Version classiqueVersion mobile

Le crédit inter-entreprises en Europe

 | 
Michel Lescure

Crédit inter-entreprises et firmes multinationales : le cas de Saint‑Gobain en Allemagne (1945‑1970)

Jean-François Eck

Texte intégral

  • 1  Raghuran Rajan  and Luigi Zingales, “What do we know about Capital Structures? Some Evidence from (...)

1Trois raisons au moins militent pour analyser, à travers le cas de Saint-Gobain, l’importance du crédit inter-entreprises dans les firmes non financières à l’époque contemporaine. Tout d’abord, la forte dimension internationale acquise par le groupe depuis le milieu du xixe siècle : parmi ses pays d’implantation, l’Allemagne joue un rôle fondamental grâce à des partenariats noués avec d’autres firmes, des investissements dans de nouvelles installations, l’ensemble étant géré par une succursale, les Vereinigte Glaswerke (vegla), située à Aix-la-Chapelle. Ensuite le recours, pour le financement des activités, au crédit inter-entreprises sous sa double forme, commerciale et financière : commercialement, les vegla accordent des délais de paiement à leurs clients et en sollicitent de leurs fournisseurs. Financièrement, des transferts de fonds sont organisés entre elles et le siège social parisien. Enfin, l’espoir de parvenir ainsi à mieux situer Saint-Gobain parmi les acteurs du crédit inter-entreprises : le groupe est français, mais son internationalisation l’a fortement marqué d’un tropisme germanique. Or, selon des études économétriques contemporaines, le recours au crédit inter-entreprises est plus développé dans l’aire occidentale et méridionale de l’Europe, dont la France, que dans sa partie continentale, dont l’Allemagne1. Saint-Gobain se rattache-t-il à l’un ou à l’autre cas ? Ces travaux économétriques sont en général élaborés à partir de données très récentes, à l’échelle de la décennie. Peut-on en transposer la problématique à une période antérieure ?

  • 2  Nous remercions vivement Madame Marie de Laubier, directrice des Relations générales du groupe, qu (...)
  • 3  Horst Möller, Saint-Gobain in Deutschland von 1853 bis zur Gegenwart. Geschichte eines europäische (...)

2À ces interrogations, les archives du groupe, aisément consultables à Blois, fournissent des éléments de réponse2. Nous avons examiné celles du siège parisien concernant les relations avec l’Allemagne, ainsi que celles des vegla. Possédant en Rhénanie quatre glaceries, dont trois sises à proximité d’Aix-la-Chapelle, gérant les participations de Saint-Gobain dans les divers domaines de l’industrie du verre (vitrage, gobeleterie, flaconnage, fibre de verre), cette entreprise s’avère tout à la fois une firme industrielle et une holding. Ces glaceries occupent en Allemagne une place dominante. Placées sous l’autorité d’un directeur général, Jean-Louis Schrader, resté en fonction pendant près d’un quart de siècle, de 1946 à 1969, elles forment l’un des fleurons du groupe Saint-Gobain. Elles ont déjà été étudiées, y compris par nous-même, dans des travaux qui n’abordaient guère les problèmes de financement3. Nous souhaiterions les analyser ici à nouveau sous l’angle du crédit inter-entreprises, dans le cadre d’une période comprise entre 1948, date de la réforme monétaire, et 1969-1970, années marquées, pour les vegla, par le départ de leur directeur général, pour Saint-Gobain, par sa fusion avec Pont-à-Mousson et, pour l’économie allemande, par la fin du « miracle » et de l’expansion d’après-guerre. Après une première approche quantitative du phénomène, nous examinerons les raisons qui expliquent l’importance du crédit inter-entreprises, puis ses conséquences, tant pour le groupe lui-même que pour sa succursale.

I. L’importance quantitative contrastée du crédit inter‑entreprises

3Chez Saint-Gobain de multiples instances sont concernées par les relations avec l’Allemagne. Les vegla reçoivent régulièrement les visites des dirigeants de la maison mère, longtemps désignés comme « ces Messieurs de Paris », venus à Aix-la-Chapelle examiner les installations et discuter des problèmes d’avenir. Il n’est pas rare qu’en fasse partie le président de la Compagnie, d’abord Pierre Hély d’Oissel, puis, à partir de 1952, Arnaud de Vogüé. Parallèlement, à Paris, un comité des Affaires allemandes se réunit deux ou trois fois par an. Il rassemble, autour du directeur général des Glaceries, Eugène Gentil, auquel succède en 1952 Henry Saint-Mleux, plusieurs administrateurs et chefs de service, dont le directeur financier Paul Francin et le chef du service des Affaires d’Allemagne et d’Europe centrale, Marcel Noisette. À partir de 1959, les affaires allemandes relèvent du comité des Affaires internationales, présidé par Roger Lacharme, tandis que la direction générale des Glaceries prend le nom de direction générale des Industries du verre.

4Le fonctionnement de ces instances conduit à l’établissement de multiples comptes rendus et à une abondante correspondance. Pourtant, la gestion financière n’y figure qu’à l’arrière-plan. L’accent est plutôt mis sur d’autres problèmes : situation des principaux concurrents, fonctionnement des cartels de vente, renouvellement des techniques de fabrication. S’agit-il, chez les responsables, de désintérêt pour des questions jugées d’importance secondaire ? Ou bien faut-il y voir le résultat du mode de fonctionnement du groupe, les principales décisions étant prises à l’issue des rencontres à Paris et à Aix-la-Chapelle ou par voie d’échanges téléphoniques ? On s’étonne de cette lacune, qui ne s’explique pas clairement. Fort heureusement, les bilans et comptes de résultat des vegla, intégralement conservés pour toute la période étudiée, fournissent un fil directeur qui permet d’apprécier l’importance quantitative de leur pratique du crédit inter-entreprises.

