Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contrôler les finances sous l’Ancien Régime

 | 
Dominique Le Page

Nos seigneurs des comptes

Les gens des comptes de Montpellier aux XVIIe et XVIIIe siècles : reproduction sociale et homines novi

Stéphane Durand

Texte intégral

Introduction

  • 1 Jacques Michaud, Les cours souveraines de comptes et finances en pays de langue d’oc du xve au xvii(...)

1Depuis l’édit d’union de juillet 1629, la Chambre des comptes de Montpellier, que François Ier avait créée en 15231, est unie à la Cour des aides de cette même ville, pour former une seule et unique Cour des comptes, aides et finances. Cette Cour unique, formée sous l’impulsion de Richelieu, a alors compétence pour un ressort s’étendant depuis le Rhône jusqu’à la Guyenne. Amputé de sa partie occidentale en 1642, son ressort est recentré sur le Languedoc. Dans cette province, les deux cours souveraines – le Parlement et la Cour des comptes, aides et finances – sont établies chacune dans une capitale de généralité – Toulouse et Montpellier –, et sont éloignées de plusieurs centaines de kilomètres.

2La répartition géographique des pouvoirs dans la province n’est pas sans conséquence sur la composition de chacune des cours et sur leur recrutement respectif. Tandis que les magistrats du Parlement de Toulouse, liés aux trésoriers de France du bureau des finances de cette même ville, dominent la bonne société toulousaine et exercent une puissante influence sur les élites du Haut-Languedoc, ceux de la Cour des comptes, aides et finances font de même en Bas-Languedoc depuis Montpellier. Là, ils côtoient les trésoriers de France du bureau de la généralité mais aussi l’intendant et, annuellement depuis 1736, les membres des États de la province ; ils y peuplent le bureau de l’hôpital général, investissent la société royale de Montpellier et se font édiles.

  • 2 Cf. par exemple, Louis Dermigny, « Armement languedocien et trafic du Levant et de Barbarie, 1681-1 (...)
  • 3 Jean-Louis Bourgeon, Les Colbert avant Colbert : destin d’une famille marchande, Presses universita (...)

3Dans cette généralité où, comme l’historiographie s’est employée à le montrer, la rente et l’office exercent une puissante attraction sur les élites2, celle des villes a les regards tournés vers les opportunités qu’offre la capitale, en particulier les offices de la Cour des comptes, aides et finances. Du moins est-ce le cas pour les familles en état de pouvoir payer le prix d’offices particulièrement coûteux. L’acquisition de ces offices participe de stratégies familiales d’ascension sociale qui dépassent le cadre de la Cour des comptes, aides et finances de Montpellier. On sait depuis longtemps que de telles stratégies usent de modèles empiriques, entre recettes éprouvées et opportunités de circonstances ; elles prennent en considération le développement de l’appareil d’État, les incertitudes du temps et de la vie, les opportunités spatiales. Les trajectoires des Colbert, Phélypeaux, Séguier en sont autant de preuves aujourd’hui bien connues3.

4Ces stratégies ne peuvent être bien comprises qu’en élargissant les perspectives, dans le cadre plus vaste des dynamiques de mobilité sociale. Mais si, au-delà de la question du recrutement des magistrats de la Cour de Montpellier, il s’agirait de réintégrer ceux-ci dans un environnement beaucoup plus large, nous nous contenterons aujourd’hui d’effectuer une première évaluation de la manière dont les élites provinciales utilisent les offices de la Cour dans leur propre parcours social. Le champ des possibles est très ouvert ; rien n’est prédéterminé.

  • 4 Pierre Vialles, Études historiques sur la Cour des comptes, aides et finances de Montpellier d’aprè (...)

5Les résultats que propose cette contribution sont quelques éléments issus d’une enquête en cours sur les élites du Bas-Languedoc, premiers jalons qui doivent beaucoup à l’étude ancienne mais essentielle de Pierre Vialles4.

I. Des offices et des officiers

  • 5 Il est prévu, lors de l’union des Cours, que chaque premier président siégerait pendant un semestre (...)

6Au moment de l’union, la Cour des aides est composée de quatre présidents, trente généraux conseillers, un avocat général et un procureur général. Quant à la Chambre des comptes, elle est peuplée de quatre présidents, vingt maîtres des comptes, huit correcteurs, douze auditeurs, ainsi que d’un avocat général et d’un procureur général. Dans un premier temps, Pierre de Beauxhostes et François de Rochemore5, respectivement premier président aux comptes et premier président aux aides, exercent la première présidence de la nouvelle Cour en alternance.

7Par la suite, le pouvoir royal a procédé à des crues d’office, dont les modalités figurent dans le tableau ci-dessous.

Tableau 1. Crues d’office

Date de création

Présidents

Conseillers maîtres

Correcteurs

Auditeurs

1631

2

4

6

10

1659

1

5

1

1

1690

1

5

1

2

1704

1

6

2

4

8Dans les dernières années du règne de Louis XIV, la détresse financière de la monarchie entraîne plusieurs crues. La création de 1690 est justifiée par la mise en place d’une chambre du domaine, dont l’organisation nécessite la présence de nouveaux magistrats. Quant à la crue de 1704, elle est partiellement réduite : les offices d’auditeurs sont rachetés par le corps des auditeurs, et amortis. En outre, le roi crée des chevaliers d’honneur (1702), dignité purement honorifique, et un receveur général des rentes (1704).

9Le tableau de service de 1682 permet de juger de la taille réelle de la Cour à cette date. Même avec les crues de la fin du règne de Louis XIV�, ses effectifs sont très éloignés de ceux de la cour parisienne.

Tableau 2. Tableau de service de 1682

Messire Philibert Bon, premier président

Chambre des comptes

1er semestre

Cour des aides

1er semestre

Cour des aides

2nd semestre

Chambre des comptes

2nd semestre

2 présidents

3 présidents

2 présidents

2 présidents

16 conseillers maîtres

12 conseillers maîtres

17 conseillers maîtres

11 conseillers maîtres

5 correcteurs

4 correcteurs

10 auditeurs

10 auditeurs

Gens du roi :

1 premier avocat général ; 1 procureur général ; 1 second avocat général

10Si l’on s’intéresse au fonctionnement de la Cour des comptes, aides et finances, on constate que, si les correcteurs et les auditeurs sont des officiers qui servent spécifiquement dans chacun des semestres de la Chambre des comptes, les présidents et les conseillers maîtres servent indistinctement à la Cour des aides ou à la Chambre des comptes, voire à la Chambre du domaine après sa création en 1690, selon le département des chambres fait en début d’année, à la rentrée judiciaire, le jour de la fête des rois.

