Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contrôler les finances sous l’Ancien Régime

 | 
Dominique Le Page

Nos seigneurs des comptes

Au XVIe siècle, l’office de la Chambre des Comptes de Paris comme investissement : Les marchands bourgeois face à la fonction publique

Robert Descimon

Texte intégral

Cette communication est dédiée à mon ami
Jean-François Pernot,
connaisseur incomparable
de la Chambre des comptes parisienne.

  • 1 H. Coustant d’Yanville (comte), Chambre des Comptes de Paris. Essais historiques et chronologiques, (...)
  • 2 Franco Angiolini et Daniel Roche, Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, éd. de (...)
  • 3 Jean-François Pernot, « L’activité de la Chambre des Comptes de Paris à l’époque moderne. Premiers (...)

1Les magistrats de la Chambre des comptes n’étaient pas censés être des juristes savants comme les juges de la justice civile et criminelle. Leur juridiction financière requérait un savoir technique et comptable pour entendre, corriger et juger les comptes des receveurs généraux et particuliers de l’immense ressort de la cour parisienne1. La culture des marchands n’était pas en décalage avec les exigences de la profession de juges financiers, même si les techniques arithmétiques n’étaient pas forcément les mêmes2. Les deux métiers exigeaient application, précision et une certaine ascèse intellectuelle, l’esprit de routine, surtout chez les financiers3. Néanmoins les marchands parisiens et leurs fils ne semblent pas avoir fourni de forts contingents à la Chambre des comptes, à quelque niveau de la hiérarchie des magistrats de la Chambre que l’on se place (présidents, maîtres, correcteurs, auditeurs, dans cet ordre). La différence avec le Parlement, sanctuaire de la justice savante, ne semble pas considérable. Une barrière sociale séparait-elle déjà des milieux qui pourtant avaient part à la domination sociale au sein de la capitale ? Le service du roi refusait-il de se compromettre avec les activités privées des marchands ? Ou bien la présence discrète des familles marchandes résultait-elle de cheminements généalogiques complexes qui échappent au premier regard ?

  • 4 Robert Descimon, « The "Bourgeoisie seconde" : Social Differentiation in the Parisian Municipal Oli (...)

2Y avait-il contradiction entre les attentes des marchands et l’exercice de l’office, surtout quand, comme aux Comptes, il était de bon revenu4 ?

I. Le choix du « gain profitable »

  • 5 Arch. nat., minutier central, LXXXVII 17, 2 avril 1556, contrat de mariage avec la fille du riche n (...)
  • 6 Arch. nat., minutier central, LXXXVII 17, 23 octobre 1556, vente de la maison du « Dauphin » moyenn (...)
  • 7 Roland Mousnier, La vénalité des offices sous Henri IV et Louis XIII, Presses universitaires de Fra (...)
  • 8 Arch. nat., minutier central, LXXXVII 64, 9 septembre 1560, inventaire après décès (il était mort l (...)
  • 9 Arch. nat., P 2632, p. 422, 9e office bis, réception de Jacques Scoppart le 4 janvier 1556 (a.s.), (...)

3La faim d’offices pouvait se réclamer de l’ethos propre à l’élite commerçante parisienne : en 1556, Jacques Scoppart le jeune, marchand bourgeois de Paris, orphelin encore mineur, se fit auditeur des comptes aux lendemains de son mariage5. Il présente une requête demandant permission de vendre une maison qui lui est propre pour payer son office. Jacques Scoppart appartenait à une lignée de bons marchands épiciers d’origine allemande. La famille était implantée dans la notabilité municipale : le père avait été dizainier au quartier du Sépulcre. Deux de ses sœurs avaient épousé des épiciers, les Lescaloppier, qui venaient de s’installer dans la quartinerie du quartier (une famille, qui, par la finance, s’éleva, au xviie siècle, jusqu’à une présidence à mortier du Parlement de Paris). Mais Jacques Scoppart ne semble pas considérer la carrière des offices comme le prélude à une grande promotion sociale. Il se justifie en arguant que l’état de marchandise est trop ardu et trop aléatoire pour lui qui est jeune et manque de formation en matière commerciale. Le choix de « l’office honneste » ne répond pas à la recherche de l’honneur, mais bien du « gaing proffitable » et de « l’augmentation de son bien et maison6 ». La visée d’ascension sociale n’est pas contestable, mais elle ne se conforme pas aux critères de la « dignité avec fonction publique », telle que le juriste Charles Loyseau la théorisa un demi-siècle plus tard7. Jacques Scoppart ne tarda guère à mourir8 et son office fut perdu, puisque supprimé ; mais son frère cadet, Jean, fut reçu auditeur sur un autre office en 15719.

  • 10 Arch. nat., P 2632, p. 281, 1er office, provision du 7 septembre 1536, sur résignation de Michel de (...)
  • 11 Robert Descimon, « Réseaux de famille, réseaux de pouvoir ? Les quarteniers de la ville de Paris et (...)

4Les difficultés du commerce peuvent bien avoir poussé ainsi certains marchands sur les voies de l’office. Dès 1536, Nicolas Barthélemy, jeune mercier, se fait correcteur des comptes10 dans une famille du patriciat marchand qui devait diversifier ses investissements sociaux : il était le cadet et ses frères et beaux-frères s’illustraient dans le trafic international (sa jeune demi-sœur épousa cependant le procureur du roi à la Cour des aides). Dans la seconde moitié du xvie siècle, les Barthélemy se désinvestirent des affaires de la ville après les succès des deux générations de fondateurs11. Les offices de la Chambre des comptes leur offrirent l’échappatoire sans qu’il leur fût besoin d’investir dans de coûteuses et pénibles études dans les collèges. On multipliera plus loin les exemples.

  • 12 Roland Mousnier, La stratification sociale à Paris aux xvie et xviiie siècle. L’échantillon de 1634 (...)
  • 13 Arch. nat., minutier central, LXXXVI 126, f° 415, 21 mai 1587. La dot montait à 4 000 écus (12 000  (...)
  • 14 Arch. nat., P 2632, p. 489, 40e office d’auditeur, réception de Pierre (3) Poncher, 22 août 1624. A (...)

5À la fin du xvie siècle, on peut lire un autre roman d’acquisition d’office12. Pierre (2) Poncher était fils de Pierre (1) Poncher, marchand mercier, échevin sous la Ligue (1590), consul en 1587, finalement secrétaire du roi en décembre 1597, ce qui ne l’empêcha pas d’être élu juge des marchands en 1598, charge qu’il refusa. Même devenu secrétaire du roi, Pierre (1) Poncher ne cessait pas d’être tenu par ses pairs pour un marchand, mais, dans sa propre opinion, l’acquisition d’un office de chancellerie lui avait fait quitter les rangs des négociants (il avait d’ailleurs abandonné la rue Saint-Denis, paroisse Saint-Leu-Saint-Gilles, quartier marchand par excellence, pour la rue de la Tisseranderie paroisse Saint-Jean-en-Grève). En 1587, Pierre (1) avait acheté une charge d’auditeur des comptes à son fils à l’occasion de son mariage13. En 1597, Pierre (2) acquit une charge de maître pour 31 500 livres (10 500 écus) dont il empruntait 6 000 écus à son père. Ce dernier ne trouvait pas l’opération sage : il avait « plusieurs fois remonstré qu’il n’y avoit pas de prudence a hazarder tant d’argent en un office mortel ». Le droit annuel (instauré en décembre 1604) ne garantissait pas encore aux héritiers des officiers la propriété conditionnelle de la valeur de leur charge. On voit que l’incertitude de l’investissement faisait reculer un vieux marchand avisé comme Pierre (1) Poncher. Il avait bien tort. Pierre (2) connut une incontestable réussite, liée à son implication dans les affaires de finance ; il acheta en 1624 à son fils du premier lit un office d’auditeur14.

6Dans ces années, l’acquisition des offices des Comptes était on ne peut plus rentable ; c’était même une opération spéculative de premier choix. Par elle, se réalisait, en outre, l’accession à une catégorie supérieure, celle des officiers de cour souveraine.

  • 15 La thématique de « la trahison de la bourgeoisie » a été popularisée par Fernand Braudel, La Médite (...)