A. Une faible présence dans les relations entre les vegla et leurs partenaires commerciaux en Allemagne

5Un net contraste peut être observé à cet égard. Avec les partenaires commerciaux allemands, l’importance du crédit inter-entreprises semble faible (figure 1).

Figure 1. Le crédit inter-entreprises dans les comptes des vegla (en % du bilan)

Figure 1. Le crédit inter-entreprises dans les comptes des vegla (en % du bilan)

Source : Direction générale des Industries du verre, CSG Hist 00004/106 à 110, Vereinigte Glaswerke, pièces comptables, 1948-1970 (de 1959 à 1965, chiffres au 30 novembre de chaque année).

6Durant les 23 années étudiées, le crédit fait par les vegla à leurs clients en Allemagne représente en moyenne 8,1 % du total du bilan, tandis que celui consenti par leurs fournisseurs y occupe une part plus faible (en moyenne 3,4 % du bilan). On n’observe pas de lien significatif avec la conjoncture. Si l’on raisonne par rapport au chiffre d’affaires, la situation est semblable, même si les chiffres sont plus élevés pour le crédit aux clients (9,0 % du CA), tandis qu’ils sont pratiquement identiques pour celui consenti par les fournisseurs (3,8 %). La différence entre crédit fait et crédit reçu s’établit en moyenne à 4,7 % du total du bilan. De tels ratios suggèrent l’absence de recours significatif au crédit inter-entreprises entre les vegla et leurs partenaires allemands. L’entreprise paraît ici semblable aux autres firmes allemandes qui évitent de recourir à ce mode de financement de l’activité commerciale.

B. Une place déterminante dans les relations entre les vegla et la maison mère

  • 4  Il s’agit essentiellement du procédé d’étirage du verre coulé utilisé par la Rheinische Ziehglas d (...)

7Il n’en est pas de même des relations financières entre les vegla et le reste du groupe Saint-Gobain. On est ici amené à examiner, non plus des créances et dettes commerciales, mais les fonds que la maison mère maintient en Allemagne. Désignés dans les bilans des vegla sous le nom de « compte ordinaire Paris », ils s’ajoutent à d’autres sommes liées aux relations entre maison mère et succursale : bénéfices antérieurs non rapatriés en France, contribution des vegla aux frais de fonctionnement du siège parisien, redevances sur licences au montant avancé par la maison mère4. L’ensemble forme le compte « administration centrale », ouvert dans les écritures des vegla à leur propriétaire unique, la Compagnie de Saint-Gobain. Il tient lieu pour elles de capital social. Correspondant à des flux financiers importants, souvent productifs d’intérêts semble-t-il, même si l’on ignore les taux pratiqués, ces relations représentent le moyen par lequel la maison mère gère ses rapports avec sa succursale allemande. Cette fois, le crédit ne fonctionne plus entre des partenaires commerciaux, mais entre les composantes d’un même groupe. On constate, à la lecture des bilans et comptes de résultat des vegla (figure 2), l’importance des sommes concernées ainsi qu’une évolution significative au cours de la période considérée.

Figure 2. Le compte d’administration centrale des vegla (en % du bilan)

Figure 2. Le compte d’administration centrale des vegla (en % du bilan)

Source : identique à la figure précédente.

8Alors que le crédit accordé par les vegla à leur clientèle, déduction faite de celui consenti par leurs fournisseurs, se situe en général en dessous de 5 % du bilan durant la période étudiée, le compte « administration centrale » possédé par la maison mère forme en moyenne 70 % du bilan des vegla, soit 14 fois plus. Jusqu’à la fin des années 1950, sa principale composante est représentée par le « compte ordinaire Paris », donc par les sommes maintenues en Allemagne par la maison mère. Puis, à partir de 1957, le report des bénéfices antérieurs dépasse le « compte ordinaire Paris », cependant que les autres composantes du compte d’administration centrale (frais d’administration du siège, redevances sur licences, bénéfice net de l’exercice) n’ont plus qu’une importance secondaire. À partir de 1959, le gonflement des reports de bénéfices antérieurs s’affirme, de sorte que la décennie suivante paraît davantage apaisée, comme si avait été atteint un rythme de croisière pour le financement des activités des vegla. Si l’on raisonne en chiffres absolus, et non plus en pourcentages du total du bilan, on constate que le montant du « compte ordinaire Paris » demeure identique pendant plusieurs années consécutives, comme en 1954-1959 ou en 1966-1969, ce qui dénote une volonté délibérée des dirigeants du groupe. Les archives Saint-Gobain fournissent des éléments qui permettent d’expliquer ces évolutions, très révélateurs de la manière dont fonctionnent les relations financières à l’intérieur du groupe.

II. Les facteurs de l’évolution

9Quatre éléments permettent de comprendre la manière dont se transforme le crédit inter-entreprises entre les vegla et leurs partenaires, situés ou non à l’intérieur du groupe.

A. Les transformations du cadre réglementaire

10Jusqu’en 1954 et 1959, dates respectives auxquelles le deutsche mark puis le franc deviennent librement convertibles pour les non-résidents, le contrôle des changes limite ou interdit les transferts de fonds entre France et Allemagne. Il rend ainsi indisponibles pour la maison mère les montants qu’elle a accumulés sur le compte « administration centrale » des vegla. Inversement les vegla ne peuvent trouver auprès de la maison mère les fonds nécessaires à leur développement. Pour faire face à leurs besoins de financement, la direction générale des Glaceries les incite à recourir à l’autofinancement et, au cas où celui-ci s’avérerait insuffisant, à emprunter les fonds nécessaires auprès des banques de la place, estimant cette solution d’autant plus souhaitable que, durant les années 1950, le crédit bancaire est moins onéreux en Allemagne qu’en France.

