Version classiqueVersion mobile

L'inflation en Allemagne 1914-1923

 | 
Carl-Ludwig Holtfrerich

Chapitre III. Effets de l’inflation

Texte intégral

I. CONJONCTURE, CROISSANCE ET EMPLOI

A. L’économie intérieure

  • 1 Joseph A. Schumpeter, Business Cycles. A Theoretical, Historical and Statistical Analysis of the Ca (...)
  • 2 Arthur Spiethoff, Die wirtschaftlichen Wechsellagen, vol. 1. Tübingen, 1955, p. 139.
  • 3 Friedrich Hesse, Die deutsche Wirtschaftslage von 1914 bis 1923. Krieg, Geldblähe und Wechsellagen,(...)
  • 4 F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 13.

1Dès avant le début de la guerre, la reprise qui avait suivi la crise financière mondiale de 1907-19081, venue pour l’essentiel des USA, connut un ralentissement vers la fin de 1912 ; les tensions politiques internationales et la menace de guerre y étaient pour beaucoup. Les ventes en bourses motivées par la peur, les demandes de remboursement des avances sur crédit et la thésaurisation d’espèces avaient également fait leur apparition en Allemagne, en réaction au déclenchement de la guerre des Balkans en octobre 1912. « L’année 1913 était placée sous le signe de la pénurie de capitaux et d’une surproduction croissante.2 » La conjonction de ses différents indicateurs conjoncturels conduisit Friedrich Hesse à estimer « qu’avant la guerre l’économie allemande se trouvait en situation de marasme »3. Le jugement suivant permet de conclure que la menace de guerre en était la cause principale et que sa dissipation grâce à une politique de paix aurait théoriquement rendu possible une relance conjoncturelle : « Le raidissement de la situation économique correspond presque exactement à la montée des tensions politiques dans le monde. Les petits signes de reprise [...] qui se faisaient jour au début de 1914 et en mai de la même année sont immédiatement réduits à néant par les événements politiques »4.

  • 5 Ibid., p. 22.
  • 6 Voir page 75 sq.

2L’éclatement de la guerre a dans un premier temps fortement aggravé la situation conjoncturelle. Les fondements de l’activité commerciale des agents économiques privés ont été considérablement désorganisés par les mesures que le conflit imposait de prendre, et les incertitudes liées à l’avenir ont pratiquement fait cesser tout investissement privé. « On voyait les difficultés, mais on ne savait pas comment la situation allait évoluer ; on avait le sentiment d’une intervention catastrophique dans la vie économique et les relations avec l’étranger ; du jour au lendemain, nombre de travailleurs devaient quitter leur emploi, les personnels d’encadrement faisaient défaut. À cela s’ajoutaient les difficultés de transport liées aux mouvements de troupes. Autant de facteurs qui décourageaient les chefs d’entreprises.5 » À cela venaient s’ajouter durant les premières semaines de guerre6 les renchérissements du crédit consécutifs à la pénurie de liquidités précédemment évoquée, qui n’ont assurément pas incité les agents privés à investir.

  • 7 F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 24.

3Le résultat fut une forte chute de la production, que reflètent tout spécialement les chiffres de l’emploi (tableau 35). Le taux de chômage parmi les membres des syndicats et des unions professionnelles d’ouvriers qualifiés est passé de 2,9 % en juillet 1914 à 22,4 % en août pour ne retomber qu’à partir du milieu de l’année 1915 sous son niveau de juillet 1914. Pour bien interpréter ces chiffres, il convient en outre de ne pas oublier qu’une grande partie des ouvriers avait été appelée sous les drapeaux et ne pesait donc pas sur le marché du travail. Toujours est-il que le gouvernement a perçu cette situation comme suffisamment dangereuse pour multiplier les constructions d’édifices publics et ouvrir des chantiers à financement public destinés aux chômeurs, en plus de ses efforts de guerre, afin d’occuper les sans-emplois. Dès le début du conflit fut également créée une agence nationale pour l’emploi7 afin de rendre le marché du travail plus transparent et de faciliter la mobilité des salariés.

  • 8 On trouvera des données chiffrées détaillées dans Reichsarbeitsblatt, 1913-1914 sq. Pour ce qui con (...)
  • 9 On trouvera les chiffres correspondant chez Gerhard Bry, Wages in Germany 1871-1945, Princeton, 196 (...)

4Un meilleur placement de la main-d’oeuvre était également important pour une autre raison : l’activité économique privée, dopée par l’inflation, était soumise aux exigences de la guerre et devait très largement se tourner vers la production d’autres biens qu’en temps de paix. Aussi longtemps que le conflit durerait, les exportations étaient appelées à connaître un fort ralentissement, tout comme l’industrie des biens de consommation. À l’inverse, les industries de guerre pouvaient s’attendre à une demande élevée, voire croissante. Il fallait donc allouer la main-d’oeuvre disponible aux différents secteurs industriels conformément à ces impératifs. C’est ainsi que dès l’automne 1914 la métallurgie et la construction mécanique, secteurs décisifs pour la conduite de la guerre, manquaient de bras tandis que les ouvriers du textile et du bâtiment étaient victimes d’un fort chômage8. La restructuration de l’économie, en particulier la nouvelle répartition de la main-d’oeuvre, a vraisemblablement été facilitée par l’inflation, dans la mesure où celle-ci autorisait des hausses de prix et de salaires nominaux dans les secteurs industriels essentiels à la conduite du conflit. Il a ainsi été possible d’introduire ou d’accroître des différences de salaires entre industries de guerre et industries de paix sans devoir baisser les salaires nominaux dans les entreprises qui ne présentaient pas d’importance stratégique. Certes les salaires réels se sont dégradés durant la guerre dans tous les secteurs industriels, mais nettement moins dans les industries de guerre que dans les industries de paix par suite du relèvement des salaires nominaux9.

Tableau 35. Chômage parmi les membres des syndicats et des unions professionnelles d’ouvriers qualifiés durant les années 1914-1923 en %

Tableau 35. Chômage parmi les membres des syndicats et des unions professionnelles d’ouvriers qualifiés durant les années 1914-1923 en %

Source : Reichsarbeitsblatt 1913/14 sq. Résumé dans F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 478 sq.

  • 10 Karl Helfferich, Der Weltkrieg, vol. 2, Berlin, 1919, p. 134.
  • 11 On trouvera les chiffres correspondants dans F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 47 (...)

5Du fait de l’inflation il n’y a pas eu non plus de chute des commandes consécutive à un manque de liquidité en dehors des premières semaines du conflit. En particulier, l’État n’a guère tenu compte des prix dans ses commandes d’armement – ce qu’il pouvait se permettre dans la mesure où il avait tout loisir de recourir à la planche à billets. Helfferich a même parlé d’une panique poussant les différents services de l’armée, qui surenchérissaient les uns sur les autres, à se ruer sur les achats10. Cela a certes pu provoquer des distorsions dans les attributions de marchés et favoriser les profits de guerre. Mais cette attitude du « peu importe le prix » a assurément aussi soutenu la production. Comme le montre le tableau 32, la production industrielle de l’Allemagne durant la guerre était bel et bien inférieure à son niveau d’avant le conflit, ce qui s’explique par les perturbations des conditions de production précédemment évoquées. Mais elle n’a que peu reculé durant les années 1915-1918, et particulièrement peu fin 1916-début 1917 après l’adoption du programme Hindenburg, générateur d’inflation. Sur le marché de l’emploi, l’effet de relance de la production induit par les commandes d’État, financées par le déficit budgétaire, se traduisit par une chute du taux de chômage des ouvriers syndiqués à moins de 1 % en 1917, niveau resté inchangé jusqu’à la fin de la guerre en 1918 ; et par le fait qu’à partir de 1917 les statistiques des caisses de maladie font apparaître plus de femmes que d’hommes parmi les actifs, ce qui signifie que les réserves du marché de l’emploi avaient été mobilisées de manière croissante11.

  • 12 On trouvera les chiffres correspondants chez R. Wagenführ, Industriewirtschaft..., op. cit., p. 23.
  • 13 On trouvera les chiffres correspondants chez G. Bry, Wages..., op. cit., p. 211.
  • 14 Jürgen Kuczynski, Die Geschichte der Loge der Arbeiter unter dem Kapitalismus, vol. 4 : Darstellung (...)

6De même que la politique financière inflationniste du Reich, en particulier durant la seconde moitié du conflit, a vraisemblablement contribué à empêcher que la production industrielle ne chute plus fortement durant la guerre, on peut considérer que l’afflux de liquidités dans l’économie a fortement participé à faciliter sa reconversion à des fins de guerre. Les tableaux 36 et 37 illustrent l’ampleur prise par cette reconversion durant le conflit. Tandis que la production des industries de guerre a pu être maintenue à un niveau supérieur à la moyenne, voire même augmentée par rapport à 1913, celle qui répondait à des besoins civils a bien plus fortement reculé que la moyenne du secteur industriel dans son ensemble, l’activité du bâtiment cessant même presque totalement. La structure des profits12 et des salaires13 a évolué en conséquence, de sorte que les facteurs de production « capital » et « main-d’oeuvre » ont été plus fortement attirés par les industries de guerre que par les autres branches (cf. tableau 37). En 1918, le nombre d’actifs dans les industries de guerre était supérieur de 10 % au niveau de 1913, alors qu’il était inférieur de 37 % dans les industries mixtes et de 59 % dans les industries répondant uniquement à des besoins civils. C’est pour l’essentiel dans les industries de guerre qu’étaient effectuées des heures supplémentaires, alors même que les autorités décidaient de réduire la durée du travail hebdomadaire dans les industries civiles14. En sorte que la structure de la répartition des heures de travail s’est sans doute plus fortement modifiée encore qu’il ne ressort des indices de ventilation de la main-d’oeuvre reproduits dans le tableau 37.

Tableau 36. Indice de la production de branches et secteurs industriels importants durant les années 1913-1918 (1913 = 100)

Tableau 36. Indice de la production de branches et secteurs industriels importants durant les années 1913-1918 (1913 = 100)

Source : R. Wagenführ, Industriewirtschaft..., op. cit., p. 23.

Tableau 37. Structure de l’industrie en fonction des salariés assurés auprès des caisses professionnelles d’assurances sociales durant les années 1913-1918 (1913 = 100)

Tableau 37. Structure de l’industrie en fonction des salariés assurés auprès des caisses professionnelles d’assurances sociales durant les années 1913-1918 (1913 = 100)

Source : R. Wagenführ, Industriewirtschaft..., op. cit., p. 23.

  • 15 Heinrich A. Winkler, Von der Revolution zur Stabilisierung, Berlin, 1984, p. 275.
  • 16 Voir tableau 32.

7Après la fin de la guerre, le chômage a tout d’abord fortement augmenté, en particulier sous l’effet de la démobilisation de l’armée de terre. Le tableau 35 ne reflète qu’incomplètement cette hausse du chômage dans la mesure où la majeure partie des soldats qui affluaient sur le marché de l’emploi n’était pas encore syndiquée. Le nombre de membres de l’organisation syndicale la plus importante, la Freie Gewerkschaften, passe de 1,5 millions dans le troisième trimestre de 1918 à 7,3 millions dans le dernier trimestre de 191915. La production retomba fortement en comparaison de la derrière année de guerre. En 1919, sa valeur moyenne était inférieure d’un quart à celle de 191816. Cela tenait à l’interruption des commandes de l’État liées à la guerre. Une restructuration de même ampleur qu’en 1914 attendait l’économie du pays, mais cette fois dans l’autre sens : il fallait passer d’une production de guerre à une production de paix.

  • 17 Sur cette question, voir les chiffres reproduits dans Deutschlands Wirtschaft..., op. cit., p. 100 (...)

8Par les mesures de démobilisation que prit le gouvernement et les investissements accrus des chemins de fer, de la poste17 ainsi que d’autres bailleurs d’ouvrage publics, on tenta de stopper le recul de la production et des investissements et de soutenir les mesures nécessaires à l’adaptation structurelle de l’économie. Mais comme le financement en était largement assuré par le recours à l’inflation, tout comme les dédommagements versés aux industriels qui avaient dû abandonner leurs biens situés dans les régions cédées aux vainqueurs, elles contribuèrent à accroître le volume des liquidités dont disposait l’économie, ce qui a certainement contribué à la reprise de la production après 1919 et au processus de restructuration.

Graphique 6. Évolution des prix et du taux de chômage durant les années 1919-1922 (périodicité mensuelle, échelle logarithmique)

Graphique 6. Évolution des prix et du taux de chômage durant les années 1919-1922 (périodicité mensuelle, échelle logarithmique)

Source : tableaux 35 page 221 et tableau 1 page 17.

  • 18 Sur ce sujet, voir Peter Czada, « Groβe Inflation und Wirtschaftswachstum », dans H. Mommsen et al.(...)

9L’influence de la dépréciation monétaire sur la conjoncture en Allemagne18 ressort du fait que le taux de chômage et la hausse des prix (ou encore les fluctuations de change) évoluaient de manière quasiment inverse (cf. graphique 6). Après une période de dépréciation continue du mark et de tendance à la baisse du chômage entre le début de 1919 et le premier semestre de 1920, la situation monétaire connut une phase de stabilisation, et dans le même temps le taux de chômage augmenta rapidement, passant de 1,9 % en mars et avril 1920 à 6 % en juillet de la même année pour ne retomber sous les 3 % qu’après le début de la nouvelle phase de dépréciation monétaire, c’est-à-dire à partir de mai 1921 (tableau 35). En 1922, avec le passage à l’hyperinflation, le pays connut un manque de main-d’œuvre, autrement dit une situation de suremploi avec des taux de chômage inférieurs à 1 %, ce qui rappelait la phase inflationniste de la seconde moitié de la guerre.

  • 19 C’est le jugement unanime de C. Bresciani-Turroni, Economics..., op.cit., p. 227-228, F. D. Graham,(...)
  • 20 La commission dite Comité McKenna estimait à 6,3-7, 3 milliards de marks-or le déficit de la balanc (...)

10Une grande partie de la relance de la production consécutive à l’inflation d’après-guerre est assurément venue des exportations19. Comme les taux de change chutaient en général plus vite que les prix intérieurs n’augmentaient par rapport au niveau des prix à l’étranger (cf. tableau 2), la compétitivité des produits allemands sur les marchés mondiaux s’améliorait. Mais comme en 1919-1924 les exportations de l’Allemagne20 étaient nettement inférieures à ses importations – lesquelles consistaient pour l’essentiel en produits non manufacturés, dont les prix étaient peu sensibles à la demande – les exportations ont dû surtout avoir des effets redistributifs entre les divers secteurs industriels ; en cas de chute des cours, les secteurs économiques tournés vers l’exportation, comme la construction mécanique, connaissaient un essor conjoncturel, tandis que les secteurs dépendant des importations et tournés vers le marché intérieur, comme les industries alimentaires, connaissaient un fléchissement conjoncturel. C’est pourquoi le principal facteur de relance de la production globale a certainement été la diminution du taux d’intérêt réel consécutive à la hausse des prix, ainsi que l’incitation aux investissements intérieurs qui en a résulté et qui serait également intervenue si l’économie allemande s’était trouvé coupée des marchés mondiaux, comme cela avait tendu à être le cas pendant la guerre sous l’influence du blocus commercial décidé par les Alliés.

11L’influence de la valeur de la monnaie sur le niveau de production peut également être démontrée par comparaison avec l’étranger (tableau 38). Tandis qu’en France, où une inflation modérée était entretenue dans le cadre du programme de reconstruction, le niveau de la production industrielle de 1924 était déjà supérieur à celui de 1913, et cela en dépit des pertes de potentiels subies lors des combats qui s’étaient déroulés sur le territoire national, la Grande-Bretagne entama en 1920 la nouvelle décennie avec une production industrielle revenue à son niveau d’avant-guerre (1913). Mais la politique de déflation qui y était pratiquée ne permit qu’une reprise limitée de cette même production après la forte chute liée à la crise économique mondiale de 1921, en sorte que même pendant la phase conjoncturelle favorable de la seconde moitié des années vingt le niveau d’avant-guerre (1913) n’a pu être à nouveau atteint. En Allemagne par contre, la production industrielle avait nettement augmenté durant la phase d’inflation des années 1919-1922, puis elle avait fortement reculé par suite de l’occupation de la Ruhr et de la crise de stabilisation de 1923, avant de revenir presque à son niveau de 1922 en 1924 et de dépasser pour la première fois celui de 1913 en 1927.

Tableau 38. Indices de la production industrielle en France, en Grande-Bretagne et en Allemagne durant les années 1919-1931 par comparaison avec 1913 (1928 = 100)

France*

Grande-Bretagne

Allemagne*

1913

79

107

98

1919

45

37

1920

49

107

54

1921

43

73

65

1922

61

87

70

1923

69

95

46

1924

85

98

69

1925

84

93

81

1926

98

72

78

1927

86

103

98

1928

100

100

100

1929

109

106

101

1930

110

97

89

1931

98

89

72

* Sur le territoire des années correspondantes
Source : R. Wagenführ, Industriewirtschaft..., op. cit., p. 64.

  • 21 Dietmar Petzina et Wemer Abelshauser, « Zum Problem der relativen Stagnation der deutschen Wirtscha (...)
  • 22 Wemer Abelshauser, « Inflation und Stabilisierung. Zum Problem ihrer makroökonomischen Auswirkungen (...)
  • 23 K. Laursen et J. Pedersen, German Inflation..., op. cit., p. 82-83. Knut Borchardt (« Wachstum und (...)
  • 24 Dietmar Petzina, Die deutsche Wirtschaft in der Zwischenkriegszeit, Wiesbaden, 1977 p. 177.
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid.

12Petzina et Abelshauser voient certes dans l’évolution de l’économie allemande durant les années vingt une « relative stagnation », tout comme en Grande-Bretagne, mais ils mettent à part les années d’inflation jusqu’en 192221. Selon eux, l’inflation qui marque ces premières années de l’après-guerre aurait favorisé l’accumulation de capital et influencé « de manière positive le taux des investissements, facteur économique essentiel [...] lors d’un processus de reconstruction »22. Elle aurait entretenu le processus d’épargne forcée, qui aurait fourni les capitaux nécessaires au financement des investissements. Selon Laursen et Pedersen, le niveau réel des investissements durant les années d’inflation a été au moins aussi élevé que celui d’avant-guerre23. Mais dans la mesure où le revenu national réel avait diminué, le taux d’investissements a sans doute été plus élevé qu’avant la guerre, période pour laquelle Petzina l’estime à 15,5 % (1910-1913)24. C’est à peu près le taux atteint en République fédérale durant la phase de reconstruction des années cinquante25. Le taux d’investissement net de l’économie allemande au cours des années 1925-1929, autrement dit après que la monnaie a été stabilisée, a par contre été estimé à seulement 10,5 %26.

  • 27 C. Bresciani-Turroni, Economics..., op. cit., p. 197. Il souligne également que l’hyperinflation a (...)
  • 28 R. Wagenführ, Industriewirtschaft..., op. cit., p. 28.
  • 29 C. Bresciani-Turroni, Economies..., op. cit., p. 403.

13Il faut avoir ces chiffres présents à l’esprit pour comprendre BrescianiTurroni27 et d’autres lorsqu’ils déclarent reconnaître que l’inflation a stimulé la conjoncture, la croissance et l’emploi, mais considèrent par ailleurs que la forte accumulation de capital a représenté du gaspillage pour l’économie du pays. Pour eux, l’inflation fait que les investisseurs « manquent de repères fiables sur le long terme en matière d’évolution des marchés à cause des changements incessants qui affectent les relations de prix »28. Il en aurait résulté une augmentation désordonnée et incontrôlée des capacités de production qu’il fallut résorber, une fois la monnaie stabilisée, par un processus de rationalisation douloureux. C’est pourquoi la reconstruction de l’économie allemande n’aurait pu commencer qu’après la stabilisation intervenue en 192329.

  • 30 D. Petzina et W. Abelshauser, « Zum Problem der relativen Stagnation... », op. cit., p. 15.

14Ce point de vue méconnaît le fait que la signification des investissements pour l’économie nationale ne tient pas seulement à l’influence qu’ils exercent sur les capacités de production, mais également sur les revenus et sur la demande. Les capacités de production développées durant les années d’inflation se sont retrouvées improductives ou bien ont du être rationalisées une fois la monnaie stabilisée, non seulement parce que la production avait été poussée auparavant dans la « mauvaise » direction par suite d’un calcul des coûts qui reposait sur des données instables, mais aussi parce que le taux d’investissement atteint en Allemagne durant la seconde moitié des années vingt était extrêmement faible en comparaison de périodes de croissance « normales », comme par exemple les vingt années d’avant 1914 ou bien d’après 1948 ; cela entraîna une progression insuffisante des revenus et de la demande, de sorte que la main-d’oeuvre semblait en grande partie inemployée et le capital immobilisé improductif. Cette insuffisance de la demande globale ne saurait être imputée à l’inflation qui avait précédé. Car « toutes les grandes puissances économiques d’Europe étaient confrontées à des blocages en matière de croissance – la structure même de ces pays comportait dès avant la guerre des tendances à la stagnation qui n’ont fait qu’apparaître au grand jour après 1918 »30. L’essor des investissements lié à l’inflation a permis de surmonter ces blocages en Allemagne et de relancer la demande pendant quelques années. Le fait que les industries de biens d’investissement aient connu durant cette période un niveau de croissance qui, rapporté au produit national, était tout à fait comparable à celui de périodes de croissance « normales », par exemple avant la Première et après la Seconde Guerre mondiale, ne saurait être interprété comme une anomalie structurelle. La véritable faiblesse structurelle de l’Allemagne résida bien plus dans l’insuffisance des investissements durant la seconde moitié des années vingt, quelles qu’aient pu en être les causes nationales ou internationales.

B. L’économie extérieure

  • 31 Cf. tableaux 32 et 40.
  • 32 Cf. tableau 35.
  • 33 On trouvera une justification théorique de cette thèse chez Erich Schneider, Einführung in die Wirt (...)

15Les déficits budgétaires du Reich dans les années d’après-guerre ainsi que l’augmentation de la demande et la création de monnaie qui en ont résulté ont eu des effets sur la politique conjoncturelle et celle de l’emploi non seulement à l’échelon national, mais aussi international – en particulier après que l’encadrement des prix et de la production introduit en Allemagne pendant la guerre ait été progressivement supprimé durant la seconde moitié de l’année 1919 et que le blocus allié qui frappait le commerce extérieur du pays ait été levé. L’Allemagne devait combler un fort retard en ce qui concerne les importations, tout particulièrement de matières premières et autres demi-produits, pour mener à bien la reconstruction de son économie. Dans la mesure où la conjoncture intérieure était soutenue par la politique systématique de déficit budgétaire, où la croissance de la production industrielle et du revenu national se maintenait31 et où la réinsertion des actifs dans le processus de production réussissait32, les effets qui en résultaient pour l’évolution des revenus contribuaient à accroître la demande de biens d’importation en Allemagne. Et dans la mesure où il en a résulté des excédents ou bien des augmentations d’excédents à l’importation, la conjoncture allemande a également contribué à stimuler la demande à l’étranger. Par ses effets, la hausse des exportations en direction de l’Allemagne est comparable à un surplus d’investissements nationaux de même ampleur, agissant comme un multiplicateur sur le produit national des pays concernés33.

  • 34 Derek H. Aldcroft, From Versailles to Wall Street 1919-1929, Londres, 1977, p. 66 sq. Pour ce qui c (...)
  • 35 Derek Aldcroft, From Versailles..., op. cit., p. 67. Pour les Etats-Unis, Milton Friedman et Anna J (...)

16Durant la guerre, l’évolution économique de l’Allemagne d’une part, d’autres grands pays industrialisés, en particulier les USA et la Grande-Bretagne ainsi que les pays neutres d’Europe, de l’autre a été largement identique, scandée par le rythme des efforts de guerre et des commandes qu’ils engendraient pour les économies tant chez les belligérants que dans les États neutres. Il en est allé de même au début de la période d’après-guerre, jusqu’au début de 1920, alors que se posaient partout les problèmes du passage d’une production de guerre à une production de paix ou encore de la réinsertion des soldats démobilisés dans le monde du travail. Certes les gouvernements ont rapidement levé les contrôles imposés à l’économie durant le conflit et permis de la sorte une relance de l’activité économique privée, qu’ils ont également soutenue en 1919 par des déficits budgétaires persistants liés au financement des mesures de démobilisation34. En outre, le loyer de l’argent a tout d’abord été maintenu à un niveau peu élevé en 1919, tout spécialement afin de permettre une consolidation à un faible taux des dettes que l’État avait accumulées durant la guerre et d’éviter une chute du cours des emprunts que les gouvernements avaient contractés par le passé35.

  • 36 W. Arthur Lewis, Economy Survey 1919-1939, Londres (1949) 1969, p. 18-19.
  • 37 International Conference of Economic Statistics (dir.), International Abstracts of Economic Statist (...)
  • 38 Ibid., p. 75.
  • 39 Brian R. Mitchell, Européen Historical Statistics 1750-1970, Londres, 1975, p. 356-357.
  • 40 International Abstracts..., op. cit., p. 213.
  • 41 B. R. Mitchell, European..., op. cit., p. 168.
  • 42 Ben J. Wattenberg, The Statistical History of the United States. From Colonial Times to the Present (...)

17La seconde moitié de l’année 1919 a été marquée par une forte croissance de l’économie mondiale, partout accompagnée d’une importante hausse des prix – y compris dans les pays à monnaie forte comme les USA36. C’est ainsi qu’en Grande-Bretagne l’indice des prix de gros (1913 = 100) est passé de 246 en mai 1919 à 325 en mai 1920, date à laquelle la courbe des prix a atteint son apogée ; la hausse a donc été de 40 %. Aux USA, les prix de gros avaient progressé en mai 1920, c’est-à-dire également à leur plus haut, d’environ 25 % par rapport au niveau de l’année précédente. En France, le point culminant fut atteint en avril 1920 avec une hausse de 77 % en un an37. Ce boom d’après-guerre a considérablement facilité la reconversion des économies et la réinsertion des salariés dans un processus de production normal et non plus tourné vers la guerre. Ainsi, de 1919 à 1920, l’indice de la production industrielle exprimé en moyenne annuelle (1913 = 100) est passé en France de 56 à 61 (= environ 9 %)38 et en Grande-Bretagne de 55,1 à 61,2 (= environ 11 %)39. Aux USA, la production des industries de transformation avait augmenté de près de 9 % durant le premier trimestre 1920 par rapport à la même période de l’année précédente40. Les taux de chômage, pour autant qu’ils soient connus, étaient relativement bas : 2,4 % en Grande-Bretagne pour les années 1919 et 192041. Aux USA, le taux est certes passé de 1,5 % en 1919 à 5,2 % en 1920, mais cette hausse tient uniquement aux compressions d’emplois intervenues dans l’armée, car le nombre des actifs civils augmentait encore en 192042.

  • 43 International Abstracts..., op. cit., p. 105, Derek H. Aidcroft, The Inter-War Economy : Britain, 1 (...)
  • 44 M. Friedman/A. J. Schwartz, Monetary History..., op. cit., p. 229-230.

18Fin 1919, début 1920 s’est imposée en Grande-Bretagne, et plus fortement encore aux USA, l’idée qu’il fallait endiguer le boom spéculatif avec ses conséquences inflationnistes par des mesures de politique monétaire. En Grande-Bretagne, il fallait relever le loyer de l’argent pour les dépôts à trois mois, qui était resté à 4 % jusqu’en octobre 1919, si on voulait éviter que les taux d’intérêt provoquent une fuite des capitaux et donc un affaiblissement de la livre déjà bien instable, alors que le commerce extérieur avait été libéralisé et le contrôle des changes levé. C’est pourquoi le taux fut porté à 6 3/4 % durant le second semestre 192043. Aux USA, les réserves qu’inspirait une telle mesure au regard de la politique financière furent levées une fois retrouvée la stabilité budgétaire. Le Federal Reserve Board releva le niveau des taux d’intérêt à partir de novembre 1919 afin de stopper l’inflation dans le pays44. Celui des dépôts à trois mois, qui était resté inférieur à 6 % durant les 9 premiers mois de 1919, se situait en moyenne à plus de 8 % en 1920.

  • 45 J. Néré, La Crise de 1929, Paris, 1967, p. 21.
  • 46 Jorgen Pedersen, « Some Notes on the Economic Policy of the United States during the Period 1919-19 (...)
  • 47 Sur ce point, voir J. D. Pilgrim, « The Upper Tuming Point of 1920. A Reappraisal », dans Explorati (...)
  • 48 M. Friedman et A. J. Schwartz, Monetary History..., op. cit., p. 232.

19Nous ne débattrons pas ici de la question de savoir si les mesures monétaires ci-dessus évoquées – éventuellement en liaison avec une politique financière restrictive dans le cas de la Grande-Bretagne et des USA – sont en tout ou en très grande partie responsables du fléchissement conjoncturel qui intervient en 1920, comme l’affirment par exemple Jacques Néré45 et Jørgen Pedersen46 ; ou bien si le retournement de conjoncture serait intervenu même sans ces restrictions monétaires et financières, par suite de facteurs structurels47. Le fait est que le renchérissement du crédit qui a commencé fin 1919-début 1920, et qui a été encore renforcé aux USA en juin 1920, a sans doute fortement aggravé le fléchissement de la conjoncture et le passage à une phase de dépression. C’est ainsi que Friedman et Schwartz ont constaté qu’entre août 1920 et février 1921 est intervenu « the sharpest price decline in the period covered by our money series, either before or since that date and perhaps also in the whole history of the United States »48. Et selon eux, la même constatation vaudrait pour la production industrielle et l’emploi dans l’industrie. Aldcroft est arrivé à des conclusions similaires dans le cas de la Grande-Bretagne.

  • 49 B. J. Wattenberg, Statistical History..., op. cit., p. 667.
  • 50 D. H. Aldcroft, Inter-War Economy..., op. cit., p. 32.
  • 51 International Abstracts..., op. cit., p. 65. On trouvera d’autres relevés comparatifs des indices d (...)
  • 52 B. J. Wattenberg, Statistical History..., op. cit., p. 126.
  • 53 B. R. Mitchell, European..., op. cit., p. 168.
  • 54 D. H. Aldcroft, Inter-War Economy..., op. cit., p. 37.

20Quelques chiffres permettront de mieux saisir l’ampleur de la dépression de 1921. Entre 1920 et 1921, la production industrielle a chuté d’environ 20 % aux USA49, de 18,6 % en Grande-Bretagne50 et d’environ 11 % en France51. Aux USA, le nombre d’emplois a diminué de plus de 2 millions entre 1920 et 1921 et le taux de chômage a atteint une moyenne annuelle de près de 12 % en 192152. En Grande-Bretagne, le taux de chômage est passé de 2,4 % des syndiqués en moyenne annuelle pour 1920 à 14,8 % en moyenne annuelle pour 192153. Au plus fort de la crise, au milieu de l’année 1921, le chômage touchait en Grande-Bretagne 2,4 millions de personnes assurées, soit un taux de 22 %54.

  • 55 R. A. Gordon, « Cyclical Experience in the Inter-War Period. The Investment Boom of the Twenties », (...)

21La « crise économique mondiale » de 1920-1921, tout comme celle de 1929-1933, si elle n’a pas été déclenchée par les erreurs de la politique monétaire, a pour le moins assurément été aggravée par celles-ci ; mais on est frappé de la vitesse avec laquelle la première a été surmontée, à la différence de la seconde. Cela est d’autant plus vrai qu’en 1920-1921 le basculement dans la dépression s’est fait beaucoup plus rapidement qu’en 1929-1932. Ainsi, aux USA, la diminution mensuelle des prix de gros durant la crise de 1920-1921 a été de 3,4 % contre 0,9 % durant la dépression de 1929-1932. Les chiffres correspondants pour la production industrielle sont de 2,4 % et 1,5 %55. Comment expliquer dès lors que le creux de la conjoncture a été atteint tellement plus vite au cours de la première crise qu’au cours de la seconde ?

  • 56 Voir Akten der Reichskanzlei. Weimarer Republik. Das Kabinett Fehrenbach, documents no 84, 164, 184 (...)
  • 57 Ibid., document 84, note 4, p. page 219.

22À mon sens, l’explication tient à ce qu’un des principaux pays industrialisés du monde, l’Allemagne, a décidé de ne pas appliquer la politique monétaire et financière restrictive qui était pratiquée à l’étranger afin non de stabiliser, mais plutôt de relever la valeur interne (USA) ou externe (Grande-Bretagne en particulier) de la monnaie. En Allemagne, la priorité de la politique économique a consisté à assurer le plein-emploi et non pas – comme par exemple dans les pays anglo-saxons – à assurer la stabilité monétaire. Le renforcement des mesures de création d’emplois financées par des investissements publics, décidé dans le cadre du « secours productif aux chômeurs » durant la seconde moitié de 1920 et en 1921, le montre clairement56. Les priorités de la politique économique ressortent nettement d’une lettre adressée le 20 septembre 1920 par le Premier ministre de Prusse au chancelier ; il y proposait de vastes mesures de création d’emplois, que le gouvernement du Reich décida d’approuver et de soutenir financièrement. On peut entre autres y lire qu’il serait éminemment regrettable « de ne pouvoir parvenir à créer des emplois pour des dizaines de milliers de travailleurs simplement par manque d’argent »57.

  • 58 Bundesarchiv Koblenz R 2/3216, Vermerk über eine Besprechung im Auswärtigen Amt am 24. Jan. 1921 üb (...)

23Alors qu’il était conseiller du gouvernement, Walther Rathenau avait lui aussi fait en 1921 le constat que l’inflation pouvait éviter à l’Allemagne d’être victime de la crise économique mondiale. C’est pourquoi il recommanda au gouvernement allemand de mener une politique inflationniste : « Il expliqua ne pas craindre l’inflation. S’il lui était permis de faire une remarque qui déborde l’ordre du jour, il recommandait de recourir un peu plus à la planche à billets, de lancer des programmes de construction dans le pays afin de pouvoir soutenir l’emploi et d’endiguer ainsi la crise qui touchait déjà la Grande-Bretagne de plein fouet, si elle venait à gagner l’Allemagne. Il déclara qu’il était erroné d’affirmer que la planche à billets nous soit fatale »58.

  • 59 Karl Bräuer, Die Neuordnung der deutschen Finanzwirtschaft und das neue Reichssteuersystem, Stuttga (...)
  • 60 Arnd Jessen, Finanzen, Defizit und Notenpresse 1914-1922, Berlin, 1923, p. 47.
  • 61 Voir tableaux 1, 4, 8.
  • 62 Voir tableaux 32 et 38.
  • 63 F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 480-481.
  • 64 Ibid., p. 481.

24De fait, en 1920-1921 l’Allemagne présentait une évolution économique inverse de celle des autres grands pays industrialisés. Bien que les réformes fiscales de Erzberger aient permis au Reich59 de lever de nouveaux impôts, celui-ci continuait à augmenter les « dettes flottantes » pour financer ses dépenses60. Le taux d’escompte de la Reichsbank et les taux du marché monétaire privé demeuraient bas. Certes une relative stabilisation des taux de change et du niveau des prix intervint entre le premier semestre 1920 et le premier semestre 192161, ce qui, combiné à la dépression qui frappait les pays étrangers, provoqua un recul de la demande à l’exportation. Pour le moins, les exportations se heurtèrent à des problèmes de débouchés durant cette phase. Par contre, la demande intérieure restait élevée, de sorte qu’en 1921 la production industrielle allemande continua à augmenter, progressant de 20,4 % après avoir déjà connu en 1920 une hausse de 46 % par rapport à l’année précédente62. En 1921, le chômage resta également inférieur à la moyenne de 1920, avec un taux annuel moyen de 2,8 % des membres des syndicats et organisations professionnelles d’ouvriers qualifiés contre 3,8 %63. Certes les chiffres de l’emploi du premier semestre 1921 n’étaient pas tout à fait aussi favorables que la moyenne annuelle, et entre 7 et 9,5 % des salariés syndiqués connaissaient le chômage partiel64, mais en comparaison de la situation qui régnait par exemple en Grande-Bretagne et aux USA, l’économie allemande donnait en 1921 une image de prospérité.

25La croissance constante de l’économie allemande, y compris durant la crise économique mondiale de 1920-1921, entraînait bien évidemment aussi une croissance de la demande à l’importation. Pour les offreurs étrangers, l’Allemagne constituait le seul marché d’importance en expansion durant les années de crise. Les statistiques du commerce extérieur de l’Allemagne pour cette période, même si elles sont incomplètes, le montrent clairement (tableau 39). Les données chiffrées sur l’évolution des importations en prix courants n’ayant guère de signification par suite des fluctuations des changes, on ne peut utiliser que celles qui concernent les quantités importées. Leur montant a été partiellement calculé sur la base des prix à l’importation de 1913 en mark-or. Mais la seule évolution des quantités importées donne aussi, à n’en pas douter, une idée assez précise de la valeur réelle des importations dans la mesure où leur structure avait peu changé, y compris par rapport à l’avant-guerre : plus des trois quarts étaient composés de pondéreux homogènes présentant un faible rapport valeur-poids, de sorte que les fluctuations des importations se traduisaient en fluctuations de poids révélatrices.

Tableau 39. Importations allemandes (dans le commerce spécial) durant les années 1920-1923 par comparaison avec 1913

En 1 000 t

En millions de marks-or sur la base de la valeur de 1913

1

2

1913

72 831

11 206

1920

18 841

3 947

1er semestre

8 398

2e semestre

10 443

1921

25 663

5 751

1er semestre

11 470

2e semestre

14 193

1922

45 867

6 310

1er semestre

17 157

2e semestre

28 710

1923

46 573

4 821

Source : colonne 1 : Statistisches Jahrbuch für das Deutsche Reich, 1923, p. 189. F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 464-465.
colonne 2 : Deutschlands Wirtschaft, Währung und Finanzen, Berlin, 1924, p. 18.
On trouvera également des données annuelles dans Der Auswärtige Handel Deutschlands in den Jahren 1920, 1921 und 1922 verglichen mit dem Jahre 1913. Statistik des Deutschen Reichs, vol. 310, fascicule 1, Berlin, 1924, p. 2 (introduction). Pour ce qui concerne les chiffres mensuels du volume d’importation en 1919 et de janvier 1920 à juillet 1920, voir Sammlung von Aktenstücken über die Verhandlungen auf der Sachverständigenkonferenz zu Brüssel vom 16. bis 22. Dezember 1920, Berlin, 1921, p. 86-89 et p. 102-104. Il y a eu des importations de 2 478 000 tons durant le premier et 7 446 000 tons durant le deuxième semestre 1919. En totalité, il y a donc eu des importations de 9 924 000 tons durant l’année 1919.

26D’après le tableau 39, les quantités importées en 1921, exprimées en tonnes, étaient en hausse de 36,2 % par rapport à l’année précédente. En valeur calculée en marks-or, cela représente même une hausse de 45,7 %. On peut en conclure que les importations de biens présentant un rapport valeur-poids relativement élevé ont progressé dans des proportions supérieures à la moyenne. En 1922, c’est l’inverse : les quantités importées exprimées en tonnes ont progressé de 78,7 %, leur valeur en marks-or n’a par contre augmenté que de 10 %.

  • 65 B. J. Wattenberg, Statistical History..., op. cit., p. 903.
  • 66 Ibid., p. 200.

27Les statistiques du commerce extérieur des pays étrangers traduisent l’évolution des importations allemandes de manière plus fiable que les chiffres publiés en Allemagne même, qui sont déformés ou peu révélateurs par suite de la situation monétaire. Aux USA, la valeur globale des exportations est passée, en valeur, de 8,23 milliards de dollars en 1920 à 4,49 milliards de dollars en 1921, soit un recul de 45,4 %65. Comme l’indice américain des prix de gros (1926 = 100) a chuté de 154,4 en 1920 à 97,6 en 192166, le recul du volume des exportations, qui doit être corrigé d’autant, s’établissait aux alentours de 14 %.

  • 67 Ibid., p. 903.
  • 68 Ibid.

28Mais les exportations à destination de l’Allemagne ont également progressé en valeur, passant de seulement 93 millions de dollars en 1919 à 311 millions de dollars en 1920 et 372 millions de dollars en 192167. Par suite de la chute des prix de gros américains, la hausse du volume des exportations des USA à destination de l’Allemagne entre 1920 et 1921 a même été de 90 %. Le fait que la part relative de l’Allemagne dans les exportations américaines soit passée de 1,2 % en 1919 à 3,8 % en 1920 et 8,3 % en 1921, année de crise, montre l’importance que le marché allemand revêtait alors pour l’économie des USA68.

  • 69 J. W. F. Thelwall et C. J. Kavanagh, Report on the Economic and Financial Conditions in Germany to (...)
  • 70 Ibid., p. 37.
  • 71 Ces chiffres ont été calculés à partir des données qui se trouvent dans Department of Commerce. Bur (...)

29Pour certaines marchandises, le marché allemand jouait même un rôle décisif pour les industries exportatrices des USA. Cela tenait au fait que ces derniers exportaient pour l’essentiel des biens non manufacturés, en particulier des produits agricoles. L’Allemagne quant à elle importait des biens non manufacturés à concurrence de 75 %69, en sorte que la structure du commerce extérieur des deux pays était complémentaire. En 1921, l’Allemagne absorbait 110,9 millions de dollars sur les 534 que représentait l’ensemble des exportations de coton brut des USA, soit 20,8 % – c’est-à-dire plus que la Grande-Bretagne70 ; pour le cuivre, le pourcentage était de plus de 30 %, pour la viande également d’un peu plus de 30 %, pour le blé et la farine de blé de 13 %71.

  • 72 Department of Commerce..., 1920-1921, Part II : Exports, op. cit., p. 34.

30De 1920 à 1921, les importations allemandes de coton brut avaient presque exactement doublé en quantité alors que, toujours en quantité, les exportations américaines de coton brut étaient restées pratiquement inchangées72. Il en allait de même pour la viande et les produits à base de viande. Dans leur cas, la hausse quantitative des livraisons américaines à l’Allemagne entre 1920 et 1921 était d’environ 60 %. En ce qui concerne le blé, qui constituait le produit le plus important du poste « céréales et farine panifiables », les quantités livrées à l’Allemagne par les USA ont quadruplé. En ce qui concerne le cuivre, on note également une augmentation d’environ 150 % des quantités importées depuis les USA par l’Allemagne.

  • 73 B. J. Wattenberg, Statistical History..., op. cit., p. 906.

31Comme les exportations allemandes à destination des USA étaient très faibles durant les années 1919-1921, ne dépassant pas 11 millions de dollars en 1919, 89 millions en 1920 et 80 millions en 192173, la hausse des exportations américaines vers l’Allemagne correspondait presque exclusivement à une hausse de la demande économique globale aux USA.

  • 74 Ibid., p. 903.
  • 75 Ibid., p. 224. J’ai analysé cette même question en détail, à partir des chiffres mensuels du commer (...)

32Pour bien saisir dans quelle mesure l’inflation que connaît l’Allemagne, ou encore son refus de mener une politique déflationniste en 1921, a entretenu la demande en direction de l’économie américaine et de la sorte éventuellement contribué à surmonter rapidement la crise économique mondiale, il convient de comparer l’évolution réelle du commerce germano-américain à ce qu’aurait été son évolution hypothétique si l’Allemagne avait connu une dépression économique comparable à celle des pays anglo-saxons. Étant donné la similitude des structures économiques en Allemagne et en Grande-Bretagne, on peut partir de l’hypothèse qu’en cas de dépression en Allemagne les exportations américaines à destination de cette dernière auraient évolué en 1921 comme celles destinées à la Grande-Bretagne : par rapport à 1920, elles sont passées de 1,83 milliard de dollars à 0,94 milliard de dollars, soit environ une chute de moitié74. En 1921, les USA n’auraient donc pu exporter vers une Allemagne frappée par la dépression économique que quelque 155 millions de dollars (= 50 % de 311 millions de dollars, c’est-à-dire la valeur des exportations de l’année 1920). En réalité, ils ont exporté des marchandises pour une valeur de 372 millions de dollars. La différence entre ces deux chiffres représente la contribution que l’Allemagne a apportée en 1921 à la relance de la conjoncture américaine par sa politique fiscale et monétaire expansive génératrice d’inflation ; et plus précisément à sa contribution directe, compte non tenu des effets indirects résultant du commerce de transit et des impulsions que la conjoncture allemande a données à l’activité économique d’autres pays. Cette contribution directe (environ 220 millions de dollars) représentait 0,3 % du produit national brut des États-Unis en 1921 (69,6 milliards de dollars)75.

33On peut également quantifier le soutien direct que la demande à l’importation de l’Allemagne, entretenue par l’inflation, a apporté en 1921 à la conjoncture de la Grande-Bretagne, principale puissance industrielle européenne avec l’Allemagne. On se heurte cependant alors à deux difficultés :

    • 76 Brian R. Mitchell et Phyllis Deane, Abstract of British Historical Statistics, Cambridge, 1962, p.  (...)
    • 77 Ibid., p. 323.

    Une part importante des exportations britanniques concernait le commerce de transit – environ un septième en 1920 et 192176. Mais la part du commerce de transit dans les exportations anglaises vers l’Allemagne est bien plus importante. Elle s’élevait en 1920 à 57 % et en 1921 à 56 %77. Certes, la hausse ou pour le moins la stabilisation du commerce de transit britannique contribuait aussi à soutenir la conjoncture de l’économie britannique, mais ce sont les pays d’origine des produits passant en transit qui ont assurément le plus profité de ce soutien. Cela tendrait à renforcer la thèse selon laquelle l’inflation allemande a stabilisé la conjoncture mondiale, même si, indépendamment du commerce de transit britannique – autrement dit compte non tenu des impulsions que celui-ci a donné à l’activité économique britannique – l’ordre de grandeur des importations allemandes en provenance de Grande-Bretagne résultant de l’inflation est suffisant pour avoir stimulé l’économie britannique et lui avoir permis de sortir de la dépression. C’est pourquoi nous prendrons en compte dans les lignes qui suivent les exportations de produits britanniques vers l’Allemagne, qui sont traitées à part dans les statistiques britanniques.

    • 78 R. Wagenführ, Industriewirtschaft..., op. cit., p. 24.
    • 79 B. R. Mitchell et Ph. Deane, Abstracts..., op. cit., p. 323.

    Malheureusement, les statistiques concernant le commerce extérieur de le Grande-Bretagne durant l’année 1921, qui nous intéresse ici, prennent en compte les modifications territoriales intervenues en Europe après la Première Guerre mondiale. C’est ainsi qu’en 1921, pour la première fois, les exportations britanniques vers l’Alsace-Lorraine n’apparaissent plus sous la rubrique Allemagne, mais France. L’Allemagne ayant perdu environ 10 % de son potentiel industriel par suite des clauses territoriales du traité de Versailles78, j’ai diminué les chiffres des importations et exportations britanniques avec l’Allemagne pour les années 1919 et 1920 de 10 % afin qu’ils tiennent compte des modifications territoriales dès 1919 et que, de la sorte, les statistiques britanniques du commerce extérieur avant et après 1921 soient comparables. Les chiffres ainsi corrigés du commerce germano-britannique pour les années 1919 et 1921 ainsi que les chiffres originaux pour les années suivantes, classés par pays d’origine et pays destinataire, sont (en millions de livres-sterling)79 :

Exportations britanniques vers l’Allemagne

Importations britanniques en provenance d’Allemagne

1919

13,2

0,8

1920

19,5

26,4

1921

17,9

19,8

1922

32,1

25,9

1923

42,6

34,1

  • 80 Les chiffres globaux du commerce extérieur de la Grande-Bretagne sont tirés de ibid., p. 284.

34La part relative des exportations britanniques vers l’Allemagne dans l’ensemble des exportations de produits d’origine britannique était de80 :

1919

1,7 %

1920

1,5 %

1921

2,5 %

1922

4,5 %

1923

5,6 %

  • 81 Ibid., p. 323.

35D’après ces chiffres, le marché allemand était bien moins important pour les exportations britanniques durant les premières années d’après-guerre que pour les exportations américaines, ou encore durant la période d’avant-guerre. En 1913, les exportations britanniques vers l’Allemagne avaient représenté 7,7 % des exportations totales. Mais pour ce qui concerne l’immédiat après-guerre, il convient de remarquer qu’une grande partie du commerce de la Grande-Bretagne avec l’Allemagne passait par les Pays-Bas. C’est ce qui explique que le chiffre des exportations britanniques vers les Pays-Bas ait été deux fois supérieur à celui des exportations vers l’Allemagne en 1919 et 1920, et lui ait été encore nettement supérieur en 1921 et 192281. Durant les années suivantes, les exportations britanniques vers les Pays-Bas recensées dans les statistiques britanniques reculèrent à peu près dans les mêmes proportions qu’augmentaient celles vers l’Allemagne.

  • 82 Ibid., p. 477. International Abstracts..., op. cit., p. 100.

36Il n’en reste pas moins que l’évolution des exportations britanniques directes vers l’Allemagne entre 1920 et 1921 revêt un intérêt particulier. L’indice des prix de gros en Grande-Bretagne (1913 = 100) a reculé de 307, 3 en 1920 à 197, 2 en 192182. En volume les exportations britanniques vers l’Allemagne ont donc augmenté de 43 % entre 1920 et 1921, tandis que dans le même temps l’ensemble des exportations de produits britanniques voyait sa valeur chuter de 1 334,5 millions à 703,4 millions de livres-sterling et son volume – calculé à partir de l’indice des prix de gros – reculer d’environ 18 %.

  • 83 B. R. Mitchell et Ph. Deane, Abstracts..., op. cit., p. 320.
  • 84 B. R. Mitchell, European..., op. cit., p. 790.

37Si, dans l’hypothèse où l’Allemagne aurait pratiqué en 1920-1921 une politique monétaire et financière restrictive du type de celle des pays anglo-saxons, on part de l’idée que les exportations de la Grande-Bretagne vers l’Allemagne auraient évolué entre 1920 et 1921 comme ses exportations vers les USA – celles-ci sont passées de 77 à 44 millions de livres-sterling, soit une diminution de 43 %83 – les exportations britanniques directes vers l’Allemagne aurait dû s’élever en 1921 à seulement 10,9 millions de livres-sterling. La différence avec leur valeur effective de 17,9 millions de livres-sterling, soit 7 millions de livres-sterling, représente la contribution directe de l’inflation allemande au soutien de la conjoncture britannique en 1921. Comme le produit national brut de la Grande-Bretagne s’élevait en 1921 à 5 312 millions de livres-sterling84, l’inflation allemande a assuré de la sorte à l’économie britannique une demande supplémentaire correspondant à 0,13 % du PNB. Compte tenu des effets indirects – commerce germano-britannique passant par les Pays-Bas, commerce transitant par la Grande-Bretagne, retombées sur les exportations britanniques du soutien conjoncturel que les pays tiers retiraient de l’inflation allemande – la contribution de l’inflation allemande à l’activité économique de la Grande-Bretagne en 1921 devrait avoir été sensiblement plus importante que ne l’exprime le pourcentage précédemment cité. À lui seul, le commerce de transit conduirait à un doublement de ce chiffre.

  • 85 Ces chiffres sont tirés de Die Wirtschaftskurve, lre année, cahier II, avril 1922, p. 72.

38L’expansion allemande a également influé sur l’économie française : les exportations françaises vers l’Allemagne sont passées de 1,50 milliard de francs en 1920 à 2,36 milliards de francs en 1921, soit une augmentation de 60 %, tandis que les importations françaises en provenance d’Allemagne reculaient de 2,7 à 2,5 milliards de francs85. Comme on ne dispose pas de chiffres pour le produit national en prix courants de la France, les données chiffrées concernant les exportations ne peuvent malheureusement pas être mises en relation, dans son cas, avec l’évolution globale de l’économie.

39Les effets de relance que la croissance soutenue et continue qui règne en Allemagne durant les années de dépression a exercés sur ses voisins européens plus petits, comme les Pays-Bas, la Belgique, la Suisse, les États Scandinaves ainsi que les pays d’Europe centrale et sud-orientale, ont vraisemblablement été nettement plus importants que ceux précédemment décrits, étant donné que les économies de ces pays étaient étroitement liées à celle de l’Allemagne. Mais la quantification doit en être réservée à une étude ultérieure.

  • 86 Sachverständigenrat zur Begutachtung der gesamtwirtschaftlichen Entwicklung, Jahresgutachten 1967/6 (...)
  • 87 Ibid., p. 80. Voir aussi Alois Oberhauser, « Geld-und Kreditpolitik bei weitgehender Vollbeschaftig (...)
  • 88 « Bonner Wirtschaftsgipfel. Treffen der Staats-und Regierungschefs am 16. und 17. 7. 1978 », Auszüg (...)

