minutes des Audiences, 1re liasse.

13Le contrat de mariage du 8 mai 1679 précise que l’office de procureur général à la Chambre est vendu pour une somme de 87 000 livres « parce que ledit sieur de La Tullaye prendra pour femme damoiselle Marie-Anne Morice, fille unique desdits sieur et dame de Coetquelfen, à laquelle il donne soixante trois mil livres en mariage »28. La première somme correspondrait au prix d’un office de procureur tel que l’a fixé la tarification colbertienne de 1665. Cependant, le cadeau de noces de 63 000 livres que Salomon-François consent à sa future épouse fait monter le total à 150 000 livres, soit presque le prix exact de l’office quand Yves Morice l’a acheté en 1650. La séparation nette des deux sommes en jeu pourrait indiquer un contournement de la législation royale, afin que le beau-père puisse récupérer l’intégralité de son investissement initial. Salomon-François est alors trop jeune et ne peut exercer immédiatement l’office nouvellement acquis. Il obtient finalement une dispense d’âge le 14 février 1682 – il n’a alors que 29 ans – avant de recevoir ses lettres de provision le 29 mai suivant, et il est reçu à la Chambre les 5 et 8 juin29. À partir du lendemain, sa signature sur les registres de la Chambre remplace celle de son beau-père et atteste de sa prise de fonction. Désormais, les La Tullaye ne quittent plus l’office de procureur pendant plus d’un siècle.

Document 1. Extrait du livre de raison de Salomon de la Tullaye

Document 1. Extrait du livre de raison de Salomon de la Tullaye

Source : A.D.L.A., 2 E 1383/12, carnet de février-mars 1637, côté des recettes.

Figure 2. Arbre généalogique des La Tullaye au xviiie siècle

Figure 2. Arbre généalogique des La Tullaye au xviiie siècle
  • 30 Monique Cubells (dir.), Le Parlement de Provence, 1501-1790, Actes du colloque d’Aix-en-Provence de (...)
  • 31 F. Saulnier, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., cité dans Gauthier Aubert, Le Président de Robien(...)
  • 32 Gauthier Aubert, Le Président de Robien…, op. cit., p. 23. Au milieu du xviiie siècle, chez les Rob (...)

14Cette situation place les La Tullaye parmi la minorité de familles de magistrats restant en place plus de quatre générations. Au Parlement d’Aix, moins d’une famille sur dix connaît une telle longévité30, et il en est de même au Parlement de Bretagne. Seuls les Cornulier font concurrence aux La Tullaye, avec six générations successives entre 1597 et la Révolution, et ce à une charge plus importante (procureur ou président)31. Une seconde spécificité de la famille de La Tullaye réside dans le monopole exercé par l’aîné : la charge de procureur est systématiquement transmise au fils aîné, quand les carrières de robe sont plus souvent l’apanage des cadets dans certaines familles32. Chez les La Tullaye du xviiie siècle, la majorité des cadets fait le choix d’une carrière militaire (le plus souvent dans la marine royale).

  • 33 Arch. dép. Loire-Atlantique, E 2 1383/3 : 1772, tutelle des enfants mineurs de feu Henri-Anne-Salom (...)

15Tout au long du xviiie siècle, les La Tullaye ont la chance d’avoir au moins un fils en âge de succéder à son père à chaque génération, à une exception près : celle du dernier de la dynastie des procureurs, Augustin-Louis-Salomon, qui n’est âgé que de vingt ans au décès de son père en 1771. À la demande du chancelier et du duc de Fitzjames, commandant en chef de Bretagne, un arrangement est trouvé : l’avocat général de la Chambre exerce l’intérim de la charge de procureur, en attendant que le jeune La Tullaye atteigne l’âge réglementaire cinq ans plus tard33. C’est ce dernier personnage qui a laissé le plus de documents – dans le fond familial comme dans les papiers du parquet du procureur – et le plus d’explications sur son rôle comme procureur général. Imitant en cela son ancêtre Salomon, il dresse des comptes méticuleux sur le travail effectué et sur le coût d’une telle charge.

2. Le rôle du procureur général du roi à la Chambre des comptes

  • 34 Jean Kerhervé, L’Etat breton aux xive et xve siècles…, op. cit., t. I, p. 367.
  • 35 Abel Durand, La Chambre des Comptes de Nantes, Conseil général, Nantes, 1976, p. 43.
  • 36 Id., ibid., lettre de Louis XVI donnée à Versailles le 9 septembre 1779 pour faire chanter le Te De (...)
  • 37 Id., ibid., lettre du 27 octobre 1788. Il s’agit des états généraux du printemps suivant.
  • 38 Id., ibid., lettre non datée.
  • 39 Id., ibid., lettre du 5 juillet 1784, à Versailles.
  • 40 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 150, papiers du parquet du procureur général, 3e liasse, lettre d’Hi (...)

16La fonction originelle du procureur était de « défendre les intérêts du pouvoir à la Chambre des comptes »34, en premier lieu ceux du pouvoir ducal, puis, lorsque la Bretagne est unie au royaume de France, ceux du roi. S’il s’agit au xve siècle d’une fonction souvent cumulée par un auditeur ou un clerc-auditeur en plus de sa propre charge, et pour laquelle il est maigrement rétribué, l’office de procureur général devient, dès l’époque moderne, une charge beaucoup plus prestigieuse au sein de l’institution. C’est au procureur général que reviennent les « fonctions d’écriture et de rédaction pour saisir la Chambre de toutes les mesures nécessaires au maintien et à la conservation des droits royaux »35. Une grande partie du travail du procureur général consiste à faire procéder à l’enregistrement ou non des édits et ordonnances émanant du roi. Les secteurs concernés sont variés, particulièrement au xviiie siècle : nomination de suppléants ou continuation d’officiers dans leur charge à la Chambre, application du droit d’aubaine, imposition des garnisons en Bretagne en 1788, lettre du roi demandant que soient chantés des Te Deum pour célébrer la paix ou des victoires36, convocation des états généraux37 et rentrée des cours. Le procureur n’hésite pas à user de son pouvoir, par exemple, lorsqu’il refuse l’entrée des archives du château de Nantes à l’inspecteur des domaines en 1782 car l’autorisation de ce dernier, datant de 1779, n’est plus valable. Quelques années plus tôt, le strict Augustin-Louis-Salomon de La Tullaye suspend un huissier coupable « d’avoir différé de vingt-quatre heures les ordres de M. le président de partir pour l’exécution d’une commission »38. Lorsque le procureur s’absente, il doit en demander l’autorisation au roi, et quand il l’a obtenue, veiller à « prendre les mesures convenables pour que le bien du service ne souffre point de [son] absence »39. C’est alors l’avocat général qui remplit ses fonctions jusqu’à son retour. Au procureur revient également le soin de veiller à la dignité des membres de l’institution, ainsi que l’en remercie le premier président de la Chambre – alors à Paris – en 1784 en ces termes : « ce M. Dupé n’est certainement pas digne d’entrer dans la Compagnie, ainsi que vous et plusieurs de nos MM. me le marquent, il est heureux qu’il se soit ainsi démasqué »40.

  • 41 Ibid., B 150, 2e liasse.
  • 42 Ibid., B 381, minutes des Audiences, 1re liasse. Nombre de pièces de la correspondance du magistrat (...)