  • 5  Jean-Pierre Daviet, La Compagnie Saint-Gobain de 1830 à 1939 : une entreprise française à rayonnem (...)
  • 6  Fonds Eugène Gentil, SGV Hist 00001/221, Saint-Mleux à Schrader, 20/1/48.
  • 7  Direction générale des Industries du verre, CSG 000417/183, Division internationale, comité du 8/3 (...)

11Le crédit inter-entreprises fonctionne alors à rebours de ce que l’on pourrait en attendre. Dans sa thèse consacrée à la Compagnie de Saint-Gobain au xixe siècle et dans la première moitié du xxe siècle, Jean-Pierre-Daviet écrivait naguère que, de 1919 à 1939, elle « joue un peu le rôle de banquier, [ce qui] donne un contenu concret à la notion de groupe industriel »5. Durant la période étudiée ici, bien au contraire, le groupe ne finance pas le développement de sa succursale allemande, mais doit lui laisser une quasi-indépendance. Il semble bien que ce soit à son corps défendant. Le directeur général des vegla profite en effet de la situation pour ne tenir compte que de manière lointaine des directives parisiennes. En 1948 un sévère rappel à l’ordre est nécessaire pour qu’il mette fin à des pratiques comptables – qui, admissibles durant l’immédiat après-guerre, ne le sont plus du fait du retour à la normale –, qu’il inscrive dans les comptes des vegla la part qui leur revient dans les frais de fonctionnement du siège parisien du groupe – proportionnellement à leur chiffre d’affaires selon une règle établie avant la guerre par l’administration fiscale allemande – et qu’il s’engage à respecter un calendrier pluriannuel applicable jusqu’en 19526. Il faut attendre le tournant de la décennie, marqué par le retour du franc à la convertibilité externe en 1959, pour qu’à la grande satisfaction des dirigeants du groupe les transferts de fonds reprennent entre Aix-la-Chapelle et Paris, permettant le rapatriement progressif vers la France des bénéfices accumulés outre-Rhin, et pour que, parallèlement, les vegla consacrent une partie de leur trésorerie surabondante à rembourser leur dette auprès des banques allemandes. Celle-ci passe par un point bas en 1959-1960. Le directeur financier de la Compagnie Paul Francin confirme la réalité de ce désendettement aux administrateurs du groupe lors d’un comité de la Division internationale. À la question posée par le comte Elphège Frémy, il répond : « Oui, et nous rentrons nos bénéfices »7. Le phénomène reste cependant de courte durée, car la dette des vegla reprend ensuite son ascension. À son point culminant, en 1966, elle atteint 75 millions de deutsche marks, un montant multiplié par trois en 5 ans en monnaie constante. Il reste que, la contrainte monétaire étant désormais desserrée, les années 1960 forment une période homogène durant laquelle on peut observer le développement de facteurs propices au renforcement des relations financières entre maison mère et succursale.

B. La multiplication des besoins financés par le crédit inter‑entreprises

12Tout au long des années 1960, les vegla suivent une stratégie de croissance brillante, à la fois interne et externe. Celle-ci est-elle impulsée d’Aix-la-Chapelle ou de Paris, de la succursale ou de la maison mère ? Il n’est pas toujours aisé de le savoir. Du moins constate-t-on que, placées face aux conséquences des choix effectués, mais ne pouvant les financer, ni par leurs propres ressources, ni par des emprunts auprès des banques allemandes qui ont déjà atteint la limite du supportable, les vegla font appel à la maison mère pour la prise en charge de certains financements, notamment lorsqu’il s’agit de projets profitant à l’ensemble du groupe.

13C’est le cas, en croissance interne, de la modernisation des techniques de fabrication dans les usines du groupe. Après avoir introduit dans la glacerie allemande de Stolberg, près d’Aix-la-Chapelle, dès 1953, un procédé de douci-poli continu permettant de traiter simultanément les deux faces de la glace, puis l’avoir fait adopter en France, on renouvelle l’opération en sens inverse en 1962, avec le procédé Jusant qui, en un ultime perfectionnement des techniques mécaniques traditionnelles, automatise complètement les opérations de polissage. Il est inauguré en France, à Chantereine, en 1959, puis introduit dans les glaceries allemandes à partir de 1962.

  • 8  Fonds Arnaud de Vogüé, CSG 01652/091, note intitulée « G-H » (Grünzweig und Hartmann) sans indicat (...)
  • 9  Direction générale des Industries du verre, CSG Hist 00004/120, Gerresheimer Glashüttenwerke, note (...)

14Il en est de même de la croissance externe. Celle-ci conduit les vegla à acquérir de multiples entreprises de tailles diverses et à renforcer leur place dans des domaines où elles n’avaient jusqu’alors guère pénétré comme la fibre de verre, les verres spéciaux, les matériaux isolants. Lorsqu’en 1961 l’opportunité se présente de racheter à une grande banque régionale, la Bayerische Staatsbank, sa participation dans le capital du principal fabricant allemand de matériaux isolants, Grünzweig und Hartmann, l’opération est programmée en deux temps. Une première tranche (27 % du capital), est financée immédiatement par les vegla sur leurs ressources propres ; une deuxième, d’un montant identique, incombe 2 ans plus tard à la trésorerie du siège parisien. Une note précise : « Bien entendu, il s’agi [t], non pas du versement du prix d’achat, mais de prêt ». Et, preuve que les habitudes prises durant la période précédente par la direction générale des vegla n’ont pas entièrement disparu, elle ajoute : « Il faut préalablement que […] l’on impose à Schrader un effort de trésorerie définitif en prenant les fonds sur les bénéfices arriérés, quitte à réduire provisoirement le programme d’investissement en Allemagne »8. Deux ans plus tard, en 1963, Saint-Gobain décide de racheter la totalité des activités dans la fibre de verre et les matériaux isolants d’une entreprise verrière de Düsseldorf, les Gerresheimer Glashüttenwerke, contrôlée depuis l’avant-guerre par le groupe américain Owen Illinois, qui partageait déjà la moitié de ses activités dans ce domaine avec Saint-Gobain. L’opération mobilise des capitaux importants. Aussi tente-t-on de la réaliser avec un partenaire extérieur, le groupe Gillet, par l’intermédiaire de sa filiale Pricel (Participations industrielles et cellulosiques) qui rassemble ses intérêts industriels, parmi lesquels figurent des avoirs dans Saint-Gobain. L’effort financier requis en serait réduit d’autant. Mais, cette combinaison ayant échoué, on en revient à un partage des responsabilités entre maison mère et succursale allemande sans intervention extérieure : 61 % du montant de l’opération sont supportés par la trésorerie du siège parisien, 39 % par les vegla9.