40Les chiffres n’ont de signification que si on les compare entre eux : le premier programme de relance conjoncturel du gouvernement fédéral en janvier 1967, destiné à stopper la récession en stimulant la demande intérieure par un accroissement des dépenses publiques, avait un volume de 2,5 milliards de marks86 et a stimulé la demande pour l’essentiel durant l’année 1967. Il correspondait à 0,5 % du produit national brut de la République fédérale de la même année. En juillet 1967, un second programme de relance conjoncturel d’un montant de 5,3 milliards de marks fut décidé87. Mais il n’agit pour l’essentiel sur la demande qu’en 1968, alors que la conjoncture s’était déjà nettement redressée. Citons un autre exemple : le programme de soutien conjoncturel décidé lors du sommet économique mondial de Bonn en juillet 1978 et destiné à soutenir la conjoncture mondiale prévoyait de relancer la demande par l’adoption de mesures fiscales en matière de recettes et de dépenses dans les pays industrialisés occidentaux, pour un montant de 1 % du produit national brut88. Mais comme les effets de ces mesures sont appelés à s’étaler sur plusieurs années, l’impact annuel sur la demande est bien moindre. C’est pourquoi le soutien de la demande que les importations allemandes résultant de l’inflation ont assuré en 1921, et qui s’élève respectivement à 0,2 et 0,3 % du PNB en Grande-Bretagne et aux USA, se situe dans le même ordre de grandeur que les programmes conjoncturels modernes, surtout si on tient compte du fait que les exportations supplémentaires agissaient intégralement et directement sur la demande ; alors que les programmes de soutien à la conjoncture – lorsqu’ils prévoient des mesures d’allégement fiscal – n’agissent pas pleinement sur les dépenses, dans la mesure où une partie des revenus privés supplémentaires est consacrée à l’épargne.

  • 89 Calculé à partir de B. J. Wattenberg, Statistical History..., op. cit., p. 898 et 903.
  • 90 Wladimir Woytinsky, Die Welt in Zahlen, 4. Buch : Das Gewerbe, Berlin, 1926, p. 176.
  • 91 W. Woytinsky, Die Welt in Zahlen, 3. Buch : Die Landwirtschaft, Berlin, 1926, p. 118.
  • 92 Ibid., p. 171.

41Mais l’effet de l’augmentation des importations allemandes en 1921 sur la conjoncture mondiale ne se limite pas à une hausse de la demande globale à l’étranger ; elle prend une importance particulière quand on considère la structure des importations allemandes et qu’on la compare aux facteurs structurels de la dépression qui frappe l’étranger, tout particulièrement les USA. Les principaux biens importés par l’Allemagne – coton brut, blé, viande et produits à base de viande – étaient des produits agricoles très importants au regard de l’ensemble des exportations américaines. Ils représentaient en 1921 environ un tiers de celles-ci89. Le coton brut, le blé et le cuivre comptaient au nombre des principaux produits du commerce mondial, dont les prix étaient cotés auprès de toutes les grandes bourses de marchandises. Or les USA en étaient le principal producteur : durant les années d’après-guerre, ils assuraient environ la moitié de la production mondiale de cuivre90, environ un tiers de celle de blé mais, tout comme le Canada et l’Argentine, une part bien plus importante des surplus de production qui étaient négociés sur les marchés mondiaux91. Pour ce qui concerne la production mondiale de coton en 1921-1922, les USA en assuraient un peu plus de 50 %92. Étant donné leur importance relative dans ces domaines, l’évolution de la demande et des prix de ces produits sur le marché américain était décisive pour l’évolution des marchés mondiaux.

  • 93 Cf. W.A. Lewis, Economic Survey..., op. cit., p. 56 sq.
  • 94 Charles P. Kindleberger, The World in Depression, Londres, 1973, p. 107.

42L’offre de produits non manufacturés, surtout agricoles, étant tout aussi peu élastique à court terme que les prix proposés pour ces produits par le marché de la demande, de faibles modifications des courbes de la demande dans l’un ou l’autre sens suffisaient pour provoquer d’importants écarts de prix. En ce qui les concerne, les fluctuations conjoncturelles de la demande peuvent être considérées comme des modifications des courbes de la demande sur les marchés mondiaux. Si, dans le système de coordonnées prix-quantité elles tendent vers l’origine, il peut en résulter des spirales déflationnistes, dans la mesure où le recul des prix affecte les revenus d’un grand nombre de producteurs, en particulier agricoles, qui réduisent alors leur demande d’autres produits, par exemple industriels ; cette évolution peut durer longtemps, comme durant la crise économique mondiale de 1929-1933, et entraîner dans le domaine de l’industrie un chômage massif, dans le secteur primaire misère et appauvrissement, surtout parmi les agriculteurs endettés, et dans le secteur financier des faillites bancaires93. En 1929, une telle spirale déflationniste s’est amorcée sur les marchés mondiaux des produits agricoles et des matières premières, après que la surproduction structurelle de biens non manufacturés à l’échelle mondiale se soit traduite dès 1925 par des diminutions de prix et une augmentation des stocks agricoles. « La suroffre de crédit qui a duré jusqu’au milieu de 1928 a masqué les failles structurelles [...]. Le monde serait peut-être parvenu à maîtriser les conséquences de la surproduction de matières premières s’il avait pu échapper à la déflation monétaire. Mais la combinaison de la surproduction et de la déflation a eu des effets catastrophiques. »94

  • 95 On trouvera les graphiques correspondants chez C. P. Kindleberger, World in Depression..., op. cit. (...)
  • 96 D. H. Aldcroft, From Versailles to Wall Street..., op. cit., p. 68.
  • 97 H. B. Lary, United States..., op. cit., p. 149.
  • 98 Sur ce point, voir également LoN, Economie Fluctuations in the United States and the United Kingdom (...)
  • 99 B. J. Wattenberg, Statistical History..., op. cit., p. 887.

43Après une phase de politique monétaire et de crédit fortement restrictive, en particulier en 1920 en Grande-Bretagne et aux USA, c’est précisément cette combinaison de facteurs qui est intervenue, créant la situation de départ d’une dépression mondiale profonde et longue du type de celle de 1929-1933 – ce qu’a révélé la rapide chute des prix sur les marchés mondiaux des matières premières en 1920-192195. Le fait qu’elle ait cessé dès 1921 et qu’on ait estimé dès 1922 que la première crise économique mondiale était terminée96 tient sans doute en partie à la politique inflationniste de l’Allemagne ainsi qu’à la haute conjoncture qui en a résulté dans le pays, induisant une forte hausse de la demande des principaux produits disponibles sur le marché mondial des matières premières. Ce résultat ne contredit pas nécessairement le jugement de Hal Lary97 selon lequel le redressement de l’économie américaine aurait également permis aux autres pays de sortir de la dépression en relançant les importations des États-Unis en 192298. Cela est certainement vrai de pays ou régions comme l’Australie, le Japon ou l’Amérique du Sud, mais pas de l’Allemagne, que sa politique inflationniste avait mise à l’écart de la conjoncture mondiale. Bien au contraire, le fait que la demande des principaux produits non manufacturés américains ait augmenté en Allemagne en 1921 a sans aucun doute fortement contribué à stabiliser la conjoncture américaine dans la mesure où elle concernait avant tout les exportations de produits agricoles, qui représentaient en 1921 un peu plus du quart du revenu global des agriculteurs aux États-Unis99.

  • 100 C. P. Kindleberger, World in Depression..., op. cit., p. 105 sq. Peter Temin, Did Monetary Forces C (...)
  • 101 W. A. Lewis, Economic Survey..., op. cit., p. 56.
  • 102 D. H. Aldcroft, From Versailles..., op. cit., p. 68.
  • 103 Il n’est pas possible de quantifier exactement tous les effets que l’inflation allemande a eus sur (...)

44Dans la mesure où la diminution des prix supérieure à la moyenne qui touche les produits agricoles et les matières premières est l’un des principaux facteurs d’explication de la crise économique aux États-Unis en 1929100, on ne saurait attacher trop d’importance au rôle que les débouchés sur le marché allemand ont joué en 1921 pour des exportations américaines victimes par ailleurs d’une chute de la demande. L’expansion de la demande en Allemagne a interrompu la réaction en chaîne conduisant à la dépression ainsi décrite par W. Arthur Lewis dans le cas des années trente : « La cause principale semble avoir été la chute étonnamment rapide qui a affecté le prix des produits agricoles et des matières premières, ce qui a annihilé l’espoir d’une reprise et convaincu les hommes d’affaires "d’attendre la suite" au lieu de se lancer dans de nouveaux investissements »101. En 1929-1932, aucun grand pays industrialisé n’a pu maintenir la demande à un niveau élevé par le seul recours à des mesures relevant de l’économie intérieure, ni a fortiori enregistrer des taux de croissance de la production industrielle et du revenu national réel, donc de la demande à l’importation, comparables à ceux que connaît l’économie allemande en 1921. En d’autres termes, le rayonnement conjoncturel de la politique fiscale et monétaire expansive menée par l’Allemagne en 1921 sur les exportations des autres grands pays industrialisés peut constituer un élément d’explication important au fait que la première dépression d’après-guerre a été « bien plus courte »102 que la crise d’après 1929. C’est à cause du développement parallèle de la déflation dans tous les grands pays, y compris l’Allemagne, durant la future crise économique mondiale que le recul cumulatif de la demande a duré si longtemps et atteint de telles proportions. En forçant un peu le trait, on pourrait dire qu’une crise économique mondiale de la même ampleur et de la même durée que celle des années trente se serait déjà produite au début des années vingt si l’Allemagne n’avait pas pratiqué une politique économique expansive à tous crins, au risque de déclencher une gigantesque inflation, et joué de la sorte le rôle d’une « locomotive » qui, faute de pouvoir assurer la relance de l’économie mondiale, a du moins évité que celle-ci ne sombre plus encore dans la dépression103.

II. LES EFFETS SUR LA DISTRIBUTION DU REVENU NATIONAL EN ALLEMAGNE

A. Remarques préalables et termes du problème

  • 104 David Ricardo, On the Principles of Political Economy and Taxation. The Works and Correspondence of (...)
  • 105 Erich Preiser, Nationalökonomie heute. Eine Einführung in die Volkswirtschaftslehre, Munich, 19698, (...)

45La question de la répartition des revenus, de ses « lois » générales et de son évolution sous l’effet de facteurs spécifiques est au centre de débats politiques passionnés ; dans le même temps, elle constitue un des grands problèmes auxquels s’attachent traditionnellement les sciences économiques104. Pour Erich Preiser, le fait que le thème de la « répartition des revenus » soit constamment à l’ordre du jour de la politique « a pour conséquence qu’il est difficile même dans le cadre d’une analyse purement théorique [...] de distinguer clairement entre jugement de valeur et réalité »105. Dans les pages qui suivent, je m’attacherai dans la mesure du possible à distinguer clairement entre prises de position et constatations empiriques ; de la sorte, si le lecteur vient à porter un jugement de valeur différent du mien, les données empiriques n’en seront pas pour autant remises en question et pourront permettre d’arbitrer entre diverses interprétations.

  • 106 John M. Keynes, A Tract on Monetary Reform. The Collected Writings of J.M. Keynes, ed. E. Johnson a (...)

46La grande importance accordée au phénomène de l’inflation dans les débats tant politiques que scientifiques résulte de l’intérêt que suscite le problème de la répartition des revenus. Car « toute modification de la valeur de la monnaie ou bien, ce qui revient au même, toute modification du niveau des prix (n’a) d’importance sociale que dans la mesure [...] où ses effets sont asymétriques [...]. Les recettes et les dépenses de chacun ne s’en trouvent pas toutes modifiées dans une même proportion uniforme. C’est pourquoi une variation des prix et des salaires, mesurée en argent, ne touche pas de la même façon toutes les classes sociales [...] »106.

  • 107 Hans Mottek et al., Wirtschaftsgeschichte Deutschlands. Ein Grundriβ, vol. III, Berlin Est, 19752, (...)
  • 108 Jürgen Kuczynski, Die Geschichte der Lage der Arbeiter unter dem Kapitalismus, vol. 5, Berlin Est 1 (...)
  • 109 Claus-Dieter Krohn, Die groβe Inflation in Deutschland, 1918-1923, Cologne, 1977, p. 35.
  • 110 Gerald D. Feldman, « Gegenwartiger Forschungsstand und künftige Forschungsprobleme zur deutschen In (...)
  • 111 Gerhard Kessler, « Die Lage der deutschen Arbeiterschaft seit 1914 », dans B. Harms (dir.), Struktu (...)

47Les historiens de l’économie se reconnaissant du marxisme défendent avec force la thèse selon laquelle les salariés auraient été les victimes de l’inflation qui a frappé l’Allemagne non seulement pendant la Première Guerre mondiale, mais surtout après ; selon eux, « une sorte d’accumulation impérialiste “originelle” aurait résulté d’une redistribution du revenu national réalisée au détriment de la classe ouvrière et d’autres travailleurs »107. Pour ce qui concerne les années 1918-1923, Jürgen Kuczynski parle d’une « chute rapide du pouvoir d’achat des salaires à l’aide de l’inflation », qui aurait été d’une part la conséquence de l’économie de guerre qui avait précédé, mais aurait aussi « été délibérément entretenue en Allemagne par le capital monopolistique afin de faire se dégrader les conditions de vie des travailleurs108 ». Krohn développe une argumentation similaire. Il parle d’une « paupérisation des salariés » durant les années d’inflation et affirme que pendant l’après-guerre les « tendances à la croissance qu’on constate jusqu’en 1922 » ont profité « exclusivement aux détenteurs des moyens de production »109. Les historiens non marxistes défendent aussi, en général, l’idée que « si on considère le salaire réel, les travailleurs ont été indiscutablement les grands perdants de l’inflation »110. Les jugements portés à l’époque vont dans le même sens. G. Kessler a qualifié de « funeste le fait qu’en 1919 on ait tenté en règle générale de fixer les salaires pour ainsi dire dans le vide, c’est-à-dire sans tenir compte de la détresse économique réelle qui touchait la plupart des exploitations individuelles et l’ensemble de l’économie nationale. Les entreprises n’avaient dès lors effectivement plus d’autre choix que de relever rapidement leurs prix, ce qui déclencha une course de plus en plus désespérée aux hausses de prix, aux hausses de salaires et aux hausses d’impôts ; la première victime en fut l’État (qui ne parvint plus à subsister que grâce à la planche à billets), mais bientôt la hausse des salaires des travailleurs ne parvint plus non plus à suivre le rythme des hausses de prix qu’ils avaient eux-mêmes déclenchées. Au bout du compte, et en dépit des réticences que la révolution de l’hiver 1918 entretenait sur ce point, les salaires réels, loin d’augmenter, chutèrent de plus en plus111 ».

  • 112 J. Kuczynski, Geschichte der Lage..., op. cit., vol. 5, p. 150-161. Pour ce qui concerne l’accord S (...)

48On veut bien concéder que l’évolution inflationniste a entraîné le plein-emploi et évité de la sorte aux ouvriers de souffrir d’un vaste chômage – du moins jusqu’à la crise liée à la stabilisation de 1923-1924. On reconnaît aussi que la situation des salariés s’est améliorée durant les années d’inflation grâce à l’introduction de la journée de huit heures dans le cadre de l’accord Stinnes-Legien, au fait que l’application des conventions collectives est devenue obligatoire et qu’ont été créés par voie légale des comités d’entreprise112. Mais on cite le recul des salaires réels en 1918-1923 par rapport à 1913 pour prouver que l’inflation aurait entamé les revenus des salariés, au profit de ceux des chefs d’entreprises. Cela revient à affirmer que dans l’Allemagne de 1918-1923 une politique monétaire tournée vers la stabilité aurait assuré aux salariés un revenu réel plus élevé que ne l’a fait l’inflation qui a régné durant cette période. C’est à l’analyse de cette thèse que nous allons maintenant nous attacher.

B. L’évolution du revenu national

  • 113 Statistisches Reichsamt, Das deutsche Volkseinkommen vor und nach dem Kriege, Einzelschriften zur S (...)
  • 114 Sur ce point, voir Alfred Stobbe, Volkswirtschaftslehre I, Volkswirtschaftliches Rechnungswesen, Be (...)
  • 115 Walther G. Hoffmann et al., Das Wachstum der deutschen Wirtschaft seit der Mitte des 19. Jahrhunder (...)
  • 116 Walther G. Hoffmann et J. Heinz Müller, Das deutsche Volkseinkommen 1851-1957, Tübingen, 1959, où i (...)

49Les statistiques officielles concernant l’évolution du revenu national de l’Allemagne remontent jusqu’en 1891113, date à laquelle en Prusse la réforme fiscale de Miquel a fait que la compétence des communes en matière d’impôt sur le revenu a été définitivement transférée à l’État. À cette fin, on a utilisé les chiffres des statistiques fiscales, en particulier ceux du produit des impôts directs. Les statistiques officielles reposent par conséquent sur le calcul de la distribution qui, en comptabilité nationale, est utilisé tout comme le calcul de la formation et celui de l’utilisation afin d’établir le revenu national (produit national net au coût des facteurs)114. Les estimations de W. G. Hoffmann115 et J. H. Müller116 remontent quant à elles jusqu’au milieu du XIXe siècle.

  • 117 Ibid., p. 4.

50Ces calculs standards ont en commun de laisser de côté la période 1914-1924, marquée par l’inflation, parce que « l’inflation [...] rend le calcul du revenu national durant ces années peu révélateur »117. Ce qui est certainement vrai du calcul du produit national en prix courants.

51Il y a cependant eu plusieurs tentatives de calcul du revenu national durant la période 1914-1924. Elles reposent toutes sur une évaluation de l’évolution économique en termes réels, c’est-à-dire en prix constants (de 1913). Il s’agit des estimations de K. Roesler pour les années de guerre et de Henning et Witt pour les années 1914-1924. Les indices de Graham concernant l’évolution des différents secteurs économiques ont également été utilisés pour chercher à établir le revenu national. Ces estimations sont juxtaposées dans le tableau 40, afin qu’il soit possible de les comparer. Toutes révèlent pour les années de guerre un recul du revenu national. Le niveau le plus bas est atteint en 1919. Après quoi les trois estimations disponibles font apparaître une hausse qui culmine en 1922, suivie d’un fort fléchissement durant la dernière année d’inflation.

  • 118 R. Wagenflihr, Industriewirtschaft..., op. cit., p. 47.
  • 119 Calculé à partir de Hoffmann et al., Wachstum..., op. cit., p. 453.

52Dans la mesure où les indices obtenus à partir de méthodes différentes présentent les mêmes points de retournement, on peut considérer que, pour le moins, les années où interviennent ces retournements et l’orientation générale de l’évolution intermédiaire ne font pas de doute. Par contre l’amplitude des variations de niveau d’une année sur l’autre est très variable. C’est l’indice de Roesler, correspondant à celui de la production industrielle de Wagenfuhr (cf. tableau 36), qui présente le recul le plus marqué en temps de guerre. Mais comme l’indice de la production industrielle de Wagenfuhr ne repose que pour environ 55 % sur la production industrielle effective118, et qu’en 1913 le secteur de l’industrie et de l’artisanat ne contribuait qu’à concurrence d’environ 42 % à la valeur ajoutée de l’ensemble de l’économie119, on peut douter que la production industrielle déterminée par Roesler soit représentative de l’évolution du revenu national.

Tableau 40. Indices d’évolution du revenu national réel en Allemagne durant les années 1914-1924 ainsi que 1903-1913 et 1925-1935 (1913 = 100)

Tableau 40. Indices d’évolution du revenu national réel en Allemagne durant les années 1914-1924 ainsi que 1903-1913 et 1925-1935 (1913 = 100)

Source : pour les années 1903-1913 et 1925-1935 : W. G. Hoffmann, Wachstum..., op. cit., p. 455. Pour les armées 1914-1924 : F.-W. Henning, Das industrialisierte Deutschland, p. 42, 47, 49 ainsi que les lettres explicatives qu’il m’a adressées les 20 et 31 octobre 1978. F. D. Graham, Exchange..., op. cit., p. 301, 316, tel que calculé et cité par P. Cagan, Monetary Dynamics..., op. cit., p. 105. K. Roesler, Finanzpolitik..., op. cit., p. 154. P.-Ch. Witt, Finanzpolitik und sozialer Wandel..., op. cit., p. 424.
Source : * La distorsion due aux modifications territoriales a été corrigée.

53C’est pourquoi il est préférable de se référer à l’estimation de Graham, qui s’efforce de prendre en compte, dans la mesure du possible, l’évolution des trois secteurs économiques. À cette fin, il utilise la moyenne arithmétique non pondérée des indices de la production industrielle, de la production agricole et du transport de marchandises. Les indices de Henning et Witt reposent sur des calculs plus complets. Henning utilise les quantités produites dans certaines branches (par exemple la production de fer brut, la quantité de fer brut transformé, la consommation de matières premières textiles, selon une démarche semblable à celle de R. Wagenführ sur ce point), ainsi que le volume de la production agricole et l’emploi dans le secteur tertiaire marchand et non-marchand (pour l’essentiel les services publics) pour établir son indice de l’évolution du revenu national réel. Ce faisant, il tient compte des modifications territoriales intervenues après 1918, de sorte que ses chiffres représentent les modifications du revenu national réel sur un territoire économique constant.

  • 120 Cf. page 249, note 117.
  • 121 P.-Ch. Witt, « Finanzpolitik und sozialer Wandel... », op. cit., p. 40.

54Alors que les indices précédents ont été établis en partant du calcul de la formation du revenu national, autrement dit sous l’angle de la production, Witt part des statistiques fiscales concernant sa distribution. Rejoignant ici les réserves exprimées par W. G. Hoffmann et H. J. Müller120, il me semble que cette démarche est moins féconde en période de fortes fluctuations monétaires. Les calculs, apparemment satisfaisants, effectués par Witt lui-même pour contrôler sa méthode et qui portent sur la période d’après 1925121, c’est-à-dire après que la monnaie a été stabilisée, ne peuvent à mon sens la justifier dans la mesure où elle repose sur des données en valeur et non en quantité, ce qui la rend très sensible aux changements de valeur de la monnaie.

55Aussi longtemps que les méthodes utilisées par Henning et Witt ne sont pas connues dans le détail, et donc pas contrôlables, on ne peut porter de jugement définitif sur la fiabilité de leurs indices. Ceux-ci présentent de fortes différences en ce qui concerne les années de guerre. Ensuite, les différences s’estompent. Par rapport à ceux de Graham et de Roesler, les indices de Henning et de Witt présentent l’avantage de reposer sur une base statistique plus large, plus représentative du revenu national. En particulier, ils ont sans doute mieux intégré le gonflement du secteur tertiaire durant la guerre (armée, bureaucratie) et les années d’inflation qui l’ont suivie (services publics, appareil administratif des banques et des entreprises), alors que Graham et Roesler ne le prennent pas en compte dans leurs calculs. C’est sans doute la raison pour laquelle les indices de Henning et Witt sont plus élevés que tous les autres. Par contre, s’il faut choisir entre les estimations de Henning et celles de Witt, il me semble que la série de Henning est préférable dans la mesure où elle repose sur le calcul de la formation du revenu national, qui autorise en temps d’instabilité monétaire des résultats plus fiables que celui de sa distribution, utilisé par Witt.

56Les chiffres cités par Henning montrent que, par rapport à 1913, le recul du revenu national de l’Allemagne n’a été que de 4 % durant les deux premières années de la guerre, avant de s’accentuer sous l’effet d’efforts de guerre redoublés depuis le plan Hindenburg de 1916, et d’atteindre 12 % en 1917 et 1918. L’année 1919 marque un net fléchissement, avec un niveau inférieur de 28 % à celui de 1913, ce qui tient à l’évidence aux perturbations de la production qui ont résulté du passage d’une économie de guerre à une économie de paix, des réformes sociales (réduction du temps de travail) ainsi que des grèves politiques et économiques de cette même année. Ce fléchissement a été particulièrement marqué dans le secteur industriel, comme le montrent les chiffres concernant la croissance de la production industrielle (tableau 32). Les années 1920-1922, et en particulier l’année 1921, ont connu un certain redressement dans le cadre duquel le revenu national est remonté à un niveau qui, en 1922, n’était plus inférieur que de 17 % à celui d’avant-guerre. Tandis qu’en 1923, année de l’occupation de la Ruhr, le revenu national retombait à son niveau de 1919.

57D’après les chiffres de Hoffmann, le revenu national ne devait par la suite dépasser son niveau d’avant-guerre qu’en 1927, pour atteindre son plus haut en 1928-1929 avec des valeurs de respectivement 109 et 111 puis retomber jusqu’au plus bas de 1932, où il retrouva à peu près le niveau de 1922, c’est-à-dire le plus élevé des années d’inflation d’après-guerre.

58Mais ces chiffres ne nous renseignent pas sur la distribution du revenu national, ni entre les différentes classes sociales (salariés, chefs d’entreprises, détenteurs de capital financier), ni à l’intérieur de chaque classe – par exemple, dans le cas des salariés, entre actifs et chômeurs ou bien entre salariés plus ou moins qualifiés. Pour un niveau à peu près équivalent du revenu national en 1922 et 1932, sa distribution était bien évidemment toute différente durant les années d’inflation et durant les années de déflation.

C. L’évolution des salaires réels

1. Données statistiques sur les salaires

a. Remarques concernant les sources

  • 122 Otto von Zwiedineck-Südenhorst, article « Lohnstatistik », HdStW, vol. 6, Iéna, 1925, p. 387. Pour (...)

59Pour pouvoir juger de la qualité des statistiques sur les salaires en Allemagne, en particulier durant les années d’inflation, il est bon d’examiner les sources ainsi que l’évolution des méthodes d’enquête officielles. En 1925, Zwiedineck-Südenhorst, analysant l’état des statistiques sur les salaires en Allemagne122, soulignait le fait que :

  1. les services officiels étaient restés peu actifs jusqu’à une date récente ;

  2. le travail d’enquête et de publication effectué par des intervenants privés, en particulier les organisations ouvrières, était le plus achevé par son ampleur et sa diffusion ;

  3. une part comparativement importante du matériel statistique concernant les salaires provenait de « statistiques indirectes », c’est-à-dire des dossiers de la sécurité sociale, de l’administration fiscale et des conventions tarifaires ;

  4. l’essentiel du matériel statistique n’était pas centralisé.

60Le point 4 reflétait la structure fédérale du Reich, de son administration ainsi que des organisations ouvrières et patronales, qui ne fit place à un système plus centralisé qu’à la naissance de la République de Weimar. Cela présente un avantage en ce qui concerne la pertinence et l’exactitude des informations, mais rend l’utilisation des données statistiques sur les salaires plus difficile du point de vue macro-économique.

61En ce qui concerne le point 3, il convient de noter que les documents concernant les revenus utilisés par les assurances maladie, accidents, vieillesse et invalidité obligatoires ainsi que ceux de l’administration fiscale servaient à établir le montant des cotisations et des impôts et ne présentent pas toutes les caractéristiques qu’on peut attendre de sources statistiques. Par exemple, les méthodes de calcul auxquelles avaient recours les différences caisses divergeaient, les salariés étaient classifiés en fonction des revenus moyens de chaque circonscription et non selon leurs rémunérations individuelles réelles, les heures supplémentaires et les primes au rendement n’étaient pas intégrées, les tranches de salaires les plus élevées n’étaient pas toujours prises en compte par suite du plafonnement des cotisations. Pour le calcul de ce plafonnement on se basait sur des gains journaliers, on ne tenait donc pas compte du temps de travail. Cette dernière remarque s’appliquait également aux documents de l’administration fiscale, qui s’attachait pour l’essentiel à établir le revenu annuel comme base d’imposition. Or en période de fortes fluctuations monétaires, comme pendant et plus encore après la Première Guerre mondiale, les revenus annuels ne sont guère révélateurs du pouvoir d’achat des revenus.

  • 123 Die Tarifverträge im Deutschen Reich, Reichsarbeitsblatt, Sonderheft 48, Berlin, 1928. Les conventi (...)

62À l’inverse, les conventions tarifaires, qui avaient cours pour un nombre croissant de salariés allemands depuis la fin de la Première Guerre mondiale123, comportaient des informations sur les salaires différenciées selon le sexe, l’âge, la catégorie professionnelle, la qualification et le statut professionnel. En outre, elles réglementaient le temps de travail. Mais la faiblesse de cette source de renseignements statistiques tient au fait que les salaires conventionnés constituaient de fait des salaires minimums, qui pouvaient être nettement inférieurs aux salaires effectifs. Cela était particulièrement vrai des salaires à la tâche.

63En ce qui concerne le point 2 de Zwiedineck-Südenhorst, il convient de souligner que les statistiques sur les salaires d’origine privée, émanant des organisations de salariés et des associations patronales, reposaient sur une méthode de recensement et un échantillonnage plus satisfaisants que ceux des sources précédemment évoquées. Mais dans la mesure où elles avaient en règle générale pour but de justifier les exigences catégorielles lors des négociations tarifaires, il n’est pas exclu qu’elles soient partiales dans le choix de leurs paramètres et de leurs calculs.

  • 124 Sur ce sujet, voir O. v. Zwiedineck-Südenhorst, article « Lohnstatistik »..., op. cit., p. 395.

64C’est pourquoi – ce qui nous ramène au point 1 souligné par ZwiedineckSüdenhorst – il était essentiel qu’un service officiel établisse des statistiques sur les salaires suffisamment différenciées et non entachées d’intérêts catégoriels, dressant ainsi un tableau objectif de la situation. Il convient ici de distinguer trois niveaux de compétence administrative ayant rassemblé des données statistiques, en partie indépendamment les uns des autres : les offices des statistiques des communes, des États fédérés et du Reich. En termes d’ampleur et de qualité de l’information, les relevés effectués à l’échelon des communes et des États fédérés (tout spécialement en Saxe et au Pays de Bade) étaient supérieurs à ceux réalisés à l’échelon national124. Avant la Première Guerre mondiale, le Reich se contentait pour l’essentiel de publier dans le Reichsarbeitsblatt (fondé en 1903) des informations statistiques sur les salaires qui concernaient pour l’essentiel les rémunérations des mineurs dans les principaux sites d’exploitation, qui lui étaient transmises par l’administration publique des mines, ainsi que les salaires et les temps de travail des ouvriers employés par la marine militaire et les services de l’armée de terre.

65L’Office impérial des statistiques (Kaiserliches Statistisches Amt) avait ouvert dès 1902 un service spécial chargé de rassembler les informations concernant les ouvriers, et avait demandé en 1907 au ministère de l’Intérieur l’autorisation d’utiliser les conventions collectives pour établir des statistiques sur les salaires ; ces dernières devaient fournir des renseignements fiables en vue d’éventuelles médiations dans les désaccords entre employeurs et salariés, et servir de base à de nouvelles conventions tarifaires. Le ministère de l’Intérieur traita cette demande avec une lenteur telle qu’il n’avait pas été possible de mettre en place les « archives tarifaires » lorsque le Première Guerre mondiale éclata ; le problème fut alors reporté à plus tard à cause du conflit.

  • 125 Ibid., p. 390.

66L’inflation ainsi que l’organisation de l’économie en une sorte de socialisme d’État qui caractérisèrent la Première Guerre mondiale, en particulier depuis l’adoption de la loi sur le secours patriotique (Hilfsdienstgesetz) de 1916, firent clairement apparaître la nécessité de disposer d’informations statistiques claires sur le niveau et la structure des rémunérations, tout spécialement pour les services publics chargés de la conduite de l’économie ; d’autant plus que « les bénéfices gigantesques des chefs d’entreprises d’une part, la précarisation croissante des conditions de vie de l’autre poussaient à réglementer les conditions de travail dans la mesure où les employeurs se montraient peu sensibles à la montée de ce risque »125. C’est pourquoi l’Office impérial des statistiques réalisa le 30.9.1916 une enquête par sondage sur les salaires en envoyant une circulaire aux fédérations industrielles qui collaboraient aux comptes rendus mensuels sur la situation du marché de l’emploi publiés par le Reichsarbeitsblatt. Les sondages concernaient les revenus journaliers moyens et furent réalisés sur les deux dernières semaines de mars et de septembre pendant toute la durée de la guerre, de mars 1914 à septembre 1919. Environ 370 entreprises transmirent les renseignements correspondants. Mais les résultats n’étaient pas sans défaut : le niveau de qualification des salariés n’était pas pris en compte, ni la rémunération des heures supplémentaires, particulièrement nombreuses durant la seconde moitié de la guerre ; beaucoup de chiffres reposaient sur des estimations ; les différences de pouvoir d’achat selon les endroits furent ignorées.

  • 126 « Denkschrift über die seit dem 9. November 1918 auf dem Gebiete der Sozialpolitik getroffenen Maβn (...)
  • 127 Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, Stuttgart, 1972, p. 39.

67La révolution de novembre 1918 et les premières années d’après-guerre assurèrent tout d’abord aux ouvriers la satisfaction de revendications importantes, ce qui améliora leurs conditions de vie dans des domaines essentiels : réduction du temps de travail, obligation d’appliquer les conventions collectives, instauration de comités d’entreprises sur une base légale et niveau peu élevé du chômage couplé à une indemnité chômage126. Le passage à la journée de huit heures, décidé par la « Commission centrale des employeurs et des salariés de l’industrie et des branches professionnelles d’Allemagne » (Zentralarbeitsgemeinschaft der gewerblichen und industriellen Arbeitgeber und Arbeitnehmer Deutschlands) et confirmé par la loi, était complété par une clause précisant que la réduction du temps de travail ne devait pas entraîner de diminution de salaire. C’est entre autres pour contrôler le respect de cette clause que le gouvernement décida l’enquête statistique sur les salaires de février 1920. Elle était à cette date la plus complète jamais réalisée et répondait aux attentes des spécialistes en matière de différenciation selon les catégories professionnelles, les niveaux de qualification, les types de rémunérations, la durée du temps de travail, les situations sociales, etc. Mais elle resta la seule de ce genre durant les années d’inflation, vraisemblablement parce que les fortes fluctuations des salaires et des prix durant cette période ne lui avaient pas permis d’atteindre son but principal, qui était de déterminer le niveau réel des salaires. « Les résultats de cette grande enquête statistique ont partagé le sort de toutes les études de l’époque reposant sur la valeur de l’argent : perdre rapidement l’essentiel de leur signification à cause de la dépréciation croissante de la monnaie. »127 Pour estimer l’évolution des salaires durant les années d’après-guerre, il faut par conséquent se baser sur celle des revenus de certaines catégories de salariés pour lesquelles on dispose de données statistiques continues et qui peuvent être considérées comme représentatives du niveau global des salaires.

b. Résultats

  • 128 Karl Bräuer, Die Anpassung der Löhne und Gehälter an die Lebenshaltungskosten mit besonderer Rücksi (...)

68L’évolution des salaires nominaux durant la période 1914-1918 et 1918-1923 dépend pour l’essentiel du rythme de la dépréciation monétaire. C’est pourquoi elle est orientée à la hausse sur le long terme et suit plus ou moins les différentes phases de l’évolution des prix sur le court terme.128 Le « plus » ou le « moins » détermine l’évolution des revenus réels des salariés, qui conditionnent pour l’essentiel le niveau de vie de la grande majorité de la population.

69Outre le rapport entre l’évolution des salaires nominaux et celle des prix, il convient de s’attacher également à l’évolution de l’échelle des salaires, autrement dit du rapport entre les différents salaires nominaux ; car ce paramètre influe aussi sur le niveau de vie de l’ensemble des salariés dans la mesure où le taux de consommation des couches sociales les plus basses est en général plus élevé que celui des couches supérieures ; en sorte qu’un élargissement ou un resserrement relatif de l’éventail des salaires peut faire augmenter ou au contraire diminuer le niveau de consommation de l’ensemble des salariés.

70Comment le niveau des salaires réels et les différences relatives entre les revenus des salariés ont-ils évolué durant les années d’inflation ? De manière générale on peut tout d’abord dire que pendant la guerre et durant la période d’inflation qui a suivi, les salaires hebdomadaires réels étaient inférieurs à leur niveau de 1913 ; on peut ensuite ajouter que les différences relatives entre les salaires ont fortement diminué durant la période d’inflation. Les comparaisons entre les salaires réels, qui présentent déjà des faiblesses inhérentes au maniement des indices lorsque la monnaie est stable, perdent considérablement en précision et donc en pertinence en cas de fortes fluctuations monétaires, (cf. p. 27 sq.)

  • 129 G. Bry, Wages..., op. cit., p. 433.
  • 130 Peter Quante, « Lohnpolitik und Lohnentwicklung im Kriege », Zeitschrift des Preuβischen Statistisc (...)

71Le recours à différents indices des prix pour établir l’évolution des revenus salariaux nominaux corrigés du taux d’inflation pendant la période 1914-1923 débouche sur différentes séries indiciaires concernant les salaires réels, mais toutes révèlent tout d’abord un recul par rapport au niveau de 1913. C’est ainsi qu’entre 1913 et 1918 l’indice des prix de Calwer (prix des denrées alimentaires correspondant à la ration standard d’un matelot de la marine de guerre allemande, valeur moyenne pour 200 villes) a augmenté de 129 %, l’indice du coût de la vie de l'Office impérial des statistiques, qui fut régulièrement publié à partir de février 1920 et a été estimé a posteriori pour les années antérieures, a augmenté de 213 % et l’indice des prix de gros a progressé de 117 % (cf. tableaux 1, 4, 9). À l’inverse, une enquête de l’office bavarois des statistiques fait apparaître que les rémunérations horaires des salariés masculins de l’industrie bavaroise ont augmenté de 104 % entre juin 1914 et octobre 1918 pour ce qui concerne les travailleurs qualifiés et de 120 % dans le cas des travailleurs non qualifiés129. Sur la base de son étude complète des données statistiques, P. Quante a caractérisé comme suit l’évolution des salaires réels durant les années de guerre :« [...] pour tous (les travailleurs) la hausse des prix et le recul généralisé des salaires au début de la guerre entraînent rapidement, et au plus tard à la fin de la première année du conflit, une forte baisse du salaire réel ; celle-ci ne cesse, dans le meilleur des cas, qu’à l’été 1917, ce qui permet à certaines catégories de travailleurs de retrouver à la fin de la guerre à peu près leur niveau de vie du temps de paix »130.

72Les indications portées sur le tableau 41, qui sont corrigées en fonction de l’indice du coût de la vie établi par l’Office impérial des statistiques, peuvent en première approche donner une idée approximative de l’évolution des revenus réels de différentes catégories de salariés en Allemagne pendant et après la Première Guerre mondiale. Elles font également apparaître que le niveau de revenu réel des salariés pris en compte dans le tableau 41 avait atteint son plus bas en 1917, pour remonter ensuite assez fortement jusqu’en 1919. Bien que le niveau de 1919 n’ait pu être maintenu durant les années suivantes, placées sous le signe de l’inflation, le salaire des ouvriers non qualifiés des chemins de fer par exemple, qui avait été supérieur de 20 % à celui de 1913 en 1919, lui était encore supérieur en 1920 et ne lui était inférieur que d’environ 11 à 12,5 % en 1921 et 1922. Ce n’est qu’en 1923 qu’on enregistra un recul de quelque 30 % par rapport à 1913, et même d’environ 50 % pour les ouvriers qualifiés.

73Le niveau des salaires réels des ouvriers qualifiés travaillant pour les chemins de fer, ou encore des imprimeurs et des mineurs de la Ruhr, qui se situaient dans la partie haute de l’échelle des rémunérations, avait plus fortement diminué que celui des ouvriers non qualifiés, surtout depuis la seconde moitié de la guerre. C’est ainsi qu’en 1919-1922 les ouvriers qualifiés des chemins de fer se situaient en moyenne environ 25 %, les imprimeurs environ 35 %, et même les ouvriers de la Ruhr, en dépit de leur rôle essentiel dans la reconstruction de l’économie, environ 20 % sous le niveau de leurs revenus réels en 1913. Ce resserrement de l’éventail des salaires résultait du recul plus marqué des revenus réels des ouvriers qualifiés par rapport à ceux des ouvriers non qualifiés durant les années d’inflation. Bresciani-Turroni a calculé que l’échelle des salaires avait évolué dans les proportions indiquées dans le tableau 42.

Tableau 41. Indices des salaires hebdomadaires réels moyens (salaires conventionnels) des salariés des chemins de fer, des imprimeurs et des mineurs de la Ruhr durant les années 1913-1923 (1913 = 100)

Tableau 41. Indices des salaires hebdomadaires réels moyens (salaires conventionnels) des salariés des chemins de fer, des imprimeurs et des mineurs de la Ruhr durant les années 1913-1923 (1913 = 100)

Source : Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung..., op. cit., p. 41. Voir aussi G. Bry, Wages..., op. cit., p. 210.

Tableau 42. Niveau du salaire des ouvriers qualifiés en pourcentage du niveau du salaire des ouvriers non qualifiés durant les années 1913-1923

1913

145,8

1914

145,9

1915

143,8

1916

136,2

1917

125,6

1918

121,8

1919

112,2

1920

109,2

1921

108,5

1922

106,8

1923 (janvier à octobre)

105,5

Source : C. Bresciani-Turroni, Economies..., op. cit., p. 313.

Tableau 43. Traitements mensuels réels correspondant à des échelons hiérarchiques caractéristiques de la fonction publique dans les grandes villes durant les années 1913-1923 (1913 = 100)

Fonctionnaires du cadre supérieur

Fonctionnaires du cadre intermédiaire

Fonctionnaires subalternes

1913

100

100

100

1914

97,2

97,2

97,2

1915

77,3

77,3

77,3

1916

58,9

58,9

58,9

1917

42,9

48,6

53,6

1918

46,8

55,0

69,6

1919

40,2

54,8

89,3

1920

31,7

44,0

71,3

1921

39,3

52,2

82,3

1922

35,6

46,4

72,9

1923

38,0

49,5

69,9

Source : Stastistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung..., op. cit., p. 43. Voir aussi G. Bry, Wages..., op. cit., p. 230.

  • 131 Sur ce point, voir aussi « Die Wirkungen der Geldentwertung auf die Gehâlter der Beamten und Staats (...)

74Le tableau 43 montre que les autres catégories de salariés ont également connu un resserrement de l’éventail des revenus131.

75Il ressort de ces deux derniers tableaux que le resserrement des salaires est intervenu en deux temps :

  1. durant la seconde moitié de la guerre, en 1916-1917 – c’est-à-dire au moment où les efforts de guerre redoublaient avec l’adoption du plan Hindenburg en 1916, et vraisemblablement sous l’influence de celui-ci ;

  2. durant la première année d’après-guerre, sans doute par suite non seulement des revendications formulées par les organisations de salariés et les groupements politiques de gauche, qui exigeaient plus d’égalité dans la répartition des revenus ; mais également à cause de la misère qui rendit impératif de garantir un minimum vital aux travailleurs et imposa aussi aux employeurs l’obligation morale de faire en sorte que les revenus les plus bas (ouvriers non qualifiés, femmes) soient mieux revus à la hausse que les revenus plus élevés (ouvriers qualifiés, employés, fonctionnaires du cadre supérieur) pour tenir compte de la dépréciation de la monnaie.

  • 132 Statistisches Reichsamt, C. Bresciani-Turroni, Economics..., op.cit, p. 313. Du même auteur, « The (...)
  • 133 Rudolf Meerwarth, « Zur neuesten Entwicklung der Löhne », Zeitschrift des Preuβischen Statistischen (...)

76En outre, la diminution des différences salariales durant les années d’après-guerre a également été expliquée par le fait qu’en 1919 justement les ouvriers non qualifiés ont adhéré en grand nombre aux syndicats et ont ainsi pesé d’un poids plus grand dans les négociations alors même que le système des conventions collectives se développait132. On a aussi avancé comme explication le fait que, par suite du recul des migrations de la campagne vers les villes intervenu pendant les années de guerre et d’après-guerre, l’offre d’ouvriers non qualifiés avait diminué dans les villes, alors que la demande y était plus élevée durant le boom de 1920-1922 qu’avant le conflit133.

  • 134 G. Bry, Wages..., op. cit., p. 207.
  • 135 Ibid., p. 219.

77Les différences de rémunération entre hommes et femmes, entre salariés plus jeunes et plus âgés ont également diminué au fil de l’inflation. Alors que l’écart des salaires entre industries de guerre et de paix a augmenté pendant la Première Guerre mondiale134. Pour ce qui concerne les années d’après-guerre, les informations disponibles tendent à montrer que les écarts de salaires sont restés importants dans le secteur industriel jusqu’à la fin de la période d’inflation135.

  • 136 ILO, Fluctuations des salaires dans différents pays de 1914 à 1921, Genève, 1922. Wage Changes in V (...)

78Il convient cependant de ne pas perdre de vue le fait que la diminution des différences salariales durant les années de guerre et d’après-guerre ne s’est pas limitée à l’Allemagne mais pouvait également s’observer dans d’autres pays, dotés eux d’une monnaie sensiblement plus stable136.

  • 137 Statistisches Reichsamt, Die Lohn-und Gehaltserhebung..., op. cit. Voir aussi A. Aghte, « Lohnsteig (...)
  • 138 Elle repose sur un décret du ministère du Travail en date du 9 mars 1920. Voir RGBl. 1920, p. 309.
  • 139 Voir G. Bry, Wages..., op. cit., p. 209, 440 sq. Cf. supra p. 29 sq.

79Dans les lignes qui suivent, nous allons nous attacher à resserrer la perspective afin de mettre en valeur d’autres détails de l’évolution des salaires pendant les années d’inflation d’après-guerre. On ne dispose d’informations statistiques complètes sur le niveau des salaires que pour une seule période, à savoir le mois de février 1920 ; elles ont été collectées dans le cadre d’une enquête137 réalisée par l’Office impérial des statistiques sur la base d’une loi spécifique138. Si on veut par contre suivre 1’évolution mensuelle des salaires, il faut recourir aux informations disponibles pour quelques catégories professionnelles. Cependant, les conditions dans lesquelles il est possible d’analyser l’évolution des revenus réels se sont améliorées à partir de février 1920 dans la mesure où, à partir de cette date, l’indice du coût de la vie établi par l’Office impérial des statistiques a été publié tous les mois et doit être considéré comme plus fiable que les autres parce qu’il prend en compte les prix du marché noir, la levée progressive des mesures de contingentement et repose sur une base régionale plus large ainsi qu’un panier type plus complet139.

  • 140 Statistisches Reichsamt, Die Lohn-und Gehaltserhebung..., op. cit., p. 19+

80L’enquête sur les salaires menée par le gouvernement en février 1920 a porté sur les rémunérations de 1,6 million d’ouvriers et 227 000 employés qui représentaient un grand nombre de catégories professionnelles correspondant à 14 branches économiques et travaillaient dans 11 697 entreprises réparties sur l’ensemble du territoire national140. Pour chaque profession et chaque lieu étaient enregistrés le sexe des salariés, leur nombre, leur salaire horaire moyen ainsi que leur revenu global moyen durant les quatre semaines du mois de février, calculé sur la base du salaire au temps et du salaire à la pièce. Dans le cadre de notre étude, les renseignements portant sur les revenus des branches pour lesquelles nous disposons d’éléments de comparaison avant la guerre sont particulièrement intéressants. Il s’agit du bâtiment, de l’industrie du cuir, de l’industrie du bois, de l’industrie textile, de l’industrie du vêtement, de la métallurgie ainsi que des revenus des employés de ces différents secteurs. Les données comparatives correspondantes sont reproduites dans le tableau 44.

Tableau 44. Niveau des salaires dans différents secteurs d’activité (moyenne nationale) en février 1920 par rapport à 1913-1914 (= 1)

Salaires horaires

Rémunération sur quatre semaines

Bâtiment

5,5-6,1

n. a.

Industrie du cuir

6,0-7,0

n. a.

Industrie du bois

6,4-7,3

5,1-6,2

Industrie textile

7,3-9,3

5,5-7,1

Industrie du vêtement

5,5-7,9

n. a.

Métallurgie

5,6-8,0

n. a.

Salaires des employés

4,6-4,7

Source : Statistisches Reichsamt, Die Lohn-und Gehaltserhebung vom Februar 1920. Statistik des Deutschen Reichs, vol. 293, Berlin, 1921, p. 21, 25, 26, 32, 33, 36, 46. A. Aghte, Lohnsteigerungen 1913 bis 1920..., op. cit., p. 82-84.

81On remarque tout d’abord que les hausses des salaires des employés ont été sensiblement inférieures à celles des ouvriers, selon un facteur 4, 6-4, 7 comparé au niveau de 1913-1914 ; cela ressort non seulement d’une comparaison de l’évolution de la rémunération mensuelle des employés avec celle des salaires horaires des ouvriers, mais aussi avec les revenus de ces derniers sur quatre semaines, par exemple dans l’industrie du bois et l’industrie textile. En ce qui concerne les ouvriers, on constate que les salaires horaires ont nettement plus augmenté que les revenus sur quatre semaines, ce qui reflète la réduction du temps de travail après-guerre par rapport à 1914. Quant au fait que le salaire des ouvriers qualifiés a augmenté moins vite que celui des simples manœuvres, il rend compte de la tendance au nivellement des revenus ouvriers durant les années d’inflation. Le chiffre inférieur concerne à chaque fois les ouvriers qualifiés, le chiffre supérieur les ouvriers non qualifiés ou les femmes.

82En face de ces chiffres nous trouvons une hausse du coût de la vie qui, d’après les indices de l’Office impérial des statistiques, le fait passer entre 1913-1914 et février 1920 à 8,5 pour les dépenses de nourriture, de chauffage et éclairage, de logement et d’habillement, et à 7,0 lorsqu’on retire l’habillement de ce panier type (cf. tableau 4). Il ressort clairement de cette comparaison qu’en ce qui concerne la moyenne des salariés pris en compte, le niveau moyen des salaires réels de février 1920 a certainement été inférieur à celui d’avant-guerre, dans une forte proportion pour ce qui concerne les revenus journaliers et mensuels réels, dans une proportion moindre s’agissant du revenu horaire réel. À partir de l’indice du coût de la vie et de ceux des hausses de salaires on peut calculer le rapport en pourcentage entre les salaires réels de février 1920 et ceux d’avant la guerre grâce à la formule suivante :

83L’indice du coût de la vie utilisé (tableau 4) est d’une part celui étendu aux frais d’habillement, de l’autre celui qui ne les prend pas en compte, dans la mesure où en période de difficultés économiques on peut repousser les achats de vêtements à la différence des autres biens inclus dans le panier type ; autrement dit, le panier type réduit permet de couvrir les besoins de subsistance les plus élémentaires. Bien entendu, le fait de corriger les revenus à partir de l’indice du coût de la vie intégrant les frais d’habillement permet de se faire une idée plus juste de l’évolution des revenus réels qu’un calcul reposant sur l’indice hors dépenses de vêtements. Ce dernier a simplement été ajouté parce que l’Office impérial des statistiques ne fournit pour le mois de février 1920 et la période suivante, jusqu’en mars 1922, qu’un indice de hausse des prix hors habillement, en sorte qu’il servait en général de référence dans les débats de l’époque sur le renchérissement du coût de la vie ; et parce que cette démarche permet en outre de montrer combien la composition du panier type sur lequel repose un indice peut influencer le calcul du niveau des salaires réels. Dans le tableau 45 les différents chiffres qui en résultent sont reproduits. En février 1920, on en arrive aux salaires réels suivants, exprimés en % de ceux d’avant-guerre :

Tableau 45. Niveau des revenus réels dans différents secteurs d’activité (moyenne nationale) en février 1920 par rapport à 1913-1914, en %

Tableau 45. Niveau des revenus réels dans différents secteurs d’activité (moyenne nationale) en février 1920 par rapport à 1913-1914, en %

Source : tableaux 44 et 4.

84Pour pouvoir juger dans quelle mesure le niveau des salaires réels résultant de l’enquête sur les rémunérations que l’Office impérial des statistiques a menée en février 1920, et comparé à la situation de la dernière année précédant le conflit, est représentatif de la période d’inflation d’après-guerre, il faut recourir à des informations sur l’évolution mensuelle des revenus réels, pour mettre en lumière la vraie signification des chiffres portant sur le mois de février 1920. Le tableau 41 rassemble les indices mensuels des salaires hebdomadaires réels (salaires conventionnels) à partir de 1920, y compris les indemnités de vie chère décidées de manière contractuelle pour les ouvriers qualifiés et non qualifiés des entreprises publiques (chemins de fer), les abatteurs et les hercheurs de la Ruhr ainsi que les imprimeurs. Ces chiffres montrent qu’on avait atteint durant les premiers mois de 1920 un plus bas dans l’évolution des salaires réels comparable à celui de l’année de guerre 1917 et qui ne devait plus être ensuite égalé, voire dépassé, que dans la phase finale de l’inflation, c’est-à-dire durant les années 1922-1923.

  • 141 . Helmut Sköllin, Der Wert der Gehälter und Löhne in Hamburg. Statistische Mitteilungen über den ha (...)

