Version classiqueVersion mobile

Le crédit inter-entreprises en Europe

 | 
Michel Lescure

Conclusions générales

Patrick Verley

Texte intégral

  • 1  Gaston Roulleau, Les règlements par effets de commerce, Paris, Dubreuil, Frèrebeau et Cie, 1914.

1Au fil de ce colloque, les questions problématiques initiales posées par Michel Lescure – sur les différents types de crédits, commerciaux ou autres, sur l’opposition entre pays du Nord et pays du Sud dans leurs diversités sectorielles et nationales, sur les formes nationales de capitalisme en rapport avec les structures économiques et les objectifs qui ont été privilégiés – se sont révélées opérationnelles. Les réponses à apporter se sont peu à peu dégagées. Elles mettent largement en valeur les héritages du passé. Certains d’entre eux remontent aux pratiques des xviiie et xixe siècles comme le poids des instruments anciens de crédit, le rôle des réseaux de négociants ou les relations interpersonnelles. On connaît ainsi l’importance du crédit par l’escompte en France, le « pain des banques » selon Gaston Roulleau1, alors que les banques allemandes pratiquaient les avances en comptes courants et faisaient même de la transformation du crédit à court terme en long terme en renouvelant sur de très longues périodes ces avances. D’autres héritages sont plus récents. Si l’évolution des capitalismes nationaux a favorisé une convergence structurelle au xixe siècle et au début du xxe siècle, la crise des années 1930 a en revanche conduit à des divergences structurelles en ce que, selon les pays, les objectifs privilégiés par les gouvernements n’ont pas été les mêmes partout, induisant après la guerre des dépendances de sentier. Aussi nous proposons-nous, plutôt que de tenter une difficile et périlleuse synthèse de tous les apports très riches des différentes communications, de revenir de manière sans doute paradoxale pour une conclusion sur ces héritages anciens qui se trouvent sous-jacents dans nombre des exposés. On structurera ces quelques remarques selon trois axes qui, bien sûr, sont loin d’épuiser la matière, mais peuvent entrer en résonance avec les réalités du xxe siècle.

Les crédits informels et les crédits inter‑entreprises

2Ces deux notions ne se recouvrent pas, même si on a tendu à les confondre, car les travaux sont en général partis d’une prémisse qui a déterminé le type de réponse. Comme souvent, les origines des sources d’archives et les types d’instrument mis en œuvre ont structuré la réflexion. Il y avait le crédit bancaire, analysé à partir des sources bancaires, et donc bien connu, à court terme et à long terme, soit le crédit commercial par escompte ou avances. Il y avait le recours au marché financier qui répondait aux besoins de l’investissement de long terme (couvert aussi, dans les pays germaniques, par les avances renouvelées). Et il y avait enfin le reste… qualifié de crédit « informel », soit tout ce qui n’entrait pas dans les deux premières catégories. Ce qualificatif est très trompeur. Il laisserait à penser que ces crédits n’utilisaient pas de formes, ne se pratiquaient selon aucun formalisme. Ce qui est bien sûr faux. Le recours aux notaires, si important aux xviiie et xixe siècles qu’il couvrait ainsi précocement en France tout le territoire d’un maillage serré de points de crédits, passait par des actes obéissant à des règles très formalisées.

3Le crédit personnel pouvait effectivement être relativement informel. Ainsi, les comptes courants d’associés dans les sociétés de personnes, qui étaient la forme la plus courante d’entreprises, étaient une manière discrète de puiser dans une réserve de crédit, d’autant plus pratiquée que les entrepreneurs ne souhaitaient pas que soit connue leur situation financière : emprunter ouvertement pouvait affaiblir la confiance, en laissant à penser que la situation de l’entreprise n’était pas bonne. Dans les commandites, les apports en capitaux des commanditaires notés dans les actes de fondations n’étaient souvent pas initialement versés : ils constituaient une réserve à laquelle la société pouvait faire appel si besoin était, dans la plus grande discrétion. Des rémanences de ces pratiques se perçoivent encore dans les années 1950 et 1960 en Italie, où les prêts à l’entreprise de la part des employés peuvent surprendre, qui plus est dans de grandes entreprises. Le caractère familial des entreprises renforçait ces pratiques. Le crédit interpersonnel n’excluait pas la formalisation par l’acte notarié, dans une société européenne qui, depuis le Moyen Âge, était très formaliste juridiquement et passait par le notaire même pour de petites transactions.

