Version classiqueVersion mobile

Le crédit inter-entreprises en Europe

 | 
Michel Lescure

Organiser le crédit : les modes de financement inter‑entreprises dans l’industrie allemande de l’entre‑deux‑guerres (années 1920 et 1930)

Boris Gehlen et Christian Marx

Texte intégral

Introduction

  • 1Michel Lescure, « Le pouvoir de la dette : Le crédit inter-entreprises, instrument de financement (...)
  • 2Dieter Ziegler, « Das deutsche Modell bankorientierter Finanzsysteme », in Paul Windolf (ed.), Fin (...)

1Au cours du xixe siècle, l’Allemagne construit un système financier axé sur les banques, à la différence d’autres pays industrialisés, tels que la Grande-Bretagne ou les États-Unis. Cette caractéristique du capitalisme allemand est essentielle pour comprendre l’importance des crédits inter-entreprises, ces derniers variant selon la taille des entreprises, les époques et les pays considérés1. Alors que l’industrialisation britannique est marquée par un secteur à faible intensité capitalistique relative (l’industrie textile), l’industrialisation allemande, qui est plus tardive et accompagne la construction des chemins de fer, est assortie d’une plus forte intensité de capital. C’est dans ce contexte que le prototype de la banque universelle émerge en Allemagne. Une fois les systèmes financiers nationaux bien établis à la fin du xixe siècle, un changement d’orientation est difficilement concevable2.

  • 3Jeffrey Fear, Christopher Kobrak, “Banks on Board : German and American Corporate Governance, 1870 (...)
  • 4Martin Fiedler, « Zur Rolle des Vertrauens in der “Deutschland AG” : Verflechtungen zwischen Finan (...)
  • 5Gerald D. Feldman, “Banks, Bankenmacht, and Financial Institutions from 1900 to 1933ˮ, in Paul Win (...)
  • 6Volker Wellhöner, Großbanken und Großindustrie im Kaiserreich, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, (...)

2Alors que, dans les pays anglo-saxons, le système financier repose sur le marché, avec des marchés monétaires et financiers aux mains d’institutions financières hautement spécialisées, en Europe continentale les marchés monétaire et financier étaient plus faibles pendant tout le xixe siècle. Lorsqu’il s’avère que les ressources des banques privées ne suffisent plus à financer l’industrie, des banques par actions se créent, à partir des années 1850. C’est ainsi que naissent, au début des années 1870, la Deutsche Bank, la Dresdner Bank et la Commerzbank. Dans les années 1880, les grandes banques allemandes livrent une concurrence directe aux institutions privées bien établies, qui sont progressivement écartées des activités de financement de la grande industrie3. Par ailleurs, elles sont plus attachées au sort de leurs clients que les banques commerciales anglaises. Il existe aussi des marchés boursiers au sein de l’Empire allemand, mais l’émission d’actions n’est pas déléguée au marché : le rôle d’agent de change est endossé par les banques universelles. Dans un tel système où le potentiel de régulation réside dans le suivi rigoureux des clients importants, il n’est pas rare que les banques délèguent des représentants au conseil de surveillance – en plus de détenir des participations dans le capital et des droits de vote par procuration. Ainsi, à la veille de la Première Guerre mondiale, les principales banques berlinoises occupent plus d’un millier de sièges dans des conseils de surveillance4. Par leur présence dans les organes de gouvernance, les entreprises industrielles reçoivent la bénédiction des banquiers et ont un accès direct au capital « patient », ce qui leur assure une relative stabilité et une croissance constante5. Mais, la thèse de l’hégémonie des banques n’a jamais été confirmée sur le plan empirique6.

  • 7G. Hardach, “Banking… ˮ, op. cit., p. 274-276 ; G. Hardach, « Markt… », op. cit., p. 923-925 ; Car (...)
  • 8Theo Balderston, “German Banking between the Wars : The Crisis of the Credit Banks ˮ, Business His (...)
  • 9Gerald D. Feldman, “Banks and the Problem of Capital Shortage in Germany, 1918-1923”, in Harold Ja (...)

3Un deuxième point mérite l’attention lorsqu’il s’agit d’analyser les crédits inter-entreprises dans l’entre-deux-guerres : la pénurie de capitaux en Allemagne, imputable à la Première Guerre mondiale et à l’inflation. En 1924, dans les premiers bilans d’ouverture calculés en mark-or (Goldmarkeröffnungsbilanz) de l’ensemble des banques allemandes constituées sous la forme de sociétés anonymes, le capital social (Aktienkapital) ne représente plus que 30 % de sa valeur d’avant-guerre et le total du bilan (Bilanzsumme) 21 %7. Aussi le secteur bancaire connaît-il des opérations de concentration8. De l’avis de nombreux critiques, le fait que de petites banques par actions régionales soient transformées en succursales de grandes banques par actions détériore l’accès au crédit pour les petites et moyennes entreprises. Les sièges sociaux berlinois concentrent leurs ressources sur la grande industrie, considérant qu’il est plus facile de gérer quelques grands prêts. Ils placent leur argent dans ce qui leur semble sans risque – en particulier dans les vieilles industries telles que le textile ou encore dans les placements garantis par l’État. En outre, les grandes entreprises ont souvent la possibilité de lever des fonds sur des marchés étrangers. C’est le cas de Krupp, Gutehoffnungshütte (GHH), Thyssen, Deutsch-Lux et surtout de Vereinigte Stahlwerke (VSt) sous la république de Weimar9.

  • 10G. D. Feldman, “Capital shortage…”, op. cit., p. 51-53 ; Harold James, The German Slump. Politics (...)
  • 11T. Balderston, “German Banking…”, op. cit., p. 581-585 ; Karl Erich Born, Die deutsche Bankenkrise (...)
  • 12T. Balderston, “German Banking… ˮ, op. cit., p. 599-604 ; G. D. Feldman, « Bankenmacht… », op. cit (...)

4Harold James a fait observer que le rôle des banques dans le financement de l’industrie allemande est déjà en déclin avant même 1914, en raison de l’autofinancement de plus en plus fréquent chez les industriels. Il tient également pour acquis, à l’instar de Gerald Feldman, que l’influence des banques allemandes sur l’industrie est au plus bas entre 1914 et 192310. En fait, le problème du système bancaire allemand des années 1920 ne réside pas dans une politique de crédit restrictive mais dans l’implication trop importante des banques dans l’octroi de prêts. Les banques espèrent alors que l’embellie économique des années d’avant-guerre reviendra et avec elle le niveau des dividendes qui caractérisait cette époque, tandis que les bénéfices sont désormais bien moins élevés. Alors qu’elles étaient suspectées de cesser de financer l’industrie, elles accordent (sur ressources étrangères) des prêts à court terme pour des investissements à long terme, ce qui les met dans une situation délicate lorsque les investisseurs étrangers retirent leurs capitaux d’Allemagne au début des années 1930, et entraîne la faillite de certaines d’entre elles en juillet 193111. Le système bancaire allemand survit néanmoins à la crise économique mondiale et même les nationaux-socialistes n’osent pas s’en prendre au pouvoir des grandes banques12.