  • 6 Pierre Vialles, Études historiques sur la Cour des comptes…, op. cit., p. 77-78.

11La hiérarchie des fonctions se traduit par l’inégalité des finances de ces offices, laquelle explique la différence des recrutements. En 1683, après les augmentations de gages de 1651, 1673 et 1683, la finance des offices s’établit ainsi : 102 563 livres pour un président, 64 175 livres pour un conseiller maître, 55 000 livres pour un procureur général, 50 000 livres pour un avocat général, 27 327 livres pour un correcteur et 19 084 livres pour un auditeur6. Trois niveaux se distinguent ainsi aisément : celui des présidents, celui des conseillers maîtres et des gens du roi et celui des correcteurs et des auditeurs.

12Un dénombrement des réceptions d’officiers depuis 1631 jusqu’en 1789 donne un total de 79 présidents, 395 conseillers maîtres, 123 correcteurs, 164 auditeurs. Ce sont donc 756 réceptions d’officiers auxquelles il a été procédé par la Cour. Toutefois, cela ne signifie pas qu’il y ait eu autant d’officiers en raison de la mobilité de certains officiers, reçus correcteurs avant d’acheter une charge de conseiller maître ou conseiller maître avant d’être reçu président.

13Pour appréhender la mobilité de ces officiers et évaluer les opportunités de carrières, considérons les correcteurs et les présidents.

II. Correcteurs et présidents

A. Le monde des correcteurs

14Aucun des 123 correcteurs reçus à la Cour de Montpellier entre 1631 et 1789 n’a été auditeur auparavant, ni bien sûr ensuite, ce qui suppose une forme de séparation entre le monde des correcteurs et celui des auditeurs.

  • 7 Idem, ibid., p. 176, note 5.

15Très peu de ces correcteurs ont connu une mobilité ascensionnelle au sein de la Cour. Seuls 17 d’entre eux sont devenus conseillers maîtres, soit 13,8 %. Parmi ceux-ci, deux sont même devenus ensuite présidents, l’un, Henri Mariotte, correcteur depuis 1624, est reçu conseiller maître en 1630 puis président en 1649 ; l’autre, Fulcrand Darènes, reçu correcteur en 1652 est bientôt fait conseiller maître (1657) puis président (1678). Par ailleurs, trois correcteurs ont accédé à l’office de président sans même avoir détenu celui de conseiller maître. C’est le cas au xviie siècle d’Antoine Portal, correcteur lors de l’union, tardivement devenu président en 1668, et au xviiie siècle de Jacques Ribes de Gamby et de Jean-Pierre Aurès, lesquels présentent les ascensions les plus fulgurantes. En effet, il ne faut que deux ans au premier (1774-1776) pour effectuer son ascension de correcteur à président et une seule année au second (1777-1778). Certes, ces carrières sont exceptionnelles et la réception de Jean-Pierre Aurès, en succession de Laurent-Ignace de Joubert et avec dispense d’âge et de service, est particulièrement difficile à obtenir7. Mais le redoublement de ce cas de figure dans les années 1770 laisse voir combien l’inflation des fortunes dans ces temps de prospérité bouscule les hiérarchies sociales. Ces carrières sont d’autant plus exceptionnelles que, comme nous venons de le voir, l’office de correcteur mène rarement à un autre office de la Cour ; et comme aucun correcteur n’a été auparavant auditeur, cela signifie que la détention d’un office de correcteur ne s’intègre pas dans un cursus honorum que parcourrait son propriétaire.

16Par ailleurs, il semblerait que la situation soit identique dans le groupe des auditeurs. Tandis qu’aucun auditeur n’est devenu correcteur ni président, rares sont les cas d’auditeurs devenus conseillers maîtres, comme Antoine Courtillis, reçu auditeur en 1697 avec dispense d’âge puis conseiller maître en 1704. Toutefois, cette absence d’ascension de l’office d’auditeur vers celui de correcteur ne signifie pas qu’il ne puisse y avoir chacun de ces officiers dans une même famille, comme le montre le cas des Autrivay où les deux frères Bernard et Étienne se font pourvoir chacun d’un office nouvellement créé en 1661, l’un d’auditeur, l’autre de correcteur.

17En outre, l’examen de la liste des correcteurs de la Cour révèle la présence de plusieurs correcteurs dans une même famille, comme le montre le graphique ci-dessous.

Graphique 1. Les correcteurs au sein de la Cour (1629-1789)

Graphique 1. Les correcteurs au sein de la Cour (1629-1789)
89

18Parmi les 49 autres patronymes de correcteurs, 32 offrent deux représentants à la Cour. Il s’agit alors dans 22 cas d’un autre correcteur, dans une transmission de père à fils, d’oncle à neveu ou entre frères ; dans les 10 autres cas, on trouve 3 auditeurs, 6 conseillers maîtres et 1 président. La présence d’un correcteur et d’un conseiller maître dans la même famille souligne en général (5 cas sur 6) la promotion du fils par rapport au père. Mais dans ce cas de figure comme dans celui des 22 patronymes cités plus haut, on peut difficilement parler de dynastie avec seulement deux magistrats de la Cour dans le même lignage. Car, finalement, les lignages de correcteurs qui s’enracinent à la Cour sont peu nombreux. Pour 7 patronymes, on compte trois représentants, tels les Germain, les Dufau ou les Chaunel, dans la même configuration que les patronymes précédents. Il existe enfin une dizaine de patronymes de correcteurs présentant de 4 à 8 officiers à la Cour, parmi lesquels deux lignages capables d’arguer de la présence de 7 à 8 membres ayant servi depuis l’union : les Clausel, avec un correcteur et six conseillers maîtres, et les Ranchin, avec – là aussi – un seul correcteur, mais six conseillers maîtres et un auditeur. Évidemment, ces lignages n’y sont parvenus que par un long enracinement à la Cour, dès avant l’union de 1629 jusqu’à la deuxième moitié du xviiie siècle. Cependant, aucun de ces deux lignages n’est parvenu à se hisser jusqu’à l’office de président. Ce qui fait la réputation des Clausel et des Ranchin à Montpellier est bien davantage l’ancienneté du service dans la robe que le lustre de l’office, même s’il ne faut pas négliger le prestige d’un conseiller maître.

