Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En finir avec le New Public Management

 | 
Nicolas Matyjasik
, 
Marcel Guenoun

Le NPM déconstruit

Normes, performance et soumission

Roland Gori

Texte intégral

  • 1Desrosières (A.), Gouverner par les nombres L’argument statistique, tome 2, Paris, Presses de l’Éc (...)

« Le fait de créer des catégories, en principe pour simplifier le monde et le rendre lisible, tout à la fois le modifie, et en fait un autre monde. Les acteurs, changeant de système de référence, ne sont plus les mêmes acteurs, puisque leurs actions sont désormais orientées par ces indicateurs et ces classifications, qui deviennent des critères d’action, et d’évaluation de celle-ci. […] »1.

1Alain Desrosières a conduit une réflexion morale et politique sur ce « gouvernement par les nombres » qui, depuis les années 1980, a envahi l’administration publique pour, soi-disant, l’émanciper de la bureaucratie. Afin d’améliorer l’efficacité des actions sociales et administratives les pouvoirs successifs ont invité les équipes à se comparer et à mesurer leurs résultats à l’aide d’indicateurs statistiques de performance. La prolifération des dispositifs de quantification et d’évaluation par objectifs a permis la colonisation des services par la langue fonctionnelle de l’entreprise, par les dispositifs de benchmarking, et a produit un New Public Management (NPM) dont la LOLF (loi organique relative aux lois de finances) et la RGPP (Révision générale des politiques publiques) ont constitué la charte financière et administrative.

2Sauf que, dans cette manière de quantifier et de numériser les activités aux dépens de leurs spécificités, les indicateurs du NPM induisent des effets de rétroaction sur les comportements des acteurs, et la manière dont ils appréhendent les situations. Il ne s’agit plus alors de répondre aux finalités des métiers du soin, du travail social, de la recherche ou de l’éducation, mais de répondre à des normes, de parvenir à des scores abstraitement et virtuellement imposés par les dispositifs de l’expertise, cette nouvelle forme de la bureaucratie.

  • 2Foucault (M.), Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France 1978-1979, Paris, Hautes É (...)

3Au cœur des normes préconisées on retrouve le langage commun aux réseaux internationaux, qui mêlent consultants, bureaucrates, technocrates, élites politiques et administratives, gestionnaires et financiers. Dans tous les cas la valeur se trouve réduite à la pensée des affaires et à celle du droit. Combien ça rapporte ? Combien ça coûte ? Est-ce bien conforme aux règles de procédures et aux bonnes pratiques des recommandations technico-financières ? Même lorsque les indicateurs se révèlent aberrants, ils soumettent les individus, permettent de donner des ordres sans en avoir l’air, simplifient le monde, le rendent commensurable, « marchandisable », fabriquent une véritable censure. Le NPM est incitatif, il n’utilise pas les statistiques pour décrire, mais pour prescrire. Il constitue une morale, une pédagogie autant qu’une politique. Cheval de Troie du néolibéralisme, l’évaluation par indicateurs statistiques de performance assure la promotion de cette figure anthropologique du « sujet entrepreneur de lui-même » évoqué par Michel Foucault : « l’homo œconomicus […], ce n’est pas du tout un partenaire de l’échange. L’homo œconomicus, c’est un entrepreneur et un entrepreneur de lui-même »2. Et cet homme de la consommation, comme l’écrit Foucault, est « un producteur », et qui produit quoi ? Sa propre satisfaction, comme une entreprise, avec retour des revenus sur investissements. C’est ce modèle d’un individu ou d’une équipe conçu comme « capital humain » qui prévaut aujourd’hui dans les évaluations et les appels d’offres. Comment faire en sorte d’investir au minimum avec l’espoir d’un gain maximum de profit ? Nous en reparlerons, mais en matière d’éducation, de soin, de justice et d’accompagnement social, ce n’est pas évident… Il y a le risque majeur de mettre en œuvre des moyens qui viennent contredire les fins.

4Plutôt que de vous faire un long discours sur les dérives et les effets pervers du NPM et des évaluations d’aujourd’hui, j’ai choisi de vous raconter mon histoire préférée, celle des deux Francis.

5C’est l’histoire de deux citoyens qui s’appelaient Francis et qui habitaient tous deux le même village. L’un était prêtre et l’autre chauffeur de taxi. Et le hasard fait qu’ils meurent le même jour. Ils se présentent tous les deux devant le seigneur.

6Francis le chauffeur de taxi passe en premier. Le Seigneur consulte ses registres et lui dit : « Va, mon Fils, tu as mérité le Paradis, voilà ton bâton de platine et ta tunique d’argent ».

7Arrive ensuite Francis le prêtre. Le Seigneur consulte ses registres et lui dit : « Va, mon Fils, tu as mérité le Paradis, voilà ton bâton en chêne et ta tunique de lin ».