  • 13M. Lescure, « Pouvoir… », op. cit., p. 7-12.

5Ces différents éléments – le principe de la banque universelle, la perte d’influence des banques dans l’industrie, la pénurie de capitaux et le fait de privilégier l’octroi de crédits à de grandes entreprises – caractérisent le financement de l’industrie allemande dans l’entre-deux-guerres. Si l’on se réfère à la littérature économique, les crédits inter-entreprises peuvent s’expliquer par le désir d’accroître les bénéfices ou de réduire les coûts. Ils sont utilisés pour réguler la demande, faire baisser les prix ou subventionner certains produits13. Dans le cas de l’Allemagne, le contexte historique montre que l’octroi des crédits comme les liens entre l’industrie et la banque sont sujets à des contraintes économiques et politiques spécifiques, d’où la nécessité d’une explication historique qui aille au-delà de la théorie économique courante. Nous allons nous pencher sur les caractéristiques qui permettent d’expliquer le financement des entreprises industrielles et montrer que le crédit inter-entreprises n’est qu’un type de rapport inter-entreprises parmi d’autres. Il s’agit de déterminer les relations financières choisies par les entreprises et les raisons qui les ont incitées à se consentir des prêts ; le contrôle des marchés et la coordination des activités de production en amont et en aval étaient-ils des facteurs pertinents ? Est-il possible d’expliquer ces relations par des contraintes financières et quel a été le rôle des réseaux structurés et des relations personnelles (« les vieux amis »). Nos études de cas (Rheinbraun, Thyssen-Bornemisza, GHH, IG Farben et Siemens) couvrent une grande partie de l’économie allemande pendant la période considérée (charbon et acier, logistique, chimie et électricité) : ils montrent que des différences existent non seulement entre les industries, mais aussi entre les entreprises, bien qu’il existe aussi des similitudes.

La finance inter-industries dans l’entre‑deux‑guerres : études de cas

Siemens

  • 14Wilfried Feldenkirchen, Siemens 1918-1945, Munich, 1995, p. 68-81, 385-393 ; Wilfried Feldenkirche (...)

6Depuis 1903, l’entreprise est organisée en deux divisions, pour distinguer les activités fondées sur la technologie du courant à basse tension (Siemens & Halske AG, S & H) de celles tournées vers le courant à haute tension (Siemens-Schuckert-Werke GmbH, SSW). Dans l’immédiat après-guerre, les entreprises d’électricité allemandes se procurent des fonds sur le marché allemand, mais dans les années 1920 il leur faut aussi recourir à des marchés des capitaux étrangers14. En 1928-1929, Siemens connaît quelques problèmes de trésorerie en raison de l’accroissement du volume de ses ventes et d’une demande de crédits supplémentaires de la part de son principal client, la Reichspost. Confrontée à une forte baisse de ses commandes, S & H donne une suite favorable à la demande de la Reichspost. L’entreprise AEG, concurrente de Siemens, propose également un préfinancement aux collectivités publiques. Le crédit accordé par Siemens à la Reichspost est un crédit commercial, mais il peut être considéré comme un crédit inter-entreprises spécial, qui ne s’explique que par la faiblesse des finances publiques sous la république de Weimar.

  • 15W. Feldenkirchen, Siemens…, op. cit., p. 393-401 ; W. Feldenkirchen, « Unternehmensfinanzierung… » (...)

7Néanmoins, ces mesures sont inefficaces dans le contexte de la crise économique mondiale. En 1932-1933 et 1933-1934, le montant des commandes de la Reichspost à S & H ne représente que 37 et 38 % de son niveau de 1928-1929 et ne remonte à 62 % qu’en 1934-1935. Les besoins de capitaux de Siemens en sont accrus, mais les obligations à taux fixe peuvent difficilement être placées sur le marché américain des capitaux. Un nouveau titre d’emprunt est donc créé : une obligation assortie d’un taux d’intérêt fixe et d’un intérêt additionnel défini en fonction du dividende (participating debentures). Côté allemand, les accords sont négociés avec la Deutsche Bank et la Disconto-Gesellschaft, tandis que la banque américaine Dillon Read négocie les obligations américaines, principalement achetées par General Electric15. Cet exemple montre que les crédits inter-entreprises motivés par la nécessité de préserver la fidélité des clients et de sécuriser la demande ont des répercussions sur l’entreprise dans son ensemble. Et cela illustre combien le préfinancement grève les finances des entreprises. Les efforts en vue de maintenir les commandes conduisent à entretenir des liens étroits avec le concurrent américain GE, même s’il ne s’agit pas pour autant d’une relation de dépendance.

Gutehoffnungshütte (GHH)

  • 16Sur le financement de l’industrie sidérurgique sous l’Empire allemand, voir : Wilfried Feldenkirch (...)
  • 17Ralf Banken, „Die Gutehoffnungshütte. Vom Eisenwerk zum Konzern (1758-1920)”, in Johannes Bähr, Ra (...)

8Cette société, qui appartient à la famille Haniel, compte parmi les dix plus grands producteurs de fer et d’acier de l’industrie lourde allemande dans la première moitié du xxe siècle16. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, elle diversifie ses activités par intégration verticale. Mais, à la différence de nombreux autres producteurs de fer et d’acier, elle n’intègre pas le giron de VSt, premier producteur d’acier dans le monde après US Steel dans les années 193017. L’analyse du cas de GHH met en lumière trois points :

  • 18R. Banken, „ Gutehoffnungshütte…”, op. cit., p. 121 ; Fritz Büchner, 125 Jahre Geschichte der Gute (...)
  • 19C. Marx, Leitung…, op. cit., p. 86-87.
  • 20Johannes Bähr, „ GHH und M.A.N. in der Weimarer Republik, im Nationalsozialismus und in der Nachkr (...)

9 1. Une modification des contrats d’approvisionnement à long terme : puisque l’autoconsommation n’est pas comptabilisée dans les contingents des cartels tels que le Stahlwerksverband (cartel sidérurgique allemand), Paul Reusch, directeur général de GHH, décide de poursuivre une stratégie d’expansion tirant parti de la faiblesse de l’industrie manufacturière à la fin de la Première Guerre mondiale. Ainsi, GHH prend le contrôle d’Altenhundemer Walz- und Hammerwerk GmbH et rachète Osnabrücker Kupfer- und Drahtwerk AG (OKD). Cette dernière, subissant de plein fouet la pénurie de matières premières et de capitaux, conclut un contrat en 1914, qui lui garantit un approvisionnement en produits semi-finis de la part de GHH, et qui garantit des ventes à GHH18. En 1920, GHH acquiert 55 % du capital d’OKD. De tels contrats d’approvisionnement débouchent souvent sur une prise de contrôle et conduisent à la création du groupe GHH dans les années 192019. Le poids financier du groupe se manifeste par le rachat de l’entreprise d’ingénierie mécanique MAN, en 1920-192120.

  • 21C. Marx, Leitung…, op. cit., p. 143-147.