19En somme, ces profils permettent de comprendre les divers usages de l’office de correcteur dans les stratégies familiales. Pour certains titulaires, les plus nombreux, l’office de correcteur est acquis tardivement – les dates de baptistaire données dans les provisions en témoignent – et leurs héritiers, s’ils s’en font parfois pourvoir, préfèrent le revendre. Dans les deux cas, ces lignages considèrent l’office de correcteur comme une étape dans un parcours social aux horizons beaucoup plus amples. Par exemple, auparavant avocat, procureur ou marchands, ils se dirigent ensuite vers des offices de finances ou de présidiaux. Pour une minorité de lignages ayant fourni au moins un correcteur, une poignée de familles, la Cour est véritablement le champ d’épanouissement de carrières officières, où d’ailleurs l’office de correcteur est un pis aller pour des parents conseillers maîtres.

20Tout cela signifie que le marché des offices de correcteur est relativement ouvert. Si l’on veut bien considérer que, dans la plupart des cas, un changement de patronyme correspond à une vente de l’office, il faut alors convenir que 94 mutations en 160 ans impliquent la mise sur le marché d’un office de correcteur tous les 20 mois. Il est peu de corps où les opportunités soient si fréquentes.

  • 10 Pierre Vialles, Études historiques sur la Cour des comptes…, op. cit., p. 84.
  • 11 Arch. dép. Hérault, 1 B 42 F°8 r°-10 r°, réception du 27 novembre 1704.

21Cette ouverture explique sans doute la large zone de recrutement de ces correcteurs. Les lacunes de nos reconstitutions généalogiques ne nous permettent pas de présenter des données statistiques. Mais nous pouvons avancer que ce recrutement est essentiellement provincial, voire bas-languedocien, même si la périphérie proche est représentée, avec Millau, par exemple. Les Montpelliérains sont nombreux et côtoient des correcteurs originaires de villes proches, y compris de petite taille, comme Le Vigan ou Sumène. Ce recrutement provincial, dans une région fortement marquée par le protestantisme, explique la présence de nombreux réformés, surtout dans les premières décennies du xviie siècle. À vrai dire, Thomas Platter affirme même que tous les magistrats étaient réformés à la fin du xvie siècle10. Cependant, la catholicisation des élites – magistrats compris – et le durcissement de la politique royale ont rendu la réception de personnes suspectes de calvinisme de plus en plus difficile. Ainsi en est-il d’Antoine Courtillis : âgé de 24 ans, baptisé au temple de Mauguio en 1672, il est reçu auditeur en 1697. Mais lorsqu’il parvient à acquérir et à se faire pourvoir d’un office de conseiller maître en 1704, en pleine guerre des Camisards, le procureur du roi Jean Alizon rappelle expressément que la clause de bonnes vie et mœurs est « de droit et non de stille » et qu’il faut donc s’assurer que Courtillis est de « bonne vie mœurs conversation et religion catholique apostolique romaine11 ». La mention n’est pas courante. Pourtant, sept ans avant, Courtillis avait été reçu auditeur sans problème.

22Cette fluidité dans le monde des correcteurs trouve un écho dans la composition du monde des présidents.

B. Le monde des présidents

23En effet, 82 présidents se sont succédé au cours de la période, illustrant 48 patronymes différents. Bien sûr, à ce niveau de responsabilité et de prestige, certaines familles forment de véritables dynasties et s’assurent d’une continuité lignagère (presque) parfaite. On est loin, néanmoins, de l’exemple parisien des Nicolaï. Pourtant, ces grandes familles incarnent ce que l’élite robine montpelliéraine a de plus prestigieux.

  • 12 Dictionnaire de biographie héraultaise, Éd. Pierre Clerc, Montpellier, 2006, t. I, p. 295-296.
  • 13 Jacques Michaud, Les cours souveraines de comptes et finances…, op. cit., tome I, p. 430.
  • 14 Louis de La Roque, Premiers présidents des cours souveraines…, op. cit., p. 10.
  • 15 Pierre Vialles, Études historiques sur la Cour des comptes…, op. cit., p. 119.
  • 16 Arch. dép. Hérault, B 370, f°140.

24Ce sont d’abord les Bocaud12, avec leurs six présidents. Pierre de Bocaud (1561-1628), réformé entré au service d’Henri IV, est procureur général à la Cour des aides (1587) puis avocat général à la chambre de l’édit de Castres. Il revient ensuite à la Cour de Montpellier comme premier président à la Cour des aides en 160513, charge qu’il résigne ensuite, peu avant l’union des Cours, en faveur de François de Rochemore, pour aller servir le roi comme commissaire départi14. Philippe de Bocaud (1611-1677), fils de Pierre et conseiller maître lors de l’union15, accède à son tour à une charge de président (1646). En 1661, ce dernier pourvoit son fils, Philippe Hercule de Bocaud (1644-1731), de sa propre charge de président, avec une retenue de dix ans d’exercice en sa faveur16. Philippe Hercule, marié en 1679 à la fille du président Henri Mariotte, succède ainsi à son père. Il installe son fils Jean Hercule (1681-1752) conseiller maître en 1706 avant d’en faire un président en 1712, qu’il marie à une Baschy du Cayla, d’une belle noblesse d’épée. À Jean Hercule succèdent ensuite son premier fils, François (1719-1751), président en 1743, puis le second, Thomas (1722-1788), reçu conseiller maître en 1755 puis président en 1759. Ce dernier trouve l’un des meilleurs partis du moment en épousant Jeanne de Guignard de Saint-Priest, fille de l’intendant de Languedoc, fraîchement installé dans la province. Enfin, en 1776, Thomas de Bocaud démissionne en faveur de Louis-Jacques Puissant-Desplacelles, mettant fin à la longue lignée des présidents Bocaud.

  • 17 Louis de La Roque, Premiers présidents des cours souveraines…, op. cit., p. 17.