7La vieille question de la « trahison des marchands » rencontre là sa limite traditionnelle : dans une éthique du profit, était-ce trahir que de choisir une activité plus profitable que le commerce15 ?

II. L’office comme investissement

  • 16 Arch. nat., minutier central, LXXXVI 19, f° 234, 20 juillet 1547, accord entre Guy Arbaleste, sieur (...)
  • 17 Arch. nat., minutier central, VIII 220, 8 mai 1554. Ibid., 30 janvier 1555 (n.s.), Herbelot mourut (...)

8Depuis la création des parties casuelles en 1522-1523, les offices de finance sont vénaux. Il n’est pas prohibé d’en trafiquer ouvertement et l’on trouve dans les minutes notariales (parfois dans les brevets), quoique plus rarement qu’au xviie siècle, des actes de cession d’office qui s’assimilent à des ventes16. Une magistrature à la Chambre des comptes est un bien (elle est in bonis et faculta-tibus, disent les juristes) qui a une valeur. Ainsi Nicole Herbelot, seigneur de Ferrières, maître des comptes, résigne son office à son gendre Jean Lemaistre, avocat, sous condition qu’il passe procuration à son beau-père au cas où ce dernier recouvrerait la santé ; et, en cas contraire, « icelluy sieur le Maitre sera tenu de rapporter la valleur dud. estat et office de conseiller du roy clerc ordinaire en lad. Chambre des comptes a damoiselles [blanc], filles dud. sr. de Ferrieres pour estre party esgallement entre iceulx [sic]17 ». Dans un milieu qui n’est certes pas marchand, c’est l’ethos bourgeois de l’égalité qui s’impose aux esprits (il est vrai qu’Herbelot n’avait pas de fils). Les marchands n’avaient aucune raison de se sentir étrangers aux principes coutumiers qui régissaient la gestion et l’acquisition de l’office.

  • 18 Cf. Roland Mousnier, La vénalité…, op. cit., p. 44-46, qui note : « les résignations étaient presqu (...)

9Mais, avant 1604, ce bien qu’est l’office est fragile : il peut se perdre par la mort du titulaire soumis à la clause des quarante jours qui rend invalides les résignations si le résignant ne vivait plus passé ce laps de temps18. Capital aléatoire, l’office incitait à une rentabilisation accélérée, à la recherche d’un retour rapide sur investissement, à un exercice des charges publiques qui ne s’embarrassait pas trop de scrupules ; bref, un état d’esprit assez proche de celui qu’on prête au « capitaliste »…

  • 19 Arch. nat., minutier central, LXXXVI 158, 29 août 1584, titre 7 de l’inventaire après décès d’Henri (...)
  • 20 L’intercession au Conseil des finances de grands personnages permettait d’être exempté du paiement (...)
  • 21 Arch. nat., minutier central, LXXVIII 124, 17 août 1581, testament de Paris Hesselin, maître des co (...)

10De fait, les pertes d’office n’étaient pas rares : Henri (2) Ladvocat, auditeur des comptes, fils d’un grand mercier de la rue Saint-Denis (échevin en 1561, consul en 1564, juge en 1568) mourut en 1584 sans avoir résigné et sa charge était revenue au Trésor royal : son beau-père déclarait : « ayant pleu au roy luy accorder l’estat d’auditeur du deffunt vacant par sa mort pour la somme de 3 000 escus sol. [soit 9 000 livres], l’auroyt levé pour ledit prix aux parties casuelles. Et depuis, l’avoit vendu la somme de 4 666 escus deux tiers » ; il expliquait que le bénéfice réalisé, qui se montait, frais déduits, à 1 620 écus, lui tenait « lieu de recompense de ses services envers sa Majesté », mais qu’il entendait néanmoins qu’il tournât au profit de la veuve, sa fille, et des enfants19… Cette vénalité viagère, qui supposait la grâce royale obtenue par des intercessions clientélaires20, contribuait à faire concevoir les offices comme des propriétés familiales dont il convenait de conserver la valeur pour le profit de tous les ayants droit21.

  • 22 Arthur Michel de Boislisle, Chambre des Comptes de Paris. Pièces justificatives pour servir à l’his (...)
  • 23 Arthur Michel de Boislisle, Chambre des Comptes de Paris…, op. cit., « Notice préliminaire », p. LI (...)
  • 24 Arch. nat., P 2632, p. 297, 6e office de correcteur et passim. Arch. nat., minutier central, LXXXVI (...)
  • 25 Arch. nat., minutier central, CXXII 1286, 23 juillet 1559, contrat de mariage d’Antoine Lecoigneux (...)

11Les magistratures de la Chambre des comptes étaient dotées d’excellents revenus, gages, bien sûr, mais surtout épices22. La rentabilité de ces offices se maintint pendant tout l’Ancien Régime, ce qui est une particularité assez exceptionnelle. Conséquemment, la valeur des charges s’est accrue23. Partie intégrante du développement des finances extraordinaires, ce phénomène a été rapide et a pu prendre de cours les contemporains habitués aux profits plus restreints de la terre (moins de 5 %), de la rente (8,33 % au xvie siècle) et du commerce (très variable, mais ne dépassant pas 5 %, hors opérations spéculatives). Ainsi Antoine Lecoigneux a parcouru l’essentiel de la carrière : il est auditeur en 1559, correcteur le 14 janvier 1568, maître le 3 septembre 157224. Il s’est enrichi dans de considérables proportions. Sa première femme, dont il n’avait pas eu d’enfant, avait contribué à son succès. Lecoigneux l’avait reconnu bien volontiers et il avait accepté de compléter le contrat de mariage par une convention additionnelle destinée à donner à son épouse une part plus juste des bénéfices communs. Mais, à la mort de sa femme, d’autant qu’Antoine se remaria vite, il ne vit pas de raison de faire profiter la vieille mère de sa défunte épouse d’une plus-value dont il pouvait toujours prétendre qu’elle était avant tout le produit de son travail de magistrat. Les tribunaux lui donnèrent raison et les gains considérables qu’il avait réalisés à la Chambre des comptes permirent l’élévation de son fils unique à une présidence à mortier du parlement, en passant d’ailleurs par une présidence des comptes. L’exemple d’Antoine Lecoigneux illustre les possibilités inopinées qu’ouvrait l’entrée dans la voie des offices25. Mais de telles réussites particulières répondaient à des causes structurelles : c’est tout le monde de l’office, surtout de finance, qui fut pris dans une spirale ascendante à partir des temps d’Henri II.

  • 26 À la suite des états généraux de 1614, une déclaration du roi avait supprimé l’annuel le 15 janvier (...)
  • 27 Démonstrations sur des offices particuliers dans Robert Descimon, « Il mercato… », op. cit., p. 699 (...)

12Les graphiques suivants témoignent de la puissante inflation des charges sur le court laps de temps qui concerne cette communication, malgré les importantes « crues » d’offices qui marquèrent la seconde moitié du xvie siècle. Il semble que les grands offices aient augmenté plus vite que les offices subalternes de correcteur et d’auditeur (comparaison des deux graphiques). Les charges du premier semestre valaient un peu plus que celles du second. En 1604, la Paulette évaluait l’office de maître à 27 000 livres, celui de correcteur à 16 000 et celui d’auditeur à 13 500, valeurs très sous-estimées par rapport au prix du marché, mais qui semblent avoir reflété le cours des années 1596-1598, période où l’idée du droit annuel commença à être agitée. Avant les années 1580, la hausse paraît fort hésitante, sans doute parce que ce sont les finances des offices mis sur le marché par la royauté qui donnent le ton à la conjoncture et que la monarchie hésite à lancer un mouvement spéculatif sur les charges publiques, en particulier, les magistratures. En outre, les taxes de résignation étaient fort lourdes (quart denier), ainsi que les taxes de survivance (tiers denier) : cette fiscalité sur les transmissions obérait le marché. Après une brève mais importante chute sous la Ligue, la croissance s’affirme dès 1594, se confirme en 1604 et s’emballe après 1620, quand le droit annuel est rendu par le roi à des conditions très avantageuses pour les officiers26. La souscription des augmentations de gages au denier 10 (un revenu de 10 %, alors que le denier du roi est fixé à 6,25 %), qui sont à l’époque généralement incorporées à l’office, est la cause immédiate de cette hausse27 dont la condition de possibilité reste cependant la patrimonialisation des charges et la garantie conditionnelle de leur valeur. L’office devint alors plus que jamais une affaire de statut et de famille. Il était partie intégrante des projets d’ascension sociale.