10 2. La société mère, prêteur en dernier ressort : les difficultés de l’industrie manufacturière allemande se font également ressentir chez Maschinenfabrik Esslingen. Après avoir acquis la moitié du capital social de MFE, GHH accorde à cette dernière un prêt (Anleihe) de 20 millions de marks, en 1920. Moyennant quoi, le conseil d’administration de MFE réussit à rembourser toutes ses dettes bancaires, réduisant ainsi sa dépendance vis-à-vis des banques. En juin 1922, Reusch octroie à nouveau une aide financière (sous la forme d’un crédit) de 20 millions de marks. Son objectif est de réduire au maximum la dépendance vis-à-vis des banques21. Dans les années qui suivent, il s’efforce de préserver son indépendance financière et souhaite que les nouveaux investissements ne soient pas financés exclusivement par le recours à l’emprunt. Dans ce contexte, les crédits inter-entreprises deviennent un instrument permettant d’éviter toute hégémonie bancaire.

  • 22C. Marx, Leitung…, op. cit., p. 303-305 ; H. Wixforth, Schwerindustrie…, op. cit., p. 164-170.

11Une fois l’inflation jugulée, le groupe GHH souffre de problèmes de trésorerie. À l’instar d’autres entreprises allemandes, le groupe prend alors contact avec des investisseurs étrangers. En 1925, GHH et les banques américaines W. A. Harriman & Co. et Lee, Higginson & Co. signent un contrat de prêt obligataire de 10 millions de dollars (Anleihe). Ce contrat reflète la différence de situation des marchés financiers allemand et américain mais il est aussi une conséquence des problèmes financiers des filiales et de la stratégie de GHH au milieu des années 1920, qui veut rembourser le plus vite possible ses dettes à court terme. Ici, les crédits inter-entreprises ont cours parce que seules les grandes entreprises détenant un certain pouvoir, comme GHH, ont accès aux marchés de capitaux étrangers22.

  • 23C. Marx, Leitung…, op. cit., p. 256-257.

12Pour analyser le financement intragroupe plus en détail, nous pouvons utiliser une nouvelle fois l’exemple d’OKD. Les mesures d’austérité mises en œuvre par OKD après 1924 n’ayant donné aucun résultat, Reusch décide d’aller plus loin pour redresser la filiale. Le conseil d’administration d’OKD n’a pas de marge de manœuvre, en raison des intérêts dus par la société, de ses dettes à court terme et de la perte de la moitié de son capital social en 1926. Or, en 1927, l’entreprise a besoin de quelque 20 millions de reichsmarks (RM). À cette époque, GHH a déjà repris une partie des dettes d’OKD pour un montant de plus de 5,4 millions de RM et lui a accordé un délai pour le remboursement d’une dette commerciale d’environ 5 millions de RM. En définitive, le capital social d’OKD est mis en commun et la filiale bénéficie d’un prêt obligataire américain garanti par une hypothèque d’1 million de dollars. L’aide financière de GHH a permis la survie de la société, car le prêt américain n’aurait pas été octroyé sans cet appui23.

  • 24C. Marx, Leitung…, op. cit., p. 276-291.

13Au cours de la Grande Dépression, le pouvoir financier détenu par la société mère sur ses filiales est à nouveau mis en évidence. Au sein des filiales de GHH – MAN, Deutsche Werft, Schwäbische Hüttenwerke, Zahnräderfabrik Augsburg (ZFA) –, la crise menace l’existence même des entreprises. Dans le cas de ZFA, les actions composant le capital social font l’objet d’un regroupement par voie d’échange de deux actions anciennes contre une action nouvelle en 1934, les emprunts consentis par MAN et GHH à ZFA, pour un montant de plus de 700 000 RM, sont convertis en actions, tandis que les dettes bancaires sont échangées contre des participations. Ainsi, les crédits inter-entreprises et la reconfiguration du capital social deviennent deux caractéristiques essentielles de la recapitalisation des filiales de GHH pendant la Grande Dépression24.

  • 25C. Marx, Leitung…, op. cit., p. 307-308.

14 3. La prise de participation dans une banque : bien que Paul Reusch fasse en sorte de dépendre des banques le moins possible, GHH reste en contact étroit avec la Bayerische Vereinsbank. Ainsi, la société Fritz Neumeyer AG, filiale de GHH, acquiert un tiers du capital de la banque vers le milieu des années 1920. Reusch veut que la Bayerische Vereinsbank s’implique davantage dans le financement d’entreprise, mais refuse que toutes les activités soient transférées à la banque pour ne pas dénouer les liens avec d’autres banques ni faire de la Bayerische Vereinsbank la « banque principale » (Hausbank) de GHH25.

  • 26C. Marx, Leitung…, op. cit., p. 405-409 ; Horst Möller, „ Die Bayerische Vereinsbank zwischen Resi (...)

15Avec la dissolution de Fritz Neumeyer AG en 1936, GHH détient désormais une participation directe dans la banque. Face au refus de Reusch de révoquer les membres juifs du directoire et du conseil de surveillance de l’établissement, les nazis expriment leur mécontentement et exigent la vente des parts détenues par GHH. Reusch conseille alors aux filiales allemandes du sud du pays de quitter l’établissement26. En dépit de la fortune de la famille Haniel, GHH a besoin du soutien de grandes banques par actions – ne serait-ce qu’en raison de la relation de réciprocité que Reusch entretient en participant au conseil de surveillance de la Deutsche Bank (1922-1931). Le retrait de GHH de la Bayerische Vereinsbank ne peut s’expliquer que par des raisons d’ordre politique. La participation de GHH dans la banque répondait à la volonté de créer un dispositif de financement pour les activités du groupe GHH au sud de l’Allemagne. En somme, de nombreuses entreprises industrielles cherchent à créer de nouveaux instruments de financement pour disposer d’une plus grande marge de manœuvre financière face aux turbulences économiques de l’entre-deux-guerres.

Rheinbraun

16La société Rheinische Aktiengesellschaft für Braunkohlenbergbau und Brikettfabrikation (Rheinbraun) fait figure d’exception dans l’histoire économique allemande de l’entre-deux-guerres. Cette société, qui extrait du lignite et fournit de l’électricité, traverse les différentes crises économiques sans problème financier. Elle dégage en outre des bénéfices stables, ce qui la confronte à une préoccupation « de luxe » : un grand volume de liquidités, qu’elle utilise dans une certaine mesure pour accorder des prêts à d’autres entreprises. D’un point de vue technique, elle agit comme le ferait une banque, puisqu’elle établit des contrats de crédit au taux d’intérêt en vigueur. Néanmoins, ces crédits, loin d’être de simples opérations financières, ont un impact stratégique. Après 1924, la société Rheinbraun achète progressivement des parts de Harpener Bergbau AG, une société d’extraction de houille, dont elle devient un actionnaire important. De surcroît, Paul Silverberg, fondateur et directeur général de Rheinbraun, est délégué au conseil de surveillance de Harpen. C’est en cette qualité qu’il met sur pied la rationalisation de Harpen et opte pour une triple stratégie de financement :

  1. augmentation de capital,

  2. émission d’obligations classiques,

  3. crédits inter-entreprises.

