Version classiqueVersion mobile

L'inflation en Allemagne 1914-1923

 | 
Carl-Ludwig Holtfrerich

Chapitre II. Facteurs inflationnistes

Texte intégral

I. REMARQUES PRÉALABLES

  • 1 Gottfried Haberler, Prosperity and Depression. A Theoretical Analysis of Cyclical Movements, Londre (...)

1L’objet traditionnel des sciences économiques est d’éclairer des phénomènes économiques comme la conjoncture et les crises, ou bien les fluctuations de la valeur monétaire, en se référant à des facteurs eux-mêmes économiques tels que la masse monétaire, les dépenses publiques, les fluctuations de la balance des paiements, du niveau des coûts, du volume des investissements ou encore de la demande de biens de consommation. Autrement dit, d’après les règles traditionnelles de cette discipline, l’enchaînement récurrent des éléments d’explications se trouvait interrompu dès lors qu’on voulait y intégrer des facteurs de nature par exemple politique, psychologique, sociologique, juridique, culturelle, débordant les variables économiques au sens strict. C’est ainsi que des 550 pages de son livre Prospérité et dépression Gottfried Haberler n’en consacrait que 8 aux éléments d’explication non économiques, y traitant des « théories psychologiques » tout en prenant bien soin de mettre le titre de ce chapitre entre guillemets pour en souligner la nature particulière1.

  • 2 Par exemple William D. Nordhaus, « The Political Business Cycle », Review of Economic Studies, vol. (...)
  • 3 Charles R. Kindleberger, The World in Depression, Londres, 1973, en particulier p. 296 sq.
  • 4 Knut Borchardt, « Zwangslagen und Handlungsspielräume in der grossen Wirtschaftskrise der frühen dr (...)
  • 5 Knut Borchardt, « Die Erfahrung mit Inflationen in Deutschland », dans J. Schlemmer (dir.), Enteign (...)

2Ce n’est que depuis peu que les économistes ont commencé à intégrer plus étroitement les données politiques dans leurs schémas d’explication, tout particulièrement pour expliquer les cycles conjoncturels. On parle alors de « cycle conjoncturel politique »2, qui correspondrait assez exactement aux périodes électorales dans la mesure où la politique conjoncturelle répondrait aussi, dans les démocraties parlementaires, à des impératifs électoraux, tout du moins en ce qui concerne le début de sa mise en œuvre. De même, les facteurs politiques sont désormais mieux pris en compte par les économistes et les spécialistes d’histoire économique lorsqu’ils analysent les crises économiques. Kindleberger a expliqué les proportions qu’a prises la crise mondiale de 1929-1939 par le déficit de leadership politique de la Grande-Bretagne, affaiblie au sortir de la Première Guerre mondiale, ainsi que par un manque d’engagement politique des États-Unis, dont la puissance était alors en plein essor3. Pour sa part, Borchardt a analysé récemment la marge de manœuvre politique du gouvernement Brüning durant la grande crise économique mondiale et est arrivé à la conclusion que, eu égard aux rapports de force politiques du moment, il n’aurait de toute façon pas été possible de mettre en œuvre un autre politique conjoncturelle que les mesures déflationnistes prises par celui-ci4. C’est également Borchardt qui a souligné le fait qu’en Allemagne « l’inflation de 1914 à 1923 [...] n’a pas été un incident de parcours d’une économie capitaliste. Elle est tout au contraire un phénomène essentiellement politique [...]. C’est pourquoi les modèles abstraits de la théorie monétaire ne permettent guère de l’expliquer »5.

3Aussi voudrais-je m’attacher, dans les pages qui suivent, à mettre en lumière les facteurs politiques qui, au-delà des seules données économiques, ont également participé à la « grande inflation » en Allemagne. Par facteurs politiques j’entends toutes les structures institutionnelles et toutes les décisions prises sous l’influence de groupes de pression qui ont résulté de rapports de force nationaux et internationaux et ont exercé une influence essentielle sur l’évolution des variables économiques.

4Pour suivre la démarche que j’ai adoptée dans l’analyse des facteurs économiques et politiques de l’inflation, il est bon de se référer à la formule quantitative de la monnaie de Irving Fisher :

5M • V = P T

6ou bien

7P = (M • V)/T

8P = niveau général des prix

9M = masse monétaire

10V = vitesse de rotation de la monnaie

11T = volume des transactions, correspondant à la production intérieure et au solde du commerce extérieur.

12Cette formule étant tautologique, elle n’explique rien ; mais elle a l’avantage de décomposer l’augmentation du niveau des prix – c’est-à-dire ce que nous entendons par inflation – en différents éléments qui constituent, pour ainsi dire, la contrepartie des hausses de prix dans le domaine commercial et monétaire. À partir de quoi on peut rechercher les facteurs politiques des hausses de prix en étudiant les facteurs politiques qui déterminent les modifications de la masse monétaire, la vitesse de rotation de la monnaie et le volume des transactions. Chacun de ces trois points fera l’objet de l’un des sous-chapitres qui suivent.

  • 6 Otmar Issing, Einführung in die Geldtheorie, Munich, 19773, p. 122. Voir aussi Joseph A. Schumpeter (...)
  • 7 Milton Friedmann, « The Quantity Theory of Money – A Restatement », dans M. Friedman, Studies in th (...)
  • 8 Sur ce point, voir O. Issing, Einführung..., op. cit., p. 21 sq. H.G. Johnson, Macroeconomics and M (...)

13Le graphique 3 montre qu’il existait une corrélation étroite entre l’évolution de la masse monétaire et celle des prix de gros en Allemagne durant la période qui nous intéresse. Par contre, sur le court terme, l’évolution de ces deux paramètres pouvait être contradictoire. Cette constatation nous conduit à prendre en compte différentes théories concernant l’influence de l’évolution de la masse monétaire sur celle des prix. Les anciennes variantes de la théorie quantitative de la monnaie reposaient sur l’idée que la vitesse de rotation et le volume des transactions seraient constants ou du moins varieraient peu sur le court terme ; et que, par conséquent, les fluctuations du niveau des prix seraient dues pour l’essentiel aux variations de la masse monétaire6. La théorie néoquantitative, défendue en particulier par Milton Friedman depuis les années cinquante7, souligne également l’importance des fortes modifications de la vitesse de rotation, autrement dit de la demande de monnaie ou d’avoirs en caisse. Cependant elle considère qu’en cas de forte inflation il existe un rapport de dépendance fonctionnel stable entre la vitesse de rotation, autrement dit le niveau d’encaisse, et l’évolution des prix. Elle peut donc continuer à présenter la masse monétaire comme le facteur décisif des fluctuations de prix. À l’inverse d’autres théories, qui se rattachent à un autre courant de la tradition keynésienne, partent de l’idée que le sentiment majoritaire du marché, tout spécialement pour ce qui concerne l’évolution des prix, est versatile et attribuent donc à la demande d’avoirs en caisse, autrement dit à la vitesse de rotation de l’argent, une influence sur le niveau des prix indépendante des autres termes de la formule quantitative8. Le sentiment du marché ne dépendant pas seulement de la masse monétaire du moment ni de l’évolution des prix passée, il peut en effet exercer sur le niveau des prix une influence indépendante des autres termes de la formule quantitative.

Graphique 3. Évolution de la masse monétaire et des prix de gros en Allemagne durant les années 1914-1923 (1913 = 1, échelle logarithmique)

Graphique 3. Évolution de la masse monétaire et des prix de gros en Allemagne durant les années 1914-1923 (1913 = 1, échelle logarithmique)

Source : masse de la monnaie centrale (espèces en circulation + dépôts de la Reichsbank) : tableau 11, colonnes 3+4. Prix de gros : tableau 1.

14Enfin, il n’est pas nécessaire de s’attarder longuement sur le fait que l’offre de biens peut exercer sur le niveau des prix des effets qui, pour ne pas être indéfiniment cumulatifs, n’en sont pas moins importants. C’est particulièrement vrai lorsque la vie économique est très fortement perturbée, c’est-à-dire pour l’essentiel en cas de guerre, de révolution, de grèves prolongées et de dérèglement des échanges commerciaux internationaux. Ce fut pour partie le cas en Allemagne durant la période d’inflation de 1914-1923, tout particulièrement en 1914, 1919 et 1923. Les phénomènes qui affectent la production et la commercialisation de biens revêtent alors une importance propre pour l’explication de l’évolution des prix.

II. LES FACTEURS D’ÉVOLUTION DE LA MASSE MONÉTAIRE

A. La politique financière du Reich

1. Le financement de la guerre

  • 9 Heinz Haller, « Die Rolle der Staatsfinanzen für den Inflationsprozess », Währung und Wirtschaft in (...)
  • 10 Ibid., p. 115.

15La Première Guerre mondiale a mobilisé les ressources économiques des pays qui s’y sont trouvé engagés dans des proportions inconnues depuis le début de l’ère industrielle. Haller estime que, chez les principaux belligérants, ce sont 50 % et plus du potentiel de production qui ont été mis au service de la guerre9. Au regard des efforts que les économies industrielles les plus avancées durent déployer durant plus de quatre ans, tant l’analyse théorique des problèmes liés à la guerre que les scientifiques pouvaient présenter que les plans prévisionnels établis par les responsables politiques en vue de mettre en pratique la nécessaire reconversion qui en découlait s’avérèrent insuffisants. Les difficultés liées à la production et à la commercialisation de biens, autrement dit les aspects de la mobilisation touchant l’économie réelle, n’avaient fait l’objet d’aucune préparation théorique ni pratique. « Le déclenchement de la Première Guerre mondiale, cet événement dramatique qui a marqué de manière décisive le cours de l’histoire au vingtième siècle, surprit les belligérants dans un état de très grande impréparation. »10

a. Remarques théoriques préalables

  • 11 Voir Horst Jecht, Kriegsfinanzen, Iéna, 1938, p. 38. Max Lanter, article « Kriegsfinanzen », HdWS, (...)

16Financer une guerre, c’est mobiliser les ressources productives d’une économie nationale ou influencer leur utilisation, pour les mettre au service de la conduite de la guerre. Les priorités en matière de satisfaction des besoins sont redéfinies de telle sorte que le présent est privilégié par rapport à l’avenir, que la consommation y prend le pas sur l’investissement, et que la consommation de masse recule au profit de celle de l’État, essentiellement tournée vers les besoins de guerre. Alors que, dans un conflit moderne, les besoins liés à la conduite de la guerre font que l’appareil productif doit soudainement répondre à des exigences fortement accrues, les conditions présidant à l’activité de production, voire à son développement, se dégradent souvent considérablement du fait même de la guerre, par exemple parce que les classes d’âge les plus productives sont appelées sous les drapeaux, l’approvisionnement en demi-produits entravé par les difficultés internes dans les transports ou bien les restrictions du commerce extérieur, ou encore parce que des pertes de production surviennent dans les régions occupées ou victimes de destructions. C’est pourquoi toute planification établie en prévision d’une guerre doit viser en premier lieu à combler de la façon la plus efficace possible le fossé qui se creuse entre un potentiel de production frappé ou pour le moins menacé de destructions, et la demande accrue induite par la conduite de la guerre. Pour assurer la couverture des besoins de guerre, qui est désormais prioritaire par rapport à la satisfaction d’autres besoins, on peut recourir à différentes solutions macroéconomiques11 :

  • augmenter la production en renforçant l’intensité d’utilisation des facteurs main-d’œuvre et capital ;

  • renoncer aux investissements de remplacement et aux nouveaux investissements non indispensables à la conduite de la guerre, autrement dit amputer le patrimoine ou le potentiel de croissance du patrimoine d’une économie nationale ;

  • restreindre la demande privée à la consommation ;

  • accroître le volume net des importations.

  • 12 Gerald D. Feldman, Army, Industry, and Labor in Germany 1914-1918, Princeton, 1966, p. 149 sq. Gerd (...)

17Dans la mesure où une guerre moderne implique pratiquement que les ressources économiques fassent l’objet d’une mobilisation « totale », l’État ne peut plus renoncer à des interventions directes et des mesures contraignantes en matière de production et de consommation (par exemple le rationnement à la consommation, le contrôle des changes et du commerce extérieur, l’autorisation préalable pour les investissements, le contingentement des matières premières et de la main-d’œuvre, le recours au travail obligatoire). En Allemagne, certaines de ces mesures n’ont été jugées nécessaires que durant la seconde moitié de la Première Guerre mondiale et introduites avec le programme dit programme Hindenburg et la « loi sur le secours patriotique » de 191612. Ces interventions directes dans la production et la satisfaction des besoins trouvent leur pendant, ou leur complément, dans la politique de financement de la guerre ; son but consiste à transférer le pouvoir d’achat dont disposent les particuliers et les entreprises, ou encore l’étranger, entre les mains de l’Etat, qui doit conduire la guerre. En outre, cette politique doit assurer une répartition de la charge financière du conflit dans le temps et sur les différentes tranches de revenus qui soit jugée équitable par la majorité de la population. Enfin elle doit concourir à l’accroissement et à la réorganisation du potentiel de production en fonction des besoins de guerre ; en particulier, elle doit ne pas perturber la production et même la soutenir, tout en freinant la consommation privée et les investissements privés non indispensables à la conduite de la guerre.

  • 13 H. Jecht, Kriegsfinanzen..., op. cit., p. 43 sq. Max Lanter, Die Finanzierung des Krieges. Quellen, (...)

18Sur le fond, on peut distinguer quatre types de financement d’une guerre13 :

  1. Constitution d’un trésor de guerre.

  2. Augmentation de la pression fiscale.

  3. Emprunts de guerre.

  4. Endettement à court terme de l’État auprès de la banque centrale ou des banques privées, ce qui débouche en général sur de la création de monnaie supplémentaire et l’inflation.

19Chacune de ces solutions appelle les remarques suivantes.

  • 14 H. Jecht, Kriegsfinanzen..., op. cit., p. 25 ; voir Gustav Schmoller, Umrisse und Untersuchungen zu (...)
  • 15 La Première Guerre mondiale a marqué une césure non seulement en ce qui concerne la mise à contribu (...)
  • 16 M. Lanter, Finanzierung..., op. cit., p. 98.
  • 17 A. Schär, Aufwand-und Deckungsgrundsatze im schweizerischen Bundeshaushalt, insbesondere in der Kri (...)

20l. À l’époque préindustrielle, les armées de mercenaires devaient être financées sur les caisses du prince, en argent (pièces de monnaie en métal) que le prince ne pouvait pas créer lui-même à volonté ; en outre, les frais de guerre représentaient une part relativement restreinte du produit de l’activité économique ; aussi un trésor de guerre préalablement constitué jouait-il un rôle important dans le financement des conflits armés. Mais dès que se mettait en place un marché financier efficient, le financement des conflits pouvait être assuré par recours au crédit et non plus au trésor de guerre. Ce fut le cas en Grande-Bretagne et en France plus tôt qu’en Prusse, par exemple, qui présentait encore au XVIIIe siècle une économie agraire et de troc relativement rétrograde, une économie monétaire peu développée et devait donc financer presque toutes ses guerres en totalité ou en très grande partie par des trésors de guerre préalablement constitués. D’après Schmoller, cette tradition est « l’origine de cet esprit d’épargne et d’exactitude qui a constitué, depuis lors, le trait caractéristique de la gestion des finances en Prusse »14. Elle explique également qu’une partie des réparations versées par la France après le conflit de 1870-1871 ait été utilisée par le Reich pour constituer un trésor de guerre ; or à cette époque le marché financier offrait de toutes autres possibilités de financer une guerre, auxquelles il était indispensable de recourir vu les efforts qu’un conflit entre pays hautement industrialisés exigeait désormais des économies nationales. À l’ère de la « guerre totale »15, le recours au financement par un trésor de guerre était intempestif ; conservé dans la Juliusturm de Spandau et constitué au départ des réparations versées par la France, il s’élevait en 1914 à un peu plus de 200 millions de marks en or et en argent, ce qui aurait au mieux permis de financer quelques jours d’une guerre appelée à coûter en moyenne 98 millions de marks par jour pendant plus de quatre ans16. « Tout au plus, le trésor de guerre présentait le désavantage d’échauffer les esprits et d’empoisonner les relations internationales. »17 Pour qu’il puisse servir à autre chose qu’à contribuer à la cohésion politique du Reich et à être un argument de dissuasion sur la scène internationale, il aurait fallu l’utiliser pour contracter des emprunts ou financer des achats à l’étranger. Sur le marché national par contre, et dans l’hypothèse d’une économie fermée, l’utilisation d’un trésor de guerre agit de la même manière sur la production et les prix qu’un surcroît de création de monnaie, ce qui rejoint la solution évoquée au point 4.

  • 18 Robert Knauss, Die deutsche, englische undfranzösische Kriegsfinanzierung, Berlin, 1923, p. 175. L’ (...)

21C’est pourquoi seules les trois autres sources de financement précédemment citées ont effectivement joué un rôle dans le financement de la Première Guerre mondiale ; leur combinaison et les modalités de leur mise en pratique ont varié d’un belligérant à l’autre, ce qui a influencé non seulement le degré de mobilisation des capacités de production et la répartition des charges entre les différentes couches de population et les différentes générations, mais aussi l’évolution de la valeur de la monnaie durant les années de guerre et d’après-guerre – un point qui nous intéresse plus particulièrement dans le cadre de cette étude. Ainsi la Grande-Bretagne a couvert ses dépenses de guerre à hauteur de 20 à 30 %, selon les résultats de différentes estimations, par le recours à l’impôt ; ce qui a participé à permettre la consolidation des finances publiques et la stabilisation de la monnaie à son niveau d’avant-guerre une fois le conflit terminé. Le Reich n’avait financé que 0 à 6 % de ses dépenses de guerre par des ressources fiscales18, ce qui l’a mis dans l’impossibilité de stopper après la fin du conflit la dépréciation de sa monnaie, prélude à l’hyperinflation de 1922-1923.

222. Voyons maintenant quels arguments furent avancés dans le débat théorique d’avant le début de la Première Guerre mondiale, pour savoir si une guerre doit être financée par l’impôt ou l’emprunt.

  • 19 Sur ce point, voir H. Jecht, Kriegsfinanzen..., op. cit., p. 26 sq.

23En Angleterre, une tradition scientifique remontant aux auteurs classiques (Adam Smith, Ricardo) soulignait les avantages du financement par l’impôt19. Fidèles aux principes du libéralisme, ceux-ci percevaient derrière toute politique d’emprunt d’État le risque d’un accroissement excessif de l’influence de ce dernier. En outre, ils faisaient remarquer que le recours à l’impôt pèse plus sur la consommation tandis que le recours à l’emprunt tend à restreindre les investissements privés et entrave par conséquent l’accumulation de capitaux, autrement dit l’épanouissement des forces productives. D’autres avantages du financement par l’impôt peuvent également être cités, comme :

  • le fait que les budgets futurs ne sont pas grevés par le service de la dette ;

  • la possibilité de fixer le niveau de l’impôt en fonction des revenus de chacun, donc de répartir « équitablement » le poids des dépenses de guerre ;

24Quant aux inconvénients du recours à l’impôt habituellement évoqués, ce sont :

  • le fait qu’en dernier ressort le poids des dépenses de guerre est supporté par ceux dont, durant le conflit, le pouvoir d’achat a été transféré à l’Etat par le canal de l’impôt ;

  • le fait que l’impôt peut aussi soumettre à ce transfert de pouvoir d’achat ceux qui ne disposent pas de liquidités ; ce qui peut entraver le bon fonctionnement du secteur productif ;

  • le fait qu’une imposition qui repose sur une base uniforme alors que la situation individuelle des contribuables est variable ne collecte pas tous les moyens liquides disponibles au bénéfice de l’État ;

  • le fait que l’introduction et la collecte de nouveaux impôts prennent du temps alors que les autres méthodes de financement de la guerre permettent de transférer plus rapidement vers l’État la partie du pouvoir d’achat des entreprises privées et des particuliers jugée nécessaire.

  • 20 Pendant la guerre de Crimée, 53 % des dépenses liées au conflit ont été financées par l’impôt, et 3 (...)
  • 21 Carl Dietzel, Das System der Staatsanleihen im Zusammenhang der Volkswirtschaft betrachtet, Heidelb (...)

253. Alors qu’au XIXe siècle le financement de la guerre par l’impôt avait été préconisé par les théoriciens et privilégié par le gouvernement en Angleterre20, la tradition financière de l’Allemagne suivait d’autres voies. Le financement de la guerre par l’emprunt y était jugé préférable et trouvait sa première justification théorique chez Carl Dietzel21. À l’inverse des libéraux anglais, il ne concevait pas le renforcement du rôle de l’État comme un danger, et jugeait avantageux la constitution d’un « capital national immatériel ». A ses yeux, le financement par l’emprunt présentait les avantages suivants :

  • la charge fiscale résultant de la guerre se trouve mieux étalée dans le temps ;

  • seul est mobilisé le capital liquide disponible ;

  • les importants moyens financiers nécessaires peuvent être ainsi réunis au plus vite.

  • 22 Adolph Wagner, Die Ordnung des österreichischen Staatshaushalts, Vienne, 1863. Voir aussi H. Jecht,(...)

26Tandis que Carl Dietzel préconisait pour toutes ces raisons le financement de la guerre par le recours exclusif à l’emprunt, Adolph Wagner n’y voyait que la source de financement principale, dans la mesure où l’importance prévisionnelle des besoins engendrés par un conflit nécessite que la charge correspondante soit répartie sur une durée supérieure à celle du conflit. C’est pourquoi il jugeait indispensable de recourir également, en cas de guerre, à un trésor de guerre et à des impôts exceptionnels. La création de monnaie pour couvrir les dépenses de guerre constituait à ses yeux la plus mauvaise solution, à laquelle on pouvait cependant recourir en cas de nécessité22.

27Le financement par l’emprunt a en outre pour effet d’absorber l’épargne privée et, par conséquent, de la détourner du financement des investissements privés pour l’orienter vers celui des besoins de guerre de l’État. Cette manière de couvrir les dépenses de guerre contribue donc à faire en sorte que les forces productives satisfassent les besoins liés à la guerre. Enfin, on peut également considérer que le financement par l’emprunt, autre avantage, permet de contracter des emprunts à l’étranger. Pouvoir placer des emprunts en monnaie nationale ou en devises étrangères à l’étranger, c’est avoir la possibilité d’accroître les importations nettes sans menacer directement la stabilité monétaire. Les quantités supplémentaires de biens en provenance de l’étranger augmentent le volume des ressources disponibles dans le pays, qui peuvent être utilisées, en cas de conflit, à couvrir les besoins de guerre d’une part, et les besoins civils incompressibles de l’autre.

  • 23 Sur ce point, voir Heinz Haller, Finanzpolitik. Grundlagen und Hauptprobleme, Tübingen, 19725, p. 2 (...)

28Le principal désavantage du financement par l’emprunt réside dans le fait qu’il reporte la ventilation définitive des dépenses de guerre sur les budgets d’après-guerre ; or, pour des raisons psychologiques et politiques, il est plus difficile alors d’accroître la pression fiscale que durant le conflit, qui mobilisait toutes les énergies. C’est pourquoi l’amortissement des emprunts réussit rarement, et n’est en tout état de cause guère souhaitable en termes de conjoncture. Mais alors que la charge fiscale liée au service de la dette est supportée par toutes les couches sociales, les bénéficiaires des versements d’intérêts appartiennent en majorité aux couches les plus riches, seules à même de réunir en cas de conflit le capital nécessaire à la souscription des emprunts de guerre. Autrement dit, le financement par l’impôt peut prendre en compte les ressources relatives de ceux qui y sont soumis sur la base de critères sociaux, alors que les effets de redistribution inhérents au financement par l’emprunt peuvent aller contre l’objectif d’une répartition socialement juste des revenus23.

  • 24 Ibid., p. 203-205.

29En outre, la mise en circulation d’un grand nombre de titres d’emprunts d’État, y compris à long terme, peut avoir des effets monétaires indésirables, en particulier une fois la guerre terminée ; en effet, leurs détenteurs peuvent s’efforcer de les monétiser pour satisfaire leurs dépenses de consommation et d’investissements d’après-guerre, autrement dit de les transformer en liquidités destinées à financer ces dépenses. Afin de garantir l’honorabilité commerciale de l’État, la banque centrale se verra alors contrainte de soutenir le cours de ces titres ou d’accepter leur nantissement, ce qui entraînera, du côté de la masse monétaire, un risque d’inflation24.

  • 25 H. Jecht, Kriegsfinanzen..., op. cit., p. 52 sq.

304. La troisième forme moderne de financement d’une guerre propre à déclencher un phénomène inflationniste réside dans la création de monnaie, qu’elle intervienne par le biais d’un endettement de l’État auprès de la banque d’émission, comme en Allemagne durant le Première Guerre mondiale ; ou directement, par l’émission de monnaie fiduciaire d’État avec obligation de l’accepter pour le règlement des dettes publiques et/ou privées, comme durant la guerre civile américaine avec les « greenbacks » ou durant la Première Guerre mondiale en Grande-Bretagne avec les « currency notes » émis par le Trésor britannique. Les avantages reconnus à cette solution sont les suivants25 :

  • La création de monnaie par l’État est le moyen le plus rapide de couvrir les besoins de celui-ci durant la phase initiale d’une guerre.

  • Elle s’oppose aux tendances à la thésaurisation de la population durant cette même phase ainsi qu’aux perturbations de la production qui résultent de cette tendance et des mesures de mobilisation.

  • Elle peut être considérée comme une sorte de « lubrifiant » monétaire assurant la permanence, voire l’augmentation de la production privée pendant la guerre.

  • Les hausses de prix qu’elle induit contribuent à la limitation souhaitée de la consommation privée ; cette limitation est perçue comme une fatalité liée à la guerre et de ce fait plus facilement acceptée que le recours à l’imposition ordinaire, qui a pourtant les mêmes effets.

31Le principal désavantage de ce type de financement d’une guerre apparaît avec le temps et lorsque, les capacités de production étant utilisées à plein, les prix se mettent à augmenter ; l’inflation agit alors comme un impôt sur la consommation, frappant les revenus de manière régressive et ne touchant que le patrimoine monétaire, de sorte que « l’imposition par l’inflation » affecte les revenus sans tenir compte ni de critères sociaux, ni des situations individuelles ; elle est supportée uniquement par les personnes dont les revenus augmentent moins vite que les prix, et par les détenteurs de patrimoine monétaire qui ont omis de convertir à temps leurs actifs en biens corporels.

b. Propositions concrètes, mesures prises et résultats

  • 26 Moritz Ströll, « Über das deutsche Geldwesen im Kriegsfall », Schmollers Jahrbuch, 23e année, 1899.
  • 27 Josef von Renauld, Die finanzielle Mobilmachung der deutschen Wehrkraft, Leipzig, 1901.
  • 28 Josef von Renauld, « Finanzielle Mobilmachung », Bank-Archiv, 4e année, 1904-1905. Voir aussi H. Ha (...)
  • 29 Heinrich Dietzel, Kriegssteuer oder Kriegsanleihe ?, Tübingen, 1912.
  • 30 Magnus Biermer, Die finanzielle Mobilmachung, Giessen, 1913, p. 51 : « Le bon du Trésor est le type (...)
  • 31 Fritz Neubürger, Die Kriegsbereitschaft des deutschen Geld-und Kapitalmarktes, Berlin, 1913.
  • 32 C. Henke, « Das deutsche Geldwesen im Kriege », Vierteljahreshefte für Truppenführung und Heereskun (...)
  • 33 Jakob Riesser, Finanzielle Kriegsbereitschaft und Kriegsführung, Iéna, (1909) 19132
  • 34 . Johann Plenge, « Zur Diagnose der Reichsfinanzreform », Zeitschrift für die Gesamte Staatswissens (...)
  • 35 Julius Wolf, Die Steuerreserven in England und Deutschland, Stuttgart, 1914.
  • 36 Wilhelm Gerloff, Matrikularbeiträge und direkte Reichssteuern, Berlin, 1908.
  • 37 Voir p. 121, note 18. On trouvera également un ensemble de comparaisons internationales chez Jens J (...)

32Dans l’Allemagne de 1914, les services officiels compétents n’étaient pratiquement pas préparés aux problèmes qu’une guerre moderne soulève en matière de fiscalité et d’économie réelle. Le domaine où ils étaient le plus aptes à affronter un conflit armé était celui de son mode de financement. En effet, durant les dernières années qui avaient précédé le déclenchement de la Première Guerre mondiale, les possibilités d’assurer la « mobilisation des ressources financières » avaient fait l’objet d’un débat entre les militaires, les scientifiques et les spécialistes des problèmes bancaires. Les premiers à y participer furent Moritz Ströll26 et Josef von Renauld27, qui fut le seul à proposer une estimation à peu près réaliste des dépenses de guerre annuelles (22 milliards de marks pour une armée de 10 millions d’hommes), avant d’expliquer par la suite que le financement en serait impossible28. Heinrich Dietzel29, M. Biermer30, F. Neubürger31 et C. Henke32 penchaient plutôt en faveur d’un financement sur le long terme par l’emprunt ou alors sur le court terme par les bons du Trésor. Jakob Riesser33, Johann Plenge34, Julius Wolf35 et Wilhelm Gerloff36 étaient à l’inverse plutôt favorables à l’utilisation du potentiel fiscal pour financer la guerre. Pourquoi l’Allemagne a-t-elle en définitive beaucoup moins recouru que la Grande-Bretagne au financement des dépenses de guerre par l’impôt, à savoir à concurrence de 0-6 % contre 20-30 %37 ?

  • 38 Voir H. Haller, « Rolle... », op. cit., p. 115.
  • 39 Peter-Christian Witt, Die Finanzpolitik des Deutschen Reiches von 1903 bis 1913, Lübeck, 1970, p. 1 (...)
  • 40 Fritz Terhalle, « Geschichte der deutschen öffentlichen Finanzwirtschaft vom Beginn des 19. Jahrhun (...)
  • 41 Cité d’après Wilhelm Gerloff, « Der Staatshaushalt und das Finanzsystem Deutschlands », Handbuch de (...)
  • 42 Ibid.

33Adolf Wagner avait conseillé de structurer dès les années de paix le système fiscal de telle sorte que l’État puisse rapidement accroître ses recettes en cas de guerre en majorant les impôts existants38. Cela était particulièrement nécessaire en Allemagne parce que le Reich, qui aurait besoin de moyens de financement en cas de conflit armé, ne disposait avant-guerre, conformément à la constitution, que de ressources propres limitées, à savoir le produit des droits de douane, quelques impôts à la consommation (en particulier sur le tabac, la bière, les alcools et spiritueux, le sucre et le sel) ainsi que les soldes excédentaires des entreprises qu’il contrôlait39. Toute dépense du Reich qui n’était pas ainsi couverte devait l’être par les contributions des États fédérés au budget du Reich (Matrikularbeiträge). Le Reich se trouvait de la sorte « vivre aux dépens des États fédérés ». Et le gouvernement central dépendait du Reichstag, car c’est lui qui fixait chaque année le montant de ces subsides en fonction de la population de chaque État, dans le cadre du vote du budget. Sous l’Empire, le principe de répartition des recettes fiscales entre État central et États fédérés était le suivant : « les impôts indirects vont au Reich, les impôts directs aux États fédérés »40. Mais Bismarck, qui avait fortement influencé les dispositions constitutionnelles, n’avait pas envisagé de maintenir le Reich dans une situation de faiblesse financière ; il avait tout au contraire déclaré en 1875 : « Je suis éminemment favorable à ce que les recettes soient assurées autant que faire se peut par l’imposition indirecte »41. Son but n’était pas de transférer aux Reich les recettes fiscales directes perçues par les États fédérés, mais de les restreindre au profit de la fiscalité indirecte et des droits de douane, qui revenaient de droit au Reich42.

  • 43 F. Terhalle, « Geschichte... », op. cit., p. 286.

34Depuis les années 1890, les impôts sur les transactions perçus par le Reich (droits de timbre) avaient en outre gagné en volume et en importance. Durant les dernières années précédant la guerre enfin, le Reich fut associé au produit de l’impôt sur la fortune43 :

  • en 1906 par l’introduction d’un droit de mutation par décès sur les parts successorales, qui lui revenait mais dont le produit resta modeste ;

  • en 1913 par un prélèvement exceptionnel sur la fortune, appelé contribution à la défense nationale, d’un montant total de 1 milliard de marks, perçu en trois échéances entre 1913 et 1915 et qui rapporta effectivement assez exactement les sommes escomptées ;

  • et par un impôt courant sur l’augmentation de la fortune, qui devait rapporter annuellement 185 millions de marks.

  • 44 Ibid., ainsi que Konrad Roesler, Die Finanzpolitik des Deutschen Reiches im Ersten Weltkrieg, Berli (...)
  • 45 Fritz Neumark, « Die Finanzpolitik in der Zeit vor dem Ersten Weltkrieg », dans Deutsche Bundesbank (...)

35L’introduction de ces deux derniers impôts, uniquement destinés à renforcer les efforts d’armement du Reich, doit être interprétée comme une réaction aux tensions internationales et à la menace de guerre et non comme une réforme du système fiscal visant à associer l’État central au produit de l’imposition directe44. Mais le fait que le financement des dépenses d’armement courantes ait été assuré par un relèvement de l’imposition directe, et non de l’imposition indirecte, « traduit la victoire d’une coalition entre sociaux-démocrates et libéraux sur les conservateurs »45. Les impôts directs peuvent en effet être prélevés selon un barème progressif qui prend en compte des critères sociaux, autrement dit ils peuvent être adaptés aux possibilités de chaque contribuable. Tandis que les impôts indirects sont régressifs dans la mesure où ils frappent en général plus fortement les revenus faibles à taux de consommation élevé que les revenus élevés à taux de consommation moindre. Cette constatation est importante dans la mesure où ceux qui auraient pu supporter une imposition alourdie du fait de la guerre ont été frappés de manière plus régressive que progressive par les impôts prélevés au bénéfice du Reich, pour l’essentiel indirects.

  • 46 Elles représentaient en 1886-1890 95 % des dépenses du Reich, et encore 90 % en 1911-1913. Voir R-C (...)

36À la veille de la Première Guerre mondiale, le système fiscal était on ne peut plus inadapté à ce que le Reich puisse accroître rapidement ses recettes en majorant les impôts dont le produit lui revenait. S’agissant des droits de douane, il fallait s’attendre à ce qu’ils diminuent dans la mesure où toute guerre entraîne une chute des échanges avec l’étranger. En outre, les droits de douane sur les marchandises importées, en particulier les denrées alimentaires et les matières premières, furent partiellement supprimés après l’ouverture des hostilités, afin d’attirer dans le pays des produits dont on avait un urgent besoin. De même il fallait s’attendre à ce que les impôts à la consommation frappant les produits de luxe (en particulier le tabac, la bière, les alcools et spiritueux) soient d’un moindre rapport en temps de guerre. Et de fait, les recettes ordinaires du Reich ont chuté de 2,47 à 1,83 milliard de marks, autrement dit d’environ un quart (cf. tableau 25) entre 1914 et 1915. Aussi le budget ordinaire ne put-il être maintenu en équilibre que dans la mesure où le temps de la guerre le principal poste de dépenses, celui des dépenses militaires46, fut transféré pour l’essentiel dans le budget extraordinaire alors que restait seulement affecté au budget ordinaire le service de la dette lié aux « dépenses de guerre extraordinaires » financées sur crédits. La part relative du service de la dette dans les dépenses ordinaires passa de 26,5 % en 1914 à environ 90 % durant la dernière année de guerre (cf. tableau 26).

  • 47 H. Jecht, Kriegsfinanzen, p. 59.
  • 48 Pour ce qui concerne les finances britanniques avant et pendant la Première Guerre mondiale, voir P (...)

37En Grande-Bretagne par contre, une partie plus importante des dépenses de guerre put être financée par les recettes fiscales courantes dans la mesure où le système d’imposition anglais était doté d’une « structure centralisée et rigoureusement organisée »47 qui avait d’ores et déjà accès aux ressources de l’imposition directe, en particulier par l’intermédiaire de l’impôt sur le revenu48.

  • 49 Reichsarchiv, Der Weltkrieg 1914-1918. Kriegsriistung und Kriegswirtschfaft, vol. 1 : Die militäris (...)
  • 50 M. Lanter, Finanzierung..., op. cit., p. 46.
  • 51 H. Jecht, Kriegsfinanzen..., op. cit., p. 29, 74.
  • 52 R. Knauss, Deutsche, englische..., op. cit., p. 175.
  • 53 Voir W. G. Hoffmann et al., Wachstum..., op. cit., p. 455.

38La préparation financière de la guerre en Allemagne fut fortement influencée par l’expérience du conflit franco-allemand de 1870-187149. Le dilemme vint du fait que ce dernier avait été court et s’était terminé par une victoire pour l’Allemagne, alors que la Première Guerre mondiale devait durer longtemps et s’achever par une défaite. La guerre de 1870-1871 n’avait duré que six mois et son coût n’avait pas dépassé un sixième environ du revenu national de l’époque50. Les dépenses de guerre, qui avaient tout d’abord été couvertes par des emprunts contractés par la Confédération de l’Allemagne du Nord et les États allemands impliqués51, furent ensuite plus que compensées par les 5 milliards de réparations versés par la France. La Première Guerre mondiale, par contre, a duré plus de quatre ans et son coût s’est élevé à environ 150 milliards de marks52, autrement dit une somme dont la valeur nominale correspondait à environ quatre fois le revenu national allemand de 19 1353. En outre, la défaite de l’Allemagne fit que les dettes accumulées par le Reich, loin de pouvoir être allégées par une contribution de guerre exigée des puissances étrangères, furent au contraire alourdies par les réparations qu’exigèrent les vainqueurs.

Tableau 25. Recettes ordinaires du Reich (en millions de marks) durant les années 1914-1919

Tableau 25. Recettes ordinaires du Reich (en millions de marks) durant les années 1914-1919

Source : K. Roesler, Finanzpolitik..., op. cit., p. 196.

Tableau 26. Dépenses ordinaires du Reich durant les années 1914-1919, en millions de marks

Tableau 26. Dépenses ordinaires du Reich durant les années 1914-1919, en millions de marks

Source : K. Roesler, Finanzpolitik..., op. cit., p. 197.

  • 54 Bankenenquete 1908-1909 : Stenographische Berichte nebst Materialien, H. 1-3, Berlin, 1909-1910. On (...)
  • 55 Gôtz Briefs, article « Kriegswirtschaftslehre und Kriegswirtschaftspolitik », HdStW, vol. 5, Iéna 1 (...)

