Version classiqueVersion mobile

L'inflation en Allemagne 1914-1923

 | 
Carl-Ludwig Holtfrerich

Synthèse et conclusions

Texte intégral

1Les conclusions de ce travail peuvent être résumées de la façon suivante :

21. L’inflation avait déjà commencé à se développer durant la Première Guerre mondiale, en particulier à partir de 1916, mais elle n’avait tout d’abord pas pu se manifester pleinement au niveau des prix et des taux de change par suite des mesures de contingentement. On était donc en présence, pendant la guerre, d’une inflation comprimée, qui se transforma en inflation ouverte en 1919-1920, lorsque les mesures de contingentement furent levées.

32. Sur le long terme, l’évolution du processus de dépréciation fut sinon immédiatement conditionnée, du moins rendue possible par l’évolution de la masse monétaire. Les fluctuations à court terme de la valeur interne et externe de la monnaie dépendaient cependant plus des modifications de la demande monétaire liées à la confiance (vitesse de rotation) ainsi que des fluctuations de la production.

43. Mais on ne peut pleinement expliquer le processus de dépréciation que si, au-delà des variables économiques, on met au jour les facteurs politiques qui ont influé sur les données économiques. C’est ainsi que la position de faiblesse relative du Reich par rapport aux États fédérés en matière de politique financière, inscrite dans la constitution de l’Empire, est la cause principale de ce que les coûts de guerre ont été beaucoup moins financés par l’impôt en Allemagne qu’en Grande-Bretagne. Le recours constant au déficit budgétaire pour financer les dépenses publiques durant les années d’après-guerre tient au fait que la défaite militaire et la révolution ont provoqué dans le pays l’instabilité politique et l’arrivée au pouvoir de gouvernements faibles à un moment où la consolidation des finances héritées de la Première Guerre mondiale, le poids des réparations et le passage à l’État social, avec les nouvelles dépenses publiques qu’il supposait dans le cadre du système d’aide sociale, n’auraient pu être maîtrisés sans graves dommages pour la stabilité monétaire, dans le meilleur des cas, que par des gouvernements forts. En 1919, la situation dont allait naître l’inflation d’après-guerre était telle qu’une stabilisation monétaire était non seulement pratiquement irréalisable, mais encore très largement inutile, dans la mesure où, en politique intérieure, elle aurait favorisé ceux dont le capital monétaire avait augmenté grâce au financement de la guerre, au détriment des revenus tirés d’une activité productive, autrement dit au détriment des revenus des entrepreneurs et des salariés. Or vu la nécessité de reconvertir rapidement l’économie, de passer d’une production de guerre à une production de paix et de réintégrer les soldats démobilisés dans le monde du travail, il était primordial de renforcer et de soutenir ces activités productives.

5Dans le domaine de la politique étrangère, la déstabilisation du budget de l’État et l’augmentation de la masse monétaire en circulation qui en a résulté durant les années d’après-guerre ont été provoquées par les réparations. Outre l’importance des sommes exigées ou versées à court terme, c’est l’incertitude quant au montant définitif des dédommagements exigés qui a joué ici un rôle décisif : elle a fait naître le sentiment que les efforts de politique financière visant à stabiliser le budget profitaient surtout à l’étranger et non à l’Allemagne. Les exigences en matière de réparations n’ont donc pas seulement augmenté encore le découvert du budget de l’État, aggravant de la sorte les problèmes de gestion financière ; mais l’incertitude qui les caractérisait a également anéanti toute volonté de lutter contre le déficit.

6En outre, les fluctuations à court terme de la valeur de la monnaie résultant des variations de l’activité de production et de la demande monétaire s’expliquent également par des facteurs politiques. Les luttes intestines et les grèves de l’année 1919 ont fait chuter la production jusqu’à un plus bas historique ; et les tensions internationales de 1923, avec l’occupation de la Ruhr et la résistance passive, ont également provoqué un fort recul. Durant ces deux années, le processus de dépréciation s’en est sans aucun doute trouvé accéléré.

7De son côté la demande monétaire, autrement dit la vitesse de rotation de l’argent, dépendait en grande partie de la confiance mise dans la monnaie. Elle était particulièrement sensible aux événements politiques, comme par exemple la stabilisation de la situation intérieure en 1920-1921, qui déboucha sur une stabilisation tendancielle de la valeur de la monnaie bien que le budget de l’État restât déficitaire, ou encore la recrudescence des tensions provoquées par la question des réparations en 1922, qui lança le processus d’hyperinflation.

84. L’inflation facilita dans le pays même le passage d’une production de paix à une production de guerre en 1914 et le passage inverse en 1918-1919. Elle soutint la croissance et le plein emploi en Allemagne durant les années d’après-guerre, en particulier lorsque la dépression économique menaçait du fait de la conjoncture mondiale en 1920-1921.

95. En outre, elle a certainement largement contribué à surmonter la crise économique mondiale de 1920-1921 ; elle a en effet conduit au doublement du volume des importations de produits non manufacturés en provenance des USA, tout en renforçant les importations en provenance d’autres pays importants. C’est pourquoi l’économie allemande, soutenue par l’inflation, a été la seule à jouer le rôle de « locomotive » de l’économie mondiale parmi les grands pays industrialisés. La politique inflationniste de l’Allemagne permet ainsi d’expliquer comment il se fait que le fort recul de la conjoncture mondiale en 1920-1921 ait été surmonté dès 1922 et n’ait pas donné lieu à une longue crise économique mondiale avec toutes ses conséquences politiques, comme le recul bien plus modéré de la conjoncture mondiale en 1929.