  • 27Boris Gehlen, Paul Silverberg (1876-1959). Ein Unternehmer, Stuttgart , Franz Steiner Verlag, 2007 (...)

17Rheinbraun, qui achète un nombre significatif des nouvelles parts, devient en 1932 l’actionnaire majoritaire de Harpen. Un an auparavant, la société a accordé un prêt de 10 millions de RM à Harpen pour s’assurer que les mesures de rationalisation et de réorganisation seront menées à bien dans les temps. Un crédit inter-entreprises s’avère la solution la plus rapide et la plus facile à mettre en œuvre pour surmonter des problèmes de trésorerie insuffisante. Bien que Harpen ne soit pas encore une société (totalement) contrôlée, elle fait déjà partie d’un groupe imaginé comme centre de pouvoir intégré. Le prêt accordé en 1931 doit donc être vu comme le moyen de financer grâce à un crédit inter-entreprises des investissements stratégiques, et s’inscrit dans le modèle décrit pour GHH27.

  • 28B. Gehlen, Silverberg…, op. cit., p. 179-180.

18Par ailleurs, en 1924, Rheinbraun apporte un soutien de 50 000 dollars à Bedburger Wollindustrie AG. Cette société textile de taille moyenne est confrontée à plusieurs problèmes financiers importants. Habituellement, ce type de société n’est pas solvable et accède difficilement aux marchés des capitaux et du crédit. Le soutien de Rheinbraun s’explique uniquement par des raisons d’ordre personnel. Silverberg, président de Rheinbraun, est également à la tête du conseil de surveillance de Bedburger Wolle, dont le fondateur n’est autre que son père. Bien que Paul Silverberg ne détienne pas un nombre de parts significatif et ne soit pas non plus un fin connaisseur de la production textile, ce lien familial l’incite à prendre le contrôle de la société. Convaincu que Bedburger Wolle peut surmonter ses difficultés, Silverberg est disposé à l’aider grâce à un prêt de Rheinbraun. Quand son chiffre d’affaires déclina, Bedburger Wolle continua d’honorer ses remboursements, ce qui aggrava sa situation financière. Cette situation n’était pas dans l’intérêt du créancier qui avait explicitement accordé le prêt pour permettre à la société de se restructurer. Silverberg, en total désaccord avec l’équipe aux manettes, finit par démissionner du conseil de surveillance et met un terme à toute aide financière. Bedburger Wolle est repris en 1926 par un concurrent installé dans la même région. Ce qu’il faut retenir est qu’ici le crédit inter-entreprises se caractérise par l’absence de toute dimension stratégique entre le créancier et le débiteur et seulement par les relations et les intérêts personnels28.

  • 29B. Gehlen, Silverberg…, op. cit., p. 333-334.

19Le fait que même des banques obtiennent (de facto) des prêts de la part d’entreprises industrielles est sans doute la meilleure illustration de la confusion qui règne sur les marchés allemands des capitaux et du crédit au cours des années 1920 et 1930. Rheinbraun, par exemple, aide la Deutsche Bank à sortir de ses problèmes financiers en 1932 – Silverberg a été longtemps membre du conseil de surveillance de cette banque et conseiller reconnu en matière bancaire. Rheinbraun rachète ainsi pour 2 millions de RM d’actions nominales de la Deutsche Bank au taux de 115 %, sous réserve que cette dernière en rachète l’équivalent d’1 million de RM si elle trouve à les commercialiser différemment. Par conséquent, si Rheinbraun détient durablement des actions représentant 1 million RM dans son portefeuille, l’autre million s’apparente de fait à un crédit inter-entreprises. De même, Rheinbraun a fait partie du syndicat bancaire constitué pour renflouer la Darmstädter et la Nationalbank, l’établissement qui a provoqué la crise bancaire en Allemagne29.

20Ce dernier exemple montre que Rheinbraun, autrement dit Silverberg, intervient une nouvelle fois en qualité de prêteur de dernier ressort. Vers la fin des années 1920 et au début des années 1930, les prix sur les marchés du crédit de base perdent leur fonction d’information. Des agents tels que Silverberg doivent détecter des sources de crédit et utiliser leurs réseaux personnels pour faire apparaître les meilleures options. Le crédit n’est plus le résultat du jeu de l’offre et de la demande, mais une question de contacts. Comme le marché du crédit ne fonctionne pas, les personnes telles que Silverberg, qui disposent de réseaux puissants, ont pour fonction « d’ouvrir les portes ».

Thyssen

21Tandis que Rheinbraun concentre son activité sur le marché allemand, le groupe Thyssen s’internationalise dès la fin de la Première Guerre mondiale. Le transfert d’une partie de ses activités aux Pays-Bas répond à une triple motivation :

  1. nouer des relations commerciales,

  2. mettre des actifs à l’abri face aux tendances révolutionnaires qui émergent au sein du Reich,

  3. améliorer l’accès aux marchés financiers et du crédit.

  • 30Christoph Kreutzmüller, Händler und Handlungsgehilfen. Der Finanzplatz Amsterdam und die deutschen (...)

La montée en puissance d’Amsterdam (et de Rotterdam) en tant que centre financier après 1918 est directement liée aux problèmes qui affectent le marché allemand. De nombreuses grandes entreprises industrielles et l’ensemble des principales banques de crédit ont ouvert des filiales aux Pays-Bas ou coopèrent avec des banques néerlandaises30.

  • 31Manfred Rasch, „ August Thyssen und sein Sohn Heinrich Thyssen-Bornemisza. Die zweite und dritte U (...)

22Le groupe Thyssen, déjà ancien, reprend la Bank voor Handel en Scheepvaart (BHS) au lendemain de la Première Guerre mondiale. Même après le décès d’August Thyssen et l’intégration des aciéries au sein d’un cartel (Vereinigte Stahlwerke [VSt]), cette banque reste une source de financement de premier plan pour le plus grand producteur d’acier en Europe. Toutefois, il est plus pertinent, pour notre étude, de mentionner les entreprises du groupe qui ne sont pas intégrées dans le cartel des aciéries réunies (VSt) : les sociétés commerciales allemandes et néerlandaises, les chantiers navals, les cimenteries, les fournisseurs d’eau et de gaz et les banques sont en effet séparés des activités minières et sidérurgiques et gérées par Heinrich Thyssen-Bornemisza31.

23La création de VSt en 1926 présente un intérêt pour les aciéries Thyssen, détenues par Fritz Thyssen, mais aussi pour les entreprises de Heinrich Thyssen-Bornemisza. Avant 1926, les deux parties du groupe Thyssen, verticalement intégré, entretenaient des relations étroites désormais remises en question. En particulier, les usines à gaz et les usines hydrauliques (Thyssensche Gas- und Wasserwerke ; Thyssengas) fournissent VSt en eau et en énergie, mais dépendent elles-mêmes de l’approvisionnement en gaz de cokerie des aciéries.