85Cela apparaît également sur le graphique 7, qui intègre les données statistiques sur les salaires très complètes de l’office des statistiques régional de la ville de Hambourg141. Elles concernent les salaires des différentes catégories professionnelles pour les principales branches de l’industrie et des services de Hambourg. On y trouve des informations mensuelles pour la période allant de janvier 1921 à août 1922, comparées aux chiffres équivalents du 1er avril 1920 et du 1er juillet 1914. Simplement, à la différence de l’enquête sur les salaires de février 1920, il ne s’agit pas là des revenus effectifs mais seulement des taux des salaires conventionnels, complétés par des indemnités de vie chère pour tenir compte de la hausse des prix. Encore convient-il de considérer les salaires conventionnels comme des salaires minimums, qui ne prennent pas en compte les heures supplémentaires ; or par suite de la réduction à huit heures de la durée officielle de la journée de travail, celles-ci ont eu une certaine importance – qu’il ne faut cependant pas exagérer – durant les périodes de tension de la conjoncture en 1921-1922 (cf. p. 272-273).

Graphique 7. Modification des salaires et traitements horaires conventionnels réels durant les années 1920-1922 par rapport à juillet 1914 en % (échelle logarithmique)

Graphique 7. Modification des salaires et traitements horaires conventionnels réels durant les années 1920-1922 par rapport à juillet 1914 en % (échelle logarithmique)

Source : H. Skollin, Der Wert der Gehàlter und Löhne in Hamburg, Hambourg, 1922.

  • 142 H. Heuer, Entwicklung der Metallarbeiterreallöhne..., op. cit., passim. Elle met en rapport les sal (...)
  • 143 H. Skôllin, Wert der Gehälter..., op. cit., p. 22.

86Par ailleurs, dans le cas du travail aux pièces, il n’était pas rare que les salaires conventionnels soient largement dépassés142. « Par conséquent le revenu des ouvriers, surtout des ouvriers non qualifiés, se révélera souvent bien supérieur à ce que font apparaître les chiffres portant sur les salaires conventionnels. »143 Le graphique 7 réunit différentes catégories professionnelles dont l’évolution du salaire horaire était connue. On y voit que le niveau des salaires réels calculés sur une base horaire en février 1920 était lui aussi particulièrement bas comparé à l’année 1921 et en partie à l’année 1922.

  • 144 Wirtschaftskurve, années 1 et sq., 1922 sq.

87Durant la période d’après-guerre, le journal Frankfurter Zeitung a suivi l’évolution des salaires conventionnels des catégories professionnelles les plus diverses dans la région de Francfort et a régulièrement publié les chiffres correspondants144. S’agissant de la question des statistiques sur les salaires conventionnels en général, et plus particulièrement de la comparaison des salaires journaliers et hebdomadaires d’après-guerre avec ceux d’avant-guerre, le journal écrivait :

88« 1. Les salaires conventionnels des travailleurs manuels – c’est surtout d’eux qu’il s’agit – sont de plus en plus complétés par des primes au rendement. Mais celles-ci varient en fonction du travail fourni, de la conjoncture, du secteur économique et du lieu.

892. La hausse constante des prix a fait que le salaire correspondant au travail fourni a été complété dans une forte proportion par un salaire social. En particulier, dans certains secteurs d’activité et dans certaines régions, la situation de famille est de plus en plus prise en compte pour fixer la rémunération. Dans certains cas ce sont jusqu’à 40 pour cent de prime qui viennent s’ajouter au salaire de base pour les familles nombreuses. La métallurgie berlinoise constitue un exemple typique, alors qu’ailleurs les salaires sociaux ne jouent qu’un rôle limité.

903. Les salaires d’aujourd’hui ne peuvent pas être tout simplement comparés à ceux du temps de paix (à supposer qu’on puisse retrouver ces derniers) dans la mesure où on travaille actuellement 46 à 48 heures par semaine, c’est-à-dire bien moins longtemps qu’alors.

914. En outre, des statistiques reposant sur le salaire horaire supposent une durée de travail normale. Or ce n’est pas toujours le cas. Tandis qu’on a ponctuellement recours à des heures supplémentaires en période de haute conjoncture, un ralentissement conjoncturel signifie du chômage partiel pour beaucoup de salariés.

  • 1 La base retenue pour établir l’indice du coût de la vie est la moyenne des années 1913-1914. Etant (...)

Tableau 46. Indices d’évolution des salaires horaires conventionnels de 29 catégories de travailleurs à Francfort-sur-le-Main et dans les environs durant les années 1920-1923 (1914 = 1)1

Tableau 46. Indices d’évolution des salaires horaires conventionnels de 29 catégories de travailleurs à Francfort-sur-le-Main et dans les environs durant les années 1920-1923 (1914 = 1)1

Source :
(1) Wirtschaftskurve 1922-24, passim.
(2)
Voir tableau 4.
(3) colonne (l)/colonne (2)

  • 145 Wirtschaftskurve, lre armée, 1922, cahier 2, p. 30.

925. Enfin il convient de rappeler qu’un nombre de travailleurs qui est loin d’être négligeable, n’étant concerné ni par les conventions collectives, ni par la législation sur la rémunération des fonctionnaires, doit se débrouiller par ses propres moyens et connaît de ce fait une situation très difficile. Il s’agit de petits métiers en théorie indépendants comme les couturières, les professeurs vivant de cours particuliers, mais aussi les artistes, les écrivains et, en partie, les gens de théâtre. Il convenait pour le moins de les évoquer. Car c’est assurément parmi eux que se trouvent les actifs le plus durement touchés par le renchérissement du coût de la vie. »145

  • 146 Voir Vierteljahreshefte zur Statistik des Deutschen Reichs, vol. 29-32, 1920-1923, passim. Cf. p. 2 (...)

93En partant des séries statistiques concernant les rémunérations de 29 catégories d’ouvriers, il a été procédé au calcul d’un indice des salaires sur la base de 1914 = 1 ; son évolution est reproduite dans le tableau 46. Cet indice des salaires nominaux a été corrigé à partir de l’indice du coût de la vie publié par l’Office impérial des statistiques, dans la mesure où les chiffres correspondants n’étaient pas disponibles pour la seule région de Francfort. Cependant, si on compare l’évolution de la hausse des prix à Francfort en valeur absolue avec la moyenne nationale146, on constate certes des différences sensibles dans les niveaux atteints, mais pas dans l’ampleur des changements.

  • 147 Chiffres calculés d’après le tableau 46.
  • 148 On trouve également des chiffres concernant l’évolution des rémunérations hebdomadaires conventionn (...)
  • 149 Voir Intemationaler Gewerkschaftsbund Amsterdam, Die Lage der Arbeiterschaft in Deutschland, Berlin (...)

94Le tableau 46 montre également que les salaires horaires conventionnels réels de la seconde moitié de l’année 1920 et de l’année 1921 ont pu être maintenus à un niveau supérieur à celui d’avant la guerre et qu’ils ne sont temporairement retombés en dessous du niveau de 1913-1914 que durant les années 1922 et 1923, tout en étant alors exposés à de plus fortes fluctuations par suite de l’accélération de l’inflation. En 1921 et durant les huit premiers mois de 1922, les maxima et les minima correspondaient assez largement dans le temps à ceux de l’évolution des salaires horaires conventionnels réels de Hambourg (cf. graphique 7), de sorte que l’évolution des salaires réels à Francfort peut être également considérée comme représentative de ce qui passe dans la phase finale de l’inflation. Cependant la chute des salaires horaires conventionnels (réels) durant le dernier trimestre de 1922 ainsi qu’en 1923 est nettement inférieure à celle des salaires hebdomadaires réels (tableau 41) non seulement par rapport à F avant-guerre, mais aussi par rapport à la période précédente. C’est ainsi que, par exemple, les salaires hebdomadaires réels des ouvriers qualifiés des chemins de fer avaient diminué de 16,1 % durant le second semestre de 1922 par rapport à la même période de l’année précédente, mais de 30,1 % durant la première moitié de 1923 par rapport au second semestre de 1921. Pour ce qui concerne les ouvriers non qualifiés des chemins de fer, les valeurs correspondantes du recul des rémunérations hebdomadaires réelles étaient de 14,5 % et 28,2 %. Alors que par rapport au second semestre de 1921 les salaires horaires conventionnels dans la région de Francfort n’avaient reculé que de 11,7 % durant la seconde moitié de l’année 1922 et de 7,5 % durant le premier semestre 1923147. C’est pourquoi la dégradation des revenus salariaux à compter du second semestre de 1922148 résulte à n’en pas douter pour l’essentiel d’une diminution de la « dérive des salaires », autrement dit de la différence entre salaires effectifs et salaires conventionnels, ainsi que de la réduction de la durée hebdomadaire du travail. Il est tout à fait plausible que cette dérive des salaires ait été importante jusqu’à l’été 1922 compte tenu de la situation de suremploi qui règne jusqu’à cette date, pour ensuite tendre à s’inverser (cf. tableau 35). La réduction de la durée hebdomadaire du travail résulte tout d’abord de la progression du chômage partiel à partir du second semestre de 1922, puis s’accentue avec l’occupation de la Ruhr en janvier 1923149.

  • 150 Voir « Zusammensetzung und Löhne der Arbeiterschaft sowie die Arbeitszeit während des Krieges », Re (...)
  • 151 R. R. Kuczynski, Postwar Labor..., op. cit., p. 98, 101.
  • 152 Ces chiffres proviennent d’une grande entreprise berlinoise du secteur électrotechnique. Voir R. R. (...)

95Pour bien comprendre les chiffres concernant les revenus des salariés durant l’inflation d’après-guerre, il convient de ne pas oublier qu’à la fin de la guerre les syndicats parviennent à imposer une vieille revendication, à savoir le passage à la journée de huit heures. La différence par rapport à la journée de dix heures qui était de règle auparavant – en particulier durant la guerre150, où elle s’accompagnait d’un surcroît d’heures supplémentaires – entraîna une nette réduction du temps de travail hebdomadaire à partir de 1919. En 1913 la durée du temps de travail conventionnelle était de 52 à 54 heures par semaine pour un tiers des ouvriers de l’industrie, de 54 à 58 heures par semaine pour environ un quart d’entre eux et de 58 à 60 heures par semaine pour près de 30 %. Dans les années 1919-1922, le temps de travail hebdomadaire fixé par convention tarifaire était de 48 heures dans plus de 80 % des cas, et en général de moins dans les autres cas151. Par conséquent, on peut considérer qu’après la guerre le temps de travail conventionnel était en moyenne inférieur de 15 % au niveau d’avant-guerre. Mais après la guerre le temps de travail hebdomadaire effectif a dû être, en moyenne, inférieur de plus de 20 % à ce qu’il était en 1913, dans la mesure où les heures supplémentaires avaient alors presque complètement disparu alors qu’elles représentaient environ 8 % du temps de travail normal avant la guerre, et même jusqu’à 20 % durant le conflit152. C’est pourquoi en 1919-1923 les salaires horaires des ouvriers avaient moins reculé par rapport à 1913 que les salaires hebdomadaires, comme il vient d’être montré dans le détail.

  • 153 Cela ressort de la moyenne pondérée des chiffres concernant les salaires horaires et hebdomadaires (...)

96On constate par ailleurs que la diminution du temps de travail a été plus forte pour les ouvriers non qualifiés que pour les ouvriers qualifiés153. Par rapport à 1913, elle est d’environ 20 % pour les premiers et d’environ 12 % pour les seconds durant les années d’après-guerre. Cette différence tient sans doute à ce qu’en 1913 le temps de travail des simples manoeuvres était plus élevé que celui des ouvriers qualifiés ; elle tient aussi au fait qu’en 1919-1923 les conditions d’emploi des ouvriers non qualifiés respectent mieux que celles des ouvriers qualifiés les conventions tarifaires collectives, c’est-à-dire en particulier la journée de huit heures.

97Environ 12 % de la diminution du revenu hebdomadaire réel des ouvriers qualifiés en 1919-1923 s’expliquent donc par la diminution du temps de travail hebdomadaire ; ces 12 % ne constituent par conséquent pas une dégradation du niveau de vie, mais l’intégration d’une proportion équivalente de temps libre supplémentaire dans le « panier type » des ménages ouvriers. Toute comparaison des revenus réels d’après-guerre avec ceux d’avant-guerre doit donc, si elle se veut pertinente, prendre en compte les modifications du temps de travail. Aussi les chiffres d’après-guerre présentés dans le tableau 41 devraient-ils être revus à la hausse d’environ 14 % pour les ouvriers qualifiés et d’environ 25 % pour les ouvriers non qualifiés, si l’on veut comparer le niveau de vie effectif, compte tenu de la durée du travail, avec la situation d’avant-guerre. Dans ces conditions, les ouvriers qualifiés (exception faite des ouvriers des chemins de fer en 1919) voient bien leurs revenus réels diminuer en 1919-1923, mais dans des proportions moins dramatiques. Pour ce qui concerne les ouvriers non qualifiés, le niveau des revenus réels est parfois nettement supérieur à celui de 1913 durant la période 1919-1922, et ne retombe en dessous qu’en 1923.

  • 154 Wilhelm Morgenroth, article « Indexziffem », HdStW, vol. 5, Iéna, 1923, p. 403-404.
  • 155 F. Eulenburg, Soziale Wirkungen..., op. cit., p. 781. On retrouve à l’époque un jugement similaire (...)
  • 156 F. Eulenburg, Soziale Wirkungen..., op. cit., p. 776. Ce point de vue n’est pas pris en compte dans (...)

98Certaines estimations faites à l’époque, comme par exemple celle de Wilhelm Morgenroth dans son article publié fin 1921, corroborent ce résultat. Il y constatait que « la dégradation actuelle du niveau de vie [d’une partie des classes moyennes] par rapport à l’avant-guerre (est) beaucoup plus forte que celle que connaissent les vastes couches ouvrières de la population, dont certaines n’ont même vu leurs conditions de vie ne se dégrader que légèrement, voire pas du tout »154. De même Eulenburg écrit au sujet de l’après-guerre : « Les ouvriers ont tout d’abord tiré avantage de l’inflation. C’est un point qu’il faut absolument souligner »155. C’est particulièrement vrai si on compare l’évolution des salaires réels et celle du revenu national (tableau 40). Car « il ne faut pas envisager la situation sociale d’une classe par rapport à ce qu’elle était auparavant, mais toujours par rapport à la situation globale »156.

  • 157 Peter Quante, Lohnpolitik und Lohnentwicklung..., op. cit., p. 370. Voir aussi J. Kocka, Klassenges (...)
  • 158 Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung..., op. cit., p. 41, 43.

99En résumé, on peut dire que l’évolution des salaires réels en 1914-1923 se traduit tout d’abord, durant les années de guerre et ce jusqu’en 1917, par des pertes salariales considérables, dépassant largement la diminution du revenu national réel, pour toutes les catégories de travailleurs (cf. tableaux 40, 41). Ce que Quante a résumé en ces termes : « On constate entre le milieu de l’année 1915 et le milieu de l’année 1917 une forte diminution du salaire réel de tous les travailleurs ; celle-ci a duré jusqu’à la fin de la guerre pour le plus grand nombre tandis que seuls quelques-uns ont vu leur rémunération se maintenir à son ancien niveau et que dans de très rares cas on constate une amélioration par rapport à la situation précédente »157. Durant les années d’après-guerre par contre, et mise à part une forte diminution qui intervient au début de 1920, le niveau des salaires réels est resté supérieur à ce qu’il était durant la seconde moitié de la guerre. Durant la phase pendant laquelle les cours du mark et le niveau des prix tendaient à se stabiliser, c’est-à-dire entre le premier semestre 1920 et l’été 1921, les salaires hebdomadaires réels des catégories de travailleurs les moins qualifiées ont retrouvé leur niveau d’avant-guerre, alors que les salaires horaires réels correspondants lui étaient pour partie très supérieurs par suite de la réduction du temps de travail. Et si à l’inverse les salaires hebdomadaires réels des ouvriers qualifiés et les traitements des fonctionnaires restaient durant cette période inférieurs, voire très inférieurs, à leur niveau d’avant-guerre – par exemple d’environ 25 à 35 % pour les ouvriers des entreprises publiques, d’environ 30 à 40 % pour les imprimeurs, d’environ 15 à 30 % pour les fonctionnaires subalternes et d’environ 50 % pour ceux du cadre intermédiaire158 – ces derniers ont aussi profité de la réduction du temps de travail, qui a dû s’élever aprèsguerre à au moins 12 % par rapport à 1913. Dans la mesure où cette réduction de la durée du travail constitue aussi un élément supplémentaire de bien-être, a été revendiquée à ce titre par les syndicats depuis longtemps et a enfin été obtenue en novembre 1918, il convient de soustraire des pertes de bien-être économique que reflètent les réductions des salaires hebdomadaires précédemment citées ce pourcentage de diminution du temps de travail.

  • 159 Voir page 246-248.

100Si on compare le rapport entre niveau des rémunérations hebdomadaires ou mensuelles réelles et niveau du revenu national réel en 1919-1922 avec ce qu’il était avant la guerre (tableaux 40, 41), on constate que, compte tenu de la bonne situation de l’emploi durant les premières années d’après-guerre, la part des revenus salariaux dans le revenu national était alors au moins aussi élevée qu’avant la guerre, et même sans doute sensiblement plus élevée, tout du moins s’agissant des revenus salariaux des catégories de revenus les plus basses. Au moins pour ce qui concerne la période allant jusqu’au début de l’hyperinflation à l’été 1922, ce résultat ôte tout fondement à la thèse précédemment évoquée159 et qui voudrait que l’inflation d’après-guerre ait été préjudiciable aux salariés.

  • 160 Cela ressort également du fait qu’à partir du second semestre de 1922 la part des coûts salariaux d (...)
  • 161 Sur ce point, voir en particulier Fritz K. Ringer (dir.), The German Inflation of 1923, New York, 1 (...)
  • 162 G. Bry, Wages..., op. cit., p. 233.
  • 163 Ibid.
  • 164 Pour les années 1920 et 1921, Bresciani-Turroni (« Movements... », op. cit., p. 392) porte égalemen (...)

101À partir du second semestre de 1922 par contre les pertes de salaires réelles par rapport à l’avant-guerre tendent à s’aggraver nettement en comparaison de la période précédente160. C’est là la véritable origine des images d’apocalypse liées à l’hyperinflation161. C’est pourquoi, en ce qui concerne la phase finale de l’inflation, je rejoins le jugement de Bry162 lorsqu’il écrit que les salaires se situaient « durant les dernières phases de la crise à un niveau médiocre comparé à celui des salaires réels en vigueur avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale ». Pour la période qui précède le début de l’hyperinflation, en particulier les deux années qui vont du premier semestre 1920 au premier semestre 1922, je ne peux par contre le suivre lorsqu’il écrit que les salaires réels étaient « très sensiblement inférieurs »163 à leur niveau d’avant-guerre, parce qu’il ne prend pas suffisamment en compte la modification de la durée du travail164. Dès lors que la réduction du temps de travail a été demandée et obtenue par les salariés, on ne peut se plaindre qu’elle entraîne une baisse de revenu à salaire horaire constant. Tout au plus peut-il y avoir déception parce que la réduction du temps de travail n’a pas été accompagnée d’un relèvement du taux de rémunération horaire. Mais un revenu national qui se restreint par suite d’une réduction du temps de travail sans augmentation parallèle de la productivité ne peut être distribué deux fois afin d’assurer à chacun le même revenu réel qu’auparavant. La réduction du temps de travail peut être considérée comme une forme d’utilisation du revenu. Lorsque les salariés parviennent à obtenir une réduction de leur temps de travail, ils expriment le désir d’utiliser une partie de leur revenu précédent pour acheter plus de temps libre. Dès lors que le salaire horaire reste inchangé, il est tout aussi infondé de parler d’une perte de pouvoir d’achat que lorsqu’on acquiert un poste de radio ; il s’agit dans les deux cas d’un choix répondant à des préférences, autrement dit d’une décision en matière d’utilisation du revenu disponible.

  • 165 Ces fluctuations ont été particulièrement fortes durant la phase d’hyperinflation qui commence à l’ (...)

102Par contre, l’ensemble de la période d’inflation était placée sous le signe de l’incertitude quant à l’évolution des revenus, à cause des fortes fluctuations des salaires réels.165 Celles-ci étaient la conséquence des variations du coût de la vie, dont les salaires ne suivaient le renchérissement que par à-coups. Il est cependant difficile de qualifier cette incertitude de perte de bien-être économique. Il n’est pas exclu qu’elle n’ait représenté qu’un handicap psychologique pour les salariés, tandis qu’elle avait un effet direct positif sur leurs conditions de vie matérielles : « Carpe diem » devenant la maxime de vie, l’horizon de planification des dépenses s’est vraisemblablement raccourci, l’incitation à l’épargne s’est trouvée amoindrie du fait des hausses de prix. Même pour ceux qui auraient eu la capacité d’épargner vu le niveau de leurs revenus, le regard rétrospectif de l’historien incite à penser qu’il était plus raisonnable de consacrer rapidement et complètement ses revenus courants à des dépenses de consommation que d’économiser de l’argent. La situation d’inflation incitant moins à l’épargne volontaire, le niveau de consommation et le standard de vie ont vraisemblablement augmenté aussi longtemps qu’elle a duré.

2. Données statistiques sur la consommation

a. Problèmes

103Comme nous l’avons montré en détail dans les pages qui précèdent, il est particulièrement difficile de calculer les revenus réels en période de fortes fluctuations monétaires. Dans le cas particulier de l’inflation des années de guerre et d’après-guerre vient s’ajouter l’ampleur variable des mesures de contingentement appliquées aux denrées alimentaires et autres biens ; elles ont en effet pour conséquence que l’évolution des prix ne traduit pas pleinement la raréfaction des biens. Et le revenu réel calculé à partir de l’indice du coût de la vie ne traduit pas toujours le niveau de vie effectif. Pour tester la pertinence des résultats auxquels conduit le calcul des revenus réels, il est possible de recourir aux statistiques de la consommation, qui peuvent donner des indications directes sur l’évolution du niveau de vie lorsqu’elles concernent les biens de première nécessité.

104À cette fin, on peut tout d’abord s’appuyer sur la consommation globale de biens de consommation courante importants. Les modifications de niveau et de structure des quantités consommées donnent des indications sur l’évolution dans le temps du niveau de vie. Ainsi, une diminution générale des quantités consommées ou bien le remplacement de biens de consommation de meilleure qualité par d’autres de moindre qualité, par exemple de la viande de bœuf par de la viande en conserve ou du poisson, ou plus généralement d’aliments riches en protéines par des aliments riches en glucides (par exemple de la viande par des produits à base de farine) permet de conclure à une dégradation du niveau de vie.

  • 166 Les pommes de terre et la viande étaient soumises à un contrôle officiel jusqu’au deuxième semestre (...)

105Les chiffres disponibles concernant la consommation par habitant de certains produits en 1920-1923 par rapport à 1913 (tableau 47) traduisent une baisse générale du niveau de consommation durant les années d’inflation, aussi bien s’agissant des aliments riches en glucides que de ceux riches en protéines. Cette baisse prend des proportions dramatiques dans le cas des fruits méditerranéens et tropicaux importés, tandis qu’augmente de manière frappante la consommation de cacao, également importé, et de sel. Cependant, les chiffres dont on dispose jusqu’en 1921 sont problématiques et peu fiables dans la mesure où, jusqu’à l’automne 1920, une partie importante des ventes de denrées alimentaires de base, comme par exemple les pommes de terre ou la viande, n’ont pas été réalisées sur le marché officiel, mais sur le marché noir166, qui assurait de meilleures recettes aux producteurs et aux négociants aussi longtemps que ces produits étaient encadrés par l’État ; et sur le marché gris, c’est-à-dire par échange direct contre d’autres produits, engendré par la dégradation de l’économie monétaire. Dans les deux cas, la consommation correspondante passe à travers les mailles des statistiques officielles.

106D’un autre côté on peut également constater l’évolution du niveau de vie en partant des modifications des budgets familiaux de ménages représentatifs. Comme dans la méthode des enquêtes statistiques par échantillonnage, on a observé certains ménages types et enregistré pendant différentes périodes successives quelles quantités de certains produits ou groupes de produits ils consommaient ainsi que la part relative des dépenses correspondantes dans leur budget global. A l’image de l’évolution de la consommation globale de biens importants précédemment évoquée, l’évolution des quantités consommées et de leur structure permet de tirer des conclusions en matière de modification du niveau de vie. En outre, la modification de la part relative des dépenses correspondantes peut également fournir des indications sur l’évolution du niveau de vie : selon la loi dite d’Engel, souvent confirmée par les statistiques, la part des dépenses d’alimentation dans les dépenses totales d’un ménage est d’autant plus élevée que le niveau du revenu réel, ou encore le niveau de satisfaction des besoins de ce ménage, est faible, et inversement.

Tableau 47. Consommation par habitant de divers produits en Allemagne durant les années 1920-1923 (1913 = 100)

1920

1921

1922

1923

Pommes de terre

47

80

62

Riz

81

132

66

69

Viande

61

54

Harengs

223

75

60

91

Fruits du Midi

29

21

19

16

Sucre

72

88

109

103

Sel

121

117

163

122

Cacao

96

161

177

104

Café

27

50

24

25

Bière

37

53

50

44

Alcool

25

36

71

43

Coton

37

53

59

41

Source : G. Bry, Wages..., op. cit., p. 233.

107Quels problèmes rencontre-t-on lorsqu’on essaie d’établir l’évolution du niveau de vie d’une nation ou de vastes groupes sociaux en partant ainsi des budgets des ménages ?

  • 167 Erhebung von Wirtschaftsrechnungen minderbemittelter Familien im Deutschen Reich, 2e numéro spécial (...)
  • 168 Vorstand des Deutschen Metallarbeiterverbandes, 320 Haushaltsrechnungen von Metallarbeitern, Stuttg (...)
  • 169 Waldemar Zimmermann, « Die Verânderung der Einkommens-und Lebensverhältnisse der Arbeiter durch den (...)

1081. Tout dépend à l’évidence de la représentativité de l’échantillon des budgets familiaux retenus par rapport aux habitudes de consommation des groupes sur le niveau de vie desquels on souhaite collecter des informations. Dans la mesure où les revenus et le niveau de dépenses des ménages d’un pays dépend fortement de leur position socio-économique et de leur situation familiale, seuls sont pertinents des échantillons de budgets familiaux pris dans la totalité d’un groupe social relativement homogène ; à partir de quoi les conclusions en matière de niveau ou d’évolution de la consommation et des revenus ne s’appliqueront évidemment qu’à ce groupe. Partant de ce principe, l’Office impérial des statistiques a limité son enquête de 1907 aux budgets de ménages économiquement faibles, en règle générale des familles ouvrières167. La structure des budgets familiaux des ménages d’ouvriers métallurgistes qui ont servi vers la même époque à l’enquête menée par la fédération des ouvriers métallurgistes est de même type168. C’est pourquoi les budgets familiaux de ménages économiquement faibles réunis pendant la guerre par la Commission pour les intérêts des consommateurs en temps de guerre ( Kriegsausschufi für Konsumenteninteressen, KAKI) trouvent leur équivalent le plus proche dans ces échantillons utilisés par l’Office impérial des statistiques et la fédération des ouvriers métallurgistes en 1907-1908169.

109Les dépenses des ménages représentatifs des classes moyennes, dont le Frankfurter Zeitung a utilisé trois exemples pour montrer la dégradation du niveau de vie durant les années d’après-guerre par rapport à l’avant-guerre, sont très différentes de celles des types de ménages précédents. Mis à part le fait que trois exemples individuels ne sauraient constituer un échantillon représentatif, ces dépenses peuvent peut-être donner une idée de l’évolution du niveau de vie d’un certain type de ménages appartenant aux classes moyennes (niveau d’éducation intermédiaire, activités professionnelles salariées ou libérales). Mais l’étude de l’évolution des salaires réels nous a déjà montré que ce type de ménages a été plus que d’autres victimes des conséquences de l’inflation et n’est donc pas représentatif de la grande majorité des familles de salariés.

1102. Un autre problème dont il convient de tenir compte lorsqu’on analyse les budgets familiaux des différents types de ménages durant les années d’inflation 1914-1923 en Allemagne tient à l’encadrement des loyers. La part relative des dépenses de loyer, qui s’élevait à environ 20 % des dépenses totales avant la guerre, a chuté à près de zéro durant l’inflation d’après-guerre (tableaux 4, 8). À niveau de vie par ailleurs inchangé, il en résulte par définition une augmentation de la part des autres dépenses dans les dépenses totales. L’augmentation de la proportion des dépenses d’alimentation tient sans doute pour partie à ce facteur et, de ce point de vue, ne reflète pas une dégradation du niveau de vie. Pour que la loi d’Engel reste valable dans le temps, il faut en effet que le consommateur puisse librement choisir et que règne sur les marchés la liberté des prix.

b. Résultats

111Considérons tout d’abord les budgets familiaux retenus par la Commission pour les intérêts des consommateurs en temps de guerre (KAKI) en les comparant avec ceux de 1907-1908. Et examinons pour commencer la structure des dépenses. Dans la mesure où l’échantillon utilisé en 1907 par la fédération des ouvriers métallurgistes ne diffère guère en définitive de celui de l’Office impérial, nous ne reproduirons que ce dernier (tableau 48).

112Puis attachons-nous aux années 1916-1918 (les résultats des études réalisées par la KAKI), durant lesquelles les dépenses de ménages correspondant à différentes tranches de revenus (fonctionnaires, employés, ouvriers, retraités) ainsi que des ménages ouvriers présentaient en moyenne les ordres de grandeur reproduits dans le tableau 49.

113Quelles conclusions peut-on tirer de la comparaison entre les budgets familiaux des dernières années de guerre et ceux de l’année 1907 ? En 1907, la loi d’Engel s’applique clairement aux différentes tranches de revenus : la part des dépenses consacrées aux denrées alimentaires courantes et de luxe est la plus importante dans le cas des revenus les plus modestes avec 54,9 % ; et la plus faible dans le cas des revenus les plus élevés, avec 50,2 %. Plus le revenu augmente, plus augmente également la part consacrée à l’habillement ainsi qu’aux « autres dépenses », c’est-à-dire pour l’essentiel aux services – comme l’éducation et les loisirs, les assurances, le transport. Les dépenses de chauffage et d’éclairage diminuent tandis que la part des dépenses consacrées au logement tend à rester inchangée.

Tableau 48. Structure des dépenses de ménages ouvriers correspondant à des tranches de revenus caractéristiques en 1907

Dépenses pour

1200-1600 M de salaire annuel

1600-2000 M

2000-2500 M

Moyenne pour 1907

 %

 %

 %

 %

Alimentation et denrées alimentaires de luxe

54,9

51,7

50,2

52,3

Vêtement et linge

9,4

11,0

12,0

10,8

Logement et ménage

16,8

17,7

17,0

17,2

Chauffage et éclairage

4,9

4,3

3,8

4,3

Divers

14,0

15,3

17,0

15,4

Source : Kaiserliches Statistisches Amt, Erhebungen von Wirtschaftsrechnungen minderbemittelter Familien im Deutschen Reich. 2. Sonderheft zum Reichsarbeitsblatt, Berlin, 1909 ; cité d’après W. Zimmermann, « Veränderung... », op. cit., p. 317.

Tableau 49. Structure des dépenses de ménages correspondant à différentes tranches de revenus ainsi que de ménages ouvriers durant les années 1916-1918 (valeur moyenne des mois d’avril 1916, 1917 et 1918)

Tableau 49. Structure des dépenses de ménages correspondant à différentes tranches de revenus ainsi que de ménages ouvriers durant les années 1916-1918 (valeur moyenne des mois d’avril 1916, 1917 et 1918)

Source : Reichsarbeitsblatt, 15e année, 1917, p. 145-156 et 188 sq. Ainsi que Beitrâge zur Kenntnis der Lebenshaltung im dritten (vierten) Kriegsjahre (Sonderheft 17 und 21 zum Reichsarbeitsblatt). Berlin, 1917 et 1919; cité d’après W. Zimmermann, « Veränderung... », op. cit., p. 436-437.

114Les modifications de la structure des dépenses entre 1907 et des dernières années de la guerre devraient donc livrer des informations sur les modifications du niveau des revenus réels. Et ce sont les ménages ouvriers, traités à part dans les enquêtes de 1917 et 1918, qui devraient se rapprocher le plus des groupes de revenus sur lesquels portait l’étude de 1907. On constate qu’en 1917 la part des dépenses consacrées aux denrées alimentaires courantes et de luxe dans les ménages ouvriers s’élève à près de 60 %, dépassant largement son niveau de 1907 (52,3 %). Les dépenses de chauffage et d’éclairage étaient également sensiblement supérieures au niveau de 1907, de 5,5 %, tant en 1917 qu’en 1918. Ces deux indicateurs traduisent donc une baisse du niveau de vie des ménages salariés en 1917. Mais les modifications des dépenses d’habillement ainsi que des autres dépenses s’opposent à une conclusion aussi simple. Leur variation de moins d’un point entre 1907 et 1917 fait qu’on peut les considérer comme pratiquement constantes. Cela tient à la forte réduction des dépenses de logement ou de loyer, qui reculent de 17,2 % en 1907 à 8,1 % en 1917 par suite des effets combinés du blocage des loyers et de la hausse des revenus consécutive à l’inflation. En sorte que la part relative des dépenses d’alimentation et d’énergie pouvait être plus élevée en 1917 qu’en 1907 sans que celle des dépenses de vêtement et des autres dépenses ait pour autant diminué.

115Une comparaison entre les années 1918 et 1907 ne conduit pas à des résultats aussi nets. Si en 1918 la part relative des dépenses d’énergie est nettement supérieure à celle de 1907, celle des dépenses d’alimentation n’est qu’à peine plus élevée. On pourrait certes voir là un indicateur de la dégradation des revenus par rapport à 1907, mais le fait qu’en 1918 les dépenses d’habillement et la catégorie « autres dépenses » aient été plus élevées de 4 % chacune infirme cette théorie.

116Seules les dépenses de loyer ont continué de baisser, pour les raisons précédemment indiquées. Cependant, une comparaison de la structure des dépenses de 1918 avec celle de 1917 permet de conclure à une amélioration des revenus durant la dernière année de guerre. Car si la part des dépenses d’énergie reste constante, celle des dépenses d’alimentation diminue considérablement tandis que celle des rubriques habillement et autres dépenses progresse respectivement de 4,3 % et 3,3 %. Ces trois indicateurs plaident en faveur d’une amélioration de la situation des revenus en 1918 par rapport à 1917 ; cette constatation est étayée par les résultats du calcul des salaires réels reproduits dans le tableau 41.

  • 170 W. G. Hoffmann et al., Wachstum..., op. cit., p. 455. Voir aussi tableau 40.

117Il convient de souligner à cet endroit que, faute d’enquête statistique ultérieure comparable, les calculs concernant les ménages renvoient à 1907 comme année de comparaison de l’avant-guerre tandis que ceux portant sur les salaires réels renvoient selon les cas à 1913 ou 1913-1914. Et on a tout lieu d’admettre que le niveau de vie, y compris celui des salariés, s’est notablement amélioré entre 1907 et 1913 dans la mesure où le revenu national (exprimé en prix de 1913) est passé de 40,0 milliards de marks en 1907 à 48,5 milliards de marks en 1913170.

  • 171 W. Zimmermann, « Veränderung... », op. cit., p. 328.

118En se basant sur les statistiques de la consommation globale et en comparant l’évolution des salaires avec celle des prix des denrées alimentaires durant les années d’avant-guerre, Zimmermann en arrive à la conclusion suivante : « En tout état de cause, on constate que durant les deux décennies qui précèdent la guerre la grande majorité de la population tend à disposer de plus de moyens pour consommer des denrées alimentaires plus chères, voire des denrées alimentaires de luxe [...]. Cela corrobore le fait précédemment souligné que les hausses de salaires ont été nettement plus fortes que la hausse des prix des denrées alimentaires »171.

119Comme les prix, la production et la consommation n’étaient pas soumis au contrôle de l’État, on peut penser qu’entre 1907 et 1913 la structure d’ensemble des dépenses des ménages ouvriers, y compris ceux ayant les plus faibles revenus, s’est rapprochée de la structure type des ménages ouvriers disposant des revenus les plus élevés en 1907. Si on compare ces chiffres (tableau 48, colonne 3) avec ceux de 1917 (tableau 49, colonnes 4 et 5), on constate pour cette année de guerre des pertes de revenus encore plus marquées.

120Le tableau 50 comporte un autre indicateur du niveau de vie, et donc des revenus réels, des salariés durant la guerre par comparaison avec l’avant-guerre. Il présente en vis-à-vis d’une part les quantités consommées moyennes de différentes denrées alimentaires constituant plus de 50 % des dépenses totales des ménages, d’après les études des budgets familiaux réalisées par la KAKI pour les années 1916-1918 ; et de l’autre les résultats des études de budgets familiaux ainsi que l’approvisionnement moyen pour la période d’avant-guerre.

121Si on compare tout d’abord, dans ce tableau, les colonnes 1 à 3 avec la colonne 6 (données des années 1912/1913)-indépendamment du fait que les ménages pris en compte par la KAKI sont en majorité des familles économiquement faibles dont les habitudes de consommation divergeaient de celles de l’ensemble de la population – on constate que la consommation de viande a diminué de plus de moitié durant la seconde moitié de la guerre part rapport à l’avant-guerre. Même si on intègre le poisson dans la comparaison, cela ne change pas grand-chose au résultat. La consommation de lait était également sensiblement inférieure au niveau de 1912-1913, celle d’œufs légèrement supérieure en 1916 aux quantités d’avant-guerre, avant de chuter en dessous, tout comme celle de matières grasses. La consommation de fruits et légumes, principale source de vitamines, se situait entre le quart et le tiers. Les apports en glucides n’ont pu être maintenus au même niveau, fautes d’aliments de substitution équivalents. La consommation de sucre avait diminué, celle de produits à base de farine se maintenait à peu près à son niveau d’avant-guerre ; quant à la consommation de pommes de terre, elle se situait en 1916 à peu près au niveau de 1912-1913, chutait d’environ un tiers en 1917 par suite d’une mauvaise récolte avant de remonter en 1918 jusqu’à dépasser d’un tiers le niveau d’avant-guerre à la suite d’une bonne récolte.

122Au bout du compte, on constate une nette diminution de la consommation totale de denrées alimentaires. Les reculs les plus marqués concernent les fruits et légumes, sources de vitamines, ainsi que les aliments riches en protéines, tandis que les apports en glucides ont peu ou pas diminué, et ont même augmenté dans certains cas. Autrement dit, la composition de l’alimentation s’était modifiée au profit d’aliments simples riches en glucides.

Tableau 50. Consommation moyenne de différentes denrées alimentaires durant les années 1916-1918 par comparaison avec l’avant-guerre (en grammes par personne et par mois)

Tableau 50. Consommation moyenne de différentes denrées alimentaires durant les années 1916-1918 par comparaison avec l’avant-guerre (en grammes par personne et par mois)

Source : W. Zimmermann, « Veränderung... », op. cit., p. 448-451.

123Les tendances ainsi relevées sont cependant moins marquées lorsqu’on compare les colonnes 1 à 3 (les résultats des études réalisées par la KAKI) avec les colonnes 4 et 5 (les résultats des études de 1907-1908), autrement dit si lorsqu’on limite la comparaison aux habitudes de consommation des familles économiquement faibles pendant et avant la guerre, ce qui la rend plus pertinente. Pendant les années de guerre, l’approvisionnement en viande a peu diminué, celui en œufs, lait et fromage est resté à peu près à son niveau d’avant-guerre (1907-1908). Pour ce qui concerne les matières grasses, le pain et la pâtisserie, on constate un recul des quantités consommées, compensé à l’évidence par un plus fort recours à d’autres produits alimentaires (farine, bouillie de gruau, pâtes, orge mondée) et surtout par une augmentation de la consommation de pommes de terre (elle a plus que doublé en 1916 et presque triplé en 1918). Ainsi, le niveau de vie des ménages ouvriers s’est moins dégradé durant la guerre que ne laisse apparaître une comparaison avec la consommation moyenne globale d’avant-guerre. Cependant, compte tenu du fait que le niveau de vie des familles économiquement faibles était plus élevé en 1913 qu’en 1907-1908, on reste fondé à conclure que le niveau absolu de la consommation tout comme la composition relative de l’alimentation durant la seconde moitié de la guerre traduisent une dégradation du niveau de vie des salariés, qui correspond à la dégradation des revenus réels. Et les pertes subies par les ménages disposant d’un revenu supérieur à la moyenne ont vraisemblablement été plus grandes que celle des ménages de salariés économiquement faibles.

124Si on compare maintenant les années de guerre entre elles, on remarque que les quantités consommées en 1917 marquent le creux de l’évolution avant que l’année 1918 n’apporte une nette amélioration de l’approvisionnement (tableau 50). Cette constatation confirme également les résultats du calcul des revenus réels reproduits dans le tableau 41.

  • 172 Henriette Fürth, Der Haushalt vor und nach dem Kriege. Dargestellt an Hand eines mittelbürgerlichen (...)

125En ce qui concerne les années d’inflation qui ont suivi la guerre, on ne dispose que de trois exemples épars de budgets familiaux ; mais ils pourraient être révélateurs de la structure des dépenses de certains milieux appartenant aux classes moyennes des grandes villes. Il s’agit dans un cas du livre de comptes d’une famille de fonctionnaire de 6 personnes, ou 7 avec l’employée de maison. Un fils s’étant marié pendant la guerre, le nombre de personnes est passé à 5, ou 6 ; puis à 5 à partir de décembre 1921, parce que la famille a dû se séparer de l’employée de maison pour des raisons financières, et l’a remplacée par une femme de ménage quelques heures dans la semaine. En 1913-1914, le revenu du ménage se composait pour environ la moitié du traitement du mari (6 319,96 marks par an, soit la rémunération d’un fonctionnaire du cadre supérieur), et pour environ un tiers du salaire de l’épouse (3 448,38 marks par an), le reste correspondant à des revenus en intérêts et dividendes. Durant les années d’inflation 1920 et 1921, le traitement du mari a continué de constituer environ la moitié du revenu total, mais le salaire de son épouse n’en a plus représenté que moins de 10 %. Outre les intérêts perçus, la différence se composait de rémunérations annexes du mari, de reversement d’une partie de leurs salaires par les enfants ainsi que de prélèvements sur le capital disponible172.

Tableau 51. Structure des dépenses d’une famille de fonctionnaire du cadre supérieur durant les années 1913/1914-1923, en %

Tableau 51. Structure des dépenses d’une famille de fonctionnaire du cadre supérieur durant les années 1913/1914-1923, en %

Source : H. Fürth, « Haushaltsrechnungen », Wirtschaftskurve, 1re et 2e année, 1922 et 1923, passim.

  • 173 H. Fürth, « Haushaltsrechnungen », Wirtschaftskurve, 1re année, 1922, cahier 2, p. 26.

126Comment les dépenses de ce ménage ont-elles évolué durant les années qui ont suivi la guerre par rapport à l’avant-guerre ? Le tableau 51 classe les dépenses d’après les rubriques alimentation, besoins domestiques et autres dépenses. Alors que le loyer et l’habillement, par exemple, entrent dans la rubrique « autres dépenses », les « besoins domestiques » comportent les dépenses de chauffage, d’éclairage, de lessive, etc.173 Il apparaît clairement que durant les années d’après-guerre la part relative des dépenses d’alimentation dans l’ensemble des dépenses, qui est censée refléter de manière inversement proportionnelle le niveau de revenu réel de ce ménage, a constamment été nettement plus élevée qu’avant-guerre. Alors qu’elle était de 27 % en 1913-1914, elle était passée à près de 50 % en 1920. En 1921, la situation s’est à l’évidence détendue : le chiffre correspondant a en effet reculé à 44 %, avant de remonter à 49 % l’année suivante. Les résultats trimestriels montrent que la situation s’est rapidement dégradée après le début de l’hyperinflation, durant le second semestre 1922. La part des dépenses d’alimentation a atteint un niveau record durant le premier trimestre 1923, avec un chiffre de 66 %. C’était l’époque de l’occupation de la Ruhr et du début de la résistance passive. La part relative de ces dépenses a certes diminué par la suite, mais elle est constamment restée nettement supérieure à son niveau d’avant 1923, et ce jusqu’à la fin de l’inflation.

127Le tableau 52 donne un aperçu des quantités consommées, autre indicateur de l’évolution du niveau de vie et, par conséquent, des revenus réels de cette famille. On y voit à quel point les pratiques alimentaires de ce ménage de fonctionnaire s’étaient dégradées en 1920-1923 par rapport à l’avantguerre. La consommation de denrées alimentaires nobles – comme la viande, le beurre, les oeufs, le lait, le pain blanc – a fortement diminué sans compensation apparente par une plus forte consommation de denrées alimentaires plus simples. Encore convient-il de noter qu’on ne dispose pas, pour les deux dernières années d’inflation, d’informations concernant la consommation d’aliments « inférieurs » comme la farine, les pommes de terre ou les féculents. Seule la consommation de matières grasses et de pain noir est nettement plus élevée pendant les années d’après-guerre qu’en 1913-1914, avant de retomber durant les stades ultimes de la période d’inflation, après avoir atteint des niveaux records en 1920 et 1921. On peut dire en résumé que les quantités consommées par ce ménage de fonctionnaire du cadre supérieur reflètent fidèlement la dégradation du niveau de vie que connaît cette tranche des classes moyennes durant l’après-guerre ; et qu’elles mettent bien en relief l’aggravation de la situation qui intervient durant les années d’hyperinflation 1922 et 1923.

  • 174 Hans Hirschstein, « Haushaltsrechnungen », Wirtschaftskurve, 1re année, 1922, cahier 3, p. 25-29.

128Le cas suivant concerne la famille d’un médecin de Berlin composée de trois adultes, vivant dans le même appartement et de la même manière avant et après la guerre. Il se veut représentatif des classes moyennes libérales sans fortune174. En ce qui le concerne, seuls ont été publiés sous forme de tableau les indices de l’évolution des dépenses totales ainsi que de quelques catégories de dépenses (alimentation, chauffage et éclairage, loyer) ; ces informations sont disponibles pour l’après-guerre et la guerre par comparaison avec la période d’avant-guerre, selon une fréquence semestrielle (cf. tableau 53) pour les années 1912-1920 et selon une fréquence trimestrielle de la fin de l’année 1920 jusqu’au deuxième semestre 1922. Il en ressort que les dépenses d’alimentation ont augmenté dans une proportion largement supérieure à la moyenne, que les dépenses de loyer ont relativement peu progressé et que les dépenses de chauffage et d’éclairage se situent autour de la moyenne.

Tableau 52. Consommation d’une famille de fonctionnaire du cadre supérieur durant les années 1920-1923 par comparaison avec 1913-1914 (par personne et par jour, en grammes, litres ou par pièce)

Tableau 52. Consommation d’une famille de fonctionnaire du cadre supérieur durant les années 1920-1923 par comparaison avec 1913-1914 (par personne et par jour, en grammes, litres ou par pièce)

Source : H. Fürth, Haushalt..., op. cit., p. 32-33, ainsi que dans Wirtschaftskurve, 1re-3e année, 1922-1924, passim.

  • 175 Ibid., p. 28-29.

129Pour ce qui concerne la part relative des différents groupes de dépenses dans les dépenses totales, on peut lire ceci : « En temps de paix, on considérait en règle générale que les classes moyennes consacraient un tiers de leurs revenus à l’alimentation et environ un sixième au loyer. Les valeurs correspondantes sont ici de 32,1 et 13 pour cent ; le niveau bas du loyer n’est pas le fait du hasard [...]. Les influences artificielles qui s’exercent sur la totalité des prix pendant la guerre font que, mis à part l’alimentation, la proportion des différents postes dans les dépenses globales diminue sensiblement. En 1918 et 1919, en particulier, les dépenses d’alimentation représentent plus de la moitié des dépenses totales [...]. Durant le premier semestre de 1921, elles redescendent à environ un tiers avant de remonter à 40,6 et 44 pour cent durant les deux derniers trimestres [= premier semestre 1922], se rapprochant ainsi dangereusement des chiffres de la fin de la guerre et de la période révolutionnaire [...]. Si élevées que soient les dépenses de chauffage, leur poids relatif dans les dépenses totales ne subit, curieusement, que de faibles fluctuations et se situe à 11/4-11/2 de ce qu’il était en temps de paix [...]. Le loyer est passé de 13 pour cent des dépenses totales en temps de paix à 1,6 pour cent durant les deux derniers trimestres »175.

130Par conséquent, l’évolution du revenu réel de ce ménage présente deux creux en 1918 et 1919, lorsque la part des dépenses d’alimentation dans les dépenses totales a dépassé les 50 %. Ensuite est intervenue une amélioration qui, après une période de relative stabilité commençant au premier semestre 1920, a vu la part relative des dépenses d’alimentation, c’est-à-dire aussi selon cet indicateur le niveau du revenu réel, retrouver au premier semestre 1921 son niveau d’avant-guerre. Une nouvelle dégradation est alors intervenue, en particulier durant le premier semestre 1922. En résumé, on peut dire que les revenus réels de ce ménage ont également le plus fortement reculé lorsque la hausse des prix était la plus forte.

Tableau 53. Évolution des dépenses d’une famille de médecin berlinoise durant les années 1912-1922 (1912-1914 = 100)

Tableau 53. Évolution des dépenses d’une famille de médecin berlinoise durant les années 1912-1922 (1912-1914 = 100)

Source : H. Hirschstein, « Haushaltsrechnungen », Wirtschaftskurve, 1re année, 1922, cahier 3, p. 26.

  • 176 Wirtschaftskurve, 2e année, 1923, cahier 1, p. 28.

131On connaît également les modifications de la structure des dépenses – considérées comme un indicateur de l’évolution des revenus réels – d’un troisième ménage, en continu pour les années de guerre et d’après-guerre. Il s’agit à nouveau d’un ménage appartenant aux classes moyennes, composé de trois personnes, à savoir deux femmes exerçant une activité professionnelle (employées du cadre intermédiaire) avec une employée de maison. Le revenu annuel de ce ménage s’élevait en 1913-1914 à environ 4 800 marks176. La part relative des différents types de dépenses – loyer, alimentation, chauffage et éclairage ainsi que autres dépenses – dans les dépenses globales est reproduite dans le tableau 54.

132Ici encore, la part croissante des dépenses d’alimentation durant la guerre signale les pertes de revenu réel, qui ont atteint une première fois un niveau maximum en 1918-1919 et 1919-1920. En 1920-1921, année de relative stabilisation, on constate que la situation se détend. Mais dès l’année suivante, et en particulier durant le second semestre de 1922, après que l’hyperinflation ait commencé, le poids relatif des dépenses d’alimentation se remet a augmenter dans des proportions considérables, jusqu’à atteindre 70 %. Le premier semestre 1923 est marqué par une nouvelle détente avant que durant le troisième trimestre de cette même année les dépenses d’alimentation n’atteignent le niveau record de 91,6 % des dépenses totales.

133Au bout du compte cependant, les budgets familiaux disponibles ne donnent qu’une image peu fiable et peu représentative de l’évolution du niveau de vie de différentes couches sociales durant les années d’inflation en Allemagne. La conclusion la plus certaine qu’on peut en tirer est que durant la seconde moitié de la guerre les tranches de revenus les plus faibles ont également été frappées par une dégradation sensible de leur niveau de vie. En ce qui concerne l’après-guerre, les trois exemples retenus confirment que les couches moyennes salariées et libérales des grandes villes ont connu un fort recul de leur niveau de vie. Pour ce qui concerne les familles appartenant aux classes moyennes qui ont fait l’objet d’une enquête, les pertes de revenu réel ont été les plus fortes durant la période qui va de la dernière année de guerre jusqu’à la fin de la révolution au début de 1920, ainsi qu’après le commencement de l’hyperinflation au milieu de l’année 1922. Entre-temps, et en particulier en 1921, on constate une relative amélioration de la situation.

Tableau 54. Structure des dépenses d’un ménage de trois personnes (employés du cadre intermédiaire) durant les années 1912/1913-1923

Loyer

Alimentation

Chauffage et éclairage

Divers

1912-1913

30,2 %

30,3 %

4,8 %

34,7 %

1913-1914

27,1

30,7

6,8

35,4

1914-1915

22,4

34,2

4,7

38,7

1915-1916

21,4

42,5

4,4

32,0

1916-1917

18,1

48,6

2,1

31,2

1917-1918

17,7

42,7

5,5

34,1

1918-1919

13,1

55,5

4,9

26,5

1919-1920

6,8

58,1

11,6

23,5

1920-1921

4,3

47,8

8,8

39,1

1921-1922

2,3

59,3

10,8

27,6

1er trimestre 1922

3,8

55,2

4,3

36,7

2e trimestre 1922

2,6

47,2

21,5

28,7

3e trimestre 1922

1,2

69,3

9,3

20,2

4e trimestre 1922

0,4

64,7

15,7

19,2

1er trimestre 1923

0,55 (0,2)1

53,6

13,1

32,75

2e trimestre 1923

4,6 (0,3)

35,7

6,1

53,6

3e trimestre 1923

0,2 (0,2)

91,6

3,6

4,6

1 Le chiffre entre parenthèses correspond au loyer sans les charges.
Source : Wirtschaftskurve, 2e année, 1923, cahier 1, p. 29, cahier 4, p. 21.