17Les procureurs doivent veiller enfin à la préservation du domaine royal. Un document adressé au procureur, sans doute au milieu du xviiie siècle, évoque leur travail quotidien sur ce plan : « l’employ de Procureur Général en la Chambre des Comptes consistant à faire servir le Roy dans l’étendue de son ressort et à empescher que ses droitz ne soient recelez ou usurpés, ses deniers et revenus du domaine divertis et dissipez, et que les ordonnances qui ont été établies pour parvenir à l’exécution de ces deux différentes recherches, qui concernent toutes deux également la conservation des intérêts de Sa Majesté, il est nécessaire qu’il soit appuyé et soutenu »41. Il leur incombe ainsi plus particulièrement de vérifier les aveux dus au roi par ses vassaux42 et de lutter contre les usurpations faites aux dépens du domaine.

  • 43 Ibid., B 150, papiers du parquet du procureur général, 1re liasse, « Mémoire pour le sieur de La Tu (...)
  • 44 Ibid.
  • 45 Ibid.
  • 46 Ibid., C 579, cahiers de doléances de Guérande, et C 569, cahiers de doléances d’Herbignac, cité da (...)

18À la fin du xviiie siècle, dans un document non daté43, Augustin-Louis-Salomon de La Tullaye n’hésite pas à mettre en cause le sérieux de ses prédécesseurs et parents, en rappelant qu’à l’époque de sa nomination « le domaine de Bretagne était dans un état de dégradation auquel il paraissait bien difficile de porter remède. Depuis les dernières opérations de la chambre de réformation établie en 1683, on n’avait presque point rendu d’aveux au roi »44. Or, c’est « un travail assidu qu’exige l’exploitation du domaine » et il faut savoir le faire tout en ménageant les susceptibilités des autres autorités de la province. Ainsi le procureur « a su éviter tout conflit de juridiction avec le Parlement et les états de la province »45. Cependant, la grande enquête entreprise par Henri-Anne-Salomon et poursuivie par son fils au sujet des usurpations sur le domaine royal ne rend pas populaire le procureur général dans la province. C’est même l’une des causes de l’antipathie suscitée par la Chambre des comptes à la veille de la Révolution française et stigmatisée dans les cahiers de doléances, qui s’indignent de ce « tribunal inutile et coûteux, aux privilèges exorbitants »46. Ainsi les cahiers de Guérande comme ceux d’Herbignac proposent-ils la suppression pure et simple de l’institution.

19Il ne faut pas prendre sans doute ses plaintes pour argent comptant ; les nombreuses dépenses engagées par les procureurs témoignent en tout cas du zèle avec lequel ils accomplissaient leur mission, ce qui amène à s’interroger sur la rentabilité de leur charge.

3. Les aspects financiers : une charge finalement peu rentable ?

  • 47 Ibid., B 150, papiers du parquet du procureur général : 1re liasse.
  • 48 Ibid., B 150, « Mémoire pour le sieur de La Tullaye, Procureur Général à la Chambre des Comptes de (...)
  • 49 Ibid., B 150, papiers du parquet du procureur général, 1re liasse.

20En 1771, au moment du décès du père d’Augustin-Louis-Salomon, les frais de provision de la charge de procureur dépassent les 6 000 livres, pour un office estimé à 120 000 livres47. De plus, la charge impose à son titulaire de nombreux déplacements à travers la province et une correspondance colossale. À la fin du xviiie siècle, le mémoire rédigé par le dernier des procureurs généraux au sujet de « l’extrême modicité des attributions de son office »48 stigmatise l’ampleur des dépenses qu’il doit assumer. Ainsi « le travail assidu qu’exige l’exploitation du domaine fait que le Procureur ne peut se passer habituellement d’un secrétaire, qui bien souvent n’y suffit pas. Il faut alors païer un copiste ». Le magistrat déplore également de ne pas avoir « ses ports francs » alors que « sa correspondance est immense », d’autant plus que « la plupart des vassaux qu’il fait assigner lui écrivent, et ils joignent souvent à leurs lettres des mémoires ou des titres qui forment des paquets considérables ». Au total, il estime l’état annuel de ces frais à 1 800 livres, qu’il paye de ses propres deniers. Or, constate-t-il amèrement, c’est précisément le montant des gages attribués à son office de procureur général ! La situation n’est pas nouvelle : un siècle avant, son aïeul Yves Morice entreprenait la même démarche auprès des États de Bretagne, leur faisant remarquer qu’« il n’y a rien de plus important et de plus équitable dans un État que de conserver et maintenir les officiers, et particulièrement ceux qui sont pourveus des premières charges, dans le lustre qui leur est convenable »49.

  • 50 R. Mousnier, La vénalité des offices…, op. cit. p. 74.
  • 51 Id., ibid.
  • 52 Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 E 1383/8, « Etat des valeurs produits, impositions et charges de l’o (...)
  • 53 Ibid., B 150, papiers du parquet du procureur général : « Voilà donc à quoi se réduisent les revenu (...)

21Au début de l’époque moderne, « dans l’opinion des contemporains, les profits [sont] grands »50 pour ceux qui exercent les offices de judicature. Ainsi Noël du Fail s’exclame-t-il dans ses Œuvres qu’il n’y a « sujet du roi tant sot et abesti puisse-t-il estre, qui n’aperçoive au doigt et à l’œil qu’en moins de rien un homme ayant la robe longue est riche outre mesure »51. Or, à la fin du xviiie siècle, le procureur Augustin-Louis-Salomon de La Tullaye est loin de partager cet avis ! Si le procureur général est à peu près logé à la même enseigne que les présidents de la Chambre en 1756, avec des gages de 2 800 livres qui restent stables dans les années 177052, il voit ceux-ci diminuer à la décennie suivante, pour atteindre péniblement les 2 300 livres53. Outré, le procureur dresse des tableaux comparatifs pour confronter l’ensemble de ses gages et profits avec ceux du premier président. Le constat est amer : avec ses 11 120 livres, le premier président Hilarion-Anne de Becdelièvre touche de la Chambre des revenus plus de deux fois supérieurs à ceux du procureur général qui sont de 5 893 livres.

Tableau 1. Produits de l’office de procureur général à la fin du xviiie siècle

Gages nets de dixième

1 800 livres

Pension en nature de gages

720 livres

Pensions sur différentes villes de la province

360 livres

Épices années communes

1 100 livres

Indemnités sur papier timbré

100 livres

Droit de parquet

400 livres

Total

4 480 livres

Tableau 2. État annuel des frais du procureur général à la fin du xviiie siècle

Gages d’un secrétaire

800 livres

Abandon des droits du parquet au même secrétaire

400 livres

Frais de copiste

200 livres

Papiers et ports de lettres

300 livres

Frais frustratoires

100 livres

Total

1 800 livres

  • 54 Jean Meyer, La noblesse bretonne…, op. cit., p. 976. La succession de François-Salomon (II) et Anne (...)

22Pour un prix à l’achat de l’office de procureur général en 1771 estimé à 120 000 livres, le rapport des revenus au prix de la charge est de 5,89 %. Dix ans plus tard, dans les années 1780, le prix de l’office est resté stable, mais il n’en est pas de même pour les revenus, tombés à 4 480 livres. Si l’on déduit en plus les 1 800 livres de frais annuels de correspondance que doit payer le procureur, les revenus nets ne sont plus que de 2 680 livres, ce qui place leur rapport au prix de la charge à 2,23 %, somme et rapport bien modestes. Or, dans la fortune du procureur estimée à environ 700 000 livres, le pourcentage représenté par le prix de l’office avoisine les 15 % selon Jean Meyer54. Le rapport entre le prix de la charge et ses revenus réels est donc en net déséquilibre.