8Alors Francis le prêtre est un peu surpris et il interpelle le Seigneur : « Seigneur, il doit y avoir une erreur. Je ne voudrais pas dire du mal d’un concitoyen, mais l’autre Francis je le connais, nous étions du même village. Il a mené une vie très dissolue, il picolait, il blasphémait, il conduisait comme un dingue, a eu de multiples accidents et a terrorisé tout le village par son comportement toute sa vie. Et moi j’ai mené une vie exemplaire, chaste, fidèle, sobre, j’ai donné tous les sacrements à cette population de mécréants, j’ai dit la messe tous les dimanches. J’ai servi votre foi. Alors je ne comprends pas pourquoi vous lui donnez un bâton de platine et une tunique d’argent, et moi un bâton de chêne et une tunique de lin. Il doit y avoir une erreur ! »

9Le Seigneur consulte de nouveau son registre et lui répond : « Non, mon Fils, il n’y a pas d’erreur. Nous avons changé notre mode d’évaluation. Nous procédons aujourd’hui de manière plus objective grâce à des indicateurs standardisés de performance pour décider. Aussi me faut-il constater que chaque fois que tu disais la messe le dimanche tout le monde s’endormait, alors que lui chaque fois qu’il conduisait tout le monde priait ! »

10Regardons plus en détail comment l’action publique a mis le « chiffre » au centre de ses préoccupations et étudions les conséquences de ce nouveau mode de gouvernement avant de dessiner quelques pistes pour renouveler les pratiques gestionnaires de nos démocraties.

L’État et la quantification de la société

  • 3Bourdieu (P.), Sur l’État. Cours au Collège de France 1989-1992, Paris, Le Seuil, 2012.

11Dans son ouvrage Sur l’État, Pierre Bourdieu3 définit l’État comme « un principe d’orthodoxie, c’est-à-dire un principe caché » qui assure les pratiques d’intégration logique et morale du monde social, et par conséquent le consensus fondamental sur le sens social du monde. La manière dont l’État assure cette production, cette représentation légitime du monde social, construit des fictions collectives, illusions analogues aux religions ou aux utopies. L’État construit le périmètre, l’arpentage des espaces publics, privés et communs, il assure leur régulation. L’État code et classifie à l’aide de catégories qui ne sont pas seulement sociales, mais aussi mentales, il célèbre des liturgies sociales et des rituels d’initiation. Ces schèmes d’actions et de pensée, Bourdieu les nomme habitus, ils labourent le champ du social dans lequel se fabriquent les règles qui construisent les subjectivités, et qui viennent légitimer les manières de gouverner.

  • 4Ibid., p. 156.
  • 5Ibid., pp. 187-188.
  • 6Desrosières (A.), Prouver et gouverner, Paris, La Découverte, 2014, p. 50.

12Ces règles, nous dit encore Pierre Bourdieu, « sont des régularités implicites, ignorées la plupart du temps par les joueurs, maîtrisées à l’état pratique sans que les joueurs soient capables de les porter à l’explication »4. Le jeu social opère aussi de cette façon, et comme le dit encore Bourdieu, le coup de force, « le coup majeur que nous fait l’État, c’est ce qu’on pourrait appeler l’effet du “c’est ainsi”, du “c’est comme ça”. [Et il ajoute] C’est pire que si l’on disait : “Cela ne peut pas être autrement.” […] C’est faire admettre, à propos de milliers de choses, aux agents sociaux sans même qu’ils le sachent (sans leur demander de prêter serment), c’est faire accepter sans condition des milliers de présupposés plus radicaux que tous les contrats, que toutes les conventions, que toutes les adhésions »5. L’État dans nos démocraties libérales comme dans les ex-pays communistes se présente comme le garant du réel, sans discussion possible. Et comme l’État néolibéral aujourd’hui procède, comme hier les États communistes, en se servant des statistiques pour gouverner, les chiffres finissent par avoir chez nous mauvaise réputation comme écrit Alain Desrosières : « c’est pourquoi l’État néolibéral, fondé sur des indicateurs de performance, a des difficultés avec ses statistiques, comme en avait naguère la statistique soviétique »6. Alors que, naguère, en démocratie, la statistique était plutôt considérée comme au service de l’émancipation sociale et de l’intérêt collectif, elle tend aujourd’hui à apparaître comme un moyen normatif de contrainte et de soumission. Elle s’est transformée en vision néolibérale du monde et en dispositif de servitude volontaire. Et c’est l’État qui se porte garant et volontaire de cette nouvelle civilisation des mœurs.

