Version classiqueVersion mobile

Le crédit inter-entreprises en Europe

 | 
Michel Lescure

Crédit inter-entreprises et financement de l’innovation automobile : Berliet (1897‑1914) ou la fin du mythe de l’autodidacte autofinancé

Jean-François Grevet

Texte intégral

  • 1  Patrick Fridenson, Histoire des Usines Renault. vol. 1, naissance de la grande entreprise 1898-193 (...)
  • 2  Jean-Louis Loubet, La maison Peugeot, Paris, Perrin, 2009, p. 141-236.

1Les historiens ont remis en cause, depuis les années 1970, les discours des industriels sur l’autofinancement qui serait privilégié en raison de la méfiance vis-à-vis des banques. André Citroën a financé ainsi sa croissance par un montage complexe et évolutif fondé sur le crédit bancaire classique, le warrantage des voitures et le crédit de ses fournisseurs1. L’importance de ce dernier est éclairée par la prise de contrôle de Michelin, lors de la faillite de 1934. Peugeot, de son côté, donne la préférence initialement aux banques locales, sans négliger ensuite les grands établissements de crédit2. Au-delà de ces avancées, le financement des entreprises automobiles, et en particulier le crédit inter-entreprises (désormais CIE), reste un domaine peu exploré.

  • 3  L’auteur remercie pour leur accueil et leur aide, Anne Carrière (Fondation de l’Automobile Marius (...)
  • 4  Jean-François Grevet, « Stratégies commerciales et développement d’une firme automobile : Berliet (...)
  • 5  Archives de la Fondation Berliet (désormais AFB), Marius Berliet, Curriculum vitae, 27 octobre 194 (...)
  • 6  Saint-Loup, Marius Berliet l’inflexible, Paris, Presses de la Cité, 1962.

2La firme lyonnaise Berliet se situe entre le monde de la grande entreprise et, à l’échelle de l’industrie automobile, de celui des « petits ». Les archives de la Fondation de l’Automobile Marius Berliet, de la Banque de France3 et de l’état civil, confrontées aux travaux accomplis depuis 30 ans sur les patronats rhodaniens, permettent aujourd’hui de confirmer nos premières intuitions4 et de résoudre l’énigme du financement originel de la seule entreprise lyonnaise automobile qui s’est révélée viable sur une moyenne durée. Plaidoyers pro domo rédigés lors des procédures épuratoires de 1944-1949, trois notes de Marius Berliet (1866-1949) exposent par ailleurs la formation initiale du capital5. Leur confrontation aux papiers de son premier associé, Alfred Giraud, employé intéressé chargé de la comptabilité, et l’identification des noms présents dans les archives permettent de reconstituer plusieurs cercles de prêteurs. La figure de l’entrepreneur individuel prométhéen mise en scène par la communication publicitaire de l’entreprise dès avant 1914 en ressort affaiblie6.

  • 7  Pierre Cayez et Serge Chassagne, Les patrons du Second Empire. Lyon et le Lyonnais, Paris, A. et J (...)

3Le rôle du réseau de financement multiforme de la fabrique lyonnaise, déjà étudié pour son rôle dans le financement de la première industrialisation, à l’instar de Veuve Guerin et fils (désormais VGF), conserve toute sa réalité pour la seconde industrialisation7. Berliet constitue, avant son échec de 1920-1921 et avant Citroën, le prototype de la firme innovante, à forte croissance, portée autant par l’application précoce des méthodes tayloriennes que par le recours au crédit.

I. L’importance du crédit inter‑entreprises informel dans les premiers pas d’une jeune pousse automobile

  • 8  Jérôme Rojon, L’industrialisation du Bas-Dauphiné, le cas du textile (fin xviiie siècle à 1914), t (...)

4Doté d’une « instruction très négligée » (3 ans externe au lycée Ampère jusqu’à 12 ans), le jeune « canut » est ensuite classiquement apprenti-tisseur un an, puis employé à 50 francs par mois dans la maison paternelle qui compte deux patrons, deux employés et fait 100 000 francs d’affaires par an. Alors que la soierie se transforme par la mécanisation8, il développe la maison familiale et l’amène à un million d’affaires par an, par l’adjonction d’une petite usine pour les cuirs artificiels à chapeaux, le gaufrage des tissus et les apprêts ; il développe alors les relations avec des constructeurs mécaniciens. À 30 ans, le jeune entrepreneur dispose de 10 000 francs d’économie, lorsqu’il se lance dans l’aventure automobile. Si Marius Berliet agit de facto en son nom seul jusqu’à la transformation de l’entreprise en 1917 en société anonyme, l’entreprise confondue avec son initiateur correspond au propre comme au figuré à un nœud de contrats notariés et d’actes sous seing privé, qui vont assurer le financement de sa croissance par des dépôts en compte courant et du crédit à court et moyen termes. S’il n’est pas doté initialement de fortes ressources, Marius Berliet va pouvoir les augmenter grâce à l’abondance des capitaux de la place lyonnaise.

  • 9  Archives Municipales (AM) de Lyon, acte du second mariage de C. Geay avec A. Jars, 7 janvier 1886  (...)
  • 10  AFB, J, archives Giraud, notes de travail sur la comptabilité.

5Sans surprise, la famille proche constitue le premier cercle de prêteurs. En dépit de l’opposition paternelle, la mère de Marius lui prête 5 000 francs pour lancer la fabrication d’une première voiture, commandée verbalement par un tulliste, ami de Claude Geay, cousin par alliance du père de Marius Berliet, lui-même négociant tulliste et… voisin du clan Berliet9. Viennent ensuite ses frères Benoît, Robert et Léon, à qui Marius Berliet doit en 1904 respectivement 2 835, 9 590 et 11 286 francs, pour 19 944,10 francs empruntés en 189910. Geay prête lui-même 6 000 francs.

6Le second cercle est celui des amis tullistes, appartenant parfois à la communauté de la Petite Église. Deux amis lui prêtent ainsi respectivement 1 500 francs et 1 000 francs, le dernier contre un « billet en reconnaissance » pour l’aider dans son « entreprise de voiture otomobile [sic] ».