25Ce sont encore les Bon, avec une destinée moins reluisante. Pendant plus d’un siècle se succèdent quatre membres de cette famille, en ligne directe, tous premiers présidents. François Bon (1599-1680), fils d’un officier de finances et gendre d’un trésorier de France, est reçu conseiller maître en 1636 avant d’être choisi comme premier président en 1643 à la mort de François de Rochemore, et ce grâce à la protection de Mazarin17. Il installe son fils Philibert (1637-1711) conseiller maître en 1657 et le marie à une Sartre. Philibert Bon succède à son père en 1681 et achète un office de conseiller maître pour son fils François-Xavier (1678-1761) en 1699 après avoir épousé Gabrielle Bocaud (1694). Premier président en 1714, il fait recevoir son fils Louis-Guillaume (1715-1773) président en survivance (1735) et le marie à la fille de l’intendant Bernage de Saint-Maurice. Puis il lui cède la première présidence en 1742. Mais Louis-Guillaume Bon ne siège par longtemps, appelé en 1753 à l’intendance du Roussillon.

26Tout en présentant des profils différents, les Bon et les Bocaud – unis par un mariage en 1694 – ont deux points communs remarquables : celui d’avoir fourni des premiers présidents et d’avoir épousé des filles d’intendants, deux signes d’une posture particulière vis-à-vis du pouvoir royal.

27Mais, comme pour les Ranchin et les Clausel parmi les correcteurs et les conseillers maîtres, les Bon et les Bocaud sont des cas exceptionnels. Ce sont les deux seules familles à placer plus de 3 présidents, respectivement 4 et 5. À leurs côtés, il n’y a que 6 lignages qui fournissent 3 présidents (Bonnier, Crouzet, Fages d’Auzières, Mariotte, Richer de Belleval et Serres) ; on y reconnaît les lignages robins les plus en vue. On compte en outre 13 lignages qui ont donné 2 présidents, presque toujours dans des situations de succession père-fils. Pour le reste, 29 autres familles n’ont eu qu’un président dans leurs rangs, mais ce sont pour la plupart des familles déjà présentes à la Cour. Ainsi, à la différence des correcteurs qui, pour la plupart, sont des nouveaux venus à la Cour, les présidents sont surtout issus de ses rangs, du moins des familles qui y sont déjà représentés.

28En effet, sur les 73 présidents reçus durant la période 1631-1789, 36 sont déjà officiers à la Cour, presque toujours des conseillers maîtres (33 sur 36), rarement des correcteurs (3 sur 36). Ces nombres cachent deux cas de figure : il s’agit soit de conseillers maîtres ayant enfin permis à leurs lignages d’atteindre le niveau de président, soit de fils de présidents dans l’attente d’une succession à recueillir. Mais dans un cas sur deux (37 sur 73), les présidents sont reçus sans avoir été auparavant officiers à la Cour, sans que cette proportion ne soit très différente entre les lignages n’ayant donné qu’un président et ceux en ayant donné plusieurs. On notera néanmoins que la majeure partie des présidents reçus sans avoir été officiers à la Cour auparavant l’ont été après la mort de Louis XIV (26 sur 37). Mais, quoi qu’il en soit, ces chiffres rendent mal compte de la réalité des réseaux et des stratégies qu’une approche prosopographique révèle mieux.

III. Les horizons de la mobilité

A. Les stratégies de mobilité au sein de la Cour

29L’observation d’un certain nombre de trajectoires familiales identifiées permet de distinguer quatre profils.

30Le profil le plus courant est finalement celui de la trajectoire « météorique ». Pour de tels lignages, l’office de la cour est une opportunité sociale comme une autre, même si cela peut représenter la vie entière d’un de ses membres. Dans une recherche prosopographique, ce sont finalement les individus les plus difficiles à repérer et à suivre : il reste là un champ de recherches à labourer.

  • 18 Sur les Muret, Stéphane Durand, Pouvoir municipal et société locale dans les petites villes de l’Hé (...)

31Notons cependant que la présence d’un seul membre à la Cour n’exclut pas des liens familiaux importants. Prenons le cas du conseiller maître Jean-Jacques de Muret, seul représentant de son lignage à la Cour18, même s’il est vrai que sa carrière a été interrompue par la Révolution. Celui-ci a acquis cet office de conseiller maître du président Louis-Guillaume de Bon en 1743, en partie grâce à la succession que laisse son père en 1741. Mais Jean-Jacques de Muret est déjà, par sa mère, le petit-fils du conseiller maître Jean Deydé, tandis que son frère Simon a été porté sur les fonts baptismaux par la sœur du président d’Audessein. Et quelques jours avant l’acquisition de la charge de conseiller maître, un contrat de mariage a été établi entre Jean-Jacques de Muret et Anne-Magdeleine de Belleval, fille du président Gaspard de Belleval. Cette insertion dans le monde de la Cour multiplie les parentés ; petit-fils d’un Deydé et époux d’une Belleval, Jean-Jacques de Muret est lié à de nombreux magistrats, en particulier les Perdrix et les Mouton de La Clotte.

  • 19 Dictionnaire de biographie héraultaise…, op. cit., t. I, p. 531.

32Pour d’autres familles, l’investissement dans les offices de la Cour se fait par intégration progressive, plus ou moins rapide, de génération en génération, d’abord dans l’élite montpelliéraine puis dans le monde des officiers de la Cour. Il s’agit alors d’investir à chacune d’elle sur un seul héritier. Ainsi en est-il par exemple chez les Chaunel19.

  • 20 Arch. dép. Hérault, 1 B 42 f°517 r°-v°, lettres patentes portant dispense de parenté du 1er octobre (...)
  • 21 Ibid., 1 B 42, f°644 r°-v°, lettres patentes portant dispense d’alliance du 7 septembre 1753.

33Moïse Chaunel (v. 1595-1675) est un apothicaire réformé de Mudaison, bourgade située à quelques lieues à l’est de Montpellier. Il s’installe dans la capitale de la généralité et y épouse la fille d’un procureur à la Cour, lui aussi réformé. Son propre fils, Daniel (1652-1735), apothicaire lui aussi, se convertit, fait fortune et achète un office de receveur général du taillon de la généralité de Montpellier. Le capital accumulé est ensuite rendu plus respectable : à la fin de sa vie, en 1733, il achète un office de correcteur à son propre fils, Jean (1695-1756), âgé alors de 38 ans et oncle de Jean-Louis Jausserand, fils d’un juge au présidial et reçu auditeur avec dispense de parenté en 174320. Vingt ans plus tard, Jean Chaunel résigne en faveur de son fils Daniel (1726-1790) qui devient correcteur à l’âge de 25 ans (1753) après avoir épousé la sœur du conseiller maître Étienne Louis Journet21 et avant de s’acheter lui-même un office de conseiller maître (1774), qu’il cède à son tour à son jeune fils Louis‑François-Xavier (1764-1790) en 1786.

