Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les Chambres des comptes en France aux xive et xve siècles

 | 
Philippe Contamine
, 
Olivier Mattéoni

La Chambre des comptes de Normandie sous l’occupation anglaise, 1417-1450a

Anne Curry

Testo integrale

  • a Je tiens à remercier le professeur Brian Kemp, le Dr Marianne Ailes, M. Olivier Mattéoni et Miss R (...)
  • 1 L’Échiquier normand des comptes, qui existait avant l’occupation anglaise et qui siégeait à Rouen, (...)
  • 2 Les frais des campagnes de l’armée du roi Henri étaient financés par des fonds provenant de l’Angl (...)

1On ne connaît pas avec exactitude la date de la fondation par les Anglais d’une Chambre des comptes à Caen. Toutefois, il est certain qu’elle existait déjà le 28 février 1418, date à laquelle Pierre le Verrier fut nommé en qualité de « conseiller en la Chambre de nos comptes » (texte 3). Son existence avant cette date est attestée par un ordre royal du 24 novembre 1417 qui mentionne « les gens de nosdiz comptes » (texte 2), mais il semble peu probable qu’elle ait été créée avant la prise de Caen par les Anglais le 9 septembre 1417. Ses origines peuvent être rattachées à la nomination, le 1er novembre 1417, de Sir John Tiptoft en qualité de président in scaccario nostro Normannie et de trésorier général du duché (texte 1). À cette époque, un ensemble de territoires s’étendant du sud de Caen jusqu’à Alençon était tombé au pouvoir des Anglais et il n’est pas surprenant que le roi Henri V ait tenu à placer sous son contrôle les structures administratives françaises qui existaient déjà et à tirer parti des recettes produites par le domaine royal, ainsi qu’à bénéficier des autres droits dont jouissaient antérieurement les Valois. À la fin de l’année 1417, les Anglais réservèrent l’usage du terme scaccarium aux institutions judiciaires (l’ancien Échiquier des causes normand). On peut donc être raisonnablement certain qu’une Chambre des comptes distincte, qui siégeait également dans l’enceinte du château de Caen, était chargée du contrôle des affaires financières. Elle vit sa juridiction s’élargir au fur et à mesure que les Anglais multiplièrent leurs conquêtes, jusqu’à englober, au moment de la conclusion du traité de Troyes, l’intégralité du duché, ainsi que les territoires extérieurs à la Normandie conquis par Henri V au cours de sa progression vers Paris. Les procédures appliquées par la Chambre de Caen s’inspiraient de celles en vigueur à la Chambre des comptes de Paris, bien que cette dernière comptât un nombre beaucoup plus important de membres tant anglais que français. C’est ainsi que les officiers de finances des territoires dont les Anglais avaient pris le contrôle, ainsi que les affaires relevant précédemment de la compétence de la Chambre de Paris furent transférées dans la juridiction de la Chambre de Caen1. Cette dernière ne semble pas avoir été tenue de rendre des comptes à l’Échiquier d’Angleterre2.

  • 3 Comme ce fut le cas avant l’occupation, cet Échiquier demeura placé sous le contrôle de la Chambre (...)

2Lorsque Henri VI accéda aux deux trônes, le duché de Normandie et le pays de conquête furent réunis à la couronne de France en vertu d’une clause du traité de Troyes. Le 15 juillet 1424, la Chambre normande fut dissoute par décret et les affaires en cours et les archives transférées à la Chambre de Paris (texte 7). Jusqu’en 1436, l’administration financière de la Normandie releva de la compétence de la Chambre de Paris. Lorsque les Anglais perdirent la capitale en 1436, ils ordonnèrent la création d’une nouvelle Chambre de Normandie située à Rouen (texte 9). Cette Chambre fonctionnait également selon les pratiques en vigueur à la Chambre de Paris, bien que l’on ignore l’importance des documents concernant la Normandie qui furent transférés par les Anglais de Paris à Rouen à cette époque. Entre 1436 et 1449, la Chambre de Rouen, qui était composée à la fois de conseillers français et de conseillers anglais, fut chargée de l’administration financière des portions du duché et du pays de conquête encore contrôlées par les Anglais. À la suite de la conquête du duché par Charles VII, la Chambre de Rouen fut supprimée, vraisemblablement en 1451. De multiples requêtes furent ensuite adressées par les Normands au roi, en vue du rétablissement d’un Échiquier des comptes tel qu’il existait avant l’occupation anglaise et il accéda à ces demandes en 14543. On ne peut pas déterminer exactement la date à laquelle les archives de la Chambre anglaise de Rouen furent transférées à Paris. Si l’on excepte certains documents qui furent transférés à l’Échiquier d’Angleterre au milieu des années 1420, il semble toutefois que les archives provenant tant des Chambres de Caen que de Rouen furent ultérieurement incorporées à celles de la Chambre de Paris et qu’elles aient donc connu les mêmes vicissitudes que ces dernières au cours des siècles postérieurs au Moyen Âge.

I. L’ADMINISTRATION FINANCIÈRE AU DÉBUT DE LA CONQUÊTE : LA NOMINATION D’UN PRÉSIDENT ET TRÉSORIER GÉNÉRAL (1417)

3La seconde campagne de Henri V, qui débuta lorsqu’il débarqua le 1er août 1417 et prit fin à sa mort le 3 août 1422, se caractérise par le fait que nombre d’actes royaux concernant la Normandie ont été enregistrés dans une série distincte de rouleaux actuellement connus sous le nom de rôles normands (« Norman rolls », PRO C64). Bien qu’ils aient été probablement rédigés en Normandie à partir d’actes originaux, ils ont été assemblés selon les pratiques habituelles de la chancellerie anglaise, qui consistaient à coudre bout à bout un certain nombre de rotuli pour constituer un rouleau d’un seul tenant sur lequel on écrivait au recto comme au verso, la plupart du temps en latin. Les rouleaux ont été structurés en fonction des années de règne des souverains anglais : pour la cinquième, la neuvième et la dixième année de règne, un rouleau a été utilisé par année, pour la sixième et la septième année, deux rouleaux respectivement, et pour la huitième année, trois rouleaux. De par leur présentation, de caractère diplomatique, et la variété des questions traitées, ils peuvent être comparés à d’autres inscriptions spéciales de la chancellerie, notamment les rôles gascons (« Gascon rolls », PRO C61), qui dès le xiiie siècle concernaient les affaires relatives au duché d’Aquitaine, ou le traité ou les rôles français (« Treaty » ou « French rolls », PRO C76) dont la rédaction avait également été entreprise au xiiie siècle et qui concernaient l’organisation des opérations militaires en France, ainsi que les relations internationales au sens large. Le fait que Henri V ait choisi, lors de sa seconde campagne, d’archiver séparément les documents relatifs aux affaires normandes, nous rappelle que son intention était de conquérir et de gouverner la Normandie comme une entité à part. Dès le 24 novembre 1417 (texte 2) et probablement dès son débarquement le 1er août, le roi Henri s’était proclamé lui-même duc de Normandie, ainsi que roi de France et d’Angleterre et seigneur d’Irlande. L’usage habituel de la chancellerie d’abréger les titres du roi explique que son titre de duc de Normandie n’apparaisse pas dans les inscriptions des rouleaux normands, mais leur contenu montre à l’évidence la volonté de Henri V de s’approprier le duché, ainsi que son intention de le gouverner directement.

  • 4 Pour un historique complet de sa carrière, voir The House of Commons 1386-1421, éd. J.S. Roskell, (...)

4À la date de la nomination de Tiptoft, Caen était aux mains des Anglais, puisque la ville s’était rendue le 9 septembre 1417. Alençon se rendit le 24 octobre et le roi Henri V y établit immédiatement l’état-major de son armée, son objectif étant désormais de prendre Falaise et de négocier une trêve avec le duc de Bretagne. Une grande partie de cette région était tombée entre ses mains et, fort de ses précédentes conquêtes, il se sentit suffisamment sûr de ses futurs succès pour juger opportun de confier à Sir John le contrôle des questions juridiques et financières du duché. Il s’agissait là de la première nomination à une fonction susceptible de s’exercer sur l’ensemble du duché, bien que le roi ait déjà procédé à des nominations à la tête de plusieurs capitaineries de places. Sir John Tiptoft (1375-1443) était un fidèle serviteur du roi et avait une grande expérience de la fonction qui venait de lui être confiée4. Il avait déjà servi en qualité de gardien de la garde-robe et trésorier de la maison royale (1406-1408), ainsi que de trésorier d’Angleterre (1408-1409). En outre, il avait rempli différents offices en Gascogne depuis l’année 1408 et avait été nommé sénéchal d’Aquitaine en avril 1415, fonction qu’il conserva jusqu’en mai 1423 ; il revint résider à Bordeaux à partir de 1419.

  • 5 Voir par exemple, le mandat de Tiptoft daté du 8 mai 1415, Foedera, IX, p. 239-40 ; IV, part IV, p (...)
  • 6 Foedera, IX, p. 588 IV. part III, p. 52 ; PRO C64/9m.31, classé dans Appendix to the Annual Report (...)

5Ses fonctions sont décrites en termes assez imprécis, ce qui donne à penser que les connaissances des Anglais concernant les institutions normandes qu’ils s’apprêtaient à faire fonctionner étaient assez floues. Il est donc important de noter que ces fonctions sont uniques en leur genre et entièrement liées à ces circonstances particulières et qu’elles ne correspondent ni aux pouvoirs d’un sénéchal d’Aquitaine5, ni à un trésorier de Calais ou de Harfleur. Aucune précision n’est donnée quant aux obligations de Tiptoft de rendre des comptes, ni sur les relations qu’il est prévu qu’il maintienne avec l’Échiquier anglais ou avec une Chambre des comptes régionale. Il est certain toutefois qu’on attendait de lui qu’il agisse en qualité d’officier en chef des finances du duché contrôlé par les Anglais. Le fait que c’était à lui que les autres agents devaient rendre des comptes et qu’il ait eu le pouvoir de nommer ou de révoquer les officiers des finances montre bien qu’il avait à exercer un rôle de contrôleur général. Il n’est pas donné de précisions sur le lien qui existait entre ces deux fonctions et l’on est porté à penser que la conception anglaise du rôle du scaccarium s’inspirait davantage de leur connaissance du fonctionnement à la fois juridique et financier de l’Échiquier en Angleterre que d’une connaissance approfondie du type d’administration qui régissait la Normandie à cette époque. Le pouvoir d’émettre des sauf-conduits est à relier aux conditions particulières en vigueur au début de la conquête, lorsque les Normands avaient à choisir d’accepter l’envahisseur anglais ou de s’y opposer. Tiptoft, qui s’était vu octroyer à cet effet de plus larges pouvoirs le 20 mai 1418, reçut par la suite de nombreux serments d’allégeance de ceux qui avaient choisi de se rallier aux Anglais6. Il conserva ses fonctions jusqu’à la nomination de William Allington en qualité de trésorier général de Normandie le 1er mai 1419 (texte 5).

Texte 1. 1417, 1er novembre. – Alençon

6Nomination par Henri V de John Tiptoft, chevalier, comme président et trésorier général de Normandie.

7Enrôlement dans les Norman Rolls, 5 Henry V. Le rouleau contient 27 rotuli, chacun de 265 mm x 721 mm. La largeur de l’extrait est de 220 mm (c’est-à-dire 45 mm de marge à gauche), longueur du passage, 95 mm. B : PRO C64/8m. 19 ro.

8Imprimé : Foedera (1re édition, Londres, 1704-1735), IX, p. 507 (3e édition, La Haye, 1737-1745), IV, 3e partie, p. 22 ; Rotuli Normanniae in turri Londinensi asservati Johanne et Henrico Quinto Angliae regibus, éd. T.D. Hardy, Londres, 1835, p. 205-206.