  • 2  Jean-Pierre Hirsch, Les Deux Rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (...)

4Ce crédit interpersonnel était souvent difficile à distinguer du crédit inter-entreprises du fait de la forte personnalisation de l’entreprise : le Code de commerce français ne connaissait d’ailleurs pas l’entreprise, mais seulement des commerçants et des sociétés. Le patronat du nord de la France a poussé à l’extrême cette imbrication entre familles et entreprises. Pour lui, comme Jean-Pierre Hirsch2 l’a écrit, les deux institutions de base étaient le mariage et la société de commerce. Elles servaient toutes deux à réunir des capitaux et des compétences. Et plutôt que de chercher à faire grossir l’entreprise familiale sans limite, ces patrons favorisaient une croissance par division cellulaire, à l’instar de certains organismes élémentaires : ayant atteint une taille – peut-être optimale économiquement –, l’entreprise suscitait la création de nouvelles sociétés fondées par des fils ou des gendres ayant une activité en amont ou en aval. Ce réseau d’entreprises parentes offrait la possibilité d’une solidarité financière en cas de difficultés, ce qui était important pour des activités au marché instable, saisonnier, soumis à la mode, et souffrant de mévente dès que la conjoncture faiblissait, comme l’était l’industrie textile, qui représentait alors un bon tiers de la valeur de la production industrielle avec, dans son sillage, les secteurs qui en dépendaient comme la chimie des produits de blanchiment et de teinture et la construction de machines textiles.

5Exclure de ces pratiques les sociétés anonymes ne serait pas exact, en dehors de très grosses entreprises qui ne couvraient qu’une part minoritaire de l’activité économique et ne représentaient pas, avant 1914, la structure modale du capitalisme. Adopter la forme de société anonyme ne révélait pas nécessairement un désir de recourir à une épargne plus large. Le patronat du Nord au début de xxe siècle a recouru à cette forme juridique, non pour réunir des capitaux par l’émission d’actions, car le capital restait dans les mains de la famille sans qu’il y ait cotation, mais pour disposer d’une souplesse plus grande lors de la transmission de la propriété aux héritiers par succession ou de la cession de parts entre membres de la famille.

6Enfin, il y avait le crédit hypothécaire, une source très importante du crédit à long terme encore à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, avec un grand avantage au niveau de la durée et du faible coût. Marius Berliet y recourait encore au xxe siècle. Les industriels avaient, avant 1914, des biens immobiliers qui permettaient de garantir un crédit notarié ou bancaire et pouvaient se révéler une ultime ressource en cas de situation grave. Leur propension à acheter des châteaux et des domaines agricoles a souvent été mal interprétée, comme une pratique rétrograde pour se fondre dans un modèle social aristocratique au lieu d’investir dans des activités industrielles d’avenir, alors qu’il s’agissait aussi de se garantir la possibilité d’obtenir du crédit. Le crédit hypothécaire était encore plus important pour les petits entrepreneurs, artisans et commerçants, car ils n’avaient guère accès aux autres sources de crédit. Il ne faudrait pas les passer sous silence, car ils contribuaient encore pour une part importante à la formation du produit national. Ce crédit impliquait le détournement d’un instrument par rapport à sa fonction initiale qui était de permettre l’achat et l’investissement immobilier et foncier. De la même façon, l’échec du premier Crédit Agricole, fondé en 1860, s’est expliqué par l’utilisation de ses crédits pour des opérations qui n’avaient rien d’agricoles, mais qui étaient plus spéculatives. Ce crédit n’était souvent pas un crédit inter-entreprises, mais un crédit bancaire ou personnel. Il pouvait néanmoins couvrir des relations entre deux entreprises en tant que relation personnelle entre deux entrepreneurs.

7Cela montre qu’il ne faut pas juger de la nature d’un crédit à partir d’un instrument et de sa fonction première. Il serait ainsi aventureux de penser que tout papier commercial conduisait à un crédit bancaire, dans la mesure où il devait être escompté. Tant qu’il n’était pas escompté, il s’agissait d’un crédit inter-entreprises à 30 ou 90 jours. De fait, la totalité de ce papier n’était pas escomptée. Et même s’il l’était, bien souvent il serait hasardeux d’en faire une mesure du crédit bancaire à court terme. La pratique courante en France, à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, était de l’escompter en dernière minute afin de reporter l’opération de perception sur la banque : le taux d’escompte était alors le coût de l’opération de perception par l’agent bancaire envoyé chez le débiteur, ainsi que de celle de gestion du contentieux. Il s’agissait alors de facto d’un crédit inter-entreprises avec possibilité de mobilisation immédiate auprès des banques. Il faut aussi rappeler que le papier commercial était au xviiie siècle, et encore dans la première moitié du xixe siècle, une quasi-monnaie circulant par de très nombreux endossements.