7Un troisième cercle formé de 25 petites entreprises, presque toutes lyonnaises, essentiellement de la métallurgie, est mobilisé pour réaliser les deux premières voitures conçues par Marius Berliet entre 1897 et 1899. Ces véhicules sont de véritables œuvres collectives, fabriquées grâce à l’assemblage hybride de composants et de techniques diverses et financées presque exclusivement par le CIE. Ainsi les engrenages sont de Fournier-Pionchon, constructeurs mécaniciens à façon, spécialistes de cylindres pour le gaufrage et le moirage. Les modèles des noyaux de fonderies sont fabriqués par Benezeth, spécialiste des rouleaux d’apprêts et des dentures sur bois, installé à la Croix Rousse. Perrayon, de Villeurbanne, spécialisé en laminoir et montage d’usines, usine en 1897 le moteur selon les dessins de M. Berliet, et lui loue de la main-d’œuvre en 1898. La maison Pélerin, spécialiste de machines pour métiers de tulles, tourne des éléments du moteur. Signe de l’ingéniosité pragmatique du jeune entrepreneur, les réservoirs sont fournis par un plombier-zingueur, installateur de salles de bains et de pompes à bière !

8Liés par un contrat pour l’exploitation d’un brevet de M. Berliet pour la construction de la voiture no 2, les pionniers automobiles lyonnais, Audibert et Lavirotte, fournissent leurs locaux et leurs propres sous-traitants, qu’ils règlent, avant de produire une facture d’ensemble à Marius Berliet lorsque celui-ci entreprend de voler de ses propres ailes. Le mécanicien Donis offre également des délais de paiement, avant que M. Berliet ne l’embauche et n’acquiert en 1899 ses locaux et matériel, rue de Sully.

Tableau 1. Mode de règlement des factures de Berliet (1897‑1899)

Tableau 1. Mode de règlement des factures de Berliet (1897‑1899)

Source : AFB, établi et calculé à partir des factures conservées entre 1897 et 1899.

9L’examen attentif des dates de fournitures, des factures, des effets et traites conservées entre 1897 et février 1899 et du paiement effectif montre ainsi que la quasi-intégralité des factures conservées des 25 entreprises fait l’objet d’un délai, et, pour la moitié des montants concernés, ce délai est supérieur à 60 jours (tableau 1).

  • 11  Située 15, rue Puits-Gaillot, à un jet de pierre du siège de VGF localisée au 31.

10Berliet bénéficie donc d’un crédit fournisseur classique qui bénéficie partiellement de celui de l’entreprise familiale de tulles11, à qui sont adressées les factures et les traites. Mais une annotation vraisemblablement du père, qui précise pour certaines « Tout pour Marius », est sans ambiguïté sur le payeur final.

  • 12  Archives historiques de la Banque de France (désormais ABF), rapports sur la vérification du servi (...)

11Ces factures révèlent les structures inférieures d’un crédit fournisseur, qui par la modicité des sommes ne fait que très peu appel à l’escompte et encore plus rarement au réescompte. Deux noms de banques locales seulement apparaissent pour l’escompte. Le premier est Ph. Dubost, banquier doté d’1,8 million de francs en 1899, « très économe, […] très serré en affaires, qui prend des taux élevés à ses clients pour un papier faible mais ne donnant aucune inquiétude ». Il est noté en 1897 en fin de carrière, « avec une petite clientèle de marchands de cuirs, d’entrepreneurs, etc. ». Le second, De Riaz (d’origine genevoise et administrateur de la succursale) et Audra, est présenté par la Banque de France comme « l’une des premières maisons de recouvrement de France », dotée « d’une bonne clientèle de 2e ordre »12. Le fabriquant de régulateur Sapin accorde ainsi à Berliet un délai de paiement d’un an, par une traite de 1 223 francs sur le ferronnier Souzy Aîné, escomptée auprès de De Riaz-Audra et Cie et réescomptée auprès de la Banque de France. En revanche, le marchand de pneus Soly voit 3 des 4 traites escomptées auprès de Dubost, refusées par la Banque de France car remises à la limite de l’échéance et d’un montant trop faible.

II. L’intermédiation notariale, rouage clef du crédit inter‑entrepreneurs de la soierie vers l’automobile

  • 13  AFB, J, Archives Giraud, Situation à fin septembre 1901.
  • 14  Sur l’usage du compte d’intérêt par VGF, S. Chassagne, VGF…, op. cit., p. 99-100.
  • 15  AFB, J, archives Giraud, contrats des 29 janvier 1900 et 26 janvier 1905 ; Archives départementale (...)

12À la mort de son père en 1899, l’entreprise familiale de tulles, prolongée par un nouveau pacte d’associés entre la fratrie Berliet et les Bellet, est dotée d’un capital de 150 000 francs. En regard, le capital engagé par Marius Berliet dans le surgeon automobile est de 30 000 francs, dont la moitié est fournie par Alfred Giraud, fils de négociant, ami d’un de ses frères. Cet apport déterminant de 15 000 francs est sanctionné par un premier contrat signé en janvier 1900, et l’entrée de Giraud comme employé intéressé à 250 francs par mois, chargé de la caisse et de la comptabilité. Son dépôt producteur d’intérêts augmente à 20 000 francs puis à 50 000 francs. Mais Giraud ne veut pas alors aller plus loin. Dès 1901, les enjeux de la croissance par le crédit sont bien compris et de nouveaux partenaires recherchés13 pour alimenter les comptes d’intérêts14. Alors qu’était envisagée la transformation en société en commandite simple ou en nom collectif dans les 3 ans, Marius Berliet continue « à faire toutes les affaires en son nom seul »15. Une combinaison de CIE, de nature interpersonnelle et largement inter-entrepreneuriale, et d’autofinancement se met en place et constitue de facto une forme de commandite.