134Pour ce qui concerne les aspects particuliers précédemment envisagés, les résultats des calculs effectués pour déterminer les revenus réels sont confirmés par les budgets familiaux disponibles. Par contre nous ne disposons pas pour la période d’après-guerre de ceux des ménages salariés les plus simples, dont le nombre était beaucoup plus important que celui des ménages appartenant aux classes moyennes. S’agissant de ce type de salariés, on a pu constater pour partie une hausse des revenus réels par rapport à l'avant-guerre ; or ce résultat aurait tout particulièrement mérité d’être vérifié à l’aide de budgets familiaux, dans la mesure où l’inflation d’après-guerre est le plus souvent présentée comme un processus d’appauvrissement général. Peut-être est-il envisageable, par extrapolation, de considérer que dès l’instant où les calculs portant sur les revenus réels sont à certains moments et pour certaines couches sociales confirmés par l’analyse de budgets familiaux correspondants, il en va de même pour les calculs de revenus réels qu’il n’est pas possible de contrôler par la même méthode.

3. Données statistiques sur la santé

  • 177 Celles-ci sont évaluées dans Franz Bumm (dir.), Deutschlands Gesundheitsverhältnisse unter dem Einf (...)
  • 178 « Arthur N. Young Papers », Hoover Institution, Stanford, Calif., Box 2. Les citations qui suivent (...)

135L’évolution de la santé publique dans le Reich durant les années d’inflation peut également être considérée comme un indicateur de l’état de l’alimentation et, par conséquent, des revenus de larges couches de la population. Dans leurs publications intitulées Verôffentlichungen des Reichsgesundheitsamts, les services de l’hygiène et de la santé publique en rendaient régulièrement compte et publiaient des données statistiques177. Les principales informations ont été rassemblées dans un mémorandum d octobre 1923 intitulé « L’état de santé du peuple allemand pour la période allant de début janvier à fin septembre 1923 »178. Il en ressort que la mortalité en général et la mortalité infantile en particulier ont reculé durant les années d’après-guerre, y compris en 1923, pour atteindre un niveau très inférieur à celui d’avant-guerre. Ce phénomène ne traduit à l’évidence pas une dégradation de la situation alimentaire. Le rapport explique la contradiction entre cette évolution et le fait que les gens se plaignaient après la guerre d’une mauvaise situation alimentaire de la façon suivante : « Pendant les années de guerre et d’après-guerre a eu lieu une sélection de la population. Bien des personnes faibles et malades, qui auraient continué à vivre en temps normal, sont décédées plus tôt. Par suite de quoi la grande faucheuse ne peut plus engranger des moissons aussi riches qu’auparavant [...]. En comparaison d’années précédentes, les cas de décès chez les nourrissons [...] sont restés relativement peu nombreux durant toute la période d’après-guerre, jusqu’à aujourd’hui. Comme il a déjà été dit à plusieurs reprises, ce sont les nourrissons qui ont connu les meilleures conditions de vie parmi l’ensemble de la population depuis 1914, dans la mesure où ils ont fait l’objet d’une attention particulière de la bienfaisance publique ; où la Reichswochenhilfe leur a été particulièrement profitable ; et où s’est confirmée la règle qui veut qu’en période de difficultés et de hausse des prix les mères allaitent beaucoup plus fréquemment leurs nourrissons, leur donnant ainsi la meilleure alimentation possible ». À quoi venait s’ajouter la moindre fréquence des naissances, qui faisait reculer la mortalité infantile « dans la mesure où l’expérience nous apprend que les nourrissons et les enfants font l’objet d’autant plus d’attention et de soins qu’ils sont moins nombreux dans une famille ».

136Mais dans le même ordre d’idée il est constaté « que durant les années 1920 et 1921 les conditions d’alimentation s’étaient améliorées, ce qui entraînait une amélioration de l’état de santé de la population ». Après quoi, pour l’essentiel au moment ou avait commencé Hyperinflation, « une nouvelle et constante détérioration des conditions d’alimentation et d’habillement était intervenue [...]. La terrible dégradation des conditions d’alimentation qui en avait évidemment découlé » et à laquelle n’avaient échappé que les couches sociales les plus riches, peu nombreuses, ainsi que la population rurale, avait contraint les gens à limiter leur consommation de matières grasses et de protéines et, en contrepartie, à consommer plus d’aliments à base de farine. Selon l’enquête, cette détérioration de l’alimentation aurait surtout été néfaste pour les enfants. Le manque de matières grasses les aurait rendus moins résistants aux maladies tandis que celui de protéines aurait nui à leur croissance et à leur développement. « Pour ce qui concerne ses effets sur l’alimentation, la situation actuelle (1923) est à peu près semblable à celle des années de guerre, même si les causes de la malnutrition ont changé ; durant le blocus, en effet, l’Allemagne ne pouvait pas acquérir de denrées alimentaires même en les payant, tandis qu’à l’heure actuelle la population ne dispose pas de l’argent nécessaire pour acheter les denrées alimentaires disponibles. » Cela traduit naturellement aussi la différence qui existe entre des marchés encadrés par l’Etat et sur lesquels les prix sont maintenus bas, comme c’était le cas durant la seconde moitié de la guerre puis partiellement jusqu’en 1921, et les marchés libres de 1923, sur lesquels les prix pouvaient pleinement refléter le décalage entre l’offre et la demande.

137L’évolution de la tuberculose contagieuse permet tout particulièrement de mettre statistiquement en valeur les effets de la situation alimentaire sur l’état de santé de la population au fil des années. Le rapport décrit cette évolution dans les termes suivants : « Cette maladie, la plus redoutable de toutes déjà en temps de paix, avait tellement reculé en 1913 grâce à des mesures de mieux en mieux ciblées qu’elle ne représentait plus alors en Allemagne que 14,33 décès pour 10 000 habitants. Pendant la guerre, ce taux a augmenté de 72,6 % dans les villes et de 55,5 % sur l’ensemble du territoire national. Une fois la guerre terminée, il a rapidement reculé jusqu’à retomber presque à son niveau d’avant-guerre. On atteint ainsi en 1921, dans les grandes villes, un plus bas de 14,9 décès par tuberculose pour 10 000 habitants, qui remonte à 15,9 en 1922 ». En 1923 ce chiffre augmente encore, comme il ressort des résultats trimestriels ci-après reproduits :

Tableau 55. Décès des suites de la tuberculose pour 10 000 habitants dans 46 grandes villes allemandes durant les années 1921-1923

Tableau 55. Décès des suites de la tuberculose pour 10 000 habitants dans 46 grandes villes allemandes durant les années 1921-1923

Source : « Memorandum des Reichsgesundheitsamts vom Oktober 1923 », dans Arthur N. Young Papers, Hoover Institution, Stanford, Box 2, p. 9, 10.

138La remontée sensible constatée durant le deuxième trimestre 1922 par rapport à l’année précédente s’explique en partie par la longueur de l’hiver. Par contre, le fait que le niveau reste ensuite régulièrement supérieur à ce qu’il était un an auparavant tient à la dégradation des conditions de santé, qu’il faut bien expliquer par la détérioration de la situation alimentaire liée à la diminution des revenus réels. Le nombre des malades de la tuberculose, qui n’a pas fait l’objet d’un recensement statistique précis, reflète également cette évolution. Le rapport des services de l’hygiène et de la santé publique constate « qu’on a relevé dès l’année 1922 une augmentation constante du nombre d’admissions dans les centres d’aide aux tuberculeux de l’ensemble du pays, laquelle se confirme à l’heure actuelle. Pour Berlin, par exemple, elle s est élevée à pas moins de 29 % en 1922-1923 par rapport à la même période de l'année précédente ».

139Une déclaration faite le 24 avril 1923 par le directeur de la clinique universitaire de Berlin, le professeur Czerny, montre à quel point la situation alimentaire et, par voie de conséquence, l’état de santé de la population avait dû se détériorer dans les grandes villes en 1923 : « Ma clinique pour enfants est actuellement submergée de cas graves de tuberculose pulmonaire, maladie normalement relativement rare chez les enfants [...]. Une telle augmentation du nombre de cas de tuberculose n’avait été constatée que durant les dernières années de la guerre, par suite de la malnutrition ». Il souligne que manquent en particulier le lait et le sucre, de sorte que les enfants sont surtout nourris avec des aliments à base de farine. Les mêmes constatations ont été faites à Leipzig, Hambourg, Breslau, Cologne et Francfort-sur-le-Main. Le fait que le nombre d’enfants tuberculeux hébergés pour le seul semestre d’avril à septembre 1923 à l’hospice Kaiserin Auguste Viktoria de Berlin, spécialisé dans la lutte contre la mortalité infantile, ait égalé celui des douze mois d’avril 1922 à mars 1923 montre à quel point la situation s’est dégradée au cours de l’année 1923. Cependant cette évolution n’est vraisemblablement guère représentative que de la mortalité par tuberculose dans les grandes villes, car – comme il a déjà été dit précédemment – le recul de la mortalité et tout spécialement de la mortalité infantile dans l’ensemble du Reich s’est poursuivi aussi durant l’année 1923. Autrement dit, la hausse de la mortalité par tuberculose dans les grandes villes a nécessairement été plus que compensée par le recul de la mortalité en milieu rural ; ce qui prouve, qu’en 1923, la population des grandes villes a été la principale victime de l’hyperinflation.

140En outre le rapport souligne que les cas d’autres maladies caractéristiques de la malnutrition – comme l’oedème de la faim, le scorbut ou la pellagre – se font plus nombreux en 1923. Il constate pour terminer que l’affaiblissement physique des gens s’accompagnait d’une perte des repères éthiques et moraux. « En conséquence de quoi le nombre de crimes graves comme les meurtres, les vols avec violence, les effractions, les vols simples, augmente de semaine en semaine. » Au bout du compte, cette appréciation de l’évolution de la santé publique durant les années d’inflation confirme les résultats des calculs réalisés pour déterminer le revenu réel des salariés : les moments les plus critiques ont été la seconde moitié de la guerre ainsi que l’année 1923, après que les revenus réels, qui avaient atteint un niveau relativement élevé en 1920 et 1921, se soient remis à diminuer lorsque l’hyperinflation a débuté.

D. La distribution du revenu national

  • 179 Ont ainsi paru ces dernières années, par suite de l’accélération de l’inflation dans les pays occid (...)

141L’instabilité monétaire révèle toute son acuité lorsqu’on la considère sous l’angle de la distribution du revenu national179. Dans les pages qui suivent, les effets de l’inflation sur la distribution intérieure du revenu seront considérés d’un double point de vue :

  1. selon la répartition fonctionnelle du revenu entre les différents facteurs qui participent à la formation du revenu national et, en retour, en reçoivent une partie à titre de rétribution ;

  2. selon la distribution personnelle du revenu, autrement dit la répartition des revenus individuels ou des ménages en différentes catégories.

  • 180 Statistisches Reichsamt, Das deutsche Volkseinkommen vor und nach dem Kriege. Einzelschriften zur S (...)

142En ce qui concerne la décade 1914-1924, les données disponibles font qu’on peut comparer entre elles seulement les structures de cette répartition avant le commencement de la guerre (1913) et après la fin (1925 sq.) de la période d’inflation180. Les modifications structurelles qui se dégagent de cette comparaison résultent assurément de toute une série de facteurs intervenus entre-temps : modification du rôle des syndicats, modification de la fiscalité, volume croissant des transferts opérés par l’État, modification de la situation du commerce extérieur, etc. Mais c’est la dépréciation monétaire qui a certainement le plus influé sur les changements de structure de la distribution du revenu ; en effet, et quels qu’en soient les bénéficiaires – l’État ou bien les agents économiques privés – elle a toujours pour effet d’imposer à ceux qui tirent des revenus d’un patrimoine monétaire ou de revenus monétaires des pertes de patrimoine ou de revenus en termes réels, qui se traduisent par plus de consommation ou de constitution de capital – publique ou privée – de la part de ceux qui ne disposeraient pas de patrimoine ni de revenus monétaires en cas de stabilité des prix.

1. La distribution fonctionnelle du revenu

  • 181 C’est ainsi que dans les manuels de tendance néoclassique, le revenu national n’est le plus souvent (...)
  • 182 Voir aussi J.M. Keynes, A Tract on Monetary Reform. The Collected Writings of J.M.K., ed. E. Johnso (...)

143Les économistes qui se réclament du marxisme, mais aussi certains économistes bourgeois181 subdivisent en règle générale les sociétés industrielles en deux classes seulement : les « capitalistes » d’une part et les travailleurs, pour l’essentiel les salariés, de l’autre. On peut certes concevoir que les salariés soient regroupés au sein d’une même classe en dépit des grands écarts de rémunération qui existent entre eux, dans la mesure où ils sont tous en position de demandeur sur le marché de l’emploi et où leurs revenus reposent sur une base contractuelle ; par contre je considère qu’il est inadapté de réunir tous les types de « capitalistes » en une classe unique dès lors qu’on veut étudier les effets des fluctuations monétaires sur la distribution du revenu. Dans le cadre d’une telle analyse, il est essentiel de distinguer deux groupes de « capitalistes », qui sont au coeur d’une grande partie du processus de redistribution182 :

  • La « classe des entrepreneurs » (capitalistes d’entreprise), qui possèdent et font fonctionner les moyens de production, et qui financent des investissements productifs non seulement avec leur patrimoine propre mais également avec de l’argent et des capitaux empruntés. C’est la raison pour laquelle les membres de cette classe peuvent être définis comme ayant des dettes d’argent et possédant des valeurs corporelles. Sur le marché de l’emploi, ils sont demandeurs de travail et débiteurs de salaires vis-à-vis des salariés ; tandis que sur le marché monétaire et financier ils peuvent être considérés comme demandeur de crédits et débiteurs d’intérêts vis-à-vis des détenteurs de patrimoine monétaire.

  • La « classe des rentiers » (capitalistes monétaires), quant à elle, se caractérise par sa position de créancier sur le marché monétaire et financier. Les détenteurs de biens fonciers, qui tirent leurs revenus de loyers à bail et de gérances, appartiennent également à cette classe dans la mesure où leurs revenus consistent en des créances d’argent définies par contrat ou décisions administratives, et qui ne peuvent donc suivre à court terme les fluctuations de la monnaie.

  • 183 Ibid., p. 5.

144Au plus fort du capitalisme, à la fin du XIXe et au début du XXe siècles, la classe des rentiers avait pris une telle importance que les couches possédantes de la population peuvent également être réparties entre ces deux groupes dans le cadre d’une analyse personnelle183.

145L’importance de cette distinction apparaît clairement lorsqu’on compare la structure de la distribution fonctionnelle du revenu national allemand en 1913, telle qu’elle est reproduite dans le tableau 56, avec celle des années 1925-1931. Alors que les revenus du travail salarié sont regroupés sous l’unique rubrique « traitements et salaires », la rémunération du travail indépendant et de la propriété perçue par les ménages privés est subdivisée en quatre composantes : revenu du travail indépendant dans les secteurs « agriculture et sylviculture » ainsi que « industrie et commerce » d’une part, revenu sous forme de rente résultant des « loyers à bail et à gérance » ainsi que du « patrimoine en capital » (détention de titres, parts dans des SARL, hypothèques privées, dépôts d’épargne, etc.) de l’autre.

Tableau 56. Chiffres concernant la distribution fonctionnelle du revenu national allemand durant les années 1925-1931 par comparaison avec 1913, en %

Tableau 56. Chiffres concernant la distribution fonctionnelle du revenu national allemand durant les années 1925-1931 par comparaison avec 1913, en %

Source : Statistisches Reichsamt, Das deutsche Volkseinkommen..., op. cit., p. 84.

  • 184 F. Eulenburg (« Soziale Wirkungen... », op. cit., p. 755) estime le montant du capital monétaire de (...)
  • 185 En 1972, la part des revenus relevant de la catégorie « activité indépendante et propriété » dans l (...)
  • 186 Moritz Julius Bonn, Wandering Scholar, New York, 1948, p. 278.

146Alors qu’une fois l’inflation passée la part du revenu national détenue par les « capitalistes d’entreprise » était restée à peu près inchangée par rapport à 1913 – le secteur primaire enregistrait certes des pertes sensibles, mais cela correspondait à l’évolution sur le long terme de la part relative des différents secteurs, conformément à la loi de Fourastié – celle des « revenus sous forme de rente » avait considérablement diminué, passant de près de 15 % en 1913 à environ 3 % durant les années 1925 et 1926. Compte tenu de l’encadrement des loyers et de la dépréciation rapide des créances d’argent184, ce chiffre a vraisemblablement été plus faible encore durant l’inflation d’après-guerre. Même en admettant que par suite de la bonne conjoncture des années 1920-1922 la part relative des revenus du travail indépendant ait été légèrement supérieure au niveau de 1925-1926, il n’en reste pas moins que le processus de redistribution s’est fait aux dépens non des salariés, mais de ceux qui percevaient des revenus sous forme de rente, et dont les ménages salariés ne représentent, encore aujourd’hui, qu’une faible partie185. Cela explique le jugement porté par M. J. Bonn, observateur averti de l’inflation qu’il a lui-même vécue, lorsqu’il écrit que les entrepreneurs auraient « découvert avec l’inflation une variante capitaliste de la politique d’expropriation des communistes. Ils pillaient – simplement, ils ne pillaient pas leurs ennemis de classe, mais la grande majorité des autres capitalistes »186.

  • 187 Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Wirtschaft..., op. cit., p. 142. La proportion de fonction (...)
  • 188 Cette hausse du taux des salaires dans le revenu national ne doit cependant pas être expliquée par (...)
  • 189 Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Wirtschaft..., op. cit., p. 140.
  • 190 Cela est confirmé par F. Eulenburg, « Soziale Wirkungen... », op. cit., p. 757-758.

147Dans la mesure où la proportion des salariés au sein de la population active n’avait guère changé entre 1925 et l’avant-guerre (1907)187, l’augmentation de la part relative des revenus du travail salarié durant les années d’après-guerre reflète également une augmentation de la part du revenu national perçue par chaque salarié, autrement dit une hausse sensible du « taux corrigé des salaires dans le revenu national net ». De ce point de vue, les salariés peuvent être considérés comme le groupe ayant tiré le plus grand avantage du processus de redistribution lié à l’inflation, y compris sur le long terme188 ; les entrepreneurs ont pu maintenir à peu près leur position, tandis que les rentiers, autrement dit ceux qui percevaient un revenu sans travailler, ont été les grands perdants de ce processus. Ce que confirme également le fait que le taux d’activité, autrement dit le nombre d’actifs dans la population globale, se situait en 1925 à 51,3 %, c’est-à-dire beaucoup plus haut qu’avant la guerre (1907 : 45,5 %)189 ; cela indique que pendant et après l’inflation une nouvelle tranche de population, qui vivait auparavant d’autres sources de revenus comme une fortune personnelle, se voit maintenant contrainte de travailler190.

  • 191 Sur ce point, voir l’étude à paraître de Peter-Christian Witt, Die Finanz-und Wirtschaftspolitik de (...)
  • 192 Statistisches Reichsamt, Das deutsche Volkseinkommen..., op. cit., p. 81.
  • 193 J. M. Keynes, Tract..., op. cit., p. 37.

148Le tableau 56 montre en outre que la part des transferts publics dans le revenu national était nettement plus élevée après l’inflation qu’en 1913. Cela ressort en particulier de la rubrique « rentes et pensions » ainsi que du poste de régularisation « double compte par suite de transferts publics ». La part des rentes et pensions est passée de 3 % en 1913 à 9,2 % en 1925. Il faut voir là une conséquence de l’extension de l’État social191, en particulier depuis la fin de la guerre : pensions versées aux invalides de guerre, assistance-chômage et autres prestations similaires ont pour l’essentiel contribué à l’augmentation de cette rubrique192. Ces prestations elles aussi ont très vraisemblablement plus profité aux ménages salariés et ménages sans fortune qu’à la « classe capitaliste ». Il n’est par contre guère possible de dire avec plus de précision qu’en ce qui concerne ses autres conséquences dans quelle mesure l’inflation a contribué à l’extension de l’Etat social durant les premières années de la République de Weimar. Mais on est fondé à penser que l’inflation d’aprèsguerre a facilité le relèvement des dépenses sociales dans la mesure où « l’imposition par l’inflation » constitue une source de recettes à laquelle peut recourir tout gouvernement, même le plus faible193. Tandis qu’à l’inverse une politique déflationniste s’accompagne d’une restriction des dépenses publiques qui touche également les dépenses sociales, comme le prouve l’expérience historique passée et actuelle ; il serait aisé de le montrer en comparant les années d’après 1923, en particulier la crise économique mondiale de 1929-1933, avec les premières années de la République de Weimar.

  • 194 C’était le cas typique des ménages d’officiers, de professeurs et de fonctionnaires avant la guerre (...)

149Les données disponibles en matière de distribution fonctionnelle des revenus montrent que ce sont les salariés qui ont tiré le plus grand avantage du processus de redistribution, et partiellement aussi les chefs d’entreprises avec lesquels ils coopéraient par l’entremise de leurs organisations respectives au sein de la « Commission centrale paritaire » (Zentralarbeitsgemeinschaft) ; et cela au détriment de la « classe des rentiers ». Comme les ménages salariés appartenaient en majorité aux tranches de revenus les plus faibles, les « ménages de rentiers » par contre à des tranches supérieures – qu’ils vivent uniquement de revenus ne résultant pas d’une activité professionnelle ou bien touchent leurs rentes en complément d’une telle activité194 – le processus de redistribution des revenus qui accompagne l’inflation a très vraisemblablement aussi fait évoluer la distribution personnelle des revenus vers plus d’égalité. Cette question va faire l’objet du prochain chapitre.

2. La distribution personnelle des revenus et du patrimoine

  • 195 Pour ce qui concerne les critiques opposées à cette comparaison, voir Statistisches Reichsamt, Das (...)
  • 196 Pour des informations sur le creux en 1926, voir F. Blaich, Die Wirtschaftskrise 1925/6 und die Rei (...)

150Le tableau 57 nous renseigne sur la répartition personnelle des revenus, autrement dit sur la répartition des revenus des ménages selon différentes tranches. Il compare la ventilation des revenus en 1926 et 1928 avec celle de 1913 sur la base des statistiques fiscales. Afin que la comparaison entre les tranches retenues reste valable alors que le pouvoir d’achat de la monnaie a évolué, leurs seuils ont été modifiés entre la période d’avant-guerre et celle d’après-guerre195. Pour bien analyser cette comparaison, il faut se souvenir que l’année 1926 est placée sous le signe d’un creux conjoncturel196 plus marqué que le ralentissement conjoncturel de 1913, et qui a influé sur la répartition des revenus. Aussi est-il sans doute plus pertinent, du point de vue de la situation conjoncturelle, de comparer les années 1928 et 1913, qui reflètent mieux les glissements intervenus dans la ventilation des revenus entre les périodes d’avant et d’après la guerre. C’est pourquoi le tableau 58 reproduit les chiffres concernant ces deux années, plus comparables d’un point de vue conjoncturel, afin de faire ressortir les changements relatifs intervenus entre les différentes tranches de revenus.

  • 197 Statistisches Reichsamt, Das deutsche Volkseinkommen..., op. cit., p. 108.

151Certes on est frappé par le fort glissement qui affecte les deux tranches de revenus les plus basses durant l’après-guerre par rapport à 1913 : une part plus importante des bénéficiaires de revenus et du revenu national a glissé dans la tranche inférieure. Cela tient en partie au fait que le plafond de cette tranche est fixé trop haut en 1913 par rapport à 1926 ou 1928 : un chiffre de 800 marks au lieu de 900 en 1913 aurait mieux correspondu à la différence de pouvoir d’achat par rapport aux années d’après-guerre197. Mais cela n’était pas possible dans la mesure où les catégories de revenus dépendaient des statistiques fiscales. Si on considère par contre l’ensemble constitué par les deux tranches de revenus inférieures, on constate qu’elles regroupent avant comme après la guerre environ 90 % des bénéficiaires de revenus assujettis à l’impôt et environ 60 % du total du revenu imposable global. Le léger écart constaté en 1926 tient selon toute vraisemblance au ralentissement de l’activité économique qui intervient cette même année et qui, comme toujours, touche plus fortement les revenus élevés que les revenus plus faibles.

Tableau 57. Ventilation des revenus dans le Reich en 1913, 1926 et 1928

Tableau 57. Ventilation des revenus dans le Reich en 1913, 1926 et 1928

Source : Statistisches Reichsamt, Das deutsche Volkseinkommen.... op. cit., p. 108.

Tableau 58. Modification de la ventilation des revenus dans le Reich en 1928 par rapport à 1913, en pourcentage

Tableau 58. Modification de la ventilation des revenus dans le Reich en 1928 par rapport à 1913, en pourcentage

Source : Statistisches Reichsamt, Das deutsche Volkseinkommen..., op. cit., p. 108.

  • 198 Die Verelendung des Mittelstandes. Heft 106 der Beitrage zur Statistik Bayerns, Munich, 1925. Les c (...)
  • 199 Pour une approche différenciée de la notion de classes moyennes, voir surtout Theodor Geiger, Die s (...)
  • 200 C. Bresciani-Turroni, Economics..., op. cit., p. 290 sq.

152Le tableau 58 montre clairement qu’après la guerre ce ne sont pas les revenus moyens qui ont subi des pertes par rapport à l’avant-guerre, mais uniquement les tranches supérieures, et plus spécialement celles au nombre de quatre qui regroupent les revenus annuels de plus de 16 000 marks. Étant donné que ce sont presque exclusivement les entrepreneurs et les détenteurs de patrimoine qui disposent de revenus d’un tel ordre de grandeur, on retrouve ici l’équivalent de la diminution des revenus sous forme de rentes consécutive à l’inflation qui apparaissait sur le tableau 56. Dans la mesure où les classes moyennes touchaient des revenus liés à la détention de capital, la thèse selon laquelle elles ont également été victimes de l’inflation est sans doute juste. Mais ces pertes ont vraisemblablement été contrebalancées par ailleurs grâce à des gains plus importants résultant de l’inflation, puisque la position relative des classes moyennes sur l’échelle des revenus s’est dans l’ensemble améliorée durant les années de guerre et d’inflation. La thèse ancienne selon laquelle les classes moyennes ont été les grandes perdantes de l’inflation198 est non seulement contestable dans la mesure où elle n’est pas assez nuancée199 ; elle est tout simplement erronée par l’amalgame qu’elle comporte, puisque les données des tableaux 57 et 58 montrent que seules les personnes que leurs revenus rangeaient parmi les classes moyennes ont vu ceux-ci augmenter du fait de la redistribution qui intervient durant les années de guerre et d’inflation. À l’inverse de l’impression que Bresciani-Turroni s’efforce de susciter200, les principaux perdants se trouvaient dans les tranches de revenus les plus élevées. La cause ne devrait pas tant être une fiscalité plus fortement assise sur la faculté contributive des citoyens – qu’avait en particulier introduite la réforme fiscale de Erzberger – et qui était dans un premier temps condamnée à l’inefficacité par le processus de dépréciation monétaire. Il faut bien plus la rechercher dans l’inflation et son effet confiscatoire sur le capital monétaire.

  • 201 C’est pourquoi la thèse selon laquelle « l’inégalité de la distribution des revenus s’est considéra (...)
  • 202 W. G. Hoffmann et al, Wachstum..., op. cit., p. 515. Il reprend les chiffres cités dans Franz Grumb (...)
  • 203 F. Grumbach, Statistische Untersuchungen..., op. cit., p. 92.
  • 204 Ibid., p. 89.

153Ainsi le processus inflationniste a conduit en Allemagne à une distribution plus égale des revenus individuels201. C’est ce que montre également l’éventail de distribution mesuré dans l’ensemble du Reich et dans certains États fédérés. Pour 1913, W. G. Hoffmann considère que la répartition des revenus individuels dans l’ensemble du Reich correspond à la valeur 1,50 du coefficient de Pareto oc. En 1926, on était passé à 1,98 et en 1928 à 1,89202. Plus ce coefficient est élevé, plus la répartition des revenus est égale. Pour la Prusse, qui rassemblait environ deux tiers de la population et du revenu du Reich, les mesures de ce coefficient reposent sur les statistiques des impôts directs, qui remontent jusqu’à 1850. On y constate que, dans le cadre du processus d’industrialisation, le coefficient de Pareto a chuté de 1,88 au milieu du XIXe siècle à 1,44 vers 1900, autrement dit que la répartition des revenus est devenue plus inégale. Elle est ensuite restée à peu près inchangée jusqu’au début de la guerre. Grumbach explique cette stabilité par le pouvoir croissant des syndicats, l’extension du système de protection sociale ainsi qu’une politique fiscale prenant mieux en compte les critères sociaux – autant de mesures qui ont pesé pour l’essentiel sur les revenus du capital et ont freiné la croissance de son taux de rendement ainsi que la concentration de la fortune203. Car, selon lui, l’évolution de la répartition des revenus dépend essentiellement de la croissance ainsi que de la répartition de la fortune. « Tous les autres facteurs semblent être de moindre importance. »204

154L’indice de Pareto est fortement redescendu pendant la guerre jusqu’à atteindre un plus bas de 1,35 en 1918. Cela traduit une inégalité croissante dans la répartition des revenus, vraisemblablement due, pour l’essentiel, à la plus grande concentration de la fortune induite par les profits de guerre. Par contre, l’indice remonte durant les années 1925-1929 jusqu’à un niveau nettement plus élevé, variant entre 1,73 et 1,88. Cela signifie qu’a dû intervenir pendant l’inflation d’après-guerre un processus considérable de redistribution des revenus, qui a annulé en quelques années la plus grande partie du phénomène de concentration intervenu durant les débuts puis la phase haute de l’industrialisation du pays, au cours de la seconde moitié du XIXe siècle.

  • 205 Ibid., p. 95-96.

155Pour expliquer ce phénomène, Grumbach fait remarquer que, d’après ses constatations, la distribution du capital monétaire était encore plus inégale que celle de la richesse totale205. En sorte que la destruction des avoirs monétaires a pour corrélat que la répartition de l’ensemble des revenus du patrimoine, et par conséquent de l’ensemble du revenu national, tend à être plus égale.

156Si en outre la destruction du capital monétaire va de pair avec une diminution de la richesse totale, il en résulte une plus grande égalité dans la distribution des revenus. En effet, la répartition de la fortune faisant que les revenus du capital sont plus inégalement répartis que l’ensemble du revenu national, une diminution de la part relative des revenus liés à la fortune dans le revenu national global tend à égaliser la distribution de ce dernier.

  • 206 Pour ce qui concerne le problème de la comparabilité des données en matière de répartition de la fo (...)
  • 207 Une « courbe de Lorenz » concernant la répartition de toutes les fortunes de plus de 100 000 marks- (...)

157Ces deux facteurs ont joué durant la grande inflation, comme il ressort des tableaux 59 et 60. Le tableau 59 montre qu’au 31 décembre 1923, c’est-à-dire après la fin de l’inflation, la fortune imposable était plus également répartie que dix ans auparavant206 : les deux tranches inférieures ont vu leur part relative dans la fortune nationale globale quasiment doubler. Les tranches intermédiaires, entre 30 000 et 100 000 marks-or, ont également vu leur poids relatif augmenter. Par contre, toutes les tranches à partir de 100 000 marks-or voient le leur diminuer, et ce dans une proportion d’autant plus forte que le niveau de fortune était élevé, comme il apparaît au premier coup d’oeil sur le tableau 60207.

Tableau 59. Ventilation du patrimoine (plus de 10 000 marks-or) des personnes physiques dans le Reich au 31 décembre 1913 et au 31 décembre 1923, conformément aux statistiques de l’impôt sur la fortune, en % du montant total

Tableau 59. Ventilation du patrimoine (plus de 10 000 marks-or) des personnes physiques dans le Reich au 31 décembre 1913 et au 31 décembre 1923, conformément aux statistiques de l’impôt sur la fortune, en % du montant total

Source : Statistisches Reichsamt, Die deutsche Vermögensbesteuerung vor und nach dem Kriege. Statistik des Deutschen Reichs, vol. 337, Berlin, 1927, p. 206.

Tableau 60. Modification de la ventilation du patrimoine dans le Reich (31 décembre 1923 par rapport au 31 décembre 1913 en %)

Tranches de patrimoine en marks-or

Personnes imposables

Patrimoine net

Plus de 10 000 jusqu’à 20 000

– 18,9

– 21,7

Plus de 20 000 jusqu'à 30 000

– 44,4

– 44,9

Plus de 30 000 jusqu’à 50 000

– 53,0

– 53,2

Plus de 50 000 jusqu’à 100 000

– 57,8

– 58,0

Plus de 100 000 jusqu’à 500 000

– 63,6

– 64,4

Plus de 500 000 jusqu’à 1 000 000

– 69,4

– 69,7

Plus de 1 000 000 jusqu’à 3 000 000

– 73,8

– 74,6

Plus de 3 000 000 jusqu’à 10 000 000

– 78,5

– 79,2

Plus de 10 000 000

– 85,3

– 86,4

Plus de 10 000 au total

– 41,6

– 61,2

Source : Statistisches Reichsamt, Die deutsche Vermögensbesteuerung..., op. cit., p. 206.

  • 208 K. Helfferich (« Volksvermögen, Volkseinkommen und Steuerlast einst und jetzt », Weltpolitik und We (...)
  • 209 Voir tableau 56.

158Ce même tableau rend perceptible à quel point le niveau de la fortune a chuté en l’espace de dix ans, reculant de 61,2 %208. Le fait que ce chiffre soit largement supérieur aux quelque 25 à 30 % que le revenu national avait dû perdre en 1923 par rapport à 1913 (tableau 40) montre que les revenus du capital pèsent moins dans le revenu national global209, ce qui – comme nous l’avons vu précédemment – entraîne une tendance à plus d’égalité dans la distribution du revenu national.

  • 210 Ancien Testament, Le Lévitique, chap. 25.

159Pour porter un jugement d’ensemble sur les effets que l’inflation a exercés sur la répartition des revenus et de la fortune dans le pays, on est tenté de recourir à une comparaison avec les conséquences économiques et sociales d’une « année jubilaire » comme elle est évoquée dans l’Ancien Testament210. Une telle année sainte était prévue tous les cinquante ans et était accompagnée d’une remise des dettes, d’une restitution des terres agricoles vendues ou gagées entre-temps (mais pas des propriétés foncières situées dans les villes) ainsi que de l’affranchissement des esclaves israéliens ou des serfs. De la sorte, la concentration de la fortune et des revenus était périodiquement annulée. Les dettes frappant des biens corporels étaient effacées, les travailleurs dépendants libérés de leur dépendance passée. Il pouvait certes y retomber, mais les plus méritants d’entre eux se voyaient accorder une nouvelle chance. La situation et les structures de répartition originelles étaient rétablies, le jeu de l’économie, dont le but est d’acquérir plus de revenus et de fortune, pouvait reprendre.

160Par son influence sur la situation des créances et dettes d’argent, qui pèsent bien plus sur la répartition de la fortune et du pouvoir dans une économie industrielle développée que dans une société préindustrielle, l’inflation qui a éclaté en Allemagne environ 50 ans après la création du Deuxième Empire a de toute évidence eu un effet similaire sur la situation sociale et les structures de la propriété. Les cartes ont été redistribuées et le capitalisme, dont l’enjeu est le pouvoir, le profit et la propriété, a pu reprendre son cours – pas dans les conditions originelles certes, puisque la détention de biens corporels n’a pas été remise en question, mais selon des conditions de départ modifiées.

III. LES EFFETS SUR LA DISTRIBUTION DES REVENUS À L’ÉCHELON INTERNATIONAL

A. Remarques préalables

  • 211 Voir les travaux consacrés aux effets de l’inflation sur la distribution des revenus dans un passé (...)
  • 212 Voir tableaux 32, 40 et graphique 4.
  • 213 Emil Lederer, « Umschichtung der Einkommen und des Bedarfs », dans B. Harms (dir.), Strukturwandlun (...)

161Lorsqu’on débat des effets sur la distribution des revenus de tout processus inflationniste en général et de l’inflation qui touche l’Allemagne après la Première Guerre mondiale en particulier, on s’attache la plupart du temps à la redistribution qui intervient dans l’économie intérieure211. Cette approche correspond, en sciences économiques, au modèle théorique d’une économie fermée. D’après ce modèle, le niveau élevé des investissements et la croissance économique étonnamment forte dans l’Allemagne d’aprèsguerre212 pouvaient être perçus comme le résultat d’un processus de redistribution national défavorable aux consommateurs, c’est-à-dire, outre les rentiers, à la grande masse des salariés. La citation suivante, de Emil Lederer, traduit parfaitement ce point de vue : « Durant toute cette période (les années d’inflation 1919-1923) les salaires sont restés nettement inférieurs à leur niveau d’avant-guerre. Certes la production par tête a également diminué, mais moins vite que les salaires. Même en ne chiffrant la diminution moyenne du revenu réel des ouvriers et des employés qu’à 500 marks par individu [...] on arrive à un montant de 6 à 7 milliards de marks (marks-or) par an, soit au total 24 à 28 milliards de marks-or supplémentaires pour l’industrie en salaires non versés. Cette somme, le montant de l’épargne qui a totalement disparu [...] et devait se chiffrer à environ 50 milliards de marks ainsi que les impôts impayés ont fourni les fonds qui ont permis à l’économie allemande de se relever étonnamment vite, sans l’aide de prêts étrangers »213.

162Or cette théorie qui consiste à voir dans l’inflation avant tout un problème de politique intérieure est contredite par le fait que dans le débat politique de l’époque dominaient déjà les arguments touchant aux causes et conséquences internationales de l’inflation en Allemagne ; autrement dit par le fait qu’elle était considérée soit comme l’instrument, soit comme le résultat de processus qui relevaient de la politique étrangère.

  • 214 Voir p. 180 sq. supra. Voir aussi Walther Rathenau : Cames und Germa, Berlin, 1922, p. 10 sq et p.  (...)

163J’ai déjà décrit le point de vue des milieux officiels en Allemagne214. On s’appuyait sur la théorie de la balance des paiements pour analyser le fait inflationniste et expliquaient régulièrement que la dépréciation de la monnaie était due au déficit de cette balance – le manque de matières premières obligeant le pays à beaucoup importer, ce qui accroissait d’autant la demande de devises. De même, on rappelait que les réparations constituaient un poste important au passif de la balance des paiements. Et que les rentrées de devises qu’assuraient les exportations (restreintes par suite de mesures commerciales discriminatoires) ne parvenaient pas à l’équilibrer du côté de l’actif. Aussi longtemps que cet écart ne pourrait être comblé par l’ouverture des marchés aux exportations allemandes (clause de la nation la plus favorisée), la réduction du montant des réparations et l’octroi de prêts à long terme à l’Allemagne, la dépréciation de la monnaie était la conséquence inévitable de la loi de l’offre et de la demande sur les marchés des changes.

164Les Français en particulier répondaient que, selon eux, le gouvernement allemand pratiquait délibérément et consciemment une politique inflationniste afin de se soustraire au paiement des réparations (cf. p. 159-160).

165Cet accent mis à l’époque par les milieux politiques sur les causes et conséquences internationales de l’inflation allemande doit également inciter l’économiste à y pratiquer une « coupe anatomique » qui fasse ressortir sa composante internationale. Il faut pour cela recourir au modèle d’une économie ouverte, et non plus d’une économie fermée. On pourra ainsi déterminer quel effet de redistribution est intervenu, par suite de l’inflation, entre l’économie allemande dans son ensemble et l’étranger ; autrement dit dans quelle mesure l’étranger a permis à l’Allemagne de réunir le capital sur lequel reposent les forts taux d’investissement et de croissance que connaît son économie durant les premières années d’après-guerre.

166Une telle analyse conduit ensuite à se demander dans quelle mesure ceux qui portaient la responsabilité des décisions économiques en Allemagne ont mené une politique rationnelle, compte tenu des possibilités qui étaient les leurs et des priorités de politique économique qui avaient alors cours.

B. MÉTHODE D’ÉVALUATION ET RÉSULTATS

167Les redistributions de revenus et de patrimoine consécutives aux fluctuations de valeur d’une monnaie interviennent le long de la frontière économique qui sépare ceux qui détiennent des créances d’argent d’une part et ceux qui ont des dettes d’argent de l’autre. Dans un modèle d’économie fermée, les classes sociales et les catégories professionnelles – selon que la classification typologique les range d’un côté ou de l’autre de cette frontière – comptent au nombre des victimes ou bien des bénéficiaires de l’inflation. De la même manière, un pays frappé d’inflation va en tirer avantage ou en être pénalisé à l’échelon international selon que son économie sera – et jusqu’à quel point – en position de débiteur ou bien de créditeur par rapport à l’étranger dans sa monnaie nationale.

  • 215 Moritz J. Bonn, The Stabilization of the Mark, Chicago, 1922, p. 29.

168Disons le tout de suite : pendant les années d’inflation en Allemagne, dès 1914-1918 mais plus encore en 1919-1922, l’étranger a accumulé des créances en marks fiduciaires très importantes et de la sorte fourni des crédits, autrement dit exporté des capitaux vers l’Allemagne. Pour contrebalancer les déficits importants de sa balance des paiements, l’Allemagne « ne pouvait obtenir [...] de l’étranger des crédits en bonne et due forme en quantité importante. C’est la spéculation en marks sous toutes ses formes qui a fourni les capitaux nécessaires », comme M. J. Bonn l’a souligné dès 1922215.

  • 216 De son côté Fritz Schmidt (Intemationaler Zahlungsverkehr und Wechselkurse, Leipzig, 1922, p. 28 et (...)
  • 217 Gustav Stolper, Karl Hauser, Knut Borchardt, Deutsche Wirtschaft seit 1870, Tübingen, 1964, p. 115.

169L’Allemagne est devenue débiteur net de l’étranger dans sa propre monnaie, d’autant plus que, pendant la guerre, ses propres créances sur l’étranger avaient servi à financer le surplus d’importations ou bien, lorsqu’elles étaient accessibles au-delà des frontières, avaient été saisies. À la différence des importations de capital intervenues après 1924, auxquelles on a toujours beaucoup prêté attention, les capitaux qui entraient auparavant dans le pays étaient tous à court terme ; il s’agissait pour l’essentiel d’une spéculation de l’étranger sur le mark déclenchée auprès des bourses de devises dans l’attente d’une reprise du cours de la monnaie allemande et qui – dans la mesure où cette attente se répercutait sur les cours à terme du mark – induisait sur le marché monétaire allemand des placements étrangers de courte durée attirés par un taux de rendement élevé (taux d’intérêt en Allemagne augmenté du taux swap). En outre, les importations de capitaux d’avant 1923 différaient des prêts étrangers à long terme et des importations de capitaux à court terme d’après 1924 dans la mesure où elles se sont trouvées de fait « transformées » en une sorte de transfert unilatéral par la dépréciation du mark. Car les remboursements de capital et les versements d’intérêts auxquels les créanciers étrangers pouvaient prétendre ont été tout autant frappés de dépréciation par l’inflation que les créances d’argent des résidents. Les informations statistiques sur ce phénomène faisant largement défaut216, il a souvent été négligé, comme par exemple par G. Stolper : « Pendant les années d’inflation, l’Allemagne a effectivement effectué des versements à partir de ses propres ressources, sans devoir prendre appui sur les béquilles du capital étranger »217. En réalité, des quantités importantes de capitaux étrangers sont entrées en Allemagne. Le montant des emprunts de l’Allemagne auprès de l’étranger pendant les années d’inflation – et tout particulièrement son endettement en marks fiduciaires – peut être établi par une double démarche théorique :

  • 218 Fritz Machlup (« Three Concepts of the Balance of Payments and the So-Called Dollar Shortage », Int (...)
  • 219 Les rapports, théoriques et de causalité, qui unissent les diverses formes d’opérations internation (...)

1701. La méthode indirecte : les transactions internationales étant enregistrées dans la balance des paiements selon le principe de la comptabilité en partie double, la balance des paiements globale doit, par définition, toujours être en équilibre218. Aux déficits ou excédents de la balance des opérations courantes correspondent des soldes équivalents affectés du signe opposé dans la balance des opérations en capitaux. Les opérations en or et en devises ainsi que le poste erreurs et omissions de la balance des paiements sont assimilés à des opérations en capitaux dans la mesure où ils constituent également en quelque sorte un octroi ou bien un amortissement de crédit vis-à-vis de l’étranger219.

  • 220 Dans un mémorandum du 19 janvier 1924 (Berlin Document 3062), R. Pilotti, qui était membre du Comit (...)
  • 221 D’après la comptabilisation de la Commission des Réparations, l’Allemagne a versé durant la période (...)

171Durant les années 1919-1922, la balance commerciale de l’Allemagne présentait d’importants excédents à l’importation, estimés entre 4,5 et 11 milliards de marks-or par suite des difficultés qu’il y a à déterminer la valeur des transactions commerciales220. À cela venaient s’ajouter pour ces mêmes années environ 2,6 milliards en espèces pour les paiements résultant du traité de Versailles221. Ces déficits n’étaient que très faiblement compensés par les excédents d’autres postes de la balance des opérations courantes (essentiellement le trafic voyageurs international), de sorte qu’ils peuvent être considérés comme représentatifs de la situation globale de cette dernière et, par conséquent, des importations nettes de capitaux (cf. tableau 61).

172Outre le déficit de la balance des opérations courantes, les exportations de capitaux de l’Allemagne (cf. IV dans le tableau 61) ont certainement aussi été compensées durant ces années par des importations de capitaux. Par conséquent, si on soustrait du total cumulé du déficit de la balance des opérations courantes et des exportations de capitaux les importations de capitaux correspondant à l’exportation de valeurs réelles ainsi que de titres de créances libellés en monnaie étrangère (cf. V, 1 dans le tableau 61), le résultat correspond au montant des crédits en marks fiduciaires accordés à l’Allemagne par l’étranger.

173Cette méthode ne permet cependant pas d’arriver à un résultat fiable ; car outre le fait que les informations statistiques reportées dans les rubriques I, II et V,1 du schéma de la balance des paiements sont incomplètes et relativement incertaines (même pour ce qui concerne la balance commerciale), la rubrique IV « exportations de capitaux de l’Allemagne » échappe à toute enquête statistique et à toute évaluation directes. Pour cela il faudrait en effet pouvoir consulter, par exemple, les livres de comptes de toutes les banques et maisons de courtage par l’intermédiaire desquelles des Allemands ou leurs hommes de paille étrangers ont placé de l’argent à l’étranger. Indépendamment des difficultés purement pratiques que soulève un travail d’investigation aussi complexe à l’échelle de la planète, une tentative faite en ce sens dans les années vingt s’est heurtée à la résistance du milieu bancaire ; celui-ci s’est réclamé du secret commercial et a refusé aux services officiels eux-mêmes le droit de consulter ses livres dans ce but même pour les années vingt.

Tableau 61. Schéma de la balance des paiements de l’Allemagne durant les années 1919-1923

Tableau 61. Schéma de la balance des paiements de l’Allemagne durant les années 1919-1923

1742. La seconde possibilité consiste à traiter directement les informations concernant les différentes composantes de l’endettement en marks de l’Allemagne à l’étranger. Cela concerne entre autres le placement d’emprunts à revenu fixe auprès de non résidents, les exportations de billets de banque et tout spécialement l’accumulation par les étrangers de placements bancaires auprès de banques allemandes.

  • 222 Frank D. Graham, Exchange..., op. cit., p. 255-259.

175En utilisant la première méthode, F. D. Graham222 a chiffré les transferts de capitaux étrangers vers l’Allemagne contre acceptation de créances en marks fiduciaires durant la période 1914-1922 à 15,7 milliards de marks-or.

  • 223 John M. Keynes, « Speculation in the Mark and Germany’s Balances Abroad », Manchester Guardian and (...)
  • 224 « The Report of the Second Committee of Experts », dans Reports of the Expert Committees appointed (...)

176Les estimations réalisées par Keynes et Kurt Singer pour les années d’après-guerre reposent sur la seconde méthode (la méthode directe) et se situent entre 8 et 10 milliards de marks-or en ce qui concerne les transferts de ressources sans contrepartie de l’étranger vers l’Allemagne durant les années 1919-1922223. Ces estimations reposent sur un nombre relativement restreint d’informations incertaines. À l’inverse, le comité McKenna a engagé des recherches en partie très complètes, avec la collaboration de services officiels allemands, avant de chiffrer à 7, 6-8, 7 milliards de marks-or ce que les ventes de créances et de billets de banques libellés en marks avaient rapporté à l’Allemagne224.

177La démarche du comité McKenna repose également sur la seconde méthode, c’est-à-dire sur le traitement statistique direct des différentes composantes de l’endettement en marks de l’Allemagne à l’étranger durant les années d’inflation. Instauré en 1924 par la Commission des Réparations, parallèlement au comité Dawes, le comité McKenna devait étudier ce qui était qualifié de fuite de capitaux hors d’Allemagne, établir le montant des avoirs que les citoyens allemands avaient accumulés à l’étranger durant l’inflation et faire des propositions quant à leur utilisation au titre des réparations. Partant d’une évaluation des avoirs allemands à l’étranger à la veille de la Première Guerre mondiale, le comité a analysé avec l’aide d’un groupe d’experts, et en classant les différentes rubriques des avoirs allemands à l’étranger selon le schéma d’un bilan, celles qui pouvaient présenter soit un solde bénéficiaire, soit un solde déficitaire jusqu’en 1923. La présentation sous forme de bilan correspond au détail des rubriques I, II, III et IV du schéma de la balance des paiements reproduit dans le tableau 61. L’évolution de la balance des opérations en capital de l’Allemagne durant les années de guerre et d’après-guerre a été déduite des informations et évaluations correspondant à ces rubriques. C’est ainsi que le comité a pu estimer de façon indirecte la valeur des avoirs allemands à l’étranger à la fin de la période d’inflation.

  • 225 On trouvera un exemplaire du rapport final de ces experts, long de 21 pages, dans Leonard P. Ayres (...)

178L’une des études les plus minutieuses du comité à consisté à faire vérifier par des experts comptables les livre de comptes225 des huit plus grandes banques berlinoises (Deutsche Bank, Dresdner Bank, Disconto-Gesellschafit, Darmstädter und Nationalbank, Berliner Handelsgesellschaft, Commerz-und Privatbank, Mitteldeutsche Creditbank, Mendelsohn und Co.). Il en attendait des renseignements sur l’évolution exacte des dépôts en marks de non résidents auprès des banques allemandes, en valeur nette après déduction de leurs dettes en marks. Les chiffres ainsi obtenus ont servi à calculer dans quelle mesure, entre 1919 et 1923, les non résidents avaient supporté sur leurs créances des pertes liées à la dépréciation du mark, dont la contre-valeur aurait profité à l’économie allemande. Ces pertes furent chiffrées à 7 ou 8 milliards de marks-or. Il fut constaté que, durant les cinq années suivant la fin de la guerre, plus d’un million de comptes spéciaux pour non résidents avait été ouverts auprès des banques allemandes ; cela montrait à quel point les milieux d’affaires étrangers spéculaient sur le marché monétaire allemand.

179Pour calculer les pertes des non résidents, on avait eu recours à la méthode suivante. Il était possible d’établir auprès de 7 de ces 8 banques les avoirs nets des comptes spéciaux pour non résidents en fin de mois durant la période du 31 décembre 1918 au 30 juin 1923. Ces montants mensuels ont été convertis en marks-or à l’aide de deux taux de change (taux de change du dollar) : le taux de change moyen du mois concerné et le taux de change moyen du mois suivant. Si le mark avait chuté en bourse, la différence correspondait aux pertes des comptes pour non résidents ; s’il avait monté, elle représentait le bénéfice mensuel. Ces résultats mensuels ont été additionnés et ajoutés à la valeur en marks-or des comptes pour non résidents au 30 juin 1923. Cette dernière avait chuté à un niveau très faible et fut considérée comme perte intégrale eu égard à la dépréciation totale qui allait suivre. La part relative des 7 banques vérifiées dans les opérations en devises de l’ensemble des banques allemandes fut évaluée à environ 72 %. Partant de ce pourcentage, il a été effectué une estimation des pertes totales enregistrées sur les comptes pour non résidents, ce qui a conduit au résultat précédemment évoqué de 7 à 8 milliards de marks-or.

180D’après les informations de la Deutsche Bank, qui réalisait avec environ 30 % le pourcentage le plus élevé des opérations en devises en Allemagne, la ventilation des dépôts étrangers par pays, et donc également la place de chaque pays dans les pertes affectant le capital à court terme exporté vers l’Allemagne, donnait le classement suivant :

1. USA

6. Pologne

2. Espagne

7. Suisse

3. Autriche

8. Grèce

4. Italie

9. Grande-Bretagne

5. Hollande

  • 226 Leonard P. Ayres, « The Works of the Dawes and McKenna Committees », The Cleveland Trust Monthly, v (...)