  • 55 René Kerviler, Répertoire de bio-bibliographie bretonne, 1886-1908, 16 vol. , réed., Mayenne, 1978, (...)

23Malgré cela, les La Tullaye n’entendent pas se séparer de cet office qui a fait leur fortune depuis plus d’un siècle. Lorsque la Chambre cesse ses activités en pleine période révolutionnaire, en 1791, Augustin-Louis-Salomon refuse de se faire rembourser sa charge « par fidélité à ses principes »55. Le dernier procureur général se retire alors sur ses terres, au château de Magnanne, près de Château-Gontier. Érigé en marquisat au début du xviiie siècle, ce dernier est entré dans la famille grâce au mariage contracté en 1715 entre l’héritière du domaine et du titre et le grand-père d’Augustin-Louis-Salomon. Le choix des alliances est toujours le fruit d’une stratégie familiale, patiemment élaborée au fil des décennies et des siècles. Dans certains groupes familiaux, elle peut viser à constituer ou à intégrer d’autres groupes, d’autres sphères d’influence, d’autres réseaux.

II. La structuration d’un lignage sur trois siècles

A. L’élaboration et la conscience d’un lignage chez les La Tullaye

  • 56 Michel Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques, xve-xvie siècles, EHESS, Paris, 2000.

24Le monde noble se définit par un système de représentations complexes liées au lignage, à la parenté et plus largement aux réseaux de solidarité, bien que ces derniers relèvent parfois d’une nébuleuse pour le moins floue56. L’importance d’une conscience lignagère et de sa transmission est particulièrement visible chez les La Tullaye, à travers la place prépondérante accordée à l’écrit.

1. Une structuration passant par l’écrit

  • 57 Id., ibid. p. 13.
  • 58 Salomon François (I) a pourtant obtenu un diplôme de maître ès arts le 9 juillet 1672, Arch. dép. L (...)
  • 59 Ibid., 2 E 1383/22, 1re liasse, extrait du testament manuscrit du 4 juillet 1704 : « A Françoise Pr (...)
  • 60 Ibid., 2 E 1383/115, 1re liasse, lettres de Salomon-François (II) à son père.
  • 61 Ibid., 2 E 1383/115, lettre du 4 mars 1705 : « Je me prépare a faire mon examen de droit sur lequel (...)

25Outre de nombreuses généalogies, dont les brouillons ont également été conservés, une grande quantité de copies et d’annotations d’actes anciens ont été effectuées par Salomon et ses successeurs. Le recours de plus en plus massif à la preuve écrite à la fin du xvie siècle montre que l’écrit l’emporte peu à peu sur l’oral, et les généalogies rédigées alors expriment, chez leurs rédacteurs, « la capacité de mise en ordre du monde » et relèvent d’un « exercice de formation intellectuelle »57. Les La Tullaye l’ont fort bien compris, et l’identification des différentes écritures indique le rôle de l’éducation dans cette famille : on relève, dans les papiers personnels, très peu de fautes et une graphie plutôt claire. Si Salomon-François (I) écrit un peu moins bien que son père58, on observe, en revanche, une belle écriture nette chez les derniers procureurs. Cependant, l’éducation des filles est loin d’être aussi poussée, comme en témoigne le testament de Marquise de La Tullaye, sœur de Salomon, où les pâtés d’encre alternent avec les fautes d’orthographe59. À la même époque, son neveu Salomon-François (II) est envoyé étudier le droit à Paris, en 1704-1705. Les lettres qu’il adresse à son père sont certes de qualité inférieure (orthographe et syntaxe) par rapport aux écrits de son grand-père Salomon, mais elles révèlent les échanges constants entre les différents membres de la famille et la correspondance très suivie qu’entretiennent le père et le fils60. Ce dernier n’est d’ailleurs guère attiré par le droit61, préférant l’équitation et la musique (il joue de la viole).

2. Autour du fondateur de la dynastie

  • 62 M. Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques…, op. cit., p. 67.
  • 63 Id., ibid. p. 29.

26Si le lignage est un « concept ethnologique » associé à « un groupe d’individus qui se rattachent par filiation unilinéaire – en Occident patrilinéaire – à un ancêtre commun, connu et nommé »62, nul doute que cet ancêtre connu, aux yeux des procureurs, soit Salomon de La Tullaye. Premier de la famille à porter ce nom – celui de son parrain, Salomon de Herbammez – il le transmet à son seul fils. Dès lors, tous les procureurs le portent, généralement associé à celui ou ceux de leur(s) parrain(s). Cette habitude donne lieu à des prénoms composés (Salomon-François, Henri-Anne-Salomon et Augustin-Louis-Salomon), qui ne sont jamais réduits à un seul prénom usuel. Ce choix délibéré semble incarner une manifestation consciente de cette « continuité lignagère »63, faisant référence tout au long du xviiie siècle au membre de la famille ayant le plus œuvré pour la cohésion – et surtout la perpétuation – du lignage. Salomon de La Tullaye n’est que maître aux comptes, mais ce sont ses choix qui ont présidé aux destinées de la branche dominante – celle du Plessis-Tizon, autrefois branche cadette – au xviiie siècle.

  • 64 Martine Bennini, « Mémoire, implantation et stratégies familiales : les Leclerc de Lesseville (xvie(...)

27Le lignage se présente également comme « agent historique actif, doté de volonté »64, celle-ci se manifestant lors d’événements marquants. Ainsi, le choix de la Ligue par presque toute la famille La Tullaye au xvie siècle – montrant de fait une appartenance religieuse marquée – et surtout le choix de la Chambre des comptes par la branche cadette (de Belle-Isle) au xvie siècle indiquent une véritable détermination : celle d’intégrer la Chambre et d’y implanter une dynastie. Le fait est remarquable car finalement assez peu courant : sept générations successives – sans interruption – occupent une charge à la Chambre. Cette famille de la moyenne noblesse trouve un intérêt certain à seconder la monarchie dans le contrôle de la province.

  • 65 Id., ibid. p. 7.
  • 66 Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 3 1383/115, lettre du comte Du Menou, commandant à Nantes, le 13 jui (...)
  • 67 Ibid., 2 E 1383/2, 4e liasse, arrêt de la chambre de réformation du 23 mars 1671.

28Enfin, le lignage s’affirme aussi chez les La Tullaye comme le « lieu de la reproduction sociale, passant par la transmission d’un patrimoine matériel et symbolique »65. Ce patrimoine est incarné, pour la branche aînée des La Tullaye, par l’office de procureur, toujours associé à l’hôtel urbain de La Suze, à Nantes ou parfois au château du Plessis-Tizon, en périphérie. À partir de la moitié du xviiie siècle, les procureurs y reçoivent du courrier ainsi libellé : « A Monsieur le Marquis de La Tullaye, Procureur Général »66. Ceci relève de l’abus de langage, dans la mesure où Salomon-François de La Tullaye devient marquis de Magnanne lorsqu’il épouse en 1715 Anne-Thérèse-Henriette de Raccapé, mais le seul titre reconnu à la famille et rattaché au nom de La Tullaye est alors celui de chevalier67. Les procureurs, s’ils n’abondent pas dans ce sens, ne semblent pas rectifier pour autant cette erreur.