C. Le rôle joué par la filiale gérant les intérêts financiers du groupe

15Comme d’autres groupes français à forte présence internationale, Saint-Gobain adopte durant cette période de nouvelles méthodes de gestion qui transforment ses relations financières internes et renforcent sa cohésion. Les préoccupations fiscales servent ici d’élément déclencheur. On les voit se manifester lors de la création, dès la fin de 1960, d’une holding helvétique, la Sofri (Société fribourgeoise SA), devenue 3 ans plus tard Saint-Gobain International.

  • 10  Fonds Eugène Gentil, SGV Hist 00001/221, lettre de la direction des Glaceries à la direction génér (...)
  • 11  Fonds René Grandgeorge, CSG 01650/226, comité des Affaires d’Allemagne, séance du 19/03/1958.
  • 12Ibid., Schrader à Francin, 03/05/1965. La démarche semble avoir réussi si l’on en croit le rapport (...)

16Celle-ci sert d’abord à gérer les participations du groupe dans certains pays à situation financière fragile qui limitent encore les sorties de devises vers l’étranger, comme l’Italie qui, malgré son adhésion à l’accord monétaire européen signé en 1955, limite encore les sorties de devises vers l’étranger. Elle permet également de bénéficier d’avantages fiscaux, répondant ainsi à un souci de minimisation de l’imposition constamment présent dans l’esprit des dirigeants de Saint-Gobain. Dès 1954, ils se renseignent auprès des administrations fiscales françaises et allemandes sur la possibilité de déduire du bénéfice imposable des vegla la quote-part prise par celles-ci dans les frais généraux du groupe, n’hésitant pas à recourir l’année suivante aux services du Conseil national du patronat français10. Quatre ans plus tard, ils s’informent du régime fiscal qui, en Allemagne, fait échapper à l’impôt les Organgesellschaften (« sociétés organiques »), filiales contrôlées pour plus de la moitié de leur capital par des groupes qui en intègrent les résultats à leur bénéfice imposable11. Puis ils demandent au ministère des Finances du Land de Rhénanie-Westphalie d’admettre les vegla au bénéfice du Schachtelprivileg (« privilège des sociétés à tiroirs »), par exception au principe qui en exclut les filiales de sociétés étrangères, pour pouvoir en récupérer une partie des impôts versés depuis 1957 et les déduire ultérieurement du bénéfice imposable12.

  • 13  Direction générale des Industries du verre, CSG 000417/185, Division internationale, comité du 22  (...)

17La troisième tâche dévolue à la Sofri consiste à gérer les parts d’entreprises récemment acquises par les vegla, tout en les maintenant dans des limites évitant la surimposition. Ainsi, après avoir transféré à la Sofri les 27 % du capital de Grünzweig und Hartmann acquis en 1961, on les ramène 3 ans plus tard à 24,5 %, diminution insolite dans les affaires de la Compagnie, qui permet de faire bénéficier les vegla d’une convention germano-suisse sur la double imposition dégrevant d’impôt en Allemagne les firmes possédées par des actionnaires suisses pour moins de 25 % de leur capital13. La Sofri sert enfin de cadre d’accueil pour des entreprises récemment fondées par le groupe. Mais on aborde ici un domaine où se manifestent les ambitions croissantes qu’assignent au crédit inter-entreprises les dirigeants du groupe.

D. L’émergence de grands projets

  • 14  Direction générale des Industries du verre, CSG Hist 00004/120, Erste Deutsche Floatglass GmbH, co (...)

18Les vegla jouent un rôle important dans un grand montage financier mis en place par Saint-Gobain au milieu des années 1960. Il s’agit ici pour la Compagnie de rattraper l’erreur d’appréciation commise par ses dirigeants au milieu des années 1950 lors de l’apparition du procédé float de fabrication de la glace, mis au point par le groupe britannique Pilkington. Saint-Gobain, qui a engagé au même moment des frais considérables dans l’amélioration des procédés mécaniques traditionnels de doucissement et de polissage de la glace, ne croit pas à l’avenir du procédé nouveau et se borne en 1963 à en faire l’acquisition pour la France, l’Allemagne et l’Italie, en association avec un partenaire belge, les Glaceries de Saint-Roch, mais sans chercher à le mettre immédiatement en application. On en reste au stade d’une société d’études, la Erste Deutsche Floatglass GmbH, dont 60 % du capital appartiennent aux vegla et 40 % aux Glaceries de Saint-Roch14. Lorsque, 3 ans plus tard, des consortiums rivaux entreprennent la construction d’installations mettant en œuvre la nouvelle technologie, en Allemagne et Italie, mais aussi en France et en Belgique, la supériorité technologique de Saint-Gobain se trouve sérieusement menacée. Les dirigeants croient trouver la parade en renforçant les liens avec les Glaceries de Saint-Roch, avec lesquelles ils sont en rapport depuis longtemps en une alternance de phases de rapprochement et de tension. Ils échafaudent, à grand renfort de montages financiers, d’échanges d’actions et de transferts de capitaux, un projet secret, baptisé du nom de code d’« opération Saint-Roch », qui permettrait tout à la fois de lutter contre les consortiums rivaux qui ont devancé Saint-Gobain dans l’emploi du procédé float et de reconquérir l’avantage dans un domaine d’avenir, celui des matériaux isolants et de la fibre de verre. Le moyen employé consisterait à regrouper autour de Saint-Roch les principaux fabricants européens de ces produits, en recourant à des augmentations de capital du groupe belge auxquelles souscriraient la holding financière de Saint-Gobain et certaines de ses filiales les plus prospères, dont les vegla. Au terme de ces opérations, le groupe français contrôlerait directement et indirectement 30 % environ du capital de l’ensemble.