  • 32Christian Böse, Michael Farrenkopf, Zeche am Strom. Die Geschichte des Bergwerks Walsum, 2.

24VSt accepte de régler les paiements dus à Thyssengas avec une majoration, virée à un compte détenu auprès de BHS, puis rapatriée en Allemagne sous la forme d’un prêt en faveur de Thyssengas, qui doit servir à la mise en exploitation de la mine de charbon de Walsum, une filiale de Thyssengas. Ainsi, un crédit inter-entreprises destiné à financer un investissement à long terme est mis en place en passant par les Pays-Bas ; en interne, ce système de virement est appelé « Holland-Abgabe » (contribution hollandaise). Mais, du point de vue de l’impôt sur les sociétés, il s’agit bien d’un crédit inter-entreprises : en « renonçant » au montant majoré qui lui est versé, Thyssengas réduit ses bénéfices et paie moins d’impôts32.

IG Farben

  • 33Gottfried Plumpe, Die I. G. Farbenindustrie AG. Wirtschaft, Technik und Politik 1904-1945, Berlin, (...)
  • 34G. Plumpe, Die I.G. Farbenindustrie…, op. cit., p. 131-134.

25L’industrie chimique allemande se caractérise plus particulièrement par une concentration de plus en plus marquée, comme dans le cas du secteur de l’électricité ou de l’industrie lourde. IG Farben est créée en 1925, en réunissant la moitié environ de l’ensemble des parts des entreprises chimiques allemandes de cette époque33. Outre la perte de marchés étrangers et une concurrence internationale accrue, les questions financières ont joué un rôle déterminant dans sa fondation. Si les trois grands leaders du marché (BASF, Bayer, Hoechst) dégagent un chiffre d’affaires similaire avant 1914, BASF se détache du lot au lendemain de la Première Guerre mondiale, grâce à ses activités de synthèse de l’ammoniac et de production d’engrais. En 1919, les fonds nécessaires à l’équipement des usines BASF pour la synthèse de l’ammoniac à Oppau et Merseburg (400 millions de marks) ne pouvant être levés sur le marché allemand des capitaux et BASF excluant toute participation de l’État, une solution doit être trouvée en interne. Cette charge financière fait courir un risque à l’ensemble du groupement économique, dont les entreprises membres sont solidairement garantes des obligations émises. Dans ce contexte, ces entreprises acceptent d’augmenter leur capital pour fournir à BASF les fonds requis, sous forme de crédits. Un an plus tard, la société Ammoniakwerke Merseburg Oppau GmbH est créée et son capital réparti entre les entreprises du groupement économique : une fois encore, des crédits inter-entreprises sont transformés en participations34.

  • 35H. James, “Banks… ˮ, op. cit., p. 268 ; G. Plumpe, I. G. Farbenindustrie…, op. cit., p. 164-165.
  • 36Hans Pohl, “Forms and Phases of Industry Finance up to the Second World Warˮ, in Wolfram Engels, H (...)
  • 37Mario König, Interhandel. Die schweizerische Holding der IG Farben und ihre Metamorphosen – eine A (...)
  • 38G. Plumpe, Die I.G. Farbenindustrie…, op. cit., p. 165.

26À côté des crédits inter-entreprises, IG Farben détient des participations dans une banque (Deutsche Länderbank AG) afin de limiter le pouvoir de ces établissements35. La défaite de 1918 ayant pour corollaire la fin du commerce avec les colonies de l’empire, la Deutsche Kolonialbank AG étend ses activités au financement de l’industrie en 1919 et devient la Deutsche Länderbank AG en 1922. En 1923-1924, BASF prend le contrôle de 80 % de son capital, dont il transfère la plupart des parts (64 %) dans une banque suisse36. Pour IG Farben, l’avantage est que la banque peut directement refinancer la société auprès de la Reichsbank. Par ailleurs, les excellentes relations qu’Hermann Schmitz, président d’IG Farben, entretient avec la Suisse contribuent au fait que ce dernier bénéficie de prêts en toute discrétion de la part de banques suisses pendant la Seconde Guerre mondiale37. Toutefois, la Länderbank ne gère pas toutes les opérations financières d’IG Farben, la Deutsche Bank et la Disconto-Gesellschaft restant des partenaires privilégiés (Hausbank) pour des raisons de taille et de réseaux38.

  • 39K. Lehmann, Wandlungen…, op. cit., p. 63-70 ; G. Plumpe, I. G. Farbenindustrie…, op. cit., p. 479- (...)
  • 40G. Plumpe, Die I.G. Farbenindustrie…, op. cit., p. 670-674, 678-680.

27En termes de financement, IG Farben privilégie les augmentations de capital. Toutefois, en 1928, un emprunt de 250 millions de RM sous la forme d’obligations fractionnées (Teilschuldverschreibung) – une nouveauté sur le marché allemand – a constitué une importante levée de fonds. Les crédits inter-entreprises ne sont pas adaptés pour l’obtention d’un tel montant. Bien qu’au début des années 1930, les trois principales banques allemandes (Deutsche Bank, Dresdner Bank, Commerz-und Privatbank) détiennent entre 45 et 55 % des parts assorties d’un droit de vote aux assemblées générales, elles ne contrôlent pas pour autant la politique de l’entreprise, même si cela illustre la relation banque-industrie qui caractérise le modèle allemand. Au contraire, IG Farben parvient à réduire ses dettes bancaires et sa dépendance vis-à-vis des banques pendant la crise39. Il faut attendre 1937-1938 pour observer un recul des investissements correspondant à une réduction du volume des liquidités. Après 1933, le financement par émission d’actions sur le marché financier devient quasiment impossible. Il s’ensuit que les dettes du groupe, autrement dit les crédits auprès des fournisseurs et des sociétés associées, augmentent dans les années 193040.

  • 41K. Lehmann, Wandlungen…, op. cit., p. 161-167.

28Cet exemple montre en particulier comment une entreprise peut changer son mode de financement en fonction de l’évolution du marché des capitaux. Si l’octroi d’un prêt inter-entreprises à BASF est la seule solution possible au début des années 1920, la courte embellie du milieu de cette décennie ouvre la voie à l’émission d’emprunts. Dès lors que l’arrivée au pouvoir des nazis restreint les perspectives offertes par le marché financier, le financement interne reprend de l’importance41.

Conclusion

  • 42Michell A. Petersen, D. Raghuram, G. Rajan, “Trade Credit : Theories and Evidence”, Review of Fina (...)
  • 43Mike Burkart, Tore Ellingsen, “In-Kind Finance : A Theory of Trade Credit”, American Economic Revi (...)