39L’expérience de la guerre de 1870-1871 et le débat théorique avaient montré qu’il fallait s’attendre au début de la guerre à une « pénurie monétaire » – entre autres parce que la population tendrait à thésauriser – alors même que les besoins financiers du Reich allaient fortement augmenter. En prévision de cette éventualité, on avait appliqué certaines des mesures destinées à renforcer l’organisation du crédit en Allemagne que l’enquête sur le système bancaire de 1908 avait recommandées54 – par exemple la reconnaissance des billets de banque comme moyens de paiement légal grâce à un amendement à la loi sur les banques en date du 1er juin 1909, le relèvement des réserves d’or de la Reichsbank par l’émission de billets de banque de moindre valeur nominale destinés à remplacer les pièces de monnaie en circulation (depuis 1906), et l’incitation à recourir au paiement en monnaie scripturale. C’est aussi dans le cadre de la préparation de la guerre que la « loi portant modification du système financier » en date du 3 juillet 1913 décida d’augmenter le « trésor de guerre » en lui adjoignant une réserve d’argent d’une valeur de 120 millions de marks, et de relever de la même somme la valeur des bons de caisse du Reich (papier-monnaie émis par l’État)55.

  • 56 G. Briefs, article « Kriegswirtschaftslehre... », op. cit., p. 997.
  • 57 R. Stucken, Deutsche Geld-und Kreditpolitik 1914-1963, Tübingen, 19643, p. 17 sq. Hermann Bente, «  (...)

40Lorsque la guerre a éclaté, d’autres mesures furent prises en vue de prévenir un rush de la population sur les banques et les réserves d’or, de renforcer la position de la Reichsbank et de mettre les capacités de crédit et de création monétaire de l’institut d’émission à la disposition directe du Reich. Pour commencer, la Reichsbank ferma fin juillet 1914 ceux de ses guichets où on pouvait échanger les billets de banque contre de l’or. Le 2 août 1914, le gouvernement confia le trésor de guerre à la Reichsbank afin de renforcer la couverture en or et en argent de la monnaie56. Le 4 août 1914, le Reichstag adopta plusieurs lois qui redéfinissaient la position de la Reichsbank au sein du système de crédit ainsi que ses rapports avec le gouvernement. Les principales mesures prises en ce sens furent les suivantes57 :

  1. Confirmation de ce que la Reichsbank n’était plus tenue de convertir ses billets de banque ni les bons de caisse du Reich en or.

  2. Suppression de l’impôt prélevé lorsque la valeur des billets de banque en circulation émis par la Reichsbank dépassait le contingent autorisé.

  3. Les bons et obligations du Trésor pouvaient désormais servir de garantie secondaire des billets en circulation au même titre que les effets commerciaux.

    • 58 Dès 1915, Friedrich Bendixen (Währungspolitik und Geldtheorie im Lichte des Weltkrieges, Munich, (1 (...)

    Il fut créé des caisses de crédit placées sous le contrôle de la Reichsbank. Elles devaient assurer les opérations de prêt sur nantissement aux agents économiques privés et publics en aval de cette dernière. Elles étaient habilitées à prendre en dépôt des marchandises et des valeurs mobilières en contrepartie de l’émission de titres de prêt appelés « bons des caisses de crédit » (Darlehenskassenscheine). Aussi longtemps que ces derniers restaient en circulation – ils devaient être acceptés en paiement pour leur montant nominal intégral par toutes les caisses publiques, au même titre que les bons de caisse du Reich – ils pouvaient être utilisés comme moyen de paiement. Cependant, la Reichsbank était habilitée à les garder en dépôt tout comme l’or et les bons de caisse du Reich dans le cadre de la couverture pour un tiers de ses billets. La Reichsbank avait ainsi la possibilité de repousser les limites de sa propre capacité de création monétaire par l’intermédiaire des attributions de crédit décidées par les caisses de crédit58.

  • 59 On trouvera un tableau rassemblant les informations mensuelles correspondantes chez K. Roesler, Fin (...)
  • 60 K. Roesler, Finanzpolitik..., op. cit., p. 41. Leo Feuchtwanger, Die Darlehenskassen des deutschen (...)

41Le tableau 20 montre dans quelle mesure le gouvernement allemand a, pendant la guerre, utilisé les possibilités de recourir à la planche à billets que lui offraient les mesures décidées en août 1914 ci-dessus évoquées. Il convient de noter à ce sujet que, durant la première moitié de la guerre, il parvint à rembourser par l’émission d’emprunts de guerre les crédits qu’il avait contractés auprès de la Reichsbank sous formes d’effets du Trésor (cf. tableau 27). Certes ces emprunts de guerre étaient destinés à donner l’impression que le pouvoir d’achat inflationniste était gelé sur le long terme. Cela devait renforcer la confiance dans la monnaie. Mais en réalité les fonds placés sous cette forme étaient tout aussi liquides que les bons du Trésor, dans la mesure où ces emprunts pouvaient être nantis auprès des caisses de crédit et donc transformés à tout moment en numéraire, sans risque de décote. C’est ainsi que durant la première moitié de la guerre plus de 50 % des bons des caisses de crédit ont été émis contre nantissement de titres d’emprunt de guerre59. Mais jusqu’en 1916, la valeur totale des bons des caisses de crédit émis est restée inférieure à 3 milliards de marks, de sorte que le montant des titres d’emprunts de guerre déposés en garantie à cette fin ne représentait qu’une petite partie de l’ensemble de ces titres. Cependant, ces derniers constituaient également de la monnaie potentielle ; ils étaient même en théorie tout aussi liquides, voire plus, que les bons du Trésor, dans la mesure où la Reichsbank pouvait les utiliser au même titre que l’or pour assurer la couverture primaire des billets de banque lorsqu’ils étaient échangés contre des bons des caisses de crédit, tandis que les effets du Trésor ne pouvaient être escomptés auprès de la Reichsbank que jusqu’à concurrence du plafond fixé par la directive sur la couverture pour le tiers qui est restée en vigueur jusqu’en 1921. Encore convient-il de remarquer que les caisses de crédit étaient de droit tenues de respecter un montant maximum pour l’émission de bons. Il s’élevait initialement à 1,5 milliard de marks, mais pouvait être relevé sur simple décision du Bundesrat60. Relèvement qui intervint dès que les besoins en liquidités de l’État ou des agents économiques privés le rendirent nécessaire.

Tableau 27. Montant des souscriptions aux emprunts de guerre durant les années 1914-1918, en millions de marks

Lors de l’émission des emprunts de guerre (EG)

Bons du Trésor en circulation

Montant des souscriptions

+ différence en plus – différence en moins

1er EG 1914

2,6

4,5

+ 1,9

2e EG 1915

7,2

9,1

+ 1,9

3e EG 1915

9,7

12,1

+ 2,4

4e EG 1916

10,4

10,7

+ 0,3

5e EG 1916

12,8

10,7

- 2,1

6e EG 1917

19,9

13,1

- 6,8

7e EG 1917

27,2

12,6

- 14,6

8e EG 1918

38,9

15,0

- 23,9

9e EG 1918

49,4

10,4

- 39,0

Source : « Die Finanzen des Deutschen Reichs in den Rechnungsjahren 1914-1918. Denkschrift der Reichsregierung vom 12. Mârz 1919 (Drucksache der Nationalversammlung Nr. 158) », Finanzarchiv ; 36e année, 1919, p. 797 sq.

  • 61 Walther Lotz, Die deutsche Staatsfinanzwirtschaft im Kriege, Stuttgart, 1927, p. 59 sq. K. Roesler,(...)
  • 62 Erwin Respondek, Die Reichsfinanzen auf Grund der Reform von 1919-1920, Berlin, 1921. Klaus Epstein (...)

42Lorsqu’au premier semestre 1916 le projet de budget ordinaire comporta pour la première fois un déficit et qu’à partir de l’automne de la même année le Grand Quartier général exigea et obtint un accroissement de l’effort d’armement dans le cadre du plan Hindenburg, les sources de financement jusqu’alors disponibles devinrent insuffisantes pour couvrir les dépenses de guerre. En particulier, les recettes ordinaires ne permettaient plus de rembourser les intérêts des emprunts contractés par l’État, alors même qu’entre-temps toutes les dépenses militaires, y compris celles correspondant aux besoins du temps de paix, étaient financées par le budget extraordinaire. C’est pourquoi le Bundestag décida en 1916, puis les années suivantes, différentes hausses d’impôts ; celles-ci, tout comme les impôts nouveaux, concernaient exclusivement les ressources fiscales qui revenaient au Reich déjà avant la guerre – c’est-à-dire pour l’essentiel les impôts indirects, les impôts sur les mutations (droits de timbre) et l’impôt sur l’accroissement de la fortune comme seul élément de la fiscalité directe61. Ce n’est qu’après la guerre que le Reich fut associé au produit des impôts sur le revenu et sur la fortune, qui revenaient traditionnellement aux États fédérés et aux communes et auraient pu être d’un rapport particulièrement élevé durant le conflit62.

43C’est ainsi que l’impôt sur les bénéfices de guerre de 1916 s’inscrivait dans la tradition de l’impôt sur l’accroissement de la fortune de 1913. Il frappait à concurrence de la moitié de leur valeur nominale les plus-values enregistrées par le patrimoine des particuliers entre le 31 décembre 1913 et le 31 décembre 1916. Dans le cas des sociétés de capitaux, il portait dans les mêmes proportions sur les augmentations de bénéfices enregistrées durant la guerre qui dépassaient le bénéfice annuel moyen des cinq dernières années de l’avant-guerre. En 1916, le Reichstag vota également un impôt sur le chiffre des ventes de marchandises fixé initialement à 1 % avant qu’il ne soit transformé en 1918 en un impôt général sur le chiffre d’affaires s’appliquant aux biens et aux services. Il releva les impôts à la consommation, en particulier sur le tabac, les cigarettes et la bière, ainsi que les droits de douane sur les importations de thé et de café. En 1918 enfin, il adopta même un impôt à la consommation sur les limonades et les eaux minérales. À partir de 1917 fut prélevé un impôt sur le charbon, qui assura les rentrées fiscales les plus importantes parmi les impôts nouvellement créés. Et en 1916 avaient été relevés ou créés différents impôts sur les transactions.

44En dépit de l’augmentation des recettes ordinaires du Reich que ces mesures entraînèrent – de 2,1 milliards de marks en 1916 à 8,0 milliards en 1917 et 7,4 milliards en 1918 (cf. tableau 25) – celles-ci suffisaient tout juste à couvrir le service de la dette du Reich, qui ne cessait de croître. En d’autres termes, les dépenses de guerre de l’Allemagne, qui se montèrent en tout à 150 milliards de marks, furent presque exclusivement financées par le produit des emprunts de guerre et, durant la seconde moitié du conflit, par le relèvement de la dette flottante (environ 50 milliards de marks). L’augmentation des recettes ordinaires du Reich durant la seconde moitié du conflit permit tout juste d’assurer le service de la dette résultant des emprunts de guerre.

  • 63 K. T. Eheberg, article « Finanzen im Weltkrieg », HdStW, vol. 4, Iéna 1927, p. 80.

45En Grande-Bretagne par contre, où le gouvernement central avait pu disposer dès le début des hostilités d’un système élaboré d’impôts directs, il fut décidé dès le commencement de la guerre à l’automne 1914 un ensemble de mesures fiscales comme, par exemple, le doublement des taux de l’impôt sur le revenu, le triplement de l’impôt sur la bière et l’augmentation de 60 % de l’impôt sur le thé63. Durant les années suivantes, la pression fiscale y fut en outre plus fortement augmentée qu’en Allemagne. L’importance relative plus élevée des impôts directs en Grande-Bretagne avant et pendant la guerre, qui ressort du tableau 28 consacré à la composition des recettes fiscales ordinaires, explique dans une large mesure que cette politique ait été décidée plus tôt en Angleterre qu’en Allemagne et y ait connu un plus grand succès.

Tableau 28 Composition des recettes fiscales ordinaires des gouvernements centraux du Reich et de Grande-Bretagne en 1913 et en 1918 en %

Tableau 28 Composition des recettes fiscales ordinaires des gouvernements centraux du Reich et de Grande-Bretagne en 1913 et en 1918 en %

Source : Robert Knauss, Die deutsche, englische und französische Kriegsfinanzierung, Berlin, 1923, p. 148.

  • 64 R. Knauss, Deutsche, englische..., op. cit., p. 148.
  • 65 Sur ce point, voir R. Will, Die schwebenden Schulden..., op. cit., p. 107.

46L’Angleterre a en outre profité du fait qu’une partie du financement par l’emprunt a reposé sur des emprunts contractés à l’étranger, tout particulièrement dans les pays du Commonwealth, puis, durant la seconde moitié du conflit marqué par l’entrée en guerre des États-Unis, sur des emprunts américains. Ce même avantage a joué dans le cas de la France qui, sinon, n’a guère pu accroître ses recettes fiscales pendant la guerre ; elles passèrent en effet de 4,1 milliards de francs en 1913 à 4,2 milliards en 191864, soit une couverture nulle des dépenses de guerre par l’impôt, parce que son économie a été perturbée par les opérations militaires se déroulant sur son territoire et parce que, comme dans le cas de l’Allemagne, les finances du gouvernement central reposaient pour l’essentiel sur les impôts indirects. Mais elle parvint cependant à couvrir 21 % de son budget extraordinaire lié à la guerre en recourant à des emprunts étrangers. Alors que l’Allemagne ne pouvait disposer de cette source de financement aussi longtemps que durait le conflit65. Par contre elle accorda à ses alliés d’Europe sud-orientale des prêts au remboursement desquels il lui fallut renoncer à cause des conséquences financières du dénouement du conflit et par suite des conditions du traité de paix de Versailles.

2. Les options en matière de politique fiscale et monétaire en 1919

  • 66 Les premiers grands théoriciens de l’économie politique considéraient déjà que l’inflation constitu (...)

47Durant le Première Guerre mondiale, le Reich avait eu plus recours à la planche à billets que les USA, l’Angleterre ou la France pour financer ses dépenses de guerre. À la différence de l’Allemagne, les USA et l’Angleterre avaient privilégié les hausses d’impôts, la France et l’Angleterre les emprunts étrangers. De même, ces trois Etats étaient mieux parvenus que l’Allemagne à consolider leur dette publique intérieure, en particulier durant la seconde moitié de la guerre. Le Reich avait donc plus largement recouru à « l’imposition par l’inflation »66 pour contenir l’emprise des acteurs privés sur l’utilisation du produit national et pour mettre le potentiel de production en état de répondre à une demande publique tournée vers l’effort de guerre.

  • 67 Georg Schreiber, Die Not der deutschen Wirtschaft und der geistigen Arbeiter, Leipzig, 1923. Alfred (...)

48L’imposition par l’inflation frappe indifféremment tous ceux qui détiennent des soldes nets créditeurs en monnaie nationale. Parviennent aisément à y échapper ceux qui peuvent contrebalancer leurs créances d’argent (y compris leurs avoirs monétaires) par des dettes d’argent en monnaie nationale ; dans leur cas, l’imposition générale par l’inflation peut même se transformer en subvention s’ils accumulent des dettes d’argent à taux d’intérêt réel faible ou négatif pour un montant supérieur à leurs créances. Premièrement, on échappe donc, ou non, à l’imposition par l’inflation selon que le patrimoine dont on dispose est constitué, ou non, d’un capital monétaire en monnaie nationale. Les biens corporels, le capital monétaire en monnaie étrangère et le « capital humain » échappent aux fluctuations de valeur de la monnaie nationale. Encore que les revenus courants tirés de ces formes de patrimoine puissent être entamés par l’inflation s’ils sont perçus en monnaie nationale et ne peuvent augmenter au même rythme que la dépréciation monétaire ; c’est le cas lorsque les augmentations de salaires, qui peuvent être considérées comme la rémunération du capital humain, ou bien les hausses de loyer autorisées sont inférieures à la hausse des prix. Deuxièmement, l’incidence de l’imposition par l’inflation dépend des possibilités qu’on a d’accéder à des crédits en monnaie nationale à des conditions intéressantes, et de l’usage qu’on en fait. En règle générale, on pourra dire que celui qui est au courant des questions financières peut se soustraire aux effets de « l’imposition par l’inflation ». Et que dans la mesure ou le recours au crédit joue ici un rôle, celui qui dispose d’un patrimoine est dans une situation plus favorable que les personnes (ou les ménages) qui en sont dépourvues. Si quelqu’un ne place pas son patrimoine en monnaie nationale mais en biens réels, en « human capital » ou en monnaie étrangère (stable), tout en conservant de la sorte la possibilité de recourir au marché financier national, « l’imposition par l’inflation » se transformera pour lui en subvention. Cependant, il ne faut pas considérer uniquement le montant du patrimoine : les grandes fortunes subissent pleinement l’imposition par l’inflation si elles sont placées en monnaie nationale et si leurs détenteurs n’utilisent pas comme ils le pourraient les possibilités nationales de recourir au crédit. Cela a souvent été le cas, durant l’inflation de 1914-1923 en Allemagne, des importants patrimoines détenus par des fondations, des universités, des syndicats, des associations, etc., mais aussi de nombreux particuliers fortunés qui percevaient des « rentes », comme par exemple les hommes de science67.

49L’incidence de « l’imposition par l’inflation » ne dépend donc pas essentiellement des décisions du législateur lorsqu’il établit quelles couches sociales seront frappées par l’impôt selon un critère précis et aisé à vérifier, comme par exemple le principe d’équivalence ou de capacité fiscale ; elle ne dépend pas non plus d’un critère fortuit, mais mesurable, comme le montant du patrimoine des individus ou des foyers. Elle dépend essentiellement de la sagacité de chaque citoyen ou de l’institution qui gère ses intérêts financiers (pour l’essentiel les banques et les entreprises en ce qui concerne les détenteurs de capitaux, ainsi que les syndicats pour ce qui concerne les salariés), car c’est elle qui lui permettra, ou non, d’échapper à l’imposition par l’inflation. C’est pourquoi on peut dire qu’en période d’inflation le savoir économique est plus important que le rang social ou la fortune, et qu’alors l’État cède aux citoyens une partie de ses prérogatives en matière de politique financière ; ce qui permet à ceux qui sont le mieux informés des questions économiques et financières de récupérer sous forme de subvention ou de profit ce que d’autres ont payé du fait de l’imposition inhérente à l’inflation. Dans le rapport de force entre les individus et l’État, les périodes inflationnistes sont de ce fait comparables à celles où prédomine le libéralisme politique et économique. Quant à savoir si une telle situation sociale est politiquement favorable ou défavorable, c’est à chacun d’en juger en fonction de ses convictions.

  • 68 Richard Hauser, « Unsere Währung nach dem Kriege », Bank-Archiv, 17e année, 1917-1918, p. 3.
  • 69 Ibid.

50Du strict point de vue économique, on peut citer un avantage de l’imposition par l’inflation sur l’imposition ordinaire lorsqu’il faut transformer une économie de paix en économie de guerre ou bien réorienter une production de guerre vers des tâches de reconstruction : elle permet de maintenir stable ou même d’accroître la liquidité du secteur économique privé, donc d’éviter que la reconversion de l’appareil productif, qui engendre par elle-même des pertes frictionnelles, soit rendue plus difficile par un manque de liquidité ; de la sorte, l’activité économique et l’emploi sont maintenus au niveau le plus élevé possible. Le désavantage concerne la monnaie dans la mesure où l’argent ne peut plus totalement remplir ses différentes fonctions, en particulier celle de conserver sur le long terme le patrimoine sous forme de liquidités. Cependant, la durée pour laquelle les décisions de politique économique sont prises se réduit nécessairement en temps de guerre ou de crise, de sorte « que l’importance de la monnaie, assurément grande en temps de paix, perd sa priorité par rapport à d’autres exigences en temps de guerre »68. « Une fois la paix signée, les exigences de la politique monétaire, qui avaient dû en règle générale céder le pas aux impératifs politico-militaires durant la guerre, retrouvent leur importance initiale. Se pose alors la question de savoir si l’État doit se fixer comme but de maintenir la valeur de l’argent au niveau atteint durant le conflit ou bien de la ramener – et si oui sous quel délai – à son niveau d’avant le conflit. »69 Telles sont les grandes lignes du débat de politique monétaire qui a agité tous les belligérants pendant la guerre et qui a appelé une décision au plus tard lorsqu’elle s’est achevée, afin que cette politique reparte sur des bases jugées les meilleures.

  • 70 Elmus R. Wicker, Federal Reserve Monetary Policy 1917-1933, New-York, 1966, p. 42-43. Milton Friedm (...)
  • 71 Derek H. Aldcroft, From Versailles to Wall Street 1919-1929, Londres, 1977, p. 68-69. Voir aussi in (...)

51Aux USA, la Federal Reserve Board a décidé en décembre 1919, en accord avec le gouvernement (Treasury), de stopper la hausse des prix inflationniste, donc la dépréciation monétaire, qu’avaient engendrée la guerre et le boom d’après-guerre. Elle engagea une politique de taux élevés qui provoqua un fort ralentissement de l’activité économique et déboucha sur la crise économique mondiale de 1920-192170. Ce ralentissement fut plus important que celui de la crise ultérieure de 1929-193271, tout comme d’ailleurs la reprise qui suivit.

  • 72 « Committee on Currency and Foreign Exchanges after the War », First Interim Report, Londres 1919. (...)

52Alors que pour les USA la valeur externe du dollar, la convertibilité en or, n’était pas remise en cause – non seulement les États-Unis avaient renforcé leur position de puissance financière et leurs réserves d’or avaient nettement augmenté pendant la Première Guerre mondiale, mais encore cette tendance devait se confirmer les années suivantes-, l’Angleterre avait vu sa situation financière internationale se dégrader et ses réserves monétaires diminuer très nettement pendant la guerre ; le débat y porta donc essentiellement sur le rétablissement ou le non-rétablissement du pouvoir d’achat externe de la livre, ce qui avait bien évidemment des retombées sur les marges d’évolution de son pouvoir d’achat interne. En 1918, le gouvernement britannique mit en place le Cunliffe-Committee, qui avait charge d’analyser la question et de faire des recommandations. Il se prononça en faveur du rétablissement de la parité d’avant-guerre de la livre, qui avait pu être maintenue durant le conflit grâce aux mesures interventionnistes des gouvernements alliés et tout spécialement aux crédits quasiment illimités que les USA avaient accordés à la Grande-Bretagne ; il recommanda également de supprimer tous les contrôles en matière de politique monétaire et de rétablir la convertibilité sur la base d’un taux de change fixe72. Dès lors, l’évolution intérieure des prix et de la conjoncture ne pouvait échapper à la déflation. Faute de réserves monétaires suffisantes, la Grande-Bretagne se condamnait ainsi à suivre la politique monétaire d’autres pays importants disposant d’une monnaie-or, comme par exemple les USA. C’est ainsi qu’elle dut s’associer pleinement à la politique de réduction de la masse monétaire décidée par ces derniers fin 1919, sous peine de voir sinon la valeur externe de la livre se déprécier plus encore, après qu’en mars 1919 la levée du contrôle des devises ait entraîné une baisse croissante du cours auquel la monnaie anglaise était négociée par rapport au dollar américain (cf. graphique 2).

  • 73 Statistisches Reichsamt, Die interalliierten Schulden. Ihre Entstehung und ihre Bedeutung im Youngp (...)
  • 74 Gottfried Haberler, The Theory of International Trade with its Applications to Commercial Policy, L (...)
  • 75 Dans The Chase Economic Bulletin, Chase National Bank (éd.), New-York, 14 mars 1930. Cité d’après G (...)

53La décision britannique répondait à un double calcul ; d’une part, la politique financière restrictive nécessaire à la stabilisation de la livre dans le pays était jugée faisable et politiquement souhaitable ; de l’autre, on pensait que les tendances déflationnistes induites par une telle politique seraient compensées par le rétablissement de Londres comme place financière internationale et le renforcement de la position britannique sur les marchés mondiaux qui en résulterait. L’échec de cette stratégie et la dégradation constante de la position internationale de la Grande-Bretagne qui en découla tiennent pour partie à la politique américaine, qui ne respectait pas les règles du jeu de l’étalon-or (neutralisation des afflux d’or pour éviter la hausse des prix sur le marché intérieur, politique de protection douanière qui mettait les autres pays dans F impossibilité de réaliser les gains en or ou en devises qui leur auraient permis de financer leurs importations en provenance des USA et de rembourser leurs dettes vis-à-vis de ces derniers). Tout renforcement durable de la position britannique dans le domaine du commerce extérieur et de la politique monétaire se trouvait bloqué par cette stratégie américaine qui fonctionnait comme un étau : diminution ou tout au plus stabilisation pour ce qui concerne les entrées d’or et de devises d’une part, mesures restrictives à l’importation pour se protéger des concurrents de l’autre. Dans le même temps, le gouvernement américain a constamment rejeté les demandes des pays européens, en particulier du gouvernement français, en matière d’annulation des dettes entre alliés73. G. Haberler a dit à juste titre de la politique commerciale protectionniste pratiquée durant les années vingt par les USA, premier créancier du monde, qu’elle était « une pratique économique insensée, une politique relevant du sadisme »74 ; auparavant, l’économiste américain B. M. Anderson avait utilisé la comparaison suivante pour décrire l’attitude ambiguë du gouvernement des USA, qui exigeait le paiement des créances étrangères mais bloquait les importations nécessaires aux transferts correspondants : « Les dettes que le restant du monde a contractées envers nous sont comme un nœud coulant passé autour du cou des débiteurs et qui nous permet de les tirer vers nous. Nos restrictions commerciales sont comme des fourches que nous pressons contre leur corps pour les tenir éloignés de nous. Cette situation peut à l’évidence être source de torsions très douloureuses pour le débiteur étranger »75. L’économie britannique était exposée à ces torsions sur le flanc de son commerce extérieur, ce qui limita ses possibilités de développement durant les années vingt.

54Tout comme le commerce extérieur, le commerce intérieur était frappé d’une faiblesse similaire, due à la politique déflationniste ; à la différence de l’inflation, celle-ci incitait en effet moins les « forces vives » à être économiquement actives, à contracter des emprunts, à investir leur fortune à l’étranger, en valeurs corporelles ou encore en capital humain. Tout au contraire, la déflation récompensait ceux qui plaçaient leur patrimoine en monnaie nationale et avaient eu peu recours au crédit. C’est-à-dire les rentiers, ceux qui géraient leur fortune de manière conservatrice, sans faire jouer « l’effet de levier » du crédit. Ceux qui, par exemple, avaient souscrit aux emprunts de guerre percevaient un revenu réel en hausse grâce aux intérêts constants qu’ils touchaient, alors que le niveau des prix diminuait. Et comme ces intérêts étaient payés par l’État, la politique « d’austérité » inhérente à la déflation impliquait que des économies soient faites sur les autres dépenses, comme par exemple les dépenses de personnel (diminution du nombre de fonctionnaires) ou d’investissement (réduction du nombre de commandes passées aux entreprises). Cela restreignait les possibilités d’emploi pour les salariés et d’activité pour l’appareil productif, décourageait les entrepreneurs d’investir, diminuait par conséquent la croissance économique et, de ce fait, empêchait de procéder aux adaptations structurelles et aux mesures de modernisation nécessaires sans pertes d’emplois importantes.

  • 76 R. Hauser, « Unsere Währung nach dem Kriege », Bank-Archiv, 17e année, 1917-1918, p. 2-6.
  • 77 Gustav Cassel, Deutschlands wirtschaftliche Widerstandskraft, Berlin, 1916, p. 155-156. Et ultérieu (...)
  • 78 G. Cassel, Deutschlands wirtschaftliche Widerstandskraft, Berlin 1916, p. 151.
  • 79 R. Hauser, « Unsere Wâhrung nach dem Kriege »..., op. cit., p. 4.
  • 80 Ibid.
  • 81 Ibid., p. 5-6.

55Voyons maintenant l’état du débat en Allemagne. Le débat sur le fait de savoir s’il fallait « revenir à la parité d’avant-guerre » ou bien « stabiliser le mark à son niveau déprécié » s’engagea avant même la fin de la guerre76. Les arguments de politique financière jouèrent tout d’abord un rôle secondaire, bien que le Suédois Gustav Cassel77 ait recommandé dès 1916 de stabiliser en Allemagne aussi la monnaie à son niveau déprécié afin de sauvegarder les finances publiques. Considérant l’endettement accumulé par l’État durant la guerre, il déclarait en effet : « La charge d’un remboursement annuel d’un milliard se trouvera tout naturellement doublée si l’unité monétaire utilisée pour calculer la dette voit son pouvoir d’achat doubler »78. Or si on admit bien au cours du débat mené dans le pays que le retour à la parité d’avant-guerre entraînerait des difficultés pour le budget de l’État, parce que les rentrées fiscales diminueraient alors même que la valeur nominale du service de la dette resterait inchangée79, on choisit finalement de ramener le niveau des prix intérieurs à son niveau d’avant le conflit, afin d’éviter aux créanciers d’avant-guerre que leurs titres de créances ne se traduisent pas des pertes. On considéra également qu’en matière de commerce extérieur il fallait se fixer « pour but le retour rapide à l’ancienne parité » une fois la guerre terminée80. Le principal argument avancé était que revenir à l’étalon-or à un niveau déprécié et plus encore maintenir une monnaie de papier inconvertible comporteraient « de graves dangers pour la crédibilité de notre monnaie comme moyen de paiement international et pour le statut international de notre système bancaire ». « Depuis plus d’une génération, nos banques et nos grandes maisons de commerce s’efforcent de garantir au mark un rang égal à celui de la livre et du franc. Leurs efforts ont été couronnés de succès appréciables, elles sont parvenues à obtenir que non seulement la majeure partie du commerce extérieur de l’Allemagne, mais encore une partie de celui de nos voisins méridionaux et orientaux soit effectuée en marks, ce qui assure aux banques allemandes des avantages financiers et autres comme seul Londres en a connus jusqu’à présent, dans une bien plus large mesure. »81 Cette déclaration n’est pas sans rappeler les réflexions qui avaient conduit le Cunliffe-Committee à des recommandations finalement suivies d’effet en matière de politique économique et monétaire.

  • 82 La seconde solution était fortement recommandée, en particulier par Robert Liefmann, Johann Plenge, (...)
  • 83 Friedrich Bendixen, « Die Parität und ihre Wiederherstellung », Bank-Archiv, 18e année, 1918-1919, (...)

56Toujours est-il qu’en Allemagne comme en Angleterre les théoriciens de la monnaie ont essentiellement débattu durant la guerre de la question de savoir si, une fois le conflit terminé, il faudrait en revenir à la monnaie-or convertible ou bien à la monnaie garantie par l’or, cette dernière impliquant que les réserves de métal précieux soient détenues par la seule Reichsbank et ne soient utilisées que dans le cadre des transactions internationales82. Par contre la quasi totalité des experts – comme dans le cas du Cunliffe-Committee – était d’accord sur le niveau à retenir pour la valeur interne de la monnaie ainsi que pour sa parité externe, une foi le conflit terminé ; ils préconisaient le retour à la situation d’avant-guerre. Le 18 octobre 1918, Bendixen pouvait encore écrire : « Après la guerre, notre politique des changes devra viser à revenir le plus rapidement possible à la parité intégrale – tel est en gros le point de vue qui prédomine dans les milieux concernés par les aspects théoriques ou pratiques de cette question »83.

57En 1919 cependant intervint un retournement complet d’opinion. Désormais, trois possibilités de rétablir la situation monétaire en Allemagne furent au centre du débat. Toutes trois visaient à rétablir sur le long terme la parité en or ou en devises du mark, afin de stabiliser le niveau des prix dans le pays. Elles différaient sur le niveau des prix et du taux de change à retenir et à maintenir entre-temps. Au-delà des différences de détail, les trois solutions proposées peuvent être rattachées aux trois écoles de pensée suivantes :

  1. Retour à la parité d’avant-guerre, c’est-à-dire diminution du niveau des prix et relèvement du cours du mark par rapport à ce qu’ils étaient à la fin de la guerre. Cela supposait une politique fiscale et d’emprunt rigoureuse destinée à attirer le pouvoir d’achat excédentaire des agents économiques privés dans les caisses de l’État, afin que celui-ci puisse rembourser ses dettes flottantes et les emprunts à longs termes qui arrivaient à échéance.

    • 84 Friedrich Bendixen, « Devalvation, Eine Richtigstellung », Bank-Archiv,, 19e année, 1919-1920, p. 1 (...)

    Stabilisation au niveau du moment, autrement dit renoncer à toute déflation du niveau des prix et à tout retour du cours du mark à sa parité d’avant-guerre. On utilisait à ce propos le terme de dévaluation. Au cours de l’histoire monétaire, celle-ci a été parfois associée à l’estampillage des billets de banque, à leur remplacement par d’autres billets dans une proportion préalablement déterminée ou bien à la conversion des titres de créance, afin de rétablir du strict point de vue nominal la situation monétaire antérieure84. Cela impliquait uniquement de renoncer à tout nouvel accroissement inflationniste de la dette publique.

    • 85 Alfred Manes, Staatsbankrotte. Wirtschaftliche und rechtliche Betrachtungen, Berlin, 1918. Waldemar (...)

    Inflation avec pour conséquence de nouvelles augmentations de prix sur le marché intérieur et une dépréciation de la monnaie sur les marchés extérieurs. Cela impliquait un nouvel accroissement de l’endettement de l’État auprès de la banque d’émission, donc une augmentation de la masse monétaire en circulation, consécutive par exemple au remboursement anticipé des emprunts de guerre ou encore aux déficits budgétaires. Cette stratégie fut également recommandée par certains de préférence à une « faillite de l’État »85 traditionnelle, qui se caractérise par le fait que l’État cesse de rembourser les intérêts et le capital de ses dettes et, de la sorte, les laisse se déprécier. En cas d’inflation, par contre, la dépréciation touche aussi bien les dettes privées que publiques.

  • 86 Karl Helfferich, Deutschlands Volkswohlstand 1888-1913, Berlin, 19156, p. 122.
  • 87 Peter-Christian Witt, Die Finanzpolitik des Deutschen Reiches von 1903 bis 1913, Lübeck, 1970, p. 3 (...)

58Ce qui vient d’être dit montre déjà que la situation financière du Reich a été un facteur d’importance croissante dans le débat sur la politique monétaire, tant après qu’avant la fin de la Première Guerre mondiale. La question centrale était de savoir si l’État serait en mesure – et si oui, comment il y parviendrait – de rembourser une dette qui avait atteint durant la guerre la somme de 100 milliards de marks sans compter les intérêts, ainsi que la « dette flottante » qui continuait à augmenter après la fin du conflit ; autrement dit de savoir comment il parviendrait à réunir les quelque 9 milliards de marks d’intérêts correspondant aux 175 milliards de marks environ que les dettes du Reich (dette consolidée plus dette flottante) représentaient au milieu de l’année 1919. On percevra mieux la dimension du problème si l’on se souvient qu’avant le début de la guerre la valeur totale du patrimoine national allemand avait été estimée par Helfferich à environ 300 milliards de marks86 ; sur la base d’un retour pur et simple à cette valeur après la guerre, il aurait donc fallu en mobiliser plus de la moitié à seule fin de rembourser les dettes publiques. Quant aux intérêts (d’une valeur d’environ 9 milliards pour quelque 175 milliards de dette au taux de 5 %), leur valeur nominale aurait représenté quatre fois le montant total des recettes du Reich en 1913, soit 2,2 milliards de marks87. Tel est le cœur du problème financier comme il se pose à la fin de la guerre. Et de la politique financière retenue pour le résoudre dépendait également dans une très large mesure le cours de la politique monétaire dans les années d’après-guerre. Les trois options ci-dessus évoquées appellent les remarques suivantes :

  • 88 Fritz Terhalle, « Zum Inflationsproblem der Übergangswirtschaft », Bank-Archiv, 18e année, 1918-191 (...)

591. Les partisans du rétablissement de la valeur antérieure de la monnaie, donc d’une politique déflationniste, proposaient pour l’essentiel deux mesures destinées à réduire dans un premier temps le volume excessif de la dette flottante du Reich, générateur d’inflation, puis à amortir sa dette à long terme : 1. convertir le plus rapidement possible la dette flottante en emprunts ; 2. amortir la dette de préférence par un impôt exceptionnel sur la fortune88.

  • 89 F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 137.
  • 90 On trouvera les cours correspondants dans Statistische Jahrbücher des Deutschen Reiches 1920-1923.
  • 91 Karl Elster, « Kriegsanleihen und Finanznot », Bank-Archiv, 18e année, 1918-1919, p. 212.

60La seule tentative des autorités de recourir durant l’inflation d’après-guerre à un emprunt volontaire, l’emprunt à lots de 1919, s’est soldée par un échec89 : il ne put être placé parce que le Reich avait perdu toute crédibilité auprès du public. Ce que confirmait également la cotation des emprunts de guerre90. Karl Elster faisait à ce propos, le 15 juillet 1919, la constatation suivante : « Plutôt que de se perdre en longues considérations, il suffit de constater que le cours des emprunts de guerre à 5 % est inférieur de près de 25 % à celui des obligations hypothécaires à 4 %. À cet état de fait tout aussi désolant qu’humiliant il y a au fond une seule explication : les emprunts de guerre ne sont plus jugés sûrs »91. Cette situation trahissait, parmi le public, la crainte d’une faillite de l’État, autrement dit d’une dévalorisation de la seule dette publique qui ne toucherait pas les dettes privées, ou alors dans une moindre proportion.

  • 92 Voir page 132.

61Mais indépendamment du fait que le Reich ne parvenait pas à placer ses emprunts, on peut douter de leur effet anti-inflationniste. Car aussi longtemps que les caisses de crédit continuaient à exister et que les bons de caisse qu’elles émettaient pouvaient être utilisés comme moyen de paiement ou servir à la Reichsbank pour garantir ses émissions fiduciaires, le taux de liquidité des emprunts d’État n’était pas moindre que celui des bons du Trésor92. La seule différence tenait au fait que ces derniers pouvaient être directement mis en gage auprès de la Reichsbank, alors que les emprunts étaient nantis auprès des caisses de crédit contre remise de bons de caisse. Mais les uns comme les autres contribuaient à accroître la masse monétaire en circulation. Il était donc possible d’utiliser les liquidités dont on disposait pour souscrire un emprunt sans disposer ensuite de moins de liquidités. Dans la mesure où la politique d’emprunt menée par le Reich pendant et après la guerre avait pour but de combattre T inflation en diminuant le volume de liquidités qui alimentait l’économie, elle était condamnée à l’échec aussi longtemps que les titres d’emprunt pouvaient être nantis auprès des caisses de crédit. Et comme, depuis le début de la guerre, les bons de caisse de ces dernières pouvaient être utilisés par la Reichsbank dans le cadre de la couverture d’un tiers, les emprunts du Reich contribuaient indirectement à l’émission fiduciaire inflationniste de la Reichsbank tout autant que les dettes flottantes, qui pouvaient servir à assurer les deux autres tiers de la couverture. Il est par conséquent fort étonnant que, à ma connaissance, la fermeture des caisses de crédit n’ait pas été envisagée comme moyen de lutter contre l’inflation, en complément des propositions visant à consolider les dettes flottantes du Reich en les convertissant en emprunts d’État.