181La part du lion revenait aux États-Unis, dont les pertes liées aux dépôts bancaires en Allemagne ont été chiffrées par Leonard Ayres – l’expert américain des comités Dawes et McKenna directement associé à l’étude des livres de comptes des banques allemandes – à environ 770 millions de dollars, soit environ 3,2 milliards de marks-or226. Cela correspondait à un peu moins de la moitié du bénéfice total que l’Allemagne avait retiré de la dépréciation des comptes pour non résidents durant l’inflation d’après-guerre.

  • 227 Allied Powers (1919-) Reparation Commission, Documents collected by the Second Committee of Experts (...)

182Dans les livres de banques étudiés, les experts ont relevé – chaque fois en fin d’année – les relations suivantes entre dépôts étrangers et total des dépôts227 (cf. tableau 62) :

1918 :

20 %

1921 :

36 %

1919 :

35 %

1922 :

11 %

1920 :

36 %

1923 :

2 %

Tableau 62. Dépôts dans des banques allemandes durant les années 1918-1923

Tableau 62. Dépôts dans des banques allemandes durant les années 1918-1923

a) Chiffres tirés de P. B. Whale, Joint Stock Banking..., op. cit., p. 216.
b) Voir p. 321.
c) La conversion a été effectuée à partir du cours du dollar.
d) Chiffres calculés sur la base de l’information que 72 % des opérations en devises de l’ensemble des banques allemandes était effectué par les 7 grandes banques berlinoises. Voir p. 320.

  • 228 Karl Erich Bom, Die deutsche Bankenkrise 1931. Finanzen und Politik, Munich, 1967, p. 20. Encore co (...)

183Ces chiffres font tout d’abord apparaître l’augmentation et l’importance de la part relative des dépôts étrangers durant les premières années de l’inflation d’après-guerre. Elle était presque aussi élevée en 1919-1921 qu’en 1929, lorsque les dépôts étrangers ont représenté 38 % de la totalité des fonds empruntés des banques allemandes en société par actions. Et pour ce qui concerne la crise du système bancaire allemand en 1931, K. E. Bom a attiré l’attention sur le fait que l’importance réelle des dépôts étrangers dépassait leur part relative228. Car dès qu’ils étaient retirés, la demande de devises augmentait. Les banques voyaient alors diminuer leur liquidité primaire, ce qui entraînait automatiquement une restriction disproportionnée des marges de crédit par l’intermédiaire de ce qu’on appelle le multiplicateur de création monétaire. Tandis que les déposants nationaux sont en règle générale aussi débiteurs de leur banque. Ils ne peuvent influencer sa liquidité que par l’intermédiaire des soldes résultant le cas échéant de la durée des placements et emprunts.

  • 229 Wirtschaftskurve, lre année, 1922, cahier 2, p. 58. En ce qui concerne les détails de la crise de l (...)
  • 230 Verwaltungsbericht der Reichsbank für das Jahr 1922.

184Les chiffres ci-dessus montrent qu’en 1922 les étrangers étaient moins disposés que les nationaux à conserver leurs avoirs en marks. Cela explique la grave crise de liquidité dont on se plaignait durant le premier semestre 1922229. Or les crises de liquidité provoquent en général la ruine d’établissements bancaires et industriels. Cela a pu être évité dans la mesure où il a été possible de remplacer les liquidités primaires qui venaient à manquer en recourant à d’autres sources. À partir du milieu de l’année 1922, on a eu recours pour ce faire à un surcroît de création de monnaie centrale, la Reichsbank escomptant un nombre croissant de traites commerciales à partir de juillet 1922230.

  • 231 La loi sur les « transactions de devises étrangères » du 3 février 1922 avait réintroduit le contrô (...)

185On a donc toutes raisons de penser que le passage de l’inflation à l’hyperinflation durant l’année 1922 est dû au fait que les étrangers étaient de moins en moins disposés à accepter des créances en marks, autrement dit à l’assèchement des importations de capitaux que l’économie allemande avait pu réaliser sous cette forme jusqu’en 1922. Par contre, les fuites de capitaux organisées par les entreprises allemandes semblent n’avoir joué qu’un rôle secondaire ; car les firmes allemandes restaient tenues de conserver des avoirs en marks afin de couvrir leurs dépenses de fonctionnement courantes. En outre, elles étaient soumises au contrôle des changes et à la législation sur l’évasion des capitaux ; certes on pouvait contourner cette dernière, mais la liberté de manoeuvre des nationaux en matière d’exportation de capitaux était assurément plus limitée que celle des étrangers231.

  • 232 W. Eucken, Kritische Betrachtungen..., op. cit., p. 15. Voir aussi ibid., p. 20-22, 57, 65.
  • 233 F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 367. En ce qui concerne les exportations et les (...)

186Je ne dispose malheureusement pas d’informations mensuelles sur les dépôts étrangers auprès des banques allemandes qui permettent de dater plus précisément le renversement d’attitude des investisseurs. W. Eucken a noté à ce sujet : « De fait ne sont parvenues à l’étranger en 1922 que de faibles quantités de monnaie allemande dans la mesure où elle y suscitait de plus en plus de réticence, à la différence de ce qui s’était passé durant les premières années de l’après-guerre »232. Quant à Friedrich Hesse, il a signalé au sujet des comptes pour non résidents auprès des banques allemandes que « à partir du milieu de l’année 1922 [...] le mark n’a plus du tout été accepté par l’étranger »233.

187Le renversement de tendance qui affecte la balance des opérations en capital de l’Allemagne en 1922 s’explique par les évolutions politiques suivantes, qui ont modifié la façon dont fut envisagé l’avenir de la monnaie allemande :

  • le changement de gouvernement en France, où Poincaré succède à Briand en janvier 1922 ; il marque le passage de la recherche d’un accord équilibré à une politique de confrontation dans la question des réparations ;

  • l’échec de la conférence de Gênes en avril ;

    • 234 Voir sur ce sujet le rapport exhaustif du secrétaire d’État Bergmann lors du Conseil des ministres (...)

    le rapport remis le 10 juin 1922 par le comité de banquiers instauré par la Commission des Réparations, présidé par J. P. Morgan, sur la base duquel il fut décidé d’attendre que le montant des réparations ait été révisé avant d’accorder à l’Allemagne des prêts à long terme234 ; pour les spécialistes des opérations en devises, cela signifiait qu’il ne fallait plus s’attendre à ce que le mark se redresse rapidement ;

    • 235 Carl Bergmann souligne également des effets que les deux derniers événements cités ont eus sur le c (...)

    l’assassinat de Rathenau le 22 juin 1922. Il a suscité aussi parmi les spéculateurs235 l’inquiétude quant à la stabilité politique de l’Allemagne, et par conséquent à l’avenir du mark.

  • 236 On trouvera une présentation exhaustive et claire des aspects théoriques de ce problème dans Herber (...)
  • 237 Les cotations détaillées de mai à décembre 1920 se trouvent chez John M. Keynes, « The Forward Mark (...)
  • 238 En décembre 1919, les transactions à terme des devises furent soumises à réglementation légale et l (...)
  • 239 W. Guderjahn (Ursachen..., op. cit., p. 29) est arrivé aux mêmes conclusions : « Les cours à terme (...)

188Un indicateur permet cependant de préciser à quel moment l’étranger s’est retiré du marché monétaire allemand : les cours à terme des devises. En période de taux de change flexibles, ils reflètent le sentiment du marché quant à l’évolution future d’une monnaie236. Outre le taux du marché monétaire intérieur, c’est la différence entre le cours au comptant et le cours à terme d’une monnaie, appelée taux swap, qui conditionne la rentabilité des placements étrangers garantis contre le risque de change sur le marché monétaire intérieur. Pour ce qui concerne le cours à terme du mark – et plus précisément sa cotation à Londres – on dispose de données chiffrées à partir de mai 1920237, qui deviennent plus précises à partir de décembre 1920, un an après les transactions à terme de devises en Allemagne furent légalement réglementées, y compris pour la Reichsbank238. Jusqu’au début de l’année 1922, le cours à terme du mark était supérieur à son cours au comptant. D’avril à juin 1922, le cours à terme était à peu près équivalent au cours au comptant. Durant la dernière semaine de juin, le cours à terme du mark subit pour la première fois une décote qui devait durer jusqu’à la fin de la période d’inflation. La plus forte valorisation du cours à terme par rapport au cours au comptant, qui a duré jusqu’au début de l’année 1922, tient au fait que jusqu’à cette date la plupart des agents économiques pensaient que le cours du mark allait remonter. De mars à juin 1922 suivit à l’évidence une période d’incertitude. Puis durant la dernière semaine de juin la crainte de voir le cours baisser l’emporta ; elle devait se maintenir jusqu’à la fin de la période d’inflation (graphique 8)239.

189L’importance de cette évolution pour les dépôts étrangers auprès des banques allemandes est évidente. Aussi longtemps que, pour des raisons de prévisions spéculatives, le cours à terme du mark profitait d’une prime au change, les banques étrangères – surtout si elles ne voulaient pas donner dans la spéculation – avaient tout intérêt à placer leurs fonds sur le marché monétaire allemand, c’est-à-dire auprès de banques allemandes. En effet, en transférant leurs fonds vers l’Allemagne avec une garantie contre le risque de change, elles empochaient tout d’abord les intérêts que rapportaient leurs dépôts, même s’ils restèrent moins élevés en Allemagne que sur d’autres grandes places financières jusqu’au début de l’année 1922. Mais il fallait y ajouter le bénéfice résultant du fait que dans le cadre de la garantie de change – et par suite de la différence entre cours au comptant et cours à terme – le déposant étranger récupérait des devises pour une valeur supérieure à celle des fonds qu’il avait initialement placés. Dès lors que la somme de ce taux swap et du taux d’intérêt servi en Allemagne était supérieure au rendement des placements sur les marchés monétaires des autres pays, il devenait rentable de placer des fonds étrangers sur le marché monétaire allemand.

190Tandis que dès l’instant où la différence entre le cours au comptant et le cours à terme se mit tout d’abord à diminuer pour devenir ensuite négative, il n’y avait plus aucune raison de placer des fonds étrangers sur le marché monétaire allemand. Le relèvement du taux d’intérêt intérieur ne suffisait pas à rendre de tels placements attractifs.

191Bien entendu, ce ne sont pas les étrangers qui ont supporté les pertes liées à la dépréciation du mark ; les placements garantis contre le risque de change sur le marché monétaire allemand ont résisté. Et la grande majorité des dépôts de banques étrangères auprès de banques allemandes bénéficiaient très certainement de la garantie de change, comme le veut l’usage. Mais il faut cependant les inclure dans le calcul des pertes étrangères liées à la dépréciation de la monnaie allemande, dans la mesure où quelqu’un devait nécessairement détenir à l’étranger la contrepartie à terme de la garantie de change. Le perdant n’était dès lors pas la banque qui s’était engagée sur le marché monétaire allemand, mais l’importateur ou bien le spéculant qui, à l’étranger, avait acheté des marks à terme auprès de la banque.

Graphique 8. Possibilités d’arbitrage sur les taux d’intérêt garanti contre le risque de change entre Londres et Berlin durant les années 1920-1922 (sur la base des taux d’escompte hors banque)

Graphique 8. Possibilités d’arbitrage sur les taux d’intérêt garanti contre le risque de change entre Londres et Berlin durant les années 1920-1922 (sur la base des taux d’escompte hors banque)

Source : Le taux swap a été calculé à partir des chiffres des cotations sur le marché à terme de Londres. Voir p. 325, note 237. Pour ce qui concerne le taux d’escompte hors banque à Berlin : Statistisches Jahrbuchfür das Deutsche Reich, vol. 43, 1923, p. 269. Pour ce qui concerne le taux d’excompte hors banque à Londres (3 months bank bills) : Statistical Abstracts for the United Kingdom 1913-1929, Londres, 1931, p. 205.

  • 240 « The Report of the Second Committee of Experts », réédité dans H. G. Moulton, Reparation Plan..., (...)
  • 241 Carl-Ludwig Holtfrerich, « Amerikanischer Kapitalexport und Wiederaufbau der deutschen Wirtschaft 1 (...)
  • 242 H. G. Moulton et C. E. McGuire, Germany's Capacity..., op. cit., p. 88-90 ; ils reprennent en fait (...)
  • 243 Allied Powers (1919-Reparation Commission, Documents collected..., op. cit., p. 161.

192Pour ce qui concerne les autres postes de l’endettement en marks fiduciaires contracté vis-à-vis de l’étranger – par suite de l’exportation de billets de banque, de valeurs à revenu fixe libellées en marks, voire de l’endettement direct des firmes allemandes à l’étranger – on ne dispose pas d’études aussi précises que dans le cas des dépôts étrangers auprès des banques allemandes. Le comité McKenna a estimé les gains de l’Allemagne provenant de la vente de billets de banque à des non résidents durant les années d’après-guerre à seulement 600-700 millions de marks-or, ceux résultant de la vente de valeurs libellées en monnaie allemande et de biens immobiliers à un total de seulement 1,5 milliard de marks-or240. J’ai par contre trouvé des évaluations assez fiables pour ce qui concerne le placement d’emprunts en marks aux USA ; elles s’élèvent à environ 300 millions de dollars (1,25 milliard de marks-or) pour les années 1919-1923241. Albert Janssen, membre du comité McKenna chargé des travaux préparatoires à l’évaluation des titres exportés par l’Allemagne durant les années d’inflation, a considéré que même l’estimation à 3 milliards de marks-or des titres exportés par l’Allemagne durant les années d’après-guerre proposée par Moulton et McGuire242 était trop faible243.

  • 244 LoN, Currencies After the War. A Survey of Conditions in Various Countries, Londres, 1920, p. 51.
  • 245 Lettre du directoire de la Reichsbank au ministre des Affaires étrangères en date du 28 juin 1920, (...)

193De même, l’évaluation des sommes qu’a rapportées à l’Allemagne l’exportation de billets de banque avancée par le comité McKenna me paraît insuffisante. Ainsi la proportion de billets de banque du Reich détenus par des étrangers durant les années 1919-1920 est estimée à près de 50 % de la circulation monétaire totale (juin 1919 : 15 milliards244 sur 30 ; juin 1920 : 25 milliards245 sur 54). Durant ces années, le montant des billets allemands détenus par des étrangers semble avoir été plutôt un peu plus élevé que les dépôts étrangers auprès des banques allemandes (cf. tableau 62).

  • 246 Leonard P. Ayres Papers, Library of Congress, Manuscript Division, Washington D. C., Journal of Leo (...)

194Des considérations politiques liées au problème des réparations semblent avoir poussé le comité McKenna à sous-estimer les ordres de grandeurs effectifs pour les rubriques précédemment évoquées. Ce que semble confirmer le jugement suivant de Leonard P. Ayres – qui considère par ailleurs comme fiables les chiffres résultant de l’étude de la comptabilité des banques allemandes – sur le résultat final auquel le comité est parvenu : « Ce n’est en rien le produit de considérations statistiques, économiques ou financières. C’est le résultat d’innombrables compromis entre les exigences contradictoires des Anglais et des Américains d’une part, et des pays latins [la France, la Belgique, l’Italie] de l’autre... Les chiffres finalement retenus constituent simplement le résultat sur lequel on est parvenu à se mettre d’accord, parce qu’il fallait bien parvenir à un résultat, lorsque toutes les parties s’étant refusées à faire la moindre concession supplémentaire »246. D’après mes estimations, le total des gains que l’Allemagne a retirés de l’inflation d’après-guerre aux dépens de l’étranger s’élèverait à au moins 15 milliards de marks-or.

  • 247 Costantino Bresciani-Turroni, Economies..., op. cit., p. 30. Voir aussi tableaux 1 et 11.

195À la différence des importations de capitaux que l’Allemagne a réalisées après 1924, sur la base de cours des changes stables, les créances en marks que les créanciers étrangers ont accumulées avant 1923 se sont dépréciées par suite de la situation monétaire et de l’évolution des taux de change. Aussi longtemps que les étrangers étaient disposés à placer des capitaux en marks, ils contribuaient à la stabilisation relative de la monnaie allemande, comme par exemple de février 1920 à mai 1921, lorsque le cours du mark resta relativement stable alors que la masse monétaire en circulation augmentait de près de 50 %247. Mais dès que, portant un jugement pessimiste sur l’évolution à venir, ils refusèrent de transférer plus de capitaux vers l’Allemagne en acquérant de nouveaux titres libellés en mark, ou même dénoncèrent des opérations à terme en mark, ils déclenchèrent ou aggravèrent par leur attitude les dépréciations dont ils voulaient se protéger. De la sorte, un transfert de capitaux avec prétention à restitution se transforma en un transfert unilatéral en faveur de l’économie allemande ; autrement dit en une aide gratuite de l’étranger pour la reconstruction de l’Allemagne.

  • 248 « The Report of the Second Committee of Experts » réédité dans H.G. Moulton, Réparation Plan..., op (...)
  • 249 Gustav Stolper, Karl Hauser, Knut Borchardt, The Germait Economy..., op. cit., p. 238.
  • 250 Horst Mendershausen, Two Postwar Recoveries of the Germait Economy, Amsterdam 1955, p. 105.
  • 251 Ibid. Voir aussi Ausschuβ zur Untersuchung der Erzeugungs-und Absatzbedingungen der deutschen Wirts (...)
  • 252 On trouvera des données chiffrées concernant les versements allemands résultant du traité de Versai (...)
  • 253 John M. Keynes, « Speculation in the Mark and Germany’s Balances Abroad », le texte est reproduit d (...)

196Si on considère seulement les gains de 7 à 8 milliards de marks-or (= 1,7 à 1,9 milliard de dollars) que la dépréciation des avoirs étrangers en marks auprès des banques allemandes a rapportés à l’Allemagne durant les années 1919-1923248, on est en présence d’un montant qui, même sans tenir compte de l’évolution des prix, est supérieur au 1,5 milliard de dollars que l’Allemagne occidentale a reçu au titre du plan Marshall après la Deuxième Guerre mondiale249. La totalité de l’aide accordée par le États-Unis à l’Allemagne durant les années 1946-1953 (y compris les livraisons de denrées alimentaires et de matières premières à la bizone) s’est élevée à 3,6 milliards de dollars250. Compte tenu des hausses de prix, ce montant est à peine supérieur aux gains qu’a rapporté à l’Allemagne la dépréciation des dépôts étrangers auprès des banques allemandes après la Première Guerre mondiale. Par ailleurs, il n’est pas inutile de rappeler que le montant des importations de capitaux en Allemagne résultant d’emprunts extérieurs durant les années 1924-1929251, auxquelles on attache en général beaucoup d’importance, était à peu de chose près aussi élevé que celui des pertes des étrangers sur leurs dépôts bancaires en Allemagne durant les années d’inflation précédemment signalées. Mais alors que – nous l’avons vu – les premières comportaient une prétention de restitution, les secondes constituaient un gain unilatéral de l’Allemagne. Én outre il convient de les comparer avec les réparations versées par l’Allemagne, afin de mettre en perspective les transferts unilatéraux de l’étranger vers l’Allemagne. L’Allemagne a transféré aux Alliés durant les années 1919-1923 2,6 milliards de marks-or en espèces (Cf. note 221, page 317). Cela ne représente qu’environ un tiers des pertes étrangères résultant de la dépréciation des avoirs bancaires en marks. Les Alliés ont chiffré l’ensemble des versements effectués par l’Allemagne au titre du traité de Versailles – y compris les livraisons en nature – jusqu’au début de l’année 1924 à environ 8 milliards de marks-or ; cela correspond assez exactement aux transferts en sens inverse résultant de la dépréciation des dépôts bancaires étrangers en Allemagne252. C’est pourquoi Keynes a écrit à juste titre en 1922 : « L’Allemagne a déjà obtenu de la sorte le prêt international, dont on débat tant, et qui plus est aux meilleures conditions possibles : pour ce qui concerne le taux d’intérêt, la plupart de ces crédits sont à taux zéro – quant au capital, il ne doit être remboursé que dans une proportion que l’Allemagne fixe elle-même en décidant à quel niveau le mark papier sera stabilisé »253.

C. Analyse en termes de coûts et avantages

  • 254 C’est ainsi que pour la seule année 1929, l’Allemagne dut verser à l’étranger, au titre des emprunt (...)

197Les coûts réels de ces importations de capitaux à court terme pour l’économie de l’Allemagne dépendaient donc de la manière dont la valeur de la monnaie allemande allait évoluer. Si elle avait été stabilisée à un moment où les créances en marks fiduciaires de l’étranger vis-à-vis de l’Allemagne jouaient un rôle encore relativement important – disons au début ou au milieu de l’année 1921 – il en aurait résulté à l’avenir, en dessus des réparations dues, une charge équivalente pour la balance des paiements d’Allemagne, correspondant au service de l’intérêt et à l’amortissement de ces engagements financiers privés vis-à-vis de l’étranger254.

  • 255 Cette solution a été à plusieurs reprises préconisée, entre autres, par la Reichsbank. Elle proposa (...)
  • 256 Verhandlungen der Sozialisierungskommission über die Reparationsfragen, vol. III (Stabilisierung de (...)

198Après différentes propositions de stabilisation, il fut décidé de transformer cette charge en emprunts extérieurs à long terme255. Faute d’une telle consolidation de la dette étrangère à court terme de l’Allemagne, il fallait s’attendre à ce que toute tentative de stabilisation précoce échoue, du moins aussi longtemps que les engagements à court terme en marks de l’Allemagne vis-à-vis de l’étranger restaient de quelque importance. M. J. Bonn, par exemple, avait attiré l’attention sur ce point en mars 1922, lors des négociations sur la question des réparations menées au sein de la commission de socialisation, quand il fut débattu des moyens de stabiliser la monnaie allemande : « Le jour où le gouvernement allemand [...] fera connaître sa volonté que le dollar ne dépasse pas le cours de 200 marks [...], et ne tombe pas non plus sous les 198 marks, l’affaire sera close ; alors en effet les nombreux milliards – on parle de 70 milliards ; personne ne les a comptés – d’avoirs en marks détenus par des étrangers qui les ont achetés en règle générale dans l’espoir que le cours du dollar allait nettement diminuer, autrement dit celui du mark nettement augmenter, seront jetés sur le marché dès qu’on saura que le mark ne peut plus s’apprécier ; il en résultera une débâcle telle qu’aucun organisme au monde ne serait en mesure de la contrôler »256.

  • 257 Gustav Büscher, Die Inflation und ihre Lehren, Zurich, 1926, p. 60-61. H. Stinnes et W. Rathenau on (...)

199Si par contre, renonçant à une stabilisation précoce, on laissait la dépréciation de la monnaie se poursuivre, on pourrait faire disparaître à court ou moyen terme les créances étrangères en marks d’origine privée et libérer l’économie allemande d’engagements financiers considérables vis-à-vis de l’étranger. Parallèlement, la dépréciation de la monnaie tendait, dans le domaine politique, à convaincre l’étranger qu’il était nécessaire de revoir à la baisse les réparations, donc les dettes de l’État allemand envers l’étranger. Gustav Büscher a attiré l’attention sur ce point dans les termes suivants : « Les Allemands se rendaient compte que toute nouvelle chute du cours du mark renforçait à l’étranger le sentiment que l’Allemagne ne pouvait pas payer les réparations qui étaient exigées d’elle. La dépréciation du mark, la faillite de l’État, était la seule arme que ses ennemis n’avaient pu lui ôter »257.

  • 258 LoN : Report of the International Financial Conference of Brussels 1920 (LoN-Publications, 1920, II (...)
  • 259 Pour ce qui concerne le rôle de cette notion dans les sciences politiques, voir l’ouvrage de référe (...)

200Si on considère maintenant l’inflation comme un instrument fiscal258, cet impôt représentait pratiquement la dernière possibilité d’associer aussi pour une bonne part les étrangers au financement des dépenses et investissements publics de l’Allemagne, dans la mesure où ils étaient engagés en marks. Ainsi considérée, la politique inflationniste constitue une stratégie économique tout à fait rationnelle dans le contexte allemand de l’époque, tout du moins aussi longtemps que le bénéfice retiré de la dépréciation des créances étrangères était jugé supérieur aux coûts sociaux de l’inflation dans le pays. Dans le cadre de la politique internationale, l’inflation servait les « intérêts nationaux »259.

201Il est cependant difficile de dire dans quelle mesure le gouvernement allemand a librement opté pour une stratégie inflationniste et dans quelle mesure les responsables de la politique économique ont tout simplement été entraînés dans le tourbillon de l’inflation – soumis qu’ils étaient tout à la fois à la pression des difficultés de politique extérieure et au risque d’une déstabilisation intérieure si le sous-emploi venait à durer.

  • 260 Lettre adressée depuis Paris par Roland W. Boyden à son frère Albert A. Boyden, qui se trouvait à N (...)

202Roland W. Boyden, le « unofificial observer » du gouvernement américain auprès de la Commission des Réparations, analysait la situation dans les termes suivants en novembre 1921 : « On entend beaucoup parler d’un complot ourdi par les Allemands, qui viserait à imposer une révision [du montant des réparations] en se laissant délibérément glisser vers la banqueroute. Peut-être quelques rares Allemands jugent-ils une telle politique raisonnable ; mais pour ma part, rien ne me donne à penser que ce soit là la politique de la nation ni de son gouvernement. Durant mon séjour à Berlin, j’ai eu bien plutôt la nette impression que tous les gens sensés y ressentaient la chute du mark comme un malheur, quand bien même ses conséquences conduiraient à une révision [du montant des réparations]. Le fait est que les principales causes de l’effondrement du mark sont connues de tous. Il n’est donc pas nécessaire d’aller en chercher une aussi tirée par les cheveux qu’une conjuration prétendument évidente des Allemands à cette fin [l’effondrement du mark] »260.

  • 261 Carl Bergmann, History..., op. cit., p. 19-20.

203Encore convient-il de noter que le gouvernement allemand avait très tôt prévu que les conditions du traité de Versailles auraient comme conséquence ou provoqueraient comme réaction une évolution inflationniste. On peut ainsi lire les lignes qui suivent dans une prise de position sur les conditions de paix du 29 mai 1919 : « Dans un proche avenir, il ne sera pas possible de placer un volume important d’emprunts d’État allemands ni dans le pays même, ni à l’étranger ; de sorte que les dédommagements ne pourront être financés que par une forte émission de billets. Si les conditions de paix proposées venaient à être appliquées, l’inflation actuelle, déjà excessive, ne pourrait que s’amplifier [...]. Or l’incertitude monétaire frapperait non seulement l’Allemagne, mais aussi tous les pays exportateurs ; en effet, la dépréciation croissante de sa monnaie ferait de l’Allemagne, contrainte de brader sans cesse les marchandises qu’elle mettrait sur le marché, un facteur de perturbation »261. On peut voir dans cette déclaration tout autant une menace politique voilée qu’un signe de désarroi financier. Car, bien évidemment, l’avenir du mark ne dépendait pas uniquement du montant des réparations, mais aussi de la politique fiscale menée en Allemagne et passée ici sous silence. Pour assurer la stabilité de la monnaie, il aurait cependant fallu d’autant plus accroître la pression fiscale que le montant des réparations était élevé. Cela aurait supposé de nouveaux sacrifices qu’il fallait mettre en parallèle avec les avantages que l’on pouvait attendre de la stabilité monétaire. Car il est tout aussi naïf, en matière d’économie, de vouloir rechercher la stabilité à tout prix que de rechercher la victoire à tout prix lors d’une guerre.

204Les sacrifices qu’aurait imposés une politique financière stricte du gouvernement allemand au lendemain la Première Guerre mondiale auraient presque tous touché l’Allemagne elle-même : chômage, perturbations de la croissance, recul de la consommation dans de larges couches de la population – autant de phénomènes qui ont caractérisé la dépression des années 1920-1921 en Grande-Bretagne et aux USA. En aurait par contre profité les épargnants, retraités et rentiers allemands – dans la mesure où ils n’auraient pas été aussi, automatiquement, les principales victimes d’une politique fiscale rigoureuse – ainsi que les créanciers étrangers de l’Allemagne, qu’ils l’aient été à titre privé ou bien au titre des réparations ; en effet les étrangers détenteurs de créances libellées en marks auraient tout autant échappé aux pertes induites par la dépréciation du mark que les détenteurs nationaux de créances d’argent ; et les créanciers étrangers au titre des réparations auraient eu la possibilité d’augmenter leurs exigences ou du moins de renoncer à les réviser à la baisse. Aussi longtemps que le montant des réparations n’était pas définitivement fixé ou bien était considéré par la partie allemande comme impossible à payer et, de ce fait, révisable, le gouvernement allemand devait craindre que les Alliés n’augmentent leur facture suivante en fonction des succès économiques et financiers que le pays aurait éventuellement obtenus entre-temps. Tandis que l’inflation offrait la possibilité de répartir autrement les coûts et les avantages entre les nationaux et les étrangers : le pays en retirait les avantages en termes d’emploi, de croissance, de revenus réels et de pouvoir d’achat de larges couches de population ; l’étranger par contre supportait une grande partie des coûts, sous forme de dépréciation de ses créances en monnaie fiduciaire ainsi que de réduction progressive du montant des réparations exigées d’un gouvernement allemand qui, alors que l’économie prospérait par ailleurs, pouvait se présenter comme financièrement à bout et politiquement dans l’impasse.

IV. MESURES MISES EN OEUVRE POUR METTRE UN TERME À L’INFLATION ET CORRECTION DE QUELQUES-UNS DE SES EFFETS

A. Stabilisation

  • 262 Wolfgang J. Mommsen, « Die deutsche Revolution 1918-1920. Politische Revolution und soziale Protest (...)

205Lorsque la révolution qui secouait l’Allemagne depuis novembre 1918 se fut achevée avec l’échec du putsch de Kapp en mars 1920 et la répression du soulèvement de « l’Armée rouge » le mois suivant262, la situation monétaire connut également une phase de stabilité, qui dura jusqu’en mai 1921, date à laquelle le gouvernement allemand fut contraint d’accepter l’ultimatum de Londres. L’Allemagne se trouva alors soumise à une contrainte de politique extérieure qui eut pour la confiance dans sa monnaie des effets aussi néfastes que la crise politique intérieure qui l’avait secouée entre novembre 1918 et avril 1920. Entre avril 1920 et mai 1921, la monnaie demeura tendanciellement stable en dépit de quelques variations, comme le montrent le cours du mark et les indices du pouvoir d’achat intérieur (cf. tableaux 1, 4, 8). Il faut voir là le résultat d’un regain de confiance et de la reprise de la demande sur le marché monétaire qui en a résulté, et non de quelque modification de la politique monétaire et financière ; il suffit pour s’en convaincre de noter que durant cette période le gouvernement a poursuivi sa politique déficitaire et que la croissance de la base monétaire était à peine inférieure à ce qu’elle était auparavant (cf. tableau 11 et graphique 3).

  • 263 G. D. Feldman, « Gegenwârtiger Forschungsstand... », op. cit., p. 13. Voir aussi G.D. Feldman, « Th (...)
  • 264 Walther Rathenau au ministère des Affaires étrangères. Voir : Vermerk über eine Besprechung im Ausw (...)
  • 265 Karl Helfferich, « Die Autonomie der Reichsbank », Bank-Archiv, 21e année, 1921-1922 (1er avril 192 (...)
  • 266 Ibid.
  • 267 British Labour Statistics. Historical Abstracts 1886-1968, Londres, 1971, p. 306.
  • 268 Pour ce qui concerne les exigences des Alliés lors de la conférence de Cannes, voir Carl Bergmann, (...)

206Tout simplement, « on estimait qu’on allait entrer dans la phase de stabilisation »263, et cette attente a suffi à provoquer l’effet espéré, sans modification de la politique économique. A cette époque cependant, on n’envisageait pas que stabilisation signifie politique systématique de stabilisation des prix intérieurs et moins encore fixation du cours du mark par rapport à l’or tout en maintenant la libre convertibilité entre mark et or, bien au contraire ; pour l’économie allemande, la stabilisation relative de la monnaie nationale aurait mis un terme à l’avantage à l’exportation qu’elle avait retiré jusque-là du fait que son pouvoir d’achat extérieur avait chuté plus vite que son pouvoir d’achat intérieur, autrement dit de ce qu’on appelle le dumping du change. La « crise économique mondiale » que connut l’étranger en 1920-1921 contribua également à freiner la demande étrangère de biens allemands. Afin d’éviter que la vague de chômage qui touchait tout particulièrement la Grande-Bretagne et les USA ne gagne l’Allemagne, il fut conseillé au gouvernement allemand non de prendre des mesures de stabilisation, mais de faire tourner encore plus vite la planche à billets264. Les gouvernements alliés, quant à eux, souhaitaient au contraire la stabilisation de la monnaie allemande, dont on « espérait qu’elle pérenniserait l’équilibre entre les prix intérieurs allemands et les prix du marché mondial »265. L’industrie britannique escomptait que cette stabilisation monétaire « restreindrait l’avantage concurrentiel sur le marché mondial que l’industrie allemande devait au recul de la monnaie allemande »266. Le chômage, qui était monté en Grande-Bretagne, par exemple, à 16,9 % de moyenne annuelle en 1921, avec une pointe à 23,4 % au mois de mai267, rendait particulièrement insupportable la concurrence allemande sur les marchés à l’exportation, encore plus forte depuis que la dépréciation monétaire avait repris en mai 1921 ; c’est pourquoi en janvier 1922, lors de la conférence de Cannes sur les réparations, les Alliés firent de l’abandon de la planche à billets et de la stabilisation de la monnaie la principale condition à tout éventuel moratoire. Ils exigèrent en outre des mesures fiscales complémentaires, une limitation des dépenses afin d’équilibrer le budget de l’Etat, ainsi qu’un statut d’autonomie pour la Reichsbank, dans l’espoir qu’elle oppose alors plus de résistance aux demandes de crédits du Reich268.

  • 269 Paul Beusch, Währungszerfall und Währungsstabilisierung, Berlin, 1928, p. 1.

207La partie allemande accepta ces conditions, prit les mesures budgétaires exigées et modifia la loi sur la Reichsbank de 1875 en sorte que la « direction de la Reichsbank » n’incombe plus au chancelier mais au directoire de la banque centrale (Reichsbankdirektorium). De fait, le compromis fiscal adopté au début de l’année 1922 permit de couvrir une part plus importante des dépenses publiques à l’aide des recettes fiscales ordinaires. Beusch décrit l’évolution qui est intervenue alors de la manière suivante : les nouvelles ressources fiscales créées par la réforme financière de Erzberger au cours des années 1919 à 1921 firent progresser « les recettes de l’État dès l’exercice 1921 dans des proportions telles qu’elles suffirent à couvrir les dépenses courantes, hors celles résultant du traité de paix. En 1922, elles avaient augmenté non seulement en termes nominaux, mais aussi sur la base de leur valeur or. Dans le même temps, les dépenses connaissaient une forte diminution. Durant le premier trimestre du nouvel exercice (avril-juin 1922), les recettes ordinaires de l’Allemagne lui permettaient non seulement de couvrir l’intégralité de ses dépenses intérieures ordinaires et extraordinaires [...], mais elles lui garantissaient en outre une somme non négligeable pour répondre aux exigences du traité de paix »269.

  • 270 Voir p. 81 sq. Voir également Akten der Reichskanzlei. Weimarer Republik. Die Kabinette Wirth I und (...)

208En outre, les entreprises durent souscrire un emprunt forcé, conformément aux exigences des Alliés. Les milieux économiques concernés purent cependant faire admettre qu’il puisse être souscrit en mark fiduciaire et non en devises, comme il avait été envisagé à l’origine. En sorte que cet emprunt forcé ne put avoir sur la stabilisation de la monnaie l’effet escompté par les Alliés : le Reich n’en retira pas les devises nécessaires au paiement des réparations, ce qui lui aurait évité de devoir les acheter en bourse avec des marks dont le cours diminuait ; et il ne fut donc pas possible de stabiliser le cours de la monnaie allemande par ce moyen. Par ailleurs, l’emprunt forcé étant souscrit en marks, il ne pouvait participer à diminuer la masse monétaire ni le volume des liquidités ; car aussi longtemps qu’existaient les caisses de crédit, auprès desquelles il était en particulier possible de nantir des emprunts d’Etat, les titres d’emprunt détenus par les entreprises et les particuliers constituaient des liquidités. Et si – comme ce fut vraisemblablement le cas durant la « crise du crédit » de 1922270 – la quasi totalité des titres d’emprunt a été nantie auprès des caisses de crédit, donc échangé contre des bons des caisses de crédit qui font partie de la masse monétaire en circulation, cette dernière a augmenté exactement dans la même proportion que celle dans laquelle elle avait initialement diminué, lorsque la souscription à l’emprunt avait entraîné un transfert de moyens de paiement vers les caisses de l’État.

  • 271 Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertungs..., op. cit., p. 6, tableau 1.
  • 272 F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 399. G. D. Feldman, Iran and Steel..., op. cit. (...)
  • 273 On trouvera des données quantitatives sur ce point dans Alfred Lansburgh, article « Banken. Die Not (...)
  • 274 P. Beusch, Währungszerfall..., op. cit., p. 8.

209La diminution tendancielle du déficit budgétaire du Reich au début de l’année 1922 ne devrait cependant avoir provoqué ni réduction des liquidités disponibles pour les entreprises, ni moindre croissance de la masse monétaire. Quelques semaines durant, la chute du cours du mark fut ralentie, au point qu’on peut même presque parler de stabilisation. Le dollar cotait à la bourse de Berlin, en moyenne mensuelle, 284,19 marks en mars 1922, 291,00 marks en avril, 290,11 marks en mai et encore 289,25 marks le 9 juin271. À partir de cette date, la dépréciation a basculé dans l’hyperinflation. Cela tient en particulier à l’effondrement de la demande sur le marché monétaire : depuis la reprise du processus de dépréciation en mai 1921, les entreprises allemandes avaient eu de plus en plus recours à la monnaie étrangère stable pour calculer leurs coûts, établir leurs factures, effectuer leurs règlements et même tenir leurs comptes. Il en résulta une plus forte demande de devises et une moindre demande de marks dans le pays. Tant que la chute des cours du mark a permis d’entretenir une demande de marks à l’étranger – en particulier à des fins spéculatives – la demande de devises en Allemagne a pu être satisfaite par une offre en provenance de l’étranger, sans que le mark s’effondre totalement. Mais dès lors que les étrangers perdirent confiance en l’évolution à venir de la monnaie allemande et que leur demande de marks diminua d’autant, l’hyperinflation démarra. Or à cette date, la stabilisation était déjà intervenue pour une grande partie des entreprises allemandes, et plus précisément pour toutes celles qui avaient adopté une monnaie standard étrangère, qui effectuaient et recevaient dans le meilleur cas des paiements en marks, mais au cours du jour afin de pouvoir se défaire au plus vite de leurs excédents de trésorerie en marks ou de les échanger contre des devises stables272. Le mark n’a rempli ses fonctions de monnaie un peu plus longtemps que dans le commerce de détail ainsi que dans le paiement des salaires. Mais dans ces domaines également, le début de l’hyperinflation a entraîné un accroissement de la demande d’espèces étrangères, en particulier de dollars américains, de livres britanniques, de florins hollandais, de francs suisses, etc. De même commencèrent à circuler de la monnaie auxiliaire de valeur stable et des titres de créances libellés en quantité de marchandises (seigle, charbon, etc.)273 ; de sorte que durant la période d’hyperinflation presque plus personne ne comptait en mark, exception faite du gouvernement et des autres pouvoirs publics. Autrement dit, la stabilisation par recours à une monnaie standard étrangère était devenue réalité pour la plus grande partie du monde économique bien avant que soient entrepris les premiers efforts de stabilisation officiels. Beusch précise ainsi qu’en août 1923 la valeur des espèces étrangères circulant en Allemagne était estimée entre 2 et 3 milliards de marks-or. « Si cela est exact, la valeur des devises en circulation dans l’économie allemande était près de dix fois supérieure à celle des billets de banque libellés en mark. »274

  • 275 C. Bergmann, History..., op. cit., p. 149. Voir aussi supra, p. 164 sq.
  • 276 C. Bergmann, History..., op. cit., p. 149.

210À partir du milieu de l’année 1922, c’est-à-dire du début de T hyperinflation, tant le gouvernement allemand que les Alliés ont multiplié les propositions en vue de stabiliser la monnaie allemande. Après que le comité de banquiers mis en place par la Commission des Réparations et présidé par J. R Morgan ait refusé le 10 juin 1922 de préconiser l’octroi à l’Allemagne de prêts à long terme aussi longtemps que le montant des réparations n’aurait pas été ramené à un niveau compatible avec ses capacités économiques, la dépréciation de la monnaie commença à s’accélérer. Il s’ensuivit du côté des Alliés toute une série de plans visant à offrir à l’Allemagne une marge de crédit pour lui permettre de stabiliser sa monnaie, que ce soit sous la forme de moratoires ou bien d’une révision à la baisse des réparations. Même le gouvernement Poincaré en France, qui se montrait particulièrement intransigeant sur la question des réparations, proposa un plan selon lequel, en contrepartie de l’annulation des dettes de guerre interalliées, le montant des réparations devait être ramené des 132 milliards de marks-or exigés à Londres en mai 1921 à seulement 50 milliards de marks-or, finançables pour l’essentiel par des crédits internationaux275. C’était là un ordre de grandeur sur lequel se rejoignaient assez largement les conceptions des Alliés européens et des Allemands. Mais tous ces efforts échouèrent parce que, principal créancier des dettes de guerre, « l’Amérique n’avait pas la moindre intention d’accepter une telle annulation »276.

  • 277 Hjalmar H.G. Schacht, The Stabilization of the Mark, Londres, 1927, p. 53.
  • 278 C. Bergmann, History..., op. cit., p. 150-151.

211C’est pourquoi on s’intéressa en priorité à d’autres plans, qui, tout en maintenant le niveau des réparations à 132 milliards de marks-or, proposaient une révision du calendrier des versements, et tout spécialement l’octroi de moratoires combinés à des prêts de stabilisation. À la suite des effondrements successifs du mark durant les semaines qui suivirent le 10 juin 1922 ainsi que de l’échec des tentatives de stabilisation engagées par la Reichsbank en juin-juillet sur les bourses de devises277, le gouvernement allemand demanda le 12 juillet 1922 un moratoire pour les versements en espèces encore dus au titre des réparations jusqu’à la fin de l’année 1922 ainsi que pour ceux de 1923 et 1924. Pour 1922, il obtint un report de paiement dans la mesure où la Belgique, seule à ne pas avoir perçu toutes les sommes qui lui revenaient, se déclara prête à accepter des effets du Trésor à six mois. Le représentant britannique au sein de la Commission des Réparations, Sir John Bradbury, proposa une solution similaire, mais à plus long terme, pour les versements en espèces des années 1923 et 1924 : le règlement des sommes correspondantes par le gouvernement allemand sous forme de bons du Trésor à cinq ans qui auraient été garantis et mis en circulation par les gouvernements alliés. De la sorte, les versements dus par le Reich pour les années 1923 et 1924 auraient été reportés de cinq ans. Et il était prévu que, dans l’entre-temps, l’Allemagne revienne à la monnaie-or. La Reichsbank aurait utilisé la moitié de ses réserves d’or, chiffrées à 1 milliard de marks, pour stabiliser le mark fiduciaire sur la base de 4 000 marks pour 1 dollar, l’autre moitié servant à recueillir des crédits commerciaux étrangers contre mise en gage à l’étranger des quantités d’or correspondantes278. Mais cette proposition ne fut pas non plus retenue, par suite de l’opposition de la France.

  • 279 K.-B. Netzband et H. P. Widmaier, Währungs-und Finanzpolitik der Âra Luther 1923-1925, Bâle, 1964, (...)
  • 280 C. Bergmann, History..., op. cit., p. 152. Auswârtiges Amt, Das Gutachten der internationalen Sachv (...)

212La Commission des Réparations siégea finalement une semaine durant à Berlin début novembre 1922, afin de juger de la situation sur place. Dans le même temps, un groupe d’experts financiers internationaux séjourna à Berlin sur invitation du gouvernement allemand, afin d’élaborer des propositions de stabilisation de la monnaie allemande279. Il s’agissait de Messieurs Brand, Cassel, Jenks, Keynes, Vissering, Dubois et Kamenka. Ils pensaient comme le gouvernement allemand, et d’ailleurs comme les gouvernements de Grande-Bretagne et des USA, que la stabilisation du mark supposait que l’Allemagne soit libérée au moins provisoirement des obligations de paiement qui résultaient du traité de Versailles. Mais alors que le groupe des Anglo-Saxons, composé de Brand, Cassel, Jenks et Keynes, défendait dans son rapport l’idée que l’Allemagne pouvait et devait parvenir à la stabilisation par ses propres moyens, en prenant des mesures financières et monétaires rigoureuses, le rapport de Vissering, Dubois et Kamenka considérait que des prêts étrangers seraient également indispensables au succès d’une politique de stabilisation. Telle était également l’opinion du gouvernement allemand, qui écrivait dans les propositions de stabilisation adressées à la Commission des Réparations le 4 novembre 1922 : « Soutenir le mark implique que l’Allemagne et les capitaux étrangers collaborent ». Dans le même temps, il soulignait à nouveau, comme à l’habitude : « Il ne sera possible de stabiliser le mark de manière efficace et durable que lorsqu’il aura été apporté à la question des réparations une réponse définitive et conforme au potentiel de l’Allemagne »280.

  • 281 Keynes a défendu ce point de vue dans son débat avec Bertil Ohlin sur la question du transfert : Jo (...)
  • 282 La dimension morale de la question des réparations est également soulignée dans Joseph A. Schumpete (...)
  • 283 Voir p. 160.

213Il ne servirait me semble-t-il à rien de soulever ici la question de savoir si, objectivement, la stabilisation de la monnaie allemande était possible avec ou sans emprunts extérieurs, avec ou sans réduction du montant des réparations. Le fait est qu’en 1923 elle a tout d’abord été réalisée sans recours aux emprunts extérieurs, ce qui montre qu’ils ne constituaient pas une condition sine qua non. De même, il aurait été possible de payer les réparations, autrement dit d’en transférer le montant, dans une plus large proportion que ce ne fut effectivement le cas sans remettre en cause la stabilité de la monnaie allemande. Mais la question qui se pose est la suivante : quels auraient été les coûts macro-économiques d’une telle politique ? Il est évident que, au bout du compte, le fait de payer les réparations tout en important des capitaux pour une valeur équivalente ne grevait pas dans l’instant l’économie du pays. Par contre, payer les réparations sans importer de capitaux, donc en les prélevant sur le revenu national, revenait à limiter les dépenses intérieures de consommation et d’investissement et, afin d’en assurer le transfert, à engager une politique déflationniste telle que le prix en aurait été jugé insupportable en termes économiques ou bien politiques281. Toujours est-il que pour la partie allemande le règlement de la question des réparations décidé à Versailles et sa concrétisation par l’ultimatum de Londres en mai 1922 étaient moralement et donc politiquement inacceptables, dans la mesure où les coûts économiques impliqués par le traité lui paraissaient disproportionnés au regard de la part de responsabilité qui lui incombait dans le déclenchement de la Première Guerre mondiale et les dommages qui en avait résulté282. La partie allemande était parfaitement consciente du fait que la dépréciation du mark présentait pour son économie des avantages de compétitivité sur les marchés mondiaux par rapport aux autres grands pays industrialisés, et en particulier à la Grande-Bretagne. Les pays étrangers lui rappelaient sans cesse qu’ils souhaitaient vivement que le mark soit stabilisé283. Mais elle exigeait de l’étranger un prix politique pour engager des efforts en ce sens : la réduction du montant des réparations ainsi que l’octroi de crédits internationaux. À court terme, cela revenait pour elle à être libérée du problème de transfert lié aux réparations ; à long terme, cela correspondait à une privatisation des dettes intergouvemementales induites par les réparations, autrement dit à une transformation en endettement international sur le marché financier privé ; donc à la dépolitisation d’une question qui avait constamment agité les populations des pays concernés à cause du débat ouvert qu’elle avait suscité sur la scène politique, et qui avait par conséquent limité la marge de manoeuvre des responsables politiques dans leur recherche d’une solution raisonnable de ce problème.

  • 284 Selon les clauses du traité de Spa de juillet 1920 la France avait droit à 52 % des réparations. La (...)

214Reprécisons bien la situation : les Alliés exigeaient de l’Allemagne qu’elle stabilise sa monnaie en adoptant des mesures rigoureuses de politique financière et monétaire. Le gouvernement allemand (et la Reichsbank) exigeait pour cela des Alliés qu’ils réduisent le montant des réparations et octroient à l’Allemagne des crédits lui permettant, dans un premier temps, de payer les réparations sans grever son économie nationale. Ce sont pour l’essentiel les USA, et dans une moindre mesure la Grande-Bretagne, qui détenaient les clefs du crédit ; quant à la France, principal créancier au regard des réparations284, c’est d’elle que dépendait très largement la décision d’en réduire le montant, comme le souhaitaient après 1921, outre l’Allemagne, les pays anglo-saxons. La stabilisation de la monnaie allemande, à laquelle les Alliés et en particulier la Grande-Bretagne attachaient la plus grande importance, dépendait de mesures énergiques des autorités allemandes en matière de politique économique. La complexité de la situation était encore accrue par le fait que les Alliés étaient endettés les uns par rapport aux autres, tout spécialement la France vis-à-vis des USA et de la Grande Bretagne ainsi que la Grande-Bretagne vis-à-vis des USA.

215J’ai représenté les relations réciproques entre ces quatre pays de manière schématique sur le graphique 9. Les encadrés indiquent les éléments dont chaque pays disposait en fonction de sa situation politique et économique et qui faisaient l’objet d’une demande de la part des autres Etats. En contrepartie de mesures de politique intérieure conduisant à la stabilisation de sa monnaie, l’Allemagne exigeait de la France la réduction du montant des réparations, et des USA l’octroi de crédits. La Grande-Bretagne en particulier, mais également la France et les USA, souhaitaient cette stabilisation. Les USA exigeaient de la France qu’elle revoie à la baisse le montant des réparations avant qu’eux-mêmes n’octroient des crédits à l’Allemagne ; la France exigeait expressément des USA la réduction de sa dette de guerre en contrepartie d’une diminution de ses exigences au titre des réparations. Quant à la Grande-Bretagne, qui était tout à la fois créancier et débiteur, elle remplissait une fonction d’intermédiaire dans la question des dettes interalliées.

Graphique 9. Relations financières internationales et exigences en matière de politique internationale après la Première Guerre mondiale

Graphique 9. Relations financières internationales et exigences en matière de politique internationale après la Première Guerre mondiale

Les lignes continues correspondent à des exigences fortes, les lignes pointillées à des exigences moins fortes. Pour plus d’explications, voir le texte.

216Au sein de ce rapport de force politique, les USA occupaient la meilleure position dans la mesure où, de par leur situation commerciale, ils n’attachaient qu’une importance limitée à ce que la France et l’Allemagne pouvaient offrir, tandis que l’Allemagne et la France étaient fortement intéressées parce que les USA détenaient. La Grande-Bretagne souhaitait fortement la stabilisation de l’Allemagne, mais elle n’avait rien à offrir qui intéressât vivement les autres États. Dans un tel contexte, la clef de l’équilibre entre les exigences des uns et des autres, autrement dit de la détente, était entre les mains des USA, qui disposaient de la plus grande marge de manoeuvre économique et politique pour faire un premier geste en ce sens.

  • 285 Pour les détails de ce projet, voir Julius Hirsch, Die deutsche Währungsfrage, Iéna, 1924, p. 19-21 (...)
  • 286 Akten der Reichskanzlei. Weimarer Republik. Die Kabinette Stresemann I und II, Dokument Nr. 33, p.  (...)

217La décision de prendre des mesures de politique intérieure en vue de stabiliser la monnaie allemande dépendait donc des données de politique étrangère, en particulier de la réduction effective ou au moins prévisionnelle du montant des réparations ainsi que de l’octroi effectif ou au moins prévisionnel de crédits américains. La question de la stabilisation était devenue une question de politique étrangère. C’est pourquoi il ne servirait pas à grand-chose de se demander sur la seule base des mesures d’économie intérieure qu’il comportait si le projet de stabilisation de la monnaie allemande élaboré durant l’été 1922 par J. Hirsch et R. Dalberg pour le ministère de l’Économie était adapté et réalisable285. En août 1923, Hilferding, ministre de l’Économie, a déclaré – à juste titre à mon sens – lors d’une réunion du Conseil des ministres que « des instruments techniques à eux seuls », comme par exemple des moyens de paiement stables, ne sauraient suffire. « [...] dans la situation présente, il faut passer par la politique étrangère pour parvenir à un résultat. »286 La stabilisation de la monnaie grâce à des mesures d’économie intérieure avait donc son prix en termes de relations extérieures ; c’est pourquoi l’attitude du ministère des Affaires étrangères avait en définitive plus d’importance que celle du ministère de l’Économie, plus compétent dans le domaine des détails techniques.

  • 287 P. Beusch, Wàhrungszerfall..., op. cit., p. 23. Otto Pfleiderer, « Die Reichsbank in der Zeit der g (...)
  • 288 La même argumentation est développée par Willi Prion, « Deutsche Rreditpolitik 1919-1922 », Schmoll (...)
  • 289 Lettre du directoire de la Reichsbank au gouvernement en date du 20 octobre 1922, reproduite dans J (...)
  • 290 Ibid.