  • 16  AFB, J, contrat du 1er décembre 1902.
  • 17  AFB, J, copie de reconnaissance de dette de M. Berliet vis-à-vis d’E. Lavirotte, 21 novembre 1905.
  • 18  Archives nationales (AN) base Léonore, dossiers Légion d’honneur (désormais LH), 19800035/143/1814 (...)
  • 19  Général Messimy, Mes souvenirs, Paris, Plon, 1937, p. 1 ; 16-17. AM. Lyon, acte du mariage de C. M (...)
  • 20  Mentionné dans Jean-Louis Loubet, La maison Peugeot, Paris, Perrin 2009, p. 72, p. 74, p. 80 et p. (...)
  • 21  P. Cayez, S. Chassagne, Les patrons…, op. cit., p. 29-36.

13Un quatrième cercle, issu du monde notarial, si décisif dans le financement de l’économie entrepreneuriale du xixe siècle, entre alors en jeu pour apporter et drainer des fonds de « clients sympathisants » selon le souvenir de M. Berliet, en fait d’éminents représentants du négoce et de la banque lyonnaise. Ce cercle apparaît au moment du rachat à crédit des locaux de Lyon-Monplaisir et du matériel d’Audibert et Lavirotte en 1902, entreprise dissoute en 1901. Émile Lavirotte laisse en dépôt la somme due de 23 000 francs et ce fils et frère de notaires lyonnais, dont l’un préside la chambre des notaires, devient représentant de Berliet pour la France et l’Angleterre16. Artisan d’une licence de fabrication à l’American Locomotive Company de New York (ALCO) (voir infra.), Lavirotte se fait aussi apporteur de capitaux à hauteur de 100 000 francs puis de 200 000 francs, issus en réalité d’autres bailleurs de fonds17. Autre acteur clef, Émile Chalançon entre dans l’entreprise à partir de 1902. Ce fils de négociant, qui a exercé dans la soierie comme correspondant à Londres puis fabricant18, amène sa fortune, celle de sa famille mais surtout celle de sa belle-famille. Sa belle-mère, la veuve Messimy, fille du négociant Barthélemy Girodon, est la veuve d’un notaire19 prisé des soyeux lyonnais. Sa belle-sœur Anne a épousé en 1892 André Colcombet, représentant à Saint-Étienne de VGF. Chalançon laisse en 1903 en dépôt initialement 26 000 francs en même temps qu’Émile Chalas, pour 24 000 francs ; Chalas est le petit-fils de Pierre Chalas, ingénieur-associé de la maison Peugeot depuis 187020. À partir de 1905 Chalançon et sa belle-mère laissent en dépôt respectivement 200 000 et 250 000 francs. Apportent-ils ces capitaux, avec la bénédiction de VGF et d’Aynard et fils à qui Chalançon a vendu une voiture21 ? Aynard et fils apparaît de fait au bilan de Berliet de 1905 pour une créance de 284 818 francs, remboursée en 1906, correspondant vraisemblablement à l’avance sur le produit de 500 000 francs de la cession de la licence à l’ALCO.

III. Le flot des crédits multiformes et l’intrication des crédits inter‑entrepreneurs, fournisseurs et bancaires

  • 22  ABF, RSL, 1904.
  • 23  Archives départementales (AD) Alpes-Maritimes, Nice, recensement de 1911 et acte de décès d’H. Pir (...)

14À partir de cette cession, à la fin de 1904, s’ouvrent en grand les vannes du crédit porté par toutes les ramifications du négoce et de la fabrique soyeuse lyonnaise, alors que la soierie connaît une crise. Parmi les nouveaux déposants, figure pour 100 000 francs, Louis Mathieu, fabricant de dorures, fils de notaire des Alpes de Haute-Provence, disposant d’« une belle fortune, menant bien son affaire, et d’un bon crédit »22. César Filhol, ancien notaire, prête avec la caution de Marius Berliet 100 000 francs et 20 000 francs à Émile Lavirotte, qui laisse à son tour 200 000 francs dans l’entreprise. Henri Piré, négociant d’origine alsacienne, établi à Nice dépose 100 000 francs à partir de 190623.

  • 24  Sur Arlés-Dufour, P. Cayez, S. Chassagne, Les patrons…, op. cit., p. 37-43.
  • 25  AM Lyon, acte de mariage de P. Veyrin et de L. Forrer, 18 octobre 1871, AM Lyon, acte de son re-ma (...)
  • 26  AN, LH/1001/45, U. Forrer. Sur S. Debar, et son gendre Forrer, voir P. Cayez, S. Chassagne, Les pa (...)
  • 27  AM Lyon, acte de mariage de L. Barthélemy de Castelmur avec A.-P. Morel, 29 mai 1889.
  • 28  AD Hérault, 5 M1 42/5, acte de mariage de P. H. Barbezat, avec S. Azémard, 25 mars 1881 ; AM Lyon, (...)

15Entre aussi en jeu le réseau protestant lyonnais d’origine suisse, grâce à Paul Veyrin, ancien fondé de pouvoir d’Arlès-Dufour24. Fils d’un courtier en soie d’Annonay et d’une fille de maître de verrerie d’origine allemande de Rive-de-Gier, Veyrin s’est marié en premières noces avec Lucie Forrer, fille du négociant Jacques Forrer et petite-fille du négociant Samuel Debar25. Pour soutenir Marius Berliet, Veyrin s’associe avec son beau-frère Ulric Forrer, propriétaire-éleveur26, Louis Barthélemy de Castelmur, rentier d’origine vaudoise27, et Paul Barbezat, négociant marié à la fille d’un négociant en soierie de Ganges (Hérault)28. Ils effectuent en novembre 1905 un dépôt collectif de 400 000 francs.

16Le crédit des uns nourrit le crédit des autres. Via l’escompte, s’intriquent dès lors crédits interpersonnels, crédits des banques et crédits des fournisseurs, comme le montre la première occurrence de Berliet dans un rapport d’inspection de la succursale de Lyon de la Banque de France en 1906 :

« Berliet M., automobiles Lyon Ob. 3 000 f. end. 53 000 f.

  • 29  ABF, M. Viney, RSL du 25 juin au 30 juillet 1906.

A payé 80 000 f. le terrain, les constructions et le matériel nécessaire à son industrie. Récemment gêné, a pu trouver facilement et dans d’assez bonnes conditions les capitaux nécessaires pour compléter son installation et ses usines. Occupe 200 ouvriers, travaille beaucoup et avec profit. A des traités importants avec l’Amérique. Inspire confiance et des maisons de la Loire lui accordent 100 000 francs de crédit. En bonne voie. Est soutenu par M. Aynard et Cie, vient par Boudon Mercier et Cie 47 000 f. et Société Générale 6 000 f. »29.