34Certains lignages sont en situation de créer des dynasties bourgeonnantes au sein de la Cour, en plaçant des membres de branches différentes. Les Plantade offrent un exemple de ce cas de figure.

  • 22 Ibid., 1 B 42 f°91 r°-92 v°, lettres de provision du 14 février 1711, enregistrées le 28.
  • 23 Pierre Vialles, Études historiques sur la Cour des comptes…, op. cit., p. 141.
  • 24 Arch. dép. Hérault, 1 B 42 f°91 r°-92 v°, lettres de provision du 14 février 1711, enregistrées le (...)

35Étienne Joseph de Plantade (1636-1714) est l’un des conseillers maîtres de la Cour depuis 1659. C’est avec cette qualité qu’il devient gendre du président Léonard Valette-Desplans (1666), ce qui l’apparente à d’autres grands lignages, comme celui de l’ancien premier président Pierre de Rozel22. Il parvient à faire pourvoir son fils François (1670-1741) de sa charge de conseiller maître, en survivance, avec une retenue de trois années d’exercice (1700). Mais ce dernier, victime d’une dénonciation de son collègue Philippe Perdrix sur la séance des survivanciers23, quitte sa charge pour celle de premier avocat général en 1711, par désignation de Jean Bagnol, héritier de l’officier défunt, et avec une dispense de parenté puisque son père siège encore24. À la mort de son père, c’est son frère, Gaspard-René de Plantade (1684-1768), qui devient conseiller maître (1715), les deux frères étant ainsi membres de la Cour et susceptibles de donner deux dynasties de magistrats. À Gaspard-René succède son fils Étienne-Gaspard (1724-1799), qui siège jusqu’à la Révolution.

36Le dernier cas de figure, qui peut être le résultat des deux précédents, est celui des dynasties ancrées à la Cour, un peu à la manière des Ranchin et des Clausel évoqués plus haut. Prenons ici les Grefeuille (appelés progressivement « de Grefeuille » puis « d’Aigrefeuille »), dont les membres installent leurs enfants à la Cour avant même de sortir de charge. C’est alors le meilleur moyen d’assurer une forte présence du lignage au sein de la Cour, tout en ayant pour effet de faire circuler les charges entre les familles.

37Pierre Grefeuille (1584-1652) a été reçu correcteur à la Chambre des comptes avant l’union, en 1627. Quelques années plus tard, il succède à François Fontanon dans une charge de conseiller maître de la nouvelle Cour (1636). Son fils Pierre (1625-1695) siège à son tour comme conseiller maître dès la mort de son père. Il trouve une charge de conseiller maître pour son propre fils, Jean‑Pierre de Grefeuille (1665-1744), reçu à 23 ans en 1688. Petit-fils de correcteur, Jean-Pierre de Grefeuille acquiert un office de président en 1704. Il fait ensuite recevoir son fils, Fulcrand-Jean-Joseph-Hyacinthe (1700-1771), en survivance en 1720. Président effectif en 1724, Fulcrand d’Aigrefeuille est fait premier président en 1754 en remplacement de Louis-Guillaume de Bon, parti à l’intendance du Roussillon. Son fils unique, Charles-Michel-Jean-Louis-Toussaint d’Aigrefeuille (1748-1818), entre à la Cour comme conseiller maître en 1764 par achat de l’office du défunt François Deydé. À la mort de son père, en 1771, le roi refuse de lui céder la première présidence de la Cour. Il acquiert alors en 1776 l’office de procureur général de son parent Jacques-Joseph Duché, charge qu’il remplit jusqu’à la Révolution.

38Mais le principal ciment des stratégies matrimoniales des lignages est constitué des liens matrimoniaux noués entre les familles qui peuplent la Cour. Certes, les jeunes conseillers maîtres épousent des filles de conseillers maîtres chenus ; les cas sont très nombreux. Mais il est surtout remarquable que des mariages soient conclus entre familles de niveaux apparemment différents. La stratification évoquée ci-dessus, celle selon laquelle le monde des correcteurs ne serait pas celui des présidents, est largement nuancée par cette interpénétration des sangs. Pour exemple, citons le cas de Philippe-Laurent de Joubert, conseiller maître puis président (1762), qui épouse l’année suivante Marie-Madeleine Paulet, fille et petite-fille d’auditeur. Ou encore celui du président Monglas, reçu président en 1764 et petit-fils, par sa mère, du correcteur François Germain.

39Inévitablement, la multiplication des liens endogames pose des problèmes de séance simultanée de parents aux degrés prohibés par les règlements, d’où la nécessité pour les officiers concernés d’obtenir des lettres de dispense de parenté et d’alliance. Elles sont nombreuses et, faute à ce jour de comptage précis, l’historien doit se contenter d’impressions. Il semblerait que les lettres de ce genre soient plus nombreuses pour les conseillers maîtres que pour les correcteurs et les auditeurs, comme s’il existait une plus forte cohésion de ce milieu-là.

B. L’aire des opportunités sociales

40Toutefois, l’aire des opportunités sociales ne se résume pas à la Cour des comptes, aides et finances et l’on se tromperait lourdement à ne pas envisager l’ensemble du champ social provincial, qui n’est pas un simple contexte mais tout au contraire le vaste terrain dans lequel évoluent ces élites. Les stratégies lignagères transcendent les barrières institutionnelles et les fortunes familiales sont multiformes.

  • 25 Sur les Ribes, Stéphane Durand, Pouvoir municipal et société locale…, op. cit., t. II, p. 136-140.
  • 26 Guy Chaussinand-Nogaret, Les financiers de Languedoc au xviiie siècle, SEVPEN, Paris, 1970, p. 202.