218En 1922 et 1923, les projets les plus divers de recours au mark-or comme instrument de comptabilité pour le commerce et les opérations de crédit firent l’objet de discussions ; ils avaient pour but de stabiliser la monnaie en se limitant à des mesures de politique économique intérieure. Ils impliquaient que les banques et les caisses d’épargne tiennent des comptes de valeur constante et que le gouvernement mette en circulation des bons du Trésor ou lance des emprunts stables, afin de répondre aux attentes du public qui souhaitait que se stabilise le socle monétaire de l’économie. Le ministère de l’Économie lança également des projets similaires, tournés uniquement vers l’économie intérieure et de nature purement technique287. Ils se heurtèrent à la résistance de la Reichsbank qui – à mon sens à juste titre – craignait que la dépréciation du mark fiduciaire ne s’aggrave si l’État incitait à « déserter le mark » en émettant des titres stables288. Les besoins de trésorerie de l’État persistant, « l’imposition par l’inflation » aurait touché un cercle plus restreint d’utilisateurs de marks fiduciaires et aurait accéléré leur tendance à s’en débarrasser et même à les répudier, augmentant encore de la sorte la demande de devises et de valeurs corporelles, dont les prix auraient continué à monter. « Non seulement l’État ne parviendrait plus à placer de nouveaux bons du Trésor libellés en marks, mais encore ceux qui détiendraient des bons du Trésor s’en débarrasseraient au plus vite, ce qui accroîtrait considérablement l’endettement de l’État auprès de la Reichsbank et nourrirait l’inflation. »289 En outre, la Reichsbank rappelait le prix de la stabilisation en termes de politique étrangère : « Le destin de notre monnaie dépend [...] en premier lieu du règlement de la question des réparations »290.

  • 291 Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung..., op. cit., p. 52.
  • 292 H. Schacht, Stabilization..., op. cit., p. 64.
  • 293 Sur ce point, voir le rapport de la 43e commission d’enquête du Reichstag, « Prüfung der Wirkung de (...)
  • 294 Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung..., op. cit., p. 48. Pour ce qui concerne les so (...)
  • 295 Die Reichsbank 1901-1925, Berlin, non daté, p. 139.
  • 296 H. Schacht, Stabilization..., op. cit., p. 64. Dans Die Stabilisierung der Mark 1923/24 unter dem E (...)

219À l’occasion de l’occupation de la Ruhr durant les premiers mois de 1923, l’État mit en circulation les premiers bons du Trésor libellés en dollars, pour une valeur totale de 50 millions de dollars (environ 210 millions de marks-or). Les devises ainsi réunies devaient aider la Reichsbank dans ses efforts de stabilisation du cours du mark, couronnés de succès entre février et avril. Mais le succès ne pouvait être que temporaire dans la mesure où l’augmentation de la masse monétaire se poursuivait dans le pays, et même à un rythme accéléré, afin d’assurer le financement des mesures de résistance passive. La dette flottante du Reich passa entre fin janvier et fin mars de 2,1 à 6,6 billions de marks ; autrement dit, elle avait plus que triplé en l’espace de deux mois (cf. tableau 20). De son côté, le montant des crédits accordés par la Reichsbank contre nantissement d’effets commerciaux est passé durant la même période de 0,7 à 2,4 billions de marks291. Le volume de liquidités que les ventes de devises réalisées par la Reichsbank prélevaient sur le marché monétaire était plus que compensé par les crédits accordés contre nantissements d’effets du Trésor et d’effets commerciaux, bien que la Reichsbank se soit efforcée d’effectuer une sélection stricte parmi les emprunteurs, une sorte de rationnement du crédit, tout particulièrement s’agissant des crédits gagés sur des effets commerciaux292. Mais plus le marché monétaire devenait fluide, plus augmentait la demande de devises sur la base d’un cours de 20 000 marks pour 1 dollar – c’est-à-dire le niveau auquel l’opération de stabilisation avait été engagée. Lorsqu’en avril les pertes de devises quotidiennes de la Reichsbank atteignirent 60 millions de marks-or, elle renonça le 18 avril à ses efforts de stabilisation et laissa le cours du dollar monter293. Afin d’acquérir des devises, elle avait déposé en gage à l’étranger une partie de ses réserves d’or, qui étaient estimées à un peu plus de 1 milliard de marksor et libres de tout engagement au début de l’année 1923. Ce recours à des crédits extérieurs et ceux qui suivirent firent chuter le montant des réserves d’or de la Reichsbank à 467 millions de marks-or à la fin de la période d’inflation294. Mais les opérations de soutien et les acquisitions de devises réalisées dans le courant de l’année coûtèrent aussi d’importantes quantités d’argent, qui n’apparaissaient pas directement dans les comptes de la Reichsbank. La Reichsbank chiffre ces pertes à 165 000 kg d’argent fin pour l’année 1923295. Pour sa part, Schacht a évalué le coût total des actions de soutien menées au début de l’année 1923 à plus de 300 millions de marks-or296.

  • 297 Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung..., op. cit., p. 10.
  • 298 H. Schacht, Stabilization..., op. cit., p. 76.

220Lorsque, à la suite du renoncement aux mesures de soutien intervenu le 18 avril 1923 et en dépit d’autres interventions de la Reichsbank, le cours du dollar reprit de plus belle sa hausse et vit son cours passer d’environ 21 000 marks à 160 000 marks début juillet puis 1,1 million fin juillet297, il devint évident que le mark ne pouvait plus être sauvé, même dans le commerce de détail. « Ce stade de l’évolution marque le début de ce qu’il est convenu d’appeler la répudiation du mark, c’est-à-dire que les vendeurs refusèrent le mark comme moyen de paiement, tout d’abord dans les territoires occupés, puis dans le sud de l’Allemagne et finalement dans l’ensemble du pays. Les magasins de détail se mirent à fermer à certaines heures, puis à certains jours de la semaine ; la crise monétaire se transforma en une crise de l’approvisionnement pire qu’aux pires moments de la guerre. Les "queues" et "files d’attente" devant les magasins d’alimentation firent à nouveau partie du paysage quotidien, comme durant la guerre. Les pillages et les émeutes se multiplièrent, de sorte que le 27 septembre 1923 le gouvernement décréta l’état d’urgence en réponse aux risques sociaux que la chute du mark avait engendrés. »298

  • 299 Deutschlands Wirtschaft, Währung und Finanzen, Im Auftrage der Reichsregierung den von der Reparati (...)
  • 300 Ibid., p. 67.
  • 301 Alfred Lansburgh (article « Banken »..., op. cit., p. 43) cite le chiffre d’environ 1 milliard de m (...)
  • 302 H. Schacht, Stabilization..., op. cit., p. 78.
  • 303 Statistisches Reichsamt, Zahlen der Geldentwertung..., op. cit., p. 47.

221Pour satisfaire la forte demande de moyens de paiement de valeur constante, l’État lança en août un emprunt stable de 500 millions de marks-or, en petites coupures d’une valeur allant jusqu’à un dixième de dollar299. Ces coupures pouvaient être utilisées comme moyen de paiement. En outre il fut procédé à l’émission de bons du Trésor stables, autrement dit d’effets publics libellés en dollars, à cette différence près que le service de la dette devait être assuré en marks, mais au cours du dollar du moment. Ces bons devaient être émis jusqu’à concurrence de la valeur de la monnaie auxiliaire stable mise en circulation et servir à sa couverture. Sur cette base, ou bien contre dépôt d’emprunts or, le Reich autorisa les provinces, les villes, les chambres de commerce et les grandes entreprises industrielles à émettre de la monnaie auxiliaire libellée en marks-or. Il en a été mis en circulation pour une valeur d’environ 200 millions de marks-or. En outre, la Reichsbahn (société nationale des chemins de fer, NdT) a émis de la monnaie auxiliaire pour une valeur d’environ 150 millions de marks-or, quelques Länder ont émis des emprunts en petites coupures pour une valeur totale de 50 millions de marks-or au maximum, la Hamburger Bank von 1923 AG et la Schleswig-Holsteinische Goldgirobank AG ont émis des billets à porter en comptes stables pour un montant d’environ 35 millions de marks-or300. Au total, ce sont quelque 1,1 milliard de marks-or d’argent stable qui étaient en circulation avant l’introduction du Rentenmark le 15 novembre 1923301. Si on y ajoute les 2 à 3 milliards de marks-or précédemment évoqués et correspondant aux billets de banque d’autres pays, à monnaie stable, qui circulaient en Allemagne ainsi que les emprunts stables émis par des agents privés (reposant sur des quantités de seigle, de charbon ou de potasse), également utilisés comme moyen de paiement302, on arrive à une circulation de monnaie fiduciaire stable de plus de 4 milliards de marks-or avant que la véritable phase de stabilisation ne commence avec l’introduction du Rentenmark le 15 novembre 1923. Cette somme était presque équivalente au montant des espèces en circulation dans le Reich avant le début de la guerre, soit 6 milliards de marks-or, et dépassait très largement la valeur de la monnaie fiduciaire en circulation durant la phase finale de l’inflation (à partir de juin 1923) – y compris la monnaie auxiliaire non stable – qui oscillait entre environ 80 et 800 millions de marks-or303.

  • 304 Deutschlands Wirtschaft, Währung und Finanzen..., op. cit., p. 40.
  • 305 Hans Luther, Feste Mark-solide Wirtschaft, Berlin, 1924, p. 65. P. Beusch, Währungszerfall..., op. (...)
  • 306 P. Beusch, Währungszerfall..., op. cit., p. 24.

222Ces chiffres montrent clairement que la nécessaire stabilisation de la monnaie a plus résulté de la crise de l’État qui secouait l’Allemagne que de la crise de l’économie. Cette dernière avait dans une très large mesure adopté une monnaie standard étrangère, ce qui lui aurait permis de vivre et de fonctionner sans qu’interviennent inévitablement des perturbations dans la production et l’approvisionnement. La crise a résulté du fait que, pour des raisons de prestige national, l’État ne voulait ni ne pouvait accepter l’utilisation – souhaitée par les milieux économiques – de moyens de paiement étrangers dans les relations commerciales intérieures, en particulier aussi longtemps qu’il avait besoin des rentrées fiscales liées à l’inflation. Lorsque des entreprises en nombre croissant se mirent à utiliser – y compris de manière illégale – une monnaie standard étrangère pour calculer leurs prix de revient et effectuer leurs paiements, l’imposition par l’inflation rapporta de moins en moins à l’État et, dans le même temps, pesa de plus en plus lourdement sur ceux qui lui restaient soumis, librement ou non ; c’était en particulier le cas des ouvriers payés en monnaie fiduciaire, dans la mesure où les salaires ne pouvaient être relevés assez rapidement, ainsi que des agriculteurs, qui étaient tenus de livrer des céréales contre paiement en monnaie fiduciaire. Durant l’été 1923, les salariés parvinrent à imposer de plus en plus l’indexation des salaires, ce qui les protégea de la dépréciation monétaire304. Durant ce même été, les agriculteurs se rebellèrent contre les presque 100 % de surimposition par l’inflation que l’État voulait leur imposer en les obligeant à livrer une partie de leur production alors même que la dépréciation de l’argent ne cessait de s’aggraver. L’Allemagne courait le risque de « connaître la famine alors que les greniers étaient pleins »305 ou bien de voir, en toute illégalité, les affaires continuer comme si de rien n’était. L’une et l’autre évolution représentaient un danger mortel pour l’autorité de l’État. « Dans une telle situation, il était inévitable que l’économie et la société sombrent dans le chaos. »306 C’est pourquoi on travailla d’arrachepied à partir d’août 1923 à une réforme monétaire, autrement dit à la stabilisation de la monnaie.

  • 307 Par exemple P. Beusch, Währungszerfall..., op. cit. ; H. Schacht, Stabilization..., op. cit., Hans (...)

223Les différents plans de stabilisation, les discussions qu’ils ont suscitées et les mesures d’application qu’ils ont entraînées ont fait l’objet de nombreuses publications et il n’est par conséquent pas nécessaire d’y revenir ici dans le détail307. Nous nous en tiendrons à quelques grandes lignes.

  • 308 P. Beusch, Währungszerfall..., op. cit., p. 25.

224Beusch classe ces plans de stabilisation de la monnaie en trois catégories distinctes308 :

  1. La stabilisation par recours à la politique fiscale, à un blocage du crédit, à la politique des changes et à l’introduction généralisée de la comptabilité en monnaie stable, y compris pour l’établissement de l’impôt ; ces mesures avaient pour but de freiner la chute de la monnaie tout en conservant le mark fiduciaire comme monnaie unique. Cette ligne fut tout d’abord suivie par le gouvernement qui introduisit en août 1923 l’imposition calculée sur une base monétaire stable, lança des emprunts stables, développa le contrôle des devises et poussa à l’ouverture de comptes en marks-or auprès des banques et de la Reichsbank.

    • 309 Claus D. Krohn, « Helfferich contra Hilferding. Konservative Geldpolitik und die sozialen Folgen de (...)

    La stabilisation par le retour à la monnaie-or. Font partie de cette catégorie les plans des milieux industriels (Krämer), qui avaient besoin d’un moyen de paiement international, ainsi que de Schacht, Hilferding309, Hirsch et Bemhard.

  2. La stabilisation reposant sur une couverture de l’argent par des titres de rente garantis par des hypothèques sur des biens réels. Font pour l’essentiel partie de cette catégorie les plans de Helfferich et de Minoux, collaborateur de longue date de Hugo Stinnes.

  • 310 P. Beusch, Wahrungszerfall..., op. cit., p. 27 sq.

225Les plans des catégories 2 et 3 prévoyaient l’introduction d’une monnaie totalement nouvelle qui aurait coexisté avec l’ancienne. Finalement, c’est le plan de Helfferich qui fut réalisé, avec quelques modifications proposées pour l’essentiel par le ministre de l’Alimentation de l’époque, Luther, et son collègue des Finances, Hilferding. Le projet de Helfferich, qui fut présenté début août au gouvernement Cuno et, après quelques modifications, servit de base aux discussions gouvernementales à partir de début septembre, prévoyait les points suivants310 :

226Les corps de métier du Reich, agriculture, industrie et commerce, y compris les secteurs des transports et de la banque, qui, à la différence des organismes d’État, étaient considérés comme dignes de crédit, devaient mettre en place une banque monétaire autonome appelée « Banque du seigle » et chargée de créer une nouvelle monnaie appelée « mark-seigle ». D’après le projet de départ, le capital initial de la banque devait s’élever à 1 milliard de marks-seigle, avant d’être relevé à 1,25 milliard en septembre. Il était en outre prévu une « réserve initiale ». Le capital devait être fourni pour moitié par l’agriculture d’une part, l’industrie et le commerce de l’autre ; la méthode retenue était le transfert de propriété à la banque monétaire d’une première hypothèque correspondant à 5 % de la valeur du patrimoine retenue pendant la guerre pour calculer la contribution à la défense nationale. Cette hypothèque devait rapporter 5 % d’intérêts l’an. La banque monétaire devait émettre des titres de rente libellés en seigle (Roggenrentenbriefe), correspondant à la valeur d’une tonne de seigle ou d’un multiple de cette quantité, pour un montant équivalent à celui des hypothèques transférées par l’agriculture, l’industrie et le commerce. Des billets de banque d’un montant de 200 marks-seigle devaient être émis, correspondant à la valeur d’une tonne de seigle. Tous les billets établis en marks-seigle devaient être pleinement couverts par des titres de rente libellés en seigle et devaient pouvoir être librement convertis en de tels titres. Le mark-seigle devait devenir moyen de paiement légal à partir d’une date fixée par le gouvernement. La banque monétaire devait mettre à disposition de l’État 375 millions de marks-seigle prélevés sur sa réserve initiale au titre du remboursement de la dette flottante (bons du Trésor). Pour le reste, elle n’était habilitée à accorder des crédits à l’État que jusqu’à un certain plafond (2,1 milliards) et devait avant tout s’occuper des opérations avec les entreprises privées. La Reichsbank devait tout d’abord utiliser les marks-seigle qu’elle encaissait par suite du remboursement des bons du Trésor pour assurer la couverture de ses billets de banque, puis pour réaliser leur conversion en billets libellés en marks-seigle selon un taux précisément défini. La banque monétaire, dotée de la prérogative d’émettre des billets de banque, était conçue comme une solution transitoire. Lors d’un retour ultérieur à l’étalon-or, il était prévu qu’elle perde sa fonction de banque centrale, et tout particulièrement son droit d’émission.

227Les critiques opposées à ce projet concernaient essentiellement le fait que la valeur de la nouvelle unité monétaire soit liée au prix du seigle. L’offre de seigle et par conséquent la relation de prix avec les autres produits étant soumises à de fortes variations en fonction des récoltes, la stabilisation par recours au seigle impliquait que les offreurs de seigle soient certes à l’abri de toute variation de prix de leur produit – comme les offreurs d’or dans le cas d’une monnaie-or ; par contre, il fallait craindre de fortes fluctuations de prix pour les autres produits, en fonction des récoltes. Cela aurait été le monde à l’envers. Les calculs de coûts auraient été facilités pour l’agriculture, mais ils auraient été rendus considérablement plus difficiles pour les autres secteurs économiques par suite de l’assise instable de la monnaie.

228C’est pourquoi Luther et Hilferding ont modifié la proposition de Helfferich et proposé de découpler la valeur de la nouvelle unité monétaire de celle du seigle et de la rattacher à celle de l’or. D’autres modifications on conduit à plafonner le volume des transactions entre la banque monétaire et les entreprises privées en limitant les octrois de crédit à 1,2 milliard de marks – en particulier pour éviter que la Reichsbank ne devienne totalement superflue – et à ramener le montant maximum des crédits alloués à l’État au même montant de 1,2 milliard. La banque monétaire se transforma en « Rentenbank » et le mark-seigle en « Rentenmark ».

  • 311 Pour ce qui concerne l’élaboration théorique et la mise en pratique du Rentenmark, voir, outre les (...)
  • 312 La confiance rencontrée en Allemagne par le Rentenmark a assurément été due pour une bonne part aux (...)
  • 313 P. Beusch, Währungszerfall..., op. cit., p. 62.

229L’expérience du Rentenmark311 a connu un succès étonnant312, après que le 15 octobre le second gouvernement Stresemann, dont le ministre des Finances était Hans Luther, ait adopté le décret portant création de la Rentenbank en application de la loi sur les pleins pouvoirs du 13 octobre 1923 ; le 15 novembre, la Rentenbank entrait en fonction. Pour Beusch, ce succès s’explique par le « retour à l’étalon-or sur la base du taux d’avant-guerre. Dans la mesure où, techniquement, le nouveau moyen de paiement stable renouait avec la tradition nationale de la monnaie-or et où, grâce à diverses interventions de l’État, il s’est effectivement révélé stable, le peuple allemand s’est senti libéré du cauchemar des chiffres monstrueux et s’est remis avec une rapidité étonnante à compter dans l’ancienne monnaie. La clef du “miracle du Rentenmark” c’est ce choc psychologique lié au fait qu’on pouvait à nouveau utiliser la monnaie-or si familière. Alors que si on avait introduit la monnaie-seigle, cet effet libérateur n’aurait pas pu intervenir »313.

  • 314 G. Hardach, Weltmarktorientierung..., op. cit., p. 23.
  • 315 Ibid., ainsi que H. Schacht, Stabilization..., op. cit., p. 101 sq., 111.
  • 316 Ibid., p. 121-150. C’est surtout Schacht qui avait plaidé pour que la nouvelle monnaie soit le plus (...)
  • 317 La base en a été pour l’essentiel la loi sur le système bancaire (Bankgesetz) (RGBl. 1924, II, p. 2 (...)

230Mais à côté du Rentenmark, le mark fiduciaire de la Reichsbank restait en circulation. Même après l’adoption du décret portant création de la Rentenbank, l’État continua à accroître fortement sa dette flottante auprès de la Reichsbank, et par conséquent aussi la circulation monétaire. Ce sont les bourses de devises qui reflétaient le mieux la dépréciation du mark fiduciaire : à Berlin, le cours forcé du dollar passa de 40,5 milliards de marks durant la seconde moitié d’octobre à 2,5 billions de marks durant la première moitié de novembre. À l’étranger et dans les territoires occupés, où les cours étaient libres, le cours du mark était encore plus faible. Cependant, depuis que la Rentenbank était entrée en fonction le 15 novembre, la Reichsbank avait cessé, comme prévu, d’accepter à l’escompte les bons du Trésor et « réalisa de la sorte le préalable à toute stabilisation du mark fiduciaire »314. Or un mark fiduciaire stable était tout aussi important qu’un Rentenmark stable dans la mesure où seul le premier nommé faisait l’objet de transactions auprès des bourses de devises alors que le Rentenmark était uniquement conçu comme moyen de paiement intérieur. La stabilisation des cours du mark dépendait donc de la stabilisation du mark fiduciaire. Après que le 19 novembre 1923 ce dernier ait été coté à la bourse de New York sur la base de 5 billions de marks pour 1 dollar, et à la bourse de Cologne, en territoire occupé, sur la base de 10 billions315, le gouvernement décida le 20 novembre de stabiliser le mark fiduciaire au cours de 4,2 billions de marks pour 1 dollar, en référence au cours du mark d’avant-guerre qui servait également de base à la valeur-or du Rentenmark. Les conditions préalables étaient désormais remplies pour fondre en une seule monnaie Rentenmark et mark fiduciaire, sur la base du taux de conversion très pratique de 1 billion de marks fiduciaires pour 1 Rentenmark. Des crédits extérieurs ayant été promis, cette conversion est intervenue avec la création de la Golddiskontbank en avril 1924316 et la réintroduction en Allemagne de la monnaie-or à l’automne de la même année, conformément aux recommandations du comité Dawes317.

B. REVALORISATION

  • 318 Il existe pour cela toute une série d’exemples historiques, comme à la suite de la dépréciation mon (...)

231Accepter le principe de « revalorisation » de créances d’argent318 qui ont été acquittées ou acquises pour leur valeur nominale, mais dont la valeur réelle s’est dépréciée par suite d’un processus de dévalorisation monétaire, c’est reconnaître que dans un tel contexte on se doit d’utiliser les gains des débiteurs pour compenser en partie les pertes subies par les créanciers. En période de stabilité monétaire le principe de droit allemand selon lequel « un mark vaut un mark » rejoint les usages admis en affaires et les principes de loyauté et de confiance réciproque (§ 242 BGB ; = code civil, NdT =) en cas de conclusion ou d’extinction d’un rapport d’obligation ; mais en période d’inflation ce principe juridique formel entre en conflit avec le droit matériel selon lequel les deux parties d’un rapport d’obligation doivent pouvoir, en toute confiance réciproque, pratiquer un échange de prestations à de minimes fluctuations près équivalentes – même si elles sont décalées dans le temps.

  • 319 Jugement du 21 septembre 1920. Voir Otto Pirlet, Der politische Kampf um die Aufwertungsgesetzgebun (...)

232Un tel conflit commençait déjà à se dessiner en Allemagne par suite des hausses de prix intervenues durant la seconde moitié de la guerre. Le Tribunal d’Empire (Reichsgericht) défendit à la fin de la guerre le point de vue selon lequel dans les transactions de marchandises « la validité de tout contrat suppose que les conditions initiales restent inchangées » (clausula rebus sic stantibus). C’était là, selon lui, la base commerciale de tout contrat. Des changements « imprévisibles et fondamentaux », comme la dépréciation monétaire de 1918-1919, conduisant à « la disparition ou l’absence de cette base commerciale » justifiaient d’après le tribunal une « adaptation à la nouvelle » situation juridique (compensation, droit de résiliation conformément au principe « de loyauté et de confiance réciproque »)319. Cela était d’autant plus vrai à partir de juillet 1922, lorsque débuta la phase d’hyperinflation. C’est pourquoi fut rendue en 1923 toute une série de jugements fondés sur le principe de loyauté et de confiance réciproque et qui considéraient que la base commerciale avait été anéantie par la dépréciation monétaire, y compris dans le cas d’opérations strictement financières comme les contrats d’hypothèque. Ce que confirma la célèbre décision du Tribunal d’Empire en date du 28.11.1923. Se fondant sur la rapidité de la dépréciation monétaire, il y confirmait l’invalidation du principe 1 mark = 1 mark dans le cas des opérations hypothécaires au nom du § 242 du code civil (principe de loyauté et de confiance réciproque), et déclarait le principe d’une revalorisation légitime.

233Les créances hypothécaires courent sur une durée particulièrement longue et comportent en général un droit unilatéral de résiliation avant terme pour le débiteur. C’est la raison pour laquelle en cas de dépréciation monétaire le risque de perte d’une somme exigible est plus grand en ce domaine que s’agissant d’autres rapports d’obligation à court terme ou plus fongibles. Les débiteurs hypothécaires avaient fait un usage croissant de leur droit de résiliation durant le second semestre 1922, c’est-à-dire après le début de l’hyperinflation, et ils avaient remboursé leurs dettes en marks fiduciaires. Entre novembre 1922 et mai 1923, le ministère de la Justice, le Reichstag et le Conseil économique (Reichswirtschaftsrat) se saisirent bien du problème ; le député Düringer et des représentants de l’ensemble des groupes parlementaires présentèrent même au parlement, 1er mars 1923, un projet de loi « pour protéger les intérêts des créanciers hypothécaires » dans lequel il était prévu que jusqu’au 1er janvier 1927 les hypothèques et dettes foncières enregistrées avant le 1er janvier 1922 ne pourraient être remboursées qu’avec l’accord du créancier. Mais de telles propositions ne trouvèrent pas de majorité dans les commissions, dont les membres soulignèrent la nécessité de résoudre le problème de la revalorisation dans son ensemble, sans le limiter aux seules hypothèques.

  • 320 Hans Luther, Politiker ohne Partei. Erinnerungen, Stuttgart, 1960, p. 230.

234Cependant, lorsque la cour d’appel de Darmstadt présidée par Georg Best – député du Parti national allemand (DNVP) au Reichstag à partir de décembre 1924, membre non inscrit du groupe parlementaire du Parti national socialiste (NSDAP) à partir de mai 1925, fondateur de l’Association de défense des créanciers hypothécaires et des épargnants qui faisait campagne pour la revalorisation – accorda par un jugement en date du 18 mai 1923 à un créancier hypothécaire un droit à revalorisation de sa créance, le législateur se vit à nouveau tenu d’agir. C’est pourquoi le 4 juillet 1923 le Reichstag transmit à nouveau le projet de loi Düringer à la commission des lois pour examen. L’urgence d’autres questions, en partie liées elles aussi à la stabilisation de la monnaie, ne permit plus qu’une décision soit prise sur ce point. Cependant, la stabilisation consécutive à l’introduction du Rentenmark en novembre 1923 (sur la base d’un taux de 1 RM pour 1 billion de marks fiduciaires) ainsi que le jugement du Tribunal d’Empire du 28 novembre 1923, qui fit « l’effet d’une bombe » auprès des responsables politiques320, rendirent une décision du législateur sur ce sujet indispensable.

  • 321 Claus-Dieter Krohn, Stabilisierung und ôkonomische Interessen. Die Finanzpolitik des Deutschen Reic (...)
  • 322 Le texte en est reproduit entre autres dans Akten der Reichskanzlei. Weimarer Republik. Das Kabinet (...)
  • 323 Otto Pirlet, Der politische Kampf..., op. cit. ; Hugo Heimann, Der Kampf um die Aufwertung, von Hel (...)

235À cette époque, le ministère des Finances, conduit par Luther, s’opposait à toute revalorisation, pour des raisons fiscales parfaitement compréhensibles. En effet, en cas de revalorisation des dettes courantes, l’État, qui était le principal débiteur en ancienne monnaie, aurait dû supporter des charges financières considérables qu’il aurait eu les plus grandes difficultés à assumer par ses seules recettes ordinaires ; car même sans une telle revalorisation, l’équilibre budgétaire était fragile au lendemain de la stabilisation monétaire et des dépenses supplémentaires auraient sérieusement mis en danger toute l’opération de retour à la stabilité. Par contre le ministère de la Justice, dirigé par Erich Emminger, s’alignait plus sur la position et les décisions des tribunaux ; il réussit à imposer son point de vue sur la question de la revalorisation au sein du gouvernement321, en particulier après que l’association des juges près le Tribunal d’Empire ait adressé au chancelier le 8 janvier 1924 une requête322 dans laquelle elle attirait T attention sur les conséquences catastrophiques qu’aurait pour la perception du droit par le grand public la non prise en compte par le législateur de la décision du Tribunal d’Empire. S’appuyant sur la loi des pleins pouvoirs du 8 décembre 1923, le gouvernement adopta le 14 février 1924 ce qu’il est convenu d’appeler la troisième ordonnance fiscale d’exception qui n’avait pas besoin de l’approbation ni du Reichstag, ni de la commission compétente, et ne la reçut d’ailleurs pas, bien au contraire : le débat sur la revalorisation ne cessa d’occuper le Reichstag dans les années suivantes323.

236La troisième ordonnance fiscale d’exception fit avancer la question de la revalorisation dans la mesure où le législateur y reconnaissait pour la première fois le bien-fondé d’une telle mesure. Le débat qui suivit porta uniquement sur le montant ainsi que le taux d’intérêt et les conditions de remboursement des créances ainsi revalorisées. À peine l’ordonnance d’exception était-elle promulguée que déjà se manifestait au sein du Reichstag une très virulente opposition contre la faiblesse prétendue des taux et que dès la seconde moitié du mois de février étaient déposées des propositions d’amendement, voire d’abrogation du texte. Cette véhémente opposition contribua à ce que le gouvernement fit dissoudre le Reichstag au milieu du mois de mars 1924. Mais les élections de mai 1924 débouchèrent sur un Reichstag encore plus favorable à la revalorisation que le précédent.

  • 324 Die dritte Steuernotverordnung vom 14. Februar 1924. Textausgabe, Berlin, 1924. Gustav Wagemann, Au (...)
  • 325 André Fourgeaud, La Dépréciation et la Revalorisation du Mark Allemand et les Enseignements de l'Ex (...)

237La troisième ordonnance fiscale d’exception324 prévoyait que les dettes privées d’avant-guerre – autrement dit les hypothèques, les obligations industrielles, etc. – soient revalorisées de 15 % de leur valeur en marks-or. Quant à la revalorisation des dettes publiques – autrement dit des emprunts du Reich, des Länder, des communes, etc. exception faite des emprunts des entreprises publiques juridiquement et économiquement indépendantes – elle fut repoussée jusqu’au règlement final des réparations, compte tenu de la situation financière des agents du secteur public. La question de la revalorisation des dettes contractées après le début de la guerre, autrement dit après l’abandon de l’étalon-or et le commencement de la dépréciation monétaire, fut réglée de la manière suivante : les dettes contractées avant le 1er janvier 1918 furent assimilées à celles d’avant-guerre et revalorisées de 15 %. Les dettes postérieures au 1er janvier 1918 furent converties en marks-or conformément au cours du dollar à la bourse de Berlin en vigueur le jour où elles avaient été contractées, puis revalorisées selon le même taux de 15 %325. Restaient à traiter d’autres questions, dont les obligations effectives des débiteurs privés dépendaient tout autant que du taux de revalorisation nominal. Les droits à remboursement revalorisés étaient-ils immédiatement exigibles ? Quel taux d’intérêt devrait leur être appliqué pour le passé ? Si le paiement ne devait intervenir qu’à terme, après un moratoire, quel taux d’intérêt devrait être appliqué dans le futur aux créances revalorisées ?

238De la réponse à ces questions dépendait la valeur actuelle des futurs engagements envers les créanciers après revalorisation, qui était de fait bien inférieure au taux nominal de 15 %. C’est ainsi que la troisième ordonnance fiscale d’exception ne prévoyait pas d’intérêts pour le passé. Pour l’avenir, les intérêts ne devaient courir qu’à compter du 1er janvier 1925, selon un taux de 2 % la première année, augmenté ensuite d’1 % par année jusqu’à concurrence de 5 % le 1er janvier 1928. À partir de cette date, le remboursement par versements fractionnés pourrait commencer. Si un tel remboursement par versements fractionnés n’était pas désiré ou exigé, l’amortissement devait commencer au plus tôt à partir du 1er janvier 1932. Les créances de particuliers envers les institutions chargées de collecter des capitaux (banques hypothécaires, caisses d’épargne, compagnies d’assurance) étaient concernées par la revalorisation dans la mesure où les actifs de ces institutions financières furent revalorisés. Pour ce qui concerne les dettes qui avaient été remboursées avant la promulgation de la troisième ordonnance fiscale d’exception, leurs créanciers ne profitèrent pas de la revalorisation. Ils ne pouvaient y prétendre qu’au titre des dettes non encore remboursées.

  • 326 Karl-Bemhard Netzband et Hans Peter Widmaier, Währunes-und Finanzpolitik der Ära Luther 1923-1925, (...)

239Par ailleurs, la partie fiscale de l’ordonnance prévoyait le recouvrement par le Reich de trois impôts exceptionnels non reconductibles sur les profits réalisés par les débiteurs326 ; il s’agissait tout d’abord de l’impôt sur les obligations (Obligationssteuer) qui frappait également les dettes remboursées au 14 février 1924 et s’élevait à 2 % de la différence entre la valeur initiale de la dette en marks-or et le montant de sa revalorisation de 15 %. Si, par exemple, une entreprise avait émis avant 1918 des obligations industrielles pour un montant de 1 million de marks, seuls pouvaient prétendre à la revalorisation de 15 % les créanciers privés qui détenaient encore de telles obligations après le 14 février 1924. Mais l’Etat percevait une créance fiscale de 17 000 marks (=2 % de 1 000 000-150 000), que les obligations soient encore détenues par des créanciers privés ou qu’elles aient déjà été remboursées en marks fiduciaires dévalués. Cependant, si la dette avait été remboursée en monnaie fiduciaire dont la contre-valeur en marks-or était inférieure au montant qui aurait résulté de la revalorisation, le débiteur était tenu de verser à l’État l’intégralité de la différence en plus des 2 % de créance fiscale. Si, dans le cas précédemment envisagé, le montant de la dette obligataire avait été remboursé avant le 14 février 1924 en marks fiduciaires ayant une contre-valeur de 50 000 marks-or, l’entreprise devait verser à l’État les 17 000 plus 100 000 RM (= 15 % d’un million, moins 50 000).

240Le débiteur se voyait donc confronté à une revalorisation identique, qu’il ait déjà remboursé sa dette au moment de la promulgation de l’ordonnance fiscale d’exception ou non. Par contre la situation du créancier était différente : si la dette avait été remboursée avant cette date, il ne touchait rien de plus. Son débiteur devait certes payer une compensation pour les pertes qu’il avait subies, mais celle-ci allait dans les caisses du fisc. Il ne pouvait tirer profit – un profit bien limité – de la revalorisation que si sa créance courait encore lors de l’entrée en vigueur de l’ordonnance d’exception. C’est la raison pour laquelle la troisième ordonnance fiscale d’exception a, en définitive, moins constitué une reconnaissance du « droit à revalorisation » des créanciers qu’elle n’a permis d’imposer les profits réalisés par les débiteurs. Elle n’a donc pas tant établi un juste équilibre entre débiteurs et créanciers, comme l’avaient envisagé les tribunaux en se fondant sur le principe de loyauté et de confiance réciproque. Elle a par contre permis en premier lieu à l’État d’accéder à de nouvelles ressources fiscales. On peut penser que cette démarche était indispensable si on considère que l’équilibre budgétaire a été rétabli et la stabilisation de la monnaie réussie avec le Rentenmark. Mais elle explique aussi l’amertume et la déception des créanciers qui avaient espéré être généreusement dédommagés de leurs pertes : alors que, sans avoir contribué en rien à l’inflation, ils étaient pour la plupart les grands perdants de l’affaire, l’État, qui avait entretenu l’inflation par sa politique, utilisait justement leurs pertes pour s’assurer des recettes complémentaires. La base juridique et politique du problème de la revalorisation était de nature morale. Par sa troisième ordonnance fiscale d’exception, l’État avait peut-être bien tenu compte des nécessités de gestion financière, mais il avait ignoré le sens de la justice et les attentes morales d’une grande partie des citoyens ; aussi ces derniers prirent-ils plus encore leurs distances par rapport à l’État et – de même que le gouvernement avait auparavant lutté sur la scène internationale pour obtenir une révision des réparations – ils se mirent à lutter sur le plan national pour une révision des conditions de revalorisation qui tienne compte de leurs intérêts légitimes.

  • 327 Ibid., p. 194 sq....
  • 328 Ibid., p. 196 sq. Peter-Christian Witt, « Inflation, Wohnungszwangswirtschaft und Hauszinssteuer », (...)

241Il reste à ajouter que, outre l’impôt sur les obligations, la troisième ordonnance fiscale d’exception comportait deux autres impôts exceptionnels non reconductibles en faveur du Reich, qui devaient absorber en partie les profits réalisés par les débiteurs durant les années d’inflation ; il s’agissait de l’impôt sur les prises de crédit, qui frappait ceux qui avaient contracté un emprunt auprès d’une banque ou d’un institut de crédit, ainsi que de 1'impôt sur la monnaie auxiliaire, qui frappait les institutions ayant tiré bénéfice de l’émission de monnaie auxiliaire, en particulier en 1923. Mais ces deux impôts ne furent jamais appliqués327. Il convient aussi d’évoquer un impôt particulier et très productif introduit par la troisième ordonnance fiscale d’exception, l’« impôt assis sur la valeur locative de la propriété bâtie » (.Hauszinssteuer) ou « impôt sur la propriété immobilière » (Mietzinssteuer), prélevé au profit des Länder. Dans le même temps où les loyers étaient ramenés à 80 % du niveau d’avant-guerre, il devait permettre d’absorber les profits sur dettes que les propriétaires d’immeubles avaient réalisés en remboursant en tout ou en partie leurs hypothèques durant la période d’inflation. Mais à la différence des impôts qui frappaient les bénéfices réalisés à l’occasion de l’inflation et ne devaient être prélevés qu’une fois, celui-ci était conçu comme un impôt permanent328.

  • 329 Ferdinand Anders, Der Stand der Aufwertung. Eine unparteiische Untersuchung ihrer volkswirtschaftli (...)
  • 330 Claus-Dieter Krohn, Stabilisierung..., op. cit., p. 48.
  • 331 H. Wunderlich, article « Aufwertung »..., op. cit., p. 27.
  • 332 Voir par exemple le pamphlet de Ernst Sontag, Hypothekengläubiger und Anleihebesitzer un Kampf um i (...)
  • 333 Claus-Dieter Krohn, Stabilisierung..., op. cit., p. 164-173.
  • 334 Sur ce sujet, voir le rapport d’ensemble du 6 juin 1926 intitulé « La Législation Allemande sur la (...)

242La troisième ordonnance fiscale d’exception relança fortement, tant au Reichstag que dans l’opinion publique, le débat sur la revalorisation, qui joua un rôle important lors des élections parlementaires de mai et de décembre 1924. Les adversaires de la revalorisation arguaient de la charge financière que représenterait pour les budgets publics une revalorisation des dettes publiques. Ils expliquaient qu’elle serait insupportable vu les difficultés de la situation budgétaire et risquerait de mettre en danger la stabilité monétaire tout juste rétablie. Ils déclaraient par ailleurs que la revalorisation des dettes privées allait peser avant tout sur l’industrie et l’agriculture qui manquaient déjà de capitaux et seraient acculées à l’endettement. Selon eux, la revalorisation risquait de mettre en danger la reconstruction du système de production.329 Les défenseurs de la revalorisation avançaient comme arguments le sens de la justice de la population, la nécessité de maintenir un équilibre social ainsi que des considérations liées au problème des réparations : si le Reich restait libre de toute dette intérieure, il ne ferait qu’attiser l’avidité des Etats créanciers de l’Allemagne au titre des réparations.330 Finalement, après que se soient multipliées les décisions contraires entre tribunaux et législateur331 et au bout d’une longue épreuve de force dans l’opinion publique332 et dans les coulisses de la politique gouvernementale333, la question de la revalorisation trouva une solution définitive avec l’adoption de deux lois par le Reichstag le 14 juillet 1925 et leur entrée en vigueur le 16 juillet 1925, après que le président Hindenburg les ait signées ; elles prirent la suite de la solution provisoire qu’avait apportée à la question de la revalorisation la troisième ordonnance fiscale d’exception. L’une de ces lois réglait la « revalorisation des hypothèques et autres prétentions », autrement dit la revalorisation des dettes privées, l’autre réglait le « rachat des emprunts publics ».334

243À la différence de la troisième ordonnance fiscale d’exception, le taux de revalorisation pour les hypothèques fut relevé à 25 % tandis que pour les titres d’emprunt détenus par des débiteurs privés restait prévu un taux de 15 %. Cependant, le débiteur pouvait demander des réductions si l’application du taux plein le confrontait à des difficultés inéquitables. Les détenteurs anciens d’obligations – c’est-à-dire ceux qui avaient acquis ces titres avant le 1er juillet 1920 et les avaient conservés depuis sans interruption – recevaient en plus un « certificat de jouissance » (Genussschein) pouvant atteindre jusqu’à 10 % de la valeur des obligations en marks-or. Ce « certificat de jouissance » leur assurait à compter du 1er juillet 1925 une participation aux bénéfices de l’entreprise concernée, au même titre que les actionnaires.

  • 335 Le taux de conversion a appliquer dans les différents cas se trouve reproduit sous forme de tableau (...)

244Comme dans la troisième ordonnance fiscale d’exception, les dettes contractées avant le 1er janvier 1918 restaient assimilées à celles de l’avant-guerre, c’est-à-dire que leur taux de revalorisation respectif fut appliqué à la valeur nominale de la créance. Par contre, en ce qui concerne les dettes postérieures au 1er janvier 1918, on ne calcula plus leur valeur en marks-or en fonction du cours du dollar au jour où elles avaient été contractées pour appliquer ensuite le taux de revalorisation, mais on appliqua un facteur de conversion correspondant environ à la moyenne de l’indice du cours du dollar et de l’indice des prix de gros.335 Par cette mesure, le législateur avait tenu compte de l’objection selon laquelle la dépréciation intérieure du mark avait été nettement inférieure à sa dépréciation internationale. Mais, en dépit de nombreuses demandes en ce sens, il n’avait pu se résoudre à recourir à l’indice du coût de la vie, qui faisait apparaître des taux de dépréciation encore moins élevés que l’indice des prix de gros. Toujours est-il que la procédure retenue tendait à relever le niveau de la revalorisation à laquelle les créanciers pouvaient prétendre au-delà du niveau résultant de l’application des nouveaux taux.

245En règle générale il était prévu un moratoire jusqu’au 1er janvier 1932 pour le remboursement des dettes privées – comme dans la troisième ordonnance fiscale d’exception. Mais le débiteur se vit accorder la possibilité de rembourser le montant de la revalorisation intérêts compris avant cette date, à condition de respecter un préavis de résiliation de trois mois. Les « services de la revalorisation » prévus pour arbitrer les éventuels litiges, c’est-à-dire les tribunaux de première instance et les instances supérieures, pouvaient décider, à la demande de l’une des parties, que le débiteur devait rembourser des échéances annuelles correspondant à 10 % du montant de la revalorisation à compter du 1er janvier 1926. En outre, toutes les créances hypothécaires pouvaient être converties en hypothèques éteintes par purge avec étalement des échéances de remboursement sur les années 1930-1937.

246En ce qui concerne les intérêts, tous ceux arrivés à échéance avant le 31 décembre 1924 étaient considérés comme définitivement réglés. À partir du 1er janvier 1925 était appliqué un taux de 1,2 %, à partir du 1er juillet 1925 un taux de 2,5 %, à partir du 1er janvier 1926 un taux de 3 % et à partir du 1er janvier 1928 un taux de 5 %. Compte tenu du fait que le niveau du loyer de l’argent était nettement plus élevé sur le marché allemand des capitaux durant la seconde moitié des années vingt, ces taux d’intérêt signifiaient dans le cas des créances de revalorisation que la valeur actuelle de ces dettes après déduction des intérêts non courus, dont le règlement arrivait en règle générale à échéance seulement en 1932, était largement inférieure au montant résultant, aux yeux de l’opinion publique, de l’application du taux nominal de revalorisation (15 % pour les obligations, 25 % pour les hypothèques). Sur ce point également, le problème de la revalorisation présentait dans le domaine de la politique intérieure des similitudes avec celui des réparations dans le domaine de la politique étrangère. Car la valeur actuelle des réparations dues, dont le montant avait été fixé par l’ultimatum de Londres à 132 milliards de marks-or, était évidemment nettement inférieure à ce montant, en particulier parce que plus de la moitié de cette dette (les « C-Bonds ») n’impliquait dans un premier temps ni intérêts ni amortissement.

247Par rapport à la troisième ordonnance fiscale d’exception, les créanciers voyaient aussi leur situation s’améliorer dans la mesure où en ce qui concernait les hypothèques, les prestations d’assurance et les dépôts d’épargne, toutes les dettes remboursées entre le 14 juin 1922 et le 14 février 1924, c’est-à-dire le jour de l’adoption de la troisième ordonnance fiscale d’exception, furent réactivées et devaient être incluses à la procédure de revalorisation. À cette restriction près que le débiteur pouvait faire jouer une clause de sauvegarde ; le taux de revalorisation était alors fixé au cas par cas par les « services de la revalorisation ».

  • 336 Peter-Christian Witt (Die Finanzpolitik des Deutschen Reiches von 1903 bis 1913. Eine Studie zur In (...)
  • 337 H. Wunderlich, article « Aufwertung »..., op. cit., p. 32.
  • 338 Claus-Dieter Krohn, Stabilisierung..., op. cil., p. 133.
  • 339 H. Wunderlich, article « Aufwertung »..., op. cit., p. 32-33.

248À la différence de la troisième ordonnance fiscale d’exception, la loi sur le rachat des emprunts prévoyait également une revalorisation des emprunts contractés par des débiteurs publics. La portée financière de ce problème est bien mise en lumière par le fait que durant les années 1914-1918 des emprunts de guerre d’un montant d’environ 98 milliards de marks étaient venus s’ajouter aux emprunts d’avant-guerre (4,8 milliards pour le Reich, 17 milliards pour les Länder et 10 à 12 milliards pour les communes). Sur la base d’un taux d’intérêt de 5 %, le seul service de la dette correspondant s’élevait à environ 5 milliards par an, c’est-à-dire plus du double du volume total du budget du Reich avant la guerre336. Après la guerre, le Reich prit à sa charge les emprunts des Länder, mais diminua dans le même temps le montant des échéances non remboursées en les acceptant en paiement, par exemple de certains impôts, ou bien en les rachetant sur le marché ouvert. Il n’y a pas lieu d’analyser ici plus en détail le fait que cette politique financière a contribué à accroître la liquidité de l’économie et à favoriser l’inflation. Toujours est-il que ces mesures eurent pour effet de ramener le montant des emprunts du Reich à 72 milliards de marks, celui des Länder à 1,5 milliard et celui des communes à 8 ou 9 milliards lorsque la loi sur le remboursement entra en vigueur.337 Comme le budget du Reich pour l’exercice 1924-1925 ne prévoyait que 7,8 milliards de marks de recettes ordinaires338 – ce qui correspondait au dixième du montant nominal des emprunts en cours non encore remboursés – toute revalorisation des emprunts publics ne pouvait être, pour des raisons de politique financière, que d’une ampleur limitée. C’est pourquoi, compte tenu de cette faible marge de manoeuvre, il fut décidé de procéder non à une revalorisation uniforme, mais de tenir compte de critères sociaux, afin que les plus indigents perçoivent un dédommagement plus élevé. Dans le détail, la revalorisation des emprunts d’État prit la forme suivante :339

  1. Tous les emprunts en marks du Reich furent transformés en une dette du Reich pour rachat d’emprunt dans la proportion de 40 : 1 ; autrement dit la dette que le Reich avait contractée par emprunt fut ramenée à 2,5 % de son montant initial et les quelque 70 milliards de dettes anciennes réduits à environ 1,75 milliard de RM de dette de rachat. Le versement d’intérêts était exclu – sauf pour les anciens détenteurs – jusqu’à ce que la totalité des réparations soit payée. La question de l’amortissement restait en attente – sauf pour les anciens détenteurs.

    • 340 Fin mars 1928, autrement dit après que les demandes de revalorisation aient été enregistrées et que (...)

    Les anciens détenteurs, c’est-à-dire ceux qui avaient acquis leurs titres avant le 1er juillet 1920 et les avaient conservés depuis sans interruption, se virent attribuer un droit de tirage qui leur permettait de participer au remboursement. Chaque année, 3 1/3 % de la totalité des droits de tirage étaient attribués par tirage au sort, de sorte qu’en 30 ans tous les anciens détenteurs pourraient bénéficier du remboursement de leur créance de revalorisation. Le montant du remboursement s’élevait au quintuple de la valeur de la créance d’amortissement du bénéficiaire. Si par exemple quelqu’un avait souscrit à l’origine à un emprunt de guerre pour un montant de 1 000 marks, sa créance correspondant à la valeur de rachat des emprunts s’élevait en termes nominaux à 25 RM. Mais dans le cadre du remboursement par tirage au sort, il recevrait 125 RM, soit 12,5 % du montant initialement souscrit. À cela venaient s’ajouter à partir du 1er janvier 1926 4,5 % d’intérêts annuels, mais qui ne seraient versés qu’à l’échéance. Les titres d’emprunts d’État que les anciens détenteurs avaient en leur possession représentaient environ 60 % de la valeur globale de ces emprunts. En conséquence, environ 1 milliard de dettes de rachat devait donner lieu au versement d’environ 5 milliards sur 30 ans au titre du remboursement340. Le 1er juillet 1920 fut choisi comme date butoir pour définir la détention d’anciens titres d’emprunt parce que les mesures que le gouvernement avait adoptées le 24 octobre 1919 pour lutter contre la fuite des capitaux comportaient un recensement de la totalité des titres détenus par les Allemands ; ce recensement ayant été très vraisemblablement achevé à la fin du premier semestre 1920, les anciens propriétaires avaient la possibilité d’apporter la preuve de leur situation.

  2. Les anciens détenteurs de titres résidents qui se trouvaient dans le besoin, c’est-à-dire qui disposaient d’un revenu annuel inférieur à 1 000 RM, se voyaient accorder, outre un droit de tirage, un droit de priorité correspondant à 80 % du montant nominal de leur créance de rachat, soit une rente annuelle de 20 RM par tranche de 1 000 marks d’anciens titres d’emprunt du Reich (= 25 RM de dette de rachat). Cette somme devait être relevée du quart si le détenteur de titres d’emprunt renonçait à son droit de tirage, et de moitié s’il était âgé de plus de 60 ans au moment de cette renonciation. En tout état de cause, la rente annuelle ne devait jamais dépasser 800 RM par personne.

  3. Il n’était pas prévu de rachat pour les détenteurs d’anciens titres d’emprunt de valeur minime (moins de 500 RM), sauf dans le cas de personnes disposant de faibles revenus, qui se virent attribuer une indemnité compensatrice en espèces allant de 8 à 15 %.

  • 341 Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung..., op. cit., p. 6.
  • 342 Statistisches Jahrbuch für das Deutsche Reich, vol. 42, 1921-1922, p. 271. Voir aussi supra p. 146.
  • 343 R. Nurske, Course and Control..., op. cit., p. 93. D. H. Aldcroft, From Versailles..., op. cit., p. (...)
  • 344 Pour des statistiques concernant les résultats financiers de la revalorisation des emprunts d'État, (...)

249Le rachat des emprunts contractés par les Länder et les communes se fit en principe de manière similaire. Même si l’agitation persista dans le public après l’adoption de ces modalités de revalorisation, parce que le montant en était jugé insuffisant – deux initiatives populaires en faveur d’une révision des lois correspondantes échouèrent en 1926 et 1927 sur intervention du ministère de l’Intérieur – force est de convenir que le montant de la revalorisation, tout particulièrement dans le cas des emprunts publics, était tout à fait convenable. Prenons le cas d’un résident ayant utilisé un avoir en monnaie stable, par exemple en dollars américains, afin d’acheter des emprunts de guerre à 5 % pour une valeur nominale de 1 000 marks en juin 1920, donc avant la date limite retenue pour la définition des titres anciens ; sur la base d’un taux de change de 1 mark = 2,55 cents341 et d’un cours de l’emprunt d’État auprès de la bourse de Berlin de 80 %342, il n’avait besoin de débourser que 20,40 dollars américains. En application des lois sur la revalorisation, il pouvait prétendre, compte non tenu des intérêts et d’un éventuel droit à une rente privilégiée, à un remboursement de 125 RM, ce qui correspondait à environ 30 dollars sur la base du cours de 4,20 RM = 1 dollar américain en vigueur depuis la stabilisation monétaire. Pour les résidents qui avaient placé des valeurs réelles ou des devises en emprunts d’État avant le 1er juillet 1920, le taux de revalorisation n’était donc pas inintéressant. Et comme le cours des emprunts de guerre à 5 % n’était que d’environ 80 % en 1920, le taux de revalorisation effectif pour ceux qui en avaient acquis à ce cours n’était pas de 12,5, mais de 16 %. Les plus pénalisés furent les anciens détenteurs qui possédaient des emprunts d’État d’avant-guerre ou bien avaient souscrit aux premiers emprunts de guerre et avaient conservé leurs titres depuis lors. Ils durent en effet se satisfaire d’un taux de revalorisation nominal de 12,5 %, et même de moins si on considère la valeur actuelle après déduction des intérêts non courus. Encore convient-il de noter que la dépréciation des anciens titres d’emprunt avait été pratiquement la même pour leurs détenteurs en France ou en Belgique – deux pays qui n’avait connu ni hyperinflation, ni revalorisation, mais par contre une inflation modérée, de sorte que leurs monnaies avaient pu être stabilisées à un niveau qui se situait entre 1/5 et 1/7 de leur parité d’avant-guerre343. Après l’adoption des lois de revalorisation, les anciens détenteurs de titres d’emprunts publics en Allemagne n’étaient donc pas tellement plus mal lotis que leurs collègues français ou belges344.