29La reproduction sociale est également au cœur des stratégies matrimoniales établies par les familles et les La Tullaye n’échappent pas à la règle. Elles permettent au groupe familial d’étendre son influence en tissant des liens avec d’autres familles. Cependant, l’idée d’un réseau complet et structuré, construit au fil des générations d’une manière cohérente ne semble pas avérée ici. Il faut plutôt replacer ces stratégies d’alliances dans un cadre plus restreint, selon les opportunités fournies par les époques.

B. Stratégies et alliances matrimoniales

  • 68 Jean Meyer, La noblesse bretonne…, op. cit., p. 1140.

30Les mariages répondent à des stratégies matrimoniales soigneusement étudiées, et ne doivent généralement rien au hasard. Le mariage n’est alors qu’une « tractation commerciale »68, nécessitant une enquête financière préalable menée par les parents ou les amis. Le mariage doit satisfaire les ambitions familiales des deux parties, soit au niveau financier, soit pour l’obtention de charges ou d’honneurs. On se marie pour agrandir ses domaines, être parrainé au sein d’une institution, obtenir des honneurs, entrer dans une famille prestigieuse, ou bien redorer son propre blason.

1. Les alliances contractées aux xvie et xviie siècles : le monde des offices

  • 69 Cf. arbre généalogique de la famille de La Tullaye aux xvie et xviie siècles.
  • 70 On ne sait s’il s’agit du personnage du même nom qui fut effectivement trésorier et receveur généra (...)

31Au xvie siècle, les enfants d’Yves de La Tullaye69 épousent tous des personnes d’un milieu équivalent ou supérieur au leur. Alexandre, l’aîné des enfants, épouse en 1574 Françoise Gautier, fille de Jean Gautier, sieur de La Ragottière. Son frère Jean prend pour première femme en 1587 une demoiselle de La Presse, d’une riche famille de Nantes, qui le laisse veuf. Il se remarie alors avec Suzanne Croc de La Robinaye en 1603. Leur frère André épouse en 1601 Claire Le Charron, fille de Florimond Le Charron, trésorier et général des finances en Bretagne70, et veuve de René Laurens, avocat à la Chambre. Quant au dernier fils, Charles, son mariage avec Françoise de Vaucouleurs en 1594 apporte à ses descendants l’héritage Le Roy évoqué plus haut. Du côté des filles, l’aînée, Jeanne, épouse en 1569 Christophe Tituau, sieur de L’Estang, conseiller au parlement, Marguerite épouse Pierre André, sieur du Tertre, avocat général à la Chambre des comptes, tandis qu’une seconde Marguerite, dite « la jeune » convole avec un simple auditeur aux comptes, Raoul Nicollon, sieur du Port-Boissinot. Les alliances qu’Yves de La Tullaye contracte pour ses enfants ont pour but d’élargir les assises de la famille à la Chambre des comptes principalement, mais également au Parlement de Bretagne, soit dans les deux premières cours souveraines de la province. À défaut, ces mariages peuvent apporter soit des terres, soit de l’argent, notamment dans le cas d’Anne de La Presse.

  • 71 Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 E 1383/6.

32À la génération suivante, deux exemples illustrent la continuité des stratégies matrimoniales. De son mariage avec Françoise Gautier, Alexandre de La Tullaye a trois enfants, dont l’aînée, Marie, épouse en premières noces Mathieu de Brénezay, dont nous avons parlé. Veuve, elle est enlevée par François Coutureau, sieur de La Jaille et maître aux comptes. Sa mère et tutrice porte plainte devant le Parlement de Paris. L’affaire se termine heureusement, François Coutureau est autorisé à épouser sa belle, non sans avoir versé « la somme de 2 400 livres parisis à ladite dame Gautier pour tous despeants, dommaiges et intérests »71 et « ledit mariaige est solemnisé en l’église Sainct Barthélémy ». Les mariages arrangés sont donc parfois court-circuités par les histoires d’amour !

  • 72 Bernard Mayaud, Généalogies angevines, Brûlon, Nantes, 1987, 1991.
  • 73 Veuf, Jacques Constantin se remarie avec l’une de ses belles-sœurs, Jeanne Martineau.
  • 74 Frédéric Saulnier, Le Parlement de Bretagne…, op. cit.

33Plus prosaïque, Salomon, fils de Charles de La Tullaye, sait qu’en épousant Renée de Lesrat, fille d’un conseiller au parlement, en 1636, il élargit encore le réseau relationnel et familial. C’est d’ailleurs à Guy de Lesrat, son influent beau-père, qu’il doit d’obtenir, comme on l’a vu, l’office de maître aux comptes de feu son cousin René de La Tullaye en 1635. Veuf à 45 ans, et père de trois petites filles, Salomon se remarie avec Françoise Martineau en 1644, de 22 ans sa cadette et elle-même veuve de Mathieu de La Lande, prévôt d’Anjou72. La famille Martineau est liée à la municipalité et à la prévôté d’Angers, et par le biais des mariages, se rapproche de la Chambre des comptes de Nantes. En effet, la sœur de Françoise Martineau, Anne, épouse Jacques Constantin, maître aux comptes73. Leur fils Jacques entre, lui, au Parlement de Bretagne à la fin du xviie siècle74.

2. La fin du xviie et le xviiie siècle : l’ouverture vers d’autres sphères

  • 75 Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 E 1383/114, lettre de Blotais au procureur, datée du 30 juillet 1786

34Au siècle suivant, les alliances se font plus prestigieuses pour la branche aînée, sans doute grâce à l’office de procureur général obtenu à la fin du xviie siècle, et une hypergamie des procureurs apparaît nettement. En 1679, Salomon-François (I) accède à sa nouvelle charge par son mariage avec Marie-Anne Morice, fille du procureur général. Leur fils aîné Salomon-François (II) devient marquis de Magnanne en épousant Anne-Thérèse-Henriette de Racappé en 1715. À la génération suivante, les noces d’Henri-Anne-Salomon et de Françoise-Siméone-Stylite Moulin de Cheviré en 1745 permettent à la dynastie des procureurs d’asseoir ses possessions nantaises. Enfin, Augustin-Louis-Salomon, dernier procureur, réalise une confortable alliance avec de riches marchands de la ville, lorsqu’il convole avec Henriette-Julie Perrée de Villestreux, fille du comte de La Villestreux et marquis de Courville en 1786. Un ancien voisin, parti en Angleterre, envoie au procureur ses félicitations pour son récent mariage en ces termes : « Vous épousez, me dit-on, tout ce que vous pouvez désirer, ainsi vous voilà encore plus riche et plus heureux que vous n’étiez »75.

35Si la branche aînée forme de beaux mariages, les cadets sont, à l’inverse, un peu moins favorisés. Quelques-uns restent célibataires, peut-être faute de partis honorables, et un seul fait le choix des ordres ; il s’agit de Marie-Jean, frère cadet d’Henri-Anne-Salomon, devenu chanoine.

36Les alliances matrimoniales contribuent ainsi grandement à l’extension de l’aire d’influence des La Tullaye, et les baptêmes des enfants issus de ces unions sont encore l’occasion de renforcer les liens noués.