106. Compte tenu en particulier de la réduction du temps de travail, les rémunérations réelles des salariés pour la période allant de janvier 1919 à la fin du premier semestre de 1922, c’est-à-dire au début de l’hyperinflation, avaient dans certains cas augmenté en termes absolus par rapport à 1913, et en général pour le moins en termes relatifs par rapport aux niveaux correspondants du revenu national. Cette constatation ne vaut cependant pas pour les salaires ouvriers les plus élevés, les traitements des fonctionnaires et les rémunérations des employés, et ne vaut que partiellement pour les salaires des ouvriers qualifiés les mieux payés. Dans la mesure où les revenus liés aux bénéfices des entreprises ont également connu une évolution favorable durant l’inflation d’après-guerre, ce sont les possesseurs d’un patrimoine financier qui ont subi les plus forte pertes durant cette période – tant en ce qui concerne leurs revenus que leur patrimoine. Les années 1919-1923 sont marquées par un fort processus de redistribution des revenus ; celui-ci a pratiquement annulé en quelques années la concentration du patrimoine qui avait caractérisé la phase d’industrialisation en Allemagne pendant la seconde moitié du XIXe siècle, tout du moins pour ce qui concerne le patrimoine financier. La concentration du patrimoine étant par ailleurs la principale source d’inégalité dans la distribution des revenus, voilà pourquoi cette dernière était bien plus uniforme après l’inflation qu’en 1913 : l’inflation avait détruit non seulement les petites et les moyennes fortunes, mais aussi les très grandes. De même les différences de revenus entre les salariés avaient diminué, en sorte que l’inflation d’après-guerre doit être perçue comme un phénomène qui a tendu, à sa manière, à uniformiser la distribution des revenus et de la fortune ; or c’était là un des buts de la réforme financière de Erzberger que l’inflation, justement, a fait échouer.

117. Une part importante des pertes subies par les créanciers du fait de l’inflation a frappé les étrangers qui avaient effectué des placements en marks. Ces pertes subies par les étrangers étaient d’un ordre de grandeur comparable à celui des réparations versées durant les années 1919-1923. L’« imposition par l’inflation » a été la seule forme d’imposition permettant de faire participer également l’étranger au financement des dépenses publiques et des dépenses d’investissement du pays. L’Allemagne a pu, proportionnellement à ces investissements étrangers en marks, financer ses excédents à l’importation, en particulier de matières premières et de denrées alimentaires, ce qui a permis de relever plus rapidement l’économie nationale. La phase d’hyperinflation a débuté lorsque les étrangers eux aussi ont perdu confiance en l’avenir de la monnaie allemande – par suite des tensions politiques liées à la question des réparations. Les importations de capitaux en provenance de l’étranger cessèrent, le gâteau à partager en Allemagne même se fit plus petit. C’est la véritable raison pour laquelle la phase finale de l’inflation fut ressentie comme une période de grande détresse – tout comme les années 1917-1919 – que seule la reprise des afflux de capitaux en 1924 permit de surmonter. À cela vinrent s’ajouter en 1923 les perturbations de la production et de la distribution liées à l’occupation de la Ruhr.

128. Pour la majeure partie de l’économie allemande, la stabilisation était effective bien avant les premières mesures officielles de novembre 1923 : il circulait une grande quantité de moyens de paiement stables, tant étrangers que nationaux, dont la valeur totale était proche de celle de la masse monétaire en circulation avant la guerre. Lorsque l’« imposition par l’inflation » ne toucha plus qu’un cercle de plus en plus restreint d’utilisateurs de marks fiduciaires, en particulier parmi les salariés rémunérés en marks, elle devint d’un maigre rapport pour l’État et trop pesante pour ceux qui la subissaient. Il en résulta un potentiel révolutionnaire qui menaçait l’ordre politique intérieur et la cohésion du Reich. C’est pourquoi la stabilisation monétaire était devenue une nécessité de politique intérieure – non pas tant pour assurer le fonctionnement de l’économie, mais pour sauver l’État. En matière de politique étrangère, elle permit le règlement ultérieur de la question des réparations dans le cadre du plan Dawes.

139. La « revalorisation » permit une compensation des pertes subies par les créanciers qui rendit aux détenteurs d’un patrimoine financier, après une période transitoire, une partie de leur fortune initiale peu inférieure à la proportion de leurs avoirs financiers que les citoyens de pays à inflation modérée comme la Belgique, la France et l’Italie conservèrent en dernier ressort.

1410. En matière de politique étrangère, l’inflation a tout d’abord servi les intérêts de l’Allemagne. Durant une période limitée, il fut possible de financer les importations et les réparations grâce aux ressources provenant de l’étranger. La chute des taux de change permit de reconquérir les parts de marché perdues pendant la guerre. En outre, l’inflation a sans doute contribué à ce que les puissances étrangères révisent le montant des réparations à la baisse.

15En matière de politique intérieure, l’inflation a profondément modifié la distribution des revenus et du patrimoine et l’a rendue moins inégale, alors que l’évolution d’après 1924 a tendu à inverser ce processus. Quant à savoir laquelle de ces deux évolutions est la meilleure et si les instances ayant en charge la politique économique devraient ou non utiliser l’évolution de la valeur de la monnaie pour influer sur la distribution des revenus et du patrimoine, c’est à chacun à répondre à cette question.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search