Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

En finir avec le New Public Management

 | 
Nicolas Matyjasik
, 
Marcel Guenoun

Le NPM déconstruit

Lire la bureaucratisation néolibérale avec Weber

Béatrice Hibou

Testo integrale

  • 1Graeber (D.), “On the Phenomenon of Bullshit Jobs”, Strike! Magazine, 17 août 2013 et Bureaucratie(...)

1Ce chapitre propose une piste pour l’interprétation du New Public Management (NPM), non dans sa spécificité en tant que nouvelle modalité de gestion des affaires publiques dans une longue histoire étatique, mais dans sa banalité actuelle en tant qu’expression de la prolifération, voire de l’envahissement du quotidien de nos vies par des normes, des procédures, des règles, des opérations de codage ou de catégorisation, bref des « formalités » qui sont principalement issues du secteur privé. Cette configuration ne recouvre pas seulement le concret de l’administration étatique avec l’importation de techniques, de pratiques et de manières de penser, du monde de l’entreprise privée vers celui de l’État. Elle comprend aussi des « faits » aussi disparates que la pénétration des nouvelles technologies de l’information jusque dans notre intimité, avec son lot de procédures qui conditionnent son usage et de normes qui structurent les modalités d’énonciation et de pensée ; le développement de labels à partir de critères normatifs et quantifiés (comme le fairtrade ou les certifications environnementales) ; la mise en nombre et en statistique croissante, non seulement dans la production de biens et les services soumis à un processus croissant d’industrialisation, mais aussi dans la police (qui doit afficher des taux d’élucidation des délits), dans la santé (qui doit prouver sa rentabilité), dans l’éducation (qui doit attester de sa qualité). Cette emprise des formalités prend donc aussi corps à travers l’hégémonie de la pensée gestionnaire, la diffusion de la pensée « risque-pays » et l’attention banalisée aux benchmarks, spreads et autres notations, y compris dans des secteurs aussi éloignés du monde de la finance que la recherche, où la bibliométrie est reine et où l’évaluation d’un article dépend avant tout de la notation de la revue dans lequel il est publié. Cette prolifération des formalités se concrétise encore par la diffusion de manuels, de kits et guidelines dans tous les secteurs, jusque dans des situations aussi extrêmes que la guerre contre le terrorisme et la définition, après le 11 Septembre, de procédures définissant les « bonnes » (c’est-à-dire « acceptables ») techniques de torture. La généralisation des préoccupations sécuritaires, des problématiques du risque et de la rhétorique de la transparence constitue une dynamique fondamentale de cette extension du domaine des formalités : des critères sont nécessaires pour appréhender les risques et évaluer l’insécurité, des objectifs quantifiés et des procédures sont mis en place pour les réduire voire les supprimer ; des principes formalisés et quantifiés d’évaluation doivent juger de l’efficacité des actions entreprises, des normes sont définies pour désigner les « bonnes » et les « mauvaises » pratiques. On peut encore citer, et ce sera mon dernier exemple, l’expansion de ce qui a été popularisé par David Graeber comme des bullshit jobs1 (même si, pour ma part, je ne dis pas qu’il y a des bullshit jobs mais plutôt des jobs qui ont leur part, croissante, de « bullshit tâche »). Se développe un sentiment de malaise et d’inutilité avec l’envahissement du travail par des « à-côtés », qui souvent prennent une part majeure (ou perçue comme telle) du temps de travail, et qui éloignent du cœur du métier, obligeant à exécuter des tâches administratives, à suivre des règles, à respecter des procédures, à se préoccuper de la sécurité ou de la qualité des tâches accomplies, et plus encore à vérifier et montrer que cela est effectivement fait, en remplissant des fichiers, en cochant des cases, en faisant du reporting des actions réalisées, en quantifiant l’activité, en évaluant le temps utilisé pour faire telle ou telle tâche, en organisant contrôle, audit et évaluation… autrement dit, la pénétration dans les métiers de techniques managériales et de leurs dispositifs quantitatifs, mais également de techniques administratives d’un formalisme de plus en plus poussé.

Redéploiement du politique et modes de gouvernement

  • 2Hibou (B.), La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, La Découverte, 2012 et Hibou(...)
  • 3  On retrouve cette dimension dans nombre de textes de Max Weber, notamment dans La Domination, Pari (...)

2C’est ce que j’appelle la « bureaucratisation néolibérale », de façon très sérieuse et ironique à la fois2. Le sérieux renvoie à la conceptualisation du processus décrit. La référence à la bureaucratisation est directement liée au fait que ces formalités procèdent d’une rationalisation et d’une professionnalisation, de la volonté de calculabilité et de prévisibilité, de la recherche de neutralité, d’objectivité et d’impersonnalité, etc., toutes caractéristiques propres à la bureaucratie, comme l’avait analysée Max Weber. Ce dernier considérait d’ailleurs les entreprises et les banques (tout comme les clubs, les églises ou les partis politiques) comme des prototypes de bureaucratisation qui en aucun cas ne se limitaient à l’appareil administratif étatique, contrairement à ce que la vulgate scientifique n’a cessé de laisser entendre et que le langage courant a repris à son compte3. Si l’on accepte de comprendre ces formalités comme une forme de bureaucratisation, on peut alors les qualifier de néolibérales dans la mesure où ce qui les fonde est cette référence au marché (et notamment son principe de concurrence) et surtout à l’entreprise, et plus précisément encore à l’entreprise managériale. Ces formalités sont en effet des abstractions (puisqu’elles entendent non pas être la réalité, mais une élaboration, une représentation mentale de la vie réelle) issues d’un certain monde (le marché concurrentiel, la grande entreprise industrielle et managériale), mais considérées comme universelles et donc comme pertinentes pour l’ensemble de la vie en société.

Le NPM, forme néolibérale de la bureaucratie étatique, et forme étatique de la bureaucratisation néolibérale

3Leur diffusion à l’État et à la société est l’une des caractéristiques du néolibéralisme. C’est ici que s’exprime la dimension ironique de la conceptualisation en termes de bureaucratisation néolibérale. Alors que toutes les réformes avaient une ambition affichée, et hautement proclamée de débureaucratisation, avec le fameux « cut the red tape » et les attaques contre les « mandarins » de la fonction publique, la mise en œuvre du New Public Management se traduit par un surcroît de bureaucratie, cette bureaucratie des normes, des procédures, de la quantification.

  • 4Ogien (A.), L’Esprit gestionnaire, Paris, Éditions de l’EHESS, 1995.
  • 5  Voir par exemple les livres évangélisateurs d’Osborne (D.) et Gaebler (T.), Reinventing Government (...)

4Le New Public Management – comme avant lui la rationalisation du choix budgétaire (RCB) – est l’expression par excellence de la recherche de rationalisation par calculabilité et prévisibilité et du passage de la logique de moyens à celle de résultat4. Il s’inscrit dans la continuité d’une longue liste de processus de rationalisation de l’administration publique. La bureaucratie s’alimente de cette volonté de modernisation rationalisatrice et le New Public Management n’en est que le dernier avatar. De fait, à partir de présentations pragmatiques et particulièrement simplistes, mais apparemment efficaces, des recettes sont données pour abolir la « bureaucratie ». Or ces recettes font émerger de nouveaux types de formalités et de contraintes normatives qui ne peuvent qu’être qualifiées de bureaucratiques5. On n’assiste en aucun cas à un bannissement de la bureaucratie, mais bien à sa mutation qualitative, vers toujours plus de normes, de procédures, de dispositifs quantitatifs et de formalités.

5En revanche, ce qui fait la nouveauté et la spécificité du néolibéralisme et de sa forme bureaucratique, c’est le principe d’homothétie entre « public » et « privé ». Jusque dans les années 1950-1960, l’opposition entre public et privé était fondamentale. Économistes et décideurs donnaient une grande valeur au « public », représentant l’intérêt général face aux intérêts privés. Von Mises, par exemple, fondateur de l’école autrichienne d’économie, l’un des principaux précurseurs de la très hétérogène nébuleuse néolibérale qui contribuera à lui donner sa crédibilité et ses lettres de noblesse, est très clair sur ce sujet. Il est important de rappeler quelques-uns de ses arguments, tant ce postulat apparaît aujourd’hui indiscutable et indiscuté dans la doxa gouvernementale, occulté précisément par la routine bureaucratique. Pour Von Mises, le « bureau » public n’étant pas une entreprise faisant du profit, il ne peut utiliser le calcul économique et le management scientifique. En revanche, il doit résoudre des problèmes inconnus de la gestion des entreprises. Et il rappelle que la qualité des entrepreneurs n’est pas inhérente à leur personnalité, à leur science ou à leur savoir-faire, mais à leur positionnement au sein de l’économie de marché.

  • 6Mises (L. von), Bureaucracy, Londres, William Hodge & Cy, 1945, pp. 62-63.

« A bureau is not a profit-seeking enterprise; it cannot make use of any economic calculation; it has to solve problems which are unknown to business management. It is out of the question to improve its management by reshaping it according to the pattern of private business. It is a mistake to judge the efficiency of a government department by comparing it with the working of an enterprise subject to the interplay of market factors. […] It is vain to advocate a bureaucratic reform through the appointment of businessmen as heads of various departments. The quality of being an entrepreneur is not inherent in the personality of the entrepreneur; it is inherent in the position which he occupies in the framework of market society. […] It is a widespread illusion that the efficiency of gouvernment bureaus could be improved by management engineers and their methods of scientific management. However, such plans stem from a radical misconstruction of the objectives of civil government.6 »

  • 7  Sur cette coexistence de la logique légale-rationnelle et de la logique idéologique, voir Samier ( (...)

6Le New Public Management, au contraire, rompt totalement avec cette vision. Il est fondé sur le postulat d’unicité des logiques économiques et financières, et donc d’équivalence entre public et privé. Paradoxalement, donc, au regard de la prétention de rationalisme et de revendication légale-rationnelle, c’est aussi une idéologie : il croit à la supériorité managériale du privé sur le public7.

  • 8  Sur les bricolages du NPM, Hood (C.), “A Public Management for all Seasons?”, Public Administratio (...)