29Dans le cas de GHH, les crédits inter-entreprises et les contrats d’approvisionnement jouent un rôle déterminant pendant la période de constitution du groupe au lendemain de la Première Guerre mondiale et au cours de la grande dépression des années 1930. Comme l’expliquent Mitchell Petersen et Raghuram Rajan, les fournisseurs accordent des crédits à des entreprises en difficulté pour obtenir davantage d’informations sur leurs clients et participer implicitement à leur capital42. C’est exactement ce qui se passe dans le cas de GHH. Paul Reusch accorde des prêts à des entreprises de production en difficulté afin de les lier plus étroitement au groupe, avant de racheter une partie de leur capital ou de convertir les prêts accordés en participations dans le cadre d’une restructuration. La possibilité d’octroyer des prêts à des filiales ou à des acheteurs dépend de l’accès au crédit du fournisseur. En l’occurrence, GHH, qui entretient d’excellentes relations avec les banques allemandes et dispose de la possibilité de lever des fonds sur le marché américain, se trouve dans une position beaucoup plus favorable que ses filiales de petite taille. Cette relation privilégiée avec les institutions financières facilite l’accès au crédit. La taille constitue un indicateur de solvabilité, les grandes entreprises accédant plus facilement à des financements externes. En outre, l’existence de crédits commerciaux entre deux entreprises industrielles accroît le montant que les banques sont disposées à prêter ; à cet égard les crédits bancaires et commerciaux sont complémentaires43. À long terme, Reusch comptait sur le fait que ces entreprises redeviendraient bénéficiaires. On observe le même schéma dans le cas des prêts accordés par Rheinbraun à Harpen et à Bedburger Wolle. Ainsi, la qualité de crédit des clients joue également un rôle déterminant.

30En ce qui concerne Siemens, les raisons sous-jacentes aux crédits commerciaux sont quelque peu différentes, puisque le rapport de dépendance est pour ainsi dire inversé. Siemens n’accorde pas un crédit à la Reichspost pour mieux surveiller cette dernière, mais parce qu’il s’agit d’un client important qu’elle tient à garder. Par ailleurs, cette forme de crédit inter-entreprises est particulière, puisque la Reichspost est une institution publique.

31En résumé, trois points sont à retenir : tout d’abord, des entreprises industrielles affectées par des difficultés financières négocient des contrats de fourniture à long terme, qui se transforment ultérieurement en prises de participation – parfois par des voies détournées, comme dans le cas de la « Holland-Abgabe » (contribution hollandaise). Ensuite, les sociétés mères procurent souvent des fonds à leurs filiales pour réduire la dépendance vis-à-vis des banques. Cela se vérifie pour GHH, mais aussi pour Rheinbraun, qui accorde des crédits à des entreprises « amies ». Enfin, plusieurs entreprises allemandes ont des participations dans des banques : GHH dans la Bayerische Vereinsbank, IG Farben dans la Deutsche Länderbank, et Thyssen-Bornemisza dans la Bank voor Handel en Scheepvaart et la August Thyssen-Bank. Aucune de ces banques n’est l’interlocuteur privilégié (Hausbank) de ces entreprises, mais elles vont devenir des institutions régionales ou spécialisées incontournables pour les groupes industriels et illustrent la volonté des entreprises de réduire leur dépendance vis-à-vis des banques.

32En Allemagne, la constitution de cartels et la création de grands groupes industriels (Konzern) sont deux des principaux moyens de contrôler les marchés dans les années 1920. De nouveaux instruments de financement des entreprises prennent ainsi de l’ampleur, même si les entreprises industrielles allemandes conservent des liens étroits avec le système bancaire. Les crédits inter-entreprises et les crédits commerciaux peuvent à cet égard être considérés comme l’un des éléments du capitalisme coopératif qui a aidé l’économie allemande à atténuer les dysfonctionnements du marché financier allemand dans l’entre‑deux‑guerres.

Notes

1Michel Lescure, « Le pouvoir de la dette : Le crédit inter-entreprises, instrument de financement ou mode de coordination ? », Entreprises et Histoire, 77, 2014, p. 6-21.

2Dieter Ziegler, « Das deutsche Modell bankorientierter Finanzsysteme », in Paul Windolf (ed.), Finanzmarkt-Kapitalismus. Analysen zum Wandel von Produktionsregimen, Wiesbaden, Spinger-Verlag, 2005, p. 276-293.

3Jeffrey Fear, Christopher Kobrak, “Banks on Board : German and American Corporate Governance, 1870-1914”, Business History Review, 84 (4), 2010, p. 703-736, p. 708-709 ; Caroline Fohlin, “Universal Banking in pre-World War I Germany. Model or Myth ?”, Explorations in Economic History, 36, 1999, p. 305-343 ; Gerd Hardach, “Banking in Germany, 1918-1939”, in Charles H. Feinstein (ed.), Banking, Currency and Finance in Europe between the Wars, Oxford, Clarendon Press, 1995, p. 269-295, p. 270-274 ; Gerd Hardach, « Zwischen Markt und Macht : Die deutsche Banken 1908-1934 », in Wilfried Feldenkirchen, Frauke Schönert-Röhlk, Günther Schulz (eds.), Wirtschaft, Gesellschaft, Unternehmen. Festschrift für Hans Pohl zum 60. Geburtstag. 2. Teilband, Stuttgart, 1995, p. 914-938, p. 914-923 ; Richard Tilly, “Universal Banking in Historical Perspectiveˮ, Journal of Institutional and Theoretical Economics, 1998, p. 7-32 ; Harald Wixforth, « Industriekredit und Kapitalmarktfinanzierung zwischen Reichsgründung und Weltwirtschaftskrise », in Thorsten Beckers (ed.), Bankkredit oder Kapitalmarkt : Alternativen der Industriefinanzierung in Deutschland, Stuttgart, Franz Steiner Verlag Wiesbaden GmbH, 2002, p. 15-38, p. 18-28 ; D. Ziegler, « Modell… », op. cit., p. 277-287.

4Martin Fiedler, « Zur Rolle des Vertrauens in der “Deutschland AG” : Verflechtungen zwischen Finanz- und Nichtfinanzunternehmen im 20. Jahrhundert », Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte, 1, 2005, p. 93-106 ; Caroline Fohlin, “The Rise of Interlocking Directorates in Imperial Germany”, Economic History Review, 52 (2), 1999, p. 307-333 ; Dieter Ziegler, « Die Aufsichtsräte der deutschen Aktiengesellschaften in den zwanziger Jahren. Eine empirische Untersuchung zum Problem der “Bankenmacht” », Zeitschrift für Unternehmensgeschichte, 43, 1998, p. 194-215 ; D. Ziegler, « Modell… », op. cit., p. 277-287.

5Gerald D. Feldman, “Banks, Bankenmacht, and Financial Institutions from 1900 to 1933ˮ, in Paul Windolf (ed.), Finanzmarkt-Kapitalismus, op. cit., p. 316-330, p. 323. L’échange d’informations était central dans ce type de relations, en particulier en ce qui concerne la surveillance, la coordination, le contrôle et l’engagement, cf. Marco Da Rin, “Understanding the Development of German Kreditbanken, 1850-1914 : An Approach from the Economics of Informationˮ, Financial History Review, 3, 1996, p. 29-47, spécialement p. 38.