62Encore convient-il de reconnaître que si la politique d’emprunt menée par le Reich durant la guerre a eu un effet anti-inflationniste, ce n’est pas en diminuant le volume de liquidités disponibles dans le secteur économique privé, mais en renforçant la confiance dans la rigueur de la politique financière du gouvernement, donc dans la monnaie en général. Tant que les caisses de crédit ont existé, la politique d’emprunt du gouvernement ne pouvait pas diminuer le volume de liquidités présent dans le secteur économique privé ni l’offre monétaire potentielle, mais elle pouvait par contre avoir un effet psychologique sur la valeur de la monnaie en suscitant la confiance. Après la guerre par contre, la confiance du public dans l’honorabilité commerciale de l’État était à tel point entamée que même ce second effet n’agissait plus.

  • 93 Otto Heyn, « Die Geldentwertung, ihre Ursache und die Mittel zu ihrer Beseitigung », Bank-Archiv, 1 (...)
  • 94 Voir les prises de position sur cet « impôt exceptionnel sur la fortune » de Karl Diehl, Felix Soma (...)
  • 95 Karl Diehl, ibid., vol. 156 I, p. 11.
  • 96 Boleslav Fux, « Die Vermögenssteuer », dans W. Gerloff et F. Meisel (dir.), Handbuch der Finanzwiss (...)

63La seconde proposition visant à réduire la masse monétaire en circulation et à consolider les finances publiques reposait sur une mesure fiscale : un impôt exceptionnel sur la fortune93. Celui-ci avait déjà été envisagé et avait fait l’objet d’un débat approfondi durant la guerre94. Il devait permettre de « soulager l’État d’une partie du fardeau » de la dette de guerre et être décidé dans le cadre d’une vaste réforme financière visant à mobiliser également d’autres ressources fiscales. Le but de cet impôt sur la fortune exceptionnel était d’éviter que la pression fiscale courante n’atteigne après la guerre un niveau excessif. « Si nous avions le choix entre un amortissement progressif sur la base d’un taux d’imposition annuel modéré et un impôt exceptionnel sur la fortune, la solution de l’amortissement progressif s’imposerait sans aucun doute ; mais il nous faut choisir entre un amortissement progressif accompagné d’un taux d’imposition annuel insupportable et le recours à l’impôt sur la fortune exceptionnel ; cette dernière mesure est assurément dure, mais elle permet de réduire considérablement et durablement la charge fiscale annuelle. »95 Il fut introduit en relation partielle avec la grande réforme fiscale conduite par Erzberger, dans la mesure où fut certes exigé des plus riches une contribution exceptionnelle aux finances du Reich (Reichsnotopfer), mais versée en plusieurs fois, à la différence de ce qui avait été initialement envisagé ; elle venait s’ajouter à la contribution à la défense nationale prélevée depuis 1919 sur le patrimoine des particuliers96 et à la contribution de guerre supplémentaire prélevée depuis 1917. Mais ce nouvel impôt exceptionnel, dont le montant avait été fixé en valeur nominale, ne fut perçu qu’en 1920, c’est-à-dire alors que l’accroissement des dettes flottantes du Reich et la dépréciation de la monnaie qui en avait résulté par rapport à son niveau du mois de novembre 1918 avaient déjà sensiblement progressé (cf. tableaux 1 et 20).

  • 97 F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 422.
  • 98 A. Jessen, Finanzen, Defizit und Notenpresse 1914-1922, Berlin, 1923, tableau 1.

64C’est là l’aspect le plus frappant : alors qu’on en était encore à débattre de la réduction des dettes flottantes et des dettes à long terme du Reich provoquées par la guerre, on ne parvenait même pas, en 1919, à empêcher que les premières continuent d’augmenter. Certes la valeur nominale des dépenses du Reich avait reculé de 76 à 55 milliards de marks par rapport à la dernière année de guerre97, mais les dépenses des communes et des Lânder continuaient à croître, par exemple en Prusse où elles étaient passées de 9,7 milliards de marks en 1918 à 17,3 milliards en 191998. Comme dans le même temps les recettes ordinaires du Reich étaient seulement passées de 7,4 milliards de marks en 1918 à 11,0 milliards en 1919 (cf. tableau 25) les dépenses publiques non couvertes par des recettes affectées augmentaient, ce qui aggravait les dettes flottantes. Certes les dépenses de guerre et de gestion courante des armées avaient fortement diminué par rapport à l’année précédente, mais elles avaient été remplacées par celles liées aux coûts de la démobilisation et de la remise au travail des soldats démobilisés ainsi que par les charges résultant des traités d’armistice et de paix.

  • 99 Richard Hauser, « Zur Währungsfrage », Bank-Archiv, 18e année, 1918-1919, p. 197 (1er juillet 1919)
  • 100 Voir Karl Helfferich, Deutschlands Volkswohlstand 1888-1913, Berlin, 19156, p. 122.

65En conclusion, on peut dire que la stratégie consistant à décharger le Reich d’une partie de sa dette et à rétablir la situation d’avant-guerre aussi pour ce qui concernait la valeur de la monnaie n’était déjà plus réaliste en 1918-1919, en particulier parce que l’Allemagne avait perdu la guerre et, au lieu de percevoir des réparations, voyait le budget de l’État grevé par le versement de telles réparations, ce qui augmentait encore l’endettement global du Reich. Vouloir rembourser plus que les intérêts liés à ces dettes par le recours aux recettes fiscales ordinaires – qu’elles soient régulières ou exceptionnelles – sans porter le poids de l’impôt à un niveau qui aurait rompu avec toutes les règles de la morale fiscale et n’aurait pu être maîtrisé par les techniques administratives usuelles, aurait nécessairement conduit à une déflation et une dépression d’une ampleur telle qu’elles auraient été fatales à tout gouvernement, mais aussi à l’État républicain qui venait juste de voir le jour. C’est ainsi que Richard Hauser, qui avait encore plaidé en octobre 1917 pour la première option en vue du rétablissement de la situation monétaire après guerre, reconnut en juillet 1919 que « les conditions qui motivaient ce jugement (le retour à la parité par exemple) ont fondamentalement changé »99. Il considéra alors que le retour à la parité d’avant-guerre n’était plus souhaitable dans la mesure où la plus grande partie des dettes du moment avait été contractée pendant la guerre en monnaie dépréciée, de sorte que ramener la valeur de celle-ci à son niveau de 1914 garantirait aux créanciers des gains injustifiés. En outre, il faisait valoir que le retour à la parité antérieure était « totalement impossible » étant donné la situation financière du Reich. Pour fonder ce jugement, il se référait aux trois estimations chiffrées précédemment évoquées : la dette intérieure du Reich représentait, sur la base de cette parité, environ la moitié du patrimoine national allemand d’avant-guerre ; calculés à partir du taux usuel de 5 %, les intérêts à eux seuls correspondaient à une dette annuelle de 10 milliards de marks ; réunir une telle somme en respectant la valeur antérieure de la monnaie mobiliserait environ un quart du revenu national annuel, qui s’était élevé avant la guerre à quelque 40 milliards de marks100. Il concluait en ces termes : « Vu les autres engagements qui doivent être respectés vis-à-vis des puissances de l’Entente, mobiliser 10 milliards de marks-or uniquement pour rembourser les intérêts de la dette intérieure constituerait une charge insupportable et conduirait inévitablement à la catastrophe. Compte tenu de la dette intérieure, il est absolument exclu de rétablir l’ancienne parité de notre monnaie ».

  • 101 Richard Hauser, « Zur Währungsfrage »..., op. cit., p. 198.
  • 102 Friedrich Bendixen, « Die Paritât und ihre Wiederherstellung », Bank-Archiv, 18e année, 1918-1919, (...)
  • 103 Ibid.
  • 104 Ibid.

66Outre les difficultés purement financières, Richard Hauser soulignait également le fait que le retour à la parité d’avant-guerre tendrait à faire revenir les prix et les salaires à leur niveau d’avant le conflit : « Or une réduction des salaires poserait des difficultés insurmontables... Les litiges entre salariés et employeurs s’éterniseraient... En tout état de cause, une telle mesure entraînerait nécessairement des conséquences extrêmement néfastes si elle venait à être prise dans la situation politique actuelle »101. Dès octobre 1918, c’est-à-dire juste avant la fin de la guerre, Friedrich Bendixen avait également mis en garde contre le rétablissement de l’ancienne parité entre le mark et l’or, en avançant toutefois des arguments moins financiers que d’organisation de la production, de politique sociale et de politique générale. Lorsque Bendixen déclare qu’il est « parfaitement erroné de concevoir la valeur absolue d’une devise comme un bien suprême garantissant la prospérité et l’honneur d’un pays et justifiant tous les sacrifices économiques, si grands soient-ils »102, cela ressemble fort à une critique des recommandations du Cunliffe-Committee en Angleterre, qui avait préconisé le retour de la livre à sa parité d’avant-guerre, niveau qu’elle devait effectivement atteindre en 1925. Son jugement prend des allures prémonitoires lorsqu’on pense aux effets de la future politique déflationniste de Brüning : « Aucun homme d’État n’oserait prendre la responsabilité d’une décision socialement aussi haïssable que celle de comprimer les salaires. Mais la diminution des prix relèverait tout aussi peu de la sagesse politique »103. En matière de politique financière et monétaire pour les années d’après-guerre, Bendixen recommandait de prendre surtout en compte les effets des autres mesures envisageables sur la production nationale. Il mettait en garde contre la réduction de la masse monétaire et l’abaissement du niveau des prix par des hausses d’impôts drastiques. « Cette politique économique funeste se traduirait par la dépréciation des marchandises, le chômage et une crise du crédit. Or l’Allemagne d’après-guerre a besoin en priorité d’une mobilisation de toutes ses forces économiques pour développer son activité de production. »104

67Par conséquent, alors que la première option ne trouvait plus de défenseurs sérieux après la fin de la guerre, pour des raisons essentiellement financières, ceux qui se prononçaient en faveur des options 2 et 3 le faisaient entre autres, dans une proportion variable, pour des raisons liées à la politique de production.

  • 105 Willi Prion, Inflation und Geldentwertung. Finanzielle Massnahmen zum Abbau der Preise. Gutachten e (...)

682. Willi Prion peut être considéré comme le principal défenseur de la deuxième option. Certes il avait rédigé en 1918 un rapport pour le ministère des Finances intitulé « mesures financières permettant une diminution des prix », mais il y arrivait à la conclusion que « la stabilité des prix serait plus avantageuse pour l’activité économique et pour les finances publiques qu’un hypothétique niveau de prix bas. Il en va de même du niveau des taux de change »105.

  • 106 Ibid., p. 113.
  • 107 Ibid., p. 108.

69Tout comme Hauser et Bendixen, il justifiait sa position par des arguments économiques, sociaux et politiques d’une part, et par des considérations financières de l’autre : « Rétablir le niveau antérieur des prix (du temps de paix) entraînerait toute une série de perturbations économiques. En particulier, les détenteurs de biens corporels subiraient de fortes pertes ; la production de nouveaux biens ralentirait, de nouvelles secousses agiteraient le marché des marchandises, des luttes salariales sans fin menaceraient la vie économique et politique. Les conséquences les plus graves concerneraient les finances publiques. Les dettes considérables contractées en monnaie dépréciée par les collectivités publiques devraient être remboursées en monnaie saine... Les détenteurs de titres d’emprunts feraient une bonne affaire puisqu’ils se verraient rembourser un même montant nominal, mais doté d’un pouvoir d’achat accru. Indépendamment des effets rigoureux et injustes d’une telle répartition des charges financières et des revenus, la collecte d’impôts élevés finirait d’étouffer ceux qui ne seraient concernés que par les charges »106. Pour Prion, une éventuelle diminution des prix ne devait donc intervenir que si elle était motivée par l’offre de marchandises, autrement dit par une augmentation de la production107.

70Pour satisfaire les besoins financiers de l’État – c’est-à-dire pour combattre l’inflation à la source en stoppant l’accroissement permanent de la dette flottante – il recommandait de recourir à l’emprunt forcé ainsi qu’à l’augmentation des impôts sur la consommation et le revenu – en particulier si une hausse de la production venait à comprimer les prix, créant ainsi des possibilités de transfert de fiscalité non-inflationnistes ; il conseillait également l’impôt exceptionnel sur la fortune, mais payé en une seule fois et non en plusieurs échéances, ce qui le transformerait en un impôt courant. En effet, le relèvement des impôts sur le revenu et la consommation était appelé à limiter le pouvoir d’achat et donc la consommation des revenus faibles et moyens dans la mesure où il touchait tout le monde, de sorte que l’incitation à la hausse des prix résultant du transfert de fiscalité serait contrebalancée par l’effet anti-inflationniste de la réduction générale du pouvoir d’achat. Alors que l’impôt exceptionnel sur la fortune ne toucherait que quelques foyers fiscaux aisés, ce qui pèserait sur le capital disponible, donc les investissements privés, mais pas sur la consommation des gens fortunés, non plus que sur le niveau global de consommation. Par contre si « l’exceptionnel », surnom donné à l’impôt sur la fortune dans le débat public, pouvait être payé en plusieurs échéances comme un impôt courant, il serait répercuté sur les prix et contribuerait à leur augmentation. Pourtant cette dernière solution fut celle finalement retenue : la contribution exceptionnelle aux finances du Reich put être versée en 47 mensualités maximum.

  • 108 Friedrich Bendixen, Kriegsanleihen und Finanznot. Zwei finanzpolitische Vorschläge, Iéna, 1919.
  • 109 Cela ressort d’un article dans lequel ce projet était débattu : Karl Elster, « Kriegsanleihen und F (...)
  • 110 F. Bendixen, « Kriegsanleihen... », op. cit., p. 18.
  • 111 Ibid., p. 9.

713. Alors que Prion, Hauser et Bendixen à ses débuts préconisaient une stabilisation des prix et du taux de change à leur niveau déprécié, Bendixen108 rendit public au milieu de l’année 1919109 une proposition qui avait, de toute évidence, fait l’objet de débats internes dès mars de la même année110. Si elle visait dans l’immédiat à supprimer la différence en moins du pair des emprunts d’État, que les conditions du traité de Versailles avaient encore aggravée, il y conseillait explicitement de recourir à une accélération de l’inflation comme moyen d’imposition : il préconisait que le Reich rembourse avant terme ses emprunts au pair avec l’aide de la banque d’émission, autrement dit en accroissant la masse monétaire en circulation ; pour le moins, il conseillait de convertir les emprunts d’Etat en effets du Trésor qui permettaient à leurs détenteurs d’obtenir un crédit auprès de la banque centrale et, de la sorte, d’accroître leurs disponibilités. À ses yeux, cette solution devait permettre tout à la fois d’éviter une faillite de l’État et d’assurer à l’économie les avantages d’une augmentation de la masse monétaire combinée à une dépréciation. Car il valait mieux « utiliser toutes les possibilités qu’offre la création de monnaie plutôt que de paralyser l’effort productif et l’esprit d’entreprise par une politique fiscale confiscatoire »111.

  • 112 John M. Keynes, A Tract on Monetary Reform. The Collected Writings of J.M. Keynes, ed. E. Johnson a (...)
  • 113 On retrouvera ce point de vue chez W. Prion, Inflation und Geldentwertung..., op. cit., p. 114.
  • 114 Friedrich Bendixen, « Die Inflation als Rettungsmittel », Bank-Archiv, 19e année, 1919-1920, p. 54 (...)
  • 115 Ibid., où son propos est largement polémique.
  • 116 W. Prion, Inflation und Geldentwertung..., op. cit., p. 113.

72Pour sa part, Keynes a présenté quelques années plus tard ces deux solutions opposées dans les termes suivants : « L’inflation est injuste, la déflation est un frein. De ces deux solutions, la déflation est peut-être la pire [...] ; car dans un monde appauvri il est plus grave de provoquer le chômage que de décevoir les rentiers »112. Mais alors que Keynes voyait dans l’une comme dans l’autre un mal qu’une politique de stabilisation des prix permettait d’éviter113, Bendixen considérait que, dans la situation historique donnée, la stabilisation serait un mal plus grand que l’inflation : « Pour ma part, je n’ai jamais nié que ce que je propose constitue une mauvaise solution, mais c’est le seul moyen d’éviter un mal plus grand encore [...]. On a certes quelque raison de craindre qu’une grande inflation déclenche un redoutable déchaînement de la spéculation et de l’esprit d’entreprise ; mais faut-il pour autant préférer le champ de ruines que deviendrait notre économie si nous venions à répudier les emprunts de guerre ? »114 Il jugeait impossible, et en tout état de cause néfaste pour l’économie du pays, de rembourser les emprunts de guerre en recourant seulement aux recettes ordinaires. Pour lui, l’inflation constituait une alternative à une fiscalité ordinaire qui, vu la situation politique du pays et à supposer qu’elle soit applicable ou mise en œuvre par Erzberger, menaçait surtout les riches et ceux qui percevaient des revenus élevés. Les préjugés de Bendixen contre la « république sociale » et ses projets fiscaux transparaissent ici clairement115. Une chose reste impossible à déterminer : cette proposition lui a-t-elle été plus inspirée par la peur des projets fiscaux du gouvernement ou par le désir de sauvegarder les possibilités de croissance et l’emploi ? En tout état de cause, il est symptomatique que le gouvernement et les services ministériels aient fait le même type de propositions que Bendixen et en aient débattu, comme Prion le signale dans son rapport116.

  • 117 Voir p. 363.

73Comme on sait, la conversion des emprunts de guerre en argent n’a pas eu lieu ; tout au plus le Reich les a-t-il partiellement rachetés sur le marché ouvert et les a-t-il pour partie acceptés en paiement d’impôts et en remboursement de crédits durant les années d’après-guerre ; de la sorte, on estime qu’au début de l’année 1924 il n’y avait plus en circulation que 72 milliards de marks sur les 100 milliards de marks qui avaient été émis au titre des emprunts de guerre117. Et pourtant le double effet d’une augmentation de la masse monétaire en circulation envisagé par Bendixen, à savoir l’inflation et la relance de la production, a bien été atteint, en l’occurrence par l’accroissement constant de la dette flottante du Reich utilisé pour financer le déficit courant des recettes. Les hausses de prix entraînèrent une dépréciation des impôts calculés sur des bases nominales, en particulier pour ce qui concerne les revenus et patrimoines élevés, et qui, comme le voulait l’usage, étaient payés avec un décalage dans le temps lié au calcul de l’assiette. De même, le paiement des intérêts des emprunts de guerre, qui selon Bendixen contribuait largement à « l’indigence financière » du Reich, représenta une part décroissante des dépenses globales de ce dernier au fur et à mesure que l’inflation augmenta. Le but préconisé par Bendixen a été atteint de façon bien plus efficace par l’évolution de fait, à savoir une hausse constante de la dette flottante du Reich destinée à couvrir les dépenses, qu’il n’aurait pu l’être par une conversion des emprunts d’État en monnaie, dans la mesure où ces emprunts pouvaient être déposés en nantissement auprès des caisses de crédit, donc transformés à tout moment en liquidités. Ils équivalaient à de la monnaie, même sans être officiellement remboursés par le gouvernement. L’inflation souhaitée par Bendixen et la relance de la production qu’elle devait induire dépendaient donc plus des dépenses publiques courantes non couvertes par des recettes affectées que de la conversion des dettes à long terme du Reich en dettes à court terme sur fond de budget public par ailleurs éventuellement équilibré.

  • 118 F. Terhalle, « Geschichte der deutschen ôffentlichen Finanzwirtschaft vom Beginn des 19. Jahrhunder (...)
  • 119 Fleinrich Dietzel, « Abbürdung der Kriegsschuld », dans H. Herkner (dir.), « Die Neuordnung der deu (...)
  • 120 Sur ce point, voir la critique de Robert Nöll von der Nahmer, Lehrbuch der Finanzwissenschaft, vol. (...)
  • 121 Gaston Jèze, cité dans F. Terhalle, « Geschichte der deutschen ôffentlichen Finanzwirtschaft... », (...)

74Si favorable que l’inflation ait pu être dans le cadre de la reconversion de l’économie en économie de paix, du retour au plein emploi et de la relance des investissements privés, l’histoire de la « contribution exceptionnelle aux finances du Reich » instaurée par une loi du 31 décembre 1919 montre à quel point elle a finalement protégé les entreprises privées d’une emprise fiscale de l’État qui s’appuyait sur des critères sociaux et visait à une redistribution des revenus et des richesses. Les taux de cette contribution, qu’avaient précédée en 1919 deux mesures d’urgence, la « taxe de guerre sur l’accroissement de la fortune » et la « contribution de guerre exceptionnelle pour l’exercice budgétaire 1919 », étaient fortement progressifs. Partant d’un taux plancher de 10 % de la valeur intrinsèque du patrimoine à partir de 5 000 marks, ils allaient jusqu’à 65 % pour les fortunes de plus de 7 millions de marks118. Les projets initiaux prévoyaient que soient ainsi prélevé jusqu’à un tiers du patrimoine national afin d’amortir les emprunts de guerre119. Cela aurait constitué une mesure fiscale d’une ampleur sans précédent dans toute l’histoire financière de l’Allemagne. La contribution exceptionnelle devant être payée pour l’essentiel en espèces120, on ne put faire autrement que d’en accepter le règlement par versements fractionnés, sur une période pouvant atteindre 28,5 ans et même 47 ans pour le patrimoine foncier. La redevance fiscale étant notifiée en valeur nominale selon le niveau de fortune constaté un jour de référence donné, la valeur des paiements qui parvenaient au fisc sous forme fractionnée tendit vers zéro du fait de l’inflation. Jusqu’en 1922, le fisc n’avait collecté qu’un peu plus de 1 milliard d’équivalent marks-or. Aussi la contribution exceptionnelle ne fut-elle « qu’un leurre [...], en quelque sorte une comédie »121 du fait de la dépréciation monétaire. Son prélèvement, devenu absurde, fut interrompu en 1922 et elle fut remplacée par une majoration de l’impôt courant sur la fortune.

75« L’emprunt forcé » prévu par le Reichstag en avril 1922 et voté en juillet de la même année constitua une autre tentative modeste pour faire participer les plus riches au financement du budget du Reich par une contribution exceptionnelle ; son produit devait servir à financer certaines réparations, conformément aux décisions de la conférence de Cannes (janvier 1922). Il devait rapporter 1 milliard de marks-or, mais être souscrit en monnaie de papier, sur la base d’un cours ferme de 1 mark-or pour 70 marks de papier (sur la base du cours du dollar du mois d’avril). L’hyperinflation qui débuta en juin fit chuter jusqu’à la rendre insignifiante la contre-valeur en termes réels de la souscription prévue pour la période de juillet 1922 à mars 1923. Au lieu du milliard de marks-or prévu, l’emprunt forcé ne rapporta au fisc qu’à peine 50 millions ; l’opération se terminait par un fiasco comparable à celui de la contribution exceptionnelle aux finances du Reich.

  • 122 Heinz Haller, Finanzpolitik. Grundlagen und Hauptprobleme, Tübingen, 19725, p. 198-199.

76Dans ce contexte, il convient de citer un argument qui ne fut évoqué que de manière indirecte dans le débat de l’époque, lorsqu’il était fait référence aux limites à ne pas dépasser en matière de pression fiscale. À la différence de ce qui se passe dans le cas de la dette publique, le remboursement courant des emprunts par les recettes fiscales n’a pas pour effet de soustraire au bout du compte du pouvoir d’achat aux entreprises privées et d’accroître en contrepartie la demande publique. Il conduit simplement à redistribuer le revenu national, le faisant glisser de ceux qui payent des impôts vers ceux qui détiennent des titres de dette publique122. Or plus ce transfert est important, plus la part de l’État dans le revenu national augmente – pour un volume réel constant des autres dépenses publiques – et plus augmentent aussi les possibilités de mener une politique sociale en réformant la fiscalité.

  • 123 Voir p. 137, note 66.

77L’intervention croissante de l’État en ce sens, tout d’abord pendant la guerre, puis surtout à partir de la révolution de novembre 1918, fut ressentie par beaucoup de gens, en particulier dans les milieux économiques, comme une menace. La consolidation de la dette publique après la guerre, s’ajoutant à la tentative de rétablir la parité monétaire d’avant-guerre, aurait, nous l’avons vu, exigé une telle hausse de la pression fiscale qu’elle aurait porté à son paroxysme dans ces mêmes milieux le sentiment d’être menacé par un État qui leur était hostile. Tandis que l’inflation représentait un mode d’imposition123 auquel on pouvait se soustraire ou, pour le moins, qui ne pouvait être modulé en fonction de critères sociaux. Sur le long terme, elle devait nécessairement conduire à un affaiblissement de l’Etat dans la mesure où le produit des impôts, nouveaux et anciens, dont le montant était fixé par le gouvernement en termes nominaux, perdait de sa valeur en termes réels ; et où, en outre, le produit de l’imposition par l’inflation diminuait de plus en plus au fur et à mesure que cette dernière perdurait.

  • 124 Heinrich Dietzel, dans H. Herkner (dir.), Die Neuordnung der deutschen Finanzwirtschaft..., SVS, vo (...)
  • 125 H. Haller, « Rolle der Staatsfmanzen... », op. cit., p. 140 sq.
  • 126 Ibid., p. 151 sq.
  • 127 F. Terhalle, « Geschichte der deutschen öffentlichen Finanzwirtschaft... », op. cit., p. 304.
  • 128 H. Haller, « Rolle der Staatsfmanzen... », op. cit., p. 152.

78Autrement dit, l’inflation constituait pour ceux qui redoutaient l’interventionnisme croissant de l’État – en particulier lorsqu’il relevait de mesures fiscales concernant le patrimoine privé – une échappatoire providentielle leur permettant de défendre leurs biens et de se protéger de l’emprise étatique. Faut-il pour autant rendre ces milieux responsables de l’inflation qui sévit en Allemagne ? Ont-ils inspiré la politique financière qui l’a provoquée ? Les détenteurs d’un capital monétaire qui n’ont pas su le protéger en s’endettant ou en le convertissant en biens corporels ont subi par suite de l’inflation des pertes plus lourdes que celles que leur aurait infligées un impôt sur la fortune, si drastique soit-il. Il est exclu qu’ils aient vu dans l’inflation un moyen de mettre à l’abri leur patrimoine. Les détenteurs de biens corporels et ceux qui avaient des dettes d’argent, auxquels l’inflation profitait, ne peuvent être tenus pour responsables de la politique suivie par un gouvernement auquel les sociaux-démocrates étaient largement associés lorsqu’ils ne le dirigeaient pas ; or ceux-ci, qui avaient été à l’origine les plus ardents défenseurs de l’impôt exceptionnel sur la fortune124, ont décidé, au-delà du financement des charges liées à la guerre (réparations), de réinsérer la main-d’œuvre disponible dans l’économie de paix par un programme de démobilisation et d’accroître les dépenses sociales ; ils ont engagé de la sorte des dépenses qui ont prolongé les déficits publics au-delà de la fin de la guerre, entretenu par là même l’inflation et condamné à l’échec tout recours à l’imposition ordinaire des hauts revenus et des patrimoines importants. Étant bien entendu qu’il n’y avait sans doute guère d’autre solution, vu la situation très critique du moment, les contraintes de politique intérieure et le peu de confiance que ceux des Allemands qui disposaient de moyens financiers faisaient aux gouvernants. Haller a récemment calculé qu’au lendemain de la Première Guerre mondiale le secteur public aurait eu besoin de 35 % du revenu national, contre 11 à 12 % avant le conflit, pour éviter de devoir mener une politique budgétaire inflationniste, compte tenu des réparations, des dépenses et obligations sociales ainsi que des dépenses courantes. Cela aurait nécessité « un gouvernement fort soutenu par le peuple et capable d’en exiger les énormes sacrifices que la situation appelait [...]. L’appareil législatif et gouvernemental aurait dû être parfaitement intact et techniquement en mesure de créer en un laps de temps très court des impôts qui garantissent des recettes suffisantes ainsi que d’en assurer le recouvrement. [...] Il n’est guère de pays qui aurait pu remplir ces conditions après avoir perdu une guerre d’une telle ampleur [...]. Telle que la situation se présentait, le gouvernement ne pouvait financer les dépenses qui ne cessaient de s’accumuler [...] qu’en contractant de nouvelles dettes à court terme »125. Selon lui, l’inflation aurait eu le « grand mérite » de sauvegarder le régime de république parlementaire aussi longtemps qu’a duré la République de Weimar126. Alors que Terhalle127 considérait simplement que le fisc allemand était non seulement le responsable de l’inflation qui frappait le mark, mais aussi celui qui en avait le plus profité, Haller souligne les contraintes politiques du moment, qui restreignaient fortement l’éventail des possibilités en matière de politique financière : « Si l’État a provoqué l’inflation, il l’a fait par "légitime défense" »128.

3. L’influence des réparations

  • 129 Pour ce qui concerne le bras de fer qui opposa non seulement les Allemands et les Alliés, mais égal (...)

79La défaite, qui a conduit l’Allemagne a devoir payer des réparations au lieu d’en percevoir, a certainement constitué un élément essentiel de cette situation de « légitime défense ». Au lieu d’être soulagé par des transferts internationaux, comme on l’avait espéré, le budget du Reich allait devoir supporter des charges supplémentaires, alors que les clauses des accords d’armistice et du traité de Versailles avaient déjà plongé le pays dans une situation budgétaire difficile129.

  • 130 C’est ainsi que le banquier hambourgeois et conseiller du gouvernement Max Warburg déclarait lors d (...)
  • 131 Cf. Walter Eucken, Kritische Betrachtungen zum deulschen Geldproblem, Iéna, 1923. Cf. aussi page 17 (...)
  • 132 Philip M. Burnett, Reparation..., op. cit., vol. 1, p. 101. Le rôle de la question des réparations (...)
  • 133 John M. Keynes, The Economic Consequences of the Peace. The Collected Writings of J.M. Keynes, ed. (...)
  • 134 John M. Keynes, The Revision of the Treaty. The Collected Writings of J.M. Keynes, ed., E. Johnson (...)
  • 135 William M. Jordan, GreatBritain, France..., op. cit., p. 122.

80Du côté allemand, les conditions de paix ont toujours été présentées comme la cause de l’inflation. Cela vaut non seulement pour les déclarations d’hommes politiques130, mais aussi pour le débat sur les causes de l’inflation qui s’ouvre alors entre les spécialistes. Tant les théoriciens de la balance des paiements que ceux de la théorie quantitative voyaient dans les réparations la cause du déséquilibre de la balance des paiements pour les uns, du budget national pour les autres, et par conséquent l’origine du processus de dépréciation monétaire131. De même, il s’est trouvé des voix parmi les vainqueurs pour défendre cette thèse. Dès la préparation du traité de Versailles, certains experts alliés ont souligné qu’il fallait éviter d’exiger des dédommagements dépassant les capacités de paiement de l’Allemagne et de laisser en suspens le montant global des sommes dues ; ce fut entre autres le cas de l’américain Norman Davis dans un mémorandum adressé le 1er juin 1919 au président Wilson132 et de l’anglais John M. Keynes133. Ils insistaient sur le fait que de telles décisions décourageraient les Allemands de prendre les mesures, y compris de politique financière, nécessaires à assurer le paiement des réparations et que, en retour, les pays étrangers s’en trouveraient dissuadés de soutenir la solvabilité du débiteur en lui accordant des prêts à long terme. « Ceux qui ont la responsabilité de la politique financière de l’Allemagne se trouvent confrontés à un problème d’une difficulté considérable. Tant que la question des réparations n’a pas été raisonnablement réglée, il est inutile de s’occuper d’un problème insoluble. »134 Quelque temps plus tard, W. M. Jordan a pour sa part formulé la chose de la manière suivante : « La réalité semble bien avoir été que les gouvernements de la république qui venait juste de naître se trouvaient devoir répondre à des exigences rendues pratiquement insolubles par la pression à laquelle les Alliés les soumettaient sans cesse, alors même qu’ils ne disposaient pas d’une autorité suffisante pour imposer les mesures de réorganisation financière qui auraient en tout état de cause été nécesssaires »135.

  • 136 Carl Bergmann, A History of Reparations, Londres, 1927, p. 148, p. 203. L’original allemand date de (...)
  • 137 William M. Jordan, Great Britain, France..., op. cit., p. 112.

81En France, le point de vue opposé était défendu en particulier par Poincaré qui, devenu président du Conseil en janvier 1922, n’a cessé d’affirmer que le gouvernement allemand entretenait le désordre des finances publiques sous la pression des industriels, afin de nourrir une inflation qui devait servir à démontrer la prétendue insolvabilité de l’Allemagne136. Dans la mesure où la chute du cours du mark favorisait les exportations allemandes, il est exact que les pays alliés se sont trouvés soumis, en matière de politique commerciale, à une pression qui pouvait les inciter à modérer leurs exigences. C’est tout particulièrement vrai de l’économie britannique qui subissait depuis 1920 les effets de la crise économique mondiale 1920-1922. « La reprise du commerce constituait le principal atout de la Grande-Bretagne face à l’Europe... Ce dont la Grande-Bretagne avait avant tout besoin, c’était une stabilisation des monnaies, et en premier lieu du mark. Un moratoire sur le paiement des réparations et-selon une opinion couramment répandue – une réduction de leur montant total étaient des conditions indispensables à cette stabilisation. »137

  • 138 Wirtschaftskurve, 1922, cahier 1, p. 29-30.

82Les Allemands avaient également pris conscience de cette situation et ne voyaient pas que des désavantages dans les réparations. Au début de l’année 1922, le journal Frankfurter Zeitung expliquait que l’inflation, en engendrant une prime à l’exportation, favorisait les ventes à l’étranger et, par conséquent, diminuait le chômage en Allemagne. On avait toutes raisons de penser « que la situation sur le marché de l’emploi se dégradera dès qu’un allégement des réparations ouvrirait la voie à une certaine amélioration du cours de notre devise. Il faut bien voir que toute révision des réparations est motivée par le désir de reporter sur l’Allemagne une partie du chômage qui frappe les économies anglo-américaines »138.

83Mais quelle était véritablement la part des réparations dans la déstabilisation du budget du Reich et, par conséquent, dans la poussée inflationniste des années d’après-guerre ? Quelques réflexions et chiffres vont nous permettre de mieux cerner ce problème.

  • 139 Cité d’après J.M. Keynes, Economic Consequences..., op. cit., p. 71. Cf. Carl Bergmann, History..., (...)
  • 140 Roy F. Harrod, The Life of John Maynard Keynes, Londres, 1951, p. 266.
  • 141 Jens Jessen, article « Reparationen » dans Ludwig Elster (dir.), Wôrterbuch der Volkswirtschaft, 4e(...)
  • 142 « Il faut presser l’orange jusqu’à ce qu’on entende les pépins crier » : Roy F. Harrod, Life..., op (...)
  • 143 Ernst Meier, Handbuch der deutschen Reparationen, Leipzig, 1927, p. 22. Carl Bergmann, History..., (...)
  • 144 Statistisches Reichsamt, Deutschlands Wirtschaftslage unter den Nachwirkungen des Weltkrieges, Berl (...)
  • 145 Ernst Meier, Handbuch..., op. cit., p. 18.

84Précisons d’entrée que sous le double effet du programme de Wilson et de la note explicative du ministre américain des Affaires étrangères Lansing, en date du 5 novembre 1918, le Reich s’était engagé lors des accords d’armistice à « verser des dédommagements pour toutes les pertes et dommages subis par la population civile des gouvernements alliés en conséquence de l’agression que l’Allemagne a déclenchée sur terre, sur mer et dans les airs »139. Animés par la haine des Allemands que la guerre avait provoquée140, certains responsables politiques alliés interprétèrent cette clause de manière extensive et décidèrent de faire payer à l’Allemagne l’ensemble des coûts engendrés par la guerre ; c’était particulièrement le cas en Angleterre où, à la différence de la France, les dommages corporels et matériels de la population civile étaient relativement restreints. Recourant à des slogans comme « L’Allemagne » ou « le boche payera tout »141 en France et « Squeeze the orange till the pips squeak »142 en Angleterre, ces hommes politiques n’avaient pas seulement cédé de la sorte à une opinion publique très remontée, mais aussi restreint leur marge de manœuvre politique lors des négociations sur les réparations. Les exigences des Alliés en la matière, qui allaient bien au-delà de ce que à quoi le gouvernement allemand pouvait s’attendre sur la base des 14 points de Wilson, s’expliquent par l’état d’esprit qui régnait dans leurs pays respectifs. Du côté allemand, les services du Trésor impérial, le futur ministère des Finances, tablaient fin 1918 sur un montant total des réparations de 30 milliards de marks-or143. Or dès la signature des accords d’armistice, l’Allemagne s’était vu imposer le versement de dédommagements considérables, par exemple la prise en charge des frais d’occupation pour les troupes alliées stationnées en Allemagne, la livraison de 5 000 locomotives, de 150 000 wagons de chemins de fer et de 5 000 camions, à quoi s’ajoutait la cession des chemins de fer d’Alsace-Lorraine avec leurs 3 036 locomotives, 4 613 wagons de voyageurs et 77 087 wagons de marchandises144. D’après les calculs des Allemands, les moyens de transport ainsi cédés avaient une valeur de 1,1 milliard de marks-or145. S’y ajoutaient des outils et machines agricoles (31 millions de marks-or) ainsi que les navires militaires de haute mer et d’autres matériels de guerre (estimation par la partie allemande : 6,38 milliards de marks-or). Ce qui pouvait déjà laisser craindre que la facture définitive ne soit considérable.

  • 146 David Lloyd George, The Truth about Reparations and War Debts, Londres, 1932, p. 12.
  • 147 Ibid., p. 13.
  • 148 Ibid., p. 11.

85Dès la fin de la guerre, en 1918, Lloyd George avait constitué en Angleterre une commission chargée de fixer le montant des réparations à exiger de l’Allemagne (et de ses alliés) compte tenu des capacités de paiement du pays. Elle était composée de « Sir G. E. Foster, le ministre canadien des Finances – un homme d’Etat connu pour être raisonnable, modéré et de grande expérience en matière de finances publiques ; Mr. W. A. S. Hewins, le spécialiste d’économie politique ; Lord Cunliffe, le gouverneur de la Banque d’Angleterre ; et Hon. Herbert Gibbs de la société Antony Gibbs & Sons. Ces deux derniers furent nommés membres de la commission en leur qualité de représentants éminents du monde des affaires. »146 Cette commission conseilla de retenir comme base de calcul des réparations la totalité des coûts inhérents à la guerre – les coûts directs étant estimés par elle à 24 milliards de livres (= 480 milliards de marks-or). Les dépenses de guerre des Alliés devaient être remboursées par leurs adversaires sur la base d’un taux d’intérêt annuel de 5 %. La commission considérait que les Empires centraux, et en particulier l’Allemagne, pouvaient parfaitement supporter un versement d’intérêts de 1,2 milliard de livres (= 24 milliards de marks-or) « dès lors que la situation se sera à nouveau normalisée »147. Il est intéressant de noter qu’à l’évidence non seulement les hommes politiques – desquels on pourrait admettre à décharge qu’ils ne disposaient pas de connaissances suffisantes en matière financière et étaient directement soumis à la pression de l’opinion publique – mais aussi ceux qui auraient dû être mieux informés et pouvaient juger en toute indépendance ont accepté de telles sommes. « Il n’y eut aucune objection en provenance de la City contre le montant astronomique des réparations proposé par sa plus haute autorité. »148

  • 149 Ibid., p. 13.
  • 150 Ce fut entre autres le cas de John M. Keynes, que cette situation incita à écrire son livre The Eco (...)
  • 151 Carl Bergmann, History..., op. cit., p. 5.