17Avec le Crédit Lyonnais et la Société Générale, les banques locales, connues (Aynard et fils) ou beaucoup moins (Boudon, Mercier et Cie), participent à l’escompte et au réescompte partiel des traites des fournisseurs, clients et agents de Berliet auprès de la succursale lyonnaise de la Banque de France. « Boudon, Mercier et Cie-Comptoir d’escompte lyonnais » est une « vieille maison connue depuis 30 ans » de la succursale ; reprise en 1905 après le décès d’un associé, par d’anciens employés, « actifs, intelligents mais sans surface personnelle », elle inspire une confiance limitée (crédit 4/3) à la Banque de France.

  • 30  P. Cayez, S. Chassagne, Les patrons…, op. cit., p. 184-186.
  • 31  AM Lyon, acte de mariage de C. Guerin et d’A. Payen et de L. et J. Payen, 9 avril 1877. Sur les Pa (...)
  • 32  AFB, contrats de P. et R. Payen, du 1er juillet 1911 ; Archives de Paris, V4E4859, acte de mariage (...)

18Les banques fournissent aussi du crédit bancaire classique de court terme, à une entreprise qui réinvestit les bénéfices réalisés en matériels, terrains et agrandissements de ses ateliers. La très catholique banque VGF fait en 1906 une ouverture de crédit de 300 000 francs, sur 3 ans30 ; elle est suivie par Payen, autre grand de la soierie lyonnaise, pour un prêt considérable de 800 000 francs31. Par simple convention verbale, Paul Payen, et son fils Robert, issu de la branche parisienne de cette famille, consentent cette ouverture de crédit sous forme de huit billets de 100 000 francs à échéance de 191132. Cette concordance remarquable des crédits de Guerin et de Payen, administrateurs de la succursale lyonnaise de la Banque de France en relations d’affaires et alliés matrimonialement, montre l’importance du crédit accordé désormais à Berliet.

19Entre 1905 et 1909, Berliet dispose d’un solde de CIE de nature commerciale négatif, ce qui témoigne de son statut d’emprunteur net auprès de ses fournisseurs (graphique 1).

Graphique 1. Évolution du solde du crédit commercial de Berliet (1903‑1914) : Clients‑fournisseurs

Graphique 1. Évolution du solde du crédit commercial de Berliet (1903‑1914) : Clients‑fournisseurs

Source : AFB, calculé à partir des inventaires annuels.

20La Banque de France s’interroge alors sur l’origine des capitaux de Berliet et la rapidité de sa croissance, si différente du modèle de la soierie lyonnaise.

« Berliet automobile PO 46 000 f. end 13 000 f. ».

  • 33  ABF, M. Viney, RSL du 15 avril au 25 mai 1907.

« situation qui est peu connue ; M. Berliet ne possédait pas grande ressource quand il s’est établi et en 1904 on considérait que l’usine et le matériel représentaient 80 à 100 000 f. Depuis il a trouvé des commanditaires Giraud pour 250 000 f., Lavirotte 300 000 f. une 3e personne 200 000 f., mais comme on estime que les bâtiments industriels et le matériel outil représentent près de 2 millions on se demande si tout a été payé ou s’il n’y a pas d’autres commandites par des maisons de banque. En 1906, cette maison a livré 525 machines et elle a pris ses dispositions pour en livrer 1 200 en 1907. Les bénéfices, frais généraux déduits auraient été de 900 000 nets, chiffre qui paraît exagéré par rapport à la fabrication. Les engagements en cours sont commerciaux et représentent des fournitures, du reste ils viennent par 6 cédants, dont 22 000 par le Crédit Lyonnais »33.

  • 34  AFB, lettre du 8 janvier 1907 adressée à Berliet par Petrus Bernard, notaire en fin de carrière, m (...)
  • 35  AFB, J, réponse du 10 juillet 1907 de P. Veyrin à la lettre d’A. Giraud du 6 juillet.
  • 36  Sur cette crise et ses conséquences pour Payen, voir Hervé Joly, Auguste Isaac, journal d’un notab (...)
  • 37  Calculés d’après le bilan et la liste des déposants au 30 septembre 1907.
  • 38  AFB, projet de statuts de Société anonyme de Camions Automobiles Berliet, déposé chez Maîtres Bern (...)

21L’importance de ces crédits à court terme et l’élargissement des fabrications vers le poids lourd à partir de 1906 posent la question d’une consolidation juridique et mise en société anonyme, avec le concours de la Société Lyonnaise de Dépôt34. Deux projets de statuts de société anonyme, l’une spécialisée dans le poids lourd, l’autre à l’objet social plus large, sont rédigés. Ils prévoient un capital de 6 millions divisé en 12 000 actions de 500 francs, dont 2 400 actions attribuées à M. Berliet pour ses apports et 9 600 à souscrire en espèces. La crise économique de 1907-1908 éprouve la soierie et l’automobile et elle fait avorter le projet de mise en société anonyme ; elle introduit des doutes sur l’avenir de l’automobilisme ; de plus Berliet connaît une stagnation de ses ventes (graphique 3) et des pertes importantes sur le marché anglais. En juillet 1907, Paul Veyrin se montre réticent devant le projet de société spécialisée car « le camion avec moteur à pétrole ne paraît pas être entré encore dans la pratique usuelle »35. En novembre 1907, lorsque la crise américaine révèle son ampleur sur des soyeux gorgés de stocks et d’emprunts36, le « groupe Veyrin » prévient qu’il n’entend pas renouveler son dépôt collectif, avant de se raviser en janvier 1908. Ensuite, M. Berliet ne peut détenir la majorité du capital de la future société, au vu des 611 428 francs (soit à peine 18 % du total des dépôts en comptes courants37) dont il dispose alors sur son compte courant (graphique 2) et des contrats qui l’engagent à laisser aux prêteurs la possibilité de souscrire au capital en cas de constitution en société38.