6Volker Wellhöner, Großbanken und Großindustrie im Kaiserreich, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1989 ; Harald Wixforth, Banken und Schwerindustrie in der Weimarer Republik, Köln/Weimar/Wien, Böhlau, 1995 ; Harald Wixforth, Dieter Ziegler, « “Bankenmacht”. Universal Banking and German Industry in Historical Perspective », in Youssef Cassis, Gerald D. Feldman, Ulf Olsson (eds.), The Evolution of Financial Institutions and Markets in Twentieth-Century Europe, Aldershot, Scolar Pr, 1995, p. 249-272.

7G. Hardach, “Banking… ˮ, op. cit., p. 274-276 ; G. Hardach, « Markt… », op. cit., p. 923-925 ; Carl-Ludwig Holtfrerich, « Auswirkungen der Inflation auf die Struktur des deutschen Kreditgewerbes », in Gerald D. Feldman (ed.), Die Nachwirkungen der Inflation auf die deutsche Geschichte, Munich, Oldenbourg Wissenschaftsverlag, 1985, p. 187-209 ; Harold James, “Banks and Bankers in the German Interwar Depressionˮ, in Youssef Cassis (ed.), Finance and Financiers in the European History, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 263-281, p. 267-268 ; D. Ziegler, « Modell… », op. cit., p. 287.

8Theo Balderston, “German Banking between the Wars : The Crisis of the Credit Banks ˮ, Business History Review, 65, 1991, p. 554-605, p. 554-581 ; G. Hardach, “Banking…”, op. cit., p. 278-280 ; G. Hardach, « Markt… », op. cit., p. 926-927.

9Gerald D. Feldman, “Banks and the Problem of Capital Shortage in Germany, 1918-1923”, in Harold James, Håkan Lindgren, Alice Teichova (eds.), The Role of Banks in the Interwar Economy, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, p. 49-79, p. 53-54 ; Gerald D. Feldman, “Banks and Banking in Germany after the First World War : Strategies of Defence”, in Youssef Cassis (ed.), Finance and Financiers in European History, op. cit., p. 243-262 ; G. D. Feldman, « Bankenmacht… », op. cit., p. 324-325 ; H. James, “Banks… ˮ, op. cit. ; Alfred Reckendrees, Das « Stahltrust » Projekt. Die Gründung der Vereinigte Stahlwerke AG und ihre Unternehmensentwicklung 1926-1933/34, Munich, C. H. Beck, 2000, p. 139-141 ; H. Wixforth, « Industriekredit… », op. cit., p. 32-33.

10G. D. Feldman, “Capital shortage…”, op. cit., p. 51-53 ; Harold James, The German Slump. Politics and Economics, 1924-1936, Oxford, Clarendon Press, 1986.

11T. Balderston, “German Banking…”, op. cit., p. 581-585 ; Karl Erich Born, Die deutsche Bankenkrise 1931. Finanzen und Politik, Munich, Piper, 1967 ; G. D. Feldman, “Capital shortage…”, op. cit., p. 75-76 ; G. Hardach, “Banking…”, op. cit., p. 283 - 287 ; G. Hardach, « Markt… », op. cit., p. 928-933 ; Harold James, “The Causes of the German Banking Crisis of 1931”, Economic History Review, 37 (1), 1984, p. 68-87 ; H. James, German Slump…, op. cit. ; H. James, “Banks… ˮ, op. cit., p. 270-273 ; D. Ziegler, « Modell… », op. cit., p. 287-288.

12T. Balderston, “German Banking… ˮ, op. cit., p. 599-604 ; G. D. Feldman, « Bankenmacht… », op. cit., p. 326-327 ; G. Hardach, “Banking… ˮ, op. cit., p. 287-291 ; G. Hardach, « Markt… », op. cit., p. 934-936 ; Christopher Kopper, Zwischen Marktwirtschaft und Dirigismus. Bankenpolitik im « Dritten Reich » 1933-1939, Bonn, 1995, p. 51-112, p. 199-208 ; D. Ziegler, « Modell… », op. cit., p. 288-289.

13M. Lescure, « Pouvoir… », op. cit., p. 7-12.

14Wilfried Feldenkirchen, Siemens 1918-1945, Munich, 1995, p. 68-81, 385-393 ; Wilfried Feldenkirchen, « Unternehmensfinanzierung in der deutschen Elektroindustrie der Zwischenkriegszeit », in Dietmar Petzina (ed.), Zur Geschichte der Unternehmensfinanzierung, Berlin, Duncker u. Humblot, 1990, p. 35-68, p. 35-39 ; Karin Lehmann, Wandlungen der Industriefinanzierung mit Anleihen in Deutschland, 1923/24-1938/39, Stuttgart, In Kommission bei F. Steiner, 1996, p. 82-92.

15W. Feldenkirchen, Siemens…, op. cit., p. 393-401 ; W. Feldenkirchen, « Unternehmensfinanzierung… », op. cit., p. 45-48 ; K. Lehmann, Wandlungen…, op. cit., p. 92-99.

16Sur le financement de l’industrie sidérurgique sous l’Empire allemand, voir : Wilfried Feldenkirchen, „ Kapitalbeschaffung in der Eisen- und Stahlindustrie des Ruhrgebiets 1879-1914 ‟, Zeitschrift für Unternehmensgeschichte, 24 (1), 1979, p. 39-81 ; Wilfried Feldenkirchen, Die Eisen- und Stahlindustrie des Ruhrgebiets, 1879-1914. Wachstum, Finanzierung und Struktur ihrer Großunternehmen, Wiesbaden, Steiner, 1982.

17Ralf Banken, „Die Gutehoffnungshütte. Vom Eisenwerk zum Konzern (1758-1920)”, in Johannes Bähr, Ralf Banken, Thomas Flemming (eds.), Die MAN. Eine deutsche Industriegeschichte, Munich, C.H. Beck, 2008, p. 15-129, p. 487-520 ; Christian Marx, Paul Reusch und die Gutehoffnungshütte. Leitung eines deutschen Großunternehmens, Göttingen, Wallstein Verlag, 2013.

18R. Banken, „ Gutehoffnungshütte…”, op. cit., p. 121 ; Fritz Büchner, 125 Jahre Geschichte der Gutehoffnungshütte, Oberhausen , Druck A. Bagel Aktiengesellschaft, 1935, p. 35 ; Harold James, Familienunternehmen in Europa. Haniel, Wendel und Falck, Munich, Beck, 2005, p. 202 ; C. Marx, Leitung…, op. cit., p. 82-86 ; Erich Maschke, Es entsteht ein Konzern. Paul Reusch und die GHH, Tübingen ,Wunderlich, 1969, p. 86-98.

19C. Marx, Leitung…, op. cit., p. 86-87.

20Johannes Bähr, „ GHH und M.A.N. in der Weimarer Republik, im Nationalsozialismus und in der Nachkriegszeit (1920-1960) ‟, in Johannes Bähr, Ralf Banken, Thomas Flemming (eds.), Die MAN… op. cit., p. 231-371, p. 538-569, p. 240-246 ; Gerald D. Feldman, Hugo Stinnes. Biographie eines Industriellen 1870-1924, Munich, CH Beck, 1998, p. 661 ; G. D. Feldman, “Banking… ˮ, op. cit., p. 251 ; H. James, Familienunternehmen…, op. cit., p. 207 ; C. Marx, Leitung…, op. cit., p. 148-163 ; E. Maschke, Konzern…, op. cit., p. 153-160.

