Version classiqueVersion mobile

Histoire institutionnelle, économique et financière : questions de méthode (xviie-xviiie siècles)

 | 
François Monnier

Conclusions

Ce dont on a besoin : un programme de travail

François Monnier

Texte intégral

1Avec cette journée d’études, s’achève un premier cycle de rencontres annuelles que notre Comité pour l’histoire économique et financière de la France avait décidé de consacrer à l’économie et aux finances de l’Ancien Régime et dédié successivement à L’administration des finances sous l'Ancien Régime (22-23 février 1996), La circulation des marchandises dans la France d’Ancien Régime (12 décembre 1997), Les finances en province sous l’Ancien Régime (3 décembre 1998), Pourvoir les finances en province sous l’Ancien Régime (9 décembre 1999) et L’argent des campagnes, Échanges, monnaies, crédit dans la France rurale d’Ancien Régime (18 décembre 2000), sans parler d’un colloque plus ancien État, finances et économie pendant la Révolution française (12, 13 et 14 octobre 1989). Je ne dirai pas si nous avons bien ou mal travaillé. Ce n’est pas à moi d’en juger. Mais, en tout cas, nous avons tenu nos engagements et nous avons terminé ce premier cycle par une journée de méthode, comme nous en étions convenus au départ. Et puis, on peut tout de même juger de leur succès en considérant le nombre sans cesse croissant d’étudiants qui n’hésitent plus aujourd’hui à se lancer dans des travaux d’histoire financière, branche de l’histoire délaissée jadis, parce qu’estimée trop ingrate.

2La manière de concevoir cette dernière journée a pu surprendre, à commencer par les communicants eux-mêmes, si je me souviens bien de leurs premières réactions, lorsque je leur ai proposé les sujets qu’ils ont bien voulu accepter de traiter. Il est vrai que l’on n’est guère habitué à réfléchir sur ce que nous ne savons pas, sur nos doutes, nos incertitudes, sur la nécessaire révision de nos travaux, ou sur ce que l’on cherche plus ou moins consciemment à ne pas savoir ou à ne pas comprendre. Pourtant, tout n’est jamais question que de points de vue, d’angles d’attaque, de convictions, de centres d’intérêt, de méthodes, puisque la vérité n’existe pas en soi, du moins dans le domaine de la connaissance, auquel appartient l’histoire. Pour ma défense, je dois rappeler que j’avais déjà annoncé la couleur, lors de nos deux journées d’études des 22 et 23 février 1996, dans mes conclusions générales, en dressant un état très nuancé, si ce n’est un mauvais état, de la recherche en histoire économique et financière de la France. Et déjà, l’idéologie, tout comme le déterminisme ou l’excès de dogmatisme avaient été pointés du doigt, ainsi que les travers de l’histoire universitaire, avec son manque d’humilité et sa propension à simplifier et à tout vouloir expliquer. Le temps, heureusement, n’est plus aux certitudes, comme on a pu le constater tout au long de nos travaux d’aujourd’hui, mais aussi au cours de ceux qui les ont précédés. À chaque fois, prudemment, le ou les maîtres d’œuvre de nos différents thèmes ont pris la précaution de dresser ou de faire dresser des états des questions traitées et des bilans de la recherche, comme de signaler les zones d’ombres ou d’incertitudes. Et à chaque fois, sur chaque sujet, on y a vu plus clair, sachant mieux ce qu’il fallait traiter en priorité, comprenant davantage les lacunes, appréhendant plus justement les fausses certitudes et donnant de nouvelles idées aux jeunes chercheurs.

3Alors, pour compléter tout ce qui a été dit à l’occasion de ces diverses journées et pour parachever les inventaires des exigences de la recherche sur les matières que nous avons abordées, on peut essayer de dresser un catalogue plus général de ce dont on a concrètement besoin, dans les années à venir, en histoire institutionnelle, économique et financière. L’exercice est, sans doute, un peu artificiel, mais il n’est peut-être pas inutile, car il peut contribuer à combler certains manques de la recherche. En tout cas, on ne risque pas grand-chose à s’y essayer, en distinguant ce qui serait immédiatement nécessaire, de ce qui pourrait attendre et dont le besoin est peut-être plus lointain :

I. EN URGENCE

41. Il nous faudrait, tout d’abord, un petit livre sur les principes et les méthodes de l’histoire économique pour la deuxième moitié du xviie et pour le xviiie siècle. Et un autre aussi, peut-être, ce qui est plus vicieux, sur les principes de l’histoire des institutions économiques. L’un et l’autre viendraient compléter ce que l’on a pu dire — et ne pas dire — aujourd’hui.