Graphique 2. Évolution des dépôts en comptes courants de Berliet en francs courants (1907‑1917)

Graphique 2. Évolution des dépôts en comptes courants de Berliet en francs courants (1907‑1917)

Source : AFB, inventaires et bilans annuels.

IV. Les crédits inter-entreprises de court terme, comme financement de long terme de la croissance

22L’entreprise surmonte la crise (graphique 3) et reprend sa croissance, portée par un crédit toujours plus important de ses fournisseurs et par des dépôts renouvelés pratiquement sans exception jusqu’en 1916, et alimentés par les bénéfices et un élargissement du cercle des déposants (graphique 2).

Graphique 3. Évolution des ventes de Berliet pendant la crise de 1907‑1908 (octobre 1906-septembre 1910)

Graphique 3. Évolution des ventes de Berliet pendant la crise de 1907‑1908 (octobre 1906-septembre 1910)

Source : AFB, établies et calculées par l’auteur à partir des relevés mensuels de ventes par châssis.

  • 39  AM Lyon, acte de mariage avec S. Veyrin, 14 octobre 1908. D’après les registres de l’état civil de (...)
  • 40  AM Lyon, acte de mariage de G. Balmont avec M. Damour, 2 décembre 1899, acte de mariage de H. Damo (...)
  • 41  AFB, J, contrat du 16 juin 1909 ; AM Lyon, acte de naissance de J.-B. Gérard Gourd, 5 décembre 185 (...)
  • 42  AM Lyon, acte de mariage de R. Colcombet et M.-T. Prenat, 30 septembre 1913 ; AN LH, 19800035/0307 (...)
  • 43  Bibliothèque centrale de l’École polytechnique, fiche matricule de R. Colcombet.
  • 44  P. Cayez et S. Chassagne, Les patrons…, op. cit., p. 245 ; AM Lyon, acte du mariage du 16 juin 190 (...)
  • 45  AFB, J contrat signé le 11 novembre 1911.

23Gaston Cambefort, gendre de Veyrin39, rentre dans le tour de table, tout comme Henri Damour, alors administrateur du Gaz de Lyon et du marchand de fer Descours et Cabaud. Damour dépose initialement 70 000 francs et fait participer son beau-frère Gaston Balmont40 et ses gendres, Lucien Cozon et le vicomte Adolphe Salaün de Kertanguy. Le dépôt modeste de Gérard Gourd (25 000 francs) révèle en arrière-plan une parentèle qui l’est moins, avec des cousins, Alphonse et Henry Gourd, respectivement député et président de la Chambre de commerce française de New York, et membres du conseil de la Lyonnaise des dépôts41. Classiquement, des alliances matrimoniales consolident ces crédits. Le mariage tardif de Marius Berliet avec Louise Saunière s’accompagne du dépôt de 50 000 francs de son beau-père, entrepreneur en plomberie parisien. L’un des frères, Robert Berliet, épouse en 1913 la fille de Louis Mathieu42. Le soutien de VGF explique le dépôt de 100 000 francs en février 1909 de Régis Colcombet et son embauche. Ce neveu de Charles Guerin, frère d’André Colcombet, mentionné supra, est le seul polytechnicien43 recensé chez Berliet avant 191444. Consolidation des liens anciens des Guerin avec les métallurgistes de la Loire, Régis Colcombet vient de se marier avec la fille d’Édouard Claude Prenat maître de forges de Givors, ancien conseiller général, député et… fournisseur de Berliet. Mentionnons enfin pour mémoire les comptes courants des principaux collaborateurs de l’entreprise, tels Pierre Thibaudon, protestant, secrétaire de Lazare Wolff, de la banque E. M. Cottet, en charge des relations bancaires de Berliet à partir de 190845. Au total, au 30 septembre 1914, les comptes courants représentent 6,536 millions de francs, dont 2,4 pour Marius Berliet.

  • 46  AFB, J, traités passés entre M. Berliet et VGF les 22 septembre 1909, 3 octobre 1912 et 24 septemb (...)
  • 47Ibid.

24Ces crédits de courte et moyenne durée (de 1 à 3 ans, voire 5 ans) prennent un caractère permanent par leur renouvellement par contrat jusqu’en 1916. Ils produisent des intérêts de 5 %, ou 6 % pour les prêts à un an et donnent droit pour certains, comme VGF et les Payen, à une part supplémentaire de 2 à 3 % des bénéfices et à l’accès aux inventaires annuels, confirmant leur statut de commanditaires de l’entreprise46. Ce financement de long terme constitue un crédit inter-entrepreneurs, de nature interpersonnelle, à la jonction des mondes entrepreneuriaux et bancaires. Berliet dispose de capitaux et de bénéfices élevés, inconnus du négoce et de la soierie. Ces dépôts, à caractère initial de crédit à court et moyen termes, constituent en réalité le haut de bilan, le capital de l’entreprise47. Il permet de consolider le bas du bilan. Le solde du CIE de nature commerciale devient largement positif à partir de 1910. La firme devient prêteuse nette (graphique 1), signe du développement du crédit fourni à ses clients et agents pour augmenter ses ventes, notamment de véhicules industriels.

  • 48  Notre communication à la 7e journée d’histoire industrielle « Communication et entreprises (xviiie(...)

25Cet apport de crédits multiformes est sans doute aussi plus fondamental dans la réussite initiale de Berliet que la précocité des pratiques pré-tayloriennes. Il permet une véritable stratégie de marque, avec un dépôt effectué en 1905 – le fameux logo à la locomotive – et une grande offensive publicitaire qui met la firme à la mode à partir de 1906-190748. Couplé au réinvestissement des bénéfices, le CIE permet une progression exponentielle de la production et des ventes, hissant en 1914 la firme au 5e rang des constructeurs automobiles (chiffre d’affaires de 24 millions) et au premier rang des constructeurs de poids lourds français.