  • 15  Direction générale des Industries du verre, CSG 000417/185, Division internationale, comité du 23  (...)

19Il est intéressant de souligner que la place réservée aux vegla s’accompagnerait pour leur directeur général d’un siège au conseil d’administration du futur groupe. On constate aussi que les intentions de Saint-Gobain continuent de fluctuer entre une volonté affichée d’accepter la compétition internationale et un souci bien réel d’en contrôler les effets. Ainsi, commentant l’« opération Saint-Roch » devant le comité financier de la division internationale de Saint-Gobain, le président Arnaud de Vogüé déclare significativement : « Grâce à nos usines rachetées (Gerresheim, Glaswatte, etc.), nous contrôlons les matériaux isolants en Allemagne et nous faisons disparaître les compétitions inutiles »15. L’ambiguïté de la stratégie suivie grâce au recours au crédit inter-entreprises reste donc réelle. Mais quels sont plus généralement les résultats du mode de développement adopté par Saint-Gobain en Allemagne tout au long de la période étudiée ?

III. Des résultats bénéfiques, malgré plusieurs échecs

A. Des échecs nombreux mais relativement mineurs

  • 16  Direction générale des Industries du verre, CSG 000417/191, séance du comité financier du 19 septe (...)
  • 17Ibid., séance du 20 juillet 1966.

20Parmi les échecs, certains paraissent graves. La Erste Deutsche Floatglas, société d’études constituée entre Saint-Gobain et les Glaceries de Saint-Roch pour l’introduction du procédé float, tant en Italie dans la glacerie de Pise qu’en Belgique, à Auvelais près de Liège, choisi comme siège de la société, n’obtient que de médiocres résultats. Trois ans après leur démarrage, les essais effectués demeurent infructueux. Chez les dirigeants de Saint-Gobain, l’accumulation des pertes fait douter de la validité de cette nouvelle technique de fabrication de la glace, certains estimant même, comme le directeur général des Industries du verre Roger Lacharme que « Pilkington s’est moqué de nous »16. De même, malgré l’abondance de ses ressources, la trésorerie des vegla ne suffit pas à redresser des glaceries devenues obsolètes comme celle de Franière en Belgique. Quant à l’« opération Saint-Roch », elle reste à l’état d’ébauche sans conduire à la rationalisation du secteur espérée, le groupe belge répugnant à sacrifier son indépendance. Enfin, comme les autres entreprises françaises ayant investi en Allemagne après 1945, le développement des vegla y subit un sévère coup d’arrêt lors de la récession conjoncturelle de 1966-1967. Rentré d’un voyage d’inspection outre-Rhin, le président Arnaud de Vogüé s’alarme du « revirement » de la situation économique, énumère les symptômes de crise présentés par la sidérurgie, les charbonnages, le bâtiment, la construction automobile, principal débouché des glaceries du groupe pour la fabrication de pare-brise, et estime la prudence dans la gestion financière indispensable17. Ces contre-performances représentent cependant peu de choses si on les compare aux apports que le recours au crédit inter-entreprises procure à la Compagnie de Saint-Gobain tout d’abord, à sa succursale allemande ensuite.

B. En contrepartie, des résultats positifs pour Saint‑Gobain

  • 18Ibid., séance du 26 janvier 1966, état des participations étrangères cotées en Bourse au 31 décemb (...)
  • 19  Direction générale des Industries du verre, CSG 000417/192, séance du comité financier du 5 juin 1 (...)

21Pour le groupe, le principal acquis est bien évidemment de nature financière. Dans le portefeuille de participations françaises et étrangères cotées en Bourse possédées par Saint-Gobain, l’Allemagne s’impose au tout premier rang, devançant la Belgique, l’Italie et l’Espagne. À partir du milieu des années 1960, son pourcentage est compris entre 35 et 53 %, qu’il s’agisse de participations détenues directement par le groupe ou indirectement par l’intermédiaire des vegla et de Saint-Gobain international18. Sur le plan de la trésorerie, l’apport n’est pas moindre. Dans les états mensuels communiqués aux administrateurs par la direction financière, les rentrées de fonds en provenance des vegla, sous forme de rapatriement de bénéfices antérieurs ou de participation aux frais de fonctionnement du groupe, revêtent une importance déterminante. Lorsqu’un déficit de trésorerie est prévu, les envois de fonds d’Aix-la-Chapelle vers Paris permettent d’en atténuer l’ampleur. Le phénomène persiste jusqu’à la fusion avec Pont-à-Mousson en 1970. Dans un tableau où s’accumulent les sorties de fonds qui affaiblissent la position du groupe vis-à-vis d’éventuels repreneurs, les versements effectués par les vegla représentent l’exception, avec ceux de quelques rares filiales françaises comme les Produits chimiques et raffineries de Berre : 19,5 millions de francs, face à une insuffisance de trésorerie qui atteint 25,5 millions de francs en mai 197019.

  • 20Ibid., note sur l’augmentation du capital de Fibras minerales, présentée à la séance du comité fin (...)
  • 21Ibid., séance du comité financier du 11 juin 1969.