13C’est encore, nous dit Pierre Bourdieu, l’État qui, dans nos sociétés, institue les grands rites d’initiation à la vie sociale, inculque la culture à partir de laquelle se construisent les visions du monde, c’est encore l’État qui donne à la « rhapsodie des événements » la cohérence et le sens dont les citoyens ont besoin pour se penser dans le monde, et pour penser le monde. L’État est le principal producteur de la réalité sociale, même et surtout quand il affirme qu’il y a trop d’état, trop de déficits publics, qu’il faut privatiser davantage, il produit matériellement et symboliquement une réalité sociale. Même et surtout quand il feint de capituler, il est toujours en campagne, il se fait le mercenaire de certains intérêts privés. Mais il ne renonce pas à sa vocation d’organiser le champ social.

14Max Weber et Pierre Bourdieu ont, chacun à leur manière, analysé cette fonction symbolique de l’État, cette raison d’être de l’État, qui construit un monde commun. Ce monde commun laisse-t-il aujourd’hui une place au commun, aux biens communs naturels, à l’autogouvernement politique des espaces et des biens communaux ? Rien n’est moins sûr.

15C’est même souvent au nom de ce commun qu’aujourd’hui les luttes sociales et culturelles émergent contre l’ordre capitaliste et l’État entrepreneurial. L’État ne serait plus le garant de la volonté générale qui préserve l’espace du commun, la bureaucratie communiste comme la rationalité néolibérale ont fait litière de cette illusion. L’État serait au contraire ce qui aujourd’hui brade matériellement et symboliquement ce qui appartenait jusque-là au domaine commun ou au domaine public. Les États modernes organisent depuis plus de trente ans ce « pillage » du commun au profit des oligarchies privées et, à partir de la fin des années 1980, ils ont été rejoints dans cette entreprise par les ex-pays communistes, et s’efforcent de plier la société aux normes et aux contraintes du marché globalisé.

16La chose est connue. L’immense transfert des biens et capitaux matériels des États au profit du privé s’est opéré dans tous les domaines de la vie industrielle et économique, de la finance et de la production, des industries culturelles aux entreprises de santé et d’éducation, de la protection sociale à l’exécution des peines de probation. Mais ce sur quoi je voudrais insister concerne moins ce transfert de l’ensemble du capital matériel des services publics vers leur gestion privée et leur marchandisation, que le pillage du capital culturel du commun par le langage et le rituel de ce que Pasolini nommait « la religion du marché ». La spécificité du commun, de la cohérence et du sens qu’il véhicule, se trouve gommée, effacée par le langage de l’entreprise et de la finance, leurs critères de rentabilité et de concurrence.

17Les premiers symptômes de cette maladie de civilisation opèrent à la surface du langage, quand on parle de ressources humaines, de capital humain, de performance, de gestion, de managers de santé, de compétences sociales et cognitives… Le mal a déjà envahi l’ensemble du corps social. Les voies d’entrée de cette infection néolibérale opèrent par les nouvelles formes sociales de l’évaluation qui fabriquent de la servitude volontaire, de la soumission sociale librement consentie à partir d’une valeur réduite aux indicateurs quantitatifs de performance. Telle était la morale de ma petite histoire du début de cet exposé.

18Nous assistons tous les jours à la tyrannie envahissante des normes techniques, des standards de gestion, des critères de benchmarking, de l’emprise des classements et des notations. Ils deviennent les instruments d’une régulation sociale qui rationalisent, fragmentent, contrôlent et rendent conforme l’ensemble des pratiques sociales. Cette politique néolibérale se pare du masque de l’objectivité technique et de la neutralité administrative. Cette recomposition du champ social ne laisse aucune place au commun.

19C’est même sa vocation d’exproprier les producteurs du commun qui opère dans ces formes d’évaluation quantitative, formelle et procédurale. Ma thèse, c’est que cette manière sociale de réduire la valeur aux critères du marché et du droit, poursuit le mouvement des enclosures qui, depuis le xiie siècle en Angleterre et plus massivement à partir du xviie siècle, a permis de mettre un terme aux droits d’usage des communaux au profit des riches propriétaires. Ce mouvement des enclosures, qui a produit une véritable désintégration sociale et un très fort appauvrissement de la population rurale, a marqué la naissance du capitalisme.

20Mais comme Foucault nous l’a appris, dans nos sociétés actuelles, ce ne sont plus les territoires qui sont les seuls enjeux des luttes et des conquêtes, ce sont également les populations, et plus encore depuis les totalitarismes du xxe siècle, ce sont les esprits et conduites des populations qui font l’objet des impérialismes culturels.

21Je pose donc comme hypothèse que les formes actuelles d’évaluation et de « gouvernementalité » des conduites, ces « conduites des conduites », comme disait Foucault, participent du même mouvement d’expropriation, des droits d’usage communaux de la pensée et de la décision des citoyens, et poursuivent le travail de confiscation et d’expropriation naguère mis en œuvre par le mouvement des enclosures, et les dégradations qu’il produisit sur les modes communaux de vie des paysans. Un des moyens de cette expropriation des esprits citoyens dans les services publics a un nom : celui de New Public Management. Étant donné les fonctions d’orthodoxie de l’État que j’ai rapidement rappelées tout à l’heure, cela m’a semblé valoir la peine de se pencher sur cette manière de gouverner qui aujourd’hui a envahi la sphère publique et formaté le champ social.