7Derrière la critique et le démantèlement des règles de l’administration publique, le New Public Management développe tout un ensemble de procédures, de normes, de règles et de principes disparates, mais principalement issus de pratiques – autoproclamées savoir scientifique8 – sous la forme du « management » et de nouveaux modes de rationalisation obéissant à la logique entrepreneuriale. Sous couvert de modernisation et de rationalisation, il s’agit d’appliquer dans les administrations publiques les principes de concurrence, d’externalisation et de sous-traitance (l’outsourcing), d’audit, de régulation par des agences, d’individualisation des rémunérations, de flexibilité du personnel et de restriction du principe de fonctionnariat aux seules fonctions régaliennes, de décentralisation des centres de « profit » à travers une conception financière du contrôle. Il s’agit aussi de mener des revues des dépenses, de calculer des indicateurs de performance, de comparer et de mettre en concurrence, bref de pratiquer le benchmarking.

  • 9Monnier (E.), L’évaluation de l’action des pouvoirs publics, Paris, Economica, 1987 ; Ogien (A.) e (...)
  • 10  C’est évidemment la notion développée dans ses cours au Collège de France de 1978-1979, Foucault ( (...)
  • 11  Dans des traditions intellectuelles très différentes, cela est mis en évidence par Majone (G.), (e (...)
  • 12  Ceci est souligné aussi bien par des travaux qui militent pour la réforme et qui, évidemment, ne c (...)

8Le New Public Management apparaît ainsi comme un modèle gestionnaire d’exercice du pouvoir d’État où l’information est intégrée, les activités décomposées et décrites le plus finement possible avant d’être mesurées, les objectifs fixés et quantifiés, des indicateurs de performance définis, de sorte que soit évalué le degré de réalisation des fins identifiées et qu’un benchmark soit établi. Deux principes au moins alimentent particulièrement la bureaucratisation propre aux réformes managériales. D’une part, le passage de la logique de moyens à celle de résultat est un processus profondément bureaucratique parce qu’il repose sur la mise en place de procédures d’identification et d’évaluation des « résultats », et notamment de dispositifs de mesure d’efficacité et d’effectivité9. D’autre part, la bureaucratisation est alimentée par la philosophie générale de la délégation et du gouvernement à distance, qui nécessite obligatoirement la définition et le fonctionnement concret de directives, de procédures, de principes directeurs… donc de documents. Ces formalités et procédures sont consubstantielles au gouvernement à distance10, de même que les processus de normalisation et d’harmonisation11. Grâce à la logique de l’autocontrôle et de la responsabilité personnelle, l’État peut ne plus agir directement. Or l’autocontrôle et la responsabilité personnelle ne sont possibles qu’à travers le déploiement de telles procédures, de telles normes, de telles règles formalisées. L’accountability et les techniques d’audit et de certification qui vont avec forment la quintessence de cette logique : l’État n’est pas obligé d’agir directement, de s’impliquer. Il peut passer par des agences prétendument autonomes ou indépendantes, qui développent tout un appareil normatif (donc bureaucratique) de contrôle. Mais il peut tout simplement passer par des techniques formelles. Il lui suffit alors de vérifier des indicateurs de performance, des critères de respect de normes, des marqueurs de traçabilité12.

  • 13  Ce que montrent nombre de travaux critiques sur le NPM (même si leurs auteurs ne le conceptualisen (...)
  • 14Porter (T.), Trust in Numbers. The Pursuit of Objectivity in Science and Public Life, Princeton, P (...)

9Ces deux mutations se traduisent par un surcroît de bureaucratie13. La bureaucratisation est d’abord véhiculée par les instances impliquées dans les réformes : cabinets, services des directions générales, services du ministère des Finances, équipes d’experts, commissions ad hoc, coordinations avec « tables rondes », représentants de la société dite civile… Elle est ensuite alimentée par les instruments mis en place pour orienter la réforme, notamment des dispositifs de plus en plus précis, normés et automatiques d’appréciation, d’évaluation, de mise en tableaux et en graphiques, en listes et en histogrammes et de comparaison des politiques publiques. Elle est encore nourrie par les techniques de quantification et de benchmarking qu’accompagnent ces réformes, qui nécessitent collecte de données, élaboration de manuels de procédures, signature de conventions, mise en cohérence des données chiffrées, négociations sur la création de normes, d’indicateurs, de manières d’évaluer et d’apprécier afin de vérifier que les missions sont remplies et les objectifs atteints. Elle est enfin entretenue par la diffusion des techniques d’évaluation et de contrôle destinées à apprécier les performances effectives et à contribuer à l’allocation des ressources selon le principe de la prime à l’excellence managériale. Ce qui conduit à une floraison d’audits, de questionnaires, d’inspections, de demandes de reporting des administrations centrales, de création d’indicateurs de performance, de mise en place de procédures d’équivalence, d’exigence de rapports, de documents à réactualiser perpétuellement, autrement dit, comme pour le monde du management d’entreprise, par un gouvernement par les chiffres14.

Généalogie intellectuelle de la problématisation en termes de « bureaucratisation néolibérale »

  • 15  Toutes ces notions sont celles de Weber dont Jean-Pierre Grossein nous offre une lecture éclairant (...)

10Dans une tradition wébérienne, il me semble que la problématisation en termes de « bureaucratisation » permet de mieux comprendre ce processus dans sa double dimension : c’est une action sociale « portée » par des hommes qui, à travers leurs motivations et leurs interprétations (de la vie en société, des relations de travail, des valeurs qui guident leur éthique quotidienne…), orientent l’exercice de la domination qu’elle véhicule avec elle et lui donnent sens ; mais simultanément ce processus génère des relations sociales qui, dans la durée, contribuent à façonner un certain « type d’homme » et à orienter les « conduites de vie », participant à son autonomisation15.

  • 16Hibou (B.), (dir.), La privatisation des États, Paris, Karthala, 1999.

11Cette réflexion sur la « bureaucratisation néolibérale » s’inscrit donc dans le sillage de recherches qui, s’opposant aux thèses du retrait ou de la faillite de l’État, proposent de problématiser le redéploiement de l’État à travers les notions de « décharge » ou de « privatisation de l’État ». Cette dernière doit se comprendre non comme la cannibalisation de l’État par des intérêts privés, comme on me l’a souvent fait dire à tort, mais comme son réaménagement continu, la poursuite de sa formation, sous l’effet de la libéralisation économique, des privatisations et du recours croissant à la société dite civile16. Ce travail centrait son analyse sur la transformation du sens de notions aussi fondamentales pour comprendre le pouvoir que le « public » et le « privé ». D’une certaine manière, cette problématisation en termes de « bureaucratisation néolibérale » tente d’approfondir la signification du « privé » ainsi réifié, en affinant la compréhension de ce qui fait le « privé », en distinguant en lui des acteurs (le marché, l’entreprise, l’entrepreneur individuel, le manager, le juriste, la grande entreprise industrielle, la finance) et donc des processus (la normalisation et la standardisation, la flexibilisation et la sous-traitance, la financiarisation, la managérialisation, la marchandisation) souvent concomitants, mais non forcément assimilables. Il tente donc de tirer entièrement parti de cette transformation de sens, et dévie le regard de la catégorie de « privé » pour le porter vers ce qui permet la diffusion de pratiques et l’universalisation du modèle de rationalisation, à savoir le processus d’abstraction et de mise en forme des façons de penser, de voir et de comprendre.

  • 17Hibou (B.), La Force de l’obéissance. Économie politique de la répression en Tunisie, Paris, La Dé (...)
  • 18Weber (M.), La domination, Paris, La Découverte, 2015.
  • 19Foucault (M.), Surveiller et punir. La naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 360.
  • 20Weber (M.), « Introduction à l’éthique économique des religions mondiales » dans Sociologie des re (...)

12Cette réflexion sur la « bureaucratie néolibérale » s’inscrit également dans la continuité d’analyses de l’exercice de la domination. À partir de la Tunisie et de situations politiques autoritaires17, j’avais essayé de montrer comment cette problématique ne pouvait se cantonner à leur dimension coercitive et violente, et que l’adoption d’une conception relationnelle du pouvoir, là encore à la suite de Weber et de l’accent qu’il met sur les relations sociales, permettait d’enrichir sa compréhension, en intégrant les « constellations d’intérêts18 » à travers lesquelles le pouvoir transitait pour dominer, certes, mais aussi à travers lesquelles les uns et les autres « adhéraient » et « obéissaient ». Les réflexions sur la signification politique de la bureaucratisation néolibérale s’inscrivent dans cette lignée, en creusant toujours plus l’analyse des « douceurs insidieuses19 » au cœur de l’exercice de la domination et de ses « voies sinueuses20 ». En me positionnant en dehors des catégorisations dominantes de la science politique, ou du langage commun, souvent problématiques et, en tout cas, contraignantes, la problématisation en termes de « bureaucratisation néolibérale » met l’accent sur les dispositifs (ce que j’appelle les « formalités néolibérales ») et les pratiques qui, tout à la fois, les suscitent et les rendent possibles, et qui se retrouvent aujourd’hui dans toutes ces différentes configurations, de façon généralisée bien que de manière différente, tant dans leur intensité que dans leurs modalités.

  • 21Hacking (I.), The Taming of Chance, Cambridge University Press, 1991 ; Porter (Th.), Trust in Numb (...)
  • 22Crouch (C.) et Streeck (W.), Political Economy of Modern Capitalism. Mapping Convergence and Diver (...)

13Cette réflexion a été suscitée par mon propre parcours de recherche et les terrains qui l’ont alimenté, mais évidemment aussi par ma compréhension des travaux actuels sur le néolibéralisme, et mes insatisfactions par rapport à eux. Elle recoupe ainsi, et souvent s’inspire, de recherches critiques sur le New Public Management, le renouveau des politiques publiques et les nouvelles formes de bureaucratie étatique à l’heure de la débureaucratisation, sur l’inflation normative, sur les transformations du travail, de l’emploi, du fonctionnement des entreprises, du management et de la comptabilité, mais aussi sur la quantification21 ou encore sur les évolutions du capitalisme contemporain22. Certains de ces travaux m’ont aidé à entrer dans le concret du fonctionnement des faits analysés, dans leur technicité et le détail de leurs transformations, dans la spécificité des situations analysées. D’autres ont suggéré l’importance des idéologies et des critiques du capitalisme dans les transformations de celui-ci ainsi que dans les modalités de l’adhésion des acteurs aux nouvelles formes qu’il prenait, le caractère fondamental de la constitution de nouveaux « blocs de pouvoir » alliant public (représentants gouvernementaux) et privé (grands acteurs entrepreneuriaux) ou la diversité des processus à l’œuvre, leur hétérogénéité derrière un même langage et la référence à des dogmes précis. Ces analyses, centrées sur un aspect particulier de la réforme ou des transformations du capitalisme dans un secteur, un domaine ou une configuration sociale, géographique ou culturelle donnée, en décryptent les dynamiques spécifiques. Me situant sur un autre plan, j’ai au contraire cherché à mettre en évidence ce qui faisait le point commun entre toutes ces facettes du moment actuel, ce qui les rassemblait et laissait apparaître des « traits distincts » (Weber) par rapport aux périodes antérieures. Frappée par cette dimension bureaucratique, je suis revenue aux développements qu’en proposait Weber, et ai cherché à voir ce qui relevait de cette dynamique dans le quotidien de la vie en société, qu’elles qu’en soient les « sphères ».