9(en marge) Pro Johanne Tiptoft

10R. omnibus ad quos etc. salutem. Sciatis quod nos, de probitate, fidelitate et industria dilecti et fidelis militis nostri Johannis Tiptoft, senescalli nostri Aquitannie, plenam fiduciam optinentes, constituimus, ordinavimus, et prefecimus ipsum presidentem nostrum tam in scaccario nostro Normannie quant aliis protribunalibus, sedibus judicialibus quibuscumque et ubicumque infra ducatum nostrum predictum, necnon thesaurarium nostrum generalem infra eundem ducatum et aliis locis ditioni nostre subjectis, quo ad regendum et gubernandum omnes et singulos redditus, exitus, proventus, obvenciones et emolumenta quecumque nobis de eisdem ducatu et locis debita seu debenda et ex ipsis quomodolibet rite proveniencia. Dantes eidem Johanni plenam, tenore presencium, potestatem et auctoritatem, ad omnes et singulos debitores nostros ad compota et rationes compotorum de gestis debitis et administratis per eosdem tradenda et reddenda, viis et modis quibus rationabiliter et de jure fuerit faciendum, conveniendum et compellendum, aut conveniri seu compelli faciendum, necnon ad omnes et omnimodos officiarios utpote ballivos, vicecomites, viridarios, firmarios et alios officiarios, prout melius juxta sanam discrecionem suam pro commodo nostro fore viderit faciendum, ordinandum, constituendum, et deputandos, et illos qui in officiis suis huiusmodi minus idoneos aut insufficientes inveniri contigerit de tempore in tempus amovendum et expellendum, et alios loco suo idoneos et sufficientes substituendum et subrogandum, ac eciam ad lifteras de salvo conductu personis quibus sibi melius videbitur sub forma debita conficiendum, dandum et concedendum, necnon generaliter omnia et singula exercendum, faciendum et expediendum que adpresidentem et thesaurarium pertinent seu pertinere debent quovis modo. Damus autem universis et singulis capitaneis, castellanis et eorum locatenentibus ac omnibus aliis ligeis, fidelibus et subditis nostris et aliis quorum interest, tenore presencium, firmiter in mandatis quod prefato Johanni in premissis et eorum quolibet faciendis et exequendis intendentes sint consulentes et auxiliantes prout decet. In cuius etc. quamdiu nobis placuerit duratura. Teste rege apud castrum regis d’Alenson in ducatu regis Normannieprimo die Novembris. Per ipsum regem.

Traduction

11Le roi, à tous ceux à qui, etc. Sachez qu’en raison de la probité, fidélité et industrie de notre cher et fidèle chevalier Jean Tiptoft, notre sénéchal d’Aquitaine, et confiant à plein de sa fidélité (fiduciam), nous l’avons institué, ordonné et établi président de notre Échiquier de Normandie et des autres sièges de justice de notre duché, quels qu’ils soient et où qu’ils soient, et trésorier général dudit duché et autres lieux soumis à notre autorité, pour régir et gouverner toutes les recettes et dépenses, revenus et émoluments quels qu’ils soient, dus ou à devoir dans le duché, et quelle qu’en soit la provenance. Par la teneur des présentes, nous donnons aussi audit Jean plein pouvoir et autorité pour que tous nos débiteurs rendent compte et justifient par eux-mêmes de leur gestion, par les voies et les moyens selon lesquels cela doit être raisonnablement et légalement fait, intenté et accompli. Et aussi qu’il nomme, ordonne et constitue tous les officiers, soit baillis, vicomtes, verdiers, fermiers et autres, pour notre profit, le mieux qu’il pourra, selon son sage discernement. Et qu’il renvoie et se sépare de ceux à son service qu’il jugera peu idoines et insuffisants et qu’il les remplace par d’autres, idoines et suffisants. Et qu’il fasse, donne et concède sous la forme habituelle les lettres de sauf-conduit à ceux qui lui paraîtront les meilleurs. Et qu’en général, il fasse, exerce et accomplisse toutes et singulières fonctions relevant et devant relever de la charge de président et trésorier. Et par ces présentes nous mandons à tous nos capitaines, nos châtelains et leurs lieutenants, à tous nos hommes liges, nos fidèles et nos sujets et tout autre que cela concerne, qu’ils aident, assistent et conseillent comme il convient ledit Jean dans les choses susdites et dans ce qu’il y a à faire et exécuter. Témoin le roi, au château royal d’Alençon, dans le duché de Normandie, le 1er jour de novembre. Par le roi lui-même.

II. L’ADMINISTRATION FINANCIÈRE AU DÉBUT DE LA CONQUÊTE : LA DIPLOMATIQUE DES DOCUMENTS (1417)

  • 7 BNF, fr. 26042/5232.

12Peu de documents nous sont parvenus de l’époque durant laquelle Tiptoft exerça ses fonctions, à l’exception d’un petit nombre qui sont actuellement conservés parmi les « quittances et pièces diverses » du fonds français de la Bibliothèque nationale de France (ces documents provenant des archives de la Chambre des comptes de Paris). Le texte 2 constitue le premier mandement connu de la période pendant laquelle Tiptoft a exercé ses fonctions et il fut rédigé au moment où le roi était encore à Alençon. Il s’agit également du premier document connu dans lequel le roi Henri V est explicitement cité avec le titre de duc de Normandie. Le support est un parchemin présenté selon l’usage français, avec des doubles traits verticaux à droite et à gauche et des lignes horizontales tracées à l’intérieur de ce cadre. Les hautes majuscules de la ligne supérieure donnent à penser que ce document a peut-être été calligraphié par un scribe français travaillant selon les directives d’un Anglais. Bien qu’il utilise le système anglais de datation par année de règne, il s’inspire d’une manière générale des formules type utilisées par la Chambre des comptes de Paris – voir par exemple un mandement quasi contemporain concernant le paiement du grénetier de Dieppe fait à Chartres le 13 novembre 14177. Dans le contexte tant français qu’anglais, ce mandement est inhabituel dans la mesure où il emploie le tututoiement ; il est même unique en son genre car tous les documents connus qui datent de la période de la gestion de Tiptoft utilisent le vouvoiement. Le contenu du document laisse supposer que les Anglais étaient déjà en mesure d’exploiter les revenus locaux, mais qu’ils étaient également soucieux d’appliquer les procédures comptables appropriées. En faisant mention des « gens de nos comptes », le document ne précise pas l’endroit où ils se trouvent, à la différence des mandements édictés à Chartres qui utilisent la formule type : « les gens de comptes à Paris et ailleurs partout il appartiendra ». Le fait que les rares documents qui nous restent de l’époque de Tiptoft aient été trouvés en France et proviennent des archives de la Chambre de Caen (qui ont été ultérieurement versées au fonds d’archives de la Chambre des comptes de Paris) et non des archives de l’Échiquier d’Angleterre, donne à penser que Tiptoft ne relevait pas de l’Échiquier d’Angleterre, mais de la Chambre de Caen.

Texte 2. 1417, 24 novembre. – Alençon

13Premier mandement connu concernant John Tiptoft, chevalier, en tant que président et trésorier général de Normandie.

14Original, parchemin, aucun signe attestant que le document ait été plié ou scellé, ni poinçonné ou percé pour classement. A : BNF, fr. 26042/5234.

15Henry par la grace de Dieu roy de France et d’Angleterre, seigneur de Irelande et duc de Normendie, a nostre recepveur d’Alençon, salut. Nous te mandons et chargons, pour certaines causes qui ad ce nous mouvent, que tu delivres sur les deniers de ta recepte [...] Jehan le Doux et Jehan Hurel, maistres et ouvriers du mestier de pionnerie, a chacun sept journees, par jour quatre soulz deux deniers a chacun. Et aussi que tu delivres semblablement aux diz pionnieres pour cent et cinquante hommes sept journees, pour chacun par jour deux soulz six deniers, (par recevant) devers toy ces presentes ou videre d’icestes avec quittance desdiz pionniers de la somme que tu leur bailleras et deliveras pour la cause dessusdicte. Et tout ce que tu auras paié pour la dicte cause ce sera aloué en tes comptes par noz amez et feaulx les gens de noz diz comptes, aux quelx nous mandons que ainsi le facent, par leur monstrant videre de ces presentes et la dicte quittance, et rabbatent de ta recepte sans aucun contredit. Tesmoing Jehan Tiptoft, chevalier, president et tresorier de toute notre devant dite duchié de Normendie. Donné a Alençon le XXIIIIe jour de novembre l’an cinquieme de nostre regne.

III. NOMINATION D’UN CONSEILLER À LA CHAMBRE DES COMPTES DE CAEN (1418)

  • 8 Voir par exemple, BNF, fr. 26042/5261, lettres royales confirmant la possession des terres de Regi (...)

16Il s’agit de la première référence documentaire attestant l’existence d’une Chambre des comptes à Caen, mais il ressort du texte que cette Chambre existait déjà depuis quelque temps. Il est certain que les activités de la Chambre commencèrent à prendre de l’importance en 1418. Elle dut notamment traiter de nombreuses affaires concernant l’enregistrement de tenures, du fait que les Normands qui acceptaient de se soumettre à la domination anglaise se voyaient confirmés dans leurs possessions et que, par ailleurs, le roi Henri distribuait des terres à ses officiers8. Dans ce document, la terminologie utilisée est beaucoup plus proche des termes en usage à la Chambre des comptes de France que dans le précédent document. À ce stade de l’occupation, les Anglais avaient acquis une meilleure connaissance des usages administratifs français. Il est intéressant de noter que le système de datation anglais fondé sur les années de règne est utilisé parallèlement au système français qui utilise l’année civile comme base de référence. La nomination de Pierre le Verrier ne figure pas sur les rôles normands. Toutefois, il convient de signaler que ces documents ne font apparaître qu’une partie des nominations à des fonctions au sein de la Chambre de Caen.

  • 9 PRO C64/9m.31 ro, DKR 41, p. 687.
  • 10 BNF, PO 305, Le Berner.
  • 11 PRO C 64/12 m. 45 ro, classé dans Appendix to the Annual report of the Deputy Keeper of the Public (...)
  • 12 PRO C64/11 m.55 ro, DKR 41 p. 775 ; C64/11m.79 ro, DKR 41, p 76. Waltham est payé 100 livres tourn (...)
  • 13 PRO E101/187/14 fol. 33 vo. Coutellier (Voir n. 11) Waltham, Brinkley (et probablement Bourgeois) (...)
  • 14 PRO E101/187/14 fol. 2 vo. Il avait été nommé le 19 janvier 1420 (PRO C64/12 m.44d, DKR 42, p. 355 (...)
  • 15 En 1421, un certain Jean Bordenas (qui est peut-être une autre orthographe de Boisdevant ?) a reçu (...)
  • 16 H. Jassemin, La Chambre des comptes de Paris au xve siècle, Paris, 1923, p. 66-72.