Graphique 1. Évolution du prix des charges de magistrat à la Chambre des comptes d’Henri II à Richelieu

Graphique 1. Évolution du prix des charges de magistrat à la Chambre des comptes d’Henri II à Richelieu

Note : la livre tournois à 15,12 gr. d’argent fin le 23 janvier 1550, à 14,21 le 30 août 1561, à 11,79 le 20 novembre 1577 et à 10,98 gr. d’argent fin de 1602 à 1636.

Graphique 2. Évolution des logarithmes des prix des charges de magistrat avec leurs tendances optimisées

Graphique 2. Évolution des logarithmes des prix des charges de magistrat avec leurs tendances optimisées

Graphique 3. Évolution du prix des charges de président et de maître
à la Chambre des comptes de Paris d’Henri II à Richelieu

Graphique 3. Évolution du prix des charges de président et de maître à la Chambre des comptes de Paris d’Henri II à Richelieu
  • 28 Arch. nat., minutier central, VIII 395, f° 208, 23 février 1585, accord successoral qui fait référe (...)

Nota : la présidence de Guillaume Bailly avait été cédée à son fils par contrat de mariage pour 30 000 livres, somme confirmée par arbitrage d’avocats consultants (1581-1585)28. L’évaluation de la Paulette en 1604 portait ces présidences à 50 000 livres.

III. L’office, moyen de promotion sociale

13Deux schémas de mobilité sociale se laissent aisément repérer : l’un individuel ; l’autre intergénérationnel. Mais le sens des carrières est peut-être à chercher plus concrètement dans les projets personnels qui sont aussi des choix de vie : c’est ce que l’histoire de Jacques Habert permettra de comprendre in fine.

A. Marchands, puis magistrats des comptes

  • 29 Arch. nat., minutier central, XXXIII 34, f° 271, 18 novembre et 30 décembre 1536 ; Ernest Coyecque, (...)
  • 30 Arch. nat., minutier central, XXXIII 22, f° 479 v°, 18 février ; E. Coyecque, Recueil d’actes notar (...)
  • 31 Catalogue des Actes de François Ier, Imprimerie nationale, Paris, t. IV, 1890, p. 719 n° 14343.

14Reprenons le fil de notre exposé là où il a été laissé au milieu de la première partie, quand Nicolas Barthélemy servait d’exemple à la « trahison » des marchands pour l’office. On peut sans peine étoffer le dossier par l’analyse de multiples cas : Jacques Gobelin, marchand teinturier en écarlate à Saint-Marcel devint correcteur des comptes. Il avait été associé avec son père Jean (3) Gobelin et ses frères, Pierre et Philibert, au trafic de marchandise de teinturerie jusqu’à la dissolution de la société en 153629, date de son mariage avec Blanche Marentin, fille d’un important marchand drapier. Ce mariage ne l’empêcha pas de rester fidèle à la teinturerie jusqu’en février 154430. Il est pourvu correcteur ordinaire en la Chambre des comptes en février de l’année suivante31. Malgré des tentations protestantes, cette branche connut une réussite infiniment plus éclatante que celle de tous les Gobelin restés fidèles au métier de teinturier. Son fils, Balthazar, fit une éblouissante carrière de financier (trésorier de l’extraordinaire des guerres en 1571, trésorier de l’Épargne en 1599) qui le conduira à présider la Chambre des comptes en 1604. Les Gobelin conquirent par cette voie l’aristocratie d’État. Il est vrai que les autres enfants connurent des destins moins brillants. Cependant, le choix de l’office semble avoir été pour Jacques Gobelin le secret de son ascension.

  • 32 Arch. nat., P 2632, p. 487, 39e office, reçu le 14 juin, maître le 27 mars 1594.
  • 33 Il est maître le 27 mars 1594. Arch. nat., minutier central, LI 504, 8 mai 1640, inventaire après d (...)

15Aubin Lesné, marchand mercier, devint auditeur en 158332 et quitta à cette occasion la confrérie bourgeoise des porteurs de la châsse de Sainte-Geneviève. Il était fils d’un marchand affineur d’or et d’argent, métier intermédiaire entre la marchandise et les arts mécaniques, et neveu de la femme d’un marchand orfèvre et quartenier du quartier Saint-Jacques de la Boucherie. Il fut par la suite reçu maître33. Un peu plus tardive, la trajectoire des Lesné rappelle celle des Gobelin : en consolidant leurs positions à la Chambre, ils conquirent durablement un statut tout à fait enviable.

  • 34 Arch. nat., P 2632, p. 98, 4e office, Conan pourvu le 12 septembre 1539, et Hennequin, élu de Paris (...)
  • 35 Arch. nat., minutier central, CXXII 1077, 19 février 1545 (n.s.), cession des droits en la succes-s (...)
  • 36 Élie Barnavi et Robert Descimon, La sainte Ligue, le juge et la potence. L’assassinat du président (...)

16Un contre-exemple est fourni par Nicolas (2) Hennequin, puisqu’il quitta la Chambre pour retourner au commerce : fils de Jeanne Legras et de Nicolas Hennequin, marchand originaire de Troyes, beau-frère du maître des requêtes François de Conan, juriste fameux, Nicolas (2) avait été en société « au faict de la drapperye » avec Guillaume Larcher, son cousin. Devenu maître des comptes, sur résignation de son beau-frère Conan34, il passe procuration ad resignandum à son père et à Jacques Bourdin, secrétaire du roi (un cousin, mais les officiers de la chancellerie veillaient au bon déroulement des cessions d’office), pour résigner son office à qui il semblera bon à ses procureurs. Il retourna alors au commerce35. Sa réussite sociale contribua à fonder la grande « mesnie » des Hennequin qui s’illustra dans le camp ligueur36. Un tel exemple est rare, mais témoigne assez de la fluidité de la société des élites, encore dans les années 1540 : même si Nicolas (2) Hennequin portait comme maître des comptes l’avant titre de « noble homme et sage maître », il ne voyait pas une distance sociale infranchissable entre le monde de l’office et celui du négoce des « honorables hommes sires ». Autrement dit, le changement social n’était pas perçu de la même façon avant et après le début des guerres de Religion et avant et après leur fin. Bon argument pour s’interroger sur la mobilité entre les générations.

B. Fils de marchands

  • 37 Robert Descimon, « La fortune de Jacques Amyot (1513-1593) : autour de Jean Amyot et de l’héritage (...)
  • 38 Le père signe ès qualité le contrat de mariage de son fils, Arch. nat., minutier central, CV 59, f° (...)

17Les enfants de marchands, même de marchands modestes, connaissaient parfois des promotions spectaculaires. Ainsi Jean Amyot, fils d’un tanneur de Melun, devint auditeur, mais il était le frère cadet du précepteur de Charles IX, le fameux humaniste Jacques Amyot, futur évêque d’Auxerre37. Lui aussi auditeur, Jean Caille était fils d’un marchand laboureur à Maisons (Maisons-Alfort près de Charenton), mais il avait été commis du greffier du Conseil privé Blaise Méliand38.

  • 39 Bibl. mun. de Rouen, ms. 1476, supplément 9 24121. Jacques Hallé se marie en 1594 avec la veuve de (...)
  • 40 George E. Diller, « Un amant de Catherine des Roches : Claude Pellejay », Mélanges offerts à Paul L (...)
  • 41 Arch. nat., minutier central, XLIX 237, 30 septembre 1592, ils demeurent rue Vieille du Temple paro (...)
  • 42 Voir les commentaires de Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne d’Henri III, éd. Louis-Raymond (...)