  • 23Polanyi (K.), The Great Transformation. The Political and Economic Origins of Our Time, Boston, Be (...)
  • 24Blyth (M.), Great Transformations. Economic Ideas and Institutional Change in Twenthieth Century, (...)
  • 25Harvey (D.), A Brief History of Liberalism, Oxford, OUP, 2007 ; Brown (W.), Edgework. Critical Ess (...)
  • 26Plehwe (D.), Walpen (B.) et Neunhöffer (G.), (eds.), Neoliberal Hegemony. A Global Critique, Londr (...)

14Une seconde source d’inspiration pour ma recherche a été la pléthore de travaux sur le néolibéralisme, à l’instar de ceux qui se revendiquent de Karl Polanyi23, qui apparaît désormais avec Michel Foucault comme une référence incontournable des travaux critiques sur le néolibéralisme24. Ces écrits mettent en évidence le rôle fondamental de l’État dans l’ordre néolibéral et le renouveau d’un interventionnisme centré sur le façonnement des législations en faveur des forces du marché. En fondant leur raisonnement sur des arguments économiques (politiques d’emploi, politiques sociales, économie de la connaissance), ils montrent que le libéralisme est avant tout un projet politique et que l’ordre néolibéral est conflictuel, laissant la place à des arrangements différentiels et à certaines marges de manœuvre capables d’infléchir les pratiques économiques et l’exercice du pouvoir. Les travaux d’inspiration néo-marxiste soulignent en outre la dimension antidémocratique, voire autoritaire du néolibéralisme et présentent ce dernier comme le projet d’une classe sociale, un projet hégémonique de concentration du pouvoir et de la richesse, un projet d’exploitation de la majorité de la population, qui n’exclut ni les ambiguïtés et contradictions, ni les réaménagements continus destinés à satisfaire les intérêts des élites au pouvoir25. Dans cette veine, les écrits qui s’inspirent de Gramsci se distinguent des précédents en abordant la vie idéelle et intellectuelle à partir des pratiques, notamment des modalités de fonctionnement, de diffusion et des stratégies mises en œuvre par différents acteurs (intellectuels, think tanks, institutions universitaires, groupes idéologiques influents)26. L’hégémonie néolibérale n’apparaît ainsi pas comme un fait accompli mais résulte de conflits et compromis sans cesse réactualisés qui contribuent simultanément à la réaffirmation et à la reconfiguration de la signification du néolibéralisme.

  • 27  Outre le Résumé de cours, Paris, Julliard, 1989, Foucault (M.), Sécurité, territoire, population. (...)
  • 28Burchell (G.), Gordon (C.) et Miller (P.), (eds.), The Foucault Effect: Studies in Governmentality(...)
  • 29Brown (W.), Edgework, op.cit. ; Ferguson (J.), Global Shadows. Africa in the Neoliberal World Orde (...)
  • 30Ong (A.), Neoliberalism as Exception. Mutations in Citizenship and Sovereignty, Londres, Duke Univ (...)
  • 31Bayart (J.-F.), Le gouvernement du monde. Une critique politique de la globalisation, Paris, Fayar (...)

15Historiquement les plus anciens, les travaux qui se revendiquent de la pensée de Michel Foucault, à partir de ses cours au Collège de France de 1978 et 197927, ont donné lieu à ce qu’il est convenu de nommer les governmentality studies, analysant le néolibéralisme en termes de rationalité politique28. Le néolibéralisme est qualifié de gouvernement à distance ou de libéralisme avancé pour souligner la distance entre décisions prises par les institutions politiques formelles et les acteurs sociaux. Ils ont le mérite de montrer que cette technique de gouvernement cherche à agir en jouant sur la liberté et en la modelant, faisant assumer une part croissante de responsabilité aux acteurs. D’autres interprétations proposent une critique certainement intéressante des rapports de pouvoir contemporains, mais d’une manière trop générale pour qu’elle ait une autre portée que politique29. Issues de travaux sur le monde non occidental, des recherches plus ancrées sur le terrain mettent en exergue les processus d’articulation et de désarticulation, de compatibilité et incompatibilité entre techniques de gouvernements différents30, ou l’ambivalence des processus de subjectivation et d’assujettissement31. Dans sa pratique hétérogène, le néolibéralisme ressortit tout autant de l’imaginaire qu’il ne repose sur des fondements sociaux, et ne peut donc être interprété de façon univoque en termes d’uniformisation, d’occidentalisation ou d’aliénation.

  • 32  Je ne suis pas la seule à faire le lien entre les travaux précédemment cités, notamment ceux qui s (...)

16Tous ces travaux m’ont incitée à mettre l’accent sur les pratiques plus que sur les discours, sur la nécessité de faire une « anatomie politique du détail », particulièrement du détail économique, et plus encore sur l’exigence d’intégrer ces approches dans une démarche wébérienne de sociologie historique et comparée32. Il est désormais moins important de revenir sur l’interventionnisme étatique néolibéral – phénomène aujourd’hui reconnu par tous – que sur le néolibéralisme comme phénomène bureaucratique massif et universel. Max Weber avait montré que la contrainte juridico-administrative n’était pas uniquement étatique, que l’entreprise était elle-même une institution bureaucratique et que le libéralisme créait une inflation d’institutions économiques. Il m’a semblé intéressant de relire ses travaux et de mettre l’accent, plus que les écrits précédemment cités ne m’avaient semblé l’avoir fait, sur l’analyse de la signification de cette nouvelle forme de bureaucratie. Que veut dire, politiquement et socialement, un recours accru et généralisé au droit, au contrat, aux procédures, aux normes techniques, aux indicateurs et aux documents, ou encore aux régulations économiques issus du management privé ? Pourquoi et comment les dispositifs économiques néolibéraux opèrent-ils si souvent comme des vecteurs d’opacité alors même qu’ils entendent être l’expression d’une plus grande transparence ? Pourquoi sont-ils perçus comme contraignants, voire coercitifs, alors même qu’ils sont recherchés, et promus au nom de la justice, de l’égalité, de la responsabilité et de la liberté ?

« La bureaucratisation du monde », une lecture wébérienne du néolibéralisme

17Préciser ma démarche et en expliciter davantage mon héritage wébérien permet de clarifier ces idées et de lever quelques malentendus. La référence à Weber peut apparaître paradoxale au premier abord : n’y a-t-il pas anachronisme ? Et que peut apporter aujourd’hui son analyse de la bureaucratie à la compréhension d’un moment qui a précisément fait de sa distanciation d’avec la bureaucratie l’un de ses leitmotivs ? En réalité, c’est avant tout la démarche proposée par Max Weber et son questionnement méthodologique qui peuvent nous aider à lever ces malentendus.

La bureaucratisation néolibérale, une « irréalité33 »

  • 33  Je reprends cette expression et cette analyse de Grossein (J.-P.), « Leçon de méthode wébérienne » (...)
  • 34Weber (M.), « Parlement et gouvernement dans l’Allemagne réorganisée. Contributions à la critique (...)
  • 35Rizzi (B.), La bureaucratisation du monde, 1939, Paris, réédition Champ libre, 1979.

18Le premier d’entre eux, c’est de considérer que « la bureaucratisation néolibérale » est la figure qui, à elle seule, définit le moment actuel que l’on a désormais pris pour habitude de nommer « néolibéralisme ». C’est évidemment une lecture erronée, qui ne tient pas compte de la complexité de toute situation historique. Si je montre que le néolibéralisme peut apparaître comme une « bureaucratisation universelle » (en ce sens que, pour reprendre l’analyse que proposait Max Weber au début du xxe siècle, elle caractérise « toutes les sphères » de la vie en société34) et une « bureaucratisation du monde » (parce que, pour faire écho au livre de Bruno Rizzi de la fin des années 1930, on la retrouve dans des configurations géographiques, politiques et sociales aussi différentes que l’Europe, la Russie et les États-Unis35, mais aussi aujourd’hui l’Afrique, l’Asie ou l’Amérique latine), je ne dis pas que cette expression résume à elle seule la condition dans laquelle nous vivons.

  • 36Grossein (J.-P.), « Présentation » dans Weber (M.), L’Éthique protestante et l’esprit du capitalis (...)
  • 37Weber (M.), « Réponse finale aux critiques » dans Sociologie des religions, Paris, Gallimard, 1996 (...)
  • 38Weber (M.), La Domination, op. cit., respectivement pp. 51, 118 et 303.
  • 39Weber (M.), « Réponse finale aux critiques », art. cit., p. 138.
  • 40Thévenot (L.), « Un gouvernement par les normes. Pratiques et politiques des formats d’information (...)
  • 41Weber (M.), « Introduction à l’éthique économique des religions mondiales » dans Sociologie des re (...)
  • 42Weber (M.), « Considération intermédiaire : théorie des degrés et des orientations du refus religi (...)
  • 43  Sur cette dimension comparative de l’idéal-type, voir Passeron (J.-C.), « Introduction » et Grosse (...)
  • 44Samier (E.), “Demandarinisation in the New Public Management”, art. cit.