17Comme nous avons pu le constater, il existe certes des mentions antérieures des « gens de nos comptes », mais Pierre le Verrier est le premier d’entre eux qui soit désigné par son nom. « Capellanus in decretis licenciatus », il appartient vraisemblablement à la famille Le Verrier de Chichebouville, localité sise au sud-est de Caen ; il se voit octroyer une demeure à Caen et le fief de Bérengeville-la-Campagne (Eure) le 21 mai 14189. Le 21 avril 1419, il reçoit, en sa qualité de « maître le Verrier, conseiller de la Chambre des comptes », une somme de 200 livres tournois en paiement de vins achetés pour le service du Roi10. Il demeure à la tête de la Chambre de Caen jusqu’au 19 janvier 1420, date à laquelle il est remplacé par Bénédict Coutelier dont la nomination fut inscrite sur les rôles normands11. Un maître d’origine anglaise, nommé Roger Waltham, fut nommé le 7 avril 1419 et un autre Anglais, John Brinkeley, fut nommé auditeur des Comptes huit jours plus tard12. Nous pouvons établir un lien entre ces différentes nominations et la fin du mandat de Tiptoft et la nécessité de procéder à l’audition de ces comptes. L’audition de la Chambre de Caen, le 31 octobre 1420, concernant les comptes du successeur de Tiptoft, le trésorier général William Allington, se fit en la présence de Louis Bourgeois, président, et de trois maîtres (Coutelier, Waltham et Yvan de Boisdevant), et de Brinkeley13. Il est fait mention dans une autre partie des comptes d’une rémunération versée à John Codinton en sa qualité d’huissier de la Chambre14. Tous ces éléments permettent d’apprécier l’importance que la Chambre avait probablement acquise à ce moment-là. Il se peut qu’elle ait pris encore de l’extension l’année suivante15. Il semble que les appointements versés par les Anglais aux membres des Chambres de Caen et plus tard de Rouen aient été, d’une manière générale, inférieurs à ceux accordés aux membres de la Chambre des comptes de Paris16.

Texte 3. 1418, 28 février. – Caen

18Nomination de Pierre le Verrier comme conseiller à la Chambre des comptes de Caen.

19Original, parchemin. A : BNF, fr 26042/5253.

20Henri par la grace de Dieu roy de France et d’Angleterre, seigneur d’Irlande et duc de Normendie, a tous ceulz que ces lettres verront, salut. Savoir faisons que nous, suffisament informés du sens, loyaulté, et bonne dilligence de notre bien amé maistre Pierres le Verrier, icellui avons retenu, et retenons par ces presentes, notre conseillier en la chambre de nos comptes, aux gaiges et pencion de L livres tournois par chacun an, que nous avons ordonné luy estre paiez par la main de notre bien amé et feal chevalier le grant president et tresorier de notre demaine en la dicte duchié aux termes de Pasques et Saint Michel par moictié avecques les autres drois et proffis audit office appartenans. Sy donnons en mandement a notre dit tresorier que au dit notre conseillier il paie et delivre par chacun an la dicte somme de L livres tournois aux termes dessus devisés tant comme il nous plaira, et par rapportant sa quittance avecques un vidimus de ces presentes pour une fois seulement la dite somme sera allouee en ses comptes ainsy qu’il appartendra. Et par la teneur de ces presentes nous avons donné et donnons pouair et auctorité a notre dit conseillier de faire et besoignier en notre dite chambre des comptes es choses touchans et regardans nous et notre dit demaine, et es circonstances et deppendences tout ce qui sera a faire de raison et bonne justice. Mandons aussy a tous nos officiers et subgés que audit notre conseillier ils obeissent et entendent dilligeament et luy prestent conseil et aide se mestier en ce. Tesmoing Jehan Tiptot, chevalier, notre dit conseillier, grant president et tresorier de toute notre dicte duchié de Normendie. Donné a Caen le derrain jour de fevrier l’an mil CCCC dix sept et le Ve de notre regne.

IV. GAGES DU PRÉSIDENT DE LA CHAMBRE DES COMPTES DE NORMANDIE (1419)

  • 17 PRO C64/9 m. 26d, DKR 41, p. 712 ; PRO C64/11, m. 40d, DKR 42, p. 320. Pour la carrière de ce dern (...)

21Dans les documents faisant mention de Sir John Tiptoft, celui-ci a continué à être cité en qualité de président, ou parfois de grand Président, jusqu’à ce qu’il ait été remplacé dans ses fonctions de trésorier général par William Allington le 1er mai 1419 (texte 5). Il est cependant évident que la charge remplie par Louis Bourgeois en qualité de président de la Chambre des comptes de Caen coïncide en partie avec la période pendant laquelle Tiptoft a exercé son mandat. Bien que l’on ignore la date exacte de la nomination de Bourgeois, il ressort de cette quittance que sa nomination est intervenue au plus tard à la fin septembre 1418. John Golafre (mort en 1442) avait été nommé receveur général le 20 mai 1418 et avait été relevé de ses fonctions le 5 juin 141917. Il était sous les ordres de Sir John Tiptoft puisqu’il percevait les revenus du domaine royal en Normandie et effectuait les dépenses. Comme on l’a indiqué plus haut, il est très vraisemblable que Tiptoft était responsable devant la Chambre de Caen et non devant l’Échiquier d’Angleterre, ce qui explique que des documents tels que celui-ci, établis du temps de Tiptoft et de Golafre, figurent parmi les pièces et actes de la Chambre de Caen qui furent transférés à la Chambre de Paris et qui se trouvent maintenant à la Bibliothèque nationale de France. Ce document indique clairement que la Chambre de Caen disposait de son propre président et renforce l’opinion selon laquelle, à la fin de l’été 1418 au moins, la présidence de Tiptoft s’exerçait au niveau des compétences judiciaires de l’Échiquier normand et non à celui de la Chambre des comptes, même si ce n’était pas exactement ce qui avait été prévu initialement, lors de sa nomination en 1417.

  • 18 PRO C64/8, m. 20r, cité dans Rotuli Normanniae in turri Londinensi asservati Johanne et Henrico Qu (...)
  • 19 PRO C64/8m. 15, 11d, Rot. Norm. p. 234, 375.
  • 20 C64/8 m. 9, Rot. Norm, p. 268-269.
  • 21 PRO E101/187/14, fos. 2 vo, 30 vo, 33 vo.
  • 22 PRO E364/61 (at 200 l.t.p.a.) ; PRO C64/16 m, 12d, DKR 42, p. 437. Il n’est pas fait dans ce texte (...)
  • 23 Le Cacheux, Chambre des comptes, p. 11.

22Louis Bourgeois, qui appartenait à une famille de Caen, fut fait prisonnier lors de la prise de Caen en 1417 et livré aux mains de Sir Ralph Cromwell. Par un acte royal du 2 novembre 1417, la femme de Louis Bourgeois, Christiana Darnefot, fut autorisée à résider près d’Exmes dans la demeure de Jean Hue (qui avait déjà fait allégeance aux Anglais) durant l’emprisonnement de son époux18. Louis Bourgeois se soumit aux Anglais après que la ville de Falaise fut rendue : le 12 janvier 1418, puis de nouveau le 4 février 1418, la possession de ses terres lui fut confirmée. La localisation de ses biens n’est pas précisée dans les documents, mais le fait qu’il ait été dans l’obligation de payer une redevance annuelle au château de Falaise donne à penser qu’ils étaient très vraisemblablement situés dans la région séparant Caen de Falaise19. Le 1er mars 1418, il obtint la seigneurie de Coulonces près d’Argentan pour un montant annuel de 80 livres tournois20. Cette concession peut signifier qu’il servait déjà les Anglais et peut-être déjà dans le cadre de la Chambre des comptes. Le premier compte mentionnant William Allington (1419-1420) lui donne la dénomination de président et fait apparaître qu’il percevait à l’époque ses gages du vicomte de Caen et qu’il déboursait lui-même 8 livres tournois « sur certains espiales faiz pour avoir congnoissance de les propos de certains ennemis du roy21 ». Il occupait encore son poste en 1421-1422, mais sur les rouleaux normands, il n’est pas fait mention avant le 22 février 1422 de sa nomination en tant que président22. Au milieu de la décennie 1420, il avait été président de la Chambre des comptes du duc de Bedford à Mantes23.

Texte 4. 1419, 24 avril. – Caen

23Quittance de Louis Bourgeois, chevalier, pour ses gages comme président de la Chambre des comptes de Normandie.

24Original, parchemin, 220 x 82 mm ; trace d’un sceau apposé, trou (poinçonnage ?) de classement sur la partie gauche. A : BNF, fr. 26042/5355.

25Nous Loys Bourgoise, chevalier, president de la Chambre des comptes du roy notre seigneur en Normendie, cognoissans avoir receu de Jehan Golloffre escuier, recepveur general du dit seigneur, la somme de cinquante cinq livres tournois qui deubz nous estoient au terme de pasques derrain passé, c’est assavoir pour la moictié de nos gaiges du dit terme L livres tournois et C sous tournois pour la moictié des gaiges de Jehan Bisson, notre clerc. De laquelle somme de LV livres tournois dessus dite nous nous tenons pour bien paié, et en quittons le roy notre seigneur, le dit recepveur et tous autres a qui il appartient. Et pour tesmoing de ce nous avons scellé ceste quittance de notre signet et signe de notre sing [sic] manuel le XXIIIIe jour d’avril l’an mil CCCC et dix neuf aprés pasques.

26Bourgoise.

V. L’ADMINISTRATION FINANCIÈRE DE LA DEUXIÈME PHASE DE LA CONQUÊTE : LA NOMINATION DE WILLIAM ALLINGTON COMME TRÉSORIER GÉNÉRAL (1419)

27La nomination de William Allington en qualité de trésorier général correspond à une étape importante de l’occupation anglaise et des vues du roi Henri V quant à la gestion de son duché. Tiptoft renonça à sa charge (le mandat d’Allington comporte en effet la phrase « en deschargient tous aultres d’icellui office ») et le receveur général qui relevait de son autorité, John Golafre, fut remercié le 5 juin et ne fut pas remplacé. Allington, de ce fait, cumulait les fonctions précédemment assurées par Tiptoft et Golafre, puisqu’il procédait au recouvrement des taxes et à l’affectation des fonds perçus. À l’époque de sa nomination, Rouen était tombée aux mains des Anglais et le volume des recettes dont pouvaient bénéficier les Anglais s’était considérablement accru. Il est vraisemblable que Henri V ait alors envisagé de faire passer la Normandie entièrement sous son contrôle, à l’instar de la Gascogne. Une telle hypothèse peut se déduire de l’obligation faite à Allington de rendre des comptes à l’Échiquier d’Angleterre. Il est difficile de déterminer si cette décision a eu une incidence sur le fonctionnement de la Chambre de Caen. Comme on l’a indiqué plus haut, il est possible que les nominations de gens des comptes aient eu pour objet la soumission des comptes de Tiptoft (et de Golafre) à un contrôle. Toutefois, étant donné que la première audition à laquelle ait procédé Allington s’est déroulée à Caen en dépit de la volonté initiale du roi Henri (texte 6), rien n’incite à penser que son entrée en fonction ait provoqué une diminution des tâches courantes de la Chambre. Mais la reddition des comptes en Angleterre, telle qu’elle a été exigée, peut signifier qu’il revenait à l’Échiquier d’exercer un rôle de surveillance sur les finances de la Normandie selon des procédures encore inusitées.

28L’enregistrement de la nomination d’Allington constitue l’un des rares documents rédigés en français sur les rôles normands correspondant à cette année-là (il semble que les inscriptions rédigées en français sur les rouleaux concernent toutes des questions financières). Le libellé de cette nomination s’inspire davantage des modèles français qu’anglais. On constate notamment qu’il diffère sensiblement du libellé des nominations des trésoriers de Calais et de Harfleur. On peut également faire ressortir des différences par rapport aux modalités de la nomination de Tiptoft indiquées dans texte 1. En mai 1419, la compréhension et l’usage du système administratif français par les Anglais n’étaient pas encore pleinement maîtrisés. Le texte de cette nomination apparaît également parmi les documents justificatifs copiés à la fin du livre de comptes tenu par Allington pendant la première année de son mandat. Ce livre de comptes énumère les recettes et les dépenses et fournit une image beaucoup plus parlante des finances et de l’administration du duché. Il est manifeste que ce livre est l’œuvre d’un scribe français et qu’il a été établi en vue d’une audition qui devait intervenir en octobre 1420. Étant donné que les inscriptions figurant sur les rôles normands ont été rédigées par un clerc anglais rompu au langage anglo-normand utilisé à la chancellerie anglaise, la comparaison de ces deux textes est riche d’enseignements. Certaines différences orthographiques peuvent donner des aperçus sur la langue française telle qu’elle était utilisée des deux côtés de la Manche, encore que certaines puissent relever de fautes de plume. Il est peu probable que le scribe français qui a copié le livre de comptes ait recopié les mentions figurant sur les rôles normands, mais on peut penser que ces deux textes dérivent d’un même original d’une lettre du roi.