18En règle générale, c’étaient les fils des meilleurs marchands qui accédaient aux Comptes. Les marchands provinciaux n’étaient pas en reste, ainsi les grands négociants rouennais les Hallé envoyèrent-ils un des leurs, Jacques, siéger à Paris et revêtir la robe de maître des comptes en s’alliant avec les Marcel, descendants du serviteur bien-aimé de Catherine de Médicis, lui-même devenu intendant des finances39. Dans un milieu beaucoup plus médiocre, Claude Pellejay, le luthiste célèbre, mathématicien et poète, fils d’un notaire de Poitiers, devint aussi maître sur un office de nouvelle création, car Henri III tint à récompenser ses talents40. Le cas classique est celui des très « bons marchands parisiens » illustrés par le consulat et l’échevinage. Louis Bobie, auditeur des comptes, était fils de Claude Bobie, marchand mercier, consul en 158941. Les familles de Pleurre, Lesueur, Lelieur et Lebossu illustrent abondamment ce schéma classique de promotion. Les présidences n’étaient pas hors de portée des fils de marchands, comme l’atteste le cas de François Dolu, fils d’un grand soyeux, qui devait sa réussite au service des princes et de la famille royale. À noter que le président Guillaume Bailly, fils d’un commissaire au Châtelet et gendre d’un marchand assez modeste, ne sortait pas d’un milieu supérieur à celui des marchands42. Cependant, sur les trente-deux maîtres des comptes de 1571, trois seulement étaient fils de marchands ; le pourcentage monte à près de 50 % (trois ou quatre sur huit) pour les correcteurs et à un quart, huit sur trente-deux, chez les auditeurs.

19La galerie des portraits de ces magistrats fils de marchands ne saurait masquer qu’il s’agit d’une minorité. La plupart des juges dans la Chambre des comptes provenait des milieux de la robe et de la finance (ou de la chancellerie, ce qui revenait à peu près au même), une minorité peut-être supérieure à celle que représentaient les marchands, était sortie des « honorables hommes maîtres », les « ministres » de la justice adonnés à la pratique et à la police. Le choix d’une carrière à la Chambre répondait à des projets complexes et à des opportunités délicates.

C. Jacques Habert, un jeune homme comme il faut

  • 43 Arch. nat., minutier central, XIV 6, f° 359, 27 août 1610, et f° 391, 11 septembre, qui conte toute (...)
  • 44 Arch. nat., minutier central, XVIII 214, 30 mars 1610, inventaire après décès de Michel Nicolas, à (...)
  • 45 Arch. nat., minutier central, XVIII 117, 14 décembre 1593, contrat de mariage.

20En 1610, il était encore « suivant les finances », c’est-à-dire employé aux écritures et aux affaires d’un officier de finance qui assurait sa formation professionnelle ; et il voulait prendre un état dans la société43. Jacques Habert était fils de défunt Claude Habert, trésorier de France à Riom, et d’Anne Nicolas. Sur l’avis de ses parents et amis, il a respectueusement prié sa mère de le faire pourvoir de l’office de correcteur des comptes vacant par le décès de son oncle maternel, Michel Nicolas44, dont sa mère était héritière pour un tiers, car Michel n’avait pas eu d’enfant. Jacques Habert notait à ce propos que les deux autres tiers se pouvaient « facillement acquerir des deux sœurs et coheritieres de lad. damoiselle à meilleure conditions que d’un estranger ». Mais Anne Nicolas n’était pas convaincue : elle remontrait le haut prix dudit office « eu egard au cours present » et, conséquemment, la crainte de voir le prix diminuer. Ne valait-il pas mieux attendre pour avoir l’office à « meilleur compte » ? À quoi Jacques Habert répondit « qu’il aymoit mieux courir le hazard de lad. diminution que de demeurer plus longtemps sans office ». Sa mère acquiesça : elle traite de l’office de correcteur des comptes de son frère pour 28 500 livres tournois au total et se charge de payer 19 000 livres à ses sœurs pour leurs tiers respectifs, à quoi s’ajoutaient les frais de provision (taxe de résignation du 8e denier) et le marc d’or (droit de serment). Il fallait en outre libérer l’office et lever les oppositions au sceau en payant les dettes du défunt, en particulier à sa veuve qui avait entrepris des pourparlers de remariage avec un maître des comptes. Cette veuve liquida ses droits sur la succession de son époux en vertu des conventions matrimoniales à 21 000 livres45, chacune des sœurs héritières devant lui payer 7 000 livres. Évidemment, la succession de Michel Nicolas n’était pas déficitaire et comprenait d’autres biens que son office ; les divers paiements qu’occasionnait son acceptation représentaient un effort financier difficile, mais à terme rentable.

21Mais voici que Jacques Habert se ravisa : il donna avis à sa mère que se présentait un office d’auditeur des comptes pour 1 800 livres de moins que l’office de correcteur, soit 26 700 livres. Or le jeune homme s’était informé que l’office de correcteur « n’estoyt de suffizant employ pour luy qui desiroit une charge ou il y eust plus d’exercice ». La mère acquiesça de nouveau : quoiqu’elle ait évalué à 9 000 livres seulement la part de son fils dans la succession paternelle, elle s’engagea à lui fournir les lettres de provision de la charge d’auditeur des comptes pour 26 700 livres tournois. Plus exactement, elle fournissait 24 000 livres, puisque son fils lui avait remis 2 700 livres « provenuz de son espargne et menage ». La mère disait agir pour donner à son fils « moyen de s’advancer et trouver parti plus advantagieux en mariage ». La transaction se déroula comme prévu. L’office est objet de calculs et d’anticipations économiques. En l’occurrence, l’aspirant-officier est poussé moins par l’honneur (la charge de correcteur est un peu plus prestigieuse que celle d’auditeur) que par le désir de s’employer et de servir. Jacques Habert semble avoir été mu par un idéal qui s’apparente à un esprit de corps : à ses yeux, la Chambre des comptes était une institution honorable parce qu’elle était utile. La « dignité » était la récompense de la fonction publique : elle venait en outre, comme rémunération symbolique.

  • 46 Arch. nat., minutier central, XIV 20, f° 309, 2 octobre 1617, contrat de mariage entre Jacques Habe (...)
  • 47 Arch. nat., P 2632, p. 90, 2e office de maître, réception du 17 janvier.
  • 48 Arch. nat., minutier central, LIX, rép. 3, 15 juillet 1634, fondation à Saint-Eustache par Jacques (...)

22Le sage Jacques Habert attendit quelques années pour se marier46. Seigneur de Saint-Léonard, il devint maître des comptes et connut la réussite, mais seulement en 163647. Il manifesta avec conscience la reconnaissance qu’il devait aux siens48. À vrai dire, Jacques Habert offre une figure presque trop parfaite de conformisme. Peut-être la Chambre des comptes se caractérisait-elle avant tout par cet habitus conservateur qui faisait de l’institution (jamais tentée par la contestation, comme l’étaient les parlements) un pilier de l’ordre monarchique.

En guise de conclusion

  • 49 Antoine de Laval, Desseins des professions nobles et publiques, L’Angelier, Paris, 1605 et 1612, se (...)
  • 50 Michel de L’Hospital, Discours pour la majorité de Charles IX et trois autres discours, Imprimerie (...)
  • 51 Il faut signaler cependant le cas de l’héritier d’une des familles les plus prestigieuses du monde (...)

23Les quelques réflexions présentées dans les pages qui précèdent ne prétendent à rien d’autre qu’à décrire des trajectoires sociales et à les situer approximativement dans un espace plus général qui détermine les opportunités offertes aux tactiques sociales qu’il était loisible aux membres des groupes dominants de mettre en œuvre. Plusieurs choix de carrière se présentaient à eux, selon leurs aptitudes et leurs goûts49. La Chambre des comptes exigeait un investissement financier important, mais coûtait peu sur le plan éducatif. Pourtant beaucoup de maîtres étaient des juristes savants qui avaient fait de solides études. Au temps de la première présidence du futur chancelier Michel de L’Hospital, ce haut magistrat, fort réservé à l’égard du Parlement de Paris, attira même aux Comptes ses amis humanistes (Miles Perrot, Jean Bellot…)50. Le cas ne se présenta plus guère par la suite51, même si quelques fils de conseiller ne dédaignèrent pas la Chambre. Le champ de forces sociales dans lequel se mouvaient ces hommes était changeant. Le calcul économique n’y entrait pas seul en compte. D’ailleurs, si cela avait été le cas, les Comptes auraient continué à attirer les fils de famille les mieux avisés. Et, finalement, les choses ne se passèrent-elles pas ainsi ? Calcul économique qui se défendait, même s’il n’était pas frappé au sceau de l’évidence, puisque les profits symboliques des charges les plus dignes ouvraient la voie à des bénéfices pécuniaires apparemment plus fructueux, mais aussi plus fragiles à long terme, en raison des choix politiques essentiels de la monarchie qui se détacha des Parlements.