86Certes des voix plus pondérées se firent aussi entendre. « Je dois dire pour la défense de l’administration britannique des finances que, dans cet instant de triomphe débridé, elle déclarera que 2 000 000 000 de livres étaient le montant maximum des versements qu’on pouvait attendre de l’Allemagne. »149 Mais ces voix furent peu écoutées lors de la conférence de paix150. La délégation britannique exigea le remboursement de l’ensemble des coûts liés à la guerre151. Le gouvernement américain s’y opposa fermement au nom des conditions d’armistice. Finalement, on se mit d’accord sur le terme de remboursements des dommages de guerre, mais en en donnant une interprétation très large.

  • 152 Ibid. p. 6.

87Le gouvernement britannique avait en effet exigé et obtenu que les pensions versées aux membres des forces armées et à leurs ayants droit soient considérées comme des dédommagements versés à la population civile et comptabilisées à ce titre parmi les réparations dues par l’Allemagne, ce qui augmenta la part de ces dernières revenant à la Grande-Bretagne. Par suite de quoi la France dut revoir à la hausse le montant de ses exigences propres afin que la valeur des réparations qui lui seraient effectivement versées reste inchangée. Le ministre français des Finances Klotz exigea le 12 avril 1919, devant le haut comité des puissances alliées, un premier versement de l’Allemagne de 24 milliards de marks-or, soit 16 milliards dans un délai de trois mois et les 8 autres durant la première année à compter de la signature du traité de paix. La même somme de 8 milliards devait être versée durant la deuxième année. Cette annuité aurait ensuite été augmentée de 2 % par an152. Certes les obligations provisoirement imposées à l’Allemagne par le traité de paix n’atteignirent pas tout à fait ce montant, mais une clause précisa que d’ici au 1er mai 1921, date retenue pour la fixation définitive du montant global des sommes exigées d’elle, celle-ci devrait s’acquitter de la contre-valeur de 20 milliards de marks-or, soit à peine moins que le chiffre avancé par Klotz. L’ultimatum de Londres de mai 1921 retint finalement une dette globale de 132 milliards de marks-or, auxquels venait s’ajouter la dette de guerre de la Belgique vis-à-vis des Alliés, soit une somme de 5 à 6 milliards de marks-or. De l’avis de la Commission des Réparations, ce montant correspondait au potentiel de l’Allemagne. Dans un premier temps ne devait cependant être versée qu’une tranche initiale de 12 milliards, puis une seconde de 38 milliards couvrant les intérêts (5 %) et l’amortissement (1 %) ; le Reich devait s’en acquitter en payant chaque année une somme d’environ 2 milliards de marks-or plus 26 % du produit de l’année des exportations allemandes. D’après les chiffres de l’époque, cela correspondait à des annuités d’environ 3 milliards (= 6 % de 50 milliards) de marks-or, à régler aux Alliés en espèces (or ou devises) ou en nature.

  • 153 Ibid., p. 71, 77. Cf. aussi Die den Alliierten seit dem Waffenstillstand übermittelten deutschen An (...)
  • 154 « Das Gutachten der deutschen Finanzkommission zu den gegnerischen Friedensbedingungen », in Bank-A (...)

88Ces exigences équivalaient en gros à une proposition que l’Allemagne, soumise à la pression des Alliés, avait formulée elle-même de manière inattendue au printemps 1921, à savoir une dette au titre des réparations de 50 milliards de marks-or en valeur actuelle, versée, si cela était souhaité, en annuités d’une valeur cumulée de 200 milliards de marks-or. La partie allemande envisageait également de recourir à une surenchère au concordat permettant aux Alliés d’être partie prenante à une future amélioration de la situation financière et économique du pays153. Cette proposition fut rejetée par les Alliés. Ils avaient en effet déjà mis au point leur propre plan de paiement. Plus encore que les obligations de paiement annuelles contenues dans le plan des Alliés, c’est la troisième tranche d’un montant de 82 milliards de marks-or pour une dette globale de 132 milliards de marks-or que la partie allemande ressentit comme intolérable. La Commission des Réparations ne devait et ne pouvait exiger à l’avenir le règlement des dettes correspondant à ces C-Bonds que lorsqu’elle estimerait le potentiel économique de l’Allemagne suffisant. L’économie allemande se retrouvait ainsi avec une épée de Damoclès suspendue au-dessus d’elle, ce contre quoi, en juin 1919, la commission des finances de la délégation allemande à Versailles avait mis en garde en ces termes dans sa réponse aux conditions de paix des Alliés : « Si vous imposez à l’Allemagne des dettes qui lui ôtent toute perspective d’avenir ; si, de ce fait, toute amélioration de la situation économique du pays, que le peuple allemand rendrait possible par son ardeur au travail et un mode de vie Spartiate, conduisait uniquement à ce que nous soit imposés au titre du remboursement de la dette des versements sans cesse plus élevés ; alors tout sens de l’effort, tout goût du travail, tout esprit d’entreprise s’éteindrait à jamais en Allemagne. Le peuple allemand se sentirait réduit à l’esclavage, parce que tous les fruits de ses efforts iraient non à lui-même et, plus tard, à ses enfants, mais uniquement aux puissances étrangères »154.

89Les C-Bonds servaient à plusieurs choses :

  • D’une part, ils permettaient de présenter à l’opinion publique très remontée des pays alliés des chiffres impressionnants concernant les dédommagements exigés de l’Allemagne.

    • 155 À la différence des « gages productifs » exigés par le gouvernement français de Poincaré en 1922, c (...)
    • 156 William M. Jordan, Great Britain, France..., op. cit., p. 38.

    D’autre part, ils constituaient un « gage financier »155 entre les mains de la Commission des Réparations, gage qui pouvait être utilisé non seulement pour des raisons économiques, mais aussi à des fins politiques, par exemple pour répondre aux demandes des Français en matière de politique de sécurité et apaiser leur crainte de voir l’Allemagne se redresser, alors que l’aide militaire promise à Versailles par les gouvernements américain et anglais en vue de garantir sa frontière orientale n’avait pu lui être apportée par suite du refus du Congrès américain156.

    • 157 Cela concerne également le gouvernement Poincaré en juillet 1922. Cf. William M. Jordan, Great Brit (...)
    • 158 Lettre de Hughes à Herrick en date du 17 octobre 1922, dans Papers Relating to theForeign Relations (...)

    Enfin, ils permirent en particulier au gouvernement français d’obtenir de ses créditeurs au sein du système de dettes interalliées, c’est-à-dire les États-Unis, la remise de ses dettes de guerre, soit directement, soit indirectement par l’intermédiaire de la Grande-Bretagne. Des plans existaient qui visaient à utiliser les C-Bonds pour amortir les dettes entre Alliés157. Si les pays créanciers, Grande-Bretagne et États-Unis, souhaitaient que le montant des réparations allemandes soit revu à la baisse, ils avaient la possibilité d’annuler les C-Bonds. Après que, dans la célèbre note de Balfour du 1er août 1922, le gouvernement britannique ait déclaré qu’il souhaitait ne poursuivre le recouvrement de ses créances vis-à-vis de l’Allemagne et de ses alliés que dans la mesure où il en avait lui-même besoin pour rembourser ses propres dettes auprès du gouvernement américain, la balle était dans le camp des États-Unis. Or le Congrès avait exigé du gouvernement qu’il réclame le remboursement des dettes de guerre. C’est pourquoi le ministre américain des Affaires étrangères Hughes déclara en 1922, en réponse au souhait des Français de voir leurs dettes annulées en contrepartie d’une réduction du montant des réparations : « Germany cannot pay one mark more or less because of what France may owe, and France cannot collect what Germany is unable to pay »158.

  • 159 Cela valut aux USA le surnom de « Uncle Shylock », au lieu de « Uncle Sam ».
  • 160 William Martin, dans Revue de Genève, mai 1923 ; cité dans William M. Jordan, Great Britain, France (...)

90Se retrouvant privée du soutien de ses alliés en matière de sécurité et déçue dans son attente d’une remise de ses dettes de guerre, la France maintint inchangées ses exigences financières envers l’Allemagne et, lorsque les relations franco-anglaises se dégradèrent durant l’été 1922, fit tout pour en obtenir le paiement malgré l’opposition de la Grande-Bretagne. Cette situation atteint son paroxysme avec la crise de la Ruhr en 1923. Le Congrès des États-Unis ayant, sous la pression des députés du Middle West, empêché que les USA s’engagent en Europe au titre de la politique de sécurité et persisté à exiger le remboursement des dettes de guerre159, un journaliste britannique eut cette remarque pertinente : « The secret of the Ruhr must be sought in the Mississipi plain »160.

91L’incertitude concernant le montant futur des réparations a très vraisemblablement constitué le principal facteur de déstabilisation de la situation financière en l’Allemagne durant les années 1918-1923. Mais elle échappe à toute quantification. C’est pourquoi nous nous contenterons de préciser dans les pages qui suivent l’effet des réparations effectivement versées sur la principale source d’inflation, c’est-à-dire le déficit du budget de l’État.

  • 161 Carl Bergmann, History..., op. cit., p. 19. La manière dont les hommes politiques et les industriel (...)

92Si la ventilation des réparations en versements en espèces et livraisons en nature n’a certes pas été sans influencer l’évolution du cours du mark, elle n’a par contre joué aucun rôle en matière de charges budgétaires. Dans le premier cas il fallait débloquer les moyens nécessaires à l’achat des devises indispensables au paiement en espèces, dans le second cas les moyens nécessaires à l’achat des produits que l’Allemagne devait livrer (par exemple du charbon, du bétail, des machines, des produits chimiques, etc.) ainsi qu’au dédommagement des nationaux contraints de céder leurs biens aux Alliés (par exemple les armateurs dans le cas des navires, les industriels dans le cas des mines et usines situées dans les territoires cédés). Le gouvernement allemand avait attiré l’attention sur les conséquences inflationnistes de tels dédommagements et livraisons en nature dans sa réponse aux conditions de paix des Alliés : « Dans un premier temps, le placement d’emprunts d’État allemands ne pourra se limiter qu’à de faibles montants, tant en Allemagne même qu’à l’étranger, de sorte que le paiement de dédommagements nécessitera le recours à une forte émission de billets. Si les conditions de paix proposées devaient effectivement être appliquées, l’inflation, qui atteint déjà à l’heure actuelle un niveau excessif, ne pourrait que s’accentuer. De même, les livraisons en nature destinées à l’étranger ne sont possibles que si le Reich en verse la contre-valeur aux producteurs ; d’où un nouvel accroissement du nombre de billets. Une stabilisation de la monnaie allemande, fut-ce à son niveau actuel, ne saurait donc intervenir aussi longtemps que ces livraisons continueront »161.

  • 162 Harold G. Moulton et Constantine E. McGuire, Germany’s Capacity to Pay. A Study of the Reparation P (...)
  • 163 Ibid., p. 304.
  • 164 Statistisches Reichsamt, Deutschlands Wirtschaftslage unter den Nachwirkungen des Weltkrieges, Berl (...)

93Les chiffres avancés concernant le montant des réparations effectivement versées par L’Allemagne jusqu’à la fin de la période d’inflation divergent très fortement. Les paiements ont duré pour l’essentiel jusqu’au milieu de l’année 1922, c’est-à-dire au début de l’hyperinflation. Les sommes versées par la suite sont relativement négligeables du fait des moratoires successifs et de l’interruption des paiements décidée unilatéralement par la partie allemande en réaction à l’occupation de la Ruhr. Les réparations versées par l’Allemagne jusqu’à l’adoption du plan Dawes en août 1924 ont été estimées par la Commission des Réparations à environ 8 milliards de marks-or, dont 1,7 milliard en espèces (voir tableau 29). Les versements résultant du traité de Versailles avaient été crédités par cette même commission, pour la période allant du 1er mai 1921 au 31 décembre 1922, à hauteur de 2,75 de milliards de marks-or162, ce qui restait bien en deçà du résultat espéré d’environ 3 milliards par an. La commission estima les versements effectués par l’Allemagne au titre des frais d’occupation pour la période allant jusqu’au 30 avril 1921 à environ 340 millions de marks-or163 et pour la période suivante, allant jusqu’au 31 décembre 1922, à 437 millions de marks-or. En outre et conformément à l’article 296 du traité de Versailles, le Reich devait, à titre compensatoire, prendre à sa charge les engagements de change de débiteurs allemands privés vis-à-vis de créanciers privés des pays alliés. Les versements correspondants effectués jusqu’à fin novembre 1922 furent chiffrés à 615 millions de marks-or164.

  • 165 Ernst Meier, Handbuch..., op. cit., p. 78.
  • 166 Ibid.

94Du côté allemand, les réparations versées pour l’essentiel jusqu’à la fin de l’année 1922 étaient chiffrées à 51,7 milliards de marks-or (voir tableau 29). Dès la conférence de Spa, en juillet 1920, le gouvernement allemand avait présenté un relevé des réparations qu’il avait versées à cette date et qui se montait à plus de 20 milliards de marks-or165, tandis que les Alliés estimaient à un niveau nettement inférieur les paiements effectués par l’Allemagne jusqu’à l’ultimatum de Londres166.

Tableau 29. Réparations payées par l’Allemagne jusqu’au 31 août 1924 en millions de marks-or

Tableau 29. Réparations payées par l’Allemagne jusqu’au 31 août 1924 en millions de marks-or

Source : Jens Jessen, article « Reparationen... », op. cit., p. 90.

  • 167 H. G. Moulton et C. McGuire, Germany’s Capacity to Pay..., op. cit., p. 350 sq.

95Les réparations versées par l’Allemagne jusqu’en avril 1922 étaient estimées par le Français Charles Gide entre 12 et 14 milliards de marks-or, celles versées jusqu’à la fin de 1922 par l’Anglais Keynes à 26 milliards de marks-or et par les Américains Moulton et McGuire à 25,8 milliards de marks-or167.

  • 168 La présentation la plus claire de la question du transfert se trouve chez Gottfried Haberler, The T (...)

96L’obligé de ces créances et versements au titre des réparations était dans tous les cas le Reich. Il devait prévoir dans son budget les sommes nécessaires aux transferts en espèces et en nature. Indépendamment du problème de transfert168, c’est-à-dire de la cession de telles sommes à des créanciers étrangers, se pose la question de savoir si le Reich aurait été en mesure de mobiliser de tels montants en recourant aux seules recettes ordinaires intérieures et aurait pu, de la sorte, éliminer par ses propres moyens la cause de l’inflation, à savoir le déficit budgétaire. Pour répondre à cette question, il convient de comparer les charges résultant du versement des réparations avec le revenu national de l’Allemagne durant les années d’après-guerre d’une part et avec la part de l’impôt dans les ressources du budget public avant la guerre et à partir de 1923 de l’autre.

  • 169 Ces chiffres sont extrapolés à partir de l’indice de Henning reproduit dans le tableau 40, lui-même (...)

97Exprimé en prix de 1913, le revenu national de l’Allemagne des années 1919 à 1923 peut-être estimé au niveau suivant169 :

1919 = 34,9 milliards de marks
1920 = 35,9 milliards de marks
1921 = 38,8 milliards de marks
1922 = 40,3 milliards de marks
1923 = 34,9 milliards de marks

  • 170 Ben J. Wattenberg, The Statistical History of the United States. From Colonial Times to the Present (...)

98Ces chiffres ne sauraient cependant être purement et simplement comparés aux réparations dues exprimées en marks-or, dans la mesure où ces dernières étaient en général calculées sur la base du cours du mark par rapport au dollar et reflètent donc le pouvoir d’achat du dollar ou du mark-or pour chaque année concernée et non en 1913, année de référence retenue pour le niveau du revenu national. Or, entre 1919 et 1923 le pouvoir d’achat du dollar calculé sur la base de l’indice américain des prix de gros avait évolué comme suit par rapport à 1913 (1913 = 100)170 :

1919= 198,3
1920 = 221,1
1921=139,7
1922 = 138,6
1923 = 144,2

99Par conséquent il convient de pondérer également le revenu national de l’Allemagne exprimé en prix de 1913, afin de pouvoir le comparer valablement au montant des réparations exigées formulé en marks-or. Sur la base du pouvoir d’achat courant en marks-or (dollars), le revenu national des années 1919 à 1923 se présente comme suit :

1919 = 69,2 milliards de marks-or (= pouvoir d’achat courant en dollars)
1920 = 79,4 milliards de marks-or
1921 = 54,2 milliards de marks-or
1922 = 55,9 milliards de marks-or
1923 = 50,3 milliards de marks-or

100Ces chiffres peuvent être comparés aux réparations dues exprimées en marks-or. Une annuité de 8 milliards de marks-or, comme elle avait initialement été exigée par le ministre des Finances français Klotz et résultait en partie de l’engagement pris par l’Allemagne dans le cadre du traité de Versailles de payer avant le 1er mai 1921 20 milliards de marks-or, correspondait donc à un prélèvement de 11,6 % sur le revenu national du pays en 1919, de 10,1 % en 1920, de 14,8 % en 1921 et de 14,3 % en 1922, dès lors que, compte tenu de la nécessité de relever l’économie du pays, on voulait et devait couvrir les versements non en puisant dans le patrimoine national mais dans le produit de la production et des revenus courants. Que les exigences aient été ramenées à environ 3 milliards de marks-or par l’ultimatum de Londres ne tenait que partiellement au fait qu’on avait pris conscience de la faiblesse du potentiel de l’Allemagne. Cela venait bien plus de ce qu’avait commencé le mouvement de déflation des prix sur le marché mondial, en sorte que l’économie de l’Allemagne ne s’en trouva que peu soulagée en termes réels. Les 3 milliards de marks-or exigés représentaient encore 5,5 % du revenu national du pays en 1921, 5,4 % en 1922 et 6,0 % en 1923. De fait, l’Allemagne a payé au titre des réparations entre 1919 et 1920 au moins les 8 milliards de marks-or en espèces et en nature reconnus par la Commission des Réparations, et vraisemblablement beaucoup plus. Le chiffre de 51 milliards de marks-or avancé par la partie allemande est sans doute exagérément élevé. Le montant des versements réellement effectués devrait plutôt se situer aux alentours du chiffre qu’ont calculé, indépendamment l’un de l’autre, Keynes ainsi que Moulton et McGuire, c’est-à-dire 26 milliards de marks-or. Le revenu national cumulé de l’Allemagne durant les années 1919 à 1922 s’élevant à environ 258,7 milliards de marks-or, les réparations versées en auraient représenté entre 3,1 % et 21,8 %. Le chiffre le plus vraisemblable se situe aux alentours de 10 %.

  • 171 Arnd Jessen, Finanzen, Defizit und Notenpresse 1914-1922, Berlin, 1923, p. 50.
  • 172 On trouve également des indications mensuelles dans Deutschlands Wirtschaft, Währung und Finanzen, (...)

101Un autre argument va dans ce sens. Jessen171 a calculé pour chaque année les valeurs équivalentes en marks-or des émissions de monnaie fiduciaire destinées à financer les dépenses de l’État, que nous restituons dans le tableau 30. Comme il indique également la part que les dépenses financées par la planche à billets représentent dans le montant global des dépenses de l’État, il est également possible de calculer les valeurs en marks-or de ce dernier172. La part relative des dépenses résultant de l’application du traité de Versailles et des conditions d’armistice qui l’avaient précédé ressort des statistiques concernant le budget du Reich. On peut en déduire le montant des dépenses du Reich au titre du traité de Versailles exprimées en marks-or. Elles s’élevaient à 4,9 milliards en 1919 puis tombèrent à 2,1 milliards en 1920, après que fut passée la première vague d’exigences et de confiscations, qui contraignit le Reich à indemniser les propriétaires nationaux. Avec l’application de l’ultimatum de Londres de mai 1921, leur montant augmenta à nouveau pour atteindre 2,8 milliards en 1921 et 3,4 milliards en 1922. Encore convient-il de noter que les dédommagements versés aux nationaux victimes de confiscations et les livraisons en nature ont dû alors peser plus lourd que les versements courants en espèces, pour lesquels des moratoires avaient été demandés et obtenus en 1922.

Tableau 30. Comparaison entre le produit de « l’imposition par l’inflation » et les dépenses liées à l’application du traité de paix durant les années 1919-1922

Tableau 30. Comparaison entre le produit de « l’imposition par l’inflation » et les dépenses liées à l’application du traité de paix durant les années 1919-1922

Source : colonne 1 : A. Jessen, Finanzen, Defizit und Notenpresse 1914-22, Berlin, 1923, p. 50,
colonne 2 : ibid., p. 47,
colonne 3 : calculé à partir des colonnes 1 et 2,
colonne 4 : Friedrich Hesse, Die deutsche Wirtschaftslage von 1914-1923, Iéna, 1938, p. 422,
colonne 5 : calculé à partir des colonnes 3 et 4.

  • 173 Les montants indiqués sont des estimations faites par H. G. Moulton et C. McGuire, Germany’s Capaci (...)
  • 174 Heinz Haller, « Rolle der Staatsfmanzen... », op. cit., p. 138.

102Pour les années 1919-1922, on constate que les dépenses supportées par le Reich au titre du traité de Versailles s’élèvent au total à 13,2 milliards de marks-or. L’écart par rapport aux 26 milliards de marks-or calculés par Keynes ainsi que Moulton et McGuire tient au fait que le gouvernement allemand avait cédé une partie de son patrimoine propre, par exemple les biens de l’État situés dans les territoires perdus (5 milliards), les mines de la Sarre (650 millions), les matériels militaires et civils (1,4 milliard), ce pour quoi il n’avait pas à s’indemniser lui-même (encore convient-il de noter que bien évidemment la cession d’équipements productifs précédemment propriété de l’État induisait une perte courante de recettes pour le fisc) ; et au fait que le Reich n’avait pas encore versé toutes les indemnisations liées à la confiscation et à la liquidation de biens privés situés à l’étranger et appartenant à des citoyens allemands (10 milliards de marks-or)173. On peut par conséquent tenir pour relativement conforme à la réalité l’estimation de Keynes, de Moulton, de McGuire et de Haller174 selon laquelle le Reich aurait dû recourir durant les années d’inflation à environ 10 % du revenu national pour assurer le paiement des réparations.

  • 175 Carl Bergmann, History..., op. cit., p. 132 sq.

103Pour se faire une idée de l’importance des réparations durant les années d’après-guerre, on peut utilement les comparer à ce qu’elles seront après 1924, lorsque leur montant aura été révisé à la baisse dans le cadre du plan Dawes. Le rapport entre les réparations annuellement versées et le revenu national de l’Allemagne pour la période 1925-1929 est indiqué dans le tableau 31. On y constate qu’il est passé de 1,8 % en 1925 à 3,2 % en 1929, lorsqu’il fallut pour la première fois verser, comme prévu, une pleine annuité de 2,5 milliards de marks-or. Comme on sait, ces taux et les transferts correspondants n’ont pu être atteints qu’aussi longtemps que les capitaux étrangers sont entrés en Allemagne et se sont maintenus à un niveau globalement supérieur à celui des départs de capitaux dus au paiement des réparations. Lorsque cet afflux cessa du fait de la crise économique mondiale et fut remplacé par un important mouvement de reflux, la part des réparations dans le revenu national diminua aussi nettement, jusqu’à ce que, avec le moratoire Hoover de 1931, les créanciers reconnaissent eux aussi l’impossibilité dans laquelle se trouvait l’Allemagne de continuer à payer des dédommagements. Il convient de souligner ici que les paiements effectués après 1924, et qui étaient relativement modérés en comparaison des exigences et versements d’avant cette date, intervinrent dans des conditions telles que l’économie du pays n’en fut tout d’abord pas directement handicapée étant donné les importations de capitaux ; et que les budgets publics furent largement épargnés, puisque ces paiements étaient pour l’essentiel assurés par le nantissement des recettes de la Reichsbahn et par l’imputation à l’industrie allemande, désendettée grâce à l’inflation, d’une dette au titre des réparations contrôlée par les Alliés ; seuls les montants restants grevaient directement le budget de l’État175. Il convient également de prendre en compte le fait qu’après 1923 le côté dépenses du budget du Reich était déchargé du service des intérêts lié aux dettes de guerre et d’après-guerre, à l’exception du reliquat réactivé par les mesures de revalorisation. Par conséquent si, de l’avis même des experts alliés, le gouvernement allemand pouvait au mieux dégager, à partir de ses ressources intérieures, 1,8 % à 3,2 % du revenu national et les transférer à l’étranger pour paiement des réparations durant les années 1925-1929, qui présentaient des conditions considérablement plus favorables, force est de constater que les versements et plus encore les exigences à titre de réparations de la période d’avant 1923 étaient impossibles à tenir dans un contexte de stabilité monétaire, c’est-à-dire par le seul recours aux mesures ordinaires de la politique financière.

Tableau 31. Part relative des réparations dans le revenu national de l’Allemagne et opérations en capital de l’Allemagne avec l’étranger durant les années 1925-1932

1

2

3

4

Réparations versées en milliards de RM

Revenu national en milliards de RM

Colonne 1 en % de la colonne 2

Opérations en capital statistiquement recensées et poste erreurs et omissions de la balance des paiements (+ = importation de capitaux – = exportations de capitaux) en milliards de RM

1925

1,06

57,4

1,8

+ 3,13

1926

1,19

60,1

2,0

+ 0,60

1927

1,58

67,3

2,3

+ 3,79

1928

2,00

72,4

2,8

+ 4,12

1929

2,34

72,3

3,2

+ 2,31

1930

1,71

66,2

2,6

+ 0,49

1931

0,99

53,8

1,8

- 2,69

1932

0,16

42,6

0,4

– 0,51

Source : colonnes 1 et 4 : Ausschuss zur Untersuchung der Erzeugungs-und Absatzbedingungen der deutschen Wirtschaft, Die deutsche Zahlungsbilanz Berlin, 1930, p. 167. Statistisches Reichsamt, Die deutsche Zahlungsbilanz der Jahre 1924-33. Sonderheft 14 zu Wirtschaft und Statistik, Berlin, 1934. Lânderrat des Amerikanischen Besatzungsgebiets (dir), Statistisches Handbuch von Deutschland 1928-1944, Munich, 1949, p. 602 sq,
colonne 2 : Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, Stuttgart, 1972, p. 260.

  • 176 Heinz Haller, « Rolle der Staatsfinanzen... », op. cit., p. 139. Le fait que cet aspect du problème (...)
  • 177 D’après des informations fournies par le Bundesministerium für wirtschaftliche Zusammenarbeit, Bonn
  • 178 Friedrich Bendixen, Kriegsanleihen undFinanznot..., op. cit., p. 9.

104Pour se faire une idée du montant de cet engagement unilatéral, il n’est pas inutile de retenir le fait que, avant-guerre, la part de l’impôt dans les ressources de l’ensemble des collectivités territoriales était de 11 à 12 %176. Entre 1919 et 1923, le Reich a dû mobiliser à lui seul un taux équivalent afin de financer les transferts vers l’étranger, alors qu’une grande partie de la population allemande et – ce qui était décisif pour l’honorabilité commerciale du Reich – les créanciers potentiels tant nationaux qu’étrangers, tout spécialement américains, considéraient le système de Weimar et les gouvernements successifs avec beaucoup de méfiance. Il suffit, pour le comprendre, de voir qu’aujourd’hui encore les pays industrialisés riches ne parviennent pas à atteindre l’objectif fixé par l’ONU de transférer au titre de l’aide au développement 0,7 % de leur revenu national (chiffre incluant l’aide financière sous forme de crédits, qui comporte un droit au remboursement) vers les pays du tiers-monde (en 1984, la République fédérale d’Allemagne est arrivée à seulement 0,45 %)177, alors qu’une grande partie de la population juge qu’on devrait tout faire pour atteindre cet objectif, moralement fondé. Comment penser dans ces conditions que n’aurait pas été condamné à l’échec un gouvernement qui aurait voulu mobiliser par l’impôt un taux beaucoup plus élevé du produit d’une économie nationale dont le niveau de développement était bien plus faible, à seule fin de financer des transferts vers l’étranger jugés par la quasi totalité de la population allemande non seulement irréalisables, mais encore immoraux et injustes. Placé devant une telle situation, soumis à la menace de sanctions et d’un dépeçage du territoire national, aucun gouvernement allemand n’aurait pu financer les réparations exigées autrement qu’en recourant à la planche à billets ; c’est le conseil que donna Bendixen en 1919, avec la justification suivante : « Tout citoyen qui se plaindrait d’être la malheureuse victime d’un gouvernement hostile à la propriété s’il était soumis à une telle pression fiscale, accepte sans broncher jusqu’à un doublement des prix dès lors qu’il est épargné de tout impôt nouveau et quand bien même la politique monétaire du gouvernement est la cause indiscutable de la dépréciation de la monnaie. Car pour lui seuls les impôts sont imputables à l’arbitraire de l’État, tandis que l’augmentation des prix lui semble être parfois le résultat des sombres manigances de quelques milieux affairistes, et le plus souvent l’œuvre d’une destinée qu’il lui faut endurer tout comme le gel et la grêle. Tout homme d’État tant soit peu psychologue tiendra compte de cette tournure d’esprit178 ».

  • 179 À ce sujet, voir p. 314 sq.
  • 180 Walther Rathenau, Cannes und Genua. Vier Reden zum Reparationsproblem, Berlin, 1922, p. 11.

105Il convient aussi de ne pas oublier que durant les premières années d’existence de la République de Weimar, il était impossible de recourir à des emprunts extérieurs à long terme pour diminuer la pression fiscale intérieure. Contrairement à ce qu’avaient demandé les États-Unis, le montant total des réparations exigées de l’Allemagne n’avait pas été définitivement fixé à Versailles. Cette incertitude permanente quant au montant des réparations dues empêchait les créanciers privés potentiels d’estimer avec précision la solvabilité de l’économie allemande, demandeuse de capital étranger. Les importations de capitaux à long terme de l’Allemagne se trouvèrent ainsi bloquées du fait de l’immobilisme des créanciers potentiels qui attendaient un règlement acceptable, c’est-à-dire conforme au potentiel de l’économie allemande, de la question des réparations. Or des emprunts à long terme auraient été nécessaires pour importer des capitaux étrangers qui permettent de couvrir le déficit de la balance des opérations courantes et de celle des transferts autrement qu’en vendant de la monnaie à l’étranger, solution qui entretenait sa dépréciation179. Walther Rathenau180 envisageait trois moyens de combler le déficit de la balance des paiements de l’Allemagne : vendre une partie du patrimoine national, contracter d’importants emprunts auprès de l’étranger, vendre une partie des réserves de monnaie nationale. Tandis que la vente à l’étranger d’une partie du patrimoine peut déboucher sur un affaiblissement à terme du potentiel de l’économie nationale et soumet en tout état de cause une partie des activités économiques privées au contrôle de l’étranger, la vente d’une partie des réserves de monnaie nationale sape la stabilité monétaire. En laissant planer l’incertitude sur le montant des réparations exigées de l’Allemagne jusqu’en mai 1921 puis en le fixant à un niveau bien supérieur au potentiel du pays, les créanciers s’étaient privés eux-mêmes, jusqu’au plan Dawes de 1924, de la possibilité de voir dès les premières années d’après-guerre les transferts correspondants assurés sans problème par le débiteur grâce au financement par l’emprunt étranger.

  • 181 Willi Prion, Inflation und Geldentwertung..., op. cit., p. 123.
  • 182 Ibid.
  • 183 Citation traduite par mes soins et tirée de Roy F. Harrod, Life..., op. cit., p. 279.

106En outre, les limites du potentiel économique de l’Allemagne tenaient non seulement à des facteurs objectifs quantifiables, mais aussi à un facteur subjectif lié à l’état d’esprit qui régnait dans le pays, autrement dit à la volonté ou non de s’investir dans l’effort, et conditionné par l’absence de certitude quant au montant total des réparations. W. Prion a analysé ce problème comme suit en 1919 : « Si l’économie de l’Allemagne devait effectivement se voir accorder quelque répit, la commission alliée serait fondée à réétudier le potentiel du pays et à fixer le montant définitif des dédommagements à un niveau supérieur à celui qui a sagement été retenu à titre provisoire. La commission n’aura aucune difficulté à interpréter le paragraphe sur les dédommagements inspiré des principes du président Wilson de telle manière que l’Allemagne doive verser jusqu’au dernier mark, quelle que soit l’importance réelle de celui-ci. La commission peut donc resserrer ou desserrer son emprise à tout moment et de la sorte empêcher ou retarder la guérison et le rétablissement de l’Allemagne ainsi que de son système monétaire et financier, actuellement bien mal en point »181. Si le montant des réparations n’était pas immédiatement et clairement arrêté, il serait « impossible à la longue d’habituer le peuple allemand à se remettre au travail, travail dont il sait qu’il profitera essentiellement, pendant un temps incalculable, à l’économie de pays étrangers »182. Bien plus tard, en 1951, Roy Harrod expliqua tout aussi ouvertement jusqu’à quel point on peut peser par l’entremise de la psychologie sur l’ardeur au travail d’une population : « À supposer que la Grande-Bretagne ait dû accroître ses exportations non pour rétablir son propre équilibre économique et retrouver ainsi sa juste place dans l’économie mondiale, mais pour financer les charges imposées par des vainqueurs, croit-on que le pays aurait été psychologiquement en mesure d’assumer les énormes efforts des trois dernières années ? ». Et s’agissant de la question des réparations après la Première Guerre mondiale, il ajoute : « On peut certes se demander ce que les Alliés auraient pu tirer du pays s’il avait pris, par exemple, la décision héroïque de l’occuper entièrement. L’expérience historique nous fait défaut pour savoir de quoi des blancs civilisés soumis au knout sont capables. Encore convient-il de se souvenir que les prélèvements par habitant proposés alors correspondaient à un niveau de production supérieur à celui qu’ont jamais atteint les peuples attardés »183.

B. La politique du crédit de la Reichsbank

1. La politique de la Reichsbank et les débats théoriques de l’époque

  • 184 Cette question est précisément analysée, en tenant compte des différences qui existaient entre les (...)
  • 185 Otto Veit, Grundriβ der Währungspolitik, 3e éd., Francfort-sur-le-Main, 1969, p. 520. Wolfram Fisch (...)
  • 186 Je m’appuie pour ce faire sur les archives de la chancellerie (Bestand R 43 I) et du ministère des (...)

107Dès la Première Guerre mondiale et plus encore durant l’après-guerre, deux théories s’opposaient parmi les économistes et les hommes politiques pour expliquer l’inflation. Pour les tenants de la théorie de la balance des paiements, la principale cause de dépréciation de la monnaie allemande était le déficit de la balance commerciale et de la balance des paiements du pays ; les défenseurs de la théorie quantitative, quant à eux, expliquaient le processus de dépréciation par l’accroissement continu de la masse monétaire, dû en particulier à ce que le déficit budgétaire était financé par le recours à la planche à billets184. Par suite de la politique de relations publiques qu’elle a menée depuis les années d’inflation, la Reichsbank est en général considérée comme une tenante de la théorie de la balance des paiements jusqu’à ce jour185. En m’appuyant pour l’essentiel sur des notes confidentielles adressées par la direction de la Reichsbank au gouvernement et au chef de l’État, je voudrais m’attacher à remettre en question ce point de vue186. Dans la première partie du chapitre, je résumerai les principales caractéristiques de la théorie de la balance des paiements et de la théorie quantitative ainsi que les principales critiques qui leur sont opposées. Dans la seconde partie, je mettrai les arguments avancés par la Reichsbank vis-à-vis du gouvernement d’une part, de l’opinion publique de l’autre en relation avec la démarche explicative des deux théories.

a. Exposé et critique de la théorie de la balance des paiements et de la théorie quantitative

  • 187 Voir le débat, tout à la fois passionnant et instructif sur les positions des uns et des autres, qu (...)
  • 188 Il s’agissait alors d’expliquer la chute des taux de change britanniques par rapport aux monnaies m (...)
  • 189 W. Eucken, Kritische Betrachtungen..., op. cit., p. 8, 38.

108Le débat politique et monétaire qui se fit jour en Allemagne durant les années d’inflation187 tournait autour de la question de savoir si, après l’abolition de l’étalon or, la masse monétaire avait joué un rôle actif ou passif dans la chute du cours du mark (et par conséquent dans la hausse du niveau des prix en Allemagne) ; autrement dit, si elle était la cause ou bien la conséquence du processus de dépréciation. Ce sujet avait déjà fait l’objet en Angleterre, un siècle auparavant, de ce qu’il est convenu d’appeler la « controverse du bullion »188. Walter Eucken189, lui-même adepte de la théorie quantitative, illustrait les rapports de causalité permettant d’expliquer ce qui s’était passé en Allemagne par le schéma suivant, dans lequel les flèches matérialisent les relations de cause à effet :

Théorie de la balance des paiements

Théorie de la balance des paiements

109Remarque : Il faut prendre en considération le fait que Eucken – conformément à la signification initiale du terme et au sens qu’on lui donnait couramment à son époque – entend par « inflation » l’augmentation démesurée de la masse monétaire (pouvant entraîner des hausses de prix) et non l’élévation du niveau des prix.

Théorie quantitative

Théorie quantitative
  • 190 On trouvera des descriptions exhaustives de la théorie de la balance des paiements dans les ouvrage (...)

110Les partisans de la théorie de la balance des paiements190 font reposer leur analyse sur l’observation des phénomènes relevant de l’économie réelle, dans le domaine de la production et de la distribution des biens. Cette théorie considère certes le taux de change comme le prix qui assure l’équilibre monétaire entre l’offre et la demande de devises. Mais pour expliquer ses fluctuations, elle prend en compte l’état de l’offre et de la demande sur le marché des devises, lequel ne dépend pratiquement pas du niveau du taux de change et reflète un besoin provenant de l’économie réelle. Si cette dernière connaît une demande de devises excessive, le prix de la monnaie étrangère augmente ce qui déclenche des réactions d’ajustement dans les opérations courantes, et surtout des importations de capitaux qui rétablissent l’équilibre sur le marché des devises.

111En ce qui concerne la dépréciation monétaire en Allemagne, les éléments d’explication les plus courants étaient les suivants : l’économie allemande avait besoin d’un certain volume d’importations de matières premières pour pouvoir utiliser à plein ses capacités industrielles, et la population avait besoin d’une certaine quantité de denrées alimentaires. Dans la mesure où les ressources correspondantes n’étaient pas disponibles dans le pays, il fallait dans un cas comme dans l’autre procéder à des importations, et ce indépendamment des prix. Cela induisait une certaine demande de devises, dont la couverture par des rentrées de devises résultant des exportations dépendait des possibilités d’exporter et n’était pas toujours assurée. En sorte que la balance commerciale de l’Allemagne ne pouvait qu’être déficitaire durant la Première Guerre mondiale dans la mesure où les marchés à l’exportation traditionnels faisaient désormais défaut alors que les besoins en denrées alimentaires et matières premières restaient inchangés. Après la guerre, la perte de territoires riches en matières premières et les paiements de réparations en nature avaient créé un besoin d’importation, donc aussi une demande supplémentaire. En outre, la demande de devises avait été accrue par les réparations financières que l’Allemagne devait payer. Les montants correspondants, tout comme le règlement des intérêts résultant des dettes contractées en devises étrangères, devaient être couverts sur le marché des devises, quel que soit le coût correspondant en monnaie nationale.