  • 24 House of Commons, II, p. 27-29
  • 25 PRO C64/12 m. 41d ; DKR 42, p. 356. C’est à cette époque que Harfleur fut rattachée aux terres rel (...)

29Allington (mort en 1446) a effectivement occupé les fonctions de receveur de Brest, en 1397, trésorier de Calais (1398-1399) et trésorier du scaccarium d’Irlande (1403-1404, 1406-1413), ainsi que différentes charges administratives24. Il conserva la charge de trésorier général de Normandie jusqu’à la mort de Henri V, son domaine de compétence ayant été élargi le 24 janvier 1420 aux territoires conquis vers Paris25.

Texte 5. 1419, 1er mai. – Vernon-sur-Seine

30Nomination de William Allington comme trésorier général de la Normandie.

31Enrôlement dans les Norman rolls, 7 Henry V, partie I, rouleau contenant 81 rotuli, chacun de 235 mm sur 721 mm, largeur de l’extrait : 220 mm (marge à gauche de 45 mm), longueur de la rubrique : 84 mm. Annotation en marge illisible. B : PRO C64/11 m 51d.

32Enregistré à la fin du premier compte d’Allington comme trésorier général, entendu à la Chambre des comptes à Caen le 31 octobre 1420. Livre composé de 35 folios, parchemin, feuillets parchemin, 323 mm sur 393 mm. Largeur de l’extrait : 180 mm sur 180 mm de longueur, marge à gauche et à droite. C : PRO E101/187/14 fol. 34 ro.

33Ind. « Calendar of the Norman Rolls - Henry V », dans Appendix to the Annual Report of the Deputy Keeper of the Public Records, XLII, Londres, 1881, p. 318.

  • b A tous ceulx qui ces lettres verront salut C.
  • c tresgrande C.
  • d science C.
  • e bon C.
  • f iceluy C.
  • g octroions C.
  • h de C.
  • i de C.
  • j deschargant C.
  • k diceluy C.
  • l luy C.
  • m par ces mesmes presentes C.
  • n pouoir C.
  • o Besongnier C.
  • p regir C.
  • q excercer C.
  • r lx s.t. C.
  • s besongnera C.
  • t demaine C.
  • u prins C.
  • v paye C.
  • w avecques C.
  • x tous C.
  • y accoustumees C.
  • z pouoir C.
  • aa coriger
  • bb sur tous les offices C.
  • cc diceluy C.
  • dd si C
  • ee liges C.
  • ff diligemment C.
  • gg luy C.
  • hh toutevois C.
  • ii tout C.
  • jj luy C.
  • kk pour et en notre nom faites C.
  • ll incydentz C.
  • mm a icelle C.
  • nn foial C
  • oo acompte C.
  • pp En tesmoigne de la quelle chose nous avons fait faire ces noz lettres patentes C.
  • qq plan de notre regne septiesme Ainsi signe per ipsum regem Stopyndon C.

34Henry par la grace de Dieu roy de France et d’Angleterre et seigneur d’Irland a tous, etc.b Savoir faisans que, pour la tresgrantc suffisance, preuderie et industrie que nous savons estre a certaine science en la personne de notre amé et feal escuier Guillaume d’Alington, et nous confians a plain de son sansd et loyauté, preuderie et bonnee diligence, a yceluif avons au jourduy donné et octroyé, et par ces presentes donnons et octroyonsg de auctorité royal, l’office de notre tresorier general enh notre duchié de Normendie tant dui fait de notre demaine comme sur le fait des aides, en deschargientj tous autres d’icelluik office. Et luil avons donné, et par ces presentesm donnons pouvoir”n et auctorité de besongnero, reglerp, gouverner et excerserq le dit office tant comme il nous plaira aux gaiges de soixante soulzr pour jour en sejournant, et quatre livres tournois quant il chevaucera ou besongness hors de son demeuret a yceulx gaiges estre prisu et paiezv par sa main mesmes ovecw toutesx les autres franchises, dignitiés et esmolumens audit office appartenans et accoustumésy. Et par ces mesmes presentes lui avons donné pouairz et actorité de veoir corrigeraa et gouverner sur tous les officiers et officesbb tant de notre dit demaine comme desdis aides. Et d’iceluicc notre tresorier general avons recue le serment. Sydd donnons en mandement a tous les justiciers, officiers et autres nos liegezee et subgiez de notre dit duchié que a notre dit tresorier general obeissent et entendent dilligiémentff et luigg prestent conseil, confort et aide se mestier en a. Pourveu toutefoishh que notre dit tresorier de touteii sa recepte, et de tous les mises et expenses par luijj pour nous et en notre nom faicteskk, et de les incidensll dicellemm office, chacun an face et rende a notre Eschiquier d’Angleterre bon et fealnn compteoo. En tesmoigne etc.pp Donné a notre chastel de Vernon sur Saine le premier jour de mayqq.

VI. L’AUDITION DES COMPTES À LA CHAMBRE DE CAEN (1420)

35Allington était tenu, selon les termes de son mandat, de présenter ses comptes chaque année à l’Échiquier d’Angleterre. Juste avant la fin de la première année de son mandat, le roi Henri modifia cette disposition en ordonnant que, pour cette année-là seulement (« pro hac vice tantum »), les comptes d’Allington soient vérifiés et liquidés à la Chambre des comptes de Caen. À la date du 14 avril 1420, le roi se trouvait à Rouen et, ainsi qu’il ressort de la section dépenses des comptes (fol. 21 vo), Allington s’est rendu dans cette ville pour le rencontrer. Les clauses du traité de Troyes étaient presque arrêtées. Le roi Henri s’était engagé de manière plus précise à gouverner en tant que souverain français légitime et à résider en France. Il était donc fort avisé de décréter que les comptes d’Allington fussent contrôlés sur place et non pas transmis à l’Echiquier d’Angleterre. Cette décision était de circonstance. Cela correspondait peut-être au fait que les clauses du traité étaient destinées à permettre au roi Henri de continuer de contrôler directement le duché jusqu’à ce qu’il soit couronné roi de France. Mais en réalité, les dispositions prises en avril 1420 perdurèrent en effet, le second et le troisième compte présentés par Allington furent également contrôlés par la Chambre de Caen et si le quatrième compte fut vérifié en Angleterre, ce fut seulement en raison du décès du roi.

36Le mandement royal d’avril 1420, adressé à Allington, au président et aux gens de la Chambre, ne fut enregistré sur les rôles normands qu’à la suite des comptes. L’incipit du livre de comptes d’Allington correspondant à sa première année de nomination (fol. 1 ro) indique cette modification et signale que « ledit Guillaume en accomplissant de la dicte ordonnance se présent ycy [c’est-à-dire la Chambre des comptes de Caen] avecques ce present accompte ». L’ordonnance adressée aux gens de la Chambre des comptes constitue elle aussi l’un des différents documents copiés dans les derniers folios du livre de comptes. À cet égard, il est également intéressant de comparer la version figurant dans le rôle normand et celle transcrite dans le livre des comptes. Le scribe français qui a copié ce texte dans le livre de comptes n’a pas compris l’expression « per breve » et a confondu les abréviations « per » et « pro » ; en outre, en revenant par erreur au français, il a écrit en un endroit « compte » au lieu de « compoto ».

37Le livre des comptes, rédigé en français par un greffier français suivant la présentation française habituelle a été manifestement contrôlé par la Chambre de Caen. Les mentions portées en latin à l’occasion de ce contrôle correspondent aux pratiques en vigueur dans les Chambres des comptes françaises. Ainsi, à la suite des comptes proprement dits (fol. 33 vo), une note en latin figure dans le coin en bas à gauche, à savoir « audita et clausa in camera compotorum » en présence des gens de la Chambre, du président Louis Bourgeois, maîtres Yvan de Boisdevant, Bénédict Coutelier, Roger Waltham et John Brinkeley, auditeur, le 31 octobre 1420. Le livre fut remis à l’Échiquier anglais après la dissolution de la Chambre de Caen en 1424 (texte 7). Une plume anglaise avait alors ajouté sur la reliure du livre de comptes : « audita fuit in camera compotorum in Francia ».

Texte 6. 1420, 14 avril. – Rouen

38Mandement au président et aux gens de la Chambre des comptes à Caen d’entendre et clore le premier compte de William Allington comme trésorier général de Normandie.

39Enrôlement dans les Norman rolls, 8 Henry V partie 1. Le rouleau contient 32 rotuli, chacun de 265 mm de large sur 72 mm de long. La largeur des extraits est de 220 mm (c’est-à-dire 45 mm de marge à gauche), la largeur du premier passage est de 35 mm, celle du second, de 52 mm. B : PRO C64/13m. 15 d.

40Enregistré à la fin du premier compte d’Allington comme trésorier-général, entendu à la Chambre des comptes à Caen le 31 octobre 1420. Livre de 35 feuillets, parchemin, avec couverture de parchemin, 323 mm de largeur sur 393 mm de hauteur, largeur de l’extrait 174 mm, sur 115 mm de longueur – marges à gauche et à droite. C : PRO E101/187/14 fol. 35 ro (second extrait seulement).

41Ind. : « Calendar of the Norman Rolls – Henry V » dans Appendix to the Annual Report of the Deputy Keeper of the Public Records, XLII, Londres, 1881, p. 372.

42Marge à gauche

43De compoto reddendo Alyngton

44R. dilecto et fideli sui Willelmo Alynton [sic] thesaurario nostro generali Normannie salutem. Mandamus vobis quod, excusacione quacumque cessante, bonum et fidelem compotum de et super omnibus eo quod ad officium vostrum pertinet pro anno proximo jam elapso coram dilectis et fidelibus nostris presidenti et gentibus de camera nostra compotorum cum omni celeritate possibili reddatis et faciatis, eo quod compotum vostrum de officio illo coram thesaurario et baronibus nostris de scaccario nostro Anglie singulis annis reddere teneamini non obstante. Quia sic volumus fieri de gracia speciali pro hac vice tantum. Teste Rege apud castrum suum Rothomagi XIIII die aprilis. Per ipsum regum.

45Marge à gauche

46De compoto predicto audiendo

  • rr Henricus Dei gratia rex Francie et Anglie et dominus Hibernie C
  • ss dillectis C
  • tt vic’ C
  • uu dillecto C
  • vv jam B
  • ww per [written in full, not abbreviated] C
  • xx compte C
  • yy tangantia C
  • zz Teste me ipso apud castrum nostrum Rothomagi xiiii die Aprilis anno regni nostri octavo. Ainsi sig (...)

47Rexrr dilectisss et fidelibus suis presidenti et gentibus de camera nostra compotorum, salutem. Cum per brevett nostrum mandaverimus dilectouu et fideli nostro Willelmo Alyngton, thesaurario nostro generali Normannie, quod, ipse excusacione quacumque cessante, bonum et fidelem compotum de et super omnibus eo quod ad officium suum pertinet pro anno proximo jamvv elapso coram vobis in camera nostra cum omni celeritate possibili redderet et faceret, eo quod compotum suum de officio illo coram thesaurario et baronibus nostris de scaccario Anglie singulis annis reddere teneatur, non obstante vobis mandamus quod compotum ipsius thesaurarii nostri proww anno predicto in forma debita audiatis et recipiatis, et omne illud quod est justum in compotoxx illo eidem allocetis, ceteraque finem compoti sui tangenciayy sine contrevencia in hac parte fac’exequamini prout juxta sanas discreciones vostras fore videritis faciendum, quia sic volumus fieri de gracia speciali pro hac vice tantum. Teste ut super. Per ipsum regumzz.