41Reprenons le cas du président Jacques Ribes de Gamby (1751-1794), correcteur en 1774 et président en 1776. Son arrière-grand-père25 est un « regretier et revendeur de sel a petites mezeures » en titre d’office. Son grand-père, Louis Ribes, tantôt dit bourgeois, tantôt négociant, fait des affaires dans les petites villes voisines de Frontignan et de Mèze entre la fin du xviie siècle et 1730. Son père, Jean Ribes, négociant et propriétaire foncier, trop à l’étroit dans ces deux petites villes, s’établit à Toulouse d’où il maîtrise une partie du trafic du canal des Deux-Mers sur lequel il fait un très fructueux négoce de blé à destination des armées. Ses affaires s’élargissent : les munitions en Dauphiné et en Provence, puis la banque à Paris. Acquéreur d’une charge de secrétaire du roi en la Grande Chancellerie, le voilà anobli. Jacques Ribes de Gamby est un cadet ; son aîné, Jean de Ribes, licencié en droit, est dirigé vers la finance : la recette générale des gabelles et du tabac à Perpignan, la direction de la Monnaie au même endroit (1780) puis les recettes générales de Toulouse et d’Orléans. Un tel profil familial explique que le prix d’un office de président à la Cour des comptes, aides et finances ne pose pas de problème aux Ribes ; il suffit d’en trouver un vacant. Les Ribes sont des gens d’affaires et, n’en déplaise aux dynasties de la Cour, l’office de président acheté au jeune Jacques n’est qu’un investissement périphérique. À ce niveau de fortune et dans ce genre d’activité, la Cour n’est qu’un lieu d’opportunités dans un champ très vaste où s’en présentent de nombreuses autres : un bail de fourniture aux armées ici, une recette des finances là, une savonnette à vilain par ici, un office de cour souveraine par là. Au début des années 1780, lequel des deux frères devait en imposer à l’autre, le président à la Cour ou celui qui trafiquait des piastres en Roussillon26 ? En outre, la terre de Gamby pouvait-elle tromper quelqu’un à Montpellier ? Cette terre roturière du terroir de Mèze, sur laquelle était construite une masure tout juste bonne à abriter un métayer, pouvait-elle faire illusion, alors même que le conseiller maître Jean-Jacques de Muret en était originaire ? On le voit bien, la stratégie des Ribes n’est pas celle des Muret.

42Mais, comme nous l’avons remarqué plus haut, les trajectoires d’un Ribes ou d’un Aurès sont des cas exceptionnels. En amont de l’intégration aux officiers de la Cour des comptes, aides et finances figurent souvent des carrières judiciaires, commencées à la Cour même, comme procureur ou avocat, ou dans les tribunaux de niveaux inférieurs, de Montpellier et des autres villes du Bas Languedoc, en particulier les cours présidiales (Montpellier, Nîmes, Béziers).

  • 27 Philippe Malosse, Une étude de sociologie historique : les trésoriers de France de la généralité de (...)
  • 28 Idem, ibid., p. 66.

43En outre, les offices de la Cour des comptes, aides et finances représentent une alternative en parallèle à ceux du bureau des finances. Ces deux milieux ne se tournent pas le dos, bien au contraire27. Bien sûr, les mariages ne manquent pas, comme chez les Jougla, trésoriers de France de père en fils, où François épouse la fille du président Philippe de Bocaud (1656) et son fils, Claude François, la fille du conseiller maître André de Ruffiers (1685). Chez les Grefeuille, l’une des deux branches de la famille, séparées dans la deuxième moitié du xvie siècle, fournit des trésoriers de France. On trouve de même des magistrats de la Cour et des trésoriers de France dans les arbres généalogiques des Crouzet, des Autrivay, des Masclary, etc. Certains ont pu servir successivement à la Cour et au bureau des finances. Ainsi en est-il de Joseph de Crouzet, reçu auditeur à la Cour en 1645 puis trésorier de France en 1653. Avant lui, Guillaume Massia avait été auditeur (1630) puis trésorier (1643). Il est vrai que la proximité de la finance des offices permet ces passages d’une institution à l’autre et à ce niveau-là. Vers le milieu du xviie siècle, un office d’auditeur vaut environ 15 000 livres, un office de correcteur 22 000 livres et un office de conseiller maître plus de 60 000 livres tandis qu’un office de trésorier de France s’acquiert pour environ 50 000 livres28. De fait, le passage d’une institution à l’autre se fait forcément dans le sens pratiqué par Joseph de Crouzet et Guillaume Massia.

44Pas plus que les trésoriers de France, les magistrats de la Cour ne sont insensibles à l’argent, et le caractère exceptionnel de la trajectoire des Ribes ne doit pas cacher que certains officiers de la Cour sont des gestionnaires de patrimoine avisés.

  • 29 Sur ces folies, voir, par exemple, Albert Leenhardt, Quelques belles résidences des environs de Mon (...)
  • 30 Antoine Blanchemain, Jacou. Petit village et grands seigneurs, Les Presses du Languedoc, Montpellie (...)

45Certes, les coûteuses folies des environs de Montpellier illustrent la nécessité sociale d’afficher les apparences d’un rang prestigieux29. Mais elles sont à la mesure des fortunes amassées, lesquelles ont permis d’enraciner les magistrats dans les seigneuries de la périphérie montpelliéraine. Par mariage, les Bocaud ont acquis des La Croix de Castries les seigneuries de Clapiers, Teyran et Jacou, à moins de dix kilomètres de Montpellier. Dans ce dernier village, Pierre de Bocaud a fait construire en 1618 sa résidence de campagne, un château qui domine un terroir dont son héritier possède en 1774 62 % des terres mentionnées dans le compoix30. Plus modestement, Jean-Jacques de Muret réside lui aussi, l’été, dans son château de Mèze, depuis lequel il peut surveiller une propriété de plus de 30 hectares, dont 95 % plantés en vignes : il faut bien profiter de l’essor du commerce des vins dans l’hinterland sétois.

  • 31 Idem, ibid., p. 174-180.
  • 32 Guy Chaussinand-Nogaret, Les financiers de Languedoc au xviiie siècle…, op. cit, p. 220.
  • 33 Idem, ibid., p. 221.

46Mais plus que la terre, les finances attirent les magistrats. L’inventaire après décès du président Thomas de Bocaud31 (1788), réalisé dans son hôtel de Montpellier et dans son château de Jacou, énumère une grande quantité de papiers, en plus des vingt et quelques milliers de livres en liquidités. Ce sont d’abord des créances sur la province, emprunts placés par les États de Languedoc pour le compte du roi. Ce sont aussi des créances privées, certes en moins grand nombre. Mais ce sont surtout les papiers relatifs aux revenus tirés de la société formée pour l’exploitation des salins de Peccais depuis 1716. L’identité des actionnaires lors de la fondation est, pour ce qui nous intéresse, édifiante32 : les présidents Jean de Bocaud, Pierre Crouzet et Jean Mariotte, les conseillers maîtres Henri Serres, Henri Duché et Jean Deydé, le secrétaire en la chancellerie près la Cour Fulcrand Limozin, ainsi que deux trésoriers de France et quelques financiers, dont les frères Sartre. Par la suite y rentrent d’autres familles de magistrats comme les Boussairolles et les Masclary, aux côtés des Massia, trésoriers de France. Trente ans plus tard, la « société pour les voitures à sel » (1746) associe, entre autres, les Vassal aux Monglas33.