  • 191 L’Allemagne était tenue d’accorder unilatéralement la clause de la nation la plus favorisée et d’ac (...)

112Face à cette demande accrue de devises, on constatait une diminution de l’offre de devises traditionnelle. Le traité de Versailles prévoyait une pénalisation du commerce extérieur de l’Allemagne191. Les sources traditionnelles de devises, comme la marine marchande et les capitaux allemands placés à l’étranger, avaient été confisquées. Les marchés financiers internationaux refusaient le placement d’emprunts allemands à long terme. En sorte que l’insuffisance de devises n’avait de chance d’être comblée que si on parvenait à inciter les étrangers à se défaire régulièrement de devises en contrepartie de monnaie fiduciaire allemande (billets de banque, avoirs en banque, obligations, dettes comptables), autrement dit à accorder des crédits à court terme. Mais ceux-ci pendaient comme une épée de Damoclès au-dessus de la monnaie allemande. Si l’étranger venait à perdre confiance en la stabilité future de celle-ci et à demander des devises en contrepartie des marks qu’il détenait, le cours des devises, le prix des produits importés et finalement, à travers les coûts de production, le niveau intérieur des prix dans son ensemble devraient nécessairement augmenter. Cela entraînerait un accroissement des dépenses budgétaires, tant pour répondre aux nécessités économiques intérieures que pour financer les transferts vers l’étranger ; et le Reich se verrait contraint, pour y répondre, de recourir au déficit budgétaire et de faire plus fortement appel aux possibilités de création monétaire de la banque d’émission. De même, le secteur privé présenterait plus de demandes de crédit aux banques pour assurer son chiffre d’affaires. La banque centrale se verrait contrainte d’accéder à ces demandes pour permettre à l’État de remplir ses obligations et pour éviter un dérèglement de la vie économique.

113En sorte que l’accroissement de la masse monétaire serait une conséquence et non une cause de la chute du taux de change et de la hausse des prix. Autrement dit, pour les tenants de la théorie de la balance des paiements la banque d’émission n’était qu’un instrument, elle devait créer le pouvoir d’achat correspondant à un « besoin » préalablement défini, et accroître ce potentiel de pouvoir d’achat au fur et à mesure que les prix augmentaient.

114Mais un tel comportement de la banque d’émission annihile certaines fonctions de la formation des prix sur les marchés, comme de signaler des situations de pénurie relative et, de la sorte, d’inciter les facteurs de production à se porter vers les créneaux correspondants et d’orienter la demande globale.

  • 192 Dans Verhandlungen der Sozialisierungskommission über die Reparationsfrage, vol. III, Stabilisierun (...)

115Les partisans de la théorie de la balance des paiements justifiaient leur position en expliquant que la plus grande partie de la demande de devises était insensible aux fluctuations des prix, et ne croyaient donc pas qu’on puisse obtenir une baisse des ceux-ci, donc réduire les importations et accroître les exportations, en comprimant la masse monétaire intérieure. « Notre économie ne présente pas la souplesse requise par ces théories », déclara M. J. Bonn en réponse aux tenants de la théorie quantitative192. Les défenseurs de la théorie de la balance des paiements prenaient donc aussi en compte des particularités institutionnelles comme la rigidité des salaires et des prix qui s’était installée avec le pouvoir grandissant des organisations syndicales, ainsi que la monopolisation et la cartellisation de la production au XXe siècle, particulièrement forte en Allemagne. Les restrictions en matière de commerce extérieur imposées par les bénéficiaires des réparations pour se protéger de la hausse des exportations allemandes, alors qu’elles étaient indispensables pour assurer le transfert de ces réparations, constituaient un autre élément de rigidité. Mais une telle absence de souplesse détourne les effets d’une politique monétaire restrictive du domaine monétaire (niveau des prix) vers l’économie réelle (taux d’utilisation des capacités de production, emploi). À cela s’ajoute le fait que dans un État démocratique cette rigidité et les conséquences d’une politique restrictive sur la croissance et l’emploi ont plus d’importance parce que les majorités gouvernementales sont menacées dès lors que n’est pas garanti un pouvoir d’achat qui permette de satisfaire un certain besoin réel de l’économie et de la population et qui assure de la sorte la croissance, le plein emploi et un niveau de vie correct. C’est pourquoi, sur la base de ces considérations, la tentative engagée après la fin de la Première Guerre mondiale d’utiliser la déflation pour peser sur l’économie allemande afin de parvenir à l’équilibre de la balance des paiements et à la stabilité des taux de change devait nécessairement paraître d’un coût économique et politique très élevé.

116L’argument des partisans de la théorie de la balance des paiements selon lequel l’État et l’économie auraient un « besoin » spécifique de monnaie pour remplir certaines obligations en matière de production et de distribution de biens réels peut être regardée comme l’équivalent de ce qui fait de nos jours partie des tâches de la politique économique, à côté de la stabilité des prix et des taux de change : la croissance économique en termes réels et surtout le plein emploi.

117Ce qui nous conduit à la conclusion suivante : lorsque les partisans de la théorie de la balance des paiements s’opposaient à toute stabilité ou contraction de l’approvisionnement en monnaie de l’économie au nom d’un « besoin » qu’il faudrait absolument satisfaire, on peut y voir un choix de priorités en matière de politique économique, d’importance relative accordée à la stabilité des prix et du taux de change par rapport à d’autres buts de cette politique. Ce qu’ils considéraient comme un « besoin impérieux », pour lequel la banque d’émission devrait créer le pouvoir d’achat nécessaire, regroupe toutes les attentes en matière de politique économique qui concernent la « sphère réelle » de la production et sont jugées plus importantes que la stabilité monétaire.

  • 193 Les principaux représentants de la théorie quantitative en Allemagne sont, outre Eucken, le suédois (...)
  • 194 Albert Hahn dans un exposé de 1924 intitulé « Unsere Wâhrungslage im Lichte der Geldtheorie », cité (...)

118À l’opposé, les défenseurs de la théorie quantitative193 attachaient en priorité leur attention aux effets de la masse monétaire sur le niveau des prix et négligeaient ceux que les variations de ladite masse monétaire ont sur la sphère réelle de la production. Ils niaient l’existence d’un « besoin invariable » et attribuaient la responsabilité de la dépréciation monétaire à la seule création de pouvoir d’achat. « Quiconque admet le contraire devrait également admettre que dans un pays les prix peuvent augmenter parce qu’y vivent de nombreux indigents. En réalité, les prix n’augmenteront dans un tel pays que lorsque les indigents seront devenus solvables parce qu’on leur aura fourni du pouvoir d’achat. »194 C’est pourquoi, selon eux, le déficit de la balance commerciale et la chute des taux de change ne sont pas la cause, mais la conséquence d’une création de pouvoir d’achat excessive et des hausses de prix sur le marché intérieur. Selon eux, la politique de stabilité doit s’attacher en premier lieu à combattre les causes de l’accroissement de la masse monétaire dans le pays même, autrement dit elle doit mettre un terme au déficit budgétaire – du moins aussi longtemps qu’il est financé par la planche à billets – et restreindre par la politique des taux d’intérêt la demande privée de crédits auprès de la banque centrale. Selon eux, l’approvisionnement en monnaie de l’économie assurerait la régulation du niveau de solvabilité d’une demande en principe illimitée et, de la sorte, contrôlerait aussi bien le niveau des prix que la demande de devises ou de biens importés, donc la situation de la balance des paiements et celle des taux de change.

119Les partisans de la théorie quantitative présupposent donc l’élasticité globale de l’économie et la souplesse de sa structure de production. Ils problématisaient tout aussi peu que les tenant de l’économie classique comme Ricardo et Say les effets des mesures prises en matière de masse monétaire sur le degré d’utilisation de l’appareil productif, donc sur l’emploi, la croissance et le niveau des revenus réels de la population. Adoptant un point de vue en quelque sorte unidimensionnel, ils plaçaient au centre de leur théorie la stabilisation de l’économie dans le domaine monétaire, sans se préoccuper des coûts sociaux qu’elle induit et qui résultent de problèmes intervenant dans la sphère réelle de la production. Les partisans de la théorie quantitative montraient ainsi clairement que pour eux la stabilité des prix et des taux de change est la première priorité en matière de politique économique et qu’à leurs yeux les avantages de cette stabilité sont de toute façon plus importants que les coûts d’une politique de « stabilisation de la monnaie à tous crins ».

  • 195 Thomas S. Kuhn (The Structure of Scientific Révolutions, 2e éd. augmentée, Chicago, 1970, p. 199-20 (...)

120Ainsi le choix de chacun en faveur de telle ou telle explication théorique de la dépréciation monétaire dépendait d’une échelle de valeurs personnelle ou sociale195 et de la place qu’y occupait le maintien de la stabilité monétaire par rapport aux différentes tâches de la politique économique. Alors que les tenants de la théorie quantitative concevaient en fait la politique monétaire exclusivement comme un moyen de stabiliser les taux de change et les prix, ceux de la théorie de la balance des paiements considéraient que la politique monétaire doit également tenir compte d’autres objectifs de la politique économique. À leurs yeux il fallait donc opérer des choix qui pouvaient conduire à définir d’autres priorités que la stabilité des prix et des taux de change.

b. Les arguments de la Reichsbank et leur place dans le débat

  • 196 Verwaltungsbericht 1915, p. 4.
  • 197 Verwaltungsbericht 1916, p. 9.

121Pendant la Première Guerre mondiale, la Reichsbank avait expliqué, dans ses rapports annuels, la chute des taux de change du mark par les perturbations des relations commerciales et financières entre l’Allemagne et l’étranger consécutives au conflit. Elle expliquait par exemple que, parmi les sources de devises étrangères, les exportations de marchandises allemandes « avaient fortement diminué, le commerce maritime vers l’outremer était paralysé et une grande partie de nos créances sur l’étranger ainsi que de nos investissements de capitaux à l’étranger était bloquée, alors que les importations de denrées alimentaires et de matières premières restaient en partie indispensables »196. Quant à l’augmentation des moyens de paiement en circulation, elle l’attribuait à un « besoin » né de l’extension du territoire économique allemand, du recours croissant au paiement en numéraire, de la thésaurisation spéculative d’argent liquide et – last not least – de la « hausse généralisée des prix »197.

  • 198 Voir Verwaltungsbericht 1919, p. 3-4, ainsi que les rapports des années suivantes. Pour ce qui conc (...)

122De la sorte, la Reichsbank fondait son analyse sur la théorie de la balance des paiements. Elle resta fidèle à cette explication dans les rapports qu’elle publia durant les années d’inflation d’après-guerre, tout en présentant alors les réparations comme un facteur supplémentaire de dégradation du cours du mark. Les principales composantes du « besoin » de moyens de paiement étaient désormais, selon elle, les hausses de prix et de salaires, le marché noir, les exportations monétaires liées au règlement des importations de marchandises et à la fuite des capitaux ainsi que, dans une proportion croissante, la dette flottante du Reich, indésirable mais inévitable – en particulier depuis le calendrier des versements décidé à Londres en relation avec les obligations de paiement auxquelles l’Allemagne s’était engagée par le traité de Versailles198.

  • 199 Bundesarchiv Koblenz (BA), R 2/1894. Brief des Reichsbankdirektoriums an den Reichskanzler vom 29. (...)

123La Reichsbank donne ici l’impression de considérer que la dépréciation monétaire en Allemagne est due pour l’essentiel, à ses yeux, aux mesures décidées par l’étranger en matière d’échanges commerciaux et de réparations ; elles auraient selon elle grevé la balance des paiements allemande et leurs effets n’auraient pu être neutralisés par des mesures relevant de l’économie intérieure ; mais la correspondance confidentielle qu’elle entretient avec le gouvernement présente un tableau bien différent. Les arguments qui y sont développés et les recommandations de politique économique qu’elle renferme procèdent en effet de la théorie quantitative : la Reichsbank y considère que le plus grand danger pour la monnaie allemande est national, qu’il est lié à la politique financière du Reich. Quelques mois avant la fin de la guerre elle avait déjà attiré l’attention du chancelier sur le risque que constituait pour la monnaie allemande la « dette flottante » du Reich. Celle-ci était évaluée à 50 ou 60 milliards de marks. La Reichsbank invitait explicitement le gouvernement à stopper sa progression, et à la résorber le plus rapidement possible après la fin de la guerre, par des mesures de politique financière. Outre la réduction des dépenses, elle considérait que « l’essentiel est d’assurer au plus tôt à l’État des recettes importantes, qui lui permettent de couvrir pleinement le versement des intérêts induits par la dette publique, le paiement des pensions allouées aux ayants droits survivants des tués de la guerre et aux invalides, ainsi que toutes les autres dépenses incompressibles »199. Quant à l’espoir de pouvoir rembourser la dette flottante par les réparations que l’étranger verserait à l’Allemagne en cas de victoire de cette dernière, elle en montrait l’irréalisme d’une phrase : « Si une telle indemnisation venait à être versée, elle permettrait tout au plus, dans le meilleur des cas, de couvrir une petite partie de ces 50 ou 60 milliards de marks ».

  • 200 BA R 43 1/638 vol. 1, f° 25. Brief des Reichsbankdirektoriums an den Reichskanzler vom 31. März 191 (...)
  • 201 BA R 43 1/638, vol. 1, f° 26 sq. Brief des Reichsbankdirektoriums an den Reichspräsidenten vom 31. (...)
  • 202 Verwaltungsbericht 1919, p. 3.
  • 203 BAR43 1/2391 et R 2/1894. Briefe des Reichsbankdirektoriums an den Reichsfinanzminister vom 1. und (...)

124Après la guerre, les rapports d’activité annuels de la Reichsbank furent transmis au chef de l’État par l’intermédiaire du chef du gouvernement, accompagnés de rapports annexes confidentiels. Ceux-ci avaient pour fonction de résumer le contenu des rapports officiels, de les commenter et « éventuellement les compléter par des informations que, pour des raisons impératives, il n’avait pas été jugé bon de consigner dans les rapports officiels »200. La Reichsbank utilisa aussi ces documents pour adresser au gouvernement des recommandations en matière de politique économique. Le premier rapport annexe de cette nature date du 31 mars 1919201. Il en ressort que pour la Reichsbank la dépréciation du mark auprès des bourses de devises était due aux incertitudes de politique intérieure et internationale ainsi qu’à l’accroissement des dettes flottantes du Reich et à « l’augmentation constante du volume des moyens de paiement fiduciaires ». Elle qualifiait de « mesure essentielle » pour le rétablissement de l’économie et de la monnaie en Allemagne une réforme de la politique financière du gouvernement et le renoncement du Reich à recourir désormais à des emprunts auprès de la banque centrale. Même la signature du traité de Versailles (le 28 juin 1919), qualifié de « non exécutable » dans le rapport de la Reichsbank202, ne modifia pas sa position quant à la politique financière du Reich. Dans deux lettres au ton presque implorant de juillet 1919, elle exposait clairement son analyse de la dépréciation monétaire, qui se rattachait à la théorie quantitative203. Pour elle, l’augmentation de la « dette flottante » du Reich était à l’origine de l’accroissement de la circulation monétaire qui, elle-même, entraînait « la dépréciation déjà très avancée de la devise allemande ». Elle invitait le gouvernement à restreindre ses dépenses et à réaliser un programme fiscal qui permette de financer toutes les dépenses du Reich sans devoir recourir à la planche à billets. Elle conseillait de consolider les dettes flottantes existantes par l’emprunt ou des impôts exceptionnels. Ces propositions s’accompagnaient de la menace ouverte de ne plus accepter à l’avenir sans restriction les effets du Trésor. Encore convient-il de noter que cette menace était d’une portée pratique limitée : étant donné que, jusqu’à la loi instaurant son indépendance en mai 1922, la Reichsbank dépendait du gouvernement, les deux parties savaient pertinemment qu’elle n’aurait de fait pas été en mesure de mettre cette menace à exécution.

  • 204 BAR 43 1/638 vol. 1. Brief des Reichsbankdirektoriums an den Reichspràsidenten vom 6. April 1920.

125Dans le rapport annexe204 à son rapport officiel pour l’année 1919, que la Reichsbank transmit au chancelier et au chef de l’État en avril 1920, elle souligne à nouveau « que le volume de monnaie fiduciaire en circulation continue à augmenter » parce que le Reich poursuit sa politique déficitaire, et que c’est la cause principale de la dépréciation externe et interne de la monnaie. Elle recommande à nouveau de prendre des mesures financières qui permettent de rétablir l’équilibre budgétaire et de réduire les dettes flottantes, afin d’améliorer la situation monétaire.

  • 205 Sur ce sujet, voir Helmut Heiber, Die Republik von Weimar, Munich, 19694, p. 93-94.

126En 1921, on constate pour la première fois une évolution notable de la position de la Reichsbank, qui semble découler de l’épreuve de force en cours quant à l’exécution du traité de Versailles. Ce dernier prévoyait que le montant définitif des réparations dues par l’Allemagne soit fixé au plus tard le 1er mai 1921. Lorsque le gouvernement allemand rejeta les exigences des Alliés lors des négociations de Londres, en mars 1921, il fut menacé de sanctions qui prirent finalement la forme de l’occupation des ports rhénans de Düsseldorf, Duisbourg et Ruhrort par des troupes françaises à la fin de ce même mois. Les Alliés fixèrent le montant des réparations sans concertation avec l’Allemagne et la contraignirent à accepter ce qu’il est convenu d’appeler l’ultimatum de Londres du 5 mai 1921, sous peine d’occupation de la Ruhr. Les réparations furent chiffrées à 132 milliards de marks-or, mais surtout le Reich devait verser des annuités de 2 milliards de marks-or plus 26 % de la valeur annuelle de ses exportations, soit un montant global d’au moins 3 milliards par an selon les chiffres de l’époque. À peu près au même moment, une grande partie de la zone industrielle située en Haute-Silésie fut occupée par des milices polonaises. Elle devait par la suite être définitivement perdue après qu’une commission interalliée ait décidé la partition de cette province, bien qu’un référendum organisé parmi l’ensemble de la population de Haute-Silésie ait donné un résultat majoritairement favorable à l’Allemagne205.

  • 206 BA R 2/3216. L’opposition des responsables allemands au paiement de réparations d’un tel montant a (...)
  • 207 BAR 43 1/638, vol. 1, f° 171-175.
  • 208 Verwaltungsbericht 1920, p. 3.
  • 209 Verwaltungsbericht 1921, p. 5. On trouvera le même jugement dans BA R 43 1/638, vol. 1, f ° 222 sq.
  • 210 BAR43 1/638, vol. l, f° 269-270.

127Avant même ces interventions dans la vie économique de l’Allemagne, le président de la Reichsbank de l’époque, Havenstein, avait déclaré le 24 janvier 1921, lors d’une réunion de travail sur la question des réparations au ministère des Affaires étrangères, qu’il jugeait « le paiement de 3 milliards par an totalement impossible »206. Il est clair que dans ces conditions les exigences des Alliés ne pouvaient rester sans influence sur les recommandations de la Reichsbank en matière de politique monétaire. Ainsi, dans une note confidentielle adressée le 21 mai 1921 au gouvernement et au chef de l’État, elle qualifiait une nouvelle fois la forte augmentation de la dette flottante du Reich de « très inquiétante », mais sans plus voir désormais de possibilités concrètes de consolider la situation monétaire. Au contraire, elle citait, outre l’arrêt de la planche à billets, l’amélioration de la balance commerciale et la limitation des dédommagements de guerre comme « conditions fondamentales » d’une stabilisation de la monnaie207. Ce faisant, la Reichsbank s’était partiellement convertie à la théorie de la balance des paiements aussi dans les débats internes. Dans le même temps, elle évoquait pour la première fois dans son rapport publié le 14 mai 1921 (et concernant l’année 1920) la politique déficitaire du Reich comme cause principale de la dépréciation monétaire, mais la considérait dans le même temps comme « inévitable » vu « la forte dégradation de la situation financière du Reich »208. Ce qui traduit une tendance à l’explication par la théorie quantitative. Il est frappant de constater que désormais, et jusqu’en 1923, les jugements portés sur l’évolution économique et monétaire dans les rapports officiels d’une part et dans les rapports confidentiels destinés au gouvernement de l’autre sont pratiquement identiques. C’est ainsi qu’en 1922, tant les rapports rendus publics que les rapports confidentiels font du contrôle de la dette flottante la clef de la maîtrise de l’inflation. Mais la banque centrale note également que le Reich ne pourra renoncer à cette « méthode de financement extrêmement néfaste » que « lorsque le montant des réparations exigées aura été revu à la baisse et adapté aux ressources fiscales de la population »209. En d’autres termes, la Reichsbank établissait une relation entre la solution du problème monétaire de l’Allemagne et une diminution du montant des réparations exigées, thèse à laquelle elle continuera d’adhérer durant la période d’hyperinflation. C’est ainsi que dans sa note du 30 mai 1923 adressée au chef de l’État elle considérait, s’agissant des conditions de stabilisation, que seule « une modification effective ou envisagée pour une date précise du traité de Versailles rendrait possible le retour à l’équilibre de la balance des paiements et du budget intérieur du Reich »210.

128Il est vain de se demander si, après 1921, la Reichsbank a systématiquement encouragé l’inflation ou bien si elle l’a simplement subie. Le fait est qu’elle a abandonné ses réticences vis-à-vis de la politique financière inflationniste du Reich après les événements intervenus cette même année et que nous avons précédemment décrits. Ce que confirment deux modifications de nature institutionnelle :

    • 211 Die Reichsbank 1901-1925, Berlin, non daté, p. 99-100.

    la modification de la loi sur la Reichsbank en date du 9 mai 1921, qui suspendait jusqu’au 31 décembre 1923 l’obligation de couverture pour le tiers des billets de banque qu’elle émettait – obligation qui n’avait pas été supprimée mais seulement assouplie en 1914211. Cet amendement fut décidé après accord entre le gouvernement et la Reichsbank et montre que les deux parties s’étaient résolues à ce que l’inflation continue de croître ;

    • 212 Hjalmar Schacht, The Stabilization of the Mark, Londres, 1927, p. 49.

    la Reichsbank accepta de racheter des pièces d’or à la population à partir du 1er juin 1921 contre versement d’une différence en plus du pair, c’est-à-dire « qu’elle reconnaît pour la première fois officiellement l’existence de l’inflation »212.

  • 213 C’était là l’espoir nourri par les Alliés lorsqu’ils firent de l’indépendance de la Reichsbank la c (...)
  • 214 Voir les chiffres cités dans Frank D. Graham, Exchange..., op. cil, p. 61 sq.
  • 215 BA R 43 1/632, Brief Reichsbankdirektorium an den Finanzminister vom 23. August 1923.

129Alors que l’adoption de la loi sur l’autonomie de la Reichsbank, le 26 mai 1922 – condition mise par les Alliés à l’adoption du moratoire sur le paiement des réparations envisagé lors de la conférence de Cannes en janvier 1922-, renforçait la position de la Reichsbank vis-à-vis du gouvernement et lui donnait au moins en théorie la possibilité de stopper l’accroissement de la masse monétaire même contre la volonté de celui-ci213, elle n’en fit pas usage. Au lieu de quoi elle ouvrit son portefeuille non seulement aux effets du Trésor, mais aussi à un nombre croissant de traites commerciales privées, laissant ainsi le champ encore plus libre à l’expansion de la masse monétaire en faveur de ses clients traditionnels, c’est-à-dire des entreprises privées214. Même au plus fort de l’inflation, en août 1923, elle accéda aux demandes de crédit de l’État bien qu’elle en attendît « une nouvelle poussée de l’inflation, plus forte encore que les précédentes » ; mais elle déclara « être convaincue qu’il s’agissait en l’occurrence d’obéir à la raison d’État »215.

  • 216 Après avoir exposé les fondements de différentes théories modernes de l’inflation, P. Czada (« Ursa (...)

130Cette présentation chronologique des prises de position de la Reichsbank face à l’inflation de 1918-1923 peut-être résumée de la manière suivante : la Reichsbank n’a pas expliqué l’inflation en Allemagne pendant et après la Première Guerre mondiale216 par une cause unique. Cela lui donnait la possibilité d’accorder plus ou moins d’importance aux différents facteurs d’explication en fonction des personnes auxquelles elle s’adressait et de l’évolution du cours de l’inflation, sans que ses prises de position trahissent pour autant trop d’incohérence. Il n’en reste pas moins que la direction de la Reichsbank a considéré, au moins à partir de 1918, la hausse de la masse monétaire, provoquée par le volume croissant de titres de créance à court terme du Reich qu’elle détenait dans son portefeuille, comme la principale source d’inflation. Elle se réclamait donc pour l’essentiel de la théorie quantitative. Jusqu’en 1921, elle a énergiquement invité le gouvernement, dans ses notes confidentielles, à mettre un terme à sa politique d’endettement inflationniste, le menaçant même à l’occasion de lui refuser tout nouveau crédit. Par contre jusqu’à l’ultimatum de Londres (5 mai 1921), elle a expliqué la dépréciation externe et interne de la monnaie dans ses rapports officiels destinés au public en recourant à la théorie de la balance des paiements. Après quoi elle a présenté également dans ses rapports officiels l’accroissement de la dette flottante du Reich comme la cause principale de l’augmentation de la masse monétaire, tout en la jugeant « inévitable » par suite de la politique des Alliés en matière de réparations. Et elle est ensuite restée dans l’ensemble fidèle à cette ligne, tant en interne vis-à-vis du gouvernement qu’en externe vis-à-vis de l’opinion publique. Son indépendance, décidée en mai 1922 sous la pression des Alliés, n’y a rien changé.

131Pour conclure, je voudrais aborder deux questions liées aux différentes positions que la Reichsbank a adoptées durant les années 1918 à 1923 face au problème de l’inflation.

1321. Comment expliquer les différences qui existent, durant les années 1918 à 1920, entre l’explication de l’inflation présentée dans les rapports de la Reichsbank destinés à être rendus publics d’une part et ses prises de position confidentielles de l’autre ?

1332. Quelle logique économique incite la Reichsbank à changer sa position vis-à-vis de la politique financière du gouvernement au lendemain de l’ultimatum de Londres ?

134Résumée en quelques mots, ma réponse à la première question est la suivante : les déclarations publiques d’institutions ayant en charge la politique économique ne sont pas seulement des prises de position sur la situation de l’économie et ses causes, mais aussi des moyens d’influencer l’évolution future. Les déclarations publiques d’une banque centrale, par exemple, influencent le sentiment du marché quant à l’avenir, ce qui modifie à son tour les décisions concrètes des agents économiques et, de la sorte, l’évolution économique effective. En soulignant d’emblée les facteurs inflationnistes internes aussi vis-à-vis de l’opinion publique, la Reichsbank risquait de miner plus encore la confiance dans la monnaie allemande. Or le maintien d’un minimum de confiance dans la stabilité future de celle-ci conditionnait la demande monétaire nationale et étrangère ; et étant donné les causes de l’inflation à l’époque (les déficits budgétaires du Reich déterminaient l’offre monétaire), cette demande constituait de fait à court terme la principale déterminante du niveau des prix. L’explication par la théorie de la balance des paiements établissait une corrélation factuelle entre l’évolution de la valeur de la monnaie en Allemagne durant les années d’après-guerre et l’attitude de l’étranger dans la question des réparations. C’est pourquoi une explication de la dépréciation monétaire s’appuyant pour l’essentiel sur la théorie de la balance des paiements pouvait, par son effet sur l’opinion publique, relancer ou stabiliser la demande monétaire et, de la sorte, freiner les hausses de prix aussi longtemps que l’espoir d’une diminution de la pression exercée sur la balance des paiements de l’Allemagne par des versements de réparations excessifs pouvait être entretenu. Le recours de la Reichsbank à la théorie de la balance des paiements pour expliquer l’inflation à l’opinion publique peut donc être interprété comme une tentative pour freiner la hausse des prix par l’intermédiaire de la demande monétaire, alors que le recours simultané à la théorie quantitative vis-à-vis du gouvernement visait à combattre les hausses de prix par le canal de l’offre monétaire.

135Voyons maintenant la seconde question : celle de la logique qui préside au changement de position de la Reichsbank face au problème de l’inflation en 1921. J’ai déjà signalé qu’en matière de politique économique la décision de mettre tous les moyens disponibles au service de la stabilisation du niveau des prix et/ou du niveau des taux de change doit toujours prendre en compte également le rapport entre coûts et avantages. Le passage d’une pratique inflationniste à la recherche de la stabilité entraîne un processus déflationniste qui induit dans la sphère de l’économie réelle, c’est-à-dire de la production, des coûts (croissance, emploi) d’autant plus élevés – comme nous l’avons vu précédemment – que les prix sont rigides. Jusqu’au plan de paiement décidé à Londres en mai 1921, la Reichsbank a considéré à l’évidence que les coûts d’une politique financière restrictive étaient moindres que les avantages liés à un retour à la stabilité monétaire. Il est clair que, ce faisant, elle raisonnait à partir d’un montant futur des réparations et de versements annuels à ce titre inférieurs aux 3 milliards de marks-or que l’Allemagne se vit tenue de payer au minimum d’après l’échéancier décidé à Londres en mai 1921.

  • 217 Voir Verwaltungsbericht 1921, p. 4.

136Comme nous l’avons déjà vu, l’ampleur de la déflation nécessaire à la stabilisation des taux de change dépend également du montant des créances étrangères. Si celui-ci vient à augmenter, il faut d’autant plus comprimer les prix intérieurs afin de pouvoir assurer les transferts vers l’étranger, au taux de change du moment, par le canal des opérations courantes. La diminution des prix qui est intervenue en 1921 sur le marché mondial a entraîné de fait une augmentation de la valeur réelle des réparations allemandes, qui était définie en termes monétaires. Les annuités exigées par les Alliés en 1921 ont de toute évidence impliqué aux yeux de la Reichsbank que les coûts induits par la stabilisation de la monnaie, à savoir le ralentissement de la croissance et le sous-emploi, allaient désormais prendre des proportions telles que même une institution en général conservatrice comme la banque centrale les a jugés plus élevés que les avantages de la stabilité monétaire. Pour la Reichsbank, ces coûts signifiaient la fin de « tout ordre public et le désordre économique »217. Si on compare a posteriori les conséquences économiques, sociales et politiques catastrophiques de la déflation qu’a connue l’Allemagne durant les années 1929-1932 et les effets immédiats de Phyperinflation, force est de reconnaître que ce raisonnement de la Reichsbank était d’une grande sagacité.

2. La politique d’escompte de la Reichsbank

  • 218 Voir Julius Hirsch, Die deutsche Währungsfrage, Iéna, 1924, p. 14 sq. Walter Eucken, Kritische Betr (...)

137Dans les pages qui suivent, je me propose d’analyser le principal reproche adressé par les tenants de la théorie quantitative à la politique de la Reichsbank durant les années d’inflation. On l’accuse d’avoir mené une politique d’escompte erronée218. Elle aurait dû relever d’emblée le taux d’escompte, au lieu de le maintenir à 5 % jusqu’à l’été 1922 avant de l’augmenter modérément et de ne le porter à 90 % qu’en août 1923 (cf. tableau 23), et placer sur le marché monétaire privé une proportion plus élevée des bons du Trésor émis par le Reich ; de la sorte, elle aurait pu contrecarrer les effets inflationnistes de la politique déficitaire du Reich, autrement dit l’augmentation de la masse monétaire. En relevant son taux d’escompte, elle aurait en outre pu inciter les capitaux étrangers à venir se placer en Allemagne et contribuer ainsi à stabiliser le cours du mark. L’analyse de ces deux thèses fera l’objet des pages qui suivent.

138Je laisserai par contre de côté la question de savoir si la Reichsbank a alimenté l’inflation en acceptant à l’escompte à partir de juillet 1922 un nombre croissant de traites commerciales privées.

  • 219 Alfred Lansburgh, « Die Politik der Reichsbank und die Reichsschatzanweisungen nach dem Kriege », S (...)
  • 220 Ibid., p. 42.

139Il convient tout d’abord d’examiner si la Reichsbank aurait eu la possibilité, par un relèvement de son taux d’escompte, de faire passer sur le marché monétaire privé une proportion plus élevée des bons du Trésor qu’elle détenait et, ainsi, de limiter le recours à la planche à billets pour financer les déficits budgétaires, autrement dit de stopper la croissance de la masse monétaire. Alfred Lansburgh219, qui a apporté une réponse positive à cette question et, pour cette raison, critiqué la politique du crédit de la Reichsbank, a certes reconnu qu’un relèvement du taux d’escompte visant à limiter le crédit, donc à restreindre la demande de crédit du Reich mais aussi des entreprises privées, serait vraisemblablement resté sans effet ; car le recours au crédit de l’État est toujours considéré comme rigide et celui des entreprises privées aurait été peu sensible aux fluctuations des taux d’intérêt vu la pénurie de capitaux qui régnait à l’époque. Il n’en a cependant pas moins affirmé qu’une politique des taux plus rigoureuse serait vraisemblablement parvenue à « attirer des capitaux ».220

140Je souhaiterais laisser de côté un aspect particulier du problème, celui des effets qu’un tel renchérissement du crédit aurait eus sur la situation conjoncturelle et le marché du travail, et par suite vraisemblablement sur le climat politique en Allemagne. Dans le cadre de la présente étude, il me paraît plus important de retenir que le renchérissement du crédit non seulement n’a pas fait diminuer la demande de crédits à court terme, mais encore l’a poussée à la hausse. Un exemple chiffré va permettre de le montrer.

  • 221 Amd Jessen, Finanzen..., op. cit., tableau 5.

141Le point de départ de l’argumentation est la thèse défendue par le gouvernement, la Reichsbank, et reprise par Lansburgh, selon laquelle le Reich devait combler en termes réels une insuffisance de couverture financière dans son budget ; selon laquelle, autrement dit, une diminution du déficit par la réduction des dépenses ou l’augmentation des recettes ordinaires (indépendamment des fluctuations de la valeur de la monnaie) n’entrait pas en ligne de compte. Selon les états prévisionnels pour 1919 et 1920, le service de la dette représentait plus de 50 % des dépenses ordinaires du Reich221.

  • 222 Deutschlands Wirtschaft..., op. cit., p. 30. Peter Christian Witt, « Tax Policies, Tax Assessment a (...)

142Il fallait rembourser quelque 100 milliards de marks d’emprunts de guerre consolidés au taux de 5 %. Venaient s’y ajouter les dettes flottantes, qui s’élevaient au début de l’année 1919 à environ 55 milliards de marks, et à la fin de la même année à environ 86 milliards (cf. tableau 20). Le placement de bons du Trésor pour un montant équivalent – que ce soit auprès de la Reichsbank ou sur le marché monétaire privé – impliquait également que le budget de l’État en couvre les intérêts, soit environ 5 % (taux d’escompte officiel) des dettes flottantes correspondantes. Du côté des recettes, le déficit de financement qui devait être couvert par un accroissement de la dette à court terme du Reich représentait durant les années d’inflation jusqu’à largement plus de 50 % du montant total des recettes, ou encore des dépenses222.

143L’exemple chiffré suivant, très simplifié, doit donc être considéré comme une présentation approximative de la structure effective du budget de l’État en 1919 ou 1920. Pour simplifier les choses, on considérera que les dettes flottantes sont constituées de bons du Trésor porteurs d’intérêts.

144La question est maintenant de savoir comment différentes politiques des taux de la Reichsbank agissent sur le découvert du budget de l’État. Dans le premier cas on admet que la Reichsbank poursuit sa politique d’argent bon marché avec un taux d’escompte de 5 % et que les milieux économiques anticipent une augmentation des prix de 100 % durant l’année à venir. Pour un volume inchangé des recettes ordinaires et des dépenses hors service de la dette, en termes réels, il en résulte la structure budgétaire suivante :

145Dans le cas d’une politique de l’argent cher, dont on peut attendre un certain effet de stabilisation sur le niveau des prix, la situation est la suivante. Admettons que le taux d’escompte de la Reichsbank soit relevé à 15 % et que les agents économiques anticipent une hausse des prix de seulement 10 %. Pour le reste, le volume des recettes ordinaires et des dépenses hors service de la dette demeure, comme précédemment, inchangé en termes réels. La structure du budget de l’État se présentera comme suit :

146Le résultat peut tout d’abord sembler paradoxal : lorsque les prix sont plus stables, le déficit de financement budgétaire est supérieur, en termes nominaux et plus encore en termes réels, à ce qu’il est en cas de moindre stabilité des prix. Cela tient tout d’abord à l’influence directe du relèvement du taux d’escompte. Dans l’exemple 2a, les dettes flottantes accumulées au moment de ce relèvement continuent à servir 5 % d’intérêt. Et seuls les intérêts liés à la dette flottante supplémentaire entraînent une légère augmentation du déficit de financement par rapport à l’année précédente. Dans l’exemple 2b par contre, ce n’est pas seulement la dette flottante supplémentaire qui doit servir 15 % d’intérêt, mais aussi les dettes flottantes antérieures, car il s’agit de crédits revolving.

  • 223 Statistisches Jahrbuch fur das Deutsche Reich, 41e année, 1920, p. 116.
  • 224 A. Lansburgh, « Politik der Reichsbank... », op. cit., p. 41. Voir aussi supra, p. 146.

147Par conséquent, non seulement une politique du crédit restrictive de la part de la Reichsbank – à supposer qu’elle ait eu dans un premier temps pour effet de stabiliser les prix – n’aurait pas diminué la demande de crédits à court terme émanant de l’État, mais encore elle aurait eu tendance à l’accroître. Pour que cette demande de crédits supplémentaire du Reich puisse être satisfaite sur le marché monétaire privé, il aurait fallu « attirer » encore plus de capitaux en faveur de l’État par une politique de taux élevés. Contrairement à ce que prétend Lansburgh, le succès d’une telle politique doit être considéré comme peu vraisemblable dans la situation de l’époque. La crédibilité du Reich sur le marché financier privé était très entamée après la fin de la guerre. En 1919, les emprunts de guerre à 5 % cotaient en moyenne 80 % de leur valeur d’émission223, ils rapportaient donc pour les sept années qui restaient en moyenne à courir jusqu’à leur échéance un intérêt effectif de plus de 9 %, dont la hausse ne pouvait être stoppée, à certains moments, que par des achats de soutien. Par contre il a été possible jusque dans le courant de l’année 1922 de placer sur le marché financier privé des obligations hypothécaires à 4 % et des obligations industrielles à 41/2 ou 5 %224.