C. Le choix des parrainages lors des baptêmes

37À l’instar des mariages, les parrainages choisis par la famille illustrent une volonté de consolider le système d’alliances déjà contractées au sein des milieux parlementaires et comptables. Cela est particulièrement vrai pour la fin du xvie et le début du xviie siècle, quand les parrains et marraines ne sont pas systématiquement des membres de la famille, comme c’est le cas au xviiie siècle.

1. Les parrainages aux xvie et xviie siècles : une orientation politique ?

38Charles de La Tullaye et Françoise de Vaucouleurs choisissent pour leurs sept enfants des parrains et marraines à égalité entre la famille et les étrangers, et dont les plus prestigieux sont ceux du premier-né, Philippe, en les personnes du duc de Mercœur et de sa belle-mère la duchesse de Martigues. Leur second fils, Salomon, baptisé en 1599, reçoit son nom de son parrain Salomon de Herbammez, archidiacre, et sa marraine est sa tante Françoise Gautier, veuve d’Alexandre de La Tullaye. Guillaume, né en 1602, est tenu sur les fonts baptismaux par Guillaume Raoul, président de la Chambre des comptes, et sa tante Marguerite, épouse de Pierre André. Enfin, le benjamin de la famille, né en 1606, reçoit le prénom de son oncle René de La Tullaye, sieur de Belle-Isle, maître aux comptes. Pour leurs filles, Charles et Françoise de La Tullaye font appel à des parrains et marraines également répartis entre famille et entourage professionnel.

Parrains et marraines des enfants du couple Charles de La Tullaye-Françoise de Vaucouleurs

Baptême

Enfant

Parrain

Marraine

14 décembre 1597

Philippe

Philippe-Emmanuel
de Lorraine, duc de Mercœur

et René du Pé, sieur d’Orvault

Marie de Beaucaire, duchesse de Martigues

18 juillet 1599

Salomon

Salomon de Herbammez, archidiacre

Françoise Gaultier, veuve d’Alexandre de La Tullaye*

25 février 1601

Françoise

André de La Tullaye*

Françoise Simon
(ép. Guillaume Raoul*)

14 juillet 1602

Guillaume

Guillaume Raoul, président
de la Chambre des comptes*

Marguerite de La Tullaye, ép. Pierre André*

22 septembre 1603

Marquise

Jean de La Presse76

Marquise Le Porc

28 mars 1606

René

René de La Tullaye,
s
r de Belle Isle*

Jehanne Colobel

22 septembre 1607

Marie

Jacques Foucault °,
sieur de La Guérinière77

Marie de La Tullaye,
ép. François Coutureau
*

  • 76 Jean de La Presse est le père d’Anne de La Presse, première épouse de Jean de La Tullaye, sieur de (...)
  • 77 Jacques Foucault est le fils de René Foucault, maître aux comptes, et de Marquise de La Tullaye, sœ (...)

Légende de ce tableau et des suivants : les noms en italique sont ceux des membres de la famille ; les noms suivis du signe * sont ceux des membres de la Chambre des comptes de Bretagne.7677

39À la génération suivante, la fusion s’est opérée entre les membres de la nébuleuse familiale et les cours souveraines, en témoignent les parrainages des enfants des deux mariages de Salomon de La Tullaye, avec Renée de Lesrat, puis Françoise Martineau.

Parrains et marraines des enfants du couple Salomon de La Tullaye-Renée de Lesrat

Baptême

Enfant

Parrain

Marraine

18 juin 1637

Françoise

Jean Fourché, archidiacre
de Nantes
78

Françoise de Vaucouleurs

21 octobre 1638

Marquise

Guy de Lesrat,
s
r des Briottières°

Marquise de La Tullaye79, ép. René Foucault

6 décembre 1639

Anne

René Foucault,
s
r de Launay Godettière°

Françoise Fourché,
ép. Guy de Lesrat

Parrains et marraines des enfants du couple Salomon de La Tullaye-Françoise Martineau

Baptême

Enfant

Parrain

Marraine

31 octobre 1648

Jeanne

Guy de Lesrat,
s
r des Briottières °

Jeanne Martineau,
ép. Jacques Constantin
*

30 juin 1650

Élisabeth

René de La Tullaye,
sr de Belle-Isle

Élisabeth Poullain,
dame douairière de Belle-Isle (veuve de René de La Tullaye,
s
r de Belle-Isle*)

21 mars 1653

Salomon-François

François Rogier du Crévy°

Françoise de La Tullaye
(fille de Salomon de La Tullaye et de Renée de Lesrat)

40Dans les parrainages des enfants des procureurs généraux, c’est la famille qui domine nettement, du moins pour les deux premiers procureurs.

Parrains et marraines des enfants du couple Salomon-François (I) de La Tullaye-Marie-Anne Morice

Baptême

Enfant

Parrain

Marraine

11 août 1681

Marie

Louis Binet de La Blottière

Marie Geoffroy, ép. Yves Morice

19 février 1682

Salomon-François (II)

Yves Morice

Françoise Martineau,
veuve de Salomon de La Tullaye

1684 : jumelles

Jeanne

Françoise- Marquise

Jean Geoffroy,
sgr de Kervégan° 

Jean J. Morice
sgr de Kerskan

Jeanne de La Tullaye,
ép. Henri du Bois

Marquise de La Tullaye, fille
de feu Salomon de La Tullaye

2. Les évolutions du xviiie siècle : le recentrage sur le cercle familial

41Au cours du xviiie siècle, les parrainages semblent perdre beaucoup de leur importance aux yeux des La Tullaye. Chez les parrains et marraines des enfants de la branche aînée se trouvent même des frères et sœurs à peine plus âgés (Françoise-Siméone-Stylite, 9 ans, au baptême de son petit frère Christophe-Siméon-Stylite en 1755) ou des domestiques (baptême de Joseph-Siméon-Stylite en 1754).

42Le fils aîné, par contre, reçoit toujours le parrainage de membres éminents de la famille. Ainsi Henry-François de Racapé, marquis de Magnanne est-il le grand père du petit Henri-Anne-Salomon baptisé en 1716. Le fils de ce dernier, Augustin-Louis-Salomon, est baptisé à l’âge de trois ans, en 1754, et son parrain est son arrière grand-oncle, Gabriel-Augustin de Racapé, chevalier du Mesnil et gentilhomme ordinaire du roi. Les deux derniers procureurs sont ainsi parrainés par le marquis de Magnanne et son frère.

43Le baptême des enfants se présente ainsi comme l’occasion d’élargir la sphère familiale et de la consolider, en intégrant des personnages plus ou moins influents de la notabilité de la province. Une fois constitué, un tel réseau regroupe ses membres dans un système de solidarités, chacun rendant service à l’autre. Aux mariages et aux baptêmes s’ajoute une donnée supplémentaire : si le pivot de l’ascension familiale, à savoir Salomon de La Tullaye, parvient à ses fins, ses qualités de gestionnaire ne sont pas seules en cause. En effet, il a bénéficié d’un important héritage du côté maternel, apport sans doute éminemment précieux au moment d’acquérir son office de maître aux comptes, par exemple.