Notes

1 Joseph A. Schumpeter, Business Cycles. A Theoretical, Historical and Statistical Analysis of the Capitalist Process, New York, 2 vol., 1939, vol. l, p. 425 sq.

2 Arthur Spiethoff, Die wirtschaftlichen Wechsellagen, vol. 1. Tübingen, 1955, p. 139.

3 Friedrich Hesse, Die deutsche Wirtschaftslage von 1914 bis 1923. Krieg, Geldblähe und Wechsellagen, Iéna, 1938, p. 13. Voir aussi Reinhard Spree, Wachstumstrends und Konjunkturzyklen in der deutschen Wirtschaft von 1820 bis 1913, Göttingen, 1978, en particulier le graphique de la page 107, qui fait ressortir le très net fléchissement de la conjoncture en 1913.

4 F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 13.

5 Ibid., p. 22.

6 Voir page 75 sq.

7 F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 24.

8 On trouvera des données chiffrées détaillées dans Reichsarbeitsblatt, 1913-1914 sq. Pour ce qui concerne les modifications structurelles de l’économie durant les années d’inflation, voir aussi Wolfram Fischer, « Bergbau, Industrie und Handwerk 1914-1970 », dans H. Aubin et W. Zom (dir.), Handbuch der deutschen Wirtschafts-und Sozialgeschichte, vol. 2, Stuttgart, 1976, p. 796 sq., ainsi que Wolfram Fischer et Peter Czada, « Wandlungen in der deutschen Industrie-struktur im 20. Jahrhundert. Ein statistisch-deskriptiver Ansatz », dans Gerhard A. Ritter (dir.), Entstehung und Wandel der modernen Gesellschaft. Festschrift für Hans Rosenberg zum 65. Geburtstag, Berlin, 1970, p. 116 sq.

9 On trouvera les chiffres correspondant chez Gerhard Bry, Wages in Germany 1871-1945, Princeton, 1960, p. 211. Voir aussi Jürgen Kocka, Klassengesellschaft im Krieg 1914-1918, Göttingen, 1973, p. 18.

10 Karl Helfferich, Der Weltkrieg, vol. 2, Berlin, 1919, p. 134.

11 On trouvera les chiffres correspondants dans F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 478 sq. ; pour des renseignements plus détaillés, voir Reichsarbeitsblatt, 1913-1914 sq.

12 On trouvera les chiffres correspondants chez R. Wagenführ, Industriewirtschaft..., op. cit., p. 23.

13 On trouvera les chiffres correspondants chez G. Bry, Wages..., op. cit., p. 211.

14 Jürgen Kuczynski, Die Geschichte der Loge der Arbeiter unter dem Kapitalismus, vol. 4 : Darstellung der Lage der Arbeiter in Deutschland von 1900 bis 1917/18, Berlin Est, 1967, p. 390-391.

15 Heinrich A. Winkler, Von der Revolution zur Stabilisierung, Berlin, 1984, p. 275.

16 Voir tableau 32.

17 Sur cette question, voir les chiffres reproduits dans Deutschlands Wirtschaft..., op. cit., p. 100 sq. En ce qui concerne la démobilisation, voir surtout Gerald D. Feldman, « Wirtschaftsund sozialpolitische Probleme der deutschen Demobilmachung 1918/19 », dans H. Mommsen et al., (dir.), Industrielles System..., op. cit., p. 618-636. Hans Schieck, Der Kampf um die deutsche Wirtschaftspolitik nach dem Novembersturz 1918, thèse de doctorat, Heidelberg, 1958.

18 Sur ce sujet, voir Peter Czada, « Groβe Inflation und Wirtschaftswachstum », dans H. Mommsen et al. (dir.), Industrielles System..., op. cit., p. 386-395 ; Gustav Clausing, Die wirtschaftlichen Wechsellagen von 1919 bis 1932, Iéna, 1933.

19 C’est le jugement unanime de C. Bresciani-Turroni, Economics..., op.cit., p. 227-228, F. D. Graham, Exchange..., op. cit., p. 209 sq., R. Wagenführ, Industriewirtschaft..., op. cit., p. 28.

20 La commission dite Comité McKenna estimait à 6,3-7, 3 milliards de marks-or le déficit de la balance commerciale de l’Allemagne entre 1919 et 1923. Cf. page 316, note 220.

21 Dietmar Petzina et Wemer Abelshauser, « Zum Problem der relativen Stagnation der deutschen Wirtschaft in den zwanziger Jahren » dans H. Mommsen et al. (dir.), Industrielles System..., op. cit., p. 64.

22 Wemer Abelshauser, « Inflation und Stabilisierung. Zum Problem ihrer makroökonomischen Auswirkungen auf die Rekonstruktion der deutschen Wirtschaft nach dem Ersten Weltkrieg », dans O. Büsch et G. Feldman (dir.), Historische Prozesse..., op. cit.. p. 168. Voir aussi Wemer Abelshauser et Dietmar Petzina, « Krise und Rekonstruktion. Zur Interprétation der gesamtwirtschaftlichen Entwicklung Deutschlands im 20. Jahrhundert », dans W. Abelshauser et D. Petzina (dir.), Deutsche Wirtschaftsgeschichte im Industriezeitalter. Konjunktur, Krise, Wachstum, Königstein/Ts., 1981, p. 62-63. D’après une étude empirique de Dieter Lindenstaub cela ne vaut pas pour l’industrie de construction mécanique allemande (voir Dieter Lindenstaub, « Maschinenbauuntemehmen in der Inflation 1919 bis 1923 : Untemehmenshistorische Überlegungen zu einigen Inflationstheorien », dans G.D. Feldman et al. (dir.) : The German Inflation Reconsidered. A Preliminary Balance, Berlin, 1982, p. 49-106. Pour les informations plus détaillées voir la monographie de D. Lindenlaub (même titre), Berlin, 1985.

23 K. Laursen et J. Pedersen, German Inflation..., op. cit., p. 82-83. Knut Borchardt (« Wachstum und Wechsellagen 1914-1970 », dans H. Aubin et W. Zom (dir.), Handbuch der deutschen Wirtschafts-und Sozialgeschichte, vol. 2, Stuttgart, 1976, p. 701) émet des réserves quant à la thèse d’un fort boom des investissements durant les années d’inflation. Elle reposerait sur les seules estimations de l’évolution des immobilisations corporelles en 1914-1923 (Gerhard Gehrig, « Eine Zeitreihe fur den Sachkapitalbestand 1925 bis 1928 und 1950 bis 1957 », IfoStudien, 7e année, 1961, p. 35). Mais étant donné les pertes territoriales subies en 1919, la base de ces estimations, c’est-à-dire la production d’acier fondu, doit être, selon lui, considérée comme peu représentative, dans la mesure où une grande partie des investissements a servi à remplacer les sites de production perdus par l’industrie sidémrgique et n’apparaît donc pas encore dans la production courante d’acier.

24 Dietmar Petzina, Die deutsche Wirtschaft in der Zwischenkriegszeit, Wiesbaden, 1977 p. 177.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 C. Bresciani-Turroni, Economics..., op. cit., p. 197. Il souligne également que l’hyperinflation a constitué un handicap pour la productivité du travail : C. Bresciani-Turroni, « Movements... », op. cit., p. 397. Voir également Ausschuβ zur Untersuchung der Erzeugungs-und Absatzbedingungen der deutschen Wirtschaft, IV. Unterausschuβ (Arbeitsleistung), vol. 1-9, 1927-1930.

28 R. Wagenführ, Industriewirtschaft..., op. cit., p. 28.

29 C. Bresciani-Turroni, Economies..., op. cit., p. 403.

30 D. Petzina et W. Abelshauser, « Zum Problem der relativen Stagnation... », op. cit., p. 15.

31 Cf. tableaux 32 et 40.

32 Cf. tableau 35.

33 On trouvera une justification théorique de cette thèse chez Erich Schneider, Einführung in die Wirtschaftstheorie, Teil III : Geld, Kredit, Volkseinkommen und Beschäftigung, Tübingen, 19659, p. 303-311. Cf. Rudiger Dombusch et Stanley Fisher, Macroeconomics, New York, 2e édition, 1981, en particulier p. 680 sq. Charles R Kindleberger et Peter H. Lindert, International Economics, Homewood, 6e édition, 1978, p. 349-382. Pour une présentation plus générale, voir Fritz Machlup, International Trade and the National Income Multiplier, Philadelphie, 1943.

34 Derek H. Aldcroft, From Versailles to Wall Street 1919-1929, Londres, 1977, p. 66 sq. Pour ce qui concerne spécifiquement les États-Unis, voir Hal B. Lary, The United States in the World Economy, Washington D. C., 1943, p. 138. Pour l’Allemagne, voir Hans Schieck, Der Kampf um die deutsche Wirtschaftspolitik nach dem Novembersturz 1918, thèse de doctorat, Heidelberg, 1958.

35 Derek Aldcroft, From Versailles..., op. cit., p. 67. Pour les Etats-Unis, Milton Friedman et Anna J. Schwartz, A Monetary History of the United States 1867-1960, Princeton, 1963, p. 223 sq.

36 W. Arthur Lewis, Economy Survey 1919-1939, Londres (1949) 1969, p. 18-19.

37 International Conference of Economic Statistics (dir.), International Abstracts of Economic Statistics 1919-1930, Londres, 1934, p. 72, 105, 210.

38 Ibid., p. 75.

39 Brian R. Mitchell, Européen Historical Statistics 1750-1970, Londres, 1975, p. 356-357.

40 International Abstracts..., op. cit., p. 213.

41 B. R. Mitchell, European..., op. cit., p. 168.

42 Ben J. Wattenberg, The Statistical History of the United States. From Colonial Times to the Present, New York, 1976, p. 126.

43 International Abstracts..., op. cit., p. 105, Derek H. Aidcroft, The Inter-War Economy : Britain, 1919-1939, Londres, 1970, p. 326.

44 M. Friedman/A. J. Schwartz, Monetary History..., op. cit., p. 229-230.

45 J. Néré, La Crise de 1929, Paris, 1967, p. 21.

46 Jorgen Pedersen, « Some Notes on the Economic Policy of the United States during the Period 1919-1932 », dans H. Hegeland (dir.), Money, Growth and Methodology. Essays in Honours of Johan Akerman, Lund, 1961, p. 47.

47 Sur ce point, voir J. D. Pilgrim, « The Upper Tuming Point of 1920. A Reappraisal », dans Explorations in Economie History, vol. 11 (1974), p. 271 sq. L’auteur rejette l’hypothèse structurelle au profit de l’hypothèse monétaire.

48 M. Friedman et A. J. Schwartz, Monetary History..., op. cit., p. 232.

49 B. J. Wattenberg, Statistical History..., op. cit., p. 667.

50 D. H. Aldcroft, Inter-War Economy..., op. cit., p. 32.

51 International Abstracts..., op. cit., p. 65. On trouvera d’autres relevés comparatifs des indices de croissance économique de différents pays dans Angus Maddison, Economic Growth in the West. Comparative Experience in Europe and North America, New York, 1964, et Ingvar Svennilson, Growth and Stagnation in the European Economy, Genève, 1954.

52 B. J. Wattenberg, Statistical History..., op. cit., p. 126.

53 B. R. Mitchell, European..., op. cit., p. 168.

54 D. H. Aldcroft, Inter-War Economy..., op. cit., p. 37.

55 R. A. Gordon, « Cyclical Experience in the Inter-War Period. The Investment Boom of the Twenties », dans National Bureau of Economic Research (dir.), Conference on Business Cycles, New York, 1951, p. 171. D. H. Aldcroft, From Versailles..., op. cit., p. 69.

56 Voir Akten der Reichskanzlei. Weimarer Republik. Das Kabinett Fehrenbach, documents no 84, 164, 184 et 215.

57 Ibid., document 84, note 4, p. page 219.

58 Bundesarchiv Koblenz R 2/3216, Vermerk über eine Besprechung im Auswärtigen Amt am 24. Jan. 1921 über die Frage des sogenannten Indexschemas, p. 6.

59 Karl Bräuer, Die Neuordnung der deutschen Finanzwirtschaft und das neue Reichssteuersystem, Stuttgart, 1920. Erwin Respondek, Die Reichsfinanzen auf Grund der Reform von 1919/20, Berlin, 1921. G. Strutz, « Die Reichssteuerpolitik der Nachkriegszeit », Zeitschrift fur die Gesamte Staatswissenschaft, vol. 78 (1924), p. 631 sq.

60 Arnd Jessen, Finanzen, Defizit und Notenpresse 1914-1922, Berlin, 1923, p. 47.

61 Voir tableaux 1, 4, 8.

62 Voir tableaux 32 et 38.

63 F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 480-481.

64 Ibid., p. 481.

65 B. J. Wattenberg, Statistical History..., op. cit., p. 903.

66 Ibid., p. 200.

67 Ibid., p. 903.

68 Ibid.

69 J. W. F. Thelwall et C. J. Kavanagh, Report on the Economic and Financial Conditions in Germany to March 1922, Londres, 1922, p. 33.

70 Ibid., p. 37.

71 Ces chiffres ont été calculés à partir des données qui se trouvent dans Department of Commerce. Bureau of Foreign and Domestic Commerce, Trade of the United States with the World 1920-1921, Part II : Exports, Washington D. C., 1922, p. 33-38. Voir aussi C.-L. Holtfrerich, « Amerikanischer Kapitalexport und Wiederaufbau der deutschen Wirtschaft 1919-1923 im Vergleich zu 1924-1929 », VSWG, vol. 64, 1977, p. 497-529, en particulier p. 505. On trouvera également des chiffres concernant l’ensemble des exportations des USA pour certains produits dans B. J. Wattenberg, Statistical History..., op. cit., p. 898.

72 Department of Commerce..., 1920-1921, Part II : Exports, op. cit., p. 34.

73 B. J. Wattenberg, Statistical History..., op. cit., p. 906.

74 Ibid., p. 903.

75 Ibid., p. 224. J’ai analysé cette même question en détail, à partir des chiffres mensuels du commerce entre l’Allemagne et les USA, dans C.-L. Holtfrerich, « Die Bedeutung der deutschen Inflation fur die Überwindung der Weltwirtschaftskrise 1920/21 », dans G.D. Feldman et al. (dir.), The German Inflation Reconsidered. A Preliminary Balance, Berlin/New York, 1982, p. 207-234.

76 Brian R. Mitchell et Phyllis Deane, Abstract of British Historical Statistics, Cambridge, 1962, p. 284.

77 Ibid., p. 323.

78 R. Wagenführ, Industriewirtschaft..., op. cit., p. 24.

79 B. R. Mitchell et Ph. Deane, Abstracts..., op. cit., p. 323.

80 Les chiffres globaux du commerce extérieur de la Grande-Bretagne sont tirés de ibid., p. 284.

81 Ibid., p. 323.

82 Ibid., p. 477. International Abstracts..., op. cit., p. 100.

83 B. R. Mitchell et Ph. Deane, Abstracts..., op. cit., p. 320.

84 B. R. Mitchell, European..., op. cit., p. 790.

85 Ces chiffres sont tirés de Die Wirtschaftskurve, lre année, cahier II, avril 1922, p. 72.

86 Sachverständigenrat zur Begutachtung der gesamtwirtschaftlichen Entwicklung, Jahresgutachten 1967/68 « Stabilitàt im Wachstum », Stuttgart, 1967, p. 75.

87 Ibid., p. 80. Voir aussi Alois Oberhauser, « Geld-und Kreditpolitik bei weitgehender Vollbeschaftigung und mäβigem Preisanstieg (1958-1968) », Währung und Wirtschaft in Deutschland 1876-1975, Deutsche Bundesbank (éd.), Francfort-sur-le-Main, 1976, p. 627.

88 « Bonner Wirtschaftsgipfel. Treffen der Staats-und Regierungschefs am 16. und 17. 7. 1978 », Auszüge aus Presseartikeln, Deutsche Bundesbank (éd.), no 56, 1978.

89 Calculé à partir de B. J. Wattenberg, Statistical History..., op. cit., p. 898 et 903.

90 Wladimir Woytinsky, Die Welt in Zahlen, 4. Buch : Das Gewerbe, Berlin, 1926, p. 176.

91 W. Woytinsky, Die Welt in Zahlen, 3. Buch : Die Landwirtschaft, Berlin, 1926, p. 118.

92 Ibid., p. 171.

93 Cf. W.A. Lewis, Economic Survey..., op. cit., p. 56 sq.

94 Charles P. Kindleberger, The World in Depression, Londres, 1973, p. 107.

95 On trouvera les graphiques correspondants chez C. P. Kindleberger, World in Depression..., op. cit., p. 88-89. Voir aussi LoN, Economic Stability in the Post-War World. The Conditions of Prosperity After the Transition from War to Peace, Genève, 1945, p. 85.

96 D. H. Aldcroft, From Versailles to Wall Street..., op. cit., p. 68.

97 H. B. Lary, United States..., op. cit., p. 149.

98 Sur ce point, voir également LoN, Economie Fluctuations in the United States and the United Kingdom 1918-1922, Genève, 1942, p. 18-20.

99 B. J. Wattenberg, Statistical History..., op. cit., p. 887.

100 C. P. Kindleberger, World in Depression..., op. cit., p. 105 sq. Peter Temin, Did Monetary Forces Cause the Great Depression ? New York, 1976, p. 146-151 et 172.

101 W. A. Lewis, Economic Survey..., op. cit., p. 56.

102 D. H. Aldcroft, From Versailles..., op. cit., p. 68.

103 Il n’est pas possible de quantifier exactement tous les effets que l’inflation allemande a eus sur l’activité économique des autres pays dans le cadre de cette étude. On ne pourrait guère utiliser à cette fin un modèle économétrique complexe, les données disponibles en matière de commerce international après la Première Guerre mondiale ne le permettant pas. Les effets de relance de la conjoncture à l’étranger qu’a eus l’inflation en Allemagne – que nous avons précédemment montrés et dont nous nous sommes efforcé de mesurer la portée dans le cas des deux principaux acteurs du commerce mondial (les USA et la Grande-Bretagne) – font cependant apparaître qu’on peut aller au-delà d’une simple constatation générale du type « Heureusement, la dépression d’après-guerre a été beaucoup plus courte » que la crise économique mondiale de 1929-1933 (D. H. Aldcroft, From Versailles..., op. cit., p. 68) ; d’autant que le même auteur a constaté par ailleurs qu’en 1921 « la reprise initiale a résulté de la relance des exportations ». (D. H. Aldcroft, Inter-War Economy..., op. cit., p. 37).

104 David Ricardo, On the Principles of Political Economy and Taxation. The Works and Correspondence ofD. Ricardo, ed. P. Sraffa, vol. 1, Londres, 1951, p. 5. L’édition originale date de 1871.

105 Erich Preiser, Nationalökonomie heute. Eine Einführung in die Volkswirtschaftslehre, Munich, 19698, p. 72.

106 John M. Keynes, A Tract on Monetary Reform. The Collected Writings of J.M. Keynes, ed. E. Johnson and D.E. Moggridge, vol. IV, Londres, 1971, p. 1. L’édition originale date de 1923. La place que les effets de l’inflation sur la distribution des revenus occupent dans certains ouvrages de vulgarisation récents sur la grande inflation en Allemagne montre également que ce sujet est au centre des préoccupations : Adam Ferguson, When Money Dies. The Nightmare of the Weimar Collapse, Londres, 1975 ; William Guttman et Patricia Meehan, The Great Inflation, Germany 1919-1923, Londres, 1975.

107 Hans Mottek et al., Wirtschaftsgeschichte Deutschlands. Ein Grundriβ, vol. III, Berlin Est, 19752, p. 246.

108 Jürgen Kuczynski, Die Geschichte der Lage der Arbeiter unter dem Kapitalismus, vol. 5, Berlin Est 1966, p. 150. La même thèse est défendue par Kurt Gossweiler, Groβbanken, Industrie-monopole, Staat. Okonomie und Politik des staatsmonopolistischen Kapitalismus in Deutschland 1914-1932, Berlin Est, 1971, p. 151.

109 Claus-Dieter Krohn, Die groβe Inflation in Deutschland, 1918-1923, Cologne, 1977, p. 35.

110 Gerald D. Feldman, « Gegenwartiger Forschungsstand und künftige Forschungsprobleme zur deutschen Inflation », dans O. Büsch et G. D. Feldman (dir.), Historische Prozesse..., op. cit., P-15.

111 Gerhard Kessler, « Die Lage der deutschen Arbeiterschaft seit 1914 », dans B. Harms (dir.), Strukturwandlungen der Deutschen Volkswirtschaft, vol. 1, Berlin, 19292, p. 470-471.

112 J. Kuczynski, Geschichte der Lage..., op. cit., vol. 5, p. 150-161. Pour ce qui concerne l’accord Stinnes-Legien, voir Gerald D. Feldman, « German Business between War and Revolution : The Origins of the Stinnes-Legien Agreement », dans Gerhard A. Ritter (dir.), Entstehung und Wandel der modernen Gesellschaft. Festschrift für Hans Rosenberg zum 65. Geburtstag, Berlin, 1970, p. 312-341. Hans Hermann Hartwich, Arbeitsmarkt, Verbände und Staat 1918-1933. Die öffentliche Bindung unternehmerischer Funktionen in der Weimarer Republik, Berlin, 1967, p. 3-22.

113 Statistisches Reichsamt, Das deutsche Volkseinkommen vor und nach dem Kriege, Einzelschriften zur Statistik des Deutschen Reichs, no 24, Berlin, 1932.

114 Sur ce point, voir Alfred Stobbe, Volkswirtschaftslehre I, Volkswirtschaftliches Rechnungswesen, Berlin, 19764, p. 125 sq. Voir aussi Wilfred Beckerman, An Introduction to National Income Analysis, Londres, 19762, p. 12-18.

115 Walther G. Hoffmann et al., Das Wachstum der deutschen Wirtschaft seit der Mitte des 19. Jahrhunderts, Berlin, 1965, par exemple p. 165 sq. Le revenu national y est établi en fonction du calcul de la formation, de l’utilisation et de la distribution.

116 Walther G. Hoffmann et J. Heinz Müller, Das deutsche Volkseinkommen 1851-1957, Tübingen, 1959, où il n’est fait recours qu’au calcul de la distribution, sur la base de statistiques fiscales.

117 Ibid., p. 4.

118 R. Wagenflihr, Industriewirtschaft..., op. cit., p. 47.

119 Calculé à partir de Hoffmann et al., Wachstum..., op. cit., p. 453.

120 Cf. page 249, note 117.

121 P.-Ch. Witt, « Finanzpolitik und sozialer Wandel... », op. cit., p. 40.

122 Otto von Zwiedineck-Südenhorst, article « Lohnstatistik », HdStW, vol. 6, Iéna, 1925, p. 387. Pour ce qui concerne l’évolution historique des statistiques officielles sur les salaires en Allemagne, voir l’excellente présentation qui en est faite dans Statistisches Reichsamt, Die Lohnund Gehaltserhebung vom Februar 1920. Statistik des Deutschen Reichs, vol. 293, Berlin, 1921, p. 11+ -19+.

123 Die Tarifverträge im Deutschen Reich, Reichsarbeitsblatt, Sonderheft 48, Berlin, 1928. Les conventions tarifaires concernaient en 1913 1,4 millions de salariés, en 1919 6,0 millions et en 1922 14,3 millions. Voir Dietmar Petzina, Die deutsche Wirtschaft in der Zwischenkriegszeit, Wiesbaden, 1977, p. 88.

124 Sur ce sujet, voir O. v. Zwiedineck-Südenhorst, article « Lohnstatistik »..., op. cit., p. 395.

125 Ibid., p. 390.

126 « Denkschrift über die seit dem 9. November 1918 auf dem Gebiete der Sozialpolitik getroffenen Maβnahmen », Verhandlungen der Verfassungsgebenden Deutschen Nationalversammlung, vol. 335, Berlin, 1920, no 215. Voir aussi Ludwig Preller, Sozialpolitik in der Weimarer Republik, Stuttgart, 1949. Jürgen Kuczynski, Geschichte der Lage..., op. cit., vol. 5, p. 160.

127 Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, Stuttgart, 1972, p. 39.

128 Karl Bräuer, Die Anpassung der Löhne und Gehälter an die Lebenshaltungskosten mit besonderer Rücksicht auf die deutschen und englischen Verhältnisse, Dresde, 1922.

129 G. Bry, Wages..., op. cit., p. 433.

130 Peter Quante, « Lohnpolitik und Lohnentwicklung im Kriege », Zeitschrift des Preuβischen Statistischen Landesamts, 59e année, 1919, p. 370.

131 Sur ce point, voir aussi « Die Wirkungen der Geldentwertung auf die Gehâlter der Beamten und Staatsangestellten in den Jahren 1919 bis 1923 », Hamburger Statistische Monatsberichte, 1924, p. 77-80. Voir également Andreas Kunz, « Verteilungskampf oder Interessenkonsensus ? Einkommensentwicklung und Sozialverhalten von Arbeitnehmergruppen in der Inflationszeit 1914 bis 1924 », dans G.D. Feldman et al. (dir.), The German Inflation Reconsidered. A Preliminary Balance, Berlin/New York, p. 347-384.

132 Statistisches Reichsamt, C. Bresciani-Turroni, Economics..., op.cit, p. 313. Du même auteur, « The Movements of Wages in Germany During the Dépréciation of the Mark and After Stabilization », Journal of the Royal Statistical Society, vol. 92 (1929), p. 375, 392. Pour ce qui concerne plus généralement le rôle des syndicats dans l’inflation d’après-guerre, voir Heinrich Potthoff, Gewerkschaften und Politik zwischen Revolution und Inflation, Düsseldorf, 1979. Voir aussi H. A. Winkler, Von der Revolution zur Stabilisierung, Berlin, 1984.

133 Rudolf Meerwarth, « Zur neuesten Entwicklung der Löhne », Zeitschrift des Preuβischen Statistischen Landesamts, 62e année, 1922, p. 336.

134 G. Bry, Wages..., op. cit., p. 207.

135 Ibid., p. 219.

136 ILO, Fluctuations des salaires dans différents pays de 1914 à 1921, Genève, 1922. Wage Changes in Various Countries 1914 to 1925, Genève, 1926. Workers Standard of Life in Countries with Depreciated Currency, Genève, 1925. J. H. Richardson, « Some Aspects of Recent Wage Movements and Tendencies in Various Contries », International Labour Review, vol. 7 (1928), p. 179-203.

137 Statistisches Reichsamt, Die Lohn-und Gehaltserhebung..., op. cit. Voir aussi A. Aghte, « Lohnsteigerungen 1913 bis 1920 », Wirtschaft und Statistik, lre année, 1921, p. 81-84.

138 Elle repose sur un décret du ministère du Travail en date du 9 mars 1920. Voir RGBl. 1920, p. 309.

139 Voir G. Bry, Wages..., op. cit., p. 209, 440 sq. Cf. supra p. 29 sq.

140 Statistisches Reichsamt, Die Lohn-und Gehaltserhebung..., op. cit., p. 19+

141 . Helmut Sköllin, Der Wert der Gehälter und Löhne in Hamburg. Statistische Mitteilungen über den hamburgischen Staat, no 13, Hambourg, 1922. Voir aussi les informations concernant les salaires réels des ouvriers qualifiés et non qualifiés de différentes industries chez Rudolf Wissell, « Die Lebenshaltung der deutschen Arbeiterschaft seit dem Kriege », dans W. Külz (dir.) Deutschland. Jahrbuch für dus deutsche Volk, vol. 1, Leipzig, 1927, p. 164-172, en particulier les tableaux 1 et 2. Elles font apparaître pour février 1920 un plus bas qui ne sera dépassé qu’en 1923, rejoignant ainsi pour février/mars 1920 les séries statistiques mensuelles sur les salaires réels reproduites dans Margarete Soecknick, Die Entwicklung der Reallöhne in der Nachkriegszeit, dargestellt an typischen Thüringer Industrien, Iéna, 1927. Voir également Die Lage der Arbeiterschaft in Deutschland, Intemationaler Gewerkschaftsbund Amsterdam (ed.), Berlin, 1923.

142 H. Heuer, Entwicklung der Metallarbeiterreallöhne..., op. cit., passim. Elle met en rapport les salaires horaires et les salaires aux pièces dans les chantiers navals de Kiel.

143 H. Skôllin, Wert der Gehälter..., op. cit., p. 22.

144 Wirtschaftskurve, années 1 et sq., 1922 sq.

145 Wirtschaftskurve, lre armée, 1922, cahier 2, p. 30.

146 Voir Vierteljahreshefte zur Statistik des Deutschen Reichs, vol. 29-32, 1920-1923, passim. Cf. p. 29 sq. supra.

147 Chiffres calculés d’après le tableau 46.

148 On trouve également des chiffres concernant l’évolution des rémunérations hebdomadaires conventionnelles pour différentes catégories de salariés dans les Statistische Jahrbücher für das Deutsche Reich, en particulier la 42e et la 43e année, 1921-1922 et 1923. Ils illustrent également la dégradation des revenus réels durant le second semestre de 1922 et l’année 1923.

149 Voir Intemationaler Gewerkschaftsbund Amsterdam, Die Lage der Arbeiterschaft in Deutschland, Berlin, 1923, p. 113, ainsi que F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 481.

150 Voir « Zusammensetzung und Löhne der Arbeiterschaft sowie die Arbeitszeit während des Krieges », Reichsarbeitsblatt, 17, 1919, p. 618-623. Voir aussi Arbeitszeit, Lohn und Verdienst in Nürnberger Gewerben 1904-1919. Beilage zu den Statistischen Monatsberichten der Stadt Nürnberg vom Mai 1920, Nuremberg, 1920. Robert R. Kuczynski, Postwar Labor Conditions in Germany. Bulletin of the U.S. Bureau of Labor Statistics, No. 380, Washington D.C., 1925, p. 121.

151 R. R. Kuczynski, Postwar Labor..., op. cit., p. 98, 101.

152 Ces chiffres proviennent d’une grande entreprise berlinoise du secteur électrotechnique. Voir R. R. Kuczynski, Postwar Labor..., op. cit., p. 121.

153 Cela ressort de la moyenne pondérée des chiffres concernant les salaires horaires et hebdomadaires réels des ouvriers qualifiés et non qualifiés dans huit branches industrielles, cités dans G. Bry, Wages..., op. cit., p. 453-454.

154 Wilhelm Morgenroth, article « Indexziffem », HdStW, vol. 5, Iéna, 1923, p. 403-404.

155 F. Eulenburg, Soziale Wirkungen..., op. cit., p. 781. On retrouve à l’époque un jugement similaire chez Leo Stem (dir.), Die Auswirkungen der groβen sozialistischen Oktoberrevolution auf Deutschland, vol. 4, Berlin Est, 1959, p. 1697.

156 F. Eulenburg, Soziale Wirkungen..., op. cit., p. 776. Ce point de vue n’est pas pris en compte dans l’étude réalisée par la Confédération internationale des syndicats et intitulée Die Lage der Arbeiterschaft in Deutschland, Berlin, 1923. Se basant en partie sur une simple comparaison des salaires nominaux et de l’évolution des prix de détail nominaux depuis 1914, elle conclut à un appauvrissement du monde ouvrier pendant les années d’inflation. Le fait que les loyers ont à peine augmenté, ce qui a permis d’utiliser une plus grande part des revenus des ménages à acquérir entre autres des biens de consommation renchéris, est certes évoqué, mais non pris en compte.

157 Peter Quante, Lohnpolitik und Lohnentwicklung..., op. cit., p. 370. Voir aussi J. Kocka, Klassengesellschaft im Krieg 1914-1918, Göttingen, 1973, p. 12-21.

158 Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung..., op. cit., p. 41, 43.

159 Voir page 246-248.

160 Cela ressort également du fait qu’à partir du second semestre de 1922 la part des coûts salariaux dans le prix de vente des produits de diverses branches a fortement diminué, comme le montrent certains des chiffres recueillis par le Frankfurter Zeitung. Voir Die Wirtschaftskurve, 2e année, 1923, cahier 3, p. 37 sq. Pour ce qui concerne la phase finale de l’inflation voir aussi les calculs très rigoureux concernant les salaires réels effectués par R. Meerwarth, « Zur neuesten Entwicklung der Löhne... », op. cit., en particulier p. 340.

161 Sur ce point, voir en particulier Fritz K. Ringer (dir.), The German Inflation of 1923, New York, 1969. Voir également les documents réunis dans Herbert Michaelis et Ernst Schraepler (dir.), Ursachen und Folgen. Vom deutschen Zusammenbruch 1918 und 1945 bis zur staatlichen Neuordnung Deutschlands in der Gegenwart, vol. 5, Berlin, 1960.

162 G. Bry, Wages..., op. cit., p. 233.

163 Ibid.

164 Pour les années 1920 et 1921, Bresciani-Turroni (« Movements... », op. cit., p. 392) porte également un jugement nuancé ; il rejoint les estimations de l’ILO (Workers Standard of Life in Countries with Depreciated Currencies, Genève, 1925), selon lesquelles les revenus des salariés auraient progressé durant cette période pour ne chuter qu’en 1922 et 1923. Voir aussi les chiffres cités dans R. Wissell, « Lebenshaltung... », op. cit., tableaux 1 et 2, p. 166-167 ; M. Soecknick, Entwicklung der Reallöhne..., op. cit., tableaux 2, 7 et 10 ; ainsi que Hermann Knecht, Die Entwicklung der Löhne und Gehälter der Münchener Arbeiter-und Beamtenschaft in der Kriegsund Nachkriegszeit bis Ende 1923, thèse de doctorat, Erlangen, 1925. Voir aussi l’étude exhaustive de Merith Niehuss, Arbeiterschaft in Krieg und Inflation. Soziale Schichtung und Lage der Arbeiter in Augsburg und Linz 1910 bis 1925, Berlin/New York, 1985.

165 Ces fluctuations ont été particulièrement fortes durant la phase d’hyperinflation qui commence à l’été 1922. Voir M. Soecknick, Entwicklung der Reallôhne..., op. cit., tableaux 2, 7,

166 Les pommes de terre et la viande étaient soumises à un contrôle officiel jusqu’au deuxième semestre 1920. Sur ce point, voir p. 102 sq. Voir aussi Hans Feierabend, Die volkswirtschaftlichen Bedingungen und die Entwicklung des Fleischverbrauchs in Deutschland seit Beginn des Weltkrieges, Berlin, 1928.

167 Erhebung von Wirtschaftsrechnungen minderbemittelter Familien im Deutschen Reich, 2e numéro spécial de la revue Reichsarbeitsblatt, Berlin, 1909.

168 Vorstand des Deutschen Metallarbeiterverbandes, 320 Haushaltsrechnungen von Metallarbeitern, Stuttgart, 1909.

169 Waldemar Zimmermann, « Die Verânderung der Einkommens-und Lebensverhältnisse der Arbeiter durch den Krieg », dans R. Meerwarth, Die Einwirkung des Krieges auf Bevölkerungsbewegung, Einkommen und Lebenshaltung in Deutschland, Stuttgart, 1932, p. 431 sq. Pour ce qui concerne les résultats du sondage du KAKI voir aussi Götz Briefs et. al., Die Hauswirtschaft im Kriege, Berlin, 1917, ainsi que R. E. May, « Die deutsche Volksemährung gemessen am tatsächlichen Konsum groβer Kosumentenkreise », Schmollers Jahrbuch, 41e année, 1917, p. 153-232.

170 W. G. Hoffmann et al., Wachstum..., op. cit., p. 455. Voir aussi tableau 40.

171 W. Zimmermann, « Veränderung... », op. cit., p. 328.

172 Henriette Fürth, Der Haushalt vor und nach dem Kriege. Dargestellt an Hand eines mittelbürgerlichen Budgets, Iéna, 1922, p. 16 sq. Quelques autres livres de comptes similaires sont également analysés dans Adolf Günther, « Die Folgen des Krieges für Einkommen und Lebenshaltung der mittleren Volksschichten Deutschlands », dans R. Meerwarth et al., Die Einwirkung des Krieges..., op. cit., p. 210 sq.

173 H. Fürth, « Haushaltsrechnungen », Wirtschaftskurve, 1re année, 1922, cahier 2, p. 26.

174 Hans Hirschstein, « Haushaltsrechnungen », Wirtschaftskurve, 1re année, 1922, cahier 3, p. 25-29.

175 Ibid., p. 28-29.

176 Wirtschaftskurve, 2e année, 1923, cahier 1, p. 28.

177 Celles-ci sont évaluées dans Franz Bumm (dir.), Deutschlands Gesundheitsverhältnisse unter dem Einfluss des Weltkrieges, Stuttgart, 1928.

178 « Arthur N. Young Papers », Hoover Institution, Stanford, Calif., Box 2. Les citations qui suivent sont tirées du document « Über den Gesundheitszustand des Deutschen Volkes nach dem Stande von Anfang Januar bis Ende September 1923 ».

179 Ont ainsi paru ces dernières années, par suite de l’accélération de l’inflation dans les pays occidentaux, toute une série de travaux consacrés aux effets des inflations récentes, plutôt modérées, sur la distribution du revenu national ; par exemple en Allemagne Manfred Ziercke, Die redistributiven Wirkungen von Inflationen, Gôttingen, 1970. Horst Georg Koblitz, Einkommensverteilung und Inflation in kurzfristiger Analyse, Berlin, 1971. Ulrich Schrage, Einkommensverteilung und Inflation, Bamberg 1973. Hans-Dieter Frey, Auswirkungen von Preissteigerungen auf die Verteilung des Einkommens und des Vermögens, Tübingen, 1975. Wolfgang J. Mückel et Richard Hauser, Die Wirkungen der Inflation auf die Einkommens-und Vermögensverteilung. Zwei Literaturstudien, Gôttingen, 1975. Bernd Goerzig, Die Verteilungswirkungen der Inflation auf den privaten und öffentlichen Sektor. Ermittlung von Inflationswirkungen nach alternativen Berechnungsansätzen, Göttingen, 1975. Voir aussi l’étude synthétique de Heinrich Hoelzer et Josef van Almsick, « Der EinfluB der Inflation auf die Verteilung von Einkommen und Vermôgen », Wirtschaftwissenschaftliches Studium, vol. 5, 1976, p. 351-356.

180 Statistisches Reichsamt, Das deutsche Volkseinkommen vor und nach dem Kriege. Einzelschriften zur Statistïk des Deutschen Reichs, no 24, Berlin, 1932.

181 C’est ainsi que dans les manuels de tendance néoclassique, le revenu national n’est le plus souvent subdivisé qu’en contribution du revenu des salaires au produit national net et contribution des bénéfices au produit national net. Voir par exemple Emst Helmstâtter, Wirtschaftstheorie, vol. 2, Munich, 1976, p. 227-240. Voir aussi C.E. Ferguson, The Neoclassical Theory of Production and Distribution, Cambridge, 1969, p. 215 sq. Pour des informations plus générales sur la théorie de la distribution fonctionnelle du revenu, voir Martin Bronfenbrenner, Income Distribution Theory, Londres, 1971. Voir aussi, Sachverständigenrat zur Begutachtung der gesamtwirtschaftlichen Entwicklung, Jahresgutachten 1977-1978, tableau 16.

182 Voir aussi J.M. Keynes, A Tract on Monetary Reform. The Collected Writings of J.M.K., ed. E. Johnson and D.E. Moggridge, vol. IV, Londres, 1971 (1923), p. 4 sq.

183 Ibid., p. 5.

184 F. Eulenburg (« Soziale Wirkungen... », op. cit., p. 755) estime le montant du capital monétaire de l’économie allemande en 1913 à 150-160 milliards de marks. Ce chiffre correspond assez exactement à ceux avancés par Adolf Günter (« Die Folgen des Krieges fur Einkommen und Lebenshaltung der mittleren Volksschichten Deutschlands », dans R. Meerwerth et al., Die Einwirkung des Krieges..., op. cit., p. 168) et par Richard Hauser (« Zur Wàhrungsfrage », Bank-Archiv, 18e année, 1918/1919, p. 197) ; ce dernier estime qu’avant la guerre les obligations à long terme en monnaie allemande représentaient environ 60 milliards et les hypothèques environ 40 milliards de marks. Ces sommes, qui ont été encore accrues pendant la guerre par suite de l’endettement du Reich résultant des emprunts contractés, ont été dépréciées sous l’effet de l’inflation, tout comme les revenus qu’elles assuraient.

185 En 1972, la part des revenus relevant de la catégorie « activité indépendante et propriété » dans le revenu brut des ménages salariés n’était que de 5,8 %, contre 86,3 % pour les ménages indépendants. Voir à ce sujet Jahresgutachten 1977/78, Sachverstandigenrat zur Begutachtung der gesamtwirtschafllichen Entwicklung, tableau 16. Durant la Première Guerre mondiale ainsi que les années qui la précèdent et la suivent immédiatement, le moindre niveau de développement de l’économie et les moindres possibilités d’épargne qui en résultaient pour ceux qui participaient au revenu des masses ont fait que, selon toute vraisemblance, le revenu du capital a joué un rôle négligeable pour les ménages salariés. Cela est confirmé par Georg Gradnauer et Robert Schmidt, Die deutsche Volkswirtschaft. Eine Einjtihrung, Berlin, 1921, p. 151.

186 Moritz Julius Bonn, Wandering Scholar, New York, 1948, p. 278.

187 Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Wirtschaft..., op. cit., p. 142. La proportion de fonctionnaires et d’employés dans la population active était passée de 10,3 à 17,3 % entre 1907 et 1925, tandis que celle des ouvriers reculait de 54,9 à 49,2 %.

188 Cette hausse du taux des salaires dans le revenu national ne doit cependant pas être expliquée par la seule inflation. On a en effet pu l’observer également en Grande-Bretagne, pays dont la politique monétaire était placée sous le signe de la déflation. Voir Phyllis Deane et W. A. Cole, British Economic Growth 1688-1959. Trends and Structure, Cambridge, 1964, p. 241-258 ; A. L. Bowley et J. Stamp, The National Income 1924. A Comparative Study of the Income of the United Kingdom in 1911 and 1924, Oxford, 1927.

189 Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Wirtschaft..., op. cit., p. 140.

190 Cela est confirmé par F. Eulenburg, « Soziale Wirkungen... », op. cit., p. 757-758.

191 Sur ce point, voir l’étude à paraître de Peter-Christian Witt, Die Finanz-und Wirtschaftspolitik des Deutschen Reiches 1918-1924. Wohlfahrtsstaat und Demokratie am Anfang der Weimarer Republik, citée dans Jens Flemming et al., « Sozialverhalten und politische Reaktionen von Gruppen und Institutionen im Inflationsprozeβ. Anmerkungen zum Forschungsstand », dans O. Büsch et G. Feldman (dir.), Historische Prozesse..., op. cit., p. 261.

192 Statistisches Reichsamt, Das deutsche Volkseinkommen..., op. cit., p. 81.

193 J. M. Keynes, Tract..., op. cit., p. 37.

194 C’était le cas typique des ménages d’officiers, de professeurs et de fonctionnaires avant la guerre. En ce qui concerne les conditions sociales des ménages salariés, ces résultats sont également confirmés par Wemer Abelshauser, « Verelendung der Handarbeiter ? Zur sozialen Lage der deutschen Arbeiter in der Groβen Inflation der frühen zwanziger Jahre », dans Hans Mommsen et Winfried Schulze (dir.), Vom Elend der Handarbeit. Probleme historischer Unterschichtenforschung, Stuttgart, 1981, p. 445-476.

195 Pour ce qui concerne les critiques opposées à cette comparaison, voir Statistisches Reichsamt, Das deutsches Volkseinkommen..., op. cit., p. 129.

196 Pour des informations sur le creux en 1926, voir F. Blaich, Die Wirtschaftskrise 1925/6 und die Reichsregierung. Von der Erwerbslosenfürsorge zur Konjunkturpolitik, Kallmünz, 1977. Dieter Hertz-Eichenrode, Wirtschaftskrise und Arbeitsbeschaffung. Konjunkturpolitik 1925/26 und die Grundlagen der Krisenpolitik Brünings, Francfort-sur-le-Main, 1982. Carl F. Schmidt, German Business Cycles 1924-33. Publications of the N.B.E.R., No. 25, New York, 1934, p. 35 sq.

197 Statistisches Reichsamt, Das deutsche Volkseinkommen..., op. cit., p. 108.

198 Die Verelendung des Mittelstandes. Heft 106 der Beitrage zur Statistik Bayerns, Munich, 1925. Les classes moyennes y sont « analysées en limitant l’étude aux fonctionnaires, employés et professions libérales » (introduction), pour lesquels on peut effectivement montrer qu’ils se sont appauvris pendant les années d’inflation. Par contre les anciennes et les nouvelles classes moyennes dans leur ensemble n’ont pas seulement été victimes de l’inflation (voir Robert Michels, Umschichtungen in den herrschenden Klassen nach dem Kriege, Stuttgart, 1934, p. 106). C’est ainsi qu’Eulenburg (« Soziale Wirkungen... », op. cit., p. 756) explique que la destruction du capital monétaire par l’inflation a touché en premier lieu « la vaste couche des classes moyennes », sans nécessairement voir pour autant dans ces dernières les perdants de l’inflation. Richard Lewinsohn (Die Umschichtung der europäischen Vermögen, Berlin, 1925, en particulier p. 40) porte un jugement tout aussi ambivalent : « On peut pour le moins douter que les classes moyennes aient été ruinées en Allemagne, comme il est souvent affirmé et comme on a pu en avoir l’impression pendant des années. Il est indiscutable que les classes moyennes traditionnelles (citadines) ont été ruinées par l’inflation, mais en contrepartie de nouvelles richesses ont été accumulées par des milliers de personnes qui présentent aujourd’hui déjà tous les traits caractéristiques des classes moyennes ». Ce jugement prudent a été repris pour l’essentiel par Heinrich August Winkler (Mittelstand, Demokratie und Nationalsozialismus. Die politische Entwicklung von Handwerk und Kleinhandel in der Weimarer Republik, Cologne, 1972, p. 28-29). Par contre K. Laursen et J. Pedersen (German Inflation..., op. cit., p. 121) prennent clairement position : « Aposteriori, on a affirmé que les “classes moyennes” avaient beaucoup plus souffert que les autres de l’inflation, qu’elles avaient été pratiquement laminées, cédant la place à la “haute finance” et au prolétariat, et que c’était là la vraie raison de la montée et du développement du nazisme. À notre sens, cette analyse est totalement erronée. Le terme de “classes moyennes” est vague. Mais si on entend par là les fermiers possédant des exploitations “de taille moyenne” ainsi que les petites et moyennes entreprises, alors c’est le contraire qui est plus proche de la vérité ». Ce point de vue est totalement confirmé par les chiffres disponibles, qui montrent qu’après l’inflation le revenu national allemand est plus également distribué.

199 Pour une approche différenciée de la notion de classes moyennes, voir surtout Theodor Geiger, Die soziale Schichtung des deutschen Volkes. Soziographischer Versuch auf statistischer Grundlage, Darmstadt (1932), 1967, en particulier p. 106 sq. L’auteur fait entre autres référence à la « mentalité » comme élément d’appartenance subjective, au contraire d’un critère de délimitation objectif comme le niveau des revenus. Voir aussi A. Günther (« Die Folgen des Krieges... », op. cit., en particulier p. 224 sq.), qui s’attache à une différenciation poussée.

200 C. Bresciani-Turroni, Economics..., op. cit., p. 290 sq.

201 C’est pourquoi la thèse selon laquelle « l’inégalité de la distribution des revenus s’est considérablement accrue dans les années 1919 à 1923 » (J. Flemming et. al., Sozialverhalten..., op. cit., p. 258) est à mon sens indéfendable.

202 W. G. Hoffmann et al, Wachstum..., op. cit., p. 515. Il reprend les chiffres cités dans Franz Grumbach, Statistische Untersuchungen über die Entwicklung der Einkommensverteilung in Deutschland, thèse de doctorat, Münster, 1957, p. 29. L’auteur de ce travail étudie également les méthodes utilisées pour calculer le coefficient de Pareto et la critique opposée à cet instrument de mesure. Voir aussi Angelos Angelopoulos, Die Einkommensverteilung im Lichte der Einkommensteuerstatistik, Leipzig, 1931, en particulier p. 119-123, qui constate les mêmes évolutions en comparant les années 1926 et 1914. Pour ce qui concerne les instruments de mesure et les débats qu’ils suscitent, voir deux nouvelles études : Albert Jeck, Wachstum und Verteilung des Volkseinkommens. Untersuchungen und Materialien zur Einkommensverteilung in Deutschland 1870-1913, Tübingen, 1970 ; J. Heinz Müller et Siegfried Geisenberger, Die Einkommensstruktur in verschiedenen deutschen Ländern 1874-1913, Berlin, 1972. Voir aussi M. Bronfenbrenner, Income Distribution Theory..., op. cit., p. 43 sq.

203 F. Grumbach, Statistische Untersuchungen..., op. cit., p. 92.

204 Ibid., p. 89.

205 Ibid., p. 95-96.

206 Pour ce qui concerne le problème de la comparabilité des données en matière de répartition de la fortune, voir Die deutsche Vermögensbesteuerung vor und nach dem Kriege, Statistik des Deutschen Reichs, vol. 337, Berlin, 1927, p. 204. Les dispositions en matière d’estimation des éléments patrimoniaux, en particulier, avaient changé. « Cependant, une telle comparaison n’est pas sans intérêt ».

207 Une « courbe de Lorenz » concernant la répartition de toutes les fortunes de plus de 100 000 marks-or, que l’on peut aisément déduire du tableau 59, montre également une plus grande égalité en 1923 qu’en 1913.

208 K. Helfferich (« Volksvermögen, Volkseinkommen und Steuerlast einst und jetzt », Weltpolitik und Weltwirtschaft, vol. 1, 1925, cahier 1, p. 11 sq.) citait un ordre de grandeur équivalent pour la diminution de la richesse nationale de l’Allemagne, passant de 310 milliards de marks-or en 1913 à 150 milliards de marks-or à la fin des années d’inflation. La ventilation des pertes qu’il cite n’est pas sans intérêt : environ 50 milliards de marks-or liés à la dépréciation du capital réel (= réinvestissements non réalisés) pendant la guerre, environ 30 milliards de marks-or perdus au profit de l’étranger, 25 milliards de marks-or par suite des cessions territoriales, 10 milliards de marks-or liés aux livraisons de valeurs en capital découlant des accords d’armistice et du traité de paix, et 50 milliards de marks-or liés au moindre rendement du capital investi dans les entreprises, ce qui se traduit par une chute du cours des actions. Voir à ce sujet Wilhelm Winkler, article « Volksvermögen », HdStW, vol. 8, Iéna, 1928, p. 775.

209 Voir tableau 56.

210 Ancien Testament, Le Lévitique, chap. 25.

211 Voir les travaux consacrés aux effets de l’inflation sur la distribution des revenus dans un passé récent cités dans la note 179, page 297. Voir aussi Franz Eulenburg, « Die sozialen Wirkungen der Währungsverhältnisse », Jahrbücher fur Nationalökonomie und Statistik, 122, 1924, p. 748-794.

212 Voir tableaux 32, 40 et graphique 4.

213 Emil Lederer, « Umschichtung der Einkommen und des Bedarfs », dans B. Harms (dir.), Strukturwandlungen der deutschen Volkswirtschaft, vol. 1, Berlin, 19292, p. 52. Voir aussi Julius Flirsch, « Wandlungen im Aufbau der deutschen Industrie », dans B. Harms (dir), Strukturwandlungen..., op. cit., p. 201 : « [...] la signification économique immanente de l’inflation a été la diminution de la consommation au profit de la recomposition et de la reconstruction de l’appareil économique ». La même thèse est défendue par Fritz Sternberg, Der Niedergang des deutschen Kapitalismus, Berlin, 1932, p. 183.