19La bureaucratisation néolibérale ne constitue qu’une facette, certes importante même si cette importance est variable selon les pays, les situations, les relations, les secteurs et les sphères, mais une seule facette de notre condition, dans la mesure où l’« infinie complexité de la réalité sociale »36 sur laquelle Weber insiste tant ne peut être synthétisée en une seule dimension. En conséquence, on peut considérer la bureaucratisation néolibérale comme un idéal-type : cette figure entend moins restituer la réalité dans son ensemble qu’elle ne cherche, à partir du « donné concret » tel qu’il « se présente dans la réalité historique », à mettre en exergue les « traits distincts » des pratiques sociales actuelles – en l’occurrence l’usage systématique de formalités issues du monde du management privé et étendues en dehors de ce milieu spécifique, ou la façon de conceptualiser la rationalité, la qualité ou la performance principalement en fonction de finalités gestionnaires pratiques, y compris dans des situations qui n’ont rien à voir avec le monde de la grande entreprise privée – « dans leur profil le plus marqué » et « le plus conséquent »37. Comme le rappelle Weber, l’idéal-type n’existe jamais dans sa forme pure, et « dans la réalité de la vie, il n’y a que des “cas intermédiaires” » ou des « formes mixtes » qui conjuguent différents types « sur les modes les plus variés »38. Dans la réalité, il va de soi que ces « traits distincts […] se trouvent diversement médiatisés, morcelés, plus ou moins cohérents et entiers, plus ou moins mêlés à des traits différents et hétérogènes39 ». Ces derniers, je les ai pour ma part qualifiés d’« informalités », qu’il faut comprendre comme ce qui n’a pas été formalisé selon les règles dominantes, ce qui n’est pas devenu normes à respecter, procédures à suivre, catégories à adopter, mais qui n’en sont pas moins aussi d’autres « mises en forme »40, d’autres types de relations sociales. Au même titre que les formalités néolibérales, ces informalités sont indispensables au fonctionnement de la vie en société. Elles constituent autant de tendances qui peuvent converger avec celles, elles-mêmes plurielles, de la bureaucratisation néolibérale, mais qui peuvent tout aussi bien diverger par rapport à ces dernières. Autrement dit, la conceptualisation en termes de « bureaucratisation néolibérale » n’entend pas « faire entrer de force dans des schémas l’infinie variété de la réalité historique », tout comme elle ne permet évidemment pas de saisir une hypothétique essence du néolibéralisme ; « elle vise seulement à forger des points de repère conceptuels, utilisables à des fins précises »41. En tant qu’« instrument d’orientation » qui « clarifie » l’analyse, mais aussi en tant que vecteur de cohérence de celle-ci, qui aide à « présenter plus facilement la diversité des comportements »42, elle peut servir à en comprendre certaines dimensions, et à rendre possibles des comparaisons entendues comme des opérations d’explicitation des différences qui permettent de sortir des analyses globalisantes et de faire apparaître la singularité de chaque situation historique43. Ainsi, si nombre de traits du New Public Management s’approchent de ceux qui définissent l’idéal-type de la bureaucratisation néolibérale avec ses principes de respect de règles, normes, procédures issues du monde du marché et de l’entreprise, il ne peut être caractérisé par la seule logique de la professionnalisation, de la modernisation et de la domination légales-rationnelles, mais relève aussi de l’idéologie (avec la croyance en l’homothétie public-privé), de l’éthique de la conviction, voire de la rationalité affective et charismatique (avec le mythe du chef)44.

  • 45Samuel (B.), « L’Éducation pour tous. La production bureaucratique du réel » dans Hibou (B.), (dir (...)
  • 46  Cette analyse de la fiction est proposée par Thomas (Y.), « Fictio legis. L’empire de la fiction r (...)
  • 47  Nombreux sont ceux qui ont pensé la fiction comme réalité, tels Foucault ou Barthes les plus souve (...)
  • 48Weber (M.), « Introduction à l’éthique économique des religions mondiales », op.cit., p. 351.
  • 49Ibid.
  • 50  C’est aussi dans ces termes que l’on peut comprendre l’importance du raisonnement par cas et du re (...)

20Si l’on accepte de voir dans la « bureaucratisation néolibérale » l’une des principales figures du néolibéralisme, on peut alors mieux comprendre en quoi cette action sociale construit le réel d’une manière singulière, à partir de la fiction qui considère comme universelle une rationalité très spécifique (celle du marché et de l’entreprise, et plus spécifiquement encore celle du management). Autrement dit, à l’instar du « pauvre » ou du « chercheur d’emploi » considéré comme un « entrepreneur » potentiel, du directeur d’un hôpital ou d’une direction du ministère de l’Agriculture ou de l’Éducation vu comme un « chef d’entreprise », ou de la norme 9 001 prise pour la « qualité », il y a « production bureaucratique du réel »45, et l’abstraction devient la réalité ainsi construite. Penser le réel à partir de ces formalités néolibérales est une fiction puisqu’elle « travestit les faits » en « les déclarant autres » : elle les réduit ou les transforme en les faisant correspondre à la logique de cette rationalité bien singulière, et tire « les conséquences de cette adultération » en les prenant pour la réalité46. Ce « détour » permet d’introduire des normes nouvelles qui finissent par gouverner les faits et donc les hommes, et par avoir de réels effets47. Cette fiction doit donc être prise avec sérieux, et avec d’autant plus de sérieux qu’elle seule permet de garantir la cohérence de la bureaucratisation néolibérale : elle permet de rassembler des logiques diverses sous la bannière d’une forme déterminée de rationalité. Des « éléments irrationnels » se trouvent ainsi « imbriqués dans la rationalisation du réel »48. Le « comme si » – l’une des expressions de la fiction – permet de dépasser les contradictions et incohérences entre des « présupposés irrationnels mais acceptés simplement comme tels »49 et la rationalité des formalités qui font la bureaucratique néolibérale50.

Un projet politique, mais pas seulement

  • 51  Expressions de Weber citées et analysées par Grossein (J.-P.), « Présentation », dans Weber (M.), (...)

21Le deuxième malentendu, c’est de considérer la « bureaucratisation néolibérale » comme l’expression d’un projet. Dans une conception de la domination par le haut, les discours critiques sur la bureaucratisation de la vie quotidienne comme du monde du travail rendent généralement responsables, soit l’État et son appareil administratif qui demanderaient toujours plus de « documents » à remplir, de règles à respecter ou de procédures à suivre, soit le « grand capital », à commencer par la finance, les grands cabinets juridiques et les multinationales, et leurs exigences de rentabilité dans un monde concurrentiel qui imposeraient l’extension et la diffusion de normes et de certifications, de ratios, d’indicateurs et de benchmarks, de techniques de traçabilité, l’usage gestionnaire du temps, des compréhensions très spécifiques de l’excellence, de la qualité, de la performance ou de l’efficacité. Même si, dans le cas du New Public Management, il va de soi que le projet politique existe, directement issu d’une idéologie politique conservatrice notamment fondée sur le retrait de l’État et sur la supériorité de l’entreprise, l’on ne peut s’arrêter à une telle interprétation qui fait fi de « l’hétéronomie causale »51 de toute action sociale et qui, de ce fait, produit des effets nécessairement inattendus et paradoxaux. Les acteurs de cette bureaucratisation sont autrement plus nombreux et difficiles à définir, au point que, d’une certaine manière, nous sommes tous des bureaucrates néolibéraux, à des degrés certes divers.

  • 52  Métaphore de Weber (M.), Éthique protestante et esprit du capitalisme, op. cit., p. 30.
  • 53Grossein (J.-P.), « Présentation », Sociologie des religions, op.cit., p. 65 et suiv. met en évide (...)
  • 54Bayart (J.-F.) a développé ce type d’analyse à propos de la globalisation dans Le gouvernement du (...)

22Les raisons en sont multiples. La première est certainement que les préceptes du néolibéralisme « ne se développent pas comme des fleurs52 » mais passent nécessairement par le filtre d’intérêts pratiques matériels et idéels propres aux « groupes porteurs » et aux « médiations complexes » qui donnent forme à leur diffusion et à leur vulgarisation53. Une illustration littérale de l’importance de ces « porteurs » est donnée par le travail des experts, consultants et autres conseillers en management, en audit ou en coaching pour qui les formalités néolibérales ne constituent pas seulement leur cœur de métier, une preuve de leur spécialisation et surtout de leur savoir-faire, mais aussi un marché et des bénéfices, une possibilité d’affirmation et de reconnaissance professionnelle et un dispositif de promotion sociale. Mais d’autres exemples élargissent le sens que peut prendre l’idée de « porteurs » ou de « médiation ». Ainsi, les « classes moyennes » avant tout préoccupées de sécurité et de protection « portent » la bureaucratisation néolibérale en faisant apparaître comme désirables des formalités aux ambitions explicitement contraignantes voire coercitives, telles les normes nécessaires à la consommation d’aliments « 100 % sûrs », les procédures de traçabilité susceptibles de traquer le moindre « dérapage » par rapport aux normes de production, l’usage croissant et croisé de fichiers ou de normes au nom de la « tolérance zéro » en matière de délinquance ou d’erreurs administratives, ou encore les règles, protocoles et autres indicateurs qui sécurisent le métier (celui d’ouvrier dans l’industrie tout comme celui d’infirmier dans un hôpital ou d’assistant social dans une agence d’aide aux chômeurs) et évitent de se poser des questions sur son sens. Autrement dit, la « bureaucratie néolibérale » ne s’incarne pas seulement dans un « projet », elle ne transite pas principalement par des acteurs ou des groupes strictement définis et bien délimités (dans le cas du NPM, les politiques et hauts fonctionnaires promoteurs des réformes), mais, d’une certaine manière, elle prend corps dans chacun des hommes qui vivent en société : nous sommes tous des bureaucrates, et parfois nos propres bureaucrates, nous sommes tous des médiateurs, des acteurs plus ou moins conscients de ce processus et nous participons à la diffusion de ces formalités, même si nous pouvons simultanément en être des victimes54.

  • 55Weber (M.), Sociologie des religions, op.cit. ; mis en exergue par Grossein (J.-P.) dans sa « Prés (...)
  • 56  À propos du capitalisme, Weber (M.), « Réponse finale aux critiques », op.cit., p. 136.