Un nouveau mode de gouvernement : le New Public Management

22L’action publique aujourd’hui procède comme le Seigneur de mon historiette : l’évaluation par les indicateurs de performance se préoccupe moins de la finalité de nos actions professionnelles que de leur conformité à des objectifs chiffrés. Avec bien souvent pour conséquence de faire prévaloir les moyens pour mettre en œuvre nos pratiques professionnelles sur les finalités qui les ont créées. C’est ce pilotage de l’action publique par la performance qui, à tous les niveaux, je dis bien à tous les niveaux, est devenu le noyau d’une nouvelle forme de servitude, de soumission sociale, produisant révolte, apathie, cynisme, conformisme et impostures.

23La philosophe Simone Weil faisait d’un gouvernement par la nécessité et non par la finalité le propre même d’une servitude, douloureuse servitude que même la parfaite équité sociale n’effacerait pas. Exécuter un acte par soumission à l’automatisme des machines et des procédures, et non en vue de la production d’un bien, d’un sens et d’une finalité, est la pire menace pour une démocratie.

24Qu’il faille des chiffres et des indicateurs pour gouverner et prévoir, personne ne le conteste. C’est l’origine même du mot « statistique », « qui a trait à l’État ». Mais le citoyen est-il réductible à un segment statistique ? L’excellence est-elle réductible à la tête de liste d’un classement Google ? Les chiffres sont-ils évidents ? Parlent-ils d’eux-mêmes ? Sont-ils ventriloques ?

25Faut-il vous rappeler les sempiternels débats entre police et gendarmerie pour chiffrer la délinquance et le succès de son traitement ? Faut-il encore évoquer la question, aujourd’hui remise au goût du jour, de l’imprudente et brutale comparaison du nombre et de la durée des actes chirurgicaux en oubliant la spécificité des pratiques chirurgicales selon qu’elles portent sur la main, le cœur, les poumons etc. ? Faut-il rappeler le succès autant que les critiques des palmarès des universités et des lycées, ou encore cette forte corrélation entre l’intelligence collective d’un pays et la consommation de chocolat de ses habitants ?

26Si évaluer est indispensable, si le traitement numérique est précieux, il n’empêche qu’aujourd’hui, le nez sur les chiffres du compteur, nous oublions parfois de regarder la route. Nous confondons la carte et le territoire. Nous confondons l’objectivité formelle et l’objectivité réelle. La fabrication de normes de comportement à partir de ces chiffres conduit à un rationalisme morbide qui n’a plus rien de raisonnable.

27Qu’il s’agisse de la logique de l’audimat dans le journalisme, de la tarification à l’activité à l’hôpital, des impact factors dans l’évaluation de la recherche, du pourcentage de bacheliers dans une classe d’âge, des pourcentages de réussite aux examens et aux évaluations scolaires, des pourcentages de réinsertion des chômeurs dans un emploi, des taux de fréquentation des lieux culturels, nous faisons comme si la valeur était une propriété émergente de la quantité.

28À partir de ces chiffres fabriqués sur le modèle prudentiel des agences de notation financière, nous fabriquons des normes qui deviennent des objectifs et tendent à remplacer la finalité des actions qu’elles étaient censées évaluer. On peut sérieusement s’inquiéter lorsqu’on entend le professeur Peter Higgs, lauréat du prix Nobel de physique 2013, déclarer au Guardian, le 6 décembre 2013 : « Aujourd’hui, je n’obtiendrais pas un poste universitaire. C’est simple : je ne pense pas que je serais considéré comme assez productif ».

  • 7Ellul (J.), Le Système technicien, Paris, Le Cherche midi, 2004.

29Le « système technicien », comme l’appelait Jacques Ellul7, s’est emparé de la société tout entière et la numérisation des activités a donné à la rationalisation de nos conduites un pouvoir sans précédent. La valeur devient plus que jamais soluble dans la pensée du droit et des affaires, elle n’est plus qu’une information devenue marchandise. En conséquence, les indicateurs qui devaient aider à la décision ont tendance à la remplacer. À partir de là, c’est la machine numérique qui confisque le savoir-faire du professionnel comme la décision du politique. Tous deux sont prolétarisés. Les normes quantitatives, techniques et gestionnaires deviennent à la fois l’idéal à atteindre et la mesure du chemin parcouru pour l’atteindre. Une nouvelle bureaucratie de l’expertise s’installe, colonisant en France les vieux appareils de l’État et les traditions jacobines. Mais ce fétichisme des chiffres favorise des formes de pensée qui contrarient la démocratie et pervertissent les pratiques professionnelles. Les formes actuelles de l’évaluation deviennent le cheval de Troie d’une logique de marché qui pénètre les secteurs de l’existence sociale qui en étaient jusque-là exemptés. Une nouvelle vision du monde s’impose qui, au nom de l’objectivité, prescrit des schèmes de comportement, et fait de la valeur financiarisée non seulement une catégorie de l’économie, mais encore une catégorie morale, politique et psychologique.