148Une politique d’argent cher aurait automatiquement fait fortement chuter le cours des emprunts d’État. Dans ces conditions, il est douteux que le marché monétaire et financier privé se soit montré plus disposé à faire crédit au Reich – même sur la base d’un taux d’intérêt relevé. Car si la dépréciation monétaire était venu à cesser, comme on pouvait l’espérer, les difficultés rencontrées par le Reich pour assurer sur le long terme l’équilibre de son budget grâce aux impôts et aux emprunts auraient été, au regard de la charge qu’aurait alors représentée le service de la dette en termes réels, plus importantes encore qu’elles ne le furent effectivement en 1923, lorsque l’État put se libérer de ses dettes grâce à la dépréciation monétaire et à l’émission de monnaie supplémentaire.

149On peut même considérer que, vu la situation, le maintien du taux d’escompte à un faible niveau était une condition nécessaire pour limiter autant que faire se pouvait le déficit financier du budget de l’État. Dans la mesure où une relative stabilisation de la monnaie (seul but que pouvait se fixer la Reichsbank étant donné le découvert du budget public) dépendait de la confiance, et dans la mesure où celle-ci dépendait de l’importance du déficit financier présenté par le budget de l’État, tout relèvement du taux d’escompte aurait eu pour seule conséquence de ruiner la confiance et, par conséquent, d’aggraver la désaffection dont souffrait la monnaie.

  • 225 John M. Keynes, Indian Currency and Finance, Londres, 1913, p. 25. Voir aussi Ralph G. Hawtrey, The (...)

150Voyons maintenant si un relèvement du taux d’escompte aurait pu contribuer à « attirer » les capitaux étrangers et, ainsi, à stabiliser le cours du mark. C’était la deuxième affirmation de la théorie quantitative. Au XIXe siècle, la politique d’escompte était devenue le principal instrument de politique monétaire utilisé par la banque centrale en Angleterre. Ses succès en matière de stabilisation interne et externe de la monnaie tenaient à des conditions générales que les meilleurs théoriciens de la monnaie ont bien perçues. C’est ainsi que le jeune Keynes écrivait : « Nous avons vu précédemment que la politique des taux de la banque d’Angleterre est couronnée de succès parce que indirectement elle conduit le marché monétaire à restreindre le volume des crédits à court terme accordés aux pays étrangers et, par là même, à faire évoluer la balance de l’endettement à court terme en notre faveur. Cette politique indirecte est moins aisée à appliquer sur le marché mondial. Dans de tels pays, on ne peut être sûr qu’un relèvement du loyer de l’argent produira l’effet désiré dans les délais souhaités »225.

  • 226 Joseph A. Schumpeter, Business Cycles. A Theoretical, Historical and Statistical Analysis of the Ca (...)
  • 227 E. Victor Morgan, Studies in British Financial Policy 1914-1925, Londres, 1952, p. 3.
  • 228 Joseph A. Schumpeter, Business Cycles..., op. cit., vol. 2, p. 673-674.

151La situation anglaise d’avant la Première Guerre mondiale a inspiré à Schumpeter la remarque suivante : « La maîtrise de la composante internationale n’a connu un tel succès que parce qu’une puissante muraille de créances à court terme, partiellement liquides, sur des débiteurs étrangers protégeait le système anglais »226. Ces créances, mobilisables à tout instant, étaient estimées par Schumpeter à environ 150 à 200 millions de livres (= 3 à 4 milliards de marks) pour l’année 1909. Quant à E.V Morgan, il les estimait à au moins 350 millions de livres (= 7 milliards de marks) pour l’année 1914227. Schumpeter en tirait la conclusion que, dans de telles conditions, un « relèvement du taux d’escompte avait non seulement un effet d’atténuation, mais aussi de détente et entraînait en règle générale sans difficulté une modification des taux de change défavorables. Aussi n’est-il pas étonnant de constater que les banquiers et les économistes se mettent alors à croire à l’efficience du taux d’escompte, ce qui ne serait guère compréhensible sans cette situation des mouvements à court terme de capitaux. Il est beaucoup plus surprenant que tant de personnes n’aient pas remarqué que cette efficience était due à la situation technique du moment sur le marché londonien, historiquement exceptionnelle, et, au lieu de cela, aient tenté de l’expliquer en recourant à une théorie générale, totalement irréaliste. Cette théorie surestimait [...] l’influence que le taux d’escompte peut exercer sur les taux de changes étrangers et les transactions sur l’or en agissant successivement sur le volume des transactions intérieures, le volume des dépôts, le niveau des prix et les revenus ainsi que sur la balance internationale des opérations courantes en marchandises »228.

  • 229 Reparation Commission, The Report of the Second Committee of Experts, réédité dans Harold G. Moulto (...)
  • 230 Arthur J. Bloomfield, « Short-term Capital Movements Under the Pre-1914 Gold Standard », Princeton (...)
  • 231 Hoover Institution..., Allied Powers..., op. cit., p. 305.
  • 232 Karl Helfferich, Deutschlands Volkswohlstand 1888-1913, Berlin, 19156, p. 111.

152Or durant les années d’après-guerre, la situation était inverse en Allemagne. Avant la Première Guerre mondiale, le pays s’était trouvé en position de créancier sur le plan international, moins nettement certes que l’Angleterre, mais cependant dans des proportions assez confortables ; simplement, ses créances sur l’étranger à long terme étaient plus importantes que celles à court terme. La commission McKenna a estimé que les avoirs allemands à l’étranger représentaient à la veille de la guerre 28 milliards de marks, dont 20 milliards d’investissements de portefeuille, 4 à 5 milliards d’investissements directs et 3 à 4 milliards de crédits à court terme229. Par contre, les obligations à l’étranger étaient comparativement peu importantes : les engagements à court terme des banques allemandes résultant de dépôts de banques d’émission, d’entreprises privées ou de particuliers étrangers étaient estimés à environ 1 milliard de marks230, les crédits accordés par les fournisseurs étrangers s’élevaient à peu près à la même somme231. Les engagements de l’Allemagne résultant d’investissements étrangers à long terme en Allemagne (investissements de portefeuille et investissements directs) n’ont pas fait, à ma connaissance, l’objet d’une évaluation pour la période d’avant-guerre ; mais ils ont dû être relativement peu importants dans la mesure où, par exemple, Helfferich ne les a pas pris en compte dans son estimation des avoirs à l’étranger comme composante du patrimoine national de l’Allemagne232.

  • 233 Johann Plenge, Von der Diskontpolitik zur Herrschaft über den Geldmarkt, Berlin, 1913, en particuli (...)
  • 234 The Report of the Second Committee of Experts, réédité dans H.G. Moulton, The Reparation Plan..., o (...)
  • 235 Otto von Glasenapp, « Germany’s Balance of Payments with Other Countries », Manchester Guardian Com (...)

153C’est pourquoi, avant 1914, Johann Plenges n’avait pas tort de demander que l’on franchisse le pas conduisant « De la politique d’escompte au contrôle du marché monétaire »233, y compris en matière de régulation des transactions de capital avec l’étranger – ce qui impliquait une politique des taux d’intérêt plus stricte. Durant la Première Guerre mondiale cependant, l’Allemagne avait dû utiliser une grande partie de ses créances sur l’étranger, lorsqu’elles n’avaient pas été confisquées auparavant, pour financer l’excédent d’importations d’environ 15 milliards de marks-or qu’avait entraîné le conflit. La commission McKenna a évalué à 16,1 milliards de marks-or les pertes d’avoirs allemands à l’étranger consécutives aux mesures de mise sous séquestre234. Le traité de Versailles entraîna des pertes supplémentaires. Dans le même temps, l’endettement à court terme de l’Allemagne vis-à-vis de l’étranger avait augmenté. Glasenapp, le vice-président de la Reichsbank, estimait cette augmentation à 7 ou 8 milliards de marks-or durant les années de guerre235. En résumé, on peut dire que dès la fin de la guerre, l’Allemagne avait perdu sa position de créditeur net par rapport à l’étranger, compte non tenu des réparations que les Alliés allaient exiger d’elle.

  • 236 The Report of the Second Committee of Experts, réédité dans H.G. Moulton, The Reparation Plan..., o (...)
  • 237 Ludwig Bente, « Die deutsche Währungspolitik von 1914-1924 », Weltwirtschaftliches Archiv, vol. 23, (...)

154En 1919-1923, l’Allemagne continua d’accumuler les dettes commerciales vis-à-vis de l’étranger pour pouvoir financer des excédents d’importation d’environ 6,3 à 7,3 milliards de marks-or ainsi que des paiements de réparations en espèces d’un montant de quelque 2,6 milliards de marks-or (estimations de la commission McKenna). Certes la fuite de capitaux qui intervint durant ces mêmes années conduisit au placement d’avoirs allemands en monnaie étrangère stable, pour un montant évalué par la commission McKenna à 6,75 milliards de marks-or fin 192 3236. Mais le solde des mouvements de capitaux en monnaie allemande a certainement été régulièrement déficitaire par rapport à l’étranger. Dans une telle situation, les conditions requises pour stabiliser les taux de change grâce à la politique d’escompte n’étaient qu’incomplètement réunies. Par ailleurs, en l’absence de parité monétaire clairement établie vis-à-vis de l’or ou d’autres monnaies étrangères stables, « il ne pouvait être question d’utiliser la politique d’escompte comme instrument de régulation directe des taux de change aussi longtemps que les gains et les pertes résultant des fluctuations de cours pouvaient être largement plus élevés que l’écart entre les taux d’intérêt »237.

  • 238 Hjalmar Schacht, The Stabilization of the Mark, Londres, 1927, p. 73.

155Le successeur de Havenstein à la tête de la Reichsbank, Hjalmar Schacht, qui sut fort pertinemment utiliser le taux d’escompte comme instrument de politique du crédit et de stabilisation monétaire après le retour à des parités monétaires fixes pour le Reichsmark durant l’été 1924, défendit même la politique d’escompte de son prédécesseur : « Le recours à un relèvement du taux d’escompte, que beaucoup préconisaient, ne pouvait permettre à la Reichsbank de maîtriser l’inflation. Il aurait en effet agi bien trop lentement eu égard à la vitesse avec laquelle la dépréciation du mark s’accentuait de jour en jour. On en serait arrivé en définitive à un taux d’escompte tellement élevé que son application à l’ensemble des processus économiques (de nombreuses charges induites par les remboursements d’intérêts étaient calculées en fonction du taux d’escompte de la Reichsbank) aurait été aussi néfaste pour des secteurs entiers de l’économie que l’inflation elle-même. En fait, les entreprises privées firent beaucoup moins appel à la Reichsbank que l’État, et ce dernier, ne dépendant en définitive que de la planche à billets, pouvait rester totalement indifférent au niveau du taux d’escompte »238.

  • 239 Ibid., ?. 160.

156Schacht défendit son propre refus de relever le taux d’escompte et son choix de rationner le crédit durant le mois d’avril 1924, décisif pour la nouvelle monnaie, de la manière suivante : pour lui, on ne pouvait jouer du taux d’escompte que « dans des conditions normales. Or on constate que, par suite des fortes influences politiques qui se sont fait jour au lendemain de la guerre, les mouvements internationaux de capitaux réagissent aujourd’hui beaucoup moins aux changements de taux d’escompte que ce n’était le cas avant le conflit. Outre l’attrait exercé par les taux d’intérêt, les inquiétudes politiques et l’importance accordée aux risques de change jouent désormais un rôle bien plus grand que par le passé. Par ailleurs, le décalage entre besoin et offre de capitaux était tellement criant en Allemagne à cette époque, c’est-à-dire avant que les rapports avec l’étranger se normalisent, qu’aucun taux d’intérêt, à quelque niveau que ce soit, n’aurait pu suffire à rétablir un équilibre raisonnable »239.

  • 240 Sans s’attacher aux effets sur le commerce extérieur, W. Schmitt formule dans l’ouvrage qu’il écriv (...)

157Le refus de la Reichsbank de relever le taux d’escompte jusqu’en juillet 1922 et les ajustements hésitants aux taux en hausse du marché monétaire qui suivirent n’étaient donc pas sans fondement. Compte tenu en particulier de la situation budgétaire du Reich, force est de convenir que la retenue observée dans le domaine de la politique d’escompte a plus contribué à contenir, dans une certaine mesure, l’inflation qu’à la favoriser.240

III. LES FACTEURS D’ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION

158Je voudrais maintenant passer à une courte présentation des facteurs politiques qui ont influé sur la quantité de marchandises disponible en Allemagne pour satisfaire la demande monétaire. Dans ce domaine, le déclenchement de la guerre en 1914 a eu deux conséquences : 1. La production industrielle a diminué régulièrement d’année en année durant le conflit (cf. tableau 32 et graphique 4), en particulier par suite des difficultés d’approvisionnement en matières premières, du manque de main d’œuvre ainsi que de l’usure du parc de machines existant combinée à l’insuffisance des investissements de remplacement. Il en allait de même de la production agricole qui, après une chute brutale en 1917 (qui provoqua « l’hiver du rutabaga ») se redressa légèrement en 1918 (tableau 33).

Tableau 32. Croissance de la production industrielle de l’Allemagne durant les années 1913-1931 (1928 = 100)

1913

88

1914

73

1915

59

1916

56

1917

55

1918

50

1919

37

1920

54

1921

65

1922

70

1923

46

1924

69

1925

81

1926

78

1927

98

1928

100

1929

101

1930

89

1931

72

Source : Rolf Wagenführ, Die Industriewirtschaft. Entwicklungstendenzen der deutschen und intemationalen lndustrieproduktion 1860 bis 1932. Vierteljahreshefte zur Konjunkturforschung, Sonderheft 31, Berlin, 1933, p. 22, 28, 56. Pour les années de guerre : Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, Stuttgart, 1972, p. 176. – Wagenführ précisant (p. 24) que les capacités industrielles de l’Allemagne ont été amputées d’environ 10 % par suite des pertes territoriales découlant du traité de paix, les données concernant les années 1913 à 1918 ont été réduites d’autant afin d’assurer une comparaison cohérente avec les années d’après-guerre.

  • 241 Déjà avant la guerre, les importations allemandes étaient composées pour environ les trois quarts d (...)
  • 242 Erich Eyck, A History of the Weimar Republic, Cambridge, Mass., 2 vol., 1962-1964, vol. 1, p. 89. L (...)
  • 243 Statistiches Reichsamt, Deutschlands Wirtschaftslage..., op. cit., p. 22.
  • 244 F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 472-473.

1592. La guerre entraîna un blocus du commerce extérieur de l’Allemagne qui, outre le fait qu’il rendait difficiles les exportations allemandes, entravait aussi l’importation de matières premières et de denrées alimentaires, dont l’économie allemande était largement dépendante241. Ce blocus fut maintenu après la fin de la guerre et ne fut levé qu’au lendemain de la ratification du traité de Versailles, durant l’été 1919242. Les exportations se trouvant plus fortement réduites que les importations, il en résulta un excédent de ces dernières d’environ 15 milliards de marks-or pendant la guerre243 et d’environ 5 milliards pendant l’année 1919244. Du point de vue macro-économique, le commerce extérieur contribua donc à accroître le volume de marchandises disponible à la vente sur le marché intérieur. Mais les dérèglements structurels de l’appareil productif consécutifs aux perturbations du commerce dues à la guerre ont assurément engendré des reculs de production supérieurs aux quantités de marchandises que le « swing » de la balance commerciale faisait entrer dans le pays.

Tableau 33. Production céréalière du Reich durant les années 1910-1931 en millions de tonnes (seigle + blé + orge + avoine)

1910

25,2

1911

25,8

1912

28,0

1913

30,3

1914

26,6

1915

21,5

1916

21,8

1917

14,9

1918

17,2

1919

14,4

1920

13,9

1921

16,7

1922

12,8

1923

18,0

1924

16,2

1925

19,5

1926

17,8

1927

19,2

1928

22,7

1929

22,1

1930

20,0

1931

20,1

Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Wirtschaft..., op. cit., p. 161.

  • 245 Ces chiffres sont tirés de Deutschlands Wirtschaftslage..., op. cit., p. 10. Les effets de la néces (...)
  • 246 ILO, Enquête sur la Production. Rapport Général, Tome II, 2, Paris, 1924, p. 1017 sq. Pour ce qui c (...)

160Au lendemain de la guerre, la production industrielle allemande atteignit en 1919 un plus bas historique (graphique 4) dû à des facteurs de politique extérieure ; au blocus commercial précédemment évoqué, qui dura jusqu’au milieu de l’année et entraîna des difficultés d’approvisionnement en matières premières, venaient s’ajouter les conséquences des accords d’armistice et du traité de Versailles : dérèglements structurels de la production liés aux amputations territoriales et aux pertes de potentiel industriel qui en découlaient, insuffisance des capacités de transport résultant du fait que l’Allemagne avait dû céder aux Alliés sa flotte marchande et environ 20 % du matériel roulant des chemins de fer245. Pour ce qui concerne les facteurs de politique intérieure, cette chute de production s’explique tant par l’introduction de la journée de huit heures que par les nombreuses grèves et l’état de quasi guerre civile créé par les combats entre groupes politiques, les partisans de la révolution s’entre-déchirant ou bien luttant contre les groupements de droite. En 1919, la productivité par ouvrier et par heure chuta jusqu’à un niveau encore jamais atteint246. Lorsqu’au début de l’année 1920 la situation intérieure se normalisa après le putsch de Kapp et la répression du soulèvement de l’Armée rouge dans la Ruhr, ce qui marquait la fin de la révolution de novembre 1918, la production industrielle repartit rapidement et atteignit son maximum en 1922. L’année suivante elle chuta à nouveau au plus bas pour des raisons politiques, essentiellement l’occupation de la Ruhr et la résistance passive qu’elle déclencha du côté allemand. Ce double événement toucha la production industrielle de l’Allemagne pour ainsi dire en plein cœur, ce qui ne manqua pas d’affecter aussi l’activité d’autres régions. La pénurie de marchandises qui en résulta a largement contribué à l’effondrement du mark durant l’année 1923, tout comme elle avait aggravé la dépréciation de la monnaie en 1919, en liaison avec la politique budgétaire du Reich.

  • 247 F. D. Graham, Exchange..., op. cit., p. 286. Voir aussi Rudolf Bertold « Die Entwicklung der deutsc (...)
  • 248 Les mauvaises récoltes avaient déjà joué un rôle important durant la controverse du « bullion », lo (...)

161La production agricole resta également relativement faible durant les années d’après-guerre, comme le montrent les quantités de céréales récoltées (tableau 33). Ce phénomène s’explique avant tout par le fait que, au sortir de la guerre, les sols étaient épuisés247. Par suite des difficultés d’approvisionnement en engrais, il n’a pas pu être remédié à cette situation durant les premières années d’après-guerre. Quant aux variations annuelles, elles étaient dues pour l’essentiel aux conditions climatiques. Et le niveau relativement bas de la production a contribué pour sa part à entretenir durant les années d’après-guerre une pénurie inflationniste plus grande qu’elle n’aurait été sinon. La mauvaise récolte de 1922 pourrait même bien être en partie responsable de l’accélération de l’inflation qui l’a transformée en hyperinflation durant l’été 1922, car elle a rendu nécessaire des importations supplémentaires de denrées alimentaires dont le financement a vraisemblablement affaibli plus encore le cours du mark248.

Graphique 4. Croissance de la production industrielle de l’Allemagne durant les années 1913-1931 (échelle logarithmique, 1928 = 100)

Graphique 4. Croissance de la production industrielle de l’Allemagne durant les années 1913-1931 (échelle logarithmique, 1928 = 100)

Source : tableau 32 page 205.

IV. LES FACTEURS DE LA DEMANDE SUR LE MARCHÉ MONÉTAIRE (VITESSE DE ROTATION)

  • 249 P. Cagan, « The Monetary Dynamics of Hyperinflation », dans Milton Friedman (dir.), Studies in the (...)

162Dans les modèles d’équilibre on part de l’hypothèse que la demande et l’offre sur le marché monétaire sont égales, autrement dit que la masse monétaire effectivement disponible reflète à tout moment le point d’intersection des fonctions correspondant à l’une et à l’autre. On considère que la demande monétaire dépend entre autres du niveau des prix. Mais il n’existe pas entre ces deux variables un rapport de proportionnalité : la relation entre masse monétaire (= demande sur le marché monétaire = offre sur le marché monétaire) et niveau des prix, c’est-à-dire la demande d’encaisse réelle, est soumise à d’importantes variations, en particulier en période de fortes fluctuations monétaires. Les tenants de la théorie néoquantitative expliquent ces variations par les modifications qui affectent les revenus et les patrimoines réels ; et en période d’inflation avant tout par les modifications du rendement que l’on peut espérer d’un patrimoine détenu en numéraire par rapport aux autres formes de placement. Outre le taux d’intérêt, l’évolution prévisionnelle du pouvoir d’achat de la monnaie est une déterminante essentielle des coûts et du rendement d’un placement en numéraire à un moment donné. Elle devient la variable décisive en cas d’extrêmes fluctuations monétaires249.

163Cagan part de l’idée que les attentes du public quant à l’évolution future des prix reposent sur les expériences du passé. Par conséquent, ces attentes n’influent pas de manière autonome sur la demande d’encaisse réelle dans la mesure où elles sont présentées comme une variable dépendant des fluctuations de prix et, par là même, de la politique monétaire constatées dans le passé.

  • 250 C’est ce qui a conduit la nouvelle théorie monétaire à partir de l’idée que le sentiment du marché (...)
  • 251 Ph. Cagan, « Monetary Dynamics... », op. cit., p. 77. Pour ce qui concerne les critiques opposées à (...)
  • 252 R. Nurkse, Course and Control..., op. cit., p. 7. L’importance du sentiment du marché (de la « conf (...)
  • 253 Pour ce qui concerne le rapport entre encaisse réelle et vitesse de rotation, voir p. 13 et 114 sup (...)

164Mais l’histoire monétaire apporte par ailleurs la preuve que ces attentes peuvent également s’inverser à court terme et indépendamment de tout attachement aux expériences passées, par exemple pour des raisons politiques250. L’hypothèse selon laquelle le sentiment du marché serait stable ne saurait être retenue pour les périodes de troubles politiques ou économiques. C’est ainsi que Cagan a lui-même concédé que de tels revirements des attentes du public surviennent aussi durant les périodes d’hyperinflation, en particulier dans leur phase initiale et leur phase terminale. Il ajoute cependant qu’elles sont « qu’il est impossible de les prévoir à partir des données économiques, même si nous pouvons être certains que de tels revirements finiront par intervenir en pareilles circonstances ». Ce qui l’a conduit à relativiser la portée de cette variable en déclarant que « si les revirements n’interviennent pas, les attentes en matière d’évolution des prix dépendent étroitement des événements passés »251. À mon sens, admettre que d’éventuelles modifications soudaines des attentes du public jouent un rôle dans le passage de l’inflation à l’hyperinflation marque l’échec de Cagan dans sa tentative pour apporter la preuve que la fonction correspondant à la demande monétaire resterait stable aussi en cas d’évolution hyperinflationniste.252 Le fait que la fonction attribuée par Cagan à la demande monétaire en période d’hyperinflation se soit trouvée confirmée par des coefficients de corrélation élevés s’explique à mon sens par l’évolution tendancielle des deux variables qui déterminent le résultat de la régression. En effet, en théorie comme en pratique, inflation et hyperinflation sont caractérisées par une hausse progressive des prix d’un côté et par une demande décroissante d’encaisse réelle, autrement dit une accélération de la vitesse de rotation de l’argent, de l’autre253.

165L’évolution de la masse monétaire corrigée de l’inflation peut être utilisée pour mesurer les variations de la demande monétaire ou encore de la vitesse de rotation, dès lors que le volume des transactions commerciales reste relativement constant. Or durant l’inflation d’après-guerre, la production et donc, selon toute vraisemblance, le volume des transactions commerciales ont connu de fortes fluctuations, avec un niveau particulièrement bas de la production industrielle en 1919 et 1923 (graphique 4). Ce facteur doit être pris en compte lorsqu’on veut interpréter les variations de la demande monétaire durant ces mêmes années. En 1920 et 1921 par contre, lorsque le rythme de l’inflation a connu des changements décisifs, la production industrielle a présenté une évolution relativement constante – alors que la production agricole chutait en 1922 (tableau 33). Mais l’ampleur des variations de production était alors moindre que celle des fluctuations de la demande monétaire.

166Le tableau 34 traduit l’évolution de la demande d’encaisse réelle M/P. Comme les informations mensuelles concernant l’évolution de l’ensemble de la masse monétaire (M1,M2, ouM3) font défaut, on portera au numérateur la base monétaire [espèces (= monnaie de papier et pièces) plus dépôts auprès de la Reichsbank], La base monétaire a augmenté plus fortement que la masse monétaire dans la mesure où, durant les années d’inflation, la monnaie scripturale a été remplacée par de la monnaie centrale (cf. tableau 18). C’est pourquoi cet indicateur sous-estime le recul de la demande d’encaisse réelle durant la période d’inflation d’après-guerre. Mais en termes quantitatifs, l’évolution de la base monétaire était prédominante dans la mesure où en 1920 le rapport entre base monétaire et monnaie scripturale du secteur privé était déjà d’environ 2 :3 (cf. tableau 18). Et comme nous cherchons avant tout à détecter les renversements de tendance soudains et non le niveau auquel ils se produisent, la base monétaire constitue un indicateur suffisamment représentatif de l’évolution globale de la masse monétaire.

  • 1 La correction de l’influence des prix a été effectuée à partir de l’indice des prix de gros. Celui- (...)

Tableau 34. Valeur réelle de la base monétaire (= indicateur de la vitesse de rotation de l’argent) durant les années 1919-1923 (1913 = 1)1

Tableau 34. Valeur réelle de la base monétaire (= indicateur de la vitesse de rotation de l’argent) durant les années 1919-1923 (1913 = 1)1

Source : tableaux 11 et 1.

167Le choix d’un instrument permettant de mesurer l’évolution des prix est par contre plus difficile ; nous ne disposons d’aucun indice révélateur du produit national qui englobe les prix de tous les biens et services. Les indices du coût de la vie (tableaux 4, 8, 9) ne traduisent que les modifications de prix concernant un secteur particulier de l’économie et, en outre, ne sont pas toujours révélateurs de l’état du marché parce qu’ils comportent un pourcentage excessif de prix correspondant à des biens encadrés et contingentés. C’est la raison pour laquelle l’indice des prix de gros (tableau 1) paraît être le mieux adapté, bien qu’il ne repose lui aussi que sur une partie de l’ensemble des ventes. Mais c’est assurément celui qui est le plus sensible aux variations des facteurs agissant sur le marché.

  • 254 Die Reichsbank 1901-1925, p. 53-59.

168Le caractère informatif des indices de prix disponibles se trouvant restreint par les mesures de contingentement prises durant la guerre, l’évolution des encaisses réelles ne sera étudiée que pour ce qui concerne les années d’après-guerre. Cette restriction est également justifiée par le fait que la guerre avait entraîné des modifications dans les habitudes de paiement, par exemple une plus forte proportion de ventes contre paiement en espèces liée à l’importance croissante du marché noir, ainsi que des modifications de l’espace géographique dans lequel le mark avait cours avec son introduction dans les territoires occupés254, comme la Belgique à partir de 1916. Dès lors, les fluctuations de la masse monétaire ne reflètent pas les variations de la demande monétaire dues au sentiment du marché, mais des décisions administratives.

Graphique 5. Évolution de la valeur réelle de la base monétaire durant les années 1919-1922 (périodicité mensuelle, échelle logarithmique ; 1913 = 1)

Graphique 5. Évolution de la valeur réelle de la base monétaire durant les années 1919-1922 (périodicité mensuelle, échelle logarithmique ; 1913 = 1)

Source : tableau 34.

  • 255 Verwaltungsbericht der Reichsbank 1916, p. 9.
  • 256 Voir Wilhelm Riensberg, « Die preuβischen Sparkassen im Kriegs-und Revolutionsjahre 1918 », Zeitsch (...)

169Le graphique 5 montre qu’au début de l’année 1919 les encaisses réelles étaient déjà très élevées en comparaison de l’avant-guerre, de l’ordre de trois fois plus. Cela tenait vraisemblablement pour partie aux facteurs que la Reichsbank avait évoqués dès les années de guerre pour justifier l’accroissement des moyens de paiement : le recours aux billets de banque comme moyen de paiement aussi en dehors des frontières de l’Allemagne, le remplacement partiel de la monnaie scripturale par des espèces, et tout particulièrement la thésaurisation de monnaie manuelle par crainte que les banques manquent de liquidités ou que l’État n’impose les patrimoines255. Cette propension à la thésaurisation fut de toute évidence renforcée par la révolution de novembre 1918, car le Conseil des délégués du peuple se vit contraint, pour prévenir une ruée sur les banques, d’adopter le 15 novembre 1918 un décret concernant la protection des dépôts d’épargne et des avoirs en banque, des emprunts de guerre ainsi que des traitements des fonctionnaires ; il y était explicitement précisé que le gouvernement Ebert-Haase ne prévoyait pas de saisir les avoirs en banques ni les dépôts d’épargne, les réserves de monnaie, de billets de banque ni de valeurs mobilières, non plus que tous autres dépôts en compte courant ou en coffre256.

  • 257 Harold G. Moulton et Constantine E. McGuire, Germany’s Capacity to Pay. A Study of the Reparation P (...)
  • 258 Ibid., p. 86.

170Encore convient-il de noter que le niveau élevé des encaisses réelles durant le premier semestre 1919 s’explique en partie aussi parce que débute alors la spéculation de l’étranger sur le mark-papier, « apparemment déclenchée par les armées d’occupation dont les soldats se rendent compte qu’ils auront la possibilité de faire des bénéfices lorsque le mark s’échangera à nouveau au pair. Cette possibilité de gagner de l’argent fut bientôt connue de toutes les couches de la société parce qu’ils l’évoquaient dans les lettres qu’ils envoyaient à leurs parents restés au pays »257. Rathenau aurait fait à ce sujet la déclaration suivante : « La découverte de cette possibilité d’acquérir de l’argent à l’étranger nous a totalement pris de court. Après la guerre, le crédit commercial de l’Allemagne sur les marchés mondiaux était quasiment nul et nous ne pouvions pratiquement pas vendre d’obligations porteuses d’intérêt. Nous avons alors soudain découvert que les étrangers qui se refusaient à acheter ces obligations étaient par contre tout à fait disposés, et même empressés, à acquérir de la monnaie de papier non porteuse d’intérêt. Ce qui nous permit d’acheter les denrées alimentaires et les matières premières nécessaires à la reconstitution de nos stocks, alors inexistants »258.

  • 259 Cette mesure avait été appliquée aux produits sidérurgiques dès janvier 1919. Voir Hans Schieck, De (...)
  • 260 Voir tableau 24.

171Mais le niveau élevé des encaisses réelles durant le premier semestre 1919 tient également aux mesures de contingentement ; car elles faisaient que beaucoup d’argent était disponible sans que les marchés officiels offrent des quantités de marchandises équivalentes. Cet argent alimentait en partie la demande sur le marché noir, mais à des prix plus élevés. Si les prix du marché noir avaient été intégrés au calcul de l’indice des prix de gros, le quotient de M/P et, par conséquent, les indices des encaisses réelles auraient eu tendance à être moins élevés. En tout cas, la baisse de ces indices durant le second semestre 1919 résulte pour partie du fait que les marchés sont alors libérés du contingentement, en particulier pour ce qui concerne les matières premières et les produits industriels259 ; cette mesure ne s’appliqua par contre qu’ultérieurement aux denrées alimentaires de base ainsi qu’au commerce de détail260.

  • 261 C. Bresciani-Turroni, Economics..., op. cit., p. 54.

172Par ailleurs, la demande d’encaisse réelle diminua par suite de la perte de confiance consécutive aux effets des réparations sur l’économie allemande. Bresciani-Turroni a expliqué ce phénomène de la manière suivante : « La signature du traité de Versailles avait vraisemblablement provoqué une crise psychologique dans certains milieux économiques allemands ; on se mit à douter de l’avenir de l’Allemagne, ce qui se traduisit – pour la première fois dans l’histoire du mark – par une désaffection massive pour le mark, autrement dit par une demande de devises étrangères »261.

  • 262 Ibid., p. 51.

173Le recul des encaisses réelles de l’économie, qui reflète pour l’essentiel l’évolution du dénominateur dans la division M/P, autrement dit les fluctuations des prix, a cessé au début de 1920, lorsque la situation politique intérieure s’est stabilisée, que les conditions de vie se sont améliorées grâce aux livraisons en provenance de l’étranger, que la production industrielle a repris et que le programme fiscal de Erzberger a été adopté en mars 1920. « La population allemande semblait avoir retrouvé une certaine confiance dans le mark. »262 La confiance et l’espoir d’une appréciation de la monnaie allemande prédominèrent jusqu’à l’ultimatum de Londres en mai 1921. Les prix sont demeurés dans l’ensemble stables en dépit de l’accroissement de la masse monétaire nominale (tableaux 11,1). Les encaisses réelles tendaient à augmenter.

  • 263 Voir p. 159 sq. supra.

174Mais le montant des réparations fixé à Londres fut considéré comme excessif par rapport aux possibilités de l’Allemagne non seulement par la partie allemande, mais aussi par les créanciers étrangers potentiels263. Le paiement du premier milliard de marks-or jusqu’en octobre 1921 entraîna une chute rapide du cours du mark et ébranla la confiance dans la monnaie, surtout dans les milieux économiques allemands. Il en résulta une diminution rapide de la valeur de l’argent ainsi que des encaisses réelles.

  • 264 « The speculative expectations are not unambiguous. On the German side, they undoubledly reckon wit (...)

175À l’inverse, les étrangers firent plus longtemps confiance au mark et à sa valeur future que les Allemands264. À l’étranger, on acheta du mark-papier, autrement dit de la monnaie allemande, jusque durant l’année 1922, tant sous forme de billets de banque que de dépôts bancaires. Par contre, les étrangers perdirent confiance en l’avenir de la monnaie allemande dans le courant de 1922. Après avoir parié sur une reprise du cours du mark, la plupart d’entre eux tendirent ensuite, surtout à partir du milieu de l’année, à se désengager des placements en mark ou, pour le moins, à ne pas contracter de nouveaux engagements. Ce changement dans les attentes des étrangers a été dû pour l’essentiel aux événements politiques suivants, qui firent s’évanouir tout espoir d’un accord satisfaisant sur la question des réparations et, par contrecoup, d’un rétablissement de la monnaie allemande :

  • le rapport remis le 10 juin 1922 par le comité de banquiers présidé par le banquier américain Morgan et instauré par la Commission des Réparations ; il en résultait que l’octroi à l’Allemagne de tout prêt à long terme était reporté au-delà de la révision de la question des réparations – ce qui signifiait, en particulier pour les professionnels des opérations en devises, qu’il ne fallait plus s’attendre à un rétablissement rapide du mark ;

    • 265 Voir p. 324.

    l’assassinat de Rathenau le 22 juin 1922. Il a accru les incertitudes quant à la stabilité politique de l’Allemagne, et par conséquent à l’avenir du mark, aussi parmi les spéculateurs étrangers265.

  • 266 Ph. Cagan, Monetary Dynamics..., op. cit., p. 26, en situe le début au mois d’août 1922. Mais à mon (...)
  • 267 Paul Beusch, Währungszerfall und Wâhrungsstabilisierung, Berlin, 1928, p. 2.

176Les non-résidents rejoignant les résidents dans leur désaffection pour le mark, la dépréciation monétaire se transforma en hyperinflation, dont le début est en règle générale daté de l’été 1922266. Dès lors, la diminution de la demande d’encaisse réelle se fit plus forte (graphique 5) et contribua, au même titre que l’offre monétaire croissante en termes nominaux, à accélérer la hausse des prix. P. Beusch mettait lui aussi l’accent sur les causes politiques du basculement dans l’hyperinflation lorsqu’il portait sur la situation de l’été 1922 le jugement suivant : « Si cependant la tragédie de l’effondrement du mark voit le rideau se lever sur un nouvel acte dans les mois suivants [après juin 1922], cela a moins tenu à des facteurs financiers et économiques qu’à des raisons de politique intérieure et étrangère »267.

  • 268 Gerhard Bry, Wages in Germany 1871-1945, Princeton, 1960, p. 224.

177Durant les premiers mois de 1923, le niveau des encaisses réelles augmenta à nouveau légèrement, du fait des mesures de stabilisation prises par la Reichsbank en février-avril 1923 en réponse à l’occupation de la Ruhr par des troupes franco-belges. Pour le reste, la diminution des encaisses réelles ne pouvait dépasser un certain plancher lié au fait que les salaires devaient être payés en liquide. Certes, les dates de versement des salaires ont été rapprochées durant la phase d’hyperinflation, le délai se trouvant même parfois ramené à une journée268, mais cela ne remettait pas en cause l’existence d’un tel seuil.

V. L’IMPORTANCE RELATIVE DES DIFFÉRENTS FACTEURS

178Pour terminer, je souhaiterais préciser l’importance relative des trois domaines dans lesquels des facteurs politiques ont influencé l’évolution des prix durant l’inflation de 1914-1923 en Allemagne.

  • 269 Citation traduite par mes soins et tirée de R. Nurkse, Course and Control..., op. cit., p. 17.

179Il ne fait aucun doute que l’accroissement de la masse monétaire – essentiellement dû aux déficits publics – « (a constitué) une condition essentielle sans laquelle le renchérissement général des prix n’aurait pu atteindre une proportion importante »269. C’est la raison pour laquelle les facteurs politiques à l’origine de ce déficit du budget de l’État portent la plus grande part de responsabilité dans les hausses de prix, du moins sur le long terme. Le déficit tenait à l’accroissement des dépenses publiques, tout d’abord pour financer la guerre durant les années 1914-1918, puis pour financer les réparations ainsi que les programmes d’aide sociale et de soutien à l’emploi à partir de novembre 1918. C’est pourquoi la défaite peut être considérée comme le principal facteur international de l’inflation d’après-guerre, tandis que la révolution de novembre 1918 peut être perçue comme la principale cause de politique intérieure expliquant les incessants déficits publics ; elle porta en effet au gouvernement des partis qui accordaient une importance particulière aux réformes sociales et à une répartition équilibrée des revenus et de la richesse nationale.

180Du côté des recettes, les rentrées fiscales restaient très inférieures aux dépenses de l’État, en 1914-1918 essentiellement parce que le Reich se trouvait en position de faiblesse par rapport aux États fédérés dans le domaine de la politique financière ; puis en 1918-1923 parce que, en dépit de la centralisation du système fiscal, les gouvernements républicains n’étaient pas assez forts pour imposer la politique fiscale rigoureuse qui aurait seule permis d’éviter l’inflation.

181Mais à court terme, ce sont d’autres facteurs qui ont pesé sur l’évolution de la valeur de la monnaie, par l’influence qu’ils ont exercée sur l’offre de biens ainsi que sur la demande monétaire. En 1919 et en 1923, les perturbations de la production dues aux facteurs de politique intérieure et étrangère ont particulièrement influé sur la hausse des prix tandis que les augmentations de production enregistrées entre-temps ont vraisemblablement contribué à atténuer l’inflation.