8Le détournement de cet instrument par rapport à sa fonction initiale est encore plus évident dans le cas du papier financier, illégal en fait puisqu’il ne reposait pas sur une opération réelle, mais accepté à grande échelle durant l’entre-deux-guerres, ainsi que plusieurs communications l’ont montré. Les acteurs de l’économie adaptent les instruments en fonction des besoins, en les détournant si nécessaire. L’analyse des crédits en fonction des instruments et des circuits utilisés révèle ainsi ses faiblesses. Catégoriser simplement, à partir du papier commercial et de l’escompte, des émissions d’actions et obligations, du crédit hypothécaire et du crédit notarié et puis de ce qui reste, dont les instruments sont variables et flous, donne une image schématique.

La symétrie des relations prêteur‑emprunteur

9On part en général du présupposé qu’il y a les crédits formels, bien connus puisqu’ils ont laissé des traces archivistiques et que, lorsqu’ils faisaient défaut ou n’étaient pas adaptés, on avait recours à des crédits informels et/ou inter-entreprises plus souples et convenant mieux aux situations particulières. Ces derniers auraient été un palliatif : plus l’environnement aurait été lacunaire, plus ils auraient été développés. Leur importance pourrait révéler le degré de développement de l’économie.

10En Grèce entre 1870 et 1914, les réseaux d’armateurs reproduisaient les pratiques de financement, d’information et de collaboration des réseaux inter-négociants du xviiie siècle. Dans le commerce international, ces pratiques sont restées plus longtemps vivaces que dans les activités industrielles et commerciales intérieures à chaque pays. Le fait que les termes « négoce » ou merchants bankers aient fini par ne plus s’appliquer qu’au grand commerce international en est un signe. Les raisons en sont multiples. Le faible nombre d’intervenants a favorisé les relations interpersonnelles, dépersonnalisées par l’intervention des grands établissements de crédit. Le rôle de l’information est sans aucun doute majeur pour créer des solidarités. Lorsqu’elle est plus difficile à obtenir, le succès dans les affaires sourit à ceux qui y ont le meilleur et le plus rapide accès, comme au xviiie siècle. Si, du fait de son coût d’obtention et de l’augmentation du nombre d’intervenants dans les pays les plus avancés, la tendance a été à la fin, dans le dernier tiers du xixe siècle, à en reporter la charge sur des organisations professionnelles comme les chambres de commerce, ainsi qu’on le voit dans la soierie lyonnaise, puis sur les réseaux consulaires, les meilleures sources d’information restaient le fait de certains grands négociants, même dans les pays industriels avancés. Si ce caractère des relations interpersonnelles et inter-entreprises, dont le crédit, était récessif, car palliatif des lacunes du tissu économique, la question serait alors de comprendre pourquoi le crédit inter-entreprises se développe sous de nouvelles formes dans les sociétés contemporaines, ainsi que ce colloque le révèle. Le crédit inter-entreprises doit donc avoir des avantages spécifiques.

11Une première réponse repose sur la symétrie de la relation prêteur-emprunteur, souvent occultée par la tendance à croire que le prêt est un service que le prêteur accorde à l’emprunteur qui, certes, y trouve des avantages. Mais ces derniers ne se mesurent pas seulement en termes de taux d’intérêt. Le prêt permet d’asseoir des stratégies de marché et de croissance. Le fait de soutenir un client permet d’assurer un marché et parfois de le capter de manière garantie et exclusive, comme dans la relation entre Michelin et Citroën. L’équipementier n’a intérêt ni à tuer son client ni à le pressurer, mais au contraire à favoriser son développement, qui implique des ventes assurées hors concurrence.