23Simultanément, débordant toute intentionnalité, la logique bureaucratique néolibérale s’autonomise et se déploie en dehors de tout projet hégémonique, en suivant la propre puissance d’agir des instruments ou techniques dans lesquels elle s’incarne – ce que Weber nomme sa « logique intrinsèque55 », c’est-à-dire, en l’occurrence, en suivant le seul point de vue de la rationalité managériale et instrumentale sous-jacente à ces dispositifs. Ainsi les processus de normalisation technique se doivent d’être toujours plus spécifiques, plus précis, pertinents et sophistiqués tandis que les dispositifs d’audit ou les normes comptables ne sont perçus comme efficaces que s’ils complexifient leurs procédures de contrôle pour arriver à traquer des fraudes ou des irrégularités toujours plus subtiles : pour les uns comme pour les autres, il n’y a pas de projet de contrôle et de domination, il n’y a pas forcément la volonté de resserrer les mailles du filet de la surveillance même si leur raison d’être et leurs lois propres produisent des effets incontestables dans cette direction. Cette autonomisation se donne également à voir dans le développement de technologies dont les dimensions sociales et politiques sont sous-estimées, voire rendues invisibles, à l’instar des nouvelles technologies de l’information ou de la marchandisation croissante de la vie en société. Certes, l’informatique ou le marché et ses règles pénètrent des pans de plus en plus nombreux de la vie sociale, mais quel est le « projet » derrière ces développements ? Certainement la volonté d’établir une hégémonie économique et technique, le désir de devenir et rester le plus performant et le plus rentable au nom de la concurrence, l’ambition d’imposer ses propres normes pour « dominer le marché ». Toutes ces logiques sont cependant cantonnées aux sphères économiques, commerciales et financières et se développent sur une « base purement mécanique56 » indépendante de grandes visions. Elles n’en produisent pas moins des effets sociaux et politiques importants, mais ceux-ci n’ont pas été conçus, pensés, projetés en tant que tels.

  • 57Harper (R.), Inside IMF. An Ethnography of Documents, Technology and Organizational Action, San Di (...)

24Cet exemple des nouvelles technologies et de la marchandisation de la société suggère la force d’un autre processus : cette pénétration des formalités (ou de la bureaucratie par les normes) dans notre vie quotidienne se réalise aussi, et peut-être surtout par nos propres actions, mais sans que nous soyons toujours très conscients de la signification de cette bureaucratie (et parfois même de la seule dimension bureaucratique de nos actions). Car, qu’est-ce qui autorise le contrôle de plus en plus prégnant de nos vies par les puces électroniques, les vidéosurveillances et autres outils informatiques si ce n’est nos attentes en termes de sécurité, de protection, de facilité, de rapidité, d’élargissement des horizons et des possibles ou notre « fatalité » face aux « nécessités de la vie en société » ? Qu’est-ce qui autorise l’acceptation qu’un temps de plus en plus long soit consacré à autre chose que le « cœur du métier », par exemple au reporting, à l’évaluation, à la vérification ou à l’autocontrôle, si ce n’est l’exigence de se conformer aux règles et normes prescrites, de prendre acte des progrès de la technique, de tenir compte des principes de sécurité et de précaution, ou d’accéder à une plus juste rémunération du travail dans une logique de rentabilité, d’amélioration de la productivité et de transparence ? C’est pourquoi, suivre la « carrière »57 des formalités néolibérales (par exemple des normes ISO ou de l’évaluation de l’« excellence »), leur matérialité ainsi que leurs logiques de fonctionnement permet de casser encore davantage cette image de « projet » en saisissant, au-delà de leur puissance d’agir propre, la pluralité des perspectives et des desseins qu’elles intègrent, la diversité des dimensions de l’action sociale qu’elles incorporent, y compris des stratégies de déplacement, de dépassement et de contre-conduite.

  • 58Kemp (A.) et Berkovitch (N.), « Gouvernance pédagogique et financiarisation de la vie quotidienne. (...)
  • 59Weber (M.), La Domination, op.cit., p. 90.
  • 60Hulsey (J.), « No One’s Home. La bureaucratisation financière et la force du langage » dans Hibou (...)
  • 61  Ce que montrent Roberto Beneduce et Simona Taliani dans leur analyse du travail des psychiatres et (...)

25Parce qu’elle procède d’une multitude de logiques, la bureaucratisation néolibérale prend ainsi des voies « paradoxales », « complexes » et « sinueuses ». Elle peut ainsi se développer encore à travers des actions qui tentent de la dépasser ou de la contraindre, comme l’illustrent les programmes prétendument alternatifs qui entendent combattre la pauvreté à travers le microcrédit et des activités génératrices de revenus, qui au nom de la lutte contre les normes économiques et financières néolibérales, consolident, en la déployant, la bureaucratisation de l’ordre du marché et de l’entreprise à travers une pédagogie managériale et financière58. Elle peut s’approfondir à travers des actions qui veulent directement s’opposer à elle59, comme l’ont montré les mouvements de mobilisation de propriétaires américains soumis à expropriation et expulsion, qui sont obligés d’adopter le même langage normé et le même type de procédures et de formalités pour être entendus60. Parfois, nous ne faisons que rendre l’application de règles et principes formels d’action plus aisée car leur respect facilite le travail ou la vie en communauté. Ce n’est pas parce qu’elles contraignent (que l’on en soit ou non conscient) qu’elles ne nous arrangent pas : souvent, les normes et procédures facilitent la vie en nous épargnant des interrogations continuelles sur ce que nous devons faire ; elles permettent le travail en commun, surtout dans un monde où les professions sont fortement segmentées, et favorisent la communication dans un monde globalisé ; elles peuvent être considérées comme indépassables, comme mineures ou inoffensives en minimisant leur dimension normalisatrice, réductrice ou coercitive, ou encore en les considérant comme un moindre mal61. La « participation bureaucratique » apparaît ainsi complexe et subtile ; elle n’est pas forcément intentionnelle et pensée.

  • 62Weber (M.), La Domination, op.cit., pp. 90-92.
  • 63  En français, Grossein (J.-P.) a proposé de traduire le terme allemand par « quotidianisation » dan (...)

26La diversité des logiques et des comportements est infinie. Il est simpliste et problématique de voir la bureaucratisation néolibérale comme l’expression d’un grand projet, de nature économique (la volonté de puissance d’un certain capitalisme) ou de nature politique et institutionnelle (un instrument d’une décision et du désir de contrôle de l’État), autrement dit le produit de seules politiques publiques ou de stratégies pensées et cohérentes. Celles-ci existent certainement, ponctuellement et partiellement. Mais la vie sociale est beaucoup trop complexe pour être le résultat de la volonté délibérée de politiques, de hauts fonctionnaires, de dirigeants de grosses sociétés privées ou de groupes sociaux dominants. C’est ce que j’ai conceptualisé en termes de « participation bureaucratique » pour rendre compte d’un phénomène en réalité multidimensionnel. La bureaucratisation néolibérale est faite de l’enchevêtrement de millions d’intentionnalités et de non-intentionnalités, que les notions wébériennes de « constellation » d’intérêts, de motivations et de logiques, et de « complications » permettent de conceptualiser62. Mais elle est faite aussi de ce que l’on appelle communément les croyances, les illusions ou les idées mises en pratique, et que la notion de « quotidianisation », ou de « modalité d’inscription dans la réalité quotidienne »63 permet d’enrichir en suggérant la diversité de ces modes de pénétration dans la vie, et par là même la pluralité de signification qu’elles prennent. Elle passe enfin par les compréhensions subjectives, c’est-à-dire par le filtre de comportements, de compréhensions, d’interprétations qui procèdent d’ethos, de « types d’homme » et de « conduites de vie » qui sont plus ou moins « en adéquation » avec les formes de la bureaucratisation néolibérale.

Une forme de domination hétérogène et aux significations diverses

27Ce dernier point permet de discuter du troisième malentendu qu’a pu susciter la lecture du néolibéralisme en termes de bureaucratisation, et qui tend à considérer cette dernière comme l’expression d’un ordre politique donné, avec une signification politique précise. En l’occurrence, la « bureaucratisation néolibérale » serait la nouvelle forme de la domination dans le monde industrialisé et démocratique. En dehors même du fait que les formalités néolibérales se retrouvent aussi bien dans des situations autoritaires et peu industrialisées, cette affirmation doit être discutée. Il ne fait pas de doute que la diffusion de normes, de procédures, et plus généralement des formalités issues du monde du marché et de l’entreprise managériale constitue l’une des modalités de la contrainte. La montée en universel, la mise en catégories et en concepts, l’hégémonie des interprétations sont des déclinaisons supplémentaires et subtiles de domination. La normalisation est sans doute l’une des figures les plus emblématiques de la bureaucratisation néolibérale : elle incarne un pouvoir contraignant, elle exerce un contrôle et une discipline accrus par l’usage extensif et proliférant de règles d’encadrement et de procédures indépassables, dans le monde du travail comme dans la société industrielle tout entière puisqu’elle ne s’impose pas seulement aux ouvriers et employés, mais aussi bien aux consommateurs, aux clients, aux bénéficiaires, aux financiers, aux prestataires, aux contribuables, aux abonnés, ou aux usagers. Le savoir statistique et la quantification permettent des évaluations permanentes des individus, la mise en comparaison non moins systématique des actes individuels, la définition d’objectifs et de standards d’efficacité pour chaque acte. Les principes de traçabilité et de codage, la mise en catégories et en formats sont des dispositifs violents, de même que l’audit qui formalise et individualise l’idée du devoir de rendre des comptes. Il structure l’action gouvernementale comme l’action économique ou sociale en encadrant la vie des institutions à travers les individus qui les composent. La dimension coercitive et violente du processus de bureaucratisation néolibérale ne peut donc être niée. Elle prête d’autant plus à interprétation univoque que le langage des formalités néolibérales est par nature un langage a-historique, a-localisé, a-spécifique puisqu’issu d’une abstraction qui se veut universelle.

  • 64Klemperer (V.) l’a magistralement montré dans un autre contexte, celui du IIIe Reich : LTI, la lan (...)
  • 65  On peut comprendre la lecture du « politique par le bas » proposée par Jean-François Bayart comme (...)
  • 66Weber (M.), « Réponse finale aux critiques », op.cit., p. 135 (qui parle des différentes tonalités (...)
  • 67Hood (C.), “The ‘Npm’ in the 1980’S. Variations on a Theme”, Accounting, Organizations and Society(...)
  • 68Samier (E.), “Demandarinisation in the New Public Management”, art. cit. ; Pollitt (C.), Manageria (...)
  • 69Bezes (P.), Réinventer l’État, op.cit. ; Eyraud (C.), Le capitalisme au cœur de l’État, op.cit. ; (...)
  • 70Hibou (B.) et Tozy (M.), « Une lecture wébérienne de la trajectoire de l’État au Maroc », Sociétés (...)
  • 71  Voir Samuel (B.), « Les cadres stratégiques, nouveaux fétiches des politiques de développement ? » (...)
  • 72Giovalucchi (F.) et Olivier de Sardan (J.P.), « Planification, gestion et politique dans l’aide au (...)