Traduction

48Du compte à rendre par Alyngton.

49Le roi à son cher et fidèle Guillaume Alynton, notre trésorier général de Normandie, salut. Nous vous mandons que, sans aucune excuse et le plus promptement possible, vous rendiez et fassiez bon et fidèle compte de tout ce qui relève de votre office pour l’année qui vient de s’écouler devant nos chers et fidèles président et gens de notre Chambre des comptes, non obstant que vous soyez tenu de rendre compte de votre office devant nos trésorier et barons de notre Échiquier d’Angleterre tous les ans ; et parce que nous voulons qu’il en soit fait ainsi de grâce spéciale et pour cette année-là seulement. Témoin le roi, dans son château de Rouen, le 14 avril. Par le roi lui même.

50De l’audition dudit compte.

51Le roi à ses chers et fidèles président et gens de notre Chambre des comptes, salut. Comme par mandement nous avons ordonné à notre cher et fidèle Guillaume Alyngton, notre trésorier général de Normandie que, sans aucune excuse et le plus promptement possible, il rende bon et fidèle compte devant vous, dans notre Chambre, de tout ce qui relève de son office pour l’année passée, et non obstant qu’il soit tenu de rendre le compte de son office tous les ans devant nos trésorier et barons de l’Échiquier d’Angleterre, nous vous mandons d’ouïr et recevoir selon les formes le compte de notre trésorier pour ladite année, d’approuver ce qui en est juste et pour ce qui nécessite d’être jugé, de le faire selon ce que votre bon jugement en décidera. Parce que nous voulons qu’il en soit fait ainsi de grâce spéciale pour cette fois seulement. Témoin comme ci-dessus. Par le roi lui-même.

VII. LA DISSOLUTION DE LA CHAMBRE DES COMPTES DE CAEN (1424)

  • 26 AN, P 2298, p. 793-6 Ordonnances des rois de France, t. XIII, Paris, 1782, p. 54-55.
  • 27 AN, JJ172/518, 173/315.
  • 28 Le Cacheux, Chambre des comptes, p. 11. Voir également BNF, fr. 26047/373 pour les ordres donnés p (...)
  • 29 Stratford, Bedford Inventories, p. 10-11.

52Nous lisons dans le traité de Troyes que, une fois Henri V devenu roi de France, « le duchié de Normandie et les autres et chascun lieux par lieux conquis ou royaume de France seront soubz la jurisdiction, obéissance et monarchie de la couronne de France ». Bien que ce soit son fils Henri VI qui ait détenu à la fois les couronnes de France et d’Angleterre, cette clause n’en fut pas moins appliquée. C’est pourquoi, le 15 juillet 1424, le grand conseil de Paris auquel étaient présents John, duc de Bedford et Philippe, duc de Bourgogne, ordonna que la Chambre séparée des comptes de Caen « soit mise, jointe, reduite, unie... a notre Chambre des comptes à Paris » et ainsi que « tous comptes clos et a clorre, livres, papiers, registres, lettres, cedulles et autres muniments et enseignements qui sont des apparteenances et appendances » de la Chambre de Caen soient transférés à Paris26 (texte 7). Il est indubitable que cette ordonnance a été suivie d’effet et que la Chambre de Paris a exercé, à compter de sa publication, un contrôle sur l’administration financière de la Normandie jusqu’en 1436, date à laquelle les Anglais perdirent Paris. Certains historiens ont émis l’hypothèse selon laquelle le duc de Bedford aurait essayé de préserver l’indépendance de la Normandie et aurait, pour ce faire, retardé la clôture de la Chambre de Caen. Il n’existe aucune preuve en ce sens, mais il est certain que, à l’instar de nombreux princes et seigneurs de l’époque, il a institué sa propre Chambre à Mantes pour administrer les finances de ses seigneuries qu’il avait constamment agrandies depuis qu’il avait été nommé régent. Il s’était vu accorder le Maine et l’Anjou le 20 juin 142427 et détenait également les comtés de Beaumont, Mortain, les châtellenies de Mantes, Meulan, Poissy, Pontoise, Saint-Germain et Chaumont, ainsi que des terres dans le duché d’Alençon. Etant donné qu’un certain nombre de ces possessions étaient situées en Normandie et dans le pays de conquête, elles étaient passées sous le contrôle de la Chambre de Caen ; toutefois, comme l’indique le document, les pièces et actes concernant ces possessions avaient été transférés de Caen à Paris (ce qui est la preuve que l’ordonnance du 15 juillet 1424 avait été appliquée). Il fut alors ordonné de communiquer ces pièces et actes à la Chambre du duc à Mantes (texte 8). Il est ici fait mention de deux clercs de la Chambre créée par Bedford. D’autres sources nous ont appris que Louis Bourgeois en était le président et que John Brinkeley exerçait la fonction d’auditeur comme il l’avait fait à Caen. On connaît également le nom de deux autres maîtres des comptes, à savoir Richard Ruait et Walter Smith28. Nous n’avons pas d’indications précises sur la période pendant laquelle cette Chambre a fonctionné à Mantes. À partir de novembre 1427 au moins, Bedford créa une Chambre au Mans, qui a peut-être remplacé la Chambre de Mantes. Il ne semble pas qu’aient subsisté à ce jour des comptes ou fragments de comptes de la Chambre de Mantes : ce qui restait des documents de la Chambre du Mans fut à un certain moment intégré aux archives de la Chambre de Paris. Par ailleurs, en avril 1427, le duc de Bedford dut abandonner le comté de Mortain à Edmond Beaufort et, en 1430, il renonça à ses intérêts sur le duché d’Alençon, en pays de conquêtes, et sur les territoires qui avaient appartenu précédemment au duc d’Orléans29.

Texte 7. 1424, 15 juillet. – Paris

53Mandement de fermer définitivement la Chambre des comptes à Caen et de transférer tous ses papiers et affaires à la Chambre des comptes à Paris.

54Copie, papier, xviiie siècle, provenant des mémoriaux de la Chambre des comptes, original perdu. A : ANCP 2298, p. 793-796.

55Pub. Ordonnances, 13 p. 54-55, provenant du Registre du Parlement, Livre Croisé, cote B, fol. 87 ro.

56Henry par la grace de Dieu roy de France et d’Angleterre a tous ceux que ces presentes lettres verront, salut. Comme en notre grand conseil de France tenu nagueres en notre bonne ville de Paris par notre tres chere et tres amé oncle Jean, regent notre royaume de France, duc de Bedford, ouquel notre treschier et tres amé oncle et cousin le duc de Bourgogne, plusieurs prelats, barons, chevaliers, et autres notables preudhommes de notre dit royaume presents et appeliez estoient aient esté advisé plusieurs grandes matieres necessaires et proufitables pour l’entretenement et conduite de notre seigneurie de France, dont les aucunes dependent du traité et la paix finale de nos royaumes de France et d’Angleterre, entre lesquelles, par grande et meure deliberation de conseil dessusdit, ait esté deliberé et conclu que, veu que apres le deces de feu notre tres chier seigneur et aieul le roy Charles derrainement trespassé, que Dieu absoille, selon le traité et la dite paix, notre duchié de Normandie et les autres terres conquises en notre dit royaume de France par feu notre tres chier seigneur et pere cui Dieu pardoine sont et demeurent soubz la subjection, obeissance et monarchie de notre dit couronne de France, il est expedient, prouffitable, et necessaire, pour le bien et utilité de nous et de nos subgiez, mesment pour entretenir et garder la dite traicté de paix que par un mesme moyen et un mesme lieu le fait de notre dit domaine et de nos autres droits de finance soit conduit et demene affin que nosdits domaines et droits nous puissions avoir claire cognoissance et pleine information toutefois que besoin sera et nous plaira, scavoir faisons que nous, qui a notre pouvoir voulons le dit traité et paix estre tenu et gardé et observé, en obtemperant au bon conseil et avis de nos oncles et conseillers dessusdits, avons voulu et ordonné, voulons et ordonnons par ses presentes que la chambre de nos comptes qui par notre feu sire pere a esté ordonné et institué en nostre ville de Caen audevant du traictié pour ce que alors la chose estoit disjointe et separee, et laquelle chambre y est encore de present, cesse doresenavant, soit mise, jointe, reduite, et unie, et laquelle nous par ces presentes remettons, joignons, et reduirons, et reunions a notre chambre de comptes a Paris, pour icelle faire et exercer par ceux qui y sont et seront par nous ordonnés tous ce qui au gouvernement estat et office des president et maitres et clercs en icelle chambre doit et puise compter et appartenir, et ainsi que deument et raisonablement a esté fait au temps passé, et voulons que tous comptes, livres, papiers, registres et autres enseignements estans en notre dite chambre de Caen soient portez, mises et gardés en notre dite chambre des comptes a Paris pour la conservation de nos droits et en faire ce quil appartiendra. Si donnons en mandement a nos amés et feaux conseillers les gens de notre parlement a Paris, de notre Eschiquier en Normandie, de notre conseil a Rouen, et a tous baillis, prévots, vicomtes, et autres nos justices et officiers, ou a leurs lieutenants et a chascun deux si comme a luy appartiendra, que nos presentes volenté et ordenance gardent et observent et facent garder et observer sans venir a l’encontre. Mandons aussi ausdis president et maitres et clercs de la dite chambre a Caen que de l’exercise de faict de compte ne s’entremettent doresenavant en aucune maniere audit lieu de Caen mais envoyent ou fassent envoyer incontinent en notre dite chambre des comptes a Paris tous comptes clos et à clorre, livres, papiers, registres, lettres, cedulles, et autres muniments et enseignements qui sont des appartenances et appendances dicelle chambre. En tesmoigne de ce nous avons fais mettre notre seel a ces presentes. Donné a Vernon le xve jour de juillet l’an de grace mil quatre cens vint et quatre et de notre regne le second. Signe par le roy a la relacion du grand conseil tenu par Msr. le regent duc de Bedford. J. de Rinel.

Texte 8. 1425, 17 janvier. – Rouen

57Mandement de John, duc de Bedford, aux gens de la Chambre des comptes à Paris de transférer à sa Chambre des comptes à Mantes tous les documents concernant ses seigneuries.

58Copie papier, xviiie siècle, d’après le mémorial de la Chambre des comptes J, fol. 14, original perdu. B : AN, P 2298, p. 827-828.

59Henri a notre amez et feaux conseillers les gens de nos comptes a Paris salut et dilection. Comme notre treschier et bien amé oncle Jean, regent nostre royaume de France, duc de Bedfort, ayant ordonné faire tenir la chambre de ses comptes a Mantes pour les duchés, comptés et autres terres qu’il tient en nostre royaume de France, et pour la conduite et addressement des gens et officiers de la dit chambre, soit expedient qu’il a [...] livres, registres, et papiers respondant a la dite chambre, lesquels iceux gens ne pouvoient avoir si non grace nostre ordonnance et commandement, et pour ce nous vous mandons et enjoignons tous expediement que a [...] Taulie, maitre et auditeur, et a Havé le Beth, clerc et greffier dicelle chambre, vous baillez et deliverez par bon et loyal inventaire les livres, registres et papiers de la duché d’Alencon, comté de Maine, de Beaumont, et de Mortain, chastellenie de Mantes, Meulan, Poissy, Ponthoise, Saint Germain, Chaumont, et autres de la conqueste de nostre treschier seigneur et pere, que Dieu absolve, lesquels nouvellement tous ont esté envoyez et apportez de Caen, et par speciale ceux de la descente en Normandie de feu nostre dit seigneur et pere jusque au temps de la paix finale de nos royaumes de France et d’Angleterre, a fin que les gens et officiers de nostre dit oncle en la dite chambre puissent avoir clere cognoissance de l’estat et gouvernement de ce terre et pays, et par rapportant les presents avec l’inventaire de [joyaux ?], livres, registres, papiers que leur aurez donné par la maniere que dit est. Donné a Rouen le dix septieme jour de janvier mil quatre cent vingt quatre et de nostre regne le tiers. Signé par le roy a la relation de monseigneur le Regent duc de Bedford. J. Rinel.