30Il y a une machine philosophique et anthropologique derrière chaque conception de la valeur. Les conceptions contemporaines des évaluations quantitatives et formelles rendent invisibles des pans entiers de l’existence : que vaut un sourire, un mot gentil, dans un acte de soin ? Que vaut le poème, le jeu ou le rêve d’un enfant réduit à ses compétences cognitives ? Que valent l’amour et l’amitié quand vivre n’est aujourd’hui qu’un stratagème, comme disait Aragon ?

31Cette aliénation « chosifiante » du vivant est aujourd’hui une véritable catastrophe écologique, qui fait violence et, en retour, produit de la violence religieuse, de la délinquance, de la fraude, du cynisme et de l’imposture. À moins que les individus ne s’enlisent dans l’apathie, l’indifférence ou la dépression. Parce qu’on a mis de la surveillance et du contrôle technique, là où on avait plus besoin de relations humaines pour se servir de la technique sans s’y asservir, la démocratie périt de son manque de confiance en elle-même, de son absence d’ambition vraie.

Comment retrouver le « langage de l’humanité » ?

  • 8Camus (A.), « Le siècle de la peur », texte écrit le 30 novembre 1946 et publié par Combat en nove (...)

32Comment restaurer cette éternelle confiance de l’homme dont parlait Camus en novembre 1946 lorsqu’il s’inquiétait qu’on puisse la perdre après Hiroshima ? Il évoquait « cette éternelle confiance de l’homme, qui lui fait croire qu’on pouvait tirer d’un autre homme des réactions humaines en lui parlant le langage de l’humanité »8.

33Eh bien, le langage de l’humanité c’est la parole et le récit et non ce langage des choses et des machines que nous force à apprendre les évaluations actuelles. Les chiffres doivent être produits pour nous permettre de parler et de débattre et non pour nous faire taire.

34L’empire des indicateurs numériques doit pouvoir s’arrêter à la porte du récit et de la parole pour permettre aux citoyens de vivre ses expériences, de les échanger et de les transmettre. Le philosophe Walter Benjamin a montré que, lorsqu’on n’est plus capable de raconter des histoires, c’est que le cours de l’expérience a chuté et qu’il sombre aujourd’hui indéfiniment.

35C’est ce savoir artisanal des récits professionnels, de leur expérience particulière que les chiffres et les protocoles rendent invisibles. Insidieusement les chiffres cachent les critères sur lesquels ils se fabriquent, introduisent des jugements de valeur indiscutables et s’auto-légitiment en s’appuyant sur d’autres chiffres avec lesquels ils sont en affinité.

36Il y a un immense chantier devant nous : comment les chiffres sont fabriqués, que veulent-ils dire, quelles sont les valeurs qu’ils cachent ou qu’ils mettent en avant et le traitement politique qu’on peut en faire ? Je prendrai un seul exemple emprunté au sociologue Robert Salais : celui du nombre de demandeurs d’emploi inscrits à pôle emploi, donnée factuelle, que l’on transforme médiatiquement en énoncé de type : « baisse ou augmentation » du chômage. Le glissement sémantique n’est pas innocent. Qui plus est lorsque la BCE se réjouit de la baisse du chômage dans un pays sans préciser le « degré de vulnérabilité » de l’emploi trouvé, sa durée et ses conditions, elle participe davantage du communiqué de « la société du spectacle » que du débat politique.

37Cependant, il n’y a pas que les chiffres sur lesquels il convient de réfléchir, mais sur les mots que nous employons pour dire le monde. Nous ne les utilisons pas impunément. Par exemple, il conviendrait de se rappeler que les termes de « performance » ou de « handicap », qui nous obsèdent tant dans nos évaluations, proviennent d’un vocabulaire de turfiste. La performance est la manière dont court un cheval et ce mot prend progressivement le sens de score. Quant à la notion de « handicap », elle désigne au départ la charge qu’il convient d’attribuer au jockey pour équilibrer les chances des concurrents. Mais la vie est-elle un champ de courses ? Rappelons la signification des termes qui envahissent aujourd’hui le champ du travail social.

  • 9Rey (A.), (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1992, tome 2.