28Mais la domination néolibérale ne prend son intensité et son « sens » spécifiques que dans un contexte précis, dans les rapports de force, dans les modalités d’incorporation dans la vie quotidienne, dans les imaginaires et les compréhensions propres qu’en ont les uns et les autres. Car si l’uniformité du langage bureaucratique néolibéral (le langage de la quantification et de l’excellence, de la gestion et de la certification, de la notation et de la performance) n’est jamais questionnée, si elle immunise contre des contradictions, empêche la pensée et acquiert sa signification politique dans un processus de réduction de sens64, l’idéologie elle-même doit faire l’objet d’une analyse « par le bas »65. Les précisions précédentes sur la « participation bureaucratique » suggèrent que dire « domination », in fine, ne veut rien dire si l’on n’explicite pas la spécificité de ses modalités. Or celles-ci diffèrent considérablement de même que les « tonalités »66 que prend la bureaucratisation néolibérale, par exemple aux États-Unis, en France, au Maroc ou au Burkina Faso évidemment, mais aussi au sein d’une même situation historique et culturelle dans le monde de la santé ou de l’éducation, de la finance, de la sécurité ou de l’écologie. C’est un constat relativement ancien, mis en évidence par les pionniers de l’analyse du New Public Management comme Christopher Hood pour qui celui-ci ne pénètre pas toutes les bureaucraties modernes de la même façon, en fonction des opportunités constitutionnelles ou politiques67 Je voudrais ajouter ici une autre dimension : celle de la signification issue de la trajectoire historique, des répertoires d’action politique et des imaginaires de chaque société. Ainsi, le New Public Management doit sans doute être compris dans l’extension de l’idéologie néoconservatrice aux États-Unis68, dans la tension entre mythe du service public et attraction du modèle entrepreneurial pour une réinvention permanente de l’État en France69, dans l’imaginaire d’une modernisation ingénieuse et conservatrice, en prenant en compte les tensions entre logique stato-nationale et logique impériale au Maroc70 et dans la réactualisation des relations de dépendance et des stratégies d’extraversion au Burkina Faso à travers, principalement, la généralisation des conditionnalités71, et dans la réinvention de la planification pourtant honnie72.

  • 73Weber (M.), « Remarques critiques sur les “contributions critiques” précédentes » dans Éthique pro (...)
  • 74Weber (M.) à propos des religions, cité par Grossein (J.-P.), « Présentation » dans Sociologie des (...)
  • 75  C’est l’un des arguments de Weber aussi bien dans L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme(...)
  • 76  Je fais référence ici à la citation de Weber que j’ai mise en exergue de mon livre, La bureaucrati (...)

29Ces modalités concrètes diffèrent d’autant plus que, suivant leur prétention à l’universalité, les formalités qui font la bureaucratisation néolibérale sont des « abstractions » nécessairement « imprécises » qui laissent place à des compréhensions et des interprétations différentes, et donc à des significations différentes, notamment en termes d’exercice de la domination73. Les effets pratiques de la bureaucratisation ne sont décidément pas « dans un rapport univoque avec les fondements dogmatiques »74 du néolibéralisme parce que les principes néolibéraux (la concurrence, la compétitivité, la responsabilité individuelle, l’empowerment, la conception managériale de l’efficacité et de la productivité, l’excellence, etc.) ne sont matérialisés, formalisés et appropriés qu’à travers des techniques nécessairement spécifiques au milieu dans lequel ils s’appliquent, qu’à travers donc des arrangements pour les rendre compréhensibles et fonctionnels, qu’à travers des hommes ou groupes d’hommes qui servent d’interprètes, qu’à travers des rapports de force, des conflits et des jeux de pouvoir, qu’à travers le filtre d’une trajectoire historique et d’un imaginaire singulier qui orientent le regard. Cette chaîne de médiation joue comme un processus d’interprétation, donne des clés de lecture et de compréhension qui diffèrent d’une société à l’autre, d’une situation historique à l’autre, d’un domaine d’application à l’autre. Autrement dit, « l’emprise » différente de la bureaucratisation néolibérale dans une société donnée dépend des modalités différentes de sa « quotidianisation », des plus ou moins grandes « capacités » ou « dispositions » des hommes ou groupes sociaux à adopter des formes de « styles » et des « conduites de vie » adéquats à cette forme très spécifique de rationalité pratique qui caractérise la bureaucratisation néolibérale. Dans la mesure, par exemple, où les formalités qui font la bureaucratisation néolibérale sont intimement liées au capitalisme financier et managérial occidental et en premier lieu américain, les styles et conduites de vie y seront plus « adéquats » (ou en « affinités électives »75) que dans des situations où le capitalisme prend d’autres formes et où « capitalisme et bureaucratie » se sont certes « rencontrés », mais d’une manière moins « intime »76.

Conclusion

30La palette des significations politiques de la bureaucratisation néolibérale est aussi élargie par son interaction avec les autres mises en forme, celles que j’ai nommé les « informalités » et qui elles aussi sont singulières à chaque contexte. Le langage des formalités néolibérales interfère avec d’autres langages, avec d’autres processus, d’autres logiques d’action, d’autres consciences, d’autres subjectivités ou imaginaires qui peuvent alimenter des oppositions frontales ou des remises en cause plus insidieuses. Pour peu que l’on entre dans la technicité de ces formalités, que l’on fasse attention aux détails de leurs pratiques dans la vie quotidienne, que l’on intègre leur diffusion dans une trajectoire plus longue et surtout plurielle de l’exercice du pouvoir, on s’aperçoit qu’elles se heurtent aussi à des imprévus, qu’elles entrent en conflit avec d’autres préceptes ou répertoires d’action, qu’elles sont comprises différemment selon les moments, les acteurs, les circonstances, les situations. Surtout, elles contiennent en elles-mêmes des occasions de contournement, des incohérences sur lesquelles jouer, des insatisfactions qui rendent possibles, dans certaines occasions, des renversements. C’est en ce sens que l’on peut lire la bureaucratisation néolibérale comme l’un des répertoires dominants du politique, l’un de ses principaux référentiels (mais certainement pas le seul) autour duquel se nouent aujourd’hui les relations sociales, les conflits et les négociations, et se jouent les inégalités et les exclusions.

Note

1Graeber (D.), “On the Phenomenon of Bullshit Jobs”, Strike! Magazine, 17 août 2013 et Bureaucratie, Paris, Les liens qui libèrent, 2015.

2Hibou (B.), La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, La Découverte, 2012 et Hibou (B.), (dir.), La Bureaucratisation néolibérale, Paris, La Découverte, 2013.

3  On retrouve cette dimension dans nombre de textes de Max Weber, notamment dans La Domination, Paris, La Découverte, 2013.

4Ogien (A.), L’Esprit gestionnaire, Paris, Éditions de l’EHESS, 1995.

5  Voir par exemple les livres évangélisateurs d’Osborne (D.) et Gaebler (T.), Reinventing Government. How the Enterpreneurial Spirit is Transforming the Public Sector, Addison Wesley, 1992 et Osborne (D.) et Plastrik (P.), Banishing Bureaucracy. The Five Strategies for Reinventing Government, Addison Wesley, 1997.

6Mises (L. von), Bureaucracy, Londres, William Hodge & Cy, 1945, pp. 62-63.

7  Sur cette coexistence de la logique légale-rationnelle et de la logique idéologique, voir Samier (E.), “Demandarinisation in the New Public Management. Examining Changing Administrative Authority from a Weberian Perspective” dans Hanke (E.) et Mommsen (W.J.), (dir.), Max Webers Herrschaftssoziologie, Tübingen, Mohr Siebeck, 2001, pp. 235-263, qui parle à ce propos d’« idéologie administrative », p. 239.

8  Sur les bricolages du NPM, Hood (C.), “A Public Management for all Seasons?”, Public Administration, 69 (1), printemps 1991, pp. 3-19 ; Merrien (F.-X.), « La nouvelle gestion publique : un concept mythique », Lien social et politique, no 41, printemps 1999, pp. 95-103 ; Bezes (P.), « Construire des bureaucraties wébériennes à l’ère du New Public Management », Critique internationale, 35, février 2007, pp. 9-29.

9Monnier (E.), L’évaluation de l’action des pouvoirs publics, Paris, Economica, 1987 ; Ogien (A.) et Laugier (S.), Pourquoi désobéir en démocratie ? Paris, La Découverte, 2010.

10  C’est évidemment la notion développée dans ses cours au Collège de France de 1978-1979, Foucault (M.), Naissance de la biopolitique. Cours au collège de France 1978-79, Paris, Hautes Études, Gallimard-Le Seuil, 2004, et largement développés par la suite : Latour (B.), Sciences in Action. How to Follow Scientists and Engineers Through Society, Milton Keynes, Open University Press, 1987 (et son action à distance des savants et experts) ; les governmentality’s studies ont particulièrement mis l’accent sur cette dimension : Barry (A.), Osborne (T.) et Rose (N.), (eds.), Foucault and Political Reason, Chicago, The University of Chicago Press, 1996, ou Miller (P.) et Rose (N.), Governing the Present. Administering Economic, Social and Personal Life, Cambridge, Polity Press, 2008. Mais M. Weber le disait déjà en des termes différents, en termes de « décharge » et de délégation.

11  Dans des traditions intellectuelles très différentes, cela est mis en évidence par Majone (G.), (ed.), Regulating Europe, Londres, Routledge, 1996 et par Barry (A.), Political Machines. Governing a Technological Society, Londres, The Athlone Press, 2001.