22Grâce à cette manne qu’a représentée pour lui sa succursale allemande, grâce aussi à la facilité des transferts financiers entre pays durant ces années 1960, qui correspondent à la construction de l’Europe, le groupe Saint-Gobain poursuit une expansion qui dépasse largement l’horizon franco-allemand. Par exemple, en 1965, il fait appel à Grünzweig und Hartmann, désormais filiale des vegla, pour souscrire à 15 % du capital d’un fabricant espagnol de matériaux isolants, Fibras minerales, les autres actionnaires étant le groupe Saint-Gobain lui-même (40 %), sa filiale espagnole Esperanza (25 %) et la banque madrilène Urquijo (20 %). Cette présence allemande au tour de table peut paraître marginale. Il est néanmoins significatif qu’on la présente aux administrateurs du groupe, non pas comme résultant d’une véritable complémentarité industrielle entre firmes, mais comme obéissant à une logique économique d’ordre général20. Elle a pour conséquence, comme d’autres opérations du même type, de renforcer le poids de Saint-Gobain en Europe. Ceci a pour contrepartie l’ouverture progressive du capital de la Compagnie à des investisseurs non français. Les dirigeants semblent s’en féliciter. En 1969, annonçant au comité financier du groupe l’acquisition par la Westdeutsche Landesbank Girozentrale de Düsseldorf de 7 % du capital de la Compagnie, le président de Vogüé y voit la conséquence d’un récent accord franco-allemand sur l’égalité de traitement fiscal entre les actionnaires des deux pays21. Il est permis aussi d’estimer, compte tenu de la date à laquelle elle est rendue publique, 10 jours seulement avant l’assemblée générale extraordinaire entérinant le projet de fusion avec Pont-à-Mousson, qu’elle est liée à la recherche de soutiens extérieurs à laquelle se sont livrés les dirigeants du groupe pour éviter qu’il ne perde son indépendance. Quoi qu’il en soit, cette entrée annonce un phénomène appelé à prendre par la suite de plus amples proportions : l’internationalisation de son capital.

  • 22  Nous pensons ici aux travaux réalisés ou dirigés par Mira Wilkins, Maurice Lévy-Leboyer, Peter Her (...)

23En définitive, le crédit inter-entreprises, en finançant de multiples opérations, souligne le passage du groupe à un mode de gestion multinational. Appuyé sur sa forte présence dans l’ensemble du monde, tant commerciale que financière, il recourt à des formules pour lui inédites. L’importance dévolue à la Sofri, devenue Saint-Gobain International, semble à cet égard caractéristique. On pourrait en trouver d’autres, comme le parcours de carrière des cadres dirigeants, le recours aux échanges de technologie avec l’étranger, le mode d’établissement des prévisions budgétaires, la façon dont sont prises les décisions, la composition de l’actionnariat. Tout témoigne de la transformation du groupe qui, accédant désormais au statut de firme transnationale, en adopte les méthodes de gestion, si tant est qu’on puisse parler de modalités communes dans un domaine où chacune possède ses règles, traditions et spécificités. Saint-Gobain rejoint ainsi d’autres cas étudiés par les historiens économistes22. Or, il importe de le souligner, la rapidité de sa mutation a pris appui sur le crédit inter-entreprises.

C. Pour les vegla, des bénéfices supérieurs à ceux de la maison mère

  • 23  Martin Höpner, Lothar Krempel, “The politics of the German company networkˮ, Competition and chang (...)
  • 24  Fonds Eugène Gentil, SGV Hist 00001/221, « note sur nos entretiens avec la Deutsche Bank le 19 oct (...)

24Pour la succursale allemande de Saint-Gobain, l’apport est également largement positif. Grâce à lui, la firme d’Aix-la-Chapelle a pu préserver son indépendance à l’égard des banques, à la différence d’autres entreprises allemandes de l’industrie du verre comme la Deutsche Libbey-Owens Gesellschaft (DELOG) dont Hermann-Josef Abs, le président de la Deutsche Bank, préside le conseil de surveillance. La période étudiée ici est en effet celle où, en Allemagne, l’interpénétration entre banque et industrie paraît aux observateurs inséparable du « modèle rhénan de capitalisme »23. Qu’il s’agisse des agences locales de grandes banques universelles comme la Deutsche Bank, de groupes appartenant à la région comme la Rheinisch-Westfälische Bank ou extérieurs à elle comme la Bayerische Staatsbank ou encore de Privatbanken comme la Berliner Handelsgesellschaft, aux dimensions réduites, mais très au courant des rapports de force locaux, toutes proposent aux vegla des crédits adaptés à leurs besoins. Y recourir risquerait de grever les résultats ultérieurs de lourdes charges. Y échapper ne peut se faire qu’en s’intégrant davantage au groupe Saint-Gobain. Crédit bancaire et crédit inter-entreprises représentent à cet égard des moyens plus opposés que complémentaires de financer les investissements. C’est ce que souligne par exemple un épisode survenu en 1956. Venus à Aix-la-Chapelle pour discuter avec les dirigeants des vegla de leurs projets financiers, des représentants de la Deutsche Bank, après avoir visité les glaceries, alors en pleins travaux de modernisation, apprennent que les vegla souhaitent emprunter à la banque allemande les devises nécessaires au transfert vers Paris d’une somme importante au titre de la participation aux frais généraux du groupe. La vivacité de leur réaction est révélatrice : « Ces Messieurs ont manifesté leur étonnement de nous voir aborder cette question alors que notre dette en banque est déjà si élevée. […] Après de longues discussions, ils se sont cependant déclarés d’accord pour envisager un transfert échelonné […] ». Et le rédacteur de la note d’ajouter : « Nous espérons qu’entre-temps le fonctionnement à plein de la nouvelle ligne (de fabrication de la glace) de Stolberg nous permettra d’améliorer notre situation financière et de nous présenter en meilleure situation vis-à-vis de la banque »24. Tout se passe comme si, dans l’esprit des banquiers allemands, leur établissement ne pouvait prêter de l’argent pour financer à la fois la modernisation des usines et la consolidation des rapports entre une firme allemande et le groupe français auquel elle appartient.