60Presentatum ad burellum in camera compotorum Parisius per Walterum Symotunalbo, nominatum die ultima januarii anno domini millesimo quadringentisimo vicesimo quarto. Le Begue.

VIII. ÉTABLISSEMENT DE LA CHAMBRE DES COMPTES DE ROUEN (1436)

  • 30 BNF, fr. 5330 fol. 137, cité dans P.A. Johnson, Duke Richard of York 1411-1460, Oxford, 1988, p. 2 (...)
  • 31 AN, P 2298, p. 975-1003.
  • 32 Concernant la chambre de Rouen voir P. et M.J. Le Cacheux, Archives Départementales de la Seine In (...)
  • 33 AN, Collection Lenoir 26 fol. 197, avec des émoluments annuels de 600 livres tournois. En 1431 il (...)
  • 34 Stratford, Bedford Inventories, p. 413.
  • 35 AN, Collection Lenoir 26 fol. 197. Figurent parmi les autres membres connus de la Chambre de Rouen (...)

61La mort de John, duc de Bedford, le 9 septembre 1435 obligea les Anglais à trouver un nouveau personnage de haut rang pour gérer leurs intérêts français. Le 8 mai 1436, Richard, duc d’York fut nommé par ordonnance « lieutenant general et gouverneur de nos dit royaume de France, duchié et pais de Normandie et aultres nos domaines et seigneures de par dela » et débarqua à Honfleur le 7 juin30. Paris avait été repris par les Français le 13 avril. Trois jours plus tard, les maîtres des comptes s’assemblèrent en Chambre dans la chapelle basse de la Sainte Chapelle « pour avoir advis entre eulx comment ils savoient doresenavant à gouverner a fait dicelle Chambre »31. Dans un premier temps, Richemont les confirma dans leurs fonctions, mais le 15 mai, Charles VII ordonna la clôture de la Chambre ainsi que des autres organes administrant Paris. Lorsqu’il rétablit la Chambre le 29 novembre, elle était composée pour l’essentiel de clercs de Bourges. Les Anglais étaient donc contraints de constituer une nouvelle administration en Normandie. Le duc d’York avait obtenu tout pouvoir pour gouverner au nom du roi « tant au regart de fait, de justice et pollice, comme de la guerre et finances, collations, presentations et dispositions de benefices et offices quelconques conservans nosdit royaume et païs » (bien que les fonctions de trésorier et de gouverneur des Finances n’aient pas été prévues). Il lui avait également été conféré le pouvoir d’accorder des possessions territoriales dont la valeur ne pouvait dépasser 1 000 saluts par an. Il y avait beaucoup de problèmes à régler, notamment sur le plan militaire, compte tenu des pertes encourues en Haute Normandie, et de nouvelles structures administratives devaient être mises en place pour remplacer celles qui avaient été abandonnées au moment de la perte de Paris32. L’ordonnance visant à mettre sur pied une nouvelle Chambre des comptes à Rouen rappelait avec insistance la traîtrise des Parisiens et soulignait la nécessité de disposer d’officiers loyaux. Très rares furent les clercs de la Chambre de Paris qui choisirent de continuer de faire allégeance à la couronne d’Angleterre ; il fallut donc procéder à de nouvelles nominations. Le jour même de la parution de cette ordonnance, Pasquier Vaulx fut nommé président de la nouvelle Chambre33 ; Oudart le Riche, qui avait servi en tant que clerc sous les ordres de Pierre Surreau, receveur général de la Normandie dans les années 1420, et qui avait exercé d’autres fonctions financières, devint l’un des quatre clercs et auditeurs de la nouvelle Chambre moyennant une rémunération de 160 livres tournois par an et resta en fonction jusqu’à la fin de l’occupation anglaise et peut-être au-delà34 ; quant à William Miles, il fut nommé auditeur35.

  • 36 H. Jassemin, La Chambre des comptes de Paris au xve siècle, Paris, 1923, p. LXVI, fait erreur lors (...)

62Des incertitudes demeurent quant au volume des documents ayant trait à leur administration que les Anglais réussirent à prélever sur les archives de Paris pour les emporter avec eux. L’un des receveurs généraux du duché avait été en poste à Rouen depuis novembre 1423 au moins et avait pu de ce fait conserver des copies des comptes et autres documents susceptibles d’être exploités. Si tel n’a pas été le cas, on ne peut que supposer qu’il y eut une grande dispersion à ce moment-là. Rouen, en tant que capitale du duché où étaient déjà installés un certain nombre d’organes administratifs, fut naturellement choisie comme lieu d’implantation de la nouvelle Chambre. Rien ne justifiait le rétablissement de la Chambre à Caen. Une fois installée, la nouvelle Chambre s’inspira du fonctionnement des Chambres de Paris et prit une totale indépendance par rapport à l’Échiquier d’Angleterre36.

  • 37 H. Jassemin, La Chambre, p. 18.

63La copie ci-dessous d’un original disparu se trouve dans un manuel du xve siècle contenant d’autres éléments d’information sur la Chambre des Comptes, notamment un ordo librorum memoriarum camere compotorum. Il pourrait être de la main de Jean le Bègue qui avait servi en tant que greffier à la Chambre de Paris avant la prise de la ville par Charles VII en 1436 et qui conserva cette charge au-delà de cette date37.

Texte 9. 1436, 11 juillet. – Pont-de-l’Arche

64Mandement pour l'établissement d'une nouvelle Chambre des comptes à Rouen suite à la perte de Paris par les Anglais.

65Papier, copie réalisée au milieu du xve siècle. B : BNF, fr. 10988, fol. 263-263 vo.

66H. etc. a tous etc. salut. Comme pour avoir clere cognoissance de nos demaines et tous autres droits, et aussi de toutes nos finances qui tant a cause d’icellui notre demaine que de aides, octroies et concessions et autrement nous pevent appartenir en quelque maniere que ce soit, aussi pour expedier et verifier a notre proufit et selon ce qu’il appartient nos lettres et mandemens comme les cas le requierent, et excercer toutes choses qui en notre chambre des comptes appartient, soit de necessité de ordonner en notre duchié de Normandie chambre de nos comptes et plusieurs notables saiges et loyales personnes amans notre honneur, estat et seigneurie que president, maistres, clercs et auditeurs et greffier ou lieu de notre chambre des comptes, et de noz officers en icelle qui estoient a Paris lesquels avec les gens d’Eglise, université, nobles, bourgoys, manans et habitans en icelle ville se sont depuis aucun temps renduz rebelles et desobeissans a nous et constituez nos ennemis et adversaires, pour quoy savoir faisons que, par l’advis et deliberation de notre très cher et tres amé cousin le duc de York, notre lieutenant general et gouverneur de notre royaume de France et duchié de Normandie, qui obeissent et obeirent a nous, avons mise, instituté et ordonnee, instituons, mectons et ordonnons par ces presentes en notre bonne ville de Rouen en laquelle resideront et seront le plus du temps nos chancellier, grans conseilz, tresoriers et gouverneurs de nos finances, et autres estats de justice et officiers notables, lesquels president, maistres, clercs, et auditeurs et greffier auront puissance et auctorité de par nous de vacquer, entendre et besongner diligement a F amelioration, augmentation, relevement, conservacion et entretenement de notre demaine qui a grant besoing [fol. 263 vo] et estre remis sus en rentes, cens, revenues, boys, forest, estangs, pors, fours, molins, chaussees, peages, hommages, et autres devoirs de veifier et expedier toutes lettres et mandements qui en notre chambre des comptes sont accoustumees de verifier et expedier, de reprendre, et continuer toutes causes, matieres, procés et besongnes qui n’avoient prise conclusion en la dite chambre des comptes a Paris et icelles decider, determiner, et en appoincter ainsi que l’en eust peu et deu faire en icelle chambre des comptes a Paris, et generalement pour faire et exercer a l’utilité de nous toutes autres choses que loyaulx president, maistres, clercs, et auditeurs, et greffier pevent doient et ont accustumé de faire en toutes choses touchans et regardans le fait dicelle chambre des comptes, si donnons en mandement a tous noz justiciers, officiers et subgetz, tant francoys comme angloys de quelque estat ou condition qu’ilz soient, que aux president, maistres, clercs, et auditeurs, et greffier qui sont et seront pour le temps advenir, obeissent et entendent diligement en toutes choses, et regardans leurs estats et offices sans quelconque contradiction ou refus. En tesmoing de ce nous avons fait mettre notre seel a ces presentes. Donné au Pont de l’Arche le XIe jour de juillet l’an de grace mil CCCC trente six et de notre regne le XIIIe. Ainsi signé Par le roy a la relation de monseigneur le duc de York, lieutenant general et gouverneur des royaume de France et duchie de Normandie. J. de Rinel.

IX. L’HORLOGE DE LA CHAMBRE DES COMPTES DE ROUEN (1436)

  • 38 P. Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc et pendant l’occupation anglaise (1419-1449), Sociét (...)
  • 39 Ibid, p. 333-334. Le Cacheux fait état de travaux supplémentaires réalisés en 1443.
  • 40 Stratford, Bedford Inventories, p. 404.

67La nouvelle Chambre était à l’angle de la rue des Oues et de la rue de Barbastre, sur le territoire de la paroisse Saint-Cande-le-Jeune à Rouen. Elle occupait une propriété qui avait été confisquée lors de la prise de la ville. Avant 1436, les Anglais avaient déjà utilisé cet édifice pour « la fabrication et l’entrepôt de l’argent » ; aussi était-il dénommé « hôtel de la monnaie »38. Parmi les premiers achats effectués par la Chambre des comptes, on trouve une horloge à carillon. La date de ce document permet en effet de penser que l’ordonnance du 11 juillet a été appliquée sans grand retard. Néanmoins les formules concluant les ordres de paiement émis entre mai et septembre montrent une certaine dispersion et il semble que la Chambre n’ait été pleinement opérationnelle qu’à partir de la mi-octobre. D’après les recherches effectuées par Paul Le Cacheux, il semble que les travaux entrepris dans la maison occupée par la nouvelle Chambre aient duré plusieurs années et qu’ils aient été entrepris tant par mesure de sécurité que pour en accroître le confort. En 1438 par exemple, « messeigneurs des comptes » acceptèrent une soumission pour le travail suivant : « pour le bien et seuretee de l’ostel ou se tient la chambre des comptes, messeigneurs de ladicte chambre ont avisé et ordonné de faire ung bon mur de pierre de taille entre les deux maisons, c’est a savoir dont l’une est assise sur la rue [aux Oues]et l’autre sur la rue de Barbastre, et clorra ledit mur le gardin d’entre icelles deux maisons »39. Pierre Baille, désigné ici comme étant le receveur général du duché, avait exercé ces fonctions depuis 1436, après avoir été receveur de Paris de 1423 à 1427. À partir de juillet 1428, il succéda à Richard Ruait dans la charge de receveur du duc de Bedford, dans le Maine, et de 1429 à 1435, il fut trésorier et receveur général des terres du duc de Bedford en France40.

Texte 10. 1436, 2 août. – Rouen

68Quittance de Baudet de Coulomby, faiseur d’horloges, pour les frais d’une horloge pour la Chambre des comptes nouvellement établie par les Anglais à Rouen.