Conclusion

26L’analyse du mode de financement originel de Berliet démontre à la fois l’importance, la variété et la souplesse des crédits inter-entreprises. Le CIE, sous sa forme initiale de microcrédit des fournisseurs, renforcé ensuite par un crédit inter-entrepreneurs issu du milieu local, se révèle essentiel au soutien de l’innovation et à la réalisation du projet automobile de Berliet ; ce dernier n’est doté au départ que d’un savoir-faire mécanique limité à son expérience initiale dans l’entreprise familiale et de ressources très faibles comparées à autres pionniers de l’automobile. L’accumulation capitalistique de la soierie lyonnaise a bien su initialement accompagner l’innovation automobile de la seconde industrialisation, futur relais de croissance de la région lyonnaise au cours du xxe siècle. Mais elle ne peut ensuite suffire aux besoins d’une industrie dévoreuse de capitaux, besoins que la Grande Guerre va amplifier.

  • 49  Jean-François Grevet, « Sur le front du travail. Effort de guerre et gestion de la main-d’œuvre ch (...)
  • 50  ABF, RSL, 1920.
  • 51  Voir AFB, rapport du tribunal de Commerce de Lyon, 1922 et nos analyses à partir des procès-verbau (...)
  • 52  Sur Rosengart et ses méthodes, H. Bonin, Les banques françaises…, op. cit., p. 158-160 ; J.-L. Lou (...)
  • 53  ABF, RSL de 1933, 1935, 1937.

27Berliet s’impose comme le 4e fournisseur des marchés de guerre du monde automobile, derrière Renault, Citroën et Peugeot. Transformant en 1917 son entreprise en société anonyme (les bénéfices de guerre lui donnant le contrôle du capital), Marius Berliet lance un programme ambitieux de cité industrielle à Vénissieux, en vue de la production « à l’américaine » en grande série d’un seul modèle de voiture et d’un seul modèle de camion49. Son financement devient multiforme (emprunt obligataire, crédit fournisseur…). Les avances sur les marchés d’armement de la Banque de France jouent un rôle important tandis que le recours à l’escompte diminue fortement : les entreprises, disposant de disponibilités, privilégient le paiement comptant ou le règlement par chèques50. Le projet est aussi financé partiellement par des crédits à court terme auprès de banques londoniennes, américaines et suisses par l’intermédiation des banques françaises. Mais ce projet mal conduit ne survit pas à la crise de 1920-1921 et à une spéculation malheureuse sur fond d’instabilité monétaire. La remobilisation du crédit fournisseur se révèle insuffisante. La pression des banques et du fisc, en raison de l’imposition sur les bénéfices exceptionnels de guerre, oblige au recours à la procédure nouvelle du règlement transactionnel. Instaurée par la loi du 2 juillet 1919, pour favoriser la reconversion des entreprises après la guerre51, la procédure, placée sous la juridiction du tribunal de commerce, institutionnalise une forme particulière de crédit inter-entreprises. Un délai est accordé afin d’améliorer la trésorerie de l’entreprise concernée ; les créances des fournisseurs et des banquiers sont transformées en obligations, ce qui met à égalité tous les créanciers. De facto et de jure, le règlement transactionnel place l’entreprise débitrice sous le contrôle de ses créanciers. Le Crédit Lyonnais impose une réorganisation et un nouveau conseil d’administration qui contrôle Berliet de 1922 à 1929. Berliet est alors distancé par Renault, Peugeot et surtout Citroën qui explore de nouvelles voies de financement. Celles-ci recourent au soutien de certains fournisseurs et à des sociétés de crédits automobiles, échafaudées avec le concours d’un des grands bénéficiaires de la Grande Guerre, Lucien Rosengart52. Devenu un constructeur secondaire, Berliet ne doit sa survie qu’à la restauration progressive de son crédit à partir des années 193053, par une gestion prudente, une spécialisation dans le poids lourd, un recours mesuré, mais décisif en phase de crise et de trésorerie tendue, au CIE et à la bienveillance de ses fournisseurs, au premier rang desquels les manufacturiers clermontois Bergougnan et Michelin.

  • 54  Serge Chassagne, « Pour faire du fer, il faut de l’argent : le financement de la sidérurgie rhodan (...)

28La réussite du financement d’avant 1914 n’en ressort donc que plus fortement. Cette trajectoire démontre, selon une formule de Serge Chassagne écrite pour la sidérurgie, que pour faire et vendre des autos et des camions, il faut de l’argent ou au moins du crédit, et tout spécialement du CIE54.

Notes

1  Patrick Fridenson, Histoire des Usines Renault. vol. 1, naissance de la grande entreprise 1898-1939, Paris, Le Seuil, 1972 ; Hubert Bonin « Les banques ont-elles sauvé Citroën (1933-1935) ? », Histoire, économie et société, vol. 3, no 3, 1984, p. 453-472. Hubert. Bonin, Les banques françaises de l’entre-deux-guerres (1919-1935), tome 2, les banques et les entreprises, Paris, Plage, 2000, p. 256-259 ; « Hubert Bonin, La place lyonnaise et le démarrage de la deuxième révolution bancaire (1848-1870) », Cahiers du GRETHA, 2012-12, http://cahiersdugretha.u-bordeaux4.fr/2012/2012-12.pdf ; Michel Lescure (dir.). Le crédit inter-entreprises, Entreprises et histoire, 2014/4, no77.

2  Jean-Louis Loubet, La maison Peugeot, Paris, Perrin, 2009, p. 141-236.

3  L’auteur remercie pour leur accueil et leur aide, Anne Carrière (Fondation de l’Automobile Marius Berliet), Fabrice Reuzé et le personnel de la mission historique de la Banque de France.

4  Jean-François Grevet, « Stratégies commerciales et développement d’une firme automobile : Berliet des origines à 1939 », maîtrise d’histoire sous la direction d’Emmanuel Chadeau, université Lille 3, Villeneuve-d’Ascq, 1994.

5  Archives de la Fondation Berliet (désormais AFB), Marius Berliet, Curriculum vitae, 27 octobre 1946, dix feuillets manuscrits ; deux documents dactylographiés, une « note sur le développement des usines Berliet » de 3 p. et une note « formation du capital de la Maison », d’après des notes manuscrites de M. Berliet, sans doute de 1945-1946.