38Au départ le terme de performance est emprunté à un mot anglais « performance » signifiant « accomplissement », « réalisation », « résultat réel ». Il est employé dans un champ très vaste, dont le domaine du sport n’est qu’un exemple. C’est ainsi qu’il peut désigner l’exécution d’une œuvre littéraire ou artistique. Mais lorsque le mot est introduit en français comme terme de turf et au pluriel, il désigne « des résultats d’un cheval de course »9. Mais, progressivement, il s’étend dans l’usage courant pour désigner la manière de faire quelque chose de manière optimale, voire exceptionnelle. La notion de performance draine avec elle aujourd’hui celle de compétition, de rivalité, qui fait de l’autre un rival, un adversaire, un challenger. Au risque alors de promouvoir une civilisation des mœurs, une éthique, saisie par le style sportivo-managérial, qui réduit la valeur au prix, au palmarès et aux résultats chiffrés.

39Comme le mot compétition, celui de performance est fréquemment employé dans les domaines du sport, du commerce et de la politique. Si on le rapproche du mot challenge, qui est son équivalent le plus proche en anglais, le terme de compétition désigne aussi un style de lien social fondé sur la provocation, le défi et la concurrence. L’extension aujourd’hui de ce style sportivo-managérial, qui tend à gouverner nos activités humaines, révèle le style d’une société, le style d’une civilisation et place le rapport à l’autre et à soi-même sous l’ombre portée de l’agressivité. On s’éloigne alors d’une société qui prend soin de la vulnérabilité et de la dignité humaine. On s’éloigne aussi du sens artistique du mot de « performance » au risque de fabriquer une fable sociale, un méta-récit, qui légitime les inégalités sociales et explique les échecs professionnels en les imputant à ceux qui les subissent. L’esprit de compétition, c’est bien dans les stades, c’est moins pertinent dans les services d’urgence des hôpitaux ou dans le travail social à l’Armée du Salut. Sinon, on risque, au nom d’une rhétorique de la performance, d’installer et de justifier des abus de pouvoir qui s’autorisent et se légitiment de la réussite et de la compétition. Un pas de plus est franchi pour entamer la démocratie lorsqu’implicitement les inégalités dans les performances sont censées résulter d’une sélection naturelle donnant à la vision néolibérale du monde les fondements d’un darwinisme social.

40À partir de ce moment-là la performance n’est plus seulement l’accomplissement d’un acte, le dépassement dans une épreuve physique ou intellectuelle, la réussite dans les affaires, c’est aussi un discours qui fabrique des subjectivités et constitue une machine de gouvernement. Si « c’est la société qui fait la substance de l’individu », comme disait Adorno, la société de la compétition et de la performance fabrique des individus isolés, cyniques, désespérés, bien souvent apathiques politiquement et jouisseurs désabusés, déshumanisés, prêts à passer sous le joug du tyran et disposé à le servir pour faire prospérer leurs petites « affaires », en oubliant la principale d’entre elles, qui est de rester « maître de soi-même ». Tel est déjà l’enseignement de Benjamin Constant et d’Alexis de Tocqueville au xixe siècle, au moment où la modernité installe une nouvelle forme de démocratie et tend à oublier les origines grecques de la démocratie, autant que le message de la philosophie des Lumières : sortir de l’état de « minorité » et soumettre tout jugement, toute prescription à la raison critique.

41Il ne faut pas oublier que le discours aussi produit des performances et c’est le sens même du mot performatif inventé par le philosophe et linguiste anglais Austin pour désigner une catégorie de verbes qui réalisent l’action qu’ils énoncent. Cette puissance performative, cette efficience symbolique est très importante puisqu’elle montre que dire, c’est faire. Si je dis « je promets », « je décide », je ne décris pas simplement une action, je la produis. Je n’annonce pas simplement une intention, j’accomplis un rituel qui me lie pragmatiquement à autrui. Quand je dis « je sais », je donne aussi ma parole à autrui et je m’engage implicitement dans une promesse dont je dois être le répondant. Dire « j’accepte » ou « je refuse » relève de la même logique performative, ils ne décrivent pas des intentions, ils les font exister, ils en constituent la performance. Aussi est-il important maintenant d’évoquer brièvement en quoi les indicateurs de performance favorisent ou entravent sa réalisation. Car les indicateurs de performance ne mesurent pas seulement les actions, ils n’évaluent pas seulement les performances, ils les produisent, ils les calibrent et ce faisant imposent des exigences, c’est-à-dire des normes. Ces normes imposées par les indicateurs de performance constituent une éthique. Or, statistiquement parlant, il est absurde de considérer les indicateurs quantitatifs de performance comme neutres et objectifs. Ils tendent à rétroagir sur les acteurs dont ils mesurent l’activité. C’est la loi de Goodhart, bien connue en économie : « quand une mesure devient une cible, elle cesse d’être une bonne mesure ». Reformulée par Robert Lucas, cette loi précise : « toute régularité statistique observée devient fausse si une pression est exercée sur elle à des fins de contrôle ».