D. Le poids des héritages

  • 78 Héloïse Ménard, Ascension politique et sociale de la famille de La Tullaye, xvie-xviie siècles, Mém (...)
  • 79 Stéphane de la Nicollière-Teijero, Eglise royale et collégiale de Notre-Dame de Nantes, Forest/Grim (...)
  • 80 Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 E 1383/123, « Continuation du papier journal ou second livre concern (...)
  • 81 La collégiale Notre-Dame a été détruite au xixe siècle, et il ne reste rien de la chapelle Saint-Th (...)
  • 82 H. Ménard, Ascension politique et sociale de la famille de La Tullaye…, op. cit., p. 82-84.

44Dans toutes les familles, les héritages jouent un rôle non négligeable dans l’accession à une classe plus en vue ou plus fortunée. Dans le cas des La Tullaye, c’est l’accumulation de ces héritages sur la tête d’un seul homme, Salomon de La Tullaye, qui installe définitivement cette famille en bonne place parmi la notabilité nantaise. Cet héritage lui vient de sa mère, Françoise de Vaucouleurs, originaire de la région de Dinan, qui a épousé Charles de La Tullaye en 1594. Elle est elle-même l’héritière de plusieurs familles : les Vaucouleurs, les Blanchet, les Tempéran et les Le Roy. Les quatre familles sont unies par plusieurs mariages78, et Françoise se trouve l’unique héritière de ces lignées. Le fait n’est pas si rare en un temps où la mortalité infantile peut priver de postérité de nombreuses familles, mais l’héritage dont bénéficie Salomon de La Tullaye par sa mère se distingue, car il lui vient en partie d’un éminent ancêtre : Thomas Le Roy, appelé Thomas Regis. Homme d’Église influent à Rome, il joue un rôle dans les négociations italiennes de Charles VIII puis Louis XII, est anobli par François Ier en 1523, avant de finir sa vie « clerc de la chambre apostolique, emplois des plus considérables de la magistrature romaine »79 en 1524. Il laisse une fortune considérable, estimée par Salomon de La Tullaye à « plus de cent mil livres solz »80, ainsi qu’une petite chapelle portant son nom dans la collégiale Notre-Dame de Nantes, où son cœur est déposé81, des terres en Italie et une maison à Rome près de la chancellerie pontificale82. Hériter d’un tel personnage n’est pas anodin et contribue à l’ascension de la famille, tant au niveau financier que social.

45Salomon a bien fait fructifier cet héritage. À la charnière du xvie siècleet du xviie siècle, il a joué un rôle central dans l’évolution de sa famille.

Conclusion

  • 83 À la même époque au Parlement de Bretagne, les de Robien offrent quatre générations de présidents à (...)
  • 84 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 150, brouillon de la lettre adressée au comte de Montmorin, « comman (...)

46Ce qui est le plus remarquable dans l’histoire des La Tullaye, c’est leur présence continue à la Chambre du milieu du xvie siècle jusqu’à la Révolution française. Si les xvie et xviie siècles leur ont été les plus favorables, le xviiie siècle a été pour eux celui de la stabilité, une fois l’office de procureur général acquis. L’interruption de la dynamique d’ascension qui s’observe à cette période peut être diversement interprétée. Est-elle imputable à un manque d’opportunités lié à la fermeture progressive des cours souveraines provinciales ? Faut-il y voir, au contraire le signe d’un enracinement des La Tullaye dans la région nantaise et le refus de quitter cet environnement, même s’il ne pouvait plus leur offrir de perspective de promotion supplémentaire ? Cela traduit-il enfin un certain manque d’ambition des membres de la famille, ceux-ci se contentant de conserver l’office acquis par leurs ancêtres ? Il est difficile de se prononcer. Quoi qu’il en soit, force est de constater que la position à laquelle ils sont parvenus n’est nullement négligeable et sa conservation sur plusieurs générations n’a sans doute pas été moins difficile pour eux que sa conquête83. Le statut ainsi obtenu aurait satisfait leurs ambitions en réalisant un juste équilibre entre les potentialités financières et relationnelles dont ils disposaient et la conception qu’ils avaient du service du roi. Sans être démesurément ambitieux, les La Tullaye auraient simplement bénéficié des opportunités qui s’offraient à eux sans chercher à forcer le destin. Ils répondraient ainsi au portrait que dressait d’eux le maire de Nantes, Berrouette, en 1784, quand il rapportait qu’ils étaient « reconnus pour amis de la tranquillité, de la concorde et de la paix »84.

Notes

1 BNF, Cabinet des titres, Carré de d’Hozier-Tugnot 614, arrêt de la chambre de réformation à Rennes du 30 octobre 1668 confirmant les La Tullaye au rang d’écuyer.

2 Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 E 1383/119, Extrait de la généalogie de la famille de La Tullaye rédigée par Salomon de La Tullaye vers 1669.

3 BNF, Chérin 200. La lettre de la duchesse Anne accordant ces biens (qui lui sont advenus par en raison du droit d’aubaine) est signée du 13 avril 1499 mais Nicolas n’obtient finalement la dévolution des biens Richebourg que 16 ans plus tard, par acte du 9 janvier 1515 qui met fin à une contestation avec le sieur de La Trocardière, Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 E 1383/7, 2e liasse.

4 Ibid., 2 E 1383/8, 1re liasse. Nicolas de La Tullaye obtient cette charge par lettre de Louis XII du 2 juillet 1501, et un document stipule le montant de ses gages (environ 13 livres pour deux ans) pour les années 1502 à 1505. En 1511 et 1512, un procès lui est intenté par Artur Perrotin, prétendant obtenir cette charge, ibid., 2 E 1383/4, 4e liasse.

5 François Saulnier, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790, Rennes, Mayenne, 1991 (réimp. de l’édition de 1909), t. I, p. 397-398.

6 Il exerce cette charge de greffier en alternance avec son collègue Jean Guillopé.

7 Jean Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles. Les ducs, l’argent, les hommes, Maloine, Paris, 1987, t. I, p. 363.

8 Noël du Fail, Œuvres, éd. Assézat, cité dans Roland Mousnier, La vénalité des offices sous Henri IV et Louis XIII, éd. revue et augm., PUF, Paris, 1971, p. 74.

9 Dès le début des années 1570, les charges d’auditeurs sont vendues par le roi à 4 000 l.

10 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 56, f° 308 v°, lettre de jussion pour Alexandre de La Tullaye, le 28 novembre 1570 : « son indisposition et maladie continuelle de plus de dix mois auparavant » l’ayant laissé « détenu et percluz du costé droict ». Il décède au début du mois de novembre 1572.

11 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 59, f° 125 r°, institution et arrêt de réception d’Alexandre de La Tullaye le 5 mars 1578, après la résignation de cet office à son profit par Martin de Beaune. Les lettres de provision sont en date du 4 février.

12 Ibid., B 59, f° 126 r°, institution de Jean de La Tullaye auditeur aux comptes, reçu le 11 mars 1578. Ses lettres de provision, signées du roi Henri III, datent du 14 février précédent, quelques jours après la promotion d’Alexandre.

13 Ibid., 2 E 1383/8, 1re liasse, copie de l’arrêt de réception de George Morin le 22 mai 1582. Ce dernier a versé une « somme de 2000 escuz pour ledit estat », et doit percevoir des gages de 200 livres tournois par an, soit la moitié des gages des auditeurs lors des créations d’office de 1572.