69Original parchemin. A : BNF, fr. 26061/2889.

70Baudet de Coulomby, faiseur d’orloges, demourans a Rouen, confesse avoir eu et receu de honnourable homme et saige Pierre Baille, receveur general de Normandie, la somme de quinze livres tournois qui deue lui estoit pour la vente et deliverance d’une orloge a deux appeaulx avec deux petites clochettes, par lui baillez et delivrez pour huit jours entier par le commandement de messieurs les gens des comptes du Roy notre seigneur a Rouen pour icelle orloge et clochettes mis et assis en la chambre des comptes nouvellement ordonnee audit lieu de Rouen en lostel de la monnoye, de laquelle quinze livres tournois pour ladite cause ledit Baudet de Coulomby se tient a bien paié et content. Et en quitta le Roy notre seigneur le dit receveur general et tous autres a qui quittance en appartient. Fait et passé devant Jehan Ducloz, clerc tabellion commis a Rouen, le jeudi second jour d’aout l’an de grace mil IVc trente six, presens Robin Gay et Macé de la Manniere.

71[signé] Ducloz

X. DÉPENSES À LA CHAMBRE DES COMPTES DE ROUEN (1437)

  • 41 Le compte correspondant au mois de septembre 1442 figure dans Le Cacheux, Rouen, p. 364-367.
  • 42 Le Cacheux, Chambre des comptes, p. 11.
  • 43 L. Deslisle, Les collections de Bastard d’Estang à la Bibliothèque nationale, Paris, 1885,

72Au moins trois comptes de Spurtowe, qu’il a établis en sa qualité d’huissier de la Chambre de Rouen, sont parvenus jusqu’à nous. Le compte examiné ici concerne une période de 28 jours en avril-mai 1437 ; par ailleurs, deux comptes datés d’août et septembre 1442 sont conservés aux Archives départementales de la Seine-Maritime (Fonds Danquin)41. Chacun d’eux nous fournit des aperçus intéressants sur le fonctionnement au quotidien de la Chambre de Rouen. Le compte de septembre 1442 concerne une gamme plus large de denrées alimentaires, fruits et épices y compris. Le présent document mentionne simplement l’achat de vin, mais en quantités beaucoup plus importantes que dans le compte plus tardif, et distingue le « vin » du « vin de be » (nom probablement tiré de celui de sa couleur, brun rouge ou bai). Du pain est acheté presque tous les jours. Les mentions concernant des miroirs permettent de se faire une idée de l’aspect concret de la Chambre. Les robes des officiers sont également mentionnées et l’on peut supposer qu’elles étaient semblables à celles utilisées à la Chambre de Paris. Les verges ont été interprétées ailleurs comme étant « une sorte de brosse », mais il se peut aussi qu’elles aient été semblables aux tapettes pour tapis, faites de tiges d’osier tressées ou de fines baguettes de bois. Le terme « bureaux » désigne dans ce contexte les tapis en tissu placés sur les tables et les bureaux de la Chambre et faits en « burel », une étoffe en laine grossière. De la toile est également achetée pour confectionner des sacs pour le courrier. Il y a une très intéressante référence à la réfection du « Kalendrier », peut-être endommagé pendant les différents travaux effectués dans la nouvelle Chambre ou lors du transport de matériaux jusqu’à celle-ci. Le « Kalendrier » désigne peut-être un instrument permettant de calculer les dates, mais il sert également à désigner un ordre du jour ou un type de registre annuel. D’autres documents fournissent des aperçus supplémentaires. Une quittance du 29 septembre 1442 fait mention de l’acquisition par Oudin le Riche (l’un des « clers et auditeurs » nommés le 11 juillet, qui était également devenu à cette époque « paieur des menues œuvres » de la Chambre de Rouen) de huit « coupes couvertes » destinées à être utilisées par « messeigneurs des comptes » : le chancelier, l’évêque d’Evreux, président, les quatre maîtres et les deux trésoriers.42 Ces éléments nous donnent une idée du nombre de personnes en fonction à la Chambre de Rouen. En mars 1446, il apparaît également que Le Riche a acheté des couteaux, des gants, des tables à écrire et des guirlandes de roses écarlates pour la Chambre43.

  • 44 ANF, collection Lenoir 27 fol. 421, cité dans Allmand, « Land seulement », p. 466.

73Dans le présent compte, une partie des rentrées d’argent du vicomte d’Alençon ont été attribuées et payées directement à Spurstowe. Dans le compte de septembre 1442, les frais engagés sont acquittés par le vicomte de Rouen. Spurstowe a exercé les fonctions d’huissier de la Chambre de Rouen à partir de 1436. En 1446, parce que son salaire de 30 livres tournoi ne lui permettait pas de vivre, une somme d’argent lui a été allouée44.

Texte 11. 1437, avril-mai. – Rouen

74Dépenses de Richard Spurstowe comme huissier de la chambre des comptes à Rouen, avec sa quittance.

75Original, parchemin. A : BNF, fr. 26062/3182.

76Cy ensuit la mise et despense que a faite Richart Spurstowe, huissier de la chambre des comptes a Rouen, pour les affaires et neccessitez dicelle, ainsi que par messeigneurs de la dit chambre lui a este ordonné, depuis le XII jour d’avril jusques au XIX jour de moys de may ensuivant inclus.

Premierement

Le dit XII jour d’avril pour 1 pain

1 1/2 d.t.

Item le dit jour pour 1 choppin de vin

20 d.t.

Item le XIII jour dudit mois pour 1 pot de vin

3 s. 4 d.t.

Item le XV jour dudit mois pour 1 pot de vin

3 s. 4 d.t.

Item le dit jour pour 1 pot de vin

2 s. 6 d.t.

Item le XVI jour dudit mois pour 1 pain

1 1/2 d.t.

Item le dit jour pour 3 choppins de vin

5 s.t.

Item le XVII jour dudit mois pour 1 pain

1 1/2 d.t.

Item le dit jour pour 1 pot de vin

3 s. 4 d.t.

Item le dit jour pour 1 pot de vin de be

4 s. 6 d.t.

Item le XVIII jour dudit mois pour 1 pot de vin

3 s. 4 d.t.

Item le XIX jour dudit mois pour 2 pains

3 1/2 d.t.

Item le dit jour pour 1 galon de vin de be

9 s.t.

Item le XX jour dudit mois pour 1 pot de vin

3 s. 4 d.t..

Item le XXII jour dudit mois pour 1 pot de vin

3 s. 4 d.t

Item le XXV jour dudit mois pour 2 pains

3 1/2 d.t.

Item le dit jour pour 1 pot de vin de be

4 s. 6 d.t.

Item le XXVI jour dudit mois pour 1 pot de vin et demi 3 s. 4 d.t.

Item le XXIX jour dudit mois pour 2 pains

3 1/2 d.t.

Item le dit jour pour 2 pott’ de vin

6 s. 8 d.t.

Item le derrain jour dudit mois pour 1 pain

1 1/2 d.t.

Item le dit jour pour 2 pott’ de vin

6 s. 8 d.t.

Item le dit jour paie pour avoir fait refaire le kalendrier de la chambre lequel avoit esté despecé en le rapport de l’ostel de la monnoie

3 s.t.

Item le II jour de mois de may pour 1 pot de vin

3 s. 4 d.t.

Item le IIII jour dudit mois pour 1 choppin de vin

20 d.t.

Item le VII jour dudit mois pour 1 pot de vin

2 s. 6 d.t.

Item le dit jour pour 2 graunt pains pour messeigneurs

6 1/2 d.t.

Item le dit jour pour 1 pot de vin de be

4 s. 6 d.t.

Item le dit jour pour 2 pott’ de vin franc’

6 s. 8 d.t.

Item le x jour dudit mois pour 2 pains

3 1/2 d.t.

Item le dit jour pour 1 pot de vin

3 s. 4 d.t.

Item le XIII jour dudit mois pour 1 pot de vin

3 s. 4 d.t.

Item le XIIII jour dudit mois pour 2 chopins de vin

4 s. 6 d.t.

Item le XV jour dudit mois pour 3 pott’ de vin

10 s.t.

Item le XVII jour dudit mois pour 2 pains

3 d.t.

Item le dit jour pour 3 choppins de vin

5 s.t.

Item paie pour deux grans sacs de toille a mettre lettres le XV jour de may pour chacun sac contenans deux aulnes de toille 6 s.t. sont

12 s.t.

Item pour la parpaie des mirouers de la chambre et la refection des glaces diceulx dont par marchie fait avec l’ouvrier il devoit avoir pour 4 mirouers et refaire les glaces de deux 4 1. 10 s.t. dont il a eu par le Roole precedent 4 1. et cy

10 s.t.

Item pour 4 verges a nectoier les robes et bureaux dicelle chambre. Chascune verge 10 d.t. sont

3 s. 3 d.t.

Item le XVIII jour du mois de may pour 1 pain (in margin Summa 7 1. 1 s. 3 d. ob.)

1 1/2 d.t.

Item le dit jour pour un choppin de vin

20 d.t.

77Summa minutarum necessitatum camere a dicta XII die aprilis CCCCmo XXXVII usque decimam nonam diem may proximo sequentem soluta per me Ricardum Spurstowe hostiarium dicte camere 7 1. 1 s. 3 1/2 d.t.

78Spurstowe.

79Je Rechart Spurstowe, huissier de la chambre des comptes du Roy notre seigneur a Rouen, confesse avoir eu et receu de Guillaume Fortin, viconte et receveur d’Alencon, la somme sept livres ung soult trois deniers ob. t. pour les causes cy dessus declarez en ce roulle, de laquelle somme de 7 1. 1 s. 3 1/2 d. je me tien pour bien paié et content et en quitte le Roy notre seigneur, ledit vicomte et tous autres a qui quittances en appartient. Et promet au dit vicomte luy faire rabater icelle somme des deniers de sa recepte par messeigneurs des comptes du Roy notre seigneur ainsi quil appartendra. Tesmoing mon signe manuel cy mis le XVIII jour de may l’an mil CCCC trente sept.

80Spurstowe.

Note

1 L’Échiquier normand des comptes, qui existait avant l’occupation anglaise et qui siégeait à Rouen, avait fonctionné entièrement sous le contrôle de la Chambre des comptes de Paris. Voir par exemple Ordonnances de l’Échiquier de Normandie aux xive et xve siècles, éd. F. Soudet, 2 vol., Rouen, 1929, (Société de l’Histoire de la Normandie, 1929), p. IV, 66-67.

2 Les frais des campagnes de l’armée du roi Henri étaient financés par des fonds provenant de l’Angleterre, gérés par le trésorier de l’hôtel de Henri V qui était également le trésorier de la guerre. Il rendait ses comptes directement à l’Échiquier de l’Angleterre et non à la Chambre de Caen, même si certaines sommes provenant de recettes normandes passaient par ses mains. Voir R.A. Newhall, The English Conquest of Normandy 1416-1424, Newhaven, 1924, p. 152-153, 155.

3 Comme ce fut le cas avant l’occupation, cet Échiquier demeura placé sous le contrôle de la Chambre des comptes à Paris : P. et M.J. Le Cacheux, Archives Départementales de la Seine Inférieure. Répertoire numérique de la série B : Chambre des comptes de Normandie, Rouen, 1934, p. 12.

4 Pour un historique complet de sa carrière, voir The House of Commons 1386-1421, éd. J.S. Roskell, L. Clark and C. Rawcliffe, vol. 4, Gloucester, 1992, p. 620-628.

5 Voir par exemple, le mandat de Tiptoft daté du 8 mai 1415, Foedera, IX, p. 239-40 ; IV, part IV, p. 118. Le 12 juin 1420, des pouvoirs similaires pour l’établissement de sauf-conduits en Gascogne lui furent toutefois conférés (PRO C61/118 m. 5).