182La vitesse de rotation de l’argent, qui est inversement proportionnelle à la demande d’encaisse réelle et dépend pour l’essentiel du sentiment du marché quant à la valeur future de la monnaie, semble avoir constitué l’élément le plus souple parmi les déterminantes du processus de dépréciation. Les événements politiques jouaient essentiellement sur les attentes du public, autrement dit sur la confiance dans la monnaie. Durant la dernière année du conflit, en particulier, le cours du mark a suivi les fluctuations de la situation militaire et les conséquences politiques que l’on pouvait attendre soit de la victoire, soit de la défaite. Nous avons par ailleurs montré dans quelle mesure le niveau de confiance et, par conséquent, la demande monétaire ont été déterminés, après la fin de la guerre, par des facteurs de politique étrangère, tout particulièrement la question des réparations et l’honorabilité commerciale de l’Allemagne à l’étranger qui en dépendait ; et des facteurs de politique intérieure, c’est-à-dire la révolution de 1918 et les luttes qui ont suivi entre défenseurs et adversaires de la République de Weimar. Le fait que durant la période qui va du début de l’année 1920 à mai 1921 le niveau des prix soit resté pratiquement stable alors que la masse monétaire augmentait sensiblement souligne l’importance décisive de cette influence ; ce qui implique que soit intervenue une stabilisation de la confiance, qui s’est traduite par une augmentation de la demande sur le marché monétaire. De même, le passage à la phase d’hyperinflation ne saurait être expliqué sans l’effondrement de la confiance dans la monnaie.

Notes

1 Gottfried Haberler, Prosperity and Depression. A Theoretical Analysis of Cyclical Movements, Londres, 19645, p. 142-150.

2 Par exemple William D. Nordhaus, « The Political Business Cycle », Review of Economic Studies, vol. 42, 1975, p. 169-190. Bruno S. Frey, « Theorie und Empirie’Politischer Konjunkturzyklen’ », Zeitschrift fur Nationalökonomie, vol. 36, 1976, p. 95-120.

3 Charles R. Kindleberger, The World in Depression, Londres, 1973, en particulier p. 296 sq.

4 Knut Borchardt, « Zwangslagen und Handlungsspielräume in der grossen Wirtschaftskrise der frühen dreissiger Jahre : Zur Revision des überlieferten Geschichtsbildes », Jahrbuch der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, 1979, p. 1-47. Pour une évaluation critique des résultats de Borchardt voir C.-L. Holtfrerich, « Alternativen zu Brünings Wirtschaftspolitik in der Weltwirtschaftskrise ? », Historische Zeitschrift, 235, 1982, p. 605-631. Du même auteur, « Zu hohe Löhne in der Weimarer Republik ? Bemerkungen zur Borchardt-These », Geschichte und Gesellschaft, 10, 1984, p. 122-141.

5 Knut Borchardt, « Die Erfahrung mit Inflationen in Deutschland », dans J. Schlemmer (dir.), Enteignung durch Inflation ? Fragen der Geldwertstabilität, Munich, 1972, p. 17, 22.

6 Otmar Issing, Einführung in die Geldtheorie, Munich, 19773, p. 122. Voir aussi Joseph A. Schumpeter, History of Economic Analysis. Edited from Manuscript by E.B. Schumpeter, New York, 1954, p. 1100 sq. H.G. Johnson, Macroeconomics and Monetary Theory, Londres, 1971, p. 59-62.

7 Milton Friedmann, « The Quantity Theory of Money – A Restatement », dans M. Friedman, Studies in the Quantity Theory of Money, Chicago, 1956, p. 3-21. En allemand : M. Friedman, Die optimale Geldmenge, Munich, 1970, p. 77-115. Petros A. Gemtos, Die Neubegründung der Quantitätstheorie durch Milton Friedman, Tübingen, 1975.

8 Sur ce point, voir O. Issing, Einführung..., op. cit., p. 21 sq. H.G. Johnson, Macroeconomics and Monetary Theory, Londres, 1971, p. 63-74.

9 Heinz Haller, « Die Rolle der Staatsfinanzen für den Inflationsprozess », Währung und Wirtschaft in Deutschland 1876-1975, Deutsche Bank (éd.), Francfort-sur-le-Main, 1976, p. 136.

10 Ibid., p. 115.

11 Voir Horst Jecht, Kriegsfinanzen, Iéna, 1938, p. 38. Max Lanter, article « Kriegsfinanzen », HdWS, vol. 6, Stuttgart, 1959, p. 357. Arthur C. Pigou, The Political Economy of War, Londres, 1921, p. 30 sq.

12 Gerald D. Feldman, Army, Industry, and Labor in Germany 1914-1918, Princeton, 1966, p. 149 sq. Gerd Hardach, Der Erste Weltkrieg, Munich, 1973, p. 194 sq. Alfred Schröter, Krieg– Staat – Monopol 1914-1918, Berlin, 1965, p. 94 sq.

13 H. Jecht, Kriegsfinanzen..., op. cit., p. 43 sq. Max Lanter, Die Finanzierung des Krieges. Quellen, Methoden und Lösungen seit dem Mittelalter bis Ende des Zweiten Weltkrieges 1939 bis 1945, Lucerne, 1950, p. 68 sq. M. Lanter, article « Kriegsfinanzen..., op. cit. », p. 357.

14 H. Jecht, Kriegsfinanzen..., op. cit., p. 25 ; voir Gustav Schmoller, Umrisse und Untersuchungen zur Verfassungs-, Verwaltungs-und Wirtschaftsgeschichte bes. des Preussischen Staates im 17. und 18. Jahrhundert, Hildesheim, (1898) 1974, p. 175 sq.

15 La Première Guerre mondiale a marqué une césure non seulement en ce qui concerne la mise à contribution du potentiel économique, mais aussi le recours à des instruments de planification destinés à diriger l’économie après que l’époque du « laisser-faire » se soit achevée durant les décennies précédentes. Voir à ce sujet Friedrich Zunkel, Industrie und Staatssozialismus, Düsseldorf, 1974.

16 M. Lanter, Finanzierung..., op. cit., p. 98.

17 A. Schär, Aufwand-und Deckungsgrundsatze im schweizerischen Bundeshaushalt, insbesondere in der Kriegs-und Nachkriegszeit, thèse de doctorat, Zurich, 1930, p. 53. Cité d’après M. Lanter, Finanzierung..., op. cit., p. 69.

18 Robert Knauss, Die deutsche, englische undfranzösische Kriegsfinanzierung, Berlin, 1923, p. 175. L’auteur estimait la part du financement des dépenses de guerre par l’impôt à 6 % pour l’Allemagne et 20 % pour la Grande-Bretagne. Par contre les chiffres de 0 % pour l’Allemagne et 28 % pour la Grande-Bretagne sont avancés par Rudof Will, Die schwebenden Schulden der europäischen Grossstaaten, Tübingen, 1921, p. 28 et 109.

19 Sur ce point, voir H. Jecht, Kriegsfinanzen..., op. cit., p. 26 sq.

20 Pendant la guerre de Crimée, 53 % des dépenses liées au conflit ont été financées par l’impôt, et 32,5 % pendant la guerre des Boers. Voir Willi Prion, Steuer-und Anleihepolitik in England während des Krieges, Berlin, 1918, p. 25. M. Lanter, « Kriegsfinanzen... », op. cit., p. 360. Oliver Anderson, A Liberal State at War. English Politics during The Crimean War, Londres, 1967, p. 201.

21 Carl Dietzel, Das System der Staatsanleihen im Zusammenhang der Volkswirtschaft betrachtet, Heidelberg, 1855.

22 Adolph Wagner, Die Ordnung des österreichischen Staatshaushalts, Vienne, 1863. Voir aussi H. Jecht, Kriegsfinanzen..., op. cit., p. 28.

23 Sur ce point, voir Heinz Haller, Finanzpolitik. Grundlagen und Hauptprobleme, Tübingen, 19725, p. 202.

24 Ibid., p. 203-205.

25 H. Jecht, Kriegsfinanzen..., op. cit., p. 52 sq.

26 Moritz Ströll, « Über das deutsche Geldwesen im Kriegsfall », Schmollers Jahrbuch, 23e année, 1899.

27 Josef von Renauld, Die finanzielle Mobilmachung der deutschen Wehrkraft, Leipzig, 1901.

28 Josef von Renauld, « Finanzielle Mobilmachung », Bank-Archiv, 4e année, 1904-1905. Voir aussi H. Haller, Rolle der Staatsfinanzen..., op. cit., p. 116.

29 Heinrich Dietzel, Kriegssteuer oder Kriegsanleihe ?, Tübingen, 1912.

30 Magnus Biermer, Die finanzielle Mobilmachung, Giessen, 1913, p. 51 : « Le bon du Trésor est le type même du moyen de financement le mieux adapté aux années de guerre ».

31 Fritz Neubürger, Die Kriegsbereitschaft des deutschen Geld-und Kapitalmarktes, Berlin, 1913.

32 C. Henke, « Das deutsche Geldwesen im Kriege », Vierteljahreshefte für Truppenführung und Heereskunde, 10e année, 1913, p. 260-279.

33 Jakob Riesser, Finanzielle Kriegsbereitschaft und Kriegsführung, Iéna, (1909) 19132

34 . Johann Plenge, « Zur Diagnose der Reichsfinanzreform », Zeitschrift für die Gesamte Staatswissenschaft, vol. 65, 1909, en particulier p. 322-323.

35 Julius Wolf, Die Steuerreserven in England und Deutschland, Stuttgart, 1914.

36 Wilhelm Gerloff, Matrikularbeiträge und direkte Reichssteuern, Berlin, 1908.

37 Voir p. 121, note 18. On trouvera également un ensemble de comparaisons internationales chez Jens Jessen, article « Kriegsfinanzen », dans Ludwig Elster (dir.), Wörterbuch der Volkswirtschaft, 4e éd., vol. 2, Iéna, 1932, p. 674-682. Voir aussi Karl Theodor Eheberg, article « Finanzen im Weltkrieg », HdStW, vol. 4, Iéna, 1927, p. 75-86. Gerhard Colm, « War Finance », Encyclopedia of the Social Sciences, vol. 15, New York, 1935, p. 347-352.

38 Voir H. Haller, « Rolle... », op. cit., p. 115.

39 Peter-Christian Witt, Die Finanzpolitik des Deutschen Reiches von 1903 bis 1913, Lübeck, 1970, p. 18-19.

40 Fritz Terhalle, « Geschichte der deutschen öffentlichen Finanzwirtschaft vom Beginn des 19. Jahrhunderts bis zum Schlusse des Zweiten Weltkrieges », Handbuch der Finanzwissenschaft, 2e éd., vol. 1, Tübingen, 1952, p. 280.

41 Cité d’après Wilhelm Gerloff, « Der Staatshaushalt und das Finanzsystem Deutschlands », Handbuch der Finanzwissenschaft, lre éd., vol. 3, Tübingen, 1929, p. 25.

42 Ibid.

43 F. Terhalle, « Geschichte... », op. cit., p. 286.

44 Ibid., ainsi que Konrad Roesler, Die Finanzpolitik des Deutschen Reiches im Ersten Weltkrieg, Berlin, 1967, p. 17.

45 Fritz Neumark, « Die Finanzpolitik in der Zeit vor dem Ersten Weltkrieg », dans Deutsche Bundesbank (éd.), Währung und Wirtschaft..., op. cit., p. 91.

46 Elles représentaient en 1886-1890 95 % des dépenses du Reich, et encore 90 % en 1911-1913. Voir R-C. Witt, Finanzpolitik..., op. cit., p. 380. Voir également F. Terhalle, « Geschichte... », op. cit., p. 279. Pour ce qui concerne la structure des finances durant la dernière année comptable avant le début de la guerre, voir aussi la présentation synthétique qu’en fait le Statistisches Reichsamt dans Die deutsche Finanzwirtschaft vor und nach dem Kriege. Einzelschriften zur Statistik des Deutschen Reichs, no 14, Berlin, 1930, p. 56-57.

47 H. Jecht, Kriegsfinanzen, p. 59.

48 Pour ce qui concerne les finances britanniques avant et pendant la Première Guerre mondiale, voir Paul Haensel, « Der Staatshaushalt und das Finanzsystem Grossbritanniens », Handbuch der Finanzwissenschaft, lre éd., vol. 3, Tübingen, 1929, en particulier p. 79-87. Ursula Hicks, « Die öffentliche Finanzwirtschaft GroBbritanniens 1799-1949 », Handbuch der Finanzwissenschaft, 2e éd., vol. 1, Tübingen, 1952, en particulier les pages 331-334. A.W. Kirkaldy, British Finance during and after the War, Londres, 1921. E.V. Morgan, Studies in British Financial Policy 1914-1925, Londres, 1952. Gaston Jèze, Les finances de guerre de l’Angleterre 1915-1918, Paris, 1919. Willi Prion, Steuer-undAnleihepolitik in England während des Krieges, Berlin, 1918.

49 Reichsarchiv, Der Weltkrieg 1914-1918. Kriegsriistung und Kriegswirtschfaft, vol. 1 : Die militärische, wirtschaftliche und finanzielle Rüstung Deutschlands von der Reichsgründung bis zum Ausbruch des Weltkrieges, Berlin, 1930, p. 417. Voir aussi Karl Helfferich, Der Weltkrieg, vol. 2, Berlin, 1919, p. 34 sq. Pour ce qui concerne la guerre de 1870-1871, voir Rudolf Lenz, Kosten und Finanzierung des deutsch-französischen Krieges 1870/71, Boppard am Rhein, 1971.

50 M. Lanter, Finanzierung..., op. cit., p. 46.

51 H. Jecht, Kriegsfinanzen..., op. cit., p. 29, 74.

52 R. Knauss, Deutsche, englische..., op. cit., p. 175.

53 Voir W. G. Hoffmann et al., Wachstum..., op. cit., p. 455.

54 Bankenenquete 1908-1909 : Stenographische Berichte nebst Materialien, H. 1-3, Berlin, 1909-1910. On trouvera un résumé des conclusions de cette enquête dans L. Cohnstaedt, Ergebnisse der Bankenenquete, Francfort-sur-le-Main, 1908. Die Reichsbank 1901-1925, Berlin, non daté, p. 26-38. Voir aussi Alfred Lansburgh, Die Massnahmen der Reichsbank zur Erhöhung der Liquiditat der deutschen Kreditwirtschaft, Stuttgart, 1914, ainsi que les critiques formulées contre ces mesures par Johann Plenge, Von der Diskontpolitik zur Herrschaft über den Geldmarkt, Berlin, 1913.

55 Gôtz Briefs, article « Kriegswirtschaftslehre und Kriegswirtschaftspolitik », HdStW, vol. 5, Iéna 1923, p. 995-996. Toutes les mesures prises partaient de l’idée que la guerre serait courte : « Le fait que nous n’avons pu finalement maîtriser ni son organisation, ni sa durée, montre que nous étions dépassés par cette guerre ». Cette citation est tirée d’un discours prononcé par le ministre des Finances E. Schiffer, Deutschlands Finanzlage nach dem Kriege. Rede gehalten in der Deutschen Nationalversammlung am 15. Februar 1919, Berlin, 1919, p. 9. En ce qui concerne l’idée qu’on se faisait en 1914 de la durée de la guerre, voir aussi Lothar Burchardt, Friedenswirtschaft und Kriegsvorsorge, Boppard am Rhein, 1968, p. 14 sq.

56 G. Briefs, article « Kriegswirtschaftslehre... », op. cit., p. 997.

57 R. Stucken, Deutsche Geld-und Kreditpolitik 1914-1963, Tübingen, 19643, p. 17 sq. Hermann Bente, « Die deutsche Währungspolitik von 1914-1924 », Weltwirtschaftliches Archiv, vol. 23, 1926 I, p. 117+ sq.

58 Dès 1915, Friedrich Bendixen (Währungspolitik und Geldtheorie im Lichte des Weltkrieges, Munich, (1915) 19192, p. 28) a attiré l’attention sur ce point. Pour ce qui concerne le rôle des caisses de crédit en Allemagne lors de crises précédentes (1848, 1866, 1870), voir Walter Lotz, article « Darlehenskassen », HdStW, vol. 3, Iéna, 1926, p. 209 sq.

59 On trouvera un tableau rassemblant les informations mensuelles correspondantes chez K. Roesler, Finanzpolitik..., op. cit., p. 212. Voir également E. Hoppe, Der Krieg und die deutsche Geldwirtschaft, Essen, 1919, p. 22. Pour ce qui concerne le rôle des caisses de crédit et leurs rapports avec la Reichsbank en général, voir Robert A. v. Ruedorffer, Reichsbank und Darlehenskassen in der Kriegsfinanzierung 1914-1918, thèse de doctorat, Cologne, 1968. Voir aussi Reinhold Zilch, Reichsbank und finanzielle Kriegsvorbereitung des deutschen Imperialismus 1907-1914, thèse de doctorat, Berlin-Est, 1976 ; et Rudolf Will, Die schwebenden Schulden der europäischen Grossstaaten, Tübingen, 1921, p. 101 sq.

60 K. Roesler, Finanzpolitik..., op. cit., p. 41. Leo Feuchtwanger, Die Darlehenskassen des deutschen Reiches, Stuttgart, 1918.

61 Walther Lotz, Die deutsche Staatsfinanzwirtschaft im Kriege, Stuttgart, 1927, p. 59 sq. K. Roesler, Finanzpolitik..., op. cit., p. 105-106 ; cet ouvrage comporte aussi une compilation des lois fiscales p. 189-194.

62 Erwin Respondek, Die Reichsfinanzen auf Grund der Reform von 1919-1920, Berlin, 1921. Klaus Epstein, Matthias Erzberger and the Dilemma of German Democracy, Princeton, 1959, p. 334-348. Johannes Popitz, « Die deutschen Finanzen 1918-1928 », Zehn Jahre deutsche Geschichte 1918-1928, Berlin, 1928, p. 187 sq. Franz Menges, Reichsreform und Finanzpolitik. Die Aushöhlung der Eigenstaatlichkeit Bayerns auf finanzpolitischem Wege in der Zeit der Weimarer Republik, Berlin, 1971, p. 184-228.

63 K. T. Eheberg, article « Finanzen im Weltkrieg », HdStW, vol. 4, Iéna 1927, p. 80.

64 R. Knauss, Deutsche, englische..., op. cit., p. 148.

65 Sur ce point, voir R. Will, Die schwebenden Schulden..., op. cit., p. 107.

66 Les premiers grands théoriciens de l’économie politique considéraient déjà que l’inflation constituait une sorte d’imposition. Voir John Stuart Mill, Principles of Political Economy. The Collected Works of J.S. Mill, vol. III-IV, Toronto, 1965, vol. IV, p. 565. L’édition originale date de 1848. Et surtout John M. Keynes (A Tract on Monetary Reform. The Collected Writings of J.M. Keynes, ed. E. Johnson and D.E. Moggridge, vol. IV, Londres, 1971), a de nouveau défendu ce point de vue dans les années 1920. Pour lui, l’inflation était « la forme d’imposition que le public a le plus de mal à éviter et que même le gouvernement le plus faible peut imposer, alors qu’il est dans l’incapacité d’imposer quoi que ce soit d’autre ». (p. 37). Phillip Cagan partage ce point de vue : « Dans les conditions incertaines qui ont suivi les deux guerres mondiales, les gouvernements étaient trop faibles pour décider des politiques fiscales adaptées et les mettre en œuvre efficacement. L’émission de monnaie permettait de se procurer des recettes en appliquant un impôt bien particulier – un impôt sur les liquidités. On est souvent tenté de recourir à cet impôt parce qu’il n’appelle pas de mesures législatives spécifiques et peut être mis en œuvre très simplement ». (M. Friedman (dir.), Studies..., op. cit., p. 78). Pour ce qui concerne plus précisément l’inflation en Allemagne, voir Friedrich Sommer, Die Inflationssteuer, thèse de doctorat, Francfort-sur-le-Main, 1924.

67 Georg Schreiber, Die Not der deutschen Wirtschaft und der geistigen Arbeiter, Leipzig, 1923. Alfred Weber, « Die Not der geistigen Arbeiter », SVS, vol. 163, Munich, 1923, p. 173 : « L’intellectuel moderne [...] est un rentier. Il dispose d’une petite ou moyenne fortune, non pour s’adonner à l’oisiveté, dans la plupart des cas, mais au contraire pour subvenir à ses besoins pendant qu’il se prépare aux métiers que j’ai précédemment évoqués, autrement dit durant cette période d’attente qui précède l’accès escompté à une rémunération régulière ; pour compléter cette rémunération ; et surtout pour garantir cette indépendance dont les intellectuels ont joui jusqu’au déclenchement de la guerre, (p. 174) [...]. Les fortunes mobilières ont pratiquement disparu en Allemagne. Et avec elles, c’est là ce à quoi je voulais en venir, le fondement de cette indépendance qui caractérisait la situation des intellectuels ». Ce même problème est analysé sur le plus long terme par Fritz Ringer, The Decline of the German Mandarins. The German Academic Community 1890-1933, Cambridge Mass., 1969, en particulier p. 62-66. Franz Eulenburg le replace dans un contexte social plus large dans « Die sozialen Wirkungen der Währungsverhältnisse », Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik, vol. 122, 1924, p. 748-794. L’importance de cette question est également soulignée par le fait que le « Conseil économique provisoire » (Vorläufiger Reichswirtschaftsrat) a mis en place le 9 octobre 1920 une « sous-commission pour la promotion économique du travail intellectuel ». Voir Harry Hauschild, Der vorläufige Reichswirtschaftsrat 1920-1926, Berlin, 1926, p. 241.

68 Richard Hauser, « Unsere Währung nach dem Kriege », Bank-Archiv, 17e année, 1917-1918, p. 3.

69 Ibid.

70 Elmus R. Wicker, Federal Reserve Monetary Policy 1917-1933, New-York, 1966, p. 42-43. Milton Friedman et Anna J. Schwartz, A Monetary History of the United States 1867-1960, Princeton, 1963, p. 227.

71 Derek H. Aldcroft, From Versailles to Wall Street 1919-1929, Londres, 1977, p. 68-69. Voir aussi infra, page 233. Pour ce qui concerne l’évolution de la situation économique en dehors de l’Allemagne pendant les années d’après-guerre, voir « Die Wirtschaft des Auslandes 1900-1927 », Einzelschriften zur Statistik des Deutschen Reichs, no 5, Berlin, 1928. S’agissant plus particulièrement de l’évolution de la politique financière, voir « Die Staatsausgaben von Grossbritannien, Frankreich, Belgien und Italien in der Vor-und Nachkriegszeit », Einzelschriften zur Statistik des Deutschen Reichs, no 2, Berlin 1927.

72 « Committee on Currency and Foreign Exchanges after the War », First Interim Report, Londres 1919. Les principales recommandations se trouvent dans le « Interim Report ». Les documents réunis par la commission, par exemple les déclarations des experts, les débats entre les membres de la commission et les prises de position des lobbies, se trouvent dans Public Record Office, Londres, T. 185/1-3. On trouvera également une nouvelle étude synthétique des débats et recommandations du Cunliffe-Committee dans Donald E. Moggridge, British Monetary Policy 1924-1931. The Norman Conquest of $ 4.86, Cambridge, 1972, p. 17-21. Voir également Albert Feavearyear, The Pound Sterling. A History of English Money, Oxford, 19632, p. 348-350.

73 Statistisches Reichsamt, Die interalliierten Schulden. Ihre Entstehung und ihre Bedeutung im Youngplan, Berlin, 1930, en particulier les documents p. 115 sq. Voir aussi H.G. Moulton et L. Paslovsky, War, Debts and World Prosperity, Washington D.C., 1932, chapitres III-V

74 Gottfried Haberler, The Theory of International Trade with its Applications to Commercial Policy, Londres, 1936, p. 80. L’original allemand date de 1933.

75 Dans The Chase Economic Bulletin, Chase National Bank (éd.), New-York, 14 mars 1930. Cité d’après G. Haberler, Theory of International Trade..., op. cit., p. 80.

76 R. Hauser, « Unsere Währung nach dem Kriege », Bank-Archiv, 17e année, 1917-1918, p. 2-6.

77 Gustav Cassel, Deutschlands wirtschaftliche Widerstandskraft, Berlin, 1916, p. 155-156. Et ultérieurement G. Cassel, Money and Foreign Exchange after 1914, Londres, 1922, p. 254 sq.

78 G. Cassel, Deutschlands wirtschaftliche Widerstandskraft, Berlin 1916, p. 151.

79 R. Hauser, « Unsere Wâhrung nach dem Kriege »..., op. cit., p. 4.

80 Ibid.

81 Ibid., p. 5-6.

82 La seconde solution était fortement recommandée, en particulier par Robert Liefmann, Johann Plenge, Otto Heyn et Friedrich Bendixen.

83 Friedrich Bendixen, « Die Parität und ihre Wiederherstellung », Bank-Archiv, 18e année, 1918-1919, p. 9.

84 Friedrich Bendixen, « Devalvation, Eine Richtigstellung », Bank-Archiv,, 19e année, 1919-1920, p. 163-169. Cari Weill, « Betrachtungen zum Devalvationsproblem », Bank-Archiv, 19e année, 1919-1920, p. 183. Voir aussi Karl Diehl, « David Ricardo und der finanzielle Wiederaufbau Englands nach den napoleonischen Kriegen », Bank-Archiv, 19e année, 1919-1920, p. 122.

85 Alfred Manes, Staatsbankrotte. Wirtschaftliche und rechtliche Betrachtungen, Berlin, 1918. Waldemar Haefner-Hainen, Der Staatsbankrott in Deutschland unvermeidlich. Ein ernster Mahnruf an die Nationalversammlung in Weimar, Leipzig, 1919. Paul Bang, Staatsbankrott odererneuerung ?, Munich, 1920.

86 Karl Helfferich, Deutschlands Volkswohlstand 1888-1913, Berlin, 19156, p. 122.

87 Peter-Christian Witt, Die Finanzpolitik des Deutschen Reiches von 1903 bis 1913, Lübeck, 1970, p. 379.

88 Fritz Terhalle, « Zum Inflationsproblem der Übergangswirtschaft », Bank-Archiv, 18e année, 1918-1919, p. 93 (15 février 1919).

89 F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 137.

90 On trouvera les cours correspondants dans Statistische Jahrbücher des Deutschen Reiches 1920-1923.

91 Karl Elster, « Kriegsanleihen und Finanznot », Bank-Archiv, 18e année, 1918-1919, p. 212.

92 Voir page 132.

93 Otto Heyn, « Die Geldentwertung, ihre Ursache und die Mittel zu ihrer Beseitigung », Bank-Archiv, 18e année, 1918-1919, p. 72 (15 janvier 1919).

94 Voir les prises de position sur cet « impôt exceptionnel sur la fortune » de Karl Diehl, Felix Somary (tous deux favorables) et de Heinrich Dietzel, Paul Homburger (tous deux défavorables) et leur analyse dans Heinrich Herkner (dir.), Die Neuordnung der deutschen Finanzwirtschaft, SVS, vol. 156 I-III, Munich, 1918.

95 Karl Diehl, ibid., vol. 156 I, p. 11.

96 Boleslav Fux, « Die Vermögenssteuer », dans W. Gerloff et F. Meisel (dir.), Handbuch der Finanzwissenschaft, lre éd., vol. 2, Tübingen, 1927, p. 153.

97 F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 422.

98 A. Jessen, Finanzen, Defizit und Notenpresse 1914-1922, Berlin, 1923, tableau 1.

99 Richard Hauser, « Zur Währungsfrage », Bank-Archiv, 18e année, 1918-1919, p. 197 (1er juillet 1919).

100 Voir Karl Helfferich, Deutschlands Volkswohlstand 1888-1913, Berlin, 19156, p. 122.

101 Richard Hauser, « Zur Währungsfrage »..., op. cit., p. 198.

102 Friedrich Bendixen, « Die Paritât und ihre Wiederherstellung », Bank-Archiv, 18e année, 1918-1919, p. 13 (15 octobre 1918).

103 Ibid.

104 Ibid.

105 Willi Prion, Inflation und Geldentwertung. Finanzielle Massnahmen zum Abbau der Preise. Gutachten erstattet dem Reichsfinanzministerium, Berlin, 1919, p. 108.

106 Ibid., p. 113.

107 Ibid., p. 108.

108 Friedrich Bendixen, Kriegsanleihen und Finanznot. Zwei finanzpolitische Vorschläge, Iéna, 1919.

109 Cela ressort d’un article dans lequel ce projet était débattu : Karl Elster, « Kriegsanleihen und Finanznot », Bank-Archiv, 18e année, 1918-1919, p. 212-216 (15 juillet 1919). Elster se montre en définitive défavorable à cette proposition.

110 F. Bendixen, « Kriegsanleihen... », op. cit., p. 18.

111 Ibid., p. 9.

112 John M. Keynes, A Tract on Monetary Reform. The Collected Writings of J.M. Keynes, ed. E. Johnson and D.E. Moggridge, vol. IV, Londres, 1971, p. 36.

113 On retrouvera ce point de vue chez W. Prion, Inflation und Geldentwertung..., op. cit., p. 114.

114 Friedrich Bendixen, « Die Inflation als Rettungsmittel », Bank-Archiv, 19e année, 1919-1920, p. 54 (1er décembre 1919).

115 Ibid., où son propos est largement polémique.

116 W. Prion, Inflation und Geldentwertung..., op. cit., p. 113.

117 Voir p. 363.

118 F. Terhalle, « Geschichte der deutschen ôffentlichen Finanzwirtschaft vom Beginn des 19. Jahrhunderts bis zum Schlusse des Zweiten Weltkrieges », dans W. Gerloff et F. Neumark (dir.), Handbuch der Finanzwissenschaft, 2e éd., vol. 1, Tübingen, 1952, p. 298. Voir aussi Johannes Popitz, « Die deutschen Finanzen 1918-1928 », dans Zehn Jahre Deutsche Geschichte 1918-1928, Berlin, 1928, p. 189-190. On trouvera une analyse plus spécifique chez Robert Eichhorn, Die einmaligen Vermögensabgaben im Deutschen Reiche, Iéna, 1925, en particulier p. 16 sq. Voir aussi Akten der Reichskanzlei. Weimarer Republik. Das Kabinett Fehrenbach, p. 265-266, note 1. Pour ce qui concerne les résultats d’ensemble de la politique financière du Reich pendant la guerre, on trouvera de nombreuses données statistiques dans les rapports gouvernementaux : « Die Finanzen des Deutschen Reiches in den Rechnungsjahren 1914 bis 1918 », dans Verhandlungen der Verfassungsgebenden Deutschen Nationalversammlung, vol. 335, Berlin, 1920, document no 158. « Der künftige finanzielle Bedarf des Reichs und seine Deckung », dans Verhandlungen der Verfassungsgebenden Deutschen Nationalversammlung, vol. 338, Berlin, 1920, document no 760. « Die finanzielle Lage des Reichs », dans Verhandlungen des Reichtages, vol. 363, Berlin, 1924, document 254.

119 Fleinrich Dietzel, « Abbürdung der Kriegsschuld », dans H. Herkner (dir.), « Die Neuordnung der deutschen Finanzwirtschaft », SVS, vol. 156, p. 107.

120 Sur ce point, voir la critique de Robert Nöll von der Nahmer, Lehrbuch der Finanzwissenschaft, vol. 2 Spezielle Steuerlehre, Cologne 1964, p. 38.

121 Gaston Jèze, cité dans F. Terhalle, « Geschichte der deutschen ôffentlichen Finanzwirtschaft... », op. cit., p. 98.

122 Heinz Haller, Finanzpolitik. Grundlagen und Hauptprobleme, Tübingen, 19725, p. 198-199.

123 Voir p. 137, note 66.

124 Heinrich Dietzel, dans H. Herkner (dir.), Die Neuordnung der deutschen Finanzwirtschaft..., SVS, vol. 156 I, p. 107.

125 H. Haller, « Rolle der Staatsfmanzen... », op. cit., p. 140 sq.

126 Ibid., p. 151 sq.

127 F. Terhalle, « Geschichte der deutschen öffentlichen Finanzwirtschaft... », op. cit., p. 304.

128 H. Haller, « Rolle der Staatsfmanzen... », op. cit., p. 152.

129 Pour ce qui concerne le bras de fer qui opposa non seulement les Allemands et les Alliés, mais également les Alliés entre eux au sujet du traité de Versailles, voir en premier lieu les descriptions qu’en ont données les participants : Bernard M. Baruch, The Making of the Reparation and Economics Sections of the Treaty, New York, 1920, en particulier les pages 45-55. Edward M. House, Charles Seymour (dir.), What Really Happened at Paris : The Story of the Peace Conference by the American Delegates, 1918-1919, New York, 1921. Andrew MacFadyean, Reparation Reviewed, Londres, 1930 ; André Tardieu, La Paix, Paris 1921 ; David Llyod George, The Truth about the Peace Treaties, Londres, 1932.
Etudes générales : H. W.V. Temperley (dir.),
A History of the Peace Conference of Paris, 6 vol., Londres, 1920-1924 ; John W. Wheeler-Bennett, Hugh Latimer, Information on the Reparation Seulement. Being the Background and History of the Young Plan and the Hague Agreements 1929-1930, Londres, 1930. Philip M. Burnett, Reparation at the Peace Conference. From the Standpoint of the American Delegation, 2 vol., New York, 1940. William M. Jordan, Great Britain, France and the German Problem, 1918-1939, Londres, 1943. Etienne Weill-Raynal, Les Réparations Allemandes et la France, 3 vol., Paris, 1947. On trouvera une courte présentation des 5 premières années allant à l’essentiel dans « History of the Reparation Question », The Economist Reparations Supplement, 1924 ; reproduit dans Thomas W. Lamont Papers, 176-5 (Reparations and the Dawes Plan May-July 1924), Harvard University, Cambridge, Mass. Parmi les études récentes sur Versailles, on retiendra : Arno J. Mayer, Politics and Diplomacy of Peacemaking. Containment and Conterrevolution in Versailles 1918-1919, New York, 1967. Peter Krüger, Deutschland und die Reparationen 1918-1919. Die Genesis des Reparationsproblems in Deutschland zwischen Waffenstillstand und Versailler Frindensschluss, Stuttgart, 1973. Leo Haupts, Deutsche Friedenspolitik 1918-1919. Eine Alternative zur Machtpolitik des Ersten Weltkrieges ?, Düsseldorf, 1977. Marc Trachtenberg, « Reparation at the Paris Peace Conference », in Journal of Modem History, vol. 51 (1979), p. 24-55. Du même auteur, Reparation in World Politics. France and European Economic Diplomacy, 1916-1923, New York, 1980.
En ce qui concerne plus spécialement les conséquences économiques : Erich Wuest, Der Vertrag von Versailles im Licht und Schatten der Kritik : Die Kontroverse um seine wirtschaftlichen Auswirkungen, Zurich, 1962. S’agissant plus particulièrement des relations franco-allemandes : Ludwig Zimmermann, Frankreichs Ruhrpolitik von Versailles bis zum Dawes-Plan, Gôttingen, 1971. Jacques Bariety, Les Relations Franco-Allemandes après la Première Guerre Mondiale. 10 Nov. 1918-10 Janv. 1925 : De L’Exécution à la Négociation, Paris, 1977.

130 C’est ainsi que le banquier hambourgeois et conseiller du gouvernement Max Warburg déclarait lors du 5e congrès général des banquiers allemands en octobre 1920 que tant que les exigences financières résultant du traité de Versailles ne seraient pas précisément connues il était impossible « d’établir notre budget, d’organiser correctement notre système fiscal, de consolider nos dettes flottantes ni de contracter les emprunts qui nous sont nécessaires ». Verhandlungen des 5. Allgemeinen Deutschen Bankiertages, Berlin, 1920, p. 158.

131 Cf. Walter Eucken, Kritische Betrachtungen zum deulschen Geldproblem, Iéna, 1923. Cf. aussi page 179 sq.

132 Philip M. Burnett, Reparation..., op. cit., vol. 1, p. 101. Le rôle de la question des réparations dans les relations germano-américaines est analysé par Klaus Schwabe, Deutsche Revolution und Wilson-Frieden, Düsseldorf 1971 ; et par Werner Link, Die amerikanische Stabilisierungspolitik in Deutschland 1921-1932, Düsseldorf 1970.

133 John M. Keynes, The Economic Consequences of the Peace. The Collected Writings of J.M. Keynes, ed. E. Johnson and D.E. Moggridge, vol. II, Londres, 1971, p. 106-131, en particulier p. 126 sq. Le discours prononcé par le banquier Georg A. Solmssen le 26 octobre 1920, reproduit dans Verhandlungen des 5. Allgemeinen Deutschen Bankiertages, Berlin, 1920, p. 36 sq., montre bien à quel point on s’est réclamé de Keynes en Allemagne pour démontrer qu’il était impossible de remplir les exigences du traité de Versailles. Quant à l’ouvrage d’Étienne Mantoux, The Carthagenian Peace or the Economic Consequences of Mr. Keynes, Londres, 1946, il démontre à quel point l’influence de Keynes en Allemagne était insupportable aux Français.

134 John M. Keynes, The Revision of the Treaty. The Collected Writings of J.M. Keynes, ed., E. Johnson and D.E. Moggridge, vol. III, Londres, 1971, p. 67-68.

135 William M. Jordan, GreatBritain, France..., op. cit., p. 122.

136 Carl Bergmann, A History of Reparations, Londres, 1927, p. 148, p. 203. L’original allemand date de 1926. Cf. aussi Akten der Reichskanzlei. Weimarer Republik. Die Kabinette Wirth I und Wirth II, Dokument Nr. 329. Stephen A. Schuker, The End of French Predominance in Europe. The Financial Crisis of 1924 and the Adoption of the Dawes Plan, Chapel Hill, 1976, p. 178. Il montre que cette opinion prévalait également parmi les experts du ministère français des Finances. S’agissant du rôle des industriels allemands, voir William M. Jordan, Great Britain, France..., op. cit., p. 122. Gert von Eynern, Die Reichsbank, Iéna, 1928, p. 79.

137 William M. Jordan, Great Britain, France..., op. cit., p. 112.

138 Wirtschaftskurve, 1922, cahier 1, p. 29-30.

139 Cité d’après J.M. Keynes, Economic Consequences..., op. cit., p. 71. Cf. Carl Bergmann, History..., op. cit., p. 3-4.

140 Roy F. Harrod, The Life of John Maynard Keynes, Londres, 1951, p. 266.

141 Jens Jessen, article « Reparationen » dans Ludwig Elster (dir.), Wôrterbuch der Volkswirtschaft, 4e éd., vol. 3, Iéna, 1933, p. 37.

142 « Il faut presser l’orange jusqu’à ce qu’on entende les pépins crier » : Roy F. Harrod, Life..., op. cit., p. 266.

143 Ernst Meier, Handbuch der deutschen Reparationen, Leipzig, 1927, p. 22. Carl Bergmann, History..., op. cit., p. 6.

144 Statistisches Reichsamt, Deutschlands Wirtschaftslage unter den Nachwirkungen des Weltkrieges, Berlin 1923, p. 10. L’affaiblissement du potentiel économique de l’Allemagne consécutif aux conditions d’armistice et de paix est analysé de manière détaillée dans deux rapports, l’un rédigé à la demande du gouvernement du Reich et l’autre établi par le gouvernement lui-même, tous deux à Berlin en 1920, et intitulés « Deutschlands wirtschaftliche Leistungsfähigkeit » et « Denkschrift über die Zahlungsfàhigkeit Deutschlands fur die Wiedergutmachung ».