52. Il nous faudrait, ensuite, des guides de recherches thématiques, qui prolongeraient le guide du chercheur de Joël Félix, notamment sur :

  • la monnaie ;

  • le commerce extérieur ;

  • l’industrie textile ;

  • la métallurgie (l’ouvrage de B. Gille est aujourd’hui bien dépassé) ;

  • la comptabilité.

63. Des inventaires de sources étrangères sur la France :

  • sources anglaises ;

  • sources autrichiennes ;

  • sources italiennes (Venise, Vatican...).

7Ces inventaires comprendraient les bibliothèques et les dépôts publics sur la France (rapports d’ambassadeurs notamment, comme sur l’affaire Law).

84. Des inventaires détaillés de sources.

9Il faudrait les multiplier. C’est ainsi, par exemple, qu’il :

  • faudrait profiter du deuxième centenaire de la Cour des comptes, en 2007, pour dresser un inventaire concernant les chambres des comptes, d’autant que les sources les concernant sont peu inventoriées ou mal inventoriées ;

  • on pourrait aussi dresser un inventaire détaillé du fonds Amoul de la Bibliothèque nationale (Nicolas Arnoul, mort en 1674, et de son fils, Pierre, mort en 1718, intendants de la Marine) ;

  • pourquoi ne pas faire, aussi, un inventaire de sources intéressant la comptabilité ? ;

  • etc.

105. Des dictionnaires.

  • Il faudrait, en particulier, refaire le Marion, Dictionnaire des institutions de la France, xviie-xviiie siècles, en insistant sur les institutions économiques et financières ;

  • créer des recueils de vocabulaires techniques :

  • pour la métallurgie ;

  • ou pour le textile, par exemple.

116. Des notes de recherches pour les différents secteurs relevant du Comité.

12Ces notes 1) définiraient des priorités de recherches et 2) chercheraient à guider les jeunes sur les bonnes cibles, sur les bons sujets. Il s’agirait de notes à caractère provisoire, courtes et révisables. Elles couvriraient, si possible, les grands secteurs de l’histoire économique et financière de l’Ancien Régime :

  • Budget de l’État et des collectivités locales (déficit, excédents, dette publique, financements publics) ;

  • Monnaie et marchés monétaires ;

  • Marchés de capitaux (emprunts publics, Bourse) ;

  • Trésor et contrôle du crédit ;

  • Loterie nationale, tontines, etc. ;

  • Pensions ;

  • Fiscalité (directe et indirecte) ;

  • Domaine et affaires foncières ;

  • Alcools, tabacs, poudres, salpêtres, arsenaux ;

  • Cadastre ;

  • Douanes (et rapport des douanes avec le développement économique) ;

  • Prévisions et calcul économiques, statistiques ;

  • Comptabilité publique et dépenses publiques ;

  • Marchés de l’État et des collectivités publiques ;

  • Contrôle des comptes ;

  • Organisation du Contrôle général et méthodes de travail ;

  • Personnel du Contrôle général des finances et des services extérieurs ;

  • Commerce intérieur et extérieur.

137. Publication ou réédition de textes de base.

14On pourrait penser, par exemple, à rééditer le Véron de Forbonnais (F.), Recherches et considérations sur les finances de France, depuis 1595 jusqu’en 1721, 1758, 6 volumes, comme l’on vient de rééditer Adam Smith : cela obligerait à le réétudier et à le réviser, d’autant qu’on le prend trop souvent pour argent comptant ; ou le Rousselot de Surgy (A.), Encyclopédie méthodique, Finances, 1784, 3 volumes.

15Il faudrait penser à d’autres traités sur les finances, la comptabilité ou la monnaie, ou encore à des ouvrages sur l’administration.