6 Foedera, IX, p. 588 IV. part III, p. 52 ; PRO C64/9m.31, classé dans Appendix to the Annual Report of the Deputy Keeper of the Public Records, XLI, Londres, 1880 (et depuis D.K.R. 41), p. 687.

7 BNF, fr. 26042/5232.

8 Voir par exemple, BNF, fr. 26042/5261, lettres royales confirmant la possession des terres de Reginald Thessart, 19 mars 1418 et les lettres d’accompagnement des « gens des comptes du roy en la duchie de Normandie » adressées au bailli de Caen et datées du 23 mars à Caen et ordonnant un sursis jusqu’à la Toussaint pour rendre hommage et remettre le dénombrement à la Chambre.

9 PRO C64/9m.31 ro, DKR 41, p. 687.

10 BNF, PO 305, Le Berner.

11 PRO C 64/12 m. 45 ro, classé dans Appendix to the Annual report of the Deputy Keeper of the Public Records, XLII, Londres, 1881 (et depuis DKR 42). Coutellier s’était vu accorder des terres dans le bailliage de Caen le 12 avril 1419 (BNF, fr. 26042/5348 avec inscription dans PRO C64/11m.66 DKR 41, p. 771) « pro bono servicio », mais on ignore à quel titre il était associé à l’époque aux Anglais. Il servait encore dans les années 1421-1422 pour un salaire de 50 livres tournois par an ; le 8 février 1422 il est nommé maître pour 100 livres tournois par an (PRO C64/16 m. 12d, DKR 42, p. 437) et en 1427 il est à la Chambre de Paris (AN, P 2298, fol. 87).

12 PRO C64/11 m.55 ro, DKR 41 p. 775 ; C64/11m.79 ro, DKR 41, p 76. Waltham est payé 100 livres tournois par an auxquelles s’ajoute une rétribution de 300 livres tournois inscrites dans les comptes d’Allington (PRO E101/187/14 fol. 2 vo). Auparavant il avait été collecteur des douanes à Calais (C64/12 m.42, DKR 42, p. 338). En ce qui concerne les terres qui lui avaient été accordées, voir C.T. Allmand, Lancastrian Normandy, 1415-1450, Oxford, 1983, p. 91.

13 PRO E101/187/14 fol. 33 vo. Coutellier (Voir n. 11) Waltham, Brinkley (et probablement Bourgeois) continuèrent à remplir ces fonctions jusqu’en 1422 (PRO E 101/188/7 fol. 23 vo.) Brinkeley a reçu 100 livres tournois par an au cours des années 1421-1422 (PRO E101/364/61). En ce qui concerne sa carrière, se reporter à l’ouvrage d’Allmand, Lancastrian Normandy, p. 92-94.

14 PRO E101/187/14 fol. 2 vo. Il avait été nommé le 19 janvier 1420 (PRO C64/12 m.44d, DKR 42, p. 355). Il était encore à ce poste en 1421 lorsqu’il reçut une rétribution de 60 livres tournois (PRO E101/187/15).

15 En 1421, un certain Jean Bordenas (qui est peut-être une autre orthographe de Boisdevant ?) a reçu 50 livres tournois comme faisant partie des « gentes » de la Chambre et Raoul le Sage est décrit comme « mus dominorum in camera compotorum ducatus », dont les services sont rémunérés à raison de 100 livres tournois, plus une rétribution de 300 livres tournois (PRO E364/61). John Chepstowe a assuré des fonctions à Caen en 1421 et a compté parmi les rares officiers de cette Chambre à avoir été transféré à Paris. On peut penser que Nicholas Molyneux et William Wymington furent à une époque membres de la Chambre Allmand, Lancastrian Normandy, p. 59, 84, 91.

16 H. Jassemin, La Chambre des comptes de Paris au xve siècle, Paris, 1923, p. 66-72.

17 PRO C64/9 m. 26d, DKR 41, p. 712 ; PRO C64/11, m. 40d, DKR 42, p. 320. Pour la carrière de ce dernier voir The House of Commons, III, p. 199-202. Il avait acquis une expérience des charges administratives puisqu’il avait été shérif et escheator d’Oxfordshire et de Berkshire et était le contrôleur de l’hôtel du roi à Woodstock. Il retourna en Angleterre en mai 1420 et fut chargé ultérieurement de fonctions gouvernementales et politiques.

18 PRO C64/8, m. 20r, cité dans Rotuli Normanniae in turri Londinensi asservati Johanne et Henrico Quinto Angliae regibus, éd. T.D. Hardy, Londres, 1835 (depuis Rot. Norm.), p. 195.

19 PRO C64/8m. 15, 11d, Rot. Norm. p. 234, 375.

20 C64/8 m. 9, Rot. Norm, p. 268-269.

21 PRO E101/187/14, fos. 2 vo, 30 vo, 33 vo.

22 PRO E364/61 (at 200 l.t.p.a.) ; PRO C64/16 m, 12d, DKR 42, p. 437. Il n’est pas fait dans ce texte référence à un précédent poste ou service, et la raison pour laquelle il a été engagé à cette époque n’apparaît pas clairement. N’a-t-il pas exercé ces fonctions de façon continue ?

23 Le Cacheux, Chambre des comptes, p. 11.

24 House of Commons, II, p. 27-29

25 PRO C64/12 m. 41d ; DKR 42, p. 356. C’est à cette époque que Harfleur fut rattachée aux terres relevant du trésorier normand, alors que, depuis 1415, cette ville avait eu son propre Échiquier, et son trésorier qui rendaient des comptes à l’Échiquier anglais.

26 AN, P 2298, p. 793-6 Ordonnances des rois de France, t. XIII, Paris, 1782, p. 54-55.

27 AN, JJ172/518, 173/315.

28 Le Cacheux, Chambre des comptes, p. 11. Voir également BNF, fr. 26047/373 pour les ordres donnés par Bedford à Smith et Le Bec. Walter Smith (décédé en 1438) ayant servi de secrétaire à John Dalton receveur général de Normandie de 1421 à 1422 (PRO E101/188/7 fol. 23 vo.) Il avait ensuite procédé à l’audition des comptes d’Edmund Beaufort, comte de Dorset (British Library, London, Additional Charter 11998), et épousa la fille de Nicholas Molyneux (AN, collection Lenoir, Mi 104, fol. 245 ; ADSM Échiquier 1448 foi. 422 vo). En 1426 Ruait était le trésorier de Bedford (Oxford, Bodleian Library, Ms Ch. For. 266), et son percepteur pour le Maine jusqu’en juillet 1428 (J. Stratford, The Bedford Inventories, Londres, 1993, p. 404). John Ran[d]ulf est mentionné en sa qualité de clerc des comptes de l’hôtel de Bedford en février 1428 et à nouveau en 1430. (BNF fr. 26050/8, B.L., Add. Ch. 3661).

29 Stratford, Bedford Inventories, p. 10-11.

30 BNF, fr. 5330 fol. 137, cité dans P.A. Johnson, Duke Richard of York 1411-1460, Oxford, 1988, p. 226-227.

31 AN, P 2298, p. 975-1003.

32 Concernant la chambre de Rouen voir P. et M.J. Le Cacheux, Archives Départementales de la Seine Inférieure. Répertoire numérique de la série B : Chambre des comptes de Normandie, Rouen, 1934.

33 AN, Collection Lenoir 26 fol. 197, avec des émoluments annuels de 600 livres tournois. En 1431 il est désigné comme étant « maître » et serviteur du chancelier Louis de Luxembourg et il reçoit des sommes de John Tyrell, trésorier de la guerre, au cours de la visite de Henri VI en France (PRO E101/52/39 m. 1). En 1442 la présidence de la chambre était assurée par l’évêque d’Évreux (voir note 42), alors qu’en 1448 elle était assurée par l’évêque de Lisieux. (BL Additional Manuscript 11509 fol. 27 ro).

34 Stratford, Bedford Inventories, p. 413.

35 AN, Collection Lenoir 26 fol. 197. Figurent parmi les autres membres connus de la Chambre de Rouen Thomas Louraille qui était conseiller et maître en 1448 (BL, Add. Ms. 11509 fol. 60 ro, 61 vo), et Jean Cousin qui était clerc et auditeur à cette même date en contrepartie d’émoluments s’élevant à 150 livres tournois (BL Add. ms 11509 fol. 15 ro, 66 vo). Le titre attribué à William Wymington est celui d’auditeur en 1440, date à laquelle il se porta acquéreur d’une maison à Rouen (CT Allmand, « The Lancastrian land settlement in Normandy, 1417-1450 », Economic History review, second series, 21, 1968, p. 467). Nicolas Molyneux reconnaît avoir reçu des émoluments en sa qualité de maître le 9 janvier 1437 (BNF, PO 1985 Molyneux 4).

36 H. Jassemin, La Chambre des comptes de Paris au xve siècle, Paris, 1923, p. LXVI, fait erreur lorsqu’il estime que le trésorier général de Normandie a rendu des comptes à l’Échiquier anglais après 1436.

37 H. Jassemin, La Chambre, p. 18.

38 P. Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc et pendant l’occupation anglaise (1419-1449), Société de l’Histoire de Normandie, 1931, p. 66, n. 1.

39 Ibid, p. 333-334. Le Cacheux fait état de travaux supplémentaires réalisés en 1443.

40 Stratford, Bedford Inventories, p. 404.

41 Le compte correspondant au mois de septembre 1442 figure dans Le Cacheux, Rouen, p. 364-367.

42 Le Cacheux, Chambre des comptes, p. 11.

43 L. Deslisle, Les collections de Bastard d’Estang à la Bibliothèque nationale, Paris, 1885,

44 ANF, collection Lenoir 27 fol. 421, cité dans Allmand, « Land seulement », p. 466.

Note di fine

a Je tiens à remercier le professeur Brian Kemp, le Dr Marianne Ailes, M. Olivier Mattéoni et Miss Rebecca Griffiths pour leurs conseils et leur aide.

b A tous ceulx qui ces lettres verront salut C.

c tresgrande C.

d science C.

e bon C.

f iceluy C.

g octroions C.

h de C.

i de C.

j deschargant C.

k diceluy C.

l luy C.

m par ces mesmes presentes C.

n pouoir C.

o Besongnier C.

p regir C.

q excercer C.

r lx s.t. C.

s besongnera C.

t demaine C.

u prins C.

v paye C.

w avecques C.

x tous C.

y accoustumees C.

z pouoir C.

aa coriger

bb sur tous les offices C.

cc diceluy C.

dd si C

ee liges C.

ff diligemment C.

gg luy C.

hh toutevois C.

ii tout C.

jj luy C.

kk pour et en notre nom faites C.

ll incydentz C.

mm a icelle C.

nn foial C

oo acompte C.

pp En tesmoigne de la quelle chose nous avons fait faire ces noz lettres patentes C.

qq plan de notre regne septiesme Ainsi signe per ipsum regem Stopyndon C.

rr Henricus Dei gratia rex Francie et Anglie et dominus Hibernie C

ss dillectis C

tt vic’ C

uu dillecto C

vv jam B

ww per [written in full, not abbreviated] C

xx compte C

yy tangantia C

zz Teste me ipso apud castrum nostrum Rothomagi xiiii die Aprilis anno regni nostri octavo. Ainsi signe per ipsum regem. Stopyndon. C

Autore

Professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Reading (Grande-Bretagne), Anne Curry travaille sur la Normandie anglaise, notamment sur l’armée lancastrienne d’occupation. Elle a publié à Londres, en 1994, avec David Bates, un volume intitulé England and Normandy in the Middle Ages et en 1996 « L’administration financière de la Normandie anglaise : continuité ou changement ? », La France des principautés. Les Chambres des comptes xive et xve siècles, Paris, CHEFF.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540