214 Voir p. 180 sq. supra. Voir aussi Walther Rathenau : Cames und Germa, Berlin, 1922, p. 10 sq et p. 35. Voir également les mémorandums du gouvernement : Deutschlands wirtschaftliche Leistungsfähigkeit, et Denkschrift über die Zahlungsfähigkeit Deutschlands für die Wiedergutmachung, Berlin, 1920, ou bien le memorandum du gouvernement datant de mars 1923, Deutschlands Wirtschaftslage unter den Nachwirkungen des Weltkrieges, Berlin, 1923, p. 21-24. voir aussi Hermann Bente, « Die deutsche Währungspolitik von 1914 bis 1924 », Weltwirtschaftliches Archiv, 23, 1926, 1, p. 135.

215 Moritz J. Bonn, The Stabilization of the Mark, Chicago, 1922, p. 29.

216 De son côté Fritz Schmidt (Intemationaler Zahlungsverkehr und Wechselkurse, Leipzig, 1922, p. 28 et 393) souligne que les informations statistiques concernant les crédits à court terme accordés par l’étranger à l’Allemagne faisaient presque totalement défaut. Les difficultés et les limites du recours aux statistiques en ce domaine, mais aussi certaines des possibilités qu’il offre, apparaissent très clairement dans l’ouvrage d’Arthur Bloomfield, Short-Term Capital Movements Under the Pre-1914 Gold Standard, Princeton, 1963. La remarque de Jacob Viner (Studies in the Theory of International Trade, New York, 1937, p. 407) lorsqu’il écrit que « [...] l’histoire des crédits internationaux à court terme attend toujours d’être écrite » vaut toujours, au moins pour les années 1914-1934 (lorsque l’étude statistique des mouvements internationaux de capitaux à court terme fut améliorée au lendamain de la crise économique mondiale).

217 Gustav Stolper, Karl Hauser, Knut Borchardt, Deutsche Wirtschaft seit 1870, Tübingen, 1964, p. 115.

218 Fritz Machlup (« Three Concepts of the Balance of Payments and the So-Called Dollar Shortage », International Payments, Debts, and Gold, New York, 1964, p. 69 sq.) distingue trois types de balance des paiements, par ailleurs souvent confondus :
1.
La balance de marché modélise une certaine relation entre l’offre et la demande sur le marché des devises ; c’est un type ex ante qui permet essentiellement d’étudier les effets que les fluctuations de taux de change peuvent avoir sur l’offre et la demande de devises.
2. La balance prévisionnelle constitue une représentation schématique du montant et de l’utilisation des moyens de paiement étrangers dans l’avenir, compte tenu des besoins d’investissement et de consommation macroéconomiques tels qu’ils sont projetés ; le but est de faire apparaître le solde des financements correspondants afin de pouvoir mettre sur pied des programmes permettant de combler d’éventuelles lacunes de financement. Il s’agit à nouveau d’un type ex ante ; il n’est cependant plus, cette fois, un instrument d’analyse du rapport effectif entre offre et demande et de ses influences éventuelles sur le taux de change (comme dans le premier cas), mais un instrument de prévision et de planification devant permettre de prendre à temps des décisions politiques qui rendent compatibles les attentes macroéconomiques futures et les objectifs de la politique économique.
3. La balance comptable, qui regroupe toutes les transactions réelles et financières d’agents économiques nationaux avec des partenaires étrangers durant certaines périodes passées. Il y est procéde selon le principe de la comptabilité en double partie, selon laquelle à toute écriture de débit doit correspondre une écriture de crédit. Il s’agit cette fois d’un type ex post, utilisé pour représenter et détailler logiquement des évolutions passées à partir d’informations et d’évaluations statistiques. Cette balance des paiements « necessarily balances » (p. 82), les soldes des transactions enregistrées trouvant leur contrepartie dans le poste erreurs et omissions de la balance des paiements. Il ne peut y avoir de déficit et d’excédent que dans certaines rubriques de la balance des paiements globale (par exemple la balance commerciale, la balance des opérations courantes, la balance de base, le compte or ou le compte devises), choisies de telle sorte qu’elles livrent des informations en rapport avec les problèmes inhérents à la balance de marché ou la balance prévisionnelle.

219 Les rapports, théoriques et de causalité, qui unissent les diverses formes d’opérations internationales de capitaux d’une part et les mouvements transfrontaliers de biens et services, en particulier la balance commerciale, de l’autre sont analysés par Fritz Machlup, « Capital Movements and Trade Balance », International Payments..., op. cit., p. 447-464.

220 Dans un mémorandum du 19 janvier 1924 (Berlin Document 3062), R. Pilotti, qui était membre du Comité des Garanties berlinois au sein de la Commission des Réparations, estimait le déficit global de la balance commerciale de l’Allemagne pour les années 1919-1923 entre 4,5 et 6,5 milliards de marks-or (cf. Leonard P. Ayres Papers, Library of Congress, Manuscript Division, Washington D. C., Box 2, Folder : « Documents, Memos, Report re. Germany’s Fiscal Positions, Jan.-Mar. 1924 » ; également dans Archives Nationales, Paris : Commission de Réparation, Comité des Garanties, Fond AJ 6, 806 ; ainsi que dans Archives of the Hoover Institution Stanford, Calif., Henry Robinson Papers, Box 16). Quant au gouvernement allemand, il chiffrait le déficit des seules années 1919-1922 à 11 milliards de marks-or ; voir Deutschlands Wirtschaftslage unter den Nachwirkungen des Weltkrieges, Berlin, 1923, p. 23. Le Comité McKenna a finalement retenu un déficit de 6,3 à 7,3 milliards de marks-or pour les années d’après-guerre comme base de ses calculs.

221 D’après la comptabilisation de la Commission des Réparations, l’Allemagne a versé durant la période qui va de l’armistice au 31 décembre 1922 les sommes suivantes :

Réparations en espèces1,7 milliard de marks-orPaiements selon la procédure de compensation0,6 milliard de marks-orPartie des frais d’occupation (0,63) transférée à l’étranger0,3 milliard de marks-orTotal2,6 milliards de marks-or
Cf. R. Pilotti. Ce chiffre a servi de base aux calculs du Comité McKenna.

222 Frank D. Graham, Exchange..., op. cit., p. 255-259.

223 John M. Keynes, « Speculation in the Mark and Germany’s Balances Abroad », Manchester Guardian and Commercial, Supplément « Reconstruction in Europe », septembre 28, 1922, p. 480-482. Réédité dans The Collected Writings of John Maynard Keynes, ed. E. Johnson and D.E. Moggridge, vol. XVIII, Londres, 1978, p. 47 sq., en particulier p. 53. Kurt Singer, « Die deutsche Auslandsverschuldung », dans Harold G. Moulton et Constantine E. McGuire, Germany’s Capacity to Pay. A Study of the Reparation Problem, New York, 1923, p. 80-85, p. 205-302.

224 « The Report of the Second Committee of Experts », dans Reports of the Expert Committees appointed by the Reparations Commission, Londres, 1924, p. 135-136. Le texte est reproduit dans Harold G. Moulton, The Reparation Plan. An Interpretation of the Reports of the Expert Committees..., New York, 1924, p. 304-305. Le comité McKenna avait été créé pour vérifier les soupçons, particulièrement répandus en France, selon lesquels l’Allemagne disposait de sommes gigantesques placées à l’étranger. L’analyse des différents canaux susceptibles d’avoir permis la faite des capitaux dont on accusait les entreprises allemandes avait revêtu un caractère éminemment tendancieux, par exemple chez L. Wulfsohn et G. Wernle, L’Evasion des Capitaux Allemands, Paris, 1923.

225 On trouvera un exemplaire du rapport final de ces experts, long de 21 pages, dans Leonard P. Ayres Papers, Library of Congress – Manuscript Division, Washington D. C., Box 1, Folder Rep. Committee-Report. Un autre est disponible aux Archives Nationales, Paris, AJ 6, 393. Malheureusement, aucun de ces deux exemplaires ne comporte les annexes statistiques au rapport. Ayres avait participé aux travaux des comités Dawes et McKenna en qualité d’expert américain et avait directement pris part à la vérification des livres de comptes des banques allemandes. C’est sur ce document que s’appuient les analyses qui suivent, lorsqu’elles dépassent le cadre du rapport du comité McKenna rendu public.

226 Leonard P. Ayres, « The Works of the Dawes and McKenna Committees », The Cleveland Trust Monthly, vol. 5, no 5, mai 1924, p. 6. On trouve également un exemplaire de cet article dans Leonard P. Ayres Papers, Library of Congress – Manuscript Division, Washington D. C., Box 8.

227 Allied Powers (1919-) Reparation Commission, Documents collected by the Second Committee of Experts : flight of German capital, Paris, 1924 (= unpublished material in Hoover Institution on War, Revolution, and Peace, Standford, Calif.), p. 134 s et 134 k. Disponible également dans National Archives, Washington D. C., Records of the Department of State. Decimal File. Record Group 59, Case 462.00 R 296, Sub Number 225. Ainsi qu’aux Archives Nationales, Paris, AJ 6, 395.

228 Karl Erich Bom, Die deutsche Bankenkrise 1931. Finanzen und Politik, Munich, 1967, p. 20. Encore convient-il de noter que lorsque des résidents retirent leurs dépôts bancaires pour les transférer à l’étranger, l’effet est le même que lorsque des non résidents effectuent des retraits sur leurs dépôts à l’étranger. Concernant l’ensemble de cette question, voir l’étude très utile de Fritz Machlup, « Die Theorie der Kapitalflucht », Weltwirtschaftliches Archiv, vol. 36, 1932, p. 512-529.

229 Wirtschaftskurve, lre année, 1922, cahier 2, p. 58. En ce qui concerne les détails de la crise de liquidités de 1922, voir supra p. 81 sq.

230 Verwaltungsbericht der Reichsbank für das Jahr 1922.

231 La loi sur les « transactions de devises étrangères » du 3 février 1922 avait réintroduit le contrôle de la Reichsbank sur les mouvements de devises. Celui-ci avait déjà existé sous une forme similaire durant la seconde moitié de la guerre. Il fut renforcé par le « décret concernant la spéculation sur les devises étrangères » du 12. 10. 1922. Voir Rudolf Kühne, Die Devisenzwangswirtschaft im Deutschen Reich während der Jahre 1916 bis 1926. Eine währungspolitische Reminiszenz, Francfort-sur-le-Main, 1970, p. 21-22.

232 W. Eucken, Kritische Betrachtungen..., op. cit., p. 15. Voir aussi ibid., p. 20-22, 57, 65.

233 F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 367. En ce qui concerne les exportations et les importations mensuelles de capitaux, les statistiques de la Reichsbank montrent que celle-ci réussit à procurer de grandes sommes de devises en vendant les marks à l’étranger particulièrement dans le deuxième semestre 1921 ainsi que dans le premier trimestre 1922. Cf. Zentrales Staatsarchiv (de la R.D.A.), Potsdam, 25.01 Reichsbank 6435, Blatt 115.

234 Voir sur ce sujet le rapport exhaustif du secrétaire d’État Bergmann lors du Conseil des ministres du 13 juin 1922, Akten der Reichskanzlei. Weimarer Republik. Die Kabinette Wirth I und II, Dokument Nr. 291. Il ressort de la discussion qui suivit que certains membres du gouvernement, en particulier Rathenau, en ont pressenti les conséquences pour le cours du mark. Voir p. 870 sq. Havenstein, président de la Reichsbank, y a vu par la suite la cause principale de la dépréciation du mark à partir du milieu de l’année 1922. Voir ibid., Dokument Nr. 378.

235 Carl Bergmann souligne également des effets que les deux derniers événements cités ont eus sur le cours du mark : The History of Reparations, Londres, 1927, p. 139. D’autres auteurs, par contre, signalent aussi que, outre le changement d’état d’esprit des spéculateurs, les directives du gouvernement concernant la facturation des exportations en monnaie étrangère ont pour une part.../... contribuées à restreindre la demande de marks émanant de l'étranger aux marchés de change au comptant et à terme. Voir F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 194 ; Paul Wallich, « Der Bedarf an fremden Devisen per spâtere Termine », Bank-Archiv, 22e année, 1922-1923, p. 1. L’accroissement de la part relative des exportations facturées en monnaie étrangère par rapport à l’ensemble des exportations allemandes en 1922 ressort des statistiques de la Commission des Réparations. Voir Archives Nationales, Paris, AJ 6, 494, 561. Voir aussi Public Record Office, Londres, T 160, 111

236 On trouvera une présentation exhaustive et claire des aspects théoriques de ce problème dans Herbert G. Grubel, Forward Exchange, Speculation, and International Flow of Capital, Stanford, 1966. On trouvera également un chapitre d’introduction dans Richard E. Caves et RonaldW. Jones, World Trade and Payments. An Introduction, Boston, 1973, p. 498-521. Voir aussi Charles P. Kindleberger, « Speculation and Forward Exchange », Europe and the Dollar, Cambridge (Mass.), 1966, p. 271-289.

237 Les cotations détaillées de mai à décembre 1920 se trouvent chez John M. Keynes, « The Forward Market in Foreign Exchanges », Manchester Guardian Commercial, Supplement « Reconstruction in Europe », 20 avril, 1922, p. 11-15. Les chiffres hebdomadaires à partir de janvier 1921 se trouvent dans Paul Einzig, The Theory of Forward Exchange, Londres, 1937, p. 449-455.

238 En décembre 1919, les transactions à terme des devises furent soumises à réglementation légale et la Reichsbank fut autorisée à y prendre part. Voir Die Reichshank 1901-1925, Berlin, non daté, p. 95-96. Joachim Vogel, Dus Devisentermingeschäft, Berlin, 1924, p. 7 et 27. Eugen Jacobsen, « Die Wiedereinführung des Terminhandels und das Bôrsengesetz », Bank-Archiv, 20e année, 1920-1921, p. 129.

239 W. Guderjahn (Ursachen..., op. cit., p. 29) est arrivé aux mêmes conclusions : « Les cours à terme des devises à la bourse de Londres tendent à confirmer cette tendance spéculative. Ils font apparaître une spéculation à la hausse de la part de l’étranger jusqu’au milieu de l’année 1922 ».

240 « The Report of the Second Committee of Experts », réédité dans H. G. Moulton, Reparation Plan..., op. cit., p. 305-306.

241 Carl-Ludwig Holtfrerich, « Amerikanischer Kapitalexport und Wiederaufbau der deutschen Wirtschaft 1919-1923 im Vergleich zu 1924-1929 » VSWG, vol. 64, 1977, p. 519-520.

242 H. G. Moulton et C. E. McGuire, Germany's Capacity..., op. cit., p. 88-90 ; ils reprennent en fait une estimation de R. R. Kuczynski.

243 Allied Powers (1919-Reparation Commission, Documents collected..., op. cit., p. 161.

244 LoN, Currencies After the War. A Survey of Conditions in Various Countries, Londres, 1920, p. 51.

245 Lettre du directoire de la Reichsbank au ministre des Affaires étrangères en date du 28 juin 1920, avec les documents destinés à préparer la conférence de Spa, dans Politisches Archiv des Auswartigen Amts Bonn, Abt. Wirtschafts-Reparationen, Akten betreffend Verhandlungen zur Ausfiihrung des Friedensvertrags in Spa 9125, Kent-Katalog 242 450-242 595, sur microfilm : National Archives, Washington D. C., T 120, Reel NO 3462. Voir aussi Sammlung von Aktenstücken über die Verhandlungen auf der Sachverstandigenkonferenz zu Brüssel vom 16. bis 22. Dezember 1920, Berlin, 1921, p. 193

246 Leonard P. Ayres Papers, Library of Congress, Manuscript Division, Washington D. C., Journal of Leonard P. Ayres. Economie Adviser. Dawes Plan Committee 1924, p. 96.

247 Costantino Bresciani-Turroni, Economies..., op. cit., p. 30. Voir aussi tableaux 1 et 11.

248 « The Report of the Second Committee of Experts » réédité dans H.G. Moulton, Réparation Plan..., op. cit., p. 304-305.

249 Gustav Stolper, Karl Hauser, Knut Borchardt, The Germait Economy..., op. cit., p. 238.

250 Horst Mendershausen, Two Postwar Recoveries of the Germait Economy, Amsterdam 1955, p. 105.

251 Ibid. Voir aussi Ausschuβ zur Untersuchung der Erzeugungs-und Absatzbedingungen der deutschen Wirtschaft, Die deutsche Zahlungsbilanz, Berlin, 1930, p. 138.

252 On trouvera des données chiffrées concernant les versements allemands résultant du traité de Versailles dans Harold G. Moulton et Constantine E. McGuire, Germany’s Capacity..., op. cit., p. 64. Selon ces auteurs, la Commission des Réparations a porté au crédit de l’Allemagne pour la période allant jusqu’au 31 décembre 1923 :

paiements en espèces effectués par l’Allemagne1,7 milliard de marks-orpaiements en espèces effectués par d’autres pays en faveur de l’Allemagne0,1 milliard de marks-orlivraisons en nature3,6 milliards de marks-orpropriété de l’État dans les régions cédées2,6 milliards de marks-orTotal8,0 milliards de marks-or
Après l’occupation de la Ruhr en janvier 1923, l’Allemagne a cessé tout versement de réparations à la France et à la Belgique, c’est-à-dire aux principaux bénéficiaires. Voir Carl Bergmann, History..., op. cit., p. 178.

253 John M. Keynes, « Speculation in the Mark and Germany’s Balances Abroad », le texte est reproduit dans The Collected Writings of J.M. Keynes, vol. XVIII, p. 50.

254 C’est ainsi que pour la seule année 1929, l’Allemagne dut verser à l’étranger, au titre des emprunts depuis 1924 contractés 1,26 milliard de marks d’intérêts. Cela correspond à 50 % du montant des réparations versées cette même année. Voir Rolf Wagenführ, Industriewirtschaft..., op. cit., p. 32.

255 Cette solution a été à plusieurs reprises préconisée, entre autres, par la Reichsbank. Elle proposa par exemple en 1919 de transformer la monnaie-papier qui se trouvait en Belgique et dans le Nord de la France, soit environ 8 milliards de marks, en un emprunt en mark, sur ce point, voir Schreiben des Reichsbankdirektoriums an den Reichsfinanzminister vom 1. Juli 1919, Bundesarchiv Koblenz, R 2/1894. Le recours à des emprunts extérieurs était également prévu dans les plans de stabilisation élaborés par le ministère de l’Économie durant l’été 1922 ainsi que dans ceux remis en novembre 1922 par les experts financiers internationaux que le gouvernement allemand avait invités à étudier la situation de l’Allemagne. Voir Paul Beusch, Währungszerfall und Währungsstabilisierung, Berlin, 1928, p. 12-19.

256 Verhandlungen der Sozialisierungskommission über die Reparationsfragen, vol. III (Stabilisierung der Währung), Sitzung (réunion) vom 10. 3. 1922, Berlin, 1922, p. 4.

257 Gustav Büscher, Die Inflation und ihre Lehren, Zurich, 1926, p. 60-61. H. Stinnes et W. Rathenau ont eux aussi estimé en 1922 que l’inflation constituait pour l’Allemagne une arme de politique étrangère. Voir Peter Wulf, Hugo Stinnes : Wirtschaft und Politik 1918-1924, Stuttgart 1979, p. 470.

258 LoN : Report of the International Financial Conference of Brussels 1920 (LoN-Publications, 1920, II. 1), p. 8 : « En fait, l’inflation est un instrument fiscal non scientifique et mal adapté ». On trouvera la même analyse, plus détaillée et accompagnée d’exemples chiffrés pris dans les pays alors frappés par l’inflation, dans John M. Keynes, « Inflation as a Method of Taxation », Manchester Guardian Commercial, Supplement « Reconstuction in Europe », 27 juillet, 1922, p. 268-269 ; ainsi que dans J. M. Keynes, A Tract on Monetary Reform. The Collected Writings of J.M. Keynes, ed. E. Johnson and D.E. Moggridge, vol. II, Londres, 1971, p. 37-60. Voir aussi p. 137, note 66.

259 Pour ce qui concerne le rôle de cette notion dans les sciences politiques, voir l’ouvrage de référence de Hans J. Morgenthau, Politics Among Nations. The Struggle for Power and Peace, New York, 19603, en particulier le chapitre 1.

260 Lettre adressée depuis Paris par Roland W. Boyden à son frère Albert A. Boyden, qui se trouvait à New York, le 22 novembre 1921, c’est-à-dire le lendemain du jour où la Commission des Réparations était rentrée de Berlin ; cf. Frank W. Taussig Papers HuG 4823.4, Harvard University, Cambridge, Mass.

261 Carl Bergmann, History..., op. cit., p. 19-20.

262 Wolfgang J. Mommsen, « Die deutsche Revolution 1918-1920. Politische Revolution und soziale Protestbewegung », Geschichte und Gesellschaft, 4e année, 1978, p. 362-391.

263 G. D. Feldman, « Gegenwârtiger Forschungsstand... », op. cit., p. 13. Voir aussi G.D. Feldman, « The Political Economy of Germany’s Relative Stabilization During the 1920/21 World Depression », dans G.D. Feldman et al. (dir.), The German Inflation Reconsidered. A Preliminary Balance. Berlin/New York, 1982, p. 180-206.

264 Walther Rathenau au ministère des Affaires étrangères. Voir : Vermerk über eine Besprechung im Auswartigen Amt am Montag, den 24. Januar 1921, p. 6, Bundesarchiv Koblenz R 2/3216. Cf. p. 234 supra.

265 Karl Helfferich, « Die Autonomie der Reichsbank », Bank-Archiv, 21e année, 1921-1922 (1er avril 1922), p. 215.

266 Ibid.

267 British Labour Statistics. Historical Abstracts 1886-1968, Londres, 1971, p. 306.

268 Pour ce qui concerne les exigences des Alliés lors de la conférence de Cannes, voir Carl Bergmann, The History of Reparations, Londres, 1927, p. 115 sq.

269 Paul Beusch, Währungszerfall und Währungsstabilisierung, Berlin, 1928, p. 1.

270 Voir p. 81 sq. Voir également Akten der Reichskanzlei. Weimarer Republik. Die Kabinette Wirth I und II, Dokument Nr. 378, p. 1108.

271 Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertungs..., op. cit., p. 6, tableau 1.

272 F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 399. G. D. Feldman, Iran and Steel..., op. cit., p. 293-294. Rudolf Dalberg, Deutsche Währungs-und Kreditpolitik 1923-1926, Berlin, 1926, p. 16 sq.

273 On trouvera des données quantitatives sur ce point dans Alfred Lansburgh, article « Banken. Die Notenbanken in der Zeit des wirtschaftlichen Aufbaus », HdStW, Ergänzungsband, Iéna, 1929, p. 43. Voir aussi W. D. Preyer, Roggenpapiere und Roggensteuern, Iéna, 1923.

274 P. Beusch, Währungszerfall..., op. cit., p. 8.

275 C. Bergmann, History..., op. cit., p. 149. Voir aussi supra, p. 164 sq.

276 C. Bergmann, History..., op. cit., p. 149.

277 Hjalmar H.G. Schacht, The Stabilization of the Mark, Londres, 1927, p. 53.

278 C. Bergmann, History..., op. cit., p. 150-151.

279 K.-B. Netzband et H. P. Widmaier, Währungs-und Finanzpolitik der Âra Luther 1923-1925, Bâle, 1964, p. 13.

280 C. Bergmann, History..., op. cit., p. 152. Auswârtiges Amt, Das Gutachten der internationalen Sachverständigen über die Stabilisierung, Berlin, 1922.

281 Keynes a défendu ce point de vue dans son débat avec Bertil Ohlin sur la question du transfert : John M. Keynes, « The German Transfer Problem », Economic Journal, voî. 39, 1929, p. 1 sq. Réédité dans The Collected Writings of J.M. Keynes, ed. E. Johnson and D.E. Moggridge, vol. XI, Londres, 1983, p. 451 sq.

282 La dimension morale de la question des réparations est également soulignée dans Joseph A. Schumpeter, Business Cycles, New York, 2 vol. 1939, vol. 2, p. 704, note 1. Voir aussi p. 190, note 206 supra.

283 Voir p. 160.

284 Selon les clauses du traité de Spa de juillet 1920 la France avait droit à 52 % des réparations. La Grande-Bretagne devait recevoir 22 % des réparations, l’Italie 10 %, la Belgique 8 %. Il était envisagé que tous les autres pays partageaient les 8 % restants. Cf. C. Bergmann, History..., op. cit., p. 43.

285 Pour les détails de ce projet, voir Julius Hirsch, Die deutsche Währungsfrage, Iéna, 1924, p. 19-21. P. Beusch, Währungszerfall..., op. cit., p. 12-13.

286 Akten der Reichskanzlei. Weimarer Republik. Die Kabinette Stresemann I und II, Dokument Nr. 33, p. 164.

287 P. Beusch, Wàhrungszerfall..., op. cit., p. 23. Otto Pfleiderer, « Die Reichsbank in der Zeit der groβen Inflation, die Stabilisierung der Mark und die Aufwertung von Kapitalforderungen », Wàhrung und Wirtschaft in Deutschland 1876-1975, Deutsche Bundesbank (dir.), Francfort-sur-le-Main, 1976, p. 177.

288 La même argumentation est développée par Willi Prion, « Deutsche Rreditpolitik 1919-1922 », Schmollers Jahrbuch, 47e année, 1924, p. 203. La thèse inverse ne me paraît soutenable. Elle est défendue par J. Hirsch, Deutsche Wàhrungsfrage..., op. cit., p. 19. Rudolf Dalberg, Deutsche Wàhrungs-und Kreditpolitik..., op. cit., p. 21 sq.

289 Lettre du directoire de la Reichsbank au gouvernement en date du 20 octobre 1922, reproduite dans J. Hirsch, Deutsche Währungsfrage..., op. cit., p. 76.

290 Ibid.

291 Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung..., op. cit., p. 52.

292 H. Schacht, Stabilization..., op. cit., p. 64.

293 Sur ce point, voir le rapport de la 43e commission d’enquête du Reichstag, « Prüfung der Wirkung der Maβnahmen zur Stützung der Mark », Reichstagsdrucksache, 1923, 1, 6591.

294 Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung..., op. cit., p. 48. Pour ce qui concerne les sommes consacrées aux différentes opérations de soutien du mark, voir aussi Alfred Lansburgh, article « Banken », HdStW, Ergänzungsband, Iéna, 1929, p. 41-42.

295 Die Reichsbank 1901-1925, Berlin, non daté, p. 139.

296 H. Schacht, Stabilization..., op. cit., p. 64. Dans Die Stabilisierung der Mark 1923/24 unter dem Einfluss der nationalen Interessen Frankreichs, Groβbritanniens und der Vereinigten Staaten von Amerika, thèse de doctorat, Freie Universitât Berlin, 1985, Hans-Otto Schötz a avancé et discuté la thèse que l’Allemagne a poursuivi « l’action de stabilisation » au début de l’année 1923 pour contre-carrer les projets français d’introduire une nouvelle monnaie en Rhénanie.

297 Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung..., op. cit., p. 10.

298 H. Schacht, Stabilization..., op. cit., p. 76.

299 Deutschlands Wirtschaft, Währung und Finanzen, Im Auftrage der Reichsregierung den von der Reparationskommission eingesetzten Sachverstandigenausschüssen übergeben, Berlin, 1924, p. 71.

300 Ibid., p. 67.

301 Alfred Lansburgh (article « Banken »..., op. cit., p. 43) cite le chiffre d’environ 1 milliard de marks-or.

302 H. Schacht, Stabilization..., op. cit., p. 78.

303 Statistisches Reichsamt, Zahlen der Geldentwertung..., op. cit., p. 47.

304 Deutschlands Wirtschaft, Währung und Finanzen..., op. cit., p. 40.

305 Hans Luther, Feste Mark-solide Wirtschaft, Berlin, 1924, p. 65. P. Beusch, Währungszerfall..., op. cit., p. 50 : « La question se ramenait à cette formule on ne peut plus concise mais terrifiante : argent-aliments. S’il n’était pas rapidement apporté réponse à la question monétaire, l’Allemagne ne pourrait échapper à la famine ».

306 P. Beusch, Währungszerfall..., op. cit., p. 24.

307 Par exemple P. Beusch, Währungszerfall..., op. cit. ; H. Schacht, Stabilization..., op. cit., Hans Luther, « Die Stabiliserung der deutschen Währung. Aus persönlichen Erinnerungen erzählt », Zehn Jahre deutsche Geschichte 1918-1928, Berlin, 1927. Rolf Lüke, Von der Stabilisierung zur Krise, Zurich, 1958. Joachim Rehn, Die Plane zur Stabilisierung der deutschen Wâhrung 1923. Eine Analyse des ökonomischen Wesens der Stabilisierungspläne der ausschlaggebenden Gruppen der Bourgeoisie und der Junker, thèse de doctorat, Halle, 1958. Karl Lohnes, Die deutschen Währungsreformen 1923 bis 1948, thèse de doctorat, Zurich, 1959. K. B. Netzband et H. P. Widmaier, « Währungsprojekte und Regierungsverhandlungen auf dem Wege zur Rentenmark », dans Karl E. Born (dir.), Moderne deutsche Wirtschaftsgeschichte, Cologne, 1966, p. 351-369, également dans K.-B. Netzband et H. P. Widmaier, Währungs-und Finanzpolitik..., op. cit., p. 12-34. Gerd Hardach, Weltmarktorientierung und relative Stagnation. Währungspolitik in Deutschland 1924-1931, Berlin, 1976, p. 10-28. Leland B. Yeager, Experiences with Stopping Inflation, Washington D.C., 1981, p. 55-67. Thomas J. Sargent, « The Ends of Four Big Inflations », dans Robert E. Hall (dir.), Inflation : Causes and Effects, Chicago, 1982, p. 73-85. Peter M. Garber, « Transition from Inflation to Price Stability », dans Carnegie-Rochester Conference series on Public Policy, 16, 1982, p. 11-42. En ce qui concerne la dimension politique des plans de stabilisation, voir Âkten der Reichskanzlei. Weimarer Republik. Die Kabinette Stresemann I und II, p. LXXV-LXXXVI, ainsi que les documents qui y sont cités. Pour ce qui conseme les conséquences sur la politique extérieure voir Hans-Otto Schötz, Die Stabilisierung der Mark 1923/24 unter dem Einfluss der nationalen Interessen Frankreichs, Groβbritanniens und der Vereinigten Staaten von Amerika, thèse de doctorat, Berlin, 1985.

308 P. Beusch, Währungszerfall..., op. cit., p. 25.

309 Claus D. Krohn, « Helfferich contra Hilferding. Konservative Geldpolitik und die sozialen Folgen der deutschen Inflation 1918-1923 », VSWG, vol. 62, 1975, p. 62-92. C. D. Krohn, Stabilisierung und ökonomische Interessen. Die Finanzpolitik des Deutschen Reiches 1923-1927, Düsseldorf, 1974, p. 22 sq.

310 P. Beusch, Wahrungszerfall..., op. cit., p. 27 sq.

311 Pour ce qui concerne l’élaboration théorique et la mise en pratique du Rentenmark, voir, outre les ouvrages déjà cités, Friedrich Ramhorst, Die Entstehung der deutschen Rentenbank, Berlin, 1924. Justus Schoenthal, Rentenbank und Rentenmark, Berlin, 1924. Justus Schoenthal, Papiermark, Rentenmark, Reichsmark. Ein Beitrag zur jüngsten Entwicklungsgeschichte der deutschen Währung, Leipzig, 1925. F. Wolf, Rentenbank und Markstabilisierung, thèse de doctorat, Erlangen, 1925. Wilfried Baumgartner, Le Rentenmark (15 Octobre 1923-11 Octobre 1924), thèse de doctorat, Paris, 1925. Flans Otto de Boor, Die deutsche Rentenbank und das Privatrecht. Eine Studie über die Grenzen zwischen bürgerlichem und öffentlichem Recht, Berlin, 1924. H. Frommer et H. Schlag, Die Gesetzgebung über die Rentenmark mit ausführlichen Erläuterungen, Mannheim, 1924. Karl Elster, Von der Mark zur Reichsmark. Die Geschichte der deutschen Währung in den Jahren 1914 bis 1924, Iéna, 1928, p. 215 sq. K. A. Prager, Goldmark, Rentenmark, Reichsmark, thèse de doctorat, Erlangen, 1926. Edgar Albers, Die Entstehungsgeschichte und der Streit um den wirtschaftlichen Charakter der deutschen Rentenmarkwährung, Berlin, 1928. Hans Luther, Politiker ohne Partei : Erinnerungen, Stuttgart, 1970, p. 109-183.

312 La confiance rencontrée en Allemagne par le Rentenmark a assurément été due pour une bonne part aux succès des instituts appelés Rentenbank au XIXe siècle, lorsqu’il fallut rembourser les charges foncières dans le cadre de la libération des paysans. Ils versèrent les sommes correspondantes aux ayants droit sous forme de titres de rente (Rentenbriefe) portant des intérêts garantis par l’État et se firent rembourser les dettes correspondantes par les obligés qui se virent ainsi offrir la possibilité d’amortir sur le long terme leurs dettes de rachat. Les titres de rente étaient libellés.../... au porteur et étaient considérés au XIXe siècle comme un des placements financiers les plus sûrs. C’est pourquoi ils étaient particulièrement appréciés du grand public, qui en avait gardé un excellent souvenir.

313 P. Beusch, Währungszerfall..., op. cit., p. 62.

314 G. Hardach, Weltmarktorientierung..., op. cit., p. 23.

315 Ibid., ainsi que H. Schacht, Stabilization..., op. cit., p. 101 sq., 111.

316 Ibid., p. 121-150. C’est surtout Schacht qui avait plaidé pour que la nouvelle monnaie soit le plus rapidement possible rattachée à l’or et qui avait dans un premier temps obtenu un succès partiel avec la création de la Golddiskontbank.

317 La base en a été pour l’essentiel la loi sur le système bancaire (Bankgesetz) (RGBl. 1924, II, p. 235) ainsi que la loi sur la liquidation des billets mis en circulation par la Rentenbank (Gesetz über die Liquidierung des Umlaufs an Rentenbankscheinen) (RGBl. 1924, II, p. 252). Voir aussi Ausschuβ zur Untersuchung der Erzeugungs-und Absatzbedingungen der deutschen Wirtschaft, Die Reichsbank, Berlin, 1929, p. 4 sq. Rudolf Dalberg, Die neue deutsche Währung nach dem Dawes-Plan, Berlin, 1924. J. Notzke, Das Bankgesetz von 1924, Berlin, 1924.

318 Il existe pour cela toute une série d’exemples historiques, comme à la suite de la dépréciation monétaire provoquée par la guerre de Trente Ans. Voir H. Wunderlich, article « Aufweitung », HdStW, Ergänzungsband, Iéna, 1929, p. 25. Voir aussi les parties historiques de Referentenentwurf einer Denkschrift über die « Aufwertung », verfaβt im Reichsfinanzministerium, Sonderbeilage zur Deutschen Juristen-Zeitung, Heft 4, 1925, Berlin, 1925, ainsi que de R. Michaelis, Das Aufwertungsrecht, Leipzig, 1926. Erich Schultze, Die volkswirtschaftlichen Gesichtspunkte unserer Aufwertung, Francfort-sur-le-Main, non daté.

319 Jugement du 21 septembre 1920. Voir Otto Pirlet, Der politische Kampf um die Aufwertungsgesetzgebung nach dem Ersten Weltkrieg, thèse de doctorat, Cologne, 1959, p. 22.

320 Hans Luther, Politiker ohne Partei. Erinnerungen, Stuttgart, 1960, p. 230.

321 Claus-Dieter Krohn, Stabilisierung und ôkonomische Interessen. Die Finanzpolitik des Deutschen Reiches 1923-1927, Düsseldorf, 1974, p. 46.

322 Le texte en est reproduit entre autres dans Akten der Reichskanzlei. Weimarer Republik. Das Kabinett Marx I, Nr. 49, p. 200-201. Voir aussi Otto Pfleiderer, « Die Reichsbank in der Zeit der groβen Inflation, die Stabilisierung der Mark und die Aufwertung von Kapitalforderungen », Währung und Wirtschaft in Deutschland 1876-1975, Deutsche Bundesbank (éd.), Francfort-sur-le-Main, 1976, p. 197-198.

323 Otto Pirlet, Der politische Kampf..., op. cit. ; Hugo Heimann, Der Kampf um die Aufwertung, von Helfferich bis Hindenburg. Wie ihn die Deutschnationalen und wie ihn die Sozialdemokraten führten, Berlin, 1925. 1. Jastrow, Die Prinzipienfragen in den Aufwertungsdebatten, Brünn, 1937. Pour ce qui concerne les conséquences des luttes politiques suscitées par la question de la réévaluation, voir Larry E. Jones, « Inflation, Revaluation, and the Crisis of Middleclass Politics : A Study in the Dissolution of the German Party System 1923-1928 », Central European History, vol. 12 (1979), p. 143-188. David B. Southern, « The Revaluation Question in the Weimar Repubic », Journal of Modem History, vol. 51, 1979, p. D1029-D1054. D.B. Southern, « The Impact of the Inflation : Inflation, the Courts and Revaluation », dans Richard Bessel et E.J. Feuchtwanger (dir.), Social Change and Political Development in Weimar Germany, Totowa N.J., 1981, p. 55-76.

324 Die dritte Steuernotverordnung vom 14. Februar 1924. Textausgabe, Berlin, 1924. Gustav Wagemann, Aufwertung und Geldentwertungsausgleich nach der dritten Steuernotverordnung vom 14. Februar 1924, Berlin, 1924. John Wolfsohn, Die Aufwertung der Hypotheken und Wertpapiere nach der dritten Steuernotverordnung. Eine rechtliche und volkswirtschaftliche Darstellung, Berlin, 1924. A. Wehinger, Die praktischen Regelungsversuche der Aufwertungsfrage, insbes. in der Zeit nach der Markstabilisierung, thèse de doctorat, Heidelberg, 1927. Pour ce qui concerne la genèse du décret-loi, voir les mémorandums du 31 décembre 1923, « Revalorisation des dettes d’avant-guerre en Allemagne et particulièrement des dettes hypothécaires » ainsi que du 5 février 1924 « La revalorisation des créances en Allemagne et la 3e ordonnance fiscale d’exception », Archives Générales du Royaume, Bruxelles, Papiers de Maurice Frère, no 255, 260 ; ces documents se recoupent en partie avec Commission de Réparations, Comité de Garantie, Service d’information, Document Berlin 2973 et Document Paris 3030, tous deux déposés aux Archives Nationales, Paris, fond AJ 6, 563. Pour ce qui concerne les conséquences de la revalorisation pour les détenteurs de titres d’emprunts en marks aux USA, voir le mémorandum du Department of Commerce du 15 septembre 1925 aux Archives of the Hoover Institution, Stanford, Arthur N. Young Papers, Box 3 : « On fait cependant une distinction entre les “anciens” détenteurs, c’est-à-dire ceux qui ont acquis leurs titres avant le 1er juillet 1920, et ceux qui les ont acquis plus tard. Ces derniers [...] ne recevront aucun versement au titre des intérêts ou de l’amortissement aussi longtemps que les réparations n’auront pas été totalement payées. Cela signifie que les achats spéculatifs effectuées par les Américains, dont la plupart sont postérieurs à cette date, représentent en définitive une perte sèche ».

325 André Fourgeaud, La Dépréciation et la Revalorisation du Mark Allemand et les Enseignements de l'Expérience Monétaire Allemande, Thèse, Paris, 1926, p. 224.

326 Karl-Bemhard Netzband et Hans Peter Widmaier, Währunes-und Finanzpolitik der Ära Luther 1923-1925, Tübingen, 1964, p. 190 sq.

327 Ibid., p. 194 sq....

328 Ibid., p. 196 sq. Peter-Christian Witt, « Inflation, Wohnungszwangswirtschaft und Hauszinssteuer », dans Lutz Niethammer (dir.), Wohnen im Wandel, Wuppertal 1979, p. 385-407.

329 Ferdinand Anders, Der Stand der Aufwertung. Eine unparteiische Untersuchung ihrer volkswirtschaftlichen Grundlagen und ihrer Voraussetzungen, Berlin, 1924. P. Oertmann, Die Aufwertungsfrage bei Geldforderungen, Hypotheken und Anleihen, Berlin, 1924.

330 Claus-Dieter Krohn, Stabilisierung..., op. cit., p. 48.

331 H. Wunderlich, article « Aufwertung »..., op. cit., p. 27.

332 Voir par exemple le pamphlet de Ernst Sontag, Hypothekengläubiger und Anleihebesitzer un Kampf um ihr Recht. Eine Kritik des Entwurfs eines Gesetzes über die Aufwertung von Hypotheken und anderen privatrechtlichen Ansprüchen sowie des Entwurfs eines Gesetzes über die Ablösung öffentlicher Anleihen, Berlin, 1925.

333 Claus-Dieter Krohn, Stabilisierung..., op. cit., p. 164-173.

334 Sur ce sujet, voir le rapport d’ensemble du 6 juin 1926 intitulé « La Législation Allemande sur la Revalorisation », Archives Générales du Royaume, Bruxelles, Papiers de Maurice Frère, no 291. Voir aussi Paul Moldenhauer, Die Regelung der Aufwertungsfrage, Cologne, 1925. Fritz Koppe, In welchen Fällen und wie hoch wird aufgewertet ? Ein gemeinverständlicher Führer durch das neue Aufwertungsrecht, Berlin, 1925. Franz Schlegelberger et Rudolf Harmening, Das Gesetz über die Aufwertung von Hypotheken und anderen Ansprüchen vom 16. Juli 1925, Berlin, 1925. Flermann Stenger, Die Aufwertung von Hypotheken und anderen Ansprüchen und die Ablösung ôffentlicher Anleihen, 3 vol., Munich, 1925-1926. Oskar Mügel, Die Aufwertung. Überblick über die Entwicklung, Berlin, 1926. Flans Riss, Leitfaden durch das Aufwertungsrecht, Gladbach, 1926. Hans Ulrich, « Der Währungszerfall, die Aufwertung und der Wiederaufbau bei den privaten deutschen Lebensversicherungsgesellschaften », Jahrbücher für Nationalkôkonomie und Statistik, vol. 125 II, 1926. Georg Winnewisser, Die Aufwertung der Industrieobligationen. Eine wirtschafthche Untersuchung, Karlsruhe, 1927. Manfred Simon, La valorisation des obligations en Allemagne comme conséquence de la chute du mark papier, Thèse, Paris, 1927. René Huas, La valorisation des obligations industrielles en Allemagne. Ses rapports avec la réforme monétaire, Paris, 1928. Reichstag, Denkschrift über die Ablôsung der Markanleihen des Reiches, Berlin’1928. Arthur Nussbaum, Die Bilanz der Aufwertungstheorie, Tübingen, 1929. Voir aussi Nachtrag vom 1. 9. 1925 zur Goldwerttabelle fur Papiermark 1914-1924 mit den durch das Aufwertungsgesetz und das Gesetz zur Ablôsung ôffentlicher Anleihen verursachten Änderungen, Stuttgart, 1925.

335 Le taux de conversion a appliquer dans les différents cas se trouve reproduit sous forme de tableau dans ibid., p. 88-89.

336 Peter-Christian Witt (Die Finanzpolitik des Deutschen Reiches von 1903 bis 1913. Eine Studie zur Innenpolitik des Wilhelminischen Deutschland, Lübeck, 1970, p. 379) chiffre les recettes du Reich pour 1913 à 2,2 milliards de marks.

337 H. Wunderlich, article « Aufwertung »..., op. cit., p. 32.

338 Claus-Dieter Krohn, Stabilisierung..., op. cil., p. 133.

339 H. Wunderlich, article « Aufwertung »..., op. cit., p. 32-33.

340 Fin mars 1928, autrement dit après que les demandes de revalorisation aient été enregistrées et que le remboursement ait partiellement débuté, l’endettement de l’État correspondant aux titres détenus par les anciens souscripteurs était estimé à 4,55 milliards de RM et la dette de rachat des emprunts à 0,70 milliard de RM. Voir Deutschlands wirtschaftliche Lage. Die Entwicklung nach dem Kriege. Eine Materialsammlung, Berlin, 19263, Vierte Ergänzung, Berlin, 1928, p. 119b.

341 Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung..., op. cit., p. 6.

342 Statistisches Jahrbuch für das Deutsche Reich, vol. 42, 1921-1922, p. 271. Voir aussi supra p. 146.

343 R. Nurske, Course and Control..., op. cit., p. 93. D. H. Aldcroft, From Versailles..., op. cit., p. 148-149.

344 Pour des statistiques concernant les résultats financiers de la revalorisation des emprunts d'État, la composition sociale des détenteurs et pour la part des détenteurs en étrangers voir « Denkschrift über die Ablôsung der Markanleihen des Reichs », dans Verhandlungen des Reichstags, vol. 423, Berlin, 1928, document no 474.

Notes de fin

1 La base retenue pour établir l’indice du coût de la vie est la moyenne des années 1913-1914. Etant donné la relative stabilité des prix à cette époque, la comparabilité avec l’indice des salaires nets sur la base de 1914 ne devrait pas poser de problème. Des distorsions peuvent cependant venir du fait que l’indice du coût de la vie correspond à une moyenne mensuelle, alors que les données concernant les salaires conventionnels s’appliquent au début de chaque mois. En cas de hausse des prix, il peut en résulter une sous-estimation du niveau réel des salaires. Sur ce problème et les tentatives faites pour en quantifier les effets, voir surtout C. Bresciani-Turroni, « Movements... », op. cit., p. 381-382 et les références bibliographiques qui s’y trouvent citées.

Table des illustrations

Titre Tableau 35. Chômage parmi les membres des syndicats et des unions professionnelles d’ouvriers qualifiés durant les années 1914-1923 en %
Légende Source : Reichsarbeitsblatt 1913/14 sq. Résumé dans F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 478 sq.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 36. Indice de la production de branches et secteurs industriels importants durant les années 1913-1918 (1913 = 100)
Légende Source : R. Wagenführ, Industriewirtschaft..., op. cit., p. 23.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 37. Structure de l’industrie en fonction des salariés assurés auprès des caisses professionnelles d’assurances sociales durant les années 1913-1918 (1913 = 100)
Légende Source : R. Wagenführ, Industriewirtschaft..., op. cit., p. 23.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 6. Évolution des prix et du taux de chômage durant les années 1919-1922 (périodicité mensuelle, échelle logarithmique)
Légende Source : tableaux 35 page 221 et tableau 1 page 17.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 40. Indices d’évolution du revenu national réel en Allemagne durant les années 1914-1924 ainsi que 1903-1913 et 1925-1935 (1913 = 100)
Légende Source : pour les années 1903-1913 et 1925-1935 : W. G. Hoffmann, Wachstum..., op. cit., p. 455. Pour les armées 1914-1924 : F.-W. Henning, Das industrialisierte Deutschland, p. 42, 47, 49 ainsi que les lettres explicatives qu’il m’a adressées les 20 et 31 octobre 1978. F. D. Graham, Exchange..., op. cit., p. 301, 316, tel que calculé et cité par P. Cagan, Monetary Dynamics..., op. cit., p. 105. K. Roesler, Finanzpolitik..., op. cit., p. 154. P.-Ch. Witt, Finanzpolitik und sozialer Wandel..., op. cit., p. 424.Source : * La distorsion due aux modifications territoriales a été corrigée.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Tableau 41. Indices des salaires hebdomadaires réels moyens (salaires conventionnels) des salariés des chemins de fer, des imprimeurs et des mineurs de la Ruhr durant les années 1913-1923 (1913 = 100)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Source : Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung..., op. cit., p. 41. Voir aussi G. Bry, Wages..., op. cit., p. 210.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tableau 45. Niveau des revenus réels dans différents secteurs d’activité (moyenne nationale) en février 1920 par rapport à 1913-1914, en %
Légende Source : tableaux 44 et 4.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Graphique 7. Modification des salaires et traitements horaires conventionnels réels durant les années 1920-1922 par rapport à juillet 1914 en % (échelle logarithmique)
Légende Source : H. Skollin, Der Wert der Gehàlter und Löhne in Hamburg, Hambourg, 1922.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Tableau 46. Indices d’évolution des salaires horaires conventionnels de 29 catégories de travailleurs à Francfort-sur-le-Main et dans les environs durant les années 1920-1923 (1914 = 1)1
Légende Source :(1) Wirtschaftskurve 1922-24, passim.(2) Voir tableau 4.(3) colonne (l)/colonne (2)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Tableau 49. Structure des dépenses de ménages correspondant à différentes tranches de revenus ainsi que de ménages ouvriers durant les années 1916-1918 (valeur moyenne des mois d’avril 1916, 1917 et 1918)
Légende Source : Reichsarbeitsblatt, 15e année, 1917, p. 145-156 et 188 sq. Ainsi que Beitrâge zur Kenntnis der Lebenshaltung im dritten (vierten) Kriegsjahre (Sonderheft 17 und 21 zum Reichsarbeitsblatt). Berlin, 1917 et 1919; cité d’après W. Zimmermann, « Veränderung... », op. cit., p. 436-437.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 50. Consommation moyenne de différentes denrées alimentaires durant les années 1916-1918 par comparaison avec l’avant-guerre (en grammes par personne et par mois)
Légende Source : W. Zimmermann, « Veränderung... », op. cit., p. 448-451.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Tableau 51. Structure des dépenses d’une famille de fonctionnaire du cadre supérieur durant les années 1913/1914-1923, en %
Légende Source : H. Fürth, « Haushaltsrechnungen », Wirtschaftskurve, 1re et 2e année, 1922 et 1923, passim.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 52. Consommation d’une famille de fonctionnaire du cadre supérieur durant les années 1920-1923 par comparaison avec 1913-1914 (par personne et par jour, en grammes, litres ou par pièce)
Légende Source : H. Fürth, Haushalt..., op. cit., p. 32-33, ainsi que dans Wirtschaftskurve, 1re-3e année, 1922-1924, passim.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Tableau 53. Évolution des dépenses d’une famille de médecin berlinoise durant les années 1912-1922 (1912-1914 = 100)
Légende Source : H. Hirschstein, « Haushaltsrechnungen », Wirtschaftskurve, 1re année, 1922, cahier 3, p. 26.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Tableau 55. Décès des suites de la tuberculose pour 10 000 habitants dans 46 grandes villes allemandes durant les années 1921-1923
Légende Source : « Memorandum des Reichsgesundheitsamts vom Oktober 1923 », dans Arthur N. Young Papers, Hoover Institution, Stanford, Box 2, p. 9, 10.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 56. Chiffres concernant la distribution fonctionnelle du revenu national allemand durant les années 1925-1931 par comparaison avec 1913, en %
Légende Source : Statistisches Reichsamt, Das deutsche Volkseinkommen..., op. cit., p. 84.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Tableau 57. Ventilation des revenus dans le Reich en 1913, 1926 et 1928
Légende Source : Statistisches Reichsamt, Das deutsche Volkseinkommen.... op. cit., p. 108.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Tableau 58. Modification de la ventilation des revenus dans le Reich en 1928 par rapport à 1913, en pourcentage
Légende Source : Statistisches Reichsamt, Das deutsche Volkseinkommen..., op. cit., p. 108.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 59. Ventilation du patrimoine (plus de 10 000 marks-or) des personnes physiques dans le Reich au 31 décembre 1913 et au 31 décembre 1923, conformément aux statistiques de l’impôt sur la fortune, en % du montant total
Légende Source : Statistisches Reichsamt, Die deutsche Vermögensbesteuerung vor und nach dem Kriege. Statistik des Deutschen Reichs, vol. 337, Berlin, 1927, p. 206.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau 61. Schéma de la balance des paiements de l’Allemagne durant les années 1919-1923
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 62. Dépôts dans des banques allemandes durant les années 1918-1923
Légende a) Chiffres tirés de P. B. Whale, Joint Stock Banking..., op. cit., p. 216.b) Voir p. 321.c) La conversion a été effectuée à partir du cours du dollar.d) Chiffres calculés sur la base de l’information que 72 % des opérations en devises de l’ensemble des banques allemandes était effectué par les 7 grandes banques berlinoises. Voir p. 320.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Graphique 8. Possibilités d’arbitrage sur les taux d’intérêt garanti contre le risque de change entre Londres et Berlin durant les années 1920-1922 (sur la base des taux d’escompte hors banque)
Légende Source : Le taux swap a été calculé à partir des chiffres des cotations sur le marché à terme de Londres. Voir p. 325, note 237. Pour ce qui concerne le taux d’escompte hors banque à Berlin : Statistisches Jahrbuchfür das Deutsche Reich, vol. 43, 1923, p. 269. Pour ce qui concerne le taux d’excompte hors banque à Londres (3 months bank bills) : Statistical Abstracts for the United Kingdom 1913-1929, Londres, 1931, p. 205.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Graphique 9. Relations financières internationales et exigences en matière de politique internationale après la Première Guerre mondiale
Légende Les lignes continues correspondent à des exigences fortes, les lignes pointillées à des exigences moins fortes. Pour plus d’explications, voir le texte.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5555/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search