6  Saint-Loup, Marius Berliet l’inflexible, Paris, Presses de la Cité, 1962.

7  Pierre Cayez et Serge Chassagne, Les patrons du Second Empire. Lyon et le Lyonnais, Paris, A. et J. Picard, Éditions Cenomane, 2007, p. 5-28 ; Hervé Joly, « Les banques locales et les entreprises lyonnaises (années 1920-années 1950) », in Michel Lescure et Alain Plessis, Banques locales et banques régionales en Europe au xxe siècle, Paris, Albin Michel, 2004, p. 311-332 ; Serge Chassagne, Veuve Guerin et fils, banque et soie, une affaire de famille : Saint-Chamond-Lyon, 1716-1932, Lyon, BGA Permezel, 2012.

8  Jérôme Rojon, L’industrialisation du Bas-Dauphiné, le cas du textile (fin xviiie siècle à 1914), thèse de doctorat d’histoire, sous la direction de Serge Chassagne, université de Lyon 2, Lyon, 2007.

9  Archives Municipales (AM) de Lyon, acte du second mariage de C. Geay avec A. Jars, 7 janvier 1886 ; AFB, convention du 1er mai 1899 entre C. Geay et M. Berliet.

10  AFB, J, archives Giraud, notes de travail sur la comptabilité.

11  Située 15, rue Puits-Gaillot, à un jet de pierre du siège de VGF localisée au 31.

12  Archives historiques de la Banque de France (désormais ABF), rapports sur la vérification du service de la succursale de Lyon (désormais RSL) sur la période 1852-1968, dont ceux de 1897, de 1898 et de 1899.

13  AFB, J, Archives Giraud, Situation à fin septembre 1901.

14  Sur l’usage du compte d’intérêt par VGF, S. Chassagne, VGF…, op. cit., p. 99-100.

15  AFB, J, archives Giraud, contrats des 29 janvier 1900 et 26 janvier 1905 ; Archives départementales (désormais AD) du Rhône, acte de naissance du 24 avril 1868 et AM Lyon, acte de mariage du 9 février 1905, avec A. Eymard, fille d’un associé d’agent de change. Son frère Maurice Eymard travaille au siège de VGF… Voir S. Chassagne, VGF…, op. cit., p. 265.

16  AFB, J, contrat du 1er décembre 1902.

17  AFB, J, copie de reconnaissance de dette de M. Berliet vis-à-vis d’E. Lavirotte, 21 novembre 1905.

18  Archives nationales (AN) base Léonore, dossiers Légion d’honneur (désormais LH), 19800035/143/18143.

19  Général Messimy, Mes souvenirs, Paris, Plon, 1937, p. 1 ; 16-17. AM. Lyon, acte du mariage de C. Messimy et de L. Girodon, 14 février 1868.

20  Mentionné dans Jean-Louis Loubet, La maison Peugeot, Paris, Perrin 2009, p. 72, p. 74, p. 80 et p. 84. Sur E. Chalas, AN LH 19800035/161/20599 ; AM Lyon, acte de mariage d’E. Chalançon avec M. Messimy, 1er juillet 1899 ; AFB, Berliet, bilans de 1902-1907.

21  P. Cayez, S. Chassagne, Les patrons…, op. cit., p. 29-36.

22  ABF, RSL, 1904.

23  Archives départementales (AD) Alpes-Maritimes, Nice, recensement de 1911 et acte de décès d’H. Piré du 28 septembre 1918 ; AD Bas-Rhin, Mutzig, acte de naissance de H. Piré du 19 septembre 1853.

24  Sur Arlés-Dufour, P. Cayez, S. Chassagne, Les patrons…, op. cit., p. 37-43.

25  AM Lyon, acte de mariage de P. Veyrin et de L. Forrer, 18 octobre 1871, AM Lyon, acte de son re-mariage avec W. Dietz, 9 août 1880.

26  AN, LH/1001/45, U. Forrer. Sur S. Debar, et son gendre Forrer, voir P. Cayez, S. Chassagne, Les patrons…, op. cit., p. 95-98.

27  AM Lyon, acte de mariage de L. Barthélemy de Castelmur avec A.-P. Morel, 29 mai 1889.

28  AD Hérault, 5 M1 42/5, acte de mariage de P. H. Barbezat, avec S. Azémard, 25 mars 1881 ; AM Lyon, acte de mariage de P. Barbezat, fils du précédent, avec A. Elner, 4 juin 1912.

29  ABF, M. Viney, RSL du 25 juin au 30 juillet 1906.

30  P. Cayez, S. Chassagne, Les patrons…, op. cit., p. 184-186.

31  AM Lyon, acte de mariage de C. Guerin et d’A. Payen et de L. et J. Payen, 9 avril 1877. Sur les Payen, voir P. Cayez, S. Chassagne, Les patrons…, op. cit., p. 231-234.

32  AFB, contrats de P. et R. Payen, du 1er juillet 1911 ; Archives de Paris, V4E4859, acte de mariage de P. Payen et B. Manfroy et légitimation des deux fils nés hors mariage, J. et R. Manfroy, 3 août 1882 ; AN, LH 2075/49, R. Payen,

33  ABF, M. Viney, RSL du 15 avril au 25 mai 1907.

34  AFB, lettre du 8 janvier 1907 adressée à Berliet par Petrus Bernard, notaire en fin de carrière, mais futur administrateur et président à partir de 1914 de la Société lyonnaise. Je remercie Hervé Joly pour ces informations complémentaires du dossier de la Légion d’honneur, AN, LH 199/14.

35  AFB, J, réponse du 10 juillet 1907 de P. Veyrin à la lettre d’A. Giraud du 6 juillet.

36  Sur cette crise et ses conséquences pour Payen, voir Hervé Joly, Auguste Isaac, journal d’un notable lyonnais, 1906-1933, Lyon, BGA Permezel, 2002, p. 80-86.

37  Calculés d’après le bilan et la liste des déposants au 30 septembre 1907.

38  AFB, projet de statuts de Société anonyme de Camions Automobiles Berliet, déposé chez Maîtres Bernard et Lavirotte, env. juin 1907, et projet dactylographié de Société des Automobiles Berliet, vers octobre 1908.