145 Ernst Meier, Handbuch..., op. cit., p. 18.

146 David Lloyd George, The Truth about Reparations and War Debts, Londres, 1932, p. 12.

147 Ibid., p. 13.

148 Ibid., p. 11.

149 Ibid., p. 13.

150 Ce fut entre autres le cas de John M. Keynes, que cette situation incita à écrire son livre The Economic Consequences of the Peace. Sur ce point, cf. Roy F. Harrod, Life..., op. cit., p. 254 sq.

151 Carl Bergmann, History..., op. cit., p. 5.

152 Ibid. p. 6.

153 Ibid., p. 71, 77. Cf. aussi Die den Alliierten seit dem Waffenstillstand übermittelten deutschen Angebote und Vorschläge zur Lösung der Reparations-u. Wiederaufbaufrage, Berlin, 1923, p. 17-18.

154 « Das Gutachten der deutschen Finanzkommission zu den gegnerischen Friedensbedingungen », in Bank-Archiv, 18e année, 1918-1919 (15 juin 1919), p. 187.

155 À la différence des « gages productifs » exigés par le gouvernement français de Poincaré en 1922, c’est-à-dire après que l’inflation ait provoqué un appauvrissement financier de l’Allemagne, mais ait d’autre part dopé sa production. La politique française des gages productifs trouva sa forme la plus achevée dans l’occupation de la Ruhr en 1923.

156 William M. Jordan, Great Britain, France..., op. cit., p. 38.

157 Cela concerne également le gouvernement Poincaré en juillet 1922. Cf. William M. Jordan, Great Britain, France..., op. cit., p. 117-118.

158 Lettre de Hughes à Herrick en date du 17 octobre 1922, dans Papers Relating to theForeign Relations of the United States 1922, Washington D. C., 1938, p. 169.

159 Cela valut aux USA le surnom de « Uncle Shylock », au lieu de « Uncle Sam ».

160 William Martin, dans Revue de Genève, mai 1923 ; cité dans William M. Jordan, Great Britain, France..., op. cit., p. 119.

161 Carl Bergmann, History..., op. cit., p. 19. La manière dont les hommes politiques et les industriels allemands ont perçu à partir de mai 1921 les rapports de causalité entre réparations et inflation est analysée et illustrée de documents par Stephen A. Schuker, « Finance and Foreign Policy in the Era of the German Inflation », dans O. Büsch et G. D. Feldman (dir.), Historische Prozesse..., op. cit., p. 343-361. Sur ce même sujet, voir également Flermann J. Rupieper, « Industrie und Reparationen. Einige Aspekte des Reparationsproblems 1922-1924 », dans H. Mommsen et al. (dir.), Industrielles System..., op. cit., p. 582-592. Et du même auteur The Cuno Goverment and Reparations 1922-1923. Politics and Economics, La Haye, 1979.

162 Harold G. Moulton et Constantine E. McGuire, Germany’s Capacity to Pay. A Study of the Reparation Problem, New York, 1923, p. 325.

163 Ibid., p. 304.

164 Statistisches Reichsamt, Deutschlands Wirtschaftslage unter den Nachwirkungen des Weltkrieges, Berlin, 1923, p. 12.

165 Ernst Meier, Handbuch..., op. cit., p. 78.

166 Ibid.

167 H. G. Moulton et C. McGuire, Germany’s Capacity to Pay..., op. cit., p. 350 sq.

168 La présentation la plus claire de la question du transfert se trouve chez Gottfried Haberler, The Theory of International Trade with its Applications to Commercial Policy, Londres, 1936, p. 63 sq. Voir aussi Fritz Machlup, « The Transfer Problem : Theme and Four Variations », dans International Monetary Economics, Londres, 1966, p. 374 sq. La version originale en langue allemande date de 1963.

169 Ces chiffres sont extrapolés à partir de l’indice de Henning reproduit dans le tableau 40, lui-même calculé à partir des estimations fournies pour l’année 1913 dans Walther G. Hoffman et al., Das Wachstum der deutschen Wirtschaft seit der Mitte des 19. Jahrhunderts, Berlin, 1965, p. 509.

170 Ben J. Wattenberg, The Statistical History of the United States. From Colonial Times to the Present, New York, 1976, p. 199.

171 Arnd Jessen, Finanzen, Defizit und Notenpresse 1914-1922, Berlin, 1923, p. 50.

172 On trouve également des indications mensuelles dans Deutschlands Wirtschaft, Währung und Finanzen, Berlin, 1924, p. 30 sq.

173 Les montants indiqués sont des estimations faites par H. G. Moulton et C. McGuire, Germany’s Capacity to Pay..., op. cit., p. 350 sq.

174 Heinz Haller, « Rolle der Staatsfmanzen... », op. cit., p. 138.

175 Carl Bergmann, History..., op. cit., p. 132 sq.

176 Heinz Haller, « Rolle der Staatsfinanzen... », op. cit., p. 139. Le fait que cet aspect du problème n’ait pas été pris en compte, non plus que l’incertitude concernant le montant futur des réparations – facteur essentiel à mes yeux - rend peu convaincante la thèse répandue chez les historiens américains et selon laquelle l’Allemagne aurait pu payer les réparations exigées si elle avait fait preuve de bonne volonté. Cf. Sally Marks, « Reparations Reconsidered : A Reminder », Central European History, vol. 11, 1978, p. 231-255. Stephen A. Schuker, « Frankreich und die Weimarer Republik », dans M. Stürmer (dir.), Die Weimarer Republik. Belagerte Civitas, Kônigstein/Ts., 1980, p. 93-112.

177 D’après des informations fournies par le Bundesministerium für wirtschaftliche Zusammenarbeit, Bonn.

178 Friedrich Bendixen, Kriegsanleihen undFinanznot..., op. cit., p. 9.

179 À ce sujet, voir p. 314 sq.

180 Walther Rathenau, Cannes und Genua. Vier Reden zum Reparationsproblem, Berlin, 1922, p. 11.

181 Willi Prion, Inflation und Geldentwertung..., op. cit., p. 123.

182 Ibid.

183 Citation traduite par mes soins et tirée de Roy F. Harrod, Life..., op. cit., p. 279.

184 Cette question est précisément analysée, en tenant compte des différences qui existaient entre les positions théoriques des uns et des autres, par Howard S. Ellis, German Monetary Theory 1905-1933, Cambridge, Mass., 1937. Voir également Karl Hardach, « Zur zeitgenössischen Debatte der Nationalökonomen über die Ursachen der deutschen Nachkriegsinflation », dans Hans Mommsen et al. (dir.), Industrielles System..., op. cit., p. 368-375.

185 Otto Veit, Grundriβ der Währungspolitik, 3e éd., Francfort-sur-le-Main, 1969, p. 520. Wolfram Fischer, Deutsche Wirtschaftspolitik 1918-1945, Opladen, 19683, p. 22 sq. Albert L. Hahn, Fünfzig Jahre zwischen Inflation und Deflation, Tübingen, 1963, p. 16 sq. C. BrescianiTurroni, Economics..., op. cit., p. 42. Gert von Eynern, Die Reichsbank. Probleme des deutschen Zentralnoteninstituts in geschichtlicher Darstellung, Iéna, 1928, p. 71. Walter Eucken, Kritische Betrachtungen zum deutschen Geldproblem, Iéna, 1923, p. 5-6. Viscount D’Abernon, « German Currency : Its Collapse and Recovery, 1920-1926 », dans V. D’Abernon, The Diary of an Ambassador, vol. 2 : Rapallo to Dawes 1922-1924, New York, 1930, en particulier p. 314-320. Alfred Lansburgh (« Die Politik der Reichsbank und die Reichsschatzanweisungen nach dem Kriege », SVS, vol. 166 II, 1924, p. 36-37.) admet certes que dans son rapport annuel publié en mai 1921 la Reichsbank reconnaît pour la première fois, à juste titre, que le gonflement démesuré de la circulation monétaire est la cause de « la dépréciation croissante de la monnaie et de la dégradation de son cours », mais il lui fait le reproche de n’avoir selon lui « jamais fait objection à la politique financière du gouvernement ni moins encore refusé d’escompter les effets du Trésor ».

186 Je m’appuie pour ce faire sur les archives de la chancellerie (Bestand R 43 I) et du ministère des Finances (Bestand R 2) conservées au Bundesarchiv de Coblence, qui renferment une petite partie de la correspondance échangée par la Reichsbank et le gouvernement durant les années d’après la Première Guerre mondiale. L’essentiel des archives concernant la Reichsbank (cf. Kurt Metschies, « Der Bestand "Deutsche Reichsbank”, Volkswirtschaffliche und Statistische Abteilung, im Deutschen Zentralarchiv Potsdam, Historische Abteilung I », Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte 1968, III, p. 387-391) contient des informations sur d’autres sujets.

187 Voir le débat, tout à la fois passionnant et instructif sur les positions des uns et des autres, qui oppose les tenants de la théorie de la balance des paiements à ceux de la théorie quantitative dans les « Verhandlungen der Sozialisierungskommission über die Reparationsfragen » (vol. I, Berlin 1921, p. 147-162, séance du 13 juillet 1921). Cf. également K. Laursen et J. Pedersen, German Inflation..., op. cit., p. 30-41 (« Debate on the Causes of the German Inflation »).

188 Il s’agissait alors d’expliquer la chute des taux de change britanniques par rapport aux monnaies métalliques, voire au métal précieux lui-même (ou bullion) durant la période de non-convertibilité de la livre entre 1797 et 1821. Sur ce sujet, voir Jacob Viner, Studies in the Theory of International Trade, New York et Londres, 1937, p. 119-209. James Angell, The Theory of International Priées, Cambridge, Mass., 1926. Albrecht Forstmann, Die Grundlagen der Auflenwirtschaftstheorie, Berlin 1956, p. 238-253. Une autre chose était la querelle entre la Currency School et la Banking School, qui portait sur la définition de la politique monétaire en situation de convertibilité. Les deux parties reconnaissaient la nécessité de fixer un plafond à la création d’argent en recourant à la couverture métallique de la monnaie ; mais le débat portait pour l’essentiel sur les moyens d’assurer cette couverture métallique des billets de banque au regard des fluctuations à court terme de la demande monétaire émanant des agents économiques (non de l’État). Voir J. Viner, Studies..., op. cit., p. 223. Voir également Friedrich Hoffmann, Kritische Dogmengeschichte der Geldwerttheorien, Leipzig, 1907, p. 101-146. Charles Rist, History of Monetary and Crédit Theory from John Law to the Présent Day, New York, 1940, p. 203-229. La Banking-Theorie, qui se prononce en faveur d’une adaptation de l’offre monétaire aux fluctuations à court terme de la demande monétaire, recueillait en Allemagne les faveurs de pratiquement tous les théoriciens et praticiens. Voir Herbert Patschan, Die Entwicklung der Bankingtheorie in Deutschland. Ein dogmenkritischer Beitrag, thèse de doctorat, Fribourg, 1929.

189 W. Eucken, Kritische Betrachtungen..., op. cit., p. 8, 38.

190 On trouvera des descriptions exhaustives de la théorie de la balance des paiements dans les ouvrages de ses principaux représentants en Allemagne : Moritz Julius Bonn, Die Stabilisierung der Mark, Berlin, 1922 ; Karl Helfferich, « Auβenhandel und Valutaschwankungen », Schmollers Jahrbuch, vol. 21, 1897, p. 353-409, ainsi que son ouvrage principal Das Geld, 6e édition, Leipzig, 1923, p. 644 sq. Pour se faire une idée de la personnalité complexe de ce dernier, on pourra consulter John G. Williamson, Karl Helfferich 1872-1924, Economist, Financier, Politician, Princeton, 1971 ; Claus-Dieter Krohn, « Helfferich contra Hilferding. Konservative Geldpolitik und die sozialen Folgen der deutschen Inflation 1918-1923 », VSWG, vol. 62, 1975, p. 62-92.
À l’image des représentants de la théorie de la balance des paiements durant la querelle du « bullion » en Angleterre, tous deux étaient également en charge de responsabilités politiques : K. Helfferich comme secrétaire d’État au Trésor durant la guerre, puis comme député du Parti national allemand au Reichstag ; M. J. Bonn comme conseiller financier du gouvernement après la guerre. En ce qui concerne l’influence décisive de la théorie de la balance des paiements sur les arguments que les Allemands opposèrent aux Alliés, voir Walter Rathenau, Cannes und Genua, Berlin, 1922, p. 10 sq., 35, et Deutschlands Wirtschaftslage unter den Nachwirkungen des Weltkrieges, éd. par l’Office des statistiques du Reich (Statistisches Reichsamt), Berlin, 1923, p. 22 sq. On est en droit de se demander s’il est justifié de refuser à cette théorie tout « fondement scientifique » comme le fait Peter Czada (« Ursachen und Folgen der groβen Inflation », dans H. Winkel (dir.), Finanz-und wirtschaftspolitische Fragen der Zwischenkriegszeit, SVS, nouvelle série, vol. 73, 1973, p. 10) ; surtout si l’on considère que la réalité économique a fait apparaître de plus en plus nettement les rigidités postulées par ses défenseurs. Par contre, il faut bien reconnaître avec Czada que les responsables politiques l’ont essentiellement adoptée parce qu’elle leur « permettait de justifier » la politique économique de l’Allemagne. D’un autre côté, les gouvernements alliés ont également eu recours à la théorie de la balance des paiements lorsqu’ils ont admis, en 1924, la nécessité d’inclure dans le plan Dawes une clause dite de garantie de transfert pour les réparations versées par l’Allemagne.

191 L’Allemagne était tenue d’accorder unilatéralement la clause de la nation la plus favorisée et d’accepter des importations en franchise depuis les territoires qu’elle avait dû céder (Alsace-Lorraine et Sarre). Le retour à la pleine autonomie de son commerce extérieur n’était prévu que pour 1925.

192 Dans Verhandlungen der Sozialisierungskommission über die Reparationsfrage, vol. III, Stabilisierung der Wahrung, Berlin, 1922, séance du 10 mars 1922, p. 13.

193 Les principaux représentants de la théorie quantitative en Allemagne sont, outre Eucken, le suédois Gustav Cassel (The Theory of Social Economy, Londres, 2 vol., 1923 et Money and Foreign Exchange after 1914, Londres, 1922, parmi beaucoup d’autres titres) ainsi que Ludwig Mises, Théorie des Geldes und der Umlaufmittel, Munich, 1912, et « Die geldtheoretische Seite des Stabilisierungsproblems », SVS, vol. 164 II, 1923. Karl Schlesinger, Die Veränderungen des Geldwertes im Kriege, Vienne, 1916. A. Lansburgh, Politik der Reichsbank..., op. cit., Ludwig Pohle, Das Problem der Valutaentwertung, Dresde, 1919, et Geldentwertung, Valutafrage und Währungsreform, Leipzig, 1920. Albert Hahn, « Handelsbilanz, Zahlungsbilanz, Valuta, Güterpreise », Archiv fur Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, vol. 48, 1920-1921, p. 596-614, et Geld und Kredit, Tübingen, 1924. Pour ce qui concerne d’autres représentants de cette théorie, voir Howard S. Ellis, German Monetary Theory..., op. cit., p. 237 sq.

194 Albert Hahn dans un exposé de 1924 intitulé « Unsere Wâhrungslage im Lichte der Geldtheorie », cité d’après son ouvrage Fünfzig Jahre zwischen Inflation und Déflation, Tübingen, 1963, p. 18.

195 Thomas S. Kuhn (The Structure of Scientific Révolutions, 2e éd. augmentée, Chicago, 1970, p. 199-200) a souligné en ces termes l’importance des échelles de valeurs dans les débats qui opposent les tenants de différentes théories : « Debates over theory-choice cannot be cast in a form that fully resembles logical or mathematical proof [...]. That debate is about premises, and its recourse is to persuasion as a prelude to the possibility of proof. Nothing about that relatively familiar thesis implies either that there are no good reasons for being persuaded [...]. What it should suggest, however, is that such reasons fonction as values and that they can thus be differently applied, individually and collectively, by men who concur in honoring them. If two men disagree, for example, about the relative importance of fruitfulness of their theories, or if they agree about that but disagree about the relative importance of ffuitfolness, and say, scope in reaching a choice, neither can be convicted of a mistake, nor is either being unscientific. There is no neutral algorithm for theory-choice, no systematic decision procedure which, properly applied, must lead each individual in the group to the same decision ».

196 Verwaltungsbericht 1915, p. 4.

197 Verwaltungsbericht 1916, p. 9.

198 Voir Verwaltungsbericht 1919, p. 3-4, ainsi que les rapports des années suivantes. Pour ce qui concerne la politique de la Reichsbank durant les années d’après-guerre, voir Heinz Hadebank, Die Reichsbank in der Weimarer Republik. Zur Rolle der Zentralbank in der Politik des deutschen Imperialismus 1919-1933, Berlin Est, 1981.

199 Bundesarchiv Koblenz (BA), R 2/1894. Brief des Reichsbankdirektoriums an den Reichskanzler vom 29. Juli 1918.

200 BA R 43 1/638 vol. 1, f° 25. Brief des Reichsbankdirektoriums an den Reichskanzler vom 31. März 1919.

201 BA R 43 1/638, vol. 1, f° 26 sq. Brief des Reichsbankdirektoriums an den Reichspräsidenten vom 31. März 1919.

202 Verwaltungsbericht 1919, p. 3.

203 BAR43 1/2391 et R 2/1894. Briefe des Reichsbankdirektoriums an den Reichsfinanzminister vom 1. und 14. Juli 1919.

204 BAR 43 1/638 vol. 1. Brief des Reichsbankdirektoriums an den Reichspràsidenten vom 6. April 1920.

205 Sur ce sujet, voir Helmut Heiber, Die Republik von Weimar, Munich, 19694, p. 93-94.

206 BA R 2/3216. L’opposition des responsables allemands au paiement de réparations d’un tel montant a pu également être motivée par le fait que certains experts étrangers éminents jugeaient de leur côté un tel transfert impossible ou bien néfaste. Voir par exemple John M. Keynes, The Economic Consequences of the Peace, Londres, 1919 ; et The Revision of the Treaty, Londres, 1922. John M. Williams, « German Foreign Trade and the Reparation Payments », Quarterly Journal of Economics, vol. 36, 1922, p. 488 sq. Harold G. Moulton et Constantine E. McGuire, Germany’s Capacity to Pay. A Study of the Reparation Problem, New York, 1923. En 1921, la situation est aggravée par le fait que, alors que la conjoncture se stabilisait en Allemagne, elle devenait récessive à l’étranger, ce qui rendait encore plus difficile les transferts financiers indispensables au paiement des réparations. Alors que la situation inverse les aurait grandement facilités. La question de savoir si le montant des réparations était effectivement démesurément élevé par rapport au potentiel de l’économie allemande et de ce fait impossible à réunir et à transférer, me paraît moins importante que la simple constatation de Schumpeter au sujet des exigences revues à la baisse du plan Dawes, lorsqu’il déclare que « ce tribut était inacceptable d’un point de vue moral pour l’Allemagne et d’un point de vue économique pour les pays qui en bénéficiaient » et qu’il était « tout à fait clair que du strict point de vue économique, le tribut Dawes aurait constitué une « commission » que l’Allemagne aurait payée pour conquérir industriellement la meilleure moitié du monde. » J. A. Schumpeter, Business Cycles. A Theoretical, Historical and Statistical Analysis of the Capitalist Process, New York, vol. 2, 1939, p. 704, n. 1.

207 BAR 43 1/638, vol. 1, f° 171-175.

208 Verwaltungsbericht 1920, p. 3.

209 Verwaltungsbericht 1921, p. 5. On trouvera le même jugement dans BA R 43 1/638, vol. 1, f ° 222 sq.

210 BAR43 1/638, vol. l, f° 269-270.

211 Die Reichsbank 1901-1925, Berlin, non daté, p. 99-100.

212 Hjalmar Schacht, The Stabilization of the Mark, Londres, 1927, p. 49.

213 C’était là l’espoir nourri par les Alliés lorsqu’ils firent de l’indépendance de la Reichsbank la condition d’un moratoire sur le paiement des réparations lors de la conférence de Cannes. Voir Akten der Reichskanzlei. Weimarer Republik. Die Kabinette Wirth I und II, p. LVII et Dokument 214. La loi sur l’indépendance de la Reichsbank entra en application avec le décret du 24 juillet 1922 intitulé « Verordnung betreffend die Abânderung des Statuts der Reichsbank », RGBl, 1922, p. 683. Voir aussi H. Schacht, Die Reichsgesetzgebung iiber Münz-und Notenbankwesen, Berlin, 1926.

214 Voir les chiffres cités dans Frank D. Graham, Exchange..., op. cil, p. 61 sq.

215 BA R 43 1/632, Brief Reichsbankdirektorium an den Finanzminister vom 23. August 1923.

216 Après avoir exposé les fondements de différentes théories modernes de l’inflation, P. Czada (« Ursachen... », op. cit., p. 11) propose lui aussi « de renoncer à expliquer les événements par une cause unique ». Voir aussi Chi-Yuen Wu, An Outline of International Price Theories, Londres, 1939, p. 267 : « [...] comme nous l’avons déjà indiqué, on tend souvent à confondre les causes et les effets et inversement [...] Les enchaînements des causes et des effets devraient être distingués de l’enchaînement des faits. Dans le monde réel, le cours des événements dépend de causes variables ». À quoi j’aimerais ajouter que toute théorie ajustement pour fonction de faire ressortir, parmi la complexité du monde réel, les facteurs qui permettent véritablement d’expliquer un phénomène. Les théories inspirées par les sciences sociales s’efforcent d’expliquer les structures et les processus de la société, mais elles sont utilisées dans le débat idéologique qui oppose différents groupes sociaux et vise à infléchir ces structures et processus dans le sens des uns ou des autres. En sorte qu’une théorie donnée l’emporte sur une autre non pas tant parce qu’elle lui est logiquement supérieure ; mais par suite d’un jugement de valeur sur l’importance de l’objet d’analyse et sur les priorités sociales qui conduisent à distinguer, au niveau de la description, entre causes et conséquences d’un phénomène ainsi que, au niveau de l’explication, entre variables et invariants. Les termes de conséquences et invariants s’appliquent aux événements et facteurs qui doivent échapper à l’intervention directe des responsables politiques. La diversité des schémas d’explication proposés reflète les priorités retenues quant aux domaines dans lesquels des décisions politiques doivent être prises afin d’influencer les strucures et processus d’évolution de la société ; et cela non parce qu’on obtiendrait de la sorte les meilleurs résultats possibles par rapport au but qu’on se serait fixé, mais parce que peuvent s’exercer alors des jeux d’influence compatibles avec la défense des intérêts spécifiques de certains groupes sociaux. Et le débat entre partisans de la théorie quantitative et de la théorie de la balance des paiements me paraît offrir une illustration parfaite de cet état de choses. Il procède moins de la recherche de vérités absolues que d’une estimation divergente des coûts sociaux induits par les décisions politiques que l’une et l’autre théorie préconisent pour combattre l’inflation. Kindleberger a récemment argumenté de la même manière en proposant une théorie structurelle de l’inflation qui prend en considération des facteurs sociaux et politiques. D’après Kindleberger, la théorie de la balance de paiements et la théorie quantitative peuvent être réunies à l’aide de l'approche structurelle. « There is no need for mono-causality... It is possible that all three schools have a part of the truth ». Charles P. Kindleberger, « A Structural View of the German Inflation », dans G.D. Feldman et al. (dir.), The Expérience of Inflation. International and Comparative Studies, Berlin, 1984, p. 26.

217 Voir Verwaltungsbericht 1921, p. 4.

218 Voir Julius Hirsch, Die deutsche Währungsfrage, Iéna, 1924, p. 14 sq. Walter Eucken, Kritische Betrachtungen zum deutschen Geldproblem, Iéna, 1923, p. 62. C. Bresciani-Turroni, Economics..., op. cit., p. 15-19. Gert von Eynern, Die Reichsbank. Problème des deutschen Zentralnoteninstituts in geschichtlicher Darstellung, Iéna, 1928, p. 78-79.

219 Alfred Lansburgh, « Die Politik der Reichsbank und die Reichsschatzanweisungen nach dem Kriege », SVS, vol. 166 II, 1924, p. 40-45.

220 Ibid., p. 42.

221 Amd Jessen, Finanzen..., op. cit., tableau 5.

222 Deutschlands Wirtschaft..., op. cit., p. 30. Peter Christian Witt, « Tax Policies, Tax Assessment and Inflation, Toward a Sociology of Public Finances in the German Inflation 1914-1923 », dans Nathan Schmuckler et Edward Marcus (dir.), Inflation Through the Ages : Economic, Social, Psychological and Historical Aspects, New York, 1983, p. 464-465. Pour ce qui concerne des statistiques de la structure du déficit voir Steven B. Webb, « Government Revenue and Spending in Germany, 1919-1923 », dans G.D. Feldman et al. (dir.), The Adoption to Inflation, Berlin 1986, p. 46-82.

223 Statistisches Jahrbuch fur das Deutsche Reich, 41e année, 1920, p. 116.

224 A. Lansburgh, « Politik der Reichsbank... », op. cit., p. 41. Voir aussi supra, p. 146.

225 John M. Keynes, Indian Currency and Finance, Londres, 1913, p. 25. Voir aussi Ralph G. Hawtrey, The Art of Central Banking, Londres, 1932, p. 140 : « It is therefore a grave mistake to rely upon attracting foreign balances by means of a high Bank rate as a feature of monetary policy, except as a purely temporary expedient. »

226 Joseph A. Schumpeter, Business Cycles. A Theoretical, Historical and Statistical Analysis of the Capitalist Process, New York, 2 vol., 1939, vol. 2, p. 673.

227 E. Victor Morgan, Studies in British Financial Policy 1914-1925, Londres, 1952, p. 3.

228 Joseph A. Schumpeter, Business Cycles..., op. cit., vol. 2, p. 673-674.

229 Reparation Commission, The Report of the Second Committee of Experts, réédité dans Harold G. Moulton, The Reparation Plan. An Interprétation of the Reports of the Expert Committees Appointed by the Reparations Commission. November 30, 1923, New York, 1924, p. 176, ainsi que Allied Powers (1919-) Réparation Commission, « Documents Collected by the Second Committee of Experts : flight of German capital », Paris, 1924, p. 7a (document non publié, Hoover Institution on War, Revolution and Peace, Stanford California).

230 Arthur J. Bloomfield, « Short-term Capital Movements Under the Pre-1914 Gold Standard », Princeton Studies in International Finance, no 11, Princeton, 1963, p. 78.

231 Hoover Institution..., Allied Powers..., op. cit., p. 305.

232 Karl Helfferich, Deutschlands Volkswohlstand 1888-1913, Berlin, 19156, p. 111.

233 Johann Plenge, Von der Diskontpolitik zur Herrschaft über den Geldmarkt, Berlin, 1913, en particulier p. 351-352.

234 The Report of the Second Committee of Experts, réédité dans H.G. Moulton, The Reparation Plan..., op. cit., p. 301.

235 Otto von Glasenapp, « Germany’s Balance of Payments with Other Countries », Manchester Guardian Commercial. Supplement : Reconstruction in Europe, 20 avril 1922, p. 28-29.

236 The Report of the Second Committee of Experts, réédité dans H.G. Moulton, The Reparation Plan..., op. cit., p. 295.

237 Ludwig Bente, « Die deutsche Währungspolitik von 1914-1924 », Weltwirtschaftliches Archiv, vol. 23,1926, p. 136+.

238 Hjalmar Schacht, The Stabilization of the Mark, Londres, 1927, p. 73.

239 Ibid., ?. 160.

240 Sans s’attacher aux effets sur le commerce extérieur, W. Schmitt formule dans l’ouvrage qu’il écrivit à l’époque le jugement suivant : « Une politique d’escompte qui n’aurait pas été accompagnée dans le même temps d’un relèvement des impôts et d’une recherche de l’équilibre budgétaire serait naturellement restée totalement inopérante à la longue ». Wilhelm Schmitt, Die Diskontpolitik der Reichsbank wahrend der Inflation, thèse de doctorat, Fribourg, 1926, p. 67. Dans son étude publiée la même année, W. Guderjahn juge comme suit les effets possibles d’un relèvement du taux d’escompte sur les importations de capitaux : « En relevant le taux d’escompte, la Reichsbank n’aurait pu déclencher des mouvements de capitaux ni, par conséquent, améliorer la situation monétaire. La “politique d’escompte extérieure” était par conséquent totalement paralysée ». Walter Guderjahn, Ursachen und Wirkungen der Inflation in Deutschland unter besonderer Berücksichtigung des Zinsfuβies, thèse de doctorat, Francfort-sur-le-Main, 1926, p. 43.

241 Déjà avant la guerre, les importations allemandes étaient composées pour environ les trois quarts de produits non transformés. Cf. Statistisches Bundesamt, Bevôlkerung und Wirtschaft..., op. cit., p. 193.

242 Erich Eyck, A History of the Weimar Republic, Cambridge, Mass., 2 vol., 1962-1964, vol. 1, p. 89. L’original suisse date de 1954. Pour une analyse exhaustive voir aussi Suda L. Bane et Ralph H. Lutz (dir.), The Blockade of Germany After the Armistice 1918-1919. Selected Documents of the Supreme Economic Council, American Relief Administration, and other Wartime Organizations, Londres, 1942, en particulier p. 552 sq. Voir aussi A.C. Bell, The Blockade of Germany 1914-1918, Londres, 1961, p. 709.

243 Statistiches Reichsamt, Deutschlands Wirtschaftslage..., op. cit., p. 22.

244 F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 472-473.

245 Ces chiffres sont tirés de Deutschlands Wirtschaftslage..., op. cit., p. 10. Les effets de la nécessaire réorganisation sur l’activité économique de la ville de Barmen sont analysés par Jürgen Reulecke, Die wirtschaftliche Entwicklung der Stadt Barmen von 1910 bis 1925, Neustadt an der Aisch, 1973, p. 111-123.

246 ILO, Enquête sur la Production. Rapport Général, Tome II, 2, Paris, 1924, p. 1017 sq. Pour ce qui concerne par exemple les effets des grèves sur l’industrie électrique de Berlin, voir Peter Czada, Die Berliner Elektroindustrie in der Weimarer Zeit, Berlin, 1969, p. 169-172.

247 F. D. Graham, Exchange..., op. cit., p. 286. Voir aussi Rudolf Bertold « Die Entwicklung der deutschen Agrarproduktion und der Ernährungswirtschaft zwischen 1907 und 1925 », Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte, 1974, IV, p. 83-111.

248 Les mauvaises récoltes avaient déjà joué un rôle important durant la controverse du « bullion », lorsqu’il s’était agi d’expliquer la dépréciation de la monnaie anglaise. Voir Frank W. Fetter, Development of British Monetary Orthodoxy 1797-1875, Cambridge, Mass., 1965, p. 26 sq. Jacob Viner, Studies in the Theory of International Trade, New York, 1937, p. 138.

249 P. Cagan, « The Monetary Dynamics of Hyperinflation », dans Milton Friedman (dir.), Studies in the Quantity Theory of Money, Chicago, 1956, p. 31.

250 C’est ce qui a conduit la nouvelle théorie monétaire à partir de l’idée que le sentiment du marché a une base rationnelle. Voir T. J. Sargent et N. Wallace, « Rational Expectations and the Dynamics of Hyperinflations », International Economic Review, vol. 14 (1973), p. 328-350. L’intérêt manifeste que portent actuellement les théoriciens de la monnaie, en particulier américains, aux questions qui touchent le sentiment du marché, à partir justement de l’hyperinflation allemande, ressort des publications récentes suivantes : Jacob A. Frenkel, « The Forward Exchange Rate, Expectations, and the Demand for Money : The German Hyperinflation », American Economic Review, vol. 67 (1977), p. 653-670. J. A. Frenkel, « Further Evidence on Expectations and the Demand for Money During the German Hyperinflation », Journal of Monetary Economies, vol. 5 (1979), p. 81-96. Andrew Abel et al., « Money Demand During Hyperinflation », Journal of Monetary Economies, vol. 5 (1979), p. 97-104. Michael K. Salemi, « Adaptive Expectations, Rational Expectations, and Money Demand in Hyperinflation Germany », Journal of Monetary Economies, vol. 5 (1979), p. 593-604.

251 Ph. Cagan, « Monetary Dynamics... », op. cit., p. 77. Pour ce qui concerne les critiques opposées à Cagan, voir surtout Rodney L. Jacobs, « A Difficulty With Monetarist Models of Hyperinflation », Economie Inquiry, vol. 13 (1975), p. 337-360.

252 R. Nurkse, Course and Control..., op. cit., p. 7. L’importance du sentiment du marché (de la « confiance ») dans l’évolution de la demande monétaire (vitesse de rotation) et, par contrecoup, des prix est également soulignée par D’Abernon, qui a soigneusement observé l’inflation allemande en sa double qualité d’ambassadeur à Berlin et d’économiste de formation ; voir Viscount d’Abernon, « German Currency : Its Collapse and Recovery 1920-1926 », Journal of the Royal Statistical Society, vol. 90 (1927), p. 36-37.

253 Pour ce qui concerne le rapport entre encaisse réelle et vitesse de rotation, voir p. 13 et 114 supra.

254 Die Reichsbank 1901-1925, p. 53-59.

255 Verwaltungsbericht der Reichsbank 1916, p. 9.

256 Voir Wilhelm Riensberg, « Die preuβischen Sparkassen im Kriegs-und Revolutionsjahre 1918 », Zeitschrift des Preuβischen Statistischen Landesamts, 60e année, 1920, p. 139. L’ironie de l’histoire fera que, du fait de l’imposition par l’inflation, les gouvernements allemands finiront par réaliser jusqu’en 1923 tout ce dont ils prétendaient se défendre par ce décret.

257 Harold G. Moulton et Constantine E. McGuire, Germany’s Capacity to Pay. A Study of the Reparation Problem, New York, 1923, p. 85-86.

258 Ibid., p. 86.

259 Cette mesure avait été appliquée aux produits sidérurgiques dès janvier 1919. Voir Hans Schieck, Der Kampf um die deutsche Wirtschaftspolitik nach dem Novembersturz 1918, thèse de doctorat, Heidelberg, 1958, p. 233. Le contrôle des devises par la Reichsbank fut levé en septembre 1919. Voir R. Kühne, Die Devisenzwangswirtschaft..., op. cit., p. 13.

260 Voir tableau 24.

261 C. Bresciani-Turroni, Economics..., op. cit., p. 54.

262 Ibid., p. 51.

263 Voir p. 159 sq. supra.

264 « The speculative expectations are not unambiguous. On the German side, they undoubledly reckon with a depreciation of the mark, abroad, however, with an appreciation » (Friedrich Hesse, Die deutsche Wirtschaftslage von 1914-1923, Iéna, 1938, p. 354). « Bearish speculation against the Mark started earliest in Germany itself, while the outside world still maintained a belief in the eventual rehabilitation of the currency » (Michael A. Heilperin, Postwar European Inflations, World War I. A Study of Selected Cases. New York, National Bureau of Economie Research, manuscrit inédit, 1945, p. 94.

265 Voir p. 324.

266 Ph. Cagan, Monetary Dynamics..., op. cit., p. 26, en situe le début au mois d’août 1922. Mais à mon sens, le basculement en matière d’évolution des prix est déjà perceptible au mois de juillet. Voir tableau 1.

267 Paul Beusch, Währungszerfall und Wâhrungsstabilisierung, Berlin, 1928, p. 2.

268 Gerhard Bry, Wages in Germany 1871-1945, Princeton, 1960, p. 224.

269 Citation traduite par mes soins et tirée de R. Nurkse, Course and Control..., op. cit., p. 17.

Notes de fin

1 La correction de l’influence des prix a été effectuée à partir de l’indice des prix de gros. Celui-ci se réfère aux moyennes mensuelles, alors que les données nominales concernant la base monétaire portent sur les fins de mois. C’est la raison pour laquelle le quotient fait apparaître un niveau réel de trésorerie trop élevé, en particulier durant la phase d’hyperinflation. Il n’en reste pas moins que les modifications soudaines de la valeur réelle des encaisses ressortent clairement, par exemple lorsque l’hyperinflation commence au milieu de l’année 1922.

Table des illustrations

Titre Graphique 3. Évolution de la masse monétaire et des prix de gros en Allemagne durant les années 1914-1923 (1913 = 1, échelle logarithmique)
Légende Source : masse de la monnaie centrale (espèces en circulation + dépôts de la Reichsbank) : tableau 11, colonnes 3+4. Prix de gros : tableau 1.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5552/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 25. Recettes ordinaires du Reich (en millions de marks) durant les années 1914-1919
Légende Source : K. Roesler, Finanzpolitik..., op. cit., p. 196.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5552/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Tableau 26. Dépenses ordinaires du Reich durant les années 1914-1919, en millions de marks
Légende Source : K. Roesler, Finanzpolitik..., op. cit., p. 197.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5552/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Tableau 28 Composition des recettes fiscales ordinaires des gouvernements centraux du Reich et de Grande-Bretagne en 1913 et en 1918 en %
Légende Source : Robert Knauss, Die deutsche, englische und französische Kriegsfinanzierung, Berlin, 1923, p. 148.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5552/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 29. Réparations payées par l’Allemagne jusqu’au 31 août 1924 en millions de marks-or
Légende Source : Jens Jessen, article « Reparationen... », op. cit., p. 90.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5552/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Tableau 30. Comparaison entre le produit de « l’imposition par l’inflation » et les dépenses liées à l’application du traité de paix durant les années 1919-1922
Légende Source : colonne 1 : A. Jessen, Finanzen, Defizit und Notenpresse 1914-22, Berlin, 1923, p. 50,colonne 2 : ibid., p. 47,colonne 3 : calculé à partir des colonnes 1 et 2,colonne 4 : Friedrich Hesse, Die deutsche Wirtschaftslage von 1914-1923, Iéna, 1938, p. 422,colonne 5 : calculé à partir des colonnes 3 et 4.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5552/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Théorie de la balance des paiements
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5552/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Théorie quantitative
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5552/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5552/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5552/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5552/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 4. Croissance de la production industrielle de l’Allemagne durant les années 1913-1931 (échelle logarithmique, 1928 = 100)
Légende Source : tableau 32 page 205.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5552/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 34. Valeur réelle de la base monétaire (= indicateur de la vitesse de rotation de l’argent) durant les années 1919-1923 (1913 = 1)1
Légende Source : tableaux 11 et 1.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5552/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Graphique 5. Évolution de la valeur réelle de la base monétaire durant les années 1919-1922 (périodicité mensuelle, échelle logarithmique ; 1913 = 1)
Légende Source : tableau 34.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5552/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search