12Mais le prêt est aussi une possibilité de placement pour le prêteur. Dans le secteur traditionnel, encore au xxe siècle, les entrepreneurs ne savent pas comment placer leurs capitaux. Le report boursier a été une grande possibilité au xixe siècle, tout comme le placement en compte courant chez un commandité, voire un ami, un parent, un collègue. La structure la plus courante des commandites en nom personnel ou par actions dans les PME du xixe siècle était la suivante : un commandité, qui avait ou pensait avoir des idées commerciales ou techniques nouvelles lui garantissant la réussite, financé par des commanditaires, dont une grande partie était composée d’anciens collègues du même secteur retirés des affaires qui s’assuraient ainsi leur retraite. Jusqu’en plein xxe siècle, en France, peut-être même jusqu’aux années 1970, les industriels et anciens industriels placent leurs liquidités de préférence dans le secteur qu’ils connaissent, soit le leur. Et cela vaut aussi pour le marché financier : l’analyse des portefeuilles boursiers parisiens à la veille de 1914 révèle que les détenteurs de titres industriels étaient soit des banquiers bien informés, soit des industriels du même secteur. Ces pratiques reposaient encore sur la qualité de l’information dont dépendait l’orientation des placements.

13Il faut enfin évoquer la question de la saisonnalité du marché des capitaux selon les secteurs, le calendrier des paiements des revenus, de celui des rentes et des ponctions fiscales. Au xviiie siècle et encore au siècle suivant, les négociants étaient alternativement en position de prêteurs ou d’emprunteurs : le cycle mensuel ne remplace que lentement les cycles trimestriels ou semestriels anciens sur le marché des capitaux à court et à moyen terme. La place de Lyon dépendait ainsi de l’achat des soies qui mobilisait beaucoup de capitaux une fois par an, puis les ventes de soieries dégageaient de l’argent qui était inemployé jusqu’au nouveau cycle d’achat de matières premières. Le crédit inter-entreprises, qui associait d’autres secteurs dont le calendrier d’opérations financières était inverse, permettait de faire tourner ces capitaux, au grand avantage de tous.

14L’important est donc de se demander à qui cela profite : au prêteur, à l’emprunteur, aux deux de manière équilibrée ? Le crédit inter-entreprises est un révélateur de rapports de force. Il apparaît souvent comme un instrument de contrôle, d’asservissement, de report des chocs conjoncturels. Ce fut au xixe siècle une des raisons du très long recours simultané des industriels à la proto-industrie et à la fabrique concentrant les travailleurs : la main-d’œuvre dispersée garantissait une flexibilité totale de l’activité et une absence de troubles sociaux. La sous-traitance est une organisation qui va, au xxe siècle, présenter les mêmes avantages.

15Le report des variations conjoncturelles sur les sous-traitants en cas de fléchissement de l’activité amoindrit le choc sur les entreprises donneuses d’ordre et prive brutalement les sous-traitants de commandes tout en leur infligeant des allongements des durées de paiement qui les mettent souvent dans des situations très difficiles si tous leurs clients appartiennent au même secteur. C’est une des raisons de l’extension de la sous-traitance dans l’industrie automobile, qui a eu avantage à faire profiter de crédits des sous-traitants pour favoriser leur développement tout en jouant ensuite sur les délais de paiement en fonction de la conjoncture. On peut voir le même report des difficultés des grandes maisons horlogères suisses sur les équipementiers dépendant d’elles à 90, voire 100 % dans la crise depuis 2013-2014. Les délais de paiement imposés par les entreprises qui sont en position de force par rapport aux partenaires plus faibles sont des crédits imposés, aussi importants que les variations des encours de crédit et que le prix du crédit.

À quoi sert le crédit inter‑entreprises ?

À minimiser les risques de la conjoncture ou des marchés

16C’était le principal objectif du réseau familial économique et financier construit par le patronat du nord de la France au xixe siècle, très efficace jusqu’aux années de son déclin, avec la décolonisation après la Seconde Guerre mondiale. Il était un maillage souple impliquant une solidarité entre toutes les entreprises de la filière textile-chimie-construction mécanique, confortée par le contrôle par les mêmes familles des banques privées et des succursales de la Banque de France, ainsi que du pouvoir municipal et politique. Ce verrouillage à tous les niveaux garantissait la disponibilité de capitaux en cas de besoin pour étendre des marchés, résister à une crise de mévente ou à un resserrement du marché des capitaux. Ce qui compte dans l’édification d’un réseau inter-entreprises n’est pas d’obtenir ponctuellement du crédit, mais d’avoir la garantie de toujours en obtenir en cas de besoin, alors que le crédit plus formalisé, comme le crédit bancaire, est souvent plus abondant lorsque le besoin que l’on en a est moins pressant, mais fait défaut lorsqu’il est vital.