12  Ceci est souligné aussi bien par des travaux qui militent pour la réforme et qui, évidemment, ne conceptualisent pas cette inflation procédurale en termes de bureaucratie (Trosa [S.], Vers un management post bureaucratique. La réforme de l’État, une réforme de la société, Paris, L’Harmattan, 2006) que par des chercheurs qui analysent ces processus d’un œil qui se veut neutre (Pollitt [C.], Managerialism and the Public Services. Cuts or Cultural Changes in the 1990’s?, Oxford, Blackwell, 1993, qui parle à ce propos de néotaylorisme) ou d’un œil tout à fait critique (Strathern [M.], [ed.], Audit Cultures. Anthropological Studies in Accounting, Ethics and the Academy, Londres, Routledge, 2000) et, notamment l’article de Shore (C.) et Wright (S.), “Coercive Accountability. The Rise of Audit Culture In Higher Education”, pp. 57-89 ; Gay (P. du), (ed.), The Values of Bureaucracy, Oxford, Oxford University Press, 2005.

13  Ce que montrent nombre de travaux critiques sur le NPM (même si leurs auteurs ne le conceptualisent pas en ces termes) : Hood (C.), Explaining Economic Policy Reversals, Buckingham, Open University Press, 1994 ; Hood (C.), James (O.), Peters (G.), Scott (C.), (eds.), Controlling Modern Government. Variety, Commonality and Change, Cheltenham, Elgar, 2004 ; Bruno (I.), À vos marques, prêts… cherchez ! La stratégie européenne de Lisbonne, vers un marché de la recherche, Bellecombe-en-Beauge, Éditions du Croquant, 2008 ; Bezes (P.), Réinventer l’État. Les réformes de l’administration française (1962-2008), Paris, Presses universitaires de France, 2009 ; Eyraud (C.), Le capitalisme au cœur de l’État. Comptabilité privée et action publique, Bellecombe-en-Beauge, Éditions du Croquant, 2013 ; Pierru (F.), Hippocrate malade de ses réformes, Bellecombe-en-Beauge, Éditions du Croquant, 2007 ; Belorgey (N.), L’hôpital sous tension. Enquête sur le « new public management », Paris, La Découverte, 2010.

14Porter (T.), Trust in Numbers. The Pursuit of Objectivity in Science and Public Life, Princeton, Princeton University Press, 1995 ; Desrosières (A.), La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 1993 ; Strathern (M.), (ed.), The Audit Culture, op.cit. ; Gay (P. du), (ed.), The Value of Bureaucracy, op.cit.

15  Toutes ces notions sont celles de Weber dont Jean-Pierre Grossein nous offre une lecture éclairante et des approfondissements dans sa « Présentation » de M. Weber, dans Sociologie des religions, Paris, Tel, 2006, pp. 51-114.

16Hibou (B.), (dir.), La privatisation des États, Paris, Karthala, 1999.

17Hibou (B.), La Force de l’obéissance. Économie politique de la répression en Tunisie, Paris, La Découverte, 2006 et Anatomie politique de la domination, Paris, La Découverte, 2011.

18Weber (M.), La domination, Paris, La Découverte, 2015.

19Foucault (M.), Surveiller et punir. La naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 360.

20Weber (M.), « Introduction à l’éthique économique des religions mondiales » dans Sociologie des religions, op.cit, p. 338.

21Hacking (I.), The Taming of Chance, Cambridge University Press, 1991 ; Porter (Th.), Trust in Numbers. The Pursuit of Objectivity in Science and Public Life, Princeton, Princeton University Press, 1995 ; Desrosières (A.), La politique des grands nombres, op. cit.

22Crouch (C.) et Streeck (W.), Political Economy of Modern Capitalism. Mapping Convergence and Diversity, Londres, Sage, 1997 ; Amable (B.), Les cinq capitalismes. Diversité des systèmes économiques et sociaux dans la mondialisation, Paris, Le Seuil, 2005 ; Boltanski (L.) et Chiapello (É.), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard-NRF essais, 1999 ; Arrighi (G.), The Long Twentieth Century. Money, Power, and the Origins of Our Times, Londres, Verso, 2002 ; Sennett (R.), The Culture of the New Capitalism, New Haven, Yale University Press, 2006 ; Wood (G.) et Lane (C.), (eds.), Capitalisme Diversity and Diversity within Capitalism, Londres, Routledge, 2011. On peut également ranger dans cette rubrique des spécialistes de la politique économique et de la géographie socio-économique comme Brenner (N.), New State Spaces. Urban Governance and the Rescaling of Statehood, Oxford and New York, Oxford University Press, 2004 ; Peck (J.), Constructions of Neoliberal Reason, Oxford, Oxford University Press, 2010 ; Brenner (N.), Peck (J.) et Theodore (N.), “Variegated Neoliberalization. Geographies, Modalities, Pathways”, Global Networks, 2010, 10 (2), pp. 1-41.

23Polanyi (K.), The Great Transformation. The Political and Economic Origins of Our Time, Boston, Beacon Press, 1957. Il est révélateur de ce mouvement que la nouvelle traduction anglaise ait été préfacée par le prix Nobel d’économie, Joseph Stiglitz !

24Blyth (M.), Great Transformations. Economic Ideas and Institutional Change in Twenthieth Century, Cambridge and New York, Cambridge University Press, 2002 ; Block (F.), “Karl Polanyi and the Writing of the Great Transformation”, Theory and Society, 2003, vol. 32, pp. 275-306 ; Saad-Filho (A.) et Johnston (D.), (eds.), Neoliberalism. A Critical Reader, Londres, Pluto Press, 2005 ; Joerges (C.), Strath (B.) et Wagner (P.), The Economy as a Polity. The Political Constitution of Contemporary Capitalism, Londres, UCL Press, 2006 ; Bugra (A.) Agaran (K.), (eds.), Reading Karl Polanyi for the Twenty-First Century. Market Economy as a Political Project, New York, Palgrave, 2007. Même des marxistes comme Silver (B.) et Arrighi (G.) s’y réfèrent désormais (“Polanyi’s’ ‘Double Movement’ : The Belle Époque Of British And U.s. Hegemony Compared”, Politics & Society, juin 2003, vol. 31, no 2, pp. 325-355).

25Harvey (D.), A Brief History of Liberalism, Oxford, OUP, 2007 ; Brown (W.), Edgework. Critical Essays on Knowledge and Politics, Princeton and Oxford, Princeton University Press, 2005 ; Robinson (R.), (ed.), The Neo-Liberal Revolution. Forging the Market State, New York, Palgrave, 2006 ; Saad-Filho (A.) et Johnston (D.), (eds.), Neoliberalism. A Critical Reader, op.cit. ; Conway (D.) et Heynen (N.), (eds.), Globalization’s Contradictions. Geographies of Discipline, Destruction and Transformation, Londres, Routledge, 2006 ; Bush (R.), Poverty and Neoliberalism. Persistance and Reproduction in the Global South, Londres, Pluto Press, 2007.

26Plehwe (D.), Walpen (B.) et Neunhöffer (G.), (eds.), Neoliberal Hegemony. A Global Critique, Londres, Routledge, 2006.

27  Outre le Résumé de cours, Paris, Julliard, 1989, Foucault (M.), Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France, 1977-1978, Paris, Hautes Études, Gallimard-Le Seuil, 2004 et Naissance de la biopolitique, op. cit. Certains extraits de ces textes et de cette réflexion avaient été préalablement publiés en français dans Dits et Écrits (notamment « La “gouvernementalité” », pp. 635-657 dans Dits et Écrits, III, 1976-1979, Paris, Gallimard, 1994).

28Burchell (G.), Gordon (C.) et Miller (P.), (eds.), The Foucault Effect: Studies in Governmentality, Hemel Hempstaed, Harvester Wheatsheaf, 1991 ; Burchell (G.), “Liberal Government and Technique of the Self”, Economy and Society, 1993, vol. 22, no 3, pp. 267-282 ; Hindess (B.), “Liberalism, Socialism, Democracy: Variations on a Governmental Theme”, op. cit., pp. 300-313 ; Osborne (T.), “Sociology, Liberalism and the History of Conduct” Economy and Society, 1994, vol. 23, no 4, pp. 484-501 ; Barry (A.), Osborne (T.) et Rose (N.), (eds.), Foucault and Political Reason. Liberalism, neo-liberalism and Rationalities of Government, Chicago, The University of Chicago Press, 1996 ; Rose (N.), Powers of Freedom. Reframing Political Thought, Cambridge University Press, 1999 ; Lemke (T.), “The “Birth of Bio-Politics”: Michel Foucault’s Lecture at the Collège de France on Neo-Liberal Governmentality”, Economy and Society, mai 2001, vol. 30, no 2, pp. 190-207 ; Barry (A.), Political Machine. Governing a Technological Society, Londres & New York, Athlone Press, 2001.

29Brown (W.), Edgework, op.cit. ; Ferguson (J.), Global Shadows. Africa in the Neoliberal World Order, Londres, Duke University Press, 2006.

30Ong (A.), Neoliberalism as Exception. Mutations in Citizenship and Sovereignty, Londres, Duke University Press, 2006.

31Bayart (J.-F.), Le gouvernement du monde. Une critique politique de la globalisation, Paris, Fayard, 2004 ; Comaroff (J. et J.), (eds.), Millenial Capitalism and the Culture of Neoliberalism, Duke University Press, 2001.

32  Je ne suis pas la seule à faire le lien entre les travaux précédemment cités, notamment ceux qui s’inspirent de Foucault, et Weber. Parmi les plus récents, voir par exemple Palma (G. di), The Modern State Subverted. Risk and the Deconstruction of Solidarity, Colchester, ECPR Press, 2013.

33  Je reprends cette expression et cette analyse de Grossein (J.-P.), « Leçon de méthode wébérienne » dans Weber (M.), Concepts fondamentaux de sociologie et autres textes, Paris, Gallimard, 2016.

34Weber (M.), « Parlement et gouvernement dans l’Allemagne réorganisée. Contributions à la critique politique du corps des fonctionnaires et du système des partis » dans Œuvres politiques (1895-1919), Paris, Albin Michel, 2004, pp. 334 ; Economy and Society, op.cit. Voir également la lecture qu’en fait Kalberg (St.), Max Weber’s Comparative Historical Sociology, Chicago, Chicago University Press, 1994.

35Rizzi (B.), La bureaucratisation du monde, 1939, Paris, réédition Champ libre, 1979.

36Grossein (J.-P.), « Présentation » dans Weber (M.), L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 2003, p. XLII.

37Weber (M.), « Réponse finale aux critiques » dans Sociologie des religions, Paris, Gallimard, 1996, p. 138.