47Bien sûr, tous les conseillers maîtres et les présidents ne sont pas engagés – jusqu’à preuve du contraire – dans ce genre d’affaires et l’on constatera en l’occurrence l’absence de correcteurs et d’auditeurs. Mais le nombre de familles de magistrats impliquées dans ces activités fructueuses montre combien le monde des officiers de la Cour est fortement lié à la finance, et l’on s’étonne moins que, en retour, des financiers comme les Ribes s’intéressent à la magistrature.

48Cette propension à l’osmose s’exprime aussi dans les liens personnels et familiaux que les officiers de la Cour ont tissés avec les officiers des États de Languedoc où, en tant qu’officiers royaux, ils ne peuvent siéger. Les parcours des Joubert et des Mazade en témoignent.

  • 34 Si l’on en croit le tableau généalogique établi par Guy Chaussinand-Nogaret, ibid., p. 246-247.

49André de Joubert (1651-1721), fils de syndic général des États et syndic général lui-même, est apparenté par sa mère aux Trinquaire, qui ont donné plusieurs présidents à la Cour. Par son mariage (1688), il devient gendre du conseiller maître François Bécherand, sieur de La Mosson. Deux de ses deux fils, Laurent-Ignace (1693-1780) et René-Gaspard de Joubert (1696-1780), sont successivement syndics généraux des États, le second en remplacement du premier quand ce dernier acquiert un office de président à la Cour (1733). Quelques années auparavant, Laurent-Ignace de Joubert avait épousé Marthe Mazade (1724), sœur34 du receveur général Guillaume Mazade. Le voilà donc président à la Cour, frère d’un syndic général des États, beau-frère d’un fermier général et oncle de l’avocat général Étienne-Laurent Mazade, reçu à la Cour en 1730. Quelques années plus tard, le deuxième de ses neveux, Guillaume Mazade de Saint-Bresson, est choisi pour être le successeur de Lamouroux comme trésorier de la bourse, c’est-à-dire trésorier des États de Languedoc. Voici deux fratries apparentées (les frères Joubert et les frères Mazade) qui tissent des liens entre la Cour, la finance et les États ; et ceci de manière durable : à la mort de Mazade de Saint-Bresson (1777), c’est le fils de Laurent-Ignace de Joubert, Philippe-Laurent (1729-1792), reçu conseiller maître à la Cour en 1756 puis président en 1762, qui lui succède comme trésorier de la bourse. Il vend alors son office à Jean-Pierre Aurès, le correcteur arrivé trop vite – évoqué ci-dessus –, puis il achète pour son jeune fils Laurent-Nicolas (1764-1793) une charge de conseiller maître (1782) avant de l’associer comme trésorier des États (1786).

50L’exemple est emblématique, sans doute exceptionnel, mais ce cas de figure se décline en version partielle avec les Bonnier, dont la généalogie présente des officiers de la Cour et un trésorier de la bourse, ou avec les Duvidal de Montferrier, qui mêlent la fonction de syndic général des États et des offices de la Cour.

Conclusion

51Ainsi, loin d’être refermé sur lui-même, le monde des officiers de la Cour des comptes, aides et finances de Montpellier est très ouvert sur son environnement. L’intrication entre les officiers de la Cour, des États, du bureau des finances et les financiers donne l’impression d’une osmose des élites provinciales, même si la vieille noblesse semble en retrait, et il serait vain de considérer la Cour comme un champ social clos.

52Néanmoins, la Cour – pas plus que les élites provinciales – n’est un milieu homogène et l’ensemble des offices de la Cour ne fonctionne pas comme un cursus honorum, dont les différents échelons seraient gravis par des individus en recherche d’ascension sociale. Auditeurs, correcteurs et conseillers maîtres forment des mondes séparés, mais pas sans liens. Si le monde des conseillers maîtres, qui a donné un grand nombre de présidents à la Cour, brille par les noms prestigieux de ses membres, les auditeurs et les correcteurs forment plutôt une strate de l’élite de second niveau.

53En outre, dans chacun de ces groupes se distinguent des lignages aux stratégies différentes. Dans une première approche, on serait tenté de considérer que les lignages qui fournissent des dynasties de magistrats, mettant en œuvre un processus de reproduction sociale, sont les plus prestigieux. Rien n’est moins sûr. Car la Cour se présentant comme un lieu d’opportunités dans un champ provincial beaucoup plus vaste, il n’est pas évident qu’en plein xviiie siècle la longévité du lignage des Ranchin (présents aux Aides depuis 1558) en impose à des conseillers maîtres fraîchement reçus mais liés tant aux autres institutions provinciales qu’au milieu de la finance. En conséquence de ce doute, il faut relativiser le concept d’homines novi, qui n’aurait véritablement de sens que dans une institution close sur elle-même, ce que la Cour n’est pas.

54Enfin, derrière une galerie impressionnante de familles au prestige provincial considérable (Belleval, Joubert, Bocaud, Bon, Fesquet, etc.) se cache une multitude d’officiers qui sont les uniques représentants de leur lignage. C’est là sans doute la preuve la plus nette de l’ouverture de la Cour. Mais seule une large enquête prosopographique à l’échelle du Bas Languedoc pourrait offrir une vision plus juste de cette élite de la robe.

Notes

1 Jacques Michaud, Les cours souveraines de comptes et finances en pays de langue d’oc du xve au xviie siècle (1437-1629), Thèse de droit, Université Montpellier I, Montpellier, 1970, 2 vol. Jusqu’à cette date de 1523, les comptes étaient rendus devant des commissaires envoyés par la Chambre des comptes de Paris.

2 Cf. par exemple, Louis Dermigny, « Armement languedocien et trafic du Levant et de Barbarie, 1681-1795 », Provence Historique, t. VI, fasc. XXIII, janvier-mars 1956, p. 58.