Avoir des coûts moindres, des délais et des garanties de crédit

17La question du coût comparatif entre les différentes modalités de crédit est essentielle. L’escompte comme instrument en France a profité d’un avantage en termes de coût. C’est pourquoi il a été utilisé prioritairement et durablement, avec des adaptations et des détournements : allongement de la durée, jeu entre le formel et l’informel, comme le prêt tacite formalisé ensuite par une traite pour pouvoir le présenter à une banque, semi-cavalerie lorsque le tireur et le tiré sont du même groupe industriel ou commercial.

18La garantie d’obtenir le crédit est aussi importante que le crédit lui-même, comme il l’était dans le cas des comptes d’associés ou de commanditaires au xixe siècle. Cette garantie ne peut être offerte dans le cas des crédits hors crédits personnels et/ou inter-entreprises, car elle repose sur la confiance.

19Il en va de même des délais de paiement. Dans l’industrie et le commerce du xixe siècle, les conditions de vente étaient déterminées par un prix en fonction du délai de paiement, remise en cas de paiement comptant ou à court terme, prix beaucoup plus élevé lorsque le paiement était à 6 mois ou un an, comme dans le commerce international, sans que soient utilisés dans l’opération des instruments spécifiques de crédit. Et si l’on en utilisait, comme les lettres de change, elles restaient dans le domaine du crédit inter-entreprises lorsque, d’un commun accord, elles n’étaient pas transmises au secteur bancaire.

Conclusion : Le crédit inter‑entreprises révélateur d’une structure ?

20Si le recours aux crédits inter-entreprises fait apparaître des rapports de force entre les entreprises lorsque l’on se pose les questions « à qui cela profite ? » et « à quoi cela sert-il ? », la fonction la plus générale qui a semblé se dessiner au fil des communications, et qui est pertinente de l’époque moderne à aujourd’hui, est de conforter une structure de production, qu’elle soit ancienne ou contemporaine. Cela explique qu’il n’apparaisse pas comme un archaïsme récessif devant la montée de la spécialisation fonctionnelle dans l’économie, mais comme une forme souple dont le xxie siècle ne marque pas le déclin.

21Le système proto-industriel ancien reposait sur le crédit inter-entreprises si l’on considère les travailleurs dispersés comme des entreprises individuelles. La forme de la sous-traitance continue ces pratiques. Le rôle des crédits inter-entreprises se retrouve aussi bien dans le développement du groupe Saint-Gobain en Allemagne que dans la structuration de l’industrie allemande de l’entre-deux-guerres ; dans ce dernier cas, la cartellisation et la concentration en Konzern impliquent un maillage de flux de crédits inter-entreprises qui profitent à tous les éléments du groupe au niveau des coûts du crédit et en assurant une totale discrétion. Les districts industriels, ces nébuleuses économiques familiales et régionales bien connues pour l’Italie du Nord, révéleraient que ce sont les entrecroisements de crédits entre les entreprises qui sont le liant permettant à ces réseaux souples de fonctionner. Une analyse des structures industrielles japonaises ou coréennes révélerait sans aucun doute la même fonction.

22La souplesse du crédit inter-entreprises lui permet de s’adapter à toutes les structures organisationnelles et/ou productives.

Notes

1  Gaston Roulleau, Les règlements par effets de commerce, Paris, Dubreuil, Frèrebeau et Cie, 1914.

2  Jean-Pierre Hirsch, Les Deux Rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780‑1860), Paris, EHESS, 1992.

Auteur

Patrick Verley a enseigné successivement à l’université de Paris 1, puis, en tant que professeur à l’université de Paris 8. Il a occupé ensuite, jusqu’en septembre 2009, la chaire d’histoire économique internationale à l’université de Genève. Ses recherches se sont orientées dans plusieurs champs : l’analyse comparative des industrialisations, l’analyse macroéconomique de la croissance, la consommation (structures et effets économiques), le rôle économique de la production de luxe dans la croissance et la division internationale du travail, le marché financier parisien et le système économique international au xixe siècle. Dans les années 2000, en rapport avec ses enseignements à l’université de Genève portant sur le xxe siècle, Patrick Verley a produit et conduit des recherches sur les systèmes économiques internationaux depuis 1914, sur la fonction économique des organisations internationales, sur les systèmes de compensation et l’histoire des crises de la dette souveraine de 1815 à nos jours.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search