14 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 63, f° 4 r° et v°, « Institution de Jean de La Tullaye en l’estat de maistre à la Chambre ». Les lettres de provision du 3 avril et l’arrêt de réception du 16 juin pré-cisent le contexte particulièrement troublé, et permettent à Jean d’ajouter à ses gages de maître ceux « qu’il a de coustume de prendre à cause de sondit estat d’auditeur », soit un total de 300 écus (c’est‑à‑dire 900 livres environ).

15 Alexandre Perthuis et Stéphane de La Nicollière-Teijeiro, Livre Doré de l’Hôtel de Ville de Nantes, 2 vol. , 1873, t. I, p. 180. Jean de La Tullaye est élu échevin le 20 février 1589 et prête serment le 27. Le mandat des échevins est de deux ans.

16 Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 E 1383/120, Extrait de la généalogie, op. cit. et ibid., 2 E 1383/2 et 6. Son frère aîné, Alexandre de La Tullaye, a également été capitaine de milice et major du château de Nantes vers 1577.

17 G. Saupin, Nantes au temps de l’Édit…, op. cit., p. 213.

18 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 62, f° 292 v°, « Institution de Me André de La Tullaye en l’estat de conseiller et advocat général en la Chambre » par le duc de Mercœur le 2 août 1592. Il est reçu le 16 novembre suivant.

19 Ibid., 2 E 1383/1, copies réalisées au xixe siècle d’actes anciens.

20 Ibid., 2 E 1383/6, 1re liasse, « Copie d’arrest du Parlement de Paris au profit de damoiselle Marie de La Tullaye du 20 aoust 1604 », à la requête de « Françoise Gaultier, veuve de feu Me Alexandre de La Tullaye […] demanderesse et accusatrice pour raison de rapt et enlèvement » de sa fille Marie.

21 Ibid., B 67, f° 297 r°, institution de René de La Tullaye, maître aux comptes, le 10 décembre 1605 et arrêt de réception du 24 janvier 1606.

22 René de La Tullaye reçoit ses lettres royales le 25 juillet 1629 et est installé le 18 septembre suivant.

23 Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 E 1383/10, « Papier de recepte et despence que jay faicte en qualité de tuteur des enfants mineurs de feu René de La Tullaye, vivant escuier sieur de Belleisle, conseiller du Roy et maistre ordinaire en sa Chambre des Comptes de Bretagne, decedé le dixieme jour de febvrier 1635 » rédigé par Salomon de La Tullaye, p. 29. René de La Tullaye, sieur de Belle-Isle, passe une « procure en blanc pour la résignation de son office » à son cousin Salomon de La Tullaye, sieur du Plessis-Tizon.

24 Ibid., 2 E 1383/3, les 47 000 livres de l’office sont acquittées par Salomon de La Tullaye en partie grâce aux 24 000 livres de deniers dotaux lui appartenant par son mariage avec Renée de Lesrat en 1636 (elle apportait 27 000 livres de dot), ajoutés aux 21 000 livres tirées de la vente de sa terre de La Guilbaudière en 1638.

25 Ibid., 2 E 1383/12, Livres de raison de Salomon de La Tullaye, note du 22 mars 1653. L’acte est passé par Belon, notaire royal à Nantes.

26 Ibid., 2 E 1383/1, « cahier bleu » : répertoire d’actes.

27 Ibid., 4 E 2/179, acte de vente de l’office de maître aux comptes.

28 Ibid., 2 E 1383/2, 4e liasse, acte de mariage de Salomon-François de La Tullaye et Marie-Anne Morice le 8 mai 1679, passé devant Petit et Belon, notaires royaux à Nantes.

29 Ibid., B 381, minutes des Audiences, 1re liasse.

30 Monique Cubells (dir.), Le Parlement de Provence, 1501-1790, Actes du colloque d’Aix-en-Provence des 6-7 avril 2001, Publications de l’Université de Provence, coll. Le Temps de l’histoire, Aix-en-Provence, 2002. Au xviiie siècle, seuls 8 % des 163 familles parlementaires restent au moins cinq générations au Parlement.

31 F. Saulnier, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., cité dans Gauthier Aubert, Le Président de Robien, gentilhomme savant dans la Bretagne des Lumières, PUR, Rennes, 2001, p. 25.

32 Gauthier Aubert, Le Président de Robien…, op. cit., p. 23. Au milieu du xviiie siècle, chez les Robien, les carrières de robe sont dévolues aux cadets.

33 Arch. dép. Loire-Atlantique, E 2 1383/3 : 1772, tutelle des enfants mineurs de feu Henri-Anne-Salomon de La Tullaye, et description du procédé dans ibid., B 150, papiers du parquet du procureur général, 1re liasse.

34 Jean Kerhervé, L’Etat breton aux xive et xve siècles…, op. cit., t. I, p. 367.

35 Abel Durand, La Chambre des Comptes de Nantes, Conseil général, Nantes, 1976, p. 43.

36 Id., ibid., lettre de Louis XVI donnée à Versailles le 9 septembre 1779 pour faire chanter le Te Deum pour « les avantages que nos troupes ont remportées sur les Anglois » lors de la guerre d’Indépendance américaine, la flotte française ayant pris le contrôle des îles à sucre anglaises ; lettre de Louis XVI donnée à Fontainebleau le 23 novembre 1783 pour faire chanter « un Te Deum en action de grâce de la paix conclue ici avec le roi de la Grande-Bretagne » lors du traité de Versailles signé entre les deux souverains le 3 septembre 1783.

37 Id., ibid., lettre du 27 octobre 1788. Il s’agit des états généraux du printemps suivant.

38 Id., ibid., lettre non datée.

39 Id., ibid., lettre du 5 juillet 1784, à Versailles.

40 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 150, papiers du parquet du procureur général, 3e liasse, lettre d’Hilarion-Anne de Becdelièvre à Augustin-Louis-Salomon de La Tullaye, du 28 juillet 1784.

41 Ibid., B 150, 2e liasse.

42 Ibid., B 381, minutes des Audiences, 1re liasse. Nombre de pièces de la correspondance du magistrat concernent des demandes de délai – voire des contestations – pour ces redditions d’hommage. En avril 1682, Marguerite Goïn et sa fille, propriétaires de terres nobles sous le ressort de Quimper Corentin écrivent au procureur Morice au sujet de « l’hommage au roi qu’elles ne peuvent rendre en personne tant à cause de la faiblesse de leur sexe qui ne leur permet pas de s’exposer à un si long voyage, que parce qu’elles sont occupées à des affaires domestiques qui demandent nécessairement leur présence et leurs soins ». Les plaignantes demandent un délai en conséquence.

43 Ibid., B 150, papiers du parquet du procureur général, 1re liasse, « Mémoire pour le sieur de La Tullaye, Procureur Général à la Chambre des Comptes de Bretagne ». Ce document précise qu’il s’agit du procureur « pourveu de son office de Procureur Général à la suite de quatre de ses aïeux vers le commencement de l’année 1775 », à savoir Augustin-Louis-Salomon de La Tullaye. Le fait qu’il se présente comme cinquième procureur de sa famille montre qu’il comprend Yves Morice dans ce compte et met l’accent sur le thème de la dynastie familiale au service du roi.