25Des choix difficiles doivent donc être faits. Toujours est-il que, au cours de cette période, le recours au crédit inter-entreprises a permis aux vegla de constituer avec leurs filiales un véritable groupe. Elles leur ont consenti des avances qui représentent une part non négligeable de leur propre bilan, surtout lors des périodes difficiles (1959, 1968-1970), et en ont obtenu des délais de règlement soulageant leur propre trésorerie. Ainsi se reproduisent à l’intérieur du groupe vegla des rapports analogues à ceux qui sont en vigueur entre la succursale allemande et le siège parisien.

26Enfin, le poids des vegla à l’intérieur du groupe Saint-Gobain s’est affirmé, surtout à partir du début des années 1960. Certaines années, leur portefeuille de participations en Allemagne les place à la tête des filiales et succursales de la Compagnie situées à l’étranger, devançant celles du reste de l’Europe (Belgique, Espagne, Pays-Bas) ou du monde (États-Unis). Encore faudrait-il y inclure les participations indirectes contrôlées par Saint-Gobain International ou possédées dans d’autres pays comme dans les Cristalleries de Saint-Roch ou dans Fibras minerales.

  • 25  Direction générale des Industries du verre, CSG Hist 00004/106 à 110, Vereinigte Glaswerke, pièces (...)

27Tout cet acquis résulte en grande partie du crédit inter-entreprises. En y recourant, les vegla se sont écartées du modèle germanique qui n’accorde à cette formule qu’une place marginale, ou plutôt elles ne l’ont suivi que dans ses aspects commerciaux. Dans leurs relations financières avec la maison mère et leurs propres filiales, elles se sont plutôt rapprochées d’un autre modèle de gestion : celui de la France. Il est significatif d’observer qu’à l’actif de leur bilan, le montant des participations dépasse dès 1961 celui des immobilisations nettes et qu’il en représente plus du double en 197025 (figure 3). On rejoint ici le cas de figure que présentent au même moment plusieurs grands groupes industriels français. Ne peut-on considérer que la situation originale des vegla les fait participer des deux modèles à la fois ?

Figure 3. Les grandes masses de l’actif des vegla (en % du bilan)

Figure 3. Les grandes masses de l’actif des vegla (en % du bilan)

Source : identique à la figure précédente

Conclusion

28Vers le milieu des années 1960, à l’intérieur du groupe Saint-Gobain, les relations changent de caractère. Leur rôle dans les rapports entre la Compagnie et sa succursale allemande se modifie. Grâce à une gestion financière cohérente et à l’autonomie de gestion laissée à sa succursale, le groupe Saint-Gobain poursuit avec succès une expérience déjà longue d’internationalisation. Certes des échecs entachent sa réussite. L’introduction tardive du float glass dans les usines allemandes s’est accompagnée de pertes. La tentative de constitution d’un grand pôle européen de la fibre de verre et des matériaux isolants s’est heurtée à de multiples obstacles. Des soubresauts conjoncturels ont menacé les acquis. Il reste que, dans ce bilan largement positif, la gestion financière occupe une large part, sans oublier les autres facteurs explicatifs de sa réussite en Allemagne comme la stabilité de l’équipe dirigeante, la qualification de la main-d’œuvre, l’adaptation des produits aux besoins de la clientèle. Chez Saint-Gobain, le mode de financement a sa part dans la constitution progressive du groupe et dans son passage au stade de firme transnationale. Malgré des travaux remarquables mais déjà anciens, ce sujet reste peu étudié par les historiens français de l’économie. Puisse le cas des rapports entre Saint-Gobain et l’Allemagne suggérer que la notion de crédit inter-entreprises mériterait d’être approfondie dans cette perspective et pourrait conduire à de nouveaux progrès.

Notes

1  Raghuran Rajan  and Luigi Zingales, “What do we know about Capital Structures? Some Evidence from International Data”, The journal of finance, vol. 50, no 5, décembre 1995, p. 1421-1460 ; Annie Sauvé, Manfred Scheuer, “Corporate Finance in Germany and France : a comparative Analysis”, Bundesbank monthly report, octobre 1994, p. 29-45.

2  Nous remercions vivement Madame Marie de Laubier, directrice des Relations générales du groupe, qui nous en a autorisé l’accès, ainsi que les responsables de Saint-Gobain Archives pour leur accueil et leur disponibilité face à nos nombreuses questions, en particulier Anne Alonzo et Amandine Métraux. Toutes les références d’archives indiquées ici proviennent de ce fonds.

3  Horst Möller, Saint-Gobain in Deutschland von 1853 bis zur Gegenwart. Geschichte eines europäischen Unternehmens, Munich, C. H. Beck Verlag, 2001 ; Jean-François Eck, Les entreprises françaises face à l’Allemagne de 1945 à la fin des années 1960, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2003.

4  Il s’agit essentiellement du procédé d’étirage du verre coulé utilisé par la Rheinische Ziehglas dans son usine de Porz-Urbach près de Cologne, dont la licence est rachetée par Saint-Gobain en 1951 lors de la prise de contrôle de cette entreprise. Ce sont les vegla qui gèrent cette nouvelle participation.

5  Jean-Pierre Daviet, La Compagnie Saint-Gobain de 1830 à 1939 : une entreprise française à rayonnement international, thèse de doctorat, université de Paris I, 1983, 1493 p.