3 Jean-Louis Bourgeon, Les Colbert avant Colbert : destin d’une famille marchande, Presses universitaires de France, Paris, 1973, 270 p. ; Luc Boisnard, Les Phélypeaux, une famille de ministres sous l’Ancien Régime : essai de généalogie critique, Sedopols, Paris, 1986, 204 p. ; Denis Richet, De la Réforme à la Révolution : études sur la France moderne, Aubier, Paris, 1991, 584 p.

4 Pierre Vialles, Études historiques sur la Cour des comptes, aides et finances de Montpellier d’après ses archives privées, impr. Firmin et Montane, Montpellier, 1921, 336 p.

5 Il est prévu, lors de l’union des Cours, que chaque premier président siégerait pendant un semestre jusqu’au décès de l’un des deux. Le survivant devrait alors dédommager les héritiers du défunt, indemnisation fixée à 25 000 livres suivant les lettres de provision de François Bon en 1643. Louis de La Roque, Premiers présidents des cours souveraines (1603-1867), Joseph Calas, Montpellier, 1878, p. 13.

6 Pierre Vialles, Études historiques sur la Cour des comptes…, op. cit., p. 77-78.

7 Idem, ibid., p. 176, note 5.

8 Certes, ce calcul laisse échapper les successions pour lesquelles l’héritier ne porte pas le même nom que le légataire, mais c’est tout de même un bon indicateur de repérage des dynasties familiales. Sur les réserves à observer quant à cette méthode, on peut se référer en particulier à Laurent Coste, Les lys et le chaperon. Les oligarchies municipales en France de la renaissance à la Révolution, Presses universitaires de Bordeaux, Bordeaux, 2007, p. 53-61.

9 Il ne semble pas qu’il y ait de variation de cette répartition au cours de la période étudiée (1629‑1789).

10 Pierre Vialles, Études historiques sur la Cour des comptes…, op. cit., p. 84.

11 Arch. dép. Hérault, 1 B 42 F°8 r°-10 r°, réception du 27 novembre 1704.

12 Dictionnaire de biographie héraultaise, Éd. Pierre Clerc, Montpellier, 2006, t. I, p. 295-296.

13 Jacques Michaud, Les cours souveraines de comptes et finances…, op. cit., tome I, p. 430.

14 Louis de La Roque, Premiers présidents des cours souveraines…, op. cit., p. 10.

15 Pierre Vialles, Études historiques sur la Cour des comptes…, op. cit., p. 119.

16 Arch. dép. Hérault, B 370, f°140.

17 Louis de La Roque, Premiers présidents des cours souveraines…, op. cit., p. 17.

18 Sur les Muret, Stéphane Durand, Pouvoir municipal et société locale dans les petites villes de l’Hérault aux xviiie et xixe siècles : le cas de Mèze de 1675 à 1815, Atelier national de reproduction des thèses, Lille, 2002, t. II, p. 109-121.

19 Dictionnaire de biographie héraultaise…, op. cit., t. I, p. 531.

20 Arch. dép. Hérault, 1 B 42 f°517 r°-v°, lettres patentes portant dispense de parenté du 1er octobre 1743.

21 Ibid., 1 B 42, f°644 r°-v°, lettres patentes portant dispense d’alliance du 7 septembre 1753.

22 Ibid., 1 B 42 f°91 r°-92 v°, lettres de provision du 14 février 1711, enregistrées le 28.

23 Pierre Vialles, Études historiques sur la Cour des comptes…, op. cit., p. 141.

24 Arch. dép. Hérault, 1 B 42 f°91 r°-92 v°, lettres de provision du 14 février 1711, enregistrées le 28. Mais il est bientôt contraint de quitter sa charge en vertu de la sentence du sénéchal de Montpellier du 19 juin 1725 et de l’arrêt du Conseil du 19 décembre 1729 ; il démissionne en 1730 en faveur de Jean Duché.

25 Sur les Ribes, Stéphane Durand, Pouvoir municipal et société locale…, op. cit., t. II, p. 136-140.

26 Guy Chaussinand-Nogaret, Les financiers de Languedoc au xviiie siècle, SEVPEN, Paris, 1970, p. 202.

27 Philippe Malosse, Une étude de sociologie historique : les trésoriers de France de la généralité de Montpellier, xvie-xviiie siècles, Mémoire de maîtrise sous la dir. d’Anne Blanchard, Montpellier, Université Paul-Valéry, 1980, 119 p.

28 Idem, ibid., p. 66.

29 Sur ces folies, voir, par exemple, Albert Leenhardt, Quelques belles résidences des environs de Montpellier, 2 vol. , Causse, Graille & Castelnau, Montpellier, 1931-1932.

30 Antoine Blanchemain, Jacou. Petit village et grands seigneurs, Les Presses du Languedoc, Montpellier, 2005, p. 38.

31 Idem, ibid., p. 174-180.

32 Guy Chaussinand-Nogaret, Les financiers de Languedoc au xviiie siècle…, op. cit, p. 220.

33 Idem, ibid., p. 221.

34 Si l’on en croit le tableau généalogique établi par Guy Chaussinand-Nogaret, ibid., p. 246-247.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Les correcteurs au sein de la Cour (1629-1789)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’Université d’Avignon. Auteur d’une thèse en 2000 dirigée par François-Xavier Emmanuelli sur le pouvoir municipal en Languedoc intitulée Pouvoir municipal et société locale dans les petites villes de l’Hérault aux xviiie et xixe siècles : le cas de Mèze de 1675 à 1815 (Université Montpellier III), il s’intéresse à l’histoire urbaine et a publié en 2006 une synthèse sur Les villes en France, xvie-xviiie siècle, Paris, Hachette. Il consacre la plus grande partie de ses travaux aux élites provinciales et au maniement des deniers publics. Membre d’un groupe de recherche sur les États de Languedoc dirigé par Arlette Jouanna et Élie Pélaquier, il vient de soutenir un mémoire d’habilitation portant sur le financement de l’aménagement du territoire : Finances, pouvoirs et territoires. Contribution à l’histoire des aménagements portuaires civils et à l’histoire des assemblées d’États (Provence, Languedoc, Roussillon, aux xviie et xviiie siècles), Université de Montpellier III, 2009. Il codirige avec A. Jouanna et É. Pélaquier un ouvrage collectif en cours Les États de Languedoc entre Fronde et Révolution, à paraître chez Droz, Genève.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par