168. Une note pour préciser les règles techniques des recueils de documents.

17Par exemple, comment faire un recueil de documents sur les chambres des comptes de province ? ou sur le fonctionnement de la Chambre des comptes de Paris ?

189. Des études ou des réflexions sur des thèmes « oubliés ».

19Par exemple :

  • sur le droit des marchés de l’État concernant les fournitures de la Marine, ou les approvisionnements de guerre ;

  • sur la comptabilité (publique et privée) ;

  • sur la manière d’étudier la circulation monétaire et les spéculations monétaires.

2010. Pour les historiens non professionnels : des notes d’initiation au xviie et au xviiie siècle pour un ingénieur, un cadre d’entreprise ou un fonctionnaire des finances..., afin d’utiliser leur expérience professionnelle.

21Mieux former les non professionnels est d’ailleurs une nécessité technique pour notre Comité.

II. PLUS LOINTAINEMENT

2211. Développer des réflexions sur l’histoire européenne.

23L’histoire économique et financière de l’Europe est une histoire à naître, qui n’existe pas encore, mais que les historiens vont bien devoir « fabriquer » dans les années à venir. Comment y travailler ? Comment développer ses mythes, ses points de repère, ses dates clefs ? Comment relire les histoires nationales, en regard des considérations et des besoins de l’histoire européenne ? Comment en réinterpréter les événements, les évolutions ? etc. Car il ne faut pas se faire d’illusions, les perspectives changeront radicalement, même si elles sont encore bien floues, et c’est à une véritable réécriture des histoires nationales qu’il faudra s’atteler.

2412. Réfléchir à la nécessité de développer des comités d’histoire régionaux, annexes ou correspondants du Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

2513. Faire un effort de prospective à dix ou quinze ans, qui constituerait une sorte de programmation.

26Chacun des membres du Comité pourrait être consulté et un programme de synthèse pourrait être arrêté lors d’une de nos séances solennelles.

2714. Entreprendre une réflexion sur la révision nécessaire des travaux anciens.

28Car les méthodes de travail évoluent, les points de vue et les centres d’intérêt changent, les connaissances techniques des historiens professionnels se spécialisent, les archives autrefois inaccessibles sont aujourd’hui ouvertes, les inventaires se sont multipliés, l’usage de la photocopie s’est développé, ce qui permet de mieux travailler les textes et en plus grand nombre (les divers brouillons d’un même texte ou ses diverses versions, relectures attentives des textes techniques), etc.

29Mais comment redonner les sujets déjà traités ? Comment dresser des états critiques des travaux anciens ? Ce sont des questions sur lesquelles nous devons impérativement réfléchir, ce qui veut bien dire que nous n’avons pas épuisé aujourd’hui les questions de méthode concernant l’histoire institutionnelle, économique et financière.

Auteur

Ancien président de la Section des Sciences historiques et philologiques de l’Ecole pratique des hautes études, où il occupe la chaire d’histoire du droit public. Il est, par ailleurs, directeur rédacteur en chef de la Revue administrative. Il s’intéresse tout particulièrement à l’histoire parisienne et à l’histoire du droit et de l’administration. Il a publié, notamment, les ouvrages suivants : Les marchés de travaux publics dans la généralité de Paris au xviiie siècle, Paris, 1984 ; Almanach de Paris (avec Alfred Fierro, Michel Fleury, Guy Leproux et Jean Tulard, édition Encyclopædia universalis, 2 vol., Paris, 1990 (auteur des développements concernant les xvie, xviie et xviiie siècles, 350 p.) ; Paris (avec Michel Fleury, Guy Michel Leproux, Jean Tulard et Bernard Vallade), Éditions Citadelles et Mazenod, 1997, 495 p. (auteur de « La ville moderne, De 1594 à la Révolution », p. 156 à 286) ; Le Conseil d'Etat : juger, conseiller, servir, avec Érik Arnoult, Gallimard, 1999 ; ainsi que de nombreux articles d’histoire du droit, des finances et de l'administration. A paraître, aux éditions Fayard, en collaboration avec Guy Thuillier, Vérités et fictions de la bureaucratie.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search