42Mais que faisons-nous d’autre aujourd’hui quand nous évaluons ? Un autre exemple ? Quand on fait dépendre la dotation de moyens des résultats à la performance, on risque de produire au mieux des biais évaluatifs, au pire on fabrique des impostures. Quand, par exemple, on évalue les praticiens de Pôle emploi sur leur performance et leur « taux de placement de bénéficiaires », on les encourage à exclure du périmètre de leurs efforts les personnes les plus vulnérables. Il en va de même des hôpitaux, des universités, des lycées. La prime à la performance que véhiculent les palmarès et les évaluations standardisées accroît les inégalités sociales et la vulnérabilité des plus démunis. Le pilotage par les indicateurs de performance n’est plus seulement a-démocratique ou postdémocratique, il devient antidémocratique. Ce type d’évaluation incite les professionnels à l’imposture : exclure tous ceux qui alourdissent les résultats statistiques, même s’ils sont la raison d’être de nos missions.

  • 10Lyotard (J.-F.), Le postmoderne expliqué aux enfants, Paris, Galilée, 1988-2005, p. 60.

43Faute de prendre du temps pour parler des chiffres et des résultats, on risque de choisir le mode d’emploi simplifié et connu, plutôt que la pensée complexe, ambiguë, ouverte à l’inconnu. Comme le disait le philosophe Jean-François Lyotard, « Dans un univers où le succès est de gagner du temps, penser n’a qu’un défaut, mais incorrigible : d’en faire perdre.10 »

44Mais, avec le pilotage automatique des évaluations actuelles, le score remplace la pensée, tue les capacités de création et de découverte et fait de l’avenir un simple reflet du passé. Il faut se méfier car l’appareil normatif au sein duquel ce type d’évaluation technico-financière s’inscrit tend à contourner sa propre évaluation. Le système fabrique des preuves endogènes de sa propre efficacité en se maintenant sur le seuil des apparences formelles. C’est la raison pour laquelle il me paraît urgent d’évaluer ce que nous coûtent financièrement, matériellement, mais aussi humainement, toutes ces agences d’évaluation. Évaluer aussi leurs tâches aveugles en matière d’évaluation professionnelle et leurs coûts démocratiques. N’oublions pas, par exemple, que les indicateurs de performance ne nous donnent de la réalité professionnelle qu’une vision simplifiée et myope qui ne rend pas compte des conséquences à long terme de nos pratiques.

45Comment, par exemple, prendre en compte les effets des nouvelles politiques culturelles des nouvelles missions sociales des théâtres, de leurs effets sur leurs territoires et au long terme lorsque ce sont des indicateurs de fréquentation de ces lieux qui priment dans une évaluation ? Il faut arrêter une évaluation simpliste, à court terme, aveuglée par sa myopie des chiffres et des effets directs. Il faut arrêter de perdre trop de temps par le mitraillage des évaluations qui se succèdent en cascade et sclérosent le travail lui-même. L’évaluation ne doit plus être le sésame qui ouvre la porte des financements et qui pilote les procédures qui calibrent les humains comme des tomates, mais l’un des moyens internes aux pratiques professionnelles elles-mêmes. Il conviendrait de favoriser des moments et des lieux d’échanges entre praticiens, citoyens-usagers et citoyens-financeurs.

46Enfin il convient de permettre aux praticiens, aux décideurs et aux politiques eux-mêmes de sortir d’une curatelle technico-financière qui rend invisibles les finalités de nos actes et contraint nos décisions. Pour sortir de l’état de minorité dans lequel les placent ces évaluations il faudrait favoriser, au moins à titre expérimental, une autonomie de petites unités de production, respecter la particularité de leur histoire et de leur expérience en les invitant à faire au mieux avec les moyens qu’il serait possible de leur accorder. Il s’agirait moins d’adapter le citoyen en le transformant en instrument animé que l’inviter à créer et à se créer par son travail. Cette révision fondamentale dans la manière d’évaluer pourrait constituer un équivalent symbolique avec l’augmentation de salaire offrant une reconnaissance sociale en contrepoint de cette société du mépris que fabriquent les évaluations standardisées. Car il faut le dire encore et encore, les nouvelles formes sociales des évaluations sont devenues de véritables polices de la pensée, de véritables techniques de confession et d’aveu qui empêchent et pervertissent le travail avec autrui. Telles sont, à mon avis les questions, que pose aujourd’hui à nos démocraties la bureaucratie des expertises. Peut-être conviendrait-il de se rappeler avec Canguilhem que « la raison est régulière comme un comptable, mais la vie anarchiste comme un artiste. »

47N’oublions pas que l’humain ne produit pas seulement des objets et des services, qu’il se produit lui-même à travers sa production et qu’il produit ainsi son humanité. Cette humanité était, aux dires de Jaurès, cette « parcelle » déposée en tout homme qui lui faisait refuser la fatalité biologique comme la fatalité économique. C’est de ce refus d’une société de la résignation comme du fatalisme que sont issues les inventions renouvelées de la démocratie.