6  Fonds Eugène Gentil, SGV Hist 00001/221, Saint-Mleux à Schrader, 20/1/48.

7  Direction générale des Industries du verre, CSG 000417/183, Division internationale, comité du 8/3/61, notes manuscrites du secrétaire de séance Boyer-Chammard. Elphège Frémy est l’héritier d’une famille d’administrateurs qui siège dans les conseils de la Compagnie tout au long des xixe et xxe siècles. Il est par ailleurs archiviste-paléographe.

8  Fonds Arnaud de Vogüé, CSG 01652/091, note intitulée « G-H » (Grünzweig und Hartmann) sans indication d’auteur, 20 octobre 1961 (souligné dans le texte).

9  Direction générale des Industries du verre, CSG Hist 00004/120, Gerresheimer Glashüttenwerke, note intitulée « Rachats à Gerresheim » sans indication d’auteur, 2 juillet 1963. L’ouvrage récent d’Hervé Joly, Les Gillet de Lyon. Fortunes d’une grande dynastie industrielle 1838-2015, Genève, Droz, 2015, consacre l’un de ses chapitres à Pricel et à son portefeuille de participations, notamment dans Saint-Gobain.

10  Fonds Eugène Gentil, SGV Hist 00001/221, lettre de la direction des Glaceries à la direction générale des Impôts, 16/3/54 ; compte rendu d’une visite à Aix-la-Chapelle de Jean-Pierre Collet, représentant du CNPF, sur l’établissement d’une convention franco-allemande sur la double imposition à présenter par l’organisation patronale aux pouvoirs publics, 20-21/12/55.

11  Fonds René Grandgeorge, CSG 01650/226, comité des Affaires d’Allemagne, séance du 19/03/1958.

12Ibid., Schrader à Francin, 03/05/1965. La démarche semble avoir réussi si l’on en croit le rapport annuel d’activité du groupe Saint-Gobain pour l’année 1965, qui annonce que cinq filiales des Vegla (Gevetex, Glaswattte, Gossler, Kap-Asbest et Kinon), bénéficiant du statut d’Organgesellschaft, sont « considérées fiscalement comme une seule unité [avec la maison-mère], tant pour l’impôt sur le chiffre d’affaires que pour les impôts locaux et l’impôt sur les sociétés ».

13  Direction générale des Industries du verre, CSG 000417/185, Division internationale, comité du 22 juillet 1964 : cession à la Sofri de 24,54 % de Grünzweig und Hartmann.

14  Direction générale des Industries du verre, CSG Hist 00004/120, Erste Deutsche Floatglass GmbH, contrat d’association entre les Vegla et les Glaceries de Saint-Roch, 21 août 1964.

15  Direction générale des Industries du verre, CSG 000417/185, Division internationale, comité du 23 décembre 1964, notes du secrétaire de séance Boyer-Chammard.

16  Direction générale des Industries du verre, CSG 000417/191, séance du comité financier du 19 septembre 1966.

17Ibid., séance du 20 juillet 1966.

18Ibid., séance du 26 janvier 1966, état des participations étrangères cotées en Bourse au 31 décembre 1965.

19  Direction générale des Industries du verre, CSG 000417/192, séance du comité financier du 5 juin 1970, exposé par Paul Francin de la situation de trésorerie.

20Ibid., note sur l’augmentation du capital de Fibras minerales, présentée à la séance du comité financier du 26 mai 1965. L’opération est justifiée en termes vagues par « le développement industriel de l’Espagne ».

21Ibid., séance du comité financier du 11 juin 1969.

22  Nous pensons ici aux travaux réalisés ou dirigés par Mira Wilkins, Maurice Lévy-Leboyer, Peter Hertner, Geoffrey Jones, Patrick Fridenson.

23  Martin Höpner, Lothar Krempel, “The politics of the German company networkˮ, Competition and change, vol. 8-4, décembre 2004, p. 339-356 ; Michel Hau (dir.), Regards sur le capitalisme rhénan, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2009.

24  Fonds Eugène Gentil, SGV Hist 00001/221, « note sur nos entretiens avec la Deutsche Bank le 19 octobre 1956 » (non signée).

25  Direction générale des Industries du verre, CSG Hist 00004/106 à 110, Vereinigte Glaswerke, pièces comptables, 1948-1970 (de 1959 à 1965, chiffres au 30 novembre de chaque année).

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le crédit inter-entreprises dans les comptes des vegla (en % du bilan)
Crédits Source : Direction générale des Industries du verre, CSG Hist 00004/106 à 110, Vereinigte Glaswerke, pièces comptables, 1948-1970 (de 1959 à 1965, chiffres au 30 novembre de chaque année).
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5891/img-1.png
Fichier image/png, 170k
Titre Figure 2. Le compte d’administration centrale des vegla (en % du bilan)
Crédits Source : identique à la figure précédente.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5891/img-2.png
Fichier image/png, 206k
Titre Figure 3. Les grandes masses de l’actif des vegla (en % du bilan)
Crédits Source : identique à la figure précédente
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5891/img-3.png
Fichier image/png, 129k

Auteur

Jean-François Eck, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Lille III, s’est spécialisé dans l’étude des relations économiques franco-allemandes au xxe siècle. Outre son mémoire d’habilitation à diriger des recherches, publié en 2003 par le Comité pour l’histoire économique et financière de la France sous le titre Les entreprises françaises face à l’Allemagne de 1945 à la fin des années 1960, il a publié Histoire de l’économie française de la crise de 1929 à l’euro, Paris, Armand Colin, coll. U, 2009, codirigé plusieurs ouvrages sur l’histoire économique et sociale de l’Europe du Nord-Ouest et contribué à des colloques sur l’internationalisation des entreprises, les territoires industriels et les circulations d’hommes, techniques et capitaux dans la partie de l’Europe continentale située entre Seine et Rhin.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search