21C. Marx, Leitung…, op. cit., p. 143-147.

22C. Marx, Leitung…, op. cit., p. 303-305 ; H. Wixforth, Schwerindustrie…, op. cit., p. 164-170.

23C. Marx, Leitung…, op. cit., p. 256-257.

24C. Marx, Leitung…, op. cit., p. 276-291.

25C. Marx, Leitung…, op. cit., p. 307-308.

26C. Marx, Leitung…, op. cit., p. 405-409 ; Horst Möller, „ Die Bayerische Vereinsbank zwischen Resistenz und Gleichschaltung 1933-1945 ‟, Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 63 (1), 2015, p. 1-32.

27Boris Gehlen, Paul Silverberg (1876-1959). Ein Unternehmer, Stuttgart , Franz Steiner Verlag, 2007, p. 297-304.

28B. Gehlen, Silverberg…, op. cit., p. 179-180.

29B. Gehlen, Silverberg…, op. cit., p. 333-334.

30Christoph Kreutzmüller, Händler und Handlungsgehilfen. Der Finanzplatz Amsterdam und die deutschen Großbanken (1918-1945), Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2005. En outre, le groupe Thyssen reprend l’ex-banque von der Heydt en 1929. Toutefois, en raison du contrôle des changes et d’une intervention de l’État, cet établissement n’est pas devenu, comme c’était prévu au départ, un intermédiaire de crédit pour les entreprises Thyssen-Bornemisza. Son activité s’est plus ou moins orientée vers des prestations de banque privée et de gestionnaire d’actifs : Harald Wixforth, „ Eine Konzernbank entsteht : Gründung und Anfangsjahre der August Thyssen-Bank (1927-1932) ‟, Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, 99, 2012, p. 300-322.

31Manfred Rasch, „ August Thyssen und sein Sohn Heinrich Thyssen-Bornemisza. Die zweite und dritte Unternehmergeneration Thyssen ‟, in Manfred Rasch (ed.), August Thyssen und Heinrich Thyssen-Bornemisza. Briefe einer Industriellenfamilie 1919-1926. Bearbeitet und annotiert von Carl-Friedrich Baumann und Vera Schmidt, Essen, Klartext Verlag, 2010, p. 9-78 ; Harald Wixforth, Vom Konzern zum Verbund. Die Auflösung des Thyssen-Konzerns, Gründung und Anfangsjahre des Firmenverbundes Heinrich Thyssen-Bornemiszas, Paderborn (publication à venir).

32Christian Böse, Michael Farrenkopf, Zeche am Strom. Die Geschichte des Bergwerks Walsum, 2.

33Gottfried Plumpe, Die I. G. Farbenindustrie AG. Wirtschaft, Technik und Politik 1904-1945, Berlin, Duncker and Humblot, 1990, p. 164.

34G. Plumpe, Die I.G. Farbenindustrie…, op. cit., p. 131-134.

35H. James, “Banks… ˮ, op. cit., p. 268 ; G. Plumpe, I. G. Farbenindustrie…, op. cit., p. 164-165.

36Hans Pohl, “Forms and Phases of Industry Finance up to the Second World Warˮ, in Wolfram Engels, Hans Pohl (eds.), German Yearbook on Business History 1984, Berlin, 1984, p. 75-94, p. 87.

37Mario König, Interhandel. Die schweizerische Holding der IG Farben und ihre Metamorphosen – eine Affäre um Eigentum und Interessen (1910-1999), Zürich, Chronos, 2001 ; Volker Koop, Das schmutzige Vermögen. Das Dritte Reich, die I.G. Farben und die Schweiz, Munich, Siedler, 2005, p. 57-58.

38G. Plumpe, Die I.G. Farbenindustrie…, op. cit., p. 165.

39K. Lehmann, Wandlungen…, op. cit., p. 63-70 ; G. Plumpe, I. G. Farbenindustrie…, op. cit., p. 479-490, 676-677.

40G. Plumpe, Die I.G. Farbenindustrie…, op. cit., p. 670-674, 678-680.

41K. Lehmann, Wandlungen…, op. cit., p. 161-167.

42Michell A. Petersen, D. Raghuram, G. Rajan, “Trade Credit : Theories and Evidence”, Review of Financial Studies, 10 (3), 1997, p. 661-691.

43Mike Burkart, Tore Ellingsen, “In-Kind Finance : A Theory of Trade Credit”, American Economic Review, 94 (3), 2004, p. 569-590.

Auteurs

Boris Gehlen est professeur associé d’histoire économique et sociale à l’université de Bonn et chercheur à l’Institut d’histoire contemporaine de Munich. Il a été étudiant en histoire économique et sociale à l’université de Bonn, obtenu son PhD en 2005 et son habilitation à diriger les recherches en 2014. Il a enseigné aux universités de Cologne, Vienne et Bochum. Ses principaux centres de recherche sont la Business history, l’histoire de la régulation, l’histoire financière et l’histoire de la gouvernance d’entreprise. Ses principales publications : Paul Silverberg. Ein Unternehmer, Stuttgart, Steiner 2007 ; « Corporate Law and Corporate Control in West Germany after 1945 », in Business History, http://dx.doi.org/10.1080/00076791.2017.1319939 ; « Zielkonflikte bei Aktiener-stemissionen ? Regulierung und Zulassungspraxis am Beispiel der Berliner Börse (1870 bis 1932) », in Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte/Economic History Yearbook 2018/1, p. 39-76.

Christian Marx a étudié les mathématiques, l’histoire et les sciences politiques. Il est chercheur à l’Institut d’histoire contemporaine de Munich. Il a participé au groupe de recherche « Societal Dependencies and Social Networks », des Universités de Trier et Mainz (2005-2011) et au projet sur « Corporate networks in Germany, France and the United States, 1896-1938 » (2007-2008). En 2011, il a obtenu son PhD pour une thèse sur The corporate governance of the German iron and steel company « Gutehoffnungshütte ». De 2011 à 2018, il a préparé son habilitation sur European multinational companies, 1965-2000 au département d’histoire moderne et contemporaine de l’université de Trier. Ses principaux domaines de recherche : histoire de l’Europe contemporaine, business history, histoire économique et réseaux d’entreprises et ses principales publications : Paul Reusch und die Gutehoffnungshütte. Leitung eines deutschen Großunternehmens. Göttingen, Wallstein 2013 ; « Between national governance and the internationalization of business. The case of four major West German producers of chemicals, pharmaceuticals and fibres, 1945-2000 », in Business History 2017 (http://dx.doi.org/10.1080/00076791.2017.1284201) ; « A European structural crisis cartel as solution to a sectoral depression ? The Western European fibre industry in the 1970s and 1980 », in Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte, Economic History Yearbook, 58 (1), 2017, p. 163-197.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search