  • 52 Robert Descimon, « L’invention de la noblesse de robe. La jurisprudence du parlement de Paris aux x (...)
  • 53 Robert Descimon, « Un langage de la dignité. La qualification des personnes dans la société parisie (...)
  • 54 Claude Menestrier (le père), Les diverses espèces de noblesse et les manières d’en dresser les preu (...)
  • 55 Gilles André de La Roque, Le traité de la noblesse, Mémoires et documents, Paris, 1994 (Rouen, 1678 (...)
  • 56 Cette interprétation s’est imposée aujourd’hui à la suite des travaux de François Bluche et Pierre (...)

24Et la noblesse dans tout cela ? Si l’on en croit les titulatures et avant-noms, les magistrats de la Chambre des comptes n’étaient pas bien sûrs que leurs offices les aient anoblis. Contrairement aux magistrats du parlement, qui fut le laboratoire de l’anoblissement robin par « dignité52 », les maîtres, correcteurs et auditeurs des comptes (sans négliger la hiérarchie qui distinguait ces charges), quand ils revendiquaient la noblesse, se prévalaient du titre d’écuyer que les parlementaires jugeaient au-dessous de leur condition53. La législation royale ne pouvait pas encore grand chose à ces questions de société. Ce sont les ouvrages du père Ménestrier (1685)54 et de Gilles-André de La Roque (1678)55 qui ont accrédité l’idée que l’édit de 1600 sur les tailles constituait le fondement juridique de l’anoblissement graduel. L’interprétation qui veut qu’avant l’édit de 1600, les charges des cours souveraines auraient anobli « coutumièrement » et, après, « légalement », ne s’imposa qu’après les réformations de Colbert et à leur lumière56. Cette interprétation aurait semblé étrange à Jacques Habert et encore plus à Jacques Scoppart et à Nicolas (2) Hennequin. Leurs stratégies les conduisaient à asseoir leur position au sein des élites urbaines en acquérant des charges publiques à la fois rentables et honorables. Le cours de l’histoire sociale fut compliqué, plus que les simplifications qui s’imposèrent, hier, dans le « droit », et, aujourd’hui, dans les manuels.

Notes

1 H. Coustant d’Yanville (comte), Chambre des Comptes de Paris. Essais historiques et chronologiques, privilèges et attributions nobiliaires et armorial, J.-B. Dumoulin, Paris, 1866-1875.

2 Franco Angiolini et Daniel Roche, Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, éd. de l’EHESS, Paris, 1995, en particulier les parties II (« Le marchand à l’école ») et III (« L’acquisition des compétences négociantes »). Jochen Hoock et Pierre Jeannin, Ars mercatoria. Handbücher und Traktate für den Gebrauch des Kaufmanns, vol. 1, 1470-1600, Paderborn, Schöning, 1991, introduction, p. XXX-XXXVI. Minutier central des notaires parisiens (désormais Arch. nat., minutier central), XXXIII 209, f° 15, 10 janvier 1575, son père Guillaume, marchand drapier, met André Fréquant (correcteur de 1585 à 1594) en apprentissage pour deux ans chez le marchand drapier Jean Mamyneau.

3 Jean-François Pernot, « L’activité de la Chambre des Comptes de Paris à l’époque moderne. Premiers résultats d’une enquête par sondage », Revue d’histoire moderne et contemporaine, XXVI 4, 1979, p. 612-637. Robert Descimon, « Comment critiquer la raison mystique ? Dévotion et finance au xviie siècle », dans Pierre-Antoine Fabre, Pascale Gruson et Michèle Leclerc-Olive (éd.), Le sujet absolu. Une confrontation de notre présent aux débats du xviie siècle français, Jérôme Millon, Grenoble, 2007, p. 59-69.

4 Robert Descimon, « The "Bourgeoisie seconde" : Social Differentiation in the Parisian Municipal Oligarchy in the Sixteenth Century, 1500-1610 », French History, 17/4, 2003, p. 388-424, pour une réflexion sur la mobilité sociale au long du xvie siècle parisien.

5 Arch. nat., minutier central, LXXXVII 17, 2 avril 1556, contrat de mariage avec la fille du riche notaire Pierre Poutrain qui lui donnait en dot 3 000 livres tournois (elle se voyait constituer un douaire de 100 livres de rente rachetable pour 1 200). Ces 3 000 livres concoururent, avec la vente de la maison du « Dauphin », à l’acquisition de l’office d’auditeur. La charge d’auditeur des comptes semble avoir coûté 7 000 livres tournois à cette époque.

6 Arch. nat., minutier central, LXXXVII 17, 23 octobre 1556, vente de la maison du « Dauphin » moyennant 4 000 livres et copie de la requête présentée au Châtelet, le 8 août, pour demander permission d’aliéner ce bien propre : il n’a pas assez vécu avec ses père et mère pour « congnoistre l’estat et train de marchandise » ; « ne pourroit faire ne conduire le train d’icelle, synon au grand danger de soyt ruyner sa personne, [soit] son bien, pour a quoy obvier auroit, par conseil d’aucuns ses amys, advisé prendre quelque office honneste ».

7 Roland Mousnier, La vénalité des offices sous Henri IV et Louis XIII, Presses universitaires de France, Paris, 1971 (1946).

8 Arch. nat., minutier central, LXXXVII 64, 9 septembre 1560, inventaire après décès (il était mort le 5). Titre C, lettres de provision du 14 novembre 1556, sur l’office vacant par la mort d’Olivier Bouchard.

9 Arch. nat., P 2632, p. 422, 9e office bis, réception de Jacques Scoppart le 4 janvier 1556 (a.s.), la suppression de l’office est signalée en 1561 ; ibid., p. 398, 2 avril 1571, réception de Jean Scoppart, Arch. nat., minutier central, CVII 97, 7 février 1600, son inventaire après décès.

10 Arch. nat., P 2632, p. 281, 1er office, provision du 7 septembre 1536, sur résignation de Michel de Champrond, son allié. Barthélemy est en exercice jusqu’en janvier 1553 (n.s.).

11 Robert Descimon, « Réseaux de famille, réseaux de pouvoir ? Les quarteniers de la ville de Paris et le contrôle du corps municipal dans le deuxième quart du xvie siècle », dans François-Joseph Ruggiu, Scarlett Beauvalet et Vincent Gourdon (dir.), Liens sociaux et actes notariés dans le monde urbain en France et en Europe, Presse de l’Université de Paris-Sorbonne, Paris, 2004, p. 153-186, et tableau généalogique.

12 Roland Mousnier, La stratification sociale à Paris aux xvie et xviiie siècle. L’échantillon de 1634, 1635, 1636, Pedone, Paris, 1976, p. 105-108. Mousnier travaillait par vacataires lesquels faisaient de nombreuses erreurs de lecture. La plupart des noms propres sont déformés et le prix de la charge de maître des comptes n’était pas de 10 500 livres, mais de 10 500 écus, soit 31 500 livres. Mais Mousnier, qui ne se trompait quasiment jamais quand il se fiait à ses seules forces, fait un commen-taire pertinent. Cette famille Poncher était honorablement connue à Paris dans le commerce des draps de soie depuis les années 1530 (simple homonymie avec les grands officiers de finance du règne de François Ier).

13 Arch. nat., minutier central, LXXXVI 126, f° 415, 21 mai 1587. La dot montait à 4 000 écus (12 000 livres), dont un tiers était stipulé propre. Conformément à la promesse faite à ce contrat, Pierre Poncher père achetait à son fils une charge d’auditeur des comptes pour 4 866 écus deux tiers (14 600 livres), plus 400 écus pour la taxe de résignation et 54 écus pour le marc d’or. L’office était stipulé propre au futur. Ibid., III 468, 2 octobre 1601, inventaire après décès de Marguerite Leprestre. Ibid., XLI 167, 10 avril 1634, inventaire après décès de Pierre (2) Poncher.