Conclusion

48Comment ne pas penser aujourd’hui, face à la tyrannie des expertises, à ce que disait la philosophe Simone Weil : « On dit souvent que la force est impuissante à dompter la pensée ; mais pour que ce soit vrai, il faut qu’il y ait pensée. Là où les opinions irraisonnées tiennent lieu d’idées, la force peut tout. Il est bien injuste de dire par exemple que le fascisme anéantit la pensée libre ; en réalité c’est l’absence de pensée libre qui rend possible d’imposer par la force des doctrines officielles totalement dépourvues de signification ».

49Il serait désastreux qu’une nouvelle forme de technocratie vienne se substituer à celle de la « cage de fer » des États modernes, dont la technocratie d’expertise a de nos jours pris le relais. Il serait désastreux qu’une nouvelle forme de « conduite des conduites » confisque le nécessaire débat citoyen en imposant une micro-gestion administrative des espaces, des biens, des informations et de ceux qui en usent. C’est la raison pour laquelle le « commun » à réinventer, pour sortir de cette « tragédie des enclosures » anciennes et actuelles, ne pourra se construire qu’à la condition de retrouver le goût et le sens du récit par lequel l’humain construit son expérience et la transmet à autrui. Nous avons plus que jamais aujourd’hui besoin de cette « pensée de Midi », dont parlait Camus, pensée, qui conjoint la raison et le sacré, l’art et la politique. Une telle pensée ne rejette pas les chiffres, pas davantage qu’elle méconnaît l’économie, elle en expose les contraintes, moins pour nous faire taire que pour nous permettre d’en parler. C’est ce « goût de la parole », comme disait mon ami Zarifian, que nous devons retrouver pour rendre ce monde habitable.

  • 11Desrosières (A.), Gouverner par les nombres. L’argument statistique, tome 2, Paris, Presses de l’É (...)
  • 12Desrosières (A.), Prouver et gouverner, Paris, La Découverte, 2014, p. 69.
  • 13Rousseau (J.-J.), Du Contrat social, 1762, livre I, chapitre VI, note 1 de Rousseau.

50Terminons avec Alain Desrosières : « La planification centralisée des ex-pays socialistes a échoué parce qu’il était impossible de fixer des indicateurs fiables de réalisation des objectifs du Plan, en raison des effets pervers induits par ces indicateurs, par rétroaction sur le comportement des acteurs. Les indicateurs et les classifications sont tout à la fois des contraintes et des ressources qui, par leur existence même, changent le monde »11, et encore : « l’histoire, l’anthropologie, et aussi le débat politique démocratique, peuvent fournir d’utiles contrepoids réflexifs à des techniques économiques et statistiques parfois trop sûres d’elles-mêmes »12. Non sans devoir ajouter avec Rousseau : « Ils ne savent pas que les maisons font la ville mais que les citoyens font la cité »13.

Notes

1Desrosières (A.), Gouverner par les nombres L’argument statistique, tome 2, Paris, Presses de l’École des mines, 2008, p. 29.

2Foucault (M.), Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France 1978-1979, Paris, Hautes Études, Gallimard-Le Seuil, 2004, p. 236.

3Bourdieu (P.), Sur l’État. Cours au Collège de France 1989-1992, Paris, Le Seuil, 2012.

4Ibid., p. 156.

5Ibid., pp. 187-188.

6Desrosières (A.), Prouver et gouverner, Paris, La Découverte, 2014, p. 50.

7Ellul (J.), Le Système technicien, Paris, Le Cherche midi, 2004.

8Camus (A.), « Le siècle de la peur », texte écrit le 30 novembre 1946 et publié par Combat en novembre 1948.

9Rey (A.), (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1992, tome 2.

10Lyotard (J.-F.), Le postmoderne expliqué aux enfants, Paris, Galilée, 1988-2005, p. 60.

11Desrosières (A.), Gouverner par les nombres. L’argument statistique, tome 2, Paris, Presses de l’École des mines, 2008, p. 29.

12Desrosières (A.), Prouver et gouverner, Paris, La Découverte, 2014, p. 69.

13Rousseau (J.-J.), Du Contrat social, 1762, livre I, chapitre VI, note 1 de Rousseau.

Auteur

Professeur honoraire de psychopathologie clinique à l’université d’Aix-Marseille et psychanalyste membre d’Espace analytique il a été nommé professeur en 1979 à l’université de Montpellier puis à partir de 1983 à l’université d’Aix-Marseille. Il a siégé dans de nombreuses commissions ministérielles et a été expert au ministère de la Recherche entre 1997 et 2003. Après avoir dirigé un DEA de psychopathologie clinique, il a participé à la direction et à la fondation d’un réseau inter­universitaire de psychopathologie clinique et de psychanalyse. Il est actuellement président de l’association l’Appel des appels. Il a publié plus d’une vingtaine d’ouvrages.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540