44 Ibid.

45 Ibid.

46 Ibid., C 579, cahiers de doléances de Guérande, et C 569, cahiers de doléances d’Herbignac, cité dans Jean Meyer, La noblesse bretonne au xviiie siècle, Bibliothèque de l’École pratique des hautes études, VIe section, SEPVEN, Paris, 1966, 2 vol. , t. I, p. 190.

47 Ibid., B 150, papiers du parquet du procureur général : 1re liasse.

48 Ibid., B 150, « Mémoire pour le sieur de La Tullaye, Procureur Général à la Chambre des Comptes de Bretagne… », op. cit.

49 Ibid., B 150, papiers du parquet du procureur général, 1re liasse.

50 R. Mousnier, La vénalité des offices…, op. cit. p. 74.

51 Id., ibid.

52 Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 E 1383/8, « Etat des valeurs produits, impositions et charges de l’office de procureur général de la Chambre des Comptes de Bretagne » rédigé par l’abbé de La Tullaye, tuteur de ses neveux mineurs, 1771.

53 Ibid., B 150, papiers du parquet du procureur général : « Voilà donc à quoi se réduisent les revenus attribués à l’office de procureur général » dans les années 1780.

54 Jean Meyer, La noblesse bretonne…, op. cit., p. 976. La succession de François-Salomon (II) et Anne-Thérèse-Henriette de Racapé (tous deux décédés en avril 1762) fait état de 602 870 livres à partager entre les enfants selon la coutume de Bretagne. Il faut retrancher à cette somme 35 250 livres de dettes, ce qui porte l’estimation de la fortune de Salomon-François (II) à 507 620 livres au milieu du xviiie siècle, Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 E 1383/22.

55 René Kerviler, Répertoire de bio-bibliographie bretonne, 1886-1908, 16 vol. , réed., Mayenne, 1978, 1985, p. 695-699.

56 Michel Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques, xve-xvie siècles, EHESS, Paris, 2000.

57 Id., ibid. p. 13.

58 Salomon François (I) a pourtant obtenu un diplôme de maître ès arts le 9 juillet 1672, Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 E 1383/2, 6e liasse.

59 Ibid., 2 E 1383/22, 1re liasse, extrait du testament manuscrit du 4 juillet 1704 : « A Françoise Proit ma femme de chambre 1 000 livres dans un contrat de constitution […] pour en iouir et en faire comilui plera ». Marquise de La Tullaye est décédée fin juillet 1713.

60 Ibid., 2 E 1383/115, 1re liasse, lettres de Salomon-François (II) à son père.

61 Ibid., 2 E 1383/115, lettre du 4 mars 1705 : « Je me prépare a faire mon examen de droit sur lequel on est fort sévère, ainsi je n’ai point de temps a perdre jusques au mois de juin ou juillet que je comte le faire, l’estude du droit n’est pas divertissante et meme je trouve que c’est une des plus degoustante qu’il y ait, mais je consulterais moins sur cela mon inclination que la raison et le devoir ».

62 M. Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques…, op. cit., p. 67.

63 Id., ibid. p. 29.

64 Martine Bennini, « Mémoire, implantation et stratégies familiales : les Leclerc de Lesseville (xvie-xviiie siècles) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 54/3, 2007, p. 7-39.

65 Id., ibid. p. 7.

66 Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 3 1383/115, lettre du comte Du Menou, commandant à Nantes, le 13 juin 1784, à Augustin-Louis-Salomon de La Tullaye.

67 Ibid., 2 E 1383/2, 4e liasse, arrêt de la chambre de réformation du 23 mars 1671.

68 Jean Meyer, La noblesse bretonne…, op. cit., p. 1140.

69 Cf. arbre généalogique de la famille de La Tullaye aux xvie et xviie siècles.

70 On ne sait s’il s’agit du personnage du même nom qui fut effectivement trésorier et receveur général de Bretagne de 1538 à sa mort en 1560 ou de son fils.

71 Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 E 1383/6.

72 Bernard Mayaud, Généalogies angevines, Brûlon, Nantes, 1987, 1991.

73 Veuf, Jacques Constantin se remarie avec l’une de ses belles-sœurs, Jeanne Martineau.

74 Frédéric Saulnier, Le Parlement de Bretagne…, op. cit.

75 Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 E 1383/114, lettre de Blotais au procureur, datée du 30 juillet 1786.

76 Jean de La Presse est le père d’Anne de La Presse, première épouse de Jean de La Tullaye, sieur de La Jaroussaie.

77 Jacques Foucault est le fils de René Foucault, maître aux comptes, et de Marquise de La Tullaye, sœur de Salomon de La Tullaye. Il épouse en 1613 Jeanne André, fille de Marguerite de La Tullaye et de Pierre André, F. Saulnier, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., t. I, p. 379, dont il est le petit-cousin (ce degré de parenté s’explique par la différence d’âge entre son grand-père Charles, le plus jeune des fils d’Yves, et sa grand-tante Marguerite).

78 Héloïse Ménard, Ascension politique et sociale de la famille de La Tullaye, xvie-xviie siècles, Mémoire de maîtrise, Dominique Le Page (dir.), Université de Nantes, 2000, Annexes III-arbres généalogiques, Tableau n° 6 : arbre généalogique simplifié des familles Blanchet, Tempéran et Le Roy.

79 Stéphane de la Nicollière-Teijero, Eglise royale et collégiale de Notre-Dame de Nantes, Forest/Grimaud et Aubry, Nantes/Paris, 1865.

80 Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 E 1383/123, « Continuation du papier journal ou second livre concernant les affaires de ma maison de Rome… » par Salomon de La Tullaye rédigé à partir de 1670.

81 La collégiale Notre-Dame a été détruite au xixe siècle, et il ne reste rien de la chapelle Saint-Thomas, dont on attribue la décoration à Michel Colombe, le sculpteur du tombeau de François II, dernier duc de Bretagne.

82 H. Ménard, Ascension politique et sociale de la famille de La Tullaye…, op. cit., p. 82-84.

83 À la même époque au Parlement de Bretagne, les de Robien offrent quatre générations de présidents à mortier mais ne semblent pas non plus chercher à devenir premier président, G. Aubert, Le Président de Robien…, op. cit.

84 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 150, brouillon de la lettre adressée au comte de Montmorin, « commandant en chef en Bretagne » par Augustin-Louis-Salomon de La Tullaye, début juillet 1784, relatant un entretien avec le maire J.-J. Berrouette le 15 juin au sujet d’une altercation avec un membre de la milice de Nantes la veille.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Arbre généalogique de la famille La Tullaye aux xvie et xviie siècles
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/611/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Document 1. Extrait du livre de raison de Salomon de la Tullaye
Légende Source : A.D.L.A., 2 E 1383/12, carnet de février-mars 1637, côté des recettes.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/611/img-2.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 2. Arbre généalogique des La Tullaye au xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/611/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

Auteur

Professeur agrégé rattaché au lycée Ronsard de Vendôme et enseigne au collège Gérard Yvon (Vendôme). Elle est titulaire d’une maîtrise et d’un DEA d’histoire moderne de l’Université de Nantes sur une famille d’officiers de la Chambre des comptes de Bretagne du xvie au xviiisiècle : les La Tullaye. Le sujet de sa thèse, sous la direction de Dominique Le Page (Université de Bourgogne) est consacré à des familles d’officiers moyens et supérieurs, notamment à la Chambre des comptes en activité à Nantes jusqu’à la Révolution française.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search