14 Arch. nat., P 2632, p. 489, 40e office d’auditeur, réception de Pierre (3) Poncher, 22 août 1624. Arch. nat., minutier central, XLI 142, 14 mai 1624, achat de l’office d’auditeur des comptes de Hilaire Delahaye. Ibid., 1er mars de la même année, Pierre (3) Poncher est qualifié de commis du trésorier de l’Épargne (Beaumarchais) : on ne pouvait rêver meilleure école pour un financier. Apparemment, Pierre (2) laissa à sa mort des affaires embrouillées et Pierre (3) Poncher ne connut guère la réussite (il mourut maître d’hôtel ordinaire du roi, ayant dû renoncer à une carrière à la Chambre), ibid., XIX 434, 22 décembre 1646, inventaire après décès.

15 La thématique de « la trahison de la bourgeoisie » a été popularisée par Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, 2e éd., A. Colin, Paris, t. II, p. 68‑72, qui en avait décrit l’ambiguïté. Il y a longtemps que l’on a remarqué qu’il n’y avait nulle « trahison » si les taux de profit offerts par les activités rentières étaient plus importants que ceux du négoce.

16 Arch. nat., minutier central, LXXXVI 19, f° 234, 20 juillet 1547, accord entre Guy Arbaleste, sieur de La Borde, conseiller du roi, maître des comptes à Paris et général de Bretagne, et Guillaume Bailly, avocat du roi au bailliage du Palais et avocat au parlement : Arbaleste passe procuration ad resignandum de son office de maître « ès mains du Roy, notre sire, et monseigneur le chancelier ou aultre ayant pouvoir » au nom de Bailly qui fera diligence pour être pourvu et reçu à ses dépens et frais, « pourveu qu’il n’y ayt quart denier, duquel quart denier ledit sieur de La Borde acquictera ledit Bailly ensemble des fraiz, si aucuns en y a, pour le droict de confirmation dud. office », le tout moyennant 16 500 livres, 8 400 livres comptant et le reste en transports de rente faits à Arbaleste par Bailly et sa femme et le père (commissaire au Châtelet) et la mère de Bailly. Si Arbaleste mourrait avant les quarante jours, ses héritiers rendraient à Bailly ladite somme et les rentes. Les Bailly devinrent présidents des Comptes.

17 Arch. nat., minutier central, VIII 220, 8 mai 1554. Ibid., 30 janvier 1555 (n.s.), Herbelot mourut sans pouvoir transmettre son office et Jean Lemaistre, qui était le fils du premier président du parlement, devint conseiller au parlement, P 2632, p. 98, 4e office, c’est Jean Belot, conseiller au Parlement de Bretagne, qui succéda à Herbelot, le 6 février 1555 (n.s.). L’office était venu à Nicolas Herbelot par son beau-père, Jean Pommereu, qui le tenait lui-même du père de Nicolas Herbelot, Nicolas (1) Herbelot, changeur du trésor, pourvu maître le 2 mars 1501 (a.s.).

18 Cf. Roland Mousnier, La vénalité…, op. cit., p. 44-46, qui note : « les résignations étaient presque toujours acceptées ». Mais tous n’avaient pas le loisir de résigner. Même après la Paulette, les craintes ne cessèrent pas : Arch. nat., minutier central, LI 86, 5 mars 1627, une vente d’office de maître des comptes prévoit un paiement échelonné en quatre fois de trois mois en trois mois, « et neantmoings le cas advenant que le droict annuel qui se paye pour les offices vint a cesser et n’eust plus de lieu, et que lors les trente six mil livres feussent encore deubz », les acheteurs « seront tenuz et promectent solidairement comme dessus de payer et acquiter lors iceulx trente six mil livres ».

19 Arch. nat., minutier central, LXXXVI 158, 29 août 1584, titre 7 de l’inventaire après décès d’Henri Ladvocat, auditeur des comptes, époux de Françoise de Kerquifinen, fille d’un auditeur des comptes.

20 L’intercession au Conseil des finances de grands personnages permettait d’être exempté du paiement des taxes de résignation. Ainsi Antoine Lecoigneux se félicite de n’avoir rien payé, lors de ses promotions grâce à l’intercession de Madame de Nemours (voir note 24) ; Arch. nat., minutier central, LXXIII 300, 15 avril 1613, inventaire après décès du président Jean Tambonneau et de Guillemette Morin, sa femme, belle-sœur du chancelier Michel de L’Hospital : en 1564, leur mariage avait été décidé parce que L’Hospital avait obtenu le don du tiers denier que Jean aurait dû acquitter pour être pourvu président des comptes sur l’office de son père Michel Tambonneau.

21 Arch. nat., minutier central, LXXVIII 124, 17 août 1581, testament de Paris Hesselin, maître des comptes : « et a declairé et declaire qu’il veut et entend que a sa succession me Loys Hesselin, son filz, a present pourveu dud. estat et office de conseiller du roy et maistre ordinaire en sad. chambre des comptes raporte la valleur dud. estat et office selon qu’il sera arbitré par ceulx desquelz il et ses coheritiers conviendront, attendu qu’il n’a rien payé ny deboursé dud. estat, neantmoings entend led. testateur que en la prisee et estimation qui sera faicte dud. estat sond. filz y puisse prendre sa part et portion ». Ibid., 27 juillet 1581, il avait aussi résigné à survivance à son fils, Louis, son office de maître des comptes de la reine mère aux mains du chancelier de la reine.

22 Arthur Michel de Boislisle, Chambre des Comptes de Paris. Pièces justificatives pour servir à l’histoire des premiers présidents (1506-1791), pièces justificatives, Nogent-le-Rotrou, 1873, p. LXXIX-LXXX : les gages étaient déjà considérables (mi-xviie siècle, 5 658 livres pour les présidents, 1 800 pour les maîtres, 1138, 75 pour les correcteurs, 539 pour les auditeurs) ; mais les épices s’élevaient à 590 000 livres en 1640 par prévision, et, en 1752, à 2 878 651 livres 18 sous, « accroissement prodigieux », commente Boislisle. Cependant, le 3 août 1651, Arch. nat., minutier central, XIV 70, le maître Michel Passart rendait compte aux héritiers de sa mère, qui possédait la moitié de son office, de l’ensemble des revenus qu’il avait perçus : en ces années de Fronde, l’annuel déduit, l’office ne rapportait que 3,4 % par an, le prix d’acquisition de l’office ayant été de 169 500 livres, ibid., LVII 60, 12 mars 1650. Rappelons la répartition des épices : 150 % pour les présidents, 100 % pour les maîtres, 75 % pour les correcteurs, 50 % pour les auditeurs.

23 Arthur Michel de Boislisle, Chambre des Comptes de Paris…, op. cit., « Notice préliminaire », p. LIII-LIV : « la Chambre des comptes, dont on verra plus loin les gros profits, tint toujours le premier rang sur la cote des offices […], elle fut seule à ne point ressentir les effets de la dépréciation générale qui se produisit au milieu du dix-huitième siècle ». Pour une analyse de la conjoncture du prix des offices de la Chambre des comptes, Robert Descimon, « Il mercato degli uffici regi a Parigi (1604-1665). Economia politica ed economia privata della funzione pubblica di antico regime », Quaderni storici, 96/3, 1997, p. 685-716. Pour le cas parallèle du Parlement, dont les offices étaient non vénaux et ne tombaient pas, avant 1604, aux parties casuelles, Robert Descimon, « La vénalité des offices comme dette publique sous l’ancien régime français. Le bien commun au pays des intérêts privés », dans Jean Andreau, Gérard Béaur et Jean-Yves Grenier (dir.), La dette publique dans l’histoire, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 2006, p. 175-240.

24 Arch. nat., P 2632, p. 297, 6e office de correcteur et passim. Arch. nat., minutier central, LXXXVII 67, 16 décembre 1586, inventaire après décès de Marie Bailly, sa première femme, note de la main d’Antoine Lecoigneux, insérée au début de l’inventaire, qui récapitule sa carrière et les conditions d’achat de ses offices.