39  AM Lyon, acte de mariage avec S. Veyrin, 14 octobre 1908. D’après les registres de l’état civil de Puylaurens (AD Tarn) à partir de 1764, il n’y a pas de parenté directe entre ce petit-fils d’un marchand épicier et les Cambefort, associés de la banque Sainte-Olive et Cambefort, originaires également de cette commune. Voir P. Cayez et S. Chassagne, Les patrons…, op. cit., p. 144-146.

40  AM Lyon, acte de mariage de G. Balmont avec M. Damour, 2 décembre 1899, acte de mariage de H. Damour avec M. Aubert, 4 juin 1889, AFB, contrat des 5 et 6 juin 1909.

41  AFB, J, contrat du 16 juin 1909 ; AM Lyon, acte de naissance de J.-B. Gérard Gourd, 5 décembre 1855 ; Sur les Gourd, voir P. Cayez et S. Chassagne, Les patrons…, op. cit., p. 181-183.

42  AM Lyon, acte de mariage de R. Colcombet et M.-T. Prenat, 30 septembre 1913 ; AN LH, 19800035/0307/41378.

43  Bibliothèque centrale de l’École polytechnique, fiche matricule de R. Colcombet.

44  P. Cayez et S. Chassagne, Les patrons…, op. cit., p. 245 ; AM Lyon, acte du mariage du 16 juin 1908. AFB, J, contrats passés entre M. Berliet et R. Colcombet, les 11 février 1909 et 12 février 1910.

45  AFB, J contrat signé le 11 novembre 1911.

46  AFB, J, traités passés entre M. Berliet et VGF les 22 septembre 1909, 3 octobre 1912 et 24 septembre 1915.

47Ibid.

48  Notre communication à la 7e journée d’histoire industrielle « Communication et entreprises (xviiie-xxie siècles) », organisée par l’université de Haute-Alsace et l’université de Technologie de Belfort-Montbéliard, le 13 et 14 octobre 2016, « Clio, autos et logos : marques de fabriques, fabrique de marques automobiles au regard de l’histoire et du roman national », à paraître.

49  Jean-François Grevet, « Sur le front du travail. Effort de guerre et gestion de la main-d’œuvre chez Berliet (1914-1920) », in Hervé Joly (dir.), « Entreprises, entrepreneurs et travailleurs pendant la Grande Guerre », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 267, juillet-septembre 2017, p. 99-110 ; J.‑F. Grevet, « “Les camions de la victoire”, retour sur la mobilisation industrielle du monde automobile dans la Grande Guerre », in Patrick Fridenson et Pascal Griset (dir.), L’industrie française dans la Grande Guerre, Paris, IGPDE/Comité pour l’Histoire économique et financière de la France, 2018, p. 103-120. Consultable en ligne, https://books.openedition.org/igpde/4921.

50  ABF, RSL, 1920.

51  Voir AFB, rapport du tribunal de Commerce de Lyon, 1922 et nos analyses à partir des procès-verbaux du conseil d’administration (1917-1939) et des procès-verbaux de comité de direction (1923-1939), dans J.‑F. Grevet, Stratégies commerciales…, op. cit., p. 65-195.

52  Sur Rosengart et ses méthodes, H. Bonin, Les banques françaises…, op. cit., p. 158-160 ; J.-L. Loubet, La maison Peugeot op. cit., p. 195-205.

53  ABF, RSL de 1933, 1935, 1937.

54  Serge Chassagne, « Pour faire du fer, il faut de l’argent : le financement de la sidérurgie rhodanienne dans la première moitié du xixe siècle », in Autour de l’industrie, histoire et patrimoine. Hommages offerts à Denis Woronoff, Paris, Comité pour l’Histoire économique et financière de la France, 2004, p. 75-96.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Mode de règlement des factures de Berliet (1897‑1899)
Crédits Source : AFB, établi et calculé à partir des factures conservées entre 1897 et 1899.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5938/img-1.png
Fichier image/png, 28k
Titre Graphique 1. Évolution du solde du crédit commercial de Berliet (1903‑1914) : Clients‑fournisseurs
Crédits Source : AFB, calculé à partir des inventaires annuels.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5938/img-2.png
Fichier image/png, 94k
Titre Graphique 2. Évolution des dépôts en comptes courants de Berliet en francs courants (1907‑1917)
Crédits Source : AFB, inventaires et bilans annuels.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5938/img-3.png
Fichier image/png, 82k
Titre Graphique 3. Évolution des ventes de Berliet pendant la crise de 1907‑1908 (octobre 1906-septembre 1910)
Crédits Source : AFB, établies et calculées par l’auteur à partir des relevés mensuels de ventes par châssis.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5938/img-4.png
Fichier image/png, 229k

Auteur

Jean-François Grevet est maître de conférences à l’université d’Artois (Centre de recherches et d’études-Histoire et Société) et à l’École supérieure du Professorat et de l’Éducation-Lille-Nord de France. Ses principales recherches se concentrent sur l’histoire des entreprises et des politiques publiques, et particulièrement l’industrie automobile, la production et l’utilisation des camions, l’histoire des transports, de la logistique et des compagnies portuaires aux xixe et xxe siècles. Ses principales publications récentes : « “Les camions de la Victoire” : retour sur la mobilisation industrielle du monde automobile dans la Grande Guerre », in Patrick Fridenson et Pascal Griset (dir.), L’industrie dans la Grande Guerre, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2018, p. 103-120. Consultable en ligne, https://books.openedition.org/igpde/4921 ; « Le secteur automobile et les prix dans les années soixante-dix : un cas d’école de l’inefficacité des politiques anti-inflationnistes à la française ? », in Michel-Pierre Chélini et Laurent Warlouzet (dir.), Calmer les prix. L’inflation dans les années 1970, Paris, Presses de Science Po, 2017, chap. XVII, p. 429-456 ; « Du système modal au global system. Ports, hinterlands et acteurs du transport et de logistique en France et en Europe (xixe-xxie siècle), quelques lumières sur une histoire à venir », in Jean-François Eck, Pierre Tilly et Béatrice Touchelay (dir.), Espaces portuaires. L’Europe du Nord à l’interface des économies et des cultures xixe-xxe siècle, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2015, p. 97-118.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search