38Weber (M.), La Domination, op. cit., respectivement pp. 51, 118 et 303.

39Weber (M.), « Réponse finale aux critiques », art. cit., p. 138.

40Thévenot (L.), « Un gouvernement par les normes. Pratiques et politiques des formats d’information » dans Conein (B.) et Thévenot (L.), (eds.), Cognition et information en société, Paris, Éditions de l’EHESS, 1997, pp. 204-42 et “Governing Life By Standards. A View from Engagements”, Social Studies of Science, octobre 2009, 39/5, pp. 793-813.

41Weber (M.), « Introduction à l’éthique économique des religions mondiales » dans Sociologie des religions, op.cit., p. 376.

42Weber (M.), « Considération intermédiaire : théorie des degrés et des orientations du refus religieux du monde » dans Sociologie des religions, op.cit., pp. 411-412.

43  Sur cette dimension comparative de l’idéal-type, voir Passeron (J.-C.), « Introduction » et Grossein (J.-P.), « Présentation » dans Weber (M.), Sociologie des religions, op.cit., respectivement, pp. 1-49 et pp. 51-129 ; Hibou (B.), « De l’intérêt de lire La Domination de Max Weber aujourd’hui », Lectures/Liens Socio, mai 2014, https://journals.openedition.org/lectures/14098.

44Samier (E.), “Demandarinisation in the New Public Management”, art. cit.

45Samuel (B.), « L’Éducation pour tous. La production bureaucratique du réel » dans Hibou (B.), (dir.), La bureaucratisation néolibérale, Paris, La Découverte, 2013, pp. 263-290.

46  Cette analyse de la fiction est proposée par Thomas (Y.), « Fictio legis. L’empire de la fiction romaine et ses limites médiévales », dans Les Opérations du droit, Paris, Hautes Études, Gallimard-Le Seuil, 2011, pp. 133-186 (citations p. 135).

47  Nombreux sont ceux qui ont pensé la fiction comme réalité, tels Foucault ou Barthes les plus souvent cités et sur lesquels je me suis aussi appuyée dans cette analyse. Mais je m’inspire ici des travaux juridiques de Yan Thomas qui ont l’avantage de mener leur raisonnement à partir du droit, donc d’une technique et d’offrir ainsi une analyse particulièrement adaptée au monde des formalités dont je traite ici des principaux traits.

48Weber (M.), « Introduction à l’éthique économique des religions mondiales », op.cit., p. 351.

49Ibid.

50  C’est aussi dans ces termes que l’on peut comprendre l’importance du raisonnement par cas et du recours euphémisé à l’arbitraire dans la période néolibérale. Voir Cuono (M.), Decidere caso per caso. Figure del potere arbitrario, Madrid, Marcial Pons, 2013.

51  Expressions de Weber citées et analysées par Grossein (J.-P.), « Présentation », dans Weber (M.), L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, op.cit., p. XVI et suivantes.

52  Métaphore de Weber (M.), Éthique protestante et esprit du capitalisme, op. cit., p. 30.

53Grossein (J.-P.), « Présentation », Sociologie des religions, op.cit., p. 65 et suiv. met en évidence l’importance, dans l’analyse de Weber, des « porteurs » et des « médiations » par qui passent nécessairement les idées.

54Bayart (J.-F.) a développé ce type d’analyse à propos de la globalisation dans Le gouvernement du monde, op.cit.

55Weber (M.), Sociologie des religions, op.cit. ; mis en exergue par Grossein (J.-P.) dans sa « Présentation », op. cit., pp. 88-89 et 122.

56  À propos du capitalisme, Weber (M.), « Réponse finale aux critiques », op.cit., p. 136.

57Harper (R.), Inside IMF. An Ethnography of Documents, Technology and Organizational Action, San Diego, Academic Press, 1998, mais aussi, dans sa dimension politique, Appadurai (A.), (ed.), The Social Life of Things, Cambridge, Cambridge University Press, 1986. Pour une discussion de ces approches, Hibou (B.) et Samuel (B.), « Macroéconomie et politique en Afrique », Politique africaine, décembre 2011, 124 (numéro spécial sur « La macroéconomie par le bas »), pp. 5-28 et surtout Samuel (B.), « La production macroéconomique du réel. Formalités et pouvoir au Burkina Faso, en Mauritanie et en Guadeloupe », thèse de doctorat de l’IEP de Paris, décembre 2013.

58Kemp (A.) et Berkovitch (N.), « Gouvernance pédagogique et financiarisation de la vie quotidienne. La fabrique de la micro-finance pour les femmes marginalisées en Israël » et Bono (I.), « Comment devenir employable ? Certifier l’exclusion, l’indifférence et la stigmatisation sur le marché du travail au Maroc » dans Hibou (B.), (dir.), La bureaucratisaton néolibérale, op.cit., respectivement pp. 23-48 et pp. 49-76.

59Weber (M.), La Domination, op.cit., p. 90.

60Hulsey (J.), « No One’s Home. La bureaucratisation financière et la force du langage » dans Hibou (B.), (dir.), La bureaucratisation néolibérale, op.cit., pp. 157-176.

61  Ce que montrent Roberto Beneduce et Simona Taliani dans leur analyse du travail des psychiatres et psychologues auprès des demandeurs d’asile dans « Les archives introuvables. Technologie de la citoyenneté, bureaucratie et migration », La bureaucratie néolibérale, Paris, La Découverte, 2013, pp. 231-262.

62Weber (M.), La Domination, op.cit., pp. 90-92.

63  En français, Grossein (J.-P.) a proposé de traduire le terme allemand par « quotidianisation » dans la mesure et non par « routinisation » (traduction précédente directement influencée par la traduction anglaise), car ce terme véhicule avec lui une connotation négative, voire péjorative : voir sa « Présentation » dans Weber (M.), Sociologie des religions, op.cit., p. 68 et pp. 123-124.

64Klemperer (V.) l’a magistralement montré dans un autre contexte, celui du IIIe Reich : LTI, la langue du IIIe Reich, Paris, Albin Michel, Press Pocket, 1996. Voir également Marcuse (H.), L’homme unidimenssionel, Paris, Les Éditions de Minuit, 1968.

65  On peut comprendre la lecture du « politique par le bas » proposée par Jean-François Bayart comme une autre façon de développer l’idée wébérienne de quotidianisation : Bayart (J.-F.), « Le politique par le bas en Afrique noire », Politique africaine, 1981, 1, pp. 53-82 et Bayart (J.-F.), Mbembe (A.) et Toulabor (C.), Le politique par le bas en Afrique noire, Paris, Karthala, 2008 (première édition, 1992).

66Weber (M.), « Réponse finale aux critiques », op.cit., p. 135 (qui parle des différentes tonalités de l’esprit du capitalisme)

67Hood (C.), “The ‘Npm’ in the 1980’S. Variations on a Theme”, Accounting, Organizations and Society, 1995, 20-21, pp. 93-109.

68Samier (E.), “Demandarinisation in the New Public Management”, art. cit. ; Pollitt (C.), Managerialism and the Public Services, op.cit.

69Bezes (P.), Réinventer l’État, op.cit. ; Eyraud (C.), Le capitalisme au cœur de l’État, op.cit. ; Pierru (F.), « Le mandarin, le gestionnaire et le consultant », Actes de la recherche en sciences sociales, 2012, 194, 4, pp. 32-51.

70Hibou (B.) et Tozy (M.), « Une lecture wébérienne de la trajectoire de l’État au Maroc », Sociétés Politiques Comparées, 37, septembre-décembre 2015, http://www.fasopo.org/sites/default/files/varia1_n37.pdf

71  Voir Samuel (B.), « Les cadres stratégiques, nouveaux fétiches des politiques de développement ? », dans actes du colloque « Les Mots du développement », Paris, novembre 2008, et « Calcul macroéconomique et modes de gouvernement : les cas de la Mauritanie et du Burkina Faso », Politique africaine, décembre 2011, 124, pp. 101-126 ; Egil (F.), « Les éléphants de papier. Réflexions impies pour le Ve anniversaire des Objectifs de développement du millénaire », Politique africaine, octobre 2005, 99, pp. 97-115.

72Giovalucchi (F.) et Olivier de Sardan (J.P.), « Planification, gestion et politique dans l’aide au développement : le cadre logique, outil et miroir des développeurs », Revue Tiers-Monde, février 2009, no 198, pp. 383-406.

73Weber (M.), « Remarques critiques sur les “contributions critiques” précédentes » dans Éthique protestante et esprit du capitalisme, op.cit., p. 328.

74Weber (M.) à propos des religions, cité par Grossein (J.-P.), « Présentation » dans Sociologie des religions, op.cit., p. 100.

75  C’est l’un des arguments de Weber aussi bien dans L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme que dans Sociologie des religions. Voir la lecture éclairante qu’en propose Grossein (J.-P.) dans sa « Présentation » de l’Éthique protestante (op. cit., notamment pp. XXXIX-XLIII).

76  Je fais référence ici à la citation de Weber que j’ai mise en exergue de mon livre, La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale : « S’il est une idée hautement ridicule, c’est bien celle de nos littérateurs persuadés que le travail intellectuel dans un bureau privé se distingue en quoi que ce soit de celui qui s’effectue dans un bureau d’État. […] Aujourd’hui, capitalisme et bureaucratie se sont rencontrés et sont devenus inséparables », dans Weber (M.), « Parlement et gouvernement dans l’Allemagne réorganisée. Contributions à la critique politique du corps des fonctionnaires et du système des partis » dans Œuvres politiques (1895-1919), Albin Michel, Paris, 2004, p. 324 et p. 327.

Autore

Directrice de recherche au CNRS, rattachée au Centre d’études et de recherches internationales (CERI) de Sciences Po, elle est spécialiste d’économie politique, Béatrice Hibou travaille sur la signification politique des réformes néolibérales, sur les recompositions de l’État et sur l’exercice du pouvoir et de la domination dans une perspective théorique de sociologie historique comparée inspirée de Michel Foucault, de Michel de Certeau et surtout de Max Weber. Elle a notamment écrit Anatomie politique de la domination, La Découverte, 2011, version anglaise chez Palgrave en 2017, La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, La Découverte, 2012, version anglaise chez Palgrave McMillan en 2015 et dirigé La bureaucratisation néolibérale, La Découverte, 2013.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2019

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540