25 Arch. nat., minutier central, CXXII 1286, 23 juillet 1559, contrat de mariage d’Antoine Lecoigneux et de Marie Bailly. L’office d’auditeur des comptes avait été acheté par le père pour 8 250 livres, sans stipulation de propre (peut-être tenue pour implicite). La dot était de 4 000 livres et le mari pouvait désintéresser les héritiers de sa femme prédécédée en leur payant 2 000 livres (c’est cette clause qui parut abusive et fut l’occasion du procès qui opposa Lecoigneux à la mère de sa première femme en 1587 et est mentionné dans une feuille volante jointe au contrat original). Voir ibid., XXIV 141, 22 juin 1599, inventaire après décès d’Antoine Lecoigneux.

26 À la suite des états généraux de 1614, une déclaration du roi avait supprimé l’annuel le 15 janvier 1618, mais les déclarations des 31 juillet 1620, 22 février et 31 mars 1621 le rétablirent à des conditions avantageuses. Sur la chronologie, voir Robert Descimon, « La vénalité des offices comme dette publique… », op. cit. À la Chambre des comptes, l’office d’auditeur qui se négociait 35 000 livres vers 1617 monte à plus de 50 000 en 1624, celui de maître est à moins de 70 000 livres en 1617, et à plus de 100 000 en 1620 ; quant aux charges de correcteurs, elles oscillaient autour de 40 000 livres en 1616-1619 et atteignaient 60 000 livres en 1625. Après les flottements postérieurs aux attaques de 1614-1615, la courbe semble s’infléchir à l’époque de la restauration de la Paulette.

27 Démonstrations sur des offices particuliers dans Robert Descimon, « Il mercato… », op. cit., p. 699-700.

28 Arch. nat., minutier central, VIII 395, f° 208, 23 février 1585, accord successoral qui fait référence au contrat de mariage du 10 septembre 1581 (non conservé) et à l’arbitrage des avocats.

29 Arch. nat., minutier central, XXXIII 34, f° 271, 18 novembre et 30 décembre 1536 ; Ernest Coyecque, Recueil d’actes notariés relatifs à l’histoire de Paris et de ses environs au xvie siècle, Imprimerie nationale, Paris, 1905, t. II, n° 5077, p. 299.

30 Arch. nat., minutier central, XXXIII 22, f° 479 v°, 18 février ; E. Coyecque, Recueil d’actes notariés…, op. cit., t. I, n° 2504, p. 467, acte où il prend cette qualité.

31 Catalogue des Actes de François Ier, Imprimerie nationale, Paris, t. IV, 1890, p. 719 n° 14343.

32 Arch. nat., P 2632, p. 487, 39e office, reçu le 14 juin, maître le 27 mars 1594.

33 Il est maître le 27 mars 1594. Arch. nat., minutier central, LI 504, 8 mai 1640, inventaire après décès de Catherine Passart, veuve d’Aubin Lesné. Ibid., LXXXVI 117, 5 mai 1582, contrat de mariage entre A. Lesné et C. Passart. Le mariage est contemporain de l’achat de l’office et de l’abandon de la confrérie, Édouard Pinet (abbé), La compagnie des porteurs de la châsse de Ste Geneviève, 1525-1902, Roger et Chernowiz, Paris, 1903, p. 246. Arch. nat., minutier central, LXI 40, f° 50, 21 septembre 1593, partage de la communauté entre Aubin Lesné, seul héritier de Jean, son père, et sa mère, Isabelle Paulu qui était veuve en secondes noces de Jean Poussin, aussi marchand maître affineur d’or et d’argent.

34 Arch. nat., P 2632, p. 98, 4e office, Conan pourvu le 12 septembre 1539, et Hennequin, élu de Paris, le 11 juillet 1544. Arch. nat., minutier central, CXXII 1297, 2 septembre 1542, Nicolas Hennequin le jeune, « esleu en l’eslection de Paris » remplace marchand bourgeois de Paris, rayé. L’office d’élu, plus prestigieux qu’au xviie siècle, était parfaitement compatible avec des activités marchandes.

35 Arch. nat., minutier central, CXXII 1077, 19 février 1545 (n.s.), cession des droits en la succes-sion de sa mère, moins 6 000 livres tournois qu’il se réserve, et procuration à son père. La richesse de ces Hennequin était fantastique, ibid., VIII 289, 20 mai 1542, François de Conan, alors maître des comptes, aurait reçu 36 000 livres lors de son mariage avec Jeanne Hennequin. Émile Compardon et Alexandre Tuetey, Inventaire sommaire des registres des insinuations du Châtelet de Paris, Imprimerie nationale, Paris, 1906, p. 465, n° 3729, 11 novembre 1549 ; Nicolas Hennequin, marchand bourgeois de Paris, se voit céder « pour ses bons et agreables services », les droits de Jacques d’Arbouville, chevalier, sur la terre de Barmainville, près de Janville en Beauce, contre Jean Hennequin, conseiller au parlement. Le frère cadet de Nicolas le jeune, Claude, sieur de Barmainville, maître des requêtes, épousa la fille du président Pierre Séguier, Madeleine, Arch. nat., minutier central, VIII 81, 20 juillet 1555, avec 15 000 livres de dot. Voir la notice dans Maïté Etchechoury, Les maîtres des Requêtes de l’Hôtel du roi sous les derniers Valois (1553-1589), Droz, Genève, 1991, p. 229.

36 Élie Barnavi et Robert Descimon, La sainte Ligue, le juge et la potence. L’assassinat du président Brisson (15 novembre 1591), Hachette, Paris, 1985, p. 142-144.

37 Robert Descimon, « La fortune de Jacques Amyot (1513-1593) : autour de Jean Amyot et de l’héritage de l’évêque d’Auxerre », dans Michel Balard (dir.), Fortunes des Jacques Amyot, Actes du colloque international (Melun, 18-20 avril 1985), Nizet, Paris, 1986, p. 73-86.

38 Le père signe ès qualité le contrat de mariage de son fils, Arch. nat., minutier central, CV 59, f° 172, 29 septembre 1590 (Caille épouse une fille du marchand mercier Louis Danys). Ibid., XXIX 82, f° 591, 19 décembre 1587, Jean Caille demeurait en la maison de Méliand et avait constitué avec son père, Simon, qualifié de « laboureur demourant a Maisons pres le Pont de Charenton » et sa mère, Catherine Belut, une rente au principal de 2 000 écus employés à l’achat de son office d’auditeur des comptes. Il passait décharge à ses parents pour cette constitution de rente. Arch. nat., P 2632, p. 406, 6e office, il est reçu le 19 septembre 1588 et son successeur, François Godefroy, le 9 juin 1628. Caille exerça donc 40 ans. À noter qu’un proche parent (le frère ?) de Jean, Michel Caille, laboureur, est le fermier de la famille Olier à Maisons, Arch. nat., minutier central, CVIII 54 n° 379, 9 décembre 1617, bail. La promotion sociale, dans ce cas, n’avait pas été lignagère, ce qui ne signifie nullement que les Caille, laboureurs, aient compté parmi les « pauvres » quoiqu’ils n’aient pas accédé aux dignités de l’État.

39 Bibl. mun. de Rouen, ms. 1476, supplément 9 24121. Jacques Hallé se marie en 1594 avec la veuve de Claude (2) Marcel, maître des comptes et meurt, doyen, en 1649.

40 George E. Diller, « Un amant de Catherine des Roches : Claude Pellejay », Mélanges offerts à Paul Laumonier, Slatkine Reprints, Genève, 1972 (Droz, Paris, 1935), p. 287-303. Arch. nat., minutier central, CIX 167, n° 130, 29 janvier 1622, inventaire après décès de Claude Pellejay (Giovanna Cifoletti et moi-même préparons une étude sur ce personnage). Pellejay avait commencé une carrière d’officier comptable. Sébastien Jahan, Profession, parenté, identité sociale. Les notaires de Poitiers aux temps modernes (1515-1815), Presses universitaires du Mirail, Histoire notariale, Toulouse, 1999, notice Pellegay, p. 337.

41 Arch. nat., minutier central, XLIX 237, 30 septembre 1592, ils demeurent rue Vieille du Temple paroisse Saint-Gervais.

42 Voir les commentaires de Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne d’Henri III, éd. Louis-Raymond Lefèvre, Gallimard, Paris, 1943, p. 307-308, septembre 1582, qui qualifie le président « d’homme de mauvais nom et réputation » à propos de la condamnation à mort de son clerc qui avait fait un enfant à sa fille, ce que de son vivant le président avait pardonné, mais qui parut à ses héritiers un crime inexpiable. On a cité plus haut l’acte d’achat de sa charge de maître des comptes.

43 Arch. nat., minutier central, XIV 6, f° 359, 27 août 1610, et f° 391, 11 septembre, qui conte toute l’affaire. Arch. nat., P 2632, p. 317, 22 octobre 1610, réception de Pierre de Valles sur le 16e office de correcteur de Michel Nicolas, et, p. 499, 16 octobre 1610, réception de Jacques Habert sur le 45e office d’auditeur que lui avait résigné Martin Ridel, sieur de Pleinesevette.

44 Arch. nat., minutier central, XVIII 214, 30 mars 1610, inventaire après décès de Michel Nicolas, à la requête de damoiselle Élisabeth Pigneron, sa veuve, titre 5, lettres de provision du 12 février 1588. Son beau-frère, le secrétaire du roi Guy Delavau, époux de Jeanne Nicolas, s’était plaint des avantages excessifs que le père aurait consentis à Michel Nicolas, ibid., LXXXVIII 2, 15 décembre 1593, déclaration. On peut constater que le marché familial des offices n’est pas à meilleur prix que le marché entre « étrangers », au moins quand le règlement des successions met en présence des acteurs aux intérêts divergents (en l’occurrence, la sœur de Michel Nicolas et sa veuve).

45 Arch. nat., minutier central, XVIII 117, 14 décembre 1593, contrat de mariage.

46 Arch. nat., minutier central, XIV 20, f° 309, 2 octobre 1617, contrat de mariage entre Jacques Habert et damoiselle Marie Poncet. La dot montait à 30 000 livres (20 000 à employer en propres), le douaire préfix à 700/600 livres de rente, selon la présence d’enfants nés du mariage, le préciput à 3 000 livres, soit des conventions assez modales pour l’époque à ce niveau social. Faisant preuve de son habituelle correction, Jacques avait attendu le mariage de sa sœur Marie avec Louis Boyer, auditeur des comptes, ibid., CXII 270, 22 novembre 1615 : la dot de 24 000 livres ; le douaire de 800/600 livres de rente et le préciput de 2 000 livres. Il avait aussi fallu attendre d’avoir vendu pour 7 000 livres une ferme à Saint-Bauzire en Auvergne, au nord-est de Montferrand, ibid., XIV 18, 30 juin 1616, comprise dans la dot de la sœur. La prudence de Jacques lui valut un mariage un peu plus avantageux que celui de son beau-frère.

47 Arch. nat., P 2632, p. 90, 2e office de maître, réception du 17 janvier.

48 Arch. nat., minutier central, LIX, rép. 3, 15 juillet 1634, fondation à Saint-Eustache par Jacques Habert et Louis Boyer, exécuteurs testamentaires de leur mère et belle-mère, Anne Nicolas (document non conservé).

49 Antoine de Laval, Desseins des professions nobles et publiques, L’Angelier, Paris, 1605 et 1612, se donne comme une sorte de manuel du choix des carrières. Nicolas Schapira, « Occuper l’office. Les secrétaires du roi comme secrétaires au xviie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 51/1, 2004, p. 36-61.

50 Michel de L’Hospital, Discours pour la majorité de Charles IX et trois autres discours, Imprimerie nationale, Paris, 1993, présentation par Robert Descimon, p. 17.

51 Il faut signaler cependant le cas de l’héritier d’une des familles les plus prestigieuses du monde de l’office, les Dormans : Charles de Dormans, conseiller au parlement, fils de conseiller, se fit maître des comptes le 4 mai 1568, Arch. nat., P 2632, p. 117, 4e office. Il mourut en perte d’office en 1588, Arch. nat., minutier central, LXXIII 297, 20 janvier, inventaire après décès. À Paris, les offices de maître des comptes valurent toujours plus que ceux de conseiller au parlement.

52 Robert Descimon, « L’invention de la noblesse de robe. La jurisprudence du parlement de Paris aux xvie et xviie siècles », dans Jacques Poumarède et Jack Thomas (éd.), Les parlements de province. Pouvoirs, justice et société du xve au xviiie siècle, FRAMESPA, Toulouse, 1996, p. 677-690.

53 Robert Descimon, « Un langage de la dignité. La qualification des personnes dans la société parisienne de l’époque moderne », dans Fanny Cosandey (éd.), Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Éd. de l’EHESS, Paris, 2005, p. 69-123.

54 Claude Menestrier (le père), Les diverses espèces de noblesse et les manières d’en dresser les preuves, La Caille, Paris, 1685.

55 Gilles André de La Roque, Le traité de la noblesse, Mémoires et documents, Paris, 1994 (Rouen, 1678).

56 Cette interprétation s’est imposée aujourd’hui à la suite des travaux de François Bluche et Pierre Durye, L’anoblissement par charge avant 1789, Les Cahiers nobles, n° 23 et 24, 1962, réédité par L’intermédiaire des chercheurs et des curieux, Paris, 1998. On peut, il est vrai invoquer à l’appui de l’efficacité de la législation de 1600 l’usage qui en est fait dans les réquisitions du parquet à la Cour des aides plus qu’au Parlement.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Évolution du prix des charges de magistrat à la Chambre des comptes d’Henri II à Richelieu
Légende Note : la livre tournois à 15,12 gr. d’argent fin le 23 janvier 1550, à 14,21 le 30 août 1561, à 11,79 le 20 novembre 1577 et à 10,98 gr. d’argent fin de 1602 à 1636.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/585/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Graphique 2. Évolution des logarithmes des prix des charges de magistrat avec leurs tendances optimisées
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/585/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Graphique 3. Évolution du prix des charges de président et de maître à la Chambre des comptes de Paris d’Henri II à Richelieu
Légende Nota : la présidence de Guillaume Bailly avait été cédée à son fils par contrat de mariage pour 30 000 livres, somme confirmée par arbitrage d’avocats consultants (1581-1585)28. L’évaluation de la Paulette en 1604 portait ces présidences à 50 000 livres.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/585/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

Auteur

Élu chercheur au CNRS en 1977, il est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales depuis 1990. Son sujet d’étude premier a été la Ligue et la Fronde parisiennes, et plus particulièrement les troubles urbains d’un point de vue sociologique avec, entre autres publications : Qui étaient les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne (1585-1594), Paris,Klincksieck, 1983 ; avec José Javier Ruiz Ibáñez, Les ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français après 1594, Seyssel, Champ Vallon, 2005. Puis il s’est intéressé à l’histoire de l’État, et notamment à la vénalité des charges publiques en France. Parmi ses parutions sur ce thème, on peut citer : avec Fanny Cosandey, L’absolutisme en France. Histoire et historiographie, Paris, Le Seuil, coll. Points Histoire, 2002 ; avec Alain Guery, dans Alain Burguière et Jacques Revel (dir.), « Un État des Temps modernes ? », Histoire de la France. La longue durée de l’État, volume dirigé par Jacques Le Goff, Paris, Éd. du Seuil, 2000, p. 209-513 et p. 521-534 ; « La vénalité des offices comme dette publique sous l’Ancien Régime français. Le bien commun au pays des intérêts privés », dans La dette publique dans l’histoire, Jean Andreau, Gérard Béaur et Jean-Yves Grenier (dir.), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006, p. 177-242. Il est ensuite revenu à l’histoire politique de la municipalité de Paris. Ses travaux actuels concernent l’anthropologie de la parenté dans la noblesse de robe et la notabilité parisienne du xvie au xviiie siècle. Il a récemment dirigé avec Élie Haddad Épreuves de noblesse. Les expériences nobiliaires de la robe parisienne (xvie-xviiie siècle), Paris, Les Belles Lettres, 2010.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par